ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Les Oeuvres sont l'expression de la foi de William Branham a été prêchée 65-1126 La durée est de: 2 hours and 10 minutes .pdf La traduction SHP
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Les Oeuvres sont l'expression de la foi

1 Je vous remercie.
Je suis content d'être de nouveau ici ce soir. Je ne sais pas comment on a su que je prierais pour les malades. Tous sont venus pour que l'on prie pour eux. Vous savez, je crois que si vous suivez la conduite de l'Esprit, c'est une bonne chose. C'est ce qu'il y a de mieux; c'est un message qui ne faillit jamais.

2 Bien, aujourd'hui, j'étais assis dans la chambre Après qu'un certain ministre qui m'est très cher (trois d'entre eux), trois de mes très bons amis, et ils m'ont dit qu'ils voulaient prendre un repas avec moi. Alors je me suis dit : "Oh, c'était vraiment," vous savez.

3 C'est pourquoi je - je n'aie pris qu'un petit d√©jeuner tr√®s frugal, parce que j'√©tais s√Ľr qu'ils allaient le payer, vous voyez, et j'allais avoir un bon d√ģner complet. Mais il √©tait midi, puis treize heures, quatorze heures, et toujours personne. Il y avait donc‚Ķ La police √©tait en train de pourchasser un criminel dans la cour, et je suis donc descendu pour aller voir cette sc√®ne. Je n'ai pas du tout r√©ussi √† rep√©rer fr√®re Jack.
Puis, je suis arriv√© √† d√©couvrir que le pr√©pos√© √† la r√©ception lui avait donn√© un faux num√©ro de chambre. Il sonnait tout le temps √† la mauvaise porte, o√Ļ je - je ne me trouvais pas. Eh bien, je lui accorderai de m'en payer un une fois! Cependant lui et fr√®re Tracy, j'√©tais s√Ľr de les voir ainsi que fr√®re Brown, ce soir! On dirait que nous devons rentrer en Arizona une fois de plus.

4 Je me souviens que lorsque nous traversions le d√©sert l'autre jour, je parlais √† ma femme, lui disant : "Voici l'endroit o√Ļ le fr√®re Jack √©tait assis √† l'arri√®re de sa petite Chevrolet." Fr√®re Brown et lui avaient discut√© longuement sur le sujet de savoir si la cr√©ation originale avait √©t√© faite en six jours ou en six millions [d'ann√©es]. C'en √©tait une bonne.

5 Ils discut√®rent au point qu'ils finirent par sortir de la voiture; chacun ramassa une poign√©e de cailloux, et alla se cacher derri√®re un pyl√īne, et ils se jet√®rent les cailloux de toute leur force. Mais ils n'arriv√®rent pas √† se mettre d'accord de cette mani√®re-l√†. Alors, il y en eut un qui dit √† l'autre : "Je peux courir plus vite que toi!" Et ils se mirent √† courir sur la route. Le fr√®re Jack, un petit gars un peu court, se tortillait de toutes ses forces, et le fr√®re Young, avec ses longues jambes vous savez! Je n'ai jamais autant ri de ma vie!

6 Puis, le fr√®re Jack rentra dans la voiture et √īta ses souliers. Le fr√®re Sharritt nous avait donn√© un grand sac plein d'oranges, et lui en avait mang√© plus de la moiti√© avant que nous arriv√Ęmes √† Shreveport.

7 Vous savez, ce sont cependant des jours merveilleux C'est vrai! Ce sont des jours merveilleux. Je sais que cela semble √™tre amusant, comique, mais c'est la v√©rit√©. Mais nous‚Ķ Il y a quelque chose √† ce sujet, lorsqu'on devient plus √Ęg√©; ces choses commencent √† nous revenir √† l'esprit. Nous pensons √† ces jours de notre jeunesse, et nous voudrions les revivre. C'est vrai. Et au fur et √† mesure que nous vieillissons, tout devient pour nous comme des films. Je suis si heureux que cela soit sainte et pure, et pleine de communion fraternelle et d'amour. Sachant que nous allons dans un pays o√Ļ nous ne vieillirons jamais, o√Ļ‚Ķ Ce glorieux pays o√Ļ jamais, jamais nous ne vieillirons ou ne mourrons.

8 Voici qu'un de nos chers frères, qui nous était si cher, vient de traverser vers ce Pays. Chaque fois que je viendrai à cette chaire, je pense que je penserais à frère Lyle. Je regardais, l'autre soir, et j'ai vu la petite Judy assise là. Mon coeur a battu très fort, à la pensée de ce qu'elle devait ressentir. Je sais comment, lorsque son père est mort… Mais il est nécessaire que nous passions par ces écoles de souffrance pour comprendre ce que les autres éprouvent.

9 Il me semble voir un de mes vieux amis pasteurs assis l√†. Je n'arrive pas √† me rappeler son nom. Est-ce exact? Ici, c'√©tait toujours vous qui priiez pour les malades, il y a des ann√©es de cela, n'est-ce pas? Vous vous appelez Gerholtzer, ce - ce nom allemand, je - je n'arrive jamais √† le prononcer correctement. Fr√®re Tracy avait fait sa connaissance ici. Il y a au moins dix ans que je le connais, et je lui ai dit : "Vous n'avez pas vieilli de six mois, pendant ces dix ans!" Nous vivons dans un monde qui doit dispara√ģtre un jour.

10 Eh bien, ce soir, j'√©tais‚Ķ je vous ai gard√© jusque vraiment tard. Je vais essayer de ne pas refaire cela ce soir. Ce soir, je pensais vous parler au sujet de l'enl√®vement de l'Eglise, des conditions qui, selon les Ecritures, doivent √™tre remplies par l'Eglise pour participer √† l'enl√®vement, et ce qui doit se passer juste avant l'enl√®vement, et comment cela doit se passer. Nous croyons tous √† l'enl√®vement, n'est-ce pas? Nous y croyons. Mais alors, tout √† coup, quelque chose m'a dit : "Ce soir, prie pour les malades!" Je venais justement de d√ģner avec ce fr√®re mexicain que j'avais rencontr√© dans la rue. Je pense qu'il est ici ce soir, lui et sa femme.

11 Puis quelqu'un est venu, et a donné un témoignage. Il me dit : "Sur le sol même de cette église, dit-elle, il y a un homme qui… Je crois qu'il y a de cela une année, un homme est venu dans la ligne de discernement…." Je pensais que ce soir, nous ferions une de ces bonnes vieilles lignes de prière, comme frère Jack, et frère…

12 C'était le frère Young Brown qui distribuait les cartes de prière pour moi. J'ai pu m'apercevoir qu'il était vraiment honnête; je ne l'ai jamais attrapé en train de vendre les cartes de prière, ou faire quoi que ce soit de mal. Ce frère est vraiment droit. Et nous avons surpris des gens qui essayaient de faire cela, vous savez. Alors cela… alors nous… Frère Young a toujours fait son travail avec justice et fidélité. Je me rappelle que c'est lui qui prenait les cartes de prière, et qui conduisait les malades dans la ligne. Je priais pour eux, et nous allions ainsi, et il y avait en eux cette foi pure qui faisait que s'ils s'approchaient simplement de vous, ils étaient guéris. Il y avait au moins vingt fois plus de guérison qu'aujourd'hui.

13 D'après ce qu'on a rapporté cet après-midi, cet homme est probablement ici, maintenant. Il y a à peu près un an, il est venu dans la ligne de prière, et - et il avait eu… Il lui était dit dans le discernement qu'il avait eu des oreillons. Les médecins lui dirent qu'après cela, il ne pourrait jamais plus avoir de filles. Et lui voulait toujours en avoir une! Je crois qu'il avait eu un garçon. Mais, par une vision du Seigneur, il lui fut dit : "Vous allez avoir cette petite fille."

14 Il m'a dit qu'il a amené cette petite fille ici, ce soir. Je ne connais pas cet homme, il se pourrait… Est-ce que - Est-ce qu'il est dans l'auditoire? Ou la - la personne dont je parle? Ou quelque part? Je ne sais pas, quelqu'un vient de m'en parler dehors. Oh, regardez le bébé que l'on tient juste - juste ici, juste… C'est bien, c'est très bien. Quel gentil bébé. Ce n'était pas tellement loin pour passer à travers tous ces gens pour… Un petit bébé vraiment mignon. J'aurais voulu le faire venir ici pour donner un témoignage. Elle le fera peut-être demain, ou à un autre moment au cours de nos réunions.

15 Eh bien. Demain matin, il y a le Déjeuner des Hommes d'Affaires Chrétiens. Avez-vous déjà annoncé cela…?… Très bien.

16 Maintenant, nous allons avoir une petite - une petite leçon sur la guérison divine. Combien y croient? Oh, eh bien, ce sera une soirée merveilleuse, si vous avez une telle foi! Ce qu'il faut, c'est des gens qui y croient. Ces choses sont pour les croyants.

17 Eh bien, j'avais ensuite pris mon crayon, et je commençais à noter des références, etc.… Et le… Et puis Billy a frappé à la porte et a dit : "Papa?"

18 J'ai dit : "Attends une minute, je n'ai pas encore fini."

19 Il a dit : "Mais, il y a le fr√®re Jack qui t'attend!" Il fallait donc que je - j'y aille. Comme je n'avais pas de trombones, j'ai attach√©‚Ķ j'ai pris une des √©pingles √† cheveux "Johnny" de Meda ou quelque chose comme une √©pingle qu'on appelle barrette. C'√©tait √ßa. Une barrette, juste une sorte d'√©pingle. Et - et je ne m'y connais pas tellement dans ces choses. Et j'ai vu cela tra√ģner l√†. Ainsi donc pour utiliser comme trombone ici, pour s√©parer ce que j'√©tais‚Ķ J'avais des notes ce matin, je les ai s√©par√©es les unes des autres.

20 Et lorsqu'on devient vieux… Autrefois, je pouvais me rappeler les Ecritures et tout le reste très facilement. Mais, vous savez, ça devient un peu difficile. Commencez-vous aussi à souffrir de ces troubles-là, frère Jack? C'est vrai, oui. Il n'y a pas longtemps, j'ai dit à frère Jack, j'ai dit : "Vous savez, frère Jack, ai-je dit, je deviens ainsi, je n'arrive pas à me souvenir des choses. J'ai dit : "Je commence à dire quelque chose, et il me faut attendre."
Il a dit : "Est-ce - est-ce que vous n'en êtes que là?"
Et je lui dis : "Eh bien, n'est-ce pas si grave?"

21 Il me dit : "Non, a-t-il dit, "Il m'arrive d'appeler quelqu'un au téléphone, et de lui dire : "Que désirez-vous?" Frère Jack, je pensais alors que tu me taquinais, j'ai découvert que c'est la vérité.

22 C'est vrai! Combien de choses nous oublions! Mais que toutes nos actions soient faites selon la justice, car elles sont inscrites dans un Livre, un disque qui sera joué au jour du jugement.

23 Nous sommes comme une grande famille. Je ne pense pas que ce soir nous soyons en liaison téléphonique à travers la nation comme quand j'ai prêché mon message hier soir. Je pense que c'est à peu près l'assemblée locale d'ici. Hier soir, j'ai beaucoup apprécié votre courtoisie, lorsque vous êtes restés debout. Je ne cherche pas… Je ne cherchais pas à abuser frère Jack, mais il m'a toujours dit : "Dis ce que tu as envie de dire!" Et, lorsque je suis venu ici… je suis monté en chaire, et j'ai enseigné un peu de doctrine… Mais… ainsi juste… nous… ça a été quelques-uns de mes frères des dénominations.

24 L'autre matin, j'ai fait un r√™ve. Je ne r√™ve pas tr√®s souvent. Je ne suis pas un faiseur de songes. Mais je - j'ai r√™v√© avoir vu un homme - jeune homme encha√ģn√©, essayant de se lib√©rer. Et - et j'ai dit‚Ķ Quelqu'un m'a parl√©, disant : "Ces gens sont des gens horribles, n'aie aucune relation avec eux."

25 Puis, je vis ce jeune homme sortir de ses cha√ģnes, alors je m'√©loignai de lui. Je me suis dit : "Je vais voir ce qu'il va faire." Lorsqu'il fut sorti, il √©tait un type bien. Alors, j'en vis d'autres qui essayaient de se lib√©rer.

26 Mais ce n'est qu'un rêve. Je marchais dans cette direction, lorsque je vis le - le frère Roy Borders, un de mes très bons amis qui vit en Californie. Il avait l'air malade, ses yeux étaient mi-clos, il y avait une grande… On aurait dit un cancer, ou quelque chose sur les yeux. Eh bien, quelqu'un essayait de m'éloigner de lui. Je me suis écrié : "Frère Borders! Au Nom du Seigneur Jésus, tire-toi de là!"

27 Il pouvait à peine me parler, et il disait : "Frère Branham, il faudra quelque chose de plus que ceci! Je ne peux pas le saisir! Frère Branham, je ne peux pas le saisir!"

28 Je dis : "Oh, frère Borders!" Je l'aime.

29 Quelqu'un me tira loin de là, et je regardais, et une femme se tenait là. La… Lorsque j'étais un jeune garçon je - je camionnais l'épicerie de chez l'épicier jusque chez les clients. Elle s'appelait Madame M Fenton, et elle habite encore à Jeffersonville. C'est une de nos amies intimes, à ma femme et à moi.

30 Elle a dit : "Fr√®re Branham, d√©livrez-nous de cela!" Elle a dit : "Cette maison, c'est l'enfer." Elle a dit : "Vous avez √©t√© mal compris." Elle a dit : "Ces‚Ķ Et vous, vous n'avez pas non plus compris ces gens." Elle a dit : "Ce sont de braves gens, mais‚Ķ." Je regardai l√†, et je vis comme une tr√®s grande cave, ou plut√īt - ou plut√īt comme de grands murs, et en dessous, il y avait une grande caverne. Et il y avait de grosses barres de fer √©paisses de huit ou dix pouces. Il y avait l√† des gens ayant perdu l'esprit, qui se tordaient les bras et les jambes, et se frappaient la t√™te comme cela. Et elle pleurait, disant : "Oh, fr√®re Branham, d√©livrez ces gens!" Elle disait - elle disait : "Venez √† notre secours, nous sommes dans les tourments!" Elle-m√™me, je la connais, elle est membre de‚Ķ je pense de l'Eglise de Christ, ou de l'Eglise chr√©tienne, l'Eglise dite des Fr√®res. Ainsi elle‚Ķ

31 J'ai regardé autour de moi, et j'ai dit : "J'aurais aimé pouvoir le faire." Je continuais, je regardais tout autour et je… mon pauvre corps malingre contre ces énormes barreaux? Et ces pauvres gens qui étaient là-dedans! On ne pouvait pas approcher d'eux, car les barreaux étaient très rapprochés. Je les voyais se cogner la tête, comme s'ils avaient perdu la tête.

32 Puis, je vis à proximité briller quelques lumières. Je regardai, et voici que le Seigneur Jésus Se tenait là, environné des couleurs de l'arc-en-ciel. Il regarda droit dans ma direction, et me dit : "Va délivrer ces gens!" Puis Il S'en alla.

33 Je me suis dit : "Eh bien, comment pourrai-je les délivrer? Je - je n'aurai jamais assez de force dans mes bras pour briser ces barreaux!"

34 J'ai dit alors : "Enfer, rel√Ęche-les, au Nom de J√©sus-Christ!"

35 Il y eut des craquements et des éclats, et - et les rochers roulèrent et - et les barreaux tombèrent, et les gens coururent, criant : "Délivrés!" et ils criaient de toutes leurs forces. Ils furent tous délivrés.

36 Je criai alors : "Fr√®re Roy Borders, o√Ļ √™tes-vous? O√Ļ √™tes-vous? Dieu est en train de d√©livrer Son peuple! O√Ļ √™tes-vous, fr√®re Borders?" Je me posais la question.

37 Vous savez, fr√®re Borders est tr√®s terrifi√©. Vous connaissez la proph√©tie, (tous - beaucoup d'entre vous la connaissez, vous qui recevez les bandes magn√©tiques et tout), au sujet de la C√īte Ouest.

38 Il y a un homme assis ici ce soir qui était là, lorsque cela est arrivé (lorsque nous nous tenions là-bas lors d'une tournée de chasse), un pasteur qui est à l'écoute ici; hier soir, il était aveugle d'un oeil; il s'est tout simplement avancé là et a dit - il s'est présenté. Il avait mis ses lunettes anti-soleil là à la montagne. Il a dit : "Frère Branham, a-t-il dit, je suis frère Mc Hughes." Il a dit : "Je - j'ai aidé une fois à organiser l'une de vos réunions, en Californie."

39 J'ai dit : "Frère Mc Hugues, je suis heureux de faire votre connaissance."

40 Il y avait donc environ vingt hommes qui se tenaient là. Nous étions partis à la chasse au sanglier. Et j'ai dit… Le jour précédant notre départ pour la montagne, j'avais dit au frère Banks Wood… Vous le connaissez tous, c'est un de mes amis intimes. J'ai dit : "Frère Wood…." Je ramassai un caillou, le jetai en l'air, et il retomba. Et je dis : "AINSI DIT LE SEIGNEUR, quelque chose est sur le point d'arriver!"

41 Alors il me demanda : "Qu'est-ce, frère Branham?"

42 Je lui répondis : "Je n'en sais rien, mais tu le verras dans l'espace de vingt-quatre heures. Quelque chose est sur le point d'arriver. Ce sera un grand signe."

43 Et le lendemain… Là c'était tard un après-midi. Le lendemain, vers dix heures du matin, nous nous préparions à lever le camp. Nous avions tous tué des sangliers, et nous étions là. Il y avait le frère Mc Knelly, vous savez, et tous les autres, ils les préparaient, et - et frère Borders, et moi… et frère Roy Roberson, un mutilé de guerre, un de mes très chers et précieux amis, et il se tenait là. J'ai levé les yeux. Le frère Mc Hugues me demanda alors : "Frère Branham, est-ce qu'il arrive que l'Ange du Seigneur vous apparaisse quand vous êtes dans ces tournées de chasse?"

44 Je lui répondis : "Oui, frère Mc Hugues. C'est vrai. Mais je suis venu ici pour prendre un peu de repos."

45 Il me dit : "Ça va, frère Branham, a-t-il dit, je ne voulais pas vous déranger."

46 Je lui répondis : "Vous ne m'avez pas dérangé!"

47 Ayant regardé tout autour, j'ai vu un médecin en train d'examiner son oeil. Or, je ne le connaissais pas, et il portait des lunettes sombres, le temps est ensoleillé et très radieux en Arizona. Je regardai cela, et je vis un médecin lui parler, disant : "Monsieur, ça fait des années que je soigne cet oeil, deux ans ou quelque chose comme ça." Il a dit : "Avez cette allergie qu'il y a dans votre oeil, vous perdrez votre oeil. Cela ronge l'oeil, et je n'ai aucun moyen de l'arrêter!"

48 Et je lui ai dit : "Si vous m'avez posé cette question, c'est à cause de votre oeil. Vous portez ces lunettes de soleil parce que vous avez un oeil malade."

49 Il me répondit : "C'est vrai."

50 Je lui dis : "Votre médecin (je l'ai décrit), il vous a dit, il y a quelque jours, que vous alliez perdre cet oeil parce que la - l'allergie ronge votre oeil. Ça fait quelques années qu'il soigne cela, et il n'arrive pas à arrêter cela."

51 Il a dit : "Frère Branham, c'est la vérité."

52 Je me tournai encore, et j'ai regard√©. Je vis une - une femme beaucoup plus √Ęg√©e que lui, ayant le teint fonc√©. Ils sont originaires de quelque part l√† en Arkansas. Et elle souleva donc sa - sa - sa jupe, montra ses pieds √† son fils, et elle dit : "Mon fils, si tu vois fr√®re Branham, demande-lui de prier pour mes pieds." Il y avait de longues tumeurs entre ses orteils et tout.

53 J'ai dit : "Votre m√®re est une femme aux cheveux gris, et elle a soulev√© sa jupe, et a √īt√© ses - ses bas pour vous montrer ses pieds et vous a dit que si vous me voyez, que vous me demandiez de prier pour elle."

54 Il a dit : "Oh, miséricorde!"

55 J'ai encore regardé la vision, et je l'ai vu se tenant là, sans lunettes. J'ai dit : "AINSI DIT LE SEIGNEUR : Dieu a guéri votre oeil, et Il guérit aussi votre mère."

56 Presqu'√† ce moment-l√†, je me suis retourn√©‚Ķ Eh bien, il y a des hommes assis ici qui se tenaient l√†. J'ai dit √† fr√®re Roy Borders, ou plut√īt √† fr√®re Roy Roberson. J'ai pos√© ma main sur son √©paule, comme il est un v√©t√©ran, et je lui ai dit : "Fr√®re Roy, allez vous mettre √† l'abri imm√©diatement, parce que quelque chose est sur le point d'arriver!"

57 Il m'a demandé : "Qu'est-ce que vous voulez dire, frère Branham?"

58 Je lui ai r√©pliqu√© : "Ne parlez pas! Allez vous mettre √† l'abri, vite!" Et je me suis retourn√©, et j'ai pris une pelle, qui √©tait l√† √† c√īt√©, puis je me suis √©loign√© d'eux, car je savais que cela arriverait l√† o√Ļ je me trouvais.

59 Juste √† c√īt√© d'un grand canyon, huit ou dix fois plus √©lev√© que ce b√Ętiment‚Ķ Juste un canyon tubulaire. Il y eut comme un feu qui descendit du ciel, comme un tourbillon, juste √† quelques pieds au-dessus de l'endroit o√Ļ je me tenais. Il arracha les cailloux de la montagne, et passa l√† et coupa les cimes des prosopis dans un rayon d'une centaine de m√®tres. Tout le monde courait, cherchant √† se cacher sous les camions, et ailleurs. Il remonta, et gronda comme un grand tonnerre. Il remonta dans le ciel, puis redescendit. Il fit cela trois fois. Lorsque tout fut termin√©, les gens se sont avanc√©s et ont demand√© : "Qu'est-ce que cela signifie?"

60 Je leur r√©pondis : "J'aimerais vous le dire. C'√©tait un signe du jugement. Dans quelques jours, un grand tremblement de terre va secouer la C√īte Ouest. Et ce ne sera pas fini. La Californie - Los Angeles sera englouti. Elle va sombrer. Elle va s'enfoncer dans l'oc√©an." Et deux jours apr√®s cela, le tremblement de terre secoua l'Alaska.

61 Et puis, lors de la derni√®re r√©union que j'ai tenue en Californie, pendant que je parlais, je ne savais pas que quelque chose allait arriver, jusqu'√† ce que je fusse descendu dans la rue. Cela s'adressait √† la Californie, disait - disant : "Caperna√ľm, Caperna√ľm, cit√© qui t'appelle du nom des anges (c'est Los Angeles), tu t'es √©lev√©e jusqu'au Ciel, mais tu seras pr√©cipit√©e jusqu'au s√©jour des morts. Car si les oeuvres puissantes qui ont √©t√© faites en ton sein avaient √©t√© faites √† Sodome, elle subsisterait encore aujourd'hui."

62 Bien, au cours de ces quelques derniers jours, il y a eu des grondements terribles et ces éclatements… Ensuite, un journal scientifique a paru, annonçant : "Cela a été entièrement criblé des trous, ça doit être englouti." Ils le savent bien!

63 Observez bien : l'eau montera jusqu'au lac Salton. Los Angeles est voué au jugement. Je vous le dis avant que ces choses n'arrivent, afin que vous le sachiez, lorsque cela arrivera. Je ne l'ai point dit de moi-même. Et jamais Il ne m'a dit quelque chose qui ne soit arrivé. Et vous pouvez tous rendre témoignage de cela. C'est vrai! Quand cela arrivera-t-il? Je n'en sais rien.

64 Apr√®s que j'√©tais sorti, et ils m'ont rapport√© ce que j'avais dit. J'ai √©cout√©, je suis retourn√© et je me suis mis √† sonder les Ecritures. Vous savez, J√©sus a parl√© de Caperna√ľm dans des termes presque identiques. Et Sodome et Gomorrhe √©taient - √©taient au fond de la mer Morte, je pense, en ce temps-l√†. Environ cent ans plus tard, Caperna√ľm a √©t√© englouti elle aussi dans la mer; et elle g√ģt au fond de la mer. Le m√™me Dieu qui a englouti Sodome dans la mer √† cause de ses p√©ch√©s, le m√™me Dieu qui a englouti Caperna√ľm dans la mer √† cause de ses p√©ch√©s, ce m√™me Dieu engloutira Los Angeles dans la mer √† cause de ses p√©ch√©s, cette ville de - de la corruption.

65 Frère Roy Borders est effrayé à mort. Je ne sais pas si… si cela voulait dire cela, ou autre chose. Je ne sais pas.
Prions.

66 √Ē Seigneur, il fait bon t√©moigner devant des auditeurs qui √©coutent avec attention. Nous croyons Seigneur, viens au secours de notre incr√©dulit√©. Nous comprenons que nous sommes maintenant en route vers la fin de ce monde. A quel moment exact cela se passera, nous n'en savons rien. Mais, pour ce qui est de cet enl√®vement secret de l'Epouse, un de ces jours, √ī Seigneur, nous serons - nous serons enlev√©s, ravis avec Lui. Nous attendons ce jour! Pr√©pare nos coeurs, √ī Seigneur!

67 Il y en a beaucoup, à ce que nous voyons, qui sont couchés ici sur ces petits lits ou ces brancards, des hommes et des femmes qui sont liés par l'ennemi. Il y a des gens assis là, peut-être si Tu ne les touches pas, ils mourront d'une crise cardiaque. Il y en a peut-être qui sont rongés par le cancer.

68 √Ē P√®re, Tu connais le coeur de chaque homme. Tu sais si c'est vrai ou si ce n'est pas vrai. Et nous disons ces choses parce que nous savons ce que Tu as fait, Ta glorieuse puissance en a d√©livr√© beaucoup. Nous en sommes les t√©moins, bien que des gens cherchent √† nous dire que ces choses n'arrivent pas. Mais ces choses arrivent, √ī Seigneur! Nous en sommes les t√©moins!

69 Ce soir, je Te prie, √ī Seigneur, d'√©tablir d'une mani√®re ou d'une autre la foi dans le coeur de ces gens, afin que chacun d'eux soit d√©livr√©, tous ces malades et ces afflig√©s. Fais, √ī Seigneur, que nous puissions rendre les choses simples, lorsque nous essayons d'enseigner Ta Parole. Que le Saint-Esprit prenne mes erreurs, Seigneur, et qu'Il les corrige dans le coeur des gens. Et fais que √ßa soit une v√©ritable - v√©ritable soir√©e o√Ļ le - Il S'installera dans le coeur de chaque croyant ici pr√©sent. Seigneur, c'est pour cela que nous sommes venus ce soir. Et surtout, que ceux qui ne sont pas encore sauv√©s soient pr√©par√©s; qu'ils se pr√©parent maintenant pendant que les portes de la Gr√Ęce sont encore ouvertes. Nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen.

70 Maintenant, nous allons ouvrir Ecritures pour commencer, et dans…

71 Quelqu'un a d√©pos√© une - une note ici sur la chaire, disant qu'une offrande a √©t√© pr√©lev√©e pour moi, ce soir. Ce n'√©tait pas n√©cessaire! Ne faites pas cela! Je ne peux pas remettre cela. Je me rappelle qu'une fois, √† Calgary, au Canada, on a pr√©lev√© une - une offrande a √©t√© pr√©lev√©e pour moi. Fr√®re Jack voulait me dire que‚Ķ Ma femme est assise l√† au fond‚Ķ elle et les enfants nous vivions dans deux pi√®ces d√©labr√©es, et ma femme avait d√Ľ mettre une couverture devant la - la porte pour qu'elle reste ferm√©e et que les enfants n'attrapent pas une pneumonie. Et elle a dit‚Ķ ce fr√®re m'avait parl√©, il a dit : "Ce n'est pas correct de la traiter comme cela." Vous vous souvenez donc de cela. Ils ont fait une offrande de je ne sais pas combien de milliers de dollars.

72 Je lui ai dit : "Oh, frère Jack, reprenez cela!"

73 Mais il m'a dit : "Comment allons-nous donc faire cela!" C'est pourquoi, j'ai donc acheté une concession et ça se trouve là. Ainsi pour la gloire et l'honneur de Dieu… Nous l'avons gardé quelques années, ma femme et moi comme un cadeau de la part de l'église, des gens.

74 Et puis, je pensai : "Cela ne me semble pas juste. Je n'ai rien amené dans ce monde; c'est certain que je n'emporterai rien en le quittant!" J'ai donc changé d'avis, j'ai cédé cela, j'ai transféré cela par acte notarié au Tabernacle. Ainsi donc, quand c'en sera fini de moi, eh bien, un autre serviteur de Dieu, l'utilisera alors s'il y a un lendemain. Voyez? Tous mes remerciements donc, mes amis. Que Dieu vous bénisse pour cela.

75 Maintenant, nous voulons lire dans Jacques, l'√©p√ģtre de Jacques, le chapitre 2 en commen√ßant au verset 21.

76 Et maintenant je‚Ķ presque‚Ķ Nous consacrerons un peu de temps √† l'enseignement, puis, nous commencerons aussi vite que possible √† prier pour les malades. Et nous ferons passer par cette ligne de pri√®re autant de gens que possible. Et souvenons-nous aussi‚Ķ Je ne veux pas non plus oublier soeur Anna Jean, fr√®re Don et les autres, je pense qu'ils sont quelque part l√†-bas en Tha√Įlande, n'est-ce pas? O√Ļ sont-ils? A Bangkok, dans les champs missionnaires. Il y a tellement de choses auxquelles on pense pendant la journ√©e et qu'on veut mentionner devant les gens! Puis, quand on arrive ici, on - on ne s'en souviens plus, et on passe directement √† la lecture de l'Ecriture en rapport avec la le√ßon concern√©e.

77 Et maintenant, ici dans Jacques chapitre deux. Nous allons commencer par le verset 21 du chapitre 2 de Saint Jacques, nous en lirons une - une portion. Le verset 21 du chapitre 2. "Abraham, notre père, ne fut-il pas justifié par les oeuvres, lorsqu'il offrit son fils Isaac sur l'autel? Tu vois que la foi agissait avec ses oeuvres, et que par les oeuvres, la foi fut rendue parfaite. Ainsi s'accomplit ce que dit l'Ecriture : Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice; et il fut appelé ami de Dieu".

78 Maintenant, mon sujet ce soir… Veuillez garder vos Bibles en mains encore un moment, car j'ai encore quelques passages notés ici. Si nous ne prenons pas beaucoup de temps, je me référerai à beaucoup d'entre eux. Mon sujet est : Les oeuvres sont l'expression de la foi. Maintenant, rappelez-vous : Les oeuvres sont l'expression de la foi. Les oeuvres manifestent que la foi a déjà pris pied en vous. Voyez? Voyez?
Eh bien, nous avons choisi ceci parce que nous… Je pense que cela pourrait nous aider à comprendre. Ecoutez très attentivement maintenant, et nous allons étudier cela comme une leçon d'école du dimanche.

79 Dans son enseignement sur Genèse 22 : 1 à 9, Jacques exprime ce que l'homme a vu dans Abraham.

80 Revenons en arri√®re; j'ai ici quelques passages des Ecritures que j'ai relev√©s dans Gen√®se, chapitre 22, versets 1 √† 9 : "Apr√®s ces choses, Dieu mit Abraham √† l'√©preuve, et lui dit : Abram‚Ķ Abraham! et il r√©pondit : Me voici! Dieu dit : Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac; va-t-en au pays de Morija, et l√†, offre-le en holocauste sur l'une des montagnes que je te dirai. (Vous voyez, Il ne lui avait m√™me pas dit sur quelle montagne il devrait aller! Lorsque Dieu parle, vous allez de l'avant, continuez √† avancer. Voyez?) Abraham se leva de bon matin, sella son √Ęne, et prit avec lui deux serviteurs et son fils Isaac. Il fendit du bois pour l'holocauste, et partit pour aller au lieu que Dieu lui avait dit‚Ķ lui avait dit. Le troisi√®me jour, Abraham, levant les yeux, vit le lieu de loin. Et Abraham dit √† ses serviteurs : Restez ici avec l'√Ęne; moi et le jeune homme, nous irons jusque-l√† pour adorer, et nous reviendrons aupr√®s de vous."

81 Eh bien, il avait donc √† l'esprit, il montait pour mettre son fils √† mort, parce que Dieu lui avait dit de le faire. Mais consid√©rez cette Ecriture. "‚Ķ moi et le jeune homme, nous irons jusque-l√† pour adorer et nous reviendrons aupr√®s de vous. (Lui et le jeune homme). Abraham prit le bois pour l'holocauste, le chargea sur son fils Isaac, et porta dans sa main le feu et le couteau. Et ils march√®rent tous deux ensemble. Alors Isaac, parlant √† Abraham, son p√®re, dit : Mon p√®re! Et il r√©pondit : Me voici, mon fils! Isaac reprit : Voici le feu et le bois; mais o√Ļ est l'agneau pour l'holocauste? Abraham r√©pondit : Mon fils, Dieu se pourvoira lui-m√™me de l'agneau pour l'holocauste. Et ils march√®rent tous deux ensemble. Lorsqu'ils furent arriv√©s au lieu que Dieu lui avait dit, Abraham y √©leva un autel, et rangea le bois. Il lia son fils‚Ķ son fils Isaac, et le mit sur l'autel, par-dessus le bois. Puis Abraham √©tendit la main, et prit le couteau, pour √©gorger son fils. Alors, l'ange de l'Eternel l'appela des cieux, et dit : Abraham! Abraham! Et il r√©pondit : Me voici! L'ange dit : N'avance pas ta main sur l'enfant et ne lui fais rien; car je sais maintenant que tu crains Dieu, et que tu ne m'as pas refus√© ton fils, ton‚Ķtu ne m'as pas refus√© ton unique fils". (Oh, quelle oeuvre!)

82 Bon, ici nous voyons que Jacques justifie Abraham par ses oeuvres.

83 Maintenant, dans Paul dans Romains, dans l'√©p√ģtre aux Romains chapitre 8‚Ķ chapitre 4, 4 : 1 √† 8. Je ne lirai pas tout, je n'en lirai qu'une partie. "Que dirons-nous donc qu'Abraham, notre p√®re, a obtenu selon la chair? Si Abraham a √©t√© justifi√©‚Ķ (rappelez-vous qu'hier soir, nous avons √©tudi√© le mot "justifi√©") par les oeuvres, il a sujet de se glorifier, mais non devant Dieu. Car que dit l'Ecriture? Abraham crut √† Dieu, et cela lui fut imput√© √† justice. Or, √† celui qui fait une oeuvre, le salaire est imput√©, non comme une gr√Ęce, mais comme une chose due,‚Ķ"

84 Maintenant - maintenant ici, Paul se réfère à ce que Dieu a vu en Abraham.

85 Maintenant, nous… Si vous… si nous n'en prenons pas trop, nous pourrons retourner encore dans Genèse, chapitre 15, verset 6. 15 : 6 je crois que c'est ça. Nous allons commencer au verset 5. "Et, après l'avoir conduit dehors, il dit : Regarde vers le ciel, et compte les étoiles, si tu peux les compter. Et il lui dit : Telle sera ta postérité. Abram eut confiance en l'Eternel, qui le lui imputa à justice."

86 Nous voyons donc deux hommes qui ont parlé au sujet de la foi. Paul a justifié Abraham par ce que Dieu a vu en Abraham; mais Jacques a justifié Abraham par ce que l'homme a vu en Abraham.

87 Voyez donc, Jacques a dit : "Il a été justifié par ses oeuvres."

88 Paul a dit : "Il a été justifié par la foi."

89 Voyez, Abraham a cru en Dieu, c'est ce que Dieu a vu en lui. Il a cru Cela. Mais ensuite, lorsqu'Abraham s'est mis à agir comme si cela s'était déjà accompli, c'est ce que l'homme a vu en lui.

90 Il en va de même avec nous, en effet, nos oeuvres expriment la foi que nous avons. Mais si nous avons peur d'agir sur base de ce que nous croyons, alors nous ne croyons pas. Voyez? Nous devons croire.

91 Les oeuvres d'Abraham exprimaient la foi qu'il avait dans la promesse de Dieu. Eh bien, Abraham, souvenez-vous-en, avait quatre-vingt-dix ans - cent ans, et Sara en avait quatre-vingt-dix. Ainsi donc, ils √©taient bien avanc√©s en √Ęge, et avaient d√©pass√© de plusieurs ann√©es l'√Ęge de procr√©er. Et ils avaient v√©cu ensemble comme mari et femme depuis qu'ils √©taient jeunes, sans avoir d'enfants. Pourtant, Dieu lui avait dit lorsqu'il avait soixante-quinze ans, et que Sara en avait soixante-cinq : "Tu auras un enfant." Et il crut la promesse de Dieu. Il crut cela. Maintenant, vous voyez? Il pr√©para tout pour la venue de cet enfant. Voyez? Lorsqu'Abraham crut en Dieu, c'est ce que consid√©ra Dieu. Et l'homme vit ce qu'Abraham fit pour exprimer ce qu'il avait cru. (C'est la m√™me chose ce soir, c'est la m√™me chose pour nous.) Cela lui avait √©t√© r√©v√©l√©. Vous voyez? Cela lui avait √©t√© r√©v√©l√©, c'est pourquoi il crut, et agissait comme si cela s'√©tait d√©j√† accompli.

92 Eh bien, arrêtons-nous juste un moment là-dessus. Quelquefois, nous comprenons mal cela. Les gens éprouvent des émotions, et essaient d'agir sur base de leurs émotions. Mais cela ne marchera pas.

93 Moi, je suis comme le frère Gerholtzer ici présent. Eh bien, nous sommes - nous sommes vieux, nous sommes dans… ceci depuis longtemps, nous avons vu les avantages et les inconvénients, et tout. Nous avons prié pour les malades dans le monde entier, nous avons vu des gens déçus, nous avons entendu les - les "Alléluia!" venant de toutes parts. Et tout cela nous a enseigné beaucoup de choses. Bien, lorsque nous étions des jeunes gens, quand nous avons commencé à prêcher cela, frère Gerholtzer, c'est comme quand on apprend à nager. D'abord, vous savez, il arrivait que je sortais, et je… Frère Jack, je demandais à frère Brown de me promener dans la rue soir après soir, pour essayer de revenir en moi-même. Je me tenais là comme un petit enfant barbotant dans l'eau ayant des visions, vous savez. Je restai là jusqu'à ce que le frère Brown…

94 Je me souviens d'une soirée, je n'oublierai jamais cela, là à San José, ou quelque part là-bas. Il était venu me réveiller (je n'avais pas dormi pendant plusieurs jours), et je ne savais pas que je parlais à quelqu'un. Mais il m'a dit que je lui avais parlé, je m'étais mis à pleurer, et je lui ai dit : "Je veux rentrer à la maison." Voyez?

95 Eh bien, a-t-il dit, tu ne peux pas rentrer à la maison, parce qu'il y a une réunion en cours, là-bas."

96 Je lui répondis : "Eh bien, je serais prêt dans quelques minutes, pour rentrer à la maison!" Voyez? J'étais juste bien au-delà, presque hors de moi. Vous comprenez, je n'étais en ce temps-là qu'un jeune homme.

97 C'est comme lorsque vous apprenez à nager. Vous savez. Vous pataugez quand vous traversez la piscine, et quand vous arrivez au bout vous faites : "Ouf, ouf, ouf! j'y suis arrivé!" Bien, après que vous avez appris à nager, votre nage devient plus gracieuse, et elle ne vous fatigue pas trop. Voyez? C'est cela. Vous apprenez à le faire. Cela aplanit les aspérités et s'améliore, et ça devient plus facile. Voyez?

98 Un petit enfant qui n'a jamais march√©, s'il voulait traverser cette all√©e, il tomberait une douzaine de fois, et serait √©puis√© avant d'arriver l√†. Mais celui qui sait marcher, ou un athl√®te, il parcourait cette all√©e sans m√™me s'en rendre compte. Pourtant, lui aussi a d√Ľ commencer par-l√†. √áa c'est ce qu'il est maintenant.

99 Bien, il en va de même avec la prédication de la guérison divine, ou de toute autre chose. Vous apprenez au fur et à mesure que vous avancez. Si vous n'apprenez pas, c'est qu'il y a quelque chose qui cloche en vous. Voyez? Vous devez apprendre, et vous devez apprendre à accepter Dieu, et ce que cela signifie réellement.

100 Nous affirmons cela, quelquefois, nous disons : "Ce gars homme n'a pas eu assez de foi, ce gars n'a pas fait ceci ou cela." Il y a une raison à cela, il y a une raison! Quelquefois, c'est un péché non confessé. Vous pourriez déverser sur quelqu'un des litres d'huile, et crier jusqu'à être complètement enroué, mais cela ne fera pas partir ce démon! Non, non! Vous devez confesser cela. C'est ce que fait le discernement. Il nous dit : "Mettez cela en ordre, confessez cela!"

101 Mais cela se fait tr√®s lentement, vous voyez. Et alors - alors les autres deviennent impatients et disent : "Oh, on n'a pas pri√© pour moi!" Mais nous aimerions trouver un moyen de le faire, ce qui se passe, conna√ģtre le vrai fondement de la gu√©rison divine.

102 Eh bien, un don, juste comme je l'ai dit hier soir : "Un don est quelque chose de merveilleux, mais vous ne pouvez pas fonder votre destinée éternelle sur les dons." Vous ne pouvez pas mettre l'accent sur le secondaire, et un - un don c'est quelque chose de secondaire. Et Satan peut imiter chacun des dons de Dieu, il peut faire quelque chose qui y ressemble exactement. Voyez? Exactement. C'est pourquoi nous devons veiller à cela.

103 Je l'ai aussi dit quelquefois en parlant des cris. J'ai vu des démons pousser des cris. Voyez? Parler en langue? J'ai vu des démons parler en langues. Assurément. Il imite cela. Ce n'est pas la chose réelle, mais il imite cela. Vous voyez? Mais il fait passer cela pour du vrai. Et parfois les gens qui ne savent pas voir la différence déclarent que c'est la chose réelle, alors que ça ne l'est pas.

104 C'est exactement ce qu'ils font avec la guérison divine. Ils disent : "C'est de la supercherie, ou quelque chose de semblable!" Pas du tout! C'est la foi véritable et sans mélange en ce que Dieu a dit être la Vérité. Et cela ancre! Et, lorsque cela est ancré, rien ne va ébranler cela. Cela va subsister. Et par conséquent pour ce qui est d'aplanir les aspérités…

105 Or, la "foi" est une "r√©v√©lation venant de Dieu." Eh bien, la foi est une r√©v√©lation. C'est l√† que j'aimerais m'attarder un moment l√†-dessus. C'est une r√©v√©lation. Il vous a r√©v√©l√© cela par Sa gr√Ęce. Ce n'est pas quelque chose que vous avez fait vous-m√™me. Vous n'avez fait aucun effort pour vous introduire vous-m√™me dans la foi. Vous n'aviez pas la foi : elle vous a √©t√© donn√©e par la gr√Ęce de Dieu. Et c'est Dieu qui vous le r√©v√®le, c'est pourquoi la foi est une r√©v√©lation. Et l'Eglise de Dieu tout enti√®re est b√Ętie sur la r√©v√©lation!

106 Il n'y a pas longtemps, un pasteur baptiste m'a dit, il a dit : "Je ne peux tout simplement pas accepter la révélation!"

107 Je lui ai r√©pondu : "Alors, vous ne pouvez pas accepter la Bible. Vous ne pouvez pas accepter Christ, car Il est la r√©v√©lation de Dieu. Il est Dieu r√©v√©l√© dans la chair." C'est pourquoi l'√©glise tout enti√®re est b√Ętie sur la r√©v√©lation divine.

108 Jésus a dit à (je crois que c'était à Pierre), Il a dit - Il a dit : "Qui dit-on que Je suis, Moi, le Fils de l'homme?" (Il s'adressait à Ses disciples.)

109 Ils r√©pondirent : "Les uns disent que tu es Elie, Mo√Įse ou l'un des proph√®tes, ou J√©r√©mie."

110 Il leur demanda : "Et vous, qui dites-vous que Je suis?"

111 Simon Pierre Lui répondit : "Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant!"

112 Eh bien, l'√©glise Catholique Romaine dit qu'Il s'adressait √† Pierre, en disant : "C'est sur cette pierre que Je b√Ętirai Mon Eglise."

113 Les protestants, eux, disent : "Il a b√Ęti Son Eglise sur Lui-m√™me."

114 Eh bien, ils pourraient avoir raison. Mais, pour moi, tous les deux sont dans l'erreur. Elle est b√Ętie sur la r√©v√©lation spirituelle de Qui Il √©tait. "Ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont r√©v√©l√© cela, Pierre. Mais c'est mon P√®re qui est dans les cieux qui te l'a r√©v√©l√©. Et sur ce roc (la r√©v√©lation de Qui Il est; sur la r√©v√©lation : selon laquelle Il est la Parole, et toute la Parole)‚Ķ sur ce roc je b√Ętirai mon Eglise, et les portes du s√©jour des morts ne pr√©vaudront point contre elle." Cela montrait que les portes du s√©jour des morts seraient contre elle.

115 Abel, par la foi, par la r√©v√©lation (il n'y avait pas de Bible √©crite en ce temps-l√†)‚Ķ mais Abel, par la foi, offrit √† Dieu un sacrifice plus excellent que celui de Ca√Įn. Dieu en a t√©moign√© en disant : "Il √©tait juste." Comment? Par la foi. Comment? Par la r√©v√©lation! C'est par r√©v√©lation qu'Abel offrit √† Dieu un sacrifice plus excellent parce qu'il lui fut r√©v√©l√© qu'il ne s'agissait pas des fruits des champs, il s'agissait du sang.

116 C'est pourquoi il y en a qui arrivent à croire cela, et qu'il y en a qui ne peuvent pas croire cela; il y en a aussi quelques-uns qui essaient de faire comme s'ils y croyaient.

117 Dans un auditoire o√Ļ les gens passent par la ligne de pri√®re, vous y trouverez quelques‚Ķ C'√©taient tous de braves gens, dirons-nous. Il y en a qui essaient de toute leur force de croire cela, essayant par leurs propres efforts de s'introduire dans la foi. Certains ne peuvent pas y arriver. Et pour les autres c'est simplement par gr√Ęce, elle leur est tout simplement donn√©e. Eh bien, voil√† la diff√©rence. Voyez? C'est bien cela. C'est cela la vraie r√©v√©lation, parce que la foi est une r√©v√©lation venant de Dieu. Cela doit premi√®rement √™tre r√©v√©l√©.

118 J√©sus l'a clairement exprim√©, lorsqu'Il a dit : "Nul ne peut venir √† Moi si Mon P√®re ne l'attire premi√®rement; en d'autres termes s'Il ne Me r√©v√®le pas √† lui premi√®rement." On devrait lire ce passage. C'est Saint Jacques - ou plut√īt Saint Jean 6.44-46. Ils ne savaient pas qui Il √©tait. Ils pensaient qu'Il √©tait un homme ordinaire.
Ils pensaient, comme beaucoup de gens le pensent aujourd'hui, qu'Il était un prophète. Il était le Prophète, Il était un homme ordinaire, mais il y avait plus que cela.

119 C'est juste comme hier soir en parlant‚Ķ Si vous prenez le livre, vous y verrez peut-√™tre une petite confusion sur ce que j'ai dit concernant "Les deux livres de Vie." C'est le m√™me Livre, mais l'un d'eux concerne votre naissance naturelle, et l'autre concerne votre naissance spirituelle. L'un conduit √† l'autre, juste comme une tige du bl√©. Lorsque vous parlez de moi, vous parlez de moi en tant qu'√™tre vivant. Mais il y a une partie de moi ici qui est cette personne, et qui doit mourir. C'est √ßa le Livre o√Ļ les noms seront effac√©s. Mais celui qui est √©ternel, pr√©destin√©, √©lu, son nom ne peut jamais en sortir, parce qu'il a toujours √©t√© inscrit l√†. Il ne pourra jamais √™tre effac√©. Vous verrez cela dans le livre, ainsi nous vous √©pargnons de confusion. Vous trouverez que c'est ainsi, en effet, je pense que fr√®re Vayle, qui en a arrang√© la grammaire, m'a rappel√© cela aujourd'hui. Je lui ai dit : "C'est vrai."

120 Les Baptistes croient qu'il y a deux livres distincts. D'une certaine mani√®re, ce sont deux livres distincts, mais d'une autre mani√®re, ce ne sont pas deux livres distincts. Je suis deux personnes distinctes‚Ķ Je suis corps, √Ęme et esprit, trois personnes distinctes, mais je suis‚Ķ Il n'y en a qu'une qui fait de moi un √™tre.

121 Il n'y a, en réalité, qu'un seul Livre de Vie. C'est comme il n'y a eu qu'un seul germe de - de blé qui a traversé la tige, qui est passé par l'aigrette, par la balle, et qui est entré dans le grain. Tout du long… Vous direz : "Eh bien, il y a là du blé." Ce n'est pas le blé, c'est la tige; mais c'est l'ensemble qui forme le blé. Voyez? C'est bien le blé, parce que tout cela forme une tige, mais ce dont vous parlez, c'est du blé, du grain qui est au bout de cela. Le reste n'est qu'un porteur, et doit mourir. C'est le seul - le seul endroit, il semble que votre nom peut être effacé du Livre de Vie de l'Agneau, et à un autre endroit, c'est impossible. C'est donc ce qu'il en est. Tout cela est contenu là dans cette glorieuse révélation qui a été donnée à l'ouverture des Sept Sceaux. Pourquoi - c'est pourquoi certaines personnes ne peuvent pas croire cela.

122 Jésus a dit : "Nul ne peut venir à Moi, si le Père ne l'attire premièrement. Et tous ceux que le Père M'a donnés viendront à Moi." Personne ne peut comprendre Qui Il est, ou comment Cela se fait, si cela ne lui a pas été révélé par la révélation de Dieu. Et puis, lorsque vous avez foi en cela, vous agissez en conséquence. Vous comprenez? Nous voyons clairement ici que Dieu est révélé en Jésus, et seuls ceux qui ont été prédestinés à voir cela, verront cela. N'oubliez pas de lire ce passage de l'Ecriture; j'ai manqué donc de lire ce passage dans Jean 6.44-46! Je l'ai omis, parce que je me disais peut-être que nous aurions - peut-être que nous n'en aurions pas assez de temps pour parcourir cela, en effet, cette horloge ne fait qu'avancer.

123 Et ainsi nous‚Ķ Remarquez bien : "Nul, nul, ne peut venir, si Mon P√®re ne l'attire premi√®rement. Et tous ceux que le P√®re M'a donn√©s viendront." Ils reconna√ģtront cela. Personne d'autre ne le peut, aucune autre personne, quelque bonne qu'elle soit; qui que vous soyez, cela doit vous √™tre r√©v√©l√©. Alors, vous verrez Qui est J√©sus-Christ.

124 Eh bien, ici le plan pr√©ordonn√© est clairement expos√©. Comme n'importe quelle semence, la Parole de Dieu est une Semence, et doit √™tre sem√©e dans un terrain pr√©par√© √† l'avance. Si en semant la semence, vous jetez simplement cela sur le sol, cela ne donnera rien : les oiseaux la picoreront. Si vous la jetez au milieu des √©pines et des ronces, elle sera aussit√īt √©touff√©e. C'est la parabole de J√©sus qui l'a montr√©. Ainsi donc, le terrain doit d'abord √™tre pr√©par√©. C'est pourquoi Dieu, dans Sa gr√Ęce souveraine, pr√©pare d'abord le coeur. Il vous a pr√©par√© d√®s avant la fondation du monde √† Le recevoir dans cet √Ęge. Il vous a connu d'avance par Sa prescience, et vous a destin√© √† la Vie Eternelle. Il vous a connu, c'est pourquoi Il vous a pr√©par√©.

125 C'est pourquoi d'un pas chancelant vous √™tes sorti de ces choses, et vous √™tes entr√© dans ce que vous avez maintenant. C'√©tait Dieu qui vous conduisait l√† o√Ļ Il vous avait destin√© √† √™tre. Cela‚Ķ Ou si cela - ce terrain n'a pas √©t√© pr√©par√© √† l'avance, la semence ne peut pas cro√ģtre. C'est la raison pour laquelle la semence de la foi, quand on pr√™che la foi, voit le discernement du Seigneur et voit tout ce qui se produit et tous les dons bibliques √† l'oeuvre, les gens √† l'oeuvre, elle dit : "All√©luia! Je crois cela." Mais l'autre vient et il est d√©√ßu. Vous voyez, le terrain doit avoir √©t√© pr√©ordonn√©. Alors, vous verrez ce qui se passe, quand la semence tombe sur lui.

126 C'est comme mon petit aiglon dont j'ai parlé hier soir. Il a bien reconnu le cri de sa mère! Il y a une grande différence entre le cri de l'aigle, et le gloussement de la poule. Voyez? Il était un aigle depuis l'oeuf. Ce n'est pas juste à ce moment-là qu'il est devenu un aigle : il était toujours un aigle. Un chrétien a toujours été chrétien! C'est pourquoi le divorce, vous divorcez parce que vous avez été pris dans un piège, voyez, à cause de vos ancêtres, Adam et Eve. Vous êtes devenu pécheur par nature. Vous n'avez pas voulu être comme cela, mais maintenant, vous avez entendu l'Evangile, et : "La foi vient de ce que l'on entend." La révélation vient par ce que l'on entend. Il y a un petit quelque chose en vous.

127 Quelqu'un d'autre assis √† c√īt√© de vous dira : "Je ne crois rien de toutes ces b√™tises. C'est un non-sens! Je ne crois pas √† ces choses. √áa ne vaut rien!"

128 C'est comme ils le firent le jour de Pentec√īte, ils s'en sont moqu√©, disant : "Ces gens sont pleins de vin nouveau." Mais c'√©tait‚Ķ c'√©tait quelque chose de glorieux pour ceux √† qui cela √©tait arriv√©. Pourquoi? C'√©tait Dieu Se r√©v√©lant √† l'individu. Pendant que les autres s'en moquaient, ceux-ci s'en r√©jouissaient. C'√©tait une r√©v√©lation individuelle, qui est la foi, la foi qui est r√©v√©l√©e. Si ce n'√©tait pas la foi, cela n'aurait m√™me pas √©t√© l√†. C'√©tait la foi.

129 Les semences doivent avoir un terrain préparé d'avance."Car ceux qu'il a connus 'avance, il les a aussi appelés. Tous ceux qu'Il a appelés… Tous ceux qu'Il a connus d'avance, Il les a prédestinés. Si vous voulez lire cela, c'est dans Romains 8.28-34, et aussi dans Ephésiens 1.1-5. Voyez, toux ceux qu'Il a connus d'avance, Il les a appelés; tous ceux qu'Il a appelés, Il les a justifiés; et tous ceux qu'Il a justifiés, Il les a déjà glorifiés. Tout est en ordre. Nous pensons que ce n'est pas le cas, mais considérez les Ecritures! Ça arrive exactement comme la Parole de Dieu a dit que ça arriverait. Nous voyons aujourd'hui que le Message est rejeté. N'est-ce pas exactement ce que l'Ecriture a dit qu'ils feraient? Assurément, toutes ces choses sont prévues par Dieu.

130 Oh! cela devrait vous amener à marcher avec joie! C'est ça notre problème aujourd'hui, il y a une grande différence entre nous et les chrétiens d'autrefois. Lorsque l'authentique et véritable révélation de Jésus-Christ comme Emmanuel demeurait dans le coeur de ces hommes… C'étaient des hommes rudes. Mais aujourd'hui, on préfère être flatté par les dénominations, qui disent : "Oh! je vous assure, ces gens-là n'ont pas la Révélation! Venez ici." Vous vous appuyez sur leur révélation. Si leur révélation n'est pas en accord avec la Parole de Dieu, elle est fausse. Que ce soit la mienne, ou celle de qui que ce soit. C'est là qu'on en vient au test. C'est la Parole de Dieu qui nous dit ce qui est juste et ce qui est faux.

131 Toute semence doit avoir son terrain, c'est √©vident. Par cons√©quent, "tous ceux qu'Il a connus d'avance‚Ķ". Vous voyez, Il savait d√©j√† ce qui allait se passer. Remarquez, J√©sus l'a r√©p√©t√©, lorsqu'Il a dit au sujet de la semence : "Une partie tomba dans des endroits pierreux, l'autre tomba dans un terrain o√Ļ il y avait un peu de tout‚Ķ une autre partie tomba parmi les √©pines‚Ķ". Voyez, l√† o√Ļ il y avait des ronces et des √©pines et tout, elle ne pouvait pas cro√ģtre! Mais une autre partie tomba sur une bonne terre, une bonne terre, un sol fertile, qui a √©t√© pr√©par√©, qui avait d√©j√† √©t√© pr√©par√©.

132 Tout homme ici bas est comme un poulet, il regarde partout, cherchant √† trouver. Il trouve ceci, puis cela, mais voici que tout √† coup, un cri retentit du Ciel. Il Le reconna√ģt imm√©diatement : "C'est la Parole de Dieu." Vous comprenez, il le reconna√ģt, parce que quelque chose lui a √©t√© dit dans son coeur, quelque chose lui a √©t√© r√©v√©l√© au sujet de ce cri.

133 Remarquez, le proph√®te Esa√Įe a dit : "Une vierge concevra." Quelle affirmation √©trange! Comment un - un homme dans son bon sens pourrait-il dire une chose pareille? Jamais dans l'histoire une vierge n'avait con√ßu! "Une vierge concevra." Eh bien, il ne se g√™na pas de dire cela, il le dit simplement! Comment cela arriverait-il? Cela n'√©tait pas son affaire! Il‚Ķ Il √©tait simplement question de dire ce que Dieu avait dit qu'Il ferait. Dieu le lui avait r√©v√©l√©, Il le lui avait montr√© dans une vision; Dieu le lui avait r√©v√©l√©, et c'√©tait la v√©rit√©.

134 C'est exactement le même Dieu qui m'a dit que cet homme-là aura un petit enfant, lui qui ne pouvait plus avoir d'enfant - une fille. Et comme tout le reste, cela a l'air si étrange car d'après la déclaration du médecin : "Cela est impossible!"

135 Mais lorsque Dieu dit : "Cela arrivera"… Tout dépend du genre de la parole qui a été prononcée. Rappelez-vous, le prophète s'arrêta là, et la Parole de Dieu, Elle, poursuivit son chemin.

136 C'est comme Dieu a dit dans Gen√®se 1 : "Que la lumi√®re soit! Que ceci soit, que cela soit‚Ķ." Il cr√©a l'homme √† Sa propre image, Il le cr√©a √† l'image de Dieu. Il cr√©a l'homme et la femme, et il n'y avait encore rien sur la terre. Puis nous trouvons ici, dans Gen√®se 2, qu'Il forma l'homme √† Sa propre image. Apr√®s que tout avait √©t√© cr√©√©, il n'y avait pas d'homme pour cultiver le sol. Qu'√©tait-ce? C'√©tait Ses Paroles, Il les pronon√ßait. Lorsqu'Il parla, Il dit : "Que la lumi√®re soit!" Peut-√™tre que huit cents ans apr√®s, la lumi√®re n'avait pas encore paru, il n'y avait peut-√™tre pas de lumi√®re, mais Il avait prononc√© cela! Et d√®s l'instant o√Ļ Il avait dit : "Qu'il y ait un palmier, qu'il y ait un ch√™ne, qu'il y ait ceci‚Ķ", ces semences commenc√®rent √† se former sous l'eau. C'est vrai! Et en leur saison, au temps convenable, en leur propre saison, √ß'a pouss√©! Cela ne peut faillir. C'est la Parole de Dieu. Elle ne peut tout simplement pas faillir, Elle a √©t√© prononc√©e.

137 Eh bien, autrefois, Dieu parlait √† l'homme face √† face. Mais au temps de Mo√Įse, lorsque le feu descendit du ciel, les gens dirent : "Que Dieu‚Ķ Que Mo√Įse parle, pas Dieu, de peur que nous mourrions." C'est pourquoi Il a dit : "Je ne leur parlerai plus de la sorte."

138 "Je leur susciterai un prophète." C'est comme cela qu'a toujours été le système de Dieu.

139 Voici donc un prophète; il se tient debout; il est là sous l'inspiration. Il ne se soucie pas de ses considérations intellectuelles comme : "Oh! attends une minute! Si je disais cela, eh bien, vous savez, les gens me prendraient pour un fou!" Voyez? Ça, ce sont ses considérations intellectuelles; alors, il écouterait Satan, comme le fit Eve.

140 Et tant que le médecin dit que vous ne pouvez pas vivre, vous ne pouvez pas guérir, vous ne pouvez pas faire ceci ou cela…, et tant que vous écoutez cela, la Semence ne peut pas tomber dans cette sorte de terre et produire quelque chose. C'est impossible. Mais lorsque quelque chose arrache tout cela, et que la semence tombe dans une terre préparée, rien ne peut plus L'arracher.

141 Eh bien, peu importe le temps que √ßa prend, cela se fera! Eh bien, Il a dit : "Une vierge concevra." Savez-vous que cela est arriv√© huit cents ans plus tard? Dieu connaissait d'avance cette femme, qui elle serait, quel serait son nom; Il savait o√Ļ cette Semence tomberait. Croyez-vous cela? Bien s√Ľr qu'Il le savait! Et c'est dans un sein litt√©ral que ce grand miracle s'est accompli. Dieu le savait. Il le r√©v√©la simplement √† Son proph√®te qui √©tait fid√®le et qui proclama la Parole. Sans m√™me chercher √† comprendre ce que cela signifiait, il l'a simplement d√©clar√©. Il n'essaya jamais de raisonner l√†-dessus.

142 Si vous essayez de raisonner… Que se passerait-il si cet homme, cette femme, ou cet homme qui est assis ici, ou quelqu'un d'autre essayait de raisonner, disant : "C'est depuis toutes ces années que je suis infirme! Et le médecin m'a dit que je n'avais aucune chance …" Bien, il se peut, qu'il n'y en ait pas au mieux de sa connaissance et c'est vrai.

143 Mais si quelque chose peut arracher ces mauvaises herbes; si Dieu, par Sa gr√Ęce‚Ķ Non pas le pr√©dicateur, ou qui que ce soit d'autre; mais si Dieu peut placer dans votre coeur une r√©v√©lation qui peut vous frapper : "Vous serez gu√©ri!", rien ne vous maintiendra assis l√†. Rien ne pourra vous maintenir l√†, et vous serez gu√©ri! Mais tant que cela ne s'est pas pass√©, vous allez vous retrouvez exactement l√† o√Ļ le m√©decin a dit que vous vous retrouverez. A moins que cela se passe. Cela doit √™tre r√©v√©l√©. C'est la gr√Ęce de Dieu qui le r√©v√®le.

144 Remarquez maintenant, Dieu connaissait la femme √† qui cela arriverait. Remarquez, pour Esa√Įe, il n'y avait pas de probl√®me! Esa√Įe n'a pas dit : "Seigneur, attends une minute! Attends, attends juste une minute. Qu'est-ce que Tu m'as dit l√†? Une vierge concevra? Oh! bon, bon, un instant, P√®re, il - il - il ne s'est jamais pass√© quelque chose de ce genre."

145 Il n'a pas hésité. Il a dit simplement : "Une vierge concevra!" C'est vrai.

146 Remarquez, Marie : "Eh bien, eh bien, Seigneur, attends une minute. Tu sais que je n'ai jamais connu d'homme! Cela est impossible! Rien de tel ne s'est jamais fait! Oh, oh non, rien de tel n'est jamais arriv√©! Comment vais-je avoir cet enfant? Je ne connais aucun homme, donc, c'est impossible! √Ē ange, tu t'es tromp√©. J'ai eu une illusion d'optique. Vous savez, mon √©glise dit : 'Ces jours-l√† sont pass√©s!'." Non, elle ne tomberait jamais dans une terre pareille. Marie ne douta point.

147 Elle demanda : "Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d'homme?"

148 L'ange lui répondit : "Le Saint-Esprit te couvrira de Son ombre." Voilà comment cela arrivera.

149 Marie répondit : "Je suis la servante du Seigneur." Pas de doute.

150 Voyez, lorsque Dieu produisit la Parole par la pens√©e, par la r√©v√©lation, dans le coeur d'Esa√Įe, Elle tomba dans la bonne terre : il √©tait un proph√®te. Ce proph√®te ne se souciait pas de la sagesse de n'importe qui, il ne se souciait pas de l'intelligence de qui que ce soit. Il ne faisait cas de personne. Il √©tait un canal consacr√© pour Dieu, et Dieu parlait, et lui aussi parlait. C'est tout. Que cela blesse ou non, que cela semble de la folie ou non, √ßa lui importait peu. C'√©tait Dieu, et non l'homme.

151 Et, lorsque la Parole √©tait prononc√©e, Elle devenait alors une Semence, et Elle devait tomber quelque part. Si Dieu l'avait dit, il devait y avoir un sein quelque part o√Ļ elle devait tomber. Comme Il l'a dit : "Tout est possible √† celui qui croit. Si vous dites √† cette montagne : √īte-toi de l√†, et que vous ne doutiez point dans votre coeur‚Ķ vous recevriez ce que vous avez demand√©!" Vous voyez, il faut qu'il y ait un "endroit" qui est appropri√©.

152 Remarquez bien ceci : Nous avons vu ici qu'Esa√Įe avait prononc√© la Parole.

153 La vierge Marie, aussit√īt que‚Ķ le terrain √©tait d√©j√† pr√©par√©. Elle √©tait vierge. Elle n'avait pas couru √ßa et l√†. Le terrain √©tait d√©j√† pr√©par√©, ou pr√©destin√©, par la prescience de Dieu.

154 Il avait même dit : "C'est une vierge." En ce temps-là même, Dieu connaissait son nom. Son nom était inscrit dans le Livre de Vie dans les Cieux.

155 Ensuite, cela fut confirm√©. Les hommes - Ensuite les hommes ont vu l'expression de cela par les oeuvres, quand c'√©tait d√©j√† accompli. Maintenant, nous regardons en arri√®re, et nous disons : "Bien s√Ľr que cela est arriv√©." Parce que nous voyons les oeuvres qui ont √©t√© faites.

156 Les oeuvres de No√© exprim√®rent aux yeux de l'homme ce qu'√©tait sa foi en la promesse de Dieu. Eh bien, Dieu rencontra No√©, et lui dit : "No√©, il va pleuvoir. Je vais d√©truire le monde entier par l'eau." Or il n'avait jamais plus auparavant, c'√©tait une impossibilit√©. Eh bien, maintenant No√© avait‚Ķ Il lui dit : "Pr√©pare une arche suivant les dimensions que Je te donnerai." Et lui, qui √©tait charpentier, se mit au travail, s'est mis √† utiliser ses outils et tout, et √† couper des planches et √† les mettre en place √† c√īt√© de bois de sittim, et √† mettre le poix dedans, conform√©ment √† ce que Dieu lui avait dit. Vous imaginez-vous ce que les gens pensaient de cet homme?

157 Ils ont dit : "Cet homme est effectivement fou! En effet il dit que l'eau va tomber du ciel, alors qu'il n'y a pas d'eau là-haut." Mais, voyez-vous, Noé n'a pas résonné là-dessus. Ses oeuvres exprimaient aux yeux des gens ce qu'était sa foi, et ce que Dieu avait annoncé.

158 C'est la raison pour laquelle un véritable chrétien se sépare de tout ce qui n'est pas la Parole de Dieu, quoi qu'en pensent les gens, peu importe ce qu'on dit. Il se sépare parce que… Il ne se contente pas de dire qu'il se sépare. Si c'était le cas, ses oeuvres le manifesteraient dans peu de temps. Il retomberait et s'en irait par ici, se joindrait à tel ou tel groupe, se mettrait à… il - il manifesterait qui il est. Mais s'il est un véritable chrétien, si la Parole de Dieu a trouvé place en lui, alors, Elle se reproduira selon son espèce, et vous verrez alors cet homme se préparer pour ce glorieux moment. Voyez, c'est ce que Noé a fait.

159 Mo√Įse, avec un b√Ęton en main, se leva pour d√©livrer le peuple de la domination de Pharaon. Eh bien, pouvez-vous vous imaginer‚Ķ Mo√Įse, la Bible dit qu'il avait √©t√© enseign√© dans toute la sagesse des Egyptiens. Il √©tait intelligent, il pouvait enseigner leur science. Il fut enseign√© dans toute leur sagesse. Il n'avait pas besoin de se rattraper quant √† son instruction. Eh bien, pensez √† un homme se promenant l√† dans le d√©sert avec toute cette instruction. Et, tout √† coup, Dieu lui appara√ģt, et lui dit : "Mo√Įse, prends ce b√Ęton que tu tiens √† la main; descends en Egypte, et, avec ce b√Ęton que tu as en main, d√©livre Mon peuple. Ecrase tout avec ce b√Ęton!"

160 Eh bien, que se serait-il pass√©, si Mo√Įse avait dit : "Oh! un moment. Je croyais que je parlais √† un Etre intelligent, √† ce glorieux "JE SUIS" que Tu d√©clares √™tre. Alors, comment pourrais-je, avec ce petit bout de b√Ęton crochu que j'ai en main, vaincre une arm√©e d'un million d'hommes, des guerriers, arm√©s de lances? Et moi-m√™me, je ne suis pas un guerrier, je suis un simple berger! Comment pourrais-je y parvenir?"

161 Il n'y eut pas de doute! Pourquoi? Pourquoi? Le terrain de son coeur! Il était un homme prédestiné! - "Les dons et les appels sont sans repentir!" Dieu avait dit à Abraham qu'Il ferait cela, et il y avait là un terrain préparé.

162 Alors, Mo√Įse prit ce b√Ęton, descendit l√†, et fit sortir cette nation d'une autre nation. Lorsqu'il vint avec un b√Ęton en main et dit √† Pharaon : "Laisse aller mon peuple!" Pharaon a vu en Mo√Įse les oeuvres montrant qu'il avait foi dans ce qu'il allait faire, ou ce qu'il essayait de faire.
Il avait foi en la promesse que Dieu avait faite, et il descendit envahir cela. Aucun autre homme n'aurait fait cela, aucun autre homme n'aurait pu faire cela. Il était ordonné à faire cela.
Dieu avait dit à Abraham bien avant que c'était exactement ce qui arriverait. Puis lorsque le temps de la promesse approcha, un petit garçon naquit, un bel enfant. Et ses parents, Amram et Jochebed, ne craignirent pas le commandement du roi. Vous voyez, il y avait quelque chose, le terrain avait déjà été préparé.

163 √Ē mon Dieu, j'esp√®re que je parle √† un terrain pr√©par√©, ce soir! Si la Semence peut tomber dans la bonne terre, elle sera une‚Ķ autrement, il n'y aura rien!

164 C'est la même chose. Ils disent : "Frère Branham, on dirait que cela éloigne ces choses de nous!" Si tel est le cas, cela les éloigne aussi du christianisme! Voyez, vous pouvez tout imiter. Mais, si le - si cela tombe réellement là, la Parole de Dieu tombe dans la bonne sorte de terre, Elle se reproduira selon Son espèce. Absolument, parce qu'Elle est une Semence.

165 No√©‚Ķ les oeuvres que Mo√Įse a faites exprim√®rent sa foi dans la promesse du Dieu en Qui il croyait. Pharaon, l'homme, a pu voir ce qu'√©tait‚Ķ Pas‚Ķ Il ne pouvait pas comprendre comment Mo√Įse allait faire cela, mais il savait que Mo√Įse croyait en ce qu'il disait, sinon il ne se tiendrait pas l√† dans le palais avec un b√Ęton en main. Il dit : "Avec ce b√Ęton, je les arracherai de ta main!" Un vieil homme de quatre-vingts ans. Ce n'√©tait pas un athl√®te; un vieil homme aux √©paules vo√Ľt√©es, avec une barbe qui pendait jusqu'au niveau de - probablement √† la hanche, aux cheveux - s'il en avait - et il s'est tenu l√† avec ce b√Ęton en main et a dit : "Je vais les faire sortir, laisse aller mon peuple, AINSI DIT LE SEIGNEUR. Et si tu ne le laisses pas aller, tu subiras le jugement de Dieu." Amen! Pourquoi? C'est‚Ķ Voyez cela‚Ķ Avait-il peur? Eh bien, une simple fl√®che, un seul coup de lance, n'importe quoi, etc. pouvait mettre fin √† cela. Mais il n'avait pas peur! Il savait exactement o√Ļ il se tenait. Il a dit : "Pharaon, Dieu te frappera!" Oui oui.

166 Car Dieu lui avait dit : "Tu reviendras sur cette montagne!" Et il savait qu'il y reviendrait.

167 All√©luia! Nous savons aussi o√Ļ nous irons √† la fin de ce voyage. Dieu nous l'a promis! Il y a un pays de l'autre c√īt√© de la rivi√®re. Soyez sans peur dans votre t√©moignage. Amen! Si cela vous a √©t√© r√©v√©l√©, vous √™tes sans peur. Peu importe ce que le monde entier‚Ķ ce qu'on dira, vous √™tes sans peur. Lorsque cela vous est r√©v√©l√© : "C'est la v√©rit√© venant de Dieu!" Alors, vous pouvez √™tre sans peur. Autrement, c'est impossible.

168 David, avec une fronde de berger, exprima, devant toute l'arm√©e d'Isra√ęl, la foi qu'il avait en leur Dieu. Eh bien, de l'autre c√īt√©, il y avait Goliath qui se tenait l√† et se vantait. Il √©tait bien plus grand que David, ses doigts √©taient longs de 36 centim√®tres! Et c'√©tait un pachyderme, un gaillard, ce g√©ant philistin! Et remarquez, David, le plus petit, il √©tait m√™me trop petit pour entrer dans l'arm√©e. Il √©tait trop gamin, et on ne pouvait pas l'utiliser. Ainsi, ses fr√®res √©taient tous l√† dans l'arm√©e. Et puis il y avait Goliath l√† en train de se vanter!

169 Mais rappelez-vous donc que David avait eu la révélation. Il s'est dit : "Voici les armées du Dieu vivant se tenant sur leur propre territoire et il y a là ce Philistin incirconcis, en train de se vanter." Nous l'appelons ce soir cancer; nous l'appelons paralysie.

170 Eh bien, David n'était pas de taille à l'affronter, peu importe l'arme qu'il pouvait utiliser, il n'était pas de taille. Cet homme avait une carrure large de 3 m ou 3,66 m. Il était probablement élancé de 4 m 27 cm ou 4 m 57 cm, avec une lance comme une aiguille de tisserand, probablement longue de 6 m 10 cm, avec une lame de peut-être 1 m 22 cm de large.

171 Et le petit David se tenait là avec un petit bout de cuir, de peau de chèvre ou de peau de brebis, auquel sont attachées deux élastiques! Mais, il avait la révélation! la révélation l'avait frappé! Amen! Il a dit : "Le Dieu qui m'a délivré des pattes de l'ours, qui m'a délivré des griffes du lion livrera certainement ce Philistin incirconcis entre mes mains."

172 Ses fr√®res √©taient bien plus capables de le faire, et Sa√ľl d√©passait d'une t√™te tous les hommes de son arm√©e. Mais, vous voyez, cela ne leur avait pas √©t√© r√©v√©l√©. Amen! C'est √ßa! Ils croyaient que √ßa pouvait se faire, ils croyaient que Dieu pouvait le faire, mais cela ne leur avait pas √©t√© r√©v√©l√©. Mais ce fut r√©v√©l√© √† David. Donc juste l√† la diff√©rence. Si vous avez vraiment re√ßu la r√©v√©lation que Dieu va vous gu√©rir, vous - vous recevrez cela. [Espace vide sur la bande - N.D.E.]‚Ķ Vous recevrez cela. Peu m'importe ce qui cloche en vous (et cela pourrait √™tre pire que dans le cas de David et Goliath) ‚Ķ Mais si cela vous est r√©v√©l√©‚Ķ

173 Et remarquez, comme c'√©tait r√©v√©l√©, David n'avait pas peur. Il a dit : "Aujourd'hui, je te couperai la t√™te!" Amen! Vite! C'est l√† notre Dieu, par Sa gr√Ęce, au moment crucial o√Ļ la d√©cision dut √™tre prise‚Ķ le m√™me Dieu qui manifesta Sa gr√Ęce en ce jour-l√†, et jeta cette semence de foi dans le coeur de ce gamin au dos vo√Ľt√©, lorsqu'Il discerna ce qu'il y avait dans son coeur, ce m√™me Dieu peut, en ce moment crucial, tirer cette femme du fauteuil roulant, cet homme-l√† qui vient au - tous les cardiaques. Lorsque ce petit grain de foi vous est r√©v√©l√©‚Ķ Et peu m'importe le temps que cela prend‚Ķ

174 Eh bien, remarquez, le g√©ant, de l'autre c√īt√©, ne croyait pas cela. Le cancer ne croira pas non plus. Goliath a ri : "Suis-je un chien pour que vous envoyiez un enfant ici pour me combattre?" Il a dit : "Je vais te ramasser au bout de ma lance, et donner ta chair √† manger aux oiseaux!" Eh bien, il avait tout le - tout - tous les avantages de son c√īt√©.

175 Mais, voyez-vous, cela n'ébranla pas du tout David! Pourquoi? Cela lui avait été révélé. Il avait foi en ce qu'il faisait. Il savait qu'il allait y parvenir. Et il y est parvenu, parce que cela lui avait été révélé, et il connaissait sa position.

176 Et si ce soir Dieu révélait cela juste au fond de votre coeur, disant : "Tu ne resteras pas plus longtemps dans ce lit, tu ne resteras pas dans ce fauteuil roulant, tu seras guéri." Rien ne pourrait vous faire changer d'avis là-dessus.

177 Mais avant que cela n'ait lieu, tous les pr√©dicateurs au monde pourraient prier‚Ķ je ne veux pas dire que cela ne vous servirait √† rien; cela servira, cela vous encouragerait. Mais, avant que cette foi‚Ķ Voyez, la puissance de gu√©rison est en vous. Elle ne vient pas du pr√©dicateur. Elle vient √† vous par la r√©v√©lation, par la foi. "Ce n'est ni par la puissance, ni par la force, mais par mon Esprit, dit l'Eternel." "Mon Esprit, par gr√Ęce, vous r√©v√®le cela." Et rien ne peut enlever cela! Par la foi, par la r√©v√©lation!‚Ķ Alors David, afin de manifester ses oeuvres‚Ķ

178 Eh bien, l'un d'eux a dit : "Je sais que tu es un m√©chant gar√ßon." Son fr√®re dit : "Tu es venu ici pour voir la bataille. Eh bien, d√©p√™che-toi de retourner l√† o√Ļ sont les brebis."

179 Il leur r√©pondit : "Laissez-moi parler au g√©n√©ral Sa√ľl." Vous voyez?

180 Mais Sa√ľl lui dit : "Eh bien, fiston, j'admire ton courage, mais tu vois, tu n'es qu'un enfant! Et lui, c'est un guerrier depuis sa jeunesse. Tu n'es pas de taille √† l'affronter.

181 Il a dit : "Je faisais pa√ģtre les brebis de mon p√®re‚Ķ" Il pouvait fonder cela sur quelque chose! Amen! Oh! Fr√®re. Et le Dieu qui a sauv√© votre √Ęme ne peut-Il pas gu√©rir votre corps? C'est toujours la m√™me chose, √ßa vous est r√©v√©l√©. Il est Celui qui vous gu√©rit, comme Il est Celui qui vous sauve! Voyez? Mais il faut que cela soit r√©v√©l√© premi√®rement, voil√† la diff√©rence. Il avait quelque chose sur quoi fonder sa foi.

182 On lui a dit : "Eh bien, cela n'est jamais arrivé auparavant!"

183 "Mais a-t-il répondu, le même Dieu qui m'a délivré des griffes du lion me délivrera aussi de la main de ce Philistin incirconcis."
- Comment le sais-tu, David?
- Je le crois.
- Pourquoi?
- Cela m'a été révélé!
- Et il a dit…

184 Il savait de quoi il parlait. C'est pourquoi, lorsque le g√©ant lui a dit : "Je te donnerai en p√Ęture aux oiseaux!" Il a r√©pliqu√© : "Moi, je te couperai la t√™te!" Voil√† la diff√©rence. Voyez. Et il l'a fait!

185 Un jour, Samson fut surpris dans les champs par une troupe d'un millier de Philistins. Et il regarda par terre, et l√† se trouvait le cadavre d'un mulet, et il ramassa une vieille m√Ęchoire, une m√Ęchoire de mulet, s√®che au possible, et il pourchassa ces Philistins, les frappa √† la t√™te avec cette m√Ęchoire de mulet. Et pour autant que je sache, il n'en tomba pas une seule dent. Et les casques de ces Philistins avaient probablement une √©paisseur d'un pouce [2,54 cm - N.D.T.] (en effet √† l'√©poque on avait l'habitude de se battre √† coups de massues) pour √©viter d'attraper des coups √† la t√™te. Mais il a pris cette m√Ęchoire de mulet et a frapp√© un millier de Philistins, sans que la m√Ęchoire de mulet se cass√Ęt. Il continua √† les frapper au fur et √† mesure qu'ils s'approchaient. Alors, les autres s'enfuirent dans les rochers. Voyez? Ils s'enfuyaient loin de lui. Pourquoi? Il avait cru cela.

186 Parfois‚Ķ?‚Ķ pour vous montrer‚Ķ Je voudrais vous dire quelque chose d'autre : Profitez de cette stimulation, du moment favorable, comme firent Josu√©, Marie de Magdala, et tous les autres. Au moment m√™me o√Ļ quelque chose vous est r√©v√©l√©, saisissez cela! Accrochez-vous-y, en ce moment favorable.

187 Oui, cela lui fut r√©v√©l√©. Il alla √† la rencontre de ces milliers de Philistins. Eh bien, que pensez-vous de ce que ces Philistins ont dit : "Eh bien, regardez cette femmelette qui vient l√†, il ne mesure que quatre pieds et demi [1 m 37 cm - N.D.T.] pour commencer, avec sept petites boucles lui pendant au dos, comme un petit chou-chou √† sa maman, voyez, il s'avance l√† avec une m√Ęchoire d'un mulet. Et regardez quelle grande arm√©e nous formons. N'est-ce pas ridicule?"
Mais, que faisait-il? Il exprimait aux yeux de ces Philistins ce qui lui avait √©t√© r√©v√©l√© par Dieu. Il saisit ce m√Ęchoire de mulet et s'√©lan√ßa contre eux, parce que c'√©tait l√† ce que Dieu avait plac√© dans sa main. Dieu avait plac√© cela dans sa main, et c'est ce qu'il croyait, il pouvait y parvenir. Et en faisant cela, il exprimait aux yeux de ces Philistins ce que Dieu avait mis dans son coeur de faire.

188 Jean-Baptiste exprima sa foi par ses oeuvres, et quand il a dit : "… au milieu de vous il y a quelqu'un maintenant…." Pensez à cela! Saint Jean. J'ai noté ce passage, Jean 1.26. Voyez. Il a dit…

189 Les gens disaient : "Tu dis que le Messie vient? Eh bien, ont-ils dit, mon gars qu'est-ce qui te prend? Ça fait quatre mille ans que nous L'attendons!"

190 Mais il a répondu : "Il est au milieu de vous en ce moment même!" Alléluia! Ce soir aussi, Il est au milieu de nous! Oui oui.

191 Il exprima sa foi par sa r√©v√©lation, parce qu'il lui fut r√©v√©l√© que‚Ķ Il savait qu'il baptiserait le Messie. Il √©tait √Ęg√© de trente ans. Il savait que le Messie devait √™tre quelque part l√†, mais il n'avait jamais su qui c'√©tait. Et Il se tenait l√† juste au milieu d'eux! Il a dit : "Il y a Quelqu'un qui Se tient au milieu de vous maintenant et que vous ne connaissez pas; et je ne suis pas digne de d√©lier la courroie de Ses souliers; mais Lui, Il vous baptisera du Saint-Esprit. Et Il Se tient juste au milieu de vous maintenant." Il exprima cela, sa foi, parce qu'il savait que, en son jour, il devait voir et baptiser le Messie de Dieu. Donc, vous voyez, les gens pouvaient voir en Lui l'expression, sa fa√ßon de pr√™cher et d'agir exprimait qu'il avait une vraie r√©v√©lation venant de Dieu.

192 Pour prouver que cette r√©v√©lation √©tait vraie, le Messie sortit du milieu de la foule, et S'approcha. C'√©tait juste un jeune homme ordinaire qui passa par-l√†, v√™tu comme tous les hommes. Jean dit : "Voici l'Agneau de Dieu qui √īte le p√©ch√© du monde!"

193 "Comment Le connais-tu?"

194 Il a dit : "Celui qui m'a parlé dans le désert m'a dit : Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre, c'est Celui qui baptise du Saint-Esprit."

195 Voyez, il Le reconnut, parce qu'il devait y avoir un signe en ce temps-là. (Saisissez-vous cela?) Jean connaissait le temps, parce qu'il était un prophète. Il lui fut révélé que lorsque le temps serait venu, il verrait un signe. Et lorsqu'il vit ce signe-là, il a dit : "Il est au milieu de vous!" Il savait que C'était là.

196 Oh, je vois le signe qui montre que le temps de la fin est là! Je vois les choses promises au sujet de ce message du temps de la fin se passer (être exposées), exactement comme les Ecritures le déclarent. Et je sais que le temps est proche. Je dis cela sans la moindre hésitation! Je crois que le temps est tout à fait proche, car je vois les signes dont Il a dit qu'ils se produiraient juste avant ce temps. C'est sur le point d'arriver maintenant.

197 Jean exprima sa foi en ce que Dieu lui avait révélé. C'est pourquoi les oeuvres sont le témoignage de la foi. Lorsque les gens vous voient agir comme si vous étiez guéri, alors, ils sauront que vous avez la foi que vous êtes guéri.

198 Que déclare le témoignage? Il dit : "Je l'ai maintenant, parce que j'ai reçu la promesse de Dieu. Cela est en train d'agir en moi maintenant. Je suis en train de me préparer pour que cela arrive." Vous voyez, c'est ce que vous témoi… ce que font vos oeuvres. Eh bien, c'est vrai!

199 Tenez, il y a quelque temps, avant mon avant-dernier voyage en Afrique ( j'y étais ce printemps) mais mon précédent voyage. Il y avait un petit enfant qui avait les pieds bots et un pied… une jambe plus courte que l'autre. Il n'avait jamais pu porter des souliers dans sa vie. Ses pieds étaient horriblement déformés. Et j'ai prié pour cet enfant ce soir-là. Ses parents avaient observé et vu ces choses s'accomplir. Ils ont prié pour l'enfant. Le lendemain, je suis allé là, dans un magasin de chaussures, je suis entré là, et là se trouvait cet homme en train d'acheter une paire de souliers pour son enfant. Il croyait cela!

200 C'est comme l'homme dont j'ai parl√©, qui crut que Dieu lui donnerait un enfant. Assur√©ment, il croyait que cela allait arriver. Il s'est pr√©par√© pour cela. "Je fais mes pr√©paratifs!" Bien qu'il n'y e√Ľt encore aucun signe apparent, cela ne changeait rien, il croyait cela comme Abraham qui consid√©rait tout ce qui √©tait contraire √† la promesse comme n'existant pas. Et voil√†!

201 C'est pourquoi, si votre intelligence vous dit (Oh! voilà donc ce qui est choquant!) Si votre intelligence vous dit effectivement que ceci est la vérité, Dieu guérit la maladie, votre esprit peut en témoigner, et dire : "C'est la vérité!", mais s'il n'y a pas une terre fertile dans votre coeur (la foi sur laquelle cette semence peut tomber), qui puisse manifester cela, il n'y aura pas de résultats. Bien que beaucoup de… Quels que soient les raisonnements que cet homme extérieur peut faire avec les Ecritures, même s'il dit : "C'est la vérité", cela ne fait pas pour autant de cela la Vérité.

202 Combien reçoivent les bandes? Avez-vous reçu mon récent sermon : Les oints du dernier jour? Croyez-vous cela? Voyez? Il est dit : "Il y aura des antichrists. Les antichrists qui séduiraient presque les élus, s'il était possible." Cela peut-il s'accomp… ça ne se peut pas; en effet, c'est impossible, ce sont "des élus." Voyez? Bien.

203 Mais Il a dit : "les oints". Vous comprenez, christ signifie oint, mais ceux-là étaient anti. Ils étaient oints, mais anti, c'est-à-dire contre Christ, dans leur enseignement. Eh bien, ils pouvaient faire tout ce que les autres faisaient.

204 Maintenant, rappelez-vous, vous formez un cycle de trois, mais vous √™tes une seule personne. Comme P√®re, Fils et Saint-Esprit forment un cycle de trois, mais ne sont qu'une seule Personne. Trois attributs du m√™me Dieu : l'attribut de P√®re‚Ķ Trois offices comme : l'office de P√®re, l'office de Fils, et celui de Saint-Esprit. Vous aussi, vous √™tes : corps, esprit et √Ęme.

205 Or, votre corps ext√©rieur a cinq entr√©es qui vous permettent d'entrer en contact avec votre demeure terrestre : la vue, le go√Ľt, le toucher, l'odorat et l'ou√Įe. L'int√©rieur, qui est esprit, a aussi cinq sens : la conscience, l'amour, etc. Mais, √† l'int√©rieur de cela, il y a l'√Ęme, qui a un sens. C'est l√† que vous vivez.

206 L'Esprit peut descendre ici et vous oindre pour faire une certaine chose, et vous le faites; mais cela ne veut pas dire que vous √™tes sauv√©. Et pensez-y! Ca√Įphe proph√©tisa. Judas chassa des d√©mons. Voyez? L'Esprit l'avait oint. La pluie tombe sur les justes et sur les injustes, l'ivraie peut se r√©jouir avec le bl√©. Mais ce qui compte, c'est ce qu'il y a dans le coeur. C'est l√† que vous pouvez‚Ķ les intellectuels peuvent acceptez ces choses et dire : "Cela a l'air bien, je le crois", cela ne fait toujours pas l'affaire! Non, monsieur.
L'Esprit peut effectivement en rendre t√©moignage, mais cela ne fait pas encore l'affaire. Vous comprenez, si cette √Ęme ne vient pas de Dieu, elle peut faire toutes sortes d'imitations ici, mais ce ne sera pas la chose authentique. Vous pouvez imiter la gu√©rison. Vous pouvez agir comme si vous l'avez. Vous pouvez agir comme si vous l'avez re√ßue. Les gens peuvent agir comme des chr√©tiens et en donner bien l'air, mais cela ne signifie pas qu'ils sont sauv√©s. C'est tout √† fait vrai. Voyez? L'Esprit peut √™tre l√†, le vrai Esprit, l'Esprit authentique. Le Saint-Esprit peut vous oindre, mais cela ne signifie pas pour autant que vous √™tes sauv√©. C'est cette √Ęme √† l'int√©rieur qui ne meurt jamais, c'est elle qui a re√ßu la Vie Eternelle. Cela a toujours √©t√© la Vie Eternelle. Voyez? Elle vient de Dieu, et elle retourne √† Dieu, c'est l'√Ęme.

207 Eh bien, remarquez, il faut qu'il en soit ainsi. A l'extérieur, il y a cinq : la foi [f-a-i-t-h - N.D.T.] l'Esprit, J-é-s-u-s; à l'intérieur, il y a vous [y-o-u, - N.D.T.]. Vous comprenez? C'est pourquoi, lorsque je me tiens ici, et que je vous regarde, je ne connais personne parmi vous. L'Esprit peut m'oindre et, malgré tout, je ne connais personne parmi vous. Mais lorsque cela atteint l'intérieur de l'intérieur, alors, c'est Dieu.

208 C'est par là que l'homme extérieur peut raisonner. Par exemple, Il dira : "Eh bien, vous savez, je - je sais que je ne dois pas commettre adultère. Puis, vous savez, l'Esprit me dit donc que je ne dois pas commettre adultère." Mais, vous voyez, là-bas tout au fond cette chose est encore là. Voyez? C'est cela qui vous gouvernera, et vous ferez bien d'être sur vos gardes!

209 Mais, lorsque cela part de l'int√©rieur, cela rejette ensemble tout le reste. C'est cela le poteau indicateur. C'est la tour de contr√īle, l'int√©rieur de l'int√©rieur. L'√Ęme dirige l'esprit, et l'esprit dirige le corps.

210 C'est pourquoi un blanchiment de la fa√ßade ne change rien. Ces gens religieux d'autrefois que Paul traitait de "s√©pulcres blanchis" et tout √©taient vus de l'ext√©rieur, des croyants √† cent pour cent, ils avaient des proph√©ties parmi eux et tout le reste, sauf que l'int√©rieur de l'int√©rieur‚Ķ ("L'√Ęme qui ne croit pas.")

211 C'est la raison pour laquelle je dis que les gens peuvent sautiller, parler en langues, crier, imposer les mains aux malades, guérir les malades par la foi et tout, et faire toutes ces choses glorieuses par l'Esprit, et malgré tout, être perdus. Des oints!

212 Remarquez, Jésus a dit : "Crois seulement, car toutes choses sont possibles à celui qui croit." La foi et les oeuvres sont comme mari et femme, ils agissent ensemble. Le mari travaille avec sa femme, et la femme travaille avec son mari; ils s'identifient l'un à l'autre.

213 C'est comme un homme qui dit qu'il est "marié" et qui cependant, ne peut pas agir et montrer qu'il a une femme, vous douteriez de son affirmation. Voyez? Un homme dit : "Je suis marié."
- O√Ļ est votre femme?
- Je - je n'en sais rien! Voyez? Voyez? J'aurais beaucoup de peine à le croire!
Je lui demanderais : "O√Ļ donc est votre femme?"
- Oh! je ne sais pas!" Je - je ne croirais pas cela!

214 Donc vous voyez, si vous avez ce que vous prétendez avoir… Vous dites : "J'ai la foi!" Comment allez-vous me montrer que vous avez la foi? - par vos oeuvres! Voyez-vous?
- Je suis marié.
- Comment saurai-je que vous êtes marié?
- Voici ma femme! Voyez? Vous y êtes!
- Je suis mariée, voici mon mari!
- Je suis guéri!
- Comment le savez-vous?

215 "Mes oeuvres expriment ma foi!" Voyez? Voyez? Eh bien, ce dont - ce dont on parle : votre foi est ce que Dieu voit en vous, vos oeuvres, c'est ce que les gens voient en vous.

216 C'est cela, la différence entre les explications de Jacques et de Paul au sujet d'Abraham. Ils ne se sont jamais contredits l'un l'autre. Les deux disaient la même chose, comme le mari et la femme.

217 C'est pourquoi, si votre foi ne produit pas des oeuvres, n'importe qui a le droit de douter de votre témoignage. Eh bien, comprenez bien cela, avant que nous commencions la ligne de prière. Si votre foi ne produit pas des oeuvres qui l'accompagnent, vous ne pourrez jamais faire croire à quelqu'un que vous êtes guéri. Vous direz : "Euh… je n'en sais rien…", voyez, ou aussi : "Eh bien, assurément j'ai toute la foi possible!" Ce n'est pas vrai! Parce que si vous êtes - si vous avez la foi, les oeuvres sont mariées avec la foi. Elles sont mari et femme, et s'identifient l'une à l'autre.

218 Prenons encore Abraham, pendant quelques minutes. Abraham a eu cette union sacrée au complet, voyez, il avait le tout ensemble, il considérait comme n'existant pas les choses qui étaient contraires à sa foi. Et il agissait sur base de ce même principe. Je peux m'imaginer quelqu'un venir, après une vingtaine d'années, et dire : "Père des nations? Hum! Abram, tu as bien dit que ton nom est devenu Abraham, ce qui signifie père des nations? Combien d'enfants as-tu jusque là, Abraham?" Vous comprenez?

219 Mais cela ne l'a pas du tout ébranlé. La Bible dit qu'il ne douta pas de la Parole de Dieu par incrédulité. Il alla de l'avant, faisant les préparatifs, apprêtant les chaussons, les couches et tout, il allait avoir cet enfant. C'est tout!

220 Même Sara avait dit : "Tu sais ce qui va se passer? Tu vas avoir cet enfant, mais je vais te dire comment : Eh bien, Agar, c'est ma servante; je vais te la donner pour femme (en effet, la polygamie était légale en ce temps-là), elle aura un enfant, et je prendrai cet enfant pour moi." Mais Abraham ne crut pas cela. Non. Il ne pouvait pas le faire. Mais ce fut Sara qui fut inspirée de le faire.

221 Dieu dit donc à Abraham : "Fais comme elle te dit, mais ce n'est pas ce que Je t'avais promis. Je n'ai pas promis que ça se ferait de cette façon-là?"

222 Maintenant, observez, il considérait tout ce qui était contraire… Son corps était alors usé, et le sein de Sara de même. Eh bien, c'était un vieil homme de cent ans. Sara avait quatre-vingt-dix ans. Maintenant, observez. Mais ils ne prirent pas en considération le fait que le sein de Sara était desséché ou que son corps à lui était usé.

223 Ecoutez ceci :
"En effet, ce n'est pas par la loi que l'h√©ritage du monde a √©t√© promis √† Abraham ou √† sa post√©rit√©, c'est par la justice de la foi. Car si les h√©ritiers le sont par la loi - par la loi, la foi est vaine, et la promesse est an√©antie, parce que la loi produit la col√®re, et que l√† o√Ļ il n'y a point de loi, il n'y a point non plus de transgression."

224 Ecoutez maintenant ceci : "Espérant contre toute espérance… (contre toute espérance, toute espérance était partie! Oh! chaque fois que je suis un peu triste, c'est ce chapitre que je prends, Romains 4. Voyez?) "… selon qu'il est écrit : Je t'ai établi père de… nations. Il est notre père devant celui auquel il a cru, Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient. (Dieu l'a dit. Voyez?) Espérant contre toute espérance, il crut, en sorte qu'il devint père de… nations, selon ce qui lui avait été dit :Telle sera ta postérité."

225 Maintenant, écoutons encore le verset 19 : "Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu'il avait près de cent ans, et que Sara n'était plus en état d'avoir des enfants. Il ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu; mais il fut fortifié… donnant gloire à Dieu…."

226 A cent ans? Regardez, son corps alors usé, sa virilité était partie, et Sara n'était plus en état d'avoir des enfants. Mais il ne considéra point cela! Lorsqu'il eut la révélation, il ne considéra plus sa vieillesse. Il est… Cela ne fut même pas pris en considération. Quand cela lui fut révélé, cette impossibilité d'avoir des enfants ne fut plus considérée. Que vous soyez paralytique, ou quoi que vous soyez, cela n'entre pas en considération. Le fauteuil roulant n'entre pas en considération. Ou ce petit garçon qui est peut-être paralysé, ou quoi que ce soit (je ne sais pas), tout cela n'entre pas en considération. Ne considérez même pas ces choses!

227 Mais le médecin a dit : "Il ne s'en sortira jamais!..." Le médecin a dit : "Elle n'arrivera jamais à…" Cela n'entre même pas en considération!

228 "Eh bien, regarde, je suis d√©j√† √Ęg√©, je suis entre deux √Ęges." Cela n'entre m√™me pas en consid√©ration.

229 Nous sommes les enfants d'Abraham (alléluia!), non pas comme Isaac, mais de sa Postérité Royale en Jésus-Christ, en ayant la même foi que Lui. La Postérité d'Abraham apparaissant dans les derniers jours, et brillant comme des étoiles! Les enfants d'Abraham! - "Il ne considéra point que son corps était déjà usé…." Il n'a même pas pris cela en considération! Il n'était pas question de savoir si Dieu le ferait ou pas : Dieu avait dit qu'Il le ferait! Pourquoi cela? Cela lui avait été révélé. Est-ce vrai?

230 Lorsque cela vous est révélé, lorsque cela est réellement… quelque chose… Vous ne pouvez pas amener cela à s'accomplir, il faut que cela vous soit révélé. Alors, vous ne considérez plus rien d'autre : combien c'est impossible; vous ne considérez pas ce que le médecin a dit, vous ne considérez pas ce que maman a dit, ce que papa a dit, ce que le prédicateur a dit, ce que n'importe qui d'autre a dit. Vous ne considérez que ce que Dieu a dit.

231 "Il ne considéra point que son corps était déjà usé, ni que Sara n'était plus en état d'avoir des enfants." Cela ne fut même pas pris en considération! Oh! la la! Ça me secoue! Ni le corps usé, ni le fait que Sara n'était plus en état d'avoir des enfants, cela n'entra même pas en ligne de compte!

232 Aucune circonstance n'entre en consid√©ration lorsque la foi trouve une terre appropri√©e. Lorsque le germe de l'homme se trouve dans le - l'oeuf qui est dans le sein de la femme, et que tous les deux sont f√©conds, quelque chose va arriver! All√©luia! Le m√©decin peut dire : "Vous ne pourrez pas avoir d'enfants, je peux prouver qu'il y a - les germes sont morts dans votre corps, et que ses ovules ne sont plus f√©condes." Mais que cette ovule f√©conde, que ce germe s'entortille une fois √† cette ovule et vous verrez ce qui arrivera! Un petit gar√ßon ou une petite fille na√ģtra. Pourquoi? La foi a trouv√© un terrain favorable! Les oeuvres commencent √† se produire, les cellules s'ajoutent aux cellules, et bient√īt appara√ģt le petit √™tre. Amen! √Ē Dieu, aie piti√© de nous! √Ē Dieu, que nous puissions √™tre des chr√©tiens rugueux comme nous devrions l'√™tre! Si nous √©tions de vrais hommes et de vraies femmes, nous prendrions Dieu au Mot. Vous ne pouvez pas faire cela, tant que cela ne vous a pas √©t√© r√©v√©l√©. (Il faut que je me d√©p√™che!)

233 Remarquez, la sainte foi de Dieu √©tait unie aux saintes oeuvres de Son proph√®te. Rappelez-vous, la sainte foi de Dieu fut r√©v√©l√©e √† Abraham. Il la re√ßut, et c'est √† partir de l√† qu'il commen√ßa √† accomplir ses oeuvres saintes, en croyant. La semence de la promesse avait trouv√© un terrain sur lequel elle pouvait cro√ģtre. Que serait-il arriv√© s'il avait dit : (Abraham) "Eh bien, tu sais, Sara, apr√®s tout, √ßa fait vingt-cinq ans que Dieu nous a fait cette promesse; hum! hum! il aurait d√Ľ se passer d√©j√† quelque chose! Voyez! Mais, rien ne s'est pass√©; Dieu savait qu'il ne se passerait rien.

234 Et si la vierge Marie avait dit : "Eh bien, alors attends une minute. Une - une vierge concevoir? Eh bien, mais ils vont me chasser de l'église, si je vais leur dire une chose pareille." Eh bien, elle aurait eu ce genre de pensées, si ce terrain approprié n'avait pas été préparé!

235 Lorsque le prophète a dit : "La vierge concevra", cela régla la question. Voyez!

236 "Voici les miracles accompagneront ceux qui auront cru…." S'il y a là un terrain favorable quand cette Parole tombe, Elle germera. Rien ne peut l'en empêcher.

237 D√©p√™chons-nous maintenant, pendant que nous terminons. Voyez, la semence avait un endroit o√Ļ se cacher. Dieu le savait, sinon Il n'aurait pas fait la promesse √† Abraham. Maintenant, √©coutez donc tr√®s attentivement. Dieu savait √† qui cette promesse devait √™tre destin√©e. Il n'appela m√™me pas Abraham avant qu'il e√Ľt soixante-quinze ans. Pourtant, Abraham √©tait son serviteur pr√©destin√© d√®s le commencement, Sara aussi.

238 Remarquez, rappelez-vous, il n'avait pas de Bible √† lire! Les choses n'√©taient pas aussi faciles pour lui que pour nous aujourd'hui qui n'avons qu'√† ouvrir Sa Parole et lire les actions des autres qui avaient re√ßu cela. Rappelez-vous, il ne recevait cela que par r√©v√©lation, et c'est cela la chose r√©elle. Il en fut de m√™me de Joseph, dans la Gen√®se, il n'y avait pas de Bible. Rappelez-vous, c'est Mo√Įse qui √©crivit la Gen√®se, l'Exode, le L√©vitique, et le Deut√©ronome. Avant Mo√Įse, aucun de ces personnages n'avait de Bible √† lire. Est-ce vrai? Ils n'avaient pas comme nous une Bible qui nous aide dans nos √©tats de faiblesse. C'√©taient des hommes raides qui - cela leur √©tait r√©v√©l√© par Dieu, et ils s'en tenaient √† cela. Rien ne pouvait les √©branler. Bon, pensez-vous que nous puissions encore avoir cette foi in√©branlable? Si cela vous est r√©v√©l√©!

239 Souffrez que je m'exprime, ou que je donne un témoignage en ce moment, juste avant de terminer. Je me rappelle, c'était à Twin City. Je pense que frère Brown et les autres étaient avec moi. Et j'étais en train d'étudier la vie de Joseph dans la Bible. Et, je lisais la Bible, c'était un homme contre lequel on ne pouvait rien trouver à redire. Abraham, Isaac, Jacob et tous les autres, on pouvait toujours trouver quelque chose à redire contre eux, mais contre Joseph, il n'y avait rien. Quel homme, un homme parfait, un type parfait de Christ!

240 Un jour, dans ma petite chambre d'h√ītel, pendant que je lisais cela, je me suis mis √† pleurer. Je suis entr√© dans une armoire placard, o√Ļ j'avais suspendu mes habits, j'ai ferm√© les battants, j'ai dit : "√Ē Dieu, je voudrais Te remercier pour un homme comme Joseph. Un homme qui v√©cut sur cette terre, un - un homme de chair comme moi, un homme qui pouvait croire en Toi et prendre Ta Parole." Ses fr√®res le ha√Įssaient. Mais lui ne pouvait s'emp√™cher d'√™tre spirituel. Il avait des visions; il pouvait interpr√©ter les songes. Et tous le ha√Įssaient √† cause de cela. Mais il ne pouvait pas faire autrement, c'est ce qu'il √©tait.

241 Voyez, ce n'√©tait donc pas pour les autres. Ils auraient d√Ľ l'aimer, mais au lieu de cela‚Ķ Quand de fois il leur disait des choses qui ne leur √©taient pas favorables... Ils disaient : "Oh! voil√† le faiseur des songes qui arrive!" Vous voyez? Et ils le ha√Įssaient sans cause.

242 Je me suis demand√© : "Pourquoi le ha√Įssaient-ils?" Et cependant lui n'√©tais pas √©branl√©, il s'en tenait √† cela. Voyez? J'ai dit : "Merci, Seigneur. √Ē Dieu, merci pour un tel homme."

243 A cet instant même, le Saint-Esprit me donna une révélation et dit : "Tu auras un fils, et tu lui donneras le nom de Joseph." Je me suis relevé de là et j'ai remercié le Seigneur.

244 Becky, qui est assise l√† derri√®re, avait environ une - environ une ann√©e √† ce temps-l√†. Elle avait √©t√© mise au monde par c√©sarienne. C'est toujours ainsi dans la famille de ma femme, c'est par c√©sarienne. C'est parce qu'elles n'ont pas de dilation comme c'est le cas pour les femmes, les os sont soud√©s comme ceux d'un homme. Et on a d√Ľ op√©rer sa m√®re pour la sortir. Et le m√©decin m'avait dit : "Fr√®re Branham, vous ne devriez plus avoir d'enfant de cette femme." Il a dit : "Sa matrice est mince comme un ballon de baudruche." Il a dit : "Vous devriez me laisser lui ligaturer les trompes."

245 J'ai dit : "Non, docteur; je ne voudrais pas - je ne pense pas qu'on devrait faire cela."

246 Il a dit : "Eh bien, vous - vous - vous allez… elle ne devrait plus avoir d'enfant, car, a-t-il dit, vous allez la tuer; il a dit : "Elle mourrait." Il a dit : "Nous avons eu un temps difficile là, a-t-il dit, vous… elle a juste pu s'en sortir."

247 Et voilà que le Seigneur me dit que j'allais avoir un enfant, et que son nom serait Joseph. Je n'eus pas peur de cela. Vous tous, beaucoup parmi vous s'en souviennent.

248 Je me suis mis √† annoncer : "J'aurai un enfant, et son nom sera Joseph." Combien s'en souviennent? Bien s√Ľr, partout dans le pays, partout, j'ai annonc√© aux gens : "J'aurai un enfant, et son nom sera Joseph."

249 C'est juste comme ce petit gar√ßon, l√†-bas en Finlande, qui √©tait mort, et qui fut ressuscit√©. Fr√®re Jack √©tait l√† lorsque cela arriva. Je vous avais dit deux ou trois ans avant que cela arrive; qu'il y aurait un petit gar√ßon, comment il serait habill√©, et l'endroit o√Ļ il serait √©tendu. Dieu l'avait dit.

250 "Comment cela se passera-t-il?"

251 "Je n'en sais rien. Mais il m'a été révélé que cela arriverait."

252 Cela m'a √©t√© r√©v√©l√© : "J'irais en Arizona, et l√†, sept anges viendraient √† ma rencontre. Et ils me donneraient alors ce que - un Message que je devrais pr√™cher." C'√©taient les Sept Sceaux. Cela est arriv√©. Combien se souviennent que j'ai dit cela, sur les bandes et tout, avant que cela arriv√Ęt. Et cela est arriv√©. Les magazines et autres En ont publi√© la photo. Cette Lumi√®re dans les airs, ils ne comprennent m√™me pas ce que cela signifie. Et pourtant, cela est arriv√©.

253 Je me rappelle avoir téléphoné frère Jack, et lui avoir posé la question au sujet de Christ qui se tenait là. Et Frère Jack a dit : "Là, c'est Son état glorifié." Vous voyez? J'aime frère Jack. Il est l'un des meilleurs théologiens que je connaisse, mais je ne trouvais pas cela satisfaisant.

254 Je me tenais l√†, et j'ai dit : "√Ē Seigneur, qu'est-ce? Un jeune homme l√†, ai-je dit, avec les cheveux comme la laine."

255 Et Il a dit : "Il porte une perruque." Regardez dans le livre, je l'avais annonc√© avant que cela n'arriv√Ęt. Et ce jour-l√†, quand cela arriva, cela monta. Et alors, tournez cette photo de c√īt√©, si vous avez le magazine "Look" ou le magazine Life. Tournez-le de c√īt√©. Il est l√†, tout aussi parfait que la T√™te de Christ de Hoffmann, regardant en bas, juste l√† o√Ļ je me tenais. Et la voil√† dans le magazine! Combien ont d√©j√† vu cela? Evidemment, vous tous vous l'avez vu! En regardant en arri√®re, cela a prouv√© que cette r√©v√©lation √©tait correcte.

256 Pourquoi porte-t-Il une perruque? Eh bien, les anciens juges anglais, les juges juifs… avaient l'habitude de porter une - une - une perruque; ils le font encore en Angleterre. Quand il est… C'est l'autorité suprême, Il porte une perruque. Il est apparu là, les ailes des Anges formant Sa perruque. Il est l'Alpha et l'Oméga. Il est le Juge suprême, et il n'y en a pas d'autre en dehors de Lui. Il doit être considéré comme l'Alpha et l'Oméga. Et Il était là un jeune homme, de pas plus… 30 ans portant une perruque blanche. Cela montrait qu'Il était le Suprême, Dieu, "le Père a remis tout jugement entre les mains du Fils! Alléluia. La révélation ne se trompe jamais! Exprimez-la de toute façon! Peu importe à quoi elle ressemble, si elle est en accord avec la Parole.

257 Maintenant, rappelez-vous, quatre ans plus tard, ma femme, nous savions que nous aurions un enfant. Tous demandèrent : "Est-ce que ce sera Joseph?"

258 J'ai dit : "Je le suppose, mais je n'en sais rien. Mais j'aurai Joseph."

259 Lorsque l'enfant fut né, c'était la petite Sara! Alors un homme m'a téléphoné et m'a ri au nez, disant : "Dis donc, vous savez quoi? Vous vouliez dire Joséphine." Cet homme-là mourut. Cet homme-là mourut.

260 J'ai dit : "Monsieur, ai-je dit, Dieu m'a dit que j'aurais un fils, et que je lui donnerais le nom de Joseph."

261 Il y avait là trois personnes qui avaient quitté une certaine église dénominationnelle pour venir dans notre église, et qui m'avaient entendu dire cela. Lorsque Sara fut née, ils dirent : "Hum, c'est un faux prophète."

262 J'ai dit : "Un instant, madame! Je n'ai jamais dit quand, et Dieu non plus n'a pas dit quand. Il m'a dit que j'aurai un‚Ķ qu'il allait‚Ķ Il avait dit √† Abraham qu'il aurait Isaac, mais Isma√ęl naquit dans l'entre-temps, mais cela n'a pas √©cart√© la chose." J'ai dit : "Dieu a dit que j'aurais ce gar√ßon, et que nous l'appellerions Joseph."

263 Le médecin dit, quand il s'est approché, il a dit : "Révérend, je vais ligaturer ces trompes cette fois-ci."
J'ai dit : "Je…"

264 J'ai dit : "Ne le faites pas!" J'ai dit…

265 Il a dit : "Eh bien, peut-être que vous vous remarierez pour avoir finalement ce garçon."

266 J'ai dit : "Je l'aurai avec elle! Dieu l'a dit!" Je ne pouvais pas lire cela dans la Bible, mais cela était écrit dans mon coeur, par révélation, par la foi. Dieu l'a dit! Je ne voulais pas douter de la promesse de Dieu par incrédulité!
D'autres ont dit : "Vous vouliez dire : Joséphine."
- J'ai dit : "Je voulais bien dire Joseph."
- "Le médecin a dit : "Elle ne peut plus avoir d'enfant."
- J'ai dit : "Elle aura un autre enfant."

267 Quatre ans s'écoulèrent, puis ma femme fut de nouveau enceinte.

268 Alors une femme, dans une fausse prophétie répandue à travers le pays, m'écrivit : "Bon, pendant ce temps, Meda va mourir, en effet, j'ai été envoyée pour conduire Bill." Et il y était dit : "Il ne m'écoutera pas, parce que je suis une femme; mais Dieu se vengera contre lui en faisant mourir sa femme."

269 J'ai dit : "Dieu a envoyé Jésus-Christ pour me conduire; Voyez. Et j'ai dit : "C'est l'Esprit qui me conduit!"

270 Pauvre petite Meda! Nous avions une infirmi√®re qui avait √©t√© gu√©rie dans une r√©union; vous la connaissez tous, c'est Mme Morgan (elle avait √©t√© infirmi√®re chez les Mayo). C'√©tait un cas tr√®s difficile. Eh bien, il est mentionn√© sur sa fiche : "Morte, il y a vingt ans environ, du cancer, du cancer sarcoma, √† Louisville, suivant les archives de l'h√īpital baptiste." Elle travaille aujourd'hui √† l'h√īpital de Jeffersonville comme infirmi√®re. Elle est l√† pendant toutes ces ann√©es parce que Dieu avait dit qu'elle vivrait.

271 Et alors, Meda l'aimait, et elle a dit : "Bill, j'aimerais que Margie reste avec moi, je n'ai pas envie d'aller √† l'h√īpital."

272 J'ai dit : "Ne fais pas… nous aimons Margie, mais Margie n'est pas notre Dieu, Margie est notre soeur." Et je suis allé à Green's Mill. Elle m'avait ému, évidemment, je l'aime. Je suis allé à Green's Mill. Et je…

273 Elle a dit : "Bill, penses-tu que je vais mourir?"

274 Et j'ai dit : "Je n'en sais rien, mais cet enfant va na√ģtre de toute fa√ßon. Tu vas avoir Joseph."

275 Elle a demandé : "Est-ce que c'est lui?"

276 J'ai dit : "Je n'en sais rien, ma chérie. Je ne saurais le dire, mais Dieu a dit que tu aurais Joseph, et nous aurions Joseph! Peu m'importe ce que quiconque dit, nous aurons Joseph. Alors, le même Dieu qui m'a dit toutes ces révélations m'a dit cela. Comme Il ne S'est jamais trompé sur aucune d'elles, Il ne Se trompera pas non plus sur celle-là."

277 Je suis monté à Green's Mill pour prier. Et en y allant, j'ai vu cette Lumière suspendue entre deux arbres, Elle a dit : "Retourne à ton travail, et à ton livre." Je suis retourné à ce…

278 La Bible √©tait‚Ķ dans ma voiture. Et une fois rentr√©, le vent avait souffl√© les pages jusqu'√† l'endroit o√Ļ Nathan √©tait assis, David aussi; il √©tait dit : "Va dire √† mon serviteur David : je l'ai pris au p√Ęturage, l√† o√Ļ il paissait les quelques brebis de son p√®re, j'ai rendu ton nom grand comme le nom des grands qui sont sur la terre (pas du tout le plus grand nom, mais juste comme les grands hommes)." Il n'en a pas fait un Billy Graham mais un‚Ķ Il lui a donn√© un nom, vous savez. Il a dit : "Eh bien, j'ai fait cela, mais, a-t-il dit, je ne peux pas lui permettre de construire le temple, mais son fils‚Ķ" Et aussit√īt qu'il a √©t√© dit : "Ses fils." Oh! la la, √ßa y √©tait!

279 J'ai dit : "Joseph?" C'était bien cela.

280 Je suis immédiatement rentré à la maison. Elle était là, l'enfant déjà gros en elle; c'est à peine si elle pouvait marcher pour traverser le champ. J'ai couru, j'ai jeté mes bras autour d'elle et j'ai dit : "Chérie, Joseph vient. Joseph est en route."

281 Tout le monde sait que, dans le cas d'une césarienne, le bébé ne peut pas descendre. Cette nuit-là, le bébé descendit [Espace vide sur la bande - N.D.E.]… brisa tout le reste.

282 Le lendemain, √† sept heures, nous sommes all√©s √† l'h√īpital. Le m√©decin a dit : "Oh! bont√© divine.!"

283 J'ai embrass√© ma femme pour lui dire au revoir. J'ai dit : "Ch√©rie, ce ne sera pas long, Joseph sera bient√īt l√†." Elle prit l'escalier, et monta directement sur la table d'op√©ration.

284 Quelques minutes plus tard, l'infirmière redescendit, et me dit : "Révérend Branham?"

285 J'ai dit : "Oui, madame."

286 Elle a dit : "Vous avez un beau garçon de 7 livres et 3 once [4, 36 kg - N.D.T.].

287 J'ai dit : "Joseph, mon fils, sois le bienvenu!" Oui oui! Pourquoi? Pourquoi? Qu'est-ce? Il n'était pas écrit dans la Bible que cela arriverait, mais le même Dieu de la Bible qui avait révélé cela à Abraham… nous n'avons pas pris en considération le fait que son sein ne pouvait pas enfanter, ni l'impossibilité que les choses se passent de cette façon-là. Ne doutez pas de la promesse de Dieu par incrédulité, mais rendez gloire à Dieu, sachant que cela arrivera. Peu m'importe ce que dit le médecin, quels que soient les circonstances, mais n'y croyez pas, c'est un mensonge du diable. Oui oui. C'est vrai! La foi avance de concert avec les oeuvres pour accomplir la promesse. Dépêchons-nous.

288 C'est exactement comme il est dit : "Raab la prostituée dit Jacques fut justifiée par les oeuvres." Mais pourquoi? A cause de sa foi.

289 Elle a dit : "J'ai entendu dire que Dieu est avec vous." Elle ne chercha pas à voir comment Josué portait ses cheveux, ou comment il s'habillait. Elle a dit : "Je crois que Dieu est avec vous." C'était tout ce qu'il fallait, elle s'est préparée.

290 C'est comme une vraie vision aujourd'hui (je vais bient√īt terminer), les vraies visions venant de Dieu aujourd'hui; c'est une parole promise pour ce jour. Vous me direz : "Fr√®re Branham, d'o√Ļ tenez-vous ces visions?" Les gens s'achoppent √† cela. Actes 2.17 ne dit-il pas : "Dans les derniers jours, vos jeunes gens auront des visions, et vos vieillards auront des songes."
N'est-ce pas vrai? C'est ce que dit la Bible.

291 Très bien, alors, s'il en est ainsi, regardez aussi dans Malachie, au chapitre 4, et voyez si cela n'est pas promis pour aujourd'hui. Comment pouvez-vous croire en cela? La Bible le dit.

292 Eh bien, prenez aussi Luc 17.30 et lisez cela. J√©sus a dit : "Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera pareillement √† la venue du Fils de l'homme." Exactement comme ce fut √† Sodome! Eh bien, consid√©rez la condition du monde aujourd'hui : des sodomites! Regardez Billy Graham, et Oral Roberts, ces deux t√©moins qui sont l√† en train de t√©moigner aux √©glises d√©nominationnelle. L'un, chez les M√©thodistes, les Baptistes et les Presbyt√©riens; l'autre, chez les Pentec√ītistes.
Celui-ci, celui-là et l'autre.

293 Mais rappelez-vous, Abraham n'était pas dans Sodome, il avait déjà été appelé au-dehors. Et il y eut Quelqu'un qui resta avec lui et lui parla. Et Celui qui resta avec lui et lui parla lui montra un signe. Avec le dos tourné à la tente, Il a dit que Sara aurait l'enfant qu'il attendait. Amen! Avec son dos tourné… Et il L'appela : "Dieu, Elohim!".

294 Eh bien, cela arrive encore aujourd'hui, parce que nous avons la foi. Et je sais que cela vient de Dieu, parce que ce passage, et d'autres passages, nous montrent cette heure. Apocalypse 10 dit qu'à l'heure du Message du septième ange, quand il commencerait à proclamer son Message… non pas lors du service de guérison, mais le Message qui suit le service de guérison.

295 Jésus alla prêcher; il est dit : "Il a guéri les malades, et tout. Oh! ce jeune Rabbi, ce prophète, c'est un grand homme. Nous aimerions qu'il soit dans notre église."

296 Mais, un jour, Il Se leva et dit : "Le Père et Moi sommes Un." Oh! la, la! après cela, on ne voulait plus de Lui. Oh! non!

297 "Si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang…." Il n'a pas expliqué cela. Il a dit : "Si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez pas la vie en vous."

298 Eh bien, j'imagine que les médecins et les infirmières ont dit : "Cet homme est un vampire, Il cherche à nous faire boire Son sang." Voyez. Ils ne comprenaient pas cela. Lui le savait.

299 Mais ces disciples, peut-être qu'ils ne pouvaient pas expliquer cela, mais ils sont restés là et ont cru de toutes les façons, amen. Car cela leur avait été révélé. Oui oui. Ils savaient cela, les Ecritures le déclaraient.

300 On pouvait alors me demander, vous pourrez dire ceci : "Comment pouvez-vous avoir une foi suffisante pour croire à ces visions, alors que - alors qu'il y a tant d'imitations qui apparaissent?"

301 Je vais faire une petite d√©claration forte juste quelques minutes, maintenant. S'il y a tant d'imitations, rappelez-vous, mon fr√®re, qu'il est aussi dit qu'il en serait ainsi de notre temps. C'est exact. Comme il en √©tait du temps de Mo√Įse‚Ķ Mo√Įse alla accomplir les oeuvres de Dieu devant les gens, et Jann√®s et Jambr√®s √©taient l√†. Mais qui √©tait le premier √† accomplir cela? Donc ces autres √©taient des imitateurs, parce qu'il fallait qu'il y ait d'abord un original, pour que les autres puissent l'imiter. Si cela √©tait l'original‚Ķ (hum hum) Non, nous ne - nous ne sommes pas perdus, nous savons o√Ļ nous en sommes. Vous voyez? Voyez par les Ecritures et par la r√©v√©lation de Dieu, c'est pourquoi on tient toujours ferme.

302 "Eh bien, cet homme, il a des visions, et tout. Il fait telle et telle chose, et en m√™me temps, il commet adult√®re avec la femme d'un tel. Il croit en - en trois Dieux, ainsi de suite‚Ķ" Cela n'√©branle pas du tout. Il y a une chose qu'il ne peut imiter, c'est la Parole. Remarquez. Ils peuvent accomplir toutes ces choses, ils peuvent parler en langues, crier, danser dans l'Esprit, et pourtant √™tre des d√©mons! (Hum hum!) C'est vrai! C'est vrai. Mais cette Parole r√©v√®le ce qu'ils sont. Voyez? C'est l'exacte v√©rit√©. On en arrive l√†. Comme Mo√Įse et Jambr√®s‚Ķ Rappelez-vous qu'Il a dit : "De m√™me que Jann√®s et Jambr√®s s'oppos√®rent √† Mo√Įse, dans les derniers jours, ces imitateurs se l√®veraient de nouveau sur la terre." L'a-t-Il dit? [L'assembl√©e r√©pond : "Amen!" - N.D.E.] Aussi les avons-nous.

303 Mais cela n'√©branla pas Mo√Įse. Lorsque Mo√Įse produisit un miracle au Nom du Seigneur, ces imitateurs qui se tenaient l√† firent la m√™me chose. Cela ne l'arr√™ta pas. Il n'a pas dit : "Eh bien, je ferais mieux, je pense, de m'en aller, et de leur laisser le champ libre." Il resta l√† m√™me. Pourquoi? Parce que cela lui avait √©t√© r√©v√©l√©. All√©luia! Il savait cela par la Parole de Dieu. Il savait que la Parole finirait bien par les confondre. Il savait qu'il viendrait un temps o√Ļ la Parole Se manifesterait, et qu'alors, ils ne pourraient pas aller plus loin.

304 Je le savais depuis toutes ces années. Voyez? C'était la vérité : le temps viendrait. Lorsqu'il y a un miracle envoyé par Dieu, un vrai miracle, cela produit toujours un changement dans le système tout entier. Si Dieu envoie quelque chose dans l'église, et que l'ancien système n'est pas changé, Il l'a envoyé en vain. Lorsqu'un message est transmis sous forme de signes et de miracles, il y a un autre message qui le suit. Lorsque Jésus se mit à guérir les malades, il y eut après cela Son message, disant : "Le Père et Moi sommes Un. Je suis Lui." Voyez? Voyez? Ils - ils ne crurent pas cela. Ils crurent en Ses miracles. Il a dit : "Si vous ne pouvez pas croire en Moi, croyez en ces miracles, a-t-Il dit, car ils vous rendent témoignage de Qui je suis." Oh! la la! Gloire!
Qui vint en premier? Mo√Įse! Ensuite, les autres l'imit√®rent. Mais les grandes v√©rit√©s demeurent les m√™mes, montrant la diff√©rence entre le vrai et le faux; ils ne peuvent pas accepter le message! Ils ne peuvent pas accepter le pur message venant de la Parole de Dieu.

305 Peu m'importe, Judas a pu produire toutes sortes de signes et de miracles. Mais quand ce fut le temps de recevoir le Saint-Esprit le jour de la Pentec√īte, il montra sa vraie nature. Le diable peut venir et imiter jusqu'√† la chose r√©elle, jusqu'√† la Parole, mais il ne peut pas prendre toute la Parole. Peut-√™tre qu'il peut tout prendre jusqu'√† un seul mot pr√®s, comme il le fit pour Eve, le diable l'a fait pour Eve, mais il ne peut aller plus loin. Parce que le seul‚Ķ le tout, c'est le Corps de Christ. Vous voyez, la Parole‚Ķ donc‚Ķ Ils ne le peuvent pas non plus‚Ķ Ils ne peuvent pas, ils ne peuvent donc pas recevoir le Message, de m√™me que Jann√®s et Jambr√®s ne pouvaient pas recevoir le message de Mo√Įse. Ils ne pouvaient pas le faire. Leurs imitations furent rendues manifestes, parce qu'ils ne purent pas suivre la Parole de Dieu confirm√©e par Son proph√®te oint. Vous voyez?

306 Ils ne pouvaient pas suivre Isra√ęl lors de sa sortie. Pourquoi? Parce qu'ils √©taient d√©nominationnels, ils √©taient des enfants de l'Egypte. Ils ne pouvaient pas suivre cette Parole. S'ils l'avaient fait, ils auraient d√Ľ quitter l'Egypte, renier tout ce qui leur √©tait cher, ils ne pouvaient pas faire cela. Quoi qu'ils puissent imiter l'oeuvre et faire ce que mo√Įse faisait, leur folie a √©t√© pourtant rendue manifeste au moment du d√©part. Alors, Dieu put r√©ellement d√©verser cela sur eux.

307 C'est la même chose, aujourd'hui. Ils peuvent faire toutes sortes de fausses imitations, et tout, mais cela ne fait qu'exalter la chose réelle. Tout enfant croyant sait que c'est la vérité. (Oui oui) Là vous pouvez donc voir, exposées en plein jour, les oeuvres de leur folie imitatrice. Si vous allez… Si vos - vos oeuvres sont conformes à la Parole véritable, et confirmées par Elle, par votre foi, elles seront manifestées (la promesse de Dieu) selon la Parole écrite originelle.

308 J√©sus a dit : "Si Je ne fais pas les oeuvres‚Ķ" √©coutez attentivement. "Si Je ne fais pas les oeuvres‚Ķ" Laissez-moi ajouter Ceci : "C'est-√†-dire, si Je ne fais pas les oeuvres que les Ecritures vous d√©clarent que J'accomplirais, alors - accomplir cela en Mon temps, lorsque Je viens, ce que le Messie doit faire lorsqu'Il sera venu. Si, ce que Je fais, Dieu ne confirme pas la Parole qu'Il a dit devoir S'accomplir, si Ma vie ne fait pas vivre cette Parole exactement comme il est dit qu'Elle le ferait‚Ķ" (ne manquez pas ceci.) J√©sus a dit : "Vous savez ce que le Messie doit faire. Alors, si cette Parole √©crite ne Se manifeste pas au travers de Moi, alors, Je ne suis pas le Messie." Amen! "Alors, le jour dont Je parle est faux, ce que Jean a dit √† Mon sujet est faux. Et alors si Je ne suis pas le Messie, si ces oeuvres que le Messie est cens√© faire‚Ķ Il doit √™tre : 'Le Seigneur votre Dieu suscitera un proph√®te comme Moi‚Ķ.'" "Il y a des centaines d'ann√©es que vous n'avez plus eu de proph√®te. Et si ces oeuvres que Je fais, ce que Dieu a promis, si cela ne Se manifeste pas dans Ma vie pr√©sente, alors Je ne suis pas le Messie. Mais si la Parole promise pour cet √Ęge est confirm√©e en Moi, alors, Je suis le Messie, et la Promesse est venue jusqu'√† vous. (Oh! la la! je ne vois pas comment √ßa peut √™tre plus clair.) Si la promesse n'est pas‚Ķ" Oh!

309 "Alors, si la promesse pour ce jour est manifestée dans Mon ministère", a dit Jésus, "alors, Je suis le Messie. Si donc vous avez de la peine à croire ce que Je suis, regardez aux oeuvres qui ont été promises pour ce jour." (Amen!) "Regardez les oeuvres qui ont été promises. Si ces oeuvres ne sont pas accomplies, toutes ces oeuvres accomplies en Moi, alors, ne Me croyez pas, parce que Je vous ai dit des mensonges. Si vous ne pouvez pas croire en Moi, regardez simplement ce que la Bible dit qui devrait arriver en ce jour. Si cela n'arrive pas, alors c'est faux. Si ces fausses choses ne sont pas là, et toutes ces autres choses; et les choses qui sont censées arriver, si elles sont là, a dit Jésus, alors, Je suis le Messie." (Amen!) "Je suis Celui dont la venue avait été annoncée par des promesses." Oh! la la! les mêmes oeuvres qui avaient été promises pour Son temps confirmèrent qu'Il était le Messie. Ne croyez-vous pas cela?

310 Eh bien, maintenant, fr√®res, si l'oeuvre de Luc, chapitre 17, verset 30, la promesse de J√©sus-Christ, juste avant Sa venue, que le monde redeviendrait comme Sodome, que des messagers seraient envoy√©s, que des choses arriveraient exactement comme annonc√©es, si cela n'arrive pas, alors, ne croyez pas que je vous aie dit la v√©rit√©. Mais, si cela arrive, alors, croyez que c'est Lui. "En ce jour o√Ļ le Fils de l'homme sera r√©v√©l√©." Amen! Le Fils de l'homme sera r√©v√©l√© dans un corps de chair, vous peuple, les √©glises, exactement comme il en fut avant le temps de Sodome; un groupe appel√© √† sortir loin d'eux tous et qui se tenait dehors, croyant la promesse de Dieu. Gloire!

311 Les oeuvres que le Saint-Esprit accomplit aujourd'hui par ces visions qui ne faillient jamais, les promesses qui ne faillissent jamais, tous les signes apostoliques promis dans la Bible par Malachie 4, et oh, Apocalypse 10.7, tout cela est donc en train de s'accomplir, et c'est confirmé par la science, par tout autre moyen. Et si je ne vous avais pas dit la vérité, ces choses ne seraient pas arrivées. Mais si je vous ai dit la vérité, ces choses rendent témoignage que je vous ai dit la vérité. Il est toujours le même hier, aujourd'hui, et éternellement, et la manifestation de Son Esprit est en train d'attraper une Epouse. Que cette foi (cette révélation) tombe dans votre coeur : l'heure est là! Prions, maintenant :

312 √Ē Dieu bien-aim√©, Toi qui as √©t√© manifest√© dans la chair en la personne de J√©sus-Christ, qui es ressuscit√© d'entre les morts le troisi√®me jour, selon les Ecritures, qui es mont√© au Ciel, qui as envoy√© dans le monde des disciples afin de faire de toutes les nations des disciples, et qui as dit : "Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru‚Ķ."

313 √Ē Dieu, √† l'√©glise Pentec√ītiste d'aujourd'hui la restauration des dons‚Ķ Seigneur, puissent ces hommes, peut-√™tre quelques-uns de ceux qui sont pr√©sents ici, quelques-uns de ceux qui √©coutent les bandes √† travers le monde, puissent-ils comprendre que ceci est l'appel de l'Epouse, √† sortir, et non un message de Pentec√īte. Le message de Pentec√īte, c'√©tait pour restituer les dons √† l'√©glise. Mais ceci est l'appel de l'Epouse, un message diff√©rent, qui avait d√Ľ √™tre envoy√© juste avant que Sodome soit br√Ľl√©e. √Ē Dieu bien-aim√©, qu'ils comprennent cela! La foi, je crois cela parce que cela a √©t√© r√©v√©l√© par Ton Esprit au travers de la Parole de Dieu, et a √©t√© confirm√© et rendu manifeste au monde entier. Certainement, Seigneur, cela n'est re√ßu que par une minorit√©, mais Tes groupes ont toujours √©t√© ainsi. Mais Tu as dit : "Ne crains point, petit troupeau, car la volont√© de ton P√®re est de te donner le Royaume!"

314 Je prie donc, √ī Dieu, que les hommes se d√©tournent de leur intellectualisme, qu'ils se d√©tournent de ce qu'ils pensent √™tre la v√©rit√©, pour regarder les Ecritures. Comme nous l'avons dit hier soir, que ceux qui sont ici ce soir puissent penser comme la reine, lors de la grande destruction de Babylone, elle a dit : "Il y a un homme parmi vous du nom de Daniel; il vivait dans le royaume de ton p√®re." Ce p√®re de la Pentec√īte √©tait dans Son Royaume, et Il dissipe tous les doutes.

315 Et maintenant, Seigneur, puisse le Saint-Esprit qui √©tait dans le royaume pentec√ītiste, le royaume qui existait au temps de Martin Luther, de John Wesley, et - et ainsi de suite jusqu'√† John Smith et Alexander Campbell, et tout au long des √Ęges... C'est Lui qui dissipe, Il dissipe tous les raisonnements. Pour ceux du temps de Luther, c'√©tait : "Le juste vivra par la foi." Pour les M√©thodistes, Il dissipa tous les doutes, et leur montra "qu'ils devaient - devaient se sanctifier." Aux jours de la Pentec√īte, ils parlaient en langues, et manifest√®rent l'Esprit par la gu√©rison divine, et tout; Il dissipait tous les doutes dans les coeurs pentec√ītistes. Mais, √ī Dieu, mais, √ī Dieu, ils s'organis√®rent en d√©nominations. Ils sont directement rentr√©s aux pens√©es des hommes. C'est pourquoi, maintenant que l'Epouse est appel√©e comme Tu l'as promis dans les Ecritures, comme nous l'avons lu √† la face du monde soir apr√®s soir, et nous l'avons vu de nos yeux, √ī Dieu, puisse Cela dissiper tous les doutes dans le coeur des hommes. Puissent-ils vite accourir aupr√®s du Fils, accessible √† tous, afin de cro√ģtre jusqu'√† la maturit√©, pour qu'ils soient emport√©s dans les greniers, et qu'ils ne soient pas laiss√©s dans la tige pour √™tre br√Ľl√©s, mais puissent-ils aller, ce soir, dans les greniers. Au Nom de J√©sus-Christ. Amen.
Je vous remercie pour votre attention. Que Dieu s'occupe de votre coeur. Maintenant avez-vous…

316 Nous avons distribué des cartes de prière. Nous allons maintenant prendre une vingtaine de minutes pour la ligne de prière. Nous voulons vite aligner les gens et les faire passer à l'estrade pour prier. Et maintenant, je ne sais pas combien de cartes ont été distribuées. Je n'ai même rien demandé à Billy. J'ai juste demandé : "As-tu distribué…" ou : "Va là distribuer les cartes de prière." Et, il est revenu pour nous prendre, sa mère, moi et les autres, il y a quelques instants.

317 [Frère Branham parle à Billy au sujet des cartes de prière. - N.D.E.]

318 Bien, maintenant, faisons venir la carte de pri√®re num√©ro un. Si vous l'avez, levez la main, afin que je voie. Si vous ne le pouvez pas‚Ķ Si vous pouvez vous lever‚Ķ Si vous ne le pouvez, on vous portera. La carte de pri√®re n¬į1, vite. Qui l'a? Que dites-vous ? A num√©ro 1. Excusez-moi A n¬į‚Ķ Cette dame, ici, avez-vous cette carte-l√†? Venez ici, s'il vous pla√ģt, Madame. A n¬į2. Quelqu'un a-t-il cela? Levez vite la main. Venez vite ici, madame. N¬į3. Avez-vous une carte? Avez-vous une carte? Vous tous‚Ķ Vous n'avez pas de cartes, personne parmi vous? Dans ce‚Ķ dans‚Ķ Tr√®s bien. Vous n'√™tes pas oblig√©s d'avoir cela. 3, 4, 5. A - 1, 2, 3, 4, 5. Voyons. Il y a 1, 2, 3, 4, 5. A‚Ķ Tr√®s bien, ici ils‚Ķ 5, 6, 7, 8, 9, 10. Tr√®s bien. Mettez-vous simplement en ligne, commencez simplement √† vous aligner.

319 Eh bien, si vous ne pouvez pas venir, agitez la main comme ceci, afin qu'on puise vous porter. J'ai demand√© √† ces gens, ici, qui n'ont pas de cartes‚Ķ Il n'est pas n√©cessaire d'en avoir, je vous pose simplement la question. Maintenant, regardez, vous ici qui √™tes infirmes, je pense que vous avez d√Ľ venir t√īt, parce que vous‚Ķ Je lui avais dit : "T√īt." Eh bien, mais vous n'avez pas besoin d'avoir une carte si vous avez la foi comme celle que j'ai enseign√©e. Voyez? Si cela vous a √©t√© r√©v√©l√©, c'est en ordre. Mais si cela n'a pas √©t√© r√©v√©l√©, peu importe que vous ayez √©t√© dans une douzaine de lignes de pri√®re, cela ne servirait √† rien. Le savez-vous? Le croyez-vous? Voyez. Je pourrais prier, je pourrais faire tout mon possible, me mettre √† genoux, vous imposer les mains, vous oindre d'huile, tout ce que vous voudrez, et prier‚Ķ Si Dieu, par - par gr√Ęce, vous le r√©v√®le dans votre coeur que "tout est accompli", alors c'est fait. Il ne vous faut m√™me pas venir dans la ligne ou quelque part ailleurs; c'est fini de toute fa√ßon.

320 Très bien, 4… 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10… 11, 12, 13, 14, 15. Très bien, 16, 17, 18, 19, 20. Y a-t-il quelqu'un que j'ai appelé qui a une carte, mais qui ne peut pas se lever? Levez la main, quelqu'un qui a une carte mais qui ne peut se lever? Très bien. … crois seulement…
(Je vois encore la pauvre petite Anna-Jean assise, jouant cela presque toute la nuit autrefois. Je voudrais que tout le monde ici soit très calme et très respectueux. … crois seulement…
(Maintenant les cartes de prière, un à quinze, je pense.) … crois seulement… (On est un peu confiné ici, ainsi commençons. Que dites-vous?)… … possible… (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10.)

321 Eh bien, vus √™tes trop nombreux, il y en a plus que nous en avons appel√©. Il n'y a pas de probl√®me. Restez simplement tranquilles, l√† o√Ļ vous √™tes. Que personne‚Ķ Juste‚Ķ On va‚Ķ on va prier pour vous, mais juste‚Ķ Voyez, attendez jusqu'√† ce que votre num√©ro soit appel√© et alors, vous savez, on n'en a pas beaucoup debout ici. Si le Seigneur veut faire quelque chose, vous le cacheriez aux yeux de gens; et ils ne verront pas cela, vous voyez. Que Dieu vous b√©nisse. Maintenant, prions sur ces mouchoirs, pendant qu'ils s'appr√™tent.

322 Dieu bien-aim√©, voici des mouchoirs pos√©s ici qui viennent de personnes malades ou afflig√©es. Cette foi dont nous venons de parler, √ī Seigneur; je me rappelle que Tu as dit, dans la Bible, dans l'Ep√ģtre de Jude : "‚Ķcombattre ardemment pour la foi qui a √©t√© transmise aux saints une fois pour toutes‚Ķ." Et de - les mouchoirs qui avaient touch√© le corps de saints, non pas parce que c'√©taient des gens sp√©ciaux, mais parce que c'√©taient des croyants. Ils √©taient des hommes de m√™me nature que nous. Il est dit : "Elie √©tait de la m√™me nature que nous. Il pria avec ferveur qu'il ne pl√Ľt point‚Ķ." Et, √ī Dieu, il pria ainsi, afin que le peuple se repent√ģt. Tu lui r√©v√©las de prier pour eux, de prier de cette mani√®re, afin que Ta Parole f√Ľt accomplie. Sans doute que Tu as montr√© une vision au proph√®te. Et, Seigneur, je prie ce soir pour que ces gens soient gu√©ris. Je ne suis pas Elie (il a √©t√© enlev√© au Ciel), mais sa vie et son esprit sont toujours vivants. Ainsi, nous Te prions, Dieu bien-aim√©, d'exaucer la pri√®re de Ton peuple. Et exauce-nous tous, alors que nous prions, pour ces mouchoirs, afin que, lorsqu'ils seront pos√©s sur les malades, ceux-ci soient gu√©ris.

323 Nous comprenons, √ī P√®re, que nous sommes une race des gens qui se meurent. Nous nous dirigeons, faisant face - faisant face √† l'√©ternit√©. Le monde est devenu fou. Il y a des meurtres, des petites filles viol√©es et coup√©es en morceaux. Les gens, les hommes ont les cheveux longs comme les femmes, les femmes comme les hommes. Ils sont simplement pervertis. La race se meurt. Le monde se meurt. Tout se meurt. L'√©glise se meurt.

324 √Ē Dieu, donne la Vie. Donne la Vie, √ī Dieu, la vie de la foi. Donne la r√©v√©lation √† ces gens, √ī Seigneur! Je ne peux rien faire d'autre que prier et leur imposer les mains. Mais c'est Toi qui peux les gu√©rir, et Tu es le Seul qui peut les gu√©rir. Je Te prie, √ī P√®re, de le faire pour chacun d'eux. Accorde-le, alors que j'ai pos√© mes mains sur eux et que je le demande de tout mon coeur, au Nom de J√©sus-Christ, gu√©ris ces gens! Amen.

325 Fr√®re, est-ce que ce micro est branch√©? Bon, entendez-vous bien cela? Est-ce que tout le monde entend cela? levez la main. Bon, je ne sais trop comment mon coeur‚Ķ pour ces gens-ci, assis ici dans ce - dans ce fauteuil, les civi√®res et les brancards‚Ķ Ils n'ont m√™me pas de cartes de pri√®re. Voyez. Mais √©coutez, fr√®re, voyez. Ces gens ont de carte de pri√®re, mais cela ne veut pas dire qu'ils seront gu√©ris. Il y en a qui sont assis ici et l√†, dans la salle, peut-√™tre. Cela - cela - cela ne veut pas dire qu'ils seront gu√©ris‚Ķ Cela - cela - cela ne veut pas dire que - qu'ils seront ou ne seront pas gu√©ris. Tout cela d√©pend de leur foi en Dieu. Combien savent que c'est la v√©rit√©? Tout est l√† : juste votre foi en Dieu. Eh bien, combien savent que c'est la v√©rit√©? Peu importe √† quel point vous √™tes religieux, que vous soyez bon ou mauvais, tant que la gr√Ęce de Dieu n'est pas descendue dans votre coeur, vous ne serez jamais gu√©ri. Eh bien, combien savent que c'est Dieu qui a fait cela, qui a fait d√®s le commencement de grands miracles, des signes, et des prodiges? Et maintenant, vous venez ce soir, vous √™tes debout dans cette ligne, non pas parce que vous avez √©t√© choisis par Dieu pour √™tre dans cette ligne : ce n'est pas cela. Vous avez simplement re√ßu une carte de pri√®re, et il s'est simplement fait que vous √™tes √† votre‚Ķ [Espace vide sur la bande - N.D.E.]

326 Exactement comme mon honorable frère Gerholtzer ici présent, qui a commencé son ministère il y a bien des années… [Espace vide sur la bande - N.D.E.] … ayant foi en Dieu, croyant en Dieu, croyant que Dieu guérit les malades par la foi. Et cela n'a jamais changé. Mais dans ces derniers jours, Dieu a ajouté des dons, les dons qu'Il avait promis. Dieu l'a fait par -… pas parce qu'Il était obligé de le faire, mais parce qu'Il avait promis de le faire. Et, s'Il l'a promis, alors, Il doit le faire; parce qu'Il doit tenir Sa Parole.

327 Et Il vous a promis la même chose, à savoir : "Si vous pouvez croire cela, ça arrivera." Si vous ne pouvez pas croire cela, ça n'arrivera pas. Or, je ne peux pas vous forcer à croire, vous-mêmes non plus, vous ne pouvez pas vous forcer à croire. C'est Dieu qui doit vous donner cela. Croire est un don de Dieu. Non pas votre foi, mais la foi de Dieu. Votre foi intellectuelle peut très bien croire cela, mais tant que la foi de Dieu n'est pas descendue dans votre coeur… Voyez, votre foi intellectuelle peut accepter cela, faites cela et continuez à croire de tout votre coeur jusqu'à ce que Dieu vous révèle cela. Voyez. Continuez simplement à croire cela jusqu'à ce que Dieu vous en donne la révélation. Mais tant qu'Il ne vous a pas révélé cela…

328 Vous me direz : "Frère Branham, qu'est-ce que vous dites là?"

329 Oui oui! Dieu envoya un prophète à Ezéchias, et lui dit : "Tu ne descendras pas de ce lit. AINSI DIT LE SEIGNEUR. Tu vas mourir dans ce lit." Est-ce vrai?

330 Mais ce proph√®te tourna - ce roi tourna son visage contre le mur, et, pleura am√®rement, disant : "√Ē Seigneur, j'ai encore besoin de quinze ans! Je T'en prie, √ī Seigneur, exauce-moi." Or, le roi √©tait l'homme le plus √©lev√© dans le monde politique; mais, le proph√®te √©tait l'homme le plus √©lev√© aux yeux de Dieu. C'√©tait le roi de Dieu. Mais le proph√®te √©tait le proph√®te de Dieu. C'est pourquoi, Dieu r√©v√©la au proph√®te qu'il fallait prendre quelques‚Ķ bouillir quelques‚Ķ [Espace vide sur la bande - N.D.E.] Vous savez? Vous comprenez?

331 Maintenant, afin que vous puissiez donc comprendre, car j'ai pr√™ch√© sur ces Ecritures-ci : "Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera de m√™me √† la venue du Fils de l'homme." Aux jours o√Ļ l'√©glise sera r√©v√©l√©e. Non. "Aux jours o√Ļ le Fils de l'homme sera r√©v√©l√©." Que signifie r√©v√©l√©? - rendre connu! Est-ce vrai? R√©v√©ler. Les jours o√Ļ le Fils de l'homme sera r√©v√©l√© seront semblables √† ceux de Sodome et de Gomorrhe. Est-ce vrai?

332 Considérez maintenant ce qui est arrivé. On a reçu deux messagers principaux là à Sodome et Gomorrhe, parce qu'il y avait là un groupe de chrétiens tièdes. Est-ce vrai? Et il y eut deux messagers principaux (maintenant écoutez attentivement), en train de prêcher là à Sodome et Gomorrhe. Mais il y eut l'un d'eux qui resta à l'écart avec le groupe d'Abraham. Est-ce vrai?

333 Maintenant, regardez. Dans toute l'histoire de l'église, on n'a jamais - jamais eu jusqu'à présent un messager universel envoyé à l'église dont le nom se terminait par h-a-m. G-r-a-h-a-m, ça fait six lettres : G-r-a-h-a-m. Mais Abraham s'épelle : A-b-r-a-h-a-m, sept lettres. Voyez? Ainsi l'église universelle, c'est le chiffre d'homme (six, une organisation faite de main d'homme), a déjà reçu son messager. Ils ont bien eu un Sankey, un Moody, un Finney, un Knox, un Calvin, ainsi de suite, mais jamais un "h-a-m." Est-ce vrai? Mais ils en ont reçu un, et il est un messager envoyé par Dieu, et il martèle ces murs de toutes ses forces, criant : "Sortez de là! Repentez-vous! Ou vous périrez."

334 Mais rappelez-vous, les √©lus, les pr√©destin√©s, Abraham et son groupe qui √©taient sous une alliance pr√©ordonn√©e, avaient aussi re√ßu un Messager. Oui oui. Regardez ce qu'Il a fait. Il leur a donn√© un signe montrant que le temps o√Ļ le feu allait tomber √©tait proche. Maintenant, nous attendons le feu - le feu atomique, la col√®re de Dieu.

335 Eh bien, ce messager a fait quelque chose. Il a parlé au sujet d'une femme à qui Il tournait le dos. Il lui a dit - Il lui a dit qu'elle doutait de ce qu'Il disait. Il lui révéla son état et ce qui allait arriver. Est-ce vrai? A-t-Il dit que le Fils de l'homme Se révélerait de la même manière en ce jour? Eh bien, croyez-vous que c'est la vérité? Eh bien, voici une femme se tenir…

336 Et quant à l'union invisible de l'Eglise, l'Epouse de Christ, ce Messager est ici en ce moment, c'est Jésus-Christ, Le même hier, aujourd'hui, et éternellement.

337 Or Il ne parle qu'au travers de Ses prophètes. C'est la Bible qui le dit! "Il ne fait rien sans l'avoir premièrement révélé à ses prophètes." Amos 3.7. Il l'a toujours fait. Et Il ne change jamais de méthode. Vous voyez? Et le prophète, s'il est un vrai prophète, ne peut que dire ce que Dieu lui dit. Est-ce vrai? C'est vrai!

338 Maintenant, croyez-vous qu'Il peut me dire ce qu'a cette femme avant même que je la regarde? Le croyez-vous? Eh bien, elle souffre du cancer. C'est vrai, c'est sur son sein. Elle est en train de penser à son garçon, qui souffre d'une maladie mentale, une maladie nerveuse avec des complications. C'est vrai. Croyez-vous cela? Et c'est vrai, n'est-ce pas? Croyez-vous maintenant que votre foi, cela ayant été dit, a trouvé un point d'ancrage, que vous avez reçu cela, que vous obtiendrez cela? Alors, allez, et le Seigneur Jésus vous guérira. Voyez? Voyez? Croyez-vous? de tout votre coeur?

339 Maintenant croyez-vous que le Seigneur Jésus peut me révéler la maladie de cette femme sans même que je la regarde? Combien croient cela? Eh bien, vous savez… Je n'ai même pas… Je… La seule chose, c'est que j'ai vu une jupe. Je ne sais pas, je ne peux pas dire si c'était un homme ou une femme qui se tenait là. Je voudrais qu'elle croie. Croyez-vous, madame? La patiente ici, croyez-vous? Si vous croyez, levez la main. Si vous croyez de tout votre coeur, vous pouvez avoir cet enfant que vous avez demandé à Dieu. Voyez? Voyez? Croyez-vous? Avez-vous foi en Dieu? Eh bien, cela ne guérit pas, cela ne fait qu'identifier… Ce sont les oeuvres qui identifient la foi dans la Présence de Dieu, Sa Parole manifestée.

340 Cette femme aussi a besoin d'une chose glorieuse. Ce n'est pas un enfant, mais elle veut le baptême du Saint-Esprit. Je vais vous dire quoi faire. Si vous vous débarrassez de ces cigarettes, Dieu vous donnera le baptême du Saint-Esprit. Allez, et croyez cela. Voyez? Croyez-vous? Avez-vous foi en Dieu?

341 Cet homme ici, je ne l'ai jamais vu de ma vie. Je ne le connais pas, mais il souffre de quelque chose qui ne va pas dans sa poitrine. Il est tombé, il n'y a pas longtemps, c'est ce qui en est la cause. Il n'est pas d'ici, il vient de l'Arkansas. Il est prédicateur. Rentrez chez vous prêcher l'Evangile. Vous voyez? Vous voyez? Vous voyez? Je n'ai jamais vu cet homme face à face.

342 Voici une femme. Je ne connais pas cette femme, je ne l'ai jamais vue de ma vie. Dieu la conna√ģt.

343 S'Il peut me révéler sa maladie, ou quelque chose à ce sujet, allez-vous croire? Vous tous? Ceci n'est qu'une oeuvre identifiant la foi que j'avais pour vous prêcher ce dont je vous ai parlé ce soir. C'est ce que Dieu a révélé, et voici les oeuvres qui le démontrent. Maintenant, vous devez avoir la foi pour être guérie.

344 Cette femme, ici, je ne - je ne pense pas que je la connaisse‚Ķ Oui, je ne la connais pas, mais je connais quelqu'un qu'elle conna√ģt, parce que je le vois se tenir ici, devant moi. Elle souffre de maux de t√™te. N'est-ce pas vrai, madame? Croyez-vous que Dieu vous gu√©rira? C'est la soeur de Pearry Green. C'est vrai, et je ne l'ai jamais vue de ma vie. C'est vrai. J'ai vu Pearry Green se tenir ici, me regardant, allant comme √ßa. C'est vrai. Je ne sais pas o√Ļ se trouve Pearry Green. Croyez-vous? A quel point croyez-vous? Si vous pouvez croire, tout est possible. Si vous ne pouvez pas croire, rien ne peut se passer.

345 Cette petite dame aux cheveux gris, assise juste ici en train de me regarder, croyez-vous en Dieu? Croyez-vous que Dieu peut me révéler ce à quoi vous êtes en train de penser là? Vous avez une tumeur à la poitrine. Croyez-vous que Dieu peut vous en délivrer? C'est vrai. Ayez foi et croyez! Eh bien, qu'a-t-elle touché?

346 La femme qui toucha le bord de Son vêtement, la Bible dit… vous qui aimez consulter votre Bible… Il a dit : "Il est un souverain sacrificateur qui peut être touché par les sentiments de nos infirmités." N'est-ce pas vrai? Il est ce Souverain Sacrificateur, et Il Se tient ici même; et maintenant, les gens Le touchent.

347 Voici une petite femme fluette qui a levé la main; elle est assise juste ici. Je ne l'ai jamais vue de ma vie, mais elle vient de toucher quelque chose. Voici ce que c'était. Elle prie Dieu. Elle a mal à la poitrine, elle a aussi la gastrite. Dieu vous a guérie, si vous croyez cela. Vous devez croire. "Tout est possible à celui qui croit."

348 Il y a un homme assis là tout au fond, il regarde ici (il est dans la seconde rangée en venant ici), et il souffre d'asthme. Monsieur, croyez-vous que Dieu vous guérira? Si vous le croyez, Dieu vous guérira. Vous pouvez avoir ce que vous demandez, si vous croyez.

349 Voici encore une femme assise juste ici, en train de me regarder, de l'autre c√īt√©, elle a des cheveux gris. Si vous croyez de tout votre coeur‚Ķ croyez-vous cela? Bien! Alors cette affection de v√©sicule biliaire va alors vous quitter, si vous croyez cela.

350 Qu'en pensez-vous, vous qui êtes couché ici sur la civière? Croyez-vous que Dieu peut vous guérir? Si Dieu me dit votre maladie, croirez-vous en Lui? Si vous croyez, ce cancer vous quittera, et vous rentrerez à la maison. Pourquoi ne vous levez-vous pas, et ne prenez-vous pas votre brancard pour rentrer à la maison? Croyez-vous? Vous tous, croyez-vous? Eh bien, alors, pourquoi ne pas le faire maintenant même? Est-ce que Dieu a déposé cette foi dans votre coeur.? Tout le monde ici, levez la main. Si Dieu a déposé cette foi dans votre coeur, imposez-vous les mains les uns aux autres, tout le long de cette ligne. Placez vos mains sur… Maintenant même, vite, pendant que le Saint-Esprit se meut. Imposez-vous les mains les uns aux autres. Cet homme s'est levé, et court le long de la ligne, priant pour les autres.

351 Levons-nous, et donnons gloire à Dieu, tout le monde. Il n'est pas nécessaire de faire plus. Jésus-Christ identifié le même hier, aujourd'hui et éternellement, vous tous, quelles que soient vos afflictions quoi que ce soit. Si vous croyez en Lui, levez-vous, maintenant même, et croyez.

352 Dieu Tout-Puissant, Dieu d'Abraham, Dieu d'Isaac, Dieu de Jacob, envoie Ta puissance, et guéris ce groupe de gens maintenant même, au Nom de Jésus-Christ. Amen! Gloire à Dieu! Que Dieu vous bénisse.

EN HAUT