ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Mise en place des diacres de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 58-0720E La durĂ©e est de: 24 minutes .pdf La traduction VGR
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Mise en place des diacres

1 Donc, d’abord, mettre en place des diacres dans l’église. Et notre petite Ă©glise, ici, est souveraine. Il n’y a aucune dĂ©nomination, ni rien qui envoie des diacres ici, elle Ă©lit ses propres diacres. Elle Ă©lit son pasteur, elle Ă©lit ses administrateurs, elle Ă©lit tout ce qui entre en fonctions ou qui quitte ses fonctions dans l’église. Ce n’est pas un seul individu qui dĂ©cide de quoi que ce soit, c’est l’église. Et l’église, ce sont les personnes qui y viennent, qui soutiennent l’église par leur prĂ©sence, par leur dĂźme et par leurs offrandes – ce sont toujours ces personnes-lĂ  qui ont le droit lĂ©gal de dĂ©cider pour ce qui est de mettre en place ces fonctions.

2 Je tiens Ă  remercier l’ancien conseil des diacres, et je le dis ici, au nom de toute l’église. Si certains de ces frĂšres sont ici, il s’agit de FrĂšre Cox, de FrĂšre Fleeman, de FrĂšre Higginbotham et de FrĂšre Deitzman : ils se sont dĂ©vouĂ©s Ă  notre service, au service du Seigneur, dans ce tabernacle.

3 De temps en temps – selon les rĂšglements de l’église, c’est chaque annĂ©e que le mandat des diacres et des administrateurs expire automatiquement. S’ils veulent se prĂ©senter de nouveau, trĂšs bien. S’ils ne veulent pas se prĂ©senter de nouveau, alors, on pourra mettre en place d’autres personnes pour les remplacer – et ce conseil a dĂ©missionnĂ©.

4 Alors l’autre soir, j’ai convoquĂ© le conseil d’administration – il y a maintenant un nouveau conseil d’administration. J’ai remarquĂ© FrĂšre Luther McDowell ici ce soir, nous sommes bien contents de le voir parmi nous; un ancien membre du conseil d’administration. Cette semaine, je suis allĂ© prendre des renseignements, vĂ©rifier et faire faire une reproduction par photocopie, qui sera Ă©galement prĂ©sentĂ©e Ă  l’église. Alors, les administrateurs de l’église sont maintenant FrĂšre William Morgan, FrĂšre Mike Egan, FrĂšre Banks Wood et FrĂšre Roy Roberson. Et ils sont tous de cette ville, sauf FrĂšre Roberson, qui habite entre les deux villes. Le Seigneur a jugĂ© ces hommes dignes de la tĂąche, ce sont des hommes honorables, et ils sont maintenant entrĂ©s en fonctions comme administrateurs de cette Ă©glise.

5 Et alors, au cours de cette rĂ©union, le pasteur adjoint a annoncĂ© que nous, qu’un nouveau conseil de diacres allait devoir ĂȘtre Ă©lu, que ceux-ci avaient exercĂ© leur mandat et–et qu’ils avaient dĂ©missionnĂ©; il fallait donc sĂ©lectionner d’autres diacres. Maintenant, l’église... La maniĂšre de procĂ©der, c’est que le conseil peut dĂ©signer des diacres – des hommes qu’ils ont cĂŽtoyĂ©s et qu’ils considĂšrent comme des hommes honorables et justes.

6 La fonction de diacre est une fonction trĂšs importante, et c’est un grand honneur aux yeux du Seigneur, d’ĂȘtre un diacre dans l’église. Donc, pendant la rĂ©union, l’autre soir, on m’a nommĂ© certains hommes. Ensuite, quand j’ai eu une rencontre avec le pasteur, le vendredi suivant, vendredi dernier, cet homme Ă©tait d’accord que c’étaient lĂ  des hommes honorables et justes.

7 Un jeune homme qu’ils avaient trouvĂ© ne remplissait pas tout Ă  fait les conditions requises (non pas parce qu’il n’était pas le genre d’homme qu’il faut), il avait Ă©tĂ© proposĂ© par un des hommes honorables de notre conseil d’administration. Mais, au cours de la rencontre que le pasteur et moi avons eue, j’ai demandĂ© l’ñge de ce jeune homme, il a un peu plus de vingt ans; c’est un homme honorable, juste, un homme de valeur, mais il se trouve qu’il est cĂ©libataire. La Bible exige que le diacre soit mariĂ©. Il faut qu’il soit mari d’une seule femme.

8 Et puis il y a un autre homme, un homme trĂšs honorable, trĂšs qualifiĂ© pour la tĂąche et qui aurait Ă©tĂ© un homme loyal – un frĂšre l’avait proposĂ©. Alors, aprĂšs avoir Ă©tudiĂ© cette proposition : ce frĂšre n’en est qu’à ses dĂ©buts dans cette Foi, sa femme n’Y croit pas. Cet homme s’est ainsi trouvĂ© disqualifiĂ© pour cette fonction. En effet, il faut qu’il tienne tous les membres de sa famille dans la soumission, que ceux-ci partagent la mĂȘme Foi, parce qu’il y aurait conflit.

9 Nous sommes en train de construire quelque chose, nous dĂ©sirons mettre en place cette Ă©glise. Et, en tant que surveillant gĂ©nĂ©ral de l’église, je dois m’assurer qu’elle soit gardĂ©e conforme aux Écritures, que tout corresponde parfaitement Ă  la Parole.

10 Et c’est pourquoi ce conseil, ainsi que le pasteur et le surveillant ont trouvĂ© bon de sĂ©lectionner, parmi ce groupe de gens ci, des hommes qui sont, Ă  notre avis, des hommes honorables et justes. Nous pouvons seulement les prĂ©senter. Et c’est, ensuite ils sont nommĂ©s par l’église, qui s’exprime par un vote. Ensuite, ces hommes vont exercer ces fonctions, – s’ils jugent bon d’accepter le poste, – ensuite, ils vont venir, pour une courte pĂ©riode de temps, voir s’ils jugent que peut-ĂȘtre qu’effectivement Dieu les y a appelĂ©s. Par la suite, s’ils jugent qu’ils ne sont pas qualifiĂ©s, ils ont alors le droit, dans les semaines qui suivent, de dĂ©missionner du poste, pour qu’on puisse dĂ©signer quelqu’un d’autre pour les remplacer.

11 Toutefois, au dĂ©but des rĂ©unions de rĂ©veil que (Dieu voulant) je veux faire dans ce tabernacle dĂšs que je me serai reposĂ©, c’est Ă  ce moment-lĂ  que je–à ce moment-lĂ  que je, que nous ordonnerons ces diacres, par l’imposition des mains – les diacres et le trĂ©sorier de cette Ă©glise. Mais il faut d’abord qu’ils aient Ă©tĂ© nommĂ©s, et–et qu’ils voient si ça leur convient et si ça convient Ă  l’assemblĂ©e. Ensuite, si ça–ensuite, si ça convient de part et d’autre, alors nous procĂ©dons Ă  l’ordination de ces hommes comme diacres, exactement de la mĂȘme maniĂšre que nous Ă©lisons les administrateurs.

12 C’est la souverainetĂ© de l’église et sa lĂ©gislation, selon la Parole de Dieu. Par consĂ©quent, lĂ , on ne peut pas dire que “moi, je trouve que cet homme-ci conviendrait bien”, ce n’est pas ça, que “FrĂšre Neville trouve que cet homme-ci conviendrait bien”, ou que “le conseil d’administration trouve que cet homme-ci conviendrait bien”. Il faut que ce soit fait par l’église! Personne ici ne fait quoi que ce soit de son propre chef. C’est par le vote de l’église. C’est une Ă©glise souveraine.

13 L’ancien texte des rĂšglements a Ă©tĂ© dĂ©truit dans l’inondation de 1937. Nous les avons recopiĂ©s, et ils seront bientĂŽt affichĂ©s au mur, ici : les fonctions des administrateurs, des diacres, des trĂ©soriers, et tout ça, du pasteur, de ses adjoints, et tout ça.

14 Par la grĂące de Dieu, – c’est ce qui m’a Ă©tĂ© dit, – c’est par un vote oĂč cent pour cent des membres du conseil de cette Ă©glise en ont convenu : ils considĂšrent que FrĂšre Hollin Hickerson est un homme juste, honorable, et qu’il est apte Ă  ĂȘtre mis en place, Ă  recevoir le grand honneur d’ĂȘtre diacre de ce tabernacle.

15 De mĂȘme, nous avons vu, selon le vote du conseil, que FrĂšre Collins est Ă©galement considĂ©rĂ© comme un homme honorable et juste. Comme il est lui-mĂȘme ministre, nous lui avons donc demandĂ© de venir ĂȘtre un–un diacre de l’église; non seulement un diacre, mais un adjoint de FrĂšre Neville, peut-ĂȘtre pour une classe de l’école du dimanche, ou pour remplacer FrĂšre Neville, ou ce pour quoi on pourrait faire appel Ă  lui, comme adjoint de FrĂšre Neville. Donc, FrĂšre Collins.

16 Et, de mĂȘme, l’église s’est dĂ©clarĂ©e en faveur de FrĂšre Tony Zabel, un homme honorable et juste, le conseil d’administration et les pasteurs se sont dĂ©clarĂ©s favorables Ă  ce qu’on lui demande d’accepter la fonction de diacre de ce tabernacle.

17 Et, de mĂȘme, on a demandĂ©, et considĂ©rĂ© comme un homme honorable parmi nous (Non pas que... ces hommes, ce ne sont pas les seuls qui soient honorables, mais c’est simplement qu’ils ont Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ©s par le conseil.) FrĂšre Taylor, de Henryville, ou, de Memphis, je crois, de Memphis, dans l’Indiana. Il est parmi nous depuis quelque temps, il fait fonction d’huissier et il fait tout ce qu’il peut. Alors l’église a considĂ©rĂ© favorablement, ou, le conseil et les pasteurs, de lui demander d’accepter la–la fonction importante d’ĂȘtre diacre de ce tabernacle.

18 Et, de mĂȘme, on a demandĂ© au gendre de FrĂšre Mike Egan, FrĂšre–FrĂšre Bob Harnard, – qui a Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ© par le conseil et par les pasteurs, – d’accepter le poste de trĂ©sorier de ce tabernacle, ce qui est une tĂąche honorable, qui exige la justice et l’honneur.

19 Et de faire ceci, je pense, mes frĂšres, d’avoir Ă©tĂ© dĂ©signĂ©s ici, c’est un grand honneur pour vous, et ce n’est pas seulement un honneur, mais c’est une tĂąche Ă  remplir.

20 Maintenant je vais demander Ă  FrĂšre Neville, notre adjoint, de lire ce qui est exigĂ© du diacre. FrĂšre Neville, si tu veux bien lire ça dans la Parole de Dieu. [FrĂšre Neville lit I TimothĂ©e 3.8-13.–N.D.É.] Les diacres aussi doivent ĂȘtre honnĂȘtes, Ă©loignĂ©s de la duplicitĂ©, des excĂšs du vin, d’un gain sordide, Conservant le mystĂšre de la foi dans une conscience pure. Qu’on les Ă©prouve d’abord, et qu’ils exercent ensuite leur ministĂšre, s’ils sont sans reproche. Les femmes, de mĂȘme, doivent ĂȘtre honnĂȘtes, non mĂ©disantes, sobres, fidĂšles en toutes choses. Les diacres doivent ĂȘtre maris d’une seule femme, et diriger bien leurs enfants et leurs propres maisons; Car ceux qui remplissent convenablement leur ministĂšre s’acquiĂšrent un rang honorable, et une grande assurance dans la foi en JĂ©sus-Christ.

21 Amen. J’aimerais maintenant demander aux frĂšres qui ont Ă©tĂ© dĂ©signĂ©s, de bien vouloir venir prĂšs de l’estrade un instant. Alors que nous inclinons la tĂȘte un instant pour prier, je veux qu’ils... Et l’église sait ce que nous faisons lĂ , il s’agit d’élire votre conseil des diacres et votre trĂ©sorier.

22 Seigneur JĂ©sus, c’est avec des pensĂ©es sobres et saintes que nous venons Ă  Toi en ce moment. Nous venons par respect pour Ta trĂšs Sainte Parole, nous venons en croyant que “toute parole d’homme doit ĂȘtre reconnue pour fausse, mais celle de Dieu reconnue pour vraie”. Nous Te sommes reconnaissants pour cette Église, que JĂ©sus s’est acquise par Son Sang prĂ©cieux, et de ce que Tu nous aies donnĂ© ce bĂątiment dans lequel adorer.

23 Et puisque nous sommes surveillants de ce grand troupeau, et que c’est ce que le Saint-Esprit nous a destinĂ©s Ă  ĂȘtre, nous essayons maintenant de prĂ©senter Ă  cette assemblĂ©e un groupe d’hommes loyaux et justes, des hommes que nous croyons remplis de l’Esprit et prĂȘts Ă  exercer ces fonctions. Comme il a Ă©tĂ© dit, autrefois, au sujet du conseil des diacres : “Allez choisir parmi vous des hommes de qui l’on rende un bon tĂ©moignage et qui aient reçu le Saint-Esprit, afin que ceux-ci exercent ce genre de ministĂšre : prendre soin des veuves et des orphelins, distribuer l’argent, et veiller au bien-ĂȘtre de l’église.” Des annĂ©es plus tard, nous venons de lire ce qu’a Ă©crit ce grand homme inspirĂ© qu’était saint Paul, qui a Ă©noncĂ© ce que dĂ©clarent les Écritures quant aux exigences de ces postes.

24 Ô Dieu, honore ces hommes. Et maintenant, quant au choix, Seigneur, c’est l’église souveraine, c’est le Corps du Seigneur JĂ©sus, c’est eux qui doivent les Ă©lire. Et [espace.non.enregistrĂ©.sur.la.bande–N.D.É.]... et veuille diriger cette partie de la rĂ©union d’une maniĂšre spĂ©ciale, par le Nom juste et saint de JĂ©sus.

25 Maintenant, pendant que nos tĂȘtes sont inclinĂ©es, non seulement nos tĂȘtes, mais nos coeurs aussi, et alors que tous les membres de cette Ă©glise... ceux qui y viennent rĂ©guliĂšrement et qui la soutiennent par leur dĂźme et par leurs offrandes, voilĂ  ceux qui sont considĂ©rĂ©s comme membres de cette Ă©glise. Pendant que seuls le pasteur et moi regardons, que le pasteur adjoint (FrĂšre Neville) et moi regardons, j’aimerais demander Ă  cette Ă©glise si elle considĂšre que FrĂšre Taylor est un homme juste, et qu’il est Ă©ligible – pour autant que vous puissiez en juger – Ă  devenir diacre de ce groupe de gens? Veuillez le signifier en levant la main. [FrĂšre Branham fait une pause.–N.D.É.] TrĂšs bien. Maintenant, s’il y a des voix contre, veuillez lever la main. [FrĂšre Branham fait une pause.] Merci.

26 Est-ce que des membres de cette Ă©glise considĂšrent, et tous, est-ce que vous considĂ©rez que FrĂšre Hollin Hickerson est un homme juste et honorable, un homme qui est, Ă  vos yeux, digne de devenir le diacre de cette Ă©glise? Veuillez le signifier en levant la main droite. [FrĂšre Branham fait une pause.–N.D.É.] Si certains sont contre, alors, levez la main. [FrĂšre Branham fait une pause.]

27 Est-ce que cette assemblĂ©e considĂšre qu’il en va de mĂȘme pour FrĂšre Collins, qu’il est un homme droit et honorable, et qu’il est digne de la tĂąche d’ĂȘtre diacre de cette Ă©glise? Veuillez lever la main. [FrĂšre Branham fait une pause.–N.D.É.] TrĂšs bien. Ceux qui sont contre, veuillez lever la main. [FrĂšre Branham fait une pause.]

28 Est-ce que cette assemblĂ©e considĂšre que FrĂšre Tony Zabel est un homme honorable et qu’il est digne de cette fonction, d’ĂȘtre diacre de ce troupeau, dans cette Ă©glise? Veuillez lever la main droite. [FrĂšre Branham fait une pause.–N.D.É.] Ceux qui sont contre, veuillez lever la main. [FrĂšre Branham fait une pause.]

29 Est-ce que cette assemblĂ©e estime que FrĂšre Harnard est un homme juste et droit, – il est au milieu de nous depuis dĂ©jĂ  un certain temps, – qu’il est apte Ă  ĂȘtre le trĂ©sorier, le secrĂ©taire-trĂ©sorier de cette Ă©glise, Ă  s’occuper des finances et Ă  payer les factures? Si oui, levez la main droite. [FrĂšre Branham fait une pause.–N.D.É.] Est-ce que quelqu’un est contre, levez la main droite. [FrĂšre Branham fait une pause.]

30 J’aimerais dire aux–aux frĂšres qui sont en ce moment debout au pied de cette croix, que cette Ă©glise, Ă  cent pour cent (pas une seule voix contre), considĂšre que vous ĂȘtes tous dignes, aux yeux de Dieu, de remplir cette fonction Ă  laquelle Dieu vous a appelĂ©s.

31 Maintenant, vous, comme il l’a dit : “Qu’on les Ă©prouve d’abord, et qu’ils voient s’ils dĂ©sirent ce poste.” D’ici quelques semaines, Dieu voulant, je reviendrai imposer les mains Ă  ce groupe d’hommes, afin de les Ă©tablir officiellement comme admin-... ou, comme diacres de cette Ă©glise, et comme trĂ©sorier.
Inclinons la tĂȘte un instant.

32 Seigneur, nous sommes heureux ce soir, qu’il y ait encore, vivants sur cette terre, des hommes qui peuvent marcher dans la saintetĂ© devant le monde; une saintetĂ© telle qu’un tabernacle comme celui-ci, dont les rĂšglements sont trĂšs sĂ©vĂšres, peut Ă©lire cinq hommes comme ses dirigeants, sans qu’il y ait une seule voix contre. Nous nous rĂ©jouissons pour eux, et nous avons le sentiment que Tu Ă©tais avec nous quand nous avons pris ces dĂ©cisions – le conseil et nous, les pasteurs.

33 Ô Dieu, bĂ©nis ces hommes. Et puissent-ils exercer ces fonctions en y mettant tout leur coeur, en sachant qu’ils acquiĂšrent ainsi un rang honorable dans le Ciel. Un jour, quand les Livres du Ciel se fermeront, puisse le Livre des ĂȘtres cĂ©lestes et le grand Livre du Ciel s’ouvrir, et puissent leurs noms s’y trouver, Ă  cent pour cent, devant Dieu et le Sauveur, et devant toutes les armĂ©es du Ciel – que ce soit pareil dans Son Royaume. BĂ©nis-les, Seigneur, et puissent-ils bien remplir ces fonctions. C’est au Nom de JĂ©sus que nous Te remercions pour eux. Amen.

34 Je veux juste vous donner une poignĂ©e de main, [FrĂšre Branham donne une poignĂ©e de main aux frĂšres.–N.D.É.] FrĂšre Harnard, FrĂšre Zabel, FrĂšre Collins, FrĂšre Hickerson, FrĂšre Taylor. Je suis vraiment heureux de savoir que nous avons fraternisĂ© pendant tout ce temps avec des hommes si honorables. Maintenant, que Dieu vous bĂ©nisse. Et nous vous verrons trĂšs prochainement, dĂšs que je me serai reposĂ© un peu, et Ă  mon retour, nous verrons si vous vous plaisez dans votre fonction. TrĂšs bien, d’aprĂšs ce vote, c’était cent pour cent, je pense, pas une seule voix contre.

35 Oh, n’ĂȘtes-vous pas contents de cĂŽtoyer des gens, aujourd’hui, qui vivent pieusement devant Dieu et qui vivent dans cet Ă©tat-lĂ  devant ce monde actuel? C’est une chose merveilleuse.

36 Et je suis si content de savoir, ce soir, que j’ai le privilĂšge de–d’avoir pour amis ces hommes et cette Ă©glise. Je suis si content que Dieu m’ait donnĂ© de m’associer avec Son Église, partout dans le monde. Oh, on les mĂ©prise, on les rejette, on parle d’eux; comme je le disais ce matin, dans mon Message, peut-ĂȘtre qu’ils ne sont que des tripoteurs de boue, aux yeux du monde, “qu’une bande de fanatiques”, mais aux yeux de Dieu, ils sont Ses enfants. J’en suis si heureux. Ils ne sont peut-ĂȘtre pas capables de vous dire combien de kilomĂštres nous sĂ©parent de la lune. Ils ne sont peut-ĂȘtre pas capables de vous parler de tout le systĂšme solaire, et de son fonctionnement. Mais il y a une chose qu’ils connaissent, ils connaissent l’heure de leur nouvelle naissance. J’en suis si content pour eux.

37 Voici une petite parabole, dont j’ai reçu l’enseignement, et je vais associer cela avec mes deux petites filles ce soir, pour que ce soit plus clair pour nous, que ce soit pour nous une rĂ©alitĂ©, et de sorte que vous en compreniez le sens. Un matin, au saut du lit... J’ai deux petites filles. L’une d’elles, c’est RĂ©becca, et l’autre, c’est Sara – et ce sont les petites filles de leur papa.

38 J’ai aussi un petit garçon : Joseph. Je revenais de Chattanooga, un soir, aprĂšs une rĂ©union, pendant que j’étais lĂ -bas lors de ma derniĂšre campagne. J’étais dans la–dans la voiture, accompagnĂ© de mon fils aĂźnĂ©, Billy. Sa femme et MĂ©da Ă©taient dans la voiture, les filles aussi. Nous avons roulĂ© sur une distance de plusieurs rues, et personne ne parlait. Ce soir-lĂ , j’avais Ă©tĂ© particuliĂšrement tranchant, en m’adressant aux gens au sujet de leur façon de se comporter. Personne ne parlait. Et le petit Joseph s’est approchĂ© et m’a saisi l’épaule, il a dit : “Papa, tu as vraiment prĂȘchĂ© ce soir!”

39 Et ce matin, en repartant, en direction de la HuitiĂšme rue et de la DixiĂšme rue... ou plutĂŽt, de la rue Penn et de la DixiĂšme rue, personne ne parlait, ni ma femme ni les deux filles. Et le petit Joseph m’a saisi l’épaule de nouveau, il a dit : “Papa, ça, j’ai vraiment aimĂ©, la prĂ©dication de ce matin”, il a dit.
J’ai dit : “Eh bien, j’ai au moins un admirateur, c’est mon fils.”

40 Revenons Ă  la petite chose que nous disions. AprĂšs m’ĂȘtre levĂ©, un matin, j’étais assis dans la piĂšce, la petite Becky est arrivĂ©e en courant, et, disons qu’elle s’est assise Ă  califourchon sur ma jambe et qu’elle a passĂ© son bras autour de moi – c’est la petite fille de son papa. Elle me serrait dans ses bras. La petite Sara a sautĂ© du lit, et, vĂȘtue de son petit pyjama, disons qu’elle arrive en courant Ă  son tour. C’est ma petite aux yeux bruns.

41 La petite Becky dit : “Oh, Sara, il est inutile que tu viennes, parce que j’ai dĂ©jĂ  papa Ă  moi toute seule. Papa est tout Ă  moi!” Et la petite Sara, elle a fait la lippe, ses petits yeux bruns se sont assombris. J’ai fait signe, comme ceci, et lui ai prĂ©sentĂ© l’autre genou, elle est venue s’y asseoir Ă  califourchon.

42 Becky, ses jambes sont plus longues, alors elles touchaient par terre. La petite Sara Ă©tait vacillante, alors j’ai entourĂ© Sara de mes deux bras. La petite Sara a jetĂ© un coup d’oeil vers Becky et elle a dit : “Becky, papa est peut-ĂȘtre tout Ă  toi, mais moi, je suis toute Ă  papa!”

43 Et je pense que c’est comme ça ici. Nous ne connaissons peut-ĂȘtre pas toute la thĂ©ologie, ni tous les grands termes grecs, ce groupe de gens ne les connaĂźt peut-ĂȘtre pas. Mais une chose est sĂ»re : je crois que nous sommes tout Ă  JĂ©sus. Amen.
TrĂšs bien, FrĂšre Neville.

EN HAUT