ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication L’Union Invisible De L’épouse De Christ de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 65-1125 La durĂ©e est de: 2 hours and 33 minutes .pdf La traduction vgr
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

L’Union Invisible De L’épouse De Christ

1 J’ai annulĂ© une partie de chasse, j’ai fait ça comme service au Seigneur. Alors, c’est... Nous sommes heureux d’ĂȘtre ici. La derniĂšre fois que j’étais ici, je crois que je vous ai dit : chaque fois que nous revenons, il manque quelqu’un. Et si nous revenons l’an prochain, que le Seigneur tarde, il manquera quelqu’un.

2 Il y a une personne qui m’était trĂšs, trĂšs proche, de coeur et d’esprit. C’était FrĂšre Lyle. J’ai toujours reçu bon accueil, quand j’arrivais, et que, dans le bureau de FrĂšre Jack, j’écoutais chanter le vieux quatuor. Ils chantent dans la Gloire, ce soir. En fait, l’une de ces voix est dĂ©jĂ  LĂ -bas, Ă  attendre les trois autres. Probablement que je ne l’entendrai plus jamais, ici sur cette terre. Par contre, combien je me rĂ©jouis, FrĂšre et Soeur Moore, Ă  la pensĂ©e de l’entendre de nouveau, dans ce Pays oĂč ils... oĂč elle ne s’éteindra plus jamais.

3 FrĂšre Palmer Ă©tait un grand serviteur de Christ. Je me souviens, FrĂšre Jack me parlait de sa–sa vie consacrĂ©e Ă  Dieu. Ils travaillaient ensemble, ils Ă©taient menuisiers. Et il me disait que, pendant qu’il prenait son–son repas de midi, il avait son sandwich Ă  la main, il mangeait un sandwich tout en lisant sa Bible. Voyez? FrĂšre Palmer a fait de grandes choses, vraiment. C’était un bon menuisier, un bon pĂšre pour ses enfants – une famille charmante. Il les a tous Ă©levĂ©s pour qu’ils servent le Seigneur. Pour autant que je sache, ils sont tous sauvĂ©s et remplis du Saint-Esprit. Et ça, de nos jours, c’est une grande contribution de la part de n’importe quel homme : des garçons et des filles. Mais, vous voyez, tout ce qu’il a fait n’aurait pas donnĂ© grand-chose au bout du compte, Ă  moins d’avoir servi Dieu, s’il n’avait pas servi Dieu. Et, ce soir, ce qu’il a accompli ici sur terre, ses bonnes actions, il est parti vers sa rĂ©compense, elles l’ont prĂ©cĂ©dĂ© lĂ -bas. Que Dieu ait l’ñme de notre frĂšre.

4 Je sais que, tant que ce lieu sera un tabernacle, je–je sais qu’il... que sa voix sera toujours ici. Vous pourrez l’entendre. Soeur Anna-Jeanne et–et sa soeur, Ă  l’orgue et au piano, elles n’avaient jamais Ă  attendre. FrĂšre Palmer se tenait debout, ici, il entonnait tout de suite le cantique, et continuait comme ça. Elles le rattrapaient. Jamais je ne... Je me rĂ©jouissais Ă  la pensĂ©e de l’entendre diriger les chants.

5 À ses enfants, Ă  sa femme, Ă  FrĂšre Jack, son ami intime, eux qui ont Ă©tĂ© amis pendant tant d’annĂ©es, et Ă  FrĂšre Brown, Soeur Brown, et vous tous de ce tabernacle, je dirai ceci : Que Dieu vous bĂ©nisse. Il me manque, Ă  moi aussi. Que Dieu ait son Ăąme valeureuse, jusqu’à ce que nous le rencontrions en paix.
Inclinons la tĂȘte.

6 Bienveillant PĂšre CĂ©leste, ce grand serviteur dont nous parlons, j’ai regrettĂ© son absence ce soir; il me serrait la main avec ce petit sourire qu’il avait toujours quand il disait : “Que Dieu vous bĂ©nisse, FrĂšre Branham”, au moment oĂč nous passions la porte. Je sais qu’il est montĂ© Ă  Ta Maison, ce soir. Ainsi, je Te prie, Dieu bien-aimĂ©, de permettre que les fruits, que ses oeuvres, qui le suivent, soient glorieuses, qu’elles se poursuivent Ă  travers ses enfants et sa femme. Nous Te prions de la bĂ©nir, Seigneur. Tu as dit que Tu serais un mari pour “les veuves qui sont vĂ©ritablement veuves”. Je prie pour notre Soeur Palmer et pour tous les enfants. Je peux compatir Ă  leur douleur, dans les deux cas, puisque j’ai perdu les deux, une compagne et aussi mon pĂšre.

7 Alors, PĂšre, pendant que nous sommes ici, ce soir, nous Te prions de prĂ©parer aussi nos coeurs pour cette heure-lĂ . Nous ne savons pas. Cette heure pourrait venir aussi soudainement pour nous qu’elle est venue pour lui. Nous ne savons pas quand elle viendra, mais nous savons qu’elle doit venir. Alors, nous Te prions, ĂŽ Dieu, de sonder tous les coeurs, ici, ce soir. Ô Dieu, ne laisse pas le mien de cĂŽtĂ©. Sonde le mien aussi, et Ă©prouve-moi. Seigneur, s’il y a quelque chose de mauvais en nous, ĂŽte-le. Nous voulons Te servir. C’est notre seul objectif : Te servir.

8 RĂ©pands Ton Esprit sur nous ce soir, et pendant le reste de la semaine. BĂ©nis ce tabernacle qui porte le nom de Tabernacle de la Vie. Qu’il reçoive toutes les bĂ©nĂ©dictions de ce nom, qu’il soit rempli de la Vie de Dieu cette semaine, afin que chaque Ăąme perdue soit sauvĂ©e, que chaque croyant soit rempli du Saint-Esprit, et que les espoirs qui sont en nous soient renouvelĂ©s, Seigneur. Nous Te prions aussi de guĂ©rir tous les malades et tous les affligĂ©s qui viendront au milieu de nous. Que Ton grand Saint-Esprit soit ici, Seigneur, et qu’Il guĂ©risse, et qu’Il oigne chacun d’eux, afin qu’ils croient. Accorde ces choses, PĂšre.

9 Ô Dieu, aide-moi maintenant. S’il m’appartient, si c’est maintenant Ă  moi d’apporter le Message. Je Te prie, ĂŽ Dieu, d’écarter ce qui est de l’homme. Que le Saint-Esprit vienne agir sur nous, Seigneur. Que le Saint-Esprit prenne la rĂ©union en main, Seigneur. Nous savons que nous sommes incapables. Nous ne pourrions pas y arriver par nous-mĂȘmes, aucun de nous ne le pourrait. Nous ne prĂ©tendons pas pouvoir y arriver. Mais, Seigneur, nous savons que c’est Toi. C’est pourquoi nous comptons sur Toi, Seigneur. Agis, Esprit de Dieu, et descends tout Ă  nouveau sur nous. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

10 Maintenant je voudrais saluer toutes les Ă©glises qui sont reliĂ©es Ă  nous en ce moment, de diffĂ©rents États. Nous sommes reliĂ©s par le tĂ©lĂ©phone, c’est un systĂšme ingĂ©nieux que nous avons pu obtenir grĂące Ă  notre FrĂšre Pearry Green, de Beaumont, au Texas. Alors, toutes les Ă©glises qui suivent le Message, d’un bout Ă  l’autre des États-Unis, sont reliĂ©es Ă  nous ce soir. Nous envoyons nos salutations, partout sur la CĂŽte Ouest, de Vancouver jusqu’à Tijuana, au Mexique, en passant par San Jose et Los Angeles. Tous les groupes qui sont lĂ -bas, nous vous saluons, de Shreveport. Et aussi, jusqu’à Prescott, en Arizona, au groupe qui est lĂ -bas, qui attend le Seigneur, nous vous envoyons nos salutations, de mĂȘme qu’à Tucson, et aussi Ă  Sierra Vista. Jusqu’à New York, du nord au sud du pays, que le Seigneur vous bĂ©nisse, chacun. J’aimerais que vous soyez ici, ce soir, dans ce bel État de la Louisiane, que je considĂšre comme mon second chez-moi. Je...

11 Vous savez, vous, les gens de New York, on plaisante parfois un peu sur votre maniĂšre de parler. Ce soir, je suis vraiment chez moi. Oui. Ici, vous savez, tout le monde dit : “HĂ© bonjour, FrĂšre Branham. Venez donc avec Soeur Branham et tous les marmots, venez nous voir.” Oh! la la! Ça me rĂ©jouit, ça. Pour moi, c’est du vĂ©ritable anglais. Je ne dis pas ça pour manquer d’égards envers vous, les gens de l’est, du nord et de diffĂ©rents endroits. Mais, vous savez, je pense que je suis nĂ© comme ça, un bon vieux Sudiste, et que je vais devoir le rester. Personnellement, je–j’aime bien. C’est du vĂ©ritable anglais.

12 Il n’y a pas longtemps, j’étais Ă  un petit-dĂ©jeuner des Hommes d’Affaires, et ils ont dit : “Nous allons maintenant nous lever et chanter l’hymne national.” Je me suis levĂ© et j’ai dit : “Pour ma vieille patrie du Kentucky tout lĂ -bas.” Que voulez-vous, pour moi, c’était ça l’hymne national, c’est tout ce que je connaissais lĂ -dessus. Donc, nous vous envoyons nos salutations. Maintenant, pour...

13 Je crois qu’ils vont essayer de diffuser le petit-dĂ©jeuner aussi, le petit-dĂ©jeuner des Hommes d’Affaires, samedi matin. FrĂšre Green vous en parlera, il est lĂ -bas, prĂšs des microphones, en ce moment. Donc, il vous dira Ă  quelle heure le petit-dĂ©jeuner commencera, et Ă  quelle heure, chaque soir, vous pourrez vous mettre Ă  l’écoute. Nous vous remercions beaucoup. Priez pour nous.

14 Maintenant, Ă  l’assemblĂ©e locale ici, et au tabernacle de FrĂšre Jack, j’aimerais juste vous demander une faveur, ce soir. Étant donnĂ© que je me proposais de transmettre mon Message d’action de grĂące d’un bout Ă  l’autre du–du pays, ce soir, Ă  nos Ă©glises locales qui suivent le Message. Ainsi, il se peut que je–je sois un peu long. Et il se peut aussi que je prĂȘche des points de Doctrine. Alors, si c’était le cas, et que vous ne soyez pas d’accord sur ces choses...

15 Comme je l’ai toujours dit au sujet de la tarte aux cerises, quand mes dents s’arrĂȘtent sur un noyau. Je ne jette pas la tarte. Je jette simplement le noyau, et je continue Ă  manger de la tarte.

16 Alors, si jamais je disais quelque chose ce soir, je... Eh bien, c’est une des raisons pour lesquelles j’ai acceptĂ© l’invitation, ce soir, de venir apporter, Ă  partir d’ici, mon Message d’action de grĂące aux groupes qui sont un peu partout dans le pays, c’est parce que FrĂšre Jack m’a toujours ouvert ses portes toutes grandes, en me disant : “PrĂȘche ce que tu as Ă  coeur.” Alors, je me sens vraiment Ă  l’aise.

17 Donc, il est possible qu’ici, dans l’assemblĂ©e locale, avec FrĂšre Jack, il se peut qu’il y ait des ministres et des gens qui ne soient pas d’accord sur la Doctrine. D’habitude, j’ai la courtoisie de ne pas aborder des points de doctrine derriĂšre la chaire d’un homme qui m’a invitĂ© Ă  venir prĂȘcher Ă  son Ă©glise. Donc, aprĂšs ce soir, je pense que je devrai me contenter de prier pour les malades, et procĂ©der comme d’habitude dans les services. Mais j’ai jugĂ© bon de vous prĂ©venir : si je disais quelque chose et que vous ne soyez pas d’accord, eh bien, vous n’aurez qu’à mettre ça sur le compte de mon ignorance, je suppose, et de mon manque de connaissances. Et priez pour moi.

18 Alors, maintenant prenons un chapitre ici, dans la Parole. Il y a beaucoup d’endroits auxquels j’aimerais me rĂ©fĂ©rer ce soir, parce que j’ai inscrit plusieurs passages de l’Écriture et plusieurs petites notes ici sur un calepin.

19 Je me souviens de la premiĂšre fois que je suis montĂ© sur l’estrade du Life Tabernacle, il y a vingt ans : je–je n’avais pas eu besoin de noter mes passages de l’Écriture ni mes rĂ©fĂ©rences. C’est que j’avais vingt ans de moins Ă  l’époque. Mais maintenant, j’ai dĂ©passĂ© vingt-cinq ans, alors je, – pour la deuxiĂšme fois, – alors j’ai... je n’ai plus la mĂ©moire que j’avais. Je suis obligĂ© de noter mes passages de l’Écriture, et parfois d’inscrire quelques points auxquels je dĂ©sire me rĂ©fĂ©rer.

20 Maintenant, que le Seigneur ajoute Sa bĂ©nĂ©diction, alors que nous lirons, dans la Parole de Dieu, l’ÉpĂźtre aux Romains, au chapitre 7. Je veux enseigner ceci un peu comme une leçon d’école du dimanche.

21 Je sais qu’il y a des gens debout. C’est comme ça d’habitude au Tabernacle, Ă  Jeffersonville; et nous voulons vous saluer, vous aussi, ce soir, nous savons que vous ĂȘtes reliĂ©s avec nous, lĂ -bas au Tabernacle. C’est comme si on Ă©tait au Tabernacle, ce soir; si vous Ă©tiez ici, vous verriez les gens serrĂ©s, et debout le long des murs. Bon, j’imagine que c’est pareil pour vous lĂ -bas, avec tous les gens des rĂ©gions avoisinantes qui se sont rassemblĂ©s lĂ -bas pour Ă©couter le Message.

22 Maintenant nous allons dĂ©velopper ceci comme une leçon d’école du dimanche. Et ceci ne s’adresse pas Ă  quoi que ce soit, Ă  aucune personne en particulier, ni quoi que ce soit, mais simplement Ă  l’Église, au Corps de Christ, que nous essayons de conduire Ă  des pensĂ©es plus profondes et Ă  des objectifs plus Ă©levĂ©s, car nous croyons que la Venue du Seigneur JĂ©sus est proche. Nous le croyons. Et bien plus proche encore, elle est de vingt ans plus proche que la premiĂšre fois que je suis venu Ă  Shreveport. Oh, il s’est passĂ© tellement de choses depuis! Or nous nous attendons Ă  la Venue du Seigneur dans notre gĂ©nĂ©ration. Je n’attends pas de rĂ©veil dans notre gĂ©nĂ©ration. J’attends la Venue du Seigneur dans notre gĂ©nĂ©ration.

23 Maintenant, dans Romains 7. J’espĂšre que vous avez tous ouvert votre Bible, lĂ , partout dans le pays. Maintenant nous voulons lire attentivement. Le–le Message qui se trouve ici, on serait portĂ© Ă  croire qu’il traite du mariage et du divorce, mais en rĂ©alitĂ©, ce n’est pas ça. À mon avis, c’est une prophĂ©tie qui s’applique Ă  l’Église des derniers jours. Lisons. Ignorez-vous, frĂšres, – car je parle Ă  des gens qui connaissent la loi, – que la loi exerce son pouvoir sur l’homme aussi longtemps qu’il vit? Ainsi, une femme mariĂ©e est liĂ©e par la loi Ă  son mari tant qu’il est vivant; mais si le mari meurt, elle est dĂ©gagĂ©e de la loi qui la liait Ă  son mari. Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d’un autre homme, elle sera appelĂ©e adultĂšre; mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu’elle n’est point adultĂšre en devenant la femme d’un autre. De mĂȘme, mes frĂšres, vous aussi vous avez Ă©tĂ©, par le corps de Christ, mis Ă  mort en ce qui concerne la loi, pour que vous soyez unis, ou, que vous apparteniez Ă  un autre, Ă  celui qui est ressuscitĂ© des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu. Car, lorsque nous Ă©tions dans la chair, les passions du pĂ©chĂ© provoquĂ©es par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort. Mais maintenant, nous avons Ă©tĂ© dĂ©gagĂ©s de la loi, Ă©tant morts Ă  cette loi sous laquelle nous Ă©tions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli.

24 Maintenant prions.

25 Dieu bien-aimĂ©, nous venons de lire ce que nous croyons ĂȘtre la Parole sacrĂ©e de Dieu. Et c’est ce que nous croyons : il ne disparaĂźtra pas un seul iota ni un seul trait de lettre de Ceci, jusqu’à ce que tout soit arrivĂ©. Et nous croyons que notre Seigneur nous a dit, dans Apocalypse, chapitre 22, que “quiconque En retranchera une seule Parole ou Y ajoutera une seule parole, sa part sera retranchĂ©e du Livre de Vie”.

26 Et nous voyons que de dĂ©former cette Parole, – comme Satan qui L’a dĂ©formĂ©e pour La prĂ©senter Ă  Ève, qui a amenĂ© celle-ci Ă  douter d’une seule Parole, – c’est ce qui a prĂ©cipitĂ© toute l’espĂšce humaine dans la chute, dans le chaos. Une seule Parole!

27 Ensuite nous voyons, au milieu du Livre, que notre Seigneur et Sauveur est venu, et qu’Il nous a laissĂ© cette citation Ă  propos de la Parole : “L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.”

28 Puis l’avertissement solennel, dans le dernier Livre, l’Apocalypse de JĂ©sus-Christ : “Quiconque ajoutera une parole ou retranchera une Parole, sa part sera retranchĂ©e du Livre de Vie.”

29 Ô Dieu, sachant, voyant combien nous sommes fragiles, sachant que nous marchons sur les fils tĂ©nus de la vie, de cette vie mortelle, sans savoir Ă  quelle heure nous serons appelĂ©s Ă  rendre des comptes en Haut. Ô Seigneur, que nous Ă©cartions tout ce qu’il y a dans notre coeur, tout ce qu’il y a dans notre pensĂ©e, et que nous nous tournions directement vers Ta Parole, ce soir, en nous attendant Ă  ce que Toi, Tu viennes L’interprĂ©ter par des oracles vivants. Accorde-le.

30 Puisse Ton Esprit descendre sur nous et oindre la Parole dans nos coeurs, afin que nous soyons, en repartant ce soir, des gens meilleurs qu’en ce moment, que nous ayons une connaissance plus approfondie de JĂ©sus-Christ. Accorde-le, Seigneur, afin que nous comprenions le jour oĂč nous vivons, et ce que Dieu a prĂ©vu pour Son peuple en cette heure; cette grande Ă©poque, sombre et cruciale, oĂč nous vivons actuellement. Ô Dieu, qu’il y ait de l’onction, non seulement sur celui qui parlera, mais aussi sur celui qui Ă©coutera. Fais que nos coeurs Ă  tous tremblent Ă  Ta Parole. “Car la crainte de Dieu est le commencement de la sagesse.” Accorde ces choses, PĂšre, car nous les demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

31 J’aimerais intituler les quelques remarques que je me suis proposĂ© de faire ici, ainsi que les passages de l’Écriture dont je voudrais me servir pour y faire suite, si le Seigneur le veut, pour ce–pour ce Message d’action de grĂące, ce sera l’invisible de : L’union invisible de l’Épouse de Christ. L’union invisible de l’Épouse de Christ. Ça ne semble pas ĂȘtre un Message d’action de grĂące. Bien que nous soyons reconnaissants de tout passage de l’Écriture, quel qu’il soit.

32 Je suis reconnaissant Ă  Dieu de vivre en ce temps des derniers Ă©vĂ©nements de l’histoire de ce monde. Je ne sais pas. Mais si j’avais eu mon mot Ă  dire avant la fondation du monde, que Dieu m’ait prĂ©sentĂ© tout Son programme en me disant : “Je–Je veux que tu prĂȘches. Maintenant, dans quel Ăąge dĂ©sires-tu aller sur terre pour prĂȘcher?” J’aurais choisi cet Ăąge-ci, car je pense que c’est l’ñge d’or.

33 J’aurais certainement aimĂ© ĂȘtre ici Ă  l’époque de Son passage sur terre. Mais je pense quand mĂȘme que maintenant, c’est une plus grande Ă©poque, parce que c’est l’époque oĂč Il viendra chercher ceux qu’Il a rachetĂ©s, oĂč la rĂ©surrection est proche, le moment oĂč tous les rachetĂ©s apparaĂźtront. Quelle occasion glorieuse il nous est donnĂ©e, de parler Ă  un peuple qui se meurt. Une grande Ă©poque! Cela nous remplit d’enthousiasme.

34 Et nous savons que l’histoire arrive Ă  sa fin. L’histoire du monde sera bientĂŽt terminĂ©e, nous entrerons alors dans un jour nouveau, le grand MillĂ©nium. Comme croyant, en effet, je crois au... Ă  un MillĂ©nium, au rĂšgne du MillĂ©nium, avec Christ, pendant mille ans sur la terre; le retour physique du Seigneur JĂ©sus, pour y prendre avec Lui un peuple physique, glorifiĂ©, grĂące Ă  Son Sang purificateur.

35 Paul ici, dans notre passage de l’Écriture, donne une image de la loi et de la grĂące, il prĂ©sente cela par une comparaison avec le mariage et le divorce. Ce passage est rarement pris comme sujet de prĂ©dication, parce que, jusqu’à un certain point, il traite en quelque sorte du mariage et du divorce. Mais il traite aussi d’une partie du mariage et du divorce qui est plus importante encore; en effet, Paul essaie d’établir ici que nous, en tant que–en tant qu’Église, nous ne pouvons pas plus ĂȘtre mariĂ©s en mĂȘme temps au monde et Ă  Christ, tout en–en restant dans la lĂ©galitĂ© et la lĂ©gitimitĂ©, qu’une femme ne peut, du vivant de son mari, vivre avec un autre mari. J’ai mes idĂ©es lĂ -dessus, et je crois que ce que la Bible dit est la VĂ©ritĂ©.

36 Bon, mais je crois, et je suis convaincu de cela, que l’un des grands mystĂšres de la prophĂ©tie y est aussi dĂ©voilĂ©. Et j’espĂšre que le Seigneur nous aidera ce soir, Ă  transmettre ceci Ă  nos fidĂšles qui sont dans l’attente, partout dans le pays.

37 Il a Ă©tĂ© dit, une fois. Je l’ai lu; au moment oĂč j’ai inscrit la note lĂ -dessus, je–je n’arrivais pas Ă  me rappeler dans quel livre au juste ça se trouve. Mais je–je suis sĂ»r que c’est exact, c’est dans un des livres que j’ai lus sur M. Moody, Dwight Moody, de Chicago. Il y a une grande Ă©glise Ă  Chicago, qui est Ă  l’écoute, elle aussi, ce soir. AprĂšs avoir lu Romains 7, M. Moody Ă©tait sorti en courant dans la rue, et il avait dit au premier homme qu’il avait rencontrĂ© : “Connaissez-vous la grĂące?”
L’homme a rĂ©pondu : “GrĂące qui?”
M. Moody a dit : “La grñce de Dieu.”

38 Donc, ça l’avait tellement Ă©lectrisĂ© de voir ce qu’il en Ă©tait : la grĂące, qui nous avait dĂ©gagĂ©s de la loi, et le rĂŽle que remplissait la grĂące. Eh bien, s’il y a quelque chose que je voudrais faire, c’est, quand... J’ai toujours dit aux gens que, quand j’aurai franchi la frontiĂšre, que je serai de l’autre CĂŽtĂ©, j’aimerais me lever et chanter. GrĂące Ă©tonnante! Qu’il est doux le son
Qui a sauvé un misérable comme moi!
Grùce, précieuse grùce!
ConnaĂźtre plus de grĂące!

39 “Car c’est par la grĂące que nous sommes sauvĂ©s; et non par ce que nous pouvons faire.” Ce que nous pouvons faire, tout ce que nous faisons, ce n’est pas comptĂ© en notre faveur. C’est la grĂące qui nous sauve. “C’est par la grĂące que vous ĂȘtes sauvĂ©s, par le moyen de la foi.”

40 Si vous me permettez d’ajouter quelque chose au sujet de cette Femme appelĂ©e GrĂące. Si vous me le permettez, je vais La situer aussi dans la Bible, oĂč Elle est appelĂ©e l’Élue, cette Demoiselle GrĂące dont je vais parler. Vous savez, il est dĂ©clarĂ© dans la Bible, il est dit : “À l’Élue.” Si vous remarquez, â€œĂ©lue”, ça vient du terme “la Dame qui a Ă©tĂ© Ă©lue”. Une Dame, parmi toutes les autres dames, a Ă©tĂ© Ă©lue.

41 Comme la vierge l’a Ă©tĂ©, afin d’enfanter le corps de Dieu sur la terre. Elle Ă©tait une femme qui avait Ă©tĂ© Ă©lue. Dieu avait choisi Marie.

42 De mĂȘme, Dieu a choisi une Dame Ă©lue, qui est Son Épouse. Elle a Ă©tĂ© Ă©lue. J’espĂšre bien que nous en sommes membres, ce soir, partout dans le monde, ou plutĂŽt, partout dans le pays.

43 L’image prĂ©sentĂ©e ici montre la relation de l’Épouse avec Christ – la Dame Ă©lue : comment Elle serait amenĂ©e Ă  Lui; d’oĂč Elle allait venir; et comment Elle allait ĂȘtre amenĂ©e Ă  Lui. L’Église que nous voyons ici, dans la reprĂ©sentation que nous avons devant nous, est prĂ©sentĂ©e comme une femme. Or, une femme, c’est toujours un type de l’Église, parce que l’Église est considĂ©rĂ©e comme une Épouse. Une Épouse : Elle est l’Épouse du Seigneur JĂ©sus, le Fils de Dieu.

44 Toujours, si vous observez, en observant le comportement des femmes et l’état dans lequel elles se trouvent, vous verrez oĂč en est l’église.

45 Bon, ces remarques, certaines d’entre elles peuvent paraĂźtre Ă©tranges Ă  quelques-uns d’entre vous, mais elles font l’éloge du Message que j’ai reçu du Seigneur, que j’essaie de transmettre aux gens. Le... Observez tout ce qui se produit sur le plan naturel, lĂ , la nature, observez ces choses. Elles aussi se dĂ©roulent en conformitĂ© exacte avec celles qui se produisent sur le plan spirituel.

46 Or, en voyant le comportement des femmes dans le monde d’aujourd’hui, vous pourrez observer le comportement de l’église mondaine d’aujourd’hui. Observez bien. Bon, Ă©videmment, il y a aussi le comportement de l’Épouse spirituelle, de l’Église. Voyez? Ça aussi, observez-le. [espace non enregistrĂ© sur la bande –N.D.É.] Parce que la soi-disant Ă©pouse, celle qui est naturelle, elle prĂ©tend ĂȘtre l’Épouse.

47 Maintenant, s’il vous plaĂźt, je le rĂ©pĂšte Ă  l’assemblĂ©e locale. Ne le prenez pas mal, lĂ . Je–je suis en train de parler Ă  ceux, d’un bout Ă  l’autre du pays, que je considĂšre comme Ă©tant la Dame Ă©lue. Alors, s’il y avait ici des ministres qui ne soient pas d’accord, eh bien, gardez simplement le silence pendant quelques instants. Voyez? Remarquez. Écoutez simplement.

48 Remarquez ce caractĂšre. Quand vous voyez les femmes qui se dĂ©chaĂźnent, qui font tout ce qu’elles veulent, alors observez : l’église fait la mĂȘme chose. Remarquez.

49 Mais observez, quand l’Épouse spirituelle, quand Elle, Elle commencera Ă  avoir un rĂ©veil, quand Elle commencera Ă  revenir, Ă  S’aligner sur la Parole de Dieu. Alors observez de nouveau, vous voyez : les Écritures, Ă  ce moment-lĂ , il y aura un Message qui se rĂ©pandra, pour atteindre cette Épouse, pour atteindre cette Femme, l’Élue.

50 En effet, comme le monde – Satan, l’imposteur, c’est lui qui a trompĂ© la premiĂšre Ă©pouse, qui l’a amenĂ©e Ă  pĂ©cher contre Dieu en mettant en doute Sa Parole.

51 Et maintenant, aujourd’hui, comme nous voyons l’église naturelle, qui, par son Ă©vangile intellectuel, s’éloigne de plus en plus de la Parole pour s’adonner Ă  un Ă©vangile social, nous voyons que les femmes du monde, dans la rue, elles qui sont membres de ces Ă©glises-lĂ , elles vivent dans cette mĂȘme atmosphĂšre. Il n’y a pas moyen de le leur dire. Elles ont perdu toute notion de ce qu’est la simple dĂ©cence; voilĂ  ce qui est arrivĂ© aux gens. Voyez? Et c’est ce qui est arrivĂ© Ă  l’église aussi. On peut la voir se diriger tout droit vers le Conseil oecumĂ©nique, aussi sĂ»r que deux et deux font quatre, et tout droit vers Rome, Ă  toute vitesse, vous voyez, parce que c’est ce qui a Ă©tĂ© prophĂ©tisĂ©. Et la voilĂ . VoilĂ  son comportement.

52 Mais alors, observez de nouveau l’Église spirituelle : ce qu’il en a Ă©tĂ© de ce groupe de gens appelĂ©s Ă  sortir, les Élus, dans chaque rĂ©veil. Avec Martin Luther, Ă  la rĂ©forme, il est arrivĂ© la mĂȘme chose. Il est arrivĂ© la mĂȘme chose du temps de John Wesley. Il est arrivĂ© la mĂȘme chose, au dĂ©but, quand le pentecĂŽtisme a commencĂ©. Ils ramĂšnent ces femmes Ă  s’aligner directement sur la Parole, aprĂšs quoi elles commencent Ă  dĂ©river. Et la voilĂ  qui retombe dans le chaos. Mais alors, au moment oĂč les gens sont prĂȘts Ă  s’aligner, un Message apparaĂźt, et ils s’alignent LĂ -dessus.

53 Luther a Ă©tĂ© le messager d’une Ă©poque, celle de la justification, et l’Église s’est alignĂ©e directement lĂ -dessus; quelques-uns l’ont fait. Les autres ont continuĂ© dans leurs voies. Wesley est arrivĂ©, avec la sanctification, et l’Église s’est alignĂ©e directement lĂ -dessus. Le pentecĂŽtisme est arrivĂ©, avec la restauration des dons, et l’Église s’est alignĂ©e directement lĂ -dessus, les Élus de cette Ă©poque-lĂ ; aprĂšs quoi ça s’est mis Ă  dĂ©cliner, c’est retombĂ© de nouveau dans le systĂšme des dĂ©nominations, et ça s’est retrouvĂ© dans le mĂȘme Ă©tat que toutes les autres, comme ça s’était passĂ© tout le long.

54 Bon, mais, si vous remarquez, quand les gens commencent Ă  essayer de s’aligner sur la Parole, c’est lĂ  qu’un Message frais sorti de la Parole de Dieu est adressĂ© directement aux gens. Ils saisissent ce Message et ils s’alignent dessus, chaque fois. C’est tout simplement comme ça que Dieu... C’est ce qui arrive.

55 Nous avons des familles. Chaque famille ici est habituĂ©e Ă  ça. Parfois, pendant des annĂ©es, tout ira trĂšs bien. Puis tout Ă  coup, vous traverserez une pĂ©riode oĂč, comme nous le disons souvent ici, dans le sud : “Quand il pleut, il pleut Ă  verse”, tout va de travers. Vous traversez une nuit. Puis vient l’aurore, puis, de nouveau la nuit. Tout se dĂ©roule dans la continuitĂ©.

56 Ici, Paul, le prophĂšte, dit qu’une femme ne peut pas se remarier avant que son premier mari soit mort. Elle ne peut pas se remarier pendant que son premier mari est vivant; elle ne le peut en aucun cas. Elle doit rester seule tant que son premier mari est vivant. Et si elle commet un tel pĂ©chĂ©, “elle sera appelĂ©e adultĂšre”. Je prĂ©sente ici le cĂŽtĂ© naturel, pour montrer que c’est un type qui reprĂ©sente le cĂŽtĂ© spirituel. Si cette femme commet un tel pĂ©chĂ©, alors elle est marquĂ©e comme “adultĂšre”, si elle a deux maris vivants en mĂȘme temps. Elle perd donc, de ce fait, ses droits pour ce qui est de Dieu et du Ciel, en faisant une telle chose. AssurĂ©ment. Elle est exclue de l’économie de Dieu, selon les Écritures, ce que je viens de lire.

57 Il en est de mĂȘme pour l’église, quand elle essaie de mĂ©langer des crĂ©dos et des dĂ©nominations avec la Parole de Dieu. Elle ne peut pas ĂȘtre mariĂ©e Ă  une dĂ©nomination et ĂȘtre l’Épouse de Christ en mĂȘme temps. Il faut qu’elle soit morte Ă  l’un ou Ă  l’autre. C’est ce que dit la loi, ici. Il y a beaucoup de lois dans la Parole de Dieu. Et ça, c’est Sa loi, c’est exactement ce que Paul est en train de dire ici. Elle ne peut pas ĂȘtre mariĂ©e Ă  une Ă©glise Ă  crĂ©dos mondains, tout en Ă©tant l’Épouse de Christ, parce qu’elle, que ces choses sont opposĂ©es l’une Ă  l’autre. Maintenant, souvenez-vous-en.
Vous dites : “Eh bien, nous croyons ceci, mais nous ne croyons pas Cela.”

58 Si vous ĂȘtes mariĂ©s Ă  Christ : Christ, c’est la Parole de Dieu. Dans Jean, chapitre 1, il est dit : “Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu. Et Elle a Ă©tĂ© faite chair, et a habitĂ© parmi nous.” Christ Ă©tait la Parole vivante. Il a toujours Ă©tĂ© la Parole. Il est encore la Parole. Il sera toujours la Parole. Il Ă©tait simplement la manifestation des attributs de Dieu, car Il Ă©tait le Fils de Dieu.

59 Et tout fils est la manifestation des attributs de son pĂšre; tout comme vous, vous Ă©tiez dans les gĂšnes de votre pĂšre, dans le corps de votre pĂšre, quand il Ă©tait un jeune garçon. Vous Ă©tiez en lui. Cependant il ne pouvait pas ĂȘtre en communion avec vous, parce qu’il ne vous connaissait pas. Mais ensuite, grĂące au terrain d’ensemencement de votre mĂšre, vous avez Ă©tĂ© enfantĂ© sur cette terre, et vous avez Ă©tĂ© fait Ă  l’image de votre pĂšre, et alors il a pu ĂȘtre en communion avec vous.

60 De mĂȘme, vous, vous Ă©tiez fils de Dieu et filles de Dieu, avant mĂȘme qu’il y ait une lune, des Ă©toiles ou une molĂ©cule. Vous Ă©tiez fils et filles de Dieu, car vous ĂȘtes simplement la manifestation physique des attributs qui se trouvaient en Dieu au commencement. En effet, il n’y a qu’une seule forme de Vie Éternelle, et c’était vous, avant. Vous n’en savez rien. Et, de mĂȘme, vous n’en saviez rien quand vous Ă©tiez dans votre pĂšre terrestre, mais vous avez Ă©tĂ© manifestĂ©s, alors, Ă  son image. Vous avez Ă©tĂ© faits Ă  l’image de Dieu, et vous avez Ă©tĂ© manifestĂ©s pour la gloire de Dieu et pour la communion avec Lui.

61 Et donc, aussi sĂ»r qu’il fallait que votre gĂšne se trouve dans votre pĂšre avant votre naissance naturelle, il fallait que votre gĂšne spirituel se trouve en Dieu, puisque vous ĂȘtes une expression des attributs de Ses pensĂ©es, d’avant la fondation du monde. Exact. Il n’y a pas moyen de passer Ă  cĂŽtĂ©. C’est exact. Bon, donc, nous remarquons lĂ  que cette Vie Ă©tait en vous, que la Vie de Dieu Ă©tait en vous, dĂšs la fondation du monde.

62 Or lĂ , vous ne pouvez pas croiser les crĂ©dos d’une dĂ©nomination avec la Parole, parce qu’ils sont trop opposĂ©s l’un Ă  l’autre.

63 C’est exactement ce que Satan a essayĂ© de faire, en se servant de sa conception intellectuelle pour s’adresser Ă  Ève. Il a dit, il a reconnu que Dieu l’avait dit, mais il a dit : “Vous ne mourrez point certainement.” Voyez? Et ils croient ça.

64 VoilĂ  ce que les crĂ©dos ont fait, ce soir. Les dĂ©nominations ont sĂ©parĂ© les gens de la Parole de Dieu. N’est-ce pas que JĂ©sus a dit, quand Il est venu : “Vous, par vos traditions, vous avez annulĂ© l’effet des Commandements de Dieu sur les gens”? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Et, par nos crĂ©dos, nous nous sommes dissociĂ©s de la communion avec le Saint-Esprit, qui oint la Parole de Dieu destinĂ©e Ă  ĂȘtre dispensĂ©e Ă  cette gĂ©nĂ©ration-ci. Nous en avons tellement sĂ©parĂ© les gens, par les dĂ©nominations, qu’ils n’ont pas la possibilitĂ© de voir ce qu’il En est.

65 Or Dieu, Il, à chaque génération, Il ajoute une nouvelle partie de Son Livre. Toutes les parties vont ensemble.

66 C’est comme ça que mon corps s’est dĂ©veloppĂ©. D’aprĂšs ce qu’on me dit, il a commencĂ© Ă  se former dans la colonne vertĂ©brale, mais tout n’était pas la colonne vertĂ©brale. À cela se sont ajoutĂ©s les cĂŽtes, et les poumons, ensuite les mains, les bras, les pieds et ainsi de suite, et ce qui en est rĂ©sultĂ©, c’est la personne que je suis.

67 Et c’est comme ça que Dieu a Ă©tĂ© manifestĂ©, au commencement. Finalement Il est apparu comme JĂ©hovah, Dieu le PĂšre. Ensuite Il est apparu comme Dieu le Fils, en JĂ©sus-Christ. Maintenant Il est apparu comme Dieu le Saint-Esprit. Le mĂȘme Dieu depuis le dĂ©but, trois manifestations du mĂȘme–mĂȘme Dieu.

68 Alors, nous voyons ainsi que Dieu, à chaque génération, Il a assigné une portion de Sa Parole, depuis le commencement.

69 C’est exactement comme ça que l’évolution a eu lieu. C’est exactement comme ça, Dieu, ce qu’Il a crĂ©Ă© en premier, c’est probablement... Disons qu’Il a commencĂ© par crĂ©er la vie vĂ©gĂ©tale. AprĂšs quoi Il a crĂ©Ă© la vie animale. AprĂšs quoi Il a crĂ©Ă© la vie humaine. Un genre d’évolution, vers une vie toujours supĂ©rieure.

70 Il en a Ă©tĂ© de mĂȘme pour ce qui est de Dieu et Son Église. La justification, avec Luther. La sanct-... C’est qu’Il est en train de faire sortir de lĂ  Son Épouse, maintenant. Il est en train de crĂ©er Son Épouse. La justification, avec Luther; la sanctification, avec Wesley; et ainsi de suite, vous voyez. Il, l’évolution de l’Esprit, donnĂ© dans une mesure de plus en plus grande, parce que le Corps est en train de se dĂ©velopper, progressant vers la TĂȘte, qui est Christ – le Corps de Christ.

71 Maintenant, Elle, puisqu’Elle est une femme, si Elle est mariĂ©e Ă  Christ, la Parole, Elle ne peut pas ĂȘtre mariĂ©e en mĂȘme temps Ă  une Ă©glise dĂ©nominationnelle, car Elle est liĂ©e Ă  celui-ci. Elle sera... ne peut pas vivre avec les deux maris en mĂȘme temps. Ils sont opposĂ©s l’un Ă  l’autre. L’un est envoyĂ© de Dieu, l’autre est fait de main d’homme, ils sont donc en opposition. Il a dit : “Que toute parole d’homme soit reconnue pour mensonge; que la Mienne soit reconnue pour VĂ©ritĂ©.” C’est Dieu qui a dit ça.

72 Ils sont tout aussi opposĂ©s l’un Ă  l’autre que la loi Ă©tait opposĂ©e Ă  la grĂące, comme Paul le disait ici. L’un des deux doit ĂȘtre mort, pour qu’on puisse entrer en possession de l’autre. “Et si elle essaie de les mĂ©langer ensemble, elle sera appelĂ©e adultĂšre.” Oh! Pensez-y. New York, l’Arizona, d’un bout Ă  l’autre du pays, pensez-y. Dieu a dit : “Si elle essaie d’avoir deux maris en mĂȘme temps, elle sera appelĂ©e adultĂšre.” Quelle adultĂšre peut entrer au Ciel? Est-ce que Dieu Ă©pouserait une adultĂšre? Certainement pas. Il nous a demandĂ©, Ă  nous, de ne pas le faire. “Elle sera appelĂ©e adultĂšre.”

73 Alors, ses enfants, si elle est adultĂšre, ses enfants sont illĂ©gitimes. IllĂ©gitimes! IllĂ©gitimes en ce qui concerne quoi? Non pas l’église, mais la Parole. Elle est illĂ©gitime. Quelle image nous voyons ici, d’Apocalypse 3, de l’ñge de l’église de LaodicĂ©e, des derniers jours! Quel groupe illĂ©gitime! Quel mĂ©li-mĂ©lo dĂ©nominationnel! TiĂšdes, ils se conduisent n’importe comment et se disent ChrĂ©tiens, alors qu’ils renient la Parole de Dieu : “Ayant l’apparence de la piĂ©tĂ©, mais reniant ce qui en fait la force”, comme le prophĂšte l’avait annoncĂ© Ă  leur sujet.

74 Le mariage est la plus vieille institution du monde. C’est dans le jardin d’Éden que le mariage a Ă©tĂ© cĂ©lĂ©brĂ© pour la premiĂšre fois, et qu’il a Ă©tĂ© instituĂ©.

75 Il a Ă©tĂ© confiĂ© Ă  la femme certains caractĂšres distinctifs, qu’elle ne doit pas souiller. C’est ce qui a Ă©tĂ© confiĂ© Ă  la femme. Il n’y a aucune crĂ©ature sur terre qui soit comme la femme. Il n’y a aucune chienne, il n’y a aucune femelle de quelque espĂšce que ce soit, Ă  laquelle il ait Ă©tĂ© confiĂ© ce caractĂšre propre Ă  la femme.

76 La femme ne faisait mĂȘme pas partie du–du commencement de la crĂ©ation, parce que Dieu savait qu’elle allait tomber. Toutes les autres femelles ne pouvaient pas commettre adultĂšre. Elle est la seule Ă  pouvoir commettre adultĂšre. Si elle avait Ă©tĂ© faite comme la crĂ©ation originelle, cela aurait Ă©tĂ© contraire Ă  la grande sagesse de Dieu. Voyez? Elle a Ă©tĂ© faite un produit dĂ©rivĂ© de l’homme.

77 Mais, parce qu’elle a Ă©tĂ© mise de ce cĂŽtĂ©-lĂ , elle a aussi reçu de Dieu une charge sacrĂ©e quant Ă  la rĂ©demption. Il y a chez elle des caractĂšres distinctifs qu’elle ne doit pas souiller.

78 Si elle les salit, alors elle est souillĂ©e pour le reste de sa vie. Peu importe combien elle peut ĂȘtre pardonnĂ©e, elle ne peut pas ĂȘtre justifiĂ©e. Je vais toucher ce point-lĂ  tout Ă  l’heure. Je vais prendre un passage de l’Écriture lĂ -dessus dans quelques minutes. Elle peut ĂȘtre pardonnĂ©e de s’ĂȘtre souillĂ©e, mais elle ne peut pas ĂȘtre justifiĂ©e dans cette vie. C’est toujours Ă  son dossier. Remarquez, donc. C’est ce qui lui a Ă©tĂ© confiĂ©. Elle pourra ĂȘtre pardonnĂ©e, mais pas justifiĂ©e.

79 Son corps lui a Ă©tĂ© donnĂ©, c’est un dĂ©pĂŽt sacrĂ© qui lui a Ă©tĂ© confiĂ© par Dieu. Aucune chienne, aucun oiseau, aucun autre animal, aucune autre crĂ©ature n’est comme ça. Non. Elle est la seule. Par ceci, elle... La raison pour laquelle c’est tellement sacrĂ©, c’est parce que c’est elle qui doit transmettre la vie sur la terre. Son corps est le terrain d’ensemencement de la vie, c’est pour cette raison, donc, que lui a Ă©tĂ© confiĂ© ce dĂ©pĂŽt sacrĂ©.

80 Maintenant, voici un point sur lequel vous ne serez peut-ĂȘtre pas d’accord, beaucoup d’entre vous, les thĂ©ologiens : c’est ce qui a souillĂ© toute la race humaine, cet adultĂšre qui a Ă©tĂ© commis au commencement. Son terrain d’ensemencement a Ă©tĂ© sali. Elle a mis au monde ces jumeaux, CaĂŻn et Abel. Un acte, deux enfants. Sondez les Écritures. Oui.

81 Remarquez. Alors, nous voyons que son corps est le terrain d’ensemencement, et donc, c’est un dĂ©pĂŽt sacrĂ©, elle ne doit pas le souiller. Bon, ce que je dis lĂ , je l’apporte comme une image, pour vous montrer oĂč en est l’Église. Je ne parle pas de vous, les femmes. Comment vous ĂȘtes, ça, c’est entre vous et Dieu. Ou vous, les hommes. Mais je parle de l’Église et de Christ.

82 Alors, ceci lui a Ă©tĂ© confiĂ©, pour transmettre la vie, que Dieu seul peut donner. Son mari peut porter le germe en lui, mais c’est Dieu qui doit produire la vie. C’est vrai. Cela doit venir, toute vie doit venir de Dieu. Toute forme de vie doit venir de Dieu. Elle est pervertie, et c’est ce qui en fait une vie de pĂ©chĂ©, mais la vie doit venir de Dieu. Il est l’auteur de la vie. Donc elle a un dĂ©pĂŽt sac-... un...

83 Je veux citer ici trois choses auxquelles elle ne doit pas dĂ©roger. Maintenant ce que je dis, gardez l’église Ă  l’esprit, alors que je le dis en m’adressant Ă  la femme naturelle, comme Paul le fait ici, au chapitre 7 de Romains.

84 Elle a un dĂ©pĂŽt sacrĂ©, une vertu qui lui a Ă©tĂ© confiĂ©e par son Seigneur, une certaine vertu. Il n’y a que la femme qui dĂ©tient cela. C’est vrai. Cela lui a Ă©tĂ© confiĂ© par Dieu. Elle ne doit pas souiller cette vertu.

85 MĂȘme que, si elle fait quelque chose de mal, elle doit le confesser Ă  son mari avant qu’il la prenne avec lui, et elle doit redresser la situation. Et c’est pareil pour l’église qui avait Ă©tĂ© mariĂ©e Ă  la loi, elle doit se prĂ©senter devant Christ avant le second mariage. Elle doit confesser ça; si elle ne le fait pas, et qu’elle vit avec son mari pendant dix ans avant de le lui confesser, il a le droit de la rĂ©pudier et d’épouser une autre femme. Ça, c’est l’Écriture. La fornication, c’est de mener une vie impure.

86 “Joseph, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit.” Il se proposait de rompre secrĂštement avec elle, vous voyez, aprĂšs qu’il s’était fiancĂ© avec elle. Quand vous ĂȘtes fiancĂ© avec elle, pour Dieu, vous ĂȘtes mariĂ© avec elle.

87 Remarquez, donc, elle a un dĂ©pĂŽt sacrĂ©, une vertu qui lui a Ă©tĂ© donnĂ©e, qui lui a Ă©tĂ© confiĂ©e par le Seigneur. C’est Dieu qui lui a donnĂ© cette vertu. Exactement comme dans le jardin d’Éden, elle peut dire “oui” ou “non”. Elle a un dĂ©pĂŽt sacrĂ©, une fĂ©minitĂ© qui lui a Ă©tĂ© confiĂ©e, qu’elle ne doit pas violer. La fĂ©minitĂ© dont je parle ici, c’est son comportement, son caractĂšre en prĂ©sence des hommes. De ne pas permettre Ă  tous les hommes...

88 On regarde et on voit, sur ces Ă©crans, ces vedettes de cinĂ©ma qui embrassent ces femmes, et les Ă©treignent, et se vautrent avec elles. Une femme qui agit comme ça est d’un caractĂšre corrompu. Elle aura beau ĂȘtre vertueuse Ă  part ça. Mais, vous voyez, dans son coeur... Alors que ces glandes, les glandes sexuelles, se trouvent dans les lĂšvres. L’homme qui embrasse une femme, en fait, il a commis, potentiellement, un adultĂšre. Les glandes sexuelles se trouvent dans les lĂšvres de la femme et dans les lĂšvres de l’homme. Il pourrait lui baiser la main, il n’y aurait pas d’union des glandes sexuelles. Mais les glandes sexuelles se trouvent dans les lĂšvres. Et de voir toutes ces absurditĂ©s de–de Hollywood, aujourd’hui, de se vautrer avec les femmes, et l’amour libre, et tout ça; et les petites filles qui regardent tout ça. Ce n’est pas Ă©tonnant que nos moeurs soient corrompues, et dĂ©pravĂ©es, et dissolues, vous voyez, c’est parce qu’on prĂ©sente ces choses aux enfants. C’est vrai. Il faut qu’il en soit ainsi dans les derniers jours.

89 Maintenant gardez l’église Ă  l’esprit. Elle embrasse, et elle se vautre, et se mĂȘle Ă  tout sauf Ă  la Parole, elle s’abandonne au diable, et Ă  l’instruction, et aux recherches scientifiques, et ainsi de suite.

90 Alors que la science, l’instruction et toutes ces choses, sont carrĂ©ment contraires Ă  Dieu. Tout le systĂšme de civilisation que nous avons actuellement est carrĂ©ment antichrist. Le systĂšme d’éducation est antichrist. La civilisation est antichrist. Elle est contre Dieu. Vous dites : “Contre la civilisation?” Un de ces jours, Dieu aura une civilisation, oĂč la mort n’aura aucune place. Cette civilisation moderne vient de Satan. Je vais vous le prouver, si le Seigneur le veut, ce soir, par la Bible. Toutes ces choses sont de Satan. Notre nouvelle civilisation n’inclura rien de tout ceci.
Elle a cette féminité, qui est sacrée.

91 Ce n’est pas Ă©tonnant que les hommes se conduisent comme ça avec les femmes, c’est parce que les femmes se conduisent comme ça avec les hommes. Elle se caractĂ©rise par ces choses, elle parade en short, en vĂȘtements moulants, en vĂȘtements d’homme, et tout, dans la rue, elle est lĂ  Ă  se trĂ©mousser. Quoi qu’elle dise, elle aura beau ĂȘtre tout ce qu’il y a de plus vertueuse Ă  l’égard de son mari, mais aux yeux de Dieu : “Elle est adultĂšre.” “Quiconque regarde une femme pour la convoiter a dĂ©jĂ  commis un adultĂšre avec elle, dans son coeur.” Et elle, elle a exhibĂ© sa personne comme ça.
Et c’est exactement comme ça que l’église a agi Ă  l’égard du monde.

92 Remarquez. C’est ce qui lui a Ă©tĂ© confiĂ© : une vertu sacrĂ©e, une fĂ©minitĂ© sacrĂ©e, et puis une maternitĂ© sacrĂ©e, faire honneur Ă  son mari.

93 Regardez donc aujourd’hui. Dans certaines villes, dans de nombreuses villes, ils vont mĂȘme jusqu’à donner de grandes soirĂ©es, en sociĂ©tĂ©, comme ils disent, et des membres d’église par-dessus le marchĂ©. Ils posent leur chapeau par terre, ils s’enivrent tous, puis chacun jette sa clĂ© dedans. Chaque femme va ramasser une clĂ© dans le chapeau, pour savoir avec quel homme elle va passer le week-end. Toutes sortes de soirĂ©es du genre! Mais j’ai tant de choses Ă  dire ici, si le Seigneur le veut, que je n’ai pas le temps de m’étendre lĂ -dessus. Quelle souillure!

94 Et l’église est tout aussi corrompue, c’est vrai, elle commet adultĂšre avec toutes sortes de choses, alors qu’elle n’a pas Ă  se mĂȘler Ă  ces choses. Elle devrait s’en tenir Ă  la Parole.

95 Les bĂątiments, c’est bien. Les hĂŽpitaux, c’est bien. Toutes ces autres choses, c’est bien. Les programmes pĂ©dagogiques, c’est bien. Il nous faut vivre ici, il faut lire, Ă©crire. Ça fait partie de l’économie.

96 Par exemple, nous n’étions pas censĂ©s mettre des vĂȘtements au commencement. Je prĂȘcherai lĂ -dessus plus tard cette semaine, si le Seigneur le veut. Mais il faut porter des vĂȘtements, parce que Dieu nous a donnĂ© des vĂȘtements. Mais au commencement, nous n’en avions pas besoin. Nous Ă©tions voilĂ©s.

97 Maintenant elle est couverte d’un voile qui l’empĂȘche de voir son pĂ©chĂ©. Elle ne sait mĂȘme pas qu’elle pĂšche, vous voyez; comme elle l’était, en ce temps-lĂ . Par... Maintenant elle est voilĂ©e par le diable; en ce temps-lĂ  elle Ă©tait voilĂ©e par Dieu. C’est ça qui fait la diffĂ©rence.

98 Donc nous voyons qu’il lui a Ă©tĂ© confiĂ© ce dĂ©pĂŽt sacrĂ© qu’elle ne doit pas violer : sa fĂ©minitĂ©, de se tenir, de faire preuve de caractĂšre, d’élever ses enfants, de faire honneur Ă  son mari.

99 De nos jours, elles ne prĂȘtent aucune attention Ă  ça, pas le moins du monde. Il faudrait vous asseoir dans mon bureau, un de ces jours, et voir les hommes qui y viennent avec leur femme, alors qu’elles essaient de se mettre en rĂšgle avec Dieu et de se confesser de toutes les relations qu’elles ont eues avec d’autres hommes, et tout, depuis leur mariage. Oh, vous dites : “Ça, ce sont des...” Non. Ça, ce sont des pentecĂŽtistes. Ah. Les autres ne viendraient pas. Alors, c’est...

100 Ce que je suis en train d’exprimer, c’est Ă  quel point on peut s’éloigner, quand on se met Ă  frayer avec le monde, l’église, avec toutes les modes et toutes ces choses qu’il y a parmi nous. Nous ne ressemblons pas plus Ă  la pentecĂŽte originelle que le jour ressemble Ă  la nuit. Nous avons dĂ©rivĂ© quelque part, nous avons sombrĂ© quelque part dans un chaos tĂ©nĂ©breux, et nous sommes perdus.

101 Quel dĂ©pĂŽt sacrĂ©! Quelle responsabilitĂ© confiĂ©e Ă  la femme! Maintenant voyez-vous pourquoi elle est un type de l’Église, qui a la mĂȘme responsabilitĂ©. Comme la femme, qui a une responsabilitĂ© sacrĂ©e Ă  l’égard de sa maternitĂ©, de ses vertus, de son mari, de mĂȘme l’Église a une responsabilitĂ© sacrĂ©e Ă  l’égard de la priĂšre, de la Parole, et de Christ, exactement comme la femme.

102 De mĂȘme, comme la femme qui va Ă  la dĂ©rive avec un autre homme; quand l’église sombre dans les programmes institutionnels, des programmes de construction, des Ă©coles et tout ça. Je n’ai rien contre. Ces choses-lĂ , c’est bien. Elles ont leur utilitĂ©. Mais elles ne sont pas...

103 JĂ©sus n’a jamais dit : “Allez construire des Ă©coles.” Il a dit : “PrĂȘchez la Parole.”

104 C’est Ce qu’ils nĂ©gligent. Il ne s’agit pas de construire des institutions, des hĂŽpitaux, et ainsi de suite. Ces choses-lĂ , c’est bien, mais le devoir de l’Église, ce n’est pas ça. Son devoir, c’est de prĂȘcher l’Évangile, mais nous avons fait tout sauf ça. Et nous avons dĂ©rivĂ© dans ces choses, tout comme Satan l’a fait, en mĂ©langeant celles-ci avec un peu d’Évangile, autre chose, puis autre chose encore, au point que c’est devenu une agglomĂ©ration qui n’a aucune valeur. De la corruption qui s’est Ă©tendue Ă  la totalitĂ© de notre, la totalitĂ© du monde! Observez vers quoi se dirige le monde.

105 Il n’y a pas longtemps, je lisais dans le Reader’s Digest que des jeunes filles ont leur mĂ©nopause, et des hommes leur retour d’ñge, entre l’ñge de vingt et vingt-cinq ans. Ils arrivent Ă  l’ñge mĂ»r. De la corruption (pourquoi?), Ă  cause de la recherche scientifique sur la nourriture et autres, ce qui a dĂ©tĂ©riorĂ© les choses naturelles dont nos corps devraient se nourrir. Nous ne sommes qu’un paquet de corruption qui court vers la mort.

106 Or, voilĂ  aussi ce qu’est l’église. Elle est dans le mĂȘme Ă©tat.

107 Elle est un type. Elle a les mĂȘmes prĂ©cieuses vertus, par l’Esprit, qui lui ont Ă©tĂ© donnĂ©es pour prĂ©server l’Esprit et la Parole, et ne jamais commettre adultĂšre avec quoi que ce soit qui est du monde, ni rien. Rester vierge Ă  l’égard de la Parole, comme une femme doit rester vertueuse Ă  l’égard de son mari. C’est un dĂ©pĂŽt sacrĂ©. Honorer la Parole de Son Seigneur par-dessus tout ce qui existe comme credo, comme sagesse, comme dĂ©nomination de fabrication humaine. L’Église a reçu ce dĂ©pĂŽt.

108 S’ils disent : “Eh bien, mon Ă©glise...” Peu m’importe ce que votre Ă©glise croit. Si c’est contraire Ă  la Parole de Dieu, tenez-vous loin de ça.

109 La Bible dit : “JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement.” Marc 16 dit : “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru.” Si une Ă©glise prĂȘche autre chose que Cela, il ne faut surtout pas, vous devez mourir Ă  cette chose. Naissez de nouveau dans la Parole de Dieu. “Allez par tout le monde et prĂȘchez l’Évangile Ă  toute la crĂ©ation.” VoilĂ  jusqu’oĂč Celui-ci devait aller. “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru, par tout le monde, et toutes les crĂ©atures qui croiront.” Vous voyez combien nous nous En sommes Ă©loignĂ©s? Certainement. Mais Elle a la responsabilitĂ© de Cela.

110 Mais maintenant, regardez ce qu’il en est, Hollywood a arrachĂ© aux femmes de chez nous ce qu’il y avait de vertueux en elles.

111 Je suis en train de regarder une chĂšre dame ĂągĂ©e, Soeur Schrader, beaucoup des femmes qui sont ici, et lĂ -derriĂšre, et Soeur Moore qui est ici, les femmes d’un certain Ăąge, se souviennent d’il y a quelques annĂ©es en arriĂšre. Si leur mĂšre – ou mĂȘme elles – Ă©tait sortie dans la rue comme certaines de ces femmes se promĂšnent aujourd’hui, des membres d’église, on aurait fait interner cette femme pour aliĂ©nation mentale. “Elle a oubliĂ© de mettre sa jupe.” Eh bien, si c’était de l’aliĂ©nation mentale Ă  cette Ă©poque-lĂ , ça l’est aussi maintenant.

112 Eh bien, regardez, le monde entier le prouve bien, qu’il est frappĂ© de folie. Regardez les meurtres et les choses qui se dĂ©roulent maintenant dans le monde. Voyez? De la folie!

113 Tout ce qui arrive vient accomplir l’Apocalypse. Nous verrons peut-ĂȘtre ça cette semaine. Alors que ces choses hideuses, qui ne sont pas des choses naturelles. Ce sont des choses spirituelles, qui font que les gens crient aux rochers et aux montagnes, et tout, de tomber sur eux.

114 C’est dans une folie complĂšte, totale, que ce monde va bientĂŽt sombrer, et il en est presque lĂ  actuellement. Eh bien, vous pouvez en voir les signes avant-coureurs. Ça y est. C’est–c’est en marche, c’est dĂ©jĂ  lĂ , dans la rue, et jusque sur les bancs d’églises, de la folie totale, ils font des choses qu’un ĂȘtre humain civilisĂ© ne songerait pas Ă  faire.

115 Regardez ce que Hollywood a fait Ă  la femme. Regardez ce qu’il en est. Hollywood a dĂ©pouillĂ© la femme de ses vertus sacrĂ©es. Nous pourrions continuer encore longtemps. Voyez?

116 Elle a perdu toutes ces choses. Comment en est-elle arrivĂ©e lĂ ? À cause d’un instrument rusĂ©, appelĂ© l’église, tout comme il y en avait un dans le jardin d’Éden. Une personne rusĂ©e, le diable est entrĂ© dans l’église, tout comme il l’avait fait dans le jardin d’Éden. Et il a usĂ© de moyens de sĂ©duction pour l’entraĂźner lĂ -dedans. Elle est sĂ©duite. La femme pense... ce n’est pas volontairement qu’elle est dans l’erreur.

117 Ce n’est pas volontairement qu’Ève a mal agi. Elle ne l’a pas fait dĂ©libĂ©rĂ©ment. Mais elle... La Bible dit, dans II TimothĂ©e, I TimothĂ©e 3 : “Elle a Ă©tĂ© sĂ©duite.” Et sĂ©duite, ce n’est pas quand vous le faites dĂ©libĂ©rĂ©ment. C’est quand on use de moyens de sĂ©duction pour vous amener Ă  le faire.

118 Et c’est exactement ce qui est arrivĂ© aujourd’hui. Elle a Ă©tĂ© sĂ©duite, par la tĂ©lĂ©vision, par les magazines, par ces gens, ces, toutes ces belles choses qui passent dans la rue. Les jeunes filles modernes, elles regardent les magazines, et elles regardent les photos. Elles regardent dans la rue. Elles voient les vĂȘtements dans les boutiques. Oh, comme Satan, ce grand instrument de–de l’enfer, est descendu parmi les gens, et a usĂ© de moyens de sĂ©duction pour les entraĂźner dans ces choses! Et la femme pense qu’elle n’a rien Ă  se reprocher. Elle est morte, et elle ne le sait pas. Elle est loin de Dieu. Vous voyez comment elle a perdu toutes ces choses, et comme ça s’est fait par la ruse?

119 Aujourd’hui, je voudrais vous faire remarquer. JĂ©sus a parlĂ© de ceci. Et, si vous dĂ©sirez le lire, JĂ©sus l’a dit, que ceci allait arriver. Le saviez-vous? Dans les derniĂšres heures qui ont prĂ©cĂ©dĂ© Sa crucifixion. Lisons-le donc, dans Luc, au–au chapitre 23, juste un instant, comme une leçon d’école du dimanche. À partir du verset 27, je crois que c’est ce que j’ai notĂ© ici. JĂ©sus se rend au Calvaire. Écoutez pendant que je le lis. TrĂšs bien. Luc 23.27, je crois que c’est lĂ  que ça se trouve. C’est ce que mes notes indiquent. Oui. VoilĂ , c’est ça. Il Ă©tait suivi d’une grande multitude des gens du peuple, et de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui. JĂ©sus se tourna vers elles, et dit : Filles de JĂ©rusalem, ne pleurez pas sur moi; mais pleurez sur vous et sur vos enfants. Car voici, des jour–jours viendront oĂč l’on dira : Heureuses les stĂ©riles, heureuses les entrailles qui n’ont point enfantĂ©, et les mamelles qui n’ont point allaitĂ©!

120 Pensez à aujourd’hui, c’est honteux pour elle d’avoir un enfant. Voyez? Alors ils se mettront à dire aux montagnes : Tombez sur nous! Et co-... Et aux collines : Couvrez-nous! Car, si l’on fait ces choses au bois vert–vert, que fera-t-on au bois sec?

121 Il parle de l’époque oĂč les femmes ne voudraient plus avoir d’enfants. Elles veulent un chien, ou un chat, ou quelque chose comme ça. Mais elle ne veut plus d’enfants. Pourquoi? “Elle sera comme la mĂšre Michel, si elle a un enfant.” Voyez? Elle ne veut pas. VoilĂ  les–voilĂ  les commentaires qui viennent de Hollywood. Il ne veut pas que sa femme soit une mĂšre Michel. Alors, elle se fera, il se fera opĂ©rer, ou bien elle, l’un des deux, pour les empĂȘcher d’avoir des enfants. Ils ne veulent pas d’enfants.

122 JĂ©sus en a parlĂ©. Et qu’est-ce qu’Il a dit? “En ce temps-lĂ , ils se mettront Ă  crier aux rochers et aux montagnes de tomber sur eux.”

123 Elle pratiquera le contrĂŽle des naissances, pour pouvoir se permettre d’aller Ă  ses soirĂ©es. Elle ne veut pas s’encombrer d’un bĂ©bĂ© qu’il faut allaiter. “Ça va la dĂ©former. Enceinte, c’est ce qui va arriver, ça va la dĂ©former. Elle n’aura plus l’apparence qu’elle avait.” Et son mari est assez ignorant pour la laisser faire. Elle ne veut pas lui donner un enfant.

124 JĂ©sus en a parlĂ©. Et Il a dit que “quand elles feraient ça, que c’est en ce temps-lĂ  que les gens se mettraient Ă  crier aux rochers de tomber sur eux.” C’est la Venue du Seigneur.

125 Elles paient de grosses sommes d’argent pour avoir des chats, des chiens, Ă  dorloter. C’est vrai. Il faut qu’elle ait quelque chose Ă  dorloter, parce que c’est sa nature, que Dieu lui a donnĂ©e.

126 Je remarque ceci. Je chasse le gros gibier. La vieille ourse, Ă  l’automne, quand il y a eu accouplement avec le mĂąle, Ă  ce moment-lĂ  elle a dĂ©jĂ  des oursons Ă  elle. Ces oursons-lĂ  sont maintenant de taille respectable, ils pĂšsent peut-ĂȘtre cent livres [quarante-cinq kilos] ou plus. Ouste! elle les chasse, pour qu’ils aillent hiberner tout seuls, parce qu’elle va mettre bas d’autres petits. Ils naissent en fĂ©vrier. L’ourse n’en a pas connaissance.

127 Ils naissent dans de petits sacs. Dieu les amĂšne Ă  ouvrir ces petits sacs tout seuls, de petits... ça ressemble Ă  de petits sacs de cellophane. Ils trouvent leur chemin tout seuls. Leur mĂšre est profondĂ©ment endormie. Elle n’a rien mangĂ© depuis octobre, et on est en fĂ©vrier. Ils viennent se mettre auprĂšs d’elle et ils se nourrissent de son lait jusqu’à la mi-mai.

128 Alors, quand elle voit ses oursons, ils sont dĂ©jĂ  d’une taille respectable, ils pĂšsent peut-ĂȘtre quinze, de dix Ă  quinze livres [sept kilos, de cinq Ă  sept kilos] chacun. Ils se sont nourris de son lait. Comment elle arrive Ă  produire du lait, ça, c’est l’affaire de Dieu. Elle vit sur ses propres ressources, en plus de produire du lait pour ses oursons.

129 Mais si l’accouplement ne donne rien, qu’elle n’a pas d’autres oursons, alors elle ira Ă  la recherche des oursons de l’annĂ©e, de l’annĂ©e prĂ©cĂ©dente, et elle les dorlotera tout l’étĂ©, parce que c’est un instinct que Dieu lui a donnĂ©. Il faut qu’elle ait quelque chose Ă  dorloter.

130 De mĂȘme, si une femme ne donne pas un enfant Ă  son mari, elle va se procurer un chien, ou un chat, ou quelque chose comme ça. Il faut qu’elle dorlote quelque chose. C’est sa nature. Mais pour ce qui est de donner un enfant Ă  son mari, et de l’élever pour qu’il serve Dieu, ça, ce n’est vraiment pas son rayon. Elle devrait, oh, elle... Oh, si elle le faisait, elle serait carrĂ©ment en disgrĂące auprĂšs de cette sociĂ©tĂ© qui aime le pĂ©chĂ©, du type de femmes que nous avons en 1965.

131 VoilĂ  une image bien rĂ©elle de l’église moderne d’aujourd’hui! L’église moderne non plus, elle n’en veut pas autour d’elle, de ces enfants que produit Actes 2.38, qui hurlent, qui poussent des cris, qui parlent en langues. Oui. Oui. Voyez? Oui. Elle n’en veut pas, de ceux qui poussent des cris, qui pleurent, qui crient : “Amen! AllĂ©luia!” Voyons, avec un enfant pareil, elle se ferait tout de suite exclure de sa dĂ©nomination. S’il y en avait un comme ça dans une des Ă©glises, eh bien, ils la mettraient tout de suite Ă  la porte.
“Pourquoi permettez-vous de telles choses?”

132 Donc, vous voyez, elle a Ă©tĂ© fĂ©condĂ©e par quelque chose, puisqu’elle produit continuellement des membres. Mais elle ne veut pas de ceux qui hurlent, qui braillent, qui bredouillent toutes sortes de choses, les crĂ©atures misĂ©rables de Actes 2.38 – voilĂ  ce qu’elle pense d’eux. Ça, ça la mettrait vraiment dans l’embarras. Ça lui abĂźmerait le portrait, Ă  elle et Ă  la sociĂ©tĂ© scientifique cultivĂ©e et Ă  cheval sur les principes qu’est l’église dont elle fait partie. Ils la mettraient Ă  la porte Ă  la prochaine rĂ©union du conseil. Elle ne peut pas se permettre ça. Donc, elle ne veut pas ĂȘtre fĂ©condĂ©e par la Parole, parce que cette espĂšce-lĂ  est la seule que la Parole peut produire.

133 Celui qui est nĂ© de l’Esprit de Dieu a l’Esprit de Dieu en lui. Pas question d’adhĂ©rer intellectuellement Ă  une Ă©glise, de marcher dans les crĂ©dos, pas de cheveux coupĂ©s, de visages fardĂ©s; on ne trouve rien de semblable, nulle part en Elle. On ne trouve pas ça dans la Parole de Dieu. Ce qu’on y trouve, c’est un enfant Ă  l’ancienne mode, sanctifiĂ©, rempli du Saint-Esprit, nĂ© de l’Esprit de Dieu, qui hurle, qui braille, qui pousse des cris, qui loue Dieu.

134 Ça, elle, ça la dĂ©passe complĂštement. Elle ne veut pas de Ça. Oh, non monsieur! Pas du tout. Alors, qu’est-ce qu’elle fait? Elle va donc produire une paire de “chattes” – je pense que c’est comme ça qu’ils les appellent – illĂ©gitimes, de cette sociĂ©tĂ© Ă  la JĂ©zabel, qui ont le visage fardĂ© et qui portent des shorts. Voyez? Je pense qu’ils les appellent des chattes. Voyez? “Regardez la chatte qui passe, lĂ -bas”, qu’ils disent, ou quelque chose comme ça, vous savez.

135 Elle est nĂ©e, ou, a Ă©tĂ© mariĂ©e, unie Ă  son premier mari, le premier Adam, par Ève, la femme adultĂšre, la premiĂšre femme d’Adam. Vous dites : “AdultĂšre?” Bien sĂ»r qu’elle l’a Ă©tĂ©. Mais, oh, elle prĂ©tend que cet Adam, ce premier Adam, est mort. “Oh, bien sĂ»r, il y a belle lurette qu’il est mort. Je suis nĂ©e de nouveau,” qu’elle dit, “et certainement, je suis mariĂ©e au Second Adam, Ă  Christ, la Parole.”

136 Comment? Remarquez ce qu’elle aime. Observez son amant, si vous voulez voir de qui elle est amoureuse. La Parole dit Ceci, mais elle, elle dit : “Mon Ă©glise dit ceci.” Alors, de qui est-elle amoureuse? Qui est son mari? Ses propres fruits prouvent ce qu’elle est. C’est tout Ă  fait vrai, ils dĂ©montrent ce qu’elle est. Remarquez. Elle est d’abord nĂ©e d’Adam, parce que ça, c’est sa naissance naturelle. Voyez? Et elle ne s’en est jamais dĂ©faite. C’est une amoureuse du monde. Elle prĂ©tend que la deuxiĂšme fois, elle est nĂ©e de Christ. Mais son amant, si vous remarquez, c’est toujours Adam, puisqu’elle aime le monde.

137 Et en–en plus, remarquez quelle espĂšce d’enfants elle produit. VoilĂ  ce qui indique qui est leur papa, si c’est le premier Adam, ou bien si c’est le Second Adam. Si l’Église produit un enfant du Second Adam, il agira Ă  la maniĂšre du Second Adam, comme ils avaient agi le Jour de la PentecĂŽte. Ce sont eux les vrais, les vĂ©ritables enfants du Second Adam. Voyez? C’est vrai. De nature, ils sont comme lui et comme elle. Oui monsieur. Ses filles Ă  elle : le visage fardĂ©, les cheveux coupĂ©s, elles portent des vĂȘtements d’homme, des pantalons. La Bible lui dit de “ne pas faire ça”. Elle se coupe les cheveux. “C’est une honte pour elle.”
Vous dites : “Taisez-vous là-dessus.”

138 C’est ce que dit la Parole. Je vous fais remarquer sa nature, c’est tout. C’est ce qu’elle fait.

139 Ses fils Ă  elle, les fils qui lui sont nĂ©s, ils s’appuient sur l’instruction, sur des Ă©tudes, sur un institut soi-disant biblique, sur une universitĂ© rĂ©putĂ©e, Ă  ce qu’on dit, depuis longtemps, qui les fait Ă©clore, comme dans un genre d’incubateur. Des chercheurs dĂ©nominationnels, religieux Ă  la maniĂšre de CaĂŻn, absolument illĂ©gitimes en ce qui concerne la Parole, tout comme CaĂŻn l’était; c’est vrai, tout aussi ill-... illĂ©gitimes que CaĂŻn l’était, bien sĂ»r, des chercheurs dĂ©nominationnels. Vous voyez ce que c’est?

140 Dieu n’a jamais organisĂ© une seule dĂ©nomination. Il a toujours Ă©tĂ© contre ça. Sa Parole est contre ça.

141 Mais eux, ils s’y cramponnent, alors vous voyez ce qu’ils produisent. Ça montre qui est leur papa et leur maman. Exactement. Exactement. Tout aussi illĂ©gitimes que CaĂŻn. C’est ce genre d’enfant lĂ  qu’il a produit par Ève. Ils se sont Ă©loignĂ©s de la Parole, et alors vous voyez ce qu’elle a produit. C’est exactement ce que l’église a produit, la mĂȘme chose.

142 Je peux vous le prouver par la Parole, que c’est de lĂ  que l’instruction et la civilisation sont venues, de CaĂŻn. C’est tout Ă  fait vrai. Car ils prĂ©tendent... Mais, ils–ils prĂ©tendent ĂȘtre fils de Dieu, mais ils ont Ă©tĂ© engendrĂ©s par une dĂ©nomination, instruits Ă  l’institut d’une dĂ©nomination, et tout le reste. C’est tout Ă  fait vrai. RusĂ©s, intelligents! Oh! la la! C’est comme ça qu’était le serpent, leur pĂšre. C’est vrai. Des prĂ©dicateurs rusĂ©s et scientifiques, autant que CaĂŻn l’était. Voyez? C’est exactement la mĂȘme chose.
Vous dites : “Frùre Branham, c’est vrai, ça?”

143 Prenez GenĂšse 4.16 et vous verrez. Revenez prendre GenĂšse 4.16 un instant, et vous verrez comment c’est arrivĂ©. Puis CaĂŻn sortit de la prĂ©sence de l’Éternel et partit habiter dans la terre de Nod Ă  l’est d’Éden. CaĂŻn connut sa femme; elle conçut, et enfanta HĂ©noc. Il bĂątit ensuite une ville, et il donna Ă  cette ville le nom de son fils HĂ©noc.

144 Et ainsi de suite, jusqu’à Tubal, et ainsi de suite, lĂ , ils ont commencĂ©, se sont mis Ă  forger des instruments, de musique et tout. La civilisation est venue de CaĂŻn, c’est vrai, bĂątir des villes, fabriquer des instruments. Les scientifiques sont venus de CaĂŻn, la semence du serpent. Maintenant, remarquez le verset 25. Et Adam connut encore sa femme;

145 Or il l’avait connue une premiùre fois, et elle avait eu deux enfants. Sondez l’Écriture. Elle a eu Caïn et Abel. Un seul acte, et deux enfants. Vous dites...

146 Il n’y a pas longtemps, on m’a dit que c’était impossible, que ça ne pouvait pas arriver. Nous en avons un cas Ă  Hollywood. Hollywood? Nous en avons un cas Ă  Tucson en ce moment, devant le tribunal. Une femme a donnĂ© naissance Ă  un enfant de couleur et Ă  un enfant blanc, en mĂȘme temps. On dit que ce n’est pas possible. Mais si, elle peut porter deux semences fĂ©condĂ©es. C’est devant les tribunaux en ce moment. Je sais que ça arrive chez les chiens. Ça arrive chez les animaux. C’est ce qu’elle a eu, alors l’homme blanc a dit : “Je veux bien subvenir aux besoins de mon enfant, mais pas de celui-lĂ .”

147 Et la femme a fait des aveux. Elle avait eu une relation avec son mari ce matin-lĂ , et avec l’homme de couleur cet aprĂšs-midi-lĂ . “Si ça se produit,” a dĂ©clarĂ© le mĂ©decin, “dans les vingt-quatre heures, c’est possible, s’il y a lĂ  une autre semence fĂ©condĂ©e.” Et voilĂ , c’est ce qu’elle a fait.

148 Et c’est exactement ce qui est arrivĂ© ici. CaĂŻn ce... Satan ce matin-lĂ , dans le serpent; et Adam cet aprĂšs-midi-lĂ . Alors qu’elle... Et elle a eu deux enfants. Or, Adam connut encore sa femme (la deuxiĂšme fois) ; et elle enfanta un fils,...

149 Souvenez-vous, nulle part dans la Bible il n’est dit que CaĂŻn Ă©tait le fils d’Adam. Il y est dit : “Il Ă©tait du malin,” pas d’Adam, “du diable.” ...connut encore sa (la deuxiĂšme fois) , et, connut... elle eut un fils, et appela son nom Seth, car, dit-elle, Dieu m’a attribuĂ©... (Ce n’était pas la vraie Semence.) ...m’a attribuĂ© une autre descendance Ă  la place d’Adam, que CaĂŻn a tuĂ©. Ainsi... Seth eut aussi un fils, et il l’appela du nom d’Énosch. Et c’est alors que l’on commença Ă  invoquer le Nom de l’Éternel.

150 Non pas dans la généalogie de la postérité de Caïn, mais dans la généalogie de Seth.
Donc : “Caïn est du malin.” Voilà le serpent.

151 Maintenant remarquez. La Bible dit clairement ici “qu’il faut que son premier mari soit mort”, pas seulement rĂ©pudiĂ©. Il faut qu’il soit mort.

152 Je viens de prĂȘcher sur le mariage et le divorce, et vous ĂȘtes tous au courant de ça. Maintenant je ne parle pas rien qu’à cette assemblĂ©e, ici, mais Ă  tout le pays. TrĂšs bien. Or, vous voyez ce qui est arrivĂ© lĂ , quand on a apportĂ© Le mariage et le divorce. Alors que...?... L’ouverture des Sept Sceaux a mis en lumiĂšre ce qui est rĂ©ellement la VĂ©ritĂ© lĂ -dessus.

153 Alors, pour ĂȘtre mariĂ© au Second Adam, Ă  Christ, la Parole, il faut vous sĂ©parer de votre premier mari dĂ©nominationnel, par la mort, parce qu’il n’y a pas une seule dĂ©nomination qui peut accepter toute la Parole de Dieu. Montrez-moi donc oĂč elle se trouve. “Oh,” vous dites, “la mienne.” Un autre dira la mĂȘme chose de la sienne. Mettez-les ensemble, et vous allez constater que vous ĂȘtes tous les deux dans l’erreur, dĂšs que vous formez une dĂ©nomination. Lisez Apocalypse 17. Alors, vous voyez, il faut que vous soyez mort Ă  cette chose-lĂ .

154 Or, je ne parle pas Ă  cette assemblĂ©e locale, je parle, en fait, Ă  tout le pays. Il faut que vous soyez mort Ă  votre premier mari. Si vous ĂȘtes uni Ă  Christ et encore mariĂ© Ă  une dĂ©nomination, vous ĂȘtes adultĂšre. Vous ĂȘtes LaodicĂ©e.

155 En tant qu’Église, d’un bout Ă  l’autre du pays, nous suivons JĂ©sus-Christ, la Parole. Pour ĂȘtre de l’Épouse, il faut vous remarier, avec la Parole de Dieu, qui est Christ. “Au commencement Ă©tait la Parole; la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair, et Elle a habitĂ© parmi nous.”

156 Tant que vous vous accrochez aux traditions humaines des dĂ©nominations, vous ĂȘtes appelĂ©, dans la Parole de Dieu, “adultĂšre”. Tant que vous recherchez des crĂ©dos dĂ©nominationnels, que vous faites partie d’une Ă©glise dĂ©nominationnelle qui nie la Parole, vous ĂȘtes “adultĂšre”, c’est ce que la Bible dit.

157 JĂ©sus a dit : “Vous ne pouvez pas servir deux dieux Ă  la fois. Soit que vous serviez Dieu, ou que vous serviez Mammon.” Mammon, c’est le “monde”. “Celui qui aime le monde ou les choses du monde, l’amour de Dieu n’est mĂȘme pas en lui.” La Semence de Dieu ne peut pas ĂȘtre en lui en mĂȘme temps que (l’amour de Dieu) l’amour du monde est lĂ . Lorsque la Semence de Dieu est Ă  l’oeuvre en vous, c’est la Parole de Dieu. L’amour du monde ne peut pas s’y trouver en mĂȘme temps. Maintenant oĂč sont les cheveux courts, les shorts et les visages fardĂ©s? Maintenant oĂč sont ces choses?

158 Vous ne pouvez pas ĂȘtre vertueux Ă  l’égard de Christ, la Parole de Dieu, et servir en mĂȘme temps une dĂ©nomination faite de main d’homme. C’est contraire Ă  la Parole. Paul l’a dit ici. “OĂč ça?” Romains 7.

159 Vous ne pouvez pas non plus enfanter des fils de Dieu, de Sa Parole, Ă  ce groupe dĂ©nominationnel illĂ©gitime. Vous ne le pouvez pas. Dans votre incubateur, vous ne pouvez pas produire un fils de Dieu, de la Parole. Je parle Ă  l’église. Mais vous prĂ©tendez quand mĂȘme ĂȘtre trĂšs religieux. CaĂŻn aussi, le fils d’Ève la prostituĂ©e, il Ă©tait trĂšs religieux; il a bĂąti des autels, offert des sacrifices, payĂ© ses dĂźmes, et fait tout ce que n’importe quel autre homme religieux aurait fait. Mais il n’a pas gardĂ© la Parole. Il n’a pas eu la rĂ©vĂ©lation.

160 Et la rĂ©vĂ©lation, c’est tout ce qui compte, la rĂ©vĂ©lation de la Parole. Qu’est-ce que... Qu’est-ce qu’une rĂ©vĂ©lation? JĂ©sus a dit : “Sur ce roc Je bĂątirai Mon Église, et les portes du sĂ©jour des morts ne prĂ©vaudront pas contre Elle.” Une rĂ©vĂ©lation, c’est la Foi; parce que la Foi vous a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©e.

161 “C’est par la Foi qu’Abel offrit, par rĂ©vĂ©lation (par la Foi), qu’il offrit Ă  Dieu un sacrifice plus excellent que celui de CaĂŻn.”

162 CaĂŻn pensait qu’ils avaient mangĂ© des pommes. Les gens ont encore cette idĂ©e-lĂ  aujourd’hui, mais ce n’était pas ça. C’était un adultĂšre, la semence du serpent. Et lĂ , l’ouverture des Sept Sceaux l’a dĂ©clarĂ© et prouvĂ©. Mon livre lĂ -dessus vient de sortir. Nous en avons, je pense, mille exemplaires ici, maintenant. Voyez? Remarquez. C’est selon l’Écriture, de la GenĂšse jusqu’à l’Apocalypse.

163 Au temps de la fin, les deux arbres arrivent au stade de donner leur semence, et dĂ©montrent ce qu’ils sont. Nous en sommes exactement lĂ  aujourd’hui, LaodicĂ©e et l’Épouse, c’est clair et net au possible, dans l’Écriture et en plein devant vous. “Vous ne pouvez pas servir Dieu et Mammon.” Vous ne pouvez pas ĂȘtre un ChrĂ©tien vertueux, qui croit la Bible, tout en vous associant Ă  une entreprise dĂ©nominationnelle. Vous ne pouvez absolument pas faire les deux en mĂȘme temps. Il faut que l’un des deux soit mort, pour que l’autre puisse vivre.

164 Et vous ne pouvez pas non plus enfanter un fils de la Parole de Dieu. L’église non plus, elle ne peut pas mettre au monde. Ils ne veulent pas un–un de ces enfants-lĂ , qui hurlent, qui poussent des cris, qui parlent en langues, et toutes ces choses. Ils, on ne peut pas faire ça dans une Ă©glise dĂ©nominationnelle, ils ne vous le permettront pas. Ce n’est pas leur maniĂšre de les produire. Ils les font venir Ă  l’avant, leur serrent la main et disent : “Si vous croyez, vous L’avez. Pourvu que vous mettiez votre nom sur le registre, c’est tout ce que vous avez Ă  faire.” Voyez? Ce–ce sont des enfants illĂ©gitimes en ce qui concerne la Parole, mais qui prĂ©tendent pourtant ĂȘtre religieux.

165 Alors, fĂ©condĂ©e par la sagesse et la connaissance de Satan, voilĂ  l’état dans lequel l’église s’est retrouvĂ©e! Ils envoient leurs gens dans des instituts pour qu’ils y apprennent Ă  dire “amen” comme il faut. Ils leur apprennent Ă  dire tout ça, et Ă  ĂȘtre trĂšs intellectuels. Qu’est-ce? C’est la fĂ©condation du diable. Avec quoi Satan avait-il fĂ©condĂ© Ève? Avec de l’incrĂ©dulitĂ© Ă  l’égard de la Parole, au profit de l’intellectualisme, de l’intelligence, et cela a causĂ© la perte de toute la crĂ©ation. C’est exactement ce qu’elle a fait de la Parole aujourd’hui, l’église : elle s’est retrouvĂ©e fĂ©condĂ©e par les instituts bibliques, les universitĂ©s et ce genre de chose lĂ , la lecture, l’écriture, l’arithmĂ©tique; et ils ne connaissent pas plus Dieu qu’un Hottentot ne peut connaĂźtre une nuit Ă©gyptienne. Ils connaissent tous leurs crĂ©dos, leurs livres de priĂšres, et tout ça, mais de Dieu, ils ne connaissent rien.

166 Quand la Parole est confirmĂ©e, ils le reconnaissent; alors que Dieu, il y a longtemps, a parlĂ©, et Il a assignĂ© une portion de Sa Parole pour chaque gĂ©nĂ©ration, Ă  mesure qu’elles se succĂ©deraient. NoĂ© est venu, et il a prĂȘchĂ© Ă  cette gĂ©nĂ©ration.

167 Maintenant, qu’est-ce qui se serait passĂ© si MoĂŻse Ă©tait venu, disant : “Construisons une arche”? Il aurait dĂ©tonnĂ© complĂštement. Mais il Ă©tait prophĂšte. Il avait la rĂ©vĂ©lation de Dieu.

168 Dieu a confirmĂ© que c’était la VĂ©ritĂ©. Il a amenĂ© les enfants, fait sortir IsraĂ«l, et Il a fait apparaĂźtre devant eux la Colonne de Feu, et a confirmĂ© le prophĂšte; et Il leur a dit exactement ce qu’Il allait faire, et Il l’a fait.

169 Ils ont dit : “Que Dieu ne parle pas, que Moïse parle, de peur que nous ne mourions.”

170 Il a dit : “Je ne leur parlerai plus comme ça, mais Je leur susciterai des prophùtes, et c’est eux qui parleront.”

171 VoilĂ , ÉsaĂŻe s’est tenu lĂ , il a dit : “Une vierge concevra.” Un homme comme lui, Ă  une Ă©poque oĂč... Comment une vierge va-t-elle concevoir? “Un Fils nous est nĂ© : un enfant nous est nĂ©, un Fils nous est donnĂ©. On appellera Son Nom : Conseiller, Prince de la Paix, Dieu Puissant, PĂšre Éternel. Sur le trĂŽne de Son pĂšre, David, Il rĂšgnera. Il n’y aura pas de fin Ă  Son Royaume.” Comment la chose allait-elle se faire? Il ne le savait pas. Il a simplement prononcĂ© ce que Dieu avait dit. Ça dĂ©passe toute imagination, toute intelligence. Ça dĂ©passe toute recherche scientifique. C’est la Parole de Dieu.

172 Maintenant on instruit les Ă©lĂšves de nos sĂ©minaires dans toutes sortes de thĂ©ologies bibliques et de choses comme ça, une thĂ©ologie forgĂ©e par l’homme, et avec ça, on s’est retrouvĂ© avec un tas d’églises tout Ă  fait conformes Ă  LaodicĂ©e, exactement comme Dieu l’avait prĂ©dit. Oh! la la! Quand je regarde ça, ça me donne des frissons. FĂ©condĂ©e par des conceptions intellectuelles! Il faut ĂȘtre diplĂŽmĂ© d’une Ă©cole secondaire, avant mĂȘme de pouvoir y entrer. Il faut avoir... passer devant un psychiatre, avant de pouvoir ĂȘtre ordonnĂ©.

173 Pouvez-vous vous imaginer Pierre, Jacques et Jean qui se prĂ©sentent chez un psychiatre? Vous vous souvenez des cent vingt, lĂ -haut, qui ne savaient mĂȘme pas signer leur nom? Passer devant un psychiatre, pour voir s’ils... si tous leurs... s’ils avaient de bons rĂ©flexes, et ainsi de suite? Ils avaient un rĂ©flexe, mais il ne correspondait pas Ă  la conception intellectuelle ni Ă  la recherche scientifique. Il venait de la Puissance de Dieu. Quand Elle descendait sur eux, ils ne savaient rien faire d’autre que d’exĂ©cuter ce que le Saint-Esprit avait dit. Ils ne prĂȘtaient aucune attention Ă  quoi que ce soit d’intellectuel, Ă  ce que l’église disait, ni Ă  ce que les prĂȘtres disaient, Ă  ce que celui-ci disait, celui-lĂ  disait. Ils Ă©taient animĂ©s par l’Esprit; des hommes sans peur.

174 Dans I Jean 2.15, Il a dit : “Si vous aimez le monde ou les choses du monde, l’amour de Dieu n’est mĂȘme pas en vous.” Voyez? Alors, comment pouvez-vous ĂȘtre fĂ©condĂ© par la Parole de Dieu, qui condamne le monde, qui condamne Hollywood, qui condamne toutes ses modes, qui condamne toutes ces soirĂ©es, cette dĂ©bauche, et tout ce qu’ils font sous le couvert de la religion? Elle condamne ces choses. Comment la Parole peut-Elle fĂ©conder une personne, comment, une femme aux cheveux coupĂ©s, au visage fardĂ©, et qui porte des shorts?

175 Comment un prĂ©dicateur, qui va au sĂ©minaire, qui regarde Actes 2.38 et qui voit qu’il n’y a pas une seule personne dans la Bible qui ait jamais Ă©tĂ© baptisĂ©e dans ces titres, et il va quand mĂȘme dĂ©clarer qu’il est fĂ©condĂ© par la Parole de Dieu? Il vous dit un mensonge! Il a vendu son droit d’aĂźnesse. Il a commis adultĂšre envers la Chose mĂȘme qu’il a dĂ©clarĂ©e. Il a Ă©tĂ© rĂ©pudiĂ©, il y a eu divorce.
Dieu aura une Église vertueuse, parfaitement, une Épouse.

176 La Bible dit : “La Parole n’est pas en vous.” Alors, quelle espĂšce d’enfants produisez-vous? Les enfants d’une fĂ©condation dĂ©nominationnelle. Il n’y a pas eu de mort, pour vous sĂ©parer de votre premier amant.

177 “Qu’est-ce que les Jones vont penser, si je me mets Ă  crier et Ă  parler en langues? Qu’est-ce qu’ils vont penser si je me fais rebaptiser?” Quel non-sens! Êtes-vous mariĂ© aux Jones? Êtes-vous mariĂ© Ă  l’église? Ou ĂȘtes-vous mariĂ© Ă  Christ, la Parole?

178 Or, c’est pour cette raison qu’elle produit encore ses enfants. Quelle espĂšce d’enfants a-t-elle? Voici quelques-uns des noms qu’on leur donne aujourd’hui : chattes, Beatles [scarabĂ©es], monstres, Ricky, Ricketta. Ces chattes, ces Beatles, ça, ce sont des membres d’église. Bien sĂ»r. Ce sont tous ses fils, les fils de CaĂŻn, qui sont les fils de l’animal rusĂ©, et ils sont mielleux au possible.

179 Maintenant, pendant un moment, examinez bien votre Ăąme, en vous servant de vos yeux spirituels. Regardez bien autour de vous. Je parle Ă  tout le pays maintenant. Prenez seulement quelques minutes pour regarder, vous qui ĂȘtes lĂ -bas, au Branham Tabernacle, vous qui ĂȘtes dans les tabernacles de la CĂŽte Ouest, et en Arizona, et oĂč que vous soyez. Examinez-vous pendant quelques minutes. Vous dites : “Ce Message que vous prĂȘchez, FrĂšre Branham, est faux.” Examinez-vous un peu. Laissez le Saint-Esprit sonder votre pensĂ©e par la Parole, et vous serez d’accord avec le Message. Laissez Christ, la Parole ointe, sonder votre conscience. Laissez-Le entrer en vous, voyez si C’est vrai ou pas. Et je n’ai mentionnĂ© qu’un ou deux points, lĂ , alors qu’il y en a des centaines.

180 Que la femme se coupe les cheveux, est-ce que la Bible donne son accord Ă  ça? [L’assemblĂ©e dit : “Non.”–N.D.É.] Les trois, de baptiser au nom de “PĂšre, Fils et Saint-Esprit”, est-ce que la Bible croit, donne son accord Ă  ça? [“Non.”] Ça n’existe pas, ça. Que la femme porte des vĂȘtements d’homme, est-ce que la Bible donne son accord Ă  ça? [“Non.”] Eh bien, prenez seulement ces trois points-lĂ , alors qu’il y en a des centaines d’autres. Examinez-les Ă  la LumiĂšre de la Parole de Dieu.

181 Vous dites : “Je suis un membre d’église.” CaĂŻn l’était aussi. Ève l’était aussi. La Bible prĂ©dit que, dans les derniers jours, ce serait la mĂȘme chose dans LaodicĂ©e.

182 Laissez le Saint-Esprit sonder votre conscience, et vous serez d’accord avec Daniel 5.12. Quand la reine s’est prĂ©sentĂ©e devant Belschatsar, elle a dit qu’elle avait appris qu’il y avait au milieu d’eux un prophĂšte, Daniel, qui dissipait les doutes. Laissez le Saint-Esprit, – c’est Lui le ProphĂšte d’aujourd’hui, – laissez-Le, Lui, entrer dans votre coeur maintenant mĂȘme et examiner les choses par la Parole de Dieu, alors les doutes au sujet du Message se dissiperont entiĂšrement. Il dissipe tous les doutes. Vous constaterez qu’il correspond parfaitement Ă  la Parole pour aujourd’hui.

183 Vous ne pouvez pas prĂȘcher aujourd’hui le message de Luther. Il En fait partie, mais ce sont les pieds. Ah. Ah. Vous ne pouvez pas prĂȘcher Wesley. Vous ne pouvez pas prĂȘcher le pentecĂŽtisme. Nous sommes bien au-delĂ  de cela. Ils ont formĂ© une dĂ©nomination, et ils sont morts. Eux, c’est la tige.

184 La tige est sortie, avec la pousse, c’est le premier stade de l’église. Or ça, ça ne ressemble pas au premier grain qui a Ă©tĂ© mis en terre, au blĂ©.

185 En deuxiĂšme lieu, c’est le pollen qui est apparu. Ça ne ressemble toujours pas au grain. Ça s’en rapproche plus. C’est plus Ă  l’image du vrai grain. Mais les pousses ne ressemblent pas au grain qui a Ă©tĂ© mis en terre, ça, c’est sĂ»r. Ce qu’elles sont, c’est un porteur de la vie qui Ă©tait dans le grain. Mais, qu’est-ce qu’elles ont fait? Elles ont formĂ© une dĂ©nomination; ça cadre avec tous les autres Ă©lĂ©ments de la nature. Elles sont mortes.

186 Et ensuite? La vie est montĂ©e tout droit dans l’aigrette. Il y a toute une sĂ©rie de petites–petites boules accrochĂ©es lĂ , on dirait qu’il y a de petits–petits grains dedans. On dirait que c’est du vrai grain, mais ce n’en est pas.

187 Puis, elle passe dans la balle. Et qu’est-ce qu’elle produit? La balle.

188 Maintenant, si vous prenez un grain de blĂ©, quand le blĂ© commence Ă  pousser. Comme JĂ©sus l’a dit : “Le grain de blĂ©.” Si vous prenez ce blĂ© et que vous l’ouvrez. DĂ©tachez-le de la tige. Regardez-le. Vous dites : “Nous avons un grain de blĂ©.” Attention. C’est exactement comme le grain, mais il n’y a pas la moindre trace du grain lĂ -dedans. C’est la balle.

189 Ça, ce sont les pentecĂŽtistes : “Au point”, comme le dit Matthieu 24.24, “que, dans les derniers jours, ça sĂ©duirait mĂȘme les Élus, si c’était possible.” Mais, si vous en retirez une Ă  une les feuilles, vous n’y trouverez pas de grain. Le grain est tout au fond, derriĂšre cela. Voyez?

190 Et alors, la Vie sort de cette dĂ©nomination, et entre dans le grain. Alors, qu’est-ce qui arrive? Quand le grain commence Ă  croĂźtre, Ă  grossir, pour qu’Il puisse couvrir quelque chose, alors la dĂ©nomination s’En Ă©carte. Pourquoi est-ce qu’une dĂ©nomination n’est pas sortie de Ceci? Il n’y en aura jamais. C’est le grain. Il ne peut pas aller plus loin. Nous sommes au temps de la fin. Alors, qu’est-ce qu’Il doit faire, maintenant? Rester dans la prĂ©sence du Fils, pour mĂ»rir, c’est exact, la Parole doit mĂ»rir dans votre coeur, pour produire et pour vivre ce dont nous parlons. Oui monsieur.

191 Alors, vous n’aurez plus de doutes, si vous laissez le Saint-Esprit vous Le rĂ©vĂ©ler; comme la reine l’avait dit de Daniel.

192 Peut-ĂȘtre direz-vous : “Qu’est-ce que tout cela a Ă  voir avec l’action de grĂące? De quoi est-ce que vous parlez, FrĂšre Branham? Il est maintenant vingt heures quarante-cinq. Vous n’avez pas parlĂ© de l’action de grĂące du tout.” Quel Message de circonstance, Ă  mon avis! Oui, vraiment.

193 Les PĂšres pĂšlerins Ă©taient trĂšs reconnaissants de leur nouvelle vie, alors qu’ils s’étaient sĂ©parĂ©s des vieilles dĂ©nominations anglaises et des crĂ©dos. Ils ont pu se marier avec la nouvelle Parole ointe pour leur Ăąge; c’est vrai, la nouvelle Parole ointe de leur Ăąge, pour leur Ă©poque.

194 Nous aussi, nous avons de quoi ĂȘtre reconnaissants, nous qui sommes des pĂšlerins, comme Abraham, qui nous sommes sĂ©parĂ©s des choses du monde, et de tous nos camarades. Abraham Ă©tait un pĂšlerin. Dieu nous a sĂ©parĂ©s de toutes les religions mortes, – je parle Ă  tout le pays en ce moment, – de tous les crĂ©dos morts. En vue de quoi? Il nous a sĂ©parĂ©s, et nous a donnĂ© accĂšs Ă  un nouveau pays, Ă  un nouveau Message, pour aujourd’hui.

195 Le pentecĂŽtisme s’est dessĂ©chĂ© et il est mort, comme Luther, Wesley et les autres. Ce n’est rien d’autre qu’un tas d’églises qui se sont liĂ©es. Il y a encore de braves gens lĂ -dedans, il faut qu’ils sortent de lĂ .

196 Qu’est-ce qu’Il a fait? Il a ouvert les Sept Sceaux du dernier Message. Avez-vous remarquĂ© ça? Les Sept Sceaux; en effet, tous les mystĂšres des sept Ăąges de l’église Ă©taient scellĂ©s de Sept Sceaux. Les rĂ©formateurs n’ont pas eu le temps de faire ça, Ă  leur Ă©poque. Ils n’ont pas vĂ©cu assez longtemps. Mais cette rĂ©vĂ©lation bĂ©nie des Sept Sceaux nous a Ă©tĂ© ouverte en ces derniers jours, Ă  partir d’une prophĂ©tie qui s’est accomplie en Arizona.

197 L’autre jour, j’ai vraiment demandĂ© Ă  Dieu : “Que veux-Tu de moi, ici, dans ce dĂ©sert?”

198 Saviez-vous que MoĂŻse a Ă©crit le Nouveau Testament... ou, l’Ancien Testament? Certainement. Les quatre premiers Livres prĂ©sentent les lois, et tout : la GenĂšse, l’Exode, le LĂ©vitique et le DeutĂ©ronome. Il a Ă©crit l’Ancien Testament. Pour ce faire, il lui a fallu quitter tous ses camarades et ses bien-aimĂ©s et aller au dĂ©sert.

199 Paul a Ă©crit le Nouveau Testament. C’est vrai. Il a Ă©crit l’ÉpĂźtre aux Romains, aux Romains et toutes les autres, lĂ , aux HĂ©breux, Ă  TimothĂ©e, et ainsi de suite. Et pour le faire, il lui a fallu se retirer, partir pour l’Arabie, aller au dĂ©sert, pendant trois ans, pour recevoir la rĂ©vĂ©lation de Dieu.

200 “Oh,” vous dites, “mais qu’en est-il de Matthieu, Marc, Luc et Jean?” Eux, c’étaient des scribes, qui ont simplement Ă©crit ce que JĂ©sus avait fait.

201 Paul s’est retirĂ©, et il a assemblĂ© les Ă©lĂ©ments de la Parole. C’est vrai. Eh bien, alors, regardez, s’il a fallu ça, qu’ils aillent au dĂ©sert, loin de leurs bien-aimĂ©s.

202 Vous souvenez-vous de Monsieur, quelle heure est-il? Combien l’ont dĂ©jĂ  entendu? Dites : “Amen.” [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Est-ce que c’était tout Ă  fait exact? [“Amen.”] Donc, en ces derniers jours, nous avons reçu la rĂ©vĂ©lation, par laquelle le Message du Seigneur Dieu rassemblera Son Épouse. Ce qui n’avait Ă©tĂ© promis Ă  aucun autre Ăąge. Cela a Ă©tĂ© promis Ă  cet Ăąge-ci : Malachie 4, Luc 17.30, Jean 14.12, JoĂ«l 2.38. Ces promesses correspondent parfaitement, comme Jean-Baptiste s’était identifiĂ© dans l’Écriture.

203 JĂ©sus S’était identifiĂ©. Qu’est-ce qu’ils ont dit? “À mort un tel individu!” “Jean, c’est un barbare.” L’église ne pouvait pas recevoir cela. VoilĂ  le modĂšle. Et aujourd’hui non plus, l’église ne pourra pas le recevoir.

204 Mais aux Élus, Dieu lance Son appel, aux Élus. Ils le reconnaissent : Il appelle l’Épouse vertueuse, la Parole, l’Église des derniers jours, la Dame Ă©lue de notre Seigneur JĂ©sus-Christ, la Parole. Si... JĂ©sus est la Parole. Combien croient ça? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] TrĂšs bien. Alors, puisque l’Épouse est toujours une partie de l’Époux, donc, l’Épouse ne sera pas une dĂ©nomination. Elle devra ĂȘtre la Parole, manifestĂ©e, pour ĂȘtre l’Épouse de Christ. Il a promis de le faire. Il a dit comment Il le ferait. Il n’utilise... ne s’éloigne jamais du modĂšle qu’Il a Ă©tabli. Il l’a toujours fait en suivant le modĂšle. Il l’a fait, chaque fois, en suivant le modĂšle. Et Il le fait de nouveau, dans les derniers jours, Il appelle Son Épouse vertueuse Ă  sortir, la belle RĂ©becca qui attend Son Isaac. Quel moment magnifique!

205 Ceci met en lumiĂšre les deux livres qui vont vous sembler mystĂ©rieux, quand vous lirez le livre des Sept Âges de l’Église. Les deux livres : le livre de vie, dont on dit, l’un dit qu’on peut y inscrire son nom, dont on ne pourra jamais ĂȘtre effacĂ©; l’autre dit qu’on peut ĂŽter son nom du Livre de Vie. Ceci met la chose parfaitement en lumiĂšre. Je vais peut-ĂȘtre m’arrĂȘter quelques minutes, sur quelques notes que j’ai ici, pour toucher ce point-lĂ  avant de terminer.

206 Pour Dieu, la vie est une chose sacrĂ©e, et elle est enregistrĂ©e dans un livre. Dieu est l’auteur de la vie. Croyez-vous ça? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.]

207 Notre vie naturelle, celle que nous avons ici, n’est qu’une perversion. En rĂ©alitĂ©, il faudrait qu’elle corresponde Ă  ce que la vie doit ĂȘtre, au dĂ©part, mais elle est pervertie par la naissance naturelle. Lors de votre premiĂšre vie, ou de votre premiĂšre union, Ă  votre naissance vous ĂȘtes devenus participants de celle-lĂ , par la nature, par un acte naturel. Un ĂȘtre humain naturel, par une relation, un homme et une femme ont eu ensemble une relation sexuelle, c’est ce qui a produit votre premiĂšre vie, ici, et celle-lĂ  est liĂ©e au pĂ©chĂ© et Ă  la mort. Comment pouvez-vous ne pas voir la semence du serpent?

208 Quand vous voyez la femme, un produit dĂ©rivĂ©, – il n’y a pas d’autre femelle comme elle, – elle a Ă©tĂ© faite comme ça, justement afin qu’elle puisse ĂȘtre sĂ©duite. Dieu savait. S’Il ne connaissait pas la fin dĂšs le commencement, alors Il n’était pas Dieu. S’Il n’est pas infini, s’Il n’est pas... Il ne peut pas ĂȘtre infini sans ĂȘtre omniscient, omniprĂ©sent, sans savoir toutes choses, sans ĂȘtre Éternel. Donc, Il savait toutes choses, et alors il fallait qu’Il fasse cette femme-lĂ .

209 L’homme n’avait pas de femme. La femme et l’homme Ă©taient une seule et mĂȘme chose. Il avait en lui l’esprit fĂ©minin et masculin.

210 Il lui a fallu dĂ©tacher, prendre un produit dĂ©rivĂ©, aprĂšs que toute la crĂ©ation avait Ă©tĂ© faite. Aucune femelle qui a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e par Dieu, lors de la crĂ©ation originelle, ne peut faire une chose pareille. Elle a Ă©tĂ© faite ainsi, pour faire ça. Il savait qu’elle le ferait. S’Il ne le savait pas, Il n’était pas Dieu.

211 Mais, vous voyez, les attributs qui sont en Dieu devaient ĂȘtre exprimĂ©s. Il–Il devait ĂȘtre un Sauveur. En faisant toutes choses parfaitement comme Il les avait faites, alors, rien ne pouvait ĂȘtre perdu. Oh, ne soyez pas des enfants. Soyez des hommes et des femmes. Nous sommes au bout du chemin. Remarquez.

212 Donc, c’était une nature liĂ©e Ă  la mort. Votre premier mari, qui dominait sur vous, c’était votre nature, par votre naissance naturelle. Par nature, vous aimez le monde, parce que le monde, c’est vous, que vous faites partie du monde. Pas vrai? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Vos dĂ©sirs, par nature, c’était d’aimer le monde, dont vous faites partie. Vous faites partie de la nature. Croyez-vous ça? [“Amen.”] Alors, par nature, c’est ce qui vous plaĂźt.

213 C’est pour ça que vous devez naĂźtre de nouveau. Vous devez vous sĂ©parer; vous devez mourir Ă  ce premier mari. Vous ne pouvez pas vivre avec lui. Vous ne pouvez pas vous contenter de dire : “Eh bien, je vais divorcer d’avec lui, je vais me dĂ©faire de lui en attendant.” Non monsieur. Pas de lettre de divorce! Qu’il meure. La nature du monde doit mourir. Chaque parcelle de lui doit mourir. Vous devez vous unir de nouveau, avec une autre Nature.

214 Votre nom, de votre premiÚre nature, est né, et a été inscrit dans un livre de vie. Et toutes vos actions aussi, elles y ont été inscrites. Tout ce que vous avez fait, de par cette nature-là, a été inscrit dans un livre, appelé le livre de vie.

215 Remarquez, dans Daniel, quand il s’est avancĂ© vers “l’Ancien des Jours, dont les cheveux Ă©taient blancs comme de la laine. Des myriades de myriades L’accompagnaient, pour Le servir; la–l’Épouse. Et alors les livres furent ouverts.” “Et un autre Livre fut ouvert, celui qui Ă©tait le Livre de Vie.” Voyez? Il y a des saints qui y sont dĂ©jĂ , l’Église, l’Épouse. “Un autre Livre fut ouvert, celui qui Ă©tait le Livre de Vie.”

216 Maintenant, vous, mais, quand vous vous ĂȘtes dĂ©gagĂ©s de cette union, par une mort spirituelle. Votre dĂ©sir naturel, c’est de vous couper les cheveux. Votre dĂ©sir naturel, c’est de porter des shorts, de vous maquiller. Votre dĂ©sir naturel, c’est d’ĂȘtre intellectuel, un homme intelligent, de savoir quelque chose de plus que l’autre. C’est ça qu’Ève voulait. C’est exactement ça qu’elle voulait.

217 “Eh, dis donc! EspĂšce de minable, de prĂ©dicateur Ă  la gomme, tu vas venir m’en apprendre? Moi, j’ai un doctorat, un doctorat en droit.” Chaque fois que vous en ajoutez un, ça ne fait que vous Ă©loigner encore plus de Dieu. Voyez? Voyez? C’est exact. C’est vrai. Voyez?

218 C’est ça qu’Ève a choisi. Elle a Ă©tĂ© fĂ©condĂ©e avec ce genre de fĂ©condation lĂ . Et c’est le cas de l’église aujourd’hui : avec les instituts bibliques et l’intellectualisme. Regardez, et chacun est en dĂ©saccord avec l’autre, un super mĂ©li-mĂ©lo, exactement ce que la Bible dit : “Babylone.”

219 L’Épouse sait Ă  quoi s’en tenir. Elle est trĂšs peu nombreuse. Il n’y aura pas beaucoup de gens qui seront sauvĂ©s; seulement trĂšs, trĂšs, trĂšs peu. Vous dites : “Eh bien, il est dit lĂ  : ‘des milliers’.” Oui. Mais ils sont sortis tout au long des deux mille ans, de chaque Ăąge d’oĂč Elle provenait. Chaque...

220 L’ñge de Luther et ce groupe-lĂ ; ils sont morts les uns aprĂšs les autres, aprĂšs quoi les gens ont formĂ© une dĂ©nomination; ensuite, Wesley; ensuite sont venus les pentecĂŽtistes, et ainsi de suite. Toutes les petites ramifications, les baptistes, les presbytĂ©riens, les mĂ©thodistes, les nazarĂ©ens, les pĂšlerins de la saintetĂ©, et ainsi de suite, vous voyez, tous ceux-lĂ  se sont ramifiĂ©s Ă  partir de lĂ , comme le fait la feuille.

221 Mais, souvenez-vous, quand elle se fane, et que le grain commence Ă  mĂ»rir. Ce qu’on constate, c’est qu’avant que ce grain mĂ»risse, tout ce qui Ă©tait dans cette tige doit ĂȘtre mort. AllĂ©luia! Vous voyez oĂč nous en sommes, n’est-ce pas? La vie est de nouveau dans le grain. Qu’est-ce? Exactement comme ce mĂȘme grain qui a Ă©tĂ© mis en terre, le mĂȘme JĂ©sus sous forme de l’Épouse, la mĂȘme puissance, la mĂȘme Église, mĂȘme chose, la mĂȘme Parole. La mĂȘme Parole qui a fait son chemin Ă  travers toutes ces choses et qui est montĂ©e jusque-lĂ , elle arrive Ă  maturitĂ© ici. Et toute cette Vie qui est montĂ©e lĂ -dedans, au passage elle a saisi son peuple. Et maintenant, elle arrive Ă  maturitĂ©, Ă  la tĂȘte, pour l’EnlĂšvement. Je parlerai de ça demain soir ou le soir suivant, l’un des deux, si le Seigneur le veut.

222 Bon, donc vous vous ĂȘtes dĂ©gagĂ©s de votre premiĂšre union par une mort spirituelle. Maintenant vous ĂȘtes nĂ©s de nouveau ou remariĂ©s, par une nouvelle union spirituelle; il ne s’agit pas de votre vie naturelle, des choses du monde, mais de la Vie Éternelle. Ce germe qui Ă©tait en vous au commencement vous a retrouvĂ©.

223 Maintenant votre vieux livre s’en est allĂ©, avec votre vieille union. Maintenant votre nom, dans votre vieux, dans votre... a Ă©tĂ© reportĂ©. Alors, vous me direz : “Est-ce que vous voulez dire par lĂ  que mon vieux livre...” Dieu l’a jetĂ© dans la Mer de Son Oubli. Vous ĂȘtes parfaits devant Dieu.

224 Or, votre nom est maintenant dans le nouveau Livre, non pas dans le livre de vie, mais dans le Livre de Vie de l’Agneau, pour ceux que l’Agneau a rachetĂ©s. Pas le vieux livre de votre union naturelle, mais le nouveau, pour vous, l’Épouse. AllĂ©luia! Votre nouvelle vie est dans le Livre de Vie de l’Agneau, votre acte de mariage, allĂ©luia, alors que votre vĂ©ritable germe Éternel, du commencement, s’implante. Maintenant vous n’ĂȘtes pas seulement pardonnĂ©s, mais vous ĂȘtes justifiĂ©s. Gloire! “JustifiĂ©s”, Romains 5.1 dit, oui, Romains 5.1 dit : “Étant donc justifiĂ©s par la foi.”

225 Cherchez le sens du mot. Ce mot ne veut pas dire “pardonnĂ©â€. Ce mot veut dire “justifiĂ©â€. Il ne veut pas dire que vous ĂȘtes pardonnĂ©s.

226 Par exemple, si vous aviez entendu dire que je m’étais enivrĂ© et–et que j’avais fait de vilaines choses, et tout. Et que vous veniez ensuite me dire, que vous dĂ©couvriez que je ne les avais pas faites, et que vous veniez me dire : “FrĂšre Branham, je vous pardonne.” Vous me pardonnez? Je n’ai mĂȘme pas fait ces choses, au dĂ©part. Voyez?

227 Or, si je les ai faites, je suis coupable. Mais vous pourriez me pardonner, alors je ne serais plus coupable. Par contre, je ne serais pas justifiĂ© pour autant, parce que je les ai quand mĂȘme faites.

228 Mais le sens du mot justifiĂ©, c’est comme si vous ne l’aviez jamais fait du tout. Amen. Ça n’entre mĂȘme pas en ligne de compte du tout. Comment cela peut-il se faire? Dans le Livre de Dieu de la Mer de l’Oubli, votre vieux livre et votre vieux mariage ont Ă©tĂ© dissous par divorce, et sont morts. Ils ne font mĂȘme pas partie des souvenirs de Dieu. Amen. Vous ĂȘtes justifiĂ©s. “Étant donc justifiĂ©s.” Il y avait une accusation. Vous Ă©tiez accusĂ©s. Vous n’avez mĂȘme jamais fait ces choses, au dĂ©part. La vieille union est dans la Mer de l’Oubli de Dieu. PremiĂšrement, vous n’avez mĂȘme pas Ă©tĂ© mariĂ©s Ă  cet autre. Lui, l’Époux, a portĂ© votre honte, Lui-mĂȘme, pour vous, Ă  votre place. Il a pris votre place, car vous aviez Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s Ă  ĂȘtre Ă  Lui, Ă  faire partie de Son Épouse, avant la fondation du monde. La Bible le dit. Vous ĂȘtes la Semence prĂ©destinĂ©e.

229 Comment en ĂȘtes-vous venus Ă  faire ça? C’est par tromperie que vous avez Ă©tĂ© entraĂźnĂ©s lĂ -dedans, Ă  cause de votre premier mariage, de votre parente adultĂšre, Ève. Ce n’est pas votre faute. De par votre naissance naturelle, vous ĂȘtes venus d’Ève, qui avait commis adultĂšre. C’est pour ça que vous ĂȘtes nĂ©s adultĂšres. Vous ĂȘtes un pĂ©cheur, au dĂ©part. C’est vrai. C’est par tromperie que vous avez Ă©tĂ© entraĂźnĂ©s lĂ -dedans. Vous n’aviez pas... Non, vous, ce n’est pas votre faute.

230 Vous ne l’avez jamais fait. En effet, ce petit germe qui Ă©tait en vous, c’est ce que vous Ă©tiez destinĂ©s Ă  ĂȘtre, avant la fondation du monde. Dieu avait inscrit votre nom dans le Livre de Vie de l’Agneau.

231 C’est comme mon histoire du petit aigle, que vous avez tous dĂ©jĂ  entendue. Une poule... Un vieux fermier, Ă  un moment donnĂ©, il faisait couver une–une poule. Alors, comme il n’avait pas assez de poules... d’oeufs Ă  mettre sous la poule, alors, il a trouvĂ© un oeuf d’aigle, et il l’a mis sous elle. Quand l’aigle est nĂ©, c’était le poulet le plus bizarre que ces poulets aient jamais vu, et ce petit aigle suivait. La poule faisait : “Cot-cot-cot-cot!”

232 Le petit aigle se disait : “Je ne sais pas ce que ça veut dire, ça, mais je vais quand mĂȘme la suivre.”

233 Ils allaient dans la basse-cour et ils se mettaient à gratter dans les tas de fumier. Et elle faisait : “Cot-cot-cot! C’est bon. C’est bon. Viens te joindre à nous. Et c’est ce que...”

234 Le petit aigle, il ne pouvait pas manger de cette pĂąture-lĂ . Voyez? Il–il suivait simplement les poulets, parce qu’il ne savait pas. Il ne savait pas quoi faire. Et puis, elle allait lĂ -bas, et elle attrapait ceci ou cela. Le petit aigle, simplement... il Ă©tait obligĂ© d’avaler ça, mais il–il ne savait pas comment faire. Mais, il avait vu tous les poulets qui agissaient comme ça, mais lui, ce n’était pas pareil. Lui, il n’aimait pas ça.

235 Alors, un jour, sa mĂšre savait qu’elle avait pondu deux oeufs, alors elle est partie Ă  la recherche de l’autre, elle a volĂ© dans les alentours, elle cherchait, comme le fait le grand Saint-Esprit. Un jour, elle a volĂ© au-dessus de la basse-cour, de cette dĂ©nomination. Elle a regardĂ© en bas, et elle a vu son petit. Elle a poussĂ© son cri. C’était la Voix de quelque chose qui rĂ©sonnait en lui. [espace.non.enregistrĂ©.sur.la.bande–N.D.É.] Oh, Ça sonne juste, Ça! Oh! Un germe nĂ©, qui a vraiment Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©, prĂ©destinĂ© par Dieu, qu’il entende une fois la Parole de Dieu, et pour lui, C’est de la musique. Il sait que C’est la VĂ©ritĂ©.

236 De toute maniĂšre, il en a assez de cette pĂąture dĂ©nominationnelle : “Joins-toi Ă  nous. Viens avec nous. On a une rencontre sociale. On a ceci. On a...” Ça ne sonnait vraiment pas juste, pour le petit aiglon.

237 Elle a dit : “Fiston, de toute maniùre, tu n’appartiens pas à ce groupe-là. C’est à moi que tu appartiens. Tu es à moi.”

238 Il a dit : “Maman, ça me paraĂźt rĂ©el. Comment vais-je faire pour sortir d’ici?”

239 “Tu n’as qu’à sauter. Je vais t’attraper.” Oui. C’est tout ce que vous avez à faire.

240 Quand la Parole ointe de Dieu sera confirmĂ©e devant lui, tout homme qui est nĂ© pour ĂȘtre un fils de Dieu, qui a en lui le germe prĂ©destinĂ© pour cette heure-ci, verra le Message de Dieu, aussi sĂ»r qu’il y a un Dieu dans le Ciel. Martin Luther a vu Celui de son heure. Wesley a vu Celui de son heure. Le pentecĂŽtiste a vu Celui de son heure. Maintenant, qu’en est-il de vous? Voyez? Ils ont formĂ© une dĂ©nomination. Voici, la Parole condamne ça; Elle vous dit ce que nous devons avoir aujourd’hui, parfaitement, Malachie 4 et toutes les autres promesses qui s’appliquent Ă  cette heure. Que voyez-vous? Que regardez-vous? Amen. Nous en sommes lĂ . Les vrais aigles, authentiques, ils entendent. “Mes brebis connaissent Ma Voix. Elles ne suivront pas un Ă©tranger.”

241 Pourquoi? Cela a Ă©tĂ© mis Ă  l’intĂ©rieur par prĂ©destination. Vous avez Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s Ă  ĂȘtre fils de Dieu. Vous Ă©tiez en Dieu avant la fondation du monde. Vous ĂȘtes seulement manifestĂ©s en ce jour pour Son honneur et Sa gloire. Comment pouvez-vous le faire sans honorer Sa Parole, sans vous tenir Ă  chaque Parole de Dieu? Oui monsieur. Et vous ĂȘtes une partie de cette Parole par prĂ©destination. Parce que, regardez, Dieu est la Parole. Vous le croyez? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Eh bien, alors, si... Il a toujours Ă©tĂ© la Parole. “Au commencement Ă©tait la Parole.” Et si la Parole Ă©tait Dieu, alors vous Ă©tiez en Dieu; la Parole, le rĂŽle que vous devez remplir, Ă©tait en Dieu, avant la fondation du monde. Il vous avait vus. Il vous connaissait. Il vous avait prĂ©destinĂ©s Ă  ça.

242 Je vous le dis, de mĂȘme que cet aigle a reconnu cette voix, un–un vrai ChrĂ©tien nĂ© de nouveau aussi, il reconnaĂźt la Voix de Dieu qui parle Ă  travers la Parole, quand il La voit ointe et confirmĂ©e. Regardez. Il a regardĂ© LĂ -haut. Il n’y a pas vu cette vieille poule qui faisait cot-cot par ici : “Joins-toi Ă  nous, et viens ici. Va vers ceci, et va Ă  ceci et Ă  cela.” Il a vu un–un ĂȘtre qui correspondait Ă  ce qu’il dĂ©sirait ĂȘtre, qui planait dans les airs, qui trompetait, libre, dans les hauteurs, au-dessus de tous les vautours et de toutes les choses de la terre. AllĂ©luia! C’est ce qu’il dĂ©sirait ĂȘtre, parce qu’il avait en lui ce qu’il fallait pour ĂȘtre cela.

243 Et un homme qui est nĂ© de Dieu, un fils de Dieu, doit avoir la nature de Dieu. Il doit ĂȘtre comme Dieu. Il honore Dieu. Il est une partie de la Parole de Dieu. Et en ces derniers jours, oĂč cette Épouse est en train de prendre forme, – alors que la puissance mĂȘme dont Il Ă©tait revĂȘtu au commencement, que cette mĂȘme puissance a traversĂ© ces organisations et ainsi de suite, et qu’elle s’est manifestĂ©e pour l’Épouse, – il ne peut ĂȘtre rien d’autre que cela.

244 Ils auraient dĂ» reconnaĂźtre ce qu’il En Ă©tait, les Juifs de l’époque, quand ils ont vu Cela manifestĂ© en plein devant eux : Il Ă©tait tel que le prophĂšte L’avait annoncĂ©. Il a dit : “Sondez les Écritures; vous pensez avoir en Elles la Vie Éternelle. Ce sont Elles qui rendent tĂ©moignage de Moi. Si Je ne fais pas les oeuvres de Mon PĂšre, ne Me croyez pas. Mais, mĂȘme si vous ne pouvez pas Me croire, croyez aux oeuvres que J’ai faites.”

245 Ils ont dit : “Nos pĂšres ont mangĂ© la manne dans le dĂ©sert pendant quarante ans. Nous savons Ă  quoi nous en tenir.”

246 Il a dit : “Et ils sont tous morts”, c’est-Ă -dire Éternellement sĂ©parĂ©s. Tous, ils sont morts. Il n’y en a eu que trois, que deux, sur un million ou plutĂŽt sur deux millions. C’est-Ă -dire un sur un million.

247 Eh bien, lors d’une insĂ©mination, dans le sperme du mĂąle et de la femelle, il y a gĂ©nĂ©ralement un seul ovule fĂ©condĂ©. Il y a un seul ovule, un seul germe qui est fĂ©condĂ©, si vous avez dĂ©jĂ  vu comment se fait l’hybridation du bĂ©tail. Remarquez. Ici il y a un–un million d’ovules; ici il y a un million de germes; et quand ceux-ci sont–sont projetĂ©s, pour qu’ils se rĂ©unissent dans l’utĂ©rus, qu’ils passent dans la trompe pour pĂ©nĂ©trer dans l’utĂ©rus, oĂč ils se rencontrent. D’un cĂŽtĂ© il y a les ovules. Un million d’ovules; un million de germes. Il n’y a lĂ  qu’un seul ovule fĂ©condĂ©. Il n’y a qu’un seul germe fĂ©condĂ©. Ils sont tous vivants. On peut observer les petits veaux qui s’agitent, lĂ , une toute petite goutte qu’on pourrait mettre sur la tige d’une allumette.

248 DĂ©mos et les autres sont Ă  l’écoute ce soir, et il se souvient de la fois oĂč nous les avons emmenĂ©s, oĂč il m’a emmenĂ© lĂ -bas pour me montrer comment ça fonctionnait. Des Ă©prouvettes, dans lesquelles ils en recueillaient juste de quoi mettre sur le bout d’une d’allumette. Il y avait des milliers de petits veaux et de petits taureaux lĂ -dedans, mais il n’y a qu’un seul d’entre eux qui pourra vivre. Un seul d’entre eux! Et il y en a tout un peloton, ici. Mais on peut en remarquer un qui va se faufiler en sortant du groupe qui est ici, il va passer par-dessus, ce germe va venir par ici, et un ovule va sortir du milieu des autres ovules qui se trouvent ici, et ils vont s’unir. Et tous les autres meurent. Pourtant, ils sont vivants, mais ils meurent.

249 En effet, il y a Quelque Chose, Quelqu’un a rendu celui-ci fĂ©cond, et a dĂ©crĂ©tĂ© que celui-ci le serait aussi. C’est la prĂ©destination, mon frĂšre. Bien sĂ»r. C’est Dieu qui doit dĂ©cider si ça va ĂȘtre un garçon ou une fille, aux cheveux roux, aux cheveux noirs, ou autre. C’est Dieu qui en dĂ©cide. C’est plus mystĂ©rieux pour moi qu’une naissance virginale. Mais remarquez, tous les autres meurent.

250 Deux millions de gens Ă©taient sortis, ils avaient chantĂ©, poussĂ© des cris, fait tout le reste. Ils avaient parlĂ© en... non, ils n’avaient pas parlĂ© en langues. Mais ils avaient poussĂ© des cris, et–et donnĂ© gloire Ă  Dieu, et dansĂ© de long en large au bord de la mer, et fait tout ce que les autres faisaient, mais il n’y en a que deux qui sont entrĂ©s dans le pays promis. Caleb y est entrĂ©, Caleb et JosuĂ©, seulement deux. C’est-Ă -dire un sur un million. Il y en a un sur un million dans la naissance naturelle. Ils avaient tous reçu la mĂȘme bĂ©nĂ©diction.
Oh, vous, les pentecĂŽtistes, j’espĂšre que vous ne vous rĂ©veillerez pas trop tard.

251 Un sur un million. Regardez. Il est censĂ© y avoir cinq cents millions de soi-disant ChrĂ©tiens dans le monde, aujourd’hui. Si JĂ©sus venait, il n’y en aurait que cinq cents qui partiraient avec Lui, dans ce cas, si cette statistique est juste. Eh bien, il y en a plus que ça qui disparaissent chaque jour dans le monde. Sans qu’on en sache rien.

252 “‘Je comprends, ont dit les scribes, vous savez, que...’ Pourquoi les scribes disent que–qu’Élie doit venir premiĂšrement?”, c’est ce qu’ils ont dit Ă  JĂ©sus.

253 Il a dit : “Élie est dĂ©jĂ  venu, et vous ne l’avez pas su.” Voyez? Il a agi exactement selon ce que les Écritures avaient annoncĂ© Ă  Son sujet. Voyez? “De mĂȘme le Fils de l’homme devra souffrir. Sous...” Ils ne L’ont pas reconnu. Pourtant, ils faisaient tous partie de l’église. Ils prĂ©tendaient tous ĂȘtre vivants.

254 Laissez un vrai ChrĂ©tien nĂ© de nouveau, un vrai serviteur de Dieu, entendre cette Parole de Dieu, et il sortira sans hĂ©siter de toutes les dĂ©nominations, pour venir dans ce terrain vraiment fertile, de la Parole, dans le terrain d’ensemencement. Il le fera, un point c’est tout. Je ne sais pas par quel processus il le fait. Mais Dieu a dĂ©crĂ©tĂ© que c’est ce qui se produirait.

255 Vous Ă©tiez sĂ©duits, au commencement, Ă  cause de votre premier mariage. Maintenant vous savez ce qui est vrai. C’est comme ce que je disais du petit aigle, quand il a entendu la Voix de l’Époux, il est allĂ© vers Elle, la Parole de Dieu des derniers jours, ointe et confirmĂ©e.

256 NoĂ© Ă©tait la Parole confirmĂ©e pour son temps. Croyez-vous ça? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Eh bien, son message ne marchera pas aujourd’hui.

257 MoĂŻse Ă©tait la Parole confirmĂ©e de son temps. Croyez-vous ça? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Ça ne marchera pas maintenant. JĂ©sus Ă©tait...

258 Jean Ă©tait la Parole confirmĂ©e. Croyez-vous ça? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Ça n’aurait pas marchĂ© du temps de JĂ©sus. Certainement pas. Non monsieur. “Jusqu’à Jean, c’étaient la loi et les prophĂštes; depuis lors, c’est le Royaume de Dieu.”

259 Les apĂŽtres, c’est eux qui ont rĂ©digĂ© la Bible. VoilĂ  Luther qui arrive, avec la rĂ©forme, ses paroles, lĂ , son Ă©glise, ça ne marchera pas aujourd’hui. Celle de Wesley non plus. Celle des pentecĂŽtistes non plus. Ça marchait Ă  leur Ă©poque.

260 Mais ceci est une autre Ă©poque. C’est maintenant l’ouverture des Sept Sceaux. Je sais que Cela peut vous sembler bizarre, mais Dieu l’a confirmĂ© de façon tellement parfaite. Ça ne–ne fait aucun doute. De façon absolument parfaite! Je ne lance pas ça dans l’assemblĂ©e locale d’ici. Je parle aux gens qui sont partout dans le pays. Voyez? Faites-en ce que vous voudrez.

261 Maintenant, remarquez, la Parole ointe de son Ă©poque, dont vous ĂȘtes une partie, par prĂ©destination. C’est comme si, instantanĂ©ment, vous l’aviez su. Quand vous avez entendu Cela, vous l’avez su tout de suite, que vous Ă©tiez un aigle. Vous vous ĂȘtes aussi rendu compte que vous n’étiez pas, au dĂ©part, un poulet dĂ©nominationnel. Vous saviez qu’il y avait quelque chose qui clochait lĂ -bas. Il y a quelque chose qui cloche, c’est exact, car vous savez que vous avez Ă©tĂ© piĂ©gĂ©s lĂ -dedans, au commencement.

262 Lui, l’Époux, a effacĂ© votre honte, “et l’a mise dans la Mer de l’Oubli, par le lavage de l’Eau de la Parole, et par le Sang de la Vie”. C’est ce que la Bible dit. Votre premier mari, auquel vous Ă©tiez mariĂ©s, le monde; l’Époux oint, qui vous avait prĂ©destinĂ©s, vous a lavĂ©s par le lavage d’Eau. Par “l’église”? [L’assemblĂ©e dit : “Non.”–N.D.É.] Ça ne sonne pas juste, ça, n’est-ce pas? [“Non.”] Vous pourriez peut-ĂȘtre trouver ça dans l’almanach, mais pas dans la Bible de Dieu. “Par le lavage d’Eau par la Parole.” Dans la Parole! Voyez? Par...

263 Vous vous tenez lĂ , entiĂšrement justifiĂ©s, comme si vous ne l’aviez mĂȘme jamais fait, au dĂ©part. Voici mon Message Ă  l’Église, maintenant. Alors que vous... alors que nous allons terminer la retransmission, dans un instant. Vous vous tenez, – si vous vous tenez sur la Parole de Dieu et Ă  la Parole de Dieu, Ă  chaque amen, chaque iota, chaque trait de lettre, – alors quelle est votre position? J’essaie de vous dire de vous Ă©carter de cette balle. Et de venir ici, dans le blĂ©, oĂč vous pourrez mĂ»rir, dans la prĂ©sence du Fils. J’entends venir la moissonneuse. Vous vous tenez lĂ , entiĂšrement justifiĂ©s, comme si vous n’aviez mĂȘme jamais fait ces choses, au dĂ©part. AllĂ©luia!

264 Vous parlez d’une action de grñce! Je me sens vraiment bien. Je suis plus reconnaissant de ça que de n’importe quoi d’autre.

265 Vous ĂȘtes l’Épouse du Fils du Dieu vivant, pure, vertueuse et sans pĂ©chĂ©. Tout homme et toute femme qui sont nĂ©s de l’Esprit de Dieu, qui ont Ă©tĂ© lavĂ©s dans le Sang de JĂ©sus-Christ et qui croient chaque Parole de Dieu, c’est comme si vous n’aviez mĂȘme jamais pĂ©chĂ©, au dĂ©part. Vous ĂȘtes parfaits. Le Sang de JĂ©sus-Christ! Comment pouvez-vous... Si un homme...

266 Si je devais mourir demain matin, et qu’un homme prenne ma place, je n’aurais pas Ă  mourir pour ce pĂ©chĂ©. Quelqu’un aurait pris ma place.

267 De mĂȘme, JĂ©sus, la Parole, a pris ma place. Il est devenu moi, un pĂ©cheur, pour que je puisse devenir Lui, la Parole. Amen. Que je reste fidĂšle Ă  Cela, pas Ă  l’église. À la Parole! Amen.

268 Oh, cette union spirituelle de Christ avec Son Église, maintenant, alors que la chair devient Parole, et que la Parole devient chair, manifestĂ©e, confirmĂ©e. Exactement ce que la Bible a annoncĂ© pour aujourd’hui, c’est ce qui arrive, jour aprĂšs jour. Oh, et ça s’accumule tellement vite, lĂ -bas dans les dĂ©serts, et il se passe tellement de choses, que je n’arrive mĂȘme pas Ă  suivre. Nous sommes prĂšs de la Venue de JĂ©sus, qui doit s’unir avec Son Église, alors que la Parole devient la Parole. L’appel du Saint-Esprit, qui sonde les coeurs!

269 Vous vous tenez lĂ , entiĂšrement... Vous n’avez mĂȘme jamais pĂ©chĂ©, au dĂ©part. MĂȘme que Dieu n’en sait rien. C’est dans la Mer de l’Oubli. Vous ne l’avez jamais fait. Vous avez Ă©tĂ© accusĂ©s de ça, par l’accusateur. Mais, en rĂ©alitĂ©, dĂšs le commencement, vous aviez Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s Ă  ĂȘtre fils et filles de Dieu. Vous vous tenez lĂ , lavĂ©s. Et le vieux livre de votre divorce a Ă©tĂ© supprimĂ©, et c’est mort, carrĂ©ment inexistant, mĂȘme dans la pensĂ©e de Dieu.

270 Vous ĂȘtes l’Épouse de Christ, vertueuse, lavĂ©e dans le Sang de Christ. Le prĂ©cieux Fils de Dieu, vertueux, sans pĂ©chĂ©, se tient lĂ , avec une Épouse-Parole, pure, sans mĂ©lange, qu’Il a lavĂ©e par l’Eau de Son propre Sang; Il est devenu chair et s’est manifestĂ©, pour pouvoir vous prendre, vous qui aviez Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s, dans le sein du PĂšre, avant le commencement, tout comme Lui l’avait Ă©tĂ©. Il Ă©tait ce grand attribut de Dieu, appelĂ© “l’amour”.

271 Quoi que vous soyez, vous ĂȘtes serviteurs de Dieu, quelle que soit la chose que Dieu veut que vous fassiez, quelle que soit votre place. “Dieu a placĂ© dans l’Église les uns comme apĂŽtres, comme prophĂštes, comme docteurs, comme pasteurs...” Il les y a placĂ©s en vertu de ce qu’Il avait Lui-mĂȘme prĂ©destinĂ©. Et c’est ce que vous Ă©tiez, dĂšs le dĂ©part.

272 Votre premier mariage a Ă©tĂ© annulĂ©. Oui. Vous n’avez mĂȘme jamais fait ça, au dĂ©part. En effet, une seule chose a pu avoir cet effet-lĂ , c’est que Dieu Lui-mĂȘme soit descendu prendre votre place, sous la forme du Fils de Dieu, JĂ©sus-Christ, et qu’Il vous ait lavĂ©s par l’Eau, par le lavage d’Eau par la Parole. La Parole; pas la dĂ©nomination! C’est la Parole qui vous a lavĂ©s. Mais si vous ne voulez pas vous tenir dans l’Eau de la Parole, comment allez-vous ĂȘtre lavĂ©s? Vous ĂȘtes encore aussi tachĂ©s qu’Ève. Oh, cher Agneau mourant, Ton prĂ©cieux Sang
Ne perdra point Sa puissance,
Jusqu’au jour oĂč l’Église rachetĂ©e
Soit sauvée, à jamais délivrée du péché.

273 Le pĂ©chĂ©, qu’est-ce que c’est? Le pĂ©chĂ©, c’est “l’incrĂ©dulitĂ©â€. L’incrĂ©dulitĂ© Ă  l’égard de (quoi?) la Parole; l’incrĂ©dulitĂ© Ă  l’égard de Dieu, qui est la Parole.

274 Pure, sans mĂ©lange; oh, allĂ©luia; Elle partira bientĂŽt vers les cieux; amen; Elle se tient prĂȘte. Pensez-y. Vos vĂȘtements lavĂ©s par l’Eau de la Parole ensanglantĂ©e! La Parole est devenue Sang. La Parole a saignĂ© pour vous, et vous ĂȘtes lavĂ©s dans une Parole ensanglantĂ©e. La Parole, qui saigne! La Vie de Dieu, dans la Parole, et la Parole a saignĂ© pour vous, afin que vous soyez lavĂ©s de la souillure de ces prostituĂ©es, que vous soyez purifiĂ©s et sanctifiĂ©s par le lavage de l’Eau de la Parole, et grĂące Ă  cela votre esprit et votre coeur s’appuient fermement sur Dieu et sur Sa Parole.

275 Or, comment savoir qu’Elle est vraie? Quand Dieu descend La confirmer et La prouver.

276 Vous dites : “Eh bien, moi je ne Le croyais pas de cette maniĂšre-lĂ .” Ils ne Le croyaient pas Ă  la maniĂšre de JĂ©sus, mais Dieu L’a prouvĂ©. Ils ne Le croyaient pas Ă  la maniĂšre de NoĂ©. Ils ne Le croyaient pas Ă  la maniĂšre de MoĂŻse. Ils Ă©taient prĂȘts Ă  croire Balaam sur parole : “Nous sommes tous pareils, alors, unissons-nous.”
“SĂ©parez-vous”, dit la Bible, “de l’incrĂ©dulitĂ©.”

277 AllĂ©luia! Maintenant remarquez. Vous, ça ne s’arrĂȘte pas lĂ , vous irez aux Noces, dans le ciel. Et vous portez l’anneau de mariage, de la grĂące prĂ©destinĂ©e et immĂ©ritĂ©e, un anneau de mariage, la grĂące, immĂ©ritĂ©e de votre part. C’est Dieu qui a accompli ça, Lui-mĂȘme. Il vous connaissait avant la fondation du monde, alors c’est LĂ  qu’Il vous a passĂ© au doigt l’anneau de mariage, qu’Il a inscrit votre nom sur le Livre. Oh, quelle action de grĂące! AllĂ©luia! Louange Ă  notre Dieu!

278 Maintenant, pour conclure, je dirai ceci. Nous savons tous que l’église contemporaine, pentecĂŽtiste, dans son Ă©tat actuel, et j’inclus toutes les dĂ©nominations! Je les mets toutes dans un mĂȘme paquet, parce qu’elles y sont. Souvenez-vous, Il va d’abord lier les mauvaises herbes en gerbes, et les brĂ»ler. Prendre... Il prend d’abord toutes les tiges du blĂ© et Il les brĂ»le; puis Il prend, Il vient prendre Son blĂ© et Il l’emporte Ă  la Maison. Elles se rassemblent toutes, en gerbes, une gerbe de mĂ©thodistes, de baptistes, de pentecĂŽtistes, alors qu’elles s’en vont toutes dans le Conseil oecumĂ©nique. C’est tout. Elles sont toutes Ă  brĂ»ler. Voyez?

279 Nous savons tous que l’église contemporaine, dans son Ă©tat actuel, dans sa condition actuelle, n’est pas du tout en Ă©tat de mener Ă  terme la grande commission que Dieu a donnĂ©e Ă  l’Église pour aujourd’hui. Combien de pentecĂŽtistes peuvent dire “amen” Ă  ça? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] C’est vrai. Voyez? Elle est...

280 Nous sommes unitaires, binitaires, trinitaires, ceci, cela ou autre chose, nous nous chamaillons, nous nous disputons. L’un est ceci, l’autre est cela, et autre chose. Et tous, sans exception, ils ont peur de regarder la Parole en face et de subir le test. Voyez? Ils savent. Vous leur En parlez, et ils disent : “Je–je n’y peux rien. Je ne peux pas croire Ça. Peu m’importe ce qu’il fait. Je...” Voyez? Voyez? Voyez? Ça montre quelle maman et quel papa vous avez. “Vous pourriez ĂȘtre surveillant gĂ©nĂ©ral, un jour. Vous pourriez ĂȘtre ceci, cela ou autre chose.” Vous feriez mieux d’ĂȘtre un fils de Dieu.

281 Or, nous savons que l’église ne pourrait, que l’église pentecĂŽtiste ne pourrait, en aucun cas, en aucun cas, mener Ă  bonne fin le Message des derniers jours, dans l’état oĂč elle se trouve actuellement. Le pourrait-elle? [L’assemblĂ©e dit : “Non.”–N.D.É.] Voyons, ils n’arrivent mĂȘme pas Ă  se mettre d’accord sur une ou deux Paroles de la Bible. Comment le pourrait-on? Elle ne le peut pas. Alors, vous voyez, la dĂ©nomination, c’est hors de question. C’est vrai.
Ce sera un peuple élu, qui a été élu pour ça. Voyez?

282 Maintenant, sachez, et ça aussi, nous le savons tous, que tout le systĂšme des dĂ©nominations, le pentecĂŽtisme et tout le reste, c’est mort, et ça, pour le ChrĂ©tien du Message, qui est nĂ© de nouveau. Oui. Votre premier mari est mort. Vous savez qu’il est mort. Dieu l’a laissĂ© mourir. Il est fini. Toutes ses maniĂšres scientifiques, intellectuelles, pĂ©dagogiques, scientifiques, de ses instituts soi-disant bibliques, et toutes ces choses ont pĂ©ri. Qu’est-ce qu’elles avaient produit? La division : les unitaires par ici, ceux de la trinitĂ© par lĂ , les binitaires ici, et par ici, et par lĂ , un gĂąchis pareil, alors qu’ils se donnent le nom de pentecĂŽtistes.

283 Tenez, l’autre jour, je suis allĂ© voir un jeune homme; il est Ă  l’écoute maintenant mĂȘme. Et une jeune femme, qui faisait partie d’une certaine Ă©glise. Elle disait... J’ai dit... Ils s’étaient sĂ©parĂ©s. J’ai dit : “Qu’est-ce qu’il y a?”
Elle a dit : “Nous n’avons pas la mĂȘme croyance.”
J’ai dit : “Oh, je suis dĂ©solĂ©. Êtes-vous catholique?”

284 Elle a dit : “Non.” Elle m’a nommĂ© l’église dĂ©nominationnelle dont elle faisait partie, une Ă©glise pentecĂŽtiste.

285 J’ai dit : “Et vous?” Lui aussi Ă©tait pentecĂŽtiste, mais d’une autre dĂ©nomination. Oh!

286 Savez-vous que l’église catholique romaine, au dĂ©but, elle Ă©tait pentecĂŽtiste? Combien savent que c’est vrai? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Ça lui a pris deux mille ans pour en arriver lĂ  oĂč elle en est maintenant, au point oĂč elle n’accepte plus rien de l’Écriture. Rien. Eh bien, les pentecĂŽtistes, dans vingt ans, ils seront encore plus mal en point qu’eux le sont maintenant, du train oĂč vont les choses. Voyons, c’est sĂ»r. Voyez? Qu’en est-il? Qu’en est-il? Regardez qui sont leur papa et leur maman. Ils laissent les femmes se couper les cheveux. Elles peuvent faire pratiquement tout ce qu’elles veulent. “Pourvu qu’elles fassent partie de l’église, c’est tout ce qu’il faut.”

287 Oh, ce n’est pas Ă©tonnant, ce n’est pas Ă©tonnant que la condamnation de Dieu atteigne sa pleine mesure! Dieu a prĂ©sentĂ© Cela, en plein devant vos yeux. Et vous fermez les yeux, pour ne pas Le regarder. Oui. Vous fermez votre coeur, alors que vous voyez la vĂ©ritable Parole de Dieu, et les Sept Sceaux, qui ont Ă©tĂ© confirmĂ©s et dont la vĂ©ritĂ© a Ă©tĂ© prouvĂ©e. AttestĂ©s dans les cieux, dans tous les pays, partout ailleurs, par les grands signes et les prodiges qu’Il avait promis d’accomplir, et vous, vous vous fermez Ă  ça et vous dites : “Je–je ne sais vraiment pas. Je–je n’y peux rien. Je...” Voyez? Oh! la la! Ils sont morts, et ils ne le savent pas. Par vos pĂ©chĂ©s et par vos offenses! Vous ĂȘtes morts. Oh! la la!

288 Nous savons tous que l’église, dans cet Ă©tat-lĂ , ne pourrait pas mener Ă  terme ce dernier jour. Comment pourrait-elle introduire Malachie 4? Comment le pourrait-elle? Ils n’y croient mĂȘme pas. Comment pourrait-elle croire, introduire Luc 17.30? Comment pourrait-elle introduire tous les autres passages de l’Écriture, qui ont Ă©tĂ© promis pour ce dernier jour? Elle ne le pourrait pas, puisqu’elle Les nie. “Ce qui arriva du temps de Lot arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.”

289 Regardez l’état dans lequel Ă©tait Lot, Ă©tait Sodome, en ce temps-lĂ . Regardez l’état de l’église de ce temps-lĂ . Regardez ce qui est arrivĂ© Ă  Abraham, l’Élu.

290 Regardez ce qui est arrivĂ© Ă  Lot et Ă  ceux qui Ă©taient Ă  Sodome. Regardez Billy Graham, Oral Roberts, et les autres qui sont lĂ -bas, au sein de ces dĂ©nominations. Regardez l’Église Ă©lue d’Abraham, qui s’est retirĂ©e de lĂ .

291 Regardez quel genre de signe JĂ©sus Lui-mĂȘme, le Dieu incarnĂ©, qui se tenait lĂ  dans une chair humaine. Vous dites : “C’était un Ange.” La Bible dit que C’était Dieu.

292 Le Seigneur Dieu, Elohim, qui se tenait lĂ , dans une chair humaine, montrant qu’Il oindrait tellement Son Église, dans les derniers jours : ce serait Dieu, qui agirait de nouveau dans une chair humaine. “Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.” Le mĂȘme genre de chose. Ils le voient, en plein lĂ , dans les Écritures. Lisez les... “Sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en Elles la Vie Éternelle.” Et ce sont Elles qui rendent tĂ©moignage de Ceci. Voyez? Voyez?

293 Donc, nous savons qu’ils sont morts. Dieu les a laissĂ©s mourir dans leur Ă©goĂŻste programme scientifique, pĂ©dagogique.

294 Tous les pentecĂŽtistes, autrefois, vous auriez parlĂ© de–d’envoyer votre enfant en pension Ă  l’institut biblique, du temps oĂč le vieux FrĂšre Loyate et les autres Ă©taient ici, et ils vous auraient mis Ă  la porte de l’église. “Mais, oh, maintenant, c’est quelque chose de formidable, ça. Mon fils est en pension Ă  l’institut biblique.” Il est en train de creuser sa tombe. Alors, maintenant, pensez-vous qu’ils pourraient accepter Ceci aujourd’hui?

295 Pensez-vous que je cherche Ă  encourager l’ignorance? Ce n’est pas ça. Ce que je vous dis, c’est qu’il y a une diffĂ©rence entre cet Ăąge intellectuel oĂč nous vivons actuellement, oĂč l’église a Ă©tĂ© fĂ©condĂ©e par la science et par toutes ces soi-disant “conceptions” et tout. Votre intellect ne peut pas concevoir Dieu.

296 Eh bien, ces–ces sacrificateurs, la conception qu’ils s’étaient faite de Dieu, c’était tellement parfait, qu’ils savaient de quelle maniĂšre le Messie allait venir; mais Il est venu d’une maniĂšre tout Ă  fait diffĂ©rente de la conception qu’ils s’en Ă©taient faite. Ça n’avait rien de scientifique. “Comment, cet Homme, qui est un Enfant illĂ©gitime? OĂč est-Il allĂ© Ă  l’école? OĂč a-t-Il reçu Son instruction? D’oĂč Lui vient ce savoir?”

297 “Comment, Tu veux nous enseigner, Ă  nous? Tu es nĂ© dans la fornication.” Voyez? Oh, misĂ©ricorde!

298 Voyez-vous que la mĂȘme chose se rĂ©pĂšte? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Voyez-vous que la chose se rĂ©pĂšte? Ils sont tous absorbĂ©s dans leur science religieuse, leur science religieuse axĂ©e sur ce que dit leur institut biblique, et c’est de cette maniĂšre qu’ils veulent que Cela se passe. “Il faut que Cela se passe de cette maniĂšre, sinon Ce n’est pas ça.”

299 Ils se font avoir par Dieu, chaque fois. La chose se produit toujours autrement. C’est ce qui est arrivĂ© du temps de NoĂ©, ce qui est arrivĂ© du temps de MoĂŻse, ce qui est arrivĂ© du temps de Christ, ce qui est arrivĂ© du temps de Jean, ce qui est arrivĂ© du temps des disciples, ce qui est arrivĂ© du temps de Wesley, ce qui est arrivĂ© du temps de Luther, ce qui est arrivĂ© du temps des pentecĂŽtistes; et c’est ce qui est arrivĂ©, de nouveau. Le modĂšle ne change pas. C’est toujours la mĂȘme chose qui se produit. Il n’y a eu que des rĂ©formateurs, au cours de ces sept, de ces six Ăąges, jusqu’au septiĂšme. Et Apocalypse 10 dit qu’à cette heure-ci, il y aurait un changement. Et il y en a eu un.

300 Maintenant, pour conclure, nous dirons ceci. Mener Ă  terme la grande commission, comment le pourraient-ils? Nous savons qu’ils sont morts. Dieu les a laissĂ©s mourir, dans cet Ăąge scientifique, tous, pour–pour qu’Il puisse (faire quoi?) dĂ©voiler le mystĂšre des Sept Sceaux Ă  l’Épouse non dĂ©nominationnelle. Comment une dĂ©nomination pourrait-elle accepter les Sept Sceaux, alors que Ceux-ci vont carrĂ©ment Ă  l’encontre, la semence du serpent et toutes ces autres choses? Tous les sept mystĂšres, en entier, sont contraires Ă  l’enseignement qu’elles ont reçu, parce qu’elles ont acceptĂ© la vieille Ă©cole, de leur institut biblique.

301 Et les Sept Sceaux de Dieu, alors qu’Ils ont Ă©tĂ© ouverts, lĂ  sur la montagne – que Dieu me fasse mourir Ă  l’instant mĂȘme, Ă  cette chaire, si Ce n’est pas la VĂ©ritĂ©. Et je vous l’avais annoncĂ© d’avance, un an et six mois avant que ça arrive, ce qu’Il m’avait dit : “Va en Arizona”, et ce qui arriverait lĂ -bas dans le dĂ©sert. Il y a des hommes assis ici ce soir, qui Ă©taient prĂ©sents lĂ -bas, quand les sept Anges sont descendus. Et mĂȘme le mag-... Le magazine, le magazine Life a publiĂ© l’article LĂ -dessus. C’était lĂ -bas, Ă  l’observatoire, et tout. LĂ , ils ne savent mĂȘme pas ce qu’il En est.

302 Et tout ce qui a Ă©tĂ© dit, oh, mĂȘme la destruction de la Californie, qui va bientĂŽt avoir lieu, et toutes ces autres choses. Et je leur avais dit dans combien de jours ça arriverait, et comment ça se passerait, lĂ -bas, qu’il y aurait ce grand tremblement de terre en Alaska, que ce serait le commencement du signe du temps, et ce qui allait se produire. Et, mot pour mot, ce qu’Il avait dit, pas une seule fois Cela n’a failli. Vous n’avez jamais vu Cela faillir. Et Cela ne peut pas faillir, parce que Ce sont les Paroles de Dieu. “Et le Ciel et la terre passeront, mais Cela ne peut pas faillir.” C’est vrai.

303 Dieu devait ouvrir ces Sept Sceaux, non pas dans une dĂ©nomination, – j’ai toujours Ă©tĂ© contre ça, – mais en dehors de la dĂ©nomination, pour qu’Il puisse prendre une Épouse, pas une Ă©pouse dĂ©nominationnelle. Il ne le pourrait pas. C’est contraire Ă  Sa propre Parole. Il a dĂ©voilĂ© ces sept mystĂšres, qui y Ă©taient contenus. Ceux-ci mettent en lumiĂšre, font Ă©merger les choses qui avaient Ă©tĂ© cachĂ©es depuis la fondation du monde, et qui devaient ĂȘtre rĂ©vĂ©lĂ©es dans les derniers jours, aux fils de Dieu. Ils ont maintenant fait Ă©merger Cela devant les gens pour qu’ils voient ce qu’il En est, voilĂ , vous y ĂȘtes, Cela s’adresse Ă  cette Épouse non dĂ©nominationnelle. Oh! la la!

304 VoilĂ  vos deux livres. L’un est le Livre de Vie de l’Agneau. Dans Celui-lĂ , votre nom a Ă©tĂ© prĂ©destinĂ© Ă  Y ĂȘtre. Il ne peut pas disparaĂźtre de lĂ ; en effet, il n’y a absolument aucun moyen de l’îter de lĂ , vous voyez, parce qu’il a Ă©tĂ© prĂ©destinĂ© Ă  Y ĂȘtre. Mais dans le livre de vie tout court, il peut ĂȘtre ĂŽtĂ© de lĂ  n’importe quand. Voyez? Si vous ne vous repentez pas, de toute maniĂšre, il en est ĂŽtĂ©, parce que vous allez passer en Jugement. L’Épouse ne passe mĂȘme pas en Jugement; Elle part dans l’EnlĂšvement. Tout comme...

305 Je dirai ceci, pour conclure. Il se fait tard, il est presque vingt et une heures trente. Nous serons sortis d’ici vingt et une heures trente, si le Seigneur le veut. Soyez vraiment respectueux maintenant, Ă©coutez. Une fois...

306 Je dis ceci maintenant, et c’est diffusĂ© d’un bout Ă  l’autre du pays. Maintenant, Ă  New York, il est vingt-trois heures vingt-cinq. Tout lĂ -bas, Ă  Philadelphie, et dans cette rĂ©gion, les saints bien-aimĂ©s de lĂ -bas sont Ă  l’écoute, dans des Ă©glises, un peu partout. Tout lĂ -bas, au sud, prĂšs du Mexique, tout lĂ -bas, au Canada, et un peu partout Ă  travers le pays. Presque tous les deux cents milles [trois cents kilomĂštres], partout Ă  l’intĂ©rieur du continent nord-amĂ©ricain, il y a des gens qui sont lĂ , Ă  l’écoute en ce moment. Des milliers de milliers Ă  l’écoute.

307 C’est mon Message pour vous, l’Église, vous qui formez une union, une union spirituelle par la Parole, vous qui ĂȘtes morts Ă  ces vieux maris. Vous ĂȘtes nĂ©s de nouveau. N’essayez pas de le dĂ©terrer. Il est mort. Si vous ĂȘtes un ChrĂ©tien nĂ© de nouveau, ce petit germe qui avait Ă©tĂ© prĂ©destinĂ© Ă  ĂȘtre en vous, c’est Parole sur Parole, sur Parole, sur Parole, sur Parole, jusqu’à parvenir Ă  la stature parfaite de Christ, c’est vrai, pour qu’Il puisse venir chercher Son Épouse. Maintenant, nous sommes prĂȘts pour une seule chose : la Venue du Seigneur.

308 VoilĂ  votre nom dans le Livre de Vie. Le Livre de Vie, c’est la Parole de Dieu, parce que la Parole est Dieu, et Dieu seul est la Vie. Alors, votre nom a Ă©tĂ© reprĂ©sentĂ© dans la Bible, avant que la Bible soit en Paroles. Et si vous ĂȘtes ici pour accomplir cela, n’est-ce pas qu’Elle va confirmer cette Parole? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] N’est-ce pas que l’Église va confirmer ce qu’Elle-mĂȘme, Elle est? N’est-ce pas que Malachie 4 et toutes ces autres choses vont Se confirmer parfaitement, parfaitement, et montrer que c’est bien de Cela qu’il s’agit? [“Amen.”]

309 Quand JĂ©sus est venu, Il a dit : “Si Je ne fais pas les oeuvres qu’il a Ă©tĂ© promis que Je ferais, ne Me croyez pas.” À quel groupe a-t-Il adhĂ©rĂ©? Il a dit : “Ils ont tous... Vous avez pour pĂšre le diable, et vous faites ses oeuvres.” Voyez? Voyez?

310 Nous sommes dans les derniers jours, Église. C’est mon Message d’action de grñce pour vous.

311 Maintenant, avant de terminer. Une fois, je suis allĂ© au Parc national Glacier. Nous avions entendu dire toute la journĂ©e qu’il allait y avoir–y avoir une cascade, un “glacier de feu”, qui allait descendre ce soir-lĂ . Alors, les gens se sont affairĂ©s, toute la journĂ©e, Ă  prĂ©parer ça, parce qu’ils allaient faire couler ce feu ce soir-lĂ . Ils mettent un genre de feu liquide, ça descend comme un grand glacier d’eau. Mais c’est... On dirait presque un arc-en-ciel, lĂ , qui sort de ce feu qui descend, de ce glacier. Nous avons circulĂ© dans le parc, ma femme et moi, et les enfants, nous nous sommes promenĂ©s Ă  pied toute la journĂ©e. Nous voulions rester pour voir ce spectacle, ce feu. Alors, on–on–on nous avait promis que nous le verrions, que cette fois encore, nous pourrions assister Ă  ça. On nous disait que c’est une attraction qui se rĂ©pĂšte tous les Ă©tĂ©s, et tout. J’ai dit : “Eh bien, est-ce que nous pourrons le voir?”

312 Ils ont dit : “Nous l’avons promis pour ce soir. On nous le promet.” Ils ont dit : “Ils sont maintenant lĂ -haut, en train de prĂ©parer ça.”

313 AprĂšs que tout a Ă©tĂ© prĂ©parĂ© pour l’évĂ©nement! C’est ce qui se passe en ce moment. Tout a Ă©tĂ© prĂ©parĂ© pour l’évĂ©nement, une Église qu’Il fait sortir, Ă  cause de Son Nom, Il fait sortir Son Épouse du milieu de ce monde, de ces dĂ©nominations, de tout ce qui est du monde, de la souillure et des choses du monde.

314 Tous les gens; l’évĂ©nement a Ă©tĂ© prĂ©parĂ©. Tous les gens Ă©taient debout dehors. On nous a dit : “Maintenant, observez bien, juste au sommet de la montagne, lĂ -bas.”

315 C’est toujours comme ça que C’est arrivĂ©. C’est comme ça que Cela doit arriver cette fois-ci. C’est toujours comme ça que C’est arrivĂ©. Pas par une dĂ©nomination! Dieu n’a jamais utilisĂ© une dĂ©nomination, jamais!

316 Le rĂ©formateur arrive, il reçoit la Parole du Seigneur. Ensuite, Ă  sa mort, ils construisent une dĂ©nomination lĂ -dessus. C’est ce que les pentecĂŽtistes et tous les autres ont fait. Quand il y a eu ceux de la “nouvelle question”, et tout, c’est justement comme ça. C’est comme ça que cette chose-lĂ  est apparue. Une nouvelle parole est ajoutĂ©e, puis ils construisent une Ă©glise lĂ -dessus; ils en ont fait une dĂ©nomination, se sont sĂ©parĂ©s. Il fallait que ça se passe comme ça.

317 Or, on ne peut pas faire mieux–on ne peut pas faire mieux que la nature. La nature suit toujours le mĂȘme processus : la tige, la feuille, l’aigrette, et ainsi de suite, la balle, puis vient le blĂ©.

318 Maintenant remarquez. Tout Ă©tait prĂȘt. Tout avait Ă©tĂ© allumĂ© et prĂ©parĂ©. Et tous les gens Ă©taient debout dehors. Je levais la tĂȘte, mon bras passĂ© autour des Ă©paules de ma femme. Nous regardions. Les enfants Ă©taient lĂ , nous regardions tous en haut, comme ça. Oh! C’était vraiment quelque chose, parce que nous attendions ça. On nous l’avait promis.

319 Amen! La Parole promet Ceci. “Alors, avant que le jour de l’Éternel arrive, ce jour grand et redoutable, voici, Je vous enverrai Élie, le prophĂšte. Il ramĂšnera le coeur des enfants Ă  leurs pĂšres.” ...?... “Alors, dans les derniers jours, Je rĂ©pandrai d’en Haut Mon Esprit.” “La pluie de la premiĂšre et de l’arriĂšre-saison tomberont ensemble, dans les derniers jours.” Toutes ces promesses ont Ă©tĂ© donnĂ©es dans les Écritures. Nous regardons en haut. Nous observons la vĂ©ritable Épouse dissĂ©minĂ©e dans le pays, en cette heure, Elle regarde en haut. Église, Il va venir, un de ces jours. Aussi sĂ»r qu’Il est venu la premiĂšre fois, Il va revenir. PrĂ©parez tout. SĂ©parez-vous de la balle. Restez dans la prĂ©sence du Fils. Continuez Ă  regarder en haut. Soyez dans l’expectative.

320 Tout Ă  coup, nous avons entendu quelque chose qui venait du sommet de la colline, une voix a retenti dans le haut-parleur : “Tout est prĂȘt.”

321 Alors cet homme qui Ă©tait debout, Ă  cĂŽtĂ© de moi, a dit : “Que le feu descende.” Et voilĂ , ça s’est mis Ă  dĂ©valer la montagne, un glacier de feu et de flammes, c’était impressionnant Ă  voir.

322 FrĂšre, prĂ©parons tout, car un de ces jours, le Feu va descendre. Nous allons monter. Maintenant, prĂ©parons-nous pour le moment oĂč le feu descendra. Nous sommes dans les derniers jours, nous le savons tous, et nous sommes prĂȘts pour la Venue du Seigneur. Ce qu’il faut faire, c’est de vous sĂ©parer de tout pĂ©chĂ©. SĂ©parez-vous de tout ce qui est de ce monde. “N’aimez pas le monde, ni les choses du monde.”

323 “Que personne ne vous sĂ©duise par son credo.” Tenez-vous-en strictement Ă  la promesse de Dieu, Ă  la Parole de Dieu. Et cette Parole, si c’est une Parole qui s’applique Ă  aujourd’hui, Dieu La confirmera. S’Il ne le fait pas, ce n’est pas la Parole pour aujourd’hui.

324 La Parole qui est descendue le Jour de la PentecĂŽte, ça ne marchera pas aujourd’hui. Non monsieur. Celle-lĂ , c’était pour la PentecĂŽte. Celle-ci, c’est pour l’Épouse, le dĂ©part de l’Épouse, qui rentre Ă  la Maison. Nous avons reçu quelque chose de diffĂ©rent. Les pentecĂŽtistes, lĂ  encore, ils ont reprĂ©sentĂ© ça. Nous sommes dans l’ñge de l’Épouse. Pas plus que la–la Parole de NoĂ© n’aurait marchĂ© du temps de MoĂŻse. Pas plus que la loi de MoĂŻse n’aurait marchĂ© du temps de Paul, ici; il a essayĂ© de le leur dire : “Vous ĂȘtes morts Ă  ça, et vous ne pouvez pas avoir ça.”

325 Église, vous Ă  qui je parle ce soir, d’un bout Ă  l’autre du pays, si–si vous vous ĂȘtes sĂ©parĂ©s des dĂ©nominations, de toute la souillure et de toutes les choses de ce monde, et de toutes les choses qui vous retiennent dans les crĂ©dos faits de main d’homme, les ordonnances et les choses semblables, si vous vous ĂȘtes sĂ©parĂ©s. Regardez en haut. PrĂ©parez-vous. Le Feu va descendre un de ces jours. Dieu va Le faire venir, et ce sera impressionnant Ă  voir. Serez-vous prĂȘts lorsqu’Il viendra? Serez-vous prĂȘts pour monter avec Lui, lorsqu’Il viendra? L’EnlĂšvement secret de l’Épouse surnaturelle : “Elle passera du mor-... du mortel Ă  l’immortalitĂ©; Elle sera changĂ©e, en un instant, en un clin d’oeil. Nous les vivants, qui serons restĂ©s, nous ne devancerons pas ceux qui se sont endormis.”

326 L’autre jour, c’était l’Armistice, et j’étais Ă  Tucson. Mon petit garçon voulait aller voir le dĂ©filĂ©. J’étais en train d’étudier, et je n’avais pas le temps d’y aller. J’avais beaucoup de visites de malades Ă  faire, et tout ça. Donc, il m’a dit : “Papa, ils ne veulent pas m’y emmener.” Il a dit : “EmmĂšne-moi.”

327 J’ai dit : “TrĂšs bien.” FrĂšre Simpson – je crois qu’il est ici – et son petit garçon voulaient y aller. Hop, je les ai fait monter dans la voiture, et j’y suis allĂ© en vitesse.

328 Je me suis placĂ© Ă  un coin de rue pour regarder. Au bout d’un moment, j’ai entendu au loin un bruit sourd qui se rapprochait : “Boum! boum!”, le battement des tambours. Je me tenais lĂ . Je me suis dit : “Eh bien, ces petits garçons, vraiment, ils ont lu tous ces livres, sur l’armĂ©e. Ils vont vraiment aimer ça.” J’ai remarquĂ©, ce qui venait d’abord, c’était le vieux tank de la PremiĂšre Guerre mondiale. Ils sont passĂ©s, c’étaient de tout petits engins, comme ça. Ensuite, ce qui a suivi, c’était–ce qui a suivi, c’était le nouveau gros tank de la DeuxiĂšme Guerre mondiale, le gros tank Sherman avec sa bouche Ă  feu. Et ainsi de suite, l’un aprĂšs l’autre, et au bout d’un moment, il y a eu les Gold Star Mothers [les mĂšres de soldats morts au combat–N.D.T.].

329 Et puis, un peu plus tard, douze vĂ©tĂ©rans de la PremiĂšre Guerre mondiale, les seuls de tout l’État de l’Arizona qui soient encore en vie; douze vĂ©tĂ©rans. Puis, un char est passĂ© : le soldat inconnu, avec la petite croix blanche. Il y avait un marin, un fusilier marin et un soldat, qui montaient la garde. Une petite cloison avait Ă©tĂ© Ă©levĂ©e sur le char. De l’autre cĂŽtĂ© de celle-ci, il y avait une vieille mĂšre aux cheveux gris, assise lĂ , une Ă©toile dorĂ©e Ă©pinglĂ©e sur son corsage; une mignonne petite Ă©pouse, en larmes, son mari Ă©tait mort; un petit garçon en haillons, qui dĂ©tournait la tĂȘte. Son papa s’était fait tuer. Et derriĂšre celui-lĂ , il en est venu encore, et encore, et encore, et ensuite il y a eu l’armĂ©e moderne. Je me suis tenu lĂ . Quel spectacle impressionnant, mais combien triste!

330 Je me suis dit : “Ô Dieu, un de ces jours, je contemplerai un autre spectacle.”

331 Il viendra un jour de rĂ©surrection, et alors “les premiers seront les derniers; les derniers seront les premiers”. Les vieux prophĂštes apparaĂźtront les premiers, et on verra cette procession s’élever, marcher vers les cieux. “Et nous les vivants, qui serons restĂ©s, nous ne devancerons pas ceux qui se sont endormis. Car la trompette de Dieu sonnera, les morts en Christ ressusciteront premiĂšrement.” Nous nous alignerons derriĂšre eux, pour rentrer, allĂ©luia, tous ceux qui, au long de l’ñge de Luther, de Wesley, des mĂ©thodistes, des presbytĂ©riens, et ainsi de suite jusqu’au dernier Ăąge, ceux qui ont reçu la Parole de leur Ăąge.
Que Dieu vous bénisse. Faites tous les préparatifs, et le Feu descendra.

332 Inclinons la tĂȘte un instant. Je me demande si, dans cet auditoire visible, ce soir, alors que je vous ai gardĂ©s ici pendant... jusqu’à vingt et une heures trente. Est-ce qu’il y en aurait un ici, est-ce qu’il y en aurait une douzaine ici, combien y a-t-il de gens ici, qui diraient : “FrĂšre Branham, j’ai honte de moi, de la vie que j’ai menĂ©e. J’ai beaucoup courbĂ© l’échine devant une dĂ©nomination et devant des hommes. Je sais que je ne suis pas au point avec la Parole de Dieu. Je vous demande simplement de prier pour moi, FrĂšre Branham”? Levez la main. Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse. Regardez un peu, tout en haut dans les balcons, et partout. Que Dieu vous bĂ©nisse. “Je sais...” N’ayez pas honte, lĂ . N’ayez pas honte.

333 Et lĂ -bas, d’un bout Ă  l’autre du pays, de New York jusqu’à la Californie, du Canada jusqu’au Mexique, vous qui ĂȘtes rĂ©unis dans ces Ă©glises oĂč de petits groupes de fidĂšles croient ce Message de tout leur coeur. Ils sont sortis, sortis de grandes tribulations, sortis de ces dĂ©nominations. Ils sont des germes de Vie. Est-ce que vous Ă©prouvez un vif dĂ©sir, ce soir, comme le petit aigle : vous entendez Quelque Chose qui est un peu diffĂ©rent de ce que vous avez entendu avant, mais pourtant, dans votre coeur, vous savez que c’est la VĂ©ritĂ©? Vous, qui ĂȘtes lĂ -bas, il y a un pasteur quelque part, lĂ -bas. Vous avez levĂ© la main. Je vais prier pour vous.

334 Ces choses n’ont pas Ă©tĂ© faites en cachette, mes amis. Souvenez-vous : “Étroite est la porte et resserrĂ© le chemin, et il n’y en aura que peu qui les trouveront.” Ne suivez pas cette foule, qui se dirige lĂ -bas, mes amis, cet Ăąge de l’église de LaodicĂ©e. Elle peut sauter, danser sous l’effet de la musique, elle est tiĂšde. Or, il n’est pas dit qu’elle Ă©tait glacĂ©e. Il est dit “qu’elle Ă©tait tiĂšde”, c’est l’église pentecĂŽtiste, “et elle ne sait pas qu’elle est misĂ©rable, malheureuse, aveugle”. Aveugle Ă  quoi? À la Parole, Ă  la manifestation de la Parole, parce qu’Elle n’est jamais venue par l’entremise de leurs organisations. Elles ne peuvent pas La recevoir.

335 Et vous, les ministres, qui ĂȘtes Ă  Tucson, ce soir, je ne vous tiens pas pour responsables de ça. C’est Dieu qui le fait. J’ai Ă©tĂ© lĂ -bas pendant trois ans. Je vous avais dit que je n’ouvrirais pas d’église. Je ne l’ai pas fait. C’est FrĂšre Pearry Green qui en a ouvert une. J’ai Ă©tĂ© lĂ -bas pendant trois ans, et vous ne m’avez pas invitĂ© une seule fois Ă  votre chaire. Je suis restĂ© Ă  Tucson pendant presque trois ans. Dieu va me retirer du dĂ©sert, un de ces jours. Ce Message doit vivre. J’ai fait tout ce que j’ai pu pour me faire accepter parmi vous. Je–je sais pour quelle raison vous avez fait ça. Vous m’entendez? La seule raison pour laquelle vous avez fait ça, c’est parce que votre dĂ©nomination vous aurait mis Ă  la porte. Et vous le savez, beaucoup d’entre vous, je vous ai parlĂ©, lĂ -bas au restaurant Furr, et vous savez que c’est la vĂ©ritĂ©. Honte Ă  vous.

336 Sortez de là. Sortez de là, frùre. S’il y a un tant soit peu de Vie en vous, vous serez comme ce petit aigle dont je viens de parler, vous entendrez la Parole de Dieu. Souvenez-vous, un de ces jours, vous entendrez Ceci pour la derniùre fois. Nous en sommes tout proches, maintenant. Ne voulez-vous pas venir ce soir?

337 Dieu bien-aimĂ©, nous sommes rassemblĂ©s solennellement maintenant, et c’est vraiment un jour d’action de grĂące, Seigneur. Je suis reconnaissant, Seigneur, de vivre en ce jour. C’est le jour le plus glorieux. Paul, l’apĂŽtre, dĂ©sirait ardemment voir ce jour. Les grands hommes d’antan dĂ©siraient ardemment le voir. Les prophĂštes dĂ©siraient ardemment le voir. Ils attendaient ce jour. Abraham attendait ce jour, car il cherchait une Ville dont l’Architecte et le Constructeur Ă©tait Dieu; elle se trouve juste au-dessus de nous, ce soir. Jean a vu l’Esprit de Dieu descendre du Ciel, il en a rendu tĂ©moignage, il savait que c’était lĂ  le Fils de Dieu. Et pensez, maintenant, Il est en train de choisir Son Épouse.

338 Dieu bien-aimĂ©, partout dans le pays, parle Ă  leur coeur. Tu es le Seul qui puisse changer leur coeur. S’il n’y a pas eu de Semence placĂ©e Ă  l’intĂ©rieur dĂšs le commencement, ils ne verront jamais ce qu’il En est, Seigneur. Ils, tout simplement... “Les aveugles conduiront les aveugles. Ils tomberont dans une fosse”, aussi sĂ»r que deux et deux font quatre, parce que Ta Parole le dit.

339 Maintenant, PĂšre, alors que nous voyons, d’un bout Ă  l’autre du pays, dans le monde entier, en Afrique, des douzaines, des douzaines, partout, en Afrique du Sud, au Mozambique, partout dans le pays, de petites assemblĂ©es qui reçoivent ces bandes. Et cette bande aussi, elle ira dans une vingtaine de pays diffĂ©rents. Ils commencent Ă  voir ce qu’il En est, et ils se sĂ©parent, des centaines et des centaines d’entre eux. Ce ne sera pas un grand nombre, Seigneur. Et alors, quand le dernier membre aura Ă©tĂ© reçu dans le Corps, Christ viendra.

340 Seigneur Dieu, je demande Ă  l’Épouse ce soir, Ă  ceux dont j’ai l’impression qu’ils se sont sĂ©parĂ©s et qui attendent. Puissent-ils se sĂ©parer de tout ce qui est du monde. Ils doivent rester dans la PrĂ©sence de la LumiĂšre chaude du Fils de Dieu, baigner dans Sa Parole, dans Son amour. Accorde-le, Dieu bien-aimĂ©.

341 Que les gens qui sont ici, visibles, qui ont levĂ© la main ce soir, des douzaines dans tout ce grand tabernacle. Je prie, ĂŽ Dieu, qu’une Vie nouvelle entre en eux. Cette priĂšre, je la fais pour ceux qui sont d’un bout Ă  l’autre du pays et mĂȘme partout dans le monde, lĂ  oĂč on passera cette bande, afin qu’eux aussi reçoivent ce Message d’action de grĂące et qu’ils sachent – par les allusions qui ont Ă©tĂ© faites et tout – ce qu’ils doivent faire. C’est ma priĂšre, PĂšre. Accorde-le. BĂ©nis-les. Ils sont Ă  Toi.

342 Maintenant, je sais que ce qui se fait d’habitude, PĂšre, c’est qu’on demande aux gens de venir Ă  l’autel. Je prie, Dieu bien-aimĂ©, que, dans chaque mission, un peu partout, et dans le monde entier, qu’ils viennent Ă  l’autel : les noirs, les blancs, les jaunes, les bruns, oĂč qu’ils se trouvent; les riches, les pauvres, les indiffĂ©rents, les mendiants, quoi qu’ils soient.

343 Ceux qui font partie de dĂ©nominations, ceux qui suivent leur propre conception et sont centrĂ©s sur eux-mĂȘmes, ĂŽ Dieu : “Nus, misĂ©rables, malheureux, aveugles, et ils ne le savent mĂȘme pas.” Tu as dit qu’il en serait ainsi, et il en est ainsi.

344 Alors, je Te prie, PĂšre, d’appeler chaque Semence, ce soir. Et tout autour du monde, partout oĂč Ceci pourra se retrouver, puisse Cela atteindre ce petit aigle qui connaĂźt la Voix de son Seigneur. Accorde-le, Seigneur. Je Te les confie, au Nom de JĂ©sus. Amen.

345 Maintenant, avec vos tĂȘtes inclinĂ©es, ici dans l’auditoire visible. Est-ce que quelques-uns de ceux qui sont ici, qui ne sont pas encore sauvĂ©s, qui n’ont pas mĂȘme donnĂ© leur coeur Ă  Dieu : vous ne trouvez pas que vous devriez ĂȘtre reconnaissants de ce que JĂ©sus a fait pour vous? De penser que vous ĂȘtes un pĂ©cheur, que vous ĂȘtes dĂ©tachĂ© de Dieu, mais que Quelque Chose a quand mĂȘme frappĂ© Ă  votre coeur. [FrĂšre Branham frappe sur la chaire.–N.D.É.] Qui sait si vous n’ĂȘtes pas l’un de ces petits aigles! Vous ĂȘtes misĂ©rable, et vous serez misĂ©rable tant que vous ne vous abandonnerez pas Ă  Lui. Pourquoi ne pas faire de ce jour d’action de grĂące l’un des plus grands que vous ayez jamais eus, celui oĂč vous aurez reçu JĂ©sus-Christ comme votre Sauveur?

346 Voulez-vous venir vous placer ici, prĂšs de l’autel? Je prierai avec vous, si vous venez : tout pĂ©cheur, homme ou femme, garçon ou fille, membre d’église ou non-membre d’église. D’ĂȘtre un membre d’église, ça ne fait pas de vous un ChrĂ©tien, ça. L’autel est ouvert Ă  tous. Voulez-vous venir, tout pĂ©cheur qui dĂ©sire venir recevoir le Seigneur JĂ©sus-Christ. Vous qui aimeriez vraiment cesser...

347 Certains d’entre vous, des dĂ©nominations, qui aimeriez cesser de vous nourrir de cette nourriture pour poulets, oĂč on vous dit que “vous faites partie de ceci, alors tout va bien”. Voulez-vous vraiment savoir ce qu’est le vĂ©ritable baptĂȘme du Saint-Esprit? Venez voir.

348 L’autel est ouvert Ă  tous. Nous sommes prĂȘts. Venez, avancez-vous, quittez votre–votre siĂšge. Avancez-vous, venez vous agenouiller ici Ă  l’autel; il y a ce frĂšre qui vient d’arriver.

349 “Quelle action de grĂące, ĂŽ Dieu, je Te suis si reconnaissant. Alors que toute ma vie, j’ai su qu’il y avait quelque chose, Seigneur. Je n’ai jamais Ă©tĂ© satisfait. J’ai essayĂ©. Je–je me disais : ‘L’an prochain, je le ferai. La semaine prochaine, je le ferai, la prochaine fois que j’entendrai un appel Ă  l’autel. Je le ferai, un jour.’ Je remettais toujours ça Ă  plus tard. Mais, Seigneur, je sais que quelque chose ne va pas chez moi. J’ai toujours cru qu’il y avait quelque chose de diffĂ©rent. Et maintenant, Seigneur, ce soir, je suis reconnaissant de ce que le Fils de Dieu ait pourvu, afin que je sois lavĂ© de mes pĂ©chĂ©s, de mon incrĂ©dulitĂ©, en fait. Je viens, ce soir, et je m’agenouille pour accepter la grande bĂ©nĂ©diction d’action de grĂące, ce que JĂ©sus-Christ a fait pour moi, quand Il est mort pour moi, au Calvaire.”

350 Voulez-vous venir? Maintenant, il y a des gens agenouillĂ©s autour de l’autel, ici. Pourquoi ne pas vous lever et venir? Vous avez dĂ©sirĂ© le faire. Vous avez essayĂ©.

351 Pensez simplement Ă  FrĂšre Lyle Palmer, notre bon et prĂ©cieux frĂšre. Il Ă©tait dans sa cour, d’aprĂšs ce que j’ai compris, il regardait sa petite fille qui y jouait au croquet, ou quelque chose comme ça, et il est tombĂ© raide mort, dans son fauteuil. Vous ne savez pas Ă  quel moment vous allez partir d’ici. Vous ne savez pas du tout Ă  quel moment vous allez partir. Ce pourrait ĂȘtre encore ce soir, alors, pourquoi ne pas venir rĂ©gler la question maintenant?

352 Venez, les amis. Est-ce que vous ne vous sentez pas attirĂ© par Quelque Chose? Je–je sais qu’il y en a beaucoup parmi vous qui devraient ĂȘtre ici Ă  l’autel, les six ou sept personnes qui sont ici ne sont pas les seules qu’il y ait dans cet auditoire. Maintenant, si vous me croyez, et que vous avez vu des choses arriver ici sur l’estrade, croyez-moi maintenant. Un jour, ma voix se taira. Vous ne l’entendrez plus. Peut-ĂȘtre souhaiterez-vous ĂȘtre venus.

353 Vous dites : “Mais, FrĂšre Branham, j’ai Ă©tĂ© un membre d’église.” Ce que vous avez Ă©tĂ©, ça ne change rien, ça. NicodĂšme aussi, il avait–il avait Ă©tĂ© un membre d’église. Jean, Pierre, Jacques, Paul, et tous les autres aussi, ils avaient Ă©tĂ© des membres d’église.

354 Paul Ă©tait un membre d’église, jusqu’à ce que quelque chose arrive, un soir, ou plutĂŽt, un jour, alors il est venu. Il a Ă©tĂ© changĂ©, d’un membre d’église qu’il Ă©tait en un fils de Dieu. Ne voulez-vous pas venir? Oh, il avait reçu une bonne formation. C’était un intellectuel. Il savait qu’il avait reçu une bonne formation, il avait Ă©tĂ© formĂ© Ă  l’une des meilleures Ă©coles de l’époque, par Gamaliel, l’un des meilleurs docteurs du pays. Mais il savait qu’il avait besoin de quelque chose.

355 Ne voulez-vous pas venir? Encore une fois, je vous le demande. OĂč... Que ce soit ici ou n’importe oĂč dans le pays, je vous le demande, oĂč que vous soyez, et quelle que soit l’assemblĂ©e dans laquelle vous ĂȘtes, Ă  cette heure d’action de grĂące. Souvenez-vous qu’on m’enregistre, ici; non seulement ici, mais au Ciel.

356 Vous savez, il a Ă©tĂ© prouvĂ© par la science que chaque mouvement que vous faites est enregistrĂ©. On a prouvĂ© ça. Souvenez-vous, la tĂ©lĂ©vision l’a prouvĂ©. La tĂ©lĂ©vision ne–ne fabrique pas d’image. C’est vous qui ĂȘtes l’image. Elle ne fait que transmettre dans un canal ce que vous ĂȘtes en train de faire. Vous ĂȘtes lĂ , de toute maniĂšre. Voyez? Quand vous bougez le doigt, ce mouvement fait le tour du monde. Chaque fois que vous mettez une robe, votre apparence fait le tour du monde. C’est enregistrĂ©. Chaque pensĂ©e qui traverse votre esprit est enregistrĂ©e. Et un jour, l’enregistrement prendra fin, il sera mis dans l’album.

357 Et puis, au Jugement, il sera repassĂ©. Vous voilĂ , les cheveux coupĂ©s, vous prĂ©tendant ChrĂ©tienne. Vous voilĂ , avec dans votre esprit des pensĂ©es contre la Parole, et c’est lĂ , dans votre esprit. Vous ne pouvez pas le cacher. Souvenez-vous, la tĂ©lĂ©vision – mĂȘme la science sait que c’est vrai. Maintenant mĂȘme, vous le savez, que vous devriez ĂȘtre ici, souvenez-vous, alors que ceci est enregistrĂ©. Au Jour du Jugement, cette mĂȘme pensĂ©e que vous avez maintenant vous reviendra Ă  l’esprit de nouveau. C’est ce qui aura Ă©tĂ© enregistrĂ©. Le monde entier le verra quand ce sera repassĂ©. Pourquoi est-ce que le monde ne... On vous regardera, au Jour du Jugement, et tous les Anges seront lĂ .

358 “Si vous avez honte de Moi ici, alors que maintenant mĂȘme votre image est en train de s’enregistrer, au Jour du Jugement J’aurai honte de vous. Car J’ai oint Ma Parole, Je vous L’ai envoyĂ©e. Vous n’avez pas voulu La croire. Vous vous ĂȘtes cachĂ©s derriĂšre quelque chose.”

359 “Oh,” vous dites, “je suis une assez bonne personne. J’ai fait ceci. J’ai dansĂ© par l’Esprit. J’ai parlĂ© en langues.” Les paĂŻens aussi font ça. “J’ai poussĂ© des cris.” Les paĂŻens aussi font ça. Alors, comment pouvez-vous vous dĂ©tourner de la Parole? Pourquoi
Ne pas venir maintenant?
Pourquoi? Pourquoi
Ne pas venir maintenant?
Pourquoi attends-tu, cher frĂšre?
Oh, pourquoi tardes-tu si longtemps?
JĂ©sus attend, Il veut te sauver,
Une place dans Sa Demeure sanctifiée.
Faire de toi un membre de Son Corps! Pourquoi?
Oh, petit aigle, viens.
Oh, pourquoi ne pas venir?

360 Seigneur, je suis reconnaissant. Je suis trĂšs reconnaissant. Je T’adresse mes actions de grĂące, Seigneur; non pour la nourriture naturelle, bien que j’en sois quand mĂȘme reconnaissant. Mais Seigneur, nous sommes au temps de la fin. Je suis reconnaissant de cette Nourriture spirituelle, Seigneur, la Nourriture spirituelle, des Sept Sceaux qui, selon la promesse, devaient ĂȘtre ouverts.
Vous dites : “Ça, ce sera quelque chose d’autre.” Non, non.

361 On ne peut pas ajouter une seule parole. Ni retrancher... C’est dĂ©jĂ  LĂ -dedans, mais c’est simplement cachĂ©. C’est scellĂ©. Combien comprennent ça? Dites : “Amen.” [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Voyez?
Vous dites : “Eh bien, ça, ce sera un mystĂšre qui sera proclamĂ©.” Oh non.

362 C’est dĂ©jĂ  Ă©crit. On ne peut pas Y ajouter une seule parole, ni En retrancher une seule. Voyez? C’est dĂ©jĂ  LĂ -dedans. Il faut simplement que Ce soit rĂ©vĂ©lĂ©, dans les derniers jours.

363 Ne voulez-vous pas venir? Venez donc maintenant, mes amis. Si vous ne comprenez pas, venez, agenouillez-vous et parlez-Lui-En. Si je ne peux pas rendre la chose claire pour vous, Lui, Il le fera, car c’est Lui qui–qui dissipe tous les doutes. ...dans Son trĂŽne sanctifiĂ©. Oh, pourquoi, ne voulez-vous pas venir? Pourquoi
Ne pas venir maintenant?

364 Souvenez-vous, on est en train d’enregistrer ceci, non seulement sur cette bande magnĂ©tique, mais sur le grand enregistrement de Dieu. Chacun de vous, chaque mouvement, quand vous inclinez la tĂȘte, que vous inclinez votre coeur, la pensĂ©e qui traverse votre esprit, souvenez-vous, c’est enregistrĂ© maintenant mĂȘme dans la Gloire, et l’enregistrement sera passĂ© au Jour du Jugement. OĂč est votre dĂ©cision? Oh, combien vous voudrez vous raviser, ce Jour-lĂ .

365 Je vais encore attendre, parce qu’il y a beaucoup, beaucoup de gens autour de l’autel, maintenant. Voyez? Peut-ĂȘtre qu’il y en a encore un, que si j’attends encore un peu, il se peut qu’il y en ait encore un lĂ -bas, peut-ĂȘtre quelque part Ă  New York, peut-ĂȘtre quelque part Ă  Philadelphie, ou en Californie, en Arizona. Quelque part, peut-ĂȘtre que quelqu’un d’autre pourrait encore venir. Pasteurs, oĂč que vous soyez, ne mettez pas fin Ă  l’appel Ă  l’autel maintenant.

366 Il se peut que nous ne voyions pas un autre jour d’action de grĂące. Celui-ci pourrait ĂȘtre le dernier, alors les enregistrements seront classĂ©s, ce soir, pour la derniĂšre fois. Un de ces jours, la bande magnĂ©tique arrivera au bout. L’enregistrement aura Ă©tĂ© gravĂ© et placĂ© dans l’album de Dieu. Ensuite, il sera repassĂ© : les pensĂ©es que vous avez en ce moment. N’allez pas dire que vous n’étiez pas au courant. Vous l’ĂȘtes. “Mais nul ne peut venir Ă  Moi, si Mon PĂšre ne l’attire. Et tous ceux que le PĂšre M’a donnĂ©s, ils viendront.” ...venir Ă  Lui?

367 Je crois que si moi, j’étais assis lĂ , quelque part, et que la moindre pensĂ©e me vienne de le faire, je m’avancerais Ă  toute vitesse, ça, c’est sĂ»r. Oui. Oh, pourquoi? Pourquoi?

368 Est-ce bien dĂ©finitif, pour vous? Êtes-vous sĂ»rs que vous n’attristez pas Son Esprit en ce moment? Alors gardons la tĂȘte inclinĂ©e. Êtes-vous sĂ»rs de ne pas avoir attristĂ© Son Esprit? Êtes-vous sĂ»rs d’avoir fait exactement ce qu’Il vous disait de faire? En ĂȘtes-vous certains, lĂ ? Souvenez-vous, vous–vous n’en aurez peut-ĂȘtre plus jamais l’occasion. L’enregistrement pourrait se terminer ce soir. C’est peut-ĂȘtre tout. C’est peut-ĂȘtre la derniĂšre bande enregistrĂ©e pour vous. Êtes-vous sĂ»rs que vous ĂȘtes prĂȘts maintenant? Si oui, je laisse la chose entre vos mains, au Nom du Seigneur JĂ©sus.

369 Pendant que la chorale chante doucement, je vais prier pour ceux qui sont ici. Je suis un ChrĂ©tien d’un genre assez particulier. Je crois que c’est Dieu qui doit sauver les gens. Je crois que c’est Dieu qui doit planter la Parole. “Moi, l’Éternel,” c’est ce que dit la Bible, dans ÉsaĂŻe, “Moi, l’Éternel, Je L’ai plantĂ©e. Je L’arroserai jour et nuit, de peur qu’on ne La ravisse de Ma main.” Avant de demander Ă  quelqu’un de venir Ă  l’autel vers ces gens, je veux moi-mĂȘme prier pour eux.
Inclinons la tĂȘte, maintenant.

370 Cher JĂ©sus, j’ai simplement citĂ© Ta Parole, ce que Ton prophĂšte a dit, et je sais que les paroles des prophĂštes sont vraies. Et Tu as dit : “Moi, l’Éternel, Je L’ai plantĂ©e.” Bien sĂ»r, puisque Tu L’as mise dans le Livre de Vie de l’Agneau, avant la fondation du monde. “Moi, l’Éternel, Je L’ai plantĂ©e, et Je L’arroserai jour et nuit, de peur qu’on ne La ravisse de Ma main.” Ceux-ci, Seigneur, ont probablement entendu de nombreux appels Ă  l’autel. Mais Tu continues Ă  L’arroser, Seigneur.

371 Les voici, ce soir. Puissent-ils simplement se dĂ©tacher, ce soir, PĂšre, de toutes les choses du monde, de tous les pĂ©chĂ©s et de tous les soucis qu’ils ont dans le coeur, et tout simplement, avec leur bon sens et avec respect, que du fond du coeur ils s’abandonnent Ă  Ta Parole, maintenant mĂȘme, en disant : “Seigneur JĂ©sus, au fond de mon coeur, j’ai toujours cru qu’il y avait quelque chose pour moi, que je n’avais pas encore reçu. Bien que j’aie essayĂ©, comme cela a Ă©tĂ© exprimĂ© ce soir, de suivre la poule, mais il y avait quelque chose qui me semblait bizarre. Ça ne sonnait pas juste. Et ce soir, je sens que je viens maintenant plus prĂšs, dans les bras de la Parole vivante. Je viens ici avec beaucoup de respect, avec mon bon sens. Je me suis agenouillĂ© ici, prĂšs de cet autel. Je dĂ©sire tellement le salut, Seigneur. Je suis si affamĂ©! Je dĂ©sire, Seigneur, que Tu me tiennes dans Tes bras, ce soir. Non pas par une Ă©motion, mais par l’Esprit d’amour, prends-moi dans Tes bras, Dieu bien-aimĂ©.

372 “Je suis Ton enfant. Je sens que je suis cet aigle dont on parlait. Attrape-moi, Seigneur. Je saute. Je me suis levĂ© de mon siĂšge, et je me suis agenouillĂ© ici. Attrape-moi, Seigneur. Je saute. EmmĂšne-moi sur Tes ailes, Seigneur, loin des choses du monde. Que je m’envole loin de la souillure de ce monde, de mes mauvaises habitudes, de toutes mes traditions dĂ©nominationnelles. Que je vienne Ă  Toi, Ă  Toi seul, Dieu bien-aimĂ©, pour que Ton Saint-Esprit puisse rĂ©pandre en moi le pardon de tous mes doutes. Que ce soir, je devienne Ton enfant, nouvellement nĂ©, une nouvelle crĂ©ature, ce soir. Attrape-moi. Emporte-moi loin du caquetage des poules. Emporte-moi au loin, jusqu’au nid de l’aigle, lĂ  oĂč je pourrai ĂȘtre nourri de la Parole de Dieu, jusqu’à ce que je sache voler.”

373 Accorde-le, Dieu bien-aimĂ©. Prends-les. Ils sont Ă  Toi. C’est lĂ  la priĂšre que j’adresse avec sincĂ©ritĂ©, pour des gens qui se meurent. Accorde-le, PĂšre. Je T’adresse cette priĂšre en leur faveur. C’est pour la gloire de Dieu que je le demande.
Maintenant, avec nos tĂȘtes inclinĂ©es.

374 Je me demande, ceux qui se sont agenouillĂ©s, ici autour de l’autel. Beaucoup d’entre vous ont prĂ©tendu ĂȘtre ChrĂ©tiens, mais vous sentiez qu’il y avait toujours quelque chose, quelque part, que vous ne possĂ©diez pas. Vous avez peut-ĂȘtre accompli tous les actes religieux. Vous avez peut-ĂȘtre criĂ©. Vous avez peut-ĂȘtre tout fait. Vous avez peut-ĂȘtre dansĂ© par l’Esprit. Vous avez peut-ĂȘtre parlĂ© en langues. Et personne ne peut rien dire contre ça. C’est vrai. Tout ça, c’est bien. Mais, vous voyez, ça, ce sont des dons de l’Esprit, sans l’Esprit. Si l’Esprit Ă©tait lĂ , ce sentiment ne serait pas lĂ , ce sentiment de culpabilitĂ©.

375 Croyez-vous rĂ©ellement, sincĂšrement, alors que vous ĂȘtes ici Ă  l’autel, que maintenant mĂȘme, pendant que vous ĂȘtes ici, par le simple fait que vous vous ĂȘtes dĂ©tachĂ©s, non pas par une Ă©motion, lĂ , mais avec une foi vĂ©ritable et sans mĂ©lange, que Dieu vous recevra et vous nourrira de Sa Parole, jusqu’à ce que vous soyez vous-mĂȘmes des aigles et puissiez voler? Si c’est le cas, et que vous dĂ©sirez que Dieu le fasse, levez la main, vous qui ĂȘtes autour de l’autel. Que Dieu vous bĂ©nisse. Chacun a levĂ© la main.

376 Maintenant, trÚs doucement; je vais demander à des hommes et à des femmes consacrés qui connaissent vraiment Dieu.

377 La plupart, et c’est trĂšs Ă©trange, mais on dirait que c’est comme ça, ceux qui rĂ©pondent aux appels Ă  l’autel que je fais, en gĂ©nĂ©ral, pour la plupart ce sont des hommes. Vous savez, en rĂšgle gĂ©nĂ©rale, d’habitude ce sont des femmes. Mais ici, ce sont tous des hommes. Je crois qu’il n’y a qu’une femme Ă  l’autel, ce soir, peut-ĂȘtre deux. D’habitude ce sont des femmes. Mais pour une raison ou pour une autre, j’ai l’impression que les femmes pensent que je parle contre elles. Non, ma soeur. Trois, je crois que quelqu’un a dit qu’il en voit trois. Je ne vois pas par-dessus l’autel, ici. TrĂšs bien.

378 Que quelques ChrĂ©tiens consacrĂ©s parmi vous viennent ici, prier avec moi, pendant un instant. À l’autel, oĂč que vous soyez, sur l’estrade, quelqu’un qui connaĂźt vraiment Dieu, qui sait comment rester ici en priĂšre avec eux pendant quelques minutes, puis nous laisserons partir les gens. Que chacun soit vraiment respectueux maintenant. Ne partez pas. Venez vous placer ici, tout autour.

379 Quelques-uns parmi vous, qui croient vraiment que Ceci est la VĂ©ritĂ©, que nous entrons dans un autre Ăąge. Nous entrons dans l’Âge de l’EnlĂšvement. Vous savez, l’église ne peut pas partir dans l’état oĂč elle est, et ça ne peut pas s’amĂ©liorer. Ça ne peut qu’empirer. Combien le savent? Dites : “Amen.” [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Ça ne peut qu’empirer. Et elle ne peut pas partir comme ça. Voyez? Il faut qu’il y ait Quelque Chose, et C’est en train de se mettre en mouvement, mes amis. C’est–c’est–c’est enclenchĂ©, le mouvement est enclenchĂ©, pour l’Épouse. C’est la VĂ©ritĂ©. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR.

380 Avancez-vous maintenant, ChrĂ©tiens consacrĂ©s, qui dĂ©sirez que votre–votre enregistrement laisse voir que, ces gens qui sont venus avec sincĂ©ritĂ©, vous dĂ©sirez venir prier avec eux, car ils sont vos frĂšres et soeurs, avancez-vous autour de l’autel. Venez vous placer ici, un petit instant, pour prier. Quelqu’un d’autre voudrait-il venir, se placer ici? Agenouillez-vous simplement prĂšs d’eux. Allez vers eux, vous les hommes prĂšs de ces hommes; vous les femmes. Doucement, humblement, priez pour eux.
Dieu bien-aimé, aide...?...

381 “Je renonce Ă  tout. Je renonce Ă  ma dĂ©nomination. Je renonce Ă  mon premier mariage. Je renonce Ă  mon premier mari. Je renonce Ă  tout, Seigneur.” ...tout, Seigneur.
Entre Tes mains j’abandonne
Tout avec bonheur.
Oui, prends tout, Seigneur.
Oui, prends tout...

382 Est-ce que vous abandonnez vos propres idĂ©es? Pouvez-vous abandonner vos propres idĂ©es Ă  la Parole de Dieu? Entre Tes mains j’abandonne
Tout avec bonheur.
Oui, prends tout, Seigneur.
Oui, prends tout, Seigneur.
Entre Tes mains j’abandonne
Tout avec bonheur.

383 Tous ceux qui croient maintenant, dans l’auditoire, levez-vous. Chantons-le ensemble maintenant. Oui, prends tout... Vous vous abandonnez tous, vous ĂȘtes prĂȘts Ă  le chanter maintenant? Oui...
...Tes mains j’abandonne
Tout avec bonheur.

384 Maintenant, vous qui ĂȘtes autour de l’autel, si vraiment vous vous abandonnez, levez la main vers Lui et chantez : “J’abandonne tout. J’abandonne les dĂ©nominations. J’abandonne les dĂ©nominations. J’abandonne les Ă©glises. Je m’abandonne moi-mĂȘme. J’abandonne mes idĂ©es. Tout Ă  Toi mon Sauveur bĂ©ni, j’abandonne tout. Entre Tes mains j’abandonne...” Oui, prends tout, Seigneur.
Oui, prends tout, Seigneur.
Entre Tes mains j’abandonne
Tout avec bonheur.
Est-ce que vous ĂȘtes vraiment sĂ©rieux? Oui, prends tout, Seigneur. [espace.non.enregistrĂ©.sur.la.bande–N.D.É.]

385 Vous qui ĂȘtes ici, Ă  l’autel. Vous qui ĂȘtes ici, autour de l’autel, qui avez priĂ©. L’église a priĂ© pour vous. Vous avez vous-mĂȘmes priĂ©. Maintenant, il n’y a qu’un seul moyen par lequel vous puissiez ĂȘtre sauvĂ©s, et c’est “par la foi que vous ĂȘtes sauvĂ©s, et ce, par la grĂące”. La grĂące de Dieu vous a parlĂ©, vous a conduits Ă  l’autel. Vous recherchez les bĂ©nĂ©dictions de Dieu. Vous recherchez Sa Parole. Vous recherchez le Saint-Esprit. Vous recherchez les faveurs de Dieu. Si c’est le cas, et que vous pouvez vraiment, de tout votre coeur, abandonner tout. Maintenant, ne cherchez pas une Ă©motion. Cherchez une VĂ©ritĂ©, une VĂ©ritĂ©, du fond du coeur, par la foi. “Seigneur, je suis prĂȘt Ă  faire tout ce que Ta Parole m’ordonne de faire. Je m’abandonne, avec tout ce qui est en moi.”

386 Si vous croyez ça de tout votre coeur, je veux que vous vous leviez, que vous vous tourniez vers cette Ă©glise, vers l’auditoire, et que vous leviez les mains, et nous allons le chanter ensemble, avec l’auditoire : “J’abandonne tout ce qui est en moi, ĂŽ Dieu. Pour autant que je le sache, tout ce que je suis, je l’abandonne.”

387 Montez sur l’estrade ici, vous qui ĂȘtes Ă  l’autel. Montez ici, sur l’estrade, frĂšres, juste ici, vous tous, frĂšres et soeurs.
Regardez ici, Ă©glise.

388 [Une soeur dit : “FrĂšre Branham, je suis membre d’une Ă©glise, mais ces derniers temps je ne–n’y vais mĂȘme plus.”–N.D.É.] Vous vous abandonnez? [“Le Seigneur sait Ă  quel point je dĂ©sire qu’Il me conduise. Je veux...?... Ă  l’église. Et je dĂ©sire recevoir le Saint-Esprit, ĂȘtre remplie de l’Esprit. Et je serais prĂȘte Ă  mourir, s’il le faut.”] Oui. C’est vrai. Est-ce que vous vous abandonnez complĂštement Ă  Lui et Ă  Sa Parole?

389 Une soeur ici, qui vient d’une dĂ©nomination. Elle a dit : “Je fais partie d’une dĂ©nomination.” Ce n’est pas nĂ©cessaire d’en donner le nom. Elle y est active. Mais elle a dit : “FrĂšre Branham, je dĂ©sire aller vers la VĂ©ritĂ©. Je dĂ©sire quelque chose de plus profond que ça.” Voyez?

390 Laissez-moi citer Sa Parole. “Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiĂ©s.”

391 Maintenant, vous qui venez d’arriver sur l’estrade, si vous ĂȘtes prĂȘts Ă  abandonner tout ce que vous ĂȘtes, tout, pour obĂ©ir Ă  la Parole de Dieu. Cette semaine, personne ne vous a dit ce qu’il fallait faire. Maintenant, si vous ĂȘtes prĂȘts Ă  vous abandonner Ă  Lui maintenant, levez simplement les mains comme ceci, face Ă  l’auditoire. Maintenant, vous qui ĂȘtes ici, sur l’estrade, chantons-le ensemble maintenant, Oui, prends tout, Seigneur. Tous ensemble. TrĂšs bien. Oui, prends tout, Seigneur.
Maintenant, que ce soit vraiment sérieux!...?...

392 Est-ce que vous ĂȘtes vraiment sĂ©rieux? Dites : “Amen.” [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Dites : “Amen”, encore une fois. [“Amen.”] Dites : “Seigneur,” [“Seigneur,”] “sonde-moi.” [“sonde-moi.”] “Éprouve-moi.” [“Éprouve-moi.”] “Donne-moi une occasion.” [“Donne-moi une occasion.”] “C’est tout ce que je pouvais faire ce soir,” [“C’est tout ce que je pouvais faire ce soir,”] “me donner Ă  Toi.” [“me donner Ă  Toi.”] “Tu connais la faim de mon coeur.” [“Tu connais la faim de mon coeur.”] “Tu connais mon dĂ©sir.” [“Tu connais mon dĂ©sir.”] “Ta promesse, c’était de combler ce dĂ©sir.” [“Ta promesse, c’était de combler ce dĂ©sir.”] “Maintenant je l’accepte.” [“Maintenant je l’accepte.”] “Et je m’abandonne Ă  Toi.” [“Et je m’abandonne Ă  Toi.”] Tous ensemble. Oui, prends tout, Seigneur.
Oui, prends tout, Seigneur.
Entre Tes mains j’abandonne
Tout avec bonheur.

EN HAUT