ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Le QuatriĂšme Sceau de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 63-0321 La durĂ©e est de: 2 hours and 27 minutes .pdf La traduction vgr
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Le QuatriĂšme Sceau

1 Bonsoir. Courbons la tĂȘte un instant maintenant pour prier.

2 Notre bienveillant PĂšre CĂ©leste, nous nous approchons maintenant de Toi, ce soir encore, au Nom du Seigneur JĂ©sus, pour Te rendre grĂąces de ce nouveau jour. Et nous demandons maintenant Tes bĂ©nĂ©dictions sur la rĂ©union de ce soir. Que le Saint-Esprit vienne et qu’Il nous donne l’interprĂ©tation de ces choses que nous recherchons avec tant d’ardeur. Ô Dieu, puisse-t-il ĂȘtre tellement prĂ©cieux pour nous de pouvoir communier tous ensemble autour de la Parole, si bien que nous puissions dire, en repartant : “Notre coeur ne brĂ»lait-il pas au dedans de nous, alors qu’Il nous parlait en chemin?” Nous Te remercions de ce qu’Il a Ă©tĂ© pour nous, et nous avons confiance qu’Il restera avec nous, alors que nous continuons notre voyage, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

3 Je suis si heureux d’ĂȘtre de retour dans la maison du Seigneur ce soir, pour cette autre rĂ©union! Et nous sommes contents. Je suis si heureux que...

4 Je pensais que Celui-ci ne viendrait jamais, mais finalement Il est venu. Et, donc, je suis vraiment reconnaissant, comme c’est le dernier des quatre cavaliers, et je pense que c’est un Message de premiùre importance pour l’Église en ce moment.

5 Je ne sais pas ce qu’il en est de Celui qui vient aprĂšs. Je prends simplement ça au jour le jour, Ă  mesure qu’Il Le rĂ©vĂšle. J’essaie de–de Le donner, par... Ă  mesure que Lui me Le donne.

6 Est-ce que vous apprĂ©ciez la–la bĂ©nĂ©diction? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Avez-vous remarquĂ© comme Cela va de pair avec les Âges de l’Église, comme Cela concorde exactement avec eux de façon parfaite? C’est comme ça que... Pour moi, ça montre que ce–ce mĂȘme Saint-Esprit qui a donnĂ© les Âges de l’Église, c’est le mĂȘme Saint-Esprit qui donne maintenant Ceci, vous voyez, parce que ça va ensemble; tout ça, c’est un seul grand mouvement de Dieu, qui Se montre de diffĂ©rentes maniĂšres.

7 Si vous remarquez, quand Il Se montrait Ă  Daniel dans les visions, ici c’était quelque chose comme un–un bouc, ou peut-ĂȘtre un arbre, qui Ă©tait reprĂ©sentĂ©; et plus loin c’était une statue. Et–et–et ces choses qu’il faisait, ça montrait tout le temps la mĂȘme chose, mais c’était simplement pour s’assurer qu’on ne manque pas de le voir.

8 Maintenant, j’ai Ă©tĂ© vraiment trĂšs touchĂ© il y a quelques instants, je parlais Ă  une petite dame qui est assise ici, elle doit avoir quatre-vingt-cinq ans. Et elle...

9 Pas longtemps, juste avant que je parte pour aller dans l’ouest, eh bien, il y avait une–une petite fille de l’Ohio, qui Ă©tait, je pense, qui Ă©tait mourante, en phase terminale de la leucĂ©mie. Or, la leucĂ©mie, c’est le cancer du sang. Et, oh, la pauvre petite Ă©tait, vous savez, elle Ă©tait dans un Ă©tat si lamentable qu’il n’y avait plus aucun espoir pour elle. Ils la nourrissaient au goutte-Ă -goutte, par ce procĂ©dĂ©. Et, donc, c’était une famille trĂšs pauvre. Et ils...

10 Mme Kidd, ici, et FrĂšre Kidd, ils leur ont parlĂ© du Seigneur, de combien Il exauce les priĂšres. Et ils se sont mis ensemble, je pense, ils ont engagĂ© quelqu’un, et ils ont amenĂ© la petite fille ici. Et c’était une trĂšs jolie petite fille, elle devait avoir, oh, six ou sept ans. [Une soeur dit : “Neuf ans.”–N.D.É.] Neuf ans. Et–et elle Ă©tait lĂ -derriĂšre, dans le bureau. Et...

11 Et, quand nous sommes allĂ©s devant le Seigneur, le Saint-Esprit lui a parlĂ©. Et ils avaient dĂ» l’amener, et l’amener jusqu’ici en la nourrissant, vous savez, par ce moyen-lĂ . Et, quand elle est repartie, elle rĂ©clamait un hamburger, et, alors, de manger par la bouche. Alors, ils lui ont donnĂ© son hamburger, et Ă  partir de lĂ  ils ont continuĂ© Ă  la nourrir de la maniĂšre naturelle.

12 Peu de temps aprĂšs, quelques jours, ils l’ont ramenĂ©e chez le mĂ©decin. Et ils... Le mĂ©decin n’y comprenait rien du tout. Il a dit : “On dirait que ce n’est pas, que ce n’est mĂȘme pas la mĂȘme petite fille.” Il a dit : “Eh bien, il–il n’y a mĂȘme pas la moindre trace de leucĂ©mie, nulle part, absolument nulle part.” Alors, et, elle avait Ă©tĂ© mourante. Ils l’avaient condamnĂ©e; ils se contentaient de la nourrir au goutte-Ă -goutte. Elle Ă©tait devenue toute jaune; vous savez comment ils deviennent. Et donc ils... Et maintenant, elle va Ă  l’école, elle joue avec les autres enfants, elle ne pourrait pas ĂȘtre plus heureuse.

13 Ça me rappelle un autre cas semblable. Un jour, je venais de rentrer, et il y avait... Si je ne me trompe pas, c’étaient soit des Ă©piscopaux ou des presbytĂ©riens, qui avaient amenĂ© une petite fille du Kansas. Et les mĂ©decins l’avaient condamnĂ©e, elle avait la leucĂ©mie. Ils ne lui donnaient plus que quatre jours, je crois, Ă  vivre, tellement elle allait mal. Alors, ils se sont dit qu’ils allaient tout simplement prendre ces quatre jours pour venir jusqu’ici; ils ont fait le voyage, Ă  travers les rafales de neige et tout, pour qu’on prie pour elle. Et le grand-pĂšre, un homme de trĂšs belle apparence, d’un Ăąge avancĂ©, les cheveux gris.

14 Et il y avait dĂ©jĂ  deux jours qu’ils l’avaient amenĂ©e ici, dans un petit motel. Je–je pense qu’il n’existe plus maintenant, il se trouvait de ce cĂŽtĂ©-ci de Silver Creek. Et donc, cette nuit-lĂ , je suis allĂ© prier pour elle. C’était tĂŽt le matin. J’étais arrivĂ© en ville cette nuit-lĂ , et j’y suis allĂ©. Le vieux pĂšre... grand-pĂšre faisait les cent pas dans la chambre. Et la mĂšre essayait de soigner l’enfant.

15 Pendant que j’étais Ă  genoux pour prier, le Saint-Esprit m’a rĂ©vĂ©lĂ© un secret qu’il y avait entre la–la mĂšre et le pĂšre, quelque chose qu’ils avaient fait. Je les ai pris Ă  part, et je leur ai demandĂ© ce qu’il en Ă©tait. Ils se sont mis Ă  pleurer, ils ont dit : “C’est vrai.”

16 Ensuite j’ai regardĂ©, et j’ai vu la petite fille qui sautait Ă  la corde, qui Ă©tait allĂ©e jouer. Et maintenant la petite... Au bout d’à peu prĂšs trois semaines, ils m’ont envoyĂ© une photo de la petite fille, elle Ă©tait de retour Ă  l’école, en train de sauter Ă  la corde, et elle n’avait plus de leucĂ©mie du tout.

17 Maintenant, maintenant, ces tĂ©moignages, ils sont absolument authentiques, ils sont vrais, vous voyez. Alors, notre Dieu est tellement rĂ©el, vous voyez. Nous Le servons, simplement, et–et nous croyons en Lui. Et–et je–je sais qu’Il est rĂ©el.

18 Maintenant, j’essaie, du mieux que je peux, et pendant que quelque chose, Ă  l’intĂ©rieur, au milieu de nous, est en train de se frayer un passage. Et maintenant, ce soir, nous allons essayer, par la grĂące de Dieu, de prendre ce QuatriĂšme Sceau, et de voir ce que le Saint-Esprit va avoir Ă  nous dire, par Lui.

19 Maintenant je vais lire dans–dans Apocalypse, chapitre 6, en commençant au verset 7; les versets 7 et 8. Il y a toujours deux versets; le premier, c’est l’annonce, et le deuxiĂšme verset, c’est ce qu’il a vu. Quand il ouvrit le quatriĂšme sceau, j’entendis la voix du quatriĂšme–quatriĂšme ĂȘtre vivant qui disait : Viens et vois. Je regardai, et voici, parut un cheval d’une couleur pĂąle. Celui qui le montait (qui le montait) se nommait la mort, et le sĂ©jour des morts l’accompagnait. Le pouvoir leur fut donnĂ© sur le quart de la terre, pour faire pĂ©rir les hommes par l’épĂ©e, par la famine, par la mortalitĂ©, et par les bĂȘtes sauvages de la terre.

20 Maintenant, que le Seigneur nous aide, là, à comprendre Ceci. C’est un mystùre.

21 Bon, pour avoir un peu une vue d’ensemble, pour reprendre – comme on l’a fait pour les Âges de l’Église – ces cavaliers et ces Sceaux qui ont Ă©tĂ© brisĂ©s. Maintenant, pour se remettre ça en mĂ©moire, nous allons dire quelques mots jusqu’à ce que nous sentions que c’est le bon moment pour parler.

22 Maintenant, nous avons remarquĂ©, lĂ , que ces Sceaux qui sont brisĂ©s, c’est le Livre de la RĂ©demption scellĂ©. Et le Livre est enroulĂ© comme un rouleau, comme ils faisaient autrefois.

23 [FrĂšre Branham utilise des feuilles de papier pour illustrer la façon dont on roulait et scellait un rouleau.–N.D.É.] Ce n’était pas un genre de livre comme ceci; en effet, ça, ça a Ă©tĂ© inventĂ© derniĂšrement, cette sorte de livre lĂ , ça doit faire, oh, j’imagine, cent cinquante ans, ou quelque chose comme ça, deux cents ans. Donc, ils l’enroulaient, puis ils laissaient dĂ©passer le bout. Et je vous ai dit comment ils faisaient, et les passages des Écritures, oĂč trouver ça, et, dans JĂ©rĂ©mie et tout. Puis, le suivant Ă©tait enroulĂ© autour, avec le bout qui en dĂ©passait, comme cela.

24 Et chacun d’eux Ă©tait un Sceau. Et c’était un Livre scellĂ© de Sept Sceaux, et c’était... Personne... Quand ils... C’était le Livre de la RĂ©demption scellĂ© de Sept Sceaux. Excusez-moi.

25 Et alors, personne dans le Ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, n’était digne de L’ouvrir, ni mĂȘme de Le regarder. Et Jean a pleurĂ©, parce qu’il ne pouvait trouver aucun homme... En effet, si personne ne prenait ce Livre de la main du PropriĂ©taire originel... Alors qu’Adam et Ève L’avaient perdu, Il Ă©tait retournĂ© lĂ , aprĂšs qu’ils ont perdu leurs droits Ă  la Parole, aux promesses, Ă  leur hĂ©ritage.

26 Ils, souvenez-vous, ils dirigent la terre; il Ă©tait un–il Ă©tait un dieu amateur, car il Ă©tait un fils de Dieu. Et un fils de Dieu, c’est un–un–un dieu amateur. Or, ce n’est pas contraire Ă  l’Écriture, ça. Je sais que ça semble bizarre.

27 Mais JĂ©sus a dit : “Si vous appelez ceux Ă  qui la Parole de Dieu est venue...” Et Ă  qui la Parole de Dieu vient-Elle? [L’assemblĂ©e dit : “Aux prophĂštes.”–N.D.É.] Aux prophĂštes. “Si vous appelez ‘dieux’ ceux Ă  qui la Parole de Dieu est venue, comment pouvez-vous Me condamner lorsque Je dis que Je suis le Fils de Dieu?” Voyez?
Et, donc, ils Ă©taient des dieux.

28 Et si vous, en tant qu’homme, vous naissez dans une famille dont vous portez le nom, vous ĂȘtes un fils et une partie de votre pĂšre.

29 Et alors–alors, quand le pĂ©chĂ© est entrĂ©, nous avons vu que l’homme a traversĂ© l’abĂźme. Et–et le sang des taureaux et des boucs, il couvrait, mais il ne remettait pas. En attendant que le vrai DĂ©colorant arrive, celui qui pouvait prendre la tache du pĂ©chĂ©, la dĂ©sintĂ©grer complĂštement et renvoyer ça au pervertisseur originel, c’est-Ă -dire Ă  Satan.

30 Une fois que c’est retournĂ© Ă  Satan, celui-ci attend le moment de son anĂ©antissement Éternel. VoilĂ  qui montre ce que nous croyons. Nous croyons qu’il sera absolument et complĂštement supprimĂ© et anĂ©anti.

31 Je crois que le pĂ©chĂ© sera dĂ©sintĂ©grĂ©. Et, une fois confessĂ©, sur la base du Sang de JĂ©sus-Christ, c’est comme quand on laisse tomber une goutte d’encre noire dans un bassin d’eau de Javel, de dĂ©colorant. Ça la dĂ©compose en ses Ă©lĂ©ments chimiques, c’est tout, et ça la renvoie directement d’oĂč elle est venue. Voyez? Et c’est ce que fait le Sang de JĂ©sus-Christ.

32 Alors, l’homme se retrouve de nouveau de l’autre cĂŽtĂ© de l’abĂźme, comme fils de Dieu. Voyez? Et alors il–alors il devient un–un... Eh bien, mĂȘme qu’il... La puissance crĂ©atrice de Dieu est en lui. Et, du moins, quand Dieu va ordonner que quelque chose soit fait, ce sera fait. Et nous revenons lĂ . Alors, quand le–le...

33 MoĂŻse, sous le sang des taureaux; une fois qu’il s’est trouvĂ© face Ă  face avec cette LumiĂšre, la Colonne de Feu dans ce buisson ardent. Alors il s’est tenu lĂ -bas, selon la commission que Dieu lui avait donnĂ©e. Et il Ă©tait prophĂšte. Et, quand la Parole du Seigneur venait Ă  lui, il parlait, et des choses Ă©taient mĂȘme crĂ©Ă©es par la Parole. Voyez?

34 Or, s’il a pu en ĂȘtre ainsi sous cela, le sang des taureaux, qu’en est-il du Sang de JĂ©sus? Il ne les a pas couverts, mais remis complĂštement. Et vous vous tenez dans la PrĂ©sence de Dieu, comme fils rachetĂ©. Maintenant, vous voyez, l’Église est bien loin de vivre au niveau de ses privilĂšges. Et je pense que, trop souvent, nous tĂątonnons, au lieu de vraiment nous avancer pour affronter la question.
Il y a quelque chose que je veux dire, et je–je vais le dire quand le moment sera venu.

35 Et maintenant, remarquez, quelque chose ne va pas quelque part dans les Ă©glises. Et je pense que ce sont les systĂšmes dĂ©nominationnels qui ont dĂ©formĂ© la pensĂ©e des gens et tout, au point qu’ils ne savent pas comment il faut faire. C’est vrai.

36 Mais il nous a été promis que Ce serait révélé. Et maintenant, il y a Sept Sceaux qui scellent ce Livre. Et ces Sept Sceaux, là...

37 Et puis, une fois ces Sept Sceaux terminĂ©s, nous avons vu, dans Apocalypse 10 , qu’il y a eu Sept Tonnerres mystĂ©rieux; que Jean avait reçu la commission d’écrire, mais ceux-lĂ , il lui a Ă©tĂ© dĂ©fendu de les Ă©crire. Et au temps de ces Tonnerres, nous voyons que Christ, ou, “l’Ange est descendu avec un arc-en-ciel, et qu’Il a posĂ© Ses pieds sur la terre et sur la mer, et qu’Il a jurĂ© que le temps Ă©tait Ă©coulĂ©, Ă  ce moment-là”.

38 Et puis nous avons–avons vu, que, quand les Sceaux ont Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©s, que le–l’Agneau avait cessĂ© Son oeuvre de mĂ©diation, en tant qu’Intercesseur, et qu’Il s’était maintenant avancĂ© pour faire valoir Ses droits sur tout ce qu’Il avait rachetĂ© par Sa mort.

39 Et, alors, personne ne pouvait ouvrir le Livre. Personne ne Le comprenait. C’était un Livre de RĂ©demption. Et Dieu, le PĂšre, l’Esprit, Le tenait dans Sa main, parce que Christ Ă©tait au TrĂŽne, en tant que MĂ©diateur, le seul MĂ©diateur. Par consĂ©quent, il ne pouvait pas y avoir de saint, pas de Marie, pas de Joseph, ni rien d’autre, sur cet autel, parce qu’il fallait le Sang. Et seul le Sang de JĂ©sus pouvait faire l’expiation, donc rien d’autre ne pouvait agir comme MĂ©diateur. C’est vrai. Rien d’autre ne le pouvait.

40 Alors, cette idĂ©e d’intercĂ©der auprĂšs de Jude pour la politique, et d’intercĂ©der auprĂšs de sainte CĂ©cile pour telle autre chose, tout ça, ça n’a aucun sens. Ce n’est pas... Je–je ne dis pas que ces gens-lĂ  ne sont pas honnĂȘtes et sincĂšres. Je ne dis pas que vous n’ĂȘtes pas sincĂšres en faisant ça, si vous le faites. Seulement vous ĂȘtes dans l’erreur, vous ĂȘtes–vous ĂȘtes sincĂšrement dans l’erreur. Et tout ce qui...

41 Ils disent : “Mais, cet–cet Ange, là–lĂ , est apparu Ă  saint BonifĂšre, et il a dit ceci, cela et autre chose. Et ils devraient dire ceci.” Il n’y a aucun doute dans mon esprit, sur le fait que quelqu’un ait eu cette vision-lĂ . Je–je ne doute pas que Joseph Smith ait eu cette vision, seulement elle ne concordait pas avec le reste de la Parole. Par consĂ©quent, quant Ă  moi, elle est fausse. Voyez? Ça doit s’accorder avec le reste de la Parole.

42 C’est pareil pour les Âges de l’Église, pour les Sceaux, et pour tout le reste. Et quelqu’un qui s’imaginerait connaĂźtre ces Sept Tonnerres, si ça ne concorde pas avec le reste de la Parole, il y a quelque chose de faux. Voyez? Il faut que cela vienne par l’AINSI DIT LE SEIGNEUR, parce que le Livre, c’est Ceci. Ceci est la RĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ, en entier.
Donc, je–je crois que c’est alors que l’Agneau s’est avancĂ©.

43 Ils ne savaient pas. Jean pleurait. Il ne pouvait trouver personne, ni dans le Ciel, ni sur la terre, parce que tous Ă©taient de l’autre cĂŽtĂ© de l’abĂźme, vous voyez. Le pĂ©chĂ©. Il n’y avait aucun homme... Et un Ange, bien entendu, aurait Ă©tĂ© digne, mais ce qu’il y a, c’est qu’il fallait que ce soit un Parent. Il fallait que ce soit un ĂȘtre humain. Et ça, il n’y en avait aucun, parce que tous les hommes Ă©taient nĂ©s par le sexe.

44 Il Lui en fallait Un qui soit nĂ© sans le sexe. Alors Dieu Lui-mĂȘme s’en est chargĂ©, par la naissance virginale, et Il est devenu Emmanuel. Son Sang Ă  Lui Ă©tait Celui qui Ă©tait digne. Ensuite, aprĂšs avoir franchi l’abĂźme Lui-mĂȘme, payĂ© le prix et jetĂ© le pont qui permette Ă  chacun de nous de traverser, alors Il s’est assis, pour ĂȘtre MĂ©diateur. Et Il est assis lĂ  depuis.

45 Et le Livre, pendant tout ce temps-lĂ , en fait, Il Ă©tait fermĂ©. Il est lĂ , mais Il est encore sous forme de symboles. Ils Le voyaient. Jean, mĂȘme, il L’a vu. L’annonce, quand le premier est sorti, il a dit : “Un cheval blanc est sorti; un cavalier le montait; avec un arc Ă  la main.” Ça, c’est en symbole. Ce n’est pas rĂ©vĂ©lĂ©. Non. C’est juste en symbole. Et, comme n’importe quel homme de cette terre, il ne pouvait pas en dire plus long. C’est vrai. Il pourrait peut-ĂȘtre patauger et tĂątonner, sans doute toucher un point ici ou lĂ , et, au bout d’un moment.

46 Mais nous voyons, lĂ , dans le Livre de l’Apocalypse, “qu’au Message du septiĂšme ange, les mystĂšres (tous les mystĂšres qu’Il contenait) devraient avoir Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©s Ă  ce moment-là”. Maintenant, ça, c’est Apocalypse 10.1-7, que Ce serait rĂ©vĂ©lĂ© au temps marquĂ©, au temps oĂč Il le ferait.

47 C’est lĂ  que les Sept Tonnerres ont fait entendre leurs voix Ă©tranges, et que Jean allait Ă©crire. Mais, Jean savait ce que C’était, mais il–il ne L’a pas Ă©crit, parce qu’il lui a Ă©tĂ© dĂ©fendu de L’écrire. C’est absolument et complĂštement un mystĂšre. Ce n’est mĂȘme pas en symbole ni rien. Tout ce qu’on sait, c’est qu’Il... Il a tonnĂ©, c’est tout.

48 Et maintenant, en Ă©tudiant ceci, maintenant, n’oubliez pas, lĂ , dimanche, ou, dimanche matin, nous n’aurons pas de service de guĂ©rison, pour pouvoir rĂ©pondre aux questions des–des gens. Maintenant, j’aimerais que vous posiez votre question sur les Sept Sceaux, s’il y a quelque chose qui vous tracasse, que vous ne comprenez pas. Que ce soit sur les Sept Sceaux. Et puis, samedi soir je pourrai voir s’il y en a assez pour–pour que j’y rĂ©ponde ou pas, vous voyez. Et donc, pour le moment, quant Ă  dire, eh bien, parler d’autre chose, ou : “Est-ce que je devrais faire ceci?” Ou–ou, d’un songe que vous auriez eu. Ça, ça, ce sont toutes des choses qui mĂ©ritent qu’on s’y arrĂȘte, lĂ , souvenez-vous. Ce sont des choses qui mĂ©ritent qu’on s’y arrĂȘte. Mais concentrons-nous donc sur les Sept Sceaux. C’est ça notre sujet. Concentrons... C’est Ă  ça que ces–ces rĂ©unions sont consacrĂ©es, aux Sept Sceaux. Concentrons-nous LĂ -dessus.

49 Il faut que je rentre Ă  la maison, j’ai quelques rĂ©unions Ă  faire dans l’ouest. Ensuite, je vais revenir, dans un peu plus d’un mois, ou deux, ou quelque chose comme ça, et peut-ĂȘtre que le Seigneur permettra qu’on puisse faire quelque chose d’autre lĂ , peut-ĂȘtre un service de guĂ©rison, ou quelque chose, Ă  ce moment-lĂ , ou ce que... quoi que ce soit.

50 Et puis, on a Sept Trompettes ici, encore Ă  venir, vous voyez. Et elles s’insĂšrent toutes lĂ , elles aussi. Et les Sept Coupes, vous voyez, qui doivent ĂȘtre versĂ©es. Alors, et tout ça, ça va s’incorporer ici, mais pour le moment, c’est encore mystĂ©rieux.

51 Maintenant, hier soir... Nous avons vu que le Premier Sceau est sorti, et le cavalier... Et le Seigneur... Et, je vous le certifie, je ne le savais pas avant. Je ne savais rien d’aucune de ces choses-là, avant. C’est vrai. Je n’en sais vraiment rien.

52 Je vais simplement lĂ , je prends la Bible et je m’assois, et je reste lĂ , jusqu’à ce que Cela commence Ă  s’ouvrir, comme ça. Alors je prends mon stylo et je me mets Ă  Ă©crire. Et je reste simplement lĂ , pendant peut-ĂȘtre des heures, jusqu’à ce que Ce soit–Ce soit terminĂ©.

53 Ensuite je retourne vĂ©rifier, pour voir oĂč Il a dit Cela. Je me dis : “Il me semble que j’ai dĂ©jĂ  vu ça quelque part.” Je prends ma concordance, et je vĂ©rifie. “Est-ce qu’il y a quelque chose comme Cela? Et Le voilĂ , c’est ici. Et puis, Le revoilĂ  ici. Et Le revoilĂ  par ici, et encore par lĂ , et par lĂ .” Alors je relie simplement tout ça. Je sais que c’est Dieu, tant que tous les passages de l’Écriture concordent. Il faut que Ce soit comme ça. C’est comme quand on construit une maison, les pierres doivent s’ajuster, pierre sur pierre.

54 Maintenant, hier soir, nous avons eu l’ouverture du–du TroisiĂšme Sceau. D’abord, il y a eu un cheval blanc; ensuite, il y a eu un cheval roux; et aprĂšs ça, un cheval noir. Et nous avons vu que ces cavaliers, c’était le mĂȘme cavalier tout le temps; et c’était l’antichrist, dĂšs le dĂ©part. Il n’avait pas de–de couronne, mais il en a reçu une plus tard. Et puis nous avons vu qu’il a ensuite reçu une Ă©pĂ©e, pour enlever la paix de la terre, et nous avons constatĂ© que c’est ce qu’il a fait. Puis il est arrivĂ© avec ses dogmes, de donner, l’église qui avait l’argent, en pesant tant pour un denier et tant pour deux deniers. Seulement il lui a Ă©tĂ© interdit de toucher Ă  l’Huile et au vin, dont il ne restait qu’un peu.

55 Et puis nous avons donnĂ©, nous avons terminĂ©, hier soir, en illustrant ce qu’étaient l’Huile et le vin, et les effets qu’ils produisent. Et nous... Vous avez peut-ĂȘtre trouvĂ© que ça manquait un peu de finesse, mais je... c’est l’exacte VĂ©ritĂ©. Voyez? Donc, nous avons terminĂ© en... Revoyons donc ça pendant quelques instants, lĂ . Et donc, nous avons terminĂ© en parlant du pouvoir du vin, et de l’Huile, qui reprĂ©sentait l’Esprit. Maintenant, je pense que vous avez tous notĂ© ça. Sinon, vous le retrouverez sur la bande. Et les rĂ©fĂ©rences bibliques lĂ -dessus, l’huile qui est toujours le symbole du Saint-Esprit. Comme les vierges folles qui n’avaient pas d’Huile, les vierges sages qui avaient de l’Huile, c’est-Ă -dire le Saint-Esprit. Et on est retournĂ©s dans–dans les–les prophĂštes, et tout. Et maintenant je...

56 Bien sĂ»r, je n’essaie pas de donner toutes les rĂ©fĂ©rences bibliques. Et il y a certaines choses dont on ne peut mĂȘme pas parler; ça prendrait trop de temps. Mais j’essaie de situer tout cela, avec des rĂ©fĂ©rences bibliques et tout, d’en donner juste assez pour que les gens puissent savoir et se reprĂ©senter Cela. Mais si on dĂ©cidait d’examiner Ă  fond un de ces Sceaux, eh bien, oh! la la! on pourrait prĂȘcher tous les soirs pendant un mois sur ce mĂȘme Sceau, et on n’En aurait mĂȘme pas effleurĂ© la surface, vous voyez, sur un seul d’entre Eux. VoilĂ  Ă  quel–à quel point C’est vaste. Mais, on se limite aux grandes lignes, et comme ça vous pouvez–vous pouvez voir de Quoi il s’agit.

57 Donc, comme l’huile, c’était le symbole du Saint-Esprit... Ensuite nous avons vu que l’huile et le vin vont ensemble dans l’adoration, vous voyez, ils vont toujours ensemble dans l’adoration.

58 Et j’ai dit que le vin, c’est ce qui m’est venu, que le vin, de quoi il est le symbole, c’est de la puissance de–c’est de la puissance de la stimulation par la rĂ©vĂ©lation. Voyez? Ça, c’est quand quelque chose a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©. Ça produit une stimulation sur le croyant, parce que c’est donnĂ© par rĂ©vĂ©lation. Voyez? C’est quelque chose que Dieu a dit. C’est un mystĂšre; ils ne peuvent pas Le comprendre, voyez-vous. Et, au bout d’un certain temps, Dieu descend, et Il Le rĂ©vĂšle, et puis Il Le confirme.

59 Souvenez-vous que, quand la VĂ©ritĂ© est rĂ©vĂ©lĂ©e, la VĂ©ritĂ© est aussi confirmĂ©e. Dieu, constamment, peu importe combien quelqu’un peut ĂȘtre intelligent, combien il peut ĂȘtre d’une intelligence supĂ©rieure, si Dieu n’appuie pas ce qu’il dit, il y a quelque chose de faux. Voyez? Exact. Parce que c’est la Parole.

60 Maintenant, quand MoĂŻse est allĂ© lĂ -bas, sous l’inspiration de Dieu, il a dit : “Qu’il y ait des mouches.” Les mouches sont venues. Il a dit : “Qu’il y ait des grenouilles.” Les grenouilles sont venues.

61 Voyez-vous, et s’il avait dit : “Qu’il y ait des mouches”, et qu’elles ne soient pas venues? Voyez-vous, dans ce cas-lĂ  il–il n’aurait pas prononcĂ© la Parole du Seigneur, vous voyez; il aurait seulement prononcĂ©, il aurait prononcĂ© sa propre parole. Il aurait peut-ĂȘtre pensĂ© qu’il devrait y avoir des mouches. Mais, il–il ne serait venu aucune mouche, parce que Dieu ne le lui avait pas dit.

62 Et, quand Dieu vous dit quelque chose, qu’Il dit : “Va faire ceci, et Je vais l’appuyer, car c’est Ma Parole”, et qu’Il le montre dans la Bible, alors Dieu est lĂ  pour l’appuyer. Et si ce n’est pas Ă©crit dans la Bible, Dieu l’appuiera quand mĂȘme, si c’est la Parole de Dieu. Voyez?

63 Et Ă  ce moment-lĂ , si c’est quelque chose d’autre, c’est rĂ©vĂ©lĂ© aux prophĂštes. Nous comprenons bien que tous les mystĂšres de Dieu sont divulguĂ©s aux prophĂštes, et Ă  eux seuls. Vous voyez, Amos 3.7.

64 Bon, donc, la puissance de la rĂ©vĂ©lation produit une stimulation sur le croyant. Car le vin, le vin naturel, a le pouvoir de stimuler. Voyez? Il sert à–à produire de la stimulation sur quelqu’un qui est tout abattu. Voyez? Voyez? Eh bien, donc, lĂ , la rĂ©vĂ©lation de la Parole, elle a une puissance, elle donne au croyant la stimulation de la joie, la stimulation de la satisfaction, la stimulation de voir que C’est confirmĂ©, que C’est dĂ©montrĂ©.

65 Ça s’appelle, dans l’Écriture, c’est comme ça que nous appelons ça, du “vin nouveau”. Nous appelons toujours ça comme ça, comme, “ils sont pleins de vin nouveau”. Voyez? Bien. Ou de “vin spirituel”, je pense que ce serait la meilleure interprĂ©tation. Ce serait de “vin spirituel”. Comme le pouvoir du vin naturel se rĂ©vĂšle dans la stimulation, il en va de mĂȘme du vin nouveau, alors qu’Il rĂ©vĂšle la Parole de Dieu, qui est Esprit. Oh! Maintenant, voilĂ ... c’est... Vous voyez, la Parole Elle-mĂȘme est Esprit. Vous croyez ça? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.]

66 Lisons-le. Lisons-le, Jean 6. On va juste... Oui, alors vous–alors vous–vous ne direz pas : “Eh bien, bon, quelqu’un a dit ça.” Allons–allons voir Qui l’a dit, et alors on saura si c’est la VĂ©ritĂ© ou pas. Jean, chapitre 6. Le chapitre 6, et je crois que c’est soixante-... verset 63 , trĂšs bien, je pense que c’est ça. Oui. C’est l’esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.

67 La Parole Elle-mĂȘme est Esprit. C’est l’Esprit sous forme de Parole. Et alors, vous voyez, quand Elle est vivifiĂ©e, ou animĂ©e, l’Esprit de la Parole se met Ă  oeuvrer et Il agit. Voyez? C’est que...

68 Maintenant, regardez bien. Il faut qu’une pensĂ©e soit une pensĂ©e, avant de pouvoir ĂȘtre une parole. Ensuite, une fois qu’une pensĂ©e est formulĂ©e, c’est une parole. Maintenant, ceci, c’est la PensĂ©e de Dieu, qu’Il a placĂ©e dans la Parole. Et ensuite, quand nous La recevons de Lui, Elle devient une Parole.

69 Dieu a rĂ©vĂ©lĂ© Ă  MoĂŻse ce qu’il devait faire. MoĂŻse l’a prononcĂ©, et c’est arrivĂ©. Voyez? C’est ça, quand ça vient vraiment de Dieu.

70 Maintenant, nous voyons que–que Cela–Cela stimule, et Cela donne de la joie, parce que C’est la Parole de Dieu. Et le vin nouveau, le vin nouveau stimule... quand Il rĂ©vĂšle la Parole. Et, parfois, la joie qu’Il donne est sans mesure. Nous en avons parlĂ©, de ce qu’Il donne tellement de joie qu’on en est submergĂ©.

71 Bon, je sais qu’il y a beaucoup de fanatisme, et des gens qui s’excitent. Je sais que parfois, ils font ça quand la musique est trĂšs rythmĂ©e, et tout. Et je sais que ces choses-lĂ  se font. Et je–je crois Ă  ça, moi aussi. Mais, par les temps qui courent, j’ai vu des gens qui, tant que la musique joue, tout le monde saute et pousse des cris; mais, quand la musique s’arrĂȘte, ils s’arrĂȘtent. Voyez? Je crois... Eh bien, ça, c’est encore en ordre, quant Ă  moi, vous voyez, tant que les gens vivent comme il faut. Et...

72 Mais, bon, lĂ , quand on se met Ă  apporter la Parole! Or, voilĂ  ce qui donne rĂ©ellement la Vie, c’est la Parole, et c’est Elle qui donne la joie de la stimulation du vin nouveau. Voyez? Oui. Et c’est ce qui est arrivĂ© Ă  la PentecĂŽte, quand la Parole a Ă©tĂ© confirmĂ©e.

73 Maintenant, regardez. Maintenant, JĂ©sus leur a dit, Luc 24.49 : “Voici, Je vous envoie la promesse de Mon PĂšre; mais montez Ă  JĂ©rusalem, et attendez jusqu’à ce que.” La promesse du PĂšre, c’était quoi? Dans JoĂ«l 2.28 , eh bien, on voit qu’Il va “rĂ©pandre l’Esprit”. Dans ÉsaĂŻe 28 .19, qu’il y aurait “des lĂšvres balbutiantes et d’autres langues”, et toutes ces choses.

74 Ils sont montĂ©s. Et, comme nous l’avons vu, peut-ĂȘtre que l’un d’eux a dit : “Eh bien, je crois que ça fait assez longtemps qu’on attend. Acceptons-le donc par la foi.” C’était une bonne doctrine baptiste, mais ça n’a pas marchĂ© avec ces frĂšres-lĂ .

75 Donc, Ă  un moment donnĂ©, il fallait que ça devienne une rĂ©alitĂ©. Et, pour leur ministĂšre, ils ont attendu que la Parole soit confirmĂ©e. Et, quand vous venez chercher le Saint-Esprit, faites la mĂȘme chose.

76 Oui, vous pouvez L’accepter par la foi. Vous devez accepter Christ par la foi. C’est tout Ă  fait juste. Et vous acceptez le Saint-Esprit par la foi; mais, aprĂšs, laissez le Saint-Esprit venir appliquer la circoncision, en tĂ©moignage de ce qu’Il a acceptĂ© votre foi, vous voyez. Alors, vous voyez : “Abraham a cru Dieu, et cela lui fut imputĂ© Ă  justice.” Mais Dieu lui a donnĂ© le signe de la circoncision, comme confirmation de ce qu’Il avait acceptĂ© sa foi.

77 Donc nous devons faire la mĂȘme chose. Nous devons nous attendre au Saint-Esprit, jusqu’à ce qu’Il ait fait quelque chose; pas forcĂ©ment parce qu’on a parlĂ© en langues, ou parce qu’on a dansĂ©, ou qu’on a Ă©tĂ© saisi d’émotion, qu’on a criĂ©. Jusqu’à ce qu’on ait Ă©tĂ© changĂ©; jusqu’à ce qu’il se soit vraiment passĂ© quelque chose! Peu importe sous quelle forme ça vient. Pourvu qu’il se soit passĂ© quelque chose, voilĂ  l’essentiel. Voyez?

78 Et je crois que le parler en langues et toutes ces autres choses, c’est trùs bien, mais ça, tout seul, ça ne marchera pas. Et vous le savez, que ça ne marchera pas. Donc, ça ne fait pas l’affaire.

79 J’ai vu des sorciĂšres parler en langues, j’ai vu des sorciers parler en langues et danser par l’esprit. Certainement. Ils posaient par terre un crayon qui se mettait Ă  Ă©crire dans des langues inconnues. Quelqu’un interprĂ©tait ça, c’est vrai, et il disait la vĂ©ritĂ©. C’est vrai. Ce qui Ă©tait Ă©crit, c’était prĂ©cisĂ©ment ce qui s’était passĂ©, ça correspondait trĂšs prĂ©cisĂ©ment. Je les ai vus se lancer de la poussiĂšre sur la tĂȘte, se taillader avec des couteaux, et couvrir ça avec du sang de gnou, ou quelque chose, et–et, certainement, voyez-vous, et invoquer le diable. Alors, vous voyez, ça, ça ne...

80 Parler en langues, ça ne suffit pas. “Quand je parlerais les langues des hommes et des Anges, si je n’ai pas la charitĂ©, cela ne me sert de rien. Voyez-vous, bien que je puisse le faire!” Voyez? Donc, ces choses-lĂ , ça ne veut pas dire que vous avez le Saint-Esprit.

81 Mais quand Lui, la Personne, le–l’Esprit immortel de Christ, devient votre Sauveur personnel, et qu’Il vous change, et que tout ce que vous voyez, c’est le Calvaire et cette Parole, alors il s’est passĂ© quelque chose. Oui monsieur. Il s’est passĂ© quelque chose. Personne n’aura besoin de vous le dire. Quand ça arrivera, vous le saurez.

82 Et le vin nouveau, quand il apporte la rĂ©vĂ©lation, alors C’est–C’est rĂ©vĂ©lĂ©.

83 Et c’est comme ça que ça s’est passĂ© Ă  la PentecĂŽte. Ils savaient que–qu’un Esprit devait ĂȘtre rĂ©pandu sur eux, et ils ont attendu jusqu’à ce que ça arrive. Et quand la confirmation de la rĂ©vĂ©lation est venue, alors ils ont Ă©tĂ© stimulĂ©s. Certainement. Ce qu’ils bouillonnaient, alors! Ils se sont prĂ©cipitĂ©s dans la rue; alors qu’avant ils avaient peur et ils s’étaient barricadĂ©s. Ils Ă©taient lĂ , dans la rue, Ă  prĂȘcher l’Évangile Ă  ce mĂȘme groupe de gens dont ils avaient eu peur! C’est vrai. Voyez? Il s’était passĂ© quelque chose, parce que la vĂ©ritable Parole promise Ă©tait confirmĂ©e.

84 Bon, arrĂȘtons-nous ici un instant. Si ça a fait tellement d’effet Ă  ces hommes, qu’ils–qu’ils... Ils ont presque tous scellĂ© leur tĂ©moignage de leur sang. Peu importe ce qui a pu arriver, tant qu’ils ont vĂ©cu, ils n’En sont jamais revenus. Cela ne les a pas quittĂ©s, parce que c’était la vĂ©ritable Parole promise, confirmĂ©e. La rĂ©vĂ©lation avait Ă©tĂ© confirmĂ©e. Et ils sont morts, en scellant leur tĂ©moignage de leur propre sang.

85 Maintenant regardez la promesse pour les derniers jours. Et nous la voyons ici, confirmĂ©e sous nos yeux, la–la venue du Saint-Esprit en ce moment et les oeuvres qu’Il devait faire; et nous voyons cela, ici au milieu de nous. Voyez? Oh, nous devrions... Oh! la la! Comment pouvons-nous entendre... Il se passe quelque chose, je vous le dis, mon ami! Ce vrai, ce vĂ©ritable et sincĂšre croyant prĂ©destinĂ©, quand la LumiĂšre touche cette semence, une nouvelle Vie jaillit de lĂ . Cette petite femme au puits!

86 Alors que ces sacrificateurs trĂšs instruits, ils avaient dit : “Eh bien, ça, c’est du diable. C’est un diseur de bonne aventure. Il–Il leur dit simplement la bonne aventure, Ă  ces gens. Et Il est–Il est un dĂ©mon.”

87 Mais quand cette petite femme, avec cette semence prĂ©destinĂ©e en elle! Bon, vous pensez que c’est faux? Mais JĂ©sus a dit : “Personne ne peut venir si Mon PĂšre ne l’attire; et tous ceux que le PĂšre M’a donnĂ©s viendront.” Et Il...

88 Et, dans les derniers jours, l’antichrist va pouvoir... Cet esprit antichrist que nous sommes en train d’étudier, dans le systĂšme dĂ©nominationnel, et nous avons prouvĂ© que le systĂšme dĂ©nominationnel est antichrist. Maintenant, Ă  partir de lĂ , l’homme qui peut repartir d’ici comme ça, il, quelque chose ne va pas, s’il croit encore que le systĂšme dĂ©nominationnel n’est pas antichrist. Alors qu’il est parfaitement dĂ©montrĂ©, par l’histoire, et tout, d’un bout Ă  l’autre de la Bible de Dieu, et tout le reste, que c’est antichrist. Et c’est Rome qui est Ă  la tĂȘte. Et ses filles, les Ă©glises, elles suivent tout bonnement. Et toutes les deux seront jetĂ©es en enfer. C’est vrai. Alors, nous voyons cette chose, cet antichrist, l’esprit de cela.

89 Et ce jour oĂč nous vivons, et, oh, ça devrait nous remplir “d’une joie ineffable et glorieuse”. Cette brave petite femme, quand elle a Ă©tĂ© touchĂ©e, oh! la la! tout de suite la semence a percĂ©!

90 Maintenant, souvenez-vous, la Bible dit qu’au dernier jour, cet antichrist “sĂ©duirait le monde entier”.

91 Il n’y en aurait qu’un petit nombre, dont les noms auront Ă©tĂ© Ă©crits dans le Livre de Vie de l’Agneau avant la fondation du monde. Et, quand la vĂ©ritable confirmation de la VĂ©ritĂ© rĂ©vĂ©lĂ©e de la Parole de Dieu touchera le coeur d’un de ceux-lĂ , il se prĂ©cipitera vers l’eau, et il ira lĂ -bas, avec le Saint-Esprit, Ă  toute vitesse. Et vous ne pourriez pas l’en empĂȘcher, parce que la nouvelle Vie a fait son chemin.

92 Il n’y a pas longtemps, je parlais Ă  quelqu’un, qui essayait d’argumenter avec moi, en disant : “Vous n’avez pas honte de dire que ‘Dieu a crĂ©Ă© les cieux et la terre en trois jours... ou, en six jours’?”
J’ai dit : “C’est ce que la Bible dit.”

93 Il a dit : “Eh bien, on a des preuves qui dĂ©montrent que le monde existe depuis des millions d’annĂ©es.”

94 J’ai dit : “Ça n’a rien Ă  voir. Dans GenĂšse 1.1, il est dit : ‘Au commencement, Dieu crĂ©a les cieux et la terre.’ Point! C’est tout, voyez-vous. ‘Or la terre Ă©tait informe et vide.’” Et j’ai dit : “Je crois que toutes les semences Ă©taient dĂ©jĂ  lĂ , vestiges d’une autre civilisation, ou quelque chose. Et, dĂšs que l’eau s’est retirĂ©e, et que la lumiĂšre les a touchĂ©es, c’est lĂ  que les arbres et tout ont poussĂ©.”

95 Et c’est pareil pour l’ĂȘtre humain; c’est un type. Quand tout le–le–le brouillard s’est dissipĂ©, et que la VĂ©ritĂ© est rĂ©vĂ©lĂ©e Ă  cette vraie semence qui est lĂ , qui a encore en elle un germe de Vie, et que la LumiĂšre de l’Évangile peut la toucher par une vraie confirmation de la Parole, elle vivra. Il y a de la Vie en elle. Elle croira. Sans ça, elle ne peut pas vivre; il n’y a pas de Vie en elle.

96 Ces noms qui ont Ă©tĂ© Ă©crits dans le Livre de Vie de l’Agneau avant la fondation du monde, ils viendront, ça ne fait pas l’ombre d’un doute. C’est pour ça que JĂ©sus reste assis LĂ , et Il continue Son oeuvre de mĂ©diation, en attendant la derniĂšre semence. Et Il saura exactement quand elle sera touchĂ©e.

97 Le Dr Lee Vayle... Il doit ĂȘtre encore ici quelque part, Ă  la rĂ©union. Ça fait quelques jours que je ne l’ai pas vu. Je ne pense pas l’avoir vu. [Un frĂšre dit : “Il est ici.”–N.D.É.] Il est ici. Eh bien, l’autre jour, il m’a fait parvenir ce bout de papier, au sujet de ce qu’IrĂ©nĂ©e avait dit. Eh bien, j’ai choisi IrĂ©nĂ©e comme Ă©tant incontestablement l’ange de l’ñge oĂč il a vĂ©cu. Toujours est-il qu’il a dit que “quand le dernier membre du Corps sera entrĂ©,” dans ce dernier Ăąge, “cela devrait ĂȘtre... la chose serait rĂ©vĂ©lĂ©e Ă  ce moment-là”. Et voilĂ . C’est tout Ă  fait juste. Voyez? Nous sommes en ce jour-lĂ . Bien.

98 Donc, ceux de la PentecĂŽte dĂ©bordaient de joie. Ils Ă©taient vraiment stimulĂ©s. Je pense que c’est ce que cela fait Ă  tout le monde.

99 Prenons donc juste un instant. Pensons Ă  David. Lui–lui aussi, il a Ă©tĂ© tout stimulĂ©. Il a dit : “Ma coupe dĂ©borde.” Je crois qu’il s’était vraiment passĂ© quelque–quelque chose de glorieux dans sa vie. Qu’est-ce, qu’est-ce qui lui a fait faire ça? Quand il Ă©tait dans l’Esprit... Étant donnĂ© qu’il Ă©tait prophĂšte. Nous le savons, qu’il l’était. La Bible le dit. Le prophĂšte David; donc, car il Ă©tait prophĂšte, et il Ă©tait dans l’Esprit et a vu la rĂ©surrection. Si vous aimeriez le lire, c’est dans Psaumes 16.8 Ă  11. Il a dit : “Aussi mon corps est dans la joie. Oh! la la! Je–je repose en sĂ©curitĂ©, parce que Tu n’abandonneras pas mon Ăąme au sĂ©jour des morts, et Tu ne permettras pas que Ton Bien-AimĂ© voie la corruption.” Et, je vous le dis, sa coupe a dĂ©bordĂ©, parce qu’il a vu. Quoi qu’il arrive; oh, il a vu la rĂ©surrection, et il Ă©tait vraiment... et sa coupe a dĂ©bordĂ©.

100 Et David, il y a une autre fois aussi oĂč sa coupe dĂ©bordait, dans II Samuel (vu que vous avez vos crayons Ă  la main), II Samuel 6.14. Il y avait eu une sĂ©cheresse.

101 Ils avaient emportĂ© l’arche. L’ennemi Ă©tait venu et il avait pris l’arche de l’Éternel. Et ils l’avaient emportĂ©e, ils l’avaient placĂ©e devant Dagon, et Dagon est tombĂ© la face contre terre. Puis ils l’ont transportĂ©e dans une autre ville, et celle-ci a Ă©tĂ© frappĂ©e de flĂ©aux. C’était... Ils n’avaient jamais rien eu d’aussi cuisant sur les bras, lĂ -bas. Et ils n’arrivaient pas Ă  s’en dĂ©barrasser; en effet, elle n’était pas Ă  sa place.

102 Donc, aprĂšs qu’ils l’ont mise sur le char Ă  boeufs, ils revenaient avec. Et David, quand il a vu l’arche qui revenait, vous savez ce qu’il a fait? Il–il a Ă©tĂ© tellement envahi, et sa coupe a dĂ©bordĂ©; la stimulation! En voyant la Parole qui se rĂ©vĂ©lait de nouveau, qui revenait en IsraĂ«l, il a dansĂ© par l’Esprit, et il tournait, et tournait, et tournait, et tournait, et tournait, comme ça. Oui. Sa coupe dĂ©bordait, vous voyez. Pourquoi? Il a vu revenir la Parole.

103 Je pense que n’importe qui serait un peu stimulĂ©, de voir qu’aprĂšs toutes ces annĂ©es, voilĂ  que la vraie Parole, selon la promesse qui avait Ă©tĂ© faite, Ă©tait apportĂ©e et confirmĂ©e. Quel temps glorieux! Quel temps glorieux!

104 Maintenant lisons. Si je–je continue Ă  parler comme ça, je n’arriverai pas Ă  mon sujet, et je vous aurai retenus ici jusqu’à dix heures et demie [vingt-deux heures trente]. Hier soir je vous ai laissĂ©s sortir de bonne heure, alors ce soir il faudra que je vous retienne un bon moment. [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Oui. Oui. Non, c’était seulement pour vous taquiner. Voyez? Je... Nous voulons simplement que ça se passe comme le Seigneur conduira, c’est tout. Bon. Quand il ouvrit le quatriĂšme sceau, j’entendis la voix du quatriĂšme ĂȘtre vivant qui disait : Viens... vois.

105 Bon, “quand l’Agneau a ouvert le QuatriĂšme Sceau”. ArrĂȘtons-nous lĂ  pour le moment. Le QuatriĂšme Sceau, maintenant, Qui L’a ouvert? L’Agneau. Y avait-il quelqu’un d’autre qui en soit digne? Personne d’autre ne pouvait le faire. Non. C’est l’Agneau qui a ouvert le QuatriĂšme Sceau.

106 Et le–le quatriĂšme Être vivant, l’Être semblable Ă  un aigle, a dit Ă  Jean : “Viens voir ce qu’est le quatriĂšme mystĂšre du plan de la rĂ©demption, qui a Ă©tĂ© cachĂ© dans ce Livre”, parce que l’Agneau Ă©tait en train de L’ouvrir. Autrement dit, voilĂ  ce qu’il disait. “Ici, il y a un quatriĂšme mystĂšre. Je te l’ai montrĂ© sous forme de symbole. Maintenant, Jean, je ne sais pas si tu L’as compris ou non.” Mais il a Ă©crit ce qu’il a vu, seulement c’était un mystĂšre. Donc, il a Ă©crit ce qu’il a vu.

107 L’Agneau Ă©tait en train de briser les Sceaux, et pourtant Dieu n’allait pas encore Les rĂ©vĂ©ler. C’était rĂ©servĂ© pour les derniers jours. Voyez? Or, on a eu des symboles, et on a cherchĂ© Ă  les sonder, et on s’en est assez bien sortis par moments, vous voyez. Mais nous savons que Cela a continuĂ© Ă  avancer. Seulement, lĂ , dans les derniers jours, nous pouvons regarder en arriĂšre et voir ce qu’il En Ă©tait. Et c’est ce qui a Ă©tĂ© prĂ©vu pour la fin de l’ñge de l’église, juste avant l’EnlĂšvement.

108 Comment quelqu’un peut dire que l’Église va passer par la Tribulation, je ne sais pas. Mais pourquoi Lui faudrait-il passer par la Tribulation, alors qu’Elle n’a pas–n’a pas un seul pĂ©chĂ©? Je veux dire... C’est-Ă -dire, pas l’église; l’église, elle, elle va passer par la Tribulation. Mais je parle de l’Épouse. L’Épouse, non, Elle n’a aucun pĂ©chĂ© contre Elle, pas un seul. Elle en a Ă©tĂ© blanchie, et il n’en reste mĂȘme plus... Il n’en reste mĂȘme plus l’odeur, plus rien. Ils sont parfaits devant Dieu. Alors, pourquoi passeraient-ils par quelque Tribulation que ce soit, pour ĂȘtre purifiĂ©s? Mais les autres, oui. L’église, elle, elle passe par la Tribulation, mais pas l’Épouse.

109 Bon, donc, on l’a vu par toutes sortes de symboles, lĂ . Comme la–l’église, NoĂ©, qui Ă©tait le type de ceux qui sont transportĂ©s, quand il est sorti, il est tombĂ© dans le pĂ©chĂ©. Vous voyez, maintenant, ils ont effectivement traversĂ©. Mais Énoch est parti avant, lequel Ă©tait le type des saints qui partiraient, et ce, avant la pĂ©riode de la Tribulation.
Maintenant, nous voyons que cet Agneau a ouvert le Sceau.

110 Or le premier Être vivant que nous avons vu, si vous remarquez, le premier Être vivant que nous avons vu, c’était un... Le premier Être vivant, c’était un lion, un Animal; nous avons vu ça dans le livre des sc-... des Âges de l’Église. Ensuite, le deuxiĂšme Être vivant, il avait la–la face d’un boeuf, ou d’un veau, je crois. Et le troisiĂšme Être vivant avait la face d’un homme. Mais le quatriĂšme Être vivant, il avait la face d’un aigle. Or c’est exactement comme ça qu’on les avait vus, exactement dans cette succession-lĂ . Et c’est mĂȘme exactement comme ça qu’ils sont placĂ©s dans le Livre, ici.

111 Il y avait un Ă©minent docteur, une fois, en Floride, qui apportait un enseignement, et qui disait que–que le... que “le Livre des Actes, c’était seulement un–un Ă©chafaudage pour la–pour l’Église, que c’était dans les quatre Évangiles qu’on trouvait l’Église”.

112 Et nous voyons que c’est l’inverse, que ce sont les quatre Évangiles qui protĂšgent le Livre des Actes. C’est Ă  partir de ces quatre Évangiles que le Livre des Actes a Ă©tĂ© Ă©crit, les actes du Saint-Esprit dans les apĂŽtres. Et nous avons vu, dans le Livre, que les gardes Ă©taient lĂ , ils veillaient; Ă  l’est, au nord, Ă  l’ouest et au sud. Vous vous souvenez que nous l’avons dessinĂ©, ici? Comme tout concordait admirablement, d’une façon absolument parfaite!

113 Maintenant j’aimerais vous faire remarquer. Il a dit : “Viens et vois.” Jean... LĂ , j’aimerais encore vous faire remarquer ceci, avant. Bon, celui-ci est le dernier des cavaliers qui rĂ©vĂšlent la maniĂšre dont l’antichrist a agi.
Demain soir, ce seront les ñmes qui sont sous l’autel.
Le soir d’aprùs, les jugements.

114 Le soir d’aprĂšs, le dĂ©part, de la–de la fin de l’ñge, la fin du temps, de toutes choses, vous voyez, quand Elle sera enlevĂ©e. Par consĂ©quent, c’est en plein dans ce SeptiĂšme Sceau, lĂ , que les Coupes sont versĂ©es, et que tout le reste est dĂ©versĂ©. Ce que sont ces choses, je ne sais pas.

115 Remarquez. Mais, maintenant, ici, ce que nous voyons, c’est que cet homme, ici, c’est un aigle, cet homme qui... ou cet Être vivant, que nous voyons apparaütre maintenant. Ou, autrement dit, il y a quatre ñges distincts dans Ça. Il y a eu l’ñge du lion. Et nous voyons que c’est maintenant le quatriùme ñge.

116 Et il a dit : “Viens voir le quatriĂšme mystĂšre du Livre de la RĂ©demption, qui Ă©tait cachĂ© dans ce Livre. Viens voir.” Alors Jean est allĂ© voir, et il a vu un cheval de couleur pĂąle. Et encore le mĂȘme cavalier montait ce cheval de couleur pĂąle.

117 Maintenant il se nomme la mort. Maintenant remarquez. Aucun autre cavalier, aucun des autres chevaux, toutes les fois que le cavalier chevauchait, ils n’avaient pas, l’homme en question n’avait pas de nom. Mais maintenant il se nomme la mort. Ça n’avait pas Ă©tĂ© mentionnĂ©. Voyez? Il se rĂ©vĂšle maintenant. Ce qu’il est, c’est la mort.

118 Eh bien, on pourrait vraiment s’étendre lĂ -dessus pendant toute une prĂ©dication, et le rendre tout Ă  fait clair! Mais tout ce qui est anti, tout ce qui s’oppose au vrai, c’est forcĂ©ment la mort. En effet, il n’y a que deux sujets, ce sont la Vie et la mort. Et c’est la preuve que cette rĂ©vĂ©lation du Saint-Esprit, en ce jour, c’est l’exacte VĂ©ritĂ©. L’anti, il est la mort. En effet, la Parole, comme nous le verrons plus tard, lĂ , Elle est la Vie. Voyez?

119 Et cet homme, il se nomme la mort. Or, ça n’avait pas Ă©tĂ© dit, les autres fois, au sujet de ce cavalier. Mais, Ă  partir de maintenant, on dit qu’il se nomme la mort.

120 Mais, dans la rĂ©vĂ©lation du lion... Maintenant regardez bien. LĂ , je veux faire attention en lisant ceci, pour ĂȘtre bien sĂ»r; j’ai notĂ© leur place, leur position, lĂ . Dans, pas dans la rĂ©vĂ©lation de l’ñge du lion, ou du premier Ăąge, de l’ñge du dĂ©but, Ceci n’avait pas Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©. L’ñge suivant, c’était l’ñge du boeuf, c’est-Ă -dire l’ñge des tĂ©nĂšbres, le Moyen Âge, et ce qu’il En Ă©tait n’avait pas Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©. Et l’Être vivant semblable Ă  un homme, celui de la sagesse, qui reprĂ©sentait les rĂ©formateurs, Luther, Wesley, et ainsi de suite, lĂ  non plus, Cela n’avait pas Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©. Mais dans l’ñge de l’aigle, le dernier Ăąge, l’ñge prophĂ©tique, qui doit voir l’avĂšnement de la parole prophĂ©tique, vous voyez, Ă  qui les secrets sont toujours donnĂ©s! Or c’est lĂ -dessus que nous...

121 Nous allons nous attarder un peu lĂ -dessus ce soir, pour que vous le compreniez parfaitement. Maintenant, la plupart du temps, vous vous rendez bien compte que ces... Je ne parle pas seulement au groupe qui est ici. Ces bandes vont partout, vous voyez, aussi je dois ĂȘtre trĂšs clair. Autrement, celui qui aurait seulement une des bandes et qui n’aurait pas les autres, il serait tout dĂ©sorientĂ©, vous voyez. Dieu a promis Ceci, vous voyez, pour ce jour-ci, pour finalement mettre un terme Ă  toutes ces choses qu’on a eues, et Ă  toute cette confusion. Nous sommes...

122 On–on a eu les vĂȘtements d’Élie. On a eu les manteaux d’Élie. Oh, il y a eu des gens qui... John Alexander Dowie qui s’est fait enterrer lĂ -bas, enveloppĂ© dans un–un manteau. Il disait qu’il Ă©tait ÉlisĂ©e. Et on a eu toutes sortes de choses comme ça. Qu’est-ce que c’est, en fin de compte? C’est seulement pour empĂȘcher une VĂ©ritĂ© qui va vraiment ĂȘtre apportĂ©e. Voyez? Avant la venue de JĂ©sus, il y a eu des faux christs. Voyez? C’est toujours comme ça. C’est Satan, qui prĂ©sente une contrefaçon, pour troubler la pensĂ©e et la foi des gens, avant que la chose arrive pour vrai. C’est tout.

123 Gamaliel n’a-t-il pas dit la mĂȘme chose aux Juifs ce jour-lĂ ? Il a dit : “Un homme qui prĂ©tendait ĂȘtre Celui-lĂ  n’a-t-il pas paru? Et ils en ont entraĂźnĂ© quatre cents dans le dĂ©sert. Ils ont pĂ©ri, et tout”, il a dit.

124 “Tout sarment que Mon PĂšre CĂ©leste n’a pas plantĂ©â€, a dit JĂ©sus, “sera dĂ©racinĂ©.”

125 Gamaliel a dit : “Laissez-les aller. S’ils, si la chose ne vient pas de Dieu, ne se dĂ©truira-t-elle pas d’elle-mĂȘme? Mais, si elle vient de Dieu, alors, vous auriez combattu contre Dieu.” Cet homme a eu de la sagesse. C’était un vrai docteur.

126 Maintenant remarquez. Maintenant, pour mener Ă  terme tous ces mystĂšres, Dieu a promis qu’il y aurait un vĂ©ritable ÉlisĂ©e qui paraĂźtrait, un homme qui serait oint de cet Esprit-lĂ , et qu’il rĂ©vĂ©lerait. Il l’a promis dans Malachie 4. Et j’ai des notes et des lettres de personnes qui disent que ce n’est pas vrai, mais j’aimerais bien leur parler. Voyez? Eh bien, vous ne pouvez pas nier ça. N’importe quel bon thĂ©ologien sait que c’est la VĂ©ritĂ©, c’est ce qu’ils attendent.

127 Mais ça va se passer exactement de la mĂȘme maniĂšre que pour Jean, le prĂ©curseur de la premiĂšre fois que Christ est venu. Eh bien, ils ne l’ont pas reconnu, Ă  cause des choses si glorieuses qui avaient Ă©tĂ© prophĂ©tisĂ©es Ă  son sujet. Eh bien, il devait “abaisser tous les lieux Ă©levĂ©s, relever tous les lieux bas, aplanir tous les lieux raboteux”. Et, oh, il... Les prophĂštes : ÉsaĂŻe, sept cent douze ans avant sa naissance; et Malachie, quatre cents ans avant qu’il entre en scĂšne; tous ceux-lĂ  avaient prophĂ©tisĂ© Ă  son sujet. Et on s’attendait Ă  ce qu’une passerelle descende du Ciel, et que ce prophĂšte s’avance, son bĂąton Ă  la main, venant de Dieu.

128 Et qu’est-ce qui est arrivĂ©? Un homme que vous... qui ne pouvait mĂȘme pas prĂ©senter de carte de membre. Il ne pouvait fournir aucunes rĂ©fĂ©rences. Il restait dans le dĂ©sert; et il n’avait mĂȘme pas une instruction primaire. Les historiens nous disent qu’il est parti dans le dĂ©sert Ă  l’ñge de neuf ans, aprĂšs la mort de son pĂšre et de sa mĂšre. Et il avait Ă©tĂ© suscitĂ©... Sa tĂąche Ă©tait trop importante pour qu’il aille perdre son temps dans un sĂ©minaire. Il devait–il devait annoncer le Messie.

129 Dieu ne peut pas utiliser un homme bourrĂ© de thĂ©ologie. Il ne peut pas, parce qu’il va toujours y revenir. C’est ce qui lui a Ă©tĂ© enseignĂ©. Il est portĂ© Ă  revenir Ă  ça. Alors, s’il commence Ă  voir quelque chose, il va chercher Ă  revenir Ă  ce que les professeurs avaient dit. Il vaudrait mieux vous tenir loin de ces choses-lĂ , et croire Dieu, simplement.

130 Aussi, nous voyons qu’ils ne l’ont pas reconnu. MĂȘme les apĂŽtres, qui Ă©taient lĂ , ils ne l’ont pas reconnu. Eh bien, ils ont dit : “Pourquoi l’Écriture dit-elle, les scribes disent-ils qu’Élie...”

131 Il a dit : “Mais, il est dĂ©jĂ  venu, et vous ne l’avez pas reconnu.”

132 C’est pour ça que je dis que ce sera pareil pour la rĂ©surrection, ou, l’EnlĂšvement. Il va ĂȘtre passĂ©, et eux, ils... Je sais que ça peut sembler bizarre. Mais, peut-ĂȘtre qu’aprĂšs la soirĂ©e vous en saurez un peu plus long, si le Seigneur le veut, sur la façon dont ça va se passer au juste, vous voyez. Ce sera tellement secret que pratiquement personne n’en saura rien. Le monde va simplement penser, il va simplement continuer comme si de rien n’était, vous voyez, et... C’est toujours comme ça qu’Il fait.

133 Vous savez, je doute qu’un–qu’un... Je dirais qu’il n’y a pas le quatre-vingt-dixiĂšme d’un pour cent des gens de la terre qui ont su que JĂ©sus-Christ Ă©tait lĂ  quand Il est venu. Vous savez, quand Élie a prophĂ©tisĂ©, je me doute que pratiquement personne ne savait qu’il Ă©tait... Ils savaient qu’il y avait un excentrique lĂ -bas, une espĂšce de vieux fanatique, mais ils le haĂŻssaient. Certainement. Il Ă©tait ce qu’ils appelaient le “drĂŽle d’oiseau”.

134 Et je pense que n’importe quel ChrĂ©tien nĂ© de nouveau est un peu un “drĂŽle d’oiseau”, pour–pour le monde. C’est que vous avez Ă©tĂ© changĂ©. Vous ĂȘtes d’un autre monde. Votre Esprit vient de l’autre cĂŽtĂ© de l’abĂźme. Et, de ce cĂŽtĂ©-ci, c’est un tel fouillis... alors, si vous–si vous n’ĂȘtes pas diffĂ©rent, il y a quelque chose qui ne va pas : vous–vous ĂȘtes encore trop attachĂ© Ă  la terre. Vos pensĂ©es doivent ĂȘtre orientĂ©es vers le Ciel. Et le Ciel vit de la Parole.

135 Donc, nous remarquons que cette–cette chose glorieuse a eu lieu. Maintenant, nous croyons que le vĂ©ritable Esprit d’ÉlisĂ©e doit venir. Cela a Ă©tĂ© prĂ©dit, vous voyez. Et, souvenons-nous-en, il sera lĂ , en sa saison, en son temps. Il se peut que nous soyons en train d’en poser le fondement maintenant. Et ce ne sera pas une organisation.

136 Je–je suis en dĂ©saccord avec un de mes bons amis Ă  ce sujet-lĂ . Lui, il dit que ça va ĂȘtre un groupe de gens. Je voudrais que vous me montriez ça dans l’Écriture. Dieu, le Dieu qui ne change pas, Il ne change jamais Ses plans. Sinon, alors Il n’est pas Dieu; c’est vrai, parce qu’Il est un mortel, Il n’en sait pas plus long que moi, et Il fait des erreurs.

137 Dieu n’a jamais changĂ© Son plan, depuis cette fois-lĂ  dans le jardin d’Éden. Il a Ă©laborĂ© un plan pour la rĂ©demption; et c’était le Sang. Et on a essayĂ© l’instruction. On a essayĂ© la dictature. On a essayĂ© la psychologie. On a essayĂ© les dĂ©nominations. On a tout essayĂ© pour faire que les gens s’unissent, ou que tout le monde s’aime, et tout le reste. Il n’y a jamais eu d’autre endroit de communion que sous le Sang, le seul terrain sur lequel Dieu rencontre l’homme.

138 Dieu traite toujours avec un seul individu. Deux hommes auront deux façons de penser. Il n’y a jamais eu deux prophĂštes majeurs sur la terre, qui ont prophĂ©tisĂ© en mĂȘme temps. Remontez dans le temps, et vĂ©rifiez. Non monsieur. Ça ferait trop de confusion! Ce qu’il Lui faut, c’est un seul homme qui s’abandonne totalement Ă  Lui, et Il utilise cette personne-lĂ . Il cherche cette personne-lĂ .

139 Mais, un jour ou l’autre, il y en aura un, quelqu’un qui L’écoutera, Mot Ă  Mot. Peu importe ce que n’importe qui d’autre peut dire, ils ne s’En dĂ©tourneront jamais. C’est vrai. Ils attendront l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Et, tant qu’ils ne L’auront pas, ils ne bougeront pas. Et il sera correctement confirmĂ©. Vous...

140 Maintenant, le monde, au dehors, va dĂ©tester cela, mais la Semence Ă©lue, la Semence prĂ©destinĂ©e, comme du temps de JĂ©sus, quand la LumiĂšre brillera, cette Semence prendra Vie, comme ça. [FrĂšre Branham fait claquer ses doigts.–N.D.É.] Ils Le sauront. Ils Le comprendront. Vous n’aurez pas besoin d’En dire un mot.

141 Elle a dit : “Monsieur, je vois que Tu es prophùte. Je sais que le Messie, quand Il viendra, Il doit...”
Il a dit : “Je Le suis.”

142 Oh, ça lui a suffi, ça! Elle n’a pas eu besoin d’attendre toute la nuit et d’attendre toute la nuit d’aprĂšs. À l’instant mĂȘme, elle L’a reçu. Elle Ă©tait en route. Elle En parlait aux gens.

143 Maintenant, souvenez-vous, lĂ , au premier Ăąge, c’était l’ñge du lion. C’était le Lion de la tribu de Juda, Christ. C’est l’influence de Sa Vie qui a dominĂ© cet Ăąge-lĂ . Ça, c’est le premier Être vivant, c’est-Ă -dire la “Puissance” qui a ripostĂ© par une voix humaine.

144 L’ñge suivant, c’était l’ñge du boeuf, ou l’ñge du cavalier au cheval sombre. Voyez?

145 Maintenant, la raison pour laquelle le premier Ăąge, c’était un Ăąge en blanc, c’est que... Comme–comme j’ai toujours entendu les gens le dire, au sujet du premier cavalier, que le blanc reprĂ©sentait la puissance de l’église qui Ă©tait partie pour vaincre. Et nous avons vu qu’il a reçu une couronne, que c’était ça. C’était bien l’église. C’était bien l’église, seulement oĂč est-il allĂ©? Il est allĂ© Ă  Rome. C’est lĂ  qu’il est allĂ©. Il a reçu sa couronne.

146 Maintenant, le deuxiĂšme Ăąge, c’était le–c’était le cavalier au cheval roux, c’était un Ăąge sombre.

147 Et maintenant–maintenant, le–l’ñge suivant, c’était le–l’homme, de l’ñge du cavalier au cheval noir. Et lui, c’était l’ñge des rĂ©formateurs, vous voyez, quand, la–la Voix qui a parlĂ©. Or le cavalier au cheval noir, c’était l’antichrist. Mais Celui qui parlait dans cet Ăąge-lĂ , Il Ă©tait reprĂ©sentĂ© par un homme, c’est-Ă -dire la sagesse, intelligent, astucieux. Voyez? Et ils n’ont pas saisi, voyez-vous. Ils ne l’ont pas appelĂ©... Ils ne lui ont pas donnĂ© de nom. Voyez? Ils ont juste dit qu’il Ă©tait sorti.

148 Mais maintenant, quand arrive l’ñge de l’aigle, c’est lui qui... Dieu compare toujours Ses prophĂštes Ă  des aigles. Il Se donne Lui-mĂȘme le nom d’aigle. L’aigle monte tellement haut que rien ne peut rivaliser avec lui. Et il n’est pas seulement lĂ -haut, mais il est conçu pour occuper cette place. Une fois lĂ -haut, il peut voir oĂč il est. Il y a des gens qui montent lĂ -haut, mais ils ne peuvent pas voir oĂč ils sont, alors ça ne les avance Ă  rien de monter jusque-lĂ . Mais si vous...

149 Mais, qu’un corbeau essaie donc de suivre un aigle dans son vol, ou un faucon, l’un ou l’autre, il se dĂ©sintĂ©grerait. Il faut qu’il soit pressurisĂ© pour l’endroit oĂč il va.

150 VoilĂ  le problĂšme aujourd’hui, certains d’entre nous ne sont pas pressurisĂ©s. On explose trop vite, vous voyez, quand on se met Ă  sauter en l’air. Et, mais il faut ĂȘtre pressurisĂ©s.

151 Quand on est lĂ -haut, on doit avoir l’oeil perçant de l’aigle, pour voir ce qui vient et pour savoir ce qu’il faut faire. Or c’est l’ñge de l’aigle qui a rĂ©vĂ©lĂ© Cela. Maintenant, nous voyons que cet Ăąge de l’aigle, il a Ă©tĂ© promis dans Apocalypse 10.7 et dans Malachie... 1, 4. Que c’est dans les derniers jours, voyez-vous, c’est exact, qu’il serait lĂ . TrĂšs bien. Remarquez.

152 Maintenant, cet individu, nous voyons qu’il monte un cheval de couleur pñle. Pñle! Oh! la la! Aprùs, remarquez, aprùs...

153 “Soixante-huit millions de protestants”, hier soir nous avons pris ça dans–dans La glorieuse RĂ©forme de Schmucker, qui citait le–le martyrologe de Rome. Nous avons vu que, jusque dans les annĂ©es 150 0, je crois, ou dix-huit... je ne me souviens plus exactement maintenant. Mais il y en a eu soixante-huit millions qui ont Ă©tĂ© mis Ă  mort, pour avoir protestĂ© contre la premiĂšre Ă©glise romaine, Rome. Ce n’est pas Ă©tonnant qu’il ait pu personnifier, prendre le nom de... et s’appeler la mort. C’est bel et bien ce qu’il Ă©tait.

154 Or, Dieu seul sait combien il en a fait mourir spirituellement, par son enseignement anti-biblique, anti-Parole! Ceux-lĂ , ce sont les soixante-huit millions qu’il a passĂ©s au fil de l’épĂ©e pour les faire mourir. Et il doit y en avoir littĂ©ralement des milliards qui sont morts spirituellement, par son faux enseignement. Ce n’est pas Ă©tonnant qu’il ait pu se nommer la mort!

155 Vous voyez le cavalier? Au dĂ©part, en tant qu’antichrist, il Ă©tait la mort, pour commencer; mais Ă  l’époque il Ă©tait innocent. Ensuite il a reçu une couronne, une triple couronne; et, Ă  ce moment-lĂ , il a uni, Satan a uni son Ă©glise et son État, parce qu’il Ă©tait alors Ă  la tĂȘte des deux. L’antichrist, c’était Satan, sous la forme d’un homme.

156 Et puis, aussi, dans Matthieu, je crois, au chapitre 4, il nous est dit ceci–ceci. Satan a transportĂ© JĂ©sus, notre Seigneur, sur un lieu Ă©levĂ©, et en un instant, il Lui a montrĂ© tous les royaumes du monde, tous, avec leur gloire, il a offert de les Lui donner. Et il a dit... Ils–ils lui appartenaient.

157 Alors, vous voyez, s’il peut unir son État et son Ă©glise, alors le cavalier au cheval roux, il va vraiment pouvoir y aller Ă  fond de train. Voyez? C’est sĂ»r! Donc, lĂ , nous voyons le mystĂšre qui se rattache Ă  lui, ici, dans son Ă©glise et son État.

158 Dans la quatriĂšme Ă©tape de son ministĂšre, il s’appelle la bĂȘte. D’abord, il s’appelle l’antichrist, vous voyez; ensuite il s’appelle le faux prophĂšte; puis il s’appelle la bĂȘte. Or nous le voyons ici, qui s’appelle la bĂȘte. Maintenant, j’aimerais vous faire remarquer que ça, c’est aprĂšs le quatriĂšme cheval.

159 Et, dans ce quatriĂšme cheval, si vous remarquez, tous... Le premier Ă©tait blanc; le suivant Ă©tait roux; le suivant Ă©tait noir; et, dans le quatriĂšme, les trois autres Ă©taient reprĂ©sentĂ©s; en effet, la couleur pĂąle, c’est un mĂ©lange de rouge et–et de blanc, et ainsi de suite. Voyez? Il... Ce cheval-lĂ , c’était–c’était un mĂ©lange de tout ça. Voyez? Et lĂ , il est devenu quatre, ou, en fait, c’était trois en un. Et lui, c’était un mĂ©lange de tout ça.

160 Maintenant, je veux vous faire remarquer, ces quatre. Remarquez comme le quatre ne s’aligne pas dans les mathĂ©matiques spirituelles. Dieu est en trois. Ici, on a quatre. Celui-ci, il est en quatre. PremiĂšrement, antichrist, blanc; deuxiĂšmement, faux prophĂšte, roux; troisiĂšmement, vicaire sur les cieux et la terre, et–et sur le purgatoire, noir; quatriĂšmement, la bĂȘte, le cheval de couleur pĂąle, Satan, qui est chassĂ© du Ciel. Vous aimeriez lire ça? Apocalypse 12.13, Satan chassĂ© du Ciel. Ensuite, dans Apocalypse 13.1, 8, il s’incarne, dans la personne de la bĂȘte.

161 D’abord, c’est l’antichrist, seulement–seulement un enseignement appelĂ© le nicolaĂŻsme; ensuite, il se transforme en faux prophĂšte. S’il est antichrist, antichrist, c’est contre. Tout ce qui est contre la Parole de Dieu est contre Dieu, parce que la Parole est Dieu. “Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole a Ă©tĂ© faite chair, Christ, et Elle a habitĂ© parmi nous.” Et, lĂ , il est contre la Parole, donc il est antichrist. Mais on ne peut pas couronner un esprit; c’est pour ça qu’il n’a pas reçu de couronne. Seulement un arc, et pas de flĂšches.

162 Ensuite, quand le temps de son couronnement est arrivĂ©, c’est lĂ  qu’il est devenu le faux prophĂšte de son enseignement antichrist. Vous saisissez? C’est lĂ  qu’il reçoit une Ă©pĂ©e, parce qu’il unit ses pouvoirs. À ce moment-lĂ , il n’a plus rien Ă  demander Ă  personne. Il gouverne l’État; il gouverne le Ciel. Il reçoit une triple couronne. Il se forge un concept appelĂ© “le purgatoire”. Comme ça, si–si les morts qui sont lĂ , quelqu’un a de l’argent et veut payer pour les faire sortir, il peut les faire sortir de lĂ  par des priĂšres. En effet, il a le pouvoir de le faire; il est un vicaire. AssurĂ©ment. “Il prend la place de Dieu sur la terre.” Ça ne peut pas ĂȘtre plus clair!

163 Nous l’avons vu, nous l’avons montrĂ© par la Bible, nous avons calculĂ© les chiffres de son nombre, et tout le reste. Le voilĂ ...?... ici mĂȘme, dans le nombre quatre, pas le nombre trois. Le nombre quatre, vous voyez.

164 Maintenant prenons Apocalypse 12. Lisons donc un petit peu ici, parce que nous–nous avons le temps. Et lisons dans Apocalypse, au–au chapitre 12, et au verset 13. “À cette heure-lĂ , il y eut un grand tremblement de terre...” Non, je n’ai pas–je n’ai pas le bon endroit. Le 13e : Quand le dragon vit qu’il avait Ă©tĂ© prĂ©cipitĂ© sur la terre, il poursuivit la femme qui avait enfantĂ© l’enfant mĂąle.

165 LĂ , vous voyez, il a Ă©tĂ© prĂ©cipitĂ© de la terre, et il s’incarne. Alors que l’esprit antichrist s’incarne dans un homme, cet homme passe par des transformations : d’esprit antichrist Ă  faux prophĂšte, et ensuite, la bĂȘte entre en lui.

166 C’est exactement comme ça que l’Église progresse; son Ă©glise Ă  lui est passĂ©e de–d’antichrist Ă  faux prophĂšte, et, dans le grand Ăąge Ă  venir, la bĂȘte qui doit apparaĂźtre. Et c’est la mĂȘme chose pour l’Église, qui passe par la justification, la sanctification et le baptĂȘme du Saint-Esprit, c’est-Ă -dire Christ, dans les gens, c’est exactement ça. Et lui, c’En est l’antitype, lĂ -bas, le... voyez-vous, il En est le type, plutĂŽt. Et le voilĂ , c’est exactement ça. C’est lui. Il est chassĂ© du Ciel.

167 Maintenant, nous voyons, dans Apocalypse 13.1 Ă  8. Et je me tins sur les sables de la mer. Puis je vis monter de la mer une bĂȘte...

168 Bon, ici en 12, il a Ă©tĂ© chassĂ©. Maintenant regardez bien. ...vis monter de la mer une bĂȘte qui avait dix cornes et sept tĂȘtes, et sur ses cornes dix diadĂšmes, et sur sa tĂȘte des noms de blasphĂšme. La bĂȘte que je vis Ă©tait semblable Ă  un lĂ©opard; ses pieds...

169 Oh, si seulement nous avions le temps, lĂ , nous pourrions passer le reste de la soirĂ©e sur ces symboles-lĂ , et montrer qu’encore lĂ , ça s’applique Ă  lui. Tous, vous le savez presque tous dĂ©jĂ , pour l’avoir entendu dans d’autres leçons. ...Ă©taient... ceux d’un ours, et sa gueule... une gueule de lion. Le dragon lui a donnĂ© sa puissance,... son trĂŽne, et son autoritĂ©.

170 Hum! Satan incarnĂ©. Voyez? Et je vis l’une de ses tĂȘtes comme blessĂ©e Ă  mort;...

171 Et ça continue comme ça, jusqu’au bout, si vous voulez, quand vous le pourrez, lisez-le jusqu’au bout. Non, lisons–lisons donc un peu. Et je vis l’une de ses tĂȘtes comme blessĂ©e... mort; mais sa blessure mortelle fut guĂ©rie. Et toute la terre Ă©tait dans l’admiration derriĂšre la bĂȘte.

172 Regardez bien ça! Ne gardez surtout pas vos yeux fixĂ©s sur le communisme. Ce n’est rien d’autre qu’un outil dans les mains de Dieu, pour vous permettre un jour de, pour “tirer vengeance du sang”, comme nous le verrons demain soir. Voyez? Et ils adorĂšrent le dragon...

173 Le dragon, c’était qui? Satan. Pas vrai? “Le dragon rouge.” Bien. ...parce qu’il avait donnĂ© l’autoritĂ© Ă  la bĂȘte (c’est lĂ  qu’il prend sa puissance, vous voyez) ; et ils adorĂšrent la bĂȘte, en disant : Qui est semblable Ă  la bĂȘte, et qui peut combattre contre elle? Et il lui fut donnĂ© une bouche qui profĂ©rait des paroles arrogantes de blasphĂšme; et il lui fut donnĂ© le pouvoir d’agir pendant quarante-deux mois. Et elle ouvrit sa bouche pour profĂ©rer des blasphĂšmes contre Dieu (Et voilĂ , vous voyez. Bien.) , pour blasphĂ©mer son nom (lui donner un titre) ,... son tabernacle (qui est la demeure du Saint-Esprit) ,...

174 D’en faire un lieu qui se trouve Ă  Rome, une CitĂ© du Vatican. Et on pourrait continuer, comme ça : ...et ceux qui habitent dans le ciel.

175 Il a blasphĂ©mĂ© contre eux, en disant que c’étaient des intercesseurs. Et il lui fut donnĂ© de faire la guerre aux saints (et il l’a fait) , et de les vaincre (il l’a fait) ...

176 Il les a brûlés sur le bûcher! Il les a donnés en pùture aux lions! Et il les a fait mourir de toutes les maniÚres possibles! ...Et il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation.

177 Mais Rome n’en est venue lĂ  que lorsque la Rome paĂŻenne est devenue la Rome papale, et que la puissance catholique s’est Ă©tendue dans le monde entier pour former l’église catholique universelle. Et tous les habitants de la terre l’adoreront, ceux dont le nom n’a pas Ă©tĂ© Ă©crit dans le livre...

178 “Ne touche pas Ă  Mon Huile et Ă  Mon vin!” Voyez? Et tous les habitants de la terre l’adoreront, ceux dont le nom n’a pas Ă©tĂ© Ă©crit dans le livre de vie de l’Agneau immolĂ© dĂšs la fondation du monde. Si quelqu’un a des oreilles, qu’il entende. Si quelqu’un mĂšne en captivitĂ©, il ira en captivitĂ©; si quelqu’un tue par l’épĂ©e, il faut qu’il soit tuĂ© par l’épĂ©e. C’est ici la persĂ©vĂ©rance et la foi des saints.

179 Bon, hier soir, nous l’avons vu venir avec sa grande Ă©pĂ©e, pour tuer.

180 Nous voyons qu’il se fait tuer par l’épĂ©e aussi, par l’épĂ©e de la Parole. La Parole de Dieu, cette Ă©pĂ©e pĂ©nĂ©trante, Ă  deux tranchants, elle le tue, elle le jette Ă  terre. Attendez que ces Sept Tonnerres fassent entendre Leurs voix, de ce groupe qui peut vraiment prendre la Parole de Dieu et La manier, lĂ , Elle va trancher et couper. Et ils peuvent fermer les cieux. Ils peuvent fermer ceci, ou faire cela, faire tout ce qu’ils veulent. Gloire! Il sera tuĂ© par la Parole qui sort de Sa bouche, qui est plus tranchante qu’une Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants. Ils pourraient faire apparaĂźtre cent milliards de tonnes de mouches s’ils le voulaient. Amen. Tout ce qu’ils vont dire, ça va arriver, parce que C’est la Parole de Dieu, qui sort de la bouche de Dieu. Oui. Amen. Dieu se sert toujours, C’est Sa Parole, mais Il se sert toujours de l’homme pour La faire agir.

181 Dieu aurait pu ordonner que les mouches apparaissent en Égypte, mais Il a dit : “Moïse, ça, c’est ton travail. Je vais juste te dire quoi faire, et toi, fais-le.” Il l’a pleinement accompli. Voyez? Il–Il aurait pu choisir de les faire apparaütre par le–le soleil, Il aurait pu faire que ce soit la lune qui les fasse apparaütre, ou que le vent le fasse. Seulement Il–Il a dit : “Moïse.” Ça, ça... Il a choisi Son homme. Trùs bien.

182 Maintenant nous voyons ici que ce Satan, aprĂšs avoir Ă©tĂ© chassĂ© du Ciel, il s’incarne dans la bĂȘte. Et lĂ  il est une bĂȘte; antichrist, faux prophĂšte, et lĂ , la bĂȘte. Et il se fait appeler la mort! Et le sĂ©jour des morts l’accompagne! Satan Ă  part entiĂšre, sur son trĂŽne! Oh! la la! Sur la terre, c’est le reprĂ©sentant de Satan; sur la terre, alors qu’il est maintenant Ă  la tĂȘte des royaumes du monde, de ces mĂȘmes royaumes qu’il a offerts au Seigneur JĂ©sus dans Matthieu 4. Maintenant Satan devient roi Ă  part entiĂšre.

183 Or, ça, c’est pour plus tard. En ce moment, il est un faux prophĂšte. Il deviendra la bĂȘte au bout d’un certain temps, quand il rompra son alliance avec les Juifs. Vous le savez, nous en avons... Bien, maintenant, remarquez, Ă  ce moment-lĂ , il lui sera donnĂ© un coeur de bĂȘte, et Satan s’incarnera. En effet, quand l’Église monte, Satan est prĂ©cipitĂ©. Voyez? Voyez? Alors c’est terminĂ©, toutes ses accusations, c’est terminĂ©. Voyez? Or, tant que...

184 Regardez, tant que l’Intercesseur est encore sur le TrĂŽne, Satan peut se tenir lĂ  et faire ses accusations, parce qu’il est l’avocat de l’autre partie. Il est l’adversaire de Christ. Et Christ est... Il est lĂ , le–le–l’adversaire est lĂ , et il dit : “Mais attends! Adam est tombĂ©! Adam a fait ceci! Je l’ai vaincu. J’ai rĂ©ussi Ă  faire croire un mensonge Ă  sa femme. Et Tu as dit qu’elle serait damnĂ©e Ă  cause de ça. J’ai rĂ©ussi!”

185 Mais il y a le Médiateur qui est là, amen, le Parent Rédempteur, amen, Il est là, avec ce Sang qui peut transformer le coeur du plus vil pécheur. Le Médiateur est sur le TrÎne. Oui monsieur.
Satan a dit : “Mais ils sont coupables!”
Il peut dire : “Non!”

186 L’eau de Javel, ils l’ont inventĂ©e, ou fabriquĂ©e, pour dĂ©tacher, pour dĂ©colorer de l’encre ou n’importe quelle autre tache. Ils ont ce produit. Il va dĂ©composer les taches, au point qu’on ne peut mĂȘme plus les retrouver. Elles redeviennent des gaz, et elles remontent mĂȘme jusqu’à la lumiĂšre cosmique. Et encore plus loin que les molĂ©cules et tout le reste, si bien qu’elles retournent Ă  leur origine, d’oĂč elles sont venues. C’est une crĂ©ation. Ça doit... Une crĂ©ation, ça doit venir d’un CrĂ©ateur. Mais tous les composants chimiques qui sont entrĂ©s dans sa fabrication, ils se sont dĂ©faits, c’est aussi simple que ça. Il n’en reste plus rien. Jusqu’aux–jusqu’aux Ă©lĂ©ments mĂȘmes de l’eau, les cendres, qui vont se mĂ©langer Ă  l’eau de Javel.

187 Amen! Gloire Ă  Dieu! Tout est propre. C’est ce que le Sang de JĂ©sus-Christ fait pour le vĂ©ritable enfant de Dieu, quand il confesse son pĂ©chĂ©, et qu’il se tient lĂ , justifiĂ©, dans Son... Oh, misĂ©ricorde! Et c’est tellement glorieux que Dieu a dit : “Je ne m’en souviens mĂȘme plus! Il est incontestablement Mon fils.”

188 “En vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, si vous dites Ă  cette montagne : ‘Ôte-toi de là’, et que vous ne doutez pas dans votre coeur, mais que vous croyez en ce que vous avez dit, vous... cela arrivera. Ce que vous aurez dit vous sera fait.” Vous ĂȘtes un fils rachetĂ©. Amen! Et je sais que c’est vrai.

189 J’ai vu apparaĂźtre des Ă©cureuils lĂ -bas, Ă  six reprises diffĂ©rentes, alors que je ne savais pas qu’aucun d’eux serait lĂ . Il peut crĂ©er des Ă©cureuils aussi bien qu’Il peut crĂ©er des mouches, des grenouilles ou n’importe quoi. Il–Il est Dieu, le CrĂ©ateur. Exact! Et alors qu’aucun ĂȘtre mortel...

190 Mais, quand le pĂ©chĂ© de cet ĂȘtre mortel est confessĂ© et plongĂ© dans cette eau de Javel, du dĂ©colorant de JĂ©sus-Christ, Celui-ci blanchit de tout pĂ©chĂ©. Il est purement et parfaitement sans pĂ©chĂ©, sans faute. “Celui qui est nĂ© de Dieu ne commet pas le pĂ©chĂ©, parce qu’il ne peut pas pĂ©cher.” Le dĂ©colorant est lĂ , entre lui et Dieu. Comment pourrait-il se rendre jusque-lĂ , alors qu’il le dĂ©compose et le renvoie directement Ă  celui qui est responsable de la perversion! Amen!

191 Fiou! Je me sens religieux. Je–je vous le dis, la stimulation me gagne, lĂ , Ă  mesure que la rĂ©vĂ©lation s’ouvre.

192 Remarquez : Satan Ă  part entiĂšre, sur son trĂŽne. Oui monsieur. Il l’a offert Ă  Dieu, il l’a offert Ă  notre Seigneur. Et le voici, assis lĂ , avec ce coeur de bĂȘte en lui. Maintenant, voilĂ  la personne, la bĂȘte, le diable incarnĂ©. Il se prĂ©sente ici sur la terre, en prĂ©tendant faussement, – oh, misĂ©ricorde! – en prĂ©tendant faussement avoir la vraie Parole; il s’associe Ă  la Parole.

193 Il a fait exactement la mĂȘme chose que son–que son type avait fait, c’est-Ă -dire Judas, il y a deux mille ans. Qu’est-ce qu’il avait fait? Judas s’est introduit, en se faisant passer pour croyant, alors qu’il Ă©tait un dĂ©mon dĂšs le commencement. “Il est nĂ© fils de la perdition.” JĂ©sus ne s’est pas laissĂ© prendre Ă  son jeu, parce qu’Il le connaissait depuis le commencement; amen, en effet, Il Ă©tait la Parole. TrĂšs bien. Et, souvenez-vous, Judas a pris le poste de trĂ©sorier, et l’argent a causĂ© sa chute.

194 C’est pareil pour l’église d’aujourd’hui! L’église catholique, comme nous l’avons vu hier soir, elle faisait payer les neuvaines, elle faisait payer les priĂšres, elle faisait tout payer. C ‘est presque la mĂȘme chose, la mĂȘme chose qui est arrivĂ©e aux filles de l’église catholique, les Ă©glises protestantes. Tout se rĂ©sume Ă  une question d’argent. C’est ce qui a causĂ© la chute de Judas, c’est ce qui a causĂ© sa chute Ă  lui, et c’est ce qui cause la chute des protestants.

195 Regardez bien, il monte un cheval de couleur pĂąle, alors qu’il arrive pour sa chevauchĂ©e, cette derniĂšre chevauchĂ©e. C’est sa derniĂšre, lĂ . Or ça, ça n’arrivera pas dans notre jour. Ce sera plus tard. C’est le Sceau, annoncĂ© d’avance. En effet, vous voyez, l’Église aura dĂ©jĂ  Ă©tĂ© enlevĂ©e quand ceci arrivera. Quand Christ apparaĂźtra ici sur la terre, comme–comme–comme... Cet individu apparaĂźt, et il devient complĂštement, complĂštement le diable : Ă  partir d’antichrist, tout le long, en passant par faux prophĂšte, pour ensuite entrer dans la bĂȘte, le diable lui-mĂȘme. Et il monte un cheval de couleur pĂąle, de toutes sortes de couleurs mĂ©langĂ©es, qui lui donnent cette couleur pĂąle, cette couleur de mort.

196 Mais quand notre Seigneur apparaĂźtra ici sur la terre, Il montera un cheval blanc comme neige, et Il sera complĂštement et entiĂšrement l’Emmanuel, la Parole de Dieu incarnĂ©e dans un Homme. Voyez? VoilĂ  Ă  quel point ils sont diffĂ©rents. VoilĂ  la diffĂ©rence qu’il y a entre eux.

197 Remarquez, l’antichrist monte un cheval de couleur pĂąle, aux couleurs mĂ©langĂ©es. Un cheval est un animal, ce qui reprĂ©sente une puissance. Sa puissance est toute mĂ©langĂ©e. Comment ça? Il y a la politique, il y a–il y a les puissances nationales, il y a les puissances religieuses, il y a les puissances dĂ©moniaques. Il y a toutes sortes de puissances mĂ©langĂ©es, c’était un cheval de couleur pĂąle, aux couleurs mĂ©langĂ©es. Il possĂšde toutes sortes de puissances.

198 Mais quand JĂ©sus arrive, c’est sur un cheval d’une seule couleur : la Parole. Amen!

199 L’autre, il mĂ©lange ses couleurs, le rouge, le blanc, le noir; trois couleurs dans une, reprĂ©sentĂ©es dans une. Et trois puissances reprĂ©sentĂ©es dans une : le cheval blanc, le cheval noir, le cheval roux. Et trois couronnes dans une. Voyez? Certainement.

200 Je l’ai vue moi-mĂȘme, cette couronne; je n’en Ă©tais, oh, pas plus loin que ça, et je l’ai examinĂ©e. Je n’ai pas pu y toucher, parce que c’était vitrĂ©. Et, donc, elle Ă©tait lĂ , c’était fermĂ© Ă  clĂ©, dans une vitrine : la triple couronne. Alors, je sais que c’est la vĂ©ritĂ©. Oui. Donc, il Ă©tait lĂ , avec sa triple couronne, vicaire : sur le Ciel, sur le purgatoire et sur la terre.

201 Trois puissances rĂ©unies, vous voyez, et dont le mĂ©lange donnait une couleur, pĂąle. Tout cela parlait de la mort; les puissances politiques, et–et religieuses, et–et dĂ©moniaques, mĂ©langĂ©es. La politique, Satan, c’est le roi de la politique. Intelligent! Fiou! C’est sĂ»r. N’essayez pas d’ĂȘtre plus malin que lui. Faites simplement–simplement confiance au Seigneur. C’est tout.

202 Comme j’ai dĂ©jĂ  dit tout cela. Toutes ces choses, l’intelligence, l’instruction, et tout, ça vient du mauvais cĂŽtĂ©. Observez cela tout le long des Écritures, et voyez si ce n’est pas vrai. Observez la lignĂ©e des enfants de CaĂŻn, et voyez ce qu’ils sont devenus. Ensuite observez la lignĂ©e des enfants de Seth, et voyez ce qu’ils Ă©taient. Ce n’est pas que j’encourage l’ignorance, pas du tout. Non monsieur. Mais prenez presque tous les personnages de la Bible, il est trĂšs rare...

203 Il y en a eu un, du nom de Paul, qui Ă©tait un homme intelligent, et il a dit qu’il avait dĂ» oublier tout ce qu’il savait, pour connaĂźtre Christ. Il a dit : “Je ne suis pas venu vers vous avec les discours persuasifs de la sagesse, mais je suis venu vers vous avec la Puissance de la rĂ©surrection de Christ.” C’est exact, la Puissance du Saint-Esprit!

204 Regardez les autres. Certains d’entre eux ne savaient mĂȘme pas distinguer leur droite de leur gauche. Et–et, oh, remontez Ă  l’époque des prophĂštes, et voyez d’oĂč ils venaient, et tout. Vous voyez ce que je veux dire?

205 Vous voyez, eux, ce sont les intelligents, les intellectuels, la sagesse. La sagesse, c’est prĂ©cisĂ©ment la chose mĂȘme qui vous Ă©loigne de Dieu.

206 Il avait trois puissances, ou trois–trois juridictions : la terre, le Ciel et le purgatoire.

207 Il est lui-mĂȘme une trinitĂ©. C’est ce qui le constitue. Et il chevauche dans une trinitĂ©. Sa puissance est dans une trinitĂ©. Sa couronne est dans une trinitĂ©. Son cheval est dans une trinitĂ©. C’est ce qu’il est, une trinitĂ©; une trinitĂ© dans sa puissance, une trinitĂ© dans sa couronne, une trinitĂ© dans sa chevauchĂ©e, c’est-Ă -dire dans ses fonctions; encore un quatre, voyez-vous, encore un quatre. Bien.

208 Les trois Ă©tapes de son ministĂšre font de lui une personne, Satan incarnĂ©. Les trois Ă©tapes du mini-... antichrist, faux prophĂšte et bĂȘte. Ces trois-lĂ , qui sont des types, vous voyez. Maintenant, il y a trois types, lĂ , voilĂ  ce qui le constitue.

209 Dieu–Dieu aussi Se fait connaĂźtre, dans l’eau, le Sang et l’Esprit; ce qui fait d’un ChrĂ©tien un fils de Dieu, par la Parole de Dieu. Voyez? Et ces trois puissances-lĂ  font de lui un diable. Voyez? Oh, Ceci, ici, c’est l’eau, le Sang et l’Esprit, qui viennent de Dieu. Et lĂ , c’est la politique, la religion et la puissance dĂ©moniaque, mĂ©langĂ©es, qui font de lui le diable.

210 La premiĂšre venue de Christ, en tant que mortel. Il vient trois fois. Christ est en trois. Voyez? (Regardez comment il vient; lui, c’est en quatre.) Observez Christ. À Sa premiĂšre venue, Il est venu en tant que mortel, pour verser Son Sang et mourir. Pas vrai? Ça, c’est Sa premiĂšre venue. La deuxiĂšme venue, c’est l’EnlĂšvement; nous Le rencontrons dans les cieux, immortel. À Sa troisiĂšme venue, Il est le Dieu incarnĂ©. Amen! [FrĂšre Branham tape une fois dans ses mains.–N.D.É.] Dieu, Emmanuel, pour rĂ©gner sur la terre! C’est exact, trois seulement.

211 La quatriĂšme Ă©tape du cavalier, regardez bien. La quatriĂšme Ă©tape de ce cavalier est appelĂ©e la mort. La mort, ça veut dire la “sĂ©paration Éternelle d’avec Dieu”. C’est ce que la mort veut dire, d’ĂȘtre sĂ©parĂ© Éternellement de Dieu.

212 Maintenant, si nous avons dĂ©fini cet individu, Ă©coutez, si nous avons montrĂ©, par la Bible, qui est cet individu; et nous avons mĂȘme examinĂ© les collines, l’endroit, partout, nous avons dĂ©cortiquĂ© tout ça, dans les dĂ©tails. Et maintenant, l’aigle lui donne le nom de “la mort”. C’est le nom qu’Il lui donne. Souvenez-vous, lĂ , vous voyez, la mort, c’est la sĂ©paration Éternelle.

213 Souvenez-vous, les saints ne meurent pas. Ils dorment, ils ne meurent pas. “Celui qui Ă©coute Mes Paroles, et qui croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ©, a la Vie Éternelle.” C’est exact. “Il ne vient pas en jugement, il est passĂ© de la mort Ă  la Vie. Je suis la rĂ©surrection et la Vie”, a dit JĂ©sus. “Celui qui croit en Moi vivra, quand mĂȘme il serait mort; et quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais.” Lazare, mort? “Il dort.”

214 “Ne craignez pas, la jeune fille n’est pas morte, mais elle dort.” Ils se sont moquĂ©s de Lui. Pas vrai? Oh! la la! Vous voyez, les saints ne meurent pas.

215 C’est la sĂ©paration d’avec Dieu qui est la mort, la mort Éternelle. Et cet homme-lĂ , il se nomme “la mort”, alors, tenez-vous loin de lui. Qu’est-ce qu’il est? Un systĂšme organisĂ©, un systĂšme d’organisation; le premier, l’église organisĂ©e numĂ©ro un, quand il a adoptĂ© le–l’entendement de Constantin, au concile de NicĂ©e.

216 Nous avons parlĂ© des femmes hier soir, et nous avons montrĂ© qu’Ève, la premiĂšre Ă©pouse, avant mĂȘme que son mari ne soit venu vers elle, elle est tombĂ©e, parce qu’elle n’a pas cru la Parole de Dieu, en Éden. L’épouse spirituelle, qui est nĂ©e de Christ le Jour de la PentecĂŽte, avant qu’il puisse venir vers elle, qu’est-ce qui s’est passĂ©? Elle est tombĂ©e, Ă  Rome. Qu’est-ce? Elle a renoncĂ© Ă  sa vertu, la Parole, pour prendre des dogmes. Amen. Oh! la la!

217 Je–je–je sens encore la stimulation qui commence Ă  me gagner, oui monsieur, de penser que cela... Je ne fais pas exprĂšs de me conduire comme un insensĂ©. Je ne fais pas exprĂšs. Mais c’est simplement que je... Vous ne vous rendez pas compte de l’effet que cela a sur moi. Ça fait quatre jours que je suis lĂ -dedans. Simplement... et il faut simplement que je dise quelque chose pour me ramener un peu sur terre. Vous savez ce que je veux dire. Oui. Bien. Quand je me mets Ă  parler comme ça, je vois apparaĂźtre des visions un peu partout. C’est vrai. Vous voyez, c’est pour ça que je dis quelque chose pour me ramener, pour me sortir de lĂ . Voyez?

218 Avez-vous dĂ©jĂ  remarquĂ© ce que je fais quand j’ai une ligne de discernement? Je dis quelque chose qui fait rire les gens; ensuite je dis quelque chose qui les fait pleurer; ensuite je dis quelque chose qui les met en colĂšre. Il y a quelque chose que je suis en train d’observer. Et je dis quelque chose pour voir quel effet ça produit, alors je peux voir la sorte de lumiĂšre qu’il y a sur eux, ce qui se passe. Je sais de quoi il s’agit, et je sais s’Il appelle ou non. Si non,... Si c’est un croyant authentique qui est assis lĂ , alors, d’accord. Alors vous les appelez, et vous dites : “Vous, Untel.”

219 Et, quand vous entrez dans l’Esprit, qu’Il commence Ă  oindre, alors vous vous mettez Ă  voir des Ă©clats de lumiĂšre surgir de tous cĂŽtĂ©s, voyez-vous, comme ça, partout, partout dans la salle. Alors, c’est pour ça que je dis quelque chose, pour me ramener un peu, pour recommencer, vous voyez.

220 Depuis dimanche dernier, je reste assis là dans une piùce, à prier, c’est tout, et sous l’onction. Et je sais que Ceci, c’est vrai. Vous croyez Dieu. Je le sais. Attendez un peu qu’on arrive à la fin de la semaine. Oui. Voyez? Voyez? Bien. Voyez?

221 Donc, la mort, ça veut dire la sĂ©paration Éternelle d’avec Dieu. Et, souvenez-vous, lĂ , les saints ne meurent pas.

222 Souvenez-vous, son Ă©pouse a reçu un cheval de couleur pĂąle... je veux dire, ce cavalier a reçu un cheval de couleur pĂąle, comme–comme monture. Il a reçu ce–ce cheval de couleur pĂąle, comme monture. Il montait ce cheval de couleur pĂąle, la mort. Or nous savons ce que c’était, ça. Nous savons de quelle Ă©glise il s’agissait lĂ .

223 Et souvenez-vous d’hier soir : elle Ă©tait non seulement une prostituĂ©e, mais elle Ă©tait “la mĂšre des prostituĂ©es”.

224 Et nous avons vu que ce qui faisait d’elle une prostituĂ©e, c’était, une femme qui Ă©tait cette sorte de femme lĂ ... Je... C’est direct comme terme Ă  employer parmi un auditoire mixte. Mais c’est la Bible qui le dit, vous voyez. Alors, donc, nous savons que ça, c’est une–c’est une femme qui est infidĂšle Ă  ses voeux de mariage. Et, vous voyez, elle est censĂ©e ĂȘtre, elle se dit, elle se donne le nom de “la Reine du Ciel”. (Ce serait alors l’Épouse de Dieu. Dieu, c’est Christ.) Et nous avons vu qu’elle commet fornication, et qu’elle entraĂźne dans la fornication les rois de la terre, et tous les riches, et tous les grands. La terre entiĂšre lui a fait la cour. Voyez?

225 Ensuite nous avons vu qu’elle a produit des filles, et c’étaient des impudiques. Une impudique, qu’est-ce que c’est, sinon une prostituĂ©e, la mĂȘme chose; une fornicatrice, les fornications, le mal, les adultĂšres, se livrant Ă  cela. Qu’est-ce qu’elles ont fait? Elles se sont organisĂ©es en systĂšme, elles ont enseignĂ© des systĂšmes faits de main d’homme, les pentecĂŽtistes et toutes les autres!

226 Maintenant, ne mettez pas votre–votre conscience dans votre poche, vous, les pentecîtistes. Laissez-moi vous dire quelque chose. Regardons les choses bien en face. L’heure est trop tardive maintenant, pour prendre des gants blancs. Regardez bien, là.

227 Nous vivons dans l’Âge de l’Église de LaodicĂ©e. Et cet Ăąge de l’église, c’était le plus ridicule d’entre tous, un Ăąge de tiĂ©deur, et le seul oĂč Christ Ă©tait Ă  l’extĂ©rieur, cherchant Ă  rentrer. Et voilĂ  le message pentecĂŽtiste qui est proclamĂ©, ils disent : “Je suis riche!” Ah, tu Ă©tais pauvre avant. Maintenant tu t’es vraiment enrichi, tu vois. “Je n’ai besoin de rien!” Et–et, oh, tout ce que tu Ă©tais!

228 Il a dit : “Tu es nu, misĂ©rable, aveugle, pauvre, malheureux, et tu ne le sais mĂȘme pas.”

229 Maintenant, si un homme Ă©tait nu, lĂ  dans la rue, et qu’il le sache, eh bien, il essaierait de se sortir de lĂ . Mais quand il–quand il ne le sait pas, et que vous ne pouvez pas lui faire entendre raison, lĂ  il est vraiment mal en point. Que Dieu ait pitiĂ© de lui. C’est vrai. Remarquez. Oh! la la!

230 Maintenant, souvenez-vous, comme cet antichrist, lui-mĂȘme, c’est l’homme; son Ă©pouse, c’est-Ă -dire son Ă©glise, “il lui a Ă©tĂ© donnĂ© du temps, pour qu’elle se repente, et elle ne s’est pas repentie”, dans cet Ăąge de l’église de Thyatire. Vous vous en souvenez? Pouvez-vous...

231 Eh bien, revenons-y un instant. Ça ne nous nuira pas d’y revenir un instant. Revenons-y, au chapitre 2, un instant. On va juste le lire, au chapitre 2 de... donc, Thyatire. Maintenant regardez bien ça, on va faire vite, lĂ . Oh! la la! c’est bientĂŽt l’heure de terminer, et on n’a pas encore commencĂ©. Mais, remarquez, Thyatire. Bon, ça commence au verset 18 du–du chapitre 2. Écris Ă  l’ange (c’est-Ă -dire au messager) de l’Église de Thyatire : Voici ce que dit le Fils de Dieu, celui qui a les yeux comme des flammes... et dont les pieds sont semblables Ă  de l’airain ardent : Je connais tes oeuvres, ton amour, ta foi, ton fidĂšle service, ta constance, et tes derniĂšres oeuvres que tu as plus nombreuses que les... et tes derniĂšres oeuvres plus nombreuses que les premiĂšres. Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses la femme JĂ©zabel,...

232 VoilĂ . Vous la connaissez, dans la Bible. C’était l’épouse d’Achab. Et voici la femme, l’église, JĂ©zabel, l’épouse du faux prophĂšte qui est soi-disant le vĂ©ritable prophĂšte de Dieu, le pape; exact, le vĂ©ritable prophĂšte et son Ă©pouse, JĂ©zabel. Or Achab Ă©tait soi-disant un Juif vĂ©ritable, mais c’était un vaurien, vous le savez, parce que sa femme le menait par le bout du nez. Nous voyons que JĂ©zabel se sert de son argent pour mener ceux-ci par le bout du nez, aussi. ...qui se dit prophĂ©tesse (vous saisissez?) , enseigner et subjuguer mes serviteurs (vous voyez, cet enseignement de JĂ©zabel a littĂ©ralement sillonnĂ© le pays) , pour qu’ils se livrent aux fornications et qu’ils mangent des viandes sacrifiĂ©es aux idoles. Je lui ai donnĂ© du temps, afin qu’elle se repentĂźt (voyez?) , et elle ne veut pas se repentir de son impudicitĂ©.

233 Écoutez bien le verset suivant. ...je vais la jeter sur un lit (c’est l’enfer) , et envoyer de grandes tribulations à ceux qui commettent adultùre avec elle... (C’est-à-dire qu’ils iront dans la grande Tribulation. Mais pas l’Église, là.) ... à moins qu’ils ne se repentent de leurs oeuvres.

234 Maintenant, attention, ici. Je ferai mourir de mort ses enfants (ses prostituées, de mort spirituelle) ;...

235 Le croyez-vous? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] C’est la Parole. “Je les ferai mourir de mort.” Et s’ils sont mis Ă  morts, ils sont sĂ©parĂ©s Éternellement. Bien. Souvenez-vous, Il lui a donnĂ© du temps, pour qu’elle se repente.

236 L’ñge de Thyatire, c’était l’ñge des tĂ©nĂšbres. C’était l’époque de la chevauchĂ©e du cavalier au cheval sombre, alors qu’il fallait payer toutes les messes et tout, les priĂšres, et–et les neuvaines, et tout le reste. Maintenant, vous voyez, de son cheval noir, lĂ , aprĂšs avoir refusĂ© de se repentir, dans l’ñge de Thyatire, alors (quoi?) il change de monture, du cheval noir sur celui d’une couleur pĂąle, la mort, pour son dernier ministĂšre.

237 Maintenant, je vais me permettre ici de secouer un peu chacun, individuellement. Si vous refusez Dieu, si vous refusez l’appel de Dieu, un de ces jours vous le ferez pour la derniĂšre fois. Alors, comme ça s’est passĂ© pour cette Ă©glise-lĂ , ce sera terminĂ©. Dieu, Sa patience, Il ne contestera pas toujours avec l’homme. Voyez?

238 Et, aprĂšs avoir refusĂ© Cela, et refusĂ© de L’accepter, alors elle a changĂ©, et elle... LĂ , elle a un nom, c’est “la mort”, la sĂ©paration. Dieu a dit : “Je vais mĂȘme prendre ses enfants, les protestants, et Je vais tous les faire mourir de sĂ©paration Éternelle.” VoilĂ , l’Âge de Thyatire, l’ñge des tĂ©nĂšbres. Son cheval noir devient alors la mort, pour son dernier ministĂšre.

239 Vous voyez comme les Âges de l’Église s’harmonisent bien avec les Sceaux? Absolument parfait. Alors nous savons que C’est juste. Le Saint-Esprit ne fait pas d’erreur. Il nous a donnĂ© une glorieuse confirmation, la derniĂšre fois, quand on a terminĂ© les Âges de l’Église, lĂ , vous savez.

240 Voyez comme la patience de Dieu reflĂšte Son amour! Avant de prononcer un jugement sur elle, Il lui a donnĂ© du temps, pour qu’elle se repente. Et c’est au Nom du Seigneur que je dis ceci : Il en a donnĂ© Ă  l’église protestante aussi, et elle refuse de se repentir. La secousse du Message s’est fait sentir partout, et elle refuse de se repentir. Elle va garder ses propres dogmes et ses propres crĂ©dos, peu importe combien vous Le lui expliquez.

241 Comme je l’ai dit l’autre jour, Ă  Chicago, devant plus de prĂ©dicateurs qu’il y a de gens assis ici! Ils m’avaient fait venir lĂ , pour me coincer sur la Doctrine, la semence du serpent, et tout le reste. J’ai dit : “Que quelqu’un prenne donc sa Bible et vienne se placer Ă  cĂŽtĂ© de moi, dans ce cas-lĂ .” Et personne n’a dit un mot.

242 Tommy Hicks a dit : “Je–je ne L’avais jamais compris comme ça avant, FrĂšre Branham. Je veux trois cents copies de cette bande. Je vais en envoyer Ă  tous mes prĂ©dicateurs.”

243 À peu prĂšs cinquante ou soixante-quinze d’entre eux avaient dit : “Je vais aller chez vous me faire rebaptiser.” Est-ce qu’ils sont venus? Pas un seul. Pourquoi? Il leur a donnĂ© du temps, pour qu’ils se repentent! Et Il livrera ses enfants Ă  la mort, Ă  la mort spirituelle.

244 On reprendra ça demain soir, si le Seigneur le veut, ou, samedi soir, quand on parlera des FlĂ©aux qui vont ĂȘtre dĂ©versĂ©s. Vous allez voir ce qui va se passer lĂ .

245 Comme Il l’avait fait pour l’Égypte, Il avait donnĂ© Ă  l’Égypte du temps, pour qu’elle se repente. Et la derniĂšre plaie, c’était quoi? C’était la mort.

246 C’est la derniĂšre plaie qui s’est abattue sur l’église pentecĂŽtiste : la mort spirituelle. Elle est morte. Je le dis au Nom du Seigneur. Elle est morte spirituellement. Il lui a donnĂ© du temps, pour qu’elle se repente, et elle a rejetĂ© Cela. Maintenant elle est morte. Elle ne se relĂšvera jamais.

247 Et ces gens qui essaient de faire entrer les Ă©piscopaux, les prĂȘtres, et tout, et qui les appellent “le saint PĂšre Untel”. Voyons, ils devraient avoir honte. Comment peut-on ĂȘtre aveugle Ă  ce point-lĂ ? Est-ce que JĂ©sus ne l’a pas dit? Quand cette vierge endormie est venue acheter de l’Huile, elle n’En a pas eu!

248 Tout le monde, on les entend, les gens, ils disent : “J’ai reçu le Saint-Esprit. J’ai parlĂ© en langues.” Mais ils ne veulent pas frĂ©quenter une Ă©glise comme celle-ci. “Oh, vous savez, je ne crois pas que j’aimerais frĂ©quenter ce genre d’endroit lĂ .” Et vous dites que vous avez le Saint-Esprit?

249 Mais vous voulez garder votre dĂ©corum. Vous voulez rester dans Babylone, et quand mĂȘme jouir des bĂ©nĂ©dictions du Ciel. Vous devez faire votre choix. Vous ne pouvez pas rester lĂ -bas dans le monde et servir Dieu en mĂȘme temps. JĂ©sus a dit que vous ne pouvez pas servir Dieu et Mammon. Alors, si vous ne vous attendez pas...

250 Si vous ĂȘtes vraiment sauvĂ©, vous aimerez ĂȘtre Ă  des rĂ©unions oĂč le Saint-Esprit Se confirme et montre que la Parole de Dieu est vraie.

251 Quelqu’un disait : “Les gens font trop de bruit. Ça m’énerve!” Vous allez ĂȘtre Ă  bout de nerfs alors, si vous allez au Ciel. Pensez-y : quand ils seront tous lĂ -haut, alors qu’est-ce que ça va ĂȘtre? Oh! la la! Combien le Seigneur veut arriver Ă ...

252 Il est patient, comme Il l’a Ă©tĂ© aux jours de NoĂ©. Il s’est donnĂ© beaucoup de peine. Il a usĂ© de patience, pendant cent vingt ans, pour les amener Ă  la repentance. Ils ont refusĂ© de se repentir.

253 Aux jours de l’Égypte, Il a envoyĂ© des plaies et tout le reste. Ils ont refusĂ© de se repentir.
Il a envoyé Jean. Ils ont refusé de revenir.

254 Il a envoyé Jésus mourir, pour sauver le groupe de tous ceux qui écouteraient la Parole.

255 Et maintenant, dans les derniers jours, Il a encore promis d’envoyer un Message pour L’appeler Ă  sortir, et pour La ramener Ă  la Foi originelle, La ramener Ă  la Parole. Et ils refusent de L’accepter. Ils sont tellement dogmatiques, avec leurs dogmes et leurs crĂ©dos, qu’ils n’En veulent pas. Oh, ils s’imaginent que s’ils avaient... que si un Ange descendait; mais Dieu ne fait pas ça.

256 Il prend un ignorant, un imbĂ©cile, quelqu’un qui ne sait mĂȘme pas son alphabet ni–ni rien, ou c’est tout juste. Et donc, c’est ce genre de personne lĂ  qu’Il prend, parce qu’Il peut prendre quelque chose qui n’est rien, et puis agir Ă  travers. Tant qu’on s’imagine ĂȘtre quelque chose, alors il n’y a rien Ă  faire avec ça. Il a toujours agi ainsi. Il vous faut devenir un rien du tout, pour devenir quelqu’un avec Dieu. Oh! la la!

257 Remarquez, encore lĂ  : “Il lui a donnĂ© du temps pour qu’elle se repente, mais elle ne s’est pas repentie.”

258 Il l’a fait de nouveau; elle refuse toujours. Son rejet, un moyen, fait d’elle... Ou, son rejet offre Ă  Satan le moyen parfait d’entrer en elle, et de s’incarner. C’est vrai. De s’incarner directement en elle, parce qu’elle a rejetĂ© la Parole. Et c’est exactement comme ça que l’église protestante devient une prostituĂ©e, c’est parce qu’elle rejette la VĂ©ritĂ© confirmĂ©e de la Parole de Dieu. Et c’est ce qui fournit au diable le moyen d’entrer et de s’incarner. Et il fera une image Ă  la bĂȘte, lors de cette union, lĂ -bas, lĂ , et ça se passe exactement comme Il l’avait dit. C’est exact. Amen.

259 Si j’avais de l’instruction, je pourrais faire ressortir Cela. Je n’ai pas d’instruction. Je compte seulement sur le Saint-Esprit, pour qu’Il vous Le rĂ©vĂšle. Et Il le fera, Ă  ceux qui... C’est vrai. Il le fera. Oui. Remarquez.

260 Regardez de quelle façon, ce qu’elle a fait, lĂ . Elle a rejetĂ© le Message de Dieu, qui l’appelait Ă  la repentance. Elle a commencĂ© comme antichrist, et c’est ce qu’elle Ă©tait. Elle s’est transformĂ©e en faux prophĂšte, en dĂ©mon incarnĂ©, et, Ă  ce moment-lĂ , par son faux enseignement. Et puis, malgrĂ© tout ça, Dieu lui a donnĂ© du temps pour qu’elle se repente, Il a essayĂ© de l’amener Ă  Lui.

261 Vous voyez comme Il est patient? Quel amour merveilleux! C’est un amour incomparable! Voyez, mĂȘme ceux qui Lui ont crachĂ© au visage, et tout, Il leur a pardonnĂ©. C’est Dieu, ça, vous voyez. Ne...

262 Elle rejette le Message de Dieu! Regardez, il lui a Ă©tĂ© demandĂ© de se repentir, de revenir Ă  l’endroit d’oĂč elle est tombĂ©e.

263 Et d’oĂč est-elle tombĂ©e? De la Parole. Exact. D’oĂč Ève est-elle tombĂ©e? [L’assemblĂ©e dit : “De la Parole.”–N.D.É.] La Parole! D’oĂč les dĂ©nominations sont-elles tombĂ©es? [“De la Parole.”] VoilĂ . Voyez? Il n’y a pas d’autre moyen. Absolument chaque fois, ça revient tout droit Ă  la Parole, tout droit Ă  la Parole. Voyez? Et ils entrent dans un systĂšme qui les Ă©loigne Ă  nouveau de la Parole, qui fait qu’ils s’éloignent de la Parole, au lieu de s’approcher de la Parole. Remarquez.

264 Regardez, il lui a Ă©tĂ© donnĂ© du temps pour se repentir, pour revenir. Se repentir, ça veut dire “revenir, faire demi-tour, faire volte-face”. Se repentir, “revenir”. Et il lui a Ă©tĂ© donnĂ© du temps pour qu’elle revienne Ă  l’endroit oĂč...

265 Maintenant, souvenez-vous, elle Ă©tait l’Église pentecĂŽtiste originelle, sur laquelle le Saint-Esprit avait Ă©tĂ© rĂ©pandu le Jour de la PentecĂŽte. Combien le savent, ici, parmi ceux qui Ă©tudient la Bible? C’est sĂ»r, elle l’était. Vous voyez d’oĂč elle est partie? Elle est tombĂ©e de la Parole pour accepter des dogmes. Elle s’attend... Au lieu de l’Esprit Saint, elle voulait un homme saint, “docteur en ci, en ça, etc.”, et elle en a ensuite fait un pape. Voyez? Certainement. Mais, elle... c’est ce qu’elle voulait, quelqu’un qui prierait Ă  sa place. Quelqu’un... Elle n’aurait qu’à donner de l’argent, et c’est tout ce qu’elle aurait Ă  faire. Voyez?

266 Or, c’est pareil aujourd’hui. Tant qu’ils ont leur banc Ă  l’église et qu’ils mettent beaucoup d’argent dans le plateau Ă  offrandes, c’est suffisant. Ils sont membres de cette Ă©glise-lĂ . Ne leur En dites pas plus long; ils ne veulent pas savoir. Ce sont ses filles.

267 Donc, d’oĂč est-elle tombĂ©e? De la Parole originelle apostolique des apĂŽtres et des prophĂštes. C’est de lĂ  qu’elle est tombĂ©e. Et c’est de lĂ  que les protestants sont tombĂ©s.

268 Repentez-vous! Revenez! Faites demi-tour avant qu’il ne soit trop tard. Il n’est pas encore trop tard. Un de ces jours, l’Agneau quittera Son lieu, et Ă  ce moment-lĂ  ce sera terminĂ©. Maintenant il est donc aussi demandĂ© Ă  ses filles, avant d’ĂȘtre jugĂ©es avec elle, de “revenir”.

269 Or, le dernier Message qu’elles reçoivent, c’est quand ce prophĂšte dont j’ai parlĂ©. D’ailleurs, j’ai lu beaucoup de livres lĂ -dessus. Et je sais qu’il y a des hommes pleins de bon sens, des hommes spirituels, qui savent que ça va venir. Ils le savent. Ils savent que ça va venir, voyez-vous. Ils... Mais le problĂšme, c’est qu’ils passent leur temps Ă  dire : “C’est ce qu’il nous faut. Ça va venir.” Et quand Cela viendra, alors qu’ils seront tellement humbles; les gens vont probablement passer Ă  cĂŽtĂ©, exactement comme ils l’ont fait la fois passĂ©e. C’est vrai. Les gens Ă©criront LĂ -dessus, et tout le reste, ils diront : “Oh oui, C’est un besoin.” Et puis, quand C’est lĂ , devant leurs yeux, ils continuent tout simplement leur chemin, vous voyez. Alors, ils ont toujours agi comme ça.

270 Remarquez, lĂ , la Parole originelle. Ils re-... ils... Elle doit encore se repentir pour y revenir; il a Ă©tĂ© demandĂ© la mĂȘme chose Ă  ses filles. Elles seront contraintes... elles seront jugĂ©es, et jetĂ©es sur le mĂȘme lit qu’elle, et tuĂ©es avec elle. Il leur a Ă©tĂ© demandĂ© de revenir Ă  la Parole originelle, de retourner Ă  la Doctrine apostolique. Mais elles sont tellement liĂ©es par leurs crĂ©dos, et tout, qu’elles refusent de le faire. Elles se contentent de s’En moquer.

271 Et alors, elles, qu’est-ce qu’elles font? Elles finissent par former l’image de la bĂȘte, une autre puissance; remarquez, et elles agissent envers l’Épouse de l’Agneau, comme elle l’avait fait dans Apocalypse 13.14. VoilĂ  ce qu’elles font, elles persĂ©cutent, tout simplement, exactement la mĂȘme chose. Les Ă©glises se moquent de la vĂ©ritable Épouse de Christ, autant que Rome l’a toujours fait. Tout Ă  fait. Oui monsieur. Elles agissent envers la–la vraie Épouse de l’Agneau, exactement comme elle l’avait fait dans Apocalypse 13.14.

272 Maintenant remarquez. Nous voyons, par la promesse de la Parole de Dieu, qu’Il va–qu’Il va tuer ses enfants, les dĂ©nominations, ses filles, par une mort spirituelle. Maintenant, ça, c’est Apocalypse 2.22. Ne l’oubliez pas. Tuer, c’est mettre Ă  mort. Et la mort, c’est la “sĂ©paration Éternelle de la PrĂ©sence de Dieu”. Pensez-y, mes amis. Pensez-y. Ne vous reposez surtout pas sur des crĂ©dos faits de main d’homme. Tout ce qui est contraire Ă  la Parole, tenez-vous-en loin.

273 Maintenant, regardez bien, regardez bien la Bible, ici. Il est dit qu’il se nommait le sĂ©jour des morts, et... Je veux dire : ...il se nommait la mort, et le sĂ©jour des morts l’accompagnait.

274 Or le sĂ©jour des morts accompagne toujours la mort, dans le naturel. Quand l’homme naturel meurt, le sĂ©jour des morts l’accompagne; c’est-Ă -dire la tombe, le hadĂšs, vous voyez, ça, c’est dans le naturel. Mais, dans le spirituel, c’est l’Étang de Feu, vous voyez, trĂšs bien, c’est la sĂ©paration Éternelle, alors qu’ils sont consumĂ©s.

275 Et–et Malachie 4 dit “qu’il ne leur laissera ni chaume, ni rameau, ni rien d’autre”. C’est par ce moyen que le monde va se purifier Ă  nouveau, pour le MillĂ©nium. Voyez?

276 Avez-vous remarquĂ©, le cavalier, c’est “il”? Et “il” tenait dans sa main; “un homme”, un faux prophĂšte. Mais son Ă©pouse s’appelle l’église, “elle”, JĂ©zabel. Achab; JĂ©zabel. Voyons, ça ne pourrait pas ĂȘtre plus parfait. Voyez? Voyez?

277 Les filles aussi, c’est “elle”, seulement elles n’ont jamais acceptĂ© qu’un homme prenne Ă  lui seul la direction; elles sont protestantes quant Ă  cela, mais elles sont quand mĂȘme des prostituĂ©es, par le principe de leur doctrine : la dĂ©nomination, les systĂšmes. C’est... C’est ce qui est dit.

278 Remarquez. À quoi tout cela va-t-il aboutir? Maintenant, il ne nous reste plus que douze ou quatorze minutes, je pense. Regardez Ă  quoi tout cela va aboutir. Qu’est-ce que c’est? C’est un retour Ă  ce qui s’est passĂ© au commencement dans le Ciel. Cela aboutit au combat du temps de la fin.

279 La premiĂšre chose qui s’est passĂ©e dans le Ciel, c’est un combat. Lucifer a Ă©tĂ© chassĂ©, et il est venu sur la terre. Alors il a polluĂ© l’Éden; et, depuis ce temps-lĂ , il n’a pas arrĂȘtĂ© de polluer. Et maintenant, du combat dans le Ciel, on aboutit au combat sur la terre; et cela doit se terminer, sur la terre, au temps de la fin, par un combat appelĂ© HarmaguĂ©don. Or, tout le monde sait ça. Le combat a commencĂ© dans le Ciel, saint, alors ils l’ont chassĂ©. Michel et Ses Anges l’ont vaincu, il a Ă©tĂ© chassĂ©. Et, Ă  ce moment-lĂ , il est descendu tout droit en Éden, et c’est lĂ  que le combat a commencĂ© ici, sur terre. Rencont-...

280 Dieu avait mis Ses enfants bien Ă  l’abri, fortifiĂ©s par Sa Parole. Mais Ève s’est rendue vulnĂ©rable, en disant : “Je crois que tu as raison; peut-ĂȘtre.” Et voilĂ , c’était parti. Et, depuis ce temps-lĂ , ça n’a pas arrĂȘtĂ©. Ensuite Dieu est descendu, et maintenant Il doit... Il est descendu pour racheter ceux qui viendraient.

281 Comme je l’ai dit, Dieu est semblable Ă  un grand entrepreneur. Il dĂ©pose tous Ses matĂ©riaux sur la terre, ensuite, Il construit Ses bĂątiments. Maintenant, souvenez-vous, avant qu’il y ait un grain de–de semence sur la terre, avant que le soleil frappe la terre pour la premiĂšre fois, votre corps Ă©tait dĂ©jĂ  sur la terre, parce que vous ĂȘtes la poussiĂšre de la terre. Voyez? C’est ce que vous ĂȘtes. Dieu est l’entrepreneur.

282 Or, le moyen qu’Il aurait pris, c’est de ramasser (comme Il l’avait fait pour Adam) un peu de calcium, de potasse et de lumiĂšre cosmique, et : “Ffff!”, dire : “VoilĂ  Mon autre fils.” Voyez? Ensuite, Il en aurait ramassĂ© encore, et : “Ffff!” “En voilĂ  un autre.”

283 Mais qu’est-ce qu’Ève a fait? Elle a corrompu ce moyen-lĂ . Et c’est elle qui a produit cela, par un acte sexuel, et alors la mort a frappĂ©.

284 Et maintenant, qu’est-ce que Dieu est en train de faire? Il a un certain nombre de semences, lĂ , qui sont prĂ©destinĂ©es; une quantitĂ© prĂ©cise d’entre elles qui sont prĂ©destinĂ©es. Et alors, au temps de la fin, Il ne dira pas : “Ève, viens mettre au monde un autre enfant.” Il va (“Ffff!”) appeler, et je rĂ©pondrai. C’est tout. C’est ça. C’est comme ça que ça va se passer. Quand le dernier sera entrĂ©, ce sera la fin.

285 Donc, le combat a commencĂ© dans le Ciel. Il se terminera sur la terre, sous la forme d’HarmaguĂ©don.

286 Maintenant, regardons cela s’ouvrir devant nous. Et peut-ĂȘtre que nous pourrons le dĂ©voiler. Que le Seigneur nous aide en ce moment Ă  le faire, lĂ . Regardez cela s’ouvrir.

287 Le cavalier mystĂ©rieux, regardez ce qu’il fait maintenant; il s’est “opposĂ©â€, il a refusĂ© de se repentir et de revenir Ă  la Parole originelle, la Parole de Sang. La Parole s’est faite Sang et chair. Voyez? Il a refusĂ© de revenir Ă  Elle. Il est antichrist! La vĂ©ritable Épouse-Parole, s’opp-... Il s’oppose Ă  la vĂ©ritable Épouse-Parole. Il prend sa propre Ă©pouse! Et il combat cette vĂ©ritable Épouse. Il prend sa propre Ă©pouse, et il l’amĂšne Ă  lui par une forme de religion, qui s’appelle les crĂ©dos et les dogmes. Voyez? Et lĂ , quand il voit la sainte Épouse, il est contre Elle. Mais il se forme une Ă©pouse Ă  lui, appelĂ©e antichrist Ă  cause de son enseignement antichrist, qui est contraire Ă  Christ. Vous voyez comme il est rusĂ©? Et maintenant, au lieu que ce soit l’unitĂ© de l’amour qui domine, l’adoration sous le Sang, il a une dĂ©nomination. Au lieu de la Parole, il a pris des crĂ©dos, des dogmes, et ainsi de suite.

288 C’est comme les protestants, qui parlent du “Credo des Apîtres”. Trouvez-moi donc un seul mot là-dessus dans la Bible. Apîtres, Credo des Apîtres, ça n’existe pas dans la Bible.

289 Comme je le disais ici, il n’y a pas longtemps, lĂ , ou quelque part. Si les apĂŽtres ont eu un credo, c’est Actes 2.38. PrĂ©cisĂ©ment, je ne lui en ai jamais connu d’autre. C’est ce qu’ils demandaient Ă  tout le monde de faire. Quand il en a rencontrĂ© qui avaient l’air d’ĂȘtre ChrĂ©tiens, il a dit : “Avez-vous reçu le Saint-Esprit depuis que vous avez cru?”
Ils ont dit : “Nous ne savions pas qu’il y avait...”
Il a dit : “Dans ce cas-lĂ , comment avez-vous Ă©tĂ© baptisĂ©s?”

290 Or, de se faire baptiser au Nom de JĂ©sus, ou plutĂŽt au Nom de notre Seigneur JĂ©sus-Christ, c’est, c’est bien, mais ça ne s’arrĂȘte pas encore lĂ . Non monsieur. Vous pourriez vous faire baptiser cinquante fois de cette maniĂšre-lĂ , et ça ne vous servira absolument Ă  rien, tant que votre coeur n’aura pas Ă©tĂ© changĂ© par le Saint-Esprit. Tout ça, ça doit aller ensemble. Remarquez, c’est–c’est Christ!

291 L’antichrist rejette la Doctrine de la vĂ©ritable Épouse; et, donc, il prend sa propre Ă©pouse, lĂ , et il l’édifie sur un credo de sa propre fabrication. Il prend sa propre Ă©pouse, et il en fait une dĂ©nomination! Elle donne naissance Ă  d’autres dĂ©nominations, c’est ce qui est dit dans les Saintes Écritures; elle donne naissance Ă  des filles. Et elle ne... Et elle devient comme sa mĂšre, naturelle, mondaine, dĂ©nominationnelle; elle s’oppose Ă  l’Épouse spirituelle, la Parole.

292 Ils ne disent pas qu’ils ne sont pas membres de l’église. Parlez donc Ă  quelqu’un d’une dĂ©nomination. “Bien sĂ»r, je suis membre de l’église.” Êtes-vous ChrĂ©tien? “Je suis membre de l’église!” Ça n’a absolument rien Ă  Y voir! Ils disent... Vous n’ĂȘtes pas membre de l’Égli-... Vous–vous pouvez peut-ĂȘtre ĂȘtre membre d’une soi-disant Ă©glise, vous voyez, membre d’une Ă©glise. Ce n’est pas une Église, ça. Ce ne sont pas des Églises. Ce sont des clubs oĂč les gens se rĂ©unissent et, les gens, comme “les oiseaux d’un mĂȘme plumage”.

293 Mais vous n’ĂȘtes qu’une seule Église, c’est le Corps mystique de Christ. Et Celle-lĂ  vous n’Y adhĂ©rez pas. Vous Y naissez.

294 Comme je l’ai toujours dit, ça fait cinquante-trois ans que je suis dans la famille Branham, et je n’y ai jamais adhĂ©rĂ©. J’y suis nĂ©. Voyez?

295 Maintenant, remarquez. Il y a un merveilleux type de ça. Je–j’ai un... la rĂ©fĂ©rence biblique en note ici, mais je... on n’a pas le temps de le prendre; c’est ÉsaĂŒ et Jacob.

296 Or ÉsaĂŒ, c’était un homme religieux. Il ne prĂ©tendait pas ĂȘtre un incroyant. Il croyait au mĂȘme Dieu que Jacob, au mĂȘme Dieu que son papa. Mais ce n’était qu’un chenapan, ou, excusez l’expression, qu’un... Il n’était qu’un vaurien. Il–il Ă©tait, lĂ , sur le plan moral, en fait, c’était un–un homme au comportement plus moral que Jacob. Mais, vous voyez, il ne pensait pas... “Oh, qu’est-ce que ça peut changer, le droit d’aĂźnesse?” Et il a vendu son droit d’aĂźnesse Ă  Jacob. Voyez?

297 Mais Jacob, lui, il n’avait pas des grandes choses et, comme ÉsaĂŒ en avait. Il n’avait pas le mĂȘme hĂ©ritage que lui. Mais il n’y avait qu’une chose que Jacob voulait avoir, c’était le droit d’aĂźnesse. Et peu lui importait quel moyen il lui faudrait prendre pour l’obtenir; il Ă©tait dĂ©cidĂ© Ă  l’obtenir. Et Dieu a portĂ© un regard favorable sur lui.

298 Et, alors, c’est la mĂȘme chose pour l’homme naturel d’aujourd’hui, Ă  la pensĂ©e charnelle, Ă  l’esprit mondain. “Eh bien, moi, je suis membre de l’église Ă©tablie. Je suis membre de cette Ă©glise-ci. Je suis membre de cela.” Ça n’a absolument rien Ă  Y voir, absolument rien.

299 Regardez bien, il les rĂ©unit maintenant, sur son cheval aux couleurs mĂ©langĂ©es. Il les rĂ©unit sur son cheval aux couleurs mĂ©langĂ©es, parce qu’il possĂšde le pouvoir politique.

300 Vous ne croyez pas ça? Le PrĂ©sident qui vient d’ĂȘtre Ă©lu, comment a-t-il rĂ©ussi Ă  passer? Une gaffe semblable, comment est-ce possible? Oui! On vient s’établir ici Ă  cause de la libertĂ© de religion; et vous autres, les dĂ©mocrates, qui vendez votre droit d’aĂźnesse pour la politique! Je n’ai pas... Le parti dĂ©mocrate, je n’ai rien contre; les deux sont pourris. Je parle du Christianisme. Mais que vous vendiez votre droit d’aĂźnesse sur la liste Ă©lectorale des dĂ©mocrates pour Ă©lire une chose pareille. C’est une honte!

301 Vous ne vous rendez pas compte que cette nation est Ă  l’image exacte d’IsraĂ«l? Qu’est-ce qu’IsraĂ«l a fait? Elle est venue s’installer dans un pays Ă©tranger; elle en a chassĂ© les occupants, elle les a exterminĂ©s, et elle est entrĂ©e et a pris possession du pays. C’est ce que nous avons fait. Les Indiens. Nos amis les Indiens, ce sont les seuls vrais AmĂ©ricains.

302 Ensuite, qu’est-ce qu’ils ont fait? IsraĂ«l a eu quelques grands hommes. BientĂŽt... Ils ont eu David, et ils ont eu Salomon. Ils ont eu de grands hommes. Et, finalement, ils ont eu un renĂ©gat sur le trĂŽne, Achab, qui a Ă©pousĂ© une JĂ©zabel, une incroyante.

303 Eh bien, nous avons fait la mĂȘme chose. Nous avons eu un Washington, et un Lincoln, mais regardez ce que nous avons maintenant. Et ce qu’il y a, en rĂ©alitĂ©, c’est qu’il a Ă©pousĂ© JĂ©zabel, il est enfoncĂ© jusqu’au cou, et il est complĂštement aveuglĂ© par elle. Cet homme, c’est peut-ĂȘtre quelqu’un de trĂšs bien, mais c’est elle qui va mener la barque. Et vous le voyez en ce moment, toute la famille est en train d’entrer.

304 Qu’est-ce que le Saint-Esprit m’a dit il y a environ trente-cinq ans? Et tous ceux qui viennent ici depuis longtemps, vous ĂȘtes au courant, ces sept choses qui arriveraient avant la fin. Et celle-lĂ , c’est la derniĂšre, c’est l’avant-derniĂšre qui devait arriver. Tout le reste s’est rĂ©alisĂ©, exactement comme prĂ©dit, jusqu’aux guerres, et tout le reste. Voyez? Et Ă  prĂ©sent, elle est entre ses mains : une femme va diriger la nation. JĂ©zabel! Voyez?

305 Mais, souvenez-vous, du temps de JĂ©zabel, quelqu’un ne s’est pas gĂȘnĂ© pour leur dire ce qu’il en Ă©tait. Voyez?

306 Le rassemblement, sur leur cheval aux couleurs mĂ©langĂ©es. Vous voyez, il rĂ©unit tout ça, un mĂ©lange de crĂ©dos, de dĂ©nominations, de doctrines faites de main d’homme. Pas vrai? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Bien sĂ»r, une couleur mĂ©langĂ©e, la couleur mĂ©langĂ©e de ce cheval du monde, de la couleur pĂąle de la mort! Maintenant, c’est vrai. Les couleurs mĂ©langĂ©es du cheval de couleur pĂąle, qui reprĂ©sente la mort, le monde, oh! la la! pas de Sang sacrĂ© de la Parole du tout!

307 Et regardez bien. Du coin... “Des quatre coins de la terre, ils les rassemblent; il les rassemble Ă  HarmaguĂ©don”, dit la Bible. J’essaie de penser aux passages des Écritures que j’ai notĂ©s ici. Je ne vais pas les citer; mais je regarde ce que j’ai Ă©crit pour voir ce que c’est. “Il les rassemble pour le grand jour du combat du Seigneur Dieu.” Regardez bien. Donc, sur ce cheval aux couleurs mĂ©langĂ©es, ce cheval du monde, malade, de couleur pĂąle, pensez-y un peu; vous savez, c’est mauvais, ça. Maintenant regardez bien oĂč il les rassemble, “des quatre coins de la terre”. Ils se rassemblent maintenant pour la confrontation. La confrontation se fera Ă  “HarmaguĂ©don”, selon la Parole. Voyez?

308 Sur le cheval de couleur pĂąle, avec celui qui le monte, qui porte “la mort”... qui porte le nom de “la mort”. L’antichrist! Écoutez. L’antichrist, la premiĂšre dĂ©nomination (ça, c’est incontestable); avec sa JĂ©zabel, une prostituĂ©e quant Ă  la Parole; avec ses filles Ă  elle qui l’accompagnent, les protestants; ils se rassemblent maintenant dans l’unitĂ©!

309 Avez-vous entendu les baptistes l’autre jour, qui parlaient, ici, vous savez? Hein? “Oh, on ne va pas se joindre Ă  eux, mais on va–on va ĂȘtre gentils avec eux, resserrer un peu les liens, quoi. On ne deviendra pas membres de leur Ă©glise, mais...” Et voilĂ . Et voilĂ , c’est exactement ce que la Parole dit. Voyez? Voyez? Une vieille prostituĂ©e, pour commencer, vous voyez.

310 Alors, les voilĂ  qui se rassemblent, pour cette confrontation d’HarmaguĂ©don, montĂ©s sur un cheval de couleur mĂ©langĂ©e : cheval blanc, cheval roux, cheval noir. Les trois puissances : la puissance politique–politique, la puissance spirituelle, et, Ă  la tĂȘte, la puissance dĂ©moniaque, c’est-Ă -dire l’antichrist. Quand on mĂ©lange tout ça, ça donne cette chose d’une pĂąleur maladive sur laquelle il est montĂ©. C’est vrai. Maintenant, remarquez. Regardez ce qu’il monte : ce cheval livide, de couleur grisĂątre, un mĂ©lange de noir, de roux et de blanc; il s’avance pour le combat, il rassemble ses sujets de toutes les nations qui sont sous le Ciel! Est-ce que Daniel n’a pas interprĂ©tĂ© le songe, et vu le fer qui pĂ©nĂ©trait tous les royaumes, Rome? Et les voilĂ , qui se rassemblent.
Maintenant, restez assis tranquilles un instant, comme je termine, Ă©coutez attentivement.

311 Ils se rassemblent maintenant pour ça; il amĂšne ses sujets des quatre coins de la terre, alors qu’il monte un cheval de trois couleurs mĂ©langĂ©es, un cheval d’une pĂąleur maladive. Le mĂȘme homme!

312 Maintenant, dans Apocalypse 19, il n’y a pas seulement lui qui se prĂ©pare, mais Christ aussi se prĂ©pare Ă  le rencontrer. Le combat s’annonce chaud et acharnĂ©. Christ, dans Apocalypse 19. Christ rassemble les Siens; pas des quatre coins de la terre, parce qu’il n’y aura qu’un trĂšs petit reste. Qu’est-ce qu’Il fait? Il les rassemble des quatre coins du Ciel. Demain soir, on va prendre “les Ăąmes sous l’autel”, et vous allez voir si c’est vrai ou pas. Des quatre coins du Ciel; sur un cheval blanc comme neige!

313 Lui aussi, Il a un Nom : pas la mort, mais “la Parole de Dieu”, la Vie. Amen. C’est Ă©crit lĂ , sur Sa cuisse, “la Parole de Dieu”. C’est la seule Vie qu’il y a, parce que Dieu est la seule source de la Vie Éternelle. Zoe! Pas vrai? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.]

314 Sur Lui, c’est Ă©crit “la Vie”, alors qu’Il monte un cheval blanc. Et ici, on a un homme qui a trois puissances diffĂ©rentes mĂ©langĂ©es, et qui s’appelle “la mort”, qui rassemble ses dĂ©lĂ©guĂ©s, qui sont attachĂ©s Ă  cette terre; Christ, Lui, Il rassemble Ses sujets, qui sont nĂ©s du Ciel, Ses saints. Sur lui, c’est Ă©crit “la mort”; sur Christ, c’est Ă©crit “la Vie”.

315 Ceux qui sont avec Lui montent des chevaux blancs aussi, et ils sont appelĂ©s “les Ă©lus avant la fondation du monde”. Amen! Et ils sont fidĂšles Ă  la Parole. Amen! Fiou! J’aime ça : “AppelĂ©s, Ă©lus, avant la fondation du monde”, et ensuite fidĂšles Ă  la Parole, par leur choix Ă  eux. Remplis de la stimulation du vin nouveau et de l’Huile, ils n’arrĂȘtent pas leur course, ils vont Ă  sa rencontre. Ils savent que les Tonnerres ne vont pas tarder Ă  introduire cela pour nous. Voyez?

316 Regardez bien. Comment est-ce qu’il s’y prend? Si, donc, Il est la Parole, et que Son Nom est la Parole, alors la Parole est Vie. L’antichrist; tout ce qui est anti est “contre”, par consĂ©quent anti, c’est “contre” le Christ, la Parole. Alors, il doit s’agir d’un credo ou d’une dĂ©nomination, qui est contre la Parole.

317 Eh bien, je ne vois pas comment vous pourriez le manquer. Si vous–vous le comprenez, comment pourriez-vous le manquer? Je ne vois vraiment pas comment.

318 Et c’est vrai. Anti, c’est “contre”. N’est-ce pas vrai? C’est de “retrancher”. C’est ce qu’il Ă©tait. Il monte son cheval mĂ©langĂ©. C’est ce que nous avons vu, ici mĂȘme dans la Parole de Dieu.

319 C’est ce que nous avons vu, lĂ , dans les Sept Âges de l’Église. Et voici qu’Il en parle encore dans les Sceaux, alors qu’Il dĂ©voile et montre les choses qui se sont passĂ©es au cours des Ăąges de l’église.

320 Anti, c’est “contre” la Parole. Vous voyez pourquoi, les crĂ©dos, pourquoi nous sommes tellement contre les crĂ©dos et les dĂ©nominations? C’est parce qu’ils sont contre la Parole. Voyez?

321 Nous voyons ici la Vie et la mort, qui en arrivent Ă  la lutte finale. Le cheval blanc de la Vie vĂ©ritable; le cheval de couleur pĂąle des crĂ©dos mĂ©langĂ©s. Ils voient la chose qui en arrive Ă  la–à la vraie confrontation.

322 Maintenant je voudrais dire quelque chose ici. Vous ne le croirez peut-ĂȘtre pas. Mais je l’ai vĂ©rifiĂ© pour en ĂȘtre sĂ»r. Il n’y a qu’une couleur originelle, et c’est le blanc. Combien savent cela? Il n’y a qu’une couleur originelle. Tout le reste est mĂ©langĂ©.

323 Christ est sur une Parole sans mĂ©lange, d’un blanc pur, dĂšs le commencement. Amen! Amen! Toutes les couleurs seraient blanches, si aucun produit chimique n’y avait Ă©tĂ© mĂ©langĂ©. Amen! Gloire! Toutes les Ă©glises seraient fondĂ©es sur la Doctrine apostolique de la Parole de Dieu, et Dieu serait lĂ  pour La confirmer, si lui, il n’Y avait pas mĂ©langĂ© des crĂ©dos ou des dĂ©nominations. VoilĂ .
Oh, FrĂšre Evans, je me sens bien en ce moment! Oui monsieur. Oui monsieur.

324 Il n’y a qu’une couleur originelle, et c’est le blanc. Il n’y a jamais–il n’y a jamais eu de mĂ©lange, ni avec des dĂ©nominations, ni avec des crĂ©dos. Non monsieur.

325 Et, souvenez-vous, Ses saints sont revĂȘtus de robes blanches, aucun mĂ©lange avec les dĂ©nominations et les crĂ©dos. Or nous voyons que les dĂ©nominations et les crĂ©dos, c’est ce qui donne cette couleur mĂ©langĂ©e. Mais celle sur laquelle Lui, Il est montĂ©, c’est la couleur originelle. Et Son peuple porte la couleur originelle. Et ils ont Ă©tĂ© plongĂ©s dans le Sang qui a nettoyĂ© leur vĂȘtement, et qui l’a retournĂ© lĂ -bas. Voyez? C’est vrai.
Ceux qui ont fait des mélanges ont pris une couleur pùle, et ils vont vers la mort.

326 C’est de pervertir, de la perversion, que de mĂ©langer des couleurs au blanc; vous pervertissez la couleur originelle. Pas vrai? Si la couleur originelle, la seule couleur, c’est le blanc, et que vous y mĂ©langez autre chose, vous pervertissez sa vraie raison d’ĂȘtre. Amen. Pas vrai?

327 Et quand, s’Il est le cheval blanc, et qu’Il est la Parole, alors de mĂ©langer quoi que ce soit avec Cela, n’importe quel credo, d’Y ajouter un mot ou d’En retrancher un Mot, c’est de pervertir le tout. Oh! la la! Garde-moi fidĂšle Ă  la Parole, Seigneur!

328 La VĂ©ritĂ© et l’erreur! Oh! la la! Peu importe combien ça peut ĂȘtre bien... La VĂ©ritĂ© et l’erreur ne peuvent pas se mĂ©langer. Elles ne peuvent pas se mĂ©langer. Ou bien c’est l’AINSI DIT LE SEIGNEUR, ou bien c’est faux. Peu importe quel saint pĂšre l’a dit, saint BonifĂšre, ou–ou l’archevĂȘque de Canterbury; je ne sais pas qui peut l’avoir dit. Si c’est contraire Ă  la Parole, c’est de la perversion. Ça ne se mĂ©langera pas. Vous dites : “Mais, cet homme-lĂ , il a fait...” Ce qu’il a fait, ça m’est Ă©gal, combien il peut ĂȘtre saint, ou n’importe quoi. C’est Ceci la seule VĂ©ritĂ© directe que nous avons. Aucune Ă©glise, aucun credo, ne possĂšde la VĂ©ritĂ©, si c’est en dehors de Ceci.

329 Et montrez-m’en une seule qui La possĂšde. Allez, dites-moi donc laquelle. Je vais prendre ma Bible, et vous montrer quelque chose. Voyez? Nommez-la-moi. Vous dites : “Les pentecĂŽtistes.” Oh! la la! Je viens de capter cette pensĂ©e-lĂ , de quelqu’un. C’est pour ça que je l’ai dit. Il vaut mieux que je n’aille pas plus loin, parce que je vois que je suis en train de toucher Ă  une corde sensible. Je ne–je ne voulais pas vous vexer, mais je–je voulais juste que vous sachiez que je savais ce que vous pensiez. Voyez?

330 Ceux qui ont fait des mĂ©langes, ils ont transformĂ© (l’anti) en mort. Ils prennent la couleur de la mort; quand on mĂ©lange quoi que ce soit Ă  l’original.

331 C’est comme ce que Christ a dit au sujet du grain de moutarde. Pourtant, c’est la plus petite de toutes les semences, mais elle ne se mĂ©lange Ă  rien d’autre. La moutarde ne se mĂ©lange pas. C’est de la moutarde authentique. Alors, si vous avez seulement cette quantitĂ©-lĂ  de foi, accrochez-vous-y.

332 Remarquez. La Vie suivait le cavalier sur le cheval blanc, qui Ă©tait la Parole, la Vie, confirmĂ© par Ses saints ressuscitĂ©s qui L’accompagnaient. Maintenant, comment le combat va-t-il se passer?

333 JĂ©sus a dit : “Celui qui croit en Moi vivra, quand mĂȘme il serait mort.” Il a dit : “Si vous croyez en Moi, vous vivrez, quand mĂȘme–quand mĂȘme vous seriez morts. Et quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais.” Il a aussi dit : “Celui qui croit en Moi... Il lui donnera la Vie Éternelle, et Il le ressuscitera aux derniers jours.” C’est Sa promesse de l’Écriture.

334 VoilĂ  Satan, avec les quatre coins de la terre, avec ses protestants et avec ses–ses catholiques, et tous ensemble, ils s’avancent pour le Combat d’HarmaguĂ©don. TrĂšs bien.

335 Et voilà Jésus qui descend du Ciel avec les saints ressuscités, la Parole confirmée.

336 Je l’ai dit, si Dieu parle ou vous envoie, Il est... Il–Il appuie ce que vous dites. Voyez? Remarquez, si vous ĂȘtes un ambassadeur du Ciel, alors le Ciel tout entier est derriĂšre vous. Et le Ciel consiste en la Parole. Oui.

337 Remarquez, donc, Il est arrivé avec les saints ressuscités, ce qui confirme que Sa Parole est vraie.

338 Donc Satan sait, alors, que l’abĂźme l’attend. Voyez? Oh! la la! Alors que la mort montait le cheval de couleur pĂąle, un mĂ©lange de crĂ©dos et de dĂ©nominations, et qu’elle le suivait, oh! la la! vers la sĂ©paration Éternelle d’avec Dieu. C’est lĂ  qu’il les menait, Ă  la sĂ©paration Éternelle.
Christ menait Son Église tout droit dans la Gloire, Ă  la rĂ©surrection.

339 Remarquez le verset 8, là, juste là... la derniÚre partie du verset 8, alors que nous terminons, vous voyez. ...Le pouvoir leur fut donné...

340 “Leur”, c’est qui? Voyez? Bien. L’antichrist s’appelait “la mort”. “Le sĂ©jour des morts l’accompagnait.” Regardez bien son plan en quatre points.

341 Antichrist, cheval blanc : il fait mourir, sous forme d’esprit, comme antichrist; une mise à mort spirituelle.

342 Point deux, cheval roux : il fait mourir par l’épĂ©e; par le pouvoir politique, quand l’église et l’État se sont unis.

343 Cheval noir : les ñmes, quand il distribuait sa doctrine, qu’elle le faisait, là, avec ses fornications. Et qu’il pesait leur nourriture, par... qu’il leur vendait leur... ce qu’ils leur donnaient comme nourriture, sur la balance, pour des deniers, et tout ça.

344 QuatriĂšmement, cheval de couleur pĂąle : la sĂ©paration Éternelle d’avec Dieu. Encore un quatre, vous voyez. Oh! la la!
Que Dieu soit loué!

345 Maintenant, finalement, pour conclure. Pour ceux... Avez-vous... J’ai dĂ©passĂ© l’heure, mais voulez-vous m’accorder encore une dizaine de minutes? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] J’ai reçu tellement d’appels aujourd’hui au sujet de–au sujet de ce que j’ai dit ici.

346 Le sujet d’Élie, ça a dĂ©clenchĂ© tant de fanatisme, que c’est tout simplement... On–on attaque ça sans relĂąche. Et vous pouvez... Eh bien, permettez... Que Dieu m’aide Ă  vous aider Ă  voir ce que je suis en train de contempler. Le voulez-vous? Essayons, vous voyez.

347 Donc, je veux dire ceci, en terminant, pour ceux qui ne croient pas que le dernier messager de l’ñge de l’église, c’est Élie, le prophĂšte, un homme avec cette onction-lĂ  sur lui.

348 AprĂšs la mort... Regardez bien. AprĂšs la mort, de ce dernier Ăąge de l’église... Maintenant, vous remarquez ce qui s’est passĂ©, vous voyez. AprĂšs la mort, leurs cadavres sont dĂ©truits par des bĂȘtes sauvages. Ça, vous le savez. Donc, c’est bien ça. Il en est pour eux, comme pour JĂ©zabel, le type.

349 Maintenant, prenez Apocalypse 2.18 et 20. Je crois que nous l’avons lu il y a quelques minutes. N’est-ce pas? Oui, je crois que nous venons de le lire. Je l’avais notĂ© ici pour quelque... Oui. Le temps de la dĂ©chĂ©ance morale, c’était pour ça. Vous voyez comment c’était, comment JĂ©zabel est entrĂ©e. Or JĂ©zabel, c’est les Ă©glises, cette Ă©glise moderne; pas l’Épouse, lĂ . La JĂ©zabel de l’Ancien Testament est un type de l’église d’aujourd’hui, selon la Parole de Dieu, Apocalypse 2.18, 20. ...tu laisses la femme JĂ©zabel, qui s’est dit prophĂ©tesse,...

350 Voyez? Pas vrai? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Donc, on en a le type parfait, en JĂ©zabel. Maintenant, d’abord...

351 Nous pourrions vous donner verset sur verset, vous voyez, pour montrer qu’au dernier Ăąge, c’est un Message prophĂ©tique pour l’Église, pour les appeler Ă  revenir Ă  la Parole originelle. Maintenant, remarquez. Pas vrai? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] C’est ce que dit Malachie 4, et d’autres, Apocalypse 10.7, et ainsi de suite. Voyez? JĂ©sus Lui-mĂȘme l’a prĂ©dit, et le reste, et le reste, et le reste. “Ce qui arriva aux jours de Lot”, et ainsi de suite, comme ça, et tout le long. C’est annoncĂ© constamment, tout le long.

352 JĂ©zabel est le type de l’église moderne d’aujourd’hui, parce que les catholiques et les protestants sont maintenant unis. Il–il n’y a pas moyen d’y Ă©chapper. Ce sont toutes les deux des dĂ©nominations, alors c’est simplement–c’est simplement mĂšre et soeur, c’est tout. Elles se chamaillent, elles se disputent entre elles, mais n’empĂȘche qu’elles sont pareilles, toutes les deux des prostituĂ©es. Maintenant, je ne dis pas ça de moi-mĂȘme. Je cite l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Voyez? TrĂšs bien.

353 Maintenant, nous voyons que JĂ©zabel a Ă©tĂ© tuĂ©e sur l’ordre de Dieu, elle a Ă©tĂ© tuĂ©e, parce que Dieu a envoyĂ© JĂ©hu faire jeter JĂ©zabel par la fenĂȘtre, pour la faire mourir. Et les chiens ont mangĂ© sa chair (pas vrai?), la vraie JĂ©zabel. [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Achab, son roi, son chef; les chiens ont lĂ©chĂ© son sang Ă  lui, comme le premier Élie l’avait prĂ©dit. Vous voyez dans quelle direction nous allons, n’est-ce pas?

354 Pourquoi? Le premier Élie, c’était un homme qui Ă©tait rejetĂ© par les Ă©glises. Et JĂ©zabel et Achab Ă©taient Ă  la tĂȘte de ces Ă©glises, de l’église et de l’État, des deux. Et ÉlisĂ©e a rĂ©vĂ©lĂ© Ă  Achab ses pĂ©chĂ©s, et il a ordonnĂ© Ă  l’église tout entiĂšre de revenir Ă  la vraie Parole.

355 VoilĂ  bien prĂ©cisĂ©ment ce que le deuxiĂšme Élie doit faire quand il viendra vers cette Ă©glise d’aujourd’hui, “rĂ©tablir la Foi originelle”! Je ne vois pas comment vous pourriez faire pour nier Cela. C’est juste. Revenir Ă  la vraie Parole! C’est juste.

356 Maintenant, si vous voulez voir leurs corps, prenons Apocalypse 19; aprĂšs–aprĂšs qu’ils ont Ă©tĂ© tuĂ©s par la Parole. Or, la Parole va les tuer. Ça, vous le savez. TrĂšs bien. Maintenant, regardez bien, vous allez voir ce qui se passe Ă  la Venue de Christ, dans Apocalypse 19, Ă  partir du verset 17. Et je vis un ange qui se tenait dans le soleil...

357 Maintenant, ça, c’est juste aprĂšs que, regardez un peu plus haut : “Son vĂȘtement Ă©tait teint de sang. Et Il s’appelle Roi de roi et Seigneur de seigneur.” Au verset 13, “Il s’appelle la Parole de Dieu”. Voyez? Alors, Le voici, “Roi de roi et Seigneur des seigneurs”. Et je vis un ange...

358 Maintenant regardez bien. Il s’avance. De sa bouche sortait une Ă©pĂ©e aiguĂ«, pour frapper les nations;...

359 “De Sa bouche”, comme de la bouche de Dieu Ă  la bouche de MoĂŻse. Voyez? ...il les paĂźtra avec une verge de fer; et... foulera la cuve du vin–vin de l’ardente colĂšre du Dieu tout-puissant. Il a sur son vĂȘtement un nom... sur sa cuisse un nom Ă©crit : Roi de roi et Seigneur des seigneurs. Et je vis un ange...

360 Maintenant, regardez bien. Maintenant Il s’avance pour frapper. Qui frappe-t-Il? JĂ©zabel et son Achab, le faux prophĂšte. Et je vis un ange qui se tenait dans le soleil. Et il cria d’une voix forte, disant Ă  tous les oiseaux... au milieu du ciel : Venez, rassemblez-vous pour le grand festin de Dieu,

361 Il les donne en pĂąture aux bĂȘtes sauvages et aux oiseaux. Maintenant, regardez ici, dans l’autre chapitre ici, du Livre de l’Apocalypse. Et, un instant : “Faire pĂ©rir par l’épĂ©e, par la mortalitĂ© et par les bĂȘtes sauvages de la terre.” Voyez? L’église JĂ©zabel, son, en fait, son corps, il va ĂȘtre dĂ©vorĂ© par les oiseaux et les bĂȘtes sauvages de la terre. Exactement comme ce qui est arrivĂ© Ă  Achab et Ă  JĂ©zabel, dans le naturel, il leur arrivera la mĂȘme chose, sous la forme spirituelle, Ă  l’église. Vous voyez ce que je veux dire? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] TrĂšs bien.

362 Élie... Oh! Élie, c’était le prophĂšte du temps de l’Achab et de la JĂ©zabel naturels. Et il est promis qu’il fera la mĂȘme chose, selon l’AINSI DIT LE SEIGNEUR de la Parole, Ă  la JĂ©zabel spirituelle; la forme Esprit de son ministĂšre.

363 Regardez bien. À son Ă©poque, Élie, mĂȘme s’il avait Ă©tĂ© correctement et profondĂ©ment confirmĂ©, il n’a pas rĂ©ussi Ă  les ramener Ă  la Parole. Pas vrai? Pourtant, Élie a tout essayĂ©. Il a tout fait. Il–il leur a fait voir des signes et des prodiges; et ils lui ont ri au nez. Et ils vont faire pareil avec la forme spirituelle, ici, vous voyez. Il n’a pas rĂ©ussi Ă  les ramener Ă  la Parole. Sur les millions...

364 Maintenant, Ă©glise, Ă©coutez, et attentivement, lĂ , vous pour qui ce n’est pas tout Ă  fait clair.

365 Sur les millions qu’il y avait dans le monde, aux jours d’Élie, sous le rĂšgne de JĂ©zabel et Achab, le–le type de l’antitype d’aujourd’hui; dans le monde entier, il n’y en a eu que sept cents qui ont Ă©tĂ© sauvĂ©s par la prĂ©dication d’Élie. Pas vrai? C’est exactement ça.

366 Regardez, Élie n’était mĂȘme pas au courant d’un seul d’entre eux. Il pensait qu’il Ă©tait le seul Ă  ĂȘtre sauvĂ©, jusqu’au moment oĂč Dieu a ouvert un des Sceaux et lui a montrĂ© le mystĂšre du Livre, qu’Il en avait sept cents qui n’avaient jamais flĂ©chi le genou devant les crĂ©dos qu’ils avaient. Quand Dieu a ouvert Son Livre Ă  Élie, Il a dit : “Une minute, lĂ , fiston. Il y en a sept cents qui Me sont rĂ©servĂ©s, lĂ -dedans, dont le nom est dans le Livre depuis la fondation du monde. Ils sont Ă  Moi.” Fiou! Dieu a ouvert les Sceaux.

367 Je pense que c’est pour ça que Jean criait si fort l’autre soir. Il a dĂ» voir son nom Ă©crit dedans, voyez-vous. Voyez?
Un jour, Dieu a ouvert...

368 ÉlisĂ©e, il avait prĂȘchĂ©. Il avait tout fait, et–et–et il avait prĂȘchĂ© de tout son coeur. Il avait fait tout ce qu’il pouvait, mais malgrĂ© tout, on ne faisait que le “huer”, et le traiter de tous les noms, et lui dire : “C’est de ta faute, tout ça. Tu es un spirite. Tous ces problĂšmes qui nous tombent dessus, c’est de ta faute. Le coupable, c’est toi”, et ainsi de suite. Il n’y a rien qu’il ne lui a pas dit. JĂ©zabel l’a menacĂ© de lui couper la tĂȘte, et tout le reste. C’est vrai. Tout le monde Ă©tait contre lui.

369 Alors il a dit : “Seigneur, aprĂšs que j’ai fait tout ce que Tu m’as dit! J’ai suivi Ta Parole Ă  la lettre. Quand Tu me disais quelque chose, j’étais sans peur. Je suis mĂȘme allĂ© vers le roi, et tous les autres, et je leur ai dit en face : ‘AINSI DIT LE SEIGNEUR’. Et Tu ne m’as jamais dit quoi que ce soit, et je ne leur ai jamais dit quoi que ce soit, qui ne soit pas arrivĂ©. Et maintenant, me voilĂ , le seul qui reste de tout le groupe. Je suis le seul qui reste, et ils en veulent Ă  ma vie.”

370 Dieu a dit : “Je vais ouvrir un des Sceaux et te montrer quelque chose.” Il a dit : “Tu sais, J’en ai sept cents lĂ -bas, qui n’ont jamais flĂ©chi le genou... qui n’ont encore jamais suivi aucun de ces crĂ©dos, de ces dĂ©nominations. Il y en a sept cents qui sont prĂȘts pour l’EnlĂšvement, tu vois.” Oh! Oh! Il a dit Ă  Son prophĂšte, celui Ă  qui Il rĂ©vĂšle Sa Parole, vous voyez, tout le long des Écritures. “J’ai encore sept cents noms que J’ai prĂ©parĂ©s pour cette gĂ©nĂ©ration; j’en ai sept cents. Ceux-lĂ  n’ont flĂ©chi le genou devant aucune” (comme je le dirais en ce jour-ci) “organisation religieuse, ils ne se sont pas laissĂ© endoctriner par elles.”

371 Vous voyez ce que je veux dire? Alors, c’est tout simplement inĂ©vitable. Il doit en ĂȘtre ainsi. Et c’est selon la Parole. Quand cet homme entrera en scĂšne, il sera prophĂšte. Aussi sĂ»r que je me tiens ici, derriĂšre cette chaire. Voyez? Et il ne s’écartera pas de cette Parole. Personne ne lui fera baisser pavillon devant un credo, ni devant rien d’autre. C’est exact. Un homme des bois, c’est le genre d’homme qu’il sera, comme ÉlisĂ©e, il... et comme Jean quand il est venu. Il–il dĂ©testera les femmes (oh! la la!), les femmes immorales! Fiou! Il va vraiment leur tomber dessus! C’est ce qu’Élie a fait; et Jean aussi. Voyez? Voyez? Et il ne dĂ©viera pas du tout de la Parole. Il sera–sera contre les organisations. Organisation? “Ne prĂ©tendez pas dire en vous-mĂȘmes : ‘Nous avons Abraham pour pĂšre’, car je vous dĂ©clare que de ces pierres Dieu peut susciter des enfants Ă  Abraham.” Voyez? AssurĂ©ment.

372 Donc, voilĂ , les amis. VoilĂ  le QuatriĂšme Sceau, ouvert. Et les cavaliers des quatre chevaux sont rĂ©vĂ©lĂ©s, pour autant que je sache. Or, ça, c’est tout ce qui s’est passĂ© sur la terre.

373 Le prochain Sceau que nous verrons, il se passera dans le Ciel, oĂč il y a les Ăąmes sous l’autel.

374 Maintenant, pour terminer, je voudrais juste dire deux ou trois... vous dire quelques petites choses que j’ai notĂ©es ici. Nous avons passĂ© et repassĂ© ces quatre Sceaux, les quatre premiers Sceaux.

375 Maintenant, demain soir, nous–nous aurons un changement de dĂ©cor. À partir des choses qui ont lieu sur la terre, il lĂšve les yeux, et il voit les Ăąmes qui sont sous l’autel, sous l’autel du sacrifice.
Le soir suivant, c’est le jugement qui s’abat.

376 Et le quatriĂšme soir, ou, le dernier soir, dimanche soir, je ne sais pas. Je ne sais pas ce qu’il en est de ces autres. Je les ai juste lus, comme vous. Mais “il y a eu un silence d’une demi-heure”; mais il s’est passĂ© quelque chose. Je m’attends Ă  ce qu’Il Le rĂ©vĂšle. Il le fera. Je suis convaincu qu’Il le fera.

377 Nous avons dĂ» prendre plusieurs passages des Écritures, jusqu’à Apocalypse 19, pour montrer que c’est par la Venue de Christ que l’antichrist sera tuĂ©. C’est pour ça que je ne me suis pas bornĂ© Ă  prendre seulement les deux versets. J’ai dĂ» prendre diffĂ©rents passages des Écritures pour prouver ces choses. Donc, c’est pour ça que j’ai pris Apocalypse 19, pour montrer que la fin de l’antichrist, c’est quand il sera tuĂ©; Christ, quand Il viendra, Il tuera l’antichrist.

378 Aussi, Apocalypse 10, pour montrer que le Message du septiĂšme ange, ce sera une personne, en ces derniers jours, qui sera ointe de Dieu pour remplir un ministĂšre tout Ă  fait semblable Ă  celui d’Élie le prophĂšte, comme prĂ©dit dans Malachie 4, pour rĂ©vĂ©ler la vraie Parole de Dieu (originelle) dans cette gĂ©nĂ©ration, la Parole de Dieu originelle dans cette gĂ©nĂ©ration. La façon dont il avait agi avec la JĂ©zabel naturelle, c’est de cette mĂȘme façon que cet homme agira avec la JĂ©zabel spirituelle, les Ă©glises dĂ©nominationnelles. J’ai dĂ» prendre le chapitre 7... le chapitre 10, versets 1 Ă  7, pour dĂ©montrer que c’était juste. Et puis, dans Malachie, et Amos, et ainsi de suite, pour le dĂ©montrer.

379 Élie, c’est un prophĂšte qui a prophĂ©tisĂ©, et qui a condamnĂ© JĂ©zabel, dans cette gĂ©nĂ©ration-lĂ .

380 Et Élie n’a jamais connu la mort. Certainement pas. Il est rĂ©apparu Ă  peu prĂšs huit cents ans plus tard, aux cĂŽtĂ©s de JĂ©sus-Christ sur la montagne de la Transfiguration. Il n’est pas mort.

381 Or nous voyons que, dans les derniers jours, son Esprit doit oindre un homme, selon la promesse de Dieu; il a Ă©tĂ© promis qu’au dernier Ăąge, il ferait Ă  la JĂ©zabel spirituelle la mĂȘme chose que ce qu’il avait fait Ă  la JĂ©zabel naturelle.

382 VoilĂ  pourquoi je–j’ai pris tellement de passages de la Bible pour prouver ça, c’est pour qu’il n’y ait plus aucune question dans votre esprit. S’il y en a encore, faites-le-moi savoir. Eh bien, Ă©crivez-moi une lettre, ou une petite note.

383 Et cela s’accorde d’une façon si parfaite, jusqu’aux bĂȘtes sauvages qui, au dernier jour, vont dĂ©truire leurs corps naturels, vont les dĂ©vorer, comme elles l’avaient fait Ă  l’époque.

384 D’aprĂšs ma rĂ©vĂ©lation, laquelle m’a Ă©tĂ© donnĂ©e par Dieu, tel que cela avait Ă©tĂ© annoncĂ©, nous avons ici, pour autant que je sache, la VĂ©ritĂ© sur les quatre cavaliers.

385 Que pensez-vous de JĂ©sus? [L’assemblĂ©e se rĂ©jouit.–N.D.É.] Je L’aime, je L’aime,
Parce qu’Il m’a aimĂ© le premier
Et a acquis mon salut
Sur le bois du Calvaire.

386 Maintenant, souvenez-vous, je n’ai... (C’est ça; continuez, c’est bien.) Je n’ai absolument rien contre les gens qui sont dans les organisations! En effet, Dieu a des enfants dans le systĂšme catholique. Il a des enfants dans le systĂšme mĂ©thodiste. Il a des enfants dans le systĂšme baptiste. Il y a combien de gens ici ce soir, qui sont sortis de ces diffĂ©rents systĂšmes quand ils ont vu la LumiĂšre? Levez la main. [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Maintenant, souvenez-vous, il y a des gens exactement comme vous, qui sont lĂ . Mais ce qui tue, c’est le systĂšme, vous voyez. C’est l’esprit antichrist qui finit par les amener au point oĂč ils refusent d’entendre la VĂ©ritĂ©.

387 Et, vous vous souvenez, l’autre soir, quand j’ai parlĂ© du scellement? Si un homme entendait l’appel du jubilĂ©, mais qu’il refusait d’ĂȘtre mis en libertĂ©, alors on l’amenait devant la porte, et on lui marquait l’oreille avec un poinçon. L’oreille, c’est ce qui permet d’entendre. “Et la foi vient de ce qu’on entend.” Donc, s’il L’entend, et qu’il refuse d’accepter sa libertĂ©, alors il doit servir son maĂźtre dĂ©nominationnel le reste de sa vie. Amen.

388 Oh! Oh! la la! N’est-Il pas merveilleux? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Je L’aime, je... Levons simplement les mains, et adorons-Le. Parce qu’Il m’a aimĂ© le premier (Gloire!)
Et a acquis mon salut
Sur le bois du Calvaire.

389 [FrĂšre Branham commence Ă  fredonner Je L’aime.–N.D.É.] Maintenant, courbez simplement la tĂȘte; adorons-Le maintenant, pendant que nous fredonnons l’air. [FrĂšre Branham continue Ă  fredonner Je L’aime.]
[Frùre Branham commence à fredonner Je L’aime.–N.D.É.]

390 Seigneur, comme nous sommes reconnaissants! Je suis si content, Seigneur, si heureux, à cause de Toi et de Ton peuple. Ô Seigneur, Tu as acquis notre salut au Calvaire. Nous l’acceptons avec joie, Seigneur.

391 Maintenant, Seigneur, Ă©prouve-nous par Ton Esprit. Et s’il y a au milieu de nous la moindre chose qui soit mal, la moindre incrĂ©dulitĂ© Ă  l’égard de la Parole, la moindre personne ici, PĂšre, qui ne dise pas “amen” Ă  chaque promesse de Dieu, que le Saint-Esprit descende en ce moment, le Cavalier au cheval blanc, alors que Son Esprit, l’Esprit de Christ, s’élĂšve contre l’antichrist, et qu’Il appelle les Siens. Appelle-les Ă  sortir, Seigneur.

392 Puissent-ils se repentir en ce moment, venir rapidement vers Toi et ĂȘtre remplis de l’Huile et du vin; et que leur robe dĂ©nominationnelle, la robe de la mort, de CaĂŻn, se transforme en robe blanche comme neige, la robe de la Vie Éternelle, que l’Époux leur remettra. Et un jour, ils iront au Souper des Noces, revĂȘtus de la Parole confirmĂ©e de la rĂ©surrection. Accorde-le, Seigneur. Sonde les coeurs, pendant que les gens s’attendent Ă  Toi. Par le Nom de JĂ©sus!

393 Maintenant, mon frĂšre, ma soeur, mon ami, sondez votre coeur. Il y a longtemps que je suis avec vous. À peu prĂšs trente-trois ans. Vous ai-je dĂ©jĂ  dit quelque chose au Nom du Seigneur, qui ne se soit pas accompli? [L’assemblĂ©e dit : “Non.”–N.D.É.] Cherchez Christ maintenant, pendant que vous le pouvez encore. Il se peut que trĂšs bientĂŽt vous ne puissiez plus le faire. Voyez? D’un instant Ă  l’autre, Il pourrait quitter le TrĂŽne de Son intercession; alors, vous aurez beau pleurer amĂšrement, vous aurez beau taper du pied, vous aurez beau parler en langues, vous aurez beau courir d’un bout Ă  l’autre de la salle, vous aurez beau faire tout ce que vous voudrez, devenir membre de toutes les Ă©glises du monde, il n’y aura rien, plus aucun dĂ©colorant pour votre–votre pĂ©chĂ©. Et, Ă  ce moment-lĂ , qu’est-ce que, oĂč est-ce que vous en serez?

394 Eh bien, je crois de tout mon coeur, que le TrĂŽne est encore ouvert Ă  tous. Je crois qu’Il est encore sur le TrĂŽne de Dieu. Mais Il va bientĂŽt se lever, lĂ , Il va s’avancer pour rĂ©clamer ce qu’Il a rachetĂ©. Il est en train d’accomplir l’oeuvre de Parent RĂ©dempteur, pendant que Ruth attend.

395 Mais bientĂŽt, vous savez, une fois que Boaz a accompli son oeuvre de parent, il est venu rĂ©clamer ce qui lui appartenait. Et c’est exactement ce que la Bible a dit qu’Il avait fait : “Il s’est avancĂ© et Il a pris le Livre.” À ce moment-lĂ , l’intercession est terminĂ©e; Il n’est plus sur le TrĂŽne; il n’y a plus de Sang sur le Propitiatoire. Alors, qu’est-ce qu’il devient? Un Tribunal.

396 Qu’il ne soit pas dit, un de ces jours : “Mais, je pensais qu’il y aurait l’EnlĂšvement.” Pour entendre la Voix vous rĂ©pondre : “Il est passĂ©.” Que Dieu vous aide!
Maintenant courbons la tĂȘte.

397 FrĂšre Neville, venez, pour terminer ou pour faire ce que vous avez Ă  faire. Que Dieu vous bĂ©nisse, jusqu’à demain soir.

EN HAUT