ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Les Douleurs de l'enfantement de William Branham a été prêchée 65-0124 La durée est de: 1 hour and 45 minutes .pdf La traduction SHP
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Les Douleurs de l'enfantement

1 Inclinons la tête.
Dieu bien-aim√©, nous sommes tr√®s reconnaissants aujourd'hui, de la grande effusion de Ta Pr√©sence, qui est d√©j√† parmi nous. Nous nous attendons √† une effusion infiniment grande, cet apr√®s-midi. Nous Te remercions pour ce merveilleux chant de cette brave chr√©tienne, qui vient de chanter ce cantique; et pour Ton Esprit, qui est descendu, ainsi que pour l'interpr√©tation de cela. Seigneur, qu'il en soit ainsi, nous Te prions. Et, √ī Dieu, je Te prie de b√©nir chacun de nous, et puissent nos coeurs √™tre remplis de joie lorsque nous verrons ceci se produire. Dieu bien-aim√©, nous prions cet apr√®s-midi, s'il y en a ici qui ne sont pas pr√™ts √† Te rencontrer, que cette heure soit celle o√Ļ ils prendront cette d√©cision finale, et o√Ļ ils entreront en Toi par la nouvelle naissance. Accorde-le.

2 Bénis-nous tous, Seigneur, nous qui sommes depuis longtemps sur le chemin. Nous Te prions de nous enseigner de nouvelles choses, par Ta Parole. Donne-nous une meilleure compréhension, par Ton Esprit, Seigneur. Puisse-t-Il venir interpréter la Parole. Le seul interprète que nous avons, c'est l'Esprit. Nous prions qu'il nous accorde cela aujourd'hui. Nous demandons ceci au Nom de Jésus. Amen.
[Une soeur se met à prophétiser. Espace vide sur la bande. - N.D.E.]
Cela nous suffit. [Quelqu'un parle √† fr√®re Branham √† l'estrade. - N.D.E.] Merci. Quel moment! Je ne connais pas de meilleur endroit o√Ļ √™tre, sinon au Ciel, car c'est l'onction de Cela que nous sentons en ce moment, voyez-vous, assis ensemble dans les lieux c√©lestes, en J√©sus-Christ, rassembl√©s dans les lieux c√©lestes.

3 Que Dieu bénisse soeur florence! Elle traverse un moment pénible et sombre; son père vient d'être repris. Et je - je prie que Dieu bénisse cette enfant.
Et frère Demos porte le fardeau sur ses épaules, et le poids de toutes ces conventions et tout. Lui aussi, il a besoin de nos prières. Que Dieu bénisse frère Shakarian!
Frère Carl Williams, je suis vraiment heureux d'être ici, à cette convention, avec vous, parmi tous ces braves frères. Et j'ai eu le privilège d'en rencontrer quelques-uns. Et maintenant, pour autant que je sache, ceci sera pour moi la dernière partie du service; alors, maintenant, eh bien, je compte pouvoir serrer la main de quelques-uns de ces braves hommes, et - et parvenir à faire leur connaissance, car, je m'attends à passer l'Eternité avec eux, dans un - dans un Pays meilleur.

4 Juste une - une petite chose, j'esp√®re que je ne serai pas mal compris. Et ce n'√©tait pas une co√Įncidence, je ne le pense pas, car je - je pense que c'√©tait providentiel, le fait qu'hier, un ami ici m'a remis un cadeau de la part de l'un de mes amis, Danny Henry. Celui-ci √©tait le jeune homme... Un jour, √† la convention des Hommes d'Affaires Chr√©tiens, en Californie, je tenais une - une r√©union. Je parlais tr√®s durement contre la - la condition actuelle. Et je - je suppose que tout le monde pense que - que j'ai quelque chose de faux dans mon coeur. Ce n'est pas cela. Vous comprenez assur√©ment que je ne le dis pas dans cette intention. Mais je dois simplement dire ce qui me vient √† l'esprit.

5 Et alors, apr√®s √ßa, ce jeune homme, un fr√®re baptiste... Et je pense qu'il a un membre de famille qui est une vedette de cin√©ma. Et il est venu m'entourer de son bras, disant: "Que le Seigneur vous b√©nisse, Fr√®re Branham. Je voudrais seulement offrir un mot de pri√®re." Et il s'est mis √† parler en fran√ßais. Et ce jeune homme ne conna√ģt pas un seul mot fran√ßais. Et quelqu'un s'est lev√©, une femme assez corpulente venant de... je crois qu'elle venait de la Louisiane. Elle a dit: "C'est du fran√ßais." Et puis, il y avait l√† un homme, qui a dit: "C'est du fran√ßais." Et ils ont √©crit ce que c'√©tait. J'ai la copie originale ici. Et puis, il s'est fait qu'un jeune homme qui √©tait au fond s'est avanc√©, il voulait voir leurs notes. Lui, il √©tait interpr√®te pour le fran√ßais, √† l'ONU; c'√©tait parfaitement du fran√ßais.

6 Et je voudrais lire cette note. C'est la note originale de l'un d'eux, celle de cet homme qui avait interprété, - je ne pourrais peut-être pas prononcer son nom comme il faut, - Leduc, Victor Leduc, c'est un vrai français. Maintenant, voici le message:
Parce que tu as choisi le sentier étroit, un chemin plus difficile; tu y as marché de ton propre choix. Tu as pris la décision correcte et exacte, et c'est Mon Chemin. A cause de cette décision capitale, une importante portion du Ciel t'attend. Quelle décision glorieuse tu as prise! Cette chose en soi est ce qui produira et fera s'accomplir l'extraordinaire victoire dans l'Amour Divin.

7 Quand j'ai eu ça... Vous savez, la première fois que j'ai entendu des gens parler en langues, je - je n'avais rien critiqué, voyez-vous, parce que cela m'avait semblé authentique. Toutefois, je me posais toujours des questions. Mais quand cela est arrivé, et comme je savais quelle était la commission qui s'y rattachait, je - j'ai su que cela venait de Dieu.

8 Et puis, son fr√®re, qui est assis ici, un - un avocat tr√®s c√©l√®bre, m'a remis un cadeau de la part de Danny. Danny vient juste de rentrer de la Terre Sainte. Il s'√©tait allong√© sur la tombe, ou plut√īt dans la tombe o√Ļ J√©sus avait √©t√© mis apr√®s Sa mort, et, √† ce moment-l√†, il a dit qu'il s'est mis √† penser √† moi. Et - et l'Esprit du Seigneur est descendu sur lui; il est mont√© au Calvaire, l√† o√Ļ la crucifixion avait eu lieu, et il a d√©tach√© un morceau du rocher. Et il est revenu, et il m'en a fait une paire de boutons de manchette. Et ils sont tr√®s pr√©cieux pour moi. Et maintenant, ceci, √©videmment, Danny ne le sait pas. Mais, ce matin, pendant que j'√©tais en pri√®re, j'ai simplement baiss√© les yeux vers ces boutons de manchette; et chacun d'eux, si vous remarquez, est tach√© de sang, et aussi, il y a une ligne droite qui traverse chacun. Et ici, dans le message qu'il donne de la part de Dieu sur le chemin √©troit et resserr√©, comme √ßa cadre parfaitement bien! J'ai pens√© que c'√©tait peut-√™tre, en quelque sorte, providentiel, ou‚Ķ et je remercie vraiment Danny. Dites-lui, fr√®re, que - j'appr√©cie beaucoup cela.

9 Une autre chose étrange: j'ai demandé à ma femme, l'autre matin… j'ai mis une chemise qui nécessitait des boutons de manchette, et elle a dit: "J'ai oublié d'apporter tes boutons de manchette", donc, le Seigneur nous en a pourvus d'autres pour moi.

10 Oh! c'est une vie glorieuse, n'est-ce pas, fr√®res? [L'assembl√©e dit: "Amen." - N.D.E.] De marcher simplement dans la simplicit√© de - de l'Evangile et cependant, avec Sa simplicit√©, c'est la plus grande chose que je connaisse. Je sais qu'il n'y a rien - de cela. Et, vu que cela a √©t√© rendu simple, pour que j'aie la possibilit√© d'Y accorder, voyez-vous, ici, par la gr√Ęce de Dieu‚Ķ

11 Maintenant, cet après-midi, je ne voudrais pas prendre beaucoup de temps, parce que je sais que, ce soir, vous irez à vos églises. Je pense que vous tous, les visiteurs, ici, vous devriez regarder sur l'estrade, voir ces ministres, et ils sont tous… ils seront contents de vous avoir chez eux, au culte de ce soir. Ils vous feront du bien. Sans doute que ce matin vous êtes allés à une école du dimanche dans la ville. Et pendant ces conventions, étant donné qu'il s'agit des Hommes d'Affaires du Plein Evangile, je pense que nous devrions apporter tout le soutien possible à nos églises, puisque c'est là que vont nos hommes d'affaires. Et puis, c'est une maison de Dieu, alors j'espère que vous vous rendrez à une église ce soir.

12 Demain soir, je crois, c'est la cl√īture de la convention, et je suppose qu'ils ont annonc√© qui sera l'orateur. En effet, je dois √™tre ici, si le Seigneur le veut, pour √©couter son message. Que Dieu b√©nisse chacun de vous.

13 Eh bien, je - je suis - je ne pr√©tends pas √™tre un pr√©dicateur. Je suis - je suis plut√īt‚Ķ je n'ai pas assez d'instruction pour me dire pr√©dicateur. Pr√©dicateur, quand vous dites √ßa, on s'attend √† ce que vous ayez deux ou trois dipl√īmes universitaires. Et - et moi, je n'ai que cette petite fronde. Voyez? J'essaie de venir √† la rescousse des brebis malades, si je le peux, pour les ramener au p√Ęturage du P√®re.

14 Si je commets des erreurs, pardonnez-moi. Je ne suis pas un théologien. Je ne critique pas les théologiens. La théolo-... La théologie, ce n'est pas mal. Il nous en faut. Mais quelquefois, je critique l'état dans lequel on se retrouve. Ceci ne vise pas un individu en particulier. C'est seulement le Message. Je - j'aurais bien voulu que ce ne soit pas moi qui L'apporte. Ça me met en pièces; en effet, vous savez ce que vous pourriez ressentir.

15 Qu'en est-il de vos propres enfants? Voyez, ne détestez-vous pas tout de même devoir gronder un enfant, le reprendre sévèrement, ou quelque chose comme ça? Je suis un parent moi aussi, j'en sais quelque chose. Et je - j'espère que vous me pardonnerez.

16 Et je voudrais que vous fassiez comme ceci. Alors que vous êtes assis, cet après-midi, je vais vous demander une faveur. J'ai ici quelques brèves petites notes. Comme je vous l'ai dit, je suis obligé de me faire - de mettre mes passages de l'Ecriture par écrit. Autrefois, je pouvais citer presque toute la Bible par coeur, mais plus maintenant. J'ai livré trop de durs combats, je suis devenu trop vieux pour ça. Mais j'espère que - que vous allez m'écouter juste un petit moment, cet après-midi, et ouvrir vraiment vos coeurs pour essayer de comprendre le but que je poursuis. Alors, je pense que ce serait mieux, en particulier pour les pasteurs de cette ville et de différents endroits, je - j'espère que vous allez écouter très attentivement.

17 Et faites donc ça, et en le faisant, faites comme moi, quand je mange ma tarte préférée, la tarte aux cerises; l'une de mes viandes préférées, le poulet. Ainsi quand je mange un bon morceau de tarte aux cerises, et que je tombe sur un noyau, je n'arrête pas de manger la tarte. Je jette simplement le noyau, et je continue à manger la tarte. Quand je tombe sur un os de poulet, je ne jette pas le poulet. Je jette simplement l'os. Et alors si, à un moment donné, je disais quelque chose sur lequel vous n'êtes pas d'accord, jetez juste cette partie-là. Et… Mais examinez cela très attentivement, là, assurez-vous donc que c'est un os. [L'assemblée rit. - N.D.E.] Et puis, permettez-moi aussi de dire ceci: Si c'est un noyau, souvenez-vous, c'est cela qui produit la nouvelle vie. Donc, examinez sérieusement cela, et que le Seigneur apporte Sa bénédiction.

18 L'autre soir, frère Carl Williams a dit quelque chose au sujet de prier pour les malades en toute liberté, ce qui serait une très bonne chose. Je sais que ce serait une bonne chose. Mais seulement nous… ici, nous ne sommes pas bien installés pour ça, pour former une ligne de prière. Et je ne sais pas si Frère Oral, ou si un des autres frères a déjà fait des lignes de prière dans les conventions ou pas. Je ne sais pas. J'ai essayé ça, deux ou trois fois. Mais, d'habitude, dans une foule comme celle-ci, il faut distribuer des cartes de prière, voyez-vous, pour faire ça. En effet, on ne peut pas... Ici, ce n'est pas une arène. C'est la maison de Dieu. Voyez? Elle a été consacrée pour ça. Et nous... Les gens font pression et poussent. Si on a des cartes, on les aligne bien, en ordre.

19 Alors, Billy m'a demandé, il a dit: "Faut-il que j'aille là-bas distribuer des cartes? Les gens me demandent des cartes de prière."
J'ai dit: "Non, Billy. Laissons simplement le Saint-Esprit faire ce qu'Il veut." Voyez, cela‚Ķ Voyez-vous? Qu'il fasse peut-√™tre grandir la foi, pour que vous soyez gu√©ris juste l√† o√Ļ vous √™tes. Voyez?

20 Mais le... Voyez? La gu√©rison divine est une chose secondaire, dans l'Evangile. Et on ne peut jamais accorder la primaut√© √† ce qui est secondaire. Tout le monde sait √ßa. Mais c'est un app√Ęt qui sert √† amener les gens √† croire √† la Pr√©sence surnaturelle de Dieu, √† croire que le Surnaturel est pr√©sent. Et donc, par √ßa, s'ils peuvent reconna√ģtre Sa Pr√©sence, alors ils sont gu√©ris, voyez-vous, par la foi, en Y croyant.

21 Maintenant, je voudrais lire un passage dans la Parole de Dieu, dans le Nouveau Testament. Et alors, je veux tirer un texte de ce Nouveau Testament, et de ce passage de l'Ecriture, et parler cet après-midi sur un sujet, juste pour un - un petit moment. Et je ne voudrais pas vous retenir trop longtemps, à cause des services de ce soir. Mais, souvenez-vous, j'espère que je me suis bien fait comprendre. Accordez-y simplement votre attention pendant un instant, si vous le voulez bien.

22 Maintenant, avant de le faire, inclinons encore la t√™te. Vous savez, nous pouvons trop chanter. Nous pouvons trop crier, au point de devenir enrou√©. Et nous pouvons chanter au moment o√Ļ il ne faut pas, ou crier au moment o√Ļ il ne faut pas. Mais voici une chose pour laquelle nous ne serons jamais en dehors de la ligne‚Ķ quand nous prions. "Je veux que les hommes prient en tout lieu, en √©levant des mains pures, sans douter, ni‚Ķ"

23 Père, le plus grand privilège qu'un mortel ait jamais eu, c'est de fermer les yeux, d'ouvrir son coeur, et de Te parler. Et nous savons que Tu écoutes; pourvu que nous puissions croire que Tu écoutes. En effet, Jésus a dit: "Si vous demandez quoi que ce soit au Père en Mon Nom, cela sera accordé." C'était à condition que nous n'en doutions pas. Alors, Père, aide-nous à croire, cet après-midi, que nos requêtes seront accordées. Et qu'il n'y ait nulle part la moindre ombre de doute. Mais que ces choses que nous demandons se réalisent.

24 C'est √† fin, √ī Dieu, que Ton grand Nom soit honor√© aujourd'hui, en faisant entrer dans Ton Royaume chaque √Ęme perdue et errante qui √©coute notre voix, ou √† qui parviendra cette bande, dans les contr√©es pa√Įennes, l√† o√Ļ elles vont, partout dans le monde.

25 Je prie, P√®re c√©leste, qu'il n'y ait pas une seule personne faible parmi nous aujourd'hui. A la fin du service, puisse l'Eternel Dieu sauver chaque √Ęme perdue, gu√©rir chaque corps malade, et remplir de joie le coeur de Ses enfants. C'est pourquoi nous avons la foi, Seigneur, en demandant au Nom de J√©sus, √† Dieu notre P√®re (en effet, Il a promis qu'Il √©couterait), et ceci, pour Sa gloire. Amen.

26 C'est dans l'Evangile de saint Jean, au chapitre 17, et √† partir du verset 20, que j'aimerais lire un - un texte. Je pense que c'est bien √ßa. Ce n'est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole, afin que... Je pense que j'ai pris plut√īt un autre passage. Bon, excusez-moi un petit instant. Je cherche la pri√®re de J√©sus, que... Ou plut√īt, non pas la pri√®re de J√©sus, mais Sa... Il se peut que j'aie commis une erreur quand j'ai not√© √ßa ici, dans mon texte. L√† o√Ļ J√©sus a pri√© que... ou plut√īt Il a dit que - "comme une femme en travail pour la naissance de son enfant" - la naissance, la naissance d'un enfant. Est-ce dans Luc, dans Jean ou dans Jacques que se trouve cela? [Quelqu'un dit: "Jean 16." - N.D.E.] Jean 16 Je pensais bien que c'√©tait √ßa, mais √ßa ne semblait pas tellement √™tre cela. Jean 16 ["Au verset 21."] Le verset 21 [Quelqu'un sur l'estrade dit: "Oui."] Bien s√Ľr, au verset 21Bien s√Ľr. Nous y voil√†. Jean, Saint Jean 16.21 afin que tous soient‚Ķ
Non, Fr√®re Jack, ce n'est toujours pas le passage. [Quelqu'un dit: "Essayez Jean, verset 21." Quelqu'un d'autre dit: "21." Quelqu'un d'autre dit: "Le verset 21 du chapitre 16." Quelqu'un d'autre dit: "16." - N.D.E.] C'est vingt-‚Ķ16.21 J'ai le chapitre 16 de Saint Jean, au verset 21Mais cela... Est-ce que je me trompe? [Un fr√®re dit: "Je vais vous passer √ßa, le passage o√Ļ √ßa se trouve."]. Eh bien, il y a un d√©sordre - quelque chose qui manque - un m√©lange dans cette Bible. Certainement. [Un fr√®re dit: "On - on l'a mal imprim√©e." - N.D.E] On l'a mal imprim√©e. Certainement. [L'assembl√©e rit.] Vous savez quoi? C'est tout √† fait la v√©rit√©. C'est une Bible toute neuve. Je viens de la recevoir. Et elle a - elle a le... Elle est mal imprim√©e. [Un pr√™tre catholique qui se trouve sur l'estrade, le r√©v√©rend Jean S. Stanley, s'avance pour remettre sa Bible √† fr√®re Branham, et il dit: "Prenez - prenez le temps de respirer. Il y a une raison pour laquelle c'est arriv√©, et vous le savez. Dieu va vous montrer quelque chose en rapport avec ceci, quelque chose de merveilleux." - N.D.E.]

27 Très bien. ["Vous n'avez qu'à utiliser la mienne, frère."] Merci. Merci beaucoup. 16.21 Merci beaucoup. C'est vrai. La femme, lorsqu'elle... En vérité, en vérité, je vous le dis, vous dormirez - pleurerez et vous vous lamenterez, et le monde se réjouira; vous serez dans la tristesse. . . votre tristesse se changera en joie. La femme, lorsqu'elle enfante, éprouve de la tristesse, parce que son heure vient; mais, lorsqu'elle a donné le jour à l'enfant, elle ne se souvient plus de… souffrance - souffrance, à cause de la joie qu'elle a de ce qu'un homme est né dans le monde.

28 Merci beaucoup, mon fr√®re. J'appr√©cie, vraiment cela. [Fr√®re Branham remet la Bible au pr√™tre catholique. - N.D.E.]. Or, √ßa c'est certainement un d√©faut d'impression dans cette Bible; la page y a √©t√© mal plac√©e. J'avais bien trouv√© le passage dans ma vieille Bible Scofield, puis j'ai emport√© celle-ci et je suis venu ici en vitesse, il y a quelques instants seulement; en effet, c'est ma femme qui me l'a offerte comme cadeau de No√ęl.

29 Maintenant, je voudrais parler, cet après-midi, sur le sujet que j'ai annoncé: Les douleurs de l'enfantement. Eh bien, ça sonne très mal, ça, mais c'est dans la Bible. Je crois que Jésus en parlait ici, quand Il a dit: "Vous serez dans la tristesse, mais votre tristesse se changera en joie", Il parlait ici à Ses disciples, sachant que la naissance du - du Christianisme voyait le jour.

30 Et alors, il faut que l'ancien meure afin que le nouveau naisse. Pour avoir‚Ķ Tout ce qui donne naissance doit √©prouver les douleurs de la d√©tresse. Et ils allaient certainement ressentir la douleur de la d√©tresse et de l'angoisse, pour passer de la loi √† la gr√Ęce.

31 La naissance naturelle normale est le type de la naissance spirituelle. Tout ce qui est naturel est le type de ce qui est spirituel. Et nous constatons, que si nous regardons ici sur - sur terre, et que nous voyons un arbre qui pousse sur la terre, il lutte pour survivre. √áa prouve qu'il y a quelque part un arbre qui ne meurt pas, en effet, celui-l√† - celui-l√† r√©clame quelque chose. Nous constatons que les gens, peu importe leur √Ęge, combien ils sont malades, quel que soit leur √©tat, ils r√©clament la vie √† grands cris; en effet, √ßa prouve qu'il y a une vie quelque part, o√Ļ nous vivons, vivons pour toujours. Remarquez comme c'est parfait.

32 Maintenant, dans I Jean 5.7 (je crois que c'est cela si je ne me trompe pas), il est dit: "Il y en a trois qui rendent témoignage dans le Ciel: le Père, la Parole et le Saint-Esprit; ces trois-là sont Un. Il y en a trois qui rendent témoignage sur la terre, ce sont l'eau, le Sang et l'Esprit, et ils sont d'accord." Maintenant, remarquez. Les trois premiers sont Un. Les trois derniers sont terrestres, et ils sont d'accord. Vous ne pouvez pas avoir le Père sans le Fils; vous ne pouvez pas avoir le Fils sans avoir le Saint-Esprit. Mais vous pouvez avoir l'eau sans le Sang, et le Sang sans l'Esprit.

33 Je pense que tout au long de nos √Ęges, cela s'est av√©r√© juste; l'eau, le Sang, l'Esprit; la justification, la sanctification, le bapt√™me du Saint-Esprit. √áa, c'est le type, ou √ßa constitue le... ou, c'est un anti-type, qui se d√©gage de la naissance naturelle. Regardez, quand une - une femme, ou quoi que ce soit √©prouve les douleurs de l'enfantement, la premi√®re chose qui arrive, c'est la sortie de l'eau (dans une naissance normale); la deuxi√®me chose, c'est le sang; puis vient la vie. L'eau, le sang, l'esprit; et c'est ce qui constitue la naissance naturelle normale.

34 Et c'est pareil dans le domaine spirituel. Il y a l'eau: la justification par la foi, en croyant en Dieu, en Le recevant comme votre Sauveur personnel, et en vous faisant baptiser. Deuxièmement, il y a la sanctification de l'esprit, alors que Dieu purifie l'esprit de toutes les choses du monde et du désir du monde. Et puis, le Saint-Esprit entre, produit la nouvelle naissance et remplit ce vase sanctifié.

35 C'est comme ceci par exemple. Eh bien, cela‚Ķ Je vous l'ai dit: Ce que vous ne croyez pas, mettez-le de c√īt√©, ensuite mangez la tarte. Remarquez. Maintenant, il y a un - un verre par terre dans la basse-cour. Vous ne le ramassez simplement pas pour le mettre sur votre table afin de le remplir d'eau ou de lait. Non. Le fait de le ramasser, c'est la justification. Le nettoyer, c'est la sanctification, en effet, le mot grec sanctifier est un mot compos√©, qui veut dire "nettoy√© et mis √† part pour le service". Non pas en service, mais pour le service. Ensuite, quand vous le remplissez, il est mis en service.

36 Maintenant excusez-moi de dire ceci, ce n'est pas dans l'intention de vous blesser. C'est l√† que vous, p√®lerins de la saintet√©, nazar√©ens, vous avez manqu√© d'avancer jusqu'√† la Pentec√īte. Vous aviez √©t√© purifi√©s par la sanctification; mais, quand vous √©tiez sur le point d'√™tre mis en service, par les dons du parler en langues et d'autres choses, vous avez rejet√© cela, vous √™tes retomb√©s encore dans l'enclos. Voyez? Eh bien, voil√† - voil√† ce qui arrive. C'est toujours ce qui arrive. Maintenant, ce n'est donc pas pour vous critiquer, mais c'est juste - je veux vider mon coeur. √áa br√Ľle en moi depuis que je suis ici, alors autant le faire. Si seulement je peux trouver gr√Ęce aupr√®s de Carl, de Demos et des autres, et de vous tous, je - je vais essayer de mon mieux pour d√©gager ma conscience de ces choses, voyez-vous, ensuite ce sera dans votre camp.

37 Le normal est le type du spirituel. Maintenant, nous voyons‚Ķ on na√ģt alors compl√®tement‚Ķ Quand le b√©b√©‚Ķ D'habitude, eh bien, quand l'eau sort, vous n'avez pas tellement besoin d'intervenir. Et quand le sang vient, vous n'avez pas tellement besoin d'intervenir. Mais, pour que la vie entre dans le b√©b√©, il faut que vous lui donniez une fess√©e, que vous le fassiez hurler. Et c'est un... Bon, n'√©tant pas instruit, comme mes fr√®res ici qui sont vraiment tr√®s bien form√©s pour cela, moi je dois plut√īt prendre la nature pour typifier ces choses. Et voil√†. C'est ce qui est arriv√©. Il a fallu une vraie fess√©e, pour les amener √† recevoir ceci.

38 Alors, vous recevez un petit... un genre de choc. Peut-√™tre qu'on n'aura pas √† lui donner une fess√©e, mais seulement lui donner un petit choc. L'id√©e m√™me qu'il est n√©, parfois, lui donnera cela. Saisissez-le, secouez-le. S'il ne se met pas √† respirer, donnez-lui une petite fess√©e, et alors il va hurler en langues inconnues de lui-m√™me, je pense. Mais vous voyez‚Ķ Il - il, de toute mani√®re, il - il fait un bruit. Et je pense que si un b√©b√© na√ģt sans bruit, tout simplement, sans aucun bruit, aucune √©motion, ce b√©b√©-l√† est mort.

39 C'est là le problème de l'église aujourd'hui, du système: nous avons trop d'enfants mort-nés. C'est vrai. Ils ont besoin d'une fessée de l'Evangile, voyez-vous, et alors pour les réveiller, pour les ramener à la raison, afin - afin que Dieu souffle en eux le souffle de Vie. Et maintenant, nous constatons que c'est tellement vrai, ça. C'est de la théologie brute, mais c'est quand même la Vérité.

40 Alors, remarquez, pour la naissance d'une semence, l'ancienne semence doit mourir avant que la nouvelle puisse na√ģtre. Ainsi donc, la mort, c'est toujours quelque chose de difficile. Alors, c'est douloureux. C'est p√©nible. C'est pareil pour la naissance, en effet, vous mettez au monde une vie, et c'est - c'est douloureux.

41 J√©sus a dit que Sa Parole √©tait une Semence qu'un semeur √©tait sorti pour semer. Or, √ßa, nous le savons tous. Et je veux enseigner ceci comme une le√ßon de l'√©cole du dimanche, parce que c'est dimanche. Remarquez, alors, cette Parole, √©tant une Semence‚Ķ mais, souvenez-vous, la - la semence ne produit une nouvelle vie que quand elle meurt. Et c'est pour √ßa qu'il √©tait si difficile pour les pharisiens de comprendre notre Seigneur J√©sus-Christ, en effet, ils √©taient sous la loi. Et la loi, avait - √©tait la Parole de Dieu sous forme de semence. Mais, quand la Parole a √©t√© faite chair, et qu'Elle est devenue, non pas la loi, mais la gr√Ęce‚Ķ Or, la gr√Ęce et la loi ne peuvent pas exister en m√™me temps, car la gr√Ęce est tellement sup√©rieure √† la loi que la loi n'entre m√™me pas en ligne de compte. Et, donc, c'est tellement difficile pour les pharisiens de mourir √† leur loi, pour que la gr√Ęce puisse na√ģtre. Mais elle doit dispara√ģtre. Les deux lois ne peuvent pas exister en m√™me temps.

42 Il ne peut pas y avoir une loi qui dit que vous pouvez br√Ľler le feu rouge, l'autre qui dit que vous pouvez le br√Ľler; une qui dit que vous pouvez, l'autre qui dit que vous ne pouvez pas. Elles... Il faut qu'il y ait une seule loi √† la fois. Peut-√™tre qu'√† un moment donn√©, vous auriez pu traverser: attention, traversez. Mais cette fois, c'est rouge. Stop! Voyez? Donc, deux lois ne peuvent pas exister en m√™me temps.

43 Or, nous remarquons que chaque fois... Maintenant, la pensée que je veux vous transmettre, c'est qu'il faut la douleur, la détresse, le malaise. Regardez comment ces pharisiens sont morts à la loi, c'est par la douleur, la détresse, le malaise. Mais il le faut.

44 Or, nous voyons que la pluie, qui fait produire des fruits sur la terre, "elle na√ģt", comme dit le po√®te, "dans les champs du tonnerre, dans des cieux effiloch√©s et d√©chiquet√©s". Par contre, si nous n'avions pas de tonnerres et les cieux effiloch√©s et d√©chiquet√©s, cette petite goutte de pluie distill√©e, qui a √©t√© √©lev√©e des mers et s√©par√©e du sel par distillation, elle ne na√ģtrait pas. Il faut ces √©clairs, ces tonnerres, ces grondements, - quelque chose qui est effiloch√©, d√©chiquet√© qui fait peur, - pour produire les doux p√©tales des gouttes d'eau. Il faut la douleur pour produire la naissance. Il faut la mort. Et c'est au moment o√Ļ les nuages meurent que la pluie na√ģt, parce que la pluie provient du nuage. L'un doit mourir pour que l'autre puisse exister. Eh bien, mes fr√®res ici pr√©sents, si certains d'entre eux en avaient l'occasion, ils pourraient vous donner toutes les lois de ces choses. Moi, je ne peux pas.

45 Et maintenant, passons à autre chose, juste pour une petite démonstration. Je pense que l'une des plus belles fleurs... Chacun a son avis là-dessus. Mais moi, je trouve que la plus belle fleur que j'aie jamais vue, pratiquement, c'est là-bas dans l'Est, notre lis d'étang. Combien ont déjà vu un lis d'étang? Oh, à mon avis, il n'y a vraiment rien qui lui soit comparable. Mais, avez-vous remarqué ce qu'il a fallu à ce lis d'étang? Je pense à ce que Jésus a dit: "Considérez le lis, comme il travaille et il file; cependant Je vous dis que Salomon, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux." En effet, la gloire de Salomon et ses vêtements, tout ça, c'était artificiel. Mais le lis, dans sa beauté, c'est la vie qui fait sa beauté, et non pas un barbouillage artificiel, un maquillage artificiel.

46 C'est comme nos femmes ; je ne pense pas que vous soyez oblig√©es d'avoir tout ce vert, vous savez, et ces grands cils, vous savez, qui d√©passent, comme √ßa, et toute cette manucure ou - ou, non pas je confonds ces histoires-l√†, mais tout √ßa sur votre visage, pour vous embellir. M√©fiez-vous des apparences. Si vous ajoutez un peu d'Actes 2.4, que vous m√©langez tout √ßa ensemble, avec un peu de Jean 3.16, √ßa d√©passera tout ce que Max Factor a jamais essay√© de fabriquer. Votre mari vous aimera davantage; tout le monde aussi; et Dieu aussi, j'en suis s√Ľr.

47 "Le lis, a-t-Il dit, consid√©rez comment il cro√ģt, il travaille, il faut qu'il arrive √† monter." Ce petit lis d'√©tang, regardez par o√Ļ il passe: la salet√©, la boue, la bourbe, les eaux boueuses, les eaux sales. Il se fraye un chemin √† travers tout √ßa, ce petit germe de vie, qui trime depuis le fond de l'√©tang, o√Ļ se trouvent les grenouilles et - et tout, et puis il perce √† travers tout √ßa. Mais d√®s qu'il arrive en pr√©sence du soleil, il na√ģt. Tout √† coup la petite semence s'ouvre, elle prend vie. Elle ne peut pas le faire avant d'avoir suivi tout ce processus. Il lui faut passer par-l√†. Ce qui lui fait faire cela, c'est parce que c'est le soleil lui-m√™me qui l'attire. Et quand elle arrive compl√®tement au-dessus de toutes les eaux sales, de la boue, et tout, alors elle est tellement heureuse. Elle partage g√©n√©reusement sa vie. Et c'est une vie magnifique, une fois qu'elle est arriv√©e en pr√©sence de ce qui l'attire.

48 Je trouve que c'est là un très beau type de la vie chrétienne. C'est lorsque Quelque Chose vous attire hors du monde, jusqu'à ce qu'un jour vous entriez par une naissance dans la Présence même de Cela, par le Saint-Esprit. Comme c'est beau! Essayez de l'aider, et vous allez le tuer.

49 C'est comme un poussin, quand il est en train d'√©clore, vous savez, si vous avez d√©j√† observ√© une de ces petites cr√©atures, juste au-dessus de son petit bec, ou n'importe quel oiseau qui √©clot, il - il a... Cette vieille coquille d'oeuf arrive √† maturit√©... La vieille partie de l'int√©rieur de l'oeuf doit se - se d√©composer. Et il faut qu'il se serve de son petit bec, pour gratter avec un mouvement de va-et-vient jusqu'√† ce qu'il casse la coquille. Nous, dans le Kentucky, l√† d'o√Ļ je viens, nous appelons √ßa "se frayer un passage √† coups de bec". Se frayer un passage √† coups de bec. Ils n'ont jamais trouv√© un meilleur moyen. Pourquoi? C'est la voie pourvue par Dieu. Si vous essayez de l'aider, vous le tuerez. Si vous lui enlevez sa coquille, il mourra. Voyez? Il faut qu'il travaille dur, qu'il se d√©m√®ne, qu'il se d√©gage pour sortir.

50 C'est ainsi qu'un Chrétien doit procéder. Quelqu'un qui vous serre la main, tout simplement, qui vous fait entrer, ce n'est pas ça. Vous devez rester là, jusqu'à ce que vous mouriez, que vous pourrissiez, et que vous naissiez dans le Royaume de Dieu. C'est la voie pourvue par Dieu. Vous n'y entrez pas par un registre, ni par une poignée de main ou une adhésion, en vous faisant gonfler, ou dégonfler. Vous - vous devez simplement sortir de la vieille coquille. Remarquez, ils n'ont jamais trouvé un meilleur moyen.

51 Ils n'ont pas trouv√© un meilleur moyen pour un b√©b√© d'obtenir ce qu'il d√©sire, en dehors de la voie pourvue par Dieu pour √ßa. Or, quand ce petit b√©b√© est n√©, vous pourriez accrocher une clochette ici, √† c√īt√© de son petit berceau et dire: "Mon petit gar√ßon, je suis un - un th√©ologien selon‚Ķ J'ai lu des livres sur la mani√®re d'√©lever un b√©b√©. Et, je t'assure, tu es un enfant moderne. Tu es n√© dans une maison moderne, des parents modernes. Quand tu as faim, ou que tu as besoin de maman ou de moi, tu n'as qu'√† sonner cette clochette." √áa ne marchera jamais. Le seul moyen pour lui d'obtenir ce qu'il d√©sire, c'est de pleurer pour l'obtenir. C'est la voie de Dieu.

52 Et c'est par ce moyen-là que nous obtenons ce que nous désirons, c'est en pleurant pour l'obtenir. Pleurez. N'ayez pas honte. Dites: "J'ai soif de Dieu." Que les diacres, les pasteurs, ou n'importe qui d'autre soit là, peu importe, hurlez quand même, que les voisins soient là, qu'est-ce que ça change? Criez c'est le seul moyen de l'obtenir, - jusqu'à ce que vous receviez de l'aide. C'est ce qu'Il a enseigné quand Il était ici sur terre, vous savez, au sujet du juge inique.

53 Une petite goutte de ros√©e, je n'en connais pas la formule. Il se peut qu'il y ait ici un homme de science... Mais je vais juste le dire selon ce que je pense. √áa pourrait √™tre une - en quelque sorte une quantit√© d'air comprim√© qui s'est condens√©e pendant une nuit sombre, et qui est tomb√©e au sol. Et alors, elle na√ģt pendant la nuit. Mais au matin, elle se trouve l√†, elle a froid et elle frissonne, sur un petit brin d'herbe ou suspendue sur votre corde √† linge. Mais une fois que le soleil brille, avez-vous remarqu√© comme elle devient heureuse? Elle scintille et elle fr√©mit. Pourquoi? Elle sait que c'est le soleil qui va la ramener l√† o√Ļ elle √©tait au commencement.

54 C'est pareil pour tout homme ou toute femme qui est n√©e de l'Esprit de Dieu. Il y a quelque chose qui se passe, quand la Lumi√®re se r√©pand sur nous, qui fait que nous sommes heureux, parce que nous savons que nous retournons l√† d'o√Ļ nous sommes venus: dans le sein de Dieu. Elle peut briller de joie, quand le soleil la frappe, bien s√Ľr, en sachant qu'elle s'en va l√† d'o√Ļ elle est venue. De petites choses rudimentaires, et nous pourrions continuer avec cela, mais voyons quelque chose d'autre.

55 Nous savons que la vieille semence est, doit… avant que la nouvelle semence sorte de la vieille semence, il faut que celle-ci pourrisse, absolument. Non seulement qu'elle meure, mais qu'elle pourrisse après sa mort. Nous savons que c'est vrai, ça. C'est la même chose dans la nouvelle naissance. Nous ne retournons jamais en arrière, mais nous avançons, une fois né de nouveau.
Et c'est pour √ßa, je pense, qu'aujourd'hui nous avons beaucoup, ou plut√īt nous n'avons pas beaucoup de nouvelles naissances authentiques, c'est parce que la semence, est - peut-√™tre qu'elle va sympathiser avec la Parole ou avec la personne; mais les gens ne veulent pas pourrir au vieux syst√®me o√Ļ ils se trouvaient. Ils ne veulent pas sortir de l√†. Ils veulent rester dans le vieux syst√®me, tout en pr√©tendant avoir re√ßu la nouvelle naissance, ou le Message de l'√Ęge.

56 Nous avons vu √ßa dans l'√Ęge de Luther, de Wesley, des Pentec√ītistes, et dans tous les autres √Ęges. Ils cherchent toujours √† s'accrocher au vieux syst√®me, tout en pr√©tendant avoir re√ßu Cela. Mais il faut que l'√Ęge du vieux syst√®me meure, pourrisse, afin de produire le nouveau. Ils veulent toujours s'y cramponner. Remarquez. Ils savent que le vieux syst√®me est mort, mais ils ne veulent tout simplement pas pourrir √† cela. Or, c'est quand il y a pourriture que la chose est vraiment √©limin√©e.

57 Quand les gens ont la pr√©tention d'√™tre n√©s de nouveau‚Ķ mais une pr√©tention, ce n'est qu'un signe qu'ils ont √©t√© engendr√©s. Le Pourrissement, c'est √ßa qui produit la nouvelle naissance. Nous devons pourrir √† √ßa, exactement comme √ß'a √©t√© le cas dans tous les √Ęges, tout au long de l'√Ęge de Wesley, et de tous les autres. Mais, ce qu'il y a, c'est qu'apr√®s que la nouvelle naissance a vu le jour... Wesley, ou plut√īt Luther est venu avec une seule parole: "Le juste vivra par la foi." Eh bien, il ne pouvait plus se cramponner au vieux syst√®me. Il a fallu qu'il en sorte.

58 Ensuite, quand, les Calvinistes ont amen√© l'Eglise anglicane dans une condition telle que (sous l'effet de la doctrine calviniste), Dieu a suscit√© la doctrine arminienne, avec John Wesley‚Ķ Il a fallu que le vieux syst√®me meure, afin que le nouveau arrive. Et quand l'√Ęge de Wesley a pris fin, ainsi que tous les petits √Ęges, ou les feuilles qui avaient pouss√© sur la tige, de l'aigrette, √† l'√©poque de Wesley‚Ķ Voyez, quand la Pentec√īte est venue, avec la restauration des dons, il a fallu que les gens sortent de chez les Baptistes, les Presbyt√©riens, les P√®lerins de la saintet√©, les Nazar√©ens, la pr√©tendue Eglise de Christ, et tout √ßa. Il a fallu qu'ils sortent de l√†, qu'ils pourrissent √† √ßa, pour accepter la nouvelle naissance.

59 On vous traite toujours de fou. Mais c'est comme ce que Paul a dit, une fois qu'il avait pourri à ses prétentions d'autrefois. Il a dit: "Je sers le Dieu de nos pères selon la voie qu'ils appellent une secte." Selon la voie qu'ils appellent une secte! Voyez? Il avait accepté la nouvelle Vie, car l'Ancien Testament avait donné naissance au Nouveau, et il a fallu qu'il pourrisse à l'Ancien (et ne la considère que comme une ombre), afin de...

60 Voil√† exactement o√Ļ nous en sommes maintenant. Eh bien, supportez-moi, c'est pourtant mon opinion. Les √©glises sont devenues tellement syst√©matiques qu'on ne peut pas entrer dans une seule d'entre elles, √† moins d'en √™tre membre. Il faut avoir une carte de membre, ou une sorte d'identification. Et √† cause de cette croyance, la seule porte qui m'est ouverte, pratiquement, ce sont les Hommes d'Affaires. Tant qu'ils ne sont pas une organisation, je peux entrer chez eux, mais - et parvenir √† apporter aux gens le Message que je porte sur le coeur. Mais elles sont devenues tellement syst√©matiques. Et je vous aime, vous, les Pentec√ītistes. De toute fa√ßon, la Pentec√īte, ce n'est pas une organisation. √áa, c'est simplement le nom que vous vous donnez. La Pentec√īte, c'est une exp√©rience, et non une d√©nomination.
Mais, vous-voyez ce qu'il y a, c'est que c'est vraiment difficile pour beaucoup d'hommes - alors qu'ils regardent cela, qu'ils Y croient, et qu'ils voient que C'est si identifi√© par Dieu, dans la Parole ; malgr√© tout cela, c'est vraiment difficile de pourrir √† cette chose dans laquelle vous √©tiez. "Que ferai-je? O√Ļ trouverai-je √† manger? Que‚Ķ" C'est Dieu qui est votre nourriture. C'est √† Dieu que vous devez vous accrocher. "Cherchez premi√®rement le Royaume de Dieu et Sa Justice." Je vais me limiter √† cela. Vous savez de quoi je parle.

61 Les prophètes de Dieu nous disent que nous devons avoir une nouvelle terre; de nouveaux Cieux et une nouvelle terre. Si vous voulez avoir un passage de l'Ecriture pour cela, c'est Apocalypse 21 Je pourrais vous le citer, je l'ai ici. Jean a dit: "Je vis un nouveau Ciel et une nouvelle terre; car le premier ciel et… première terre avaient disparu." Ils n'étaient plus.
Or, si nous devons avoir une nouvelle terre, l'ancienne terre et la nouvelle terre ne pourront pas exister en même temps. Ou, le nouveau monde et l'ancien monde ne pourront pas exister en même temps. Il ne peut pas y avoir deux ordres du monde, ensemble, au même moment. Maintenant, pour avoir la nouvelle terre, l'ancienne doit mourir. Or, s'il faut que l'ancienne meure, elle est donc maintenant dans les douleurs de l'enfantement, pour donner naissance à une nouvelle terre.

62 Et alors, si un médecin allait examiner une femme qui est en travail, eh bien, le... l'une des choses que ce médecin ferait - en effet, je parle en présence de deux ou trois médecins ici, à ma connaissance, de bons chrétiens ici présents, des médecins chrétiens. Et je - je - je vous demanderais ceci: l'une des premières choses que ce médecin fait, après avoir suivi la parturiente, c'est de calculer le temps des douleurs - des douleurs de l'enfantement. Il calcule le temps des douleurs, l'intervalle entre elles, et l'évolution de l'intensité de chacune. Chacune est plus pénible à supporter que la précédente. La suivante, c'est encore plus pénible, elles se rapprochent. C'est son moyen de diagnostiquer le cas: par les douleurs de l'enfantement.

63 Eh bien, si ce monde doit céder la place, à la naissance d'un nouveau monde, examinons quelques-unes des douleurs de l'enfantement que nous avons, sur la terre, et alors nous verrons à peu près à quel jour et à quel point elle en est dans son travail.

64 La Premi√®re Guerre mondiale a manifest√© de grandes douleurs - douleurs de l'enfantement. Elle a manifest√© l'une des premi√®res douleurs de l'enfantement, montrant que le monde entrait en travail. En rapport avec ce moment pour elle, on a produit les bombes, et on a eu des mitrailleuses et des gaz toxiques. Et, vous vous en souvenez. Peut-√™tre que beaucoup d'entre vous ne s'en souviennent pas. Je n'√©tais qu'un petit gar√ßon d'environ huit ans, mais je me souviens qu'on parlait du gaz moutarde, du gaz de chlore, et ainsi de suite. "Il semble que si on lan√ßait cela, disaient-ils, √ßa br√Ľlerait toute la terre. √áa tuerait tout le monde. Eh bien, il se pourrait que cela √©clate, alors les vents r√©pandraient le gaz d'un bout √† l'autre de la terre." Tout le monde avait terriblement peur de cette grande arme qu'√©tait le gaz toxique! La terre est pass√©e par‚Ķ a eu ses premi√®res douleurs de l'enfantement.

65 Et puis, nous voyons que nous avons eu une seconde guerre, une Guerre mondiale, et les douleurs qu'elle a eues ont √©t√© beaucoup plus intenses, plus aigu√ęs tout le temps, les douleurs de l'enfantement de la terre. Elle a failli dispara√ģtre, pendant la p√©riode de la bombe atomique, parce que celle-ci pouvait d√©truire toute une ville. Ces douleurs l√† √©taient beaucoup plus atroces que celles de la Premi√®re Guerre mondiale, du point de vue de la destruction de la terre.

66 Maintenant, elle sait que l'heure de son accouchement est proche. C'est pour √ßa qu'elle est si nerveuse, agit√©e comme elle l'est, c'est parce qu'il y a une bombe √† hydrog√®ne, et des missiles a√©riens qui pourraient d√©truire le monde entier. Une nation a peur d'une autre nation, si petite que soit celle-ci. Ils ont ces missiles qui, d√©clarent-ils, vont... l'un d'eux. Ils peuvent les diriger par satellites et les larguer o√Ļ ils veulent, n'importe ou dans le monde.

67 La Russie, comme je l'ai entendu aux informations l'autre jour, déclare qu'elle peut détruire cette nation, et - et empêcher les atomes, ou ces choses-là, de dévaster sa nation à elle. Nous ne savons que faire à ce sujet. Tous font ce genre de déclarations, et c'est la vérité. Les gens ont… La science des gens a pénétré dans le grand laboratoire de Dieu, si bien qu'ils vont se détruire eux-mêmes.

68 Dieu laisse - Il laisse toujours la sagesse se détruire elle-même. Dieu ne détruit rien. L'homme se détruit lui-même par la sagesse, comme il l'a fait au commencement, en prenant la sagesse de Satan et - au lieu de la Parole de Dieu.

69 Maintenant, elle sait qu'elle doit dispara√ģtre. Elle ne peut pas tenir le coup. Je crois que la Russie d√©truirait cette nation-ci, aujourd'hui, si elle pensait pouvoir la d√©truire, tout en se pr√©servant. N'importe laquelle de ces petites nations pourrait le faire. Seulement elles ont peur, parce qu'elles savent que la terre ne peut pas rester sur son orbite dans de telles conditions. Alors, le monde sait que ses douleurs de l'enfantement sont tellement intenses qu'elle ne peut que dispara√ģtre. Il va y avoir une nouvelle naissance, un nouveau-n√©, bient√īt.

70 J'en suis reconnaissant. J'en ai assez de celui-ci. N'importe - n'importe qui sait que - qu'ici, c'est le lieu de la mort et du chagrin, et de toutes sortes de discordes, et tout. Je suis content qu'elle doive dispara√ģtre. Je suis content que ce temps-l√† soit proche. Comme Jean l'a dit, autrefois: "Oui, viens, Seigneur J√©sus."

71 Or, il faut qu'elle pourrisse, évidemment, comme je l'ai dit, afin de produire la nouvelle naissance. Regardez ce qu'elle est devenue, dans sa pourriture. Remarquez, mes frères! Elle est complètement pourrie. Sa politique et ses systèmes sont pourris au possible. Il n'y a pas un seul os en elle qui soit sain, dans son - son système du monde, sa politique, et sa politique religieuse et que-sais-je encore. L'un dit: "Je suis démocrate. Je suis républicain. Je suis méthodiste. Je suis baptiste." Eh bien, tout est pourri jusqu'à la moelle. Il faut que quelque chose disparaisse. Elle ne peut pas tenir le coup. Même si vous mettiez un Georges Washington ou un Abraham Lincoln dans chaque comté, ici aux Etats-Unis, elle ne pourrait toutefois pas revenir. Elle est irrachetable. Il n'y a qu'une seule chose qui peut l'aider, c'est la Venue du Créateur.
Elle sait qu'elle doit dispara√ģtre. Elle a des douleurs et elle est en d√©tresse. Personne ne sait que faire. L'un regarde par ici, et l'autre par-l√†, et tout. L'un a peur de l'autre. L'un cherche √† faire quelque chose ou √† d√©truire celui-ci. Celui-ci cherche √† contredire celui-l√† et √† d√©truire l'autre. Au point que, maintenant, la chose se retrouve entre les mains de p√©cheurs, qui pourraient d√©truire le monde entier en cinq minutes. Voyez?

72 Donc, elle sait qu'elle ne peut pas tenir le coup. Les gens savent qu'elle ne peut pas tenir le coup. Et le monde sait qu'ils vont‚Ķ que √ßa va arriver. En effet, Dieu l'a dit. "Les cieux et la terre tout entiers seront en feu." Ce sera le renouvellement de tout, pour qu'un nouveau monde puisse na√ģtre. Dieu l'a proph√©tis√©.

73 Elle est pourrie dans tous ses syst√®mes, et elle doit faire cela pour pourrir. C'est pourquoi elle - elle est, comme je l'ai dit, si nerveuse, rouge de confusion, embarrass√©e, et agit√©e. Il y a des tremblements de terre partout, partout le long de la c√īte, et des raz de mar√©e en Alaska, et des secousses, partout le long de la c√īte, des tremblements de terre et tout. Et des gens m'√©crivent: "Est-ce que nous devons partir d'ici? Est-ce que nous devons partir d'ici? Voyez? Ils ne savent que faire. Il n'y a qu'un seul refuge, Christ, le Fils du Dieu vivant. Et il n'y a qu'une chose qui est le refuge, c'est Lui. Tous ceux qui sont en dehors p√©riront, aussi s√Ľr que Dieu l'a dit.

74 Maintenant, consultons le Livre du M√©decin (√©tant donn√© qu'elle est dans un tel √©tat) pour voir si ceci est cens√© se produire, au moment o√Ļ la nouvelle terre doit na√ģtre. Matthieu 24, dans le Livre du M√©decin, c'est-√†-dire la Bible, et voyons ce qui a √©t√© proph√©tis√©, ce que seraient ses sympt√īmes. Or, si un m√©decin conna√ģt les signes qui annoncent la naissance d'un enfant... A l'approche du moment o√Ļ l'enfant doit arriver, il pr√©pare tout, parce qu'il sait que c'est le - le moment o√Ļ l'enfant doit na√ģtre. En effet, tous les signes l'indiquent; les - l'eau est sortie, le sang. Et maintenant le‚Ķ c'est le moment o√Ļ l'enfant descend ; c'est - c'est le moment o√Ļ l'enfant doit na√ģtre. Donc, il pr√©pare tout en cons√©quence.

75 Or, Jésus nous a dit exactement ce qui arriverait en ce temps-ci. Il nous a dit, dans Matthieu 24, que l'Eglise, la vraie Eglise, et l'autre église seraient (L'église naturelle et l'Eglise spirituelle) seraient tellement proches, des imitateurs au point de séduire, s'il était possible, même les Elus. Ce qui était arrivé aux jours de Noé, "alors qu'ils mangeaient, buvaient, se mariaient, donnaient en mariage leurs enfants", et toute cette immoralité du monde, que nous voyons aujourd'hui, la Bible, le Livre, le Livre du Médecin a dit que ça se produirait. Alors, quand nous voyons ceci se produire, nous savons que la naissance est proche. Il le faut. Hé oui.
Bon, nous consid√©rons cela, du point de - de vue national; non pas national, mais mondial. Maintenant, Isra√ęl, l'√©glise, revenons-y pendant quelques minutes. Suivons-la peut-√™tre pendant les dix prochaines minutes.

76 Isra√ęl a eu des douleurs de l'enfantement sous chaque proph√®te qui est venu au monde. Elle a eu des douleurs de l'enfantement lorsque chaque proph√®te apportait son Message. En effet, que faisait-il? Le proph√®te avait la Parole. Et - et elle avait sem√© tellement de pourriture et √©labor√© tellement d'ordres syst√©matiques en elle que ce proph√®te la secouait au point de lui faire perdre son fondement. Ils √©taient ha√Įs de tous. Et donc, quand Dieu envoyait un proph√®te, l'√©glise elle-m√™me entrait dans les douleurs de l'enfantement. En effet, le proph√®te, la Parole du Seigneur vient au proph√®te, et √† lui seul. C'est-√†-dire que la Parole qui a √©t√© prononc√©e pour ce jour-l√† est manifest√©e par le proph√®te de cet √Ęge-l√†; √ßa a toujours √©t√© ainsi. Et les √©glises, elles ont construit tellement de syst√®mes autour de la Parole, que, quand il arrivait, il la secouait au point de lui faire perdre la t√™te. Elle avait des douleurs de l'enfantement.

77 Qu'était-ce? Revenez à la Parole! Revenez à la Vie! Les systèmes n'ont pas de Vie. Seule la Parole de Dieu a la Vie. Les systèmes sont érigés autour d'Elle, mais ils n'ont pas la Vie. C'est la Parole qui donne la Vie.
Son Message secouait les gens et les ramenait à la Parole. Un petit groupe sortira et croira. Parfois, peut-être... A l'époque de Noé, juste huit personnes. Mais quoi qu'il en soit, Dieu a fait flotter le reste et a détruit tous les autres. Il devait flotter.

78 C'est ce qui s'est produit, tout au long des √Ęges, jusqu'√† ce que, finalement, l'√©glise leur a enfant√© un Enfant M√Ęle; et cet Enfant M√Ęle, c'√©tait la Parole Elle-m√™me, faite chair. "Au commencement √©tait la Parole, et la Parole √©tait avec Dieu, et la Parole √©tait Dieu. Et la Parole a √©t√© faite chair, et Elle a habit√© parmi nous." Il a vaincu chaque d√©mon, chaque puissance sur terre qui s'est √©lev√© contre lui, uniquement par la Parole du P√®re. A chaque tentation de Satan, Il a r√©prim√© ce dernier; non pas par Sa - Sa propre puissance, mais par la Parole de Dieu. "Il est √©crit... Il est √©crit... Il est √©crit..." En effet, Il √©tait la Parole.

79 Quand Satan s'est attaqu√© √† Eve, elle n'√©tait pas la Parole; aussi, n'a-t-elle pas r√©sist√©. Quand il s'est attaqu√© √† Mo√Įse, c'√©tait la m√™me chose. Mais quand il a touch√© le Fils de Dieu, l√†, c'√©tait dix mille volts. Il y a laiss√© des plumes. Celui-ci a r√©agi en disant: "Il est √©crit: 'L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu." C'√©tait cet Enfant M√Ęle, fait chair, la Parole √©ternelle de Dieu, Lui-m√™me, manifest√© dans un corps de chair ici-bas, pour repr√©senter la Parole.

80 C'est ainsi qu'Il connaissait ce qu'il y avait dans leur coeur. C'est ainsi qu'Il a pu dire √† Philippe o√Ļ il √©tait, qui il √©tait ; qu'Il a pu dire √† Simon Pierre qui il √©tait. Il a parl√© √† la femme au puits. Pourquoi? Il √©tait la Parole. C'est vrai. La Bible dit, dans H√©breux, au chapitre 4: "La Parole de Dieu est plus tranchante, plus efficace qu'une √©p√©e √† deux tranchants, p√©n√©trante jusqu'√† partager la moelle des os, et Elle discerne les pens√©es et les intentions du coeur." Mais, ces sacrificateurs pharisiens qui √©taient aveugles ne pouvaient pas voir que c'√©tait l√† la Parole manifest√©e, parce qu'ils √©taient compl√®tement absorb√©s dans un sacerdoce et dans un syst√®me. Et ce vieux syst√®me devait dispara√ģtre. C'√©tait la Parole, mais ce qui avait √©t√© promis s'√©tait accompli. Donc, si c'est accompli, il faut que √ßa tombe en pourriture. C'est l'enveloppe. La Semence a poursuivi son chemin.

81 Moise n'aurait pas pu apporter le message de No√©, J√©sus non plus n'aurait pas pu apporter le message de No√©, parce que c'√©tait un autre √Ęge. L'ancienne semence √©tait la Vie, mais elle avait servi en son temps, et elle √©tait morte, elle n'√©tait plus. La transformation, pour passer de l'ancienne √† la nouvelle, dans laquelle √©tait la Vie. Mais qu'est-ce qui inqui√©tait les gens? Qu'est-ce qui les inqui√®te aujourd'hui? Nous ne construisons pas un mur comme, par exemple, de commencer avec le message de Luther, de suivre simplement une ligne droite, ou, le message pentec√ītiste. C'est vrai. Nous faisons des coins. Nous construisons un √©difice. C'est la Parole de Dieu qui en est le plan. N'importe qui peut faire une ligne droite, mais il faut un ma√ßon pour faire un coin. Il faut la puissance de Dieu pour faire √ßa. Il faut qu'un Oint venu du Ciel, soit envoy√© ici-bas pour le faire. √á'a √©t√© le cas dans chaque √Ęge.

82 Et dans l'√Ęge des proph√®tes, la Parole du Seigneur vient par ces proph√®tes, et ce sont eux qui faisaient les coins, qui op√©raient ces changements. Mais les b√Ętisseurs, eux voulaient construire un mur. Ce n'est pas un mur du tout. C'est un √©difice, un √©difice de Dieu.

83 Or, nous sommes conscients, et nous savons que Ceci est la V√©rit√©, que les syst√®mes ont pourri, dans chaque √Ęge. Et chacun de leurs syst√®mes a d√Ľ mourir et pourrir, jusqu'au moment o√Ļ elle a enfant√© cette √©glise-l√†. Du g√Ęchis de cette pourriture est sortie la Parole, Elle-m√™me. "La Parole du Seigneur venait aux proph√®tes." Elle n'est jamais venue aux sacrificateurs; Elle venait venue aux proph√®tes. Et, remarquez, en faisant ainsi, finalement, cette Parole tout enti√®re est n√©e, ici, dans une chair humaine. La pl√©nitude de la Divinit√© habitait corporellement en Lui. Il √©tait la Parole. Les proph√®tes sont une partie de la Parole, la Parole pour leur √Ęge. Nous, aujourd'hui, nous sommes une partie de la Parole, nous qui suivons la Parole. Mais Lui √©tait toute la pl√©nitude de la Parole. Il √©tait la Parole. Il a dit... Quand ils L'accusaient de Se faire Lui-m√™me √©gal √† Dieu parce qu'Il √©tait le Fils de Dieu, ils Lui ont dit: "Eh bien, Tu Te fais Toi-m√™me Dieu."

84 Il a dit: "N'est-il pas écrit dans vos lois que vous appelez 'dieux' ceux à qui la Parole de Dieu est venue, les prophètes? Et c'est bien ce qu'ils étaient. Alors, comment pouvez-vous Me condamner quand Je dis que Je suis le Fils de Dieu?" En effet, la plénitude de la Divinité habitait corporellement dans le Fils de Dieu. Il était la pleine manifestation de Dieu.
C'est √ßa qui, finalement amenait les douleurs de l'enfantement sous ces proph√®tes. Pourquoi? Comme ils √©taient la Parole, ils annon√ßaient cette pl√©nitude d'eux-m√™mes, la pl√©nitude de la Parole. Et puis, finalement, les syst√®mes ont disparu, jusqu'au moment o√Ļ "la Parole a √©t√© faite chair et Elle a habit√© parmi nous".

85 Observez comme √ß'a √©t√© repr√©sent√© en Jacob. Observez comme √ß'a √©t√© repr√©sent√© en Joseph, exactement. Aim√© de son fr√®re, son p√®re; ha√Į de son fr√®re, sans cause. Il √©tait spirituel, il pouvait pr√©dire des choses et interpr√©ter des songes. Et il ne pouvait pas s'emp√™cher d'√™tre comme √ßa. C'est ce qu'il √©tait, d√®s sa naissance, tout simplement. Il avait √©t√© pr√©destin√© √† √™tre comme cela. Mais il √©tait ha√Į de ses fr√®res, qui, finalement, l'ont vendu pour trente pi√®ces d'argent, √† peu pr√®s trente pi√®ces. Ensuite, il a √©t√© √©lev√©, il s'est assis √† la droite de Pharaon. Regardez dans sa prison, il y avait l√† un √©chanson et un panetier; l'un a √©t√© perdu et l'autre a √©t√© sauv√©. J√©sus, dans Sa prison, √† la croix; l'un a √©t√© perdu, l'autre a √©t√© sauv√©. Exactement. Ensuite, Il a √©t√© √©lev√© dans les Cieux et il s'est assis sur le Tr√īne de Dieu. Et quand Il repartira, un son retentira disant: "Fl√©chissez le genou", et toute langue confessera. Et quand Joseph quittait le tr√īne et qu'il s'avan√ßait, une trompette sonnait, et tout genou devait fl√©chir. "Joseph arrivait."

86 De même, un jour la grande Trompette de Dieu sonnera, les morts en Christ ressusciteront, tout genou fléchira et toute langue confessera cette Parole. Eh bien, qu'est-ce qu'Il vient chercher? Pourquoi vient-Il ici?

87 Remarquez, elle a enfant√© cette Parole enti√®re, qui a √©t√© faite chair, sous l'effet des douleurs de l'enfantement, des proph√®tes qui criaient: "Il vient! Il vient! Il vient!" Bon, mais, pendant quatre cents ans, elle n'avait pas eu de proph√®te, selon l'histoire et selon l'Ecriture, de Malachie jusqu'√† Jean. Ils n'avaient eu que des th√©ologiens, des sacrificateurs, des pasteurs. Maintenant, l√†, nous pouvons nous imaginer, priv√©e de √ßa, dans quel √©tat de pourriture son syst√®me avait du se retrouver, quatre cents ans sans un Message direct, un AINSI DIT LE SEIGNEUR, venant de Dieu. Donc, les sacrificateurs, les proph√®tes, et ainsi de suite, l'ont plong√©e dans un g√Ęchis terrible. Elle √©tait pourrie.

88 Alors Jean, l'Elie promis de Malachie 3, pas de Malachie 4, de Malachie 3; en effet, J√©sus a dit la m√™me chose dans - dans Matthieu, chapitre 11 Quand l'oeil d'aigle de Jean s'√©tait voil√©, comme cela est dit, je crois dans Les √Ęges primitifs de Pember: "Allez Lui demander si c'est Lui, ou si nous devons en attendre un autre." Voyez? Et Il a dit, J√©sus, apr√®s avoir renvoy√© ses disciples, apr√®s leur avoir dit de rester pour assister √† la r√©union et voir ce qui se produisait: "Allez rapporter √† Jean ces choses. Heureux celui qui n'y trouve pas une occasion de chute." Il s'est retourn√©, Il a regard√© aux - Ses disciples et ceux √† qui Il s'adressait. Il a dit: "Qu'√™tes-vous all√©s voir quand vous √™tes all√©s voir Jean?" Il a dit: "Etes-vous all√©s voir un homme v√™tu d'habits pr√©cieux?" Il a dit: "Je vous dis que de tels hommes restent dans les palais des rois." Il a dit: "Etes-vous all√©s voir un - un roseau agit√© par le vent?"

89 Autrement dit, était-il agité par chaque petite difficulté qui survenait? "Je te le dis, si tu viens adhérer à notre groupe, nous pouvons t'offrir un meilleur salaire." Pas Jean. "Si seulement tu t'abstiens de prêcher contre ceci et cela, eh bien, tu pourras t'associer à notre groupe." Pas Jean.

90 Il a dit: "Qu'√™tes-vous donc all√©s voir? Un proph√®te? Et Moi, Je vous dis, plus qu'un proph√®te. Car, si vous pouvez le recevoir, c'est lui qui avait √©t√© annonc√© par le proph√®te, lorsqu'il dit: 'J'enverrai Mon messager devant Ma face, pour pr√©parer le chemin." √áa, c'est Malachie 3.1. Ce n'est pas du tout Malachie 4. Celui-l√†, √ß'en est un autre. En effet, apr√®s la venue de cet Elie-l√†, le monde doit √™tre br√Ľl√© aussit√īt, et les justes doivent marcher sur les cendres des m√©chants.

91 Maintenant, remarquez. Son Message ne les a pas tellement tirés de leur sommeil ecclésiastique, pas du tout. Ils disaient simplement: "Il y a un fou là-bas. Ignorez-le. Il se fait passer pour fou: il cherche à noyer les gens là-bas, dans l'eau. Voyez? Et bien, ce vieux-là, c'est un vaurien. Voyons, il n'est même pas vêtu convenablement. Il est enveloppé d'une peau de mouton. Eh bien, il est pauvre comme Job. Eh bien, de quel séminaire sort-il? Quelle carte de membre a-t-il? Nous ne collaborerons même pas à ses réunions. Nous allons simplement le laisser là-bas, crever de faim." Voyez? Le monde n'a pas beaucoup changé, ses systèmes non plus. "Mais, nous allons simplement le laisser trimer là-bas. Il n'a pas de..."

92 Savez-vous pourquoi il n'en avait pas? Souvenez-vous, son p√®re √©tait sacrificateur. Mais pourquoi n'a-t-il pas suivi les traces de son p√®re, alors qu'√† cette √©poque-l√†, c'√©tait la coutume pour les enfants de le faire? C'est parce qu'il avait quelque chose, son Message √©tait tr√®s tr√®s important. Il devait pr√©senter le Messie, car le Saint-Esprit l'avait dit. Ce petit reste, qui avait √©t√© ramen√© par le Message de Gabriel, l√†-bas, savait qu'il allait en √™tre ainsi. Alors, on nous dit que, vers l'√Ęge de neuf ans, il est all√© au d√©sert, qu'apr√®s avoir perdu son p√®re et sa m√®re, il est all√© au d√©sert, parce qu'il devait entendre avec exactitude. En effet, dans cet √©norme √©difice de th√©ologie, l√†-bas, ils auraient dit: "Bon, je sais que c'est toi qui es cens√© annoncer le Messie. Esa√Įe a dit que tu allais venir, alors c'est toi qui vas √™tre cette voix-l√†. Maintenant, ne trouves-tu pas que fr√®re Jones que voici, remplit toutes les conditions?" Et il se serait laiss√© facilement persuader. Mais il n'avait jamais rien appris de leurs syst√®mes. Son Message √©tait tr√®s tr√®s important. Il est all√© dans le d√©sert, pour y demeurer.

93 Remarquez. Son Message n'était pas comme celui d'un théologien. Il utilisait des types. Il disait: "Oh! vous, races de serpents!" Traitant ces membres du clergé une bande de "serpents". L'une des mauvaises choses qu'il avait trouvées dans le désert, l'une des choses sournoises, c'était les serpents. Et il s'est dit: "C'est à peu près la meilleure comparaison que je connaisse." Il a dit: "Vous races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir? Ne vous mettez pas à dire: 'Nous sommes membres de ceci et de cela', car de ces pierres Dieu peut susciter des enfants à Abraham." "Ces pierres", ce qu'il avait trouvé dans le désert et au bord du ruisseau.

94 Et aussi: "La cogn√©e", ce dont il s'√©tait servi dans le d√©sert, "est mise √† la racine de l'arbre", ce qu'il avait vu dans le d√©sert. "Tout arbre qui ne produit pas de bon fruit", il savait o√Ļ il trouvait son bois de chauffage, voyez, "sera coup√© et jet√© au feu", il en faisait du bois de chauffage. Voyez? Son Message n'√©tait pas du tout celui d'un membre du clerg√©, c'√©tait d'apr√®s la nature dans le d√©sert. Mais il avait le Message √† annoncer, et il avait la foi en son Message, pour dire: "Ce Messie est cens√© venir et, Il est donc ici m√™me parmi vous en ce moment. Je vous d√©clare qu'il y a Quelqu'un au milieu de vous, que vous ne connaissez pas, dont je ne suis pas digne de porter les souliers. Lui, Il vous baptisera du Saint-Esprit et de Feu."
"Qui est-Il, Jean?"
"Je ne sais pas."

95 Mais un jour, voil√† un jeune Homme qui descend au fleuve, un Homme d'apparence ordinaire, on dirait... Le brave Jean-Baptiste se tenait l√†, ce brave proph√®te b√©ni, et il a regard√© de l'autre c√īt√© du Jourdain. Il a dit: "Voici l'Agneau de Dieu, qui √īte le p√©ch√© du monde."
- Comment L'as-tu reconnu, Jean?
Celui qui, dans le désert, m'a envoyé baptiser d'eau, m'a dit: 'Celui sur Qui tu verras l'Esprit descendre, c'est Celui qui baptisera du Saint-Esprit."
Son Message ne pouvait pas provenir d'un point de vue théologique, ni d'un système de crédos fait de main d'homme. Il devait provenir directement de Dieu.

96 Eh bien, son Message ne les a pas tellement secou√©s. Ils se sont dit: "Oh! il dit qu'il a vu Cela. J'en doute fort. Moi, je n'ai rien vu. J'ai consult√© mon‚Ķ Je n'ai rien vu de √ßa", c'est ce que les sacrificateurs et les autres disaient. Mais lui, il L'a vu, et maintenant nous savons bien qu'il L'a vu. Bien s√Ľr qu'il L'a vu. Mais, avez-vous remarqu√© ceux que le Message a touch√©? Cela ne les a point tir√©s de leur sommeil. Ils ont continu√©, ils lui ont n√©anmoins coup√© la t√™te. Mais cela - cela ne les a pas remu√©s du tout. Mais, cela a touch√© le reste, ceux qui avaient la Vie en eux, ce petit groupe, de tous ceux qui attendaient la Venue du Seigneur.

97 Et Anne, une prophétesse aveugle qui servait le Seigneur dans le temple par des prières, alors, un jour, alors qu'elle était dans l'Esprit... Et Siméon, un vieillard a prophétisé, disant il a dit: "Le Saint-Esprit m'a dit que je ne mourrai point avant d'avoir vu le Christ du Seigneur."
Eh bien, quelques-uns des sacrificateurs, vous savez, disaient : "Pauvre vieillard, il est un peu détraqué, vous savez. Eh bien, il a déjà un pied dans la tombe, et l'autre est chancelant. Mais, laissez-le tranquille. C'est un vieillard honorable. Seulement il est un peu..." Mais, voyez-vous, qu'avait-il? Ça lui avait été révélé par le Saint-Esprit.

98 C'est la même chose qui vous est révélée, à vous ici, cet après-midi. Le Saint-Esprit vous a amenés ici pour une raison. A certains... Le Saint-Esprit! Regardez les prêtres et les membres du clergé qui sont ici, venant de l'Eglise méthodiste, baptiste, catholique, et tout. Ils ont été poussés par le Saint-Esprit. C'est maintenant l'heure. Ils cherchaient cela, ils avaient faim jusqu'à ce que le Saint-Esprit a agi sur eux.

99 Alors, juste dans le‚ĶUn jour‚Ķ Vous savez, ils n'avaient pas la t√©l√©vision. Gr√Ęces soient rendues √† Dieu, pour ce jour-l√†. Alors, ils - ils √©taient sur les coteaux de la Jud√©e. Un - un B√©b√© est n√© l√†-bas. Une Etoile est apparue, et ainsi de suite. Mais, au bout de huit jours, la m√®re a apport√© ce petit B√©b√© emmaillot√©. Il √©tait emmaillot√©. Je dis‚Ķ On me dit que c'√©tait des langes... Ils n'avaient rien √† Lui mettre. C'√©tait un - un petit chiffon pris du joug d'un boeuf, m'a-t-on dit, que c'√©tait √ßa, ces langes. Voici Joseph et les autres, qui entrent avec ce petit B√©b√©.

100 Je m'imagine que les autres mères se tenaient à l'écart, à distance, avec leurs petits bébés vêtus d'habits brodés et tout. Elles disaient: "Regardez là. Voyez? Voyez? La voilà. Voyez? Elle était enceinte de cet homme-là. La voici qui entre. Ne vous approchez pas d'elle. Gardez vos distances." Les gens pensent encore la même chose.

101 Mais Marie, avec ce Bébé dans ses bras, ce que les gens pensaient, ça lui était parfaitement égal. Elle savait de Qui était ce Fils. Et c'est pareil pour tout croyant qui accepte la Parole de Dieu dans son coeur. Peu importe ce que les systèmes disent. Vous savez ce que C'est. C'est la promesse de Dieu. Cela vous a été révélé par le Saint-Esprit, quand vous avez été couvert de Sa Puissance. Vous savez ce qu'il En est.

102 Aucun homme n'a le droit de prêcher l'Evangile avant d'avoir rencontré Dieu, là-bas derrière le désert, dans ce buisson ardent, de telle sorte qu'aucun système ecclésiastique au monde ne pourra vous En dissuader. Vous étiez là. C'est à vous que c'est arrivé. Peu importe ce que les systèmes disent. Vous en êtes témoin. Alléluia! Je me sens comme ce vieil homme de couleur dont je parlais: "Je n'ai plus assez d'espace ici maintenant." Voyez? Je me sens très religieux en ce moment. Quand je pense que cela est vrai. Dieu Lui-même vous est révélé.

103 Sim√©on avait la promesse. Assis dans son bureau ce matin-l√†; oh, je suppose qu'on devait apporter plusieurs centaines de b√©b√©s tous les matins. Il y avait environ deux millions et demi de Juifs dans le pays, on apportait ces b√©b√©s, il en naissait beaucoup. Au bout de huit jours, chaque m√®re devait venir offrir l'offrande de purification. Et alors, voici venir... Sim√©on √©tait assis l√†, vous savez, peut-√™tre qu'il lisait le rouleau d'Esa√Įe. Je ne sais pas. Mais, tout √† coup...

104 Or, si le Saint-Esprit vous a fait une promesse, le Saint-Esprit doit tenir cette promesse. Si c'est vraiment de Dieu, Il... S'il… Si un homme vient et dit une certaine chose et que Dieu ne la confirme pas, ce n'est pas scripturaire pour commencer, oubliez cela. Et s'il dit que cela l'est, mais que Dieu ne la confirme toujours pas, c'est faux malgré tout. En effet, Dieu interprète Son Message. Il est Son propre Interprète. Si ce qu'il dit arrive, alors, Dieu a dit: "Ecoutez-le, car c'est la Vérité." C'est simplement une question de bon sens. S'il dit que telle chose va arriver, et que cela arrive, c'est de cette manière que l'on sait. Ça doit être l'exacte Vérité, chaque fois, parce que Dieu ne dit pas des mensonges.

105 Ainsi donc, voil√† Sim√©on, assis l√†, endurant la pers√©cution. Il √©tait le "reste". Il avait entendu Jean, et le petit "reste" de ce jour-l√†‚Ķ Et il √©tait assis l√†, √† √©couter ce rouleau, il savait, je veux dire, il savait que Jean allait venir, parce qu'il - qu'il faisait partie du "reste". La Parole lui avait √©t√© r√©v√©l√©e. Et tout √† coup, quand ce B√©b√© est entr√© au temple, c'√©tait du devoir du Saint-Esprit de lui r√©v√©ler qu'Il √©tait l√†. Donc, pouss√© par l'Esprit, il est sorti du petit bureau, il est pass√© par le couloir, est arriv√© jusqu'√† cette file de femmes. Il s'est avanc√©, a parcouru cette file de femmes, jusqu'√† ce qu'il est arriv√© l√† o√Ļ se trouvait ce petit B√©b√©, dont personne ne s'approchait. Il a pris le B√©b√© dans ses bras et a dit: "Seigneur, laisse Ton serviteur s'en aller en paix, car mes yeux ont vu Ton salut."

106 Et, √† ce moment-l√†, il y avait une autre √©lue du petit groupe de ce jour-l√†, Anne, une proph√©tesse, elle √©tait aveugle, assise l√†, dans un coin. Elle s'est lev√©e, elle √©tait aveugle. La voil√† qui s'avance, conduite par l'Esprit, √† travers toutes les femmes et la foule des gens qui entraient et sortaient du temple, jusqu'√† ce qu'elle est arriv√©e √† l'endroit pr√©cis o√Ļ se trouvait l'Enfant Christ. Si le Saint-Esprit a pu conduire jusqu'√† Lui une femme aveugle, qu'en est-il de vous, un groupe pentec√ītiste qui est cens√© avoir la vue? Je n'irai pas plus loin. Vous connaissez la suite.
Remarquez. Oh! la la! Combien cette √©glise-l√† avait certainement d√Ľ se retrouver de nouveau dans un g√Ęchis terrible, nous‚Ķ s√Ľrement que oui, √† cette √©poque-l√†! Mais √ßa a secou√© le petit reste, comme je l'ai dit.

107 Maintenant, soyons honnêtes. Si nous voyons cette église dans cette condition-là aujourd'hui, ne sommes-nous pas de nouveau arrivés à ce temps-là? [L'assemblée dit: "Amen." - N.D.E.] Maintenant, considérez simplement les choses promises, dans la Bible, qui devaient se produire dans l'église, en ce temps-ci. Nous voyons ce qui se passe dans le monde, et nous voyons que celui-ci est arrivé à sa fin. Considérons l'église à présent.

108 Elle, l'Eglise, a eu des douleurs de l'enfantement sous Luther. Or, nous savons qu'il y a sept √Ęges de l'Eglise, et sept messagers, de ces √Ęges de l'Eglise, selon Apocalypse. Maintenant, quand il a fallu que Luther arrive, cela a certainement amen√© l'Eglise dans les douleurs de l'enfantement, mais Elle a enfant√© Luther. C'est vrai.

109 Apr√®s √ßa, Elle a de nouveau eu des ennuis, alors, Elle a enfant√© Wesley. C'est vrai. √áa a recommenc√© de plus belle, et Elle a enfant√© la pentec√īte. Chacun d'eux (les messages de leur √Ęge) a secou√© le... a ramen√© √† la Parole, au Message de son √Ęge, le Message de‚Ķ conform√©ment √† la Bible... J'ai un livre l√†-dessus qui va bient√īt para√ģtre, le commentaire des quatre premiers chapitres de l'Apocalypse. Lisez-le, d√®s qu'on l'aura imprim√©. √áa prouve sans l'ombre d'un doute, ce qu'√©tait le Message de Luther, la justification; ce qu'est‚Ķ la sanctification, ce qui est la phase suivante de la naissance naturelle. Ensuite, les pentec√ītistes sont venus. Exactement.

110 Maintenant, remarquez, chaque √Ęge a secou√© l'Eglise et provoqu√© en Elle les douleurs de l'enfantement. Mais, qu'ont-ils fait? Apr√®s avoir √©prouv√© ces douleurs de l'enfantement, au lieu de continuer √† avancer avec la Parole, ils ont r√©uni un groupe d'hommes, exactement comme l'avait fait le groupe pr√©c√©dent. Exactement. Aussit√īt apr√®s la secousse provoqu√©e par les ap√ītres, ensuite nous le voyons de nouveau d√©vier. Ensuite, nous voyons que beaucoup d'autres sont venus, Agabus et beaucoup de grands r√©formateurs, l√†-bas au commencement. Dans chaque √Ęge, c'est ce qui s'est fait - en √©tudiant le Concile Pr√©nic√©en, les P√®res Nic√©ens, et tout √ßa, vous trouverez tout √ßa l√†-dedans. Chaque √Ęge a √©t√© secou√©, a chaque fois qu'un messager venait avec l'AINSI DIT LE SEIGNEUR.

111 Maintenant, elle est dans le pire √©tat, selon les Ecritures, o√Ļ elle ait jamais √©t√©. Nous sommes dans l'√Ęge de l'√©glise de Laodic√©e, "un √Ęge de l'√©glise riche, mais aveugl√©, et ne le sait pas". Nulle part dans la Bible Christ n'a √©t√© expuls√© de l'√©glise, √† aucun moment sauf dans l'√Ęge de Laodic√©e. Elle est dans l'√Ęge le plus mauvais. Elle est plus pourrie que jamais. Elle a dit: "Je suis assise en reine, je n'ai besoin de rien." "Et tu ne sais pas que tu es nue, mis√©rable, aveugle, pauvre, et tu ne le sais pas." Certainement. Il a dit: "Je te conseille de venir acheter de Moi un collyre, afin que J'ouvre tes yeux." Et √ßa, √ßa va - √ßa va certainement... Le collyre de Dieu va certainement apporter la Lumi√®re √† l'√©glise, si elle veut bien ouvrir les yeux √† ce que Dieu a dit.

112 Remarquez, rapidement maintenant. Maintenant, elle en est √† ce stade-l√†, sans l'ombre d'un doute. Nous sommes dans l'√Ęge de l'√©glise de Laodic√©e. Or, un messager lui a √©t√© promis, dans Malachie, au chapitre 4. Il a promis de le faire. Et le Message doit ramener la Parole, ramener les gens √† la Parole. Il faut qu'une naissance‚Ķ Elle doit accoucher, d'une nouvelle naissance, √† partir de‚Ķ selon Malachie 4.

113 Aujourd'hui, dans le monde eccl√©siastique, deux syst√®mes sont √† l'oeuvre. Maintenant √©coutez tr√®s attentivement. Maintenant, je veux voir si vous allez dire "amen" √† ceci. Deux syst√®mes sont √† l'oeuvre dans le monde eccl√©siastique aujourd'hui. Je vais √īter ceci de mes √©paules, puis j'en serais quitte. Nous le savons tous: c'est la Parole de Dieu et le syst√®me d√©nominationnel. Voil√† les deux syst√®mes qui sont √† l'oeuvre. Tout comme c'√©tait le cas pour Jacob et Esa√ľ: l'un selon l'Esprit, l'autre selon la chair. Et, qu'en est-il? Esa√ľ et Jacob se battaient dans le sein de leur m√®re, m√™me au moment de leur naissance. Et c'est pareil pour les d√©nominations et la Parole, ils se battent l'un contre l'autre. Ils se battent depuis le d√©but, quand Luther a apport√© la premi√®re r√©forme. J'esp√®re que c'est assez simple pour que vous le compreniez. Voyez?

114 Ces hommes, s'ils prennent Ceci et qu'ils s'en aillent avec, ils vont pouvoir Y donner plus de sens, voyez-vous, pour L'amener √† un point o√Ļ... Je veux simplement d√©poser cette Semence, mais j'esp√®re qu'ils Lui feront prendre Vie.

115 Remarquez. Voyez? C‚Äôa toujours √©t√© ainsi. C'est pour √ßa qu'elle √©prouve des douleurs de l'enfantement, c'est parce qu'il y a un combat en elle. Il y a un Esa√ľ, juste un homme du monde, tr√®s religieux. Et, oh! c'est quelqu'un de bien, un brave type, loyal, de bonne moralit√©, pour autant que je sache, mais il ne conna√ģt rien de ce droit d'a√ģnesse. Il est n√© ainsi. Il a √©t√© con√ßu ainsi. Et Jacob, peu m'importe ce qu'il est, lui, ce qu'il veut, c'est ce Droit d'a√ģnesse. C'est lui le spirituel. Et, aujourd'hui, ces deux-l√† sont dans le sein de l'√©glise.

116 Un √©norme syst√®me cherche √† prendre forme, √ßa s'appelle le Conseil mondial des Eglises. Et du sein de l'√©glise sortent deux enfants. Notez bien mes paroles. Le monde - le monde... La Parole doit accoucher de l'Eglise Epouse-Parole. L'Eglise doit accoucher d'une Epouse pour Christ. Ceux qui se sont endormis dans tous les √Ęges formeront cette Epouse, qui s'est manifest√©e d'apr√®s la Parole qui les avait manifest√©s, comme de partir des pieds jusqu'√† la t√™te. Plus - plus Elle grandit, plus il lui faut, et ainsi de suite. De m√™me que le corps grandit, le Corps de Christ aussi grandit. Et puis, finalement la T√™te viendra au Corps, Sa T√™te viendra.

117 Maintenant, si nous remarquons bien, en effet, Il est - Il est entièrement relié à la Tête. C'est la Tête qui Le dirige, qui L'attire. Mais les systèmes ne pousseront pas Là-dessus, parce que c'est un système, et ça ne peut pas produire. Un grateron ne peut pas produire une gerbe de blé. Pourtant les deux se trouvent dans le même champ, arrosé par la même eau et exposés au même soleil. L'un est la Parole, l'autre ne l'est pas. Et les deux se battent. Ils se battent depuis la première réforme, et ils continuent à se battre.

118 Maintenant, je n'ai pas besoin d'aller plus loin l√†-dessus, n'est-ce pas? S√Ľrement que vous comprenez de quoi je parle [L'assembl√©e dit: "Amen." - N.D.E.] Oui oui. Nous en sommes l√†. Voil√† votre syst√®me. De quel syst√®me faites-vous partie?

119 Imaginez-vous donc, si vous aviez v√©cu autrefois, √† d'autres √©poques, pendant les secousses provoqu√©es par les proph√®tes de Dieu et par les Paroles proclam√©es, de quel c√īt√© auriez-vous voulu √™tre, √† cette √©poque-la? Eh bien, vous avez le m√™me choix √† faire aujourd'hui. Elle se pr√©pare √† enfanter la Parole parfaite, l√†, et la Parole vient pour l'Epouse-Parole. De m√™me que la - la femme est une partie de l'homme, tir√©e de lui, il faudra aussi que l'Eglise soit une Eglise qui demeure dans la Parole, chaque Parole de la Bible; pas de syst√®mes, de dogmes, ni rien qui Y ait √©t√© ajout√©. Il faudra qu'Elle soit une Parole sans m√©lange, pure, vierge. C'est vrai.

120 Du temps de la Lumière de Luther, quand l'église s'était divisée, et que Luther a forcé… elle… l'une de ces douleurs, mais il est sorti: "Le juste vivra par la foi. Et la communion, ce n'est pas ceci."

121 Or, nous voyons que du temps de John Wesley, les douleurs l'ont prise de nouveau, mais c'était - un Wesley est né. Mais qu'a-t-il fait? Il est retourné tout de suite, il a fait comme sa mère.

122 Ensuite, du temps des pentec√ītistes, vos p√®res et vos m√®res sont sortis de cette chose-l√†, et ils la ha√Įssaient. Ils sortaient dans la rue, votre m√®re n'avait m√™me pas de bas, elle battait une vieille bo√ģte de conserve, et ils parlaient du bapt√™me du Saint-Esprit, une vieille guitare‚Ķ Ils restaient l√† aux coins des rues, sur les voies, ils passaient la nuit en prison. Et nous, nous sommes tellement guind√©s, nous sommes retourn√©s tout droit dans une organisation, et nous nous sommes install√©s dans le m√™me bourbier. Ils ont ramen√© leurs enfants l√† m√™me d'o√Ļ ils √©taient sortis. Ils se retourneraient dans leur tombe. Ils auraient honte de vous. Je sais que c'est dur, mais c'est la V√©rit√©. [L'assembl√©e dit: "Amen." - N.D.E.]

123 Vous dites: "Je pensais que vous aimiez les gens." Si l'amour n'est pas correctif, alors comment peut-on produire l'amour? L'amour est correctif. Oui, j'aime le monde... j'ai - j'ai du z√®le pour l'Eglise de Dieu. Et de voir ces syst√®mes qui la tiennent asservie √† des dogmes, qui tombent en pourriture!. Dieu a beau d√©clarer que Sa Parole est la V√©rit√©, eux, ils continuent √† s'accrocher √† √ßa. Amen. [L'assembl√©e dit: "Amen." - N.D.E.] C'est vrai. Vous savez que c'est la v√©rit√©, fr√®re, soeur. ["Amen."] C'est tout simplement un... C'est la fa√ßon toute simple de le dire. Ce - ce n'est pas une analyse du grec, et que sais-je encore, mais c'est une analyse et une d√©monstration du bon sens. S√Ľrement que vous pouvez comprendre cela. Deux et deux font quatre. Voyez? Donc, nous savons que C'est vrai.

124 Maintenant, il faut que la Parole produise l'Epouse. Mais l'ancien syst√®me doit demeurer conforme au type. Il doit produire un Esa√ľ, qui a vendu son droit d'a√ģnesse.

125 Je vais lancer quelque chose. Je le sens. J'esp√®re que vous ne me prenez pas pour un fou. Mais si j'en suis un, laissez-moi tranquille. Je me sens bien comme √ßa. Je suis mieux comme √ßa que dans l'autre √©tat. Je - je suis peut-√™tre fou, aux yeux du monde. Mais, je - je sais o√Ļ j'en suis. Je sais o√Ļ je me tiens.

126 Ecoutez. Il va produire un enfant mort-n√©, un syst√®me eccl√©siastique qui va rassembler toutes les d√©nominations, pour produire un Esa√ľ qui hait Jacob. Amen. J'esp√®re que vous voyez cela: une d√©nomination mort-n√©e, morte, elles se rassemblent toutes.

127 Oh! croyants de la Parole, abandonnez-vous à mon Message. Ecoutez-moi - non pas à mon Message, mais à Son Message à Lui, dont Il déclare formellement que C'est la Vérité. Vous devez faire le choix, quelque part. Vous ne pouvez pas rester tranquille après ceci. Vous devez faire votre choix.

128 Vous vous souvenez, l'autre jour, l√†-bas, au Westward Ho, ce matin-l√† quand on √©tait tous au petit d√©jeuner, o√Ļ le Seigneur m'a permis de vous montrer ce bl√©? Comment il a pris forme, en passant par Luther, par Wesley, et les aigrettes, et ainsi de suite, et de petits brins qui sortaient de l√†, chaque √©glise √©tait repr√©sent√©e dans la tige de bl√©. Ensuite, Il est rentr√© directement √† ce bl√© du d√©part, √† ce stade-l√†, et la petite balle est apparue, elle ressemblait tout √† fait au vrai grain de bl√©. Quand vous allez regarder, si vous ne connaissez pas votre bl√©, vous direz que vous avez l√† du bl√©, mais ce n'est que la balle. Et puis, si vous ouvrez cette balle, il n'y a pas du tout de bl√© dedans. Tout au fond, il y a un petit bourgeon de vie qui est en train de pousser. Prenez une loupe et observez cela. Au d√©but, quand le pentec√ītisme est apparu, c'√©tait si proche, J√©sus l'avait dit, dans Matthieu 24.24: "√áa s√©duirait m√™me les √©lus, si c'√©tait possible."

129 Quel √©tait son r√īle? Servir de support au grain. Est-ce vrai? [L'assembl√©e dit: "Amen." - N.D.E.] Or, l'aigrette... Suivez bien. La pousse ne ressemble pas au grain qui a √©t√© mis en terre, l'aigrette non plus, mais elle y ressemble un tout petit peu. Et la balle y ressemble beaucoup plus, mais ce n'est toujours pas le bl√©. C'est le porteur du bl√©.

130 Ne voyez-vous pas comment ces Messages sont venus, avec des douleurs de l'enfantement? Mais la Vie en est tout de suite sortie, pour aller au Message suivant. La Vie est tout de suite sortie de Luther, pour entrer dans le Message de Wesley. Elle est tout de suite sortie du Message de Wesley, pour entrer dans le Message des pentec√ītistes. Maintenant, c'est de nouveau un temps de sortie, pour quitter la balle. Qu'en est-i? La nature, sous toutes ses formes, d√©clare que c'est la V√©rit√©.

131 Maintenant, vous voyez pourquoi je‚Ķ Vous pensez que je suis fou. Peut-√™tre que j'en suis un, comme je l'ai dit. Mais il y a Quelque Chose en moi. Je ne peux pas L'arr√™ter. Ce n'est pas moi qui L'ai mis l√†. Ce n'est pas venu par mon choix √† moi. C'est Dieu. Et Il confirme Cela, pour prouver que C'est la V√©rit√©, pour montrer que c'est la V√©rit√©. Ce n'est pas que j'aie quoi que ce soit contre Luther, Wesley, les pentec√ītistes, ou les baptistes, ou qui que ce soit. Je n'ai rien contre personne. Les syst√®mes, Voil√† √† quoi je m'oppose, parce que la Parole est contre √ßa; pas contre les hommes. Regardez ces pr√™tres et ces eccl√©siastiques qui sont assis ici, aujourd'hui. Ils ne seraient pas ici s'ils avaient √©cout√© le syst√®me, mais ils ont eu la simple audace de la Parole de Dieu, de sortir et d'accepter Cela. All√©luia! √áa veut dire "gloire √† notre Dieu". √áa ne vous fera pas de mal. [Quelqu'un dit: "Amen." - N.D.E.] √áa veut dire: "Ainsi soit-il". Moi, j'Y crois. Je crois et je sais que c'est la V√©rit√©. C'est confirm√© comme √©tant la V√©rit√©. Un jour, vous vous en apercevrez - peut-√™tre trop tard.

132 Maintenant, suivez bien. Suivez bien. La Bible dit: "Son Epouse S'est pr√©par√©e", √† la fin de l'√Ęge. Comment S'est-Elle pr√©par√©e pour devenir Son Epouse? Et qu'est-ce qu'Elle... quel genre de v√™tement portait-Elle? Sa Parole √† Lui. Elle √©tait v√™tue de Sa Justice √† Lui. C'est √ßa. C'est bien vrai. Voyez? Les visions!

133 Remarquez, je termine, maintenant l√†. Je voudrais dire cette seule chose, juste avant de terminer. C'est ce qui m'a pouss√© √† dire √ßa. J'ai l'AINSI DIT LE SEIGNEUR. Si un homme disait √ßa sans... se mettant lui-m√™me cela dans sa pens√©e, il serait un hypocrite et devrait aller en enfer pour √ßa. C'est vrai. S'il cherchait √† entra√ģner un groupe de gens, de bonnes personnes comme √ßa, √† les s√©duire, eh bien, il serait un d√©mon dans une chair humaine. Dieu ne l'honorerait jamais. Pensez-vous que Dieu honorerait un d√©mon ou un mensonge? Jamais. Voyez? √áa leur passe par-dessus la t√™te, et ils ne saisissent pas cela. Et il retire les Elus.

134 Regardez tous les proph√®tes, au cours des √Ęges, comment Il a eu les Elus. Regardez, au fur et √† mesure qu'ils se sont succ√©d√©, m√™me jusqu'√† la r√©forme. Par exemple, l'Eglise catholique romaine a br√Ľl√© Jeanne d'Arc sur le b√Ľcher, comme sorci√®re. C'est vrai. Plus tard ils ont d√©couvert qu'elle n'en √©tait pas une. Elle √©tait une sainte. Naturellement, ils ont fait p√©nitence, ils ont d√©terr√© les corps des pr√™tres et les ont jet√©s dans le fleuve. Mais, vous savez, cela n'a pas cependant r√©gl√© la question dans les registres de Dieu. Non.

135 Ils ont aussi taxé saint Patrick de sorcier, voyez-vous, et il l'est à peu près autant que moi. Alors, si nous remarquons… Regardez ses enfants. Regardez comment c'était chez lui, regardez combien de gens ont été tués. Regardez le martyrologe, et voyez combien ont été tués là-bas. Voyez-vous, ce n'est pas vrai. Mais ce n'est pas ce que les gens prétendent qui est forcément vrai. C'est ce que Dieu a dit et ce qu'Il prouve comme étant la Vérité. "Eprouvez toutes choses. Retenez ce qui est bon."

136 Eh bien, il se trouve qu'il y a quelques mois environ, un matin, je sortais de la maison, et une vision est venue. Et je mets au d√©fi quiconque ici, qui, toutes ces ann√©es, a eu connaissance de ces choses, de dire une seule fois o√Ļ le Seigneur m'ait laiss√© dire "AINSI DIT LE SEIGNEUR" sans que la chose arrive. Combien savent que c'est la V√©rit√©, levez-la main. [L'assembl√©e dit: "Amen." - N.D.E.] C'est vrai. Est-ce que quelqu'un peut dire le contraire? [Fr√®re Branham fait une pause. L'assembl√©e se tait.] C'est vrai.

137 Ne prêtez pas attention au messager. Considérez ce qu'est le Message. [L'assemblée dit: "Amen." - N.D.E.] Voilà ce que c'est. Voyez? Ce n'est pas ça. Ne faites pas attention à ce petit [Espace vide sur la bande. - N.D.E] homme chauve, vous savez, parce que ce n'est qu'il - il n'est qu'un être humain, vous savez, et après tout, nous sommes tous pareils. Mais observez ce qui arrive. C'est ça qui montre ce qu'il en est.

138 J'ai été ravi. Bon, je sais que les gens racontent toutes sortes de choses, et nous savons que bien souvent ce n'est pas vrai. Je ne peux pas répondre de ce que n'importe quel homme dit. Je dois répondre de ce que moi, je dis. Et tout ce que je peux faire, c'est vous dire si c'est la Vérité ou pas. Et c'est - c'est - c'est moi qui dois être responsable de ça, pas de ce que quelqu'un d'autre dit. Je ne peux juger personne. Je n'ai pas été envoyé pour juger, mais pour prêcher le Message...

139 Remarquez. Je devais voir une - une - avant première de l'Eglise. J'ai été emmené par Quelqu'un que je ne voyais pas, et j'ai été placé sur un genre de tribune. Et j'ai entendu la musique la plus douce que j'aie jamais entendue. J'ai regardé, et j'ai vu venir un groupe de jeunes femmes, elles paraissaient avoir, disons oh, autour de vingt, dix-huit, vingt ans. Toutes portaient des cheveux longs, et elles étaient habillées différemment, chacune avec un habillement typique. Elles marchaient au pas de cette musique, de façon aussi parfaite que possible. Elles sont passées à ma gauche, en allant dans cette direction-ci. Et je les observais. Alors, j'ai regardé pour voir qui était celui qui me parlait, et je n'ai vu personne.

140 Ensuite, j'ai entendu une musique de rock'n'roll, un orchestre, qui s'approchait. Et quand j'ai regard√© √† ma droite, voici, j'ai vu revenir, venir dans cette direction-ci, les √©glises du monde. Quelques-unes des... Chacune d'elles portait sa banni√®re, celle du pays d'o√Ļ elle venait. Les choses les plus sales que j'aie jamais vues de ma vie! Et quand l'√©glise am√©ricaine est arriv√©e, c'√©tait la chose la plus horrible que j'ai jamais vue. Le P√®re c√©leste est mon juge. Elles portaient ces jupes d'un blanc gris√Ętre, du genre que portent les serveuses de bar, il n'y avait rien √† l'arri√®re, ici, elles tenaient un genre de morceau de papier gris√Ętre; c'√©tait comme si elles dansaient le hula, maquill√©es, les cheveux coup√©s courts, fumant la cigarette et se tr√©moussant, pendant qu'elles marchaient au rythme du rock'n'roll.
Et j'ai dit: "Est-ce ça l'église des Etats-Unis?"
Et la Voix a dit: "Oui, c'est ça."
Et quand elles défilaient, elles devaient tenir ça comme ceci, mettre le papier derrière elles quand elles défilaient.

141 Je - je me suis mis √† pleurer. Je - je me suis simplement dit: "Tout mon travail, et tout ce que j'ai fait, e tout ce que nous, ministres, avons fait ensemble comme travail..." Fr√®res, je - je ne sais pas jusqu'√† quel point vous croyez √† ces visions; mais pour moi, c'est la V√©rit√©. Elles se sont toujours av√©r√©es justes. Quand j'ai vu √ßa, et sachant ce qui √©tait en train de se passer, mon coeur a failli se briser au-dedans de moi. "Qu'ai-je fait? Comment T'ai-je n√©glig√©? Je m'en suis tenu strictement √† la Parole, Seigneur. Alors comment ai-je pu faire cela?" J'ai pens√©: "Pourquoi m'as-Tu donn√© une vision, il n'y a pas longtemps, o√Ļ je me suis vu L√†-bas? " Et j'avais dit: " Eh bien, est-ce qu'ils devront √™tre jug√©s? "
Il avait dit: "Le groupe de Paul aussi. "

142 J'ai dit: " J'ai prêché la même Parole que lui." Les Hommes d'Affaires Chrétiens en ont publié l'article. Alors j'ai dit: "Pourquoi? Pourquoi en est-il ainsi?" J'ai vu ce groupe de prostituées qui défilaient comme ça, toutes vêtues comme ça, et qui s'appelait: "Eglise Miss USA" Je - j'ai tout simplement perdu connaissance.

143 Aussit√īt apr√®s, l√† j'ai entendu cette tr√®s douce musique qui revenait, et voici la m√™me petite Epouse revenir. Il a dit: "Mais voici Celle qui en est sortie." Et quand Elle est pass√©e, Elle √©tait exactement comme Celle qui √©tait pass√©e au d√©but, elle marchait au pas de la musique de la Parole de Dieu, elle d√©filait. Et quand j'ai vu √ßa, je me suis tenu l√†, les deux mains en l'air, en train de pleurer, comme √ßa. Quand je suis revenu √† moi, j'√©tais l√†-bas, debout sous ma v√©randa, en train de regarder de l'autre c√īt√© du champ.
Qu'en est-il? Elle devra être la même Epouse, la même espèce, constituée du même type de matériau que Celle du commencement.

144 Maintenant, lisez Malachie 4, voyez si nous ne sommes pas cens√©s avoir dans les derniers jours un Message, qui "ram√®nera les coeurs des enfants vers les p√®res", les ram√®nera au Message originel de la Pentec√īte, Parole sur Parole. Fr√®res, nous en sommes l√†.

145 Or, cette √©glise est cens√©e recevoir un signe. Et son dernier signe, nous constatons ici, dans les - dans - dans les - dans les Ecritures‚Ķ, voyez-vous donc, voyez-vous, les grandes douleurs de l'enfantement sont √©prouv√©es en cet √Ęge de Laodic√©e. Elle est n√©e dans‚Ķ Leur √©glise est en train de na√ģtre de nouveau. Non pas...

146 Il n'y aura plus une autre organisation. N'importe qui sait que, chaque fois qu'un Message était proclamé... Demandez à ces historiens. Après qu'un Message était proclamé, une organisation s'en suivait; oh! Alexandre Campbell, tous les autres, Martin Luther, et tout. On en faisait une organisation. D'habitude, un Message ne dure qu'à peu près trois ans, un réveil. Celui-ci dure depuis quinze ans, et il n'en est sorti aucune organisation. Pourquoi? La balle a été la dernière chose. Nous sommes à la fin.

147 Voyez-vous les douleurs de l'enfantement? Voyez-vous ce qu'il en est? Un reste seulement en sortira. Un reste seulement en sortira. Et c'est pour √ßa que je crie, que je peine, que j'insiste, et que je renonce √† toute faveur d'homme sur cette terre, pour trouver gr√Ęce devant Dieu, et que je continue simplement √† avancer dans Sa Parole.

148 Les douleurs l'ont prise. C'est ce qu'il en est. Elle va donner naissance. Elle doit faire son choix. L'√©criture est sur la muraille. Nous voyons que la terre est presque sur le point de dispara√ģtre. C'est vrai. Et nous voyons l'√©glise, elle est tellement pourrie, elle aussi presque sur le point de dispara√ģtre. Et tout est dans les douleurs de l'enfantement, aussi bien le monde que l'√©glise. Un monde nouveau est sur le point de na√ģtre, et une nouvelle Eglise aussi, o√Ļ nous devons entrer pour le Mill√©nium. √áa, nous le savons.

149 Suivez. Dieu lui donne (Ecoutez ceci attentivement pour terminer) son dernier signe; son dernier Message, son dernier signe. Son dernier signe, c'est qu'elle doit se retrouver dans la condition o√Ļ elle √©tait au d√©but. Le monde, l'√©glise‚Ķ Regardez comment elle √©tait au commencement, pendant toutes ces ann√©es-l√†, sans, depuis Malachie jusqu'√† J√©sus. Regardez l√†, pendant toutes ces ann√©es, maintenant. Regardez l√†, pendant toute cette p√©riode-l√†, comment la corruption y est entr√©e. Consid√©rez la terre, comment elle √©tait, dans chaque √Ęge, comme aux jours de No√©, et ainsi de suite. Elle doit se retrouver dans la m√™me condition que le type, et c'est ce que nous voyons. "Ce qui arriva aux jours de No√©." Nous voyons toutes ces choses arriver comme dans le type. Alors nous recevons un dernier signe.

150 Dans Luc, chapitre 17, verset 28, Jésus a dit: "Ce qui arriva aux jours de Sodome arrivera de même à la venue du Fils de l'homme." En effet, ce qui arriva à Sodome, voyez-vous.

151 Or, Jésus a lu cette même Bible, la même Genèse que nous lisons. Maintenant soyez attentifs, ne manquez pas ça. La même Bible que nous lisons, c'est ce que Jésus a lu. Et Il a dit à Son Eglise: "Regardez en arrière et voyez, quand les jours de Sodome reviendront de nouveau, des gens pervertis, des hommes qui perdent leur naturel…Regardez l'homosexualité, comment elle augmente partout dans le monde, aujourd'hui. Dernièrement dans un journal... Vous devriez entrer dans mon bureau pour lire les lettres que des mères m'écrivent, au sujet de leurs garçons. L'homosexualité a augmenté, je pense que c'est de vingt ou de trente pour cent, rien qu'en - en Californie, depuis l'an passé. Un grand nombre de... des membres du gouvernement, même, il a été établi que ce sont des homosexuels. Vous, les membres du gouvernement, vous le savez bien. J'ai lu cela dans les magazines; et différentes choses qui sont arrivées. Si vous... [Une soeur parle en langue et quelqu'un en donne l'interprétation. La même soeur parle de nouveau en langue et en donne l'interprétation. Espace vide sur la bande. - N.D.E.]

152 Maintenant, si ma compréhension de l'Ecriture est juste, ça, c'est exactement ce que Dieu a dit qui arriverait. "Que celui qui parle en langue prie aussi pour avoir le don d'interpréter." Si c'est vrai, je vous ai dit la Vérité, alors Dieu est ici, en train de confirmer Cela. C'est la Vérité. C'est vrai.

153 Maintenant √©coutez. Quel √©tait ce dernier Message, auquel J√©sus faisait allusion? "Ce qui arriva aux jours de Sodome‚Ķ", maintenant regardez bien, juste avant que le monde des nations ait √©t√© br√Ľl√©, le feu. Maintenant, essayez de comprendre. Qu'est-ce qui s'est pass√©? Il y avait un groupe de gens, des membres d'√©glise ti√®des, comme Lot et son groupe, qui √©taient dans Sodome. Il y avait un autre homme, qui √©tait d√©j√† sorti de l√†. Pour commencer, il n'y √©tait pas. C'√©tait Abraham, celui qui avait re√ßu la promesse de la venue d'un fils. Comprenez-vous? Dites: "Amen." [L'assembl√©e dit: "Amen." - N.D.E.] Tr√®s bien.

154 Et maintenant, juste avant le point culminant, qui √©tait la destruction - Dieu √©tait apparu √† Abraham sous plusieurs formes, mais cette fois-ci Il lui appara√ģt comme un Homme. Il √©tait un Homme. Et il s'est avanc√© vers Dieu‚Ķ
Bon, vous dites: "Ce n'était pas un Homme." Ce - ce - ce - c'était Dieu dans l'Homme. Abraham L'a appelé "Elohim". C'était un Homme.
Et, regardez, Il s'est assis, le dos tourn√© √† la tente, et Il a dit: "O√Ļ est Sara, ta femme?"
Il a dit: "Elle est dans la tente, derrière Toi."
Il a dit: "Je vais te visiter, à la période de la vie, selon la promesse que Je t'ai faite." Et Sara a ri. Et Il a dit: "Pourquoi Sara a-t-elle ri?" Voyez?

155 Eh bien ça, c'est ce qui s'est passé, à cette époque-là. Juste pour vous montrer le dernier signe qu'a vu Abraham, le groupe Elu qui était séparé, loin de Sodome. Maintenant, peu importe ce que vous faites, ne manquez pas cette parabole-ci. Le groupe qui était séparé, n'était pas dans Sodome, au départ. Mais deux des Anges sont descendus à Sodome. Et quand ils sont arrivés là-bas, nous y trouvons Lot. Et on l'a trouvé dans un état rétrograde, c'étaient tous des homosexuels, des perversions de toutes sortes. Vous connaissez l'histoire. Mais il y en avait Un qui était resté avec Abraham, c'était Elohim. Ils ont prêché la Parole là-bas. La prédication de la Parole les a frappés d'aveuglement, et ils n'arrivaient pas à retrouver la porte. Voilà ce qui se passe aujourd'hui. Mais Celui qui était avec le groupe qui était à l'écart, a opéré un miracle devant Abraham, pour montrer Qu'Il était, et qu'Il était avec Abraham.

156 Il a dit: "Pourquoi Sara a-t-elle ri?", au sujet de ce bébé. Et Sara s'est présentée et a dit qu'elle n'avait pas ri. Et Il a dit: "Au contraire, tu as ri." Et Il l'aurait tuée sur-le-champ, si elle n'était pas une partie d'Abraham. De même, Dieu nous aurait tués, si nous n'étions pas une partie de Christ. La miséricorde de Christ, c'est uniquement cela qui nous garde tous ensemble - nous, des douteurs, et des perversions de la Parole.

157 Mais, remarquez. Remarquez ce qui s'est passé. Jésus s'est donc retourné là, et a dit: "Ce qui arriva aux jours de Lot arrivera de même au temps de la fin, quand le Fils de l'homme commencera à Se révéler." [Espace vide sur la bande - N.D.E.] Voyez?

158 "Fils de l'homme", dans la Bible, c'est toujours un prophète. Voyez? Il est venu sous trois Noms de fils: Fils de l'homme, Fils de Dieu, Fils de David. Voyez? Et Il s'est dit: "Fils de l'homme", parce que c'était là l'oeuvre qu'Il accomplissait, celle d'un prophète, d'un voyant. Il a dit: "Aux jours qui seront comme du temps de Noé, quand le Fils de l'homme commencera à Se révéler, là ce sera le temps de la fin."

159 Maintenant, r√©fl√©chissons un petit instant. Jamais le monde n'a eu un messager mondial... Nous avons eu des Finney, des Sankey, des Moody, des Finney, des Knox, des Calvin, et les autres, tout autour du monde, des messagers pour l'√©glise, dans ces douleurs de l'enfantement. Mais jamais nous n'avons eu, avant aujourd'hui, un homme qui sort proclamer un message international, dont le nom se termine par h-a-m. A-b-r-a-h-a-m, √ßa fait six lettres... A-b-r-a-h-a-m, √ßa fait sept lettres. Nous en avons un, aujourd'hui, qui s'appelle G-r-a-h-a-m, six lettres, et six est le chiffre du monde, le jour de la cr√©ation. Quand est-ce que le monde a d√©j√† eu un homme, l√† donc, qui pr√™che dans, le kosmos l√†-bas, dans le monde, qui est l√† √† appeler les gens √† sortir: "Repentez-vous, repentez-vous! Soit vous p√©rissez, soit vous sortez de l√†", jusqu'√† cet √Ęge-ci? G-r-a-h-a-m, regardez ce qu'il fait: il pr√™che la Parole, il aveugle ceux du dehors, il appelle: "Sortez", un messager envoy√© de Dieu. J√©sus a dit que c'est ce qui arriverait, juste au moment o√Ļ le Fils de l'homme Se r√©v√©lerait. Maintenant, √ßa, o√Ļ est-ce que √ßa se passe? L√†-bas, dans les syst√®mes eccl√©siastiques, le monde. Et ils commencent √† ha√Įr cet homme, √† cause de √ßa.

160 Mais souvenez-vous, il y avait aussi un groupe, qui √©tait spirituel, c'√©tait le groupe de Jacob, pas le - pas le groupe d'Esa√ľ Il y avait le groupe de Jacob, qui attendait le fils, eux n'√©taient pas dans cette Babylone, et ils ont re√ßu un Messager. Comprenez-vous? [L'assembl√©e dit: "Amen." - N.D.E.] Abraham, A-b-r-a-h-a-m; eux ont re√ßu un Messager, et ce Messager‚Ķ quelle √©tait la grande chose, la chose extraordinaire qu'Il a accomplie, pour montrer que c'√©tait le temps de la fin? Il a discern√© les pens√©es qui √©taient dans l'esprit de Sara. Et J√©sus, le Fils de Dieu, qui avait √©t√© fait chair, montrait que l'Esprit de Dieu reviendra dans ce petit Groupe √©lu de‚Ķ au temps de la fin, et qu'Il Se r√©v√©lerait de la m√™me mani√®re.

161 Les douleurs de l'enfantement! Oh! fr√®re, s'il vous pla√ģt, cherchez √† comprendre. Faites vraiment un effort. Ouvrez vos coeurs un instant. Regardez √† Christ. Ce m√™me Dieu est ici m√™me en ce moment. C'est ce m√™me Dieu-l√†. Il a promis ces choses. Et s'Il les a promises, certainement qu'Il peut aussi les accomplir. Inclinons la t√™te un instant. Je voudrais que vous r√©fl√©chissiez, s√©rieusement.

162 P√®re, c'est entre Tes mains maintenant. J'ai fait tout ce qui est √† mon pouvoir. Je Te prie d'aider les gens √† - √† comprendre. La Semence a √©t√© plant√©e. Verse l'eau de l'Esprit sur Elle, Seigneur, et arrose-La pour Ta gloire. Si j'ai fait une erreur, Seigneur, ce n'√©tait pas mon intention. Je Te prie, √ī Dieu, de - d'interpr√©ter Cela directement, √† leurs coeurs, afin qu'ils voient et comprennent cela. Accorde-le, Seigneur. C'est au Nom de J√©sus que je prie. Amen.

163 Que le Seigneur vous bénisse. Je vous aime. Ce Dieu qui a prêché cette Parole, ce Dieu qui est responsable de cette Parole... je ne suis responsable que de La prononcer. C'est Lui qui doit La vivifier. Ce même Dieu est ici.

164 Maintenant, combien parmi vous là ont un besoin? Levez la main. A-t-Il promis de faire ces choses dans les derniers jours? Maintenant, regardez-moi. Eh bien, c'est ce que Pierre et Jean ont dit: "Regarde-nous." Ils ont dit: "ce…" Voyez? C'est ce qu'il lui a dit. Maintenant, regardez par ici. Maintenant, s'il vous plait, ne vous déplacez pas. Ceci est un très... Je - j'essaie, j'y mets tout mon coeur. Soyez vraiment respectueux. Voyez? Chacun de vous est un esprit, quand vous vous déplacez, évidemment, vous êtes une unité. J'essaie de capter la foi des gens.

165 Une petite femme est pass√©e √† c√īt√© de Lui et elle a touch√© Son v√™tement, elle est all√©e s'asseoir. J√©sus lui a dit quel √©tait son probl√®me, et elle a √©t√© gu√©rie. Et maintenant, Il a promis de faire √ßa de nouveau, quand le Fils de l'homme Se r√©v√©lerait comme Il l'a fait √† Sodome. Le monde est dans cet √©tat-l√†. L'√©glise est dans cet √©tat-l√†. Maintenant, Dieu a-t-Il tenu Sa Parole? Voyez s'Il l'a fait ou pas. Oh! nous avons eu des signes, des sauts, des parlers en langues, des proph√©ties, ainsi de suite. Mais, attendez, il y a un autre signe. Oh! nous avons beaucoup d'imitations charnelles. √áa, √ßa ne fait que permettre au vrai de briller. N'importe quel faux dollar devrait faire briller le vrai.

166 Maintenant priez, et croyez. Vraiment, je - je vous demande de faire cela. Regardez et croyez ce que je vous ai dit. Combien croient que c'est la V√©rit√©? [L'assembl√©e dit: "Amen." - N.D.E.] Peu m'importe qui vous √™tes, ni o√Ļ vous √™tes. Je... Tous ceux qui sont ici, pour autant que je sache, me sont parfaitement inconnus, √† l'exception de Bill Dauch et sa femme qui sont assis juste l√†, comme je les connais. Je pense que je connais ce jeune pr√©dicateur, ici, qui vient de l'Allemagne, qui est assis l√†. Et le fr√®re‚Ķ deux ou trois personnes qui sont assises juste l√†. Que quelqu'un qui est au fond de l'auditoire, regardez, tout au fond. Je vous en prie de croire que ce que je vous ai dit est la V√©rit√©.

167 Et que dire de l'Ange du Seigneur qui est descendu sur la rivière, il y a trente-trois ans, et qui a fait cette observation, Comment est-ce que je pouvais savoir alors que mon propre pasteur baptiste m'avait mis à la porte de l'église, il a dit: "Tu - tu as fait un cauchemar, Billy."

168 J'ai dit: "Un cauchemar, pas du tout, docteur Davis. Si c'est ainsi que vous - si c'est √ßa l'attitude que vous prenez, vous feriez bien de reprendre ma carte de membre." Je savais qu'il y aurait quelqu'un, quelque part, qui Y croirait. Dieu n'enverrait pas un Message s'il n'y avait personne pour Le recevoir. Oh! bien s√Ľr, quand j'ai commenc√© √† prier pour les malades, √ßa, c'√©tait tr√®s bien. Mais quand je me suis mis √† vous dire la V√©rit√© de la Parole, l√† les choses ont chang√©.

169 Savez-vous tous qu'il en a √©t√© ainsi pour chaque Message? J√©sus √©tait formidable, quand Il entrait dans l'√©glise et qu'Il gu√©rissait les gens, et tout. Mais un jour, quand Il s'est assis et qu'Il a dit: "Moi et Mon P√®re, nous sommes Un", oh! c'√©tait fini. "Si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez Son Sang, vous n'avez point la Vie en vous-m√™mes." Il ne L'a pas expliqu√©. Il voulait voir qui resterait avec Lui. C'est vrai. Que pensez-vous qu'une - qu'une foule de docteurs et les autres, ont-ils dit: "Cet Homme est un... eh bien, c'est un vampire. Manger Sa chair et boire Son Sang!" Il ne L'a jamais expliqu√©. Il ne L'a jamais expliqu√©. Mais, cependant cette parole retenait ces ap√ītres-l√†. Ils ne se sont pas fait de la peine. Ils ne La comprenaient pas; ils La croyaient quand m√™me. Voyez? Ils savaient, parce qu'ils avaient vu les oeuvres de Dieu, et ils savaient que c'√©taient bien cela. Il a dit: "Ce sont elles qui rendent t√©moignage de Moi."

170 Voici un homme - une femme assise juste ici, elle a la main lev√©e. Bon, vous pouvez me traiter de fanatique, si vous voulez; mais la m√™me Colonne de Feu qui conduisait les enfants d'Isra√ęl dans le d√©sert, est juste au-dessus de cette femme.

171 Or, souvenez-vous, Jésus a dit: "Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me verrez. Je suis venu de Dieu. Je m'en vais à Dieu." Après Sa mort, Son ensevelissement, Il a dit aux Juifs ; Il a dit: "Je..." Il était ce Rocher qui était dans le désert. Il était cette Colonne de Feu: "JE SUIS CELUI QUI SUIS." Qui était le "JE SUIS"? Cette Colonne de Feu dans le buisson ardent. Pas vrai? [L'assemblée dit: "Amen." - N.D.E.] Et Elle a été faite chair, et Elle a habité parmi nous. Il a dit: "Je suis venu de Dieu, et Je retourne à Dieu, afin de revenir sous la forme du Saint-Esprit." Et Le voici, avec nous aujourd'hui, des photos scientifiques En ont été prises. Le voici, pour le prouver, plus que n'importe quelle photo scientifique, plus que n'importe quoi; Il est ici, pour le prouver, car c'est Lui. "Moi, le Fils de l'homme, Je serai révélé en ce jour." Maintenant, Le voilà. Je suis bien en train de regarder Cela. Vous dites: "Voyez-vous Cela?" Jean aussi L'a vu, mais les autres non.

172 Regardez, pour le prouver maintenant. Cette femme m'est inconnue. Je ne l'ai - l'ai jamais vue de sa - de ma vie. Mais elle a des probl√®mes avec l'un de ses membres, c'est pour √ßa qu'elle prie. N'est-ce pas? C'est vrai, madame. Vous y avez √©t√© op√©r√©e. C'est votre mari qui est assis √† c√īt√© de vous. Vous n'√™tes pas d'ici. Vous venez de la Californie. Vous vous appelez Rowan. Votre gastrite est aussi termin√©e, monsieur. Vous aviez la gastrite. N'est-ce pas? Eh bien, c'est compl√®tement parti. Votre jambe est gu√©rie.

173 En ce jour-là, le Fils de l'homme…
Tenez, il y a un homme assis juste l√†. C'est un homme de couleur, il a un probl√®me des yeux. C'est un... Oui. Le travail qu'il fait, c'est quelque chose en rapport avec une voiture, il polit les voitures, il applique de la cire sur les voitures. C'est exact. Vos yeux s'ab√ģment. Vous venez d'entrer dans la foi, n'est-ce pas? Une chose tr√®s √©trange vous est arriv√©e. Votre pr√©nom est Fred. C'est exact. Votre nom de famille est connu. C'est exact. Me croyez-vous maintenant? Alors, vous n'aurez plus de probl√®mes avec vos yeux. Je n'ai jamais vu cet homme de ma vie.
L'homme qui est juste là derrière, il n'est pas d'ici non plus. Il vient de la Californie. Il a les maux de dos. M. Owens. Voyez? Le Seigneur Jésus vous rétablit.

174 Je n'ai jamais vu cet homme de ma vie, je ne sais rien à son sujet. Je ne fais que suivre cette Lumière, à mesure qu'Elle se déplace. Si vous pouvez le croire, tout est possible à ceux qui croient.

175 Le jeune homme, assis ici, il a une hernie ; il porte des lunettes et un complet gris. Fred, Dieu te guérit, si tu le crois. Veux-tu accepter cela? Très bien. Je ne l'ai jamais vu de ma vie.

176 Mme Holden, assise là loin de lui, souffre des yeux. Je ne connais pas cette femme, je ne l'ai jamais vue de ma vie, mais c'est vrai. Voyez? "Si vous pouvez croire."

177 Pourquoi pleurez-vous, soeur? Vous souffrez d'une dépression nerveuse, d'une bronchite, de problèmes cardiaques. Croyez-vous que Dieu va vous rétablir? Vous, assise là au bout du siège. Si vous croyez de tout votre coeur, Jésus-Christ vous rétablira. Toute cette nervosité vous quittera, vous sentez que vous avez retrouvé votre état normal. Le diable vous ment. Acceptez-vous cela? Maintenant levez la main, dites: "Je vais alors l'accepter." D'accord. Tout est fini.

178 Qu'en est-il? Cette église est en train d'éprouver une douleur d'enfantement. Ne voulez-vous pas faire votre choix maintenant, dans Sa Présence? Je vous ai montré exactement la Parole, ce qu'Il a dit qu'Il ferait. Passez cette salle au peigne fin, demandez à quiconque a déjà été touché, ou à qui j'ai parlé, ou quoi que ce soit, voyez si je les avais déjà vus, si je les connaissais, ou savais quelque chose à leur sujet. Pensez-vous qu'un homme pourrait faire ça? C'est totalement impossible que cela arrive. Mais, qu'est-ce? Le Fils de l'homme. "La Parole de Dieu est plus tranchante qu'une épée à deux tranchants, Elle discerne l'esprit, les secrets du coeur." Exactement telle qu'Elle était quand Elle a été faite chair ici sur terre, dans le Fils de Dieu; maintenant Elle est en train d'être révélée par le Fils de Dieu, qui est venu appeler une Epouse à sortir de ce système.

179 "Sortez de l√†. S√©parez-vous, dit Dieu. Ne touchez pas √† leurs choses impures, et Dieu vous accueillera."Etes-vous pr√™ts √† abandonner toute votre vie √† Dieu? Si vous √™tes pr√™ts, levez-vous, dites: "Je vais, L'accepter tout de suite, par la gr√Ęce de Dieu, avec tout ce qu'il y a en moi."

180 Alléluia! Que Dieu soit loué ! Croyez-vous en Lui? [L'assemblée dit: "Amen." - N.D.E.] Alors, levez simplement les mains et priez avec moi. Confessez vos fautes. Les douleurs de l'enfantement! C'est difficile de mourir, mais mourez maintenant. Mourez, sortez de votre incrédulité. Sortez-en. Ceci, c'est la Parole de Dieu manifestée, tout comme Elle l'était quand Jésus est venu sur terre. C'est de nouveau Jésus-Christ parmi vous ; confirmé.

181 Abraham a reçu un fils, le fils promis, immédiatement après que cela s'est produit. Et Jésus revient. Ça, c'est Son Esprit. Il est si près de la terre, si près à venir, qu'Il est prêt à vous accueillir, si vous êtes prêts à Le recevoir. Maintenant, levez les mains et priez avec moi.

182 Seigneur Dieu, que tous les sacrificateurs s'accrochent aux autels. Que les gens poussent des cris. Que la Colonne de Feu et la Colonne de Nu√©e entrent dans les gens aujourd'hui, les rendent sobres au point qu'ils prendront conscience, √ī Seigneur, prendront conscience de la Pr√©sence du Dieu vivant et puissant. Accorde-le, Seigneur. Re√ßois-les. J'offre cette pri√®re pour chacun d'eux, au Nom de J√©sus-Christ. Remplis du Saint-Esprit tous ceux qui n'ont pas le Saint-Esprit. Seigneur, puisse le r√©veil de cette campagne, de cette s√©rie de r√©unions, conna√ģtre maintenant une explosion et devenir une grande et puissante effusion du Saint-Esprit. Puissent les malades √™tre gu√©ris, les aveugles voir, les boiteux marcher. Puisse la manifestation du Dieu vivant √™tre produite devant les gens, comme elle l'a √©t√© cet apr√®s-midi, et puissent les gens recevoir cela. C'est au Nom de J√©sus-Christ que je le demande.
Levez les mains maintenant et donnez-Lui la louange, et recevez ce que vous avez demandé.

EN HAUT