ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication La Jonction Du Temps de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 56-0115 La durĂ©e est de: 2 hours .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

La Jonction Du Temps

1 J’aimerais que ceux qui enregistrent attendent juste un instant avant d’enregistrer, s’il vous plaüt.
Bonjour, mes amis. J’espĂšre que chacun se sent vraiment
 [Espace vide sur la bande – N.D.E.] chanteur, consĂ©cration habituelle : AmĂšne-Les. Tous ensemble maintenant. AmĂšne les petits enfants. AmĂšne-les, amĂšne-les,
AmÚne-les des champs du péché,
AmĂšne-les, amĂšne-les,
AmĂšne les petits enfants Ă  JĂ©sus.
Amen. Ne pensez-vous pas qu’il y a quelque chose de vraiment doux chez un petit enfant ? Un petit bonhomme, avec ces petits yeux brillants qui me regardent, et ils ont quelque chose de vraiment, vraiment doux. Et ce sont de petits bonshommes vraiment innocents, ils ne savent rien des choses du monde. Dieu a donné  Et vous savez, un enfant, dans un foyer, a quelque chose qui unit le foyer ; l’enfant unit.

2 Eh bien, j’aurais souhaitĂ© que nous ayons davantage de temps pour parler de–de ces choses, des petits enfants et de diffĂ©rentes choses. Mais nous
 notre temps
 nous sommes vraiment Ă  court de temps, et il nous faut directement aborder la Parole maintenant. C’est en ordre pour ceux qui enregistrent, s’ils veulent enregistrer le message de ce matin. Et que Dieu bĂ©nisse richement tout un chacun.
Eh bien, aujourd’hui, je pense qu’il n’y a rien de comparable Ă  la Parole, Ă  la lecture de la Parole de Dieu. J’aurais souhaitĂ© que la Parole de Dieu soit lue dans chaque foyer.
Et j’aimerais que chacun de vous ce matin, si possible, mĂȘme les petits enfants, aprĂšs qu’ils seront revenus de leur Ă©cole du dimanche, soit aussi respectueux que possible, reste tranquille et Ă©coute alors que j’essaie, avec l’aide de Dieu, d’apporter un message qui m’a Ă©tĂ© confiĂ© pour l’Eglise d’aujourd’hui, aux heures tardives hier soir.
Maintenant, notre passage de l’Ecriture se trouve dans JoĂ«l 2 et dans Actes 2. JoĂ«l 2.28 et dans Actes, nous commencerons au 2.15. N’est-ce pas Ă©trange que les Paroles de ce prophĂšte se retrouvent au chapitre 2 de JoĂ«l et au chapitre 2 des Actes : la pluie de la premiĂšre et de l’arriĂšre-saison ! JoĂ«l en a parlĂ© dans ce mĂȘme chapitre. Car
 On en parle dans Actes, chapitre 2, le verset 15, jusqu’à la fin, une portion de l’Ecriture. Voici ce que nous lisons : Ces gens ne sont pas ivres, comme vous le supposez, car c’est la troisiĂšme heure du jour. Mais c’est ici ce qui a Ă©tĂ© dit par le prophĂšte JoĂ«l : Dans les derniers jours, dit Dieu, je rĂ©pandrai de mon Esprit sur toute chair ; vos fils et vos filles prophĂ©tiseront, vos jeunes gens auront des visions, et sur
 vos vieillards auront des songes. Oui, sur mes serviteurs et sur mes servantes, Dans ces jours-lĂ , je rĂ©pandrai de mon Esprit ; et ils prophĂ©tiseront. Je ferai paraĂźtre des prodiges en haut dans le ciel et des miracles en bas sur la terre ; du sang, du feu, et une vapeur de fumĂ©e ; Le soleil se changera en tĂ©nĂšbres, Et la lune en sang, Avant l’arrivĂ©e du jour du Seigneur, De ce jour grand et glorieux. Alors quiconque invoquera le Nom du Seigneur sera sauvĂ©.

3 Inclinons la tĂȘte juste un instant pour la priĂšre.
Notre Bienveillant PĂšre cĂ©leste, comme un immense rouleau de papier dans cette salle ce matin, chaque tĂȘte s’incline vers la poussiĂšre de la terre. Avec humilitĂ©, nous inclinons la tĂȘte et le cƓur dans Ta PrĂ©sence. Et nous prions, PĂšre cĂ©leste, que le Saint-Esprit vienne maintenant, entre dans la Parole et La prĂ©sente Ă  chaque cƓur autant qu’il offre de la place, une demeure. Qu’Elle produise au centuple.
Ô Dieu, nous prions que les incroyants deviennent des croyants aujourd’hui et que les chrĂ©tiens reçoivent un nouvel espoir, ceux qui sont Ă©puisĂ©s sur le chemin. Puissent les saints ĂȘtre encouragĂ©s et les malades, guĂ©ris. Parle, PĂšre, et puissions-nous communier autour de Ta Parole maintenant mĂȘme, car nous le demandons au Nom du Bien-aimĂ© Fils de Dieu, JĂ©sus-Christ. Amen.

4 Mon sujet, ce matin, si nous pouvons ainsi l’appeler, sera
 le message Ă  l’Eglise, c’est : La Jonction du Temps. Et dans le passĂ©, chaque fois, les dispensations touchaient Ă  leur fin, chaque fois, alors on atteignait une–une jonction. Il y a des carrefours sur les autoroutes. Il y a des carrefours sur les routes que nous parcourons dans ce monde. Il y a des carrefours sur cette vieille grande Route qui nous mĂšne Ă  la Gloire.
Et chaque fois, il faut quelque chose de miraculeux pour manifester l’omnipotence. L’omnipotence, c’est la toute puissance, et il faut quelque chose de miraculeux pour manifester l’Omnipotent. Et il n’y a que le surnaturel qui puisse faire cela. L’enseignement de la Parole est une trùs bonne chose. Et nous
 il arrive
 La foi vient de ce qu’on entend, et de ce qu’on entend la Parole. Mais il faut toujours le surnaturel pour confirmer que l’Omnipotent vit et rùgne toujours. Il nous faut avoir quelque chose de miraculeux.

5 Et je crois que l’Eglise se tient maintenant au seuil de la plus grande manifestation de l’omnipotence que le monde n'ait jamais connue. Il y a eu
 en sondant les Ecritures pendant un bon moment, j’ai trouvĂ© sept grandes jonctions dans la Parole de Dieu. Et sept, c’est le chiffre parfait de Dieu. Nous
 Il–Il est parfait en sept. Il a travaillĂ© six jours, et le septiĂšme, Il s’est reposĂ©. Ça fait six mille ans que le monde exerce son rĂšgne ici sur terre, que l’Eglise travaille, le septiĂšme, c’est le MillĂ©nium. Et toute cette mathĂ©matique de la Bible est parfaite.
Et Dieu est toujours Ă  l’heure. Parfois, nous sommes un peu en retard ou un peu
 nous avons une pensĂ©e un peu diffĂ©rente, mais c’est toujours Ă  dessein que ça se fait. Mais Dieu est toujours Ă  l’heure avec Son Message.

6 Ainsi donc, aujourd’hui, je pense que nous sommes en prĂ©sence de quelque chose d’important que l’Eglise devrait connaĂźtre et comprendre, nous devrions connaĂźtre tout ce qu’il en est et trouver cela dans la Parole de Dieu. En effet, je pense que si–si cela ne se retrouve pas dans la Parole, j’en doute juste un peu. Mais si la Parole de Dieu en parle, alors Dieu
 Peu importe combien cela peut paraĂźtre diffĂ©rent de notre enseignement habituel, c’est Dieu accomplissant Sa Parole. Souvent, c’est contraire Ă  notre conception ou peut-ĂȘtre Ă  l’enseignement que nous avons reçu pour rĂ©flĂ©chir.
Mais nous devons reconnaĂźtre l’omnipotence de Dieu quand elle est manifestĂ©e devant nous.

7 Maintenant, remontons pendant un petit instant, dans notre esprit, et faisons une étude, juste quelques minutes, sur ce qui est arrivé les quelques années passées.
Je crois, en tant que ministre de l’Evangile, que nous sommes bien proches de l’apparition, pour la seconde fois, de la Venue du Seigneur JĂ©sus. Le second retour
 ou plutĂŽt la Seconde Venue. La premiĂšre fois, Il vint comme un Enfant. Cette fois-ci, Il vient comme le Roi de gloire pour se venger sur tous ceux qui n’obĂ©issent pas Ă  la Parole de Dieu. Et nous croyons qu’avec toute cette grande agitation dans laquelle nous vivons aujourd’hui
 quand nous regardons de tous cĂŽtĂ©s, en lisant les journaux, et que nous nous tenons bien tranquilles, laissant tomber notre remue-mĂ©nage quotidien de cet Ăąge des nĂ©vrosĂ©s, et faisant attention, regardant les Ă©vĂ©nements en face, nous voyons sans l’ombre de doute que quelque chose est sur le point d’arriver.

8 Et je crois que Dieu
 Jamais Ă  aucun moment il n’y a eu quelque chose de surnaturel ni rien qui se soit passĂ© sans que Dieu l’eĂ»t montrĂ© d’avance dans Sa Parole, qu’Il l’eĂ»t rĂ©vĂ©lĂ© et exposĂ© ; de telle sorte que l’homme qui manque de marcher dans cela ne puisse pas, qui aura Ă  se tenir devant Lui soit sans excuse, car Dieu l’a rendu si Ă©vident que si un homme s’y intĂ©resse assez, il le verra ; si vous ĂȘtes intĂ©ressĂ©.
Vous ne prendriez pas une soupe contenant une mouche. Absolument pas. Vous–vous n’aimeriez pas–vous n’aimeriez pas ĂȘtre 
 vous redouteriez prendre un aliment qui ne prĂ©sente pas un bon aspect et qui serait contaminĂ©, parce que vous savez qu’il pourrait vous causer une–une intoxication alimentaire, ou quelque chose comme cela, et qu’il vous tuerait en un rien de temps.
Et vous prenez soin de ce corps. Mais cette Ăąme, vous la laissez se rĂ©galer des choses du monde, que vous savez ĂȘtre contaminĂ©es et qui ne peuvent faire qu’une seule chose : vous dĂ©truire. Peu importe combien vous traitez bien ce corps, ou combien saine est la nourriture, ou quel mode de vie il mĂšne, il doit retourner Ă  la poussiĂšre de la terre ; mais cette Ăąme vivra Ă©ternellement quelque part. Je prĂ©fĂ©rerais prendre une soupe contaminĂ©e plutĂŽt que contaminer mon Ăąme avec les choses du monde, n’importe quand.

9 La jonction. Chaque fois, Dieu, avant qu’on arrive Ă  ces grandes jonctions ou avant la fin d’une pĂ©riode, lĂ  oĂč Il commence quelque chose de neuf, aux jonctions de l’ancien au nouveau, d’une dispensation Ă  une autre, Il manifeste toujours Sa puissance. Des hommes, au cours des Ăąges, se relĂąchent toujours, apportent un enseignement dĂ©routant, nient par des explications, et s’éloignent du vĂ©ritable Dieu vivant. Mais juste avant qu’Il opĂšre une jonction pour introduire une nouvelle dispensation, Il apparaĂźt sur la scĂšne avec de puissants signes et prodiges miraculeux. C’est ce qu’Il a toujours fait.
ConsidĂ©rez la premiĂšre destruction du monde, la premiĂšre jonction. AprĂšs la crĂ©ation du monde et aprĂšs que Dieu eut placĂ© les hommes sur la terre, la Bible dit que les hommes commencĂšrent Ă  construire des villes ; de grands programmes de construction s’exĂ©cutaient sur la terre. ConsidĂ©rez cela aujourd’hui. JĂ©sus a clairement dit : « Ce qui arriva du temps de NoĂ© arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme. » La mĂȘme chose


10 Remarquez, ils avaient dĂ©couvert un procĂ©dĂ© pour travailler avec le cuivre ; ils avaient dĂ©couvert un procĂ©dĂ© pour travailler avec l’airain et le fer, juste avant la destruction du monde antĂ©diluvien. ConsidĂ©rez le jour dans lequel nous vivons aujourd’hui, comment les bĂątiments
 Il est dit que les hommes se multipliĂšrent sur la face de la terre.
Regardez ici et lĂ , mĂȘme notre petite ville, et comparez cette petite ville, qui comptait quatorze mille habitants il y a quelques annĂ©es, Ă  ce qu’elle est aujourd’hui avec environ vingt-sept mille habitants ou plus. Vous ne pouvez mĂȘme plus trouver un endroit assez grand, sinon Ă  peine, pour chasser les lapins. Il y a partout des projets de construction. C’est vrai. Construction, extension, multiplication
 Et Il est dit que lorsque les hommes eurent commencĂ© Ă  se multiplier, alors le pĂ©chĂ© et la mĂ©chancetĂ© survinrent. Ça, c’est l’un de grands signaux routiers montrant que nous sommes au bout du chemin, l’un des grands signes.

11 Remarquez, pendant ce temps-lĂ , il y avait un homme du nom de Nimrod, qui partit construire la grande ville de Babylone et forma une confĂ©dĂ©ration de toutes les villes environnantes, afin qu’elles forment toutes une confĂ©dĂ©ration. Et elles formĂšrent une seule grande ville, et c’était Babylone. Et comme Dieu a dĂ©testĂ© cet ordre mondial des fĂ©dĂ©rations! ConsidĂ©rez cela aujourd’hui, c’est pareil : des syndicats de travail, des hommes s’associant dans des syndicats et dans–dans divers liens, et dans l’église dĂ©nominationnelle qui les lie tous ensemble, laisse tomber les barriĂšres, brise la–la communion entre diffĂ©rents frĂšres. La confĂ©dĂ©ration, l’un des grands signes que Dieu a donnĂ©s lors de la premiĂšre destruction, nous voyons cela apparaĂźtre ici Ă  la derniĂšre destruction. Voyez-vous cela ?

12 Remarquez. Et une autre chose qu’Il a faite jadis
 Nous voyons que lors de cette grande agitation, quand le cƓur des hommes commença Ă  se refroidir et Ă  s’éloigner de Dieu, les femmes devinrent une grande idole. Lorsque les fils de Dieu virent que les filles des hommes Ă©taient belles, c’était devenu une affaire de sexe. ConsidĂ©rez cela en ce jour-ci oĂč nous vivons. Je ne parle pas contre des femmes honorables, non, non ; elles sont des instruments de Dieu. Mais celles qui ne se soucient pas d’elles-mĂȘmes, oh ! il y en a tant du cĂŽtĂ© opposĂ©, qui se marient et sont donnĂ©es en mariage. Dieu l’a dit dans la Bible. JĂ©sus a dit qu’avant le temps de NoĂ©, Ă  la fin, on se mariait et on donnait en mariage.
Quelle grande agitation dans le monde aujourd’hui ! Et nous savons qu’il y a une–une chose qui est Ă  la base de cela, la Bible dit que les esprits, des esprits puissants descendirent, de mauvais esprits, et entrĂšrent dans ces gens et accomplirent ces choses. Et nous voyons de nos jours les mĂȘmes mauvais esprits Ă  l’Ɠuvre.
Et maintenant, remarquez encore, non seulement cela, quand tout l’enfer est lĂąchĂ©, tout le Ciel est aussi lĂąchĂ©. Quand l’ennemi vient comme un fleuve, l’Esprit de Dieu lĂšve un Ă©tendard contre lui. Et ces deux forces se sont toujours manifestĂ©es Ă  la jonction.

13 Eh bien, comme nous le voyons, au moment oĂč Nimrod rassemblait toutes les confĂ©dĂ©rations et contraignait tout le monde Ă  venir Ă  Babylone, Ă  adhĂ©rer Ă  cette grande confĂ©dĂ©ration, et au moment oĂč il se passait toutes ces mauvaises choses parmi les femmes, la sexualitĂ© et tout, au mĂȘme moment Dieu avait un tĂ©moin sur terre : Enoch, qui marcha avec Dieu, Ă©tant irrĂ©prochable. Et au mĂȘme moment oĂč le mal apparaissait, les anges apparaissaient sur la terre. Des ĂȘtres angĂ©liques s’emparĂšrent des hommes. Un trĂšs beau type d’aujourd’hui aussi ; de mĂȘme que le mal apparaĂźt, le bien aussi.
Et remarquez, Ă  l’époque, en ce jour mauvais, juste avant la destruction, Dieu avait lĂ  un homme qui prĂȘchait l’Evangile, un homme pauvre, un homme humble, sans grand-chose du monde, mais un homme au cƓur qui entend Dieu : NoĂ©. NoĂ© et Enoch qui prĂȘchaient au mĂȘme moment. Et si vous remarquez lĂ , dans Apocalypse 11, il est dit : « Je donnerai Ă  Mes deux tĂ©moins le pouvoir dans le dernier jour. » Encore deux tĂ©moins dans le dernier jour (Apocalypse 11), et ils accompliront des miracles et des prodiges parmi les gens.

14 Remontons donc lĂ , en ces jours-lĂ , quand NoĂ© et Enoch prĂȘchaient, et que NoĂ© prĂȘchait un Message qui passait vraiment pour de la folie aux yeux du monde. Et Noé  Voici maintenant la chose. NoĂ© prĂ©parait une arche, construisait un lieu de sĂ©curitĂ©. Et c’était en soi un miracle qu’un homme sur la terre ferme, lĂ  oĂč l’eau n’était jamais venue, soit en train de prĂ©parer une arche qui devait flotter sur une mer gigantesque qui allait ĂȘtre lĂ  et dise que cette eau-lĂ  descendrait des cieux. Et oĂč Ă©tait-elle ? Mais par la foi, qui est un miracle en soi, NoĂ©, averti par Dieu, prĂ©parait une arche. Voyez-vous cela ? Peu importe combien cela paraissait ridicule, combien cela paraissait fanatique aux yeux des gens, c’était en soi un miracle de voir un homme donner des coups de marteau, quelque chose comme cela qui paraissait fanatique.
Cela se rĂ©pĂšte encore aujourd’hui oĂč les hommes cognent avec l’Evangile du Seigneur JĂ©sus-Christ, prĂȘchent le baptĂȘme du Saint-Esprit, apprĂȘtent les gens pour le jugement Ă  venir, ou plutĂŽt Ă  avoir un bouclier contre cela. Et les gens de l’église moderne s’en moquent, raillent et disent que ça n’existe pas et que les jours des miracles sont passĂ©s. C’est un miracle, un signal routier Ă  la jonction.

15 NoĂ© travaillait, non seulement il Ă©tait
 avait
 accomplissait un miracle ou attend
 il attendait aussi un miracle. Et l’Eglise aujourd’hui, alors qu’Elle succombe sous le poids de la prĂ©dication de l’Evangile, avec des signes et des miracles qui accompagnent, Elle se prĂ©pare pour un miracle : l’EnlĂšvement de l’Eglise et le retour Ă  la Maison. Elle prĂ©pare les gens, les rend lĂ©gers, dĂ©chargĂ©s des choses du monde, et place leurs Ăąmes dans la PrĂ©sence de Dieu afin que quand JĂ©sus apparaĂźtra pour la seconde fois dans la Gloire, ceux qui seront prĂȘts soient enlevĂ©s et pris tous ensemble dans les airs pour ĂȘtre avec Lui.
Ce qui arriva du temps de NoĂ© arrivera de mĂȘme Ă  l’avĂšnement du Fils de l’homme. Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient, donnaient en mariage : toutes ces choses que vous voyez se passer ouvrent
 Que Dieu fasse venir le jour oĂč vous ouvrirez
 Que Dieu ouvre votre entendement afin que vous voyiez que ce sont des signaux routiers. Et des miracles surnaturels de la Seconde Venue du Seigneur JĂ©sus-Christ sont juste devant nous aujourd’hui et nous sommes Ă  la jonction.

16 Remarquez. Et quand NoĂ© s’est mis Ă  avertir les gens et Ă  prĂȘcher, beaucoup parmi eux ont ri de lui, se sont moquĂ©s de lui parce que son Message semblait totalement dĂ©raisonnable. Et aujourd’hui, comment les gens peuvent-ils aujourd’hui, alors qu’ils disent que nous avons les meilleurs mĂ©decins du monde, nous avons les meilleures cliniques que nous ayons jamais eues, nous avons tout ceci, cela et autre, pourquoi avons-nous besoin
 ? Ecoutez. Aujourd’hui, nous avons vraiment besoin de la guĂ©rison divine plus que jamais auparavant. Et au fur et Ă  mesure que le temps passe, nous en aurons de plus en plus besoin. Et il arrivera qu’aprĂšs un temps, si un homme n’est pas scellĂ© du Saint-Esprit, son cƓur sera exposĂ© Ă  toutes sortes de choses. Ne vous approchez pas de ceux qui ont le sceau de Dieu sur leurs fronts quand ces plaies horribles commencent Ă  s’abattre. Nous sommes maintenant Ă  la jonction, au carrefour.

17 Comme nous le remarquons, nous voyons NoĂ©, comment il allait çà et lĂ  avertir les gens, disant qu’il pleuvrait. Ces gens ne savaient mĂȘme pas ce que reprĂ©sentait la pluie. Il n’avait jamais plu. Et aujourd’hui, il y a dans le monde des gens qui, aprĂšs deux mille ans de prĂ©dication de l’Evangile, ne savent pas ce que reprĂ©sente ĂȘtre nĂ© de nouveau de l’Esprit de Dieu. Ils ne savent pas ce que l’omnipotence reprĂ©sente, que Dieu, dans Sa grande puissance omnipotente, peut transformer l’ñme d’un–d’un pĂ©cheur de la rue et lui accorder la position angĂ©lique dans le Royaume de Dieu comme fils et fille de Dieu. Ils ne comprennent pas cela. Ils sont trop pris
 absorbĂ©s, entichĂ©s de choses du monde : miroitant le monde, flirtant avec le monde, et ils ne se rendent pas compte que c’est un mauvais esprit et un grand signal routier pour les gens de cet Ăąge-ci, disant de veiller et d’ĂȘtre prĂȘt.
JĂ©sus a dit : « Quand ces choses commenceront Ă  arriver, redressez-vous, levez vos tĂȘtes ; votre rĂ©demption est proche. » Non seulement ça, mais Dieu a accompli des signes par Enoch. Il a accompli des signes par NoĂ©, et le monde s’en est moquĂ©. Mais un jour, il y eut des tonnerres et des Ă©clairs. Le feu descendit du ciel. Un Ă©clair jaillit et des tonnerres se mirent Ă  gronder. C’était en soit un miracle. Et il se mit Ă  pleuvoir.

18 Mais voici le grand miracle : le miracle, c’était comment Dieu avait cachĂ© Son enfant croyant dans l’arche de sauvetage. Tout le temps que les tonnerres grondaient, qu’il pleuvait, NoĂ© Ă©tait au repos dans l’arche de Dieu, ayant Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©, prĂ©ordonnĂ© Ă  entrer dans cette arche-lĂ . Quand les plaies s’abattaient, NoĂ© se reposait en sĂ©curitĂ©. Lui dont on s’était moquĂ© Ă©tait alors entrĂ© dans le repos.
Ceux dont on se moque et qu’on raille aujourd’hui parce qu’ils dĂ©sirent mener une vie complĂštement abandonnĂ©e au Seigneur JĂ©sus, ces moqueurs ne se rendent pas compte que vous ĂȘtes cachĂ©s sous Ses bras Ă©ternels. Ils ne se rendent pas compte que vous vous reposez en sĂ©curitĂ©, autant que possible, dans l’omnipotence, et que rien ne peut vous nuire.
L’arche a commencĂ© à
 l’eau a commencĂ© Ă  venir et les gens se sont mis Ă  crier, Ă  pleurer, Ă  pousser des cris et Ă  faire des histoires. Et au lieu que l’arche reste lĂ , elle flottait juste Ă  la surface, emportant continuellement NoĂ© et le berçant au grĂ© des vagues. C’était assurĂ©ment un signal routier. Dieu avait ĂŽtĂ© le pĂ©chĂ© du monde. Il allait commencer un nouveau monde. Les signes et les miracles apparaissent avant qu’Il le fasse.

19 Remarquez, Ă  la sortie, quand Dieu a libĂ©rĂ© IsraĂ«l qui Ă©tait en esclavage lĂ  en Egypte
 Avant que Dieu bouge un doigt pour IsraĂ«l, la premiĂšre chose qu’Il avait faite Ă©tait d’accomplir un signe surnaturel pour montrer qu’Il Ă©tait omnipotent, qu’Il est toujours vivant. Les sacrificateurs, les rabbins et autres de ce jour-lĂ  pensaient que Dieu n’existait plus, juste comme on le pense aujourd’hui. Mais Dieu est toujours omnipotent et Il accomplit toujours des miracles. Et ils pensaient qu’Il n’existait plus. Mais en plein milieu de ce temps-lĂ , Dieu est descendu dans une famille humble et modeste de LĂ©vi et a engendrĂ© un fils, qui Ă©tait un libĂ©rateur. Et ce petit MoĂŻse Ă©tait aussi cachĂ© dans cette arche. J’aurais voulu que nous ayons le temps d’aborder cela et de l’expliquer, comment il avait Ă©tĂ© retirĂ© du fleuve. Et lĂ , parmi des crocodiles et tout le reste, un miracle avait Ă©tĂ© accompli. Comment Il avait prĂ©servĂ© MoĂŻse juste au moment oĂč, probablement, on pensait que les jours des miracles Ă©taient passĂ©s.
Mais ils Ă©taient Ă  la jonction. Ils avaient la Parole. Ils avaient les os de Joseph. Ça, c’était trĂšs bien. C’étaient des signes, oui, que Dieu Ă©tait toujours vivant, qu’Il rĂ©gnait et qu’Il Ă©tait lĂ  en ce jour-lĂ . Non seulement cela, mais cependant, en plus de la Parole, ils avaient l’infaillible Dieu omnipotent, qui est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, qui se tenait parmi eux tous.

20 A l’ñge de quarante ans, alors que MoĂŻse se tenait au bord de la riviĂšre, ou plutĂŽt Ă  cĂŽtĂ© du dĂ©sert, Dieu est descendu sous la forme d’un Ange. Et Dieu, avant de dĂ©truire l’Egypte et de faire sortir Ses enfants, de changer toute la dispensation, Il est apparu sur la terre et a envoyĂ© des anges aux pauvres et aux nĂ©cessiteux. Il a accompli des miracles et des prodiges et Il a montrĂ© Sa gloire Ă  MoĂŻse : comment il pouvait prendre un bĂąton et accomplir un miracle, comment il pouvait mettre ses mains dans son sein et les guĂ©rir de la lĂšpre.
Qu’était-ce ? C’était au changement de temps, c’était Ă  la croisĂ©e des chemins. Et le Glorieux Dieu immuable qui Ă©tait dans–dans
 immuable, qui a accompli ces choses aux jonctions de temps Ă  l’époque, Ă  combien plus forte raison ne va-t-Il pas le faire maintenant alors que tout l’enfer s’est dĂ©ployĂ© et que le temps de la fin est lĂ . Il est le mĂȘme. Il ne faillit pas. L’omnipotence rencontre le miraculeux. Certainement.

21 L’in
–insondable
 la pensĂ©e insensĂ©e de l’homme ne peut jamais comprendre le miracle. Vous devez entrer en contact avec l’omnipotence, et alors vous ĂȘtes en contact avec le surnaturel. Votre vie change, votre pensĂ©e change, votre esprit change, vous ĂȘtes diffĂ©rent. Votre maladie est terminĂ©e. La grande puissance de Dieu entre en action.
MoĂŻse au buisson. Il avait vu et entendu l’Omnipotent, et il avait vu quelque chose de miraculeux. Dieu ne s’était pas contentĂ© de donner un message Ă  MoĂŻse pour aller prĂȘcher aux Egyptiens et prĂȘcher aux IsraĂ©lites. Dieu l’Omnipotent et Dieu le Miraculeux ne serait pas un–un Dieu s’Il ne rĂ©vĂ©lait cela qu’à un seul homme. Mais Il a dit : « Prends ces signes. » AllĂ©luia ! « Prends ces signes et accomplis-les lĂ -bas ; Je serai avec toi. »
Le changement, on Ă©tait arrivĂ© Ă  une jonction, le temps oĂč quelque chose se passe. Mais avant que cela arrive, Dieu donne Son avertissement. « Je suis toujours JĂ©hovah. Je vis toujours. Et Je suis l’Omnipotent. Je suis le Dieu des miracles. »

22 Et, alors qu’il descendait lĂ  en Egypte, il prit son bĂąton, le jeta par terre et guĂ©rit sa main de la lĂšpre ; il accomplit ces choses. Ensuite, j’aimerais que vous remarquiez que chaque fois qu’un miracle Ă©tait accompli, Satan Ă©tait toujours lĂ  pour l’imiter. Et de mĂȘme qu’il imitait cela en ce jour-lĂ , il l’imite encore aujourd’hui. MĂȘme ses imitations ne font que pointer le temps de la fin Ă  la jonction. Il avait quelques vieux devins et
 lĂ , qui s’appelaient JannĂšs et JambrĂšs; ils se sont levĂ©s et ont pu jeter leurs bĂątons par terre, les ont changĂ©s en serpents et autres, et ils ont fait exactement la mĂȘme chose que lui. Mais Dieu a prouvĂ© qui lui appartenait. Eux pouvaient amener des plaies, mais ils Ă©taient incapables d’accomplir la guĂ©rison divine. Donc, Dieu seul peut guĂ©rir. Et ils pouvaient amener un ulcĂšre, mais ils Ă©taient incapables de l’îter. Dieu s’est tenu lĂ  dans Sa puissance pour montrer que la vĂ©ritable guĂ©rison divine Ă©tait un miracle de Sa part pour manifester que l’Omnipotent Ă©tait Ă  la croisĂ©e des chemins.
Les Egyptiens ont fait venir des ulcĂšres, mais ils en ont Ă©tĂ© eux-mĂȘmes couverts. Mais le serviteur de Dieu pouvait ĂŽter cela. Pourquoi ? Ils peuvent imiter. On nous a enseignĂ© que la mĂȘme chose se reproduirait dans ces derniers jours. « De mĂȘme que JannĂšs et JambrĂšs s’opposĂšrent Ă  MoĂŻse, de mĂȘme ces hommes s’opposent Ă  la vĂ©ritĂ©, Ă©tant corrompus d’entendement, rĂ©prouvĂ©s en ce qui concerne la foi.» Comme ils feraient
 EmportĂ©s, enflĂ©s d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, dĂ©loyaux, intempĂ©rants, ayant la forme de la piĂ©tĂ©. Oh! eh bien, je voudrais simplement vous dire que les jours dans lesquels nous vivons, c’est Ă  la croisĂ©e des chemins, au bout du chemin, Ă  la fin de la route, la fin de l’ñge. Dieu prouve cela. Quel jour merveilleux dans lequel vivre !

23 Dieu le leur a prouvĂ© et s’est confirmĂ© Lui-mĂȘme, et Il en a reçu la gloire. Oh ! comme Il est descendu lĂ  en Egypte et a frappĂ© cette nation! Oh ! comme Il a fait sortir IsraĂ«l sur les ailes de l’aigle et a accompli des signes et des prodiges parce qu’Il est omnipotent ! Et Il accomplit le miracle. Avant de faire sombrer les chars de Pharaon, Il a donnĂ© toutes sortes de signes. Il a donnĂ© des signes de la guĂ©rison divine. Il a donnĂ© les signes et toutes les confirmations de Sa puissance : comment Il a pu sauver un fils aĂźnĂ© ou tuer un fils aĂźnĂ© ; comment Il a pu dĂ©truire ; comment Il a pu Ă©pargner la vie ; comment Il a pu accomplir des miracles, Il a pu faire des choses miraculeuses ; et comment le soleil et la lune se sont obscurcis, comment la grĂȘle a couvert le sol, comment les Ă©clairs ont parcouru la contrĂ©e et ont tuĂ© le bĂ©tail et tout, juste comme c’était le cas au temps de NoĂ©.
Et il est dit que, dans les derniers jours, la lune refusera de donner sa lumiùre et le soleil ne brillera pas et deviendra noir comme un sac de crin, et ça aura l’apparence du sang. Quand il cachera sa face, qu’il pleurera et transpirera en faisant sortir des grumeaux de sang à cause de la tristesse, Dieu sera sur la terre, l’Omnipotent accomplissant des miracles. Certainement qu’Il le peut. Il est omnipotent.
Pensez-y là, là en Egypte, comment Il avait accompli ces miracles, ces prodiges et ces choses qu’Il avait faites. Il est Dieu. Personne ne peut prendre Sa place.

24 Remarquez, Dieu a accompli Ses miracles. Et Il donna une occasion Ă  Pharaon. Et Pharaon a ratĂ© et a refusĂ© de saisir cette occasion. Il ne restait plus rien. Quand un homme rejette la misĂ©ricorde de Dieu, il ne reste qu’une seule chose : le jugement. Et mon cher ami, aujourd’hui, que Dieu nous vienne en aide, quand vous verrez la fin de ce texte. Et si vous avez rejetĂ© la misĂ©ricorde que JĂ©sus-Christ vous offre, le Saint-Esprit, il ne reste rien sinon le jugement divin. Il ne peut rester rien d’autre.
Finalement, Pharaon a rejetĂ©, par son pĂ©chĂ©, son jour de grĂące et il n’y avait plus rien, parce que la jonction Ă©tait proche. Dieu a amenĂ© la jonction du temps.

25 Une autre Ă©poque, quand Lot et Abraham
 Etant donnĂ© qu’Abraham devait ĂȘtre le maĂźtre de la terre, sa postĂ©ritĂ© devait se rĂ©pandre partout sur la terre. Il avait avec lui Lot, son neveu, un parent. Et quel beau tableau aujourd’hui de l’église froide, formaliste et indiffĂ©rente par rapport Ă  l’Eglise du Dieu vivant, nĂ©e de l’Esprit, Ă©lue, appelĂ©e Ă  sortir, sĂ©parĂ©e ! Ils habitaient ensemble dans la mĂȘme plaine. Mais il arriva finalement que Lot prenne son grand groupe et descendit Ă  Sodome et Gomorrhe, lĂ  oĂč ils devinrent populaires, oĂč ils occupĂšrent une place de choix. Et Abraham resta dans la volontĂ© de Dieu et il prit une contrĂ©e pauvre. Sara, sa belle femme, et Abraham demeurĂšrent dans une contrĂ©e pauvre du pays afin de pouvoir servir le Seigneur.
Dieu ne promet pas un lit fleuri d’Eden. Ne trompez pas un chrĂ©tien, et ne dĂ©formez pas le Message en disant que tout ira trĂšs bien, qu’il n’y aura rien qui vous nuira, qu’il n’y aura rien qui va
 qu’il n’y aura pas d’épreuves ni rien. C’est faux. Comme l’a dit un poĂšte : « Dois-je ĂȘtre transportĂ© au Ciel sur un lit fleuri d’aisance, alors que les autres ont combattu pour gagner le prix et ont naviguĂ© sur des mers ensanglantĂ©es ? » Certainement pas. Dieu ne promet pas la facilitĂ© et la prospĂ©ritĂ©. Mais Il promet la grĂące pour endurer chaque Ă©preuve. C’est la grĂące que nous recherchons.

26 Abraham avait choisi la voie de Dieu. Il est restĂ© au sommet de la montagne bien qu’il n’y eĂ»t pas beaucoup de pĂąturage pour son bĂ©tail. Mais Lot, un type du monde rĂ©trograde, l’église qui ne croit pas aux miracles

Puis, il arriva finalement que ces choses remontĂšrent jusqu’à Dieu, du moment qu’il devait y avoir une jonction. Un temps devait arriver, car Abraham Ă©tait hĂ©ritier de la terre. Ô Dieu, pourquoi les chrĂ©tiens ne le voient-ils pas ? Heureux ceux qui ont le cƓur pur, ils verront Dieu. Heureux les dĂ©bonnaires, ils hĂ©riteront la terre. Le temps de la jonction est proche pour que le PĂšre montre que nous sommes au temps de la fin. Voyez ?

27 Le Miraculeux, le Surnaturel, l’Omnipotent accomplissant le miracle. ConsidĂ©rez-Le du temps d’Abraham. Juste avant le temps de la fin, considĂ©rez ce qui s’était passĂ© dans le monde. LĂ  Ă  Sodome, dans la grande ville
 Abraham vivait sous une tente, lui qui Ă©tait hĂ©ritier de toutes choses, il vivait sous une tente. Ne vous Ă©tonnez donc pas que le poĂšte puisse dire : « Une tente ou une cabane, pourquoi devrais-je m’en soucier ? » Vous ĂȘtes hĂ©ritier de toutes choses si vous ĂȘtes en Christ. Dieu Lui a donnĂ© la terre, Il est le Roi, nous sommes en Lui et nous sommes hĂ©ritier de toutes choses. L’omnipotence, le miraculeux, et au temps de la jonction

Remarquez attentivement maintenant alors que nous approfondissons ceci. Observez ce que Dieu a fait juste avant le temps de la fin. Lot lĂ -bas, Ă  Sodome, la perversion augmentait sans cesse. Les hommes Ă©taient devenus des homosexuels, pervertis, changeant le cours naturel de la nature humaine en des voies perverties. ConsidĂ©rez le monde aujourd’hui. Tout est devenu une dispensation pervertie.

28 Et de grands endroits, lĂ  oĂč les hommes vont pour Ă©tudier la religion, et de grandes Ă©coles
 et j’ai mentionnĂ© cela et je le savais, lĂ  oĂč on ne permet pas aux hommes d’épouser des femmes. Mais c’est si horrible. Et de ces Ă©coles aujourd’hui, et ces Ă©glises modernes lĂ , oh! cette grande peine! Des hommes boivent, fument, stimulent leurs passions et courent avec des jeunes filles et tout, et cela commence depuis leur enfance, au point que le cours normal de la vie est perverti. Dieu les a livrĂ©s Ă  la destruction. Et leurs vies ont Ă©tĂ© tellement brouillĂ©es qu’ils ne sont plus des hommes et des femmes naturels ; le diable s’est vraiment emparĂ© d’eux.
ConsidĂ©rez la jonction lĂ  avec Sodome et Gomorrhe. ConsidĂ©rez la jonction au temps de NoĂ© : se marier et donner en mariage. Voyez-vous ce signal routier ? Que se passa-t-il ? Au mĂȘme moment, Dieu avait un prophĂšte sur la terre, avant le temps de la fin
 Voici la chose. Ecoutez. Chaque fois, avant le temps de la fin, quand Satan envoie ses imitateurs, Dieu envoie Ses prophĂštes. Et la Bible nous dit : « Dans les derniers jours, vos jeunes gens auront des visions et sur Mes servantes et Mes serviteurs
 » Les prophĂštes apparaĂźtront encore sur la terre. Ceux qui ont des visions apparaĂźtront sur la terre au temps de la fin. Nous y sommes. Nous sommes Ă  la jonction.

29 Ce temps de la fin a Ă©tĂ© prophĂ©tisĂ© par tous les saints prophĂštes Ă  travers les Ăąges et prĂ©dit par la Parole sacrĂ©e de Dieu : ce que le Seigneur voulait, ce que seraient Ses bĂ©nĂ©dictions et ce que ferait le diable en ces jours-lĂ , ce qui arriverait, le temps de la fin. La saintetĂ© de Dieu ne peut pas supporter la mĂ©chancetĂ© du monde. Mais avant d’amener cela Ă  la jonction, Il envoie les lumiĂšres rouges d’avertissement.
Non seulement cela, mais avant de dĂ©truire Sodome et Gomorrhe, Dieu a aussi envoyĂ© sur la terre des anges qui se sont mĂȘlĂ©s aux hommes. Avant le temps de la fin, Dieu a promis d’envoyer des anges. Et nous les voyons. Ils viennent avec le Message du Dieu Tout-Puissant.

30 Le temps de la jonction. Il n’y a pas plus de trois semaines, j’ai vu ce Puissant se tenir lĂ , celui qui s’est tenu lĂ  depuis que j’étais un petit garçon et m’a parlĂ©. Je ne suis pas un fanatique ; vous le savez. Mais c’est pour accomplir les Ecritures. Je pense que cette Ă©glise devrait connaĂźtre la vĂ©ritĂ© et le signe qui montre oĂč nous en sommes, afin que vous ne soyez pas paresseux, que vous soyez Ă  l’Ɠuvre, afin que des diffĂ©rends soient rĂ©glĂ©s et que vous marchiez comme de vĂ©ritables hommes et femmes pieux, le cƓur fixĂ© sur Christ. Et ne regardez pas ces choses misĂ©rables de la terre, car c’est du diable. Toutes ces querelles, ces guerres, ces luttes, ces diffĂ©rends, dĂ©tournez-en les regards; nous sommes Ă  la fin.
Et, rappelez-vous, il se peut que vous n’ayez pas une autre semaine pour faire cela. Nous ne le savons pas. Dieu seul le sait. Nous sommes ici à la fin.

31 VoilĂ  NoĂ© en son temps. Voici IsraĂ«l en son temps. Voici Abraham Ă  la prochaine jonction entre le–le monde, le naturel et le surnaturel. Les anges Ă©taient descendus, ils avaient l’apparence d’hommes. Gloire ! Et ils se sont tenus Ă  cĂŽtĂ© d’Abraham, le prophĂšte, et lui ont dit : « Abraham, Dieu va accomplir le surnaturel. Presque Ă  cette mĂȘme Ă©poque, l’annĂ©e prochaine, Je te visiterai, ta femme ĂągĂ©e de cent ans, et vous aurez un enfant. Je te montrerai Ma puissance de la guĂ©rison divine. Je te transformerai et te ramĂšnerai encore Ă  un jeune homme, et Je changerai Sara et ferai d’elle une personne diffĂ©rente, Je la rendrai encore jeune. Je suis le Miraculeux ; Je suis l’Omnipotent. J’accomplis les miracles. » Amen. « Je te montrerai Ma puissance. Abraham, nous sommes au temps de la jonction. » Les mauvais esprits sont lĂ  Ă  Sodome. Oui. Ils opĂšrent dans le monde lĂ -bas. Ils opĂšrent ici aujourd’hui : la gaietĂ©, le prestige, des plaisanteries grossiĂšres et toutes ces sales choses Ă  la radio, Ă  la tĂ©lĂ©vision, des Ă©missions qui ne sont mĂȘme pas censurĂ©es ni rien d’autre ; parfois, ça pervertit l’Evangile en une affaire sociale. Le monde entier est devenu perverti. Mais au moment mĂȘme oĂč le monde est devenu perverti, les croyants se sont convertis au Seigneur par la Puissance de Dieu, par l’Ɠuvre et l’apparition de l’omnipotence. Comme Dieu dans Sa misĂ©ricorde manifeste ces choses!

32 Il a Ă©tĂ© dit Ă  Abraham, alors que Son prophĂšte Ă©tait assis sous sa tente, un vieil homme, lĂ  dans une terre aride
 Que lui importait, une tente ou une cabane ? Qu’est-ce que ça changeait pour lui ? Il Ă©tait hĂ©ritier de tout cela. Tout lui appartenait, et il le savait. C’est pareil pour le croyant aujourd’hui. Que nous importent ces choses terrestres ? C’est pourquoi j’ai interrompu les rĂ©unions il n’y a pas longtemps, parce que je ne veux pas faire pression sur les gens pour des offrandes. Peu m’importe ce que les gens disent, je crois que Dieu est assez puissant pour subvenir Ă  tout ce dont Il a besoin. Certainement. Je prĂ©fĂ©rerais manger des biscuits secs, boire l’eau du robinet et prĂȘcher l’Evangile plutĂŽt qu’avoir les belles choses du monde. Le problĂšme, c’est de pouvoir nous soumettre Ă  Lui, nous attendre Ă  l’Omnipotence. C’est vrai. Observez lĂ  oĂč la chose en est.
Et nous voyons Abraham, par la suite, pendant qu’il est assis lĂ  sous sa tente, ces Anges lui sont apparus. Ils sont descendus Ă  Sodome et Ă  Gomorrhe, et nous voyons que Dieu, en ce jour-lĂ , a accompli des miracles. Il a fait descendre des cieux le feu et a balayĂ© la ville, Il a nettoyĂ© le pays et l’a entiĂšrement donnĂ© Ă  Abraham. Et la femme de Lot a Ă©tĂ© transformĂ©e en une colonne de sel pour avoir regardĂ© en arriĂšre vers le mĂ©morial de disgrĂące, elle qui Ă©tait une grande dame dans les associations de la ville de Gomorrhe et Sodome. Et toutes les vallĂ©es ont Ă©tĂ© balayĂ©es, quand Dieu avait accompli des miracles, avec le feu et le souffre descendant du ciel.

33 Quel temps merveilleux ! Quel glorieux temps dans lequel vivre ! Dieu, dans Son omnipotence ! Une jonction est encore venue. Je pense que je suis Ă  court de temps. Il me faudra me dĂ©pĂȘcher.
Puis, l’omnipotence est venue, une
 de nouveau une PrĂ©sence. Il y avait un homme du nom d’Achab qui Ă©pousa une jeune fille appelĂ©e JĂ©zabel ; Achab Ă©tait au dĂ©part un croyant. Il Ă©tait nĂ© Juif, il a Ă©tĂ© circoncis le huitiĂšme jour selon la loi, il a Ă©tĂ© Ă©levĂ© dans un foyer religieux pour croire en JĂ©hovah, mais il est tombĂ© amoureux d’une espĂšce d’idolĂątre aux petits yeux sĂ©duisants. C’est vrai.
Et, aujourd’hui, de bons chrĂ©tiens tombent sous l’influence d’un tel non-sens et du prestige parce que ce cƓur n’était pas stable en JĂ©sus-Christ. Oui. Quel jour dans lequel nous vivons ! Quel temps ! Le signal routier placĂ© juste en face.

34 Mais alors, juste avant que Dieu amĂšne la confrontation pour prouver qui Ă©tait Dieu, il arriva un temps oĂč un prophĂšte du nom d’Elie avait Ă©tĂ© suscitĂ© dans le pays ; il Ă©tait oint du Message de Dieu. Et il avait accompli le miracle et avait prouvĂ© que l’omnipotence Ă©tait toujours miraculeuse. Le prophĂšte s’est tenu lĂ  et a fermĂ© les cieux afin qu’il ne pleuve pas aux jours de son ministĂšre. Et il a fait tomber des cieux la pluie et a abreuvĂ© la terre. Et les anges sont apparus sur la scĂšne (AllĂ©luia !), ils lui ont cuit du pain de maĂŻs qui l’a gardĂ© en vie quarante jours pendant qu’il Ă©tait lĂ  dans le dĂ©sert avec Dieu.
Les anges apparaissent au temps de la fin. Tous les prophĂštes et les poteaux indicateurs montrent cela, disant qu’en ce jour-ci les anges apparaĂźtront, les prophĂštes se lĂšveront, il y aura des signes et des prodiges. Et si Dieu a fait cela pour ces petites jonctions lĂ  dans le passĂ©, que fera-t-il maintenant alors que tout l’enfer est relĂąchĂ© ? Tout le Ciel sera relĂąchĂ©, les anges apparaissant, les signes et les prodiges sur la terre, l’imitation apparaissant, Dieu prouvant qui est dans le vrai et qui est dans le faux. Amen!

35 Oh ! je L’aime! Je suis sĂ»r que vous aussi, vous L’aimez. Mon intention n’est pas de vous engueuler, mais cela brĂ»le dans mon cƓur. En pensant que ce jour-ci

Juste avant que Dieu les délivre, Il a accompli toutes sortes de signes et de miracles. Ils ont envoyé un groupe de gens là-bas pour prendre ce prophÚte de force. Il a dit : « Si je suis un homme de Dieu, que le feu tombe du ciel. » Observez chaque fois comment le feu descend. Observez chaque fois comment un prophÚte vient. Observez chaque fois comment le miracle est accompli. Observez chaque fois comment Dieu se confirme par la guérison et la puissance, juste au carrefour ; jamais avant, juste au carrefour, aux jonctions, un changement de dispensation, un changement dans le temps.

36 Maintenant, quelques textes pour terminer. Observez un instant. Nous allons maintenant dans la–la cinquiĂšme grande jonction et l’une des principales jonctions ; en effet, cinquiĂšme, c’est cinq : J-E-S-U-S. Amen! Un temps vient oĂč la question du pĂ©chĂ© doit ĂȘtre rĂ©glĂ©e. Un temps vient oĂč le Miraculeux va totalement se faire comprendre. Un temps vient oĂč les cƓurs des hommes doivent ĂȘtre changĂ©s, en effet les lois, les juges et autres ne peuvent pas faire cela. Le sang des taureaux et des boucs ne pouvait ĂŽter cela. Et juste avant que cette grande jonction arrive, le diable est entrĂ© parmi les prĂ©dicateurs. Il a dit : « Les jours des miracles sont passĂ©s. Cela n’existe pas. »
Et au mĂȘme moment, Dieu envoya des anges sur la terre. Il y avait lĂ -bas un vieil homme qui tenait sa maison en ordre, c’était Zacharie. Un jour, il priait Ă  l’autel, agitant son encens, intercĂ©dant pour le peuple, un ange puissant apparut juste Ă  sa droite, prouvant que la jonction du temps Ă©tait proche. Il lui dit qu’il aurait un garçon de sa femme vieille et avancĂ©e en Ăąge, et que son nom serait Jean.

37 Jean est venu, confirmant le miraculeux. Jean Ă©tait un prophĂšte. La Bible dit, JĂ©sus Lui-mĂȘme a dit qu’il n’y avait jamais eu d’homme nĂ© sur la terre comme lui jusqu’à ce moment-lĂ . AllĂ©luia ! Pourquoi ? Il Ă©tait un prophĂšte, le plus grand qu’il y eĂ»t jusqu’à ce temps-lĂ , parce que c’était la plus grande jonction que Dieu ait jamais faite avec le diable, quand leurs sentiers se sont croisĂ©s. Et lĂ , Il allait le dĂ©pouiller et lui arracher tout ce qu’il possĂ©dait. AllĂ©luia !
Jean Ă©tait un prophĂšte. Gabriel Ă©tait l’Ange. Ils sont apparus au temps de la jonction. Gloire Ă  Dieu ! Environ trente-trois ans avant que cela ne se produise, Dieu a commencĂ© en plein temps Ă  avertir d’avance les gens que le temps de la jonction Ă©tait proche. Les incroyants devenaient de plus en plus mauvais, et ils ont mĂ©prisĂ© cela, ils en ont fait un problĂšme, ils ont cherchĂ© Ă  s’en dĂ©barrasser, et finalement ils ont tuĂ© tout celui qui disait quoi que ce soit, mais Dieu a malgrĂ© tout opĂ©rĂ© un miracle, car Il est omnipotent. Il le doit. Il est Dieu.

38 Regardez ce qui s’est donc passĂ©, alors que nous entrons dans cet–cet Ă©pisode-ci. Alors que nous avançons, nous voyons Jean venir Ă  la riviĂšre, prĂȘchant. Il parle de Quelqu'un qui vient, qui est plus puissant que lui. Il se met Ă  prĂȘcher. AprĂšs un moment, l’Omnipotent Lui-mĂȘme est apparu lĂ , enveloppĂ© dans un petit paquet de chair. Le Grand JĂ©hovah Dieu s’est rĂ©vĂ©lĂ© dans Son Fils, JĂ©sus-Christ. L’Omnipotence a Ă©tĂ© faite chair et a habitĂ© parmi nous, a marchĂ© parmi nous. AllĂ©luia!
Une nuit, alors qu’Il passait sur la mer de GalilĂ©e, couchĂ© lĂ , la vieille petite barque ballottant, Il a fait comme s’Il ne faisait mĂȘme pas cas. Il Ă©tait fatiguĂ©. Mais le temps de la jonction Ă©tait arrivĂ© ; quelque chose devait se passer. Il a mis Son pied sur le bastingage de la barque, a levĂ© les yeux et a dit : « Silence. Tais-toi. » Je vous assure, le CrĂ©ateur mĂȘme des cieux et de la terre Ă©tait couchĂ© dans cette barque-lĂ  et la nature devait obĂ©ir Ă  cela. Quand l’Omnipotence parle, le miracle se produit. Amen!

39 Un jour, un lépreux, couvert de lÚpre, est allé auprÚs de Lui et a dit : « Seigneur, Tu le peux, si Tu le veux, Tu peux me rendre pur. »
Il l’a touchĂ© en disant : « Je le veux. Sois pur. »
Et quand l’Omnipotence parle, le miracle se produit. AllĂ©luia ! Sa lĂšpre a disparu comme le soleil fuyant derriĂšre un nuage. Certainement. L’Omnipotence parle. Il a promis de parler encore dans ces derniers jours. Quand l’Omnipotent parle, le miracle se produit. Certainement.
Remarquez. Il a guĂ©ri les malades, Il a ressuscitĂ© les morts, Il a ouvert les yeux des aveugles. Qu’était-ce ? Il prouvait aux gens que la jonction Ă©tait lĂ  ? « J’ai le pouvoir de donner Ma Vie ; J’ai le pouvoir de La reprendre. Personne ne Me L’îte. »

40 Un jour, dans Jean 17, Il a levĂ© les yeux et a dit : « PĂšre, l’heure est venue. » AllĂ©luia ! La jonction est lĂ . Tout est terminĂ© maintenant. Tout se prĂ©pare. Le carrefour est lĂ . Le monde a Ă©tĂ© averti. Comment reconnaĂźtrons-nous un de ces apĂŽtres ? C’est par des signes et des miracles qu’ils accomplissent. Nous avons parcouru le pays ; nous l’avons fait passer au peigne fin. Le temps est lĂ . Le temps est arrivĂ©.
FrĂšre, ce matin, en tant que prĂ©dicateur de l’Evangile, je crois que le Saint-Esprit parle aujourd’hui au travers des lĂšvres d’un mortel, des ministres oints qui disent : « Le temps est arrivĂ©. Le temps est lĂ . » Et l’Omnipotence a exaucĂ©. Le miracle se produit. Cela doit se faire Ă  la jonction.

41 Et lĂ , Il a accompli tout le surnaturel, quand le Dieu omnipotent a Ă©tĂ© manifestĂ© dans la chair. « Prononce la Parole, Seigneur, et mon serviteur sera guĂ©ri. Mon serviteur ne va pas
 sera
 vivra. » Il le savait ; ce centenier romain savait qu’il Ă©tait un homme soumis Ă  des supĂ©rieurs, il savait que tout ce qui Ă©tait sous ses ordres devait
 quoi qu’il dise, ils devaient l’exĂ©cuter. « Et si je dis Ă  cet homme-ci : ‘Viens’, il vient ; et Ă  cet homme-lĂ  : ‘Va’ et il va. » Il a dit : « Je suis un homme soumis aux supĂ©rieurs. Et tous ceux qui sont sous mes ordres m’obĂ©issent. Et, Seigneur, je ne suis pas digne que Tu entres dans ma maison. Prononce simplement la Parole. » AllĂ©luia ! Il savait que c’était l’Omnipotence. Il savait que quand l’Omnipotence parlait, le miracle se produisait. Oh ! la la !
Il s’est tenu lĂ  Ă  la tombe de Lazare, pleurant dans Sa chair comme un homme. Marthe a dit : « Seigneur, si seulement Tu avais Ă©tĂ© lĂ , mon frĂšre ne serait pas mort. Mais mĂȘme maintenant, que l’Omnipotence parle. Quoi que Tu demandes Ă  Dieu, Dieu le fera. Quoi que Tu dises, Il le fera. »

42 Le voici s’avancer vers la tombe ; l’Omnipotence se manifestant ici parmi nous, vivant avec nous, Dieu en Christ, rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme. Il a vĂ©cu ici avec nous, Dieu Lui-mĂȘme se manifestant par Son Fils, JĂ©sus-Christ. Il Ă©tait l’Omnipotent et le Miraculeux. Et s’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, et qu’Il a dit : « Je ne vous quitterai jamais. Je ne vous abandonnerai jamais, Je serai avec vous jusqu’à la fin du monde », comment pouvons-nous nous attendre Ă  autre chose, quand Il parle, sinon de voir le miracle s’accomplir ? Comment pouvons-nous nous attendre Ă  autre chose ?
Alors, Le voilĂ  descendre Ă  la tombe en pleurant. Et alors l’Omnipotence s’est concentrĂ©e et a parlĂ© : « Lazare, sors ! » Et un homme qui se corrompait dĂ©jĂ , le nez s’était affaissĂ© sur son visage en quatre jours, les vers du corps avaient dĂ©jĂ  commencĂ© Ă  agir! La corruption avait reconnu son MaĂźtre. AllĂ©luia ! Il a rendu la vie de cet homme mort, et un homme qui Ă©tait une fois mort s’est levĂ© et a vĂ©cu de nouveau : le miracle. « Je suis la RĂ©surrection et la Vie », a dit Dieu. « Celui qui croit en Moi vivra, quand mĂȘme il serait mort. Et quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais. »

43 Parle, Omnipotence, un miracle se produira. Et Tu le fais toujours Ă  la jonction. Et nous sommes Ă  la jonction. Soyez en alerte quand vous voyez ces choses se produire ; nous sommes au temps de la fin. L’Omnipotence a parlĂ© et un homme mort, un mort a vĂ©cu de nouveau, s’est tenu sur ses pieds, est allĂ© au banquet et a pris un souper avec Lui. Oh ! la la ! Que s’est-il passĂ© ? Un glorieux jour, alors que nous Ă©tions autrefois morts dans le pĂ©chĂ© et les offenses, l’Omnipotence a parlĂ©. Nous nous dirigions vers l’enfer, et l’Omnipotence a parlĂ©. Nous sommes ressuscitĂ©s de l’enfer Ă  la Gloire, et un jour, nous prendrons part au souper lors du banquet, aux derniers jours. L’Omnipotence parle. La Parole de Dieu est omnipotente. Nous le croyons. Et nous sommes ressuscitĂ©s de la mort Ă  la vie. « Celui qui Ă©coute Mes Paroles et qui croit en Moi vivra, quand mĂȘme il serait mort. Quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais. » L’Omnipotence

Nous sommes comme NoĂ©, construisant l’arche. Le miraculeux se produira un jour lors de l’EnlĂšvement et de la Venue de JĂ©sus. Nous sommes maintenant Ă  la jonction. Quand vous verrez ces choses se produire, levez la tĂȘte, votre rĂ©demption est proche. L’Omnipotence a parlĂ©, et le miracle s’est accompli. Il a dit : « Nous sommes Ă  la jonction, PĂšre. Je dois manifester qui Tu es. » Et Il a ressuscitĂ© des morts ; Il a guĂ©ri les malades. Quand finalement l’heure de Son dĂ©part est arrivĂ©e, Il s’est humblement avancĂ© vers la croix et a Ă©tĂ© clouĂ© lĂ , suspendu ; Il n’était pas du Ciel ; Il Ă©tait rejetĂ© du Ciel. Il Ă©tait rejetĂ© sur la terre.

44 AprĂšs que les gens avaient vu les signes et les prodiges qu’Il avait accomplis, ils se sont moquĂ©s de Lui et L’ont raillĂ©, un monde pĂ©cheur et impie
?
 Mais de mĂȘme que le jugement l’a Ă©levĂ©, a Ă©levĂ© l’arche, le jugement par l’eau, de mĂȘme JĂ©sus a Ă©tĂ© Ă©levĂ© quand le jugement de Dieu est tombĂ© sur Lui ; Il est mort Ă  notre place et a Ă©tĂ© Ă©levĂ©. Et le croyant se repose en Lui comme NoĂ© dans l’arche. Que le jugement balaie, qu’est-ce que cela change ? AssurĂ©ment. Quelle–quelle
 ? MĂȘme la mort elle-mĂȘme ne constitue pas une barriĂšre, ne cause pas de peine. « Ô mort, oĂč est ton aiguillon ? Ô mort, oĂč est ta victoire ? » Je n’ai jamais peur de passer par un cimetiĂšre. Je peux crier les louanges de Dieu. Je sais que nous sommes vivants en Lui pour toujours. Certainement.
L’Omnipotence a parlĂ©. Elle a parlĂ© Ă  mon cƓur ; Elle a parlĂ© Ă  votre cƓur. Le miracle a Ă©tĂ© accompli. Autrefois, un pauvre pĂ©cheur lĂąche, peut-ĂȘtre un
?
 vous avez fait, un soĂ»lard, ou un fumeur, ou un danseur de piste et quelqu’un qui se comporte comme cela. L’Omnipotence a parlĂ© et vous L’avez reçue, et le miracle a Ă©tĂ© accompli. Et vous ĂȘtes changĂ©, de la mort Ă  la vie, et vous avez abandonnĂ© votre vie de pĂ©cheur. L’Omnipotence a parlĂ©, et le miracle a Ă©tĂ© accompli. Certainement.

45 Il y a des gens assis dans cette Ă©glise ce matin. Il y a quelques annĂ©es, ils Ă©taient liĂ©s par le cancer, mourant. Il y en a qui sont assis ici qui Ă©taient handicapĂ©s, boiteux, estropiĂ©s et ayant des membres atrophiĂ©s. Et l’Omnipotence a parlĂ©, et le miracle a Ă©tĂ© accompli. Certainement, assurĂ©ment. Quel est le signe que nous sommes Ă  la jonction ? Nous sommes au carrefour maintenant. Nous sommes sur le point d’entrer dans le MillĂ©nium.
Maintenant, suivez. Nous avons sommes avancĂ©s ; et quand ils ont fait cela, pendant qu’Il se tenait entre le Ciel et la terre, le Ciel n’a pas pu Le recevoir. Le pĂ©chĂ© du monde reposait sur Lui. Et le monde L’avait rejetĂ© comme son Roi. Il n’y avait pas pour Lui de place oĂč mourir. Il ne pouvait pas aller au Ciel, car Il portait le pĂ©chĂ© du monde sur Lui. Il Ă©tait haĂŻ, mĂ©prisĂ©, on avait crachĂ© sur Lui, Il Ă©tait rejetĂ© et repoussĂ© sur la terre. Mais Il s’est tenu entre le ciel et la terre et a fait un pont. Et chaque homme ou chaque femme qui le dĂ©sire peut venir au travers de ce flot de Sang coulant de Son cĂŽtĂ© et menant Ă  la Gloire. L’Omnipotence


46 Que s’est-il passĂ© ? Il y eĂ»t des signes et des prodiges. Que s’est-il passĂ© ? La lune se mit Ă  crier. Le soleil ferma les yeux et se mit Ă  pleurer. Il a connu une dĂ©tresse telle qu’il a fait des convulsions et devint comme le sang qui coule. Certainement. Quand il a vu le CrĂ©ateur du ciel et de la terre ĂȘtre rejetĂ© par la terre et porter tellement de pĂ©chĂ©s qu’Il ne pouvait entrer au Ciel, alors qu’Il mourait comme un MĂ©diateur entre Dieu et l’homme, suspendu entre le ciel et la terre, le soleil n’a pas pu supporter cela. Il a dit : « Je ne brillerai plus
?
 »
Les étoiles ont dit : « Je ne peux pas regarder ça. »
La terre a dit : « Je ne peux pas supporter cela. » Et elle a eu une dĂ©pression nerveuse et a vomi des rochers. Alors le miracle s’est produit
?
 C’était la fin de la route. Le pĂ©chĂ© avait rĂ©gnĂ© jusqu’à la croix, mais c’est lĂ  que le prix du pĂ©chĂ© a Ă©tĂ© payĂ©. Oh ! la la ! La terre fut si fortement secouĂ©e qu’elle a rejetĂ© de son sein des pierres, et ça surplombait les collines. Elle a mĂȘme Ă©tĂ© si fortement secouĂ©e que les morts sont sortis de la tombe. Vous parlez d’une dĂ©pression nerveuse ! Et le soleil a commencĂ© Ă  faire des convulsions et s’est retirĂ©. Le miracle s’est produit (AllĂ©luia !), c’est ce qui se passe toujours Ă  la jonction.

47 Regardez ce qui s’est passĂ© avec cela. Et c’était seulement pour prĂ©parer ceci. Ils sont passĂ©s par les Ăąges des tĂ©nĂšbres, mille cinq cents ans. J’aurais souhaitĂ© que nous ayons le temps, mais nous sommes pressĂ©s. J’aimerais sortir Ă  midi.
Et remarquez. A
 En parcourant les Ăąges des tĂ©nĂšbres, là
 J’aurais souhaitĂ© que nous ayons le temps d’examiner l’histoire, ce qui s’est passĂ© au temps de Wesley et de Luther, le sixiĂšme Ăąge. Un changement s’est produit quand l’Eglise a Ă©tĂ© libĂ©rĂ©e des tĂ©nĂšbres et a Ă©tĂ© ramenĂ©e dans la merveilleuse lumiĂšre de l’Evangile une fois de plus. Les signes et les prodiges
 Ô Dieu, je sais que des hommes ont Ă©tĂ© suscitĂ©s lĂ  et la guĂ©rison divine, les signes et les prodiges se sont produits. C’était entre le sacrifice et la Seconde Venue. Et regardez ce qui s’est donc passĂ©. Quand John Wesley prĂȘchait l’Evangile (on le chassait des Ă©glises et autres), les gens tombaient par terre et on leur versait de l’eau sur le visage ; on ne savait pas ce qui clochait en eux. Ils s’évanouissaient sous la puissance du Saint-Esprit. Il y eĂ»t des signes, des prodiges, des miracles ainsi que et la guĂ©rison.

48 Maintenant, frĂšre, sƓur, Ă©coutez. Qu’est-ce qui se passe aujourd’hui ? Nous sommes au temps de la fin. Nous entrons dans le MillĂ©nium. Tout pointe dans cette direction-lĂ . La vieille horloge indique environ minuit moins deux. L’Omnipotence parle. Les anges apparaissent. Les prophĂštes viennent. Les prophĂštes prophĂ©tisent ; les visions apparaissent sur vos
?
 L’Evangile est prĂȘchĂ© ; les malades sont rĂ©tablis. Les aveugles voient, les sourds entendent ; les dĂ©mons sont furieux ; des imitateurs, JannĂšs et JambrĂšs, sont lĂ . Mais l’Omnipotence parle. AllĂ©luia ! Nous sommes dans le dernier jour. Nous sommes Ă  la jonction.
Les cƓurs des hommes dĂ©faillent de peur, le temps de perplexitĂ©, la dĂ©tresse parmi les nations. La terre devient si nerveuse que ça provoque des tremblements de terre partout. JĂ©sus a dit qu’il en serait ainsi. Il y aura des tremblements de terre Ă  divers endroits. Qu’est-ce qui se passe ? La terre sait qu’elle est maudite. Elle est nerveuse. Le monde est nerveux. Mais l’Eglise ressuscite avec l’Evangile, cachĂ©e lĂ  en sĂ©curitĂ©. « Je ne mettrai pas dehors celui qui vient Ă  Moi. » AllĂ©luia !

49 Si un homme ne naĂźt d’eau et d’Esprit, il n’entrera pas dans le Royaume. Dans le Royaume, vous avez le Sceau d’approbation de Dieu : le Saint-Esprit dans votre cƓur. Que les vagues dĂ©ferlent oĂč qu’elles veulent. Les temps deviennent pires. L’Omnipotence se lĂšve. Les imitateurs essaient d’imiter cela. Et toutes sortes de choses essaient de faire ceci. Et la Bible dit que le dernier et grand imitateur se lĂšverait lĂ  et s’assoirait sur sept collines ; il porterait une triple couronne, donnerait la puissance et aurait la puissance au point mĂȘme de faire descendre du ciel le feu devant les gens. Il ferait tout cela, tout cela dans les derniers jours.
Et, oh ! ils se lĂšveront et imiteront les autres, s’inclineront devant le tombeau des morts et tout, ils frotteront les os et tout. Mais pendant qu’ils sont en train de frotter des os et de se prosterner devant les tombeaux, l’Omnipotence parle et le miracle se produit. MĂȘme s’il y a un tas de non-sens, cependant l’Eglise grandit. Il y a de grands rĂ©veils de guĂ©rison partout dans le pays. Il y a des signes et des prodiges partout. Des anges apparaissent aux gens. Il y a des signes et des prodiges.

50 Qu’est-ce, mes amis ? Nous sommes au temps de la fin. Nous sommes Ă  la jonction. « Levez la tĂȘte, a-t-Il dit, votre rĂ©demption est proche. » Voyez-vous ce que je veux dire ? Le temps de la jonction ? « Et dans les derniers, dit Dieu, Je rĂ©pandrai de Mon Esprit ; vos fils et vos filles prophĂ©tiseront. » Les prophĂštes promis. « Vos jeunes gens auront des visions, et Je ferai apparaĂźtre des prodiges dans le ciel. » Des soucoupes volantes et tout, une grande dĂ©tresse. Et la terre sera secouĂ©e par divers
 Il y aura de puissants tremblements de terre, de fortes Ă©ruptions volcaniques se produiront, de grands troubles et la dĂ©tresse dans le monde. Les nations essayeront de trouver la paix avec un couteau derriĂšre le dos. On aura des troubles partout, toutes ces choses. Et les hommes deviendront de plus en plus mauvais. « Et quand l’ennemi viendra comme un fleuve, Je lĂšverai un Ă©tendard contre lui
 ?
 Dieu. » Le temps de la jonction, la fin de la route

L’Afrique rugit avec une grande rĂ©union de guĂ©rison ; des signes et des prodiges apparaissent partout au monde, partout. Qu’est-ce ? Le temps de la jonction, le temps de la fin.

51 Des chars sans chevaux se prĂ©cipitent sur de larges routes. Toutes ces diffĂ©rentes choses qu’Il a dites, les filles de Sion, comment elles s’habilleront et marcheront, comment les homosexuels et diffĂ©rentes choses apparaĂźtront. Comment la perversion
 Les hommes s’adonneraient Ă  de grandes illusions et toutes les choses de ce genre, comment ils seront emportĂ©s, enflĂ©s d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, dĂ©loyaux, calomniateurs. Et un de ces jours, mon cher frĂšre, JĂ©sus viendra. Et ceux qui travaillent d’arrache-pied Ă  Ce qu’on taxe de fanatisme aujourd’hui, le fait de croire l’Evangile de Christ Ă  l’ancienne mode et que quand l’Omnipotence parle, quelque chose de miraculeux se produit
 Il a dit : « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. En Mon Nom, ils chasseront les dĂ©mons, ils parleront de nouvelles langues, saisiront des serpents, ou boiront des breuvages mortels et cela ne leur fera point de mal. Ils imposeront les mains aux malades et les malades seront guĂ©ris. Ces choses que Je fais, vous les ferez aussi ; Je serai toujours avec vous, mĂȘme jusqu’à la fin. Quand ces choses commenceront Ă  se manifester, levez la tĂȘte, votre rĂ©demption approche. »

52 Vous voyez, amis ? Ce qui arriva du temps de NoĂ©, Ă  la Venue du Fils de l’homme, arrive de mĂȘme au temps de la dĂ©livrance d’IsraĂ«l. Ainsi en Ă©tait-il pour le Fils de l’homme Ă  la croix. C’est pareil pour nous Ă  la jonction. Dieu montre toujours le miracle, Il accomplit de grands signes et des prodiges : Il guĂ©rit les malades, ressuscite les morts, chasse les dĂ©mons, de grands esprits de rĂ©veil, des signes dans le ciel, et sur la terre la dĂ©tresse parmi les nations. Nous sommes Ă  la jonction.
Quelle est la chose suivante ? JĂ©sus-Christ reviendra pour la seconde fois dans la Gloire pour recevoir tous ceux qui sont morts en Christ et qui sont vivants en Dieu. Dieu les amĂšnera tous avec Lui. Et les dĂ©bonnaires hĂ©riteront la terre, le grand MillĂ©nium sera Ă©tabli, et il n’y aura plus de guerre. Ils empileront leurs armes et forgeront leurs–leurs lances en hoyaux et en serpes et ainsi de suite ; une nation n’élĂšvera plus l’épĂ©e contre une autre, et il n’y aura plus de maladies ni de trouble, ni de chagrin, mais nous allons vivre dans Sa PrĂ©sence ici pour toujours. Et avec tous ces signes et autres, nous sommes Ă  la jonction. Nous sommes au bout du chemin.

53 Je suis si heureux aujourd’hui de savoir qu’en JĂ©sus-Christ, j’ai ancrĂ© mon Ăąme dans un havre de repos. Je suis si heureux de voir Dieu dans Sa sainte Parole, accomplissant et manifestant des signes et des miracles, et de savoir qu’aujourd’hui, devant ma petite Ă©glise ici, je suis en mesure de dire ceci, comme je l’ai fait autrefois avant de partir : « Vous verrez la grande et noble puissance du Dieu Tout-Puissant dans cette puissance miraculeuse et omnipotente qui fera abondamment au-delĂ  de tout ce que nous avons jamais pensĂ© ou cru, Ă©tant juste Ă  la porte maintenant. » Et vous voyez cela ĂȘtre confirmĂ© juste ici Ă  la porte de votre propre Ă©glise. Ainsi, mes chers petits amis, ne lĂąchez jamais Christ. Vivez
?
 Elevez la voix et des mains saintes vers Dieu. Et si l’église, quoi que ce soit, s’engage dans telle direction, dans telle autre, ou que les gens parlent et disent ceci, n’en faites pas cas. Gardez votre cƓur uniquement sur la croix et sur Christ et vivez pour Lui. Que Dieu vous l’accorde. Nous sommes Ă  la jonction, au carrefour.
Inclinons la tĂȘte juste un instant pour un mot de priĂšre. Je me demande si la sƓur voudrait bien jouer cet ancien et magnifique cantique : Ma foi regarde Ă  Toi. Cent quatre-vingt-dix-neuf – quatre-vingt-quatre


54 Pendant que nous sommes en priĂšre, je me demande, avec vos tĂȘtes inclinĂ©es
 Nous sommes Ă  la jonction, mon ami. Nous y sommes, avec toutes ces choses, cette perversion parmi les femmes et les hommes, cette grande dĂ©tresse que vous voyez. Qu’est-ce ? Je l’ai prouvĂ© par la Bible. Cela se passe chaque fois Ă  la jonction, jamais avant la jonction, toujours Ă  la jonction. Juste avant
 Voyez, les hommes se sont Ă©loignĂ©s maintenant ; ils sont versĂ©s dans la thĂ©ologie, et « les jours des miracles sont passĂ©s ». Voyez-vous que les gens avaient fait cela dans un autre Ăąge ?
Mais juste avant le changement de temps, Dieu descendait dans l’omnipotence et accomplissait les miracles. C’est pourquoi les gens s’en prennent Ă  moi et disent ce qu’ils disent. C’est pourquoi ils s’en prennent Ă  tous les chrĂ©tiens qui croient cela. Mais voyez-vous ce qui est arrivĂ© aux croyants dans le passĂ© ? Ils Ă©taient en sĂ©curitĂ©. Abraham Ă©tait tout aussi en sĂ©curitĂ© que possible (Amen !), MoĂŻse aussi. Aucune plaie ne l’a dĂ©rangĂ©, lui ou IsraĂ«l. Cela n’avait pas non plus dĂ©rangĂ© NoĂ©. Enoch avait Ă©tĂ© enlevĂ© avant que cela ne se soit donc produit, il s’est tenu sur la rampe de la Gloire, observant cela se produire.

55 Si vous ĂȘtes ici ce matin sans Christ et que vous sachiez que votre Ăąme n’est pas en ordre, pendant que vous avez la tĂȘte inclinĂ©e, j’espĂšre que c’est devant Dieu que vous le faites
 Je ne sais pas quand je vous parlerai de nouveau. Mais nous sommes Ă  la jonction. Si vous voulez qu’on se souvienne de vous dans la priĂšre adressĂ©e Ă  Dieu, voulez-vous simplement lever la main vers Lui maintenant ? Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Vous, vous, oui. Que Dieu vous bĂ©nisse. Beaucoup parmi vous, des douzaines de mains.
Maintenant, pendant que vous gardez votre tĂȘte inclinĂ©e, nous voulons que l’église fredonne doucement ceci. Si vous le dĂ©sirez, nous avons un autel disponible ici. Venez offrir Ă  Dieu juste un mot de priĂšre avec moi pour votre Ăąme. Je serai content de le faire, de prier avec vous. Ma foi regarde Ă  Toi (Rien qu’à Toi) ,
Toi Agneau du Calvaire,
Sauveur divin ;
Maintenant, Ă©coute-moi quand je prie,
Ôte tous mes pĂ©chĂ©s,
Ô laisse-moi dùs ce jour
Etre tout Ă  Toi.
Puisse Ta grĂące infinie
(Etes-vous en train de prier ? Lui demandez-vous d’ĂȘtre misĂ©ricordieux envers vous ? Repentez-vous, ami pĂ©cheur, maintenant mĂȘme et donnez-Lui votre vie.) Inspire mon zĂšle ;
Comme Tu mourus pour moi,
Oh ! puisse mon amour pour Toi,
Pur, chaud, inchangĂ© ĂȘtre,
Un feu vivant !

56 Pendant qu’elle joue un autre couplet, soyons en priĂšre. Maintenant, PĂšre cĂ©leste, eh bien, nous ne valons pas grand-chose pour commencer, Seigneur. Nous sommes venus simplement ici parce que Tu nous as appelĂ©s Ă  l’existence par la Parole. Tu nous as nourris et gardĂ©s. Nous qui T’avons acceptĂ©, nous sommes trĂšs reconnaissants, Seigneur, de savoir qu’un jour nous allons ĂȘtre changĂ©s. Ce vieux corps vil de l’humiliation, dans lequel nous vivons, sera changĂ©, modelĂ© et fait Ă  l’image de Ton corps. Nous nous reposons en sĂ©curitĂ© dans cette arche. Et c’est par Ta Parole ce matin, par le Saint-Esprit qu’Il a amenĂ© les gens au signal routier. Nous sommes Ă  la fin, le changement. Des signes et des prodiges apparaissent, des choses glorieuses se produisent. Nous savons, Seigneur, que nous sommes Ă  la fin. C’est pourquoi ces choses sont lĂ . A n’importe quel moment, nous verrons le Seigneur venir.
Et, ĂŽ Dieu, je prie, Tu connais les cƓurs des gens, je leur prĂ©sente cette offre, cette invitation. Ils peuvent venir, Seigneur, accepter maintenant. Tu as dit : « Je ne rejetterai point celui qui vient Ă  Moi. Celui qui Ă©coute Mes Paroles et qui croit en Celui qui M’a envoyĂ© a la Vie Eternelle ; il ne viendra pas en jugement, mais il est dĂ©jĂ  passĂ© de la mort Ă  la Vie. »

57 Je Te prie, PĂšre, de traiter avec les cƓurs des gens aujourd’hui. Je ne les persuade pas, je crois que le jour pour cela est passĂ©. Les quelques personnes qui restent, Seigneur, doivent venir sobrement, ayant tous leurs sens, sur base de leur confession, croyant, acceptant Christ, et dĂ©clarant que Dieu est venu Ă  leurs cƓurs et leur a parlĂ©. Je prie, ĂŽ Dieu, si Tu as frappĂ© aux cƓurs auparavant, que ceci soit une autre occasion oĂč Tu frappes encore aujourd’hui, si c’est la derniĂšre fois ; accorde-le, PĂšre. Ta Parole est la VĂ©ritĂ©. Nous Te prĂ©sentons cela maintenant, Seigneur, afin que le Saint-Esprit puisse maintenant traiter avec chaque cƓur pendant que nous chantons le dernier couplet.
Avec vos tĂȘtes inclinĂ©es, si vous dĂ©sirez venir Ă  l’autel pour prier, ami pĂ©cheur, venez maintenant alors que vous acceptez Christ. Ou vous qui ĂȘtes rĂ©trograde, venez maintenant mĂȘme et tenez-vous Ă  l’autel. Nous prierons bien avec vous. TrĂšs bien. 
 je marche dans le labyrinthe sombre de cette vie (c’est ce que vous ĂȘtes en train de faire)
Et des Ă©preuves m’environnent (la mort, la maladie, la tristesse)
Toi, sois mon Guide ; (Ô Dieu)
Change les ténÚbres en jour,
Essuie les larmes de tristesse,
Ne me laisse jamais
M’égarer de Toi.

58 Avec vos tĂȘtes inclinĂ©es
 FrĂšre Wood, j’aimerais que tu lĂšves la tĂȘte un instant. FrĂšre Cox, tu es dans la salle, FrĂšre Fleeman ; j’aimerais que vous leviez la tĂȘte, seulement vous. Voyez-vous ce que je vous avais dit ? « En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous dis qu’un prophĂšte dans son propre pays, parmi son propre
 »
Maintenant, Bienveillant PĂšre cĂ©leste, nous Te prĂ©sentons ce Message, Seigneur, les Semences qui ont Ă©tĂ© profondĂ©ment enfuies dans les cƓurs des gens, comme quoi un glorieux jour, JĂ©sus viendra et trouvera tous les saints (ce qu’Il va faire) et ils seront tous enlevĂ©s et amenĂ©s dans la Gloire. Et quel jour de rĂ©jouissance ce sera quand JĂ©sus, notre Seigneur, reviendra ! Nous savons que nous sommes si reconnaissants de vivre en ce jour-ci. Et, ĂŽ Dieu, je me repens de tout, sachant que nous ne pouvons pas vivre de nous-mĂȘmes, Seigneur, mais que nous sommes–nous sommes des pĂ©cheurs pour commencer. Et chaque jour, j’espĂšre en Toi, sachant que je commets des pĂ©chĂ©s chaque jour, sachant qu’il arrive chaque jour des choses Ă  moi et dans ma vie, qui ne Te plaisent pas. Maintenant, je confesse mes torts et je T’accepte, mon Seigneur, alors que mon Ăąme se tient Ă  l’autel de ce petit tabernacle ce matin et se prosterne ici, Seigneur.

59 Ô Dieu, je T’ai manquĂ© lĂ  avec ces dons divins alors que Tu T’es manifestĂ© si miraculeusement lĂ  l’autre soir. Et je suis dĂ©solĂ©. Je me suis repenti auprĂšs de Toi dans la vision et maintenant dans mon bon
 dans cette dimension-ci dans laquelle je vis maintenant. Je me repens envers Toi, mon Seigneur, et je Te demande de me pardonner et de m’aider ; et par Ta grĂące, Tu m’as dĂ©jĂ  dit que ces choses allaient donc se passer dans le futur. Je sais que ça se passera ; par consĂ©quent, Seigneur, je Te demande de sanctifier mon Ăąme et mon cƓur alors que je te les confie.
Ô Dieu, secoue non seulement la terre, mais aussi les cieux. Seigneur, accorde-nous d’entrer lĂ  dans les champs, lĂ  oĂč des millions attendent, Seigneur, affamĂ©s, assoiffĂ©s, criant, implorant, des paĂŻens qui meurent dans les tĂ©nĂšbres. Ô Dieu, secoue cette grande nation adultĂšre de l’AmĂ©rique, qui est tombĂ©e dans la folie et est devenue une Sodome et une Gomorrhe modernes. « Ô Toi, fils de l’aurore, comment es-tu tombĂ© ? Tu courrais bien. Que t’est-il arrivĂ© ? » Mais : « Ô JĂ©rusalem, JĂ©rusalem, combien de fois a-t-Il voulu te couver ! »

60 Et il en est de mĂȘme de l’AmĂ©rique aujourd’hui, alors que le Saint-Esprit crie dans mon cƓur : « Combien de fois ai-je voulu faire de toi un flambeau pour les nations et pour le monde, mais tu as acceptĂ© Hollywood ! Tu as acceptĂ© les modes du monde. Et maintenant, tu as Ă©tĂ© livrĂ© Ă  un JannĂšs et un JambrĂšs, et ton–ton jour est arrivĂ©. Oh ! comme ces hommes puissants ont balayĂ© les nations ! Oh ! comme ils les ont ratissĂ©es pour avoir ce qu’ils pouvaient ! Maintenant, tu t’en Ă©loignes et tu laisses la chose aux autres nations. »
Ô Dieu, elle est assise sur la cendre de sa propre ruine. Elle est assise sur sa propre caisse de prestige. Et un glorieux jour, le Fils de Dieu, dans Sa sainte justice, se rĂ©vĂ©lera des Cieux. Alors, oĂč nous tiendrons-nous ? Ô Dieu, accorde que nos cƓurs soient Ă©tablis en Toi aujourd’hui. Pardonne-nous nos multiples pĂ©chĂ©s.

61 Et, PĂšre, bĂ©nis ces prĂ©dicateurs qui sont ici ce matin, des prĂ©dicateurs de l’Evangile. Ô Dieu, puissent-ils sortir aujourd’hui avec ce message dans leurs cƓurs, en disant : « Je vois maintenant le temps de la fin, les signaux routiers, et je sais que nous sommes Ă  la jonction, et c’est tout ce qu’il en est. Je me demande pourquoi mon cƓur Ă©tait si
 a Ă©tĂ© si remuĂ© pendant ces quelques derniĂšres annĂ©es. » Oui, Seigneur. Oui, Seigneur. Puissent-ils voir cela ! Puissent leurs yeux s’ouvrirent, qu’ils regardent tout autour ici et disent : « Oui, ça y est. Je vois que toutes ces mauvaises choses sont des signes. Ce sont des signes surnaturels de la part de l’ennemi. » Eh bien, Il accomplit de grands prodiges. Il fait de grandes choses au point de faire tomber du ciel le feu. Oui, ils ont des satellites tout autour de la terre, et–et ce sont des choses naturelles, l’ennemi amĂšne le signe de feu et tout. De fausses lunes, de faux soleils et toutes les autres choses.

62 Mais, ĂŽ Dieu, Tu as dit qu’il y aurait aussi lĂ -haut des signes qu’ils ne comprendraient point. Et nous voyons cela de notre vivant. Je suis si reconnaissant, Seigneur, si reconnaissant pour Christ. Et je Te prie de bien vouloir, par Ton humble serviteur, alors que je me repens avec des larmes sur les joues
 ĂŽ Dieu, je Te donne de nouveau ma vie aujourd’hui. Et puisses-Tu m’aider, Bien-aimĂ© Dieu, Ă  rester humble, et garde autour de moi des hommes humbles qui Te serviront, ĂŽ Dieu bien-aimĂ©, et qui feront l’Ɠuvre de Dieu jusqu’à ce que, JĂ©sus, Tu laisseras la mort me libĂ©rer de ce tabernacle de l’humiliation. Et alors, PĂšre, j’aimerais ĂȘtre avec Toi.
BĂ©nis cette chĂšre petite Ă©glise. Ô Dieu, bĂ©nis notre bien-aimĂ© pasteur ici, notre frĂšre Neville, notre cher ami, qui se tient ici qu’il fasse froid ou chaud, que les choses soient faciles ou difficiles ; il proclame toujours cet Evangile sans mĂ©lange du Seigneur JĂ©sus. Que Dieu le bĂ©nisse ainsi que sa petite femme et ses enfants. Ô Dieu, puisse-t-il faire briller l’Evangile dans les cƓurs des gens jusqu’à ce que JĂ©sus vienne. BĂ©nis-le, ĂŽ Dieu. Donne-lui une grande force. Nous l’aimons et nous savons qu’il est un homme humble et qu’il travaille pour Toi. Et je suis reconnaissant pour lui, Seigneur, de lui avait confiĂ© ce petit–ce petit troupeau ici, que j’avais autrefois (et ici dedans). Et, ĂŽ Dieu, je Te prie de l’aider Ă  faire entrer beaucoup d’autres brebis dans la bergerie. Accorde-le.

63 Fais-le pour chaque prĂ©dicateur qui est ici prĂ©sent, et non seulement ici, Seigneur, mais Ă  travers le monde, car nous savons qu’il y a beaucoup de besoins en ce jour-ci ; les signes sont lĂ  ; le diable rĂŽde comme un lion rugissant, accusant Ă  tort, et des imitations, et
 Mais, ĂŽ Dieu, Tu Ă©lĂšves un Ă©tendard contre lui par le Saint-Esprit. Et nous en sommes reconnaissants.
Maintenant, bĂ©nis-nous ensemble. Et aujourd’hui, PĂšre, alors que nous allons prier pour les malades, puisses-Tu oindre Ă  nouveau chaque ministre ici. Accorde-le, Seigneur. Et puisse chaque croyant ici ĂȘtre oint et chaque malade ĂȘtre oint. Et puisse, quand nous sortirons d’ici, puisse chaque personne ĂȘtre vraiment bien portante, et que la gloire de Dieu de
 sur nos Ăąmes alors que nous prions au Nom de JĂ©sus. Amen.

64 Ma foi regarde Ă  Toi,
Toi Agneau du Calvaire,
Oh! Sauveur (Levons les mains alors que nous chantons.) divin ;
Maintenant, Ă©coute-moi quand je prie,
Ôte tous mes pĂ©chĂ©s,
Ô laisse-moi dùs ce jour
Etre tout Ă  Toi (Doucement maintenant)
Reste avec moi. Avec nos tĂȘtes inclinĂ©es, nous Te confions tout, nous-mĂȘmes, nos vies, notre service. Utilise-nous entiĂšrement, Seigneur. Puisse chaque personne ĂȘtre inspirĂ©e aujourd’hui. Puisse ceci ĂȘtre un jour dont nous allons longtemps nous souvenir du fait que le Saint-Esprit est avec nous et nous bĂ©nit.
Maintenant, pourvois, aujourd’hui, aux besoins des malades, Seigneur. Accorde-le, Seigneur. Sois misĂ©ricordieux, PĂšre. Fais ceci pour l’amour de JĂ©sus. C’est notre priĂšre.
Et maintenant, Grand Maßtre, un jour, Tu nous as tous appris, Tu as appris à Tes disciples, comme un exemple pour nous tous, Tu as dit : « Voici comment vous devez prier : Notre PÚre qui es aux Cieux!
Que Ton Nom soit sanctifié;
Que Ton rĂšgne vienne;
Que Ta volonté soit faite sur la terre comme au Ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien;
Pardonne-nous nos offenses,
Comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés;
Ne nous induis pas en tentation,
Mais délivre-nous du malin.
Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siùcles,
Le rÚgne, la puissance et la gloire. Amen ! »

65 Crois seulement, s’il vous plaĂźt, sƓur. Combien y en a-t-il pour qui on doit prier ? Pouvons-nous voir vos mains, ceux qui veulent qu’on prie pour eux ? Je me demande si vous voudriez bien vous aligner du cĂŽtĂ© droit ici, autant de gens que possible. Et puis, que la rangĂ©e du milieu veuille s’aligner de ce cĂŽtĂ©-ci, si possible. Ceux de cette rangĂ©e-ci, alignez-vous de ce cĂŽtĂ©-ci, Ă  cĂŽtĂ© de ceux de la rangĂ©e du milieu ici. TrĂšs bien. Chantons maintenant ! Crois seulement, crois seulement,
Tout est possible, crois seulement ;
Crois seulement, crois seulement,
Tout est possible, crois seulement.
Combien n’ont jamais assistĂ© Ă  une rĂ©union auparavant, un service de guĂ©rison ? Faites voir la main. Nous tous, nous y avons dĂ©jĂ  assistĂ©. Oh ! la la ! L’Omnipotence, le Miraculeux
 Je me demande, je
 Quelque chose m’est venu Ă  l’esprit et cela m’a fait changer d’avis concernant quelque chose Ă  l’instant mĂȘme. Je vois que la ligne de priĂšre va nous amener probablement vers 15 h avant que vous sortiez d’ici.
OĂč est frĂšre Tom Meredith ? Est-il encore lĂ  ? FrĂšre Junior Jackson, ces autres prĂ©dicateurs
 Vous les ministres, les prĂ©dicateurs de l’Evangile qui croyez dans la guĂ©rison divine, venez ici juste une minute. 
crois seulement.
Crois seulement, crois seulement,
Tout est possible, crois seulement ;
Crois seulement, crois seulement,
Tout est possible, crois seulement.

66 Juste un instant ; j’aimerais vous demander quelque chose. Le frĂšre Potts et beaucoup parmi vous ici savent que cette partie-ci de la semaine, je vous ai dit que je ne voulais pas d’un service de guĂ©rison ici ce matin. Et j’avais des amis qui m’avaient appelĂ©, mais Ă  quel honneur ? FrĂšre Hall tenait un rĂ©veil, un service de guĂ©rison lĂ  chez frĂšre Durbin, et frĂšre Hall
 Et j’avais donc fait des annonces la semaine passĂ©e pour ses services. C’est la raison pour laquelle je–j’ai fait cette annonce parce qu’il est notre frĂšre et qu’il tient des services. Eh bien
 Eh bien, FrĂšre Hall, est-ce vous, FrĂšre Hall ? FrĂšre Hall est avec nous. TrĂšs bien.
FrĂšre Hall, est-ce que vous terminez ce soir chez frĂšre Ashton ? Chez frĂšre Durbin, de l’autre cĂŽtĂ© de la riviĂšre. Ils ont un service de guĂ©rison. Je connais frĂšre Hall, c’est un bon frĂšre, un serviteur oint du Seigneur.

67 Je me demande, FrĂšre Hall, va
 si ce ne serait pas impossible de collaborer, voudriez-vous vous tenir avec nous ce matin pour prier pour les malades, le voudriez-vous ? Je n’aime pas aligner un ministre qui priait comme ça
 Voudriez-vous bien vous tenir ici, et ĂȘtre avec nous ici pour prier pour les malades ? Disons : « Merci, Seigneur, pour frĂšre Hall. » Il tient un service lĂ  chez frĂšre Durbin cette semaine. Beaucoup parmi vous y ont assistĂ©, sans doute. Je–j’ai appris Ă  aimer frĂšre Hall quand il Ă©tait ici l’autre fois. Et alors, il avait un
 tant de succĂšs. Le Seigneur lui a donnĂ© un grand succĂšs dans la priĂšre pour les malades. Et je crois qu’il est ici pour un peu de temps, pour prier pour les malades. Et

FrĂšre Hall, voudriez-vous dire un mot aux amis, quelque chose que vous avez Ă  l’esprit ? TrĂšs bien. Avez-vous eu une belle rĂ©union cette semaine, FrĂšre Hall ? Nous sommes trĂšs contents que vous soyez ici parmi nous.

68 Et maintenant, Ă  vous les malades, pas seulement vous, ces ministres ici. Nous sommes tous alignĂ©s ici comme une forteresse, croyant dans l’omnipotence. Nous croyons que le Dieu Tout-Puissant, dans ces derniers jours, a accompli des miracles et a guĂ©ri des malades et des affligĂ©s. Et nous voyons Son omniprĂ©sence accomplir exactement ce qu’Il avait dit qu’Il ferait. Nous sommes ici pour prier pour vous ce matin. Et je crois que Dieu va le faire. Et juste une minute
[Un frĂšre parle Ă  frĂšre Branham. – N.D.E.]
Est-ce frĂšre Jack Oakey ici, de Revival Center ? Eh bien, nous serons heureux de vous recevoir, frĂšre Jack Oakey, oĂč que vous soyez. Mon frĂšre vient de me parler il n’y a pas longtemps d’un frĂšre Jack Oakey. Etes-vous dans la salle ? Et voudriez-vous
 Eh bien, venez directement auprĂšs de nous, FrĂšre Oakey, oĂč que vous soyez. Et les autres ministres, eh bien, nous sommes vraiment heureux de vous avoir. Si vous croyez dans la guĂ©rison, venez ici. C’est la mission qui nous a Ă©tĂ© confiĂ©e, de faire ces choses et de prier pour les malades et les affligĂ©s. C’est vraiment bien.

69 FrĂšre Oakey va
 Est-ce frĂšre Oakey qui se tient ici ? Opey 
 Oakey, je suis si
?
 Que dites-vous ? TrĂšs bien. Vous les Ă©vangĂ©listes
 Beaucoup parmi vous sont de braves frĂšres ministres. Juste ici, la communion. Oh ! la la ! C’est merveilleux. Venez. Comment vous appelez-vous, frĂšre ? FrĂšre Jack Arkey. Nous sommes contents de vous avoir parmi nous, FrĂšre Jack. Eh bien, c’est trĂšs bien. Vous pouvez tous vous serrer la main les uns aux autres alors que vous venez ici pour vous faire connaissance.
Et maintenant, nous sommes
?
 pour nous ce matin, pour prier pour ces gens. Certains d’entre eux sont Ă  l’article de la mort. Une dame se tient juste lĂ  derriĂšre portant un chapeau blanc, elle a le cancer. Il y a un homme qui se tient ici devant moi, il a le cancer. Et il y a beaucoup de trĂšs bonnes choses
 Il y a une dame couchĂ©e ici avec une cheville fracturĂ©e qui ne guĂ©rit pas. Nous avons un
 oh ! beaucoup, beaucoup de choses ici : une dame assise ici dans un fauteuil roulant ayant l’arthrite. Elle croit que Dieu va la rĂ©tablir. Nous croyons cela aussi.

70 Maintenant, frĂšres, tout ce que nous pouvons faire, c’est prier. Est-ce vrai ? Simplement prier. Je suis juste un peu trop faible aujourd’hui pour avoir des visions. Et, vous voyez, je suis juste
 j’ai prĂȘchĂ© durement.
Maintenant, inclinons donc la tĂȘte et je vais demander Ă  frĂšre
 qu’ils viennent tous et dĂ©gagent de l’espace juste ici devant, afin que nous puissions prier pour ces malades. Je vais descendre avec vous, et nous allons prier pour les malades et faire passer les autres, prier pour chaque personne, et chacun de nous imposera les mains aux malades et croira que Dieu va guĂ©rir. Croyez-vous cela, FrĂšre Hall ? Croyez-vous cela de tout votre cƓur ? TrĂšs bien. Cela va se produire.
Descendons maintenant, si vous le voulez bien, Ă  cĂŽtĂ© de ce brancard-lĂ , mes frĂšres. Veuillez bien former une petite ligne lĂ  tout au long maintenant. Je commencerai–commencerai ici en bas. Nous allons prier. Et nous voulons que toute l’église se joigne Ă  nous. Voulez-vous le faire, mes amis, pendant que nous prions pour ces malades ?

71 Maintenant, vous mes amis, voici de bons Ă©vangĂ©listes ici et des ministres qui tiennent des campagnes de guĂ©rison, ils sont ici pour prier avec vous ce matin. Et nous sommes heureux d’en arriver maintenant au service de priĂšre pour les malades. Prions encore une fois.
PĂšre, au Nom de JĂ©sus, reçois-nous maintenant. Nous demandons que le Saint-Esprit vienne sur nous, qu’Il nous bĂ©nisse et qu’Il nous accorde ce que nous demandons pour aujourd’hui. Que cette grande puissance omnipotente de Dieu agisse sur nous maintenant mĂȘme, et puisse la Gloire de la Shekinah, ĂŽ Dieu, qui demeurait sous des ailes de chĂ©rubins qui se touchaient ; puisse-t-Elle passer sous les bras de la croix qui se touchent et venir sur nous aujourd’hui, Seigneur, alors que nous nous abandonnons humblement, nous attendant Ă  la puissance de Dieu. Nous prions que les gens soient bĂ©nis. Que personne ne manque, mais qu’ils soient tous guĂ©ris au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

72 Maintenant, frĂšre Neville, veuillez bien prendre l’huile et tenez-vous juste au pied de cet endroit-ci maintenant, pendant que nous nous mettons
 Et prions d’abord pour la dame qui est sur la civiĂšre et, ensuite, nous descendrons comme cela. Et puis, nous retournerons directement et nous laisserons les autres passer. TrĂšs bien. Que le Seigneur bĂ©nisse maintenant. Que tout le monde soit en priĂšre maintenant, soyez vraiment en priĂšre maintenant. TrĂšs bien, frĂšres.
[FrĂšre Branham s’éloigne du micro, et lui et les autres ministres prient pour les malades. – N.D.E.]
?
 Notre PĂšre cĂ©leste, notre sƓur se couche
?
 qui se couche ici, elle restera sur cette civiĂšre le reste de sa vie, mais nous croyons, PĂšre, comme elle est venue ici aujourd’hui afin qu’on prie pour elle... Ainsi, Tes frĂšres que voici, qui croient en Toi pour la
?
 sa dĂ©livrance
?
 Nous prions humblement maintenant qu’elle soit guĂ©rie, que Tu la dĂ©barrasses de cette–de cette maladie. PĂšre
?
 Je prie qu’elle se rĂ©tablisse, et qu’alors elle soit en mesure de marcher, glorifiant Dieu. Avec les mains posĂ©es sur elle, nous demandons cette bĂ©nĂ©diction au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

73 Dieu, notre PĂšre, alors que nous prions pour ce
?
 ce matin, alors que cette personne-ci, notre amie de couleur
 Nous savons qu’un jour, alors que JĂ©sus portait la croix en montant au Calvaire, lĂ  Ă  Golgotha, Il est tombĂ© sous le poids de la croix, et il y a eu un homme de couleur qui est venu et a transportĂ© la croix. Il a transportĂ© cela sur une longue distance, marchant sur les empreintes des pas ensanglantĂ©es de Son Seigneur. Voici une de ses filles qui se tient ici aujourd’hui, Seigneur, frappĂ©e et malade, clouĂ©e ici dans le fauteuil aujourd’hui. Et elle a passĂ© toute sa vie ici sans
?
 personne, Seigneur, au-delĂ  de tout doute, mais jamais au-delĂ  de la foi
?
 Et nous prions ensemble les uns pour les autres afin qu’on garde
?
 Et puisse-t-elle ĂȘtre rĂ©tablie et ĂȘtre complĂštement guĂ©rie, au Nom de JĂ©sus-Christ
?

[FrĂšre Branham s’éloigne du micro, et lui et les autres ministres prient pour les malades pendant seize minutes. La suite de la bande en rapport avec la ligne est pratiquement inaudible. – N.D.E.]

74 [FrĂšre Branham revient au micro. – N.D.E.] TrĂšs cher ami, au Nom
 Attendez, voici une dame qui vient pour qu’on prie pour elle. Venez par ici. [FrĂšre Branham s’éloigne du micro et prie pour la dame. – N.D.E] Vous frĂšres
 Notre Bien-aimĂ© PĂšre cĂ©leste, nous imposons les mains Ă  notre sƓur
?
 et nous sommes si reconnaissants de voir son Ă©tat s’amĂ©liorer. Puisse sa foi ne pas chanceler, et puisse-t-elle ĂȘtre complĂštement rĂ©tablie
?
 Seigneur
?
 AllĂ©luia
?

Maintenant, frĂšre, nous avons fait ce que le Seigneur a dit ; est-ce vrai ? Nous sommes heureux d’avoir la visite de nos frĂšres prĂ©dicateurs chez nous, n’est-ce pas, amis ? Dites : « Amen », tous ceux que
 [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Vous serez certainement les bienvenus ici la prochaine fois, mes chers frĂšres, chez nous. Et aujourd’hui, nous allons bien faire cela pour – pour sortir Ă  temps. Nous sommes heureux de ce que vous Ă©tiez ici.

75 Et, mes frĂšres, je prie constamment pour vous. Priez pour moi oĂč que vous alliez, et priez maintenant, alors que je vais de nouveau dans le champ missionnaire. Et puissent nos chemins se croiser de temps en temps.
Notre jeune frĂšre Oakey, je l’ai rencontrĂ© ; il s’est fait que je me souviens de ses bien-aimĂ©s lĂ  à
en Californie. Est-ce que ce docteur Oakey là
?
 Oh ! oh ! Oakey, c’est ça. Et je
 et je sais qu’il y a beaucoup d’Oakey lĂ , mais je ne savais pas exactement lequel Ă©tait
?
 Je connais un docteur Oakey, le dentiste, vous savez, et alors
 Et ainsi
 Etes-vous aussi son parent ? Votre cousin. Eh bien, ça, c’est trĂšs bien, un homme bon.

76 Eh bien, qu’est-ce que nous vous avons fait, Ă  vous ici ? Voici ce qu’il en est. Nous ne nous tiendrons pas ici pour imposer les mains aux malades si nous ne croyions pas cela. Nous avons vu des gens restĂ©s assis ici dans cet auditoire, ici mĂȘme, pendant environ la moitiĂ© d’une journĂ©e, et il y a des cancĂ©reux, des aveugles, des boiteux. Laissez-moi simplement vous montrer quelque chose, Ă  vous les Ă©trangers ici. Combien ici ont Ă©tĂ© guĂ©ris de cette façon-ci par Dieu ? Faites voir vos mains en les levant. C’étaient des aveugles, des cancĂ©reux et tout. Voyez ? Il–Il fera la mĂȘme chose pour vous. Voyez ?
Voici la raison pour laquelle nous faisons ceci : nous croyons dans notre priĂšre. Et maintenant, pour terminer avant de retourner le service Ă  notre frĂšre Neville, souvenez-vous du service de ce soir.
Et ce soir, s’il y a quelqu’un qui, ou si vous connaissez des bien-aimĂ©s qui ne sont pas venus ici ce matin pour qu’on prie pour eux, frĂšre Hall que voici est chez frĂšre Durbin, ça sera à
 C’est quelle adresse, frĂšre ? [Un frĂšre donne l’adresse. – N.D.E.] Quoi ? Louisville, au croisement de la 17Ăš rue et de la rue du MarchĂ©, lĂ  oĂč ils tiennent une campagne de guĂ©rison. Et c’était la vĂ©ritable raison pour laquelle j’évitais d’avoir des services. Je – je – je n’aime pas aller quelque part oĂč quelqu’un tient une campagne de guĂ©rison et puis un autre en commence une. Et c’est pourquoi j’ai dit ce que j’ai fait au sujet de ne pas
 au sujet des services de ce matin, c’était pour honorer frĂšre Hall qui est chez frĂšre Durbin. En effet, tous les deux sont de trĂšs chers amis Ă  moi. Et nous ne voulons pas qu’il y ait une campagne de guĂ©rison par ici pendant que frĂšre Hall en tient une, en tient une lĂ -bas ; j’en suis sĂ»r. Et ainsi, nous l’aimons.

77 Et maintenant, FrĂšre Oakey, oĂč ĂȘtes-vous, frĂšre ? [Le frĂšre donne l’adresse. – N.D.E.] 4030, West Market. Cet autre frĂšre est avec vous, lĂ  ? Vous ĂȘtes ensemble ? TrĂšs bien. Eh bien, c’est au 3040
4030, 4030, West Market, Louisville, une autre campagne. Alors, combien de temps donc allez-vous passer lĂ , FrĂšre Oakey ? Toute la semaine prochaine. C’est bien. Maintenant, vous avez tous 6
 3040, West Market
 Oh! 4030, West Market. C’est ça. C’est bien.
Eh bien, est-ce que le
 J’ai vu deux autres ministres. Vous le frĂšre ici, tenez-vous une campagne quelque part ? Monsieur ? Eh bien, c’est trĂšs bien. C’est bon. Et ce frĂšre-ci est un–un missionnaire chez les Juifs, je crois ce
 Un missionnaire chez les Juifs, je crois qu’il habite Ă  New Albany. Et nous sommes donc trĂšs heureux que
 Est-ce que j’en ai laissĂ© un ? Y a-t-il quelqu’un d’autre quelque part ? Je–j’espĂšre que je n’en ai laissĂ© aucun. Ce n’est pas mon intention. Naturellement, frĂšre Junior Jackson, vous savez lĂ  oĂč il est, Ă  New Albany. FrĂšre Tom Meredith a une Ă©mission radiodiffusĂ©e. Avez-vous une Ă©glise, FrĂšre Meredith ? Pas d’église, juste une Ă©mission radiodiffusĂ©e. Il a annoncĂ© cela il y a quelques minutes. Et frĂšre Neville a un service ici pour vous les gens qui ĂȘtes ici, aux alentours d’ici, pour ce soir. Et pour mercredi prochain et le reste de la semaine, et ses–ses services
 son Ă©mission radiodiffusĂ©e passera le samedi matin.

78 TrĂšs bien. Est-ce que tout le monde se sent bien ? Dites : « Amen. » [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] TrĂšs bien alors. Ne voulez-vous pas vous joindre Ă  ce groupe de prĂ©dicateurs heureux pour aller prĂȘcher l’Evangile et prier aussi pour les malades ? Que Dieu l’accorde, vous pouvez le faire.
Ce jeune homme-lĂ  qui avait Ă©tĂ© projetĂ© d’un vĂ©hicule accidentĂ© rĂ©cemment, un morceau de fer d’angle lui a transpercĂ© le flanc d’un trait comme cela. Il a une prĂ©cieuse maman qui prie, Dieu l’a Ă©pargnĂ© dans un but. Depuis qu’elle m’en a parlĂ©, j’ai pensé  Ce matin, je l’ai rencontrĂ©. Alors que j’entrais dans le hall, il m’a serrĂ© la main. J’ai dit : « N’ĂȘtes-vous pas le jeune homme en question? »
Il a dit : « Oui, oui. »
Il avait un appel au ministĂšre ; que Dieu soit misĂ©ricordieux ! Eh bien, mon frĂšre et
?
 Juste un jeune homme assis lĂ  portant un manteau brun
 Puisse Dieu lui accorder de devenir une lumiĂšre embrasĂ©e, pendant que nous sommes Ă  la jonction, un signe sur la route, et de prĂȘcher l’Evangile, de prĂȘcher le plein Evangile, de prĂȘcher toute la Parole de Dieu et de ne pas faire de compromis pour rien, de se tenir juste lĂ  au poste du devoir. Dieu fera de lui un grand guerrier.

79 Maintenant, offrons donc juste une derniĂšre priĂšre pour les malades. Maintenant, PĂšre cĂ©leste, nous Te remercions aussi ce matin pour ce jeune homme, Seigneur. Et pendant qu’il est assis ici ce matin, Ă©coutant la Parole et voyant ces ministres ayant leurs cƓurs enflammĂ©s alors qu’ils imposent les mains aux malades, je Te demande simplement maintenant mĂȘme
 Voyant le tĂ©moignage lĂ , les gens qui lĂšvent les mains pour dire qu’ils ont Ă©tĂ© guĂ©ris du cancer, de la cĂ©citĂ©, de la surditĂ©, de la mutitĂ©, du fait d’ĂȘtre estropiĂ©s, c’est – c’est un dĂ©fi.
Et nous regardons cette sainte vieille Parole, et il y est dit que ces jours arriveraient. Et nous y sommes ; nous voyons le Dieu omnipotent avec Sa main tendue, des signes et des miracles qui se produisent. Nous entendons dans l’air les bruits d’une pluie abondante. Nous savons que nous sommes au grand jour de la pluie de l’arriĂšre-saison, quand Satan sera liĂ© et jetĂ© dans le–dans l’abĂźme, enchaĂźnĂ© par une chaĂźne de circonstances de telle sorte qu’il ne pourra plus sortir pour sĂ©duire les nations, et le rĂšgne de mille ans, le MillĂ©nium, arrivera sur terre pendant que nous serons en train de glorifier notre Seigneur JĂ©sus et de L’adorer, Le couronnant Roi des rois, Seigneur des seigneurs.

80 Et ce monde de pĂ©chĂ© va exploser un de ces jours quand les puissances atomiques seront lĂąchĂ©es et que les hydrogĂšnes vont
 et toutes les mers, les eaux vont
 la mer va pleurer jusqu’à sĂ©cher. Ô Dieu, le soleil ne brillera plus, la lune ne brillera plus, et les Ă©toiles du ciel vont tomber comme un figuier qui tombe prĂ©maturĂ©ment, une fois secouĂ© par un vent impĂ©tueux ; et les hommes crieront aux rochers et aux montagnes
 et que vaudra alors cette petite lumiĂšre ? Puis les morts en Christ ressusciteront. Oh! quel Paradis ! Une nation n’élĂšvera plus l’épĂ©e contre une autre nation. Nous non plus, nous n’aurons plus de lignes de priĂšre pour les malades. Et aujourd’hui, c’est le jour du salut.
PĂšre, nous T’avons amenĂ© ces gens, et nous T’avons demandĂ© au Nom de JĂ©sus
 Voici ce que Tu as dit : « Si vous demandez quoi que ce soit au PĂšre en Mon Nom , cela sera accordĂ©. » Eh bien, nous
 ce n’est pas en notre priĂšre que nous avons foi. Nous avons foi au fait qu’Il a ordonnĂ© : « Demandez quoi que ce soit au PĂšre en Mon Nom, Je le ferai. »

81 Maintenant, Satan, toi qui as Ă©tĂ© si mĂ©chant et qui as liĂ© ces gens, qui as placĂ© la mort sur beaucoup d’entre eux, qui les as rendus estropiĂ©s, aveugles, et qui leur as causĂ© toutes sortes de maux, tu es vaincu. Tu es vaincu, parce que nous avons fait exactement ce que JĂ©sus a dit de faire. Par consĂ©quent, notre foi regarde maintenant et t’ordonne : « Quitte ces gens. Sors d’eux au Nom de JĂ©sus
?
 » Et puisse chaque personne ĂȘtre rĂ©tablie au Nom de JĂ©sus-Christ. Gloire au Seigneur. Je crois. Je peux, je vais, je crois vraiment,
je peux, je vais, je crois vraiment,
Je peux, je vais, je crois vraiment,
Que Jésus me guérit maintenant.
Je Le prends au Mot,
Je Le prends au Mot,
Il me délivre gratuitement,
Je Le prends au Mot.
Je peux, je vais, je crois vraiment,
Je peux, je vais, je crois vraiment,
Je peux, je vais, je crois vraiment
Que Jésus me guérit maintenant.

82 Ne le croyez-vous pas ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Oh ! maintenant, FrĂšre Hall, croyez-vous cela ? Croyez-vous que Dieu le fera, frĂšre
?
 SƓur
?
 Croyez-vous cela ? SƓur, croyez-vous cela ? Croyez-vous cela, sƓur ? Alors, la foi est une ferme assurance des choses qu’on espĂšre, une dĂ©monstration de celles qu’on ne voit pas. Par la foi, nous voyons les grands murs de JĂ©richo tomber. Comme ça a Ă©tĂ© agrĂ©able, car la foi voit cela accompli. Amen ! Nous le croyons ; n’ayez jamais le moindre doute
?
 Dieu nous a envoyĂ© Son omnipotence et Il a parlé ?
 Il rendra tĂ©moignage de ceci. « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. » Amen. N’est-Il pas merveilleux ?
Maintenant, pendant que nous inclinons la tĂȘte juste un instant pour la priĂšre de la fin, nous avons
 formant juste ensemble un cercle pour un petit moment de communion, nous allons demander Ă  notre frĂšre Neville de bien vouloir venir ici maintenant, alors que nous tous, nous inclinons la tĂȘte pour un mot de priĂšre tout en fredonnant d’abord avec nos tĂȘtes inclinĂ©es : Je peux, je vais, je crois vraiment ;
Je peux, je vais, je
 vraiment

Souvenez-vous-en bien, Il est juste Ă  cĂŽtĂ© de vous. Il est lĂ  pour faire connaĂźtre Ă  votre cƓur...?
 Sentez simplement Sa puissance se dĂ©verser en vous maintenant. Moi, je peux. Certainement que vous le pouvez. Je Le prendrai au Mot,
Je Le prendrai au Mot,
Il me délivre gratuitement (au Calvaire.)
Et je Le prendrai au Mot.
Inclinons la tĂȘte. Maintenant, FrĂšre Neville, vous avez la parole.

EN HAUT