ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Au-delà du rideau du temps de William Branham a été prêchée 61-0305 La durée est de: 51 minutes .pdf La traduction Shp
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Au-delà du rideau du temps

1 Et j'aimerais annoncer ici que vos prières ont été exaucées. C'est comme les réunions que je - que nous avions au début, quand j'ai commencé mon ministère, il y a bien des années. Je n'ai jamais... Nous n'arrivions même pas à offrir des places assises aux gens et ne pouvions pas obtenir le terrain de la foire et tout le reste. A 15 heures, il y en avait assez là pour remplir l'endroit, et on devait fermer les portes et ne plus laisser les gens entrer. Nous ne pouvions pas rester là jusqu'à 19 heures. Voyez-vous? Des milliers de gens affluaient simplement de partout, juste...
Et j'avais pris les cinq derni√®res soir√©es, lors de la derni√®re s√©rie de r√©unions, et j'ai √©difi√© sur la seule base de la Parole; je commence √† me rendre compte de la puissance de la Parole. Voyez-vous? Car la Parole est Dieu, voyez-vous. ¬ęAu commencement √©tait la Parole, la Parole √©tait avec Dieu, et la Parole √©tait Dieu. Et la Parole a √©t√© faite chair et a habit√© parmi nous.¬Ľ

2 Maintenant, Hébreux 4 déclare que - que la Parole de Dieu est plus tranchante qu'une épée à double tranchant. Voyez-vous, la Parole de Dieu est plus tranchante que... pénétrante jusqu'à partager l'os et... Elle est tranchante et discerne les pensées de l'esprit - du coeur; voyez-vous. C'est ce que la Parole de Dieu... Alors, s'il y a un don par lequel nous pouvons simplement nous détendre... et la Parole Elle-même - c'est Christ qui est la Parole, qui entre en nous et discerne les pensées de l'esprit, comme vous l'avez vu. Voyez-vous combien c'est merveilleux? Alors, en voyant ce qu'Il a fait et la manière dont Il nous a bénis... Et alors, le - le... Je pensais qu'en édifiant sur la seule base de la - de cette Parole pendant quatre soirées, en laissant simplement les gens s'asseoir tranquillement et se détendre tout simplement, le Saint-Esprit appellerait les gens et accomplirait des choses dans l'auditoire.

3 Et alors, à la dernière réunion, le dernier dimanche après-midi, j'ai vu l'une des plus importantes lignes de guérison qu'on n'ait jamais vues en Amérique. Voyez-vous, ils étaient... J'ai envoyé Billy avec cent cartes, Gene avec une centaine, Leo avec une centaine, Roy avec une centaine; ils avaient simplement distribué toutes ces cartes, environ cinq cents.

4 Et puis, après qu'ils ont vu l'influence de la Parole et ce qu'Elle faisait - je m'en tenais exactement à cette Parole, - eh bien, je les ai amenés à l'estrade. Et je voyais des hommes et des femmes jeter leurs béquilles et tout le reste, et être guéris avant même d'atteindre l'estrade. Rien qu'en voyant... Voyez-vous, la Parole de Dieu avait déjà été pleinement annoncée là-bas et S'était établie dans leurs coeurs au cours de ces cinq messages ou quatre messages, jusqu'à ce qu'ils aient cru cela de tout leur coeur. Alors, la seule chose qu'ils avaient à faire, c'était avoir une sorte de petit contact, vous voyez, une chose ou une autre; et c'était une réalité. Et dès qu'ils atteignaient l'estrade, ils étaient guéris là même à l'estra... avant de traverser l'estrade.

5 Je pense que le fr√®re ici... vous connaissez tous fr√®re Ed - fr√®re Ed Hooper, n'est-ce pas? Vous qui venez de l'Arkansas, l√†-bas. Il a rencontr√©... Il √©tait l√† tout au d√©but de mon premier minist√®re. Il a dit : ¬ęCeci ressemble aux temps anciens, (il a dit;) c'est ainsi qu'on le faisait il y a des ann√©es.¬Ľ

6 Des gens ayant des tumeurs qui auraient - étaient comme ceci, rentraient guéris; des aveugles, des sourds, des muets, toutes sortes de choses que notre Seigneur a faites. Je n'avais même pas besoin de toucher les gens, la Parole était proclamée et accomplissait cela. Puis, le Seigneur m'a donné un Message que je voudrais un jour apporter ici à l'église, à mon retour, lorsque j'en aurai l'occasion. Pour le moment, je suis très occupé. Demain, je dois repartir, j'attends l'arrivée de cette fille. Et avant même de déposer ma valise dans la maison, quelqu'un était là.

7 Et depuis lors, je ne me suis presque pas assis. Voyez-vous? Je n'ai même pas parlé avec ma famille depuis que je suis revenu. Voyez-vous? Et c'est - cela constitue vraiment une tension. Et je dois aussi solliciter vos prières à tous en ma faveur pour que le Seigneur m'aide à tenir bon.

8 Maintenant, souvenez-vous de notre frère qui est très, très malade, ici, et qui est étendu sur ce petit lit. Et nous... Quelqu'un viendra d'ici là pour que nous allions à Louisville. Je vous demanderais de penser aussi dans vos prières à cette brave jeune fille qui n'a même pas dix-huit ans. C'est une jumelle. Et c'est une chrétienne, une élève.

9 Et les autres filles la critiquaient, vous savez, les deux filles... leur disant qu'elles √©taient- ce qui leur manquait dans la vie, et qu'elles devraient vivre comme les autres filles. Et l'une de ces filles a tout simplement fait fi de ces critiques. L'autre a eu un complexe et se sentait mal √† l'aise, et elle a continu√© simplement √† d√©p√©rir et √† aller davantage √† la d√©rive et elle se faisait des soucis l√†-dessus. Et elle a finalement fait une d√©pression nerveuse. Et ils... Elle est dans un h√īpital psychiatrique. Sa m√®re et son p√®re arrivent d'ici l√†, de Crandall, dans l'Indiana, pour se rendre √† cet asile o√Ļ on veut l'envoyer demain, √† Madison.
Or, la - la fille... La fille ne souffre d'aucune maladie physique. Elle... Il n'y a rien, physiquement, elle est en parfaite santé, mais c'est difficile à expliquer, et cela ne peut être expliqué.

10 Bien, ce qu'il y a, c'est que son esprit a err√©. Voyez-vous? Maintenant, il - il faudra saisir son esprit et le remettre en place. Voyez-vous? Il y a... C'est comme ce que nous avons dit ici, il y a quelques semaines, sur la mani√®re dont fonctionne l'organisme humain, et comment il y a cinq sens par lesquels on entre en contact avec le corps humain. Et puis, il y a cinq voies (comme on les appellerait), cinq voies telles que - que la conscience, l'imagination, et ainsi de suite, par lesquelles nous entrons en contact avec l'√Ęme. Et puis, pour entrer en contact avec l'esprit, il n'y a qu'une seule voie, et c'est par le libre arbitre, ce qui ram√®ne la chose √† la m√™me base que celle du temps o√Ļ l'homme fut cr√©√©. Vous pouvez soit accepter cela, soit rejeter simplement cela. Vous pouvez accepter Christ comme Sauveur ou Le rejeter simplement.

11 Et on est toujours devant cet Arbre, Celui de la Vie, et celui de la mort. Chaque √™tre humain est plac√© devant cet Arbre, sinon il serait injuste de la part de Dieu de mettre l'un devant cet Arbre et de ne pas donner √† l'autre la m√™me possibilit√© de - de choisir le bien ou le mal. Et chacun de nous a cette possibilit√©. Aussi, √† ce sujet, l'esprit... Nous pouvons √™tre gu√©ris ou ne pas l'√™tre. Maintenant, ce n'est pas parce qu'il n'y a pas - que nous n'avons pas √©t√© gu√©ris, pour Dieu. Nous le sommes car l'alliance est inconditionnelle, et Il a d√©j√† acquis notre gu√©rison. Par cons√©quent, la gu√©rison est - est n√ītre. Elle est n√ītre. Maintenant, c'est soit prendre cette voie pour y croire, soit cette autre voie juste pour ne pas y croire. Maintenant, nous n'avons que cette unique voie pour entrer dans la Pr√©sence de Dieu.
Maintenant, cette belle enfant, sa mère est une amie. Je... Ma... Elle était l'une de mes amies. C'était une gentille petite dame issue d'une famille nazaréenne de stricte obédience, une douce jeune fille. Et elle a un mari aimable. Je le connais aussi très bien, le garçon qui l'a épousée. Et c'est vraiment une petite... Ils ont élevé ces enfants pour qu'elles servent le Seigneur et les ont mises à l'école, et elles étaient bien ancrées en Christ et ne pouvaient faire de mauvaises choses. Mais cela a simplement abouti à une crise. C'est juste comme je suis...
Il y a quelques minutes, je regardais et observais attentivement un petit gar√ßon l√† derri√®re, qui avait exactement la m√™me chose. Et √† la... Un soir, nous sommes all√©s chez fr√®re Wright, et Orville avait fait vraiment - vraiment une d√©pression totale. Et il... Vous savez, c'est quand il a essay√© de me chasser de la maison, alors que Orville et moi sommes de si bons amis; c'est comme si j'√©tais vraiment son p√®re. J'ai mari√© son p√®re et sa m√®re. Et il s'√©tait simplement lev√© d'un bon et s'√©tait √©cri√© : ¬ęSors d'ici! Sors d'ici! Sors d'ici!¬Ľ Voyez-vous?

12 Maintenant, ce qu'il nous fallait faire l√†, c'√©tait entrer dans la ligne de l'esprit pour saisir l'esprit de ce gar√ßon. Voyez-vous? Son petit coeur avait connu beaucoup de chagrin, et il est jeune, et il en a vu de toutes les couleurs. Et on l'a directement ramen√© dans l'√©tat o√Ļ il devait √™tre. Voyez-vous? Quelques jours apr√®s, il √©tait- il √©tait normal.

13 Eh bien, c'est la m√™me chose qu'on doit faire pour ce cas. J'ai d√©j√† vu ces choses, et je sais que c'est vrai. Mais maintenant, juste... Je - je vous demande tous de prier maintenant, afin que - afin que Dieu m'aide √† d√©couvrir o√Ļ en est cette fille qui est dans cet √©tat o√Ļ elle ne sait pas o√Ļ elle en est, pour ensuite la ramener dans son √©tat normal. Et on acc√®de √† cette voie par la foi. Voyez, elle ne peut pas elle-m√™me avoir la foi. Elle ne sait pas o√Ļ elle en est, ni quoi que ce soit, voyez-vous? Ici, cela - cela exige notre foi.

14 Et maintenant, à ce sujet, la puissance de résurrection de Christ, par laquelle Il nous donne cette occasion... Je... C'est là que vous... Dans un sens, la Parole de Dieu pénètre le pécheur. Et cela doit aller au-delà de la prédication de la Parole qui sort. C'est pourquoi je voulais parler un tout petit peu ce matin avant de prier pour les malades.

15 Vous rappelez-vous la vision que le Seigneur m'avait donn√©e il n'y a pas longtemps, vous savez, celle o√Ļ j'avais vu l'au-del√†? Vous rappelez-vous ce matin-l√†, lorsque je t√©moignais avoir vu l'au-del√†? Eh bien, c'√©tait vrai. Le ¬ęVoice¬Ľ des Hommes d'Affaires du Plein Evangile a publi√© cet article et a mis une photo ici au verso de la page. Cela porte un extrait ici en bas, un petit passage ici en bas qui parle du minist√®re, lequel...

16 C'est un journal international, imprim√© dans beaucoup de diff√©rentes langues. Et ils ont consacr√© la une et la premi√®re page √† cette vision, voyez-vous. Maintenant j'en ai ici, et je souhaiterais que vous en preniez un exemplaire et que vous le lisiez, pour comprendre cela. Eh bien, je ne savais pas combien de fr√®res seraient ici ce matin. Et vous... Et s'il arrive que vous en manquiez, eh bien, allez tout simplement au bureau, ils en ont l√† au bureau. Et ils nous ont laiss√© en avoir un tas, sur ¬ęContinue √† pers√©v√©rer.¬Ľ Voyez-vous? Et c'est tout ce qui est dans mon coeur. Tout ce que je peux entendre c'est : ¬ęContinue √† pers√©v√©rer.¬Ľ Juste au-del√† de la - la rivi√®re, il y a un - un plus beau pays, et pers√©v√©rons jusqu'√† ce que nous entrions dans ce pays.

17 Maintenant, je pense qu'il y aura ici la cons√©cration du b√©b√© du fr√®re et de la soeur Stricker. Ainsi, cela... Combien en avez-vous maintenant, Soeur Stricker? Six petits gosses. Cela constitue une bonne petite famille. Et ainsi, ils sont - √©taient nos missionnaires l√† en - en Afrique; ils en sont revenus r√©cemment. Et tous leurs enfants sont de beaux petits amis, et je vois que celui-ci l'est aussi, comme on l'am√®ne ce matin pour le service de cons√©cration. O√Ļ est Teddy? Aie un... Teddy, mon gar√ßon, veux-tu venir ici au piano pour une minute, et - et chantons notre cantique sur - le petit cantique sur... Tu connais ce petit cantique, je crois, que nous chantons : ¬ęAmenez-les.¬Ľ Est-ce cela? Faites-les entrer en les retirant des champs du p√©ch√©.

18 Et c'est... La raison pour laquelle nous jouons ceci, c'est que nous, avec tout ce que nous pouvons... Les parents les am√®nent pour la cons√©cration. Nous les consacrons au Seigneur et les amenons pendant qu'ils sont encore des b√©b√©s pour qu'ils n'errent pas dans ce champ du p√©ch√©. ¬ęAmenez-les.¬Ľ Puissions-nous simplement... Est-ce que tu connais cela, Teddy? Alors chantons-en juste un couplet. Amenez-les, amenez-les,
Amenez-les, en les retirant des champs du péché.
Amenez-les (Y en a-t-il un autre? Eh bien, amenez-le immédiatement) .
Amenez les petits enfants à Jésus.
Amenez-les, amenez-les,
Amenez-les, en les retirant des champs du péché.
Amenez-les, amenez-les,
Amenez les errants à Jésus.

19 Fr√®re Stricker et Soeur Stricker, je r√©alise que vous connaissez la signification de ce cantique : ¬ęLes amener.¬Ľ Le d√©sir ardent de votre coeur est d'essayer d'amener les perdus √† J√©sus. Votre petit b√©b√©, s'il mourait avant d'√™tre consacr√© ou que sais-je encore, il est de toute fa√ßon sauv√© parce que le Sang de J√©sus-Christ l'avait fait au Calvaire. Mais c'est en m√©moire de Son glorieux p√®lerinage sur terre, lorsqu'Il imposa Ses mains aux petits enfants, Il dit : ¬ęLaissez-les venir √† Moi.¬Ľ voil√† pourquoi vous amenez le b√©b√© ce matin et placez votre confiance en nous, sachant que nous sommes capables d'offrir la pri√®re de la foi pour l'enfant, afin de consacrer sa vie √† Dieu.

20 Comment s'appelle-t-elle? Marilyn Madge. Marilyn Madge Stricker. Quel √Ęge a-t-elle? Treize mois. Elle est n√©e en Afrique, est-ce vrai? Bien, puisse... S'il y a un lendemain, puisse cette petite enfant √™tre missionnaire l√† dans les r√©gions o√Ļ elle est n√©e. Et c'est une - une belle petite enfant. Fr√®re Neville, voudriez-vous venir si vous...?... Oh! la la! J'aime toujours ces petits amis. N'est-ce pas l√† une jolie petite amie? Bonjour! Bonjour! Inclinons la t√™te maintenant, pendant que nous prions pour cette petite enfant.

21 Notre P√®re c√©leste, nous T'apportons la petite Marilyn Madge Stricker, cette charmante petite enfant n√©e dans le champ missionnaire pendant que la bataille faisait rage. Je Te prie de b√©nir cette enfant. Dans la Bible, on apportait... Tu as dit pour les petits enfants... Tu leur avais impos√© les mains et Tu les avais b√©nis, et Tu avais dit : ¬ęLaissez venir √† Moi les petits enfants et ne les en emp√™chez pas, car le Royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent.¬Ľ La m√®re et le p√®re placent ce b√©b√© dans nos bras aujourd'hui. Par la foi, nous lions les emb√Ľches, nous la pla√ßons par la foi dans Tes bras. B√©nis sa vie. Accorde-lui une longue vie, Seigneur. Puisse-t-elle √™tre une enfant de Dieu. Puisse-t-elle √™tre √† Ton service pendant toute sa vie, que chaque fibre de son √™tre soit au service de Christ. Accorde-le, Seigneur J√©sus.
Bénis son père et sa mère, ainsi que ses frères et soeurs qui sont encore jeunes. Qu'eux aussi puissent grandir, et qu'ils forment une famille glorieuse au service de Dieu. Père, nous Te confions la petite Marilyn Madge au Nom de Jésus-Christ pour qu'elle soit une puissante servante. Bénis-la, ainsi que son père et sa mère et ses bien-aimés, et puissent-ils avoir une longue et heureuse vie à Ton service, au Nom de Jésus. Amen.
Dieu vous bénisse, Frère Stricker. Oui, c'est une jolie petite dame. Merci, Teddy, mon garçon. J'aime les petits enfants, pas vous?

22 Combien n'ont jamais entendu parler de la vision que le Seigneur m'avait donnée? Levez la main, vous qui n'avez jamais... Frère Neville, avez-vous votre petit livre avec vous? Vous pouvez peut-être le lire pour eux ici même pendant une ou deux minutes. Je crois que cela... Juste ici si - si vous le voulez bien.

23 [Du paragraphe 23 au paragraphe 38 fr√®re Neville lit l'article suivant, sur fr√®re Branham, paru dans le journal ¬ęVoice¬Ľ des Hommes d'Affaires du Plein Evangile. -N.D.E.] ¬ęUn matin, j'√©tais √©tendu sur mon lit. Je venais de me r√©veiller, et j'avais les mains derri√®re la t√™te et je me d√©tendais, la t√™te sur l'oreiller. Alors, je commen√ßais √† me demander comment ce sera de l'autre c√īt√©. Je me suis rendu compte que j'avais d√©j√† d√©pass√© la moiti√© de ma vie (si je pouvais vivre aussi longtemps que ceux de ma famille), et je voulais faire plus pour le Seigneur avant de quitter cette vie. J'entendis une Voix dire : 'Tu viens √† peine de commencer; continue √† combattre, pers√©v√®re.'

24 ¬ęComme j'√©tais √©tendu l√†, m√©ditant ces... √©tendu l√†, m√©ditant sur ces paroles, je pensais m'√™tre imagin√© la voix que j'avais entendue. La Voix dit encore : 'Continue √† combattre. Continue √† avancer. Continue √† avancer.' N'y croyant toujours pas, je pensais avoir peut-√™tre prononc√© moi-m√™me ces paroles. J'ai mis les l√®vres entre mes dents, je me suis mis la main sur la bouche, et j'ai pr√™t√© l'oreille. La Voix dit encore : 'Pers√©v√®re tout simplement. Si seulement tu savais ce qu'il y a au bout du chemin!'

25 ¬ęIl m'a sembl√© entendre la musique ainsi que les paroles d'un vieux cantique familier. J'ai la nostalgie et je suis triste, et je d√©sire voir J√©sus.
J'aimerais entendre sonner ces cloches du port.
Cela éclairerait mon sentier et dissiperait toute crainte.
Seigneur, laisse-moi regarder au-delà du rideau du temps.
Alors, la Voix demanda : 'Aimerais-tu voir juste au-delà du rideau?'
Je répondis : 'Cela m'aiderait beaucoup.'

26 ¬ęJe ne saurais dire ce qui s'√©tait pass√©. Je ne sais pas si j'√©tais dans mon corps ou si je - s'il s'agissait d'un enl√®vement. Je ne sais pas. N√©anmoins, c'√©tait diff√©rent de toutes les autres visions que j'avais d√©j√† eues. Je voyais le lieu d'o√Ļ j'√©tais transport√©, et je me voyais √©tendu l√† sur mon lit. Je dis : 'C'est une chose √©trange.'

27 ¬ęIl y avait une multitude de gens qui accouraient vers moi, en criant : 'Oh! notre pr√©cieux fr√®re!' Premi√®rement vinrent de jeunes dames qui paraissaient √™tre dans la vingtaine; et pendant qu'elles m'embrassaient, elles disaient : ¬ęNotre pr√©cieux fr√®re!¬Ľ De jeunes hommes dans l'√©clat de leur jeunesse, avec des yeux √©tincelants comme des √©toiles au plus sombre de la nuit, et ayant des dents aussi blanches que des perles, m'embrassaient, disant: ¬ęNotre pr√©cieux fr√®re!¬Ľ

28 ¬ęEnsuite, je remarquai que moi aussi j'avais le - j'√©tais redevenu jeune. Je me voyais l√†, et je me retournai pour voir mon vieux corps √©tendu sur le lit, les mains derri√®re la t√™te. Je dis : 'Je ne comprends pas ceci.'

29 ¬ęComme j'essayais de comprendre o√Ļ je me trouvais, je commen√ßais √† me rendre compte que l√† il n'y avait pas d'hier ni de demain. Personne n'avait l'air fatigu√©. Comme la multitude de plus belles jeunes dames que je n'aie jamais vues jetait les bras autour de moi, je d√©couvris qu'il n'y avait qu'un grand amour qui m'environnait, et qu'il n'y avait aucune attraction physique comme dans le comportement humain.

30 ¬ęJe remarquai que ces jeunes dames avaient toutes des cheveux qui leur tombaient jusqu'√† la hanche, et leurs jupes descendaient jusqu'aux pieds. Apr√®s cela, Hope, ma premi√®re femme, m'embrassa et dit : '√Ē mon pr√©cieux fr√®re!' Puis, une autre jeune dame m'embrassa, et Hope se retourna et embrassa cette jeune dame. Je dis: 'Je ne comprends pas ceci. C'est quelque chose de totalement diff√©rent de notre amour humain. Je ne veux pas retourner dans ce vieux corps qui est sur le lit.'

31 ¬ęAlors, une Voix me dit : 'C'est ce que tu as pr√™ch√© comme √©tant le Saint-Esprit. Ceci est l'amour parfait. Rien ne peut entrer ici sans cela.' Ensuite, je fus √©lev√© et plac√© √† un endroit sur√©lev√©. Tout au autour de moi se trouvait une multitude d'hommes et de femmes √† - dans la fleur de la jeunesse. Ils criaient de joie : '√Ē notre pr√©cieux fr√®re, nous sommes tr√®s heureux de te voir ici!' Je pensai : 'Je ne suis pas en train de r√™ver, car je vois ces gens, et je vois mon corps √©tendu l√† sur le lit.'

32 ¬ęLa Voix me dit : 'Sais-Tu qu'il est √©crit dans la Bible que les proph√®tes √©taient recueillis aupr√®s des leurs?' Je r√©pondis : 'Oui, je me souviens de cela dans les Ecritures. Mais il n'y a pas autant de Branham.'

33 ¬ęLa Voix r√©pondit : 'Ce ne sont pas des Branham. Ce sont tes - ce sont tes convertis, ceux que tu as conduits au Seigneur. Quelques-unes de ces femmes que tu trouves si jeunes et belles avaient plus de quatre-vingt-dix ans lorsque tu les avais conduites au Seigneur. Pas √©tonnant qu'elles puissent crier : 'Mon pr√©cieux fr√®re!' Alors, cette multitude s'√©cria en m√™me temps : 'Si tu n'√©tais pas venu avec l'Evangile, nous ne serions pas ici.' Je demandai : 'Oh! o√Ļ est J√©sus? Je d√©sire Le voir.' Le peuple r√©pondit : 'Il est juste un peu plus haut. Un jour, Il viendra vers toi. Tu as √©t√© envoy√© comme un conducteur, et lorsque Dieu viendra, Il te jugera selon ton enseignement.'

34 ¬ęJe demandai : 'Paul et Pierre devront-ils aussi √™tre jug√©s?' La r√©ponse fut : 'Oui.'

35 ¬ęJe dis : 'J'ai pr√™ch√© ce qu'ils ont pr√™ch√©. Je ne m'en suis pas √©cart√© ni d'un c√īt√© ni de l'autre. L√† o√Ļ ils ont baptis√© au Nom de J√©sus, j'ai fait de m√™me. L√† o√Ļ ils ont enseign√© le bapt√™me du Saint-Esprit, j'ai fait de m√™me. Tout ce qu'ils ont enseign√©, je l'ai aussi enseign√©.'
¬ę'Nous le savons, r√©pliqua la multitude, et nous savons qu'un jour nous retournerons sur terre avec toi. J√©sus viendra et te jugera selon la Parole que tu nous as pr√™ch√©e. Ensuite, tu nous pr√©senteras √† Lui, et tous ensemble nous retournerons sur la terre pour y vivre pour toujours.' Je demandai : 'Dois-je retourner sur la terre maintenant?' Ils r√©pondirent : 'Oui, mais pers√©v√®re.'

36 ¬ęComme je commen√ßais √† quitter cet endroit magnifique et ravissant, aussi loin que mes yeux pouvaient voir, les gens accourraient vers moi pour m'embrasser, et ils criaient : 'Oh! mon pr√©cieux fr√®re!'
¬ęSoudain, je me retrouvai de nouveau sur le lit. Je dis : 'Oh! Dieu, aide-moi. Ne me laisse jamais faire des compromis avec la Parole. Que je m'en tienne strictement √† la Parole. Peu m'importe ce que quelqu'un d'autre fait, Seigneur, que je me presse vers cet endroit magnifique et ravissant.'

37 ¬ęJe suis plus que jamais convaincu dans ma vie qu'il faudra l'amour parfait pour entrer dans cet endroit. Il n'y avait ni jalousie, ni fatigue, ni maladie, ni vieillesse, ni mort; seulement une joie et une beaut√© supr√™mes. (All√©luia!) Quelle que soit la chose que vous faites, mettez de c√īt√© tout autre chose jusqu'√† ce que vous ayez l'amour parfait; arrivez-en au point o√Ļ vous pouvez aimer tout le monde, m√™me chaque ennemi. Que l'avion tangue, qu'il y ait des √©clairs ou que les armes de l'ennemi soient braqu√©es sur vous, ces choses importent peu; ayez l'amour parfait.

38 ¬ęSi vous n'√™tes pas sauv√©, acceptez J√©sus-Christ comme votre Sauveur maintenant. Si vous n'avez pas √©t√© baptis√© dans l'eau, soyez baptis√© maintenant. Si vous n'avez pas re√ßu le bapt√™me du Saint-Esprit, recevez-le maintenant. H√Ętez-vous d'entrer dans cet amour parfait qui vous am√®nera √† cet endroit magnifique et ravissant, au-del√† du rideau du temps.¬Ľ All√©luia! Gloire √† Dieu! Amen!¬Ľ [Fr√®re Neville termine la lecture de l'article sur la vision, tir√© du journal ¬ęVoice¬Ľ des hommes d'affaires. -N.D.E.]
C'est... Je pensais que peut-être certains d'entre vous avaient pu le lire. Et si vous n'avez pas reçu ce petit livre, eh bien, vous pouvez l'obtenir. Alors, juste au bas de la page, à droite, ils ont fait là une petite mention sur le ministère. Je ne sais pas si vous l'avez remarqué, juste en bas, après avoir lu cela, juste en bas, une petite mention en bas. Eh bien, cela est traduit dans presque toutes les langues qu'il y a sous les cieux, voyez-vous, pour - pour être lu dans le monde entier.

39 Maintenant, pourquoi - pourquoi direz-vous, pourquoi parlez-vous de cela, Fr√®re Branham, avant de prier pour les malades?¬Ľ En voici la raison: c'est pour que nous puissions savoir que nos efforts ne sont pas vains. Voyez-vous? Nous devons nous approcher de Dieu par ce canal de l'amour et de la foi. La foi nous am√®ne √† ce canal. C'est l'amour qui nous fait entrer.
(Excusez-moi.) Maintenant... Maintenant, pensez-vous que Dieu pourrait... Maintenant, puissions-nous... [Espace vide sur la bande -N.D.E.] avant que votre foi n'atteigne donc le niveau. Pensez-vous que... Que penseriez-vous, maintenant, si tous les efforts que le - ce Tabernacle, et ces groupes-ci de gens ont déployés pour le Royaume de Dieu...?
Il y en a beaucoup ici qui ont rationné leurs enfants pour le Royaume de Dieu. Il y en a beaucoup ici qui sont sans vêtements pour le Royaume de Dieu. Il y en a beaucoup qui ont passé par les orages et qui ont marché pieds nus pour atteindre ce Tabernacle-ci (c'est vrai), pour le Royaume de Dieu. Pouvez-vous imaginer un artiste peindre un grand tableau d'une beauté sublime, pour le déchirer tout simplement par la suite? Il y aurait quelque chose qui cloche dans cet artiste. Pouvez-vous imaginer un compositeur qui compose une chanson sublime, et qui ensuite déchire simplement sa - sa partition musicale? Il y aurait quelque chose qui cloche dans ce compositeur. Voyez-vous?

40 Il n'y a rien de faux en Dieu. Dieu ne fait pas une chose comme ceci, juste pour la d√©chirer et la jeter. C'est pour Son Royaume. C'est pour Sa gloire. Chacun de nous joue un r√īle dans ce tableau et dans ce chant. Nous faisons partie du Royaume de Dieu, et c'est afin que nous puissions jouer nos r√īles aussi longtemps que nous reconnaissons la position que nous occupons l√†; et restons alors juste l√† √† cet endroit et le seul endroit que nous connaissions, c'est l'amour, en effet, c'est cela qui produit le tableau.

41 Maintenant, c'est difficile lorsque vous voyez des visions comme celle-ci et ces choses, de comprendre ce qui - ce qui se trouve de l'autre c√īt√©. Si seulement je savais! La personne qui a fait ce petit commentaire au bas de la page disant que les proph√®tes d'antan - qu'ils voyaient ces visions et tout, et qu'aujourd'hui, au-del√† de ce que... Nous ne pouvons pas comprendre cela. Mais le Seigneur nous a permis d'y entrer et de voir ce que c'est.

42 Maintenant, mes amis, je ne dormais pas et je - c'est juste entre vous et moi et cette église-ci - je n'étais pas dans une vision. Je sais ce qu'est une vision. Certaines ici... rien que la semaine passée, j'en ai eues à peu près trente en une nuit. Vous pouvez imaginer le poids que l'on porte. Evidemment, cela vous rend nerveux.

43 Qu'arriverait-il si vous alliez à une réunion comme cela, et que vous portiez l'entière responsabilité du succès ou de l'échec de la réunion, l'entière - l'entière responsabilité et que vous ayez à répondre à chaque mis - ministre, à chaque question, à chaque chose; que la réunion réussisse ou pas, toute la responsabilité repose sur vous seul. Voyez ce que cela vous ferait. Et pour certains de mes associés rien que vendre des livres et autres, les rend si nerveux qu'ils doivent rentrer à la maison, voyez-vous, pour se coucher; ils ne viendraient pas à l'église ce soir-là. Oh! la la! Oh! C'est vraiment terrible.

44 C'est comme Loyce, ma belle-fille, une charmante petite chr√©tienne; pour s'√™tre rendue tout simplement - tout simplement aux r√©unions juste ainsi - r√©guli√®rement pendant huit ou plut√īt sept semaines de suite, elle a d√Ľ carr√©ment garder le lit pendant un ou deux jours, voyez-vous, alors qu'elle n'a aucune responsabilit√©. Pour Billy rien que distribuer quelques cartes de pri√®re, l'√©puise s√©rieusement.

45 Mais, voyez-vous, tout le poids repose sur moi. Je dois compter sur vous, pour que vous priiez pour moi, voyez-vous. En plus de cela, on affirme que - que prêcher pendant vingt minutes sous l'inspiration correspond à huit heures de dur labeur physique. Il m'arrive de prêcher pendant deux à trois heures en une soirée, parfois trois fois par jour, voyez-vous.

46 Et, qu'en est-il alors d'une vision? Une seule vision a affaibli notre Seigneur J√©sus. C'est vrai. La Bible dit qu'une femme toucha Son v√™tement et cela L'a affaibli. Eh bien, si une seule vision L'a affaibli, Lui le Fils de Dieu, qu'en est-il de moi, un p√©cheur sauv√© par gr√Ęce? Que feraient une trentaine d'entre elles en une nuit? Voyez?
C'est... Si seulement nous nous arrêtions pour réfléchir, cela dépasse l'être humain! Un corps humain ne peut pas supporter cela. Je serais dans un asile de fous quelque part, cognant la tête contre les murs, voyez-vous? C'est - c'est une faiblesse telle que vous ne pouvez pas... C'est une faiblesse intérieure, voyez-vous, qui vous tue complètement. Maintenant, mais sur quoi allez-vous alors vous appuyer?

47 Je pourrais dire ceci, comme je vois frère et Soeur Cox, Rodney et son épouse, et cette soeur-là, là derrière; ce sont de nouveaux convertis. Il existe bien un pays quelque part là-bas. Si jamais vous... Pouvez-vous seulement l'imaginer et en avoir un aperçu? C'est la chose la plus glorieuse. Ça mérite tout effort que nous déployons, voyez-vous?

48 Maintenant, je pourrais dire ceci avant de prier pour les malades. Qu'arriverait-il si un petit b√©b√© avant sa naissance...? Consid√©rons cela. Un petit b√©b√© qui a v√©cu neuf mois dans le sein de sa m√®re, et si ce petit b√©b√© pouvait r√©fl√©chir, il dirait : ¬ęVous savez quoi? On me dit que je suis sur le point de na√ģtre. Bien, que vais-je faire l√† √† l'ext√©rieur? Je ne connais que cet endroit-ci o√Ļ je vis. Je tire ma force de l'int√©rieur, et comment vais-je gagner ma vie l√† dehors? On me dit qu'il y a un soleil qui brille. On me dit que l√†-bas les gens se prom√®nent, mais je ne connais que cet endroit-ci. C'est tout ce que je connais, juste ici dans le - dans le ventre de ma m√®re. C'est ici qu'on m'avait introduit. Tout ce que je sais, c'est le ventre. Et on me dit qu'√† l'ext√©rieur, il y a beaucoup d'espace.¬Ľ

49 Eh bien, ce petit b√©b√© mourrait de peur √† l'id√©e de na√ģtre. Est-ce vrai? Il mourrait de peur, parce qu'il vient √† un endroit dont il ne conna√ģt rien, un endroit supr√™me, des millions de fois supr√™me par rapport √† l'endroit o√Ļ il vit. Il n'en saurait rien du tout. Il pourrait dire : ¬ęComment... Que vais-je faire?¬Ľ Il mourrait de peur √† l'id√©e de na√ģtre.

50 Mais nous qui vivons ici dehors, eh bien, nous étions - étions une fois là. Nous ne voudrions plus jamais y rentrer. Nous ne souhaiterions plus rentrer encore dans le sein maternel. Vous voyez? Non, nous ne voudrions pas le faire.

51 Et, mes amis, il en est tout √† fait ainsi lorsque nous mourons. √Ē Dieu! Voyez-vous? En naissant, vous entrez dans un endroit. Vous n'y avez jamais √©t√©. Vous ne pouvez pas comprendre combien c'est glorieux. Comment - comment, √ßa sera l√† dehors. Je... Et tout ce qui me permet, ou qui vous permet de comprendre cela, c'est cette petite pointe de vie, comme l'esprit, qui entre dans le b√©b√© quand il est dans le ventre de sa m√®re.

52 Vous voyez, c'est le seul moyen pour nous de comprendre ce qu'est ce glorieux pays l√†-bas, o√Ļ il n'y a plus de maladie, de chagrin, de mort, de vieillesse, rien. Oh! la la! Eh bien! Une fois arriv√©s l√†, vous ne voudrez jamais retourner √† un endroit comme celui-ci, pas plus qu'un b√©b√© n'accepterait de rentrer dans le sein de sa m√®re. Vous voyez?

53 Vous voyez, c'est tellement glorieux de l'autre c√īt√©, voyez-vous, l√†-bas. Nous ne pouvons pas comprendre cela. Certainement pas. Nous ne le pouvons pas. Eh bien, de m√™me cela d√©passe la pens√©e de ce petit b√©b√©, de m√™me ce que √ßa sera l√†-bas d√©passe notre compr√©hension, voyez-vous, parce que nous sommes dans le sein de la terre, pr√™ts √† na√ģtre, un de ces jours, dans un nouveau Royaume, dans un nouveau monde.

54 Et c'est ainsi que je me sens concernant ces visions et des choses comme cela, ou ce... quoi que ce fut qui m'√©tait arriv√© ce jour-l√†, quand je suis simplement pass√© de l'autre c√īt√©, que j'ai vu ce que c'√©tait et que je suis ensuite revenu ici. Pouvez-vous vous imaginer √©tant b√©b√©, et - et sachant d√©j√† combien c'est glorieux de se promener et de voir les arbres fleurir, les oiseaux chanter, le soleil briller, et une vie comme celle-ci, devoir par la suite √™tre confin√© dans un ventre? Eh bien, vous ne voudriez pas du tout rentrer.

55 Eh bien, alors, notre - notre entendement serait totalement engourdi en essayant de penser √† ce qui existe l√†-bas, comme les Ecritures disent : ¬ęCe sont des choses que l'oeil n'a pas vues, que l'oreille n'a point entendues, qui ne sont point mont√©es au coeur de l'homme, ce que Dieu a en r√©serve pour ceux qui L'aiment.¬Ľ Vous voyez? Ainsi, nous savons que c'est glorieux de l'autre c√īt√©. Un jour, la mort, ce que nous appelons la mort, nous donnera la nouvelle naissance; alors nous entrerons dans l'autre monde, de l'autre c√īt√©.

56 Fr√®re George, tu ne seras pas vieux et infirme de l'autre c√īt√©. Et fr√®re et soeur Spencer ainsi que quelques-uns comme certains d'entre nous qui sommes plus √Ęg√©s et tout, ce... Nous serons √©ternellement jeunes l√†-bas. Cette vielle... cette robe de chair, je la laisserai tomber, je ressusciterai et je m'emparerai du prix √©ternel, et je crierai pendant que je traverserai les airs: ¬ęAdieu, adieu, doux moment de pri√®re.¬Ľ Tout est donc termin√©. Plus de longues nuits de pri√®re, plus de... Juste entrer dans cette heureuse jeunesse pour √™tre l√†, pas juste pour un an ou cinquante ans, ou un million d'ann√©es. Apr√®s que nous aurons fait cent milliards d'ann√©es l√†-bas, nous n'aurons m√™me pas du tout commenc√©. C'est vrai. Pourquoi ne serions-nous donc pas heureux ce matin? Pourquoi ne nous r√©jouirions-nous pas? Pourquoi ne profiterions-nous pas de chaque grande chose que Dieu nous a donn√©e?

57 Voici la gu√©rison Divine. Pourquoi J√©sus fut-Il meurtri? Etait-ce pour d√©chirer le tableau et dire qu'il n'y a rien de vrai l√†-dedans? Son corps fut meurtri l√†-bas. Les c√ītes √©taient visibles afin que par Ses meurtrissures nous soyons gu√©ris. Ne d√©chirons pas le tableau ce matin. Recevons-le, acceptons-le. Maintenant, fr√®re, et chacun de vous pour qui l'on va prier maintenant, si vous voulez bien vous tenir debout tout autour de l'autel pendant que... Un message a √©t√© donn√© il y a quelques instants, par l'interpr√©tation des langues, disant que nous allons imposer les mains aux malades et voir les oeuvres puissantes de Dieu. Maintenant, notre fr√®re, vous n'√™tes pas oblig√© de vous mettre debout, fr√®re, vous qui √™tes couch√© sur le petit lit. Nous viendrons √† vous.
Mais s'il y en a d'autres ici pour lesquels on doit prier, qui aimeraient bien se tenir tout autour de l'autel, pendant que le fr√®re et moi prions et imposons les mains aux malades, approchez-vous maintenant. Et souvenez-vous, recevez ce tableau . Par Ses meurtrissures nous avons √©t√© gu√©ris. ¬ęJe ne comprends pas cela, Seigneur.¬Ľ
Bien s√Ľr que vous ne le comprenez pas. Jusqu'√† pr√©sent, vous √™tes encore dans le sein de la terre. Mais Il a fait ces pr√©paratifs, et Il n'accepterait pas... Pourquoi √©tait-Il meurtri? Etait-ce juste pour d√©chirer le tableau ou d√©chirer la partition et jeter cela au loin? Non, monsieur. Il √©tait meurtri, bless√© et avait saign√© pour que nous puissions √™tre gu√©ris. Et par cela, nous, par Ses meurtrissures nous sommes gu√©ris, chacun de nous.

58 Maintenant, comme vous êtes en train de venir, de vous rassembler autour de l'autel pour la prière... Maintenant, une bonne partie de cette remarquable évangélisation à l'américaine, qui est plus séduisante, soutient que vous devez faire ceci, cela. Il y a une chose sur laquelle je voudrais être sincère avec vous, mon ami. Dieu guérit sur la même base, celle de Le servir ensuite. Voyez? C'est sur base du service à Lui rendre. Nous devons accepter notre guérison sur cette base : nous Le servirons après notre guérison.

59 Or, la Bible dit : ¬ęConfessez vos fautes les uns aux autres. Priez l'un pour l'autre pour que vous soyez gu√©ris.¬Ľ Voyez-vous? C'est sur base du service que vous Lui rendrez. Beaucoup d'entre vous ici, peut-√™tre, se meurent. Et vous - vous devez mourir si quelque chose n'intervient pas. Alors je veux que, dans votre coeur, vous...

60 Maintenant, nous pourrions vous oindre d'huile, nous pourrions prier pour vous; votre pasteur et moi pourrions offrir la pri√®re de la foi, faire tout ce que nous pouvons. Mais cela ne vous fera aucun bien tant que vous n'entrerez pas vous-m√™me en communion avec Christ; voyez-vous? Vous devez aboutir √† cette communion : ¬ęle Seigneur et moi.¬Ľ

61 Je vois l√† une - une - une jeune dame s'approcher maintenant m√™me. Il n'y a pas longtemps, elle est venue √† la maison avec quelque chose comme une tumeur, ou plut√īt la maladie de Hodgkin. Et elle est de foi m√©thodiste. Elle... Je crois que c'est cela; n'est-ce pas, soeur? Et elle avait une √©norme grosseur sur son c√īt√©. Et √† pr√©sent, elle est l√† gu√©rie.

62 Je vois soeur Weaver debout ici. C'était l'un des cas de cancer le plus terrible que j'aie jamais vu de toute ma vie. Et la première chose que je lui ai demandée était de savoir si elle se ferait baptiser au Nom du Seigneur Jésus-Christ et confesserait ses péchés. Lorsque je l'ai amenée dans cette eau, ici, je devais la tenir, tellement elle était mince; ses bras étaient très maigres. Et elle fut baptisée au Nom de Jésus-Christ. Et il y a de cela au moins dix ans; n'est-ce pas, soeur? [Une soeur dit : Il y a seize ans. -Ed.] Seize ans. Seize ans d'une vie épargnée, pour avoir accepté d'obéir, alors que le meilleur des médecins par ici...

63 Eh bien, son propre m√©decin m'a dit... Lorsque je lui ai annonc√©... lui ai annonc√©, disant qu'elle est gu√©rie. Et il a dit : ¬ęOh! elle va mourir du cancer dans quelques semaines. Ne vous en faites pas. Elle sera partie, encore quelques semaines et elle sera partie.¬Ľ Et il lui avait d√©j√† donn√© un jour environ √† vivre. Et aujourd'hui, la voil√† debout √† l'autel, seize ans apr√®s. Que dire de plus, il y a eu des cas et des cas.

64 Or, Dieu ne fait pas cela juste pour l'un de Ses enfants, pour ne pas le faire pour un autre enfant. Il le fait pour tous Ses enfants. Quiconque le désire peut venir. C'est... Il vous invite. Maintenant, la prière de la foi sauvera les malades. La Bible le dit.
Maintenant - maintenant si... ce que j'aimerais que vous fassiez, c'est confesser vos torts √† Dieu et dire : ¬ęSeigneur, gu√©ris-moi.¬Ľ Si vous n'avez jamais √©t√© converti, donnez votre coeur √† Christ. Et si vous n'avez jamais √©t√© baptis√© dans l'eau au Nom de J√©sus-Christ, le baptist√®re est pr√™t. Voyez-vous?

65 Et cette petite dame, de l'autre c√īt√© de cette rue, lorsque cet infid√®le-l√† √©tait converti √† la suite de cela, alors qu'elle √©tait √©tendue... de Silvercrest, elle fut renvoy√©e chez elle mourant de la tuberculose. Et quand je m'y suis rendu, le Seigneur a donn√© une vision, montrant qu'elle allait √™tre gu√©rie. Et il me rencontra l√†-bas le matin suivant, Mr. Andrews, m'engueula, disant : ¬ęTu as nourri cette femme d'un faux espoir!¬Ľ Je dis : ¬ęMr. Andrews, ce n'est pas un faux espoir. Cette femme est une Chr√©tienne. Et lorsqu'elle le pourra, elle viendra se faire baptiser.¬Ľ Et il a dit : ¬ęElle se meurt.¬Ľ Il a dit : ¬ęJe... Comment a-t-elle pu √™tre renvoy√©e de Silvercrest?¬Ľ
Je r√©pondis : ¬ęMonsieur, vous consid√©rez... vous √™tes... Ce que vous consid√©rez... Vous consid√©rez ce que dit le m√©decin. Moi, je consid√®re ce que Dieu dit.¬Ľ Voyez-vous? Maintenant, c'est seulement ce que vous consid√©rez qui fait la diff√©rence. Vous voyez? Si vous consid√©rez ce que le m√©decin dit, vous allez certainement mourir. Mais, vous devez consid√©rer ce que Dieu a dit.
De qui allez-vous consid√©rer la Parole? Que serait-il arriv√© si Abraham avait pris en consid√©ration l'avis du m√©decin sur le fait que lui, √Ęg√© de cent ans, allait avoir un b√©b√© de sa femme, √Ęg√©e de quatre-vingt-dix ans? Qu'aurait-il donc fait? Vous voyez? Eh bien, le docteur aurait dit : ¬ęCet homme est fou.¬Ľ Mais Dieu le lui imputa √† justice, parce qu'il avait cru Dieu. Vous voyez? Maintenant, vous...

66 Et cette femme a surv√©cu. Elle n√©gligea de se faire baptiser au Nom de J√©sus-Christ parce que, je pense, elle √©tait en fait m√©thodiste ou presbyt√©rienne. Elle commen√ßa √† devenir de plus en plus malade. Elle vint chercher Grace Weber, qui habitait juste... qui vit l√† - sa fille vit ici; elle a pris un v√©hicule et est venue ici et s'est fait baptis√©e au Nom de J√©sus-Christ, faisant de la fi√®vre, souffrant des maladies qui causaient une √©ruption de grosseurs partout sur ses √©paules et tout, faisant une fi√®vre de 40¬įC. Et elle a √©t√© baptis√©e ici m√™me au Nom de J√©sus-Christ. Et elle habite juste de l'autre c√īt√© de la rue, par rapport √† nous. Elle est peut-√™tre assise ici maintenant. Il y a quelques minutes, je regardais partout pour voir si je pouvais l'apercevoir. Vous voyez?

67 C'est l'obéissance, vous voyez? Il ne s'agit pas simplement d'aller ça et là... Je ne suis pas d'accord avec certains de nos frères qui imposent les mains à celui-ci, à celui-là, comme cela, en disant qu'une sorte de foi formidable et séduisante accomplira la chose. Ce n'est pas ça. Vous devez avoir une foi authentique, solide, Biblique, du Saint-Esprit. Si vous n'en avez pas, ça ne durera pas. Ça ne dure pas.

68 C'est pourquoi, je peux remercier le Seigneur de ce qu'Il m'a aid√© jusqu'√† pr√©sent. Les - les - les gu√©risons qui ont eu lieu ont √©t√© authentiques, parce qu'elles sont v√©ritablement fond√©es sur le ¬ęAINSI DIT LE SEIGNEUR¬Ľ. Voyez-vous? Par cons√©quent, elles tiendront. Maintenant - maintenant, comme la petite √©cole du dimanche... J'attendais juste une minute, vous parlant, en attendant qu'ils occupent leurs places respectives, ainsi nous pouvons rester calmes maintenant. Nous n'avons que quelques minutes. Nous allons commencer la pri√®re.
Maintenant, je veux que chacun de vous confesse ses fautes √† Dieu, et promette √† Dieu de Le servir et de faire tout ce qu'il peut. Ensuite, le pasteur et moi prierons et viendrons vous imposer les mains; et soyez s√Ľr que vous serez gu√©ri si vous le croyez.

69 Comment ces gens soutenus par les b√©quilles, ces sourds, et ces muets, et ces aveugles, pouvaient-ils tout simplement venir √† l'estrade, dimanche dernier, dans l'apr√®s-midi, et jeter leurs b√©quilles, venir √† l'estrade et recouvrer leur vue, vous savez, comme cela? Des centaines et des centaines d'entre eux... Eh bien, j'√©tais si faible que j'ai d√Ľ √™tre pratiquement port√© pour quitter cet endroit. Je me tenais juste l√† et eux passaient, voyez-vous? Une file qui partait d'ici jusqu'aux environs de l'√©cole secondaire de Jeffersonville; des gens align√©s, ils venaient dans la ligne. Et je ne sais pas s'il y en a un parmi eux qui soit pass√© par l√† sans √™tre gu√©ri. Voyez-vous? Parce qu'ils venaient sur base d'une r√©elle et v√©ritable foi chr√©tienne et croyaient. Voyez-vous? √áa doit arriver.

70 Maintenant, que tous inclinent la t√™te et m'aident √† prier pour eux. Seigneur J√©sus, nous T'apportons ce matin cet auditoire qui est ici debout dans l'attente, il est compos√© des enfants malades, afflig√©s et tourment√©s. Beaucoup d'entre eux, Seigneur, sont au-del√† de tout espoir pour ce qui est des soins que donne le m√©decin, particuli√®rement cet homme couch√© ici sur ce petit lit. Soit Tu lui accordes Ta gr√Ęce, soit il va quitter ce monde dans quelques jours. Et sans doute qu'il peut y en avoir d'autres debout pr√®s de l'autel ici, qui auront des crises cardiaques, et des maladies et des afflictions qui pourraient les d√©chirer. Il n'y a qu'une seule chose, P√®re, qui puisse les sauver, laquelle va au-del√† de ces cinq sens du corps, alors que les m√©decins ont loyalement essay√©, sans doute, de sauver leurs vies, des maladies, du cancer, de la tuberculose, et des troubles cardiaques. Et malgr√© tous les pansements, et les sondes, et les √©quipements, et - et- et les m√©dicaments qui combattent les microbes, l'ennemi es assaille directement pour prendre leurs vies.

71 Et Seigneur, je crois leur avoir exprimé Ta pensée et j'ai entendu cet homme-là parler en langues ce matin, et donner l'interprétation sur ce qui allait arriver aujourd'hui. Certainement, Seigneur, quelques-uns parmi eux vont recevoir cela. C'est vrai. Je le crois.

72 Eh bien, il est écrit dans la Bible que David, le petit berger, veillait sur les brebis de son père, là derrière le désert. Et un jour, un lion vint et attrapa un des agneaux de son père et s'enfuit avec. Ce petit berger plein de foi - qu'avait-il pour affronter ce lion? Pas un fusil moderne ni un revolver, mais il avait une petite fronde, et il poursuivit ce lion. Il tua ce lion et ramena cette brebis. Un ours vint et en attrapa une. Il poursuivit cet ours qui pouvait l'écraser par terre. Mais il ne considéra pas la taille de l'ours, ni la puissance du lion, ni sa vitesse à lui, ni son incapacité avec la fronde.

73 Mais lorsqu'il se tint devant le roi Sa√ľl, il a dit : ¬ęTon serviteur gardait les brebis de son p√®re, et un lion est venu et en a attrap√© une et s'est enfui. Et je l'ai poursuivi, et j'ai ramen√© la brebis.¬Ľ Il a dit : ¬ęLe m√™me Dieu qui m'a d√©livr√© de la main - de la patte de cet ours, ou plut√īt des m√Ęchoires de ce lion, peut aussi prendre cet incirconcis de Philistin et le livrer entre mes mains.¬Ľ
Nous connaissons la suite de l'histoire; il tua effectivement - tua un homme qui √©tait de loin plus grand que lui. Et c'√©tait un guerrier. Combien cela rendit perplexe Sa√ľl, ce grand roi, ce grand et puissant homme, de voir comment ce petit gar√ßon pouvait avoir une telle foi dans une fronde; non, non pas dans une fronde, mais en Dieu.
Maintenant, Seigneur, voici la brebis de Dieu couchée sur ce petit lit et les petits agneaux qui se tiennent autour de cet autel, comme ce fut le cas pour lui. Ils ont été attrapés par un lion appelé cancer, un ours appelé tuberculose, par d'autres maladies qui les ont attrapés, secoués et mis en pièces.

74 Seigneur, je - je viens √† leur secours avec cette petite fronde appel√©e la pri√®re de la foi. Ce n'est pas grand-chose, mais je sais ce que cela a d√©j√† accompli. Et je sais que c'est encore le m√™me Dieu, c'est pour cela que je viens ce matin les secourir pour les ramener, Seigneur, √† ces p√Ęturages verts et ombrag√©s qui procurent la bonne sant√©, pr√®s des eaux calmes qui procurent la paix et loin de leurs agitations, pour qu'ils croient en Toi.

75 Et je viens √† leur secours avec l'armure que Tu as donn√©e pour y aller: ¬ęLa pri√®re de la foi sauvera les malades, et Dieu les rel√®vera. S'ils ont commis des p√©ch√©s, cela leur sera pardonn√©.¬Ľ P√®re, nous allons maintenant affronter l'ennemi, affronter le lion, affronter le - le diable sous toutes ses formes, qu'il soit appel√© cancer, tuberculose, maladie de Hodgkin, trouble cardiaque, toutes les autres maladies. Nous venons le d√©fier et ramener encore cette brebis √† la maison de Dieu.

76 Au Nom de Jésus-Christ, nous allons utiliser cette fronde que Tu nous as donnée. Sois avec nous, Père, comme nous nous approchons de Toi maintenant avec respect au Nom de Jésus.
J'aimerais que vous gardiez la t√™te inclin√©e, et nous allons oindre d'huile les malades, et leur imposer les mains, et la pri√®re de la foi sauvera les malades. Que chaque Chr√©tien ici pr√©sent mette sa foi dans cette ligne de pri√®re. [Fr√®re Branham commence √† prier pour les malades pendant que le pianiste joue ¬ęCrois seulement¬Ľ. -N.D.E.] [Les paroles qui vont suivre ne sont pas toutes perceptibles -N.D.E] La pri√®re de la foi sauvera les malades...?... ram√®ne-la...?... au Nom de J√©sus-Christ. Au Nom de J√©sus-Christ, ram√®ne-la...?... ram√®ne-la...?... au Nom de J√©sus-Christ...?... de nouveau...?... Au Nom de J√©sus-Christ...?... Au Nom de J√©sus-Christ...?... Au Nom du Seigneur J√©sus-Christ...?... Crois seulement, (avec nos t√™tes inclin√©es maintenant - maintenant)
Crois seulement, crois seulement, crois seulement
Tout est possible, crois seulement.
Oh! Seigneur, je crois, Oh! Seigneur, je crois
Tout est possible...
(maintenant, levons simplement les mains) Seigneur, je crois.
Oh! Seigneur, je crois, Oh! Seigneur je crois,
Car tout est possible, Seigneur...
Maintenant, notre P√®re c√©leste, ceux qui pouvaient se lever ont lev√© leurs mains comme signe qu'ils ont accept√© cela. Ce fr√®re qui √©tait couch√© sur le petit lit s'est lev√© pour montrer qu'il a accept√© sa gu√©rison. Nous croyons, Seigneur, qu'ils rentrent paisiblement maintenant aux verts p√Ęturages ombrag√©s situ√©s le long des eaux calmes, pour √™tre encore en bonne sant√©. Nous Te remercions pour cela au Nom de J√©sus. Amen.
Très bien, Frère Neville. Je vais m'asseoir ici et vous écouter...?...

EN HAUT