ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Le Livre d’Exode, PremiĂšre partie de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 55-1005 La durĂ©e est de: 57 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Le Livre d’Exode, Premiùre partie

1    Chantons maintenant:
Crois seulement, crois seulement,
Tout est possible, crois seulement,
Crois seulement, crois seulement,
Tout est possible, crois seulement.
    Alors que nous sommes debout, pouvons-nous nous incliner juste un instant pour la priĂšre? Notre PĂšre cĂ©leste, nous Te sommes reconnaissants de pouvoir revenir ce soir et de T’appeler PĂšre, et nous demandons qu’au–au cas oĂč nous avons fait quelque chose au cours de cette journĂ©e, ou Ă  n’importe quel moment de notre vie, quelque chose qui soit enregistrĂ© contre nous dans la gloire, que le Sang de Ton bien-aimĂ© Fils, le Seigneur JĂ©sus, expie cela maintenant mĂȘme, comme nous confessons nos torts et implorons Son pardon.
    Nous prions que le Glorieux Saint-Esprit vienne ce soir, qu’Il entre dans la rĂ©union, qu’Il entre dans chaque coeur, qu’Il tire gloire de la rĂ©union, qu’Il sauve les perdus, qu’Il ramĂšne Ă  la bergerie les brebis Ă©garĂ©es et guĂ©risse les malades. Car nous le demandons en Son Nom. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

2    Bonsoir, mes amis. C’est
 Je suis trĂšs heureux d’ĂȘtre de nouveau ici ce soir pour servir au Nom du Seigneur JĂ©sus. Je suis arrivĂ© il y a quelques instants, j’étais trĂšs ravi de constater que frĂšre Moore est arrivĂ©. Je suis trĂšs content de le voir et d’apprendre que frĂšre Brown et frĂšre Lyle sont aussi avec lui, ce sont de braves gens de Shreveport. Et quelques aimables personnes de lĂ  en Louisiane. Je sais que vous serez toujours les bienvenus lĂ -bas. Et aussi, un petit ami m’a rencontrĂ©, il prenait une photo juste lĂ , Ă  leur arrivĂ©e, alors il m’a serrĂ© la main et a dit: «FrĂšre Branham, j’oublie, il y a plusieurs annĂ©es, ma mĂšre Ă©tait alitĂ©e, se mourant de tuberculose Â», il a ajoutĂ©: « Tu as priĂ© pour elle, dit-il, depuis lors elle a Ă©tĂ© guĂ©rie.» Ainsi je


3    Quand je descendais de l’avion, quelqu’un m’a dit: «Salut, FrĂšre Branham. Il y a sept ou huit ans, mon pĂšre avait le cancer et il a Ă©tĂ© guĂ©ri.» Et ceci et cela. Je me demande ce que ça sera quand tout sera terminĂ©, et que nous nous assiĂ©rons sous l’Arbre toujours vert, au TrĂŽne de Dieu, et que nous entendrons ces tĂ©moignages. « Raconter l’histoire, comment nous avons vaincu, nous comprendrons cela mieux trĂšs bientĂŽt», dit le cantique. Eh bien, peut-ĂȘtre que ce soir, le Seigneur voulant, je vous ai promis une soirĂ©e que nous consacrerons uniquement Ă  la priĂšre pour les malades. Juste
 GĂ©nĂ©ralement, nos rĂ©unions se tiennent–tiennent sur un ordre divin concernant les rĂ©unions, par un don divin de–de connai–de connaissance, ou je ne sais comment vous appelleriez cela. Et je me suis rappelĂ©, il y a quelques jours que le Saint-Esprit m’avait parlĂ© pendant que j’étais lĂ  dans les bois, en priĂšre; Il a dit: « Tu n’as toujours pas fait ce que Je t’ai dit de faire. Prie pour les malades. Â» Il a dit


4    Ainsi donc, je
 peut-ĂȘtre que ce soir, nous pourrons faire cela. J’ai demandĂ© aujourd’hui Ă  mon garçon de ne pas distribuer des cartes de priĂšre ce soir. De toutes façons, nous ne ferons que prier pour les malades, si le Seigneur l’accorde. Nous ne savons pas ce qu’Il va faire. C’est cela la chose merveilleuse, nous sommes dans l’expectative. Nous ne savons tout simplement pas ce qu’Il fera. Eh bien, demain soir, et puis juste
 vous avez remarquĂ© que la semaine tire dĂ©jĂ  Ă  sa fin, n’est-ce pas? Pensez-y, c’est mercredi soir. Ainsi, nous allons donc lire juste un court passage de la Parole de Dieu et puis aborder directement le petit service amateur de cette partie, et nous concentrer davantage sur la priĂšre pour les malades. Ainsi, nous ne vous garderons pas jusque tard. Hier soir, nous avons tout placĂ© sous l’influence du Saint-Esprit. Et je pense que nous sommes restĂ©s ici jusque vers 22 heures quart. Je
 C’est Ă©tonnant, la grĂące Ă©tonnante, que les gens soient revenus, et surtout par une soirĂ©e pluvieuse comme celle-ci. Mais vous ĂȘtes trĂšs aimables, et nous vous apprĂ©cions beaucoup.

5    Ainsi, supportez-nous pendant quelque temps, s’il vous plaĂźt, pendant que nous lisons la Parole de Dieu et que nous parlons de JĂ©sus juste–juste pour un petit moment. La raison pour laquelle nous sommes ici, c’est pour L’exalter. Et c’est lĂ  notre objectif, que–que vous L’aimiez, et que vous L’adoriez. Et nous nous rassemblons ainsi pour L’adorer. Maintenant, dans le livre d’Exode, je dĂ©sire lire juste un passage des Écritures pendant que je parle, peut-ĂȘtre, la soirĂ©e suivante ou deux, sur ce merveilleux Livre.
    Et un homme de la maison de LĂ©vi alla prendre pour femme une fille de LĂ©vi.
    Et la femme devint enceinte et enfanta un fils; et lorsqu’il vit qu’il Ă©tait beau, elle le cacha pendant trois mois.
    Puisse le Seigneur ajouter Ses bĂ©nĂ©dictions Ă  la lecture de Sa Parole.

6    J’aime toujours lire Sa Parole, car ce que moi je dis peut ĂȘtre faux et cela peut faillir. Mais si je lis juste un verset Ici, je serai sĂ»r que les gens ne sont pas venus en vain, car c’est la Parole de Dieu, et Elle ne faillira jamais. Elle est toujours vraie. Les temps peuvent changer, les gens peuvent changer, mais la Parole de Dieu ne changera jamais. Elle est tout aussi immuable que l’ÉternitĂ©. Bien, ce livre d’Exode est l’un de mes livres favoris de l’Ancien Testament. Le mot mĂȘme Exode,  Exode signifie les appelĂ©s Ă  sortir. En d’autres termes, cela signifie l’Église Elle-mĂȘme: l’Exode. Ils Ă©taient appelĂ©s le peuple de Dieu pendant qu’ils Ă©taient lĂ  en Égypte. Et puis, lorsqu’ils furent appelĂ©s Ă  sortir, ils devinrent alors l’Église de Dieu, en effet l’Église signifie les appelĂ©s hors de, ceux qui sont sĂ©parĂ©s.

7    C’est ainsi que vous–vous saurez si vous ĂȘtes dans la vraie Église, quand vous avez Ă©tĂ© appelĂ© par Dieu Ă  sortir, Ă©tant sĂ©parĂ© des choses du monde et aimant le Seigneur de tout votre coeur, de toute votre Ăąme et de toute votre pensĂ©e, alors vous savez que vous ĂȘtes dans l’Église. Eh bien, les gens pourraient avoir diffĂ©rentes plaques d’identitĂ© qu’ils vous collent, telles que mĂ©thodiste, baptiste, presbytĂ©rien, pentecĂŽtiste, mais ça, ce n’est qu’une plaque d’identitĂ©, voyez. Mais aprĂšs tout (je ne voulais pas dire cela comme cela. Eh bien, je n’avais pas pensĂ© Ă  cela.) Je–je voulais dire la marque que vous portez, voyez, en d’autres termes. C’est
 Ils ont un nom du genre «on est membre de l’église mĂ©thodiste», mais en rĂ©alitĂ©, il n’y a qu’une seule Église et c’est l’Église de ceux qui sont nĂ©s de nouveau. Et c’est la seule Église. Vous ĂȘtes–vous ne vous ĂȘtes jamais joint Ă  l’église de Dieu. Il n’y a pas du tout moyen de faire cela. Vous ĂȘtes nĂ©s dans l’Église de Dieu.

8    JĂ©sus a dit: «Si un homme ne naĂźt de nouveau, il ne peut comprendre le Royaume des cieux.» Il n’y a pas moyen de comprendre cela Ă  moins que vous soyez nĂ© de nouveau, et alors Dieu se rĂ©vĂšle Ă  vous, et vous savez alors que vous ĂȘtes passĂ© de la mort Ă  la vie; en effet, personne ne peut appeler JĂ©sus le Christ, si ce n’est par le Saint-Esprit seul, voyez? Le seul moyen pour vous de reconnaĂźtre que JĂ©sus est le Christ, c’est lorsque le Saint-Esprit vous rend personnellement tĂ©moignage qu’Il est le Seigneur JĂ©sus ressuscitĂ©. Peu importe ce qu’Il pourrait faire, le genre de signes, le genre de miracles, vous ne reconnaĂźtrez jamais cela Ă  moins que vous ayez une expĂ©rience personnelle avec Dieu.
    Vous dites: « Eh bien, je crois cela parce que la Bible le dit. Â» Eh bien, c’est bon. La Bible, Elle est vraie. Elle sait cela. « Eh bien, le prĂ©dicateur l’a dit. Â» Lui, peut-ĂȘtre le sait. « Ma mĂšre l’a dit. Â» Elle le sait. Mais vous, qu’en savez-vous? Vous ne saurez jamais cela avant que cela vous soit individuellement rĂ©vĂ©lĂ© par le Saint-Esprit. Et alors, en l’acceptant, vous devenez une nouvelle crĂ©ature en Christ JĂ©sus, nĂ©e pour la seconde fois.

9    Bien, vous ne pouvez pas vivre et–et deux fois; il vous faut mourir une fois pour naĂźtre de nouveau. Ainsi, lorsque vous mourez Ă  vous-mĂȘme et que vous naissez de nouveau par le Saint-Esprit, il n’y a plus de raisonnement sur la Parole de Dieu. Vous ne faites pas
 vous ne faites que La recevoir dans ce qu’Elle dit, et cela rĂšgle la question. Cela
 Dieu L’a dit et cela se confirme.
    Ainsi, ce merveilleux Livre Ă©tait quelque chose comme aujourd’hui
 Je crois que l’Église Elle-mĂȘme est dans un grand exode aujourd’hui, croyez-vous cela? [L’assemblĂ©e dit: « Amen. Â»â€“N.D.É.] Un grand temps de sĂ©paration. Dieu appelle Son peuple. Il a promis qu’Il le ferait dans les derniers jours, qu’Il sĂ©parerait Son peuple. Il n’y a pas longtemps, je parlais quelque part du passage oĂč le prophĂšte a dit: « Au temps du soir la lumiĂšre paraĂźtra.» Il n’y aura pas un temps intermĂ©diaire pour la lumiĂšre. Il y aura
 Il y a la lumiĂšre le matin et il y a la lumiĂšre le soir. Et il y eut un jour qui n’était ni jour ni nuit, juste comme si c’était brumeux, nuageux quelque chose comme aujourd’hui. Et c’est Ă  peu prĂšs ainsi que nous avons vĂ©cu. Et gĂ©ographiquement, si vous le remarquez bien, le soleil se lĂšve Ă  l’est et se couche Ă  l’ouest. La civilisation a commencĂ© Ă  l’est et a continuĂ© Ă  avancer vers l’ouest. Et alors, quand l’Église a commencĂ© Ă  l’est le jour de la PentecĂŽte, c’était sur les gens de l’orient


10    Et alors, comme il voyage vers l’ouest en traversant les pays, l’ÉVangile a Ă©tĂ© apportĂ© de la mĂȘme maniĂšre, ça n’a pas Ă©tĂ© exactement
 nous avons dit: «Faites briller la lumiĂšre Â», mais nous n’avons eu que le reflet de cette LumiĂšre qui a Ă©tĂ© enseignĂ©e aux jours de la Bible. Mais en rĂ©alitĂ©, nous n’avons pas eu la LumiĂšre comme ils En avaient eue lĂ  dans le passĂ©. Mais Dieu a promis cela: la LumiĂšre paraĂźtra le soir. Nous avions eu assez de lumiĂšre pour reconnaĂźtre que JĂ©sus est le Fils de Dieu. Nous avions eu assez de lumiĂšre pour savoir que nous devons vivre correctement. Mais la lumiĂšre de la puissance de la rĂ©surrection du Seigneur JĂ©sus par Ses signes, prodiges et miracles, comme Il en a toujours eus dans chaque Ăąge
 Chaque fois que Dieu S’est manifestĂ©, il y a toujours eu des signes et des prodiges.

11    Et la mĂȘme LumiĂšre qui a brillĂ© sur les gens de l’orient en l’an 33 aprĂšs JĂ©sus-Christ, brille sur les gens de l’occident en 1955 et 1956, manifestant le mĂȘme Saint-Esprit, les mĂȘmes rĂ©sultats, la mĂȘme puissance, le mĂȘme JĂ©sus, les mĂȘmes gens, le mĂȘme genre de personnes qu’autrefois. La lumiĂšre est donc apparue au temps du soir.
    L’Exode, Dieu appelle son peuple Ă  sortir, Il fait une diffĂ©rence, il place une diffĂ©rence entre Son peuple
 Bien, cette semaine, nous aimerions parler plus de la RĂ©demption, voir si notre guĂ©rison Ă©tait incluse dans le plan de Dieu pour la RĂ©demption. Eh bien, or si nous pouvons prouver cela par les Écritures, cela devrait rĂ©gler la question.

12    Bien, le Livre d’Exode est un Livre complet de la RĂ©demption, RachetĂ©. RachetĂ© signifie «ramenĂ©, placĂ© dans la position correcte. Â» Quelque chose qu’on rachĂšte, c’est ce qui est sorti, ce qui n’est pas Ă  sa place rĂ©guliĂšre, Ă  la place normale. Et racheter cela, c’est le ramener Ă  sa place. Les hommes sont sur cette terre pour ĂȘtre fils et filles de Dieu. Mais quand ils ont errĂ© dans le pĂ©chĂ©, ils ont quittĂ© leur Ă©tat initial, et le Saint-Esprit au travers du Sang de JĂ©sus les rachĂšte en les ramenant dans la position convenable des fils et filles de Dieu. Amen. [Espace vide sur la bande–N.D.É.], la RĂ©demption, ĂȘtre ramenĂ©.

13    Un homme a dit une fois, il a dit: « FrĂšre Branham, racheter, dit-il, le diable m’avait mis dans un magasin de prĂȘts sur gages et le Seigneur JĂ©sus m’a rachetĂ©. Â» J’ai pensĂ© que c’était vraiment original, et vrai aussi, de dire que le diable vous avait mis dans un magasin de prĂȘts sur gages. Mais JĂ©sus est passĂ© par-lĂ  et Il vous a rachetĂ©. Et il y a toujours une rançon Ă  payer quand quelque chose est rachetĂ©. Et JĂ©sus Ă©tait notre rançon. Dieu L’a envoyĂ©, et Il L’a fait Ă  l’image de la chair du pĂ©chĂ©, et pourtant Il Ă©tait Emmanuel. Un sang crĂ©Ă© Ă©tait en Lui, et Il a donnĂ© Son Sang comme prix du rachat, pour nous racheter et nous rĂ©concilier avec Dieu, afin que nous puissions marcher avec Lui comme au commencement. Lorsque l’homme
 Au commencement, il ne lui fallait pas se dĂ©brouiller, Dieu avait pourvu Ă  chaque chose dont il avait besoin. Mais aprĂšs, lorsqu’il est tombĂ© dans l’inconscience et qu’il est devenu paresseux et–et qu’il a fait le mal, et–et que le pĂ©chĂ© l’a sĂ©parĂ© de Dieu, alors il devait se dĂ©brouiller. Et alors, JĂ©sus est venu racheter cet homme pour le remettre aux soins du PĂšre bienveillant: la RĂ©demption, ĂȘtre ramenĂ©, ĂȘtre remis Ă  sa place, ĂȘtre placĂ© dans la position.

14    Et comment
 quelle merveilleuse pensĂ©e ce soir que de savoir que nous aujourd’hui, en ce jour oĂč nous vivons, oĂč apparemment le fondement de chaque chose naturelle s’écroule, nous avons le Rocher solide du salut, Ă  savoir que nous avons Ă©tĂ© rachetĂ©s par le prĂ©cieux Sang du Seigneur JĂ©sus-Christ. Quelle–quelle joie cela donne au coeur de l’homme qui a Ă©tĂ© bĂ©nĂ©ficiaire de ces bĂ©nĂ©dictions Ă©ternelles que Dieu a rĂ©pandues dans nos coeurs par le Saint-Esprit! Quel Tableau! Quelle–quelle merveilleuse consolation! Je vous assure, mes frĂšres et sƓurs, ce soir, si j’avais le monde rempli de tout l’argent
 À propos, quelqu’un m’a envoyĂ© une lettre avec un chĂšque d’un million de dollars, et je l’ai reçu aujourd’hui, un chĂšque d’un million de dollars dans la banque du Ciel [L’assemblĂ©e rit. Espace vide sur la bande–N.D.É.] TrĂšs bien. Si cela portait le Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ au bout, je–je me serais assurĂ©ment senti trĂšs bien Ă  ce sujet.

15    Oui, et Ă  l’idĂ©e que cette chĂšre personne n’a juste dit cela, ĂŽ une petite lettre trĂšs gentille et dont le contenu est confidentiel. Mais
 rappelez-vous tout simplement qu’en rĂ©alitĂ© j’ai reçu ce chĂšque, et chaque personne ici l’a aussi reçu. Je n’ai pas peur d’encaisser ce chĂšque. Amen. Christ l’a signĂ©, et il est valable pour n’importe quoi dont nous avons besoin pendant tout le pĂšlerinage, d’ici jusqu’à la gloire. Dieu nous a gratuitement donnĂ© cela Ă  nous tous. La seule exigence, c’est de ne pas avoir peur de l’encaisser. Eh bien, pour racheter, la maladie, nous allons devoir placer la maladie comme la consĂ©quence du pĂ©chĂ©. Bien, le pĂ©ché  la maladie parfois ne provient pas directement de votre propre pĂ©chĂ©, mais la maladie dont vous souffrez est peut-ĂȘtre indirecte, vous avez hĂ©ritĂ© cela Ă  partir de la mala-
 des pĂ©chĂ©s de vos parents ou de vos ancĂȘtres. Chaque gĂ©nĂ©ration devient de plus en plus faible et de plus en plus sage, en effet, nous hĂ©ritons de–des diffĂ©rences et des maladies, et les afflictions du corps, en effet, comme cela se transmet toujours de gĂ©nĂ©ration Ă  gĂ©nĂ©ration. Jour


16    Un homme–au dĂ©part l’homme a Ă©tĂ© crĂ©Ă©, et il a vĂ©cu presque mille ans. Par la suite, il a vĂ©cu moins de temps, ses jours ont Ă©tĂ© Ă©courtĂ©s, ils ont continuĂ© Ă  ĂȘtre abrĂ©gĂ©s jusqu’à ce qu’aujourd’hui l’espĂ©rance de vie est d’environ quarante, quarante-cinq ans, je suppose. Voyez, nous continuons Ă  faiblir au fur et Ă  mesure, mais Ă  devenir plus intelligents, juste pour accomplir ce que la Parole de Dieu a dit. Eh bien, vous mes frĂšres ici qui, ce soir, ne prĂȘchez pas la guĂ©rison divine comme Ă©tant la thĂ©rapeutique, la thĂ©rapeutique de Dieu contre les maladies, je me demande comment vous allez appliquer le salut sans y associer la guĂ©rison divine. Souvenez-vous, avant que nous n’ayons n’importe quelle maladie, nous n’avions pas du tout de pĂ©chĂ©, mais le pĂ©chĂ© est venu comme consĂ©quence ou plutĂŽt–ou plutĂŽt la maladie est venue comme consĂ©quence du pĂ©chĂ©. Excusez-moi.

17    Eh bien alors, la maladie est un attribut du pĂ©chĂ©. C’est ce que le pĂ©chĂ© a produit, c’était l’attribut. C’est comme l’arbre, il produit des pommes, elles sont un attribut de l’arbre. Eh bien, si la maladie existe et que certaines personnes essayent de sĂ©parer cela, tous ces attributs du pĂ©chĂ©: Ă  savoir, la tristesse, la fatigue, les humeurs, la malice, l’envie, les disputes, on ne devait pas accomplir une expiation de façon sĂ©parĂ©e pour chacune de ces choses. Une seule expiation s’est occupĂ©e de tout cela. Par exemple, comme je l’ai souvent dit, si un gros animal se tenait ici sur l’estrade, un gros ours, ou un lion, qu’il enfonçait ses griffes dans mon cĂŽtĂ© et me dĂ©chirait en piĂšces, il ne serait pas nĂ©cessaire que je tente d’attraper un canif particulier qui pourrait couper ses griffes. Si seulement je peux lui assener un coup Ă  la tĂȘte, cela tuerait et les griffes et tout. Cela rĂ©glerait tout le problĂšme, du moment que j’ai tuĂ© l’animal, et je le tuerais par la tĂȘte.

18    Bien, la tĂȘte de chacun des attributs du pĂ©chĂ©, c’est le pĂ©chĂ©. Et lorsque JĂ©sus vint s’occuper du pĂ©chĂ© au Calvaire, Il tua le pĂ©chĂ©, et Il a tuĂ© chaque attribut qui est attachĂ© Ă  lui (Amen), et Il nous a complĂštement rachetĂ©s et ramenĂ©s Ă  Dieu. Et aujourd’hui, nous sommes fils et filles de Dieu, parfaitement rachetĂ©s par un rĂ©dempteur parfait, le Seigneur JĂ©sus-Christ. Amen. Oh, cela me rĂ©jouit d’y penser.
    Bien, nous n’en avons pas encore la plĂ©nitude. C’est vrai. Mais nous avons le–le gage de notre salut. Nous en avons le gage. S’il y a
 Maintenant, nous n’avons pas Ă©chappĂ© Ă  l’empire de la tentation. Nous ne sommes pas non plus au-dessus du pĂ©chĂ©, mais JĂ©sus nous viendra en aide dans chaque tentation. Eh bien, lorsque je commets une faute, je suis prĂȘt Ă  me repentir. N’importe qui d’autre l’est aussi, celui qui dĂ©sire vivre correctement avec Dieu. Vous n’avez pas le dĂ©sir de faire le mal, mais lorsque Satan vous embrouille quelque part, comme il y a une expiation qui m’attend, si je confesse mes torts, Dieu est juste pour me les pardonner.

19    Et c’est pareil, lorsque vous tombez malade. Cela n’est pas l’évidence que vous ĂȘtes immunisĂ©s contre la maladie, mais chaque fois Dieu est disposĂ© Ă  vous dĂ©livrer de cette maladie. Voyez? Chaque fois que vous tombez malade, vous allez auprĂšs de Dieu et vous Lui demandez, et alors Il est disposĂ© Ă  vous dĂ©livrer, car il y a une expiation. Cela est fondĂ© sur votre foi dans cette expiation qui est votre RĂ©demption. Et si nous savons que cette joie que nous avons, n’est qu’un acompte sur ce qui reste, qu’en sera-t-il lorsque nous tirerons le plein bĂ©nĂ©fice de cette assurance? Qu’en sera-t-il? Oh! la la! Des gens racontent combien les autres crient, poussent des cris et agissent lorsque le–le Saint-Esprit vient sur eux. Je me demande vraiment ce qu’il en sera lorsque nous arriverons dans la Gloire, quel genre de
 Peu importe ce que c’était
 Ils disaient: «Ils chantĂšrent des cantiques avec des rameaux en mains: "Hosanna, gloire soit rendue Ă  Celui qui est assis sur le trĂŽne. Hosanna!’» Ils chantaient et agitaient les rameaux, ce sera un temps merveilleux. Et si rien qu’avec les attributs je me sens comme je me sens parfois, qu’en sera-t-il? Il me faudra avoir un autre corps pour supporter cela. Mais cela c’est une chose certaine. Lorsque je sais qu’une tentation approche et que j’accours vers Lui, Mon refuge, et alors Dieu me dĂ©livre de cette tentation et me libĂšre, mon coeur se rĂ©jouit et les cloches de gloire sonnent. Je jette un coup d’oeil en arriĂšre et je me dis: «Ô, Dieu, comment as-Tu fait cela?»

20    Combien je suis heureux, vous savez, si vous
 lorsque vous ĂȘtes donc vraiment tentĂ© par quelque chose, si seulement vous faites de JĂ©sus votre refuge, et que vous fermiez les yeux et que vous surmontiez cette chose-lĂ , cela deviendra la plus douce expĂ©rience par laquelle vous soyez jamais passĂ©. Autrefois, Samson, lorsqu’un lion a foncĂ© pour le tuer, il a tuĂ© le lion. Et lorsque le Saint-Esprit est venu sur lui, eh bien, il a tuĂ©, il a tuĂ© le lion comme il tuerait un chevreau ou un animal. Ainsi, un jour, en passant Ă  cĂŽtĂ© du cadavre du lion qui gisait lĂ , et le vieux squelette, des abeilles avaient fait un rayon de miel lĂ , il a mangĂ© cela et il a dit que c’était le miel le plus doux qu’Il ait jamais mangĂ©. La chose mĂȘme qui allait le tuer, et quand il passait par lĂ  et qu’il a vu le vieux cadavre, il s’est rĂ©joui du miel qui en provenait. Il en est de mĂȘme aujourd’hui. Amen.

21    Quand je considĂšre cette vieille vie que je menais autrefois et qu’aujourd’hui elle est morte comme minuit, je vous assure, je pourrai lever mes mains et louer le Seigneur, manger le plus doux miel que j’aie jamais mangĂ© de ma vie. C’est une joie ineffable et pleine de gloire. Quand je peux passer et voir, comme ce jeune homme d’il y a quelques instants et beaucoup d’autres qui disaient: «FrĂšre Branham, ma mĂšre se mourait de tuberculose. Un tel Ă©tait sur la chaise roulante. Ce petit ami Ă©tait comme ceci, comme cela. Et alors, tu as demandĂ© au Seigneur JĂ©sus et Il les a guĂ©ris.» Je vous assure, cela fait bondir le coeur. Qu’en sera-t-il si ceci n’est que le–ce n’est que le gage? Qu’en sera-t-il lorsque nous aurons effectivement la pleine RĂ©demption? Ne serait-ce pas merveilleux?

22    Oh! la la! Quelle joie ce sera en ce temps glorieux! Alors s’il m’est promis la rĂ©surrection de cette vieille maison pestifĂ©rĂ©e oĂč je vis ici, s’il m’a Ă©tĂ© promis une RĂ©demption, un corps tout neuf
 il ne vieillira jamais; il ne se flĂ©trira jamais, ce que
 je dois en avoir une sorte de gage, de l’expiation, pour me rassurer que j’aurai cela. Et cela Ă©tant, lorsque vous voyez un homme alitĂ©, rongĂ© par le cancer, et que nos bien-aimĂ©s docteurs ont dit: «C’est trop tard pour que nous l’aidions», et si nous nous agenouillons et demandons au bien-aimĂ© Seigneur JĂ©sus, conformĂ©ment Ă  Sa Parole, et Ă  Son expiation, et Il a promis de faire cela, et que nous voyons cet homme se lever en bonne santĂ©, fort, rougeaud, je vous assure, c’est le plus doux miel que vous ayez jamais mangĂ©. C’est vrai. Certainement. Et nous en sommes sĂ»rs. Dieu l’a dit. La RĂ©demption, le livre de la RĂ©demption, ĂȘtre racheté 

23    Bien, ce livre d’Exode est fondĂ© sur trois choses dont nous dĂ©sirons parler juste un instant, peut-ĂȘtre de l’une d’elles ce soir, peut-ĂȘtre deux, et puis demain soir, nous rattraper avec l’autre. Il est basĂ© sur la puissance de Satan, la puissance de la foi et la puissance de Dieu. Bien, nous avons lu ici au commencement, aprĂšs avoir quittĂ© GenĂšse, le beau livre de GenĂšse, nous entrons dans l’enseignement de l’Exode, les appelĂ©s Ă  sortir, ceux qui sont sĂ©parĂ©s. Nous voyons que Satan s’est tout de suite mis Ă  l’ouvre contre le programme de Dieu. Nous voyons ce regard malveillant du diable, ce serpent, qui a toujours essayĂ© de contrecarrer le programme de Dieu avant que celui-ci ne se manifeste sur la terre. Et il sait toujours quand cela vient, presque.

24    Observez-le. AussitĂŽt, nous prenons le premier chapitre, presque, de–de l’Exode, le livre de la RĂ©demption, nous voyons lĂ  le diable interrompre le programme mĂȘme de Dieu. La premiĂšre chose fut la dĂ©cision publiĂ©e par Pharaon de jeter tous les enfants, les enfants mĂąles, nĂ©s des HĂ©breux, dans ce fleuve et de les noyer. Pensez-y. Ce mĂȘme diable au regard de lĂ©zard
 Comment lĂ  au commencement
 observez Abel. AussitĂŽt que Satan vit qu’au travers de cette semence du juste, au travers d’Abel, le RĂ©dempteur allait venir, il s’est mis tout de suite Ă  l’ouvre pour dĂ©truire cet agent mĂȘme, cet instrument mĂȘme choisi que Dieu allait utiliser. Il s’est directement mis à–à le dĂ©truire.

25    Observez cela Ă  l’époque de Joseph, lorsque Joseph manifestait le Fils de Dieu, JĂ©sus-Christ au travers de Joseph, regardez comment Satan vint, vers le–vers le chapitre 27 de–de la GenĂšse, lĂ , comment Satan vint dĂ©truire Joseph, et il n’a pas pu le faire. Voyez, l’instrument mĂȘme que Dieu allait utiliser
 LĂ  dans Chroniques, vers le chapitre 22, la semence royale, comment il a essayĂ© de la dĂ©truire; et lĂ , dans Matthieu 2, regardez comment Satan s’était trĂšs vite mis Ă  l’ouvre, quand il a su que c’était le temps oĂč le RĂ©dempteur devait naĂźtre, il est entrĂ© dans les conducteurs politiques et il a fait publier un dĂ©cret et a tuĂ© tous les petits enfants de deux ans jusqu’ en bas, dans le but de tuer le Seigneur JĂ©sus.

26    Combien il essayait de faire cela et il y est parvenu dans Matthieu 27, il a rĂ©ussi Ă  le faire. Mais voici la chose que j’aime: Satan ne peut
 son empire s’arrĂȘte Ă  la riviĂšre. «La riviĂšre» signifie la mort, la sĂ©paration. C’est le plus loin que puisse aller l’empire de Satan; il s’arrĂȘte lĂ . Mais c’est alors que Dieu commence. Quelle merveilleuse espĂ©rance ce soir de savoir que chaque personne, chaque croyant, quand ils se tiennent Ă  la tombe en train de pleurer leurs enfants, leurs bien-aimĂ©s, la foi peut se tenir droit au milieu de tout cela et regarder au Dieu de la rĂ©surrection d’entre les morts, qui est au-delĂ  des nuages obscurs. Oh! Quelle image ce beau Livre place ici devant nous en paraboles! Combien Dieu nous enseigne, par les choses du passĂ©, ce qu’Il fera, et Il en a confirmĂ© chaque Parole de Christ JĂ©sus, notre Seigneur, le parfait RĂ©dempteur.

27    Comment, en allant Ă  la riviĂšre, ils amenaient les petits enfants et les jetaient dans la riviĂšre. Et puis, remarquez, c’était lĂ  la fin du rĂšgne de Satan. Son royaume ne peut s’étendre que jusqu’à la riviĂšre, et ensuite, sa puissance se termine. C’est vrai, Satan a la puissance de la mort, mais grĂąces soient rendues au Dieu vivant qui a la puissance de la rĂ©surrection au-delĂ  des ombres de la mort. Quelle chose merveilleuse! J’aimerais que vous considĂ©riez cela. Étudiez cela juste un instant. Chacun de nous, est sous le rĂšgne de Satan ici dans ce monde, en fait c’est son domaine, il marchait au milieu de souffre embrasĂ© avant qu’il y ait une crĂ©ature ici, cela lui appartient. C’est lui qui en est le chef ce soir; et c’est lui qui est le chef de chaque gouvernement, de chaque systĂšme politique. C’est pourquoi nous avons des guerres, des bruits de guerres et des troubles. Mais, oh, pensez-y. Alors, un glorieux jour

    Oh! lorsque Satan avait amenĂ© JĂ©sus au sommet de la montagne, et qu’il Lui avait montrĂ© tous les royaumes du monde, c’est-Ă -dire tout ce qui existait et ce qui allait exister, il a dit: «Je
 Ils m’appartiennent. J’en fais tout ce que je veux. Et je Te les donnerai si tu te prosternes pour m’adorer.» JĂ©sus savait qu’il hĂ©riterait de ces choses de toute façon, pendant le MillĂ©nium. Ainsi, Il a dit: «ArriĂšre de moi, Satan. Il est Ă©crit: ‘Tu adoreras le Seigneur et tu Le serviras, Lui seul. â€™Â»

28    Et lorsque nous voyons Satan dans toute sa corruption, oĂč il fait que ces jeunes dames, ces hommes, ces vieillards, et tous lĂ  dans la rue boivent, maudissent, poussent des jurons, et agissent comme ils le font sous la puissance de Satan
 Mais nous pouvons regarder cela avec les yeux de la foi, et voir un monde parfait avec un peuple parfait pendant le MillĂ©nium, lĂ , il n’y aura plus de malĂ©dictions, de jurons, de boissons, ni de mort ni de tristesse, tout cela aura disparu grĂące au RĂ©dempteur.

29    Ensuite, c’est votre foi, c’est la puissance suivante qui entre donc en action aprĂšs la puissance de Satan, qui s’arrĂȘte Ă  la riviĂšre. GrĂąces soient rendues Ă  Dieu pour cela. Il
 Dieu a une puissance qui va au-delĂ  de tout ce que tout dĂ©gĂąt de la mort peut jamais causer. Dieu est la rĂ©surrection. Là
 Eh bien, Satan doit s’arrĂȘter Ă  la riviĂšre. La riviĂšre signifie la mort. Les petits enfants Ă©taient jetĂ©s dans la riviĂšre et cela rĂ©glait la question; c’en Ă©tait fini d’eux. Les crocodiles, les alligators, et tout lĂ -dedans, les dĂ©voraient. C’était bien la fin lĂ : ĂȘtre noyĂ© dans la riviĂšre, ĂȘtre dĂ©vorĂ© par les–les bĂȘtes aquatiques. Bien, lorsque MoĂŻse naquit, MoĂŻse, un instrument de Dieu, choisi, Ă©quipĂ©, prĂ©-ordonnĂ©, Ă©lu, prĂ©destinĂ© par Dieu pour ĂȘtre Son–pour ĂȘtre Son instrument Ă  utiliser dans l’oeuvre dans cet Ăąge-lĂ , Satan faisait tout son possible pour l’attraper, mais Dieu le lui a fait passer par-dessus la tĂȘte.

30    Pourquoi? Nous voyons ici qu’une fille de LĂ©vi, ou plutĂŽt un fils de LĂ©vi alla se marier Ă  une fille de LĂ©vi. Et ces enfants–cet enfant naquit, et lorsqu’il naquit, ils ont vu que c’était le genre d’enfant qu’il faut. Amen. J’espĂšre que vous comprenez cela. Quand elle a regardĂ© cet enfant, il s’est passĂ© quelque chose. Elle savait que le temps oĂč ils allaient ĂȘtre dĂ©livrĂ©s, Ă©tait proche et le Saint-Esprit, Ă  mon avis, le lui avait rĂ©vĂ©lĂ©: «c’est lui.» Et elle n’eut pas peur des commandements du roi, ni de ses menaces. VoilĂ . Lorsque la foi prend prise, la peur s’évanouit. La foi a de gros muscles et une poitrine velue. Lorsqu’elle parle, tout le reste doit garder silence. Le cancer doit se taire et disparaĂźtre. La tumeur, la tuberculose, tout le reste doit quitter lorsque la foi se met debout et dit: «Asseyez-vous.» Cela rĂšgle la question.

31    Oh! la la! Que ça soit le roi Pharaon, qui que ce fĂ»t, lorsque cette petite brave mĂ©nagĂšre s’est levĂ©e et a considĂ©rĂ© cet enfant-lĂ , elle n’eut pas peur de ce que le roi avait dit. C’est cela la deuxiĂšme puissance dont nous allons parler. La puissance du diable, effectivement, il a la puissance et le rĂšgne de la mort, mais la deuxiĂšme puissance qui a Ă©tĂ© donnĂ©e, c’était la foi. Et la foi met Satan dans la confusion. Elle le fait certainement. Et cette petite mĂ©nagĂšre tenait ce petit enfant dans ses mains et elle ne craignait pas les commandements du roi. Peu lui importait ce que le roi disait, elle savait que Dieu Ă©tait capable, et que Dieu garderait sa Parole. Oh, si seulement nous pouvions accumuler ce genre de foi ce soir, et amener ce genre de foi Ă  exister parmi nous, surtout Ă  se mouvoir dans nos corps, Ă  se mouvoir dans l’Église, pas juste une foi Ă©motionnelle, mais une foi rĂ©elle, solide, qui ne dit pas «non» comme rĂ©ponse, qui sait que Dieu a dit cela, et que cela rĂšgle la question. J’aime cela.

32    Observez cela maintenant. Qu’a-t-elle fait? Elle n’a pas cherchĂ© Ă  prĂ©server son enfant de la peine de mort qui avait Ă©tĂ© dĂ©crĂ©tĂ©e contre tous les enfants, mais par la foi, elle a prĂ©parĂ© une arche, elle l’enduisit de bitume Ă  l’intĂ©rieur et Ă  l’extĂ©rieur, elle appliqua du poix Ă  l’intĂ©rieur comme une expiation, pour le faire passer au travers des eaux de la mort. Quel beau tableau de Christ, Il n’a jamais cherchĂ© Ă  Ă©viter ou «pas Ma volontĂ©, mais que Ta volontĂ© soit faite», pas Ă©viter la mort, mais Il Ă©tait disposĂ© Ă  subir la mort pour faire l’expiation pour nous, afin de nous permettre de passer par-dessus la riviĂšre de la mort. Quelle belle image nous avons ici! Observez cette mĂšre entrelacer les joncs, prendre du bitume et en appliquer Ă  l’intĂ©rieur afin que cela soit doux et confortable, et en appliquer Ă  l’extĂ©rieur.

33    Bien, dans LĂ©vitique, si vous voulez le lire, vous trouverez que ce mot «poix» et «bitume», c’est aussi traduit par «expiation». Lisez-le et voyez si ce n’est pas vrai. C’est une expiation. Cela a Ă©tĂ© aussi fait–c’était appelĂ© «expiation» Ă  l’époque de NoĂ©. Lorsque NoĂ©, ayant prĂȘchĂ© pendant 120 ans, n’a pourtant obtenu le salut d’aucune Ăąme, en dehors de sa propre maison. Il fut averti par Dieu et il savait que le jugement viendrait
 Et il savait qu’il ne pouvait pas Ă©chapper Ă  cela; mais Dieu a pourvu Ă  une expiation pour lui. J’aime cela. Dieu frayera une voie. Que cela pĂ©nĂštre profondĂ©ment. Peu importe le genre de trouble, Dieu frayera une voie. Il est appelĂ© dans la Bible «JĂ©hovah Jiré». JĂ©hovah JirĂ© signifie l’Éternel pourvoira. Amen. Je suis trĂšs content ce soir de savoir qu’Il est toujours JĂ©hovah JirĂ©. Peu importe les circonstances, Dieu frayera une voie, Il fera une Ă©chappatoire.

34    Le
 Satan peut vous coincer dans un coin avec un cancer, Dieu frayera une voie pour que vous y Ă©chappiez. Satan peut vous coincer en dessous d’un vĂ©hicule, Dieu frayera une voie pour que vous en sortiez. Satan peut vous arracher votre famille, Dieu frayera une voie pour que vous en sortiez. Dieu a une voie. Remarquez. Et alors, Noé  ConsidĂ©rons juste un instant cette arche, comment elle Ă©tait construite. Eh bien, il ne pouvait pas aller juste comme ça et couper n’importe quelle sorte d’arbre. En effet, toute chose ne peut pas endurer les jugements de Dieu. L’eau Ă©tait le jugement divin qui allait dĂ©truire le monde entier, et il fallait quelque chose qui pouvait rĂ©sister au jugement divin. Et mon ami, j’aimerais que vous sachiez ce soir qu’un jugement divin viendra sur le monde entier. Souvenez-vous-en, Satan a son rĂšgne maintenant. Vous pensez que vous ĂȘtes en train de passer un grand moment, mais attendez; son rĂšgne va bientĂŽt prendre fin. Alors le Royaume de Dieu sera Ă©tabli. J’aimerais ĂȘtre dans ce Royaume-lĂ .

35    Endurer les persĂ©cutions aujourd’hui en ce temps-ci, s’attendre Ă  la Venue du Roi de gloire dont j’essaie de soutenir le Royaume et la domination devant les gens, en disant qu’Il n’est pas mort comme les autres dieux sont censĂ©s l’ĂȘtre, mais qu’Il est ressuscitĂ© des morts et qu’Il est vivant aux siĂšcles de siĂšcles
 Observez-le. Oh, j’aime ceci. Cela fait que je me sens vraiment religieux, quand j’y pense. D’y penser
 Eh bien, Dieu a prĂ©cisĂ© le genre de bois que NoĂ© devait utiliser pour construire l’arche. Et c’était appelĂ© le bois de gopher. Un jour, il m’est arrivĂ© de chercher et je me disais: «Eh bien, quel genre de bois Ă©tait-ce?» Ainsi, je me suis mis Ă  chercher dans les mots
 dans les dictionnaires et autres pour voir ce que signifiait le bois de gopher. Et alors je–j’ai eu le
 j’ai vu ce que c’était, c’était un bois vraiment doux, un bois vraiment doux et tendre. Bien, je me suis dit: «Dites donc, comment cela peut-il s’appliquer au croyant?» L’arche est construite comme l’Église. L’arche Ă©tait l’Église. Et j’ai dit: «Oh, je vois cela, Dieu.» Cela est construit avec les croyants qui ne sont pas froids, indiffĂ©rents, durs mais plutĂŽt doux et flexibles entre les mains de Dieu. C’est avec cela que l’arche Ă©tait construite. «Oh, ai-je dit, gloire au Seigneur.» C’est bien.

36    Des coeurs tendres, disposĂ©s Ă  reconnaĂźtre leurs fautes, et Ă  dire: «Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers moi, pĂ©cheur.» Alors Dieu peut prendre cela, le manipuler et le placer dans l’arche. AprĂšs, Satan est venu et m’a dit: «Mais, tu ferais mieux de lire un peu plus, et tu verras ce que c’était.» Le bois avait
 le bois doux avait des pores. Et il y avait
 c’était vraiment doux, ce genre de bois de gopher, si vous y mettez de l’eau, dans quelques minutes, il Ă©tait imbibĂ© d’eau, le bateau serait rempli d’eau. Si vous faites une arche en bois de gopher, et que vous le lanciez lĂ  sur l’eau, cela est ouvert, les pores sont tellement ouverts (c’est ce qui rend le bois doux) que l’eau y entrerait, et le bateau sombrerait dans trĂšs peu de temps.

37    Mais j’ai alors remarquĂ© que Dieu avait dit Ă  NoĂ© d’enduire cette arche de poix. Il l’enduisit de poix, Ă  l’intĂ©rieur et Ă  l’extĂ©rieur: de deux cĂŽtĂ©s. Eh bien alors, j’ai vu de quoi le bitume Ă©tait fait. C’était fait Ă  partir d’un arbre de pan, un arbre dur, qui avait Ă©tĂ© coupĂ©, un arbre toujours vert, toujours vivant. Et on coupait cet arbre, on l’abattait avec une barre de fer utilisĂ©e pour battre, jusqu’à en faire sortir, Ă  force de battre, le colophane. Et puis, on met le colophane dans un pot, et on le fait bouillir jusqu’à ce qu’il devienne vraiment, vraiment chaud, et ce colophane chaud est dĂ©versĂ© dans le bois de gopher, et cela Ă©tant ouvert, il ne fait qu’absorber de l’intĂ©rieur. Et lorsqu’il est plein de colophane, alors quand ce
 Une fois qu’il est rempli de cette colophane, il se referme et se redresse. Il devient plus dur que l’acier.

38    Et je me suis dit: «C’est cela, Seigneur. Avoir une bonne personne, au bon coeur ouvert, et dĂ©verser le poix, qui Ă©tait le Saint-Esprit, dans le croyant qui a le Saint-Esprit et le feu, jusqu’à ce qu’il soit tellement rempli qu’il n’est plus lui-mĂȘme. Alors cela peut affronter les vagues. Cela peut se heurter contre les rondins, les ĂŽter du chemin et continuer Ă  avancer. AllĂ©luia! La seule chose qui peut endurer le Jugement de Dieu aujourd’hui, c’est un chrĂ©tien nĂ© de nouveau et rempli du Saint-Esprit. Dieu a chauffĂ© l’Esprit de Dieu, Il L’a dĂ©versĂ© sur eux, et les a remplis de tout Son ĂȘtre. Amen. J’aime cela. Alors il se met à
 il peut effectivement repousser loin le territoire du diable sans regarder ni Ă  gauche ni Ă  droite. Amen. C’est ce qu’est le croyant. On a vraiment dĂ©versĂ© en lui
 Il a un coeur doux et Dieu dĂ©verse tout simplement en lui l’amour divin, afin qu’il puisse supporter les jugements divins qui sont envoyĂ©s par Dieu. Et cela a fait passer NoĂ© au travers de l’épreuve.

39    Oh! comme j’aime voir cette petite mĂšre avec sa petite arche, lĂ , tout enduite de poix Ă  l’intĂ©rieur et Ă  l’extĂ©rieur, le bitume et le poix appliquĂ©s dessus. Et maintenant, elle descend Ă  la riviĂšre. Elle–elle n’est pas disposĂ©e, elle n’est pas prĂȘte Ă  prendre son petit enfant
 Elle a dĂ» le cacher quelque part
 Mais par les yeux de la foi, elle a vu ce que Dieu allait faire. Elle l’a amenĂ© jusque lĂ  Ă  la riviĂšre dans cette petite arche. Et sans doute, nous ne pouvons pas penser que cela Ă©tait un acte naturel, mes amis. Cela a dĂ» ĂȘtre un acte surnaturel. Elle se tenait lĂ , avec des larmes dans ses yeux clairs comme du cristal, alors qu’elle plaçait son petit enfant, pour ainsi dire, dans un cercueil qui allait l’emporter lĂ  sur l’eau. Et, bien entendu, elle savait cela par la foi, elle croyait qu’au-delĂ  de tous ces nuages d’obscuritĂ©, il y avait un Dieu vivant qui pouvait amener cet enfant Ă  sa destination, car elle avait vu que c’était un enfant particulier. Amen.

40    C’est ce que je pense ce soir au sujet de la petite et brave Église du Saint-Esprit. Elle peut ĂȘtre ballottĂ©e de part et d’autre, ĂȘtre taxĂ©e de tous les noms, mais je sais que Dieu a dĂ©versĂ© le poix dans cette Église et qu’un jour
 Je ne sais pas comment, je ne peux pas vous le dire, mais Dieu L’amĂšnera Ă  sa destination Ă©ternelle. Je ne sais pas comment. En effet, je vois Cela bouger par le Saint-Esprit. C’est tout surnaturel pour moi. Je ne le comprends pas. Je le crois tout simplement, je l’accepte et j’avance avec, au fur et Ă  mesure que les vagues continuent de bouger.
    Comme elle a enduit cette petite arche de poix, et l’a placĂ©e sur l’ocĂ©an
 Souvenez-vous-en, il y avait dans cet ocĂ©an des crocodiles et tout, mais il n’y avait pas la moindre peur dans le coeur de cette mĂšre, car elle Ă©tait
 Lorsqu’elle a placĂ© cet enfant lĂ , elle marchait sur les empreintes des pas de son pĂšre Abraham qui, quelques annĂ©es avant, marcha par la foi, et appela ces choses qui n’étaient pas comme si elles Ă©taient, car il se montra longanime, regardant Ă  Celui qui est invisible.

41    Et il en est de mĂȘme ce soir pour chaque homme et chaque femme, qui sont les enfants d’Abraham. Par la foi, vous vous lancez sans comprendre et vous ne pouvez pas dĂ©montrer par un quelconque signe surnaturel; plutĂŽt par aucun signe, ce que c’est; mais vous croyez Cela, car Dieu l’a dit, et vous Le prenez au mot. Amen. Observez-Le donc dans la suite. Oh! la la! ces soirĂ©es ne sont vraiment pas assez longues. Remarquez, juste lorsque vous atteignez le point, vous devez arrĂȘter. Avançons juste un tout petit peu. Suivons cet enfant pendant quelques instants. Elle le plaça lĂ  dans l’ocĂ©an par la foi, en croyant. Vous savez, parfois lorsque nous nous rendons auprĂšs de nos bien-aimĂ©s, il nous arrive de verser des larmes amĂšres en les mettant lĂ  loin, comme ce qu’elle fit lĂ , sous forme de type, en le plaçant dans la mer, ou plutĂŽt dans le Nil, les eaux de la mort
 Pendant que les nuages obscurs Ă©taient partout, ses yeux regardaient au travers de cela et savaient que derriĂšre ce nuage il y a un Dieu vivant de la rĂ©surrection. Elle ne voyait pas cela avec ses yeux, mais en elle se trouvait la foi, cet homme aux muscles solides et Ă  la poitrine velue qui regardait au-delĂ  des nuages et voyait Dieu au-delĂ  des nuages.

42    Et ce soir, peut-ĂȘtre qu’un cancer vous a conquis; peut-ĂȘtre que quelque chose d’autre s’est emparĂ© de vous, une maladie, mĂȘme la maladie du pĂ©chĂ© ou quoi que ce soit. Les choses peuvent sembler sombres et obscures pour vous maintenant; il peut sembler que vous n’allez pas vous rĂ©tablir, il peut sembler que vous n’allez pas venir Ă  bout de cette tuberculose, de cette maladie de prostate, ou de ce problĂšme des poumons, quoi que ce soit, cette tumeur, cette infirmitĂ©. Il se peut que le docteur ait dit qu’il n’y a plus d’espoir. Mais juste lĂ  Ă  vos cĂŽtĂ©s ce soir, il y a les yeux de la foi, prĂȘts Ă  vous amener Ă  prendre possession, ils voient la victoire au-delĂ  par le Seigneur JĂ©sus-Christ. AllĂ©luia! Et que Satan et son obscuritĂ© s’en aillent et que la foi dans le Seigneur JĂ©sus-Christ se lĂšve, la foi du Dieu tout-puissant. La foi peut prendre une sainte position sur le Rocher des Ăąges et, avec les yeux de l’aigle, voir au-delĂ  de chaque nuage orageux, lorsque les vagues mĂȘmes de la mort et de dĂ©ception essayent d’enlever chaque fondement qui est en dessous de la chose. Elle peut se tenir lĂ  et regarder au-delĂ  des cieux, et dire: «Dieu a raison», et croire le conseil du Dieu sage et vivant. Amen.

43    Ce que fera la foi
 «La foi est la ferme assurance des choses qu’on espĂšre, la dĂ©monstration de celles qu’on ne voit pas.» La foi elle-mĂȘme est un petit fouet que vous avez lĂ  Ă  votre disposition, si vous pouvez seulement la laisser vous amener Ă  entrer en possession ce soir, et
 Vous amener Ă  croire, Ă  avoir foi en cela et Ă  croire que la Parole de Dieu est vraie, et que vous L’avez acceptĂ©e, alors la foi opĂ©rera des miracles pour vous. Croyez-vous cela? La Parole de Dieu a dit ceci, Elle est la Parole infaillible: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. En mon Nom, ils chasseront les dĂ©mons, ou les mauvais esprits, ils parleront de nouvelles langues, ou ils saisiront les serpents ou boiront des breuvages mortels, cela ne leur fera aucun mal. S’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris.» La Parole de Dieu dit cela. Il y a quelque chose qui essaie d’opĂ©rer dans le coeur de chaque individu ici ce soir, disant: «C’est la vĂ©ritĂ©, mais est-ce que cela me concerne?» Ou
 Cela concerne quiconque laissera cela venir. Cela vous concerne.

44    Le Saint-Esprit est ici pour sauver chaque pĂ©cheur, pour ramener chaque rĂ©trograde, pour guĂ©rir chaque personne malade. Ce sont lĂ  les attributs de la mort de JĂ©sus-Christ. Et Il est ici pour rendre cela manifeste. SoirĂ©e aprĂšs soirĂ©e, vous Le voyez. Heure aprĂšs heure, vous Le voyez Ă  l’oeuvre. Et maintenant mĂȘme, pendant que j’essaie de me tenir loin de cette onction du glorieux Saint-Esprit, l’Ange de Dieu qui est la Personne infaillible au milieu de nous ce soir

    J’ai eu un temps, car les visions ne cessent d’apparaĂźtre partout dans ce bĂątiment en ce moment et j’essaie de me tenir loin de cela, afin de tenir cette ligne de priĂšre. Je ne suis pas un menteur, ni un hypocrite non plus. Je vous dis la vĂ©ritĂ©. C’est vrai. Pourquoi? Le Saint-Esprit veut que vous ayez foi. Et le Saint-Esprit se nourrit de la Parole. C’est la raison pour laquelle Il grandit en vous; Il prend des dimensions lorsque vous recevez la Parole de Dieu. L’homme
 Il est Ă©crit: «L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de chaque Parole qui sort de la bouche de Dieu.» Et lorsque vous recevez le Saint-Esprit en vous et que vous vous mettez Ă  vous abreuver de la Parole, vous commencez Ă  vous Ă©lever dans la foi. AllĂ©luia!

45    Je sais que vous pensez que je suis toquĂ©. C’est trĂšs bien. Je me sens mieux en Ă©tant toquĂ© qu’autrement, ainsi je vais tout simplement rester comme cela. Amen. S’il faut ĂȘtre toquĂ© pour croire la Parole de Dieu, laissez-moi rester comme cela alors, si je suis censĂ© ĂȘtre toquĂ© pour croire cela. Je crois que JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu ressuscitĂ© d’entre les morts, se tient ici mĂȘme dans ce bĂątiment ce soir. Je crois qu’Il est omniscient, omniprĂ©sent, omnipotent (AllĂ©luia), qu’Il a toute la sagesse, tous les lieux, qu’Il remplit tout l’espace, et qu’Il est tout-puissant. Il est le vĂ©ritable et le vivant. Vous croyez cela? C’est comme cela qu’il faut croire pour ĂȘtre sauvĂ©. Le seul moyen que vous avez pour ĂȘtre sauvĂ©, c’est de croire en cela. Il est ici. C’est Lui qui regarde cet auditoire.

46    Combien ici ont
 Y a-t-il des gens ici qui dĂ©sirent qu’on prie pour eux ce soir? Levez la main. J’aimerais qu’on prie pour moi. J’ai essayĂ© pendant longtemps de vous amener Ă  croire cela. J’ai parcouru les États-Unis avec un ministĂšre qui a Ă©tĂ© Ă©prouvĂ© par chaque feu possible que le diable a allumĂ© contre cela et il en est sorti confirmĂ© comme vrai Ă  cent pour cent, et il le sera toujours. En effet, ce n’est pas moi, il n’est pas mien, c’est le Sien. Et je sais qu’il peut prendre soin des Siens. MoĂŻse, Abraham ont cru en Dieu. Lorsqu’Il lui a dit qu’il allait avoir l’enfant alors que l’homme avait cent ans, il a continuĂ© Ă  croire en Dieu; car il savait qu’Il pouvait s’occuper de ce qu’Il avait promis. Dieu est encore capable ce soir. Lorsque JĂ©sus-Christ a dit: «Les choses que je fais, vous les ferez aussi, et mĂȘme davantage, car je m’en vais au PĂšre», Il Ă©tait capable de faire cela, non seulement Il en Ă©tait capable, mais Il l’a fait, Il l’a effectivement fait; et Il le fera toujours, car Il est Dieu et I ne peut faillir. [Espace vide sur la bande–N.D.É.]

47    Est-ce que notre petite faiblesse qui provient de notre intellectualisme humain, ce que nous appelons la foi intellectuelle
 Nous lisons une petite chose ici: «Ouais, c’est vrai; je crois que c’est vrai.» Ça, c’est intellectuel. FrĂšre, il faut que quelque chose se passe ici pour vous amener Ă  croire cela rĂ©ellement. Votre foi intellectuelle raisonnera et dira: «Eh bien, voyons. Mais mon cas est trĂšs difficile, il ne sert Ă  rien d’essayer de faire cela. Mon cas Ă  moi est trĂšs difficile.» C’est cela votre raisonnement. Qu’est-ce qui est trop difficile pour Dieu?
    Il y a longtemps, quand j’ai Ă©tĂ© sauvĂ© il y a environ 33 ans, j’avais pris une rĂ©solution comme cela, que je n’allais pas me faire des soucis au sujet de ce que Dieu a dit, car Dieu est capable de tenir Sa propre Parole, et tout ce qui est
 Toute tĂąche qui est trop difficile pour Dieu, ne mĂ©rite pas de constituer l’objet de ma prĂ©occupation. Amen.

48    S’Il est le Dieu tout-puissant, Il accomplira toute chose. S’Il ne peut pas accomplir toute chose, Il n’est pas le Dieu tout-puissant. Je crois donc qu’Il est le Dieu tout-puissant. Ainsi, je me confie Ă  Lui, je Lui confie mon Ăąme, mon corps, ma vie, mon souffle, je Lui confie ma mort, je la Lui confie, ma rĂ©surrection, je la Lui confie et un jour glorieux, Il viendra. [Espace vide sur la bande–N.D.É.] 
mais pendant qu’Il est en train de venir, Son Ă©glise est en train de Se prĂ©parer, j’aimerais me tenir Ă  la brĂšche avec mes bras tendus, et rĂ©clamer Sa puissance de rĂ©surrection, qui prouve qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et pour toujours, et Sa puissance n’a jamais eu de fin, et elle ne faillira jamais. Il est le mĂȘme d’un bout Ă  l’autre. Amen. Je L’aime, et j’aimerais que vous L’aimiez. J’aimerais que vous croyiez en Lui. L’amour parfait bannit toute crainte. Si vous L’aimez de bon cƓur, vous n’aurez pas du tout peur, pour vous demander s’Il va tenir Sa Parole ou pas.

49    SoirĂ©e aprĂšs soirĂ©e, je me tiens sur l’estrade devant plusieurs milliers de gens du monde entier, des critiques assis lĂ , disant: «C’est telle et telle chose», avec des sorciers qui s’élĂšvent lĂ , essayant de jeter sur vous un mauvais sort, ils vous dĂ©fient en vous invitant Ă  un duel et des choses de ce genre, et jamais une seule fois, je le dis par la grĂące de Dieu, jamais un brin de peur n’a saisi mon coeur. Pas une seule fois. Pourquoi? Il a dit qu’Il prendrait soin de moi et je crois en Lui. VoilĂ  la raison. Si je pouvais avoir peur, je fuirais.
    Mais je vous assure, lorsque JĂ©sus-Christ vous oint, vous n’ĂȘtes pas fait des matĂ©riaux qui peuvent fuir. C’est tout. Pas le Rocher de Gibraltar, mais le Rocher des Ăąges
 Vous montez sur le Rocher des Ăąges, c’est la Parole de Dieu, et prenez position lĂ  et pendant que les portes du sĂ©jour des morts se cognent contre cela, rĂ©sistez avec cette parfaite assurance: «Celui qui a promis cela ne peut pas faillir, Il ne faillira jamais.» Amen. C’est cela la foi. C’est lorsque vous n’avez pas peur.

50    Le diable n’est rien d’autre qu’un bluffeur, de toute façon, il grogne et explose, tout cela, c’est le tonnerre sans foudre. Mais je vous assure, frĂšre, la puissance du tonnerre de JĂ©sus-Christ ressuscitĂ© place lĂ  une rĂ©alitĂ© qui retire l’ñme par un coup, de l’assoupissement des morts, de ces choses terrestres, de l’esclavage, pour l’amener dans des dimensions immortelles pour croire en Dieu, et Le prendre au Mot, et appeler ces choses qui ne sont pas comme si elles Ă©taient. Amen.
    RachetĂ©s par le Sang de l’Agneau, appelĂ©s Ă  sortir, mis Ă  l’écart, une Église, achetĂ©e, lavĂ©e, repassĂ©e, sans tache ni ride, voilĂ  ce pour quoi Il vient. Que Dieu nous vienne en aide pour que notre foi soit dans la position correcte ce soir, pour aller lĂ  sur le champ de bataille et dire: «Satan tu es un menteur. JĂ©sus-Christ est mort pour me libĂ©rer, et cela m’appartient. Va-t-en d’ici.» Si vous rentrez chez vous ce soir, vous propriĂ©taire lĂ©gitime, et que vous trouviez une bande d’ivrognes traĂźnaillant lĂ , faisant des histoires, fumant, buvant, maudissant, et menant une vie immorale, vous diriez: «Hein, partez d’ici. C’est chez moi ici.» Il dirait: « Je suis un ĂȘtre humain. Ceci a Ă©tĂ© construit pour les ĂȘtres humains, et j’ai le droit d’ĂȘtre ici.» Vous rĂ©pliquerez:«Ça, c’est ma maison. J’ai un titre incontestable de propriĂ©tĂ© qui prouve que c’est mon bien.» Alors si vous lui montrez le titre de propriĂ©tĂ©, et qu’il ne veuille pas quitter, alors, il y a la loi ici pour le contraindre Ă  quitter.

51    Et si ce dĂ©mon qui est venu chez vous ce soir a essayĂ© de vous envoyer prĂ©maturĂ©ment Ă  la tombe, il a essayĂ© de vous rendre infirme, lisez le titre incontestable de Dieu: «Par Ses meurtrissures, nous avons Ă©tĂ© guĂ©ris.» S’il ne veut pas croire cela, le Saint-Esprit est ici, la loi de Dieu qui va le bouter dehors et cela confirmera la chose. Sonnez tout simplement JĂ©sus, la centrale, J-Ă©-s-u-s. Voyez si quelque chose ne se passe pas. Les Anges de Dieu prendront position et ce dĂ©mon partira. Vous pouvez vous tenir lĂ  debout et dire: «Oui, monsieur. C’est la vĂ©ritĂ©. Amen.» Pas ici en haut ou ici en bas, vous avez lu clairement le titre de propriĂ©tĂ©. Vous savez ce que c’est. Oh! la la! Parfois je sens comme si je prenais des ailes pour m’envoler, pas vous, en pensant Ă  cela. Cela m’élĂšve au-dessus des ombres, ça me donne une communion divine. Oui oui. Se tenir lĂ  oĂč tout est possible.

52    Se tenir lĂ  oĂč HĂ©noch se tenait. Oh! la la! Lorsqu’il fit une petite promenade un aprĂšs-midi avec Dieu, il rentra Ă  la maison en Sa compagnie, il ne voulait tout simplement pas revenir. AllĂ©luia. Pas un matin, un soir
 Amen. L’enlĂšvement, la rĂ©surrection
 il avait un tĂ©moignage, Dieu Ă©tait content de lui, parce qu’il avait cru en Dieu. Amen. C’est ce dont nous avons besoin. C’est ce que nous dĂ©sirons. C’est ce que nous avons, mais vous avez peur d’utiliser cela. Amen. À quoi sert-il Ă  quelqu’un de donner Ă  mon garçon, lorsque
 aprĂšs cette rĂ©union, Dieu voulant, nous prendrons nos vacances, nous irons dans les montagnes pour chasser. Quel bien cela fera-t-il Ă  un homme qu’on lui donne un fusil s’il ne va pas s’en servir? Le fusil sera placĂ© lĂ , un bon fusil mais qui ne lui procurera aucun bien, Ă  moins qu’il s’en serve. Il en est de mĂȘme de votre foi. Oh, c’est une foi vaillante. Vous avez lu. Vous avez cru, et vous avez une expĂ©rience avec Dieu; vous croyez. Oui, mais quel bien
 la foi sans les oeuvre est morte. Mettez cela en action. Ne soyez pas paresseux. Mettez cela en action. Oh! la la! Je–je–je vois tout simplement des choses arriver lĂ  dans l’auditoire. J’essaie de m’en tenir Ă©loignĂ©, afin que nous puissions commencer la ligne de priĂšre. Je
 mais je n’y peux rien. Cela continue tout simplement Ă  venir sur moi. AllĂ©luia.

53    Il ne sert Ă  rien d’attrister le Saint-Esprit au sujet des choses. C’est vrai. Croyons. Croyez en Lui de tout votre coeur. Vous qui ĂȘtes assis lĂ  ce soir dans l’auditoire, ceci est l’onction la plus puissante, lorsque je suis venu ici ce soir, essayant de prier pour les malades sans cartes, sans prier, les faire tout simplement venir et les laisser passer et prier pour eux. Dieu fait cette effusion, on dirait, une double portion sur moi, et je ne peux tout simplement pas m’en empĂȘcher
 Je ne peux pas former une ligne de priĂšre. Cela continue tout simplement Ă  se mouvoir partout. Je dĂ©fie votre foi dans le Seigneur JĂ©sus ressuscitĂ©. C’est vrai. Croyez seulement.

54    Madame, vous qui avez la main levĂ©e, croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que je suis Son serviteur? Si JĂ©sus-Christ me fait savoir ce qui ne va pas en vous, pendant que vous ĂȘtes lĂ  debout, accepterez-vous votre guĂ©rison? L’accepterez-vous? Est-ce que les autres vont accepter cela, croire qu’Il est ressuscitĂ© d’entre les morts et que j’ai reprĂ©sentĂ© Cela correctement? Qu’est-ce? Ceci est la foi. Qu’était-ce? Il a dit: «Je serai avec vous.» Je crois en Lui. C’est juste. Si vous croyez cela, cette rupture que vous avez dans votre nombril sera–sera guĂ©rie ce soir. C’est de cela que vous souffrez, n’est-ce pas? Si c’est cela, agitez votre main. TrĂšs bien. Vous croyez cela, vous pouvez avoir ce que vous demandez. AllĂ©luia. Croyez en Dieu. Tout est possible. Ayez foi en Dieu. Oh, n’est-il pas merveilleux? JĂ©sus a dit: «Je le peux si vous croyez.» D’abord, il vous faut croire.

55     Le monsieur assis lĂ  au bout de la rangĂ©e, celui qui regarde dans cette direction, avec la main levĂ©e, monsieur, lĂ  dans la premiĂšre petite rangĂ©e, vous qui regardez dans cette direction, vous souffrez de sinusite. Croyez-vous que Dieu peut vous guĂ©rir? LĂ  mĂȘme
 le 
?
 la personne assise juste Ă  cĂŽtĂ© de vous lĂ , vous croyez, n’est-ce pas? Si vous croyez, levez-vous, madame. C’est juste. Croyez-vous? Que Dieu vous bĂ©nisse, et recevez votre guĂ©rison. Amen. C’est cela.
    La dame assise juste ici derriĂšre, avec les mains croisĂ©es comme ceci, vous avez mal au dos, n’est-ce pas, madame? Et vous ne savez pas ce que c’est, n’est-ce pas vrai? Assise juste au bout du banc lĂ  derriĂšre, levez-vous si c’est vrai. LĂ  au fond au
 C’est vrai. Que Dieu vous bĂ©nisse. L’Ange de Dieu se tient lĂ  juste Ă  cĂŽtĂ© de cette femme. Vous avez quelque chose qui ne va pas au dos et vous ne savez tout simplement pas ce que c’est. N’est-ce pas vrai? Si c’est vrai, levez la main. Je ne peux pas vous dire une chose: cela vous a quittĂ©e maintenant. Vous ne sentez plus cela maintenant. Si c’est vrai, agitez la main. VoilĂ . Tout est parti. Voyez, tout est devenu lumiĂšre autour de cette femme. Gloire au Seigneur. La foi, croyez cela. Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob


56    Madame, vous Ă©tiez trĂšs bĂ©nie tout Ă  l’heure, il y a une dame assise juste Ă  cĂŽtĂ© de vous, lĂ , qui avait des troubles nerveux, elle a les mains levĂ©es, levez-vous, madame, juste un instant. Assise juste Ă  cĂŽtĂ© de vous
 TrĂšs bien. Maintenant, vous pouvez retourner Ă  la maison, vous aussi. Votre nervositĂ© est finie. JĂ©sus-Christ vous a rĂ©tablie. Votre foi vous a guĂ©rie. AllĂ©luia. AllĂ©luia. Que pensez-vous lĂ  au balcon, ce soir? Croyez-vous de tout votre coeur? Ayez foi. Oh, allĂ©luia! Vous pouvez me taxer de saint exaltĂ© 
?
 aussi; cela ne change rien. Je sais en Qui je crois. Je sais 
?
 JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, l’Exode pour l’Église, le RĂ©dempteur dans tous les Ăąges est prĂ©sent, manifestant la mĂȘme chose qu’Il avait manifestĂ©e lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre. Gloire Ă  Dieu! Vous croyez? Si vous avez foi, vous pouvez avoir tout ce dont vous avez besoin. Si vous n’avez pas foi, vous ne pouvez rien recevoir.

57    Qu’en est-il de vous, monsieur, assis lĂ  dans cette chaise, cette chaise roulante, la civiĂšre, quoi que ce soit? Croyez-vous que JĂ©sus-Christ est mort pour vous? Je ne vous connais pas, je ne vous ai jamais vu. Avez-vous une carte de priĂšre? Vous n’en avez pas? Croyez-vous que je suis Son prophĂšte? Accepterez-vous la mĂȘme chose? Vous ĂȘtes assis lĂ , souffrant de tuberculose, n’est-ce pas, monsieur? C’est vrai. Vous venez de l’extĂ©rieur de la ville, n’est-ce pas? Vous venez d’Illinois, des environs de Bloomington, n’est-ce pas? C’est vrai. Une autre dame est assise lĂ  juste derriĂšre vous, assise lĂ  derriĂšre, elle a un rein abĂźmĂ©. Assise juste
 Elle vient de la mĂȘme ville. Elle vient du mĂȘme endroit. Un rein abĂźmé  Elle a une infection Ă  l’oeil. C’est vrai. Elle est assise juste lĂ  derriĂšre, au bout du siĂšge, c’est une femme aux cheveux gris, portant des lunettes, je vous vois tous 
?
 vous veniez de la mĂȘme ville, appelĂ©e Bloomington. C’est vrai, madame. Mettez-vous debout; lĂ  derriĂšre, vous en lunettes, vous venez aussi de Bloomington. Vous n’avez pas de cartes de priĂšre. TrĂšs bien. Croyez-vous que je suis le serviteur de Dieu? TrĂšs bien, monsieur. Sortez de ce fauteuil roulant. Et levez-vous, soeur, retournez Ă  la maison guĂ©rie. AllĂ©luia! Croyez en Dieu. Si vous voulez accepter cela, ayez foi en Dieu. Croyez de tout votre coeur. Vous pouvez recevoir ce que vous demandez.

58    Le Saint-Esprit est ici au-dessus d’une femme de couleur qui est assise juste ici. Elle est assise juste ici derriĂšre. Elle a une tumeur et elle a des problĂšmes des yeux. Elle a levĂ© la main et elle l’agite comme ceci Ă  mon intention. C’est vrai, madame. Mettez-vous debout. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit. AllĂ©luia!
    Croyez-vous? JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, vit et rĂšgne. Le voici. Il est votre Exode, de la maladie Ă  la santĂ©. Il est votre Exode, de la chaise roulante Ă  l’état de marcher encore. Il est votre Exode, du cancer Ă  la santĂ©. Croyez-vous cela? Je vous lance un dĂ©fi au Nom de JĂ©sus-Christ.
    Mettez-vous debout et rĂ©clamez cela, et Dieu vous l’accordera tout de suite si vous avez assez de foi pour croire cela.
     Au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, je condamne chaque dĂ©mon, et chaque doute qu’il y a ici, et puisse le Saint-Esprit se mouvoir dans ce bĂątiment pour chasser cette vieille incrĂ©dulitĂ©, et guĂ©rir tout le monde, au 
?
 JĂ©sus-Christ.
EN HAUT