ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Discerner le corps du seigneur de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 59-0812 La durĂ©e est de: 1 hour and 12 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Discerner le corps du seigneur

1 Merci, frĂšre Sullivan. Bonsoir, mes amis, c’est
 Vous pouvez vous asseoir. C’est bien d’ĂȘtre de retour une fois de plus ici ce soir sous ce toit et parmi ces braves chrĂ©tiens. Et ce soir, nous nous attendons Ă  ce que Dieu fasse des choses infiniment au-delĂ  de tout ce que nous pouvons faire ou penser. Nous savons qu’Il est rĂ©el.

2 Combien sentent qu’ils ont Ă©tĂ© guĂ©ris pendant le service d’hier soir? Oh! c’est trĂšs bien. Nous nous attendons Ă  ce que tous les autres parmi vous soient guĂ©ris ce soir, et je–je pense que nous avons encore des cartes de priĂšre. Billy n’en a pas distribuĂ©es, c’est ce qu’il m’a dit, parce que nous n’avons pas–nous n’avons pris que quelques-unes de celles d’hier soir. Et il pourrait y avoir certaines personnes qui ont Ă©prouvĂ© le dĂ©sir d’entrer dans la ligne de priĂšre, sinon nous pourrions en utiliser quelques-unes un peu plus tard dans la soirĂ©e pour une ligne de discernement.

3 C’est le
 C’est ce que
 Ce n’est pas le discernement qui guĂ©rit la personne; ça met tout simplement la personne dans une condition telle qu’elle pourra lever les yeux et accepter sa guĂ©rison que JĂ©sus a dĂ©jĂ  acquise pour elle. Voyez, l’imposition des mains est une trĂšs bonne chose, parce que c’est–c’est scripturaire, mais pour les Gentils, ce n’est pas la voie pour recevoir la guĂ©rison.

4 Dans la–dans la Bible, il y avait un Juif qui avait
 Sa fille Ă©tait trĂšs malade, Ă  l’article de la mort, et elle est morte. Et il a dit Ă  JĂ©sus: «Ma fille est couchĂ©e... est Ă  l’article de la mort, mais viens, impose-lui les mains et elle sera guĂ©rie.»

5 Mais le centurion romain, un Gentil, lorsque son serviteur Ă©tait malade, il a dit: «Je ne suis pas digne que Tu entres sous mon toit; dis simplement une Parole.» C’est ce qui a touchĂ© le coeur de JĂ©sus. Il n’était pas obligĂ© de lui imposer les mains. Il voulait tout simplement entendre la Parole.

6 Vous voyez, j’aime cette histoire parce que ce romain a reconnu que JĂ©sus Ă©tait un Homme ayant l’autoritĂ©. Et quand il disait Ă  un homme: «Fais ceci ou fais cela », celui-ci le faisait, et il a reconnu cette mĂȘme autorité–autoritĂ© dans le Seigneur JĂ©sus. Car il–il a reconnu que si JĂ©sus disait Ă  un homme qui Ă©tait sous Ses ordres: «Va», ou «Viens », celui-ci devait Lui obĂ©ir. Et il a reconnu que toutes les maladies et les afflictions Ă©taient sous le contrĂŽle du Seigneur JĂ©sus. Par consĂ©quent, Il n’était pas obligĂ© d’aller imposer les mains Ă  ce serviteur; il a dit : «Dis simplement une Parole et mon serviteur vivra.»

7 Et JĂ©sus Ă©tait Ă©tonnĂ© et Il a dit : «Je n’ai point trouvĂ© une telle foi en IsraĂ«l.» Ainsi, j’espĂšre certainement vivre pour voir le jour oĂč les AmĂ©ricains auront ce genre de foi. «Dis simplement une Parole, Seigneur, et mon serviteur vivra.» Oh! ce sera un jour glorieux!

8 Maintenant, nous sommes
 Parfois, lorsque l’onction est trĂšs forte, si parfois je n’ai pas l’occasion de faire un appel Ă  l’autel, un des autres frĂšres, frĂšre Sullivan ou l’un de mes nobles frĂšres ici prendra soin de cela. Quelqu’un pourrait dire que nous Ă©tions tout simplement en train de mettre la guĂ©rison divine en Ă©vidence. La guĂ©rison divine, c’est juste comme aller Ă  la pĂȘche. On ne montre jamais au poisson l’hameçon; on lui montre tout simplement l’appĂąt, il se saisit de l’appĂąt et il attrape l’hameçon. Il en est ainsi de la guĂ©rison divine. Elle est attrayante parce qu’elle–elle montre et prouve qu’il y a un Dieu qui vit et qui s’intĂ©resse Ă  vous. Et l’incroyant voit cela. Son oeil saisit vite cela et reconnaĂźt qu’il y a un Dieu vivant, et alors il est sur la voie du salut Ă  ce moment-lĂ . Dieu peut alors commencer Ă  prendre le contrĂŽle sur lui et Ă  le faire entrer. VoilĂ  donc Ă  quoi sert la guĂ©rison divine ; c’est tout simplement dans ce but-lĂ .

9 Les jeunes gens ici ont certaines bandes, des livres, des disques et d’autres choses qu’ils ont, avec lesquelles ils tiennent une petite affaire dont ils s’occupent. Nous ne
 Pour moi-mĂȘme, j’ai seulement ces livres, et certains d’entre eux, je dois les acheter. Il y en a certains qui m’appartiennent : les sermons. Les autres sont des livres que j’achĂšte chez le frĂšre Lindsay, comme celui qui est intitulĂ©: L’histoire de ma vie, et puis qu’il y en a un qui est intitulĂ© : Un prophĂšte visite l’Afrique, et – et je pense que trois ou quatre de ces sermons m’appartiennent. Ils les ont ici, ce n’est pas pour l’argent ; c’est pour que le Message soit rĂ©pandu.

10 C’est la chose essentielle : rĂ©pandre le Message, car nous vivons dans une heure oĂč il est plus tard que nous ne le pensons. On est Ă  la fin de l’ñge, et l’église est dans une terrible–dans une condition terrible, et nous sommes tout simplement en train d’essayer de rĂ©pandre la LumiĂšre du Soleil parmi les gens, pas pour essayer de les convertir Ă  une de nos croyances, mais pour essayer d’amener les gens Ă  vivre plus prĂšs du Seigneur JĂ©sus et Ă  croire en Lui. Pas pour tirer les membres d’une Ă©glise vers une autre Ă©glise, mais pour envoyer plus de membres Ă  cette Eglise-lĂ , voilĂ  notre but.

11 Maintenant, juste avant d’ouvrir la Parole pour le message du soir, qui sera court... Nous n’aimerions pas vous garder longtemps, parce que beaucoup de gens viennent de trĂšs loin, de l’extĂ©rieur de la ville, et il vous faut retourner au travail; et nous attendrons jusque samedi soir pour vous garder jusque tard alors. Et puis le dimanche, vous n’ĂȘtes pas obligĂ©s d’aller Ă  l’école du dimanche avant 9h30. Ainsi, inclinons la tĂȘte juste un moment pour un mot de priĂšre.

12 Seigneur, nous sommes reconnaissants au-delĂ  de la pensĂ©e pour l’occasion que nous avons de venir et d’incliner nos tĂȘtes devant le Dieu vivant, et de savoir que nous avons reçu la promesse de Son Saint Fils, le Seigneur JĂ©sus, que nous pouvons obtenir ce que nous demandons, si nous le demandons au PĂšre au Nom du Seigneur JĂ©sus, Son Fils. Et nous avons Ă©tĂ© assurĂ©s que nous aurons une interview, ou nous obtiendrons une audition de Sa part, si nous venons au Nom de JĂ©sus, car Il a dit : «Tout ce que vous demanderez au PĂšre en Mon Nom, Il l’accordera.» Et nous sommes tout Ă  fait sĂ»rs ce soir qu’Il nous entend et que ce que nous demandons sera accordĂ©, parce que nous sentons que notre requĂȘte est la volontĂ© de Dieu. Car Il a dit dans un passage : «Vous ne possĂ©dez pas, parce que vous ne demandez pas; et vous ne demandez pas parce que vous ne croyez pas.» Seigneur, si nous venons, c’est parce que nous croyons effectivement. Et nous croyons que Tu rĂ©pondras et que nos–nos priĂšres n’ont pas tout simplement Ă©tĂ© entendues des hommes, mais nous croyons que Tu Ă©coutes, et nous sommes sĂ»rs que Tu nous rĂ©pondras, parce que Tu l’as promis. Nous voulons tout simplement demander que Ta volontĂ© soit faite. Que ce soir, Seigneur, chaque pĂ©cheur qui est ici et qui ne Te connaĂźt pas comme son Sauveur, que ce soit le soir oĂč quelque chose sera fait ou dit, qui les amĂšnera Ă  T’accepter comme leur Sauveur.

13 Puissent ceux qui n’ont pas le Saint-Esprit ce soir, qui dĂ©sirent ardemment et qui s’attendent Ă  cette heure oĂč les Ă©cailles tomberont de leurs yeux, que le dĂ©sir de leurs coeurs leur soit donc accordĂ©. Ô Seigneur, que le Saint-Esprit remplisse chaque coeur ce soir. Qu’il y ait une telle manifestation de l’Esprit de Dieu au point que leurs Ăąmes seront Ă©mues et tous les doutes et les superstitions leur seront ĂŽtĂ©s, et le Saint-Esprit entrera dans leur vie et les scellera dans le Royaume de Dieu.

14 Seigneur, accorde qu’il n’y ait pas une seule personne malade au milieu de nous ce soir lorsque le service sera terminĂ©. Que tout le monde soit guĂ©ri. Nous n’aimerions pas oublier ceux qui sont enfermĂ©s dans les hĂŽpitaux, en prison, et qui ont grandement besoin de Ta misĂ©ricorde. Sois avec eux, ĂŽ Seigneur.

15 Et lorsque nous nous en irons ce soir, puissions-nous dire comme les disciples : «Nous avons vu des choses extraordinaires aujourd’hui.» Et puissent nos coeurs brĂ»ler au-dedans de nous alors que nous retournerons dans nos maisons respectives. Nous nous attendons Ă  Toi, notre Sauveur, pour nous accorder ces choses selon Ta promesse ; et Ta promesse est toujours Ta volontĂ©. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

16 Je vous prie d’ouvrir ce soir les Saintes Ecritures dans le premier Livre des Corinthiens au chapitre 11; nous aimerions lire une portion des Ecritures, Ă  partir du verset 23 : Car j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseignĂ©, c’est que le Seigneur JĂ©sus, dans la nuit oĂč il fut livrĂ©, il prit du pain, Et, aprĂšs avoir rendu grĂąces, le rompit, et dit : Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en mĂ©moire de moi. De mĂȘme, aprĂšs avoir soupĂ©, il prit la coupe, et dit : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mĂ©moire de moi toutes les fois que vous en boirez. Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. Ainsi, quiconque mange ce pain
 ou boit la coupe du Seigneur indignement sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Maintenant, j’aimerais lire le... tirer mon sujet du 20
 du verset 29.
Car celui qui mange et boit indignement, sera coupable envers le corps du Seigneur. (Eh bien, attendez, j’ai mal lu cela.) Car celui qui mange et boit indignement, sans discerner le Corps du Seigneur
 sans discerner le Corps du Seigneur,... boit un jugement contre lui-mĂȘme. (J’ai pleurĂ© sur cette Bible, et Elle a un... des endroits dĂ©colorĂ©s lĂ  Ă  l’intĂ©rieur)
 sans discerner le Corps du Seigneur.
Maintenant, mon sujet de ce soir est : Discerner le Corps du Seigneur.

17 Eh bien, notre destinĂ©e Ă©ternelle n’est pas vraiment dĂ©terminĂ©e par ce que nous voyons et par ce que nous entendons, mais elle est dĂ©terminĂ©e par le discernement que nous avons de ce que nous voyons et de ce que nous entendons.

18 Paul ne s’en prenait pas aux Corinthiens du fait qu’ils prenaient la communion. Leur acte Ă©tait correct, mais leur discernement Ă©tait faux. En effet, prendre le souper du Seigneur, c’est le commandement du Seigneur, mais le prendre indignement, sans discerner le Corps du Seigneur, c’est lĂ  que rĂ©side la faute.

19 Ces chrĂ©tiens prenaient la communion mais ils ne vivaient pas la Vie. Le christianisme, c’est une expĂ©rience et une vie. Et ces chrĂ©tiens vivaient n’importe comment, faisant honte Ă  leur profession. Et Paul a dit : «C’est pour cela qu’il y a parmi vous beaucoup de malades et d’infirmes, et qu’un grand nombre dorment», ce qui signifie qu’ils sont morts, parce qu’ils n’ont pas discernĂ© le Corps du Seigneur.

20 Et nous qui nous disons chrĂ©tiens, nous n’avons pas le droit de prendre la communion Ă  moins que nous menions une vie irrĂ©prĂ©hensible vis-Ă -vis du monde. Nous n’en avons pas le droit. La communion, c’est pour ceux qui vivent correctement comme un exemple du christianisme.

21 La pire des choses qu’il y a au monde, c’est une personne qui essaie d’imiter quelque chose, et on en a trop au monde aujourd’hui. En ce jour-ci, non seulement nous faisons... nous sommes coupables du mĂȘme crime pour lequel Paul Ă©tait en train de rĂ©primander l’Eglise corinthienne, mais nous sommes coupables d’essayer de faire quelque chose que le Seigneur avait recommandĂ©, sans discerner le Corps du Seigneur ; et le Corps du Seigneur, ce sont les croyants. Mais aujourd’hui, nous faisons des choses sans discerner la Parole de Dieu. Nous devrions avoir le discernement de tout ce que nous faisons. Ça devrait ĂȘtre mesurĂ© avec la Parole de Dieu. Tout ce que les chrĂ©tiens font et disent devrait ĂȘtre mesurĂ© avec la Parole de Dieu.

22 Aujourd’hui, les gens ont beaucoup changĂ© ; et parfois, ils se confient plus en ce que l’église dit qu’en ce que la Parole dit. Ils croient donc que l’église a beaucoup plus que la Parole de Dieu le droit de discerner notre goĂ»t. Prenons par exemple ceci; l’église peut dire : « Le temps des miracles est passĂ© », et beaucoup de gens croiront cela, parce qu’ils pensent que l’église connaĂźt plus Ă  ce sujet que le Saint-Esprit qui a Ă©crit la Parole. Par consĂ©quent, nous ne sommes pas capables de discerner les choses de Dieu.

23 Une fois, JĂ©sus a dit : « Si un homme ne naĂźt de nouveau, il ne peut voir le Royaume de Dieu », ou comprendre. Et en d’autres termes, vous ne pouvez pas discerner le Royaume de Dieu avant que vous soyez nĂ© de nouveau.

24 Aujourd’hui, il y a des gens qui viennent nous dire que ceux qui ont acceptĂ© l’expĂ©rience du baptĂȘme du Saint-Esprit sont des fanatiques, ou c’est un nom impie que le diable a collĂ© Ă  l’église, pour les appeler des saints sexaltĂ©s. J’ai prĂȘchĂ© dans le monde entier, et je n’ai jamais vu jusque-lĂ  un saint exaltĂ© [En anglais « holy-roller », c’est-Ă -dire un saint qui roule Ă  terre. – N.D.T.]. C’est un nom que le diable a collĂ© Ă  l’Eglise du Dieu vivant.

25 Parfois les gens n’ont pas le discernement correct. Ils ont peur de cela. Ne savez-vous pas que notre Seigneur a Ă©tĂ© publiquement accusĂ© de
 ou a Ă©tĂ© traitĂ© de fou? Les pharisiens, la grande Ă©glise a dit : « Cet homme a perdu la tĂȘte. Il a un dĂ©mon. Il est fou. » Et le mot fou signifie ĂȘtre insensĂ©. Et s’ils L’ont appelĂ© fou, Ă  combien plus forte raison appelleront-ils Ses disciples des fous.

26 Paul a dit Ă  Agrippa : «Par la voie qu’ils appellent une secte (folie), ainsi je sers le Dieu de mes pĂšres.» Et ce soir, je suis si heureux de m’associer Ă  lui. C’est par la voie que l’église moderne considĂšre comme fanatisme que je sers Dieu.
Ils Ă©taient traitĂ©s d’hĂ©rĂ©tiques, parce que ces gens n’avaient pas correctement discernĂ© le Corps du Seigneur, qui est l’Eglise du Dieu vivant.

27 Et ce soir, l’Eglise est taxĂ©e de folle, parce que les gens n’ont pas de discernement. Si un homme est nĂ© de nouveau
 si vous me dites que vous ĂȘtes nĂ© de nouveau et que vous ne croyez pas que la guĂ©rison divine est une promesse de Dieu, et que vous ne croyez pas que le baptĂȘme du Saint-Esprit est pour les gens aujourd’hui, alors je dois dire que votre naissance est d’un mauvais esprit. En effet, le Saint-Esprit a dit que cette promesse est pour vous, pour vos enfants et pour ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. Vous acceptez cela par une conception intellectuelle. Les gens prennent la parole de quelqu’un d’autre Ă  la place et n’ont pas le discernement. Ils n’arrivent pas Ă  discerner le vrai du faux.

28 Je pense aujourd’hui que beaucoup d’entre nous, des gĂ©ants intellectuels, pas nous, mais beaucoup de ces gĂ©ants intellectuels
 Le peuple de Dieu n’a jamais Ă©tĂ© constituĂ© de grands intellectuels. La Bible dit que dans ce monde, les enfants des tĂ©nĂšbres sont plus prudents que les enfants de la LumiĂšre. Dieu a comparĂ© Son peuple aux brebis. Ils ne sont pas habiles et intelligents. Il les garde tels qu’ils sont afin qu’Il puisse les conduire. Si vous essayez d’utiliser votre propre pensĂ©e intellectuelle, vous pouvez... vous excluez Dieu Ă  l’instant mĂȘme. Les fils de Dieu sont conduits par l’Esprit de Dieu. Mais c’est un grand jour intellectuel, celui dans lequel nous vivons.

29 Il y a quelques mois (vous avez lu cela dans le journal), lĂ  Ă  New York, on avait un–un procĂšs ; et deux petits prĂ©dicateurs qui s’étaient sentis conduits par le Seigneur il y a quelque temps, de petits hommes presque comme moi-mĂȘme ici, qui connaissaient Ă  peine leur abc, et le Seigneur les a conduits lĂ  Ă  Bowery, et ils ont achetĂ© un certain bĂątiment, et lĂ  ils prĂȘchaient l’Evangile Ă  leurs frĂšres dĂ©chus. Une grande sociĂ©tĂ© est venue pour acheter cela, et tout le monde a vendu sa propriĂ©tĂ© sauf ces petits prĂ©dicateurs. Ils avaient la rĂ©vĂ©lation du Seigneur qui voulait qu’ils restent lĂ  ; c’est ainsi qu’ils ont gardĂ© leur propriĂ©tĂ©, et les autoritĂ©s leur ont intentĂ© un procĂšs en justice.

30 Et ces gens sont allĂ©s prendre l’un des grands gĂ©ants intellectuels, le procureur Greenwall. Et il a fait essuyer la honte Ă  ces petits gars. Il plaçait si correctement ses mots et avait vraiment des allures d’intellectuels, de telle façon que ces petits messieurs n’ont pas su quoi lui rĂ©pondre, parce qu’il Ă©tait un gĂ©ant intellectuel, l’un des meilleurs avocats qu’il y a à–à New YorK. Et ils avaient tellement troublĂ© les petits gars que ces derniers ne savaient quoi dire. Finalement il a grondĂ© et a dit : «Que dites-vous de vous-mĂȘmes?»

31 Et l’un de ces petits prĂ©dicateurs s’est levĂ©, a tenu la main de l’autre prĂ©dicateur et a dit : «Monsieur, la seule chose que nous connaissons, c’est que le Seigneur nous a dit d’occuper ce bĂątiment.»

32 Et le procureur Greenwall a dit : «Eh bien, arrĂȘtez cela! Nous n’avons pas besoin du Seigneur dans cette affaire-ci.» Environ deux semaines plus tard, un avion a essayĂ© de passer sous un pont et a piquĂ© dans l’eau glacĂ©e ; et lĂ , le procureur Greenwall s’est retrouvĂ© dans les eaux, se dĂ©battant, et il est mort. Je me demande s’il avait besoin de Dieu dans cette scĂšne-lĂ .

33 Qu’y avait-il? Il n’avait pas discernĂ© le Corps du Seigneur, car ces petits prĂ©dicateurs Ă©taient oints du Saint-Esprit et avaient la volontĂ© de Dieu. Nous n’avons pas besoin d’ĂȘtre des gĂ©ants intellectuels; nous avons besoin d’ĂȘtre des humbles serviteurs du Seigneur et discerner Son Corps. MalgrĂ© toute son Ă©rudition, sa perspicacitĂ© et son instruction
 Vous savez, la Bible dit : «Il vaut mieux pour vous qu’on vous suspende au cou une meule et que vous soyez noyĂ© au fond de la mer plutĂŽt que d’offenser Mes oints.» Je pense qu’il a eu beaucoup de temps Ă  rĂ©flĂ©chir pour appeler le Seigneur sur la scĂšne, mais il n’avait pas discernĂ© le Corps du Seigneur.

34 Parfois je me demande si nous, les intellectuels amĂ©ricains, nous avons assez de discernement pour distinguer le vrai du faux. Surtout les tribunaux pour enfants prouvent que nous n’avons pas de discernement pour distinguer le vrai du faux, pour nos enfants ; et ils semblent avoir une bonne rĂ©ponse d’un psychologue. Prenons par exemple ce cas-ci : «Si Junior vient auprĂšs de son pĂšre et qu’il tape de son petit pied, et qu’il s’écrie et secoue la tĂȘte en disant: ‘Papa, peu m’importe ce que tu dis, j’ai besoin d’une voiture gonflĂ©e.’» Ça, c’est typique pour l’AmĂ©rique. Et si le papa dit : « Ça va, Junior, je vais te l’acheter. »
Vous pouvez demander Ă  ce papa : « Pourquoi l’as-tu fait? »
« Oh! je l’aime! »

35 Souvenez-vous, papa, un jour, Junior va grandir et devenir un homme, il se mariera et il aura une famille. Que Dieu aide cette femme qui vivra avec un garçon qui a Ă©tĂ© Ă©levĂ© comme cela, Ă  recevoir presque tout ce qu’il veut tel qu’il le veut : il ne peut pas discerner le vrai d’avec le faux. Ça, ce n’est pas l’amour; c’est de la pure ignorance. La Bible a raison. Epargne la verge et tu gĂąteras ton fils.

36 La petite Fannie grandira et deviendra une mĂšre, et elle ira au concert du rock-and-roll. La mĂšre lui dit qu’elle ne peut pas faire cela. Elle dira : «Mais, ĂŽ maman, tu es cruelle envers moi.» Bien sĂ»r, vous aimez Fannie, et vous la laissez aller. Elle sortira et elle se retrouvera parmi cette bande de voyous, avec toutes ces absurditĂ©s, elle rentrera Ă  la maison et avancera ses petites lĂšvres peintes et vous dira un mensonge, comme quoi il n’y a pas de mal dans cela. Que Dieu soit misĂ©ricordieux envers cet homme qui prendra pour femme quelque chose comme cela. Discerner le vrai du faux, nous ne sommes pas capables de discerner ce qui nous est propre.

37 Je me demande parfois si nous pouvons discerner le vrai du faux pour nos propres corps, surtout le Corps du Seigneur. Nous ne discernons pas le vrai du faux pour nos propres corps. Jour aprĂšs jour, semaine aprĂšs semaine, mois aprĂšs mois et annĂ©e aprĂšs annĂ©e, les scientifiques travaillent dans des laboratoires et mettent de grandes instructions, toutes sortes de choses et des annonces publicitaires pour avertir les gens : «Des cartouches de cancer.» Des hommes, deux cent soixante-dix mille et quelques AmĂ©ricains vont mourir cette annĂ©e-ci du fait qu’ils fument la cigarette, et vous continuez Ă  fumer de plus belle. Nous ne pouvons mĂȘme pas discerner nos propres corps ; ne parlons pas de discerner le Saint-Esprit et ce qui se passe dans le Corps du Seigneur.

38 L’autre jour, avez-vous vu cet article dans lequel cet homme de science a publiĂ© son... toute sa recherche ? Il a dit : «Non seulement la cigarette vous donne le cancer, mais vous avez plus de 50 % de chance d’absorber d’autres produits.» Et vous continuez Ă  fumer de plus belle.

39 Il y a quelque temps, une femme m’a rencontrĂ© lorsque j’avais frappĂ© contre cela aussi durement que je le pouvais. Elle Ă©tait une fumeuse invĂ©tĂ©rĂ©e. Et elle a dit
 Elle a introduit une petite note dans ma poche et a dit: «Lisez ceci lorsque vous arriverez Ă  la maison.»
Et j’ai dit : «Merci; je vais la lire tout de suite.» Et je l’ai sortie et j’ai commencĂ© Ă  lire cela. Elle a dit : «Ce n’est pas poli pour un ministre de parler Ă  la chaire contre le fait de fumer. Vous n’avez rien Ă  voir avec cela.»

40 J’ai dit : «C’est mon devoir de parler contre tout ce qui est faux !» Que Dieu vienne en aide au prĂ©dicateur qui n’a pas assez de discernement de tout ce qui est faux. Tout ce qui est faux
 Un prĂ©dicateur qui ne peut pas discerner le besoin de son peuple par le Saint-Esprit
 Dieu a dit : «Ce corps est le temple du Saint-Esprit. Si vous le souillez, Je le dĂ©truirai !» Nous devrions prĂȘcher contre cela. L’ennui est que nous avons trop de prĂ©dicateurs qui fument la cigarette. VoilĂ  le problĂšme. Oui. Ils ont peur de le dire Ă  leurs assemblĂ©es, parce qu’ils savent qu’ils sont aussi coupables.

41 Discerner correctement, faire correctement la part des choses; le whisky, l’alcool, eh bien, on dit que c’est nuisible. Partout, sur votre Ă©cran de tĂ©lĂ©vision, partout sur chaque panneau publicitaire, dans vos journaux, on trouve de belles jeunes femmes buvant des boĂźtes de biĂšre. Ils vous montrent quand elles commencent. Regardez-les un peu plus tard Ă  partir de ce moment-lĂ . Cela remplit leurs esprits de cette toxine toxique. L’accroissement de la folie due Ă  cela est terrible. Ça entraĂźne l’immoralitĂ© parmi les jeunes. Et mĂȘme les Ă©glises aujourd’hui, plusieurs d’entre elles prĂȘchent et pratiquent cela, disant : «Buvez modĂ©rĂ©ment.» Vous savez que c’est la vĂ©ritĂ©. Ils disent Ă  leurs jeunes gens Ă  la maison ainsi qu’aux parents : «Laissez vos enfants boire. Ils boiront de toute façon, ainsi enseignez-leur Ă  boire modĂ©rĂ©ment.» La Bible condamne cela. Ce n’est pas correct. Que Dieu vienne en aide Ă  un homme ou Ă  une Ă©glise qui n’a pas plus de discernement que ça, qui ne peut pas discerner le vrai du faux.

42 Oh! c’est un jour terrible que celui dans lequel nous vivons. Discernez le Corps du Seigneur
 dans nos Ă©glises et parmi les fidĂšles de nos Ă©glises aujourd’hui, c’est tellement honteux, la façon dont les femmes aussi agissent, beaucoup d’entre elles portent des vĂȘtements immoraux, ces petits habits courts. C’est vraiment scandaleux. Une dame m’a dit, et beaucoup m’en ont parlĂ©, ils ont dit : «Billy, vous ferez mieux de cesser de parler de cela.» Non, non. Je devrais peut-ĂȘtre prĂȘcher aux poteaux, mais je dirai la vĂ©ritĂ©. C’est vrai. C’est vrai. C’est le
 Merci. C’est faux, et c’est scandaleux.
Comme une dame me disait, elle a dit : «Je ne porte pas de culottes; moi, je porte les pantalons.»

43 J’ai dit : «C’est pire. La Bible dit que c’est une abomination devant Dieu pour une femme de porter des vĂȘtements d’hommes.» C’est la vĂ©ritĂ©. Et alors elles trouvent des excuses disant qu’on ne fabrique plus d’habits Ă  part ça. Mais on fabrique toujours des machines Ă  coudre et on vend des tissus.

44 Une femme qui s’habille ainsi sera coupable d’adultĂšre au jour du Jugement. Vous pouvez ĂȘtre aussi pure qu’une fleur de lis vis-Ă -vis de votre mari ou de votre ami, mais JĂ©sus a dit : «Quiconque regarde une femme pour la convoiter a dĂ©jĂ  commis adultĂšre avec elle dans son coeur.» Ainsi, peut-ĂȘtre que vous n’avez pas fait quelque chose de faux en rĂ©alitĂ©, mais lorsque vous vous ĂȘtes habillĂ©e comme cela et que vous vous ĂȘtes prĂ©sentĂ©e devant cet homme, ce dernier aura Ă  rĂ©pondre d’avoir commis adultĂšre, et c’est vous qui en ĂȘtes responsable. Et l’église permet cela, elle ne discerne pas le Corps du Seigneur. C’est dommage.

45 Elles se coupent les cheveux. La Bible dit qu’une femme qui se coupe les cheveux, son mari a le droit de divorcer d’avec elle, parce qu’elle est infidĂšle. Elle dĂ©clare qu’elle dĂ©shonore son chef. Est-ce vrai? Et l’homme est le chef de la femme.

46 Je sais que c’est dur, mais nous avons besoin du discernement. Nous avons besoin du discernement par la Parole. La Parole est vraie. Prenez la Parole. La Parole de Dieu est toujours vraie.

47 Nous ne pouvons pas discerner par ce que les gens pensent, ce que les intellectuels nous disent, ce que les psychiatres nous disent; nous devons y aller par ce que Dieu dit. «L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.» «Ne discernant pas le Corps du Seigneur, beaucoup sont faibles et malades. Beaucoup s’endorment», morts, spirituellement morts. La derniĂšre plaie qui a frappĂ© l’Egypte Ă©tait la mort. La derniĂšre plaie qui frappe l’église, c’est la mort spirituelle. Ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est d’un rĂ©veil spirituel, d’un rĂ©veil spirituel du discernement.

48 Peut-ĂȘtre que ces gens ont fait cela, oh! avec de bonnes intentions. Cet homme, lĂ  au sud
 L’autre jour, ce mĂ©decin a donnĂ© Ă  cet homme cet acide sulfurique qui a tuĂ© ce dernier; il avait de bonnes intentions. Il pensait qu’il Ă©tait lucide, mais il avait un piĂštre discernement. Il n’a pas discernĂ© son mĂ©dicament.

49 C’est comme une petite fille qui descendait la rue, elle a trouvĂ© un petit chaton, et ce dernier Ă©tait complĂštement trempĂ© et gelait presque. Et elle l’a introduit dans la maison, a ouvert la porte du four et l’a introduit dans le four pour le rĂ©chauffer. Ses intentions Ă©taient bonnes, mais son discernement Ă©tait pauvre. Je ne
 Si nous ne faisons pas attention, nous allons aussi cuire le chaton avec certains de nos discernements intellectuels.

50 Le communisme s’est introduit parmi nous. Le monde s’est introduit parmi nous. Nos Ă©glises sont brisĂ©es. Les hommes se divisent, se sĂ©parent, ils ne semblent pas avoir la foi, ils cherchent la petite bĂȘte sur de petites doctrines insignifiantes: nous devrions nous unir d’un mĂȘme coeur, prier, jeĂ»ner et invoquer jusqu’à ce que Dieu envoie encore le Saint-Esprit afin que nous ayons le discernement spirituel.

51 L’heure est venue; on est au temps de la fin maintenant. Nous sommes Ă  l’ombre de la Venue du Seigneur, et l’église ne peut pas discerner cela. Nous vivons dans une heure oĂč il est plus tard que vous ne le pensez.

52 Si Paul pouvait ressusciter des morts ce soir Ă  Middletown
 vous parlez d’un feu brĂ»lant! On le mettrait en prison avant le lever du jour comme un maniaque ou un homme sauvage. Cet homme rempli du Saint-Esprit, en voyant des choses telles qu’elles se passent et sachant que le temps est proche, il y aurait un rĂ©veil, ou les gens seraient obligĂ©s d’aller Ă  la prison pour l’écouter. C’est vrai.

53 Eh bien, tout ce que JĂ©sus a dit
 Et la Bible dit qu’au dernier jour, juste avant la Venue du Seigneur, de grands miracles et des prodiges se produiront sur la terre. Et vous savez que l’église est tellement morte dans la thĂ©ologie, et toutes sortes d’instruction, et des formations et des programmes Ă©ducatifs, qu’elle est incapable de discerner ces choses.

54 JĂ©sus n’a-t-Il pas dit Ă  l’église de son temps: «Vous pouvez discerner l’aspect du ciel, mais vous ne pouvez pas discerner le signe du temps; car si vous Me connaissiez, vous auriez connu Mon jour »? L’heure de la dĂ©livrance de l’église, et les gens ne discernent pas cela.

55 Nous sommes tellement
 Il y a quelque chose qui cloche. Je parle de l’église entiĂšre : tous ceux qui se disent chrĂ©tiens. Dieu peut commencer Ă  agir ; et des choses spirituelles arrivent; les gens sont sauvĂ©s et remplis du Saint-Esprit, et beaucoup de milliers qui se disent chrĂ©tiens vont se retirer de la chose et diront: «Oh ! cela... ce sont–ce sont des saints-exaltĂ©s !» Vous n’avez pas de discernement spirituel, car tout ce que le Saint-Esprit fait est Ă©crit dans la Bible. Jugez toutes choses par les Ecritures.

56 C’est ainsi que nous discernons pour voir si notre discernement est correct. Si la Bible dit : « JĂ©sus est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement », je crois cela. Si la Bible
 Si JĂ©sus a dit : « Les choses que Je fais, vous les ferez aussi », je crois cela. Et si la Bible dit que le Saint-Esprit est pour toutes les gĂ©nĂ©rations, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera, je ne crois pas qu’une poignĂ©e de main prendra la place de cela. Je crois que c’est le mĂȘme Saint-Esprit qui est descendu en ce temps-lĂ , manifestant les mĂȘmes miracles, les mĂȘmes prodiges.

57 Le meilleur tĂ©moignage que nous avons, qui montre que nous avons reçu le Saint-Esprit, c’est lorsque notre esprit rend tĂ©moignage de la Parole. Si nous nous disons des chrĂ©tiens et disons que nous sommes remplis de l’Esprit, et que nous voyons que le baptĂȘme du Saint-Esprit est dĂ©versĂ© sur les croyants pour tous les Ăąges, et si notre esprit nous dit que c’est pour un autre Ăąge, vous ĂȘtes dans l’erreur. C’est vrai.

58 Lorsque la Bible dit que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, si notre esprit dit : «Non, Il est mort. Il s’en est allĂ© pour toujours », il y a quelque chose qui cloche. JĂ©sus a dit : «Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi. Voici, Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.» Et si notre esprit rejette cela, nous n’avons pas le Saint-Esprit. Car le Saint-Esprit dira amen Ă  chaque Parole qu’Il a Ă©crite.

59 Eh bien, la connaissance intellectuelle vous Ă©loignera de cela, mais le Saint-Esprit dira amen Ă  Sa propre Parole. Il le fera certainement. Et Il cherche et essaie de trouver quelqu’un en qui Il peut se dĂ©verser. Il dĂ©sire ardemment trouver cela.

60 Ne pensez pas que vous pouvez Ă©puiser Sa bontĂ©. Pouvez-vous imaginer un petit poisson d’un demi-pouce de long, lĂ  au milieu de l’ocĂ©an Pacifique, dire : «Je ferais mieux de boire avec rĂ©serve de cette eau-ci, je pourrais en manquer »? Ce serait tout aussi insensĂ© que de penser que vous pouvez Ă©puiser la bontĂ© de Dieu. Demandez beaucoup afin que votre joie soit parfaite. Croyez Dieu pour tout ce qu’Il a promis. Cela est Ă  vous.

61 Les prophĂštes de l’Ancien Testament, Daniel et les autres, ont dit : «Dans les derniers jours, le peuple qui connaĂźtra son Dieu fera des exploits.» Cela est une promesse. Lorsque l’intellectuel regarde aux exploits, il dira : «Oh ! c’est de la psychologie; c’est de la tĂ©lĂ©pathie mentale, c’est l’oeuvre du diable.» Mais le Saint-Esprit rĂ©pondra : «Amen, c’est la VĂ©ritĂ©.» Le discernement correct. Ç’a Ă©tĂ© promis. JĂ©sus a promis cela. JĂ©sus a dit : «Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi, et vous en ferez mĂȘme de plus grandes que celles-ci, car Je m’en vais au PĂšre.»

62 Paul a promis par le Saint-Esprit que, dans les derniers jours, l’église tomberait dans l’apostasie ; des millions de gens. Il y aura l’apostasie, car les hommes seront emportĂ©s, enflĂ©s d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, dĂ©loyaux, calomniateurs, intempĂ©rants, ennemis de ceux qui font le bien ; n’ayant pas le discernement correct.

63 «Oh! direz-vous, il s’agit lĂ  des communistes.» Il s’agit des soi-disant chrĂ©tiens. Observez le verset suivant : «Ayant l’apparence de la piĂ©tĂ©, mais reniant ce qui en fait la force», n’ayant pas le discernement spirituel. Lorsque vous avez le discernement spirituel et que le Saint-Esprit est sur vous, vous avez le discernement spirituel. Il dit amen Ă  chaque promesse de Dieu. Paul a dit que ce temps viendrait.

64 Nous y sommes. Ça y est, lĂ . Nous y sommes en plein, et nous regardons et nous voyons cela. Nous entendons cela de partout, et que faisons-nous? Cela devrait nous amener Ă  nous unir. La Bible dit : «Nous rassemblant, et cela d’autant plus que nous voyons s’approcher le jour.» On devrait avoir un rĂ©veil aprĂšs un autre, et dans chaque Ă©glise et aussi Ă  chaque endroit on devrait faire un feu de la gloire de Dieu : un grand rassemblement oĂč les Ă©glises s’assemblent d’un mĂȘme coeur et d’un mĂȘme accord, et oublient leur thĂ©ologie faite de main d’homme pour implorer Dieu afin qu’Il envoie la puissance spirituelle et le discernement spirituel. C’est de cette heure dont nous avons besoin.

65 Je pourrais dire ceci : JĂ©sus nous a donnĂ© un jour (comme j’ai effleurĂ© cela hier soir) pour reconnaĂźtre le temps de la fin. JĂ©sus a dit : « Ce qui arriva du temps de Lot, arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.» Maintenant, est-ce que votre esprit discerne correctement ceci? « Ce qui arriva du temps de Lot » Souvenez-vous, Lot Ă©tait un type de l’AmĂ©rique. Cela est confirmĂ©. Qu’était le pĂ©chĂ© de Sodome? C’était la perversion ; et dans cette AmĂ©rique, notre pays, les femmes se sont tellement dĂ©gradĂ©es que les sources naturelles des hommes ont Ă©tĂ© perverties.

66 Il y a quelques semaines, j’étais Ă  Los Angeles chez les Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens, et j’ai pris l’un de leurs journaux cĂ©lĂšbres et j’ai vu lĂ  oĂč un des analystes a dit que la perversion et l’homosexualitĂ© se sont accrues de vingt pour cent l’annĂ©e passĂ©e.

67 JĂ©sus a dit : « Ce qui arriva du temps de Sodome » La police (avec les homicides et toutes ces choses) s’acharne constamment Ă  sĂ©parer les garçons qui vivent ensemble comme mari et femme; les femmes vivent de la mĂȘme maniĂšre. Pervertis. Leurs esprits sont des esprits souillĂ©s, parce qu’ils n’ont pas le discernement spirituel. Tout cela, c’est la convoitise et la souillure; et ils ne peuvent mĂȘme pas se satisfaire mutuellement. Ils ne se marient mĂȘme pas. Ils se lient tout simplement l’un avec l’autre et sortent jusqu’à ce que
 Ils sont pervertis. JĂ©sus a dit que cela devait arriver dans les derniers jours, et le voici.

68 Et vous vous souvenez aussi qu’au temps de Sodome
 N’importe qui d’entre vous les ministres et vous les Ă©tudiants de la Bible, je pense que vous serez d’accord avec ceci. Le docteur Scofield et beaucoup d’autres s’accordent lĂ -dessus, presque tous les enseignants, Charles Fuller, ainsi de suite, et les grands Ă©rudits du pays : Abraham reprĂ©sentait l’Esprit, l’église spirituelle. Lot reprĂ©sentait l’église charnelle ou naturelle. Il Ă©tait lĂ  Ă  Sodome dans le pĂ©chĂ©, pourtant il avait la justice en lui, mais il y mĂ©langeait les choses. Et souvenez-vous, il y avait deux prĂ©dicateurs intellectuels qui sont allĂ©s prĂȘcher Ă  Sodome. Ils n’ont accompli aucun miracle, ils ont seulement aveuglĂ© les gens. Et la prĂ©dication de la croix aveugle l’incrĂ©dule. C’est ce qu’ont fait les grandes rĂ©unions de Billy Graham et des autres ; ça les a rendus pires.

69 Il y a quelques semaines, lorsque Billy Graham a remarquĂ©...(Vous en avez entendu parler) lorsqu’il marchait lĂ  en Angleterre... et il a dĂ» retirer sa femme du parc oĂč il tenait un grand rĂ©veil Ă  cause des hommes et des femmes qui commettaient des actes sexuels juste en plein air, en public lĂ  oĂč il tenait le rĂ©veil.

70 Cela fait-il du bien? Intellectuellement parlant, non. Il faudra que la colĂšre de Dieu et le saint Feu descendent du ciel pour apporter un changement au monde, et ça ne se fera pas. Les gens cherchent ardemment quelque chose de grand qui doit arriver, et vous ĂȘtes Ă  la fin de ce qui est dĂ©jĂ  arrivĂ©. Les derniers signes ont Ă©tĂ© donnĂ©s Ă  l’église des Gentils. Les Juifs auront cela aprĂšs que l’Eglise aura Ă©tĂ© enlevĂ©e, mais nous sommes Ă  la fin de l’ñge des Gentils.

71 Maintenant, juste pour terminer, je pourrais dire ceci : Avez-vous remarquĂ© quel genre de Personne Ă©tait restĂ©e derriĂšre pour parler Ă  l’église spirituelle? Assis, le dos tournĂ© Ă  la tente, et Lui qui Ă©tait un Etranger a dit : «OĂč est Sara, ta femme?»

72 Et Abraham a répondu : «Elle est dans la tente.»

73 Il a dit : «Je vais te visiter, Abraham, selon la promesse que Je t’ai faite.»
Et Il
 Sara, Ă  l’intĂ©rieur, a ri en elle-mĂȘme.

74 Et l’Ange a demandĂ© : «Pourquoi a-t-elle ri?»

75 Et JĂ©sus a dit : «Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera pareillement Ă  la Venue du Fils de l’homme.»

76 Comprenez-vous maintenant? Vous comprenez pourquoi un ministĂšre comme celui-ci ne peut aller que vers les gens du Plein Evangile? Voyez-vous oĂč cela en est arrivĂ©? J’ai grandi dans une Ă©glise baptiste et j’ai Ă©tĂ© ordonnĂ© comme un prĂ©dicateur baptiste missionnaire, mais lorsque Quelque Chose a touchĂ© mon coeur, j’ai eu le discernement que c’était la Parole de Dieu, et Il a rendu Cela manifeste.
Les gens m’ont dit : «Tu seras un saint exaltĂ©, Billy. Personne n’écoutera une telle chose.»

77 Je leur ai dit : « Si c’est Dieu qui a envoyĂ© Cela, si Dieu a promis Cela dans la Bible, Il aura quelqu’un pour Ă©couter Cela. » C’est vrai.

78 Discernons le Corps du Seigneur, discernons le temps dans lequel nous vivons. Nous mourrons spirituellement si nous ne le faisons pas. Et si ceci est vrai, et que le Saint-Esprit est avec nous, et que nous avons le dernier signe de la Venue du Seigneur juste avant qu’Il vienne
 Souvenez-vous, c’était juste avant que Sodome soit brĂ»lĂ©e, juste quelques heures avant qu’elle soit brĂ»lĂ©e.

79 Aujourd’hui, je crois
 Beaucoup d’entre vous, vous avez tous entendu ce qu’a dit Khrouchtchev l’autre jour aux AmĂ©ricains. Vous avez lu cela dans vos journaux. Voici sa dĂ©claration. Vous qui avez le discernement spirituel, vous saisirez cela. Il a dit : «S’il y a un Dieu, Il va balayer le temple et le nettoyer avec vous, les changeurs capitalistes.» Vous voyez ce que cela signifie, n’est-ce pas? Et il a raison. Un paĂŻen, un dĂ©mon, un imposteur comme lui, qui doit profĂ©rer de telles menaces. Ils dorment toujours, commettant le pĂ©chĂ©, buvant, ignorant tout simplement cela parce qu’ils n’ont aucun discernement spirituel du Corps du Seigneur. Quel jour que celui dans lequel nous vivons!

80 Mon frĂšre et ma soeur, Ă  vous mes bien-aimĂ©s, je n’essaie pas d’ĂȘtre partial. Je vous dis seulement la vĂ©ritĂ©. Je suis seulement responsable vis-Ă -vis de cette Bible, et je vous le dĂ©clare : si vous croyez que je suis Son prophĂšte ou Son serviteur, croyez que je vous dis la vĂ©ritĂ©. La fin est proche. A quel point cela est proche? Je ne le sais pas, et personne d’autre ne le sait non plus; mais je sais que nous vivons Ă  l’ombre de Sa Venue.

81 Ne pouvez-vous pas voir ces menaces? Vous voyez ce qu’ils ont? La nation essaie de noyer cela dans la boisson en s’en moquant. Vous ne pouvez pas le faire. Vous faites cela pour Ă©viter d’accepter le discernement spirituel avec lequel Dieu peut leur montrer l’Ecriture sur la muraille. Nous savons que la chose est lĂ . Vous pouvez noyer cela en faisant des plaisanteries, Hollywood, la tĂ©lĂ©vision, ou rester Ă  la maison et marchander avec cela si vous le voulez, mais un homme ou une femme rĂ©ellement nĂ©e de nouveau, qui a le discernement du Saint-Esprit, trouvera sa place dans l’église, en adorant, en criant et en faisant tout ce qu’il y a dans sa vie pour essayer d’y amener les pĂ©cheurs. Certainement.
Et si c’est Dieu, nous allons
 Vous devriez y mettre votre coeur, si vous avez le discernement. Travaillez, n’allez pas dire : «Oui, je crois cela. C’est la vĂ©ritĂ©. C’est bon. Amen.», et vous rentrez chez vous. Allez travailler. Vous avez le discernement. Travaillez pendant que la lumiĂšre est lĂ , car la nuit vient oĂč personne ne peut travailler. Travaillez pendant que nous avons une porte ouverte. Travaillons pendant que nous pouvons tenir des rĂ©unions comme celle-ci. Faisons entrer nos bien-aimĂ©s. Amenons-les dans l’Evangile. Prenons nos amis, nos voisins. Dieu est mort pour ces gens, et nous devrions nous prĂ©occuper assez d’eux pour travailler jusqu’à ce que nos mains saignent. Nous viendrons mains vides si nous ne le faisons pas.

82 C’est comme la petite fille, lĂ  au Kentucky, qui est morte rĂ©cemment sur les collines, trĂšs loin lĂ -bas. Il y avait environ huit enfants. Une petite fille qui Ă©tait presque au milieu d’eux, une petite fille d’environ douze ans, ses soeurs et ses frĂšres Ă©taient si paresseux et ne voulaient rien faire, et sa mĂšre Ă©tait couchĂ©e lĂ  souffrant de cette maladie terrible de la tuberculose. Et cette petite fille, c’est elle qui faisait le nettoyage Ă  l’eau, elle prĂ©parait, elle lavait les vĂȘtements, elle prenait soin de sa mĂšre, pendant que tous les autres fainĂ©antaient, jouaient et allaient nager.

83 Finalement sa mĂšre est morte, et alors la petite fille devait continuer ainsi, parce qu’aucun d’eux ne voulait travailler. Et elle a travaillĂ©, travaillĂ© sans relĂąche jusqu’à ce que finalement elle a contractĂ© cette maladie redoutĂ©e, la malnutrition, n’ayant pas assez de quoi manger, et ainsi de suite, et le corps de la petite crĂ©ature a fini par se dĂ©tĂ©riorer. Elle Ă©tait mourante.
Un moniteur de l’école du dimanche est venu chez elle et lui a dit : «Es-tu une chrĂ©tienne?»
Elle a répondu : «Oui.»
Il a demandé : «De quelle dénomination es-tu membre?»
Elle a rĂ©pondu : «Je ne suis membre d’aucune dĂ©nomination.»

84 Il a demandé : «Alors dis-moi, comment vas-tu donc rencontrer Jésus ? Que vas-tu Lui montrer ? De quelle église es-tu membre ?»
Elle a répondu : «Je Lui montrerai mes mains. Il comprendra.»

85 Eh bien, je pense que c’est ce qu’Il va regarder chez nous tous, lorsque nous voyons des rĂ©unions comme celles qui se dĂ©roulent ici. Il va regarder nos mains et verra ce que nous en avons fait : le discernement spirituel, le manque du discernement du Corps du Seigneur.

86 Prions. Si ces mains devraient ĂȘtre au travail, et vous savez qu’elles devraient l’ĂȘtre, ne voudriez-vous pas les lever vers Dieu et Lui demander de les sanctifier pour Son service pendant que nous prions ? Levez les mains.

87 Seigneur, regarde ces mains et les miennes aussi, Seigneur. J’aimerais venir comme un soldat aux mains calleuses. Je n’aimerais pas venir mains vides. J’aimerais prĂȘcher jusqu’à ce que je meure. J’aimerais tirer, implorer, jeĂ»ner et prier, car je sais que les ombres de la nuit tombent, et bientĂŽt l’heure sera lĂ . Seigneur, ouvre mes yeux afin de voir plus de signes de Ta Venue. Enflamme les coeurs de ces gens ce soir avec les grands signes que Tu as promis.

88 Lorsque nous verrons la prĂ©diction du monde et entendrons les hommes pĂ©cheurs pousser des cris, Il va nettoyer les capitalistes. Nous rĂ©alisons qu’ils ont des bombes lĂ  avec quoi le faire. Il suffit simplement qu’un fanatique appuie lĂ -dessus pour la dĂ©clencher. Tu retiens la chose par Ta misĂ©ricorde jusqu’à ce que Tu apprĂȘtes Ton Ă©glise. Seigneur, nous qui sommes ici ce soir, apprĂȘte-nous. Incline nos coeurs Ă  Ton service. Montre-nous Ta prĂ©sence, car nous croyons que Tu es ressuscitĂ© des morts, et que notre esprit discerne que Tu es ici, le mĂȘme JĂ©sus, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Tu es ici sous la forme du Saint-Esprit pour travailler dans Ton Eglise, pour guĂ©rir et sauver. Entends-nous, Seigneur, alors que je Te remets ces gens ainsi que moi-mĂȘme au Nom de JĂ©sus, le Fils de Dieu. Amen.

89 Oh! nous implorons Sa misĂ©ricorde, Sa bontĂ©. Je me sens vraiment lavĂ©. C’est ce qu’il y avait sur mon coeur. Je devais le dire. J’espĂšre que je n’ai pas blessĂ© mes amis mĂ©thodistes, baptistes ou pentecĂŽtistes. Si je l’ai fait, je n’avais pas l’intention de vous blesser. Je veux vous rĂ©veiller, vous secouer un peu. Nous sommes Ă  la fin. Le manque de discernement du Corps du Seigneur, nos sĂ©parations, et apparemment le manque de foi
 Si jamais il y a eu un temps ou nous avons besoin de chacun de vous, c’est bien maintenant. Vous avez besoin de moi, et j’ai besoin de vous. Dieu a besoin de nous, vous et moi. Joignons nos coeurs et nos efforts ensemble. Ne pensons pas que parce que nous sommes nazarĂ©ens, pĂšlerins de la saintetĂ©, catholiques, presbytĂ©riens, pentecĂŽtistes ou peu importe ce que nous sommes
 Soyons des chrĂ©tiens. Discernons le Corps du Seigneur et tendons la main mĂȘme au pĂ©cheur le plus vil, et amenons-le dans la bergerie. C’est cela mon humble priĂšre.

90 Cet Ange de Dieu qui est allĂ© Ă  Sodome est venu, et Il a Ă©tĂ© promis. Souvenez-vous que ce mĂȘme Ange est venu. N’importe qui sait que c’était Dieu. Il ne s’agissait pas de ce corps-lĂ , parce que le corps Ă©tait la poussiĂšre.

91 Il n’y a pas longtemps, j’ai parlĂ© Ă  une personne, disant que c’était Dieu. J’ai dit
 Il a dit (c’est un prĂ©dicateur), il a dit : « Oh! eh bien, FrĂšre Branham, vous ne pensez pas que cet Homme Ă©tait Dieu?»
J’ai dit : « C’était Dieu. Abraham a dit qu’Il Ă©tait Dieu. » Il l’a appelĂ© Elohim. C’est le Dieu Tout-Puissant : Lui et deux anges.
Il a dit : « Eh bien, vous pensiez qu’Il a vĂ©cu dans un corps? »

92 J’ai dit : « C’est si simple. Nous sommes composĂ©s de seize Ă©lĂ©ments : le pĂ©trole, la lumiĂšre cosmique, le calcium, la potasse, et ainsi de suite. Dieu a tout simplement rassemblĂ© une petite poignĂ©e de cela, et Il a fait : «Whhh!!!» [FrĂšre Branham fait une illustration en soufflant – N.D.E.], Il a dit : « Entre lĂ -dedans, Gabriel. » Il a soufflĂ© : « Whhh! ». Entre lĂ , Michael, et Il a encore soufflĂ© dans l’un de ce corps pour Lui-mĂȘme. Il a dit : « J’ai appris que Sodome est presque prĂȘt. Descendons lĂ  et voyons. Descendons nous-mĂȘmes. Abraham a prĂȘchĂ© et les autres ont prĂȘchĂ©. Allons voir de nous-mĂȘmes. »

93 Chez qui sont-ils allĂ©s? Chez l’élu. Cette Personne qui Ă©tait assise derriĂšre a parlĂ© Ă  Abraham et Abraham l’a appelĂ©e Elohim. Observez ce « El » en majuscule et voyez si cela n’est pas vrai : le Seigneur Dieu JĂ©hovah. Il Ă©tait dans un corps de chair. Vous ne rĂ©alisez simplement pas ce que Dieu est. Dieu peut tout simplement souffler « whhh! ». Je suis heureux de connaĂźtre ce Dieu-lĂ . Un de ces jours, je ne serai rien sinon peut-ĂȘtre des cendres volcaniques, mais Il parlera, et je reviendrai Ă  la vie. Il est Dieu.
Il n’y a pas longtemps, ma femme s’est adressĂ© Ă  moi et a dit : « Billy, tu es presque chauve. »
J’ai dit : «Je n’ai perdu aucun de mes cheveux.»
Elle a dit : «OĂč sont-ils?»

94 J’ai rĂ©pondu : « Dis-moi oĂč ils Ă©taient avant que je ne les obtienne, et je te dirai oĂč ils sont en train de m’attendre pour que je les rejoigne.» C’est vrai. Aucun cheveu de votre tĂȘte ne sera perdu, le Dieu du Ciel
 [Espace vide sur la bande. – N.D.E.] qui contrĂŽle toute chose dira : «William Branham (ou ainsi de suite), sors», et je reviendrai, Ă©tant Ă  sa ressemblance. AllĂ©luia! Ce mĂȘme Dieu, par le Saint-Esprit, habite parmi nous ce soir dans la gloire de la Shekinah, se confirmant Lui-mĂȘme par les mĂȘmes signes naturels qu’Il avait accomplis.

95 Si un cep produit des raisins aujourd’hui, il produira des raisins demain. Si c’est un cep à raisins, il portera toujours des raisins. Nous n’entrerons jamais par l’intellectualisme. Il nous faudra entrer par le Saint-Esprit, parce que c’est l’unique sorte d’Esprit que l’Eglise du Saint-Esprit porte : les fruits de l’Esprit, la Vie de Christ en nous.
Ce mĂȘme Ange est ici, un tĂ©moignage avant la destruction de Sodome et de Gomorrhe, avant que Sodome et Gomorrhe ne soient dĂ©truites.

96 Maintenant, voyons. Combien ont des cartes de priĂšre? Levez la main. Il y en a quarante ou cinquante. Combien n’ont pas de cartes de priĂšre? Levez la main. Eh bien, il y en a trois fois plus. TrĂšs bien. Je me sens conduit Ă  faire quelque chose. Prenons tout simplement ceux qui n’ont pas de cartes de priĂšre. Que peut-ĂȘtre ceux qui ont les cartes de priĂšre
 Eh bien, ils peuvent aussi entrer, mais dans ce discernement, nous aimerions tout simplement ceux qui n’ont pas de cartes de priĂšre. Levez encore les mains, ceux qui sont malades et qui n’ont pas de cartes de priĂšre de sorte que j’aie une idĂ©e de qui vous ĂȘtes. Bien.

97 Voici une Ă©preuve de force. Croyez-vous que je vous ai dit la vĂ©ritĂ©? Croyez-vous que vous avez le discernement spirituel pour savoir que c’est la vĂ©ritĂ©? Nous n’avons pas Ă  monter ici. Je ne suis pas un guĂ©risseur. Je suis un homme. Je suis votre frĂšre. C’est Christ qui est votre GuĂ©risseur si vous pouvez seulement reconnaĂźtre qu’Il est ici.

98 Eh bien, pour ce qui est de vous guĂ©rir, s’Il se tenait debout juste ici portant ce costume, Il ne pourrait pas vous guĂ©rir, car Il l’a dĂ©jĂ  fait. Il peut seulement prouver qu’Il Ă©tait le Christ. Comment le sauriez-vous? Vous Le reconnaissez par le fruit de l’Esprit, le genre de Vie qu’Il a manifestĂ©e.

99 Qu’a-t-Il fait lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre pour prouver qu’Il Ă©tait le Messie? Lorsqu’Il l’a manifestĂ© devant Pierre et Jean, ou Pierre et NathanaĂ«l et les autres, en leur rĂ©vĂ©lant qui ils Ă©taient, d’oĂč ils venaient, c’était Son signe aux Juifs. C’était la fin de leur Ăąge.
Il y avait une autre classe de gens qui attendaient Sa Venue. C’étaient les Samaritains, qui sont demi-juifs et demi-gentils. Il a rĂ©vĂ©lĂ© Ă  la femme au puits ses pĂ©chĂ©s, et elle a reconnu cela comme Ă©tant le signe du Messie.

100 Elle a dit : «Nous savons que le Messie nous annoncera ces choses, mais Toi, qui es-Tu?»

101 Il a répondu : «Je Le suis.»

102 Maintenant, Il ne s’était pas rendu chez les Gentils, n’est-ce pas? Car les Gentils ne L’attendaient pas. Et combien croient que Dieu est infini? Certainement, Il est infini. Alors Il ne peut pas dire une chose ou faire une chose ici, et faire quelque chose d’autre ici et ĂȘtre juste. Il doit faire la mĂȘme chose. S’Il a un meilleur plan, alors Il devrait l’avoir accompli au dĂ©but. Lorsque Dieu est appelĂ© sur scĂšne pour quelque chose, le jugement qu’Il fait là
 Si un pĂ©cheur a criĂ© Ă  Dieu et que Dieu l’a sauvĂ© sur le mĂ©rite de sa foi, Il doit sauver le pĂ©cheur suivant, le suivant et ainsi de suite. Il doit le faire malgrĂ© tout, sinon Il avait commis une faute lorsqu’Il avait sauvĂ© le premier pĂ©cheur.

103 Il est obligĂ© de faire la mĂȘme chose en ce qui concerne la guĂ©rison. Il a dĂ©jĂ  accompli cette oeuvre. L’unique chose que vous devez reconnaĂźtre, ce qu’Il n’est pas un mythe; Il n’est pas un Dieu historique, C’est un Dieu du prĂ©sent, JĂ©sus-Christ le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, en ce moment mĂȘme. Croyez-vous qu’Il est ici? Pourriez-vous discerner cela?

104 J’aimerais tourner le dos Ă  cet auditoire. Eh bien, je prie que le Saint-Esprit confirme ce que j’ai dit ce soir, la fin de ce message, que les mĂȘmes signes que JĂ©sus a annoncĂ©s qui devaient ĂȘtre donnĂ©s Ă  Sodome seront donnĂ©s Ă  cette gĂ©nĂ©ration. «Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.» Alors discernez quel Esprit est ici.
Qui sont ceux-là qui sont malades et qui n’ont pas de carte de priùre? Nous voulons prendre les cartes de priùre. Nous allons prier pour eux tous.
Maintenant, je ne saurais pas vous dire qui est qui, c’est Dieu qui vous connaüt. Premiùrement, j’aimerais trouver quelqu’un que le Saint-Esprit


105 Que chacun de vous maintenant commence simplement Ă  prier et dise : «Seigneur, sois misĂ©ricordieux envers moi, et aide-moi.» Et voyez s’Il fera ce qu’Il a dit qu’Il ferait.

106 J’attends tout simplement Son signe. Combien savent que JĂ©sus aujourd’hui est la Colonne de Feu qui avait accompagnĂ© les enfants d’IsraĂ«l? «Je suis venu de Dieu et Je retourne Ă  Dieu.» Est-ce lĂ  ce qu’Il a dit? Et lorsque Paul L’a rencontrĂ© sur le chemin de Damas, qu’était-Il? La grande LumiĂšre, la Colonne de Feu. Il est la mĂȘme Personne aujourd’hui, le Saint-Esprit de Dieu. Le corps de JĂ©sus est assis Ă  la droite de Dieu sur Son TrĂŽne au Ciel, mais Son Esprit est ici sur terre achevant et finissant Son oeuvre. Et ce mĂȘme Esprit qui a vĂ©cu dans le corps de JĂ©sus-Christ Ă©tait le mĂȘme Esprit qui Ă©tait dans cet Ange qui Ă©tait venu Ă  Sodome et Gomorrhe. Croyez-vous cela? La mĂȘme Personne qui avait accompagnĂ© les enfants d’IsraĂ«l, le mĂȘme Dieu


107 JĂ©sus a dit : «Je suis le Rocher qui Ă©tait dans le dĂ©sert. Vos pĂšres ont mangĂ© la manne, et ils sont morts; mais Je suis le Pain de Vie venu du Ciel d’auprĂšs de Dieu. Je suis ce Pain-lĂ . Je suis ce Rocher-lĂ .»

108 «Eh bien, Tu dis que Tu as vu Abraham, et Tu n’as pas plus de cinquante ans.»

109 Il a dit : «Avant qu’Abraham fĂ»t, Je suis.»

110 Qui Ă©tait le JE SUIS? Cette LumiĂšre ardente qui Ă©tait dans le buisson qui a parlĂ© Ă  MoĂŻse. Il est le mĂȘme JĂ©sus ce soir. C’est lĂ  une dĂ©claration, n’est-ce pas? J’invite – j’invite tout croyant Ă  croire cela.

111 Cette petite dame assise ici qui a une petite chose blanche sur son chapeau, avez-vous une carte de priĂšre? Etes-vous malade? Sommes-nous Ă©trangers l’un Ă  l’autre? Dieu nous connaĂźt tous deux. Il y a une LumiĂšre au-dessus de la femme, si vous pouvez voir Cela, Elle est en train de tournoyer au-dessus d’elle. Elle Ă©tait en train de prier. Est-ce vrai? Vous savez que vous n’avez aucune chance de monter ici, mais vous Ă©tiez en train de prier, parce que je vois juste en dessous une ombre noire : c’est la mort. Cette femme est recouverte de l’ombre de la mort. Elle a un cancer. Croyez-vous que Dieu peut vous guĂ©rir? Le cancer du sein. Et je vois un mĂ©decin examiner cela, et il vous dira qu’il va essayer d’opĂ©rer, et vous vous prĂ©parez pour une opĂ©ration. Et je vous vois quitter l’estrade ou un autre endroit. Vous ĂȘtes un prĂ©dicateur, une femme prĂ©dicateur. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Est-ce vrai, madame? Ce qu’Il a dit, est-ce que c’était vrai? Tenez-vous debout si c’est vrai.

112 Eh bien, croyez-vous le
 Pouvez-vous discerner que c’est le mĂȘme JĂ©sus qui a touchĂ©... dont la femme a touchĂ© le vĂȘtement? Ce n’est pas moi, c’est Lui. Je ne connais pas la femme. Elle ne me connaĂźt pas. Dieu nous connaĂźt tous deux. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur.

113 Je vois une dame en vision. Elle est en train de prier. C’est une jeune femme. Elle est assise juste lĂ . C’est quelque chose en rapport avec un bĂ©bĂ©. C’est un
 Elle veut
 Non, elle est... elle a eu un bĂ©bĂ©. Oh! c’est une fausse couche; c’était ça: un bĂ©bĂ© mort. Elle est du Kentucky, et elle s’appelle Martin. OĂč ĂȘtes-vous, Madame Martin? Oui, en–en robe jaune. C’est vrai, est-ce ça, madame? Levez-vous, si c’est vrai. Je ne connais pas la femme, mais Dieu la connaĂźt, et la voilĂ . BĂ©ni soit le Nom du Seigneur Dieu.

114 Il y a une dame assise juste derriĂšre elle. Elle a des hĂ©morroĂŻdes. Elle a un problĂšme au cĂŽtĂ© droit. Elle est en quelque sorte une femme corpulente, portant une robe noirĂątre. Avez-vous une carte de priĂšre, madame? Vous n’en avez pas? Vous n’en avez pas besoin. Croyez-vous que vous avez la foi pour toucher quelque chose? Ce n’est pas moi que vous avez touchĂ©. C’est Lui que vous avez touchĂ©. Bien, levez alors la main en tenant votre mouchoir et acceptez votre guĂ©rison. Rentrez chez vous et soyez guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ.

115 Ecoutez. Il y a une petite dame assise lĂ  au fond portant une robe Ă  carreaux. Elle a la tĂȘte inclinĂ©e. Elle prie pour son pĂšre. Celui-ci a une maladie du foie. Croyez-vous que le Seigneur le guĂ©rira, soeur? Croyez-vous cela? Alors vous pouvez obtenir cela.

116 Madame, vous Ă©tiez extrĂȘmement gentille envers elle pour lui dire que c’était elle. La raison pour laquelle vous avez dit cela, c’est parce que le Saint-Esprit s’est dĂ©placĂ© jusqu’à vous aussi. C’est vrai. Avez-vous une carte de priĂšre? Vous n’en avez pas? Vous n’en avez pas besoin. Vous ĂȘtes en train de prier pour une mĂšre. Et vous comptez l’amener Ă  l’église demain soir. C’est vrai. Vous ne devez pas le faire. Imposez-lui les mains et invoquez le Nom du Seigneur JĂ©sus. Elle sera guĂ©rie, si vous croyez cela.
Je dĂ©fie votre foi. Qui d’autre n’a pas de carte de priĂšre et aimerait croire?

117 Vous, vous qui ĂȘtes assis ici en avant, croyez-vous que je suis un prophĂšte de Dieu? Un prophĂšte est un messager pour un Ăąge. Croyez-vous que je suis le messager de Dieu? Croyez-vous cela? Je ne vous connais pas, mais Dieu vous connaĂźt. Si Dieu me rĂ©vĂšle vos maladies, allez-vous accepter cela comme Ă©tant votre guĂ©rison? Croyez que c’est Son
 Vous pouvez discerner alors que
 Si votre esprit peut Le toucher maintenant pendant que je vous parle, alors vous accepterez donc votre guĂ©rison, n’est-ce pas? Il s’agit de votre poitrine : des tissus cicatrisĂ©s. Et Ă  part cela, vous ĂȘtes un prĂ©dicateur. C’est vrai. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Croyez Dieu.

118 Je vais tourner le dos. Priez. Voyez s’Il est le mĂȘme Ange. Voyez si c’est le mĂȘme Dieu qui a fait la promesse, lorsqu’Il avait le dos tournĂ© Ă  la tente. Que certains d’entre vous prient, que le Seigneur Dieu envoie Son Ange et confirme que Sodome Ă©tait Ă ... que la fin Ă©tait proche.
Ô Seigneur Dieu, envoie Ton Ange ce soir, et fais le mĂȘme discernement, parce que c’est une promesse de Ton Fils, et fais qu’il en soit ainsi.

119 Il y a une femme debout devant moi, elle souffre d’un rhume de cerveau. Elle est lĂ  au fond dans cette direction, car je sens l’attraction de sa foi. Elle s’appelle madame Wiley. OĂč est-elle? Voyons voir. LĂ  au fond quelque part, peu importe ce que le
 Là
 Est-ce que c’était vous, madame? Ça va, rentrez chez vous et soyez guĂ©rie.
Ayez foi en Dieu. Le reste d’entre vous, priez quelque part. Qu’il soit connu, î Seigneur, que Tu es Dieu.

120 Il y a debout devant moi une femme qui est en train de prier lĂ  au fond dans l’auditoire; elle a des complications. Elle porte une robe Ă  carreaux blancs et rouges. Elle s’appelle madame Lake. OĂč ĂȘtes-vous, Madame Lake? Tenez-vous debout partout oĂč
 Que Dieu vous bĂ©nisse. Rentrez chez vous et soyez guĂ©rie. Votre foi vous a sauvĂ©e.

121 C’est le mĂȘme JĂ©sus. C’est le mĂȘme Ange. Avez-vous de discernement pour discerner le Corps du Seigneur? Croyez-vous que je vous dis la vĂ©ritĂ©? Croyez-vous que Christ est en train de donner un tĂ©moignage de cela? Si vous croyez cela, levez la main. Combien de croyants y a-t-il ici qui aimeraient se serrer la main comme ceci? Alors, croyez que je suis le prophĂšte de Dieu. N’en doutez pas le moins du monde. Prenez ces mains que vous ĂȘtes en train d’agiter vers Dieu et posez-les sur quelqu’un qui est Ă  cĂŽtĂ© de vous, et vous verrez la gloire de Dieu. C’est tout ce qu’Il peut faire. Pouvez-vous discerner le Corps du Seigneur ? Pouvez-vous discerner que Son Esprit est ici? «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. S’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris.»

122 Seigneur Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie Eternelle, contrains Satan Ă  lĂącher chaque croyant qui est ici dedans. Ils se sont imposĂ©s les mains les uns aux autres, et ce sont des croyants. Ils ont foi en Dieu et ils croient que Tu le feras. Ô Seigneur, Tes paroles ne peuvent pas faillir, pas plus que Tes promesses. Et Ta promesse Ă©tait : «S’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris.»

123 Maintenant, Satan, toi dĂ©mon impur d’oppression, qui terrasses ces gens, je t’adjure au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils du Dieu vivant, de les relĂącher. Sors d’eux au Nom de JĂ©sus-Christ.

124 Maintenant, imposez-vous les mains les uns aux autres, et faites la priĂšre de la foi, et lorsque vous sentez l’Esprit de Dieu, discernez que c’est la promesse de Dieu pour vous. Tous ceux qui sentent que la puissance de Dieu est en train d’agir en eux, levez-vous et acceptez votre guĂ©rison. Je vous commande au Nom de JĂ©sus-Christ, vous tous les croyants, de vous tenir debout et d’accepter JĂ©sus comme votre GuĂ©risseur personnel. Levez-vous, vous qui ĂȘtes dans ces fauteuils roulants, dans ces petits lits, quoi que ce soit. Levez-vous. Croyez en Dieu. Au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, soyez guĂ©ris. Les gens se lĂšvent des petits lits, des fauteuils roulants et partout. Ça va, frĂšre Sullivan.

EN HAUT