ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Compte Ă  rebours de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 62-0909M La durĂ©e est de: 1 hour and 31 minutes .pdf La traduction VGR
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Compte Ă  rebours

1 Merci, FrÚre Neville. Que le Seigneur te bénisse.
Je suis toujours un peu pressĂ©. Je viens d’arriver. J’étais au tĂ©lĂ©phone avec FrĂšre Moore, qui me demandait d’aller lĂ -bas Ă  l’occasion de leur jubilĂ© des cinquante ans de la PentecĂŽte. J’essayais de fixer des dates, avec les Hommes d’Affaires de l’autre endroit, lĂ -bas, et j’ai dit... j’ai tournĂ© le combinĂ©, et j’ai dit : “Tu entends ‘Crois seulement’, lĂ ? Tu sais ce que ça veut dire.” Je lui ai passĂ© Billy, et je suis sorti en vitesse. Alors, je–je ne sais pas comment ils vont rĂ©soudre ça, lĂ -derriĂšre, mais c’est... J’aime quand mĂȘme beaucoup aller en Louisiane, chez ces gens-lĂ , les braves gens du Sud, lĂ -bas. Mais c’est que, vers les mĂȘmes dates, je dois ĂȘtre en–en Floride, au congrĂšs rĂ©gional des Hommes d’Affaires, alors ça se complique un peu quand on essaie de concilier tout ça en un instant, comme ça.

2 Nous sommes tous heureux d’ĂȘtre ici ce matin, d’ĂȘtre vivants et–et parmi ceux qui peuvent dire : “Amen.” C’est vrai. Par contre, je suis dĂ©solĂ© que nous soyons si entassĂ©s, ici. Il m’a dit que certaines personnes sont venues et reparties aussitĂŽt, en voiture. Mais nous sommes... Pour le–pour le moment, nous ne pouvons vraiment pas faire mieux. Vous le savez. Vous le comprenez, j’en suis sĂ»r. [FrĂšre Branham tousse.–N.D.É.] Excusez-moi.
Est-ce que vous entendez mieux quand je parle dans celui-ci, ou bien dans celui-ci? Celui-ci, ici? Bon, rapproche-le, pour que je sois prùs de celui-là. [Frùre Neville dit : “Celui-ci diffuse en direct. Celui-là est un–celui-là est un micro d’enregistrement.”–N.D.É.] Celui-ci enregistre, ici. Trùs bien. Trùs bien, monsieur.

3 Eh bien, est-ce que vous avez aimĂ© la soirĂ©e d’hier? Je... nous avons vraiment bien saisi, et le Seigneur nous a bĂ©nis. Tant d’autres choses pourraient ĂȘtre dites au sujet de ce Message-lĂ , mais je me suis dit que vous pourriez peut-ĂȘtre Ă©tudier ça, vous savez, et alors vous vous rendrez compte, et, entre les lignes, de l’heure oĂč nous vivons. Nous sommes vraiment au temps de la fin. Et c’est ce que je crois. Évidemment, c’est ce que chaque personne a pensĂ©, je suppose, depuis que JĂ©sus a promis de revenir. Mais, de toute façon, vous savez, un de ces jours, Il viendra, voyez. Donc, vraiment, je ne vois rien d’autre qui doit encore arriver, seulement l’EnlĂšvement de l’Église.

4 Maintenant, juste avant que nous abordions le Message que je veux apporter ce matin, sur le sujet du Compte Ă  rebours. Et maintenant, nous... et, ce soir, souvenez-vous du service de ce soir, lĂ  : Vivre dans Sa PrĂ©sence. Voyez? Et nous allons essayer de faire vite, de nous dĂ©pĂȘcher, pour que vous puissiez repartir, que vous puissiez reprendre le travail lundi matin. Et nous sommes reconnaissants pour chacun de vous. Je ne sais vraiment pas ce que nous, ce que je ferais sans vous. Je ne pourrais vraiment–je ne pourrais vraiment pas continuer sans vous.

5 Et je tiens Ă  remercier tout particuliĂšrement cette Soeur Williams, je pense que je ne connais mĂȘme pas cette femme. Ce matin, quand je me suis levĂ©, oh, FrĂšre Charlie Cox Ă©tait lĂ , et–et devant la–la porte, on avait laissĂ© tout plein de nourriture, des conserves et tout. Cette pauvre petite femme, elle a dĂ» se donner beaucoup de mal cet Ă©tĂ©, pour mettre toutes ces choses-lĂ  en conserve, les tomates et tous ces aliments. Ça, ça me touche vraiment beaucoup. Soeur Williams, je crois qu’ils ont laissĂ© votre Bible, pour qu’on prie, ils ont demandĂ© qu’on prie que Dieu... J’ai priĂ©, ce matin, dans la piĂšce, – pendant que j’étudiais, pour prĂ©parer ce Message, – que Dieu prenne le contenu de cette Bible et qu’Il le place dans votre coeur. Et je prie que Dieu vous bĂ©nisse. J’aurais bien voulu vous payer pour ça, soeur. Je sais que vous vous ĂȘtes donnĂ© beaucoup de mal pour faire tout ça. Et je vous remercie vivement! C’est dire bien peu, par contre je vais vous citer une Écriture, car nous savons, comme je le disais hier soir, qu’Elle ne faillira pas. JĂ©sus a dit : “Toutes les fois que vous avez fait ces choses au plus petit,” et c’est bien le cas, voyez, “au plus petit de Mes enfants, c’est Ă  Moi que vous les avez faites.” Puisse cela vous ĂȘtre rendu, exactement comme si c’était entre Ses mains que vous aviez remis ces choses. Que Dieu vous bĂ©nisse pour ça.

6 Tous, je vous remercie. Quand vous ĂȘtes lĂ , je vois, par les–les dĂźmes et par les sommes que vous donnez, que vous avez cette confiance en nous que tout cela sera employĂ© pour le Royaume de Dieu. Or, nous sommes responsables de cela, voyez, et nous devrons en rendre compte. Alors, nous voulons surveiller tout ce que nous faisons, afin que chaque action se fasse aussi parfaitement que possible, comme le Seigneur voudrait que ce soit fait, parce que nous ne savons pas Ă  quel moment Il nous appellera Ă  rĂ©pondre et Ă  rendre compte de tout ce qui s’est prĂ©sentĂ© devant nous.

7 C’est pour ça, je pense, que Paul – hier soir – n’avait qu’un seul manteau. Voyez? Il aurait pu en avoir plus, mais il n’en avait pas plus. Il n’avait besoin que d’un seul manteau Ă  la fois, alors il ne gardait que celui-lĂ . Je ne pense pas que les richesses de ce monde l’intĂ©ressaient. Je ne pense pas que la popularitĂ© l’intĂ©ressait; vous savez ce que je veux dire, tous ces gens dans leurs grands mouvements religieux, comme ce qu’on a aujourd’hui. Et tant de gens...

8 Je sais qu’on enregistre ceci. Et quand je dis des choses ici, je suis conscient que je ne parle pas seulement Ă  cette assemblĂ©e, mais partout dans le monde. Et je... En effet, ces bandes vont vers bien, bien des nations, on les apporte mĂȘme aux tribus qui sont au fond de l’Afrique, lĂ -bas; les gens s’assoient lĂ , et le ministre prend ces bandes et il les interprĂšte pour eux, lĂ -bas, dans ces endroits oĂč ils ne savent mĂȘme pas distinguer leur droite de leur gauche. Voyez? Au fin fond de l’Australie, et dans ces endroits oĂč les gens sont–sont, n’ont mĂȘme pas... Tout ce qu’ils mangent, c’est... Leur moyen d’obtenir du sucre, c’est de prendre une petite coquille, de dĂ©terrer un tas de fourmis, et de leur arracher le dos d’un coup de dent, comme ça. C’est ce qui leur permet de subsister, c’est leur moyen d’obtenir leur sucre. Et ils n’ont pas de vĂȘtements, ils n’ont rien. Ils prennent un vieux kangourou, et ils le jettent sur le feu, avec les entrailles et tout Ă  l’intĂ©rieur, ils le grillent un peu, et puis ils mangent ça. Et c’est comme ça, c’est terrible. Et, souvenez-vous, ces bandes, on les fait passer dans ces endroits-lĂ . Le Message que vous Ă©coutez ici, on le fait passer dans ces endroits-lĂ , grĂące Ă  des centaines de missionnaires, qui apportent ces bandes et les font passer dans ces endroits-lĂ , en les interprĂ©tant pour les gens. Alors, vous voyez, quand j’arriverai au Jour du Jugement, vous voyez ce qui va reposer sur mes Ă©paules? Et si j’induisais quelqu’un en erreur? Voyez? VoilĂ . Pensez un peu, une seule de ces Ăąmes, si je l’induisais en erreur, la conduisais dans quelque chose de faux.

9 Donc, il y a lĂ  mes frĂšres, dans ces organisations. Et beaucoup d’entre eux sont des hommes trĂšs bien, la plupart d’entre eux – je suis bien content de ça. Par contre, certains d’entre eux deviennent tellement... et, en gĂ©nĂ©ral, les conducteurs en viennent Ă  ĂȘtre obligĂ©s d’entrer dans le moule, et ça devient alors comme, oh, comme une affaire de politique. Ils font de la politique lĂ -dedans. Et en agissant ainsi, ils s’écartent de la Parole de Dieu.

10 Moi, je dois m’en tenir strictement Ă  la Parole. Je–je dois m’y tenir. Et, il faut que les choses en viennent lĂ , c’est tout. Et je–je–je dois continuer Ă  avancer, voilĂ  tout. Alors, et nous... Vous savez, il y a un petit cantique que nous chantons : “Nous naviguons sur les flots du temps, nous ne serons pas ici longtemps.” Vous l’avez entendu. “Les nuages tĂ©nĂ©breux de l’orage feront place Ă  un jour radieux.” C’est vrai. “Prenons tous courage, car nous ne sommes pas seuls.” C’est vrai. “Le Bateau de sauvetage vient bientĂŽt, rassembler les Joyaux Ă  la Maison.” C’est Ă  ce moment-lĂ  que je compte avoir le manteau qui ne s’usera jamais, – c’est ça, – celui qui est Éternel. Et je dois ĂȘtre fidĂšle Ă  Dieu, ne prĂȘter aucune attention aux choses de cette terre, jusqu’à ce que nous arrivions lĂ -bas. Et alors, nous... ce sont celles-lĂ  qui vont durer.

11 Donc je, au long de ces trente, presque trente-deux ans de ministĂšre, je me suis efforcĂ© de rester fidĂšle Ă  la Parole. À ma connaissance, je n’ai jamais eu Ă  revenir modifier quoi que ce soit, parce que je lisais la chose dans la Bible, tout simplement, je disais exactement ce que la Bible dit, et je m’arrĂȘtais lĂ . Donc, je n’ai pas eu Ă  me rĂ©tracter, ni Ă  rĂ©arranger quoi que ce soit, parce que je l’ai simplement dit comme la Bible le dit. Et j’ai dĂ©couvert que, si Dieu a prononcĂ© quelque chose, alors il faut que nous nous alignions sur cette Parole, afin d’En amener l’accomplissement. Nous avons vu ça, et je vous parlais hier soir d’une vision que j’ai eue rĂ©cemment, voyez, selon laquelle... Il fallait que je sois lĂ , et j’avais Ă©tĂ© prĂ©venu que je devais ĂȘtre lĂ , six mois auparavant Il m’avait avisĂ© que je devais me trouver Ă  cet endroit prĂ©cis, et lĂ  Il avait dit : “Va lĂ -bas” (trois fois) “avec eux.” Et j’ai simplement continuĂ© Ă  marcher avec les autres hommes. La vision s’est dĂ©roulĂ©e parfaitement, la partie de Dieu – et moi, je suis restĂ© lĂ . Alors, nous voulons nous rappeler ceci : il faut vous tenir Ă  la Parole, vous en tenir strictement Ă  la Parole. LĂ  oĂč conduit la Parole, allez, suivez la Parole, et Elle vous mĂšnera Ă  bon port, j’en suis sĂ»r.

12 Maintenant, je sais que vous ĂȘtes ici depuis huit heures, et il est probablement dix heures en ce moment. C’est bien ça. Alors maintenant, prions notre Seigneur. Y aurait-il des requĂȘtes spĂ©ciales? Je vois que beaucoup de mouchoirs ont Ă©tĂ© posĂ©s ici. Levez la main pour signifier les requĂȘtes. Que Dieu vous bĂ©nisse. Maintenant, Il... Je Le connais depuis assez longtemps pour savoir ceci : Il voit chaque main et Il connaĂźt chaque coeur; tout ce qu’il reste Ă  faire, c’est de Lui demander, voilĂ . Vous y croyez, et la chose arrive. Maintenant croyez, pendant que nous prions.

13 PĂšre CĂ©leste, nous nous approchons maintenant du grand et puissant TrĂŽne de Dieu, bien que nous soyons des ĂȘtres mortels dans un corps naturel, nos voix prononcent des paroles qui parviennent jusqu’à ce grand TrĂŽne, quelque part dans les autres dimensions, lĂ  oĂč Dieu est assis. En effet, JĂ©sus a dit : “Tout ce que vous demanderez au PĂšre en Mon Nom, Je le ferai.” Et Il nous a demandĂ© de ne pas douter, mais, lorsque nous prions, de croire que nous recevons ce que nous demandons, et cela nous serait donnĂ©. Il a dit : “Vous pouvez mĂȘme dire Ă  cette montagne : ‘Ôte-toi de là’, ne doutez pas dans votre coeur, mais croyez que ce que vous avez dit arrivera, et ce que vous aurez dit vous sera accordĂ©.” PĂšre, nous savons que c’est absolument vrai. Nous l’observons jour aprĂšs jour, et il n’y a aucune erreur dans Ta Parole. Ce qu’il y a, c’est que nous ne parvenons pas Ă  ĂȘtre lĂ  oĂč il faut, parfois notre foi ne peut pas nous Ă©lever jusque-lĂ  : nous nous Ă©nervons et nous doutons. Mais ce matin, nous nous efforçons de venir, Seigneur, avec une espĂ©rance nouvelle, en nous accrochant Ă  la corde de sĂ©curitĂ© : Christ et Sa promesse. Et nous entrons dans la PrĂ©sence de Dieu par le Nom de JĂ©sus.

14 Seigneur, je suis sĂ»r que Tu connais toutes les requĂȘtes qui ont Ă©tĂ© signifiĂ©es ce matin, sous ces mains qui se sont levĂ©es. La mienne aussi Ă©tait levĂ©e, et elle est constamment levĂ©e vers Toi, Seigneur, parce que je suis une personne qui a des besoins. Et je Te prie d’exaucer chaque requĂȘte. Pose Ton regard sur ces gens, Seigneur, et exauce leurs requĂȘtes, du plus jeune au plus ĂągĂ©, de la plus petite requĂȘte jusqu’à la requĂȘte la plus importante. Ainsi, PĂšre, exauce chacune d’elles. Je le demande au Nom de JĂ©sus. Et puis, souviens-toi de la mienne, Seigneur.

15 Et je prie, Te remerciant de nous avoir accordĂ© un repos salutaire Ă  notre corps, et de la connaissance que nous avons de Ta Parole, et de la comprĂ©hension que nous avons de l’Esprit, et je prie constamment que Tu nous donnes plus de comprĂ©hension, afin que nous ne soyons pas un peuple vaniteux, qui s’enorgueillit de cela, mais un peuple humble, et qu’ainsi le Saint-Esprit puisse nous utiliser pour l’accomplissement de la Parole de Dieu, et nous placer en position, lĂ  oĂč nous devons ĂȘtre en cette heure. Car il faut que nous soyons au bon endroit, pour que la chose arrive. Et c’est ce que nous voulons, Seigneur. Que ce soit une mĂ©nagĂšre derriĂšre la table, que ce soit un–un ouvrier d’usine avec une clĂ© Ă  Ă©crous Ă  la main et avec un tĂ©moignage, que ce soit le ministre en chaire, ou le diacre, ou l’administrateur, ou l’enfant qui est Ă  l’école, l’adolescent qui participe Ă  la discussion en classe, oĂč que ce soit, Seigneur, que nous soyons lĂ  au moment voulu. Car nous savons que Tu l’as promis, et la chose va arriver, parce que Tu l’as dit, et, eh bien, c’est lĂ -dessus que se fonde notre foi.

16 Maintenant, Seigneur, nous avons l’impression qu’il ne nous reste plus beaucoup de temps. Le moment approche. Nous sentons le brouillard qui vient s’installer depuis l’espace intersidĂ©ral. Nous savons que le jugement et la colĂšre de Dieu sont sur le point de s’abattre. Nous pouvons dĂ©jĂ  en sentir les effets. Aussi nous Te prions, Seigneur, de nous aider.

17 Et maintenant, aide-moi, Seigneur, Ă  apporter ce petit Message d’une trentaine de minutes ce matin, intitulĂ© Compte Ă  rebours. Aide-nous, Seigneur, Ă  comprendre exactement oĂč nous en sommes.

18 Et sanctifie-nous maintenant, Seigneur, en ĂŽtant nos pĂ©chĂ©s et nos offenses. Et que pas une seule personne qui est ici ce matin soit perdue, que chacun soit prĂȘt, et fasse partie de ce grand cercle, lorsque nous nous retrouverons de l’autre cĂŽtĂ©. Quand l’appel se fera, que j’entende chaque nom, l’un aprĂšs l’autre : “prĂ©sent”. C’est ce que nous dĂ©sirons voir, Seigneur. Et les vieillards seront jeunes lĂ -bas pour toujours, transformĂ©s en un instant, immortels, ils se tiendront lĂ , Ă  Sa ressemblance, pour briller avec plus d’éclat que le soleil et les Ă©toiles, comme Daniel l’a dit : “Ceux qui auront enseignĂ© la justice Ă  la multitude brilleront comme les Ă©toiles pour toujours.” Mais, nous entendons ce que Tu as dit au prophĂšte : “Va, Daniel, car tu te reposeras au milieu de ton hĂ©ritage, mais en ce jour-lĂ , tu seras debout.”

19 Ô Dieu, que nous soyons jugĂ©s dignes grĂące au Sang de JĂ©sus; nous ne nous attribuons aucun mĂ©rite personnel, mais puissions-nous, grĂące Ă  Ses mĂ©rites Ă  Lui, ĂȘtre dignes de nous tenir lĂ  ce jour-lĂ , puisque nous confessons nos fautes et que nous dĂ©sirons nous tenir lĂ , revĂȘtus de Sa justice Ă  Lui, avec le grand prophĂšte Daniel et tous ceux qui se tiendront lĂ  lorsque les rĂ©compenses seront donnĂ©es. D’ici lĂ , Seigneur, fais de nous des instruments dans Ta main. Fais de nos oreilles des instruments ce matin, pour Ă©couter la Parole. Fais de mes lĂšvres des instruments pour La prononcer. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Et que notre intelligence comprenne la volontĂ© de Dieu. Amen.

20 Il est si difficile de se mettre en branle. Il semble qu’il y a tant de choses qu’on pourrait dire et–et qu’on voudrait dire, mais il y a si peu de temps, semble-t-il, pour les dire. Peut-ĂȘtre qu’avant que je–je parte, – comme je le disais hier soir, – nous pourrons avoir l’occasion de–de, peut-ĂȘtre, de parcourir un des Livres de la Bible, cet automne ou cet hiver, avant mon dĂ©part. Je pars, dĂ©sire partir outre-mer, si le Seigneur le veut, tout de suite aprĂšs NoĂ«l, vers cette pĂ©riode-lĂ .

21 Maintenant je voudrais que vous preniez, pour la lecture de ce matin, HĂ©breux, au chapitre 11 . Et maintenant, Ă©coutez trĂšs attentivement la lecture. Je veux mettre le–l’accent sur le verset 3. Or la foi est l’assurance des choses qu’on espĂšre, et la conviction de celles qu’on ne voit pas. Car c’est par elle que les anciens ont reçu tĂ©moignage. Par la foi, nous comprenons que les mondes ont Ă©tĂ© formĂ©s par la parole de Dieu, de sorte que ce qui se voit n’a pas Ă©tĂ© fait de choses qui paraissent. [version Darby]

22 Or, c’est un texte assez bizarre, ça, comme contexte du sujet que je–je veux traiter. Les choses n’ont pas Ă©tĂ© faites de choses qui paraissent. Maintenant, je veux exploiter ce sujet ce matin : Compte Ă  rebours, parce que je veux faire un–un parallĂšle, prĂ©senter un point de vue prophĂ©tique. Hier soir, j’ai voulu enseigner un peu l’Écriture; ce matin, c’est un Message prophĂ©tique; et ce soir, un Message d’évangĂ©lisation.

23 Donc, les choses qui ont Ă©tĂ© faites de choses invisibles. Or j’ai appris, pendant toutes ces annĂ©es, que toutes les choses naturelles sont des types de choses spirituelles, toutes les choses naturelles. Et maintenant, souvenez-vous bien de ceci : chaque fois que vous voyez une chose naturelle, cette chose est un type d’une chose spirituelle. Voyez? Toutes choses sont faites d’aprĂšs des choses invisibles. Voyez, les choses naturelles sont alors un reflet des choses spirituelles.

24 Il y a quelques jours, lĂ , pendant que j’étudiais, – je crois que j’en ai touchĂ© un mot hier soir, – j’ai lu que... ou, en revenant du Canada, j’ai entendu Ă  la radio, qu’un docteur, ici aux États-Unis, avait–avait dĂ©clarĂ© que “l’homme avait Ă©voluĂ© au cours de quatorze millions d’annĂ©es”. Ils ont dĂ©terrĂ© un os, en Italie, en 1800, dans les annĂ©es 1800, et cet os, on prĂ©tend que c’était un os humain qui avait... peut-ĂȘtre, d’aprĂšs... Alors qu’ils s’appliquent Ă  en dĂ©terminer l’ñge, et ce docteur, qui est maintenant un vieillard, a consacrĂ© toute sa vie Ă  l’étude de cet os. Et il dit que “cet os, c’est l’os d’un homme, et il est vieux de quatorze millions d’annĂ©es”.

25 Mais quel non-sens! Qu’un homme ait gaspillĂ© sa vie pour rien, en cherchant Ă  dĂ©montrer la faussetĂ© de la Parole de Dieu, et tout ce qu’il en a rĂ©coltĂ©, c’est une–une destination sans fin. Tout le monde sait que si on enterre un os, au bout de vingt ans, cet os aura commencĂ© Ă  se dĂ©composer. Au bout de cent ans, cet os aura presque disparu, il n’en restera plus que des dĂ©bris, et ça, quelles que soient les conditions auxquelles il aura Ă©tĂ© soumis. Voyez? Et puis, au bout de mille ans, cet os-lĂ  serait comment : dix fois cent ans? Oh, dix fois ça, ce serait quoi, ce serait un million? Ensuite, quatorze fois un million. Oh! la la! C’est tout simplement... Ce n’est mĂȘme pas sensĂ©, de mĂȘme penser Ă  une chose pareille. Un os ne durera pas quatorze millions d’annĂ©es, quelles que soient les conditions. Tout le monde sait ça. Il se pourrait qu’il ait ramassĂ© quelque chose qui ressemblait Ă  un os, ou quelque chose comme ça. Et puis, comment ont-ils pu arriver Ă  dĂ©terminer qu’il Ă©tait vieux de quatorze millions d’annĂ©es? Voyez? AprĂšs tout, Dieu a fait l’homme sur la terre il y a six mille ans, et ça rĂšgle la question.

26 Quelqu’un discutait de ça avec moi, il y a quelque temps, lors d’une de mes rĂ©unions. Je parlais de l’évolution de l’homme, et j’ai dit que celui-ci n’existe que depuis six mille ans. Et cet homme m’a dit : “Eh bien, FrĂšre Branham, nous pouvons prouver que le monde existe depuis des millions d’annĂ©es. Donc, ce que vous racontez lĂ , vous ĂȘtes complĂštement dans l’erreur.”
J’ai dit : “Ne croyez-vous pas la Bible?”
Il a dit : “Je crois que c’est l’homme qui a Ă©crit la Bible.”

27 J’ai dit : “Il est vrai que la main de l’homme a formĂ© les lettres, mais le Saint-Esprit Ă©tait derriĂšre la main. Voyez, a formĂ© la lettre, parce que c’est ce que la Bible dit.”

28 Et il a dit : “Eh bien, là–là, vous devrez admettre que, pour ce qui est du monde, là-dessus ils sont dans l’erreur.”
J’ai dit : “La Bible n’est jamais dans l’erreur, jamais dans l’erreur.”

29 Il a dit : “Eh bien, si, le monde”, il a dit, “a Ă©tĂ©, vous pouvez voir que les montagnes, elles ont Ă©tĂ© formĂ©es par le volcanisme.”
J’ai dit : “Mais c’est que vous...”
Il a dit : “Et Dieu aurait fait ce monde en six jours.”

30 J’ai dit : “Allons, la Bible ne dit pas ça. Vous vous ĂȘtes imaginĂ© qu’elle le disait, c’est tout.” J’ai dit : “Faisons donc un retour en arriĂšre, lĂ , pour rĂ©gler l’argument que vous apportez. Le premier chapitre de la GenĂšse dit : ‘Au commencement, Dieu crĂ©a les cieux et la terre.’ Un point c’est tout! Combien de temps Il a mis Ă  le faire, je n’en sais rien. Il ne nous l’a pas dit. Mais : ‘Au commencement, Dieu crĂ©a les cieux et la terre.’ Un point c’est tout! Ensuite : ‘Et la terre Ă©tait informe.’” C’est lĂ  que Dieu a commencĂ© Ă  l’utiliser. Voyez? Alors, ils se creusent les mĂ©ninges pour rien. Voyez? Voyez?

31 Dieu a fait le monde. Il a peut-ĂȘtre mis cent billions d’annĂ©es Ă  le faire; je ne sais pas combien de temps Il a mis Ă  le faire, mais Il l’a fait. Il n’a pas dit combien de temps Il a mis Ă  le faire, et ça ne nous regarde pas, ça, combien de temps. Il a seulement dit : “Au commencement, Dieu crĂ©a les cieux et la terre.” Un point c’est tout! Ça rĂšgle la question. Ça s’arrĂȘte lĂ . Combien de temps Il a mis Ă  le faire, ça... Mais ensuite, la crĂ©ation a commencĂ© Ă  surgir, lĂ , lorsqu’Il a commencĂ©, Ă  l’autre moment.

32 Et je crois que ce qui est lĂ , tout ce qui est sur terre, reflĂšte le Ciel. Je crois que, la raison pour laquelle vous voyez toutes ces choses qui luttent pour la vie, c’est parce qu’il existe une vie dont celle-lĂ  est le reflet. Et je crois que, quand Dieu a fait l’homme, Il a commencĂ© par prĂ©senter le reflet des choses plus petites, comme la vie animale, et puis ensuite, Il a crĂ©Ă© quelque chose d’autre. C’est exactement comme ça, nous dit la Bible, qu’Il a procĂ©dĂ©. Il a d’abord fait les arbres, et les vĂ©gĂ©taux, et Il a fait l’homme. Et alors, la derniĂšre chose qui est venue, de la terre, sous forme de crĂ©ation, c’était un homme; jamais il n’y a eu quoi que ce soit de plus Ă©levĂ©. Parce que quoi? C’était un reflet parfait de ce qui est le plus Ă©levĂ© dans le Ciel; en effet, Dieu est un Homme. Voyez? Dieu est un Homme, et donc, c’en est la preuve. Et quand Dieu est descendu habiter parmi nous, Il Ă©tait un Homme. Voyez? Un Homme, ce qui dĂ©montre que la perfection de l’évolution, donc, c’était Dieu, qui est un Homme.

33 Et alors, prenez un arbre (prenez l’herbe, et ainsi de suite), prenez un arbre, il reflĂšte l’Arbre de Vie qui est dans le Ciel. Toutes ces choses luttent pour atteindre la perfection. Et toutes les choses naturelles, comme il est dit dans HĂ©breux, ici, ont Ă©tĂ© faites de choses invisibles. Autrement dit, elles sont surnaturelles. Et les choses surnaturelles se reflĂštent dans les choses naturelles. Voyez? Bon, donc, les choses naturelles Ă©taient Éternelles, ou doivent durer Ă  perpĂ©tuitĂ© de mĂȘme que les choses surnaturelles, mais le pĂ©chĂ© a perverti les choses naturelles. Alors, si c’est le cas, et c’est ce que je crois, alors, tout ce qui se produit sur la terre est un type de choses spirituelles qui se produisent. Voyez? Il faut que ce soit le reflet de quelque chose, ces rĂ©alisations de l’homme.

34 Bon, nous voyons, par exemple, le corps naturel; ici il y a le corps naturel, et le corps a Ă©tĂ© fait pour se reproduire, c’est pourquoi il y a eu les enfants. Et alors, le corps naturel, lors de la naissance naturelle d’un bĂ©bĂ©, nous voyons que la premiĂšre chose qui apparaĂźt, c’est l’eau, ensuite le sang, ensuite la vie. Nous voyons que, dans le corps spirituel de Christ, la premiĂšre chose, c’est l’eau, puis le Sang, puis la Vie : la justification, la sanctification, le baptĂȘme du Saint-Esprit. Vous voyez comme elles reflĂštent, toutes les choses naturelles reflĂštent les choses spirituelles. La naissance naturelle.

35 Prenons, par exemple, l’union par le mariage. Nous voyons, pour ce qui est du mariage : nous voyons qu’il y a une cour qui se fait, ensuite il y a les engagements, et enfin le mariage. La chose devrait alors ĂȘtre rĂ©glĂ©e Ă  tout jamais. Or, c’est la mĂȘme chose pour Christ et l’Église. Voyez? Une cour se fait : Dieu lance Son appel dans nos coeurs; nous nous abandonnons; la cĂ©rĂ©monie du mariage, et l’Épouse prend le Nom de l’Époux. Voyez? Voyez? Voyez? VoilĂ , c’est ce qui fait d’elle l’Épouse. Or, l’épouse prend toujours le nom de l’époux.

36 Il y tant de choses dont nous pourrions parler ici. J’en ai dressĂ© une liste, il me faudrait presque deux heures pour la parcourir toute, ainsi que les passages de l’Écriture Ă  l’appui, tels que, – si vous en voulez quelques-uns, ici, pour appuyer ça, – tels que I Jean 5.7, qui montre la naissance naturelle et la naissance spirituelle, et tout, “l’eau, le Sang et l’Esprit”. Et trois dans le Ciel, “le PĂšre, le Fils et le Saint-Esprit”, ces trois sont un. Il y en a trois qui sont d’accord sur la terre, ils ne sont pas un, mais ils sont d’accord, sur la terre, ce sont “l’eau, le Sang et l’Esprit”. Voyez, “l’eau, le Sang et l’Esprit”, comme la naissance naturelle, qui en est le type.

37 Alors, si un homme a l’idĂ©e trĂšs arrĂȘtĂ©e que “la justification, c’est tout ce qu’on doit avoir, rien d’autre”, il est dans l’erreur, dans l’erreur. ForcĂ©ment qu’il est dans l’erreur. Et puis si l’église, ceux qui croient, comme beaucoup de pentecĂŽtistes, que le Saint-Esprit, c’est tout ce qu’il faut, “c’est tout, simplement se repentir et recevoir le Saint-Esprit”, ça aussi, c’est une erreur, parce qu’il faut qu’il y ait la sanctification lĂ , pour purifier, avant que le Saint-Esprit entre. Sinon, vous excluez le Sang. Voyez? Et la nouvelle Naissance, lĂ , les gens disent que le baptĂȘme du Saint-Esprit est la nouvelle Naissance. Or ça, c’est une erreur. Le baptĂȘme du Saint-Esprit est diffĂ©rent de la nouvelle Naissance. La nouvelle Naissance, c’est lorsque vous naissez de nouveau. Mais le Saint-Esprit, c’est lorsqu’une puissance entre dans cette Naissance, pour produire le service. C’est exact. Voyez? Le Saint-Esprit, c’est... d’ĂȘtre baptisĂ© dans le Saint-Esprit.

38 La nouvelle Naissance, vous avez la nouvelle Naissance en croyant au Seigneur JĂ©sus-Christ. Voyez? En ayant la foi et en L’acceptant comme votre Sauveur, lĂ , c’est la Naissance, voyez, parce que vous ĂȘtes passĂ© de la mort Ă  la Vie. Bon, si vous voulez Ă©tayer ça, prenez Jean 5.24 : “Celui qui Ă©coute Mes Paroles, et qui croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ©, a la Vie Éternelle.” Voyez, il a la Vie, parce qu’il croit. Et il a fallu que ce mĂȘme groupe de gens-lĂ  se retrouve Ă  la PentecĂŽte, pour y ĂȘtre baptisĂ©s du Saint-Esprit. Exact.

39 Le Saint-Esprit, c’est une puissance, le pouvoir de Le servir. Alors, quand ils disent qu’il faut naĂźtre de nouveau, et qu’ils appliquent ça au Saint-Esprit, beaucoup de mĂ©thodistes et tout, sont dans l’erreur, lĂ . C’est impossible. Ça ne s’accorde tout simplement pas avec l’Écriture, ici. Vous comprenez la chose de travers. Il faut que ce soit reçu comme l’Écriture l’a placĂ© ici. Voyez? Et le Saint-Esprit est une... “Vous recevrez la nouvelle Naissance aprĂšs ceci”? Quoi? Non. “Vous recevrez une puissance” (Actes 1.8), “aprĂšs ceci, le Saint-Esprit survenant sur vous.” Voyez? Et ils avaient dĂ©jĂ  cru pour recevoir la Vie Éternelle, et tout, mais pour recevoir une puissance, il leur fallait le Saint-Esprit. “Vous serez Mes tĂ©moins, aprĂšs que le Saint-Esprit sera venu sur vous”, parce que le Saint-Esprit tĂ©moigne de la rĂ©surrection, Il montre que vous ĂȘtes devenu un adulte en Christ.

40 Maintenant, les choses naturelles. Toutes les choses spirituelles, toutes les choses qui se produisent, et tout, exploitent, ou, sont des types des choses surnaturelles, ou, les–les choses naturelles sont des types des choses surnaturelles.

41 Je suis allĂ© voir l’Exposition internationale, lĂ , lorsque nous Ă©tions tout prĂšs, Ă  Spokane, j’ai eu l’idĂ©e d’y emmener ma famille.

42 C’est que je n’avais visitĂ© qu’une seule Exposition internationale aux États-Unis, et c’était quand elle avait eu lieu Ă  Chicago, il y a des annĂ©es de ça; Hope et moi, nous y Ă©tions allĂ©s. Et nous y avons passĂ© Ă  peu prĂšs une journĂ©e, c’est tout, Ă  cause des pickpockets et tout. Elle portait une broche que ma cousine lui avait donnĂ©e, je marchais juste Ă  cĂŽtĂ© d’elle, et quelqu’un lui a pris sa broche. Vraiment – c’était vraiment incroyable. Et alors je... Nous y avons passĂ© une seule journĂ©e, et nous sommes rentrĂ©s.

43 Mais cette Exposition internationale, j’y suis allĂ© avec ma famille. C’était tout au plus comparable Ă  l’Exposition de Louisville, prĂšs d’ici. Vous avez vu la tour Space Needle, dont ils parlaient; ça se rĂ©sumait Ă  ceci : on se rend Ă  l’édif-... Elsley, ou, Ă  l’édifice Brown, quelque part par lĂ , et on prend l’ascenseur pour monter huit ou dix Ă©tages, et on redescend. Et voilĂ , c’était tout. Je pense que c’est la General Electric qui prĂ©sentait ça lĂ -bas. Par contre, il y a une chose qui Ă©tait assez impressionnante. Bon, l’Allemagne avait son stand, la Russie et tous les autres pays avaient le leur, puisque c’est une Exposition internationale. Les Allemands, la France, ces petits stands-lĂ  n’occupaient pas beaucoup plus de place que la chaire, ici.

44 Par contre, les scientifiques y ont prĂ©sentĂ© leurs rĂ©alisations, et ce sur quoi portait principalement leur–leur prĂ©sentation, c’était l’usage du tabac. Si un homme qui fume la cigarette entrait lĂ , et qu’il fumait encore en ressortant, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond, mentalement, chez cet homme. Alors que je les ai vus, de mes propres yeux, prendre une cigarette, la placer dans une machine, et aspirer par lĂ  la–la fumĂ©e de ce tabac et en envoyer les bouffĂ©es dans une Ă©prouvette contenant des produits chimiques, et c’était tout plein de cancer blanc, aprĂšs une seule cigarette. Ensuite il a dit : “Bien des gens disent”, – c’était lĂ  les plus grandes rĂ©alisations mondiales en la matiĂšre, – il a dit, “bien des gens disent : ‘Je n’avale pas la fumĂ©e.’” Et ce scientifique a pris la cigarette et en a aspirĂ© lui-mĂȘme une bouffĂ©e, dans sa bouche, et il ne l’a pas soufflĂ©e par ses narines, et ne l’a pas non plus fait descendre, comme ils le font, dans les poumons, mais il a simplement aspirĂ© ça dans sa bouche, aprĂšs quoi il a soufflĂ© ça dans les mĂȘmes produits chimiques : il n’y avait aucune trace de cancer dedans. Il a dit : “OĂč est-il allĂ©? Dans ma bouche. Quand j’avale, ça descend dans l’estomac, Ă©videmment.” Il a dit : “Maintenant...”

45 Puis cette rĂ©flexion est venue : “Pourquoi les mĂ©decins disent-ils que la cigarette n’est pas nocive?”

46 Il a dit : “Tout homme qui accepterait de vendre son droit d’aĂźnesse! Un mĂ©decin qui fait une telle dĂ©claration peut prendre sa retraite, parce que les compagnies de cigarettes lui donneront assez d’argent pour lui permettre de prendre sa retraite.” Il vend rĂ©ellement son droit d’aĂźnesse, puisqu’il avait jurĂ© de ne pas faire une chose pareille. Mais ils le font quand mĂȘme.

47 Et il a dit : “Voici les appareils, maintenant. Nous allons vous le prouver, grĂące aux rĂ©alisations de la science.” Et il y avait Yul Brynner, vous savez, la vedette de cinĂ©ma, qui Ă©tait lĂ . Et ça, quand cette petite parcelle de nicotine... Il a dit : “Maintenant ils parlent de ‘bouts filtres’.” Il a dit : “Un homme qui fait ça, on voit par lĂ  quel est son Ă©tat mental. En effet, si on n’a pas de fumĂ©e, on n’a pas de goudron, et c’est le goudron qui produit la fumĂ©e. Et si vous fumez une cigarette Ă  bout filtre,” il a dit, “il en faudra Ă  peu prĂšs trois ou quatre pour vous procurer la satisfaction que vous procurerait l’une des autres, parce qu’il faut cette quantitĂ©-lĂ  de goudron pour arriver Ă  ĂȘtre satisfait.” Si vous n’absorbez pas de fumĂ©e, il n’y aura pas de goudron. Pour pouvoir avoir du goudron, il faut qu’il y ait de la fumĂ©e. Alors, c’est ça. Il a dit : “Fumez, si vous fumez la cigarette, fumez une cigarette qui n’a pas de bout filtre. Ça donne... Une seule cigarette va vous satisfaire, alors qu’il vous en faudra trois des autres, parce qu’avec celles-lĂ  vous aspirez beaucoup moins de goudron.”

48 C’est une astuce de vente! Il n’y a que ça dans cette nation, des astuces de vente, des saletĂ©s et tout le reste.

49 VoilĂ , et lĂ  il a pris ça, une seule petite parcelle, il a montrĂ© qu’elle se fixait dans la gorge ou dans les poumons. Au dĂ©part elle est blanche, puis elle tourne au rose, et puis elle passe du rose au violet. Les particules–particules de la petite cellule Ă©taient grosses comme ça, vues Ă  travers le verre, mais Ă©videmment, il faut un verre Ă  grand pouvoir amplifiant pour mĂȘme arriver Ă  voir cette cellule. Alors il a dit : “Quand elle tourne au violet, vous avez un cancer.” Il a dit : “Un homme qui fume un paquet de cigarettes par jour, les probabilitĂ©s qu’il meure du cancer sont de soixante-dix pour cent plus Ă©levĂ©es que celles de l’homme qui ne fume pas.” Et c’est bĂȘte, semble-t-il, de courir un tel risque.

50 Bon, ensuite il s’est servi d’autre chose pour le prouver, il a fait sortir un rat blanc. Et il a pris une cigarette, il l’a placĂ©e dans un appareil, qui aspirait ça et le renvoyait sur une espĂšce de truc qui ressemblait Ă  du marbre blanc; ensuite, avec un–un coton-tige, il a pris la nicotine retirĂ©e de cette seule cigarette-lĂ , et il a Ă©talĂ© ça sur le dos du rat. Tous les sept jours, ils faisaient sortir un autre rat. Et il fallait qu’ils en aient un chaque fois, pour la leçon de ce jour-lĂ . Ils enfermaient le rat pendant sept jours, et ils le faisaient ressortir; il y avait ça d’épais de cancer sur le dos de ce rat. Quelques-uns d’entre eux ne sont mĂȘme plus en vie au bout des sept jours. Le rat n’arrivait plus Ă  bouger. Je n’ai pas pu manger pendant deux ou trois jours, aprĂšs avoir regardĂ© cette vilaine crĂ©ature : il Ă©tait lĂ , avec ce cancer, et ça lui descendait sur les pattes et tout ça, un Ă©norme cancer, de presque un demi-pouce [un centimĂštre] de haut qui avait poussĂ© sur le dos de ce rat, le produit de la nicotine d’une seule cigarette. Et pensez-vous que ça les a arrĂȘtĂ©s? Un grand gaillard qui Ă©tait assis lĂ , Ă  cĂŽtĂ© de moi, la sueur lui coulait sur le visage, il a dit : “C’est assez impressionnant, n’est-ce pas?”
J’ai dit : “Est-ce que vous fumez?”
Il a dit : “Oui, monsieur.”

51 J’ai dit : “Eh bien, dans ce cas, vous devriez arrĂȘter.” Mais voilĂ , ce sont des rĂ©alisations : ils peuvent le prouver, que c’est bien ce que ça produit.

52 Or, j’ai prĂ©dit que si ce monde subsiste, et si la civilisation existe, – du temps de la prohibition, Ă  cette Ă©poque-lĂ , vendre une bouteille de whisky entraĂźnait une grosse amende, – d’ici quelques annĂ©es, il y aura une amende dix fois plus grosse que ça pour avoir vendu un paquet de cigarettes, si la civilisation existe. C’est dix fois pire que le whisky. Certainement. Ça–ça tue, ça. Et on a beau en parler aux gens, ils n’en tiennent carrĂ©ment pas compte. “C’est un prĂ©dicateur exaltĂ©â€, et ça s’arrĂȘte lĂ . Vous voyez, c’est ça, ils n’y prĂȘtent pas attention.

53 Mais ce que je veux souligner, c’est ceci : ces choses qu’on a rĂ©ussi Ă  accomplir sur le plan scientifique. Ils Ă©taient lĂ -bas, Ă  l’Exposition internationale, ils dĂ©montraient, par la recherche scientifique, ce que la science a rĂ©ussi Ă  accomplir du cĂŽtĂ© des choses naturelles. Maintenant nous, nous sommes ici en train de dĂ©montrer, par la recherche spirituelle, ce que Dieu a rĂ©ussi Ă  accomplir avec des gens qui croient Sa Parole. C’est vrai. Voyez? Or, pour accomplir des choses sur le plan scientifique, il faut agir selon des critĂšres scientifiques. Pour accomplir des choses sur le plan spirituel, il faut agir selon des critĂšres spirituels. Bon, vous pensez que ce rat Ă©tait horrible Ă  voir, et c’est vrai, il fallait voir ça! J’aurais bien voulu en avoir une photo, mĂȘme, pour montrer ça. Si j’avais pu en avoir une, je l’aurais fait, mais ce n’était pas autorisĂ©. Mais remarquez. Évidemment, ce rat, il ne lui reste que quelques heures Ă  vivre, quelques-uns ne sont mĂȘme plus en vie au bout des sept jours. Mais pensez Ă  ça!

54 Si vous trouvez que ça, ça avait l’air rongĂ© par le cancer, vous devriez voir de quoi a l’air une Ăąme qui a rejetĂ© l’Évangile. Vous devriez regarder ça, quelles choses hideuses Ă  voir. Comment un dĂ©mon peut s’emparer d’un homme, et arriver Ă  pervertir un fils de Dieu, Ă  le transformer en une chose hideuse Ă  voir, c’est ce qu’il est aux yeux de Dieu. Oh, il aura beau mesurer six pieds [un mĂštre quatre-vingts], et avoir des Ă©paules comme je ne sais quoi, les cheveux bouclĂ©s et quoi encore, ça, ça n’a aucune importance. C’est l’intĂ©rieur de l’homme qui est permanent. L’extĂ©rieur est poussiĂšre, de toute façon.

55 Donc, il s’agit de rĂ©alisations, et ensuite, ils prĂ©sentaient, il y avait lĂ  la tour Space Needle et tout ce qu’ils prĂ©sentaient comme rĂ©alisations, ce qu’ils avaient rĂ©ussi Ă  accomplir, et ils expliquaient toutes leurs rĂ©alisations atomiques et ainsi de suite. Ils prĂ©sentaient une prĂ©diction de ce que la Chevrolet allait ĂȘtre. C’est la General Motors qui prĂ©sentait ça, ce Ă  quoi la... dans un autre, le siĂšcle prochain, ce Ă  quoi la Chevrolet du vingtiĂšme siĂšcle allait ressembler. Moi, je trouvais que ça ressemblait Ă  un–un tuyau Ă  gaz avec un capot par-dessus. Bon, ils montraient comment elle allait fonctionner, qu’elle serait propulsĂ©e par l’énergie atomique, avec des espĂšces d’ailerons qui se soulĂšveraient l’un sur l’autre et maĂźtriseraient le vĂ©hicule. Cela prĂ©senterait un–un grand avantage.

56 Mais je me demande si nous pourrions revenir aux pages du Livre de Dieu ce matin, et voir Ă  quoi ressemblera l’église Ă  ce moment-lĂ , voir les choses que Dieu a accomplies. Oh, les Ă©vĂ©nements qui se produisent sur cette terre reprĂ©sentent toujours quelque chose qui provient d’ailleurs; mais, lorsque cela atteint la terre, c’est gĂ©nĂ©ralement dans un Ă©tat perverti, parce que cela se trouve dans le monde des tĂ©nĂšbres et du pĂ©chĂ©. Voyez? Mais par contre, il y a une reprĂ©sentation vĂ©ritable, dans les sphĂšres spirituelles, de l’autre dimension. Comme il y en a une dans les trois dimensions, la sixiĂšme dimension aussi a sa reprĂ©sentation Ă  elle. Je suis vraiment content de ça.

57 Alors, considĂ©rons maintenant les rĂ©alisations auxquelles nous sommes parvenus au cours des derniĂšres annĂ©es. Maintenant, commençons par quelque chose qui est arrivĂ©. Je ne vous retiendrai pas longtemps, si le Seigneur le veut, mais je voudrais que vous voyiez ceci, rapidement. Et, oh, quand ça m’est venu, j’avais l’impression que j’allais m’envoler. Maintenant remarquez, lĂ , il y a quelques annĂ©es, le moyen de locomotion, c’était la voiture Ă  cheval, il n’y a pas si longtemps, pas trĂšs longtemps. Moi-mĂȘme, je me suis dĂ©placĂ© en voiture Ă  cheval, et assis sur une selle. Quand j’étais un jeune garçon de quinze ou seize ans, je montais Ă  cheval, et j’allais en ville en voiture Ă  cheval, je passais ici mĂȘme, devant cette Ă©glise, sur le chemin boueux qu’il y avait lĂ , et ici c’était un terrain marĂ©cageux recouvert de mauvaises herbes, presque aussi hautes que ce bĂątiment – avec un cheval et une charrette, je livrais des haricots blancs et d’autres produits de la ferme.

58 Maintenant, je passe devant, ici, dans une voiture au moteur gonflĂ©. Quelle diffĂ©rence! L’époque de la voiture Ă  cheval, et puis l’époque de l’automobile.

59 Ensuite l’époque de l’avion est arrivĂ©e, on est passĂ© de la terre Ă  l’air. Maintenant, si vous observez, aussi sĂ»r que cette rĂ©alisation a Ă©tĂ© atteinte par la science, – la personne dont la pensĂ©e est spirituelle et qui comprend ces choses le verra, – cela reprĂ©sentait une rĂ©alisation de l’économie de Dieu avec Son Église. Maintenant, l’époque...

60 Et, souvenez-vous, le messager arrive toujours Ă  la fin du Message. Nous le savons, c’est ce que nous avons vu dans les Ăąges de l’église.

61 Maintenant, l’époque de la voiture Ă  cheval, c’était qui? C’était la fin de l’ñge de Luther. Voyez, l’époque de la voiture Ă  cheval. Ils ont cru Ă  la justification. Dieu a fait sortir l’Église du romanisme, du catholicisme, Il lui a fait atteindre sa premiĂšre rĂ©alisation spirituelle : “Le juste vivra par la foi.” Ça, c’était l’époque de la voiture Ă  cheval, oĂč ils Ă©taient passĂ©s de... Ă  l’époque de la voiture Ă  cheval, qui s’achevait.

62 Maintenant, la rĂ©alisation suivante atteinte par l’homme, dans le domaine des moyens de locomotion, a Ă©tĂ© l’automobile. Et, si vous remarquez, l’automobile augmente continuellement en puissance.

63 Alors, Ă  la fin de l’ñge de Wesley, qui a introduit, par la rĂ©alisation spirituelle atteinte, la sanctification, c’est-Ă -dire que l’église s’est Ă©levĂ©e de l’état de justification Ă  l’état de sanctification.

64 Maintenant, Ă  mesure que nous avancerons, je veux que vous vous souveniez de ceci : c’est que l’église, ce qu’on appelle â€œĂ©glise” n’est pas l’Église. L’Église, c’est l’Église spirituelle! Des dizaines de milliers de milliers de luthĂ©riens qui avaient adhĂ©rĂ© Ă  l’église ne savaient pas plus ce qu’était la justification qu’un cochon ne saurait ce qu’est une selle d’amazone. Ils–ils n’en savaient rien. Et, dans l’ñge de Wesley, des dizaines de milliers de gens, qui pourtant professaient la sanctification, ne savaient pas plus ce qu’était la puissance de sanctification de Dieu que–qu’un lapin ne saurait ce que c’est que des raquettes Ă  neige. Voyez, ils n’en savaient absolument rien.

65 Mais il y a un peuple qui a atteint cela. AllĂ©luia! Vous voyez oĂč je veux en venir. Quelqu’un a su ce que c’est que d’ĂȘtre “justifiĂ©â€ devant Dieu, “d’avoir la paix avec Dieu par notre Seigneur JĂ©sus-Christ”. Quelques-uns de ces luthĂ©riens ont Ă©tĂ© loyaux. Ils Y ont cru. Sans tenir compte de ce que disait l’église catholique, ils ont cru la Parole de Dieu, et ils s’Y sont tenus, parce que le messager de cet Ăąge avait prĂȘchĂ© que “le juste vivra par la foi”, et ils ont cru Ă  un Ă©tat de justification. Et ils ont pu, par la grĂące de Dieu, atteindre la justification, avoir la paix avec Dieu par notre Seigneur JĂ©sus-Christ.

66 Maintenant, nous remarquons encore autre chose, lĂ , les mĂ©thodistes sont venus, avec la sanctification. Bon nombre de ces mĂ©thodistes ont rĂ©ellement Ă©tĂ© sanctifiĂ©s. Par contre, beaucoup d’entre eux affirmaient qu’ils l’étaient, alors qu’ils ne savaient rien Ă  ce sujet. L’église mĂ©thodiste a enseignĂ© la sanctification. Ils disaient qu’ils s’étaient agenouillĂ©s et qu’ils avaient criĂ©, ils se relevaient ensuite en disant : “Gloire Ă  Dieu, je suis sanctifiĂ©!” Et ils continuaient Ă  mener la vie qu’ils avaient toujours menĂ©e. Mais quelques-uns de ces hommes et de ces femmes ont rĂ©ellement Ă©tĂ© sanctifiĂ©s des choses du monde, et ils ont menĂ© une vie consacrĂ©e, mise Ă  part. Pourquoi? C’était l’ñge de l’automobile, qui a reçu plus de puissance, de chevaux-vapeur. L’automobile, l’ancienne modĂšle T avait probablement une puissance de quinze ou vingt chevaux. Voyez, il y avait la puissance de quinze ou vingt chevaux dans ce petit moteur-lĂ . La sanctification! Lorsque la science accomplit quelque chose par–par–par des moyens naturels, Dieu est en train d’accomplir quelque chose par des moyens spirituels. Voyez, il se passe quelque chose, continuellement. Ensuite, aprĂšs l’ñge de la sanctification...

67 Maintenant prenons, par exemple, des hommes comme le brave Bevington. Comme homme, qui aurait pu ĂȘtre un homme plus remarquable que ce brave FrĂšre Bevington? Et considĂ©rez John Wesley, George Whitefield, Finney, Knox, beaucoup de ces braves mĂ©thodistes, qui ont passĂ© des moments trĂšs difficiles. Ils ont souffert l’enfer sur la terre, des tourments, parce qu’ils croyaient que la Parole de Dieu enseigne la sanctification, la deuxiĂšme Ă©tape de la grĂące, et ils s’en sont tenus Ă  cela, ils y ont cru, et ils ont accompli des prodiges grĂące Ă  cela. Tout comme ce que Henry Ford et les autres avaient accompli dans le domaine des moyens de locomotion avec la vieille Ford modĂšle T, si on la compare avec ce qu’était le cheval; il a avancĂ© au-delĂ  de l’époque du cheval. Et Wesley a avancĂ© au-delĂ  de l’époque des luthĂ©riens.

68 Ensuite est venue la pentecĂŽte. Et, alors que la science du monde avait rĂ©ussi Ă  produire un–un moteur d’automobile, les frĂšres Wright, en crĂ©ant, ou en faisant, en fabriquant, plutĂŽt, l’avion, cet appareil volant Ă©tait de loin supĂ©rieur Ă  la voiture terrestre, parce qu’il s’est Ă©levĂ© dans les airs. Alors, les frĂšres Wright, en atteignant cette rĂ©alisation, ils ont, par la science, rĂ©ussi Ă  prĂ©senter ici sur terre le modĂšle de quelque chose, ce qui montrait qu’une grande chose spirituelle Ă©tait sur le point de se produire. Et quand les frĂšres Wright ont atteint cette rĂ©alisation, – un homme qui quitte le sol, – alors la pentecĂŽte est descendue, et on s’est Ă©levĂ© dans les airs, avec un don spirituel, avec le baptĂȘme du Saint-Esprit. Il s’est Ă©levĂ© dans les airs! Oh, allĂ©luia! Il a quittĂ© le sol, afin de pouvoir–de pouvoir planer : il s’est Ă©levĂ© dans les airs! Oh, il Ă©tait bien au-delĂ  de la voiture Ă  cheval! Il Ă©tait bien au-delĂ  de l’automobile! Il Ă©tait lĂ -haut, dans les airs. Il cognait, il soufflait, il claquait, mais il volait. Voyez, ces rĂ©alisations atteintes par l’homme sur la terre, en effet, elles ont Ă©tĂ© faites de choses invisibles. Dieu a rĂ©ussi Ă  accomplir quelque chose par des gens remplis de l’Esprit, qui avaient faim et soif, et par ceux qui ont pu s’en tenir Ă  la Parole.

69 Or, si Wesley n’avait pas fait ce pas dans la Parole et n’avait pas eu mauvaise rĂ©putation Ă  cause de ça, – il s’est fait traiter de fou et de tous les noms, – il n’aurait jamais pu rĂ©ussir. Mais Wesley Ă©tait l’un des grands scientifiques de Dieu. Luther Ă©tait l’un des grands scientifiques de Dieu. Ils ne se souciaient pas de ce que les Ă©glises disaient, de ce que les organisations disaient. Luther ne se souciait pas de ce que les catholiques disaient, il a cru que le juste vivra par la foi! AllĂ©luia! Et il a pris les Ă©lĂ©ments chimiques de la Parole de Dieu, il les a rassemblĂ©s, et l’église a avancĂ© par la foi. Wesley les a rassemblĂ©s par le Sang, il a prouvĂ© qu’il en Ă©tait ainsi, par le Sang, et l’église a Ă©tĂ© sanctifiĂ©e. Les pentecĂŽtistes ont cru que le baptĂȘme du Saint-Esprit, que la promesse est pour vous, pour vos enfants et pour ceux qui sont au loin, ils ont rassemblĂ© les Ă©lĂ©ments chimiques de la Parole, et ils se sont Ă©levĂ©s dans les airs. AllĂ©luia! Ils ont dĂ©collĂ©, parce qu’ils ont eu la possibilitĂ© de pouvoir accomplir cela.

70 Or, comment se fait-il que ces hommes soient arrivĂ©s Ă  faire cela? Comment se fait-il que Luther ait dĂ©couvert cela? Comment se fait-il que Wesley ait dĂ©couvert cela? Et les autres, comment se fait-il qu’ils l’aient fait? C’est parce que les matĂ©riaux qui permettaient de construire une Ford modĂšle T se trouvaient ici sur terre. Il y avait l’électricitĂ©, qui pouvait faire fonctionner une–une voiture. Il y avait de l’essence, dans la terre, il y avait des pistons, et ainsi de suite, toute la mĂ©canique, le carbone pour la gĂ©nĂ©ratrice, et tout ce qu’il leur fallait pour crĂ©er ce genre de chose, et remarquez que cela a commencĂ©... pour fabriquer, plutĂŽt, pas pour crĂ©er. C’est Dieu qui est le CrĂ©ateur, et Il avait placĂ© tout cela ici. Mais des hommes qui y croyaient, dans le domaine scientifique, naturel, ils ont sondĂ© cela, et ils ne se sont pas laissĂ© arrĂȘter. Ils y croyaient. C’était une rĂ©vĂ©lation dans leur coeur, et ils s’y sont tenus, jusqu’à ce qu’ils aient prouvĂ© que la chose Ă©tait vraie.

71 C’est comme ça que John Wesley a prouvĂ© la sanctification. Les–les matĂ©riaux se trouvaient ici, la Parole de Dieu qui a produit cela. Il y croyait! Peu importe que toute l’église, que l’église anglicane et que tous le rejettent, il s’en est tenu Ă  ses convictions, et il a prouvĂ© cela. AprĂšs quoi sont venus les pentecĂŽtistes et, parce qu’ils avaient les matĂ©riaux, ils ont prouvĂ© que le Saint-Esprit Ă©tait vrai. Et ils se sont Ă©levĂ©s dans les airs.

72 Avez-vous remarquĂ© qu’une–qu’une rĂ©alisation scientifique s’ajoutait Ă  l’autre, Ă©tait le complĂ©ment de l’autre. C’était seulement une forme supĂ©rieure. Voyez? L’automobile Ă©tait un moyen de locomotion supĂ©rieur au cheval, et l’avion Ă©tait un moyen de locomotion supĂ©rieur Ă  l’automobile, mais l’un s’est ajoutĂ© Ă  l’autre. La puissance des chevaux-vapeur! Amen! Si ça, c’est la puissance des chevaux-vapeur, que dire de la puissance de Dieu? Que dire du Saint-Esprit et de Sa puissance Ă  Lui? La puissance du Saint-Esprit qui peut vous justifier, cette mĂȘme puissance du Saint-Esprit peut vous sanctifier. Cette mĂȘme puissance du Saint-Esprit, qui vous a sanctifiĂ©s, peut vous remplir de Sa PrĂ©sence. Et des petits scientifiques, qui ne savaient mĂȘme pas leur alphabet, ont dĂ©couvert cela. Pourquoi? Ils Ă©taient des scientifiques spirituels. Amen. Ils ont vu la chose, ils y ont cru. L’homme y est arrivĂ© par l’instruction, le scientifique naturel. Le scientifique spirituel, lui, y est arrivĂ© par la rĂ©vĂ©lation. L’un par l’instruction, l’autre par la rĂ©vĂ©lation. Oh, si nous pouvions seulement nous ouvrir. Il y en a de toutes sortes, des matĂ©riaux qui se trouvent ici. C’est vrai.

73 Maintenant nous remarquons le dĂ©roulement, comment Dieu a rĂ©ussi Ă  accomplir cela. Par les pentecĂŽtistes, qui se sont Ă©levĂ©s dans les airs. Comment ils... C’est lĂ  qu’ont Ă©tĂ© restituĂ©s Ă  l’église la guĂ©rison, le parler en langues, la rĂ©vĂ©lation, les dons de l’Esprit. Ces choses, Luther n’en savait rien, et Wesley non plus. Ils ne les ont jamais enseignĂ©es, ils n’en savaient rien. Ce n’était pas pour leur Ăąge.

74 Voyons, qu’est-ce que Henry Ford aurait pu savoir au sujet d’un avion, Ă  cette Ă©poque-lĂ , avant qu’arrivent les frĂšres Wright? Voyez, ils ne pouvaient pas savoir. Et c’est la mĂȘme chose pour le–l’homme, Ă  l’époque oĂč il conduisait une voiture Ă  cheval, il y a cinq cents ans, il ne pouvait pas savoir ce qu’était une voiture sans chevaux, seulement la Bible avait annoncĂ© qu’elle serait lĂ . Donc, ils ont rĂ©ussi Ă  accomplir cela par la recherche scientifique. Et quand la chose s’est produite sur terre, Dieu a reprĂ©sentĂ© cela par une rĂ©alisation atteinte par Son Église. “Car les choses qui sont, qui paraissent, ont Ă©tĂ© faites de choses invisibles.” Voyez, le reflet de cela.

75 Bon, maintenant l’ñge pentecĂŽtiste, au cours des cinquante derniĂšres annĂ©es, a dĂ©clenchĂ©, dans le monde entier, un rĂ©veil accompagnĂ© de toutes sortes de choses. Il y a eu des guĂ©risons, des maladies ont Ă©tĂ© guĂ©ries, des infirmes ont Ă©tĂ© guĂ©ris, des aveugles ont recouvrĂ© la vue. Pensez-vous que le monde y a cru? Non monsieur. Ils n’ont pas cru Luther. Ils n’ont pas cru Wesley. Ils n’ont pas cru les pentecĂŽtistes. Mais Dieu, au moyen de la Bible – par ses recherches, un homme qui Ă©tait dĂ©sireux de le faire, a pu, au moyen de la Bible, prouver au monde que C’était bien vrai. Amen. Maintenant nous devons nous souvenir de ça, nous devons le croire, puisque ces choses Ă©taient des types. Maintenant nous sommes arrivĂ©s au bout de l’ñge pentecĂŽtiste. L’ñge pentecĂŽtiste, comme je l’ai dĂ©montrĂ©, lĂ , il se fond dans l’ñge de LaodicĂ©e.

76 Mais maintenant, il s’est produit autre chose. Nous avons maintenant un astronaute. John Glenn a Ă©tĂ© notre premier astronaute. Et nous voyons que ça, c’est bien au-delĂ  de l’avion, l’avion ne peut monter que tant que la pression est lĂ , et tout. Mais ici, il s’agit d’une puissance atomique, d’une puissance plus grande, qui, en le pressurisant, lui permet de monter tellement plus haut que l’avion, mĂȘme que–mĂȘme que l’avion est complĂštement dĂ©passĂ©. C’est vrai. Il a rĂ©ussi Ă  accomplir cela. TrĂšs bien. Maintenant nous avons un Ăąge de l’astronaute, dans le domaine naturel.

77 Et, souvenez-vous, le messager arrive Ă  la fin du Message prĂ©cĂ©dent – toujours. Ça, nous l’avons dĂ©montrĂ©, lĂ . Maintenant nous sommes dans le domaine de l’astronautique. Amen et amen! Dieu a...

78 La science a rĂ©ussi Ă  prouver qu’il existe un astronaute qui peut aller tellement loin qu’on ne peut pas le voir avec les yeux naturels, et se dĂ©placer qu’il y ait lĂ  pression ou pas. Il peut tout simplement continuer Ă  avancer, parce qu’il est dans une cabine pressurisĂ©e, et il peut monter lĂ , planer dans les hauteurs et voir les mondes qui se trouvent lĂ . Un astronaute! Oh! la la! cet Ăąge qui arrive, quel Ăąge ce sera. Oui monsieur, aller bien au-delĂ  de toutes les choses naturelles, s’élancer tout lĂ -bas, dans les vastes Ă©tendues.

79 Qu’est-ce que cela reprĂ©sente? Un Ăąge spirituel, un temps spirituel, oĂč Dieu aura des astronautes spirituels. Amen! Ils sont ici, maintenant mĂȘme! AllĂ©luia! Les aigles de l’air, qui peuvent aller au-delĂ  de tous les autres oiseaux, planer au-dessus de tout : des astronautes spirituels (Gloire!) qui peuvent prendre la Parole de Dieu et prouver qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Un astronaute spirituel! Oh! la la! Gloire! Moi, ça me rĂ©jouit vraiment – de vivre dans cet Ăąge! Maintenant ça, c’est une chose merveilleuse pour un astronaute spirituel! Voyez? Qu’est-ce? Qu’est-ce que les scientifiques naturels ont fait? Ils ont rĂ©ussi Ă  accomplir cela. Et Dieu, par des hommes qui peuvent s’en tenir Ă  la Bible et dĂ©clarer “qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement”, qui n’ont pas peur de la promesse, quoi qu’ait pu dire n’importe qui d’autre, eux, ils s’en tiennent Ă  elle. Qu’est-ce? Vous devenez un astronaute, qui peut aller tellement loin que c’est bien au-delĂ  de la pensĂ©e dĂ©nominationnelle. C’est bien au-delĂ  de tout le reste. C’est bien au-delĂ  des choses de l’église. C’est tout lĂ -bas avec Dieu, et avec Lui seul, que vous demeurez. Des astronautes!

80 Et, souvenez-vous, pour pouvoir devenir astronautes, ils ont dĂ» entrer dans une cabine, et ils ne peuvent pas se diriger eux-mĂȘmes. Il faut la puissance d’un radar, une puissance atomique pour Ă©lever cet homme au-delĂ  de l’espace, aprĂšs quoi il est dirigĂ© par une tour. Gloire! Pour les astronautes spirituels de Dieu, c’est la mĂȘme chose! Ils entrent dans une cabine, dans un lieu, dans un corps, et ce corps, c’est le Corps de Christ. Ensuite, ce n’est pas eux, ce–ce n’est pas, ce n’était pas John Glenn, c’était–c’était la cabine dans laquelle il se trouvait. C’était l’appareil. Lui, il Ă©tait assis lĂ , c’est tout, il n’a rien fait du tout. Il a eu le courage pur et simple de monter lĂ  et de dĂ©clarer que “c’est vrai”, parce que la science l’avait dĂ©montrĂ©.

81 Dieu veut avoir des hommes qui peuvent entrer en Christ et croire qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, et qui n’utilisent pas leur propre pensĂ©e, ils partent dans l’espace, dirigĂ©s par le Saint-Esprit. Amen. Des astronautes! Fiou! Comme c’est loin de l’ancienne voiture Ă  cheval! Comme c’est loin mĂȘme de l’avion! Comme c’est loin de la justification, de la sanctification, du baptĂȘme du Saint-Esprit! Ce sont maintenant des aigles. En premier, c’était des lĂ©zards, ensuite c’est devenu des poulets, ensuite c’est devenu des corbeaux, mais maintenant ce sont des aigles. Personne ne peut les suivre!

82 L’aigle est un oiseau spĂ©cial. Il peut monter plus haut que tous les autres oiseaux. Il a Ă©tĂ© prĂ©parĂ© Ă  voir, Ă  garder toute sa tĂȘte une fois arrivĂ© lĂ -haut. Certaines personnes peuvent sauter trĂšs haut, mais ne savent pas oĂč elles sont une fois arrivĂ©es lĂ , parce qu’elles ne voient pas plus loin que le saut qu’elles ont fait. Par contre, certaines personnes peuvent regarder au loin et voir ce qui se passe. Ça, c’est l’aigle. Il peut rester lĂ  jusqu’à ce qu’il ait tout examinĂ©, et il attend jusqu’à ce qu’il entende un message qui lui indique ce qu’il doit dire. Ça, c’est l’astronaute de Dieu. Voyez? Toutes les autres rĂ©alisations ont eu une suite, pourquoi est-ce que cette rĂ©alisation-ci n’aurait pas de suite?

83 Des astronautes pour JĂ©sus. Amen. Il ne dĂ©colle mĂȘme pas par sa propre puissance. Il est lancĂ©. La seule chose qu’il fait, c’est pĂ©nĂ©trer Ă  l’intĂ©rieur. C’est tout ce que vous avez Ă  faire, pĂ©nĂ©trer Ă  l’intĂ©rieur, Dieu s’occupera du lancement et du placement. Plus question de la puissance de l’essence non plus, du credo quelconque d’une Ă©glise. C’est la puissance atomique de Dieu, qui vous propulse tout lĂ -bas, trĂšs loin dans l’espace. Amen. Oh! Eh bien, qu’en est-il de ces astronautes? Ils ont... Ils n’ont jamais eu Ă ... ne prendre que le mot justification, que le mot sanctification; lui, il a pĂ©nĂ©trĂ© dans toute la Bible. Amen. Il a pĂ©nĂ©trĂ© dans tout cela, parce qu’il sait que Dieu peut accomplir toutes les promesses qu’Il a faites. Il reste lĂ , c’est tout, et il attend. Oh! la la! La Parole ne peut pas faire autrement que de Se manifester. Si vous ĂȘtes malade et que vous ĂȘtes un astronaute, rappelez-vous simplement ceci : entrez en Christ et attendez le compte Ă  rebours. C’est tout. Il tirera le coup de feu, ne vous en faites pas. Donc, ils ont rĂ©ussi Ă  accomplir cela, parce que Dieu l’avait promis.

84 Maintenant, combien plus grand est l’astronaute, ces choses que nous avons maintenant, que l’ancienne puissance des chevaux, que la puissance de l’automobile et–et que la puissance de l’avion! Vous voyez, l’astronaute, il est tellement haut qu’il peut voir des choses que l’homme en voiture Ă  cheval ne pouvait pas voir. Il est tellement haut qu’il peut voir des choses que l’homme en automobile ne pouvait pas voir. Il est tellement haut qu’il peut voir des choses que l’homme qui pilote un avion ne peut pas voir. Il a carrĂ©ment dĂ©passĂ© tout raisonnement. Amen. Gloire! C’est ça. Il est allĂ© au-delĂ  de toutes les rĂ©alisations imaginables par l’homme, l’organisation, la dĂ©nomination : “Il faut que vous soyez mĂ©thodiste, baptiste, ou que vous fassiez partie de ceci, des unitaires, des binitaires”, ou quoi encore. Il est un astronaute, il est parti planer trĂšs loin dans l’espace. Amen. Combien je suis reconnaissant!

85 Et, souvenez-vous, l’astronaute est dirigĂ© par la puissance d’un radar. Vous les avez vus ramener John Glenn, – je regardais lĂ -bas, au Cap Canaveral, j’ai vu cet Ă©norme radar, – on ne le voyait mĂȘme pas, nulle part, mais on pouvait savoir oĂč il Ă©tait par l’orientation du radar. C’est lĂ  qu’il se trouvait. Voyez? Et nous aussi, nous avons un radar : la priĂšre. La priĂšre est le radar, la puissance qui oriente l’astronaute. “Tout ce que vous demanderez au PĂšre en Mon Nom, Je le ferai.” Voyez? Il suffit d’observer vers quoi est orientĂ©e la priĂšre, vous verrez alors ce qu’il vise. Amen. Il suffit d’observer vers quoi est orientĂ©e la priĂšre de l’église, vous verrez alors de quel cĂŽtĂ© seront propulsĂ©s les missiles. Vous pouvez le savoir par le–le parcours qu’effectuent les astronautes, par ce vers quoi est orientĂ©e la priĂšre de l’église.

86 S’il prie : “Seigneur, bien sĂ»r, nous, on ne croit pas Ă  ces choses-lĂ .” Oh-oh! Cet astronaute amorce une descente, c’est tout. Oh, frĂšre!

87 Par contre, lorsque toutes choses sont possibles : “Seigneur, rĂ©pands Ton Esprit sur l’église, et donne-lui ce qu’il nous faut. RĂ©pands sur nous le Saint-Esprit, et emporte-nous loin de tout raisonnement, avec la foi que cette Parole est vraie, et nous nous en tiendrons strictement Ă  Elle.” Alors regardez bien l’écran, lĂ , qui se met Ă  pointer vers le haut, comme ceci, voyez. L’astronaute continue, et continue, et continue, il monte trĂšs haut dans les airs. Hmm! Merveilleux! Il va au-delĂ  de toute dĂ©nomination, il va au-delĂ  de tout credo.

88 Maintenant, souvenez-vous, la justification est considĂ©rĂ©e comme un credo, c’est vrai, lorsque vous croyez la justification un peu Ă  la maniĂšre des luthĂ©riens et de n’importe lequel de leurs satellites. C’est ce qu’ils sont, des satellites, mais qui n’ont pas encore quittĂ© le sol. Prenez la sanctification, et leurs satellites Ă  eux. Vous dites : “Les satellites des luthĂ©riens, qu’est-ce que c’est?” Eh bien, l’église du Christ, et ce groupe-lĂ . “Les satellites des wesleyens, des mĂ©thodistes et de ceux-lĂ , qu’est-ce que c’est?” Les nazarĂ©ens, les pĂšlerins de la saintetĂ©, voilĂ  leurs satellites. Et puis, il y a les pentecĂŽtistes et leurs satellites Ă  eux, – l’avion, – bien sĂ»r, les unitaires, les binitaires, les trinitaires, les quaternaires, tous ceux-lĂ  plus les autres, l’église Foursquare, l’église de Dieu, encore lĂ , par les crĂ©dos, tous encroĂ»tĂ©s dans leur dĂ©nomination.

89 Mais l’astronaute franchit le mur du son. Il continue jusqu’au bout, sans s’arrĂȘter. Il n’entend rien. Oh! la la! Il va bien au-delĂ  de tout ça. Voyez, il est trĂšs haut, lĂ  oĂč toutes choses... Il vit dans la PrĂ©sence de Dieu. Oui monsieur. C’est Lui qui l’a promis, Sa Parole dĂ©clare qu’Il est le Souverain Sacrificateur. Vous voyez cet Ă©norme radar installĂ© lĂ -bas, qui se met en mouvement? Observez-Le, aux rĂ©unions. Vous pouvez observer cela, lorsque le Saint-Esprit descend sous la forme d’une Colonne de Feu, comme Il l’a promis. Un homme ne va pas ĂȘtre lĂ  Ă  chercher Ă  raisonner la chose par la science, un vrai croyant. Qu’est-ce qu’Il est? Il est un Écran de Radar. Observez-Le. Le voilĂ  qui se tourne dans toutes les directions. Amen. Il repĂšre celui qui est lĂ , l’astronaute. “Vous avez un cancer. Vous avez telle et telle chose. Vous ĂȘtes Un Tel, de tel endroit. Le Seigneur JĂ©sus vous rĂ©tablit.” AllĂ©luia! Le voilĂ  parti. Des astronautes! Oh! la la! quelle Église glorieuse Cela devrait ĂȘtre! Elle est ici.

90 Cette rĂ©alisation a Ă©tĂ© prouvĂ©e par la science. Ils l’ont prĂ©sentĂ©e lĂ -bas, Ă  l’Exposition internationale. Nous l’avons. Amen. C’est prouvĂ© partout, nous vivons Ă  l’ñge de l’astronaute. Voyez, “cela a Ă©tĂ© fait de choses invisibles”. Voyez, cela a Ă©tĂ© fait de quelque chose qui vient du Ciel. C’est Dieu Lui-mĂȘme; vous ĂȘtes dans cette sixiĂšme dimension. C’est la puissance de Dieu. Nous nous sommes trouvĂ©s dans ce lieu, nous avons Ă©tĂ© Ă©levĂ©s dans cette dimension, au-delĂ  de ces situations oĂč on va pleurer sur une tombe, et oĂč on accroche un morceau de crĂȘpe noir Ă  la poignĂ©e d’une porte, et oĂč on fait des adieux. AllĂ©luia! Nous sommes maintenant entrĂ©s dans l’astronaute, nous sommes partis planer tout lĂ -bas, nous avons vu oĂč se trouve ce lieu, et nous sommes revenus. Gloire! Nous allons vers notre Demeure au-delĂ  du ciel, lĂ -bas, au-delĂ  des raisonnements de l’homme. Et lĂ  les vieillards seront transformĂ©s, en un instant, en un clin d’oeil. Nous les verrons lĂ -bas, des hommes et des femmes ĂągĂ©s, redevenus jeunes. “Comment le savez-vous?” C’est ce que la Bible enseigne! Et Dieu a propulsĂ© un astronaute lĂ -haut, nous savons ce qu’il en est, il est revenu. Mourir n’est pas un sujet d’inquiĂ©tude. Mourir n’est rien. Bien sĂ»r, c’est vivre. Oui monsieur. C’est simplement quitter le sol pour pouvoir partir. Oh, que c’est merveilleux!

91 Il a promis toutes ces choses dans Sa Parole, car HĂ©breux 13 .8 dit “qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement”. Les choses qu’Il a pu, que Dieu a rĂ©ussi Ă  accomplir par un seul homme qui s’est soumis Ă  cela, Ă  la Parole de Dieu – parce que, comme je le disais hier soir, il s’en tenait toujours Ă  la Parole.

92 Or, savez-vous, les astronautes, en fait, ce n’est rien de nouveau. Que dire d’Élie? Si lui n’était pas un astronaute, je n’en ai jamais vu un seul. Il est allĂ© lĂ  oĂč John Glenn n’a jamais mĂȘme songĂ© Ă  aller.

93 Eh bien, vous savez, l’un d’eux a dĂ©collĂ© au ralenti, une fois. Il s’appelait Énoch. Il est simplement montĂ© en marchant, mais il Ă©tait un astronaute. Bien sĂ»r. Il Ă©tait pressurisĂ©, il n’a pas eu besoin d’ĂȘtre changĂ© ni rien. Non, il Ă©tait dĂ©jĂ  pressurisĂ© lorsqu’il s’est mis Ă  marcher. Il a simplement continuĂ© Ă  marcher, il a quittĂ© toutes les dimensions et tout, il est entrĂ© dans la PrĂ©sence de Dieu.

94 De mĂȘme, un brave vieillard qui Ă©tait fatiguĂ©, ses jambes ne le portaient plus trĂšs bien. Il avait eu des prises de bec avec JĂ©zabel, – ses cheveux courts, son maquillage, et tout, – et alors Dieu a simplement fait descendre un char, Il a dit : “Je vais te faire monter dans les nuĂ©es en char, cet aprĂšs-midi.” Un astronaute!

95 Un jour, Quelqu’un est venu mourir pour chacun de nous, et Dieu L’a ressuscitĂ© le troisiĂšme jour. Et cinq cents hommes se trouvaient lĂ , ils L’ont vu ĂȘtre enlevĂ© dans les nuĂ©es, et une Voix a dit : “Je reviendrai.” Des Anges se sont ensuite prĂ©sentĂ©s lĂ , et ont dit : “Ce JĂ©sus qui a Ă©tĂ© enlevĂ©, le MaĂźtre-Astronaute, reviendra de la mĂȘme maniĂšre, dans le mĂȘme genre d’habitacle que celui dans lequel Il est, un corps immortel.” AllĂ©luia! “Et nous aurons un corps semblable Ă  Son corps glorieux, parce que nous Le verrons tel qu’Il est.” Oh, allĂ©luia! Il a franchi tous les murs du son, tous les murs du raisonnement, Il est allĂ© au-delĂ  du raisonnement, Il est allĂ© au-delĂ  de tout le reste.

96 De mĂȘme, tout homme qui compte vivre pour Dieu devra aller au-delĂ  des cinq sens, il devra dĂ©passer toute l’instruction, toutes les rĂ©alisations atteintes par l’homme, et croire Dieu, franchir tout, Ă©carter tout et s’élever dans les Ă©tendues du Ciel. Amen. Oh, les astronautes et tout ce qui a Ă©tĂ© accompli dans le domaine naturel, Dieu a pu accomplir ces choses par Son Ă©glise, par ceux qui sont spirituels, par un peuple spirituel, qui croit. Tout homme ou toute femme qui ose, Ă  n’importe quel moment, Ă  n’importe quel moment, prendre Dieu au Mot, est un astronaute.

97 Les gens diront : “Oh, ce n’est pas raisonnable. Vous entendez ces gens qui pleurent, qui poussent des cris, vous entendez ça? Oh, ce n’est mĂȘme pas raisonnable.” Eux, ils ne comprennent pas.

98 Quelqu’un me disait, il disait : “Vous avez fait un rĂȘve, FrĂšre Branham, quand vous avez vu ce lieu-lĂ .” Je n’ai pas fait un rĂȘve, pas du tout. J’étais debout, lĂ -haut, et de lĂ -haut je regardais lĂ  oĂč j’étais couchĂ© sur le lit. Sur le lit, j’aurais pu ĂȘtre en train de rĂȘver, mais j’étais lĂ -haut, et de lĂ -haut je me regardais. Voyez? Oh, Il m’a emmenĂ© dans une petite envolĂ©e d’astronaute ce matin-lĂ , pour me montrer oĂč aller. Et c’est la preuve que votre radar indiquera cette direction, exactement oĂč se trouve ce lieu. Alors ce n’est pas moi, c’est Lui. C’est votre esprit, en vous, qui croit ce Message, et c’est le Saint-Esprit qui se trouve lĂ  oĂč je suis, et le fait que vous le croyiez comme ça, c’est ce qui Ă©tablit le contact; et voilĂ , vous recevez tout de suite votre rĂ©ponse. Un astronaute! Amen. Oh, que c’est merveilleux! Oui monsieur.

99 C’est grand, ce que la science a accompli, c’est une grande chose. Et, vous savez, ce qu’ils ont accompli lĂ , c’est tellement grand qu’ils se sont mis Ă  avoir peur d’eux-mĂȘmes. C’est vrai. Ils sont tellement grands qu’ils ont peur d’eux-mĂȘmes. Vous savez, ils ont dĂ©clarĂ©, lĂ , il y a environ deux ans, qu’il Ă©tait “minuit moins trois”. Ils ont peur. Qu’est-ce qu’ils font? Maintenant l’homme a rĂ©ussi, dans le domaine naturel, par l’astronaute naturel, maintenant il a atteint cette rĂ©alisation qu’est l’astronaute. Et lĂ  il s’imagine que, si un jour la Russie se met Ă  faire sauter ce pays, – ou un autre pays, – lui, il va s’envoler vers la lune.

100 L’autre jour, j’ai vu un petit truc mignon tout plein, c’était vraiment mignon. C’était deux petits Indiens, ils Ă©taient lĂ  en train de causer ensemble, avec leur petit bedon, vous savez, comme ça, et une plume qui dĂ©passait derriĂšre la tĂȘte, et ils se serraient la main, se tapotaient dans le dos. Ils disaient : “Mon frĂšre, on va bientĂŽt ravoir notre pays, l’homme blanc part pour la lune.” Ils disaient : “On va bientĂŽt ravoir notre pays. L’homme blanc s’en va sur la lune, alors on va ravoir notre pays.” C’est bien.

101 Oh, maintenant, ce qu’ils se proposent tous de faire, c’est de construire beaucoup de capsules spatiales, pour pouvoir entrer lĂ -dedans. Et avec le–l’ñge atomique qui arrive, ils vont faire sauter le monde, et ils n’auront qu’à tirer lĂ -dessus, et tout le monde s’en ira sur la lune, partira pour la lune, ils mettront fin Ă  tout ça, et alors, ils fonderont une autre Ă©conomie sur la lune, tout simplement. Ils n’y arriveront pas. De tout mon coeur, je ne crois pas qu’ils arriveront jamais Ă  ça. Voyez?

102 Mais en mĂȘme temps, le vrai, le vĂ©ritable croyant en Christ, est entrĂ© dans son Astronaute Ă  lui. Amen. “Nous avons tous Ă©tĂ© baptisĂ©s dans un seul Esprit, pour former un seul Astronaute.” Oh, un seul Corps! Celui-lĂ  peut supporter toute pression, quelle qu’elle soit. Ils l’ont mis Ă  l’épreuve dans une fournaise ardente : il supporte le feu, donc il ne pourra pas brĂ»ler. ChauffĂ©e sept fois plus. Ils l’ont mis Ă  l’épreuve de toutes les maniĂšres, et il s’en sort trĂšs bien. Donc les scientifiques spirituels ont rĂ©ussi Ă  prouver qu’ils peuvent tout supporter. Alors le–le vrai croyant spirituel a ajoutĂ© Ă  lui-mĂȘme et il est entrĂ© dans l’Astronaute de Dieu, Christ : il croit tout, il rejette ses crĂ©dos, les crĂ©dos pentecĂŽtistes, les crĂ©dos baptistes, les crĂ©dos mĂ©thodistes. Le voilĂ  maintenant entrĂ© dans l’Astronaute, il dit : “Seigneur, ce sera prĂȘt quand?” Oh! la la! Qu’est-ce qu’il fait? Il vient Ă  de petites rĂ©unions, il Ă©coute le compte Ă  rebours de la Parole de Dieu.

103 Vous savez, quand John Glenn Ă©tait assis lĂ  ce matin-lĂ , ils Ă©coutaient le compte Ă  rebours. “Dix, neuf, huit, sept, six, cinq, quatre, trois, deux, un, zĂ©ro.” Voyez? Et maintenant le voilĂ  au point oĂč on dĂ©clare : “On est Ă  trois minutes du dĂ©collage de quelque chose.” Ils ne savent pas de quoi il s’agit. “Nous sommes Ă  trois minutes de l’heure zĂ©ro.”

104 Maintenant remarquez, le vrai croyant est en Christ. Aucune condamnation pour ceux qui sont en Christ. PrĂȘchez la Parole, tenez-vous-en strictement Ă  la Parole. Peu importe ce que disent les dĂ©nominations, eux, ils vont La croire. Ils ne bougeront pas de lĂ , parce que c’est la Parole. Les gens des dĂ©nominations auront beau faire un tas d’histoires, les excommunier, les chasser, dire “qu’ils sont fous”, et tout ça. Mais eux, ils s’en tiennent strictement Ă  cette Parole. Pourvu que Dieu ait fait la promesse, ils s’y tiennent, parce que ce sont des astronautes. Ils croient la Parole. Et il n’y a pas moyen de se dĂ©barrasser d’eux. De toute façon, ils vont vous quitter, alors vous n’avez qu’à–qu’à les laisser faire pendant quelque temps.

105 Mais voilĂ , ils sont Ă  l’intĂ©rieur, assis dans les lieux CĂ©lestes en JĂ©sus-Christ, ils Ă©coutent le compte Ă  rebours : les Âges de l’Église et ainsi de suite. Gloire! C’est rĂ©jouissant, n’est-ce pas? Ils Ă©coutent le compte Ă  rebours! Le compte Ă  rebours, qu’est-ce que c’est? “Toutes ces choses qui ont Ă©tĂ© promises, voici oĂč elles se sont produites. Toutes ces choses qui ont Ă©tĂ© promises, voici oĂč elles sont en train de se produire. Voici oĂč est la promesse, voici oĂč elle s’est produite. La rĂ©alisation qu’Il avait promise pour aujourd’hui, la voici, ici mĂȘme au milieu de nous.” Qu’est-ce qu’ils font? Ils Ă©coutent le compte Ă  rebours. Il a dĂ©marrĂ© oĂč? Tout lĂ -bas, avec Luther. Le compte Ă  rebours! “La justification, la sanctification... Dix, neuf, huit, sept, six, cinq, quatre, trois, deux... On monte!” Qu’est-ce qu’ils font? Ils attendent le dĂ©collage, l’heure zĂ©ro. Amen.
[FrĂšre Branham, huit heures plus tard, a complĂ©tĂ© l’enregistrement en ajoutant la partie insĂ©rĂ©e ici, les paragraphes 106 Ă  111 . C’est ce qu’il explique aux paragraphes 4 et 5 de sa prĂ©dication du soir, intitulĂ©e Dans Sa PrĂ©sence.–N.D.É.]

106 Cette grande mise en orbite Ă  laquelle l’Église se prĂ©pare, et le grand moment du compte Ă  rebours; je voudrais vous expliquer ce que je crois ĂȘtre le compte Ă  rebours. Or je pense que nous venons de le voir, Ă  l’église ici. Et maintenant, vous remarquerez qu’au moment oĂč l’astronaute naturel se prĂ©pare Ă  quitter la terre, il y a un compte Ă  rebours, oĂč on compte de dix jusqu’à zĂ©ro. Maintenant, je n’ai pas essayĂ© de dĂ©velopper ce Message Ă  fond et d’en donner l’application spirituelle, parce que ça prendrait trop de temps ce matin. Mais je voudrais essayer de vous expliquer ceci : dix est un nombre de la “mondanitĂ©â€, de l’homme. Mais sept est le nombre de la “perfection de Dieu”. En six jours, Il a fait les cieux et la terre, et le septiĂšme jour, Il s’est reposĂ©. Et pendant six mille ans, le monde doit lutter contre le pĂ©chĂ©, ou, l’église doit lutter contre le pĂ©chĂ©, et le septiĂšme mille ans, c’est le MillĂ©nium, le Sabbat.

107 Sept, c’est le nombre parfait de Dieu. Et maintenant, Il nous a donnĂ© le compte Ă  rebours correct, et Son compte Ă  rebours n’est pas de dix, mais de sept. Nous venons de voir ça, dans les Sept Âges de l’Église. Or nous constatons que, dans l’Apocalypse, le premier compte Ă  rebours a Ă©tĂ© le premier Ăąge. Le deuxiĂšme compte Ă  rebours, le deuxiĂšme Ăąge. Et ainsi de suite jusqu’au septiĂšme compte Ă  rebours. Et ici, nous voyons, visible devant nous, le dessin qui en a Ă©tĂ© fait, alors que nous avons vu ce compte Ă  rebours. Le premier nombre du comptage, c’était ÉphĂšse. Le deuxiĂšme nombre du comptage, c’était Smyrne, Smyrne. Ensuite Pergame. Thyatire. Le cinquiĂšme, c’était Sardes. Le sixiĂšme, c’était Philadelphie. Et le septiĂšme, c’était LaodicĂ©e, le dernier Ăąge de l’église. AprĂšs quoi, c’est l’heure zĂ©ro, du dĂ©part de l’Église, aprĂšs que les Ăąges de l’église sont arrivĂ©s Ă  leur terme. Bon, nous savons que l’ñge de Thyatire a Ă©tĂ© et n’est plus, et que l’ñge d’ÉphĂšse a Ă©tĂ© et n’est plus, que l’ñge de Philadelphie a Ă©tĂ© et n’est plus. Et nous sommes au septiĂšme Ăąge de l’église, Ă  la fin de celui-ci : l’ñge de LaodicĂ©e. Et c’est ça le compte Ă  rebours.

108 Si vous remarquez, dans nos leçons prĂ©cĂ©dentes sur les Ă©glises, Il tenait dans Sa main sept Ă©toiles, et nous avons vu que c’étaient “sept ministres, des sept Ăąges de l’église”. Chacun d’eux a Ă©tĂ© identifiĂ© de façon parfaite, alors que Dieu faisait Son compte Ă  rebours. Depuis le moment de Son dĂ©part jusqu’au moment de Son retour, Il rassemble un peuple Ă  cause de Son Nom. Cela a commencĂ© au Jour de la PentecĂŽte. La premiĂšre Ă©glise, l’église d’ÉphĂšse, l’étoile et le messager de cette Ă©glise-lĂ , nous croyons que c’est saint Paul. Il est venu, et le premier nombre du comptage a Ă©tĂ© fait. Le deuxiĂšme Ăąge de l’église, c’est-Ă -dire Smyrne, c’était IrĂ©nĂ©e, le grand saint de Dieu qui a conduit cet Ăąge de l’église-lĂ , Ă  la fin. Le troisiĂšme Ăąge de l’église, c’est-Ă -dire Pergame, c’était saint Colomba, qui Ă©tait un grand saint de Dieu. Pendant la pĂ©riode de l’ñge des tĂ©nĂšbres, de la persĂ©cution, le quatriĂšme Ăąge et le quatriĂšme du comptage, saint Martin de Tours, le grand saint qui venait de France. Le cinquiĂšme Ăąge de l’église, son messager, c’était Martin Luther, au compte Ă  rebours, Le sixiĂšme Ăąge, c’était John Wesley, au compte Ă  rebours.

109 Maintenant nous sommes au septiĂšme Ăąge, l’ñge de l’église de LaodicĂ©e. Et nous attendons ce grand messager, Élie qui doit paraĂźtre une deuxiĂšme fois, au compte Ă  rebours. Et dĂšs que celui-ci paraĂźtra, alors c’est l’heure zĂ©ro, et l’Église part Ă  la Maison, s’en va dans l’espace, dans les Cieux, au-delĂ  de la lune, des Ă©toiles, et de tout le reste, Ă  la rencontre de JĂ©sus.

110 D’oĂč tout cela est-il venu, et oĂč ces gens sont-ils allĂ©s? Dans cet Astronaute. En premier lieu, comment ces gens sont-ils entrĂ©s dans l’Astronaute? C’est comme ça qu’ils devront y entrer, en tous lieux, chaque fois. C’est vrai. Ils devront y entrer par le mĂȘme moyen que les premiers y sont entrĂ©s, parce que c’est la grande mise en orbite d’un grand corps de gens. À l’époque de NoĂ©, lĂ , il n’y avait qu’une seule porte, et cette porte Ă©tait la seule porte d’entrĂ©e. Tout ce qui entrait lĂ , qu’ils aillent au premier Ă©tage par la justification, ou au deuxiĂšme Ă©tage, ou bien au troisiĂšme Ă©tage, peu importe, ils entraient tous par une mĂȘme porte. Ils entraient tous par la mĂȘme voie.

111 Et c’est la mĂȘme chose en ce jour de l’astronaute. Nous devons entrer par la mĂȘme voie, venir par le mĂȘme moyen, par le mĂȘme Message, par le mĂȘme Christ, par cette mĂȘme Puissance qu’ils avaient reçue au Jour de la PentecĂŽte. La mĂȘme voie! La mĂȘme tout au long, puisque C’est la mĂȘme Porte. Et comment entrons-nous dans ce Corps? Par la Porte. Et JĂ©sus est la Porte de ce Corps. Alors nous entrons et nous naissons dans le Royaume de Dieu en passant par la Porte, JĂ©sus-Christ. Et maintenant la Porte est sur le point de se fermer, au dernier compte Ă  rebours, celui de LaodicĂ©e, et l’Église se prĂ©pare Ă  ĂȘtre mise en orbite, au-dessus de toutes les tribulations, au-dessus de tout, et Ă  monter en flĂšche dans les cieux des Cieux – l’Église, emportĂ©e dans le sein de Dieu. Amen. [espace.non.enregistrĂ©.sur.la.bande–N.D.É.] Amen.

112 Le matin oĂč John... oĂč ce dĂ©nommĂ© Glenn a dĂ©collĂ© lĂ -bas, tous, la face contre terre, pleuraient et priaient, ils se demandaient ce qu’il allait rĂ©ussir Ă  accomplir. Et tout Ă  coup s’est amorcĂ©e la mise Ă  feu de ces atomes, alors que cet Ă©norme missile s’est Ă©levĂ©, lĂ -bas au Cap Canaveral, qu’il est montĂ© dans les airs comme ça, et les gens poussaient des cris, et pleuraient, et se demandaient ce qui allait arriver Ă  leur astronaute qui Ă©tait en train de monter.

113 Oh, mais l’Église, gloire, par elle aussi une mise Ă  feu est en train de se faire. Amen. Le compte Ă  rebours approche! Amen! “La justification, la sanctification, le baptĂȘme du Saint-Esprit, l’ñge de l’église de LaodicĂ©e”, nous sommes Ă  la fin! JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement! Qu’est-ce qu’il y a? “Dix, neuf, huit, sept, six, cinq, quatre, trois, deux... zĂ©ro!” Eux, ils ne pleureront pas, mais il y aura des chants, des cris et des louanges Ă  Dieu, au moment oĂč l’Église prendra son dĂ©part d’astronaute, dans les cieux, pour aller ĂȘtre avec JĂ©sus-Christ. Amen.

114 Leur rĂ©alisation sur le plan naturel, c’est qu’ils partent vers la lune. Notre rĂ©alisation sur le plan spirituel, c’est que nous partons vers le Ciel. Amen! L’astronaute naturel essaie de se faire une place sur la lune. Nous, nous avons dĂ©jĂ  une place au Ciel, toute prĂȘte. “Il y a plusieurs demeures dans la Maison de Mon PĂšre. Je vais vous prĂ©parer une place, et J’enverrai un Astronaute venir vous prendre.” Le compte Ă  rebours est en train de se faire! Le croyez-vous? Amen. Le compte Ă  rebours! “Dix, neuf, huit, sept, six, cinq, quatre, trois, deux, un, zĂ©ro!” La mise Ă  feu s’amorce, le ministĂšre est couronnĂ© dans la Gloire. AllĂ©luia! Et la vieille fusĂ©e amorce son dĂ©collage, pas en direction de la lune, mais en direction de la Gloire. C’est lĂ -bas qu’elle est – la mise Ă  feu de Dieu est en train de se faire. La puissance du Saint-Esprit l’élĂšve dans les airs, au-delĂ  de la lune, des Ă©toiles, bien au-delĂ  de toutes les rĂ©alisations qui pourraient ĂȘtre atteintes par l’homme. Un bon matin, l’Église prendra son vol, vers le sein de Dieu, dans le Ciel. Mes amis, ce que les hommes, par leurs choses naturelles, ont pu atteindre comme rĂ©alisations, Dieu (je l’ai prouvĂ© ici) en a montrĂ© le type par les choses spirituelles.

115 Entrons dans l’Astronaute, sans tarder! Les portes se fermeront au bout d’un moment. Le compte Ă  rebours est en train de se faire! La science dĂ©clare que leur compte Ă  rebours Ă  eux, c’est trois minutes. Il se pourrait que le nĂŽtre ait devancĂ© le leur, il se pourrait que nous soyons Ă  “un”, prĂȘts pour “zĂ©ro!” Entrons. Croyez-vous que le compte Ă  rebours est en train de se faire? Alors inclinons la tĂȘte un instant.

116 PĂšre! “Dix, neuf, huit, sept, six, cinq, quatre, trois, deux...” Ô Dieu! “Les nations se disloquent. IsraĂ«l se rĂ©veille, signes annoncĂ©s par les prophĂštes; les jours des Gentils sont comptĂ©s, ils sont remplis d’effroi; retournez, ĂŽ dispersĂ©s, vers les vĂŽtres.” Quel jour! La LumiĂšre du soir brille. Ô Dieu, nous prions que chaque incrĂ©dule rejette sans tarder toutes les pensĂ©es qui lui ont Ă©tĂ© inculquĂ©es, toutes ses idĂ©es qui sont contraires Ă  Ta Parole, et que, ce matin, il entre dans ce glorieux Astronaute, parce que c’est par une naissance que nous Y entrons, et en Lui nous devenons une partie de l’Astronaute.

117 Je prie, PĂšre CĂ©leste, que, dans ce grand Corps de Christ, Tu baptises des croyants, aujourd’hui, du Saint-Esprit. Que le baptistĂšre soit rempli de gens ce matin, qui confesseront leurs pĂ©chĂ©s et seront ensevelis dans le Nom de JĂ©sus-Christ, et qui monteront Ă  bord du vieil Astronaute, Seigneur, qui va au-delĂ  de la lune et des Ă©toiles, au-delĂ  des crĂ©dos, des dĂ©nominations. Nous avons dĂ©jĂ  eu le compte Ă  rebours. Tu nous as dit ce qui arriverait, les trois, les trois Ă©tapes de ceci. Tu as dit comment se passeraient les Ăąges de l’église : le premier Ăąge de l’église, le deuxiĂšme Ăąge de l’église, le troisiĂšme Ăąge de l’église, le quatriĂšme, cinquiĂšme, sixiĂšme. Au comptage, celui-ci est le septiĂšme. Et aprĂšs sept, cet Ăąge-ci – nous y sommes dĂ©jĂ , le dernier Ăąge de l’église. Et maintenant le compte Ă  rebours est en train de se faire. Les Ăąges sont dĂ©jĂ  passĂ©s, au comptage, l’ñge de Luther, l’ñge de Wesley, l’ñge pentecĂŽtiste. Et maintenant, Seigneur, nous nous rassemblons dans l’Astronaute, et LĂ  devant, il y a un grand verre grossissant, nous pouvons voir la Gloire, voir JĂ©sus, Le voir dans toute Sa puissance, Le voir dans toutes Ses promesses. Tout ce qu’Il a promis se reflĂšte sur nous. Nous T’en remercions.

118 Ô Dieu, puisse l’église entrer sans tarder, aujourd’hui, dans la zone protĂ©gĂ©e, car ce sera bientĂŽt l’heure zĂ©ro, et la porte du grand Astronaute se fermera, de l’avion-Astronaute. Et nous partirons comme NoĂ©, quand il est entrĂ©, pour ainsi dire, dans son astronaute Ă  lui, il a Ă©tĂ© portĂ© sur toutes les eaux du jugement, et au-dessus d’elles. PĂšre, nous voulons entrer en Toi, pour que nous puissions naviguer sur les flots du temps, aller plus loin que Mars, que Jupiter, que VĂ©nus, de l’autre cĂŽtĂ© de la blanche Voie LactĂ©e, toujours plus loin, et plus loin, et plus loin, dans un lieu dont l’astronaute naturel ne connaĂźt rien. Par contre, nous voyons que Tu laisses celui-ci accomplir cela, comme signe, afin que nous nous tenions prĂȘts Ă  partir. Nous partons de cette terre. Accorde-le, Seigneur. C’est par le Nom de JĂ©sus-Christ que je le demande.

119 Il y a ici des mouchoirs, Seigneur, qui ont Ă©tĂ© posĂ©s ici, que des malades ont envoyĂ©s. Ils croient, Seigneur. Puissent-ils devenir des astronautes Ă  part entiĂšre ce matin. Puisse la puissance du Dieu Tout-Puissant, qui prĂ©sente par ceci un reflet de Sa Bible, car ils prenaient des linges et des mouchoirs qui avaient touchĂ© le corps de saint Paul, et les malades et les affligĂ©s Ă©taient guĂ©ris. Le croyant astronaute, quand ceci le touchera, puisse-t-il dĂ©coller, Seigneur. La maladie derriĂšre lui! Puisse chaque malade qui est ici en ce moment, Seigneur, entrer directement en JĂ©sus-Christ, atteindre Sa Parole, Sa promesse. Et, en disant : “Tout ce que vous demanderez au PĂšre en Mon Nom, Je le ferai.” Puissent-ils commencer Ă  compter : “Dix, neuf, huit, sept, six, cinq, quatre, trois, deux... zĂ©ro. On dĂ©colle, Seigneur!” Qu’ils se lĂšvent des lits de camp, des civiĂšres, quoi que ce soit. Qu’ils se relĂšvent de la maladie qui les enchaĂźnait, pour partir tout lĂ -bas, dans l’espace, dans un lieu dont les mĂ©decins, les scientifiques, dont personne d’entre eux ne connaĂźt rien, un lieu oĂč la Puissance de Dieu a Ă©tĂ© promise, par la recherche scientifique de la Bible, ici, ou plutĂŽt par la recherche spirituelle de la Bible; afin de prouver que si Dieu a jamais Ă©tĂ© Dieu, Il est encore Dieu, Il sera toujours Dieu, et Il est l’Être Infini, Omnipotent, Tout-Puissant, OmniprĂ©sent, qui peut tenir Sa Parole, et qui peut tout, et Il nous a fait la promesse que tout est possible Ă  ceux qui croient. Ô Dieu, accorde-le.

120 Puisse celui qui est rebelle, homme ou femme, garçon ou fille, ce matin, qui n’est pas Ă  l’intĂ©rieur en train d’écouter le compte Ă  rebours de la Parole de Dieu, sachant que nous sommes arrivĂ©s au bout, que le comptage a Ă©tĂ© fait, jusqu’au dernier. Elle est prĂȘte Ă  crier trĂšs fort “zĂ©ro”, d’un moment Ă  l’autre, et l’église partira. Nous voyons le Message qui arrive Ă  son terme. Nous voyons la montĂ©e de la persĂ©cution, nous en avons parlĂ© hier soir. Nous savons que le temps est proche. Le compte Ă  rebours est terminĂ©. Tu nous as aidĂ©, ici sur l’estrade, Ă  prĂ©senter les Ăąges de l’église qui se sont succĂ©dĂ©, et Ă  dĂ©montrer, au moyen de toutes les autres choses, que maintenant mĂȘme, d’une minute Ă  l’autre, cela pourrait se produire. Dieu Tout-Puissant, qui as crĂ©Ă© les Cieux et la terre, fais descendre Ta misĂ©ricorde sur les gens, et donne-leur ce que Tu as emmagasinĂ© pour eux. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus.

121 Pendant que tous, hommes et femmes, gardent la tĂȘte inclinĂ©e. S’il y en a ici qui ne connaissent pas Christ comme leur Sauveur ce matin, et qui aimeraient Le connaĂźtre et entrer dans cet Ă©tat d’astronaute, de la grĂące de Dieu, pour partir dans l’EnlĂšvement, voudriez-vous lever la main pour dire : “Je suis prĂȘt, je veux ĂȘtre prĂȘt pour l’EnlĂšvement, FrĂšre Branham. Priez pour moi.” Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse, et vous. Que Dieu vous bĂ©nisse, et vous. À l’extĂ©rieur, Ă  l’intĂ©rieur, oĂč que vous soyez, levez simplement la main. Signifiez par ceci : “Ô Dieu, fais-moi entrer.” Que Dieu vous bĂ©nisse. “Je veux entendre le compte Ă  rebours. Je veux l’entendre. Je veux savoir que je suis en sĂ©curitĂ©, et alors, lorsque la mise Ă  feu se fera, je ne serai pas assis ici dans une voiture Ă  cheval. Je ne serai pas dans une Ă©glise, en train de rouler en automobile. Je ne serai pas dans une de celles oĂč on arrive Ă  quitter le sol juste assez longtemps pour sauter et qu’il y ait beaucoup de bruit. Je veux ĂȘtre dans quelque chose qui va m’emporter au-delĂ  de la lune et des Ă©toiles. Je veux Ă©couter le compte Ă  rebours; pas un credo quelconque, une organisation quelconque. Mais je veux ĂȘtre en Christ, lĂ  oĂč je peux planer au-delĂ  de tous les raisonnements qu’on trouve parmi les hommes. Je veux partir.”

122 Y a-t-il quelqu’un d’autre, avant que nous prions? Y a-t-il...? Que Dieu vous bĂ©nisse, jeune dame. Que Dieu vous bĂ©nisse, jeune homme. Que Dieu vous bĂ©nisse, et vous au fond. Je vois votre main, et bien sĂ»r que Dieu la voit. Et vous, mon frĂšre, et vous, frĂšre. “Je veux ĂȘtre inclus dans le compte Ă  rebours. Ô Dieu, fais que je rejette tout fardeau.” Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. “Je veux rejeter tout pĂ©chĂ©. J’ai un tempĂ©rament colĂ©rique, FrĂšre Branham. Oh, je ne pourrais pas Y entrer comme ça. Priez Dieu d’îter ça de moi. Je–je, FrĂšre Branham, je–je bois un peu. Je ne veux pas faire ça. Priez que je renonce Ă  ça. Je fume. Je ne veux pas faire ça. Dieu sait que je ne veux pas faire ça. Je suis tellement liĂ© par cette chose-lĂ  que je–je le fais, c’est tout, je n’arrive pas Ă  m’en dĂ©faire. Je sais que c’est mal, et que je ne devrais pas le faire. Je ne le ferai plus! Il y a autre chose, j’ai doutĂ© de la Parole. Je me suis vraiment demandĂ© si Elle Ă©tait rĂ©ellement vraie. Aide-moi, ĂŽ Dieu. Que je, que je me souvienne qu’Elle est toute vraie, et que j’Y croie. Je veux Ă©couter le compte Ă  rebours. Je veux prendre cette position : chaque fois que je vois la Parole de Dieu dire quelque chose, je veux ponctuer cela d’un ‘amen’, et dire : ‘C’est Toi, Seigneur.’” Maintenant tous... Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse, chacun de vous.

123 Maintenant est-ce qu’il y en a ici qui sont malades, qui disent : “FrĂšre Branham, ce matin, je suis ChrĂ©tien, mais je... j’ai Ă©tĂ©... j’ai reçu le Saint-Esprit. Je suis descendu de l’avion maintenant, je suis prĂȘt pour le compte Ă  rebours. Je suis sorti de toutes sortes de dĂ©nominations et de tout le reste, j’écoute le compte Ă  rebours. Mais maintenant, FrĂšre Branham, il y a une chose que je voudrais vous dire ce matin : je suis malade. J’ai encore un travail Ă  accomplir pour le Seigneur. J’écoute le compte Ă  rebours, mais je veux–je veux ĂȘtre en bonne santĂ©. Je monte Ă  bord, ce matin, en Ă©coutant le compte Ă  rebours.” Le compte Ă  rebours, qu’est-ce que c’est? La Parole de Dieu. Le comptage s’est fait jusqu’au bout. Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. “Je veux L’entendre comme mon GuĂ©risseur, ce matin. Je veux lever la main, dire : ‘Priez pour moi, FrĂšre Branham.’” Que Dieu vous bĂ©nisse. Montez Ă  bord maintenant. Montez Ă  bord. L’autel est rempli, et tout autour, ici, les gens se sont entassĂ©s sur le sol. Nous ne pourrions pas faire une ligne de priĂšre. Les gens sont debout le long des murs et tout. Ce serait vraiment la pagaille. Nous n’avons pas besoin de faire ça. Vous ĂȘtes dans–vous ĂȘtes dans... Vous ĂȘtes un astronaute.

124 Vous ĂȘtes un astronaute. Vous allez au-delĂ  de Luther; Luther n’y croit pas du tout. Wesley imposait les mains. Les pentecĂŽtistes oignent d’huile. Vous, vous ĂȘtes un astronaute, vous voilĂ  au-delĂ  de tout raisonnement. C’est pour la simple raison que la Parole le dit que moi, j’avance. Eh bien, vous dites : “N’est-ce pas que Luther croyait? N’est-ce pas que c’était la Parole, ça?” Oui, mais Wesley a continuĂ© Ă  avancer, il est allĂ© plus haut que lui. “Eh bien, Wesley oignait d’huile, ou quelque chose. Vous croyez ça, n’est-ce pas?” Oui, c’est vrai. “Les pentecĂŽtistes chassaient les dĂ©mons.” Oui. “Ils imposaient les mains, il se faisait des guĂ©risons par leurs mains, et tout le reste.” Oui, je sais que c’est vrai, mais continuez Ă  avancer. Continuez Ă  avancer! Wesley ne regarde pas en arriĂšre, vers Luther, la pentecĂŽte ne regarde pas en arriĂšre, vers Wesley. Et nous, nous ne regardons pas en arriĂšre non plus, vers la pentecĂŽte. Nous sommes des astronautes. Nous avons dĂ©passĂ© cela. Continuons Ă  avancer. Christ l’a dit!

125 Comment faire? “Viens imposer les mains Ă  ma fille, et elle sera guĂ©rie”, a dit le Juif. JĂ©sus y est allĂ©, Il l’a fait pour lui, c’est vrai. Mais le Romain, lui, l’astronaute, il a dit : “Je ne suis pas digne que Tu entres sous mon toit. Dis seulement un Mot, Seigneur.” Et Il l’a dit, dĂ©jĂ . C’est ça.

126 Maintenant Ă©levons nos–nos coeurs vers Dieu. Levons nos mains vers Dieu, Ă©levons nos coeurs vers Dieu. Quel que soit votre besoin, le salut, la sanctification, le baptĂȘme du Saint-Esprit, la guĂ©rison Divine, quoi que ce soit, gardez vos mains levĂ©es, et votre coeur Ă©levĂ© dans la PrĂ©sence mĂȘme de Dieu, et reconnaissez que vous ĂȘtes assis dans les lieux CĂ©lestes en JĂ©sus-Christ, et que vous ĂȘtes un astronaute de cette Foi-lĂ . Quoi donc? Voici le comptage! “Dix, neuf, huit, sept, six, cinq, quatre, trois, deux...” Ô JĂ©sus, viens maintenant! Nous appliquons la puissance de Son Nom. Et, comme nous l’avons vu hier soir, Paul a frappĂ© un homme d’aveuglement, et il en a laissĂ© un autre le piĂ©tiner. Et nous voyons que JĂ©sus a pu faire tout ce qu’Il–qu’Il a fait, toutes sortes de miracles, et pourtant, arrivĂ© au bout de Sa route, nous avons vu qu’on L’a battu, qu’on Lui a crachĂ© dessus, et tout le reste. Les gens ne comprennent pas. Ils se rendent compte que Dieu accomplit cela pour confirmer que la chose est vraie; et ensuite Il met la foi de ces gens Ă  l’épreuve.

127 Seigneur, nous nous sommes tenus ici, et nous avons vu des gens qui Ă©taient complĂštement aveugles recouvrer la vue, des maladies, des cancers, oĂč des gens qui n’étaient plus que l’ombre d’eux-mĂȘmes ont Ă©tĂ© guĂ©ris. Nous en avons vu qui Ă©taient morts, Ă©tendus lĂ  depuis des heures et des heures, et ils sont revenus Ă  la vie. Nous savons que c’est–c’est lĂ  notre glorieux Christ, et nous sommes un astronaute dans Son corps. Et maintenant le compte Ă  rebours est en train de se faire, et nous allons croire, ce matin, que nous recevons notre guĂ©rison, notre salut et tout ce dont nous avons besoin. Parce que, quand nous le demandons au Nom de JĂ©sus-Christ, Il a fait cette promesse : “Tout ce que vous demanderez Ă  Mon PĂšre en Mon Nom, Je le ferai.” Et c’est tout ce qu’il nous faut faire maintenant, invoquer Son Nom, et cela ne peut pas faire autrement que de s’accomplir. Nous Ă©coutons le compte Ă  rebours.

128 Seigneur, certains d’entre eux Ă©taient pĂ©cheurs, ils ont levĂ© la main. Ils attendent le compte Ă  rebours, le moment oĂč se produira dans leur coeur un changement qui en retirera toute cette vile corruption. Beaucoup fument la cigarette, et ils sont prĂȘts Ă  renoncer Ă  cela. Beaucoup ont fait des choses qu’ils n’auraient pas dĂ» faire, et ils sont prĂȘts Ă  renoncer Ă  cela, parce que nous demandons au Dieu Tout-Puissant, au Nom de JĂ©sus-Christ, d’îter tout ce qui fait obstacle Ă  l’Église, ce matin, de la maladie jusqu’au pĂ©chĂ©, et que cette Ă©glise soit ainsi libĂ©rĂ©e. Au Nom de JĂ©sus-Christ, que la puissance, et la Puissance du glorieux Évangile, le Feu du Saint-Esprit, se rĂ©pande maintenant, et que les grands astronautes de Dieu dĂ©collent vers ce que leur coeur dĂ©sire aujourd’hui. Accorde-le, Dieu Tout-Puissant. Ils sont Ă  Toi. Et puissent-ils recevoir leur guĂ©rison, leur salut, et tout ce dont ils ont besoin. Je Te les confie, et je Te les remets, avec ma priĂšre, sur l’autel oĂč se trouve le Sang de JĂ©sus-Christ, frais, ce matin. Au Nom de JĂ©sus-Christ, puissent-ils recevoir ce qu’ils ont demandĂ©. Et le peuple dit : [FrĂšre Branham et l’assemblĂ©e disent : “Amen.”–N.D.É.].

129 Croyez-Le ainsi! Qu’il en soit ainsi! J’Y crois. Je crois. Amen. Je sais qu’Il est Dieu. Je sais que nous sommes prĂȘts pour la grande rĂ©alisation de Dieu. Sa rĂ©alisation, qu’est-ce que c’est? De partir de cette terre. L’astronaute va sur la lune, sur une autre terre. Et l’Église de Dieu (qui est passĂ©e de l’avion, qui est passĂ©e de la voiture Ă  cheval, et ainsi de suite) part en astronaute vers un autre monde : le Ciel. Le compte Ă  rebours est en train de se faire. Amen.
Vous L’aimez? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Alors, levons les mains et chantons. Je L’aime, je L’aime,
Parce qu’Il m’a aimĂ© le premier...
TrĂšs bien, FrĂšre Neville.
LouĂ© soit l’Éternel! Et que Dieu vous bĂ©nisse jusqu’à ce que je vous revoie ce soir.

EN HAUT