ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Combattre Pour La Foi de William Branham a été prêchée 55-0620 La durée est de: 1 hour and 16 minutes .pdf La traduction Shp
Télécharger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Combattre Pour La Foi

1 Bonsoir, mes amis. Je suis heureux d’être ici ce soir au Nom du Seigneur Jésus. Et je suis sûr que notre Seigneur nous accordera une grande bénédiction à cause du rassemblement de ce soir. Je demanderais maintenant au frère de lire les Ecritures pour la leçon de ce soir. Nous allons lire dans Jude au verset 3. Ça sera notre texte pour ce soir, le verset 3 de Jude. [Le frère lit le texte. – N.D.E.] Bien-aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. Ceci est pour la…?… Combattre ardemment pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. [Frère Branham parle à quelqu’un. – N.D.E.]
Ceci est un texte très frappant. Ça faisait exactement trente-trois ans après la Pentecôte. Et alors, il leur a été demandé de combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. Eh bien, il y avait un affaiblissement depuis lors.

2 Eh bien, avant de commencer à parler ce soir, j’aimerais faire quelques déclarations. Eh bien, je ne prétends pas être un guérisseur. Je ne suis que votre frère en Christ. Je ne condamne pas les médecins, ni les hôpitaux ni les médicaments. Je crois que ce sont des dons de Dieu pour nous. Il nous a donné des choses merveilleuses par des hommes de science : des automobiles, des avions, de meilleurs habits, beaucoup de choses. Et nous sommes très reconnaissants pour toutes ces choses.
Je ne prétends pas prendre la place du médecin. Je prie pour les médecins afin qu’ils aient plus de succès en vue d’aider les enfants de Dieu qui souffrent. Mais il y a des maladies pour lesquelles les médecins ne peuvent rien. Alors, nous avons le droit d’aller à ce moment-là auprès de Jésus pour qu’Il nous guérisse donc. Et je crois qu’Il le fera. Je L’ai vu dans mon ministère, pendant dix ans, guérir des dizaines de milliers de gens, des aveugles, des gens aux membres tordus, des estropiés, des boiteux, des infirmes. Je L’ai vu ressusciter trois personnes d’entre les morts après qu’elles avaient été déclarées mortes, deux d’entre elles aux Etats-Unis d’Amérique et une à Helsinki, en Finlande. Eh bien, je suis sûr que vous en avez entendu parler. Ça a parcouru le monde.

3 Il est le même Seigneur Jésus. Remarquez que, pendant Son ministère, Il n’avait ressuscité que trois personnes d’entre les morts, pendant Son ministère ici sur terre. Il a ressuscité la fille de Jaïrus, le fils de la femme qu’on ensevelissait et Lazare. Trois, c’est une confirmation. Il aurait pu faire plus si le Père le Lui avait montré.
Maintenant, soyons respectueux et affichons une bonne attitude envers le Seigneur Jésus. Car, soyez-en sûr, votre–votre attitude envers n’importe lequel des dons divins déterminera les résultats que vous en tirerez.
La femme qui toucha Son vêtement ressentit une vertu. Mais l’homme qui plaça un lambeau sur Son visage et sur Ses yeux, en disant : « Je comprends que Tu es prophète », et puis Le frappa à la tête et dit : « Dis-nous qui T’a frappé et nous croirons en Toi », celui-là ne ressentit aucune vertu. C’était à cause de son approche vers Jésus.
C’est suivant votre approche que ça arrivera, rien que l’attitude que vous affichez vis-à-vis de cela. Il y a des gens couchés ici ce soir, sans secours, sans espérance, en dehors de Christ. Mais avec Christ, à la fin de cette réunion, ceux qui ont la foi prendront leur lit et s’en iront, guéris. Croyez-vous cela ? Que le Seigneur vous bénisse.

4 Maintenant, à notre texte pour quelques instants. Eh bien, Jude dit de combattre ardemment pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes, non pas pour une foi, pour la foi. Eh bien, chacun de nous voudra penser que c’est son église qui a cette foi-là. J’espère que nous l’avons tous. Mais, examinons les Ecritures, et voyons par les Ecritures si notre église est en train de combattre pour cette foi-là.
Les catholiques, ils disent qu’ils combattent pour cela. Les luthériens disent qu’ils l’ont. Les baptistes disent qu’ils l’ont. Les presbytériens disent qu’ils l’ont. Les pentecôtistes disent qu’ils l’ont. Les nazaréens disent qu’ils l’ont. Ils prétendent tous l’avoir. Il n’y a qu’un seul moyen sûr de découvrir cela. Retournons pour voir ce que cela était. Si c’est un test efficace, levez la main. Merci.

5 Il est dit de–de combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. Maintenant, retournons là où les saints ont commencé, examinons notre foi par rapport à la foi qui leur a été transmise. Alors, si nous trouvons que notre foi est comme la leur, alors nous croirons que nous avons la foi qui leur a été transmise. C’est aussi équitable que possible. Car ceci est le lieu de repos de Dieu pour la foi. Il n’y a nul autre endroit où la foi peut se reposer divinement si ce n’est dans la Parole de Dieu. La véritable foi ne peut se reposer sur un credo, elle ne peut non plus se reposer sur une dénomination ; elle doit se reposer sur la Parole de Dieu.

6 Eh bien, au début, quand la foi a été présentée au monde, la foi pour laquelle nous devons combattre ardemment, c’était Jean-Baptiste qui l’avait présentée. Il avait présenté Jésus au monde et Jésus a présenté la foi. Eh bien, retournons pour voir quelle foi Il avait présentée au monde, et alors nous verrons de quoi nous parlons.
Eh bien, Il ne prétendait pas être un guérisseur. Si Jésus n’a pas prétendu être un guérisseur, alors comment un homme peut-il prétendre être un guérisseur ? Quand Jésus fut interrogé, Il dit : « Ce n’est pas Moi qui fais les œuvres, mais c’est Mon Père qui demeure en Moi. » Il n’avait donc rien à faire avec cela. C’était Dieu le Père en Lui qui accomplissait l’œuvre.
Quand Il fut baptisé d’eau par Jean, il est rapporté qu’on a vu Dieu venir–venir comme une Colombe et entrer en Lui. Et alors, quand Jésus s’est mis à prêcher, de grandes foules venaient L’écouter. Il s’est mis à accomplir des miracles parmi elles, et Sa renommée s’est répandue. C’est alors qu’Il a dit : « Ce n’est pas Moi, c’est le Père qui fait les œuvres. »

7 Voyons donc certaines des œuvres qu’Il a accomplies. Quand Philippe a été converti, au début du ministère de Jésus, il est premièrement allé trouver Nathanaël. Et quand il l’a trouvé, ce dernier était sous un arbre en train de prier. Alors il l’a appelé et lui a dit : « Viens voir qui j’ai trouvé, Jésus de Nazareth, le Fils de Joseph. »
Alors, quand il est arrivé, Jésus était en train de prier pour les gens dans la ligne de prière. Jésus a regardé et l’a vu venir, et Il a dit : « Voici un Israélite dans lequel il n’y a point de fraude. » Eh bien, cela a étonné cet homme. Comment a-t-Il su qu’il était un croyant ? Si je disais la même chose ce soir, je dirais : « C’est un véritable homme, un croyant. » Et Philippe… Nathanaël lui avait en retour demandé : « Rabbi, quand m’as-Tu connu ? »
Il a dit : « Avant que Philippe t’appelât, quand tu étais sous l’arbre, Je t’ai vu. »

8 Et il a dit : « Rabbi, Tu es le Fils de Dieu, le Roi d’Israël. » Jésus lui a dit : « Parce que Je t’ai dit que Je t’avais vu sous l’arbre, tu crois ? Tu verras des choses plus grandes. » Eh bien, qu’arriverait-il si quelqu’un disait cela ce soir ? Qu’en dirait-on ? Combien ont déjà lu ce–ce passage de la Bible ? Avez-vous déjà lu ce passage dans la Bible ? Oui. Très bien. Ce sont les Ecritures.
Eh bien, je pense que Pierre a bien expliqué cela à l’église, ce que Jésus était. Il a dit : « Hommes Israélites, Jésus de Nazareth, cet Homme à qui Dieu a rendu témoignage devant vous par les prodiges et les signes… » Voyez, Dieu avait confirmé Jésus par les prodiges et les signes.

9 Et je pense aussi que Nicodème avait expliqué ce que la grande église formaliste aussi pensait de Lui à l’époque. Eh bien, si vous remarquez bien, c’était un vieux docteur, un vieux sage venant auprès d’un Jeune Homme. Et il y avait là un érudit qui venait auprès d’un Homme qui n’avait jamais reçu une instruction terrestre ni un diplôme. Mais il a dit, Nicodème, qui représentait l’Eglise orthodoxe, a dit : « Rabbi, nous savons que Tu es un Docteur venu de Dieu. » Quoi ? Nous savons. Qui sait ? Les Juifs. Tout le monde le savait, mais ils ne pouvaient pas l’accepter. Leur église disait qu’ils seraient excommuniés s’ils acceptaient cela.
Il a dit : « Nous savons que Tu es un Docteur venu de Dieu, car personne ne peut faire ces miracles que Tu fais si Dieu n’est avec lui. » Eh bien, regardez ce qu’Il a fait. Il ne prétendait pas faire quelque chose de Lui-même. Mais Il disait que c’était le Père qui accomplissait cela en Lui. Il y eut une fois une femme… [Espace vide sur la bande – N.D.E.]

10 « C’est un Saint Homme, et si je Le touche, je serai guérie. » Et elle L’a touché, et puis elle a regagné la foule. Beaucoup de gens faisaient passer leurs bras autour de lui. Et Jésus a dit : « Qui M’a touché ? » Eh bien, Pierre a dit : « Eh bien, Seigneur, eux tous Te touchent. »
Mais c’était un genre de toucher différent. Il a dit : « Une vertu, ou une force, est sortie de Moi. » Et Il a regardé tout autour, et Il a vu la femme. Il a dit : « Ta foi t’a guérie. » C’était Jésus hier, c’est Jésus aujourd’hui ; ce sera Jésus éternellement.

11 Eh bien, dans la ville, dans le pays, beaucoup diront : « Que je Le voie guérir Untel, alors je croirai cela. » Jésus ne pourrait pas faire cela s’Il était ici sur terre. Jésus est allé dans sa propre patrie, et la Bible dit : « Il n’a pas pu accomplir beaucoup de miracles à cause de leur incrédulité. »
Dans Saint Jean 5, Jésus est allé à la piscine de Béthesda. La Bible dit qu’un grand nombre, ce qui veut dire des milliers, était couché là : des boiteux, des aveugles, des gens aux membres atrophiés, des infirmes, attendant le mouvement de l’eau. Car un ange descendait de temps en temps et agitait les eaux. Et la première personne qui y descendait avec foi était guérie quelle que soit sa maladie. Maintenant, écoutez attentivement ceci. Voici donc Jésus ignorer cette même multitude de gens. Il ignora les infirmes, Il ignora la maman qui avait un enfant hydrocéphale… [Espace vide sur la bande – N.D.E.] … un pauvre vieux papa estropié à cause de l’arthrite, des boiteux, des gens aux membres atrophiés. Il était Dieu Lui-même. Pourquoi ne les a-t-Il pas guéris ?

12 Il a directement traversé cette foule-là et a repéré un homme couché sur un grabat. Et Il savait qu’il était couché là. Il n’allait pas mourir. Cela n’allait pas le tuer. Il était malade depuis vingt-huit ans. C’était probablement chronique. Peut-être qu’il souffrait de la tuberculose, peut-être qu’il souffrait de la prostate, d’une maladie quelconque. Il n’était pas sans secours. Il pouvait marcher. Il a dit : « Quand je descends, quelqu’un arrive à me précéder là. » Alors Jésus a dit : « Prends ton lit et rentre chez toi. » Alors il a pris son lit et a poursuivi son chemin.
Maintenant, écoutez, église. Faites attention à ceci. Ceci peut déterminer votre position ce soir. Maintenant, Jésus, après qu’on eut trouvé cet homme transportant son lit, on interrogea Jésus ; ce sont les Juifs qui l’ont fait. Si Jésus passait par ce groupe ici ce soir et qu’Il aille là guérir un homme souffrant de la tuberculose, et qu’Il dépasse toute cette ligne de brancards, que diraient les critiqueurs demain ? « Voyez, il n’y a rien à cela. » Jésus a fait la même chose pour des milliers de gens qui étaient couchés là. On L’a donc amené là et on L’a interrogé.
Maintenant, écoutez attentivement. Saint Jean 5.19. Voici ce que Jésus a dit à ce sujet. Ceci est la foi qu’Il a présentée aux gens. Maintenant, je vais citer les Paroles de Jésus. Il a dit : « En vérité, en vérité, Je vous le dis... (En vérité signifie absolument) Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-même. Mais ce que Je vois faire au Père, Je le fais pareillement. »

13 En d’autres termes…?… Dieu montrait à Jésus une vision de la chose à faire et, ensuite, Jésus faisait cela. Comprenez-vous cela ? Aucune chair ne se glorifie aux yeux de Dieu. Tout relève du domaine de l’esprit. Même Jésus, le Fils de Dieu, a dit : « Je ne peux guérir personne, ni rien faire, à moins que le Père me montre quoi faire. »
Combien comprennent cela clairement maintenant ? Levez la main. Merci. Je voulais juste voir si vous compreniez réellement. J’espère voir le jour où toutes les langues redeviendront une seule. Ce sera le jour où Jésus reviendra. Babylone aura été oubliée. Comprenez-vous maintenant que la foi que Jésus a présentée à l’Eglise n’était pas de sortir juste guérir n’importe qui Il voulait ; c’était celui que le Père Lui montrait.

14 Maintenant, j’aimerais que vous suiviez attentivement. Jésus, quand Il s’en allait, Il–Il a dit à Ses disciples : « Allez par tout le monde. » Cela incluait aussi Zurich. « Par tout le monde, prêchez la Bonne Nouvelle à toute la création. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. » Parmi tous les signes qu’Il a mentionnés, l’un d’eux était d’imposer des mains aux malades et les malades seraient guéris. Jésus a dit : « Les œuvres que Je fais… » Quelles sont ces œuvres ? Regarder l’auditoire. Il connaissait les pensées des gens. Il savait, quand ils venaient auprès de Lui, où ils avaient été et s’ils… Alors Il a dit : « Vous ferez aussi les œuvres que Je fais, car Je (Je, c’est un pronom personnel.) Je serai avec vous, même en vous, jusqu’à la fin du monde », non pas la fin des apôtres, jusqu’à la fin du monde, jusqu’à la fin de la civilisation.
La Bible dit : « Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement. » Si vous le croyez, dites : « Amen. » [L’assemblée dit : « Amen. » – N.D.E.] Il est ressuscité des morts. Il a dit aux apôtres (écoutez) : « Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus. » Cela voulait dire l’ordre du monde, les incroyants. « Les incroyants ne Me verront plus, mais vous, vous Me verrez (vous), car Je serai avec vous, même en vous, jusqu’à la fin du monde. »

15 Si vous êtes croyant, vous pouvez… Jésus est le même aujourd’hui qu’autrefois. Si vous êtes un incroyant, vous rejeterez cela comme les pharisiens l’avaient fait, vous vous en irez comme eux. Vous n’aimeriez certainement pas prendre leur place ce soir, là où ils sont. Vous aimeriez prendre la place de ceux qui avaient aimé Jésus.
Maintenant, si c’est là la foi que Jésus avait présentée au monde (juste un instant maintenant), alors Il l’a confiée à Ses disciples pour qu’ils continuent à la transmettre l’un à l’autre, jusqu’à la fin du monde. Quand Pierre, l’apôtre, était une nuit en prison, Dieu envoya Son Ange et le délivra. Quand il était sur la terrasse d’une maison, dans Actes 10, eh bien, il a vu en vision les Gentils. Il devait partir. La même foi qu’avait Jésus.
Quand Saul était sur le chemin de Tarse, Dieu–Dieu avait un homme là-bas, et… du nom de–d’Ananias. Et quand il a vu Paul en vision, il est descendu sur une rue appelée La Droite, il a trouvé Paul et lui a imposé les mains. Et aussi, quand Paul était à bord d’un navire et–et que c’était tout rempli d’eau et sur le point de sombrer, Paul est allé à la galerie et a vu en vision qu’il serait sauvé.

16 Eh bien, c’était la foi qu’ils avaient. Croyez-vous ? Si Jésus venait ici dans cet auditoire ce soir et qu’Il accomplissait les mêmes œuvres qu’Il avait faites autrefois, allez-vous L’accepter comme Seigneur ? Allez-vous le faire ? Levez la main. Que Dieu vous bénisse. Oui, oui. Eh bien, c’est une forte déclaration de la part d’un homme. Mais beaucoup parmi vous ont lu le livre, les journaux qui parcourent le monde, comme le Reader’s Digest et beaucoup de magazines, comment le Seigneur a accompli ces œuvres. Et je me soumets humblement ce soir pour le service de Dieu.
Comme je clôture, permettez-moi de dire ceci. Je ne suis qu’un homme, votre frère. Vous avez le droit de douter de ma parole. Les gens peuvent venir ici et dire n’importe quoi. Vous avez le droit de douter de cela. Mais quand Dieu parle et dit que l’homme est dans le vrai, alors ce serait un péché de douter. N’est-ce pas vrai ?

17 Inclinons la tête. Je vais à présent demander qu’il y ait absolument un respect total. Vous qui connaissez la Bible, vous savez que ceci, ce n’est pas faire la religion. On traite avec des mauvais esprits. Je ne suis pas capable de tout vous expliquer en un seul service. Mais écoutez ma parole. Maintenant, ne vous déplacez pas pendant que le service est donc en cours.
Ces hommes qui sont ici derrière moi me surveillent, car cela se passe en vision. Rien qu’une d’elles vous tue pratiquement. Daniel a eu une vision et il a eu des maux de tête pendant plusieurs jours. Cela a fait que Jésus a senti la vertu sortir de Lui. Qu’est-ce que cela ferait à moi, un pécheur sauvé par grâce ?
Vous devez garder vos sièges. Parfois, les mauvais esprits crient et s’agitent beaucoup sur l’estrade. Vous devez rester respectueux car, quand il sort d’une personne, il va chez une autre, s’il y a un incroyant dans la salle. Vous devez rester très calmes ; soyez en prière. Prions.

18 Notre Père céleste, que Tes bénédictions reposent sur Ta Parole, reposent sur Ton serviteur, reposent sur Ton peuple. Et, Seigneur, Tu sais que je ne connais personne ici. Je ne peux même pas parler leur langue. Mais Toi, Tu connais tout le monde. Tu connais leur cœur. Et, ô Grand Dieu ! au Nom de Ton Fils Jésus, permets cela une fois de plus. Permets que Ton Esprit vienne sur Ton serviteur afin que les gens sachent que Tu n’es pas un Christ mort, mais que Tu es ressuscité des morts et que Tu es le même aujourd’hui qu’autrefois. Ô Eternel Dieu, accorde ces bénédictions au Nom de Jésus, Ton Fils. Amen.
Maintenant, mamans, gardez vos enfants tout près. Ne vous déplacez pas. Je ne serai pas responsable des gens désobéissants dès maintenant jusqu’à la fin de la réunion. Rappelez-vous, je l’ai dit.

19 Maintenant, nous allons former la ligne de prière. Maintenant, vous avez une petite carte, quelque chose comme ceci. Regardez votre carte. Et regardez, elle porte un nombre et une lettre.
Alors, qui a la carte de prière numéro 1 ? Levez la main. Cette femme a la carte de prière numéro 1. Levez simplement la main. Là au fond ? Très bien. Faites venir cette dame ici. Très bien. Venez ici, madame, vous qui avez la carte de prière numéro 1…?… ( Si mes jeunes gens et frère Fandler peuvent aller–peuvent aller là vers la ligne de prière. Très bien.)

20 Numéro 1. Qui a le numéro 2 ? Est-ce cette dame ici ? Nous formons la ligne de prière ici. Mais que personne ne lève la carte de prière jusqu’à ce que je vous appelle. La carte de prière numéro 3 ? Qui l’a ? Levez… Venez juste ici. Numéro–numéro 4 ? Qui a la carte de prière numéro 4 ? Numéro 5 ? Levez la main. La carte de prière numéro 5. Regardez chez votre voisin, il se peut que ça soit quelqu’un qui n’entend pas. Ça peut être quelqu’un qui ne peut pas lever la main. Regardez ces cartes de prière.
Numéro 5. Voudriez-vous lever la main ? Avez-vous le numéro…?… Cette dame est probablement sourde et n’entend pas. Numéro 5. Qui a numéro 6 ? 6 ? Très bien. 7 ? Levez la main. Venez. Numéro 8 ? Numéro 8 ? La carte de prière numéro 8 ? Numéro 9, qui a la carte de prière numéro 9 ? Si–si cet homme ne peut pas marcher, laissez-le simplement assis là, et moi, je pourrais aller vers lui. Eh bien…?… Quand son numéro sera appelé, que l’huissier aille vers lui et soutienne sa main, quand son numéro sera appelé pour venir dans la ligne. Numéro 10, la carte de prière numéro 10 ? Voudriez-vous lever la main ? …?… Numéro 11 ? 11 ? Levez la main, s’il vous plaît…?… 11, 12 ?13 ? 13 ? Numéro 14 alors ? Vous perdez votre place. Il ne vous sera pas remis une autre carte de prière maintenant. Il y a beaucoup de gens pour qui prier.
Numéro 15, qui a la carte de prière numéro 15 ? Levez la main. Numéro 15 ? Numéro 16 ? Eh bien, arrêtons-nous donc là. (Il vous faudra leur donner un peu mieux que ça, voyez-vous. En effet, ils auront à répondre pour cela, parce que cela opère une secousse très forte pour moi ici.)

21 Maintenant, combien ici n’ont pas de cartes de prière et aimeraient que Jésus les guérisse ? Voici ce que je vous demande pour vous stimuler. Regardez dans cette direction-ci vers moi. Croyez que j’ai représenté le Seigneur Jésus, que Dieu me parlera et que l’Ange du Seigneur apparaîtra ici et me révélera quoi vous dire. Serait-ce comme Jésus a fait ? Si c’est le cas, levez la main. C’est…
Quoi ? Billy, il vous en manque une ? La carte de prière numéro 5 manque. Quelqu’un qui a la carte de prière numéro 5. Peut-être que c’est un sourd ; mon fils n’arrive pas… Numéro 5 ? Dites-le en allemand là. Avez-vous cela ? Dites-le en français. Parlez-vous français ? Quelqu’un qui parle français. Peut-être que c’est un Français. La carte de prière numéro 5… Qu’était-ce ? Quelqu’un est venu. Avez-vous aligné tous les autres jusque là où nous sommes arrivés ? Très bien.

22 Inclinons la tête. Qu’il n’y ait plus de mouvements à partir de maintenant. Soyez respectueux.
Bien-aimé Seigneur, exauce Ton humble serviteur. Ceci est un moment solennel, Père. Ça peut représenter un changement pour la Suisse. Je ne prie pas afin qu’ils m’entendent. Mais Toi, ô Père saint, exauce la prière de Ton serviteur. Et maintenant, que le Saint-Esprit vienne et accomplisse les mêmes œuvres qui avaient été accomplies pour ceux qui revenaient d’Emmaüs. Il avait fait quelque chose de différent de ce que les hommes ordinaires feraient. Alors ils ont dit : « Notre cœur ne brûlait-il pas au-dedans de nous ? » Puissions-nous dire la même chose après le service de ce soir. En effet, fais quelque chose d’un peu différent, Père, non pas un service ordinaire de l’église, afin que les gens sachent que Tu es le Fils de Dieu. Je prends plaisir en Toi, mon Père céleste. Et maintenant, parle, disant que Ton serviteur a dit la vérité. Je le demande au Nom de Ton Fils, Jésus. Amen.

23 Maintenant, ceci ne peut pas être fait par un homme. Et je suis sûr que vous, les chrétiens, vous comprenez ma position à présent ; je représente votre Seigneur et Sauveur, le Seigneur Jésus. Soyez vraiment respectueux, et soyez prêt à répondre s’Il vous appelle.
Maintenant, saisissez vite ma voix. Il y a une dame ici devant moi. Je ne l’ai jamais vue de ma vie. Nous sommes de parfaits inconnus l’un à l’autre. Nous sommes inconnus. Si c’est vrai, que cette jeune fille lève la main. Je ne la connais pas. Je ne l’ai jamais vue. Elle ne m’a jamais vu. Nous sommes nés l’un et l’autre à des milliers de kilomètres de distance. Mais Dieu la connaît, et Dieu me connaît. Il y a quelque chose pour lequel cette jeune fille est venue ici. Je ne le sais pas. Il n’y a aucun moyen pour moi de le savoir, à moins que Jésus me le révèle. Je suis Son serviteur. Je crois que les œuvres qu’Il a dit qu’Il avait faites, je peux aussi les faire. Si Dieu vient…
Une fois de plus, ceci est une parfaite scène de la Samaritaine avec notre Seigneur, le Maître, un homme et une femme. Qu’est-ce que Jésus avait dit à cette femme ? Il s’est mis à lui parler, disant : « Donne-moi à boire. » Et Il a continué la conversation pour saisir son esprit. Et aussitôt qu’Il avait trouvé où était son problème, Il dit : « Va chercher ton mari. » C’était ça le problème de la femme.

24 Alors la femme Lui dit : « Seigneur, je vois que Tu es prophète. » Elle dit : « Quand le Messie viendra, Celui qu’on appelle Christ, Il nous révèlera de telles choses. Mais Toi, qui es-Tu ? Tu dois être un prophète. »
Il a dit : « Je Le suis, le Christ. » Eh bien, ces œuvres n’étaient-elles pas le signe même de Christ ? La femme elle-même a dit, elle a dit : « Quand le Messie viendra, Il accomplira ces œuvres. » Il est le même aujourd’hui.

25 Maintenant, il me faut regarder cette femme. Pour la gloire de Dieu, pour l’amour de Sa Parole et au Nom de Jésus-Christ, je prends tout le monde sous mon contrôle. Que le Seigneur ajoute Sa bénédiction.
Je souhaiterais parler à la femme juste un instant. C’est très difficile, car l’interprète devra saisir ma voix quand je parle à la femme. Cette dame est très consciente de ce que quelque chose est en train de se passer. Elle sait qu’elle est dans la Présence de Quelque Chose d’autre que son frère ; en effet, c’est une chrétienne. Et elle souffre d’un mal de gorge. Et ce sont les amygdales. Elle a… elle a été tout récemment chez un médecin, et le–le médecin va l’opérer pour enlever les amygdales. Il a examiné le sang, il y a un mauvais sang dans les intestins. Et vous–vous parlez anglais. Vous n’êtes pas d’ici. En venant, vous vous êtes déplacée du Sud vers le Nord. Et vous venez de l’Allemagne–de l’Allemagne. Vous êtes venue par train. Il vous faut rentrer ce soir. Et vous êtes accompagnée d’une grand-mère qui souffre d’un cancer. Et vous souhaiteriez qu’elle soit guérie. C’est vrai. Si c’est vrai, levez la main. Allez, imposez la main à votre grand-mère, car AINSI DIT LE SAINT-ESPRIT, vous retournerez chez vous, guérie. Je vous bénis, ma sœur bien-aimée. Au Nom du Seigneur Jésus-Christ, allez et soyez guérie. Amen. Poursuivez votre chemin en vous réjouissant et en étant heureuse, racontant aux gens les glorieuses choses.
Croyez-vous de tout votre cœur maintenant ? Soyez respectueux. Cette dame qui se tient devant moi m’est inconnue. Je ne l’ai jamais vue de ma vie. Nous sommes inconnus. Nous ne parlons même pas la même langue, mais vous êtes une croyante. Votre esprit est accueillant. Si je vous suis inconnu, levez la main. Croyez-vous que le Seigneur Jésus est ressuscité des morts, et croyez-vous que c’est Lui que vous ressentez maintenant, que c’est dans Sa Présence que vous vous tenez ?

26 Si Jésus se tenait ici où je me tiens maintenant et que vous réclamiez la guérison, Il ne pourrait pas vous guérir, parce qu’Il l’a déjà fait au Calvaire. Mais Il pourrait vous dire ce qui cloche en vous ou quelque chose comme cela pour élever votre foi afin que vous puissiez croire en Lui. Est-ce la vérité ? Levez la main. Si Jésus-Christ, qui est avec moi maintenant, vous dit… me fait savoir votre maladie, allez-vous L’accepter comme votre Guérisseur ? Vous… Je vois, entre vous et moi, alors que cette femme s’éloigne de moi, elle a quelque chose qui saigne…?… qui coule. Et ces intestins saignent. Ça fait deux ans que vous en souffrez. C’est exact. Acceptez-vous votre guérison maintenant ? S’il y a ici Quelque Chose pour me dire ce que vous êtes… Jésus a dit : « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. Ils imposeront les mains aux malades, les malades seront guéris. »
Dieu Tout-Puissant, aie pitié maintenant. Et je proclame la vertu guérissante du Seigneur Jésus sur cette femme, au Nom de Jésus-Christ. Amen. Que Dieu vous bénisse. Que le Seigneur vous bénisse. Croyez-vous ? Soyez respectueux, tout le monde, s’il vous plaît. Ne vous déplacez pas. C’est spirituel, mon ami. Et je n’ai aucun moyen de savoir, si ce n’est par l’Esprit. Je m’affaiblis vraiment. Je suis venu ici en tant que votre frère. Je suis venu vous aider. Maintenant, aidez-moi ; soyez respectueux.

27 Nous sommes inconnus l’un à l’autre. Si c’est vrai, levez la main. Je ne vous ai jamais vu. Regardez-moi et croyez. Si Dieu me révèle ce pour quoi vous êtes ici, allez-vous croire au Seigneur Jésus et croire que cela vient de Lui pour vous aider ? Vous n’habitez pas dans ce pays-ci. Vous venez de l’Allemagne…?… Il vous faut rentrer ce soir. Vous souffrez du cœur et vous… Je vous vois chercher à sortir du lit et vous êtes raide. C’est le rhumatisme qui vous dérange…?… Acceptez-vous ma parole en tant que prophète de Dieu ? Levez la main. Soulevez les pieds. Votre rhumatisme vous a quitté. Vous êtes bien portant. Votre foi vous a guéri. Rentrez chez vous en vous réjouissant et racontez les…?… ce que Dieu a fait pour vous. Qu’Il vous bénisse. Ayez foi. Soyez respectueux. Juste un instant, s’il vous plaît. Le Saint-Esprit m’a quitté et est allé dans l’auditoire.

28 Il y a une dame qui me regarde. Elle porte un large chapeau. Cette Lumière est suspendue juste au-dessus d’elle. Elle prie Dieu de la guérir. Elle souffre du cœur et de l’arthrite. Cette dame est assise là en train de prier, elle me regarde. Si c’est la vérité, levez-vous. Vous êtes guérie. Votre foi vous a guérie.
Imposez la main à cet homme qui est assis à côté de vous, celui qui est à côté de vous là, à côté de vous ici. Monsieur, il y a quelques instants, une sensation étrange vous a envahi pendant que Cela était sur cette femme. N’est-ce pas vrai ? Levez la main. Vous souffriez du dos. N’est-ce pas vrai ? Levez la main et faites signe de la main. C’est… Oui. Vous êtes guérie. Votre foi vous guérit. Rentrez maintenant bien portante.
Disons : « Gloire au Seigneur ! » [L’assemblée dit : « Gloire au Seigneur ! » – N.D.E.] Oh ! Comme c’est merveilleux. Regardez dans cette direction et croyez. Vous–vous n’avez pas à vous retrouver ici. Christ est ici. C’est la même foi que ces gens-là avaient, comme la femme qui avait touché Son vêtement. Regardez dans cette direction et croyez, au Nom du Seigneur Jésus. Il n’y a rien de trop difficile pour notre Seigneur. Il vous guérira, vous tous. Croyez.

29 Maintenant, puis-je parler à cette femme. Nous sommes inconnus l’un à l’autre. Croyez-vous de tout votre cœur ? Si vous croyez, levez la main. A l’auditoire, cette femme m’est inconnue. Si Dieu révèle ce pour quoi cette femme est ici, quoi que ça puisse être… Si Dieu me fait savoir sa maladie, allez-vous accepter cela et croire que Jésus-Christ est ressuscité des morts et qu’Il accomplit la même chose qu’Il avait accomplie quand Il était ici sur terre ? Si vous allez le faire, dites…?… Ce qu’Il fera pour cette femme-ci, c’est ce qu’Il fera pour vous tous. Il n’y a rien d’étrange. C’est un don divin. Il me montre dans la chambre exactement ce qui va se passer dans les régions du monde. J’ai quarante ans, j’ai dépassé quarante ans, Il ne m’a jamais dit une seule fois une chose qui n’ait pas été parfaitement vraie. Vous pouvez écrire dans ma ville ou partout où j’ai été. C’est Dieu et ce n’est pas votre frère.

30 Vous tous dans ces brancards ici maintenant, regardez dans cette direction-ci. Croyez de tout votre cœur et dites à Dieu : « Ô Dieu, si c’est Toi, je crois vraiment que c’est Toi, fais donc que cet homme se retourne et m’appelle. Et ce qu’il me dira, je croirai en Toi. » Ayez simplement foi maintenant.
Cette dame semble s’éloigner de moi. C’est une vision, cela… Maintenant, elle est… je la vois à un endroit quelconque. On dirait que c’est dans un… il y a des hommes autour d’elle avec… ce sont des médecins, et–et ils ont été… Elle est… l’hôpital et elle a… l’estomac, dans l’estomac, et c’est un cancer. Et il est dit que le médecin l’a renvoyée à la maison. Et il dit que vous ne pouvez pas vivre et que vous allez mourir de cancer. Ça fait six semaines que vous êtes sortie de l’hôpital. C’est vrai. Levez la main.

31 Maintenant, ce n’était pas ma voix qui parlait. Eh bien, c’est ma voix. Mais ce qu’Il disait était vrai, n’est-ce pas ? Et s’Il sait ce qui a été, Il sait ce qui sera. Croyez-vous ? Ô Dieu, Auteur de la Vie, Donateur de tout don excellent…?… sur cette femme ici, alors que je condamne cette puissance de la mort par le cancer qui la lie…?… Au Nom de Jésus-Christ…?… sors de la femme…?… et guéris-la. Allez en vous réjouissant. Dieu vous guérit. Croyez-vous ? Ayez foi. Vous verrez de grandes choses.
Maintenant, madame. Non, je ne lis pas sa pensée. Arrêtez de penser comme ça. Arrêtez de penser comme ça. (Recevez ma…?… de...) Voyez ? Madame, avancez vers moi. Mettez votre main sur la mienne. Je ne vous ai pas regardée en face. Mais si notre Adorable Père céleste me montre ici votre maladie, allez-vous accepter votre guérison ? Si c’est le cas, levez la main. Je vois cette dame quitter la table. C’est au niveau de son estomac : la gastrite. C’est vrai. Cette dame est nerveuse. Elle a des ulcères peptiques au bout de l’estomac qui lui font renvoyer la nourriture, et celle-ci devient aigre dans la bouche. Elle est très nerveuse. Elle ne cesse de faire tomber des choses et agir comme cela. Est-ce vrai ? Faites signe de la main si c’est vrai. Maintenant, rentrez chez vous et prenez votre souper. Jésus-Christ vous a guérie.

32 Disons : « Gloire au Seigneur ! » [L’assemblée dit : « Gloire au Seigneur ! » – N.D.E.] Croyez-vous alors que vous approchez ! Croyez-vous que Dieu vous guérira de la maladie du cœur ? Croyez-vous ? Poursuivez votre chemin. La foi vous a–vous a guéri. Ayez foi et venez, madame. Soyez respectueux. Que personne, s’il vous plaît, s’il vous plaît…?…On va me retirer de l’estrade. Soyez respectueux. Croyez-vous que Dieu vous guérira de cette tumeur ? Levez la main et acceptez-Le…?… les prendre, frères pour venir… Je deviens faible. Croyez-vous que Dieu va vous guérir de la maladie des reins, au dos ? Alors, partez en vous réjouissant. Que Dieu vous bénisse.
Croyez-vous que Dieu vous guérira de la maladie du cœur ? Allez en vous réjouissant. Croyez de tout votre cœur. Amen.

33 Croyez-vous, là dans l’auditoire ? Regardez dans cette direction-ci, s’il vous plaît. Qu’y a-t-il avec cette femme qui va là portant un chapeau blanc ? Alors que vous êtes debout, je vois l’Ange du Seigneur au-dessus de la femme. Reculez, monsieur, quittez la voie. Le Saint-Esprit parle. Juste un instant. Dites à cette femme d’attendre. Cela est sur l’autre femme, la femme qui porte un enfant dans ses bras. Oui. Croyez-vous que je suis le prophète de Dieu ? Si vous le croyez, levez la main. Votre enfant souffre d’une maladie de cerveau. Est-ce vrai ? Levez la main. Levez la main si c’est vrai. Imposez la main à votre enfant et croyez, et il sera guéri. Si seulement vous pouvez croire… Croyez-vous ?

34 Que pensez-vous, madame, couchée ici sur ce brancard ? Croyez-vous que je suis le prophète de Dieu ? Il est le…?… précède la foi. Oui. Vous êtes couchée là en train de prier. Et vous demandez à Dieu de me permettre de vous parler. Est-ce vrai ? Alors levez la main. Si Dieu me dit quelle est votre maladie, allez-vous m’obéir en tant que Son prophète ? Ce sont des poumons affaissés. [Espace vide sur la bande. – N.D.E.] Exact. Croyez-vous que je suis Son prophète ? Alors, au Nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, prenez votre lit et rentrez chez vous. Levez-vous. Est-ce que le reste parmi vous croit ? Que tout le monde se lève.
Ô Dieu ! envoie Tes bénédictions sur ces gens et guéris chacun, qu’ils se lèvent de sièges et soient guéris au Nom de Jésus, Ton Saint Fils...

EN HAUT