ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Une vie cachĂ©e de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 55-1006A La durĂ©e est de: 54 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

Une vie cachée

1    C’est bien. Prions. Notre PĂšre cĂ©leste, nous Te remercions aujourd’hui par-dessus tout pour JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, qui mourut au Calvaire pour nous racheter et nous ramener dans cette merveilleuse communion. Et nous sommes trĂšs reconnaissants pour Ses bĂ©nĂ©dictions qui sont sur nous en ce moment mĂȘme.
    Maintenant, notre cher prĂ©sident de ce pays
 Et nous lui sommes reconnaissants, PĂšre, car lorsqu’il a pris le pouvoir, la guerre a pris fin. Et maintenant il semble que les nĂ©gociations pour la paix en Russie ont abouti, et il y a beaucoup de grandes choses. Et nous l’aimons, PĂšre, en tant que conducteur de notre pays. Et nous avons appris qu’il a eu une attaque cardiaque, nous apprenons aussi qu’il est chrĂ©tien et qu’il T’aime. Et Ă  son sujet, PĂšre, nous sommes–nous sommes reconnaissants pour tout ce qu’il a fait, et nous avons besoin d’une telle personne aujourd’hui comme dirigeant de notre nation.

2    Et rĂ©unis comme des frĂšres, nous T’offrons une priĂšre pour sa dĂ©livrance, afin que Tu le guĂ©risses complĂštement et parfaitement, que ces afflictions qui se sont abattues sur lui se transforment seulement en une occasion pour le rapprocher de Toi, afin qu’il sache que tout ce qu’il doit faire, c’est de se reposer sur Toi.
    Et puisse-t-il rapidement retourner Ă  la Maison Blanche, PĂšre. Et que tous les jours de son rĂšgne ici sur terre, il puisse y avoir la paix parmi les nations. Accorde-le, Seigneur.
    Et puissent les gens avoir un avant-goĂ»t de ce qu’il en sera quand le grand Chef du Ciel viendra, le Seigneur JĂ©sus, quand la paix rĂ©gnera dans chaque cƓur et qu’il n’y aura plus de guerre. Accorde ces bĂ©nĂ©dictions, PĂšre, nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

3    J’ai Ă©tĂ© un tout petit peu en retard, je pense, pour Ă©couter les cantiques; et j’ai rencontrĂ© frĂšre Waermo dehors. Je ne vois pas frĂšre Ekberg, je pense donc que j’ai encore manquĂ© cela aujourd’hui. J’aime ces cantiques, cette bonne façon de chanter Ă  l’ancienne mode.
    Dites donc, nous avons un bon nombre de prĂ©dicateurs ici, je dirai que–que
 C’est trĂšs bien de voir cette bonne convention, et c’est une grande occasion que j’ai aujourd’hui de vous parler, de–de m’adresser Ă  vous, vous parler du Seigneur; je sais que beaucoup d’entre vous pourraient m’en parler. Je ne suis qu’un enfant pour beaucoup d’entre vous, et quant Ă  m’adresser aux ministres, je suis trĂšs
 pour ainsi dire un tout petit peu timide, Ă  ce sujet.

4    Mais vous savez que la foi est une ferme assurance des choses qu’on espĂšre, une dĂ©monstration de celles qu’on ne voit pas. Et mon ami Joseph en a certainement fait usage l’autre jour, lorsqu’il a annoncĂ© dans la rĂ©union que le
 Il ne me l’avait point demandĂ©; s’il m’avait demandĂ©: «Puis-je annoncer cela?» J’aurais dit: «Non, frĂšre Joseph.» Mais comme il l’avait dĂ©jĂ  annoncĂ©, eh bien, je
 Il n’y avait rien d’autre Ă  faire sinon venir. Ainsi, vous–vous devez me supporter un tout petit peu si vous le voulez bien, ĂȘtre trĂšs gentil pour faire cela; et vous parler un peu cet aprĂšs-midi, et ensuite ce soir, s’apprĂȘter pour le service du soir


5    Nous sommes tous trĂšs reconnaissants pour ce grand mouvement du Seigneur Dieu, et pour cette–cette convention ici Ă  l’église de Philadelphie, pour frĂšre Boze, pour tout son comitĂ©, pour les gens de Chicago et des alentours. Nous sommes reconnaissants envers vous.
    Ă€ mon avis, ce sont des choses comme celles-ci qui maintiennent la colonne vertĂ©brale de l’AmĂ©rique. Nous n’aurions pas d’AmĂ©rique, s’il n’y avait pas de Seigneur JĂ©sus ici pour nous aider Ă  ĂȘtre l’AmĂ©rique. AprĂšs tout, la colonne vertĂ©brale de chaque nation, c’est sa moralitĂ©. Lorsque la moralitĂ© d’une nation tombe, alors c’en est fini de cette nation. La maternitĂ© est brisĂ©e, vous feriez tout aussi bien de vous plier. Toutes les autres nations l’ont fait, et la nĂŽtre ne fera pas exception.

6    Et nous croyons que le–le temps glorieux est proche, oĂč les armes seront entassĂ©es pour la derniĂšre fois, lorsque le Roi JĂ©sus viendra et prendra le rĂšgne ici sur la terre. Et tous nous attendons cela. Et c’est la raison pour laquelle ces conventions sont tenues, c’est la raison pour laquelle nous sommes tous rassemblĂ©s, c’est parce que nous avons des choses en commun dont nous parlons. En effet, le thĂšme principal, c’est JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu.
    Et si mes yeux Ă©taient fixĂ©s sur les moments prĂ©sents, sur les choses qui se passent maintenant, je serais une personne trĂšs dĂ©couragĂ©e. Mais une fois, j’ai appris une leçon, une petite chose que j’ai entendu un homme raconter. On allait remettre un vĂ©lo Schwinn au meilleur cycliste. Je ne sais pas si j’ai dĂ©jĂ  fait mention de cela dans cette Ă©glise ou parmi les gens qui sont ici.

7    Le garçon qui pourra pĂ©daler sur une planche d’environ trente centimĂštres de largeur et environ 91 mĂštres de longueur, gagnerait une bicyclette Schwinn neuve. Et beaucoup de jeunes gens de la ville pensaient qu’ils pouvaient pĂ©daler lĂ -dessus, et qu’ils l’emporteraient dans cette compĂ©tition. Ils avaient lĂ  un petit garçon qui avait l’air d’une poule mouillĂ©e. Ils Ă©taient sĂ»rs que ce petit-lĂ  n’allait pas gagner le prix. Ainsi, tous les garçons se sont installĂ©s sur leur
 l’un aprĂšs l’autre pour essayer de pĂ©daler lĂ -dessus et ils sont tous tombĂ©s sauf ce petit garçon qui avait l’air d’une poule mouillĂ©e. Il a pĂ©dalĂ© jusqu’au bout de la planche et il est arrivĂ© au bout et il a gagnĂ© la bicyclette Schwinn. Tous les autres garçons se sont rassemblĂ©s autour de lui et ils ont demandĂ©: «Comment y es-tu parvenu?»
    Il a dit: «Eh bien, mes amis, j’aimerais vous dire ce que vous, vous avez fait.» Il a dit: «Lorsqu’on vous a mis en marche
 (On leur donnait une petite secousse afin qu’ils dĂ©marrent, et on les maintenait puis on les laissait partir) il a dit: vous regardiez au sol comme ceci, essayant de maintenir votre vĂ©lo sur la planche.» «Mais, dit-il, moi, je ne me suis pas mis Ă  regarder ici au sol. Je
 Voyez, si vous faites cela, cela vous rend nerveux.» Et il a dit: «Vous vous Ă©cartez de la planche.» Il a dit: «Moi, j’ai gardĂ© mes yeux fixĂ©s au bout, et j’ai continuĂ© Ă  me diriger vers la fin.»
    C’est cela. Si nous regardons juste ici tout prĂšs, frĂšres, nous deviendrons nerveux, regardons Ă  la fin, au bout.

8    FrĂšre Jack venait de mentionner Ă  la table de dĂźner, aujourd’hui, quelque chose qui a profondĂ©ment touchĂ© mon coeur. Et c’était l’histoire d’un petit garçon qui Ă©tait perdu, je crois que c’était en Irlande ou en Écosse, l’un ou l’autre. Et il ne savait pas retrouver son chemin pour retourner. Ainsi, les gens Ă©taient tous autour de lui, essayant de trouver
 Il a dit: «Eh bien», il a dit
 dans la ville oĂč il habitait, lĂ  quelque part sur la colline, il y avait une trĂšs grande croix, il a dit: «Si seulement vous me montrez cette croix, je pourrais alors retourner Ă  la maison.» C’est vrai. C’est vrai. Si vous pouvez me montrer la croix, je retrouverai le chemin de la maison. C’est–c’est cela le chemin de la maison, n’est-ce pas? Amen.

9    Eh bien, je ne sais pas parler Ă  une telle assistance; j’ai juste pensĂ© lire un petit verset ou deux ici dans les Écritures et ensuite, je parlerai peut-ĂȘtre sur la Parole juste pendant quelques instants, Ă  ma vieille façon «sassafras» de le faire. Ainsi donc, allons dans HĂ©breux chapitre 10, verset 19, lisons ceci.
    Ainsi donc frĂšres, puisque nous avons au moyen du sang de JĂ©sus, une libre entrĂ©e dans le sanctuaire

    Demandons au Seigneur de bĂ©nir Sa Parole. PĂšre, nous sommes trĂšs reconnaissants d’avoir la Parole, car la foi vient de ce que l’on entend, la Parole. Et aujourd’hui nous en tant que Tes serviteurs, en tant qu’hommes et femmes assis ici, revenant du champ missionnaire pour nous rafraĂźchir dans cette convention
 Nous prions, PĂšre cĂ©leste, que Tu viennes encore vers nous cet aprĂšs-midi comme Tu l’as toujours fait, car Tu as promis que Tu le ferais, et que Tu nous bĂ©nirais ensemble aujourd’hui et que Tu laisserais Ta Parole trouver le lieu de repos dans chaque coeur. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

10    J’aimerais
 Je pensais peut-ĂȘtre, ayant su seulement hier soir, et je n’ai rien prĂ©parĂ©; en effet, c’est gĂ©nĂ©ralement quelque chose d’autre lorsque j’arrive lĂ . Mais il m’est tout simplement arrivĂ© de penser Ă  ceci: «Ayant au moyen du sang de JĂ©sus une libre entrĂ©e dans le sanctuaire.» Je me disais que je pourrais prendre un petit sujet cet aprĂšs-midi, pour quelques instants, sur «Une vie cachĂ©e».

11    Maintenant, presque nous tous, nous sommes dans ces conventions et tout pour essayer de trouver comment avoir une marche plus intime avec Dieu. Je suis sĂ»r que c’est votre cas, frĂšres, je
 ici cet aprĂšs-midi. Bon, je pensais parler peut-ĂȘtre du surnaturel. Et je ne sais comment l’aborder. C’est quelque chose qui est aussi mystĂ©rieux pour moi que pour vous. Et ensuite, j’ai pensĂ© Ă  une vie cachĂ©e en Christ, Ă  une façon pour nous de nous cacher, nous cacher loin de tout et vivre en Christ.

12    Est-ce Henry Groat que je vois? Que Dieu vous bĂ©nisse, FrĂšre Henry, je ne vous ai pas vu ça fait longtemps, frĂšre. Je venais de jeter un coup d’oeil au fond et j’ai vu Papa et l’ai reconnu.
    Lorsque j’avais eu le grand Ă©puisement nerveux ou lorsque j’avais quittĂ© le champ missionnaire pour environ huit mois, il a Ă©tĂ© un vrai frĂšre et un papa pour moi. Il restait juste avec moi tout le temps. Et je n’oublierai jamais le jour oĂč, avec frĂšre Groat qui est lĂ , nous Ă©tions allĂ©s prier dans un champ de maĂŻs. J’étais trĂšs nerveux, j’étais restĂ© dans une vision pendant si longtemps que je ne pouvais mĂȘme pas savoir si j’étais Ă  l’intĂ©rieur ou Ă  l’extĂ©rieur. Je n’oublierai jamais frĂšre Groat lorsqu’il s’est agenouillĂ© pour prier avec moi. Il a mis ses bras autour de moi, tout aussi simplement il a dit: «Maintenant Papa Dieu, voudrais-Tu venir aider frĂšre Branham? Papa Dieu, voudrais-Tu venir aider frĂšre Branham?» Cela ne m’a jamais quittĂ©, frĂšre Groat.
    Et un jour, FrĂšre Groat
 il arrivera, je l’espĂšre que je mettrai aussi mon bras autour de ton cou et m’assiĂ©rai prĂšs des arbres toujours verts, lĂ  oĂč les fontaines des eaux de la Vie coulent en dessous du TrĂŽne. Nous serons alors dans la PrĂ©sence de notre Papa Dieu, aux siĂšcles des siĂšcles, pour vivre dans Sa PrĂ©sence.

13    Maintenant, Dieu a rendu cela trĂšs simple, et
 la Bible, et rendant l’Évangile si simple que mĂȘme une personne comme moi qui n’ai pas d’instruction, ait l’occasion de parler, prĂȘcher l’Évangile. Et je–je disais aux frĂšres qui venaient, combien je me sentais bizarre de me lever aujourd’hui, sachant que devant moi il y a des gens instruits et certains des hommes trĂšs intelligents du pays qui sont assis ici, et sachant combien ma grammaire est pauvre, et au fait (oh!) que je ne suis pas qualifié  Mais vous savez, probablement que vous tous vous pouvez vous sentir comme moi si vous deviez vous tenir devant des Ă©vĂȘques et tous les autres. Mais vous savez, frĂšres, Dieu ne demeure pas tellement dans la thĂ©ologie. Il demeure dans l’amour et l’humilitĂ©, lĂ  oĂč vous pouvez rĂ©ellement–tout le monde peut (laisser) Le connaĂźtre. Je suis trĂšs content qu’Il soit–qu’Il n’ait pas choisi juste une petite poignĂ©e, ou plutĂŽt une certaine dĂ©nomination. Il a dit: «Quiconque veut.» Ainsi, cela donne mĂȘme Ă  vous et moi (Ă  vus aussi) une chance d’entrer et de communier avec Lui et de Lui parler.

14    Maintenant, Dieu a rendu cela si merveilleux que dans l’Ancien Testament, Il, oĂč gĂ©nĂ©ralement je me rĂ©fĂšre pour trouver un texte de temps en temps
 Il a fait l’Ancien Testament en paraboles et en symboles pour S’exprimer et exprimer Ses Ɠuvres, afin que les gens humbles aient une conception de Sa volontĂ© et de ce qu’Il a fait.
    Plusieurs fois dans l’Ancien Testament, oh! je suis retournĂ© lĂ  pour montrer que l’Ancien Ă©tait le type du Nouveau. Dieu l’a toujours fait et ce qu’Il fait maintenant dans le Nouveau Testament, Il l’avait montrĂ© sous forme d’ombres dans l’Ancien Testament. Et tous ceux qui ont nĂ©gligĂ© Dieu, qui L’ont abandonnĂ© dans l’Ancien Testament, nous pouvons voir par exemple ce qui leur est arrivĂ©. Et ceux qui ont osĂ© avoir foi en JĂ©hovah et ont avancĂ© dans l’Ancien Testament, nous pouvons voir ce qui leur est arrivĂ©. Et alors, nous faisons notre choix.
    Et nous remercions Dieu pour une nation de libertĂ© et un lieu d’adoration oĂč nous pouvons chacun hisser nos voiles de la foi en Dieu et prendre l’envol loin de cette terre. Je suis content de cela aujourd’hui, car il y a beaucoup d’endroits oĂč vous ne pouvez pas faire cela.

15    Maintenant, par exemple, dans l’Ancien Testament, Dieu a donnĂ© toutes ces paraboles jadis et Il a prĂ©sentĂ© Ses–Ses oeuvres qui Ă©taient des ombres pour aujourd’hui, c’est donc le seul moyen pour moi d’enseigner cette Bible. Les gens parlent de gros mots grecs et autres, ils pourraient facilement me coincer sur toutes sortes de passages. Mais si je regarde en arriĂšre et que je vois ce que Dieu a fait jadis sous forme d’ombre, alors j’ai une idĂ©e gĂ©nĂ©rale sur ce qu’Il est en train de faire aujourd’hui, parce que cela Ă©tait une ombre.
    Si je me dirige vers le–vers l’ouest, et que mon
 le soleil se lĂšve Ă  l’est, mon ombre est devant moi; et si jamais je ne m’étais vu moi-mĂȘme ou si jamais je n’avais su Ă  quoi je ressemblais, si j’étais un ĂȘtre humain, j’aurais une reprĂ©sentation de ma forme en voyant mon ombre. Et l’Ancien Testament est l’ombre de la venue de Christ, et tout prĂ©figurait la Croix. Et en Christ se trouve toute la rĂ©demption de Dieu, tous Ses plans, tout Son plan du salut, tout a Ă©tĂ© accompli au Calvaire.
    Eh bien, comme c’est beau dans l’Ancien Testament, la maniĂšre dont Dieu a prĂ©sentĂ© sous forme d’ombre ce Saint-Esprit dont nous nous rĂ©jouissons aujourd’hui; la maniĂšre dont Il a prĂ©sentĂ© sous forme d’ombres l’ordre de ces conventions, comment nous pourrons nous rassembler dans la communion et avoir une–une communion ensemble.

16    LĂ  dans le passĂ©, nous voyons comment tout au dĂ©but de la–de l’église, comment Dieu avait prĂ©sentĂ© sous forme d’ombre cet endroit aujourd’hui, oĂč je pense, mes frĂšres, que nous entrons maintenant pour cette nouvelle bĂ©nĂ©diction. Chacun sait que nous sommes juste–de–de
 nous vivons, on dirait un–un temps d’emprunt. La grande bĂ©nĂ©diction de la guĂ©rison divine, les puissances du surnaturel qui se sont rĂ©pandues ont dĂ©clenchĂ© un rĂ©veil qui a prĂ©sentement secouĂ© le monde avec la plus grande secousse qu’il y ait jamais eu dans le mon
 de tous les temps. Il n’y a jamais eu un temps, dans aucun Ăąge, oĂč le christianisme ait secouĂ© le monde comme Il l’a fait pendant ces cinq ou six derniĂšres annĂ©es. C’est vrai. Dans chaque nation, Ă  chaque endroit, Ă  la radio, par–par les Ă©vangĂ©listes, par

    Nous entrons dans diffĂ©rents pays oĂč les gens ne croient pas en Dieu, et lĂ  on trouve qu’il y a des missionnaires ordinaires qui ont distribuĂ© des tracs (ce qui est une bonne chose), mais lorsque les gens voient la manifestation du surnaturel, des dizaines de milliers de paĂŻens tombent Ă  la croix et servent le Seigneur JĂ©sus. Cela a Ă©tĂ© un mouvement puissant.

17    Maintenant, nous sommes restĂ©s pendant trĂšs longtemps sur ce terrain, et je crois de tout mon coeur que nous sommes sur le point de passer au-delĂ  d’un autre voile, quelque part oĂč les plus grands mystĂšres de Dieu seront rĂ©vĂ©lĂ©s Ă  l’église. Et moi-mĂȘme, j’ai et les oreilles et les yeux et le coeur ouverts pour entendre le message dĂšs qu’il vient, et examiner cela. En effet, Satan utilisera plusieurs faux coureurs, mais laissez tout simplement cela de cĂŽtĂ©; rappelez-vous, cela montre tout simplement qu’il y a quelque chose de rĂ©el qui va arriver, lorsque vous voyez cela. Car Satan fera tout (comme je l’ai dit hier soir) pour empĂȘcher le vrai joyau de Dieu lorsqu’il sort. Vous allez–vous allez entendre cela. Il mit en place un obstacle pour attraper Abel. Il en mit un pour attraper Joseph, un pour attraper JĂ©sus et ainsi de suite, et il fera cela, un pour attraper MoĂŻse. En effet, vous pouvez remarquer ces choses que Satan utilisera pour empĂȘcher cela.
    Et c’est lĂ  oĂč, je crois que ces nombreux cultes et autres que nous voyons s’élever partout dans la nation, ne sont qu’une enseigne lumineuse pour dire: faites attention, cela va bientĂŽt arriver.

18    J’ai remarquĂ© parmi nos frĂšres que beaucoup d’entre vous, comme je suis entrĂ© au milieu de vous, gens du Plein Évangile, venant moi-mĂȘme de l’Église baptiste et ayant acceptĂ© la doctrine du baptĂȘme du Saint-Esprit comme Ă©tant une oeuvre distincte du Saint-Esprit
 Et je pensais donc lorsque nous–lorsque le–lorsque Martin Luther a reçu la justification par la foi, il s’est dit que cela rĂ©glait la question. C’était la LumiĂšre pour son jour. Et il a prĂȘchĂ© cela, et il a cru cela, il s’est accrochĂ© Ă  cela, et c’était la LumiĂšre de ce jour-lĂ .
    Ensuite, on est passĂ© derriĂšre un autre voile, un homme, John Wesley
 Lorsque le calvinisme a commencĂ© Ă  balayer la nation, les gens se sont mis Ă  dire: «Ce que Dieu veut faire, Il le fera, cela ne nous servira Ă  rien d’avoir un rĂ©veil.» Dieu a suscitĂ© John Wesley, et Il a certainement Ă©crasĂ© le calvinisme au point oĂč cela a dĂ» avoir un bon Ă©quilibre, avec l’oeuvre de la sanctification, la deuxiĂšme oeuvre de grĂące. Les nazarĂ©ens ont continuĂ© avec cela, et puis les pentecĂŽtistes sont venus par la suite au baptĂȘme du Saint-Esprit, Lequel gagne toujours les hauteurs les plus Ă©levĂ©es.

19    Et alors, lorsque les frĂšres ont reçu le baptĂȘme du Saint-Esprit, ils ont dit: «Ceci est le sommet; c’est tout ce qu’il y a.» Mais frĂšres, cela est faux. Vous voyez? Il n’y a pas de sommet Ă  la puissance de Dieu. Nous continuons sans cesse Ă  avancer; c’est une fontaine illimitĂ©e de Dieu et elle n’a pas encore Ă©tĂ© entamĂ©e, des bĂ©nĂ©dictions et des puissances au sujet desquelles nous ne savons rien. Cela n’a mĂȘme pas Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ© aux Archanges, cela est au-devant de Son Église qui croira. «Ce que l’Ɠil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce qui n’est mĂȘme pas montĂ© aux coeurs des hommes, ce que Dieu a en rĂ©serve pour ceux qui L’aiment.»
    Ainsi, montons et rĂ©clamons nos droits. Comme Dieu ouvre les portes et Ă©tale le tapis de bienvenue, continuons Ă  aller dans les profondeurs les plus basses et ne nous Ă©tablissons jamais nous-mĂȘmes en un lieu, pour nous organiser, pour atteindre un point oĂč ce sera: «Nous croyons ceci et c’est tout.» Croyons ceci plus tout ce que nous pouvons entendre de la part de Dieu. Je pense que cela devrait ĂȘtre le motif de chaque homme et chaque femme qui aime le Seigneur JĂ©sus, recevoir tout ce que l’on peut recevoir de Sa main gĂ©nĂ©reuse et misĂ©ricordieuse. C’est cela mon coeur.
    La raison pour laquelle je n’ai jamais adhĂ©rĂ© Ă  une quelconque organisation ni pris position pour n’importe quel groupe, c’est parce que je voulais moi-mĂȘme rester largement ouvert Ă  l’amour de Dieu et Ă  ce qu’Il pourrait me donner.

20    J’ai remarquĂ© une fois dans la Bible (Je prĂȘche juste pendant quelques instants maintenant), que dans l’Ancien Testament, lorsqu’un fils naissait dans une maison, il Ă©tait un fils lorsqu’il naissait. Il devenait un fils lorsqu’il naissait dans une maison. Et dans une maison ordinaire, typique, Ă  l’Est, en ces jours-lĂ , on donnait au fils un endroit et un tuteur qui Ă©levait cet enfant. Paul en parle merveilleusement bien dans le Nouveau Testament, disant comment le tuteur devait Ă©lever l’enfant et que nous Ă©tions
 La loi Ă©tait un tuteur pour nous amener Ă  Christ.
    Mais, cet enfant, quand il naissait, c’était un type de l’Église d’aujourd’hui, ceux qui sont nĂ©s de nouveau par le Saint-Esprit. Et je crois que Dieu instruisait Son Église sous un tuteur, l’élevait, l’éduquait, jusqu’à ce qu’il soit temps maintenant que quelque chose d’autre arrive. L’Église devrait avoir grandi en ce temps-ci. Mais beaucoup d’entre nous, qui devrions ĂȘtre des enseignants des autres, nous en sommes encore Ă  dĂ©sirer le lait pur de la Bible. Voyez? Nous avons besoin de quelqu’un pour nous enseigner, alors que nous devrions ĂȘtre des enseignants. Et pour cela, je baisse ma tĂȘte de honte, disant que je voudrais connaĂźtre davantage sur Dieu que ce que je connais.

21    Maintenant, voici une chose que je crois fermement, c’est que lorsqu’un enfant
 La Bible montre que dans les jours passĂ©s, lorsqu’on Ă©levait un enfant, le tuteur tenait le pĂšre informĂ© de la conduite de l’enfant. Eh bien, le tuteur, sous ce rapport, a Ă©tĂ© le Saint-Esprit pour l’Église et pour les pentecĂŽtistes. Le Saint-Esprit qui donne

    Et rappelez-vous, cet enfant, peu importe ce qui pouvait arriver, Ă©tait un enfant nĂ©; il restait malgrĂ© tout un enfant. Et lorsqu’un homme est nĂ© du Saint-Esprit, il devient un enfant de Dieu, car il a rĂ©ellement eu une deuxiĂšme naissance, une rĂ©gĂ©nĂ©ration, qui crĂ©e dans cet homme quelque chose qui n’était pas lĂ  au dĂ©part. Et tout homme qui est nĂ© dans la maison de la foi devient un enfant. Ensuite, le Saint-Esprit surveille cette personne et fait le rapport Ă  Dieu sur son avancement.

22    Eh bien, quand cet enfant devenait adulte
 Maintenant, il est toujours un enfant. Mais si cet enfant Ă©tait un paresseux, et qu’il n’était pas tellement intĂ©ressĂ© par le travail du pĂšre, cet enfant n’allait jamais ĂȘtre adoptĂ© dans cette famille-lĂ . Mais si c’était un enfant correct, un bon enfant, et qu’il aimait le travail de son pĂšre, et qu’il Ă©tait intĂ©ressĂ© et qu’il essayait de faire tout ce qu’il pouvait pour faire avancer le travail de son pĂšre, alors le tuteur faisait le rapport au pĂšre, et lĂ  se passait ce qu’on appelait le placement du fils, ou comme Paul le dit dans–dans Galates, l’adoption. Nous Ă©tions prĂ©destinĂ©s Ă  l’adoption des fils par JĂ©sus-Christ, l’adoption.
    Eh bien, le mĂȘme fils qui Ă©tait nĂ© dans une famille pouvait ĂȘtre adoptĂ© dans cette mĂȘme famille, ou placĂ© dans la mĂȘme famille, autrement dit, on lui donnait une position dans la famille oĂč il Ă©tait nĂ©. Je crois que c’est cela l’oeuvre du Saint-Esprit aujourd’hui dans l’Église, c’est Ă  dire essayer de placer dans l’église, cĂŽtĂ© position, les apĂŽtres, les docteurs, les prophĂštes et les autres, comme
 Et nous avons eu beaucoup de fausses alarmes et tout qui se sont passĂ©s parmi les gens, cela montre tout simplement que l’authentique et vraie adoption est proche. Je le crois. Dieu doit faire le placement dans l’église. Ça, c’est l’affaire de Dieu, pas de l’homme.

23    Maintenant, lorsque ce garçon devenait adulte et qu’il Ă©tait donc prĂȘt pour son adoption, et qu’il avait prouvĂ© par
 le tuteur ayant fait son rapport au pĂšre, comme quoi le garçon Ă©tait digne d’adoption, on l’amenait dans un lieu public, et lĂ  on le revĂȘtait d’une–une robe (une robe d’honneur, peut-ĂȘtre de pourpre ou d’une autre couleur royale) et on le plaçait lĂ  et toute la ville, tous les gens des alentours voyaient le pĂšre adopter son propre fils dans la famille. Et donc, quand–quand on l’adoptait en famille, il Ă©tait dĂ©jĂ  un fils, un enfant, un hĂ©ritier par la grĂące, mais on le plaçait en famille
 Vous comprenez cela. Maintenant, aprĂšs qu’il Ă©tait placĂ© en famille et qu’on lui avait attribuĂ© sa position, alors le nom de ce garçon sur un chĂšque Ă©tait tout aussi valable que celui de son pĂšre sur le chĂšque.
    Maintenant, je crois que c’est en ce temps-lĂ  que l’Église est arrivĂ©e aujourd’hui, et que le prochain grand mouvement dans l’Église, c’est que Dieu, aprĂšs que nous avons vu les fausses alarmes
 Mais maintenant, Dieu placera dans Son Église de maniĂšre correcte, des apĂŽtres, des prophĂštes, des docteurs, des Ă©vangĂ©listes, non pas sortis des sĂ©minaires faits des mains d’hommes, mais Dieu fera le placement dans l’Église. Ça ne sera pas des gens qui vont ici et lĂ , des novices de thĂ©ologie, mais Dieu placera dans l’Église, selon le choix de Dieu, selon que le Saint-Esprit a instruit cette Église et l’a Ă©levĂ©e. Et lĂ , Dieu adoptera dans Son
 Ă  leur position Ses fils. Ils sont dĂ©jĂ  Ses fils, mais il est question de voir s’ils sont dignes de la position qu’Il leur rĂ©serve.

24    Si vous voulez observer un type parfait de cela, Dieu a fait la mĂȘme chose pour Son propre Fils. Il a pris trois personnes comme tĂ©moins (par la dĂ©position de deux ou trois tĂ©moins chaque parole sera Ă©tablie), Pierre, Jacques et Jean: l’amour, la foi et l’espĂ©rance. Il les a amenĂ©s Ă  la montagne, Ă  l’écart, loin du reste du monde. Et lĂ , devant les tĂ©moins officiels, Dieu a adoptĂ© Son propre Fils. Il Ă©tait transfigurĂ© devant eux, et Son vĂȘtement a brillĂ© comme le soleil. Et une voix s’est fait entendre de la nuĂ©e, disant: Celui-ci est Mon Fils bien-aimĂ©, Ă©coutez-Le. Il L’a placĂ© sur une montagne, Il a mis lĂ  des tĂ©moins pour voir cela, Il L’a revĂȘtu d’une robe qui brillait comme le soleil qui brille dans le–dans sa
 Ils brillaient mĂȘme comme le soleil dans sa force. Et Dieu a parlĂ© Ă  haute voix, disant: «Celui-ci est Mon Fils bien-aimĂ©, Ă©coutez-Le. Â» Dieu a adoptĂ© Son propre Fils dans la famille. «Ne M’écoutez plus, mais Celui-ci est Mon Fils qui dĂ©sormais prend la relĂšve.» Amen. Cette adoption est proche pour l’Église, c’est en parabole. C’est le temps pour cela.

25    Maintenant, revenons Ă  la vie cachĂ©e et voyons ce qui va ĂȘtre exigĂ© pour atteindre ce niveau de l’adoption. Une vie cachĂ©e, nous savons cela dans l’Ancien Testament sous la loi de MoĂŻse, nous avons vu là
 Tout lecteur sait qu’il y avait trois, deux voiles, deux compartiments et un parvis dans le–la disposition du tabernacle de Dieu dans le dĂ©sert. Le premier, c’était le parvis extĂ©rieur, ensuite il y avait le lieu saint, enfin le Saint des saints. C’est cela la Maison de Dieu; c’est cela la Demeure de Dieu. C’est cela votre demeure.
    Bon, vous vivez seulement dans une maison Ă  trois piĂšces, souvenez-vous-en. Vous pouvez avoir deux chambres Ă  coucher; vous pouvez avoir trois cuisines, mais vous ne vivez que dans une maison Ă  trois piĂšces. Dieu a vĂ©cu dans une Maison Ă  trois piĂšces. Lorsque Dieu Ă©tait ici sur la terre, Il a occupĂ© une Maison Ă  trois piĂšces: l’ñme, le corps et l’Esprit de JĂ©sus-Christ.

26    Dans le temple temporel, Il–Il Ă©tait dans le parvis, le lieu saint et le saint des saints. Chacun d’eux Ă©tait sĂ©parĂ© de l’autre, et chacun avait un Ă©quipement diffĂ©rent pour montrer la demeure, un trĂšs beau type de l’Église. Le pĂ©cheur entre premiĂšrement dans la cuisine, pour ainsi dire; la cuisine, c’est lĂ  oĂč vous mangez. Le salon, c’est lĂ  oĂč vous communiez. Et la chambre Ă  coucher, c’est lĂ  oĂč vous vous reposez. Ô Dieu. Voyez-vous? Le pĂ©cheur fait son entrĂ©e: «La foi vient de ce que l’on entend, ce que l’on entend de la Parole.» Il vient et mange la Parole. Ensuite, il est baptisĂ© dans la foi, il accepte Christ comme son Sauveur personnel, cela le fait ensuite entrer pour communier avec Dieu. Mais alors, il continue jusqu’à entrer dans la chambre Ă  coucher, lĂ  oĂč il y a un calme serein avec Dieu, lĂ , toutes les choses du monde sont laissĂ©es dehors, et il est seul dans le calme avec Dieu. FrĂšres et soeurs, c’est lĂ  le lieu oĂč ce mouvement de la pentecĂŽte devrait se trouver aujourd’hui, plutĂŽt que de paroter: «Nous sommes de la trinitĂ©. Nous sommes mĂ©thodistes, nous sommes les assemblĂ©es. Nous sommes l’église de Dieu.» Nous devrions ĂȘtre seul dans ce calme serein avec Dieu. Ne croyez-vous pas cela? Certainement, nous devrions en ĂȘtre lĂ .

27    Remarquez bien, lorsque le souverain sacrificateur, une fois l’an, entrait derriĂšre le premier voile, ensuite derriĂšre le deuxiĂšme voile
 Il y avait Ă  l’extĂ©rieur les bassins oĂč on lavait le sacrifice, ensuite le sacrifice, aprĂšs avoir Ă©tĂ© tuĂ©, Ă©tait placĂ© sur l’autel d’airain et le sang Ă©tait versĂ© dans un rĂ©cipient; et le souverain sacrifice entrait une fois l’an derriĂšre le voile pour faire l’expiation
 Et remarquez le vĂȘtement de ce souverain sacrificateur. Avant qu’il n’entre derriĂšre le voile, il devait se dĂ©shabiller et s’habiller de maniĂšre appropriĂ©e (pour y entrer). C’est le problĂšme qu’a l’église aujourd’hui, ce dont elle a besoin, c’est de se dĂ©pouiller de tous ces petits cultes et autres, et de s’habiller de la justice de JĂ©sus-Christ pour ĂȘtre prĂȘte Ă  entrer. Sa dĂ©marche Ă©tait diffĂ©rente, tout
 Sur la bordure de son vĂȘtement, il avait des grenades et une cloche. Et pendant qu’il marchait, sa dĂ©marche Ă©tait si parfaite que les cloches retentissaient: «Saint, saint, saint est l’Éternel.»
    Ce dont nous avons besoin aujourd’hui, ce n’est pas de faire partie des assemblĂ©es, soit de l’église de Dieu, soit des unitaires, soit de n’importe quoi que cela puisse ĂȘtre, notre marche devrait ĂȘtre en train de rĂ©sonner aux oreilles du public: «Saint, saint, saint est l’Éternel.»

28    Autre chose, il devait ĂȘtre oint avant d’y entrer. L’huile d’onction Ă©tait faite Ă  partir de la rose de Sharon, on Ă©crasait la rose pour en extraire le parfum, et on mettait cela dans l’huile qui coulait sur la barbe d’Aaron, et qui descendait jusqu’aux bordures de sa robe, tout Ă©tait imbibĂ© de l’huile d’onction, il marchait correctement, vivait correctement, se dĂ©plaçait correctement, s’habillait correctement. Et il allait lĂ , portant le sang devant lui, et dĂšs qu’il passait derriĂšre le rideau, dans la troisiĂšme chambre, un voile tombait derriĂšre lui, afin que le monde extĂ©rieur ne puisse plus le voir. Et chaque homme, garçon, femme ou fille qui est dĂ©jĂ  oint de Dieu et qui marche derriĂšre ce temple, le voile de Dieu, le Saint-Esprit, cela le place dans un lieu secret. Le voile tombe derriĂšre lui, et cela le coupe du monde et de toutes ces histoires, qui restent derriĂšre lui.

29    La raison, frĂšres, pour laquelle nous retardons l’adoption de Dieu, c’est Ă  cause de notre vie qui est tout autre, des disputes et des querelles les uns avec les autres, c’est pour cette raison que le voile ne peut pas tomber derriĂšre nous et nous permettre d’entrer dans la PrĂ©sence de Dieu. C’est vrai. Nous manifestons un grand intĂ©rĂȘt pour nos dĂ©nominations. Nous manifestons un grand intĂ©rĂȘt pour ce que quelqu’un d’autre, ce que
 «À quoi cela te sert-il? Toi, suis-Moi.» C’est une affaire individuelle de chaque ministre. Un ministre devrait toujours se tenir seul, mĂȘme avant qu’il prĂȘche, avant qu’il prie, avant qu’il fasse n’importe quoi il devrait se tenir seul avec Dieu dans cet endroit calme, cachĂ© en Dieu. Oh, cela se voile une fois de plus, descendant


30    Eh bien, l’équipement dans ce
. derriĂšre ce voile Ă©tait diffĂ©rent de celui Ă  l’extĂ©rieur. LĂ  dans le parvis, il y avait le bassin oĂč on lavait l’animal
 derriĂšre le voile suivant, il y avait quoi? C’était lĂ  qu’on brĂ»lait les corps des animaux. Et il y avait lĂ  les sept chandeliers d’or sur le
 et cela formait la lampe, et ça donnait la lumiĂšre. Et Ă  l’extĂ©rieur, dans le parvis extĂ©rieur, il y avait la lumiĂšre du soleil. DerriĂšre le premier voile, il y avait la lumiĂšre artificielle.
    Faites bien attention, et lorsqu’on entrait ici Ă  l’aide de la lumiĂšre de cette lampe, ensuite on entrait dans la cour suivante qui Ă©tait le Saint des saints, on y entrait Ă©tant oint. Oh, comme Dieu a si bien reprĂ©sentĂ© cela; c’est une trĂšs belle chose pour nous, comme nous voyons lĂ  le grand plan du salut Ă©ternel de Dieu. Comment Ses ministres devraient y entrer! Comment ils devraient se prĂ©parer eux-mĂȘmes pour y entrer.

31    Eh bien, dans cette cour qui se trouvait Ă  l’intĂ©rieur, le–appelĂ©e le Saint des saints, il y avait un meuble placĂ© lĂ , appelĂ© le propitiatoire. Et l’alliance Ă©tait dans l’arche. Et l’arche avait deux chĂ©rubins, et c’était Ă  l’intĂ©rieur. C’était le meuble qui Ă©tait Ă  l’intĂ©rieur du lieu saint. Ensuite, en sortant, il y avait les chandeliers d’or, enfin dehors, il y avait le bassin.
    Eh bien, cela reprĂ©sente parfaitement l’ñge de Luther, Wesley et la pentecĂŽte, exactement, les trois Ă©tapes ou les dispensations de Sa grĂące, qui a Ă©tĂ© donnĂ©e Ă  l’humanitĂ©. Nous sommes dans la derniĂšre dispensation. Je crois cela de tout mon coeur. Voyez?

32    Maintenant, remarquez aussi dans ce grand mouvement, comment Dieu les a amenĂ©s Ă  ce glorieux endroit. Une fois, Dieu a dit Ă  MoĂŻse, lorsque la manne commençait Ă  tomber, la manne Ă©tait un type de la vie: Christ descendant du ciel et mourant ici sur terre, afin de pouvoir nous donner la vie. La manne tombait du ciel, et restait au sol, et les gens en mangeaient pour soutenir la vie. Christ est descendu du ciel, Il est devenu la manne afin que nous puissions vivre par Lui.
    Et remarquez donc, les gens mangeaient la manne, ils devaient la prendre vite et la manger. En effet, lorsque le soleil se levait, peu de temps aprĂšs, elle se gĂątait, c’était le type de Christ, le Saint-Esprit. La manne Ă©tait un type du Saint-Esprit aujourd’hui. De mĂȘme que Dieu a fait entrer l’église dans le naturel avec la manne naturelle, Il fait entrer l’église aujourd’hui dans le spirituel en la nourrissant de la Manne spirituelle. Lorsqu’au dĂ©but l’église avait vaincu, ayant traversĂ© la mer Rouge, qui Ă©tait un type du sang, elle est allĂ©e de l’autre cĂŽtĂ© en passant par le Jourdain, en route vers la terre promise, la manne est tombĂ©e la premiĂšre nuit. Amen.
    Et lorsque l’église est passĂ©e de la vie Ă  la mort le jour de la PentecĂŽte, Dieu a fait tomber la Manne spirituelle du ciel, cela nourrit l’église jusqu’à ce que JĂ©sus revienne de nouveau pour que nous, nous entrions dans le MillĂ©nium, Ă  la Terre Promise. Amen.

33    Oh! quand ils avaient ramassĂ© cela et en avaient mangĂ©, ils avaient dit que c’était dĂ©licieux. «Cela avait le goĂ»t du miel sur le rocher», disaient-ils. Le goĂ»t du miel. David appelait cela du miel sur le rocher, et c’est ce que c’était.
    Maintenant observez un type. La manne n’avait jamais cessĂ© de tomber jusqu’au jour oĂč ils Ă©taient entrĂ©s dans la Terre Promise; pendant quarante ans, la mĂȘme manne tombait chaque jour. AllĂ©luia! Comment allez-vous prendre le Saint-Esprit et Le laisser Ă  la PentecĂŽte, frĂšre, cela a Ă©tĂ© continuellement une seule PentecĂŽte? En effet, la duretĂ© du coeur de l’homme empĂȘchait de manger la manne
 C’est vrai.

34    Remarquez bien, c’était alors un type. Eh bien, le jour de la PentecĂŽte lorsque notre manne
 AussitĂŽt que les gens Ă©taient entrĂ©s dans la chambre haute, qu’ils avaient obĂ©i aux commandements du Seigneur JĂ©sus, et qu’ils avaient attendu, attendu dans la ville de JĂ©rusalem pour la venue du Saint-Esprit, pour la premiĂšre fois, il vint du ciel un bruit comme un vent impĂ©tueux qui remplit toute la maison lĂ  oĂč ils Ă©taient assis, et des langues sĂ©parĂ©es se posĂšrent sur eux comme du feu. Ils furent tous remplis du Saint-Esprit et se mirent Ă  parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. Ils sortirent dans les rues, eux qui formaient une petite bande des prĂ©dicateurs couards, se cachant dans une chambre haute, mais tout d’un coup, la Manne vint, se rĂ©pandit d’en haut pour nourrir leurs Ăąmes. Alors, ils sortirent dans les rues avec une expĂ©rience, qu’ils n’avaient jamais eue auparavant, un beau type de Dieu nourrissant Son Église pendant ce voyage vers la Terre Promise.

35    Remarquez frĂšres. Pendant combien de temps cette manne devra-t-elle durer? Elle dura pendant tout le voyage, jusqu’à ce qu’ils sont entrĂ©s dans une autre dispensation, dans la Terre Promise. Pendant combien de temps ceci devra-t-il durer? Jusqu’à ce que JĂ©sus vienne. Pierre a dit: «Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ, pour le pardon de vos pĂ©chĂ©s; et vous recevrez le Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu en appellera. Â» Pendant combien de temps cela demeurera? En aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu en appellera. Et tant que la dispensation de la grĂące sera lĂ , Dieu continuera Ă  appeler les hommes et les femmes Ă  Son service. Ainsi, le Saint-Esprit est tout aussi rĂ©el aujourd’hui. Maintenant, Il n’a jamais dit

    Maintenant, lorsqu’ils mangent cette manne, souvenez-vous, s’ils la mangent
 Beaucoup de gens en mangent et disent: «VoilĂ  la chose.» Ils devaient la ramasser chaque jour alors qu’elle Ă©tait fraĂźche. C’est vrai. Ils devaient ramasser la manne fraĂźche chaque jour, parce que vers neuf heures, Ă  la deuxiĂšme Ă©tape, elle commençait Ă  fondre. Cela pĂ©rissait.

36    Et souvent, les gens qui vivent dans la deuxiĂšme piĂšce de Dieu, dans la communion, aprĂšs qu’ils ont dĂ©jĂ  reçu la Parole, ils sont entrĂ©s dans la deuxiĂšme Ă©tape pour recevoir Christ dans leur vie, ils ne savent toujours pas ce que signifie cette chambre secrĂšte, ce qu’est la chambre Ă  coucher, ce qu’est le lieu de repos, ils mangent la manne. Mais avez-vous remarquĂ© que s’ils laissaient traĂźner cela pendant trĂšs longtemps, cela finissait par fondre. Il y avait
 Cela–cela se gĂątait. Et je pense que beaucoup de gens ont de toutes les façons eu beaucoup de crampes au camp, lorsqu’ils vont manger ce que le Seigneur donne dans le camp, et avant qu’un autre rĂ©veil ne vienne, ils sont retournĂ©s, ils sont pervertis dans des cultes quelconques ou autre chose. Quel est le problĂšme, frĂšre, vous n’ĂȘtes jamais arrivĂ© quelque part ailleurs.

37    Dieu dit Ă  MoĂŻse: «Fais un pot d’or». (AllĂ©luia!) «Et mets cette manne lĂ -dedans. Â» Et rappelez-vous que lorsqu’un croyant entrait lĂ , cette manne ne s’épuisait jamais. Elle Ă©tait toujours fraĂźche, nouvelle et dĂ©licieuse au fur et Ă  mesure que les jours passaient, au fur et Ă  mesure que les annĂ©es passaient. Et n’importe quel homme qui vient Ă  Christ, qui se cache et derriĂšre qui le voile tombe est dans la PrĂ©sence du Dieu Tout-puissant, il mange la manne jour et nuit, heure aprĂšs heure. Elle est toujours aussi dĂ©licieuse qu’elle l’était le premier jour lorsqu’on lui a parlĂ© de son Ăąme. Ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est d’entrer quelque part oĂč se trouvent ces choses, non pas nous tenir loin et prĂ©tendre – ou plutĂŽt pas nous tenir loin et agir, mais entrer effectivement lĂ  Ă  l’intĂ©rieur. Amen. Autrefois, l’homme


38    Maintenant souvenez-vous, seuls les croyants, seuls les Ă©lus entrent lĂ , ceux que Dieu a choisis. Je crois que c’est dans Apocalypse 2 qu’il est dit: «Celui qui vaincra.» Donc, cela est promis aux vainqueurs.
    Vous dites: «J’ai vaincu la cigarette.» Ce n’est pas ce dont Il parle. Il y a beaucoup plus de choses qui vont avec le christianisme, en dehors du fait de ne pas fumer la cigarette ou ne pas boire le whisky. Celui qui vaincra hĂ©ritera de toutes choses et il sera Mon fils; Je serai son Dieu et (Ă©coutez), je lui donnerai de la manne cachĂ©e. Amen. Je le cacherai et je lui donnerai des choses cachĂ©es au sujet desquelles le monde qui est en dehors du rideau ne sait rien. AllĂ©luia! Quand bien mĂȘme ils mangent la manne, ils n’en savent rien cependant. « Je lui donnerai de la manne cachĂ©e. Je lui donnerai un caillou avec son nom inscrit dessus. Â» Vous comprenez ce que je veux dire : L’entrĂ©e dans l’adoption ou le lieu cachĂ© en Dieu.

39    Les prĂ©dicateurs de l’Évangile ne se prĂ©occupent pas de vos dĂ©nominations et de ce que le monde pense, mais ils cherchent Ă  accĂ©der Ă  la manne cachĂ©e, lĂ  oĂč la pleine rĂ©vĂ©lation de Dieu est
 rend l’amour parfait dans votre coeur, et Dieu, et vous, et tout le reste, vous ĂȘtes au repos. Quoi qu’il advienne, n’importe quoi que ce soit, vous ĂȘtes cachĂ©. Oh, quel endroit pour vivre. Oh, laissez-moi demeurer lĂ . Comme le dit le cantique: «Laissez-moi me reposer sous l’arbre ou les
 coulent trĂšs librement, oĂč l’Agneau est la lumiĂšre, et l’ñme de celui qui est sauvĂ© ne meurt jamais.» Amen.

40    AssurĂ©ment, les gens, lĂ  Ă  l’extĂ©rieur, mangeaient de la manne, mais ils n’en savaient rien. Ils n’avaient jamais Ă©tĂ© Ă  l’intĂ©rieur. Y avez-vous dĂ©jĂ  Ă©tĂ©, mon cher frĂšre? Ne mĂ©prisez pas mon ignorance, mais j’aimerais vous poser une question. Êtes-vous dĂ©jĂ , dans votre vie, arrivĂ© au niveau oĂč Christ signifie plus pour vous que toutes les disputes que vous pouvez avoir au sujet de votre Ă©glise? Est-ce que Christ a dĂ©jĂ  signifiĂ© pour vous plus que le monde entier? Je ne veux pas parler de l’effet d’une Ă©motion ou d’un travail mental; je veux parler de ce qui vient du fond de votre coeur, quelque chose qui est Ă©tabli Ă  l’intĂ©rieur, montrant que quelque chose s’est produit, et vous ne savez pas comment cela est arrivĂ©, mais vous ĂȘtes cachĂ© et tout votre motif est de servir JĂ©sus-Christ. Êtes-vous dĂ©jĂ  entrĂ© en ce lieu-lĂ , mon cher frĂšre? Êtes-vous dĂ©jĂ  arrivĂ© au point oĂč vous ne vous souciez pas de ce que dit n’importe qui, pas sortir et faire le malin, mais jusqu’à ce que l’amour de Dieu est tellement ancrĂ© en vous que vous ne voyez rien d’autre; tout votre motif est de faire la volontĂ© de Dieu, l’amour pour tout le monde coulant librement de partout? Quel lieu pour vivre! C’est le lieu cachĂ©. C’est le lieu que nous devons atteindre, mes frĂšres. C’est dans ce lieu que Dieu rĂ©vĂšle Ses secrets. C’est le lieu oĂč Dieu accomplit le placement et l’appel. Comprenez-vous ce que je veux dire?

41    En ce mĂȘme lieu
 Nous n’avons pas beaucoup de temps, aussi dois-je me dĂ©pĂȘcher, mais juste encore une pensĂ©e. En ce mĂȘme lieu, on avait placĂ© la verge d’Aaron pour dĂ©terminer qui Dieu avait choisi et qui Il n’avait pas choisi. Et cette verge qui Ă©tait un stick mort, Ă©tait revenue Ă  la vie en une seule nuit et elle avait bourgeonnĂ© et produit des amandes. Non seulement elle Ă©tait revenue Ă  la vie, mais aussi elle avait bourgeonnĂ© et portĂ© des fruits, un vĂ©ritable type du pĂ©cheur amenĂ© devant Dieu dans le lieu saint.
    Rappelez-vous que cette verge avait traversĂ© toutes les autres parties, et elle Ă©tait entrĂ©e dans le lieu saint Ă©tant toujours morte, mais pour demeurer
 Elle n’est point revenue Ă  la vie aussitĂŽt qu’on l’avait amenĂ©e lĂ , c’est la raison pour laquelle le Saint-Esprit a veillĂ© sur vous depuis que vous avez reçu le Saint-Esprit, surveillant votre attitude envers Son Royaume. Si cela a Ă©tĂ© pour un motif Ă©goĂŻste, si les choses auxquelles vous pensiez, c’était pour faire avancer une dĂ©nomination, ou si c’est pour vous dĂ©velopper, vous amĂ©liorer, amĂ©liorer votre position, si c’est pour faire de vous un homme considĂ©rĂ© dans le monde, si c’est pour vous construire une grande Ă©glise quelque part, avoir de la popularitĂ©, ou autre chose en dehors de la croissance et de l’avancement du Royaume de Dieu, frĂšre, il y a quelque chose de faux. Amen.

42    Eh bien, quand cette vieille verge morte Ă©tait amenĂ©e lĂ  Ă  l’intĂ©rieur et dĂ©posĂ©e dans la PrĂ©sence de Dieu Lui-mĂȘme, qu’arriva-t-il? Elle bourgeonna, elle fit sortir des bourgeons et porta des fruits, montrant que nous naissons dans
 Cette verge provenait de l’amandier, et aprĂšs avoir Ă©tĂ© coupĂ©e, elle Ă©tait morte. Et dĂšs qu’un homme a Ă©tĂ© sĂ©parĂ© de Dieu, il est mort spirituellement. Mais une fois amenĂ© dans le lieu de Dieu, dans la PrĂ©sence de Dieu, il revient Ă  la vie et il produit la vie. Il bourgeonne. Il donne des fruits.
    JĂ©sus S’est rendu auprĂšs d’un arbre pour y chercher des fruits. Cet arbre avait tout sauf les fruits et, c’est cela le problĂšme de nos Ă©glises aujourd’hui, nous avons tout sauf les fruits. Nous pouvons crier; nous pouvons parler en langues, nous pouvons nous disputer sur les Écritures, nous pouvons enseigner notre thĂ©ologie, mais lorsqu’on en arrive au fait de porter des fruits, l’arbre est trĂšs pauvre. Quels sont les fruits de l’Esprit? L’amour, la joie, la paix, la longanimitĂ©, la gentillesse, la bontĂ©, la patience. Cela montre que beaucoup sont encore dehors sur le premier autel. Vous ĂȘtes encore exposĂ© au public. Vous ĂȘtes encore en train d’écouter ce que Jean a Ă  dire Ă  ce sujet, ce que le voisin pensera, ou autre chose pour vous-mĂȘme. Mais une fois que vous ĂȘtes derriĂšre le voile et que les rideaux sont tombĂ©s, vous ĂȘtes cachĂ© en Dieu par Christ. Voyez?

43    Remarquez, quelle belle image que celle du pĂ©cheur se trouvant dans la PrĂ©sence de Dieu! Maintenant, cette verge qui gisait lĂ  avait Ă©tĂ© rafraĂźchie. Elle Ă©tait parfumĂ©e, elle rĂ©pandait le parfum de la fleur et avait donnĂ© du fruit. Les bourgeons avaient poussĂ©. Eh bien, un beau type de cela est donnĂ© dans le naturel.
    La premiĂšre chose que nous devons faire avant que nous puissions avoir une rĂ©colte, c’est avoir une semence. Et la semence enfouie dans la terre portera ses fruits. Est-ce vrai? Eh bien, la premiĂšre chose que nous devons faire, c’est recevoir Christ.
    Eh bien, l’arbre devait ĂȘtre un amandier au dĂ©part. Et Christ, vous devez Le recevoir avant d’entrer Ă  cet endroit-lĂ . Et puis, dans la PrĂ©sence de ce Grand Dieu, ces choses vont alors avoir lieu. Ce que
 Voyez la Parole, Christ Ă©tait la Parole. «Au commencement Ă©tait la Parole et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu.» Christ entre dans la vie de l’ĂȘtre humain.

44    Eh bien, remarquez, la premiĂšre chose Ă©tait un rafraĂźchissement. Qu’est-ce qui faisait croĂźtre la semence? Vous ĂȘtes-vous dĂ©jĂ  levĂ© le matin pour voir la rosĂ©e tomber du ciel et rafraĂźchir la terre? Comment rafraĂźchit-elle la terre? C’est lorsque celle-ci est dans le calme. La rosĂ©e ne tombe pas pendant la journĂ©e. La rosĂ©e tombe pendant la nuit, quand tout est calme. La rosĂ©e ne peut pas tomber sur vous, mon frĂšre, tant que vous vous disputez, vous vous querellez et vous avez des soucis au sujet des choses d’ici bas. Mettez-vous Ă  l’écart seul Ă  seul avec Dieu, et laissez les gouttes de la rosĂ©e de misĂ©ricorde de Dieu tomber sur vous dans le calme. Des prĂ©cieux souvenirs, oh! combien cela dure, combien cela remplit toujours mon Ăąme; dans le calme de minuit les secrets se dĂ©voilent. Oh, comme Dieu peut amener Son croyant derriĂšre les rideaux qui tombent tout autour de lui, tout seul, Il fera tomber un rafraĂźchissement du ciel, que personne, par n’importe quel autre moyen au monde ne sait, si ce n’est celui qui se trouve lĂ .

45    ĂŠtes-vous dĂ©jĂ  sorti le matin en cette vĂ©ritable fraĂźcheur, cet air frais? Dieu a rafraĂźchi Sa terre. Le parfum, ĂȘtes-vous dĂ©jĂ  entrĂ© dans un jardin de roses? LĂ  chez moi, on a beaucoup de chĂšvrefeuilles. Le chĂšvrefeuille ne dĂ©gage pas beaucoup de parfum dans la chaleur du jour, mais tĂŽt le matin, quand tout l’air a Ă©tĂ© purifiĂ©, alors cet arĂŽme du chĂšvrefeuille
 Laissez un homme ĂȘtre lĂ  Ă  se disputer, Ă  se battre, Ă  se faire des soucis, et vous n’en tirerez pas beaucoup d’arĂŽme de l’Évangile, mais qu’il se tienne une fois seul Ă  l’écart, dans le calme avec Dieu.
    Tout homme qui monte Ă  la chaire devrait d’abord se tenir seul. Ensuite viennent les fruits, il porte ses fruits. Tout homme qui reste dans la PrĂ©sence de Dieu, cachĂ© dans ce grand lieu secret, portera les fruits de la justice, de la paix, de l’amour, de la joie, de la longanimitĂ©, de la bontĂ©, de la gentillesse, de la patience. Ne vous disputez pas au sujet de ces autres choses. Recevez cela dans votre vie, et vous ne recevrez jamais cela Ă  moins que vous vous cachiez avec Dieu sur ce terrain d’adoption.

46    Autre chose, nous voulons attirer votre attention juste avant de terminer. Observez la lumiĂšre dans le parvis extĂ©rieur, c’était le ciel qui Ă©clairait lĂ -bas, la lumiĂšre du soleil et autres. Certains jours Ă©taient nuageux; d’autres, le soleil ne brillait pas du tout, d’autres encore, il faisait sombre. Eh bien, lĂ , c’est dans le parvis extĂ©rieur.
    Dans le parvis suivant, il y avait la lampe de Dieu, lĂ  oĂč les justifiĂ©s se tenaient, et la lumiĂšre Ă©tait allumĂ©e par des mains humaines. C’est lĂ  que nous nous disputons au sujet de nos dĂ©nominations, oĂč nous nous disputons au sujet de nos diffĂ©rences, nous discutaillons: «Eh oh, je ne crois pas dans la guĂ©rison divine. Je ne crois pas que ces visions viennent de Dieu. Je ne crois pas ceci; je ne crois pas cela.» Vous vous disputez, parce que vous vivez
 pourtant, vous mangez de la manne, mais vous vivez sous une lumiĂšre artificielle. C’est vrai. Parfois ces lumiĂšres s’éteignent. Parfois votre lampe est obscurcie par la fumĂ©e, mais pour celui qui dĂ©sire se cacher, entrer dans le lieu suivant, il n’y a nulle part lĂ  de lumiĂšre artificielle. Mais lĂ  entre l’arche de
 les ailes de ces chĂ©rubins, il y avait une lumiĂšre surnaturelle suspendue lĂ , qui Ă©tait un Halo de Dieu, qui Ă©clairait toute la piĂšce. Et une fois qu’un homme entrait dans cette gloire de la Shekinah (AllĂ©luia!), il entrait lĂ  dans la PrĂ©sence du Dieu Tout-Puissant. [FrĂšre Branham frappe sur la chaire–N.D.É.] L’obscuritĂ© de ce monde, n’importe quelles organisations artificielles, tous les credos faits de mains d’hommes sont passĂ©s, et il vit dans la gloire de la Shekinah du Dieu Tout-Puissant.

47    Mes frĂšres, demandons Ă  Dieu de nous accorder de vivre en ce lieu-lĂ . Pouvons-nous nous tenir debout. Ô JĂ©sus-Christ, Fils du Dieu vivant, mes bien-aimĂ©s frĂšres et soeurs qui se tiennent ici maintenant cet aprĂšs-midi dans le bĂątiment de cette petite Ă©glise appelĂ©e l’Église de Philadelphie, le nom de l’amour fraternel. Je Te prie, ĂŽ Dieu bien-aimĂ©, d’ĂȘtre misĂ©ricordieux envers eux, du pasteur Ă  chaque Ă©vangĂ©liste, et chaque honorable pasteur ou docteur, qui est dans la PrĂ©sence divine. Et, ĂŽ Dieu, puisse le Saint-Esprit enrouler nos cours si fermement autour de la croix que nous allons nous en emparer, nous offrir nous-mĂȘmes en sacrifice, et nous hĂąter rapidement vers la gloire de la Shekinah, oĂč nous n’allons plus errer sur la terre, discutailler avec les hommes et nous disputer pour savoir si ceci est vrai ou pas, mais plutĂŽt vivre et demeurer dans Sa PrĂ©sence et manger de la manne qui a Ă©tĂ© emmagasinĂ©e lĂ  pour ceux qui sont cachĂ©s en Lui. Accorde-le, Seigneur.

48    Puisse cette bĂ©nĂ©diction tomber sur cette convention, et chaque homme et chaque femme partir d’ici cachĂ©s dans la gloire de la Shekinah du Dieu Tout -Puissant. Accorde-le, PĂšre, je demande cette bĂ©nĂ©diction en tant que Tes serviteurs pour mes frĂšres et soeurs au Nom de JĂ©sus. Amen. Je crois.
Oh, je désire Le voir, contempler Sa face,
LĂ , vivre pour toujours par Sa grĂące qui sauve;
Dans les rues de gloire, Ă©lever ma voix;
Oh, les soucis sont passés,
Je suis finalement à la maison pour me réjouir pour toujours.
    Gloire soit rendue Ă  Son Nom. Je L’aime. Me rĂ©jouir pour toujours, me tenant dans la PrĂ©sence de la gloire de la Shekinah qui ne s’éteindra jamais. C’est mon histoire. C’est lĂ  ma chanson. Chanter Sa PrĂ©sence tout–les louanges tout au long du jour. Une parfaite soumission, tout est au repos. Moi et mon Sauveur nous sommes bĂ©nis pour toujours. C’est cela. Combien nous L’aimons. Ne L’aimez-vous pas? Oh, combien je dĂ©sire Le voir.
C’est mon histoire, c’est là mon chant,
Louer mon Sauveur tout au long du jour;
C’est mon histoire, c’est là mon chant,
Louer mon Sauveur tout au long du jour.
EN HAUT