ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Prouvant Sa Parole de William Branham a été prêchée 65-0426 La durée est de: 2 hours and 2 minutes .pdf La traduction vgr
Télécharger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Prouvant Sa Parole

1 Inclinons la tête un instant. Cher Père Céleste, nous sommes reconnaissants d’être ici, ce soir. Nous–nous sommes reconnaissants de savoir que Ta Présence est ici avec nous. Nous Te prions maintenant de t’occuper de chacun de nous selon nos besoins. Nous le demandons au Nom de Jésus. Amen. (Vous pouvez vous asseoir.)

2 C’est réjouissant de constater que ces microphones fonctionnent. J’ai vraiment regretté d’avoir gâché un peu ça hier, le Message que je voulais tant vous faire saisir.

3 Je voulais, à coup sûr, que vous voyiez ça. C’est la–l’ancre que nous avons. Nous ne sommes pas ancrés par une église. Nous sommes ancrés en Christ, vous voyez. Il est la seule Voie. Il est le seul lieu de sécurité, le seul lieu où Dieu ait jamais mis Son Nom. Et Dieu a dit qu’Il rencontrerait les gens dans le lieu qu’Il a choisi pour y mettre Son Nom; pas dans n’importe quelle porte, mais dans la porte que Lui, Il a choisie. C’est dans ce lieu-là qu’Il rencontrerait les gens, et uniquement là. Et nous constatons que Dieu n’a jamais mis Son Nom ailleurs que dans Son Fils, Jésus-Christ, puisque le fils prend toujours le nom du père.

4 Et maintenant vous direz : “Eh bien, à quoi cela s’applique-t-il aujourd’hui? Chacun dit : ‘Je suis en Jésus.’”

5 Il est la Parole. En effet : “Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. La Parole a été faite chair, et Elle a habité parmi nous.” Et il est aussi écrit, dans Apocalypse, chapitre 19, où nous L’avons vu venir, – l’Épouse avec l’Époux, – Son vêtement trempé de Sang : “Son Nom s’appelait ‘La Parole de Dieu’.” Il est la Parole de Dieu.

6 Et alors, Il est la puissance vivifiante. Il l’est, le Saint-Esprit est cela, la–la dynamique qui entre dans la mécanique, dans les Paroles, qui Les fait vivre. Et tout cela doit agir ensemble, sinon ça ne marchera tout simplement pas. Il faut que ce soit la Bible entière, Christ en entier, le plein Évangile.

7 Je voudrais dire, au sujet de cette table ronde que j’ai regardée, à la télévision, hier soir; comme je savais que ça allait avoir lieu, j’ai regardé ça. Je veux complimenter ces frères, ceux qui ont participé à cette table ronde, pour avoir répondu si magistralement à ces questions! Et je suis un critique exigeant, vous savez, mais de toute façon, là il n’y avait rien à critiquer. C’était absolument authentique, et je pouvais être d’accord avec ça à cent pour cent. [L’assemblée applaudit.–N.D.É.] Merci. Amen. Ces réponses étaient tout à fait pertinentes. J’ai vraiment apprécié ça. J’aurais seulement souhaité l’avoir en film pour le montrer chez moi, dans mon église. C’était réellement bien.

8 Et je suis vraiment reconnaissant de savoir que–que Dieu a agi dans les autres milieux, en plus de notre propre groupe pentecôtiste, et qu’il en sort des hommes, ces semences de Dieu qui se trouvaient là depuis toutes ces années, attendant que la Lumière brille sur elles.

9 Cela nous donne aussi un avertissement, mes amis, quand on sait que Jésus a dit que, “lorsque cette vierge endormie avait commencé à venir pour acheter de l’Huile, c’est à ce moment-là que l’Époux venait”. Alors nous pouvons voir par cela : lorsque nous voyons les épiscopaliens, les presbytériens, les méthodistes, les baptistes, les luthériens qui viennent chercher l’Huile, alors c’est à cette heure que l’Époux est venu. Souvenons-nous-en.

10 Ça ne m’était jamais arrivé que Billy, mon fils, me dise ce qu’il vient de me dire il y a quelques instants. Il a dit : “Papa, je n’ai pas l’habitude de te dire ce qu’il faut faire. Je ne veux pas t’influencer en quoi que ce soit, mais,” il a dit, “papa, quoi que tu fasses, donne tout ton temps à ces gens qui sont malades.” Il a dit : “Je n’ai jamais vu autant de gens malades!” Il a dit : “J’ai distribué deux cents cartes en un rien de temps.” Il a dit : “Il y a tellement de gens malades!” C’est très rare qu’il me dise ça.

11 Alors, ce soir, je suis venu avec quelques petites notes inscrites ici, et quelques commentaires sur le jugement qui approche, en sachant que, tandis que nous sommes assis ici ce soir, la colère même de Dieu provoque des secousses au-dessous de nous, et que, bientôt, elle va frapper un grand coup vers le haut. En sachant que la colère de Dieu est en attente; à l’instant même où ce sera dit, la fin sera arrivée pour des millions de personnes. En le sachant dans mon coeur, et en sachant qu’il en sera ainsi! Et puis nous voyons tellement de malades, qui poussent et qui tirent.

12 Je me suis dit : “Ce soir, la plupart des gens sont Chrétiens.” Et permettez-moi de vous dire encore ceci, à vous, enfants de Dieu : Quoi que vous fassiez, laissez tomber tout le reste, servez Dieu jour et nuit de tout votre coeur. Vous–vous pouvez sentir qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Vous pouvez le reconnaître en marchant dans les rues, vous... et où que vous alliez. Vous le savez, si vous êtes spirituels; et je sais que vous l’êtes.

13 Je parlais à un homme, Frère Stromei. Je ne sais pas si Tony est ici ou pas. Il, il... [Un frère dit : “Tony Salameh?”–N.D.É.] Tony Salameh, Salameh, Salameh? Non. Je n’ai pas le bon Tony. [Un frère dit quelque chose.] Non, ça, ce n’est pas le bon Tony. Celui-ci, c’est le Tony de–de–de Tucson. Comment s’appelle-t-il? [Quelqu’un dit : “Stromei.”] Stromei! Je sais que c’est Salameh, Stromei, ou quelque chose comme ça. Je...

14 L’autre jour, dans son magasin, un homme est entré, c’était vraiment frappant, il a dit quelque chose qui a éveillé un souvenir en moi, de quand je... la dernière fois que j’étais en–en Inde.

15 C’est à cet endroit, je pense, que le Seigneur nous a donné la plus grande foule que nous ayons jamais eue en une fois; c’était à Bombay. À tel point que nous ne pouvions trouver nulle part d’endroits capables de les accueillir, des dizaines de milliers et de milliers de personnes.

16 Et juste avant que nous arrivions, là-bas il y avait un journal qui était traduit. En fait, c’était, l’Inde est un pays bilingue, c’était–c’était le journal en anglais. Il était dit : “Eh bien, les tremblements de terre doivent être terminés, les oiseaux retournent chez eux, dans leurs nids.”

17 Quelques jours avant que le tremblement de terre arrive et qu’il détruise les clôtures et tout. Les petits oiseaux se trouvent des abris dans les pierres et y construisent leurs nids; et dans l’après-midi ou vers midi, quand le soleil est vraiment brûlant, tous les animaux se tiennent près de ces murs de pierre pour se mettre à l’ombre. Et pendant deux jours, les oiseaux sont restés dans les arbres, ils ne revenaient pas dans leurs nids; et pendant deux jours, les animaux, les moutons et le bétail, ne s’approchaient pas, dans l’après-midi, ils ne se tenaient pas près de ces murs. Ils–ils restaient là dans les champs et se serraient les uns contre les autres pour se faire de l’ombre.

18 Puis, tout à coup, il y a eu un tremblement de terre qui a secoué les murs et a détruit les bâtiments. Vous voyez, si ces petits oiseaux s’étaient trouvés là-dedans, ils auraient péri. Si le bétail s’était tenu en dessous, et les moutons, ils auraient péri. C’est Dieu, qui avertit la nature!

19 Il y a quelques jours, là dans le magasin de Frère Tony, j’écoutais un homme qui disait... Quand il y a eu ce tremblement de terre qui s’est produit en Alaska, il était en train de pêcher à un endroit au Mexique qu’on appelle Stony Point. Et il a dit : “Les oiseaux ne voulaient pas se nourrir, et les poissons ne voulaient pas se nourrir. Il y avait quelque chose qui n’allait pas. Et, tout à coup, le tremblement de terre s’est déclenché.”

20 Et l’autre jour, au moment de celui qui s’est produit en Inde, ou quelque part, il a dit qu’il était de nouveau en train de pêcher. Il s’est dit : “Eh bien, c’est étrange. C’est vers cette heure-ci que les poissons se nourrissent. Il n’y a pas la moindre ride à la surface de l’eau, nulle part. L’eau est tout à fait calme, c’est le moment idéal pour que les poissons se nourrissent. Mais ils ne se nourrissaient pas. Et tous les oiseaux qui sont généralement là, les mouettes, qui attrapent ces poissons et tout, ils se promenaient tous sur le rivage, et ils se blottissaient les uns contre les autres. En l’espace de quelques instants, la mousse marine a commencé à remonter du fond comme ça, un tremblement de terre s’était produit de l’autre côté de la terre.” Vous voyez, ces poissons savaient que quelque chose n’allait pas, que quelque chose était sur le point d’arriver. Ces oiseaux le savaient aussi.

21 Certainement que si Dieu donne du discernement à un poisson et à un oiseau, à combien plus forte raison devrait-Il en donner à Ses–Ses enfants! Nous savons que nous sommes au temps de la fin et que le jugement est en attente, alors soyons vraiment respectueux. Fuyez vers Dieu de tout votre coeur! “Ô Capernaüm, toi qui t’es élevée jusqu’au ciel, tu seras abaissée jusqu’en enfer”, et aujourd’hui elle se trouve sous le lit des eaux. Souvenez-vous-en, et priez.

22 Maintenant, ce soir, je veux lire un passage ici, dans l’Écriture, ne prendre que quelques instants. Nous allons prier pour les malades. Billy dit qu’il a distribué tout un paquet de cartes de prière. Il en avait aussi distribué hier, et je n’en ai pas pris une seule hier soir. Et je me suis demandé, quand le Saint-Esprit est venu... C’est juste... On ne peut pas Le faire agir soi-même. C’est juste comme un petit levier, on enclenche en soi un mouvement. C’est vous qui mettez en action le Saint-Esprit, pas moi. C’est vous-mêmes qui le faites. Alors, je, hier soir, j’ai remarqué que, même pendant le discernement, ça n’a pas fonctionné tout à fait comme il faut, avec les gens. Ils n’ont pas semblé le recevoir. Je l’ai constaté ici dernièrement, semble-t-il, plus ou moins, c’est comme ce que je disais, au sujet de l’imposition des mains aux malades. Ils savent.

23 Nous devrions être conscients de ce que nous avons reçu en nous, nous qui croyons Jésus-Christ, qui sommes nés de Son Esprit et qui avons été remplis de cette puissance vivifiante – cette puissance qui est là en vous. Par l’imposition des mains sur d’autres personnes, comme l’ont fait les disciples, et tout au long de l’âge, Il a formellement guéri les malades, ressuscité les morts, Il a montré des visions, donné des prophéties. Et ce même Esprit qui a vécu au milieu des premiers apôtres vit dans l’église aujourd’hui, opérant exactement les mêmes choses. Et reconnaissons-le au plus vite! Vous voyez, peu importe combien cela agit, vous devez le reconnaître et le croire. Ça ne fera absolument aucun bien tant que vous ne le croirez pas vraiment. Mais à l’instant même où vous le croyez, c’est la fin de vos ennuis. C’est vrai.

24 Maintenant, prenons l’Écriture. J’étais assis là-bas il y a quelques instants, et j’ai noté quelques versets supplémentaires, pour changer mon texte de ce soir. Et je veux lire un extrait de la Parole de Dieu, dans l’Évangile de Luc, le chapitre 8, à partir du verset 40. Maintenant écoutez, je vais lire un long passage. À son retour, Jésus fut reçu par la foule, car tous l’attendaient.

25 Est-ce que ça ne serait pas une bonne attitude pour notre assemblée, ce soir? Et voici, il vint un homme, nommé Jaïrus, qui était chef de la synagogue. Il se jeta à ses pieds, et le supplia d’entrer dans sa maison, Parce qu’il avait une fille unique d’environ douze ans qui se mourait. Pendant que Jésus y allait, il était pressé par la foule. Or, il y avait une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans, et qui avait dépensé tout son bien pour les médecins, sans qu’aucun ait pu la guérir. Elle s’approcha par derrière, et toucha le bord du vêtement de Jésus. Au même instant la perte de sang s’arrêta. Et Jésus dit : Qui m’a touché? Comme tous s’en défendaient, Pierre et ceux qui étaient avec lui dirent : Maître, la foule t’entoure et te presse, et tu dis : Qui m’a touché? ...Jésus répondit : Quelqu’un m’a touché, car j’ai connu qu’une force était sortie de moi. La femme, se voyant découverte, vint toute tremblante se jeter à ses pieds, et déclara devant tout le peuple pourquoi elle l’avait touché, et comment elle avait été guérie à l’instant. Jésus lui dit : Ma fille, ta foi t’a sauvée; va en paix. Et comme il parlait...survint de chez le chef de la synagogue quelqu’un disant : Ta fille est morte; n’importune pas le maître. Mais Jésus, ayant entendu cela, dit au chef de la synagogue : Ne crains pas, crois seulement, et elle sera sauvée. Lorsqu’il fut arrivé à la maison, il ne permit à personne d’entrer avec lui, si ce n’est à Pierre, à Jean et à Jacques, et au père et à la mère de l’enfant. Tous pleuraient...se lamentaient sur elle. Et Jésus dit : Ne pleurez pas; elle n’est pas morte, mais elle dort. Et ils se moquaient de lui, sachant qu’elle était morte. Mais il la saisit par la main, et dit à l’enfant d’une voix forte : Enfant, lève-toi. Et son esprit revint en elle, et à l’instant elle se leva; et Jésus ordonna qu’on lui donne à manger. Les parents de la jeune fille furent dans l’étonnement, et il leur recommanda de ne dire à personne ce qui était arrivé.

26 Maintenant prions. Cher Père Céleste, alors que nous lisons cette Parole, nous savons que c’est la vérité. Ceci est arrivé. Il ne s’agit pas d’une histoire mythique qu’on pourrait lire, peut-être dans un journal ou dans un livre de fiction, mais ceci vient du Livre que nous savons être la Parole de Dieu. Nous croyons que c’est arrivé. Nous croyons que ce Jésus qui a fait cette chose remarquable, – il y a ici deux exemples, celui de la femme avec la perte de sang et celui de l’enfant morte, – nous croyons qu’Il est le Fils de Dieu, que Dieu L’a ressuscité des morts et qu’Il nous L’a présenté ce soir, dans la personne du Saint-Esprit.

27 Et nous croyons qu’Il est ici avec nous, ce soir. Et nous croyons qu’Il est le même hier, aujourd’hui, et éternellement, que Ses compassions s’étendent sur les gens. Et au moment où les gens tendront les bras vers Lui, les mêmes résultats obtenus en ce temps-là seront obtenus aujourd’hui. Accorde-le de nouveau, Père, afin que nous puissions avoir une nouvelle onction. Comme Frère Shakarian l’a demandé si sincèrement, il y a quelques instants, et a demandé à l’auditoire de croire, nous le demandons de nouveau, au Nom de Jésus-Christ. Amen.

28 Je veux parler juste quelques instants, et ce ne sera que quelques instants, parce que je veux faire venir ici à l’avant les gens qui ont les cartes de prière, et prier pour eux. Je vais laisser de côté toutes les autres choses et juste prier pour les malades. Mais avant de prier pour les malades, nous devons amener les gens à avoir l’attitude qui convient. C’est l’attitude qui, toujours, produit les résultats, c’est l’attitude que vous adoptez à l’égard de Dieu.

29 Ici une femme a touché Son vêtement, et elle a été guérie d’une perte de sang. Un soldat Lui a craché au visage et Lui a mis une couronne d’épines sur la tête, et il n’a senti aucune vertu.

30 C’est la façon dont vous abordez la chose; l’attitude, c’est ça qu’il faut. Et c’est de ça qu’il s’agit ce soir, cher ami, il faut avoir l’attitude qui convient. Nous sommes, et nous croyons que nous sommes dans la Présence de Jésus-Christ, mais c’est votre attitude qui produit les résultats. La mécanique est ici, et la dynamique aussi. Si vous pouvez simplement vous mettre en mouvement, Dieu fera le reste.

31 Maintenant le sujet dont je veux parler pendant quelques instants, c’est : Prouvant Sa Parole. Or c’est une grande chose, ça, quand on y pense : Prouvant Sa Parole.

32 Maintenant, Dieu est parfaitement capable de prouver Sa Parole ce soir, autant qu’Il L’a toujours prouvée. Et la Bible dit aussi : “Éprouvez toutes choses. Retenez ce qui est bon.”

33 Or vous avez entendu, sans doute, vous avez entendu le vieux proverbe : “Prouve-le, je le croirai.” Mais ce n’est pas valable. À bien des reprises, j’ai vu bien des choses être prouvées, même prouvées tout a fait scientifiquement, et, malgré tout, les gens n’y croyaient pas.

34 Il n’y a pas longtemps, je parlais avec un homme. Nous parlions de la guérison Divine. Il a dit : “Je n’y croirais pas. Peu m’importe ce qui pourrait bien arriver, combien de preuves de cela vous pourriez fournir, je n’y crois quand même pas.” Eh bien, certainement, peu importe tout ce que vous pourriez faire pour cet homme, il–il est perdu. Il ne peut pas croire. Il n’y a rien en lui qui puisse croire.

35 Je viens d’avoir une–une petite expérience ici, il y a environ une semaine. Comme vous le savez tous, je–je chasse. Après mes réunions, quand je suis rentré, je suis allé chasser le puma. Maintenant que je me suis installé en Arizona, là c’est bon; j’aime chasser le gros gibier, et j’aime aller dans la nature et l’observer.

36 Cependant je ne suis pas un tueur. Je ne fais que chasser. Donc, je–je n’aime pas détruire le gibier, je–je ne pense pas que ce soit bien. Je pense que tuer du gibier, si on ne l’utilise pas ou qu’on ne va pas l’utiliser pour quelque chose, est tout autant un péché que de tuer n’importe quoi d’autre. Je crois que c’est mal. Nous ne devrions pas faire ça. Dieu nous l’a donné comme nourriture et pour servir à certaines choses, et nous ne devrions pas le détruire. Par contre, ce que la loi vous autorise, là, d’accord. Seulement ne le gaspillez pas.

37 Et je, là-bas, la chasse est fermée, pour tous les autres animaux. Les pumas tuent beaucoup de bétail. Je connais beaucoup de propriétaires de ranchs, là, dans la région. Et chaque fois que l’une de leurs bêtes est tuée, eh bien, ils me téléphonent, après qu’un puma s’est introduit parmi les moutons. L’un de mes amis, l’autre nuit, a perdu environ trois mille cinq cents dollars en une seule nuit, à cause d’un puma qui a tué rien que des agneaux. Il s’est introduit, et, bien sûr, ce sont les autres pumas qui devront payer pour son péché. Donc, j’ai attrapé ce puma, et donc, c’était un très gros puma de neuf pieds de long [deux mètres soixante-quatorze], qui pesait près de deux cents et quelques livres [environ quatre-vingt-dix kilos]; alors, c’était–c’était un beau gros puma.

38 Ensuite, de l’Arizona, je suis allé dans l’Utah, pour chasser. Alors, on m’a dit qu’il y avait des gens là-bas, qu’un homme avec qui j’allais chasser était un trappeur du gouvernement, “et, pour l’amour du ciel, ne parlez surtout pas de religion en sa présence”. On m’a dit “qu’il était vraiment un rustre”.

39 J’ai dit, eh bien, j’ai dit à l’homme que j’accompagnais, j’ai dit : “Je n’en parlerai pas.”

40 Il a dit : “Ne prononcez pas le mot ‘prédicateur’. Si vous le faites, vous ne pourrez pas aller chasser. Il ne voudra pas vous emmener.” Il a dit : “J’ai chassé avec lui trois jours, et j’ai dormi avec lui chaque soir, mangé avec lui chaque jour, et il n’a même pas dit une seule fois : ‘Bonjour. Comment ça va? Vous voulez quelque chose à manger? Faites la vaisselle.’ Rien!” Il a dit : “Alors, ne parlez pas du tout de ça.”

41 J’ai dit : “Je ne dirai pas un mot.” Donc je ne lui ai pas dit que je n’allais pas prier, mais je lui ai dit plusieurs fois que je... Et je priais.

42 Alors, lorsque nous sommes arrivés là-bas, cet homme avait un caractère très dur, et je ne pensais pas qu’il croyait à quoi que ce soit. Il venait de perdre un bébé, une nuit, quelques jours plus tôt, un bébé mort-né. Donc, nous sommes partis à la chasse. Et le deuxième jour, l’homme avec qui je chassais lui avait dit que j’avais l’occasion de chasser un peu partout dans le pays. Alors, lorsque l’autre chasseur qui était avec moi est parti, nous étions tout au sommet des cimes; nous avions poursuivi un puma jusque dans les rochers, et il avait réussi à s’échapper. Donc, nous étions assis là à attendre que le chien revienne. Et cet homme m’a dit, il a dit : “L’autre chasseur, votre ami, me dit que vous avez l’occasion de chasser un peu partout. Vous avez beaucoup d’argent?” Il a dit : “Je suppose que ça ne me regarde pas.”

43 Et j’ai dit : “Non,” j’ai dit, “ce n’est pas que j’aie beaucoup d’argent.” J’ai dit : “Je–je suis parrainé.”

44 Et il a dit : “Oh, je vois.” Il a dit : “Eh bien, je suppose que ça ne me regarde toujours pas, mais”, il a dit, “travaillez-vous pour une entreprise qui vous parraine?”

45 Il m’arrachait carrément les informations. J’avais promis que je ne dirais rien, vous voyez. Alors, j’ai dit, oui, j’ai dit : “Non, monsieur. Je suis un prédicateur, un missionnaire.”
Il a dit : “Un quoi?”

46 J’ai dit : “Un missionnaire.” Il est resté planté là et m’a regardé pendant quelques minutes.

47 J’ai dit : “Avez-vous une espérance quelconque pour la Vie à venir? Quelle est votre espérance?”
Il a dit : “Je suis un Jack-mormon.”
Et j’ai dit : “Un quoi?”
Il a dit : “Un Jack-mormon.”
J’ai dit : “C’est quelle sorte de mormon, ça?”

48 Il a dit : “La sorte qui jure, qui boit du café et qui fume des cigarettes.”
J’ai dit : “Eh bien, une confession sincère fait du bien à l’âme.”

49 Puis il a dit–il a dit : “Je veux vous demander quelque chose.” Il a dit : “On me dit que l’église des mormons est la seule église véritable qu’il y ait.” Il a dit : “Croyez-vous ça?”

50 J’ai dit : “Pour ce qui est de l’église, je pense qu’elle est aussi bonne qu’une autre. Je ne connais qu’une seule Vérité, et c’est Jésus-Christ.” J’ai dit : “Je sais que Lui est véritable.”

51 “Eh bien,” il a dit, “j’ai un bébé qui est né l’autre nuit, il était mort-né.” Il a dit : “On me dit que ce bébé, parce qu’il était mort-né, que Dieu n’a pas soufflé le souffle de vie en lui, alors je ne le reverrai plus jamais.” Il a dit : “Qu’en pensez-vous?”

52 “Eh bien,” j’ai dit, “vous ne le reverrez pas, tant que vous serez un Jack-mormon, sûrement pas. Une chose est sûre, c’est que vous ne le reverrez pas tant que vous resterez un Jack-mormon.” Et il a dit... Eh bien, il m’avait poussé, alors, moi aussi je l’ai poussé un petit peu, vous voyez. Nous avions–avions du temps pour nous pousser chacun à notre tour. Alors il a dit–il a dit... J’ai dit : “Qu’est-ce qu’il y a?”
Il a dit : “Oh, je ne sais pas.” Et il a dit : “Eh bien, qu’en pensez-vous?”
J’ai dit : “Je connais beaucoup de braves...”

53 Je n’étais pas au courant qu’il était mormon. Et j’étais très... Je sais que, étant dans l’Utah, il en était probablement un, mais je... parce que la plupart des gens là-bas sont mormons, dans la région de Salt Lake City. Par contre, là ce n’était pas Salt Lake City. Alors, je me suis dit : “Eh bien, j’ai eu quelques braves amis mormons qui sont venus dans les lignes de prière, de braves gens.”

54 Et j’ai dit : “J’ai rencontré de très braves hommes qui sont–sont mormons.” Et il a dit, eh bien, il a dit... J’ai dit : “Je ne connais pas leur enseignement à ce sujet, et je ne voudrais pas dire quelque chose qui contredise leur enseignement, parce que c’est ce que vous êtes, et je respecte ça au plus haut point.” Et j’ai dit : “Eh bien, et vous y croyez?”
Il a dit : “Oui, monsieur, j’y crois. Mais”, il a dit, “je ne le vis pas.”

55 J’ai dit : “Eh bien, je crois que la Bible enseigne que Dieu connaissait ce bébé, il y a des millions d’années, avant la fondation du monde.” J’ai dit : “Dieu a dit à Jérémie : ‘Avant même que tu sois conçu dans le sein de ta mère, avant même que tu sortes du ventre, Je te connaissais, Je t’avais sanctifié et Je t’avais établi prophète des nations.’” J’ai dit : “Cela montre la connaissance qu’Il avait de cela, vous voyez.”
Il a dit : “Eh bien,” il a dit, “merci.”

56 Il s’est mis à descendre la colline. Et là il a rencontré l’autre homme et lui a dit : “Pourquoi ne m’avez-vous pas dit que ce gars-là était prédicateur?” Et alors, nous... Il lui a parlé un peu et il s’est mis à lui parler des réunions.

57 Or, les mormons croient à la prophétie. Je ne... il n’y en a peut-être pas un seul ici, mais ils–mais ils croient quand même à–à la prophétie. Mais donc – peut-être que je viens de manquer une belle occasion de me taire, mais je... Oui. Oui. Mais, quoi qu’il en soit, ils croient.

58 Et il a dit, il est revenu vers moi et a dit : “J’ai appris que vous êtes prophète.”

59 J’ai dit : “Non, monsieur.” J’ai dit : “Je... Le Seigneur m’a montré des choses qui se sont réalisées.”

60 Et il est parti immédiatement, il a dit : “Entrons.” Il est monté dans sa voiture, et il est allé... sa petite ville, là où il habitait. En l’espace de quelques instants il avait disparu. Nous préparions les chiens pour repartir à la chasse juste après le repas de midi. Pendant que nous faisions ça, eh bien, il est parti en voiture.

61 Quelques instants plus tard, un jeune homme soigné, d’environ dix-sept ans, est revenu; il avait vraiment l’air d’un Chrétien consacré, d’un gentleman. Il a dit : “Voici mon frère.” Il a dit : “Lui, il n’est pas un Jack-mormon. Il est un vrai mormon.”
J’ai dit : “Bonjour, fiston!”

62 Et il a dit : “J’ai appris de la bouche de mon frère que vous êtes prophète.”

63 J’ai dit : “Non, monsieur.” J’ai dit : “Ce n’est pas que je sois prophète.” J’ai dit : “Le Seigneur m’a montré des choses qui se sont réalisées.”

64 Il a dit : “En ce moment, j’ai une injection dans le bras, je suis censé être sur la table d’opération.” Il a dit : “Mais mon frère m’a dit cela. Et j’ai dit : ‘Si c’est vrai, je n’ai pas besoin de l’opération.’” Il m’a regardé droit dans les yeux, son regard était franc, vrai, sincère; il a dit : “Imposez-moi les mains. Si ces choses sont vraies, je n’aurai pas besoin de l’opération.” Il est rentré chez lui en bonne santé.

65 Un frère, un de mes amis Chrétiens, qui était à la chasse avec moi, de Phoenix. Il m’a dit, il a dit... Certains de ces hommes sont assis ici même, en ce moment. L’un d’eux, je sais, est présent. Nous sommes rentrés. Il a dit : “Frère Branham, si le Seigneur vous donnait une vision et vous permettait de dire à ces mormons précisément ce qui va arriver, ça les convaincrait, parce que c’est ce qu’ils attendent.”

66 Donc, j’ai prié, et j’ai prié, et, sur le chemin du retour, pendant que je faisais route; le lundi suivant, le dimanche, vers dix heures, j’étais debout dans la pièce, après la réunion du matin, et je regardais dehors.

67 Et j’ai vu des torches électriques qui éclairaient, ou une espèce de lumière qui éclairait. Et j’ai vu un puma qui était dans un arbre, et–et il était trop petit pour que je lui tire dessus. Je ne le voulais pas. Et c’est quelqu’un d’autre qui lui a tiré dessus, mais il l’a fait avec un fusil de trop gros calibre. Cela a déchiqueté le puma. Je n’ai pas aimé la–la–la façon dont cela avait été fait.

68 Quand je suis arrivé à Phoenix, j’ai raconté ça à Frère Dawson, et à Frère Mosley. Je sais qu’il est ici. Je l’ai vu l’autre jour, ici, quelque part. Il se rendait là-bas avec moi, lui et sa femme. Et j’ai dit : “Regardez bien et vous verrez, c’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Ça va arriver comme ça.”

69 Pendant des nuits nous avons attendu, ça faisait quatre ou cinq nuits que nous chassions, ou quatre ou cinq jours. Il est rare qu’on puisse forcer un puma à se réfugier dans un arbre la nuit. Il s’est trouvé qu’en rentrant, ils ont lâché les chiens; ce chasseur, ce jeune mormon. Et le–le puma est tombé sur une piste, ou plutôt, le chien est tombé sur la piste du puma et l’a forcé à grimper dans un arbre. Et, à dix heures du soir, ils sont venus nous sortir du lit. Nous sommes allés là-bas, et là se trouvait ce puma, dans l’arbre. En éclairant avec les torches, Frère Mosley l’a tiré avec un fusil de calibre d’environ quarante-quatre, ce qui a pratiquement coupé le puma en deux. Et voilà, exactement comme cela avait été annoncé.

70 Le lendemain, j’ai rencontré le garde-chasse principal de l’État, un autre Jack-mormon. J’ai réuni ces jeunes hommes, et je les ai ramenés au bercail, à Christ.

71 Je vous assure, Il est le même hier, aujourd’hui, et éternellement. Dieu prouve que Sa Parole est vraie.

72 Vous avez entendu des gens dire : “Voir, c’est croire.” Ce n’est pas tout à fait vrai. Beaucoup de gens voient et ils ne croient quand même pas.

73 À l’époque où Jésus était sur terre, pourquoi ne L’ont-ils pas reconnu, reconnu qu’Il était cette Parole de Dieu manifestée? Pourquoi les gens ne se sont-ils pas rendu compte que Moïse avait dit : “L’Éternel, votre Dieu, vous suscitera un prophète comme moi”? Et Il a accompli chaque Parole que la Bible avait dit qu’Il accomplirait, mais ils ne l’ont pas cru.

74 Mais Dieu, dans chaque âge, a prouvé que Sa Parole est vraie. Il prouve toujours Sa Parole. Alors, parfois, les gens disent que “voir, c’est croire”. Ce n’est pas vrai. Mais nous savons que Dieu continue toujours à prouver Sa Parole, dans chaque âge.

75 Nous savons qu’Il L’a prouvée à Adam et Ève, alors qu’Il avait dit : “Le jour où vous en mangerez, ce jour-là vous mourrez certainement.” Nous devons reconnaître que ça, c’est la vérité. Nous le croyons, car Il nous l’a prouvé, et nous savons que c’est la vérité.

76 Maintenant, nous allons simplement prendre quelques endroits où Dieu a effectivement prouvé Sa Parole. Prenons, par exemple, à l’époque de–de Noé. Dieu a annoncé à Noé un message qui, certainement, était contraire à la science et incroyable. Personne n’aurait pu le croire. Il n’avait jamais plu sur la terre. Contraire à la science!

77 Peut-être que c’était alors un âge plus scientifique que nous maintenant, parce qu’ils ont construit des pyramides et des sphinx, et ainsi de suite, à cette époque-là, des choses que nous ne pouvons pas construire maintenant. Ils connaissaient une puissance, un genre de puissance mécanique, peut-être atomique ou autre, qui leur permettait de soulever ces énormes blocs de pierre, ce que nous ne pourrions pas faire aujourd’hui. Mais ils ont accompli de grands exploits scientifiques. Ils disposaient de quelque chose pour embaumer les corps, qui leur gardait leur aspect naturel pendant des centaines d’années. Nous avons perdu cet art.

78 Jésus a dit : “Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l’avènement du Fils de l’homme.” Et nous savons que nous devons entrer dans un autre grand âge scientifique.

79 Donc, le message que Noé avait était très contraire à ce qu’on croyait dans l’église à cette époque, et il était aussi très contraire à la recherche scientifique. Mais Dieu a prouvé que Sa Parole était la vérité. Dieu a prouvé que ce qu’avait dit ce prophète était la vérité.

80 Nous en prendrons encore un autre, pendant un instant. Abraham était un autre prophète du Seigneur, auquel la Parole est venue. Il lui a dit, alors qu’il avait soixante-quinze ans et que Sara avait soixante-cinq ans, qu’il allait avoir un enfant par Sara. Eh bien, quel choc pour un incroyant. Aujourd’hui, pourriez-vous imaginer qu’une telle chose arrive, même dans un jour comme celui-ci, avec toutes nos réalisations scientifiques et tous ces bébés-éprouvettes dont on parle, et tout le reste? Mais cette femme âgée, qui avait là soixante-cinq ans, et un vieillard de soixante-quinze ans, mais la Parole du Seigneur est venue à Abraham et lui a dit que c’est ce qui allait arriver. Et Abraham a cru Dieu. Or, peu importe que Dieu ait parlé et que ce soit vrai, il fallait qu’Abraham croie ce que Dieu avait dit, pour que la chose se confirme. Maintenant regardez combien cet homme a été testé, quant à son témoignage, au fait qu’il croyait vraiment.

81 Ce même homme, qui avait fait cette confession qu’il croyait Dieu, c’était une personne comme vous qui êtes assis ici, ce soir. Encore maintenant, nous croyons Dieu. Nous devons croire que Sa Parole est la Vérité. Et Il prouvera qu’Elle est la Vérité, pourvu que nous le croyions.

82 Maintenant regardez ce qui faisait obstacle à Abraham. D’abord, il y avait son âge, soixante-quinze ans, et Sara qui en avait soixante-cinq. Elle avait passé depuis longtemps le retour d’âge, la ménopause. Sans doute que ça s’était arrêté bien des années plus tôt. Il avait vécu conjugalement avec elle. C’était sa demi-soeur, il l’avait probablement prise alors qu’elle n’était qu’une jeune fille, une adolescente, et il l’avait épousée. Et il n’avait pas eu d’enfant. Elle était absolument stérile. Et, maintenant, nous constatons que, pour arriver à ceci, il lui a fallu se séparer de tous les gens qui n’y croyaient pas, afin que cela puisse s’accomplir.

83 Je ne dis pas que vous devez vous séparer des gens. Mais vous devez vous séparer de tous les cancans de l’incrédulité, et vous tenir éloignés de ça. Quand les gens disent : “Ah, ces choses-là n’arrivent pas! C’est une bande de lunatiques! Il n’est pas possible qu’une telle chose soit en train d’arriver”, bouchez-vous les oreilles et éloignez-vous. N’y prêtez aucune attention.

84 La Bible dit “qu’Abraham ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu; mais qu’il fut fortifié, donnant gloire à Dieu”. Son nom a été changé d’Abram en Abraham; par ce changement de nom, son nom est devenu “père de nations”. Pouvez-vous imaginer, un homme qui avait vécu avec sa femme, sa chérie, qui vivait avec elle depuis toutes ces années, et là, à l’âge d’environ quatre-vingts ans, et sa femme à soixante-dix ans, ils n’avaient toujours pas d’enfant ni aucun espoir d’en avoir, et malgré tout il déclarait être le “père de nations”. Pouvez-vous imaginer les critiques que lui adressaient au passage ses semblables : “Père de nations, eh bien, combien d’enfants as-tu en ce moment?” Et toutes les critiques qu’il a dû endurer!

85 Mais Abraham n’a pas douté du tout, par incrédulité. Il a cru que Dieu pouvait accomplir ce qu’Il avait promis, que Dieu allait prouver Sa Parole, peu importe le temps que ça prendrait. Mais, au lieu de s’affaiblir chaque fois, comme nous sommes enclins à le faire, lui, il est devenu de plus en plus fort. “Si ce n’est pas arrivé aujourd’hui, demain ce sera un miracle encore plus grand, parce que ça fera un jour de plus.” Ça, c’était Dieu, c’était Dieu en Abraham, car il savait que Dieu prouvait l’exactitude de chacune de Ses Paroles.

86 Il suffit que Ses enfants acceptent Sa Parole – pour qu’Il puisse La prouver par vous! C’est Son seul moyen de prouver Sa Parole.

87 Il ne La prouve pas aux incroyants. On ne peut rien leur prouver; ce sont des incroyants. Mais Elle ne s’adresse pas aux incroyants. Elle n’est pas pour les incroyants.

88 Elle s’adresse à celui qui croit. Et s’Il peut trouver quelqu’un qui croira Sa Parole – Il prouvera Sa Parole par vous. Et parfois la maladie et d’autres choses nous arrivent comme ça, pour que Dieu puisse démontrer ce qu’Il est.

89 Vous souvenez-vous de l’aveugle que Jésus a trouvé? Ils ont dit : “Qui a péché, lui, ou son père, sa mère?”

90 Il a dit : “Dans ce cas, ni l’un ni l’autre, mais c’est afin que les oeuvres de Dieu soient manifestées.” Vous voyez, c’était arrivé à ce garçon afin que Jésus soit glorifié. Quelquefois, la maladie n’est pas une malédiction, c’est une bénédiction, qui nous permet de mettre en valeur notre foi et d’appeler les choses qui ne sont pas comme si elles étaient. Dieu l’a dit, et Il le prouvera, pour autant que vous ne faiblissiez pas pendant le test.

91 Un jour, Il a éprouvé Job, pour prouver qu’il ne Le maudirait pas en face. Regardez l’épreuve que Job a traversée. Pourtant, alors qu’il subissait l’étreinte de la mort, malgré tout il a dit : “L’Éternel a donné, l’Éternel a ôté; que le Nom de l’Éternel soit béni!” Il Y croyait, ça, c’est certain. Dieu a prouvé Sa Parole à Job. Il L’a prouvée à Abraham. Il a prouvé qu’Elle était vraie.

92 Il L’a prouvée par Moïse également. Et quand Moïse, quand il a rencontré de telles difficultés, Moïse avait présent à l’esprit que, peut-être, il serait un libérateur, étant donné que sa mère lui avait probablement dit qu’il était l’enfant attendu. Elle–elle était sa préceptrice, qui l’avait élevé dans le palais de Pharaon; sans doute qu’elle lui avait dit : “Mon fils, nous avons prié pour notre délivrance, et nous croyons que tu es l’enfant que Dieu va utiliser pour apporter la délivrance.” Et alors, quand il...

93 Vous voyez, il a grandi et devait être le–le fils de la fille de Pharaon, et nous constatons qu’il devait être héritier du trône. Eh bien, sans doute qu’à ce moment-là ils pensaient qu’il allait devenir le prochain Pharaon “et que c’est par ce moyen qu’il délivrerait le peuple, en étant le prochain Pharaon”. Mais Dieu avait... Si c’était arrivé comme ça, alors il aurait accompli cette chose d’une manière physique, par une–une–une action politique. Mais Dieu ne travaille pas toujours comme ça.

94 Dieu a Sa propre façon de travailler, et Il avait dit qu’Il “les ferait sortir”. Il avait dit à Abraham “qu’après quatre cents ans Il les ferait sortir par une main puissante, qu’Il montrerait des signes et des prodiges”. Il ne pouvait donc pas le faire de cette façon-là, alors Abra-... Nous voyons qu’Abraham avait cru Dieu, et maintenant voici Moïse qui croit Dieu.

95 Et Moïse a regardé par la même fenêtre que Pharaon, il a vu le même peuple que lui. Alors que Pharaon les a regardés et considérés comme étant “un peuple maudit, un peuple dont le Dieu n’était rien d’autre que du fanatisme, un Dieu du désert quelque part, dont ils ne savaient rien; un poteau invisible qu’ils priaient, qui ne présentait rien d’intéressant. C’était une bande de fanatiques. Et c’était une bande d’esclaves. Et le fait que leur Dieu les laisse être esclaves prouvait qu’Il n’était pas Dieu.”

96 Et au beau milieu de tout cela, Il était en train de susciter l’homme de la situation. Dieu fait les choses de manière si étrange : juste là sous leurs yeux. Pas un théologien, pas un docteur, pas un sacrificateur, pas un de leurs saints hommes; mais juste un homme ordinaire, né pour cette tâche. Et Dieu l’a appelé à être Son prophète, et Il l’a envoyé là-bas. Rien d’autre dans la main qu’un bâton tordu, pour faire face à une armée, à des unités mécanisées qui avaient conquis le monde entier. Mais, avec ce bâton à la main, – c’est Dieu qui lui avait dit de tenir ce bâton dans sa main et qu’il délivrerait Israël, – il est allé là-bas, et il l’a fait, parce que Dieu l’avait promis. Comment va-t-il y arriver? “Je serai avec toi.”

97 Il a dit : “Montre-moi Ta gloire, Seigneur. J’ai la bouche embarrassée. Je ne peux pas parler correctement. Et je...” Il avait un million d’excuses.

98 Mais Il a dit : “Je serai avec toi.” Et c’est tout ce qu’il a fallu. Il y est allé, muni de la Parole de Dieu. Peu importe combien la tâche semblait dangereuse, Moïse a continué à croire Dieu. Et Dieu a prouvé par Moïse que Sa Parole était la Vérité. Parce que, sans se préoccuper de ce qui pouvait arriver, Moïse s’en est tenu strictement à la Parole. Pendant le temps du voyage...

99 Dieu leur avait dit, là-bas en Égypte, aussi, qu’Il les délivrerait, les ferait entrer “dans un pays promis, un bon pays, rempli de lait et de miel”. Et il était vraiment là. Ils ne savaient pas qu’il était là, mais Il a dit : “Il est là et Je vous l’ai donné. Il vous appartient déjà, allez, prenez-en possession!”

100 Dans le désert, après que beaucoup d’entre eux sont sortis, ils ont dansé par l’Esprit, pendant que Miryam battait du tambourin; ils ont mangé de la manne qui venait du Ciel; ils ont écouté Moïse chanter par l’Esprit; ils ont observé la manifestation des miracles et des signes. Mais, au moment de l’épreuve de force, où il fallait croire la Parole de Dieu en entier, toute la promesse, ils ont échoué.

101 Seulement deux d’entre eux l’ont crue, c’était Josué et Caleb. Et ils ont rapporté la preuve que le pays était bon.

102 Mais les circonstances, c’est ce qui leur faisait obstacle. En effet, ils ont dit : “Nous ne sommes pas capables de prendre possession de ce pays, parce que leurs villes sont fortifiées; leurs–leurs–leurs délégués, là, pas leurs délégués, mais leur–leur peuple, ce sont d’énormes géants. Regardez, nous sommes comme des sauterelles, à côté d’eux.”

103 Josué et Caleb ont dit : “Nous sommes plus que capables d’en prendre possession.” Pourquoi? Dieu le leur avait donné, peu importait la taille des géants. L’obstacle ne voulait rien dire pour eux. Dieu l’avait dit! Et Dieu l’a prouvé par eux. Ils sont effectivement entrés dans le pays et en ont pris possession, comme Dieu avait dit qu’ils le feraient. Il le leur a prouvé.

104 Maintenant, lorsqu’ils sont arrivés là au mois d’avril, les eaux dévalaient des montagnes, passant par-dessus les amas de neige et tout, on aurait dit que Dieu était un piètre général de conduire Son armée jusqu’à un tel endroit et de les garder bloqués en dehors du pays promis. Précisément l’époque où Il les a fait traverser, allait les faire traverser, c’était le pire mois de l’année. C’était le mois où le Jourdain débordait sur ses rives et se répandait jusque dans les champs. Mais, s’il fallait les faire traverser, c’était en été qu’il fallait le faire, quand ils pouvaient traverser à gué. Mais Il a attendu jusqu’à ce que les eaux soient profondes. Il aime montrer qu’Il est Dieu. Il aime prouver Sa Parole, en dépit de tout.

105 Qu’importe que le médecin ait dit : “Vous vous mourez du cancer.” C’est tout ce que cet homme sait. Peut-être que les eaux sont profondes pour certains d’entre vous, ce soir. Mais, souvenez-vous, Dieu a fait la promesse. Dieu tient Sa Parole, et Dieu prouve Sa Parole. Elle est la Vérité.

106 Il a attendu que les eaux soient boueuses, qu’elles soient profondes et qu’elles dépassent leur tête, et tout le reste, et alors Il a ouvert le chemin. Il a passé devant eux et a frayé le chemin.

107 Comment allaient-ils entrer dans Jéricho alors qu’elle était fermée et barricadée? Josué se posait la question. Il savait que Dieu l’avait conduit jusque-là, le pas suivant est l’affaire de Dieu.

108 Un jour qu’il se promenait tout en inspectant les murailles, il a vu un Homme debout, Son épée nue à la main. Il a dégainé son épée et s’est avancé à la rencontre de cet Homme, il a dit : “De quel côté es-Tu? Es-Tu des nôtres, ou es-Tu du côté de notre ennemi?”

109 Il a dit : “Je suis le Chef de l’armée de l’Éternel.” Et Il lui a dit ce qu’il fallait faire. Comment va-t-il sonner de la trompette et faire qu’une muraille s’écroule, une muraille sur laquelle, vu sa largeur, ils pouvaient faire des courses de chars? Qu’est-ce que ça pouvait bien avoir à faire avec une trompette?

110 Dieu utilise des méthodes si simples. C’est vraiment, c’est cette simplicité qui me montre que c’est Dieu. Nous essayons toujours de trouver quelque chose de grand qui va faire quelque chose, et Dieu... une grande organisation qui va prendre tout en main et régler la question. Alors que Dieu, Lui, prend une personne toute simple, un seul homme qu’Il peut tenir dans Ses mains, et c’est par Cela qu’Il prouvera chaque Parole qu’Il a prononcée. Il utilise des petites méthodes si simples!

111 “Sonne de la trompette.” Non pas creuser dans la muraille, mais : “Sonne simplement de la trompette, et les murailles s’écrouleront. La sonnerie de la trompette va renverser les murailles.” Comme ça paraissait ridicule à la pensée charnelle! Mais Dieu a prouvé que Sa Parole était vraie, puisque les murailles sont tombées les unes sur les autres. Ils sont allés droit devant eux et ils ont pris la ville.

112 Oh, Dieu aime prouver qu’Il est Dieu! Josué le savait. Un jour qu’il se tenait là, c’est l’un des plus grands paradoxes qui soient jamais arrivés, à part la mort, l’ensevelissement et la résurrection de Jésus-Christ. Quand l’ennemi... Il les avait mises en déroute, les différentes armées étaient dans les montagnes. Il les avait mises en déroute, et le soleil se couchait. Oh! la la! quel temps particulier pour le général Josué!

113 Souvenez-vous, il a combattu d’un bout à l’autre du pays sans avoir d’hôpital, d’infirmière, de pansement de premiers secours, ni de blessé. Indiquez-moi quelque chose qui peut faire mieux que ça. Oui monsieur. Il n’a jamais disposé d’hôpitaux, d’infirmières, et il n’a jamais perdu d’hommes, aussi longtemps qu’ils ont marché selon la volonté et la Parole du Seigneur. Dieu a prouvé qu’Il était avec eux. C’est vrai. Remarquez maintenant.

114 Nous voyons que Josué savait que, si la nuit arrivait, ils se déplaceraient furtivement et se rassembleraient, et–et se regrouperaient pour former une autre grande armée, et qu’ils lui donneraient du fil à retordre le lendemain. Il ne savait pas ce qu’il fallait faire, alors il a levé les yeux vers Dieu. Il avait besoin d’aide, et il avait besoin que ce soleil s’arrête. Alors, il a simplement donné l’ordre à ce soleil de s’arrêter et... il a dit à “la lune de s’arrêter au-dessus d’Ajalon”, et qu’ils ne bougent pas jusqu’à ce qu’il en donne l’ordre. Et la lune et le soleil sont restés immobiles pendant vingt-quatre heures, alors que Josué livrait bataille et remportait la victoire sur l’ennemi, parce qu’il était en plein exercice de ses fonctions. Il avait le droit de le faire, parce qu’il obéissait au commandement de Dieu.

115 Et tant que vous êtes dans l’exercice de vos fonctions, que vous gardez la Parole de Dieu, que vous faites exactement ce qu’Il vous a dit de faire, que vous marchez d’après les ordres de Dieu, vous avez le droit de dire à cette montagne : “Ôte-toi de là!”

116 Dieu tient Sa Parole. “Si vous dites à cette montagne : ‘Ôte-toi de là’, que vous ne doutez pas en votre coeur, mais croyez que ce que vous avez dit arrivera, ce que vous aurez dit vous sera accordé.” C’est Jésus qui l’a dit, dans Marc 11.22. C’est la Vérité. Je sais que c’est la Vérité. C’est la Parole de Dieu, et voilà la preuve que c’est la Vérité. Ce qu’il y a, c’est que nous avons peur, parfois. Nous en arrivons là, nous avons peur qu’Il ne tienne pas Parole. Il tiendra Parole. Il a dit qu’Il le ferait. Alors, nous voyons que c’est vrai. Il l’a prouvé.

117 À un certain moment, il y a eu la prophétie d’Ésaïe, et c’était là quelque chose qui n’était encore jamais arrivé; qui n’était jamais arrivé auparavant et qui n’est jamais arrivé depuis. Il a dit : “Une vierge concevra.” Pourriez-vous imaginer une femme qui aurait un enfant sans connaître d’homme? Ésaïe a dit : “Une vierge concevra.”

118 Et Dieu a fait en sorte qu’une vierge conçoive, pour prouver que Sa Parole est vraie. Il a prouvé Sa Parole, puisqu’une vierge a bel et bien conçu et elle a enfanté le Fils.

119 Maintenant, cette Parole faite chair, regardez ce qu’Elle a fait. Quand ce Fils est apparu, Il était Lui-même la Parole. “Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Et la Parole a été faite chair, et Elle a habité parmi nous.”

120 Il était cette Parole vivante. Il a prouvé qu’Il était cette Parole vivante. Il a dit aux docteurs de l’époque : “Qui peut Me déclarer coupable de péché?” Le péché, c’est “l’incrédulité”. “Qui peut Me dire que Je suis un incroyant? Chaque Parole qui est écrite à Mon sujet s’est accomplie.” Les sept dernières prédictions de Sa vie se sont accomplies dans les sept dernières heures, sur la croix. Tout ce qui était écrit à Son sujet s’est accompli, parce qu’Il était la Parole. Il a prouvé qu’Il L’était, L’était. Il a guéri les malades. Il a ressuscité les morts. Il a vaincu la mort, le séjour des morts et la tombe. Il a prouvé qu’Il était la Parole.

121 Remarquez ce cas, ici, dans la maison de Jaïrus. Il était... Il leur avait dit la vérité. Nous Le voyons traverser la mer. Le voilà qui arrive.

122 Il y avait, sur la colline, une petite femme qui avait dépensé tout son argent chez les médecins. Sans doute que les médecins avaient fait tout ce qui, à leur connaissance, pouvait se faire pour redonner la santé à cette femme; comme c’étaient probablement des médecins israélites et elle une femme israélite, ils avaient fait tout ce qu’ils pouvaient pour leur soeur. Bien qu’ils n’aient rien trouvé pour arrêter cette perte de sang, qui provenait peut-être de la ménopause qu’elle traversait, son sang s’était tellement écoulé qu’elle... la pauvre, elle était si faible qu’elle n’arrivait pratiquement plus à se déplacer. Elle avait entendu parler de Jésus. Et quand elle a vu la petite barque arriver sous les saules, elle s’est rendue sur place pour voir ce qu’il en était.

123 Beaucoup de ceux qui Le critiquaient étaient là. Aujourd’hui encore, des gens Le critiquent. S’ils avaient su Qui Il était, ils ne L’auraient pas critiqué. Mais ils Le critiquaient, parce qu’ils ne savaient pas Qui Il était.

124 Et c’est pareil pour le Message aujourd’hui, beaucoup de braves hommes et de braves femmes critiquent Ceci, parce qu’ils ne savent pas ce que C’est.

125 Jésus a dit : “Si vous aviez connu Moïse, vous M’auriez connu. Moïse a parlé de Moi. Beaucoup de grands hommes ont désiré voir ce jour-ci. Si Je ne fais pas les oeuvres de Mon Père, alors ne Me croyez pas. J’ai un témoignage plus grand”, Il a dit, “que celui de Jean, car les oeuvres que Je fais prouvent que le Père est avec Moi.” Il a eu de plus grandes oeuvres, parce qu’Il était Celui qui était identifié. Jean aussi a été identifié, comme étant la voix de celui qui crie dans le désert. Mais quand Lui est venu, Il était le prophète dont Moïse avait annoncé qu’il serait suscité.

126 Comme je l’ai dit l’autre soir, Il est venu sous trois noms : le nom de Fils de Dieu, de Fils de l’homme et de Fils de David.

127 Quand Il était ici sur terre, la première fois, Il était le Fils de l’homme. À ce moment-là Il ne pouvait pas être Fils de Dieu; Il n’a jamais prétendu l’être. Il disait qu’Il était “Fils de l’homme”. Quand quelqu’un L’interrogeait, Il disait : “Vous voyez le Fils de l’homme; le Fils de l’homme.” Or, le “Fils de l’homme”, c’est un prophète. Il Lui fallait venir de cette manière, à cause de l’Écriture, Il ne peut pas venir d’une manière contraire à l’Écriture.

128 Voilà pourquoi, aujourd’hui, notre–notre Message de cette heure-ci ne peut pas venir par l’entremise de théologiens et de la théologie : il faut que ça corresponde précisément à ce qui a été promis. Il doit en être ainsi.

129 Alors nous constatons que, dans cet Homme, il fallait qu’Il soit prophète. Pas Fils de Dieu à ce moment-là, il fallait qu’Il soit Fils de l’homme. Jéhovah Lui-même a appelé les prophètes, Jérémie et les autres, “fils de l’homme”. “Quand vous verrez le Fils de l’homme...” “Qui est le Fils de l’homme?”, demandaient-ils continuellement.

130 Alors, Il a rempli Sa fonction de Fils de l’homme. Puis Il a rempli Sa fonction actuelle de Fils de Dieu. Dieu est Esprit, et alors, maintenant, tout au long des Âges de l’Église, Il a exercé la fonction de Fils de Dieu. Puis, dans le Millénium, Il sera Fils de David, quand Il s’assiéra sur le trône de David. Il sera héritier du trône, Fils de David. Fils de l’homme, Fils de Dieu, Fils de David, et c’est tout le temps le même Homme.

131 Exactement comme Père, Fils et Saint-Esprit; la fonction de Dieu. Il était Dieu le Père, ensuite Il est devenu Dieu le Fils, maintenant Il est Dieu le Saint-Esprit. Pas trois Dieux; un seul Dieu, trois manifestations, trois attributs du même Dieu.

132 Or nous voyons, et en cette heure où nous vivons maintenant, que Dieu tient Sa Parole, tout comme Il l’avait fait en ce temps-là.

133 Nous voyons qu’Il a traversé la mer. Cette femme croyait en Lui; quelque chose s’est mis à palpiter en elle. Elle n’avait aucune référence biblique pour ça, pas plus de références bibliques que Josué n’en avait pour arrêter le soleil, mais dans son coeur elle croyait qu’Il était le Fils de Dieu. Alors, elle s’est dit : “Si je peux seulement toucher Son vêtement, je serai guérie.” Donc, elle s’est frayé un chemin dans la foule jusqu’à ce qu’elle touche Son vêtement, et la perte de sang s’est arrêtée.

134 Alors Il a parcouru du regard l’assistance, pour découvrir qui L’avait touché. Il y avait sans doute quelqu’un. Il s’est arrêté. Tous les gens Le pressaient; certains se moquaient de Lui, certains Le tournaient en dérision; le sacrificateur se tenait à l’écart et L’interrogeait, les membres du clergé et tout. Mais il y en avait certains qui croyaient en Lui. Et, et au bout d’un moment, Il s’est arrêté, brusquement, Il s’est retourné et Il a dit : “Qui M’a touché?”

135 Certains d’entre eux ont dit : “Mais, Maître!” Je crois que c’est Pierre qui a dit : “Mais, toute la foule Te presse. Voyons, qui T’a ‘touché’? Mais tout le monde Te touche!”

136 Il a dit : “Mais Je sens qu’une vertu est sortie de Moi.” Il est devenu faible. C’était un toucher différent.

137 Si seulement nous pouvions voir ça, frère, soeur! Si vous pouvez Le toucher avec ce toucher particulier! Oh, vous qui êtes malades, je vais bientôt prier pour vous, dans quelques minutes. Je crois vraiment avoir le Saint-Esprit – pas plus de Saint-Esprit que ce que vous avez là-bas, ou que ces hommes ont ici. Le même Saint-Esprit, mais c’est un commandement de Dieu; et si vous croyez que c’est le commandement de Dieu de prier pour les malades, de leur imposer les mains et de chasser les mauvais esprits, de même que les promesses qu’Il a faites, alors la même chose se produira pour vous. Vous recevrez ce que vous aurez demandé, si vous pouvez le croire.
“Peux-tu croire que Je peux faire ceci?”, a dit Jésus.

138 “Oui, Seigneur, je crois,” a dit l’homme dont l’enfant était épileptique, “je crois que Tu es le Fils de Dieu qui devait venir dans le monde.” Or, nous savons qu’il n’y a que cette attitude-là qui peut produire les résultats.

139 Maintenant, rapidement, pensons à Lui un instant, Le voici en route pour se rendre là-bas. Un petit sacrificateur était venu; sans doute que ce petit homme était un croyant frontalier.

140 Il y en a tellement dans le monde aujourd’hui, de petits croyants frontaliers. Ils veulent croire Cela. Ils veulent croire que le Saint-Esprit est réel. Ils veulent croire que ceci, c’est le mouvement apostolique, puisque Dieu a promis que, dans les derniers jours, Il répandrait Son Esprit. Nous... Il veut croire à Malachie 4 : qu’Il a promis que dans les derniers jours la–la Foi pentecôtiste originelle serait rétablie et redonnée à–à l’église.

141 Malachie 4 le déclare. “Voici, Je vous enverrai Élie au dernier jour,” c’est vrai, “et il rétablira la Foi des enfants et la ramènera à celle des pères,” vous voyez, “la Foi des pères à celle des enfants, aussi.” Vous voyez, il le faut.
Vous dites : “Eh bien, ça, c’était Jean-Baptiste.” Non, non.

142 Jean-Baptiste, c’était Malachie 3. C’est vrai. Matthieu 11 le dit : “Si vous pouvez le comprendre, c’est celui dont il est parlé : ‘Voici, J’envoie Mon messager devant Ma face.’” C’était Élie, certainement. Jésus l’a dit. Mais pas du tout l’Élie de Malachie 4.

143 En effet, “immédiatement après ce Message-là, la terre doit être consumée par le feu, et les justes doivent marcher sur les cendres des méchants”. Donc, ce n’est jamais arrivé du temps de Jean. Il faut que nous ayons un Message qui revienne avec force, pour faire sortir les gens de toutes ces conditions dénominationnelles, les ramener à la véritable Foi pentecôtiste originelle. Et nous voyons que c’est en train de se faire, c’est l’accomplissement d’une Écriture, il faut que cela se réalise. Toutes les Écritures doivent s’accomplir. À combien d’autres nous pourrions nous référer, il me faudrait plus de temps que ce dont je disposais maintenant, pour vous les montrer. Mais vous comprenez ces choses, que ça doit arriver exactement comme ceci, aux enfants d’Abraham, tout comme Il l’avait promis.

144 Nous voyons Jésus qui se rend maintenant là-bas pour guérir la petite fille. C’est que le père, ce petit croyant frontalier, ce qui était arrivé faisait qu’il lui fallait maintenant reconnaître Jésus, étant donné que le médecin ne pouvait plus rien faire pour elle. Il a mis son petit chapeau noir et il est descendu là-bas pour voir s’il pouvait trouver Jésus. Vous voyez, Il est toujours sur les lieux quand vous avez besoin de Lui. Il L’a trouvé, au moment où Il approchait de la rive.

145 Et il a dit : “Viens vers ma petite fille, impose-lui les mains, et elle sera guérie.” Il a dit : “Elle est à l’article de la mort. Elle est mon unique enfant.” Il a dit : “Elle a douze ans. Nous n’avons pas d’autre enfant. Ma femme et moi,” peut-être, “nous prenons de l’âge. C’est le seul enfant que nous avons, et elle est à l’article de la mort. Seigneur, je crois en Toi. Si Tu viens seulement lui imposer les mains, elle se rétablira.”

146 Vous voyez, qu’a-t-il reconnu? Il a reconnu que cette Parole promise de Dieu était manifestée dans cet Homme.

147 Tout comme Nicodème, qui a dit : “Rabbi, docteur, nous savons que Tu es un docteur qui vient de Dieu. Nous le savons. Les pharisiens le savent.” Pourquoi ne le confessaient-ils pas? “Nul ne pourrait faire les choses que Tu fais, si Dieu n’était avec Lui. Nous savons que Tu viens de Dieu.”

148 Ici, nous constatons que Jaïrus croyait la même chose. Il a dit : “Viens poser Ta main.” Il savait que Dieu était en Lui. “Pose Tes mains sur mon enfant. Bien qu’elle soit à l’article de la mort, elle vivra.”

149 Il a simplement marché à ses côtés. Et pendant qu’il se rendait là-bas, un messager est arrivé, il a dit : “Ne L’importune pas, n’importune plus le Maître. La–la jeune fille est morte, elle est maintenant décédée. Elle est partie.”

150 Jésus s’est tourné vers Jaïrus et lui a dit : “Ne t’ai-Je pas dit que, si seulement tu croyais, tu verrais la gloire de Dieu? Si seulement tu crois cela!”

151 Il est entré dans la chambre, et ils étaient tous là en train de se lamenter, de pleurer et de gémir, comme n’importe qui l’aurait fait. Une gentille petite fille, la fille d’un pasteur, venait de mourir et d’être retirée de ce monde. Ça faisait probablement plusieurs heures qu’elle était morte; on l’avait alors couchée sur le divan, et on s’apprêtait peut-être à embaumer son corps et à l’emmener pour l’enterrer.

152 Donc, nous voyons que Jésus est entré dans la maison. Ils étaient tous en train de gémir. Il a dit : “Calmez-vous.” Il a dit : “Elle n’est pas morte, mais elle dort.”

153 Maintenant, pouvez-vous imaginer ce qu’ils ont pensé? “Eh bien, cet homme, nous savons, là, nous avons appris qu’Il est un enfant illégitime. Et nous avons entendu parler de Ses, de toutes Ses prédictions irréfléchies. Et maintenant nous savons que le sacrificateur a raison, ‘cet homme est fou’, car nous savons qu’elle est morte. Le médecin l’a déclarée ‘morte’, et elle gît là. Elle est partie, et nous le savons, qu’elle est morte.” Ils disaient, ils se moquaient de Lui, autrement dit, ils Le mettaient mal à l’aise en Le critiquant.

154 Mais Il avait déjà dit qu’elle n’était pas morte. C’est tout ce qu’il faut. “Elle dort.” Peu importe le nombre de gens qui critiquent, Il va prouver Sa Parole! Il les a tous fait sortir de la maison, Il a éloigné tous les incroyants. Il a pris Pierre, Jacques et Jean, les croyants, trois témoins, et le père et la mère, Il est entré, Il a pris la jeune fille par la main et Il a parlé dans une langue qui a fait revenir son âme de quelque part, tout là-bas dans l’Éternité. Et la jeune fille a vécu.

155 Qu’est-ce qu’Il a fait? Il a prouvé Sa Parole. Il a prouvé ce qu’Il avait dit. Elle n’était pas morte. Elle dormait. Maintenant, nous voyons qu’en faisant ceci, nous constatons qu’Il a prouvé là quelque chose d’autre. Il a prouvé à ce moment-là qu’Il était Dieu. Il a prouvé Sa prescience. Observez ce que Sa Parole a dit là : “Elle n’est pas morte, mais elle dort.” Vous voyez, dès le départ, elle n’était pas morte. Elle dormait. Cela montrait Sa prescience. Or, peut-être que bien des jeunes filles étaient mortes ce matin-là, mais celle-ci n’était pas morte. Elle dormait, comme Lazare. Et Il l’a appelée à sortir de ce sommeil, parce qu’elle n’était pas morte.

156 “Celui qui croit en Moi vivra, quand même il serait mort; et quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais.” Ceux-là seuls qui sont dans le Livre de Vie de l’Agneau, qu’Il a rachetés quand Il est mort, voilà ceux qu’Il appellera hors de ce sommeil, en ce jour-là, ceux qui sont vivifiés par Sa puissance, qui ont cette puissance vivifiante en eux. Même, comme je l’ai dit hier soir, même après la mort d’Élisée, alors que ses os étaient dans la tombe, cette puissance vivifiante était toujours sur ses os.

157 Bien sûr, Il a prouvé là Qui Il était. De plus, maintenant, nous voyons également, Il a aussi prouvé, dans Hébreux, au chapitre 4 et au verset 12, Il a prouvé qu’Il était la Parole de Dieu. Assurément. Remarquez ce qu’Il a fait. Hébreux, 12, Hébreux 4.12 dit que “la Parole de Dieu est plus efficace, plus vivante qu’une épée à deux tranchants, et–et Elle discerne aussi les pensées et les intentions du coeur”. Maintenant regardez bien, pendant un instant.

158 Au début, quand Il a commencé Son ministère, après qu’Il est sorti, pour montrer qu’Il était la Parole, quand Il est sorti du désert où Il avait été tenté, il y avait un homme qui s’appelait Pierre, dont le nom était Simon à ce moment-là. Et il est venu vers Jésus, avec son frère André. Et dès qu’Il est arrivé en Présence de Jésus-Christ, Jésus lui a dit : “Tu t’appelles Simon. Ton père s’appelait Jonas. À partir de maintenant, on t’appellera Pierre.” Cela prouvait qu’Il était la Parole, parce que la Parole discerne les pensées et les intentions du coeur. Il était la Parole.

159 Philippe avait vu ce qui était arrivé. Il est parti de l’autre côté de la montagne, il a été absent pendant un jour et est revenu. Il a ramené avec lui un ami qui s’appelait Nathanaël. Il disait : “Ces choses sont vraiment en train d’arriver. Moïse a dit que l’Éternel, notre Dieu, susciterait un prophète comme lui, et voici cet Homme. Eh bien, Il a dit à Simon qui il était, même qui était son père, et nous savons que ce qu’Il dit est la vérité. En effet, c’est ce que Dieu a dit dans la Parole, et en voici la preuve, Il devait faire ça : c’est la preuve que c’est le Messie.”

160 Et lorsqu’il a pénétré dans Sa Présence, Jésus lui a dit, Il a dit : “Voici un Israélite dans lequel il n’y a point de fraude.”

161 Il a dit : “Rabbi, d’où me connais-Tu?”

162 Il a répondu : “Avant que Philippe t’appelle, quand tu étais sous l’arbre, Je t’ai vu.” Il a prouvé Sa Parole. Il a prouvé la Parole de Dieu. C’est ce qu’Il a fait.

163 La femme au puits, quand elle a... Eh bien, Il lui a demandé de Lui donner à boire, de l’eau de la cruche qu’elle utilisait pour puiser l’eau du puits, et elle a dit : “Ce n’est pas la coutume que vous, les Juifs, nous demandiez, à nous Samaritaines, une telle chose, parce que nous n’avons pas de relations.”

164 Il a dit : “Mais si tu savais avec Qui tu es en train de parler, c’est toi qui M’aurais demandé à boire.”
Elle dit : “Le puits est profond.”

165 Et au fil de la conversation, Il a fini par découvrir quel était son problème. Il a dit : “Va chercher ton mari, et venez ici.”
Elle a dit : “Je n’ai pas de mari.”

166 Il a dit : “Tu as dit vrai, car tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis maintenant n’est pas ton mari.”

167 “Eh bien,” elle a dit, “Seigneur, je vois que Tu es prophète.” Elle... “Tu sais, ça faisait quatre cents ans que nous n’en avions pas eu.” Elle a dit : “Je vois que Tu es prophète. Or, nous savons que lorsque le Messie viendra, Celui qu’on appelle Christ, lorsqu’Il viendra, Il nous dira des choses de ce genre. Ce sera Son signe.”

168 Alors Il a dit : “Je Le suis, Moi qui te parle.” Il a prouvé Sa Parole. Il... nous prouvons ce qu’Il déclarait être. Il était le Messie, le Fils de Dieu.

169 Or nous voyons également que la petite femme qui avait la perte de sang, qui a touché Son vêtement, elle aussi, c’est ce qui lui a prouvé qu’Il était la Parole de Dieu.

170 Maintenant, ce soir, souvenez-vous, Jésus a dit... Également dans Hébreux, 1, Hébreux, chapitre 3, je crois, Il a dit “qu’Il est maintenant un Souverain Sacrificateur,” en cet âge où nous vivons maintenant, “un Souverain Sacrificateur assis dans la Majesté de Dieu, dans les Cieux, qui peut compatir à notre infirmité.”

171 Hébreux 13.8 dit : “Il est le même hier, aujourd’hui, et éternellement.” Il est le même Dieu qu’Il était alors. Il est le même ce soir.

172 Dans Jean 14.12, Il a dit : “Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais. Il en fera même davantage, parce que Je m’en vais au Père.” Voyez? “Celui qui croit en Moi fera aussi ces oeuvres que Je fais.”

173 Dans Matthieu 28, Il a dit : “Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, même jusqu’à la fin du monde.”

174 Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement. Il est là, ce soir, pour prouver Sa Parole. (Mon temps est écoulé.) Mais Il a prouvé qu’Il pouvait, Il a prouvé Sa Parole, à ce moment-là, ce qu’Il avait promis pour ce jour-là. Il a prouvé les paroles d’Ésaïe. Il a prouvé les paroles de Noé. Il a prouvé les paroles de Moïse. Il a prouvé les paroles de chacun des prophètes.

175 Il a promis qu’en ce jour-ci, le jour où nous vivons, le monde serait dans un état comme celui de Sodome : des homosexuels. Regardez donc ce qu’il y a dans le monde aujourd’hui, partout où je vais, à travers le monde; pas seulement ici, partout. C’est critique. En Suède, des jeunes hommes et des jeunes femmes font du ski complètement nus. En Allemagne et en France, et partout ailleurs, il y a à peu près la même racaille que nous avons ici aux États-Unis. C’est un âge comme ça. Je, si l’occasion m’est donnée de revenir un jour, j’aimerais vous parler de certaines de ces choses prophétiques, vous montrer l’âge où nous vivons. La Bible dit que “les enfants domineraient leurs parents”.

176 [espace non enregistré sur la bande–N.D.É.] ...Parole.

177 Mais, souvenez-vous, Abraham a eu une semence, et Isaac était cette semence. Il a eu d’autres semences après la mort de Sara. À l’âge de cent quarante-cinq ans il a épousé une autre femme, dont il a eu sept fils, sans compter les filles, parce que Dieu l’avait fait redevenir un jeune homme quand il avait cent ans. Il n’avait alors que quarante-cinq ans de nouveau, et donc il... Nous le savons. Je vous l’ai prêché ici, en Californie, il y a des années.

178 Et maintenant nous comprenons que la Semence d’Abraham n’était pas la semence littérale par le sexe, à travers Sara, laquelle était Isaac, qui a formé une nation, mais la Semence royale est venue par la promesse, laquelle était Jésus-Christ. Et c’est à travers cette Semence-là qu’Il a suscité une Semence royale. Oh! la la! Maintenant nous sommes un sacerdoce royal, une nation royale, une nation sainte, offrant à Dieu des louanges, le sacrifice de nos lèvres qui louent Son Nom. Dieu a prouvé Sa Parole, Il a répandu le Saint-Esprit sur nous.

179 Il a dit : “Ce qui arriva aux jours de Sodome arrivera de même au jour où le Fils de l’homme se révélera.” Maintenant, est-ce que vous avez remarqué? Après avoir été Fils de Dieu, juste avant de devenir Fils de David, Il Se révèle de nouveau comme Fils de l’homme. Avez-vous remarqué l’Écriture?

180 En effet, c’est toujours ce qu’Il fait, Il ne fait jamais rien sans le faire connaître à Ses serviteurs les prophètes. C’est exact. C’était Sa promesse. Voyez? Il ne fait jamais rien... Dieu ne peut pas mentir. Il le révèle toujours premièrement, avant de le faire.

181 Regardez dans quelle situation nous nous trouvons aujourd’hui. Regardez où nous en sommes. Chacun de vous admettra que nous sommes dans une Sodome des temps modernes. Vous savez que ce pays ne perd rien pour attendre. Au point où ils en sont, c’est sans espoir. Il n’y a plus de salut possible pour cette nation, ni pour toute autre nation. Au point où nous en sommes maintenant, ce n’est plus possible. Les prophéties, qui prophétisaient ceci, se sont accomplies. Dieu est en train de glaner, pour ramener cette dernière petite brebis, où qu’elle soit. Un jour, elles seront toutes rentrées. Nous sommes au temps de la fin. Regardez dans quelle position.

182 Je vous demande, juste en tant que frère ou soeur, de prendre encore un instant de plus pour faire grandir la foi, avant que nous priions pour ces gens. Et je sais que nous ne sommes pas obligés de partir à une heure précise. Mais je–je–je veux commencer la ligne de prière, alors vous qui devez partir pourrez alors le faire. Voyez? Vous qui voulez rester dans la ligne de prière pourrez rester. Mais permettez-moi seulement, en tant que frère, de prendre un instant pour vous faire remarquer quelque chose.

183 Observez Jésus, dans Luc 17.30, vous voyez, quand Il parlait là du temps de la fin, disant que les gens seraient comme ils étaient aux jours de Noé. Ensuite Il a dit : “Et de même, comme aux jours de Sodome,” Il a dit, “quand le Fils de l’homme se révélera.” Le Fils de l’homme, de nouveau, pas le Fils de Dieu. “Le Fils de l’homme”, vous voyez, cela fait apparaître Malachie 4 de nouveau. Toutes ces autres prophéties qui viennent s’ajouter directement pour montrer comment ça doit se passer. Il prouve que Sa Parole est vraie. C’est exact.

184 Et en le faisant, remarquez, c’est ainsi qu’Il va répandre Son Esprit sur toute chair, et ce qui va arriver, que le rétablissement va se produire. “Et vos fils et vos filles prophétiseront. Sur Mes servantes et sur Mes esclaves, Je répandrai de Mon Esprit. Et Je ferai paraître des signes en haut dans les cieux.”

185 J’ai ici une photo qui appartient à Frère Lee Vayle, ici. J’aimerais vous montrer ce qui s’est vraiment passé l’autre jour sur la montagne, quand on a fait sortir tous les écoliers, juste avant ce grand sujet, l’ouverture de ces Sept Sceaux. Alors qu’on a fait sortir les écoliers, au moment où j’étais là-haut en train de prier, et qu’il y avait un Feu en forme d’entonnoir, qui descendait, puis remontait en s’élargissant, tournait et redescendait. Voilà ce qu’Il avait dit : ce qu’il fallait aller dire aux gens. Nous... Voilà, C’est ça, alors que les écoles de Tucson... et où C’est monté dans les airs.

186 La science a pris les photos et tout, et a posé des questions à ce sujet. Ils ont dit : “Où Cela se trouve-t-Il? Que s’est-il passé?” Ils n’arrivent pas à comprendre, vous voyez. Oh, ça ne s’est pas fait en cachette, c’est seulement la conscience qui est obscurcie. Jamais... Jésus, quand Il était ici, des millions de personnes n’ont jamais su qu’Il était sur terre. Oui. Il y en aura des millions, aujourd’hui, qui ne comprendront pas, des dizaines de millions.

187 Mais il y en aura, ceux à qui Cela a été envoyé, eux, ils comprendront. “Les sages connaîtront leur Dieu en ce jour-là, et ils accompliront des exploits.” Nous reconnaissons qu’il s’agit de l’heure où nous vivons maintenant.

188 Regardez Sodome maintenant, regardez ce qui s’est passé. Il a dit : “Ce qui arriva du temps de Sodome.” Il y avait là un groupe de personnes qui attendaient un fils promis. C’est ce que nous croyons. C’était Abraham et son groupe. Il y en avait une bande qui était tiède, Lot, qui était à moitié rétrograde, mais qui était pourtant un croyant; là-bas à Sodome. Trois catégories de gens.

189 Il y a toujours ces trois catégories. Les descendants de Cham, de Sem, et de Japhet. De même, les croyants, les soi-disant croyants, et les incroyants. Ils sont partout, on–on les trouve dans chaque groupe. Et on les trouve partout. Et ces groupes sont toujours là. C’est à vous de départager ça. Vous pouvez retrouver ça dans toute l’Écriture, ça s’imbrique parfaitement.

190 Écoutez ceci. Regardez où nous nous trouvons sur le plan de la position et sur celui de la prophétie, ce soir. Or, chacun de nous sait que le monde est dans un état comme celui de Sodome.

191 Nous connaissons toutes les prophéties concernant Israël, qui est dans sa patrie. Si vous voulez savoir où nous en sommes sur le plan national, regardez Israël, où il en est.

192 Si vous voulez savoir dans quel état est l’église, observez la conduite des femmes. Elle est l’église. Voyez comme elle est : immorale, indécente; observez, regardez où en est l’église. Observez-la simplement, voyez, voyez, observez simplement les femmes. Vous voyez où, comment vos femmes se dégradent et deviennent si corrompues, c’est comme ça qu’est votre église, vous voyez, le type.

193 Observez où en est Israël, vous verrez le facteur temps, où nous en sommes. Vous voyez, observez simplement ces signes et prodiges. Si vous–si vous, ou si vos yeux sont ouverts, voyez où nous en sommes.

194 Maintenant observez dans quelle position, où nous en sommes, alors que le monde est dans un état comme celui de Sodome. Maintenant remarquez : “Ce qui arriva.” Maintenant remarquez, il y avait quelqu’un, en ce temps-là, qui attendait la venue d’un fils promis. Abraham et Sara, ils attendaient un fils promis, dans le groupe d’Abraham. Ils n’étaient pas dans Sodome. Mais, juste à ce moment-là, dans le dernier chapitre de l’événement, juste avant l’arrivée du fils promis, trois hommes sont descendus du Ciel, un Ange... deux Anges et Dieu. Ils sont descendus et ont parlé avec Abraham, sous le chêne. Pas vrai? [L’assemblée dit : “Amen!”–N.D.É.] Et deux d’entre eux sont descendus dans Sodome et se sont élevés contre les péchés de la ville. C’était juste avant que le monde des nations soit brûlé, en ce temps-là. Tout Sodome a péri à ce moment-là. Quelques personnes seulement en ont été retirées : Lot et ses deux filles. Sa femme n’y est même pas arrivée; elle s’est retournée. Si je le pouvais, comme j’aimerais avoir le temps de vous montrer ça tout de suite, que l’église se trouve dans cette position-là. Je voudrais vous faire remarquer ça maintenant.

195 Un Homme est resté en arrière, Il a parlé à Abraham et Il a accompli un signe devant Abraham. Et observez, Abraham avait vu Dieu dans de nombreux grands signes. C’est ce que nous croyons, n’est-ce pas? [L’assemblée dit : “Amen.”–N.D.É.] Juste avant la venue du fils. Mais, avant que le fils soit manifesté, il lui a été donné un signe.

196 En effet, le Fils, le vrai Fils, devait être le Fils de Dieu, par la foi d’Abraham, vous voyez, c’était Jésus. Nous sommes la semence d’Abraham, nous qui sommes morts en Christ, nous sommes la semence d’Abraham.

197 Remarquez, là, juste avant que ça arrive, que ce fils arrive. Or, Celui qui est resté et qui a parlé à Abraham avait le dos tourné à la tente, et Il a dit : “Abraham.” Or, juste un jour avant ça, il était Abram. Maintenant Il dit : “Abraham, où est ta femme Sara?”, pas Saraï, S-a-r-a-ï. S-a-r-a, princesse. “Où est ta femme Sara?”
Il a dit : “Elle est dans la tente derrière Toi.”

198 Il a dit : “Je vais te visiter, tu vois, selon la promesse que Je t’ai faite.” Autrement dit : “La période de la vie, Sara va recommencer ses cycles habituels.”

199 Et Sara, étant âgée, elle a maintenant cent ans, dans la tente, elle a ri par en dessous. Vous voyez, elle a souri intérieurement, elle a dit : “Comment cet Homme peut-Il avoir raison? Voyons, moi, une femme âgée, mon seigneur Abraham là-bas est lui aussi âgé, les relations conjugales sont terminées depuis des années.” Elle a dit : “Comment puis-je avoir de nouveau du plaisir avec mon seigneur? Lui, il est âgé, et moi, je suis âgée, je ne peux plus enfanter, les conduits lactaires ont disparu, chaque... ‘Elle a tari.’ Comment pourrions-nous avoir encore du plaisir?”

200 Et cet Homme, le dos tourné à la tente, a dit : “Pourquoi Sara a-t-elle ri, en disant : ‘Comment cela peut-il se faire?’” Qu’est-ce que c’était? Le discernement, quelque chose de prophétique! Voyez? Voyez? C’est ce qu’il a vu.

201 Or Il a dit : “Cela se reproduira, et le Fils de l’homme”, et c’était bien Lui, c’était le Fils de l’homme qui était là. Eh bien, il L’a appelé Elohim, “Éternel Dieu”. Elohim, tout le monde sait que c’est bien ça : Elohim, c’est l’Éternel Dieu. “Au commencement, Elohim créa les cieux et la terre”, Celui qui est entièrement suffisant. Le Fils de l’homme fait chair, Le voilà qui se tenait là, en chair, à ce moment-là, comme une théophanie, Il se tenait là et discernait ce que Sara disait, dans la tente derrière Lui. Il a promis. Observez. La Semence royale d’Abraham a reçu la promesse qu’elle verrait la même chose.

202 Mais remarquez, Lot, lui aussi, il a reçu un messager, là-bas, il y en a deux qui sont allés là-bas. Un y est allé, et un autre l’a accompagné, ils ont prêché et ils ont dit aux gens de fuir la colère à venir.

203 Le monde ne s’est jamais retrouvé dans cet état, dans cette position, depuis le jour où Jésus a fait la promesse jusqu’à maintenant. Je veux demander à n’importe quel historien qui pourrait se trouver dans cette salle, ou même si vous l’entendez sur cette bande, ou que vous l’entendez à un autre moment, de m’écrire s’il vous plaît. Ça fait maintenant une trentaine d’années que j’étudie l’histoire, l’histoire biblique, et il n’y a jamais eu une seule personne, je n’en ai vu aucune, dans toute l’histoire de l’église, tout au long des sept âges de l’église. Et nous sommes maintenant dans Laodicée, ça, nous le savons.

204 Il n’y a jamais eu de messager qui soit allé auprès de l’église entière, dont le nom se soit terminé par h-a-m, jusqu’à maintenant. G-r-a-h-a-m, Billy Graham. Il y a eu des Moody, Finney, Sankey, Knox, Luther et ainsi de suite, mais jamais un h-a-m, “père de nations”. Maintenant, souvenez-vous, lui, c’est G-r-a-h-a-m, six lettres. Mais A-b-r-a-h-a-m, ce sont sept lettres. Remarquez, ils sont là-bas, Billy Graham qui va dans toutes les–les parties du monde et qui appelle à sortir de Sodome : “Sortez, fuyez la colère à venir.” Je ne connais aucun homme sur le champ de travail, qui soit entré en contact avec Dieu sur le thème de la justification, autant que Billy Graham. Il est capable de présenter cela. Il n’est pas vraiment un théologien... il est un théologien, oui, je suppose, mais il n’est pas vraiment un enseignant très puissant. Mais Dieu est avec lui. Cet homme se tiendra là et, avec quelque chose qui ressemble à une leçon d’école du dimanche, il subjuguera son auditoire. Il est le serviteur de Dieu pour cette heure. Pour qui? L’église naturelle qui est dans Sodome.

205 Mais souvenez-vous, il y avait une église spirituelle qui, elle non plus, n’était pas dans ce bazar dénominationnel. Un groupe qui avait été appelé à sortir, et eux aussi, ils ont reçu un message et un messager. Et qu’est-ce que c’était? Le discernement des pensées qui étaient dans le coeur. Dieu prouve toujours Sa Parole.

206 Prions. Cher Père Céleste, ceci est un moment crucial, où des décisions doivent être prises, le temps continue son tic-tac, nous ne savons pas à quelle heure notre Seigneur pourrait revenir. En effet, nous voyons que ces prophéties qui ont été faites par Lui, à travers Tes prophètes au cours des âges, sont maintenant en train de se réaliser. Ô Dieu, combien je Te remercie pour ceci, qu’il y a même des hommes solides, des hommes versés en–en théologie, qui peuvent prendre position contre les ruses du monde et contre les incroyants, et, lors de ces tables rondes, sans l’ombre d’un doute se tenir là, avec hardiesse et courage, en connaissant leur position, et prouver par les Écritures que cette Parole est vraie. Et alors, nous qui attendons Ta Venue, Seigneur, et qui croyons ces autres choses qui ont été annoncées par prophétie, nous nous tenons là et nous avons du plaisir à Te voir marcher au milieu de nous et accomplir la chose même que Tu avais annoncée, prouver ainsi que Ta Parole est vraie. Dieu Éternel, Tes enfants malades sont assis ici.

207 Je ne sais pas combien de temps il nous reste pour travailler. Le soleil du soir est en train de se coucher. Mais Tu as promis, au prophète : “Vers le soir, la Lumière paraîtra.” Et nous voyons que le même soleil qui se lève à l’est se couche à l’ouest. La civilisation a parcouru le même trajet que le soleil, et maintenant nous sommes à la Côte Ouest, et l’Évangile a parcouru le même trajet que la civilisation. Maintenant, Père, nous savons que c’est maintenant la fin de l’Évangile, la fin du temps, la fin de l’âge. C’est en train de se fondre dans l’Éternité. Mais Tu as promis que le Fils apparaîtrait, que le Fils de l’homme se révélerait. Qu’aux derniers jours, ceci se produirait. Les Lumières du soir sont venues, Père. Nous T’en remercions. Et bien que ce soit humble, cependant Tu fais les choses si simplement que, souvent, ça passe bien au-dessus des soi-disant grands penseurs, et c’est révélé aux petits enfants, qui sont disposés à apprendre.

208 Je Te prie, ô Dieu, de faire en sorte, ce soir, que Tes pauvres enfants malades, ici, voient la promesse de Dieu, et que chacun d’eux soit guéri, reparte d’ici demain avec un nouveau corps plein de force, et retrouve la santé. Accorde-le, Seigneur, afin qu’ils puissent se passer le Message de l’un à l’autre, jusqu’à ce que le dernier soit dans la bergerie, et alors les portes seront fermées. Aide-nous, Dieu bien-aimé. Je Te demande ce soir, Père, face à tout ceci, de le faire juste encore une fois pour moi.

209 On–on aurait dit, l’autre soir, que les gens ne l’ont pas beaucoup remarqué. Mais, je T’en prie, fais que cela se produise de nouveau ce soir, Seigneur. En effet, j’ai dépassé mon temps de parole, mais je ne sais pas combien de temps nous aurons encore pour faire ceci. Donc, je T’en prie, Père, voudrais-Tu m’exaucer? Et exauce la prière de ces hommes et de ces femmes pieux, qui sont assis ici, ce soir, qui sont remplis de Ton Esprit. Ce sont des croyants, Seigneur, Tu peux simplement agir parmi eux. Et nous sommes... Je Te prie de confirmer Ta Parole, où Tu as dit : “Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais.” Qu’il en soit ainsi de nouveau, Jésus, pour prouver que Tu es le même hier, aujourd’hui, et éternellement. Je le demande pour la gloire de Dieu, au Nom de Son Fils, Jésus-Christ. Amen.

210 Maintenant, je ne vais prendre qu’un instant : je voudrais savoir combien de personnes ici ont une carte de prière. Je–je voudrais que vous leviez la main, chacun de vous qui a une carte de prière. Eh bien, c’est général, je pense, presque partout.

211 Je me demande combien de personnes ici n’ont pas de carte de prière et pourtant vous êtes malades, voudriez-vous lever la main et dire : “Je n’ai pas de carte de prière, et pourtant je suis malade. J’ai un besoin.”

212 Je vous demanderais d’être respectueux pendant un instant. Or, j’aime vous parler. C’est toujours mon problème, je parle trop longtemps. Mais, avant que vous veniez, je–j’espère et j’ai confiance que Dieu prouvera ceci, que ce que j’ai dit est la Vérité, et que–que Lui le voie.

213 Maintenant, combien y en a-t-il qui sont assis là et sont malades, qui savent que je ne sais rien à votre sujet, levez la main. Regardez un peu ça. Très bien.

214 Maintenant, je veux que ceux d’entre vous qui n’ont pas de carte de prière, – les cartes de prière seront appelées, – je veux que vous priiez.

215 La Bible dit que “Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement”. Il dit “qu’Il est un Souverain Sacrificateur qui est là en train d’intercéder sur la base de notre confession”. Nous devons d’abord le confesser, avant qu’Il puisse être un Souverain Sacrificateur, parce qu’Il intercède seulement d’après notre confession. N’est-ce pas vrai, mes frères dans le ministère? [Les ministres disent : “Amen.”–N.D.É.] Vous voyez, Il intercède seulement sur la base de notre confession, ce que nous confessons qu’Il est, ce qu’Il a fait pour nous. Pas ce qu’Il fera. Il l’a déjà fait. Nous devons confesser qu’Il l’a fait. “Il a été blessé pour nos transgressions, par Ses meurtrissures nous avons été guéris.”

216 Maintenant, le Père Céleste sait. Alors que je suis en train de vous regarder, je vois, je reconnais un de mes bons amis de l’Ohio, lui et sa femme sont assis là, c’est M. Dauch et sa femme. Et je crois qu’assis deux ou trois places plus loin, il y a de nouveau M. le révérend Blair, que j’ai vu hier soir. C’est sombre sur l’auditoire, pour moi; à cause de ces lumières ici, c’est un peu flou pour moi, et je–je ne vous vois pas très bien.

217 Mais je veux que vous priiez. Gardez dans votre coeur la chose dont vous avez besoin, et demandez à notre Souverain Sacrificateur qui peut compatir à nos infirmités.

218 Maintenant, moi, je ne vous connais pas, vous pourriez simplement me toucher sur tout le corps, ce serait comme toucher votre frère, votre mari, votre pasteur, quelqu’un, ça ne–ça ne servirait à rien. Mais si vous Le touchez, Lui, et si nous sommes vraiment au diapason de Son Esprit, alors Il pourra utiliser votre foi afin que vous Le touchiez, et mon don à travers lequel répondre.

219 Vous voyez, je serais aussi muet que ceci, ceci ici, s’il n’y avait pas une voix qui parlait à travers. Il faut qu’il y ait... Ceci, ceci est muet s’il n’y a pas quelque chose ici qui parle à travers. De même, toute personne est muette quand il s’agit de ces choses, à moins que Dieu ne parle à travers elle.

220 Maintenant priez, et voyons si ces choses que j’ai dites sont la vérité. Qu’avec l’aide de Dieu, il en soit ainsi. Je ne dis pas qu’Il le fera. J’espère qu’Il le fera. J’ai confiance qu’Il le fera. Il ne m’a encore jamais laissé tomber au cours des années, d’un bout à l’autre et tout autour du monde, auprès de toutes sortes de nations et de millions de personnes. Il ne m’a encore jamais fait défaut. Et je suis sûr, aussi sûr que je crois que je suis ici devant vous, qu’Il ne me fera pas défaut maintenant.

221 Je vais vous demander d’être respectueux et de rester assis pendant quelques instants. Nous allons laisser partir le gros de l’assemblée et prier pour les malades dans un instant.

222 Mais je veux que vous, vous, les croyants, vous ne regardiez pas à moi, mais que vous croyiez. Dites : “Je crois que ce que cet homme a dit, c’est l’Écriture. Je ne sais pas si nous sommes aussi avancés dans le temps qu’il le dit. Mais, si c’est le cas, alors ça ne peut pas faire autrement qu’arriver. Si ses Paroles sont les Paroles de Dieu, alors ses paroles à lui failliront mais pas les Paroles de Dieu.”

223 Dieu est tenu de confirmer Sa Parole. Il La prouvera. Il La prouvera. “Celui qui croit en Moi.” Il a prouvé que ceci, c’est le dernier jour. Il a prouvé ce qui arriverait. Il a prouvé que ceci était censé arriver.

224 Et, souvenez-vous, Abraham et son groupe n’ont jamais reçu un seul autre signe de la part de Dieu, jusqu’à l’arrivée du fils promis. Combien savent que c’est vrai? [L’assemblée dit : “Amen.”–N.D.É.] Ce signe du discernement! Et la Semence royale d’Abraham, laissez-moi vous entendre... Laissez-moi vous dire : AINSI DIT LE SEIGNEUR, vous êtes en train de recevoir votre dernier signe. Ça, c’est conforme aux Écritures et à la révélation de Dieu qui est dans mon coeur, qui déclare que ceci est la Vérité. Et j’ai confiance que vous croirez que c’est la Vérité.

225 Maintenant croyez. Que chacun croie, dites : “Seigneur Jésus, permets que je Te touche. J’ai un besoin dans mon coeur, et je sais que Frère Branham ne sait rien à mon sujet. Je ne connais même pas cet homme, et lui ne me connaît pas, mais Toi, Tu sais. Et s’il m’a dit la Vérité, ceci arrivera.” Je vous demande maintenant de ne pas bouger, seulement pendant quelques instants. Soyez très...

226 Vous voyez, vous êtes un esprit. Et je prends chaque esprit ici sous mon contrôle au Nom de Jésus-Christ, afin que Sa Parole s’accomplisse.

227 Maintenant, soyez respectueux. Priez. Regardez à Lui, dites : “Seigneur, j’y crois. Viens au secours de mon incrédulité.”

228 Commençons. Je dois me concentrer sur une certaine partie de la salle ici, parce que, vous voyez, vous êtes tellement nombreux, et chacun de vous est un esprit.

229 Je ne peux pas. Vous dites : “Qu’en est-il de moi?” Je ne pourrais pas vous le dire. C’est souverain. Toutes les oeuvres de Dieu sont souveraines. Il y aura beaucoup de personnes qui seront guéries en traversant cette estrade, ce soir, et il y en aura probablement beaucoup qui ne le seront pas. Tout cela dépend de la souveraineté de Dieu. Qui peut Lui dire ce qu’il faut faire? Personne. Il agit selon Sa propre volonté, Son propre plan.

230 Mais croyez seulement. Soyez humbles. Ne soyez pas nerveux. Tendez simplement les bras vers Dieu, et dites : “Seigneur Dieu, j’y crois.” Voyez? “Permets que je touche Ton vêtement. J’ai besoin de telle et telle chose. Je sais que ce frère ne me connaît pas et qu’il ne connaît pas mon besoin, mais il nous a parlé des choses que Tu as faites et il dit que Tu es le même ici aujourd’hui.”

231 Cela ne vous exclut pas, frères, ici sur l’estrade, aucun de vous. Je vous demande simplement, mes frères, comme compagnons d’oeuvre de–de l’Évangile de Christ. Je vous parle aussi sincèrement que je sais le faire, car je suis un–un homme qui se meurt, comme vous, vous voyez, qui quitte ce monde. Nous devons partir. Et, au Jour du Jugement, il me faudra rendre compte de ce que je dis. J’en suis conscient, très conscient. Et je vous apprécie, vous hommes, pour ce que vous êtes, alors que vous êtes ici à mes côtés, que vous m’aidez. J’essaie de vous aider, de faire tout ce que je peux, dans l’intérêt du Royaume de Dieu.
Je prie et je demande.

232 Tenez, combien ont déjà vu cette Lumière sur la photo? Vous En avez vu la photo? [L’assemblée dit : “Amen.”–N.D.É.] Elle se trouve juste là au-dessus. Ne pouvez-vous pas La voir?

233 Elle se trouve au-dessus de la dame qui est assise là, celle qui a le mouchoir. Elle prie pour un bien-aimé. C’est vrai, madame. [La dame dit : “C’est vrai, Frère Branham.”–N.D.É.] Ce bien-aimé... Croyez-vous que je suis Son prophète, ou, pardonnez-moi, Son serviteur? [“Certainement.”] Vous le croyez? Très bien. Maintenant, si Dieu peut me révéler ce qui ne va pas, eh bien, vous accepterez que ça vient de Dieu, tout comme la femme qui a touché Son vêtement? Or, vous savez que vous êtes–vous êtes à vingt ou trente pieds [six ou neuf mètres] de moi, ou davantage, ce n’est pas moi que vous avez touché. Mais vous avez touché Quelque Chose, là vous savez que vous êtes en contact avec Quelque Chose, Quelqu’un. Ce que c’est, c’est pour une femme, qui est votre fille. C’est vrai. Croyez-vous qu’elle sera guérie? C’est une toxicomane. [“C’est exact.”] C’est tout à fait ça. [“C’est exact, frère.”] Je la vois qui chancelle, ivre. Voyez? Maintenant, le mouchoir que vous avez à la main, placez-le sur elle et ne doutez pas. Je crois que Dieu va la délivrer. Allez-vous le croire avec moi? Amen. [“Oh! Merci, Jésus!”]

234 Or, je ne connais pas cette femme, mais Dieu la connaît. Est-ce que vous croyez maintenant de tout votre coeur?

235 L’homme assis là qui porte une chemise rayée, qui a une hernie, croyez-vous que Dieu va vous guérir et vous rétablir? Croyez-vous qu’Il va le faire? Je n’ai jamais vu cet homme de ma vie. Avez-vous une carte de prière, monsieur? [L’homme dit : “Non, je n’en ai pas.”–N.D.É.] Vous n’en avez pas? Vous n’en avez pas besoin.
“Si tu peux croire!”

236 Il y a ici une femme qui essaie de regarder par-dessus cette femme qui est assise juste ici. Elle m’est inconnue. Mais elle est très nerveuse. Je ne la connais pas. Je ne l’ai jamais vue de ma vie. Mais Dieu la connaît, et elle est consciente en ce moment précis qu’elle est en contact avec Quelque Chose. Vous avez prié là pour quelque chose en particulier. La raison, c’est que vous ne pouvez pas rester au-delà de ce soir. Vous allez devoir quitter les réunions. Vous projetez de rentrer chez vous demain. Vous n’êtes pas d’ici et vous n’êtes pas non plus de la Californie. Depuis ici vous allez partir vers l’est. Vous partez par avion. Vous projetez de partir par avion. Vous venez de l’Oklahoma. Oui. C’est vrai.

237 Vous êtes aussi mourante. Vous êtes venue ici pour qu’on prie pour vous. Vous n’avez pas de carte de prière. Mais vous croyiez que vous alliez être guérie, si seulement vous pouviez arriver jusqu’ici. C’est exact. Aussi, ce dont vous souffrez, c’est du cancer. Le cancer est dans les os. Croyez-vous que vous allez être guérie maintenant? Vous croyez que vous êtes en contact avec Lui, ma soeur? Peut-être que Dieu me dira qui vous êtes, alors est-ce que ça vous aiderait? Si c’est le cas, levez la main si vous le croyez, que (Dieu) ça vous aiderait. Très bien, Madame Steel, vous pouvez retourner dans l’Oklahoma.
Je ne connais pas cette dame. Je ne l’ai jamais vue.

238 Voici une dame qui est assise juste là derrière elle. Elle souffre de varices. Elle a aussi un fils alcoolique, et elle prie pour lui. Si elle croit, elle peut être guérie. Madame Mason, allez-vous croire de tout votre coeur, et croire que Jésus-Christ va vous accorder la guérison? Vous le croyez?

239 Très bien, alors posez votre main sur la dame assise là, à côté de vous, elle prie pour son mari qui n’est pas sauvé. Dieu accordera la guérison.
Prions.

240 Dieu bien-aimé, je Te prie de lui accorder cette bénédiction. Donne à cette femme ce que son coeur désire, Seigneur. Sa foi est si proche de Toi qu’elle T’a touché. Et je Te prie, Père, de prêter secours, au Nom de Jésus. Amen.

241 Maintenant croyez de tout votre coeur que vous le recevez. Voulez-vous faire ça? Très bien. Que Dieu vous bénisse.

242 Croyez-vous que votre mari va être sauvé, madame? Croyez-vous de tout votre coeur? Levez la main si c’est le cas.

243 Il semble y avoir devant moi une femme qui est très corpulente. Elle est assise là. Croyez-vous que je suis le serviteur de Dieu? Croyez-vous que je suis le serviteur de Dieu? Vous le croyez. Très bien. Je ne vous connais pas. Ce que vous avez, c’est un problème de glandes. Vous avez un excédent de poids. Vous êtes allée chez le médecin, et il a dit qu’il ne pouvait rien faire à ce sujet, mais ça, c’était un médecin terrestre. Voyez? Votre... Vous avez eu beaucoup de chagrin dernièrement. Vous avez perdu votre mari. Vous n’êtes pas d’ici. En fait, vous venez de l’Arkansas. Vous cherchez aussi du travail, mais vous ne pouvez pas en trouver. Vous craigniez qu’il y ait quelque chose, que vous ne soyez pas appelée. Mais votre foi maintenant a touché Dieu. Ma soeur, allez et croyez. Que Dieu vous donne un emploi et qu’Il vous donne ce que votre coeur désire.

244 Dieu prouve que Sa Parole est vraie. Le croyez-vous? [L’assemblée dit : “Amen.”–N.D.É.] Maintenant je veux juste que vous priiez de nouveau avec moi.

245 Dieu notre Père, Tu es le même Dieu qui a prouvé – quand Tu as dit : “La jeune fille n’est pas morte, elle dort”, il a fallu ensuite que Tu le prouves. Or, Tu as promis que, juste avant l’arrivée du temps de la fin, que le Fils de l’homme Se révélerait de la même manière qu’Il l’avait fait à Sodome. Tu l’as promis, Seigneur. Maintenant Tu es venu sur la terre sous la forme du Saint-Esprit, et Tu es venu au milieu de nous ce soir, de nous qui croyons, et Tu l’as prouvé, Tu as prouvé Ta Parole, comme Tu l’avais fait ce jour-là. Seigneur, nous n’avons pas besoin de plus de preuves. Tu es parmi nous. Nous T’aimons. Et nous nous rendons compte que, selon les Écritures, ceci est le dernier signe, juste avant Ta Venue. Et toutes les ombres et tous les types ne faillissent jamais. Ils doivent être positifs.

246 Donc, nous prions, Père, alors que Tes enfants viennent maintenant pour qu’on prie pour eux, que chacun soit guéri. Qu’il ne reste pas une seule personne malade au milieu de nous à la fin de ce service de guérison. Ô Dieu bien-aimé, veux-Tu, dans Ta grâce, répandre abondamment Ton onction sur Ton peuple en ce moment, afin que chaque personne soit guérie?

247 Et s’il y en a certains ici qui ne sont pas encore Tes enfants et qui, sur la base de ces choses... Ils ont entendu la Parole et vu la chose se faire, ce qui a prouvé parfaitement, à la lettre, Qui Tu es et ce que Tu es, que Tu es ici.

248 Et, Seigneur, est-ce que Tu–est-ce que Tu bénirais un mensonge? Mais bien sûr que non, Seigneur. Par contre, Tu as promis de bénir Ta Parole, ça oui, et qu’Elle ne retournerait point sans effet, qu’Elle accomplirait le dessein pour lequel Elle a été envoyée. Et maintenant c’est ce que Tu as fait devant nous ce soir, sans l’ombre d’un doute.

249 Alors, avec nos têtes inclinées, y a-t-il ici des gens qui n’ont jamais cru auparavant, qui aimeraient simplement lever la main? Avec votre tête inclinée, levez simplement la main. Et levez-vous, et dites : “Maintenant je crois de tout mon coeur. Et je veux accepter Jésus-Christ à l’instant même.” Voulez-vous faire ça, n’importe quelle personne, n’importe quelle personne qui est ici, qui n’a pas encore accepté Christ, et qui voudrait le faire en ce moment? Je ne vous dirai pas... Allez à l’église de votre choix. Mais je vous demande de recevoir Jésus-Christ pendant que vous... Vous ne serez probablement jamais plus près de Lui, jusqu’à ce que vous Le voyiez en personne quand Il viendra des Cieux dans Son corps visible. Voulez-vous L’accepter maintenant, si vous ne l’avez pas déjà fait?

250 En me basant sur le fait que je ne vois personne debout ici, je crois alors que vous êtes tous des gens sensés, sains d’esprit, et que vous êtes conscients de ce que vous faites. Si vous êtes assis là sous l’effet de ceci, souvenez-vous : “Si vous avez honte de Moi devant les hommes, J’aurai honte de vous devant Mon Père.” Il y a quelqu’un qui s’est levé, peut-être, oui, dans l’auditoire, au fond.

251 Dieu bien-aimé, il y en a peut-être qui se sont levés et que je ne vois pas, ils veulent T’accepter. Ils sont conscients, Seigneur, que ceci n’a jamais été fait auparavant, et maintenant Tu le confirmes et Tu le prouves, qu’il en est bien ainsi. Je prie, Père, que dans leur coeur, qui est en ce moment touché d’une manière inhabituelle... Comment savons-nous que cette personne n’est pas la dernière qui entrera? C’est peut-être la fin pour Los Angeles. C’est peut-être la dernière âme qui naîtra dans le Royaume. Nous ne savons pas quand ce temps arrivera. Quand il arrivera, la porte se fermera, le Corps sera complet. Ce ne sera pas un Corps difforme ou une Épouse difforme. Il ne sera constitué que d’un certain nombre de membres, ceux dont le nom a été placé dans le Livre de Vie de l’Agneau avant la fondation du monde, et que Jésus est venu reprendre, comme Adam qui s’est avancé pour sauver sa femme. Je Te prie, ô Dieu, de les recevoir maintenant dans Ton Royaume. Ils sont dans Tes mains. Traite avec eux, Seigneur, je T’en prie au Nom de Jésus. Amen.

252 Que Dieu bénisse chacun de vous qui vous êtes levés. Je ne savais pas que certains parmi vous étaient debout. Certains se sont levés à l’arrière, certains au balcon. Maintenant je veux que vous fassiez une chose pour moi. S’il vous plaît, comprenez-moi. Faites la connaissance d’un des ministres ici et parlez-en avec lui, après la réunion. Est-ce que vous allez le faire? Ne manquez pas de le faire. Si vous n’avez jamais été baptisé du baptême chrétien, faites ça ensuite, puis restez avec les mains levées jusqu’à ce que vous receviez le Saint-Esprit.

253 Bon, et beaucoup de personnes ici ont des cartes de prière. Nous allons leur demander de se lever, de venir ici et, je pense, de traverser l’estrade. Ou, est-ce que je vais devoir venir... [Un homme dit : “Non.”–N.D.É.] Je ne le pourrai pas. [“Elles viendront par là, depuis ce côté.”] Par là, depuis ce côté-ci, elles peuvent venir en passant par ici, de ce côté, les personnes qui ont des cartes de prière.

254 Et maintenant, si certains parmi vous doivent partir, c’est... Je suis en retard. Je regrette. J’essaierai de faire un peu mieux demain soir. À... il est vingt-deux heures dix, d’après l’horloge sur le mur. Merci beaucoup pour votre présence ce soir, et que le Dieu du Ciel vous bénisse. Si vous aimeriez rester pour regarder la ligne de prière, vous êtes toujours les bienvenus. Mais nous allons maintenant commencer à prier pour les malades, et je ne veux pas vous retenir à moins que vous vouliez rester. Je vous laisse partir, au Nom du Seigneur Jésus. Que la paix de Dieu vous accompagne et vous bénisse, et donne du repos à votre corps pendant la nuit, et vous accorde une bonne santé, pour que vous puissiez revenir demain soir. Que Dieu soit avec vous maintenant.

255 Et que ceux qui ont des cartes de prière se lèvent pour la prière maintenant, alors que partout nous prions pour les gens. Maintenant, nous voulons que vous sachiez, maintenant, vous qui êtes debout avec une carte de prière, y a-t-il un doute quelconque dans votre vie? Y a-t-il un – pardon – un péché quelconque dans votre vie, que vous n’avez pas confessé? Si oui, voici ce que je vais vous demander. Ne venez pas dans la ligne de prière avec un péché non confessé dans votre coeur. Parce que vous devez... Ceci, c’est le pain des enfants, vous voyez. Et si vous n’êtes pas Chrétien, abandonnez votre vie à Christ, dans la ligne de prière, ensuite venez-y. C’est pour le croyant. Voulez-vous le faire? Acceptez-Le d’abord comme votre Sauveur, et ensuite passez sur l’estrade pour qu’on prie pour vous.

256 Maintenant je vais prier pour chaque individu; je ne vais pas simplement les faire défiler comme si c’était une sorte de routine. Nous sommes dans une église maintenant. Je pense que Soeur Wyatt nous a donné la raison pour laquelle nous pouvons rester et prier. [Un homme dit : “Oui, toute la nuit, aussi longtemps que vous le voulez.”–N.D.É.] Nous pouvons rester aussi longtemps que nous le voulons. Je remercie Soeur Wyatt et le personnel ici de nous permettre de faire ça. Que Dieu la bénisse. Son vaillant mari s’est tenu sur cette estrade et, à ma connaissance, il a prié pour les malades jusqu’à sa mort : un vrai soldat de la croix. Et maintenant j’essaie de continuer à faire la même chose, de bénir ces gens.

257 Et maintenant je prie que chacun de vous qui allez passer ici... Vous n’avez pas besoin de confesser quelque chose que vous voulez. Vous n’avez pas besoin de dire ce qui ne va pas chez vous. Venez seulement et laissez-moi prier pour vous, et croyez.

258 Est-ce que vous croyez que Dieu m’a envoyé pour faire ceci? Levez la main. Vous rappelez-vous ce que l’Ange du Seigneur a dit? “Si tu amènes les gens à te croire, que tu es sincère quand tu pries, rien ne résistera à la prière.” Et vous savez que c’est vrai. Cela a été prouvé maintes et maintes fois.

259 Maintenant je vais demander à notre Soeur Rose, si elle le veut bien, de jouer Crois seulement ou Le grand Médecin est proche maintenant, ou quelque chose.

260 Je veux que chacun de vous maintenant soit en–en communion avec moi. Est-ce que vous aussi, ceux d’entre vous qui ne sont pas dans la ligne de prière, est-ce que vous allez prier pour ces gens? Eh bien, promettez-le-leur en levant la main : “Je prierai, vous voyez. Nous prierons tous.” Très bien. Oui.

261 Si vous devez partir, j’apprécierais que vous le fassiez très tranquillement maintenant, pour que ça ne dérange pas pendant que nous prions.

262 Croyez-vous que ce sera maintenant terminé, soeur? [La soeur dit : “De tout mon coeur.”–N.D.É.]

263 Dieu bien-aimé, j’impose les mains à ma soeur en lançant un défi à l’affliction dans son corps. Au Nom de Jésus-Christ, qu’elle la quitte. Amen.
Dieu vous bénisse, soeur.

264 Vous croyez de tout votre coeur? Tous vos péchés sont confessés? Vous êtes, d’après vous, vous êtes prête à recevoir votre guérison?

265 Dieu bien-aimé, j’impose les mains à ma soeur au Nom de Ton Fils, Jésus-Christ, et je demande que l’affliction dans son corps s’en aille, au Nom de Jésus. Amen.

266 Tous les péchés sont confessés, et vous êtes prêt pour votre guérison? Vous croyez, frère? [Le frère dit : “Je crois de tout mon coeur.”–N.D.É.]

267 Dieu bien-aimé, j’impose les mains à mon frère, comme nous savons que Tu es présent ici, Seigneur. Je Te prie de le guérir, au Nom de Jésus-Christ. Amen.

268 Tous les péchés sont confessés? Non, vous n’entendez pas. [Frère Branham parle lentement et distinctement à cause de la surdité de la soeur.–N.D.É.] Vous croyez que vous entendrez? [La soeur dit : “Je crois. Mais je suis sourde.”] Croyez.
Cette femme est sourde, là. Nous allons prier.

269 Dieu bien-aimé, je Te prie de guérir notre soeur et de lui enlever cette surdité. Elle est dans un monde complètement fermé, où elle ne peut pas entendre. Je Te prie de lui accorder sa guérison, par le Nom de Jésus.

270 Je vais demander aux gens de garder la tête inclinée pendant un instant. Je veux voir ce qui lui est arrivé. Maintenant, s’il vous plaît, au Nom de Jésus-Christ, que personne ne lève la tête ou les yeux. Ne le faites pas avant que je vous le dise.

271 Pouvez-vous m’entendre maintenant? [Elle dit : “Un peu, c’est déformé.” Frère Branham tape une fois dans ses mains. “Je peux vous entendre.”–N.D.É.] Vous m’entendez? [“Un peu.”] Pouvez-vous entendre? Elle peut entendre maintenant. [Frère Branham tape encore une fois dans ses mains.] Voyez? Vous entendez ça, un peu?

272 Maintenant croyez de tout votre coeur. Vous croirez? Croyez et Dieu vous rétablira complètement. Elle a dit. J’ai simplement prié et posé mes mains sur ses oreilles, et elle a dit qu’elle pouvait entendre quelque chose. Très bien, allez simplement votre chemin maintenant, en croyant que vous allez entendre parfaitement, et vous entendrez.

273 Tous vos péchés sont-ils confessés, soeur? [La soeur dit : “Oui.”–N.D.É.] Vous êtes prête pour votre guérison? [“Oui.”]

274 Dieu bien-aimé, j’impose les mains à ma soeur, en sachant qu’en nous il n’y a rien de bon, rien en nous-mêmes. Mais nous savons que nous sommes Chrétiens, nés de l’Esprit de Dieu. Et nous imposons les mains à notre soeur et réclamons sa guérison, au Nom de Jésus-Christ. Amen.

275 Maintenant vous croyez que vous allez être guérie? [La soeur dit : “Bien!”–N.D.É.] Très bien, maintenant vous–vous êtes guérie. [“Oui!”] C’est la manière de faire. C’est vrai. C’est vrai.

276 Tous les péchés sont confessés? [La soeur dit : “Oui, monsieur.”–N.D.É.] Et vous êtes prête pour votre guérison? [“Oui.”] Vous croyez que, par l’imposition des mains, le Dieu qui connaît le coeur des gens va vous rétablir? [“Je le crois.”]

277 Notre Père Céleste, je Te prie de guérir notre soeur, alors que nous lui imposons les mains et Te demandons au Nom de Jésus-Christ de la rétablir. Amen.

278 Bonsoir. Bien sûr, vous savez que je sais ce qui ne va pas chez vous. [La soeur dit : “Oui.”–N.D.É.] Mais je ne vais pas le dire; parce que, sinon, ça ne–ça ne s’arrêtera plus. [“Très bien.”] Mais si vous... Est-ce que tous les péchés sont confessés? [“Oui, monsieur.”] Et vous croyez que Dieu va vous rétablir? [“Oui, monsieur.”] Croyez-vous que l’arthrite... Ça y est, je l’ai dit.

279 Dieu bien-aimé, je Te prie de lui venir en aide et de la rétablir. Accorde-le, au Nom de Jésus.
Vous ne serez pas infirme. Allez, croyez de tout votre coeur.

280 Croyez-vous que Dieu va vous guérir? [La soeur dit : “Amen.”–N.D.É.] Tous les péchés sont confessés et vous êtes prête pour votre guérison? Vous croyez que votre dos, ça ira bien?

281 Cher Père Céleste, je Te prie de la guérir et de la rétablir. Au Nom de Jésus-Christ, qu’il en soit ainsi. Amen.
Que Dieu vous bénisse, soeur. Allez, continuez à croire maintenant.

282 Est-ce que tous les péchés sont confessés, soeur, vous êtes prête pour votre guérison?

283 Dieu bien-aimé, ses péchés, dit-elle, sont confessés. J’impose les mains à cette femme, au Nom de Jésus-Christ, et je réclame sa guérison. Amen.

284 Est-ce que tous les péchés sont confessés? Il vous faut être en règle, vous êtes très malade, vous le savez. Vous savez que je sais ce qui ne va pas chez vous. Croyez-vous que Dieu va vous rétablir, guérir votre coeur et vous rétablir complètement?

285 Dieu bien-aimé, je Te prie au Nom de Jésus-Christ de la guérir et de la rétablir. Que ceci la quitte, Père, au Nom de Jésus. Amen.
Que Dieu vous bénisse maintenant. Ne doutez pas. Allez, continuez à croire.

286 Les péchés sont tous confessés? Vous êtes prête pour la guérison?

287 Cher Père Céleste, j’impose les mains à notre soeur. Au Nom de Jésus-Christ, qu’elle soit guérie. Amen.
Ne doutez pas. Allez, continuez à croire.

288 Tous les péchés sont confessés, vous êtes prêt pour la guérison?

289 Cher Père Céleste, je Te prie de guérir notre frère et de le rétablir. Accorde-le, Père. Je lui impose les mains dans ce but, au Nom de Jésus-Christ. Amen.
Que Dieu vous bénisse. Je le crois de tout mon coeur.

290 Est-ce que vous croyez maintenant, soeur? Tous les péchés sont confessés, et vous êtes prête pour la guérison?

291 Dieu bien-aimé, j’impose les mains à ma soeur, au Nom de Jésus-Christ, qu’elle soit guérie pour Ta gloire. Amen.

292 Maintenant, c’est souvent comme ça, juste un contact, comme a dit Jésus : “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru. S’ils imposent les mains aux malades.” J’ai commencé à remarquer, dans les réunions, que ça agit cinquante pour cent mieux de cette manière que lorsqu’on appelle les gens à passer dans la ligne, qu’on pratique le discernement, parce qu’on ne peut en prendre que quelques-uns. Par contre, de cette manière, il y en a beaucoup plus qui sont guéris.

293 Avez-vous confessé tous vos péchés d’incrédulité et tout? Vous croyez maintenant que vous allez être guérie? [La soeur dit : “Oui, et délivrée.”–N.D.É.]

294 Dieu bien-aimé, je Te prie de guérir notre soeur, alors que je prends ses mains et que je réclame sa guérison au Nom de Jésus-Christ. Amen.
Que Dieu vous bénisse, soeur.

295 Est-ce que vous croyez maintenant? [La soeur dit : “Oui.”–N.D.É.] Tous les péchés sont confessés? [“Oui.”]

296 Dieu bien-aimé, j’impose les mains à notre soeur, au Nom de Jésus-Christ, pour sa guérison. Amen.
Que Dieu vous bénisse, soeur.
Ça semble être bien peu de chose, mais cette promesse, c’est Dieu qui l’a faite.

297 Les péchés sont confessés?

298 Dieu bien-aimé, je Te prie de guérir notre soeur que voici. Alors que je lui impose les mains au Nom de Jésus-Christ, puisse-t-elle s’en aller guérie. Amen.

299 Les péchés sont confessés?

300 Dieu bien-aimé, je Te prie de guérir notre soeur, alors que je lui impose les mains, au Nom de Jésus-Christ. Amen.

301 Maintenant, alors que vous venez avec la mécanique, puisse celle-ci entrer en contact avec la dynamique, et le travail se fera.

302 Les péchés sont confessés? [La soeur répond.–N.D.É.] Vous êtes prête.

303 Dieu bien-aimé, je Te prie de la guérir et de la rétablir, au Nom de Jésus-Christ. Amen.
Que Dieu vous bénisse, soeur.

304 Tous les péchés sont confessés? [La soeur dit : “Tout.”–N.D.É.]

305 Dieu bien-aimé, alors que cette femme me regarde dans les yeux, je le crois. Je Te prie de la guérir, au Nom de Jésus.

306 Vous ne faites que l’amener, n’est-ce pas, soeur? Vous ne faites que l’amener? Très bien. [La soeur dit : “Elle est aveugle, aussi.”–N.D.É.] Vous croyez, soeur, que Dieu va vous rétablir? [La soeur aveugle dit : “Je crois que Dieu pourrait me redonner la vue.”] Que Dieu vous bénisse.

307 Père Céleste, Tu es toujours miséricordieux envers les aveugles et ceux qui sont dans le besoin. Maintenant ils ont vu ce que Tu as fait ce soir. Alors nous croyons, Seigneur, que ce dernier grand signe est en train de se manifester parmi nous, maintenant. Je demande que la vue soit redonnée à cette aveugle, au Nom de Jésus-Christ. Amen.

308 [Celle qui était aveugle dit : “Merci, Jésus.”–N.D.É.] Maintenant, apportez-nous le témoignage, là. Apportez le témoignage. [“Je le ferai!”]

309 [Celle qui a amené la soeur aveugle demande la prière.–N.D.É.] Oh, oui, vous croyez que Dieu va vous guérir? [“Alléluia!”]

310 Cher Père Céleste, j’impose les mains à notre soeur et Te demande de la guérir, au Nom de Jésus-Christ. Amen.

311 Que Dieu vous bénisse, soeur. Faites-nous savoir comment vous allez, comment vous vous portez.

312 Est-ce que vous croyez, soeur? [La soeur dit : “Oui, je crois.”–N.D.É.]

313 Ô cher Père Céleste, je prie pour notre soeur, confiant que Tu vas la guérir maintenant. Je lui impose les mains, au Nom de Jésus-Christ.
Maintenant croyez. C’est ça. Allez, continuez à croire.

314 Est-ce que vous croyez, frère? [Le frère dit : “Oui.”–N.D.É.] Tous les péchés sont confessés?

315 Dieu bien-aimé, je Te prie de guérir notre frère et de le rétablir, au Nom de Jésus-Christ. Amen.

316 Est-ce que vous croyez, soeur?

317 Ô Dieu, je prie qu’au Nom de Jésus-Christ, humblement, dans la douceur et l’humilité présentes en cette heure-ci, que le Saint-Esprit guérisse cette femme. [La soeur dit : “Et je vous demande de prier pour mon fils. Cela fait vingt ans que je ne l’ai pas vu.”–N.D.É.] Je prie que Dieu envoie votre fils vers vous, ma chère soeur. Que Dieu vous bénisse.

318 Cher Père, je prie pour notre soeur ici. Dans la douceur du Saint-Esprit, puisse-t-Il venir maintenant et guérir notre soeur, au Nom de Jésus. Amen.
Dieu vous bénisse, soeur.

319 Dieu bien-aimé, je prie pour mon frère, alors qu’il se tient ici, et je lui impose les mains et réclame sa guérison, au Nom de Jésus.

320 Dieu vous bénisse, mon frère. [Le frère dit : “Que Dieu vous bénisse.”] Très bien.
Un petit garçon?

321 Dieu bien-aimé, en imposant les mains à cet enfant, je le bénis au Nom de Jésus-Christ, pour sa guérison.

322 Vous croyez maintenant, soeur? [La soeur dit : “Oui.”–N.D.É.] Vous voulez qu’on prie aussi pour vous?

323 Dieu bien-aimé, je prie pour elle, alors que je lui impose les mains. Or, ceci, c’est Ta commission, c’est ce que Tu as dit de faire : “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru. S’ils imposent les mains aux malades, ceux-ci seront guéris.” Tu l’as dit, Seigneur. Amen.
Maintenant, Il l’a dit, n’est-ce pas? Il doit en être ainsi, soeur.

324 Dieu bien-aimé, je Te prie de guérir notre soeur et de la rétablir, au Nom de Jésus-Christ. Amen. Que Dieu vous bénisse, soeur.

325 Vous êtes venue en croyant, soeur?

326 Cher Père Céleste, je réclame Tes bénédictions sur notre soeur, en ne faisant qu’obéir à ce que Tu as dit de faire. Tu as dit : “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru. S’ils imposent les mains aux malades,” Tu as dit, “ceux-ci seront guéris.”

327 Puis-je m’arrêter ici un instant pour dire quelque chose à ce sujet et laisser les gens se reposer un instant, juste un instant. Une fois, un critiqueur m’a dit que ce n’était pas vrai. Mais, vous voyez, Il a dit : “Voici les signes qui accompagneront.”

328 Vous avez entendu mon Message sur Le procès, Jésus qui passe en jugement. Vous voyez, Il a dit à Noé “qu’il allait pleuvoir”. Il n’a pas plu du tout pendant cent vingt ans, mais il a quand même plu. Il a dit à Abraham qu’il aurait un fils par Sara. C’est arrivé vingt-cinq ans plus tard. Il n’a jamais dit quand. Il a dit qu’ils auraient ce fils. Vingt-cinq ans plus tard, c’est arrivé. Vous voyez, Il n’a pas dit quand.

329 Il a dit : “La prière de la foi sauvera les malades. Dieu les relèvera. S’ils imposent les mains aux malades, ceux-ci seront guéris.” Est-ce bien ce qu’Il a dit? [L’assemblée dit : “Amen.”–N.D.É.] Il n’a pas dit qu’ils sauteraient sur leurs pieds, et que ça se ferait sur-le-champ. Il a dit : “Ceux-ci seront guéris.” Vous voyez, c’est Sa promesse. C’est ce que nous croyons.

330 Venez, soeur. Vous croyez que c’est vrai? [La soeur dit : “Oui, je le crois.”–N.D.É.] Alors rien ne peut vous empêcher d’être guérie.

331 J’impose les mains à ma soeur, au Nom de Jésus-Christ, pour sa guérison. Amen.

332 Est-ce que vous croyez, soeur? [La soeur dit : “Oui.”–N.D.É.] Tous les péchés sont confessés, et vous êtes prête?

333 Dieu bien-aimé, j’impose les mains à ma soeur en obéissance à Ton commandement, et je réclame sa guérison, au Nom de Jésus. Amen.

334 Je voudrais que vous qui recevez la prière, je voudrais que vous me rendiez un service. Je voudrais que vous apportiez le témoignage, avant la fin de ces réunions, fassiez connaître ce qui arrive; et faites simplement voir à l’auditoire, aux autres personnes, ce qui se produit réellement. Peut-être demain, le jour suivant, ou à un autre moment, regardez bien ce qui se produira.

335 Le courrier que je reçois a montré que c’est–c’est tout autre chose, que de les laisser simplement essayer de tester leur propre foi. En effet, Jésus a dit : “Ils leur imposent les mains. Ils leur imposent les mains, ceux-ci seront guéris.” Maintenant saisissez ce qu’Il a dit. Il n’a pas dit qu’ils sauteraient sur leurs pieds et se mettraient à courir d’un bout à l’autre de la salle. Ils pourraient le faire. Mais Il a dit : “Ceux-ci seront guéris.” Est-ce bien ce qu’Il a dit? C’est ce qu’Il a dit. C’est ce que je crois. Et Il est ici maintenant, Celui qui a prononcé la Parole est ici pour La confirmer.

336 Vous croyez, monsieur? [Le frère dit : “Amen.”–N.D.É.]

337 Cher Père Céleste, sur la confession de sa foi et de ce qu’il croit, je lui impose les mains, au Nom de Jésus-Christ, pour sa guérison.

338 Dieu bien-aimé, j’impose les mains à cette femme, au Nom de Jésus-Christ, pour sa guérison. Très bien.

339 Cher Père, j’impose les mains à cette femme, au Nom de Jésus-Christ, pour sa guérison. Tu as dit : “Elle sera guérie.”

340 Prête pour la guérison, soeur?

341 Dieu bien-aimé, je lui impose les mains, au Nom de Jésus-Christ, afin que Tu la guérisses.

342 Très bien, chère soeur, tout est prêt pour la guérison? Vous avez reçu la réponse à votre foi; vous croyez que vous allez vous rétablir?

343 Alors, ô Dieu, je lui impose les mains en obéissance à Ton commandement : “Par tout le monde, à toute la création.” Je lui impose les mains, au Nom de Jésus, pour sa guérison.

344 Dieu bien-aimé, j’impose les mains à mon frère, au Nom de Jésus-Christ, pour sa guérison.

345 Dieu bien-aimé, j’impose les mains à ma soeur, au Nom de Jésus-Christ, pour sa guérison.

346 [espace non enregistré sur la bande–N.D.É.] ...en train de descendre l’allée. C’est que je ne voulais pas vous accabler. Vous allez vous remettre, il suffit que vous le croyiez maintenant.

347 Dieu bien-aimé, je Te prie de guérir ma soeur, au Nom de Jésus-Christ. Amen.

348 [espace non enregistré sur la bande–N.D.É.] ...pour m’aider à prier pour ces gens.

349 Maintenant nous avons ici des mouchoirs et d’autres choses, ici dedans, sur lesquels il faut prier. Et je veux que vous continuiez à prier avec moi, là, il y a maintenant ces petits paquets. Je sais bien que ça paraît très étrange que des gens prient sur une petite chose comme celle-ci. Mais si vous pouviez seulement venir une fois dans mon bureau et observer. Si nous avions gardé les témoignages, au fil des ans, je pense qu’on n’aurait pas pu empiler tout ça sur cette estrade, ces témoignages de gens qui ont été guéris, au moyen de tissus de prière comme ceci qui ont été envoyés, par millions, tout autour du monde. Or ça, vous savez ce que c’est? Ce n’est.

350 Que quelqu’un aille chercher ce mouchoir, auprès de ce–ce jeune... Vous reconnaîtrez votre mouchoir, n’est-ce pas, frère? Très bien.

351 J’ai vu des petits enfants infirmes être guéris. Vous voyez, ce que c’est, ce n’est qu’un point de contact, comme Oral Roberts avait coutume de le dire. Ce n’est qu’un point de contact. Nous prions. Or, nous ne faisons pas ceci de nous-mêmes, nous faisons ceci parce que la Bible nous donne le mandat de le faire. Nous savons tous que c’est vrai.

352 Maintenant, il y a beaucoup de personnes qui oignent des mouchoirs et tout le reste. Bon, eh bien, à notre avis, il n’y a pas de mal à ça, bien sûr, mais si nous... La Bible ne dit pas qu’ils ont “oint” des mouchoirs.

353 “Mais ils prenaient des mouchoirs qui avaient touché le corps de Paul.” Maintenant, vous voyez ce que je disais? Or, ce qu’ils avaient vu, cette puissance vivifiante qui était en Paul, leur faisait savoir qu’il était le serviteur de Dieu. Ils savaient que Dieu était en lui. Ils savaient que tout ce qu’il touchait était béni. Combien comprennent ça? Dites : “Amen.” [L’assemblée dit : “Amen.”–N.D.É.]

354 Vous savez, je trouve que Paul était tout à fait Scripturaire dans ce qu’il a fait. Vous ne trouvez pas? Vous voulez que je vous dise où je pense qu’il a puisé l’idée de faire ça? [Quelqu’un dit : “Chez Élisée.”–N.D.É.] Chez Élisée, c’est exact. Vous voyez, Élie a dit : “Prends ce bâton et va le poser sur le petit.” Et le prophète a envoyé le bâton, parce qu’il savait que tout ce qu’il touchait était béni. Il connaissait sa position. Il... s’il pouvait seulement amener cette femme à croire la même chose.

355 Or, vous voyez, là, la Bible n’a même jamais dit : “Ils prieront pour les malades.” Elle dit : “Ils imposeront les mains aux malades.”

356 Maintenant, pensez un peu, les gens ont vu, dans l’apôtre Pierre, la Présence de Dieu manifestée dans cet homme, à tel point qu’ils–qu’ils couchaient même les gens dans son ombre, et ceux-ci étaient guéris. Combien savent que c’est Scripturaire? [L’assemblée dit : “Amen.”–N.D.É.] C’est tout autant l’Écriture que Jean 3.16. Vous voyez, tout Ça, c’est la Parole de Dieu. Maintenant, ces gens, vous savez que ce n’est pas l’ombre de cet homme qui a guéri ces gens.

357 Mais, regardez, si la puissance de Dieu était encore sur ce prophète, des années et des années après sa mort, à tel point qu’on a jeté un homme mort sur son corps, sur ses os. Le corps n’était même pas là; les os y étaient. Et la Présence de Dieu était sur ces os, si bien que cet homme mort est revenu à la vie.

358 Maintenant ne savez-vous pas que ce même Dieu qui a fait toutes ces choses est ici même, ce soir? Quant à–à moi, je pense que nous devrions être les gens les plus heureux du monde entier. Songez-y.

359 Je–j’espère que je n’ai pas donné à croire à mon auditoire que c’est quelque chose que je fais moi-même. Vous–vous savez bien que non. Je–je suis votre frère, vous voyez, et je ne suis que votre frère.

360 Par contre, je sais, je sais ceci, que Dieu est ici. Et je sais qu’Il nous a donné quelque chose que nous ne pouvons pas expliquer, si ce n’est par la Parole de Dieu, qui déclare que ces choses devaient être ici en ce moment. Donc, ça nous donne aussi une identification qui nous fait savoir que nous sommes dans les derniers jours. Ça nous donne une identification qui nous fait savoir que ces gens, qui ont été choisis, élus, appelés à sortir, prédestinés...

361 Or, c’est un grand mot, ça, prédestiner, mais nous savons tous que c’est la vérité. Nous savons parfaitement que le Dieu infini a prédestiné toutes choses par prescience avant la fondation du monde; l’Agneau a même été immolé, et tous les noms qui devaient se trouver dans le Livre ont été mis dans le Livre, avant même que le Livre ait été écrit. Maintenant, combien savent que c’est vrai? [L’assemblée dit : “Amen.”–N.D.É.]

362 Et Jésus est venu pour–pour racheter ceux qui étaient dans le Livre. Dans la Bible, l’Agneau est venu de derrière le rideau, Il a pris le Livre et a ouvert les Sceaux qui Le scellaient, car Il venait pour réclamer tous ceux qu’Il avait rachetés. Il est maintenant l’Intercesseur, un Intercesseur qui intercède pour ceux qu’Il a rachetés. Tous ceux dont le nom a été écrit dans le Livre de Vie de l’Agneau sont rachetés.

363 C’est comme cette petite déclaration un peu étrange que j’ai faite l’autre soir... J’attends que les... que tous les mouchoirs soient là. Je ne cherche pas à recommencer à prêcher, mais j’avais dit, il y a eu une petite déclaration... J’espère que ça n’a pas l’air d’un sacrilège, vous voyez. Mais c’est comme le fermier qui a fait couver sa poule, et elle n’avait pas assez d’oeufs, alors il a pris un oeuf d’aigle, il l’a placé sous la poule, et elle a fait éclore un aigle. Il était une créature très bizarre au milieu de tous les poussins, parce qu’ils ne voyaient pas les choses de la même manière. Mais tout ce qu’il avait vu jusque-là, c’était cette poule. Il n’avait entendu qu’une seule voix, mais elle ne sonnait pas comme sa voix à lui. Il ne pouvait pas non plus faire la même voix que la poule ou les poussins. Il n’appréciait pas leur régime alimentaire, comme ils mangeaient ce qu’ils trouvaient dans la basse-cour. Il y avait quelque chose de différent chez lui, pourtant il ne savait pas ce qui faisait la différence.

364 Alors, un jour, il y avait la mère aigle qui savait combien d’oeufs elle avait pondus. Et il y avait un de ces oeufs, qui devait être son fils, qui manquait. Elle est donc partie à sa recherche et elle l’a trouvé dans la basse-cour. Elle a poussé un cri. Et quand elle a poussé ce cri, le petit aigle a reconnu la voix de sa mère. Comme Jésus l’a dit : “Mes brebis connaissent Ma Voix.”

365 Hier soir, quand j’ai vu cette table ronde formée de baptistes, de presbytériens et quoi encore, je me suis dit qu’ils avaient peut-être éclos sous une poule. Excusez-moi, frère, vous voyez. Mais Maman savait que Ses chéris se trouvaient là quelque part. Alors, là, ces hommes n’ont pas débattu du type d’aliments qu’ils avaient reçu de la mère poule et tout, mais maintenant ils sont des aigles, vous voyez, ils volent pour aller chercher leur nourriture. Voyez?

366 Je pense que l’église ressemble à une scène que j’ai vue il n’y a pas longtemps, alors que je revenais de Tucson, ou de–de Phoenix, en allant à Tucson. J’ai vu quelque chose de mystérieux. Et ça m’a un peu brisé le coeur de voir ce qui était arrivé, comment... un faucon, qui autrefois volait dans les airs, un frère de l’aigle, lequel est un type de l’église.

367 Et Jéhovah est l’Aigle. Il a appelé Ses prophètes des “aigles”. Il s’est appelé Lui-même Jéhovah “Aigle”.

368 Mais le faucon a depuis longtemps perdu son identification, parce qu’il ne plane plus dans les airs et ne chasse plus pour sa viande comme il est censé le faire. Mais il se perche sur les fils téléphoniques et se comporte comme un charognard. Il–il cherche des lapins morts qui ont été tués par les voitures, et lui et les vautours se retrouvent là et mangent ensemble. Il sautille comme un vautour, au lieu de marcher comme il devrait le faire. Il a perdu son identification.

369 Et c’est rempli d’amour divin et de respect que je dis ceci : l’église a depuis longtemps perdu son identification en tant que soeur aigle. Elle reste assise. Plutôt que de creuser dans la Parole pour découvrir si ces choses sont vraies, elle attend de recevoir un paquet de littérature pour école du dimanche, qui a été préparée quelque part par une bande d’intellectuels, un lapin mort qui a été tué quelque part ailleurs. Elle sautille comme un vautour! Que Dieu nous aide à nous envoler loin de cela.

370 Ces promesses sont vraies. Pas ce que quelqu’un a dit à propos de Cela, mais ce que Dieu en a dit! Elles sont vraies. Je suis si content d’être associé avec des aigles.
Prions ensemble pour nos malades.

371 Cher Père Céleste, il est enseigné dans la Bible qu’ils prenaient des mouchoirs et des linges qui avaient touché le corps de Paul, et que les démons sortaient des gens, et que les esprits impurs les quittaient. Maintenant, Père, je me tiens au-dessus de ces mouchoirs qui représentent chaque personne présente. C’est le Corps de Christ, nous, ensemble. Par grâce et par amour, nous affirmons que nous sommes ici pour représenter Son Épouse, et que nous croyons que nous sommes associés avec Lui dans Son Royaume. Nous savons que nous ne sommes pas saint Paul, mais nous savons que Tu es toujours Jésus.

372 Et nous Te prions d’honorer la foi de ces gens. S’ils avaient vécu du temps de Paul, ils auraient entendu ce même Évangile, vu ces mêmes choses. Donc, il s’agit du même genre de personnes. Tu es le même Dieu. Alors, je Te prie, Dieu bien-aimé, d’honorer leur foi, comme Tu l’as fait pour les gens qui vivaient au temps de la Bible. Et que toute puissance démoniaque, toute maladie, toute affliction, qui ont lié les gens représentés ici par ces mouchoirs et ces paquets, que cette puissance maléfique de maladie les quitte.

373 Il a été dit, une fois, qu’Israël marchait, dans l’exercice de ses fonctions, vers un pays promis. Et alors qu’ils étaient tout à fait dans l’exercice de leurs fonctions, l’ennemi est venu et les a fait reculer dans un coin, et la mer Rouge les a arrêtés dans l’exercice de leurs fonctions et dans leur marche. Et du haut des cieux Dieu a abaissé les regards, à travers la Colonne de Feu, et la mer a pris peur. Elle a fait reculer ses vagues, parce que les vagues de Dieu étaient au fond de la mer. Cela a ouvert un passage pour Ses enfants qui marchaient dans la voie de l’obéissance.

374 Maintenant, ô Dieu, si la mer Rouge a pris peur et qu’elle a fait reculer ses vagues, reculer ses eaux, pour laisser la place à des enfants qui étaient en route, marchant dans l’obéissance, Dieu bien-aimé, ce soir, abaisse les regards à travers le Sang de Ton Fils, Jésus, qui a fait la promesse. Et quand ces mouchoirs seront placés sur le corps malade des gens, puissent les yeux de Dieu regarder, et cette maladie, ce démon, prendre peur et s’en aller. Et puissent les gens continuer leur route vers le Pays promis avec une bonne santé et de la force. De même qu’Israël a marché dans le désert, sans qu’il y ait un seul infirme parmi eux, à l’autre bout. Que cela soit accordé à ces gens, Père, car nous envoyons ces mouchoirs au Nom de Jésus-Christ. Amen.

375 Que Dieu vous bénisse, chacun. Quand vous recevrez vos mouchoirs maintenant, croyez de tout votre coeur. Est-ce que vous croyez que Dieu entend ceci? [L’assemblée dit : “Amen.”–N.D.É.] Voyez? Je–je veux dire ceci. Ne, ne doutez pas du tout. Vous voyez, ça peut paraître très étrange. Excusez-moi, juste une minute. Ne doutez pas du tout. Mais croyez maintenant que ce que nous avons demandé, Dieu le donne.

376 Croyez-vous que c’est Dieu, qui est ici, qui connaît le secret de votre coeur? Vous savez et vous croyez que c’est Dieu? [L’assemblée dit : “Amen.”–N.D.É.] Maintenant, que ce soit réglé dans votre esprit, là : ça ne peut pas être autre chose. Voyez?

377 Maintenant, qu’arriverait-il s’il y avait un grand lendemain, dans bien des années, ceci serait de l’histoire. Alors les gens dans les années à venir, en admettant qu’on arrive jusque-là, ils viendraient et diraient : “Eh bien, si j’avais vécu à ce moment-là et que j’avais vu ces choses se faire, ah, mes amis, c’est tout ce que j’aurais eu besoin de savoir. Je l’aurais cru tout de suite!” Vous voyez, ce que vous croyez, c’est la même chose que si vous vous étiez trouvés là-bas quand Il a fait ces choses à ce moment-là! Souvenez-vous, c’est encore Lui. C’est Sa Vie en vous. Que Dieu vous bénisse.

EN HAUT