ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Le Signe de la semence du temps de la fin de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 62-0319 La durĂ©e est de: 1 hour and 28 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Le Signe de la semence du temps de la fin

1 Bonsoir, mes amis. C’est un privilĂšge d’ĂȘtre Ă  nouveau ce soir ici Ă  – Ă  Tifton. C’est en quelque sorte une grande surprise pour moi. J’avais parlĂ© Ă  notre cher ami, frĂšre Welch Evans, il y a quelque temps, quand je commençais Ă  me sentir un peu fatiguĂ©, j’avais dit : «Je viens Ă  Tifton pour aller Ă  la pĂȘche.» J’avais dit aussi : «Quand je viendrai, j e rĂ©union de priĂšre dans un foyer.» Et voilĂ  qu’il – voilĂ  que je me retrouve ici ce soir, dans l’amphithĂ©Ăątre d’une Ă©cole.
Je suis un peu enrouĂ© pour – pour avoir trop parlĂ©. J’ai eu un court sermon hier, j’ai prĂȘchĂ© pendant – pendant six heures seulement. Ainsi... Eh bien, je ne vous effraie pas. Je ne serai pas aussi long ce soir. Je – j’en suis sĂ»r. Mais Ă©tant un peu enrouĂ© et – et de passage...
Cependant c’est un privilĂšge d’ĂȘtre ici et de rencontrer cet excellent pasteur qui vient de donner une introduction si belle et si royale. Et nous sommes toujours heureux de rencontrer les gens.

2 Et le commentaire que le frĂšre vient de faire, c’est absolument la vĂ©ritĂ©. Nous pouvons dire «Amen» Ă  cela, parce que le diable, dans ces derniers jours, est comme un lion rugissant, rĂŽdant, dĂ©vorant tout ce qu’il peut trouver, car il sait qu’il a peu de temps. Il ne lui reste plus beaucoup de temps pour le faire. Il doit donc le faire pendant qu’il en a le temps.
J’aime la disposition de ce petit amphithĂ©Ăątre. Nous sommes trĂšs reconnaissants au Conseil d’administration de l’école, au directeur et Ă  ceux qui ont Ă©tĂ© assez gentils pour nous permettre de l’avoir; nous sommes trĂšs reconnaissants pour vous, personnes aimables qui ĂȘtes ici, coopĂ©rant dans cette rĂ©union impromptue; et qui que ce soit qui a posĂ© ce petit tapis de bienvenue que j’ai remarquĂ© lĂ  dehors dans la rue, eh bien, c’était trĂšs gentil. Je pense que c’est frĂšre Willy qui est lĂ  qui a fait cela; j’apprĂ©cie cela.
Et j’aimerais peut-ĂȘtre, si c’est la volontĂ© du Seigneur, que nous puissions venir une fois pour une sĂ©rie de services, rester avec cet excellent pasteur et d’autres ici, et prĂ©parer une sĂ©rie de rĂ©unions pour quatre ou cinq soirĂ©es, que nous pourrions annoncer suffisamment, pour rĂ©unir toutes les Ă©glises, car, vous savez, c’est bien en ce moment que nous avons, plus que jamais dans toute l’histoire du monde, besoin l’un de l’autre, c’est vraiment en ce moment. De vrais croyants loyaux, nous avons besoin les uns des autres. Et aussi, je suis... C’est toujours une bĂ©nĂ©diction partout oĂč vous allez, de rencontrer le peuple de Dieu. Partout, c’est une bĂ©nĂ©diction.
Je vois que nous avons quelques petits enfants ici. Il y a quelques instants, j’observais un petit garçon et une petite fille, assis au premier rang. Les petits enfants les plus mignons, de toutes petites crĂ©atures, assis lĂ  bien sagement. J’aime cela. Les enfants... Il y a quelque chose d’innocent et de doux chez les enfants. Je – j’aime cela.
Maintenant, merci beaucoup d’ĂȘtre venus ce soir. Bon, je pensais que ce serait bien si ce soir nous prenions notre temps pour semer quelques semences que – de la Parole du Seigneur.

3 Et hier, j’ai prĂȘchĂ© six heures sur le sujet : «La Semence originelle de la Parole», et nous l’avons dĂ©montrĂ© de la GenĂšse Ă  l’Apocalypse, de long en large, une bande de six heures, montrant ce qu’était le programme de Dieu, ce qu’Il est, et comment la Parole parlĂ©e de Dieu est la Semence de Dieu. Et la Bible dit que (dans Luc) que la Parole de Dieu est la «Semence» que le semeur a semĂ©e.

4 Et maintenant, nous savons que toute Parole semĂ©e doit ĂȘtre arrosĂ©e avant qu’Elle puisse produire Sa rĂ©colte. Mais si l’eau tombe sur une terre, peu importe la sorte de semence qu’il y a dans cette terre, elle se reproduira selon son espĂšce. Comme Dieu a dit dans GenĂšse 1.11 : «Que chaque semence se reproduise selon son espĂšce», que chaque chose... Et lorsque l’eau tombe, HĂ©breux, chapitre 6, nous voyons que la – la pluie tombe souvent sur la terre pour l’arroser et la prĂ©parer afin qu’elle produise du fruit. Mais les mauvaises herbes et les ronces et – et les choses qui sont dans la terre poussent par la mĂȘme eau. Mais c’est Ă  leurs fruits qu’on les reconnaĂźt.

5 Ainsi, on reconnaĂźt les chrĂ©tiens aux fruits du Saint-Esprit. C’est ce qui domine dans la vie d’un chrĂ©tien qui prouve ce qu’il est. Et le fruit de l’Esprit est l’amour, la joie, la paix, la foi, la longanimitĂ©, la bontĂ©, la douceur...?... la patience par le Saint-Esprit. Ces fruits se manifestent Ă  travers les chrĂ©tiens.

6 Bon, hier nous avons vu Ă  ce sujet que la semence qui fut semĂ©e, la semence de discorde qui fut... Satan sema la discorde lorsqu’il dit un mensonge Ă  Eve. Et nous dĂ©couvrons que le fait d’avoir doutĂ© d’une seule Parole parlĂ©e de Dieu causa chaque mort qu’il y ait jamais eue, chaque maladie et tous ces ennuis, simplement le fait de croire – de ne pas croire une Parole. Elle ne L’a pas crue telle quelle. Elle essaya de mĂ©langer Cela avec quelque chose, et rien ne se mĂ©langera Ă  la Parole de Dieu. Il doit en ĂȘtre ainsi, parce que c’est la Semence originelle. Dieu est Ă©ternel, et Dieu est la Parole. «Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu. Et la Parole devint chair parmi nous.»

7 Maintenant, Dieu et Sa Parole, c’est absolument un seul et mĂȘme Etre. Pensez-y! Je crois que Dieu jugera le monde un jour, non pas par les dĂ©crets du CongrĂšs, non pas par les dĂ©crets d’une Ă©glise, mais c’est par Sa Parole qu’Il jugera le monde.
Si nous devions prendre une Ă©glise, une Ă©glise dĂ©nominationnelle, laquelle a raison? Elles diffĂšrent tellement l’une de l’autre. Les catholiques diffĂšrent des protestants; les protestants diffĂšrent des orthodoxes; les ortho–... Eh bien, nous sommes tous diffĂ©rents. Alors, laquelle d’entre elles aurait donc raison? Nous aurions constamment de la confusion dans notre esprit. Personne ne saurait que faire. Et un Dieu juste, le Juge de toute la terre, nous donnera certainement quelque chose par lequel nous pourrons ĂȘtre jugĂ©s.

8 Bien, je lis dans la Bible que les cieux et la terre passeront, mais que la Parole de Dieu ne passera point. Je lis dans la Bible que quiconque En retranche ou Y ajoute quelque chose, sa part sera retranchĂ©e du Livre de Vie; qu’Elle demeure telle quelle. Beaucoup essayent de dire qu’Elle a Ă©tĂ© falsifiĂ©e, que ç’a Ă©tĂ© fait comme ceci ou comme cela. Je ne le crois pas.

9 Je crois qu’il y a une certaine norme par laquelle Dieu jugera la – l’Eglise, ou plutĂŽt le monde. Il doit y avoir une norme, ça ne peut ĂȘtre d’aprĂšs une Ă©glise dĂ©nominationnelle, parce qu’elles diffĂšrent. Qui saurait ce qu’il faut faire? Mais il y a une norme et c’est Sa Parole. Je crois que Dieu veille sur sa Parole. Je crois que cette Parole est ponctuĂ©e exactement tel que Dieu le veut – la Bible. C’est la Parole de Dieu pour les gens. C’est lĂ  oĂč... C’est la raison pour laquelle je crois en cette Parole. Et je crois que la Parole est une Semence et si cette Semence est semĂ©e dans le bon terrain et est arrosĂ©e par le Saint-Esprit, Elle se reproduira selon Son espĂšce. Toute promesse que Dieu a faite, Dieu l’honorera.

10 Quand nous voyons Dieu guĂ©rir un homme... Il y a quelques jours, dans notre Ă©glise, j’avais annoncĂ© que je prĂȘcherais un certain dimanche (dimanche dernier, il y a de cela une semaine – une semaine depuis dimanche dernier.) On a amenĂ© lĂ  une petite fille sur une civiĂšre. Et on m’avait appelĂ© sur la route pendant la nuit et on m’a dit : «La fille ne peut plus vivre.» Le cancer Ă©tait tellement avancĂ©, elle avait Ă  peu prĂšs dix-sept ans. «Elle ne peut mĂȘme pas venir lĂ . Elle va mourir avant d’arriver.» C’était un cas pitoyable, une aimable petite enfant de dix-sept ans.

11 Pour prouver quelque chose Ă  mon Ă©glise, je n’ai pas du tout touchĂ© l’enfant. Je ne l’ai jamais touchĂ©e. Je suis entrĂ©. Elle Ă©tait Ă©tendue sur une civiĂšre. Bien sĂ»r, il y avait d’autres malades, mais ma prĂ©occupation concernant cette enfant Ă©tait de capter son esprit pendant que je lui parlais. Elle m’a paru ĂȘtre une jeune fille trĂšs aimable. Je ne voyais pas la raison pour laquelle cette enfant devait occuper prĂ©maturĂ©ment une tombe, ce devait ĂȘtre le diable qui essayait de prendre sa vie. Ainsi, je n’ai pas du tout touchĂ© cette enfant. Je suis allĂ© directement Ă  la chaire avec la Parole et m’en suis tenu juste Ă  la Parole. Et la Parole l’a guĂ©rie instantanĂ©ment si bien qu’elle s’est levĂ©e et a marchĂ©, et elle va trĂšs bien maintenant et elle vit comme n’importe qui d’autre. On n’en trouve plus une seule trace, nulle part. Sans mĂȘme avoir touchĂ© la Parole – l’avoir touchĂ©e.

12 Voyez-vous, la Parole est sortie, elle a cru la Parole, et la Parole, c’est la Vie et la Puissance de Dieu. Et c’est la Parole qui fait cela. La Parole guĂ©rit les malades. Alors, vous dites : «Eh bien, JĂ©sus a guĂ©ri les malades.»

13 Il est la Parole. Il est la Parole. Lorsque vous recevez la Parole, vous recevez JĂ©sus, car Il est la Parole. «La Parole fut faite chair et habita parmi nous.» Nous croyons cela, n’est-ce pas? Chaque passage. Nous croyons que Christ est la Parole de Dieu manifestĂ©e, et nous croyons que Son Epouse doit ĂȘtre la mĂȘme chose. Nous croyons qu’Elle doit croire toute la Parole et qu’Elle doit avoir cette Parole en Elle, parce qu’Elle est une partie du Corps. Elle est le Corps dont Lui est la TĂȘte.

14 Et lorsqu’Il fut mort, qu’Il se releva des morts, qu’Il ressuscita, Il S’assit dans les lieux trĂšs hauts, Ă  la – prĂšs de la MajestĂ© de Dieu sur Son trĂŽne – Ă  la droite de Sa MajestĂ©, alors – et nous sommes Ses reprĂ©sentants. Et nous nous considĂ©rons comme morts et ensevelis par le baptĂȘme, ressuscitĂ©s avec Lui et assis maintenant avec Lui dans les Lieux CĂ©lestes en JĂ©sus-Christ. Cela devrait nous faire tous pousser des cris, non? Pensez-y! Nous sommes, pas nous serons; nous sommes maintenant. Nous sommes maintenant fils de Dieu. Nous sommes maintenant filles de Dieu. Non pas que nous serons assis, nous sommes maintenant assis. Nous ne pouvons pas... le...

15 JĂ©sus a dit que les Ecritures doivent s’accomplir, chaque Parole doit s’accomplir. Aujourd’hui, nous nous sommes tellement Ă©loignĂ©s de cela. Nous nous sommes embrouillĂ©s avec des crĂ©dos, etc., Ă  tel point que nous nous sommes tout simplement dĂ©chaĂźnĂ©s, exactement comme la Bible avait annoncĂ© que nous ferions. Exactement.

16 Adam, avant qu’il n’aille vers sa femme, celle-ci Ă©tait fĂ©condĂ©e d’une mauvaise semence, elle avait cru le mensonge du diable et avait essayĂ© de mĂ©langer cela avec la Parole de Dieu et cela a causĂ© la mort. Le premier enfant qui naquit d’elle portait la mort, et depuis, chaque enfant porte la mort.

17 La femme de JĂ©hovah, aprĂšs qu’Il la fit sortir d’Egypte, la sanctifia et prit soin d’elle sur la route, que fit-elle? Elle fit la mĂȘme chose. JĂ©hovah amenait Sa femme Ă  la terre promise. Sur son chemin, elle Ă©couta un faux prophĂšte du nom de Balaam. Et que fit-elle? «Eh bien, il n’y a aucune diffĂ©rence entre nous. Unissons-nous et soyons une mĂȘme famille.»

18 C’est ce que l’Epouse a fait avec le monde – Elle s’est unie avec le monde, avec ces crĂ©dos et autres, et a reniĂ© la Parole de Dieu, disant : «Les jours des miracles sont passĂ©s. Le baptĂȘme du Saint-Esprit, ça n’existe pas.» OĂč en est-elle maintenant? Elle est divorcĂ©e. Juste... L’Epouse de JĂ©sus a fait la mĂȘme chose que l’épouse de JĂ©hovah, et la mĂȘme chose que – que l’épouse d’Adam. Oui, exactement. La Bible dit que toute affaire se rĂ©glera sur la dĂ©position de trois tĂ©moins. Il y a eu trois Ă©glises, trois Ă©pouses, et elles firent toutes trois la mĂȘme chose.

19 Mais malgrĂ© tout cela, il y a une vraie Epouse que Dieu est en train d’enfanter, et Il tire un petit groupe de chaque... chaque fois qu’il y a eu une rĂ©forme, il y a eu une certaine portion de la Parole qui a Ă©tĂ© propagĂ©e. Et chaque gĂ©nĂ©ration a eu son temps. L’avez-vous dĂ©jĂ  remarquĂ©? Un homme de Dieu viendra, il s’enflammera au contact avec Dieu, et un grand rĂ©veil balayera le pays. Et que se passe-t-il? ImmĂ©diatement aprĂšs cela, ils prendront l’idĂ©e de cet homme, en feront une dĂ©nomination et introduiront des crĂ©dos et les mĂ©langeront Ă  cela. L’église meurt lĂ  et elle ne se relĂšve plus jamais. C’est vrai. Il en a toujours Ă©tĂ© ainsi, et il en sera toujours ainsi, chaque fois.

20 Mais chaque gĂ©nĂ©ration, que reçoit-elle? L’occasion d’avoir la fraĂźche Parole de Dieu, Ă  chaque Ă©poque, comme Luther sous la justification, comme Wesley sous la sanctification, le mouvement pentecĂŽtiste sous le baptĂȘme du Saint-Esprit. Voyez-vous? Chacun a eu sa chance. Ensuite que font ces hommes qui viennent aprĂšs ce grand rĂ©formateur? Ils en font une dĂ©nomination, ils organisent cela, ils y mĂȘlent des crĂ©dos, un petit peu ici, un petit peu lĂ , un nouveau groupe d’écoles – d’érudits arrive avec un tas de psychologie, exactement comme Eve qui essaya de trouver une nouvelle lumiĂšre et la mĂ©langea avec la Parole de Dieu : c’est la mort. L’organisation alla de l’avant et ils moururent spirituellement. C’est tout Ă  fait vrai. Il en a toujours Ă©tĂ© ainsi.

21 Maintenant, que vous le croyiez ou non... Vous pouvez ne pas ĂȘtre de cet avis, mais je vais parler ce soir, le Seigneur voulant, sur le sujet : LE SIGNE DE LA SEMENCE DU TEMPS DE LA FIN. Quelle sorte de signe sera le signe de la semence du temps de la fin? Avant que nous lisions la Parole, inclinons la tĂȘte, et parlons Ă  Son Auteur.
Je me demande ce soir, pendant que nous avons la tĂȘte inclinĂ©e, sachant que nous vivons dans l’ombre de la Venue du Fils de Dieu... Je me demande s’il y a des requĂȘtes ce soir; voudriez-vous faire connaĂźtre Ă  Dieu que vous ĂȘtes sincĂšres et que vous avez une – quelque chose sur le coeur que vous voudriez que Dieu fasse pour vous? Levez simplement la main vers Lui, dites : «Me voici, ĂŽ Dieu. Je dĂ©sire ceci et ceci.» Merci.

22 Notre PĂšre cĂ©leste, nous nous approchons de Ton TrĂŽne de grĂące, en aucun cas de Ton TrĂŽne de jugement. Ô Dieu, nous ne dĂ©sirons pas le jugement, parce que nous ne pourrions pas nous tenir devant ce TrĂŽne-lĂ , mais nous sommes si heureux qu’il y ait eu Quelqu’un qui S’est tenu lĂ  Ă  notre place, Ton Fils, le Seigneur JĂ©sus. Il S’est tenu lĂ  Ă  notre place, et a subi le jugement afin que nous ayons droit au TrĂŽne de grĂące. Et nous nous approchons ce soir en Son Nom.

23 Et Il a dit Lui-mĂȘme (et chaque Parole qui vient de Lui Ă©tant L’Ecriture, Elle doit s’accomplir), Il a dit : «Si vous demandez quelque chose Ă  Mon PĂšre en Mon Nom, Je le ferai.» Eh bien, nous savons que cette Parole est vraie, et nous nous approchons au Nom de JĂ©sus pour demander Ă  notre PĂšre cĂ©leste de nous accorder la grĂące qui pardonne, venant de Son TrĂŽne de grĂące et d’amour.
Nous Lui demandons ce soir de rendre Sa Parole claire, de nous La faire connaĂźtre et de nous rĂ©vĂ©ler l’heure dont nous nous approchons, car nous ne voulons pas trĂ©bucher comme quelqu’un qui ne sait pas oĂč il va. L’homme qui ne sait pas oĂč il va, trĂ©buche. Et Tu as dit que nous Ă©tions des enfants de la lumiĂšre, et que nous devrions savoir oĂč nous allons, Ă  chaque pas, comme lorsqu’on porte une lampe. Cela n’éclaire pas tout le chemin, mais l’endroit oĂč nous posons les pieds.

24 Je prie, PĂšre, alors que nous faisons ce pas ce soir vers cette rĂ©union, que nous puissions voir quel est le dessein de Dieu pour nous en Ă©tant ici. Et je Te prie, ĂŽ Seigneur, pour que chaque main qui s’est levĂ©e dans cette rĂ©union, ce soir, soit – que l’objet de la requĂȘte qui est derriĂšre cette main soit accordĂ©. Si c’est pour le salut, ĂŽ Dieu, accorde ce soir qu’ils le reçoivent. Si ce sont des problĂšmes familiaux, redresse le foyer, Seigneur, donne la paix. Si c’est pour quelqu’un qui est bouleversĂ©, fais misĂ©ricorde, PĂšre. Si c’est pour quelqu’un qui est malade, que les Paroles guĂ©rissantes de Dieu pĂ©nĂštrent profondĂ©ment dans leurs coeurs ce soir, Cela produira demain une rĂ©colte de bonne santĂ© venant de Dieu. Accorde-le, Seigneur. Ecoute-nous.

25 Nous Te prĂ©sentons ce soir la Parole, nous-mĂȘmes et ces textes, afin que Tu puisses tirer de lĂ  un contexte et nous rĂ©vĂ©ler les choses que nous devons connaĂźtre. BĂ©nis ces gens. BĂ©nis cette Ă©cole. En ce temps-ci, si quelqu’un dit qu’on va tenir une rĂ©union, un groupe inter-dĂ©nominationnel, on rejetterait froidement cela, mais ce directeur a ouvert la porte. Nous prions, ĂŽ Dieu, que Tu le bĂ©nisses et que Tu lui fasses connaĂźtre qu’il est Ă©crit dans les Ecritures : «Toutes les fois que vous l’avez fait Ă  l’un de ces plus petits, c’est Ă  Moi que vous l’avez fait. Quand as-Tu Ă©tĂ© dans le besoin et ne T’avons-nous pas assistĂ©?» Et Tu as dit : «Je dirai : ‘Ce que vous avez fait Ă  ceux-ci, c’est Ă  Moi que vous l’avez fait.’» Je Te prie, PĂšre cĂ©leste, que de cette Ă©cole sortent de grands prĂ©dicateurs oints pour les jours Ă  venir. Je prie pour chaque personne qui est ici, pour leurs pasteurs; bĂ©nis leurs Ă©glises, Seigneur. Puisse un grand rĂ©veil Ă©clater ici parmi les gens de cette communautĂ© et qu’il occasionne le salut de beaucoup de gens. GuĂ©ris les malades et les affligĂ©s. Reçois-en la gloire. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

26 La lecture d’un petit passage des Ecritures trĂšs particulier... Lorsque vous rentrerez chez vous, j’aimerais que vous lisiez ce chapitre, Amos, chapitre 3, verset 7. Un cadre singulier et Ă©trange pour un texte, mais vous savez, Dieu fait les choses d’une maniĂšre Ă©trange et singuliĂšre. Il oeuvre d’une façon particuliĂšre, d’une maniĂšre mystĂ©rieuse pour accomplir Ses prodiges. Amos 3.7. Car le Seigneur, l’Eternel ne fait rien sans avoir rĂ©vĂ©lĂ© son secret Ă  ses serviteurs les prophĂštes.

27 Maintenant, voici le texte que je voudrais prendre : LE SIGNE DE LA SEMENCE DU TEMPS DE LA FIN. Et comme je venais de vous le dire hier, j’ai beaucoup prĂȘchĂ© sur la Semence, parce que c’est la Parole... Tout commence dans la GenĂšse, parce que GenĂšse signifie «commencement», autrement dit c’est le chapitre semence de la Bible. Tout ce que nous avons sur la terre aujourd’hui a son origine dans la GenĂšse.
Maintenant, nous avons des choses aujourd’hui qui n’ont pas commencĂ© dans la GenĂšse, parce qu’elles ont Ă©tĂ© hybridĂ©es. Tout ce qui est hybride est faux. Ce n’est pas bon. Ça ne peut pas se reproduire. Tout ce qui est hybride est fait par l’homme et ne peut se reproduire.

28 Comme je l’ai souvent dit, si nous prenons la reproduction du bĂ©tail... prenez, par exemple, le – l’ñne et la jument, ils produisent un mulet, mais le mulet ne peut se reproduire. Il ne sait pas qui est son pĂšre ni qui est sa mĂšre. Il est dans la confusion.

29 Si nous prenons le maĂŻs aujourd’hui, il est hybridĂ©. On dit qu’il est plus beau, qu’il fait de plus gros Ă©pis, mais il n’est pas bon. Vous avez vu ce que le Reader’s Digest vient d’écrire lĂ -dessus? «Si les femmes continuent de manger du poulet, du boeuf et des choses hybrides, d’ici vingt ans, la race humaine cessera d’exister. Les femmes ne pourront plus avoir d’enfants.» C’est vrai.
L’hybridation n’est pas une bonne chose. Prenez le maĂŻs, hybridez-le et faites-en un grand et gros Ă©pis, qu’est-ce que ça va donner? C’est trĂšs bien si vous voulez manger un gros Ă©pi, mais qu’est-ce qu’il en advient? Replantez-le, il ne peut se reproduire. Il n’est pas bon. Il est mort. Donc, tout ce qui n’était pas prononcĂ© par Dieu au commencement est hybride.

30 Et c’est de cette façon que les gens s’éloignent de la Parole de Dieu. Ça devient quelque chose d’hybridĂ©. Cela doit mourir. Cela ne peut pas reproduire la vie selon son espĂšce.
L’église qui refuse de – de croire la Parole de Dieu est une Ă©glise hybride, ayant des dogmes, des crĂ©dos, des doctrines qui ne sont pas scripturaires. Cette Ă©glise ne peut pas engendrer un enfant rempli de l’Esprit, parce qu’elle est hybride; elle n’est pas bonne. Elle est peut-ĂȘtre plus grande, avec des murs trĂšs Ă©levĂ©s, de jolis bancs, d’énormes cloches, des siĂšges luxueux. Mais cela ne veut rien dire. Elle est spirituellement morte. C’est vrai. Elle ne peut engendrer des enfants remplis de l’Esprit, Ă©tant elle-mĂȘme morte.

31 Maintenant, aprĂšs avoir parlĂ© six heures sur ce sujet, je reviens ce soir sur ce mĂȘme signe de la semence du temps de la fin.
Maintenant, tout homme avisĂ©, s’il est dans son bon sens, essaie toujours de savoir ce que lui rĂ©serve le futur. Nous dĂ©sirons tous connaĂźtre cela. Quel est le prochain pas que je ferai? OĂč irai-je aprĂšs ici? C’est comme un homme qui traverse un ruisseau. Il monte sur une pierre, puis il regarde tout autour pour voir oĂč il posera son pied prochainement, car il ne... Il ne peut tout simplement pas sauter n’importe oĂč; s’il le fait, il se noiera, il doit regarder oĂč il va. AprĂšs avoir traversĂ© ceci, oĂč irai-je ensuite? Il en est ainsi pour nous tous. Cela a Ă©tĂ© le cri de la race humaine Ă  travers les Ăąges : «OĂč aller aprĂšs ici?»

32 Le roi d’Angleterre... un soir (un saint le baptisa le lendemain matin), ils Ă©taient assis Ă  cĂŽtĂ© d’un feu, c’était comme une vaste vĂ©randa; il y avait une grande chaudiĂšre ou – ou un foyer, nous l’appellerons ainsi, un endroit immense et vaste oĂč Ă©taient mises des bĂ»ches. Le saint essayait de parler de Dieu au roi, et son sermon a Ă©tĂ© achevĂ© par un petit moineau. En pleine nuit, le petit moineau qui volait dans l’obscuritĂ©, vint Ă  la lumiĂšre puis se retira de la lumiĂšre et retourna dans l’obscuritĂ©.

33 Et le saint se leva et dit au roi : «D’oĂč venait-il et oĂč est-il allĂ©?» C’est ce que nous voulons savoir. D’oĂč venons-nous, que faisons-nous ici, et oĂč allons-nous aprĂšs ici?
Maintenant, ils... Toute la science que nous avons, comme tous ces ossements que nous avons dĂ©terrĂ©s, comme tous ces livres que nous avons Ă©crits, il n’y a pas un seul livre qui puisse vous dire d’oĂč vous venez, ce que vous ĂȘtes et oĂč vous allez. Il n’y a qu’un seul Livre, et c’est la Bible. Elle vous dit d’oĂč vous venez, ce que vous ĂȘtes ici, et oĂč vous allez. Ainsi donc, si nous voulons savoir oĂč nous allons depuis ici, prenons le seul Livre qui peut nous le dire.

34 Les vieux ossements qu’ils dĂ©terrent, et – et les stalagmites et ainsi de suite, ne peuvent rien prouver. C’est la Parole de Dieu qui a la rĂ©ponse. Elle a la rĂ©ponse Ă  toutes nos questions. Cela est dans le Livre de Dieu. L’homme s’est souvent posĂ© des questions. Quelquefois, il nous arrive, en lisant les Ecritures, de nous poser des questions Ă  leur sujet. Mais nous ne sommes pas censĂ©s nous poser des questions. Vous ne pouvez pas Les expliquer. Vous devez Les croire.

35 Aucun homme ne peut – peut prouver Dieu scientifiquement. Si vous pouvez prouver Dieu scientifiquement, alors, ce n’est plus la foi. Nous sommes censĂ©s croire Dieu et la foi n’est pas scientifique.

36 Que serait-il arrivĂ© si MoĂŻse avait arrachĂ© quelques feuilles de l’arbre et avait dit : «Je crois que je vais les amener au laboratoire pour dĂ©couvrir les composĂ©s chimiques qu’elles ont, et qui les empĂȘchent de brĂ»ler.» Voyez-vous? Dieu ne lui aurait jamais parlĂ©. Il ne connaissait pas cela. La seule chose qu’il fit, ce fut d’enlever ses chaussures, et de s’asseoir avec rĂ©vĂ©rence, et Dieu lui parla en retour.

37 Nous ne pouvons prouver scientifiquement ces promesses de Dieu, mais nous regardons en arriĂšre, et nous voyons que chacune d’elles s’est accomplie en sa saison, juste comme Dieu l’avait annoncĂ©.
Ainsi, ce soir, par respect et rĂ©vĂ©rence pour Sa Parole, asseyons-nous un moment et examinons cela pour voir oĂč nous allons et dans quel but, pourquoi nous sommes ici, et ce qu’il en est de tout cela.

38 Il y a quelque temps, je me trouvais dans l’Ouest et j’étais dans la maison d’un homme qui m’avait invitĂ© Ă  – Ă  dĂźner. Et il dit : «M. Branham, je vois que vous admirez cette sculpture», c’était un tableau, ou non pas un tableau, mais plutĂŽt une sorte de gravure sur bois, quelque chose comme une plaque au-dessus de la cheminĂ©e.

39 Je dis : «Oui, monsieur, c’est cela.» Et c’était un vieux char Ă  boeufs ou un chariot Ă  boeufs couvert, avec un homme devant et un petit garçon assis avec sa mĂšre sur le siĂšge. Et ils voyageaient. Et il dit : «C’est mon pĂšre et ma mĂšre, et le petit garçon sur le siĂšge, c’est moi-mĂȘme.» Il dit : «Nous sommes venus ici dans le chariot Ă  boeufs, dit-il, mais depuis lors, nous avons beaucoup prospĂ©rĂ©.» Il dit : «Je voudrais que vous sortiez ici dans la cour.» Il dit... J’ai oubliĂ© combien de milliers d’hectares mesurait le ranch qu’il possĂ©dait! Il dit : «J’ai achetĂ© cela dans ma jeunesse.» Et il dit : «Puis aprĂšs, j’ai acquis le ranch contigu Ă  l’ouest et j’ai acquis le ranch contigu au sud.» Il dit : «Vous voyez la fumĂ©e lĂ -bas?»
«Oui, monsieur!»
Il dit : «C’est une ville.» J’ai oubliĂ© combien de propriĂ©tĂ©s il possĂ©dait lĂ -bas. Il dit : «Je suis le prĂ©sident de cette banque-lĂ .» Et il me dit tout ce qu’il possĂ©dait.

40 Je l’ai Ă©coutĂ© pendant un court instant, puis j’ai dit : «J’aimerais vous poser une question, monsieur. Vous avez indiquĂ© l’est et l’ouest pour me montrer les ranchs, et vous avez mĂȘme indiquĂ© la ville. J’aimerais que vous leviez les yeux dans cette Direction-ci et que vous voyiez – et que vous me disiez combien vous possĂ©dez LĂ -Haut. C’est la chose principale, parce qu’un jour, vous allez laisser tout ceci ici-bas, et alors oĂč irez-vous aprĂšs ici?» C’est ça la chose principale.

41 Ici c’est un bref sĂ©jour, mais lĂ -bas, c’est un sĂ©jour Ă©ternel. Je pense donc que nous devrions considĂ©rer oĂč nous irons pour l’éternitĂ©. Si donc nous pouvons munir et pourvoir nos familles et ainsi de suite ici sur terre des foyers, des – des maisons et du confort ainsi que de l’instruction, c’est ce que nous devons faire... Mais le – l’une des principales choses que nous devrions faire, nous ne la faisons pas, si bien qu’en arrivant Ă  la fin de la route, nous nous plongeons dans l’éternitĂ©, ne connaissant rien de Dieu, de Son plan de salut et de la grĂące rĂ©demptrice de JĂ©sus-Christ. C’est lamentable que nous le fassions, et pourtant nous le faisons.

42 Les gens sages, quand ils dĂ©couvrent qu’ils sont des crĂ©atures du temps, ils se demandent ce qui va se passer quand le temps va s’arrĂȘter. Je vais parler d’un homme du nom de Job pendant un petit moment. C’est le plus vieux livre de la Bible. Nous voyons que Job Ă©tait Ă  son Ă©poque, l’un des hommes les plus sages au monde. Eh bien, il dit que quand il allait au marchĂ©, les jeunes princes s’inclinaient devant lui Ă  cause de sa sagesse. Il Ă©tait un grand homme. Mais cet homme commença Ă  se rendre compte, malgrĂ© toute sa grandeur, il se demandait ce que... AprĂšs que tout sera terminĂ©, qu’est-ce qu’il y aura alors? Il se demandait ce qui arriverait. Ainsi, il parla donc et se mit Ă  observer la crĂ©ation de Dieu. Il savait que tout a Ă©tĂ© crĂ©Ă© par une Parole de Dieu. Et nous – il se rendit compte aussi de – il dit : «Lorsqu’un arbre meurt, il y a de l’espĂ©rance qu’il vivra de nouveau.»

43 Si vous observez bien la nature, Dieu (dans Sa glorieuse façon d’exprimer Ses sentiments aux gens afin qu’ils soient sĂ»rs, qu’ils aient la Bible ou autre chose) S’exprime pour vous dans la nature.

44 Observez le soleil quand il se lĂšve le matin. Qu’arrive-t-il au soleil? Il est un petit bĂ©bĂ© qui naĂźt Ă  l’est et vers dix heures, il est un adolescent; Ă  midi, il est dans sa force; l’aprĂšs-midi, il est dans l’ñge mĂ»r et le soir, il s’en va, il se couche, il est fini. Est-ce la fin du soleil? Non! Dieu a un but pour le soleil, ainsi le soleil revient et se lĂšve de nouveau le matin suivant. De quoi cela parle-t-il? De la naissance, de la vie, de la mort, de la rĂ©surrection.

45 Regardez vos fleurs. J’observais les fleurs aujourd’hui en venant, combien elles sont jolies! Elles sont ici pour un but, elles sont des Paroles parlĂ©es de Dieu. Dieu les a appelĂ©es Ă  l’existence, et lorsqu’Il l’a fait, regardez ce que cela a donnĂ©. Elles sont jolies, lĂ  dans votre jardin.

46 AprĂšs un moment, le gel les frappe : les jeunes, les vieilles, celles d’un Ăąge moyen. DĂšs que le gel les frappe, c’est la mort, elles penchent leur petite tĂȘte, et qu’arrive-t-il? Une sorte de petite graine noire tombe d’elles. Que vous le croyiez ou non, Dieu leur fait un service funĂšbre. Les pluies d’automne viennent, des larmes, pour ainsi dire, tombent du ciel et ensevelissent les semences.

47 L’hiver vient. Les pĂ©tales sont parties, la tige est partie, la pulpe est partie. La semence gĂšle, elle Ă©clate, sa pulpe se rĂ©pand. Est-ce la fin de la semence? Non, monsieur! Que ce soleil chaud brille, cela produit la rĂ©surrection de toute la vie botanique. DĂšs que ce soleil commence Ă  Ă©clairer la terre et Ă  la rĂ©chauffer, il y a un germe de vie quelque part dans cette semence; elle vit de nouveau. Pourquoi? Elle accomplissait un dessein de Dieu, et Dieu prĂ©pare un moyen pour qu’elle vive de nouveau.

48 Or, nous avons été placés ici pour un but et nous devons accomplir ce but : choisir entre la mort et la vie. Nous avons donc été placés ici pour un but, et nous devons accomplir ce but qui est de servir Dieu, parce que nous sommes fils et filles de Dieu.

49 Bon, Job observa la crĂ©ation. Il comprit que la mort n’en constituait pas la fin. Il comprit qu’aprĂšs la mort, il y avait encore une vie. La vie... dĂšs que le soleil revenait, il y avait de nouveau la vie.
«Eh bien, dit-il, si cette semence est une semence parlĂ©e, ou plutĂŽt une Parole ParlĂ©e de Dieu et qu’elle accomplit son dessein puis meurt... Mais, dit-il, l’homme...» Je regarde maintenant un passage des Ecritures ici de Job, Job 14 :
L’homme se couche, il expire, il perd sa force.
Ses fils viennent le pleurer, il les ignore. OĂč est-il? Oh! si tu voulais me cacher dans le sĂ©jour des morts, et m’y tenir Ă  couvert dans le lieu secret jusqu’à ce que Ta colĂšre soit passĂ©e.

50 Job dit : «J’ai vu la fleur mourir. Elle accomplit son dessein, puis elle ressuscite. Je vois un arbre qui est mort Ă  l’automne, pousser des feuilles.»

51 Avez-vous dĂ©jĂ  observĂ© un arbre? Ses feuilles vont pousser, puis il va faire son temps en Ă©tĂ©. L’automne vient, bien avant que la gelĂ©e ne tombe, ces feuilles commencent Ă  jaunir, Ă  rougir, Ă  brunir. AprĂšs quelque temps, elles se dĂ©tachent de l’arbre, elles tombent. Est-ce la fin de celles-ci? Non! Qu’est-ce qui se passe? La vie qui Ă©tait dans ces feuilles retourne dans la racine de l’arbre d’oĂč elle venait. Que fait-elle ensuite? Au printemps, elle les ramĂšne dans une rĂ©surrection, une nouvelle feuille, la mĂȘme vie revenant dans une nouvelle feuille.

52 Et les chrĂ©tiens sont attachĂ©s Ă  l’Arbre de Vie. Et quand la Vie quitte ce vieux corps de pĂ©chĂ©, Elle retourne Ă  Dieu qui L’avait donnĂ©e pour revenir dans un nouveau corps, car Elle accomplit un dessein.

53 Il y a quelque temps, j’étais dans l’Etat de Kentucky (ou plutĂŽt, je pense que depuis ici, je devrais indiquer le nord, lĂ  dans l’Etat de Kentucky.) Je chassais avec M. Wood, un des administrateurs; il est ici avec nous ce soir. J’avais eu une rĂ©union lĂ -bas dans une petite ville appelĂ©e Acton, dans un camping des mĂ©thodistes. Un soir, nous Ă©tions lĂ -bas, en train de parler et le Seigneur faisait de grandes choses et nous tenions un service de guĂ©rison, nous priions pour les malades. Vous Ă©tiez tous ici Ă  l’autre rĂ©union, vous savez ce qui se passe.

54 Et je ne peux pas guĂ©rir, ni aucun autre homme. Dieu l’a dĂ©jĂ  fait; vous n’avez qu’à le croire. Ainsi, Il a une voie qu’Il avait promise pour les derniers jours, un don qui discernerait les – les esprits, etc., et cela opĂšre. Nous savons cela parfaitement parce que c’est la Parole de Dieu qui manifeste Sa promesse pour ces derniers jours. Il y avait lĂ  une femme. Je ne m’étais jamais trouvĂ© dans cette rĂ©gion auparavant. Et il y avait une femme assise au fond de l’auditoire, le Saint-Esprit alla parmi les gens et commença Ă  appeler celui-ci, celui-lĂ  et Ă  leur parler. C’était notre Seigneur JĂ©sus, Sa Parole Ă©tant manifestĂ©e dans le Corps de Son Eglise. Et alors, quand Il commença Ă  parler, JĂ©sus Se tenait lĂ , connaissant les pensĂ©es de leurs coeurs, Il leur parla, et dit diffĂ©rentes choses aux gens, comme vous le savez vous tous qui lisez la Bible. Il a promis que la mĂȘme chose se reproduirait dans les derniers jours, Il a promis dans les Ecritures qu’il en serait ainsi.

55 Je dĂ©sire maintenant que vous remarquiez une chose. Bien, lorsque cela se produisait, il y avait tout au fond une dame qui pleurait quelque part, dans ce grand camping. Des centaines et des centaines de personnes Ă©taient assises, et il y avait une dame qui pleurait. Remarquez, le Saint-Esprit alla vers cette dame et dit : «Vous pleurez Ă  cause de votre soeur, elle s’appelle Une Telle. Elle vit Ă  tel endroit. Vous avez un mouchoir dans votre sac Ă  main, que vous y aviez mis avant de partir de chez vous; c’est un mouchoir qui est comme ceci et comme cela. Prenez ce mouchoir et allez le placer sur votre soeur. Elle se meurt du cancer. Et, AINSI DIT LE SEIGNEUR, elle vivra.» La femme se retira du bĂątiment, alla poser le mouchoir ce soir-lĂ  sur la dame. Et, le lendemain matin, celle-ci Ă©tait guĂ©rie.

56 Bon. J’étais donc... Il faisait trĂšs chaud. La chasse Ă  l’écureuil... comme beaucoup de mes compagnons chasseurs d’écureuils le savent – ils sont... ils... le craquement des feuilles mortes effraie les Ă©cureuils et nous... Le temps Ă©tait trĂšs sec; nous Ă©tions obligĂ©s d’aller Ă  un endroit oĂč il y avait des ravins oĂč nous pouvions entrer – de petits fossĂ©s pour traverser les bois. Mon ami s’appelle M. Wood, il est assis ici Ă  ma droite.
Et il dit : «Je connais un homme qui possĂšde un terrain de plusieurs hectares», mais il ajouta : «Il est si difficile Ă  vivre.» Il a dit : «C’est un incroyant.» Et il dit : «Il ne croit pas en Dieu.» Et il dit : «Il se moque de cela.» Et il ajouta : «Mais il me connaĂźt. Il connaĂźt mon pĂšre.» Et il dit : «Si j’allais lui demander de nous accorder de chasser sur ses terres...»
Je dis : «Allons-y.»
Nous avons roulĂ© vers la pleine campagne, la pleine campagne sur la route secondaire. Et deux vieillards Ă©taient assis Ă  l’ombre d’un pommier. Il me dit : «Le voilĂ , celui qui est Ă  droite.»
Je dis : «Comme je suis prédicateur, je ferais mieux de rester dans la voiture.»
Donc, il sortit et dit : «Bonjour.»
Et l’homme dit : «Venez, asseyez-vous.»
Il dit : «Je m’appelle Wood.» Il dit : «Je me demande si ça vous dĂ©rangerait de nous laisser chasser un moment sur vos terres.»
Il rĂ©pondit : «Quel Wood, ĂȘtes-vous?»
Il dit : «Je suis le fils de Jim Wood.»
Il rĂ©pondit : «Jim Wood est un de mes amis, et chacun de ses enfants peut chasser partout oĂč il veut.»
Et il dit : «Merci.»
Le vieillard dit : «Je me demande donc, dit-il, lequel vous ĂȘtes.»
Il répondit : «Je suis Banks.» Il lui parla pendant un petit moment et M. Wood dit : «Je ne sais pas si cela vous arrangerait que je me fasse accompagner de mon pasteur.»
Il rĂ©pondit : «Vous ne voulez pas me dire que vous ĂȘtes tombĂ© si bas que vous devez amener un prĂ©dicateur avec vous partout oĂč vous allez?»
Il répondit : «Mon pasteur est là-bas.»
Je me suis dit que je ferais mieux de sortir de la voiture. J’en suis sorti, je me suis approchĂ© et j’ai dit : «Bonjour.»
Il me rĂ©pondit : «Bonjour. Ainsi, vous ĂȘtes un prĂ©dicateur?»
Je répondis : «Oui, monsieur.»

57 Et il dit : «Eh bien, dit-il, on dit de moi que je suis un incroyant.»
Je rĂ©pondis : «Eh bien, il n’y a pas de quoi se vanter, n’est-ce pas?»
Il dit : «Je pense que non.»
Il dit : «Mais ce que j’ai contre vous, c’est que vous parlez de choses dont vous ne connaissez rien.»
«Oh! dis-je, est-ce vrai?»
Il dit : «Oui, monsieur. Je les entends tout le temps claironner au sujet de ceci, de Dieu et de tout.»
Il dit : «Ça n’existe pas.»
J’ai dit : «Hum – hum.» J’ai dit : «Eh bien, certainement que vous savez ce qu’il en est, monsieur.» J’ai dit : «Chacun a sa propre opinion.» Je pensais en mon coeur : «Maintenant Seigneur, donne-moi quelque chose pour aider cet homme, nul doute qu’il est sincĂšre.»
Et il dit : «Je n’ai vu qu’un seul prĂ©dicateur que je – j’aimerais Ă©couter dans toute ma vie – j’ai entendu parler de lui.»
Et je dis : «Qui est-ce, monsieur?»

58 Il dit : «Il y a environ deux ans, il y a eu un prĂ©dicateur lĂ -bas dans une ville appelĂ©e Acton.» Il dit : «Telle vieille dame lĂ -haut sur la colline Ă©tait terrassĂ©e par un cancer depuis deux ans.» Il dit : «Moi et ma femme... On ne pouvait plus la mettre sur le bassin hygiĂ©nique. On devait utiliser une alaise.» Et il dit : «Nous y Ă©tions ce matin-lĂ , et dit-il, le mĂ©decin avait dit la veille qu’elle ne survivrait pas jusqu’au matin.»
«Elle avait le cancer de l’estomac. Elle Ă©tait rongĂ©e. Elle ne pouvait mĂȘme pas boire de la tisane d’orge, et ce, depuis des semaines. On la nourrissait de glucose par les veines, si bien que ses veines Ă©taient aplaties et on avait dit que rien ne pouvait ĂȘtre fait pour elle.»

59 Il dit : «Sa soeur Ă©tait assise lĂ , Ă©coutant ce prĂ©dicateur prĂȘcher et ce prĂ©dicateur ne connaissait personne lĂ , il n’était jamais venu lĂ  et il lui dit qui elle Ă©tait, qui sa soeur Ă©tait, il lui parla du mouchoir qu’elle avait et lui dit de le poser sur cette femme.» Et il dit : «Ce soir-lĂ , je pensais que l’ArmĂ©e du Salut Ă©tait quelque part par-lĂ  Ă  cause de tous les cris.» Et il dit : «Le lendemain matin, nous sommes allĂ©s voir si elle Ă©tait morte.» Il dit : «Lorsque nous sommes arrivĂ©s lĂ -bas, elle Ă©tait debout en train de cuire des tartes aux pommes et de les manger.» Et il dit : «Elle a mĂȘme fait le travail du voisin.» Il dit : «Maintenant...»
Je dis : «Qu’y a-t-il de si Ă©trange lĂ -dedans?»
Il dit : «Eh bien, voici ce que je voudrais savoir. Si jamais je voyais ce prédicateur, je lui demanderais qui lui a parlé au sujet de cette femme, et comment elle était guérie.»
«Oh, dis-je, oui, monsieur!» J’avais du sang d’écureuil partout sur moi et une barbe sale, longue comme ça, vous savez. Et je dis : «Je n’ai vraiment pas l’air d’un prĂ©dicateur, lĂ ?»
Il dit : «Eh bien, vous avez l’air plus humain.»
Et je dis : «Oui, monsieur!» Je dis donc : «Puis-je avoir une de ces pommes?» Elles Ă©taient recouvertes de petites guĂȘpes.
Il dit : «Oui.» Et j’en pris une et mordis dedans. Il me dit : «Servez-vous, les guĂȘpes les mangent toutes.»
Je lui dis : «Merci.» J’en pris une bouchĂ©e. Je dis : «Cette pomme est excellente.»
Il dit : «Oui.» Il dit : «Ce vieil arbre m’en a produit beaucoup.»
Et je dis : «C’est ça.» Je demandai : «Quel Ăąge a cet arbre?»
Il dit : «Environ quarante ans.» Il dit : «Je l’ai plantĂ© ici alors que ce n’était qu’une badine.»
Et je dis : «Hah-h.» Je dis : «Je remarque que toutes les pommes s’en dĂ©tachent et que les feuilles tombent.»
Il dit : «Oui, c’est ainsi que ça se passe.»
Je lui dis : «Je voudrais vous poser une question.»
Il répondit : «Oui, monsieur. Allez-y, posez-la.» Il dit...

60 Je lui dis : «Qu’est-ce qui cause... Eh bien, nous n’avons pas eu de gelĂ©e, dis-je. Nous ne sommes qu’à la mi-aoĂ»t. Nous n’aurons pas de gelĂ©e avant octobre ou novembre.» Je dis : «Mais maintenant, Ă  la mi-aoĂ»t, ces feuilles tombent de l’arbre.» Je dis : «Qu’est-ce qui fait tomber ces feuilles?
«Eh bien, dit-il, la sÚve les quitte.»
Je dis : «Et si la sÚve ne les quittait pas?»
Il rĂ©pondit : «Bien, cela pourrait – l’arbre mourrait en hiver. Le germe de vie est dans la sĂšve.» Il dit : «Si cela... Cela – cela tuerait l’arbre. Il mourrait.»
Je lui dis : «Oui, oui.» Je dis : «Par consĂ©quent la sĂšve retourne dans les racines oĂč il fait chaud et reste lĂ  tout l’hiver et elle remonte ensuite en Ă©tĂ©, et produit encore des feuilles et des pommes.»
Il rĂ©pondit : «C’est cela.»

61 Je dis : «Je dĂ©sire vous demander quelque chose.» Je dis : «Quelle est cette Intelligence... eh bien, l’arbre n’en a pas. Quelle est donc cette Intelligence qui dit Ă  l’arbre : «L’hiver arrive, descend dans les racines et reste lĂ  jusqu’au printemps?» Je lui dis : «Mettez de l’eau dans un seau, placez-le sur un poteau et voyez si elle va descendre quand viendra l’automne? Elle ne le fera pas.» Je dis : «Vous devez admettre qu’il y a une certaine Intelligence qui fait que la sĂšve quitte l’arbre et descende dans les racines. Autrement, l’arbre meurt. Elle la cache pour protĂ©ger sa vie. Maintenant, l’arbre n’a pas d’intelligence. C’est une Loi de Dieu qui fait cela.»
Il rĂ©pondit : «Bien, je n’y avais pas encore rĂ©flĂ©chi exactement dans ce sens-lĂ .»

62 Je lui dis : «Monsieur, la mĂȘme Intelligence qui dit Ă  cet arbre-lĂ  – Ă  la sĂšve de cet arbre d’aller dans les racines, c’est la mĂȘme Intelligence qui m’a dit qui Ă©tait cette femme et ce qui allait arriver.»
Il dit : «Vous n’ĂȘtes pas ce prĂ©dicateur?»
Je lui rĂ©pondis : «Si, monsieur.» Et lĂ , il fut conduit Ă  Christ et il mourut chrĂ©tien un an aprĂšs, ĂągĂ© d’environ quatre-vingt-cinq ans.

63 Vous voyez, Dieu est autour de nous. Dieu est partout, et si nous regardons la nature, nous L’y verrons. Maintenant, aprĂšs que Job L’avait vu dans la mort, l’ensevelissement et la rĂ©surrection de la nature, laquelle se reproduit selon son espĂšce, il ne pouvait donc pas comprendre ce qui arrivait Ă  l’homme. Il se demandait : «Quand un homme se couche, quand il expire, oĂč est-il?» Maintenant, voyez-vous, l’arbre n’a jamais pĂ©chĂ©, la nature n’a jamais pĂ©chĂ©; c’est l’homme qui a pĂ©chĂ©, aussi ne pouvait-il pas... Alors, Ă©tant prophĂšte...

64 Maintenant, la Bible, mon texte dit qu’Il rĂ©vĂšle Ses secrets Ă  Ses prophĂštes. La Parole du Seigneur vient au prophĂšte. Et Ă©tant prophĂšte... Nous connaissons l’histoire de Job. Dieu a finalement expliquĂ© Ă  Job que la semence de l’homme est imparfaite, parce que la mĂšre de l’homme n’avait pas obĂ©i Ă  la Parole de Dieu. Elle avait essayĂ© de La mĂ©langer avec autre chose, et la Parole de Dieu ne peut ĂȘtre croisĂ©e avec quelque chose d’autre. C’est vrai.

65 Quand JĂ©sus Ă©tait ici, Il a dit : «Si vous avez de la foi comme un grain de sĂ©nevĂ© et que vous disiez Ă  cette montagne...» Pourquoi Se rĂ©fĂ©ra-t-il au grain de sĂ©nevĂ©? Le grain de sĂ©nevĂ© ne peut ĂȘtre hybridĂ©. Le grain de sĂ©nevĂ© est authentique. Il ne peut pas ĂȘtre croisĂ© avec quelque chose d’autre. En d’autres termes, Il a dit : «Si vous avez une foi aussi grande, la Parole de Dieu, celle-ci ne peut s’hybrider avec l’incrĂ©dulitĂ© ou douter de Cela...» Oh, je me sens religieux. Si vous n’en doutez pas...

66 Peu importe les circonstances et autres, ne doutez pas de la Parole de Dieu; croyez-La. Vous ĂȘtes censĂ©s La croire.
Si Eve L’avait seulement crue, elle aurait reçu... et elle aurait mis ses enfants au monde correctement. Mais avant qu’elle – que son mari ne vienne vers elle, elle... il la trouva dĂ©jĂ  souillĂ©e, comme cela arriva Ă  JĂ©hovah et Ă  JĂ©sus. Il y avait une souillure dans le sein de sa pensĂ©e. Elle avait acceptĂ© une semence d’incrĂ©dulitĂ© Ă  la Parole de Dieu, parce que cela lui avait prĂ©sentĂ© quelque chose de plus brillant, et elle voulait plus de connaissance. VoilĂ  le problĂšme aujourd’hui.

67 Je me trouve dans une Ă©cole. Nous serions une bande d’ignorants s’il n’y avait pas d’instruction. Et l’instruction fait partie de notre civilisation. Mais la civilisation, l’instruction ne peuvent venir que par le Christianisme. La civilisation est le fondement du Chri–... de... plutĂŽt le Christianisme est le fondement de la civilisation. Absolument. La civilisation vient par Christ. Certainement.

68 Maintenant, ne pas croire la Parole de Dieu ou La mĂ©langer avec quelque chose pour avoir plus de lumiĂšre... Vous ne pouvez pas La mĂ©langer; Elle ne se mĂ©langera pas. Vous devez La croire exactement de la maniĂšre dont Dieu L’a Ă©crite et de la façon dont Il L’a prononcĂ©e. On ne doit rien Y ajouter ou En retrancher, ni quoi que ce soit, mais vous devez La croire telle quelle.

69 Eh bien, Job Ă©tant un prophĂšte, finalement une vision lui apparut. Et alors, quand il vit comment Dieu ouvrirait une voie pour que l’homme vive de nouveau, parce qu’il allait y avoir une autre Parole parlĂ©e qu’une vierge recevrait...

70 La premiĂšre fois, ce fut Eve qui en douta. Quand La Parole vint Ă  Marie, celle-ci n’En douta jamais. Elle dit : «Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon Ta Parole.» Vous voyez! Elle n’a jamais – jamais dit: «Bien, attends que je sente la vie et alors j’irai tĂ©moigner. Attends que j’en sois sĂ»re.» C’est ce que nous faisons aujourd’hui, nous chrĂ©tiens, nous soi-disant chrĂ©tiens. «Attends que j’en sois sĂ»r. Attends que je commence Ă  me sentir mieux. Attends... je voie quelque chose arriver, alors je le ferai.» Non, monsieur! LĂ  n’est pas la question. Croyez d’abord cela.

71 Que dit Elie Ă  la – Ă  la femme chez qui il alla et qui n’avait rien qu’une poignĂ©e de farine? Il dit : «Fais-moi d’abord un gĂąteau, et va ensuite commencer...» Le miracle arrive aprĂšs que vous avez d’abord reçu la Parole de Dieu. Commencez par croire la Parole de Dieu et alors, le miracle arrive sur base de la Parole, parce que la Parole est la Semence qui produit les miracles. Vous devez d’abord recevoir la Parole. Le Saint-Esprit Lui donne la vie, comme la pluie qui tombe du ciel.

72 Nous savons que le Saint-Esprit reprĂ©sente... L’eau reprĂ©sente le Saint-Esprit comme... «Comme MoĂŻse Ă©leva le serpent d’airain dans le dĂ©sert, de mĂȘme le Fils de l’homme doit ĂȘtre Ă©levĂ©.» Pourquoi? Le peuple pĂ©rissait. Quand il Ă©leva le serpent d’airain, cela sauva la vie des gens qui pĂ©rissaient. Quand il eut frappĂ© le Rocher... Christ est ce Rocher qui fut frappĂ©, et de Lui sortit l’Eau de Vie pour un peuple qui pĂ©rissait. Vous devez croire cela et agir d’aprĂšs cela. Bon.

73 Maintenant, souvenez-vous. Alors, quand Job vit venir ce Juste, Celui qui pouvait Se tenir dans la brĂšche entre le pĂ©cheur et Dieu, et jeter un pont – cette Semence parfaite... «Ces semences, dit-il, se corrompent, je les vois aller dans le sol.» Ses fils viennent le lamenter – se lamenter sur lui; il ne le perçoit pas. Il repose lĂ . Il ne se relĂšve pas. Il repose simplement lĂ . Il tombe en pourriture et c’est tout. Il ne se relĂšvera jamais, parce qu’il est une semence imparfaite.

74 Mais il dit... Quand Job dĂ©couvrit que Quelqu’un viendrait et ramĂšnerait la perfection Ă  la Parole de Dieu, ce qui ouvrirait une voie et jetterait un pont, alors le prophĂšte entra dans l’Esprit et cria : «Je sais que mon RĂ©dempteur est vivant, et dans les derniers jours, Il se tiendra sur la terre. AprĂšs que les vers auront dĂ©truit ce corps, nĂ©anmoins dans ma chair, je verrai Dieu.» Il vit venir Celui qui est parfait. Qu’arriva-t-il? Job Ă©tait prophĂšte, les secrets de Dieu sont rĂ©vĂ©lĂ©s aux prophĂštes. Il prononça la Parole, et quand il prononça la Parole que Dieu lui avait montrĂ©e, Cela se matĂ©rialisa, car c’était une Parole parlĂ©e. Et en Sa saison, la chose se produisit exactement ainsi.

75 Christ naquit. C’était Lui le RĂ©dempteur qui pouvait se tenir entre les vivants et les morts, jeter un pont et apporter la rĂ©surrection. Exactement. Pourquoi? C’était la Parole de Dieu. Il prononça la Parole et la Parole Ă©tait une Semence. Elle mĂ»rit dans Sa saison. Chaque Semence de Dieu correctement placĂ©e mĂ»rira.
Maintenant, que serait-il arrivĂ© si Dieu avait envoyĂ© Son Message par un ange Ă  Marie et que celui-ci avait dit : «Je te salue Marie, bĂ©nie sois-tu parmi les femmes, tu vas avoir un bĂ©bĂ© sans connaĂźtre d’homme» et qu’elle avait rĂ©pondu : «Maintenant, attends ici une minute, eh bien, laisse-moi t’amener au laboratoire et tu me diras... que – que le docteur me prouve comment je vais faire ceci (Voyez-vous?), alors je te croirai.» Cela ne serait jamais arrivĂ©. Mais Ă  quoi en arriva-t-elle? Le sein de son coeur, le sein dans lequel Ă©tait son esprit... Le sein de votre esprit, c’est votre pensĂ©e. Votre – votre esprit est un canal.

76 Vous avez cinq sens qui contrîlent le corps; vous avez cinq sens qui contrîlent l’ñme : la conscience, et ainsi de suite.
Eh bien, pour le corps il y a la vue, le goĂ»t, le toucher, l’odorat et l’ouĂŻe. Mais il n’y a qu’un seul canal pour accĂ©der Ă  l’intĂ©rieur de cette Ăąme. Cela montre que vous ĂȘtes une semence; vous ĂȘtes une Ăąme, un corps et un esprit. Il y a alors cet unique canal, cette voie d’accĂšs, la seule voie pour entrer lĂ  dedans : c’est votre libre arbitre, qui fait que vous pouvez accepter ou rejeter... Vous faites ce que vous voulez.

77 Eve se tenait donc sur cette mĂȘme base, elle pouvait accepter la Parole de Dieu et dire : «Dieu a dit de ne pas le faire, et va-t-en d’ici.» Cela aurait Ă©tĂ© trĂšs bien. Mais au lieu de cela, elle essaya de l’hybrider avec le mensonge de Satan, et cela engendra sa mort. Mais quand ce fut le tour de Marie, c’était diffĂ©rent : «Voici la servante du Seigneur.» Comment cela se fera-t-il? Peu importe comment ça va se faire, «Tu L’as dit, c’est la Parole de Dieu, je La reçois.» «Voici la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon Ta Parole.»

78 VoilĂ ! Cela rĂ©gla la question. Tout alla alors bien pour elle – elle! Vous voyez? Elle produisit ce germe de Vie qui Ă©tait la Parole de Dieu manifestĂ©e sous la forme d’un homme. Et par la mort de ce Juste... paya la mort pour – la dette de chacun de nous qui sommes injustes. Et alors en acceptant Sa Parole, la vie vient et Christ revient en nous, parce que Christ est la Parole, la Parole parlĂ©e. Et Elle mĂ»rira si vous pouvez La recevoir. Vous qui ĂȘtes malades, acceptez-La, croyez-La. Elle doit mĂ»rir, apparaĂźtre en Sa saison. Elle doit le faire.

79 Maintenant, nous tous, nous croyons que nous sommes au temps de la fin. Je crois que tout homme qui est – qui est intelligent, s’il regardait autour de lui, il verrait que cela montre que cette chose ne peut plus durer bien longtemps.
Maintenant, je dĂ©sire prendre environ quinze minutes pour vous montrer ce que je veux dire. Tout le monde sait que quelque chose doit arriver. Toutes les Ecritures l’indiquent.

80 On nous a enseignĂ© que le monde a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en six mille ans (Ă©tant donnĂ© que mille, c’est un jour. Un jour, c’est comme un an pour Dieu, etc.) Six mille ans de la crĂ©ation. TrĂšs bien. Six jours, est-il dit. Et la Bible dit qu’un jour, c’est mille ans ou plutĂŽt que mille ans c’est un jour pour Dieu.

81 Maintenant, au terme des premiers deux mille ans, le monde, le cosmos, l’ordre du monde Ă©tait arrivĂ© Ă  sa fin et Dieu dut envoyer quelque chose, le jugement, depuis les cieux, et Il jugea la terre et sauva NoĂ©, le juste et sa famille.

82 Au terme des seconds deux mille ans, la mĂȘme chose se produisit de nouveau. Le cosmos, l’ordre du monde et mĂȘme l’église furent souillĂ©s. Au temps de NoĂ©, les gens se moquĂšrent de celui-ci et le ridiculisĂšrent, il prĂȘcha cent vingt ans Ă  la porte de l’arche. Et au cours du second millĂ©naire, l’église partit en captivitĂ©, elle commit adultĂšre avec le monde, et ne devint rien d’autre qu’un tas de formes et de crĂ©dos. Et Dieu fit venir le jugement sur la terre en envoyant Son Fils. Elle arriva Ă  la fin de sa puissance...

83 A prĂ©sent, nous voici en 1962, et que dit la Bible? La Bible dit que dans les derniers jours, l’oeuvre devrait ĂȘtre raccourcie, les Ecritures ne peuvent mentir, Ă  cause des Ă©lus, Ă  cause des Ă©lus, sinon aucune chair ne serait sauvĂ©e. Nous voyons alors que nous sommes au temps de la fin.

84 Le septiĂšme, c’est le sabbat, qui est le millĂ©nium. C’est le – cela aura lieu pendant ce temps-lĂ  – le rĂšgne du millĂ©nium.
Bon, mais les six jours sont accomplis. L’homme a maintenant mĂȘme dans sa main une arme avec laquelle il peut se dĂ©truire. Il peut dĂ©truire le monde, il peut faire sauter le monde en une seconde. Il peut placer un homme sur orbite et le faire tourner au-dessus de ce pays et dire : «Rendez-vous ou je le lĂąche.» C’est tout. Que pourrait-il faire? Eh bien, quiconque est sensĂ© se rendrait. Alors, quoi?

85 Et maintenant, les petites... D’habitude, les grandes nations dominaient les grandes – les petites. Plus maintenant. Elles ont la mĂȘme chose. Vous voyez? Ainsi, c’est le temps que nous voyons et que nous croyons ĂȘtre le temps de la fin.
Maintenant, nous pourrions continuer là-dessus pendant des heures, mais examinons quelques passages des Ecritures ici, pendant juste une minute, qui se rapportent à la Semence qui a été plantée pour le temps de la fin.

86 Si cette Semence de... La Parole parlĂ©e de Job, EsaĂŻe en a aussi parlĂ©, chaque homme de Dieu, chaque prophĂšte de Dieu Ă  qui Il a confiĂ© Ses secrets, mĂȘme David, EsaĂŻe, JĂ©rĂ©mie et tout le reste ont parlĂ© de cette Semence qui venait. Et quand c’était la saison, cela s’est passĂ© exactement ainsi. C’est toujours ainsi, cela ne peut faillir. C’est la Parole de Dieu. Elle est Ă©ternelle. Elle ne peut faillir. Et nous savons tous que JĂ©sus Ă©tait la Parole.

87 Alors prenons maintenant Sa Parole, HĂ©breux 1 dit :
Dieu, à plusieurs reprises et de plusieurs maniÚres a parlé aux prophÚtes. Mais en ces derniers jours, Il a parlé par son Fils, Jésus-Christ.
Maintenant, Il Ă©tait un Dieu-ProphĂšte. AssurĂ©ment, Il Ă©tait un ProphĂšte. MoĂŻse a dit : «Le Seigneur, votre Dieu, suscitera un ProphĂšte.» Mais Celui-ci Ă©tait plus qu’un prophĂšte; Il Ă©tait Dieu manifestĂ© dans la chair.

88 Maintenant, ce Dieu-ProphĂšte nous donne deux ou trois signes que nous voulons considĂ©rer maintenant, de grands signes dont nous voulons nous souvenir. En Matthieu 24, lorsqu’il Lui fut demandĂ© : «Quand est-ce que ces choses se produiront? Quel sera [le signe] de la fin du monde? Quand est-ce que tout ceci aura lieu?»
Il a donné tant de différentes choses qui auront lieu : «Une nation se lÚvera contre une nation, un royaume contre un royaume et ainsi de suite, et etc.» Mais Il dit : «Apprenez une parabole du figuier, quand... et de tous les autres arbres.»

89 Combien ici sont chrétiens? Eh bien, levez la main. TrÚs bien. Merci. 100 %, je pense. TrÚs bien. Suivez attentivement maintenant, alors que nous apportons ce signe de la semence du temps de la fin. Jésus a dit : «Apprenez une parabole du figuier.» Maintenant, quand vous voyez le figuier... Maintenant, apprenez une parabole de quoi? Du figuier.
Maintenant, quiconque lit la Bible sait que le figuier a toujours été le peuple de race juive.

90 JoĂ«l dit : «Ce que le gazam a laissĂ©, le hasil l’a dĂ©vorĂ©...» et ainsi de suite. Et les crĂ©dos et autres ont dĂ©vorĂ© l’Eglise jusqu’à n’en laisser que la souche; mais il est dit : «Je restaurerai, dit le Seigneur.»

91 Eh bien, les Juifs furent retranchĂ©s, nous dit Paul, et les Gentils, greffĂ©s de nouveau dans le Royaume. Mais remarquez, JĂ©sus dit : «Apprenez une parabole du figuier.» Maintenant, cet arbre, comme le vit Job, s’il meurt, vivra-t-il de nouveau? Certainement.

92 Il dit : «Eh bien, quand vous voyez le figuier et tous les autres...» Quels arbres – arbres? Il y a l’Arbre de la Vie, il y a un arbre de credo (de dĂ©nomination), il y a un credo des nations. «Quand vous voyez le figuier et tous les autres arbres produire des bourgeons (des broutilles, ĂȘtre sur le point de feuiller), vous dites que l’étĂ© est proche.» Remarquez, tirant une parabole des nations.

93 Or Dieu traite avec les Gentils pour en tirer une Epouse, un ici et un lĂ , mais Il traite avec les Juifs en tant que nation, pas en tant qu’individus, mais en tant que nation. Il a toujours... C’était la nation choisie de Dieu. Dieu les a choisis en tant que nation. Les missionnaires qui vont Ă  JĂ©rusalem et tout – quand IsraĂ«l sera sauvĂ©, ce sera une nation. La Bible dit qu’elle naĂźtra en un jour. C’est vrai. Donc, IsraĂ«l acceptera Christ Ă  un... juste... en tant que nation. Pas simplement en tant qu’individus. Mais remarquez maintenant ce qu’Il a dit, prenons cela. Observez-le attentivement. «Quand vous voyez le figuier commencer Ă  bourgeonner de nouveau et que tous les autres arbres produisent des bourgeons...»

94 Or, maintenant, tout est en plein rĂ©veil, ou vient juste d’avoir un rĂ©veil. Les Juifs sont retournĂ©s dans leur patrie en tant que nation. Ils font flotter leur propre drapeau. Ils ont leur propre gouvernement, leur propre monnaie. Ils sont une nation pour la premiĂšre fois, depuis... je pense Ă  peu prĂšs 1.800 ans, oh, plus que cela, environ 2.200 ans, environ 2.200 ans. IsraĂ«l est Ă  nouveau une nation. Le plus vieux drapeau du monde, l’étoile Ă  six branches de David flotte Ă  nouveau pour la premiĂšre fois depuis 2.200 ans. Et JĂ©sus a dit : «Quand il commence Ă  bourgeonner, le temps est proche.» IsraĂ«l, en parlant aux Juifs.

95 Suivez maintenant. Il a dit que quand tous les autres arbres commenceraient Ă  bourgeonner... L’Eglise catholique romaine a eu le plus grand succĂšs qu’elle ait jamais eu. L’Eglise protestante a eu le plus grand rĂ©veil qu’elle ait jamais eu. Billy Graham, Jack Schuller, les pentecĂŽtistes ont eu le plus grand rĂ©veil qu’ils aient eu. Oral Roberts, Tommy Hicks et les autres, de grands hommes – un rĂ©veil.

96 Remarquez. Les puissances ont eu un rĂ©veil, les puissances nationales. Il y a un rĂ©veil en cours maintenant. Qui sera la plus grande puissance? Le Communisme? Tous, vous entendez les prĂ©dicateurs dĂ©clarer Ă  la chaire : «Oh! craignons le Communisme.» C’est absurde. Montrez-moi un passage de l’Ecriture d’aprĂšs lequel le Communisme gouvernera le monde. Le Romanisme gouvernera le monde, pas le Communisme.
Examinez la vision du roi NĂ©bucadnestar, la Parole du Seigneur, la tĂȘte d’or; l’airain jusqu’aux pieds romains qui Ă©taient en fer, et ça n’a pas changĂ©. La pierre vint quand c’était encore du fer et la frappa. Souvenez-vous qu’à la fin, c’était mĂ©langĂ© avec l’argile, la faiblesse, l’argile et le fer ensemble.

97 Cette grande rencontre que l’on vient d’avoir ici entre Khrouchtchev et Eisenhower... Vous savez ce que Khrouchtchev signifie dans sa propre nation, dans sa langue nationale? Khrouchtchev signifie : Boue, argile. Vous savez ce que Eisenhower signifie en anglais? Le fer. Et mĂȘme pour rendre la chose trĂšs claire pour les gens, Khrouchtchev enleva sa chaussure et frappa sur le pupitre. Ils ne se mettront pas d’accord. Qui va gouverner? Rome gouvernera. Une confĂ©dĂ©ration d’églises avec – le Catholicisme liera cela ensemble; et voilĂ  exactement la puissance qui gouvernera. La Bible le dit. C’est la Semence qui ne peut faillir.

98 Maintenant, regardez aujourd’hui. Ce nouveau pape n’invite-t-il pas toutes les Ă©glises protestantes Ă  venir? N’y vont-elles pas? Qu’en est-il de vos pentecĂŽtistes? Ils font la mĂȘme chose; la FĂ©dĂ©ration des Ă©glises. Vous y ĂȘtes! Cette Semence doit se manifester. Cela doit arriver. Elle doit mĂ»rir. Il est temps pour Elle de mĂ»rir. Qu’ont fait les gens? Ils se sont organisĂ©s et ont continuĂ© de construire de plus grands bĂątiments, de plus grandes organisations, et de plus grandes dĂ©nominations. Et qu’est-ce qui est arrivĂ©? La mĂȘme chose, exactement ce que la Bible a dit qu’ils feraient.

99 C’est ce que le Dieu-ProphĂšte, JĂ©sus-Christ, a dit qui arriverait : que les Juifs seraient restaurĂ©s et qu’il y aurait un grand rĂ©veil parmi eux, en tant que nation, se rassemblant en tant que nation; qu’il y aurait un rĂ©veil parmi les mĂ©thodistes, les baptistes, les presbytĂ©riens, etc., un rĂ©veil parmi les pentecĂŽtistes, et vous y voilĂ ; qu’une nation combattrait une nation; la Semence a mĂ»ri. IsraĂ«l est devenu une nation aprĂšs 2.200 ans. Qu’est-il arrivĂ©? Les Ă©glises se sont toutes rĂ©unies, ayant un rĂ©veil. C’est ça, monsieur.

100 Maintenant, une autre grande Semence fut plantĂ©e. Il a dit que dans les derniers jours, dans 2 TimothĂ©e chapitre 3, il viendrait dans l’église une apostasie de la foi biblique. C’est vrai. Est-ce une Semence? Est-ce une promesse? Regardez-les aujourd’hui. Regardez nos Ă©glises. Que font-elles? Elles s’organisent toutes, elles coopĂšrent ensemble, se liant ensemble, s’éloignant, ne croyant pas Ă  la Bible, ne croyant pas en la – en la rĂ©elle et vĂ©ritable Parole de Dieu. Vous dites : «La Bible dit ceci. Ces choses sont passĂ©es, ça n’existe pas. Oh! ça – ça n’existe pas. Les jours des miracles sont passĂ©s depuis longtemps. Le baptĂȘme du Saint-Esprit, ça n’existe pas. C’était pour une poignĂ©e de gens – douze personnes lĂ -bas, les apĂŽtres.» Vous voyez? Quelle est cette Semence? Elle mĂ»rit. C’est le signe de la Semence du temps de la fin.

101 Qu’a dit JĂ©sus Ă  l’Eglise? «Lorsque vous verrez ces choses arriver, levez la tĂȘte, votre rĂ©demption est proche.» Nous avons vu qu’elle serait apostate. TrĂšs bien. Nous voyons cela. TrĂšs bien.

102 Maintenant, nous avons dit que dans les derniers jours, JoĂ«l nous a dit (L’autre partie des Ecritures. Ecoutez attentivement maintenant) qu’il y aurait une pluie de la premiĂšre et de l’arriĂšre saison en mĂȘme temps. Combien de chrĂ©tiens savent cela? Dites «amen!». Certainement. Quel...

103 Eh bien, l’autre jour, Ă  ma surprise quand j’ai regardĂ©... La pluie de la premiĂšre et de l’arriĂšre saison viendraient au mĂȘme moment. Maintenant, le terme «pluie de la premiĂšre saison» en hĂ©breu (prenez votre lexique hĂ©breu et cherchez), le mot hĂ©breu pour pluie de la premiĂšre saison est «moureh.» «Moureh» veut dire : «enseignement.» Il y aura une pluie d’enseignement. Qu’est-elle? C’est l’ensemencement. Qu’est-ce qui a...

104 Que s’est-il passĂ©? Eh bien, nous voyons qu’une pluie d’enseignement est tombĂ©e. Les baptistes : «Un million de plus en 44», c’était leur but; des membres de l’église. Les grands rĂ©veils de Billy Graham, notre grand Ă©vangĂ©liste, regardez ce qu’il a fait. Regardez Oral Roberts et les pentecĂŽtistes. Il y a eu une pluie d’enseignement. Il y a une pluie d’enseignement national. Le Communisme a Ă©tĂ© semĂ© parmi les gens dans chaque nation. Il y a eu un rĂ©veil romain. Savez-vous ce qui se passe? S’ils restituent la partie ouest, ou plutĂŽt la partie est de Berlin, cela place le Communisme exactement – ou plutĂŽt je veux dire l’empire romain exactement dans les anciennes limites qu’il avait du temps de JĂ©sus. Ça le fait certainement, exactement. Il y a un rĂ©veil en cours. Qu’est-ce? Un ensemencement.

105 Vous n’entendez plus tellement parler de Billy Graham, n’est-ce pas? Et qu’en est-il d’Oral et des autres? Vous savez que le grand feu du rĂ©veil ne brĂ»le plus. Qu’est-ce? C’est le signe de la Semence du temps de la fin. Les paroles ont Ă©tĂ© semĂ©es. Qu’est-ce? La dĂ©nomination moissonnera la dĂ©nomination. Cela fait qu’elles se confĂ©dĂšrent ensemble.

106 Mais la Parole de Dieu a aussi Ă©tĂ© semĂ©e. Et quand l’Esprit de Dieu commencera Ă  tomber, la Parole de Dieu vivra dans les gens. Et cette fausse Ă©pouse qui a commis adultĂšre lĂ -bas, qui s’est plongĂ©e dans les crĂ©dos et qui a vendu son droit d’aĂźnesse, que va-t-elle moissonner? Une confĂ©dĂ©ration d’églises qui doit ĂȘtre liĂ©e et brĂ»lĂ©e comme les Ă©pines et les chardons. Mais lĂ  oĂč la Parole de Dieu a Ă©tĂ© semĂ©e dans les coeurs des gens, il moissonnera une Epouse pour Christ aussi sĂ»r que je me tiens ici, les signes du temps de la fin.

107 Qu’y a-t-il, Eglise de Dieu? Que se passe-t-il avec nous? Que se passe-t-il avec vous, baptistes, presbytĂ©riens, AssemblĂ©es de Dieu, JĂ©sus seul, et tous les autres? Que se passe-t-il avec nous? Ne pouvez-vous pas voir? La Semence... Ne... Faites attention Ă  la semence que vous acceptez dans le sein de votre coeur. Ne prenez pas des crĂ©dos; prenez la Parole.

108 Ils ont tellement parlĂ© de la pluie de l’arriĂšre saison. Je ne vous Ă©pargne pas, frĂšres de la pluie de l’arriĂšre-saison, mais ce n’est pas cela la pluie de l’arriĂšre-saison. Si la pluie de l’arriĂšre-saison avait Ă©tĂ© ici, la Puissance de Dieu serait tombĂ©e sur cette chose et elle aurait balayĂ© le monde. La pluie de l’arriĂšre-saison est sur le point de venir. Qu’est-ce qu’il y a? L’église est en train de se fabriquer quelque chose, juste comme Eve a essayĂ© de le faire. Elle a essayĂ© d’avoir plus de lumiĂšre pour fabriquer quelque chose.

109 Nous avons fait la mĂȘme chose en essayant de faire quelque chose par nous-mĂȘmes. Ôtez vos mains de cela; laissez Dieu le faire. Prenez Sa Parole et croyez-La, gardez-La dans votre coeur. Et quand la pluie commencera Ă  tomber, la Vie S’en emparera et la Parole Se manifestera.

110 Je pense que vous me prenez pour un fou, mais je ne le suis pas. Si je le suis, laissez-moi tranquille, je suis heureux comme ça. Donc, je crois la Parole de Dieu. Qu’est-ce qu’elle a, l’église? C’est que son sein, son – son esprit ouvert a reçu toute sorte de crĂ©dos et de dogmes, et pas la Parole de Dieu. Quand Christ est venu, Il a trouvĂ© la mĂȘme chose qu’Adam avait trouvĂ©e, la mĂȘme chose que JĂ©hovah avait trouvĂ©e. Et voici ces signes et le temps de la fin arriver, et l’église n’a pas la rĂ©ponse. C’est vrai. C’est le temps.

111 La pluie de la premiĂšre saison est tombĂ©e. C’est pour cette raison que Billy n’oeuvre plus beaucoup.
Souvenez-vous, il y avait le... JĂ©sus a dit : «Comme il en Ă©tait aux jours de Sodome, il en serait de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.» Il y eut deux anges qui allĂšrent vers les Sodomites. Souvenez-vous que Lot marcha autrefois avec Abraham; l’Eglise marcha autrefois dans la communion avec Christ, avec la Parole, mais ils vendirent leur droit d’aĂźnesse pour une dĂ©nomination. Maintenant, elle est en train de tout vendre et de s’organiser en une grande ConfĂ©dĂ©ration d’églises.

112 C’est exactement ce qui est arrivĂ© Ă  Lot. Il descendit lĂ  et les deux anges (un Oral Roberts et un Billy Graham, tout comme c’est le cas aujourd’hui) descendirent lĂ  et leur apportĂšrent l’Evangile. Qu’arriva-t-il? Une disgrĂące s’ensuivit.

113 Mais, Abraham... Un Homme resta avec lui. Il y eut Quelqu’un qu’il appela Dieu. Et le Signe qu’Il accomplit lĂ  devant eux... Qu’est-ce que cela fit? Cela prouva ce qu’Il Ă©tait.
Abraham Ă©tait un Ă©lu, parce qu’il Ă©tait... Abraham avait la promesse. Et Ă©coutez maintenant, voici la Semence d’Abraham. La promesse n’a pas seulement Ă©tĂ© faite Ă  Abraham, mais aussi Ă  sa Semence. Pas Ă  sa semence, Isaac, celle-lĂ  a failli, elle a prouvĂ© qu’elle avait failli, mais la Semence, la foi qu’il avait; peu importe ce qu’étaient les circonstances, Ă  quel point c’était contre nature, et combien le mĂ©decin disait que ce n’était pas si... Abraham, aprĂšs que la promesse lui fut donnĂ©e alors que c’était impossible...

114 Il s’était mariĂ© Ă  sa soeur qui avait environ 17 ans, sa demi-soeur. Ils n’avaient pas d’enfants. Et quand elle eut soixante cinq ans et lui, soixante quinze, Dieu lui apparut et lui dit : «Tu vas avoir un bĂ©bĂ© d’elle.»
Eh bien, elle accepta – il accepta Sa Parole. Il se prĂ©para pour cela. Vingt-cinq ans aprĂšs, rien ne se produisit. Il avait alors cent ans, et elle, quatre-vingt-dix ans. Cela ne l’arrĂȘta pas du tout. «Il ne douta point par incrĂ©dulitĂ© au sujet de la promesse de Dieu.»
C’est cela la foi. C’est cela la Semence royale d’Abraham. C’est cela le genre de Semence qui reçoit la Parole de Dieu. C’est cela qui produira l’Epouse. C’est cela qui rencontrera Christ. Il est la Parole.

115 Et si l’Eglise est ensemencĂ©e avec autre chose que la Parole, Elle ne peut pas aller Ă  Sa rencontre. Il n’a pas un corps bizarre, couvert de mycoses. Il a un corps parfait et Il est la Parole parfaite. Et l’Eglise sera ensemencĂ©e et croira en la Parole parfaite. Et la Parole parfaite s’unira avec une Parole parfaite comme une seule chair et un seul corps, comme le sont un mari et son Ă©pouse. Amen. (Je ne dis pas «Amen» Ă  moi-mĂȘme, mais «Amen» signifie «Ainsi soit-il») Je crois cela de toute façon. Oui, monsieur.
La pluie de la premiÚre saison est tombée. La pluie est sur le point de tomber. Que va-t-elle produire? Observez simplement.

116 Encore un signe, la vierge folle. Oh... JĂ©sus a dit que juste avant la Venue de l’Epoux, il y aurait une vierge sage ayant de l’huile dans sa lampe, et une vierge folle. Et la vierge folle se rĂ©veillerait un jour et constaterait qu’elle n’avait plus d’huile dans sa lampe, quand arriverait le moment oĂč l’on dirait : «Voici, l’Epoux vient.» C’est ça le cri maintenant : «Christ vient.» Et elle s’est rĂ©veillĂ©e et a constatĂ© qu’elle n’avait plus d’huile.

117 L’huile reprĂ©sente l’Esprit. L’Esprit est ce qui amĂšne la – la Parole Ă  la Vie. L’Esprit, c’est l’eau qui amĂšne la Parole Ă  la Vie. Vous Le rejetez... Vous dites : «Eh bien, qu’en est-il de ces Ă©glises?» Si elles sĂšment des semences dĂ©nominationnelles, c’est cela qui viendra Ă  la Vie. L’Esprit de Dieu amĂšnera cela Ă  la Vie.

118 La Bible dit que la pluie tombe sur les justes et sur les injustes. HĂ©breux chap-... 4 – 3 – chapitre 6 dit que la pluie tombe souvent pour prĂ©parer les fruits de la terre, mais les Ă©pines et les chardons se rĂ©jouissent tout autant et vivent tout autant qu’eux de la mĂȘme pluie. «Mais vous les reconnaĂźtrez Ă  leurs fruits.» C’est tout Ă  fait vrai. VoilĂ . Maintenant, quand elles virent que... Vous voyez, les fruits doivent ĂȘtre rassemblĂ©s. La pluie est sur le point de tomber. La dĂ©nomination fera Ă©clore une dĂ©nomination, c’est tout. Mais la Parole fera Ă©clore Christ, l’Epouse. Certainement. Semez la Semence de la Parole.

119 Maintenant, quand la vierge sage... Avez-vous vu le «Voice» des Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens? Je parle pour eux dans le monde entier. Je ne peux pas m’empĂȘcher de dire les choses telles qu’elles sont Ă  cause d’eux. Ceci est la Parole. Ecoutez. Qu’en est-il de... Regardez ici, les presbytĂ©riens, les Ă©piscopaux... Partout, des centaines d’entre eux essayent de chercher le Saint-Esprit; ils insistent sur une trĂšs grande chose.

120 A un prĂ©cieux prĂ©dicateur, un ami Ă  moi venu d’Afrique, un homme remarquable, un homme pieux, j’ai demandĂ© : «Ne savez-vous pas ce que c’est, frĂšre? Quel est votre ministĂšre?»
Il dit : «Je suis censé faire entrer Babylone.»

121 J’ai pensĂ© : «Ne voyez-vous pas qu’au moment mĂȘme oĂč les vierges folles veulent de l’huile pour faire croĂźtre aussi leurs semences, c’est le moment oĂč Christ vient, et oĂč elles sont laissĂ©es dehors?»
Le grand prĂ©dicateur, Billy Graham a dĂ©clarĂ© rĂ©cemment que nous avons besoin d’une PentecĂŽte, nous avons besoin que les gens reviennent. Les Ă©piscopaux ont Ă©crit un grand article, un dossier long comme ça, disant: «Nous avons besoin de gens qui parlent en langues. Nous avons besoin de gens qui ont la guĂ©rison divine dans l’église, et qui tiennent des services de guĂ©rison, des gens qui prient pour les malades.» Qu’essaient-ils de faire? De mettre de l’huile dans leurs lampes. Exactement. C’est un signe de la semence du temps de la fin. Amen! Pendant qu’elles essayaient de faire cela, l’Epoux vint et l’Epouse entra, et elle, elle fut enfermĂ©e dehors. Oh! quel jour merveilleux dans lequel nous vivons!

122 Je voudrais dire juste une chose de plus. L’angoisse parmi les nations. Oh, la la! Des phĂ©nomĂšnes terribles dans les cieux. Vous croyez qu’il en est ainsi? Ecoutez, prenons juste quelques-uns de ces... Avons-nous encore quelques minutes afin qu’on puisse terminer Ă  9h30? Je ne veux pas accaparer l’amphithĂ©Ăątre. Nous – c’est une grĂące que ces gens nous aient permis de l’avoir.

123 Ecoutez. Combien... Et chacun d’entre vous avez vu... La nation a Ă©tĂ© rĂ©cemment bouleversĂ©e par des signes. Avez-vous vu ce que cet homme sur orbite l’autre jour...? Il a trouvĂ© lĂ -haut des choses qu’il n’a jamais... La science ne sait mĂȘme pas ce que c’est. Quand il fit le tour de la terre... Ils ont pourtant regardĂ© et regardĂ©, mais ils ne les ont pas vus. Il pensa que son orbite se dĂ©sintĂ©grait. Ce n’était pas le cas. Son orbite Ă©tait normale. Des lumiĂšres.

124 Regardez ce qui vient de se passer au... Vous l’avez entendu Ă  la radio, vous l’avez vu Ă  la tĂ©lĂ©vision, cela a paru dans les journaux : des soucoupes volantes partout. Et le Pentagone l’a rĂ©vĂ©lĂ© l’autre jour, il y a environ six semaines. Ce n’était pas de la fiction. Ils ont mĂȘme montrĂ© Ă  la tĂ©lĂ©vision comment ils ont dĂ©tectĂ© ces soucoupes volantes intelligentes – des lumiĂšres qui sont descendues et qui se sont tenues au-dessus du Pentagone comme cela, partout, au-dessus de Washington D.C. Ils avaient dĂ©tectĂ© cela au radar et avaient des pilotes lĂ -haut. Elles se sont approchĂ©es d’eux, les ont encerclĂ©s, puis s’en sont allĂ©es Ă  la vitesse de la lumiĂšre. Une intelligence, qu’est-ce?

125 JĂ©sus a dit qu’il y aurait des signes et des phĂ©nomĂšnes terribles dans les cieux, les hommes rendant l’ñme de terreur, la peur, qu’il y aurait des temps de perplexitĂ©, de l’angoisse parmi les nations. Ne voyez-vous pas que le temps de la semence est ici maintenant, le temps de la moisson, les choses dont la Bible avait annoncĂ© l’accomplissement? Cette Semence qui a Ă©tĂ© plantĂ©e, ne voyez-vous pas qu’elle prend vie et vit? VoilĂ  ce qu’est le problĂšme.

126 Maintenant, juste encore une chose. Ecoutez, avant... Ecoutez attentivement maintenant, ne manquez pas de voir ceci maintenant. Avant la premiĂšre Venue de JĂ©sus, les astronomes de l’Inde, les mages... J’ai oeuvrĂ© comme missionnaire en Inde et j’ai parlĂ© de ceci avec des mages et ils observaient, ils Ă©taient des astronomes, ils observaient les corps cĂ©lestes et ils disaient que Dieu s’annonce toujours par les corps cĂ©lestes avant de le faire sur la terre, avant de faire quoi que ce soit.

127 Et ils disaient : «Eh bien, quand ces... Les trois mages s’en allĂšrent pour adorer ce Roi qui devait gouverner la terre, un BĂ©bĂ©-Roi dont ils suivirent l’étoile comme l’atteste votre Bible.» L’un dit : «Mais franchement, il y eut trois Ă©toiles qui s’assemblĂšrent et devinrent cette Seule Etoile. Et ils disent que...» L’astronome chrĂ©tien ou le mage Ă  qui je parlais a dit que cela signifie qu’il y a trois races de gens pour qui cet Homme mourut. Les trois seules races qu’il y a, ce sont les lignĂ©es de Cham, Sem et Japhet. Et quand Son Evangile sera prĂȘchĂ© aux lignĂ©es de Cham, Sem et Japhet, ils se rassembleront dans Son Evangile, alors aura lieu le retour.

128 C’est trĂšs bien s’il veut croire cela. Trois est le nombre de la perfection. Mais pour moi, que reprĂ©sentent ces trois? Que croyons-nous? C’était le trois de la perfection montrant que la TrinitĂ© de Dieu (PĂšre, Fils et Saint-Esprit) fut manifestĂ©e dans un Homme, JĂ©sus-Christ, le seul Homme parfait. Tous les autres hommes avaient failli. Tout le reste Ă©tait mort. Mais voici venir un Homme qui ne pouvait pas mourir, la perfection, en effet, mĂȘme la mort ne pouvait pas Le tuer. Il ressuscita.

129 Trois est le chiffre de la perfection. Nous savons tous cela. Trois est le nombre de Dieu dans Sa numĂ©rologie. On connaĂźt Dieu par Ses chiffres. Trois, c’est la perfection et sept, c’est l’adoration; vingt-quatre, c’est l’adoration; quarante, c’est la tentation; cinquante, c’est la PentecĂŽte, le jubilĂ© (Vous voyez?) et ainsi de suite. Tous les chiffres et les nombres de Dieu sont parfaits. C’est dans la perfection.
Maintenant, trois est le chiffre de la perfection. Juste avant le moment oĂč le... Ecoutez attentivement, maintenant. Quand le petit bĂ©bĂ©, Christ, naquit, trois Ă©toiles s’assemblĂšrent et formĂšrent la seule Ă©toile du matin qui reflĂ©ta la venue d’un enfant, Christ, un Etre Parfait.

130 Maintenant, qu’arriva-t-il? Nous avons vu de grands titres dans le journal, Ă  la tĂ©lĂ©vision Ă  travers le monde, lorsque cinq Ă©toiles se sont mises rĂ©cemment en ligne avec la terre.
Que reprĂ©sente le chiffre cinq? C’est le chiffre de la grĂące. Chaque fois que ces Ă©toiles apparaissent, quelque chose se produit sur la terre. Qu’est-ce qui s’est produit? Cinq Ă©toiles se sont alignĂ©es, qu’était-ce? La – l’introduction de quoi?

131 Regardez simplement ce qui est arrivĂ© depuis lors. L’Allemagne fut presque effacĂ©e de la carte. Quelques mages ont dit que le monde Ă©claterait comme une pastĂšque. Toutes les choses angoissantes qui avaient Ă©tĂ© prophĂ©tisĂ©es par eux pour les derniers jours... Regardez ce qui a eu lieu. L’autre jour, l’Angleterre eut une tempĂȘte qui emporta soixante dix milles maisons en un jour. Des dĂ©sastres partout; la Californie, Los Angeles a failli ĂȘtre submergĂ©e par l’ocĂ©an. Qu’est-ce que c’est? Le commencement des douleurs. Des tremblements de terre sont enregistrĂ©s partout.
Pourquoi? Cinq Ă©toiles se mettent en ligne, la grĂące, la grĂące de Dieu.

132 Qu’est-il arrivĂ©? Une Ă©glise enfant. AllĂ©luia! Une Epouse dans l’enfance, sur qui la puissance de Dieu a commencĂ© Ă  tomber. Elle prend forme. Une Epouse pour cet Epoux. Ces trois Ă©toiles signifiaient la perfection du PĂšre cĂ©leste, de la TrinitĂ© devenant Un parmi nous sur cette terre, les offices de Dieu devenant un seul office. Qu’est-ce qui se passe maintenant? C’est l’Eglise du Dieu vivant qui se rassemble sous la Parole de Dieu, et les cieux astronomiques annoncent son arrivĂ©e Ă  Elle. Amen. Vous pourriez ne pas croire cela, mais c’est quand mĂȘme la Parole. Oui, monsieur.

133 Qu’est-ce qui se passe? Je termine. Je pourrais dire ceci : mes amis, l’Eglise avance. Dieu va avoir une Eglise sans tache ni ride et qui est prĂ©destinĂ©e. Dieu l’a dit. Il L’aura, c’est sĂ»r. Qui en est membre? Je ne sais pas. J’espĂšre que je le suis moi-mĂȘme, et j’espĂšre que vous en ĂȘtes membres. Mais Il va avoir un Corps sans tache ni ride.

134 Et je crois que chacun de ces signes et autres des derniers jours qui se produisent, tous vont de pair pour montrer que Christ est prĂȘt Ă  venir pour cette Epouse. C’est Dieu dans Sa Parole, manifestĂ© dans un Homme, un Homme parfait. Ainsi Dieu et Sa Parole reviennent et Il Se manifeste dans une Epouse. Elle ne fera pas ce qu’Eve a fait, l’hybrider avec autre chose. Mais la Parole de Dieu sans mĂ©lange, naĂźtra dans cette Eglise et Celle-ci se tiendra comme JĂ©sus-Christ S’est tenu avec Son Esprit oignant Sa Parole. Amen.
Je crois que c’est l’annonce maintenant.

135 Le prophĂšte a dit : «Il viendra un jour qui ne sera appelĂ© ni jour ni nuit, mais au temps du soir, la LumiĂšre paraĂźtra.» Vous tous, lecteurs de la Bible, vous savez cela. Qu’est-ce qui se passe?
La civilisation voyage de l’est vers l’ouest. La Chine est la plus ancienne civilisation que nous ayons. La civilisation a commencĂ© Ă  l’est. Elle avance avec le soleil, voyageant vers l’ouest. OĂč est-elle maintenant? A la CĂŽte Ouest. Si elle allait plus loin, elle retournerait Ă  l’est. Voyez-vous ce que je veux dire?

136 Le mĂȘme soleil qui se lĂšve Ă  l’est est le mĂȘme soleil qui se couche Ă  l’ouest, le mĂȘme s-o-l-e-i-l. Et le mĂȘme F-i-l-s, le Fils de Dieu qui vint sur la terre pour prendre une Ă©pouse parmi le peuple oriental... Et cette Ă©pouse se souilla comme Eve le fit, comme l’épouse de JĂ©hovah le fit.
Ce mĂȘme Fils qui brille lĂ  – qui brilla lĂ  avec la mĂȘme puissance Ă  la PentecĂŽte pour faire mĂ»rir la Semence qu’Il avait plantĂ©e, ce mĂȘme Fils brille maintenant dans l’hĂ©misphĂšre occidental. Pour faire quoi? Pour faire mĂ»rir la semence qui Ă©tait plantĂ©e, pour produire une Epouse. La lumiĂšre du soir de l’Evangile produira une Epouse, amen! pour le Seigneur JĂ©sus!
VoilĂ  quelques signes de la semence du soir, il y en a des centaines.

137 Nous avons encore cinq minutes avant de terminer. Etes-vous l’une d’elles? Croyez-vous que vous ĂȘtes l’une de Ses semences? Est-ce que vous croyez que votre coeur est ensemencĂ© avec l’Evangile sans mĂ©lange? Il n’y a rien au monde qui puisse enlever la Parole de Dieu de votre coeur. Croyez-vous cela? Si ce n’est pas le cas, mon ami, il se peut que je ne vous revoie plus jamais sur cette terre. Mais souvenez-vous, la Parole du Seigneur, et le secret du Seigneur sont rĂ©vĂ©lĂ©s Ă  Ses prophĂštes. Ses prophĂštes en ont parlĂ©. Ça se trouve ici mĂȘme maintenant. Nous les voyons se produire. Je vous rĂ©pĂšte ce qu’ils ont dit comme un avertissement.

138 Si vous n’avez pas ces semences et si vous ĂȘtes ici ce soir et que vous ne soyez pas chrĂ©tien, vous... Vous ĂȘtes peut-ĂȘtre membre d’église. Ne courez pas ce risque, frĂšre. N’écoutez pas ces choses-lĂ . C’est une affaire hybride. La Parole de Dieu doit vivre suprĂȘmement en vous comme Elle le fit en JĂ©sus-Christ, car Il est la TĂȘte. Son corps ne peut pas ĂȘtre une chose, et Sa tĂȘte une autre, ça doit ĂȘtre la mĂȘme Parole.
Si votre Ă©glise ne vous fournit que des crĂ©dos et des dogmes, lesquels ne sont pas scripturaires, ne les croyez pas. Vous ne pouvez pas vous joindre Ă  une Ă©glise, vous naissez dans un corps par la Parole du Dieu vivant. Si vous n’avez pas cela, ne courez pas le risque.

139 Si vous alliez lĂ -bas acheter un bol de soupe et qu’il y ait une araignĂ©e dedans, vous poursuivriez le restaurant en justice. Eh bien, vous n’en mangeriez pour rien au monde, parce que vous auriez peur de dĂ©truire ce corps. FrĂšre, ne craignez pas celui qui peut dĂ©truire le corps, mais Celui qui peut dĂ©truire le – Ă  la fois l’ñme et le corps en enfer. Si vous ĂȘtes exigeant pour votre nourriture, vous ne mangeriez rien de sale qui rende ce corps malade ou qui vous reste dans la gorge, pourquoi alors avalez-vous toute sorte de credo dans votre Ăąme qui est Ă©ternelle, alors que ce corps doit pĂ©rir? Ne laissez pas le diable vous fourrer ces fatras dans la gorge.

140 Vous, naissez de nouveau de l’Esprit de Dieu, et votre esprit rendra tĂ©moignage de chaque Parole de Dieu Ă©crite ici, et chaque promesse qu’Il a faite se manifestera en vous. L’Esprit de Dieu viendra vivre en vous. Vous ĂȘtes le Corps de Christ, Sa reprĂ©sentation ici sur terre. Si vous n’avez pas cela, si vous ne pouvez pas croire pour que la guĂ©rison divine...

141 Si vous ĂȘtes ici, malade et que vous croyiez que Dieu vous accordera la guĂ©rison divine... Vous, placez simplement cette Parole : «Je suis l’Eternel qui guĂ©rit toutes tes maladies». Dites : «Seigneur, je le crois.» Observez ce qui se produit. Dites : «Seigneur, je le crois. Ouvre chaque canal. Me voici.» Observez ce qui arrive, la mĂȘme chose que ce qui s’est passĂ© pour la jeune fille mourante l’autre jour; il y en a des milliers d’autres de par le monde.

142 J’étais lĂ  et je les ai vus prĂšs de... j’ai vu... En Afrique du sud, aprĂšs avoir fait une seule priĂšre pour un groupe de gens – et ils estimĂšrent... ils prirent sept gros camions... Oh! la la! Vous n’avez pas ici en GĂ©orgie l’un de ces camions d’à peu prĂšs six ou huit roues.

143 Et le lendemain matin, nous Ă©tions assis lĂ  avec le maire de la ville. Il alla Ă  la fenĂȘtre et dit : «FrĂšre Branham, venez et regardez ici.» Descendant la rue... les gens descendaient la rue avec sept camions chargĂ©s de bĂ©quilles, de fauteuils roulants et – et autres, que les gens... je n’avais point touchĂ© un seul d’entre eux. J’avais juste apportĂ© la Parole, leur disant de croire en Elle et ils l’ont fait.
Et les gens qui Ă©taient dans cette condition la veille, marchaient lĂ  dans la rue avec leurs mains sur le coeur, chantant dans leur langue maternelle: «Tout est possible, crois seulement.» «Il envoya Sa Parole.» C’est tout ce qu’on fait : envoyer la Parole et l’église La reçoit. Celui qui est nĂ© de Dieu reçoit Dieu, croit Dieu. Croyez-vous en Lui?
Inclinons la tĂȘte. Je vais prier pour ces mouchoirs.

144 Pendant que vos tĂȘtes sont inclinĂ©es, que chaque oeil est fermĂ©, j’aimerais vous poser une question sĂ©rieuse. Si vous n’ĂȘtes pas en rĂšgle avec Dieu, s’il y a quelque chose en vous qui ne veut pas vous laisser croire que cette Bible est la Parole inspirĂ©e de Dieu, et que vous n’arriviez pas Ă  croire que vous pouvez vivre conformĂ©ment Ă  Ses ordonnances, voudriez-vous seulement lever la main pour dire : «Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux. Je dĂ©sire que vous priiez pour moi, FrĂšre Branham, pour que je sois ce genre de chrĂ©tien.» Y en a-t-il ici? Levez la main. Je... Merci, jeune dame, merci. Dieu vous bĂ©nisse. TrĂšs bien.
Il y a une personne dans le bñtiment qui pense comme cela, deux d’entre eux qui pensent comme cela.

145 Je – je ne suis pas un de ceux qui cherchent Ă  persuader, mĂȘme si la Parole ne peut pas toucher. Vous ne pouvez le faire que si vous ĂȘtes prĂ©destinĂ©s Ă  croire cela. Souvenez-vous, bien que JĂ©sus fit tant de miracles, les pharisiens ne purent pas croire cela. Ils ne purent l’accepter parce qu’ils n’étaient pas censĂ©s le faire. Et si votre coeur est dur au point que vous savez en ce moment mĂȘme que cette Parole de Dieu n’a pas d’effet sur vous, et qu’alors, vous ne voulez pas lever la main vers Dieu pour demander grĂące, que ferez-vous le jour du jugement? TrĂšs bien.
Y aurait-il quelqu’un qui soit malade et qui aimerait qu’on se souvienne de lui? Levez la main. Trois ou quatre, cinq, six, sept, huit, environ dix.

146 TrĂšs bien. Inclinons la tĂȘte. Ne doutez pas. Vous, ma petite soeur lĂ  derriĂšre qui avez levĂ© la main pour dire : «Souvenez-vous de moi.» Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Qu’Il bĂ©nisse votre coeur tendre et puisse la Parole de Dieu prendre racine dans votre petit coeur ce soir, et que vous deveniez une missionnaire pour Christ.

147 Cet homme-ci qui a levĂ© la main un peu aprĂšs, frĂšre, vos cheveux sont gris. Mais souvenez-vous qu’Abraham avait 75 ans, avant que Dieu ne lui parle. Puisse Dieu planter les racines de Sa Parole dans votre coeur, ce soir. Et quand la grande pluie tombera, puisse-t-elle ne pas produire juste un credo, mais qu’elle produise Christ manifestĂ© en vous.

148 Chacun de vous qui avez levĂ© la main pour la guĂ©rison, la Bible dit : «La priĂšre de la foi sauvera le malade et Dieu le relĂšvera.» Si la semence repose dans votre coeur, je vais prier pour que le Saint-Esprit arrose cette semence en ce moment mĂȘme; quelque chose se produira.

149 Dieu ne fait acception de personne; s’Il a sauvĂ© quelqu’un, Il sauvera l’autre qui croira cela. S’Il guĂ©rit quelqu’un, Il guĂ©rira l’autre. Seulement, vous devez le croire. Si vous le croyez, je vais prier pour vous, maintenant.

150 Notre PĂšre cĂ©leste, mes mains sont sur quelques mouchoirs posĂ©s ici. Quelqu’un a peut-ĂȘtre un bien-aimĂ© quelque part qui est malade et affligĂ©, qui a quelque chose qui ne va pas. Peut-ĂȘtre y a-t-il une mĂšre quelque part avec un petit bĂ©bĂ© malade; peut-ĂȘtre qu’un vieux pĂšre aveugle est assis lĂ -bas dans une petite cabane quelque part ici en Georgie, peut-ĂȘtre qu’il y a quelqu’un dans un hĂŽpital quelque part. Tu sais tout Ă  ce sujet. Seigneur, nous savons seulement ceci, que Tu es le Christ qui a dĂ©jĂ  acquis leur guĂ©rison. Seigneur, j’envoie Ta Parole par le moyen de la priĂšre. Tu as envoyĂ© Ta Parole.

151 Une femme Ă©tait venue vers Toi et avait dit : «Seigneur, sois misĂ©ricordieux envers moi, Toi, Fils de David.» Et Tu n’étais pas le Fils de David pour elle, c’était une femme des nations. Tu as rĂ©pondu : « Il n’est pas convenable pour moi de prendre le pain des enfants et de vous le donner Ă  vous, les chiens.» Elle dit : «C’est vrai, Seigneur, mais les chiens prendront les miettes sous la table du maĂźtre.» Tu as rĂ©pondu : «A cause de cette parole, ta fille vivra.» Et nous voyons que lorsque Tu rentras Ă  la maison – ou plutĂŽt lorsqu’elle rentra Ă  la maison, Ta Parole Ă©tait dĂ©jĂ  arrivĂ©e lĂ  et avait guĂ©ri la jeune fille.
Une fois, un pĂšre demanda Ă  quel moment cela avait eu lieu pour son fils. On lui rĂ©pondit que la fiĂšvre l’avait quittĂ© vers la onziĂšme heure. Tu avais envoyĂ© Ta Parole. Seigneur, j’envoie Ta Parole avec une priĂšre de la foi. Je L’envoie vers cette petite fille-lĂ  qui a levĂ© la main. Je L’envoie vers cet homme qui a levĂ© la main. Et puisse-t-Elle S’ancrer ce soir pour le salut. Accorde-le, Seigneur. Maintenant, Tu as dit : «Celui qui croit... Ă©coute Mes Paroles et qui croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ©, a la Vie Ă©ternelle.» Eh bien, Seigneur, c’est Ta Parole. Tu l’as dit.

152 D’aprĂšs la science, ils ont brisĂ© chaque loi. La science dit qu’on ne peut pas lever la main, la gravitation la maintient baissĂ©e. Mais il y a un esprit dans l’homme. Il peut prendre une dĂ©cision et lever la main, parce qu’il y a un esprit qui le gouverne, qui brise les lois de la science.
Maintenant, Dieu a parlĂ©, et ils ont levĂ© la main vers leur CrĂ©ateur. PĂšre cĂ©leste, puisse Ta Parole tomber dans leur coeur maintenant mĂȘme, dans le sein de leur coeur, et produire par eux l’Epouse de Christ. Accorde-le, PĂšre.

153 Ceux qui ont levĂ© la main, qui sont malades dans ce bĂątiment, ils ont levĂ© la main, parce qu’ils sont dans le besoin. Ils croient que Tu es un GuĂ©risseur. J’offre maintenant cette priĂšre de la foi. Je l’envoie, Seigneur. Au Nom de JĂ©sus-Christ, puisse cette foi tomber en ce moment mĂȘme dans chaque coeur. Puisse la Parole de Dieu y ĂȘtre si positivement, jusqu’à ce qu’Elle produise la guĂ©rison pour chacun d’eux. Accorde-le, PĂšre.

154 Je parle Ă  nouveau maintenant pour ces mouchoirs qui sont posĂ©s ici; dans la Bible, il est dit qu’ils retirĂšrent du corps de Paul des mouchoirs et des linges, et que les esprits impurs quittĂšrent les gens, que les maladies s’en allĂšrent. Eh bien, nous ne sommes pas saint Paul. Mais ce n’était pas lui qui faisait cela, c’était parce que la Parole Ă©tait en Lui. Tu es toujours la mĂȘme Parole.

155 Maintenant, PĂšre, une fois IsraĂ«l Ă©tait coupĂ© de la terre promise. C’était Ton Epouse. Tu avais fait qu’Elle se mette en route vers la terre promise. Tu lui avais prĂ©parĂ© un chemin. L’ennemi s’est mis en travers de ce chemin. Tu as regardĂ© Ă  travers la Colonne de Feu, avec des yeux courroucĂ©s. La mer fut effrayĂ©e; elle recula. IsraĂ«l passa.

156 Maintenant, ĂŽ Dieu, ne regarde pas Ă  travers la Colonne de Feu, mais regarde Ă  travers le Sang de Ton propre Fils, qui est mort dans ce but. Et j’envoie Ta Parole. Puisse le diable ĂȘtre effrayĂ©; puisse-t-il s’éloigner et puissent ces personnes accĂ©der Ă  cette promesse de Dieu, sans Ă©chec, comme le fit IsraĂ«l. Puissent-ils accĂ©der Ă  cette glorieuse promesse qui dit : «Par-dessus toutes choses, je dĂ©sire que vous ayez une santĂ© prospĂšre.» Accorde-le, Seigneur. Que lĂ  oĂč nous les envoyons, cela accomplisse une oeuvre, et il est dit que Ta Parole ne retournera pas Ă  Toi sans effet. Elle accomplira ce Ă  quoi Elle Ă©tait destinĂ©e. Et j’offre cette priĂšre de la foi pour ces personnes au Nom de JĂ©sus-Christ.

157 Pendant que nous avons la tĂȘte inclinĂ©e, combien d’entre vous accepteront maintenant ce qui a Ă©tĂ© dit et croiront que la Parole de Dieu est venue Ă  vous, et L’accepteront? Tous ceux qui ont levĂ© la main, peu importe pour quelle raison, levez la main et dites : «Je crois. Je L’accepte maintenant mĂȘme. Je crois que j’ai ce que j’ai demandĂ©.»
Dieu vous bĂ©nisse. C’est merveilleux. C’est bien. Dieu vous bĂ©nisse. J’espĂšre que la Parole de Dieu prend racine en vous.
Maintenant, vous avez... Pendant que vous avez la tĂȘte inclinĂ©e, vous avez un pasteur ici, un aimable frĂšre, qui doit venir ici et faire une – une dĂ©claration, comme celle qu’il a faite il y a un moment. L’EvangĂ©liste n’a pas Ă  tout faire dans la rĂ©union. Vous devez connaĂźtre votre pasteur, cet homme pieux. Je suis si content d’introduire cet aimable pasteur auprĂšs de ces personnes qui ont levĂ© la main pour ces choses. Qu’il vous conduise maintenant vers des plus profondes expĂ©riences avec Dieu pour votre guĂ©rison et pour votre salut. Dieu vous bĂ©nisse.

EN HAUT