ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Pourquoi ? de William Branham a été prêchée 60-0401M La durée est de: 32 minutes .pdf La traduction Shp
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Pourquoi ?

1 Tout est possible, Seigneur, je crois ;
Seigneur, je crois, Seigneur, je crois,
Tout est possible, Seigneur, je crois.
Maintenant, inclinons la tête pour la prière. Notre Père céleste, Tu connais le coeur de l'homme. Combien nous Te remercions pour ce temps de-de communion et d'adoration spirituelles en compagnie de ces précieuses personnes dans la Présence du Saint-Esprit.
√Ē Dieu, nous Te prions de b√©nir cette petite √©glise ainsi que toutes les √©glises qui lui sont affili√©es partout, l'√©cole... B√©nis Ton peuple partout, P√®re. Tires-en la gloire et parle-nous plus profond√©ment par la Parole maintenant. Nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

2 Vous les fr√®res Williams, le p√®re et le fils; Fr√®re Osborn, mes fr√®res et soeurs, que cette chose ne meure jamais. Qu'elle reste toujours vivante. Ce matin, je suis tr√®s heureux de savoir‚Ķ (apr√®s toutes ces ann√©es, environ quatorze ans), de me retrouver dans cette √©glise, et d'y trouver ce m√™me glorieux Esprit en train de se mouvoir parmi le peuple. C'est un grand joyau, une telle Pr√©sence de Dieu. C'est vraiment rare. Vous‚ĶJe suis s√Ľr, ce matin, que vous ne r√©alisez pas combien vous √™tes riches. C'est vraiment reposant pour mes yeux de contempler les visages des gens et d'y voir resplendir la gloire de Dieu.
Fr√®re Tommy et moi √©tions assis l√†; nous voyions m√™me des petites filles et des petits gar√ßons entrer dans cette adoration du Seigneur. Nous avons vu des femmes, des jeunes filles, des femmes d'√Ęge moyen, des vieilles femmes et toutes les autres, aux visages non fard√©s et propres; ainsi que des hommes qui exprimaient ce qu'ils avaient au fond du coeur. Vous-je suis s√Ľr que c'est une habitude-que vous y √™tes simplement habitu√©s; en effet, c'est quelque chose de quotidien pour vous, mais pour moi c'est un joyau.

3 Une fois, il y avait un-un vieux p√©cheur qui revenait de la mer et un homme qui se rendait √† la mer pour se reposer. Et cet homme avait beaucoup travaill√©. C'√©tait un artiste. Et il s'√©tait propos√© d'aller se reposer, aussi s'est-il rendu √† la mer. Il n'avait jamais vu la mer auparavant. Il avait lu au sujet de la mer, il en avait vu des images; mais il n'avait jamais vu la mer auparavant. Et ce matin-l√†, sur son chemin vers la plage, il rencontra un vieux "sel" [en anglais "salt"-N.D.T.] ou plut√īt un vieux marin [en anglais "sailor"-N.D.T.] qui revenait de la mer.
Et ce dernier lui demanda : " O√Ļ vas-tu mon brave? "
Il répondit : "Oh, monsieur, je m'en vais me détendre. Je vais à la mer."
Il continua : " J'ai vraiment envie de sentir l'odeur du sel des vagues de la mer pendant qu'elles viennent et repartent et qu'elles bondissent sur le rivage. Je voudrais entendre le cri de la mouette pendant qu'elle vole." Et il essaya d'expliquer comment il était… ce qu'il allait faire. Mais le vieux " sel " [marin-N.D.T] lui dit : " Moi, je n'y vois rien de vraiment attrayant, et j'y suis depuis quatorze ans. Je n'y vois rien d'attrayant. "

4 Je pense que c'est cela le problème. Voyez-vous ? Vous ne vous en rendez pas compte. Vous y restez tout le temps(voyez-vous ?) ; mais pour moi, c'est un-c'est un bouquet de fleurs venant du ciel, c'est… C'est quelque chose de réel. Vous voyez, vous pouvez tellement vous habituer à une chose qu'elle ne vous attire plus. Mais lorsque vous avez-vous avez lu à ce sujet, vous avez entendu parler de la chose, et qu'ensuite vous vous retrouvez en plein dans cela, il se passe quelque chose que vous-vous ne-vous êtes… vous manquez presque quoi dire.
J'avais eu un petit jubilée dans l'église de frère Outlaw là en-en Arizona, ça fait maintenant quelques semaines. Je-je n'ai tout simplement pas compris. J'étais-je vais-mon travail parmi les gens… Et j'essaie de visiter chaque organisation, chaque dénomination, j'essaie de travailler de mon mieux, en me tenant à la brèche pour les gens. Ce jour-là, lorsque je suis monté là, et que j'ai regardé ce groupe de gens, et que j'ai entendu la chorale chanter comme [comme c'a été le cas] ce matin, en voyant ces jeunes hommes et ces jeunes femmes debout là, juste dans la-leurs visages brillant… J'ai regardé dehors et j'ai vu un vieil homme assis, dont les yeux brillaient comme… La puissance de Dieu-j'ai rabattu le col de mon manteau et j'ai jeté celui-ci derrière moi et… Et puis, m'y voici revenu ce matin. Si peut-être j'avais un… pour prendre donc une autre semaine, il semble. Il y a…aimable… si bon…

5 Frère Williams, que Dieu soit toujours avec vous et votre fils dans-dans ce grand travail. Le frère que voici, les missionnaires et ainsi de suite… Combien j'apprécie ceci. Ne vous éloignez jamais, jamais de cela, mes amis. Tenez-vous en à cela. Tenez-vous en à cela. Voyez-vous? Ne laissez jamais cet esprit d'adoration et cette sainteté pure s'éteindre parmi vous. Gardez cette lumière toujours allumée, car c'est la corde de sécurité de l'église. C'est vrai. C'est Christ dans Son Eglise.
Je pourrais me tenir l√† et vous parler pendant longtemps, mais j'ai une autre r√©union en vue dans peu de temps, et je‚Ķ D'habitude, avant ces services de gu√©rison, j'aime bien rester dans la Pr√©sence de Dieu pendant quelque temps, j'aime y entrer, prier, attendre jusqu'√† ce que je sois s√Ľr que Sa Pr√©sence est l√†. Et on va tenir une ligne de pri√®re cet apr√®s-midi, je crois.

6 Je-je ne saurais pas annoncer le moment pr√©cis, mais je me demande si parcourir‚ĶJ'ai votre adresse ici maintenant. Je ne savais pas o√Ļ vous restiez. J'emprunte tr√®s souvent cette autoroute √† p√©age quand je vais vers l'Ouest.
S'il m'arrive de passer par ici par une soir√©e o√Ļ il y a service, je viendrai si voulez chanter encore pour moi comme cela. Cela-cela ranime‚Ķ Je-j'aime cela.
Eh bien, je n'ai jamais √©t√© un bon chanteur. Je ne suis pas capable de chanter juste, mais vous savez, l'un de ces jours lorsque tous, vous arriverez √† la maison dans votre immense palais l√† au sommet de la colline, vous savez, et il y a l√† une petite cabane, pour moi je pense, tr√®s loin l√†-bas, dans un coin au fond du bois, ainsi‚Ķ Un matin, vous vous tiendrez peut-√™tre dehors chez vous dans la v√©randa, regardant les flancs des collines de l'autre c√īt√©, et vous verrez les √©toiles du matin chanter ensemble, l√† tout au fond du bois vous entendrez une chanson s'√©lever : " Gr√Ęce √©tonnante ! Quel doux son. "
Vous direz : " Le brave fr√®re Branham y est parvenu. Le voil√†. Il est l√† en train de chanter. " Ce sera la gr√Ęce √©tonnante, c'est juste; lorsque j'arriverai l√†. Ainsi je-je suis tr√®s reconnaissant pour Ses b√©n√©dictions.

7 Ce matin, j'aimerais attirer votre attention sur Jérémie chapitre 8, verset 22 : N'y a-t-il point de baume en Galaad ? N'y a-t-il point de médecin ? Pourquoi donc la guérison de la fille de mon peuple ne s'opère-t-elle pas ? C'est un très petit passage, ce n'est pas sa petitesse qui compte; mais c'est sa valeur. Bien des gens jugent d'après la quantité, mais nous, nous parlons de la qualité.

8 Il y a quelque temps, je vous ai parl√© d'un petit gar√ßon qui avait trouv√© quelque chose dans un grenier(de l'autre c√īt√© du fleuve, par rapport au lieu o√Ļ j'habite)‚Ķ Il avait trouv√© un vieux timbre-poste de couleur jaune. Et dans sa pens√©e, ce qui importait c'√©tait la cr√®me glac√©e; le voil√† donc descendre la rue pour aller voir le collectionneur des timbres.
Et il lui demanda : " Combien me donnerez-vous pour ce timbre ? "
- Oh, répondit le collectionneur, je vais te donner un dollar. " Eh bien, le petit garçon pensait qu'il obtiendrait seulement une pièce de cinq cents, aussi vendit-il le timbre à un-un dollar. Peu de temps après, ce collectionneur de timbres vendit ce même timbre à cinq cents dollars. Plus tard, ça s'est élevé à des milliers de dollars. Et je n'en connais pas la valeur actuelle.

9 Eh bien, ce n'est pas le petit morceau de papier jaune qui importait; en effet, il ne valait pas la peine d'√™tre ramass√© du plancher. Ce qui comptait, c'est ce qui √©tait imprim√© sur ce morceau de papier. Et c'est ce que ceci repr√©sente, il s'agit de ce qui est imprim√© sur le morceau de papier. C'est fr√®re Kidson qui a achet√© cette Bible. Son-fr√®re Kidson m'a donn√© cette Bible il y a environ quatorze ans √† Houston, au Texas, o√Ļ j'avais tenu l'une de mes premi√®res r√©unions de r√©veil; et je l'utilise pour pr√™cher depuis lors. Cette Bible a probablement co√Ľt√© dans les vingt dollars, mais ces Paroles que j'Y lis, c'est la Vie Eternelle pour quiconque croit. C'est-c'est la Parole de Dieu.

10 J'aimerais juste prendre un-un seul mot comme sujet : " Pourquoi ? " " Pourquoi ? " Vous savez, si Dieu crée pour Son peuple un moyen pour s'échapper, et que celui-ci n'accepte pas cela, alors Dieu a besoin de savoir pourquoi. Pourquoi font-ils cela ? Pourquoi… Et chacun de nous va rendre compte de cela. Lorsque Dieu fraye une voie pour la guérison et que les gens n'acceptent pas cela, alors Il pose la question : " Pourquoi ? " Il a le droit de Se poser cette question : " Pourquoi ? ", si nous n'acceptons pas ce qu'Il nous a donné.
Autrefois dans la Bible, il y avait un roi. Et il √©tait roi d'Isra√ęl. C'√©tait le fils d'Achab et de J√©zabel. Et un jour, pendant qu'il se promenait dehors sur le treillis de son porche, il-il tomba du porche et il se blessa. Il en tomba s√©rieusement malade. Il appela donc deux de ses hommes et les envoya √† Ekron, pour consulter le dieu Baal-Zebub, le grand dieu de ce pays-l√† pour savoir si‚Ķ pour le consulter afin de savoir s'il allait vivre ou mourir.
Tr√®s loin l√† au bord d'une petite rivi√®re, dans une petite hutte de terre, vivait un proph√®te, Elie. Et Dieu parla √† Elie, et celui-ci alla se tenir sur la route. Il arr√™ta ces deux messagers et leur dit : "Retournez et allez dire au roi : 'Pourquoi envoie-t-il des messagers ici aupr√®s de ce dieu ? Pourquoi envoie-t-il des messagers aupr√®s de ce dieu-ci, un dieu √©tranger ? Est-ce parce qu'il n'y a pas de Dieu en Isra√ęl ? Est-ce parce qu'il n'y a pas de proph√®te √† consulter en Isra√ęl concernant ces choses ? Pourquoi a-t-il donc envoy√© des messagers ici ?'"

11 Aujourd'hui, parfois dans nos √©glises, je me demande, lorsque nous-c'est comme le fait d'√™tre venu ici ce matin-pourquoi un homme aimerait-il aller dans un h√ītel en bord de route? Pourquoi une jeune femme aimerait-elle se tenir sur une piste de danse ? Pourquoi les gens aimeraient-ils boire du whisky, pour essayer de calmer leurs chagrins alors que toute cette b√©n√©diction et cette puissance de Dieu sont ici pour nous. Pourquoi aimerions-nous nous vendre pour un credo d√©nominationnel, alors que la puissance du Saint-Esprit est l√† pour nous rendre heureux et libres ? Pourquoi aimerions-nous le faire ? Cela me rappelle un homme devant la porte du m√©decin, en train de mourir d'une maladie dont le m√©decin poss√®de le rem√®de. Eh bien, si un-si le m√©decin poss√®de le rem√®de et que l'homme est malade, et que cet homme vienne sous le porche du m√©decin et meure pour avoir refus√© la cure du m√©decin, eh bien, il n'y a pas d'excuse. Certainement pas.
Si le-si le médecin possède le remède contre la maladie de cet homme et qu'il a suffisamment d'immunisant pour-le vaccin pour inoculer cet homme contre cette maladie et que ce dernier meure devant la porte du médecin, ce n'est pas la faute du médecin. Ce n'est pas non plus la faute du vaccin. C'est parce que cet homme ne veut pas prendre le vaccin. C'est tout à fait vrai. Voilà pourquoi il est mort; en effet, il a refusé de prendre le vaccin. Voilà pourquoi il est mort.

12 Et c'est la raison pour laquelle, aujourd'hui, les gens meurent du p√©ch√© sur les bancs de l'√©glise, c'est parce qu'ils refusent de prendre le vaccin que Dieu leur a donn√© comme rem-‚Ķrem√®de pour gu√©rir de leurs chagrins, de leurs maladies et de leurs affections, de leurs maladies du coeur, de l'√Ęme et de l'esprit. Les gens refusent tout simplement de le faire. Ils disent : " Oh, c'est une bande de saints exalt√©s. C'est une bande de Pentec√ītistes. " Et ils vont de l'avant et essaient d'apaiser cette chose sacr√©e que Dieu leur a donn√©e.
Vous êtes-vous déjà posé cette question : " Pourquoi un homme boit-il ? Pourquoi est-ce qu'un homme… Pourquoi est-ce que les femmes et les jeunes filles sortent et-et se parent comme pour le Mardi Gras, elles vont dans ces bars et ailleurs? " C'est parce qu'il y a un endroit dans leur coeur qui a soif de quelque chose. Et Dieu a créé les hommes pour qu'ils aient soif, mais pour qu'ils aient soif de Lui. Et ils essaient d'apaiser cette sainte soif avec les choses du monde. Eh bien, vous pervertissez la chose même que Dieu a donnée aux gens pour qu'ils aient soif de Lui. Vous essayez de satisfaire cela avec les choses du monde. Ça ne marchera pas. Ça ne marchera jamais.
Et si le diable n'arrive donc pas √† vous amener √† faire cela, il essaiera de vous amener √† faire inscrire votre nom dans le registre d'une √©glise et √† vous appeler vous-m√™me chr√©tien. C'est avec √ßa qu'il essaie de satisfaire cette soif. Il n'y a pas de satisfaction jusqu'√† ce que Dieu Lui-m√™me entre dans le coeur pour prendre le contr√īle et satisfaire les gens, les b√©nir et leur donner dans leurs coeurs ce qu'Il a cr√©√©. Il veut remplir cet espace. Il n'y a rien d'autre au monde qui le remplira. Vous tous, n'oubliez jamais cela.

13 Vous les jeunes dames, ces petites filles par ici, ces belles créatures, on vous a appris ici à porter de longs cheveux et-et à vous habiller convenablement; mais vous serez la cible de Satan. Gardez toujours la puissance de Dieu sur vous. Ne la laissez jamais vous quitter, ce glorieux et précieux joyau, Dieu qui est entré dans vos coeurs par le baptême du Saint-Esprit, et qui donne cette heureuse satisfaction.
Lorsque j'√©tais un jeune gar√ßon, un gosse, j'essayais toutes les choses pour lesquelles je m'estimais √™tre assez grand pour les faire; et pour bien des choses, je n'√©tais pas assez grand pour les faire. Je les essayais quand m√™me. Et je n'avais jamais trouv√© quelque chose qui procurait la satisfaction jusqu'au moment o√Ļ Dieu m'a rempli du Saint-Esprit; et cela a plac√© quelque chose dans mon √Ęme, qui m'a donn√© une parfaite satisfaction. Oui.

14 Vous savez comment on-on prépare un-un vaccin contre une maladie… Le prophète a donc demandé : " N'y a-t-il point de baume (il s'agit du vaccin) ? N'y a-t-il point de baume en Galaad ? N'y a-t-il point de médecin là ? " N'y a-t-il point de médecin ni de vaccin ? Pourquoi donc la guérison de-de-de la fille de mon peuple ne s'opère-t-elle point ? Qu'est-ce qui ne va pas ? Qu'est-ce qui en est la cause ? Il n'y a aucune excuse.
Eh bien, comment découvre-t-on un vaccin ? La première chose qu'on fait, la science prépare différentes sortes de produits chimiques qu'on mélange dans un laboratoire, et on met des germes sous test et on déverse ce vaccin dessus. Ensuite, on prend le bon et le mauvais germes, et les gens travaillent ensemble jusqu'à trouver quelque chose qui détruira le mauvais germe (à moins que ça soit un antibiotique), et-et qui laissera le bon germe.
Bon, lorsqu'ils estiment qu'ils ont perfectionné la chose, ils prennent cet immunisant qu'ils injectent à un cobaye et ils voient si ce cobaye va vivre ou mourir.
Eh bien, parfois cela ne marche pas chez les humains. Et √† propos des m√©dicaments, on ne peut pas √™tre s√Ľr, car un m√©dicament qui aidera l'un tuera l'autre. Et ils travaillent sur une sorte de m√©dicament ou un autre produit pour-pour essayer de gu√©rir le cancer.

15 L'autre jour, lorsque ce communiste s'est levé avec ce flacon, l'a agité à la face du monde et a dit : " Nous avons un-quelque chose ici qui fera qu'un homme paralysé… après qu'il soit paralys, et que ses muscles aient cessé de fonctionner… restaurera ses muscles." C'est une humiliation pour l'église. Il n'a pas été donné au communisme d'apporter la délivrance. C'est à l'église qu'il a été donné d'apporter la délivrance. C'est vrai, l'Eglise du Dieu vivant.
Et je vous assure, au lieu de faire marche arrière pour approfondir cette pensée, l'église devrait être en train d'avancer dans la puissance de Dieu, prenant toute cette grande puissance que nous avons parmi nous et ne pas…
Nous-j'aime siffler‚Ķces‚ĶJe-j'aime vraiment‚Ķ Il y a encore tant de ce comportement enfantin en moi, j'aime entendre le sifflet retentir, et pourtant, [il faut] garder beaucoup de vapeur l√† √† l'int√©rieur pour faire marcher aussi le moteur, vous savez, pendant que l'engin descend la voie. Si seulement nous pouvions d√©couvrir l√† o√Ļ se trouve cette grande puissance que Dieu nous a donn√©e, elle gu√©rira les maladies, elle discernera les pens√©es du coeur, elle ressuscitera les morts, elle accomplira de glorieuses et puissantes choses, si seulement nous gardons cela correctement.

16 Maintenant, on déclare que la première maladie meurtrière, c'est la maladie du coeur. Moi, je ne suis pas d'accord avec cela. La première maladie meurtrière, c'est la maladie du péché. Voilà la maladie qui tue la nation; c'est la maladie du péché. Le péché, c'est l'incrédulité. Elle s'introduit dans l'église et lie les gens autour d'une espèce de théologie humaine, un tas de crédos. Et ensuite, vous savez, cette personne devient un incrédule, quoique religieux; mais c'est un incrédule.
La religion, c'est un domaine √©trange dans lequel on puisse travailler; en effet, l'antichrist est tellement proche de la chose r√©elle qu'il tromperait les Elus m√™mes si c'√©tait possible. Ca√Įn a offert un sacrifice tout comme Abel : il a b√Ęti un autel, il s'est agenouill√©, il a ador√©, il a plac√© ses offrandes sur l'autel. Il a fait toutes choses aussi religieusement qu'Abel, mais il ne s'est pas approch√© de la bonne mani√®re. Dieu ne pouvait pas agr√©er cela.

17 Et J√©sus a dit : "C'est en vain qu'ils M'honorent, en donnant des pr√©ceptes qui sont des commandements d'hommes." Nous devons suivre la bonne voie. Je soutiens que l'homme n'arrivera jamais √† s'approcher de Dieu jusqu'√† ce qu'on se mette sur la voie s√Ľre de Dieu qui m√®ne au but. Il nous faut arriver √† tuer la maladie proprement dite.
Nous devons déceler la maladie proprement dite; et la maladie qui doit être tuée, c'est la maladie du péché, l'incrédulité. Et nous n'y arriverons jamais avant d'avoir trouvé le vrai vaccin. Il nous faut trouver le vrai vaccin. Et ce vrai vaccin est quelque part dans l'économie de Dieu, sinon Il n'aurait pas établi l'ordonnance. C'est vrai. On n'y arrivera jamais tant qu'on n'atteindra pas ce point, tant qu'on n'arrivera pas là.
Cherchons pour voir o√Ļ √ßa se trouve; voyons s'il existe une ordonnance, voyons ce qu'est le vaccin. Alors, lorsque nous aurons trouv√© cela, nous aurons donc trouv√© ce qui tue la maladie.

18 Or, il y a des gens qui disent : " Eh bien, maintenant, attendez juste un instant. Vous savez, je ne peux tout simplement pas m'empêcher de fumer. Je-je suis un membre d'église, mais je ne peux tout simplement pas m'en empêcher. "
" Je-je vais aux bals. Et je-je ne peux tout simplement pas m'en empêcher."
Vous savez ce qui cloche ? Ils n'ont pas été vacciné. Ils n'ont pas encore été inoculés; car on n'a pas expérimenté ce vaccin sur un cobaye. Dieu ne l'a point inoculé dans un cobaye. Il l'a inoculé en Lui-même, Il a essayé cela sur Lui-même pour voir si ça marcherait.

19 Eh bien, il y eut un temps o√Ļ le vaccin n'agissait vraiment pas, parce qu'il avait √©t√© inocul√© dans des brebis, des ch√®vres, des g√©nisses et autres; mais maintenant, sur Dieu Lui-m√™me, le vaccin a agi. Il est Celui qui est venu prendre le vaccin.
Sur le rivage du Jourdain, Il a été inoculé lorsque les cieux se sont ouverts et que l'Esprit de Dieu est descendu pour habiter en Lui. Il a été inoculé. Il a marché le long du Jourdain. Il a chassé les démons. Les gens Lui ont craché au visage et Il a tendu l'autre joue. Ils Lui ont arraché des poignées de barbe. Ce vaccin a été soumis à chaque test possible, et il a été prouvé comme étant un véritable. Il n'a point demandé à un cobaye de le prendre, Il l'a pris Lui-même. C'était une grande oeuvre.
Ainsi, Dieu S'est fait chair et a habité parmi nous pour prendre le vaccin sur Lui-même. C'est Lui qui l'a découvert. C'est Lui qui l'a expérimenté sur Lui-même. Il n'a pas demandé à quelqu'un d'autre de le prendre; Il l'a pris Lui-même dans Son propre corps.

20 Et puis nous avons vu qu'un jour, à la croix, lorsqu'Il s'est présenté pour affronter la mort, le vaccin a tenu bon. Le vaccin était authentique; il était bon. Les gens ont remarqué que lorsqu'ils Lui ont craché dessus, Il a pu malgré tout prier pour eux. Lorsqu'ils Lui ont enfoncé des clous dans les mains, Il a dit : " Pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font. " Il-Il mettait en pratique ce qu'Il prêchait. Il le faisait parfaitement, car le vaccin dont Il a été inoculé a tenu bon.
Une fois, quelqu'un Lui a demandé : " Mon fils peut-il s'asseoir à Ta gauche et à Ta droite ? "
Il a répondu : " Ce n'est pas à Moi d'accorder cela; mais pouvez-vous être inoculés du même immunisant dont Je suis inoculé ? " Pouvez-vous accepter l'inoculation de Dieu ? "
Ensuite sur le Calvaire Il a √©t√© prouv√© que l'inoculation avait tenu bon. √á'avait march√©. Maintenant le test vient : cela va-t-il ressusciter les morts ? Toutefois le matin de p√Ęques, l'inoculation a quand m√™me tenu bon, car les sceaux autour du tombeau se sont bris√©s. L'Ange du Seigneur est descendu, a roul√© la pierre; et le Fils de Dieu qui √©tait dans la tombe, Dieu Lui-M√™me fait chair parmi nous, Il est venu pour prouver que le vaccin tiendrait dans la tentation, dans la maladie, dans la mort et dans la r√©surrection. Il tiendrait toujours.

21 Pourquoi la fille de mon peuple est-elle malade ? N'y a t-il pas de baume en Galaad ? Il y en a plein. Il a déversé cela d'En-Haut. Quand les disciples ont vu… quand le peuple qui était destiné à la Vie Eternelle a vu ce vaccin qui pouvait tendre une joue puis une autre, Celui qui pouvait affronter la mort et avoir l'assurance que l'Ecriture était vraie… Quand un homme est vacciné du vaccin de Dieu qui est le Saint-Esprit, il approuvera chaque Parole que Dieu a prononcée. Il ne tordra jamais la Bible pour accepter une théologie d'homme. Il acceptera chaque Parole que Dieu a écrite. La Parole déclarera : " C'est la vérité, c'est la vérité. "

22 J√©sus avait une v√©rit√©, car Dieu avait dit √† travers le proph√®te : " Je ne permettrai pas que mon bien-aim√© voie la corruption, ni ne laisserai son √Ęme au s√©jour des morts. " C'√©tait l√† l'aiguillon qui avait perc√© Ses veines, mais au matin de P√Ęques, Il savait qu'Il sortirait de l√†, car la Bible l'avait dit. Et la corruption s'installe apr√®s soixante-douze heures, trois jours et trois nuits. Il devrait ressusciter, sinon l'Ecriture serait bris√©e. Les Ecritures ne peuvent donc pas √™tre bris√©es. Elles ne peuvent pas √™tre bris√©es. Dieu l'a promis. Vivez simplement cela √† la lettre.

23 Un jour, il y avait cent-vingt personnes qui voulaient le m√™me vaccin. Ils L'avaient vu, Lui. Oh, gloire √† Dieu. J√©sus avait dit : " Si vous voulez le vaccin, montez l√†-bas √† J√©rusalem et attendez. Ne soyez pas excit√©s. Attendez tout simplement. J'enverrai cela. Nous en avons toute une ordonnance √† l'√©tage. " Ils attendaient; et tout √† coup, il vint du ciel un bruit. Le vaccin √©tait en route comme un vent imp√©tueux, et a rempli toute la maison o√Ļ ils √©taient assis. Des langues semblables √† des langues de feu se pos√®rent sur eux. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent √† parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer. Qu'y avait-il ? Ils √©taient inocul√©s. Oh, quand ils sont sortis dans la rue, et que les gens ont commenc√© √† voir la manifestation de Dieu, alors le peuple s'est mis √† crier disant : "Eh bien, qu'est-ce ? Qu'en est-il de tout ceci et que devons-nous faire pour √™tre sauv√©s ? "

24 Eh bien, Dieu a placé un pré-…pas un prédicateur, mais un médecin dans Son Eglise. "N'y a-t-il pas de médecin ? N'y a-t-il pas d'immunisant ? N'y a-t-il pas de baume ? N'y a-t-il pas de… " C'est plein de baume, ils ont vu cela. Ils ont un médecin qui prescrira l'ordonnance qu'il faut. Certainement ! Le docteur Simon Pierre leur avait dit ce qu'il fallait faire. Il a dit : " Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au Nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera."
Pierre n'a pas dit : " Cette ordonnance n'est valable que pour aujourd'hui. " C'est une ordonnance pour vos enfants, pour les enfants de vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.

25 Eh bien, qu'est-ce qui cloche dans le monde? C'est la maladie du p√©ch√©. Voici l'ordonnance prescrite. C'est plein de vaccin. J'ai senti cela partout sur moi ce matin. Il est encore sur tout mon corps maintenant, et je sais que ce vaccin contient la Vie Eternelle en lui, car Il m'a ressuscit√© et du petit con que j'√©tais; Il a fait de moi un chr√©tien, un croyant en Dieu. Quelque chose a remu√© mon √Ęme et m'a envoy√© dans le monde entier. Tommy Osborn et vous autres, cela vous enverra aussi.
Qu'est-ce qui cloche dans l'église ? C'est le fait que les gens refusent de prendre ce qui est prescrit. C'est tout ce qu'il en est. N'y a-t-il pas de baume en Galaad ? N'y a-t-il pas de médecin là-bas? Oh oui, nous avons des médecins. Nous avons du baume. Eh bien, nous ne leur donnerons pas une fausse ordonnance. Nous leur prescrirons exactement la chose qu'il faut.

26 Pierre a dit : "Voici l'ordonnance." Dr Simon Pierre avait la recommandation correcte. Les gens ont demandé : "Que devons-nous faire ? Combien de temps cela va-t-il durer ? Il a répondu : " Pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera." Cette ordonnance tiendra. Elle fournira aux gens un vaccin contre le péché, si seulement ils acceptent l'ordonnance.
"Que devons-nous faire pour être sauvés ? "
Et il a prescrit l'ordonnance. " Il y a du baume en Galaad, il y a le vaccin et il y a aussi des médecins. "
Pourquoi donc les gens meurent-ils ? Pourquoi les gens meurent-ils dans leurs péchés? C'est parce qu'ils refusent de prendre l'ordonnance et de l'appliquer. Croyez-vous cela ?
Le Saint-Esprit est ici maintenant. Celui-ci est‚Ķ C'est Lui le vaccin de Dieu pour chaque √Ęme malade du p√©ch√©. Le vaccin de Dieu, le Saint-Esprit‚Ķ Oh, je - je pense que s'il ne se faisait pas tard, je crois que je pourrais pr√™cher maintenant m√™me; je suis un peu excit√©, je me sens bien.

27 Inclinons la t√™te. Seigneur J√©sus, grand Donateur de la Vie Eternelle, Merveilleux P√®re, Toi qui as l'Esprit de justice, nous Te remercions, √ī Seigneur, pour Ta bont√© et Ta mis√©ricorde. J'aimerais Te remercier, Seigneur, pour cette petite √©glise, pour tout ce qu'elle soutient, sa bont√©, sa‚Ķ et ce qu'elle a fait en Ton Nom.
√Ē Dieu notre P√®re, la Bible dit qu'Il est un Rocher dans une terre aride. Et le Nom de l'Eternel est une tour forte, et le juste Y court-s'Y r√©fugie et se trouve en s√Ľret√©. Oh, dans cette terre aride, o√Ļ nous voyageons, nous voyons des gens √™tre engloutis dans le monde, des √©glises devenir formalistes, indiff√©rentes, mourant dans le p√©ch√© parce qu'ils refusent le vaccin. Que c'est merveilleux d'entrer dans la Pr√©sence de ce Rocher dans une terre aride ! Oh, que cette √©glise se tienne toujours ainsi, P√®re ! Puisse-t-elle se tenir debout, ayant re√ßu le vaccin. √Ē Seigneur Dieu, accorde-le. Que les √Ęmes fatigu√©es s'humilient ici et qu'elles soient sauv√©es. Accorde-le Seigneur.

28 Donne-leur‚Ķ B√©nis les fr√®res Williams, les deux, le p√®re et le fils. B√©nis ce missionnaire qui va dans le champ, les pasteurs associ√©s et tous les autres de diff√©rentes √©glises. Notre tr√®s gracieux fr√®re Tommy Osborn, Seigneur, sois avec lui pendant qu'il voyage de lieu en lieu √† travers le monde. Donne-lui des √Ęmes. Garde cette petite √©glise selon qu'il est √©crit : " Un abri en temps d'orage. " afin que nous puissions aller et revenir des champs missionnaires, recharger nos √Ęmes et avoir un rafra√ģchissement. √Ē Seigneur, nous sommes assis √† l'ombre du ch√™ne, et nous √©coutons l'Ange du Seigneur nous parler. Combien nous en sommes reconnaissants! Nous prions que jamais cela - puissent les lumi√®res ne jamais s'√©teindre. Que le pot ne soit jamais vide ni la cruche s√®che, Seigneur. Que les enfants de Dieu soient nourris par des vrais docteurs, qui prescriront une ordonnance claire et nette, qui pr√™cheront la Parole et qui ne feront aucun compromis. Qu'un r√©veil du Saint-Esprit commence ici, P√®re, comme l'a dit le fr√®re il n'y a pas longtemps. Que cela br√Ľle dans chaque coeur jusqu'√† ce que les √Ęmes malades du p√©ch√© soient inocul√©es contre le p√©ch√©, afin qu'elles aient la confiance et l'esp√©rance dans la r√©surrection du Seigneur J√©sus qui vient pour eux dans les derniers jours. Accorde cela, Seigneur, nous prions au Nom de J√©sus. Amen.

29 Quel temps merveilleux ! Oh, ceci est comme le ciel pour moi. Que chaque malade l√®ve la main pour dire : " Je d√©sire qu'on prie pour moi." Dieu est le Gu√©risseur. Dieu est le grand Gu√©risseur. Dans les quarante-cinq derni√®res minutes, il y a un nom qui me revient toujours. Je ne sais pourquoi. Ce sera peut-√™tre dans la r√©union ou quelque part, je ne sais pas. Je - les noms‚Ķ Il s'agit de quelqu'un qui prie ou de quelqu'un qui est d√©termin√© √† obtenir quelque chose. Je ne sais pas ce que c'est, mais peu importe ce que c'est, le Seigneur l'accordera. Ce nom semble √™tre " Kozard " ou un‚Ķ K-o-z-a-r-d ou quelque chose de ce genre. C'est comme si je continue √† voir cela ou quelque chose qui raisonne dans mes oreilles " Kozard " ou Kozar, ou quelque chose comme cela : K-o-z-a-r-d. Peut-√™tre qu'il y aura quelqu'un dans une r√©union quelque part o√Ļ cela-cela arrivera, mais cela continue simplement √† raisonner dans mon coeur et je continue √† voir ce nom devant moi. Il y a quelqu'un qui prie pour quelque chose quelque part. Eh bien, le Seigneur J√©sus conna√ģt toute chose. Il-Il pourvoit √† tout et Il arrange tout. Maintenant si vous √™tes malade, inclinons la t√™te pour la pri√®re. √Ē Seigneur‚Ķ [La fin de la bande est incompl√®te - N.D.T.]

EN HAUT