ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Se tourner vers le nord de William Branham a été prêchée 61-0129 La durée est de: 50 minutes .pdf La traduction Shp
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Se tourner vers le nord

1 Deut√©ronome chapitre 2, √† partir du premier verset. [Quelqu'un lit le passage. - N.D.E.] Nous nous tourn√Ęmes, et nous part√ģmes pour le d√©sert, par le chemin de la mer Rouge, comme l'Eternel me l'avait ordonn√©; nous suiv√ģmes longtemps les contours de la montagne de S√©ir L'Eternel me dit : Vous avez assez suivi les contours de cette montagne. Tournez-vous vers le nord. Donne cet ordre au peuple : Vous allez passer √† la fronti√®re de vos fr√®res, les enfants d'Esa√ľ, qui habitent en S√©ir. Ils vous craindront; mais soyez bien sur vos gardes. Ne les attaquez pas; car je ne vous donnerai dans leur pays pas m√™me de quoi poser la plante du pied : j'ai donn√© la montagne de S√©ir en propri√©t√© √† Esa√ľ. Vous ach√®terez d'eux √† prix d'argent la nourriture que vous mangerez, et vous ach√®terez d'eux √† prix d'argent m√™me l'eau que vous boirez. Car l'Eternel, ton Dieu, t'a b√©ni dans tout le travail de tes mains, Il a connu ta marche dans ce grand d√©sert. Voil√† quarante ann√©es que l'Eternel, ton Dieu, est avec toi : tu n'as manqu√© de rien. Nous pass√Ęmes √† distance de nos fr√®res, les enfants d'Esa√ľ, qui habitent en S√©ir, et √† distance du chemin de la plaine, d'Elath et d'Etsion-Gu√©ber; puis nous tourn√Ęmes, et nous pr√ģmes la direction du d√©sert de Moab. L'Eternel me dit : N'attaque pas Moab, et ne t'engage pas dans un combat avec lui; car je ne te donnerai rien √† poss√©der dans son pays : c'est aux enfants de Lot que j'ai donn√© Ar en propri√©t√©. Les Emim y habitaient auparavant : c'√©tait un peuple grand, nombreux et de haute taille, comme les Anakim. Ils passaient aussi pour √™tre des Repha√Įm, de m√™me que les Anakim; mais les Moabites les appelaient Emim. S√©ir √©tait habit√© autrefois par les Horiens; les enfants d'Esa√ľ les chass√®rent devant eux, et s'√©tablirent √† leur place, comme l'a fait Isra√ęl dans le pays qu'il poss√®de et que l'Eternel lui a donn√©. Maintenant, levez-vous, et passez le torrent de Z√©red.
Nous pass√Ęmes le torrent de Z√©red.
Le temps que dur√®rent nos marches de Kad√®s-Barn√©a au passage du torrent de Z√©red fut de trente-huit ans, jusqu'√† ce que toute la g√©n√©ration des hommes de guerre e√Ľt disparu du milieu du camp, comme l'Eternel le leur avait jur√©. La main de l'Eternel fut aussi sur eux pour les d√©truire du milieu du camp, jusqu'√† ce qu'ils eussent disparu. Lorsque tous les hommes de guerre eurent disparu par la mort du milieu du peuple, l'Eternel me parla, et dit : Tu passeras aujourd'hui la fronti√®re de Moab, √† Ar, et tu t'approcheras des enfants d'Ammon. Ne les attaque pas, et ne t'engage pas dans un combat avec eux; car je ne te donnerai rien √† poss√©der dans le pays des enfants d'Ammon : c'est aux enfants de Lot que je l'ai donn√© en propri√©t√©. [Restons debout. Que le Seigneur b√©nisse la lecture de Sa Parole.]
... un rhume. Satan me l'a donné, et je le lui ai rendu. Il me l'a redonné, et je le lui ai rendu. Ç'a simplement continué ainsi jusqu'au moment d'aller consacrer une église, et je me suis finalement éloigné de lui et suis allé consacrer cette église.
Debout sur cette caisse cet apr√®s-midi... √áa me ram√®ne √† l'√©poque o√Ļ maman avait l'habitude de me mettre sur une caisse pour faire la vaisselle. Eh bien, j'esp√®re que cet apr√®s-midi nous allons faire la m√™me chose. Que le Seigneur accorde donc de Ses b√©n√©dictions.

2 Il y a quelques annonces, une annonce que je devais faire l'autre jour √† Houston. On m'avait remis l√† un bout de papier qui disait : ¬ęS'il vous pla√ģt, annoncez que fr√®re Van Heuf... Van Heus ainsi que W.P. ...?..., seront √† Phoenix, en Arizona, du 27 f√©vrier au 5 mars.¬Ľ Retenez cela.
Maintenant, je pense que, demain soir, fr√®re Oral Roberts devra parler ici. Probablement dans ce m√™me auditorium? Dans la salle de banquet. Et fr√®re Oral est certainement un chef-d‚Äôoeuvre de Dieu √† la chaire. Un merveilleux homme de Dieu, un homme de la foi. Et je suis s√Ľr que cela vous fera du bien de venir √©couter fr√®re Roberts demain soir.
Et aussi, il y aura le déjeuner le matin, et tout, il y a beaucoup... beaucoup ont... J'ai vu derrière le rideau certains d'entre eux qui ont déjà obtenu leurs billets, et le reste. C'est bien. Ainsi, nous sommes toujours ravis d'être présents à ces conventions.

3 Je sais que vous avez quelque chose qui doit avoir lieu dans quelques minutes - ou immédiatement après que j'aurai terminé de prêcher - une sorte de réunion. Je serai aussi bref que possible. Une chose, c'est que je suis un peu enroué, et la chose suivante, c'est que ...?... déjà plus de deux heures que vous êtes ici. Je sais que vous êtes fatigués.
Maintenant, demain ou dimanche prochain, le Seigneur voulant (dimanche prochain √©tant le 5 f√©vrier), le soir du dimanche prochain, nous serons aux assembl√©es de Dieu, √† Tucson, pour prier pour les malades. Le soir du dimanche prochain, on commencera √† 7 h 30' √† Tucson, en Arizona. Et ensuite nous effectuerons un voyage de l√† jusqu'√† la C√īte Ouest, jusqu'au... sud de Los Angeles - Long Beach, je pense que c'est √ßa; ensuite nous monterons aux alentours de Bakersfield pour le service suivant, et continuerons enfin vers l'est. J'esp√®re, si c'est la volont√© de Dieu, √™tre √† Zurich au moment o√Ļ ces hommes y seront, et aussi √† J√©rusalem. J'aimerais une fois me rendre √† J√©rusalem, et voir la terre o√Ļ notre Seigneur a v√©cu.
J'aimerais saluer beaucoup de mes braves amis qui sont ici. Je vois frère Magnason et frère Rhodes, beaucoup de frères ici. Cela prendrait beaucoup de temps pour citer leurs noms. Et je me tenais ici, il y a quelques instants, et j'ai vu frère Smith, et il s'est avancé et a jeté ses bras autour de moi - quel merveilleux moment de communion!

4 Maintenant, comme nous avons lu les Ecritures, j'aimerais tirer un texte, si on peut l'appeler ainsi, du 3e verset du deuxième chapitre de Deutéronome : Vous avez assez suivi les contours de cette montagne. Tournez-vous vers le nord. J'aimerais parler sur le sujet : Se tourner vers le nord.
Cela aurait √©t√© dur pour Isra√ęl, lorsqu'ils se tenaient sur l'autre rive de la mer Rouge, dansant, criant, se r√©jouissant, de penser que la terre promise √©tait √† quarante ans de voyage, alors qu'ils n'en √©taient √©loign√©s que de quelques jours de voyage. Ce n'est qu'une br√®ve dur√©e. Je pense qu'avec une automobile vous pourriez probablement parcourir cette distance en une heure et demie. En marchant, vous pourriez la parcourir en deux jours, trois ou quatre jours, quelque chose comme cela, c'est facile. Vous pourriez aller √† la terre promise.
Et ils pensaient qu'ils y étaient presque, et ils étaient en train de passer un grand moment de jubilé, de cris et de louanges à Dieu, en voyant ce que Dieu avait fait pour eux, et comment... Cela aurait été difficile de leur faire croire qu'ils étaient à quarante ans de voyage de cette promesse, de la pleine promesse de Dieu qu'Il leur avait faite.

5 La gr√Ęce les avait pourvus d'une grande chose. La gr√Ęce les avait pourvus d'un agneau pascal. La gr√Ęce les avait pourvus d'un proph√®te. Et la gr√Ęce les avait pourvus d'un Ange. L'agneau pascal √©tait pour leurs p√©ch√©s. Le proph√®te √©tait leur instructeur. L'Ange √©tait leur guide. La gr√Ęce les avait pourvus de tout. Mais, malgr√© tout cela, ils ont d√©sir√© une loi.
Pourtant cette gr√Ęce avait pourvu pour eux √† un moyen pour s'√©chapper de l'Egypte, avant qu'ils n'aient de loi. Ensuite la gr√Ęce les avait pourvus de l'un des plus grands r√©veils qu'ils n'aient jamais eus. Pendant ce r√©veil, ils avaient vu la glorieuse puissance de Dieu. Pendant ce r√©veil, ils avaient vu le soleil briller alors que les autres √©taient dans les t√©n√®bres. Pendant ce r√©veil, ils avaient vu la main puissante de Dieu d√©livrer son peuple innocent, les amenant de l'esclavage √† la d√©livrance. Et pendant ce r√©veil, apr√®s qu'ils avaient travers√© la mer Rouge, ils s'aper√ßurent que derri√®re eux tous leurs ennemis √©taient morts dans la mer Rouge. Pourquoi voulaient-ils y ajouter quelque chose?

6 Ils √©taient simplement comme nos p√®res pentec√ītistes il y a environ quarante ans ou un peu plus, apr√®s que l'on a vu les m√™mes choses qu'eux avaient vues, un des plus puissants r√©veils que l'√©glise avait jamais eus : on y a vu la gu√©rison divine, les gens √™tre lib√©r√©s de l'esclavage, et ainsi de suite, √™tre rendus libres, apr√®s avoir √©t√© li√©s par des cha√ģnes de d√©nominations. La gr√Ęce les avait pourvus de tout ce dont ils avaient besoin : un Ange de Dieu pour les conduire, des proph√®tes, des grands hommes.

7 Je les ai entendus dire l'autre jour que lorsqu'ils tenaient des r√©unions sur la rue Azusa ici en Californie, ils pensaient que c'√©tait une disgr√Ęce que d'amener les recueils des cantiques √† l'√©glise. Ils chantaient en Esprit. Ils les chantaient, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer. Ils dansaient en Esprit. Ils passaient un bon moment. Et ils s'attendaient √† ce que la Parole sanctifiante de Dieu les s√©pare de leurs p√©ch√©s, et ils savaient qu'ils √©taient pass√©s de la mort √† la vie. Quel r√©veil ils avaient il y a quelque quarante ans!
Mais, comme Isra√ęl, nos p√®res ont commis une erreur fatale - une seule chose les a maintenus dans le d√©sert quarante autres ann√©es. On d√©couvre qu'au lieu d'√™tre satisfaits de ce qu'ils avaient, et de ce que Dieu avait fait pour eux, et du fait qu'ils avaient vu les oeuvres de Ses mains, le fruit de la gr√Ęce les pourvoyant de tout ce dont ils avaient besoin... m√™me au point qu'ils n'avaient pas besoin d'un recueil de cantiques. J'aurais souhait√© pouvoir voir cela en ce temps-l√†.

8 Pourtant, Isra√ęl, apr√®s toutes ces choses, Isra√ęl dans le naturel... Ceci, c'est Isra√ęl dans le spirituel. Tout comme Dieu amenait Son peuple √† une terre promise dans le naturel, Il est en train d'amener Son Eglise √† une terre promise dans le spirituel. Ils √©taient en route, passant des bons moments, mais pourtant ils... Apr√®s que la gr√Ęce avait pourvu √† tout ce dont ils avaient besoin, ils d√©siraient toutefois fabriquer quelque chose d'eux-m√™mes, quelque chose qu'ils pouvaient montrer √† Dieu et dans lequel ils avaient eu √† faire.
Et c'est ce que... L'église, quand elle tombe dans cette condition, c'est toujours à ce moment-là qu'elle est perdante. Et lorsque vous, ou moi, ou n'importe quel homme, essayons de mettre la main sur l'oeuvre de Dieu pour y ajouter ou en retrancher quelque chose... Nous devons la laisser juste telle que Dieu nous l'a donnée. Laissons simplement le réveil avancer comme l'Esprit avance.

9 Ces gens n'étaient qu'à huit ou dix jours de voyage de la pleine promesse de Dieu, s'ils avaient suivi la conduite du Saint-Esprit. Les gens de ce jour-ci, nos pères, étaient juste à quelques jours de la plénitude de la promesse de Dieu, s'ils étaient simplement allés de l'avant et avaient suivi la conduite du Saint-Esprit. Mais, comme eux, nous devions faire quelque chose.
L'erreur la plus fatale qu'Isra√ęl e√Ľt jamais commise se trouve dans Exode 19. Apr√®s que la gr√Ęce les avait pourvus de toutes ces choses et avait accord√© un r√©veil, ils exig√®rent quand m√™me une loi. Ils purent toutefois avoir des √©coles, des pasteurs ayant une formation th√©ologique, et, eh bien, √™tre simplement comme les autres - quelque chose au sujet de quoi ils pouvaient faire des histoires, quelque chose au sujet de quoi ils pouvaient se s√©parer, briser la communion ou la fraternit√©. ¬ęNous croyons ceci¬Ľ et ¬ęNous croyons cela¬Ľ. Si seulement ils avaient laiss√© la chose telle que Dieu la conduisait, √ßa aurait √©t√© tr√®s bien.

10 Mais nous essayons toujours d'y mettre de nos idées; il se fait que quand nous injectons nos idées, quand nous injectons notre théologie dans l'Esprit de Dieu, cela éloigne l'Esprit de Dieu. C'est comme ça qu'étaient les choses en ce jour-là. Ils étaient en route, mais ils désiraient quelque chose qu'ils pouvaient fabriquer eux-mêmes.
Ils d√©couvrirent ensuite qu'ils avaient √©loign√© d'eux l'Esprit de Dieu par leurs disputes et leur mauvaise conduite. C'√©tait une grosse erreur. C'√©tait une grosse erreur lorsque nous f√ģmes la m√™me chose, nos p√®res. Lorsque le Saint-Esprit descendit pour la premi√®re fois sur la rue Azusa, et dans bien des parties du monde, si nous avions simplement laiss√© cela continuer, la conduite du Saint-Esprit - laisser le monde dehors, continuer, et laisser le Saint-Esprit conduire - nous serions d√©j√† dans la terre promise. Mais nous sommes √©loign√©s de la chose de quarante ans et quelques. Nous avons agi exactement comme eux.
Quelque chose est entr√© dans l'√©glise, ou un autre probl√®me, et nous avons voulu nous organiser, au lieu d'aller simplement de l'avant et d'aimer les fr√®res, de continuer; ou, pourquoi ne pas laisser cela tranquille? ¬ęToute plante que mon P√®re c√©leste n'a pas plant√©e sera de toute fa√ßon d√©racin√©e.¬Ľ Ainsi, √† quoi nous sert-il de dresser des barri√®res d√©nominationnelles pour maintenir l'autre dehors? Nous ne faisons qu'entourer une chose d'une cl√īture.

11 Maintenant, il y a une petite histoire qui dit quelque chose comme ceci, que... Peut-√™tre que ce n'est pas indiqu√© de dire cela √† la chaire, √† un groupe de gens remplis de l'Esprit comme celui auquel j'ai le privil√®ge de m'adresser. Mais elle dit que trois singes √©taient assis sur un arbre, se regardant l'un l'autre. Et ils jet√®rent un coup d'oeil en bas et virent les pauvres √™tres humains, et ils dirent : ¬ęNe sont-ils pas malheureux, ces hommes? Et ils disent qu'ils descendent de nous. C'est une erreur. Jamais je n'entourerai mon cocotier d'une cl√īture pour emp√™cher mes fr√®res singes de manger les m√™mes noix de coco que je mange.¬Ľ Vous voyez? C'est √ßa l'√™tre humain. L'√©glise a toujours √©t√© ainsi.

12 Une fois, lorsqu'Isra√ęl voulut agir comme les autres nations, ils d√©sir√®rent avoir un roi. Ils voulurent que Samuel leur donne un roi. Eh bien, Samuel leur parla, disant : ¬ę√áa ne marchera pas. Dieu est votre Roi. Laissez simplement Dieu √™tre votre Roi.¬Ľ
Ils voulurent malgré tout avoir un roi, car ils voulaient agir comme les autres nations. Ils voulaient agir comme les Philistins et les autres nations, avoir le monde comme modèle, au lieu de laisser Dieu être leur Roi.
Samuel leur parla... Dieu dit √† Samuel... Samuel, leur fid√®le vieux proph√®te, convoqua Isra√ęl et dit : ¬ęVous ai-je d√©j√† dit quelque chose au Nom du Seigneur qui ne soit arriv√©? Vous ai-je d√©j√† dit quelque chose au Nom du Seigneur qui ne soit arriv√©? Vous ai-je d√©j√† demand√© votre argent, ou vous ai-je pris quoi que ce soit?¬Ľ
¬ęNon, tu ne nous a pas demand√© notre argent¬Ľ, r√©pondit Isra√ęl. ¬ęNon plus tu ne nous as dit quelque chose au Nom du Seigneur qui ne soit arriv√©. Mais, ce pendant, nous voulons de toute fa√ßon avoir un roi.¬Ľ

13 Vous voyez, l'homme désire faire lui-même quelque chose. Il veut montrer son autorité. Il veut montrer combien il est grand, ou bien combien il peut être différent de quelqu'un d'autre, des autres. C'est à ce moment-là que Dieu Se retire de la scène, c'est tout à fait exact.
Maintenant, comme pour Isra√ęl, √ß'a toujours √©t√© comme c'√©tait alors: il y avait une multitude de gens de toute esp√®ce. Certains d'entre eux d√©siraient une chose, d'autres une autre chose. C'est ce que nous avons aujourd'hui. Et d'habitude celui qui est de l'autre c√īt√© est celui qui l'emporte, quand...
C'√©tait pareil au Concile de Nic√©e, quand nos √©glises furent √©tablies. L'une d√©sirait une chose et l'autre une autre. Le petit groupe pentec√ītiste fut mis dehors. L'organisation prit le dessus.

14 Et apr√®s le Concile de Nic√©e, les oeuvres des nicola√Įtes devinrent une doctrine. Ils form√®rent leur propre foi, √©lev√®rent leurs propres hommes, prirent tout le... Comme je le disais l'autre jour, ¬ęnico¬Ľ signifie ¬ęconqu√©rir¬Ľ. ¬ęNicola√Įtes¬Ľ signifie ¬ęconqu√©rir les la√Įcs¬Ľ, et attribuer toute la saintet√© √† un homme : faites ce que vous voulez et versez de l'argent √† l'√©glise; et que l'homme puisse remettre les p√©ch√©s, qu'il puisse faire la pri√®re √† votre place, et ainsi de suite.
Cela n'est pas la volont√© de Dieu. La Parole de Dieu S'adresse aux la√Įcs, √† tout le monde. Vous √™tes un individu. Dieu traita avec Isra√ęl en tant que nation, Il traite avec vous et moi en tant qu'individus. Nous aurons chacun √† r√©pondre devant Dieu pour nos p√©ch√©s.

15 Et nous voyons que cette multitude de gens de toute esp√®ce... Eh bien, c'est... Les deux fils d'Isaac et R√©becca repr√©sentent le monde entier. Chaque fois que nous avons un r√©veil, il na√ģt des jumeaux. Chaque fois que nous avons un r√©veil, des jumeaux naissent. Esa√ľ et Jacob √©taient des jumeaux. L'un d'eux √©tait un homme selon le monde, et l'autre √©tait spirituel.
Or, Esa√ľ √©tait un homme bon au m√™me titre que Jacob, si vous l'examiniez. Il aimait s'occuper de son vieux p√®re aveugle, lequel √©tait un proph√®te. Moralement, il √©tait un bon gar√ßon, je suppose, tr√®s bien. Cependant... et il participait au travail. Et peut-√™tre que Jacob n'√©tait qu'un fils √† maman, tout le temps coll√© √† maman, le genre qu'on appelle petit eff√©min√©. Et ainsi, Esa√ľ √©tait aim√©. Un homme du monde, naturel, qui ne se pr√©occupait nullement du droit d'a√ģnesse.

16 Mais pour Jacob, cela ne changeait rien, la mani√®re dont il l'obtiendrait, il n'avait qu'une seule chose √† l'esprit : c'√©tait le droit d'a√ģnesse! Peu importe ce que ... rien d'autre... ou la mani√®re dont il l'obtiendrait. Il en est ainsi d'une √©glise n√©e spirituellement. Quand l'Eglise catholique eut un r√©veil, quand Luther eut un r√©veil, quand Wesley eut un r√©veil, Knox, Calvin, et tous √† travers les √Ęges, cela produisit des jumeaux. Et quand la Pentec√īte eut un r√©veil, cela produisit des jumeaux. Quand Mo√Įse eut un r√©veil l√†-bas en Egypte, cela produisit des jumeaux, une multitude de gens de toute esp√®ce. Les uns tourn√©s vers... les uns tourn√©s vers le monde, d√©sirant agir comme le monde, √™tre comme le monde, et que leur message soit suivant le mod√®le du monde. Les autres ne se pr√©occupent pas de ce que dit le monde, combien √ßa para√ģt classique ou combien √ßa ne para√ģt pas classique, ils ont une seule chose en commun, c'est se cramponner au droit d'a√ģnesse, se saisir de Dieu. Cela a toujours √©t√© ainsi, c'es encore ainsi aujourd'hui, mes amis. Cramponnez-vous au droit d'a√ģnesse.
Pour Jacob, il... ça ne changeait rien combien il était traité d'efféminé, combien... ce que... comment il l'obtiendrait, il l'obtint simplement ainsi. Aujourd'hui, c'est ainsi. Ça ne change rien pour les gens qui sont spirituels. Maintenant, le... bien des fois, les églises font des compromis. Elles en arrivent à donner simplement une poignée de main au prédicateur.

17 Comme David du Plessis a bien plac√© la chose il n'y a pas longtemps, que Dieu n'a pas des petits-fils. C'est vrai. Nos √©glises pentec√ītistes sont en train d'introduire leur... les jeunes, leur donnant une position, et faisant d'eux des membres de l'√©glise. Ils ne sont jamais pass√©s par le processus de la nouvelle naissance, ni n'ont jamais √©t√© remplis du Saint-Esprit √† la suite d'un engagement personnel. Nous les acceptons √† l'√©glise.
Qu'avons-nous obtenu? Une bande de Rickeys aux cheveux coiff√©s en brosse qui courent ici dans la rue simplement comme le reste du monde; des femmes aux cheveux coup√©s courts, et qui se maquillent, et tout le reste. C'est une disgr√Ęce, le genre qui prend pour mod√®le le monde au lieu de revenir √† un point de vue spirituel.

18 On a eu beaucoup de grands mouvements dans nos très grandes églises pour essayer de devenir plus important que l'autre, en le détruisant complètement, travaillant pour nos organisations, pour nos dénominations. Qu'avons-nous obtenu? Nous faisons éclore une bande d'hybrides au lieu des enfants de Dieu nés de nouveau. C'est exact.
Hybrides - l'une des ruines du monde. Un hybride ne peut jamais se croiser. Quand un mulet na√ģt... Le mulet ne peut √™tre rien d'autre qu'un mulet. C'est tout ce qu'il est. Il na√ģt un mulet. C'est un hybride. Il vient du croisement entre le cheval et le mulet. Il ne sait pas qui est son p√®re, qui est sa m√®re, d'o√Ļ il vient ni o√Ļ il va. Il est tout aussi ignorant que possible. Il n'est pas doux, pas doux du tout. Parlez-lui et il va tout simplement dresser ses oreilles et hennir doucement, faisant : ¬ęHi-han, hi-han¬Ľ avec ses longues oreilles dress√©es.
Je voyage de temps en temps pour pr√™cher √† beaucoup de ces mulets qui n'en savent pas plus de Dieu qu'un hottentot n'en sait d'un chevalier √©gyptien. Ils dressent leurs oreilles et disent : ¬ęLes jours des miracles sont pass√©s. √áa n'existe pas.¬Ľ C'est un hybride. Il se peut qu'il soit membre d'une organisation pentec√ītiste qui... il se peut qu'il soit membre d'une autre organisation. Mais un homme ou une femme n√© de nouveau ...

19 Tout ce que j'aime, c'est un cheval hybride... ou plut√īt non pas un cheval hybride, mais un v√©ritable cheval pur sang et doux. Ce que j'aime, c'est une exp√©rience originale de la Pentec√īte : quelqu'un qui sait d'o√Ļ il vient, qui sait ce qui s'est saisi de lui, et o√Ļ il va, ayant un esprit doux et gentil, le Saint-Esprit, quelqu'un qui a de la tol√©rance et qui communie, et qui traversera la ligne pour serrer la main √† n'importe quel fr√®re, qui l'accepte dans - c'est un fr√®re, citoyen du m√™me royaume.
Peu importe la mani√®re dont il a √©t√© baptis√© ou asperg√© ou la mani√®re dont on a vers√© de l'eau sur lui, ou ce qu'il a fait, s'il lance les bras, s'il a sautill√© ou quoi qu'il ait fait, c'est quand m√™me un fr√®re. Du moment qu'il a le Saint-Esprit, c'est votre fr√®re. Et un v√©ritable pentec√ītiste, homme ou femme pur sang et n√© de nouveau, croit cela de tout son coeur. ...?... Certainement! ...?..

20 A pr√©sent, quant √† ces r√©veils jumeaux, l'un produit un homme qui veut √™tre un intellectuel et b√Ętir des √©coles. Ils essayent d'√©viter cette question de la nouvelle naissance. L'√©glise essaye de l'√©viter. Aujourd'hui, on re√ßoit les gens par le bapt√™me d'eau, on les introduit dans l'√©glise au moyen du bapt√™me d'eau. Vous pourriez les introduire dans l'√©glise au moyen du bapt√™me d'eau, mais vous ne les introduirez jamais en Christ au moyen du bapt√™me d'eau. On doit y na√ģtre de l'Esprit. C'est vrai.
Comme je l'ai souvent dit, je le dis encore : peu m'importe le genre de naissance dont il s'agit, toute naissance est un g√Ęchis. Qu'elle ait lieu dans une porcherie, ou sur un tas de gerbes, ou dans une chambre d'h√īpital peinte en rose, c'est un g√Ęchis. Et c'est pareil avec la nouvelle naissance, c'est un g√Ęchis. Elle vous fera faire des choses que vous n'aviez jamais pens√© faire. Elle vous fera pleurer, hurler, crier, lever les mains et tourner, toutes sortes de signes et tout. Et aux yeux d'un groupe de gens guind√©s et pr√©tentieux, vos actes seront honteux. Mais cela vous est √©gal aussi longtemps que vous naissez par cela.

21 Vous devez na√ģtre ...?... Il faut na√ģtre de nouveau, arriver √† la nouvelle naissance. On en arrive au point o√Ļ on essaye d'√©viter ce probl√®me en acceptant des membres, essayant de surpasser l'autre : ¬ęNotre organisation progresse plus que les autres.¬Ľ √áa ne vaut rien . Rien du tout!
Ce qui compte, c'est le Royaume de Dieu. Nous sommes tous en train d'ouvrer pour un seul lieu. Je suis membre de l'Eglise baptiste ou des assemblées, ou de l'église des unitaires, des trinitaires ou de ceux qui croient en cinq dieux, ou peu importe ce que c'est. Notre désir est de travailler pour un seul principe, c'est-à-dire pour notre Père céleste, pour faire entrer des enfants nés de nouveau dans ce Royaume là-haut. En dehors de cela, nous travaillons en vain. Nous essayons de faire quelque chose pour une organisation humaine qui tombera, aussi certain que deux et deux font quatre. Elle doit tomber, cela vient de l'homme. Cela doit tomber. Seul ce qui est de Dieu peut demeurer.
Je n'ai rien contre eux. C'est parfait, mais quand on dresse ces barri√®res selon lesquelles nous ne devons pas communier avec l'autre, c'est l√† que √ßa devient mauvais. On m'a dit et rapport√© que je n'aimais pas les organisations. J'aime les gens qui sont dans les organisations, mais pas... Les organisations, c'est bien, aussi longtemps qu'elles ne tracent pas des limites et disent : ¬ęNous, nous croyons ceci, mais vous... Vous autres, tenez-vous-en √©loign√©s. Et puis, nous ne coop√©rerons pas avec ce groupe d'hommes d'affaires ni quoi que ce soit, aussi longtemps qu'ils aiment la fa√ßon dont cette autre organisation...¬Ľ

22 Dès qu'ils deviennent une organisation, je m'éloigne d'eux. C'est tout à fait exact. Je ne crois pas dans ces affaires. Je crois que nous sommes des frères, que nous communions en suivant la conduite de l'Esprit. C'est exactement ça que j'aime à ce sujet.
Une multitude de gens de toute esp√®ce. Ils avaient la loi. Ils √©taient partis au mont Sina√Į et avaient re√ßu la loi afin d'avoir tous des dipl√īmes de docteur : des doctorats, des doctorats en droit, des Q.S.D. et toutes sortes de doctorats. Et ainsi, la premi√®re chose, vous savez, cela leur attira des ennuis.

23 Eh bien, la loi a accompli son but. C'√©tait tr√®s bien en son jour. La loi l'a tr√®s bien fait; elle a accompli son but en son jour. De m√™me, les d√©nominations l'ont tr√®s bien fait. Elle a tr√®s bien accompli son but. Mais rappelez-vous que la loi ne les a jamais amen√©s √† la terre promise. C'est Josu√© qui les y amena; la gr√Ęce, pas la loi.
Et la d√©nomination, aucune d√©nomination n'am√®nera l'Eglise de Dieu l√†-bas. Ce sera la gr√Ęce de Dieu r√©pandue dans nos cours par le bapt√™me du Saint-Esprit qui nous am√®nera √† la terre promise, √† la pl√©nitude des b√©n√©dictions de Dieu. Assur√©ment. Ils commettent une erreur fatale en faisant ces choses.
Cela avait tr√®s bien accompli son but, mais il arriva un temps o√Ļ ce n'√©tait plus bon. Dieu laissa cela s'√©teindre pour pouvoir recourir √† la gr√Ęce et les faire traverser, et pour ce qui est de leur position, les placer dans la terre promise. De m√™me la gr√Ęce de Dieu placera chaque membre, des proph√®tes, des docteurs, et ainsi de suite. Non pas... Les d√©nominations ne peuvent pas faire cela. On a un groupe d'anciens pour vous imposer les mains. Cela n'a pas plus de sens que jeter de l'eau... Il a fallu que ce soit le Saint-Esprit qui dise : ¬ęMettez-moi √† part Paul et Barnabas.¬Ľ Il a fallu que ce soit le Saint-Esprit qui mette √† part un homme et une femme et qui les place l√† o√Ļ ils...?... en Christ. C'est vrai.

24 Bon, nous voyons qu'ils all√®rent de l√† √† Kad√®s-Barn√©a. C'est √† Kad√®s-Barn√©a qu'ils commirent l'erreur la plus fatale qu'ils n'eussent jamais commise. Isra√ęl commit une erreur grave lorsqu'il arriva √† Kad√®s-Barn√©a..
Bien, ils avaient fait le d√©nombrement... ils avaient alors douze chefs, ils √©taient constitu√©s en douze groupes. Et ils les envoy√®rent √† la terre promise pour reconna√ģtre le terrain, pour voir ce qu'ils pouvaient avoir... des renseignements sur place. Quand ils revinrent, nous voyons que dix dans le groupe dirent : ¬ęIl est impossible de la prendre. Nous sommes incapables de le faire. C'est trop difficile. Nous sommes minuscules √† c√īt√© d'eux. Nous avons l'air de sauterelles.¬Ľ
Mais deux avaient l'√©vidence. Ils √©taient all√©s quelque part. A leur retour, ils avaient les fruits du pays. Pour √™tre s√Ľrs qu'ils y avaient √©t√©, ils sont revenus, ramenant la preuve que c'√©tait un bon pays. Eh bien, c'est ce que nous trouvons dans un r√©veil - environ deux pour une couv√©e. C'est comme dans le cas d'une couv√©e d'une poule, environ deux pour toute une couv√©e.

25 Et, vous savez, la premi√®re chose, c'est que Josu√© et Caleb sont revenus avec l'√©vidence que c'√©tait un bon pays. Ils avaient une √©vidence, une √©vidence. Mais, ce n'√©tait pas toute l'√©vidence. Ils n'avaient qu'une seule √©vidence. C'est ce que les pentec√ītistes avaient lorsqu'ils travers√®rent le pays jusque dans le d√©sert, lorsqu'ils travers√®rent la mer Rouge, et qu'ils trouv√®rent leur ennemi mort. Ils ont commenc√© √† parler en langues comme √©vidence qu'ils avaient √©t√© l√†-bas. Ils savaient qu'il y avait quelque chose de bon. Ils savaient qu'il y avait quelque part un pays qui √©tait au-del√† de tout ce qui avait jamais √©t√© atteint. C'est vrai.
Mais ce n'est pas tout. Nous nous sommes √©tablis l√†-dessus, nous ne sommes pas all√©s plus loin. Bien. Dieu a dit : ¬ęS'il y en a un parmi vous qui vient et parle en langues, et si un homme du peuple vient, il dira : 'Bien, vous √™tes tous des fous.' Mais si quelqu'un proph√©tise et r√©v√®le les secrets du coeur, alors, il s'inclinera et dira que Dieu est certainement parmi vous.¬Ľ C'est ce qu'a dit Paul.

26 Eh bien, nous nous sommes arrêtés au seul parler en langues comme étant l'évidence du Saint-Esprit, ce qui est correct. C'est vrai. C'est l'évidence du Saint-Esprit, mais considérez les autres choses qui vont avec.
Mais aussit√īt que nous faisons cela, nous devons nous faire une d√©nomination pour garder les autres en dehors de cela; nous √©levons une cl√īture tout autour de notre cocotier afin que personne d'autre que nous ne puisse en prendre. C'est la raison pour laquelle le reste d'entre nous n'a pu aller nulle part. Ce sont nos propres id√©es √©go√Įstes au lieu de laisser le Saint-Esprit nous conduire tous dehors. Et nous avons attendu pendant quarante ans et rien ne s'est pass√©. Vous √™tes toujours au m√™me endroit, la m√™me vieille chose. Oh! la la!

27 Nous voyons qu'ils ont commis une erreur fatale. Et ils ont rassembl√© un important groupe de batailleurs. Hmm! C'est ce que nous avons; c'est un important groupe de batailleurs. L'un dit : ¬ęQue Dieu soit b√©ni, moi, je suis des assembl√©es. Vous, vous √™tes unitaires. Vous n'avez rien √† y avoir, vous de la pauvre Eglise de Dieu. Nous, nous l'avons.¬Ľ
Celui de l'Eglise de Dieu dit : ¬ęQue Dieu soit b√©ni, c'est nous qui avons la chose. Nous avons le nom proph√©tis√©.¬Ľ
L'unitaire dit : ¬ęNous l'avons parce que nous pratiquons le vrai bapt√™me. All√©luia!¬Ľ
Esp√®ce de batailleurs! Dieu a dit : ¬ęVous resterez ici jusqu'√† votre mort.¬Ľ C'est tout √† fait juste.
La Bible dit qu'ils rest√®rent l√† jusqu'√† ce que tous les vieux batailleurs soient morts. Amen! C'est tout √† fait vrai. Il les a laiss√©s juste l√† jusqu'√† ce que tous les vieux batailleurs soient morts. La Bible le dit - ces batailleurs luttaient pour les limites de l'organisation, disant : ¬ęN'ayez pas de communion avec ce groupe-l√†. C'est une bande de buses, et c'est ceci.¬Ľ Tant que vous avez cela dans votre t√™te, vous resterez juste l√† sur la montagne et vous mourrez de faim.

28 Avez-vous déjà pensé à ce que ces gens faisaient pendant quarante ans? Ce n'était même pas à quarante jours de voyage, mais Dieu les a gardés là quarante ans. C'est ce qui est arrivé il y a longtemps.
Je crois que... certains d'entre eux parlent de la Venue du Seigneur J√©sus, je crois que ce devrait √™tre du pass√©. Je crois que l'√©glise en est la cause, c'est la raison pour laquelle ce devrait √™tre pass√©. J√©sus l'a dit. ¬ęComme il en √©tait aux jours de No√©, ainsi en sera-t-il √† la venue du Fils de l'homme.¬Ľ Aux jours de No√©, Dieu usa de patience, ne voulant qu'aucun ne p√©risse. Il attendit que les gens entrent, et aujourd'hui, Il attend que l'√©glise s'unisse.
Je sais que c'est impopulaire. C'est impopulaire parmi les gens. Pourtant, mes fr√®res, c'est le Message de l'heure, se rassembler. Les √Ęmes doivent avancer ensemble. Nous devons √™tre une seule Eglise du Dieu vivant - les m√©thodistes, les baptistes, les presbyt√©riens, les luth√©riens, les unitaires, les trinitaires, ceux qui croient en cinq dieux, nous tous ensemble. Nous sommes un seul groupe. Nous sommes les enfants de Dieu par naissance. C'est tout √† fait vrai.

29 ¬ęTous ceux que le P√®re M'a donn√©s viendront √† Moi. Et comment allez-vous venir lorsque vous avez un mur si haut que vous ne pouvez toucher les noix de coco? Vous voyez? ¬ęVous devez faire ceci, cela.¬Ľ Oh! tant de gens...
C'est comme le ge√īlier de Philippe cette nuit-l√†, lorsqu'il a dit: ¬ęQue faut-il que je fasse pour √™tre sauv√©?¬Ľ
Que devons-nous faire? Nous leur disons ce qu'ils ne doivent pas faire. ¬ęVous devez cesser de faire ceci, vous devez cesser d'aller l√†-bas. Vous devez cesser de faire ceci.¬Ľ Il ne demanda jamais ce qu'il devait cesser de faire - de faire. Il demanda ce qu'il devait faire pour √™tre sauv√©. C'est vrai.
Paul a parl√© en des termes clairs, disant : ¬ęCrois au Seigneur J√©sus-Christ et tu seras sauv√©.¬Ľ C'est tout. Ramenez la foi de Dieu parmi les gens pour qu'ils sachent que faire et comment agir. Ne dites pas : ¬ęVenez ici vous joindre √† notre groupe. Venez ici vous joindre √† ce groupe.¬Ľ Ramenez-les tout simplement √† Dieu. Dieu prendra soin du reste. Faites-les entrer dans le Royaume. Des vieux batailleurs.

30 La Bible dit que parce qu'ils n'avaient pas cru les deux hommes... Caleb et Josu√© calm√®rent la foule. Maintenant, il y a dix ans, ils voulaient savoir. pr√©sent√© les pentec√ītistes, tous les autres et ainsi de suite, et ils. L'un d'eux a dit : ¬ęEh bien, maintenant nous irons l√† aupr√®s de ces groupes importants et que sais-je encore, et nous laisserons le Saint-Esprit continuer √† nous conduire.¬Ľ
L'un d'entre eux a dit : ¬ęLaissez le Saint-Esprit conduire.¬Ľ
Eh bien, de nouveaux problèmes et toutes sortes de choses surgirent. Si cela n'est pas de Dieu, ça tombera de toute façon. Alors pourquoi. Laissons-les aller simplement de l'avant, mais nous, aimons-nous les uns les autres. Ne combattez pas les uns contre les autres. Tant que le Diable réussira à vous amener à vous battre entre vous, lui n'aura plus du tout à combattre. Il se retirera, se tapera un pique-nique, observera comment vous vous battez entre vous et il se moquera de vous qui professez avoir le Saint-Esprit, mais qui vous battez entre vous.

31 Aimez-vous les uns les autres. J√©sus a dit : ¬ę...ceci tous conna√ģtront que vous √™tes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres. C'est alors que les hommes sauront que vous √™tes Mes disciples, quand vous avez de l'amour les uns pour les autres.¬Ľ C'est la plus grande √©vidence du Saint-Esprit que je connaisse, quand vous pouvez vous aimer les uns les autres. Oui, monsieur. Voil√† le grand commandement, la chose capitale. ¬ęQuand vous parleriez les langues des hommes et des anges, si vous n'avez pas l'amour, cela ne vous sert de rien.¬Ľ
Vous voyez, ne faites pas une organisation à partir de votre évidence du Saint-Esprit - ce qui est très bien, j'y crois, moi aussi. Mais attendez. Il y a plus que cela. (Excusez-moi, mes amis de couleur.) C'est comme cet homme de couleur là au Sud qui mangeait une pastèque. On lui en donna une toute petite tranche, à peu près comme ça. Ce garçon pouvait manger plus de pastèque que ça.
On lui demanda : ¬ęComment as-tu appr√©ci√© cela, Sambo?¬Ľ
Il r√©pondit : ¬ęC'est bon. Mais il y en a plus.¬Ľ

32 C'est exactement ainsi quand je go√Ľte Dieu, quand le Saint-Esprit vient dans la r√©union. C'est bon, mais j'en veux plus. Il y en a plus, parce qu'Il a promis que chaque b√©n√©diction qui d√©coule de la R√©demption est pour nous. Oui, monsieur!
Ils restèrent quarante ans sur une montagne. Nous sommes restés dans nos dénominations pendant quarante ans, faisant des histoires ici et là. Et. Avez-vous déjà pensé à ce que ces gens faisaient là pendant quarante ans? Eh bien, Dieu était certainement avec eux. Il est avec nous. Ils ont fait quarante ans là, et ils ont élevé des enfants. Dieu les a fait prospérer; ils ont eu de bonnes récoltes. Ils ont fait beaucoup de bonnes choses là. Dieu les a bénis et les a guéris de leurs maladies. Il n'y avait pas une seule personne faible parmi eux à leur sortie du désert. Mais Il les a laissés demeurer là jusqu'à ce que cette bande de vieux batailleurs soit passée - soient tous morts.

33 C'est exactement ce qu'Il a fait aujourd'hui, Il nous a √©tablis et on s'est joint aux assembl√©es, on s'est joint √† l'Eglise de Dieu, on s'est joint √† ceci, on s'est joint √† cela, et on s'est joint, on s'est joint, on s'est joint, oh! jusqu'au moment o√Ļ on s'est √©tabli ici; on a √©lev√© des enfants et on a achet√© des Cadillac et on a prosp√©r√© dans les affaires et tout le reste.
Mais les quarante ans sont écoulés, frères. Une nouvelle génération s'est levée. C'est vrai. Un Josué s'était levé un jour. Il croyait la Parole de Dieu d'une manière absolue, chaque portion de la promesse - pas seulement pour qu'on prenne soin de vous, et que vos affaires et consorts soient bénies, mais il y a plus que cela.. Dieu a fait la même chose aujourd'hui. Et je crois que cette organisation des Hommes d'Affaires du Plein Evangile fait partie du programme de Dieu. Je ne le dis pas parce que je me tiens ici devant eux. Si je le faisais, je serais un hypocrite.

34 Mais je ne plaisante pas, car ils n'ont pas plant√© un poteau, disant : ¬ętelle organisation¬Ľ ou ¬ętelle autre organisation¬Ľ. Ils ont √©largi suffisamment leurs fronti√®res au point de recevoir tout le monde. Et la raison pour laquelle je fais partie d'eux aujourd'hui, c'est parce qu'ils sont dans le programme m√™me que je crois √™tre juste. Elles ont √©t√© √©largies jusqu'aux Assembl√©es de Dieu, √† l'Eglise de Dieu, au ¬ęFoursquare¬Ľ [Mouvement fondamentaliste du sud de la Californie - N.D.T.], au P.A.J.C [sigle anglais pour Assembl√©e Pentec√ītiste de J√©sus-Christ - N.D.T.], au ¬ęP.A. of W.¬Ľ [ sigle anglais pour Assembl√©e Pentec√ītiste Mondiale - N.D.T.], √† l'Eglise Unie, tout le monde. Quiconque veut, qu'il vienne boire √† la fontaine des eaux de Dieu gratuitement.
Peu importe si vous montez un chameau √† une bosse, √† deux bosses, √† trois bosses ou peu importe le nombre de bosses qu'il a - m√™me s'il monte un vieil √Ęne. Non, cela ne change rien ...?. Il y a de la nourriture pour nous tous ici dans cette maison ; cela, quand nous nous rassemblons. Voil√† pourquoi j'ai suivi les Hommes d'affaires partout, parce que l√†, je peux m'adresser √† tous les groupes et leur transmettre mon message, pour leur faire savoir que ceci est la chose que je crois.

35 Je crois qu'aujourd'hui c'est tout à fait pareil. Ils doivent en faire partie. Ils peuvent être un exemple de ce que Dieu peut accomplir lorsque les hommes peuvent se mettre ensemble, et briser leurs barrières dénominationnelles. Je crois que ces hommes-ci, que vous voyez maintenant, ces jeunes gens, que sont ces groupes qui sont représentés ici? C'est le groupe des fils des vieux batailleurs.
Mais ces hommes ne sont pas des batailleurs. Le nouveau groupe n'était pas constitué de batailleurs. Il laissa mourir tous les vieux batailleurs. Et quand les vieux batailleurs moururent, Il prit leurs fils et suscita Josué du milieu d'eux, et les envoya vers la pleine promesse.
Je crois que c'est ce que nous voyons aujourd'hui. Je crois que c'est ce que cette organisation des Hommes d'affaires chrétiens est en train de faire. Dieu est en train de l'utiliser puissamment, et Il continuera à le faire tant qu'ils garderont ces barrières dénominationnelles démolies. Ils ne vous disent pas à quelle église appartenir. Appartenez à n'importe laquelle que vous voulez.
Mais ils essaient de vous amener... de vous √©loigner de la tendance des vieux batailleurs pour vous ramener l√† o√Ļ il y a de la place, l√† o√Ļ nous pouvons passer nos bras autour de n'importe quel fr√®re. Qu'il soit m√©thodiste, presbyt√©rien, baptiste, unitaire, trinitaire, ou peu importe ce qu'il est, passez vos bras autour de lui. C'est un fr√®re. Ne le combattez pas, aimez-le. Amen. Tant que nous garderons cette attitude, Dieu va proc√©der √† la moisson un de ces quatre matins. Et je crois que nous sommes √† Ses pieds maintenant.

36 Vous avez fait quarante ans sur cette montagne de l'organisation. Montons. Quittons cet endroit. Prédicateurs, mes frères dans le ministère là-bas, ne trouvez-vous pas que nous sommes restés sur cette montagne assez longtemps? Ne trouvez-vous pas que nous nous sommes disputés, nous nous sommes combattus, nous nous sommes mal comportés, nous avons assez longtemps fait des histoires à cause des frontières de notre organisation?
Quittons cette montagne et avan√ßons vers la terre promise. Mettons-nous en marche, et prenons possession du pays. Dieu leur a dit : ¬ęMontez prendre possession du pays. Tous les vieux batailleurs sont maintenant morts. Remettez votre √©p√©e au fourreau. Ne vous battez plus.¬Ľ

37 Ecoutez, mes amis. Ne commettez pas la m√™me erreur que vos p√®res, sinon vous passerez aussi quarante ans ici. Voyez-vous l√† o√Ļ les organisations des Hommes chr√©tiens, et ainsi de suite ou plut√īt les hommes chr√©tiens ...?. Si jamais vous organisez cela, vous serez retenus juste ici encore pendant quarante ans.
Mais c'est le temps o√Ļ Dieu appelle Son Eglise √† avancer. Je crois cela. Et remarquez, Il a dit : ¬ęMaintenant, quand vous passerez par la montagne de S√©ir... Maintenant, c'est l√† que demeure Esa√ľ, votre fr√®re d√©nominationnel, un bon presbyt√©rien, m√©thodiste ou baptiste. Maintenant, ne le d√©rangez pas. Ne vous disputez pas avec lui. Passez tout simplement √† c√īt√© et dites : 'Bonjour, fr√®re.'¬Ľ Poursuivez votre route. Pourtant toi, tu veux le secouer et lui dire qu'il n'a rien. C'est vrai. Souvenez-vous qu'il n'a que ce que Dieu lui donne. Il est issu du m√™me r√©veil que vous. C'est juste.

38 Il a... il conna√ģt... Il a dit √† Josu√© : ¬ęVeille donc √† ne pas aller √† la montagne de S√©ir, car je l'ai donn√©e √† Esa√ľ.¬Ľ C'est jusque l√† qu'il est cens√© aller. C'est tout ce qu'il conna√ģt. C'est la seule chose qu'il conna√ģt, sa d√©nomination. ¬ęOh! nous sommes ceci et cela. Nous sommes...¬Ľ C'est tout ce qu'il conna√ģt. C'est tout ce que Dieu lui a donn√©. Passez donc tout simplement. Ne vous mettez pas √† vous disputer et √† vous battre avec lui. Passez calmement. Mais √©coutez ceci, Jacob, vous Jacob pentec√ītiste - vous qui √™tes r√©ellement n√© de nouveau, qui avez l'exp√©rience, et qui √™tes conduit par le Saint-Esprit - ne vous mettez pas √† vous disputer avec lui.¬Ľ
Toutefois, le pentec√ītiste Jacob a la pleine promesse d'entrer dans le pays, c'est la chose qui va se produire. Dieu avait dit qu'Il allait.?. la chose enti√®re, et qu'Il allait vous placer dans la terre promise, avec la pl√©nitude de l'Esprit, avec toutes les manifestations.

39 L'autre matin, alors que j'√©tais l√† dans cette r√©union, j'ai vu cela moi-m√™me, que mon minist√®re est un minist√®re spirituel, que je ne suis pas fameux comme pr√©dicateur. Mais remarquez, dans le m√™me ordre d'id√©es, quand on parlait de Charles Price alors qu'il √©tait l√† mourant, fr√®re Shakarian a proph√©tis√© que ces choses arriveraient; oh! mon esprit s'est r√©veill√© au-dedans de moi, disant : ¬ęC'est cela, c'est cela, c'est cela. Si seulement ils pouvaient comprendre cela; c'est cela.¬Ľ
Nous sommes pr√™ts √† monter pour prendre possession du pays. Souvenez-vous de ce que j'ai dit √† propos des h√īpitaux et consorts, nous serons pr√™ts √† le faire quand vous, les fils de ces vieux batailleurs, vous vous serez unis.
Oh! vous ministres qui √™tes ici, vous fr√®res qui √™tes ici √† Phoenix, brisez vos barri√®res d√©nominationnelles. Repentez-vous et ayez un r√©veil de la Pentec√īte! Nous pouvons tous nous unir dans ...?... Nous d√©sirons un r√©veil, le Saint-Esprit tombant de nouveau sur l'Eglise pour qu'elle soit conduite par le Saint-Esprit. Dieu veut le faire. Montez prendre possession du pays.
Passez √† c√īt√© d'eux. Ne - ne vous disputez surtout pas avec eux. S'ils ne veulent pas venir, il n'y a pas de probl√®me. Il n'y a pas de probl√®me. Vous, allez de l'avant. ¬ęBonjour, fr√®re.¬Ľ Passez √† c√īt√©. C'est un croyant frontalier. Tout ce qu'il conna√ģt, c'est rester √† la fronti√®re. C'est comme √ßa que sont beaucoup de gens aujourd'hui. Tout ce qu'ils connaissent, c'est leur d√©nomination. ¬ęJe suis membre de ceci, je suis membre de cela.¬Ľ

40 Une fois, j'ai demand√© √† une femme si elle √©tait chr√©tienne. Elle r√©pondit: ¬ęJe ferai comprendre que je br√Ľle un cierge chaque soir¬Ľ, comme si cela avait quelque chose √† voir avec le christianisme.
J'ai entendu un homme dire. Il a dit : ¬ęJe suis Am√©ricain. Je le suis certainement.¬Ľ Cela n'a rien √† faire avec la chose, pas plus qu'un cochon n'a besoin d' une selle d'amazone ; cela n'a rien et alors rien √† faire avec la chose, pas plus que de mettre une selle d'amazone sur un cochon. Pourquoi? Qui dit Am√©rique ne dit pas christianisme. Le christianisme, c'est l'exp√©rience de la nouvelle naissance, le bapt√™me du Saint-Esprit, cela va.?. pour la communion, l'amour et la tol√©rance. Et le Saint-Esprit S'empare de l'Eglise et accomplit de grandes choses. Oh! certainement! Oui, monsieur.
J'ai cru sentir quelque chose me transporter. Je ne savais pas ce que c'√©tait. Je n'√©tais pas s√Ľr de n'√™tre pas encore parti... dit : ¬ęQuelqu'un est maintenant en train de d√©placer la caisse.¬Ľ Je me suis dit : ¬ęVoici que je vais...?.¬Ľ Oui, monsieur.

41 Possédez les promesses. La promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. Chrétiens, frères et soeurs, nous avons fait assez longtemps dans ce pays. Nous sommes restés autour de cette montagne. Nous sommes donc restés trop longtemps sur cette montagne dénominationnelle.
Voici quarante ans que nous sommes ici, depuis que nous avons pris cela pour √©vidence, le parler en langues. Oh! la la! Alors qu'il y a des puissances inconnues, alors que les ressources sont inexploit√©es. ¬ęTout ce que vous demanderez en Mon Nom, Je le ferai. Demandez quelque chose au P√®re en Mon Nom, Je le ferai.¬Ľ Amen. La gu√©rison divine, le parler en langues, eh bien, ce ne sont - ce ne sont que quelques grappes qui ont √©t√© ramen√©es du pays. Le pays est √† nous! Il nous appartient enti√®rement. Ne craignez pas que l'autre aille vous battre l√†-bas. Joignez-vous simplement √† lui et avancez. C'est ainsi qu'il faut faire. Voici quarante ans que nous sommes sur cette montagne. Quittons-la et allons vers la terre promise.

42 Ma pri√®re est que Dieu aide ces hommes d'affaires √† rester d'un seul cour. C'est vrai. Et si les ministres ne le font pas, Dieu suscitera des hommes d'affaires ou quelqu'un d'autre pour le faire, pour les rassembler... En effet, l'Eglise ne peut avancer avec un bras √† un endroit, la t√™te √† un autre, et le pied √† un autre. Il doit proph√©tiser, et il y aura un bruit de rassemblement (c'est tout ce que je peux vous dire), jusqu'√† ce que tout le Corps du Seigneur J√©sus-Christ soit debout comme une seule grande unit√© de Dieu. Alors, nous quitterons cette montagne et passerons de l'autre c√īt√© pour poss√©der le pays. Entre-temps, je suis votre fr√®re et je lutte seulement pour ce seul but : unir l'Eglise du Dieu vivant pour qu'elle soit d'un seul cour et d'un commun accord. Que Dieu vous b√©nisse. Fr√®re Shakarian. [Espace blanc sur la bande - N.D.E.]

43 [Le reste de la bande pourrait être une partie d'un autre service. Il commence avec les commentaires d'un autre frère - N.D.E.]
Je pense que dans notre adoration, m√™me si nous sommes vraiment sinc√®res, quelquefois pourtant, nous manquons de voir la v√©ritable puissance de Dieu dans toute sa grandeur parmi nous. Bon, quand cette vision est venue, laquelle. La plupart d'entre vous - peut-√™tre tous ceux qui sont ici ont d√©j√† assist√© aux r√©unions, et ont vu les visions, et ont vu ce qui arrivait. Et la raison pour laquelle j'ai fait cette remarque, quand j'ai parl√© ici ce matin, c'est simplement. Si seulement vous pouvez reconna√ģtre la Pr√©sence du Seigneur! On a pris la photo de cette Lumi√®re plusieurs fois. Ce - c'est Dieu, mes amis, car cela manifeste la m√™me nature.

44 C'est juste comme quand un - quand un - quand un arbre. Il y a quelques temps, j'√©tais ici en Arizona et j'ai vu un citrus qui, je crois, portait plusieurs sortes de - de fruits. C'√©tait peut-√™tre un oranger et il portait. disons, peut-√™tre, que des citrons et des pamplemousses poussaient dessus. √áa - √ßa poussait sur cet arbre. Mais J√©sus a dit, je crois, dans Saint Jean 5 - 15 : ¬ęJe suis le Cep, vous √™tes les sarments.¬Ľ Bon, maintenant, si ce sarment a produit. ou plut√īt ce - ce Cep a fait sortir son premier sarment, et on a √©crit un livre des Actes apr√®s ce - ce - ce sarment, si ce v√©ritable Cep fait sortir un autre sarment, on √©crira un autre livre des Actes apr√®s cela. Vous voyez, car maintenant, il y a un . greff√©. Vous pouvez greffer ces autres agrumes et cela vivra de la vie de cet arbre.

45 Et je pense aujourd'hui que plusieurs fois dans notre. bon, je ne rabaisse pas notre organisation, mais nous, nous mettons un point √† la fin. Vous voyez : ¬ęNous croyons ceci et c'est tout.¬Ľ Si nous mettions une virgule √† la fin : ¬ęNous croyons ceci plus ce que Dieu va nous montrer¬Ľ, vous voyez, votre organisation serait diff√©rente. Mais lorsque vous mettez une virgule √† la fin, il n'y a plus rien que Lui peut ajouter. Et comme l'arbre pousse, je crois vraiment que l'√©glise, n'importe quelle √©glise organis√©e, se nourrit de la Vie de Christ. Je crois cela. En effet, c'est quelque chose qui y a √©t√© greff√© ou ajout√©. Cela a √īt√© le pouvoir aux la√Įcs pour le donner au ministre ou √† l'√©v√™que ou √† qui que √ßa puisse √™tre. Par exemple, l√† dans l'Apocalypse, il est dit : ¬ęLes oeuvres des nicola√Įtes.¬Ľ ¬ęNico¬Ľ, c'est ¬ęvaincre¬Ľ les la√Įcs. Je crois que des r√©unions comme celles-ci donnent √† Dieu l'occasion d'ouvrer √† travers les la√Įcs. Vous voyez, la puissance de Dieu ouvre √† travers les la√Įcs.

46 Bon, ceci, c'était en 1933. J'étais encore un missionnaire baptiste. Et j'ai 51 ans maintenant, et j'ai vu des milliers de ces visions; et beaucoup parmi vous ici ont assisté aux réunions. Eh bien, appelez n'importe qui pour demander si une seule a déjà failli. Ça n'a jamais failli. Ça ne peut pas faillir. C'est Lui.
Maintenant, nous voyons que c'est du nouveau pour l'église aujourd'hui, tout comme la puissance du Saint-Esprit c'est du nouveau dans l'église, telle que nous la voyons ici. (J'ai entendu des baptistes et d'autres frères, et ainsi de suite, en témoigner.) Nous voyons que c'est du nouveau pour l'église.
Mais ce qu'il en est, c'est - c'est qu'un autre sarment sort de ce Cep. Et si vous y faites attention, il agit exactement comme dans Actes, comment le Saint-Esprit s'élevait parmi les gens et disait de différentes choses.

47 Ce matin-l√†, je me rendais √† mon √©glise. Je ne savais pas comment appeler une vision. Mais, je - je voyais ces choses. √áa, c'√©tait plusieurs ann√©es avant que le monde n'entre en guerre, et j'ai dit : ¬ęIl y a un dictateur maintenant du nom de Mussolini. Et il fera sa premi√®re invasion en Ethiopie, et il vaincra l'Ethiopie, puis il finira dans la honte.¬Ľ Et tout ce qui √©tait dit, sept remarquables choses. Demain peut-√™tre, je pourrais amener ce vieux morceau de papier pour que vous puissiez y jeter un coup d'oeil. Et cela montre comment c'est arriv√© - cinq choses sont arriv√©es parfaitement, et la septi√®me √©tait aussi pr√©dite. Maintenant, il y est dit que quand les gens vont donner aux femmes le droit de vote, que dans. Aussi, je n'ai rien contre. On m'a tax√© de.
[Espace blanc sur la bande - N.D.E. ]

48 Sur toute l'étendue de la nation, il semblait que les rocs avaient explosé, et les souches fumaient, et - et ainsi de suite. Et immédiatement après cela, M. Roosevelt. exactement au temps de son gouvernement ici. le monde est entré en guerre. Et Mussolini a fait exactement la même chose; et la ligne Maginot, et tout ce que nous avons dit. Et les électeurs, c'étaient des femmes, nous le savons, qui ont élu notre actuel président.
Je suis. C'est ainsi au Sud, √©tant moi-m√™me du Sud, on a pos√© beaucoup de questions comme : ¬ęQu'en est-il de la s√©gr√©gation et des autres choses?¬Ľ Je. Le.?. En tant qu'Am√©ricain, je - je crois.?. tout ce que √ßa demande, tr√®s bien. Donc maintenant, √©tant donn√© qu'il est notre pr√©sident, nous devons respecter cela..

49 Eh bien, il y a quelques jours, quelque chose m'est venu et j'ai √©crit cela. Et quelqu'un a dit (Je crois que c'√©tait un gentleman qui √©tait assis ici; il portait des lunettes sombres ce matin-l√†, je crois que c'√©tait lui.) : ¬ęIl fera un bon pr√©sident les quatre premi√®res ann√©es.¬Ľ C'est tout √† fait vrai.
Mais observez simplement. En p√©chant, nous avons laiss√© passer notre jour de gr√Ęce. Il est plus tard que vous ne le pensez.?. Vous voyez? L'heure approche. Et souvenez-vous, ce sera pris par des flatteries. Et nous sommes - nous sommes pr√®s de la fin maintenant. Je suis - je suis positif √† ce sujet. Je suis aussi positif. Pourtant, je.

50 Beaucoup d'entre vous ont fait de bons compliments concernant le minist√®re et ainsi de suite. Qu'il en soit ce qu'il peut en √™tre. Mais si vous croyez que nous parlons au Nom du Seigneur, l'Am√©rique est finie. C'est vrai. Et s'il y a un temps o√Ļ nous devons travailler, c'est maintenant que nous devons le faire, juste maintenant. Et ¬ętous ceux que le P√®re M'a donn√©s viendront¬Ľ. Et nous devons commencer √† p√™cher rigoureusement √† la seine.
Et j'apprécie. Et pour terminer, je voudrais dire ceci ce matin - je ne vais pas prendre le temps de quelqu'un d'autre; la seconde fois que j'étais ici. Me pardonnez-vous pour cela? Je crois que je suis censé parler demain soir, et j'espère que vous allez venir. Je veux parler sur : Nous avons fait quarante ans sur cette montagne.

51 Ainsi, je crois, le Seigneur m'a utilis√© pour aider √† l'organisation de beaucoup de chapitres, et partout dans mon minist√®re. Je n'ai jamais essay√© de faire - permis que mon minist√®re devienne du spectacle. Il y a une chose que J√©sus-Christ manquait : c'√©tait le sens du spectacle. Il n'y a pas longtemps, quelqu'un a dit, il a dit : ¬ęFr√®re Branham, vous devriez aller avec le grand Untel¬Ľ, c'est comme √ßa que les fr√®res parlaient. Bien, comme ma position dans le Corps de Christ est d'observer les fins spirituelles et de voir o√Ļ elles en sont; c'est pour √ßa que j'ai √©t√© ordonn√©. C'est pour √ßa que - que - que je suis ici. Christ m'a plac√© ici pour veiller sur le c√īt√© spirituel. Par exemple ceux que nous appelons de gros bonnets.
Vous voyez, cet homme (qui qu'il soit, qui était en train de parler, je crois que le frère était assis ici). Nous ne pouvons pas être un gros bonnet et un chrétien à la fois. Le haut, c'est le bas. Celui qui s'humilie sera élevé.

52 Et beaucoup ont dit. Il n'y a pas longtemps quelqu'un m'a appel√© - un homme vraiment remarquable appartenant √† une grande organisation - il a dit : ¬ęFr√®re Branham, nous ferons telle chose si seulement vous cessez de dire √ßa et √ßa.¬Ľ Cesser de dire √ßa et √ßa ? C'est √ßa mon minist√®re. C'est √ßa ma vie. C'est ce dont je me nourris. Pour rien au monde je ne ferai de compromis au sujet de la Parole de Dieu. Je dois m'en tenir exactement √† cela. Nous sommes. J'ai dit : ¬ę .?. La chose en est que vous faites l'idiot avec cette bande de. oh! certains de ces petites gens, les petits groupes et ainsi de suite comme cela. Sortez!¬Ľ Vous voyez, cet homme ne savait pas de quoi il parlait.
Si seulement il le savait ; la m√™me chose a √©t√© dite √† l'endroit du Ma√ģtre de notre vie, J√©sus-Christ. Ses propres fr√®res ont dit : ¬ę .?. vas l√†-bas et fais un grand spectacle de quelque chose et touche aux grands quartiers g√©n√©raux.¬Ľ .?.
Il a dit : ¬ęVous avez toujours votre temps; le Mien n'est pas encore venu.¬Ľ Il traitait avec ces p√©cheurs illettr√©s, des hommes qui ne savaient ni lire ni √©crire. Vous voyez, ce que le monde appelle bon, Dieu l'appelle folie.

53 Je me demande quel genre d'interpr√©tation le clerg√© de ce jour-l√† a donn√© √† l'Ecriture d'Esa√Įe 40. Peut-√™tre que Dieu ouvrirait les cieux et ferait descendre des corridors, et alors Jean Baptiste descendrait avec un groupe d'anges. Qu'est-ce que cela signifiait, que tous les hauts lieux seraient aplanis et les plaines relev√©es, et que les montagnes sauteraient comme des b√©liers, et que toutes les feuilles battraient des mains? Un vieux (Excusez cette expression. Je n'ai pas l'intention de le dire de cette fa√ßon-ci, mais c'est juste pour faire une remarque.), un vieux gars √† l'air √©bouriff√© sortit du d√©sert; il se tint dans la boue qui lui arrivait probablement aux chevilles; et il prenait peut-√™tre un bain tous les trois ou quatre mois; il avait une peau de brebis enroul√©e autour de lui. C'est √† ce moment-l√† que les hauts lieux √©taient abaiss√©s, que les plaines √©taient relev√©es. Ce n'√©tait pas un tr√®s grand homme avec quelque chose de grand et de fleuri derri√®re lui. √áa, c'est une personne au cou raide. Dieu eut des hommes. C'est vrai. Soyez humble.

54 Et - et, fr√®res, je - j'aime cela chez ces gens. Comme cet homme qui a fait cette d√©claration il y a un instant, que ces hommes d'affaires, tout comme ce. Eh bien, quelquefois, il y a des fossoyeurs qui ne se feraient pas conna√ģtre dans une foule comme celle-ci. Mais ces hommes (ces hommes d'affaires-ci) ont la foi et des choses de cet ordre, cela me montre l'humilit√©; ils s'abaissent et confessent cette b√©n√©diction de Pentec√īte et ce que Dieu a fait par eux. Ce sont de grands hommes dans le monde, mais si vous remarquez, ils payent leurs propres frais et vont partout dans le monde pour essayer de - de faire quelque chose pour aider d'autres fr√®res √† entrer dans ce groupe, pour faire briller la lumi√®re.

55 Et je pense ce matin √† toutes les r√©unions auxquelles j'ai assist√©, ceci est mon point de vue. J'ai eu des gens. Je les ai entendus crier et louer le Seigneur, et j'appr√©cie cela aussi. Mais j'ai vu des personnes crier et louer le Seigneur, mais qui n'avaient pas assez de foi pour gu√©rir un mal de dent. Vous voyez? Mais - mais c'est une partie de b√©n√©dictions de Dieu, mais quand on en arrive √† la puissance de Dieu, c'est l√† qu'ils se calment, le Saint-Esprit. Observez quand le discernement vient dans les r√©unions. Tout est calme, on s'approche respectueusement de Dieu avec - avec - avec saintet√©, et la crainte de Dieu agissant, et vous voyez la v√©ritable conviction changer l'expression des visages et autres, comme je l'ai observ√© ce matin dans le b√Ętiment.

56 Pour moi, ceci est le plus grand déjeuner que j'aie jamais pris quelque part dans le groupe des Hommes d'affaires chrétiens depuis que je suis avec eux. C'est le seul groupe auquel j'appartienne, c'est juste à celui-ci. Je n'appartiens même pas à une organisation, mais celui-là est le seul auquel j'appartienne. J'apprécie ce groupe de gens, parce que, d'abord, c'est la chose que je soutiens. Et il y a ici les gens des Assemblées, de l'Eglise de Dieu, du Foursquare, des baptistes, des presbytériens, des unitaires, des binitaires, des trinitaires, oh.
J'ai parl√© de cela et aussi des puits pour secouer. Je ne pense pas que j'ai exprim√© cela de la mani√®re correcte, ou plut√īt que j'ai utilis√© les mots qu'il fallait, mais je vais le dire de fa√ßon que vous puissiez comprendre. Il a creus√© un puits et les Philistins se sont √©loign√©s de lui - l'en ont fait partir. Et il l'a appel√© ¬ęmalice¬Ľ. Il en a creus√© un autre, et il l'a appel√© ¬ęcontestation¬Ľ. Puis, il a creus√© le puits final, et il a dit : ¬ęIl y a de la place pour nous tous.¬Ľ Ainsi, je - je pense que c'est ce qu'il y a ici. Il y a pour nous tous de la place (Oui, monsieur.) o√Ļ nous pouvons nous rassembler et nous asseoir dans les lieux c√©lestes, aucune barri√®re d√©nominationnelle ne nous d√©rangera; nous ne sommes qu'un groupe en Christ.

57 Si je pouvais voir toutes les grandes √©glises, les √©glises spirituelles qui se battent, la v√©ritable et authentique vigne qui sort de J√©sus-Christ, seulement les groupes pentec√ītistes se rassembler et √™tre fr√®res. Peu m'importe leurs organisations. Ils peuvent les conserver s'ils le souhaitent. Il n'y a pas de probl√®me. Mais ne mettez pas un point √† la fin. Etendez la main et prenez celle de l'autre ami. Vous voyez? Rassemblons-nous, tous. Vous voyez? Si je peux voir cela arriver (je dis cela aussi respectueusement que possible), je - si je peux voir cela arriver ce matin, je dirais volontiers comme Sim√©on d'autrefois : ¬ęSeigneur, laisse Ton serviteur aller en paix, selon Ta Parole, car mes yeux ont vu Ton salut. ¬Ľ .?. Et le temps devra bient√īt arriver, fr√®res, o√Ļ nous serons oblig√©s d'√™tre ensemble. Souvenez-vous-en bien. Que Dieu vous b√©nisse. Merci, fr√®re.

EN HAUT