ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication La Béatitude oubliée de William Branham a été prêchée 61-0425E La durée est de: 1 hour and 10 minutes .pdf La traduction Shp
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

La Béatitude oubliée

1 Nous Te remercions du fond de nos coeurs pour le Seigneur J√©sus, qui est notre Vie. Et nous ne trouvons pas d'imperfection en Lui, mais nous en trouvons en nous quand nous consid√©rons Sa vie et comparons la n√ītre √† la Sienne. Nous implorons Ton pardon. Nous Te demandons ce soir de venir nous rencontrer. Tu as promis que l√† o√Ļ deux ou plus s'assembleraient, Tu serais au milieu d'eux, et que si nous demandions quoi que ce soit, cela nous serait accord√©. Et P√®re, notre - notre motif et notre objectif, ce soir, ainsi que le d√©sir ardent de notre coeur, c'est de voir Christ glorifi√©. Aussi prions-nous que nos efforts, qui se poursuivent ce soir, aboutissent √† amener les gens √† une foi vivante en un Dieu vivant, un Dieu qui n'est pas mort, mais qui vit √† jamais. Nous Te prions, P√®re, de secouer nos √Ęmes, ce soir, par Ta Pr√©sence, par J√©sus-Christ; nous le demandons en Son Nom. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

2 Je suis l√©g√®rement en retard et quelque peu fatigu√©. Je n'ai pas eu de repos depuis No√ęl, c'est pourquoi je suis tr√®s fatigu√©. J'√©tais content, ce soir, de voir fr√®re Joseph Boze que je cherchais √† rencontrer depuis quelque temps; il revient des champs missionnaires d'outre-mer. Et nous sommes d√©sol√©s d'annoncer, ce soir, que notre pr√©cieux fr√®re et ami, ici, fr√®re Tommy Hicks, nous quitte ce soir pour - ou plut√īt demain matin pour le Canada, afin de tenir une s√©rie de r√©unions. J'ai essay√© de le convaincre de venir pr√™cher √† ma place ce soir, comme j'√©tais tr√®s fatigu√©, ou encore de tenir la ligne de pri√®re, mais il - il m'a retourn√© cela, ainsi... Et il a dit : "La prochaine fois, la prochaine fois." Et - et il ne fait que me dire cela.

3 Et je - je sais que frère Tommy Hicks est... J'ai... Les jours qu'on a passés ensemble, les heures et la communion... certainement, j'ai pleinement confiance en Tommy Hicks en tant que serviteur du Dieu vivant, un grand chef-d'oeuvre.

4 En effet, je ne crois pas qu'il y ait quelqu'un qui puisse mettre en doute la conduite du Saint-Esprit en frère Hicks, car il n'était qu'un... Un jour quand il... Vous avez entendu l'annonce de son départ pour l'Argentine. Et il n'avait même pas d'argent pour y aller, mais le Seigneur l'y avait envoyé. Et, oh! vous avez entendu parler de la réunion. Et une personne qui peut s'abandonner à Dieu comme cela...

5 Vous savez, Dieu ne peut utiliser que ce que vous Lui abandonnez, vous voyez. Comme je le disais, je pense, un jour, quelque part... Je prêche beaucoup, à divers endroits, aux réunions du matin, de l'après-midi et que sais-je encore... ? ... Mais je disais ceci, que Dieu n'utilisera que ce que vous Lui abandonnez. Ce fut le cas de Samson.

6 Samson ne voulait pas abandonner son coeur à Dieu, il l'avait donné à Délila. Mais il donna sa force à Dieu. Et Dieu ne pouvait utiliser que sa force. C'est tout. Et si seulement un individu pouvait abandonner tout son être à Dieu, eh bien, ça suffirait.

7 Si vous pouvez abandonner votre - votre corps, Dieu utilisera votre corps. Si vous pouvez abandonner votre esprit, votre coeur, quoi que ce soit, Dieu utilisera ce que vous Lui donnez pour qu'Il s'en serve. Il cherche quelqu'un qu'Il peut voir dans un tel état d'abandon. Que Dieu soit avec vous, frère Tommy. Qu'Il vous accorde un grand, un grand succès. Nous prierons pour vous, pour vos réunions là-bas. Et je serai aussi au Canada dans quelques jours, mais à l'autre extrémité; ainsi... Qu'Il vous accorde un grand succès et un bon voyage. [Frère Tommy Hicks dit : "Dieu vous bénisse." - N. D. E.] Merci. Qu'il vous bénisse aussi, frère Tommy.

8 Nous avons eu un temps merveilleux ce matin, en communiant autour de la table de Dieu ce matin au - l√† o√Ļ nous avons rendu gr√Ęces et avons eu un d√©jeuner des ministres. C'est pour la premi√®re fois que j'ai eu le privil√®ge de rencontrer le groupe de ministres de cette ville. Et j'y ai vraiment rencontr√© des grands hommes, de grands serviteurs de Christ, des gens aux coeurs nobles, et aspirant √† Dieu. Et je crois qu'un jour nous pourrons nous retrouver tous ensemble √† un endroit o√Ļ nous pourrons avoir suffisamment de place et o√Ļ nous aurons une grande r√©union de communion et - et nous tiendrons de grandes r√©unions tous ensemble, ici √† Chicago. Eh bien, il y avait... Hier soir, je pense que nous avions pri√© pour les malades. Et dimanche apr√®s-midi, j'ai pr√™ch√© sur le sujet : "Abraham et sa post√©rit√© apr√®s lui". Hier soir, j'ai pr√™ch√© sur "Les plus grands √©v√©nements de l'histoire qui aient jamais frapp√© le monde". Et ce soir, je vous prie d'ouvrir les Ecritures, si vous le voulez bien, dans Matthieu chapitre 11, verset 6. Voici les Paroles que j'aimerais lire : Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute!

9 Eh bien, je vais intituler ceci : " La B√©atitude oubli√©e. " Tous, nous connaissons les b√©atitudes. Dans le - le Livre de Matthieu, chapitre 5, J√©sus a enseign√© les b√©atitudes quand Il avait rassembl√© les gens et √©tait mont√© sur la montagne, juste avant le d√©but, ou plut√īt juste au d√©but de Son minist√®re.

10 Il devint leur Conducteur et Il se rendit l√†-haut et enseigna les b√©atitudes; et Il commen√ßa, en disant : "Vous avez entendu qu'il a √©t√© dit aux anciens... mais Moi, Je vous dis..." et ainsi de suite. Or, J√©sus √©tait un type parfait de... ou plut√īt Mo√Įse √©tait un type de J√©sus. J√©sus √©tait un antitype de Mo√Įse.

11 Mo√Įse √©tait un - un proph√®te. Il √©tait un l√©gislateur. Il √©tait en quelque sorte comme un roi au-dessus du peuple, Isra√ęl, dans - dans le d√©sert. Et il √©tait n√© proph√®te. Il avait √©t√© cach√© loin de Pharaon tout comme J√©sus avait √©t√© cach√© loin de l'Empire romain. Et il - son minist√®re et sa vie en ont √©t√© un type parfait, tout du long. Et Mo√Įse, apr√®s avoir amen√© les enfants d'Isra√ęl dans le d√©sert, monta sur la montagne et re√ßut les commandements; il redescendit et se mit √† enseigner les commandements.

12 Et Jésus, quand Il fut revêtu de Sa Puissance, Il monta sur la montagne et s'assit et se mit à enseigner aux gens, disant : "Heureux ceux qui ont le coeur pur, car ils verront Dieu. Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des cieux est à eux! Heureux serez-vous lorsqu'on vous outragera, qu'on vous persécutera et qu'on vous ridiculisera, et ainsi de suite; car c'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous. Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux."

13 Il √©tait le type parfait de Mo√Įse... ou plut√īt Mo√Įse √©tait le type de J√©sus. Et tous nous connaissons ces types, ce qu'√©tait Mo√Įse et ce qu'√©tait J√©sus, Il a enseign√© les b√©atitudes.

14 Mais on retrouve cette béatitude plus loin au chapitre 11, verset 6. Et si vous ne faites pas attention, vous la lirez sans vous en apercevoir et vous ne la saisirez pas. Cela a été inséré entre d'autres paroles, mais c'est une béatitude. Et Il dit : "Heureux celui pour qui Je ne serai pas une occasion de chute!" Voyez? "Heureux ceux qui ont le coeur pur... Heureux ceux qui procurent la paix... Heureux... Heureux...", et plus loin, Il glisse aussi cette béatitude, voyez? "Heureux... Heureux celui pour qui Je ne serai pas une occasion de chute!" Oh! c'était un moment glorieux en ces jours-là.

15 Maintenant, nous voyons que ce qui est à l'origine de ceci, c'était les effets immédiats du ministère de ce grand et rude Elie du Nouveau Testament, Jean Baptiste. Et c'est à lui que le Message fut envoyé. Et Jean avait été mis en prison à cause de son ministère.

16 Et, oh! quel homme rude Jean était! Et en toute vérité, il était réellement le messager dont Jésus avait dit : "Il Me précédera." Il vivait en plein air. Et quand ils se saisirent de lui, oh! il était parfaitement comme Elie dont l'Esprit l'avait oint. Il était l'Elie oint du Nouveau Testament.

17 Combien cet Elie était ce-ce genre d'homme qui n'aimait pas la manière dont Jézabel et les femmes immorales se comportaient. Et c'était pareil pour Jean. Et Elie vivait dans le désert; Jean aussi. Jean était ce genre de - il était solitaire, juste comme Elie. Et ce grand homme rude du désert, ils l'avaient mis dans une vieille prison sombre, humide et sentant le renfermé.

18 Cela a d√Ľ √™tre une exp√©rience terrible pour Jean; un homme qui vivait en toute libert√© dans le d√©sert, se nourrissant de sauterelles et de miel; et il se promenait dans le d√©sert o√Ļ il pouvait manger ce qu'il tuait, ou attraper ce qu'il d√©sirait, dans le d√©sert.

19 Et voici qu'il se retrouve dans une petite vieille prison, sale, et sentant le renfermé, sombre, peut-être quelque part dans un cachot, parce que cette femme Jézabel de... Hérodias l'y avait fait jeter, parce qu'il lui avait dit que ce n'était pas correct pour lui de prendre - qu'Hérode prenne la femme de son frère Philippe et qu'il vive avec elle. Ce n'était pas légal pour lui de le faire.

20 Et Jean √©tait l'un de ces hommes qui ne m√Ęchaient pas leurs mots. Il l'avait rembarr√©e; √ßa lui √©tait parfaitement √©gal. Si √ßa devait lui co√Ľter la t√™te, √ßa devait lui co√Ľter la t√™te, c'est tout. Il en √©tait de m√™me pour Elie. Il allait de l'avant et disait ce qu'il devait dire. Ce qui √©tait juste √©tait juste. Si c'√©tait faux, c'√©tait faux. √Ē Dieu, aujourd'hui, il nous en faut davantage de ce genre-l√†, des hommes qui se tiendront sur de r√©elles et authentiques convictions de la Parole de Dieu. Dites la chose, ne gardez pas le silence. Ne m√Ęchez pas les mots.

21 Et puis, nous voyons là ce même Jean dans cette vieille petite prison sale qui sentait le renfermé, avec du pain infect qu'on lui jetait probablement de temps à autre. Il avait peut-être maigri, et il ne lui était peut-être pas possible de lire la Bible. Et il était... devenu en quelque sorte... Il est... Comme l'a écrit autrefois un écrivain disant : "Son oeil d'aigle s'était voilé."

22 Vous savez, les proph√®tes sont compar√©s aux aigles. Et Dieu appelle Ses proph√®tes des aigles. C'est parce que l'aigle est le plus puissant de tous les oiseaux, et que l'aigle peut monter plus haut, voler plus haut que tout autre oiseau, et il a une vue meilleure que celle de tout autre oiseau. On dit que le faucon a une vue, ou plut√īt - qu'un faucon est capable de voler haut dans les airs; eh bien, si un faucon essayait de suivre un aigle, il se d√©sint√©grerait dans les airs. Assur√©ment.

23 Et maintenant, √† quoi servirait-il √† l'aigle de monter l√†-haut, si sa vue ne lui permettait pas de bien voir l√† o√Ļ... encore en bas sur la terre? C'est juste comme si - pourquoi sauter haut, si on ne sait pas pourquoi on saute? Voyez? Et pourquoi t√©moigne-t-on si haut, euh, fait-on tant de bruit, si on n'a rien qui le justifie? H√©! h√©! Voyez? Mais ce n'est pas ainsi de nos jours. Le bruit est bon pourvu qu'on ait quelque chose qui le justifie. Mais attendez premi√®rement que la chose ait lieu, et alors, ce bruit-l√† se fera entendre toute votre vie.

24 Mais nous voyons que cet oeil d'aigle s'était voilé, parce que l'homme avait été retiré de son habitation, du désert, et avait été mis dans une vieille prison sale, sentant le renfermé. Et ce grand homme, fait pour être un aigle, pour voler haut dans les airs...

25 Maintenant, plus haut vous montez, plus loin vous voyez. De nos jours, les gens montent dans ces ballons et ces choses au point qu'ils peuvent... si haut dans les cieux qu'ils peuvent photographier la terre entière avec sa courbure.

26 Et je pense qu'avec ce nouvel engin que la Russie a, on peut faire le tour du monde en une heure quarante-cinq minutes environ, eh bien, on peut filmer le tour complet de sa rotation. De toute façon plus haut vous montez, mieux vous voyez.

27 C'est pourquoi les prophètes, dans la Bible, étaient ces aigles qui pouvaient monter très haut et plus haut que l'assemblée, et découvrir ce qu'était le AINSI DIT LE SEIGNEUR, et ensuite redescendre avec les nouvelles, voyez? C'est pourquoi la Parole du Seigneur venait aux prophètes. Et Jean, étant mis en prison, eh bien, cela avait voilé cet oeil d'aigle.

28 Je m'étais beaucoup apitoyé une fois sur un grand aigle. Et je ne peux simplement pas supporter d'aller au zoo et voir ces pauvres créatures en cages. Des lions, et..., comment ils sont en prison à perpétuité.

29 La petite Sarah et moi faisions un tour, une fois, l√† au zoo de Cincinnati, pendant que maman nous appr√™tait le d√ģner. Nous sommes mont√©s avec les enfants, l√†-haut. Ils aiment faire de petits tours en bateau et voir les singes et que sais-je encore. Ainsi, nous y faisions un tour pendant que maman nous pr√©parait le d√ģner.

30 Et j'ai entendu un bruit; je suis descendu au bas de la colline pour voir ce que c'était. On venait d'attraper un grand aigle, et on l'avait mis en cage. Et, j'observais ce pauvre ami, là; sa tête était toute ensanglantée, et les plumes de sa tête ainsi que celles des bouts de ses ailes étaient toutes parties. Et, j'observais ce grand ami marcher d'un bout à l'autre, là-dedans.

31 Ensuite, le voici venir, essayant de prendre son envol comme les aigles le font, et il se cogne la tête contre les barreaux, ce qui le fait retomber à la renverse sur le sol. Il s'étend là, roulant ses grands yeux et regardant en haut comme cela.

32 Il se redresse et le voil√† qui repart, et il se cogne de nouveau contre ces barreaux; et il saigne et ses plumes se d√©tachent. Et il est rest√© √©tendu sur son dos, roulant ses grands yeux et regardant en haut. Pourquoi? Il √©tait un oiseau c√©leste. Il regardait en haut, l√† o√Ļ il devait √™tre. Mais par quelques moyens habiles de l'homme, il avait √©t√© mis en cage.

33 Et je me suis dit que c'était le spectacle le plus horrible et le plus pitoyable. J'aurais racheté cet aigle même si - même s'il me fallait prélever ma première offrande pour - pour pouvoir racheter cet aigle et le libérer. Je me suis dit : "Le pauvre! " Je pensai : "Oh! la la! n'est-ce pas horrible! Ce - Né pour être un oiseau volant dans le ciel, le voici bien mis en cage, par la ruse de l'homme. Et il se casse la figure. Mais il est captif." Je me suis dit : "C'est le spectacle le plus horrible que j'aie jamais vu."

34 Puis, je me suis retourn√© pour m'en aller et je me suis dit : "Oui, c'est un spectacle horrible. Mais j'ai vu quelque chose de pire que cela : des hommes et des femmes n√©s pour √™tre des fils et des filles de Dieu, √™tre emprisonn√©s dans une esp√®ce de cage; alors quand ils l√®vent les yeux, ils reconnaissent qu'il existe un Dieu du ciel, ils reconnaissent qu'Il est le grand Gu√©risseur, et le grand Ma√ģtre et le grand Sauveur. Mais pourtant, ils sont mis dans une sorte de cage eccl√©siastique, o√Ļ ils se cassent la figure avec toutes sortes d'associations et tout, et ne sont jamais capables d'en sortir! C'est une situation d√©plorable.

35 On leur parle d'un Grand Dieu qui était, on les nourrit d'espoir et ensuite on démolit toutes leurs espérances. "Il est mort, on L'a mis au tombeau et c'est tout ce qu'il En est. Il n'est plus ce qu'Il était." C'est pitoyable de voir des gens, des hommes et des femmes, nés pour être des enfants de Dieu être emprisonnés dans des choses de ce genre.

36 Jean, son oeil d'aigle, s'était en vérité voilé. Jean était alors - il était fatigué. Elie et Lui se ressemblaient beaucoup, parce qu'un même Esprit était sur ce - des hommes distincts. Voyez, Dieu ne retire jamais Son Esprit, Il reprend seulement Son homme.

37 Dieu reprit Elie - prit l'Esprit d'Elie et Le mit sur Elisée. Ensuite, Il Le retira d'Elisée et Le mit sur Jean. Et Il a promis de Le mettre à nouveau, juste à la fin des temps, sur quelqu'un d'autre qui viendrait à la fin des temps, sur un autre Elisée. En effet, nous tous lecteurs de la Bible, nous savons que cela nous a été promis.

38 Maintenant, nous découvrons donc que le diable reprend son homme, mais jamais son esprit. Et il fait que cela continue à se manifester exactement de la même manière. Et nous comprenons que ces deux agissent de la même manière.

39 Et nous voyons que - qu'Elie et Jean se ressemblaient beaucoup. C'étaient des hommes très nerveux. Tous les deux avaient presque fait une dépression nerveuse, tous les deux. Et les hommes qui vivent près de Dieu sont généralement considérés comme des névrosés ou des dérangés. C'est vrai; on les traite toujours ainsi.

40 Paul, comme je le disais, ce matin, √† ce groupe des ministres... Agrippa lui dit, ou plut√īt Festus lui dit : "Ton trop grand savoir te fait d√©raisonner, ou te rend fou."
Il répliqua : "Je ne suis pas fou, je ne suis pas détraqué. Je suis dans mon bon sens." Voyez-vous? "Et je - je suis normal." Et pour...

41 Ils prétendent, comme... c'était William Cowper, je crois, quand... J'ai été à sa tombe, là à Londres. Et c'est lui qui a écrit ce fameux cantique: Il y a une fontaine remplie de sang
Tiré des veines d'Emmanuel ;
Les pécheurs plongés dans ce flot,
Perdent toutes leurs taches de culpabilité.

42 Cet homme était tellement inspiré qu'après, il... Il tenta de prendre une corde pour se pendre et la corde se rompit. Il tenta d'aller se jeter à la rivière pour se suicider, mais le taxi ne put même pas atteindre la rivière - le temps ayant été très brumeux. C'est simplement pour vous montrer comment une inspiration peut se saisir d'un homme, l'amener loin... Ensuite, quand il en ressort...

43 C'est comme Stephen Foster qui a donné à cette nation ses chants folkloriques les plus célèbres : Old Black Joe [Joe, le vieux Noir - N.D.T.], Down On The Suwannee River [Sur le fleuve Suwannee - N.D.T.], Old Kentucky Home. [Vieille demeure de Kentucky. - N.D.T.] A chaque fois qu'il recevait l'inspiration pour écrire une chanson, il s'enivrait. Finalement, il reçut la - quand l'inspiration le quitta, il appela un serviteur, prit un rasoir et se suicida.

44 Et je pense √† Jonas, le proph√®te, ce grand aigle du ciel, des azurs de ce jour-l√†, que Dieu inspira. Dieu l'avait tant inspir√© qu'il descendit l√†, et resta dans le ventre d'une baleine trois jours et trois nuits, il sortit, marcha sur la rive et donna un message qui amena m√™me ces gens √† rev√™tir leurs b√™tes de sacs. Mais quand l'Esprit le quitta, il monta au sommet de la colline et s'assit, et demanda √† Dieu de lui √īter la vie. C'est vrai.

45 Nous trouvons ce grand Elie, dont Jean √©tait le type, le grand aigle de ce jour-l√†, un homme puissant et rude, un grand homme des bois qui vivait dans les bois, dans une caverne. Et il en sortit - il sortit d'un pas lourd dans - parmi le peuple. Et Dieu l'amenait dans des dimensions dont Isra√ęl ne savait rien; et il proclamait le message, disant : "C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR", puis rentrait de nouveau d'un pas lourd dans le d√©sert.

46 Nous voyons ce grand aigle sortir là d'un pas lourd et dire à ce roi : "Il n'y aura même pas de rosée venant du ciel, sinon à ma parole." et puis il se retira simplement de là.

47 Quand il descendit le chemin de Samarie ce jour-l√†, b√Ęton √† la main, envelopp√© de cette peau de mouton, avec cette t√™te chauve qui reluisait, les favoris pendants, il descendit le chemin de Samarie d'un pas aussi s√Ľr que possible.

48 Mais il savait en pr√©sence de Qui il avait √©t√©. Il ne craignait pas ce qu'Achab allait dire, parce qu'il avait √©t√© dans la pr√©sence de Quelqu'un de plus grand qu'Achab. Il avait √©t√© dans Sa pr√©sence et il avait l‚ÄôAINSI DIT LE SEIGNEUR. Ces yeux enfonc√©s, dr√īles, recouverts de rides, regardaient tout droit vers le ciel. Il marchait d'un pas s√Ľr, parce qu'il savait qu'il avait l‚ÄôAINSI DIT LE SEIGNEUR. Oh! il √©tait un aigle.

49 Il monta au sommet de la montagne, et but l√† au torrent jusqu'au moment o√Ļ celui-ci se dess√©cha, et il redescendit l√† et convoqua une - une assembl√©e. Apr√®s que Dieu lui avait donn√© une vision, il monta au sommet de la montagne et dit : "Prouvons lequel est Dieu. Voyons lequel est Dieu. Si jamais Il a √©t√© Dieu, Il est encore Dieu." C'est exact. Oh! j'aime ces aigles. √áa, oui. Il monta l√† et dit : "S'Il... Prouvons Dieu."

50 Et il dit - il invoqua Dieu tel qu'Il le lui avait montré dans la vision. Il dit : "Prenez un taureau, et - et j'en prendrai un. Et invoquez Baal, et j'invoquerai Dieu. Et celui qui répondra par le feu, c'est celui-là qui sera Dieu."

51 Et comme il √©tait tr√®s s√Ľr de lui, tr√®s s√Ľr de sa vision, alors que les autres invoquaient Baal toute la matin√©e et qu'ils se faisaient des incisions, criaient, sautaient, lui faisait les cent pas et disait : "Dites donc, vous feriez mieux de crier un peu plus fort; peut-√™tre qu'il est occup√© ou qu'il fait un petit somme." Voyez? Oh! il savait o√Ļ il se tenait. Oui.

52 Mais après qu'il eut prouvé Dieu, son oeil d'aigle se voila. Et quand Jézabel menaça de le tuer, il se sauva au désert. Dieu retrouva Son serviteur sous un genêt, fuyant, après qu'il eut prouvé que c'est l'Eternel qui est Dieu - il était nerveux, bouleversé. Lorsque vous montez dans ces sphères, cela fait quelque chose au coeur humain. Lorsque vous redescendez de là…

53 Vous pouvez - vous ne pouvez pas expliquer la chose. Ça vous amène quelque part. Il ne faut même pas essayer d'en parler; des visions et ainsi de suite, qui vous brisent. Vous ne pouvez en parler à d'autres personnes; elles ne comprendraient pas cela. Elles n'y sont jamais allées, comment en sauront-elles donc quelque chose? Voyez? Donc, ça les brise. Dieu était si bienveillant envers Son serviteur qu'Il l'a nourri et l'a encouragé, et... là sous le genêt.

54 Mais apr√®s avoir eu une telle confiance en J√©hovah, il √©tait si s√Ľr, il a pu s'avancer devant le roi et dire : "M√™me la ros√©e ne tombera pas, sinon √† ma parole." Et sous l'onction, il quitta directement le palais du roi, d'un pas lourd.

55 Ensuite, il eut une vision de ce qu'il fallait faire. Puis, il alla directement l√†-bas √† la montagne et prit - fit descendre le feu du ciel, d√©montrant qu'Il √©tait Dieu. Ensuite, le m√™me jour, il fit tomber la pluie du ciel. Et puis il mit √† mort quatre cents hommes; des pr√™tres, des pr√™tres pa√Įens, ils furent d√©capit√©s, et puis il prit fuite quand la vision le quitta.

56 Nerveux, assis-là, il dit : "Je ne vaux pas mieux que le reste de mes pères. Je ne vaux pas plus que tous les autres prophètes. Maintenant, Eternel, reprends ma vie. Je suis resté moi seul. Je suis le seul à prêcher le vrai Evangile; ainsi, reprends tout simplement ma vie. Laisse-moi m'en aller." Ils deviennent tous agités comme cela.

57 Mais Dieu dit : "Non, je - je - je - j'en ai - j'en ai encore sept mille qui n'ont jamais fléchi les genoux devant Baal." Voyez? Mais je - "C'est très bien, Elie. Tu fais un excellent travail; mais je - j'ai encore un autre groupe (voyez-vous?) que tu ne connais pas encore." "Mais reprends ma vie; je ne vaux pas plus que mes pères, les prophètes, qui m'ont précédé. Laisse-moi mourir."

58 Voici Jean qui était exactement comme lui, il était couché là dans la prison en train de passer en revue... après qu'il s'est tenu sur les rives du Jourdain, qu'il est sorti du désert, et qu'il a reçu le Saint-Esprit dans le sein de sa mère, trois mois avant sa naissance... Certainement. Comment cela? Dès qu'il entendit le Nom de Jésus-Christ.

59 Quand Marie est allée là-bas, et qu'elle... qu'elle n'avait cependant pas... Elle n'avait jamais rien ressenti. L'Ange l'avait simplement couverte de son ombre; le Saint-Esprit lui avait parlé. Elle partit en Judée et elle était - elle dit à Elisabeth qu'elle allait être mère. Elle dit : "Le... Dieu m'a couverte de Son ombre, et je vais avoir un Enfant." Et elle ajouta : "Je L'appellerai Jésus."

60 Et le petit Jean avait déjà six mois; Elisabeth attendait famille, elle était enceinte, elle ne ressentait même pas encore de vie. Et alors, pendant qu'elle était là, contemplant le visage de Marie... et Marie lui raconta ce que le Saint-Esprit avait annoncé... Et elle aussi lui parla de l'expérience qu'elle avait eue étant une vieille femme, comment elle avait conçu et aussi comment son mari était devenu muet.

61 Et pendant qu'elle √©tait l√†, elle dit : "Je..." Comment elle aurait un Fils qu'elle appellerait J√©sus. Et aussit√īt que ce pr√©cieux et glorieux Nom de J√©sus eut √©t√© prononc√© pour la premi√®re fois par des l√®vres humaines, le petit b√©b√© sans vie dans son sein sursauta et revint √† la vie, et re√ßut le Saint-Esprit dans le sein de sa m√®re.

62 Elle dit : "Comment se fait-il que la m√®re de mon Seigneur vienne...? Car voici, aussit√īt que la voix de ta salutation a frapp√© mes oreilles, l'enfant a tressailli d'all√©gresse dans mon sein." Et la Bible dit qu'il naquit rempli du Saint-Esprit d√®s le sein de sa m√®re.

63 Un homme appel√© de Dieu, qui alla au d√©sert √† l'√Ęge de neuf ans, sans instruction. Il partit au d√©sert et il √©tait un homme des bois. A l'√Ęge de trente ans, il sortit du d√©sert, pr√™chant un tel Message de la Venue d'un Messie qu'il secoua les r√©gions.

64 Et il ne craignait pas la doctrine des pharisiens. Il dit - il dit : "Vous, serpents dans l'herbe, ne venez pas ici en disant : " Nous avons Abraham pour père! " Vous, race de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir?" Oh! la la! Il était rude.

65 Il dit : "Je vous annonce que le Messie vient avec Son van √† la main; (amen!) Il nettoiera compl√®tement Son aire, et Il amassera Son bl√© dans le grenier, mais Il br√Ľlera la paille dans un feu qui ne s'√©teint point." Fiou! Il savait de quoi il parlait.

66 Maintenant... mais quand ce Messie est finalement venu, quand le Messie est finalement venu... et Jean eut l'honneur de Le baptiser, Il vint tout à fait - tout à fait comme il fallait. Tous les signes concordaient. Il fit voir le signe messianique - et Jean savait cela, qu'Il était le Messie.

67 "Voil√† le Messie. Il n'y a pas de doute √† ce sujet, dit Jean. J'ai vu cette Colonne de Feu, cette Lumi√®re descendre sur Lui sous la forme d'une Colombe; une Voix parlant de cette Colonne de Lumi√®re, a dit : "Celui-ci est mon Fils bien-aim√©, en qui Il me pla√ģt de demeurer."

68 Il savait que c'était le Messie. Jean dit : "Je ne Le connaissais pas, mais Celui qui était dans le désert, qui m'a envoyé baptiser d'eau, a dit : "Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et y demeurer, c'est Celui qui baptisera du Saint-Esprit et de Feu. Et je suis certain que c'est Lui." Aussi en parla-t-il à haute voix.

69 Mais quand la confusion commen√ßa... J√©sus vint et montra le Messie - qu'Il √©tait le Messie, mais ensuite quelque chose ne tourna pas rond. Jean avait introduit le Messie qui avait Son van √† la main et qui allait br√Ľler la paille.

70 Seulement il se rendit compte que les oeuvres de Jésus... qu'Il était doux et humble. Aussi cela le tracassait-il. Il ne savait - il ne savait que dire. Il - il pensa : "Eh bien, il y a quelque chose qui cloche ici." On dirait qu'il avait - On dirait qu'il avait cru dans une erreur; on dirait que ça clochait.

71 Et, bien souvent, nous pensons aussi que ça cloche. Mais ça marche bien. Tant que nous savons qu'Il est ici, qu'est-ce que ça change? Ça marche bien. Il se peut que ça ne marche pas tel que nous pensons que ça devrait, mais cela marche comme Dieu le veut.

72 Vous dites : "Bon..." Jean pensa : "Bon, maintenant, j'ai pr√©sent√© le Messie qui avait Son van √† la main, qui devait nettoyer les aires et amasser Son bl√© dans le grenier. Et - et je leur ai dit que la cogn√©e √©tait mise √† la racine de l'arbre, et qu'Il allait prendre tous les d√©chets et les br√Ľler.

73 "Et Le voici. Au lieu que ce soit un homme grand et puissant comme √ßa, voici qu'Il se pr√©sente comme un homme doux et humble. Quelque chose a d√Ľ clocher quelque part, s'est-il dit. Pas de doute, quelque chose cloche quelque part." Il pensait que ce n'√©tait pas comme il fallait.

74 Il fut consterné, comme il arrive à beaucoup d'entre nous. Lorsque nous voyons des choses arriver, pas exactement tel que nous le pensons, nous sommes consternés. Ne vous découragez pas. Ça ira bien. Le diable s'est saisi de lui, là en prison. Le diable s'est dit : "Eh bien, je l'ai emprisonné maintenant. Je l'ai jeté en prison. Ainsi, je vais bien le malmener pendant que je le tiens là-dedans. Dieu ne l'utilise plus actuellement. Je l'ai mis en prison; aussi vais-je simplement lui en faire voir de toutes les couleurs. Je l'ai bien enfermé. J'ai mis l'aigle en cage; ainsi, je vais - je vais simplement - je vais lui faire regretter d'avoir prêché l'Evangile." C'est ainsi qu'il fait à beaucoup, et il y a beaucoup d'hommes bons dans cette même condition aujourd'hui. C'est tout à fait exact. Nous pensons que ça ne marche pas comme il faut, alors que tout marche bien, tout va très bien. L'autre jour, une petite...

75 Je vois bien des gens venir et dire : "Eh bien, frère Branham, on a prié pour moi pour la... je - je - je n'ai vraiment senti aucun changement. Eh bien, quelque chose ne va pas. Non, il n'en est rien, il n'y a rien qui cloche dans l'organisme. Il n'y a rien qui cloche en Dieu. Il n'y a rien qui cloche dans la Bible. Il n'y a rien qui cloche avec le Saint-Esprit. Ce qu'il y a, c'est que quelque chose ne va pas en vous. Tout allait très bien, c'est seulement Jean qui avait des problèmes.

76 C'est aussi... l'autre jour une dame est venue de - de Zion City (elle est peut-être ici maintenant). Il y a environ un mois, cette petite femme et son petit mari, un beau petit couple, ils étaient venus chez moi, et - et ils étaient venus avec quelques-uns de mes braves amis, les Simms, de là à Zion. Et ils seraient tous présents ici, ce soir, à ce que je sache.

77 Et elle avait un petit b√©b√©. Je pense qu'il √©tait n√© avec un pied suspendu comme ceci, et - et il ne pouvait poser son pied par terre. Et - et elle a tout simplement dit : "Si seulement je peux voir fr√®re Branham imposer ses mains √† ce b√©b√©, ce pied descendra au sol. Bon, elle avait apport√© ses souliers pour qu'il les porte une fois √† la maison, et tout. Elle... c'est... Oui, monsieur! Alors, j'√©tais en train de prier au tabernacle, √† - ou plut√īt en train de pr√™cher. Et puis, quand j'eus termin√©, j'essayais de me pr√©parer pour aller √† une autre r√©union et - ou plut√īt √† Bloomington, dans l'Illinois.

78 Et ensuite, vous savez, alors que je m'apprêtais à quitter l'estrade, je crois que nous pratiquions le lavage des pieds... Nous sommes... Nous croyons au lavage des pieds. Je - je crois que la Bible l'enseigne et nous sommes censés le faire jusqu'à ce qu'Il vienne. Et nous essayons donc d'observer chaque Parole qu'Il a dite, et nous pratiquons ceci dans notre église - ce que nous avons toujours observé depuis trente ans.

79 Nous faisions le lavage des pieds, et - et mon fils m'a rejoint et m'a dit : "Papa, il y a - il y a là des gens qui viennent de Zion." Il a dit : "Ils s'attendaient à ce qu'il y ait la prière pour les malades ce soir." Il a dit : "Ils ont un petit bébé que - cette femme croit que si jamais tu priais pour ce bébé, sa petite jambe descendra au sol. Il est infirme d'une jambe."
J'ai dit : "Amène-le ici." Et la petite - la belle petite maman... Elle s'est approchée et elle a dit : "C'est mon enfant, Frère Branham. Nous croyons, mon mari et moi, que si vous imposez vos mains à cet enfant, sa jambe se redressera. Ça ira très bien."
J'ai dit : "Me demandez-vous d'avoir une vision de la part du Seigneur?"
Elle a répondu : "Non, monsieur. Imposez-lui simplement les mains."
J'ai dit : "Tr√®s bien. Je vais le faire." Je lui ai impos√© les mains, j'ai pri√© pour lui, et je suis entr√© dans une autre pi√®ce. Le lendemain, j'√©tais au bureau. Alors que j'√©tais assis l√† - √† r√©pondre aux appels et - et √† remplir quelques t√Ęches l√† au bureau, une voiture est arriv√©e et la jeune dame en est sortie, elle et son mari. Ils s'avanc√®rent l√†.
Elle a dit : "Frère Branham," elle a dit - elle a dit : "Quelque chose n'a pas marché!"
Et j'ai dit : "Oh! que - que voulez-vous dire?"
"Eh bien, dit-elle, la - la jambe du bébé n'est pas encore descendue."
Et j'ai dit : "Mais, quel rapport y a-t-il avec la chose?"
Et elle a répondu : "Bien, je - je - je croyais, Frère Branham, je croyais que si - si jamais vous imposiez les mains à mon enfant, Dieu le guérirait."
Elle a dit : "Je croyais cela."
Et elle a dit : "Quelque chose n'a pas marché quelque part."
Elle a dit : "Vous feriez peut-être mieux d'avoir une vision pour cela."
J'ai dit : "Non. Non, il n'y a rien qui cloche. Non, rien qui cloche. L'unique chose qui cloche c'est vous." Voyez?
J'ai dit : "Croyez simplement cela."
Elle a dit : "La seule chose que je vais demander, Frère Branham, croyez-vous que c'est la volonté de Dieu que mon enfant soit infirme?"
J'ai répondu : "Je ne crois pas que ce soit la volonté de Dieu."
Elle a dit : "C'est tout ce que je voulais que vous disiez."

80 Elle s'en est all√©e. Quelques jours plus tard, ils ont t√©l√©phon√©. Et maintenant, la jambe de l'enfant est devenue normale, elle est descendue. Ils... voyez. Nous nous agitons tout simplement, c'est tout. Tout va tr√®s bien. Chaque chose ne se fait qu'en son temps. Or, nous d√©couvrons ici que le diable essaie d'amener les gens √† croire, ou plut√īt √† douter.

81 Le diable essayait donc d'amener Jean √† douter que J√©sus √©tait le Messie. Aussi prit-il deux de ses disciples et les envoya, disant : "Maintenant, allez rep√©rer l'endroit o√Ļ Il pr√™che. Et, quand vous l'aurez fait, allez Lui demander si je me suis tromp√©." Pourriez-vous vous imaginer cela?

82 "Pourrais - pourrais-je - pourrais-je m'être trompé? Est-Il vraiment le même? Je sais que le signe était approprié. J'ai vu le signe du Messie. J'ai su que c'était correct. Mais - mais cette douceur et cette humilité, et tout cela, je - je n'y comprends rien. Cela ne... Je n'arrive pas à me le représenter. Je ne peux pas faire que cela - je n'y comprends rien." Vous n'êtes pas censé comprendre. Si je vous racontais tout et que vous soyez au courant de tout et que je sois au courant de tout, ce ne serait plus la foi. Tout ce que je peux parfaitement expliquer n'est plus la foi. C'est par la foi que vous êtes sauvé, c'est par la foi que vous êtes guéri. Vous croyez tout simplement cela. Vous ne pouvez pas expliquer cela. Vous croyez tout simplement cela.

83 Ainsi, il a dit : "Allez demander √† Jean, ou plut√īt Lui demander si nous devrions en attendre un autre. Etait-ce ma... Est-ce que ma foi, ma confiance et ma - ma... J'ai vu ce signe du Messie sur Lui. Et - et me suis-je tromp√©? Suis-je - suis-je dans la confusion? Et maintenant, quelque chose a-t-il mal tourn√©?"

84 Bien, quand ces disciples parvinrent à Jésus, avec le message de ce grand prophète, Jésus ne leur a jamais dit : "Maintenant, Je vais vous dire ce que Je vais faire, Je vous renverrai avec une documentation à donner à Jean: "Comment être heureux en prison." Non. Il - Il n'a jamais dit cela. Il ne - Il n'a pas dit : "Je vais - Je - Je vais vous donner un livre sur la patience, et vous direz à Jean comment être patient pendant qu'il est en prison. C'est une - c'est une bonne chose. Il est en prison, et Je déteste le voir en prison, mais Je lui apprendrai comment - comment le faire, eh bien, être tout simplement heureux."
Non, Il n'a jamais dit cela.

85 Vous savez ce qu'Il a dit? Il a dit : "Restez simplement pour la réunion de cet après-midi. Restez tout simplement. Ensuite vous pourrez partir. Assistez seulement à la réunion de cet après-midi.

86 Après que Jésus eut tenu la réunion, je peux me représenter ces disciples de Jean, assis là, surveillant chaque geste qu'Il faisait, car Jean leur avait enseigné ce que ce Messie serait, et leur avait dit ce qui se passerait et ceux-ci étaient ses disciples. Et ils ont commencé à comprendre ce qui est arrivé.

87 Ainsi, à la fin du service, alors que les deux disciples rentraient pour rencontrer Jean, Il leur a dit : "Allez rapporter à Jean que les boiteux marchent, les aveugles voient, les sourds entendent et que tous ceux qui sont venus à la réunion sont des pauvres. Tous ceux... L'Evangile est prêché aux pauvres.

88 Et vendez - dites à Jean de ne rien craindre, de ne pas penser le contraire, Je suis venu comme prévu. Tout se déroule bien. Tout va très bien. Je suis venu comme prévu. Allez lui dire qu'il y a un service de guérison en cours. L'Evangile est prêché aux pauvres, la puissance de Dieu se manifeste parmi eux. Je suis venu comme prévu. Ne prêtez attention à rien d'autre. Je suis venu comme prévu. Oh! la la! "Heureux celui pour qui Je ne suis pas une occasion de chute. " Bien, ne soyez pas scandalisés.

89 Je crois que pour beaucoup, Jésus constitue une occasion de chute plus grande que ne l'a été quiconque d'autre sur la terre. Ils sont trop vite scandalisés. Jésus dans cette béatitude placée ailleurs - Il l'a glissée là-bas afin que nous puissions la saisir ce soir.
Eh bien, Il a dit : "Heureux celui pour qui Je ne suis pas une occasion de chute. Ne soyez pas scandalisés par Moi. Peu importe ce qui se passe, Je suis... Tout marche exactement comme prévu. Ainsi, vous - allez tout simplement - tout simplement de l'avant et croyez cela; c'est tout. Tout va très bien. Allez tout simplement de l'avant et croyez cela."

90 Vous savez, l√†, J√©sus n'a pas fait de reproches √† Jean √† ce sujet. Il n'a pas dit : "Eh bien, J'ai honte de Mon ap√ītre. J'ai honte de Mon Proph√®te." Non, Il n'a jamais dit cela. Il n'a pas dit : "Que va dire le monde au sujet de ceci alors que tu viens de pr√™cher, disant : 'Oh! quel grand Messie... et quel grand Messie...' et ensuite, tu as envoy√© demander si Moi, Je suis le Messie." Il ne lui a jamais fait des reproches.

91 Mais, alors que Jean disait la pire des choses qu'il pouvait dire au sujet de Jésus, Jésus disait la meilleure chose que Jean n'avait jamais dite à son propre sujet. Oui. Jésus... Jean a dit : "Allez voir si C'est Lui."

92 Après leur départ, Jésus leur a dit,... Il a dit, après que les disciples de Jean furent partis, Il a dit : "Qu'êtes-vous allés voir au désert? Etes-vous allés voir un homme vêtu de... précieux?" Non. Il était trop éloigné d'Hollywood sur ce point-là.

93 Ainsi Il a dit : "Etes-vous allé voir un homme vêtu d'habits précieux?" Il a dit : "Ils sont dans les palais des rois." Il a dit : "Qu'êtes-vous allés voir? Un roseau que n'importe quelle dénomination pourrait agiter dans la direction qu'elle veut? Oh! non. Certainement pas."

94 "Qu'êtes-vous donc allés voir? Un prophète?" Il a dit : "Oui. Vous êtes allés voir un prophète. Et un plus grand... Il est plus qu'un prophète." Il a dit : "C'est cet Elie. C'est Celui dont le prophète a dit : 'J'envoie Mon Messager devant Moi.'" Il a dit : "En vérité, Je vous le dis, il n'y a jamais eu un homme né d'une femme aussi grand que Jean Baptiste."

95 Il ne l'a jamais condamné. Il savait qu'il était oint de l'Esprit d'Elie, et que cet Esprit était sur lui. C'est ce qui faisait cela. Il savait que tout se déroulait très bien, tout se déroulait comme prévu.

96 Jean... Pourquoi était-il le plus grand de - de tous les prophètes?
Maintenant, si vous êtes spirituel, vous saisirez quelque chose. Pourquoi était-il le plus grand? Tous les autres prophètes avaient parlé du Messie. Mais Jean, lui, L'a présenté. Il est celui qui L'a présenté. Il en sera de même à la fin des temps. Tout se déroule comme prévu. Ne soyez pas scandalisé. Croyez tout simplement. Aujourd'hui, Il est une occasion de chute pour les églises. Les églises sont scandalisées. Les gens sont scandalisés. Ils sont tout agités. Ils ne savent quoi penser : "La télépathie mentale", quelque chose d'autre et tout... Non, ne soyez pas scandalisé.

97 Notre message de dimanche dernier essayait de vous montrer ce que Dieu a fait à Abraham et à sa postérité après lui. Et nous avons vu qu'à chaque jonction, Il a fait passer Abraham, Il a fait passer Sa Semence par la justification, la sanctification, le baptême du Saint-Esprit, le placement du Fils et ensuite Dieu est venu dans la chair humaine, Il a tourné Son dos à Sarah... la tente et a révélé ce qu'elle pensait dans son coeur.

98 Ne craignez rien. Il est là comme prévu. Il est là. Qu'Il ne soit pas pour vous une occasion de chute. "Heureux ceux pour qui je ne suis pas une occasion de chute." S'Il était ici pour prêcher, ce soir, Il dirait la même chose. Il est là comme prévu.

99 Le proph√®te a dit qu'il viendra un jour qui ne serait ni jour ni nuit, mais qu'au temps du soir la lumi√®re para√ģtra. Il est l√† comme pr√©vu. Il est d√©j√† venu par la justification (l'√Ęge de Luther), par la sanctification (l'√Ęge de Wesley) et par l'√Ęge de la pentec√īte, Il a d√©j√† plac√© Ses dons dans l'√©glise et maintenant, Il nous appara√ģt dans notre chair comme J√©sus l'a annonc√©.

100 Qu'Il ne soit pas pour vous une occasion de chute! Il est juste √† l'heure. "Jean, sors de cette prison." Sors de cette organisation qui ne croit pas en cela. Enl√®ve les √©cailles de tes yeux. Tu es un homme libre si tu le crois. Il est juste √† l'heure. "Au temps du soir la lumi√®re para√ģtra." Amen. Les lumi√®res du soir brillent.

101 Qu'est-Il? Le m√™me J√©sus. Le m√™me soleil qui se l√®ve √† l'est, c'est le m√™me qui se couche √† l'ouest. Le Fils de Dieu s'est lev√© sur le peuple de l'orient. Qu'a-t-Il fait pour prouver aux Samaritains et aux Juifs qu'Il √©tait le Messie? Il leur a montr√© un signe qu'Il √©tait le Proph√®te dont Mo√Įse avait parl√©. La femme samaritaine a t√©moign√© la m√™me chose, disant : "Nous savons que quand le Messie viendra, Il nous dira ces choses. Mais, Toi, qui es-Tu?"
Il a dit : "Je Le suis."

102 Elle a couru dans la ville et a dit : "N'est-ce pas Lui le Messie? Cet Homme m'a dit ce que - ce qui n'allait pas en moi, ce que je fais. N'est-ce pas Lui le Messie?" Et les gens ont cru cela.

103 Il a fait cela aux Samaritains et aux Juifs, mais pas aux Gentils. Avant que l'Evangile n'aille chez les Gentils, Il √©tait d√©j√† glorifi√© et dans la Gloire. "Mais au temps du soir la lumi√®re para√ģtra."

104 Qu'a fait l'√©glise? Elle s'est √©loign√©e pour entrer dans le catholicisme, elle a organis√© une √©glise. Puis Luther sortit pour la justification, pour la semence. Ensuite, Wesley est sorti de Luther avec la sanctification. Apr√®s est venue la pentec√īte et ils se sont organis√©s, et cela s'est perp√©tu√© ainsi avec leurs syst√®mes.

105 Et maintenant nous arrivons aux derniers jours. Qu'est-ce? Mais au temps du soir, avant que les corps de Sarah et d'Abraham ne soient chang√©s pour recevoir le fils promis, Il est venu, Il s'est assis avec eux, Il a parl√© avec eux et a accompli un signe devant eux. Et J√©sus s'y est r√©f√©r√©. Nous ne sommes pas dans le pass√©. Ne regardez pas en arri√®re, √† ce que Luther a dit, √† ce que Wesley a dit. Regardez √† ce que J√©sus a dit. Regardez o√Ļ nous en sommes d'apr√®s le signe. Ne regardez pas en arri√®re, √† ce que quelqu'un d'autre a dit. Regardez √† ce que Lui a dit. C'est Lui qui a dit cela. Et le m√™me soleil qui se l√®ve √† l'est, se couche √† l'ouest. C'√©tait un jour sombre. √áa l'√©tait certainement; il y avait un peu de lumi√®re pour voir comment adh√©rer aux √©glises et former des organisations et ainsi de suite.

106 Mais cette v√©ritable puissance ainsi que ces manifestations de la Pr√©sence de Dieu n'avaient plus √©t√© vues depuis des ann√©es et des ann√©es. Nous avons senti Cela et nous avons su que C'√©tait l√†. Nous avons vu des dons accompagner Cela. Mais quand nous Le voyons devenir visible parmi nous, avec cette puissance dans Son Eglise pour toucher le bord du v√™tement de ce Ma√ģtre, toucher cela, ramener Sa puissance ici pour qu'Il parle au travers de Son peuple ici, et Se r√©v√®le, Le faisant Dieu, "Dieu avec nous"... oh, oui.
Jean, Dieu ouvre pour toi les portes de la prison ce soir pour te lib√©rer. Heureux celui pour qui Je ne suis pas une occasion de chute. Non pas une lecture de pens√©e ou une t√©l√©pathie, mais la puissance d'un Christ ressuscit√© qui vient bient√īt.

107 Prions! Dieu bien-aim√©, comme les lumi√®res du soir brillent, elles aveuglent les yeux de beaucoup. Mais d'autres s'en servent pour marcher. Je prie, √ī Dieu, que ce soir Tu donnes √† nouveau les lumi√®res du soir √† ce - √† ce peuple du temps du soir. Et puissent-ils voir la Puissance de Ta r√©surrection, car Tu as Toi-m√™me dit : "Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi." Et nous voulons savoir les oeuvres que Tu as faites.

108 Puis nous trouvons dans Jean chapitre 5, verset 19 que Tu as dit : "Je ne fais rien avant de voir le Père le faire premièrement." Ensuite Tu as promis cela. Nous savons que c'est vrai.
Maintenant, encore une fois, Seigneur et alors √ßa sera fini. Et puissent beaucoup de ces Jean qui sont enferm√©s aujourd'hui dans la prison, ces braves hommes et femmes qui Te connaissent comme leur Sauveur et qui s'interrogent, √ī Dieu, puissent-ils voir que Tu es l√† comme pr√©vu. Tu es juste √† l'heure. Accorde-le, nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen.
Maintenant, avant de passer √† l'appel √† l'autel... J'ai connu un l√©ger retard ce soir et je me disais qu'hier soir, j'ai pr√™ch√©... Je dirai √† Billy que j'y suis certainement arriv√© ce soir. Il m'a dit que je ne pourrais pas pr√™cher moins d'une heure et demie. Mais je suis certainement arriv√© √† le faire cette fois-ci, avec l'aide du Seigneur. Maintenant, je crois qu'hier, on a distribu√© les cartes de pri√®re ou... En a-t-il distribu√© aujourd'hui? Ou... Lesquelles √©taient-ce? Je crois qu'il a distribu√© hier de un √† cent, n'est-ce pas? Qu'√©tait-ce? Les A? Les A. Tr√®s bien. Par o√Ļ avions-nous commenc√©? Nous sommes all√©s... Hier, nous avons commenc√© √† partir du num√©ro un, n'est-ce pas? Un? Eh bien, commen√ßons par le dernier. Prenons... Commen√ßons, prenons environ, juste quelques-unes ici parce que notre temps est... Commen√ßons √† partir de quatre-vingt... [Espace vide sur la bande. - N. D. E.] Combien n'ont jamais √©t√© √† l'une de ces r√©unions auparavant? Levez la main. Regardez! La moiti√© de l'assembl√©e. Si J√©sus-Christ... Combien savent que J√©sus-Christ a d√©j√† gu√©ri les malades, qu'Il a d√©j√† sauv√© les perdus? Il ne pourrait pas vous sauver ni vous gu√©rir maintenant. Il vous dirait tout simplement qu'Il l'a d√©j√† fait et que vous aviez √† croire cela. Mais Il a promis que les oeuvres qu'Il a faites, nous les ferions aussi, et particuli√®rement en ce temps du soir. Combien savent cela et croient que c'est la v√©rit√©?
Est-il dit de Lui qu'Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement? Il est certainement le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Tr√®s bien. S'Il L'est, alors Il agira de la m√™me fa√ßon. Maintenant, vous tous qui √™tes dans la ligne de pri√®re, qui vous tenez l√†, qui m'√™tes √©trangers et qui savez que je ne sais rien √† votre sujet, levez la main, tous ceux qui le savent. Eux tous. Tr√®s bien. Tous l√†-bas, vous qui n'avez pas de carte de pri√®re et qui d√©sirez √™tre gu√©ris et qui savez que je ne connais rien √† votre sujet, levez la main, tout le monde. Que toute personne dans le b√Ętiment qui sait que je ne connais rien √† son sujet, l√®ve la main, partout.
Je ne pense pas que je puisse voir quelqu'un que je connais... Si je ne me trompe pas, celui-ci est un prédicateur de l'Arkansas, je pense; il est assis juste ici. Ces lumières, vous voyez, je - je n'arrive pas à très bien les voir, mais je pense que c'est un prédicateur de l'Arkansas.

109 Combien savent qu'autrefois une femme était venue dans la ligne de prière...? Une dame était venue dans... Elle s'était dit au fond d'elle-même: "Si seulement je peux toucher le bord du vêtement de cet Homme, je serai guérie." Elle avait une perte de sang. Vous en souvenez-vous? Et elle s'était faufilée à travers la foule et avait touché... à peu près comme cela. Eh bien, vous ne l'aurez jamais senti. Et vous savez, Frère Tommy, ce sous-vêtement palestinien, une longue et ample robe qu'ils... Ils portaient un vêtement en dessous à cause de la poussière. Cette robe la ramassait.
Maintenant, quand elle avait touché le bord de ce vêtement, elle s'en est retournée dans la foule et Jésus a dit : "Qui M'a touché?" Bien, c'était le Fils de Dieu. "Qui M'a touché?"
Et Pierre L'a repris, disant : "Eh bien, tout... qu'est-ce que...?... Eh bien, les gens pensent qu'il y a quelque chose qui cloche en Toi. Ils vont... Eh bien, ils sont... N'importe qui Te touche. Vous savez, 'Bonjour', par là. 'Comment vas-Tu, mon Révérend?' Et ainsi de suite, vous savez, 'Rabbi'"

110 Il a dit : "Mais Je sens que Je suis devenu faible." Combien savent qu'une vertu est une force? Certainement. "Une force est sortie de Moi. Quelqu'un M'a touch√©." Et Il s'est retourn√© et a continu√© √† regarder l'audience jusqu'√† ce qu'Il a d√©couvert d'o√Ļ cela provenait.
Et Il a dit - Il lui a dit que sa perte de sang s'√©tait arr√™t√©e, en effet sa foi l'avait sauv√©e. N'est-ce pas la v√©rit√©? Bien maintenant, est-Il ce soir (vous les fr√®res ministres avec qui nous avons d√©jeun√© ce matin)... Ce fr√®re-ci, je crois que c'est le fr√®re qui, dit-on, a obtenu dans - dans - dans - dans une √©cole baptiste : docteur - et dipl√īm√©, et je ne sais quoi encore. Il nous en parlait. Mais il a d√Ľ tout oublier comme Paul, pour conna√ģtre Christ. Ainsi...

111 Ensuite... Mais... L'Ecriture nous enseigne dans Hébreux qu'Il est maintenant un Souverain Sacrificateur qui peut compatir à notre faiblesse. C'est vrai. Combien savent que c'est ainsi?

112 Eh bien, s'Il est alors le même hier, aujourd'hui et éternellement, comment agirait-Il si vous Le touchiez? Voyez? Il agirait de la même façon, n'est-ce pas?
"Encore un peu de temps et le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, même en vous, jusqu'à la fin du monde. Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi." Est-ce vrai?

113 Et Il a promis que cela aura lieu chez les Gentils; pas dans l'√Ęge de Luther, ni dans l'√Ęge wesleyen, mais qu'au temps de la fin, cela arriverait.
Maintenant, ne voyez-vous pas? Il est juste à l'heure. Juste à... Et rappelez-vous, ceci a fait le tour du monde. Ainsi, nous sommes à la fin. Pas de doute, aucun doute.

114 Mais vous, touchez Son vêtement. Bien. "Qu'est-ce, Frère Branham?" Ce n'est pas moi. Et ça ne me ferait rien du tout si vous ne le faisiez pas. Ça - ça vous concerne autant que moi, là-dessus. C'est votre foi qui doit faire Son - qui doit Le toucher afin qu'Il parle par moi. Le don consiste simplement à m'abandonner à Lui. Je Lui donne simplement mes yeux, ma pensée, ma langue, mon être.

115 Je - je ne connais personne parmi vous. Mais c'est - c'est Lui qui parle à travers cela. Voyez? C'est Lui qui fait cela. Ainsi, ce n'est pas moi.
Alors, qu'est-ce qui fait faire cela? Je ne vous connais pas. Vous dites: "Qu'en est-il de moi, Frère Branham?" Je ne sais pas. "Qu'en est-il de moi?" Je ne sais pas. Mais Lui le sait; ainsi, touchez-Le donc, alors, Il m'utilisera en retour.

116 Ainsi, vous voyez, vous et moi nous sommes concern√©s en tant que Ses serviteurs. Et Il se fait conna√ģtre √† Son peuple, montrant qu'Il est juste √† l'heure. Il est fid√®le √† ce qui est pr√©vu, parfaitement, juste avant la fin des temps, quand les lumi√®res du soir brilleraient. Maintenant, s'Il le fait, combien L'aimeront, Le croiront et L'accepteront? Que Dieu vous b√©nisse.
Maintenant, Père Céleste, le reste est entre Tes mains. Je m'abandonne à Toi ainsi que cet auditoire. Un seul cas suffit pour le prouver, Père. Au Nom de Jésus-Christ permets que cela ait lieu. Amen.
Maintenant, soyez très respectueux. Ne vous levez plus; restez tranquilles. Soyez très respectueux quelques instants.
Maintenant, une seule Parole de Sa part vaudra plus que ce que je pourrais dire en cinquante - cent mots; juste une seule Parole de Sa part.
Bien, vous l√†-bas, qui n'avez pas de carte de pri√®re maintenant, ou plut√īt o√Ļ que vous soyez, quel que soit votre √©tat, dites seulement : "√Ē grand Souverain Sacrificateur, laisse-moi Te toucher. Et fr√®re Branham ne me conna√ģt pas. Et alors, permets qu'il se tourne vers moi et permets qu'il me dise ce pour quoi je prie, qu'il me dise ce qui ne marche pas en moi. Il ne me conna√ģt pas, ni ce √† quoi je pense, ce que je fais ni quoi que ce soit. Qu'il me le dise. Je Te croirai." En effet, la Bible dit que c'est exactement ainsi qu'Il agirait. C'est ainsi qu'Il l'a fait. C'est ainsi qu'Il le fera. Et vous voyez, mes amis, si autrefois cela a affaibli J√©sus, qu'est-ce que cela me ferait √† moi, p√©cheur? Tu ne le sauras jamais avant que nous nous rencontrions au portail l√†-haut, ce... un - ce que - ce qu'en est le prix. Mais c'est... Je ne me plains pas. Je remercie Dieu. Vous voyez? C'est juste pour que vous compreniez.
Bon, il y a des jours o√Ļ nous venons et nous distribuons les cartes de pri√®re et ensuite, avec... Je prends ces cartes de pri√®re, et toute la semaine de - je choisis quelques-unes ici et d'autres l√†, et l√†-bas; ainsi, cela ne pourra pas - personne ne pourra se pr√©cipiter sur la carte num√©ro 1. Vous voyez?

117 Ainsi, ils... Et puis, mon fils, avant de les distribuer, vient et se tient devant l'auditoire et mélange les cartes, il les mélange toutes. Je pense que vous l'avez vu le faire. Très bien.
Ensuite, il descend, si vous en voulez une, il vous en donnera. Alors mon fils ne peut pas dire : "Eh bien, maintenant, je lui ai donné le numéro un." Lui-même ne le sait pas. Il ne fait que les distribuer. Voyez? Il les mélange, vous donne... Il se peut qu'il vous donne le numéro dix et, à votre voisin, le quatre-vingt-quinze. Donc, à un moment au cours de la semaine, je garde... J'appelle de 20 à 30 ou de 50 à 90, ou de 90 je reviens à 20 ou autre, comme cela, à n'importe quel numéro que le Seigneur met sur mon coeur, car, de cette façon, eh bien, alors c'est bien tout ce que le Saint-Esprit m'amène à appeler.
Il se fait, ce soir, que par cette même conduite, on se retrouve : cette femme, une femme de couleur et moi, un blanc. Vous suis-je étranger? Nous ne nous connaissons pas l'un, l'autre. C'est notre première rencontre. Voyez maintenant?

118 Bien, si le Saint-Esprit demeure toujours le m√™me Saint-Esprit qui √©tait en Christ, et qui est en nous ce soir, si c'est le m√™me Esprit, alors Il fera la m√™me oeuvre. Si c'est vrai, le Saint-Esprit - Il fera alors l'oeuvre du Saint-Esprit. Si... Il fera l'oeuvre de J√©sus. Et de cette fa√ßon, vous pouvez √™tre alors s√Ľr de ce qu'Il √©tait autrefois, vous savez ce qu'Il est maintenant.

119 Ainsi prenons Saint Jean chapitre 4. Il y avait un... Alors que Lui, √©tant un Juif, Il rencontra une femme samaritaine et lui parla quelques minutes pour saisir son esprit. Et ensuite, Il lui r√©v√©la ce qu'√©tait son probl√®me, √† elle. Et elle dit : "Seigneur, je vois que Tu es un proph√®te. Nous savons que quand le Messie viendra, Il nous dira ces choses." Et elle Lui dit cela. Et Il dit : "Je le suis, Moi qui te parle." Et elle courut dans la ville et dit: "Venez voir un Homme qui m'a dit ce que j'ai fait. N'est-ce pas le Messie Lui-m√™me? Et tous les gens crurent. Et tout le monde... J√©sus ne l'a jamais fait √† quelqu'un d'autre, mais toute la ville crut cela. Il n'avait gu√©ri personne, Il alla simplement l√† et Se r√©v√©la Lui-m√™me. La femme et... La Bible dit que toute la ville crut en Lui gr√Ęce au t√©moignage de la femme.

120 Bien, si c'était là Jésus hier, Il peut aussi venir faire la même chose à une africaine et un anglo-saxon qui se tiennent ici et, s'Il peut me révéler quelque chose pour lequel vous êtes ici, quelque chose que vous avez fait, ou quelque chose comme cela, vous savez - vous sauriez si c'est la vérité ou pas. Vous le sauriez certainement. Et puis, s'Il peut vous dire ce qui a été, Il pourra certainement vous dire ce qui sera. Vous croyez cela? Vous tous gens de couleur ici présents, ainsi que les blancs, et que sais-je encore, croyez-vous cela de tout votre coeur? Très bien.

121 Maintenant si quelqu'un parmi vous ne croit pas que c'est la vérité, et croit que c'est de la psychologie... je n'ai aucun doctorat. Venez ici et faites cela vous-mêmes. Je vous attends.
Alors, si vous avez peur de venir, acceptez cela, sinon gardez silence à ce sujet. Voyez? J'ai dit cela, parce que j'étais conduit à le faire. Il y a quelque chose qui se passe à ce sujet, que je - je connais.

122 Vous êtes conscient que quelque chose est en train de se passer ici aussi. L'un de vos ennuis, c'est la nervosité, en vérité, vous êtes extrêmement nerveux.
Ça y est ! "Il l'a deviné..." Vous sentez-vous déjà bien? Je pourrais dire: "Quelqu'un là-bas est nerveux. Quelqu'un... Le Seigneur a dit quelque chose." Mais qui est cette personne? C'est cette personne. Debout... Elle a juste une - elle a un bon esprit. Voyons si c'est cela.

123 Nerveuse. Vous avez aussi mal à l'épaule. C'est vrai. Vous êtes aussi cardiaque.
Est-ce vrai? Vous avez un fardeau sur votre coeur. Est-ce vrai? C'est au sujet d'un gar√ßon. Oui, oui. Il est dans un asile, un h√īpital. Vous priez pour lui. Vous voulez que je vous dise qui vous √™tes? Mademoiselle Richardson. Partez et croyez. Vous ne saurez jamais ce que cela me fait. √áa ne fait que tuer la vie m√™me... Maintenant, soyez tr√®s respectueux, tous.
Comment allez-vous, monsieur? Nous sommes √©trangers l'un √† l'autre? Oui. Mais J√©sus nous conna√ģt et nous a nourris tous deux. Si Dieu veut bien me laisser savoir ce pour quoi vous vous tenez ici, je n'aurais pas alors √† entrer dans trop de d√©tails. Voyez, toute une - j'ai toute une ligne l√†, et les autres l√†-bas prient. Voyez ce que cela me fait. Mais si seulement Il me disait quelque chose √† votre sujet, croiriez-vous? Bien s√Ľr, l'une des choses pour lesquelles vous d√©sirez qu'on prie pour vous, ce sont vos yeux. Evidemment, vous portez des lunettes. N'importe qui peut voir cela. Ce n'est pas tout ce qu'il a comme probl√®me. Il y a autre chose, en effet, l'ombre de la mort est sur lui. Ce ne sont pas ses yeux qui en seraient la cause. C'est la tuberculose, il est tuberculeux. Vous avez √©t√© op√©r√© pour cela, cela n'a pas r√©ussi comme il le fallait. N'est-ce pas? Croyez-vous maintenant que √ßa ira tr√®s bien? Croyez tout simplement de tout votre coeur. Croirez-vous qu'Il est le Fils de Dieu et qu'Il vos a gu√©ri? Allez-vous - Le croirez-vous? Alors, continuez simplement votre chemin en disant : "Merci, Seigneur." Vous vous remettrez de cet ulc√®re.

124 Je ne vous connais pas. Nous sommes √©trangers l'un √† l'autre. Croyez-vous que J√©sus-Christ est le Fils de Dieu? Croyez-vous qu'Il m'a envoy√© comme messager √† l'Eglise en ces derniers jours pour manifester cette Ecriture et donner un don... Pas parce que c'√©tait moi. Pas parce qu'Il devait avoir... Il avait... probablement, Il - d'habitude, Il prend quelqu'un qui ne conna√ģt rien; ainsi, Il peut se r√©v√©ler Lui-m√™me. Voyez?
Croyez-vous que ces choses dont je parle, c'est la vérité selon les Ecritures? Elle semble être vraiment remplie de tristesse. C'est pourquoi je - je lui ai parlé un moment. Oui. C'est ainsi. La première chose vous concerne, vous. Vous avez subi une - une opération. Et c'était un trouble féminin, une maladie de femme, un nettoyage à fond de tout l'intérieur de - de - de - les organes féminins étaient enlevés. Mais cela - cela a eu des effets inattendus. Cela a causé quelque chose. Maintenant, un instant. C'est... le méd... Cela a causé la hernie. Cela a causé la hernie et vous deviez y retourner, vous deviez y rentrer.

125 Mais vous êtes - vous êtes... Ce n'est pas vraiment ce qui vous attriste. Votre tristesse, c'est au sujet d'un enfant. C'est votre enfant. Et c'est - c'est une maladie ou quelque chose qui ne va pas. La tuberculose. Et maintenant, il a pour ainsi dire, de petites crises. C'est vrai. Vous en avez un autre au sujet duquel vous vous inquiétez. Et il a un mal d'oreille. C'est vrai. Votre nom est Madame Smith. Allez et croyez le Seigneur...?... Amen.
Croyez-vous? Ayez foi. Ayez simplement - simplement foi. Croyez.
Comment allez-vous, madame? Nous sommes étrangers l'un à l'autre. Je - je ne vous connais pas. Autant que je sache, je ne vous ai jamais vue de ma vie. Et nous nous rencontrons ici pour la première fois. Si je - si j'étais capable de faire quelque chose pour vous et que je ne le faisais pas, je serais alors un - je serais méchant, je ne serais pas - pas - je ne devrais pas me tenir derrière cette chaire en tant que ministre.
Et je - je ne pourrais pas vous aider. Et s'Il se tenait ici, Lui-m√™me, et qu'Il portait ces v√™tements qu'Il m'a donn√©s, Il pourrait seulement prouver qu'Il √©tait ce Messie qui l'avait fait pour vous. Mais vous devriez avoir foi qu'Il l'avait fait pour vous, sans quoi √ßa - √ßa ne pourrait pas marcher du tout pour vous. N'est-ce pas vrai? Mais s'Il √©tait ici et vous disait quelque chose, ce qu'est votre trouble ou ce que vous avez fait, ce que vous n'auriez pas d√Ľ faire ou quelque chose de ce genre, alors vous auriez la foi pour croire cela, n'est-ce pas? Tr√®s bien. Est-ce que ceci augmenterait alors la foi de l'auditoire?

126 Vous √™tes en train de dispara√ģtre de ma vue. Eh bien, vous avez eu un accident. Vous avez eu un d√©rangement √† la t√™te. Et puis, vous avez mal au c√īt√© gauche. C'est vrai. Des complications, tant de choses qui ne vont pas... C'est vrai. Oui, madame. Si Dieu me disait qui vous √™tes, cela vous aiderait-il? Mademoiselle Terry, croyez-vous de tout votre coeur maintenant?

127 Il guérit les troubles cardiaques, n'est-ce pas? Croyez-vous qu'Il le fait? Allez tout simplement de l'avant, disant : "Merci, Dieu bien-aimé." Vous croyez qu'Il guérit l'arthrite et rétablit les gens? Très bien. Continuez tout simplement d'avancer. Croyez-le de tout votre coeur. Que Dieu vous bénisse.
Une maladie des femmes et un trouble cardiaque. Croyez-vous qu'Il vous guérira? Très bien. Continuez tout simplement votre chemin en vous réjouissant et en disant...?...
Vous êtes trop jeune pour souffrir d'anémie, mais croyez-vous qu'Il peut transfuser le sang? Allez, dites : "Merci, Seigneur." Allez en croyant.
Sinusite et cela... Oh! croyez-vous qu'Il guérit cela? Allez simplement, disant : "Merci, Seigneur Jésus."
Il vous faudra subir une opération pour cette tumeur, mais croyez-vous que Dieu vous en guérira? Très bien. Très bien, continuez votre chemin en vous réjouissant, disant - disant : "Merci, Seigneur."
Venez, venez, madame. Croyez-vous qu'Il guérit la nervosité? Très bien, continuez votre chemin en vous réjouissant, disant : "Merci Seigneur." Et...
Et si je ne vous disais rien, me croiriez-vous pour autant? Venez ici. Au Nom de Jésus, qu'elle soit guérie. Allez en croyant.
Venez, un instant. Un instant. Quelque chose est arrivé quelque part. Est-ce que ces gens qui s'en vont par là étaient dans la ligne de prière, ceux qui retournent par là? Oh, oui. Cela peut avoir été ce que...

128 Monsieur, vous qui êtes assis juste ici, dans cette rangée, assis juste ici en train de me regarder, vous souffrez de la prostate. Oui, oui. Assis là, oui, monsieur. Oui. Avez-vous une carte de prière? Vous n'en avez pas, n'est-ce pas? Vous n'en avez pas besoin. Votre foi vous a guéri. Cette femme qui est la deuxième à partir de là, est votre femme. C'est vrai. Je vous vois ensemble dans une maison, et elle souffre du foie. C'est vrai. Si c'est vrai, levez la main. Retournez à la maison. Jésus-Christ vous guérit.
Cette dame assise l√† √† c√īt√© de vous, a quelque chose √† la langue. Vous croyez, madame? Si c'est vrai, levez la main. Tr√®s bien. Retournez √† la maison.
Vous qui êtes assis là au bout, qu'en est-il de vous? Voilà que Cela se trouve au-dessus de vous maintenant. Vous avez un trouble de la vessie. C'est vrai, très bien. Vous croyez? Très bien. Retournez à la maison, et soyez guéri.
Amen. Acceptez-vous cela? Qu'ont-ils touché? Il y a ici - ici un homme qui a commencé à pleurer, il est assis juste là derrière, cet homme; c'est ce jeune garçon. Maintenant, cet homme, je ne l'ai jamais vu de ma vie. Mais, écoute, fiston, tu as la gastrite. C'est vrai. Mais tu priais, l'Esprit est descendu sur toi, une véritable et merveilleuse sensation.
Si je te suis étranger, fais signe de la main comme ceci. Je ne te connais pas. Est-ce de cela que tu souffres? Fais signe de la main. Très bien, tu es guéri. Jésus-Christ te guérit.

129 Cette dame assise juste là au fond souffre de l'épilepsie. Croyez-vous que Dieu vous rétablira, qu'Il vous guérira? Croyez-vous cela? Si vous acceptez votre guérison, ces crises vous quitteront et vous n'en aurez plus jamais. Croyez-le.
La petite dame assise ici en train de me regarder, de ce c√īt√©, avec sa main lev√©e comme ceci, a un probl√®me √† la cheville. Croyez-vous que Dieu vous gu√©rira? Tr√®s bien, vous pouvez recevoir votre gu√©rison.
Cette dame debout ici avec la main levée, vous êtes sur le point de subir une opération de cette vieille tumeur. Mais Dieu l'enlèvera et vous guérira. Croyez-vous cela? Allez et croyez cela.

130 Cette gentille femme ici, avec une bandelette blanche autour de la tête, une femme de couleur, elle souffre de la vésicule biliaire. Vous croyez que Dieu va vous guérir?
Et vous dans le fauteuil roulant? Croyez-vous que je suis Son prophète? Vous mourrez si vous restez là. Vous avez une chance pour vivre. C'est comme les lépreux qui étaient assis à la porte de Samarie. Je ne peux pas vous guérir, soeur. Je ne suis pas un guérisseur. Mais ces samaritains ont dit : "Si nous restons ici, nous mourrons. Si nous entrons dans la ville, nous mourrons. Ainsi, la seule possibilité qui nous reste, c'est d'aller dans le camp de l'ennemi. S'ils nous tuent, nous allons de toute façon mourir. Mais s'ils nous épargnent la vie, nous vivrons." C'était leur unique possibilité. Vous n'avez pas cette sorte de possibilité. Vous êtes invité, ce soir, à la maison d'un Dieu réel et aimable. Levez-vous maintenant. Marchez...?...
Levons-nous et croyons au Seigneur Jésus-Christ. Levez-vous. Si vous Le croyez, levez-vous au Nom de Jésus-Christ et acceptez votre guérison. Amen. Faites l'appel à l'autel.

EN HAUT