ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Les Six buts de la visite de Gabriel Ă  Daniel de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 61-0730E La durĂ©e est de: 2 hours and 6 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Les Six buts de la visite de Gabriel Ă  Daniel

1 Mais j’ai Ă©tĂ© assez impressionnĂ© de voir les... nos jeunes adolescentes ce matin, les petites, vous savez, les petites FĂ©fĂ© et Fifi, les petites... les
 vous savez, dans les seize ans. Elles viennent Ă  l’église... Vous savez, ce qu’il en est des jeunes filles vers cet Ăąge-lĂ , elles veulent paraĂźtre jolies, vous savez. Avec les... vous savez, les cheveux tout bouclĂ©s sur la tĂȘte; je les ai observĂ©es pendant que je prĂȘchais, ça ne faisait que descendre, descendre. [L’assemblĂ©e et frĂšre Branham rient. – N.D.E.] Un peu plus tard, il fallait qu’elles soufflent pour les Ă©carter de leur visage, les boucles s’étaient toutes dĂ©faites.

2 La jeune fille de soeur Downing, et–et... je–je l’ai observĂ©e. Et la petite... ou la petite–la petite... celle de frĂšre Collins, la petite... Comment s’appelle-t-elle ? La petite... Betty, la petite... J’ai seulement un peu ri en moi-mĂȘme. Mais, je les avais vues toutes belles, vous savez, toutes bien arrangĂ©es, et un moment aprĂšs, c’était directement...

3 Eh bien, vous ĂȘtes bien mignonnes, chĂ©ries ; en tout cas, je vous trouve belles. C’est vrai. Être belle, c’est–c’est avoir un bel esprit qui peut venir s’asseoir dans des rĂ©unions comme celles-ci et Ă©couter l’Évangile. VoilĂ  ce qui fait la beautĂ© d’une jeune fille. Et je pense que n’importe quel vrai garçon qui est digne de se marier sera du mĂȘme avis. [FrĂšre Neville dit : « Amen. » – N.D.E.] (Merci, monsieur.) C’est bien. Quelqu’un qui est d’accord avec moi. C’est–c’est exact. TrĂšs bien. Je crois que c’est la VĂ©ritĂ©.

4 C’est Ă©trange, n’est-ce pas ? Je suis tombĂ© directement sur Daniel 9 en ouvrant ma Bible. Eh bien, d’habitude, je demande que tous ceux qui ont une chemise trouĂ©e n’enlĂšvent pas leur veston, alors j’espĂšre que la mienne n’est pas trouĂ©e. Mais–mais il m’est dĂ©jĂ  arrivĂ© de ne pas pouvoir l’enlever, parce que ma chemise Ă©tait trouĂ©e ; oui, certainement. Mais je pense que celle-ci n’est pas trouĂ©e.

5 Eh bien, oh ! personnellement, nous... et je crois que c'est le cas pour l’auditoire, nous apprĂ©cions la PrĂ©sence du Saint-Esprit ce matin. Et nous apprĂ©cions la communion fraternelle et la prĂ©sence des uns des autres. « Qu’il est doux, qu’il est bon, qu’il est agrĂ©able pour des frĂšres de demeurer ensemble ! C’est comme l’huile prĂ©cieuse de l’onction qui descend sur–sur la barbe d’Aaron, jusqu’au bord de son vĂȘtement. »

6 Aujourd’hui, je suis allĂ© manger au Blue Boar, et qui ai-je trouvĂ© lĂ -bas ? Nul autre que frĂšre Bill, ici, avec soeur Dauch, assis lĂ  Ă  se–à se rĂ©galer d’un poulet frit des plus appĂ©tissants que j’aie jamais vus, ils passaient un trĂšs bon moment, ils mangeaient avec un bel entrain, vous savez. Je suis montĂ© Ă  l’étage, et lĂ , j’ai trouvĂ© une grande partie de l’assemblĂ©e; ils voulaient mĂȘme payer mon dĂźner. Et bien, c’était vraiment gentil, j’apprĂ©cie cela.

7 Quand je suis rentrĂ© Ă  la maison, Billy est venu avec une caisse de tomates que quelqu’un m’avait apportĂ©e de lĂ  loin en GĂ©orgie, ce bel État oĂč il fait bien frais, lĂ  oĂč il fait si frais, Ă  ce qu’on me dit, en ce temps-ci.

8 J’ai rencontrĂ© un jeune homme dehors ; je sortais de mes entretiens cet aprĂšs-midi, et je suis passĂ© ici Ă  l’église il y a environ une heure et demie, et il y avait ce jeune... un jeune homme dehors, il a dit... J’ai dit : « Il fait chaud. » Il a dit : « Cer-tai-ne-ment ! » J’ai reconnu qu’il venait de la GĂ©orgie, alors il a dit : « Certainement qu’il fait chaud en GĂ©orgie ! »

9 Eh bien, nous essayons d’échapper Ă  un endroit plus chaud encore, n’est-ce pas ? C’est pour ça que nous sommes ici.

10 Merci beaucoup, mes amis, pour tous vos bienfaits. Que ferais-je sans vous ? Vraiment, que–que ferais-je sans vous ? Si je n’avais personne qui m’aimait, personne qui Ă©coutait le Message, tout mon Message ne servirait absolument Ă  rien. Je ne peux pas Le prĂȘcher aux poteaux tĂ©lĂ©phoniques et aux arbres. Ils ne le comprendraient pas. Alors, il faut des gens comme vous tous qui venez L’écouter. Et quand vous venez vous asseoir dans une salle oĂč il fait chaud comme ici, et que c’est... Ma femme m’a dit qu’elle Ă©tait presque en train de cuire lĂ  derriĂšre ce matin. Et quand je vois des gens, et parfois des malades, qui restent assis aux rĂ©unions, comme ça, que Dieu vous donne une–une belle et magnifique Demeure dans la Gloire, voilĂ  ma priĂšre. Je l’espĂšre bien et j’ai confiance qu’Il le fera.

11 Maintenant, voyons un peu. Mon veston, quelqu’un l’a mis ici. Et il me–il me faut lire un peu ce soir. Combien apprĂ©cient la premiĂšre partie de ce
 ? Oh ! si seulement il ne faisait pas si chaud, nous continuerions, nous passerions toute la semaine sur le–le Livre de l’Apocalypse. Je L’aime tellement. Je passe tout mon temps dedans. Et soyez en priĂšre pour moi cette semaine, parce que dimanche prochain, j’ai... le Seigneur voulant, je dois arriver Ă  ce
 placer ces semaines Ă  leur place. Et c’est quelque chose dont je ne sais absolument rien. Alors, je fais tout simplement confiance au Seigneur qu’Il me donnera la rĂ©ponse.

12 Je–j’ai lu ce que plusieurs hommes ont–ont dit sur le sujet, ont Ă©crit sur le sujet. J’ai lu les notes de bas de page du Dr Scofield, un grand Ă©rudit, mais je ne pourrais certainement pas ĂȘtre d’accord avec lui sur ses... beaucoup de ses notes de bas de page, parce que je n’arrive pas Ă  voir oĂč... la chose comme ça. OĂč... Il faut–il faut que le tableau ressorte bien.

13 Eh bien, si vous Ă©tiez en train d’assembler, disons, les morceaux d’un puzzle et que, tout d’un coup, vous savez, vous dites : « Oh ! ça, ça va ici en haut. Non, je suis sĂ»r que ça va ici en haut. » Eh bien, vous devez regarder votre modĂšle ici pour voir ce que vous ĂȘtes en train de faire. Et alors, sinon–sinon, vous vous retrouverez avec un tableau tout embrouillĂ©.

14 Et si, par exemple, vous preniez... vous aviez un tableau d’un beau et magnifique paysage de campagne, avec une vache broutant au sommet d’un arbre ? Eh bien, ça n’irait pas, n’est-ce pas ? Parce que ce n’est pas au sommet d’un arbre qu’elle broute. C’est donc pareil si vous... si le Saint-Esprit ne rassemble pas ces passages de l’Écriture Ă  leur place. Alors, vous aurez tout le grand tableau de la rĂ©demption. C’est ça que nous voulons, la VĂ©ritĂ©. Et, tant que nous ne connaĂźtrons pas la VĂ©ritĂ©, nous laisserons simplement ça de cĂŽtĂ©. Et puis, quand Dieu nous aura donnĂ© la VĂ©ritĂ©, eh bien, alors je–j’en parlerai.

15 Vous savez, je–je pense que frĂšre Roy Slaughter et–et quelques anciens ici de la vieille Ă©poque, qui ont commencĂ© il y a trĂšs longtemps, au dĂ©but... Pendant Ă  peu prĂšs, je pense, les trois ou quatre premiĂšres annĂ©es de mon ministĂšre, ici mĂȘme au tabernacle, je ne voulais mĂȘme pas prĂȘcher sur l’enfer, parce que je–je n’arrivais pas Ă  comprendre si c’était un lieu ardent, ou si c’était la tombe. Et chaque fois que la Parole parlait de la tombe, je prenais la traduction disant HadĂšs. Le HadĂšs, c’est la tombe. Chaque fois qu’Elle parlait de l’enfer, HadĂšs, la tombe... Alors, j’ai tout simplement laissĂ© ça de cĂŽtĂ© jusqu’à ce que j’aie su vraiment de quoi je parlais, et alors j’ai prĂȘchĂ© sur l’enfer. Alors, quand j’ai vraiment vu l’entiĂšretĂ© du tableau, que j’ai vu ce qu’il en Ă©tait... En effet, j’estime qu’un prĂ©dicateur est responsable devant Dieu de ce qu’il dit Ă  l’assemblĂ©e, parce qu’ils vont vraiment s’y accrocher. Et, ainsi donc, qu’arriverait-il si je les avais fait s’accrocher au mauvais endroit, et qu’ensuite il arrive un temps oĂč cela ne tient plus ? Voyez ? Et dans cette vision que le Seigneur m’a donnĂ©e il y a quelque temps, alors que ces millions... quand quelqu’un m’a parlĂ©, disant : « Tu seras jugĂ© en premier, par l’Évangile que tu prĂȘches. »

16 J’ai dit : « J’ai prĂȘchĂ© la mĂȘme chose que Paul et les autres. »

17 Et tous ces millions de voix se sont Ă©criĂ©es : « Nous nous reposons lĂ -dessus. » Voyez, c’était rĂ©glĂ©. Voyez ? Exact.

18 Alors, ce soir, je veux continuer, nous ne traĂźnerons donc pas trop. Et maintenant, n’oubliez pas... Ce matin, j’ai
 j’ai quelques notes ici. Ce matin, j’étais
 j’ai parlĂ© de Daniel en captivitĂ©, de Gabriel qui est venu le voir et l’instruire sur le futur. VoilĂ  ce que nous avons vu ce matin, les instructions sur l’avenir.

19 Maintenant, ce soir, nous parlons des–des Six buts de la visite de Gabriel Ă  Daniel. Dimanche prochain, le Seigneur voulant, nous situerons les soixante-dix semaines dans le temps, et oĂč nous en sommes. Or, si seulement nous pouvons trouver ça, que ce soit absolument sĂ»r et certain, alors nous saurons exactement Ă  quelle heure nous vivons. Eh bien, nous ne saurons pas quand Il viendra; ça, personne ne le saura. JĂ©sus Lui-mĂȘme ne le sait pas. Il a dit qu’Il ne le savait pas. Il a dit que ça, il n’y avait que le PĂšre qui le savait. MĂȘme les Anges ne le savent pas. Aucun de nous ne sait quand Il viendra, mais nous pouvons indiquer la–l’heure oĂč... le temps oĂč nous vivons, sachant combien nous en sommes proches.

20 Maintenant, pour Ă©tablir un peu le lien avec ce qu’on a vu, Ă©tant donnĂ© que les jeunes gens enregistrent ce... Les appareils sont en marche lĂ -bas dans la piĂšce. Et les bandes, bien sĂ»r, on les envoie partout.

21 Eh bien, dans la leçon de ce matin, aprĂšs avoir rĂ©capitulĂ© sur les chapitres 4 et 5, nous avons ensuite pris le... commencĂ© par le chapitre 9 de Daniel. Et maintenant, ce soir, nous sommes
 continuons dans le chapitre 9. Avant d’aborder cela, inclinons la tĂȘte juste un moment et parlons Ă  l’Auteur de la Parole.

22 Notre Dieu plein de grĂące, nous sommes sĂ»rs que Tu connais l’intention profonde de notre coeur. Tu sais pourquoi nous sommes ici. Tu sais que nous ne sommes point venus ce soir juste parce que nous avons pensĂ© que ce serait un bon endroit oĂč nous pourrons venir nous dĂ©tendre un peu cet aprĂšs-midi. PĂšre, je ne crois pas qu’il y ait ici une seule personne dans ce but-lĂ . Je crois que nous sommes ici ce soir parce que nous sommes profondĂ©ment sincĂšres, honnĂȘtes, et que nous voulons connaĂźtre l’AINSI DIT LE SEIGNEUR.

23 Nous T’aimons, Seigneur, et nous aimons Ta Parole. Et cet endroit auquel Tu as pourvu pour nous, juste un toit au-dessus de notre tĂȘte, et ces blocs de bĂ©ton, nous Te sommes reconnaissants pour cet endroit. En effet, nous croyons qu’il y a une Demeure au-delĂ  du Ciel, vers Laquelle nous nous dirigeons. Et nous pensons Ă  nos aĂŻeux qui n’avaient mĂȘme pas ce privilĂšge. Alors, Seigneur, rien qu’à l’idĂ©e de nous plaindre, nos coeurs s’inclinent de honte.

24 Maintenant, PĂšre, nous Te prions d’ouvrir l’Écriture pour nous ce soir. Viens ce soir marcher Ă  cĂŽtĂ© de chacun de nous, alors que nous avançons sur ce chemin. Parle-nous comme Tu l’as fait Ă  ceux qui allaient de JĂ©rusalem Ă  EmmaĂŒs, de sorte qu’à la fin de la rĂ©union, nous puissions retourner Ă  nos foyers respectifs, disant : « Notre coeur ne brĂ»lait-il pas au-dedans de nous, alors que nous L’entendions parler au travers de Sa Parole ? »

25 BĂ©nis la lecture. BĂ©nis mes faibles efforts, Seigneur. Ouvre ma bouche Ă  ce qui est vrai, et ferme-la Ă  ce qui est faux. Tires-en gloire pour Toi, et que Tu sois glorifiĂ© dans Ton peuple, afin qu’ils puissent voir l’heure dans laquelle nous vivons et que la Venue du Seigneur JĂ©sus est proche. Car nous le demandons en–en Son Nom, le Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

26 Maintenant, pour faire un rĂ©capitulatif sur les passages des Écritures pendant quelques instants, nous avons vu que Daniel avait Ă©tĂ© en captivitĂ© pendant soixante-huit longues annĂ©es. Pensez-y ! Maintenant, vous qui avez votre papier et votre crayon, et qui ne l’avez pas notĂ© ce matin, vous pouvez le noter ce soir. De l’an 606 Ă  l’an 538 av. J.-C. (faites la soustraction : 606 moins 538), ça vous donne soixante-huit ans que Daniel a passĂ©s en captivitĂ©; pas d’église oĂč aller, pas de prĂ©dications Ă  Ă©couter, rien Ă  part des livres et des rouleaux, contenant ce qu’un prophĂšte avant lui avait prophĂ©tisĂ©, et c’était JĂ©rĂ©mie.

27 Donc, en Ă©tudiant les Écritures, il a vu que le temps se terminait, que la pĂ©riode de soixante-dix ans... Et Daniel croyait solennellement chaque parole que le prophĂšte JĂ©rĂ©mie avait prononcĂ©e. Et je le dis Ă  mon auditoire ce soir : « Devons-nous croire nos prophĂštes ? » Oui, oui. En effet, la Parole de Dieu est venue aux prophĂštes. Ils ont l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Et un vrai prophĂšte ne s’écartera jamais de ce qu’un–un autre prophĂšte a dit. Ils ne lui feront jamais dire quelque chose qu’Elle ne dit pas. Ils diront exactement ce que le vrai prophĂšte a dit. Ça fait de lui un prophĂšte. Alors, quand ils saisissent ce qu’il en est, ils prĂ©disent alors ce qui va arriver, en sachant ceci, avec la crainte dans leur coeur, de peur de dire quelque chose de faux qui Ă©gare quelqu’un. Nous ne voulons jamais faire ça. Nous voulons ĂȘtre absolument sĂ»rs d’avoir la Parole du Seigneur avant de dire AINSI DIT LE SEIGNEUR. Voyez ? Ça doit ĂȘtre un Message absolu, qui vient directement du TrĂŽne de Dieu, sinon nous ne devrions jamais le dire.

28 Donc, en Ă©tudiant les Écritures, il a vu que les soixante-dix ans Ă©taient Ă©coulĂ©s. Alors, comme il Ă©tait lĂ  depuis soixante-huit ans, il ne restait que deux ans encore avant que Dieu ramĂšne Son peuple dans sa patrie.
Nous avons vu que, pendant qu’il Ă©tait en priĂšre, un ange puissant est venu du Ciel. Quelqu’un peut-il me dire son nom ? [L’assemblĂ©e rĂ©pond : « Gabriel. » – N.D.É.] Gabriel. Il est l’ange envoyĂ© Ă  l’église juive. Combien savent ça ? C’est toujours Gabriel. Gabriel est le messager de l’église, de l’église des Juifs; il est allĂ© auprĂšs de Marie, il est allĂ© auprĂšs de Zacharie. C’est toujours Gabriel. Et il est l’un des grands anges du Ciel. Et il a apportĂ© Ă  notre frĂšre Daniel une merveilleuse salutation de la part de Dieu, n’est-ce pas ? « Oh ! Daniel, tu es un bien-aimĂ© ! »

29 De penser que Dieu vous aime, vous vous sentiriez bien, n’est-ce pas ? MĂȘme si je n’étais pas un bien-aimĂ©, j’aimerais quand mĂȘme savoir que je suis un peu aimĂ© LĂ -haut, pas vous ? C’est sĂ»r. D’ĂȘtre juste... cela... Il pense Ă  moi de temps en temps. ça me donnerait envie de crier, rien que de penser qu’il se soucie de moi. Et nous avons l’assurance que nous avons de la valeur pour Lui car, lorsque nous Ă©tions encore des pĂ©cheurs, Christ est mort Ă  notre place, frĂšres. Et maintenant, nous qui Ă©tions Ă©trangers Ă  Dieu, Il nous a maintenant rapprochĂ©s de Dieu, et Il nous a donnĂ© le gage de notre salut, c’est-Ă -dire le Saint-Esprit. Et, avec une foi qui nous Ă©lĂšve au-dessus des choses du monde, nous passons droit au-dessus. C’est glorieux, n’est-ce pas ? TrĂšs bien.

30 Pendant qu’il Ă©tait en priĂšre, Gabriel est venu et lui a dit non seulement qu’il ne restait que deux ans avant qu’ils retournent dans leur patrie, mais aussi lui a fait connaĂźtre toute la destinĂ©e de cette nation. Pensez-y ! Toute la destinĂ©e, tout le voyage sur cette terre, Gabriel a expliquĂ© ça Ă  Daniel. Il a dit qu’il avait Ă©tĂ© envoyĂ© pour annoncer cet Ă©vĂšnement glorieux Ă  Daniel. Comment ce prophĂšte a dĂ» se sentir ! Et Il lui a dit que soixante-dix semaines avaient Ă©tĂ© fixĂ©es sur le peuple, jusqu’à la ruine ; c’est le temps de la fin, jusqu’à ce que tout soit fini, la ruine. Il a dit : « Il y a soixante-dix semaines. »

31 Certains croient que ce sont des mois, d’autres des jours, d’autres... Hum ! Si ce sont seulement des semaines au sens propre, alors ça ne fait qu’à peu prĂšs deux ans et quart, ou un an et quart. Et, vous voyez, vous... C’est lĂ  qu’il nous faut trouver ce qu’il en est, si nous voulons ĂȘtre dans le vrai.

32 « Soixante-dix semaines ont Ă©tĂ© fixĂ©es sur ton peuple. » Dans quel but ? Pourquoi ? Sur quel peuple ont-elles Ă©tĂ© fixĂ©es ? Sur le peuple de Daniel, les Juifs. Et pourquoi ont-elles Ă©tĂ© fixĂ©es ? Pas seulement sur Daniel, mais sur la ville sainte de Daniel, voyez, la ville sainte de Daniel. Maintenant, auditoire, quelle Ă©tait la ville sainte de Daniel ? [L’assemblĂ©e rĂ©pond : « JĂ©rusalem. » – N.D.É.] JĂ©rusalem.

33 Et maintenant, nous allons aborder... peut-ĂȘtre que nous arriverons Ă  voir ça ce soir : OĂč Ă©tait JĂ©rusalem ? Qui a fondĂ© JĂ©rusalem ? Y avez-vous dĂ©jĂ  pensĂ© ? Qui a fondĂ© JĂ©rusalem ? Quand a-t-elle Ă©tĂ© fondĂ©e ? Nous allons y arriver un peu plus tard. Qui a fondĂ© JĂ©rusalem ? Ah ! c’est une toute petite chose cachĂ©e dans un coin, mais c’est bel et bien dit lĂ . Oui, oui. Qui a fondĂ© JĂ©rusalem, et quand a-t-elle Ă©tĂ© fondĂ©e ? TrĂšs bien. Et c’est lĂ  la ville sainte de Daniel.

34 Et nous comprenons bien que cette ville, qui a Ă©tĂ© maudite depuis maintenant deux mille ans, sera reconstruite et rĂ©tablie, et que le culte sera rĂ©tabli dans le temple, tout comme au commencement. C’est exact. JĂ©rusalem le sera. Bon ! Et il y aura un sacrifice, une offrande perpĂ©tuelle, qui sera de nouveau offert, tout comme au commencement. Nous aborderons la plupart de ces choses ce soir, je pense, ou du moins une grande partie.

35 Maintenant, mes amis, je veux que vous sachiez qu’en touchant ces points, je laisse certainement de cĂŽtĂ© bien des semaines d’enseignement. Mais je les survole pour que, quand il commencera Ă  faire moins chaud ou un peu plus tard, quand nous aborderons ces Sept Sceaux, ces Sept Coupes, ces Sept Trompettes, toutes ces choses, je puisse alors m’y rĂ©fĂ©rer, en disant : « Vous souvenez-vous des soixante-dix semaines de Daniel ? Vous souvenez-vous de l’ñge de l’Église, quand Elle est montĂ©e, et ce qui s’est passĂ© ? » Et les soixante-dix semaines de Daniel couvrent la pĂ©riode qui va du dĂ©part de l’Église jusqu’au retour de l’Église. C’est cette pĂ©riode-lĂ  qu’elles couvrent. Eh bien, maintenant, pas la totalitĂ© des soixante-dix semaines de Daniel ; une partie.

36 « Soixante-dix semaines ont Ă©tĂ© fixĂ©es. » Eh bien, sa visite avait six buts : lui annoncer ce qui allait arriver. Donc, sa venue avait six buts. Maintenant, je pense que, ce soir, nous allons reprendre les Écritures lĂ  oĂč nous en Ă©tions ce matin, lĂ  oĂč les six buts Ă©taient mentionnĂ©s. Nous en sommes lĂ . Donc, nous avons vu qu’il y avait six buts; l’un d’entre eux... Eh bien, prenons le chapitre 4, le verset 4... le verset 24 du chapitre 9 de Daniel. Et soixante-dix semaines ont Ă©tĂ© fixĂ©es sur ton peuple
 (Maintenant, souvenez-vous, ça, c’est toute la durĂ©e du voyage des IsraĂ©lites sur cette terre. Il leur a Ă©tĂ© fixĂ©... Soixante-dix semaines ont juste Ă©tĂ© fixĂ©es. C’est tout le temps qui a Ă©tĂ© destinĂ© aux Juifs.) ... sur ton peuple et sur ta ville sainte,
 (Par consĂ©quent, ces soixante-dix semaines, — ne manquez donc pas ceci, — elles vont rĂ©vĂ©ler ce qu’il y a Ă  partir de ce moment-lĂ  jusqu’à la fin des Juifs, et aussi jusqu’à la fin de JĂ©rusalem, jusqu’à la construction de la nouvelle ville. Oh ! eh bien, j’espĂšre que nous pourrons vraiment approfondir ça comme il faut ce soir.) ... ont Ă©tĂ© fixĂ©es sur ton peuple et sur ta ville sainte,... (Pour quoi faire ?) ... pour faire cesser les transgressions...

37 Que lui a-t-il dit, là ? Il essayait de savoir combien de temps il restait. « Je sais que nous sommes au temps de la fin (Comme nous maintenant), Seigneur,... »

38 Combien de gens dans l’auditoire ce soir croient que nous sommes au temps de la fin ? Dites : « Amen. » [L’assemblĂ©e rĂ©pond : « Amen. » – N.D.É.] Merci. Nous sommes Ă  la fin. Maintenant, nous essayons de trouver, avec l’aide de Dieu, combien de temps au juste il reste, dans quel jour nous vivons. C’est pourquoi nous remontons dans le passĂ© et prenons ces prophĂštes et autres, pour chercher Ă  voir oĂč nous en sommes. Et c’est ce que Daniel a fait. Il a tournĂ© sa face vers Dieu.

39 Combien ont lu Daniel 9 aujourd’hui ? Levez la main. TrĂšs bien. Vous avez compris sa priĂšre, comment il a confessĂ© pour son peuple et pour lui-mĂȘme. Il voulait se rassurer du moment oĂč ils allaient retourner, parce qu’il voulait prĂ©parer les gens Ă  retourner. Eh bien, ce que j’essaie de faire, c’est trouver quand nous allons monter et prĂ©parer les gens Ă  monter, ceux qui seraient prĂȘts. Et nous avons tournĂ© notre face vers Dieu, dans la priĂšre et les supplications, pour dĂ©couvrir : « Seigneur, Ă  quelle heure vivons-nous ? »

40 Nous avons vu toutes ces choses qui arrivent; nous voyons le monde dans le chaos. Nous voyons que le temps est proche. L’écriture est sur la muraille, tout ce que Dieu a dit... Nous entendons notre PrĂ©sident parler d’une autre guerre pour bientĂŽt. Nous entendons les prĂ©dictions selon lesquelles, au bout, oh ! au bout de quelques heures de guerre, on prĂ©dit que les nations ne seront plus que des cendres volcaniques. Et nous savons que c’est le cas. Alors, nous savons qu’avant que cela arrive, l’Église doit partir. Alors, Seigneur, oĂč en sommes-nous ? VoilĂ  la raison pour laquelle je crois qu’Il va nous le faire savoir. Nous avons tournĂ© notre face pour savoir. Maintenant, commençons par trouver. Soixante-dix semaines ont Ă©tĂ© fixĂ©es sur ton peuple... ta ville sainte, pour faire cesser la transgression... mettre fin au pĂ©chĂ©, pour expier l’iniquitĂ©... pour amener la justice Ă©ternelle, pour sceller la vision et le prophĂšte et pour oindre le Saint des saints.

41 C’étaient lĂ  les six buts de la visite de Gabriel. Maintenant, abordons le numĂ©ro un. Si vous voulez le noter, vous qui avez vos crayons. NumĂ©ro un : « Pour faire cesser la transgression », c’est la premiĂšre chose.

42 Donc, faire cesser les transgressions d’IsraĂ«l que ce dernier a commises contre Dieu, ce sera dĂ©tourner de Jacob les impiĂ©tĂ©s. Eh bien, pour voir ça, prenons Romains. Le chapitre 11 de Romains, et commençons au verset 21 de Romains 11. Maintenant, nous allons vers quoi ? « Faire cesser les transgressions. » Romains 11.21. TrĂšs bien. Car si Dieu n’a pas Ă©pargnĂ© la branche naturelle... (C’est-Ă -dire qui ? IsraĂ«l.) Prenez garde... ne t’épargnera pas non plus. (Eh bien, quand vous rentrerez chez vous, j’aimerais que vous lisiez tout le chapitre 11. Moi, je lis seulement ceci, pour... Notez tout le chapitre 11, et lisez-le.) ... ne t’épargnera pas non plus. ConsidĂšre donc la bontĂ©... la sĂ©vĂ©ritĂ© de Dieu... envers ceux qui sont tombĂ©s, et bontĂ© de Dieu envers toi, si tu demeures ferme dans la bontĂ©; autrement, tu seras... retranchĂ©, seras aussi retranchĂ©. Eux de mĂȘme, s’ils ne persistent pas dans... s’ils ne persistent pas dans l’incrĂ©dulitĂ©, ils seront entĂ©s; car Dieu est puissant pour les enter de nouveau. (Voyez, il annonce qu’il viendra un temps oĂč les nations seront retranchĂ©es et oĂč IsraĂ«l rentrera Ă  nouveau.) Si toi, tu as Ă©tĂ© coupĂ© de–de l’olivier naturellement sauvage (les nations) , et entĂ© contrairement Ă  ta nature
 (Nous Ă©tions contre-nature, des Ă©trangers, sans misĂ©ricorde, sans Dieu, sans aucune espĂ©rance. Et Dieu, dans Sa misĂ©ricorde, nous a donnĂ© une possibilitĂ© ; Ă  cause des transgressions, Il a retranchĂ© IsraĂ«l qui Ă©tait juste, et Il les a mis de cĂŽtĂ©, l’olivier sauvage... l’olivier cultivĂ©, et Il a fait enter un olivier sauvage, contrairement Ă  sa nature.) ... sur l’olivier franc, Ă  plus forte raison eux seront-ils entĂ©s selon leur nature sur leur propre olivier ! Car je ne veux pas, frĂšres, que vous ignoriez ce mystĂšre, afin que vous ne vous regardiez point comme sages, c’est qu’une partie de–d’IsraĂ«l est tombĂ©e–d’IsraĂ«l tombe dans l’endurcissement, jusqu’à ce que la totalitĂ© des paĂŻens soit entrĂ©e. TrĂšs bien, continuons notre lecture.

43 Tant que Dieu n’a pas fini avec les Gentils, IsraĂ«l est aveuglĂ©. S’ils ont sombrĂ© dans le pĂ©chĂ© et les transgressions contre Dieu, c’est parce que Dieu a aveuglĂ© leurs yeux, pour que nous, nous puissions ĂȘtre greffĂ©s. Saisissez-vous cela ? Le verset 26, maintenant. Et ainsi tout IsraĂ«l sera sauvĂ©...

44 Dieu les a aveuglĂ©s Ă  dessein pour vous et pour moi. Ils ne peuvent pas voir, parce que Dieu les a aveuglĂ©s. Et tout IsraĂ«l, le vrai IsraĂ«l, sera sauvĂ©. Qu’a dit l’ange ? Gloire ! « Pour faire cesser les transgressions d’IsraĂ«l ! Je suis venu t’annoncer qu’il viendra un temps oĂč les transgressions d’IsraĂ«l cesseront. » Dieu retranchera la branche sauvage, et Il greffera de nouveau la–la vraie branche.

45 Oh ! parfois, mon coeur tressaille de voir ces pauvres gens malheureux qui ont Ă©tĂ© retranchĂ©s, qui ne savent pas oĂč ils vont; et de penser que Dieu, dans Sa misĂ©ricorde, a fait ça pour que moi, je puisse ĂȘtre sauvĂ© ! Il leur a aveuglĂ© les yeux Ă  leur propre Messie, Il a fermĂ© leurs oreilles pour qu’ils ne L’entendent pas; et pourtant, ils voyaient bien Ses miracles, ils voyaient bien Ses miracles et les choses qu’Il faisait.

46 Dans Matthieu, au chapitre 12, je pense, au chapitre 8 ou 12, il est dit : « MalgrĂ© tant de miracles que JĂ©sus avait faits, ils ne pouvaient pas croire. » En effet, Dieu avait dit : « Ils ont des yeux et ils ne voient pas, des oreilles et ils n’entendent pas; de peur qu’ils ne voient de leurs yeux, qu’ils n’entendent de leurs oreilles, et que Je ne les convertisse. » Mais, pour nous donner une occasion, Il a voilĂ© les yeux de Ses propres enfants, Il a Ă©cartĂ© Ses propres enfants de la table et les a vouĂ©s au dĂ©pĂ©rissement de l’Esprit, pour qu’Il puisse y trouver... pour que nous puissions avoir l’occasion de vivre, pour nous donner la Vie. Reprenons le verset 26 : Et ainsi tout IsraĂ«l sera sauvĂ©, selon qu’il est Ă©crit : Le LibĂ©rateur viendra de Sion, et Il dĂ©tournera de Jacob les impiĂ©tĂ©s;

47 Oui, Il viendra sur le mont Sion, un de ces jours. Sur le mont des Oliviers, ils Le reconnaĂźtront, et tout IsraĂ«l saura que c’est Lui. À ce moment-lĂ , ce sera fini pour ceux des nations. Cette branche qui a Ă©tĂ© greffĂ©e, Dieu en prendra le fruit rĂ©coltĂ©. Et cette branche sauvage sera...

48 Et maintenant, souvenez-vous, plus haut, ici, quand vous lirez, Il a dit : « Si la Racine Ă©tait sainte, et que cette Racine Ă©tait une Racine sainte, les fruits qui sortiront de cette Racine sainte porteront eux aussi des fruits saints. » Et si cette Racine Ă©tait JĂ©sus-Christ, qui est Ă  la fois la Racine et la PostĂ©ritĂ© de David, si cette Vie qui Ă©tait en Lui est montĂ©e Ă  travers la race juive, qu’Elle leur a Ă©tĂ© enlevĂ©e, que leurs yeux ont Ă©tĂ© aveuglĂ©s pour que nous, nous puissions voir, alors nos vies devront reflĂ©ter le modĂšle de cette Branche bĂ©nie. Oh ! oui, frĂšre ! C’est exact.

49 C’est Ă  dessein que Dieu les a retranchĂ©s, et Il a aveuglĂ© leurs yeux, pour que nous puissions avoir la possibilitĂ© de voir, Il nous a donnĂ© une occasion. Et avec ça, on se prend pour quelqu’un. Ici, Paul leur dit : « Prenez garde Ă  ce que vous allez faire. Prenez garde ! Car, si Dieu n’a pas Ă©pargnĂ© la branche naturelle, comment aurait-Il plus de misĂ©ricorde pour la branche sauvage qui est dĂ©jĂ ... »
Alors, on se promĂšne en disant : « Moi, je suis presbytĂ©rien ! » « Moi, je suis mĂ©thodiste ! » « Moi, je suis baptiste ! » « Moi, je suis pentecĂŽtiste ! » Ça, ça ne veut rien dire pour Dieu. Vous devez naĂźtre de nouveau de ce Saint-Esprit qui vient de la Racine. Mais Il est venu...

50 Maintenant, souvenez-vous, Il ne parle pas des nations. Je ne fais que mentionner ça en passant, pour voir lĂ  oĂč les nations ont eu leur possibilitĂ©. Mais Il est venu « pour faire cesser les transgressions », pour y mettre fin.

51 Maintenant, si nous revenons dans Daniel, nous allons voir, dans Daniel, nous allons voir ici, au verset 24... TrĂšs bien. « Pour faire cesser la transgression. » Pour faire cesser quoi ? Pour faire cesser la transgression d’IsraĂ«l. Transgresser, c’est quoi ? C’est aller Ă  l’encontre de quelque chose. Commettre une transgression contre moi, c’est me faire du tort. Commettre une transgression contre vous, c’est vous faire du tort. Donc, IsraĂ«l a fait du tort Ă  Dieu. Et, pendant cette soixante-dixiĂšme semaine, qu’est-ce qui va arriver ? Dieu va faire cesser la transgression d’IsraĂ«l. « Faire cesser la transgression », ce sera « dĂ©tourner de Jacob les impiĂ©tĂ©s ». Et alors, tout IsraĂ«l naĂźtra de nouveau. Ils recevront tous le Saint-Esprit.

52 Maintenant, point deux, notez-le sur votre papier. Nous pourrions nous attarder longtemps lĂ -dessus, mais je ne veux pas me mettre Ă  prĂȘcher lĂ -dessus. Je veux juste vous parler, pour que vous puissiez bien comprendre cela. Quand nous aborderons ces Sept Sceaux, alors nous avancerons facilement dans l’étude de l’Église, des Sceaux, des FlĂ©aux, et nous saurons oĂč nous sommes. TrĂšs bien.

53 Point deux : « Mettre fin aux pĂ©chĂ©s. » Eh bien, lisons-le encore, dans Daniel. ... pour faire cesser la transgression et–et mettre fin aux pĂ©chĂ©s,... VoilĂ  le deuxiĂšme but de sa venue. PremiĂšrement, c’est pour faire cesser la transgression d’IsraĂ«l; ensuite, pour mettre fin au pĂ©chĂ©. À quelle occasion IsraĂ«l a-t-il pĂ©chĂ© ? OĂč ont-ils commis leur pĂ©chĂ© fatal ? OĂč se sont-ils sĂ©parĂ©s de Dieu ?

54 Maintenant, Ă©coutez bien. Prenons Saint Matthieu 24. Voici oĂč IsraĂ«l a commis son erreur fatale. Voici oĂč il a commis son dernier pĂ©chĂ©, et c’est la raison pour laquelle il est dans l’état oĂč il est aujourd’hui. Matthieu, le chapitre 27 de l’Évangile de saint Matthieu, le verset 25 du chapitre 27. Commençons vers le–le verset 21 : Le gouverneur, prenant la parole, leur dit : Lequel des deux voulez-vous que je vous relĂąche ? Et ils rĂ©pondirent : Barabbas. (Maintenant, souvenez-vous, c’est IsraĂ«l.) ... Barabbas. Pilate leur dit : Que ferai-je... de JĂ©sus, qu’on appelle Christ ? (Écoutez-les !) Tous lui rĂ©pondirent : Qu’Il soit crucifiĂ© ! (Eh bien, souvenez-vous, c’est leur Messie, dont Daniel avait annoncĂ© la Venue. Vous vous souvenez dans la leçon de ce matin : « Il sera retranchĂ©, pas pour Lui-mĂȘme », pas Ă  cause de quelque chose qu’Il aurait fait.) ... Qu’Il soit crucifiĂ© ! Le gouverneur dit : Mais quel mal a-t-Il fait ? Et ils criĂšrent encore plus fort : Qu’Il soit crucifiĂ© ! Pilate, voyant qu’il ne gagnait rien, mais que le tumulte augmentait, alors il prit de l’eau, se lava les mains en prĂ©sence de la foule, et dit : Je suis innocent du Sang de ce Juste. Cela vous regarde.

55 Écoutez ! Voici leur erreur. Voici leur pĂ©chĂ©. Et... le peuple rĂ©pondit : Que Son Sang retombe sur nous et sur nos enfants !

56 C’est lĂ  qu’ils l’ont commis. Il mettait fin au pĂ©chĂ© pour eux. Comment pouvait-Il faire autre chose que leur pardonner, sachant qu’Il avait eu Ă  aveugler leurs yeux pour que nous, nous puissions entrer ? C’est comme si Ses propres enfants rĂ©clamaient Son Sang. Ils Ă©taient aveuglĂ©s, et Il savait qu’ils Ă©taient aveuglĂ©s. C’est la raison pour laquelle Il a demandĂ© avec larmes qu’ils soient pardonnĂ©s : « Pardonne-leur, PĂšre, car ils ne savent pas ce qu’ils font. » Ils Ă©taient aveugles. Ils ont Ă©tĂ© aveuglĂ©s pour nous. C’est dans leur incrĂ©dulitĂ© qu’ils ont fait ça. Mais quand ils Le verront Ă  nouveau... Amen !

57 « Mettre fin au pĂ©chĂ©. » Qu’est-ce que le pĂ©chĂ© ? L’incrĂ©dulitĂ©. Ils ne croyaient pas que c’était le Messie. Ils ne pouvaient pas concevoir qu’Il soit le Messie, et pourtant Il avait accompli chaque signe que le Messie Ă©tait censĂ© accomplir. Mais ils ne pouvaient pas voir cela. Ils Ă©taient aveugles.

58 Alors, quand vous voyez des gens qui dĂ©clarent : « Je ne crois pas Ă  la guĂ©rison Divine. Je ne peux pas voir cela. Je ne peux pas voir ce baptĂȘme du Saint-Esprit », ne vous fĂąchez pas contre eux : ils sont aveugles. Ils disent : « Je ne peux pas voir ce Message de Sa Venue. Je ne peux pas voir ce baptĂȘme du Saint-Esprit. Je ne peux pas voir cette semence du serpent. Je ne peux pas voir ces choses. » Ils sont aveugles, et ils ne le savent pas. Priez simplement pour eux. TrĂšs bien.

59 Dans leur incrĂ©dulité  mais, quand ils Le verront, quand Il reviendra, ça mettra fin Ă  leur incrĂ©dulitĂ©. Oh ! la ! la ! Prenons d’abord GenĂšse, chapitre 25... 45, pour y voir par un–un type de cela. J’ai par Ă©crit ici quelques... GenĂšse 45, pour vous qui prenez des notes. Oh ! que j’aime ce bon vieil Évangile ! TrĂšs bien. Maintenant, nous savons oĂč nous en sommes. M’entendez-vous comme il faut, lĂ  au fond de la salle ? Levez la main si vous m’entendez. Cette chose est un peu trop proche.

60 Maintenant, nous allons lire une portion de ces Écritures. J’aimerais que vous Ă©coutiez vous qui n’avez pas vos Bibles. A vous qui avez vos Bibles, prenez GenĂšse. D’abord, commençons au chapitre 44, Ă  partir du verset 27.

61 Il s’agit de Joseph, et Joseph Ă©tait un type parfait de Christ. Nous le savons. Combien savent cela ? HaĂŻ de ses frĂšres (pourquoi ?), parce qu’il Ă©tait spirituel, il avait des visions, il interprĂ©tait des songes. C’était un homme spirituel au milieu de ses frĂšres, alors ils le haĂŻssaient. Mais son pĂšre l’aimait. JĂ©sus aussi, Il Ă©tait haĂŻ des Ă©glises dĂ©nominationnelles, mais Il Ă©tait aimĂ© de Son PĂšre, Dieu. Pourquoi Le haĂŻssaient-ils ? Parce qu’Il Ă©tait spirituel. Parce que...

62 Ils racontaient... ils disaient qu’il Ă©tait un diseur de bonne aventure, un dĂ©mon. Vous souvenez-vous de ce qu’un des frĂšres de Joseph a dit de lui ? « Voici venir le faiseur de songes. » Voyez ? Voyez ? La mĂȘme chose. Et ils ont vendu Joseph presque au mĂȘme prix auquel Judas a vendu JĂ©sus : trente piĂšces d’argent. Ils l’ont jetĂ© dans une fosse, et ils sont allĂ©s raconter Ă  leur pĂšre qu’il avait Ă©tĂ© tuĂ©, qu’il Ă©tait mort. Mais il a Ă©tĂ© sorti de cette fosse. Christ a Ă©tĂ© jetĂ© dans une fosse, et Il en a Ă©tĂ© sorti. Et de lĂ , il est montĂ© jusqu’au poste le plus Ă©levĂ© qu’il y avait sur terre. Amen ! Joseph est allĂ© Ă  la droite de Pharaon; et JĂ©sus est allĂ© Ă  la droite de Dieu. Lors de Sa tentation, avant Son Ă©lĂ©vation, JĂ©sus, avant d’ĂȘtre Ă©levĂ©, est passĂ© par la tentation.

63 Eh bien, je pense que c’est le grand Ă©vangĂ©liste Billy Sunday qui a dĂ©clarĂ© : « Dans chaque–chaque arbre, il y avait un million d’anges, le jour de la crucifixion, qui disaient : ‘DĂ©gage seulement Ta main et pointe-la vers nous, nous allons changer le cours des Ă©vĂšnements, ici.’ » Mais Il ne pouvait pas faire cela.

64 CaĂŻphe a dit : « Il s’est sauvĂ© lui-mĂȘme; Il ne peut pas sauver les autres. » Il ne savait pas qu’il lui faisait l’éloge. S’Il s’était sauvĂ© Lui-mĂȘme, Il n’aurait pas pu sauver les autres. Alors, Il s’est offert Lui-mĂȘme pour sauver les autres. Vous voyez, tellement aveugles Ă  ça. Alors ils...

65 Et quand il Ă©tait lĂ , quand il a Ă©tĂ© Ă©levĂ©, ou, avant d’ĂȘtre Ă©levĂ©, d’ĂȘtre tentĂ©... Souvenez-vous, Joseph a Ă©tĂ© mis en prison, pourtant il Ă©tait innocent.

66 Le gĂ©nĂ©ral romain, ou... Le gĂ©nĂ©ral israĂ©lite qui s’appelait Potiphar... Potiphar effectua–effectua un voyage. Il avait une belle femme, et sa femme avait fait venir Joseph dans la maison pour faire quelque chose; et elle avait essayĂ© de pousser Joseph Ă  faire quelque chose de mal. Mais il a Ă©tĂ© fidĂšle Ă  Dieu. Je vous assure, toujours, ils...

67 Vous, les femmes, j’ai criĂ© aprĂšs vous; maintenant, je vais prendre votre dĂ©fense pendant un instant. Voyez ? La femme est un vase plus faible. Je sais bien qu’il ne peut pas y avoir un mauvais hommes sans qu’il y ait une mauvaise femme. Mais vous, les hommes qui savez que–vous, les hommes qui savez que vous ĂȘtes un fils de Dieu et qui abusez d’une femme, honte Ă  vous; peu importe ce qu’elle fait. Elle est un vase plus faible, et vous le savez. Si elle se conduit d’une façon qui ne sied pas Ă  une dame, prenez-la par la main et parlez-lui comme Ă  une soeur. Vous ĂȘtes un fils de Dieu. Ne faites pas ces vilaines choses. Regardez Joseph, il Ă©tait un modĂšle pour vous.

68 Et alors, la femme de Potiphar, cette belle femme, respectable, la plus haut placĂ©e, une des femmes les plus haut placĂ©es du pays, l’a suppliĂ© et a tout fait pour le convaincre. Il s’est dĂ©tournĂ©, et elle l’a attrapĂ©, elle a essayĂ© de l’étreindre. Et il s’est dĂ©battu au point qu’il a mĂȘme abandonnĂ© sa tunique, et il s’est enfui loin d’elle. Oui, oui. Et au retour du mari, on a racontĂ© un mensonge au sujet de Joseph, disant qu’il Ă©tait venu pour la violer et qu’elle avait abandonnĂ© son... et qu’il avait abandonnĂ© sa tunique lĂ . À cause de cela, il a Ă©tĂ© mis au cachot. Mais, au cachot, Dieu Ă©tait avec lui, peu importe oĂč on le mettait.

69 Il Ă©tait un type du Fils de la prospĂ©ritĂ©. Tout ce que Joseph faisait rĂ©ussissait. Et quand JĂ©sus reviendra dans le MillĂ©nium, ce sera une raison pour que les dĂ©serts fleurissent comme une rose. Tout ce qu’Il fera rĂ©ussira. Il est le Fils de la prospĂ©ritĂ©. Partout oĂč on mettait Joseph, la bĂ©nĂ©diction Ă©tait lĂ . Partout oĂč JĂ©sus se trouve, la bĂ©nĂ©diction est lĂ . Alors, faites-Le entrer dans votre coeur, et soyez bĂ©ni.

70 Et ainsi, nous voyons donc que Joseph a Ă©tĂ© alors mis en prison. Et dans la prison, il y avait deux hommes; l’un a Ă©tĂ© perdu, et l’autre sauvĂ©. Quand JĂ©sus a Ă©tĂ© tentĂ© sur la croix, un brigand a Ă©tĂ© perdu, et l’autre a Ă©tĂ© sauvĂ©.

71 Quand Il a Ă©tĂ© Ă©levĂ©, Il est allĂ© Ă  la droite de Dieu. Quand Joseph a Ă©tĂ© Ă©levĂ©, il est allĂ© Ă  la droite de Pharaon, et personne ne pouvait parler Ă  Pharaon sans d’abord parler Ă  Joseph pour obtenir une autorisation. Et quand Joseph quittait le palais... Oh ! la la ! Quand Joseph quittait le palais, on sonnait de la trompette, et des hommes couraient devant lui en disant : « FlĂ©chissez le genou ! Joseph vient ! » Amen ! Et quand JĂ©sus quittera la droite de la MajestĂ© divine dans les lieux trĂšs hauts, les trompettes sonneront, tout genou flĂ©chira, et toute langue confessera : « JĂ©sus vient ! » Certainement ! Ce qu’il y a


72 Et, souvenez-vous, quand il a Ă©tĂ© rejetĂ© de ses frĂšres, qu’a-t-il fait ? Il a pris une Ă©pouse des nations; il a pris une Ă©pouse Ă©gyptienne. Quand JĂ©sus a Ă©tĂ© retranchĂ© de Ses frĂšres, lĂ -bas, les Juifs, Il a Ă©pousĂ© une Épouse des nations. Mais voilĂ  que, des annĂ©es plus tard, aprĂšs qu’il a eu des enfants, ÉphraĂŻm et ManassĂ©, il avait une famille.

73 Puis, un jour, ses frĂšres vinrent le visiter. Suivez. Nous connaissons l’histoire : il avait mis le petit objet lĂ -dedans, pour qu’ils repartent avec. Et il faisait semblant de ne mĂȘme pas savoir parler leur langue; il se faisait interprĂ©ter en hĂ©breu, alors qu’il Ă©tait HĂ©breu lui-mĂȘme. C’était leur frĂšre qui Ă©tait venu. Ils ne l’ont pas reconnu. Il Ă©tait un prince puissant. Et en ce moment mĂȘme, Christ visite les Juifs, Il guĂ©rit les malades parmi eux, et tout, et ils ne savent toujours pas Qui Il est, ce Messie.
Commençons au verset 27 du chapitre 44. Ton serviteur, notre pĂšre, nous a dit : Vous savez que ma vie m’a enfantĂ©... ma femme m’a enfantĂ© deux fils. Et
 L’un d’eux Ă©tant sorti de chez moi, (C’était Joseph, celui-lĂ  mĂȘme auquel ils Ă©taient en train de parler ; je pense qu’il a Ă©tĂ© sans doute dĂ©chirĂ©, car je ne l’ai pas revu jusqu’à prĂ©sent). Si vous me prenez encore celui-ci, et qu’il lui arrive un malheur, vous ferez descendre mes cheveux blancs avec douleur dans le sĂ©jour des morts.

74 Ils avaient amenĂ© le petit Benjamin lĂ -bas, son jeune frĂšre. Savez-vous qui Benjamin reprĂ©sente ? Ce nouveau groupe de Juifs vraiment authentiques, qui sont en train de se rassembler lĂ -bas, pour former les 144.000, cette–cette race qui est en train de se former. Pas ces escrocs de Wall Street ; non, non; c’est plutĂŽt de la chair Ă  canon. Ce ne sont pas des Juifs. Ce ne sont pas des Juifs. Les vrais Juifs, ce sont ces petits Benjamin qui sont en train de venir de lĂ -bas, qui n’ont jamais mĂȘme entendu la Parole de JĂ©sus-Christ. Maintenant,... retourne vers moi... et ton pĂšre... et mon pĂšre, sans avoir avec nous l’enfant Ă  l’ñme duquel son Ăąme est attachĂ©e,

75 La Vie mĂȘme de Dieu est attachĂ©e Ă  IsraĂ«l. Il est mariĂ© Ă  IsraĂ«l. Nous allons le voir dans quelques minutes, le Seigneur voulant. Il est mariĂ© avec IsraĂ«l. Sa Vie lui est attachĂ©e. Tout comme moi, je suis attachĂ© Ă  Mme Branham, au fond, lĂ -bas, ma femme, et comme vous, vous ĂȘtes attachĂ© Ă  votre femme. Votre vie est enveloppĂ©e dedans. Dieu est mariĂ© Ă  IsraĂ«l. Et qu’était-ce ? Jacob a dit : « Mon Ăąme est enveloppĂ©e et attachĂ©e Ă  cet enfant. Je... » Et en voyant que l’enfant n’y est pas;... (Joseph voulait garder l’enfant, vous savez. Nous connaissons l’histoire.) ... et il mourra (son papa) , et tes serviteurs feront descendre avec douleur dans le sĂ©jour des morts les cheveux blancs de ton serviteur, notre pĂšre. (Écoutez cette supplication que Ruben lui adresse, lĂ .) Car ton serviteur a rĂ©pondu de l’enfant, en disant Ă  ton... Ă  mon pĂšre : Si je ne... ramĂšne pas... ne le ramĂšne pas auprĂšs de toi, je serai pour toujours coupable envers mon pĂšre. Permets donc, je te prie, Ă  ton serviteur de rester Ă  la place de l’enfant... (Oh ! la la ! Voyez-vous, il est lĂ , en prĂ©sence mĂȘme de son frĂšre Joseph. C’est Joseph, et il ne le reconnaĂźt pas. Oh ! attendez seulement que le MillĂ©nium commence, frĂšre !) ... maintenant Ă  la place de l’enfant, comme esclave de mon seigneur;... (Écoutez-le confesser qu’il est « seigneur ».) ... et que l’enfant remonte avec ses frĂšres. Comment pourrai-je remonter vers mon pĂšre, si l’enfant n’est pas avec moi ? Ah ! que je ne voie point l’affliction de mon pĂšre !

76 Il le suppliait, il offrait sa propre vie ! Ces Juifs, ils se tiendront lĂ , les mains tendues ! Suivez, suivez attentivement; le verset 45. Écoutez bien, ne le manquez pas. Joseph ne pouvait... Joseph ne pouvait plus se... -tenir–se contenir devant tous ceux qui l’entouraient. (FrĂšre, c’est alors qu’il sera mis fin au pĂ©chĂ©. L’incrĂ©dulitĂ© volera en Ă©clats.) ... Il s’écria et il fit sortir tout le monde. Et il ne resta personne avec Joseph, quand il se fit connaĂźtre Ă  ses frĂšres.

77 Qu’est-ce que c’est ? MĂȘme sa propre femme est retournĂ©e dans le palais. Oh ! la la ! L’Épouse, dans la Gloire, pendant que JĂ©sus revient (nous allons voir ça, ici) pour Se faire connaĂźtre.

78 Il Ă©leva la voix, en pleurant. (Joseph ne pouvait vraiment plus se contenir, il a criĂ©.) ... Les Égyptiens l’entendirent, et la maison de Pharaon l’entendit. (Jusque dans le palais, ils ont entendu crier Joseph.) Eh bien, c’était un type de Christ qui rencontre les Juifs, alors qu’Il sait que c’est Lui qui les a aveuglĂ©s pour que nous puissions avoir une possibilitĂ©. Mais quand Il reviendra vers eux, le pĂ©chĂ© d’IsraĂ«l sera terminĂ©. Joseph dit Ă  ses frĂšres : Je suis Joseph !... (Que pensez-vous que JĂ©sus va dire ? « Je suis votre Messie. Je suis Celui que vous avez crucifiĂ©. ») ... Mon pĂšre vit-il encore ? Mais ses frĂšres ne purent lui rĂ©pondre, car ils Ă©taient troublĂ©s en sa prĂ©sence.

79 Oh ! il nous faut nous arrĂȘter un instant ici. Prenons Zacharie, au chapitre 12. Maintenant, prenez avec moi le Livre de Zacharie, le chapitre 12 de Zacharie. Peut-ĂȘtre que je prends un peu trop de temps en me mettant Ă  prĂȘcher lĂ -dessus, mais je–j’espĂšre que non. Je–je veux tellement que vous le saisissiez.

80 Zacharie, prenons le chapitre 12 de Zacharie, et voyons ce qu’Il va dire, lĂ , quand Il se tiendra devant Ses frĂšres. Zacharie 12, le verset 10. « Mettre fin au pĂ©chĂ© », donc. TrĂšs bien, chapitre 12, verset 10.

81 Remarquez. Maintenant, ici, il parle du reste d’IsraĂ«l; le siĂšge de JĂ©rusalem; la bĂȘte et les armĂ©es sont supprimĂ©es, et ainsi de suite; maintenant, tout arrive Ă  sa fin; c’est presque le MillĂ©nium ; le MillĂ©nium est prĂȘt Ă  commencer tout de suite. Alors je rĂ©pandrai sur la maison de David et sur les habitations de JĂ©rusalem un esprit de (quoi ?) grĂące... (Amen ! GrĂące Ă©tonnante !) ... sur la maison... les habitants de JĂ©rusalem (la « ville sainte » de Daniel) un esprit de grĂące et de supplication, et ils tourneront les regards vers moi, celui qu’ils ont percĂ©. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique. Ils pleureront amĂšrement sur lui comme on pleure sur un premier-nĂ©. Et en ce jour-lĂ , le deuil sera si grand Ă  JĂ©rusalem comme le deuil de... (Je n’arrive pas Ă  prononcer ce nom-lĂ , H-a-d-a-d-r-i-m- -o-...) ... Hadadrimmon dans... Meguiddon.

82 Écoutez. Quel deuil ce sera quand Il se tiendra lĂ , qu’Il Se fera connaĂźtre Ă  eux comme Joseph l’a fait ! Écoutez. Et en ce jour-lĂ , le deuil sera si grand Ă  JĂ©rusalem comme le deuil d’Hadad-... (Je n’arrive pas Ă  prononcer ce nom-lĂ , H-a-d-a-d-r-i-m- -o-...) ... Hadadrimmon dans... Meguiddon—Meguiddon. Dans le pays il y aura le deuil, chaque famille sĂ©parĂ©ment : La famille de la maison de David sĂ©parĂ©ment, et les femmes Ă  part; et la famille de la maison de Nathan sĂ©parĂ©ment, et leurs familles Ă  part; La... maison de LĂ©vi... et les femmes et les familles Ă  part;... et SimĂ©on et les leurs Ă  part; Et toutes les autres familles, chaque famille... et les femmes Ă  part.

83 Ils auront tellement honte d’eux-mĂȘmes, quand ils seront lĂ , qu’ils verront Celui-lĂ  mĂȘme qu’ils ont crucifiĂ© et reniĂ© se tenir lĂ , leur prĂ©cieux Joseph Ă  eux. Il y aura un si grand deuil ! Et ils diront : « D’oĂč viennent ces cicatrices que Tu as ?»

84 Il a dit : « Dans la maison de ceux qui m’aimaient. » Vous voyez ce que je veux dire ? C’est pour mettre fin au pĂ©chĂ©, Ă  l’incrĂ©dulitĂ©, qu’Il vient.

85 Et en cette soixante-dixiĂšme annĂ©e de Daniel, soixante-dixiĂšme semaine plutĂŽt, Il vient pour mettre fin au pĂ©chĂ©, le supprimer. Comprenez-vous maintenant ? Le premier, c’est quoi ? « Faire cesser les transgressions. » « Mettre fin au pĂ©chĂ©. » Point trois : « Expier l’iniquitĂ©.» Vous qui notez. Et j’avais Ă  peu prĂšs six autres passages de l’Écriture lĂ -dessus, mais je viens de les sauter, parce qu’il fait chaud. Nous ne voulons pas prendre trop de temps. Je veux en prendre le plus possible, mais sans vous retenir trop longtemps. TrĂšs bien.

86 « Expier l’iniquitĂ©. » L’iniquitĂ©, c’est faire ce qui est mal, comme ils l’ont fait, Ă  la croix. Il a fait une expiation, mais elle ne leur sera pas appliquĂ©e. Elle ne leur a pas Ă©tĂ© appliquĂ©e. Pourquoi ? Parce qu’ils Ă©taient aveuglĂ©s et qu’ils ne pouvaient pas voir cela. Et pourquoi Ă©taient-ils aveuglĂ©s ?
Vous dites : « Eh bien, peut-ĂȘtre qu’aujourd’hui, parce que je suis aveugle
 Vous ĂȘtes volontairement aveugle. Eux, ils Ă©taient aveugles parce que Dieu les avait aveuglĂ©s. Mais vous, si vous ĂȘtes aveugle, c’est volontairement que vous l’ĂȘtes. Il n’y a pas d’expiation pour vous. « Si vous ne croyez pas Ce que Je suis, a dit JĂ©sus, vous mourrez dans votre pĂ©chĂ©. » C’est exact.

87 Maintenant, reprenons Zacharie, au chapitre 13. Maintenant, Ă©coutons, ici. « Expier. » Maintenant, lĂ  oĂč ce... J’aurais voulu que quelqu’un entende ça, mais peut-ĂȘtre que le Seigneur arrangera ça de toute maniĂšre. En ce jour-lĂ , il y aura... En ce jour-lĂ ...

88 Le Dr Scofield, ce qu’il donne ici dans ses notes de bas de page, ou plutĂŽt comme titre de paragraphe, c’est : « Le reste d’IsraĂ«l... Le reste d’IsraĂ«l, repentant, est dirigĂ© vers la croix. »

89 « Expier l’iniquitĂ©. » L’iniquitĂ©, c’est quand vous avez fait quelque chose de mal, alors que vous saviez mieux que vous ne deviez pas le faire. « Si je conçois l’iniquitĂ© dans mon coeur, Dieu ne m’exaucera pas. »

90 Maintenant, dans Zacharie, chapitre 13, commençons au verset 1... 1. En ce jour-lĂ , une source sera ouverte dans la maison de David et pour les habitants de JĂ©rusalem, pour le pĂ©chĂ© et... l’impuretĂ©.

91 Une maison sera ouverte. Allez-y (nous pourrions le lire jusqu’au bout), je veux que vous le notiez, pour que vous le lisiez. Mais, maintenant, ce que j’ai notĂ© ici, c’est de commencer au verset 6 et de lire jusqu’au verset 10. TrĂšs bien, maintenant lisons, et voyons... de lire jusqu’au verset 9, plutĂŽt. Et si on lui demande, oĂč... D’oĂč viennent ces blessures que tu as Ă  la main ? Il rĂ©pondra : C’est que je... Ă©tais (Voyons.) ... rĂ©pondra : C’est dans la maison de ceux qui m’aimaient que je les ai reçues. ÉpĂ©e, lĂšve-toi sur le pasteur et sur l’homme qui est mon compagnon ! dit l’Éternel des armĂ©es. Frappe le pasteur, et que les brebis se dispersent ! Et je tournerai ma main vers les faibles.

92 Or, JĂ©sus a citĂ© ce passage de l’Écriture, voyez-vous. « Frappe le Berger, et que les brebis se dispersent. » Mais remarquez le paragraphe suivant. Il l’avait seulement citĂ© jusque-lĂ . Mais remarquez ce qui est dit dans la phrase suivante, dans la partie suivante. « Et Je tournerai Ma main vers les faibles. » Qu’est-ce ? Le groupe de Benjamin, qui est en train de se former maintenant. « Je tournerai Ma main vers les faibles. »

93 « Frappe le Berger. » IsraĂ«l, d’abord IsraĂ«l a frappĂ© le Berger, ce qui a dispersĂ© les brebis de par le monde entier. Mais Dieu a dit : « Je tournerai Ma main pour aller chercher ces faibles au dernier jour. » Quand ? Quand l’iniquitĂ© aura Ă©tĂ© expiĂ©e.

94 IsraĂ«l sera sauvĂ©; ils le seront, tous. Prenons ÉsaĂŻe, le
 ÉsaĂŻe, le chapitre 66 d’ÉsaĂŻe, et lisons un petit instant. Nous allons voir ce que Dieu dit au sujet du salut d’IsraĂ«l, combien de temps il faudra pour sauver IsraĂ«l. Regardez bien comme ce sera rapide. Dans ÉsaĂŻe, au chapitre 66 et au verset 8. Si vous voulez tout lire, c’est trĂšs bien. Qui a jamais entendu pareille chose ? Qui a jamais vu rien de semblable ? Un pays peut-il naĂźtre... un jour... en un jour ?... À peine en travail, Sion a enfantĂ© ses fils !

95 DĂšs que Sion a vu que c’était leur Messie, elle est nĂ©e de nouveau, en un jour. « Expier les pĂ©chĂ©s, et expier l’iniquitĂ©, l’impuretĂ©. » Oh ! la la ! Ils avaient fait ce qui Ă©tait mal, ce qui Ă©tait mauvais. Leur iniquitĂ© a Ă©tĂ© expiĂ©e.

96 Point quatre. « Amener la justice Ă©ternelle. » VoilĂ  la quatriĂšme raison pour laquelle Il est venu. La quatriĂšme chose qu’Il est venu accomplir : « Amener la justice Ă©ternelle. » « Mettre fin au pĂ©chĂ©, expier et amener la justice Ă©ternelle. » Une fois les transgressions d’IsraĂ«l terminĂ©es... Une fois la transgression d’IsraĂ«l...

97 Maintenant, nous allons... Je voudrais que vous saisissiez ceci, parce que, quand nous parlerons de la femme et du dragon qui a Ă©tĂ© prĂ©cipitĂ©, vous reviendrez Ă  ce mĂȘme passage des Écritures. Notez-le bien. Une fois la transgression d’IsraĂ«l terminĂ©e, Satan, qui est leur accusateur et notre accusateur, Satan sera scellĂ© dans l’abĂźme. Quand quoi ? Quand la justice Ă©ternelle sera amenĂ©e, quelque chose qui ne peut pas avoir de fin. Tout ce qui a Ă©tĂ© la cause de l’injustice sera alors supprimĂ©.

98 Prenons Apocalypse, au chapitre 20 et au verset 13, un instant, et lisons, lĂ , un instant. Apocalypse 20, et 13... Non, excusez-moi. C’est Apocalypse... 1 Ă  3. (Je ne voyais pas le petit signe entre les deux. La sueur me tombe dans les yeux.) Apocalypse, chapitre 20, et, voyons. Puis je vis descendre du ciel un ange, qui avait les clĂ©s de l’abĂźme et une grande chaĂźne dans sa main. Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans. Il le jeta dans l’abĂźme, ferma et scella l’entrĂ©e au-dessus de lui, afin qu’il ne sĂ©duisĂźt plus les nations, jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis. AprĂšs cela, il faut qu’il soit dĂ©liĂ© pour un peu de temps.

99 Produire une Ă©ternelle... « Amener la justice Ă©ternelle », Satan dans l’abĂźme
 Et quand Il fait ça, qu’Il scelle le diable qui a sĂ©duit les gens...

100 Maintenant, retournons dans Habakuk, au chapitre 2. Habakuk, chapitre 2. Et lĂ , nous allons voir pourquoi Il a scellĂ© le serpent ancien, et dans quel but ça a Ă©tĂ© fait, et ce qui arrive aussitĂŽt qu’il est scellĂ©. J’aime ça, pas vous ? Ça–ça–ça nous amĂšne Ă  la connaissance de quelque chose. C’est Habakuk, Habakuk, chapitre 2, verset 14, je pense, je veux lire. Quand ceci arrivera... Suivez. Car la terre sera remplie de la connaissance et de la gloire de l’Éternel, comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent.

101 Ouh ! Oh ! la la ! Fiou ! Autrement dit, quand l’ennemi aura Ă©tĂ© mis de cĂŽtĂ©, ce sera la fin du pĂ©chĂ©, la justice Ă©ternelle sera amenĂ©e, Satan sera scellĂ© dans l’abĂźme, et la connaissance de l’Éternel couvrira la terre comme les eaux couvrent le fond de la mer. Amen ! Gloire Ă  Dieu ! C’est en route, frĂšre, c’est en route ! Les femmes seront des dames, et les hommes seront des gentlemen. Amen ! Quand la connaissance du Seigneur remplira terre, mer et ciel ;
Et, oh ! mon coeur crie, soupire aprÚs ce jour de délivrance
OĂč notre JĂ©sus reviendra sur la terre. (Amen.)

102 TrĂšs bien. Eh bien, et ce sera le MillĂ©nium. C’est alors que le MillĂ©nium... le temps alors que la Ville doit ĂȘtre construite. Point quatre... J’ai encore Ă  peu prĂšs six passages des Écritures, mais nous allons nous dĂ©pĂȘcher. Quand nous y reviendrons, lĂ , je prendrai ces autres passages des Ecritures; mais c’est juste pour vous donner une idĂ©e gĂ©nĂ©rale.

103 Point cinq. « Sceller la vision et le prophĂšte. » L’Ange est venu pour sceller la vision et le prophĂšte.
Je–je n’aime pas dire ça. Mais un grand auteur, dont je lisais l’écrit lĂ -dessus l’autre jour, avait vraiment tout embrouillĂ© ! Il disait ce que c’était. Eh bien, rien que pour vous montrer la stupiditĂ©... Oh ! excusez-moi. Ce n’est pas ce que je veux dire. Pardonnez-moi. Ce n’est pas ce que je veux dire; vraiment pas. Non. Un–un–un homme sans onction, vous voyez.
Cet homme disait : « Vous voyez ici que les visions et les prophĂ©ties ont toujours Ă©tĂ© donnĂ©es Ă  l’église juive. » Et il disait : « Ça signifiait qu’à partir de l’époque de Daniel, qu’aprĂšs Daniel, il n’y aurait plus ni visions, ni prophĂ©ties. » Il disait : « Toutes ces choses dont on parle aujourd’hui, avoir des visions et des prophĂ©ties, que tout ça, c’est du diable, que les visions et les prophĂ©ties, ça n’existe pas ».
FrĂšre, il y a eu des douzaines de prophĂštes aprĂšs Daniel. Il y a eu Jean-Baptiste. Il y a eu JĂ©sus-Christ. Il y a eu des prophĂštes dans le Nouveau Testament. Il y a eu des visions. Il y a eu des anges. Voyons, comment un homme peut-il dire une chose pareille ? Mais, vous voyez, ça part d’un motif Ă©goĂŻste, d’essayer d’imposer quelque chose aux gens, d’en faire une petite doctrine d’église, ou quelque chose de tout Ă  fait insignifiant, et que les gens prennent ça pour la rĂ©alitĂ©. Et, si les gens n’ont pas le Saint-Esprit, ils seront sĂ©duits par ça.

104 Eh bien, ne prenons pas ce qu’a dit un homme. Allons, il n’y a pas un seul passage des Écritures pour prouver ça. Alors, comment pourrais-je l’accepter ? Eh bien, voyons ce qu’il en est rĂ©ellement de ce scellement. Observez ! C’est pour cela qu’Il est venu, pour sceller la vision et la prophĂ©tie.

105 Maintenant, reprenons donc le Livre de Daniel, oĂč nous Ă©tions tout Ă  l’heure. Dans le Livre de Daniel, nous allons voir exactement ce qu’il Y est dit. Alors, prenons Daniel, chapitre 12. Bien, pendant que nous cherchons Daniel 12, lĂ , nous pourrions commencer la lecture Ă  partir du... Quand vous rentrerez chez vous, j’aimerais que vous le lisiez, Ă  partir du verset 1. Lisons donc, du verset 1 au verset 4. Et en ce temps-lĂ  se lĂšvera MicaĂ«l, le grand chef, le dĂ©fenseur des enfants de ton peuple;... (Or, ceci se passe au temps de la fin.) ... et ce sera une Ă©poque de dĂ©tresse, tel qu’il n’y en a point eu depuis... la nation
 (Ça, c’est quand l’antichrist, ce cavalier du premier sceau, sort, qu’il entre en scĂšne.) ... jusqu’à ce temps-ci. (Pas Ă  l’époque oĂč Titus a pris les murailles de JĂ©rusalem. Ça, ce n’était qu’à un seul endroit. Regardez bien quand cet antichrist, ce prince qui devait venir, regardez bien quand il viendra.) ... jusqu’à cette Ă©poque-lĂ . Et en ce temps-lĂ  ceux de ton peuple qui seront trouvĂ©s dans le livre seront sauvĂ©s. (AllĂ©luia ! « Ton peuple », IsraĂ«l, « dont les noms seront Ă©crits dans un livre. ») Et plusieurs qui dorment dans la poussiĂšre de la terre se rĂ©veilleront, les uns pour la vie Ă©ternelle, et les autres pour l’opprobre, pour la honte Ă©ternelle.

106 Comment diantre cela aurait pu ĂȘtre quand Titus a pris les murailles de JĂ©rusalem ? Comment cela aurait-il pu ĂȘtre ? Impossible. Vous voyez, il parle du temps de la fin, Ă  la rĂ©surrection. Est-ce vrai ? Bien. Et ceux qui auront Ă©tĂ© intelligents brilleront comme la splendeur du ciel, et ceux qui auront enseignĂ©... qui ont enseignĂ© la justice Ă  la multitude brilleront comme... Ă©toiles, Ă  toujours.. . (Écoutez ! Le voici, le vrai, le vĂ©ritable scellement.) Toi, Daniel, tiens secrĂštes ces paroles et scelle le livre jusqu’au temps de la fin.

107 Qu’est-ce ? Oh ! AllĂ©luia ! Est-ce que mon auditoire le voit ? Cette rĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ et de Sa Puissance, de Sa Venue, du temps de la fin, a Ă©tĂ© scellĂ©e jusqu’à ce temps-ci. C’est ça qu’Il est venu faire. C’est cachĂ© aux Ă©rudits; ce n’est pas Ă©tonnant qu’ils cherchent Ă  appliquer ce scellement lĂ -bas, loin dans le passĂ© Ă  ces prophĂštes, et tout ça. Ça ne tient pas debout. Mais la vision, cette vision-ci, a Ă©tĂ© scellĂ©e jusqu’ici, jusqu’à maintenant. Et c’est lĂ  que je place ma foi comme quoi Dieu va rĂ©vĂ©ler ces soixante-dix semaines. Amen ! « Scelle-le, a-t-il dit, jusqu’au temps de la fin. Cache ces Paroles, et scelle le Livre jusqu’au temps de la fin. »

108 Qu’a-t-il fait ? Sceller la vision et le prophĂšte ! Daniel avait prophĂ©tisĂ© ces choses. Il les avait vues en vision, et l’Ange est descendu pour sceller la vision et pour sceller la prophĂ©tie. Ils peuvent la lire, mais ils ne peuvent pas la comprendre, jusqu’au temps de la fin. Le temps de la fin; le temps de la fin, qu’est-ce ? La fin de la soixante-dixiĂšme semaine, au moment oĂč ce prince, cet antichrist, sera rĂ©vĂ©lĂ©, Ă  ce moment-lĂ , se proclamant lui-mĂȘme Dieu. Comment savons-nous que c’est scellĂ© jusqu’à ce moment-lĂ  ? Daniel vient de terminer; ceci, c’est le dernier chapitre de Daniel.

109 Soeur Simpson me parlait, cet aprĂšs-midi, elle disait : « FrĂšre Branham, j’ai lu le Livre de Daniel entiĂšrement. Je–je n’en savais pas plus, quand j’ai fini de le lire, que quand j’ai commencĂ©. » Voici ce qu’il y a, Soeur Simpson, si vous ĂȘtes ici ce soir. Je crois que je la vois assise lĂ -bas. Dans la roulotte, je n’ai rien dit. Je me suis tu, parce que je me suis dit que j’allais peut-ĂȘtre y arriver.
Mais la vision que Daniel avait eue, lĂ -bas prĂšs du fleuve, a Ă©tĂ© scellĂ©e « jusqu’au temps de la fin ». C’est... permettez-moi d’avancer et de lire cela ici. Voyez. Toi, Daniel, tiens secrĂštes ces paroles et scelle le livre jusqu’au temps de la fin. Plusieurs alors le liront ; et la connaissance augmentera. Et moi, Daniel, je regardai et voici deux... qui se tenaient debout... l’un en deçà... du fleuve, et l’autre, au-delà
 bord du fleuve. L’un d’eux dit Ă  l’homme vĂȘtu de–de lin qui se tenait au-dessus des eaux du fleuve : Quand sera la fin de ces prodiges ? Maintenant, Ă©coutez bien. Et j’entendis l’homme vĂȘtu de lin qui se tenait au-dessus des eaux du fleuve; et il leva vers les cieux sa main droite et sa main gauche, et il jura par celui qui vit Ă©ternellement que ça serait dans un temps, des temps, et la moitiĂ© d’un temps;... LĂ , nous arrivons en plein–en plein dedans, « des temps, un temps, et la moitiĂ© d’un temps ». Maintenant, suivez, quand nous arriverons aux soixante-dix semaines de Daniel, vous verrez Ă  quoi ça correspond. C’est alors que le mystĂšre sera rĂ©vĂ©lĂ©. TrĂšs bien. « Un temps, des temps, et la moitiĂ© d’un temps. » ... et lorsqu’il aura... ( il, un pronom personnel, eh bien, l’antichrist) ... achev-... achevé–achevĂ© de briser la force du peuple saint (Ça, c’est quand il brise son alliance, au milieu de la semaine.) , toutes ces choses seront accomplies. (Amen.) J’entendis, mais je ne compris pas. Et je dis : ... Seigneur, quelle sera l’issue de ces choses ? Il rĂ©pondit : Va, Daniel; car ces paroles seront tenues secrĂštes jusqu’au temps de la... [L’assemblĂ©e dit : « Fin ! » – N.D.É.] (Oh ! n’oubliez surtout pas ça !) ... jusqu’au temps de la fin. Plusieurs seront purifiĂ©s, blanchis et Ă©purĂ©s ; et les mĂ©chants feront le mal, et aucun des mĂ©chants ne comprendra, mais ceux qui auront de l’intelligence comprendront.

110 Le Message du temps de la fin rĂ©vĂ©lera cela ; le dernier Ăąge de l’église. Gloire ! Fiou ! Et voilĂ  ! Oh ! la la ! Rien que d’y penser, ça me fait trembler; le mystĂšre ! Ces choses sur lesquelles le monde des Ă©glises bat les paupiĂšres en disant : « Du non-sens. » Le mystĂšre de Qui JĂ©sus-Christ Ă©tait : pas une troisiĂšme Personne, pas la deuxiĂšme Personne, pas la troisiĂšme Personne, mais la Personne de Dieu ; tous ces autres mystĂšres de Dieu seront rĂ©vĂ©lĂ©s, parce que c’est Ă©crit ici dans ce Livre, et ce sera rĂ©vĂ©lĂ© Ă  la gĂ©nĂ©ration du temps de la fin. Dans les sĂ©minaires, les Ă©coles et les dĂ©nominations, ils ne peuvent pas voir cela, pas plus que les Juifs ne pouvaient voir que JĂ©sus Ă©tait le Messie. Ce n’est pas Ă©tonnant qu’ils essaient de vous faire passer pour fous. Ce n’est pas Ă©tonnant qu’ils pensent que vous ĂȘtes insensĂ©s. Ce n’est pas Ă©tonnant qu’ils ne comprennent pas pourquoi vous ne gloussez pas avec eux. C’est parce qu’il y a une Puissance et une vision derriĂšre, une Parole de Dieu qui a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©e pour prĂ©parer l’Église pour l’EnlĂšvement et le retour Ă  la Maison. Oui. « Plusieurs le liront, et la connaissance augmentera. » Certainement.

111 Eh bien, quelle autre chose serait connue, aussi ? Observez les Ă©glises aujourd’hui. Nous y voilĂ . J’espĂšre que ça ne blessera pas, mais il faut que je le dise. Se proclamant...

112 En ce jour-lĂ , un antichrist paraĂźtra.

113 Maintenant, souvenez-vous, quand on arrivera aux Sceaux, cet antichrist, lĂ , il poursuit sa chevauchĂ©e dans des Sceaux. Daniel en a parlĂ© ici, « du prince qui viendra ». Il serait retranchĂ©, JĂ©sus serait retranchĂ©, pour faire l’expiation pour les gens. Mais « ce prince-lĂ , qui s’élĂšverait, qui amĂšnerait l’abomination de la dĂ©solation », c’était Rome sous Titus. Et cette fois-ci, c’est un prince issu de Rome qui le fera. Et il sera rĂ©vĂ©lĂ© dans les derniers jours, Ă©coutez, « se proclamant lui-mĂȘme Dieu », comme le Saint-Esprit nous en avertit dans II Thessaloniciens, chapitre 2...
Prenons-le, II Thessaloniciens, comme ça, vous n’aurez pas ma parole, mais la Parole de Dieu. II Thessaloniciens, chapitre 2, verset 12. Voyons. II Thessaloniciens, chapitre 2, verset 12. Voyons. Commençons plus haut, au verset 7. Car le mystĂšre de l’iniquitĂ© agit dĂ©jĂ  ;... (C’est Paul, qui parle par le Saint-Esprit.) ... il faut seulement–seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Le Celui ici, c’est qui ? Y a-t-il quelqu’un qui le sait ? Le Saint-Esprit; « Celui qui le retient ». Et quand... alors (quand) paraĂźtra cet impie
 (Quand ? Juste au moment oĂč le Saint-Esprit sera retirĂ©, Lequel est sur le point de partir. Pourquoi part-Il ? Pour emmener l’Église avec Lui. « ParaĂźtra », c’est Paul qui parle, par l’inspiration.) ... que le Seigneur JĂ©sus dĂ©truira par le souffle de sa bouche et qu’il anĂ©antira par l’éclat de son avĂšnement (l’impie, bien sĂ»r). L’apparition de cet impie se fera par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers. (« Nous sommes la plus grande Ă©glise. Nous avons ceci. Nous avons ceci. Vous tous ensemble, formez une union, voyez. Nous sommes les plus grands. » Des prodiges mensongers !) Et avec toutes... sĂ©ductions de l’iniquitĂ© pour ceux qui pĂ©rissent, parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vĂ©ritĂ© pour ĂȘtre sauvĂ©s. Aussi Dieu leur envoie une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge–qu’ils croient au mensonge, Et afin que
 qui n’ont pas cru Ă  la vĂ©ritĂ©, mais–mais qui ont pris plaisir Ă  l’injustice, soient condamnĂ©s.

114 Saisissez-vous cela ? Oh ! la la ! Bon, lĂ  donc, Paul parle
 le temps oĂč le Sceau de Dieu est dĂ©voilĂ©, Son Esprit, Son Nom, Sa grĂące, tous ces autres glorieux mystĂšres qui sont proclamĂ©s en ce moment, les dispositions pour que Son Église parte dans l’EnlĂšvement; c’est le dĂ©versement du Saint-Esprit qui a produit ceci. C’est ce qu’Il a fait dans les derniers jours.

115 Maintenant, voyons un peu. Avons-nous le temps de voir le dernier ? Le sixiĂšme : « Oindre le TrĂšs-Haut. » Oh ! la la ! En voici un. La derniĂšre chose qu’Il doit faire, c’est quoi ? Maintenant, retournons donc dans Daniel, pour voir tout ce qu’Il doit faire, ici. « Soixante-dix semaines. » Qu’est-ce qui doit ĂȘtre accompli pendant cette pĂ©riode-ci ? TrĂšs bien. ... ont Ă©tĂ© fixĂ©es sur ton peuple et... ta ville sainte, pour faire cesser les transgressions (les transgressions des gens) ... mettre fin au pĂ©chĂ© (pour les gens) , pour expier leur iniquitĂ© et amener la justice Ă©ternelle (pour les Juifs) , pour sceller la vision et le prophĂšte (jusqu’au temps de la fin) et pour oindre le Saint des saints. VoilĂ  les six raisons de sa venue.

116 Maintenant, « pour oindre le Saint des saints ». Ce que je vais dire maintenant va peut-ĂȘtre paraĂźtre un peu Ă©trange pendant un instant pour beaucoup d’entre vous enseignants, mais je
 gardez cela un petit instant, voyons ce que ça va ĂȘtre.

117 Il s’agit ici d’oindre, non pas un homme. JĂ©sus est dĂ©jĂ  oint. Pas vrai ? Dans le Livre des Actes, il est dit que Dieu a oint JĂ©sus du Saint-Esprit, et qu’Il allait de lieu en lieu faisant le bien et guĂ©rissant les malades, et ainsi de suite. JĂ©sus est dĂ©jĂ ... Il est le Messie. Et le Messie veut dire l’Oint. Pas vrai ? Mais ici, au temps de la fin, Il doit oindre le Saint des saints.

118 « Le Saint des saints », qu’est-ce ? A mon avis, et je crois que je peux le prouver par les Écritures, oindre « le Saint des saints », ce sera le tabernacle qui sera utilisĂ© pendant le MillĂ©nium. Maintenant, Ă©coutez, et vous verrez comment j’en arrive lĂ . Il est dĂ©crit dans ÉzĂ©chiel, au–au chapitre 4, les... Non, je veux dire au chapitre 43, les versets 1 et 6. Prenons ÉzĂ©chiel pour voir comment il dĂ©peint le MillĂ©nium, comment ils vont oindre le... ÉzĂ©chiel 43, et on va en lire un petit bout, ici, pour voir ce qu’Il va faire pendant le MillĂ©nium, cette onction. Dans ÉzĂ©chiel 43 (TrĂšs bien), commençons maintenant au verset 1, jusqu’au verset 6. Bien sĂ»r, vous pourrez tout lire, vous qui prenez des notes, quand vous serez rentrĂ©s chez vous, ÉzĂ©chiel 43. « Ensuite... »

119 Maintenant, observez, c’est la description du Temple qui sera construit pendant le MillĂ©nium. Or, n’importe qui, n’importe quel lecteur avisĂ© sait qu’à partir du chapitre 40 d’ÉzĂ©chiel jusque vers le chapitre 44, il n’est question que du Temple du MillĂ©nium qui est Ă©rigĂ© sur terre (n’importe qui sait ça, vous voyez), quand la gloire de l’Éternel le remplit, et ainsi de suite, comme ça. Maintenant, nous allons juste dĂ©crire le Temple, au chapitre 43, les versets 1 Ă  6. Il me conduisit Ă  la porte, Ă  la porte qui Ă©tait du cĂŽtĂ© de l’orient. Et voici, la gloire du Dieu d’IsraĂ«l s’avançait de l’orient. La voix Ă©tait pareille Ă  la voix des grandes eaux, et la terre resplendissait de la gloire. Cette vision Ă©tait semblable Ă  celle que j’avais eue lorsque j’étais venu pour dĂ©truire la ville; et cette vision Ă©tait semblable Ă  celle que j’avais eue prĂšs du fleuve du Kebar. Et je tombai sur ma face. La gloire de l’Éternel–la gloire de l’Éternel entra dans la maison par la porte qui Ă©tait du cĂŽtĂ© de l’orient. Alors l’Esprit m’enleva et me transporta dans le parvis intĂ©rieur. Et voici, la gloire de l’Éternel remplissait la maison. J’entendis quelqu’un qui me parlait depuis la maison, et un homme se tenait prĂšs de moi.

120 Oindre, oindre ce Temple pour le rÚgne du Millénium. Maintenant, notez, dans Lévitique, maintenant; observez comment il a été consacré dans Lévitique. Maintenant, si nous retournons dans Lévitique, nous allons voir que Moïse a oint le temple. Retournons-y donc, pendant que nous y sommes. Nous avons bien le temps. Et retournons dans Lévitique pour voir quand Moïse a oint le temple, dans Lévitique, au chapitre 8.

121 Oh ! j’aime vraiment comparer ces Écritures entre elles ! Pas vous ? Comme ça, vous–vous avez une–une–une idĂ©e de ce que–de ce que nous cherchons et de ce que nous faisons. Bien. Et vous ĂȘtes tous conscients que nous ne faisons que prendre seulement un passage par-ci, par-lĂ , lĂ -dessus.

122 Donc, le chapitre 8 de LĂ©vitique, et ici j’ai notĂ© le verset 10. Notez LĂ©vitique 8.10. Voyons un peu. MoĂŻse prit l’huile d’onction, il versa de l’huile d’onction, il oignit le sanctuaire et toutes les choses qui y Ă©taient, et les sanctifia. Il en fit sept fois l’aspersion sur l’autel,... il oignit l’autel et tous les ustensiles, et la cuve avec sa base, afin le... afin de les sanctifier. Il rĂ©pandit... l’huile d’onction sur la tĂȘte d’Aaron, et l’oignit, afin de le sanctifier.

123 MoĂŻse, dans le dĂ©sert, sanctifia, ou oignit le tabernacle d’adoration pour les enfants d’IsraĂ«l, pendant leur voyage. Il a Ă©tĂ© oint.

124 Maintenant, dans II Chroniques, prenez-le, et nous allons voir la dĂ©dicace, le moment oĂč le Saint-Esprit a pris Sa place dans le tabernacle; observez ce qui s’est passĂ©, lĂ . Dans II Chroniques, chapitre 5, et commençons au verset 13. II Chroniques, chapitre 5, en commençant au verset 13. Et lorsque ceux qui sonnaient des trompettes et ceux qui chantaient, s’unissant d’un mĂȘme accord pour cĂ©lĂ©brer et pour louer l’Éternel, firent retentir la trompette, les cymbales et les autres instruments, et cĂ©lĂ©brĂšrent l’Éternel et par ces paroles : Car il est bon, et sa misĂ©ricorde dure Ă  toujours ! en ce moment, la maison, la maison de l’Éternel fut remplie d’une nuĂ©e. Les sacrificateurs restĂšrent... les sacrificateurs ne purent pas y rester pour faire le service, Ă  cause de la nuĂ©e; car la gloire de l’Éternel remplissait la maison de Dieu.

125 Dieu est entrĂ© dans le sanctuaire, qui devait ĂȘtre oint, et qui Lui avait Ă©tĂ© remis pour que les gens viennent y adorer. Donc, non pas pour oindre « ton lieu saint », mais pour oindre « le Saint des saints ». Et nous voyons que la Nouvelle JĂ©rusalem, c’est « le Saint des saints ». Et l’onction sera sur la Nouvelle JĂ©rusalem qui descend du Ciel, d’auprĂšs de Dieu, prĂ©parĂ©e comme une Ă©pouse qui s’est parĂ©e pour son Ă©poux. L’onction sera sur eux.

126 Eh bien, et quand Zorobabel a fait la dĂ©dicace de son temple, aprĂšs qu’il a Ă©tĂ© reconstruit, il n’a pas Ă©tĂ© oint de nouveau, parce qu’il avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© oint; il avait Ă©tĂ© dĂ©moli, ou il avait simplement Ă©tĂ© rĂ©tabli. La destruction l’avait atteint–l’avait frappĂ©. Il avait Ă©tĂ© rĂ©tabli et relevĂ©, alors il n’y avait plus Ă  l’oindre. Une fois qu’il avait Ă©tĂ© oint, ça restait valable, et ça l’est encore aujourd’hui mĂȘme. Mais quand Dieu Ă©tablira le Tabernacle du MillĂ©nium, Il oindra le Saint des saints; non pas « ton lieu saint », mais « le Saint des saints ».

127 Mais quand le Roi montera sur Son TrĂŽne pour mille ans (Gloire !), c’est terminĂ© pour elle Ă  ce moment-lĂ . L’onction du Saint des saints, ce sera la derniĂšre chose Ă  se produire. Quand le Tabernacle est Ă©rigĂ©, que la rĂ©surrection s’est produite, que les Juifs sont retournĂ©s, que Christ et Son Épouse sont arrivĂ©s, que les Juifs, les 144.000, sont scellĂ©s, que le MillĂ©nium a eu lieu. Il y aura une onction quand le Saint des saints sera oint; le lieu saint, le lieu trĂšs Saint, et le Saint des saints. Quand
 le Saint des saints, c’était le sanctuaire oĂč Dieu demeurait, entre les ChĂ©rubins. Et cette fois, c’est Christ qui demeurera dans le Saint des saints, avec l’onction sur Lui. Et lĂ , il n’y aura pas besoin de soleil, car l’Agneau au milieu de la Ville sera la LumiĂšre. Dans cette Ville, le soleil ne se couchera jamais, comme le disait le brave oncle Jim. Il ne se couchera jamais, parce que Christ sera cette LumiĂšre, Celui qui est oint. Et le Roi viendra s’asseoir sur Son TrĂŽne pour rĂ©gner pendant mille ans.

128 JĂ©rĂ©mie 3.12 Ă  18 inclus, lisons-le. Dans JĂ©rĂ©mie, au chapitre 18, je crois. Oui. Non, au chapitre 12, excusez-moi, le chapitre 12 de JĂ©rĂ©mie, et commençons au–au... JĂ©rĂ©mie 3, excusez-moi. C’est JĂ©rĂ©mie 3 que j’ai notĂ© ici, lĂ  oĂč
 pendant que j’étudiais, le Saint-Esprit me guidait d’un passage Ă  un autre, et je ne faisais que noter de mon mieux. JĂ©rĂ©mie 3, et puis les versets 12 Ă  18 inclus. Lisons-le : Va, crie ces paroles vers le septentrion, et dis : Reviens, infidĂšle IsraĂ«l ! dit l’Éternel; je ne jetterai pas sur vous–sur vous... ferai pas peser sur vous un visage irritĂ©, car je suis misĂ©ricordieux, dit l’Éternel; je ne garde pas ma colĂšre Ă  toujours. Reconnais seulement, reconnais ton iniquitĂ©, car reconnais que tu es infidĂšle contre l’Éternel, ton Dieu, et tu as dirigĂ© çà et lĂ  tes pas vers les dieux Ă©trangers sous tout arbre vert;... (C’est ce qu’ils ont fait, Ă  l’est, Ă  l’ouest, dans toutes les nations. Voyez ?) ... et que tu n’as pas Ă©coutĂ© la voix, ma voix, dit l’Éternel. Revenez... (Écoutez ceci.) Revenez, fils infidĂšles, dit l’Éternel, car Moi, Je vous ai (Ă©-p-o-u-s-Ă©-s) ... Je vous ai Ă©pousĂ©s;... (« Leurs yeux ont Ă©tĂ© aveuglĂ©s, parce que Je donne une possibilitĂ© aux nations. Mais revenez, car Je vous ai Ă©pousĂ©s. ») ... et je vous prendrai, un d’une ville, et deux d’une famille,... (Ce ne sont pas tous ceux qui se disent Juifs qui entreront. Mais c’est ce groupe Ă©lu qui entrera, ce petit Benjamin qui s’est prĂ©sentĂ© devant Joseph, lĂ -bas, ce groupe qui est pris de toutes les nations, l’un d’une ville et... d’une famille.) ... et Je vous ramĂšnerai dans Sion. Et Je vous donnerai un pasteur selon votre coeur, et il vous paĂźtra avec connaissance et avec intelligence. Et il arrivera que, quand vous aurez multipliĂ© et fructifiĂ© dans le pays, en ces jours-lĂ , dit l’Éternel, on ne dira plus : La–l’Arche de l’alliance de l’Éternel ! Et elle ne montera plus au coeur, et on ne s’en souviendra plus, et on–on ne la visitera plus, et on ne fera plus cela. En ce temps-lĂ , on appellera JĂ©rusalem le TrĂŽne de l’Éternel (puisqu’Il sera lĂ , voyez) ; et toute la nation se rassemblera (AllĂ©luia!) vers elle, et le Nom de l’Éternel, Ă  JĂ©rusalem; et elles ne marcheront plus suivant leurs propres penchants obstinĂ©s de leur mauvais coeur. [version Darby]

129 C’est alors que cette Ville sera ointe. C’est alors que la Nouvelle JĂ©rusalem sera ointe. Et toutes les nations de la Ville... Dans Apocalypse, chapitre 22, il est dit que les portes ne se fermeront pas la nuit, parce que lĂ  il n’y aura pas de nuit. Et tous les rois de la terre apporteront leur honneur et leur gloire dans cette Ville. Ses murailles seront de jaspe et de sardoine, de douze espĂšces de pierres; et les douze portes seront d’une seule perle, une par porte. On n’aura pas besoin de lampe lĂ -bas. Il n’y aura plus la lumiĂšre du soleil, parce que l’Agneau qui est au milieu de la Ville sera la LumiĂšre. Et Il conduira Son peuple dans la Vie Eternelle. Il y aura lĂ  deux arbres, un de chaque cĂŽtĂ© du fleuve, et ils serviront Ă  la guĂ©rison de la nation. La voilĂ , Celle qui est ointe, Elle viendra, la Ville Sainte qui descend du Ciel, d’auprĂšs de Dieu, venant sur terre.

130 Voyons maintenant ce qui va se passer pendant cette pĂ©riode-lĂ . Oh ! aimez-vous ça ? Prenons ÉsaĂŻe 65 juste un instant. C’est vraiment trop bon pour qu’on passe par-dessus. C’est vraiment trop bon pour qu’on le laisse de cĂŽtĂ©. Il fait peut-ĂȘtre un peu chaud, mais continuons Ă  avancer.

131 ÉsaĂŻe 65. Ecoutez ce qui va se passer pendant cette pĂ©riode-lĂ . Et posez-vous donc la question, ami pĂ©cheur, de savoir si vous–si vous pouvez vous permettre de manquer ça. ÉsaĂŻe 65, commençons vers le verset 17. Écoutez attentivement, tout le monde, maintenant. Ceci se passe pendant le MillĂ©nium, quand le Saint des saints est oint. Car Je vais crĂ©er de nouveaux cieux et une nouvelle terre; on ne se rappellera plus les choses passĂ©es, elles ne reviendront plus Ă  l’esprit. RĂ©jouissez-vous plutĂŽt et soyez... dans l’allĂ©gresse, oui, Ă  cause de ce que je vais crĂ©er; car Je vais crĂ©er JĂ©rusalem... Je vais crĂ©er JĂ©rusalem (ça, c’est la Nouvelle JĂ©rusalem) pour l’allĂ©gresse, et son peuple pour la joie. (L’onction, qu’est-ce ? La joie de l’Éternel.) ... crĂ©er JĂ©rusalem pour la joie, et son peuple pour la joie. Je ferai de JĂ©rusalem mon allĂ©gresse,... (Le Roi sur le TrĂŽne, sur la majestĂ© royale du TrĂŽne, du TrĂŽne Ă©ternel, et le peuple Ă©ternel avec une joie Ă©ternelle dans une Ville Ă©ternelle ! Oh ! la la !) Je ferai de JĂ©rusalem Mon allĂ©gresse, et de Mon peuple Ma joie; on n’y entendra plus le bruit des pleurs et le bruit des cris. Il n’y aura plus ni enfants ni vieillards, qui n’accomplissent leurs jours; car celui qui mourra Ă  cent ans sera jeune, et un pĂ©cheur ĂągĂ© de cent ans sera maudit. Ils bĂątiront des maisons, et les habiteront; ils planteront des vignes et ils en mangeront le fruit. Ils ne bĂątiront pas des maisons pour qu’un autre les habite (ça, ça veut dire quand vous mourez, et votre fils prend votre place) ,... bĂątiront pas des maisons pour qu’un autre les habite, ils ne planteront pas des vignes pour qu’un autre en mange le fruit; car les jours de Mon peuple seront comme les jours des arbres, et Mes Ă©lus jouiront des oeuvres de leurs mains. Ils ne travailleront pas en vain, et ils n’auront pas des enfants pour les voir pĂ©rir; car ils formeront une race bĂ©nie de l’Éternel, et leurs enfants seront avec eux. Avant qu’ils M’invoquent, je rĂ©pondrai;... (Cette glorieuse onction, derriĂšre le ChĂ©rubin !) ... Je rĂ©pondrai; avant qu’ils aient cessĂ© de parler, J’exaucerai. Le loup et l’agneau paĂźtront ensemble, le lion, comme le boeuf, mangera de la paille, et le serpent aura la poussiĂšre pour nourriture. Et il ne se fera ni tort ni dommage sur toute Ma montagne sainte, dit l’Éternel. (Pouvez-vous vous permettre de le manquer ? Non !)

132 Prenez donc juste un peu avant, encore ÉsaĂŻe qui parle, au chapitre 11, du verset 1 au verset 9. Écoutez encore ce qu’il dit ici, quand il a une vision, aprĂšs avoir vu les femmes, comment elles se comporteraient dans les derniers jours. ÉsaĂŻe 11, au verset 1. Puis un rameau sortira du tronc d’IsaĂŻ, un rejeton qui naĂźtra de ses racines. (C’était qui ? Christ.) ... de ses racines. L’Esprit de l’Éternel reposera sur lui : esprit de sagesse,... d’intelligence, esprit de conseil... de force, esprit de connaissance et... crainte de l’Éternel. Il respirera la crainte de l’Éternel; il ne jugera point sur l’apparence, ni... sur un ouĂŻ-dire. Mais il jugera les pauvres avec Ă©quitĂ©, et il prononcera contre leur iniquitĂ© sur les malheureux de la terre; il frappera la terre de sa parole comme d’une verge, et du souffle de ses lĂšvres il fera mourir le mĂ©chant. Les justes seront ceints du flanc, et les fidĂšles la ceinture de leurs reins. Et le loup habitera avec l’agneau, et la panthĂšre se couchera avec le chevreau (ça, c’est le bouc) ; le veau, le lionceau, et le bĂ©tail qu’on engraisse,... ou le veau, ou le lion, et le bĂ©tail qu’on engraisse, seront ensemble, et un petit enfant les conduira. La vache et l’ourse auront un mĂȘme pĂąturage... leurs petits (et) un mĂȘme gĂźte; et le lion, comme un boeuf, mangera de la paille. Le nourrisson s’ébattra sur l’antre de la vipĂšre, et l’enfant sevrĂ© mettra sa main dans la caverne du basilic. Il ne se fera ni tort ni dommage sur toutes mes montagnes saintes; car la terre sera remplie de la connaissance... comme le fond de la mer par l’eau qui le couvre. Ça, c’est dans la Nouvelle JĂ©rusalem. Cette « nouvelle », lĂ . Le Rejeton dont il est question ici, c’est le Rejeton de David. Il est Ă  la fois le Rejeton et la PostĂ©ritĂ©.

133 Donc, aprĂšs ceci, l’Épouse apparaĂźt. AprĂšs les soixante-dix semaines, l’Épouse apparaĂźt, dans Apocalypse, au chapitre 19, versets 1 et 16. Elle arrive avec Son Époux, le Roi puissant. Oh ! la la ! Je ne sais pas si on va pouvoir tout voir, ou pas. On y est, alors... Eh bien, lisons-en donc une partie, au moins. C’est lĂ  que l’Épouse arrive, aprĂšs ceci. Voyez ? Une fois le MillĂ©nium commencĂ©, c’est lĂ  que Christ revient avec l’Épouse. Bien, de 1 Ă  16, au chapitre 19. AprĂšs cela,... (AprĂšs cette tribulation, aprĂšs les Malheurs, aprĂšs les Sceaux, aprĂšs les FlĂ©aux, aprĂšs que Satan a Ă©tĂ© prĂ©cipitĂ©, aprĂšs que le MillĂ©nium a commencĂ©. Suivez !) AprĂšs cela, j’entendis dans le ciel comme une voix... d’une foule nombreuse dans le ciel qui disait : AllĂ©luia ! Le salut, la gloire, l’honneur... la puissance sont au Seigneur notre Dieu, Parce que tes jugements sont vĂ©ritables et justes; car il a jugĂ© la grande prostituĂ©e qui corrompait la terre par son impudicitĂ©, et il a vengĂ© le sang de ses serviteurs en le redemandant de sa main. Et il... ils... Et ils dirent une seconde fois : AllĂ©luia !... Et sa fumĂ©e monte aux siĂšcles des siĂšcles. (Ça, c’est la vieille Ă©glise prostituĂ©e, « sa fumĂ©e monte ».) Et les vingt-quatre anciens et les quatre ĂȘtres vivants se prosternĂšrent et adorĂšrent Dieu assis sur le TrĂŽne, en disant : Amen ! AllĂ©luia ! Et une voix sortit du TrĂŽne, disant : Louez notre Dieu–louez notre Dieu, vous tous Ses serviteurs, vous qui Le craignez, petits et grands ! Et j’entendis comme une voix d’une foule nombreuse,... (Écoutez ! Vous y ĂȘtes, Église. AprĂšs qu’Elle est montĂ©e au chapitre 3, La voici qui vient. Voyez ? Et je
 le verset 6. ) Et j’entendis comme une voix d’une foule nombreuse, comme un bruit de grosses eaux, et comme un bruit d’un fort tonnerre, disant : AllĂ©luia ! Car le Seigneur notre Dieu Tout-Puissant est entrĂ© dans Son rĂšgne. (AllĂ©luia ! Suivez. C’est lĂ  qu’il y a les noces de l’Agneau. La voici qui arrive.) RĂ©jouissons-nous et soyons dans l’allĂ©gresse, et donnons-lui gloire; car les noces de l’Agneau sont venues, et Son Epouse s’est prĂ©parĂ©e, (La voici qui arrive, les deux, l’Épouse et l’Époux.) Et il lui a Ă©tĂ© donnĂ© de se revĂȘtir d’un fin lin, Ă©clatant, pur. Car le fin lin, ce sont les oeuvres justes des saints. Et l’ange me dit : Écris : Heureux ceux qui sont appelĂ©s au festin des noces de l’Agneau ! Et il me dit : Ces paroles sont... vĂ©ritables paroles de Dieu. Et je tombai Ă  ses pieds pour l’adorer; mais il me dit : Garde-toi de le faire ! Je suis ton compagnon de service... tes frĂšres qui ont le... tes frĂšres qui ont le tĂ©moignage de JĂ©sus. Adore Dieu. Car le tĂ©moignage (de Christ) de JĂ©sus est l’esprit de la prophĂ©tie. Puis je vis le ciel ouvert, et... un cheval blanc (Oh ! la la !) . Celui qui le montait s’appelle FidĂšle et VĂ©ritable, et Il juge et combat... justice. Ses yeux Ă©taient comme des flammes de feu;... et... Sa tĂȘte plusieurs diadĂšmes;. (Il a Ă©tĂ© couronnĂ© quoi ? « Roi des rois. ») ... Il avait un nom Ă©crit, que personne ne connaĂźt, si ce n’est Lui-mĂȘme, Et Il Ă©tait revĂȘtu d’un vĂȘtement blanc teint de sang. Son Nom est la Parole de Dieu. (« Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait Dieu. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair, et Elle a habitĂ© parmi nous. » Qui Ă©tait-Ce ? JĂ©sus. ) ... Son Nom est la Parole de Dieu. Les armĂ©es qui sont dans le Ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revĂȘtues d’un fin lin, blanc, pur. (Gloire ! Le voici qui vient.) De sa bouche sortait une Ă©pĂ©e aiguĂ«, pour... et pour frapper la nation;... les paĂźtra avec une verge de fer; et il foulera la cuve du vin de l’ardente colĂšre du Dieu Tout-Puissant. Il avait sur Son vĂȘtement et sur Sa cuisse un nom Ă©crit : Roi des rois et Seigneur des seigneurs.

134 Qu’y avait-il eu ? Son peuple venait de Le couronner Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Il revenait Ă  Son saint Temple, oint de la PrĂ©sence de Dieu, pour vivre et rĂ©gner avec Son Église pendant tout le MillĂ©nium. Amen ! Elle fait Son apparition avec le Roi puissant, pour prendre Sa place Ă  Ses cĂŽtĂ©s; le nouveau Temple royal oint.

135 Alors les six buts d’Apocalypse 6.1 à Apocalypse 19.21 sont accomplis.

136 Écoutez, maintenant, pour terminer. Les Sept Sceaux, les Sept Trompettes, les Sept Coupes, les Trois Malheurs, la femme dans le soleil, le diable... ou le dragon rouge qui est prĂ©cipitĂ©, tout cela arrive pendant ce temps-lĂ , pendant la grande tribulation. Ne l’oubliez pas. Toutes ces choses se produisent pendant ce temps-lĂ . Mais voici les six buts de sa venue. Le croyez-vous ? Quels moments glorieux attendent ceux qui aiment le Seigneur ! Je vous le dis, mes amis, nous ne pouvons pas nous permettre de manquer ça. Quoi que vous fassiez, ne manquez pas ça. Assurez-vous bien !

137 Maintenant, dimanche prochain, le Seigneur voulant, je veux apporter, s’Il veut bien m’aider, montrer exactement oĂč chacun de ces sept jours, oĂč ils ont eu lieu, en introduisant la mĂȘme–mĂȘme chose qu’aujourd’hui, et placer ces sept pĂ©riodes, sept semaines, soixante-dix semaines, Ă  l’emplacement exact du sanctuaire juif, et montrer exactement oĂč nous vivons, ici, Ă  la fin; le Seigneur voulant.

138 L’aimez-vous ? Pourriez-vous vous permettre de manquer le Ciel ? Nous sommes au temps de la fin ! Que vient-Il faire ? Ce qui va arriver en premier, avant que JĂ©sus revienne sur terre, que va-t-il arriver premiĂšrement ? L’Église va ĂȘtre (quoi ?) enlevĂ©e ! Est-ce que JĂ©sus va venir sur terre, aller se promener au cimetiĂšre, serrer la main Ă  papa et Ă  maman, nous parler Ă  tous ici, et puis monter? Non !
Comment cela se passera-t-il ? Le... Voici ce que nous vous dĂ©clarons d’aprĂšs la–d’aprĂšs la Parole du Seigneur : « Nous les vivants, restĂ©s... » II Thessaloniciens, chapitre 5 : « Nous les vivants, restĂ©s pour l’avĂšnement du Seigneur, nous ne ferons pas obstacle, ou ne devancerons pas ceux qui se sont endormis. Car la trompette de Dieu sonnera, les morts en Christ ressusciteront premiĂšrement; ensuite, nous les vivants, qui serons restĂ©s, nous serons tous ensemble enlevĂ©s avec eux Ă  la rencontre du Seigneur dans les airs. » Nous serons enlevĂ©s en un instant, en un clin d’oeil. C’est pendant cette pĂ©riode-là
 que se termine l’Âge de l’Église.

139 Ensuite, ici sur terre, Dieu commence Ă  traiter avec les Juifs. Il y aura deux prophĂštes, — au chapitre 11, nous allons y arriver, — deux prophĂštes oints, comme Élie et MoĂŻse, et je pense que c’est eux. Ils feront tomber de grandes malĂ©dictions aprĂšs avoir vu qu’ils se sont unis et que Rome a rompu son alliance, ce prince.
Au milieu de la soixante-dixiĂšme semaine, elle rompra son alliance avec Rome, ou plutĂŽt Rome rompra son alliance avec IsraĂ«l et, Ă  cause de ça, l’abomination commencera Ă  se rĂ©pandre partout. Et c’est lĂ  qu’il y aura la grande inondation, quand le reste des nations, les vierges endormies... Le dragon, Rome, a lancĂ© de sa bouche de l’eau pour faire la guerre aux restes de la postĂ©ritĂ© de la femme, Ă  ceux qui gardent les commandements de Dieu. C’est Rome qui va faire ça.

140 Une confĂ©dĂ©ration d’églises les rassemblera et fera entrer les Juifs dans cette confĂ©dĂ©ration, les ramĂšnera de nouveau Ă  leur propre culte dans leur temple, selon l’AINSI DIT LE SEIGNEUR de la Bible, et ils auront leur Ă©glise Ă  eux.

141 Maintenant, ils sont quoi ? Je viens juste de le saisir, Ă  l’instant. C’est tout frais. Maintenant, ils sont une nation reconnue. Pas vrai ? Seulement, ils n’ont pas encore leur culte dans le temple. Et quand ils Ă©tabliront le culte dans le temple, l’Église sera partie. Dieu traitera avec les Juifs en tant que nation. À ce moment-lĂ , quand ils seront entrĂ©s dans cette confĂ©dĂ©ration, Rome la rompra au milieu de la soixante-dixiĂšme annĂ©e, trois ans et demi, il rompra cette alliance avec eux, et il fera en sorte que l’abomination de la dĂ©solation se rĂ©pande jusqu’à la fin. Alors, il persĂ©cutera les deux, les protestants et les Juifs. Pendant cette pĂ©riode-lĂ , ces deux prophĂštes se lĂšveront et ils maudiront la terre, de sorte qu’il ne pleuvra pas aux jours de leur prophĂ©tie. Et ils feront descendre le feu du ciel, et tout le reste. Attendez seulement. Il nous reste encore beaucoup de choses Ă  apprendre, ici, qui sont en rĂ©serve.

142 Oh ! quel Dieu glorieux ! Quel PĂšre rempli de misĂ©ricorde ! Mes amis, permettez-moi de vous dire ceci, en tant que votre pasteur: Vous ne vous rendez pas compte des privilĂšges que vous avez. Vous ne vous en rendez pas compte. Beaucoup de grands hommes, beaucoup de saints, des milliers d’hommes saints sont morts au cours des annĂ©es passĂ©es, des hommes remplis de l’Esprit, qui auraient aimĂ© voir ce jour dans lequel nous vivons. Vous et moi, profitons-en.

143 Vers quoi d’autre pouvons-nous tourner nos regards ? AprĂšs ceci, que pouvons-nous faire ? OĂč allons-nous ? Que va-t-il arriver ? Il nous faut aller quelque part. Vous ne pouvez pas toujours rester ici. Vous pouvez tondre votre gazon; la semaine d’aprĂšs, il faut de nouveau le tondre; oui, deux fois, d’ici lĂ . Vous pouvez Ă©lever vos enfants. Vous leur donnez Ă  manger Ă  midi; Ă  l’heure du souper, ils ont encore faim. Vous leur donnez Ă  manger Ă  l’heure du souper, ils ont de nouveau faim le lendemain matin. Vous leur achetez une paire de souliers; s’ils sont comme les miens, environ deux ou trois mois aprĂšs, vous leur en achetez une autre. Vous leur achetez des vĂȘtements ce mois-ci; dans un mois ou deux, vous leur achetez de nouveaux vĂȘtements. Voyez ? Il n’y a rien qui dure. Il n’y a rien de stable. Il n’y a rien qui tienne. Ne convoite pas les richesses vaines de ce monde
Qui pourrissent si rapidement,
EspĂšre en des choses Ă©ternelles,
Elles ne passeront jamais !
Le temps n’est que changement rapide,
Rien sur terre n’est immuable ;
EspĂšre en des choses Ă©ternelles,
Tiens l’immuable main de Dieu !
Tiens l’immuable main de Dieu !
Tiens l’immuable main de Dieu !
EspĂšre en des choses Ă©ternelles,
Tiens l’immuable main de Dieu !
Écoutez ! À la fin de notre voyage, (Il nous fera savoir quand ce sera terminĂ©.)
Si nous avons été fidÚles à Dieu
Notre belle Demeure dans la Gloire (cette Ville ointe) ,
Notre Ăąme ravie contemplera !
Tiens l’immuable main de Dieu !
Tiens l’immuable main de Dieu !
EspĂšre en des choses Ă©ternelles,
Tiens l’immuable main de Dieu !
Ne convoite pas les richesses vaines de ce monde
Qui pourrissent si rapidement,
EspĂšre en des choses Ă©ternelles,
Elles ne passeront jamais !
Tiens l’immuable main de Dieu !
Tiens l’immuable main de Dieu !
EspĂšre en des choses Ă©ternelles
Tiens l’immuable main de Dieu !
Alors que nous inclinons la tĂȘte, si vous n’avez jamais pris Sa Main, ne voudriez-vous pas venir donc le faire maintenant? Tiens l’immuable main de Dieu !
EspĂšre en des choses Ă©ternelles,
Tiens l’immuable main de Dieu !

144 Jeune fille, tu es une jolie fillette en ce moment. Tu as de beaux cheveux, tu as de petites joues roses. Mais, tu sais, pas plus tard que demain elles faneront. Qui sait si, la semaine prochaine, la vermine ne sera pas en train de ronger ces belles petites joues roses, dans la terre ?

145 Jeune frĂšre, tu es fort, tu es bien musclĂ©; tu es plein d’ambition. Mais dans peu de temps, c’est aussi proche que demain, ces beaux cheveux bouclĂ©s vont se mettre Ă  tomber, et ceux qui te resteront vont devenir gris. Ces larges Ă©paules carrĂ©es vont s’affaisser, et la vermine va ronger tes bras et ta chair. On te portera pour te mettre en terre. Alors : EspĂšre en des choses Ă©ternelles,
Elles ne passeront jamais !
Tiens l’immuable main de Dieu !
Tiens
 de Dieu
Ne voulez-vous pas lever la main pour prendre la Sienne maintenant? EspĂšre en des choses Ă©ternelles,
Tiens l’immuable main de Dieu !
Alors, Ă  la fin de ce voyage (un jour, elle arrivera),
Si tu as été fidÚle à Dieu,
Ta belle Demeure dans la Gloire,
Ton Ăąme ravie contemplera ! (Pourquoi pas vous ?)
Tiens l’immuable main de Dieu !
Tiens l’immuable main de Dieu !
EspĂšre en des choses Ă©ternelles,
Tiens l’immuable main de Dieu !

146 J’ai vu bien des choses, depuis bientĂŽt trente et un ans que je suis derriĂšre cette chaire. J’ai vu des choses tristes, j’ai vu des choses glorieuses. La chose la plus triste que j’aie vue de toute ma vie... Pourtant, j’ai vu des enfants qui mouraient de faim dans les rues, j’ai vu des mĂšres qui mendiaient un morceau de pain. La chose la plus triste que j’aie jamais vue, c’est un homme, un ĂȘtre humain, qui voudrait ĂȘtre un fils de Dieu, mourir sans connaĂźtre Dieu.

147 Je me souviens d’une femme qui Ă©tait Ă  la porte de cette Ă©glise, un soir, et qui s’est moquĂ©e de moi. Elle disait : « Je ne laisserais pas ma vache pratiquer le genre de religion qu’il a, lui ! » Moins d’une heure aprĂšs, on m’a fait venir Ă  l’hĂŽpital. Une femme ravissante, d’environ vingt-deux ans, elle hurlait : « Faites venir ce prĂ©dicateur ! » Elle Ă©tait de confession catholique.
Quand je suis arrivé, la vieille soeur a dit : « Vous arrivez trop tard, FrÚre Branham. Elle est morte il y a à peu prÚs cinq minutes. »
J’ai dit : « Puis-je la voir ? »
Elle m’a dit : « Elle vous appelait en hurlant, c’étaient ses derniers mots : ‘Faites venir FrĂšre Branham !’ », ce prĂ©dicateur-lĂ .
Son mari était là, et il criait : « Dites une priÚre pour elle ! Dites une priÚre !»
J’ai dit : « C’est trop tard, maintenant. »

148 J’ai rabattu la couverture. Elle avait de grands yeux bruns. C’était une femme ravissante, avec de petites taches de rousseur sur le visage, les cheveux auburn, trĂšs attirante. Elle avait tellement souffert que les taches de rousseur sur son visage ressortaient comme des boutons. Elle avait les yeux complĂštement exorbitĂ©s, comme ça. Et, naturellement, ses intestins et ses reins avaient travaillĂ©, c’est ce qui–ce qui... Ça arrive Ă  la plupart des gens, quand ils meurent. Et elle Ă©tait Ă©tendue lĂ , dans cet Ă©tat, la bouche ouverte. Et les paupiĂšres Ă  moitiĂ© rabattues sur le brun de ses yeux. Je n’oublierai jamais cela. Ce cantique-lĂ  m’est venu Ă  l’esprit.
Ne convoite pas les richesses vaines de ce monde ; vous pouvez venir


149 J’ai Ă©tĂ© Ă  cĂŽtĂ© d’un homme, tout prĂšs ici, Ă  Port Fulton, il se mourait. On m’avait appelĂ© Ă  son chevet. Un soir, j’avais priĂ© avec lui ici Ă  l’autel. Il avait passĂ© son bras autour d’une femme. J’ai dit : « Enlevez votre bras autour de cette dame. » Il a dit : « Je la conduis Ă  Dieu. »

150 J’ai dit : « Pas avec votre bras autour d’elle. » Je ne crois pas Ă  ce genre de choses lĂ . Il s’est fĂąchĂ© contre moi. Il est sorti en tapant du pied. Je suis allĂ© auprĂšs de lui peu aprĂšs, quand il se mourait. Il m’a regardĂ© dans les yeux et il a dit : « Ne priez pas pour moi, FrĂšre Bill. Je suis perdu. Je suis fini. » Il a dit : « Tout ce que j’avais accompli jusqu’ici, je l’ai perdu. »

151 Un jour, j’étais tout prĂšs d’ici, Ă  l’angle lĂ -bas, auprĂšs d’un homme qui m’avait appelĂ© Ă  son chevet au moment de sa mort. Il a dit : « J’ai toujours voulu faire telle et telle et telle chose, a-t-il dit, mais je n’ai jamais servi le Seigneur. Bien des fois, je me suis abstenu d’aller Ă  l’autel. » Il a dit : « FrĂšre Branham, priez que Dieu laisse ma petite fille qui est Ă  la maison rĂ©parer les choses que j’ai faites. Peut-ĂȘtre qu’elle, elle pourra faire quelque chose pour le Seigneur. »

152 J’ai dit : « Ce n’est pas possible, frĂšre. Les choses que vous auriez pu faire, c’est perdu. » Hum !

153 J’ai Ă©tĂ© Ă  cĂŽtĂ© d’un homme, je l’ai vu lutter contre des dĂ©mons pendant vingt-quatre heures. Il disait qu’il y avait des dĂ©mons Ă  son chevet, avec des chaĂźnes autour du cou. Il disait : « Ne les laissez pas m’attraper ! » Il hurlait; et on le retenait au lit. Il disait : « Il est lĂ . Vous ne le voyez pas ? Il vient me prendre. » Il avait repoussĂ© Dieu trop longtemps. Il avait de vastes granges toutes remplies de foin, remplies de blĂ©, de beaux chevaux de course. Une annĂ©e avant ça, il avait maudit Dieu en face, il avait giflĂ© sa femme parce qu’elle venait au tabernacle. Savez-vous ce qui est arrivĂ© ? La foudre a frappĂ© sa grange, tuĂ© ses chevaux et brĂ»lĂ© son foin. Et cet homme est mort dans une crise, en se dĂ©battant pour Ă©loigner de lui les dĂ©mons.

154 Et, un vieil ami Ă  moi (Gloire !), lĂ -bas, Ă©tait arrivĂ© au bout du chemin. J’ai dit : « Vous vous en allez, papa ? »
Il a dit : «C’est ça, Billy. »
J’ai dit : « Comment est-ce ? »

155 Il a dit : « Tout va bien. » Il a dit : « Fais venir mes enfants Ă  cĂŽtĂ© du lit. » Il a posĂ© ses vieilles mains affaiblies sur chacun de ses enfants et il les a bĂ©nis. Il a parlĂ© Ă  ses deux fils, il a dit : « Soutenez mes mains, tenez-les levĂ©es, comme JosuĂ© et Caleb l’ont fait. » On se demandait ce qu’il allait dire. Il a dit : Quel beau jour, quel beau jour,
Quand Jésus Îta mes péchés !
Il m’a appris à veiller et à prier,
Et Ă  vivre chaque jour dans la joie.
Mes amis, nous devrons en arriver Ă  certaines de ces choses ! Chacun dĂ©sire bien manger, conduire une belle voiture, avoir ce qu’on peut avoir de mieux. Je ne vous le reproche pas. Il n’y a pas de mal Ă  ça. Dieu veut que vous ayez ces choses. Mais : Ne convoite pas les richesses vaines de ce monde
Qui pourrissent si rapidement,
EspĂšre en des choses Ă©ternelles
Elles ne passeront jamais !
Maintenant, levons les mains en chantant.
Tiens l’immuable main de Dieu !
Tiens l’immuable main de Dieu !
EspĂšre en des choses Ă©ternelles,
Tiens l’immuable main de Dieu !

156 Pendant que nous sommes debout, tournons-nous vers quelqu’un pour lui serrer la main, maintenant. Nous allons continuer la rĂ©union quelques instants, mais je voudrais que vous vous tourniez, pendant que nous chantons encore un couplet de ce cantique. Tiens l’immuable main de Dieu ! Fais-le, mĂšre ! Fais-le, papa ! Fais-le, frĂšre !... l’immuable... de Dieu! Faites-le, enfants ! Faites-le, frĂšres ! Faites-le, frĂšres ! EspĂšre en de choses Ă©ternelles
Tiens l’immuable main de Dieu

157 N’ĂȘtes-vous pas contents de Lui ? Dites : « Amen ! » [L’assemblĂ©e rĂ©pond : « Amen ! » – N.D.É.] Que tous ceux qui L’aiment disent : « Gloire au Seigneur ! » [L’assemblĂ©e rĂ©pond : « Gloire au Seigneur ! »] Que tous ceux qui croient qu’ils iront Ă  cette Ville carrĂ©e lĂšvent la main. ArrĂȘtez un peu votre cantique, avant de continuer Ă  jouer. Je vais Ă  cette Ville magnifique (C’est comment, donc ?)
Que le Seigneur a préparée pour les Siens
OĂč tous les rachetĂ©s de tous les Ăąges
Chanteront « Gloire ! » autour du TrÎne blanc.
Parfois, j’ai la nostalgie du Ciel
Et de la gloire que j’y contemplerai.
Quelle joie ce sera
Quand je verrai mon Seigneur
Dans cette magnifique Ville d’or !
N’aimez-vous pas ça, n’est-ce pas ? Je vais à cette Ville magnifique
Que mon Seigneur a préparée pour les Siens
OĂč tous les rachetĂ©s de tous les Ăąges
Chanteront « Gloire ! » autour du TrÎne blanc
Oh ! parfois, j’ai la nostalgie du Ciel
Et des joies que j’y contemplerai
Quelle joie ce sera
Quand je verrai mon Sauveur
Dans cette magnifique Ville d’or
L’aimez-vous ? Alors... Prends le Nom de JĂ©sus avec Toi
Ô toi, enfant de tristesse et peine
Il va te procurer joie et réconfort
Prends-le partout oĂč tu vas
Précieux Nom (précieux Nom), Nom si doux ! (Nom si doux!)
Espoir de la terre, joie du Ciel
Précieux Nom (précieux Nom), Nom si doux ! (Nom si doux!)
Espoir de la terre, joie du Ciel
Maintenant, n’oubliez pas, dimanche matin prochain, Ă  9h30. Et alors, nous essaierons, le Seigneur voulant, de terminer Ă  temps pour prier pour les malades; le dimanche matin prochain, Ă  9h30. Nous nous inclinons au Nom de JĂ©sus
Nous nous prosternons Ă  Ses pieds
Au Ciel, nous Le couronnerons Roi des rois
Une fois notre voyage terminé
Précieux Nom (précieux Nom), Nom si doux ! (Nom si doux!)
Espoir de la terre, joie du Ciel
Précieux Nom (précieux Nom), Nom si doux !
Espoir de la terre, joie du Ciel
Écoutez bien ce couplet : Nous nous inclinons au Nom de JĂ©sus
Comme un bouclier contre tout piĂšge
Quand les tentations surviennent
Murmure simplement ce saint Nom en priant. (Et c’est suffisant !)
Précieux Nom (précieux Nom), Nom si doux ! (Nom si doux!)
Espoir de la terre, joie du Ciel
Précieux Nom (précieux Nom), Nom si doux !
Espoir de la terre, joie du Ciel
Maintenant, je remets la rĂ©union au pasteur, frĂšre Neville, qu’il dise quelques mots pour terminer, ou n’importe quoi.

EN HAUT