ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Je Restaurerai de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 55-0626E La durĂ©e est de: 1 hour and 24 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Je Restaurerai

1 Je prie que je puisse rester longtemps la prochaine fois que je viendrai. Il est trop bref, ce sĂ©jour-ci. La – la raison... C’est pourquoi les gens ne reçoivent pas la chose comme il faut. Je suis un Ă©tranger, mon Message vous paraĂźt Ă©trange. Mais vous vous ĂȘtes trĂšs bien comportĂ©s. C’est au-delĂ  de ce Ă  quoi je m’attendais. Et j’apprĂ©cie votre bonne coopĂ©ration.
Et je voudrais remercier docteur Guggenbuhl. Quel merveilleux assistant il a Ă©tĂ© dans la prĂ©paration des rĂ©unions! Il n’a jamais fait cela auparavant, il n’a jamais vu pareilles rĂ©unions auparavant, et il a fait du trĂšs bon travail. Et tous
 Je voudrais remercier tous les ministres pour leur collaboration. Je voudrais remercier l’organiste, le pianiste; quel merveilleux travail ils ont fait! Quant Ă  la chorale, et les solos... j’ai entendu beaucoup d’entre vous chanter pendant que je me trouvais derriĂšre le rideau. Certains des meilleurs cantiques que j’aie jamais entendus de ma vie... Je m’attends Ă  vous entendre chanter dans la Gloire, quand je vais...
La sĂ©rie de rĂ©unions a Ă©tĂ© trop courte cependant. Mais peut-ĂȘtre que la prochaine fois, eh bien, nous pourrons rester un peu plus longtemps, et nous pourrons avoir plus de temps pour faire des prĂ©paratifs. Quand mon – quand l’autre ministre amĂ©ricain Ă©tait ici, monsieur Graham, Ă©videmment, tout avait Ă©tĂ© arrangĂ© pour sa rĂ©union. Voyez, il a obtenu la collaboration de chaque Ă©glise. Elles sont toutes venues.

2 Ce n’est pas le cas pour mon ministĂšre. Il doit compter uniquement sur ses mĂ©rites. C’est donc le Seigneur seul qui doit se tenir avec moi. Je n’ai aucune organisation qui me soutienne. Je dois me tenir seul avec JĂ©sus. Mais je remercie Dieu pour votre coopĂ©ration. Beaucoup parmi vous viennent de diffĂ©rentes Ă©glises et peut-ĂȘtre qu’ils ont Ă©tĂ© critiquĂ©s du fait qu’ils viennent ici, mais vous ĂȘtes venus malgrĂ© tout. Que Dieu vous bĂ©nisse.
Je – je ne... Je suis dĂ©solĂ© de ce que les Ă©glises n’aient pas voulu coopĂ©rer avec nous. Je n’ai pas voulu ĂȘtre rude. J’aime mes frĂšres. Et Ă©videmment, je ne suis pas membre de leur dĂ©nomination, et vous pouvez comprendre pourquoi. Je pourrais rester dans l’une de ces Ă©glises dĂ©nominationnelles. Si je le faisais, toute l’influence que j’ai irait Ă  cette dĂ©nomination-lĂ . Je crois que JĂ©sus a des enfants dans toutes les Ă©glises. Ne croyez-vous pas cela? Amen. JĂ©sus cherche ceux qui sont purs de cƓur. Il a dit: «Ceux qui ont le cƓur pur verront Dieu.»

3 Maintenant, le... Je m’attendais Ă  de plus grands rĂ©sultats en ce qui concerne la guĂ©rison, mais nous devons nous rappeler que les malades n’ont jamais vu ceci auparavant. Et avec tant d’églises qui dĂ©clarent que c’est du diable, eh bien, on – on pouvait s’attendre Ă  ce que la foi des gens soit affaiblie. Eh bien, mais, malgrĂ© tout cela, Dieu a fait une merveilleuse dĂ©monstration. Et plusieurs milliers sont venus Ă  Christ. Si j’étais un critiqueur de cela, je – je me repentirais. Je me repentirais aprĂšs ceci, en voyant les gens venir au Seigneur, et puis, et puis en voyant toutes ces maladies qui ont Ă©tĂ© guĂ©ries.
Eh bien, gravez mes paroles dans votre cƓur. Longtemps aprĂšs mon dĂ©part, les gens qui sont assis ici dans des fauteuils roulants, marcheront. Beaucoup de malades seront guĂ©ris. Ils... C’est toujours ainsi. Vous voyez, quand le Saint-Esprit bĂ©nit l’auditoire, je ne peux tout simplement pas ĂȘtre assez rapide pour les appeler tous. Cela... Je ne peux tout simplement pas aller assez vite pour les atteindre tous. Ainsi... Mais le Saint-Esprit sait qui ils sont. Ainsi, soyez vraiment humbles et continuez Ă  croire.

4 Maintenant, le... J’aimerais remercier chacun de vous une fois de plus. Je prierai pour vous, comme je retourne chez moi de l’autre cĂŽtĂ© de la mer. Je me souviendrai toujours de ceci et je m’attends Ă  revenir un jour. Que Dieu soit avec vous.
Maintenant, j’ai une petite question Ă  poser. Et je suis sĂ»r que chacun essayera de comprendre. Je n’aime pas ĂȘtre rude, mais je dois rĂ©pondre Ă  quelque chose qui m’a Ă©tĂ© adressĂ©: il s’agit de ce petit pamphlet qui a Ă©tĂ© distribuĂ©. Les Ecritures ont Ă©tĂ© mal interprĂ©tĂ©es. Le gentleman qui a Ă©crit cela, ne sait certainement pas grand-chose sur la Bible. J’ai une fille Ă  la maison, elle a huit ans, il ferait mieux de ne jamais lui poser des questions sur ces choses-lĂ . Elle en sait plus que cela, et elle a huit ans.

5 Dans ce qu’il a dit – dans ce qu’il a dit dans le pamphlet, je pense que vous avez remarquĂ© cela, il m’a taxĂ© de «Simon le magicien» Eh bien, mon ami, sachez que je ne suis pas Simon le magicien. Et Ă  propos, Simon le magicien n’était pas celui qui opĂ©rait la guĂ©rison; c’était dans l’autre camp. C’était Philippe qui opĂ©rait la guĂ©rison.
Simon le magicien avait une Ă©glise, et cela–c’était une Ă©glise formaliste, peut-ĂȘtre une Ă©glise d’Etat, et il avait liĂ© tout le monde lĂ -dedans. Et les gens n’avaient pas de joie. Ils n’avaient pas de puissance. Mais quand Philippe est allĂ© lĂ , il leur a prĂȘchĂ© Christ, le ressuscitĂ©. Une trĂšs grande joie a explosĂ©, la guĂ©rison a suivi. Et alors, Simon voulait acheter cette puissance. Voyez-vous comment ils ont compris cela de travers? C’était le formaliste qui avait la – qui pratiquait de la magie; pas la guĂ©rison, ni la puissance du Saint-Esprit. C’était juste l’inverse.

6 Et puis, quant Ă  la question qui a Ă©tĂ© posĂ©e sur un bout de papier, comme – comme quoi JĂ©sus – ils ont dit qu’une gĂ©nĂ©ration mĂ©chante et adultĂšre demande des miracles, Matthieu 12.39. Avez-vous remarquĂ© qu’Il n’a jamais citĂ© le 38? Regardez qui est venu, c’était l’église raide, empesĂ©e, les pharisiens, ils venaient avec le col retournĂ© et disaient: «Nous voudrions voir un signe de Ta part.»
JĂ©sus n’a pas fait le clown pour eux. Il a dit: «Il ne vous est donnĂ© qu’un seul signe: comme Jonas a Ă©tĂ© dans le ventre d’un grand poisson, eh bien, il en sera de mĂȘme pour le Fils de l’homme.» C’était lĂ  leur signe, et ils ne l’ont pas cru. Ils ne le croiraient pas aujourd’hui. Et puis, ils ont dit que... JĂ©sus a dit: «Plusieurs viendront Ă  Moi en ce jour-lĂ  et diront: ‘Seigneur, Seigneur, n’ai-je pas prophĂ©tisĂ© en Ton Nom? N’ai-je pas chassĂ© les dĂ©mons en Ton Nom? Et n’ai-je pas fait beaucoup de puissantes Ɠuvres en Ton Nom?’ Et je leur dirai: ‘Eloignez-vous de Moi, Je ne vous ai jamais connus.’»

7 Maintenant, frĂšre, si vous ne pouvez pas voir cela, interprĂ©ter cela, soit leur thĂ©ologie est fausse, soit vous souffrez d’une dĂ©ficience mentale. JĂ©sus a dit: «Ils Me diront: ‘J’ai prĂȘchĂ© en Ton Nom et j’ai fait des Ɠuvres en Ton Nom.’» JĂ©sus a dit: «Si vous l’aviez fait, Je n’en savais rien. Je n’ai jamais su cela.» Ils prĂ©tendent avoir fait cela, mais ils n’obtenaient pas de rĂ©sultats. Ecoutez, mon ami. Si JĂ©sus a envoyĂ© Ses disciples prĂȘcher l’Evangile et guĂ©rir les malades, et puis Il fait volte-face au jour du Jugement et les condamne pour avoir fait ce qu’Il leur avait ordonnĂ©, quel genre de Christ serait-ce? La seule chose, c’est que... J’ai discutĂ© avec des incroyants, ils se servent aussi de la Bible. Mais ils ne prennent qu’un petit passage ici, et puis un autre lĂ  pour prouver leur point de vue. Nous devons prendre cela de la GenĂšse Ă  l’Apocalypse.

8 Voyez, la Bible est comme un jeu de puzzle. Vous pouvez prendre une piĂšce et dire: «Cela va ici en bas.» Mais ça peut ne pas aller; ça peut aller ici en haut. Par consĂ©quent, toute la Parole de Dieu doit concorder de la GenĂšse Ă  l’Apocalypse. La premiĂšre commission que JĂ©sus a donnĂ©e Ă  Son Eglise Ă©tait: «GuĂ©rissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lĂ©preux, chassez les dĂ©mons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement», Matthieu 10.
La derniĂšre commission que JĂ©sus a donnĂ©e Ă  Son Eglise... Ecoutez, mes amis, les derniĂšres paroles prononcĂ©es par les lĂšvres sacrĂ©es de JĂ©sus, disaient: «Allez par tout le monde», Ă  Zurich, partout, «et prĂȘchez la Bonne Nouvelle. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Eh bien, voici les miracles «qui peuvent ne pas» accompagner ‘ceux’. Il a dit: «Voici les miracles qui accompagneront ‘ceux.’»

9 Quels–quels miracles? Organiser les Ă©glises? Il n’a jamais donnĂ© la commission pour cela de par le monde. L’Eglise de Dieu n’a jamais Ă©tĂ© organisĂ©e. LĂ , ce sont les Ɠuvres de l’homme pour garder Dieu dehors. Il n’a jamais dit: «Construisez des sĂ©minaires.» Il n’a jamais dit que cela Ă©tait un miracle qui accompagnerait. Voici – voici le miracle dont Il a dit qu’il accompagnerait, Marc 16, les derniĂšres paroles prononcĂ©es de Ses lĂšvres. Il a dit: «En Mon Nom, ils chasseront les dĂ©mons, ils parleront de nouvelles langues; s’ils saisissent un serpent, ou s’ils boivent quelque breuvage mortel, cela ne leur fera point de mal. Et s’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris.» C’est la derniĂšre parole qui soit jamais sortie de la bouche de JĂ©sus. Et Il a Ă©tĂ© reçu dans la Gloire.

10 Et la Bible dit que les disciples sont allĂ©s prĂȘcher la Parole, Dieu travaillait avec eux par des miracles qui les accompagnaient. Est-ce l’Ecriture? Ainsi, si JĂ©sus fait volte-face et dit: «Puisque tu chasses les dĂ©mons et que tu fais des puissantes Ɠuvres en Mon Nom, Ă©loigne-toi de Moi, toi ouvrier d’iniquité», quel genre de JĂ©sus serait-Il? Il n’y a rien de faux en JĂ©sus. C’est dans les prĂ©dicateurs que ça cloche. C’est lĂ  que se trouve le problĂšme, pas en JĂ©sus ni dans Sa Parole. JĂ©sus a dit: «Je serai avec vous; les Ɠuvres que je fais vous les ferez aussi, mĂȘme de plus grandes (davantage), car Je M’en vais Ă  Mon PĂšre.» En effet, quand Il Ă©tait ici, Il Ă©tait dans un seul homme; maintenant Il peut ĂȘtre dans le monde entier, dans chaque homme qui le Lui permettra.

11 Non, leur argument est trop faible, mes amis. Ecoutez, les Ecritures doivent concorder d’un bout Ă  l’autre. Tout cela doit ĂȘtre mis ensemble pour que le tableau soit complet. Maintenant, considĂ©rons la guĂ©rison divine ce soir et l’opĂ©ration des miracles, prenons cela dans la GenĂšse et amenons cela jusque dans l’Apocalypse, et voyons si c’est dans la Parole de Dieu.
Pouvons-nous prier?
Bien-aimĂ© PĂšre cĂ©leste, il y a beaucoup de mouchoirs ici devant nous. Nous demandons Tes bĂ©nĂ©dictions sur chacun. Ô Dieu, accorde que chacun soit guĂ©ri. Je bĂ©nis ces mouchoirs en tant que Ton serviteur, au Nom de JĂ©sus-Christ, Ton Fils, afin que Tes bĂ©nĂ©dictions les accompagnent et guĂ©rissent les malades. Je prie au Nom de JĂ©sus. Ô PĂšre, ouvre-nous Ta Parole ce soir. Et je Te prie de parler Ă  chaque cƓur, au travers de Ta Parole. Je prie au Nom de JĂ©sus. Amen. [Espace vide sur la bande – N.D.E.]

12 Oh! la la! je n’utilise pas des notes pour prĂȘcher. Je prĂȘche par inspiration. Je dois continuer Ă  le dire tout aussi vite que cela vient. Cela rend donc la chose trĂšs difficile. Maintenant, mon interprĂšte va lire dans JoĂ«l chapitre 1, du verset 1 Ă  5 et puis de 11 Ă  12. [L’interprĂšte lit les Ecritures dans la langue locale – N.D.E.] Parole de l’Eternel qui fut adressĂ©e Ă  JoĂ«l, fils de Pethuel. Ecoutez ceci, vieillards! PrĂȘtez l’oreille, vous tous, habitants du pays! Rien de pareil est-il arrivĂ© de votre temps, ou du temps de vos pĂšres? Racontez-le Ă  vos enfants, et que vos enfants le racontent Ă  leurs enfants, et leurs enfants Ă  la gĂ©nĂ©ration qui suivra! Ce qu’a laissĂ© le gazam, la sauterelle l’a dĂ©vorĂ©, ce qu’a laissĂ© la sauterelle le jĂ©lek l’a dĂ©vorĂ©, ce qu’a laissĂ© le jelek le hasil l’a dĂ©vorĂ©. RĂ©veillez-vous, ivrognes, et pleurez! Vous tous, buveurs de vin, gĂ©missez, parce que le moĂ»t vous est enlevĂ© de la bouche! Les laboureurs sont consternĂ©s, les vignerons gĂ©missent Ă  cause du froment et de l’orge, parce que la moisson des champs est perdue. La vigne est confuse, le figuier languissant; le grenadier, le palmier le pommier, tous les arbres des champs sont flĂ©tris... La joie a cessĂ© par les fils de l’homme. Maintenant JoĂ«l 2, verset 25, c’est lĂ  que se trouve mon sujet de ce soir. [L’interprĂšte lit le verset dans la langue locale – N.D.E.] Je vous remplacerai les annĂ©es qu’ont dĂ©vorĂ©es la sauterelle, le JĂ©lek, le hasil et le gazam, ma grande armĂ©e que j’avais envoyĂ©e contre vous.

13 Je restaurerai, dit l’Eternel. Maintenant, ne soyons pas nerveux, comme c’est la soirĂ©e de clĂŽture des rĂ©unions. Prenons simplement notre temps, et exposons les Ecritures bien clairement et nettement. Et maintenant, tous les malades, suivez attentivement. Et tous ceux qui sont bien portants, suivez attentivement.
Eh bien, la semaine prochaine vous serez libres pour rester Ă  la maison et mĂ©diter lĂ -dessus. Maintenant, ceci n’est pas dit pour critiquer; ceci est dit pour le Royaume de Dieu. Eh bien, JoĂ«l parle ici de l’hĂ©ritage de Dieu. Dieu a comparĂ© Son hĂ©ritage – l’a comparĂ© Ă  un arbre, comme un olivier. Et Il a comparĂ© cela Ă  un sarment et Ă  un cep. Oui.

14 Eh bien, nous prions que Dieu vous permette de voir ce qu’Il cherche Ă  montrer ce soir. Je vais donner une illustration, afin que vous compreniez. Eh bien, je vais dĂ©poser ce tas de papiers ici. Je vais dĂ©poser ce tas de papiers ici. Eh bien, j’aimerais me servir de ceci pendant quelques instants pour enseigner. Et nous verrons si le surnaturel et le Message que je vous prĂȘche, si cela se trouve dans la Parole de Dieu ou pas.
Eh bien, le livre de la GenĂšse, c’est le commencement. Le mot mĂȘme «GenĂšse» signifie «le commencement». Eh bien, tout commence dans la GenĂšse. Le mal commence dans la GenĂšse; le bien commence dans la GenĂšse. La vie commence dans la GenĂšse. La mort commence dans la GenĂšse. La crĂ©ation commence dans la GenĂšse. Chaque religion commence dans la GenĂšse. Chaque esprit a commencĂ© dans la GenĂšse.

15 Eh bien, retournons maintenant dans la GenĂšse pour voir Ă  partir d’oĂč nous devrons commencer. C’est juste comme si – si votre maison penchait, cela signifierait qu’il y a un problĂšme au niveau de la fondation. Retournons Ă  la fondation et remontons
Bon, il y avait deux personnes dans le jardin d’Eden : Adam et Eve; tous les deux Ă©taient des ĂȘtres crĂ©Ă©s par Dieu. Et le premier enfant Ă  naĂźtre, c’était CaĂŻn. Le deuxiĂšme Ă©tait Abel. Maintenant, arrĂȘtons-nous. Eh bien, deux ĂȘtres mortels sont venus au monde. Les deux premiĂšres personnes Ă  naĂźtre au monde Ă©taient CaĂŻn, Ă  ma gauche, et Abel, Ă  ma droite.

16 Eh bien, il y avait deux esprits dans ces deux jeunes gens. S’ils ont vĂ©cu, ils ont dĂ» avoir des esprits. Eh bien, l’un Ă©tait du diable, et l’autre Ă©tait de Dieu. C’est exactement parfait : Judas et JĂ©sus. De mĂȘme que CaĂŻn a tuĂ© Abel Ă  l’autel, de mĂȘme Judas a tuĂ© JĂ©sus Ă  l’autel. Toute la Bible est un grand tableau.
Maintenant, aprĂšs qu’ils furent chassĂ©s du jardin d’Eden Ă  cause du pĂ©chĂ©, (eh bien, ces deux jeunes gens, l’un Ă  ma gauche et l’autre Ă  ma droite), CaĂŻn et Abel, eh bien, tous les deux ont voulu trouver grĂące devant Dieu. Eh bien, Ă©coutez attentivement et ne comprenez pas mal. Je vais prendre mon temps afin que vous compreniez certainement.
Eh bien, CaĂŻn et Abel sont tous venus adorer le Seigneur. CaĂŻn a bĂąti une Ă©glise; il a bĂąti un autel. Un autel est un lieu d’adoration. Et CaĂŻn a apportĂ© un sacrifice. Et CaĂŻn croyait en Dieu. Et CaĂŻn adorait Dieu. Alors si Dieu n’exigeait de vous que d’ĂȘtre membre d’église, de Le confesser, de Lui apporter une offrande, de Lui offrir un sacrifice, Il serait injuste d’avoir condamnĂ© CaĂŻn.

17 Abel a apportĂ© un au
 a bĂąti un autel; il a adorĂ© et a offert un sacrifice. Tous les deux jeunes gens ont fait la mĂȘme chose. CaĂŻn n’était pas un incroyant; il Ă©tait un homme trĂšs religieux. Savez-vous ce que la Bible dit au sujet de l’antichrist? «Ce sera si proche de la chose rĂ©elle que cela sĂ©duirait mĂȘme les Ă©lus, si c’était possible.»
Eh bien, ils professent la religion. CaĂŻn Ă©tait trĂšs religieux. Il a fait une confession Ă  Dieu. Il a bĂąti une Ă©glise pour Dieu. Il s’est agenouillĂ© et a adorĂ© Dieu. N’est-ce pas Ă  peu prĂšs ce que font les religieux aujourd’hui? Ils vont Ă  l’église. Ils sont membres d’église. Ils apportent leur argent Ă  l’église. Ils chantent des cantiques Ă  Dieu, et ils adorent Dieu. Mais CaĂŻn, en faisant la mĂȘme chose, fut condamnĂ©.

18 La Bible dit: «Telle voie paraĂźt droite Ă  un homme, mais son issue, c’est la voie de la mort.» Ainsi, adorer tout simplement et confesser, cela ne fait pas de vous un chrĂ©tien. Non. Si c’était le cas, Dieu n’aurait jamais condamnĂ© CaĂŻn.
Remarquez donc, CaĂŻn aimait la beautĂ©. Il a embelli son autel, il a apportĂ© les fruits du champ lĂ -dessus. La beautĂ© est trompeuse. C’est ce qui a Ă©tĂ© Ă  l’origine des troubles au ciel. Le diable voulait un royaume plus beau que celui de MichaĂ«l. Mais il a Ă©tĂ© boutĂ© dehors. Eh bien, vous voyez, l’esprit du diable Ă©tait dans CaĂŻn, un religieux, qui confessait sa foi en Dieu, et qui adorait Dieu, mais il fut condamnĂ© comme Ă©tant du diable.

19 Ecoutez ma voix. C’est un avertissement que je donne. Un homme doit naĂźtre de nouveau. Sans cela, il est perdu. JĂ©sus a dit: «Si un homme ne naĂźt de nouveau, il n’entrera point dans le Royaume.» Voyez, CaĂŻn Ă©tait religieux, et il est venu offrir son offrande. Il a arrangĂ© son autel, il s’est prosternĂ© devant JĂ©hovah et L’a adorĂ©. [Espace vide sur la bande – N.D.E.]
Cet esprit de CaĂŻn, l’esprit religieux, nous allons le faire ressortir Ă  travers la Bible. Observez ce que cela a fait dans tous les Ăąges, comment il a construit de grandes Ă©glises, de grands lieux saints, avec de grandes foules. Et – et – mais cependant en dehors de la volontĂ© de Dieu.
Maintenant, voici venir Abel avec une – une vigne enroulĂ©e autour du cou de l’agneau. Pas le fruit de champ, il a apportĂ© une vie. Et il l’a conduit Ă  l’autel (il n’y avait rien de beau lĂ ), il a jetĂ© ce petit agneau sur l’autel, il a pris une pierre (On n’avait pas de couteaux en ce temps-lĂ .), il a renvoyĂ© la tĂȘte du petit agneau en arriĂšre et il s’est mis Ă  l’égorger avec une pierre.

20 Et le petit agneau s’est mis Ă  bĂȘler, agonisant, alors que le sang giclait de sa gorge : rien de beau dans cela. Mais c’était la voie de la vie, accepter sa mort. Remarquez, voyez! CaĂŻn pensait que Dieu accepterait les grandes choses, la beautĂ©, la grande Ă©glise. Et Abel, le seul moyen par lequel il a pu... Notez cela. Le seul moyen par lequel Abel a su qu’il fallait offrir un agneau, cela a dĂ» lui ĂȘtre rĂ©vĂ©lĂ© par Dieu. Amen.
Ecoutez, cela est vrai aujourd’hui. La Parole de Dieu ne vient pas par un enseignement de sĂ©minaire; c’est une rĂ©vĂ©lation spirituelle. Prenons le Nouveau Testament lĂ -dessus. Quand–quand JĂ©sus parlait Ă  Ses disciples, Il a dit: «Qui dites-vous que je suis? Qui dit-on que je suis?»
«Les uns disent que tu es Elie; les autres, Moïse; les autres, un grand prophÚte.»
Mais Jésus leur demanda: «Et vous, qui dites-vous que Je suis?»
Alors Pierre s’est levĂ© et a dit: «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.»

21 Remarquez, l’Eglise catholique a dit: «C’était sur une pierre qu’Il avait bĂąti Son Ă©glise lĂ -bas.» L’Eglise protestante a dit: «Il L’a bĂątie sur Lui-mĂȘme, JĂ©sus-Christ.»
Mais Ă©coutez ce que JĂ©sus a dit, aprĂšs que Pierre eut confessĂ© qu’Il Ă©tait le Fils de Dieu. Il a dit: «Tu es heureux Simon, fils de Jonas, car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont rĂ©vĂ©lĂ© cela. Tu ne l’as point appris dans une Ă©glise. Tu ne l’as point appris au sĂ©minaire. Ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont rĂ©vĂ©lĂ© cela. Mais c’est Mon PĂšre qui est dans le ciel qui t’a rĂ©vĂ©lĂ© cela. Et sur cette pierre, je bĂątirai mon Ă©glise; et les portes du sĂ©jour des morts ne prĂ©vaudront point contre elle.» Est-ce vrai? Dites: «Amen.» [L’assemblĂ©e rĂ©pond: «Amen.» – N.D.E.]

22 Cela montrait que les portes du sĂ©jour des morts seront contre elle; mais qu’elles ne pourront pas prĂ©valoir. Ne cherchez pas Ă  arrĂȘter ce rĂ©veil, vous introduirez tout simplement votre main dans la Parole de Dieu. Et toute arme forgĂ©e contre Dieu sera sans effet. Car JĂ©sus a dit: «Toutes les portes du sĂ©jour des morts ne peuvent pas prĂ©valoir contre elle.» Ce jour est ici. Maintenant, comment – comment Pierre a-t-il su cela? Il a dit: «La vĂ©ritĂ© spirituelle rĂ©vĂ©lĂ©e de Dieu te l’a rĂ©vĂ©lĂ©e.»
Ainsi, l’Eglise du Dieu vivant (Ă©coutez-moi) est bĂątie, non pas sur l’expĂ©rience d’un sĂ©minaire, ni sur un tas de crĂ©dos humains, mais Elle est – Elle est bĂątie sur la rĂ©vĂ©lation spirituelle de la Parole de Dieu (Amen.), la vĂ©ritĂ© spirituelle rĂ©vĂ©lĂ©e Ă  partir de la Parole de Dieu, venant du Dieu du ciel Ă  chaque cƓur. Amen.

23 Remarquez. Eh bien, c’est le mĂȘme genre de rĂ©vĂ©lation qu’Abel reçut, en effet, il lui fut rĂ©vĂ©lĂ© que ce n’était pas les pommes qui nous avaient fait partir du jardin, comme les gens le pensent aujourd’hui; mais que c’était le sang, la vie, la vie mortelle. Et cela fut rĂ©vĂ©lĂ© par Dieu, et Dieu agrĂ©a cet homme, Abel, et condamna CaĂŻn.
Et tous les deux Ă©taient membres d’église. Tous les deux adoraient Dieu. Tous les deux Ă©taient membres d’église et tous les deux Ă©taient sincĂšres. Mais l’un a Ă©tĂ© choisi et l’autre condamnĂ©, parce que l’un avait la rĂ©vĂ©lation spirituelle de la volontĂ© de Dieu. Amen.
Remarquez bien. C’est lĂ  l’origine de ces deux branches. C’est lĂ  que l’arbre a commencĂ©. Ils ont grandi tout au long de la Bible, les deux esprits. Et ils sont ici ce soir, ils sont partout dans le monde. Et ils sont presque Ă  maturitĂ©, Ă  l’étape oĂč le MaĂźtre du – du jardin viendra pour le jugement.

24 Observez ceci maintenant. Observez ces deux esprits se lever dans la GenÚse. Si nous avions du temps, nous pourrions consacrer la prochaine soirée à parcourir la Bible, pour montrer ces deux esprits. Maintenant, regardez ce que Caïn a fait. Quand il vit que son frÚre a été agréé, que son frÚre avait la révélation surnaturelle, il devint alors jaloux de lui, et il chercha un moyen pour le tuer.
Il y a eu des ennemis, l’esprit de CaĂŻn et l’esprit d’Abel depuis la GenĂšse, tout au long de la Bible, jusque dans l’Apocalypse, depuis la crĂ©ation jusque maintenant, et ça continuera jusqu’à ce que JĂ©sus viendra. Comprenez-vous que tous les deux Ă©taient pieux? Tous les deux ont adorĂ© le mĂȘme Dieu. Tous les deux ont confessĂ© le mĂȘme Dieu. Mais Dieu a confirmĂ© Abel. Il a dit: «Celui-ci M’appartient, et celui-lĂ  n’est pas Mien.» Mais tous les deux L’ont adorĂ©, tous les deux Ă©taient membres d’église.

25 Maintenant, vous pouvez voir cela chez EsaĂŒ et Jacob. Eh bien, EsaĂŒ Ă©tait un – plus pieux que Jacob, mais Dieu a choisi Jacob. Rien de surnaturel ne se passait dans la vie d’EsaĂŒ. Mais dans celle de Jacob...?... le surnaturel.
Regardez chez les animaux. Regardez dans l’arche (dans l’arche de NoĂ©). Il y avait deux oiseaux, l’un, c’était le corbeau, et l’autre, la colombe. L’un avait un esprit antichrist, et l’autre avait l’esprit de Christ. Quand les deux ont Ă©tĂ© relĂąchĂ©s, le – le – le corbeau pouvait manger tout ce qu’il voulait. Il Ă©tait content du monde. Mais la colombe a dĂ» revenir.
Donnons une belle illustration. Considérons Israël là en Egypte, Dieu avait fait la promesse de les amener dans la terre promise. Là dans leur voyage, ils traversent un pays. Ils avaient un réveil. Ils voulaient traverser le pays de Moab. Moab était son frÚre. Et Israël a dit: «Puis-je passer par ton pays?»
Moab a dit: «Non.»

26 Mais Moab adorait Dieu, tout comme IsraĂ«l. Eh bien, Moab Ă©tait une dĂ©nomination. C’était une grande nation, entiĂšrement organisĂ©e. Mais MoĂŻse avec les enfants d’IsraĂ«l habitaient sous des tentes, ils Ă©taient Ă©parpillĂ©s partout. Eh bien, tous les deux avaient des pasteurs. Moab Ă©tait issu de la fille de Lot. Eh bien, tous les deux adoraient Dieu. Ils avaient un Ă©vĂȘque lĂ . Et son nom Ă©tait Balaam. Et alors, il... Ils sont allĂ©s chercher leur – leur Ă©vĂȘque, pour qu’il vienne lĂ  empĂȘcher cette bande de saints exaltĂ©s de continuer. «Oui, arrĂȘtez-les.»
Pouvez-vous vous imaginer un homme, une grande nation empĂȘcher son frĂšre de continuer, lequel Ă©tait en route vers la terre promise (que Dieu lui avait promise), un homme qui suivait les promesses de Dieu?
Ainsi ils ont fait venir Balaam. Eh bien, j’aimerais que vous voyiez combien ils Ă©taient formalistes; en effet, c’était l’esprit de CaĂŻn. Eh bien, il a rassemblĂ© tous les anciens, et il a dit – l’évĂȘque a dit: «BĂątissez-moi sept autels. Et sur chaque autel, mettez un sacrifice pur, un taureau. Et aussi, sur chaque autel, un bĂ©lier.» Le bĂ©lier reprĂ©sentait Christ.

27 Eh bien, ils sont lĂ  sur une montagne, regardant d’en haut cette bande de fanatiques. Eh bien, ils ont dit: «Ce sont des bons Ă  rien.» Eh bien, pasteur, empĂȘchez-les de continuer maintenant, maudissez-les.»
TrĂšs bien. Oh! Je suis actuellement un Ă©tudiant en thĂ©ologie. Je sais ce que Dieu exige. BĂątissez-moi donc sept autels.» C’est ce que Dieu a exigĂ©. C’est ce que Dieu avait aussi exigĂ© lĂ  au milieu d’IsraĂ«l. Il a dit: «Sept sacrifices purs.» Ils en avaient aussi sept. «Sept agneaux.» Ils avaient aussi sept agneaux. Voyez-vous combien ils sont fondamentalistes? Tous les deux croyaient la Bible. Tous les deux ont fait ce que Dieu avait dit. Eh bien, le – le prophĂšte s’est avancĂ© pour maudire ce peuple, et alors, Dieu l’a condamnĂ©.
Maintenant, quelle Ă©tait la diffĂ©rence? Etant donnĂ© que tous les deux prĂȘchaient la Bible, que tous les deux avaient bĂąti des Ă©glises, quelle Ă©tait la diffĂ©rence entre eux? En fait, dans le camp d’IsraĂ«l, ils avaient la confirmation de Dieu. Il y avait une Colonne de Feu au-dessus d’eux. Ils pratiquaient la guĂ©rison divine par un serpent d’airain. Ils avaient la guĂ©rison, et ils avaient la joie. Ils avaient un Rocher frappĂ©. Ils avaient un Ange au milieu d’eux. Ceux-ci avaient la Parole; mais ceux-lĂ  avaient la Parole et un Ange.

28 Voyez-vous cet esprit de CaĂŻn? Voyez-vous l’Esprit de Dieu, la diffĂ©rence entre eux? Dieu confirmant Son Eglise par des miracles et des prodiges. Chaque fois, partout dans la Bible, quand Dieu entrait dans Son Eglise, il y avait des miracles et des prodiges. Il y avait un groupe qui condamnait cela.
Maintenant remarquez. Or, il a cherchĂ© Ă  maudire IsraĂ«l, mais Dieu a dit: «Ne maudis pas ce que J’ai bĂ©ni.» Dieu Ă©tait avec IsraĂ«l. AllĂ©luia! Dieu confirme toujours Son Eglise. Quand Dieu est dans Son Eglise, il y a la guĂ©rison, il y a le surnaturel, il y a des visions, il y a la puissance, il y a la joie... quand Dieu est dans Son Eglise. DĂšs que l’homme organise cela, Dieu en sort. Voyez-vous cela? Regardez ceci. Nous sommes en train de parcourir la GenĂšse dans l’Ancien Testament.

29 Maintenant, allons dans le Nouveau Testament. Eh bien, nous sommes dans le Nouveau Testament. Il y a eu des Pharisiens, trĂšs religieux, de grands docteurs. Et Dieu a envoyĂ© Son Fils ; Celui-ci Ă©tait un Docteur et Il prĂȘchait l’Evangile. Mais ils L’ont haĂŻ juste comme CaĂŻn avait haĂŻ Abel. Mais quelle Ă©tait la diffĂ©rence? Tous les deux enseignaient, mais ce groupe-ci disait: «Les jours des miracles sont passĂ©s.»
Le groupe de JĂ©sus, ils avaient – avaient Dieu au milieu d’eux. Ils avaient la guĂ©rison. Ils avaient les miracles. Ils avaient des visions. Ils avaient la joie. Eh bien, quand Il est entrĂ© au temple, les gens ont criĂ© si fort que les Pharisiens ont dit: «Dites-leur de se taire.»
JĂ©sus a dit: «S’ils se taisent, les pierres crieront aussitĂŽt.» Quelque chose doit arriver quand le Seigneur Dieu entre dans Son camp. AllĂ©luia! Dieu est ici. Observez, lĂ  oĂč l’Esprit agit. C’est pourquoi nous avons la persĂ©cution, c’est parce que Dieu confirme qu’Il est ici. AllĂ©luia!

30 Remarquez, ils ont persĂ©cutĂ© JĂ©sus; ils se sont moquĂ©s de Lui. Il Ă©tait un prophĂšte. Il Ă©tait plus qu’un prophĂšte. Il Ă©tait le Roi des prophĂštes. Il Ă©tait le Dieu des prophĂštes. Il n’était rien d’autre que Dieu Lui-mĂȘme, et Il a prophĂ©tisĂ©. Il a guĂ©ri les malades, et Il affirmait qu’Il ne faisait que ce que le PĂšre Lui montrait.
Un jour, quand ils ont mis la main sur Lui, ils Lui ont nouĂ© un bandeau sur les yeux, et ils L’ont frappĂ© Ă  la tĂȘte, en disant: «Eh bien, Toi qui as des visions, dis-nous qui T’a frappĂ©, et nous croirons en Toi.»
JĂ©sus a dit: «Laissez-les tranquilles. Ce sont des aveugles conduisant des aveugles. Et si un aveugle conduit un autre aveugle, ne tomberont-ils pas dans la fosse?» C’est ça, ils sont religieux, mais ils renient la puissance.

31 Dans tout le livre du Nouveau Testament, cela continue de la mĂȘme maniĂšre.
L’église orthodoxe a continuĂ© ainsi depuis la GenĂšse ; de CaĂŻn, en passant par Moab; jusqu’aux Pharisiens du Nouveau Testament.
Voici apparaĂźtre Abel, passant par MoĂŻse, par JĂ©sus, continuant Ă  vivre Ă  travers les apĂŽtres. Quand JĂ©sus est venu, Il a dit: «Ces Ɠuvres que Je fais, vous les ferez aussi, car Je vais devoir mourir, mais Je ressusciterai le troisiĂšme jour. Je serai avec vous, mĂȘme en vous, jusqu’à la fin du monde.»
La Bible dit: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement.» C’était Lui qui Ă©tait dans Abel. C’était Lui qui Ă©tait dans MoĂŻse. C’était Lui qui Ă©tait dans Son Fils. C’était Lui qui Ă©tait dans les apĂŽtres, et c’est Lui qui est ici ce soir, le mĂȘme JĂ©sus, hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement. Oh! gloire Ă  Son Nom! Comme c’est merveilleux! Il confirme Son Eglise, Il Se manifeste au milieu de Son peuple, par des signes et des prodiges.
Voilà Caïn, il passe par Moab, par les Pharisiens, et il est ici aujourd’hui sous forme d’une religion. Observez ce grand saint Paul jeter un regard sur Zurich, à la fin du monde.

32 Ce journal a dit que les apĂŽtres ne prophĂ©tisaient pas. Qu’en est-il de Pierre, quand il Ă©tait sur le toit et qu’il est tombĂ© en transe et a eu une vision? Qu’en est-il de Paul, quand il Ă©tait sur l’üle et qu’il a dit aux gens de ne pas partir de CrĂȘte? Mais eux pensaient en savoir mieux! Quatorze jours et quatorze nuits, le navire Ă©tait ballottĂ©, ils avaient perdu toute espĂ©rance d’ĂȘtre sauvĂ©s. Paul est descendu dans la cale et il a priĂ©. Il est revenu sur le pont, le pauvre navire continuait Ă  foncer. Il a dit: «Prenez courage.» Ce pauvre petit homme avec des chaĂźnes aux bras, des chaĂźnes aux pieds, traĂźnant une grosse boule derriĂšre lui, pour avoir prĂȘchĂ© l’Evangile...
Qui l’avait mis dans cette situation-lĂ ? C’étaient des soi-disant religieux, des Pharisiens. C’étaient eux qui avaient fait cela. Paul est sorti, ramenant ses chaĂźnes, et il a dit: «FrĂšres, prenez courage, car la nuit derniĂšre, l’Ange de Dieu s’est tenu Ă  cĂŽtĂ© de moi et m’a dit: ‘Paul, ne crains point, car tu vas comparaĂźtre devant CĂ©sar. Et Dieu t’a donnĂ© tous ceux qui naviguent avec toi.’»

33 Paul avait eu une vision. Il Ă©tait en difficultĂ©, il ne savait oĂč aller, et une nuit il a eu une vision: un homme se tenant lĂ  en GrĂšce, disait: «Viens en MacĂ©doine.» Est-ce vrai? Amen.
Jean le rĂ©vĂ©lateur, le disciple, l’apĂŽtre que JĂ©sus aimait, celui qui se couchait sur Sa poitrine, s’est retrouvĂ© lĂ , sur l’üle de Patmos, pour avoir prĂȘchĂ© la Parole; il est allĂ© lĂ  avec ce groupe, il Ă©tait exilĂ© pour avoir prĂȘchĂ© la Parole. Et l’Ange de Dieu est venu vers lui et Il lui a montrĂ© tout le livre de l’Apocalypse. Est-ce vrai? Dites amen. [L’assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.E.]

34 Qu’est-ce qui ne va pas, vous les hommes? L’Evangile est vrai. Votre thĂ©ologie ne s’accorde pas avec Lui. La Parole de Dieu est vraie.
Puis, quand – quand Paul Ă©tait sur le point de quitter ce monde (gardez ceci Ă  l’esprit), Paul a eu une vision montrant les derniers jours. II TimothĂ©e chapitre 3, Ă©coutez, il a dit: «Sache que,...» Je cite l’Ecriture: «Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles.» Avons-nous des temps difficiles? «Les hommes seront Ă©goĂŻstes: ‘Je suis docteur Durand Dupont.’ EgoĂŻstes... Fanfarons, hautains, blasphĂ©mateurs, emportĂ©s, enflĂ©s d’orgueil,...»
Vous direz: «Eh bien, FrĂšre Branham, lĂ  il s’agit des infidĂšles.» Non, non. Non, il s’agit des gens religieux.
Observez le verset suivant. «EmportĂ©s, enflĂ©s d’orgueil, ayant l’apparence de la piĂ©tĂ© (comme ici, CaĂŻn), ayant l’apparence de la piĂ©tĂ©, mais reniant ce qui en fait la force; Ă©loigne-toi de ces hommes-lĂ .» C’est ce que Paul a dit.

35 II TimothĂ©e chapitre 3 dit que dans les derniers jours, l’église deviendrait formaliste: on ira Ă  l’église, on rĂ©citera le Credo des apĂŽtres, comme on l’appelle... Le Credo des apĂŽtres n’existe pas dans la Bible. C’est un tas de dogmes; ça n’existe pas dans la Bible. Mais, oh! nous adorons ces crĂ©dos. Mais ils auraient l’apparence de la piĂ©tĂ©, et renieraient–renieraient la puissance de Dieu. Il a dit: «Eloigne-toi de ces hommes-lĂ .»
Je cite l’Ecriture. Il dit: «Il en est parmi eux qui s’introduisent d’une maison Ă  une autre, qui captivent des femmes d’un esprit faible et bornĂ©, agitĂ©es par des passions de toute espĂšce ; allant de maison en maison, et captivant des femmes d’un esprit faible et bornĂ©. Ne pouvant jamais apprendre, ou plutĂŽt ne pouvant jamais arriver Ă  la connaissance de la vĂ©ritĂ©.» C’est ce que Dieu a dit. C’est ce que nous avons. Les Ecritures ne peuvent pas ĂȘtre brisĂ©es.
Nous avons l’église formaliste, charnelle. Nous avons l’Eglise spirituelle, nĂ©e de nouveau, avec des miracles et des prodiges, par la rĂ©vĂ©lation spirituelle, exactement comme c’était dans le jardin d’Eden. L’esprit de CaĂŻn est ici; l’Esprit de Christ est ici. Vous devez faire votre choix.

36 Il n’y a pas longtemps, j’allais Ă  une montagne. (Je suis sur le point de terminer maintenant, comme j’ai la ligne de priĂšre.) J’étais Ă  cheval, je pourchassais un ours, et la nuit tombait. Et je suis descendu de mon cheval, et je me suis mis Ă  le conduire. Et je suis arrivĂ© Ă  un endroit oĂč le feu avait consumĂ© un grand fourrĂ©.
De vieux et grands arbres Ă©taient lĂ , toute leur Ă©corce Ă©tait brĂ»lĂ©e. La lune Ă©tait sortie et les Ă©clairait. C’était horrible Ă  voir, c’était comme un cimetiĂšre. Le vent soufflait, et ça devenait vraiment lugubre quand le vent soufflait dans ces arbres, ces vieux arbres raides, le vent soufflait, faisant «hmmm», allant de part et d’autre. Et le Seigneur m’a dit: «ArrĂȘte-toi, Je voudrais te montrer quelque chose.»
Et je me suis arrĂȘtĂ©. J’ai regardĂ© ces arbres. Et je me suis dit: «Eh bien, pourquoi le vent souffle-t-il? Eh bien, qu’est-ce qui fait agir ces arbres comme cela?»

37 Et Il m’a dit: «Ces arbres reprĂ©sentent les Ă©glises d’aujourd’hui, qui sont grandes, hautes, avec des flĂšches – des flĂšches.» Elles disent: «Oui, autrefois nous Ă©tions de grandes Ă©glises», mais elles n’ont plus de vie en elles. Ce que le gazam a laissĂ©, le hasil l’a dĂ©vorĂ©. Ce que le hasil a laissĂ©, le jĂ©lek l’a dĂ©vorĂ©.
Et je me suis dit: «Eh bien, qu’est-ce?» J’ai dit: «Que signifie ce vent?»
Il a dit: «C’est le Saint-Esprit qui est venu Ă  la PentecĂŽte, comme un vent impĂ©tueux.»
Et j’ai pensĂ©: «Mais pourquoi souffle-t-Il contre les arbres? Et ils ne cessent de faire un bruit lugubre.»

38 Il a dit: «Oui, autrefois c’étaient de grandes Ă©glises, mais ce que les luthĂ©riens ont laissĂ©, les calvinistes l’ont dĂ©vorĂ©. Ce que les calvinistes ont laissĂ©, les anglicans l’ont dĂ©vorĂ©. Et ce que les anglicans ont laissĂ©, les mĂ©thodistes l’ont dĂ©vorĂ©. Et ce que les mĂ©thodistes ont laissĂ©, les baptistes l’ont dĂ©vorĂ©.»
Ils ont ĂŽtĂ© de l’église toute la joie, ils en ont fait sortir toute la Vie, disant: «Les jours des miracles sont passĂ©s.» Qu’est-ce qui leur reste? Une trĂšs grande et vieille flĂšche dressĂ©e lĂ . Et chaque fois que le Saint-Esprit descend, ils disent: «Oooh! n’allez pas vers cette chose-lĂ , parce que les jours des miracles sont passĂ©s.» Voyez, ils sont morts. Ils ne peuvent pas se plier, ils n’ont pas de Vie en eux.
J’ai dit: «Seigneur, eh bien, pourquoi envoies-Tu le vent?»
Mais Il a dit: «Souviens-toi, JoĂ«l a dit: ‘ Je vous remplacerai.’»

39 Alors j’ai regardĂ© vers le bas, et il y avait lĂ  tout un tas de petits buissons d’à peu prĂšs cette taille. Quand le vent les frappait, ils se rĂ©jouissaient tout simplement, passant un moment merveilleux. Ils glorifiaient Dieu. Mais ces grands arbres raides faisaient: «Ooh!» J’ai dit: «Quel tableau!» C’est la vĂ©ritĂ©.
Et je me suis dit: «Eh bien, pourquoi secoue-t-Il malgré tout les arbres? Que fais-Tu de ces petits arbres?»
Il a dit: «Je suscite une autre église. Ils avaient cela, mais tous les parasites ont dévoré cela avec leur théologie. Mais je susciterai une autre. Alléluia! Je susciterai une autre qui se pliera à Mon Esprit.»
Et je me suis alors demandĂ© ce qui amenait les petits arbres Ă  se prosterner donc, quand le vent les frappait. On dirait une bonne rĂ©union de la PentecĂŽte, on est tout flexible, on est secouĂ© par le vent, on se rĂ©jouit, on accepte l’Esprit, on passe tout simplement des moments merveilleux. Alors je me suis dit: «Pourquoi les secoues-Tu?»

40 Il a dit: «Chaque fois qu’ils sont secouĂ©s, ils s’enfoncent et obtiennent une meilleure assise; les racines s’enfoncent plus profondĂ©ment. Le vent secoue l’arbre pour que celui-ci s’enfonce plus profondĂ©ment, pour en faire un meilleur arbre. AllĂ©luia!
C’est ce dont nous avons besoin ce soir, d’une rĂ©union Ă  l’ancienne mode envoyĂ©e de Dieu, une rĂ©union du Saint-Esprit. C’est ce dont la Suisse a besoin, c’est ce dont l’Allemagne a besoin. C’est ce dont le monde entier a besoin. Dieu a Son peuple. Dieu a Son Esprit ici. DĂ©tendez-vous tout simplement, soyez simplement flexibles, et le Saint-Esprit vous montrera. Amen.
«Je restaurerai, dit l’Eternel, tous les jours passĂ©s.» Ce qu’ils Ă©taient Ă  la PentecĂŽte, c’est ce qu’ils sont aujourd’hui. Le mĂȘme Christ, la mĂȘme puissance et tout ce que cela Ă©tait Ă  l’époque, Dieu le restaure aujourd’hui.
Petits enfants, dans quelques heures, Dieu voulant, je prendrai l’avion pour traverser la mer. Si jamais je ne vous revois plus dans cette vie-ci, je vous ai dit la vĂ©ritĂ©. Voyez-vous ce que fait le surnaturel? Cela commence dans la GenĂšse, ça se termine dans l’Apocalypse.

41 Voyez-vous ce que fait le formalisme, de grandes Ă©glises, l’esprit charnel, tout en citant les Ecritures? Savez-vous que Satan cite les Ecritures? Eh bien, il a tenu un dĂ©bat avec JĂ©sus. Et il a citĂ© les Ecritures. Il a dit: «Il est Ă©crit: ‘Il donnera des ordres Ă  Ses Anges Ă  ton sujet. Il te portera de peur que ton pied ne heurte contre une pierre.’ Eh bien, si tu es le Christ, c’est ce que la Bible a dit que tu feras, fais-le-moi voir.»
JĂ©sus a dit: «Et il est aussi Ă©crit: ‘Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu.’»
Ce vieil esprit du diable Ă©tait dans les ecclĂ©siastiques appelĂ©s Pharisiens, SadducĂ©ens, ils ont dit: «Si Tu es le Fils de Dieu, descends de la croix. Fais un miracle devant nous que nous t’y voyions, et nous Te recevrons.» Voyez quel genre d’esprit est-ce? Voyez-vous d’oĂč ça vient? Eloignez-vous-en. Soyez nĂ© de nouveau, remplis du Saint-Esprit, alors le Saint-Esprit, peut vous parler. Amen. Prions.

42 Notre PĂšre cĂ©leste, ĂŽ Dieu, je ne sais plus quoi dire. Je ne suis qu’un homme; Ton peuple est nombreux. J’ai essayĂ© de mon mieux, dans ce corps fatiguĂ© et Ă©puisĂ©, d’apporter le Message aux gens. Tu le sais, Seigneur, je n’ai rien contre une Ă©glise quelconque. Mais, ĂŽ Dieu, j’ai du zĂšle pour Ta Parole. J’aime JĂ©sus. Et je veux que tous L’aiment. Et je veux qu’ils soient tous nĂ©s de nouveau, des gens aimables, afin qu’ils puissent Te rencontrer en paix.
Ô Dieu, je Te confie tous ces gens. Et mĂȘme ces Ă©glises qui n’ont pas – qui n’ont pas compris Ton Message; ĂŽ Dieu, pardonne-leur. Accorde cela, Seigneur. Puissent-ils avoir de grandes rĂ©unions de priĂšre, et puisse un grand rĂ©veil spirituel Ă©clater, et qu’il y ait lĂ  un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode qui balaie ce pays, et qui amĂšne les gens en Christ. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus.

43 Maintenant, avec vos tĂȘtes inclinĂ©es, que chaque personne ici prĂ©sente soit en priĂšre. J’ai Ă©tĂ© trĂšs direct ce soir, mais je vous ai dit la VĂ©ritĂ©. Dieu sait cela. Et si vous n’ĂȘtes pas nĂ© de nouveau, sortez de ce formalisme et entrez en Christ.
Je connais chacun de vous; vous ĂȘtes des ĂȘtres mortels. Et au jour de Jugement, j’aurai Ă  rencontrer chacun de vous et Ă  rendre compte de mon Message. Et n’oubliez pas, je vous le dis: «Si un homme ne naĂźt de nouveau, il n’entrera pas dans le Royaume.»
Combien ici voudraient accepter Christ maintenant mĂȘme, et croient que Dieu est ici? Et j’ai prĂȘchĂ© ce Message sur base de la Parole, du Saint-Esprit et du Sang versĂ© de JĂ©sus. Voulez-vous que JĂ©sus se souvienne de vous et qu’Il vous donne la nouvelle naissance? Combien veulent cela? Levez la main, ainsi que votre tĂȘte... Partout dans le bĂątiment.

44 Tout celui qui a besoin de la nouvelle naissance, qu’il lĂšve la main. Oh! la la! LĂ  loin au balcon, Ă  ma gauche, que Dieu vous bĂ©nisse. C’est merveilleux! Levez la main, Il verra cela. Maintenant, Ă  ma droite, levez la main vers Dieu. Pas – et dites – et dites: «Je veux accepter Christ maintenant.» Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est merveilleux, merveilleux. C’est trĂšs bien.
Maintenant tout le monde, tous ensemble, ceux qui veulent croire au Seigneur JĂ©sus-Christ, levez la main en mĂȘme temps. Levez la main en mĂȘme temps, tout... Nous rendrons gloire Ă  Dieu. C’est merveilleux. C’est merveilleux. Gloire au Seigneur. Gloire au Seigneur. C’est trĂšs bien.
Maintenant, maintenant, inclinez la tĂȘte une fois de plus.
Ô Dieu, s’il Te plaĂźt, accorde Ă  ces gens Ton Esprit. Et puisse Ta misĂ©ricorde reposer sur eux. Je les confie entre Tes mains. Ô Dieu, puissent-ils ĂȘtre capables de discerner le vrai et le faux. Puissent-ils vivre heureux et mener une vie victorieuse. Puisses-Tu marcher avec eux, les bĂ©nir, et leur accorder ce qu’il y a de meilleur dans le pays. Car je le demande au Nom de JĂ©sus.

45 Et puissions-nous les rencontrer tous Ă  Ton... Et une glorieuse soirĂ©e, quand la vie sera terminĂ©e et que le grand souper de noces sera apprĂȘté Cette grande table s’étendra sur des milliers de kilomĂštres. Puisses-Tu, Seigneur, m’accorder de m’asseoir en face d’eux Ă  cette table. Quand nous nous verrons, des larmes couleront sur nos joues. Mais le Grand Roi, JĂ©sus, sortira et essuiera toutes les larmes de nos yeux, Il dira: «Ne pleurez pas, c’est fini maintenant. Entrez dans la Vie.» Avant ce temps-lĂ , puisse le Saint-Esprit les conduire. Au Nom de JĂ©sus. Amen. [Espace vide sur la bande – N.D.E.]
Puisse le Saint-Esprit reposer sur tous; puissiez-vous mener une bonne vie, une vie sainte et paisible. La raison pour laquelle j’ai dit ce que j’ai dit ce soir, c’était pour vous montrer, pas en me basant sur un seul petit passage des Ecritures, comme le diable essaie de citer cela, mais la Parole de Dieu va d’un bout Ă  l’autre de la Bible, Ă©tant exactement la mĂȘme. Tous ceux qui comprennent et qui croient cela, qu’ils disent: «Amen.» Merci. Que le Seigneur accorde la bĂ©nĂ©diction.
Maintenant, nous allons nous apprĂȘter Ă  former la ligne de priĂšre. Juste... Maintenant soyez vraiment respectueux. Ne circulez pas. En effet, ne l’oubliez pas, les mauvais esprits vont d’une personne Ă  l’autre. Vous savez cela. Maintenant, soyons en priĂšre. Eh bien, je voudrais que chacun de vous soit guĂ©ri ce soir. Eh bien, comment je vais vous atteindre vous tous, je ne sais pas. Combien ici veulent ĂȘtre guĂ©ris? Levez la main. Eh bien, il y a environ huit mille personnes. Vous voyez ce que je veux dire?

46 Maintenant, ce voyage, ici, j’ai essayĂ© de prĂ©senter la Parole. Quand je reviendrai, ça sera plus la guĂ©rison. Maintenant, si vous avez – si j’ai trouvĂ© grĂące Ă  vos yeux par la Parole de Dieu... c’est mon seul manuel, tout ce que je dois suivre. Et si Dieu a prouvĂ© qu’Il est ici, alors vous devez Ă©couter ma parole.
Maintenant, Ă  vous qui ĂȘtes ici, les boiteux, les affligĂ©s et les... Regardez dans cette direction-ci. Maintenant, croyez de tout votre cƓur. Il n’y a rien d’autre qui puisse ĂȘtre fait pour vous, je pense, dans le domaine mĂ©dical. Ceci a Ă©tĂ©...

EN HAUT