ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication La Divinité expliquée de William Branham a été prêchée 61-0425B La durée est de: 1 hour and 42 minutes .pdf La traduction Shp
Télécharger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

La Divinité expliquée

1 Merci, Frère Carlson. Et bonjour à vous tous, frères et soeurs dans le Seigneur. C’est un... Parfois, je suis un peu réticent pour monter en chaire, quand j’écoute des témoignages si merveilleux, et tout, comme c’était le cas ce matin. Et puis, un concitoyen dans la souffrance et la persécution, comme ce que notre frère et notre soeur baptistes ont traversé ; étant moi-même un ancien baptiste, un missionnaire baptiste, et – et je sais ce que c’est quand les vôtres...

2 J’ai connu la même chose. J’ai été rejeté par les miens, et ils se sont dit qu’ils me renverraient parce que j’étais devenu fou. Et j’ai découvert, comme je l’ai souvent dit d’une manière un peu détournée : « Si je suis fou, laissez-moi tranquille, parce que je suis plus heureux comme ça que quand j’avais toute ma tête. » Laissez-moi... Alors c’est en quelque sorte une petite philosophie que je me suis faite moi-même. Et – et je me sens vraiment bien pendant ce – ce temps que je suis comme ça.

3 Et les frères de la petite Eglise de Christ, ici, comme on a l’habitude de l’appeler, ou campbellite… Et je me souviens qu’ils frappaient vraiment fort contre les réunions au début, quand on a commencé. Mais, vous savez, il y en avait un autrefois du nom de Paul, qui était comme cela, et qui est devenu l’un de nous. Donc, je pense que souvent ce que les gens cherchent à voir, c’est la vie que vous menez. Vous savez, il vaut toujours mieux me vivre une prédication que de m’en prêcher une. Je suis…

4 Il y a quelque temps, un grand prédicateur, un merveilleux homme du Plein Evangile ; je suppose que vous le connaissez tous, c’est le révérend Booth-Clibborn ; il prêche l’Evangile en sept différentes langues. Il est vraiment intelligent. Et je... C’est un grand cerveau. Et une fois, on voyageait ensemble, lui, frère Moore et moi, et nous discutions de quelque chose. Et mon point de vue était contraire au sien, et il s’est tourné vers moi. I1 a dit : « Vous ne connaissez tout simplement pas votre Bible. » Vous savez comment frère Booth sait le dire.

5 J’ai dit : « C’est vrai, Frère Booth, mais je connais très bien l’Auteur. » Alors, je – je veux... Vous savez, ce n’est pas connaître Sa Parole qui est la Vie, mais « Le connaître, Lui, c’est la Vie ». Voyez ? Que je connaisse Sa Parole… si seulement je Le connais, Lui! Et c’est certainement la Vérité.

6 Ce matin, je serrais la main aux braves frères prédicateurs de cette association, ici. Et il y a assis là ce... Je n’ai pas l’intention de mettre qui que ce soit en avant. Mais cet homme de couleur est entré, ce frère, il s’est assis là. J’ai dit à mon secrétaire ici : « Voilà un vrai chrétien. »

7 Il me rappelle beaucoup l’ancien Smith qui était de l’Eglise de Dieu en Christ, je crois. Je prêchais si souvent chez eux, là-bas, et – et je le revois encore. Il ressemblait un peu au frère ici, à la seule différence que lui avait une sorte de moustache grise. J’entrais par la porte arrière, et je n’ai jamais oublié l’expression que le vieil homme utilisait, en levant les yeux, et tous les saints étaient en train de chanter, vous savez. Et il y avait une jeune fille qui s’asseyait au coin. Mon chant préféré était Élevez-Le. Et ils tapaient tous des mains, à la manière pentecôtiste, vous savez, Elèvez-Le. Ils m’aimaient, et je les aimais. Et quand on entrait, il avait l’habitude d’appuyer la tête comme ceci, sur le pupitre, et il les regardait, vous savez. Il disait : « Entrez, ancien. Faites reposer votre chapeau. Faites reposer votre chapeau. »

8 Le frère ici… Et j’ai appris ensuite qu’une de mes chanteuses favorites des cantiques de l’Evangile, c’est son épouse. Et j’ai fait toutes les allusions possibles, pour qu’elle chante. Et là, elle a demandé qu’on ne la fasse pas venir, et je sais ce que cela veut dire. Mais je vais l’inviter personnellement, si possible à venir chanter pour...

9 N’est-ce pas vous la soeur qui a chanté – chanté ce Ohé du Navire! un matin, chez les Hommes d’Affaires Chrétiens ? J’espère que mon épouse viendra cette semaine, et je veux qu’elle vous entende, parce que je vous ai tellement vantée. Et si vous n’avez pas cela sur bande, on va arranger cela. J’aime ces beaux chants.

10 Et, je racontais aux gens… Je n’ai jamais su chanter. Oh ! la la ! j’étais à des millions de kilomètres de là. Mais je disais : « Si jamais vous arrivez au Ciel, que vous vivez dans votre grand palais, vous savez, Là-haut, disais-je, tout en bas, au pied de la colline, au fond du bois, là-bas, il y aura une petite cabane, là. Ce sera la mienne. Et un de ces matins, quand vous sortirez sur la véranda et que vous entendrez quelqu’un qui, se tenant là, chante : ‘Grâce étonnante! qu’il est doux le son, qui a sauvé un misérable comme moi!’ Dites : ‘Gloire à Dieu! Le pauvre frère Branham y est enfin arrivé.’… ?... sera moi là-bas essayant de chanter. » Ha ! ha !

11 A mes frères chrétiens, et à... Je crois qu’un frère s’est présenté à nous ce matin, comme étant un ministre bouddhiste par ici. Je vous salue, mon précieux ami. Et j’ai eu beaucoup de relations (pas trop) avec les bouddhistes ; et en particulier au Canada, parmi les Chinois, et je les ai trouvés très affectueux et gentils.

12 Je me souviens qu’un petit bouddhiste du temple de Bouddha était venu à la réunion de Winnipeg, et il était aveugle. Il était très petit. Ce sont de gentilles petites personnes, et ils croyaient réellement que Dieu est le Guérisseur. Et pendant que je priais pour lui, il répétait sans arrêt combien il aimait Dieu, et tout d’un coup ses yeux se sont ouverts dans le... Et c’était une chose vraiment merveilleuse. Ainsi, nous – nous apprécions chaque homme et chaque personne.

13 Eh bien, je n’avais pas eu cette occasion auparavant, à Chicago, d’essayer de parler, et je n’essaierais pas pour autant d’apporter un quelconque message, parce qu’il y a ici des prédicateurs bien plus capables que moi d’apporter un message. Mais… et après tout, vous n’êtes pas ici pour entendre un message. Mais j’ai pensé que ça pourrait être un moment très glorieux où j’ai la possibilité de rencontrer les prédicateurs de Chicago, ici dans cette circonscription, et de pouvoir mieux les connaître et de mieux nous connaître les uns les autres. Et je remercie vraiment le Seigneur pour cette occasion. En effet, plusieurs fois je suis venu ici dans cette ville, soutenu par une seule église, et soutenu par les Hommes d’Affaires Chrétiens ; donc sans la possibilité de m’exprimer à l’association de frères.

14 Et – et puis, j’ai pensé, et il y a tant de choses qui accompagnent un ministère comme celui-ci, les tenants et les aboutissants, des hauts et des bas, de sorte que parfois, c’est facile pour quelqu’un de s’en faire une mauvaise impression. Et je voudrais prendre les quelques minutes qui vont suivre pour essayer d’expliquer et – et de faire comprendre cela à mes frères, aussi clairement que possible.

15 Je ne suis pas à la hauteur et je suis incapable de tenir un discours qui pourrait être sensé pour des hommes qui sont instruits. Je n’ai pas d’instruction, et ça me manque, mais j’ai été... j’aime le Seigneur, et le Seigneur m’a donné, peut-être, une autre manière de gagner des âmes, par un don divin, pour combler la lacune comme mes parents n’étaient pas capables de me donner une instruction. Je suis issu d’une famille pauvre qui comptait dix enfants, avec un père malade, et je n’ai pas eu la chance de faire des études. Ainsi donc... Mais à ma naissance, il s’est produit quelque chose qui – une expérience avec Dieu pour ma mère et mon père. Et vous avez lu mon histoire. Et c’est avec cela que j’essaie d’apporter ma contribution à côté de vous, frères, pour attirer des pécheurs à Christ. Et maintenant je...

16 Je ne suis pas superstitieux. Mais j’aime toujours, avant d’ouvrir la Parole, parler un peu à l’Auteur. Alors, pourrions-nous juste incliner de nouveau la tête un instant.

17 Notre Précieux Père, Tu es notre Dieu, et nous nous approchons de Toi au nom de l’Evangile. Je suis ici devant Tes enfants, Tes pasteurs, et des frères qui ont cette même précieuse foi. Et combien cela fait tressaillir mon coeur d’entendre ces hommes qui ont été mal compris et qui ont été envoyés dans des centres psychiatriques, pour la cause du Royaume de Dieu ; de voir que Tu appelles Tes enfants dans les derniers jours.

18 Et nous croyons réellement, Père, que nous vivons à la fin de la course. Comme le prophète l’a dit : « Au temps du soir la Lumière paraîtra. » Et nous croyons aujourd’hui que nous sommes les porteurs de cette grande Lumière de l’Evangile que, par Ta grâce, Tu nous as permis d’apporter jusqu’aux confins de la terre où ce réveil est parvenu.

19 Et je Te prie, Père, de me permettre d’exprimer ce matin du fond de mon coeur à mes frères le motif et l’objectif de ma vie pour Toi, pour qu’ils comprennent. Accorde-le, afin que nous puissions avoir une communion, une collaboration et un amour parfaits dans toute l’oeuvre de l’Evangile. Car nous le demandons au Nom de Jésus, qui a prié pour que nous soyons un, comme Lui et Son Père étaient Un, croyant ceci, qu’ « à ceci tous connaîtront que vous êtes Mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres ». Amen.

20 Maintenant, juste... Et j’espère et crois que je ne vous ennuie pas, frères et soeurs avec ceci. Mais je pense, j’aimerais me faire bien comprendre, pour que vous n’ayez pas à écouter ce que quelqu’un d’autre a dit. Et j’ai expliqué bien des fois dans d’autres réunions de prédicateurs, mais c’est ma première fois de le faire devant ce groupe de Chicago, et j’aimerais très bien me faire connaître, concernant ce que j’essaie de faire.

21 Dans le vieil Evangile béni, ici, au chapitre 26 du Livre des Actes, nous lisons : En conséquence, roi Agrippa, Je n’ai point résisté à la vision céleste :

22 C’est bien sûr Paul qui parle ici, l’homme à qui, nous tous qui, en tant que prédicateurs, aimons nous référer, parce qu’il... nous croyons tous qu’il était l’apôtre pour l’Eglise des nations, que Dieu l’avait appelé à être un témoin pour les gens des nations. Et son ministère avait été mis en question.

23 Et généralement, quand quelque chose d’inhabituel se déclare, cela est mis en question. C’est… et je pense que c’est tout à fait juste ; ça doit être mis en question. Et je pense que parfois les pasteurs se méfient des – des choses qu’ils entendent, et je pense qu’ils ont raison de le faire. En effet, si je comprends la traduction du mot pasteur, ça veut dire un berger. Et, par conséquent, il est celui qui nourrit, ou qui garde un groupe d’hommes et de femmes sur lequel le Saint-Esprit l’a établi comme surveillant. Et il a le droit de savoir quelle sorte de nourriture ses brebis reçoivent, et d’où elle vient. Je pense que c’est son droit de le faire.

24 Et si un pasteur, ou quelquefois des gens semblent être quelque peu méfiants, jamais cela ne – ne devrait déranger qui que ce soit. Ça devrait seulement amener du respect dans le coeur d’un homme, pour un homme qui occupe cette – cette position, et qui mettrait ça en question. Et, après tout, si vous n’êtes pas certain d’être aligné comme il faut, comment pourrez-vous jamais marcher par la foi ?

25 Si vous vous mettez en tête... Maintenant, ceci a l’air d’être de la psychologie ; ça l’est probablement, et ça l’est, mais c’est tout à fait en ordre. Mais si vous pensiez réellement, dans votre coeur, que vous n’alliez jamais vous lever de la table, probablement que vous ne le feriez pas. Voyez-vous ? Vous devez... C’est aussi simple que ça.

26 Vous devez croire. Vous devez avoir la foi. Vous devez avoir confiance. Et comment pourriez-vous avoir confiance en quelque chose quand vous – quand vous ne savez même pas où vous allez ? Comment puis-je m’engager sur une route où je n’ai jamais été avant, en conduisant à une vitesse folle, alors qu’il y a plein de virages, sans savoir ce que cache le prochain virage ? Vous devez voir où vous allez, sinon vous ne savez pas comment marcher. Et c’est comme ça que tout le monde devrait être. Et à ce moment-là, quand vous pouvez… vous voyez la chose, cela vous est révélé, et que vous savez où vous allez, alors rien ne vous arrêtera.

27 Et, je pense que c’est-ce que Paul essayait de faire comprendre à Agrippa ici, que lui le... Il leur disait qu’autrefois j’étais l’un de vous ».

28 Et je pense, peut-être, si – si ce frère baptiste, et s’il pouvait aller à l’église baptiste ce matin, lui et son épouse, ce serait peut-être leur témoignage, à savoir : « J’étais autrefois l’un de vous. »

29 Ou celui de l’Eglise de Christ, ou le frère campbellite que voici, s’il allait… vers les siens. (Je crois qu’ils portent un meilleur nom ; les Disciples de Christ, comme on les appelle, mais en réalité, c’est à cause de la doctrine d’Alexander Campbell. Et puis, l’Eglise de Christ s’est retirée de vous, à cause de la musique. C’est vrai, n’est-ce pas ?) Et s’il pouvait retourner vers eux, il dirait : « J’étais autrefois l’un de vous. »

30 Et Paul revient ici auprès du roi Agrippa, et de Festus, et il dit : « J’étais autrefois l’un de vous. J’étais le pharisien des pharisiens. » Il avait appris aux pieds de Gamaliel, le grand docteur, et il connaissait toutes leurs lois et ordonnances, et exactement ce qu’ils croyaient et ce qu’ils ne croyaient pas. Et il a dit : « J’ai même persécuté à mort l’Eglise de Dieu. » Voyez-vous ? Il a dit : «Je persécutais la chose même à propos de laquelle je suis interrogé. »

31 Et j’ai toujours pensé que la mort d’ Etienne a dû marquer Paul, à cause de ce regard glorieux qu’il a vu sur le visage d’ Etienne. Quand il a levé les yeux, alors que les mottes de terre le frappaient à mort, et qu’il a dit : « Je vois Jésus debout à la droite de Dieu. » Et, vous savez, vous pouvez tuer un messager, mais vous ne pouvez jamais tuer son message, si c’est authentique. Et le message, bien qu’Etienne soit parti rejoindre Jésus, son message a cependant survécu ; en effet, Paul n’arrêtait pas de parler de cela, et ce que… il était « le moindre » des apôtres, et qu’il n’était pas digne d’être compté parmi eux, parce qu’il avait été témoin et – et qu’il avait donné son approbation pour cette sainte personne soit mise à mort.

32 Et donc, Paul, comme devraient le faire tous les hommes devant les hommes, Paul parle de son – son expérience depuis le début jusqu’à ce qu’il était devenu ; et puis il la place et la fonde sur l’Ecriture, pour montrer que ce qu’il faisait était conforme à l’Ecriture. Bien que c’était contraire à leur croyance, il leur montrait cependant que c’était l’Ecriture.

33 Donc, je pense que nous... Peu importe ce que c’est, comme je l’ai souvent dit, frères, vous qui avez été dans les réunions, si jamais il m’arrivait à moi de dire des choses qui ne sont pas conformes à l’Ecriture, alors je pense qu’il est vrai que... ou à tout autre frère, on devrait venir l’un vers l’autre et dire : « Ça ne se trouve pas dans la Bible », vous voyez. Si c’est dans la Bible, il se pourrait que vous en ayez une interprétation différente ; mais si c’est dans l’Ecriture, c’est très bien.

34 Là, Paul donnait son interprétation de ce que le prophète avait annoncé, et de ce que Moïse avait annoncé comme devant s’accomplir. Et il a rencontré Jésus sur le chemin, dans une vision. Et ce Jésus l’a appelé.

35 En fait, ça ne devrait pas être quelque chose de difficile pour ces Juifs, comme il l’a dit : « Très excellent Festus… » et – et ainsi de suite, que ça … « Vous semble-t-il étrange que Dieu ressuscite les morts ? » Voyez ? « En effet, si vous savez ce que Dieu était à l’époque, par les – les Ecritures, certainement vous devriez savoir qu’Il est capable de ressusciter les morts. »

36 Et puis il a dit… Il leur a rapporté l’expérience qu’il avait eue sur le chemin de Damas, de ce qui était arrivé, cela – pour leur faire savoir que ce Jésus que – qu’il prêchait, au sujet duquel il y avait tant d’agitation parmi eux, était le Dieu même qu’ils avaient toujours servi. En effet, Il était dans le désert avec eux, Celui qui les conduisait, étant cette Lumière, le Feu, la Colonne de Feu, qui les conduisait. Et Il est apparu de nouveau à Paul sous la même forme, la Lumière, qui l’a aveuglé. Et Paul a demandé : « Qui es-Tu, Seigneur ? »

37 Et Il a dit : « Je suis Jésus que tu persécutes. Et… il serait dur pour – de regimber contre les aiguillons. »

38 Il essayait de leur expliquer ce qu’il en était, et – et il essayait de leur enseigner que ce qu’il apportait aux gens, c’était que Jésus-Christ était le Messie, qu’Il était mort, que Dieu L’avait ressuscité, et que c’était conforme aux Ecritures ; et qu’Il était maintenant monté en Haut, vers Dieu le Père, et que – qu’il était un témoin de Sa résurrection, et que ces miracles, ces signes et ces prodiges qui étaient étranges pour les gens, ce n’était pas du tout quelque chose de nouveau pour un vrai croyant des Ecritures, car la Bible en avait parlé.

39 Considérez le passé, à l’époque des prophètes, comment il a été prophétisé ce que… à la Venue du Messie et ce qu’Il ferait : Le boiteux sauterait comme un cerf, dans Esaïe 35 et d’autres passages de l’Ecriture auxquels il aurait pu se référer. Cela n’est pas mentionné dans notre passage ici, mais peut-être qu’il est remonté dans le passé et y a fait allusion dans son bref discours devant les rois ; en effet, ils n’étaient pas probablement aussi patients avec lui que vous l’êtes avec moi, ainsi… Et puis, il – il expliquait cela et essayait de leur dire que le Dieu même qu’ils servaient...

40 Et puis, en plus, il a dit : « Selon la voie qu’ils appellent secte (c’est-à-dire folie, vous voyez.) – la voie qu’ils appellent une secte, voilà comment j’adore le Dieu que vous adorez. » Vous voyez, selon la voie qu’ils appellent secte…

41 Je suis certain qu’aujourd’hui, si nous étions avec les anciennes églises dont nous étions membres, comme l’Eglise presbytérienne, catholique, baptiste, et les différentes autres, nous pourrions donner le même témoignage à ces gens qui disent qu’ils veulent – par exemple, mettre le frère dans un pavillon pour psychopathes, ou quelque chose comme ça. « Selon la voie qu’ils appellent une secte, voilà comment j’adore le Dieu de nos pères. »

42 Et quel témoignage grandiose c’était devant Agrippa, au point que même en plein milieu du discours de Paul, Agrippa s’est écrié en disant : « Paul, Saul, tu vas bientôt me persuader de devenir chrétien. » Vous voyez qu’il a présenté les Ecritures si clairement, pourtant c’était contraire à sa propre synagogue. Mais les Ecritures étaient si parfaitement claires que le roi a dit : «Tu vas bientôt me persuader de devenir comme toi. »

43 Paul a dit : « Je souhaiterais que tu le sois, tout à fait, seulement je ne voudrais pas que tu sois enchaîné comme je le suis, » (Voyez-vous ?), mais qu’il soit un croyant comme lui. Autrement dit : « Si je... Plaise à Dieu que tu voies la révélation comme – comme je la vois. » Autrement dit : « Je – je souhaiterais que tu puisses le faire. » (Voyez-vous ?) « Je souhaiterais vraiment que tu le fasses. »

44 Quand Festus, je crois, lui a dit que Paul avait trop étudié, qu’il était fou… Mais il lui a fait savoir cependant qu’il – qu’il ne l’était pas ; qu’il – il savait où il se tenait.

45 Et je dirai ceci ce matin, frères. Je souhaiterais tout à fait pouvoir pencher... pas la vie de Paul, mais juste pour donner un petit exposé de base. En effet, il y en a bien d’autres ici qui vont peut-être parler ce matin, mais je voulais avoir cette occasion pour dire ceci. Maintenant, j’aimerais que chacune des églises, comme je vous ai entendus les énumérer, le Temple Béthel, l’Indépendante, les Assemblées de Dieu, et plusieurs autres, j’aimerais que tous vous parveniez à voir ce que je vois. Que vous puissiez… j’aurais souhaité que vous voyiez la même vision que moi, alors vous auriez une compréhension plus claire qui … du ministère.

46 Quand j’ai quitté l’Eglise baptiste pour entrer dans la Pentecôte, alors le docteur Roy E. Davis, qui m’avait ordonné dans l’Eglise baptiste missionnaire, m’a dit que j’avais eu un cauchemar, quand la vision du Seigneur était venue et – et m’avait parlé. Et – et vous savez où la guérison en était à l’époque, c’était au plus bas.

47 Et – et je ne connaissais rien sur les pentecôtistes. J’avais entendu dire que c’était une bande de saints exaltés qui s’étalaient par terre et qui bavaient comme des chiens enragés, et qu’on devait les éventer et les ranimer, et tout comme cela. Voilà tout ce que je savais des pentecôtistes.
Il a dit : « Qui, penses-tu, va t’écouter ? »

48 J’ai dit : « Si Dieu m’envoie, il y a un endroit où Il m’envoie et quelqu’un vers qui Il m’envoie. » C’est vrai. Voyez-vous ? En effet, j’ai dit : « Docteur Davis, ai-je dit, Il était vraiment réel. Je me tenais là, et je Le regardais. » J’ai dit : « Et Il m’a dit que ces visions... »

49 Je crois fermement, frères, dans le fait que – dans le fait que les dons et les appels sont sans repentance. Je – je crois ça. Vous êtes né, vous ne pouvez pas être quelque chose que vous n’êtes pas. Et chaque fois que vous essayez de vous faire passer pour quelque chose que vous n’êtes pas, vous ne faites que jouer à l’hypocrite. Et que Dieu me tue avant que je ne devienne un hypocrite. Voyez-vous ? Que je sois simplement ce que je suis, et puis que je le rende clair et net. Et – et puis, que – que je sois comme ça, et alors tout le monde sait. Et vous savez exactement.

50 Et alors, maintenant, comme vous savez, je n’ai pas fait beaucoup d’études, comme je l’ai dit. Alors, dans ma... côté théologie, je suis le plus médiocre qui soit. Et je pense que vous le savez. Voyez-vous ? Et, comme prédicateur, je peux à peine dire que j’en suis un, parce que je n’ai pas d’instruction, que je ne connais pas les mots, et ainsi de suite. Mais le peu que j’ai pour... ce que j’ai comme connaissance en rapport avec connaître le Seigneur Jésus par Sa grâce, j’essaie de partager cela avec tous mes frères partout, de partager cela.

51 Et… Mais, quand j’ai quitté l’Eglise baptiste, qui était la seule église où je sois jamais entré, ou plutôt dans laquelle j’aie été ordonné… Et j’ai été ordonné en 1933, dans l’Eglise baptiste missionnaire, à Jeffersonville, dans l’Indiana. Elle est – elle est un membre de la Southern Baptist Convention. Alors nous, à ce moment-là, je... Quand je me suis retiré et que...

52 Maintenant, l’Eglise baptiste est une église souveraine. Nous – nous le savons tous. Ils sont… Elle est... Vous pouvez prêcher tout ce que vous voulez, si votre assemblée soutient cela. Ils... Vous prêchez ce que vous voulez, ce que vous désirez.

53 Et j’aime ça, voyez-vous, parce que je crois que c’est apostolique. En effet, le chef, l’ordre le plus élevé de l’église, c’est le berger, nous comprenons ça, le pasteur. Et – et si le – le... Si un évêque ou quelqu’un d’autre va ôter au pasteur la révélation, alors comment Dieu pourra-t-Il agir dans Son Eglise ? Voyez-vous ? Vous ne pouvez pas obtenir cela.

54 Alors… Et j’ai...Quand je suis sorti de là, j’ai rencontré le premier groupe, au moment où s’est opéré la guérison de la petite Betty Daugherty, à St. Louis, dans le Missouri. Et c’était une église pentecôtiste unifiée, ou une église pentecôtiste du Nom de Jésus, dont ce pasteur faisait partie, et sa fillette a été guérie. Franchement, je pensais que ce qui faisait d’eux des pentecôtistes, c’est parce qu’ils s’appelaient « Jésus Seul ». Et je – je pensais que ce qui faisait d’eux des pentecôtistes, c’était parce qu’ils s’appelaient comme ça, et que c’était là la différence. Ainsi, eh bien, ensuite de là je suis allé à...

55 Et un homme bien ; on a eu une grande réunion à St. Louis, dont on a la photo là-dedans. Et on avait l’auditorium Kiel ; et la première soirée ou la deuxième, on a fait salle comble, avec quatorze mille personnes, et on ne pouvait même pas... Il a fallu mettre des policiers près des portes pour tenir les gens à distance.

56 Et puis de là, on a continué chez Richard T. Reed, du Tabernacle du Bon Vieux Temps de la Bible, à Jonesboro, qui était aussi de la même organisation. Et de là, on est allé chez Dr G. H. Brown, de la même organisation, au 505, rue Victor à Little Rock, dans l’Arkansas. Et, de là, à la Côte Ouest.

57 Et puis, quand je suis arrivé sur la Côte Ouest, je suis entré en contact avec le feu. J’ai alors découvert qu’il y avait autant de divisions parmi les pentecôtistes, dans leurs organisations, que nous en avons, nous, les baptistes. Voyez-vous ? Il y avait – il y avait tellement de divergences… Il y avait… Ils avaient les… Ils avaient différentes... Il y avait les Assemblées de Dieu, et l’Eglise de Dieu, et quelque chose d’autre, et quelque chose d’autre, et quelque chose d’autre, et des – des différends. Et ils s’étaient séparés, et ils avaient dressé de petites frontières. Et tous les autres frères ont commencé à venir vers moi, et à me dire : « Tiens ! vous êtes un Jésus Seul avec ce groupe-ci. »

58 J’ai dit : « Non, moi je ne – je ne me donne pas ce nom-là. »
Il a dit : « Pourquoi les fréquentez-vous ? »
J’ai dit : « Eh bien, je ne suis pas cela pour autant. » Et j’ai dit : « Je – je... Ils étaient des frères. »

59 Et il a dit : « Oh ! ils sont une bande de... Oh ! ils n’ont rien d’autres qu’un tas de perchoirs à vautours, et tout, par-là, comme ça, où... »

60 J’ai dit : « Eh bien, je regrette. J’ai rencontré là des hommes très pieux. Et ce sont des hommes de Dieu. » Et j’ai dit : « Je – je ne supporte vraiment pas qu’on les taxe de mauvais, parce qu’ils ne le sont pas. »

61 Eh bien, alors j’ai essayé de reporter cela aussi longtemps que j’ai pu, sans me prononcer pour l’un ni pour l’autre. Eh bien, je me suis mis à étudier quelles étaient leurs idées, et quelles étaient leurs divergences, et ce qui les séparait. Et j’ai trouvé qu’il y avait deux grands groupes, l’un d’eux s’appelait Jésus Seul, et l’autre s’appelait les Assemblées de Dieu. Et ils étaient sortis, ou plutôt s’étaient séparés à cause de la question du baptême d’eau ; l’un utilisait « Père, Fils, Saint-Esprit », et l’autre utilisait le Nom de « Jésus ».

62 Eh bien, j’ai regardé, et des deux côtés il y avait de grands hommes, des serviteurs de Dieu. Et je me suis dit : « Ô Dieu, si seulement je pouvais les voir tous émerger jusqu’à devenir – avancer simplement et avoir... mais sans juste dresser des barrières, en disant : « Nous ne fraterniserons pas les uns avec les autres. » Mais j’ai découvert là-dedans qu’un mauvais esprit s’était introduit parmi eux et avait suscité de la haine et de la méchanceté, suite à des problèmes qui étaient survenus parmi eux. Je me suis dit : « Ça, c’est vraiment la chose que le diable veut. C’est très exactement ce qu’il veut. Tant que vous braquez vos fusils les uns sur les autres, il n’a pas besoin de donner un seul coup. » Et je...

63 Et puis alors, finalement, on en est arrivé à une confrontation. Et cette confrontation a eu lieu à Seattle, dans le Washington, vers 1946. Et un matin, on m’a amené dans le hall d’un hôtel, un peu comme ici, pour un déjeuner avec quelques prédicateurs. Et je devais parler aux deux hommes principaux.

64 Et l’un d’eux, c’était le Dr. Ness. Je suppose que vous, les frères des Assemblées de Dieu, vous vous souvenez de lui. Il était du territoire nord-ouest ; un grand homme, un homme intelligent, un érudit. Et il représentait les Assemblées de Dieu.

65 Et puis, le Dr. Scism, de l’Eglise pentecôtiste unie. Je pense que vous, les frères pentecôtistes unis, vous vous souvenez de lui. Lui aussi était des territoires nord-ouest, là-bas, il était à la tête de ces gens-là, et des districts de là au nord.

66 Eh bien, ces deux hommes se sont rencontrés. Et je devais être amené devant eux, parce que la – la tension devenait violente, et on m’attaquait de tous côtés. Et je me suis dit : « Eh bien, qu’est-ce que je dois faire ? Qu’est-ce que je peux faire ? »

67 Maintenant… « Eh bien, disaient-ils, eh bien, vous devez vous ranger d’un côté ou de l’autre. Si vous voulez aller avec ceux du Nom de Jésus, il faut que vous soyez du Nom de Jésus. Et si vous allez avec les Assemblées de Dieu, il faut que vous quittiez ceux du Nom de Jésus, et que vous soyez des Assemblées de Dieu, ou ainsi de suite. » C’était arrivé à un point où je devais montrer mes couleurs, en quelque sorte.

68 J’ai beaucoup prié ce matin-là avant d’y aller. J’ai dit : « Ô Dieu, aide-moi, car il y a là deux grands hommes. Il y a des milliers de serviteurs, et Tu m’as envoyé ici avec un ministère, et ils sont tous deux Tes serviteurs. Et devrais-je donner la petite influence que j’ai à une organisation pendant qu’elle combat l’autre ? » Voyez-vous ? « Je – je ne me sens pas justifié de faire cela. Je ne pense pas que ce serait la volonté de Christ que je le fasse. » J’ai dit : « Ô Dieu, aide-moi et donne-moi quelque chose à faire, ou plutôt donne-moi quelque chose à dire. »

69 Et puis je n’avais personne. J’ai seulement dû me tenir là, juste le Seigneur Jésus et moi, ce matin-là.

70 Eh bien, le grand débat a été lancé. « Qu’est-ce que vous allez faire ? Quelle – quelle décision allez-vous prendre ? »

71 J’ai dit : « Ma décision est déjà prise, à savoir... Ma décision, c’est de me tenir entre vous deux, et de ne me joindre à aucune organisation, mais de dire, en vous entourant tous deux de mes bras : ‘Nous sommes frères.’ (Voyez-vous ? Voyez-vous ?) ‘Nous sommes frères.’ » Voyez-vous ? Et j’ai dit : « J’ai essayé de lire tous les livres que j’ai pu, comment ceci est arrivé, ce qu’on appelait ce ‘nouveau problème’, et comment ils s’étaient séparés, et comment celui-ci avait commencé comme ceci et comme cela. » Et j’ai dit : « Dans les disputes qu’il y a entre vous, ai-je dit, c’est la même chose qui a divisé le mouvement de la Pentecôte, le jour... après la Pentecôte. Ils se sont mis à se disputer entre eux. » J’ai dit : « C’est encore cette chose-là qui sépare. »

72 J’ai dit : « Y a-t-il une possibilité d’avoir un intermédiaire entre vous – vous frères ? Y a-t-il quelque chose qui – qui peut tenir ? »

73 Eh bien, ils n’ont pas ouvert la bouche là-dessus, parce que c’était très tranchant. Vous savez comment c’était, il y a environ quinze, vingt ans, parce qu’un groupe venait de se séparer de l’autre, et il y avait beaucoup de disputes.

74 Donc j’ai dit : « Eh bien, frères, voici ce que je vais faire. Je vais... Ce n’est pas pour baptiser que Dieu m’a envoyé, de toute façon. Il m’a envoyé prier pour Ses enfants malades. » J’ai dit : « Alors, moi je vais prier pour les enfants malades, et vous les prédicateurs, pratiquez vous-mêmes le baptême. »

75 J’ai dit – j’ai dit : « Maintenant, je veux vous demander quelque chose, juste pour que vous compreniez. » J’ai dit : « Frère Ness les – ces gens du Nom de Jésus, croyez-vous qu’ils ont reçu le Saint-Esprit, quand ils parlent en langues et font la même chose que vous des Assemblées de Dieu ? »
Il a dit : « Certainement. »

76 J’ai dit : « Frère Scism, croyez-vous que les Assemblées de Dieu ont le Saint-Esprit, quand ils parlent en langues et font la même chose que ce que vous avez fait en rapport avec le baptême ? »
Il a dit : « Bien sûr que oui. »

77 J’ai dit : « Eh bien, la Bible dit que Dieu donne le Saint-Esprit à ceux qui Lui obéissent. Maintenant, qui Lui a obéi ? C’est juste ce que je désire… Je désire savoir ; qui Lui a obéi. Lequel d’entre vous Lui a obéi ? Et Dieu vous a donné le Saint-Esprit à tous les deux. » Voyez-vous ?

78 J’ai dit : « Diriez-vous, Frère Scism, que frère Ness n’a pas le Saint-Esprit? »
Il a dit : « Non. »

79 J’ai dit : « Diriez-vous que frère Scism n’a pas le Saint-Esprit ? »

80 « Non. » Voyez-vous ? Ils croyaient tous les deux que chacun avait le Saint-Esprit.

81 Mais, voyez-vous, ça ne fait vraiment aucun sens, frères. Ça ne fait aucun sens. Et peu de temps après ça...
Je vais revenir à mon sujet dans un instant.

82 Les frères finlandais, ici, après que j’ai quitté la Finlande, où Dieu nous a donné, à mon avis, une de nos séries de réunions les plus glorieuses, là où le petit garçon mort a été ressuscité, et où il y a eu beaucoup de choses... A Stockholm, en Suède j’ai rencontré Lewi Pethrus, de l’église de Filadelfia, là, qui est un grand homme de Dieu. Et l’église de Filadelfia... Frère Gordon Linsdsay qui était… Eh bien, je pense – je ne pense pas qu’il en fasse partie maintenant, mais il était – faisait partie des Assemblées de Dieu.

83 Et les Assemblées de Dieu sont parmi mes grands sponsors au niveau international ; ainsi que les Foursquare, qui sont sortis des Assemblées de Dieu, sont parmi mes grands sponsors. Les unitaires sont mes grands sponsors au niveau international. Voyez-vous ? Et j’ai simplement pris cette position-là, laissant simplement des tensions, et puis j’ai pris une position, comme quoi je ne prendrai parti pour aucun des camps dans cette dispute, jusqu’à ce que nous puissions voir que nous sommes frères, et nous mettre ensemble, alors nous – nous verrons tous ce même point précis, là, auquel nous arrivons, le motif et l’objectif pour lequel on le fait.

84 Et vous – vous devez d’abord examiner votre motif et votre objectif. D’abord, trouver la volonté de Dieu ; et ensuite trouver votre objectif ; et puis examiner votre motif pour voir si celui-ci est juste. Alors, comme Jésus l’a dit dans Marc 11.24 : « Si vous dites à cette montagne : ‘Ote-toi de là’, et que vous ne doutez pas dans votre coeur... » Mais aussi longtemps que vous doutez dans votre coeur, ne sachant pas si c’est la volonté de Dieu, ou si votre motif ou votre objectif sont faux, comment va-t-elle se déplacer ? Mais quand vous savez que votre motif est juste et que c’est la volonté de Dieu, et que votre objectif est juste, elle doit se déplacer. C’est tout, sinon Dieu a dit quelque chose de faux.

85 C’est la raison même pour laquelle, quand je vais sur l’estrade, dans des églises, personne ne m’a jamais entendu mentionner ces choses sur l’estrade, ces questions. Je les laisse simplement de côté. Vous voyez, ça, c’est votre affaire à vous, les amis. Je suis ici pour vous aider à gagner des âmes à Christ, par un don divin. Voyez-vous ? Voyez-vous ? Ça ne change rien. Vous, faites vos baptêmes. Mais alors, quand il s’agit...

86 Bien sûr, on m’a traité de tous les noms. On m’a traité je ne sais pas de combien de noms, partout, d’un – un « fils de Dieu incarné » jusqu’à un démon. C’est vrai, de tout. Mais, malgré tout cela, je suis votre frère, concitoyen du Royaume de Dieu, qui travaille avec vous tous pour le Royaume, et c’est la vérité.

87 Maintenant, je vais… Si c’est en ordre, et si vous pensez que nous avons assez de temps, j’aimerais vous dire comment nous en avons débattu. Est-ce en ordre, frères, juste un instant, Frère Ness et les autres ? Très bien. Et ça pourrait être un petit moment qui pourrait vous aider. Ça pourrait vous aider à comprendre en quelque sorte…

88 J’ai écrit ici certaines choses que je me suis rappelées et que j’ai tirées de là, et ainsi… Ils m’ont demandé ce que je croyais à propos de la « trinité », si je croyais qu’il y avait une « trinité » de Dieu.

89 Maintenant, frères, comme nous allons aborder ceci, j’espère que, quand ce sera terminé, nous serons les mêmes frères que nous avons toujours été tout ce temps. Voyez-vous ? Mais j’estime que je vous dois ça, parce que vos fidèles viennent à mes réunions, et je ne voudrais assurément pas que l’un d’eux s’en aille séduit à cause de moi.

90 Et j’ai toujours dit aux gens qui m’écrivent des questions, en dehors de ce que je prêche en chaire… et mon secrétaire est ici, et tout. S’ils me posent une question : « Qu’en est-il de ceci, ou qu’en est-il de cela ? »

91. Je dis : « Demandez à votre pasteur. En effet, s’il vous a amené jusqu’ici, au point où vous avez reçu le Saint-Esprit, il vous mènera plus loin. » Voyez-vous ? Demandez à votre pasteur», en effet, de petites choses comme ça produisent de la confusion, et, par conséquent, je m’en tiens éloigné. Voyez-vous ?

92 Or, les gens ont dit de moi que je combattais les organisations. Eh bien, ce n’est pas le cas. Je pense que les organisations sont merveilleuses, mais quand le système de votre organisation se corrompt, voilà ce à quoi je m’oppose. Voyez-vous ? Et qu’il s’agisse des unitaires, ou – ou qu’il s’agisse des trinitaires, ou quoi que ce soit, le système ; c’est-à-dire quand vous en arrivez à un point où vous… Eh bien, dire : « Nous sommes les Assemblées de Dieu. »
– Eh bien, c’est qui, de l’autre côté de la rue ?

93 – Oh, ce sont nos frères. On les – on les appelle les pentecôtistes unis.
– Eh bien, et là-bas, c’est qui ?

94 – Oh, ce sont les frères des Foursquare. Oh, nous sommes de merveilleux frères. Nous avons une grande communion, les uns avec les autres.
– Oh, croyez-vous tous la même chose ?
– Oh, oui, nous croyons…
– Bon, eh bien, qu’est-ce qui vous rend comme ceci ?

95 – Eh bien, ces frères-ci baptisent comme ceci. Et ceux-ci baptisent comme ceci, le visage…?... Et ceux-ci baptisent... »

96 C’est comme là en Afrique du Sud, frères, on a par hasard rencontré cela. Ils m’ont demandé… Un groupe baptise trois fois face en avant, et l’autre baptise trois fois vers l’arrière. Et ils ont dit... j’ai dit : « D’où tirez-vous ça ? »

97 L’un d’eux a dit : « Quand I1 est mort, la Bible dit qu’Il s’est penché en avant, et, a-t-il dit, par conséquent nous devons les pencher en avant. »

98 Et j’ai dit à l’autre groupe : « Bon, qu’est-ce que... Et vous ? »
I1 a dit : « A-t-on jamais enterré un homme face contre terre ? »

99 Eh bien, et vous savez quoi ? Ils se sont séparés et ont formé deux groupes, deux organisations. Oh, miséricorde, frères! C’est exactement ce que le diable cherche. C’est exactement ce qu’il cherche. Mais juste… Faites-vous...

100 Maintenant, voyez, ce n’est pas la Mission de la Foi Apostolique, ni – ni les Assemblées de Pentecôte non plus, de l’autre côté. Ce n’est pas ça. Il y a de braves hommes dans les deux groupes, comme il y en a ici. Mais, vous voyez, c’est le système de la chose.

101 C’est tout comme les catholiques ; comme je l’ai souvent dit, s’il est catholique, et qu’il compte sur Christ pour le salut, il est sauvé. Certainement, c’est juste. S’il compte sur l’église, il est perdu. Et n’importe lequel de vous, frères pentecôtistes, vous savez que si nous comptons sur l’Eglise pentecôtiste pour nous sauver, « nous sommes les plus malheureux des hommes », c’est juste, parce que nous sommes perdus. C’est juste.

102 Mais si nous comptons sur Jésus-Christ, alors nous sommes sauvés : « Par la foi », (dans quoi ?) une oeuvre achevée. Et ces petites choses et ces petites marques qui ont cours ne changent pas grand-chose.

103 Eh bien, j’ai dit à frère Scism et à frère Ness : « Pour répondre à votre question, ai-je dit, eh bien, je ne prends parti pour aucun de vous, frères. Et je sais que tant que vous vous disputez, vous avez tous deux tort. Voyez ? En effet, je préférerais avoir une fausse doctrine, avec un coeur droit, plutôt que d’avoir une bonne doctrine avec un coeur qui n’est pas droit. » Voyez ? J’ai dit : « Après tout, c’est l’état de votre coeur qui compte. »

104 Et j’en ai fait l’expérience pour savoir ceci : peu importe ce qu’un homme fait et combien il est en désaccord, et ce qu’il dit de moi, si dans mon coeur, pas juste par devoir, mais du fond du coeur, je ne peux pas aimer cet homme autant que j’aime n’importe qui d’autre, alors je sais qu’il y a quelque chose de faux ici, à l’intérieur, voyez-vous ? C’est vrai, parce que c’est – c’est… peu importe s’il...

105 Un… jeune frère est venu, il n’y a pas longtemps, un jeune frère de l’Eglise de Christ. Et, oh ! il s’est avancé, et il a dit : « Ce type est un démon. » Voyez-vous ? Il a dit : « Il dit qu’il existe un Saint-Esprit. » Il a dit : « Ça n’existe pas. Ils… il n’y a que les douze apôtres qui ont reçu le Saint-Esprit. Et – et la guérison divine n’a été donnée qu’à ces douze apôtres. » Et il a continué ainsi environ une demi-heure.

106 Et j’ai dit : « Un instant, frère. Je pense que vous devriez me donner juste une occasion de défendre ceci, voyez-vous ? » J’ai dit : « Vous avez dit que vous parlez quand la Bible parle, et que vous vous taisez là où Elle se tait. »
Et il a dit : « C’est ce que nous faisons. »

107 J’ai dit : « Maintenant, vous avez dit qu’il n’y a que les douze apôtres qui ont reçu le Saint-Esprit. La Bible a dit qu’ils étaient cent vingt dans la chambre haute quand le Saint-Esprit est descendu, des femmes et tout’. Et je vous prie de me dire… pensez-vous que Paul n’avait pas le Saint-Esprit ? Et il L’a reçu longtemps après ça, voyez-vous ? Et vous avez dit que le don de guérison n’a été donné qu’aux douze apôtres. Et Etienne est descendu là, quelques jours après, et il n’était pas l’un des douze. Il n’était même pas prédicateur. Il était diacre, et il est descendu en Samarie, et il a chassé des démons. » J’ai dit : « Oh ! frère! » C’était le grand silence juste là, où il était obligé de l’observer.

108 Et après cela, j’ai dit : « Je vous pardonne de m’avoir taxé de démon, parce que je suis sûr que vous n’en aviez pas l’intention. »

109 Et puis, quand il fut au bout, il s’est approché. Il a dit : « Il y a une chose que je peux dire. Vous avez l’Esprit de Christ. »

110 J’ai dit : « Maintenant, frère, qu’est-ce que je suis, un démon ou de Christ ? » Voyez-vous ? Voyez-vous ?

111 Mais je vous assure, voyez-vous, c’est parce que cet homme, il pouvait voir que je l’aimais ; même s’il était en désaccord, et terriblement en désaccord, et qu’il attaquait violemment...

112 Je suis un chasseur, et je suis en contact avec les bêtes sauvages, toute ma vie. Et les gens ont dit : « Comment... » Cette fois-là où j’ai dû tuer cet ours à l’aide d’un couteau, voyez-vous, ils ont dit : « N’aviez-vous pas peur de lui ? »

113 J’ai dit : « Non. Si j’avais eu peur de lui, il m’aurait tué. »

114 Mais, voyez-vous ? vous ne pouvez pas – vous ne pouvez pas les tromper. Ils savent si vous avez peur d’eux ou non. Si vous avez peur d’un cheval, observez ce qu’il va faire, il va vous piétiner. Donc si vous avez peur, vous ne pouvez pas le tromper. Vous devez réellement avoir la chose. Et c’est pareil avec Satan.

115 C’est pareil parmi les hommes. Vous devez aimer les hommes, vous ne pouvez pas juste faire semblant. Vous devez avoir la chose, sinon vous révélerez quelque part ce que vous êtes, voyez-vous ? C’est vrai. Vous devez réellement aimer les gens, et ils savent que vous les aimez. Voyez-vous, il y a quelque chose là.

116 Et cet homme, voilà qu’il a appelé ma femme, il y a quelques jours, et il a dit : « Est-ce que Frère Branham est là ? »
Elle a dit : « Non. »

117 Il a dit : « Eh bien, il y a une chose que je dois dire. Je n’étais pas d’accord avec lui sur la théologie, mais je dis qu’il est un serviteur de Christ. »

118 Eh bien, alors, et puis avant que je parte, il m’a envoyé une lettre, et il disait : « Je vais venir, dès que vous serez de retour. Je veux ce baptême du Saint-Esprit dont vous parlez. »

119 Donc, vous voyez donc exactement ou… Si vous aviez... Si j’avais eu ce sentiment pour dire : « Tiens, vous ne valez rien. Votre vieille dénomination ne vaut rien, et – et vous tous membres de l’Eglise de Christ, vous ne valez rien. Vous ne valez rien. Vous êtes – vous êtes des démons. » Je n’aurais jamais gagné cet homme. Et si je lui avais dit que je l’aimais, et que cela ne venait pas de mon coeur, il n’aurait pas été dupe. Eh bien c’est – c’est tout ce qu’il en est. Cela doit venir de votre coeur.

120 Et c’est comme ça les soirs où j’avance sur cette estrade, sous ce discernement, Voyez-vous. Je n’y pense pas. Je ne mange pas après l’heure du dîner ; et je jeûne et je prie, et je reste dans la chambre. Parce qu’Il m’a promis qu’Il le ferait. Et par conséquent, j’y vais sans l’ombre d’un doute, parce qu’Il a promis qu’Il le ferait. Donc, voyez-vous, mon... Je sais ce qu’est mon motif, ce qu’est mon objectif, c’est pour l’avancement du Royaume de Dieu.

121 Qu’un homme aille dans ce sens ou dans l’autre sens, quelle que soit l’église qu’il fréquente, aussi longtemps qu’il vient à Christ, ça m’importe peu. Et c’est dans mon coeur. Voyez-vous ? Et peu importe, si on va se joindre à l’Eglise de Christ, c’est tout à fait en ordre. C’est très bien. S’il... Quelle que soit l’église à laquelle il se joint, cela m’importe peu. Mais pourvu que j’aie gagné son âme à Christ, voilà l’essentiel.

122 Alors, j’ai dit : « Frère Ness, ce n’est pas pour être en désaccord... » Maintenant je vais… Est-ce bien d’utiliser ça, frère ? J’ai dit : « Je veux dire et expliquer... » Et à ce propos, j’aimerais vous dire, à vous, frères, qui êtes ici. Maintenant, ne mentionnez pas ceci dans vos assemblées. Et, s’il vous plaît, et faites-moi cette faveur, que je sois juste – juste – juste votre frère, voyez-vous. Et je, et si – si j’ai tort, alors pardonnez-moi. Mais je veux vous expliquer, puisqu’il y a les deux groupes assis ici ce matin, les deux, les unitaires et les – les Assemblées, aussi, ainsi que ceux qui croient à la trinité.

123 Maintenant, je veux faire cette déclaration. Je veux dire que je crois que les deux camps ont tort, tant qu’ils se disputent entre eux, parce que leurs motifs sont faux. Et tant que vos motifs sont faux ; peu importe ce qu’est votre objectif, mais si vos motifs pour cet objectif sont faux, alors ça ne marchera jamais. C’est juste.

124 Eh bien, certains ont dit : « Frère Branham, vous êtes un Jésus Seul. » Je tiens à dire que ça, c’est une erreur. Je ne suis pas un Jésus Seul.

125 Quelqu’un dit : « Frère Branham, êtes-vous un trinitaire ? » Non monsieur. Je ne suis pas un trinitaire. Je suis un chrétien. Voyez-vous ? Je – je – je ne... Le mot trinitaire n’est même pas mentionné dans la Bible, le mot trinité. Et je ne crois pas qu’il y ait trois Dieux distincts.

126 Je crois qu’il y a un Dieu en trois fonctions ; Père, Fils, Saint-Esprit. C’est exactement la raison pour laquelle nous avons reçu la commission de baptiser au Nom de Père, Fils, Saint-Esprit. Je crois que c’est Dieu qui s’abaisse, qui descend.

127 Maintenant, Dieu, quand Il est apparu pour la première fois aux hommes, Il était sous la forme d’une Colonne de Feu. Vous croyez ça, n’est-ce pas ? La... Tout lecteur de la Bible sait que la Colonne de Feu qui était dans le désert, c’était le Logos, que c’était l’Ange de l’Alliance, qui était Christ.

128 En effet, Il a dit qu’Il était...?... que ce n’était pas… Je crois que c’était dans saint Jean 6, Il a dit : « Avant qu’Abraham fût, JE SUIS. » Il était le JE SUIS.

129 Donc, c’était Dieu, saint ; si un homme touchait simplement la montagne, il devait être tué, voyez-vous ? Très bien. Maintenant, ce même Dieu essayait de revenir Lui-même dans Sa créature qu’Il avait créée. Or, Il ne pouvait pas les approcher, parce qu’ils étaient des pécheurs, et le sang des boucs et des brebis n’a jamais ôté le péché. Nous savons cela. Il ne faisait que couvrir le péché.

130 Eh bien, mais alors, ce même Dieu qui était la Colonne de Feu, Il est devenu chair, à travers Son Fils, et Il a habité dans un corps appelé le Seigneur Jésus-Christ. La Bible dit : « En Lui habite corporellement la plénitude de la Divinité. » Et Jésus a dit dans... Eh bien, dans I Timothée 3.16 : « Sans contredit, le mystère de la piété est grand. » Et si eux pouvaient traiter cela de grand, eh bien, que ferions-nous, voyez-vous ? « Le mystère de la piété est grand ; car Dieu a été manifesté en chair, vu des anges, élevé dans la Gloire », et ainsi de suite. Eh bien, et Il a dit à Thomas dans Jean 14 : « Quand tu M’as vu, tu as vu le Père. Pourquoi dis-tu : ‘Montre-nous le Père’ ? » La Bible dit que « Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec Lui-même ».

131 Maintenant, Dieu ne peut pas être trois personnes, trois Dieux. Jésus non plus ne peut être Son Propre Père, en étant seul. Voyez-vous ? Donc, voyez-vous, ça fait que les deux sont radicalement dans l’erreur.

132 Et maintenant, si vous remarquez bien, il n’y a aucun passage... Si nous avons trois Dieux, nous sommes des païens. Eh bien, ça, nous le savons.

133 C’est comme ce Juif m’a dit une fois, quand je lui parlais, il a dit : «Lequel d’entre eux est votre Dieu ? Lequel est votre Dieu ; le Père, le Fils, ou le Saint-Esprit ? Lequel est le vôtre ? »
Et j’ai dit : « Eh bien, il n’y a pas trois Dieux. »

134 Il a dit : « Vous ne pouvez pas couper – couper Dieu en trois morceaux et Le donner à un Juif. »
J’ai dit : « Non, monsieur. » J’ai dit...

135 Quand John Rhyn avait été guéri de la cécité, là, à Fort Wayne, vous savez ; et ce rabbin, là à Mishawaka ou à Benton Harbor, il a dit : « Vous ne pouvez pas couper Dieu en trois morceaux et Le donner à un Juif. »

136 J’ai dit : « Certainement pas. » Je lui ai parlé et j’ai dit : « Rabbin, est-ce qu’il vous serait difficile de croire aux prophètes ? »
Il a dit : « Non. »

137 J’ai dit : « Dans Esaïe 9.6, de qui est-ce que le prophète parlait : ‘Un Enfant nous est né, un Fils nous est donné, on L’appellera Conseiller, Dieu Puissant, Prince de la Paix’ ? »
Il a dit : « Il s’agissait du Messie. »
J’ai dit : « Alors, rabbin, quel rapport y aura-t-il entre le Messie et Dieu ?»
II a dit : « II sera Dieu. »

138 « C’est ce que je pensais. » Voyez ? J’ai dit : « Voyez-vous ? C’est tout à fait juste. C’est ce qu’Il est. » Alors, j’ai dit : « Maintenant, dites-moi où Jésus n’a pas accompli exactement ce que le prophète avait annoncé à Son sujet. » Et il s’est mis à pleurer et s’en est allé. J’ai dit : « C’est par Cela que John Rhyn a reçu la vue. »
Et il a dit : « Loin de Dieu l’idée d’avoir un fils! »

139 J’ai dit : « Le Grand Jéhovah a couvert une femme de Son ombre, comme l’avait annoncé le prophète, et Il a créé une cellule de Sang. Et c’est par cette cellule de Sang qu’est venu le corps de Christ.

140 « Regardez, dans l’Ancien Testament, rabbin, ai-je dit, quand un homme allait faire une offrande, il prenait un agneau. Il savait qu’il avait transgressé les commandements de Dieu, alors il prenait un agneau. Il confessait ses péchés, et cet agneau était mis à mort. Pendant que les... ses mains étaient sur l’agneau, confessant qu’il savait qu’il devait mourir à cause de ses péchés, mais que l’agneau prenait sa place. Et la cellule de sang était brisée ; et il tenait le petit agneau de sa main jusqu’à ce qu’il sente sa petite vie le quitter, et que l’animal se raidisse. Alors le sacrificateur, bien sûr, jetait le sang sur le – sur le feu, l’autel d’airain du jugement. »

141 « Alors, ai-je dit, cet homme, ensuite sortait de là conscient que l’agneau avait pris sa place, mais il sortait avec le même désir qu’il avait en entrant, voyez-vous, parce que ça ne pouvait pas ôter le péché. Voyez-vous ? Mais alors, dans ce cas-ci : ‘L’adorateur, étant une fois purifié, n’a plus aucune conscience du péché.’ Là, une offrande était faite chaque année. Mais, ai-je dit, donc maintenant, ‘celui qui rend ce culte, étant une fois purifié, n’a plus aucune conscience du péché’. »

142 «En effet, écoutez, rabbin. Dans l’hémoglobine, cette petite vie qui commence dans la cellule, elle vient du sexe mâle, et elle entre dans la femelle. Et celle-ci produit l’oeuf ; seulement, une poule peut pondre un oeuf, mais si elle n’a pas été avec l’oiseau mâle, l’oeuf n’éclora jamais. »

143 Et j’ai dit : « Alors Dieu, le plus grand, qui remplissait tout le temps et tout l’espace, est descendu pour devenir un petit germe au sein d’une femme. » Et puis, j’ai dit : « Quand nous sommes sauvés aujourd’hui... Jésus n’était ni Juif ni Gentil, parce que l’ovule n’avait seulement produit que la chair. Le Sang avait la Vie. Donc nous sommes... La Bible dit : ‘Nous sommes sauvés par le Sang de Dieu.’ Voyez-vous, Il n’était ni Juif ni Gentil ; Il était Dieu. Par conséquent, quand nous venons à l’autel et que, par la foi, nous mettons nos mains sur Sa tête, que nous ressentons le déchirement et l’agonie du Calvaire, et confessons nos péchés, que nous avons tort, et qu’Il est mort à notre place, alors…

144 « Voyez-vous, ai-je dit, le sang de cet agneau ne pouvait pas revenir sur ce... La cellule de Sang a été brisée, et la vie qui a été libérée (par la rupture de cette cellule de sang de l’agneau) ne pouvait pas revenir sur l’adorateur, parce que c’était une vie animale, et elle n’était pas compatible avec la vie humaine.

145 « Mais cette fois-ci, quand cette cellule de Sang a été brisée, il ne s’agissait pas simplement d’un homme. Là, c’était la Vie de Dieu, qui était libérée. Et quand l’adorateur par la foi pose ses mains sur le Fils de Dieu, et qu’il confesse ses péchés ; non pas la vie d’un autre homme, mais la Vie de Dieu revient sur cet homme, ce qui est la Vie Eternelle. Le mot Zoé, qui se traduit par la ‘Vie’ même de Dieu. Et Il a dit qu’Il nous donnerait Zoé, la Vie Eternelle, et maintenant nous sommes des fils et des filles de Dieu. Vous y êtes. »

146 J’ai dit : « Maintenant, qu’est-ce ? C’est Dieu qui s’abaisse. » Il est venu ; d’abord, ‘aucun homme ne pouvait Le toucher’, parce que l’homme avait péché. Ensuite, Il est descendu dans un corps, ‘pour goûter au péché, pour prendre le péché’. Voyez-vous, Il… la seule chose que Dieu pouvait faire, pour être juste, c’était de le faire comme cela. »

147 Par exemple, qu’en serait-il si j’avais la juridiction sur cet auditoire ce matin, comme Dieu l’avait sur la race humaine, et que je disais : « Le premier homme qui regardera ce poteau mourra », et que Tommy Hicks le regardait ? Maintenant, par exemple, je dis : « Frère Carlson, vous, mourez pour lui. » Ce ne serait pas juste. Si je disais : « Leo, tu es mon secrétaire ; toi, meurs pour lui. » Ce ne serait pas juste. « Billy Paul, mon fils, toi, meurs pour lui. » Ce ne serait pas juste. La seule façon pour moi d’être juste, c’est de prendre sa place moi-même.

148 Et c’est ce que Dieu a fait. Lui Dieu est un Esprit, et Il a créé... Il – Il a changé de rôle. Ç’a dû être frappant, pour les gens, de s’imaginer un petit Jéhovah. » Il aurait pu venir comme un adulte, mais Il est venu dans une crèche, au-dessus d’un tas de fumier. Le petit Jéhovah, pleurant comme un bébé. Le petit Jéhovah, jouant comme un enfant. Le petit Jéhovah, charpentier, comme un ouvrier. Le petit Jéhovah, adolescent. Jéhovah, suspendu entre le ciel et la terre, avec de la bave d’ivrogne, et des crachats de soldats sur Son visage ! Jéhovah, mourant pour Ses enfants. Jéhovah, mourant pour racheter ; pas quelqu’un d’autre, mais Dieu Lui-même ! Voyez-vous, Dieu… c’était Sa fonction. Pourquoi ? Il essaie de retourner au coeur de l’homme.

149 Or, on ne pouvait pas Le toucher, là-bas. Ici, nous L’avons touché de nos mains. Maintenant, qu’est-ce qu’Il a fait, à travers l’offrande de ce corps ? Il est devenu Jéhovah en nous. Nous faisons partie de Lui. Le Jour de la Pentecôte, la Colonne de Feu s’est divisée, et des langues de feu se sont posées sur chacun, pour montrer que Dieu s’est divisé parmi Son Eglise.

150 Alors, frères, nous ne pouvons réunir cela que si nous nous mettons ensemble. Alors, nous avons Jéhovah dans Sa plénitude, quand nous nous réunissons. Mais comment peut-on y arriver quand celui-ci parle en langues et qu’il a le baptême, et que celui-ci… et puis garder cette langue de Feu par ici, et l’autre… ? Mettons cela ensemble.

151 Quand Dieu, le jour de la Pentecôte, est descendu, et la Bible dit que « des langues de Feu se posèrent sur chacun d’eux », et elles... Des langues semblables à un Feu, des langues. C’était cette Colonne de Feu, qui se séparait et qui se divisait, parmi les gens, pour que nous soyons frères. « En ce jour-là, vous connaîtrez que Je suis dans le Père, le Père en Moi ; Moi en Moi, et vous en Moi. » Et nous, et bien, nous sommes un. Nous sommes un, pas divisés.

152 Maintenant, Jéhovah Dieu, là-haut, ne pouvait pas toucher la race humaine, à cause de Sa propre loi de sainteté ; Jéhovah Dieu est devenu péché pour nous, et Il a payé le prix ; pour que ce même Jéhovah Dieu puisse venir vivre en nous. Dieu au-dessus de nous ; Dieu avec nous ; Dieu en nous. Pas trois Dieux ; un seul Dieu ! Des professeurs deviennent fous, en essayant de comprendre cela. C’est simplement une révélation. Il faut que ça vous soit révélé.

153 Bon, bon, pour ce qui est du baptême… Beaucoup de gens... Eh bien, vous devez faire ça, frères. Ou, c’est comme j’ai dit à frère Scism et à frère Ness, que si vous... Le – le débat a été soulevé. Et beaucoup d’entre vous qui êtes des érudits, ici, vous êtes plus qualifiés que moi ; mais j’ai beaucoup étudié le sujet. J’ai lu les Pères prénicéens, le Concile de Nicée, et tous les historiens, et ainsi de suite.

154 Cette question a été soulevée au Concile de Nicée. Les deux camps ont sombré ; quand l’Eglise catholique a adopté le point de vue trinitaire extrémiste, et que l’autre s’est faite unitarienne, alors les deux camps sont sortis de la ligne. C’est tout à fait juste, parce que l’homme avait quelque chose à faire là-dedans.

155 Vous devez laisser Dieu le faire, et nous n’avons pas besoin de chercher à comprendre. Soyons frères. Avançons, c’est tout, et laissons Dieu faire la chose qu’Il a l’intention de faire. S’Il est infini et qu’Il connaît toutes choses, et qu’Il a prévu la fin dès le commencement, comment pouvons-nous y faire quoi que ce soit ? Continuons à avancer, c’est comme ça… Restez au diapason, comme je l’ai dit hier soir, de notre grand Josué.

156 Maintenant regardez, s’il y a trois Dieux... Je veux juste vous montrer comme c’est ridicule. S’il y a trois Dieux, alors Jésus était Son Propre Père... Jésus ne pouvait pas être Son Propre Père, en étant seul. Et, s’il y en a trois, II n’est pas né d’une naissance virginale. Maintenant, combien... Je vais dire que ça, c’est Dieu le Père ; et ça, c’est Dieu le Fils, et ça, c’est Dieu le Saint-Esprit.

157 Maintenant, pour vous les différents frères ici, observez ceci un instant et vous verrez ce que j’essaie de montrer. Je prie Dieu de vous le faire voir. Maintenant, regardez, vous croyez tous deux la même chose, mais le diable s’est seulement introduit entre vous et vous a divisés là-dessus. C’est exactement la même chose, et je vais vous le prouver, avec l’aide de Dieu et par la Bible de Dieu. Si ce n’est pas la Bible, alors ne recevez pas cela. C’est juste.

158 Mais maintenant regardez. Ça, c’est (quoi ?) Dieu le Père ; ça, c’est Dieu le Fils ; ça, c’est Dieu le Saint-Esprit. Bon, maintenant, arrêtons-nous une minute maintenant, en posant ces trois, là ; Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

159 Oh ! je – je n’aurais pas le temps de faire ceci. Je...?... Voyez-vous, eh bien, je vais me dépêcher, aussi vite que possible. Pardonnez-moi, mes frères, mais je – je n’ai jamais eu l’occasion de vous parler, et donc c’est ça que je – je désire faire.

160 Alors, regardez ; Dieu le Père, le Fils, le Saint-Esprit. Maintenant, Qui était le Père de Jésus-Christ ? Dieu était le Père de Jésus-Christ. Nous croyons tous ça. Est-ce juste ? Très bien.

161 Maintenant, quand nous prenons Matthieu 28.19, quand Jésus a dit : «Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. » Dix jours après, Pierre a dit : « Repentez-vous, et soyez baptisés au Nom du Seigneur Jésus-Christ. » Il y a une nette contradiction quelque part. Maintenant, ne – ne…

162 Tout le monde a témoigné, et tout. La voici. Voici ma croyance, et je ne fais que vous l’exposer, frères. Je ne dis pas ceci derrière les chaires ; c’est votre affaire à vous. Mais je veux vous montrer ce que je vois des deux côtés, pour que le Saint-Esprit vous le révèle, voyez-vous ?

163 Maintenant, Matthieu 28.19, et si – si Matthieu 28.19 contredit Actes 2.38, alors il y a une contradiction dans la Bible, et Elle ne vaut même pas le papier sur lequel Elle est écrite.

164 Maintenant, si vous remarquez bien, dans Matthieu, au chapitre 16, Jésus a donné à Pierre la révélation, et Il lui a donné les clés.

165 Maintenant, rappelez-vous, la Bible n’est pas révélée par la théologie qui vient d’un programme fait de main d’homme. Pas du tout. C’est une révélation.

166 Dès le début, c’était une révélation. Pourquoi Abel a-t-il offert à Dieu un sacrifice plus excellent que celui de Caïn ? « Il lui a été révélé » que ce n’étaient pas des pêches, et des pommes, et des oranges, et des pommes qui… Si des pommes font prendre conscience aux femmes qu’elles sont nues, on ferait mieux de leur donner de nouveau des pommes, frère. Ne le pensez-vous pas ? Ça – ça a l’air sacrilège, mais je n’avais pas l’intention de le dire. Toutefois, ce n’étaient pas des pommes. Absolument pas. Eh bien, et si c’est le cas, alors, il a été révélé à Abel qu’il était le sang de son père. C’est la raison pour laquelle, il a offert du sang, parce que c’était une révélation. Le tout est bâti là-dessus.

167 Maintenant, suivez, voici un vieux pêcheur ignorant, il n’avait même pas assez d’instruction. La Bible dit qu’il était un homme du peuple sans instruction. Mais il se tenait là, et Jésus a posé cette question : « Qui dites-vous que Je suis, Moi, le Fils de l’homme ? »

168 L’un a dit : « Eh bien, Tu es – Tu es Moïse. Les gens disent que Tu es Moïse. »
Qui… dit-on que Je suis…
L’autre dit : « Eh bien, Tu es Jérémie ou l’un des prophètes, et ceci cela ou autre chose. »

169 Il a dit : « Là n’est pas le problème. Je vous ai demandé, à vous : ‘Qui dites-vous que Je suis ?’ »

170 Et Pierre aussitôt a fait une déclaration et a dit : « Tu es le Fils de Dieu. »

171 Et Il a dit : « Tu es heureux, Simon, fils de Jonas. » Maintenant, soyez attentifs. « Ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est Mon Père qui est dans les Cieux. » Voyez ?

172 Maintenant, observez. Eh bien, l’Eglise catholique dit qu’Il a bâti l’Eglise sur Pierre. C’est faux.

173 L’Eglise protestante dit qu’Il l’a bâtie sur Lui-même. Mais maintenant, suivez pour savoir, pour voir si c’est ça.

174 Il l’a bâtie sur la révélation spirituelle de Qui II était ; en effet, Il a dit : «Tu es heureux, Simon, fils de Jonas. Ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela. Je dis que tu es Simon, que sur cette pierre » (Quelle pierre ? la révélation) « Je bâtirai Mon Eglise, et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre Elle. »

175 Et puis, alors que Pierre était présent, lorsque Matthieu 28 a été prononcé, voilà qu’il a fait volte face, et dix jours plus tard, tout en ayant cette révélation, il a baptisé au Nom du Seigneur Jésus-Christ. Pourquoi l’a-t-il fait alors qu’il avait la révélation de Dieu et possédait les clés du Royaume, frère ?

176 Maintenant, je vais peut-être vous blesser pendant un instant, l’un des vos camps, mais arrêtez-vous un instant. Il n’y a pas un seul passage dans la Bible où qui que ce soit ait jamais été baptisé au Nom de Père, Fils, Saint-Esprit. Il n’y a pas un seul passage dans les Ecritures, et s’il y en a, montrez-le. Et si vous pouvez trouver n’importe où dans l’histoire sacrée, jusqu’à la formation de l’Eglise catholique, je vous demande de le montrer. Il n’y a donc aucun passage, et c’est vrai. Mais maintenant, attendez un instant, vous les unitaires, juste une seconde.

177 Eh bien, il n’y a aucun passage où... Si quelqu’un peut me montrer un seul texte de l’Ecriture où cette formule de Père, Fils, Saint-Esprit, a été utilisée dans la Bible, vous êtes tenu de venir me dire, là où quelqu’un a été baptisé de cette façon-là.

178 Et certains d’entre eux disent : « Eh bien, je vais considérer ce que Jésus a dit, pas ce que Pierre a dit. » S’ils étaient en contradiction l’un et l’autre, qu’allons-nous faire ? Si dans son entièreté Elle n’est pas Dieu, quelle partie de la Bible est vraie ?

179 Il faut qu’Elle concorde et s’accorde entièrement, et c’est uniquement par la révélation de Dieu. Nos écoles ne l’enseigneront jamais. C’est par une révélation que vous devez voir cela.

180 Ainsi, si ces deux hommes étaient en contradiction, l’un et l’autre, alors quelle sorte de Bible nous lisons ? Comment saurai-je si Jean 14 est juste ou pas ? Comment saurai-je si Jean 3 est juste ou pas ? Comment – comment – comment, le saurai-je ? Voyez ?

181 Mais la seule manière pour que j’arrive à avoir foi en Dieu, c’est de savoir que cette Bible est juste, et de croire qu’Elle est juste, et de m’en tenir à Elle. Même si je ne La comprends pas, je La fais quand même agir.

182 Mais quand apparaissent ces contradictions, alors je m’approche de Dieu pour comprendre. Et le même Ange qui me rencontre le soir pendant les réunions est le même Qui m’a enseigné ceci. Voyez-vous ? Maintenant, voyez si c’est comme ça, alors…

183 Maintenant, Matthieu 28.19, soyons attentifs pendant un instant, maintenant. Et maintenant, je vais prendre Actes 2.38, ici même, où Pierre a dit : « Le Seigneur Jésus-Christ. » Et Matthieu a dit : « Père, Fils, Saint-Esprit. »

184 Maintenant, écoutez. Il a dit : « Baptisez-les » non pas « au Nom du Père, au Nom du Fils, au Nom du Saint-Esprit ». Il n’a jamais dit ça. Il n’y a pas de au nom et au nom et au nom.

185 Il n’a jamais dit : « Baptisez-les aux noms du Père, Fils et Saint-Esprit », parce que cela n’a même pas de sens.

186 Il a dit : « Baptisez-les au Nom (N-o-m) du Père, du Fils et du Saint-Esprit. » Est-ce juste ? « ... du Père, du Fils et du Saint-Esprit », la conjonction «et, et, et. »

187 Pas « les noms ». Pas « au nom du Père, nom du Fils, nom du Saint-Esprit». Pas : « Aux noms du Père, Fils et Saint-Esprit. » Mais « au Nom », N-o-m, singulier, « du Père, du Fils et du Saint-Esprit ». Maintenant, lequel d’entre eux est le nom qu’il faut utiliser pour le baptême ? C’est un Nom. Lequel est-ce? Est-ce « Père », le nom qu’il faut ? Ou est-ce « Fils », le nom qu’il faut ? Ou est-ce « Saint-Esprit », le nom qu’il faut ?

188 C’est un Nom qui est quelque part. Est-ce juste ? Eh bien, alors, maintenant je veux vous poser une question. Si le Nom… Alors, si Jésus a dit : «Baptisez-les au Nom du Père, Fils et Esprit... » Combien croient que Jésus a dit ça ? C’est ça l’Ecriture. C’est Matthieu 28.19 : « Au Nom du Père, Fils... »

189 C’est quelque chose que nous connaissons... Je vais parler à Paul après… Oui oui. Très bien, juste... [Frère Branham a une conversation avec quelqu’un. – N.D.E.] Très bien.

190 … fontaines… maintenant, « au Nom du Père, Fils, et Saint-Esprit ». Maintenant, écoutez, frères. Le nom du « Père », cela n’existe pas, parce que Père n’est pas un nom. C’est un titre. Le Nom du Fils n’existe pas, parce que Fils est un titre. Le Nom «Saint-Esprit », cela n’existe pas, c’est ce qu’Il est.

191 Je disais cela un matin à un déjeuner des ministres. Et une femme… C’est bien sûr contraire à l’ordre ; n’importe qui interrompait quelque chose de ce genre. Elle a dit : « Attendez une minute ! Excusez-moi! » Elle a dit : « Saint-Esprit, c’est un nom. »

192 J’ai dit : « C’est ce qu’Il est. Je suis un humain, mais mon nom, ce n’est pas ‘humain’. »

193 Il est le Saint-Esprit. Ce n’est pas un nom. C’est ce qu’Il est. C’est un nom commun, bien sûr, mais ce n’est pas… C’est un – c’est un… Ce n’est pas un nom.

194 Maintenant, s’Il a dit : « Baptisez-les au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit », et que ni Père, ni Fils, ni Saint-Esprit n’est un nom, alors quel est le Nom ? Nous voulons le savoir.

195 Maintenant, nous pouvons tout avoir ici à un seul endroit si vous voulez bien être attentifs, et servir un peu de temps ; eh bien… ou plutôt épargner un peu de temps, voulais-je dire. Maintenant, voyez Matthieu 28.19. Maintenant, je ne dis pas que...

196 Il se pourrait que vous l’ayez fait, certains d’entre vous, soeurs ou frères, il se peut que vous ayez ramassé un livre, un jour, et ayant regardé à la fin, il était dit : « Jean et Marie vécurent heureux jusqu’à la fin de leurs jours. » Eh bien, qui sont Jean et Marie ? Qu’est-ce que… qui sont Jean et Marie qui vécurent heureux jusqu’à la fin de leurs jours ? Il n’y a qu’un seul moyen pour vous de savoir qui sont Jean et Marie, qui… Si c’est une énigme pour vous, retournez au début du livre et lisez-le. Est-ce juste ? Reprenez-le au début et lisez-le entièrement d’un bout à l’autre, et ça va vous dire qui sont Jean et Marie.

197 Eh bien, si Jésus a dit, Jésus-Christ, le Fils de Dieu, qui a dit : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit », et que ni Père, ni Fils, ni Saint-Esprit n’est un nom, alors, si c’est une énigme, on ferait mieux de retourner au début du Livre.

198 Maintenant, retournons au chapitre 1 de Matthieu, et nous commençons là. Ça donne la généalogie, jusqu’en bas au verset 18.

199 Maintenant suivez. Maintenant, suivez un instant. Ça, c’est le Père, à ma droite ; ça, au milieu, c’est le Fils ; et ça, c’est le Saint-Esprit. Maintenant, ça, c’est le Père de Jésus-Christ. Est-ce juste ? Dieu est le Père de Jésus-Christ. Tous nous croyons cela ? Très bien.

200 Maintenant, Matthieu 1.18 dit : Voici de quelle manière arriva la naissance de Jésus-Christ. Marie, sa mère, ayant été fiancée à Joseph, avant… (elle) …eussent habité ensemble, se trouva enceinte par la vertu du – du Saint-Esprit. (Je pensais que Son Père était Dieu.) Elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom de JESUS ; ... Et Joseph, son époux, qui était un homme de bien... ne voulait pas la diffamer, mais se proposa de rompre secrètement avec elle. (de cette manière) Ainsi, comme il y pensait, voici, un ange du Seigneur lui apparut en songe, et dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du [Les ministres disent : du Saint-Esprit – N.D.E.]

201 Je pensais que Son Père était Dieu. Maintenant, frères, a-t-Il deux pères ? Il ne peut pas en avoir deux. Si c’était le cas, Il serait un enfant bâtard, et quelle sorte de religion aurait-on là ? Vous devez admettre que Dieu le Père, et le Saint-Esprit, C’est un seul et même Esprit. Bien sûr que oui. Bien sûr, Il est un seul et même Esprit. Bon, continuons pour voir cela. Elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom de JESUS ; c’est lui qui sauvera son peuple de son péché. Tout cela arriva afin que s’accomplît...

202 Je suis en train de citer l’Ecriture. Vous les prédicateurs, vous le savez, pendant que je continue. ...afin que s’accomplît... avait annoncé le prophète, par le Seigneur ...la vierge concevra, elle enfantera un enfant et on lui donnera le nom d’Emmanuel, ce qui par interprétation...

203 « Dieu avec nous! » Est-ce juste ?

204 Alors, quel est le Nom du Père, Fils et Saint-Esprit ? Eh bien, certainement. C’est la raison pour laquelle Pierre les a baptisés au Nom de « Jésus-Christ ».

205 Mais, peu m’importe que vous soyez baptisé au nom de Rose de Saron, Lis de la Vallée, ou Etoile du Matin, ce sont des titres aussi. Si votre coeur est droit devant Dieu… Il connaît votre coeur.

206 Mais, maintenant… Eh bien, j’ai exprimé ça.
Bon, bon, j’ai dit : « Maintenant... »
Frère Scism a dit : « Bon ! » Evidemment, bien sûr, ça avait l’air unitaire ! Eh bien, il était tout à fait d’accord avec ça.

207 J’ai dit : « Eh bien, ici, je veux vous dire quelque chose, maintenant. » Voyez-vous ? J’ai dit : « Maintenant, je veux vous prouver que ces deux hommes ont dit la même chose. »

208 Eh bien, Matthieu a dit : « Au Nom du Père. » Est-ce juste ? Très bien. Et Pierre a dit : « Au Nom du Seigneur. » Matthieu 28.19 a dit : « Au Nom du Père », et Actes 2.38 a dit : « Au Nom du Seigneur. » David a dit : « Le Seigneur a dit à mon Seigneur. » Qui était-Ce ? Le Père et le Seigneur, c’est la même chose. David a dit : « Le Seigneur a dit à mon Seigneur : ‘Assieds-Toi à Ma droite.’ » Voyez-vous : « Au Nom du Père, au Nom du Seigneur. »

209 Et Matthieu a dit : « Au Nom du Fils », et Pierre a dit : « Au Nom de Jésus. » Qui est le Fils ? Jésus.

210 « Au Nom du Saint-Esprit », c’était Matthieu ; et Pierre a dit « au Nom de Christ », le Logos.

211 Père, Fils, Saint-Esprit : Seigneur Jésus-Christ. Eh bien, c’est tout aussi parfait que possible. Voyez-vous ?

212 Frère Scism m’a dit… Frère Scism, le frère unitaire, a dit : « Frère Branham, c’est vrai, mais », il a dit : «C’est ceci. »

213 J’ai dit : « Alors, ceci, c’est cela. » C’est juste. Voyez-vous ? J’ai dit : « Si ça, c’est ceci, ceci, c’est cela. Alors, pourquoi vous disputez-vous ? »

214 J’ai dit : « Permettez-moi de vous recommander, frères... Si jamais je baptise quelqu’un, voici ce que... »

215 J’ai dit : « Maintenant, voici le Dr Ness. » Maintenant, vous… Quelqu’un, parmi vous les frères, a dit il y a un moment, que vous connaissiez le Docteur Ness.

216 Bon, ici je vais dire, Frère Hicks, ici, il a un... Je pense que vous avez un doctorat. Est-ce juste ? Très bien.

217 Alors, j’ai dit : « Si le Dr Ness, qui est assis ici... » Alors, j’ai dit : « Si je voulais... » Maintenant, quand j’amène une personne à l’eau, pour la baptiser, je reconnais cela juste comme elle. J’ai dit : « C’étaient des titres qui se rapportaient à Son Nom. »

218 Et j’ai dit : « Maintenant, les frères des Assemblées utilisent des titres, et les frères unitaires utilisent des noms. » J’ai dit : « Maintenant, je vais vous prouver que vous avez tous tort, et que moi, j’ai raison. » (Vous savez comment il faut s’y prendre. J’ai des hommes qui sont sous tension, comme ça, il faut avoir un peu de sens de l’humour de temps en temps, pour détendre un peu l’atmosphère. Voyez-vous ?) Alors je – j’ai dit : « Je vais vous prouver que vous avez tous deux tort, et que moi, j’ai raison. »

219 J’ai dit : « Eh bien, qu’en serait-il si je voulais montrer de la considération pour frère Ness, je dirais...

220 Ou – ou à frère Hicks ici présent, si je disais : « Hicks ! » Est-ce que ça ferait bien, ça ? Non. Eh bien, et si je disais : « Docteur ! Hé, Doc ! Et alors ? » Eh bien, cela semble un manque de respect, n’est-ce pas ?

221 Quand j’ai dit : « C’est comme ça que vous faites, vous, les Assemblées. Voyez-vous ? Quand vous, les frères des Assemblées, vous dites : ‘Au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit’, vous ne faites que dire : ‘Au nom du révérend docteur.’ »

222 Puis j’ai dit : « Et puis, vous les frères unitaires, quand vous baptisez, vous dites : ‘Jésus’! » Ils n’utilisent pas... ils…

223 Les Jésus Seul n’utilisent que le nom « Jésus ». Il y a beaucoup de Jésus. Mais il s’agit du Seigneur Jésus-Christ, voyez-vous. Il y en a beaucoup qui baptisent au nom de « Jésus », je ne suis certainement pas d’accord avec ça ; il n’existe aucune Ecriture. Prenez l’original et voyez si ce n’est pas « Seigneur Jésus-Christ ». Certainement, Il est le Seigneur Jésus-Christ. Il y a beaucoup de Jésus, certainement. Et le Christ, c’est le « Oint ».

224 J’ai dit : « Eh bien, si je devais dire la même chose à frère Ness, je dirais… Est-ce que ça serait correct que je dise : ‘Hé, Ness!’ ? » J’ai dit : « C’est comme ça que vous, les unitaires, vous le diriez. Voyez-vous ? Ne serait-ce pas un manque de considération et de respect envers cet homme qui a étudié, et qui a un doctorat ? S’il a beaucoup étudié pour y arriver, on devrait donc lui reconnaître ce titre. »

225 Alors j’ai dit : « Si je disais alors : ‘Hé, Doc’! » J’ai dit : « Cela ne sonnerait-il pas trop bas, pour un ministre de s’adresser comme cela à un autre ou…? » J’ai dit : « C’est exactement ce que vous faites, pour ce qui est des titres. »

226 Mais j’ai dit : « Quand j’amène un homme à l’eau ; je m’avance là, et je lui pose des questions, et je lui parle, et je lui demande son nom, et qui il est, et sa foi.

227 Ensuite, je prie en disant : « Maintenant, Père, comme Tu nous as ordonné d’aller par tout le monde, et de faire de toutes les nations des disciples (Vous, les frères, vous savez que c’est l’original, voyez-vous.), de faire de toutes les nations des disciples, les baptisant au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, de leur enseigner à observer tout ce que Tu as... toutes les choses que Tu nous as enseignées. »

228 Puis alors, je dis : « Sur base de votre confession, sur base de la confession de vos péchés et de votre foi dans le Fils de Dieu, je vous baptise, mon cher frère, au Nom du Seigneur Jésus-Christ. »

229 J’ai dit : « Voilà comment je baptise. Je reconnais à la fois Ses titres, car Il était à la fois Père, Fils et Saint-Esprit. Et la raison pour laquelle Jésus a dit ça, c’était... »

230 Maintenant, regardez. Si – si ce n’est pas le cas, vous avez une contradiction dans vos Ecritures ; vous avez une contradiction. Et qu’est-ce que vous allez faire quand... Et si ce frère bouddhiste se levait et disait ça ? Qu’en est-il de ceci ?

231. Qu’est-ce qu’ils ont dit quand ils me parlaient là, lorsque ce frère indien a lancé un défi à Morse Reedhead, et qu’il lui a dit, qu’il a dit : « Qu’en est-il de Marc 16 ? » Il a dû battre en retraite là-dessus.

232 Vous n’avez pas besoin de battre en retraite sur quoi que ce soit. C’est la Parole de Dieu. Tenez-vous-en à Elle. Priez simplement. Recevez la révélation. Elle est pareille d’un bout à l’autre.

233 Voyez-vous, maintenant, tous les deux disent cela. Eh bien, pas des titres, pas…?... J’ai dit : « Eh bien... »

234 Je Le reconnais. Il était le Père, pas un autre Dieu. Il était le Fils, pas un autre Dieu. Le même Dieu! Ce sont trois fonctions. Dieu dans la Paternité, si vous voulez appeler cela comme ça, la dispensation de la Paternité, la Filiation, et c’est le même Dieu en nous maintenant, « Je serai avec vous ». Le « Je », le pronom personnel, « Je serai avec vous ». Vous voyez donc, il s’agit de trois fonctions, pas de trois Dieux.
Maintenant, frères, si les disciples n’ont jamais utilisé ça, ni ceux qui sont venus après, je ne dis rien contre ça. C’est très bien.

235 Mais je vous dis, si un homme venait ici, qui a été baptisé au nom de la Rose de Saron, du Lis de la vallée, et de l’Etoile du matin, et qu’il croyait en Jésus-Christ comme son Sauveur ; je dirais : « Que Dieu vous bénisse, frère! Venez, allons-y! » C’est juste, en effet, si votre coeur n’est pas droit, vous n’êtes pas dans le vrai, de toute façon. C’est tout à fait exact, et il faut que votre – votre coeur soit droit.

236 Et j’ai dit : « Maintenant, regardez. Eh bien, si moi, j’allais saluer frère Ness, ici, je dirais : ‘Révérend docteur Ness’. C’est exact. C’est un prédicateur. On doit lui témoigner des égards en tant que révérend. Il a étudié, et beaucoup étudié. Il a un doctorat, alors on devrait l’appeler ‘docteur’. C’est là son titre, voyez-vous ? Et pourtant son nom est ‘Ness’. Eh bien, je ne dirais pas : ‘Hé, Ness ! Hé, Doc’! Non, ce ne serait pas correct. Je dirais : ‘Révérend docteur Ness.’ »

237 « Voyez-vous, c’est ainsi que je L’appelle ; voyez-vous, ce qu’Il est, à la fois Père, Fils, et Saint-Esprit, le Seigneur Jésus-Christ. » Voyez-vous ?

238 Et j’ai dit : « Si jamais je baptise quelqu’un dans toutes vos églises, c’est de cette façon-là que je le baptiserai. » J’ai dit : « Allez-vous le recevoir, Frère Ness ? »

239 Il a dit : « Bien sûr. Il a été baptisé au Nom du Père, Fils et Saint-Esprit. »
J’ai dit : « Allez-vous le recevoir, Frère Scism ? »
Il a dit : « Bien sûr. Il est baptisé au Nom de Jésus. »

240 J’ai dit : « Alors, qu’est-ce que vous avez, frères ? Pourquoi ne voulez-vous pas accepter ça, et renverser ces murs où ces pauvres êtres humains se sont… ? Les unitaires veulent en réalité… Les membres de leurs congrégations veulent adorer avec ceux des Assemblées. Et ceux des Assemblées veulent adorer avec les unitaires. Et les frères sont comme ça. Ils sont comme ça. Mais tant que le diable peut les amener à se battre... »

241 Maintenant, voyez-vous ce que je veux dire, frères ? Je vise une seule chose : Jésus-Christ et l’union du Corps de Jésus-Christ. Voilà mon objectif.

242 Maintenant, je ne dis rien au sujet de ceci : « Hé, vous n’avez pas été baptisé au Nom de Jésus ; vous allez en enfer. » Eh bien ça, c’est absurde.

243 Je vais vous raconter ce qui s’est passé l’autre jour. J’étais au Texas. Avant de partir... Et les – les frères ici en sont témoins. L’Eglise unitaire, soixante-douze assemblées ont parrainé ma réunion. Et j’ai fait venir frère Petty, le frère des Assemblées de Dieu, sur l’estrade ce soir-là. Eh bien, vous savez que c’est vrai, c’est un précieux frère, frère Petty ; (si quelqu’un parmi vous le connaît, de Beaumont, au Texas. C’est l’un des merveilleux hommes que j’aie jamais rencontrés. Son épouse est une catholique convertie, une vraie sainte. Il est un véritable homme de Dieu.

244 Dites-moi s’il y a un homme meilleur que Roy Wead, des Assemblées de Dieu. Citez-moi n’importe lequel de ces hommes. Regardez ici, tous ces frères que je connais par ici. Le frère… de l’église de Philadelphie, ici, et les hommes des Assemblées de Dieu, et… Y a-t-il de meilleures personnes ? Dites-moi où. Dites-moi s’il y a un homme meilleur que Jack Moore. Dites-le-moi. Il est ce qu’on appelle... Ils sont de ceux… Il n’est pas un extrémiste. On trouve des extrémistes dans les deux camps ; et c’est ce que les gens pointent du doigt, et c’est ce que le diable pointe du doigt.

245 Mais ils sont tous des hommes de Dieu. Dieu leur a donné le Saint-Esprit. Si ce n’était pas à cause de la grâce de Dieu, nous serions tous finis, avec nos disputes et tout. C’est tout à fait vrai. Mais c’est la grâce de Dieu qui nous unit. Ce n’est pas étonnant que nous puissions chanter : Béni soit le lien qui unit nos coeurs dans l’amour de Christ. Voilà de quoi nous avons besoin.

246 Alors vous savez donc quoi ? Le Surveillant Général de la – l’église m’a appelé, et il a dit : « Savez-vous ce que vous avez fait hier soir ? » Ma deuxième soirée là-bas…
J’ai dit : « Quoi ? » J’ai dit : « On a eu une merveilleuse réunion. »
Il a dit : « Vous avez fait venir à votre chaire un homme qui était un pécheur. »
J’ai dit : « Je ne le savais pas. Qui était-ce ? »
Il a dit : « Ce M. Petty. »

247 « Oh ! ai-je dit, un pécheur ? Eh bien, ai-je dit, c’est un prédicateur des Assemblées de Dieu, frère. »

248 Il a dit : « Oui, mais c’est quand même un pécheur, parce qu’il n’a pas été baptisé correctement. »

249 Et j’ai dit : « Frère, je vous prie de me dire pourquoi. » J’ai dit : « Il a le Saint-Esprit. »

250 Il a dit : « Frère Branham, qu’est-ce que Pierre a dit ? ‘Repentez-vous, et soyez baptisés au Nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés.’ Donc, vos péchés ne peuvent pas être pardonnés tant que vous n’êtes pas baptisé au Nom de Jésus. »
J’ai dit : « Est-ce là la formule, mon frère ? »
Il a dit : « C’est ça la formule. »

251 J’ai dit : « Alors Dieu a chambardé Son propre plan, dans Actes 10.49, car : ‘Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur ceux qui écoutaient la Parole’, et ils n’avaient jamais été baptisés, pas du tout. Dans ce cas, Dieu a donné le Saint-Esprit à des gens qui n’étaient même pas convertis. » J’ai dit : « Mais où donc est-ce que vous vous tenez maintenant ? »

252 Il a dit : « Vous savez ce que nous allons faire ? » Il a dit : « Nous traçons un petit cercle, et nous le traçons en vous excluant de notre cercle. »

253 « Alors, ai-je dit, je vais en tracer un autre, et le tracer en vous ramenant là-dedans. » J’ai donc dit : « Vous ne pouvez pas tracer un cercle pour m’exclure, parce que je vous aime. Voyez-vous ? vous ne pouvez pas le faire, c’est tout. » J’ai dit : « Il y a beaucoup de vos – vos frères là-bas qui m’aiment et qui croient en moi. » J’ai dit : « Vous, je – je... Ils viendront quand même. » J’ai dit : « Ils viendront. Et vous ne pouvez pas tracer un cercle pour m’exclure. Si vous en tracez un pour m’exclure, j’en tracerai un pour vous ramener. » J’ai dit…?... « Quand vous faites un cercle ; Dieu, par Sa grâce, me permettra d’en tracer un autre et de vous ramener là. » C’est vrai, en tracer un pour les ramener.

254 Et, frère, oh ! au Nom de Christ, puis-je dire ceci : Je – j’ai... je sais que je prends du temps ici ; et c’est presque bientôt l’heure de terminer, je pense, mais permettez-moi de dire ceci, voyez-vous ?

255 Et j’ai dit à cet homme, j’ai dit : « Je serai d’accord avec vous, pour aussi longtemps que vous prêchez les Ecritures, et que vous avez de l’amour, et que vous croyez que – que... et que vous prêchez et dites que vous baptisez les gens... pas au nom de ‘Jésus’, Jésus seul. Non, monsieur. Je – je ne serais assurément pas d’accord avec ça, parce que je connais plusieurs Jésus ; j’en connais en Afrique et à plusieurs endroits, des gens qui s’appellent Jésus. Mais si vous utilisez le terme de notre ‘Seigneur Jésus-Christ’, je serai d’accord avec vous. C’est très bien. Je vous soutiendrai. Je pense que vous devriez mettre ‘Père, Fils et Saint-Esprit’ en premier, voyez-vous, pour que ce soit clair. » J’ai dit : « Je pense que vous devriez le faire. »
Mais il a dit : « Oh, non, non! Ça – ça, c’est retourné à la trinité. »
J’ai dit : « Ce n’est pas une trinité. C’est un Dieu en trois fonctions. »

256 Ce n’est pas une trinité, trois Dieux. Nous n’avons pas trois Dieux. Certainement pas. Ça n’existe pas. Ça n’a pas été enseigné dans la Bible. Et il n’y a qu’un seul Dieu. « Ecoute, ô Israël, Je suis l’Eternel ton Dieu. » Un seul Dieu! Premier commandement : « Tu n’auras point d’autres dieux devant Ma face. » Certainement, Il est Un seul Dieu, pas trois.

257 Ça, c’est la version catholique de la chose ; et elle a été transmise des catholiques aux luthériens, et en continuant, et ainsi de suite, et les gens croient généralement aujourd’hui que nous avons trois Dieux.

258 Et c’est là que jamais vous... Cet Evangile n’ira jamais aux Juifs. (Ce que j’ai prophétisé l’autre matin à un missionnaire Juif, là). Vous ne pourrez jamais apporter un Dieu en trinité à un Juif. Vous n’y arriverez jamais. Et d’ailleurs, il n’est pas… il a plus de bon sens que ça. Voyez-vous, il connaît mieux la Bible que ça. Mais Il est… il n’est… il n’existe jamais un Dieu en trois, pour un – pour un Juif. Si vous lui faites savoir que c’est le même Jéhovah, il l’acceptera tout de suite. C’est sûr! C’est ça, voyez- vous ?

259 Et je crois que tout ceci, comme Joseph l’a dit : « Frères, ne soyez pas fâchés, parce que c’est Dieu qui a fait ceci », voyez-vous ? Pour une chose… Pour que cela puisse attendre jusqu’à ce jour, c’est tout, parce que notre âge des nations est presque terminé. Maintenant, je crois ça, de tout mon coeur. Alors, voyez-vous, mes frères ? J’essaie d’en venir à quelque chose, c’est que ce groupe de gens, d’hommes qui ont le baptême du Saint-Esprit...

260 Le groupe d’Aimee McPherson, qu’est-ce qu’elle a fait ? Elle était d’abord unitaire, je crois ; ensuite, elle est sortie pour se joindre aux Assemblées ; ensuite, elle s’est retirée et s’est organisée différemment ; il n’y a pas longtemps, elle a introduit un petit groupe, un petit...

261 J’étais assis dans la réunion de O.L. Jaggers. Maintenant, nous connaissons tous O.L. Jaggers. Son – son père a contribué à fonder le Conseil Général des Assemblées de Dieu. Maintenant, O.L. est un grand homme. C’est un grand prédicateur. Je lui ai dit, il n’y a pas longtemps, j’ai dit : « Frère Jaggers, si je pouvais prêcher comme vous l’avez fait, je ne ferais jamais un seul de service de guérison. » Mais il avait tout ce sang, et ce vin, et tout, quand il a commencé, là-bas, au début.

262 Excusez-moi si je vous blesse, frères, là-dessus. Je – je... C’est en ordre. Dieu peut faire venir du sang, faire venir du vin, ou faire venir de l’huile, tout ce qu’Il veut, mais ce n’est pas ça qui remet les péchés. Non, monsieur. Non, monsieur. Bien sûr que non. « Le Sang de Jésus-Christ ne perdra jamais Sa puissance, jusqu’à ce que toute l’Eglise de Dieu rachetée soit sauvée, pour ne plus jamais pécher. »

263 J’ai dit : « Frère Jaggers… » Je l’ai emmené ; je lui avais téléphoné. Et j’étais avec les Hommes d’Affaires Chrétiens. J’ai dit – j’ai dit : «Frère O.L. …»

264 Il a dit : « Mais où êtes-vous donc ? » J’étais dans un petit motel bon marché, là-bas. Et il a dit : « Voulez-vous me dire qu’ils vous ont logé là ? »

265 J’ai dit : « C’est moi qui l’ai voulu. Quand je suis venu chez vous, ai-je dit, qu’est-ce que vous avez fait ? Vous m’avez logé là-bas à l’hôtel Statler, et j’ai dû rester debout dans un coin. Vous m’avez installé à la table ; et je ne savais pas quel couteau utiliser, ni rien d’autre. Et je ne... Je suis passé, là, je ne portais pas de veston, et ils voulaient me mettre dehors. » Et j’ai dit : « Je – je ne sais pas comment me tenir. »
Il a dit : « Je vais vous amener là-bas, s’ils sont trop pauvres pour le faire.»

266 J’ai dit : « Non, monsieur. » J’ai dit : « Ce que je veux faire, c’est prendre un steak avec vous, si vous êtes prêt à le payer. »
Et il a dit : « D’accord. »

267 Alors nous sommes allés quelque part, et nous nous sommes installés. Et j’ai dit « Frère Jaggers, j’admire vraiment votre... »

268 Et c’est un de mes très chers amis, un précieux frère. Et je – j’avais son petit tract, et il... où il parlait de cette femme qui venait d’arriver ici, d’outre-mer, qui avait du sang dans ses mains, et tout. J’avais cela ici. Je voulais qu’il me dise une fois le contraire, et là, je l’avais bien sur son journal, vous savez.

269 J’ai dit : « J’ai remarqué que vous allez bien de l’avant, que vous faites, que vous allez avoir un grand réveil », le faire démarrer. En effet, les Hommes d’Affaires m’avaient fait venir là, bien sûr…

270 En principe, les gens devraient le savoir. Si le Saint-Esprit peut révéler sur l’estrade, ne peut-Il pas me dire ce qui se passe à des endroits, frères ?

271 Je peux vous le dire, mot pour mot, et le prouver par frère Carlson, et ce frère, ici. J’étais assis à la réunion, hier, et j’ai dit à ces frères ce qui allait se passer ici ce matin. C’est juste. Exactement. Voyez-vous ? En effet, le Saint-Esprit m’a réveillé, et Il a dit : « Tiens-toi à la fenêtre. » J’ai regardé par la fenêtre, et Il m’a montré exactement ceci. J’ai dit… Maintenant, frères, voyez-vous ? Eh bien, les gens devraient le savoir.

272 Il n’y a pas longtemps, ici, à Chatauqua un homme s’est levé, et a dit : « Frère Branham est un prophète. » Moi, je ne prétends pas être un prophète. Voyez-vous ? Mais il a dit : « Frère Branham est un prophète quand il est sous l’Esprit de discernement, mais, a-t-il ajouté, oh ! sa doctrine, c’est du poison. Prenez-y garde. » Je me suis dit : « Un homme instruit, dire une chose pareille ? »

273 Que signifie un prophète ? « Un interprète divin de la Parole. » « La Parole de l’Eternel venait au prophète », voyez-vous ? Mais, seulement… Eh bien, ce – ce n’est pas non plus quelque chose à dire ici.

274 Mais, de toute façon, Frère Jaggers... Et j’ai dit, il a dit, oh ... J’ai dit : « J’ai vu là où il est parlé de cette femme qui a du sang dans les mains. »

275 « Oh ! a-t-il dit, Frère Branham, c’est la chose la plus phénoménale qu’on ait jamais vue ! »

276 J’ai dit : « Frère Jaggers, je vous aime. D’abord, je veux que vous mettiez ma main dans la vôtre. Disons-nous que nous sommes frères. »
Il a dit : « Bien sûr. Qu’est-ce qu’il y a ? »

277 J’ai dit : « Vous êtes un des prédicateurs les plus puissants que je connaisse. Quel – quel instrument pour Dieu vous êtes ! »

278 Il a dit : « Merci, Frère Branham. Vous êtes vraiment humble. »

279 J’ai dit : « Je ne dis pas ça pour être humble. Je dis ça parce que je le crois. Vous êtes un serviteur de Dieu. » Mais j’ai dit : « Frère Jaggers, tant que vous ne... Vous – vous allez trop loin ; vous n’avez rien pour servir de contrepoids à ce dont vous parlez. Vous fondez... »

280 Et c’est là le problème chez beaucoup d’entre vous, des Assemblées de Dieu, et d’autres hommes, concernant ces services de guérison. Je ne vous blâme pas. Il y a tellement de choses qui passent pour... Et Tommy, ici, est un bon frère, et nous savons combien il tient ferme. Mais il y a tellement de choses dans le pays aujourd’hui sous le nom de guérison divine, ce n’est pas étonnant que vous ne vouliez pas parrainer une réunion dans la ville. Ils viennent, et ils prennent aux gens tout leur argent, et ils repartent. Et qu’est-ce qu’ils ont ? Ils ne donnent absolument rien de plus aux gens que ce que vous leur apportez de l’estrade, de votre propre chaire. Et vous avez raison, frères. Je vous le dis, vous avez raison.

281 Mais c’est juste comme je lisais l’histoire de Martin Luther. Il y était dit que « ce n’était pas un mystère que Martin Luther ait pu protester contre l’Eglise catholique et s’en tirer. » Vous avez lu son histoire. « Mais que Martin Luther ait pu garder la tête au-dessus de tout le fanatisme qui a suivi son réveil, c’était là le mystère. »

282 Et quand un phénomène est accompli, les incirconcis suivent ; exactement comme il en était en Egypte. Et ça a toujours provoqué la confusion dans le pays. Nous savons ça, quand nous arrivons là-bas. En effet, Koré s’est élevé, et Dieu a dû détruire cela. Mais frères, je ne vous blâme pas.

283 Frère Jaggers était assis là à essayer de me dire que c’était le Saint-Esprit qui faisait ça. Et il disait... Et puis j’avais, dans son propre journal... J’ai dit : « Frère Jaggers, maintenant, ai-je dit, j’ai le niveau d’un élève de l’école primaire. Et vous, vous êtes un docteur en théologie, et vous avez fait des études d’avocat. Vous avez été élevé dans une église propre, décente, les Assemblées de Dieu. Votre père a contribué à fonder cette foi. Et que vous vous en sépariez, cela vous regarde. » Mais j’ai dit : « Tout homme qui veut faire ça, ça le regarde. Je ne m’y oppose pas. Mais quand c’en arrive au point où un instrument comme vous, qui pourriez gagner des milliers d’âmes à Christ, vous bâtissez votre ministère sur une sensation… » J’ai dit : « Frère Jaggers, quand vous construisez une colonne comme ça, si vous n’avez pas quelque chose pour servir de contrepoids, elle tombera après un moment. Et vous devez avoir des Ecritures pour soutenir ce dont vous parlez. »
Il a dit : « Il y a des Ecritures. »
J’ai dit : « Présentez-les. »

284. Il a dit : « Eh bien, Frère Branham, a-t-il dit, c’est le Saint-Esprit qui fait ça. »

285 J’ai dit : « Montrez-moi là où l’Ecriture dit que le Saint-Esprit ait jamais fait apparaître du sang sur quelqu’un, et ainsi de suite, comme ça. Montrez cela, de l’huile qui coule des gens. Vous avez dit que ‘cette huile était pour la guérison divine’. Et vous avez dit que ‘le sang de cette femme était le salut des nations’. » J’ai dit : « Si c’est le cas, alors qu’est-ce qui est arrivé au Sang de Jésus-Christ ? C’est ce qui nettoie, et tout ce qui est contre Celui-ci, c’est anti. C’est contre Cela. J’ai dit : « Ça devient une doctrine antichrist. »
« Oh ! fît-il, Frère Branham, un jour, vous apprendrez. »

286 J’ai dit : « J’espère que je n’apprendrai jamais comme cela. Maintenant, frère, ai-je dit, je vous aime, et vous êtes mon frère. » Et j’ai dit : « Frère Jaggers, vous allez vous écarter du chemin, au bout d’un moment, et vous ne saurez pas revenir. Revenez à votre église, revenez et tenez-vous-en à l’Evangile. » Et j’ai dit : « Ne bâtissez pas cela sur des sensations. » J’ai dit…

287 Maintenant il a – il baptise pour la Vie Eternelle, vous savez, « chaque fois que vous vous faites baptiser, vous redevenez une jeune femme ou un jeune homme. Maintenant, ça, ça va... Il ne va pas mourir. » Alors, là, il y est, au bout de la branche, maintenant ; et ces « pilules vitaminées tirées de la mer Morte... Voyez-vous ? Mais voilà ce que c’est, frère, il a commencé avec ces petites sensations.

288 Et vous, les hommes qui avez ces églises par ici, vous laissez quelque chose comme ça entrer dans la ville, et, vous savez, le diable est rusé, et il – il saute sur ce genre de choses là. Il fait des histoires à ce sujet. Et il – il fait que les gens soient tout retournés, et il provoque des confusions dans l’église, et tout. Mais ce n’est pas la vérité.

289 Maintenant, tenez. Peu importe combien vous avez raison, voici une chose que nous manquons et qui nous échappe, mes frères. Maintenant, je termine, en disant ceci. Peu importe combien je suis intègre, et combien je me conforme à l’Ecriture, et combien j’en connais sur la Bible de Dieu, si je n’ai pas l’Esprit de Dieu, d’amour, dans mon coeur, pour toute la race humaine et tout, alors j’ai tort dès le départ.

290 Maintenant, Paul a dit, dans I Corinthiens 13 : « Quand j’aurais la connaissance, voyez-vous, et la science de tous les mystères de Dieu, voyez-vous la scien-… la science ; si je n’ai pas la charité, je ne suis rien. Et quand je parlerais les langues des hommes et des anges », c’est celles par lesquelles vous parlez à Dieu et celles qui peuvent toujours être interprétées. « Quand je parlerais les langues, les langues authentiques des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, l’amour, cela ne me sert de rien. » Donc, si je connais tous les mystères de Dieu, et que je peux les dévoiler et – et les faire tous s’aligner, et que je n’aie pas l’amour, à quoi ça sert ? Et quand je...

291 Jésus a dit : « A ceci tous connaîtront que vous êtes Mes disciples, quand vous aurez... » quand les Assemblées auront de l’amour pour les unitaires et que les unitaires auront de l’amour pour les Assemblées, « quand vous aurez de l’amour, les uns pour les autres », que vous ayez raison ou tort. Et tant que l’objectif est faux, que le motif est faux, plutôt, alors vous avez tort dès le départ. N’est-ce pas vrai ? Voyez-vous ? « Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, je ne suis encore rien. » En effet, Dieu est amour. Ça, nous le savons.

292 Et je crois au parler en langues. Or, quelqu’un a dit : « Frère Branham ne croit pas au signe initial. » J’aimerais éclaircir ça avec vous maintenant. Voyez-vous ? J’aimerais vous le dire.

293 Je crois que quand un homme reçoit Christ, il reçoit une portion du Saint-Esprit. En effet, Jésus a dit, dans Matthieu, chapitre 12, du chapitre 5 et vingt-... le vingt-quatrième verset, Il a dit... Non, je crois que c’est Jean 5.24. Il a dit : « Celui qui écoute Mes Paroles, et qui croit à Celui qui M’a envoyé, a la Vie Eternelle (Or il n’y a qu’une seule forme de Vie Eternelle.) et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la Vie. »

294 Maintenant, je crois qu’aucun homme ne peut s’appeler lui-même ; c’est Dieu qui doit l’appeler. Et si Dieu l’a réellement appelé... Or il y a beaucoup de gens, nous le savons, frères, qui sont excités et pensent que Dieu les a appelés, mais leur vie aussitôt trouve… vous vous en rendez compte. Mais si Dieu vous a appelé, eh bien, vous êtes, vous allez y être, et vous allez y rester, voyez-vous ? Et puis si... Maintenant, ce n’est pas la doctrine baptiste. Vous savez ça, voyez- vous ?

295 Je ne crois pas dans le fait de serrer la main pour avoir la sécurité éternelle, et toutes ces choses-là. Je – je ne crois pas à ça, pas du tout. Si eux veulent croire ça, eh bien, c’est en ordre. Je continuerai à dire que ce sont mes frères.

296 Ce matin, si j’allais demander un morceau de tarte (et c’est presque l’heure du dîner), il se peut que je l’aime aux cerises, et que vous, vous la preniez aux pommes, mais on mange tous de la tarte. Voyez-vous ? Donc, ça ne change rien, tant qu’on mange de la tarte.

297 C’est ce que nous croyons. Si vous voulez être unitaire, soyez unitaire ; si vous voulez être de l’Assemblée de Dieu, soyez de l’Assemblée de Dieu. Si vous voulez être ce que vous êtes, baptiste, presbytérien, soyez chrétien en étant cela. Voyez-vous ?

298 Et – et sondez ça pour vous-mêmes, mais ne faites pas d’histoires entre vous. En effet, ces petites choses, elles s’emboîtent toutes les unes dans les autres. C’est vrai. Elles s’emboîtent toutes les unes dans les autres et aboutissent à ce seul point.

299 Et – et peu importe ce que nous faisons, combien de miracles nous pouvons accomplir, combien de montagnes nous pouvons déplacer, ou quoi que ce soit ; tant que nous n’en sommes pas arrivés au point où nous aimons, pas du faux-semblant, mais que nous nous aimons les uns les autres. Quand nous aimons chaque frère, peu importe l’église dont il est membre, nous l’aimons ; pas seulement le prétendre, parce que nous savons que c’est une notion religieuse, et que nous sommes censés le faire, mais, parce que nous le faisons, nous nous aimons les uns les autres ; alors, avec longanimité, nous supportant les uns les autres.

300 Et, je crois, dans Colossiens 3, vers le verset 9, quelque part par là... Je pourrais,…?... je ne... Je pourrais me tromper de passage de l’Ecriture, mais il est dit ceci. Une fois qu’on est devenu chrétien, on ne doit pas se jalouser. Voyez-vous ? Nous ne pouvons pas avoir la foi quand nous essayons de rendre les hommages et les honneurs les uns aux autres. Voyez-vous, nous ne pouvons pas faire ça ; nous ne pouvons pas avoir la foi. Nous devons honorer Dieu, voyez-vous, L’honorer, Lui. Croire en mes frères, bien sûr, c’est de l’amour ; mais les hommages et la dignité reviennent à Dieu! On doit être conduit par... Ayez foi et confiance les uns dans les autres. « Et ne mentez pas les uns aux autres. » Voyez-vous ? « Ne mentez pas les uns aux autres. » Si je vous dis ce matin : « Je vous aime », il faut que je sois sincère là-dessus. Sinon, je suis un hypocrite. C’est exact.

301 Maintenant, frères, dans le même sens... Maintenant, Frère Tommy, j’espère que je n’ai pas retenu les gens trop longtemps ici. Je... Frère Tommy a quelque chose à dire dans une seconde. Mais je peux dire ceci, quand je suis venu au milieu de vous, je crois ceci ; je crois que Dieu notre Père a couvert de Son ombre une vierge appelée Marie, et qu’Il a créé en elle une cellule de Sang qui a produit Jésus-Christ, qui était le Fils de Dieu, le tabernacle dans lequel Dieu s’est voilé en chair et s’est manifesté parmi nous. « Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec Lui-même. » Je crois que cette cellule de Sang a été brisée au Calvaire, pour la rémission de nos péchés. Et l’Esprit est sorti de Lui et est revenu sur l’Eglise, parce que, le Christ, le Saint-Esprit ; le Christ, le Logos, est en nous maintenant, le Saint-Esprit, par le baptême, faisant de nous... Christ s’est séparé, en donnant Sa Vie à chacun de nous, pour que nous, en tant que groupe de gens, nous puissions être l’Eglise de Dieu. Et il n’y a pas longtemps...

303 Je faisais du cheval. Vous savez ça. Mon père était un cavalier, il était un grand tireur. Je faisais du cheval. On conduisait le – le... dans la vallée d’Arapaho, je veux dire la rivière Troublesome, de l’autre côté des pâturages d’Arapaho. C’est l’association Hereford qui fait paître dans cette vallée. Et dans cette vallée, les propriétaires de ranchs, ils – ils ont beaucoup d’herbe qu’ils peuvent faire pousser. Et quand un ranch produit jusqu’à une tonne de foin, ça vous permet de mettre une vache sur le – sur le pâturage, là-bas, juste en deçà du parc Estes, là, et on peut mettre une vache… Cela fait partie de mes régions favorites de chasse, là-haut. Et j’ai travaillé dans le ranch là-bas pendant des années. J’y vais encore au printemps et en automne, quand je suis libre et que je le peux, et je fais les rassemblements, juste pour être là-haut, parce que j’aime faire du cheval. Et toute l’étendue du ranch, de cette vallée, il y a un groupe de cow-boys qui ont un droit d’entrée là, pour faire paître leur bétail. Et au printemps, bien des fois, je les ai aidés à rassembler leurs bêtes, et à les conduire là-haut.

304 Et il y a une clôture de dérivation, pour empêcher le bétail de revenir sur les terrains privés, en traversant le pâturage. Et le cow-boy se tient là, et il compte ces bêtes alors qu’il entre, alors qu’elles entrent. Et bien des jours, je suis resté assis là heure après heure, à regarder entrer le troupeau de M. Grimes, il avait les « Diamond Bar » ; les nôtres, c’était le « Turkey Track » ; et il y avait le – le « Tripod » juste en dessous de nous ; et ceux de Jeffrey, et ainsi de suite. Et puis, quand je mettais ma jambe, comme beaucoup de vous le savez, par-dessus le pommeau de la selle, et je restais assis là à observer le cow-boy qui était là, en train de compter ces bêtes.

305 J’ai remarqué une chose. Il ne faisait pas très attention à la marque qu’elle portait. Mais il y a une chose qu’il cherchait vraiment, c’était l’étiquette de sang. Il fallait que ce soit une Hereford de race, sinon elle ne pouvait pas traverser cette clôture, mais la marque ne changeait pas grand-chose.

306 Et je pense que c’est comme ça que ce sera au Jugement. Il ne va pas regarder à notre marque, mais Il cherchera l’étiquette de Sang.

307 J’ai fait mes erreurs, frères, et j’ai fait tant de choses qui sont fausses. Et si jamais, le long du chemin, j’ai apporté ou vous avez entendu quelque chose que j’ai pu mentionner ou dire, qui soit offensant d’une manière ou d’une autre, ou si j’ai dit quelque chose ce matin qui soit offensant, je vous demande, en tant que frère ou soeur chrétien, de me pardonner. Je n’en avais pas l’intention. Je n’ai fait que vous ouvrir mon coeur, pour que nous comprenions.

308 S’il faut faire des baptêmes, vous les frères, faites-les vous-mêmes, voyez-vous ? C’est… je – je ne le fais pas. Si je dois le faire, c’est comme ça que je baptiserais la personne, de cette façon-là. L’un ou l’autre de vous pourra l’adopter, voyez-vous ? Alors vous pourrez prendre la personne qui est baptisée au Nom du Père, Fils et Saint-Esprit, et aussi celle qui est baptisée au Nom du Seigneur Jésus-Christ. Alors si jamais j’en baptise une... mais je ne l’ai pas encore fait. Je n’ai baptisé que dans ma propre église, et ça, c’est seulement les gens de là-bas. Et c’est de cette façon-là que les gens de mon église sont baptisés. Et si vous voulez regarder dans le passé, c’est l’ancien rite missionnaire, l’ancien rite missionnaire baptiste. Et maintenant, si... Eh bien, c’est cela.

309 Je crois à la guérison divine. Je crois au baptême du Saint-Esprit. Je crois que le – que le Saint-Esprit parle en langues. Je crois à tous les dons que Dieu a donnés à Son Eglise. Je soutiens cela, à cent pour cent. Mais je crois...

310 Beaucoup de ces guérisons sensationnelles, là, dont on entend parler ici aujourd’hui, je ne suis pas pour ça. J’aimerais juste faire une remarque ici. Il y a quelque temps, il y avait un frère... Et ce n’est pas mon précieux frère Tommy Hicks, que je considère comme un véritable serviteur de Christ. C’était quelqu’un d’autre, dans un autre pays, et dans ce pays-là, il y avait... Il déclarait tout le temps : « Le guérisseur sensationnel divin ! Guérisseur sensationnel », vous savez, comme cela.

311 Et j’ai reçu une lettre après que cet homme avait eu le... de l’Eglise luthérienne. Et mon secrétaire le sait ; nous l’avons dans nos dossiers. Je ne mentionnerai pas son nom, parce que ce n’est pas chrétien de faire ça. Même si je ne suis pas d’accord avec les idées de cet homme, mais c’est parfaitement en ordre. Je l’aime. Il est mon frère.

312 Mais c'en est arrivé à un point où il leur faut un genre de sensation, ou d’excitation, ou quelque chose du genre, voyez- vous ? Et, ça, ça ne donne rien. Voyez-vous ? frère, l’exercice corporel accomplit très peu de choses.

313 Et donc ce prédicateur luthérien a répondu à ce prédicateur par une – une – une lettre. Et il disait : « Vous, les évangélistes américains qui venez ici, disait-il, avec toute votre guérison sensationnelle pour tout le monde… »

314 Et là, c’est comme si je me jette un petit bouquet de fleurs, mais Dieu sait que ce n’est pas là mon intention. « Mais, a-t-il dit, quand la petite Déborah Stadsklev est morte, ce bébé-là, et que cette mère se tenait là, ce jour-là, en India-... en Californie, là où elle avait vu cet autre bébé qui était mort et froid être déposé dans les bras de frère Branham qui était là, et il a prié pour le bébé. Et celui-ci s’est mis à crier et à gigoter ; et il le lui a remis. »

315 Il connaissait aussi le cas du Mexique. Et on peut se fier à une déclaration des Hommes d’Affaires du Plein Evangile. Il faut avoir quelque chose attesté par un médecin. Quand ce petit bébé mexicain était mort ce matin-là, à neuf heures, et ce soir-là il était 23 heures. Un médecin avait rédigé son attestation. Frère Espinoza, que beaucoup d’entre vous, les frères des Assemblées de Dieu connaissent, c’est lui qui est allé chercher cette attestation du médecin, confirmant que le bébé était mort.

316 Et j’ai vu une vision, au-dessus de la foule ; quand vingt mille catholiques sont venus à Christ, à Mexico. J’ai dit : « Ne considérez pas ça. Je ne connais pas ce bébé. Je viens juste de voir une vision, ici. »

317 Et Billy était là, essayant avec trente ou quarante huissiers, et ils n’arrivaient pas à empêcher cette petite femme d’entrer dans la ligne de prière avec ce bébé. Elle se faufilait entre leurs jambes, et tout. Alors j’ai fini par envoyer Jack Moore. J’ai dit : « Va prier pour lui. »

318 A ce moment-là, j’ai regardé, et j’ai vu sourire un petit bébé mexicain. J’ai dit : « un instant. Amenez-le ici. » Voyez-vous ? Et quand j’ai mis mes mains sur cette couverture... Il avait plu à verse, toute la journée. Et ils étaient là depuis tôt ce matin-là, et ce soir-là, il était environ 23 heures. Et j’ai mis mes mains sur le petit bébé. Il s’est mis à gigoter et à pousser des cris perçants. Et les gens se sont mis à crier.

319 Alors, à ce moment-là, ils l’ont redescendu et ils sont allés chercher l’attestation. Ils sont allés voir le médecin, et le médecin a dit : « J’ai déclaré ce bébé mort, ce matin, à neuf heures. II est mort d’une pneumonie. » Voyez-vous? Et aussi donc, ces choses sont – sont – sont vraies. Elles sont attestées. II le faut.

320 Nous devrions toujours être honnêtes et véridiques en tout. N’en faites pas un quelconque... Laissez simplement cela être tel quel. Que ce... Dieu n’a pas besoin d’aide en quoi que ce soit. Voyez-vous, Il est – Il est Dieu.

321 Donc, ce… Il a dit : « Eh bien, mais quand cette mère a appelé frère Branham en Amérique, elle pleurait au téléphone, en disant : ‘Venez ressusciter mon petit bébé’! Et le gouvernement des Etats-Unis... »

322 Son mari est aumônier dans l’Armée. Et vous tous, beaucoup d’entre vous, connaissez Julius ; c’est lui qui a rédigé mon livre : Un prophète visite l’Afrique.

323 Et cette pauvre petite mère norvégienne criait de toutes ses forces, disant : « Frère Branham, j’étais là quand ce bébé est revenu à la vie ! » Elle a dit : « Nous croyons que vous êtes un serviteur du... de Christ. » Elle a dit : « Venez imposer les mains à mon bébé, et il vivra. » Il venait de mourir depuis quelques instants, d’une pneumonie ; il avait été malade pendant environ quatre ou cinq heures.

324 Et ces gens se tenaient là-bas, hurlant et criant, et sautillant, en disant : « Dieu va le ressusciter ! Dieu va le ressusciter ! » Et il a été dit : « Par American... »

325 Pas American Airlines, l’Armée des Etats-Unis allait m’amener là-bas en jet et me ramener ici, en un jour. Voyez-vous ?

326 Et j’ai dit : « Avant de venir, laissez-moi chercher la volonté du Seigneur. » J’ai donc prié pendant deux jours. Et ce médecin avait eu la gentillesse de garder le bébé étendu là.

327 Puis, un matin, je me suis levé et je m’en allais vers la cuisine. J’ai vu se tenant, par là, une Lumière, à peu près de la dimension de cette lumière-là, qui tournoyait, et Elle a dit : « Ne touche pas à ça. Ne réprimande pas ça. C’est la main du Seigneur. »

328 Je suis vite retourné téléphoner à ce pays, et j’ai appelé, et j’ai dit : « Je – je ne peux pas venir. »

329 Et ce prédicateur luthérien a dit : « Pourquoi n’attendez-vous pas jusqu’à ce que vous ayez une décision nette de la part de Dieu, comme frère Branham l’a fait, pour alors savoir de quoi vous parlez ? »

330 Maintenant, c’est ça, frères, si seulement nous ne tirions pas de conclusions trop hâtives ; et que nous attendions… ?... que nous ayons une décision claire et nette de la part de Dieu…

331 Et tous ces centres de guérison qu’il y a ici et qui ne connaissent rien de Dieu… Je crois que la guérison divine est basée sur un principe, selon lequel il vous faut d’abord venir à Dieu, et Lui donner votre coeur, et laver votre vie dans le Sang de Jésus-Christ, et à ce moment-là Dieu va oeuvrer avec vous et vous guérir. C’est comme ce que ce frère disait au sujet de la petite femme pour laquelle il avait prié, là-bas, une sainte de Dieu. Voyez-vous ?

332 Dans ma vie, j’ai fait beaucoup d’erreurs. J’ai fait beaucoup de choses qui sont fausses. Je vais probablement, si je vis encore longtemps, je vais en faire beaucoup d’autres. Peut-être que certaines d’entre elles seront des pierres d’achoppement sur votre chemin. J’espère que vous me pardonnez.

333 Je lisais au sujet d’Abraham, comment il… Oh ! la la ! les choses qu’il a faites ; il a douté de Dieu ; et il a menti au sujet de sa femme ; et tout. Mais quand son commentaire divin a été écrit dans Romains 4, il n’a pas du tout été fait mention de ses erreurs, mais il est dit : « Abraham ne douta point de… l’incrédulité par Dieu, mais il fut fortifié. » Toutes ses erreurs ont été totalement oubliées, quand le commentaire divin sur sa vie a été écrit. Il n’a même pas été fait mention de ses défaites. Il n’a pas été fait mention de ses erreurs.

334 Frères, j’espère que, quand mon commentaire sera lu, ce jour-là, qu’Il effacera les miennes aussi, et qu’Il n’y pensera pas. J’espère que ce sera le cas pour vous aussi. Que Dieu vous bénisse. [Le Docteur Tommy Hicks s’approche du microphone et fait des commentaires. Frère Branham revient au micro. – N.D.E.]

335 Si je pouvais voir ceci se produire partout dans le monde, je dirais : «Seigneur, laisse Ton serviteur s’en aller en paix! »

EN HAUT