ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication La Nourriture spirituelle au temps convenable de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 65-0718E La durĂ©e est de: 1 hour and 31 minutes .pdf La traduction SHP
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

La Nourriture spirituelle au temps convenable

1 Crois seulement, crois seulement, Tout est possible,... seulement, Eh bien, maintenant de cette façon-ci : Maintenant je crois, maintenant je crois,
Tout est possible, maintenant je crois;
Maintenant je crois, maintenant je crois,
Tout est possible, maintenant je crois.
Restons debout maintenant, avec nos tĂȘtes inclinĂ©es.
Seigneur, que ceci ne soit pas simplement une chanson, mais l’expression des profondeurs mĂȘmes de nos coeurs chantant Maintenant je crois. Les disciples dirent une fois, aprĂšs que JĂ©sus eut accompli beaucoup de puissantes oeuvres, ils dirent : "Seigneur, maintenant nous croyons."
JĂ©sus dit : "Croyez-vous maintenant?"

2 Ils dirent : "Nous croyons que Tu connais toutes choses et que Tu n’as pas besoin qu'un homme T’enseigne." Ainsi, PĂšre, ce soir nous rĂ©alisons que ce n’est pas Toi qui as besoin de notre enseignement, mais c’est nous qui avons besoin du Tien. Ainsi, nous prions que Tu nous enseignes comment prier, comment vivre et comment croire. Accorde-le ce soir, Seigneur, Ă  travers ce service. S’il nous manque quelque chose, donne-le-nous, Seigneur. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

3 Je sais que beaucoup d’entre vous sont encore debout ce soir. Et dehors, j’ai rencontrĂ© un grand nombre de gens qui ont dit qu’ils ne pouvaient pas entrer, et ils nous suivent par leur radio dans diffĂ©rentes voitures. Et maintenant, ce soir, nous allons essayer de nous dĂ©pĂȘcher autant que possible, et nous consacrons le dimanche soir Ă  la priĂšre pour les malades, et Ă  une ligne de priĂšre, comme nous pouvons en tenir une ici. Et nous consacrons le service de ce soir Ă  la priĂšre pour les malades.

4 Et je dĂ©sire que vous soyez Ă©difiĂ©s maintenant dans les... ces saints Oracles de Dieu, dans la Foi, la Foi de cette heure-ci. La Foi! Il faudra plus de Foi qu’on n’en a eue dans n’importe quel autre Ăąge, car Celle-ci doit ĂȘtre la Foi de l’enlĂšvement, pour ĂȘtre enlevĂ©. Et par consĂ©quent, nous dĂ©sirons que vous croyiez, ce soir, Ă  tout ce que vous avez vu, entendu, Ă  la Parole que vous avez entendu ĂȘtre prĂȘchĂ©e, les – les signes et les prodiges que vous avez vus s’accomplir. Nous dĂ©sirons que vous emmagasiniez tout cela ensemble dans votre coeur et que vous l’examiniez, si c’est Dieu ou pas.

5 C’est comme le disait ElisĂ©e d’autrefois : "Si Dieu est Dieu, alors servez-Le." Et si JĂ©sus est le centre de toutes choses pour le chrĂ©tien, alors je pense que nous devrions nous dĂ©barrasser de toute autre chose pour ne nous attacher qu’à Lui. Souvenez-vous : Il est le Centre, Il est l’Etoile Polaire, Il est l’Ultime, Il est l’Absolu. Et s’Il est l’Etoile Polaire – Il n’y a qu’une seule chose qui pointera vers l’étoile polaire, c’est votre boussole avec laquelle vous naviguez. Et la Boussole avec Laquelle je vous apprends Ă  naviguer, c’est la Parole, et la Parole pointe toujours vers Lui.

6 Et nous sentons que nous traversons un grand temps d’épreuves et de dĂ©tresse, temps de dĂ©tresse et de perplexitĂ© parmi les nations, et toutes sortes de choses se passent; et quelques fois je me sens comme submergĂ©... Partout oĂč je regarde, c’est comme sur un... Ă  bord d’un bateau, en pleine mer, et dont on m’a confiĂ© la charge. Et comment allons-nous nous en sortir? Et en voici venir un avec une vague Ă©cumante, cent fois plus haut que mon bateau. Mais nous allons les surmonter, chacune d’elles. "Nous sommes plus que vainqueurs par Lui." Le Capitaine, le Commandant en Chef tient la corde attachĂ©e au bout du bateau. Il le tirera au travers de tout cela. Nous allons surmonter chacune d’elles.

7 Maintenant, ce soir, nous allons nous dĂ©pĂȘcher afin de vous laisser sortir tĂŽt. Nous sommes sensibles au fait que vous parcourez de longs trajets en voiture, vu que vous devez conduire et endurer des sacrifices. Et, voyez-vous, cela m’amĂšne Ă  vouloir tout simplement rester ici debout, Ă  parler sans relĂąche et Ă  faire tout ce que je peux pour vous aider. Mais quand je suis ici, j’essaie d’insister sur tout ce sur quoi je peux insister, pour vous aider pendant ce moment oĂč nous sommes ici maintenant. Alors vous prenez... Si vous donnez trop aux gens en une fois, ils ne pourront pas s’en souvenir. Vous – vous devez donc prendre juste une chose et l’exposer correctement aux gens jusqu’à ce qu’ils la saisissent. Et ensuite, quand cela est bien ancrĂ© dans leur coeur, alors ils vont... alors enseignez-leur autre chose. Juste pas Ă  pas, au fur et Ă  mesure que nous avançons.

8 Maintenant, vous, priez et ayez bon courage, et croyez maintenant en votre guĂ©rison, ce soir. Je ne pense pas qu’il y ait une question dans votre esprit concernant le temps dans lequel nous vivons. Je ne crois pas qu’il y ait dans votre esprit la question de savoir si oui ou non Dieu est au milieu de Son peuple. Je suis sĂ»r que vous le croyez tous. Et je... Il n’y a aucun doute dans mon esprit Ă  ce sujet. Et je – je – je sais que mon peuple, mes amis, les amis de Christ, les Enfants de – de Christ croient cela.

9 Et lorsque vous savez que vous avez un Message venant de Dieu, et que vous L’apportez aux gens et vous les voyez Y rĂ©pondre, cela me fait un grand plaisir. AprĂšs, vous y pensez et dites : "Merci, PĂšre." Oh! quelle joie donc de voir que les enfants mangent le Pain qui leur a Ă©tĂ© envoyĂ©! Vous rendez-vous compte qu’il y a eu une vision Ă  ce sujet, ici mĂȘme au Tabernacle, il y a de cela quelques annĂ©es? C’est exact : "Le Pain de vie". FrĂšre Neville, vous vous en souvenez. Quel temps glo – glorieux!

10 Maintenant prenons... si vous voulez suivre la lecture ou prendre des notes Ă  ce sujet, juste... Je ne crois pas qu’il serait convenable de tenir une rĂ©union sans lire la Parole de Dieu, sans En faire quelques commentaires, qu’il s’agisse d’un service de guĂ©rison ou de tout autre. Nous comprenons tous. Je suppose qu’il n’y a aucun Ă©tranger parmi nous. Mais nous comprenons tous ce qu’est la guĂ©rison : ce n’est pas ce que quelqu’un fait pour vous, c’est ce que Dieu a dĂ©jĂ  fait pour vous. Le salut repose sur la mĂȘme base. L’unique chose, c’est d’amener les gens Ă  croire que c’est la vĂ©ritĂ©. Dieu l’enseigne dans Sa Parole, et ensuite, Il le prouve Ă  ceux qui veulent Le croire, car Il a dit : "Toutes choses sont possibles Ă  ceux qui croient."

11 Vous dites : "Rien n’est impossible à Dieu." Le croyez-vous? Il n’y a rien d’impossible pour vous non plus, car "toutes choses sont possibles à ceux (Dieu est une personne) à ceux qui croient". Le saisissez-vous? Ainsi, il n’y a rien d’impossible à vous – pour vous, si vous pouvez seulement croire.

12 Maintenant, Dieu voulant, je dĂ©sire lire dans 1 Rois au chapitre 17, les sept premiers versets. Et Elie le Thischbite, qui Ă©tait d’entre les habitants de Galaad dit Ă  Achab : L’Eternel, le Dieu d’IsraĂ«l, devant qui je me tiens, est vivant. Il n’y aura ces annĂ©es-ci ni rosĂ©e ni pluie, sinon Ă  ma parole. Et la Parole du Seigneur vint Ă  lui disant : "Pars d’ici, dirige-toi vers l’est, dirige-toi vers l’est, et cache-toi prĂšs du torrent de Kerith qui est en face du Jourdain. Et il arrivera que tu boiras l’eau du torrent; et j’ai ordonnĂ© aux corbeaux de te nourrir lĂ . (Remarquez : "te nourrir lĂ ", pas ailleurs; "lĂ !") Ainsi il partit et fit selon le Seigneur, ou plutĂŽt selon la Parole de l’Eternel : et il alla s’établir prĂšs du torrent de Kerith, qui est en face du Jourdain. Et les corbeaux lui apportaient du pain et de la viande le matin, et du pain et de la viande le soir, et il buvait de l’eau du torrent. Et il arriva, au bout de quelque temps, que le torrent sĂ©cha, car il n’était pas tombĂ© de pluie dans le pays.

13 Que le Seigneur ajoute Ses bĂ©nĂ©dictions Ă  la lecture de Sa Parole. Et maintenant, ce soir, je veux en tirer un texte intitulĂ© : "La Nourriture spirituelle en sa saison." Ce matin, nous avions eu une – une leçon sur – sur "Rendre un service Ă  Dieu" ou "Essayer de Lui rendre un service sans que cela soit... Sans que ce soit le temps, la saison, le lieu ou la personne". Et maintenant c’est "La Nourriture Spirituelle au Temps Convenable".

14 Ce prophĂšte Elie, nous savons trĂšs peu de choses Ă  son sujet. Mais nous savons qu’il Ă©tait un serviteur de Dieu, et le serviteur de Dieu pour cette heure-lĂ .

15 Et Dieu a dĂ©jĂ  utilisĂ© trois fois Son Esprit qui Ă©tait sur Elie, et Il a promis de L’utiliser deux fois de plus; cinq fois, c’est la grĂące. Il L’utilisa sur Elie; Cela vint sur ElisĂ©e en double portion; Il fut sur Jean Baptiste et Il est censĂ© revenir juste pour introduire l’Epouse des Gentils; enfin, venir avec MoĂŻse pour ramener les Juifs Ă  la Maison. C’est vrai. Dieu a promis d’utiliser cinq fois l’Esprit d’Elie, et Il l’a dĂ©jĂ  utilisĂ© trois fois.

16 Maintenant, nous ne savons pas d’oĂč venait ce grand prophĂšte. Nous savons qu’il Ă©tait un Thischbite. Mais comment il vint...

17 Nous savons peu de choses au sujet des prophĂštes. Nous ne savons pas d’oĂč ils viennent. TrĂšs rarement... Comme tel, je n’en connais aucun qui soit sorti d’une Ă©glise ou qui ait une quelconque gĂ©nĂ©alogie derriĂšre lui. C’étaient tout simplement des hommes ordinaires, intrĂ©pides et souvent sans instruction. Ils n’ont point Ă©crit eux-mĂȘmes. Certains d’entre eux, tels qu’EsaĂŻe et JĂ©rĂ©mie, ont Ă©crit; mais ce grand homme Elie n’a jamais rien Ă©crit. Beaucoup d’entre eux n’ont pas Ă©crit, peut-ĂȘtre qu’ils ne savaient pas Ă©crire. Mais ils Ă©taient des hommes rudes. Il n’y a personne dans la Bible qui soit comparable Ă  ces anciens prophĂštes. Ils ont dĂ©fiĂ© des royaumes, des rois, des peuples, des Ă©glises et toute autre chose; et ils se sont tenus fermement sur la Parole de Dieu, et Dieu a confirmĂ© qu’ils avaient raison. C’étaient des individus trĂšs rudes.

18 Et cet Elie fut l’un de plus rudes de tous. Il Ă©tait un homme du dĂ©sert. Il vint du dĂ©sert, il vivait dans le dĂ©sert. La Bible dit qu’il Ă©tait vĂȘtu... Il Ă©tait poilu et enveloppĂ© dans une peau de brebis avec un morceau de cuir en peau de chameau autour de ses reins, trĂšs... son visage Ă©tait recouvert de barbe et j’imagine qu’il Ă©tait un homme d’un aspect affreux Ă  voir.

19 Mais nous ne... Ils ne sont pas tous morts. Ils ne sont pas tous – tous morts. Aux jours du Concile de NicĂ©e... beaucoup d’entre vous qui avez lu "Le Concile de NicĂ©e de l’Eglise primitive", quand ils ont voulu dissoudre toutes les autres Ă©glises pour en faire une seule organisation, pendant qu’ils tenaient ce Concile de NicĂ©e, un homme rude comme ElisĂ©e y fit irruption, provenant du dĂ©sert, ne mangeant que de l’herbe; un homme trĂšs rude. Mais sous Constantin, les dignitaires, les haut placĂ©s et consorts firent taire leur voix; en effet, eux, Ă©tant des prophĂštes, savaient que le grain de blĂ© de l’Eglise Epouse devait tomber en terre, de mĂȘme que le grain de blĂ© dans l’Epoux avait dĂ» tomber en terre. Et il est restĂ© lĂ  pendant mille ans.

20 C’est la raison pour laquelle on Ă©crit aujourd’hui dans les livres: "OĂč est ce Dieu silencieux qui pouvait se tenir lĂ , regarder et voir de petits enfants ĂȘtre mis Ă  mort et des femmes dĂ©chiquetĂ©es par des lions, et demeurer assis dans le ciel, sans rien dire Ă  ce sujet?" Ils ne connaissent pas la Parole. Ce grain de blĂ© devait tomber en terre. Comment un Dieu juste pouvait-Il Se tenir lĂ  et regarder Son propre Fils mourir et ĂȘtre couvert de crachats et autres? NĂ©anmoins, c’est conforme Ă  la Parole, il devait en ĂȘtre ainsi. Et il en est ainsi mĂȘme en cette heure-ci.

21 Cet homme, il Ă©tait un grand homme. Il faisait face Ă  une gĂ©nĂ©ration pĂ©cheresse. Achab Ă©tait roi et, avant lui, son pĂšre avait Ă©tĂ© un mauvais roi. AprĂšs Salomon, il n’y eut qu’une succession de mauvais rois. Et cet homme Achab, qui rĂ©gna vingt-deux ans en Samarie, fut le pire de tous. Il Ă©tait un vrai moderniste, certainement qu’il croyait Ă  la religion. Il avait tout Ă  la mode. Il avait ses quatre cents prophĂštes hĂ©breux, tous bien instruits et bien formĂ©s. Dieu lui en envoya un, mais il ne voulut pas le croire, et c’était Elie.

22 Mais Elie, ce Thischbite, Ă©tait un homme du dĂ©sert. Il n’était pas un homme facile, il Ă©tait un homme rude. Et un jour, aprĂšs qu’Achab eut pĂ©chĂ© au point que Dieu ne pouvait plus supporter cela, Il s’adressa Ă  Elie dans le dĂ©sert. Et le voici descendre la route vers Samarie, comme je l’ai souvent illustrĂ©, peut-ĂȘtre qu’il avait une barbe blanche recouvrant tout son visage, une tĂȘte chauve luisant au soleil et de vieux petits yeux rĂ©trĂ©cis; lĂ , avec un bĂąton dans sa main et le visage souriant, il s’avança tout droit vers le roi d’IsraĂ«l et dit : "La... MĂȘme la rosĂ©e ne tombera pas jusqu’à ce que je la fasse venir."

23 Dieu, donne-nous de tels hommes, voyez-vous, des hommes qui savent ce qu’ils font avec le "AINSI DIT LE SEIGNEUR".

24 Maintenant, nous dĂ©couvrons qu’avant qu’il ne fĂźt cela, Dieu l’avait appelĂ©. Dieu lui avait parlĂ© et c’est pourquoi il n’avait peur de rien. Il n’avait pas peur pour son Message, redoutant qu’Il ne s’accomplisse. Il savait qu’Il s’accomplirait. Il savait que c’était conforme Ă  la Parole du Seigneur et il savait qu’il Ă©tait le prophĂšte de Dieu pour cette heure-lĂ . Par consĂ©quent, que le roi ait voulu le dĂ©capiter, le jeter en prison, ou n’importe quoi qu’on ait voulu faire, cela ne faisait aucune diffĂ©rence pour lui. Il avait une commission, "AINSI DIT LE SEIGNEUR", juste en face du roi. Quel homme rude! Mais avant qu’il ne fĂźt cela, qu’il ne prĂ©dĂźt cette grande sĂ©cheresse...

25 Car Dieu ne laissera pas le pĂ©chĂ© impuni. Il doit y avoir une punition. A quoi sert une loi sans punition? A quoi servirait-il de dire : "La loi interdit de brĂ»ler le feu rouge", s’il n’y avait pas d’amende ou de punition contre cela? Ce ne serait plus une loi. Donc, il y a une punition contre le pĂ©chĂ©. Et quand Dieu donne une loi et que cette loi – loi est transgressĂ©e, alors il doit y avoir une punition contre cela.

26 Or, cette nation avait violĂ© toutes Ses lois. Oh! ils avaient une grande Ă©glise, ils avaient le temple. Ils avaient beaucoup d’hommes instruits. Ils avaient des prophĂštes partout dans le pays. Ils avaient des Ă©coles des prophĂštes, qui les produisaient en sĂ©rie comme une machine. Et ils avaient beaucoup de prophĂštes, ils avaient beaucoup de – de prĂȘtres, ils avaient beaucoup de scribes, et ils Ă©taient trĂšs religieux; nĂ©anmoins ils Ă©taient Ă©loignĂ©s de la Parole de Dieu. Ainsi, ce fut en dehors de toutes leurs organisations que Dieu appela un homme qu’Il envoya avec le " AINSI DIT LE SEIGNEUR".

27 Et remarquez comment Il prend soin des Siens. Avant d’envoyer ce prophĂšte avec le Message, Il dit : "Elie, descends et dis ces choses au roi Achab. Et alors, aprĂšs que tu l’auras fait, Ă©loigne-toi de lui promptement, car Je t’ai prĂ©parĂ© une place oĂč aller pendant la sĂ©cheresse. Je prendrai soin de toi, Elie, si tu ne prĂȘches que Ma Parole, si tu ne fais que ce que Je te demande de faire."

28 Maintenant, je vais comparer ce soir ce grand ministĂšre d’Elie ainsi que l’époque d’Elie Ă  ce temps dans lequel nous vivons actuellement. Je crois que c’est un type parfait. Je pense aux nations... Si j’avais... Si nous avions le temps de revenir en arriĂšre, mais je voudrais consacrer beaucoup de temps Ă  la ligne de priĂšre.

29 Ainsi, si nous pouvions revenir en arriĂšre, et voir – IsraĂ«l avait conquis la Palestine sur les mĂȘmes bases que nous, lorsque nous avons conquis les Etats-Unis. Nous sommes venus aux Etats-Unis, et nous avons chassĂ© les occupants qui Ă©taient les Indiens et nous avons pris possession du pays. De mĂȘme, IsraĂ«l entra en Palestine sous la conduite de JosuĂ©, sous la conduite de Dieu; il en chassa les occupants et prit possession du pays.

30 Et leurs premiers rois furent de puissants hommes : David, Salomon, de grands hommes... Nos premiers prĂ©sidents, Washington, Lincoln et autres furent de grands hommes. Puis, finalement, les prĂ©sidents ou les rois devinrent de plus en plus corrompus, continuellement, et on en est arrivĂ© finalement Ă  cet Achab. Un vĂ©ritable type, un prototype de notre jour. Et les gens Ă©taient devenus si modernes qu’ils ne voulaient mĂȘme plus entendre la vraie Parole du Seigneur.

31 Et vous pouvez vous imaginer comment un vĂ©ritable serviteur de Dieu paraĂźtrait aux yeux d’un peuple aussi moderne. "Certes, il Ă©tait fou, il avait perdu la raison. Pareille chose ne pouvait pas exister." Ils Ă©taient religieux, trĂšs religieux. Ils avaient des hommes sincĂšres, ils avaient des gens sincĂšres. Ils Ă©taient trĂšs religieux.

32 Ainsi, il savait qu’il fallait plus qu’une simple thĂ©ologie, qu’il fallait plus que – qu’un message ordinaire, qu’il fallait plus qu’une simple prĂ©dication de la Parole pour fendre leurs coeurs de pierre. Il savait qu’il fallait le "AINSI DIT LE SEIGNEUR" pour faire descendre ce jugement sur ce peuple. Il savait donc cela quand il sortait avec le "AINSI DIT LE SEIGNEUR". Et c’était "AINSI DIT LE SEIGNEUR". Le rejeter, c’était le jugement. Nous le voyons Ă©galement de nos jours. Nous le voyons Ă  chaque Ă©poque. Quand vous dĂ©passez la limite de la grĂące, il n’y a rien qui reste, sinon le jugement.

33 Maintenant, c’est par ce type d’Elie que je vais reprĂ©senter l’église aujourd’hui – l’église d’aujourd’hui. Juste avant le jugement, il reçut ce Message. Elie, il reprĂ©sentait – on avait pourvu pour lui dans le naturel d’une nourriture naturelle, car la pluie n’allait plus alors tomber pendant trois ans et six mois, conformĂ©ment Ă  la Parole de Dieu ou jusqu’à ce qu’Elie la fasse venir. "Quelle que soit la durĂ©e que tu fixeras, Elie, c’est cela qui se fera." C’est pourquoi, il s’avança vers le roi et dit : "Il n’y aura mĂȘme pas de rosĂ©e jusqu’à ce que je la fasse venir." C’est bien un – un fardeau, n’est-ce pas? C’est bien un message.

34 Et maintenant, nous allons comparer cela avec la sĂ©cheresse spirituelle d’aujourd’hui. Maintenant, nous savons tous, nous sommes trĂšs conscients de ce qu’il y a une grande sĂ©cheresse spirituelle sur la terre aujourd’hui, spirituellement parlant. Et vous savez, il a Ă©tĂ© prĂ©dit par les prophĂštes que cela arriverait juste avant la Seconde Venue de Christ, en ces termes : "Il viendra une famine sur la terre non seulement de pain, mais aussi celle d’entendre la Parole de Dieu." Et ce jour-lĂ , c’est maintenant : "...entendre la vraie Parole de Dieu". Maintenant, cette sĂ©cheresse naturelle est le type de la sĂ©cheresse spirituelle.

35 Le pĂ©chĂ© et l’incrĂ©dulitĂ©, par de faux docteurs et des modernistes dans l’église, avaient placĂ© ce lieu sous ce jugement imminent – ce jugement qui vient. Ils s’étaient alors dĂ©tournĂ©s de la Parole de Dieu et de Son prophĂšte vers les concepts thĂ©ologiques modernes de la Parole.

36 Si vous observez bien ici, c’est juste en pareil moment que Dieu suscite toujours quelque chose. En effet, Il... toujours... Il ne fait rien sans premiĂšrement l’avoir rĂ©vĂ©lĂ© au peuple, et Il le rĂ©vĂšle toujours par Ses serviteurs.

37 Et alors, pendant tout ce temps, Elie avait un lieu secret oĂč Dieu lui avait ordonnĂ© d’aller. C’est la chose que nous voulons voir maintenant, juste avant de tenir la ligne de priĂšre. Elie avait un lieu secret pourvu par Dieu Lui-mĂȘme. Maintenant, l’église ne lui en avait jamais pourvu un, le roi ne lui en avait jamais pourvu un, lui-mĂȘme ne s’en Ă©tait jamais pourvu un, mais c’est Dieu qui avait pourvu d’un lieu secret pour Elie afin qu’il soit nourri pendant tout ce temps que durait la sĂ©cheresse. C’est lĂ  que sa nourriture lui Ă©tait assurĂ©e jour aprĂšs jour. Il n’avait pas Ă  se demander ce qui adviendrait le lendemain ou si l’approvisionnement allait s’arrĂȘter. Dieu avait dit : "J’ai ordonnĂ© aux corbeaux, et ils te nourriront." Quelle chose merveilleuse! Un type de notre lieu secret en Christ.

38 Pendant que le Conseil Mondial et tout ce qui se passe aujourd’hui disent : "Les jours des miracles sont passĂ©s." Les grandes puissances de Dieu ont Ă©tĂ© retirĂ©es des Ă©glises. Elles semblent ne plus ĂȘtre actuellement rien d’autre qu’"un airain qui rĂ©sonne et une cymbale qui retentit". Nous savons que c’est la vĂ©ritĂ©. Et elles ont une forme de piĂ©tĂ©, mais renient ce qui en fait la Puissance.

39 C’est exactement la mĂȘme chose que fit David, ce matin, avec les chars attelĂ©s aux boeufs, alors qu’il s’éloignait de la Parole. Et quand la Parole leur fut prĂ©sentĂ©e et donnĂ©e, ils n’En voulurent pas. De ce fait, ils s’En Ă©loignĂšrent.

40 C’est ce qu’avaient fait ces gens aux jours d’Elie; ils s’étaient Ă©loignĂ©s de la Parole. Ils pensaient avoir la Parole, pourtant ils ne L’avaient pas. Ainsi remarquez par la suite dans le...

41 Pendant le temps oĂč Il s’apprĂȘtait Ă  punir l’incrĂ©dule, Il pourvut Ă  une issue pour le croyant. Il agit toujours ainsi. Aux jours oĂč il allait dĂ©truire le monde par l’eau, Il prĂ©para pour NoĂ© une Ă©chappatoire. Aux jours oĂč Il allait noyer l’Egypte, Il pourvut pour Son peuple Ă  une Ă©chappatoire au travers de la mer. Comme Dieu fraye Sa voie! Et lĂ  oĂč il n’y a pas de voie, Il est cette Voie! Il est cette Voie!

42 Maintenant, nous rĂ©alisons que nous faisons face Ă  quelques – l’une des heures les plus solennelles que l’histoire ait jamais connues. Ce n’est pas exactement le missile balistique muni d’une ogive, d’une tĂȘte chercheuse que nous avons Ă  craindre. Ce sont les Ă©glises que nous devons craindre. C’est cette heure dans laquelle nous vivons que nous devons surveiller.

43 Remarquez maintenant, mais Dieu avait cependant prĂ©parĂ© une voie pour Elie afin qu’il Ă©chappĂąt Ă  cela. De mĂȘme aujourd’hui, Il a prĂ©parĂ© une voie pour que Ses enfants croyants puissent Ă©chapper Ă  cela, Ă  la colĂšre et aux choses qui doivent venir.

44 Car Dieu ne pourrait pas ĂȘtre juste si, aprĂšs avoir jugĂ© ces gens-lĂ  et leur avoir envoyĂ© le chĂątiment, aprĂšs avoir fait sombrer Sodome et Gomorrhe, et fait sombrer CapernaĂŒm au fond de la mer, et aprĂšs avoir condamnĂ© ces gĂ©nĂ©rations -lĂ , et Sodome et Gomorrhe, s’ Il nous laissait ensuite faire la mĂȘme chose et nous en tirer. Nous sommes tout aussi passibles du jugement qu’ils le furent. Maintenant, nous remarquons que les...

45 Lorsque ces choses se manifestaient – la tendance moderne de ce temps-lĂ  – Dieu Ă©leva un homme Ă  cette Ă©poque-lĂ , ou plutĂŽt Il suscita un homme pour combattre ces puissances, mais ils ne voulurent pas y prĂȘter attention. Ils pensĂšrent qu’il Ă©tait fou, qu’il avait perdu la tĂȘte, qu’il n’était qu’un vieux fanatique, un insensĂ©venant du dĂ©sert, une espĂšce de fou sauvage. Et pourtant, il avait la Parole du Seigneur.

46 Aujourd’hui ils disent : "La Parole ne veut pas dire ce qu’Elle dit. Oh! eh bien! La Bible est un livre d’histoire." Je pense que vous avez vu ce qu’ils prĂ©tendent maintenant, qu’Eve n’aurait pas mangĂ© une pomme, qu’elle avait mangĂ© un... Qu’était-ce? Je pense... Ils disent maintenant que c’était un abricot, qu’il s’agissait d’un abricot. Et, en outre, que MoĂŻse n’aurait jamais conduit les enfants au travers de la Mer Rouge, que c’était une vaste Ă©tendue de roseaux qui croissaient Ă  l’autre extrĂ©mitĂ© de cette mer. Et qu’il avait traversĂ© une mer de roseaux. Comment alors expliquer que l’eau, e-a-u, formait des murailles de chaque cĂŽtĂ© en sorte qu’ils purent passer Ă  pied sec? Oh! quel non-sens! Mais voyez-vous, il faut ce genre de jour pour faire descendre la colĂšre de Dieu sur les gens. Il le faut bien.

47 Ils disent qu’il n’existe pas une chose telle – telle que ces... MĂȘme les membres d’église ne croient pas aux miracles; ils disent : "Montrez-moi un miracle – montrez-moi un miracle et je vous donnerai mille dollars." Eh bien! Ils ne pourraient pas le voir, mĂȘme s’il y avait dix mille choses accomplies sous leurs yeux; certes, ils – ils ne le verraient jamais. Vous dites : "Cela est impossible." Oh! non ça ne l’est pas.

48 Une fois, Elie Ă©tait descendu Ă  Dothan; l’armĂ©e Syrienne vint et encercla la ville pour le capturer car ils savaient que c’était lĂ , dans ce voyant, que se cachait la – la force de la nation. Eh bien, le roi... Un des hommes avait parlĂ© au roi de Syrie, disant : Eh bien, tu sais, Elie le prophĂšte, le Thischbite, rapporte au roi d’IsraĂ«l ce que tu dis dans le secret de ta chambre.

49 Il rĂ©pondit : Allez me prendre ce gars-lĂ . C’est l’homme qui nous fait obstacle. Et c’est ainsi que toute l’armĂ©e syrienne s’infiltra et encercla Dothan. Ils l’encerclĂšrent complĂštement.

50 Et GuĂ©hazi, le – le serviteur du prophĂšte se rĂ©veilla et dit : "Oh! mon pĂšre, des armĂ©es nous environnent ici. Nous sommes complĂštement encerclĂ©s."

51 Il dit : "Eh bien, ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec eux." Voyez-vous? Et Guéhazi regarda tout autour et dit : "Je ne vois personne."

52 Il dit : "Eternel Dieu, ouvre les yeux de ce garçon." Et ses yeux s’ouvrirent, et il vit que toutes les collines Ă©taient couvertes d’Anges et de chars, campĂ©s tout autour : les Forces Invisibles.

53 Elie s’avança lĂ  mĂȘme, et la Bible dit : "Il les frappa d’aveuglement." Il s’avança vers eux, mais ils ne le voyaient pas. Il s’avança et dit: "Cherchez-vous Elie?" Ils dirent : "Oui, nous le cherchons."

54 Il dit : "Venez, je vous indiquerai le lieu exact oĂč il se trouve", et il les conduisit juste dans une embuscade, tout droit lĂ  oĂč les armĂ©es sortirent et les prirent.

55 Maintenant, la Bible dit : "Il les frappa d’aveuglement." Cela rĂ©gla le problĂšme. Et aujourd’hui, les gens sont si spirituellement aveugles qu’ils ne peuvent toujours pas voir cela, bien que le Seigneur soit descendu au milieu du peuple et qu’Il ait tout fait [eT.] en accomplissant les choses qu’Il avait promises. Ils sont spirituellement aveugles, ils ne connaissent pas Dieu, ils ne connaissent pas Sa grande Puissance. Maintenant, nous remarquons qu’ils firent cela au temps d’Elie et ils le font encore aujourd’hui. Dieu les frappe d’aveuglement. Aujourd’hui, ils disent : "Il n’y a pas de miracles, pareille chose n’existe pas, tout cela n’est qu’émotion."

56 Et ils avaient dit la mĂȘme chose au sujet d’Elie, car aprĂšs qu’il eut Ă©tĂ© enlevĂ©, un jeune homme, ElisĂ©e, le remplaça et, encore jeune, il devint chauve. Les enfants couraient derriĂšre lui, disant : "Vieux chauve, pourquoi, n’es-tu pas montĂ© avec Elie?" Voyez-vous, pour commencer, ces gens n’avaient mĂȘme pas cru Ă  Cela, aprĂšs que beaucoup de choses furent accomplies. Et ce grand homme de Dieu a Ă©tĂ© enlevĂ© au ciel Ă  bord d’un char de feu, mais les gens n’y croyaient toujours pas. Et ils ont laissĂ© leurs petits enfants courir derriĂšre cet homme disant : "Vieux chauve, pourquoi n’es-tu pas montĂ©?" Voyez-vous? Et alors, le prophĂšte maudit ces enfants, et une ourse tua quarante-deux d’entre eux.

57 Maintenant remarquez. Aujourd’hui, comme il en Ă©tait en ce temps-lĂ , ils donnent leur propre interprĂ©tation Ă  la Parole. Maintenant, s’ils veulent le faire, c’est leur affaire, mais ils essayent de nous le faire croire. La Bible dit : "Cette Parole de Dieu ne peut faire l’objet d’une interprĂ©tation particuliĂšre." Dieu est Son propre interprĂšte. Dieu confirme Sa Parole, et cela En est l’interprĂ©tation. Comme je l’ai souvent dit, au commencement Il dit : "Que la lumiĂšre soit", et la lumiĂšre fut. Cela n’a pas besoin d’ĂȘtre interprĂ©tĂ©; c’était accompli. Il dit : "Une vierge concevra." Elle conçut. Il avait dit qu’Il allait rĂ©pandre Son Esprit et Il l’a fait. Et Il avait annoncĂ© les choses qu’Il ferait dans les derniers jours, et Il est en train de les faire. Cela n’a besoin d’aucune interprĂ©tation, Dieu fait Sa propre interprĂ©tation. Peu importe ce que dit l’insensĂ©, cela n’arrĂȘtera pas du tout Dieu.

58 Lorsque JĂ©sus Ă©tait sur la terre, Il eut Ă  affronter autant d’incrĂ©dulitĂ© que ce que nous avons aujourd’hui, peut-ĂȘtre mĂȘme davantage; pourtant cela ne L’arrĂȘta pas. Il continua juste Son oeuvre et accomplit Sa mission; et Dieu confirmait tout ce qu’Il faisait. Il a dit: Je ne suis pas seul, Mon PĂšre et Moi, nous sommes Un. Il habite en Moi. Ce n’est pas Moi qui fais les oeuvres, c’est le PĂšre qui habite en Moi. Et si Je ne fais pas Ses oeuvres alors ne Me croyez pas, mais si Je fais les oeuvres et que malgrĂ© cela vous ne pouvez Me croire, alors croyez les oeuvres. Voyez-vous? En d’autres mots, ils..."Sondez les Ecritures", dit-Il, "car c’est en Elles que vous pensez avoir la vie Eternelle, par la connaissance des Ecritures. Et les Ecritures Elles-mĂȘmes rendent tĂ©moignage de Moi." Amen! Quelle dĂ©claration! Ce sont Elles, les Ecritures, qui vous disent Qui Je suis, a dit JĂ©sus.

59 Et ce sont les Ecritures qui vous disent l’heure dans laquelle nous vivons. Et les choses que vous voyez se faire, c’est Dieu Lui-mĂȘme parmi Son peuple. Seul Dieu peut ressusciter les morts. Lui Seul peut faire les choses qu’Il est en train de faire maintenant. Car la Bible dit: "Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement."

60 Maintenant, nous voyons donc cette tendance moderne des gens: "Oh! ces jours-lĂ  sont passĂ©s, il n’existe pas de miracles. Les gens sont tous excitĂ©s."

61 Ecoutez ce prophĂšte Elie crier contre eux et contre leurs thĂ©ologiens. Remarquez – remarquez, il parlait comme s’il Ă©tait Dieu Lui-mĂȘme. Elie parlait comme s’il Ă©tait Dieu Lui-mĂȘme : "La rosĂ©e ne tombera pas du ciel jusqu’à ce que je la fasse venir." Amen! Oui, monsieur. Le prophĂšte Ă©tait restĂ© trĂšs longtemps dans la PrĂ©sence de Dieu!

62 Les prophĂštes de l’Ancien Testament ou de n’importe quelle Ă©poque, comme ils vivaient dans la PrĂ©sence de Dieu jusqu’à devenir la Parole, leur Message est la Parole Elle-mĂȘme. Et, souvenez-vous, il disait: "AINSI DIT LE SEIGNEUR." Et quand ces hommes recevaient ces messages venant de Dieu, et ils devenaient si ravis que leurs propres pensĂ©es... Cela Ă©tait peut-ĂȘtre contraire Ă  leurs pensĂ©es, peut-ĂȘtre qu’ils n’étaient pas capables de – de le comprendre exactement. NĂ©anmoins, ils prononçaient la Parole de Dieu : "AINSI DIT LE SEIGNEUR ."

63 "Il n’y aura pas de pluie, jusqu’à ce que je la fasse venir." Oh! Quelle dĂ©claration! Il avait Ă©tĂ© dans la PrĂ©sence de Dieu et avait Ă©tĂ© si parfaitement confirmĂ©. Et, souvenez-vous, cela est aussi conforme Ă  Amos3:7 : "Le Seigneur Dieu ne fait rien avant de l’avoir premiĂšrement rĂ©vĂ©lĂ© Ă  Ses serviteurs les prophĂštes." Il dit : "Il ne tombera point de pluie!" D’abord, Il...

64 On se moqua de lui, on pensa qu’il Ă©tait fou : "Ce fanatique!" Mais, voyez-vous, il avait le "AINSI DIT LE SEIGNEUR : La pluie ne tombera pas". Et Dieu, avant de faire cela, Il l’avait rĂ©vĂ©lĂ© Ă  Son serviteur Elie. Et il Ă©tait un prophĂšte confirmĂ© et Ă©prouvĂ©; ainsi, les gens auraient dĂ» se repentir. Mais, bien au contraire, ils se moquĂšrent de lui, disant : "Oh! Nous avons beaucoup de pluies, les rĂ©servoirs sont pleins, les riviĂšres coulent normalement."

65 La Bible dit qu’il n’y eut mĂȘme pas de rosĂ©e durant trois ans et six mois. Tous les ruisseaux et toutes les eaux sĂ©chĂšrent partout. Ce n’était pas cet homme, c’était Dieu parlant par cet homme. C’était de "Je" qu’il s’agissait. Nous le savons toujours. Ainsi, il...

66 Nous dĂ©couvrons que lorsqu’un homme envoyĂ© de Dieu, ordonnĂ© de Dieu, vient avec le vĂ©ritable "AINSI DIT LE SEIGNEUR", le Message et le messager sont une seule et mĂȘme chose parce qu’il est envoyĂ© pour reprĂ©senter le "AINSI DIT LE SEIGNEUR", Parole aprĂšs Parole. Ainsi, lui et son Message sont une mĂȘme chose.

67 Un dĂ©nominationnel sous les auspices dĂ©nominationnels, lui et l’église sont "un". Un thĂ©ologien sous l’influence de la thĂ©ologie faite par une certaine dĂ©nomination, lui et son message sont "un". Une Ă©glise fondĂ©e sur la thĂ©ologie, un thĂ©ologien. C’est vrai.

68 Ainsi, lorsqu’un homme vient avec le "AINSI DIT LE SEIGNEUR", lui et son Message sont un. Et lorsqu’Elie vint avec le "AINSI DIT LE SEIGNEUR", lui et son Message devinrent un. Juste comme JĂ©sus, quand Il vint, Il Ă©tait la Parole, Saint Jean 1. Ainsi, la Parole de Dieu et le messager de l’ñge ont toujours Ă©tĂ© une seule et mĂȘme chose. C’est vrai.

69 JĂ©sus Ă©tait la Parole qui avait Ă©tĂ© prophĂ©tisĂ©e, sur Lui. Il Ă©tait Celui dont les prophĂštes avaient annoncĂ© la venue : "Une vierge concevra et donnera naissance Ă  cet Enfant." LĂ  au commencement, Dieu leur avait annoncĂ© Cela en ces termes : "La Semence de la femme brisera la tĂȘte du Serpent, et celui-ci lui brisera le talon." Toutes ces prophĂ©ties avaient Ă©tĂ© donnĂ©es : David pleurant et tout le reste; des prophĂštes, Ă  travers les Ăąges, parlaient de Lui. Il Ă©tait cette Parole manifestĂ©e! AllĂ©luia!

70 Maintenant, voyez-vous oĂč j’essaie d’en venir? Ce matin, je vous ai parlĂ© assez clairement. Ne voyez-vous pas l’autoritĂ© du Dieu vivant dans l’Eglise vivante, l’Epouse? Les malades sont guĂ©ris, les morts sont ressuscitĂ©s, les boiteux marchent, les aveugles voient, l’Evangile est annoncĂ© dans Sa puissance, car le Message et le messager sont la mĂȘme chose. La Parole est dans l’Eglise, dans la personne.

71 La Parole de Dieu Ă©tait en Elie lorsqu’il s’avança lĂ  avec le "AINSI DIT LE SEIGNEUR" et dit : "Il ne pleuvra pas." Ce n’était pas Elie, c’était Dieu en Elie.

72 J’ai souvent racontĂ© ce qu’une dame de la Science ChrĂ©tienne m’avait dit une fois. J’en ai dĂ©jĂ  parlĂ© plusieurs fois. Elle disait : "Monsieur Branham, vous vantez trop JĂ©sus."
Je lui rĂ©pondis : "J’espĂšre que c’est la seule chose pour laquelle j’aurai Ă  rendre compte."
Et elle dit : "Vous essayez de Le diviniser."
Je dis : "Il Ă©tait Divin."

73 Elle dit : "Oh! Il Ă©tait un prophĂšte, Il Ă©tait un homme de bien, mais Il n’était pas Divin."

74 ‘‘Bien, lui dis-je, montrez-moi un passage de l’Ecriture disant qu’Il ne L’était pas."

75 Elle rĂ©pondit : "Dans le Livre de Saint Jean, il est Ă©crit qu’Il pleura lorsqu’Il se rendit Ă  la tombe de Lazare."

76 "Eh bien, lui dis-je, bien sĂ»r qu’Il pleura. Il Ă©tait Ă  la fois humain et Divin. Il Ă©tait un homme quand Il pleurait, mais Il devait ĂȘtre Dieu pour ressusciter les morts." C’est vrai. Je dis : "Il Ă©tait un homme lorsqu’Il eut faim, mais Il Ă©tait Dieu quand Il nourrit cinq mille personnes avec deux petits pains et cinq poissons." C’est vrai. Il Ă©tait un homme lorsqu’Il dormait Ă  la poupe, mais ce fut Dieu en Lui qui calma les eaux. Pourquoi? Lui et Son Message Ă©taient Un.

77 Il dit : "Mon PÚre et Moi nous sommes Un. Mon PÚre demeure en Moi." Il était la Plénitude de la Divinité corporellement.

78 Je pense que c’était si frappant, l’autre jour, lorsque j’apportais "LES SEPT AGES DE L’EGLISE". Pour commencer, je – je n’arrivais pas Ă  comprendre comment JĂ©sus pouvait se tenir lĂ  avec ces... avec ce blanc sur Lui comme cela. Il est dit : "Ses cheveux Ă©taient blancs comme de la laine." Je ne pouvais pas comprendre comment un homme de trente trois ans pouvait avoir des cheveux blancs comme neige.

79 Je fis appel Ă  un bon thĂ©ologien, un thĂ©ologien PentecĂŽtiste, un bon et cher ami. Eh bien! C’était FrĂšre Jack Moore. C’est un homme brillant et intelligent. Il dit : "FrĂšre Branham, c’était JĂ©sus glorifiĂ©. Tel Ă©tait Son aspect aprĂšs avoir Ă©tĂ© glorifiĂ©." Non, je ne pouvais pas croire cela. Non. Je – je – je dis : "Bien, Merci FrĂšre Moore."

80 J’entrai lĂ  dans la chambre et me mis Ă  parler Ă  Dieu. Je parcourus ma concordance pour Le ramener dans Daniel, lĂ  oĂč il est dit : "Et Il S'avança vers l’Ancien des Jours dont les cheveux Ă©taient blancs comme la laine." Je dis : "Seigneur, je – je – je ne sais que dire, mais j’ai une responsabilitĂ©." Maintenant, c’était avant que les Sc... et souvenez-vous, c’était environ une annĂ©e ou plus, avant que les Sept Sceaux ne soient ouverts. Et lĂ , je priais : "Seigneur, qu’était-ce?"

81 Et je regardai et voici un homme Ă©tait debout devant moi; il Ă©tait un juge et il portait une perruque blanche. Jadis, les anciens juges portaient une perruque blanche pour montrer qu’ils Ă©taient l’autoritĂ© suprĂȘme.

82 Et alors, quand j’ai vu JĂ©sus avec la perruque blanche, j’ai dit que cela ne fait que confirmer la vĂ©ritĂ© que nous connaissons, Ă  savoir qu’Il est l’AutoritĂ© SuprĂȘme. Dieu tĂ©moigna la mĂȘme chose sur la Montagne de la Transfiguration, en disant : Celui-ci est Mon Fils bien-aimĂ©, Ă©coutez-Le, l’AutoritĂ© SuprĂȘme.

83 En retournant alors lĂ  au dĂ©but des Sept Sceaux, quand ces sept Anges descendirent en forme de pyramide, Il se tint lĂ  et me dit de rentrer ici pour prĂȘcher sur ces Sept Sceaux, et qu’Il allait ĂȘtre avec moi. Il me montra ce qu’étaient ces choses perdues. J’avais toujours pensĂ© que cela Ă©tait scellĂ© au dos du Livre, mais qu’il s’agissait de quelque chose qui n’était pas Ă©crit dans le Livre; mais il s’est avĂ©rĂ© que – il a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ© qu’Il ne peut pas faire cela. Il ne s’agissait pas de quelque chose qui Ă©tait Ă©crit dans le Livre... C’est quelque chose qui a Ă©tĂ© cachĂ© dans le Livre, "car quiconque En retranchera une Parole ou Y ajoutera une parole..." Il s’agit donc d’un mystĂšre qui Ă©tait dans le Livre pendant ces sept Ăąges de l’Eglise. Chacun d’eux a produit un –un mystĂšre, tout au sujet du baptĂȘme d’eau et de ces autres choses sur lesquelles ils ont tĂątonnĂ© pendant si longtemps.

84 Et ensuite quand Cela s’éleva, les grands observatoires depuis lĂ , en Californie jusqu’au fond, au Mexique, Ă  Tucson et partout ailleurs, En prirent la photograhie. C’était une apparition mystĂ©rieuse. FrĂšre Fred Sothmann, assis juste lĂ  derriĂšre, lĂ , FrĂšre Gene Norman et moi-mĂȘme, nous nous tenions juste lĂ , prĂ©sents lorsque Cela s’éleva. Ils prirent des photographies, mais ils ne savent toujours pas ce que c’était. Il y a quelque temps ici, tout le monde disait : "Regardez ici, ça ressemble Ă  ceci, et regardez ces ailes d’Anges comme elles sont repliĂ©es lĂ - dedans."

85 Un jour, en tournant cela Ă  droite, j’ai regardĂ© : LĂ  Ă©tait JĂ©sus Christ, tout aussi parfait que Hoffmann L’avait peint. Il se tenait lĂ , portant une perruque blanche, regardant en bas, vers la terre, montrant qu’Il est l’AutoritĂ© SuprĂȘme. Les cieux le dĂ©clarent, la Bible le dĂ©clare, le Message le dĂ©clare. Tout cela, c’est la mĂȘme chose : l’AutoritĂ© SuprĂȘme, portant la perruque blanche. Vous voyez bien Sa barbe noire en dessous. Beaucoup parmi vous ont vu la photo. Nous l’avons lĂ  au fond. Tournez-la simplement Ă  droite, latĂ©ralement, observez-la. Le voilĂ . Tout aussi parfait que c’était, comme si on L’avait photographiĂ©. Eux la regardent dans un mauvais angle. Vous devez la regarder dans le bon angle. Et seul le Seigneur Dieu peut rĂ©vĂ©ler lequel est l’angle correct. Tournez-la Ă  votre droite et observez-la. Le voilĂ , juste aussi parfait, alors que cela a Ă©tĂ© photographiĂ© lĂ -haut.

86 La premiĂšre fois que je L’ai vu, Il ressemblait Ă  la "TĂȘte de... Hoffmann". Je n’avais jamais vu cela auparavant. Bien des annĂ©es plus tard, j’ai vu cela au tabernacle de Billy Sunday. Depuis lors, ma maison n’a jamais manquĂ© une de ces images.

87 Ainsi, lĂ  dans les cieux, Cela prouva que le mĂȘme Dieu que j’avais vu ici dans cette vision , quand je n’ Ă©tais qu’un petit garçon, ici prĂšs de l’endroit oĂč se trouve cette Ă©cole, avait la mĂȘme apparence. Et lĂ , dans les cieux, trente trois ans plus tard, Il confirme que c’est la vĂ©ritĂ©. C’est bien lĂ  Son aspect, ce n’est pas une certaine chose mystique venant d’une idĂ©e de quelqu’un.

88 C’est comme au Vatican, ils ont peint là un – un – un Christ avec un petit anneau de barbe blanche ou plutît un anneau de barbe d’un demi- pouce entourant Son menton et le dessus de Sa bouche comme ceci, et ils appellent cela le Christ.

89 Ceci me fait penser Ă  un artiste grec que j’ai vu une fois dans une ancienne cathĂ©drale, montrant ce Ă  quoi Adam et Eve ressemblaient. Ils ressemblaient Ă  des bĂȘtes ou Ă  quelque chose comme cela. C’est ce que l’esprit charnel peut percevoir d’une chose spirituelle. Je pense qu’Adam Ă©tait l’homme le plus beau qui ait jamais vĂ©cu et qu’Eve Ă©tait une femme parfaite Ă  tous Ă©gards.

90 Ainsi, les esprits charnels conçoivent la Chose selon leurs propres idĂ©es, puis Dieu fait descendre la chose et la dĂ©voile par Sa puissance. C’est exactement ce qui s’est passĂ© lĂ , aux jours d’Achab.

91 Maintenant, nous dĂ©couvrons qu’Elie pouvait dire cela parce que le Message de l’heure et la Parole de Dieu... Le messager, le Message – le Message et la Parole Ă©taient exactement la mĂȘme chose. Le prophĂšte, la Parole, le Message, le messager, le Message, et le Message, Ă©taient la mĂȘme chose. JĂ©sus a dit : "Si Je n’accomplis pas les oeuvres Ă©crites Ă  Mon sujet, alors ne Me croyez pas." C’est bien. Tout homme et son message sont un.

92 La raison pour laquelle aujourd’hui ils ne croient pas à l’accomplissement des oeuvres de Dieu, c’est parce qu’ils n’acceptent pas le Message de Dieu. Ils ne croient pas le Message.

93 Mais pour ceux qui croient Ă  l’heure de Dieu dans laquelle nous vivons, ces choses sont de la Nourriture cachĂ©e. Pensez-y. Dieu L’a tellement cachĂ©e qu’ils La regardent en face, mais ne La voient pas. De mĂȘme qu’Elie frappa l’armĂ©e syrienne d’aveuglement, de mĂȘme Dieu aveugle l’incroyant quant Ă  la vraie et authentique Nourriture de l’enfant, du croyant.

94 La raison pour laquelle ils ont traitĂ© NoĂ© de "fanatique" pendant qu’il construisait l’arche est que ses yeux Ă©taient ouverts Ă  la Parole de Dieu et Ă  la promesse. La chose mĂȘme qu’ils traitaient de fanatisme sauva NoĂ© et sa famille. Vous voyez? C’est exactement la mĂȘme chose. La chose dont les gens se moquent, c’est la chose pour laquelle nous prions. La chose que les gens taxent de "folie", nous, nous l’appelons "Grand". Ce que le monde appelle "grand", Dieu l’appelle "folie". Et ce que le monde taxe de "folie", Dieu l’appelle "Grand". C’est exactement le contraste entre le Vrai et le faux. JĂ©sus Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.

95 Souvenez-vous, il entra dans son lieu secret selon le plan de Dieu, selon l’appel de Dieu et selon la Parole de Dieu. Elie entra dans son lieu secret selon la prescience et le plan de Dieu, selon l’appel reçu dans sa vie, et selon la Parole. Si ce n’est pas de cette maniĂšre-lĂ  que nous sommes entrĂ©s, alors je ne sais pas pourquoi nous y entrons.

96 Et remarquez, avant que la sĂ©cheresse ne commençùt, Elie entra dans ce lieu secret pour sa survie. Un vĂ©ritable type du temps avant que le jugement ne commence Ă  frapper la terre. L’Eglise est dĂ©jĂ  appelĂ©e Ă  sortir, l’Epouse est dĂ©jĂ  choisie et Elle est simplement dans l’attente avant que le jugement ne frappe. Elle est dĂ©jĂ  en attente, mangeant de la Nourriture de Dieu et jouissant des bĂ©nĂ©dictions de Dieu. Tout homme ayant le bon sens sait que nous nous dirigeons directement vers lĂ . Nous sommes juste Ă  l’heure du jugement.

97 Regardez! FrĂšre Banks et plusieurs d’entre vous qui ĂȘtes ici ce soir se tenaient lĂ , sur cette montagne ce matin-lĂ .

98 Et Dieu voulant, j’aimerais parler au sujet de cette montagne, le dimanche prochain, le matin. J’ai reçu une grande rĂ©vĂ©lation, quelque chose de plus que je ne peux guĂšre m’empĂȘcher de dire ce soir. Mais j’ai... Voyez-vous? Et constamment, une chose arrive aprĂšs une autre, tout le temps. Voyez-vous? Ça ne manquera jamais d’arriver, car c’était: "AINSI DIT LE SEIGNEUR".

99 Chacun de vous ici m’a entendu des milliers et des milliers de fois sur bandes dire, me tenant ici : "AINSI DIT LE SEIGNEUR", cela arrivera comme ceci et comme cela." Et mĂȘme les journaux et les magazines doivent dĂ©clarer qu’il en est ainsi. Ils n’en savent absolument rien, mais ils ont vu cela. Ils ne savent pas ce que c’est, mais ils ont vu cela confirmer la Parole comme Ă©tant exactement la VĂ©ritĂ©.

100 Quand nous nous tenions ici au fleuve, cet Ange du Seigneur descendit ce jour-lĂ , il y a trente trois ans ou plutĂŽt c’était en 1933, Il descendit et annonça les choses qu’Il a accomplies. Je sortis et beaucoup de gens qui se tenaient lĂ  sur le rivage demandĂšrent : "Que signifiait cela, Billy?"

101 Je rĂ©pondis : "Cela n’était pas pour moi, c’était pour vous. Moi, je crois; vous, vous ne croyez pas." Et j’avais simplement continuĂ© Ă  marcher.

102 Alors, le pasteur me parla et dit : "Tu veux dire que toi, avec ton niveau d’instruction de septiùme primaire, tu vas parcourir le monde entier et prier pour les monarques, les potentats, les rois et autres? Et, oh! dit-il, oublie cela!"

103 Je ne pouvais pas oublier cela, c’était gravĂ© sur mon coeur. Voici maintenant, trente trois ans aprĂšs, tout ce qu’Il avait dit s’est parfaitement accompli de la maniĂšre dont Il avait dit qu’Il le ferait. Il est Dieu et Il ne peut faillir. Il tient toujours Sa Parole. Il... N’En doutez jamais.

104 Maintenant remarquez, il entra selon le Plan de Dieu (la prescience), l’appel de Dieu et la Parole de Dieu et il entra avant que la sĂ©cheresse ne sĂ©vĂźt. Maintenant nous savons que le jugement est sur le point de frapper.

105 L’autre jour, je me tenais sur la colline avec FrĂšre Banks Wood qui est ici; nous gravissions la colline. Peut-ĂȘtre que je rĂ©pĂšte cela de sorte que cela Ă©difie votre foi pour cette ligne de priĂšre qui va commencer dans les dix ou quinze prochaines minutes. Je marchais juste devant FrĂšre Banks. Il Ă©tait... Je pense qu’il avait laissĂ© soeur Ruby alors malade. Et lui – comme il venait derriĂšre moi, je remarquai que son visage Ă©tait devenu rouge. Je regardai en arriĂšre. Je pensai que peut-ĂȘtre gravir la colline s’avĂ©rait un peu difficile pour lui. Aussi avais-je en quelque sorte ralenti. C’était juste dans ces dĂ©serts, juste au sommet des collines comme cela, exactement lĂ  oĂč les Anges du Seigneur Ă©taient apparus. Nous nous dirigions alors juste dans cette direction oĂč ils Ă©taient apparus quelques mois avant cela.

106 Et pendant que je gravissais la colline, l’Esprit de Dieu... Quand je me suis retournĂ© pour regarder au sommet de la montagne, Il a dit : "Ramasse cette pierre et dis-lui : AINSI DIT LE SEIGNEUR, tu verras la Gloire de Dieu dans les toutes prochaines heures."

107 J’ai immĂ©diatement ramassĂ© la pierre et j’ai dit : "FrĂšre Banks, je ne sais pas pourquoi," je l’ai jetĂ©e en l’air et j’ai dit: "AINSI DIT LE SEIGNEUR, tu vas voir la Gloire de Dieu." Il demanda : "Est-ce en rapport avec Ruby?"

108 Je lui rĂ©pondis : "Non, je ne pense pas que cela ait un rapport avec toi, Banks, ou avec Ruby, ni avec l’un ni avec l’autre, je pense seulement qu’il a Ă©tĂ© simplement dit : "AINSI DIT LE SEIGNEUR, quelque chose va arriver."

109 Et le lendemain matin, quand nous nous tenions lĂ  – beaucoup d’hommes, je ne sais combien, sont assis ici maintenant, il y en avait douze ou quatorze, quinze d’entre nous assis lĂ . Tout d’un coup, un ministre s’approcha de moi et dit : "FrĂšre Branham, dit-il, je m'appelle un tel." Il dit : "J’étais l’un de tes sponsors en Californie."

110 Je dis : "Je suis heureux de te rencontrer, Monsieur Douglas Mc Hughes." Il dit : "Je suis..." Je dis : "Je suis heureux de te rencontrer." Je lui serrai la main.

111 Il dit : "Eh bien, maintenant je dĂ©sire te poser une question." Il dit:... Roy Roberson, un administrateur d’ici, FrĂšre Woods, Terry et Billy, et oh! FrĂšre Mc Anally, et je ne connais pas tous ceux qui Ă©taient lĂ . Et je... Il dit : "Je dĂ©sire te demander quelque chose." Il dit : "Le Seigneur te donne-t-Il de fois des visions Ă  l’écart comme ici?"

112 Je dis : "Oui, frĂšre, mais je suis venu ici pour, en quelque sorte, m’en Ă©loigner, pour me reposer." Et j’ai regardĂ© tout autour comme ceci, et j’ai vu un mĂ©decin costaud en train de l’examiner, disant: "RĂ©vĂ©rend Mc Hughes, cette allergie dans votre oeil va bientĂŽt le crever. Je vous ai soignĂ© pendant deux ans et je n’y puis plus rien." Et je me suis retournĂ© vers lui. J’ai dit : "La raison pour laquelle tu m’as demandĂ© cela, c’est parce que ton mĂ©decin t’a dit l’autre jour qu’il y a une allergie dans ton oeil." C’était la mi-journĂ©e, vers onze heures et il portait des lunettes antisolaires. Et je dis : "La raison... ce n’est pas Ă  cause du soleil que tu les portes, mais c’est Ă  cause de ton oeil. Il t’a dit que tu allais perdre cet oeil."
Et il se mit à pleurer, disant : "C’est vrai."

113 Je me retournai pour marcher encore autour et j’avais une pelle dans ma main. Et je regardai, je le vis se tenant lĂ , me regardant, ses yeux tout Ă  fait clairs. Je dis: "Mais AINSI DIT LE SEIGNEUR, tu ne vas pas perdre cet oeil." J’ai chassĂ© avec lui l’automne dernier, il peut voir mieux que moi ou que n’importe qui dans la foule. Jamais il ne...

114 Et je vis une dame assez ùgée faire descendre ses bas et remonter le pan de sa jupe. Elle dit : "Mon fils, si tu vois FrÚre Branham, dis-lui de prier pour mes pieds." Et je regardai là, et de petites... qui ressemblaient à des tumeurs recouvrant entiÚrement ses pieds.

115 Je lui dis : "Ta mĂšre est une dame aux cheveux gris. (Mon fils, tu vois) Elle t’a dit, avant ton dĂ©part, que si tu me voyais, que tu me demandes de prier pour ses pieds. Elle a comme de petites tumeurs qui couvrent tous ses pieds." Il faillit s’évanouir.
Il dit : "C’est la VĂ©ritĂ©."
Je dis : "Dis-lui de ne plus s’inquiĂ©ter. Tout ira bien."

116 Je commençai Ă  marcher aux alentours. Alors j’entendis la Voix de Dieu parler et dire : "Mets-toi vite Ă  l’écart." Roy Roberson se tenait lĂ ; sachant qu’il Ă©tait un vĂ©tĂ©ran de guerre, je posai ma main sur son Ă©paule et lui dis : "FrĂšre Roy, cache-toi aussi vite que tu le peux!"
- Il demanda : "Que se passe-t-il ?"
- Je lui dis : "Mets-toi Ă  l’écart! Cache-toi!"

117 Et aussitĂŽt, je me suis mis Ă  marcher par lĂ , j’ai dĂ©posĂ© ma pelle, je me suis retournĂ©, j’ai enlevĂ© mon chapeau. Et, Le voilĂ  venir! La Gloire de Dieu descendit dans un tourbillon qui arracha le flanc de la montagne comme cela, fit une dĂ©tonation, secoua l’endroit comme ceci, coupa le bout des buissons Ă  environ 3,4 ou 5 pieds [91,122, 152 cm. – N.D.T.] au-dessus de ma tĂȘte; cela remonta en forme d’entonnoir comme cela, puis fit encore une dĂ©tonation. Et cela revint Ă  trois reprises.

118 Puis quand Cela fut parti, aprùs la troisiùme fois, Frùre Banks s’approcha et dit : "Est-ce de cela que tu parlais?"
- Je dis : "Oui."
- Il demanda : "Qu’était-ce?"

119 Je dis : "Dieu apparaüt dans des tourbillons." Je ne savais pas s’Il voulait que j’en parle aux gens ou non.

120 Puis, j’ai continuĂ© et j’ai priĂ© un peu. Alors Il me dit que je pouvais leur en parler. Je dis : "C’est le jugement qui frappe la CĂŽte Ouest."
Observez-la aujourd’hui! Voyez ce qui est arrivĂ© quelques heures aprĂšs cela : l’Alaska a sombrĂ©. Et maintenant tout s’enfonce. Nous entrons dans le jugement. La GrĂące a Ă©tĂ© rejetĂ©e.

121 Mais grĂąces soient rendues Ă  Dieu, nous avons la Nourriture cachĂ©e, la Nourriture Spirituelle qui nous fait vivre, la bontĂ© et la misĂ©ricorde de la RĂ©vĂ©lation de JĂ©sus Christ dans ces derniers jours. Il Se confirme Lui-mĂȘme au milieu de Son peuple. Amen!
Ils entrĂšrent. Elie entra avant que la sĂ©cheresse n’eĂ»t dĂ©butĂ©. Remerciez Dieu d’ĂȘtre entrĂ©s avant que le jugement ne tombe. C’est maintenant le temps de sortir et d’entrer, sortir de ces organisations et entrer en Christ; un temps de sortie et un temps d’entrĂ©e pour tous les vrais croyants.

122 Ainsi, il fut appelĂ© et il resta lĂ . Souvenez-vous, il ne quitta jamais ce torrent jusqu’à ce que Dieu l’appelĂąt.

123 Et aprĂšs que la sĂ©cheresse fut presque finie, Il l’appela hors de lĂ  pour aller Ă  la maison d’une veuve. Remarquez, Il l’appela pour aller chez cette veuve. Et cette veuve ne s’était pas associĂ©e avec les incrĂ©dules qui reçurent la marque de la bĂȘte pendant la sĂ©cheresse. Ainsi, Il l’a appelĂ©e Ă  sortir pour – Il appela Elie pour approvisionner cette veuve. Ils n’avaient qu’un petit gĂąteau, une petite chose sur laquelle elle comptait. Et Elie dit : "Donne-moi d’abord cela. Car, AINSI DIT LE SEIGNEUR, ce pot ne se videra pas, la cruche ne sĂ©chera pas non plus jusqu’au jour oĂč l’Eternel Dieu enverra la pluie sur la terre." Mettre Dieu Ă  la premiĂšre place, Sa Parole d’abord!

124 Remarquez, il y avait de la farine dans le pot. Chaque fois qu’elle allait chercher de la farine, il y en avait dans le pot. Il y avait de l’huile dans la cruche chaque fois qu’elle allait en chercher. Pourquoi? La farine reprĂ©sentait Christ dans l’offrande de farine. Les grains devaient ĂȘtre bien disposĂ©s pour que chacun d’eux soit moulu. Toutes les particules de cette farine Ă©taient exactement identiques, montrant qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. C’était la Parole, le Pain de Vie qui suit le Message afin de confirmer la Parole.

125 Ainsi en est-il aujourd’hui, mes amis. Ainsi en est-il aujourd’hui, le Pain de Vie que les enfants mangent suit le Message de Dieu afin de les soutenir pendant le temps de sĂ©cheresse. Qu’en serait-il s’Il se tenait dans notre prĂ©sence aujourd’hui? Qu’en serait-il s’Il Se tenait dans notre prĂ©sence maintenant mĂȘme? Il agirait et ferait exactement comme Il le faisait aux jours oĂč Il Ă©tait dans la chair ici, sur la terre. L’Epouse est une partie de l’Epoux, l’Eglise est pareille Ă  Christ. "Les oeuvres que Je fais , vous les ferez aussi." Et c’est la Parole qui faisait cela. Il nous a dit que les choses qu’Il a faites, nous les ferions aussi.

126 Nous remarquons encore ici que si la Parole est en nous et si Elle est venue Ă  nous comme Elle vint Ă  Elie en ce jour-lĂ , Elle fera la mĂȘme chose qu’il fit. Il se nourrissait des choses secrĂštes de Dieu qui sont cachĂ©es aux yeux du monde. Oh! de nouveau cela fait que le Message et le messager sont Un. La Nourriture Spirituelle est prĂȘte, et Elle est en Sa saison maintenant. Et chacun de vous peut obtenir cette Nourriture, si vous La dĂ©sirez, si vous voulez bien vous sĂ©parer de toute l’incrĂ©dulitĂ© de cette heure-ci, si vous ĂȘtes prĂȘts Ă  entrer en Christ, Ă  entrer dans Sa promesse.
Et rappelez-vous Ses promesses dans Malachie 4, dans Luc 17.30, aussi dans Saint Jean 14.12, et dans bien d’autres Ecritures qui en parlent, JoĂ«l 2.38 ou plutĂŽt 2.28; et ce qu’Il devrait faire en ces derniers jours. Et comment le prophĂšte a annoncĂ© qu’il y aura la LumiĂšre dans ces derniers jours, comment Elle sera Ă  l’oeuvre, ce qu’Elle ferait. Toutes les Ecritures pointent vers ces derniers jours. Et c’est Christ! Si vous pouvez vous cacher lĂ -dedans maintenant, dans ce Lieu secret, vous pouvez manger et voir la bontĂ© ainsi que la misĂ©ricorde de Dieu. Si vous ĂȘtes malade, la guĂ©rison s’y trouve.

127 Vous vous souvenez lorsqu’ElisĂ©e, plus tard, fit descendre... AprĂšs avoir reçu cette offrande de farine, Christ, il nourrit la maison de la veuve avec Cela. Remarquez que plus tard, quand il fit descendre le feu du ciel, et tout, il prouva qu’il Ă©tait envoyĂ© par Dieu, l’Esprit du prophĂšte...

128 Remarquez que dans le dĂ©sert, alors qu’il Ă©tait couchĂ© lĂ  sous le genĂȘt, un Ange descendit avec cette mĂȘme sorte de farine, et en fit quelques gĂąteaux et le nourrit. Et un peu plus tard, Il l’endormit, puis le rĂ©veilla et il avait lĂ  quelques gĂąteaux de plus, cuits pour lui. Et avec la force que lui donnĂšrent ces gĂąteaux, il marcha pendant quarante jours. Gloire Ă  Dieu! Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Oh! Combien nous L’aimons, Lui, la Nourriture Spirituelle en Sa saison!

129 "Il n’est pas convenable de prendre le pain des enfants et de le donner aux chiens." JĂ©sus n’a-t-Il pas dit la mĂȘme chose Ă  la femme syrophĂ©nicienne? Il avait Ă©tĂ© envoyĂ© vers les Siens. C’est vrai. Et c’est Ă  eux qu’Il alla... Il n’alla jamais chez les Gentils.

130 Et maintenant, aujourd’hui, Il visite les Gentils en leur temps, et il n’est pas convenable...

131 Vous dites : "Pourquoi le Message n’est-Il pas proclamĂ© dans ces grandes places, ces grandes croisades comme dans les dĂ©nominations?"

132 Ce n’est pas leur Nourriture, ce n’est pas la Nourriture de la soi-disant Ă©glise. C’est la Nourriture de l’Epouse. C’est la Nourriture spirituelle en Sa saison. Cela leur causerait de l’indigestion, Elle est trop riche pour eux. Voyez-vous? Voyez-vous? Vous – vous – vous ne pouvez pas faire cela. Mais pour les enfants, c’est du Pain, c’est la Vie, c’est JĂ©sus-Christ le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.

133 Nous serons fort en retard si nous ne commençons pas la ligne de priĂšre maintenant; ainsi, inclinons nos tĂȘtes juste un moment.

134 Dieu bien-aimĂ©, Nourriture spirituelle au temps convenable, Nourriture spirituelle, Chose dont le monde ne sait rien. Oh! combien nous pouvons entendre notre Seigneur dire cette nuit-lĂ , ou ce jour-lĂ , lĂ -bas en Samarie, au mĂȘme endroit oĂč ElisĂ©e s’était avancĂ© et avait dit: "Certes, la rosĂ©e ne tombera pas jusqu’à ce que je la fasse venir!" Voici que JĂ©sus se tenait lĂ  parlant Ă  Ses disciples. Ils demandĂšrent : "MaĂźtre, pourquoi ne manges-Tu pas?" Il rĂ©pondit : "J’ai une Nourriture que vous ne connaissez pas."

135 En vĂ©ritĂ©, Seigneur, Sa Nourriture Ă©tait de faire la volontĂ© de Dieu, de voir les oeuvres de Dieu ĂȘtre rendues manifestes dans Son heure. Il Ă©tait lĂ  pour veiller Ă  ce que cela s’accomplisse. "Je ne fais rien Ă  moins que Mon PĂšre me le montre premiĂšrement. Ce que le PĂšre Me montre, c’est ce que Je fais."

136 Et PĂšre, il en est de mĂȘme aujourd’hui. L’Eglise, le vrai croyant, le Corps des croyants, a accĂšs Ă  la Nourriture, la Nourriture spirituelle dont les croyants de nom ne connaissent rien. Le monde ne connaĂźt rien au sujet de cette Nourriture, PĂšre; mais Ton Eglise, Ton peuple, l’Epouse de Ton Fils aime Cela.

137 Nous avons accĂšs Ă  la guĂ©rison de nos corps lorsque les mĂ©decins ont Ă©chouĂ©. Nous y avons accĂšs. C’est l’une des Nourritures de Dieu qu’Il a donnĂ©es Ă  Son Eglise et qu’Il avait promises pour le dernier jour Ă  Ses enfants qui croient. Et, PĂšre, aide-nous Ă  ĂȘtre des enfants croyants, car tout est possible aux croyants. Accorde-le, Dieu bien-aimĂ©. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

138 Billy m’a dit, je crois, qu’on avait distribuĂ© quelques cartes de priĂšre. Si quelqu’un veut bien me dire la lettre qui est sur sa carte de priĂšre, c’est tout ce que je veux. [Quelqu’un dit : "C." – N.D.T.] C, trĂšs bien. Prenons C Ă  partir du numĂ©ro 1, avant que je ne commence notre ligne. Voyez-vous, maintenant, ils peuvent ĂȘtre partout. Maintenant, si chacun... Eh bien! Voyez, je vais essayer ceci. Je ne sais pas si nous pouvons faire cela ou pas; ou si nous pouvons seulement former une ligne en procĂ©dant Ă  l’appel. Vous, restez assis tranquillement. Ce n’est pas un problĂšme pour moi, que vous prĂ©fĂ©riez monter ici sur l’estrade ou que vous dĂ©siriez ĂȘtre appelĂ©s l’un aprĂšs l’autre, ça importe peu. C’est juste, l’un ou l’autre. Je ne compte uniquement que sur le Saint-Esprit. Je compte sur Lui pour dĂ©fendre cette Parole que j’ai prĂȘchĂ©e.

139 FrĂšre Georges Wright, je crois Cela. Depuis le temps oĂč j’étais un petit garçon, quand je venais chez vous, il y a de cela plusieurs annĂ©es et que j’écoutais ce vieux engoulevent perchĂ© sur l’arbre, je crois toujours ce mĂȘme Message. Je crois que c’est le mĂȘme Message.

140 TrĂšs bien, je vois qu’on dĂ©gage ici derriĂšre pour la ligne de priĂšre. TrĂšs bien, carte de priĂšre C, numĂ©ro Un, deux, trois, quatre, cinq, venez premiĂšrement et tenez-vous juste ici. Si vous ne pouvez pas vous lever, levez simplement vos mains, l’un d’eux viendra vous prendre. [Quelqu’un parle Ă  FrĂšre Branham. – N.D.T.] Qu’est-ce?... Ouais Euh – Euh. Carte de priĂšre C un, deux, trois, quatre, cinq. Et maintenant, remarquez, vous qui n’avez pas de cartes de priĂšre...

141 Maintenant, depuis trĂšs – trĂšs longtemps, je n’ai pas tenu ce genre de ligne de priĂšre. Combien se rappellent ma commission quand nous construisions ce Tabernacle-ci? Il avait dit : "Fais l’oeuvre d’un Ă©vangĂ©liste." Il n’avait pas dit que j’étais un Ă©vangĂ©liste. Il avait dit : "Fais l’oeuvre d’un Ă©vangĂ©liste", vous voyez, "car l’heure viendra oĂč ça devra ĂȘtre changĂ©". Et cette heure arrive. TrĂšs bien. Maintenant, dans ceci, Il...

142 Vous ne pouvez pas mĂ©langer deux ou trois diffĂ©rents ministĂšres, Ă  la fois ĂȘtre pasteur et Ă©vangĂ©liser en mĂȘme temps. Vous ne pouvez pas ĂȘtre un – un prophĂšte et peut-ĂȘtre un pasteur en mĂȘme temps, voyez-vous, parce que vous avez diffĂ©rentes tĂąches, diffĂ©rents ministĂšres.

143 Mais le Seigneur m’a indiquĂ© ce qu’il me fallait faire dans mon Message. Mais ensuite, Il a dit : "Fais l’oeuvre d’un Ă©vangĂ©liste, accomplis pleinement ton ministĂšre, car l’heure viendra oĂč ils ne supporteront pas la saine Doctrine." Cela n’est-il pas arrivĂ© maintenant? Chaque Ă©glise dĂ©nominationnelle m’a rejetĂ©, ils n’ont pas pu supporter la saine Doctrine. Mais selon leurs propres convoitises, ils se donneront leurs propres docteurs, et ils se tourneront vers les fables. Et ils feront de grands exploits comme JannĂšs et JambrĂšs qui s’opposĂšrent Ă  MoĂŻse, mais leur folie sera rendue manifeste. Voyez-vous? Voyez-vous? TrĂšs bien, des imitations! Vous voyez comment JambrĂšs...

144 Et, Dieu au ciel le sait, cela se trouve juste lĂ -mĂȘme, dans la pierre angulaire de ce Tabernacle depuis 1933, je l’avais Ă©crit sur une page de la Bible, ça se trouve lĂ -mĂȘme. Regardez comment ils ont fait cela. Remarquez ce qui s’est passĂ©. Des imitations! Tout Ă  fait exact. Il a dit : "Laissez-les tranquilles, leur folie sera rendue manifeste, de la mĂȘme maniĂšre qu’il en Ă©tait de JannĂšs et JambrĂšs." Nous sommes en ce jour-lĂ .

145 J’avais vu l’église en ce temps-lĂ , pendant que nous ne posions encore que la pierre angulaire, les gens traĂźnaient aux allĂšges et tout autour, ils se tenaient prĂšs des murs du Tabernacle. Vous y ĂȘtes. Et ils disaient quand cela fut Ă©rigĂ©, les gens de cette ville ici disaient : "Dans six mois..." Nous, nous n’avions qu’un dollar et quatre-vingts cents pour construire le Tabernacle. Beaucoup de garagistes Ă©taient vraiment sĂ»rs que ç’ allait devenir leur garage. Mais cela demeure toujours une bergerie pour les brebis de Dieu.

146 Un, deux, trois, cinq, six, sept, huit, neuf, dix. C six, sept, huit, neuf, dix. TrĂšs bien.

147 Maintenant, "Moi le Seigneur, Je l’ai plantĂ©, Je l’arroserai nuit et jour de peur que quelqu’un ne l’arrache de Ma main". ConsidĂ©rez les critiques! Aucune dĂ©nomination pour soutenir Cela. Pas d’église comme celle-ci Ă  travers le pays. Pas de PentecĂŽte dans le pays, rien d’autre pour soutenir cela. Tout le monde Ă©tait contre le baptĂȘme d’eau, tout le monde Ă©tait contre toutes ces autres choses. MĂȘme dans ma propre famille, mon propre papa me mit Ă  la porte, je mis mes vĂȘtements dans un petit sac en papier et partis vivre Ă  New Albany. C’est vrai. Mais Ă  travers beaucoup de dangers, peines et piĂšges,
Par lesquels je suis déjà passé;
C’est la grĂące qui m’a gardĂ© sain et sauf jusqu’à prĂ©sent.
(J’ai cinquante-six ans et bientît je dois traverser la riviùre.)
La Grñce m’embarquera
AprĂšs que j’aurai passĂ© lĂ  dix mille ans
Brillant d’éclat comme le soleil
Nous n’aurons pas moins de jours pour chanter la gloire de Dieu
Que lorsque nous avions au départ commencé.
Oh! combien j’aime JĂ©sus! Il est le monde entier pour moi.

148 Oh! trĂšs bien, combien ai-je... OĂč est-ce que je me suis arrĂȘtĂ©, Ă  dix? Pouvons-nous en prendre quelques unes de plus? TrĂšs bien. Qu’était-ce, dix, quinze? TrĂšs bien. C dix Ă  quinze, oĂč que vous soyez, si vous le pouvez, levez-vous et entrez dans la ligne. Que dites-vous? Hein? TrĂšs bien. C quinze Ă  vingt donc. Que ce soit C quinze Ă  vingt. Cela fera dix personnes de plus. Nous voyons... Vous voyez – voyez oĂč se tient la ligne, lĂ . Nous ne voulons pas les avoir – les entasser. Et nous allons... TrĂšs bien.

149 Maintenant, accordez-moi toute votre attention, nous ne ferons pas longtemps. Mais maintenant – oh! quelle heure! Quel temps! Je – je souhaite que tout le monde puisse aimer le Seigneur. Je – je dĂ©sire que nous puissions tous atteindre ce niveau-lĂ , pour nous rendre compte de la possibilitĂ© qu’offre cet instant. Essayons-le. Accordez-moi simplement votre attention.

150 Que – qu’essayons-nous de faire ici? Nous mettons la Parole de Dieu Ă  l’épreuve. Elie fit la mĂȘme chose: il s’avança sur la montagne, aprĂšs qu’il eut su qu’il Ă©tait envoyĂ© par Dieu pour faire cela. Il dit : "Maintenant, prouvons qui est Dieu, que le Dieu qui rĂ©pondra par le feu soit Dieu."

151 Et les paĂŻens se firent des incisions; oh! ils dirent : "Eh bien! assurĂ©ment, non." Les – les paĂŻens savaient que le feu n’allait pas tomber, ainsi ils poussĂšrent des cris et firent des histoires.

152 Mais Elie savait que ç’allait tomber, parce qu’il avait eu une vision de la part du Seigneur.
Vous dites : "Avait-il eu une vision?"

153 Oui, monsieur ! AprĂšs qu’il eut mis tout en ordre, il dit : "Seigneur, j’ai fait tout ceci selon Ton commandement." Et alors, le feu se mit Ă  tomber. Quand la Parole de Dieu est suivie Ă  la lettre, alors c’est l’affaire de Dieu de prendre soin du reste. Il vous demande simplement de La placer lĂ . Et soyez certains que vous ĂȘtes appelĂ©s Ă  la placer lĂ . Voyez-vous? Et si vous l’ĂȘtes, Il prendra soin du reste.

154 Maintenant, il y aura des gens qui vont passer par cette ligne, pour qui je vais prier... Maintenant, eh bien, vous ĂȘtes tout prĂšs du mur maintenant, trĂšs bien, prĂšs de la ligne qui va commencer. Maintenant, premiĂšrement, quelque part ici dans le bĂątiment il y a au moins quelques personnes.
Combien ici sont malades, mais n’ont pas de carte de priĂšre? Levez votre main. Voyez, c’est juste partout. Maintenant, vous savez, si notre Seigneur... Et je crois qu’Il le fera; Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Il tenait des lignes de priĂšre. Des multitudes de gens venaient Ă  Lui en de longues lignes. Il les touchait et les bĂ©nissait. Puis, une fois Il S’était arrĂȘtĂ© et avait demandĂ© : "Qui M’a touchĂ©?" Il regarda tout autour, rĂ©vĂ©la Ă  une femme la raison pour laquelle elle L’avait touchĂ© et lui dit que sa perte de sang s’était arrĂȘtĂ©e, que sa foi l’avait guĂ©rie.

155 Que se serait-il passĂ© si elle s’était retournĂ©e et avait dit : "Eh bien, je ne sais pas Seigneur, j’en ai souffert pendant longtemps." Cela ne serait pas arrivĂ©. Non, cela ne serait pas arrivĂ©. Non.

156 Que serait-il arrivĂ© si aprĂšs qu’Il eut dit Ă  la femme syrophĂ©nicienne: "A cause de cette parole que tu as prononcĂ©e, le dĂ©mon est sorti d’elle, de ta fille", que serait-il arrivĂ© si elle avait dit : "Eh bien ! maintenant, Seigneur, je – je voulais que Tu le fasses de cette façon-ci?" Le – le dĂ©mon serait toujours restĂ© dans la fille. Mais elle s’attendait Ă  trouver son enfant telle qu’Il avait dit qu’elle la trouverait.

157 Maintenant, Il nous a dit : "Si vous croyez! Si vous dites Ă  cette montagne : "Ote-toi de lĂ  et que vous ne doutez pas dans votre coeur, mais que vous croyez que ce que vous avez dit s’accomplira, vous pourrez l’obtenir." "Lorsque vous priez, croyez que vous le recevrez, cela vous sera accordĂ©." Quelle promesse!

158 Maintenant, l’homme qui prĂȘche l’Evangile social ne croit pas du tout cela. Il viendra jusqu’à la porte, regardera Ă  l’intĂ©rieur ou se tiendra lĂ  et dira : "Eh bien! encore une autre bande d’exaltĂ©s", et il s’en Ă©loignera. Voyez-vous? Mais il ne sait pas que ceci est la Nourriture cachĂ©e. Il ne sait pas que ceci est la Chose secrĂšte qui lui est cachĂ©e. Il ne le sait pas. C’est – c’est – c’est pitoyable, un esprit qui est nu, misĂ©rable, aveugle et qui ne le sait pas. Voyez-vous? C’est une mauvaise chose.

159 Ô Dieu, laisse-moi mourir avant, mais ne me laisse pas en arriver lĂ . Je prĂ©fĂ©rerais mourir (oui, monsieur) plutĂŽt que de faire cela. Et je pense que c’est l’avis de chacun de nous, n’est-ce pas? [L’assemblĂ©e dit : "Amen."– N.D.T.]

160 Mais, maintenant, Dieu nous a promis ces choses pour les derniers jours. Dans Malachie 4, il est dit que JĂ©sus-Christ va descendre et S’incarner Lui-mĂȘme dans la chair humaine comme Il l’avait fait Ă  Sodome. C’est vrai. Et Il a dit que le monde allait ĂȘtre dans une condition Sodomite. Et il est dit : "Comme il en Ă©tait alors, le Fils de l’Homme sera rĂ©vĂ©lĂ© en ce jour-lĂ ." Voyez-vous, cet Homme qui descendit lĂ  sous la forme d’un homme, c’était Elohim chez Abraham, avant que le fils promis ne vienne. Regardez qui c’était. Abraham dit que c’était Dieu. Et la Bible dit qu’il y eut trois hommes qui se rendirent chez lui, avec de la poussiĂšre sur leurs vĂȘtements, ils Ă©taient en voyage, ils s’assirent et mangĂšrent comme des hommes. Et JĂ©sus a dit : Juste au moment oĂč le monde sera dans une condition Sodomite, alors le Fils de l’Homme Se rĂ©vĂ©lera de nouveau, pas le Fils de Dieu, le Fils de l’Homme, voyez-vous, Se rĂ©vĂ©lera.

161 Maintenant, comparez cela avec ce que le dernier prophĂšte a dit: "Voici, je vous envoie Elie le prophĂšte et il ramĂšnera les – les coeurs des enfants aux pĂšres." Voyez-vous? Un Message pour les ramener Ă  la Bible, et le Fils de l’Homme sera en train de Se rĂ©vĂ©ler Lui-mĂȘme en ce jour-lĂ . Et au jour oĂč la trompette du septiĂšme ange du dernier Ăąge de l’Eglise sonnera, les mystĂšres de Dieu devraient ĂȘtre rĂ©vĂ©lĂ©s, en ce jour-lĂ . Les Sept Sceaux seraient brisĂ©s. Les mystĂšres de toutes ces Ă©glises et autres, comment cela s’était passĂ© et ce qui – se prod... comment ce qui se produisit.

162 Voyez-vous, ils ne le savent pas. JĂ©sus a dit : "Vous Pharisiens aveugles!" Il a dit : "Si l’aveugle conduit l’aveugle, ne tomberont-ils pas tous deux dans la fosse?" Voyez-vous, c’est la raison pour laquelle ces gens ne voient pas Cela.

163 Le mystĂšre de Cela, ce sont ces Sceaux; chacune de ces Ă©glises a formĂ© une organisation et y est entrĂ©e, et c’est l’une des choses cachĂ©es qui ont Ă©tĂ© mauvaises aux yeux de Dieu. Vois-tu cela, Docteur Lee? Vous voyez, regardez, c’est ça. C’est cela la chose mĂȘme. C’est l’un des secrets. Ils se sont organisĂ©s, et voyez, ils Ă©taient complĂštement sortis de la VolontĂ© de Dieu. Et cela sera dĂ©voilĂ© dans les derniers jours et conduira les gens, non pas Ă  un credo ou Ă  une dĂ©nomination, mais de nouveau Ă  la vraie Parole. Et la vraie Parole viendra Ă  un certain groupe de gens, et le Fils de l’Homme Se rĂ©vĂ©lera au milieu d’eux; "le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement".

164 Oh! lĂ ! lĂ ! Oh! j’aime cela. J’aime – j’aime Le vanter. J’aime Le magnifier devant les gens. Je n’ai pas Ă  Le magnifier, Il est dĂ©jĂ  grand. Il est si Ă©levĂ© que vous ne pouvez pas Le surmonter, si profond que vous ne pouvez pas passer en-dessous de Lui, si large que vous ne pouvez pas Le contourner, et pourtant, dans votre coeur, vous avez de la place pour Lui. Ne voulez-vous pas Le recevoir? Combien merveilleux est notre Seigneur! TrĂšs bien.

165 Maintenant, tout le monde, restons vraiment calmes. Maintenant, nous avons parlĂ© de Ceci. Et maintenant la question en est : "Cela est-il vrai?" Maintenant, il se peut qu’il y ait des Ă©trangers ici Ă  l’intĂ©rieur. Je pourrais dire "si" Ă  vous, si Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, que ferait-Il en cet instant? Il ferait la mĂȘme chose qu’Il fit lorsqu’Il Ă©tait ici auparavant. Est-ce vrai? La foi des gens toucherait Son vĂȘtement et Il Se retournerait comme Il l’avait fait avec la femme au puits et comme Il l’avait fait Ă  d’autres endroits, et Il discernait leurs pensĂ©es. Maintenant, vous dites : Pourrait-Il me guĂ©rir?

166 Sa Parole dit qu’Il l’a dĂ©jĂ  fait, mais l’important est – est qu’Il se fasse connaĂźtre comme Ă©tant ici.

167 Maintenant, s’Il nous apparaissait dans un corps physique, ressemblant tout exactement Ă  la "TĂȘte de Christ Ă  trente-trois ans" d’Hoffmann, avec du sang coulant de Ses mains et ainsi de suite, couvert de cicatrices de clous, je n’accepterais pas cela. Non, non, non, non. Quand Il viendra, Lui-mĂȘme, "tout oeil Le verra, toute langue Le confessera, et comme l’éclair part de l’Orient jusqu’en Occident, ainsi en sera-t-il". Voyez-vous? Nous ne croyons pas dans ces cultes et ces clans. Nous croyons que Dieu est la Parole.

168 Mais Il S’incarne Lui-mĂȘme, prenant votre corps et mon corps, et Il vous donne des dons; Il me donne des dons, et Ă  travers ces dons Il Se fait connaĂźtre Lui-mĂȘme. C’est cela la Nourriture cachĂ©e. Peu importe combien Il Se ferait connaĂźtre Lui-mĂȘme par moi, vous devez croire Cela. Vous devez aussi avoir un don de la foi pour croire cela. Croyez-vous cela? [L’assemblĂ©e dit : "Amen."– N.D.T.] Et maintenant, s’Il Se manifeste de cette maniĂšre-lĂ , Le croirez-vous? ["Amen"]. Le croirez-vous de tout votre coeur? Oh! combien c’est merveilleux de s’attendre simplement Ă  Lui, attendre simplement pour voir ce qu’Il dit.

169 Voici un homme qui se tient ici. Je ne l’ai jamais vu de ma vie, autant que je sache. Il a l’air d’ĂȘtre un homme bon, fort, en bonne santĂ© et probablement, il l’est; je – je – je ne sais pas; mais il se tient lĂ . Maintenant, je pourrais aller imposer les mains Ă  cet homme et prier pour lui, lui demander s’il croit. Il pourrait se tenir ici et me dire : "Je –je – je dĂ©sire que tu pries pour un tel. Et j’ai – j’ai des arcades tombantes. J’ai constamment mal Ă  la tĂȘte. J’ai des ulcĂšres Ă  l’estomac", ou quelque chose d’autre. Il – il... je ne sais pas, il pourrait citer l’une de ces choses.

170 Je dirais : "Trùs bien, monsieur, frùre. Je vous imposerai les mains et prierai pour vous." Cela serait parfaitement en ordre. C’est exactement ce que nous avons fait tout au long de l’ñge. Est-ce vrai?

171 Mais souvenez-vous, JĂ©sus a dit que ce serait diffĂ©rent, juste au temps de Sa Venue, comme il en Ă©tait aux jours de Sodome. Et l’Homme qui Ă©tait venu avait Son dos tournĂ© Ă  la tente oĂč se trouvait Sarah et Il avait dit : (non pas "Abram", cette fois) "Abraham".

172 Vous voyez, la veille, il Ă©tait Abram, mais il eut une vision, et l’Eternel lui dit : "Je vais changer ton nom."

173 Et voici l’Eternel Lui-mĂȘme, dans la forme d’un homme, mangeant et buvant avec lui. Il demanda : ‘‘Abraham, oĂč est ta femme, Sarah?’’ S-a-r... ra-h non pas S-a-r-a-i. Il rĂ©pondit : "Elle est dans la tente derriĂšre Toi."

174 Il dit: "Je vais te visiter selon Ma promesse d’il y a vingt-cinq ans."

175 Et Sarah a, en quelque sorte, ri en elle-mĂȘme. Il dit : "Sarah a ri dans la tente Ă  l’instant mĂȘme, disant : "Comment ces choses peuvent-elles ĂȘtre?" Y a-t-il quelque chose de trop difficile pour Dieu? Voyez-vous? Rien. Non, monsieur.

176 Maintenant, Il dit, JĂ©sus a promis cela : Lui, le Fils de l’Homme qui est la Parole, (croyez-vous cela?) viendra dans les derniers jours et Se rĂ©vĂ©lera au temps oĂč le monde sera comme Sodome et Gomorrhe. Croyez-vous que cela est vrai?

177 Avant que nous n’offrions une priĂšre, que certains d’entre vous lĂ -bas prient et qu’ils voient si le Fils de l’Homme est toujours le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Demandez simplement s’Il L’est, en disant : "Seigneur, cet homme ne me connaĂźt pas, mais je sais que Tu es le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement." Voyez s’Il vous rĂ©vĂšle cela. Oui, monsieur. Maintenant redressez votre tĂȘte juste un moment.

178 Il se trouve derriĂšre moi. C’est un enfant. Il est brulant de fiĂšvre maintenant mĂȘme. Il s’agit d’une petite fille. Vous n’ĂȘtes pas de cette ville. L’enfant a des maux d’estomac. Elle en a. Croyez simplement.

179 Maintenant, est-ce cela qu’Il a dit qu’Il ferait. Je n’ai jamais vu cette personne de ma vie. Dieu dans le ciel le sait.

180 Cet homme-ci, il a l’air bien robuste et en bonne santĂ©. Mais voyez-vous cette ombre lĂ  au-dessus de lui? Cela signifie que si Dieu ne l’aide pas, il n’en aura pas pour trĂšs longtemps ici. Il a un cancer. Ça se trouve dans votre poumon. Maintenant, le Fils de l’Homme est ici. Il a un fardeau sur son coeur au sujet d’un petit garçon, un petit enfant. Est-ce vrai? Croyez-vous que Dieu peut me dire ce qui ne va pas chez cet enfant? [Le frĂšre dit : "Je sais qu’Il le peut."– N.D.T.] Il le peut. Il pique de petites crises d’évanouissement, on dirait un cas d’épilepsie. Il en a piquĂ© une tout rĂ©cemment ["ce matin"]. C’est vrai, ce matin. Et croyez-vous que vous vivrez pour Ă©lever cet enfant et qu’il sera tout Ă  fait rĂ©tabli? ["Oui."]

181 OĂč est Charlie Cox? OĂč est-il? Charlie, oĂč es-tu? Je pensais qu’il Ă©tait ici ce soir. Par ici, Charlie. Gary, oĂč es-tu? Larry, est-il ici? Son petit garçon avait la mĂȘme chose, exactement la mĂȘme chose. OĂč es-tu, Larry? Viens un peu ici. Eh bien, te voici! Ce petit garçon ici avait la mĂȘme chose. Son pĂšre et sa mĂšre sont de trĂšs bons amis Ă  moi. Il y a des annĂ©es, j’étais lĂ -bas et ce petit garçon piquait des crises, il tombait simplement en syncope et s’évanouissait. C’était l’épilepsie. Je dĂ©couvris cela chez le petit garçon, je demandai Ă  Dieu de le guĂ©rir et, depuis lors, il n’en a plus jamais piquĂ© une. Voici son pĂšre, sa mĂšre est assise quelque part ici, et voici le petit garçon, en personne.

182 Maintenant, croyez-vous, monsieur? (Merci, Larry). Croyez-vous, monsieur? Puisse le Dieu du ciel vous accorder la mĂȘme chose et que vous puissiez vivre pour Ă©lever l’enfant. Que Dieu vous bĂ©nisse.
Prions.

183 Dieu bien-aimé, aide-le. Je prie que Ta miséricorde et Ta grùce soient sur lui et que Tu le bénisses. Au nom de Jésus.

184 Rentrez maintenant heureux en Louisiane; louez Dieu pour lui.

185 Oh! oui, il vient de Louisiane, certainement, aux environs du Lake Charles. C’est vrai. Vous voyez, je peux capter vos pensĂ©es maintenant. Gloire Ă  Dieu!

186 Eh bien, vous demandez une – une bonne chose, vous dĂ©sirez avoir un bĂ©bĂ©. Vous avez dĂ©jĂ  eu des enfants, mais pas beaucoup, mais vous en voulez encore un. Que le Dieu du ciel vous l’accorde, ma soeur. Venez ici, je veux juste vous imposer les mains.

187 Dieu bien-aimĂ©, donne Ă  cette femme le dĂ©sir de son coeur, parce que c’est une cause valable. Au Nom de JĂ©sus. Amen.
Maintenant allez et ayez l’enfant.

188 Dieu est un Dieu bon. Croyez-vous cela? [l’assemblĂ©e dit : "Amen"] Il connaĂźt tout ce dont nous avons besoin. Il pourvoit Ă  chacun de nos besoins, si nous le croyons. Il a dit : "Si tu peux croire!"

189 Je vous ai serrĂ© la main quelque part. Je ne me souviens pas oĂč c’était, mais je vous ai serrĂ© la main quelque part. Je ne me souviens pas trĂšs exactement oĂč, mais nous Ă©tions juste quelque part – quelque part aujourd’hui, mais je ne sais plus oĂč c’était. Il ne s’agit pas de l’endroit, ce n’est pas que nous sommes ici pour parler de cela. Vous ĂȘtes ici pour parler ou plutĂŽt pour prier, vous voulez que je prie pour quelqu’un d’autre. C’est vrai. Il n’est pas ici, il est malade en Georgie. Non seulement il est physiquement malade, mais il l’est aussi spirituellement. C’est votre cousin. Croyez-vous que Dieu S’en occupera parce que vous l’avez reprĂ©sentĂ©? Croyez-vous? Venez ici et prions ensemble.

190 Dieu bien-aimĂ©, accorde Ă  cet homme le dĂ©sir de son coeur de sorte qu’il puisse aller trouver cet autre homme en train d’implorer Dieu. Je le demande au Nom de JĂ©sus. Amen.
Que Dieu vous bénisse ! Ne doutez pas. Croyez de tout votre coeur.

191 Bonsoir. Ce n’était pas que... Je n’ai pas tendu ma main vers la vĂŽtre pour la serrer quand vous l’avez tendue. J’étais en train d’observer quelque chose. C’était une ombre, vraiment sombre et noire. C’est cela la raison. Je sais que j’ai saisi votre main, je l’avais trouvĂ©e dans cette position-lĂ , voyez. Mais c’est un cancer. Croyez-vous que Dieu est capable de l’enlever? Il se trouve sur votre sein, du cĂŽtĂ© gauche. Vous dĂ©sirez retourner en Caroline et louer le Seigneur pour avoir Ă©tĂ© guĂ©rie; n’est-ce pas? Voyez-vous ce que je veux dire? Prions.

192 Dieu bien-aimĂ©, au Nom de JĂ©sus-Christ, Qui est prĂ©sent maintenant, les enfants sont en train de manger le Pain de Dieu; puisse cet enfant aussi jouir de la foi, le Pain de Dieu qu’Il lui donne maintenant pour sa guĂ©rison. Puisse-t-il s’en aller et se rĂ©tablir au Nom de JĂ©sus. Amen.
Que Dieu vous bénisse, frÚre. Croyez de tout votre coeur.
Bonsoir.

193 N’est-ce pas un temps merveilleux? Il y a juste comme une crainte respectueuse qui plane sur les gens, ou – cela sonne dans mes oreilles comme le bruit de quelque chose qui se dĂ©place [FrĂšre Branham souffle dans le micro. – N.D.T.] Whouh! Cela produit un bruit juste comme "whouh!", comme cela, voyez-vous? C’est le Pain des enfants. Voyez-vous? C’est le vĂŽtre. C’est Ă  vous. Ce n’est pas Ă  moi, c’est Ă  vous. Je suis trĂšs reconnaissant juste en ce moment mĂȘme, je ne... Je suis bien portant, autant que je sache, mais c’est du Pain pour moi aussi lorsque j’en ai besoin. C’est du Pain pour vous. C’est de l’encouragement. Pour vous qui n’ĂȘtes mĂȘme pas malades, Cela Ă©lĂšve simplement nos coeurs jusque devant Dieu.

194 Ceci a lieu exactement en sa saison, c’est ce qu’Il avait promis de faire : "Et, de mĂȘme qu’il en Ă©tait aux jours de Sodome, ainsi en sera-t-il Ă  la Venue du Fils de l’Homme, lorsque le Fils de l’Homme sera rĂ©vĂ©lĂ©." Voyez-vous? "Et voici, Je vous envoie Elie le prophĂšte, avant le jour grand et redoutable de l’Eternel. Il ramĂšnera les coeurs des gens au PĂšre." Voyez-vous? Voyez-vous?

195 "Et puis, les justes sortiront et marcheront sur les – les mĂ©chants, sur la cendre." Ils seront embrasĂ©s comme une fournaise, voyez-vous; la terre aussi. Nous voyons qu’elle va s’effondrer lĂ . Et l’irruption volcanique couvrira toute la terre, et les cieux seront en feu.
Ô Rocher des Ages, aie pitiĂ© de moi maintenant et en ce temps-lĂ .

196 Bonsoir. Eh bien, une chose, c’est que vous avez un trouble fĂ©minin – un trouble fĂ©minin. Vous avez d’autres choses. Vous ĂȘtes nerveuse, c’est juste l’ñge oĂč l’on devient nerveux. Des complications de toutes sortes. Mais vous avez aussi un dĂ©sir, c’est celui de recevoir le Saint-Esprit. C’est vrai. C’est de cela qu’il s’agit. Croyez-vous que vous ĂȘtes... Avez-vous tout confessĂ©? Croyez-vous que si je vous impose les mains et que je demande Ă  Dieu de le faire, que le Saint-Esprit viendra? [La soeur dit : "Oui." – N.D.T.] Croyez-vous cela? ["Oui, monsieur."] Prions.

197 Dieu bien-aimĂ©, j’impose les mains Ă  cette femme, Ă  la maniĂšre des apĂŽtres, et je demande qu’elle reçoive le baptĂȘme du Saint-Esprit. Au Nom de JĂ©sus-Christ, puisse-t-elle Le recevoir. Amen

198 N’en doutez pas. Cela vous appartient, voyez, c’est à vous. C’est le – le Pain des Enfants.

199 Vous aviez ressenti une petite sensation Ă©trange au moment oĂč j’ai dit : "Trouble fĂ©minin", n’est-ce pas? C’est parce que c’est cela que vous aviez aussi. Eh bien, croyez-vous que vous allez vous porter trĂšs bien maintenant? Allez en remerciant simplement le Seigneur.

200 Bonsoir. Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que vous serez capable de manger comme vous en aviez l’habitude, il y a longtemps? TrĂšs bien. Allez et dites : "Merci, Seigneur. Je le crois." La PrĂ©sence du Seigneur!

201 Croyez-vous que ce maux de dos va vous quitter et que vous allez vous rĂ©tablir? Eh bien, allez simplement, disant : "Merci, Dieu bien-aimĂ©" et Dieu vous l’accordera.

202 Croyez-vous que vous pouvez vous rĂ©tablir, que le Seigneur vous rĂ©tablira et que vous n’aurez plus d’arthrite, que vous allez ĂȘtre guĂ©ri et que vous serez en bonne santĂ©? Croyez-vous cela? Allez tout en Le remerciant, disant : "Seigneur, j’accepte cela de tout mon coeur, et je le crois." Vous tous, lĂ -bas, qu’est-ce que vous En croyez?

203 Vous qui ĂȘtes juste ici, imposez votre main Ă  cette femme qui est assise lĂ  juste Ă  cĂŽtĂ© de vous, dites-lui que ses varices et son arthrite la quitteront. Quand elle...?...

204 Que Dieu vous bénisse. Croyez que vous allez vous rétablir maintenant. Rentrez chez vous et soyez... Que Dieu vous bénisse. Continuez votre chemin et dites : "Merci, Seigneur Jésus."

205 Bonsoir. [La soeur dit : "Gloire Ă  Dieu." – N.D.T.] Croyez-vous que ce trouble fĂ©minin va vous quitter aussi ["je crois"] et que vous allez vous rĂ©tablir? ["Merci JĂ©sus"] Allez et dites : "Merci, Seigneur." ["Merci, JĂ©sus"]

206 Bonsoir. [La soeur dit : "Un cartilage dĂ©sarticulĂ©."– N.D.T.] Tiens, Oh! lĂ ! lĂ ! Oh lĂ ! lĂ ! [Totten] Je connais votre nom. Je – j’avais l’habitude de... ["Totten"] quand j’étais pasteur de l’église Baptiste. ["Totten"] Totten ["Della Totten"] Soeur Della Totten. Vous souffrez des maux de dos maintenant. ["Oui"] Ça ira trĂšs bien. Croyez-vous qu’Il va vous rĂ©tablir? ["Oui"] Vous souvenez-vous de ce qui s’est passĂ© lĂ -bas, dans l’église Baptiste de Milltown, il y a des annĂ©es? ["Oui, je m’en souviens."] Il demeure toujours le mĂȘme Dieu aujourd’hui. ["Oh! Dieu, merci"] Que Dieu vous bĂ©nisse, ma soeur. Georges Wright, oĂč ĂȘtes-vous? Vous en souvenez-vous? Oh! lĂ ! lĂ ! comme...
Croyez-vous que si je vous imposais simplement mes mains, avec cette onction, croyez-vous que vous allez vous rĂ©tablir? Venez ici. Au Nom de JĂ©sus-Christ, puisse-t-elle ĂȘtre guĂ©rie. Amen. Ayez foi!
Bien, croyez-vous de tout votre coeur, vous tous? [L’assemblĂ©e dit : "Amen."– N.D.T.]

207 Eh bien, combien le fait de voir cette dame ramĂšne bien de vieux souvenirs! Je ne me souviens plus de son nom et pourtant je... [Quelqu’un dit : "Totten"] Totten. Totten, c’est exact. Oh! oui, sa fille, c’était Birdie, c’est vrai. C’est tout exactement vrai. Ne pensez pas que je suis hors de moi-mĂȘme, je suis en quelque sorte un peu... Vous savez, c’est une sorte de... Je ne peux pas l’expliquer.

208 Mais vos maux de dos sont partis, madame. Allez, louez le Seigneur et dites : "Merci, Seigneur."

209 Croyez-vous aussi que votre mal de coeur est guĂ©ri? [Le malade dit : "Oui."– Ed] Rentrez simplement, vous rĂ©jouissant et dites: "Merci, Seigneur JĂ©sus", et croyez Cela. TrĂšs bien. Ayez foi, maintenant. Ne doutez point.

210 Venez, madame. Croyez-vous de tout votre coeur? Il y a beaucoup de choses qui ne vont pas avec vous. Vous avez aussi des maux de dos. Croyez-vous que Dieu va vous guĂ©rir? TrĂšs bien, rentrez simplement en vous rĂ©jouissant. Ce – c’est Lui qui fait que vous vous sentiez de cette façon-lĂ . Remerciez le Seigneur. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur.

211 Salut, fiston. [Le garçon dit : "Salut!"– N.D.T.] Croyez-vous que Dieu va guĂ©rir la nervositĂ© de cet enfant, et le rĂ©tablir? Croyez-vous cela? TrĂšs bien. Salut, mon gars, laisse-moi te serrer la main.

212 Dieu bien-aimé, débarrasse ce petit garçon de cette vilaine chose et puisse-t-il vivre et redevenir normal. Au Nom de Jésus. Amen.

213 Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Vous croyez cela, n’est-ce pas? Alors, portez-vous bien. Ne doutez pas du tout.

214 Vous ĂȘtes trop jeune pour avoir une maladie de coeur. Croyez-vous que Dieu va vous guĂ©rir? [Le malade dit : "Oui, monsieur."– N.D.T.] Allez et dites : "Merci, Seigneur, de m’avoir guĂ©ri."

215 Croyez-vous que Dieu va guĂ©rir ces maux d’estomac et vous rĂ©tablir? Allez-y, rĂ©jouissez-vous et dites : "Merci, Seigneur."

216 Il est toujours Dieu, n’est-ce pas? [L’assemblĂ©e dit : "Amen."– N.D.T.] La seule chose que vous devez faire, c’est seulement croire. N’est-ce pas vrai? Croyez-vous au Fils de l’Homme dans les derniers jours?

217 Il y a quelque chose qui s’est passĂ© ici il ya quelques minutes et je ne peux pas.. essaie de trouver oĂč c’était. Quelqu’un avait la foi et a fait quelque chose, ou peut-ĂȘtre que je les prendrai dimanche prochain ou quand je le pourrai. Etes-vous, vous... ça y est de nouveau. Vous avez votre main levĂ©e. Croyez-vous que Dieu peut guĂ©rir cette maladie de coeur, vous guĂ©rir et guĂ©rir votre fille, lĂ -bas, de – de... Le croyez-vous? Madame Neff, croyez-vous que Dieu... Leo Neff. Je ne vous connais pas, mais c’est cela votre nom. Vous avez une maladie de coeur, et votre fillette souffre d’une maladie des reins. Croyez-vous qu’elle va se rĂ©tablir? Votre foi vous guĂ©rit. Croyez de tout votre coeur.

218 Vous, lĂ -bas prĂšs de la piscine, vous qui vous tenez lĂ  au fond, avec des maux d’estomac, JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit.

219 Croyez-vous? [L’assemblĂ©e dit : "Amen."– N.D.T.] Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Imposons-nous maintenant les mains, les uns aux autres. Oh! pensez Ă  l’heure oĂč nous sommes, pensez au temps. Pensez que nous sommes dans la PrĂ©sence mĂȘme de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu. Il a promis qu’Il ferait ceci dans les derniers jours. J’ai mes mains posĂ©es sur ces mouchoirs.

220 Dieu bien-aimé, je prie que Tu bénisses ces mouchoirs pour la guérison des corps des gens, au Nom de Jésus-Christ.

221 Maintenant, avec vos mains les uns sur les autres, chacun de vous est membre du Corps de Christ. Le mĂȘme Saint-Esprit qui a promis de rĂ©vĂ©ler les secrets des coeurs et de faire ces choses est en vous. Vous ĂȘtes une partie de Lui et Il est une partie de vous. Maintenant, Il a dit ceci : "Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru." Il s’agit de vous. "S’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris." Maintenant, ne priez pas pour vous-mĂȘme, priez pour celui Ă  qui vous avez imposĂ© les mains, parce qu’on est en train de prier pour vous. Maintenant, prions ensemble, et puisse-t-il ne pas y avoir une seule personne faible dans ce bĂątiment. Pourquoi attendrions-nous plus longtemps, mon cher frĂšre, ma chĂšre soeur? Le voici, le Saint-Esprit, Dieu, ici mĂȘme, la Chose mĂȘme dont nous avons parlĂ©.

222 Bien-aimĂ© JĂ©sus, nous reconnaissons Ta PrĂ©sence. Tu as ramenĂ© ce petit bĂ©bĂ© Ă  la vie l’autre jour, par la priĂšre de la foi, aprĂšs qu’il fut mort. Dieu bien-aimĂ©, il y en a beaucoup ici que nous ne pourrons pas atteindre, le temps passe, mais ils se sont imposĂ© les mains les uns aux autres. Ce sont des croyants. Nous sommes assis dans la PrĂ©sence du Seigneur JĂ©sus-Christ ressuscitĂ© des morts, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.

223 Satan, tu es vaincu! JĂ©sus-Christ t’a vaincu! Il est ressuscitĂ© des morts et Il Se tient parmi nous ce soir, confirmant ce Message des derniers jours. Sors de ce peuple! Quitte-les, au Nom de JĂ©sus-Christ! "En Mon Nom, ils chasseront les dĂ©mons", et tu es chassĂ©! Au Nom de JĂ©sus-Christ, quitte cette assemblĂ©e!

224 Que chacun de vous, qui accepte maintenant sa guérison, se tienne debout. Que tout le monde qui accepte la guérison se tienne debout. Levez les mains maintenant et rendez-Lui gloire!
"J’accepte maintenant ma guĂ©rison", dites cela Ă  Dieu. "J’accepte maintenant ma guĂ©rison."
[L’assemblĂ©e dit : "J’accepte maintenant ma guĂ©rison."– N.D.T.] Tu es le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, Christ ["Tu es le mĂȘme hier, Christ."] Je crois en Toi maintenant. ["Je crois en Toi maintenant."] Viens au secours de mon incrĂ©dulitĂ©. ["Viens au secours de mon incrĂ©dulitĂ©."] Amen. ["Amen."] Je Le louerai, je Le louerai,
Louez l’Agneau immolĂ© pour les pĂ©cheurs;
Rendez-Lui gloire, vous tous, peuple
Car Son Sang a Îté toute tache.

225 Ne L’aimez-vous pas? [L’assemblĂ©e dit : "Amen."– N.D.T.] Louons-Le alors. Tout le monde, avec vos mains levĂ©es, rendez-Lui gloire pendant que le frĂšre s’avance ici pour nous congĂ©dier.

EN HAUT