ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Apocalypse, livre de symboles de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 56-0617 La durĂ©e est de: 1 heure 36 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

Apocalypse, livre de symboles

1    Bonjour, mes amis. Ce sont ces ventilateurs qui donnent sur moi. Ainsi, nous sommes heureux d’ĂȘtre ici ce matin pour quelques instants, pour – pour parler avec vous. Et je ne pense pas que frĂšre Neville ait pris un passage particulier dans les Écritures pour l’école de dimanche; aussi nous pourrions peut-ĂȘtre laisser juste le Saint-Esprit, comme nous nous sentons conduit, pour – pour commencer n’importe oĂč qu’Il veut, ou dans n’importe quel chapitre oĂč nous lirons. Comme j’aime cette façon de faire! Il n’y a alors aucune routine, rien de formel, nous le recevons juste comme venant du Seigneur, et nous allons de l’avant.

2    J’ai Ă©tĂ© assez occupĂ©. Nous avons eu une charmante rĂ©union au Cadle Tabernacle. Et la partie la plus touchante, Ă  mon avis, Ă  part le service de guĂ©rison, c’était le dernier soir, lors de l’appel Ă  l’autel, oĂč des centaines se sont rĂ©pandus lĂ  dans l’allĂ©e, et ont rempli tout l’autel et chaque bas-cĂŽtĂ©, partout dans chaque cĂŽtĂ©; c’étaient des gens qui venaient au Seigneur JĂ©sus-Christ. Et la chose principale, aprĂšs tout, c’est de voir les gens naĂźtre de nouveau, venir dans la prĂ©sence de Dieu.

3    Et voyant le petit groupe ici, nous n’avons aucune dĂ©nomination, aucune adhĂ©sion, nous avons seulement la communion les uns avec les autres. Quiconque entre, nous lui prĂȘchons l’Évangile.

4    Je viens juste de reconnaĂźtre, ce matin, deux frĂšres dans le fond, que je connais trĂšs bien, deux de mes chers amis. FrĂšre Sothmann, du Canada, lui et son ami. Ils sont de lĂ -haut. Je crois qu’ils sont... Ce marchand de bonbons, comment s’appelle l’endroit oĂč vous vivez, frĂšre? Je ne peux pas... Et aussi, ce frĂšre-lĂ  prĂšs de vous. Comment? Iowa, c’est vrai! J’ai mangĂ© ses bonbons, en descendant la route. J’aurais dĂ» savoir lĂ  oĂč il vivait, n’est-ce pas? Ainsi, nous sommes vraiment trĂšs reconnaissant de les avoir ici aujourd’hui, comme nos frĂšres en visite parmi nous. Ils sont sur le point, je pense, de continuer vers le Canada, maintenant.

5    Et puis, venez Ă  la prochaine sĂ©rie de rĂ©unions qui aura lieu au dĂ©but de cette semaine –  Ă  la fin de cette semaine, et le 23, Ă  Minneapolis, avec les Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens.

6    Le jeudi soir, je serai Ă  Chicago, au Tab-...  ÉvangĂ©lique de Chicago. Ou plutĂŽt, je crois que c’est Ă  l’église de Philadelphie, oui, pour jeudi, ce jeudi soir Ă  Chicago.

7    Cet aprĂšs-midi, nous devions aller chez Junior Cash vers 14 heures,  (si tout se passe bien) pour la dĂ©dicace de ce Tabernacle. Et – et je pense qu’il a dit qu’il y avait des muets qui... Le bruit a couru partout qu’un muet a Ă©tĂ© guĂ©ri Ă  Indianapolis; il Ă©tait muet de naissance; il avait environ 28 ans et n’avait jamais parlĂ© ni entendu. Et ils vont amener quelques muets lĂ -bas cet aprĂšs-midi; si je peux juste y aller maintenant afin de prier pour eux. Et c’est dans une vieille... cette vieille 3, vieille rue State 3, juste au-dessus de Charlestown, si j’ai la possibilitĂ© d’aller lĂ -bas.

8    J’ai certaines choses extrĂȘmement dures Ă  faire. Et puis, demain, lĂ  – je dois descendre lĂ  dans le Kentucky pour un voyage. Et cela me rend assez occupĂ©. Mais aprĂšs que j’aurai terminĂ© ces rĂ©unions, alors, je prendrai un peu de temps, j’aurai un peu de vacances. Je serai de retour dans six semaines environ. J’irai au Canada et puis vers la CĂŽte Ouest. Ainsi, priez pour moi, j’ai beaucoup de dĂ©cisions Ă  prendre tout de suite, des dĂ©cisions trĂšs trĂšs importantes, aussi priez pour moi. Je compte sur vous pour prier pour moi.

9    Maintenant, le service de ce soir sera tenu par notre cher pasteur bien-aimĂ©, frĂšre Neville, qui a toujours une inspiration. Et en venant ce matin, je pensais que je n’aurais simplement qu’à entrer ici, Ă  m’asseoir et Ă  l’écouter parler. Mais c’est un homme qui a beaucoup de courtoisie, au point qu’il... il veut que quelqu’un... Il «use de prĂ©venance.» Je pense Ă  cette Écriture «user de prĂ©venance rĂ©ciproque», vous comprenez? Il... Je – j’aime cela. Et je suis sĂ»r que nous sommes tous contents que frĂšre Neville, notre pasteur, soit ce genre de personne. Ce qu’un homme est, il l’est dans son cƓur. Voyez, c’est... Et lui, le fait de s’exprimer comme cela montre ce qu’il est.

10    Ainsi, je suis un peu in-... Eh bien, franchement je suis arrivĂ© il y a juste trente cinq minutes, et ainsi je ne sais plus par quoi commencer. J’ai pris trois passages dans les Écritures. J’ai pris l’un d’eux dans I Pierre, un autre dans le Livre de Jude, et un dans l’Apocalypse. OĂč allons-nous donc commencer maintenant? Que le Seigneur nous aide maintenant, et nous bĂ©nisse richement et abondamment, alors que nous regardons Ă  Lui.

11    Et aussi, j’espĂšre que ce ventilateur ne fait de courant d’air Ă  personne. N’est-ce pas? Je pense que c’est principalement pour la chaire. N’est-ce pas, FrĂšre Cox, celui-ci? Oui, bien, j’en suis reconnaissant. Cela me fait beaucoup de tort, n’ayant rien pour couvrir la tĂȘte. Puissent... Les femmes doivent avoir un voile ici; mais pas les hommes, je pense! Cela tombe, et les pores ne se sont jamais refermĂ©s lĂ  oĂč les cheveux sont tombĂ©s; et au moindre petit courant d’air, je suis enrouĂ© en quelques minutes. Ainsi, je dois faire attention Ă  cela. La vieillesse ne vous arrange pas, n’est-ce pas?

12    Oh! mais essayons de prendre le Livre de... je crains d’aller trop profondĂ©ment si j’essaie de prendre le livre de Jude, parce que cela parle de la «rĂ©volte de Coré» et – et «ils se sont jetĂ©s dans l’égarement de Balaam et ont pĂ©ri dans la rĂ©volte de Coré», ce qui nous prendrait vraisemblablement beaucoup de temps. Je voudrais prier pour les malades qui sont ici ce matin.

13    Allons dans l’Apocalypse, et commençons lĂ  par un verset ou deux, pour poser une petite toile de fond et enseigner pendant quelques minutes, jusqu’à ce que les enfants sortent. Et nous terminerons et prierons pour les malades, immĂ©diatement aprĂšs. Maintenant, ce Livre est le dernier Livre de la Bible. Et il n’y a personne ici... Ce mĂȘme Livre dit que:
    Personne dans le ciel, ou sur la terre, ou sous la terre, n’était digne ou capable de prendre le livre, de l’ouvrir, ou d’en ouvrir les sceaux, ou quoi que ce soit.
    Aucun homme, archevĂȘque, ou qui que ce soit n’est digne et n’a aucune possibilitĂ© de le faire.
    Et alors l’agneau arriva, lui qui Ă©tait immolĂ© avant la fondation du monde, et il prit le livre de la main droite de celui qui Ă©tait sur le trĂŽne, et, car Il Ă©tait digne, il l’ouvrit et en rompit les sceaux.

14    Demandons-Lui donc de rompre Cela pour nous ce matin et de L’ouvrir, pendant que nous baissons la tĂȘte juste un moment.

15    Notre PĂšre cĂ©leste, aujourd’hui nous Te sommes reconnaissants du privilĂšge de nous approcher de Toi par la priĂšre, et de croire et d’avoir foi que Tu honoreras quoi que ce soit que nous Te demandions. Parce que, non pas parce que nous Te le demandons, mais parce que nous obĂ©issons Ă  ce que Tu as dit: «Demandez et vous recevrez. Vous ne recevez pas parce que vous ne demandez pas. Vous ne demandez pas parce que vous ne croyez pas.» Et, PĂšre, nous aimons Te demander, parce que nous croyons que nous recevrons ce que nous T’avons demandĂ©. Et la premiĂšre chose PĂšre, pour mes propres pĂ©chĂ©s, et les pĂ©chĂ©s de cette congrĂ©gation ce matin, je Te demande humblement le pardon de tous les pĂ©chĂ©s de dĂ©sobĂ©issance, et des pĂ©chĂ©s d’omission, et quoi que ça puisse ĂȘtre. Nous prions, ĂŽ Dieu, que Tu purifies notre cƓur et notre Ăąme maintenant mĂȘme, de toute iniquitĂ©, de tout pĂ©chĂ© et transgression. Et laisse le Saint-Esprit renouveler en nous une bonne disposition de cƓur et de l’esprit pour Te servir. Accorde-le, PĂšre. Et nous prions que Tu guĂ©risses tous les malades et les affligĂ©s, par la Parole. «La Foi vient de ce que l’on entend, de ce que l’on entend la Parole de Dieu.» Et que le Saint-Esprit vienne maintenant et prenne possession de la Parole, qu’Il La fasse pĂ©nĂ©trer directement dans ces cƓurs nouveaux, frais et purifiĂ©s, et La plante Ă  l’intĂ©rieur, avec une grande foi qui les fera monter toujours plus haut sur le chemin, jusqu’à ce qu’ils arrivent dans la prĂ©sence du Seigneur JĂ©sus et reçoivent leur guĂ©rison et leurs bĂ©nĂ©dictions qu’ils ont demandĂ©es. Car c’est pour cela que nous venons, pour Te Prier, Te demander, et ĂȘtre purifiĂ©s, rĂ©curĂ©s et – et guĂ©ris, et ĂȘtre remis de nouveau en service, Seigneur, pour Te servir dans chaque petit coin oĂč Tu nous as envoyĂ©s. Nous le demandons au Nom du Seigneur JĂ©sus, le Fils de Dieu. Amen.

16    Le Livre de l’Apocalypse Ă©tait le sceau du dernier tĂ©moignage du Seigneur JĂ©sus. Et il fut donnĂ©... Nous partirons du premier chapitre. Je pensais que nous pourrions commencer par quelques-uns des autres symboles. Maintenant, le Livre entier est Ă©crit en symboles. Il n’y a rien de plus difficile avec la Parole, que lorsque vous placez quelque chose et dites... c’est en symboles. Et Dieu a un moyen de faire cela, et une raison pour le faire. Dieu ne fait rien sans raison. Et quelqu’un aurait-il (c’est une classe d’enseignement maintenant) quelqu’un aurait-il une idĂ©e sur la raison pour laquelle Il a fait cela? La voici. Il pouvait ainsi le cacher aux yeux des sages et des intelligents, et le rĂ©vĂ©ler aux bĂ©bĂ©s qui voudraient apprendre. N’est-Il pas aimable de faire ainsi avec nous?

17    Maintenant, si les grands savants et ainsi de suite, ont tout le – tout l’Évangile de la façon qu’ils l’ont arrangĂ©, nous n’aurions juste qu’à nous plier Ă  cela; alors ils partiraient lĂ , fabriqueraient toutes sortes de traditions et de choses et nous passerions des moments affreux! Et ils se lĂšveraient avec leurs discours faits de façon savante, au point que, eh bien, ça nous passerait par-dessus la tĂȘte et nous ne saurions mĂȘme rien Ă  ce sujet. Mais nous sommes si reconnaissants que notre bienveillant PĂšre cĂ©leste ait fait grĂące aux pauvres et ignorants comme je le suis moi-mĂȘme; de me promettre, Ă  moi et Ă  vous, que si nous voulions juste nous abaisser et Lui demander, Il Se rĂ©vĂ©lerait Ă  nous. N’est-ce pas merveilleux? Tous nos credo, toutes nos Ă©motions, et toutes ces choses que nous avons eues, sont toutes juste rajoutĂ©es Ă  cela.

18    Il n’y a qu’une seule chose que les gens doivent faire pour connaĂźtre Christ: «Crois au Seigneur JĂ©sus de tout ton cƓur, et tu seras sauvĂ©.» Ainsi, maintenant, nous avons diffĂ©rentes formes de baptĂȘmes, et diffĂ©rents credo, et des diffĂ©rences dans les choses que nous faisons, et de petites choses Ă©tablies. Mais tout ceci est fait par l’homme. LĂ , nous avons pris ceci et nous en avons eu un petit rĂ©sultat, et ici, nous avons pris cela et nous en avons eu un petit rĂ©sultat; les presbytĂ©riens, les Ă©vangĂ©liques, les fondamentalistes et ainsi de suite, et les pentecĂŽtistes, ceux de la saintetĂ©, et les calvinistes, ils ont tous de petites thĂ©ories qui les conduisent, et ils Ă©tablissent des doctrines Ă  partir de cela alors que la seule chose rĂ©elle est: Croire au Seigneur JĂ©sus. «Sondez les Écritures, ce sont Elles Qui tĂ©moignent de Moi», dit JĂ©sus.

19    Eh bien, comme c’est simple alors, peu importe combien – combien quelqu’un peut ĂȘtre illettrĂ© (Cela veut dire sans instruction), n’importe qui peut l’ĂȘtre, il peut ĂȘtre aussi saint et pieux qu’un archevĂȘque, voyez-vous? N’est-ce pas merveilleux? Peu importe combien vous ĂȘtes abattu, que vous soyez – que vous soyez un potentat ou une fille des rues, Dieu vous aime tout de mĂȘme, et Il est mort autant pour la prostituĂ©e que pour le potentat. Voyez-vous? Oui. Si vous commencez Ă  penser Ă  ces choses, alors cela – cela changera tout, n’est-ce pas? Cela change toute l’attitude mentale. Cela change votre opinion vis-Ă -vis de Dieu.

20    Parfois vous aurez un petit penchant pour l’élection. Et c’est la raison pour laquelle je me suis dĂ©tournĂ© ce matin de Pierre, parce que ces derniers temps ici, je frappe trĂšs fort sur l’élection, et je pense qu’il faudrait que je m’en Ă©loigne un petit peu, parce que vous penseriez... Je ne veux pas aller vers des semences quand il n’y a rien. Mais la chose Ă  laquelle je pensais ici, c’est que quelqu’un dit: «FrĂšre Branham, si Dieu... l’élection, oui, s’Il appelle par l’élection, eh bien alors, oh! la la! Je peux faire ce qui me plaĂźt!» Eh bien, cela montre que vous n’avez pas Ă©tĂ© Ă©lu! Exactement.

21    En effet, vous aimeriez tellement Dieu si vous pensez au fait qu’Il vous a tant aimĂ© quand vous n’étiez pas aimable, et avant que vous ayez quoi que ce soit Ă  faire avec cela, Il vous a choisi. Comment pourriez-vous repousser quelque chose comme ça? Eh bien, il me semble que cela place... que cela place l’élection Ă  un niveau tellement plus haut que – que la loi. Cela met – cela met l’idĂ©al lĂ©galiste Ă  sa place. Eh bien, cela va au-delĂ  de tout, de penser que lorsque je n’étais pas aimable, Il m’aima. Et de penser que lorsqu’il n’y avait rien que je puisse faire Ă  ce sujet, Il m’a pris et m’a sauvĂ©, par Sa grĂące! Je serais assurĂ©ment assez reconnaissant pour Le servir et L’aimer. Voyez-vous? C’est ce que nous ressentons Ă  Son Ă©gard, lorsque nous comptons toutes les bĂ©nĂ©dictions.

22    Et pensez-y, qu’en serait-il si Dieu avait dit: «Maintenant, seulement ceux qui ont le – le bac, ou ceux qui ont au moins deux diplĂŽmes d’universitĂ© pourront ĂȘtre Mes disciples»? Eh bien, que ferions-nous, nous pauvres gens illettrĂ©s? Ou moi? Je parle de moi-mĂȘme quand je dis nous, j’entends par «moi», moi et ma famille, voyez-vous? Que ferions-nous? Que ferait n’importe qui d’entre nous? Que feraient les pauvres petites mĂ©nagĂšres? Qu’en serait-il s’Il disait: «Seul le clergĂ© sera sauvĂ©, seulement les prĂ©dicateurs, c’est tout. Les autres... Il doit seulement donner l’exemple et faire que les gens essaient de vivre Ă  moitiĂ© bien»? Que feriez-vous, vous pauvres petites mĂ©nagĂšres et vous tous? Vous seriez perdus. Qu’en serait-il s’Il avait simplement dit: «La race blanche sera sauvĂ©e, c’est tout; la race noire, la race brune, la race jaune, aucun de vous n’a quelque chose Ă  voir lĂ -dessus, vous ĂȘtes tous perdus»? Ne serait-ce pas terrible?

23    Je suis si heureux qu’Il ait dit: «Que celui qui veut, vienne.» Oui, peu importe, jeune, vieux, petit, noir, blanc, brun, qui que vous soyez, venez simplement boire gratuitement Ă  la fontaine du Seigneur. Vous n’avez rien Ă  payer pour ça, rien! Et, rappelez-vous, aprĂšs que l’invitation est donnĂ©e, vous ne pouvez toujours pas venir tant qu’Il ne vous a pas appelĂ© et Ă©lu. C’est vrai. «Nul ne peut.» Il dit ici: «La fontaine est gratuite pour tout le monde, et nul ne peut venir si Mon PĂšre ne l’appelle premiĂšrement.» Et alors, quand [FrĂšre Branham frappe sur la chaire. – N.D.É.] le coup retentit, Il dit: «Je t’invite Ă  venir et Ă  souper avec Moi. Venez, Mes enfants!»

24    Comment pourriez-vous repousser cela? Ça me paraĂźtrait ĂȘtre de la dĂ©ficience mentale, de – de repousser une invitation comme celle-lĂ , aprĂšs que le bienveillant PĂšre cĂ©leste... Non pas seulement pour avoir de la communion ici, mais pour ĂȘtre sauvĂ© pour toujours, pour vivre avec Lui dans la bontĂ© de Sa – les libĂ©ralitĂ©s de Sa misĂ©ricorde et dans Sa Gloire! Et d’échanger cette vieille pensĂ©e charnelle contre une pensĂ©e pure, sainte, sanctifiĂ©e! Et d’échanger ce vieux corps fragile qui dĂ©pĂ©rit, de l’échanger contre un corps immortel qui ne faillira jamais! Et de recevoir une couronne qui ne pĂ©rira jamais! Et d’échanger la mort contre la Vie. Et d’échanger l’enfer contre le Ciel! D’échanger la tristesse contre la joie, oh! la la! Et Il vous invite: «Viens!» Comment pourriez-vous repousser cela? Voyez-vous, comment pourriez-vous repousser cela? C’est – c’est terrible de penser Ă  l’idĂ©e mĂȘme de repousser cela. N’est-ce pas?

25    Et, oh! la la! J’aime voir Dieu guĂ©rir Ses enfants, certainement! Ne me comprenez pas mal. Mais une des raisons que j’ai pu observer, si vous remarquez, rĂ©cemment, j’ai essayĂ©, partout oĂč j’allais quand j’étais invitĂ©, de me dĂ©pĂȘcher pour prĂȘcher un petit peu. J’ai laissĂ© tomber ma prĂ©dication, et ça mettait trop l’accent sur l’onction et sur l’Ɠuvre de la partie Ă©ternelle, le surnaturel, plutĂŽt que... quand... pour voir les visions. Et c’est merveilleux, et je remercie Dieu pour cela, mais pourtant la prĂ©dication de la Parole est Ă  un million de kilomĂštres au-dessus de cela, au-dessus du fait de voir le boiteux marcher et l’aveugle recouvrer la vue.

26    L’autre soir, quand cette femme qui Ă©tait assise lĂ , paralysĂ©e par cette arthrite, et se mourant sur le siĂšge oĂč elle Ă©tait assise... Et le Seigneur JĂ©sus, dans Sa misĂ©ricorde, montra une vision sur elle, et l’appela hors de cette chaise. Son mĂ©decin vint vers moi dans ma chambre et me dit: «RĂ©vĂ©rend Branham, je dĂ©sire vous poser une question, qu’avez -vous fait?»

27    Je dis : «Rien! C’était sa foi dans le Seigneur JĂ©sus qui l’a fait.»

28    Eh bien, nous aimons tous cela! Et comme nous aimons cela, voir un sourd-muet, venu au monde sourd-muet, qui n’a jamais parlĂ© ni entendu, ĂȘtre seulement assis ici, comme une vieille souche et puis voir cette personne se lever et parler et entendre. C’est merveilleux! Mais, oh, il n’y a rien de tel que de voir une Ăąme perdue venir, pleurant en allant Ă  l’autel, en disant: «Dieu, sois misĂ©ricordieux envers moi, un pĂ©cheur!» Le muet mourra encore, le paralytique mourra, tous les malades seront encore malades et mourront. Mais cette Ăąme qui a Ă©tĂ© sauvĂ©e est sauvĂ©e pour l’ÉternitĂ©, pour toujours; elle ne pĂ©rira jamais. «Celui qui Ă©coute mes paroles, et qui croit en celui qui m’a envoyĂ©, a la vie Ă©ternelle; il ne viendra jamais en jugement. Mais il est dĂ©jĂ  passĂ© de la mort Ă  la vie», parce qu’il a cru au Seigneur JĂ©sus-Christ. Amen. N’est-ce pas merveilleux?

29    Oh, cela devrait susciter une rĂ©action d’amour qui devrait s’étendre dans le monde entier. C’était ce que JĂ©sus Se proposait de faire, rĂ©pandre l’Évangile dans le monde entier. Cela devrait changer le cƓur humain au point qu’ils ne puissent plus dormir jour et nuit, jusqu’à ce que les gens soient sauvĂ©s.

30    Regardez Paul, «Un prisonnier, disait-il, du Seigneur JĂ©sus,» un Juif envoyĂ© aux Gentils. Son peuple l’a excommuniĂ© dĂšs qu’il s’est tournĂ© vers les Gentils. Voyez-vous? Mais il devint un prisonnier du Seigneur JĂ©sus.

31    C’est comme en Afrique. L’homme blanc a tellement abaissĂ© le – l’homme de couleur, lĂ , que vous ne pouviez mĂȘme pas vous associer. Oh! la la! Comme c’est horrible! Voyez-vous, beaucoup d’entre eux les traitent de toutes sortes de noms, ne croyant mĂȘme pas qu’ils ont une Ăąme. Et de penser qu’un homme blanc qui a Ă©tĂ© appelĂ©, un homme comme Paul, a Ă©tĂ© appelĂ© pour le salut de cet homme. Dieu merci, que ce n’est pas en AmĂ©rique ou dans beaucoup d’autres pays, mais j’étais dans cela. Cela aurait pu ĂȘtre pour l’homme jaune, «Allez partout!» Et Paul disait: «Je suis un prisonnier du Seigneur JĂ©sus, mais, dit-il, je glorifie mon ministĂšre dans le Seigneur.» Comment l’amour de Dieu le contraignait Ă  aller parmi les Gentils impurs qui Ă©taient considĂ©rĂ©s comme des «chiens»? Mais autrement, Paul dit: «Je glorifie mon ministĂšre dans le Seigneur JĂ©sus, parce qu’Il m’a donnĂ© l’occasion d’aller desservir vers les ‘chiens’.»

32    JĂ©sus, Lui-mĂȘme, regarda une femme des nations (comme nous le sommes, nous les gens ici), une femme syrophĂ©nicienne, et Il dit: «Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants et de le donner aux chiens.»

33    Elle dit: «C’est vrai, Seigneur, mais les chiens veulent manger les miettes qui tombent de la table du maĂźtre!»

34    Cela Le toucha. Cela rĂ©veilla le Saint-Esprit, qui savait que les Juifs devaient ĂȘtre aveuglĂ©s et qu’Il se tournerait alors vers les Gentils.

35    Je voudrais vous confier un petit secret. Le Seigneur m’a bĂ©ni grandement, et je Lui rends gloire, pour la priĂšre pour les malades. Et j’ai observĂ© cela pendant ces annĂ©es, et j’ai dĂ©couvert que cela est la vĂ©ritĂ© absolue. Je ne peux jamais – jamais avoir du succĂšs dans mes priĂšres tant que je n’entre pas dans une rĂ©elle communion avec la personne pour laquelle je prie. Vous devez arriver Ă  pĂ©nĂ©trer et Ă  ressentir la condition de cette personne.

36    Il n’y a pas longtemps ici, Ă  Mexico, un pauvre vieil homme mexicain, noir, avec des cheveux gris, et une moustache grise, n’ayant jamais eu probablement de repas dĂ©cent dans sa vie, est arrivĂ© sur l’estrade. Il Ă©tait de confession catholique. Il se dĂ©plaçait, ayant un petit chĂąle qui le couvrait, sans chaussures, avec ses pieds racornis. Il demandait Ă  me voir. Et quand il s’est agenouillĂ© devant moi, je l’ai relevĂ© en le prenant par les mains. Et il a cherchĂ© Ă  saisir son chapelet, un vieux chapelet tout usĂ©; il l’avait tellement frottĂ© en disant ses priĂšres. Et j’ai dit: «Cela n’est pas nĂ©cessaire, papa. Vous n’avez pas Ă  faire ça. Mettez cela de cĂŽtĂ© pendant une minute.» L’interprĂšte le lui a traduit. Alors, il a tĂątonnĂ© dans ma direction. Je dis: «Avancez seulement, papa, je voudrais que vous croyiez au Seigneur JĂ©sus.» Et il a levĂ© ses vieilles mains en l’air, les a posĂ©es sur mes Ă©paules, et a appuyĂ© sa tĂȘte contre mon Ă©paule. Je regardais ses vieux pieds racornis, poussiĂ©reux et sales. J’ai enlevĂ© d’un mouvement rapide l’une de mes chaussures pour voir si elle lui irait. J’aurais prĂ©fĂ©rĂ© marcher pieds nus plutĂŽt que de le voir partir comme cela. Voyez? Et j’étais avec lui de tout cƓur. Il Ă©tait aveugle.

37    Maintenant, c’est alors que vous pĂ©nĂ©trez rĂ©ellement en cela. Et tout notre temps faillira. Tous nos signes failliront. Tous nos dons failliront. Mais l’amour ne faillit jamais. C’est ce qui permet de tenir bon.

38    Et je pensai: «Pauvre vieil ami, il aurait Ă  peu prĂšs l’ñge de mon pĂšre, s’il Ă©tait encore en vie.» Et je pensai: «Peut-ĂȘtre a-t-il aussi un enfant quelque part.» Et il a murmurĂ© quelque chose, mais l’interprĂšte ne me l’a pas traduit. Et je regardais ce vieil ami, je ne pouvais pas... Non pas dans mes yeux, mais dans mon cƓur, je pouvais... comme des larmes coulaient. Je pensai: «Pauvre vieux, il n’a probablement jamais eu un bon repas dans sa vie; dĂ©guenillĂ©.» Mais je lui ai tĂ©moignĂ© de la sympathie, j’ai pris part Ă  sa souffrance. Je pensai: «En plus d’ĂȘtre pauvre, en plus de sa condition et de sa souffrance, de tout cela, il vit dans un monde obscur, il ne peut pas voir, il est aveugle.» Je pensai: «Ô Dieu, et si c’était mon papa se tenant lĂ ?» Alors j’ai eu de la compassion pour – pour lui. Je dis: «PĂšre cĂ©leste, sois misĂ©ricordieux envers ce pauvre homme aveugle.» Ce n’était pas une priĂšre dans ma tĂȘte. C’était quelque chose dans mon cƓur, qui priait pour cela, voyez-vous, l’amour!

39    Et je l’ai entendu lorsqu’il s’en allait [FrĂšre Branham imite la langue maternelle de l’homme. – N.D.É.]Et lĂ  les Mexicains, par dizaine de milliers, criaient; je me suis demandĂ© ce que c’était. Il criait: «Je vois, je vois!» Alors il s’est retournĂ©, s’est agenouillĂ©, et a commencĂ© Ă  frotter mes chaussures, essayant de me caresser les pieds, et je l’ai relevĂ©. Et il courait dans tous les sens, ce vieil ami se pencha, criant. [FrĂšre Branham imite la langue maternelle de l’homme.] «Je vois, je vois!»

40    Qu’était -ce? Entrer en communion avec lui. L’amour, c’est cela qui produit la chose. Pas quelque chose de forcĂ©, mais juste l’amour pur et sans mĂ©lange. Cela battra tous les dons d’imposition des mains. Cela battra toutes les interprĂ©tations et les parler en langues. Cela vaincra tous les... Je voudrais le dire avec un chant mĂ©lodieux. Cela vaincra toute chose, si vous manifestez seulement l’amour de Dieu envers la personne que vous essayez de gagner pour le Seigneur JĂ©sus.

41    Oh, vous direz: «FrĂšre Branham, je ne prie pas pour les malades, je connais une personne...»

42    C’est bien, s’il n’est pas sauvĂ©! Ne fabriquez rien. Le Saint-Esprit sait mieux que cela. Ne soyez pas hypocrite. Soyez vraiment sincĂšre. Et vous allez rĂ©flĂ©chir sur le cas de votre pauvre ami perdu jusqu’à ce que vous ne puissiez plus tenir, jour et nuit; alors vous n’avez juste qu’à aller vers lui dans l’amour. Observez ce que le Saint-Esprit fera. Il le tirera tout droit vers vous Ă  chaque fois! «L’amour de Dieu nous contraint.»

43    Dites, je ne suis pas encore arrivĂ© Ă  mon texte, et c’est dĂ©jĂ  le moment pour moi d’arrĂȘter, les enfants sortent. Lisons quand mĂȘme un verset.
    La rĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ, que Dieu lui donna...

44    J’aime cela. Pas vous? La RĂ©vĂ©lation. Qu’est-ce qu’une rĂ©vĂ©lation? C’est quelque chose de rĂ©vĂ©lĂ©. La RĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ, c’est ce qu’est cette Bible. Cette Bible nous rĂ©vĂšle JĂ©sus-Christ. La GenĂšse rĂ©vĂšle Christ. L’Exode rĂ©vĂšle Christ. Oh! la la! Quand je rentre lĂ -dedans, je deviens immĂ©diatement religieux ou plutĂŽt je me sens ainsi, GenĂšse, Exode, LĂ©vitique, Nombres, DeutĂ©ronome, JosuĂ©, tous, tout, mĂȘme Naomi, Ruth, Job, tous sont une rĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ, afin qu’en Lui puisse habiter la plĂ©nitude qui couvre tout l’espace et tout le temps. Et toute l’éternitĂ© tient en JĂ©sus-Christ. Et toutes ces petites choses ici ne sont que des semences de ce grand Jour du rassemblement, quand la race humaine sera introduite dans la rĂ©surrection auprĂšs du Seigneur JĂ©sus. La RĂ©vĂ©lation, c’est Dieu Qui rĂ©vĂšle!

45    L’arbre rĂ©vĂšle JĂ©sus-Christ. La fleur rĂ©vĂšle JĂ©sus-Christ. La vie sanctifiĂ©e rĂ©vĂšle JĂ©sus-Christ. Certainement. Vous dites: «Comment une fleur peut-elle rĂ©vĂ©ler JĂ©sus-Christ?» Elle meurt Ă  l’automne et ressuscite au printemps! Amen! Elle tient sa place sur la terre et l’embellit. Elle ouvre son petit cƓur comme cela, et dit... le passant dit: «Oh, n’est-ce pas merveilleux? Quel parfum! Quel arĂŽme, de sentir cette fleur!» Et l’abeille arrive et dit: «Je prendrai ma part.» Le touriste arrive et prend sa part. Et elle travaille jour et nuit pour rayonner, pour se donner aux autres. Il n’est pas Ă©tonnant que JĂ©sus ait dit: «ConsidĂ©rez les lys des champs, ils ne travaillent ni ne filent. Mais pourtant, Je vous dis que Salomon, dans toute sa gloire, n’était pas vĂȘtu comme l’un d’eux.»

46    Alors, le lys rĂ©vĂšle Christ. Il fut appelĂ© «le Lys de la VallĂ©e», «la Rose de Saron.» Voyez-vous cela?

47    Comment monsieur lys, le pasteur lys, c’est une Ă©cole merveilleuse, monsieur lys est un merveilleux enseignant de la Bible. Il descend dans l’obscuritĂ©, le lieu sombre, il pousse Ă  travers l’obscuritĂ© de la terre. Pour faire quoi? Pour se glorifier lui-mĂȘme? Pour glorifier tout ce qui entre en contact avec lui. Et il doit travailler jour et nuit pour faire rayonner sa beautĂ©, pour donner son parfum. Et il a poussĂ© jour et nuit, pour sortir de la terre.

48    C’est ce que fait un vrai chrĂ©tien. Priez, humiliez-vous et tenez-vous devant Dieu, jour et nuit, de façon Ă  ce que vous puissiez vous donner Ă  quelqu’un d’autre. Ce n’est pas ce que vous gardez, mais c’est ce que vous donnez qui compte. Vous devez vous donner aux autres. C’est ainsi que JĂ©sus a fait, Il S’est donnĂ© aux autres.

49    Et cette rĂ©vĂ©lation de Lui-mĂȘme ici, c’est la derniĂšre RĂ©vĂ©lation Ă©crite.
    RĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ, que Dieu lui a donnĂ©e pour montrer Ă  Ses serviteurs, les choses qui doivent arriver bientĂŽt...

50    C’est le dernier Livre, et Il envoya Son Ange pour le faire connaĂźtre.
    et qu’il a fait connaĂźtre, par l’envoi de son ange, Ă  son serviteur Jean.

51    Oh! la la! Nous pourrions pour – rester lĂ -dessus pendant une semaine. Notez, c’est une rĂ©vĂ©lation. Ce Livre est pour les «serviteurs» de Dieu des derniers temps, «quand le temps est proche», quand ce Livre sera rĂ©vĂ©lĂ©. Maintenant, plus loin dans le Livre, nous dĂ©couvrons que le Livre Ă©tait clos, et fermĂ©, et scellĂ© jusqu’à la fin des temps. A travers les Ăąges, ils ont essayĂ© cela. Rappelez-vous, la Bible Qui fut prise de la main de Dieu assis sur Son TrĂŽne, Ă©tait fermĂ©e et scellĂ©e avec sept sceaux sur le dos, et personne dans les cieux ni sur la terre, nulle part, ne fut digne de prendre le Livre, d’en ouvrir les sceaux, ou mĂȘme de Le regarder. Mais l’Agneau vint et L’ouvrit.

52    Vous souvenez-vous de Daniel? Daniel, un homme qui a des visions, vit sa derniĂšre vision concernant le temps de la fin, Ă  la fin de son ministĂšre.

53    Et regardez ici, «Il envoya Son ange», environ soixante et quelques annĂ©es aprĂšs la PentecĂŽte, ici Il «envoie Son Ange pour faire connaĂźtre les choses qui doivent avoir lieu prochainement.»

54    Maintenant, quand a Ă©tĂ© Ă©crit le Livre de l’Apocalypse? En premier lieu, il fut Ă©crit avant la fondation du monde. Et Jean, seulement par un cƓur rempli du Saint-Esprit...Voyez-vous?

55    Les ĂȘtres angĂ©liques s’associent. Oh, j’espĂšre que vous le saisissez, cela vient juste de tomber librement. Regardez! Et si vous avez le Saint-Esprit en vous, alors vous ĂȘtes un candidat Ă  l’association avec le monde invisible et le Surnaturel. Il n’est pas Ă©tonnant que les gens ne puissent pas croire en ces choses, ils ne sont jamais entrĂ©s en contact. Il n’y a rien ici Ă  l’intĂ©rieur, pour croire. Mais lorsque le Saint-Esprit vient dans un cƓur, aussitĂŽt, il devient alors un – un ĂȘtre double: l’un de la terre pour mourir, et l’autre du Ciel pour vivre. Amen. Dans son corps, il est toujours sujet Ă  la mort, mais dans son Ăąme, il est passĂ© de la mort Ă  la Vie. Dans son corps, il a un contact terrestre avec ses cinq sens. Dans son esprit, il a un contact avec Dieu par le Saint-Esprit. Et les anges de Dieu le visitent, parlent avec lui, et ils sont des messagers envoyĂ©s de Dieu pour rĂ©vĂ©ler et apporter des messages de Dieu Ă  l’individu. Il doit mettre les choses importantes en premier lieu. Vous ne pouvez pas poser la coupole avant que le fondement soit posĂ©. Voyez-vous? Ainsi, nous devons nous rappeler cela; mettez les choses importantes en premier lieu! «Cherchez premiĂšrement le Royaume et la justice de Dieu, toutes les autres choses vous seront donnĂ©es par-dessus.»
    ...des anges envoyĂ©s pour faire connaĂźtre ces choses...

56    Daniel, un grand prophĂšte, quand il Ă©tait en train de terminer son ministĂšre, il y avait un ange qui le suivait. Et l’ange, parlant Ă  Daniel, lui dit: «Tu es un bien-aimĂ© devant Dieu.» Et alors, Daniel ne pouvait peut-ĂȘtre pas parler, Ă  Dieu en personne, mais Dieu lui envoya un ange, comme un inter – un intermĂ©diaire entre lui et Dieu, de telle façon qu’Il puisse parler entre eux, et apporter... Ange, le mot «ange» mĂȘme, signifie un «messager».

57    Si un garçon Ă©tait Ă  la porte, frappait lĂ  Ă  la porte, et s’adressant au huissier, il disait: «J’ai ici un tĂ©lĂ©gramme pour Madame Une telle, et Monsieur Untel.» Il serait un messager ou un ange terrestre.

58    Votre pasteur, lorsqu’il se tient ici sur l’estrade, en prĂȘchant la Parole de Dieu, il est un ange de Dieu pour l’église, un messager pour l’église. Par consĂ©quent, un pasteur ne devrait jamais quitter cette Parole, mais rester loyal envers la Parole, parce que Dieu nourrit Ă  la place du berger. En effet, le mot «pasteur» signifie «berger». Regardez et voyez si cela n’est pas juste. Un pasteur est un berger, et le Saint-Esprit a fait de lui un surveillant sur un troupeau prĂ©cis, pour le nourrir. Avec quoi? La Parole de Dieu. Amen. Oh! la la! Quel...

59    Observez tous ces noms, ils signifient quelque chose, chaque nom dans la Bible. Lorsque vous voyez un nom dans la Bible, il signifie quelque chose. Saviez-vous que les femmes d’IsraĂ«l, lorsqu’elles donnĂšrent naissance aux douze patriarches... Chacune de ces mĂšres, lorsqu’elles Ă©taient en train d’accoucher, et que le bĂ©bĂ© naissait, elles gĂ©missaient; par le gĂ©missement qu’elles poussaient, elles nommaient ces garçons. Et le gĂ©missement mĂȘme qu’elles poussaient, exprimaient la nature de l’enfant, et l’endroit oĂč il aurait leur lieu de repos final. Chaque gĂ©missement, amen, sous la puissance du Saint-Esprit.

60    C’est la raison pour laquelle nous devrions gĂ©mir dans l’Esprit. Cela ne veut pas dire faire semblant, mais je veux dire ĂȘtre rĂ©ellement en travail pour l’Église. Alors le Saint-Esprit... Alors vous pouvez avoir le vrai parler en langues et l’interprĂ©tation. Le Saint-Esprit s’exprimant, et nous parlant Ă  travers des soupirs et la priĂšre. Soyez vraiment sincĂšre. Il y aura maintenant mĂȘme quelque chose que vous verrez se produire.

61    Alors Daniel, (pour terminer), Ă  la fin, il vit un Ange descendre, poser un pied sur la terre et un pied sur la mer, un arc-en-ciel sur Sa tĂȘte. Il leva les mains et jura par Celui Qui vit aux siĂšcles des siĂšcles, qu’il n’y aurait plus de temps, Ă  l’achĂšvement de ce temps dont Il lui avait parlĂ©. En d’autres termes, le temps divisible dans lequel nous vivons ici maintenant, depuis le temps de la venue du Prince jusqu’à ce jour. Et Il dit: «A ce moment-lĂ , le mystĂšre de Dieu sera terminĂ©.»

62    Et le monde gĂ©mit, il attend aujourd’hui; les gens ne connaissent pas le mystĂšre de Dieu. Pourquoi? Ils n’ont pas Ă©tĂ© enseignĂ©s sur le mystĂšre de Dieu. La seule chose sur laquelle ils ont Ă©tĂ© enseignĂ©s, c’est «AdhĂ©rez Ă  l’église, mettez votre nom sur le registre, soyez un brave garçon, traitez votre voisin correctement.» C’est bien, mais vous devez connaĂźtre le mystĂšre de Dieu! Personne ne peut vous le rĂ©vĂ©ler sinon Celui Qui tenait le Livre. Et la Bible dit: «Personne ne peut appeler JĂ©sus «le Christ», si ce n’est par le Saint-Esprit.» Cette magnifique vieille Église du Saint-Esprit va apparaĂźtre un des ces jours et briller comme vous ne L’avez jamais vue Briller!

63    Et ce grand journal Ă©vangĂ©lique dans lequel Ă©crivent les archevĂȘques et autres, et le grand Riley Mackay, l’un des plus grands du monde entier et qui est connu! Un grand article dans son journal de ce mois-ci dit: «Si l’Église catholique ou l’Église protestante trouvent Dieu, cela les conduira Ă  la PentecĂŽte, et ils apprendront cela.» Amen. On ne connaĂźt pas Dieu par la thĂ©ologie. On Le connaĂźt par la nouvelle naissance, en Ă©tant nĂ© de nouveau. L’Église pentecĂŽtiste l’a acceptĂ© et cru, peu importe ce que l’on en pense. Ils l’ont acceptĂ©. Maintenant, le diable a placĂ© des contrefaçons lĂ -dedans en plaçant des rigoles sur les cĂŽtĂ©s. Et l’Église Ă©vangĂ©lique se dirige vers la rigole et passe au-dessus de l’authentique et vĂ©ritable Église pentecĂŽtiste nĂ©e de nouveau, avec tous les signes et les prodiges. Ils sont lĂ , mais le diable a ses  contrefaçons; la Bible en a parlĂ©.

64    Ainsi rappelez-vous, l’Ange avait parlĂ© Ă  Daniel. Daniel a entendu sept tonnerres. Ils firent entendre leur voix. Daniel se saisit de sa plume et commença Ă  Ă©crire, et l’Ange lui dit : «Ne l’écris pas!» Amen.

65    ĂŠtes-vous prĂȘts? Entrons dans ceci pendant les cinq prochaines minutes. Le voulez-vous? Ecoutez.

66    Â«Ne l’écris pas!» Jean vit la mĂȘme chose; et cela avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© Ă©crit Ă  l’extĂ©rieur de la Bible et il y avait sept sceaux sur le dos du Livre, et personne ne pouvait ouvrir ces sceaux; c’étaient ces voix. Voici la Bible Ă©crite, laquelle est un mystĂšre Elle-mĂȘme. Mais sur le dos de la Bible, les rĂ©vĂ©lations Ă©taient montrĂ©es Ă  Daniel, disant qu’il y a sept voix qui devaient se faire entendre, que personne ne pouvait ouvrir, et personne ne savait ce que c’était. Mais la Bible dit, et ce fut dit Ă  Daniel et aussi Ă  Jean, «Que dans le derniers jours, ces sept voix seraient connues par la vĂ©ritable, la vraie Église.» Le saisissez-vous? Pouvez-vous voir comment le faux et la contrefaçon font de leur mieux pour tenir Ă©loignĂ©s les grands hommes des endroits comme ceux-lĂ ?

67    Juste avant-hier, aprĂšs-midi, l’un des plus grands Ă©vangĂ©listes du monde entier Ă©tait assis dans ma chambre, criant et recevant le baptĂȘme du Saint-Esprit! Il prenait des dispositions pour venir chez moi avec Billy Graham dĂšs qu’il sera Ă  Louisville (Je pris son nom et le reste ici.), pour venir chez moi chercher et parler sur le baptĂȘme du Saint-Esprit et Sa puissance. Maintenant, je ne le cite pas. Billy disait – disait Ă  un endroit: «Une femme Ă©tait lĂ , en train de crier, ayant un gros goitre, disait-il.» Et quelque chose l’a saisi, et il s’est prĂ©cipitĂ© vers elle pour prier pour elle. Et il disait: «Qu’est-ce qui m’arrive?» Oh! la la!

68    Dieu, dans ces derniers jours, est en train de tirer des vrais cƓurs de partout. Peu importe combien le diable fabriquera des contrefaçons et des leurres, Dieu Ă©lĂšvera Son Église directement hors de cela. Ce sera un scellement, aussi sĂ»r que je me tiens sur cette estrade. Et l’heure est proche. Le froid et le formaliste sont Ă©cartĂ©s de cela. L’Évangile social, et toutes ces autres choses, sont terminĂ©s. Le cĂŽtĂ© fantastique est en train de verser dans un tel fanatisme radical que les aveugles pourraient le voir. Mais Dieu est en train de tirer Son Église hors de cela.

69    C’est comme le grand lys d’eau. La petite, toute petite semence est nĂ©e lĂ -dedans au fond de la mare Ă  grenouilles, boueuse, sale, malpropre. Et elle se fraie son chemin Ă  travers la saletĂ©, Ă  travers toute la boue et l’écume et elle devient la chose la plus jolie que vous n’ayez jamais vue, avec un Ă©clat comme celui du soleil.

70    Ainsi est l’Église du Dieu vivant, nĂ©e au milieu du fanatisme et du chaos. Mais Elle s’est frayĂ©e un chemin Ă  travers la saletĂ©, jusqu’à ce qu’Elle atteigne alors le sommet, Ă©tendant simplement Ses ailes pour s’envoler. «Beaucoup courront ça et lĂ ; et le peuple qui connaĂźt son Dieu fera des exploits en ce jour-lĂ !» La RĂ©vĂ©lation de Dieu Ă  Son Église! Reste tranquille, petit troupeau, reste dans la position oĂč tu te trouves. Comme sƓur Gertie et sƓur Angie ont l’habitude de chanter ici «Tiens bon!» Ne te fais pas de souci. Dieu est dans l’attente; Il essaie, Il presse pour en arriver Ă  ce que le mystĂšre de Dieu soit rĂ©vĂ©lĂ© Ă  Son Église. C’est ce qui retient maintenant la venue de Christ et le grand MillĂ©nium, c’est cette grande puissance surnaturelle qui est rĂ©ellement en sommeil dans l’Église.

71    Un homme se tenant Ă  la chaire ce matin, prĂȘche un Évangile social, mais dans son cƓur, il croit rĂ©ellement. Et frĂšre, il a la puissance de Le prĂȘcher. Ce qu’il dĂ©sire voir, c’est placer cette puissance dans sa beautĂ©. Nous sommes si reconnaissants de le voir arriver. Nous sommes si joyeux de voir Cela ĂȘtre manifestĂ©, la RĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ!

72    La Bible dit: «JĂ©sus est le mĂȘme hier, aujourd’hui et pour toujours.» Dieu, dans Sa misĂ©ricorde infinie. Par Sa Parole, non pas par quelque chose de mystĂ©rieux, ou quelque chose de fanatique, mais Ă  travers la prĂ©dication de la Parole, Il Se manifeste, le Seigneur JĂ©sus ressuscitĂ© et vivant, faisant les mĂȘmes choses qu’Il faisait lorsqu’Il Ă©tait ici sur la terre; Il les fait de nouveau par Sa Puissance et Sa manifestation. «Et lorsque Je serai Ă©levĂ© de la terre, J’attirerai tous les hommes Ă  Moi», un homme bon et au cƓur affamĂ©.

73    Un grand rassemblement aura lieu dans quelque temps, en 1958... Il m’a Ă©tĂ© demandĂ© hier de reprĂ©senter l’Ɠuvre surnaturelle de Dieu devant six cent et quelques dĂ©lĂ©gations du monde entier, si Dieu tarde jusqu’en 1958, cela aura lieu Ă  Boston, Massachussetts. L’un des prĂ©dicateurs, un homme important de l’Évangile intĂ©gral, David duPlessis disait: «FrĂšre Branham, lorsque toutes les dĂ©lĂ©gations du monde se seront rassemblĂ©es, et que les nations chrĂ©tiennes de partout se seront rassemblĂ©es Ă  ce grand concile mondial, disait-il, simplement le fait d’annoncer la Parole, et la puissance de rĂ©vĂ©ler le Saint-Esprit qui est prĂ©sent, disait-il, les Ă©vangĂ©listes du monde entier seront influencĂ©s.» Et quand ils auront la foi pour vivre le vĂ©ritable Évangile, cela terminera la dispensation des Gentils et introduira la Seconde Venue du Seigneur JĂ©sus. Dieu ne peut pas ĂȘtre juste et laisser des cƓurs honnĂȘtes Ă  l’extĂ©rieur griller en enfer pour cela. Il doit ĂȘtre juste, et Il doit le leur donner d’une maniĂšre ou d’une autre. Nous sommes dans les derniers jours.
    RĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ... Dieu lui donna pour montrer Ă  ses serviteurs, les choses... doivent arriver bientĂŽt; et qu’il a fait connaĂźtre par l’envoi de son ange...

74    Un ange! Comment va-t-Il faire connaĂźtre cela? Dieu a donnĂ© la RĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ Ă  un serviteur, un prophĂšte, sur l’üle de Patmos, «l’a signifiĂ©e par un ange»! Amen. J’espĂšre que vous voyez cela. N’est-Il pas merveilleux?

75    Observez ce que Jean fait. Lisons encore un verset et nous terminerons.
    Qui rend tĂ©moignage de la Parole de Dieu...

76    Il n’était pas sous l’effet d’une quelconque colĂšre, il n’était pas assis lĂ  avec un Évangile social. Il restait seulement avec la Parole. Il rendait tĂ©moignage! Comment le – peut-il rendre tĂ©moignage, Ă  moins que la Parole ne soit manifestĂ©e par ce qu’il prĂȘche, si la Parole est une semence? Et la semence se reproduira! Comment puis-je dire qu’il y a un champ de blĂ© lĂ , Ă  moins que la semence ne produise exactement du blĂ©? Est-ce juste? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] Dieu rendait tĂ©moignage Ă  travers Jean, qu’il prĂȘchait la Parole de Dieu.
    ...AttestĂ©... la Parole... un tĂ©moignage de JĂ©sus-Christ, et de... tout ce qu’il a vu. Heureux celui qui lit...

77    Combien veulent une bĂ©nĂ©diction? Alors lisez Cela! N’est-ce pas merveilleux?
    Heureux celui qui lit, et ceux qui entendent les paroles de la prophĂ©tie et qui gardent les choses qui y sont Ă©crites! Car le temps est proche.

78    Oh! la la! si seulement nous pouvions entrer maintenant mĂȘme! Regardez! Quand est-ce que le temps est proche? Quand la rĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ a Ă©tĂ© donnĂ©e au Corps de Christ. Et Christ a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©, non pas mort mais vivant, vivant dans Son Église, faisant les mĂȘmes choses qu’Il faisait, le mĂȘme ministĂšre, le mĂȘme Évangile, le mĂȘme signe, Christ ressuscitĂ©. Lorsqu’Il est rĂ©vĂ©lĂ© par Son ange dans l’Église, alors le temps est proche! Et jamais une Ă©poque depuis ce jour-lĂ  jusqu’à celui-ci, n’a vu le mystĂšre de JĂ©sus-Christ ĂȘtre rĂ©vĂ©lĂ©, jusqu’à ces quelques derniĂšres annĂ©es. Alors, le temps est proche!

79    Observez le monde dans le naturel. L’atome, l’hydrogĂšne, le cobalt, toutes les bombes et les choses qu’ils ont, le monde entier tremble; tout est secouĂ© et tremble. Toute la nature gĂ©mit. Vous savez cela. Je sais cela. Le Pentagone sait cela. La Russie sait cela. L’Angleterre sait cela. Le monde sait cela. Le temps est proche! Qu’est-ce qui fait trembler la nature de cette façon? C’est parce que le temps est proche.

80    L’Église est dans sa dĂ©livrance; c’est un type parfait de la dĂ©livrance d’IsraĂ«l, lorsqu’IsraĂ«l se tenait sur la Parole de Dieu, pure, sainte, et sans mĂ©lange. Elle Ă©tait sur le point de se lever et de commencer sa marche. MoĂŻse conduisit les enfants d’IsraĂ«l avec un peu de pain, du pain pĂ©tri qu’ils portaient sur la tĂȘte, du pain casher; et ils marchaient vers la mer Rouge. Le chemin de Dieu les conduisait directement vers la mer Rouge. «Alors, dit-il, maintenant, comment allons-nous traverser?»

81    Et quelqu’un, se retournant, dit: «Regardez ce qui vient lĂ -bas, la poussiĂšre est en train d’ĂȘtre soulevĂ©e. Il y a des milliers et des milliers de chars de Pharaon droit derriĂšre nous!» Cette foule mĂ©langĂ©e qui le suivait commença Ă  frissonner, Ă  trembler, ceux qui suivirent pĂ©rirent finalement dans la rĂ©volte de CorĂ©. Aucun doute que la nature mĂȘme des collines trembla, s’apprĂȘtant Ă  voir l’un des plus sanglants massacres que vous ayez jamais vu. Une petite poignĂ©e de pauvres gens impuissants se tenant lĂ  au bord de la mer. Les petits enfants reculant contre leurs mĂšres, tenant leurs robes. Un pauvre vieux papa, penchĂ© sur son garçon, criant, disant: «Fils, j’ai vĂ©cu ma vie, mais je ne peux pas supporter de te voir partir. Regarde-les arriver lĂ -bas!» Toute la nature qui craint la mort, mĂȘme les fleurs et les arbres, et toutes choses, ont peur de la mort. La nature tremblait, gĂ©missait et vacillait sur ses pieds lorsqu’ils virent arriver ce sanglant massacre.

82    Que faisait Dieu? Mais oh, quelle entrave! Ils ont manquĂ© de rĂ©aliser qu’une Puissance surnaturelle Se tenait juste lĂ . Le Halo de Dieu, la Colonne de Feu Se tenait lĂ , Elle allait Se tenir entre leurs ennemis et eux lorsque ce serait le moment.

83    La nature tremblait, la mer commençait Ă  ĂȘtre nerveuse, la lune regardait en bas et tremblait, les oiseaux s’envolaient quittant la scĂšne, les animaux s’enfuyaient. «Oh! ce meurtre sans fin! Et ces millions de gens qui allaient mourir dans quelques minutes!» Et ils gĂ©missaient tous.

84    Mais que faisaient-ils? Ils suivaient le sentier de Dieu. Cela semblait de la dĂ©mence, cela semblait de la folie, mais ils marchaient dans la LumiĂšre. Amen. Oh! Marchant dans la LumiĂšre! Vous souvenez-vous, quand nous avions l’habitude de chanter ce cantique?
Nous marcherons dans la LumiĂšre,
Cette merveilleuse LumiĂšre,
LĂ  oĂč les gouttes de rosĂ©e de la grĂące Ă©tincellent,
Brillant tout autour de nous le jour et la nuit,
JĂ©sus, la LumiĂšre du monde.

85    Il est ressuscitĂ© des morts. Il est ici devant nous. Il a montrĂ© des signes et des miracles, infailliblement; non pas quelque sottise fanatique, mais le signe et le miracle final, qu’Il est avec nous et qu’Il nous conduit. Et nous arrivons Ă  un endroit.

86    Et les bombes sont suspendues lĂ , les bombes au cobalt sont suspendues lĂ . Oh! la la! Et une dĂ©claration a Ă©tĂ© faite maintenant, d’arrĂȘter les mouvements interdĂ©nominationnels et de s’assembler en une seule grande et importante Ă©glise ÉvangĂ©lique des protestants, qui coopĂ©rera et se joindra au Catholicisme pour combattre le communisme. C’est l’Ɠuvre du diable! Oui, monsieur! Dieu n’a jamais joint l’État et l’église de Satan. Dieu conduit Son Église et Il n’accepte pas de dirigeants politiques pour La conduire, pas plus que la politique dans l’église. Chaque homme qui est nĂ© de l’Esprit de Dieu est libre! Amen!

87    Elle est lĂ , juste lĂ  Ă  la fin maintenant. Les gens commencent Ă  regarder aux alentours: «Eh bien, que pouvons-nous faire? Que pouvons-nous faire?» Oh, quelle folie est-ce de dire: «Que pouvons-nous faire?» Regardez seulement Ă  Celui Qui vous conduit! Amen.

88    Qu’allons-nous faire? FrĂšre, vous qui avez dĂ©passĂ© trente ans. SƓur, vous qui avez des cheveux gris, et le papa assis prĂšs de vous. Vous qui ĂȘtes malade et affligĂ©. Vous qui pouvez regarder votre main. Chaque fois que vous vous regardez l’un l’autre, vous savez qu’une chose est certaine, vous allez mourir. Chaque fois que vous entendez une ambulance descendre la rue, elle vous dit: «La mort est juste devant vous.» Chaque fois que vous passez devant un cimetiĂšre et que vous voyez une tombe, cela vous dit: «la mort est devant vous.» Chaque fois que vous voyez une ride apparaĂźtre sur votre visage, ou un cheveu blanc, ou vos Ă©paules se voĂ»ter, cela vous dit: «la mort est devant vous.» Oh, mais combien est heureux le chrĂ©tien qui peut se tenir juste au bord de la mer Rouge!

89    MoĂŻse tourna sa face vers Dieu et commença Ă  prier. Cette Colonne de Feu est descendue et S’est tenue entre eux et le danger, les tĂ©nĂšbres et eux. Si vous refusez la LumiĂšre, cela se changera chaque fois en tĂ©nĂšbres. Et c’étaient les tĂ©nĂšbres pour eux, mais ceux-ci avaient reçu l’ordre d’aller de l’avant. Et lorsqu’ils arrivĂšrent Ă  la mer, la mer s’ouvrit. Un grand vent d’est souffla dans leur direction mĂȘme, passant par-dessus la tĂȘte de Pharaon, descendant et faisant reculer la mer. Et la mer Ă©tait Ă©pouvantĂ©e parce que Dieu avait ordonnĂ© qu’un chemin se fraye Ă  travers elle. Dieu montrait Son amour pour Ses enfants. Il aime vous placer quelquefois dans une position critique, afin qu’Il puisse Se manifester.
    Comme un berger a dit une fois qu’il brisait la patte de la brebis.
    J’ai dit: «Dans quel but faisiez-vous cela?»

90    Il a dit «Ainsi je peux la nourrir, l’aimer, et lui prouver que je l’aime.» VoilĂ . Il a dit: «Alors, elle me suivra!»
    ....les choses qui vont arriver bientĂŽt; et qu’Il a fait connaĂźtre par sa main... Jean, aux sept Ă©glises qui sont en Asie: que la grĂące, et la paix vous soient multipliĂ©e, (Oh! la la!) de la part de celui qui est, qui Ă©tait et qui vient...

91    JĂ©sus! Observez, trois choses: «Celui Qui Ă©tait, Celui Qui est, Celui Qui vient; le mĂȘme hier, aujourd’hui et pour toujours.» Un peu plus loin dans les Écritures, au chapitre suivant, Il dit... Maintenant, dans le mĂȘme chapitre, Il dit: Je suis celui qui... J’étais mort, et voici Je suis vivant de nouveau, pour toujours... et je tiens les clĂ©s... non pas une Ă©glise quelconque, Pierre, ou sa cathĂ©drale, ou Rome ou un Épiscopalien ou quoi que ce soit qui a la clĂ©; cela, c’est la clĂ© de la communion... mais J’ai la clĂ© de la mort et du sĂ©jour des morts. Amen.

92    Oh, ne l’aimez-vous pas aujourd’hui? Il a la clĂ© de votre joie. Il a la clĂ© de votre bonheur. Il a la clĂ© de votre dĂ©livrance de la tombe. «J’ai la clĂ© du sĂ©jour des morts, du HadĂšs. Je peux ouvrir le surnaturel. Je peux ouvrir le naturel. Je tiens la clĂ© de la mort et du sĂ©jour des morts ici dans Ma main.» Oh, il y a une fontaine ouverte! Viens, prends des eaux de la Vie, gratuitement!
Il y a une fontaine remplie de Sang,
TirĂ© des veines d’Emmanuel,
Quand les pécheurs se plongent dans ce flot,
Ils perdent toutes leurs taches de culpabilité

93    Lorsque vous En revenez, frĂšre, vous ne voulez plus prendre la parole d’un rabbin, d’un prĂȘtre ou d’un prĂ©dicateur. Dans votre cƓur, il y a quelque chose qui vous a fait mĂ»rir Ă  une communion, il y a quelque chose qui a fait que toutes les choses anciennes soient passĂ©es, et que toutes choses soient alors devenues nouvelles. Il y a quelque chose qui vous aime lĂ , et quelque chose qui est dans votre cƓur. Paul a dit: «Il n’y a rien de prĂ©sent, rien de futur, ni la maladie, ou le pĂ©ril, rien ne pourra jamais nous sĂ©parer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ JĂ©sus.» Ni les mĂ©disances, ni les hauts, ni les bas, ni rien d’autre, rien ne peut jamais nous sĂ©parer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ JĂ©sus. La maladie, le chagrin, la faim, les combats, les diffĂ©rends dans l’église, les diffĂ©rences d’opinion, ou quoi que ce soit, rien ne peut jamais nous sĂ©parer de l’amour de Dieu.

94    Ne voulez-vous pas vous y plonger aujourd’hui, pendant que nous prions? Cette sƓur, voudriez-vous venir ici juste une minute pendant que nous baissons la tĂȘte, dans un mot de priĂšre? Juste avant de prier, je me demande si quelqu’un dans l’église, le petit groupe ici ce matin, dirait: «FrĂšre Branham, souvenez-vous de moi. Je lĂšve la main.»

95    Je suis dĂ©solĂ© d’avoir dĂ» hacher ce message, ce matin, de la façon dont je l’ai fait. Mais je n’avais que quelques minutes, parce que je dois ĂȘtre Ă  un autre endroit dans quelques instants. Et je... un autre service se termine, et je dois partir immĂ©diatement. Et je dĂ©sire prier pour les malades avant de m’en aller.

96    Mais pendant que vous ĂȘtes ici, ĂȘtes-vous convaincus? Êtes-vous rĂ©ellement passĂ©s de la mort Ă  la Vie? Est-ce que votre nom a vraiment Ă©tĂ©... Je veux dire, est-ce qu’on s’en souvient rĂ©ellement? Est-ce qu’il est dans le Livre de Dieu aujourd’hui? Et, oh, ĂȘtes-vous en paix avec Dieu? Et le monde et toutes ces autres choses sont-elles passĂ©es, et toutes choses sont-elles nouvelles? Y a-t-il quelque chose de rĂ©el, de royal, de riche, de fraternel, de pieux dans votre cƓur que vous savez que le monde ne peut pas vous donner? Est-ce que vous aimez  tellement les pĂ©cheurs que lorsque vous parlez avec eux, vous devenez juste l’un d’eux? Paul disait qu’il aurait donnĂ© sa vie, il aurait Ă©tĂ© un rĂ©prouvĂ© si Dieu avait seulement sauvĂ© l’un de ses amis pĂ©cheurs; autrement dit, son peuple, les Juifs qui Ă©taient contre lui. Est-ce lĂ  la sorte de religion que vous avez ce matin, mon ami? Si ce n’est pas le cas, il y a une Fontaine. Elle est remplie de Sang, tirĂ© des veines d’Emmanuel. Par la foi (c’est la seule façon pour vous de le faire), les pĂ©cheurs plongent leur Ăąme directement dans ce flot. C’est l’Ɠuvre de Dieu. [Blanc sur la bande. - N.D.É.] Qu’arrive-t-il? Vous perdez toutes ces taches de votre culpabilitĂ©. C’est laissĂ© derriĂšre vous, comme l’armĂ©e de Pharaon a Ă©tĂ© laissĂ©e derriĂšre IsraĂ«l.

97    Suivez les instructions, non pas les Ă©motions, les instructions. Si MoĂŻse avait suivi les Ă©motions du peuple, ils auraient couru partout sur les montagnes en hurlant, et l’armĂ©e de Pharaon les aurait eus. Mais ils suivirent les instructions. Dieu a dit: «Tenez-vous tranquilles maintenant, et regardez la gloire de Dieu. Tenez-vous seulement tranquilles! Vous n’avez pas Ă  vous exciter. Tenez-vous tranquilles et regardez la gloire de Dieu. Car aujourd’hui, Dieu va combattre et vous vous tiendrez tranquilles.» Ils traversĂšrent la mer. Alors, ces incirconcis, les imitateurs qui essayaient de faire de mĂȘme, se sont noyĂ©s dans la mer.

98    Dieu, notre PĂšre, ce tout petit troupeau se tient ici ce matin, mais il y a assis ici, de vĂ©ritables hommes et femmes qui sont Tes enfants, qui Te croient et qui T’aiment. Je prie, ĂŽ Dieu, pour eux. Peut-ĂȘtre que certains d’entre eux ne T’ont encore jamais acceptĂ©, n’ont jamais rĂ©ellement eu l’expĂ©rience de toutes ces vieilles choses charnelles du monde qui meurent et sortent d’eux; ils vivent seulement d’une confession d’église; ils le disaient aux gens, ils le disaient Ă  d’autres. Peut-ĂȘtre qu’ils ont Ă©tĂ© baptisĂ©s ou autre chose, dans – dans un code chrĂ©tien, mais ils n’ont jamais rĂ©ellement Ă©tĂ© sauvĂ©s. Ils ne savent pas vraiment ce que c’est. Peut-ĂȘtre ont-ils seulement professĂ© ĂȘtre chrĂ©tiens mentalement ou Ă©motionnellement ou intellectuellement, pensant ĂȘtre en rĂšgle, par un sentiment. Mais «Telle voie paraĂźt juste a un homme...» parait ĂȘtre juste et vous l’empruntez, «mais son issue c’est la mort.»

99    Ă” Dieu, que chaque homme, chaque femme, garçon ou fille, puisse sonder son cƓur en ce moment; non pas eux, mais que le Saint-Esprit les sonde, et qu’ils se mettent en ordre dans leur cƓur disant: «Oui, je crois que j’ai eu tort. Je ne suis encore jamais arrivĂ© rĂ©ellement au point oĂč toutes ces choses ont disparu. Maintenant, maintenant, PĂšre, je T’accepte maintenant mĂȘme pour ĂȘtre mon aide pendant que Tu frappes Ă  mon cƓur. Tu m’appelles encore, ou Tu ne me parlerais pas de cette façon.» Et puissent-ils lever la main, non pas vers moi, mais vers Toi. Et faisant ainsi, dites: «DorĂ©navant, Seigneur, je me place dans la riviĂšre du renoncement. Je me place dans la riviĂšre de la mort. Je me plonge dedans pour perdre toute tache, ce qui est faux en moi; toutes mes habitudes, mes impuretĂ©s, et toutes mes pensĂ©es, toutes mes indiffĂ©rences, mes querelles, mes argumentations, mes humeurs, et – et toutes ces choses. Je les plonge droit dans le flot; alors, lorsque je me relĂšverai, je veux me sentir comme l’Évangile a dit que je le devrais: propre, en ordre, avec un cƓur pur, aimant vraiment mon prochain. Peu importe combien ils sont cruels, je les aimerai quand mĂȘme. Je veux entrer dans une telle communion avec Toi que j’aurai pour mes ennemis les mĂȘmes sentiments que Toi, jusqu Ă  ce que je connaisse rĂ©ellement cela, Seigneur. Car, nous ne pouvons pas jouer avec cela maintenant, c’est trop tard! Nous pourrions partir, demain; nous pourrions partir dans les cinq minutes qui suivent, nous n’aurions jamais une autre possibilitĂ©. Et Dieu, que les hommes et les femmes assis dans cette petite Ă©glise aujourd’hui, pensent Ă  cela solennellement, parce que nous le demandons au Nom de Christ.

100    Et pendant que vos tĂȘtes sont baissĂ©es, je me demande s’il y a une personne qui lĂšverait la main et dirait: «Dieu, souviens-Toi de moi, je suis celui qui veut cette expĂ©rience avec Toi. Je lĂšve la main. Maintenant, si vous n’avez pas cette rĂ©elle assurance positive, levez seulement la main. Dieu vous bĂ©nisse, aussi. Dieu vous bĂ©nisse, madame. Maintenant, celui qui n’est pas positif, vous devez... Dieu vous bĂ©nisse, monsieur, Dieu vous bĂ©nisse, sƓur. Maintenant quelque chose... Dieu vous bĂ©nisse, mon frĂšre. Dieu vous bĂ©nisse, ma sƓur, vous n’ĂȘtes pas vraiment positif... Voyez, chaque fois que vous examinez votre nature, frĂšre, tout ce qui est vous-mĂȘme est changĂ©. «Oh oui, je crois, FrĂšre Branham!»

101    Mais si ce n’est qu’une affaire intellectuelle, vous croyez parce que vous avez une intelligence pour croire; ce n’est pas de cela que je parle maintenant. Je veux dire, vous avez vraiment Ă©tĂ©  sauvĂ©, vous avez Ă©tĂ© scellĂ© par l’amour Ă©ternel de Dieu au point que vous pouvez aimer les gens qui ne sont pas aimables envers vous, et dans n’importe quel endroit oĂč vous vous tenez devant eux, prenez-leur la main, et non – non pas avec fanatique – ou fanatisme, mais plutĂŽt avec un cƓur bien sincĂšre; alors il peut le sentir. Il sait si c’est sincĂšre ou pas. Prenez-lui la main et dites: «Cher frĂšre bien-aimĂ©, je – je – j’ai Ă©tĂ© dans l’erreur. Je – je te prie de me pardonner. Je – je t’aime.» Et avec ce genre d’attitude, pouvez-vous rĂ©ellement faire cela du fond de votre cƓur? Le pouvez-vous? Pouvez-vous laisser de cĂŽtĂ© toutes les choses du monde pour Le servir? Est-ce qu’Il peut avoir la premiĂšre place dans votre vie? Si oui, soyez bĂ©ni. Et Sa bĂ©nĂ©diction sera sur vous. Si ce n’est pas le cas acceptez-Le maintenant, et Il vous bĂ©nira, et Sa bĂ©nĂ©diction sera sur vous. Ne voudriez-vous pas plutĂŽt qu’Il vous sourie? Je prĂ©fĂšre qu’Il me sourie, et que le monde entier me haĂŻsse! Bien sĂ»r, je crois que s’Il me sourit et qu’il m’aime, les gens m’aimeront aussi; tous Ses enfants m’aimeront. Et Il me mettra dans une telle condition que je pourrai aimer ceux qui ne sont pas aimables, comme Il le faisait, parce que Son Esprit sera en moi.   

102    Une fois encore avant que nous priions, s’il y en a qui n’ont pas levĂ© la main, et dĂ©sirent qu’on se souvienne d’eux dans cette priĂšre, voulez-vous lever la main? Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Dieu vous bĂ©nisse, sƓur. Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. C’est juste. TrĂšs bien. Dieu vous bĂ©nisse, fils. Maintenant, Il vous voit. Il y a un enregistrement qui se fait ce matin.

103    Ă‰coutez-moi bien. Si vous me considĂ©rez, et (ce que vous dites par honneur et par amour), vous me considĂ©rez comme Ă©tant un voyant de Dieu. Rappelez-vous, ceci est dans le livre du Ciel, Il est prĂ©sent. N’aimeriez-vous pas vivre Ă  l’endroit oĂč vous serez conscient que le monde invisible est juste avec vous tout le temps? De rĂ©aliser que lorsque vous sortez d’ici et montez dans votre voiture, les anges prennent leur position Ă  vos cĂŽtĂ©s. Lorsque vous allez vers cet homme-lĂ  si peu aimable envers vous, le Saint-Esprit Se tient juste au-dessus de vous, et des anges tout autour de vous. «Est-ce vrai, frĂšre Branham?»

104    La Bible le dit. «Les anges de Dieu entourent et campent autour de ceux-lĂ .» Ils ne retournent pas au ciel, ils campent lĂ . Ils sont envoyĂ©s en mission pour veiller sur vous durant votre vie. Oh, n’est-ce pas merveilleux?

105    Maintenant, PĂšre cĂ©leste, le temps ne nous le permettra pas. Nous sentons Ton Esprit Se mouvoir Ă  travers nous. Et nous T’aimons, parce que le Saint-Esprit aime la Parole. Il va dans la Parole, et Il prend la Parole et nous La rĂ©vĂšle, nous L’ouvre. En d’autres termes, Il rĂ©vĂšle JĂ©sus Ă  travers Sa Parole. Car «Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair, Laquelle est Christ.» Et maintenant la Parole retourne et rĂ©vĂšle de nouveau, et manifeste le Christ ressuscitĂ©, non pas un Christ historique.

106    Ă” Dieu, que l’Église puisse voir ceci ce matin, que c’est une rĂ©vĂ©lation, la Parole l’amenant Ă  la Vie, la Parole Elle-mĂȘme rĂ©vĂ©lant le Seigneur JĂ©sus ressuscitĂ©. Et Il est au milieu de nous, attendant le moment oĂč nous pourrons tous ĂȘtre ensemble et oĂč Il pourra nous introduire dans le MillĂ©nium, en triomphe comme dans la victoire.

107    Ă” Dieu, bĂ©nis ceux qui ont levĂ© la main. Ils ont dĂ©sirĂ© cette douce vie de consĂ©cration totale, sanctifiĂ©e, remplie du Saint-Esprit, dĂ©dicacĂ©e Ă  Dieu, lavĂ©e dans le Sang. Ils soupirent aprĂšs cela. Ils l’attendent maintenant. Et que Tu puisses, non pas par d’autres moyens, mais que le Saint-Esprit puisse seulement descendre. Et lorsqu’ils sortiront d’ici, qu’ils puissent dĂ©couvrir que toutes les choses auxquelles ils tenaient jadis sont passĂ©es, que cela puisse ĂȘtre laissĂ© en arriĂšre, mort. Qu’ils puissent sortir d’ici ce matin, Ă©tant humbles, doux, des chrĂ©tiens aimants, ayant la foi, et croyant. Qu’ils puissent mener une vie tellement consacrĂ©e Ă  Toi, et qu’à la fin de leur vie, ils aillent vers Toi avec cette assurance qu’ils sont passĂ©s de la mort Ă  la Vie, et qu’ils connaissent Christ dans Sa puissance de rĂ©surrection. Non pas parce qu’Il n’est qu’une lettre, une parole, un cycle, ou pour un temps, mais parce qu’Il est un JĂ©sus-Christ vivant, le temps prĂ©sent, ressuscitĂ©, et vivant dans leur vie. Accorde-le, Seigneur. Nous le demandons en Son Nom, et pour Sa gloire. Amen.
Le voleur mourant se réjouissait de voir
Cette fontaine dans... (et moi alors?)
...jour (vous ĂȘtes-vous rĂ©jouis de cela?)
Et là je peux, quoiqu’aussi vil que lui,
Laver tous mes péchés...
Laver tous mes pĂ©chĂ©s... (Quand l’a-t-Il fait? Peut-ĂȘtre juste maintenant.)
Il a lavĂ©... («Oui, je l’ai confessĂ©. Je Lui ai dit que je soupirais aprĂšs cela.» Et alors Il le lave complĂštement.)
Et là je peux, quoiqu’aussi vil que lui,
Laver tous mes péchés.

108    N’est-Il pas merveilleux? Vous sentez-vous rĂ©ellement propre dans votre Ăąme, sentez-vous que toute condamnation... Combien sentent-ils cela, voulez-vous lever la main en tĂ©moignage pour la personne assise prĂšs de vous: «Tous les pĂ©chĂ©s sont partis, c’est entiĂšrement sous le Sang maintenant. Cela me fait vraiment du bien. Je crois au Seigneur JĂ©sus»?
Depuis lors, par la foi, j’ai vu ce courant (Par quoi?  Par la foi, j’ai vu ce courant.)
Que Tes blessures saignantes ont donné.
L’amour rĂ©dempteur a Ă©tĂ© mon thĂšme,
Et le sera jusqu’à ma mort.
Bien, tous ensemble.
Depuis lors, par la foi, j’ai vu ce courant
Que Tes blessures saignantes ont donné
... rédempteur... (pas autre chose) a été mon thÚme,
Et le sera jusqu’à ma mort.
Et le sera jusqu’à ma mort.
Et le sera jusqu’à ma mort.
L’amour rĂ©dempteur a Ă©tĂ© mon thĂšme,
Et le sera jusqu’à...
    Plus lentement, s’il vous plaĂźt, sƓur.

109    Que sera votre thĂšme? «OĂč il y a des langues, elles cesseront. OĂč il y a la prophĂ©tie, elle faillira. OĂč il y a de la connaissance, elle disparaĂźtra. Nous connaissons en partie, nous voyons en partie, nous prophĂ©tisons en partie. Mais quand nous verrons face Ă  face, alors nous connaĂźtrons comme nous avons Ă©tĂ© connus. Lorsque ce qui est parfait sera venu, alors ce qui est partiel disparaĂźtra»; l’amour parfait, rĂ©dempteur, non frelatĂ© du Saint-Esprit, dans une Ăąme humaine qui est passĂ©e de la mort Ă  la Vie!

110    Oh, je me sens rĂ©ellement bien. Pas vous? Combien aimeraient chanter un ancien cantique avec moi? Aimeriez-vous le faire? Celui que nous avions l’habitude de chanter il y a des annĂ©es, lorsqu’il n’y avait rien d’autre que de la sciure dans l’église. Tout le monde entrait, s’asseyait, sans parler, tout le monde restait assis, aussi silencieux que possible, et dans la mĂ©ditation. Le pianiste s’avançait; j’étais en train d’étudier dans la salle de priĂšre. Et le chant s’élevait:
LĂ -bas Ă  la Croix oĂč mon Sauveur mourut,
LĂ -bas, j’ai criĂ© pour la purification du pĂ©chĂ©,
LĂ  le Sang fut appliquĂ© Ă  mon cƓur;
Gloire Ă  Son Nom!

111    Vous souvenez-vous de ces jours-lĂ ? Le Saint-Esprit descendait dans cette douceur et cet amour; Il convainquait les pĂ©cheurs, et ils venaient Ă  la Croix. Chantons-le maintenant, chacun de nous. Combien le connaissent? Chantons-le maintenant, comme Ă  l’ancienne mode maintenant. TrĂšs bien.
... Ă  la Croix oĂč mon Sauveur mourut
LĂ -bas j’ai criĂ© pour la purification du pĂ©chĂ©,
LĂ  le Sang fut appliquĂ© Ă  mon cƓur,
Gloire Ă  Son Nom!
Gloire à Son précieux Nom!
Gloire à Son précieux Nom!
LĂ  le Sang fut appliquĂ© Ă  mon cƓur;
Gloire à Son précieux Nom!
    Peut-ĂȘtre pourriez-vous baisser la tĂȘte une minute.
Je suis si merveilleusement sauvĂ© de mon pĂ©chĂ©. (L’ĂȘtes-vous?)
JĂ©sus avec tant de douceur demeure dans mon cƓur
LĂ  Ă  la croix oĂč Il m’a reçu (oh! la la!);
Gloire Ă ...
    Maintenant, baissez la tĂȘte et priez.
Alors, gloire Ă  Son...

112    Pensez combien Il a Ă©tĂ© bon pour vous pendant les nombreuses Ă©preuves par lesquelles vous ĂȘtes passĂ©. Lorsque votre petit enfant Ă©tait malade, Dieu l’a guĂ©ri! Lorsque vous Ă©tiez couchĂ© Ă  l’hĂŽpital, l’éther vous attendant, qu’est-il arrivĂ©? Qui vous fit sortir de lĂ ? «Je suis le Seigneur Qui te guĂ©rit.» Vous souvenez-vous de ce que vous avez dit lorsque vous ĂȘtes entrĂ© dans la chambre? Vous souvenez-vous lorsque vous pensiez cette nuit-lĂ  avoir... que vous aviez une attaque cardiaque? Ô Dieu! Que faites-Vous?
Gloire à Son précieux Nom!
Gloire à Son précieux Nom!
LĂ  Ă  la croix oĂč Il m’a reçu (Il vous a pris au mot);
Gloire à Son précieux Nom!

113    Maintenant, fredonnons-le. «Gloire Ă ... «Maintenant, tendez la main vers la personne qui est assise prĂšs de vous, saisissez-lui la main et dites: «Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Dieu vous bĂ©nisse, sƓur. Je suis si heureux d’ĂȘtre un chrĂ©tien, l’ĂȘtes-vous?» Serrez la main de quelqu’un qui est assis prĂšs de vous.
LĂ  Ă  la croix oĂč Il m’a reçu;
Gloire Ă  Son Nom!

114    Je – j’aime juste me sentir ainsi. J’aime adorer Dieu dans la douceur comme ceci. Quelque chose qui donne une rĂ©elle signification Ă  cela. Seulement de sentir que quelque chose est proche! Que s’est-il passĂ©? A l’appel Ă  l’autel lorsque ces pĂ©cheurs ont acceptĂ© Christ, les anges se sont levĂ©s de leur siĂšge. Voyez, c’est ce qui fait que vous vous sentez ainsi. Croyez-vous cela, FrĂšre Hickerson?
    Oh, gloire... (C’est l’adoration, le moment oĂč l’ñme adore Dieu. La Parole est sortie, voyez, le Saint-Esprit bĂ©nit et arrose maintenant.)
... précieux Nom!
LĂ  le Sang fut appliquĂ© Ă  mon cƓur;
Gloire Ă  Son Nom!

115    Notre PĂšre cĂ©leste, la PrĂ©sence merveilleuse et sacrĂ©e du Saint-Esprit Se tient maintenant ici, bĂ©nissant Ses enfants. Souvent Il a dĂ» les corriger, car «chaque fils qui vient Ă  Dieu doit d’abord ĂȘtre chĂątiĂ©, et Ă©prouvĂ©, doit recevoir l’éducation des enfants, et les blĂąmes», sans exception, chacun d’entre eux. Mais lorsque nous supportons la correction de notre PĂšre, alors cela produit ce fruit agrĂ©able comme maintenant. Je prie, ĂŽ Dieu, que Tu fasses que chaque enfant sache cela. Non pas qu’ils partent, avec seulement une sorte d’imagination, mais qu’ils sachent que ce sont Tes bĂ©nĂ©dictions que Tu rĂ©pands sur eux. Le vrai lait de l’Évangile, se dĂ©versant dans leur Ăąme, le lait et le miel du Pays de Canaan, le nouveau vin pour les stimuler dans la foi, alors qu’ils adorent, les cƓurs prosternĂ©s devant Toi, les mains levĂ©es, des larmes coulant sur leurs joues, ils adorent calmement et respectueusement.

116    Ă” Dieu, je suis si heureux. Je T’aime tant, Seigneur. Je voudrais T’exprimer mes sentiments, si je le peux, juste en remerciements, exprimant l’adoration mĂȘme de mon cƓur, que je T’adore, Toi l’incomparable. Je T’aime. Maintes fois dans de grandes Ă©preuves... voir un avion tanguer dans les airs, descendre et tournoyer, et je regarde vers le sol au-dessous de moi et cela tourbillonne tout autour; juste une petite priĂšre et il se redresse! Sachant que l’on peut ĂȘtre plongĂ© et en mourir en une minute! Se tenir debout devant les sorciers et des dĂ©mons qui vous provoquent et marchent vers vous; juste une petite priĂšre les laisse paralysĂ©s! Comment les dĂ©mons hurlent et sortent de Tes enfants, par la priĂšre! Oh, Ton amour, Seigneur! Si le petit est malade, et qu’il vienne et dise: «Papa, veux-tu prier pour moi?» Nous Le voyons calmer la fiĂšvre, apaiser l’enfant comme une mĂšre calme son enfant sur son sein. Comme nous Te remercions! Peut-ĂȘtre que le malheur va venir. Nous le savons, alors que nous regardons en avant et que nous voyons la grande marĂ©e orageuse de la mort lĂ -bas, comme David d’autrefois disait: «Je ne craindrai aucun mal, car Tu es avec moi!» Nous Te remercions. Nous T’adorons. Voyant les Ăąmes venir Ă  Toi, voyant l’estropiĂ©, l’affligĂ©, et l’aveugle, et le sourd, et le muet ĂȘtre guĂ©ris, comme une confirmation de Ta prĂ©sence.

117    BĂ©nis ce petit auditoire maintenant, alors que nous attendons. Nous Te remercions pour chaque Ăąme qui est venue Ă  Toi. Et nous Te prions que Tu les bĂ©nisses Ă  l’extrĂȘme et abondamment aujourd’hui. Et fais qu’à partir de ce jour, toutes leurs Ă©preuves et leurs peines puissent ĂȘtre terminĂ©es; que la guerre entre Dieu et eux soit rĂ©glĂ©e maintenant mĂȘme, et qu’ils soient rĂ©conciliĂ©s avec Dieu Ă  travers le Sang de Son Fils, sachant qu’Il a donnĂ© Son Fils pour arrĂȘter la guerre entre Dieu et l’homme, pour rĂ©concilier Dieu avec l’homme qui Ă©tait autrefois ennemi de Dieu, mais qui a Ă©tĂ© maintenant rapprochĂ©, et Dieu les a reçus comme Ses fils et Ses filles. Maintenant ils ne sont plus des ennemis et des Ă©trangers, mais des enfants bien-aimĂ©s. Nous prions qu’ils puissent reconnaĂźtre cela. Ne laisse pas l’ennemi enlever ça de leur cƓur. Mais qu’ils reconnaissent que Tu as frappĂ© Ă  leur cƓur et qu’ils T’ont acceptĂ©; ils ont levĂ© la main. C’était cela, Seigneur. Et nous prions qu’ils le reconnaissent, et qu’ils puissent toujours T’aimer et aimer leur prochain. Car nous Te le demandons au Nom de Christ. Amen.
Brille tout autour de nous le jour et la nuit,
JĂ©sus, la LumiĂšre du monde.
Nous marcherons dans cette LumiĂšre,
C’est une merveilleuse Lumiùre,
Elle vient lĂ  oĂč les gouttes de la rosĂ©e de la grĂące Ă©tincellent;
Brille tout autour de nous le jour et la nuit,
Ô JĂ©sus, la LumiĂšre du monde.
Venez, vous les saints de la foi, proclamez,
JĂ©sus, la LumiĂšre du monde;
Alors les cloches du Ciel sonneront,
JĂ©sus, la LumiĂšre du...
    L’aimez-vous? Chantons-le maintenant, doucement.
Nous marcherons dans cette LumiĂšre,
C’est une si merveilleuse Lumiùre,
Elle vient lĂ  oĂč les gouttes de la rosĂ©e de la grĂące Ă©tincellent;
Brille tout autour de nous le jour et la nuit,
JĂ©sus, la LumiĂšre du monde.

118    Je crois que je suis simplement rempli de la LumiĂšre du rĂ©veil. Oh, chantons-le de nouveau. Le voulez-vous? Fermons les yeux et levons les mains. Du Canada ou de n’importe quel endroit d’oĂč vous ĂȘtes, dans ce petit groupe, il y a ici des gens venant de diffĂ©rentes parties de la nation. Chantons-le maintenant, et fermons juste les yeux et levons les mains.
Nous marcherons dans cette LumiĂšre,
Cette si merveilleuse LumiĂšre,
Elle vient lĂ  oĂč les gouttes de la rosĂ©e de la grĂące Ă©tincellent;
Brille tout autour de nous jour et... (Ô Dieu!)
JĂ©sus, la LumiĂšre du monde,
    Continuez seulement une minute, sƓur.

119    Dans l’Ancien Testament, Il Ă©tait la Colonne de Feu Qui conduisait les enfants d’IsraĂ«l, c’était Christ, l’Ange de l’Alliance. Que tous ceux qui savent cela disent: «Amen.» [L’assemblĂ©e dit: «Amen». – N.D.É.]

120    Dans le Nouveau Testament, Il Se manifesta dans la chair pour enlever le pĂ©chĂ©, pour nous ramener Ă  l’état de fils et de filles de Dieu.

121    Un jour sur la route, allait un brave petit Juif effrontĂ©, et il descendait pour arrĂȘter ces gens qui criaient, louaient Dieu et prophĂ©tisaient. Et que rencontra-t-il? Une merveilleuse LumiĂšre. Dans quel Corps Se trouve JĂ©sus maintenant? Une LumiĂšre, la mĂȘme Colonne de Feu qu’Il Ă©tait au commencement. Il rencontra SaĂŒl de Tarse, et la LumiĂšre vint si prĂšs de lui qu’Elle l’aveugla et dit: «Pourquoi Me persĂ©cutes-tu?» Il dit: «Qui es-Tu, Seigneur?» Il dit: «Je suis JĂ©sus.»

122    Aujourd’hui, Il est ici, Il est avec nous, nous avons mĂȘme Son image avec nous. Est-Il merveilleux? «Il est le mĂȘme, hier, aujourd’hui et pour toujours.» Alors que ferons-nous?
Nous marcherons dans la LumiĂšre, (Il manifeste Sa Parole. Il est vivant),
Merveilleuse LumiĂšre,
Qui vient lĂ  oĂč les gouttes de la rosĂ©e...
    (Maintenant, que les malades viennent donc tout autour de l’autel, ceux qui veulent que l’on prie pour eux.)
Brille tout autour de nous jour et nuit,
JĂ©sus, la LumiĂšre du...
    Je voudrais que vous jouiez Le Grand MĂ©decin.

123    Quelque chose me vient Ă  l’esprit. Je me souviens une fois, lors d’un service, je priais pour les malades. Et une femme amena Ă  la chaire une petite fille estropiĂ©e. Et le Saint-Esprit Ă©tait prĂ©sent. Et ils... Maintenant, nous aurons terminĂ© dans dix minutes. Et ils avaient amenĂ© une petite fille estropiĂ©e, et elle Ă©tait une – une petite polio; ils disaient qu’on appelait cela la paralysie, la paralysie infantile. Et ses petites jambes Ă©taient repliĂ©es et elle ne pouvait pas marcher. Savez-vous oĂč je tenais ce service de guĂ©rison? Aussi Ă©trange que cela puisse paraĂźtre, c’était dans une rĂ©union de Dunkards, les Dunkards, non pas les PentecĂŽtistes, les Dunkards. Personne ne savait que j’étais lĂ , pas une Ă©glise ne le savait; le Seigneur m’y avait conduit. Ils ne connaissaient rien au sujet du baptĂȘme de l’Esprit. Mais c’était le Ciel sur la terre, l’amour s’était rĂ©pandu juste comme maintenant. Je pouvais difficilement commencer la ligne de priĂšre. Je dis: «Tous ceux d’entre vous qui ont une carte de priĂšre», commençant par un certain numĂ©ro, «tenez-vous Ă  ma droite», on les a simplement alignĂ©s. PrĂšs de la deuxiĂšme personne, se tenait une dame portant un petit bĂ©bĂ© estropiĂ©, une petite fille. Le Saint-Esprit commença Ă  parler Ă  son sujet. Et la dame qui Ă©tait assise au piano jouait:
Le grand MĂ©decin est proche maintenant,
Le compatissant JĂ©sus,
Il rĂ©conforte les cƓurs abattus,
Aucun autre nom si ce n’est JĂ©sus!

124    Et pendant qu’elle jouait sur ses touches de piano... J’avais dans ma poche un petit flacon d’huile, que j’avais prĂ©parĂ©. C’était de l’huile d’olive qui venait d’un olivier. Et je suis venu et j’ai priĂ© pour les malades ce soir-lĂ , et je suis entrĂ© dans l’Esprit et j’ai commencĂ© Ă  pleurer; les larmes ont commencĂ© Ă  couler sur mon visage. Et j’avais cette huile, et je me suis rendu compte que cette huile Ă©tait... que les larmes dĂ©goulinaient dans l’huile. Je suis allĂ© et j’ai pris les trois malades suivants et je les ai oints avec cela. J’ai pris et j’ai oint la petite fille avec cela. Je lui ai imposĂ© les mains. J’ai dit: «PĂšre cĂ©leste, Tu es le grand MĂ©decin, et Tu es ici maintenant.» Et la petite fille regarda vers moi, se faufila, sauta de mes bras, heurta le sol et traversa la salle en courant. Sa mĂšre s’ Ă©vanouit; des Dunkards! Et la dame au piano regarda tout autour, elle devint toute pĂąle et s’écroula simplement. Et le piano continua Ă  jouer:
Le grand MĂ©decin est ici maintenant,
Le compatissant JĂ©sus,
Il rĂ©conforte les cƓurs abattus,
Aucun autre nom si ce n’est JĂ©sus!

125    Une petite fille Dunkard Ă©tait assise lĂ -bas et je remarquai qu’elle avait vraiment du mal Ă  rattraper son souffle. Elle n’avait jamais entendu parler de la PentecĂŽte, une belle enfant, ses longs cheveux Ă©taient blonds, arrangĂ©s. Vous savez comment ils s’habillent, ils portent leurs petits chapeaux blancs. Il tomba tout simplement de sa tĂȘte, elle leva les mains et commença Ă  chanter. Elle ne savait pas ce qu’elle chantait, elle Ă©tait tellement dans l’Esprit.

126    Et l’Église toute entiĂšre, d’un seul accord, vint Ă  l’autel en pleurant et accepta le Seigneur JĂ©sus. Et le Saint-Esprit les baptisa, chacun, dans l’amour. Comme ils pleuraient, et se mettaient en ordre et se serraient la main mutuellement en regagnant leur place! C’est ça la PentecĂŽte.

127    Le mĂȘme JĂ©sus est ici. Maintenant, n’essayez pas de... Vous voyez, vous ĂȘtes en train de penser: «Bien,» vous avez votre pensĂ©e sur quelque chose de lointain, et «peut-ĂȘtre que ceci, ou bien, je vais tenter ma chance.» Vous feriez aussi bien de retourner Ă  votre place Ă  moins que vous n’ayez dans votre pensĂ©e: «C’est cela». Quand vous saisissez cela, c’est terminĂ©, alors. Jusque lĂ , c’est toujours lĂ .

128    Maintenant, si vous voulez bien, montez droit Ă  l’autel, aussi prĂšs que vous pouvez, et remplissez les places! Je vais demander Ă  frĂšre Neville de m’aider. Voici l’huile d’onction; je voudrais que frĂšre Neville oigne chacun pendant que je leur impose les mains. Maintenant si vous le croyez rĂ©ellement, c’est cela! Croyez vraiment de tout votre cƓur. Maintenant, chantons trĂšs doucement, tous ensemble, chantons maintenant le grand MĂ©decin.
Le grand MĂ©decin est ici maintenant,
Le compatissant JĂ©sus,
Il rĂ©conforte les cƓurs abattus,
Oh, Ă©coutez la voix de JĂ©sus.
La plus douce note des chants des séraphins,
Le plus doux Nom dans la langue des mortels,
Le plus doux chant jamais chanté,
Jésus, Jésus béni.
    Maintenant, vos tĂȘtes Ă©tant inclinĂ©es.
Poursuivez votre chemin en paix vers le Ciel,
Et portez le Nom de JĂ©sus.

129    Notre PĂšre cĂ©leste, «La priĂšre de la foi sauvera le malade», dit la Parole. «Et Élie Ă©tait un homme sujet aux mĂȘmes passions que nous.» Et ĂŽ Dieu, que nous ne puissions jamais, jamais plus ĂȘtre coupables de rendre l’Évangile si compliquĂ© pour les gens, qu’ils penseraient que c’était un homme au lieu de Dieu. Maintenant, nous allons simplement suivre les rĂšgles. Et avec ces cantiques et ces hymnes, nous sommes entrĂ©s en une communion bĂ©nie les uns avec les autres. Ainsi, nous avons un Souverain Sacrificateur Qui est venu avec nous; Il est entrĂ© avec nous, et Il peut compatir Ă  nos infirmitĂ©s. Beaucoup se tiennent Ă  l’autel ce matin, dans le besoin. Et j’envoie Ton bien-aimĂ© et honorable serviteur, mon frĂšre Neville, un homme honorable, juste; comme Élie qui Ă©tait sujet aux mĂȘmes passions, comme Élie,  comme nous tous. Et je l’envoie.

130    Tu as dit: «Qu’ils les oignent d’huile et prient pour eux», eux, le Corps, «la priĂšre de la foi sauvera le malade.» Et je prie de tout mon cƓur, Seigneur, pour chaque individu ici. Tu connais leur besoin. Et je prie que Tu les guĂ©risses. Maintenant, Jacques a Ă©crit cela Ă  l’église, sous l’inspiration du Saint-Esprit qui lui a Ă©tĂ© donnĂ©e par Dieu, chose qui avait Ă©tĂ© Ă©tablie avant la fondation du monde.

131    JĂ©sus, en partant, a dit: «Ils devront aussi imposer les mains aux malades et ils seront guĂ©ris.»

132    Et j’envoie mon frĂšre, pour oindre, pour faire l’Ɠuvre dont parle Jacques, commissionnĂ© par le Saint-Esprit, et nous revenons aussi (par la commission du Seigneur JĂ©sus et du Saint-Esprit) pour leur imposer les mains, et ils seront guĂ©ris.

133    Maintenant, Seigneur, de tout mon cƓur, et il y a de nombreuses personnes qui se joignent Ă  moi ce matin, avec toute ma force, avec toute ma puissance, je prononce la priĂšre de la foi pour chaque personne qui se tient ici, demandant qu’ils n’aient aucun doute dans leur pensĂ©e, mais qu’ils retournent Ă  leur place avec une confiance sĂ»re et parfaite que la commission de Dieu leur a Ă©tĂ© accordĂ©e, et que Sa Parole va certainement ĂȘtre rendue manifeste dans leur guĂ©rison. Je demande cette bĂ©nĂ©diction pour eux, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

134    Maintenant, que chacun soit... [Blanc sur la bande. Le pianiste joue «Il y a une fontaine» et «Le grand MĂ©decin», pendant que frĂšre Branham et frĂšre Neville prient pour les malades. – N.D.É.]

135    Lorsque je priais pour une petite fille, j’ai prophĂ©tisĂ© Ă  son sujet, au sujet d’une grosse chose qui ressortait sur sa tĂȘte et sur son visage, ici, que cela s’en irait et qu’elle serait guĂ©rie. Voici la petite fille, n’ayant plus rien sur son visage, et nulle part. La mĂšre l’amĂšne pour la gloire de Dieu et pour montrer que tout a sĂ©chĂ©, laissant seulement une croĂ»te. SƓur, JĂ©sus dit une fois: «Est-ce que les neuf autres n’ont pas Ă©tĂ© guĂ©ris?» Un seul est venu et a donnĂ© gloire. Voyez? Remerciez Dieu pour cela! Maintenant, chĂ©rie, les cheveux repousseront lĂ -dessus. Souvenez-vous de ce que frĂšre Branham vous a dit lĂ -bas ce soir-lĂ  et vous serez parfaitement bien et normale.

136    Et nous nous inclinons pour remercier Dieu. Maintenant PĂšre, nous Te remercions pour Ta guĂ©rison. Et nous Te remercions pour cette mĂšre loyale et cette gentille petite fille qui ont voulu venir montrer que JĂ©sus vit et rĂšgne toujours. Pour montrer que cette Ă©norme chose, horrible Ă  voir, comme un cancer, qui boursouflait tout le sommet de la tĂȘte et le cĂŽtĂ© ici, Tu l’as guĂ©rie et l’as enlevĂ©e. Nous Te remercions pour cela. Et nous Te prions maintenant de bĂ©nir cette mĂšre loyale dont le cƓur tressaille. Lorsque la petite fille sera une femme, qu’elle puisse toujours tĂ©moigner Ă  Ta gloire.

137    Maintenant je continue d’imposer les mains aux malades, tandis que le frĂšre et moi les oignons. Et qu’ils puissent recevoir la mĂȘme sorte de bĂ©nĂ©diction que cette petite fille a reçue. S’ils peuvent seulement le croire avec une foi comme celle d’un enfant, comme cet enfant l’a fait! Il devrait en ĂȘtre ainsi. [Blanc sur la bande. FrĂšre Branham et frĂšre Neville continuent Ă  prier pour les malades. – N.D.É.]

138    TrĂšs bien. Je suis si heureux ce matin, de ce que nous avons eu un moment d’adoration, et nous avons tous ensemble eu ce moment de communion les uns avec les autres, tandis que le Sang du Seigneur JĂ©sus nous lave de tout pĂ©chĂ©.

139    Et maintenant, aux Ă©trangers parmi nous, nous voulons vous inviter Ă  revenir. Venez ce soir, au service du soir. Si vous ĂȘtes dans la ville et aimeriez revenir et ĂȘtre avec nous de nouveau ce soir, je serais trĂšs heureux. Les portes sont toujours ouvertes. Nous n’avons pas de dĂ©nomination, pas de credo, mais Christ, aucune loi si ce n’est l’amour, et pas d’autre livre que la Bible. Et nous dĂ©sirons vous avoir, nous vous invitons, et vous ĂȘtes cordialement invitĂ©s.

140    Et je vous demande aussi, comme vous continuez votre voyage, lorsque vous quitterez notre ville et les diffĂ©rentes parties du pays, de vous souvenir de moi dans vos priĂšres, comme votre compagnon de service en Christ, et dans le – et dans l’amour et la communion du Saint-Esprit. Je dois partir trĂšs bientĂŽt maintenant pour – pour aller au Canada et en Californie. Franchement, je vais aller en Californie. Alors, je – je dĂ©sire que vous soyez en priĂšre pour moi, soyez vraiment en priĂšre pour moi maintenant. C’est le moment oĂč je dois prendre une dĂ©cision rapide pour quelque chose, voyez-vous, et c’est vraiment ardu, et je – je – je prie que vous – vous me preniez en affection et que vous vous souveniez de moi. Parce que, je sais que c’est la priĂšre qui change les choses. La priĂšre est ce qui fait ces choses pour nous.

141    Et maintenant, aujourd’hui, je – je suis dĂ©solĂ© de vous retenir jusque tard, et de tenir notre cher frĂšre pasteur ici, Ă©loignĂ© de sa chaire. Je suis si dĂ©solĂ©, mais je ne sais peut-ĂȘtre pas... Je dois m’en aller rapidement. Et je n’ai vu aucune demande d’un petit entretien sur le bureau. Mais, pendant que le pasteur vĂ©rifie cela, un – un frĂšre est venu depuis l’Angleterre, a-t-il dit, pour me voir juste quelques minutes. Et je dĂ©sire voir ce frĂšre. Je souhaitais avoir le temps pour vous serrer la main et vous voir tous, mais je ne pourrai pas le faire. Maintenant, pour obtenir un – un petit entretien les matins oĂč je suis ici, appelez mon secrĂ©taire, frĂšre Cox qui est assis ici, et il accorde ces choses. C’est la raison pour laquelle nous devons – nous devons planifier notre temps de façon Ă  pouvoir permettre ces choses. Mais ce frĂšre ne le savait pas, et il vient d’Angleterre. Je suis supposĂ© partir d’ici dans douze minutes, ainsi, je – je, oui, midi, je – je dois donc me dĂ©pĂȘcher et partir. Et vous tous, excusez-moi. Je vais aller quelques minutes dans la piĂšce avec le frĂšre pour l’entretien. Et je vous reverrai dĂšs que je reviendrai. Priez pour moi.

142    Maintenant, les services auront lieu dans – dans l’Église de Philadelphie, jeudi soir. Nous serons au Convention Hall, la semaine prochaine, le mercredi soir. (Merci, monsieur). Nous serons Ă  la – Ă  la CommunautĂ© Internationale des Hommes ChrĂ©tiens du Plein Évangile. Je parlerai le soir de – le matin du 23, Ă  l’hĂŽtel Leemack Ă  – Ă  Minneapolis, dans le Minnesota. Et aprĂšs, au Convention Hall, je crois que c’est cela, ce sera le soir suivant, ce sera samedi. Et le – le dimanche, je serai Ă  Heart Harbor Tabernacle avec le RĂ©vĂ©rend Gordon Peterson, et ce sera un service de prĂ©dication. Et lundi soir (et toute la journĂ©e du lundi), commencera une convention de cinq jours.

143    Puis j’ai un AINSI DIT LE SEIGNEUR Ă  transmettre Ă  une femme dans le nord du Canada. Et j’irai lĂ -bas; mon Ă©pouse viendra avec moi et les enfants aussi, juste pour quelque temps. Et je redescendrai directement pour – pour voir mon ami Ern Baxter. J’ai quelque chose Ă  lui dire Ă  Vancouver. Et immĂ©diatement aprĂšs cela, j’irai Ă  Washington, chez Rasmussen, pour lui faire une visite d’un jour.

144    Alors j’irai Ă  La Crescenta, en Californie, pour mettre certaines choses en ordre, ce qui... ma tente est dĂ©jĂ  faite et prĂȘte pour aller dans le champ missionnaire maintenant. Et ainsi, eh bien, je commencerai probablement par la cĂŽte ouest de la Californie, descendant par la Californie et l’Arizona, l’hiver prochain, Dieu voulant; sauf en temps libre entre les rĂ©unions pour aller encore tenir un service en Afrique. David duPlessis et beaucoup de ces hommes ici, venant d’Afrique, qui veulent organiser la campagne d’Afrique, et qui Ă©taient avec lui dans ces rĂ©unions, vont se rencontrer lĂ . Et nous devons aller avec frĂšre Arganbright prier pour savoir oĂč seront les prochaines rĂ©unions.

145    L’aimez-vous [L’assemblĂ©e rĂ©pond: «Amen.» – N.D.É.] TrĂšs bien. Alors vous devez m’aimer, si vous L’aimez, parce que je suis en Lui. Et nous nous aimons les uns les autres. Le Seigneur vous bĂ©nisse! Notre cher frĂšre Neville, Dieu vous bĂ©nisse! Merci pour le temps, frĂšre Neville.
EN HAUT