ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Une Délivrance totale de William Branham a été prêchée 59-0712 La durée est de: 1 hour and 11 minutes .pdf La traduction Shp
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Une Délivrance totale

1 D'une certaine mani√®re, je ne savais pas quoi dire ce matin. J'√©tais assis l√† au fond avec fr√®re Egan, et j'ai entendu... Fr√®re Neville disait quelque chose l√† et regardait dans ma direction, j'ai alors demand√© √† fr√®re Egan : ¬ęM'appelle-t-il?¬Ľ
Et il a r√©pondu : ¬ęOui.¬Ľ

2 Et ainsi, me voici ici pour dire quelque chose ce matin. Je me disais, quand j'√©tais... Ce ventilateur-l√†, l√† o√Ļ il y a... aspire la voix, c'est comme s'il aspirait celle-ci simplement au-dehors, quand on parle. C'est comme si le ventilateur d√©tourne carr√©ment la voix.
J'√©coutais donc... t√©moignage quand j'√©tais l√† √† l'int√©rieur pour prier pour la dame qui √©tait au t√©l√©phone. Mais celui qui avait re√ßu le message avait oubli√© de mentionner la ville o√Ļ il fallait appeler, √† partir de chez la femme du docteur Morrison. Mais je vais simplement vous dire ce que j'ai fait, gr√Ęce √† toutes vos pri√®res et √† la mienne. J'ai pos√© mes mains sur le t√©l√©phone, et j'ai indiqu√© le num√©ro, peu importe o√Ļ c'√©tait, et j'ai demand√© au Saint-Esprit d'aller vers cette femme. Je pense donc qu'Il a de toute fa√ßon entendu cela, √©tant donn√© qu'Il entendrait si nous pouvions... Voyez-vous? Puis j'ai simplement raccroch√©. Et peut-√™tre que c'est ainsi que le Seigneur l'a voulu. Voyez-vous? Il se pourrait que √ßa soit mieux ainsi.

3 Et puis j'ai √©cout√© les t√©moignages pendant que j'√©tais assis l√† √† l'int√©rieur. Quelqu'un disait que soeur Rook avait... Je crois que fr√®re Neville a dit qu'elle avait eu comme une - une perte de connaissance. Attachons-nous √† Dieu pour cela, nous rappelant simplement cette unique chose : Dieu conna√ģt les Siens. Il sait tout √† leur sujet.

4 M'entendez-vous comme il faut l√† derri√®re? Sinon, il y a des si√®ges vides par ici. Vous pouvez vous d√©placer si vous le voulez. Et, voyons, est-ce le micro principal? [Un fr√®re dit : ¬ęNon, monsieur.¬Ľ - Ed.] L'autre ici, est-ce le micro principal? D'accord. Nous verrons si nous pouvons le rapprocher un peu plus. Qu'en est-il de ce c√īt√©-ci, Gene? Ce sera bien. Et des fois je m'enroue un peu. Je pr√™che beaucoup. Est-ce mieux? M'entendez-vous mieux?

5 Et nous nous souviendrons certainement de ces gens dans la prière. Nous aimerions donc donner le compte rendu d'une glorieuse réunion tenue là à...
Est-ce bien soeur Rook que je vois ? J'ai cru voir une dame l√† au fond qui lui ressemblait. Je me suis dit : ¬ęJe ne parle certainement pas √† deux, ici. Je regardais √† quelqu'un qui lui ressemblait, vers le fond. Elle est √† l'H√īpital Saint Edward.

6 Ainsi donc, √† Cleveland, dans le Tennessee, et puis en Californie aussi, nous avons eu de glorieuses r√©unions. Le Seigneur a richement b√©ni, et Il a accompli beaucoup de choses. Et nous en sommes heureux. Heureux de pouvoir revenir chez les n√ītres, et faire un compte rendu de la bont√© et de la mis√©ricorde de Dieu. C'est ainsi que les gens le faisaient dans la Bible.

7 J'ai appr√©ci√© la pri√®re de fr√®re Neville, plut√īt de fr√®re Beeler, sa fa√ßon de prier pour les gens, et - et en implorant l'aide et la mis√©ricorde. Et si seulement on regardait attentivement, tout le temps que quelque chose marche, on verrait qu'il y a quelque chose de tr√®s authentique √† ce propos. Et puis quand fr√®re Neville est arriv√© et a amen√© ces diacres et tout, ici √† l'estrade, pour - pour prononcer les b√©n√©dictions de Dieu sur la - l'offrande de l'√©glise, je l'ai entendu dans sa pri√®re √† Dieu, parler de ces gens, comment ils ont pri√© les uns pour les autres. Et cela me fait du bien d'entendre un pasteur prier pour ses diacres, et les diacres prier √† leur tour pour le pasteur. Quand vous voyez une √©glise coop√©rer ainsi, quelque chose est pr√®s de se d√©clencher. Voil√† comment l'√©glise doit √™tre dans l'ordre. Et cela me donne une id√©e pour un texte. J'allais parler de la b√©n√©diction √† Kad√®s, et du refus d'√©couter le compte rendu des espions, mais apr√®s, j'ai chang√© d'avis alors, pour quelque chose d'autre.

8 Et maintenant, en ce qui concerne la guérison, j'ai un petit témoignage que j'aimerais donner. J'espérais voir mon fils, Billy, là derrière, mais il garde cela dans sa poche.
Et Billy se comporte mieux dans les r√©unions qu'il ne le faisait par le pass√©. Il √©tait nerveux, troubl√©, et il disait par exemple aux gens : ¬ęOh, allez vous asseoir. Allez vous asseoir.¬Ľ Il disait : ¬ęJe vais - je vais vous donner une carte de pri√®re.¬Ľ Mais r√©cemment, j'ai remarqu√© qu'il y avait des gens dans la r√©union, dont il avait vraiment piti√©. Quand il n'y a plus de cartes de pri√®re, alors il les fait entrer dans une pi√®ce afin que j'aille prier pour eux.

9 Dernièrement, la même chose est arrivée à Chicago. Et j'aurais aimé lire cette lettre s'il était ici. Je ne suis pas allé le voir. Il ne savait pas que j'allais venir ici ce matin, et - et que j'aurais besoin - j'aurais besoin de la lettre. Mais j'y ai juste pensé quand je pensais à tant de maladies. Et voici ce qu'il en est. C'est une lettre qui certifie que...
Je lisais dans un journal, (non, cela m'a été rapporté) qu'il y a des journaux qui critiquaient Oral Roberts parce qu'il avait prié pour une femme atteinte du diabète et celle-ci en est morte. Et moi, en tant qu'Américain, eh bien, je - j'aime entendre ce que disent les lois, et - et celui qui commande. Mais je pense que cela n'est pas correct. Je me demande s'ils seraient disposés à publier dans les journaux les cas de tous ceux pour qui Oral Roberts avait prié et qui ont été guéris, et que les médecins avaient renvoyés. Je me demande. changer cela juste une fois. Vous voyez ? Ils ne voudront pas faire cela. Et puis, je me suis dit peut-être que le diable les a simplement embrouillés, avec la permission de Dieu, afin qu'au jour du jugement ils aient à répondre pour cela. Mais je sais qu'il y a des milliers de gens pour lesquels Oral Roberts a prié, qui étaient mourants, et qui ont été guéris.

10 Ainsi, voyez-vous, eux, ils sont injustes √† ce sujet. Ils vont justifier leur cot√©, leur attitude critiqueuse, mais ils n'acquitteront pas l'autre cot√©. Or, ce journal est cens√© tenir le public inform√© des √©v√©nements qui arrivent. Et puis, je pense que si les hommes t√©moignent de l'int√©r√™t les uns aux autres, si quelqu'un est gu√©ri, r√©ellement gu√©ri, chaque journal des Etats-Unis devrait publier un article l√†-dessus. Mais vous ne saurez pas les payer pour faire cela. Non ! Si vous amenez l√† quelque chose comme cela, ils vont le ridiculiser et s'en moquer, et rejeter cela. Mais maintenant, s'il y a √† critiquer... cela montre seulement que cette nation est pr√™te √† √™tre jug√©e. C'est vrai. Et il y aura un jugement, et il n'y aura pas moyen d'y √©chapper. Et eux ne font qu'amasser du feu sur leurs t√™tes, et tout. Et un - un tel... en d√©saccord avec les objectifs ! Un journal, son objectif, c'est de - d'informer le public de tout ce qui se passe, que ce soit bon ou mauvais. Mais ils se sont √©cart√©s de leurs objectif. Et quand ils s'√©cartent de leurs objectifs, alors ils - ils ne peuvent pas jouer correctement leur r√īle.

11 Et il en est de même de l'église. Quand l'église s'éloigne de ses principes, elle ne peut plus jamais servir les saints correctement. Nous devons rester ensemble, nous devons être unis. Nous devons être d'un même coeur et d'un même accord. Sinon nous ne servirons jamais Dieu ni le peuple, à moins que nous ne soyons d'un même coeur et d'un même accord, pour nous en tenir aux principes de la Bible et aux choses que Dieu a dites et qui sont vraies. Nous devons nous y en tenir constamment.

12 A Chicago, Billy s'√©tait enferm√© dans une pi√®ce, il... quelqu'un √©tait venu le voir, une dame accompagn√©e de son mari qui se mourrait d'un cancer de poumons. Et la femme, victime de la polio, √©tait dans un fauteuil roulant, et elle essayait de prendre soin d'un homme qui pouvait √† peine se mettre debout, ayant un cancer aux poumons. Et Billy lui a dit, il a dit : ¬ęJe - je regrette, monsieur.¬Ľ Il a dit : ¬ęJe vous aurais donn√© volontiers une carte de pri√®re.¬Ľ Et il a dit : ¬ęMais il ne m'en - m'en reste aucune.¬Ľ

13 Et il a dit : ¬ęEh bien, tr√®s bien, fiston.¬Ľ Il a dit : ¬ęC'est tr√®s bien.¬Ľ Il a dit : ¬ęNous avons essay√© d'arriver ici, mais c'√©tait tr√®s difficile pour nous.¬Ľ

14 Billy a dit : ¬ęJe vais vous dire ce que vous allez faire.¬Ľ Il a dit : ¬ęJe vais chercher papa et je vais le faire entrer, et je l'am√®nerai dehors.¬Ľ Et il a dit : ¬ęAussit√īt que vous aurez entendu son Message, a-t-il dit, alors prenez votre ma-... ou plut√īt votre femme et vous, et entrez l√† dans la petite pi√®ce, par o√Ļ je passerai, et je lui demanderai de prier pour vous.¬Ľ

15 ¬ęOh, a-t-il dit, √ßa, c'est loyal, fiston. Ce n'est pas mal.¬Ľ Voyez-vous? En voil√† une - voil√† une attitude. Voyez-vous? ¬ęPas mal. C'est bien.¬Ľ Voyez-vous?

16 Et ce soir-l√†, quand Billy alla l√† derri√®re, il n'√©tait n√©anmoins pas d'accord avec ce qu'il avait dit, puisque son beau-fr√®re √©tait l√† avec une h√©morragie aux poumons. Et sa belle soeur √©tait l√†, saignant √† l'estomac, avec des ulc√®res ; ils √©taient aussi entr√©s avec eux, disons pour qu'on essaye de les aider √† entrer. On a d√Ľ faire attention, sinon toute la salle se serait remplie, vous voyez. Mais je suis pass√© par l√† et j'ai pri√© pour eux, et nous avons eu en retour une lettre par courrier, disant que cet homme est parfaitement gu√©ri de ce cancer des poumons. La dame, la femme qui √©tait dans le fauteuil roulant, est debout, elle va √ßa et l√† aussi normale que jamais avant. L'homme qui avait l'h√©morragie aux - aux poumons, d√Ľe √† la tuberculose, est compl√®tement gu√©ri. Et sa femme est gu√©rie des ulc√®res. Tous les quatre gu√©ris sur-le-champ ! Je me demande si les journaux seraient dispos√©s √† publier cela. Vous voyez? Vous voyez? Vous voyez? Oh! Mais Dieu est Dieu. Il fait les choses √† Sa fa√ßon, vous savez, et I est si bon. Nous sommes si heureux de savoir qu'Il est Dieu.

17 L'autre matin, nous parlions d'un petit pr√©dicateur que nous avions connu et qui avait l'habitude d'aller √ß√† et l√† pour prier pour les malades et tout. Et il est all√© prier pour une personne √† l'h√īpital de Louisville; et c'√©tait un cas de tuberculose, la dame est morte. Le petit bonhomme a dit : ¬ęEh bien, √ßa ne sert √† rien de... Dieu ne... Dieu n'existe pas. Il aurait tenu Sa Parole.¬Ľ Il a dit : ¬ęJe l'ai ointe d'huile comme - comme le dit la Bible. S'Il ne tient pas Sa Parole, Il n'est pas Dieu.¬Ľ Il a dit : ¬ęCe n'est qu'un livre.¬Ľ

18 Eh bien, cela pourrait para√ģtre ainsi, si vous ne connaissez pas Dieu. C'est une portion des Ecritures, mais ce ne sont pas toutes les Ecritures. C'est sur base de la foi de l'individu. Voyez-vous?

19 Et j'ai parl√© √† mon √©pouse, j'ai dit : ¬ęIl arrive tellement de choses que tout ce que je sais c'est que cela se produit. Je ne sais pas ce qui va m'arriver √† la fin. Il se pourrait que je m'en aille de la m√™me fa√ßon. Si Dieu √īte de moi Sa main de mis√©ricorde, je m'en irai de la m√™me fa√ßon. Mais tant qu'Il garde sur moi Sa main de mis√©ricorde et que Sa conduite est l√†, je continuerai.¬Ľ Mais j'ai demand√© √† Meda, j'ai dit : ¬ęQui √©tait l√† dans la pi√®ce, ce matin-l√†, apr√®s cette vision o√Ļ je voyais ma petite fille Sharon?¬Ľ

20 A propos, l'autre jour, j'ai failli m'√©vanouir. Je me tenais dans la rue. Et vous connaissez l'histoire que j'ai racont√©e sur la vision que j'ai eue d'elle, apr√®s... Et je regardais, et voil√† que venant de mon c√īt√©, une jeune fille venait dans la rue ici √† Jeffersonville; et c'√©tait exactement comme cette vision. J'ai d√Ľ me pincer les mains. Cela ressemblait tellement √† cette vision de ma petite Sharon! Celle-ci √©tait √† ce moment-l√† une jeune fille.

21 Et ce matin-l√†, apr√®s cette vision, dans la Gloire, je... Hope me parlait, avec son bras autour de mon √©paule, et elle disait : ¬ęNe t'inqui√®te pas pour nous, Bill. C'est mieux que nous soyons parties.¬Ľ Je cherchais √† me suicider. Puis elle a dit : ¬ęNe t'inqui√®te pas. Promets-moi que tu ne t'inqui√©teras plus.¬Ľ

22 Alors j'ai dit : ¬ęJe ne peux pas promettre cela, Hope, parce que je - je - je suis... Je m'inqui√®te. Je n'y peux rien.¬Ľ

23 Puis je suis sorti de la vision, et j'√©tais debout dans la pi√®ce sombre. Et ce n'√©tait pas une vision, pas une imagination, mais son bras √©tait toujours autour de moi. Et elle me tapotait. Je me suis dit : ¬ęAttends une minute. Ceci n'est pas...¬Ľ Je ne savais pas comment appeler cela en ce temps-l√†, la vision. J'appelais cela ¬ętranse¬Ľ. J'ai dit : ¬ęCeci est... Sa main est toujours l√†.¬Ľ J'ai dit : ¬ęEs-tu ici, Hope?¬Ľ

24 Elle a dit : ¬ęBilly, promets-moi que tu ne t'inqui√©teras plus √† mon sujet et au sujet de Sharon.¬Ľ En effet, j'√©tais au bout du rouleau. J'√©tais pr√™t √† me suicider.
J'ai dit : ¬ęJe te le promets.¬Ľ Alors elle me serra dans ses bras, et elle me tapota de sa main.
Et puis je - j'ai dit : ¬ęHope, o√Ļ es-tu?¬Ľ Je devins... je t√Ętais et j'ai saisi la petite cha√ģne sur la lampe et je l'ai tir√©e. Je suis all√© √ßa et l√† cherchant parmi toutes ces chaises pour voir o√Ļ elle √©tait assise.
Il est Dieu. Il est autant Dieu aujourd'hui qu'Il l'√©tait sur la Montagne de la Transfiguration, quand Mo√Įse et Elie avaient apparu. Il est Dieu.

25 Il se peut que nous passions par tant de peines et d'√©preuves. Rappelez-vous simplement qu'il y a Quelqu'un qui sait, qui √©claire la voie, et qui rend la chose r√©elle. J'ignore ce qu'il y a derri√®re le rideau. Mais je sais une chose, je cours chaque jour vers le but de la vocation c√©leste, essayant de vivre pour ce glorieux √©v√©nement qui va arriver un de ces jours; quand je Le verrai face √† face, et que je raconterai cette histoire : ¬ęSauv√© par gr√Ęce¬Ľ. C'est pour ce jour-l√† que je vis. Laissant en arri√®re ces choses, ce qu'elles sont, j'aimerais courir, continuer simplement √† avancer.

26 J'aimerais que ce tabernacle... maintenant que vous √™tes debout, j'aimerais que vous courriez vers le but de la vocation c√©leste. Quoi que vous fassiez, soyez unis, autant unis que possible, mais tendez toujours un bras pour saisir et faire entrer les gens. Mais la Foi que nous pr√™chons maintenant et pour laquelle nous combattons, ne vous En √©loignez pas d'un iota. Car si vous croyez que je suis Son serviteur, voici le programme de Dieu. √áa ne sera jamais une affaire de la majorit√©. Ce sera toujours une minorit√©, √ßa l'a toujours √©t√© et √ßa le sera toujours. Mais, rappelez-vous, il est √©crit : ¬ęNe crains pas, petit troupeau; votre P√®re a trouv√© bon de vous donner le Royaume.¬Ľ

27 Il y a un groupe d'agents de notre église : les diacres, les administrateurs, le surveillant de l'école du dimanche, le pasteur, selon l'ordre établi dans notre église. Et c'est vous qui avez élu ces agents et ce pasteur. Je ne suis que le surveillant général, pour voir si ça marche correctement, et pour donner des conseils et ainsi de suite. C'est vous qui élisez votre pasteur, c'est vous qui élisez vos administrateurs, c'est vous qui élisez vos diacres, c'est vous qui élisez chaque office qu'il y a dans cette église; c'est vous. Et il est de votre devoir de soutenir ces hommes, voyez-vous, car ils feront des erreurs. Ce sont des mortels. Ce ne sont que des hommes, et ils feront des erreurs. Mais si le Président des Etats-Unis fait une erreur, allons-nous le rejeter comme Président? Nous oublierons cela et continuerons. C'est de la même manière que nous devons agir à l'égard de notre église maintenant. Je l'ai entendu prier, il y a quelques minutes, pour ces diacres. Et d'entendre là derrière un témoignage, la porte, venant des administrateurs, combien vous êtes tous d'un même coeur. Eh bien, restez ainsi. Eh bien, vous, membres, soutenez ces administrateurs, ces diacres, et ce pasteur. Et souvenez-vous-en, quand vous parvenez à garder cela uni, rappelez-vous que le diable cherchera à voir cela être brisé. Eh bien, cela a toujours été ainsi et cela le sera toujours. Mais vous, soutenez vos agents, et c'est de cela que j'allais vous entretenir.

28 Et puis, j'ai aussi quelque... ici quelque chose ce matin pour le tableau d'affichage, concernant la réunion des comités avec leurs responsables. Et ce sera mis sur le tableau d'affichage. Et j'ai une copie pour frère Roberson, le président des di-... des administrateurs. Et puis j'ai une copie pour frère Collins, je pense, qui est le président du comité des diacres. Et maintenant, tous ces offices sont placés conformément aux Ecritures. Ils doivent avoir des règles scripturaires sur ce qu'ils doivent faire. C'est pourquoi, les administrateurs ont un office spécifique. Et les diacres ont un office spécifique. Le surveillant de l'école du dimanche a un office spécifique. Et le pasteur est la tête du troupeau.

29 Eh bien, tous, ils ont des choses en commun. Et je pense que votre réunion ne devrait pas être commune, mais cela devrait être selon chaque office, puisque les diacres n'ont rien à dire aux administrateurs, à moins qu'ils n'aient des problèmes à leur soumettre. Et vice versa, les administrateurs s'occupent des finances et des biens de l'immeuble; ils n'ont rien à voir avec les diacres. Les diacres sont les policiers de l'église, et les assistants du pasteur. Mais les administrateurs sont les détenteurs de toute la propriété. Les administrateurs n'ont rien à voir avec le but spirituel de cela, et le diacre n'a rien à voir avec son but financier. Par conséquent, cela doit en être ainsi. Et le surveillant de l'école du dimanche dirige son école du dimanche. Ainsi, j'ai fait écrire, dactylographier tout ceci, pour que je le mette au tableau d'affichage.

30 Et puis, nous allons aussi mettre dans un encadrement la doctrine que cette église soutient, et j'ai fait encadrer cela ici à l'intérieur, dans l'église; ce que nous soutenons, les - les principes, la doctrine de l'église. Eh bien, pour être une église, nous devons avoir une doctrine.

31 Nous ne posons pas des piquets pour dire : ¬ęNous nous arr√™tons ici.¬Ľ Nous avan√ßons, communiant avec tous, allant dans les Ecritures avec les gens aussi loin que Dieu nous le permettra. Maintenant, restez ensemble, soyez d'un m√™me accord, d'un m√™me coeur, et allez de l'avant pour Dieu. C'est ainsi que Dieu veut que nous le fassions.
Prions maintenant, et ensuite ouvrons la Parole.

32 Oh, Pr√©cieux Seigneur, nous sommes maintenant sur le point de nous approcher de la Parole divine, plut√īt de la lecture de cette Parole. Puisse Ton Saint-Esprit interpr√©ter pour nous ce dont nous avons besoin. Et accorde-nous de parler, √ī Seigneur, d'agir et de vivre sachant que nous sommes tous Tes enfants, par gr√Ęce, puisque Tu nous as appel√©s. Puisse-t-il y avoir communion dans cette √©glise, √©tant donn√© que nous sommes sur le point de d√©boucher sur un grand mouvement, nous le sentons, qui fera susciter d'autres ministres pour aller dans les champs missionnaires, de sorte que si Tu m'envoyais √† diff√©rents endroits du monde, l√† pour √©tablir la foi, qu'on ait un minist√®re pr√™t, dispos√© et entra√ģn√© pour prendre la rel√®ve. Et que la foi qui fut transmise aux saints une fois pour toutes, que nous soutenons vaillamment, environne le monde. Accorde-le, Seigneur. Que cette petite plante puisse cro√ģtre, tel qu'il en √©tait un jour quand nous te l'avions d√©dicac√©e; que d'ici une √©glise s'√©l√®ve, √ī Seigneur, afin que delle des ministres, des √©vang√©listes, des docteurs et des missionnaires aillent partout dans le monde.

33 Ce matin, nous aimerions demander une b√©n√©diction sp√©ciale pour notre fr√®re et notre soeur Stricker qui souffrent maintenant. Mais nous savons que nous sommes tous mis √† l'√©preuve. Chaque fils qui vient √† Dieu doit √™tre ch√Ęti√© et √©prouv√©. Et si nous abandonnons facilement, et que nous nous en d√©tournions, alors nous sommes des enfants ill√©gitimes et non des enfants de Dieu. Donne la force et le pouvoir √† notre fr√®re et √† notre soeur Stricker afin qu'ils restent attach√©s √† leur poste du devoir. S'ils doivent mendier leur nourriture, que Ta main de b√©n√©diction soit sur eux. Car nous ne savons pas, mais cela pourrait √™tre au travers de ce m√™me effort que Tu pourras montrer √† l'indig√®ne d'Afrique ce qu'est un v√©ritable chr√©tien. Accorde-le, √ī Seigneur. Que tout cela soit donc fait selon Ta volont√©.

34 B√©nis ce pasteur, fr√®re Neville. Nous Te prions, Seigneur, de faire de lui le berger du troupeau, comme Tu l'as fait dans le pass√©. Et nous ne pourrons pas oublier sa charmante petite √©pouse qui est tr√®s malade. L'ennemi voudrait laisser fr√®re Neville avec cette ribambelle d'enfants sans m√®re, mais nous nous tenons debout et pla√ßons par la foi le Sang de J√©sus-Christ entre cet ennemi et notre soeur. Seigneur, que Ton Esprit agisse merveilleusement sur elle, sachant que toutes les femmes sont destin√©es √† traverser cette vall√©e t√©n√©breuse relative √† cet √Ęge, mais nous Te prions d'√™tre avec elle. B√©nis ces petits enfants. Il se peut qu'elle soit nerveuse et agit√©e maintenant, mais que le Saint-Esprit soit constamment un moyen d'acc√®s √† la mis√©ricorde pour cette famille.

35 B√©nis notre comit√© d'administrateurs, notre fr√®re Wood, notre fr√®re Egan, fr√®re Roberson, ainsi que tous les autres, Seigneur. Les diacres, les administrateurs, et tous ceux qui sont associ√©s √† cette √©glise, nous Te prions, √ī Seigneur, de leur permettre de servir avec saintet√© et - et justice pendant leur mandat. Seigneur, b√©nis ceux qui ont servi dans le pass√©. Et nous Te prions de continuer d'√™tre avec nous tous, afin que nous soyons reconnus comme √©tant une √©glise unie, une √©glise de l'Esprit et de l'amour du Seigneur. Nous Te prions maintenant de nous partager la Parole, selon nos besoins, pendant que nous lisons Ta Parole √©crite. Car nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen.

36 Pendant la pri√®re, je me disais, quand nous b√©nissions ou plut√īt nous demandions des b√©n√©dictions pour notre... moderne... notre nouveau comit√© d'administrateurs et ainsi de suite, je pensais √† notre fr√®re Fleeman et √† fr√®re Deatsman et aux autres qui sont assis ici et qui ont bien servi avant. Et nous voudrions √™tre reconnaissants √† Dieu pour leur service loyal. Que le Seigneur soit toujours avec eux pour les b√©nir et les aider. Je voudrais lire avant... Maintenant rappelez-vous le tableau d'affichage et tout, et les prochaines r√©unions.

37 Et nous sommes heureux ce matin d'avoir parmi nous... eh bien, je pourrais le dire comme ceci, un homme qui m'a été très précieux autrefois, et qui l'est encore, un brave frère, Fred Sothmann, de... et son épouse ; il est du Saskatchewan, au Canada; il est ici pour rester avec nous, dans notre pays, un visiteur; mais il prend part à notre communion, c'est un bien-aimé frère, ce frère Fred Sothmann qui est assis là. Il dirige mes campagnes quand je suis au Canada.

38 Et un autre pr√©cieux fr√®re qui, avant, √©tait aussi Canadien ; il √©tait un homme d'affaires, et qui peut prouver au monde qu'on ne peut pas laisser tomber Dieu. Lui et son ami ont cr√©√© une fondation pour financer la construction d'un √©difice, ou plut√īt pour une mission, une fondation √† l'√©tranger. On m'a invit√© √† Oakland pour une r√©union et on m'a dit qu'ils avaient l'argent. Dans leur fondation, ils ont parrain√© le tout.

39 Frère Fred et moi avons essayé cela avec l'argent que frère Fred avait, que je ne voulais pas prendre en tant qu'individu. C'est ainsi que nous avons donc décidé de donner cela au peuple canadien, sans même en prélever une offrande, mais cela n'a pas bien marché. C'étaient des belles réunions. Mais comme nous n'avions pas prélevé d'offrande... Peu m'importe si l'église peut valoir cent milliards de dollars, c'est votre devoir envers Dieu que vous préleviez une offrande. Cela fait partie de l'adoration. Et si vous volez cela... Tant que j'étais contre l'argent et des choses de ce genre, je constate que quand un homme est dans l'erreur, il ferait mieux qu'il reconnaisse qu'il est dans l'erreur, puisque frère Fred et moi avons vu cela tourner très mal.

40 Et, Fr√®re Borders, quand j'ai quitt√© fr√®re Fred et que je suis venu vous rendre visite √† Oakland, j'ai dit : ¬ęNe le faites pas. Passez simplement la corbeille pour pr√©lever une offrande, et quoi que ce soit, remettez cela dans votre fondation pour une autre r√©union quelque part.¬Ľ

41 Et avant la cl√īture de la s√©rie de r√©unions, fr√®re Borders et son ami sont venus me voir et m'ont dit : ¬ęTout ce que nous avons d√©pens√© pour la - la r√©union est d√©j√† pr√©lev√©.¬Ľ

42 Et puis, il y a quelques jours, il a pr√©par√© une r√©union √† San Jos√©, en Californie, l√† o√Ļ il avait fait que, je pense, soixante ou soixante-dix √©glises de la vall√©e, toutes tendances, coop√®rent ensemble. Nous avons eu une merveilleuse r√©union, et nous comptons retourner en novembre. Nous sommes heureux de vous avoir parmi nous, Fr√®re Borders et Fr√®re Fred, vous qui √™tes assis l√†-bas. Et ces hommes sont peut-√™tre des √©trangers pour vous tous, mais ils ont √©t√© des pr√©cieux fr√®res pour moi dans les champs missionnaires, combattant ardemment pour la foi que nous soutenons. Que Dieu vous b√©nisse, Fr√®re. Nous sommes heureux de vous avoir ici ce matin dans ce vieux petit tabernacle. Il n'a rien d'attrayant pour √™tre contempl√©. Mais il y a quelque chose ici que nous savons, c'est que Dieu vit ici, vous voyez ; nous en sommes tr√®s heureux. Et il y a d'autres pr√©cieux fr√®res qui sont ici avec nous, que j'aimerais mentionner si j'en avais le temps.

43 Maintenant, j'envisage et je prie que dans les quelques prochaines semaines, le Seigneur voulant, je tiens √† partir, je me sens conduit ; je n'ai pas annonc√© la prochaine r√©union, √† Ohio, en compagnie de Fr√®re Sullivan, sur le terrain de camping, dans peu de temps. C'est seulement √† environ cent milles [160,9 km. - N.D.T.], je pense, Gene, quelque chose comme cela. Ce sera un beau voyage, si vous n'avez pas programm√© vos vacances, si le Seigneur continue √† nous conduire. C'est un tr√®s brave homme, et nous appr√©cions beaucoup le fr√®re Sullivan. Juste un - Il est le maire de la ville. Il n'√©tait qu'un ex-maire, et un kentuckien √† l'ancienne mode. C'est tout ce que je peux dire de lui. Quand je l'ai vu l'autre jour dans... Nous avons √©t√© √©lev√©s tous deux l√† dans les montagnes du Kentucky. Il m'a dit : ¬ęAs-tu toujours ton asa-foetida autour du coup, Billy ?¬Ľ Eh bien, vous savez combien - combien il est kentuckien. Maintenant, ouvrons dans...
Ce n'est pas pour manquer d'égard envers mes frères du Kentucky qui sont ici, frère Jefferies et ainsi de suite. Je suis aussi du Kentucky, vous savez. Je vais vous dire ce que nous sommes. Nous ne sommes ni Kentuckiens ni Américains. Nous sommes des pèlerins et des étrangers. Nous cherchons une cité à venir.

44 Maintenant pour la lecture, lisons dans le Livre de l'Exode, pour quelques instants. J'aimerais lire le chapitre 23, et du verset 20 √† 23 inclus. Et j'aimerais prendre un texte ce matin, tir√© comme ceci, plut√īt de ceci : Une D√©livrance Totale. Et je ne parlerai pas pendant longtemps ; maintenant pendant que j'attends que vous ouvriez votre Livre et le chapitre. Voici, j'envoie un ange devant toi, pour te prot√©ger en chemin, et pour te faire arriver au lieu que j'ai pr√©par√©. Tiens-toi sur tes gardes en sa pr√©sence,... √©coute sa voix ; ne lui r√©siste point, parce qu'il ne pardonnera pas vos p√©ch√©s, car mon nom est en lui. Je suis certain que la congr√©gation sait qui cet Ange √©tait. ¬ęMon Nom est en Lui.¬Ľ Et si tu √©coutes sa voix, et si tu fais tout ce que je te dirai, je serai l'ennemi de tes ennemis et l'adversaire de tes adversaires. Mon ange marchera devant toi, et te conduira chez les Amor√©ens, les H√©tiens,... Ph√©r√©siens,... Canan√©ens,... H√©viens, et ...J√©busiens, et je les exterminerai.

45 Que le Seigneur bénisse Sa Parole pendant que nous parlerons quelques instants, si vous priez. Je pensais à ce sujet concernant Une délivrance totale.

46 L'Eglise est en - en minorité. Elle le sera toujours en nombre jusqu'à la Venue du Seigneur. Mais Elle est en train de vivre en dessous des privilèges que Dieu Lui a donnés. Si seulement nous savions que ceci est l'Eglise du Dieu vivant ; pas le Branham Tabernacle, mais le Branham Tabernacle n'En est qu'une partie. Il y a d'autres églises semblables à travers le pays.
Ce soir, fr√®re Snelling va avoir un service de bapt√™me. J'ai oubli√© que fr√®re Curtis m'a dit d'annoncer cela, plut√īt il m'a dit hier qu'il allait l'avoir. Il va avoir un service de bapt√™me. Et si quelqu'un ici n'a pas encore √©t√© baptis√©, eh bien, fr√®re Snelling serait heureux de le faire, ce soir. √áa, c'est le Tabernacle de la Saintet√© √† Utica, et fr√®re Junior Jackson dans la Nouvelle Albanie. Et il y a tant d'√©glises de ce genre √† travers le pays. Mais il semble que nous vivons tous plus ou moins en vaincus.

47 Ce matin, j'ai entendu fr√®re Neville d√©clarer, l√† derri√®re, puisque cela me vient en quelque sorte √† l'esprit, qu'apparemment les gens sont en train de s'√©loigner de la d√©livrance. Cela semble √™tre quelque chose que les gens ont vu, alors ils le poussent d'un c√īt√©, disant : ¬ęOh, eh bien, Dieu peut faire cela.¬Ľ Mais cela n'est pas l'attitude qu'il faut.

48 Eh bien, Mo√Įse, quand il a √©t√© appel√© par Dieu, il √©tait tout √† fait et totalement un proph√®te.
Quand Dieu envoie un homme pour faire quelque chose, Il l'équipe en tout ce dont il a besoin. Si Dieu appelle un homme pour qu'il soit prédicateur, Il met en lui quelque chose pour prêcher. S'Il l'appelle pour qu'il soit un docteur, Il met en lui quelque chose pour enseigner. S'Il l'appelle à être un prophète , Il met en lui quelque chose pour voir des visions et être un prophète. Dieu équipe toujours Son homme.
Et c'est exactement ce qu'Il a fait quand Il a envoy√© Mo√Įse en Egypte. Il a envoy√© Mo√Įse en Egypte. Il l'avait √©lev√© d'une certaine fa√ßon. Et Il l'avait instruit d'une certaine fa√ßon, et Il l'avait model√©, et l'avait cr√©√©, et l'avait fa√ßonn√©. Apr√®s avoir promis √† Abraham, des centaines d'ann√©es avant, qu'Il d√©livrerait le peuple, alors Il - Il se souvint qu'Il ferait Mo√Įse tel que Mo√Įse √©tait. Mo√Įse √©tait tout √† fait un proph√®te. Et puis, en tant que proph√®te, alors...

49 C'est juste comme vous, si vous √™tes chr√©tien, Dieu ne fait pas de demi-chr√©tiens. Dieu fait toujours des chr√©tiens complets. Dieu ne fait pas de demi-pr√©dicateurs, mais le pr√©dicateur peut l'√™tre √† moiti√©. Dieu fait de Ses enfants des chr√©tiens, mais des fois ils sont des demi-chr√©tiens. Mais ce n'est pas dans l'intention de Dieu qu'ils soient ainsi. Ce sont leurs voies qu'ils ont m√©lang√©es avec le plan de Dieu concernant leur vie, et c'est ainsi qu'ils sont. Dieu ne veut pas qu'ils soient des demi-chr√©tiens, ou des demi-pr√©dicateurs, se compromettant de tout c√īt√©. Ou... Il veut qu'ils se tiennent tout √† fait √† la br√®che.

50 Ainsi, Mo√Įse, Dieu a fait de lui un proph√®te complet, pour une d√©livrance totale. Et Mo√Įse √©tait compl√®tement abandonn√© entre les mains de Dieu. C'est ce qui fit de lui ce qu'il √©tait. Il √©tait si complet en Dieu que Dieu pouvait lui faire confiance.

51 Ce matin, je me demande si, en tant que chr√©tiens, nous avons abandonn√© notre propre volont√©, si nous nous sommes abandonn√©s compl√®tement √† Dieu au point qu'Il peut nous confier la place o√Ļ Il nous a √©tablis. Ce matin, je me demande si je pourrais m'abandonner √† Dieu au point qu'Il pourrait me faire confiance, qu'Il pourrait faire confiance √† fr√®re Neville, Il pourrait faire confiance √† notre comit√© d'administrateurs, √† notre comit√© de diacres, ou aux membres de notre √©glise. Nous avons tous un poste, et nous avons un devoir.

52 Le ministre a un poste du devoir o√Ļ il se tient et pr√™che les richesses insondables de Christ, sans compromis, s'il a un appel pour √™tre pr√©dicateur. Il n'√©pargnera rien pour un individu, s'il est appel√© pour √™tre pr√©dicateur.

53 Et le membre de l'église est appelé pour être membre d'un groupe bien déterminé, ainsi il ne se compromettra pas. Si l'église croit que nous ne devrions pas jouer aux jeux d'argent, alors ce membre ne devrait jamais toucher à un jeu de cartes. Nous ne croyons pas que l'on doive boire, il devrait se détourner complètement de la boisson. Si nous ne croyons pas que l'on doive jouer aux jeux d'argent, ou fumer, le membre de cette église ne devrait jamais toucher à une chose de ce genre. Dieu accorde une délivrance totale. Quand nous...
Il fera cela si nous nous sommes totalement abandonnés à Lui. Si nous nous sommes abandonnés à Lui, alors Dieu peut vivre en nous. Christ, l'Espérance de la gloire, peut Se refléter en nous quand nous nous mettons hors du chemin. Alors nos pensées sont Ses pensées. Pourriez-vous vous imaginer Christ buvant, ou jouant à la carte ?Ainsi, si notre esprit est une partie de Son Esprit, Il veut que cela soit sur base de notre confession. Mais vous laissez le diable venir prendre le dessus. Et dans votre cour, là au fond, vous savez toujours que vous avez tort quand vous faites ces choses.
Et quand un membre dit du mal d'un autre membre, vous savez que c'est mauvais. On vous recommande de prier les uns pour les autres, non pas de parler en mal les uns des autres, mais de vous aimer les uns les autres. Et si quelqu'un tombe, relevez-le, aidez-le. Et bien, cela fait de nous, un - un - un groupe de croyants unis. Maintenant, quand nous n'ob√©issons pas √† cela, alors nous n'ob√©issons pas √† Dieu et nous d√©plaisons √† Dieu. Et par cons√©quent, notre √©glise, notre peuple ne peut pas prosp√©rer, l'√©glise ne peut pas aller de l'avant parce que nous sommes d√©sunis, ensemble. Comme l'a dit J√©sus : ¬ęUn peu de levain fait lever la p√Ęte.¬Ľ

54 Eh bien, si le comit√© de l'√©glise, plut√īt comme qui dirait, les - les diacres venaient et disaient que nous devions ... pensant que nous devrions construire un nouveau tabernacle. Si c'est ce que les diacres ont vot√©, et qu'on consultait les administrateurs, et que ces derniers n'avaient pas l'argent pour le faire, alors ils auraient un programme de construction comme celui que nous avons maintenant. Et ensuite cela sera amen√© devant l'audience g√©n√©rale, comme nous pourrions l'√™tre, toute l'√©glise √©tant souveraine. Alors si l'√©glise vote pour un nouveau tabernacle, nous devrions par cons√©quent tous coop√©rer pour construire ce nouveau tabernacle.

55 Franchement, moi-m√™me, quand on m'a parl√© d'un nouveau tabernacle, j'√©tais contre cette id√©e. C'est vrai. J'ai dit : ¬ęNous n'avons vraiment pas besoin d'un nouveau tabernacle. Je vais probablement partir d'ici tr√®s bient√īt, comme le Seigneur... si ce qu'Il m'a montr√© arrive. Pourquoi aurons-nous besoin d'un nouveau tabernacle ? Nous n'avons pas d'argent.¬Ľ

56 Ainsi je suis venu et j'ai compris ce que ressentait l'√©glise, que l'√©glise, dans la majorit√©, semblait vouloir cela. Ensuite, qu'ai-je fait? J'ai sacrifi√© mes propres pens√©es et je me suis ralli√© √† l'√©glise. Bien s√Ľr, faisons cela. Si c'est ainsi que nous jetons le sort, c'est ainsi que cela se passait au temps de la Bible, c'est de cette mani√®re que l'√©glise votait. La - La souverainet√©, le groupe de gens, ils se rassemblent. C'est dans l'unit√© qu'il y a la force. Puis, j'ai alors dit : ¬ęCertainement, si c'est ce que l'√©glise veut, si c'est ce que Dieu veut, Il a plus d'autorit√© en ce qui concerne le vote dans tout un groupe de gens qu'Il n'en a en moi, parce que je n'ai aucune vision pour dire que cela ne devrait pas se faire.¬Ľ Ainsi, nous nous sommes ralli√©s √† l'√©glise et nous marchons avec l'√©glise. Et je me range derri√®re cela pour faire tout mon possible, voyez-vous, pour aider l'√©glise.

57 Cela devrait être l'objectif de chaque chrétien et de chaque personne dans l'église, que nous soyons unis et que nous restions ensemble. Tout ce pourquoi l'église vote, c'est ce que nous devrions soutenir. Disons par exemple, qu'on désire changer quelque chose dans l'église. Eh bien, si les administrateurs veulent cela, alors, le... quelqu'un d'autre veut cela, les diacres, ils veulent changer quelque chose, cela est présenté à l'église, toute l'église réunie à ce moment-là. Et si notre - notre avis là- dessus semble être un peu différent de ce que l'église a dit, sacrifions cet avis, parce que c'est le seul moyen que nous ayons de rester unis. Et si cette église fait exactement ce que vous faites maintenant, et qu'elle est unie, Dieu va ... Ce qu'Il fera est illimité, si nous restons ensemble. Nous devons rester ensemble. C'est ainsi qu'il nous faut être, très unis les uns avec les autres, et ainsi très unis dans les mains de Dieu.

58 Et puis, nous devons avoir un homme dont nous croyons qu'il prêche la Parole de Dieu. Si cet homme ne le fait pas, alors prenons quelqu'un d'autre pour le faire. C'est ainsi qu'il faut agir. Si le comité des administrateurs ne veut pas soutenir ce qui est correct, alors il est de votre devoir d'élire quelqu'un d'autre qui soutiendra ce qui est correct. Et puis si vous le faites, soutenez cela. Cela dépend de vous. Soutenez cela. Et tous ensemble, nous soutenons une chose, c'est Dieu.

59 Si un membre fait une erreur, ne le rejetez pas. Aidez-le. Relevez-le. Mettez-vous ensemble et écoutez-vous les uns les autres. C'est ce que disent les Ecritures. Lorsque nous commettons une erreur, présentons-nous devant Dieu. Avant de nous présenter devant Dieu, nous devons nous présenter devant la personne que nous avons offensée.

60 J'ai d√Ľ le faire. Et je sais que j'avais mal agi. J'avais menti, j'avais pouss√© ma femme √† mentir. Je crois que je vous en ai parl√© ici √† l'√©glise. Cela fait quelques jours, c'est r√©cent, cela fait √† peu pr√®s six semaines. Les magistrats m'avaient tellement d√©chir√© √† propos de cette investigation, au point que je savais √† peine o√Ļ j'en √©tais. Je venais de quitter le bureau pour rentrer √† la maison, d√ģner. Et le num√©ro de t√©l√©phone priv√© a sonn√©, et Meda est all√©e r√©pondre au t√©l√©phone. Elle a pos√© sa main dessus et a dit : ¬ęC'est encore une fois ces magistrats.¬Ľ

61 J'ai dit : ¬ęJe ne pourrais pas supporter encore une soir√©e. C'est comme si ma t√™te va √©clater. Je perds la t√™te; on me tire de ce c√īt√©-ci, puis de ce c√īt√©-l√†.¬Ľ J'ai dit : ¬ęJe ne peux pas supporter cela.¬Ľ Puis j'ai saut√© et j'ai dit : ¬ęDis-leur que je ne suis pas ici √† l'int√©rieur,¬Ľ et j'ai couru derri√®re la maison.

62 Quand je suis revenu... Meda est tr√®s sensible √† ces choses. Elle m'a rencontr√© √† la porte, √† moiti√© en larmes. Elle a dit : ¬ęBill, √©tait-ce la chose √† faire ?¬Ľ

63 Vous savez ce que vous √™tes. Je sais ce que je suis. J'ai dit : ¬ęBien s√Ľr. Je n'√©tais pas ici √† l'int√©rieur.¬Ľ Je savais que Dieu m'avait condamn√© pour cela. J'ai dit : ¬ęJe n'√©tais pas ici √† l'int√©rieur √† ce moment -l√†.¬Ľ
Elle a dit : ¬ęMais tu √©tais √† l'int√©rieur quand il a appel√©.¬Ľ

64 Cet apr√®s-midi-l√†, je suis all√© prier pour un enfant malade. Et avant de quitter la maison, le t√©l√©phone a encore sonn√©, et le petit Joseph a couru prendre le t√©l√©phone et il a dit : ¬ęPapa veux-tu que je leur dise que tu n'es pas ici?¬Ľ Vous voyez comment le p√©ch√© corrompt ; quelle famille ce serait finalement?

65 I Jean 1, chapitre 5, verset 21 dit : ¬ęSi votre cour ne vous condamne pas, alors vous avez de l'assurance devant Dieu.¬Ľ Mais si nos cours nous condamnent, comment pouvons-nous avoir de l'assurance devant Dieu? Nous savons qu'aussi longtemps que nous avons un p√©ch√© inconfess√©, Il ne nous √©coutera jamais. C'est fort, mais c'est - c'est - c'est... l'√©glise a besoin de ces choses.

66 Puis, je suis parti prier pour ce b√©b√©. Et quand je me suis mis √† imposer les mains sur lui, le Seigneur m'a r√©primand√© et a dit : ¬ęTu as menti. Tu n'es pas digne de prier pour ce b√©b√©.¬Ľ

67 Je me suis retir√© d'aupr√®s de cet homme. J'ai dit : ¬ęMonsieur, attendez simplement ici. J'ai quelque chose √† arranger.¬Ľ

68 J'ai t√©l√©phon√© au magistrat, et je suis all√© √† son bureau, o√Ļ je l'ai fait venir. J'ai dit : ¬ęEcoutez, monsieur, j'avais menti. J'avais pouss√© ma femme √† mentir. Elle a dit que je n'√©tais pas √† l'int√©rieur, mais j'avais couru derri√®re la maison.¬Ľ Et j'ai confess√© cela et je lui en ai parl√©.

69 Il s'est approch√© et a pos√© ses mains sur mon √©paule. Il a dit : ¬ęFr√®re Branham, je vous ai toujours fait confiance, mais je vous fais plus confiance maintenant, a-t-il dit, un homme qui est dispos√© √† corriger ses erreurs.¬Ľ

70 Et je lui ai parl√©, j'ai dit : ¬ęJe me suis mis √† prier pour un b√©b√©, mais le Seigneur m'avait condamn√© dans mon cour, car je savais que j'avais mal agi.¬Ľ

71 Ensuite, le lendemain, mon √©pouse a dit : ¬ęO√Ļ vas-tu?¬Ľ
J'ai dit : ¬ęA ma caverne.¬Ľ

72 Puis je suis all√© √† la caverne, l√† au-dessus de Charlestown, l√† o√Ļ je vais depuis des ann√©es. Je suis entr√© √† l'int√©rieur et j'ai pri√© toute cette journ√©e, disant : ¬ę√Ē Dieu, ne me laisse plus faire une telle chose. Pardonne-moi, Seigneur, car lorsque je mets mes mains sur les malades, pour prier, alors je sens la condamnation.¬Ľ Aux environs de trois heures de l'apr√®s-midi, je suis sorti. Il y a l√† un grand rocher. Et je me suis mis sur ce rocher et j'ai regard√© vers l'est, les mains lev√©es, glorifiant le Seigneur. Et il faisait tr√®s calme l√†-bas. Alors j'ai dit : ¬ęSeigneur, si seulement Tu... Une fois, Tu es pass√© pr√®s de Mo√Įse et il a dit, quand Tu l'avais cach√© dans le creux du rocher, que cela ressemblait au dos d'un homme.¬Ľ J'ai dit : ¬ęSeigneur, pourrais-Tu faire cela de nouveau pour me montrer que je suis pardonn√©?¬Ľ Et j'ai dit : ¬ęSi Tu veux bien m'aider et venir √† mon esprit...¬Ľ J'ai dit : ¬ęSeigneur, mentalement, je ne suis pas tr√®s fort, car je n'ai pas d'instruction.¬Ľ J'ai dit : ¬ęEt je - j'essaie de e servir. Tu connais mon cour, et je n'ai pas... Je n'aurais pas d√Ľ faire cela. Je ne voulais pas faire cela. Il me semblait que ma t√™te allait exploser, tellement j'√©tais nerveux ; et j'ai fait cela √©tant dans un pi√®ge √† un moment o√Ļ Satan m'a attrap√©.¬Ľ J'ai dit : ¬ęSi tu m'as pardonn√©, Seigneur, laisse-moi alors Te voir.¬Ľ

73 Et Dieu est mon Juge, juste l√† √† c√īt√© de moi, √† un petit endroit dans les buissons, un tourbillon a commenc√© comme un vent, et Cela est venu juste le long de la caverne o√Ļ je me trouvais, et Cela est parti dans les bois. Oh, fr√®re, une paix qui d√©passe tout entendement m'a inond√©, et j'ai cri√©, j'ai pleur√©, j'ai hurl√©. J'√©tais certain que mes p√©ch√©s m'√©taient pardonn√©s. Vous voyez, j'√©tais s√©par√© de Dieu, je ne pouvais pas obtenir la d√©livrance pour le b√©b√©.

74 Je. Et le lendemain, un homme est venu de Chicago, un grand homme, un catholique nouvellement converti, les valves de son coeur avaient gonfl√© comme une chambre √† air gonfl√©e; et on avait essay√© depuis longtemps de les enlever ; on voulait le faire, mais lui ne le leur permettrait pas. Finalement, il est pass√© par un entretien. Ces entretiens, nous les poursuivons tout simplement jusqu'√† ce que nous d√©couvrions ce qui ne va pas. Et cet homme n'√©tait pas plus entr√© que le Saint-Esprit remonta dans sa vie pass√©e et r√©v√©la quelque chose qu'il avait fait lorsqu'il √©tait un enfant de choeur dans l'Eglise catholique. Il a dit : ¬ęC'est la v√©rit√©. C'est la pure v√©rit√©.¬Ľ Il a dit : ¬ęVoulez-vous dire que c'est ce qui se dresse contre moi?¬Ľ
J'ai dit : ¬ęC'est la seule ombre que je vois dans votre vie.¬Ľ

75 Il est rentr√© et a parl√© au m√©decin, disant : ¬ęTr√®s bien, appr√™tez les instruments maintenant, nous allons avoir l'op√©ration.¬Ľ

76 Le m√©decin a dit : ¬ęNous allons encore v√©rifier ce pauvre cour.¬Ľ Et quand il l'a examin√©, il a dit : ¬ęVous n'avez pas besoin d'√™tre op√©r√©.¬Ľ Voyez-vous?

77 Si nos cours nous condamnent, il nous faut une d√©livrance totale. Il ne faut pas que nous soyons une demi-√©glise. Nous voulons √™tre une v√©ritable √©glise ou pas une √©glise du tout. Il nous faut √™tre de v√©ritables chr√©tiens ou pas des chr√©tiens du tout. Il nous faut une d√©livrance totale de nos habitudes, de nos p√©ch√©s, de nos mauvaises pens√©es, de nos mauvais actes, de notre n√©gligence, de quoi que nous ayons fait. Il nous faut avoir une d√©livrance totale, afin que lorsque les gens viennent √† l'√©glise pour que l'on prie pour eux, il y ait juste ce petit groupe de gens (peut-√™tre pas plus de cent, ou deux cents) assis ici, mais qui seront compl√®tement entre les mains de Dieu. Et quand nous prierons, alors Dieu entendra du Ciel. Dieu cherche √† avoir quelqu'un qu'Il peut tenir dans Sa main, quelqu'un dont Il dira : ¬ę J'ai confiance en lui. Je peux envoyer celui-ci, Mon serviteur malade, au Branham Tabernacle, √† Jeffersonville, et ce groupe de gens l√† sont d'un commun accord.¬Ľ Quelque chose arrivera.

78 Eh bien, observez ce qu'Il fait pour nous dans la condition dans laquelle nous sommes. Que ferait-Il si nous étions d'un même cour et d'un commun accord? Le seul moyen pour nous d'y parvenir, c'est d'unir nos cours dans l'amour fraternel, d'obéir aux représentants de l'église, et au pasteur, et que le pasteur obéisse à Dieu. Alors Dieu agit à travers le pasteur, le comité, là dans l'église, et tous ensemble sont un seul groupe pour le Royaume de Dieu. Alors Dieu écoutera, quand nous serons un groupe uni. Que rien ne vous trouble. Ne soyez pas effrayés devant quoi que ce soit.

79 Bien, c'est le genre de personne √† qui Dieu a ordonn√© de prendre possession du pays. Mo√Įse √©tait complet, il √©tait un homme qui ne pouvait pas faire des compromis. S'il y avait des probl√®mes et des agitations, et des choses semblables, il ne faisait pas de compromis. C'est ainsi que Dieu veut que nous soyons maintenant.

80 Pharaon a accept√© de donner son accord, en disant : ¬ęMo√Įse, vous pouvez tous partir, et, mais laissez vos enfants, ou plut√īt laissez une partie de votre b√©tail apr√®s vous.¬Ľ

81 C'est ainsi que le diable veut que le chr√©tien vienne. ¬ęCe sera tr√®s bien que vous deveniez membre de l'√©glise, mais ne pardonnez jamais √† votre voisin. Il n'y a pas de probl√®me si vous pouvez y amener votre... Si vous pouvez aller... Vous n'√™tes pas oblig√© d'abandonner la cigarette, la boisson, le mensonge, le vol, les critiques, la m√©disance. Vous n'√™tes pas oblig√© d'abandonner cela. Joignez-vous simplement √† l'√©glise.¬Ľ

82 Mais Mo√Įse n'√©tait pas quelqu'un √† faire des compromis. Il cherchait √† avoir une d√©livrance compl√®te. Il a dit : ¬ęNous ne laisserons pas un seul sabot. Nous prendrons tout ce qui nous appartient, quand nous irons adorer l'Eternel.¬Ľ

83 C'est ainsi que l'√©glise devrait √™tre. ¬ęNous prendrons la justice. Nous prendrons la saintet√©. Nous am√®nerons le Saint-Esprit. Nous prendrons un groupe de gens unis quand nous irons √† l'autel. Nous serons un v√©ritable groupe. Nous ne laisserons rien. Nous emporterons tout. Pas un seul sabot ne restera l√† derri√®re.¬Ľ Vous savez, et les gens peuvent prier de telle mani√®re que le diable sera oblig√© de c√©der.

84 C'est ce que firent Mo√Įse et son groupe. Ils arriv√®rent l√† et se mirent sous le Sang. Vous avez vu qu'avant qu'ils n'arrivent sous le Sang, il n'y avait pas de d√©livrance totale. Mo√Įse, lui-m√™me, √©tait uni √† Dieu, mais Isra√ęl ne l'√©tait pas. Le p√©ch√© √©tait toujours l√†. Et ils ont murmur√© contre Mo√Įse et ont dit : ¬ęPourquoi - pourquoi fais-tu ceci? Tu nous am√®nes plus de probl√®mes.¬Ľ En effet, Pharaon avait simplement doubl√© la quantit√© de briques, et ainsi de suite. √áa, c'√©tait Mo√Įse ; il √©tait compl√®tement entre les mains de Dieu, totalement d√©livr√© de la garde de moutons, pour garder les brebis de Dieu. Il √©tait totalement d√©livr√©, lui. Mais les gens n'√©taient pas d√©livr√©s, puisqu'il y avait encore des murmures parmi eux.

85 Un soir, lorsque Dieu avait ordonn√© qu'un agneau soit tu√©, un type de Christ, et que le sang soit plong√© dans l'hysope, laquelle n'est qu'une herbe (ordinaire, humble), et qu'il soit appliqu√© sur le linteau de la porte et sur les poteaux, c'est alors qu'Isra√ęl fut compl√®tement d√©livr√©, sans laisser un seul sabot. Tout ce qui leur appartenait √©tait d√©livr√©. Leurs familles, leurs bien-aim√©s et tout √©tait d√©livr√© quand ils sont venus compl√®tement sous le sang.

86 L'Eglise sera complètement délivrée quand tout sera sous le Sang. Quand vos péchés sont sous le Sang, quand vos cigarettes, quand vos jeux d'argent, quand votre tricherie, quand votre vol, quand votre mensonge, quand tout sera apporté sous le Sang, alors il y aura une délivrance totale. Si vous faites du tort à quelqu'un, arrangez cela. Vous ne pouvez pas apporter cela sous le Sang, cela ne restera pas. Vous ne pouvez pas apporter cela. Rien ne vous le permettra. Quand votre moi est complètement, totalement apporté sous le Sang, il y aura une délivrance totale; alors vous aurez une liberté que vous n'avez jamais connue auparavant. Quand tout est apporté sous le Sang, apporté dans la soumission au Royaume de Dieu, alors il y aura une véritable délivrance.

87 Jésus était complètement, totalement un homme. Il pouvait pleurer comme un homme. Il pouvait manger comme un homme. Il pouvait se comporter en homme. Il était complètement, totalement un homme, dans Son corps. Mais dans Son Esprit, Il était complètement, totalement Dieu, aussi fit-Il soumettre Sa chair à l'Esprit qui était en Lui. Vous voyez, Il a été tenté en toutes choses comme nous. Il était un homme, pas un ange. Il était un homme. Il avait des désirs et des tentations, juste comme nous. C'est la Bible qui le dit. Il était un homme, pas un ange au-dessus de la tentation. Hébreux 1 dit qu'Il était... Hébreux 1 : 4 dit qu'Il a été abaissé en dessous des anges. Il était un homme, complètement un homme ; Dieu prit un homme complet pour apporter une délivrance totale, et Il Le remplit de Son Esprit. Le Saint-Esprit était en Lui, sans mesure. Et Il a été tenté comme nous. Et Il était complètement Dieu. Il l'a démontré quand Il est ressuscité des morts, quand Il a arrêté la nature, le mugissement des mers et es vents puissants. Quand Il a parlé aux arbres et tout, ils Lui ont obéi. Il était Dieu, au-dedans de Lui. Et Il aurait pu être un homme, car Il était un homme, mais Il S'était totalement et complètement abandonné (en tant qu'homme) entre les mains de Dieu, au service de Dieu.

88 Et Il est notre exemple. Nous sommes des hommes et des femmes. Nous sommes aussi des chrétiens. S'Il est notre exemple, abandonnons-nous complètement entre les mains du Saint-Esprit enfin que nous soyons des sujets du Royaume de Dieu.

89 Il √©tait totalement un homme ; Il √©tait totalement Dieu. Mais Il avait abandonn√© Son naturel √† Son... et Son corps et Ses propres pens√©es, Ses propres oeuvres, ainsi que Ses propres soucis, et, ¬ęJe ne fais que ce qui est agr√©able au P√®re¬Ľ. Vous y √™tes. Totalement d√©livr√© vis-√†-vis des humains. Les sacrificateurs sont venus Le voir, des grands hommes, et ils ont dit : ¬ęRabbi Untel,¬Ľ et ils ont essay√© de Le corrompre pour qu'Il se joigne √† leurs affiliations et d√©nominations. Mais Il √©tait totalement d√©livr√© parce qu'Il se confiait en Dieu.

90 Le psalmiste n'a-t-il pas dit : ¬ęTu le d√©livreras, car il s'est enti√®rement confi√© en moi¬Ľ ? Voyez-vous? ¬ęJe d√©livrerai mon bien-aim√© des chiens, car il s'est confi√© en moi.¬Ľ

91 Quelques heures avant que nous arrivions √† la fin du voyage, j'aimerais que cela soit dit √† mon endroit. Et je suis certain que vous aimeriez que cela soit dit √† votre endroit. J'aimerais qu'Il dise : ¬ęJe le d√©livrerai des griffes de la mort, car il s'est confi√© en Moi. Je le d√©livrerai de la tombe, au matin de la r√©surrection, Je le d√©livrerai totalement, et son √Ęme, et son corps, et son esprit, car il s'est confi√© en Moi.¬Ľ

92 Toutes les oeuvres de Jésus étaient complètes. Tout était complètement, totalement délivré. Il a totalement délivré le lépreux de sa lèpre. Il a totalement délivré de son flux la femme qui avait la perte de sang. Il a totalement délivré le monde du péché, quand Il mourut le jour de l'expiation. Il l'a totalement délivré du péché. Il a délivré l'Eglise. Ainsi, il ne nous faut pas vivre en dessous des privilèges. Il a vaincu le diable et a pris toutes les principautés et les dominations, et les a abaissées sous Ses pieds, et ils n'ont pas des droits légaux de dominer sur nous. Nous sommes des chrétiens, remplis du Saint-Esprit. Nous n'avons pas à ord... à permettre au diable de nous donner des ordres. Christ nous a délivrés : une délivrance totale ; Il nous a délivrés du mal ; Il nous a délivrés du péché; Il nous a délivrés de nos habitudes ; Il nous a délivrés de nos bavardages; Il nous a délivrés de - de la vulgarité; Il nous a délivrés de toutes sortes de sales choses. Il nous a totalement délivrés et nous a placés entre Ses Saintes mains ; une délivrance totale et complète.

93 Il a d√©livr√© nos maladies. Il nous a d√©livr√©s de la maladie, car nous avons un titre incontestable pour cela. All√©luia ! ¬ęCar Il √©tait bless√© pour nos p√©ch√©s ; par Ses meurtrissures nous sommes gu√©ris.¬Ľ Il est notre Gu√©risseur. C'est la raison pour laquelle cette pauvre petite dame √† la polio qui essayait de s'occuper d'un mari se mourant du cancer, est entr√©e dans le domaine de la Pr√©sence de Dieu. Elle avait la foi et elle... Les m√©decins avaient fait tout leur possible, alors elle a ob√©i aux instructions de Dieu et a √©t√© totalement d√©livr√©e.

94 Les disciples avaient une d√©livrance totale, une d√©livrance tout √† fait totale. Pourquoi? Parce qu'ils √©taient compl√®tement et totalement remplis du Saint-Esprit. Quand vous, en tant que membre de l'√©glise, serrez la main du pasteur, ou un... faites une petite exp√©rience consistant √† sauter, √† crier, ou √† parler en langues, l'une ou l'autre chose, et que vous ayez encore de la malice dans votre cour, des comportements bizarres, racontant des mensonges, fumant la cigarette, convoitant les femmes, il ne s'est encore rien produit. Il y a quelque chose de faux. ¬ęCar quiconque aime le monde ou les choses du monde, l'amour de Dieu n'est pas en lui.¬Ľ Vous avez √©t√© induit en erreur. ¬ęC'est √† leurs fruits que vous les reconna√ģtrez.¬Ľ

95 Il nous faut tous √™tre unis au Saint-Esprit. Tous les membres devraient √™tre unis, les uns avec les autres. L'amour de Dieu est r√©pandu dans nos cours par le Saint-Esprit. Cela nous purifie de toute impi√©t√©. Nous sommes d√©livr√©s des choses du monde. J√©sus a dit : ¬ęA ceci tous conna√ģtront que vous √™tes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres,¬Ľ quand un membre aime un autre membre au point qu'il pourrait mourir pour lui.

96 Quand une mauvaise chose commence, le monde ext√©rieur, certaines femmes viennent et disent : ¬ęEh bien, regardez, ma ch√®re. Tu ferais mieux de faire ceci ou de faire cela, de porter ceci, ou de faire cela ou ceci, et de quitter cette bande d'exalt√©s,¬Ľ et ainsi de suite.

97 Nous sommes vraiment unis √† Dieu! Vous dites : ¬ęEh bien, Fr√®re Branham, c'est une tentation terrible.¬Ľ Mais Christ est mort pour cela. Le diable est vaincu. Il nous faut une d√©livrance totale. Il nous faut une √©glise pure, propre, sans m√©lange, lav√©e dans le Sang de l'Agneau et remplie du Saint-Esprit, ayant des signes, des prodiges et des miracles. [Espace non enregistr√© sur la bande - Ed.]... d√©livrer totalement chacun. [Espace non enregistr√© sur la bande - Ed.]

98 Dieu bien-aim√©, Tu n'enl√®veras pas les choses √† moins que l'on soit totalement d√©livr√©. Tu ne peux pas accepter un sacrifice qui a un d√©faut. Tu ne peux pas accepter une pri√®re s'il y a un p√©ch√© dans la vie de la personne. Tu ne peux simplement pas le faire, Seigneur. Tu ne l'as pas fait dans les √Ęges √©coul√©s, et Tu ne peux pas le faire aujourd'hui. Mais le sacrifice doit √™tre sans d√©faut. Et, √ī Seigneur Dieu, comme nous nous mettons sur l'autel en tant que sacrifices vivants, √īte de nous, √ī Seigneur, toutes les souillures du p√©ch√©. Je place enti√®rement mon √Ęme, mon corps, ma force, mes efforts, avec cette √©glise, sur l'autel ce matin. Purifie-nous par Ton Sang et pardonne-nous tous les p√©ch√©s que nous avons commis. Et que le Glorieux Saint-Esprit demeure abondamment en nous, que Sa Pr√©sence nous accompagne ce matin √† partir de ce tabernacle afin que nous sachions au-dedans de nous qu'Il nous a pardonn√©s. Et alors la pri√®re sera : ¬ęPardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons √† ceux qui nous ont offens√©s¬Ľ Accorde-le, Seigneur.

99 Sois près de nous maintenant, bénis-nous et garde-nous jusqu'à ce que nous nous rencontrions de nouveau à la réunion du soir. Puissions-nous y venir avec les mains propres et un cour pur, afin que Tu ne nous rejettes pas, car nous voulons avoir une délivrance complète et totale de toute chose, Seigneur, qui nous empêche d'être la lumière du monde, une chandelle placée sur une montagne, non pas sous le boisseau, mais une chandelle qui est placée sur une montagne, qui éclaire pour diriger les pas de ceux qui marchent sur le droit chemin. Accorde-le, Père. Nous le demandons au Nom de Jésus et pour Sa gloire. Amen.

100 Je vais demander à Doc.... je pense qu'il est là au fond, ou à l'un des diacres présents, pour que l'église lise ceci. Doc, venez mettre ceci sur le tableau d'affichage pour que l'église voie cela à la sortie. Et puis, frère Collins, s'il est ici... Frère Collins est-il ici ? Donnez-lui l'autre.

101 Et... très bien, monsieur, et nous verrons ce que le... [Frère Branham fait une pause et lit silencieusement une note. - Ed.] Il s'agit de quelqu'un qui désire avoir un entretien. C'est toujours accordé. Nous en sommes heureux.
Et j'accorde des entretiens. Vous voyez, tout ce que vous avez à faire, c'est d'appeler notre numéro d'ici. Nous - nous avons eu tant de problèmes à la maison; eh bien, l'église le sait. Ça, c'est - c'est pour les étrangers. L'église le sait. On devrait avoir un petit truc mis... Je vais faire mettre cela ici aussi dans l'église, pour ceux qui arrivent. Vous voyez, il y en a tellement que nous ne pouvons pas nous occuper d'eux tous, comme ils viennent selon le numéro. Voyez-vous ? Et nous... Et si vous appelez BUlter 2-1-5-1-9, BUtler. Et tout membre qui voit quelqu'un dans le besoin. je suis toujours ravi de voir les gens. Mais nous avons un système ordinaire. Il y en a qui ont déjà été appelés, voyez-vous. Et nous venons simplement, un à un, au fur et à mesure. Et puis, il y a... D'habitude, nous avions quelque peu un succès hasardeux, de toute manière, on saute et hop ! Les gens rentraient chez eux déçus et tout. Maintenant, on a mis tout en ordre. Et c'est de cela que nous essayons de parler maintenant, oyez-vous, mettre tout en ordre, parfaitement.
Et je serais heureux de voir ce précieux groupe, s'ils appellent simplement BUtler 2-15-19 (1-5-1-9), et M. Mercier et M. Goad, l'un ou l'autre répondra au téléphone et vous dira exactement quand vous pourrez obtenir un rendez-vous. Nous avons là une pièce climatisée et prête pour recevoir les gens pour qui on doit prier. Nous sommes vraiment heureux de le faire.

102 Maintenant, la raison pour laquelle je ne viens pas √† l'√©glise, les gens pensent que je cherche √† les √©viter ; ce n'est pas √ßa. J'essaie de - d'√™tre tout √† fait correct. Vous voyez? C'est ce que j'aimerais √™tre, ne pas montrer que je fais acception des gens. Chaque personne, tout le monde, n'importe o√Ļ, n'importe quand, vous voyez ? La race, le credo n'y a rien √† voir. Nous venons ici exactement pour rencontrer les gens. Et s'ils ont un besoin, nous restons simplement avec Dieu jusqu'√† ce que cela soit r√©solu. S'ils veulent savoir quelque chose concernant les r√©unions, bien entendu, nous nous en occupons et enregistrons cela. Il s'agit simplement de la conduite du Saint-Esprit. Et c'est... Cette fa√ßon de faire, je pense, est correcte, elle met tout le monde sur le m√™me pied d'√©galit√©. Par cons√©quent, on ne fait acception de personne. Pas d'acception.

103 Y a-t-il des gens qui sont venus ce matin pour qu'on prie pour eux? Ceux qui étaient malades et qui voulaient qu'on prie pour eux. Très bien. Il n'y en a pas.
Alors, chantons ce beau cantique de la... d'adoration. Que pouvons-nous chanter ce matin? ¬ęQu'est-ce qui peut laver mon p√©ch√©?¬Ľ Le connaissez-vous, Teddy? ¬ęRien que le Sang de J√©sus.¬Ľ Qu'est-ce qui peut...
[Une soeur dans la congrégation dit qu'une dame est très malade. - Ed.] Certainement, oui. Voulez-vous prier pour elle maintenant?
Je vais prier pour cette dame. Imposez les mains à cette femme-ci. Inclinez un moment la tête avec moi, calmement maintenant. [Frère Branham quitte le micro de la chaire. - Ed.]

104 Dieu bien-aim√©, il y a une dame qui est tr√®s malade. Notre soeur a plac√© son corps. m√™me pour √īter des autres le cancer, en se tenant √† la br√®che pour les autres. Mais, Tu l'as d√©livr√©e de cela, √ī Seigneur, il y a quelques jours qu'on a eu connaissance de ces choses. Qu'elle d√©couvre alors elle-m√™me, √ī Seigneur, qu'elle sache que cela vient de Toi. Je lui impose les mains et r√©clame la mis√©ricorde pour cette autre dame qu'elle soutient. Que la gr√Ęce de Dieu, la Puissance du Saint-Esprit... S'il y a le mal dans nos cours, Seigneur, r√©v√®le-le-nous premi√®rement, ensuite nous irons le redresser. Alors nous saurons que nous avons trouv√© gr√Ęce aux yeux de Dieu, que nous sommes en paix avec Dieu, que nous recevons ce que nous demandons, car nous n'avons pas de condamnation. Accorde-le, Seigneur. Je prie au Nom de J√©sus. Amen. Merci, madame.
Très bien. [Frère Branham revient à la chaire. - Ed.]
Qu'est-ce qui peut laver mon péché?
Rien que le Sang de Jésus;
Qu'est-ce qui peut me rendre saint?
Rien que le Sang de Jésus.
Oh! précieux est le flot
Qui me rend blanc comme neige
Je ne connais d'autre source,
Rien que le Sang de Jésus.

105 Combien sentent que tous leurs péchés sont sous le Sang? Chantons cela les mains levées maintenant. Qu'est-ce qui peut laver mon péché?
Rien que le Sang de Jésus ;
Qu'est-ce qui peut me rendre saint?
Rien que le Sang de Jésus.
Maintenant alors que nous baissons les mains, serrons la main à ceux qui sont autour de nous. ... Précieux est... Faisons-le tout autour de nous. ...blanc que neige.
Je ne connais d'autre source,
Rien que le Sang de Jésus.
L'aimez-vous ? [L'assembl√©e r√©pond : ¬ęAmen.¬Ľ - Ed.] Amen. Oh! combien j'aime J√©sus,
Oh! combien j'aime Jé- ...
Maintenant, attachez-vous donc à cela. Que chacun s'accroche à Dieu. Oh! combien j'aime Jésus,
Car Il m'aima le premier.
Je ne L'oublierai jamais...

EN HAUT