ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication La Soixante-dixième semaine de Daniel de William Branham a été prêchée 61-0806 La durée est de: 2 hours and 27 minutes .pdf La traduction Shp
Télécharger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

La Soixante-dixième semaine de Daniel

1 Merci beaucoup, frère. Bonjour, mes amis. C’est un privilège d’être encore de retour ici au Tabernacle ce matin, pour continuer ce glorieux message que nous nous efforçons d’expliquer, cette soixante-dixième semaine de Daniel. Et nous sommes heureux de voir que tant de gens se sont rassemblés ici en cette journée chaude, bien que nous soyons désolés de ne pas avoir assez de places assises. Voir des gens serrés comme ça, et debout un peu partout, c’est plutôt incommode. Et, comme vous n’êtes pas installés aussi confortablement que vous devriez l’être, alors vous avez plus de mal à comprendre. Mais nous ferons tout notre possible pour y aller rapidement.

2 Et–et aujourd’hui, j’espère que vous (si je m’attarde un peu)–que vous m’excuserez, parce que c’est maintenant que nous allons mettre le point final à ce message, que nous allons vraiment y mettre le point final. Nous l’avons divisé en trois parties pour nous assurer de bien le saisir.

3 Bien sûr, là, le–l’auditoire visible sait que ceci est… ou que ces messages sont enregistrés. Et ils sont envoyés partout dans le monde. Pratiquement chaque nation au monde reçoit ces bandes. Et j’aimerais dire à ceux qui écoutent la bande, où que vous soyez, et dans quelque partie du monde que vous soyez, qu’il se peut qu’il y ait des choses là-dedans sur lesquelles vous ne soyez pas d’accord avec moi, quant aux enseignements que je–j’apporte. Mais j’aimerais préciser, frères, que, peut-être, si vous expliquiez comment vous voyez cela, elle serait peut-être différent de ce que moi, je crois. Mais ça me ferait plaisir d’écouter ce que vous avez à dire.

4 Et je... c’est avec cette pensée que j’apporte ces messages qui viennent de... de la Parole de Dieu, dans mon coeur, c’est pour l’édification de l’Église, de toute l’Église, l’Église universelle, l’Église universelle de Christ. Et je crois certainement que nous vivons dans les derniers jours. Et je m’efforce d’expliquer ceci, mais toutefois sans chercher à rendre cela… à imposer une idée sur un point ou un autre. Pour autant que je le sache, je n’ai jamais été coupable d’avoir fait ça.

5 Souvent, des gens écoutent les bandes et disent : « Eh bien, je ne suis pas d’accord avec ça. Il ne connaît vraiment pas son enseignement, il ne connaît pas les Écritures. » Eh bien, tout ça, c’est–c’est peut-être vrai. Voyez ? Je ne dirais pas que ce n’est pas vrai.
Mais, pour moi, je–je L’étudie sans prendre aucune des–des paroles... Je lis ce que d’autres hommes ont à dire, et je les apprécie. Tout ce qu’on dit, j’en suis reconnaissant. Mais ensuite–ensuite, je vais devant Dieu avec ça, et je ne bouge pas de là tant que je ne peux pas l’expliquer de la Genèse à l’Apocalypse, et voir que tout se tient dans la Bible. Et comme ça, je–je sais que c’est à peu près juste. Et, bien sûr, là où c’est vous qui avez raison, c’est seulement un endroit où moi, je–j’ai dévié. Et peut-être que là où vous avez tort, ou raison, c’est là que j’ai dévié, et vice-versa.

6 Alors, nous vous apprécions tous, tous les braves gens qui sont ici dans l’auditoire ce matin, et les braves gens qui écoutent les bandes. Et nous... Tout ce qui est fait, c’est uniquement pour le Royaume de Dieu. J’ai beaucoup de très bons amis, dans le monde entier, que j’apprécie beaucoup, et je crois que je vais passer une éternité avec eux. Et, dans mon coeur, je ne voudrais vraiment pas séduire ces gens, en aucune façon, mais plutôt essayer d’accomplir tout ce que je peux pour les aider.

7 Je me sens comme Salomon, quand il a prié en disant… lui soit donné de la sagesse pour pouvoir diriger le peuple de Dieu. Voilà ma prière sincère.

8 Mes collaborateurs qui sont avec moi ici, autour... je vois frère Mercier, frère Roy Borders, frère Neville et Billy Paul, mon fils. Gene est quelque part ici, et les frères, Teddy et les autres. Je suis reconnaissant pour tous ces gens qui sont venus m’aider.

9 Je me souviens, il n’y a pas longtemps, frère Léo, une–une vision qu’il avait eue, – il avait appelé ça un songe, c’était une nuit, (nous venions de faire connaissance), là, il avait vu un grand pic en forme de pyramide, très haut dans les airs. Et j’étais là-haut, quelque part, en train de prêcher, et il est monté pour voir ce qu’il en était. Quand il est arrivé là-haut, au sommet de ce pic, eh bien, il a dit que j’étais plus loin, dans un genre de lumière argentée, ou un genre de plateau, en train de prêcher aux gens. Il a attiré mon attention, et j’ai regardé vers lui. Il a dit : « Comment as-tu donc fait pour arriver là ? Comment puis-je arriver là ? »

10 J’ai dit : « Léo, personne ne peut venir ici. C’est Dieu qui doit amener un homme ici. Eh bien, toi tu ne dois pas monter ici. Tu dois descendre témoigner aux gens qui sont là en bas, après l’avoir vu, que c’est la Vérité, que Ça, c’est la Vérité. » Léo est donc redescendu pour aller témoigner aux gens.

11 Il y a combien de temps de ça, Frère Léo ? Plusieurs années, n’est-ce pas ? Plusieurs années. Depuis lors, pour autant que je sache, il l’a fait fidèlement, il a témoigné aux gens que le ministère vient de Dieu. Eh bien, je–je ne veux pas que ça vienne de moi, là. Si ça vient de moi, alors ce n’est pas bon, parce qu’il n’y a rien de bon en l’homme. Voyez ? Il faut que ça vienne de Dieu.

12 Maintenant, quand je regarde autour... Hier après-midi, j’ai serré la main de mon ami, frère West. Je ne l’ai pas encore repéré dans la salle; oui, maintenant, je le vois, ce matin. Savez-vous quelle distance les gens parcourent en voiture pour venir jusqu’ici ? Ils font tout le trajet depuis le–l’Alabama, pour être ici le dimanche, tout ce trajet, depuis l’Alabama !

13 Frère Welch Evans, je ne l’ai pas vu dimanche dernier. Quelqu’un m’a dit qu’il est ici aujourd’hui. Ces gens-là, ils font tout le trajet depuis Tifton, en Géorgie, pour être ici; et le frère qui est assis ici, celui qui est avec lui. Il y en a tellement ! Frère Palmer, de Macon, en Géorgie. Et je crois que c’est soeur Ungren et les autres que j’aperçois au fond. Eux, ils viennent de là loin, là-bas à Memphis, dans le Tennessee. Maintenant, vous pensez... Et d’autres qui viennent d’ailleurs. Je viens de rencontrer une dame ici, qui vient de–de très loin, de la Caroline du Sud.

14 Maintenant, pensez-vous que ces gens qui sont ici... En regardant, j’en vois qui viennent de Chicago et de différents endroits, qui font des centaines et des centaines de kilomètres en voiture, rien que pour assister à une réunion. Et, quand ils arrivent ici, il n’y a pas de place pour s’asseoir. La salle n’est pas climatisée; il faut rester debout dans un vieux bâtiment surchauffé, à s’éponger la sueur. Ils utilisent l’argent destiné à nourrir leurs enfants pour venir ici écouter ce Message. Vous voulez me dire qu’il n’y aurait pas... de l’autre côté de cette rivière, quelque part, un endroit où ils iront un de ces jours ? Bien sûr que oui. Ça, c’est être fidèle ! Ces gens-là sont des gens qui paient leur dîme. Non seulement ils viennent, mais ils m’apportent leurs dîmes et leurs offrandes, ils les apportent à la maison du Seigneur, essayant de faire ce qui est bien. Que Dieu bénisse abondamment de tels gens fidèles ! Que la miséricorde et la grâce de Dieu soient avec eux.

15 Je vois mon ami Charlie Cox et les autres qui viennent du sud du Kentucky. Où qu’on regarde, on voit des gens qui viennent de différents endroits.

16 Le jeune homme qui est assis ici (son nom m’échappe), je l’ai rencontré à Chicago. Mais vous venez d’une école biblique quelque part loin d’ici, n’est-ce pas ? [Le frère dit : « De Springfield, dans le Missouri. » – N.D.É.] De Springfield, dans le Missouri; l’école biblique des Assemblées de Dieu. Oui. Très bien. Vous voyez, ils viennent tout simplement de partout, en vue de se retrouver dans cette petite église de rien du tout.

17 Pensez-y seulement, il y a environ une trentaine d’années, le matin où j’ai posé la pierre angulaire, j’étais là-bas sur la Septième rue, à une rue d’ici. Je n’étais même pas encore marié, je n’étais qu’un jeune homme. Et j’ai eu une vision, où j’ai vu des gens serrés, entassés ici, venant de partout. Et j’étais très heureux, debout derrière la chaire. Et c’est là qu’Il m’a dit : « Mais ceci n’est pas ton tabernacle. » Et Il m’a placé sous les cieux. Vous connaissez le reste de l’histoire, c’est écrit sur la page de la Bible, qui est là dans la pierre angulaire.

18 Je suis si reconnaissant pour vous. Je ne peux pas... C’est–c’est bien peu de–de seulement dire : « Eh bien, je suis reconnaissant pour vous. » Mais je prie pour vous. Je crois en vous. Je crois à l’expérience que vous avez de Dieu. Je ne crois pas qu’un homme ou une femme, ils feraient des centaines et des centaines de kilomètres en voiture pour venir ici montrer les vêtements qu’ils portent. Je–je ne pense pas qu’ils feraient cela. Non. Ils ne viendraient pas ici rien que pour se faire voir. S’ils viennent ici, c’est parce qu’ils s’intéressent profondément et sincèrement au salut de leur âme. Ma prière, c’est : « Ô Dieu, aide-moi, aide-moi à avoir ne serait-ce que la moitié de la sincérité qu’ils ont pour essayer de leur prêcher de tout mon coeur et en m’attendant à Dieu. »

19 Le Message, vous voyez... Ce matin, on a dessiné ça ici, au tableau. C’est seulement pour faire... pour expliquer au fur et à mesure que j’avancerai, pour essayer de faire en sorte que vous compreniez ce que j’essaie de dire.

20 Et ces Soixante-dix semaines de Daniel, ça a été un grand sujet d’étude, ça fait deux jours et deux nuits, presque depuis la fin de cette semaine, ici, que je suis là-dessus, essayant de trouver les paroles qui pourraient exprimer la Vérité. Ça doit concorder avec le reste de la Bible. Voyez ? Vous ne pouvez pas simplement Le prendre, juste un petit passage des Écritures, vous en faire une–une conception, et puis dire : « Eh bien, voici ce qui est dit ici », et ensuite faire volte-face pour dire : « Eh bien, mais là, Elle–Elle dit autre chose, qui contredit ceci. » Elle ne peut pas faire ça. Elle doit dire la même chose tout le temps. Sinon, eh bien, alors–alors vous êtes–vous êtes dans l’erreur. Et c’est de cette façon-là que j’ai essayé de L’enseigner.

21 En passant, sur les bandes, puisque c’est sur bandes... La critique la plus acerbe que je reçois, au sujet des bandes, de mes frères à différents endroits du monde, c’est que je crois à la grâce de Dieu, c’est-à-dire que j’enseigne, comme je le fais, que nous avons été prédestinés avant la fondation du monde.

22 Mes frères pentecôtistes, je sais évidemment que votre façon de voir les choses est légaliste, vous voyez, et je–je sais que ça dérange un peu votre façon de voir. Mais voudriez-vous, en tant que frère chrétien, voudriez-vous y accorder assez de considération pour vous agenouiller devant Dieu, avec votre Bible, et demander à Dieu de vous l’expliquer ? Voudriez-vous le faire ? Voudriez-vous, en prenant le point de vue légaliste, essayer d’établir le lien de la Genèse à l’Apocalypse ?

23 Et « la semence du serpent », c’est le plus ravageur; beaucoup de gens n’y croient pas. Seulement, si vous voulez bien lire dans la Genèse, la Bible dit que le serpent a eu une semence. « Je mettrai inimitié entre la semence du serpent et la Semence de la femme. » Donc, le serpent a eu une semence. Et, si la semence du serpent était spirituelle, alors Jésus n’était pas un Homme ; donc, la Semence de la femme était spirituelle. Tous les deux ont eu une semence, et l’inimitié est toujours là. Le serpent a eu une semence. Et si vous voulez seulement prendre votre Bible et vraiment vous approcher de Dieu avec beaucoup de respect, je crois que Dieu vous le révélera.

24 Et si vous ne le comprenez pas, je suis–je suis à votre disposition, à tout moment, pour faire de mon mieux pour vous aider, soit par lettre, ou dans un–ou dans un entretien particulier, ou quoi que ce soit que je puisse faire pour vous aider. Bien sûr, nous sommes conscients que ce n’est pas ça qui sauve un homme, pas plus que ça ne le condamne, mais tout ce que ça fait, c’est faire la Lumière sur le sujet que nous nous efforçons tant d’amener les gens à voir. Tout ce que ça fait, c’est faire la Lumière sur la chose.

25 Maintenant, pour mon auditoire visible, j’ai dit ça à cause des bandes, vous voyez ; ces bandes vont tout… partout.

26 Maintenant, inclinons la tête juste un instant avant de nous approcher de l’Auteur de cette Parole. Combien dans l’auditoire sont dans le besoin ce matin ? Dites simplement : « Je suis dans le besoin. Ô Dieu, sois miséricordieux envers moi. » Que le Seigneur accorde sa bénédiction. Et pour ceux qui entendront la bande, quand vous l’entendrez, que Dieu exauce votre demande.

27 Notre Père céleste, nous sommes un peuple reconnaissant, et pourtant un peuple indigne. Mais nous nous approchons de Ton Trône de grâce ce matin, parce que nous avons été invités à venir. Jésus a dit : « Si vous demandez quoi que ce soit au Père en Mon Nom, Je le ferai. » Et nous savons que ce–c’est vrai.

28 Ici dans l’auditoire et là-bas dans le–le pays où les bandes iront, probablement que des dizaines de milliers de chrétiens nés de nouveau vont entendre ceci. Et nous savons, Père, que quand nous sommes nés de nouveau, notre esprit est né d’En Haut. C’est l’Esprit de Dieu, le Saint-Esprit sur nous. Et nous sommes conscients que ce Saint-Esprit est Tout-puissant et qu’Il peut accomplir pour nous tout ce que nous désirons voir s’accomplir. Alors, Père céleste, nous Te demandons de libérer notre foi à l’égard de cet Esprit, afin qu’Il soit à mesure de nous procurer ce matin, pour la gloire du Royaume de Dieu, tout ce que nous avons demandé et désiré, que nous soyons guéris de nos maladies et de nos afflictions, et que nous puissions ainsi servir notre Dieu de tout notre être.

29 Ouvre les oreilles de notre entendement aujourd’hui. Et alors que je m’efforce de traiter cette grande question et de l’éclaircir dans la pensée des gens… Maintenant, j’ai noté cela, Seigneur, ici sur papier, et aussi tracé ce schéma sur ce tableau, mais je suis totalement incapable de l’expliquer. Maintenant, nous faisons appel à Toi, le Grand Maître qui a écrit la Parole, qui L’a inspirée, qui L’a donnée au prophète Daniel. Et nous Te prions d’envoyer l’inspiration ce matin (en ces derniers jours, comme Il a dit que le Livre serait scellé jusqu’à maintenant), d’ouvrir notre entendement. Et qu’il y ait dans nos coeurs une foi accueillante, qui permette à la Parole de s’implanter, de prendre Vie et de produire dans nos vies les arbres de justice qu’Elle est destinée à produire. Que notre foi en Dieu nous procure cela ce matin. Car nous nous attendons humblement et nous nous consacrons à Toi maintenant, au Nom de Jésus-Christ. Amen.

30 Eh bien, nous sommes reconnaissants pour cette matinée, pour cette occasion merveilleuse qui nous est de nouveau offerte d’ouvrir ces pages de la Parole éternelle de Dieu.

31 Maintenant, si je me suis senti obligé d’essayer d’expliquer ceci, c’est parce que nous sommes en train d’étudier le Livre de l’Apocalypse, et nous venons de voir les sept âges de l’Eglise. Ensuite, à la fin du chapitre 3 du Livre d’Apocalypse, l’Église est enlevée de la terre pour monter dans la Gloire. Et j’ai… j’essaie de tout mon coeur de montrer ceci aux gens : ils s’attendent à voir arriver quelque chose d’écrit dans le Livre d’Apocalypse, alors que ça ne s’appliquait pas à l’âge de l’Eglise. Et nous sommes plus près de la fin que vous ne le pensez.

32 Une nuit, il y a quelques jours, Billy, mon... ou plutôt, ma belle-fille m’a appelé, tard dans la nuit, pour me dire qu’un homme du nom d’Andy Herman – c’est un de mes cousins – était sur son lit de mort, à l’hôpital. Je suis allé le voir. Ils l’avaient drogué, au point qu’il dormait et que je n’ai pas pu lui parler. Le lendemain matin... J’avais demandé à Dieu de le garder en vie jusqu’à ce que je puisse… Ad est un homme de bien, mais il n’était pas chrétien. Ce n’est pas mon oncle, c’est mon cousin, il a épousé une de mes cousines.
Et quand tante Hattie, qui était là, m’a parlé, elle a dit : « Billy, de toutes ses quatre-vingts années de vie, il n’a pas servi Dieu. Mais, a-t-elle dit, il y a quelques semaines, il était assis à la maison... » Il a quatre-vingts ans, évidemment, il ne fait pas beaucoup de travail physique. Mais elle a dit...
Il l’a appelée et il a dit : « Hattie, sais-tu quoi ? Christ vient de m’apparaître ici, il y a quelques instants. »
Elle l’a regardé, elle a dit : « Andy, est-ce que–est-ce que... Que se passe-t-il ? » Elle a dit...
Il a dit : « Non. Il était là, debout devant moi, et Il a dit quelque chose. »
Elle a dit : « Qu’a-t-il dit ? »
« Il est plus tard que tu ne le penses. »

33 Quelques semaines après, – deux ou trois semaines, – il a eu une attaque, et il était paralysé à l’hôpital, en train de mourir. J’ai dit : « Tante Hattie, tu devrais avoir honte de ne m’avoir pas appelé, moi ou quelqu’un d’autre, pour préparer son coeur à cette heure à laquelle il est arrivé maintenant. »

34 J’ai demandé au Seigneur, le lendemain matin, quand je... Comme il ne pouvait pas parler, je lui ai seulement demandé, j’ai dit : « M’entends-tu, oncle Andy ? » Il–il a réussi à hocher un peu la tête et à remuer la mâchoire. J’ai prié pour lui, je lui ai fait confesser ses péchés devant Dieu. Je voulais le baptiser, et tante Hattie voulait être baptisée.

35 J’ai traversé le couloir pour aller voir une jeune dame du quartier, ici, et qu’ils allaient envoyer à l’hôpital psychiatrique; et le Seigneur a fait quelque chose de merveilleux pour elle, elle est rentrée à la maison.
Et, en chemin, j’ai rencontré une soeur de couleur, elle a dit : « N’êtes-vous pas frère Branham ? »
J’ai dit : « Oui. »
Elle a dit : « Vous souvenez-vous de moi ? Je suis Mme Drye. »

36 J’ai dit : « Oui, je crois que je me souviens. Pete Drye et les autres. » J’ai dit : « Mais oui, je–je me souviens de vous. » Elle a regardé dans la chambre, et quand nous avons… Je me demandais pourquoi elle avait dit ça. Et là, oncle Andy s’était soulevé dans son lit, il était assis là, il bougeait les mains et les bras comme tout le monde, il essayait de baisser le machin–le machin du lit pour sortir de là et s’en aller. Maintenant, ils vont venir se faire baptiser au Nom du Seigneur Jésus, lui et son épouse.

37 Ainsi... Mais la raison pour laquelle je vous ai raconté ça, ce qu’il est plus tard que nous ne le pensons. Et je crois que ces Soixante-dix semaines de Daniel vont nous le faire comprendre.

38 Eh bien, la plupart de nos frères pentecôtistes, comme je le disais tout à l’heure sur la bande, ne sont pas d’accord avec Ceci. Ils s’attendent à ce qu’il y ait une grande démonstration de puissance. Et, mes frères, si vous voulez écouter bien attentivement et ne pas... et écouter, vous verrez que cette grande démonstration de puissance est déjà passée. Jésus est prêt à revenir.

39 L’Église part au chapitre 3 de l’Apocalypse. Il n’est absolument rien dit au sujet de… mais la toute dernière chose, c’était le dernier messager de l’âge. Après ça, nous parlons des Juifs, jusqu’au retour avec l’Épouse, au chapitre 19. Du chapitre 6 au chapitre 19, il ne s’agit que les Juifs.
C’est ce que je voudrais montrer à mon cher frère, ici, pendant les Sceaux, à frère Wood, qui était auparavant témoin de Jéhovah, lui et toute sa famille ici ce matin, que ces 144.000 n’étaient pas… n’avaient rien à voir avec les gens des nations. Ce sont des Juifs. Voyez ? Et que ce n’est pas le Corps mystique de Christ sur terre aujourd’hui. C’est l’Épouse qui est ce Corps mystique. Par le Saint-Esprit, nous sommes baptisés pour former ce Corps mystique.

40 Maintenant, nous savons que c’est ici dans le Livre de Daniel, là où nous avons lu, et nous allons simplement le relire, parce que c’est Sa Parole. Au chapitre 9 de Daniel, le verset 24 : Soixante-dix semaines ont été fixées sur ton peuple et sur ta ville sainte, pour faire cesser la transgression... mettre fin au péché, pour expier l’iniquité et amener la justice éternelle, pour sceller la vision et le prophète, et pour oindre le Saint des saints. Verset 25 : « Sache-le donc, et comprends ! Depuis... » Eh bien, voilà de quoi nous avons parlé, et, dimanche soir passé, nous avons terminé par ceci : « oindre le Saint des saints ». C’est ici que nous commençons ce matin, au verset 25. Et donc... Sache-le donc, et comprends ! Depuis le moment où la parole a annoncé que Jérusalem sera rebâtie (c’est-à-dire « ma ville sainte », vous voyez) jusqu’à l’Oint, au Conducteur, il y a sept semaines… soixante-deux semaines, les places et les fossés seront rétablis et reconstruits, mais en des temps fâcheux. Après les soixante-deux semaines, un Oint sera retranché, et il n’aura pas de successeur. Le peuple d’un chef qui viendra détruira la ville et le sanctuaire, et sa fin arrivera comme par une grande inondation; il est arrêté que les dévastations dureront jusqu’au terme de la guerre. Maintenant, souvenez-vous, c’est la fin de la guerre. On l’a mis ici au tableau. Et maintenant, nous commençons autre chose. Il fera une solide alliance avec plusieurs pendant une semaine, et durant la moitié de la semaine il fera cesser le sacrifice et l’offrande; le dévastateur commettra les choses les plus abominables, jusqu’à ce que la ruine (c’est-à-dire tout) et ce qui a été résolu fondent sur le dévastateur.

41 Oh ! quelle leçon ! L’autre jour, je disais à mon épouse : « Je me demande si les gens saisissent réellement cela. » Je veux vraiment que vous saisissiez cela. Ne... S’il faut que vous… qu’on reste toute la journée, on va rester. Eh bien, on–on–on veut saisir cela. Voyez ? On–on veut savoir que c’est la Vérité. Et vous... si seulement vous pouviez le voir ! Et je vais demander peut-être...

42 Et après, je vais laisser le schéma affiché ici, et vous–vous pourrez le recopier après. Venez cet après-midi, quand vous voudrez, et recopiez les schémas, et tout. Ça vous aidera à comprendre. C’est pour ça que je l’ai mis là, pour que vous compreniez cela.

43 Maintenant, récapitulons juste un peu pour avoir une base. Donc, il y avait... Daniel était préoccupé à cause de son peuple; en effet, il avait lu le prophète Jérémie, et il avait compris que Jérémie avait dit qu’ils seraient en captivité pendant soixante-dix ans. Et, ainsi, il voyait qu’il y avait déjà soixante-huit ans qu’ils étaient en captivité. Alors il savait que le moment était proche. C’est pourquoi il a mis de côté tout son travail, il a, pour ainsi dire, baissé les rideaux sur toutes ses tâches quotidiennes. Il a tourné sa face vers Dieu, il a revêtu le sac et la cendre, et il s’est mis à jeûner et à prier, dans le but de savoir quand ce moment-là arriverait. Et après, nous voyons, comme je l’ai déjà dit... [Frère Branham parle à quelqu’un sur l’estrade.– N.D.É.] (Pourrais-tu tourner ça un peu de ce côté-là, juste un peu ? Le ventilateur tourne un peu trop fort, ça m’enroue. Alors... Merci, frère.)

44 Nous voyons donc que Daniel voulait avoir cette information pour son peuple. Et je pense que si Daniel, en lisant les prophètes qui étaient venus avant lui, a compris qu’il était près de la fin, s’est mis à chercher Dieu pour savoir combien la fin était proche, alors je pense qu’en voyant que nous sommes au bout du chemin maintenant, il est légitime, non pas que nous revêtions le sac et la cendre, mais que nous rejetions les choses du monde et nos soucis de cette vie pour chercher Dieu, afin de découvrir dans quel jour de l’année nous sommes, parce que nous voyons que nous sommes à la fin; l’Église doit donc recourir au jeûne et à la prière et se tenir prête. C’est pour ça que je me sens obligé de... ne sachant pas quelle explication donner à ceci, car je le laissais chaque fois de côté, en disant : « Ces soixante-dix semaines de Daniel... » parce que je n’arrivais pas à le comprendre. Et c’est pour ça que maintenant, je me suis mis en devoir d’essayer de l’expliquer. Et je crois qu’avec l’aide du Seigneur, je vais pouvoir le faire, par Sa grâce, l’apporter de sorte que... vous montrer combien nous sommes proches de la Venue du Seigneur.

45 Maintenant, il ne restait que deux ans à Daniel. Et nous voyons que, pendant qu’il était en prière, l’Ange Gabriel est venu vers lui en vitesse. Et Il ne lui a pas seulement expliqué quand son peuple allait sortir de captivité, mais aussi tout ce qui était fixé pour son peuple, tout ce qui allait encore arriver à son peuple. Il a dit : « Il reste encore soixante-dix semaines pour les Juifs. »

46 Et nous voyons qu’Il avait six buts. L’un d’eux, c’était faire cesser les transgressions; et–et mettre fin au péché; expier l’iniquité; amener la justice éternelle; sceller la vision et le prophète; et oindre le Saint des saints.

47 Et dimanche matin passé, nous avons parlé de Daniel, alors qu’il était là-bas en prière; dimanche soir passé, nous avons donné les passages des Écritures, pour que les gens puissent les lire une fois rentrés chez eux. Les avez-vous lues ? Avez-vous aimé ça ? Merveilleux !

48 Donc, les six buts... Et nous voyons que ce sixième but, « oindre le Saint des saints », nous voyons que le « Saint des saints » a toujours représenté l’Église, le Tabernacle. Et la dernière chose qui devait se faire, c’était oindre le Saint des saints, c’est-à-dire le Tabernacle du Millénium dans lequel Il vivra pendant le Millénium, dans lequel nous vivrons.

49 Bien. Aujourd’hui donc, nous abordons ce que sont les soixante-dix semaines. Et c’est une partie très essentielle, les soixante-dix semaines.

50 Eh bien, nous savons que les Écritures ne peuvent pas mentir. Elles doivent être la Vérité. Alors, si cet Ange Gabriel est venu dire à Daniel qu’il ne restait que soixante-dix semaines pour les Juifs... Eh bien, on pourrait penser qu’il s’agit de semaines de six... ou de sept jours. Seulement, dans une prophétie, c’est toujours donné en paraboles.

51 Et alors, sans doute qu’au cours des âges, il y a eu des centaines de centaines de personnes, des érudits, des hommes très doués, qui ont essayé d’expliquer ce qu’étaient ces soixante-dix semaines. J’ai lu beaucoup des commentaires qu’ils ont écrits sur le sujet. Et je suis très reconnaissant à M. Smith, de l’église adventiste, pour son point de vue. Je suis très reconnaissant au Dr Larkin pour son point de vue. Je suis reconnaissant à tous ces grands érudits pour leurs points de vue sur le sujet. Et de les lire, ça m’éclaire beaucoup, je trouve des choses qui ont l’air justes. Mais, pour exploiter le point de vue que je–j’ai pensé que j’aimerais exposer, j’ai fait une recherche sur le temps dans l’encyclopédie, pour savoir ce que signifie le temps.

52 Et nous découvrons ici qu’il y a « un temps, des temps, et la moitié d’un temps ». Le temps, c’est quoi ? Une semaine, c’est quoi ? Cela fait maintenant trois mille quatre cent trente ans, depuis que–depuis que Dieu a commencé à traiter avec les Juifs; il y a bien, bien des années. Daniel, c’était avant Jésus-Christ, à l’époque, c’était en 538 av. J.-C., 538 ans avant Christ, qu’il a parlé de ceci : « un temps, des temps, et la moitié d’un temps ». Regardez où il aurait abouti à la fin de soixante-dix semaines. Eh bien, au bout de soixante-dix semaines, il était toujours à Babylone. Pourtant, Dieu lui avait dit que cette période de temps-là, c’était tout ce qui avait été fixé sur le peuple.

53 Maintenant, ceux de mon église, ici, vous savez qu’au fil des années, je vous ai toujours dit : « Si vous voulez savoir quel jour de la semaine on est, regardez le calendrier. Mais si vous voulez savoir à quelle époque nous vivons, regardez ces Juifs. » C’est la seule horloge. Dieu n’a pas compté de–de temps déterminé pour les Gentils. Il n’y avait pas de période déterminée. C’est là, à mon avis, que beaucoup de grands auteurs ont confondu les faits, ils essayaient de appliquer cela en même temps aux Juifs et aux Gentils, parce qu’Il a dit : « Ton peuple. » Mais c’est à Daniel qu’Il s’adressait, pas à l’Église; le peuple de Daniel, les Juifs. S’Il s’était adressé à l’Église, ça ne donnerait rien de juste; vous–vous vous retrouveriez bien loin dans le passé, avant même la Venue de Christ. Ce serait écoulé, quelles que soient les semaines prophétiques dans lesquelles vous voudriez situer ça. Ce serait déjà écoulé. Mais c’est aux Juifs qu’Il s’adressait; donc l’horloge de Dieu, ce sont les Juifs.

54 Vous vous souvenez, il n’y a pas longtemps, quand frère Arganbright, de la Californie, le vice-président de l’Association internationale des Hommes d’Affaires du Plein Évangile, est venu chez moi et qu’il m’a apporté une–une bande, et… pas une bande, mais un–un film, qu’ils... Minuit moins trois. Il avait été tourné comme documentaire scientifique. Quand j’ai vu ces Juifs qui rentraient, qui retournaient à Jérusalem, je suis venu ici au tabernacle, et j’ai dit : « J’ai l’impression d’avoir eu une reconversion. » Beaucoup d’entre vous s’en souviennent. J’ai dit : « Voir ces Juifs qui retournent ! »
Jésus a dit, dans Matthieu, au chapitre 24 : « Quand vous voyez le figuier bourgeonner, vous savez à quoi vous attendre. » Voyez, les Juifs qui retournent.

55 Eh bien, j’ai noté quelques observations ici. J’aimerais m’y référer. Eh bien, là, je vais–je vais–je vais prendre mon temps, pour que vous aussi, vous puissiez les noter. Maintenant, tout ceci arrive, ces... Maintenant, nous... Là… En cette période où nous sommes maintenant, tout ça, ça arrive aux... Il s’agit des Juifs; ça n’a absolument rien à voir avec l’Église. Tout ce qu’il y a du chapitre 3 de l’Apocalypse jusqu’au chapitre 19, ça n’a absolument rien à voir avec l’Église. Vous n’aboutirez à rien de juste comme ça. Elle n’est pas là du tout.

56 Maintenant, je voudrais expliquer comment j’ai trouvé ceci. Eh bien, au tableau, beaucoup d’entre vous, vous allez voir que j’ai dessiné des périodes de temps espacées, pour montrer comment ça se situe dans l’espace, de façon à ce que tout le monde puisse comprendre. Pouvez-vous... Vous ne devez pas voir, au fond, j’imagine, c’est écrit trop petit. C’est l’écriture de Becky. Ainsi... Et le dessin, j’en avais fait un qui était pire que celui-là. Mais c’est Becky qui a fait ce dessin, de la statue du songe de Nebucadnetsar. Et, Becky, moi, je trouve que ça ressemble plus à une fille qu’à un homme. Mais, de toute façon, ça va–ça va nous donner l’information, ce qu’il nous faut.

57 Eh bien, si nous lisons dans la Bible que soixante-dix semaines ont été fixées sur le peuple... Eh bien, le... Ça n’a rien à voir avec l’Église. Les soixante-dix semaines n’ont rien à voir avec l’Église. Si vous remarquez ici, sur le schéma, j’ai inséré l’âge de l’Eglise entre les soixante-dix semaines. On l’a, ici. Un frère de la Géorgie l’a dessiné pour nous ici, quand on a fait l’étude des âges de l’Eglise. Et bien sûr que nous pouvons comprendre ce que ça veut dire.

58 Le blanc dans l’Eglise, ici, veut dire que c’était apostolique partout. Après, au deuxième âge de l’église, ils ont eu la doctrine des Nicolaïtes, ou ils ont eu les oeuvres des Nicolaïtes; ce n’était pas encore devenu une doctrine. Au troisième âge de l’Eglise, c’est devenu une doctrine. Et au quatrième âge de l’Eglise, ils en ont fait une organisation, et il y a eu la papauté romaine. Et au–au quatrième âge de l’Eglise, c’était l’âge des ténèbres.
Si vous remarquez, toute cette partie sombre, là, ça représente le nicolaïsme, ou plutôt le romanisme. La partie blanche représente le Saint-Esprit, l’Église. À ses débuts, à l’époque de saint Paul, toute l’Église apostolique au complet était remplie du Saint-Esprit. Ensuite, les aristocrates ont commencé à entrer. Et ils ont fini par s’unir, et ils ont formé une église complètement nouvelle avec ça. Et la petite église qui restait, on les a brûlés, lapidés, donnés en pâture aux lions, et tout.

59 À la Réforme, Luther est arrivé, un peu plus de lumière, vous voyez. Aux jours de Wesley, il y a eu encore un peu plus de lumière. Mais au dernier âge de l’Eglise, ici, l’âge de l’église nicolaïte, c’est l’âge où nous... Non pas l’âge nicolaïte, mais l’âge de Laodicée, c’est l’âge où nous vivons. Si vous remarquez, il n’y a pas beaucoup de lumière.

60 Quelqu’un était… en voyant le dessin accroché là, disait : « Vous devriez avoir honte, Frère Branham ! Ce grand jour de lumière… »
J’ai dit : « J’imagine qu’une fois le tri fait, c’est encore en-dessous de la réalité; quand on prend ceux qui ont vraiment le coeur pur, qui sont nés de nouveau de l’Esprit… » Souvenez-vous, cet âge-ci, de tous les âges, est le seul où Christ a été expulsé de Sa propre église. On a une grande confession, mais est-ce qu’on a une possession ? Voilà la question. Christ est-Il réellement dans l’église ? Ce sera vraiment une minorité.

61 Eh bien, maintenant, situons les soixante-dix semaines de Daniel. Maintenant, je vais encore répéter ceci : ministres de l’Évangile, si vous n’êtes pas d’accord avec ceci, c’est en ordre. Elles se divisent en trois périodes, comme nous le voyons dans Daniel 9. Trois périodes. D’abord, une période de sept semaines; ensuite, une de soixante et deux, c’est-à-dire soixante-deux; et ensuite une période d’une semaine. Elles se divisent en trois périodes différentes.

62 Maintenant, j’ai tracé les divisions ici au tableau. La première période, la deuxième période, et, d’après la façon dont je le comprends par l’Évangile, par le Saint-Esprit, au temps de la fin, Dieu retourne de nouveau aux Juifs.

63 Or, nous savons, par tous les Évangiles que Paul et les autres ont enseignés, que Dieu va retourner de nouveau aux Juifs. Eh bien, s’Il doit donc retourner de nouveau aux Juifs, comment pouvons-nous appliquer ça au temps de Daniel ? C’est au dernier âge qu’il nous faut l’appliquer. Et ça arrive après le départ de l’Église des nations, parce qu’Il traite avec Israël en tant que nation, et avec nous en tant qu’individus.

64 Maintenant, j’ai ici quelques notes, que j’aimerais vous lire au fur et à mesure que nous avancerons. Donc : ... au moment où la parole a annoncé que Jérusalem sera rebâtie… Ça, ça a eu lieu le quatorze mars. Si certains d’entre vous veulent le noter, en hébreu, vous verrez que c’est le mot N-i-s-a-n, Nisan, qui veut dire mars. L’ordre a été émis le quatorzième jour de mars, de l’an 445 av. J.-C., l’ordre a été émis de construire… de reconstruire le temple. Vous avez lu les Écritures, alors vous comprenez ça. Jusqu’à ce que ce fût terminé, il a fallu quarante-neuf ans pour terminer le temple et la ville, les reconstruire. Et il est dit ici, dans la Bible (c’est Daniel qui parle, ou l’ange qui parle à Daniel) : .. les murailles, et ce serait rétabli en des temps fâcheux. Et beaucoup d’entre nous, nous nous en souvenons, au moment de la construction, ils tenaient d’une main la truelle et, de l’autre, l’épée, pour guetter l’ennemi. « Et ce serait rétabli en des temps fâcheux. » Voici donc comment j’ai trouvé ce qu’il en était des jours...

65 Eh bien, on a deux, trois calendriers différents. Si on reprend l’ancien calendrier astronomique, alors on voit que, dans le calendrier julien, il y a trois cent soixante-cinq jours et un quart par année. Ils ont calculé ça avec le passage de Sardes et des autres étoiles, et tout. Ils ont calculé ça. Et on voit que, dans le calendrier romain utilisé actuellement, il y a trois cent soixante-cinq jours par année, d’après ce calendrier. Mais dans le calendrier chrétien, ou prophétique, on voit qu’il n’y a que trois cent soixante jours par année.

66 Maintenant, vous vous demandez peut-être d’où vient cette confusion. Eh bien, ce que je vais dire ici, je peux seulement le dire de moi-même. Je crois qu’il y a longtemps, avant la destruction antédiluvienne, à l’époque de Job, et tout, ils comptaient le temps en suivant les étoiles. Et nous comprenons... ou, avant cette époque-là, que la terre était droite. Ensuite, à cause du péché de l’homme, la terre a été renversée, elle a été déviée de son axe, et il y a eu le déluge; c’est pour cette raison qu’on a les grands glaciers et tout, et que le sommet et le dessous de la terre sont tout recouverts de glace. Nous le savons. Et la terre n’est pas droite, elle est inclinée. La secousse lui a fait perdre sa position d’où ils observaient la lune et les étoiles, à ce moment-là c’était déplacé. Ou–ou, on ne pouvait plus s’y fier pour calculer le temps, parce qu’elle penche d’un côté, elle est inclinée. Alors, on ne tombe pas face aux étoiles en même temps, parce qu’elle est–elle est de travers par rapport à ces étoiles. Vous comprenez ? Je crois que c’est comme ça.

67 Elle se retrouve dans cet état-là. Et tout ce que ça montre, c’est que c’est juste une période dans le temps. Ne voyez-vous pas ? Dieu ne peut pas avoir des choses qui sont de travers. Il laisse tout simplement aller ça comme ça pour un peu de temps. Et je crois réellement que c’est ça qui est arrivé.
Et c’est dans ces derniers jours que Dieu va révéler ces secrets à l’Église. Il ne l’a pas fait auparavant. Et s’Il ne l’a pas fait, c’est pour que l’Église continue à veiller et à prier tout le temps, ne sachant pas quand ça allait arriver. Mais, vous vous souvenez, dans Daniel 12, Il a dit : « Le sage comprendra, aux derniers... en ces derniers jours. » Cela lui a été donné.

68 L’Esprit de sagesse entre dans l’Église pour faire connaître à l’Église, par la révélation du Saint-Esprit, Il fait entrer l’Église et Il révèle le jour où nous vivons. Tout comme Gabriel est venu à–à Daniel, le Saint-Esprit vient à l’Église dans les derniers jours, pour révéler ces grandes choses secrètes, profondes. Comprenez-vous maintenant ? [L’assemblée dit : « Amen. »–N.D.É.]

69 Eh bien, c’est ce qui élimine l’année astronomique, ou l’année... le calendrier julien, vous voyez, l’année maçonnique, c’est le fait que la terre soit inclinée. On a tous appris ça à l’école. Elle est déplacée, donc ils… ces étoiles, elles ne s’alignent pas avec la terre au même moment. Donc, le calendrier romain, lui aussi, est inexact, parce qu’on ne peut pas aligner les jours. Je pourrais vraiment dire bien des choses ici. C’est que nous voyons, et la nature elle-même nous l’enseigne, qu’il y a exactement trente jours, pas plus, dans une année.

70 Maintenant, prenons Apocalypse, où nous allons devoir aller, là, aux jours des deux prophètes. La Bible dit qu’ils ont prophétisé pendant mille deux cent soixante jours. Or, si vous prenez le calendrier astronomique, ce serait bien loin de faire trois ans et demi. Et si vous prenez le calendrier romain qu’on a aujourd’hui, ce serait bien loin du compte. Mais prenez le calendrier prophétique, il y a exactement mille deux cent soixante jours, en comptant trente jours par mois. Voyez ?

71 Nous, on a trente jours à certains mois, trente et un le mois d’après, parfois vingt-huit. Voyez-vous, nous, c’est tout mélangé. Mais, avec Dieu, ce n’est pas clopin-clopant, en haut, en bas, à gauche, à droite. Avec Lui, c’est toujours pareil. Oui, oui. Toujours pareil, trente jours par mois; pas trente et un, après ça trente, ou autre chose. Voyez ? Mais tout cela a été fait selon le grand plan de Dieu, pour que l’Église continue à veiller et à prier, qu’Elle se tienne prête, que leurs vêtements soient lavés dans le Sang de l’Agneau. Oh ! en ces derniers jours, Il a promis… Oui. Maintenant nous voyons où nous vivons. Et, souvenez-vous, le but, le seul but, c’était pour faire cela.

72 Eh bien, s’il y avait sept... Regardez, il y a eu exactement quarante-neuf jours... quarante-neuf ans plutôt, pour la durée de la construction du temple. Les sept…ou les sept semaines prophétiques, sept semaines, parce que sept semaines avaient été fixées pour le temple, pour que le temple soit reconstruit. Et il a été construit en quarante-neuf ans exactement. Maintenant, nous avons la signification du temps des semaines, parce que si la Bible a dit... si l’ange a dit qu’il faudrait sept semaines pour la construction du temple... Et il a fallu exactement quarante-neuf ans pour la construction du temple, du–du quatorze mars jusqu’en 538 av. J.-C., pour que le temple soit reconstruit, et que les rues soient rétablies, exactement quarante-neuf ans. Alors, qu’est-ce que nous comprenons ? Qu’est-ce que nous comprenons ? Alors, si sept semaines représentent quarante-neuf ans, alors une semaine égale sept ans, et sept fois sept, ça fait quarante-neuf. C’est exactement ça. Voilà.

73 Donc, maintenant, on n’en est plus aux hypothèses. Maintenant, nous savons que chaque semaine représente sept ans. Avez-vous compris cela ? Disons-le tous ensemble. [Frère Branham et l’assemblée disent ensemble : « Une semaine représente sept ans. »–N.D.É.] « Une semaine représente sept ans. » Maintenant, nous savons que nous l’avons saisi. Une semaine représente sept ans.

74 Alors, nous voilà ici, la première semaine. [Frère Branham va vers le tableau pour illustrer.–N.D.É.] Quarante-neuf ans pour que le temple soit reconstruit. La ligne du haut, qui passe, là, ça représente la nation juive. C’est tout simplement le temps. Et, quand ça descend, là, c’est qu’on passe de la nation juive pour entrer dans le temps des nations. Ensuite, ça remonte pour reprendre Israël, et ça continue.

75 Or, pour les Gentils, il n’y a pas eu de temps fixé. Il est seulement dit : « Le temps des nations. » Nous voyons que même Jésus n’a pas fixé de temps pour eux. En effet, nous voyons ici dans Luc 21.24 qu’Il a dit : « Ils fouleront aux pieds les murailles de Jérusalem jusqu’à ce que les nations... » Je vais vous le citer. Je le citais seulement de mémoire. Je vais le lire, parce que ça va être sur bande, là, et nous voulons être bien sûrs de le dire convenablement. Très bien. Si vous voulez le prendre avec moi, dans Luc 21.24. J’ai étudié ça du mieux que j’ai pu, pour que ce soit clair. Ils tomberont sous le tranchant de l’épée, ils seront emmenés… (De qui parle-t-Il ? Des Juifs. C’était la destruction du temple en 70 ap. J.-C.) ... ils seront emmenés captifs parmi toutes les nations,... (Souvenez-vous-en, là, pas seulement à Babylone, pas seulement à Rome, mais dans toutes les nations. C’est là que les Juifs sont aujourd’hui, dans toutes les nations.) ... et Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu’à ce que le temps des nations soit accompli.

76 Donc, il y a un temps fixé, mais personne ne sait quand ce sera. Voyez ? C’est un mystère, voyez-vous, le temps des nations. Mais les Juifs... Donc, nous ne pouvons pas connaître le temps en regardant l’Église, si Elle a rétrogradé ou si Elle avance, ou par ce qu’Elle fait. On ne peut pas savoir par là. Mais regardez les Juifs; le voilà, le calendrier du temps ! Voyez-vous cela ? À eux, Dieu leur a fixé un jour, une heure et un temps bien précis, mais Il ne l’a jamais fait pour les Gentils. Il l’a fait pour les Juifs. Observons donc les Juifs, et alors nous saurons où nous en sommes.

77 Eh bien, les sept semaines donc, c’était quarante-neuf ans. Maintenant, nous avons bien compris qu’une semaine, c’est... une semaine, c’est sept ans; une semaine, sept ans.

78 Maintenant, il nous est dit que « depuis le moment où la Parole... » Maintenant, c’est ici que…?... trouble. Maintenant, il nous est dit : ... Depuis le moment où la parole a annoncé que... reconstruire la ville jusqu’au Messie (et le Messie, c’était Christ, bien sûr) , il y a sept semaines; et soixante-deux semaines (ce qui fait soixante-neuf semaines) ;... Voyez ? Très bien. Et sept fois soixante-neuf, ça fait quatre cent quatre-vingt-trois ans. Maintenant, est-ce que vous notez ? Si vous voulez que je reprenne, je le ferai volontiers.

79 Donc, il nous est dit que « depuis le moment où la parole a annoncé que la ville sera reconstruite jusqu’à l’Oint, il y a sept… (sept, ça, c’est la première, la première, juste ici), sept semaines et soixante-deux; ça fait : soixante-deux plus sept égale soixante-neuf, soixante-neuf semaines. Sept fois soixante-neuf, ça ferait quatre cent quatre-vingt-trois ans. Par conséquent, jusqu’au Messie... Maintenant, nous en arrivons à cette partie-ci. Jusqu’au Messie, il doit y avoir quatre cent quatre-vingt-trois ans, quatre cent quatre-vingt-trois ans.

80 Eh bien, donc, Jésus, le Messie, est entré dans la ville de Jérusalem, en triomphe, monté sur une mule blanche, le dimanche des Rameaux 2 avril de l’an 30 ap. J.-C. Jésus est entré dans Jérusalem le dimanche des Rameaux de l’an 30 ap. J.-C. Et maintenant, eh bien, de 445 av. J.-C. à 30 ap. J.-C., il y a exactement quatre cent soixante-quinze ans.

81 Mais, comme nous l’avons déjà vu, les soixante-neuf semaines, ça donne quatre cent quatre-vingt-trois ans. Eh bien, c’est là que les choses se compliquent, en plein là. Voyez ? Nous avons seulement, si on se fie à ce qui est inscrit dans la Bible, ici, le temps, seulement quatre cent soixante-quinze ans, alors qu’en fait, c’est quatre cent quatre-vingt-trois ans; il y a un écart de huit ans.

82 Or, avec Dieu, ça ne peut pas manquer le but. S’Il a dit qu’il y aurait un certain nombre de jours, c’est ce nombre de jours là. S’Il dit autant, c’est autant. Alors, qu’allons-nous faire ? Eh bien, les années de 475 av. J.-C. à 30 ap. J.-C., ce sont des années juliennes ou astronomiques, qui comptent trois cent soixante-cinq jours et quart chacune. Mais quand on réduit ces jours à notre calendrier prophétique...

83 Maintenant, je vais m’arrêter, ici, un instant. Pour que vous puissiez savoir sans l’ombre d’un doute, je ne me suis pas contenté de ce seul passage-là. Je peux le prendre à travers toutes les Écritures et vous prouver que sept jours sont, que sept, qu’une semaine, c’est–c’est sept ans, dans la Bible. Je viens de le faire ici dans Apocalypse, chapitre 13, ou chapitre 11, verset 3. Ces prophètes prophétiseront pendant mille deux cent soixante jours, ce qui est au milieu de la dernière semaine des Juifs; après ça, ils sont retranchés, et c’est l’Harmaguédon. Alors, si c’est bien le cas, encore là, ça fait exactement trente jours par mois. Voyez ? Alors, c’est un… ce n’est pas du tout trente et un jours, et vingt-huit jours, et ainsi de suite. C’est exactement trente jours par mois, chaque fois.

84 Notre calendrier prophétique nous ramène à trois cent soixante jours, celui que nous utilisons en ce moment à travers les Écritures. Ce qui nous donne exactement quatre cent quatre-vingt-trois. Voilà, quatre cent quatre-vingt-trois. Nous avons ici exactement la preuve de la prophétie, exactement la vérité. En effet, depuis l’annonce de la construction du temple jusqu’à la destruction, quand ils ont rejeté Christ et qu’ils L’ont mis à mort en l’an 33 de notre ère, quand Christ a été mis à mort, ça fait exactement quatre cent quatre-vingt-trois ans.
Eh bien, depuis la promulgation de la parole disant de reconstruire Jérusalem, sept semaines ont été fixées pour ça, c’est-à-dire quarante-neuf ans. Et ça a pris exactement quarante-neuf ans. Eh bien, de la reconstruction du temple au Messie, il y a eu quatre cent trente-huit ans. Donc, quatre cent tren-... quatre cent trente-quatre ans. Et quatre cent trente-quatre fois quarante-neuf, ça fait exactement quatre cent quatre-vingt-trois ans. Ça donne en plein dans le mille, au jour près, d’une date à l’autre. Amen ! Vous y êtes.

85 « Le Messie, le Prince, viendra. » Voyez ? Sept fois soixante-neuf, ça fait quatre cent tren-... quatre–quatre-vingt-quatre ans. En plein dans le mille, exactement. Alors, nous savons donc parfaitement, nous savons avec exactitude que ce passage des Écritures est juste. Voilà ce qu’il en est. Mais, vous voyez, tous ces...

86 Quand Dieu a détruit le monde antédiluvien par l’eau, Il a changé la date astronomique; et ensuite Il a laissé les Romains venir fabriquer leur calendrier, et celui-là, des fois ça tombe juste, des fois ça saute, ainsi de suite. Je pense que, même dans… l’encyclopédie que j’ai consultée...

87 Dites donc, est-ce que frère Kenny Collins est dans la salle ce matin, Kenneth Collins ? Tu sais, quand tu m’as envoyé tous ces volumes, l’encyclopédie ? T’en souviens-tu ? Tu m’en avais envoyé presque un camion plein. Je m’étais dit : « Mais qu’est-ce qu’un novice comme moi va bien pouvoir faire avec tout ça ? » Tu sais, c’est le Seigneur qui te conduisait, Kenny. C’est là que j’ai trouvé les renseignements, là, dans cette vieille encyclopédie : le temps, j’étudiais ça. Et Becky les utilise pour l’école. Je les ai mis dans mon bureau, en bas, dans mon cabinet de travail. Alors, on est descendus là et on l’a fait sortir, et on a cherché ça, et on l’a trouvé exactement, dans tous les calendriers et tous les temps qu’il y a jamais eus. Voyez ? Alors, on a trouvé ça.

88 Voilà, c’est exactement ça, quatre cent quatre-vingt-trois ans. Depuis la promulgation de la parole disant de rétablir la–de rétablir la construction, jusqu’au temps où le Prince, le Messie, a été rejeté, ça fait exactement quatre cent quatre-vingt-trois ans, d’après le calendrier.

89 Maintenant, vous voyez, nous utilisons ce même calendrier de ce côté-ci aussi. En effet, si Dieu a utilisé ce calendrier à ce moment-là, alors Il doit l’utiliser tout le temps dans la Bible. Pas vrai ? Dieu ne change pas. Donc, si sept semaines, c’était quarante-neuf ans, sept semaines, c’est encore quarante-neuf ans. Une semaine, c’est sept ans, voyez-vous, alors c’est absolument parfait. Et si ça a donné en plein dans le mille à ce moment-là, ça va donner en plein dans le mille de nouveau. Amen ! Oh ! la la ! Ça me remplit d’enthousiasme. Oh ! je–j’aime–j’aime savoir de quoi je parle. Je–je–j’aime ça.
En effet, c’est comme ce vieux monsieur, qui me disait, là-bas dans le Kentucky, il disait : « J’aime entendre parler quelqu’un qui sait de quoi il parle. »
J’ai dit : « Moi aussi. »
Il a dit : « C’est ça le problème avec vous, les prédicateurs, vous ne savez pas de quoi vous parlez. »

90 « Eh bien, ai-je dit, je vous remercie du compliment, mais pour certaines choses, nous savons de quoi nous parlons. » Je sais que je suis né de nouveau. Je sais que je suis passé de la mort à la Vie. Je sais qu’il y a un Dieu, parce que je Lui ai parlé.
Il a parlé à travers moi, Il a parlé avec moi, Il a parlé à d’autres, Il m’a dit des choses sur d’autres personnes. Et je sais qu’Il est Dieu. C’est vrai. Il a eu la gentillesse de descendre et de se laisser photographier avec moi, et ça, le monde scientifique ne peut pas le nier. Et j’ai pris l’Écriture, et j’ai vu que ceci accomplit exactement cet âge de l’église, ce qui arrive exactement, alors je sais qu’on en est là. Amen.

91 Eh bien, nous ne sommes peut-être pas instruits. Nous ne sommes peut-être pas des gens très pompeux, et tout. Nous ne sommes peut-être pas des dignitaires, mais ce qu’il y a, c’est que nous connaissons Dieu. Nous Le connaissons, parce qu’il y a un Saint-Esprit, et que ça concorde, mot par mot, dans l’Écriture, alors nous savons que c’est la vérité. Nous vivons dans les derniers jours.

92 Maintenant, là... Souvenez-vous donc que cette année prophétique compte trois cent soixante jours par année. Regardez tout le reste. La nature, comme certains d’entre vous peuvent le comprendre, même pour les femmes, et tout. Voyez ? Trente–trente jours... simplement... voyez, c’est–c’est... Toute la nature est disposée comme ça. Voyez ? Pas trente et un, trente, ou vingt-huit, ou autre chose. C’est exactement trente jours pour chaque année. c’est le–le calendrier prophétique; exactement quatre cent quatre-vingt-trois jours.

93 Nous avons là la preuve formelle de la prophétie, quatre cent quarante-cinq ans avant, c’était tout à fait juste. Eh bien, tout ce qui a été prophétisé devant se produire dans ces soixante-dix semaines ne s’est jamais accompli à ce moment-là, alors cela reste à venir dans les derniers jours, maintenant.

94 Maintenant, mes frères pentecôtistes, maintenant, mes frères témoins de Jéhovah, vous rendez-vous compte... ? Savez-vous où les 144.000 sont apparus ? Savez-vous où tous les glorieux miracles de l’Apocalypse sont apparus ? Dans l’âge des Juifs, pas dans le nôtre. Quant à celui-ci, il n’y a rien de mentionné là-dessus; rien que l’Église qui se prépare et qui part. Bien sûr, avec la puissance de Dieu, nous pouvons accomplir des miracles et des prouesses. Ça, nous le savons. Mais, la vraie chose, c’est ici du côté des Juifs; je veux dire la vraie puissance agissante, qui opère des miracles.

95 Les 144.000 n’apparaissent pas là. Ils sont dans... Ce n’est pas au chapitre 3 qu’ils apparaissent. Ils sont plus loin dans les Écritures, après. Et maintenant, nous voyons que toutes ces choses qui devaient arriver, c’était au cours de cette période de la soixante-dixième semaine, la dernière semaine. Eh bien, s’ils ont déjà eu soixante-neuf semaines et qu’ils les ont vécues exactement tel que Dieu l’avait dit, et que c’est arrivé exactement tel que Dieu l’avait dit, alors il reste une semaine promise pour les Juifs. Maintenant, frères, préparez-vous. Voyez ? Voyez? Écoutez, comme nous en sommes proches ! La dernière semaine, sept... la septième année.

96 Maintenant, est-ce que tout le monde comprend jusqu’ici ? Si vous comprenez... Tout le monde comprend jusqu’ici, que c’est parfaitement la Vérité. C’est la Bible. Ce sont les années prophétiques.

97 Nous sommes arrivés jusque-là maintenant, nous les avons suivies jusqu’au moment où le Messie a été rejeté, vous voyez, du... jusqu’au moment où le Messie a été rejeté, la dernière semaine.

98 Eh bien, je voudrais m’arrêter juste un instant pour expliquer ceci. Là, quand ils ont rejeté le Messie, bien sûr, c’est alors qu’ils ont rejeté Jésus comme Sauveur et qu’ils L’ont crucifié. Vous vous souvenez de ce que la Bible dit ici : « Et Il sera retranché, mais pas pour Lui-même, le Messie, le Prince. » Pensez seulement avec quelle précision cette prophétie s’est accomplie. Je veux vraiment vous enfoncer cela dans la tête, que, si cette prophétie est arrivée à la date précise, au moment précis, et exactement de la façon dont elle avait été annoncée, cet autre sept, ces sept semaines qui restent... ou plutôt ces sept ans (sept jours, sept ans) arriveront exactement conformément aux Écritures.

99 Maintenant, souvenez-vous, Il a été retranché, le Messie. Les Juifs, Dieu a cessé de traiter avec eux. Ils ne sont pas allés plus loin. Alors, ils ont été dispersés par l’Empire romain. Et puis, si vous remarquez ici, sur mon schéma... Je voudrais donc que vous le compreniez et que vous le recopiiez. Vous remarquez, ici, où j’ai mis la croix ? C’est là qu’ils ont rejeté. Mais le temps s’est prolongé un petit peu plus loin, vous voyez. Pourquoi ? Trente, quarante, cinquante, soixante, soixante-dix. Quarante ans plus tard, Titus, le général romain, a détruit Israël, Jérusalem, et il a dispersé le peuple dans le monde entier.

100 Vous voyez, quarante ans plus tard, Titus… Donc, en fait, le temps des Juifs s’est prolongé jusqu’à l’entière... Dieu ne traitait plus avec eux. Il a seulement traité avec eux jusqu’à ce qu’ils eurent rejeté Christ. Alors, quand ils ont crucifié Christ, ils se sont écriés : « Que Son Sang retombe sur nous et sur nos enfants », et c’est ce qui s’est passé depuis lors. Mais avant qu’ils soient dispersés... Écoutez! Ô frère ! Avant qu’ils soient tous dispersés dans le monde entier, Dieu a mis une quarantaine d’années à détruire le temple et à les disperser dans le monde entier. Mais Dieu n’a plus du tout traité avec eux. Dieu n’a plus du tout traité avec eux.
Il s’est mis à traiter avec les Gentils. Vous savez que… vous comprenez cela maintenant ? Donc, ici, on commence les âges de l’Eglise, le temps des nations; Dieu loin des Juifs.

101 Maintenant, mon frère missionnaire chez–chez–chez les Juifs, un cher et précieux frère qui est quelque part ici. Voilà ce que je voudrais que vous saisissiez et compreniez. Voyez-vous, Dieu a cessé de traiter avec les Juifs là même, parce que Dieu traite toujours avec Israël en tant que nation. Nous savons tous cela, Israël est une nation. Quant aux Gentils, ils sont un peuple. Il a dû faire sortir du milieu des nations un peuple qui portât Son Nom. Nous allons voir ça dans quelques instants.

102 Mais, maintenant, ces sept âges de l’Eglise dont nous avons fait l’étude, au temps des nations, de la crucifixion de Christ jusqu’à la fin des âges de l’Eglise… Maintenant, nous avons ce... nous avons étudié tout cela. Maintenant, nous en arrivons au point où nous pouvons prendre les–les... aborder les Sept Sceaux, les Sept Coupes, les Sept Trompettes, et tout ça, avoir une vue d’ensemble; tout ce qui a trait aux Juifs et au jugement que Dieu exercera sur les gens qui sont sur la terre. Et le reste...

103 Souvenez-vous, pendant cette grande période de persécution, il y aura des millions de Gentils qui mourront. Cette épouse rejetée, ce–ce reste de la postérité de la femme, la vierge endormie, elle passe par là. C’est–c’est aussi clair que les soixante-dix semaines ; aussi clair. Et ils vont passer par là. Alors, si vous n’avez pas le Saint-Esprit, vous ferez mieux d’aller Le chercher aussi vite que possible. Nous sommes au temps de la fin.

104 Maintenant, remarquez, sept âges de l’Eglise... Eh bien, je n’aurai pas besoin d’entrer là-dedans, parce qu’on les a sur bande, et ils sont en train d’être mis sous forme de livre, et tout. ça c’était le temps où Dieu n’a jamais dit qu’il y aurait tant de jours, tant d’heures, ou tant d’années; Il n’a jamais rien dit. Il a dit : « Jusqu’à ce que la dispensation des nations soit terminée. » « Jusqu’à ce que…» Les murailles seraient foulées aux pieds, jusqu’à ce que Dieu ait cessé de traiter avec les nations.

105 Eh bien, nous voyons que tout au long de ces âges, le Saint-Esprit est venu. Et, ensuite, Dieu, au commencement, avait commencé à annoncer, quand Christ a été rejeté… Dieu a montré à Jean exactement ce qui allait arriver pendant le règne des nations. Alors, vous voyez, nous n’avons pas de temps précis fixé comme les Juifs, mais nous avons une indication. Nous avons un–nous avons un poteau indicateur. Eh bien, avec les Juifs, Dieu a fait exactement ce qu’Il avait dit qu’Il ferait, pendant ces soixante-neuf ans, ou plutôt quatre cent quatre-vingt-trois ans, mais soixante-neuf semaines. Et il reste une semaine, il y a encore une semaine de fixée.

106 Eh bien, nous ne pouvons pas la placer ici dedans, parce qu’ici, ce sont les Gentils, l’Église. Combien comprennent ça ? Donc, ici, c’est Apocalypse, en commençant au chapitre 1, jusqu’au chapitre 3, où on se retrouve dans Laodicée. Maintenant, nous voyons très précisément que tout ça, c’était l’Église, le monde de l’Église lui-même. Dieu n’a jamais inclus le pécheur et juste... à moins qu’il veuille être sauvé. Mais le monde de l’Église était entièrement blanc; après ça sont venus les Nicolaïtes, qui ont voulu former une organisation. Les dignitaires sont entrés. Ça, c’était à Nicée, Rome, quand ils ont tenu le concile de Nicée. Et qu’ont-ils fait ? Ils ont organisé l’église, et là ils se sont mis à persécuter les chrétiens. Ensuite, dans l’âge de l’église suivant, le christianisme, concernant le baptême du Saint-Esprit, a été presque complètement éliminé.

107 Mais voilà, comme vous le savez, je suis allé consulter l’histoire : Les Pères à Nicée, Les Pères avant Nicée, et toutes les histoires de l’église, et le manuscrit le plus ancien que j’aie pu trouver; et chacun d’eux vous a prouvé que l’Église dont Dieu parlait n’était pas cette église catholique organisée ni aucune autre organisation. Ce dont Dieu parlait... Et toutes ces grandes étoiles de l’âge, c’étaient des hommes qui enseignaient le baptême du Saint-Esprit, le baptême au Nom de Jésus-Christ, et la venue de l’Esprit de Dieu, et–et le parler en langues, l’interprétation des langues, la guérison, les miracles et les signes. C’est ça que Dieu donne. Il ne peut pas changer d’avis, dire : « Eh bien, voilà Mon idée d’une Église, l’Église apostolique. Et maintenant, Mon idée est une église de dignitaires.» Dieu ne change pas ! C’est toujours le Saint-Esprit.

108 Et nous observons ça et nous l’apportons. Alors, quand nous voyons la nature de Dieu et ce qu’Il... et ensuite, nous montrons Son Écriture. Et, ensuite, nous prenons la–l’histoire, qui montre que c’est arrivé exactement tel quel; au jour précis, au moment précis, tout ce que Dieu avait annoncé à travers Jean, c’est arrivé à cet âge des nations.

109 Maintenant, nous nous trouvons sans l’ombre d’un doute dans l’âge de Laodicée. Nous savons que nous y sommes. Nous avons passé par l’âge de Luther, nous avons passé par l’âge de Wesley, maintenant nous sommes dans l’âge de Laodicée, le dernier âge. Et nous comprenons que chacune de ces églises avait un messager. Nous avons vu ça. Les sept étoiles dans Sa main, qui étaient Sept Esprits qui sont sortis devant Dieu. Chacune avait un messager. Et nous avons continué et avons trouvé, par la Bible, ce que serait la nature de ce messager, quelle nature aurait ce messager. Et nous sommes allés trouver quel homme, dans l’histoire, avait cette nature. Et alors, une fois que nous avons trouvé l’homme qui, dans l’histoire, avait cette nature, voilà que nous avons vu que c’était lui le messager pour cet âge de l’église là. Alors, nous avons vu quel Esprit, et ce que cet homme a fait. Et nous avons vu qu’il était un saint rempli du Saint-Esprit, saint Irénée et tous les autres, et–et saint Colomba, et tous ces hommes remplis de l’Esprit. Et nous savons, par l’Écriture, que cette sorte d’Esprit là devait être sur cette sorte d’homme là, pour ce temps-là. Et c’est ça, donc ça ne peut pas être faux. Amen ! Gloire à Dieu ! C’est juste...

110 Je ne sais pas, frère. Ça me fait plus d’effet que n’importe quoi d’autre, voyez-vous, parce que c’est la Parole de Dieu qui parle Elle-même. Quand j’entends Dieu dire quelque chose, je dis : « Amen ! » C’est vrai. Ça règle la question. C’est terminé. Dieu l’a dit. Avec ça, c’est réglé.
Eh bien, Dieu a dit que ça se passerait de cette façon-là, et nous l’avons retrouvé dans l’histoire et par l’Écriture. Nous lisions au sujet de cet âge de l’église, ce qu’il ferait, ce qui se passerait, quel genre de messager il y aurait pour cet âge de l’église. « À–à l’ange de l’église de Laodicée. » « À l’ange de l’église de Sardes, de Thyatire », tous ceux-là. Et nous retournions dans l’histoire pour trouver le–le messager de cette église-là, et nous trouvions qui c’était. Et alors, nous avons dessiné cela, mis leurs noms dessous, et les voilà. Vous voyez, nous savons que ça, c’était en plein dans le mille.

111 Eh bien… Et nous savons que Dieu était toujours et a toujours été contre la religion organisée. Oui, oui. Il a dit : « Les Nicolaïtes, c’est ce que Je hais. » Nikao veut dire « conquérir les laïques ». Les laïques; les laïques, c’est « l’église, le corps ». Nikao veut dire « conquérir, vaincre », autrement dit « faire un saint homme, quelqu’un de supérieur à un autre ».
Nous sommes tous des enfants. Nous avons un seul Roi, c’est Dieu. Nous avons un seul Saint, et c’est Dieu. Amen ! Et Il est au milieu de nous, sous la forme du Saint-Esprit. Voilà Celui qui est Saint.

112 Maintenant, nous en arrivons donc à la certitude, en suivant le–l’âge des Juifs, que nous avons trouvé précisément ces soixante-neuf semaines, en nous référant à l’histoire, au calendrier, à l’année prophétique de Dieu; nous avons suivi l’histoire du calendrier prophétique, de l’Ancien Testament jusqu’au Nouveau, et nous avons montré que c’est exactement de même. Voyez ?
Maintenant, nous avons l’Église des nations, depuis le commencement jusqu’au dernier jour, et nous savons que nous vivons dans les derniers jours. Amen ! Comprenez-vous ? Maintenant donc, si nous vivons dans ce dernier jour, à la fin de cet âge-ci, alors, où en sommes-nous ?

113 Remarquez, avant, là, vous voyez la ligne qui est dessinée ici, quand Dieu traitait avec les Juifs... ou, Il ne traitait pas avec les Juifs, mais Il a mis longtemps à les amener... Il a mis quarante ans à les amener dans la situation où Il les ferait détruire, dans toutes les nations. Partout, pendant les jours des nations, il Lui a fallu les amener dans cette situation-là, avant de pouvoir amener Sa Parole à s’accomplir. Voyez-vous ce que je veux dire ? Que ceux qui comprennent cela disent : « Amen ! » [L’assemblée répond : « Amen ! » – N.D.E.] Je veux bien m’assurer que vous saisissez.

114 Maintenant, que s’est-il passé ? Regardez au-dessus de ce dernier âge de l’église. Voyez-vous ce petit prolongement ? Les jours des nations se terminent. Et voilà quarante ans que les Juifs retournent à Jérusalem, qu’ils retournent dans leur patrie. Voyez-vous où nous en sommes ? Ça a pris quarante ans, depuis le moment où le Messie a été retranché jusqu’à ce que Titus détruise le temple et qu’il disperse les Juifs. Ça fait de nouveau quarante ans que Dieu a endurci le coeur de toutes sortes de pharaons, partout, pour faire rentrer les Juifs dans leur patrie. Mais aujourd’hui, ils sont de nouveau dans leur patrie, et l’Église est à la fin. Amen ! Oh ! je–j’essaie de lire; je n’y arrive pas.

115 Remarquez, les Juifs sont dans leur patrie, ils y retournent... Si vous prenez Le déclin de la Guerre mondiale, volume deux, quand le général Allenby, après la Première Guerre mondiale, est arrivé au-dessus de Jérusalem avec des avions, qu’il s’en est emparé, qu’il a pris Jérusalem… Et ces chrétiens ont enlevé leur chapeau pour entrer dans Jérusalem. Et Allenby s’est rendu sans un seul coup de feu... ou–ou, c’est eux qui se sont rendus à Allenby, les Turcs. Et depuis ce moment-là, Dieu a endurci le coeur de Mussolini, le coeur d’Hitler, le coeur de Staline, le coeur des hommes partout dans le pays, pour qu’ils haïssent les Juifs.

116 Et puis, les immenses oiseaux qui sont descendus, dénommés la compagnie aérienne Eastern, ou la compagnie aérienne Pan American, ou n’importe quoi c’était... Je crois que ça s’appelait la TWA. C’était dans le–le magazine, le magazine Life, je crois, Look ou Life. Je crois que c’était Life, il y a juste trois ou quatre années. Dieu fait rentrer les Juifs dans leur patrie, de laquelle ils avaient été absents pendant deux mille ans, pendant que les Gentils se préparaient. Et maintenant, les Gentils ont chassé Christ de l’église, conformément à Apocalypse, chapitre 3. Il ne peut même pas revenir dans Son église. Il n’y a pas d’endroit où aller. Il est rejeté. Et c’est le moment de l’Enlèvement.

117 Tous les rachetés tout le long, ici... ces petits points comme ceci sont les saints qui montent dans la résurrection. Vous voyez, nous nous retrouvons tous ici. La Bible dit : « Nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas, ou ne ferons pas obstacle à ceux qui se sont endormis. » Tout au long ici, ici, et ici.

118 Eh bien, mes frères pentecôtistes, comment pouvez-vous appliquer ça uniquement à ceux d’ici, de l’Âge de l’Église de Laodicée ? Ils sont–ils sont là, endormis, dans chacun de ces âges, ils attendent. « Et nous les vivants (le petit groupe qui reste ici), qui serons restés vivants jusqu’à l’avènement du Seigneur, nous ne ferons pas obstacle à ceux qui se sont endormis. Car la trompette de Dieu sonnera, et les morts en Christ ressusciteront premièrement; et nous serons tous ensemble enlevés avec eux. » Amen ! « Avec eux », nous sommes ici, c’est ici que nous nous retrouvons pour aller à la rencontre du Seigneur dans les airs. Amen. Et voilà. Où en sommes-nous ? Juste ici. Où le Messie a-t-Il été retranché? Exactement où la Parole l’avait dit. Quand commencera cette soixante-dixième semaine ? Précisément après que cette Église aura été retranchée. Alors Dieu se tournera de nouveau vers les Juifs.

119 Vous vous en souvenez, que n’est-ce pas, dès que l’Église part– l’Église part, ensuite c’est le tour des Juifs, ils entrent. Mais d’abord, la prochaine chose qui doit arriver, ce n’est pas une nation puissante avec un réveil national parmi les nations. La prochaine chose qui doit arriver, c’est la venue du Royaume de Dieu, la Venue de Christ.

120 Maintenant, si vous voulez, nous pourrions reprendre dans Daniel ici, au chapitre 2, les versets 34 et 35. Et quand Daniel a eu... au chapitre 2.34 et 35, quand Daniel a eu la vision, montrant que les jours de son peuple seraient terminés et, pour un certain temps, qu’il a vu entrer les Gentils. Et il a vu en vision cette pierre immense, ici, ou cette statue immense, qui avait une tête d’or et une poitrine d’argent. Regardez bien, là, c’est de plus en plus dur, de l’argent à l’or. Ensuite, des cuisses de fer... ou des cuisses d’airain. Et ensuite, des pieds et des jambes de fer. Mais les orteils, il y avait dix orteils, et ces orteils étaient de fer et d’argile. Et il a dit : « Comme tu as vu que le fer ne s’allie point avec l’argile, ces royaumes seront divisés, ils ne seront point unis l’un à l’autre, mais ils mêleront leurs semences, cherchant à briser la puissance l’un de l’autre. » Voyez ?

121 Alors, qu’est-il arrivé ? La tête d’or, c’était Nebucadnetsar, comme il l’a interprété. Il a dit : « Il viendra un autre roi, qui sera inférieur à toi », c’était Darius, le royaume des Mèdes et des Perses, qui a pris le royaume païen. Ensuite, ceux qui sont venus, après les Mèdes et les Perses, c’était qui ? Les Grecs, Alexandre le Grand, et tout; le royaume des Grecs a pris ce royaume-là. Après ça, qui l’a repris aux Grecs ? Les Romains. Et qui gouverne le monde des nations depuis ce temps-là ? Les Romains ! Les Romains, et ça, c’était le fer.

122 Et puis, remarquez, Rome existe jusqu’à la fin, parce qu’il y en avait jusqu’au bout des orteils. Et il a vu de la boue, de l’argile; ça, ce sont les gens, ce dont nous sommes faits. Et le fer, la force de Rome, s’est retrouvé dans chacune de ces nations. Et Rome a de la force dans chaque nation qui existe sous le Ciel.

123 Il n’y a qu’un homme au monde qui puisse arrêter une guerre ou déclencher une guerre sans... en disant un mot. C’est le pape. Qu’est-ce qui arriverait s’il disait : « Qu’aucun catholique ne prenne les armes » ? Ça règle la question, frère, Dites ce que vous voudrez. La plus grande partie du monde de la chrétienté est catholique. Voyez ? Très bien. Qu’il dise un mot, et c’est ça. Ils…

124 C’est comme ils disent là-bas : « Qui... » Nous allons y venir plus tard. « Qui peut combattre contre la bête ? Qui peut parler comme elle ? Qui peut le faire ? Alors, faisons une image à la bête. » Ça, c’est la confédération des églises, « faire une image à sa ressemblance ». Voyez ? Réunir les dénominations dans une confédération; et c’est déjà fait. Oh ! Nous sommes vraiment à la fin. C’est tout ce qu’il en est mes amis. Nous sommes ici à la fin. Voyez ? « Faisons une image à la bête », quelque chose qui lui ressemble. Une image, c’est quelque chose qui ressemble à autre chose. Voyez ? Maintenant, nous sommes au temps de la fin.

125 Maintenant, remarquez ici, à la fin de cet âge-ci... Eh bien, Daniel, au chapitre 2, versets 34 et 35, observait très attentivement cette statue. Il l’a observée jusqu’à ce qu’une Pierre se soit détachée de la montagne sans le secours d’aucune main, et Elle est descendue en roulant, a frappé la statue aux pieds et a brisé ce... Pas... Eh bien, Elle ne l’a pas frappée à la tête. Elle l’a frappée aux pieds; ça, c’était le temps de la fin, ces dix orteils.

126 Avez-vous remarqué, ici même, juste avant que M. Eisenhower sorte, le dernier protestant de–de l’Amérique, comme–comme Président, et je doute qu’il y en ait jamais un autre, mais–mais, quand... juste pour montrer que… juste pour que les gens se réveillent. Quand il a eu cette rencontre, il y avait... La dernière rencontre qu’ils… qu’il a eue avec la Russie, il y avait cinq pays communistes de l’Est qui étaient représentés, cinq pays occidentaux. M. Khrouchtchev était à la tête des pays de l’Est. M. Eisenhower était à la tête des pays occidentaux. Et Khrouchtchev, d’après ce que j’ai compris et ce qu’on m’a dit, en Russie, dans cette langue-là, Khrouchtchev, ça veut dire « argile », et Eisenhower, ça veut dire « fer », en anglais. Voilà votre argile et votre fer qui ne peuvent pas s’allier. Il a enlevé sa chaussure et il a donné des coups sur la table avec, et tout. Ça ne peut pas s’allier.

127 Mais c’est aux jours de ces empires-là que le Rocher, que la Pierre qui s’était détachée de la montagne sans le secours d’aucune main a frappé la statue aux pieds. Eh bien, « Détachée d’une montagne. » Ce devait être une montagne de roche. Elle s’est détachée de la montagne de roche. Eh bien, avez-vous remarqué... ?

128 Maintenant, mes frères prédicateurs, et mes frères et soeurs, tout autour du monde, d’après ma compréhension, la première Bible qui a été écrite, Dieu l’a écrite dans le ciel, parce qu’ils devaient lever les yeux pour se rendre compte qu’il y a un–un Dieu au Ciel, que Dieu est au-dessus d’eux. Et, si vous remarquez, dans le zodiaque... Maintenant, que personne d’entre vous n’aille... Tenez-vous-en strictement à cette Bible-ci. Voyez ? Mais le–le zodiaque... Ce qu’il y a en première position dans le zodiaque, d’après mon entendement, c’est la Vierge, et en dernière position dans le zodiaque, c’est Léo, le Lion. C’est la première Venue de Christ à travers la vierge, et Sa seconde Venue, c’est le Lion de la tribu de Juda. Voyez ? Et puis, il y a l’âge du Cancer, et tous les autres aussi, dans le zodiaque.

129 Maintenant, nous voyons qu’il y en a eu une autre qui a été écrite, ou une autre qui a été placée, et c’était la pyramide. Avez-vous remarqué, dans les pyramides, comme elles commençaient larges à la base, pareille à une montagne faite de pierre massive, et ça continuait jusqu’au sommet ? Mais il n’y a jamais eu de pierre placée au sommet de la pyramide, de la grande pyramide, là-bas en Égypte. Prenez votre... Si vous avez un billet d’un dollar dans votre poche, prenez un billet d’un dollar et regardez-le. Et là, vous allez voir d’un côté le sceau des États-Unis, et de l’autre côté la pyramide, en bas. Et au-dessus de la pyramide, il y a la pierre de faîte, mais c’est un grand oeil, et ça s’appelle (sous la pyramide, là) « Le grand sceau. » Pourquoi l’aigle d’Amérique n’est-il pas le grand sceau ? Ça, c’est un sceau de Dieu. Vous vous souvenez du petit chant que nous chantions : Tout le long du chemin vers la véritable demeure de l’âme
Il y a un oeil qui te surveille
À chacun de tes pas, ce grand Oeil est éveillé
Il y a un oeil qui te surveille
C’est exact. Vous vous souvenez, nous avions un petit–un petit jubilé, nous disions :
Si tu voles, que tu triches et que tu mens, et qu’à l’église tu témoignes
Il y a un oeil qui te surveille

130 Donc, le grand sceau. Eh bien, nous le savons… Et moi, je ne comprends pas ça, les mesures de la pyramide. Mais je vous en ai parlé, simplement, au cours des derniers… au cours de certains enseignements que nous avons eus, pour que vous voyiez que tout ça, ça se tient.

131 Eh bien, la pyramide représentait l’Église, au départ, elle était large à la base. Et comme elle s’approche du sommet, elle prend de plus en plus la forme d’un–d’un entonnoir.

132 Bien. Nous voyons que ça arrive tout en haut, au sommet, et qu’ils ne l’ont jamais terminée. Pourquoi ? Pourquoi ? Je me demande bien pourquoi ! C’est parce que la Bible a dit que la Pierre principale a été rejetée. Elles ont été rejetées.

133 Maintenant, observez, l’âge de l’église... Écoutez attentivement maintenant. Ne manquez pas ceci. L’âge de l’église a commencé avec la réforme, avec Luther, à l’époque où les pierres de fondement ont été posées, c’est-à-dire la doctrine des apôtres. Après, nous voyons qu’au fur et à mesure que les époques se sont succédé, d’un âge à l’autre, l’Église est devenue de plus en plus minoritaire, jusqu’à ce qu’elle en arrive à... Luther a prêché la justification. À l’époque, pour le simple fait d’être... de confesser qu’on était chrétien, on vous tuait, aux jours des martyres... des martyrs.

134 Et là, nous voyons qu’aux jours de Wesley, on était un saint exalté si on confessait Christ à cette époque-là... cette nouvelle méthode. Les gens sortaient, ici, quand Wesley est venu ici, et Asbury, qu’ils ont tenu des réunions ici en Amérique (lisez votre histoire), et ils les tenaient dans des écoles. Leurs églises, ici, ne voulaient pas d’eux. Finalement, ils en sont arrivés au point où le Saint-Esprit est descendu sur eux; et ils tombaient par terre, et on versait de l’eau sur eux, on les éventait avec un éventail, on pensait qu’ils s’étaient évanouis. J’ai été moi-même à leurs réunions, au cours de mes cinquante ans. Je les ai vus tomber sous la puissance du Saint-Esprit, comme ça, et on leur versait de l’eau sur le visage, et tout : les vieux méthodistes libres d’il y a bien des années. Il y avait la persécution.

135 Bien. Et ensuite, une fois que cet âge-là était terminé, l’âge de Wesley, il y a eu l’âge pentecôtiste, avec le baptême du Saint-Esprit. Vous voyez, ça prend forme, de plus en plus. Mais, souvenez-vous, la Pierre de faîte n’était pas encore dessus. [Frère Branham a donné deux petits coups de craie sur le tableau, où il avait écrit quelque chose.–N.D.É.] Pourquoi ? Ils ont donné à l’Église la forme précise, ou à la pyramide la forme pour qu’elle s’ajuste à la Pierre de faîte, mais la Pierre de faîte ne s’est jamais posée. Oh ! vous voyez où j’en suis, n’est-ce pas ?

136 Maintenant, le ministère, depuis Luther jusqu’à la fin de la Pentecôte, dans toute cette petite minorité, ici, en haut... C’est pour ça qu’il n’y a presque plus de Lumière dans cet âge-ci, là, sur le calendrier, sur le schéma. C’est l’âge pentecôtiste, la Pentecôte; pas–pas les dénominations pentecôtistes. En effet, eux ont fait exactement comme ceux de Laodicée. Ce sont eux, les Laodicéens. Ils ont fait comme les Nicolaïtes, ils se sont organisés.
Mais la véritable Église, à travers le monde, a pris forme en se rétrécissant, elle s’est rétrécie, jusqu’au point où un ministère tout à fait semblable à celui de Jésus-Christ est venu au milieu d’Elle. Maintenant, qu’est-ce qu’ils ont ? Comme ça, ils sont prêts. Maintenant, qu’est-ce qui vient ensuite ? Cette Pierre rejetée, de la pyramide, qui s’est détachée de la montagne (sans quoi ?) sans le secours d’aucune main. C’est Dieu qui L’a envoyée. Le voyez-vous ? [L’assemblée dit : « Amen. »–N.D.É.] Celui qui a été rejeté, la Pierre qui a été rejetée, c’est la Tête de, c’est la Tête, la Pierre de faîte. Et Celui-là même qu’ils ont rejeté, tout au long de cet âge des nations, c’est Christ. Et Christ n’a pas été détaché et mis là, comme vicaire, ou fils de Dieu, ou un grand dignitaire de l’église. Il est le Saint-Esprit. Et le sommet de la pyramide sera la Venue de Christ. Le voyez-vous ? [« Amen. »]

137 Alors, puisqu’ils ont la forme… (Voyez-vous que j’ai représenté cela sous forme de pyramide, les saints qui se lèvent ?), c’est l’entrée triomphale dans la Gloire. Comprenez-vous cela maintenant ? [L’assemblée dit : « Amen. »–N.D.É.] Christ, la Pierre de faîte, la Pierre rejetée, l’oeil qui voit tout, qui arrive exactement comme la Bible l’avait annoncé. Et Daniel a dit qu’il a observé cet âge des nations, jusqu’à ce qu’une Pierre qui n’avait pas été taillée par des mains se détache de la montagne. Ils n’ont jamais posé de Pierre de faîte sur cette pyramide. [Frère Branham donne deux coups sur la chaire.] Elle n’a pas été détachée par les mains de l’homme. C’est la main de Dieu qui a détaché cette Pierre. Voyez-vous cela ? [« Amen. »] Et qu’est-ce qu’elle a fait ? Elle a frappé la statue en plein dans les pieds, et elle l’a mise en pièces, elle l’a réduite en poussière. Alléluia ! Qu’est-ce qui est arrivé à ce moment-là, à la Venue de cette Pierre ? [Frère Branham donne quatre coups sur la chaire.] C’est là que l’Église est montée dans la Gloire, à l’Enlèvement, parce que ceci mettait fin à la dispensation des nations. C’est Dieu qui y a mis fin; la Venue de cette Pierre.

138 Il y avait des gens qui venaient ici à l’église, un petit homme avec sa femme. Ils prenaient une Bible et La posaient quelque part; et ils s’avançaient, en chantant : Oh ! je cherche cette Pierre qui roulait à Babylone,
Roulait à Babylone... (Ils se promenaient, en cherchant ça, chantant.)
Je cherche cette Pierre qui est entrée dans Babylone en roulant

139 La voilà ! Christ est cette Pierre. Il n’est pas né d’un homme. Il est né de Dieu. Il vient chercher une Église qui est née de nouveau par l’Esprit de Dieu; en effet, la force de cette Pierre de faîte parcourt toute l’Église comme un aimant.

140 Je me souviens d’une fois où je suis allé à la fabrique, ici, j’observais cela, alors qu’ils taillaient différentes choses. Il y avait tous les déchets de fabrication par terre et ils ont balayé tout ça. Une grosse pierre est venue ramasser ça, une grosse pierre aimantée, elle a attrapé tout ça, parce que c’était aimanté vis-à-vis de Christ.
Il nous faut être aimantés à cette Pierre de faîte. Cette Pierre de faîte, c’est le Saint-Esprit, Christ. Et chacun de nous qui a cette aimantation du Saint-Esprit... Quand cette Pierre frappera la statue, l’Église ira auprès d’Elle, Elle retournera dans la Gloire. Elle sera emportée au moment de l’Enlèvement des saints, quand Elle partira ce jour-là.

141 Maintenant, regardez ici. Nous voyons que ça fait maintenant environ quarante ans que les Juifs retournent, à peu près le même temps qu’ils ont mis à partir, jusqu’à la destruction du temple. Ils ont mis environ quarante ans à revenir, avant d’ériger un nouveau temple. Vous voyez, nous sommes vraiment au bout du chemin. Eh bien, si les Gentils...

142 Maintenant, prenons le... Nous voyons l’Église, la venue de la Pierre. Prenons le dernier âge. Nous avons étudié ça. Nous voyons comment... Je crois que j’ai quelque chose d’écrit ici, à ce sujet. Voyons un peu, un instant. « Et le prince qui viendra, qui est l’antichrist, fera une alliance avec les Juifs. » Et le... dans Daniel 7... ou–ou 9.27. « Et, au milieu de la semaine, trois ans et demi, la bête fera une alliance... » Je–je veux y arriver un peu plus tard, à cette alliance-là. Nous voulons… Je veux commencer par ceci, maintenant.

143 Chacun de ces âges des nations est démontré de façon infaillible, par son messager, par son message, et par ce qui devait arriver. Cet âge, ici, a été un âge glorieux. Dans l’âge suivant, il était dit qu’il viendrait une doctrine qu’on appellerait... ou qu’il viendrait quelque chose qu’on appellerait « les–les dires des Nicolaïtes ». Puis, ensuite, c’est devenu une doctrine. Ensuite, il y a eu mariage de... avec l’église nicolaïte, et les saints ont été persécutés. Tout s’est passé exactement comme ça.
On en arrive au suivant, un tout petit peu de Lumière commence à poindre. « Tu as un peu de force, tu as le nom de vivre, et tu es mort. Affermis ce que tu as déjà, de peur que Je ne vienne ôter le chandelier. »

144 Après ça, voilà Wesley qui arrive, avec son âge. Nous avons vu exactement ce que l’âge de Wesley… ça s’appelait comment ? Philadelphie, l’âge–l’âge d’amour le plus glorieux qu’on ait jamais eu, l’âge de Philadelphie. C’était juste… à l’époque de John Wesley.
Quand il est parti, la Pentecôte est arrivée, et elle était tiède. Ensuite, nous retournons voir quel genre de Message devait venir aux pentecôtistes, à la fin. Et, souvenez-vous, chacun d’eux est arrivé à la fin de l’âge. Saint Paul est arrivé à la fin. Tous les autres sont arrivés à la fin, saint Irénée et tous les autres. L’âge de l’un se prolongeait dans celui de l’autre, ils se recouvraient ; lui, il reprenait ça, et il continuait avec cela dans l’âge suivant. Voyez ?

145 Maintenant, nous voyons que dans cet âge-ci, il y a des étoiles, comme nous en avons là. Nous avons une étoile, un messager. Nous avons une personne, un–un Message qui est proclamé pour cet âge-là, des gens qui vont Le rejeter, des gens qui vont L’accepter. Et le messager de cet âge-ci devait venir avec la puissance d’Élie. C’est exact. Et il devait « ramener la foi des enfants aux pères, ramener le reste, ceux de la Pentecôte qui restent, à la véritable foi apostolique ».

146 Eh bien, la véritable foi apostolique, si vous lisez cela dans le Livre des Actes, vous verrez que pas une seule fois une seule personne n’a été baptisée « au nom de ‘Père, Fils, Saint-Esprit’ ». Pas une seule d’entre elles qui ait jamais été aspergée. Il n’y a aucune de ces choses qui ont cours aujourd’hui sous le nom de Pentecôte qui soit jamais arrivée à cette époque-là. Ils avaient de vraies manifestations, et l’Esprit de Dieu était parmi eux, montrant de façon infaillible que c’était le Fils de Dieu qui oeuvrait au milieu d’eux.
Cette personne qui devait venir, ou plutôt ce Message qui devait venir, il devait être comme Élie. Élie devait venir trois fois.
Eh bien, vous allez dire que « c’est Jean-Baptiste qui était ce gars-là ». Si vous remarquez, Jésus a dit que c’était Jean-Baptiste qui était le messager de Malachie 3, pas celui de Malachie 4. « Voici, J’envoie Mon messager devant Ma face. » Je pense que c’est Matthieu 11.6. Vous trouverez ça quelque part là, dans Matthieu, chapitre 11.

147 Bien. Mais dans ces derniers jours, il y a un Esprit d’Élie qui doit venir parmi les gens, et il doit faire la même chose qu’eux ont fait à l’époque. Sa nature serait pareille, la nature de l’Église. La nature de cette–cette personne serait exactement pareille. Et ce Message serait proclamé, essayant... Il serait haï des gens. Il haïrait les femmes, tout au moins les méchantes, les mauvaises. Il aimerait la nature ; un gars d’une humeur changeante, toujours contrarié, comme l’était Élie et comme l’était Jean. Et nous avons vu tout cela s’accomplir. Si nous avons reçu le Message, nous voyons que Christ est rejeté. Il faut faire partie d’une des organisations, sinon on ne peut pas y entrer. Par conséquent, Il–Il est mis à la porte. Voyez ? Christ ne peut pas agir parmi eux.
– Qui êtes-vous ?
– Chrétien.
– De quelle dénomination êtes-vous membre ?
– D’aucune.
– On n’a pas besoin de vos services.

148 Vous voyez, Il est rejeté. Vous voyez Christ est rejeté ! Élie aussi a été rejeté, et Jean aussi a été rejeté. Mais qu’est-ce que... est-ce que cela les a dérangés ? Est-ce que cela a dérangé leur Message ? Ils ont dit : « Oh ! vous, hommes au cou raide. » Ils n’y sont pas allés de main morte. Ils n’ont pas mâché leurs mots. Ils ont continué à avancer. Et le Message de Dieu continuera à avancer, peu importe ce que n’importe qui dit, voyez, jusqu’à la ruine, et quand le... que ce qui a été résolu soit déversé. Et nous sommes à la fin.

149 Donc, nous nous retrouvons maintenant au bout d’une période de quarante ans où les Juifs sont rentrés dans leur patrie, depuis la Première Guerre mondiale. Jamais Dieu n’a traité avec Israël, tant qu’il n’était pas dans son propre pays.

150 Eh bien, vous vous souvenez, quand les Juifs retournaient, ces Juifs venus des autres pays, le magazine Look a fait un article là-dessus. J’ai lu une coupure d’un journal, d’un magazine religieux, qui disait que, quand ils... Les avions sont descendus chercher les Juifs qui étaient très loin, en Iran. Et, je ne sais pas quels sont tous les endroits où ils étaient, ils étaient dispersés.
Eh bien, ceux-là sont les vrais Juifs, ceux qui n’ont jamais eu une possibilité. Alors, frère, voilà vos cent quarante-quatre mille. Quand nous arriverons à Apocalypse 11, vous allez les voir. Il a dit : « Il y a douze tribus (de Gad), douze tribus (d’Aser), douze tribus (de Ruben), douze tribus... » Et où étaient-ils tous ? Sur le mont Sinaï. Les Juifs, revenus dans leur patrie, les voilà. C’était eux, ce n’était pas cette bande d’escrocs de Wall Street. Non, non. C’étaient les vrais Juifs.

151 Et pendant que ce vieux rabbin se tenait là, et qu’il a vu atterrir cet avion... Ces Juifs, – vous l’avez lu dans le magazine, – en étaient encore à labourer avec des charrues en bois. Et quand ils ont vu cet appareil posé là-bas, ils ne s’en sont pas approchés. Ce vieux rabbin s’est tenu là et a dit : « Souvenez-vous, notre prophète a dit que, ‘quand nous retournerons dans notre patrie, nous serons portés sur les ailes d’un aigle’. »
Les nations se disloquent, Israël se réveille,
Les signes que les prophètes prédirent
Nous entrons... nous sommes sur le point d’arriver à leur septième semaine.

152 Je me revois là-bas, quand frère Pethrus leur avait envoyé de petits Testaments, et qu’ils les avaient lus. Ils disaient : « Eh bien, si celui-ci est le Messie, que nous–que nous Le voyions accomplir le signe du Prophète; s’Il n’est pas mort, Il est vivant. » Ils disaient : « Il est ressuscité; Il vit dans Son Église; que nous Le voyions accomplir le signe du Prophète, et nous croirons en Lui. » Les Juifs croient toujours cela... Ils savent que le Messie devait être Prophète.

153 Et quand j’étais à cet endroit, là-bas, chez frère Arganbright, ce jour-là, avec ces Juifs qui étaient là, disant : « Venez donc chez nous, vers notre peuple.»

154 J’ai dit : « Bien sûr, je viendrai avec plaisir. » J’avais tout simplement pris une décision trop rapide.

155 Je suis arrivé au Caire, en Égypte. L’autre soir, quand j’ai vu l’avion atterrir là au Caire, cela m’est revenu à l’esprit. Donc, quand nous sommes arrivés là, j’avais mon billet pour Israël, ils devaient me rencontrer. J’avais dit : « Allez convoquer quelques milliers de chefs. Amenez-les quelque part dans la plaine, on va voir s’Il est encore Prophète, ou non. Amen. Eh bien, voyons ce qu’Il va faire. » Oh ! ça, c’était vraiment à la portée de leur main. C’est ça qu’ils voulaient. S’ils pouvaient voir ça, ils y croiraient.

156 Alors, qu’est-ce que j’ai fait ? Je suis arrivé au Caire, et je m’apprêtais à aller là-bas. J’avais déjà mon billet, il restait une vingtaine de minutes avant l’appel. Quelque Chose m’a dit : « Pas maintenant. La coupe des iniquités des nations n’est pas encore à son comble. Les Amoréens ne sont pas encore à leur comble. Reste en dehors de là ! » Je me suis dit que c’était peut-être juste mon imagination, alors je me suis retiré derrière le hangar et j’ai prié. Il a dit : « Reste donc en dehors de cela en ce moment. » Alors j’ai pris mon billet et je suis allé ailleurs. Je n’y suis pas allé, parce que ce n’est pas encore l’heure.

157 Maintenant, à quel moment Dieu va-t-Il permettre à ces Juifs... se remettre à traiter avec eux ? ça, je ne peux pas vous le dire. Je ne le sais pas. Personne ne le sait. Mais, écoutez, si Israël est déjà dans sa patrie, c’est déjà prêt. Toutes les pierres ont été ramassées, et l’irrigation, l’eau, et tout ce que Dieu a promis. Ils ont trouvé des puits et tout, là-bas, et de grands ruisseaux qui coulent librement, c’est l’endroit le plus beau que vous ayez jamais vu. Ils ont une ville construite là-bas. Ils ont l’irrigation. Ils ont la meilleure terre qu’il y ait au monde, là-bas. Et nous découvrons qu’en plein dans la mer Morte, il y a plus de produits chimiques, assez pour acheter le monde entier. Voyez ?

158 Tout leur est tombé dans la main. Comment ont-ils fait ça ? C’est que le coeur d’Hitler a été endurci, le coeur de Mussolini endurci, tout comme le coeur de Pharaon avait été endurci, et ils les ont forcés à retourner dans ce pays-là. Et voilà quarante ans qu’ils retournent dans ce pays. Maintenant, ils sont là, ils attendent.

159 L’Église des nations est dans Laodicée, à la fin de l’âge de Laodicée. Si les Juifs sont dans leur patrie, ils y sont déjà. Et déjà l’apostasie des nations s’est produite. Et avec un Président comme celui que nous avons, avec une nation divisée comme la nôtre, avec des bombes atomiques suspendues dans les silos, avec une église qui est tiède, avec une Église, des gens qui se sont rassemblés, avec un ministère qui est la réplique du ministère de Jésus-Christ, pour saisir la Pierre quand Elle viendra, qu’est-ce qui reste encore ? Ça pourrait arriver d’une minute à l’autre. Il ne reste plus rien d’autre. Nous sommes au temps de la fin. Oh ! gloire ! Je ne sais pas si je vais pouvoir aborder ce jubilé-là ou non, mais je voudrais–voudrais quand même vous en apporter au moins une partie.

160 Écoutez. Est-ce que... Combien peuvent voir maintenant ? Voyez-vous là où les Écritures montrent que les soixante-dix semaines représentaient quarante-neuf ans ? [L’assemblée dit : « Amen. »–N.D.É.] Voyez-vous là où les soixante-deux semaines représentaient quatre cent trente-quatre ans ? [« Amen. »] Voyez-vous que les–les soixante-neuf semaines, alors, représentaient–représentaient–représentaient... C’était combien ? Huit cent et... Quatre cent quatre-vingt-trois ans. Quatre cent quatre-vingt-trois ans, jusqu’à maintenant. Voyez-vous où le Prince a été retranché ? Vous voyez, il faut compter quarante ans pour que les Juifs finissent par arriver à l’endroit où Dieu avait dit…

161 Regardez ici, comment l’âge des nations est passé par tout ce que nous avions annoncé pour lui (là où... pas ce que nous, nous avions annoncé pour lui, mais ce que la Bible avait annoncé pour lui), ce que la Bible avait annoncé pour lui, c’est arrivé, jusqu’à ce dernier âge; et voilà quarante ans que les Juifs sont en train de rentrer là, qu’ils se préparent pour que Dieu fasse exactement la même chose qu’Il avait faite ici. C’est comme ça qu’ils sont sortis, et c’est comme ça qu’ils sont rentrés. Israël est de nouveau dans sa patrie.

162 Maintenant, quand Dieu va-t-Il faire commencer leur dernière semaine ? Quand ? Ce pourrait être aujourd’hui. Ce pourrait être avant que le soleil se couche ce soir. C’est Dieu qui le déclarera. Quand sera-ce ? Je ne sais pas. Je me le demande. Mais je vais apporter quelque chose ici, que... maintenant dans–maintenant dans quelques instants, et je ne sais pas si vous allez le croire ou pas. Seulement je–je dois le dire de toute façon, je crois.

163 Nous sommes dans la patrie. Les Juifs sont dans la patrie. Nous en sommes à la fin de l’âge, prêts pour l’Enlèvement. L’Enlèvement se passe, l’Église monte, nous sommes enlevés pour aller à Sa rencontre dans les airs. Ça, nous le savons tous. La Pierre qui s’est détachée de la montagne est prête à venir, d’un moment à l’autre. Et quand Elle vient, qu’est-ce qu’Elle fait ? Elle met fin à l’âge des nations. Il sera terminé, et Dieu cessera complètement de traiter avec eux. « Que celui qui est souillé se souille encore; que celui qui est saint se sanctifie encore. » Voyez ? Que fait-il à ce moment-là ? Il emporte Son Église, ceux qui sont remplis du Saint-Esprit.

164 Ceux qui sont « souillés », c’est qui ? C’est la vierge endormie et ceux qui comparaîtront en jugement, plus loin, ici (Nous mettrons ça sur un autre schéma, quand nous tracerons la suite de celui-ci), alors qu’elle arrivera au Jugement du Trône Blanc et qu’elle devra être jugée par les rachetés. Paul nous a dit de ne pas aller en justice pour régler un différend, parce que les saints jugeront la terre. C’est exact. Nous sommes au temps de la fin, certainement. [Frère Branham montre le schéma qu’il a tracé au tableau.–N.D.É.] Bien.

165 Et au milieu de cette semaine... Eh bien, voici les soixante-dix... Bon, si celles-là ont correspondu exactement à sept ans, chacune des semaines, et qu’on a déjà eu soixante-neuf semaines, qu’ensuite il y a l’âge des nations (et nous savons que nous sommes à la fin de l’âge des nations), alors, il reste encore une semaine pour les Juifs. Pas vrai ? [L’assemblée dit : « Amen. »–N.D.É.] Et ça, c’est exactement sept ans. Si ceci, c’était sept ans, ça, c’est sept ans, parce qu’Il a dit : « Soixante-dix semaines ont été fixées sur ton peuple. » Donc, nous savons qu’il nous reste sept ans pour les Juifs. N’est-ce pas vrai ? [« Amen. »] Maintenant, examinez ça. S’il y a une question, j’aimerais savoir cela. Voyez ?

166 Maintenant..., et au milieu de la semaine, au milieu de cette semaine des Juifs, – vous voyez, ça, c’est trois ans–ans et demi, – il y a l’antichrist, le prince, un prince qui doit venir. Et, souvenez-vous, c’est de Rome qu’il vient, ce prince qui doit venir. Qu’est-ce qu’il est ? Un pape. Un prince parmi les gens, qui doit venir; il s’élèvera un pharaon qui ne connaît pas Joseph.

167 Maintenant, vous, les protestants, vous dites : « Eh bien, voilà, c’est ça. » Mais, un instant, là. Nous voyons que les protestants forment une organisation, forment une confédération des églises, une image à la bête, et qu’ils marchent avec eux.

168 Et nous voyons ici qu’il est demandé aux Juifs d’entrer dans cette confédération (oui, oui), et ils acceptent. La Bible dit qu’ils ont accepté. Et il fait une alliance avec eux.
Au milieu de la soixante-dixième semaine, il rompt... l’antichrist rompt son alliance avec les Juifs, « ton peuple ». Pourquoi ? Eh bien, quand vous lisez dans Apocalypse 11 que « J’enverrai... » (Ça, c’est 11; on s’approche de 19, là.) qu’Il enverra Ses deux prophètes, et ils prophétiseront à ce moment-là. Et alors ils vont s’irriter contre ces prophètes et littéralement les tuer. Pas vrai ? [L’assemblée dit : « Amen. »–N.D.É.] Et leurs cadavres seront dans la rue spirituelle du nom de Sodome et Gomorrhe, là où notre Seigneur a été crucifié : Jérusalem. Pas vrai ? [« Amen. »] Et ils resteront là trois jours et trois nuits. Et au bout de trois jours et trois nuits, l’esprit de vie entrera en eux, et ils ressusciteront et s’en iront dans la Gloire. Un dixième de la ville est tombé à ce moment-là. Est-ce vrai ? [« Amen. »] Voyez ? Qu’est-ce ? Au milieu de ces soixante-dix dernières années...

169 Au moment où l’Église monte, alors la confédération, les vierges endormies, les méthodistes, les baptistes, les presbytériens, les pentecôtistes tièdes, tous ensemble formaient une confédération. D’ailleurs, ils ont déjà leur grande structure maintenant. Et à ce moment-là, ils feront une alliance. Eh bien, le nouveau pape qu’on a maintenant, il veut les faire entrer tous. Ne pouvez-vous pas voir la chose prendre forme ? [L’assemblée dit : « Amen. »–N.D.É.] Il va faire un discours là-dessus et les faire tous entrer, pour la première fois depuis des centaines et des centaines et des centaines d’années, depuis un millier d’années, ou deux; ce n’était jamais arrivé. Mais maintenant, il doit tous les rassembler, faire une confédération, et là, les Juifs l’accepteront. Oh ! Gloire ! Alléluia ! Louange à notre Dieu, qui vit aux siècles des siècles ! Et voilà ! Mais, frère, c’est si simple, si simple que… un petit enfant pourrait le voir. La confédération, qui réunira les Juifs, les protestants et les catholiques. Et, souvenez-vous...

170 Ces deux prophètes, que vont-ils faire quand ils viendront ? Cette bête, ce prince qui brisera la force du peuple saint, que va-t-il faire ? Il va rompre son alliance avec eux. Au bout de trois ans et demi, il va les exclure. Eh bien, les gens pensent que c’est le communisme. Ça, c’est juste parce que vous avez... l’Esprit de Dieu n’a pas encore traité avec vous. Ce n’est pas le communisme, c’est la religion. La Bible dit que « ce serait tellement proche que ça séduirait même les Élus, si c’était possible ». Jésus l’a dit. Voyez-vous, on est à la fin.

171 Donc, ces deux prophètes, que feront-ils ? C’est Moïse et Élie; ils vont entrer en scène. Ils vont montrer à ces Juifs leur erreur. Et c’est à ce groupe de Juifs qui sont là-bas maintenant, qui doivent former les 144.000, que Dieu lancera Son appel par ces prophètes. Qu’est-ce ? L’Esprit d’Élie, partant de l’Église des nations, continuera tout droit jusqu’à cette église juive, Il ira là-bas et lancera Son appel; Moïse sera avec lui. Alléluia ! Voyez-vous cela ? [L’assemblée dit : « Amen. »–N.D.É.] Et il prêchera le même Message de Pentecôte à ces Juifs, comme quoi ils ont rejeté le Messie. [Frère Branham donne six coups sur la chaire.] Amen ! Le voyez-vous ? [« Amen. »] Ce sera le même Message pentecôtiste que ces Juifs leur prêcheront. Et ces Juifs, on les haïra au point qu’on les tuera. Et ils furent haïs de toutes les nations, et, au milieu de la semaine... parce qu’un groupe très puissant de 144.000 s’était élevé au milieu d’eux. Ils avaient le Saint-Esprit et, frère, vous parlez de faire des miracles; eux, ils en ont fait. Ils ont fermé les cieux, et il n’est point tombé de pluie pendant les jours de leur prophétie; ils frappaient la terre de plaies, chaque fois qu’ils le voulaient. Ils envoyaient des plaies, et tout le reste. Ils rendront la vie dure à ces Romains. Mais, finalement, ils seront tués. Notre Dieu est un Dieu terrible quand Il est en colère. Mais, souvenez-vous, ça, c’est pendant la soixante-dixième semaine, alors que l’Église est dans la Gloire (Amen), c’est pendant le Souper des Noces. Oui !

172 Maintenant remarquez. C’est là que nous L’avons vue revenir dans le Temple du Millénium, ici, à la fin de l’âge des Juifs, « l’ointe ». Le voilà qui arrive, monté sur un cheval blanc; eux Le suivaient sur des chevaux blancs. Cheval : « puissances ». Vêtu de blanc, sang... ou, d’un vêtement teint de sang; sur Lui était écrit : « La Parole de Dieu. » Il venait, le Puissant Vainqueur (oui, oui.), pour établir le Millénium, venant au Temple. Gloire ! C’est là qu’Il vient rencontrer ces 144.000.

173 Eh bien, après cette soixante-dixième semaine, ici... La soixante-dixième semaine... Ceci se passe pendant la soixante-dixième semaine. Pendant les trois, au milieu de celle-ci, il la rompt, puisqu’il tue ces deux prophètes pentecôtistes (... oui, oui.) qui frappent la terre.
Et, oh ! la la ! Il maudit cette église et la consume par le feu. Et, oh ! elle... Nous voyons que même les marins se tenaient éloignés, disant : « Malheur ! malheur ! La grande ville immortelle de Rome, elle a été anéantie en une seule heure. » L’explosion l’a mise en pièces. Dieu a Sa façon de faire les choses. Et l’un des anges a regardé et a dit : « Mais, on a trouvé chez elle le sang de tous les martyrs de Christ »; en effet, elle avait séduit, elle était allée organiser, et faire toutes ces autres choses, polluer l’église, elle avait introduit ces choses et elle avait martyrisé ceux-là mêmes qui essayaient de soutenir Cela et qui essayaient de les faire sortir.

174 Gloire ! Oh ! je–je ne sais pas. Je–je–j’ai envie d’y aller. Voyez ? N’êtes-vous pas heureux d’avoir la Lumière du Fils, de marcher à la Lumière du Fils ! Où en sommes-nous, frère ? À la dernière heure ! Ça peut arriver d’un moment à l’autre. Nous en sommes là !

175 Le–le Message a été proclamé pour la dernière église des derniers temps, l’église a rejeté son Christ. Les Juifs sont dans leur patrie depuis cet espace et cette période de temps, de quarante ans. La ville nouvelle a été construite. Qu’attendent-ils ? Un Messie qui va venir. Quand ça ? Je ne sais pas. Quand cette Pierre frappera la statue, ici, Elle est partie; à ce moment-là, c’est terminé.

176 Maintenant, remarquez, ici. Au milieu de la semaine, trois jours et demi... trois ans et demi plutôt, il rompt l’alliance et il fait cesser le sacrifice et l’offrande... qu’ils auront déjà rétablis.
En effet, ils diront carrément : « Écoutez, vous êtes toutes des églises. Vous pouvez êtres admises dans cette image à la bête. On va s’associer. On va se débarrasser du communisme. On va complètement balayer le communisme. » Voyez ? Et ils peuvent le faire. Voyez ? Et ils vont le faire.

177 Mais, maintenant, suivez. Et rétablir, et rétablir ceci... le culte perpétuel... le sacrifice reprendra sa place dans la ville, une fois le temple reconstruit. Et ce prince, qui doit venir au milieu de la semaine, il rompra son alliance et fera cesser ces sacrifices, comme je l’ai dit. Il brisera–brisera cela, et ce qu’il fera durera jusqu’à la fin.

178 Et remarquez : ... ira au débordement de l’abomination de la désolation…
« Le débordement de l’abomination. » Une abomination, c’est quoi ? De la « souillure ». Voyez ? « Causer la désolation », c’est quoi ? « Supprimer. » Le débordement de ceci, pour supprimer cela. Voyez ? Rome qui manifestera à l’extrême sa puissance afin de conquérir toutes les vierges endormies, les Juifs et tout. « On sera tous Romains, ou on ne sera rien du tout. » Il rompra son alliance au milieu de la semaine.

179 « L’extension de l’abomination. » Si, du temps de Jésus, l’abomination, c’était quand Rome est arrivée là-bas avec sa propagande, ce sera de nouveau Rome... ce sera de nouveau l’abomination pour l’église. ... causer la désolation, et continuera jusqu’à la ruine... (Que va-t-il faire ? Il continuera cela jusqu’à la ruine, c’est-à-dire la fin.)

180 Donc, les Juifs, les catholiques romains, les protestants (c’est-à-dire les vierges endormies), vont se rassembler sous la forme de la fédération des églises. Et ce sera comme Jésus l’a dit, dans Matthieu 24 et Apocalypse 13.14. Prenons Apocalypse 13.14 pour voir comment... Je l’avais noté ici pour voir ce que… 13.14. Très bien. Oui. Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer (rassembler ces églises) en présence... disant... en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure mortelle de l’épée et qui vivait.

181 Eh bien, nous savons sans l’ombre d’un doute qui était cette bête, cette puissance qui avait la blessure mortelle, mais qui vivait. C’est quand la Rome païenne a été tuée, et que la Rome papale a pris sa place; quand la puissance païenne a été tuée, et que la puissance papale a pris sa place.

182 Eh bien, maintenant, Apocalypse 13.14... Jésus, dans Matthieu 24, les a mis en garde à ce sujet. « Une image à la bête. »

183 Paul, dans II Thessaloniciens, au chapitre 2, les versets 3 et 4. Prenons-le pour voir ce que Paul dit à ce sujet, le glorieux Saint-Esprit qui était sur ce grand prophète du Seigneur, voyons ce qu’il a annoncé à ce sujet pour les derniers jours. ça se trouve dans II Thessaloniciens, chapitre 2. Très bien, oui. Et, en commençant au verset 3, je crois. Très bien. Maintenant, lisons. Écoutez bien, tous. Combien croient que Paul était rempli du Saint-Esprit ? [L’assemblée dit : « Amen. »–N.D.É.] Suivez ici. Que personne ne vous séduise d’aucune manière : car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant,... (Il essaie de les débarrasser de l’idée qu’Il revient à ce moment-là. Ainsi, il doit donc y avoir premièrement une apostasie, qu’on se soit éloigné de l’Église auparavant, voyez, ce qui est arrivé dans cet âge de Laodicée.) ... et qu’on ait vu paraître l’homme du péché,… (L’homme du péché, l’incrédulité à l’égard du Saint-Esprit–l’incrédulité...) ...vu paraître le ... le fils de la perdition, (Comme Judas; le trésorier de l’église.) L’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu,... Frère, y a-t-il une personne sur terre, ailleurs qu’au Vatican, qui fasse ça ? Où ça?

184 Maintenant, on pourrait retourner ici, dans Apocalypse 13, et vous montrer que cet homme est assis sur une ville... dans une ville, et que cette ville se trouve sur–sur sept collines. Et le nombre de la bête, c’est 666, écrit dans le–dans l’alphabet latin... l’alphabet romain, 666, c’est VICARIVS FILII DEI, ce qui veut dire « à la place du Fils de Dieu », sur le trône du pape. Et il a une tri-...–il a une triple couronne. Et j’ai regardé cette couronne de mes yeux, aussi près que ma main l’est de mon visage, comme ça, et–et j’ai vu la tiare du pape, là même au Vatican, de mes yeux, j’étais là et je l’ai regardée, pour être sûr, je sais de quoi je parle. « L’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu, de tous les hommes pieux. C’est lui le plus saint d’entre tous; il s’assied dans le temple de Dieu, en se faisant passer lui-même pour Dieu. » Il pardonne les péchés sur terre, et tout ça, vous savez. Certainement.

185 Paul a dit : « Il faudra que l’apostasie soit arrivée auparavant, qu’on ait vu paraître ce fils de la perdition. » Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses, lorsque j’étais... chez vous ?

186 Oh ! j’aurais aimé être assis là, à entendre Paul prêcher ç !. Pas vous ? [L’assemblée dit : « Amen. »–N.D.É.] Hm ! Comme j’aurais aimé l’entendre. Oh ! la la !

187 Maintenant, que va-t-il faire ? « Une image à la bête. » II Thessaloniciens. Maintenant, écoutez. Écoutez attentivement maintenant, très attentivement. L’église sentait déjà qu’un pape allait venir. Qu’est-ce ? La fin de cet âge de cette église-là, celui de Paul. Ils ont vu que ce nicolaïsme s’élevait; ils allaient faire un saint homme (quoi donc ?), un pape. La mondanité et les aristocrates s’étaient infiltrés dans l’église, et ils changeaient l’ordre de l’adoration. Paul, par le Saint-Esprit, avait saisi cela par l’Esprit. Et l’église, avec ses classes et ses dignitaires, ses personnalités revêtues de dignité, et tout, là... Ils ont vu que quelque chose allait venir. Et le Saint-Esprit les avertissait au sujet des derniers jours. Jésus en a parlé, vous vous en souvenez, n’est-ce pas ? Les oeuvres des Nicolaïtes, qui ont fini par devenir une doctrine, et ensuite une organisation ! Frères, nous ne sommes pas dans le noir maintenant. Souvenez-vous-en, voyez. Nous y voilà.

188 Les oeuvres des Nicolaïtes, l’organisation à ses débuts, avec les grands dignitaires qui gouvernaient les églises, et tout; et ensuite, ils ont formé l’église catholique. Et Paul a dit que le temps de la fin ne pouvait pas venir, que le temps ne pouvait pas venir, tant qu’il n’y aurait pas eu l’apostasie, l’éloignement de la vraie foi de Pentecôte. La foi pentecôtiste sera éliminée et les dignitaires seront bien installés. Il y aura un homme parmi eux qui prendra la place de Dieu, qui s’assiéra dans le temple de Dieu, un adversaire qui s’élèvera au-dessus de tous, comme cela. Et, c’est... Voyez-vous ce que c’est ? Nikao, « conquérir les laïques ». Voyez ? « Tout ce qu’on appelle Dieu; il s’assiéra dans ce temple de Dieu, comme Dieu. » Paul a dit que « l’apostasie viendrait auparavant, dans les derniers jours ». Et voilà où nous en sommes exactement maintenant, et nous voyons l’apostasie, en voyant l’église qui s’En éloigne de plus en plus et qui retourne tout droit en arrière. Et nous sommes au temps de la fin. Bien.

189 Eh bien, donc si les soixante-neuf semaines ont correspondu parfaitement et que les Juifs sont maintenant dans leur patrie, et que l’âge de l’église des nations correspond exactement au temps de la fin, au temps des Nicolaïtes... ou au temps de Laodicée, combien proche est la Venue du Seigneur, la fin de toutes choses, la fin de cet âge, et l’Enlèvement ? Au moment où Il fait commencer la soixante-dixième semaine, ou sept ans, l’Église est partie.

190 Est-ce que vous le voyez, mes amis ? Levez la main si vous le voyez. Voyez, maintenant, ne soyons pas des enfants. Ne jouons plus avec ça. Nous sommes au temps de la fin. Quelque chose est sur le point d’arriver. Nous sommes à la fin. Nous y voilà.

191 Ces soixante-neuf semaines ont correspondu parfaitement; le départ des Juifs a correspondu parfaitement; l’âge de l’église a correspondu parfaitement. Nous sommes au temps de la fin, au temps de la fin, l’âge de l’église de Laodicée, Sa fin. [Frère Branham se réfère au schéma qui se trouve au tableau.–N.D.É.] Les messagers-étoiles ont tous prêché leur message. ça a été proclamé. Nous continuons simplement sur la lancée. Ça fait quarante ans que les Juifs sont rentrés dans leur patrie.
Qu’est-ce qui doit arriver ensuite ? La venue de la Pierre. Nous en sommes là. À quel moment est-ce que ça va arriver ? Je ne sais pas. Mais, frère, quant à moi, je veux être prêt. Je veux que mes vêtements soient entièrement prêts.

192 Maintenant, il ne nous reste plus que–que très peu de temps, et j’aimerais que vous écoutiez donc tranquillement, un petit instant.
Dès le moment où Il fait commencer la soixante-dixième semaine, ou sept ans, l’Église est partie. Maintenant, écoutez. Je cite de nouveau, je re-cite, pour que vous ne l’oubliiez pas. Ceci, c’est ce que le Saint-Esprit a mis au bout de ma plume, pendant que j’écrivais. Nous sommes dans l’âge de Laodicée. Le Christ est rejeté par Sa propre église. L’étoile de cet âge-ci, le Message a été proclamé. Et Israël est dans son pays. Voyez-vous où nous en sommes ? Nous sommes à la fin.
Maintenant, encore seulement une ou deux remarques.

193 Tout ce que nous voyons maintenant va nous aider, par Sa grâce, alors que nous tenterons d’aborder ces derniers Sept Sceaux. Vous voyez où nous aurions passé à côté ? D’Apocalypse 6.1 à Apocalypse 19.21, nous serions passé à côté, parce que, voyez-vous, nous serions essayé d’appliquer ça là-bas, dans l’âge des Gentils, alors que, voyez-vous, c’est dans cet âge-ci. [Frère Branham se réfère au schéma qui se trouve au tableau.–N.D.É.] Voyez ?
Maintenant, nous l’avons démontré par la Parole de Dieu, par l’histoire, et par tout, par les signes des temps, par les jours, qu’il ne reste plus rien d’autre. Nous sommes à la fin des nations. Qu’allons–qu’allons-nous faire ? Il y va de mon âme et de votre âme; il y va de ma vie et de votre vie; il y va de la vie de nos bien-aimés. Nous nous sommes fait dorloter trop longtemps. Nous avons eu trop de facilité. Nous ferions mieux de nous mettre à avancer. Il est plus tard que vous ne le pensez, souvenez-vous-en.

194 Maintenant, une déclaration saisissante, si vous voulez la noter. Écoutez bien, je vous en prie. C’est la dernière remarque que je vais faire, l’avant-dernière; après celle-là, je n’ai qu’une toute petite chose à ajouter, une petite note dont je voudrais parler. Maintenant, détendez-vous un instant et écoutez bien, je vais vous apporter quelque chose de saisissant, dans la ligne de ce qu’on vient de dire. Voyez ? Il n’y a même pas l’épaisseur d’une lame de rasoir entre la fin de cet âge-ci et la Venue de Christ. Tout... Il ne reste rien d’autre. Est-ce qu’Israël est dans sa patrie ? Ça, nous le savons. [L’assemblée dit : « Amen. »–N.D.É.] Est-ce que nous sommes dans l’âge de Laodicée ? [« Amen. »] Est-ce que le Message de cet âge de Pentecôte a été proclamé, pour essayer de secouer les gens, les ramener à la bénédiction originelle de la Pentecôte ? [« Amen. »] Est-ce que ça a été la même chose pour tous les messagers qui sont venus au cours des âges ? [« Amen. »] Est-ce que nations s’élèvent contre nations ? [« Amen. »] Des pestes ? Est-ce qu’il y a une famine dans le pays aujourd’hui, la véritable Église qui fait des centaines de kilomètres en voiture, cherchant à entendre la Parole de Dieu ? [« Amen. »] « Pas de pain seulement, mais d’entendre la Parole de Dieu. » Il est survenu une famine. [« Amen. »] Pas vrai ? [« Amen. »] Et bien, nous vivons en plein dedans maintenant même. [« Amen. »] Vous voyez où nous en sommes ? [« Amen. »] Nous attendons cette Pierre.

195 Une déclaration saisissante ! Depuis le temps où Dieu avait fait la promesse à Abraham... Ne manquez pas ceci. Depuis le temps où Dieu avait fait la promesse à Abraham, Genèse 12.3, jusqu’au moment où Christ a été rejeté, en 33 ap. J.-C., par les Juifs (d’après Galates 3.16 et 17 et d’après la chronologie d’Usher, U-s-h-e-r, la chronologie des Hébreux selon Usher), la puissance de Dieu a été avec les Juifs pendant exactement mille neuf cent cinquante-quatre ans. Dieu a traité avec les Juifs pendant mille neuf cent cinquante-quatre ans, d’après la chronologie des Juifs et d’après Galates 3.16 et 17. J’ai bien d’autres passages des Écritures, mais je donne seulement ceux-là.
Ensuite, après qu’ils ont rejeté Christ, Il s’est tourné vers les Gentils pour y choisir un peuple qui portât Son Nom. Vous voulez un passage des Écritures là-dessus, où ça se trouve ? Actes 15.14.

196 Maintenant, si on calcule le temps, on voit qu’il nous reste exactement (écoutez) dix-sept ans, et il nous aura été alloué le même espace de temps, au cours duquel Dieu traite avec nous dans la puissance du Saint-Esprit, depuis l’an 33 ap. J.-C. jusqu’en 1977. Le même espace de temps de mille neuf cent cinquante-quatre ans, Dieu qui traite avec nous comme Il a traité avec les Juifs. Voyez, qu’en dites-vous ?

197 Maintenant, notez dans votre carnet un petit passage des Écritures, là, que je veux vous donner. Lévitique 25, en commençant au verset 8. Dieu faisait sonner le jubilé tous les quarante-neuf ans. La cinquantième année, c’était le jubilé. Nous savons cela. Nous le comprenons. Depuis le premier jubilé de Lévitique 25.8, en 1977 ce sera le soixante-dixième jubilé, ce qui donne exactement trois mille quatre cent trente ans. Jubilé, ça veut dire « la montée. la délivrance. » Oh ! nous attendons la venue de ce glorieux jour du Millénium,
Où notre Adorable Seigneur viendra chercher Son Épouse qui L’attend
Oh ! la terre crie, soupire après ce jour de douce délivrance
Où notre Sauveur reviendra sur la terre

198 Avez-vous saisi ça ? [L’assemblée dit : « Amen. »–N.D.É.] Dieu a traité avec nous pendant exactement le même espace de temps qu’Il a traité avec les Juifs. À partir du moment où Il a fait la promesse à Abraham jusqu’à ce que le Messie soit rejeté, en 33 ap. J.-C., ça donne mille neuf cent cinquante-quatre ans. Et maintenant, il nous reste dix-sept ans. On a eu environ mille neuf cent trente ans et quelques. Il nous reste dix-sept ans jusqu’en 77, où ce sera le soixante-dixième jubilé, depuis le début des jubilés. Et qu’est-ce que ce sera ? Oh ! frère ! Suivez attentivement maintenant. Ne manquez pas ça. Ce sera le jubilé du départ de l’Épouse des nations et du retour de Christ vers les Juifs, quand ils sortiront de l’esclavage. Amen ! Voyez-vous cela ? Ils sont venus du monde entier se rassembler là-bas pour ce jour-là. Oh ! la la ! Voyez-vous où nous en sommes ? Nous ne savons pas à quel moment ça pourrait arriver. Nous sommes au temps de la fin.

199 Maintenant, écoutez. Vous, les vétérans de–de l’église, ceux qui viennent depuis longtemps, je voudrais vous faire remarquer quelque chose. C’est quelque chose que je n’ai appris qu’hier; je l’ai pris de l’historien Paul Boyd, et après... Et j’ai fait des recherches là-dessus dans les Écritures, j’ai trouvé ces autres dates, là, et tout, et avec ça, j’ai fait mes recherches, en suivant ça d’un bout à l’autre.

200 Donc, en 1933, alors que nous faisions nos réunions ici, au temple des francs-maçons, là où il y a l’Église de Christ aujourd’hui, un matin d’avril, avant de quitter la maison, je consacrais ma voiture. (Je m’étais procuré une voiture modèle 33, et je la consacrais au service du Seigneur.) Et, dans une vision, j’ai vu le temps de la fin. Maintenant, remarquez comme c’est frappant. À l’époque, j’étais encore tout jeune. Et vous pouvez vous imaginer à quoi ressemblait une voiture modèle 1933, là, à quoi ça ressemblait.
Et je suis allé là-bas, au temple des francs-maçons où... Certains d’entre vous, les anciens, ici, vous vous en souvenez. C’est écrit sur un vieux bout de papier que j’ai chez moi. Ça a déjà été imprimé, et ça a fait le tour du monde. Voyez ? C’était en 1933. Et j’avais prédit qu’une grande tragédie atteindrait les États-Unis avant ou vers l’an 1977. Combien se rappellent m’avoir entendu dire ça ? [Les anciens disent : « Amen. »–N.D.É.] Regardez les mains. Certainement.

201 Maintenant, suivez. J’avais prédit sept choses qui devaient encore arriver pour faire... avant que cette grande ruine, ou que cette grande chose arrive, ici aux États-Unis, quelque chose de vraiment horrible. J’ai dit...
Eh bien, souvenez-vous, c’était avant qu’elle éclate. J’ai dit qu’on entrerait dans une deuxième guerre mondiale. Combien se rappellent m’avoir entendu dire cela ? Dites : « Amen. » [L’assemblée répond : « Amen. »–N.D.É.] Très bien. Une deuxième guerre mondiale ! J’ai dit : « Le Président actuel... » (J’ai recopié ça de mon ancien écrit... de mon vieux bout de papier, hier.) « Le Président que nous avons actuellement... » (Et c’était... Combien se rappellent qui c’était ? [Un frère dit : « Franklin Roosevelt. »] Franklin D. Roosevelt.) J’ai dit : « Le Président qui est en poste actuellement sera même réélu pour un quatrième mandat, (Il en était à l’époque à son premier) sera réélu pour un quatrième mandat, et nous serons entraînés dans une deuxième guerre mondiale. »

202 J’ai dit : « Le dictateur qui s’élève maintenant en Italie, c’est-à-dire Mussolini, va prendre le pouvoir. Et il ira en Éthiopie, et l’Éthiopie tombera devant lui. » Il y a des gens assis ici en ce moment qui savent qu’un groupe de gens étaient venus là et s’étaient tenus là (lorsque je tenais une réunion là-bas dans la salle Redman ce soir-là, quand j’ai dû aller là-bas prêcher ça, à la salle Redman)... et ils allaient me chasser de la salle pour avoir dit une chose pareille. [Soeur Wilson dit : « Amen. C’est vrai. »–N.D.É.] Tenez, oui. Madame Wilson, je sais que vous êtes... [« C’est vrai. »] C’est vrai. Quand j’avais dit cela... L’a-t-il fait? « Mais », ai-je dit, sa fin sera honteuse », et elle l’a été. Lui et la femme avec qui il vivait ont été pendus à une corde, la tête en bas, dans la rue, avec les pieds en l’air et les vêtements qui pendaient. Bien. Celle-là s’est accomplie.

203 Après ça, j’ai dit : « Les femmes ont obtenu le droit de vote. Ce qui est une... absolument une honte pour ce pays. Et, par leur vote, elles éliront un jour l’homme qu’il ne fallait pas. » Et c’est ce qu’elles ont fait aux dernières élections. Oh ! la la ! Oh ! la la ! Quatre... (J’ai dit : « Le progrès de la science sera tel que... ») Non, ici, ça, c’est le troisième. Excusez-moi.

204 Voilà la suivante donc, la quatrième. J’ai dit : « Nous irons en guerre contre l’Allemagne, et ils construiront une grande place en béton, une fortification, là, et les Américains se feront battre à plate couture. » Le Dieu Tout-Puissant, devant Qui je me tiens en ce moment, le sait : j’ai vu ces nazis indépendants qui lançaient des coups de pied aux Américains, comme ça, et tout, près de ce mur. [Un homme dans l’assemblée dit : « Amen. »–N.D.É.] Et il y a beaucoup de gars ici qui ont été à la ligne Siegfried et qui savent comment c’était. [« Amen. Oui, monsieur. Amen. »] Et, souvenez-vous, c’était onze ans avant la construction de la ligne Siegfried. Est-ce que Dieu est véridique ? [L’assemblée dit : « Amen. »] Est-ce qu’Il prédit encore des choses ? [« Amen. »] Suivez. Ça, c’est... c’était la quatrième.

205 Maintenant, la cinquième chose. « Le progrès de la science sera tel qu’on construira une voiture qui ne nécessiterait pas un volant pour être conduite. Et les voitures continueront à prendre la forme d’un oeuf, jusqu’à la ruine, le temps de la fin. J’ai vu une famille américaine s’en aller en voiture sur une route large, le dos tourné à l’endroit où il devrait y avoir le volant; il m’a semblé qu’ils jouaient aux dames ou aux cartes. » Et on a ça. C’est à la télévision. Popular Science, ou plutôt Popular Mechanics, ils la montrent tous. Cette voiture, on l’a. Elle est télécommandée, par–par radar. Ils n’auront même pas besoin d’avoir un volant dedans. Vous n’avez qu’à composer le numéro au cadran, comme vous faites pour composer un numéro de téléphone, et votre voiture vous y amène tout droit; il ne peut pas y avoir d’accident ni rien, il n’y a pas d’autres voitures. L’aimant éloigne toutes les autres de vous. Voyez ? Ils l’ont. Oh ! la la ! Pensez-y. Ça a été prédit trente ans avant que ça arrive !

206 Eh bien, là, ça nous amène à l’élection du président Kennedy. Et avec cette voiture qui a fait son–son apparition, ça fait cinq choses (sur les sept) qui se sont produites exactement.

207 Maintenant, j’ai fait cette prédiction, j’ai dit : « J’ai vu une grande femme se lever, ravissante, vêtue de façon très royale, avec du violet. (Et là, j’avais mis une petite parenthèse.) Elle avait beaucoup de pouvoir aux États-Unis; peut-être l’Eglise catholique. » Une femme, une certaine femme; je ne sais pas si ce sera l’Eglise catholique. Je ne sais pas. Je ne pourrais pas le dire. Tout ce que j’ai vu, j’ai vu la femme, c’était tout.

208 Mais ce pays, c’est le pays de la femme. Le nombre de cette nation, en prophétie, c’est treize. Elle a treize bandes, treize étoiles. Elle avait au début treize colonies. Treize, treize, tout est par treize. Elle apparaît même au chapitre 13 de l’Apocalypse. Elle est treize. Et c’est le pays de la femme.

209 Les tribunaux de divorce de l’Amérique prononcent plus de divorces, à cause de nos femmes, que tous les autres pays. Dans notre pays, les moeurs et les divorces sont pires qu’en France ou en Italie, où la prostitution dans les rues est tellement... Mais elles, ce sont des prostituées; chez nous, ce sont des femmes mariées qui cherchent à vivre avec plusieurs hommes, et plusieurs hommes mariés cherchent à vivre avec d’autres femmes.

210 Dans les pays où il y a la polygamie, c’est mille fois mieux. Et pourtant, la polygamie, c’est mal, nous le savons. Mais c’est juste pour vous montrer à quel point nous sommes dégénérés.

211 J’ai une coupure de journal, là, où il est montré que, quand nos jeunes Américains sont allés outre-mer, pendant la dernière guerre, il y avait plus de... je crois que c’était autour de soixante-dix pour cent... Eh bien, la, attendez une minute, donc, je crois que c’était trois sur quatre de ceux qui étaient partis outre-mer, dont la femme avait divorcé d’avec eux avant qu’ils ne soient revenus. Et en gros caractères, la manchette dit : « Que sont devenues les moeurs des Américains ? » Vous souvenez-vous d’avoir vu ça ? [L’assemblée dit : « Amen. »–N.D.É.] Vous l’avez tous vu, je pense. « Que sont devenues les moeurs des Américaines ? » Dans les usines, elles travaillent, là, avec d’autres hommes. C’est le pays de la femme. Qu’est-ce qu’elle va avoir ? Un dieu-femme, ou une déesse.

212 Eh bien, puis après cela, je me suis retourné, j’ai regardé. Et j’ai vu les États-Unis brûler comme un tas de braises, les rochers avaient éclaté. Et ça brûlait comme un–un brasier de bûches, ou quelque chose, quelque chose était enflammé. J’ai regardé, et, aussi loin que je pouvais voir, elle avait été pulvérisée. Alors la vision m’a quitté. Cinq sur les trois se sont produites... ou plutôt, cinq sur les sept se sont produites.

213 Et voici qu’il est montré. Et puis, j’ai prédit... Je n’ai jamais dit que c’est le Seigneur qui me l’avait dit, mais, ce matin-là, dans l’église, j’ai dit : « A l’allure où vont les choses... » Je suis allé jusqu’à un bout du mur, puis j’ai couru jusqu’à l’autre bout du mur. J’ai dit : « A l’allure où vont les choses, je prédis que le moment... Je ne sais pas pourquoi je dis ça. Mais je prédis que tout ça, ça arrivera entre maintenant même, 1933, et 1977. »
Et sans le savoir, Dieu connaît mon coeur, je ne l’ai pas su avant hier, que 1977, c’est le jubilé, et qu’il se sera écoulé exactement le même espace de temps que ce qu’Il avait donné à Israël à la fin, et tout. Alors, nous sommes... Et là, nous voilà à la fin de l’âge, la soixante-dixième semaine qui est sur le point de commencer. Nous ne savons pas à quel moment l’Église partira. Oh ! la la ! Qu’est-ce que nous pouvons faire, mes amis ? Où en sommes-nous ?

214 Voyez-vous où nous sommes maintenant ? [L’assemblée dit : « Amen. »–N.D.É.] Comprenez-vous la soixante-dixième semaine de Daniel maintenant ? [« Amen. »]
Voyez maintenant, quand nous continuerons dans ces Sceaux, et autres, quand nous ouvrirons ces Sceaux ; le premier qui arrive, c’est un cavalier sur un cheval blanc, et il a un arc à la main. Observez qui est ce type. Observez ce cheval pâle qui arrive juste après lui. Voyez ? Observez qui c’est, et regardez de quelle façon ils arrivent. Observez ces 144.000 qui arrivent. Observez cette vierge endormie, quand elle arrive. Et puis, observez toutes ces choses qui se produisent, les Coupes qui sont versées, les Malheurs, les trois esprits impurs comme des grenouilles. Observez ces choses, comme elles s’intègrent parfaitement dans les fléaux, au moment même où ils sont déversés. Chaque fois qu’un Sceau est ouvert, un fléau est déversé et une destruction arrive. Et observez ce qui arrive bientôt, à la fin.

215 Et, oh ! observez ces trois prophètes... ou plutôt ces deux prophètes, quand ils apparaissent, là. Et au milieu de la semaine, ils sont retranchés, comme ça, et c’est là que s’engage le Combat d’Harmaguédon. Alors Dieu Lui-même se met à parler, alors c’est Lui qui se lève et qui se mêle au combat. Ces prophètes frappent la terre. Ils prêchent le Nom de Jésus-Christ. Ils baptisent de la même manière. Ils font la même chose que les premiers pères de Pentecôte ont faite, et plusieurs les suivent. Mais ce qui a été réuni dans cette confédération, cette organisation, elle a continué tout droit, et même la puissance de ces prophètes ne l’a pas brisée. Et ils finissent par dire : « On va tout regrouper en une seule organisation. » Et il fait entrer (quoi donc ?) l’abomination, le catholicisme romain, qui se répand à l’extrême dans tout ça, qui cause la désolation. « L’abomination de la désolation » s’empare de tout, « la souillure ».

216 Vous souvenez-vous de la vieille mère prostituée qui était assise sur la bête, qui était vêtue d’écarlate, comme ça, qui avait sept têtes et dix cornes ? Vous vous en souvenez ? « Et elle tenait dans sa main une coupe remplie de la souillure de son abomination. » C’était sa doctrine qu’elle répandait chez les gens. Et voilà, mes frères. Nous sommes au temps de la fin.

217 Petits enfants, on ne sait jamais, peut-être qu’on ne vivra pas assez longtemps pour revenir ce soir. Peut-être qu’on ne vivra pas assez longtemps pour se revoir. Je ne sais pas. Mais la fin est très proche, la fin approche tellement. Voici un passage de l’Écriture. On a vraiment la preuve absolue et parfaite par l’Écriture.

218 Maintenant, s’il y a quelque chose que vous n’avez pas compris, écrivez-moi une note et faites-le-moi savoir. Voyez ? Dites quelque chose. Certains d’entre vous, les frères là-bas, qui écoutez les bandes aux autres endroits, s’il y a quelque chose en quoi je puisse vous aider, faites-le-moi savoir. Il se peut que vous ne soyez pas d’accord avec moi, et il se peut que je ne sois pas d’accord avec votre organisation; pas avec vous, mais avec le système de votre organisation. Je ne suis pas en désaccord avec les catholiques. Je ne dis pas que je n’aime pas les catholiques, que je n’aime pas les gens qui sont dans les organisations. Ce n’est pas ça. J’aime tout le monde, mais je ne suis pas d’accord avec ce système qui vous tient liés. C’est ça qu’il y a, le système, là. Voilà.

219 Je n’étais pas contre l’Allemagne; c’était contre le nazisme. Je n’étais pas contre les Italiens; c’était contre le–le fascisme. Et, souvenez-vous, j’avais fait une autre prédiction à l’époque, une simple prédiction, et beaucoup d’entre vous, les anciens, vous vous en souvenez. J’avais dit : « Il y a trois grands ismes qui essaient de s’emparer du monde aujourd’hui : le fascisme, le nazisme et le communisme. » Et qu’est-ce que j’avais dit ? Qu’ils finiraient tous dans le communisme.

220 Et je vous avais tous fait répéter ça : « Surveillez la Russie. » Vous vous souvenez de ça ? « Surveillez la Russie. Elle finira tout entière dans le communisme. » Ensuite, tout finira par aboutir dans le catholicisme. Souvenez-vous, tout aboutira dans le catholicisme au temps de la fin. C’est tout à fait exact. Ça, c’est au Combat d’Harmaguédon, plus loin, là, quand Christ Lui-même revient.

221 Mais ces trois prophètes... ou plutôt, ces trois ans et demi, c’est Apocalypse 11.3, vous l’avez lu bien des fois : « Je donnerai à mes deux témoins le pouvoir de prophétiser pendant mille deux cent soixante jours. » Ça fait combien, mille deux cent soixante jours ? Trois ans et demi. « Ensuite, ils seront tués dans la rue », en plein milieu de la soixante-dixième semaine.
Alors, vous voyez où sont les soixante-dix semaines de Daniel ? Voyez-vous où nous vivons ? [L’assemblée dit : « Amen. »–N.D.É.] Nous sommes à la fin, mes chers amis. Nous sommes à la fin. Les jours... Les nations se disloquent,
Israël se réveille,
Les signes que les prophètes prédirent; (Nous en sommes là.)
Les jours des Gentils comptés (ici) ,
Encombrés d’horreur.
Revenez, ô dispersés, vers les vôtres.
Chantons-le : Le jour de la rédemption est proche,
Le coeur des hommes défaille de peur ;
Soyez remplis de l’Esprit, vos lampes claires et nettes
Regardez, votre rédemption est proche !
Oh ! la la ! C’est merveilleux, n’est-ce pas ? Les nations se disloquent, Israël se réveille
Les signes que les prophètes prédirent
Les jours des Gentils comptés,
Encombré d’horreur
Revenez, ô dispersés, vers les vôtres.
Ensemble, maintenant. Le jour de la rédemption est proche
Le coeur des hommes défaille de peur
Soyez remplis de l’Esprit, vos lampes claires et nettes
Regardez, votre rédemption est proche
Je vais vous en chanter un petit couplet. Les faux prophètes mentent,
Ils nient la Vérité de Dieu
Que Jésus-Christ est notre Dieu
Ils font de Lui une troisième Personne. Vous le savez. Mais Il ne l’est pas. Il est notre Dieu. Mais nous suivrons les pas des apôtres
Car le jour de la rédemption est proche
Le coeur des hommes défaille de peur
Soyez remplis de l’Esprit, vos lampes claires et nettes
Regardez, votre rédemption et proche

222 N’êtes-vous pas heureux ? Revenez au Message, frère ! Revenez à l’original ! Revenez à la Pentecôte ! Revenez à la vraie bénédiction ! Revenez au Nom de Jésus-Christ ! Revenez au baptême du Saint-Esprit ! Revenez aux signes et aux prodiges ! Revenez à la pentecôte ! Rejetez l’organisation ! Revenez au Saint-Esprit ! C’est Lui notre Enseignant. Car le jour de la rédemption approche
Le coeur des hommes défaille de peur
Soyez remplis de l’Esprit, vos lampes claires et nettes
Regardez, votre rédemption est proche

223 C’est merveilleux, n’est-ce pas ? Qu’est-ce que le prophète a dit ? « Il viendra un temps où il fera... on ne pourra dire ni jour, ni nuit. » Regardez comment ça a été. Voyez ? Oh ! pas beau du tout, tout au cours des âges de l’église, mais cela... Au temps du soir, il y aura la Lumière
Tu trouveras certainement le sentier de la Gloire,
C’est par l’eau qu’est la Lumière d’aujourd’hui
Enseveli dans le précieux Nom de Jésus
Jeunes et vieux, repentez-vous de tous vos péchés
Le Saint-Esprit entrera bien en vous
Ces Lumières du soir sont venues
Oui, c’est un fait que Dieu et Christ sont Un
Au temps du soir (Tous ensemble !) , il y aura la Lumière
Tu trouveras certainement le sentier de la Gloire,
C’est par l’eau qu’est la Lumière d’aujourd’hui
Enseveli dans le précieux Nom de Jésus
Jeunes et vieux, repentez-vous de tous vos péchés
Le Saint-Esprit entrera bien en vous
Car les Lumières du soir sont venues
Oui, c’est un fait que Dieu et Christ sont Un. (Pas trois, mais Un !)

224 Revenez au Message ! Revenez au commencement ! Revenez à ce que Paul enseignait ! Revenez au baptême qu’il pratiquait ! Il avait vu des gens qui s’étaient fait baptiser autrement ; il leur avait dit de venir se faire rebaptiser. Il a dit : « Si un ange venait du Ciel prêcher autre chose, qu’Il soit anathème. » Il faut donc revenir au Message, mon ami ! C’est le temps du soir.

225 Oh ! je L’aime tellement ! Pas vous ? [L’assemblée dit : « Amen. » – N.D.É.] Combien voient maintenant les soixante-dix semaines de Daniel et ce qu’est cette soixante-dixième semaine ? Combien le croient ? Dites : « Amen. » [L’assemblée répond : « Amen. » – N.D.E.] Amen ! Gloire à Dieu !

226 Maintenant, qu’est-ce qui doit venir ensuite ? Les Sept Sceaux, maintenant. Nous les aborderons sans tarder, quand le Seigneur le permettra. Quand sera-ce ? Je ne sais pas. Quand Il jugera bon de l’apporter, à ce moment-là nous entrerons là-dedans. Alors, nous tiendrons une longue, longue réunion, parce qu’il faudra prendre du chapitre 6 à 19 pour voir tout ça, et vu la lenteur avec laquelle j’avance...

227 Maintenant, je ne voudrais pas que qui que ce soit reparte en ayant mal compris ceci. La bande est-elle toujours en marche ? Je ne voudrais pas que qui que ce soit comprenne mal cela. Ne comprenez donc pas mal, maintenant, et ne dites pas : « Frère Branham a dit que Jésus viendra en 1977. » Je n’ai jamais rien dit de pareil. Jésus peut venir aujourd’hui. Mais j’ai prédit qu’entre 33 et 77, quelque chose pourrait arriver, que ces choses que j’ai vues arriver dans la vision pourraient se produire. Et cinq d’entre elles se sont déjà produites. Et je crois qu’avec les armes atomiques qu’on a maintenant...

228 Et, avez-vous vu ce que notre Président vient de dire ? Il veut une autre guerre. Il veut faire de–de Berlin un exemple, a-t-il dit. Il veut en faire un exemple. Qu’en est-il de Cuba, juste à côté ? Pourquoi ne pas en faire un exemple ? Qu’en est-il de ça ? Oh ! ça n’a vraiment pas de sens ! Voyez ?

229 Oh ! frères, nous sommes tout simplement à la fin. Ils vont... Ça va se terminer exactement comme Dieu l’a dit. Alors, à quoi–à quoi sert-il de faire autre chose que lire simplement ce qu’Il a dit, se mettre en ordre et se préparer pour ça ? Que la chose arrive à ce moment-là. Nous l’attendons. Nous attendons la venue du glorieux jour du Millénium,
Où notre Adorable Seigneur viendra chercher Son Épouse qui L’attend
Oh ! la terre crie, soupire après ce jour de douce délivrance
Où notre Sauveur reviendra de nouveau sur terre,
Oh ! notre Seigneur revient bientôt sur terre,
Oui, notre Seigneur revient bientôt sur terre,
Oh ! Satan sera lié pour mille ans, nous ne serons plus tentés,
Quand que Jésus reviendra de nouveau sur terre
Combien sont prêts ? Levez la main. Oh ! la la !
Oh ! notre Seigneur revient sur terre
Levons-nous et serrons-nous la main les uns aux autres. Notre Seigneur revient bientôt sur terre
Oh ! Satan sera lié pour mille ans, nous ne serons alors plus tentés
Quand Jésus reviendra de nouveau sur terre,
Oh ! notre Seigneur revient bientôt sur terre,
Oui, notre Seigneur revient bientôt sur terre,
Oh ! Satan sera lié pour mille ans, nous ne serons alors plus tentés,
Quand Jésus reviendra de nouveau sur terre.
Le retour de Jésus répondra au cri de cette terre
Car la connaissance du Seigneur remplira terre, mer et ciel
Dieu enlèvera toute maladie, séchera les larmes de souffrance
Quand Jésus reviendra de nouveau sur terre
Oh ! notre Seigneur revient bientôt sur terre
Oui, notre Seigneur revient bientôt sur terre
Oh ! Satan sera lié pour mille ans, nous ne serons alors plus tentés
Quand Jésus reviendra de nouveau sur terre

230 Oh ! la la ! Vous vous sentez bien, n’est-ce pas ? [L’assemblée dit : « Amen ! Alléluia ! »–N.D.É.] Pensez-y, les amis, c’est ça la Pentecôte, c’est l’adoration ! C’est ça la Pentecôte. Chantons-le en tapant des mains. Les pentecôtistes, tout le monde, décrispez-vous, maintenant, débarrassez-vous de ce vieux formalisme méthodiste, là. Allons, chantons-le. Oh ! notre Seigneur revient bientôt sur terre,
Oui, notre Seigneur revient bientôt sur terre,
Satan sera lié pour mille ans, nous ne serons alors plus tentés
Quand Jésus reviendra de nouveau sur terre
Oh ! notre Seigneur revient bientôt sur terre, (La Bible le dit !)
Oui, notre Seigneur revient bientôt sur terre
Satan sera lié pour mille ans, nous ne serons alors plus tentés
Quand Jésus reviendra de nouveau sur la terre.
L’aimez-vous ? [L’assemblée dit : « Amen. » –N.D.É.] Oh ! levons simplement les mains vers Lui, maintenant. Je L’aime, je L’aime
Parce qu’Il m’aima le premier
Et a acquis mon salut (...?...)
Sur le bois du Calvaire
Je L’aime (Gloire !) , je L’aime
Parce qu’Il m’aima le premier
Et a acquis mon salut
Sur le bois du Calvaire

EN HAUT