ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication La Parole parlĂ©e est la semence originelle #1 de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 62-0318M La durĂ©e est de: 2 heures 48 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

La Parole parlée est la semence originelle #1

1 Merci, FrĂšre Neville. Tu vas avoir un service de baptĂȘmes entre les deux? [FrĂšre Neville dit : « AussitĂŽt aprĂšs que tu auras terminĂ©. » – N.D.E.] AprĂšs que j’aurai terminĂ©. C’est ça ? Oui.

2 Bonjour, mes amis. Je suis si heureux d’ĂȘtre ici ! Et ce matin, nous commençons un peu tĂŽt. Et, c’est toujours navrant de voir qu’il n’y a pas suffisamment de places assises pour les gens. Je sais que c’est pĂ©nible pour vous de rester debout. Et j’avais annoncĂ©, pour ce matin, que ce serait un moment oĂč je tenais Ă  avoir beaucoup de temps. Et je pense que ce serait vraiment gentil, pendant le service, si certains voulaient s’asseoir, que d’autres se lĂšvent, pour permettre Ă  chacun de se reposer un peu. Et si vous voulez sortir et marcher un petit moment, souvenez-vous, Ă©tant donnĂ© que le service sera long, ce–ce sera tout Ă  fait en ordre. Et puis, on pourra changer de place les uns avec les autres. Et maintenant, ils...

3 Nous savons qu’ils ont un projet de construction, ici au Tabernacle, pour qu’on ait une Eglise plus vaste, plus grande, oĂč on pourra avoir suffisamment de places assises. Je pense que dans l’église ici, il y a seulement environ deux cent cinquante ou trois cents places assises. Et il y a probablement cent personnes de plus que ça Ă  l’intĂ©rieur, en ce moment. Alors, ça va... En arrivant, j’ai vu les gens qui passaient et repassaient en voiture, ils ne trouvaient pas oĂč garer, dans les environs. Et–et, naturellement, quand ils arrivent Ă  la porte et qu’ils voient les couloirs bondĂ©s, et le long des murs et tout, c’est bondĂ©, alors, et partout sur l’estrade, et tout, alors, ils–ils repartent. Et nous voulons que tout le monde entende le Message du Seigneur, alors que nous nous efforçons de L’apporter.

4 Je voudrais annoncer qu’aussitĂŽt, je vais essayer de parler jusqu’à midi, et puis aprĂšs... Et je vous laisserai partir Ă  midi, ce qui accordera Ă  chacun le temps d’aller manger. Pendant ce temps, le ministre, le pasteur, FrĂšre Neville, ici, aura un service de baptĂȘmes, pendant ce temps. Et–et vous, vous sortirez un moment pour aller manger, et ensuite nous reviendrons. J’essaierai d’ĂȘtre en chaire Ă  14h prĂ©cises, et alors poursuivre, cet aprĂšs-midi.

5 J’ai beaucoup priĂ© cette semaine. Et je–je ne pourrais mĂȘme pas terminer, si je n’avais pas abrĂ©gĂ© d’environ peut-ĂȘtre du quart, ou peut-ĂȘtre du tiers, ce que je voudrais dire aux gens. Alors, donc, nous vous remercions de votre prĂ©cieuse collaboration du fait de venir aux rĂ©unions et–et de ce que vous avez fait pour nous, en nous aidant et en priant pour nous.

6 J’ai eu le privilĂšge, il y a quelques instants, de parler Ă  un homme et une femme ĂągĂ©s, qui sont... nous les connaissons, c’est frĂšre et soeur Kidd, des gens qui ont Ă©tĂ© trĂšs fidĂšles tout au long des annĂ©es. Et ils se sont arrĂȘtĂ©s, il y a quelques instants. Je leur avais dit de venir, je voulais les voir une minute. Et quel privilĂšge c’était de parler Ă  des vieillards qui prĂȘchaient l’Évangile alors que j’étais encore un–un bĂ©bĂ©. Et ce glorieux ancien Évangile devient meilleur de jour en jour, plus on approche du bout du chemin.

7 Maintenant, des linges de priĂšre ont Ă©tĂ© posĂ©s ici, et je veux prier sur eux un peu plus tard. Et maintenant, inclinons simplement la tĂȘte un instant, pour un mot de priĂšre.

8 Notre PĂšre cĂ©leste, Tu as dit dans Ta Parole : « Et Moi, quand J’aurai Ă©tĂ© Ă©levĂ© de la terre, J’attirerai tous les hommes Ă  Moi. » Et c’est lĂ  notre but dans la vie, c’est d’élever, devant une gĂ©nĂ©ration de gens qui se meurent, ce JĂ©sus-Christ qui est toujours le Fils de Dieu, le Sauveur du monde. Et je suis si heureux de savoir que lĂ  oĂč je vis, il y a des gens qui croient cela, et qu’il y en a aussi des milliers qui L’ont acceptĂ© comme leur Sauveur.

9 Et nous savons qu’une fois cette vie terminĂ©e, il y aura de l’autre cĂŽtĂ© une vie tellement glorieuse que ces peines et ces quelques heures que nous connaissons, ces pĂ©nombres et les ombres de cette vie, ici, sur ce terrain oĂč nous sommes mis Ă  l’épreuve... nous ne faisons qu’entrer dans l’orbite de celle-lĂ , maintenant, attendant le compte Ă  rebours. En effet, le moment vient bientĂŽt, oĂč le temps de Dieu sera accompli, oĂč le grand bras qui retenait le temps depuis si longtemps finira par lĂącher prise, et Son Eglise quittera cette terre, partira dans l’espace, lĂ -bas, dans un Pays oĂč il n’y aura ni maladie, ni chagrin, ni vieillesse, ni mort. VoilĂ  pourquoi nous sommes rassemblĂ©s aujourd’hui, Seigneur, c’est pour exprimer notre sentiment sur ces choses.

10 Nous sommes si contents de savoir qu’il ne s’agit absolument pas ici de rĂ©unir les gens pour quelque chose d’inutile; en effet, il a Ă©tĂ© prouvĂ© que ceci est la rĂ©alitĂ© la plus glorieuse que le monde ait jamais connue, que le Fils de Dieu n’est pas mort, Lui qui a fait les promesses, mais qu’Il est vivant parmi nous aux siĂšcles des siĂšcles. Et nous sommes si heureux ce matin, Seigneur, par-dessus tout, en sachant que, mĂȘme si nous possĂ©dions le monde et que nous puissions ĂȘtre jeunes pendant des centaines d’annĂ©es pour en profiter, ça, ce ne serait qu’une saison en comparaison du temps rĂ©servĂ© Ă  ceux qui L’aiment. Alors, nous cherchons Ă  diriger notre frĂšre et notre soeur vers cette grande heure qui approche. Et comme nous voyons approcher ce moment-lĂ , Seigneur, nos coeurs brĂ»lent. Nous voulons nous prĂ©parer.

11 Un Ă  un, nous descendons le couloir. Nous venons Ă  peine d’inhumer une des nĂŽtres, notre soeur Bell, qui est partie rapidement (C’est ce qu’elle avait demandĂ©), tellement rapidement que nous n’avons pas pu venir auprĂšs d’elle pour prier avec elle. Mais elle avait demandĂ© Ă  partir. De voir comme Tu es bon, de pourvoir Ă  toutes les choses que nous dĂ©sirons dans notre coeur. Tu n’en laisses aucune de cĂŽtĂ©. Tu l’as promis.

12 Maintenant, nous Te prions d’amener les coeurs Ă  Te comprendre aujourd’hui, ceux qui ne Te comprennent pas. AmĂšne les pĂ©cheurs Ă  la repentance, amĂšne les malades Ă  connaĂźtre Dieu par la guĂ©rison. Ô Dieu, bĂ©nis Tes saints et unis leurs coeurs. Et alors que ces enregistrements iront dans les–les villes et dans les Ă©glises, partout, dans toutes les nations Ă  travers le monde, puissent les frĂšres dans le ministĂšre, qui autrefois avaient peut-ĂȘtre mal compris, comprendre maintenant, afin que Ton Eglise puisse ĂȘtre prĂ©parĂ©e.

13 Et, maintenant, ĂŽ Seigneur, Toi qui m’as sĂ©parĂ© de ma mĂšre, Toi qui m’as nourri tous les jours de ma vie, Tu m’as fait arriver jusqu’à cette heure; par Ta grĂące, comme j’ai le sentiment que c’était Ta volontĂ© que j’explique absolument aux gens pourquoi je me suis comportĂ© et pourquoi j’ai agi comme je l’ai fait. Puisse cela ĂȘtre apportĂ© de maniĂšre Ă  ce que les gens comprennent mieux, Seigneur, la singularitĂ© de Tes serviteurs. Accorde ces choses, PĂšre. Et ces passages des Ecritures, ce texte et ces mots que nous avons Ă©crits ici, pendant cette semaine, priant, Ă©tudiant, puissent-ils tomber dans la bonne terre, partout oĂč ils seront entendus, une terre qui pourra les garder et les nourrir. Et alors, toute la louange T’en sera donnĂ©e, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

14 Pour les gens qui sont dans les voitures, qui ne peuvent pas entrer, j’attache ici maintenant un petit instrument. Allumez votre radio et rĂ©glez-la sur onze cinquante, onze cinquante, et vous pourrez entendre le Message directement Ă  la radio, dans votre voiture. Bon, ceci, est-ce que c’est la connexion ? C’est en marche, n’est-ce pas, pour les–les enregistrements ?

15 Maintenant, je dirai Ă  tous mes amis, ici aussi bien que partout oĂč ces enregistrements iront : j’estime que je dois aux gens une explication sur beaucoup de choses que j’ai dites et que j’ai faites. Tant de fois, des gens sont venus me voir, en disant : « Notre pasteur dit... Pourquoi donc avez-vous fait cela, FrĂšre Branham ? Pourquoi avez-vous dit ceci ? Et, qu’est-ce qui vous fait agir comme ceci ? » Or, c’est de tout mon coeur que j’ai fait tout ce que j’ai fait, et, pour autant que je le sache, avec les meilleures intentions. Et tout ce que j’ai dit, je l’ai dit du fond du coeur. Et je l’ai fait Ă  dessein. Et je vais essayer, ce matin, avec l’aide de Dieu, d’expliquer, par la Bible, quel en est le but, et pourquoi j’ai fait ces choses.

16 Et maintenant, il y a peut-ĂȘtre, dans un groupe de gens aussi nombreux, il y a probablement un grand nombre de ministres assis ici. Et il y en aura un grand nombre qui Ă©couteront ceci. Et j’aurais souhaitĂ© que nous ayons assez de temps pour que je... pour prĂ©senter tout ce que j’avais Ă  l’esprit, et que j’avais reportĂ© aux Écritures, ou plutĂŽt fait ressortir des Écritures, pour–pour les gens. Mais je dirai Ă  mes frĂšres que, mĂȘme si vous avez pu ĂȘtre en dĂ©saccord avec moi (maintenant je parle Ă  la fois ici et pour les bandes), peut-ĂȘtre vous Ă©tiez en dĂ©saccord avec moi, et beaucoup, Ă  cause de la... de ma position Ă  l’égard de ce que je crois ĂȘtre juste. Et vous avez le droit d’ĂȘtre en dĂ©saccord avec moi, car il se peut que vous voyiez la chose diffĂ©remment. Mais j’espĂšre que moi, avec l’aide de Dieu ce matin, je pourrai vous montrer la raison pour laquelle j’ai pris cette position. Et je–je n’ai jamais...

17 Il m’est arrivĂ© souvent de rĂ©primander des Eglises, des dĂ©nominations, condamner l’habillement des femmes, la conduite des hommes. Je pense que, d’un bout Ă  l’autre, j’ai soutenu cela par les Écritures pour ça. Et pas une seule fois, Dieu connaĂźt mon coeur, je n’ai eu un sentiment hostile envers qui que ce soit. Qu’ils aient Ă©tĂ© en dĂ©saccord avec moi, autant que l’est est Ă©loignĂ© de l’ouest, je les aimais toujours. Et tant que j’aurai l’Esprit de Dieu en moi, j’aimerai toujours Son Eglise, Son peuple. Peu importe ce qu’ils font, ou comment ils me traitent, ça, ça n’y change rien. Je les aime toujours.

18 Je me rappelle, une fois, un homme du nom de MoĂŻse. Continuellement, les gens de l’époque l’exaspĂ©raient, comme on dirait selon notre expression du Sud, ils ne lui donnaient jamais le temps de souffler, continuellement, c’était toujours murmurer ou se plaindre, et ainsi de suite. Mais MoĂŻse, quand on en est venu au fait que Dieu a dit : « SĂ©pare-toi du milieu d’eux, parce que Je vais te prendre et faire de toi une nation », MoĂŻse s’est jetĂ© en travers du chemin de la colĂšre de Dieu. Il a dit : « Prends-moi, et non le peuple », ceux qu’il avait qualifiĂ©s des rebelles, en rĂ©bellion contre Dieu et contre lui. MalgrĂ© tout ça, il les aimait tellement qu’il a dit : « Prends-moi, et sauve-les. » C’était Christ en MoĂŻse.

19 Et si un homme, peu importe combien un autre peut ĂȘtre en dĂ©saccord avec lui, s’il n’a pas ce sentiment-lĂ , alors il y a un manque de Christ, je crois, si du fond de son coeur (pas de ses lĂšvres, mais de son coeur), s’il n’a pas ce sentiment-lĂ  Ă  l’égard de l’humanitĂ©.

20 Ce n’est pas simplement pour faire un peu d’humour en ce moment, mais une fois j’étais surpris, une fois. Il y avait une–une rĂ©union Ă  Chicago, un homme de couleur Ă©tait assis lĂ , il rĂ©pĂ©tait constamment : « Je voudrais voir le docteur Branham. » Il portait un Ă©norme chapeau, des croix Ă©normes de 8 ou 10 pouces [20 ou 25 cm] de long et de large, qui lui couvraient la poitrine, des vĂȘtements sacerdotaux, un accoutrement vraiment Ă©trange, avec de drĂŽles de bagues et un chapelet, et ainsi de suite. J’ai dit Ă  frĂšre Baxter, c’était mon associĂ© : « Parle-lui. AmĂšne-le dans la piĂšce. Je–je vais–je vais le voir »

21 Il s’est assis avec moi, et il a dit : « Dois-je vous considĂ©rer comme ‘pĂšre’, ou ‘rĂ©vĂ©rend’, ou ‘ancien’ ? Ou, comment dois-je vous appeler ? »

22 J’ai dit : « Si vous m’aimez, appelez-moi ‘frĂšre’. » Et c’est ce qu’il a fait, par respect.

23 Et il m’a donnĂ© son titre, lequel, oh ! il me faudrait plusieurs lignes pour mettre ça sur papier, les titres du nom de l’Eglise, et son titre Ă  lui dans cette Eglise. Mais il a dit une chose que je n’ai jamais oubliĂ©e. Il a dit : « Je m’intĂ©resse Ă  ceci, FrĂšre Branham. Je... » Il m’a dit ce Ă  quoi il s’intĂ©ressait, dans son Eglise et tout ça. Il a dit : « Je m’intĂ©resse Ă  une seule race, a-t-il dit, c’est la race humaine. » J’ai dit : « LĂ -dessus, nous pouvons nous serrer la main. »

24 La race humaine, tout le monde, de tout credo, de toute couleur, toute personne pour laquelle Christ est mort, voilĂ  ce qui m’intĂ©resse, ce matin. Et je me suis efforcĂ© de toujours m’y intĂ©resser–intĂ©resser.

25 Maintenant, je voudrais lire. Et–et puis, simplement... Je n’ai pas l’intention de prĂȘcher, parce que j’en aurai probablement pour au moins, avec ce que j’ai Ă  dire ici, j’en aurai probablement pour quatre ou cinq heures. Donc, au bout d’à peu prĂšs deux heures, alors, nous vous congĂ©dions pour aller manger, puis nous reviendrons vers 14h. Soyez ici avant 14h, parce que je voudrais commencer Ă  14h prĂ©cises. Soyez ici vers 13h30, si possible. Alors, nous sortirons Ă  temps ce soir.

26 Je dois partir cet aprĂšs-midi mĂȘme pour Tifton, en GĂ©orgie, oĂč je dois tenir un service demain soir, Ă  la salle de l’école secondaire lĂ -bas, juste un service de prĂ©dication. Et ensuite, Ă  partir de lĂ , je ne sais pas, juste partir oĂč Il me conduira Ă  partir de lĂ . Il y a bien des endroits; il y a frĂšre Arganbright et les autres qui ont appelĂ© d’outre-mer pour commencer aussitĂŽt une tournĂ©e lĂ -bas; partout dans l’ouest, jusqu’au Canada, Ă  travers le monde. Mais je... vous saurez... crois...

27 Je crois que vous saurez plus Ă  quoi vous en tenir, aprĂšs que j’aurai terminĂ©. Si Dieu veut bien m’aider Ă  vous le donner de la mĂȘme maniĂšre que cela m’a Ă©tĂ© donnĂ©, alors, aprĂšs le service, vous comprendrez, j’espĂšre. Et alors, s’il y a une question, quelque chose que vous ne comprenez pas, je vous demanderais d’apporter vos livres. Et–et alors, vous qui avez des enregistreurs, vous pourrez vous procurer les bandes pour les avoir chez vous, vous asseoir, avec un coeur ouvert, un coeur ouvert, c’est tout. PrĂ©parez tout ça, dites : « Seigneur, je suis bien dĂ©tendu maintenant. Je vais Ă©couter. » Ensuite, quand quelque chose vous frappe, arrĂȘtez l’enregistreur et prenez le passage de l’Écriture.

28 La Bible dit, Jésus a dit : « Ce sont Elles qui rendent témoignage de Moi.» Voyez ? Alors, parcourons les Ecritures pour voir si tout est bien conforme. Maintenant, je voudrais ouvrir...

29[Quelqu’un parle Ă  FrĂšre Branham. – N.D.E.] Pardon ? Juste ici. Il me montrait les diffĂ©rents micros Ă  utiliser. Il y en a tellement ici, ce matin, que je ne sais pas par oĂč commencer.

30 Maintenant, prenons les Ecritures. Je vais commencer dans la GenĂšse, et ce soir je termine dans l’Apocalypse. Moi, je crois la Parole. GenĂšse, en commençant au chapitre 1, j’aimerais lire un passage de la Parole. Et maintenant, si quelqu’un le dĂ©sirait, que quelqu’un voulait prendre les... si vous avez vos crayons et vos papiers, et tout, parce que j’ai beaucoup de passages des Ecritures. Je voudrais lire ces passages des Ecritures, m’y reporter continuellement. Au commencement, Dieu crĂ©a les cieux et la terre. La terre Ă©tait informe et vide; il y avait des tĂ©nĂšbres Ă  la surface de l’abĂźme, et l’Esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. Dieu dit : Que la lumiĂšre soit ! Et la lumiĂšre fut. Dieu vit que la lumiĂšre Ă©tait bonne; et Dieu sĂ©para
 lumiĂšre d’avec les tĂ©nĂšbres. Dieu appela la lumiĂšre jour, et il appela les tĂ©nĂšbres nuit. Ainsi il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le premier jour. Dieu dit : Qu’il y ait... Ă©tendue entre les eaux, et qu’elle sĂ©pare les eaux d’avec–d’avec les eaux. Et Dieu fit l’étendue, et il sĂ©para les eaux qui sont au-dessous de l’étendue d’avec les eaux qui sont au-dessus de l’étendue. Et cela fut ainsi. Dieu appela les Ă©tendues ciel. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le second jour. Dieu dit : Que les eaux qui sont au-dessous des cieux se rassemblent en un seul lieu, et que le sec paraisse. Et cela fut ainsi. Dieu appela le sec terre, et il appelle... il appela l’amas des eaux mers. Dieu vit que cela Ă©tait bon. Puis Dieu dit : Que la terre produise de la verdure, et des herbes... et de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espĂšce et ayant en eux leur semence sur la terre. Et cela fut ainsi. La terre produisit de la verdure, des herbes, et qui portĂšrent de la semence selon son espĂšce, et des arbres donnĂšrent du fruit et ayant en eux leur semence selon leur espĂšce. Dieu vit que cela Ă©tait bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le troisiĂšme jour.

31 Maintenant, ce matin, je voudrais aborder ce qui va me servir de sujet, c’est-Ă -dire ceci : La Parole parlĂ©e est la Semence originelle. Maintenant, c’est ce que je voudrais prendre comme sujet. La Parole parlĂ©e est la Semence originelle. Maintenant, si vous remarquez, Dieu a dit : « Qu’elle produise selon son
 de son espĂšce. » Peu importe ce que c’était, il fallait que ce soit produit selon son espĂšce.

32 Or, cette Parole de Dieu est Ă©ternelle. Dieu, comme Il est infini, Il ne peut pas prononcer quelque chose, et puis, aprĂšs, modifier cela pour autre chose, pour une dĂ©cision meilleure. En effet, chaque dĂ©cision de Dieu est parfaite. Il ne peut pas. Une fois que Sa Parole a Ă©tĂ© proclamĂ©e, une fois, Elle ne peut jamais mourir. Elle continue, et continue, et continue Ă  vivre, et ne peut jamais mourir, parce qu’Elle est Dieu. Sa Parole ne peut pas mourir, pas plus que Lui ne le peut. C’est pour ça que nous lisons dans I Jean, ou... Saint Jean, chapitre 1, ceci : « Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair. » La mĂȘme Parole qui avait Ă©tĂ© proclamĂ©e au commencement, avec le dessein Ă©ternel qu’Il avait, Elle est alors venue et Elle a Ă©tĂ© faite chair et a habitĂ© parmi nous. La Parole de Dieu !

33 Il y a quelques annĂ©es, on m’a racontĂ© qu’une femme... Or, ce rĂ©cit n’est peut-ĂȘtre pas authentique. Elle aurait passĂ© sa langue sur du radium, au moment oĂč elle mĂ©langeait ça pour en mettre sur des aiguilles de cadrans d’horloges et de montres; cette femme en est morte. Et des annĂ©es plus tard, comme ils avaient gardĂ© son crĂąne pour un genre d’autopsie, ils disaient qu’on pouvait prendre des instruments, ce dont ils se servent pour ça, et appliquer ça sur l’os du crĂąne, et il y avait un–un grondement, on pouvait encore entendre ce radium, toujours actif dans son crĂąne, aprĂšs qu’elle Ă©tait morte depuis des annĂ©es. Le radium est continuellement actif. La Parole de Dieu est continuellement active.

34 On m’a dit que, si nous pouvions avoir l’instrument capable de la capter, que la voix d’un homme, ma voix, avec laquelle je m’exprime aujourd’hui, dans dix mille ans, on pourrait encore la capter dans l’air. C’est comme laisser tomber un pĂ©tale au milieu d’un Ă©tang. Les minuscules vaguelettes, aprĂšs qu’elles ne sont plus visibles Ă  l’oeil nu, elles continuent jusqu’à ce qu’elles atteignent le rivage. De mĂȘme, l’onde de nos voix parcourt continuellement, tout autour du monde. Ainsi donc, notre voix, ce que nous disons, c’est ce qui nous jugera. Notre tĂ©moignage s’élĂšvera lui-mĂȘme contre nous. Nos propres voix retentiront elles-mĂȘmes dans nos oreilles au tribunal du Jugement de Dieu, quand Son grand instrument captera chaque voix qui s’est fait entendre, chaque parole qui a Ă©tĂ© marmonnĂ©e.

35 Et maintenant, il n’y a qu’un seul moyen d’arrĂȘter cette voix qui est mauvaise, c’est de se repentir. Dieu seul peut l’arrĂȘter. Sinon elle poursuit son chemin, et vous y serez confrontĂ©s dans l’éternitĂ©. Par consĂ©quent, Dieu, comme Il est parfait et que Sa Voix est Ă©ternelle, c’est Sa Voix Ă  Lui qui devra ĂȘtre lĂ  pour la rattraper. Par consĂ©quent, il faut qu’Il soit parfait dans chaque dĂ©cision, car, une fois qu’Il dit quelque chose, Cela doit aller jusqu’au bout et revenir au Jugement.

36 Maintenant, si vous vous montrez trĂšs comprĂ©hensifs, ou du moins si vous essayez de l’ĂȘtre, vous verrez pourquoi j’ai toujours pris position pour la Parole de Dieu comme je l’ai fait; c’est parce que toutes les autres choses devront pĂ©rir. Dieu est Ă©ternel, et Sa Parole est Ă©ternelle. Maintenant, alors que vous Ă©tudierez... Et je vais tĂącher de parler aussi longuement que possible pour que vous saisissiez mes paroles, et je le fais aussi Ă  cause des bandes. En effet, il faut que vous sachiez que cette Bible, c’est la Parole de Dieu.

37 Or, nous savons que nous passerons par un Jugement, que la Voix de Dieu nous rattrapera quelque part, parce qu’il a Ă©tĂ© donnĂ© Ă  chaque ĂȘtre mortel de L’entendre. Les ministres ont la responsabilitĂ© de L’apporter. Et si cette Voix de Dieu doit rattraper chaque personne, alors nous... vous devrez L’entendre, soit ici, soit au tribunal du Jugement.

38 Donc, si c’est l’Eglise qui a la Voix de Dieu, vous devez alors Ă©couter la voix de l’Eglise, comme nous le disent nos catholiques romains. Et eux-mĂȘmes, ils sont dans une telle confusion et ont tant de divergences doctrinales, les romains, les grecs et les diffĂ©rentes espĂšces, qu’il ne peut y avoir lĂ  aucun fondement pour la foi. En effet, laquelle est l’Eglise ? Est-ce que c’est l’Eglise romaine qui a raison, ou bien l’Eglise grecque qui a raison, ou bien certaines des autres Eglises qui ont raison ? Est-ce que ce sont les luthĂ©riens qui ont raison, les baptistes qui ont raison, les mĂ©thodistes qui ont raison, les presbytĂ©riens qui ont raison ? Ou bien qui a raison, alors qu’elles ont tant de divergences entre elles ? Elles sont Ă©loignĂ©es l’une de l’autre, autant que l’est est Ă©loignĂ© de l’ouest.

39 Mais, à mon avis, c’est la Voix de Dieu qui est le Juge. Donc, la Voix de Dieu, si Elle est à ce point parfaite, Elle doit provenir d’une ressource parfaite.

40 Et si, Ă  cause de leurs divergences dĂ©nominationnelles, les hommes l’apportent, l’un d’une maniĂšre, l’autre d’une autre, dans ce cas, il–il n’y a aucun moyen d’ancrer sa foi dans ce qu’ils disent. J’espĂšre que c’est clair. Voyez ? En effet, si l’un dit que c’est comme ceci, que l’autre dit : « Vous devez adhĂ©rer Ă  cette Eglise-ci. Il n’y a de salut que dans cette Eglise-ci », ça, c’est la version catholique. Les luthĂ©riens arrivent, ils disent que c’est eux le chemin. Les mĂ©thodistes rappliquent avec autre chose, les baptistes avec autre chose, les pentecĂŽtistes avec autre chose. Et il semble y avoir un si grand ramassis de confusion.

41 Alors, quand on prĂ©sente cette Parole Ă©crite Ă  nos frĂšres, beaucoup d’entre eux disent : « Eh bien, ces jours-lĂ , ce n’est pas pour maintenant. » Un autre dit : « Ce n’est qu’un rĂ©cit historique. » L’autre dit : « C’est un recueil de poĂšmes. » L’autre dit : « L’Eglise a le droit de modifier ça. » Alors, Ă  quoi peut-on s’en tenir? Sur quoi peut-on faire reposer sa foi ?

42 Puisque Dieu est Ă©ternel... Je crois que, si nous devons ĂȘtre jugĂ©s, et il en a toujours Ă©tĂ© ainsi, si nous devons ĂȘtre jugĂ©s par quelque chose, ce sera par la Parole de Dieu, qui a donnĂ© la commission.

43 Donc, si nous devons ĂȘtre jugĂ©s par cette Parole, alors Dieu serait un Dieu injuste, de placer une telle confusion sur la terre, et que la pauvre pensĂ©e humaine soit tellement dĂ©routĂ©e qu’elle ne sait pas quoi faire. Et l’un va adhĂ©rer Ă  ceci, ensuite adhĂ©rer Ă  cela. Un pauvre homme qui s’efforce de rĂ©flĂ©chir, il s’efforce de trouver l’endroit qui convient, il va Ă©couter cette dĂ©nomination-ci, ensuite il va Ă©couter une autre dĂ©nomination. Celle-ci semble meilleure que celle-lĂ ; il va y aller. Et avant longtemps, il est encore revenu Ă  la premiĂšre. Il ne sait vraiment pas quoi faire.

44 Mais si Dieu va juger le monde par quelque chose, ce sera par Sa Parole. Je crois cela.

45 Et, maintenant, mes frĂšres, maintenant, quand je dis ça, je ne m’adresse pas seulement au petit groupe qui est ici ce matin, mais je m’adresse aux endroits oĂč ces bandes seront envoyĂ©es, partout dans le monde. Je–je voudrais que vous me supportiez patiemment pendant quelques instants, et que vous rĂ©flĂ©chissiez Ă  ça, qu’il faut que, quelque part, on en vienne Ă  un Jugement.

46 Et puis, il y a ceux qui disent : « C’est la version du roi Jacques, ou telle autre version.» Et maintenant, ils font une–une version en langue courante, ou quelque chose comme ça.

47 Je crois que, si Dieu est le Dieu souverain qu’Il est, l’Éternel, c’est Lui qui doit y veiller. C’est Son affaire. Si je veux aller au Ciel, chez Lui, c’est Ă  Lui de m’accorder un fondement oĂč je saurai quoi faire, lĂ  oĂč on peut poser sa main et dire : « Ce qu’il faut, c’est ça. » Êtes-vous d’accord lĂ -dessus ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Il faut... C’est son affaire.

48 Il serait injuste... Si je disais : « Seigneur, j’étais luthĂ©rien », et que l’autre disait : « Eh bien, moi, je–j’étais catholique. » Eh bien, lĂ , vous en avez deux en contestation l’un contre l’autre. Alors, qu’est-ce qu’un pauvre homme peut faire? Eh bien, que se passerait-il si c’est l’Eglise catholique qui a raison ? Alors, tous les luthĂ©riens sont perdus. Eh bien, si ce sont les luthĂ©riens qui ont raison, tous les catholiques sont perdus.

49 Voyez-vous, il vous faut avoir un fondement, lĂ  oĂč la foi puisse reposer. Et, Ă  mon avis, –– je ne sais pas ce que vous en pensez, –– mais Ă  mon avis, la Bible est la Parole infaillible de Dieu. Et je crois que Dieu a veillĂ© sur Sa Parole, pour qu’il n’y ait pas une seule ponctuation qui ne soit Ă  sa place.

50 Ma fille, lĂ -bas, Rebecca, disait : « Papa, Ă  l’école, on a prouvĂ© que le... que ce monde est vieux de millions et de millions d’annĂ©es. Alors, ça, n’est-ce pas en contradiction avec la Bible ? » « Ah, non, ai-je dit. Pas du tout. »

51 « Eh bien, a-t-elle dit, si les–les diffĂ©rentes Ă©tudes des roches et des formations, des stalactites et des stalagmites, et ainsi de suite, prouvent qu’il y a eu stillation, des millions d’annĂ©es, alors que Dieu a dit qu’Il avait fait les cieux et la terre en vingt-quatre heures, est-ce que ça ne prouve pas la faussetĂ©, ne dĂ©montre pas la faussetĂ© de la Bible ? » J’ai dit : « Non. »

52 Si vous remarquez, Dieu, quand Il a parlĂ© Ă  MoĂŻse de la Bible, Il a dit : «Au commencement, Dieu crĂ©a les cieux et la terre. » Point ! Combien de temps ça a pris, ce n’est pas notre affaire. Ce qui vient ensuite, c’est qu’Il prĂ©sente le temps oĂč Il a mis les semences dans la terre. Mais : « Au commencement, » ça a peut-ĂȘtre pris des centaines de milliards de billions d’annĂ©es, une pĂ©riode de temps incommensurable, mais « Dieu crĂ©a les cieux et la terre. » Point ! Ça rĂšgle la question. C’est la premiĂšre Ă©tape. Voyez ? Il ne commet pas d’erreur.

53 Paul, le grand prĂ©dicateur, disait, il a dit Ă  TimothĂ©e : « Etudie, pour faire tes preuves, en dispensant droitement la Parole de Dieu. » Etudiez-La avec sincĂ©ritĂ©. Et c’est ce que je m’efforce de faire.

54 Maintenant, avec ma foi dans la Parole, comme cela, je ne peux pas accepter une interprĂ©tation particuliĂšre, puisque la Bible dĂ©clare que la Bible ne peut ĂȘtre un objet d’interprĂ©tation particuliĂšre. Maintenant, ça, l’Esprit vient juste de le rĂ©vĂ©ler. Je connaissais le passage de l’Ecriture, mais en ce moment, je ne sais plus exactement oĂč il se trouve dans les Ecritures. Mais vous qui prenez des notes, vous allez le trouver. Je pense que c’est dit dans Pierre : « La Bible ne peut ĂȘtre un objet d’interprĂ©tation particuliĂšre. » Par consĂ©quent, si l’écrivain inspirĂ© l’a dit, et que C’est faux, alors combien Ses autres passages sont faux ? Ou bien Elle est toute vraie, ou bien Elle est toute fausse. Il ne peut pas En ĂȘtre autrement.

55 Alors, vous : « Eh bien, quant Ă  l’Eglise, dites-vous, eh bien, alors, l’Eglise!» Non. Si vous vous fiez Ă  l’Eglise, alors quelle Eglise a raison ? Quelle Eglise a raison ? Voyez ?

56 Vous devez encore revenir Ă  quelque chose sur quoi la foi doit reposer. Et la mienne, elle se fonde sur la Parole de Dieu, en croyant que cette Bible est le programme de Dieu pour les gens. Elle l’a toujours Ă©tĂ© !

57 JĂ©sus a dit : « Les Ecritures doivent s’accomplir », c’est-Ă -dire « tout ce qui est Ă©crit dans les Écritures ». Maintenant, retenez bien ça, parce que vous aurez la bande, lĂ . À la fin des bandes, vous verrez que je vais encore y revenir, c’est que tout ce qui se trouve dans les Ecritures doit s’accomplir. Maintenant, je vais laisser mon auditoire s’imprĂ©gner de ça, pendant un instant. Voyez ? Tout ce qui se trouve dans les Écritures doit s’accomplir. Alors, si Dieu a dit quelque chose, voilĂ , cela doit s’accomplir.

58 Ou sinon, ce n’est pas la Parole de Dieu. Et, dans ce cas, si ce n’est pas la Parole de Dieu, alors oĂč en sommes-nous ? Allons vers quelque chose qui ressemble Ă  Dieu, ou tout ce qu’on aura envie de faire; comme la Bible le dit : «Mangez, buvez et rĂ©jouissez-vous, car demain nous mourrons. » Voyez ? Or, si ce n’est pas la Parole de Dieu, dans ce cas nous sommes tous perdus.

59 Et si c’est la Parole de Dieu, Dieu est absolument tenu d’Y faire honneur. Le Dieu, la Fontaine de tout honneur, qui est le commencement de tout honneur, qui est la source de tout honneur, qui est la source de toute VĂ©ritĂ©, doit s’en tenir Ă  ce qu’Il a dit.

60 Et si Ceci, ce n’est pas la Parole de Dieu, dans ce cas, qui est Dieu ? OĂč est Dieu ? Ou bien, est-ce qu’il y a un Dieu ?

61 « Oh ! dites-vous, FrĂšre Branham, je le sens. » Oh ! Les–les paĂŻens peuvent vous dire la mĂȘme chose de leur idole. Les voyages ont un impact sur vous, quand vous le voyez vous-mĂȘme. « Donc, je–je crois que je pourrais regarder et voir ceci. » Oui. « Je crois que si... Je–je crois que, parce que je–j’ai Ă©tĂ© changĂ©, comme ceci, parce que... » C’est pareil pour moi. Mais, souvenez-vous, les paĂŻens font la mĂȘme chose.

62 Voyons, la moralitĂ© de l’Afrique confondrait... Certaines tribus de lĂ -bas feraient honte aux AmĂ©ricains d’ici qui se disent chrĂ©tiens, la moralitĂ© et la dĂ©cence qu’on trouve au milieu des gens qui adorent des idoles paĂŻennes. Alors, « peut-ĂȘtre que c’est ça qui est Dieu » ? Voyez-vous ce que je veux dire ?

63 Vous–vous voyez, quand vous regardez la chose en face, le champ des points à traiter est immense; alors, il vous faut avoir une fontaine sur laquelle vous appuyez,

64 Maintenant, considĂ©rons les prĂ©tentions des luthĂ©riens : c’est un Ă©chec. ConsidĂ©rons les prĂ©tentions des catholiques : c’est un Ă©chec. ConsidĂ©rons les prĂ©tentions des baptistes, des pentecĂŽtistes : c’est un Ă©chec. Alors, vous ne pouvez donc pas placer votre confiance en elles.

65 Par contre, il n’y a pas une seule chose Ă©crite dans cette Bible, que Dieu ait manquĂ© de prouver, par quelqu’un, que c’est la VĂ©ritĂ©. Voyez ? C’est la VĂ©ritĂ©. Comme je l’ai souvent dit, peut-ĂȘtre que ma foi ne s’élĂšvera pas au niveau oĂč Ă©tait celle d’Enoch, mais je ne ferais certainement pas obstacle Ă  quiconque pourrait Ă©lever jusque-lĂ , une grande foi.

66 Maintenant, je suis en train de donner le contexte, les raisons pour lesquelles je crois la Bible. Et c’est de là que je tire mon sujet.

67 Maintenant, la prochaine chose que je tiens Ă  dire, c’est que je ne crois pas que la Bible se contredit. J’ai lancĂ© un dĂ©fi, partout dans le monde, Ă  quiconque affirme une telle chose de venir me le prouver. Voyez ? Venez le prouver. La Bible ne se contredit pas. C’est vous qui contredisez la Bible. Dieu ne peut pas Se contredire. S’Il le fait, alors Il n’est pas Dieu. Et si cette Parole est Dieu, alors, et si Elle est contradictoire, alors vous faites de Dieu quelqu’un qui se contredit. Alors, oĂč est votre Dieu dans ce cas-lĂ  ? C’est lĂ  que ça se corse, que ça se complique, n’est-ce pas ? Si Dieu se contredit, Il ne vaut pas plus que moi, ou pas plus que vous, puisqu’Il peut se contredire. La Parole est lĂ , mais Elle est cachĂ©e aux yeux des sages et des intelligents.

68 VoilĂ  pourquoi quelqu’un dira : « Matthieu 28.19, oĂč il est dit : ‘Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au Nom du PĂšre, du Fils, du Saint-Esprit.’ Actes 2.38, oĂč il est dit : ‘Repentez-vous, et soyez baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus.’ Il y a une contradiction. »

69 Ce n’est pas une contradiction. Tout celui qui a jamais Ă©tĂ© baptisĂ©, a dĂ» l’ĂȘtre au Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit. Et si vous n’avez pas Ă©tĂ© baptisĂ© en employant le Nom « JĂ©sus-Christ », vous n’avez pas Ă©tĂ© baptisĂ© au Nom du PĂšre, du Fils, du Saint-Esprit. Vous avez Ă©tĂ© baptisĂ© dans des titres qui se rapportent Ă  un Nom. Si c’est la... si cette rĂ©vĂ©lation-lĂ  n’est pas la bonne, alors, la Bible serait dans l’erreur dans ce qu’Elle a fait, quand tous baptisaient au Nom de « JĂ©sus-Christ ». Mais, si dans la Bible, on a baptisĂ©, que tous les apĂŽtres, tout au long de l’ñge, ont baptisĂ© au Nom de « JĂ©sus-Christ », aprĂšs que JĂ©sus leur avait donnĂ© la commission de baptiser les gens au nom du « PĂšre, Fils, Saint-Esprit », alors la Bible se contredit carrĂ©ment. Mais, si vous regardez ce qu’il En est, ce n’est pas ça. Ils ont fait exactement ce qu’Il avait dit. Pas des titres, mais le Nom ! Donc, il n’y a aucune contradiction.

70 Je pourrais vous en sortir encore beaucoup, ici, je les ai mĂȘme notĂ©s, des passages dont les gens disent qu’ils se contredisent. Ça fait vingt-cinq ans, presque trente maintenant, que je demande que quelqu’un me les montre. Il n’y en a pas. Non, monsieur.

71 Ce qu’il y a lĂ , c’est la VĂ©ritĂ©, toute la VĂ©ritĂ©, et rien que la VĂ©ritĂ©. Et notre foi repose lĂ -dessus, lĂ -dessus, sur ce que Dieu a dit. Ne–ne cherchez pas Ă  L’interprĂ©ter. Dites-le simplement comme Elle Le dit. N’ajoutez aucune interprĂ©tation particuliĂšre. Et je crois qu’il n’y a absolument rien d’autre...

72 Maintenant, j’espĂšre que, mĂȘme si c’est blessant, ce n’est pas malveillant. J’essaie d’exprimer pourquoi moi, je crois ce que je crois, et ce qui m’a fait agir comme je l’ai fait, dans les choses que j’ai faites. J’essaie de m’ouvrir au monde, de montrer que si j’ai agi ainsi, c’est par conviction.

73 Je crois que toute parole ajoutĂ©e Ă  cette Bible, quiconque est coupable d’avoir fait ça, sa part sera retranchĂ©e du Livre de Vie. Apocalypse 21: «Quiconque ajoutera quelque chose Ă  Ceci, ou retranchera quelque chose de Ceci. » Je ne crois pas qu’il y ait aucun credo, aucun dogme, ni rien d’autre que la Parole littĂ©rale de Dieu, qui soit le plan de Dieu. Tout le reste est un pĂ©chĂ© et ne restera pas impuni, et sera Ă©ternellement perdu : tout homme, tout credo, toute dĂ©nomination, ou quoi que ce soit, qui ajoutera quelque chose ou retranchera quelque chose, d’une seule ponctuation de cette Parole.

74 Dieu, Il n’est pas un dieu d’hier, qui aurait Ă©crit un livre et l’aurait remis entre les mains d’un groupe d’hommes, et–et qu’on ne s’y retrouve plus, ni rien, et ensuite Il jugerait le monde d’aprĂšs ce livre-lĂ .

75 Mais le Dieu qui L’a Ă©crite, Il vit, Il vit en Elle, et Il confirme Sa Parole. Maintenant, en Ă©tudiant les bandes, cette observation-lĂ , je voudrais que vous l’étudiiez trĂšs attentivement. Voyez ? Donc, j’ai commencĂ© dans la GenĂšse.

76 Maintenant, j’en suis Ă  l’Apocalypse, j’ai rattachĂ© tout ceci, pour montrer que c’est la Parole de Dieu. L’Apocalypse dit que « quiconque En retranchera quelque chose ou Y ajoutera quelque chose, il lui sera retranchĂ© sa part, du Livre de Vie ». Je vais prendre le passage de l’Ecriture, le citer tout Ă  l’heure. Apocalypse, le dernier chapitre. Donc, le chapitre 1, il montre quoi ?

77 Qu’est-ce que la Parole ? Donc, Elle est Ă©ternelle. On ne doit pas L’altĂ©rer, Y ajouter quoi que ce soit, ni En retrancher quoi que ce soit. Voyez ? On ne doit pas L’altĂ©rer. Dieu veille Ă  cela. On ne doit pas Y ajouter, rien Y ajouter. On ne peut rien En retrancher, parce qu’Elle est Ă©ternelle. Voyez ?

78 Bon, maintenant, pour servir de base, pour vous montrer ce que j’essaie de dire, qu’entre les deux, de la GenĂšse jusqu’à l’Apocalypse, Elle ne se croisera avec rien. Maintenant, c’est lĂ  que nous ne serons pas du mĂȘme avis, Ă  partir d’ici jusqu’à 17h. Voyez ? C’est lĂ  que nous ne serons pas du mĂȘme avis. Combien seront d’accord que Ceci, c’est le Livre du Jugement de Dieu, que nous serons jugĂ©s d’aprĂšs la Parole de Dieu ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] « On ne doit rien Y ajouter, ni rien En retrancher. » Alors, pourquoi l’a-t-on fait ? Maintenant nous en venons Ă  la question. Pourquoi l’a-t-on fait, de façon si grossiĂšre? Maintenant, c’est ce que nous allons voir, entre la GenĂšse et l’Apocalypse, tout le long, jusqu’à notre Ă©poque Ă  nous, et dans les autres Ă©poques.

79 Maintenant, permettez-moi de bien Ă©claircir cela, Ă  cause des bandes. Donc, aprĂšs vous avoir dĂ©clarĂ© pourquoi je crois la Parole, et ce que Dieu En a dit, et qu’on ne doit ni En retrancher ni Y ajouter quoi que ce soit, En retrancher quoi que ce soit, je voudrais entrer en profondeur dans le contexte de ce long sujet que j’ai prĂ©parĂ©, pour vous expliquer et vous montrer ce qui s’est passĂ©. Alors, vous verrez pour quelle raison je crois ce que je crois. Voyez ? Donc, Elle ne peut pas se croiser, et Elle ne s’hybridera pas, avec quoi que ce soit. Elle ne s’hybridera pas.

80 Aujourd’hui, c’est un grand jour d’hybridation, des animaux, du maĂŻs, du blĂ©, pour que ça donne un produit plus beau, mais il ne vaut rien. Il est pourri. Il n’a pas de vie dedans. Il meurt; il ne peut pas se reproduire. Il est mort.

81 En effet, tout ce que nous avons sur terre aujourd’hui, qui est sous sa forme originelle, est une Parole parlĂ©e de Dieu.

82 VoilĂ  pourquoi le mulet, un animal bĂątard issu d’un croisement, ne peut pas se reproduire Ă  son tour. Dieu a crĂ©Ă© le cheval, et Il a crĂ©Ă© le mulet, ou plutĂŽt crĂ©Ă© l’ñne. Croisez ces deux-lĂ , et vous aurez un mulet. C’est un hybride ; par consĂ©quent, il ne peut pas se reproduire Ă  son tour.

83 Or, nous allons en venir Ă  la semence du serpent, un peu plus tard. Il ne peut pas se reproduire Ă  son tour.

84 Maintenant, ne perdez pas de vue mon sujet : La Parole parlée est la Semence originelle. Maintenant, je veux prouver cela.

85 Prenons maintenant Matthieu 24.35 un instant. Et–et nous allons sonder ces passages des Ecritures pendant un moment, et je verrai combien de temps nous avons devant nous. Je voudrais lire ici une Parole que JĂ©sus a dite. Matthieu 24, et le verset 35. Au chapitre 24, verset 35, pour montrer combien cette Parole est Ă©ternelle, comme nous le disions. « En vĂ©ritĂ©... » 34. En vĂ©ritĂ©, je vous le dis, cette gĂ©nĂ©ration ne passera point, que tout cela n’arrive. Les cieux et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.

86 Donc, peut-on Y mĂ©langer quoi que ce soit, alors ? Maintenant, dans le Livre de l’Apocalypse, au chapitre 22 et au verset 19, j’aimerais lire ceci. Apocalypse, au chapitre 22 et au verset 19, voyons ce qui est dit ici. Commençons au verset 18. « Je le dĂ©clare Ă  quiconque... » Maintenant, souvenez-vous, c’est depuis la GenĂšse, oĂč Il a prononcĂ© la Parole. Voyez ?Je le dĂ©clare Ă  quiconque (qu’il soit prĂȘtre, pape, Ă©vĂȘque, surveillant gĂ©nĂ©ral, ou quoi encore) entend les paroles de la prophĂ©tie de ce livre : Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des flĂ©aux dĂ©crits dans ce livre;

87 Qu’en est-il de vos dogmes ? Qu’en est-il de vos crĂ©dos contraires aux Ecritures, que vous Ă©coutez ? De toutes les dĂ©nominations, pas une seule d’entre elles n’est exemptĂ©e. ... si quelqu’un retranche quelque chose des paroles (en disant que ce n’est plus ce que c’était, vous savez, vous voyez)... -tranche, paroles du livre de cette prophĂ©tie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, et des choses qui sont Ă©crites dans ce livre.

88 Qu’il soit prĂ©dicateur, voyez-vous, qu’il soit membre d’Eglise toute sa vie, qu’il soit Ă©vĂȘque, ou pape; quiconque retranchera une seule Parole de Ceci, une seule Parole !

89 Vous rendez-vous compte que, d’une seule Parole dont Eve a doutĂ©, c’est ce qui a causĂ© tous les ennuis ? Eve a doutĂ© de la VĂ©ritĂ© d’une seule Parole parlĂ©e de Dieu, et c’est ce qui est Ă  la base de chaque maladie, de chaque affliction, de chaque enfant qui souffre. Tous les hĂŽpitaux qui ont Ă©tĂ© construits, toutes les interventions chirurgicales qui ont jamais Ă©tĂ© pratiquĂ©es, toute mort, qu’on ait jamais subie, c’est Ă  cause d’une seule personne qui a cru une... qui n’a pas cru une seule Parole. VoilĂ . Qu’est-ce qu’Eve a essayĂ© de faire ? De L’hybrider, de La croiser avec quelque chose.

90 Vous devez La prendre telle que Dieu L’a prononcĂ©e. Elle ne se croisera avec rien. Non, monsieur. Une fois, JĂ©sus a dit : « Si vous aviez de la foi comme un grain de sĂ©nevĂ©. » On m’a dit qu’un grain de sĂ©nevĂ© ne s’hybride pas. On ne peut pas le croiser avec quoi que ce soit. On peut croiser d’autres grains, mais le grain de sĂ©nevĂ©, on ne peut pas le croiser, voyez-vous, parce qu’il ne s’hybride pas. Et si vous avez cette sorte de foi lĂ  !

91 C’est-Ă -dire une seule, de prendre une seule Parole de Dieu, c’est lĂ  que tant d’évangĂ©listes flanchent. Nous aborderons ça plus tard. Alors qu’ils disent : « Oh ! nous croyons ceci. » Et c’est ce qu’ils vont prendre, ils croient cette Parole-lĂ , et ils peuvent la faire agir. Mais qu’en est-il de l’autre qui est juste Ă  cĂŽtĂ© ?

92 « Heureux celui qui observe tout ce qu’Il a ordonnĂ©, tous Ses commandements. » Voyez ? « Celui-lĂ  aura droit d’entrer dans l’Arbre de Vie. Dehors les enchanteurs, les chiens, les impudiques, et ainsi de suite. »

93 Bon, malgrĂ© que j’aie un auditoire mixte, j’ai beaucoup de commentaires ici qui sont vraiment trĂšs directs. Donc, je voudrais, les soeurs, que vous compreniez, voyez-vous, que vous le compreniez bien.

94 Alors, voilĂ  pourquoi nous La croyons. Et C’est bien la Parole de Dieu. Par consĂ©quent, la Parole parlĂ©e de Dieu est originelle, et tout ce que Dieu a crĂ©Ă©, crĂ©Ă© par la Parole, est originel. Et on peut hybrider une partie de Sa crĂ©ation, qui est secondaire.

95 C’est pour ça qu’Eve a pu faire ce qu’elle a fait, avec sa semence Ă  elle, c’est parce qu’elle ne faisait pas partie de la crĂ©ation originelle. Elle est un produit dĂ©rivĂ© de l’homme, elle ne fait pas partie de la crĂ©ation de Dieu. Dieu a tout crĂ©Ă©, aprĂšs quoi Il a pris une partie de Sa crĂ©ation, et Il a fait une aide.

96 C’est pour ça qu’on peut hybrider un ñne et un cheval, mais ça ne durera pas. C’est la mort.

97 Par contre, ce qui est originel a la vie. Elle se reproduit. J’espùre que vous le voyez maintenant. C’est ce qui est originel qui a la vie.

98 Alors, c’est pour ça, je pense, que les sectes, les dĂ©nominations et les organisations meurent. L’histoire le prouve, elles sont toutes mortes. Elles ne se sont plus jamais relevĂ©es; elles ne se relĂšveront jamais. Elles ne peuvent pas se reproduire Ă  leur tour; elles n’ont rien en elles pour se reproduire. Elles sont stĂ©riles. VoilĂ  pourquoi les enfants d’Eve meurent.

99 Je prends mon temps, Ă  cause des bandes, pour donner aux gens le temps d’étudier. Je ne veux pas me presser du tout. Je veux vraiment prendre mon temps. Je ne sais pas ce qui va se passer Ă  partir d’ici, mais je–je veux que ceci soit transmis aux gens. En effet, mĂȘme si un jour Dieu me retirait de ce monde, si je ne vis pas assez longtemps pour voir Sa Venue, le Message, Lui, continuera toujours Ă  vivre. C’est vrai. Tenez-vous-en Ă  la Parole.

100 Maintenant, souvenez-vous, chaque Parole parlĂ©e de Dieu est la Semence originelle. Dieu a tout plantĂ© dans la terre, par Sa Parole. Et tant que vous vous en tiendrez Ă  la semence originelle, elle se multipliera, et–et elle se reproduira de nouveau.

101 Hybridez-la, elle mourra. Et Eve, la femme, a Ă©tĂ© la premiĂšre chose hybride qu’il y ait jamais eue. Maintenant, j’espĂšre que vous n’arrĂȘterez pas la bande jusqu’à ce que nous arrivions Ă  prouver cela, tout Ă  l’heure, voyez-vous, Ă  bien vous montrer le pourquoi. Elle Ă©tait une hybrideuse, une Epouse. Remarquez, c’est ce qui a produit la mort, d’essayer de prendre la Parole de Dieu et de La croiser avec de la sagesse. Voyez ? Vous ne devez pas faire ça.

102 Que oui ou non vous croyiez qu’Elle... vous ayez la sagesse pour L’expliquer, dites seulement : « Dieu l’a dit, alors c’est rĂ©glĂ©. C’est Dieu qui l’a dit, un point, c’est tout. » Si vous ne pouvez pas L’expliquer, laissez-La tranquille. Mais dites simplement : « C’est exact, parce que c’est Dieu qui l’a dit. » Voyez ? C’est ça. Dieu L’a dit.

103 Maintenant, remarquez. Alors, Elle ne se croisera pas. On ne doit pas L’altĂ©rer. Dieu punira celui qui le fera. Et Elle ne s’hybridera avec rien d’autre. Elle est la Parole de Dieu, Elle seule. Dieu n’a pas besoin de votre parole ajoutĂ©e Ă  la Sienne. Nous ne devons pas prononcer notre parole Ă  nous. Nous devons prĂȘcher Sa Parole, la Parole de Dieu.

104 Par consĂ©quent, donc, la vie vĂ©ritable peut uniquement venir, ou se reproduire, par la reproduction de sa semence originelle. Voyez-vous, la vie, –– maintenant, rete-... maintenant, Ă©tudiez bien ça, quand vous Ă©tudierez les bandes, et Ă©tudiez donc ça, –– la vie, v-i-e, peut uniquement ĂȘtre reproduite par la reproduction de sa semence originelle, comme elle Ă©tait au dĂ©part, alors elle se reproduira. Voyez ? Sinon, il s’agit d’une semence hybride, elle s’éteindra. Certaines s’éteignent Ă  la premiĂšre gĂ©nĂ©ration. Voyez ? Elles sont finies, dĂ©jĂ  lĂ . Elles ne tarderont pas Ă  dĂ©gĂ©nĂ©rer. Elles ne peuvent pas produire la vie qu’il faut, parce qu’elles sont hybrides.

105 Dans GenĂšse 1.11, la Bible dit, JĂ©s-... Dieu a dit : « Que chaque semence produise selon son espĂšce. » Or, une fois que Dieu l’a dit, c’est rĂ©glĂ©. C’est rĂ©glĂ©, toujours. « Que chaque semence produise selon son espĂšce. » De les croiser produit une super-rĂ©colte. C’est une super-rĂ©colte de quoi ?

106 Maintenant, Ă©coutez. LĂąchons l’accĂ©lĂ©rateur. De les croiser... J’essaie de me retenir. Ce sont tous des sujets sur lesquels je pourrais prĂȘcher. Mais j’essaie de me retenir de le faire.

107 De les croiser produira une super-rĂ©colte ; les preuves sont lĂ . Mais quelle sorte de rĂ©colte ? Une rĂ©colte de faussetĂ©, de mort. Hybridez votre maĂŻs, cela produira une grosse rĂ©colte, une rĂ©colte meilleure, de plus belle apparence, mais elle est morte. Plantez-la Ă  son tour : elle ne peut pas se reproduire. C’est terminĂ©. C’est fini.

108 Comme Eve, voyez, elle a produit une rĂ©colte hybride. Regardez de quoi nous avons l’air aujourd’hui, vous n’avez qu’à regarder autour de vous pour constater que c’est vrai. Oui. Voyez ? Certainement qu’elle l’a fait. Ce n’était pas le dessein de Dieu. Non, non. Il faut vraiment que je me retienne, parce qu’il y a quelque chose qui me vient Ă  l’esprit en ce moment. Voyez ?

109 De les croiser produit une rĂ©colte hybride. Et une rĂ©colte hybride est une rĂ©colte morte, pour ce qui est de se reproduire. Elle ne se reproduira pas. Elle ne le peut pas, parce que Dieu l’a dit. Il faut qu’elle produise selon son espĂšce, et vous l’avez croisĂ©e. Maintenant, vous pouvez voir ce qu’il en est lĂ  mĂȘme de l’Eglise, comment cela va finir. C’est lĂ  qu’elle meurt, car elle ne peut pas produire selon son espĂšce. Pourquoi ? Elle a Ă©tĂ© croisĂ©e. Vous ne pouvez rien faire avec elle. Elle est morte. Elle est finie. Bien.

110 VoilĂ  pourquoi chaque gĂ©nĂ©ration a son propre rĂ©veil, l’occasion de recevoir la Parole; ainsi, le Dieu souverain, au Jugement... Le groupe de John Wesley se lĂšvera, et ces mĂ©thodistes empesĂ©s d’aujourd’hui auront des comptes Ă  rendre. Luther se lĂšvera. Les catholiques se lĂšveront (ceux qui ont succĂ©dĂ© Ă  IrĂ©nĂ©e, Martin, Polycarpe, et ceux de l’époque) et ils devront subir le Jugement pour avoir hybridĂ© la Parole de Dieu avec des dogmes. Ce groupe de luthĂ©riens, qui sont venus aprĂšs le rĂ©veil de Luther, rendront compte de la mĂȘme chose. Le groupe qui s’est amorcĂ© chez les baptistes, ceux qui sont venus aprĂšs le rĂ©veil de John Smith, feront la mĂȘme chose. Ceux du groupe d’Alexandre Campbell feront la mĂȘme chose.

111 Et les pentecĂŽtistes feront la mĂȘme chose. Ce rĂ©veil originel, au moment oĂč le Saint-Esprit est descendu, qu’Il a appelĂ© un peuple Ă  sortir, et que Dieu essayait de leur donner Sa Parole
 Et ils se sont organisĂ©s, ils se sont installĂ©s lĂ , ils ont formĂ© une dĂ©nomination, et c’est lĂ  qu’ils sont morts.

112 Vous dites : « Mais regardez tout ce qu’ils font. » Ça, nous allons y arriver un peu plus tard, aujourd’hui. Voyez ? Nous y arrivons, nous allons voir tout ça... En ce moment, je ne fais que planter la Semence. Ensuite, nous allons vous montrer, un peu plus tard, ce qui s’est passĂ©. Oui.

113 Donc, voilĂ  pourquoi chaque rĂ©veil a son propre rĂ©v-... Chaque gĂ©nĂ©ration a son rĂ©veil. Dieu Lui-mĂȘme suscite un homme, Il lui confie Sa Parole, et Il l’envoie apporter le Message destinĂ© Ă  cet Ăąge-lĂ . Et aussitĂŽt que cet homme est retirĂ© de la scĂšne, quelqu’un d’autre s’en empare et l’hybride. Tout cela retombe, Ă  un, parfait, tout peut...
Je pourrais m’arrĂȘter ici une minute. On n’est pas pressĂ©s, voyez.

114 Faites un retour en arriĂšre. C’est exactement ça qui a commencĂ©, au tout dĂ©but, dans la GenĂšse. Dieu avait mis en place Sa rĂ©colte, de la race humaine, et Eve l’a hybridĂ©e. Vous voyez ce qui s’est passĂ© ? Alors, il y a un jugement sur Eve.

115 Luther avait mis en place. Tous les autres ! Christ avait mis en place. Les apĂŽtres avaient mis en place. Les prophĂštes avaient mis en place. JĂ©sus n’a-t-Il pas dit : « Lequel d’entre vous
 de vos pĂšres n’a pas persĂ©cutĂ© les prophĂštes que Dieu avait envoyĂ©s ? » N’a-t-Il pas enseignĂ© qu’une fois, un roi avait envoyĂ© son serviteur, puis envoyĂ© un autre serviteur, et envoyĂ© un autre serviteur, et ainsi de suite, et que, finalement, il avait envoyĂ© son fils ? Voyez ?

116 Chaque gĂ©nĂ©ration reçoit, parce que la chose s’est rĂ©pĂ©tĂ©e, Ă  partir d’E-... d’E-... d’Adam et Eve, encore lĂ , de la premiĂšre rĂ©colte, du jardin d’Eden. Une moitiĂ© a Ă©tĂ© perdue. La vierge sage, la vierge endormie. Une moitiĂ© ; l’une est restĂ©e fidĂšle Ă  la Parole, l’autre l’a hybridĂ©e; et ainsi de suite, continuellement, sans relĂąche, juste comme ça. Ça s’est passĂ© comme ça tout au long de l’ñge. Nous allons le prouver par la Parole de Dieu et par l’histoire. C’est vrai. L’hybridation !

117 L’hybridation a commencĂ© en l’Eden, au dĂ©but, elle a commencĂ© dans la GenĂšse. C’est le commencement, c’est lĂ . Et elle se termine ici, dans l’Apocalypse, Ă  la Seconde Venue de Christ.

118 Maintenant, souvenez-vous, c’est exact. VoilĂ  pourquoi chaque gĂ©nĂ©ration a son propre rĂ©veil, il lui est donnĂ© l’occasion de recevoir la Parole. AprĂšs quoi, ils hybrident la chose. Au lieu de continuer Ă  avancer avec Elle, ils vont ailleurs.

119 La mission, je crois, pour laquelle Dieu m’a appelé  Je–je devrai dire des choses personnelles aujourd’hui; en effet, je vous avais dit que j’allais le faire, voyez-vous, et que j’allais le dire au monde entier. Ma mission, je crois, sur terre (c’est quoi ?), c’est d’ĂȘtre le prĂ©curseur de la Parole qui doit venir, voyez-vous, la Parole qui doit venir, c’est-Ă -dire Christ. Et Christ, en Lui, il y a le MillĂ©nium et il y a tout, en Lui, parce qu’Il est la Parole. Voyez ? TrĂšs bien.

120 JĂ©sus a dit, dans Jean 3.5
 Maintenant, si vous voulez noter ça : Jean 3.5. Nous connaissons tous le passage ou, sinon, je vais le prendre. Il y aura peut-ĂȘtre quelqu’un Ă  l’écoute de la bande, qui ne pourra pas le prendre tout de suite. Alors je vais lire ici, dans Saint Jean, au chapitre 3, et au verset 5. Et nous allons voir ce que JĂ©sus a dit. On pourrait commencer juste un peu plus haut, au verset 3. JĂ©sus lui rĂ©pondit : En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je te le dis, si un homme ne naĂźt de nouveau, il ne peut voir le Royaume de Dieu. NicodĂšme lui dit : Comment un homme peut-il naĂźtre quand il est vieux ? Peut-il rentrer dans le sein de sa mĂšre et naĂźtre ? JĂ©sus rĂ©pondit : En vĂ©ritĂ©... Je te le dis–te le dis, si un homme ne naĂźt d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le Royaume de Dieu.

121 Est-ce que c’est une Semence ? Chaque Parole parlĂ©e de Dieu est une Semence. C’est vrai. Je vais le prouver, dans un instant, montrer oĂč JĂ©sus l’a dit. Chaque Parole parlĂ©e de Dieu est une Semence.

122 Alors : « Si un homme ne naĂźt de nouveau. » Pourquoi lui faut-il naĂźtre de nouveau ? Il est mort, cette chair dans laquelle il se trouve. Il est un hybride. Il faut qu’il naisse de nouveau. Pourquoi ? Il est nĂ© dans le pĂ©chĂ©, Ă  cause du pĂ©chĂ© d’Eve, conçu dans l’iniquitĂ©, venu au monde en profĂ©rant des mensonges. Il est un menteur, dĂšs le dĂ©part. Peu importe combien il peut ĂȘtre intelligent, instruit, et tout ce qu’il peut bien ĂȘtre, il est un menteur. La Bible le dit. Quelle qu’ait Ă©tĂ© la saintetĂ© de ses parents, ou quoi qu’il en soit, il est un menteur, dĂšs le dĂ©part. Et le seul moyen pour lui de dire la VĂ©ritĂ©, c’est d’exprimer ce qui est la VĂ©ritĂ© de ses propres lĂšvres. C’est le seul moyen par lequel la VĂ©ritĂ© puisse venir. S’il y a quoi que ce soit de contraire Ă  cette Parole : il est encore un menteur. C’est assez direct, mais c’est ce que Dieu a dit. Oui. « Que toute parole d’homme soit reconnue pour mensonge, et que la Mienne soit reconnue pour vraie. » Voyez ? S’il y a quoi que ce soit de contraire qui sort de ses lĂšvres, – de renier Sa Parole, ou de L’appliquer Ă  une autre race, ou Ă  une autre gĂ©nĂ©ration, ou quoi que ce soit, – il est un menteur. C’est tout Ă  fait vrai. Il faut qu’il naisse de nouveau, et alors il voit chaque Parole. La seule maniĂšre pour lui de naĂźtre de nouveau, c’est d’avoir cette Vie de Dieu en lui, pour produire cette Vie-lĂ .

123 Une semence doit avoir de l’eau pour pouvoir croĂźtre. Or, mettez une semence en terre. S’il n’y a pas d’humiditĂ© dans la terre, c’est de la poussiĂšre, et elle ne croĂźtra pas dans la poussiĂšre. Elle ne le peut pas. Il faut qu’elle ait un certain pourcentage d’humiditĂ©, sinon elle ne croĂźtra pas. Pas vrai ? « La lettre tue. C’est l’Esprit qui Lui donne la Vie. » Voyez ? Donc, elle doit avoir de l’humiditĂ© pour pouvoir croĂźtre.

124 Sa Parole est une Semence. Maintenant, pour prouver ça, prenons Luc, chapitre 8, verset 11, et nous allons voir si c’est vrai ou pas, si–si la Bible dit que Sa Parole est une Semence. Luc, chapitre 11, ou... chapitre 8 plutĂŽt, le verset 11, et nous allons voir ce que Dieu a dit lĂ -dessus : chapitre 8, verset 11. Il va de l’avant et Il commence Ă  leur parler. Il y a beaucoup de choses Ă  dire lĂ -dessus. Commençons au verset 4, lisons simplement. Une grande foule s’étant assemblĂ©e, et des gens Ă©tant venus de diverses villes auprĂšs de lui, il dit ces paraboles : Un semeur sortit pour semer sa semence... pour semer sa–semer sa semence. Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin : elle fut foulĂ©e aux pieds, et les oiseaux du ciel la mangĂšrent. Une autre partie tomba sur 
 roc : quand elle fut levĂ©e, elle sĂ©cha, parce qu’elle n’avait point d’humiditĂ©.

125 « D’humiditĂ©. » Les baptistes, les presbytĂ©riens, les luthĂ©riens, qui n’ont pas l’Eau. Quand il vient de se convertir, il fixe son regard sur Christ; il croit. Mais bientĂŽt, cette dĂ©nomination le lie Ă  un tel point qu’il n’a plus l’humiditĂ© de l’Esprit. Il devient dĂ©nominationnel, et il est mort. Ce n’est pas seulement les baptistes, mais aussi les pentecĂŽtistes. Vous ne le croyez pas, je sais que beaucoup d’entre vous ne le croient pas. Mais attendez donc un peu, maintenant on va voir si c’est ce que la Bible dĂ©clare, oui ou non. TrĂšs bien. « Par manque d’humiditĂ© », le dernier mot du verset 6, du chapitre 8. « Le manque d’humiditĂ©. » Une autre partie tomba au milieu des Ă©pines : ... crĂ»rent avec elle, et l’étouffĂšrent.

126 Voyez ? Ça, qu’est-ce que c’était ? Ce qu’Il fait lĂ , Il leur dit que certains, dĂšs qu’ils en arrivent Ă ... Aujourd’hui, je ne vais pas prendre de gants, du tout. Voyez ? C’est justement ce que je pense des Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens, et des autres, de ces organisations pentecĂŽtistes, et de ces gens qui Ă©lĂšvent toutes ces grandes constructions de millions de dollars : les richesses de ce monde ont Ă©touffĂ© la gloire et l’Esprit de Dieu. C’est la mort, par Ă©touffement. Le monde, le souci du monde, les ont Ă©touffĂ©s.

127 Les femmes veulent mener une vie active, se couper les cheveux, se faire faire une coiffure hydrocĂ©phale, porter des shorts, et ressembler au reste du monde. Le prĂ©dicateur se tient en chaire, avec... Ils pratiquent leurs amen, et ils ont peur de la Parole de Dieu, Ă  cause de leur gagne-pain. S’ils ne peuvent pas se promener en Cadillac, alors ils ne sont mĂȘme plus considĂ©rĂ©s comme spirituels. C’est vrai. S’ils ne peuvent pas porter ce qu’il y a de mieux comme vĂȘtements, et faire tout le reste, ils–ils sont considĂ©rĂ©s comme : « Ils sont rĂ©trogrades. Ils ne sont pas quelqu’un. »

128 Un vieillard, le vieux frĂšre Kidd, lĂ -bas, me disait ce matin qu’ils ne veulent plus de lui, parce qu’il est ĂągĂ© et qu’il s’en tient strictement Ă  la Parole. Qu’y a-t-il ? Ils manquent d’humiditĂ©. TrĂšs bien. « Et tomba dans... » Une autre partie tomba dans la bonne terre : quand elle fut levĂ©e, elle donna du fruit... AprĂšs avoir ainsi parlĂ©, JĂ©sus dit Ă  haute voix : Que celui qui a une oreille pour entendre entende

129 Oh ! quelle parabole ! Je pourrais vraiment prendre plaisir Ă  prĂȘcher sur ce texte-lĂ , une prĂ©dication. « AprĂšs avoir ainsi parlĂ© », au chapitre 8, ou, au verset 8 du chapitre 8. Une autre partie tomba dans la bonne terre : quand elle fut levĂ©e, elle donna du fruit au centuple. AprĂšs avoir ainsi parlĂ©, JĂ©sus dit Ă  haute voix...

130 Il s’est Ă©criĂ©, peut-ĂȘtre quelque chose comme ceci, quand Il eut dit : «Produira au centuple » : ... Que celui qui a une oreille... entende.

131 Oui. Autrement dit : « Si votre oreille est en harmonie avec Dieu, que celui-là entende. » Voyez ? Ses disciples lui demandÚrent ce que signifiait cette parabole. Il répondit : Il vous a été donné de connaßtre les mystÚres du royaume...

132 « Les mystĂšres. » Vous voyez de quoi Il parle, ici ? Maintenant, regardez bien. Les mystĂšres du Royaume, qu’est-ce que c’est ? Regardez bien une petite minute. ... mystĂšres du royaume de Dieu; mais pour les autres, cela leur est dit en paraboles, afin qu’en voyant ils voient... ne voient point, et qu’en entendant ils ne comprennent point.

133 Voyez ? Mais la Parole de Dieu va se retrouver lĂ -bas au Jugement, pour les juger, parce qu’ils L’avaient bien vue. Elle Ă©tait lĂ . Voici ce que signifie cette parabole : La semence, c’est la parole de Dieu.

134 La Semence de la Vie, qu’est-ce que c’est ? La Parole de Dieu. Par consĂ©quent, pour avoir la Vie, vous ne pouvez pas passer par un credo, vous ne pouvez pas passer par une dĂ©nomination, vous devez revenir Ă  la Parole, lĂ , la Semence de la Vie. TrĂšs bien.

135 Sa Parole est Sa Semence, et Son Esprit est l’Eau. Maintenant, on en revient Ă  Jean 3.14, c’est lĂ  qu’on retrouve ça, voyez-vous. Voyez ? L’Esprit Ă©lĂšve... est l’Eau. Maintenant, regardez, Jean 3.14. Nous comprenons ce que ça veut dire. Si vous voulez le lire. Et comme MoĂŻse Ă©leva le serpent d’airain dans le dĂ©sert, il faut de mĂȘme que le Fils de l’homme soit Ă©levĂ©,

136 Voyez ? Maintenant, si MoĂŻse a Ă©levĂ© le serpent d’airain, c’est dans le mĂȘme but que Christ a Ă©tĂ© Ă©levĂ©. Alors, qu’en est-il ? MoĂŻse a Ă©levĂ© le serpent d’airain afin que le peuple, qui pĂ©rissait, puisse avoir de l’eau pour vivre. Regardez, JĂ©sus... Ô Dieu ! JĂ©sus est la Parole de Dieu. Maintenant, on va enfoncer le clou cet aprĂšs-midi, voyez-vous, on va prouver ça.

137 JĂ©sus est la Parole de Dieu. Et Il a Ă©tĂ© percĂ© pour que la Vie, – la Vie est Ă  l’intĂ©rieur de la Semence, – pour que cette Vie qui est Esprit, pour que l’Eau, en se rĂ©pandant, que l’Esprit, en se rĂ©pandant sur la Semence de Dieu, produise la Vie de la Semence. Et si cela produit autre chose, c’est qu’il y a lĂ  une semence d’une autre espĂšce. Amen. Comprenez-vous cela ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Si l’Esprit de Dieu vient arroser la Semence, si c’est bien la Semence qu’Il arrose, cela produira la Vie de la Semence. Est-ce clair ? [« Amen. »] Cela produira la Vie de la Semence, car c’est pour ça qu’Il a Ă©tĂ© donnĂ©.

138 Je crois que la Bible est la–est la Parole, toute la VĂ©ritĂ©. Et JĂ©sus est la Parole manifestĂ©e. Lui et Sa Parole sont une seule et mĂȘme chose. Qu’était-Il ? Maintenant, regardez. Il Ă©tait cette Semence.

139 Il faut que je retienne quelque chose, pour pouvoir l’incorporer ce soir, voyez-vous. Ce n’est pas facile.

140 Il Ă©tait cette Semence qu’Eve aurait dĂ» produire. Vous saisissez ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Il Ă©tait cette Semence qu’Eve devait... produire. Mais elle L’a hybridĂ©e, en Ă©tant incrĂ©dule Ă  l’égard de la Parole de Dieu.

141 Donc, Il Ă©tait cette Semence. Et le seul moyen par lequel la Vie puisse exister, pour qu’il y ait reproduction de la Vie, la Vie devait venir Ă  travers cette Semence. Et cette Semence devait mourir, pour pouvoir rĂ©pandre la Vie. Oh ! Vous le voyez, n’est-ce pas ? VoilĂ  pourquoi l’Eau a Ă©tĂ© donnĂ©e : pour arroser la Semence. Le Saint-Esprit, qui Ă©tait dans le jardin d’Eden, devait arroser la Semence.

142 L’homme n’a pas Ă©tĂ© crĂ©Ă© pour mourir; il a Ă©tĂ© crĂ©Ă© pour vivre. Mais l’hybridation a produit la vie, plutĂŽt la mort, lĂ . Elle L’a hybridĂ©e. Maintenant, vous niez la semence du serpent ? Alors, je vous demanderai pourquoi vous... pourquoi tous ces services funĂšbres. Elle a Ă©tĂ© hybridĂ©e. Chacun de nous, nous sommes hybrides, des dĂ©rivĂ©s de l’original. C’est pour ça que vous mourez, sans cesse.

143 Mais, ĂŽ Dieu, il y a un Germe de Vie, qui est venu de la vraie Semence. Or Dieu l’a prouvĂ©, qu’il s’agissait de Sa Semence : Il L’a ressuscitĂ©. Voyez ? Afin que cette Vie-lĂ , en se rĂ©pandant sur la Semence originelle, telle qu’Elle avait Ă©tĂ© donnĂ©e Ă  Eve, en se rĂ©pandant sur Sa vraie Eglise, Elle produise de nouveau la Vie, par la Naissance, par le sein de Son Epouse. Voyez ? Oh ! c’est riche et glorieux ! Je vous laisse un peu de temps pour Ă©tudier ça, pour que ça pĂ©nĂštre bien. Il est cette Semence. Il est cette Semence qui a Ă©tĂ© produite par la Parole de Dieu. « Qu’il me soit fait selon Ta Parole. » VoilĂ  la Semence, vous voyez : Elle reçoit la Parole. Voyez ?

144 Donc, JĂ©sus est la Parole manifestĂ©e. Lui et la Parole sont une seule et mĂȘme chose, voilĂ  pourquoi Elle a Ă©tĂ© Ă  ce point manifestĂ©e en Lui, si parfaitement. C’est pour ça que Dieu S’est manifestĂ© si parfaitement en JĂ©sus, c’est parce qu’Il Ă©tait la Parole-Semence, la Parole-Germe Elle-mĂȘme. Le Germe qui est Ă  l’intĂ©rieur de la Semence, c’est la Vie de la Semence. Vous saisissez ? Voyez ? C’était la... Il Ă©tait la Parole-Germe de Dieu. Le Germe est l’Esprit; le Germe est l’Eau.

145 Et JĂ©sus a dĂ» ĂȘtre percĂ© lĂ -bas, pour que cette Semence puisse faire jaillir Sa Vie, afin d’arroser d’autres semences qui allaient venir. Oh ! Voyez-vous? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Il a mĂȘme dit : « J’ai encore d’autres brebis... J’en ai encore d’autres qui ne sont mĂȘme pas de cette bergerie. Elles vont voir Cela. Elles vont recevoir cette Parole et s’en tenir strictement Ă  Elle. Aussi J’envoie l’Esprit pour qu’Il L’arrose, et Elle produira exactement ce qui a Ă©tĂ© prĂ©vu. » Elle produira des miracles. Elle produira la Puissance de Dieu. Elle produira. Et cette semence, Ă©tant de la mĂȘme espĂšce que la Semence, ne niera rien.

146 Elle ne peut pas dire : « Monsieur le grateron, viens vivre avec moi. » Non. Non, monsieur. Non, non. Elle ne fera pas ça. Jamais. Elle ne se croisera tout simplement pas. On ne peut pas croiser la mort avec la Vie. Vous ne pouvez pas ĂȘtre mort et vivant en mĂȘme temps. Ah. Voyez ?

147 Alors, voyez-vous ce que je veux dire ? C’est lĂ  le Germe qui est venu de la Semence. C’est ce qu’Il est, Lui. Il est la Parole de Dieu manifestĂ©e parfaitement. C’est pour ça qu’en Lui, il y avait... quoi ? C’était ça qui... C’est prĂ©cisĂ©ment Lui, le Fils du premier Adam, c’était Lui le Fils dont il avait Ă©tĂ© promis qu’Il viendrait d’Adam, pour perpĂ©tuer la race humaine. Et Eve a hybridĂ© la chose, par le serpent, et elle a produit une gĂ©nĂ©ration d’enfants bĂątards, nĂ©s pour mourir, sans Vie. Et JĂ©sus est venu, et c’était Lui cette Semence. Il l’a prouvĂ©. Tout ce qu’Adam avait perdu, JĂ©sus l’était. Vous le voyez ? C’est prĂ©cisĂ©ment Lui. Eve aurait fini par produire cet Enfant-lĂ . Mais elle a hybridĂ© la chose, elle a introduit le serpent, en tendant l’oreille pour Ă©couter la sagesse, l’intelligence, la connaissance.

148 Attendez seulement qu’on en vienne Ă  l’Epouse, avec ça. Voyez ? C’est ça qui... C’est pour ça que je crois ce que je crois. Il faut que tout soit ramenĂ© Ă  cette Parole.

149 C’est pour ça que je dis : si quelqu’un veut–veut discuter avec moi, me parler de cette Parole, qu’il vienne. C’est vrai. J’ai fait cette proposition-lĂ  : n’importe quand. Si vous pensez que ce n’est pas au Nom de « JĂ©sus-Christ » qu’il faut baptiser, venez m’en parler. Oui. Si vous ne croyez pas que la semence du serpent existe, venez me voir, prenons donc la Parole. Si vous ne croyez pas que la femme doit avoir les cheveux longs, et que c’est son voile, venez m’en parler avec la Parole. Si vous ne croyez pas que la fin du temps est proche, et que ces choses dont je parle sont bien actuelles, venez m’en parler. Voyez ? Venez avec moi. FrĂšre, Semence, venez donc. C’est vrai.

150 Vous ne pouvez pas ĂȘtre une Semence et ĂȘtre en dĂ©saccord avec la Parole, parce que la Parole est la Semence. Et si vous ĂȘtes la Parole, comment pouvez-vous ĂȘtre en dĂ©saccord avec Elle ? Vous seriez en dĂ©saccord avec vous-mĂȘme. Vous iriez Ă  l’encontre du but mĂȘme que vous poursuivez.

151 C’est comme quelqu’un qui disait : « Qu’est-ce qui vous... Pourquoi donc allez-vous vers ces gens-lĂ  ? » Eh bien, si je ne le faisais pas, j’irais Ă  l’encontre du but mĂȘme pour lequel j’ai Ă©tĂ© envoyĂ© ici. Il faut qu’il y ait une LumiĂšre.

152 Bon, au fur et à mesure que nous avancerons, nous allons voir ces choses et vous montrer comment elles se sont mises en place, et c’est parfaitement conforme à la Parole. Maintenant... Oui, oui. Il est...

153 VoilĂ  pourquoi Dieu a pu agir Ă  travers Lui. Et qu’a-t-Il dit, quand Il Ă©tait ici sur terre ? « Je ne fais rien sans que le PĂšre Me l’ait montrĂ©. » Parfaitement.

154 Et tout ce qu’Il faisait, c’était toujours confirmĂ© par les Écritures. Il a dit : « Sondez les Écritures, car ce sont Elles qui rendent tĂ©moignage de Moi. Et si Je ne fais pas les choses qu’Elles avaient annoncĂ© qu’Elles feraient, alors Je ne suis pas cette Semence originelle. Mais si Je fais la chose, alors, pourquoi ne Me croyez-vous pas ? » C’est vrai. « Si vous ne pouvez mĂȘme pas croire en Moi, tel que Je suis, alors croyez Ă  la Parole que Je prononce, croyez aux oeuvres que Je fais, parce que Ma Semence ne peut produire autre chose que ce que Je suis. »

155 Le grateron ne peut ĂȘtre autre chose qu’un grateron. Vous aurez beau l’hybrider avec n’importe quoi d’autre, il est toujours un grateron. C’est vrai. Il l’exprimera. C’est pour ça qu’un ĂȘtre double est un hypocrite. C’est un hybride. Un homme qui prĂ©tend ĂȘtre un homme de Dieu et qui nie la Parole, c’est un hypocrite. Un mulet qui prĂ©tend ĂȘtre un cheval, il n’est pas un cheval; s’il disait : « Je suis un Ăąne », il n’est ni l’un ni l’autre. Tu es un hypocrite, un bĂątard, exactement. C’est direct, mais c’est ça. Son but n’était pas de produire cela. C’est l’homme qui a produit cela par sa sagesse. C’est Ă  ça qu’il en arrive. C’est Ă  ça qu’aboutit toute la sagesse de l’homme : Ă  ĂȘtre un bĂątard. TrĂšs bien.

156 Donc, voilĂ  pourquoi JĂ©sus Ă©tait manifestĂ© si parfaitement, pourquoi Dieu Ă©tait manifestĂ© si parfaitement en JĂ©sus : parce qu’Il Ă©tait la Parole de Dieu. Il Ă©tait la Parole de Dieu. C’est pour ça : Elle ne pouvait produire absolument rien d’autre que Dieu. Et si Dieu est en vous, pourriez-vous ĂȘtre autre chose ?

157 JĂ©sus n’a-t-Il pas dit, des prophĂštes Ă  qui la Parole de Dieu est venue... A qui la Parole de Dieu est-Elle venue ? [L’assemblĂ©e dit : « Aux prophĂštes. » – N.D.E.] Aux prophĂštes. JĂ©sus ne les a-t-Il pas appelĂ©s des dieux ? [« Amen. »] Pourquoi ? Dieu Ă©tait manifestĂ© en eux. Qu’était-ce ? La Parole parlĂ©e, manifestĂ©e. Voyez ? C’est ça. Il a dit : « Comment pouvez-vous nier, dire... Si vous aviez de la sagesse, vous comprendriez. » Il a dit : « Je... Comment pouvez-vous dire que vous... Nous les appelons... Dieu Lui-mĂȘme les a appelĂ©s des dieux. » Et Il a dit : « Comment donc pouvez-vous dire que vous croyez en eux, alors que vous Me reniez, Moi, quand Je dis que Je suis le Fils de Dieu ? » Pourquoi donc n’ont-ils pas vu ce qu’il en Ă©tait ? C’est la mĂȘme chose aujourd’hui. « Je suis cette Semence qui devait venir, la Semence de la femme. »

158 « Moi, Je te donnerai une Semence. » Pour ce qui est du serpent, le serpent l’avait dĂ©jĂ  souillĂ©e. Il a dit : « Mais ta Semence, que Moi, Je te donnerai, lui Ă©crasera la tĂȘte. » Il reprendra tout ça. Amen. Je voudrais... je voudrais tant que tout le monde voie ça. Voyez ? « Je suis venu pour vaincre et pour redresser ce qu’Eve a fait. Le seul moyen pour Moi de le faire, c’est Ă  travers une femme qui a cru la Semence, alors qu’une femme n’a pas cru la Semence. » Une femme a cru la Parole; alors qu’une autre ne L’a pas crue.

159 « Je suis ce Vainqueur. Je suis Celui qui est venu pour donner la Vie, afin que, par Ma mort, la peine de ce qu’elle a fait soit expiĂ©e; qu’ainsi Ma Vie, qui vous sera donnĂ©e, se rĂ©pande sur vous. Et vous serez des fils de Dieu et des filles de Dieu, voyez-vous, pourvu que la Semence soit Ă  l’intĂ©rieur. »

160 Si vous L’hybridez, vous n’avez plus qu’un enfant bĂątard, dĂ©nominationnel. C’est tout. Tout ce qui nie la Parole. Excusez-moi, les soeurs. Je–je voudrais que vous... Il faut vraiment que je Le dise exactement comme C’est dit Ici. Voyez ? Et C’est–C’est comme ça.

161 Tous les fils de Dieu doivent ĂȘtre pareils. Oui, oui. NaĂźtre de la Parole et de l’Esprit nous ramĂšne Ă  la Parole parlĂ©e de nouveau, comme dans Jean 3. Voyez ? NaĂźtre de l’Eau et de l’Esprit, qu’est-ce que cela a pour consĂ©quence ? Alors, cela vous ramĂšne directement Ă  la position que vous auriez dĂ» occuper au commencement. Voyez ? VoilĂ  la raison de la mort de Christ : c’est ce qui nous ramĂšne directement Ă  (quoi ?) Ă  ĂȘtre des fils de Dieu.

162 Si Eve avait produit cet Enfant... Elle aurait fini par Le produire. Dieu ne lui avait-Il pas dit : « Multipliez, et remplissez la terre » ?

163 Mais elle n’a pas pu s’empĂȘcher d’aller lĂ -bas, faire la prostituĂ©e. Bon, vous me direz : « C’est direct, ça, FrĂšre Branham. » Mais attendez encore un peu, on va y arriver tout Ă  l’heure. Voyez ? Voyez ? Vous dites : « C’est impensable. » Bon, on va bien voir si c’est ce que la Parole dit, oui ou non. Voyez? Si oui, alors, c’est vrai. Ce ne sont pas... Ce n’est pas cachĂ©. Si Ça l’est, C’est cachĂ© Ă  ceux qui sont perdus. Voyez ? C’est vrai. Voyez ?

164 Bon, donc, c’est ce qui vous ramĂšne directement Ă  la Parole parlĂ©e et, alors, nous sommes la Parole de Dieu manifestĂ©e. Voyez ? JĂ©sus a dit la mĂȘme chose. « Celui qui croit en Moi, les choses... Qui Je suis, pourquoi Je suis venu, et le but que J’accomplis, de ramener l’homme Ă  croire la Parole de Dieu et Ă  n’accepter rien d’autre qu’Elle, celui-lĂ  fera aussi les oeuvres que Je fais. » VoilĂ .

165 Pourquoi ne se font-elles pas aujourd’hui ? Ce sont des enfants bĂątards, hybrides, mĂ©tissĂ©s. Il ne... C’est un mulet. Il ne sait pas ce qu’il croit.

166 Un mulet ne sait pas qui est son papa, qui est sa maman. Il ne, il n’a pas de pedigree. Il ne vaut rien. Il est une crĂ©ature illĂ©gitime.

167 C’est pareil pour toute personne qui prĂ©tend croire en Dieu et qui ne croit pas Sa Parole, qui va prendre un credo dĂ©nominationnel et le croiser avec la Parole. Voyez-vous, vous n’ĂȘtes pas de Dieu. Vous ĂȘtes mort. Vous ne pouvez pas ĂȘtre Ă  la fois mort et vivant. Alors, mĂȘme la Parole de Dieu Elle-mĂȘme ne va pas croĂźtre, vous ne faites que tenir le rĂŽle d’hypocrite. Et ça, ça s’applique Ă  l’évĂȘque, au prĂȘtre, au cardinal, Ă  qui que ce soit. C’est vrai. Il faut que ce soit la Parole, sinon vous ĂȘtes mort, un enfant illĂ©gitime, c’est tout; la Parole de Dieu (la partie qui est de Dieu) ne croĂźtra pas. Peut-ĂȘtre que vous croĂźtrez dans le mĂȘme champ, comme nous allons le voir dans un instant, mais vous, vous n’ĂȘtes pas dans–dans la bergerie ; ça, c’est sĂ»r. Elle ne croĂźtra pas. TrĂšs bien. TrĂšs bien.

168 Alors, nous remarquons, voyez-vous. La Parole parlĂ©e, alors nous sommes la Parole de Dieu manifestĂ©e. C’est ce que Dieu veut de Son Eglise, Il veut se manifester. Comment peut-Il se manifester, sans que Sa Semence Ă  Lui soit dans la personne ?

169 Comment pouvez-vous utiliser vos propres pensĂ©es, et que Dieu se manifeste Ă  travers vous ? Comment pouvez-vous vous fier Ă  votre propre croyance et dire : « Eh bien, mon pasteur enseigne, mon–mon–mon credo dit que les jours des mir-... » Comment pouvez-vous faire ça, et puis ĂȘtre un fils de Dieu manifestĂ©? Comment pouvez-vous le faire ? La mort de JĂ©sus ne vous a rien rapportĂ©. « Oh! je L’accepte comme mon Sauveur. » Pas du tout ! Vous dites que vous L’acceptez, mais vous ne L’acceptez pas. Vos oeuvres dĂ©montrent ce que vous ĂȘtes.

170 JĂ©sus a dit la mĂȘme chose. « Si vous pensez que Je suis un Enfant illĂ©gitime... »

171 Ils disaient : « Nous sommes fils d’Abraham, et nous n’avons pas besoin que qui que ce soit nous enseigne. »

172 Il a dit : « Si vous Ă©tiez enfants d’Abraham, vous Me connaĂźtriez. » Il a dit : « Qui de vous Me condamnera de pĂ©chĂ©, d’incrĂ©dulitĂ© ? Montrez-moi une seule chose que Dieu avait promise Ă  Mon sujet que Je n’ai pas accomplie. » Hmm ! Montrez-moi une seule chose que le PĂšre avait promise que Je n’ai pas accomplie. Le pĂ©chĂ©, c’est l’incrĂ©dulitĂ©. Maintenant, voyons si vous, vous les produirez. » Ça, ça leur a coupĂ© le sifflet. Voyez ? Certainement. Il a dit : « Qui M’accuse ? Qui peut–qui peut Me condamner de pĂ©chĂ©, d’incrĂ©dulitĂ© ? Voyez ? Si Je ne crois pas, alors pourquoi le PĂšre accomplit-Il Ă  travers Moi, comme Il le fait, chaque Parole qu’Il a promise ? Maintenant, faites-Moi voir ce que vous, vous arrivez Ă  produire. »

173 L’enfant illĂ©gitime, c’est qui, alors ? C’était eux, les enfants illĂ©gitimes qui professaient ĂȘtre des enfants de Dieu. JĂ©sus a dit : « Vous avez pour pĂšre le diable, et vous accomplissez ses oeuvres. » Quel genre d’oeuvres le diable a-t-il accomplie ? Essayer d’hybrider la Parole de Dieu, Ă  travers Eve.

174 C’est exactement ce que font ces grandes dĂ©nominations, aujourd’hui. Elles accomplissent les oeuvres du diable, leur pĂšre. Elles essaient de prendre un credo et de le croiser avec la Parole de Dieu. C’est ce que Satan a fait au commencement, le pĂšre, le diable. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšres. Sortez de lĂ  ! C’est ce que JĂ©sus a dit. Si vous avez la plus petite trace de Dieu en vous, vous devriez pouvoir regarder et voir Cela. Des hybrides ! Oh ! la la !

175 Les oeuvres que JĂ©sus a faites ! Si un homme a la Semence de Dieu en lui, avec l’Esprit de Dieu qui arrose cette Semence, les mĂȘmes oeuvres que JĂ©sus... qui avaient Ă©tĂ© manifestĂ©es en JĂ©sus, puisqu’Il Ă©tait la Semence originelle de Dieu, Sa mort vous ramĂšne Ă  la Semence originelle de Dieu. Et si le mĂȘme Esprit qui Ă©tait en Lui est en vous, alors les mĂȘmes oeuvres seront manifestĂ©es.

176 Vous ne croyez pas ça ? TrĂšs bien. Prenons Jean 14.12. Vous dites : « Je suis un croyant, FrĂšre Branham. Bien sĂ»r que je suis un croyant. » TrĂšs bien. Je vais voir si JĂ©sus vous appellerait un croyant, voir si la Parole de Dieu vous appelle un croyant. En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ© (absolument, absolument) , Je vous le dis, celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais, et il en fera de plus grandes, parce que Je m’en vais au PĂšre. (Qu’est-ce ? La mĂȘme Semence.)

177 On ne peut empĂȘcher... Comment pouvez-vous planter du blĂ© ici, et du blĂ© ici, et dire : « Je vais rĂ©colter des concombres ici, et du blĂ© ici » ? Vous ne le pouvez pas. Le seul moyen pour vous de rĂ©colter des concombres, c’est de planter des concombres. Si vous l’hybridez, alors ce ne sera pas un concombre. Ce sera un hypocrite. Pas vrai ? Ce sera un hypocrite, mes amis. Il faut absolument–absolument que je le dise. Ce n’est ni l’un ni l’autre. Ce n’est ni un concombre, ni ce avec quoi vous l’avez croisĂ©. C’est un hybride, et c’est un mauvais produit. Il est mort en soi, et il ne peut plus se reproduire. Il est mort, dĂ©jĂ  lĂ . Se reproduire, aller plus loin, il ne le peut pas. Pour lui, c’est la fin. C’est tout. Mais si vous voulez avoir un concombre, commencez avec un concombre.

178 Si vous voulez avoir une Eglise, commencez avec la Parole de Dieu. Vous voulez avoir une Vie de Dieu, commencez avec la Parole de Dieu. Acceptez la Parole de Dieu dans Sa plĂ©nitude, chaque mesure de la Parole. Ensuite, laissez... Et si c’est bien la plĂ©nitude de Dieu qui est en vous, alors la pluie qui tombe produira exactement ce qu’il y a dans votre jardin.

179 Alors, maintenant, qu’en est-il de votre Pluie de l’arriĂšre-saison ? Vous voyez oĂč ça va se retrouver, aprĂšs quelque temps, n’est-ce pas ? Ça va se retrouver sur ces coloquintes sauvages qu’Élie a eues, et il pensait que c’étaient des courges, ou ceux de l’école des prophĂštes, lĂ -bas, cette dĂ©nomination qu’ils avaient formĂ©e. Ils ont cueilli des coloquintes sauvages, et ils pensaient que c’étaient–que c’étaient des pois. Enfin, passons.

180 Alors, les oeuvres qui se manifesteront en lui, ce sont les mĂȘmes, puisque c’est la mĂȘme Parole-Semence de Dieu. Le Fils de Dieu Ă©tait Sa Semence qui a servi d’exemple, et ce que Sa Vie Ă  Lui a Ă©tĂ©, –– une fois que l’Esprit a Ă©tĂ© rĂ©pandu sur Lui, aprĂšs qu’Il a Ă©tĂ© baptisĂ© et que le Saint-Esprit est venu sur Lui, –– la Vie mĂȘme qu’Il a produite, eh bien, ce mĂȘme Esprit, l’arrosage du Saint-Esprit, produira la mĂȘme espĂšce de Vie, qui fera la mĂȘme chose que ce que Lui a fait, si c’est la mĂȘme Semence. Une Semence de fils de Dieu produira une Semence de fils de Dieu.

181 Alors, honte Ă  vous, les femmes, qui avez les cheveux coupĂ©s. Honte Ă  vous, les prĂ©dicateurs, qui niez cette VĂ©ritĂ©, qui dites : « Il n’y a pas de mal Ă  ça. Les cheveux, ça n’a rien Ă  Y voir. » Mais Dieu, Lui, Il a dit que oui. Vous voyez oĂč on en est ? Voyez ?

182 VoilĂ  pourquoi je crois la Parole. Elle est une Semence. Et si la Pluie tombe sur la Semence, Elle produira selon Son espĂšce.

183 Maintenant, qu’en est-il de ces rĂ©veils ? Que fait-on ? « On en produit un million de plus en 44 », des baptistes, des presbytĂ©riens, et quoi encore, des pentecĂŽtistes.

184 Mais oĂč est-elle, cette manifestation des oeuvres de JĂ©sus-Christ : « Je ne fais rien sans que le PĂšre Me l’ait d’abord montrĂ© » ? La Semence de cette espĂšce-lĂ , d’oĂč provient-Elle ? C’est cette Semence-lĂ  que le Saint-Esprit arrosera et fera sortir. Il est l’Eau pour la Semence. Si la Semence a Ă©tĂ© plantĂ©e, c’est exactement Ă  ça que doit servir l’Eau.

185 Si l’Eau tombe sur vous, que vous dites : « Que Dieu soit bĂ©ni, je vais te dire une chose, prĂ©dicateur ! Je suis Untel, et moi, je ne crois pas Ă  ce genre de Chose lĂ  », vous ĂȘtes dĂ©nominationnel. Vous n’ĂȘtes qu’un vieil hypocrite, au dĂ©part. C’est une semence de cette espĂšce-lĂ  qui a Ă©tĂ© plantĂ©e.

186 Ne–ne–ne–ne me comprenez pas mal. Je vous aime, mes petits. J’essaie de vous faire voir Ceci. Voyez ? Je–je–je n’irai pas plus loin, quand j’aurai terminĂ©, aujourd’hui. J’en resterai lĂ . Mais je veux que vous sachiez, une fois pour toutes, la vĂ©ritĂ©, et la raison pour laquelle je crois ce que je crois. Je crois que le diable vous a sĂ©duits. Franchement, je le sais, qu’il l’a fait. C’est selon la Parole de Dieu, Elle ne peut pas faillir. Il vous a sĂ©duits. Oui, oui. VoilĂ  pourquoi je prĂȘche ces choses comme je le fais : parce que c’est la Parole de Dieu qui le dit.

187 « Oh ! dites-vous, eh bien, FrĂšre Branham, ceci, c’est une autre Ă©poque.» Mais c’est la mĂȘme Parole.

188 Ils ont pris du blĂ© qui venait du grenier, de lĂ -bas, du temps de Joseph, et ils l’ont mis en terre ici, il y a quelques annĂ©es. Avez-vous vu ça dans le magazine? Et il a produit une rĂ©colte de blĂ©. C’était toujours du blĂ©, c’est ça la raison. Tout ce qu’il lui fallait, c’était de l’eau, c’est tout.

189 La Parole de Dieu est exactement la mĂȘme qu’Elle Ă©tait quand Il L’a prononcĂ©e lĂ -bas, il y a des milliers d’annĂ©es. Tout ce qu’il Lui faut, c’est de l’Eau.

190 Pourquoi n’avons-nous pas de rĂ©colte ? Parce que nous n’avons pas plantĂ© la bonne espĂšce de semence. «Combien, vous tous, pourquoi ne pas changer de lettre d’affiliation ? » Vous ĂȘtes alors un fils de l’enfer, deux fois plus qu’au dĂ©part. « Combien d’entre vous, les mĂ©thodistes, aimeraient devenir baptistes ? D’entre vous, les baptistes, aimeraient devenir pentecĂŽtistes ? Vous n’avez qu’à apporter votre carte de membre ici. » Oh ! misĂ©ricorde ! Des Ăąneries ! Des saletĂ©s ! Des saletĂ©s du diable. Il n’y a pas de Vie lĂ -dedans, du tout. C’est hybride, hypocrite, mort, deux fois mort, dĂ©racinĂ©. JĂ©sus n’a-t-Il pas dit : « Toute plante que n’a pas plantĂ©e Mon PĂšre sera dĂ©racinĂ©e » ? Que ce soit une dĂ©nomination, ou quoi que ce soit, ce sera dĂ©racinĂ©.

191 Seule la Parole de Dieu subsistera. C’est vrai ! C’est ce qu’Il a dit. «Toute parole d’homme est un mensonge, mais la Mienne est la VĂ©ritĂ©. »

192 Alors, oĂč irons-nous ? Vous feriez mieux de reprendre vos sens. Mais vous ne pouvez pas L’entendre Ă  moins d’avoir Ă©tĂ© prĂ©destinĂ© Ă  L’entendre. Nous y arrivons, lĂ . Ce n’est pas Ă©tonnant que ça glisse comme l’eau sur le dos d’un canard : il est fait pour se dĂ©barrasser de l’eau, pas pour l’absorber.

193 L’arche Ă©tait faite de bois de gopher et de bois d’acacia. C’est ce qu’il y a de plus... C’est tout poreux. Il n’y a rien dedans, c’est tout poreux. Tout en a Ă©tĂ© retirĂ©; ça pousse comme ça, c’est le bois le plus lĂ©ger qui existe, plus lĂ©ger que le balsa. Pourquoi l’ont-ils faite comme ça ? Pour qu’il puisse l’imprĂ©gner de poix. « Si ça avait Ă©tĂ© du chĂȘne, dites-vous, est-ce que du chĂȘne, ça n’aurait pas fait aussi bien l’affaire ? » Non, monsieur. Il n’absorbera rien. Il va le repousser. Il–il est impermĂ©able, alors que l’autre a la propriĂ©tĂ© d’absorber.

194 Et une vraie Semence de Dieu a la propriĂ©tĂ© d’absorber l’Esprit. Tout ce qui est de la dĂ©nomination a Ă©tĂ© retirĂ©. Toute l’incrĂ©dulitĂ© est sortie. Et le Saint-Esprit, quand Il entre dans le Germe de Vie qui se trouve lĂ , Il produit une autre Semence, parfaitement. Un autre fils de Dieu est nĂ©. Amen. Un autre dieu amateur, un autre fils de Dieu !

195 Je suis un Branham, parce que je suis nĂ© de Charlie et Ella Branham. C’est ce qui fait de moi un Branham, parce que je suis leur semence. D’un commun accord tous les deux, en unissant leur sperme, cela a formĂ© une semence, et le produit de ça, c’est moi.

196 Quand Dieu et Sa Parole deviennent un, allĂ©luia ! cela... L’Esprit de Dieu, quand Il arrose la Semence de Dieu, la Parole de Dieu, Il produit Dieu. Et ce n’est pas l’individu. C’est Dieu, car (quoi ?) vous ĂȘtes mort. Vous ne vous appartenez plus. Vous vous regardez comme mort, vidĂ©, en attendant le Germe de la Semence. Et alors, qu’en est-il ? Ce n’est plus vous; ce n’est pas l’homme. C’est Dieu dans l’homme. C’est le Germe de la Semence, comme au commencement, la Parole parlĂ©e. C’est la Parole de Dieu manifestĂ©e dans l’homme. Alors, ce n’est pas l’homme; c’est un homme qui est passĂ© par la mort. Il ne peut pas ĂȘtre un hybride et un fils en mĂȘme temps. Il est ou bien un fils de la mort, ou bien un fils de la Vie. Alors, s’il est un fils de la mort, abandonnez-le au diable, et qu’il le tue... Abandonnez-vous Ă  Dieu, c’est plutĂŽt ça que je voulais dire, et qu’Il tue le diable qui est en vous, qu’Il le chasse, que vous soyez vidĂ©. Ensuite, que Dieu plante Sa propre Vie en vous, et alors ce n’est plus vous. C’est la Vie de Dieu, parce que c’est la Parole de Dieu : arrosĂ©e par le Saint-Esprit, Elle produira la mĂȘme chose. Le voyez-vous ?

197 J’aimerais vraiment prĂȘcher lĂ -dessus pendant quelques minutes; mais j’ai ici trente ou quarante pages de rĂ©fĂ©rences bibliques, et jusqu’ici je n’en ai donnĂ© que trois. Oh ! TrĂšs bien.

198 ManifestĂ©es, les oeuvres manifestĂ©es, les mĂȘmes, par
 les mĂȘmes, par nous, car C’est la mĂȘme Parole. Maintenant, si vous voulez faire les oeuvres de Christ, faites la mĂȘme chose que Lui. « Celui qui croit en Moi aura Mes oeuvres.» C’est-Ă -dire quoi ? Qui croit (quoi ?) qu’Il est le Germe de la Semence originelle, qui est venu. OĂč est la Semence ?

199 Tenez, je vais prendre ces mouchoirs. Ici, c’est l’homme qui aurait dĂ» ĂȘtre. Juste ici, c’est l’homme qui aurait dĂ» ĂȘtre.

200 Que s’est-il passĂ© ? Eve l’a hybridĂ©, par un croisement. La consĂ©quence, alors, quelle en a Ă©tĂ© la consĂ©quence ? Cela s’est transformĂ© en mort; on meurt, sans cesse, on meurt. Maintenant, cet autre est venu, qui, sans...

201 Or, ici, il y a la Parole, qui reste toujours la mĂȘme. Ici, c’est la Parole qui se trouve ici, toujours la mĂȘme. Maintenant, que s’est-il passĂ© ? Ici, c’est la Parole. Or, la Parole que Dieu avait prononcĂ©e, « de multiplier et de remplir la terre », Elle n’a pu se poser nulle part.

202 Finalement, cette Parole, Elle s’est implantĂ©e dans le sein d’une vierge. Nous en parlerons plus cet aprĂšs-midi, des deux seins. Et que s’est-il passĂ© ? De Lui est venue la Vie du Germe, la chose qui donne, l’Eau qui donne au–au–au grain la possibilitĂ© de se reproduire. L’Esprit est sorti de Lui et est montĂ©.

203 Ici, nous y voilĂ . Nous nous retrouvons ici. Que se produit-il ? Nous y croyons. Nous y croyons. Or, qu’est-ce que JĂ©sus ? « Celui qui croit en Moi. » Voyez ? « Celui qui croit en Moi, les oeuvres que Je fais, la manifestation que... Le Saint-Esprit est venu sous la forme d’une colombe, Il est venu sur Moi, et Il a accompli ceci, non pas par une hybridation, mais par une naissance vierge. » Non pas le–le–le cours normal de–de la vie, comme on fait un enfant, un mari avec sa femme; non, pas ça. Non pas une hybridation, mais une naissance vierge. «Maintenant, c’est grĂące Ă  ceci que Je donne cette Vie, et alors, si vous, par la foi, vous acceptez ce qu’il en est du PĂšre, tous les prophĂštes, toute la Parole de Dieu, Je rĂ©pandrai d’en haut cette Vie sur vous, et vous ne pourrez pas faire autrement que de produire la mĂȘme chose que ce que Moi, Je suis !... ?... Les oeuvres que Je fais, il les fera aussi. » Que faisait-il ? Uniquement ce que le PĂšre Le conduisait Ă  faire, ce qu’Il voyait. Jean 5.19, uniquement... « Je ne fais rien sans que le PĂšre Me l’ait montrĂ©. »

204 Qu’est-ce qu’Il Ă©tait ? Il S’est fait Lui-mĂȘme Homme. « Dieu a Ă©tĂ© fait chair, et Il a habitĂ© parmi nous. La Parole a Ă©tĂ© faite chair, et Elle a habitĂ© parmi nous. » La Parole parlĂ©e de Dieu, Ă  travers une vierge, a produit un–un corps. Et dans ce corps est venue la–l’Eau
 l’Esprit. « LavĂ© par l’Eau de la Parole. » Et alors, Il est entrĂ© en Lui, Il a habitĂ© en Lui, et c’est lĂ  que la Vie de Dieu est venue, qu’Il S’est manifestĂ© Ă  travers Christ. Dieu Ă©tait en Christ, l’Oint. Christ veut dire « l’Oint », un Homme qui a Ă©tĂ© oint. « Et Dieu habitait en Lui. » Qu’était-ce ? Le Germe avec la chair, l’Oint, la chair qui Ă©tait ointe de l’Esprit de Dieu, ce qui a produit la Parole de Dieu manifestĂ©e. « Et nous L’avons contemplĂ©, le Fils unique engendrĂ© par le PĂšre, plein de grĂące. » Voyez ?

205 VoilĂ , voyez-vous. Il Ă©tait la Parole de Dieu manifestĂ©e. Et alors, Il est mort pour payer la dette de votre hybridation. Oh ! la la ! VoilĂ , c’est ça. Qu’est-ce ? Pour que vous puissiez mourir Ă  vous-mĂȘmes, au point que vous-mĂȘmes vous n’existiez plus, et ĂȘtre remplis de Sa Parole, en croyant Sa Parole. Et alors, le Saint-Esprit, qui Ă©tait en Lui, descend arroser cette Parole pour La faire croĂźtre. Voyez ? Et alors, qu’est-ce ? C’est Dieu qui Se manifeste, qui continue l’oeuvre de Son premier Fils, le Fils unique engendrĂ© par Lui, voyez-vous, qui est mort Ă  cause de l’hybridation de notre vie, pour pouvoir ainsi nous rĂ©concilier, nous ramener Ă  l’état de fils et de filles de Dieu, afin que puisse couler dans l’Eglise cette mĂȘme Vie, par la Parole, continuant la mĂȘme oeuvre, manifestĂ©e comme elle l’avait Ă©tĂ© en Christ. Christ Ă©tait la Parole de Dieu manifestĂ©e. Et Il est mort, Il a donnĂ© Sa Vie, afin d’envoyer l’Esprit, –– de faire monter Son corps et d’envoyer l’Esprit de nouveau, pour arroser, –– de payer le prix du rachat, pourvu que nous y croyions. VoilĂ , c’est ça le point : pourvu que vous y croyiez. « Celui qui croit en Moi, les oeuvres que Je fais... » Alors, le Saint-Esprit descend sur cette mĂȘme Parole de Dieu.

206 « Maintenant, dites-vous, pourquoi–pourquoi insistez-vous tant sur la Bible, alors ? »

207 C’est que la Bible doit ĂȘtre en vous. La Parole est une Semence. Tant qu’Elle se trouve ici, Elle n’aura aucun effet. Mais quand Elle entre ici, quand Elle entre dans le coeur, alors Elle commence Ă  manifester, par le Saint-Esprit, les oeuvres de Dieu. C’est alors que viennent les visions, que vient la puissance, que vient l’humilitĂ©. Vous n’ĂȘtes plus un je sais tout; tout ça, c’est parti. Vous devenez un rien du tout. Alors, Christ est vivant. Vous mourez; Il vit. VoilĂ , c’est ça. C’est parce qu’Il est mort que moi, je vis. Quand je meurs, Il–Il reprend vie. Et quand je meurs, ce qu’Il m’a promis, c’est la Vie. Et je suis mort Ă  moi-mĂȘme, ce afin de pouvoir avoir Sa Vie Ă  Lui. Et comment y arriver ? En recevant Sa Parole, Sa Semence. Enfouir Sa Semence ici, par la foi, et Y croire, et alors, Elle produit exactement ce que la Bible dit.

208 Maintenant, mes frùres, cherchez partout dans le pays. On trouve beaucoup d’imitations.

209 Continuons un petit moment encore. Voyez ? TrĂšs bien. Les oeuvres, les mĂȘmes sont manifestĂ©es dans Son Eglise que celles qui le seraient, qui ont Ă©tĂ© manifestĂ©es en Christ. C’est ce qu’Il a dit : Saint Jean 14.12. « Les cieux et la terre passeront, mais Ma Parole ne passera pas. » Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] TrĂšs bien.

210 Ayant Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s, comme Lui l’a Ă©tĂ©, alors la Semence-Parole se fait chair. Il vaut mieux que je m’arrĂȘte lĂ -dessus maintenant. Peut-ĂȘtre pas vous, mais pour que quelqu’un, dans un endroit oĂč on Ă©coute la bande, le com-... le comprenne. PrĂ©destinĂ©s ! Tous les fils et toutes les filles de Dieu ont Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s. Nous allons prendre les Écritures tout Ă  l’heure. Je vais juste vous le citer. ÉphĂ©siens, chapitre 1, verset 5. TrĂšs bien. Nous avons Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s. Pourquoi ? Christ est la Semence originelle. Et cette Semence originelle avait Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©e par la prescience de Dieu, car Il savait qu’il y aurait la chute et Il L’avait prĂ©destinĂ© Ă  prendre notre place. Saisissez-vous ? Tous les fils et toutes les filles de Dieu ont Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s.
« Mais, dites-vous, alors, est-ce qu’Il condamnera des gens ? » Non, monsieur.

211 Vous ĂȘtes ici, avec votre libre arbitre. Mais la raison pour laquelle Il savait... puisqu’Il est Dieu, Celui qui est infini, comme je vous le disais, Il savait d’avance tout ce qui allait arriver. Il savait qui ils Ă©taient.

212 Or, ce n’est pas Lui qui a fait faire ça à Eve. Ce n’est pas Lui qui le lui a fait faire, mais Il savait qu’elle le ferait.

213 Alors, ce n’est pas Ă©tonnant, je crois que c’est au chapitre 12 de Luc, je crois que c’est lĂ  qu’Il l’a dit. Je... Ne notez pas ça. Je vais le prendre, c’est dans mes notes, un peu plus loin. Il a dit : « Ils ont des yeux, mais ils ne voient pas. Ils ont des oreilles, mais ils n’entendent pas. C’est avec raison qu’ÉsaĂŻe a parlĂ© de vous. ÉsaĂŻe vous avait vus d’avance. » Ils sont lĂ , ils sont assis lĂ , avec des yeux, des oreilles et tout le reste, mais, malgrĂ© tout, ils ne voient pas. Pourquoi ? Ils sont impermĂ©ables Ă  la Parole de Dieu. Alors, JĂ©sus a dit : « Hypocrites ! Vous ĂȘtes les–vous ĂȘtes les enfants du diable, et vous faites ses oeuvres; ensuite, vous Me condamnez, a-t-il dit, vous refusez Mon ministĂšre. » Alors, montrez-moi en quoi votre ministĂšre produit la Parole de Dieu dans Sa plĂ©nitude, comme le Sien l’a fait. Voyez ? Voyez ?

214 Donc, ayant Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s, comme Lui l’a Ă©tĂ©. Maintenant, vous dites : « Cette prĂ©destination, comment s’opĂšre-t-elle ? » Dieu, formel... Bon, si ce n’est pas compris par tout le monde, alors, je voudrais que vous leviez la main, quand j’aurai terminĂ©. Voyez ? Dieu, au commencement, a donnĂ© Ă  Adam et Eve la commission de multiplier et de remplir la terre. C’est ainsi que le sexe a Ă©tĂ© donnĂ©, c’est pour cette raison. Mais qu’est-ce qui a produit l’hybridation ? Amener la mort. Ça, nous allons aborder ça cet aprĂšs-midi, quand nous parlerons des deux seins. Voyez ?

215 Maintenant, remarquez. Or, lĂ , Dieu avait vu d’avance et prĂ©destinĂ© un monde de fils et de filles. Il les avait prĂ©destinĂ©s Ă  ĂȘtre lĂ . Et Ă  cause de l’hybridation... L’incrĂ©dulitĂ© Ă  l’égard de la Parole de Dieu, c’est ce qui a produit l’hybridation. Dieu a ramenĂ© tout ça, pour que maintenant vous ne soyez plus obligĂ© d’ĂȘtre un hybride. Vous pouvez revenir directement Ă  la Parole originelle et ĂȘtre un fils de Dieu, exactement tel que vous auriez dĂ» ĂȘtre au commencement. Voyez ?

216 Christ ne pouvait ĂȘtre que Lui-mĂȘme; Il Ă©tait le Fils de Dieu. C’est ça. Vous voyez ce que je veux dire, maintenant ? Voyez-vous, si vous y Ă©tiez destinĂ©s, vous voyez la Parole de Dieu, vous La croyez. Parce que quoi ? (VoilĂ  quelque chose de nouveau.) Voyez ? Pourquoi ?

217 Avez-vous dĂ©jĂ  entendu parler de prĂ©dispositions dans une famille ? Quelqu’un, un–un–un fils va imiter un peu son pĂšre, ou–ou sa mĂšre, ou son grand-pĂšre, sa grand-mĂšre. Ce sont les prĂ©dispositions dans la famille. Vous en avez entendu parler, n’est-ce pas ?

218 Eh bien, c’est la mĂȘme chose par la prĂ©destination. Vous auriez dĂ» ĂȘtre ici de la bonne façon, au commencement. Mais, Ă©tant donnĂ© que vous ĂȘtes venus de la façon dont vous ĂȘtes venus, vous ĂȘtes assujettis Ă  la chute. Mais, Ă©tant donnĂ© que vous avez Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s, vous entendez la Parole, Elle vous ramĂšne directement Ă  la position qui vous avait Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©e. Amen. (Jamais vu ça avant.) Vous ramĂšne directement... Qu’est-ce qui–qu’est-ce qui vous fait croire la Parole de Dieu et rejeter ces autres choses ? C’est parce que vous avez Ă©tĂ©... Il y a quelque chose en vous. Il y a trĂšs longtemps, lĂ -bas, vous auriez dĂ»... Qu’en est-il ? Vous avez Ă©tĂ© faits pour vivre ici pour toujours. « Je veux l’Écriture pour appuyer ça, prĂ©dicateur. »

219 La voici. « Tous ceux qu’Il a connus d’avance, Il les a appelĂ©s; tous ceux qu’Il a appelĂ©s, Il les a justifiĂ©s; et tous ceux qu’Il a justifiĂ©s, Il les a dĂ©jĂ  glorifiĂ©s.»
« A quoi ça sert de prĂȘcher, FrĂšre Branham ? »

220 Il y a une–il y a une rĂ©colte lĂ -bas. Tout ce que je fais, c’est pĂȘcher Ă  la seine. Je lance simplement Cela, et je regarde oĂč Cela va. S’ils sont impermĂ©ables, que la crasse du bourbier de ce monde et que les dĂ©nominations Le rejettent, je n’y peux rien. Mais s’il y en a un lĂ -bas qui peut L’absorber, celui-lĂ  se transformera en fils et fille de Dieu, aussi sĂ»r que deux et deux font quatre, amen ! parce qu’il a Ă©tĂ© prĂ©destinĂ© Ă  ça.

221 C’est pour ça que Dieu a pu accomplir Ses oeuvres Ă  travers JĂ©sus : Il Ă©tait le Fils prĂ©destinĂ©. « Il Ă©tait l’Agneau immolĂ© avant la fondation du monde. » Avant ces cent milliards de billions de millions d’annĂ©es, – dont nous disions qu’il Ă©tait question dans GenĂšse 1.1, – dĂ©jĂ  lĂ , Il avait Ă©tĂ© prĂ©destinĂ© Ă  prendre Sa position. Amen ! C’est pour ça qu’Il faisait la–la volontĂ© du PĂšre. Il Ă©tait la Parole manifestĂ©e.

222 Et tous les autres fils auront la mĂȘme manifestation, et c’est eux qui ont Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s. Ce petit groupe, ceux qu’il y a eu dans chaque gĂ©nĂ©ration, tout au long depuis le commencement du monde, ils reviendront Ă  la rĂ©surrection. Et c’est pour ça qu’ils s’Y accrochent. Paul en a mĂȘme parlĂ©, dans l’Apocalypse, ou dans–dans HĂ©breux, au chapitre 11, il a dit : « Ils allĂšrent çà et lĂ  vĂȘtus de peaux de brebis et de peaux de chĂšvres, et ils ont Ă©tĂ© dĂ©nuĂ©s de tout, opprimĂ©s, maltraitĂ©s; eux dont ce monde n’était pas digne. » Amen. Ils n’avaient rien Ă  manger, ils ont Ă©tĂ© pourchassĂ©s, dĂ©logĂ©s, persĂ©cutĂ©s, sciĂ©s, comme EsaĂŻe et plusieurs autres. C’est de ces hommes-lĂ  que Paul parlait. Qui Ă©tait celui dont il parlait, quand il a dit « sciĂ©s » ? D’ÉsaĂŻe, le prophĂšte, prĂ©destinĂ© dĂšs avant le commencement du monde. Il aurait dĂ» venir Ă  travers le sein d’Eve. Mais alors, il est venu Ă  travers le sein–sein d’une femme; son esprit devait venir ici pour rendre tĂ©moignage.

223 De mĂȘme, JĂ©sus aussi est venu rendre tĂ©moignage de la mort, de l’ensevelissement et de la rĂ©surrection; que l’homme mourra, mais qu’il revivra par Lui, car c’est Lui qui est la Semence qui doit reprendre vie. Amen. J’espĂšre que vous le voyez. TrĂšs bien.

224 Ayant Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s, comme Lui l’a Ă©tĂ©, c’est ce qui fait que la Semence-Parole se fait chair en vous, Son Eglise, la Parole de Dieu.

225 Vous dites : « Bien sĂ»r, FrĂšre Branham. Chaque Parole, j’Y crois. » Alors, ne faites pas marche arriĂšre, quand on en vient Ă  votre tradition. Voyez ?

226 Tenez-vous-en strictement Ă  cette Parole. Tenez-vous-en Ă  Elle, et regardez bien ce qui se produira. Dites : « Ô Seigneur, j’Y crois. Envoie le Saint-Esprit. » Ensuite, regardez bien. Alors, s’Il se met Ă  en rendre tĂ©moignage, alors vous savez que vous L’avez. Non pas par une sensation; les dĂ©mons en produisent. Non pas par un miracle; les dĂ©mons en produisent. Mais par votre foi constante dans la Parole de Dieu, et par la vie que vous menez, en ne niant jamais quoi que ce soit. TrĂšs bien. C’est ce qui fait que la Parole devient chair, voyez-vous, chair, et par la mĂȘme Eau-Esprit...
Je vais m’attarder une minute. Je ne peux pas laisser ça de cĂŽtĂ©. Voyez?

227 JĂ©sus Ă©tait la Semence d’Abraham, selon la chair. Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Une Semence d’Abraham, prĂ©destinĂ©e. Et quand l’Esprit est descendu sur Lui, quel genre de Vie a-t-Il produit ? Il a produit une Vie de foi. Quel genre de Vie ?
« Vous voulez dire qu’Il allait ĂȘtre un rĂ©sident temporaire, comme Abraham?»

228 C’est ce qui embrouille tant les gens, aujourd’hui. Ils s’imaginent qu’un homme de Dieu doit faire ceci, et se conformer Ă  ceci, et faire cela. Oh! misĂ©ricorde, non ! Qu’est-ce que c’était...

229 En quoi Christ Ă©tait-Il la Semence d’Abraham ? Non pas dans Son... pas tant dans Son corps. En effet, Isaac, cette semence qu’était Isaac, elle a fini par tomber et elle est morte, elle a rĂ©trogradĂ© et elle s’est hybridĂ©e, elle aussi. Nous allons y arriver tout Ă  l’heure. Voyez ? Mais la Semence, de la foi d’Abraham, qui lui faisait croire la Parole de Dieu, quelles que soient les circonstances ! VoilĂ . Fiou ! Vous savez, j’ai envie de pousser des cris. Regardez. Voyez ? Regardez. La Semence de la foi d’Abraham, qu’est-ce que c’était ? Pas le corps d’Abraham, mais la foi d’Abraham. La foi d’Abraham dans (quoi ?) la Parole de Dieu. Peu importe ce qui arrivait, il appelait tout ce qui Y Ă©tait contraire comme si ce n’était mĂȘme pas lĂ . Oh ! la la ! Ça dĂ©molirait carrĂ©ment les dĂ©nominations, ça, n’est-ce pas ? Hm ! hm ! hm ! hm ! C’est sĂ»r que oui.

230 Si la VĂ©ritĂ©, ne serait-ce que sur Le mariage et le divorce, Ă©tait prĂ©sentĂ©e clairement, Ă  la lumiĂšre de ce qui en est dit ici, dans la Bible, ça diviserait toutes les Eglises de cette ville, ou de n’importe quelle autre ville, d’essayer d’en revenir lĂ . Les deux cĂŽtĂ©s ont tort. Je peux le prouver par la Parole. Les deux ont tort. TrĂšs bien. Si un homme devrait faire ceci ou faire cela, ou une femme ceci ou cela, je ne vais pas dire ce qu’il en est, parce qu’il y a dĂ©jĂ  assez de confusion entre eux Ă  cause de mes enseignements en ce moment. Voyez ? Hum. JĂ©sus a dit : « Laissez-les. Un aveugle conduit des aveugles. » Allons, tout ce qu’ils feraient, c’est un tas d’histoires Ă  ce sujet; ils ne le croiraient pas. S’ils sont nĂ©s pour recevoir la Vie Éternelle, ils croiront la Parole. Voyez ? C’est vrai. S’ils n’Y croient pas, Dieu Se manifestera Ă  eux, s’ils n’Y croient pas, eh bien, ils n’Y croiront pas, c’est tout.

231 Voyons d’abord ceci. Ça, nous le verrons peut-ĂȘtre plus tard, Ă  un moment donnĂ©. Mais rĂ©glons d’abord ceci, voyez-vous, et voyons pourquoi il faut que nous croyions ces choses, et que nous devons les croire. Il faut que vous les croyiez. Sinon vous ĂȘtes perdus. Vous l’ĂȘtes.

232 « Croire quoi, FrÚre Branham ? Vous ? » Non, monsieur, pas moi. Croyez-moi, et...

233 Ce que je dis, c’est la Parole. Je n’ajoute rien ici. Je vous dis seulement ce qui est dit dans la Bible au sujet de croire cette Parole. Et c’est ce que j’ai fait, c’est tĂącher de croire cette Parole exactement telle qu’Elle est Ă©crite; je n’ajoute rien, je ne retranche rien. Je La lis simplement comme Elle est, et je La crois telle quelle. Et par la grĂące du Dieu Tout-Puissant et avec Son aide, Il L’a confirmĂ©e.

234 Et je demande Ă  n’importe qui de prouver le contraire. Maintenant, vous qui Ă©coutez les bandes, venez donc le faire. Indiquez-moi une seule fois oĂč je vous aurais dit quelque chose de faux, quelque chose qui ne soit pas arrivĂ©. Indiquez-le-moi, quoi que ce soit, Ă  n’importe quel moment, que Dieu n’a jamais confirmĂ© et accompli exactement tel que cela avait Ă©tĂ© dit. TrĂšs bien.

235 Ayant Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s, comme Lui l’a Ă©tĂ©, c’est ce qui fait que la Semence-Parole, la mĂȘme Eau sur (quoi ?) cette Eglise aujourd’hui... Y a-t-il une Epouse qui a Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©e ? Dieu a-t-Il dit qu’Il allait avoir une Epouse sans tache ni ride ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Donc, Elle a Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©e, n’est-ce pas ? [« Amen. »] Voyez ? Eh bien, Christ avait Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©. Il Ă©tait la Semence Royale d’Abraham, et qu’a-t-elle fait ? Quand l’Esprit est venu sur Christ, Il a rendu tĂ©moignage de la Parole de Dieu. Et quand la–quand l’Eau-Esprit descend sur la Semence-Parole, alors la Semence Royale, de la foi d’Abraham dans la Parole de Dieu, produira une rĂ©colte de la mĂȘme espĂšce.
Vous dites : « Je ne crois pas ça. »

236 TrĂšs bien, voyons voir. Allons donc voir ce qu’il en est. Sommes-nous la Semence d’Abraham ? GenĂšse 17. Reprenons la GenĂšse, au chapitre 17. Je laisse beaucoup de rĂ©fĂ©rences de cĂŽtĂ©, mais il faut que je–j’en donne quelques-unes ici. En effet, un critiqueur pourrait venir dire : « Je ne crois pas ça. » Alors, nous allons simplement fournir quelques rĂ©fĂ©rences lĂ -dessus, pour qu’Il l’empĂȘche de dire ça. Voyez ? TrĂšs bien, 17.7, commençons au verset 6. Et je te ferai fructifier extrĂȘmement (la Semence d’Abraham) , et je... ferai de nombreuses nations (les Gentils et tout) ... et des rois sortiront de toi. Et j’établirai mon alliance (maintenant, regardez bien) entre moi et toi et ta semence aprĂšs toi, en leur gĂ©nĂ©ration, pour ĂȘtre une alliance perpĂ©tuelle, afin que je sois–afin que je sois ton Dieu, Ă  toi et Ă  ta semence aprĂšs toi. [version Darby]

237 La Semence d’Abraham, qu’est-ce, alors ? Pas sa chair. Paul a dit : « Le Juif, celui qui a les dehors du Juif, ce n’est pas lui le Juif. Celui qui est Juif intĂ©rieurement. » Voyez ? La Semence d’Abraham, qu’est-ce ? Ceux qui croient toute la Parole de Dieu, sans se soucier de ce que la dĂ©nomination, ou papa, ou maman, ou qui que ce soit d’autre en dit. Ils croient toute la Parole de Dieu. Dieu a dit : « Je vais Ă©tablir mon alliance maintenant mĂȘme, prĂ©destiner cette alliance avec toi et avec la Semence, dans chaque gĂ©nĂ©ration aprĂšs toi, qui le croira. » VoilĂ , c’est ça : la Semence d’Abraham. Maintenant, vous dites... Maintenant, regardez bien. Dieu a dit : « Je l’établirai avec la Semence. » « Eh bien, dites-vous, FrĂšre Branham, ça, ça donne Ă  tout le mon »

238 Attendez une minute, lĂ . Prenons dans ÉphĂ©siens, maintenant, dans l’ÉpĂźtre aux ÉphĂ©siens, et nous allons commencer au chapitre 1, d’ÉphĂ©siens. Et alors, nous en lirons un petit bout, ici, et nous verrons bien ce que Dieu a Ă  dire sur ce–ce sujet. Maintenant, Ă©coutez. Paul, maintenant, regardez bien comment il adresse ceci.

239 Tout le monde bien–bien d’aplomb, là, il ne nous reste... ou l’oeil bien ouvert. Il ne nous reste plus que quelques minutes, ensuite nous... Environ quarante-cinq minutes, quelque chose comme ça, ensuite, nous vous laisserons partir pour le repas de midi. Maintenant, regardez. Paul, apître


240 Un apĂŽtre, qu’est-ce que c’est ? « Un envoyĂ©. » « Paul, un envoyĂ© de JĂ©sus-Christ. » Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] « Par la volontĂ© du sanhĂ©drin » ? J’ai mal lu, n’est-ce pas ? « Par la volontĂ© de–de, Luther, ou de... » ? Enfin, bon : Paul, un envoyĂ© de JĂ©sus-Christ par la volontĂ© de Dieu, aux saints...

241 Ça s’adresse Ă  qui, Ă  tout le monde ? Non, non. Ce n’est pas tout le monde qui peut l’accepter. Non. C’est vrai. ... aux saints qui sont Ă  ÉphĂšse et aux fidĂšles en JĂ©sus-Christ :

242 Ceux qui y sont dĂ©jĂ . J’espĂšre bien que c’est Ă  ceux-lĂ  que je parle, dans cette assemblĂ©e, ce matin, Ă  ceux qui sont dĂ©jĂ  « en JĂ©sus-Christ ». Donc, c’est Ă  ceux qui en sont lĂ  que ceci s’adr-...

243 Voyez-vous, vous ne pouvez pas dire aux... Ă  ces–ces bĂ©bĂ©s, lĂ -bas, ce qu’il En est. Ils ne peuvent pas manger de la nourriture solide. Ils sont obligĂ©s de boire du lait. Ils sont rachitiques. Voyez ? Alors, souvenez-vous, ils ne peuvent pas manger de la nourriture solide. ... donc, aux fidĂšles en JĂ©sus-Christ : Que la grĂące et la paix vous soient donnĂ©es de la part de Dieu notre PĂšre et du Seigneur JĂ©sus-Christ ! (TrĂšs bien.) BĂ©ni soit le Dieu et PĂšre de notre Seigneur JĂ©sus-Christ, qui nous a bĂ©nis...

244 Or, il parle Ă  l’Eglise, lĂ . Ceci ne s’adresse pas Ă  ceux du dehors. Ceci, c’est l’Eglise. ... de toute bĂ©nĂ©diction spirituelle–spirituelle dans les lieux cĂ©lestes...

245 C’est comme ce matin : ceux qui aiment Cela, ils L’avalent tout rond. Voyez ? ... lieux cĂ©lestes en Christ. En lui Dieu nous a Ă©lus...

246 Est-ce nous qui L’avons choisi ? Hein ? « Oh ! FrĂšre Branham, je–je vous demande bien pardon. Moi, je L’ai choisi. » Non, vous, d’aprĂšs la Parole, vous ne L’avez pas choisi.

247 JĂ©sus a dit : « Ce n’est pas vous qui M’avez choisi. Moi, Je vous ai choisis. » Oh ! oui. Quand L’a-t-Il choisie ? JĂ©sus a dit qu’Il avait choisi Son Eglise quand ? « Avant la fondation du monde. »

248 « En Lui Dieu nous a choisis », aux derniĂšres rĂ©unions de rĂ©veil qu’a faites le Dr Untel ? Non, non. Vous lirez peut-ĂȘtre ça dans un credo, un manuel, mais pas dans Celui-ci. Voyez ? En lui Dieu nous a Ă©lus avant la fondation du monde,...

249 Quand avons-nous Ă©tĂ© choisis, aux derniĂšres rĂ©unions de rĂ©veil, le soir oĂč nous avons Ă©tĂ© sauvĂ©s ? Eh bien, c’est quand–quand le monde n’existait mĂȘme pas, qu’il n’y avait pas d’étoiles, qu’il n’y avait pas d’atomes, pas de molĂ©cules, c’est alors que nous avons Ă©tĂ© choisis. Amen. Oh ! il ne faudrait pas que je me mette Ă  prĂȘcher lĂ -dessus. J’essaie seulement d’expliquer quelque chose, ici. TrĂšs bien. ... avant la fondation du monde, pour que nous soyons


250 Quoi ? « Des membres » ? Non. « Que nous, oh ! une fois sauvés, que nous fassions comme on veut » ? Non. ... que nous soyons saints et sans défaut devant lui, dans son...

251 « En qualitĂ© de membre » ? Non, non. C’est « amour », n’est-ce pas ? C’est ça. TrĂšs bien. « Dans son amour. » Excusez-moi. Je fais un peu le fou, lĂ , on dirait. Je ne devrais pas. TrĂšs bien. ... dans son amour ; Nous ayant (Quoi ? P-r-Ă©-d-e-s-t-i-n-Ă©-s. Oh !) prĂ©destinĂ©s Ă  ĂȘtre ses enfants d’adoption (la Semence, depuis le commencement, voyez-vous) ... ses enfants d’adoption par JĂ©sus-Christ, selon le bon plaisir de sa volontĂ©,

252 Qui l’a fait ? Dieu. Quand l’a-t-Il fait ? Avant la fondation du monde. Alors, si nous sommes venus au monde par une naissance illĂ©gitime Ă  cause de la dĂ©pravation d’Eve, ce qui fait de nous tous ses enfants et nous assujettit Ă  la mort, alors le Dieu souverain doit prĂ©parer un moyen de racheter Ses enfants. « Et tous ceux que le PĂšre M’a donnĂ©s viendront Ă  Moi. Et nul ne peut venir, si Mon PĂšre ne l’attire. » Oh ! la la ! Maintenant, elle est oĂč, la grande chose que vous avez faite ? Vous n’avez jamais fait la moindre chose. Vous devriez avoir honte. C’est Dieu qui a tout fait ! La roue tourne exactement comme prĂ©vu.

253 L’autre jour, on est venu me dire que quelqu’un avait dit du mal de moi et–et m’accusait d’avoir commis une mauvaise action. Et j’ai dit : « Oh ! oublie ça. »

254 Cette personne a dit : « Comment pouvez-vous le prendre de cette façon? Cela touche votre famille, là. »

255 J’ai dit : « Oh ! la la ! » J’ai dit : « Cette situation-lĂ  a Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©e avant la fondation du monde, pour me mettre Ă  l’épreuve. » J’ai dit : « Oh ! la la! la la ! C’est sĂ»r. Alors, ce n’est pas grave. » Cette personne a dit : « Comment y arrivez-vous ? »

256 J’ai dit : « Si je regardais dans cette direction-ci, je tomberais tout le temps. »

257 C’est pareil pour les gens aujourd’hui. « Si j’accepte la VĂ©ritĂ© de la Parole de Dieu, FrĂšre Branham, ils vont me mettre Ă  la porte. » Eh bien, pourquoi regardez-vous ici ? Regardez lĂ -bas, au bout du chemin. Voyez-vous, un homme qui regarde comme ceci, il ne sait pas oĂč il va, en regardant dans cette direction-ci. Mais si vous regardez au loin, ce qui peut se passer en ce moment, ça vous est bien Ă©gal, vous savez oĂč vous allez. Voyez ? C’est ça. Regardez oĂč vous allez. Restez alignĂ©s sur la Parole. TrĂšs bien.

258 « Nous ayant prĂ©destinĂ©s, maintenant, Ă  l’adoption. » Bon, croyez-vous que nous avons Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Maintenant, est-ce que JĂ©sus avait Ă©tĂ© prĂ©destinĂ© ? [« Amen. »] Il Ă©tait l’Agneau de Dieu, dĂ©jĂ  immolĂ©, avant que la lumiĂšre existĂąt, avant qu’il y ait un mĂ©tĂ©ore, avant qu’il y ait une molĂ©cule, un atome, quoi que ce soit. Il Ă©tait le Fils de Dieu, immolĂ©. Oh ! la grandeur de Dieu !

259 Et ces petites cervelles de cacahuĂštes qu’on produit en sĂ©rie dans un incubateur surnaturel lĂ -bas, qui cherchent Ă  contester Cela et Ă  dire que Ce n’est pas vrai. C’est honteux. Tu es qui, toi ?

260 Certains d’entre eux vont mĂȘme jusqu’à dire « qu’il n’y a pas d’enfer ». Et vous ĂȘtes assis dessus, tous les jours, une marmite pleine, huit mille milles [douze mille huit cent soixante-quatorze kilomĂštres] d’épaisseur, juste en dessous de vous, de matiĂšre volcanique; et ensuite, vous levez les yeux et vous dĂ©fiez Dieu et Sa Parole. Quand vous dĂ©fiez la Parole, vous dĂ©fiez Dieu. C’est vrai.

261 Oh ! la la ! Que Tu es grand, Seigneur ! Comme nous devrions ĂȘtre reconnaissants ! TrĂšs bien.

262 Alors, les croyants de la Parole, et l’Esprit, doivent ĂȘtre un. Vous saisissez? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Les croyants, la Parole et l’Esprit sont absolument un. Ce n’est pas vous qui pensez. Vous n’utilisez pas votre propre pensĂ©e. N’est-ce pas merveilleux ? [« Amen. »] La pensĂ©e qui Ă©tait en Christ est en vous. Voyez ? Avec la pensĂ©e qui est en Christ, vous accepterez la Parole, exactement comme Lui, parce qu’Il Ă©tait la Parole. Et avec la pensĂ©e de Christ en vous, vous ĂȘtes la Parole. Vous ĂȘtes la Parole vivante de Dieu, Ses reprĂ©sentants ici sur terre, c’est vrai, continuant l’oeuvre. C’est comme ça que devrait ĂȘtre l’Eglise. Et Ă  ce moment-lĂ , alors la Bible est manifestĂ©e de nouveau, comme au dĂ©but, du temps des disciples. Exactement comme dans le disciple, la Bible vit de nouveau, en vous.

263 Maintenant, voyons un peu. Il faudrait que j’essaie de voir au moins une quinzaine de pages, ici, en vitesse. Je n’aime vraiment pas faire ça. Mais je vais ĂȘtre obligĂ© de les parcourir en vitesse. Parce que, sinon, cet aprĂšs-midi, je serai... J’ai une rĂ©union demain, et–et il faut vraiment que je me dĂ©pĂȘche, lĂ . TrĂšs bien. Maintenant, nous allons essayer de prendre un peu de vitesse si possible, nous activer. Est-ce que vous croyez ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] TrĂšs bien.

264 Et Ă  ce moment-lĂ , alors la Bible est manifestĂ©e de nouveau, comme dans les premiers jours, de Christ. Voyez ? Parce que vous ĂȘtes une Semence prĂ©destinĂ©e, tout comme Christ l’était. Et quand la Pluie descend sur la Semence, la Vie se reproduit d’Elle-mĂȘme, quand le Saint-Esprit descend.

265 Quand Il est descendu sur ces Semences dont... JĂ©sus a dit qu’Il les avait choisies (quand ?) avant la fondation du monde, elles Ă©taient donc une Semence prĂ©destinĂ©e. Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Alors, les voilĂ  qui montent ensemble dans la chambre haute, ces Semences, la Parole. Et la Parole reposait lĂ , sans Vie en Elle. « Tout Ă  coup, il vint du Ciel un bruit, au moment oĂč les Eaux se sont mises Ă  tomber en abondance, et Cela a mĂȘme rempli toute la maison oĂč ils Ă©taient assis. » Et les Semences ont commencĂ© Ă  croĂźtre. Elle a commencĂ© Ă  Se manifester, la Parole de Dieu, Elle Se manifestait. TrĂšs bien. Mais alors, pourquoi les feux du rĂ©veil ont-ils baissĂ© ?

266 Maintenant, j’ai ici une dizaine de passages des Écritures, si vous arrivez Ă  les voir, notĂ©s ici, que je devrais citer. Mais je suis obligĂ© d’en laisser beaucoup de cĂŽtĂ©, et je m’arrange pour que vous ayez les grandes lignes. TrĂšs bien.

267 Mais alors, pourquoi les feux du rĂ©veil ont-ils baissĂ© ? Maintenant, je suis obligĂ© de mentionner des noms. AprĂšs ça, je ne le ferai plus, Ă  moins que Dieu me dise de le faire. Mais je suis obligĂ© de mentionner des noms. Je suis obligĂ© de dire des choses que je ne voudrais pas dire, mais c’est pour que ce soit clair.

268 Vous pouvez voir maintenant à quoi je vais en venir, la raison pour laquelle j’ai fait ce que j’ai fait. Je crois que Ceci est la Parole. Et je crois que Christ a une Eglise, et que l’Eglise est le champ. Nous allons aborder tout à l’heure. Et vous devez d’abord mettre la Parole dans le champ, avant que l’Esprit puisse faire quoi que ce soit. Voyez ?

269 Pourquoi alors les feux du rĂ©veil ont-ils baissĂ© ? On n’entend plus beaucoup parler de Billy Branham, de ces grands Ă©vangĂ©listes-lĂ . Oral Roberts n’enflamme plus le pays comme avant. Mes rĂ©unions Ă  moi, on n’en entend mĂȘme pas parler. Vous avez lĂ  les trois. Qu’y a-t-il ?

270 Maintenant, nous allons aborder un enseignement vraiment profond. Voyez? C’est maintenant que je vais vraiment devoir m’en servir; et si jamais cette bande tombait entre les mains de Billy Graham, d’Oral Roberts, je veux que vous sachiez, mes frĂšres, que ce n’est pas pour manquer d’égards envers vous. Je m’inclus aussi moi-mĂȘme, si vous remarquez, en tant que votre confrĂšre dans l’Évangile. Et je pense qu’aprĂšs ceci, vous comprendrez mieux, frĂšres, pourquoi j’ai fait ce que j’ai fait. Et j’espĂšre que je trouverai grĂące aux yeux de Dieu et devant vous, en ce que j’aurai Ă©tĂ© honnĂȘte et vous aurai exposĂ© franchement le pourquoi.

271 Donc, Billy Graham, il n’y a pas longtemps, l’ardeur du feu de Billy Graham se faisait sentir partout dans le monde. Maintenant, on n’en entend parler que trĂšs rarement. Il est toujours actif, mais qu’y a-t-il ? Oral Roberts, mais, c’est bien simple, il enflammait la terre; c’est en train de s’éteindre. Tommy Osborn. Ce sont tous de braves hommes, des hommes saints. Qu’est-il arrivĂ© ? Moi qui crois que Dieu m’a appelĂ© Ă  exercer un ministĂšre, qu’est-il arrivĂ© au mien ? Maintenant, c’est ici qu’on va avoir la rĂ©ponse Ă  quelques questions. Voyez ? Qu’est-il arrivĂ© ?

272 Vous direz : « FrĂšre Branham, le vĂŽtre est encore plus mort que les autres.» Ça, c’est vrai. C’est bien vrai.

273 On entend plus parler de Billy Graham que de moi, et on entend plus parler de Billy que d’Oral. On entend plus parler d’Oral en un jour que de moi en six mois. Tommy Osborn, Tommy Hicks, n’importe lequel de ces hommes saints, on entend plus parler d’eux que de moi. Alors, dans ce sens-lĂ , le mien a perdu encore plus de terrain que tous les autres. Qu’est-il arrivĂ© ?

274 « FrĂšre Branham, vous qui dites que, vous qui ĂȘtes lĂ  Ă  nous dire que vous croyez vraiment la Parole et tout, eh bien, alors, que vous est -il arrivĂ© ? Que qui s’est-il passĂ© ? » C’est ce que nous voulons savoir. C’est ce que nous voulons savoir.

275 Maintenant, inscrivez ceci dans votre pensĂ©e, lĂ . Fermez le parapluie, secouez-en l’eau de la pluie, ouvrez votre coeur un instant, et Ă©coutez.

276 Souvenez-vous, la Bible dit, dans GenĂšse, chapitre 1, c’est ce que nous avons lu pour baser notre rĂ©flexion d’aujourd’hui : « Chaque semence selon son espĂšce. » Elle devra produire selon son espĂšce. C’est vrai. Chaque semence devra produire. Souvenez-vous, la terre est pleine de semences, et la pluie les fait produire selon leur espĂšce.

277 Je crois que le temps de la moisson est proche. Vous croyez ça, n’est-ce pas ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Vous ĂȘtes tous d’accord lĂ -dessus. [« Amen. »] Nous approchons du temps de la moisson. Maintenant, les semences ont Ă©tĂ© plantĂ©es. C’est ce qu’il y a. Les semences ont Ă©tĂ© plantĂ©es. Oh ! Ô Dieu ! J’aurais bien voulu que vous voyiez ce qui vient de dĂ©filer devant moi.

278 Les semences ont Ă©tĂ© plantĂ©es. Souvenez-vous, il y a un temps des semailles, ensuite un temps de la moisson. Ils le savent, ils l’ont dit. TrĂšs bien.

279 Or, des semences de trois espĂšces diffĂ©rentes ont Ă©tĂ© plantĂ©es. Une qui est dĂ©nominationnelle, dont Billy Graham a Ă©tĂ© le semeur principal. Oral Roberts, lui, pour les pentecĂŽtistes. La semence pentecĂŽtiste a Ă©tĂ© plantĂ©e; c’est de l’organisation que je parle lĂ . Et puis, la Parole a Ă©tĂ© plantĂ©e. Maintenant, il faudra comprendre, mes amis. Ceci, je n’en reparlerai plus, Ă  moins que Dieu me dise de le faire. Je veux que vous saisissiez trĂšs bien ceci. Trois semences ont Ă©tĂ© plantĂ©es.

280 C’est pourquoi, les semailles sont pour ainsi dire terminĂ©es. Voyez ? C’est terminĂ©. Il faut que les semences aient Ă©tĂ© plantĂ©es, avant que la Pluie tombe. Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Ou, autrement dit, l’Esprit. Bon, vous ne serez pas d’accord lĂ -dessus, mais attendez un instant. Voyez ? Il faut que les semences aient Ă©tĂ© plantĂ©es; et ensuite, la Pluie tombe, pour arroser la Semence. Pas vrai ? [« Amen. »] Maintenant, je voudrais...

281 Y a-t-il quelqu’un ici qui comprend l’hĂ©breu, qui connaĂźt des mots en hĂ©breu ? TrĂšs bien. Vous pourrez vĂ©rifier, si vous voulez.

282 Maintenant, on entend tellement dire, il y a tellement d’organisations et tout le reste, qui disent : « Nous sommes dans la pluie de l’arriĂšre-saison. » C’est absurde. Pareille chose n’existe pas maintenant.

283 Oh ! quelque chose est en train de se passer. Je vois la chose qui dĂ©file devant moi. Cela a accrochĂ© l’Esprit. Voyez ? Amen. Je sais que ceci est la VĂ©ritĂ©. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Par une vision, voyez-vous, la chose prend forme, tout simplement, elle vient. C’est Ă  peine si je peux regarder dans cette direction. Voyez ? Chaque fois que je regarde, je la vois apparaĂźtre devant moi, tout simplement, comme ça, et puis ça s’arrĂȘte. En se dĂ©plaçant par ici, et en regardant par ici. J’essayais de regarder des gens assis autour, par ici. Je regarde ailleurs, partout oĂč je regarde, on dirait que c’est lĂ . Voyez ? TrĂšs bien.

284 On va essayer de reprendre ça, maintenant, pour s’assurer que je l’ai bien exprimĂ©. Je ne sais pas au juste ce qui s’est passĂ© de ce cĂŽtĂ©-lĂ . Regardez.

285 Je crois que le temps de la moisson est proche. Les semences ont Ă©tĂ© plantĂ©es, les semences dĂ©nominationnelles des Ă©glises, telles que des Ă©glises Ă©vangĂ©liques, comme celles des baptistes, des presbytĂ©riens et des luthĂ©riens. Et les semences pentecĂŽtistes ont Ă©tĂ© plantĂ©es dans l’organisation pentecĂŽtiste, par de grands hommes comme Oral Roberts, Tommy Hicks et Tommy Osborn, de grands hommes de Dieu. Voyez ? Et je crois que la Parole de Dieu a Ă©tĂ© plantĂ©e, sans mĂ©lange, en dehors de toutes ces organisations. C’est ça qu’il y a. Voyez ? Il faut que la Semence ait


286 La plante de la Semence, il faut qu’il y ait de l’Eau sur la Semence, avant qu’Elle puisse croĂźtre. Il faut qu’il y ait de l’Eau qui tombe sur Elle, avant que la Semence qui a Ă©tĂ© plantĂ©e puisse croĂźtre.

287 Maintenant : « Eh bien, direz-vous, FrĂšre Branham, il y a eu... » Je sais. C’est vrai. Je capte votre pensĂ©e maintenant, voyez-vous. Vous ne pouvez vraiment pas la cacher maintenant. Non. TrĂšs bien. Alors, faites attention Ă  ce que vous pensez.

288 Donc, il faut que la Semence ait Ă©tĂ© plantĂ©e. Et ensuite, il faut qu’Elle ait de l’Eau, pour croĂźtre.

289 Maintenant, vous direz : « Eh bien, FrĂšre Branham... » Je vais exprimer la pensĂ©e de votre esprit, lĂ . « On l’a eue, l’Eau. » Soit ! C’est exact. Vous l’avez eue, l’Eau.

290 Avez-vous dĂ©jĂ  plantĂ© des choux ou autre chose, ou des semences, ou quelque chose comme ça ? GĂ©nĂ©ralement, ils ont de l’eau lĂ , ils en versent un peu dessus. Voyez ? TrĂšs bien.

291 Bon, mais attendez. Qu’avons-nous eu au temps des semailles? La pluie de la premiĂšre saison. « Oh ! direz-vous, FrĂšre Branham, c’est absurde !»

292 Attendez un instant, lĂ . Prenez le terme « premiĂšre saison », dans JoĂ«l 2, et vĂ©rifiez-le, voyez si le mot hĂ©breu... RĂ©fĂ©rez-vous Ă  l’hĂ©breu, et voyez s’il ne... Si vous voulez le noter : m-o-u-r-e-h, moureh. Prenez le mot hĂ©breu, pour la signification, voyez ce que moureh veut dire. Enseignement. La « pluie » de l’enseignement a Ă©tĂ© dispensĂ©e.

293 La pluie de l’enseignement dĂ©nominationnel a Ă©tĂ© dispensĂ©e : « Un million de plus en 44 », les baptistes. Un tel, et puis un tel, des membres d’église. Oral Roberts et ces frĂšres-lĂ , avec le mouvement pentecĂŽtiste, l’économique... le grand mouvement pentecĂŽtiste qui a pris de l’extension, ils sont maintenant des millions. Voyez ? C’est vrai. Et la Semence a Ă©tĂ© dispensĂ©e, la Parole, pour la minoritĂ©, le groupe.

294 Maintenant, regardez bien. Maintenant, souvenez-vous, le mot m-o-u-r-e-h, moureh, veut dire enseignement, la « pluie de la premiĂšre saison ». Il est dit la « pluie », moureh, la pluie de l’enseignement. La pluie de l’enseignement a Ă©tĂ© dispensĂ©e. Billy Graham a eu un impact mondial; les pentecĂŽtistes ont eu un impact mondial; et la Parole a eu un impact mondial.

295 Alors, maintenant, qu’y a-t-il ? Maintenant, elle attend « la pluie de l’arriĂšre-saison ». C’est lĂ  qu’elle produit ses fruits. Oh ! Hmm ! J’espĂšre que vous saisissez. Alors, l’espĂšce de la semence que vous aurez plantĂ©e dans votre champ, ce sera ça l’espĂšce de la rĂ©colte que vous moissonnerez. Si les dĂ©nominations veulent avoir plus de membres, c’est ce qu’elles auront; c’est ce qu’elles ont eu. Les pentecĂŽtistes veulent avoir plus de pentecĂŽtistes; c’est ce qu’ils auront. C’est vrai. Mais la Parole va produire des fils et des filles de Dieu. Oui. Oui. C’est vrai. Ça aussi, ça va venir. Regardez bien. Regardez cette forte pluie de l’arriĂšre-saison, ce qui doit ĂȘtre accompli : qu’ils sauteraient par-dessus la muraille, la franchiraient, et qu’ils seraient une armĂ©e qui irait de l’avant. Attendez seulement un instant. Oui. L’espĂšce de la rĂ©colte que vous obtiendrez correspondra Ă  l’espĂšce de la semence que vous aurez plantĂ©e dans votre champ. TrĂšs bien.

296 Les deux espĂšces dĂ©nominationnelles, vous comprenez, les deux espĂšces dĂ©nominationnelles s’uniront, pour aller Ă  Sodome.

297 Mais la Parole restera avec les Élus, la Semence Royale. Amen. Voyez? JĂ©sus a dit : « Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme. »

298 Deux anges sont descendus lĂ -bas, deux ministres oints sont descendus Ă  Sodome, pour essayer d’en faire sortir un homme qui Ă©tait rĂ©trograde, qui avait une petite parcelle de Dieu. Et sa femme, son Ă©pouse, vous savez ce qui lui est arrivĂ©, Ă  elle, elle a Ă©tĂ© disgraciĂ©e. Et regardez ses filles; regardez ce que ça a donnĂ© au bout du compte, aprĂšs qu’il fut sorti. Toujours comme un cheveu dans le petit pain. Vous savez que c’est vrai. Excusez cette expression, mais, vous savez : quelque chose de dĂ©goĂ»tant. Alors, c’est... Cela a toujours Ă©tĂ©. Nous le savons. Allons, vous ne pouvez pas nier la Parole de Dieu.

299 Mais il y en a Un qui est restĂ© avec Abraham, qui a donnĂ© un signe. Oui. Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] TrĂšs bien. TrĂšs bien. Il y en a Un qui est restĂ©.

300 Abraham et son groupe, comment les a-t-on appelĂ©s ? La Semence Ă©lue, qui n’est jamais descendue lĂ -bas. C’étaient des pĂšlerins. Ils allaient çà et lĂ , çà et lĂ , çà et lĂ , çà et lĂ . InterdĂ©nominationnels.

301 Quant Ă  la dĂ©nomination, elle est descendue lĂ -bas, et elle s’est bĂąti une ville. Et Lot est devenu le prĂȘtre, ou l’évĂȘque, ou le... vous savez, ce qu’il pouvait bien y avoir lĂ -bas, l’homme important, il Ă©tait assis dans–assis dans la ville, et il faisait le juge, celui qui dit (l’évĂȘque, le surveillant gĂ©nĂ©ral) : « Non, nous ne voulons pas de ce gars-lĂ  parmi nous. Non, non. Il est en dĂ©saccord avec notre thĂ©ologie. Nous ne pouvons pas tolĂ©rer ça. » Le voilĂ , le vieux Lot. VoilĂ  quelle Ă©tait sa position. « S’il ne fournit pas de rĂ©fĂ©rences de notre groupe Ă  nous, nous ne voulons pas de lui, du tout. » Qui t’a Ă©tabli juge sur la Maison de Dieu, espĂšce d’hybride ? Oui. Hum ! La Parole de Dieu sera prĂȘchĂ©e malgrĂ© tout.

302 Saint Martin est allĂ© vers un groupe comme celui-lĂ , et le type n’a mĂȘme pas voulu se lever, avoir Ă©gard Ă  lui, aprĂšs qu’il eut brisĂ© les portes. Dieu a mĂȘme mis le feu Ă  sa robe, au dos de sa robe, pour l’obliger Ă  se lever et Ă  saluer ce prophĂšte de Dieu qui Ă©tait entrĂ© dans la ville. Oui. C’est vrai. Son siĂšge a pris feu, lĂ  oĂč il Ă©tait assis, le trĂŽne sur lequel il Ă©tait assis. C’est vrai. Vous avez lu l’histoire de l’Eglise. Oui, oui. Il Ă©tait allĂ© lĂ  avec la vraie Parole, il a accompli des miracles et des signes; et il l’a prouvĂ©, par la Parole, que c’est ce qu’il Ă©tait. Ils avaient leurs propres Ă©vĂȘques, ils avaient ce qu’ils voulaient, et c’est ça qu’ils voulaient, un point, c’est tout. Mais Dieu allait veiller Ă  ce que... Peut-ĂȘtre qu’il y avait quelques enfants Ă©lus lĂ -bas, il fallait qu’il aille les chercher. C’est vrai.

303 Donc, souvenez-vous, que s’était-il passĂ© ? Maintenant, arrĂȘtons-nous ici un instant. À un moment donnĂ©, Lot a eu le choix, il aurait pu, lui aussi, ĂȘtre interdĂ©nominationnel. Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] À un moment donnĂ©, il a eu le choix, il aurait pu faire route avec Abraham, mais il s’en est allĂ©, Ă©touffĂ© par l’amour du monde. C’est ce qui se passe aujourd’hui.

304 Et, souvenez-vous, ceux qui Ă©taient lĂ -bas, dans Sodome, n’ont jamais vu un seul de ces miracles surnaturels. Ils ont Ă©tĂ© frappĂ©s d’aveuglement. Et la prĂ©dication de la Parole aveugle les yeux de l’incroyant. C’est ce que Billy Graham et les autres ont fait, ils ont aveuglĂ© les yeux des incroyants qui sont lĂ -bas. C’est vrai.

305 Or, vous ne pouvez pas nier que JĂ©sus a dit : « Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera de mĂȘme Ă  la Venue. » C’est ici, dans la Bible. Voyez ? Il en sera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.

306 Maintenant, regardez bien. Mais il y en avait Un qui Ă©tait la Parole. Il Ă©tait la Parole, et oĂč est-Il restĂ© ? Avec celui qui avait la promesse, l’élu. La Parole est restĂ©e avec l’élu. Et la Parole de Dieu, aujourd’hui, restera avec l’Élu : la Semence Royale d’Abraham, par la promesse.

307 Quel genre d’oeuvres a-t-Elle faites ? Quand Elle a Ă©tĂ© manifestĂ©e, Ă  peu prĂšs huit cents ans plus tard, sous la forme de JĂ©sus-Christ, Elle a fait les oeuvres mĂȘmes que Celui qui Ă©tait lĂ -bas avait faites, que la Parole avait faites, Ă  la porte de la tente d’Abraham. Il s’est assis, le dos tournĂ© Ă  la tente, Il a dit Ă  Abraham que son nom Ă©tait Abraham; non plus Abram, ce qui avait toujours Ă©tĂ© son nom. Mais son nom Ă©tait Abraham, parce que Dieu lui Ă©tait apparu, quelques jours auparavant, Il lui avait annoncĂ© que son nom Ă©tait Abraham. Il a demandĂ© : « OĂč est ta femme, » non pas S-a-r-a-ĂŻ, mais S-a-r-a, « oĂč est ta femme Sara ? » comme s’Il ne le savait pas. Il a rĂ©pondu : « Elle est dans la tente, derriĂšre Toi. »

308 Il a dit : « Je vais te visiter. » Je, pronom personnel, « Je vais te visiter, à la période de la vie, » oh ! « et tu auras ce bébé que tu as attendu. »

309 La pluie de l’arriĂšre-saison va bientĂŽt tomber. Il y a maintenant assez longtemps que tu gardes cette Semence en toi, que tu crois. Tu attends un Fils qui doit venir, et Il va venir. Amen. VoilĂ  la vraie Eglise aujourd’hui, voyez-vous, cette Semence Ă©lue. « Tu L’as attendu, et Je vais te L’envoyer. » Amen. Celui qui a dit ça, c’était quoi ? La Parole. « Oh ! dites-vous, mais non, la Parole ? » Je vous demande bien pardon.

310 Abraham L’a appelĂ© Elohim, Ce qui est le Tout-Puissant, Celui qui existe par Lui-mĂȘme. Il Ă©tait la Parole, Elohim.

311 Vers qui est-Il allĂ© ? Vers la Semence d’Abraham. Maintenant, souvenez-vous, Il n’a eu rien Ă  faire avec ces dĂ©nominations. Il est restĂ© strictement avec les Élus, Il a prĂȘchĂ©, c’est vrai, et Il a montrĂ© le signe. Et JĂ©sus a dit... Maintenant, attendez un peu.

312 Ensuite, Sara, en elle-mĂȘme ! Regardez bien la corruption, voyez-vous. Or, pour avoir Ă©tĂ© incrĂ©dule Ă  l’égard de Cela, en fait, Dieu l’aurait tuĂ©e sur-le-champ. Saviez-vous ça ? Et elle est sortie et l’a niĂ©. Abraham... Elle a ri sous cap, autrement dit, en elle-mĂȘme. Or, peut-ĂȘtre qu’elle n’a mĂȘme pas esquissĂ© un sourire. Mais dans son coeur, elle–elle–elle a comme ri un peu. « Moi, une vieille femme de cent ans; cinquante ans depuis la mĂ©nopause, la pĂ©riode de la vie. J’ai vĂ©cu avec lui pendant toutes ces annĂ©es ! Eh bien, il y a vingt-cinq ans que nous n’avons pas eu de relations conjugales, peut-ĂȘtre trente. Voyez ? Et dire que j’aurais du plaisir avec mon seigneur Abraham ? » Son mari !

313 VoilĂ  le genre d’Epouse que vous devriez toutes ĂȘtre, qu’il faudrait que vous soyez. Paul a dit la mĂȘme chose. Aimer votre mari Ă  ce point-lĂ . Et non aller hybrider quelque chose. Voyez ? Souvenez-vous, vos pensĂ©es... Nous allons y arriver, cet aprĂšs-midi, « le sein, la pensĂ©e ». Bon, donc... Mais voilĂ , elle aimait tellement Abraham qu’elle l’appelait son seigneur.

314 « Mon seigneur qui est vieux aussi, et moi qui suis vieille, et j’aurais de nouveau du plaisir avec lui ? » Et elle... [FrĂšre Branham imite le rire silencieux de Sara. – N.D.E.]

315 Et l’Ange a montrĂ© Ă  Abraham Qui Il Ă©tait, qu’Il Ă©tait la Parole. Il a dit : « Pourquoi Sara a-t-elle ri ? »
Alors Abraham l’a appelĂ©e pour qu’elle vienne, et elle a dit : « Je n’ai pas ri. »
L’Ange a dit : « Mais si. »

316 Qu’est-ce ? C’est la grĂące. Voyez ? Sur-le-champ, Dieu l’aurait tuĂ©e sur-le-champ, mais Il ne pouvait pas. Oh ! Vous voyez notre stupiditĂ© ? Il nous aurait tous tuĂ©s, sans exception, mais Il ne peut pas. Pour tuer Sara, Il aurait Ă©tĂ© obligĂ© de prendre Abraham, parce que Sara Ă©tait une partie d’Abraham. Ils Ă©taient un, par leur union. De mĂȘme, prendre l’Eglise et La dĂ©truire, Il ne le peut pas, parce qu’Elle est une partie de Lui-mĂȘme, Christ; une partie de Lui-mĂȘme, la Parole qui est faite chair. Oh ! GrĂące Ă©tonnante, quel doux son ! Il ne pouvait pas le faire. Vous saisissez ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Il ne pouvait pas la tuer. Il ne pouvait pas lui ĂŽter la vie, parce qu’elle Ă©tait une partie d’Abraham. Voyez ? Elle Ă©tait chair de sa chair, et os de son os.

317 Quand nous faisons des erreurs, il ne faut pas dire : « Eh bien, je–j’ai essuyĂ© un Ă©chec. » Non, ce n’est pas ça qui... Abraham aussi en a essuyĂ©, des Ă©checs. Voyez ?

318 Mais Il ne pouvait pas prendre l’Eglise. Il ne peut pas tuer les Élus, Il ne peut pas vous ĂŽter la vie, parce que vous ĂȘtes une partie de Lui-mĂȘme. Vous ĂȘtes la Parole. La Parole est en vous. Elle Se manifeste, Elle dĂ©montre ce qu’Elle est : l’amour, la joie, la paix, la patience. Toutes les Paroles de Dieu, vous Les croyez toutes, Elles agissent, Dieu agit Ă  travers vous. Voyez ? Vous ĂȘtes une partie de la Parole, qui est Christ. Il nous est enseignĂ© qu’Il est la Parole. « Et nous sommes chair de Sa chair, et os de Son os. » VoilĂ . Maintenant, nous avançons vers quelque chose.

319 Moureh, moureh, la pluie, la pluie de la « premiĂšre saison », la pluie des semailles a Ă©tĂ© dispensĂ©e. Or, qu’est-ce qui s’était passĂ© ? La pluie de la premiĂšre saison Ă©tait plantĂ©e; la pluie de l’arriĂšre-saison est tombĂ©e. Qu’est-ce qui s’est passĂ© ? Sodome et ses Sodomites ont brĂ»lĂ©; Abraham a reçu le fils promis. JĂ©sus a dit : « Laissez-les croĂźtre ensemble. L’ivraie sera liĂ©e, liĂ©e en gerbes, et brĂ»lĂ©e. Le gre-... Le blĂ© ira au grenier. » Voyez ? La pluie de l’arriĂšre-saison est trĂšs proche. Nous allons...

320 Je ne veux pas m’attarder trop là-dessus, parce que je sais que j’ai quelque chose de vraiment bon, plus loin, là-dessus. Voyez ?

321 Les deux dĂ©nominations vont s’unir, les pentecĂŽtistes et les autres, ils vont s’unir. Mais la–la Parole restera avec la Semence promise d’Abraham, comme Elle l’a fait en ce temps-lĂ . JĂ©sus a dit : « Ce qui arriva en ce temps-lĂ ...» Avez-vous des oreilles pour entendre, des yeux pour voir, de l’intelligence pour comprendre ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] JĂ©sus a dit : « Ce qui arriva. N’est-il pas Ă©crit... » C’est ce qu’Il dirait, s’Il se tenait ici ce matin, n’est-ce pas? N’est-ce pas qu’Il dirait ceci : « N’est-il pas Ă©crit que ce qui arriva du temps de Sodome, arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme ? » [« Amen.»] Ne voyez-vous pas les deux moissons qui prennent forme, ici, qui reçoivent leur derniĂšre averse ? Elles ont poussĂ© jusqu’à cette derniĂšre averse. Voyez ? Ensuite, qu’est-ce qui s’est passĂ© ? Les anges et le Seigneur ont disparu. Ensuite, il y a eu la pluie. TrĂšs bien.

322 Maintenant, soyez trĂšs attentifs, lĂ . Bon, je crois que c’est de ceci que je parlais, oui, du sujet de la pluie, et de l’arr-... ce que sera la pluie de l’arriĂšre-saison. Tous les signes indiquent que c’est maintenant la fin. Tous ceux qui croient la Parole de Dieu savent ça. MĂȘme...

323 Je vais m’arrĂȘter sur un autre point, ici. Je vais ĂȘtre obligĂ© de mentionner un nom. Je ne veux pas manquer de dĂ©licatesse, mais il faut que je... je suis... j’ai dit Ă  Dieu que je–je–je ne prendrais pas de gants, que je viendrais ici et que, tout simplement, j’allais exprimer prĂ©cisĂ©ment ce que j’ai su toute ma vie; et puis, il y a certaines choses, ici, Ă  la fin, que je vais ĂȘtre obligĂ© de retenir, je le sais, mais je–je vais–je vais vous exprimer tout ce que je pourrai, autant qu’Il me permettra de le faire. D’abord, je...

324 Mme Wood est au courant que, aprĂšs que j’eus reçu ceci, et bien plus de pages que ce que j’ai ici, le Saint-Esprit a dit : « Ne fais pas ça. » N’est-ce pas que je vous ai appelĂ©e, Mme Wood, et que j’ai dit : « Il m’a dit de ne pas faire ça»? Alors, je suis retournĂ© prier. Et cette nuit-lĂ , Il est venu Ă  Moi, dans une vision, Il m’a dit : « Va faire ceci. Prends Ceci et place-Le lĂ , parce que Ceci, ils ne vont pas Le comprendre. Ce n’est pas encore l’heure pour Ceci. Place Ceci ici. » Et c’est ce que j’ai fait. C’est vrai. Voyez ? « L’obĂ©issance vaut mieux que les sacrifices. » Voyez ? TrĂšs bien. ObĂ©ir !

325 Bon, maintenant, regardez. Nous sommes... Pour vous montrer que nous sommes au temps de la fin, mĂȘme la vierge fo-... La parabole de la vierge sage et de la vierge–vierge folle est d’actualitĂ© chez nous. Maintenant ,regardez. La vierge–vierge folle... Excusez-moi. La vierge folle, c’est elle qui sera l’hybride. Voyez ? Elle avait la Semence, sans avoir l’Huile, l’humiditĂ© pour La faire croĂźtre. Bon, et qu’est-ce qu’elle fait ? Les–les deux groupes, le groupe pentecĂŽtiste et le groupe dĂ©nominationnel du monde (les groupes Ă©vangĂ©liques), Ă©mergent ensemble. Voyez? Dans quel but ? Ils s’en vont Ă  Sodome, voyez, voyez, –– maintenant, remarquez, –– pour y rĂ©colter cette moisson. Remarquez, la vierge–vierge folle.

326 L’avez-vous remarquĂ©, et jusqu’à l’un de mes grands amis, vraiment un Ă©rudit, un homme capable, intelligent, un pentecĂŽtiste brillant ? Je remarque que mes frĂšres des Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens poussent des cris de louange vers Dieu, parce qu’il y a parmi eux des prĂ©dicateurs Ă©piscopaux, des prĂȘtres catholiques. J’en suis Ă  me demander si ces hommes-lĂ  sont profondĂ©ment endormis. Vous rendez-vous compte ? Ils disent : « Oh ! on n’a jamais rien entendu d’aussi extraordinaire, FrĂšre Branham. Mais, ces gens qui sont Ă©piscopaux, ils sont venus ici, et ils disent qu’ils ont reçu le Saint-Esprit. Ils ont parlĂ© en langues, ils ont fait ces choses. Gloire Ă  Dieu ! Je vous le dis, c’est bien simple, ils–ils–ils... Mais, leur Eglise en a Ă©tĂ© rĂ©volutionnĂ©e. » Oh ! la la !

327 FrĂšres, ne savez-vous pas ce que c’est, ça ? C’est le signe. Au moment oĂč la vierge sage veut avoir de l’Huile... ou plutĂŽt, oĂč la vierge folle veut avoir de l’Huile, pendant qu’elle est en train d’En acheter, c’est Ă  ce moment-lĂ  que l’Époux vient. Oh ! pentecĂŽtistes, qu’avez-vous ? Enfin, vous ne pourrez pas le voir, Ă  moins que Dieu vous le montre; ça, c’est sĂ»r et certain. Si–si vous n’avez pas Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s Ă  cela dĂšs votre naissance, vous allez passer Ă  cĂŽtĂ©. «Heureuses sont les oreilles qui peuvent entendre. » Heureux sont les coeurs qui peuvent comprendre, car le temps est proche. Tous les signes l’indiquent. Voyez?

328 Regardez quel genre de rĂ©veils ils ont. Un grand rĂ©veil, qu’ils ont eu. Ça semble bien beau, n’est-ce pas ?

329 Vous dites : « FrÚre Branham, maintenant, vous nous avez mis sur la corde raide. » Je voulais justement que vous en arriviez là.
« Comment distinguer ce qui est vrai et ce qui est faux ? »

330 Soumettez-le au test de la Parole. C’est comme ça qu’on peut savoir si c’est vrai ou si c’est faux. C’est ça, soumettez-le simplement–simplement au test de la Parole, voyez ce qu’il dit de la Parole. N’importe quel esprit, voyez ce qu’il dit de la Parole. S’il nie la Parole, il n’est pas de Dieu. Voyez ? Peu importe ce que c’est, s’il nie la Parole, il n’est pas de Dieu. Regardez, soumettez-le au test de la Parole, et voyez ce qui arrive.

331 JĂ©sus nous a prĂ©venus au sujet de ces choses. Matthieu, au chapitre 24, et au verset 35, je voudrais prendre cette rĂ©fĂ©rence-lĂ , Ă  cause des bandes. Un instant, maintenant. Plus qu’une vingtaine de minutes, et nous vous laisserons partir, et–et je suis sĂ»r que nous n’en aurons mĂȘme pas vu le tiers, mais ceci, il faut quand mĂȘme que je le lise. Voyez ? Matthieu 24.35. Maintenant, Ă©coutez trĂšs attentivement ce que JĂ©sus a dit. Maintenant, ceci... Comme Il nous avait dit que « les deux esprits seraient tellement proches que ça sĂ©duirait mĂȘme les Élus... » Vous savez ça. N’est-ce pas ? Maintenant, est-ce que Ce sera vrai ? Oui, monsieur. Matthieu 24.35 dit : Les cieux et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.

332 Voyez ? Maintenant, il... Que les deux esprits soient tellement proches, alors, il doit en ĂȘtre ainsi. Il doit en ĂȘtre ainsi. La–la dĂ©nomination pentecĂŽtiste doit avoir un comportement tellement proche du vrai que JĂ©sus a dit qu’il n’y aurait que les Élus qui ne seraient pas sĂ©duits. Ça me crĂšve le coeur. Mais, mes frĂšres dĂ©nominationnels, ne voyez-vous pas pourquoi–pourquoi j’ai fait ce que j’ai fait ? Voyez ? « Tellement proches que ça sĂ©duirait mĂȘme les Élus, si c’était possible. »

333 Mais quant aux Élus, qui ont Ă©tĂ© Ă©lus Ă  la Vie Éternelle... Bon, ce point-lĂ , on va vraiment le traiter, on va le traiter tout Ă  l’heure, et comment ! on va vraiment attaquer le sujet. Voyez ? Les... Souvenez-vous, il n’y a que les Élus, c’est la seule espĂšce qui Le saisira
« Eh bien, dites-vous, qu’est-ce qui vous dit que ce n’est pas vous qui avez raison ? »

334 Alors, Ă©prouvez-moi par la Parole. Venez Ă©prouver votre dĂ©nomination par cette Parole. Voyons qui est dans le vrai. « Éprouvez toutes choses », dit la Bible.

335 Vous dites : « Ça ne change rien Ă  l’affaire, ça, qu’on soit baptisĂ© de cette maniĂšre-ci ou de celle-lĂ . » Oui, ça change quelque chose. C’est ça que Satan avait dit Ă  Eve.

336 Quelqu’un avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© baptisĂ©, dans Actes 19. Et, en plus, c’est un bon chrĂ©tien qui les avait baptisĂ©s : Jean-Baptiste. Paul a dit : « Avez-vous reçu le Saint-Esprit aprĂšs avoir cru ? » On a dit... Il a dit : « Nous ne savons pas s’il y a un Saint-Esprit. »

337 Il a dit : « Alors, comment avez-vous Ă©tĂ© baptisĂ©s ? » Si vous l’aviez saisi, vous auriez su ce qu’il en Ă©tait. Voyez ? « Mais comment auriez-vous... Comment–comment avez-vous Ă©tĂ© baptisĂ©s ? »
Il a dit : « Du baptĂȘme de Jean, le grand homme qui a baptisĂ© JĂ©sus. »

338 Paul a dit : « Ça, ça ne marchera pas maintenant. En effet, Jean n’a baptisĂ© que pour amener Ă  la repentance, et non pour la rĂ©mission des pĂ©chĂ©s; le Sacrifice n’avait pas Ă©tĂ© offert. » Et sur ces paroles, ils se sont fait rebaptiser, au Nom de JĂ©sus-Christ. Qu’est-ce qui se serait passĂ© si MoĂŻse avait dit... Dieu avait dit : « Ôte tes souliers, MoĂŻse. »

339 Il aurait dit : « Tu sais, je les ai attachĂ©s un peu serrĂ©, ce matin, Seigneur. Je vais tĂ©moigner plus de respect, je vais ĂŽter mon chapeau » ? Ça n’aurait pas marchĂ©. Il n’a jamais dit chapeau. Il a dit souliers.

340 Et ça, c’est bien le diable qui essaie de badigeonner Cela en blanc, comme il l’avait fait dans le cas de notre mĂšre, Eve. C’est chaque Parole qui est la VĂ©ritĂ©, telle quelle, comme Dieu L’a Ă©crite lĂ . C’est comme ça que je La crois.

341 Maintenant, vous, allez-y. Si vous dites : « Eh bien, nous avons la VĂ©rité», eh bien, allez-y, alors. C’est en ordre. Si vous ĂȘtes aveugles Ă  ce point, allez-y, continuez Ă  tĂątonner dans les tĂ©nĂšbres. C’est cette Parole qui va vous juger, frĂšre, et non votre credo.

342 Oh ! ça semble bien beau. Oui, monsieur, ça semble bien beau. Et vous dites : « Eh bien, FrĂšre Branham, attendez une minute. Dieu soit bĂ©ni, je les ai vus aller lĂ -bas et guĂ©rir les malades. » Oh ! c’est sĂ»r, moi aussi. « Oh ! je les ai vus parler en langues. » Oui, monsieur, moi aussi.

343 Je ne l’ai jamais cru, et il n’y a personne qui puisse le prouver par la Parole de Dieu, que le signe initial du Saint-Esprit soit le parler en langues. Je veux que l’homme vienne le prouver. Je les ai dĂ©fiĂ©s de le faire, depuis le dĂ©but. Je crois au parler en langues. Oui, monsieur. Mais j’ai vu des dĂ©mons parler en langues. Des magiciennes et des sorciers parler en langues et en donner l’interprĂ©tation, alors qu’ils nient l’existence mĂȘme de JĂ©sus-Christ. J’ai vu des hommes parler en langues, alors qu’ils vivaient avec la femme d’un autre; debout, Ă  me regarder en face et, devant lui, j’ai eu une vision; je l’ai pris Ă  part, et je lui ai fait attester que c’était vrai. Et vous appelez ça le Saint-Esprit ? Oh ! oui.

344 Vous dites : « Eh bien, FrÚre Branham, ne croyez-vous pas que le Saint-Esprit parle en langues ? » Oui, monsieur. Mais soumettez-le au test de la Parole. Voyez ?

345 JannĂšs et JambrĂšs ont opĂ©rĂ© des miracles. C’est vrai. N’est-ce pas ? Oui monsieur. JannĂšs et JambrĂšs, quand MoĂŻse est descendu en Égypte, tout ce que MoĂŻse a produit comme signe, JannĂšs et JambrĂšs, ces deux sorciers, pouvaient produire la mĂȘme chose. Deux dĂ©mons ! MoĂŻse disait : « Des puces ! » Ils disaient : « Des puces ! » MoĂŻse disait : « Un bĂąton par terre ! » Ils disaient : « Un bĂąton par terre ! » « Un serpent ! » « Un serpent ! » C’est vrai. Ils pouvaient opĂ©rer des miracles.

346 La Bible dit que « dans les derniers jours, des dĂ©mons s’élĂšveraient, opĂ©rant des miracles, et qu’ils sĂ©duiraient les gens ». C’est trĂšs dur Ă  entendre, frĂšre, mais il faut que vous sachiez la VĂ©ritĂ©.

347 JĂ©sus a dit : « Plusieurs viendront Ă  Moi en ce jour-lĂ , et ils diront : ‘Seigneur, Seigneur, n’ai-je pas fait ceci, fait cela et fait cela, et ainsi de suite, en Ton Nom ?’ » Il dira : « Retire-toi de Moi, ouvrier d’iniquitĂ©. » L’iniquitĂ©, qu’est-ce que c’est ? Quelque chose dont vous savez que ce n’est pas bien, et vous le faites quand mĂȘme. Et vous savez que la Parole de Dieu est vraie. Pourquoi faites-vous l’hypocrite ? À cause de votre organisation; alors, vous En prenez un peu ici, mais vous ne voulez pas prendre le reste. Ouvrier d’iniquitĂ© ! Il a dit : «Retirez-vous de Moi. Je ne vous ai mĂȘme jamais connus. » Or ça, c’est... Vous devez vous frayer un chemin Ă  travers l’enfer, soit ici, soit dans la vie Ă  venir. Alors, voyez ? Maintenant, souvenez-vous, c’est vrai, ça. C’est ce que JĂ©sus a dit.

348 JannĂšs et JambrĂšs s’opposĂšrent Ă  MoĂŻse. Souvenez-vous. Et la Bible dit que « de mĂȘme qu’eux s’opposĂšrent Ă  MoĂŻse, ces mĂȘmes esprits-lĂ  apparaĂźtraient de nouveau dans les derniers jours ». Qu’est-ce ? Juste avant la libĂ©ration des gens. AllĂ©luia ! Le moment de la libĂ©ration est arrivĂ©.

349 JĂ©sus a dit, lĂ  dans Matthieu 24, « que–qu’ils sĂ©duiraient mĂȘme les Élus, si c’était possible ». Il n’y a que les Élus qui Le saisiront, seulement un ici et lĂ . « MĂȘme les Élus, si c’était possible. »

350 « De mĂȘme que JannĂšs et JambrĂšs s’opposĂšrent Ă  MoĂŻse, de mĂȘme le feront ces hommes Ă  l’esprit rĂ©prouvĂ© en ce qui concerne la Parole, en ce qui concerne la VĂ©ritĂ©. » Et la Parole est la VĂ©ritĂ©. Pas vrai ? Ce n’est pas du lait Ă©crĂ©mĂ©, ça, mes amis. Voyez ? Regardez. Ils...

351 La Bible dit, JĂ©sus a dit « qu’ils seraient tellement proches qu’ils sĂ©duiraient mĂȘme les Élus, si c’était possible ». Mais ce n’est pas possible. Cette Semence va tomber lĂ , parce qu’Elle a Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©e Ă  y tomber. Les semences ont Ă©tĂ© dispensĂ©es; les dĂ©nominations ont semĂ©. La Parole a Ă©tĂ© semĂ©e. Voyez ?

352 Et JannĂšs et JambrĂšs, eux, ces gens-lĂ , la Bible dit que ces dĂ©mons s’élĂšveraient dans les derniers jours et qu’ils sĂ©duiraient les gens, par les miracles et les signes qu’ils pourraient produire. Comment allez-vous faire la diffĂ©rence ? La Parole. La... MĂȘme dans l’Ancien Testament, il est dit : « S’ils ne parlent pas selon la loi et les prophĂštes, il n’y a aucune Vie en eux », s’ils nient une seule chose.

353 Alors, montrez-moi une seule personne qui ait jamais Ă©tĂ© baptisĂ©e, au moyen du titre du nom du « PĂšre, Fils, Saint-Esprit ». Alors, pourquoi le faites-vous ? Un credo, des hybrides, des enfants morts, des enfants bĂątards, deux fois morts, dĂ©racinĂ©s ! « Et toute racine que Mon... Toute plante que Mon PĂšre CĂ©leste n’a pas plantĂ©e sera dĂ©racinĂ©e. Les cieux et la terre passeront, mais Ma Parole ne passera pas », a dit JĂ©sus.

354 Maintenant, voyez-vous pourquoi j’ai pris position comme je l’ai fait ? Montrez-moi un seul passage Ă  l’appui, si ce n’est pas une malĂ©diction pour une femme de se couper les cheveux. VoilĂ . AprĂšs ça, vous me cherchez querelle.

355 AprĂšs ça, les gens disent : « FrĂšre Branham est un prophĂšte. Oh ! croyez-le tant qu’il parle aux gens, qu’il leur dĂ©voile leurs pĂ©chĂ©s, et des choses comme ça. Mais quand il se met Ă  enseigner, n’allez pas croire Ça. » Pauvre hypocrite, va ! Tu ne connais rien du tout. La Bible ne dit-Elle pas : « La Parole du Seigneur a Ă©tĂ© adressĂ©e aux prophĂštes » ? Je ne prĂ©tends pas ĂȘtre un prophĂšte. Je ne suis pas un prophĂšte; mais c’est vous qui l’avez dit. Je dis ce que vous, vous avez dit. Et ensuite, vous faites volte-face pour dire une chose pareille ? N’allez pas le nier. J’ai mĂȘme la bande oĂč vous l’avez dit. Vous ne saviez pas ça, hein ? Je voudrais bien que vous niiez l’avoir dit, une bonne fois. C’est tout ce que je voudrais, que vous le niiez, pour que votre propre voix vous le fasse entendre de nouveau.

356 « De mĂȘme que JannĂšs et JambrĂšs s’opposĂšrent Ă  MoĂŻse. » Des faiseurs de miracles, mais oĂč Ă©tait la Parole, la vraie Parole ? Il y avait des hommes qui opĂ©raient des miracles. Il y avait des hommes qui pouvaient faire tous les genres de miracles que...

357 Mais il y avait deux prophĂštes oints qui Ă©taient lĂ , ou, un prophĂšte et son compagnon. Il y avait un prophĂšte oint, du nom de MoĂŻse, qui Ă©tait lĂ , il avait l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. À la fin, tout a Ă©tĂ© manifestĂ©, avant la dĂ©livrance. Pas vrai ? Les prĂ©tendus faiseurs des miracles se sont tous Ă©teints.

358 Et ce qu’ils essaient de faire, ils essaient de–de fabriquer une pluie de l’arriĂšre-saison. C’est absurde. Voyons, la pluie de l’arriĂšre-saison se rĂ©pandra dans le monde entier, frĂšre. Il y a eu une pluie de la premiĂšre saison, des paroles ont Ă©tĂ© semĂ©es. C’est vrai. Maintenant vous verrez ce que produira la pluie de l’arriĂšre-saison. Vous constaterez qu’il y aura une affiliation. Les pentecĂŽtistes et tous les groupes se rĂ©uniront, et ils fermeront leurs portes Ă  ceux qui ne voudront pas Ă©couter. Vous n’aurez mĂȘme pas le droit d’ouvrir la bouche. C’est vrai. C’est lĂ  qu’Il viendra. C’est lĂ  qu’Il manifestera. C’est lĂ  que vous verrez une pluie. Oh ! la la ! Ne bougez pas. Restez tranquilles. Oui. Laissez faire. Oh !

359 Mais la Parole Ă©tait avec ce prophĂšte oint, parce que la Parole du Seigneur est venue au prophĂšte. Or, Dieu ne change pas Son systĂšme. Non, non. Il n’a jamais changĂ© Son systĂšme.

360 Or, qu’en Ă©tait-il ? Encore lĂ  il y en avait trois. JannĂšs et JambrĂšs sont allĂ©s lĂ -bas accomplir des miracles. Comme ceux qui Ă©taient descendus Ă  Sodome, qui avaient fait un seul petit miracle : aveugler les gens. Voyez ? LĂ -bas, il y avait Abraham, l’oint, avec Dieu, et avec sa compagne Sara. Pas vrai ? Ici, il y avait JannĂšs et JambrĂšs, qui accomplissaient des miracles, tout ce que MoĂŻse pouvait produire en signe de miracles, comme signes. LĂ , il y avait la Parole ointe, le prophĂšte, avec son aide, son assistant.

361 Oh ! comme j’aimerais pouvoir prĂȘcher lĂ -dessus maintenant, pendant deux bonnes heures. TrĂšs bien. Dans GenĂšse 1, souvenez-vous : « Chaque semence selon son espĂšce. » Il doit en ĂȘtre ainsi pour toujours. Il y a tous ces types.

362 Un homme qui dirait, qui pourrait croire, que l’Eglise passera par une pĂ©riode de Tribulation, je me demande bien oĂč vous pourriez trouver une semence pour ça, alors que, mĂȘme... « Eh bien, dites-vous, je crois qu’il Y est dit qu’ils feraient ceci. » C’est bien. Avez-vous remarquĂ© oĂč les pluies Ă©taient tombĂ©es, lĂ -bas, Ă  l’autre Ă©poque ? OĂč est-elle tombĂ©e ? NoĂ© Ă©tait dans l’arche avant que le jugement Ă©clate. Sodome : Lot Ă©tait sorti de Sodome avant que ça se produise. Voyez ? C’est sĂ»r. Nous...

363 Nous ne passerons pas par la pĂ©riode de la Tribulation, pas du tout. Vous allez partir dans un EnlĂšvement un de ces jours. Certainement. Qu’est-ce que nous... Pourquoi auriez-vous Ă  ĂȘtre jugĂ©s ? C’est Lui qui a subi ma tribulation : JĂ©sus-Christ. C’est lĂ  que ma tribulation a eu lieu, en plein lĂ . Oui. Je L’ai acceptĂ©, Lui, et je suis libre. « Quand Je verrai le Sang, Je passerai par-dessus vous. » C’est vrai. MoĂŻse Ă©tait bien Ă  l’abri, avec IsraĂ«l, pendant que la tribulation Ă©tait dĂ©versĂ©e. C’est vrai. TrĂšs bien.

364 Chaque semence doit ĂȘtre produite selon son espĂšce. « Dieu a fait l’homme Ă  Son image, selon Son espĂšce Ă  Lui », pour qu’il soit Sa Parole sur terre. Il L’a exprimĂ©e en JĂ©sus-Christ. Qu’en Ă©tait-il ? Dieu Ă©tait en Christ. VoilĂ  un Homme selon Son espĂšce Ă  Lui. Voyez ? Quand Dieu, qui est la Parole... Combien savent qu’Il est la Parole ? Quand la Parole Ă©tait en Christ, un Homme, un humain, un Homme, qu’Elle S’exprimait Ă  travers Lui, c’était Dieu, la Parole, qui S’exprimait en Christ.

365 « Et Dieu, au commencement, a fait l’homme Ă  Son image. » Et c’est cette espĂšce d’homme lĂ  que Dieu fait aujourd’hui. Le sĂ©minaire et le couvoir d’incubation produisent un tas d’hybrides, voyez-vous, les Ă©coles. Mais, quand Dieu appelle un homme, il est Ă  Son image Ă  Lui, la Parole, rendue vivante en lui. C’est vrai. Le voilĂ ; voilĂ  l’homme de Dieu, l’homme Ă  Son image, Ă  Son exacte ressemblance. Et JĂ©sus l’a dit : « Il fera les oeuvres que Moi Je fais. »

366 Donc, « Dieu a fait l’homme Ă  Son image, selon Son espĂšce. » Son espĂšce ! Son espĂšce, qu’est-ce que c’est ? La Parole. Il est la Parole. Alors, si un homme nie la Parole de Dieu, comment peut-il ĂȘtre Ă  l’image de Dieu ? Posez donc la question. Posez-vous la question. Comment pouvez-vous ĂȘtre Ă  l’image de Dieu, et nier la Parole de Dieu, alors que la Parole est l’expression mĂȘme de Son Être ?
« Oh ! dit-il, ce n’est pas Ça que Ça veut dire. »

367 L’expression mĂȘme de Dieu, qui dirait : « Oh ! Je L’ai dit, mais Ce n’est pas vraiment Ça que Je voulais dire. Je–Je me suis trompĂ©, lĂ . Je–Je me rĂ©tracte. Ça, c’était pour une autre Ă©poque. Ce n’est pas Ce que Je voulais dire » ? Oh ! misĂ©ricorde ! SaletĂ©s, saloperies du diable, qu’il a fait avaler Ă  Eve. Mais qu’il n’essaie pas de faire gober ça aux Élus. Non, monsieur. Ils ne croiront pas ça. «Venez donc vous joindre Ă  notre groupe. » Vous y joindre, pas du tout !

368 Vous devez y naĂźtre, pas vous y joindre; une nouvelle crĂ©ature, oui, Ă  Son image Ă  Lui, de Son espĂšce, pour ĂȘtre–pour ĂȘtre Sa Parole exprimĂ©e sur terre. Or, JĂ©sus Ă©tait la Parole exprimĂ©e de Dieu. Croyez-vous ça ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Alors, que devons-nous ĂȘtre ? Des fils de Dieu, nous aussi, par la Parole exprimĂ©e dans l’Eglise, continuant Ă  exĂ©cuter – c’est-Ă -dire le Corps mystique de Christ, continuant Ă  exĂ©cuter les oeuvres mĂȘmes que JĂ©sus avait faites quand Il Ă©tait ici sur terre. Voyez ? VoilĂ  l’espĂšce qui est selon Son espĂšce Ă  Lui.

369 Bon, on retrouve l’espĂšce luthĂ©rienne selon la luthĂ©rienne, l’espĂšce mĂ©thodiste selon la mĂ©thodiste, l’espĂšce catholique selon la catholique, l’espĂšce pentecĂŽtiste selon son espĂšce Ă  elle, l’unitaire selon la sienne, la trinitaire selon la sienne.

370 Par contre, si vous ĂȘtes de l’espĂšce de Dieu, ça, c’est autre chose, voyez-vous, vous ĂȘtes l’expression mĂȘme de la Parole, qui Se manifeste. Oh ! la la ! Mais, forcĂ©ment. Si l’eau tombe sur Elle, Elle ne pourra pas faire autrement. Donc, donc, lui donner une Naissance, un type, et qu’il... aprĂšs... Dieu a fait l’homme Ă  Son image Ă  Lui. Je–je pense que je n’aurai vraiment pas assez de temps pour exprimer ce qui suivait, ici. C’est quelque chose d’épatant. Mais je–je ne veux pas... Toutes les Paroles de Dieu sont Ă©patantes, voyez-vous. Et regardez-moi donc ça, oĂč j’avais prĂ©vu de m’arrĂȘter à–à l’heure du repas de midi. Il me reste encore tout ça, j’en ai Ă  peu prĂšs le sixiĂšme. Hum ! TrĂšs bien. Est-ce que je peux... Tenons-nous-en donc lĂ . Qu’est-ce que vous en dites ? Et aprĂšs, nous... Oui. Combien peuvent revenir cet aprĂšs-midi ? Levez la main. Oui. Oui. Bon. Je ne veux pas vous retenir trop longtemps. Je vais–je vais simplement... Je ne voudrais pas vous Ă©puiser. Et maintenant, je vais... Maintenant, les frĂšres qui enregistrent, laissez tourner les bandes encore un instant, et je vais–je vais m’occuper moi-mĂȘme de couper ça, dans un instant. Bon, trĂšs bien. Maintenant nous...

371 La derniĂšre chose que nous avons exprimĂ©e, c’est que Dieu a fait l’homme Ă  Son image Ă  Lui, selon Son espĂšce Ă  Lui. Dieu a fait un homme selon Son espĂšce. Vous saisissez ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Un homme selon Son espĂšce. Eh bien, quelle espĂšce d’homme Ă©tait-il ? Si vous regardez en arriĂšre pour voir ce qu’Il Ă©tait quand Il a Ă©tĂ© fait chair, c’est cette espĂšce d’homme lĂ  qu’Il fait. Pas vrai ? [« Amen. »] Un homme selon Son espĂšce. Amen. C’est vrai. N’est-ce pas ? [« Amen. »] C’est ça l’homme de Son espĂšce.

372 En une autre occasion, Ă  un moment donnĂ©, Il a dit Ă  un homme : « Tu es selon Mon coeur. » Un homme selon Son coeur : David. Vous vous en souvenez? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] L’Esprit de Dieu en David. David, un roi rejetĂ©. L’oint est toujours rejetĂ©. David, le roi rejetĂ©, est montĂ© sur la colline, quand son propre peuple... Je vais prĂȘcher lĂ -dessus pendant les trois prochaines minutes. Quand le propre peuple de David, qui aurait dĂ» ĂȘtre... Sa propre espĂšce l’a dĂ©trĂŽnĂ©, son propre fils, qui l’a chassĂ© du trĂŽne.

373 David est allĂ© lĂ -bas, et l’un d’eux est mĂȘme allĂ© jusqu’à cracher sur lui, sur ce roi oint. Ce type-lĂ  est arrivĂ©, estropiĂ© par sa doctrine. La Bible dit qu’il Ă©tait estropiĂ©, vous savez. Et il le suivait, en crachant sur ce roi. Observez Christ. On crachait sur lui; le messager qui Ă©tait Ă  ses cĂŽtĂ©s (qui reprĂ©sentait un ange) a dĂ©gainĂ© son Ă©pĂ©e, il a dit : « Ne faut-il pas couper la tĂȘte de ce chien; cracher sur le roi ? » Un ange a dit : « Je le tue sur-le-champ. »

374 David a dit : « Rengaine ton épée. Je dois faire ceci. » Il est monté au sommet de la colline, de Jérusalem, il a regardé en bas, un roi rejeté, et il a pleuré.

375 Huit cents ans plus tard, le Fils de David, l’Esprit qui Ă©tait partiellement en David, s’est trouvĂ© sur la mĂȘme colline : un Roi rejetĂ©, sur lequel on a crachĂ© et dont on s’est moquĂ©. Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Je peux imaginer Dieu qui dit... Les anges qui marchaient avec Lui lĂ -bas, quand Il est montĂ© au Calvaire, comme ça. « Ne doit-on pas couper la tĂȘte de ce chien? Laissez-le. » Oh ! la la !

376 Il viendra un temps. Mais alors, David, Ă  son retour ? Ça a Ă©tĂ© une tout autre histoire. David est revenu, portĂ© en triomphe. Cet autre a accouru, il implorait misĂ©ricorde Ă  grands cris. Bien sĂ»r.

377 Laissez-les. Un jour, Il viendra avec puissance. À ce moment-là, c’est eux qui riaient, mais ça va changer de direction. C’est vrai. Laissez-les, c’est tout.

378 Mais Dieu a dit : « David, tu es un homme selon Mon coeur. » Quand Dieu crée un homme, il est de Son espÚce.

379 David a dit : « J’ai cachĂ© Ta Parole dans mon coeur, afin que je ne pĂšche pas contre Toi, Seigneur. » Tout ce qu’il lui fallait, c’était de la pluie. Tout irait bien pour David, si seulement il pouvait recevoir cette pluie, mais le Saint-Esprit n’avait pas encore Ă©tĂ© donnĂ©. Il avait la Parole, et la Parole Ă©tait en lui, et il pouvait La reconnaĂźtre; il a dit : « Je L’ai cachĂ©e dans mon coeur, Seigneur. Elle ne s’épanouira pas et Elle n’agira pas comme Elle le devrait, mais je L’ai cachĂ©e lĂ , Seigneur. Je L’ai cachĂ©e lĂ . » Par contre, quand JĂ©sus est venu, Lui, Il Ă©tait la Parole manifestĂ©e, alors la Vie du Germe a Ă©tĂ© retirĂ©e de LĂ , et maintenant Elle revient sur la Parole. Et si la coupe de David dĂ©bordait, que devrait faire la nĂŽtre ? AssurĂ©ment. Sans l’Esprit... Amen. N’est-Il pas merveilleux ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] L’aimez-vous ? [« Amen. »] N’est-Il pas merveilleux, merveilleux, merveilleux ?
JĂ©sus, mon Sauveur, est merveilleux !
Je l’ai vu, entendu, dans la Bible je l’ai lu,
JĂ©sus, mon Sauveur, est merveilleux !

380 N’est-ce pas qu’Il l’est ? Combien L’aiment ? Combien L’aiment, Lui ? Oh ! la la ! Merveilleux !

381 Or, c’est dur Ă  entendre, mon ami. C’est trĂšs dur Ă  entendre. Je ne veux pas ĂȘtre dur, ce n’est pas ce que je veux. Oui. J’espĂšre que vous le comprenez. Voyez ? Mais aujourd’hui, j’exprime ouvertement pourquoi j’ai fait les choses que j’ai faites.

382 Maintenant, en derniĂšre analyse, avant que nous nous sĂ©parions pour–pour le repas de midi, je dirai ceci. Je veux que vous sachiez que je... C’est ce qui a Ă©tĂ© mon motif et mon objectif, c’est la Parole de Dieu. Mon motif, c’est de Lui ĂȘtre agrĂ©able. Je ne peux pas Ă©couter tout ce qui se dit, et croire la Parole de Dieu; je ne peux pas non plus Ă©couter tout ce qui se dit, et ĂȘtre agrĂ©able Ă  Dieu. Mon motif, c’est de connaĂźtre Sa Parole, et d’ĂȘtre agrĂ©able Ă  Dieu, en Le servant selon Sa Parole. Ce n’est pas que j’aie quoi que ce soit contre...

383 Or, chaque personne ici prĂ©sente qui est nĂ©e de l’Esprit de Dieu, qui fait partie des Élus, a peut-ĂȘtre dĂ©jĂ  Ă©tĂ© mĂ©thodiste, baptiste, presbytĂ©rienne, pentecĂŽtiste, ou quelque chose d’autre, quelque part. Bon, ça, vous le savez. Vous le savez. Et, donc, voyez-vous, quand on dit : « Aller vers eux », ça, il faut le faire. Il y a quelqu’un lĂ -bas, si vous semez la Semence, un jour, il y aura une moisson. Elle tombera...

384 Certains vont passer par lĂ , ils diront : « Oh ! ce n’est rien d’autre qu’un... C’est un imposteur. » N’ont-ils pas dit la mĂȘme chose de notre Seigneur ? « Ça ne vaut rien, Ça. » Eh bien, alors, pourquoi ne pas le vĂ©rifier avec moi ? « Rien d’autre qu’un imposteur ! » Voyez ? Alors, vĂ©rifiez-le par la Parole. Voyez ? Si ce n’est pas la Parole, alors, c’est bel et bien une imposture. Voyez ? Or, si c’est votre thĂ©ologie qui diffĂšre de la Parole, alors, elle n’est pas bonne. Voyez ?

385 Bon, d’autres vont passer par lĂ  et diront : « Eh bien, sais-tu quoi, je crois que je vais essayer Ça pendant quelque temps. » Vous allez suffoquer. C’est vrai. Voyez ?

386 Mais quand vous vous videz vraiment de tout, que vous dites : « Seigneur JĂ©sus, Ă  partir de maintenant, ce n’est plus moi, mais c’est Toi » (Voyez ?), alors Elle produira au centuple. Est-ce que vous croyez ça ? [L’assemblĂ©e dit : «Amen.» – N.D.E.] Moi aussi, je le crois. Avec–avec la libertĂ© et la justice pour tous. C’est vrai. Oui, monsieur. Je promets fidĂ©litĂ© Ă  mon Seigneur, voyez-vous, de prĂȘcher Sa Parole et de m’en tenir Ă  Sa VĂ©ritĂ©.

387 MĂȘme si cela doit me coĂ»ter la vie, je continue quand mĂȘme. En effet, je... Ce serait quelque chose de glorieux pour moi, non pas que je veuille le faire, mais s’il me fallait le faire, je mĂȘlerais mon sang Ă  cette terre, comme ceux qui y ont mĂȘlĂ© leur sang pour la mĂȘme cause. Comme ceux qui sont morts dans les fosses aux lions; comme ceux qui sont morts sur les croix; ceux qui ont Ă©tĂ© sciĂ©s; qui ont Ă©tĂ© expulsĂ©s de leurs organisations; qui allĂšrent çà et lĂ  vĂȘtus de peaux de brebis et de peaux de chĂšvres; qui Ă©taient dĂ©nuĂ©s de tout. Ce serait un grand privilĂšge pour moi. Comme les disciples de Christ qui s’en sont retournĂ©s, et qui regardaient comme un sujet de joie complĂšte d’avoir pu porter l’opprobre jetĂ© sur Son Nom. Ils ont pu endurer ça pour Lui, ces petites souffrances. Je ne veux pas souffrir. Personne ne veut souffrir.

388 J’aimerais donner la main Ă  toutes les dĂ©nominations, dire : « FrĂšres, allons-y. » J’aimerais faire ça. Si je le fais, j’îte ma main de la Sienne. Loin de moi l’idĂ©e de faire une chose pareille. MĂȘme si je dois rester seul, je reste avec Lui et Sa Parole. En effet, comme Eddie Perronet le disait : Christ est le Roc oĂč je me tiens,
Tout le reste est sable mouvant.
Et Christ est la Parole. « Au commencement... »

389 Et qu’est-ce ? Chaque Parole qui produit. « Chaque semence qui produit selon son espĂšce. » La semence dĂ©nominationnelle produira selon son espĂšce. L’organisation pentecĂŽtiste produira selon son espĂšce. Celle des baptistes produira selon son espĂšce. Qu’est-ce ? L’organisation, constamment, constamment. Nous allons montrer, cet aprĂšs-midi, Dieu voulant, comment elles ont commencĂ©, et quelle en a Ă©tĂ© la cause, et oĂč il est dit dans la Bible que c’est ce qu’elles feraient, et comment elles finiront, exactement quelle sera la fin.

390 Que Dieu vous bĂ©nisse, tous ceux qui sont dans leur voiture. Beaucoup d’entre vous qui sont dans les voitures, qui n’ont pas pu entrer, vous Ă©coutez grĂące Ă  ce microphone. Et que Dieu vous bĂ©nisse, vous qui ĂȘtes debout le long des murs, et vous qui ĂȘtes restĂ©s assis ici, ce matin.

391 Et j’espĂšre bien que, par la grĂące de Dieu, je n’ai offensĂ© personne, mais j’ai voulu bien me faire comprendre. Maintenant, si vous croyiez la mĂȘme chose que ce que j’ai dit ce matin, ne prendriez pas cette mĂȘme position ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Bien sĂ»r que oui.
Inclinons la tĂȘte un instant.

392 Bienveillant PĂšre cĂ©leste, nous ne voulons pas mettre fin Ă  la rĂ©union, mais simplement faire une pause pour prendre un peu de repos pendant quelques instants. Et maintenant, ces semences qui ont Ă©tĂ© semĂ©es ce matin, puissent-elles ĂȘtre tombĂ©es dans une bonne terre fertile. Puissent-elles produire en abondance, Seigneur, la Vie Éternelle en abondance. Maintenant, nous prions, PĂšre, que ces semences qui ont Ă©tĂ© semĂ©es restent lĂ  Ă  attendre que tombe la pluie de l’arriĂšre-saison. À attendre ! « Ceux qui s’attendent Ă  l’Éternel renouvelleront leur force.» Ô Dieu, puissions-nous ne pas devancer la Parole; rester lĂ  avec la Parole. Accorde-le, Seigneur. BĂ©nis-nous maintenant.

393 Et ceux qui iront manger, je Te prie de leur dispenser leur repas, et–et de bĂ©nir leur nourriture, de leur redonner des forces et de les ramener cet aprĂšs-midi, trĂšs tĂŽt, Seigneur. Puissent-ils ĂȘtre assis dans le temple, ici, Ă  attendre.

394 Et puisses-Tu m’aider, comme je vais en priĂšre, pour revenir ensuite. Je Te prie de m’oindre Ă  nouveau, cet aprĂšs-midi. Accorde-le, Seigneur, afin que je puisse apporter aux gens ce que je crois ĂȘtre Ta Parole. Accorde-le, PĂšre.

395 Je Te prie de bĂ©nir notre cher pasteur bien-aimĂ©, frĂšre Neville, notre prĂ©cieux frĂšre. Dans quelques minutes, il ira dans l’eau, ici, avec un groupe de gens, pour les baptiser.

396 Et, PĂšre, s’il y a ici quelqu’un, ce matin, qui a Ă©tĂ© baptisĂ© autrement que du baptĂȘme chrĂ©tien, selon ce que Ton grand serviteur Paul... Et il a dĂ©clarĂ© qu’il avait la Parole de Dieu en lui. Et il a dĂ©clarĂ© que « si un homme ou un ange, si mĂȘme un ange descendait du Ciel, » comme Satan qui avait la forme d’un ange, « descendait et disait quoi que ce soit d’autre que ce que lui avait dit, qu’il soit anathĂšme ». PĂšre, nous savons que ça, c’est Ă©crit dans les Écritures. Et je prie, PĂšre, que, que ça–ça descende profondĂ©ment dans leur coeur, que c’est Paul lui-mĂȘme qui a obligĂ© les gens qui n’avaient pas Ă©tĂ© baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus-Christ pour la rĂ©mission de leurs pĂ©chĂ©s, c’est lui qui leur a ordonnĂ© de se faire rebaptiser. Que ce soit reçu par les gens, PĂšre. Qu’ils en prennent conscience, alors qu’il y aura ce service de baptĂȘmes.

397 Qu’ils prennent conscience que c’est la VĂ©ritĂ©, sachant qu’ils ne peuvent pas fournir une seule Parole de l’Écriture Ă  l’appui de leur conception trinitaire de trois Dieux. PĂšre, bien sĂ»r, nous croyons que Tu es une trinitĂ© de fonctions, c’est-Ă -dire PĂšre, Fils et Saint-Esprit. Ça, nous le croyons trĂšs certainement, Seigneur, mais ça ne fait pas de Toi trois Dieux, ça fait de Toi un seul Dieu qui a exercĂ© trois fonctions : le PĂšre, le Fils, et le Saint-Esprit; et le Nom qui a Ă©tĂ© donnĂ© Ă  ce Dieu, c’est JĂ©sus-Christ. Alors, c’est ça qui est le Nom du PĂšre, du Fils, du Saint-Esprit.

398 PĂšre, que les gens le voient, et qu’ils se montrent obĂ©issants, par le baptĂȘme d’eau pour la rĂ©mission de leurs pĂ©chĂ©s. Et maintenant, que ces quelques mots sur le baptĂȘme descendent profondĂ©ment dans le coeur de chacun, car nous ne savons pas combien de temps il nous reste, PĂšre. C’est trĂšs proche.

399 L’ennemi, dont nous avons prĂ©vu de parler cet aprĂšs-midi, s’installe de plus en plus profondĂ©ment, il est de plus en plus audacieux. Depuis qu’ils sont montĂ©s sur le trĂŽne, ils gagnent toujours plus de terrain. Seigneur, nous le voyons partout. Pas le communisme, Seigneur. Que les gens puissent le comprendre, que c’est le romanisme, « la vieille mĂšre prostituĂ©e, avec son impudique ». Et nous les voyons, Seigneur, en train de prendre forme, une image Ă  la bĂȘte. Et nous en sommes lĂ .

400 Dieu notre PĂšre, sois misĂ©ricordieux maintenant. Que nous nous mettions tous Ă  l’abri, dans l’Arche, et que nous soyons prĂȘts pour la pluie de l’arriĂšre-saison. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

401 Maintenant, ceux d’entre vous qui sont ici dans le bñtiment, maintenant, si vous voulez sortir doucement, aller manger quelque chose, trùs bien, et si vous voulez, ensuite, revenez, revenez aussi vite que possible, aprùs le service.

402 Maintenant, levons-nous un instant. Levons–levons-nous ensemble. Combien croient la Parole du Seigneur ? Levez la main. Amen. Oh ! merci Seigneur! Oh ! comme j’aime JĂ©sus.
Oh ! comme j’aime JĂ©sus,

403 Seigneur JĂ©sus, bĂ©nis ces mouchoirs. Transmets-leur, Seigneur, l’onction de l’Esprit...?... au Nom de JĂ©sus.

EN HAUT