ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication La Sagesse contre La Foi de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 62-0401 La durĂ©e est de: 3 heures 9 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

La Sagesse contre La Foi

1 Merci, FrÚre Neville. Que le Seigneur te bénisse, bonjour.

2 Bonjour, les amis. Je suis heureux de revenir dans la maison du Seigneur. On venait de m’appeler lĂ  derriĂšre, il y a quelques instants, pour prier pour un ministre avancĂ© en Ăąge. Et il avait eu comme un Ă©vanouissement. On n’a rien trouvĂ© d’anormal en lui; c’est tout simplement que le saint du Seigneur est avancĂ© en Ăąge. Sur mon chemin vers ici, Satan a essayĂ© de me rendre malade, et de me faire vomir aussi, et j’ai dit : «Nous allons simplement devoir prier les uns pour les autres.» Il s’agissait donc de frĂšre Coggins; nous le connaissons trĂšs bien ici au tabernacle. Il vient de la Caroline. Et il Ă©tait trĂšs, trĂšs malade, il s’est juste – juste levĂ©, puis il s’est Ă©vanoui. Mais il semble qu’il n’a aucun mal, rien sur le plan physique; c’est donc seulement le diable qui essaie de le tenter. C’est donc un grand tentateur, et il en est un bon aussi.

3 Vous avez entendu l’histoire de cette soeur ĂągĂ©e qui frĂ©quentait cette Ă©glise et qui ne voulait rien dire de mal sur qui que ce soit.
«Alors, que pensez-vous du diable?»
Elle a rĂ©pondu : «Eh bien, c’est un bon adversaire!» C’est donc ce qu’il – ce qu’il est.

4 Nous sommes heureux ce matin d’ĂȘtre une fois de plus dans la maison du Seigneur, cette semaine, attendant la Venue du Seigneur JĂ©sus.

5 Et maintenant, ce matin j’allais parler sur le sujet A l’abri sous le Sang; et le Saint-Esprit, on dirait, m’a fait changer d’avis. Et j’ai un autre sujet d’enseignement parce que
 Alors aprĂšs
 Hier soir, j’ai dit : «Pourquoi m’a-t-Il fait changer d’avis sur un sujet comme celui-lĂ , A l’abri sous le Sang?» Vous voyez oĂč serait le contexte : IsraĂ«l sous le sang, marchant vers la promesse. Voyez-vous? Et je pourrai prĂȘcher lĂ -dessus Ă  une autre occasion.

6 Je me suis alors souvenu d’un songe que j’ai eu, il n’y a pas longtemps, et moi – dans ce songe, j’étais censĂ© emmagasiner de la nourriture ici au tabernacle, vous voyez, dans ce songe. Combien s’en souviennent? J’ai eu ce songe il y a quelques semaines. Je ne pouvais pas en donner l’interprĂ©tation, et si ça ne me prend pas beaucoup de temps, je vais vous le raconter, si vous dĂ©sirez l’entendre
?


7 Il est rare que je fasse un rĂȘve qui soit vraiment significatif. D’habitude, je me couche tard et ensuite je me rĂ©veille, et je suis nerveux ou fatiguĂ©; vous rĂȘvez; vous vous endormez donc et vous rĂȘvez, puis vous vous rĂ©veillez. Vous savez comment ça se passe, pour une personne nerveuse comme moi. Et j’étais sorti avec frĂšre Wood et frĂšre Sothmann, et le Seigneur venait de donner aux gens
 qui venaient avec
 là
 Et c’était Ă  Tucson, en Arizona. Et le Seigneur, dans chaque cas, donne de parfaites interprĂ©tations des songes.

8 Maintenant, vous voyez, quand quelqu’un donne – me raconte un songe, le seul moyen pour moi de pouvoir en donner l’interprĂ©tation, c’est de voir aussi ce songe. Et beaucoup d’entre vous ici le savent, que certains parmi vous en me racontant des choses, ne m’ont pas racontĂ© tout ce qu’il y avait dans le songe; mais quand j’ai vu aussi cela, j’ai reçu ce qu’ils n’ont pas dit. Vous voyez? Et ainsi, il vous faut le voir aussi, et alors, Il vous le rĂ©vĂšle. Ainsi, c’est parfois tranchant; c’est parfois dur et dĂ©sagrĂ©able pour la personne; mais vous devez ĂȘtre vĂ©ridique parce que c’est la Parole du Seigneur. Vous voyez? En effet, les gens s’en tiennent Ă  cela. Et Elle est – jamais Elle ne
 le Seigneur a Ă©tĂ© bon envers moi en permettant que Cela soit toujours vrai.

9 Et alors, cette nuit-lĂ , je – je dormais et je me suis vu en rĂȘve. Et je pensais que j’étais
 Un gars avec qui je faisais la boxe il y a des annĂ©es
 Beaucoup parmi vous les anciens
 Je pensais juste Ă  frĂšre Roy Slaughter qui est lĂ  debout Ă  la porte. Il a Ă©tĂ© avec nous, je pense qu’il est pratiquement l’un des membres les plus anciens de cette Ă©glise. FrĂšre Slaughter, je pense, est pratiquement l’un des plus anciens membres. Et je
 seulement je


10 Comme je parle de lui, il y a beaucoup de bonnes choses sur le compte de Roy Slaughter dont les gens ne savent rien. Et c’est vrai. Il est mon frĂšre, et je prĂ©fĂ©rerais lui donner maintenant un petit bouquet ou un bouton de fleur, plutĂŽt qu’une couronne entiĂšre Ă  sa mort. C’est juste. Il y a beaucoup de bonnes choses.

11 FrĂšre Roy a Ă©tĂ© un vĂ©ritable frĂšre pour moi, lui et sa famille, et ils habitent lĂ -bas, et il a travaillĂ© durement pour cette petite famille, et il a Ă©levĂ© une bonne ribambelle d’enfants. Je connais toutes ses filles et tous ses garçons, et j’ai prĂȘchĂ© aux funĂ©railles de son petit garçon qui Ă©tait mort.

12 Et je me souviens qu’une fois, nous avions ici un gars qui travaillait Ă  l’église. Et le
et il Ă©tait supposĂ© le faire, juste en tant que charpentier. Et nous n’avions pas beaucoup d’argent, et il allait faire cette dĂ©coration intĂ©rieure. Alors quelqu’un s’est prĂ©sentĂ©, il voulait travailler, mais il ne l’a pas fait. Puis il s’est assis lĂ  et il a prĂ©tendu avoir travaillĂ© une demi-heure, ou quelque chose comme ça, et qu’il s’est blessĂ© au pied, et alors il (juste de quoi intenter un procĂšs contre l’église) – et il nous a assignĂ©s en justice pour payer dix mille dollars. Eh bien, nous n’avions rien. Nous n’en savions rien jusqu’au moment oĂč le jugement Ă©tait dĂ©jĂ  prononcĂ©. Vous voyez? Ils ont accusĂ© le
 L’homme, il n’avait pas d’assurance, et alors, cela est donc retombĂ© sur nous. Nous n’avions pas de quoi payer.

13 Et je n’oublierai jamais le soir oĂč (nous nous tenions juste lĂ  derriĂšre) Roy plongea [la main] dans la poche, [fit sortir] un vieux (Excusez-moi, FrĂšre Roy) – un vieux portefeuille dĂ©chiquetĂ©, tira les chĂšques qu’il avait reçus en contre partie du transport des immondices et des choses comme cela, il a dit : «Eh bien, FrĂšre Bill, je donne ceci comme contribution Ă  cela.»

14 La pauvre petite Evelyna, sa soeur (elle est probablement assise ici quelque part maintenant), elle a dit : «FrĂšre Branham, ma vieille petite maison ne vaut que trois cents dollars, mais nous y contribuerons avec cela.» Vous voyez? Pour moi, voilĂ  quelque chose d’authentique et de rĂ©el. C’est
 A mon avis, c’est rĂ©el.

15 Je me souviens donc qu’un peu plus tard quand j’en Ă©tais Ă  ma premiĂšre rĂ©union Ă  l’extĂ©rieur (j’étais Ă  Saint-Louis Ă  l’une de mes premiĂšres grandes sĂ©ries de rĂ©unions) un tĂ©lĂ©gramme est tombĂ© : «Ma petite fille est couchĂ©e Ă  l’article de la mort. FrĂšre Slaughter. Venez immĂ©diatement.» Je suis simplement allĂ© lĂ , et j’ai commencĂ© Ă  faire ma valise. C’est tout ce qu’il y avait Ă  faire Ă  ce sujet, je ne pouvais simplement pas l’abandonner, et nous sommes venus ici. Je suis rentrĂ© Ă  la maison, je suis entrĂ© dans la chambre; les infirmiĂšres lĂ  Ă  l’hĂŽpital, lĂ  Ă  l’hĂŽpital catholique de New Albany avaient abandonnĂ© sa petite fille. Et aussitĂŽt que nous sommes entrĂ©s dans la piĂšce, le Seigneur JĂ©sus l’a guĂ©rie. Elle Ă©tait lĂ ...?
 Vous voyez? Et c’est comme du pain sur la face des eaux, cela vous reviendra un jour.

16 Je sors de mon sujet, mais je remonte au dĂ©but. Et je faisais de la boxe. Et il y avait un gars du nom de (ici en ville, un pauvre gars, il boit beaucoup maintenant; l’un de ses garçons est dans la police) Smith, George Smith; on l’appelait Smith «Six secondes». Il m’entraĂźnait Ă  la boxe lorsque nous avions
 avant que ne dĂ©marre le championnat amĂ©ricain de boxe amateur. Nous Ă©tions ici Ă  l’Administration. Et Ă  ce propos, eh bien, il Ă©tait l’homme le plus rude que j’aie jamais vu. Il me frappait vraiment, et je ne faisais que tournoyer dans l’air. Et je revenais et disais : «Vous ne devez pas ĂȘtre si rude.» Vous voyez? Je disais : «Vous me coupez vraiment le souffle avec vos coups.»

17 Il a dit : «Je t’assure, Billy, disait-il, peu importe combien tu es bien entraĂźnĂ©, et l’expĂ©rience d’athlĂšte que tu as, et combien tu es fort par rapport Ă  ta taille, ou je ne sais quoi, a-t-il dit, un coup arrĂȘte le sang quand il vous atteint comme ceci [FrĂšre Branham illustre un punch. – N.D.E.].» Et il a dit : «Tu peux me haĂŻr maintenant, mais quand tu monteras seul sur le ring, a-t-il dit, tu apprĂ©cieras ça.» Il disait : «Ton corps aura une constitution physique telle que tu reviendras vite Ă  l’assaut. Si tu reçois un coup, tu vas alors simplement tomber par terre; et tu seras Ă©tendu lĂ  et tu resteras au tapis pour le compte. Mais si ton corps s’est dĂ©veloppĂ© et peut supporter des coups , disait-il, alors quand tu donnes un coup – un coup rude t’atteint, disait-il, alors quand tu – tu reviendras vite [Ă  l’assaut]», il disait : «Tu te relĂšves. Tu reçois un coup qui te projette hors du ring, tu y retournes d’un bond.» Il m’achevait en me donnant un coup qui me projetait carrĂ©ment hors du ring. Ainsi il disait : «C’est ce qu’il te faut. Tu vois?» Et il me tuait presque. Il pesait environ treize ou dix-huit kilos de plus que moi, et il pouvait – il Ă©tait un boxeur; et j’étais juste un apprenti, ainsi il me tuait presque. Il disait : «Mais tu apprĂ©cieras cela lorsque tu seras sur le ring.» J’ai compris que c’était la vĂ©ritĂ©.

18 Et j’ai entendu parler des sergents qui, dans l’armĂ©e, forment ces garçons en les traitant rudement. Ils pourraient dĂ©tester ce sergent, mais lorsqu’on en arrivait Ă  la bataille, ils l’aimaient pour le rude entraĂźnement. C’est ainsi que j’ai essayĂ© d’entraĂźner les chrĂ©tiens. Ne coupez pas vos cheveux; ne vous maquillez pas, ne faites pas ceci, j’y vais rudement. Vous m’apprĂ©cierez quand j’arriverai Ă  – Ă  la fin de la route. Vous voyez? L’entraĂźnement, vous voyez, faisant cet entraĂźnement comme il faut. Vous pourriez
 Restons – Restons en ordre avec la Parole. Cela pourrait ĂȘtre rude de tailler en piĂšces ces diffĂ©rences dĂ©nominationnelles, mais vous apprĂ©cierez cela quand vous arriverez Ă  la fin de la route. Vous voyez? Vous vous en ĂȘtes tenus au Livre.

19 Ainsi, ma femme a pris un
 avait mis son bras sous le mien et nous montions; et George Smith (maintenant, c’est – je pense qu’il est grisonnant; je pense qu’il est de sept ou huit, dix ans mon aĂźnĂ©), et il Ă©tait retournĂ© sur le ring livrer des combats. Et ces jeunes gens qui montaient, des garçons aux trĂšs larges Ă©paules, ne pouvaient pas du tout l’affronter. Ils ne faisaient que
 Il les battait Ă  plates coutures juste en une minute.

20 Et un jeune homme a dit : «Je peux battre ce vieil homme; je sais que je le peux.» Etant donc trĂšs grand, un athlĂšte, d’un bond il est montĂ© lĂ  sur le ring; il n’a pas rĂ©sistĂ© une demi-minute. Il en est ressorti, disant : «Je ne sais pas d’oĂč ça vient, mais il est sĂ»rement un homme.»

21 Et juste Ă  ce moment-lĂ , dans le songe, j’ai regardĂ© ma femme, et j’ai dit : «Ma femme, tu sais, il m’a fait passer mon premier entraĂźnement.» Et ensuite (vous savez, les songes sont drĂŽles), je suis descendu vers une vaste mer , et les eaux Ă©taient vraiment agitĂ©es. Et le batelier
 (Maintenant, Meda, ma femme, n’était plus avec moi Ă  ce moment-lĂ ). Et ensuite Ă  ce propos, le – le batelier est venu lĂ  et il m’a remis un petit canoĂ« d’environ deux pieds et demi [76,2cm – N.D.T.], de trois pieds de long [91,4 cm – N.D.T.]; et il a dit
 C’était vraiment blanc, juste en plastique et blanc. Il a dit : «Voici votre bateau.»
«Oh! ai-je dit, je ne pourrais pas traverser pour cela
 Ă  bord de cela.»
Et il a dit : «Eh bien, dit-il, ça fera cinquante miles [80,45km – N.D.T.] par heure en remontant et en descendant dans cette direction-ci.»
J’ai dit : «Il pourrait monter et descendre la cĂŽte, mais ça ne marchera pas lĂ -bas.» Vous voyez? J’ai dit


22 Il a dit : «Eh bien, allez avec eux.» Et j’ai regardĂ©, et frĂšre Wood et frĂšre Fred Sothmann se tenaient lĂ , les deux frĂšres qui Ă©taient avec moi la nuit oĂč j’ai eu le songe. Et ils Ă©taient assis dans un canoĂ« vert avec un tas de matĂ©riel dedans, du matĂ©riel de campement, des tentes, et ainsi de suite. Et ils Ă©taient assis lĂ . Il a dit : «Allez avec eux.»

23 J’ai dit : «Ils ne sont mĂȘme pas des bateliers.» J’ai dit : «Je sais que » J’ai dit : Je suis batelier et, je – je sais bien conduire le canoë»; mais, ai-je dit, ils – jamais ils ne – ils ne s’en sortiront. Et de toute façon, je n’aimerais pas aller de cette façon-lĂ .»
«Eh bien, dit-il, ils vous aiment.» Et il a dit : «Pourquoi ne revenez-vous pas par ici pour emmagasiner?»

24 Je suis donc retournĂ© et le petit endroit oĂč nous Ă©tions (un petit endroit appelĂ© Klondike, Ă  environ quarante miles [64,36 km – N.D.T.] de toute civilisation, un petit entrepĂŽt pour les cow-boys et autres) on dirait que c’était Ă  Klondike; et cela se rĂ©vĂ©la ĂȘtre ce tabernacle-ci. Et je me tenais debout juste ici, et je faisais entrer de grands tonneaux de plus beaux aliments que j’aie jamais vus : des radis, qui paraissaient avoir trois pieds [91,44cm – N.D.T] de long, et des navets et des lĂ©gumes verts, et des pommes de terre et tout.
Il a dit : «Emmagasines-en une grande quantité.» Vous voyez?

25 Et je – je me tenais lĂ , en train d’emmagasiner simplement cela; et je me suis rĂ©veillĂ©. Je n’ai pas compris cela; je pensais que c’était juste un rĂȘve, et j’ai continuĂ©. Cela a intriguĂ© frĂšre Wood et plusieurs d’entre eux; En voici donc l’interprĂ©tation. Je devais attendre juste comme je vous l’ai dit plusieurs fois. Des choses doivent arriver avant que vous puissiez – certaines choses pour faire concorder cela.

26 Voici ce qu’en Ă©tait l’interprĂ©tation : vous voyez, ils
 Nous envisagions [d’aller] outre-mer. FrĂšre Miner Arganbright, un ami intime Ă  moi allait payer pour ma femme et moi les frais de voyage en Palestine. Et nous envisagions d’aller en Suisse, en Afrique et euh
 Ă  une campagne en juin. Et ma femme, RĂ©becca et les autres Ă©taient certainement ravis de savoir qu’ils passeraient par l’Allemagne, l’Angleterre, la France, et la Palestine. Ils devaient attendre lĂ  jusqu’à ce que j’aie tenu la campagne africaine et que je les rĂ©cupĂšre sur le chemin du retour. Et ils attendaient avec beaucoup d’impatience.

27 Vous m’avez entendu dire : «Si le Seigneur le veut (toujours), si le Seigneur le veut, je compte organiser cette campagne outre-mer. Je ne sais pas encore exactement.» Ainsi je m’y attendais. Mais voici ce que c’était : ce M. Smith, George Smith (c’était mon premier entraĂźneur lĂ  et aucun de jeunes gens qui sont aujourd’hui dans le pays ne faisait le poids devant lui, Ă  cause de son style de combat), c’était mon premier entraĂźnement Ă  la ligne de priĂšre. Vous voyez? Plusieurs fois, je fais approcher les gens, il y a des visions – j’attends, je prends celui-ci, une vision; tel autre, une vision. Cela n’a jamais bien marchĂ©.

28 Eh bien, tout au dĂ©but, lorsque j’ai commencĂ©, je ne laissais jamais une personne
 Ă  moins que je trouve dans la ligne quelque chose qui n’est pas tout Ă  fait en ordre, alors Il m’arrĂȘtait Lui-mĂȘme, vous voyez, et m’en parlait. J’allais de l’avant et priais pour les gens et oh! la la! les – les rĂ©sultats Ă©taient cent fois meilleurs, parce que je devais
 Je priais pour quatre ou cinq cents [personnes] en une nuit; de cette maniĂšre-ci, peut-ĂȘtre vingt-cinq ou trente, peut-ĂȘtre pas autant. Peut-ĂȘtre dix ou quinze visions et je suis – on doit presque me porter pour sortir. Je retournais Ă  nouveau Ă  cette mĂȘme chose, vous voyez, Ă  nouveau Ă  mon premier entraĂźnement. AprĂšs tout, il n’y a rien dans le champ missionnaire qui ait jamais tenu face Ă  cela ou qui le peut (vous voyez?), car c’est la Parole. Ce n’est pas une certaine dĂ©nomination; c’est la Parole. Vous voyez?

29 Et ensuite
 LĂ , remarquez donc la partie suivante : aprĂšs cela, Meda n’était plus dans le songe. Quand je me suis rendu Ă  la mer, c’était le voyage outre-mer.

30 Eh bien, frĂšre Arganbright m’a tĂ©lĂ©phonĂ© l’autre nuit, tout Ă©motionnĂ©, et a dit : «FrĂšre Branham, ce sera de grandes vacances. FrĂšre Shakarian a eu une crise cardiaque. Aussi, les rĂ©unions d’outre-mer sont-elles annulĂ©es.» Et ils
 la rĂ©union de Suisse, il voulait que j’aille lĂ -bas juste pour une seule soirĂ©e; et je devais y tenir cette seule rĂ©union du soir, et puis, tout le reste du temps, ce serait des vacances, faire simplement une randonnĂ©e Ă  travers le pays, ce que
 eh bien, ce qui Ă©tait trĂšs apprĂ©ciable. FrĂšre Arganbright est, oh, juste un des meilleurs chrĂ©tiens, et un ami intime Ă  moi et Ă  ma famille.

31 Et
 Toutefois, vous voyez, le petit canoĂ« blanc en plastique Ă  bord duquel il voulait que j’aille, c’était la Parole de Dieu; et il n’y a pas assez de prĂ©dications lĂ -dedans qui justifierait ma traversĂ©e de l’autre cĂŽtĂ© de la mer. J’ai dit : «Non non, pas cela. Juste pour cela? Non non.»
Il a dit : «Alors va avec eux, comme ils le veulent.»

32 J’ai dit : «Ils ne sont pas des bateliers : des prĂ©dicateurs. Je suis un ministre. Si on allait, ce serait entiĂšrement des vacances, avec leurs matĂ©riels de campement lĂ -dedans.» Mais je ne pouvais pas faire cela; j’ai refusĂ© cela. C’était donc lĂ  l’interprĂ©tation du – du songe. Vous voyez?

33 Et ensuite, M. Argranbright m’a tĂ©lĂ©phonĂ© il y a quelques nuits et m’a appris que – que le – le
 Nous avions certainement appris que les rĂ©unions d’outre- mer avaient Ă©tĂ© annulĂ©es Ă  cause de frĂšre Shakarian. Et puis, il n’y a pas de
 lĂ  – celle de la Suisse, je n’avais qu’une seule soirĂ©e, et j’avais
 Meda devait d’abord me dire qu’elle ne voulait pas aller; je lui ai donc tĂ©lĂ©phonĂ© l’autre nuit depuis la Floride – ou depuis Georgie. Et je lui en ai parlĂ©, disant : «FrĂšre Arganbright a appelĂ© et a dit que nous devons quitter le vingt mai.»

34 Elle a dit : «C’est exclu. C’est exclu. Vous voyez? Les enfants seront alors juste en train de passer leurs examens. Je ne peux pas aller.» Vous voyez? Elle devait elle-mĂȘme refuser cela, car c’était elle la concernĂ©e; c’était ses vacances. Et c’était lĂ . MĂȘme les songes, tout a une signification. Tout a quelque chose quelque part. Ainsi, les rĂȘves ont des interprĂ©tations.

35 Maintenant, je reprends pour que je puisse dire – pour que vous compreniez, et ceci est enregistrĂ© sur bande. Sur le chemin de retour
 Et juste avant que je sorte lĂ  (Combien se souviennent que je l’ai rĂ©pĂ©tĂ© ici?), une voix s’est adressĂ©e Ă  moi en chambre un certain matin, aprĂšs une vision, et a dit Ă  propos de – a parlĂ© du serpent, qu’il Ă©tait liĂ© et qu’il ne fallait rien craindre. Il a dit : «Ne crains point.» Il a dit : «N’ai-Je pas prouvĂ© que Je suis avec toi partout oĂč tu vas?» Il a dit : »N’ai-Je pas prouvĂ© que Je suis avec toi dans tes parties de chasse?» Vous souvenez-vous lorsque j’ai parlĂ© de ce que j’aurais avant mon dĂ©part et tout? «N’ai-Je pas prouvĂ© que Je suis avec toi?» Et ensuite, une voix trĂšs douce se fit entendre, disant : «La PrĂ©sence infaillible de JĂ©sus-Christ est avec toi partout oĂč tu vas.» Et je sais par cela que nous nous approchons de quelque chose, je ne sais pas ce que c’est; je ne saurais le dire.

36 En rentrant Ă  la maison l’autre soir – ou l’autre jour – ou juste avant que je ne rentre Ă  la maison, j’étais – je suis entrĂ© dans une vision; et j’ai vu de petits gars, minces, qui avaient l’air des jeunes garçons ou quelque chose comme cela, ils portaient des casquettes. Et nous Ă©tions lĂ , Ă  la chasse. Et j’ai abattu un trĂšs grand ours brun. Et alors, ils se sont retournĂ©s et se sont adressĂ©s Ă  moi, disant : «Mais il y a de la confusion au sujet de la rĂ©union.»

37 Et j’ai dit : «Quelle que soit la confusion, si j’étais censĂ© aller, oĂč que ce soit, j’irai de toute façon. (Vous voyez?) Cela n’importe pas.» Et la vision s’est arrĂȘtĂ©e. Je ne sais pas oĂč c’est, mais cela est sur bande. Cela va arriver. Vous voyez? Rappelez-vous simplement, cela va arriver; c’est une vision.

38 Ainsi maintenant, dimanche prochain, je serai dans le Tennessee, le Seigneur voulant, le samedi soir et le dimanche prochain, avec frĂšre M.E. Littlefield Ă , oh! ce quartier gĂ©nĂ©ral de l’Eglise de Dieu lĂ -bas – Cleveland dans le Tennessee, frĂšre M.E. Littlefied, dans son Ă©glise (celle que j’ai consacrĂ©e pour lui lĂ , voici deux ou trois ans). A Cleveland au Tennessee, samedi soir et dimanche matin prochains. Il n’y aura service que le dimanche matin, seulement le dimanche. Cela me donnera du temps, ma famille ira avec moi et nous reviendrons. Je lui ai promis d’aller encore prĂȘcher dans son Ă©glise. Ça sera dimanche prochain.

39 Puis le dimanche suivant, frĂšre Arganbright sera ici avec frĂšre Rowe, ce diplomate de Washington, qui a Ă©tĂ© – qui a servi sous trois ou quatre prĂ©sidents. Ils doivent ĂȘtre ici ce dimanche-lĂ  et avec un nouveau film. J’aimerais que tout le monde s’efforce d’ĂȘtre ici si possible pour cette occasion-lĂ . Je dĂ©sire moi-mĂȘme ĂȘtre ici.

40 Le dimanche suivant, c’est la PĂąques. Nous nous attendons Ă  une grande rĂ©union de PĂąques ici. Si le Seigneur le veut, je dĂ©sire ĂȘtre ici le dimanche de PĂąques pour
 Et nous avons le service du lever du soleil; d’habitude on a le baptĂȘme. Vous tous qui allez ĂȘtre baptisĂ©s au Nom de notre Seigneur JĂ©sus, soyez ici le dimanche. Et cela a Ă©tĂ© prĂ©vu – ou plutĂŽt annoncĂ© il y a quelque temps, Ă©tant donnĂ© que nous n’avons pas de salle ayant assez de places assises, nous pouvons prendre le Boys’ Club (qui a sept cents ou huit cents places assises, juste ici au-dessus, juste aux alentours, un nouveau club juste au coin de cette rue-ci), nous reviendrons ensuite ici pour le service de baptĂȘme. Et nous retournerons lĂ  pour que tous les gens aient des siĂšges confortables pour le matin de PĂąques. Nous allons essayer de faire des dĂ©marches cette semaine, pour l’obtenir.

41 Ensuite, le – le service suivant commencera alors le
 Je quitte ici le vingt – le vingt-cinq ou le vingt-six du mois, et ensuite, le sept – le six, le sept, le huit, le neuf et le dix, je serai trĂšs loin sur la
 Ă  l’extĂ©rieur de Van-
 ou l’üle Victoria loin lĂ -bas parmi des Indiens, lĂ  oĂč il vous faut aller Ă  bord d’une barque pour les atteindre.

42 Un petit ami Ă  moi qui est missionnaire, un frĂšre
 J’étais avec lui l’automne dernier dans une partie de chasse; et il vient d’une aimable famille, lui et sa femme. Et ses bras et tout sont tout Ă©corchĂ©s Ă  diffĂ©rents endroits. Quand j’ai demandĂ© ce que c’était, c’était dĂ» aux puces, aux punaises de lit, et tout, vous voyez, qu’ils avaient
 vivant juste lĂ  oĂč ils Ă©taient vraiment obligĂ©s de vivre, n’importe oĂč parmi ces Indiens. Il en a amenĂ© quelques-uns Ă  la rĂ©union, le chef (ils sont tous des catholiques, pratiquement tous), et le Saint-Esprit est descendu lĂ -bas, a identifiĂ© ce chef et tous ceux qui Ă©taient avec lui, et a guĂ©ri chacun d’eux juste lĂ  Ă  la rĂ©union. Ils ont embrasĂ© simplement cette cĂŽte-lĂ  partout, avec leurs barques qui sillonnent lĂ . Ce sont des pĂȘcheurs commerçants du long de la cĂŽte. Et frĂšre Eddie appelle, et je sens en quelque sorte qu’il me faut aller, vous voyez, aller lĂ -bas. Et ensuite, nous quitterons lĂ  et nous effectuerons un voyage d’un jour Ă  partir de lĂ , et nous aurons deux ou trois soirĂ©es Ă  Fort St John. C’est trĂšs loin lĂ -bas, sur l’autoroute de l’Alaska; et on passera deux soirĂ©es lĂ -bas.

43 Ensuite, le retour Ă  la maison et le – je pense, c’est le sept, le huit, le neuf et le dix juin. Eh bien, voici un endroit oĂč vous pouvez tous aller : ces rĂ©unions qui auront lieu Ă  Southern Pines. Vous connaissez le frĂšre qui a publiĂ©, il n’y a pas longtemps, cet article combien apprĂ©ciable. C’est
 A propos, il m’a envoyĂ© d’autres magazines. J’aurais dĂ» les amener. Je les amĂšnerai ici dimanche prochain, le Seigneur voulant. Et c’est Ă  Southern Pines, juste Ă  environ, (oh) six ou huit heures de route d’ici, Southern Pines, en Caroline du Nord – ou, est-ce en Caroline du Sud? En Caroline du Nord. Oui! C’est juste.

44 Et puis
c’est ça. Et puis, on – on partira de là le dix, (et) le onze et le douze, avec frùre Bigsby pour Columbia, en Caroline du Sud.

45 Il est l’homme (un presbytĂ©rien) qui a Ă©crit l’article. Et moi, cela m’a marquĂ© plus que tous les Ă©crits que j’ai dĂ©jĂ  vus Ă©crits Ă  mon sujet. C’était un presbytĂ©rien, un docteur en thĂ©ologie et il est venu de Chicago et il a Ă©crit l’article sur
 J’oublie maintenant ce que c’était. C’était trĂšs bien; je l’ai quelque part et – dans un magazine. Quelque chose sur la rencontre d’un presbytĂ©rien avec un pentecĂŽtiste, ou quelque chose comme cela – «Un ProphĂšte pentecĂŽtiste s’adressant Ă  un je ne sais qui presbytĂ©rien.» Et je serai avec lui.

46 Et puis, hier soir, nous avons tĂ©lĂ©phonĂ© Ă  frĂšre Roy Borders qui est dĂ©jĂ  Ă  la CĂŽte Ouest, et il y a lĂ  dĂ©jĂ  des gens qui ont regroupĂ© un grand nombre de gens, trente cinq Ă  quarante Ă©glises Ă  coopĂ©rer dans les rĂ©unions, Ă  Sedalia, en Californie, et lĂ  Ă  Grass City, et de lĂ  – Ă  Grass Valley, plutĂŽt, et de lĂ  on continuera jusque dans l’Oregon, jusqu’à – Ă  Washington.

47 Et ensuite, frĂšre Arganbright, au retour, nous allons – on compte maintenant ĂȘtre Ă  Anchorage en Alaska au cours de la derniĂšre semaine de juillet, pour y organiser un chapitre pour les Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens, tenir un rĂ©veil d’environ six ou huit jours d’affilĂ©e, j’espĂšre l’avoir lĂ  en Alaska oĂč les choses sont difficiles, dures. Vous savez ce qu’il en est, il n’y a que des prospecteurs et des mineurs; et le jambon et les oeufs coĂ»tent environ 3,50$ le plat. C’est – c’est vraiment un milieu rude, mais ils ont besoin de l’Evangile.

48 Maintenant, ce que je compte faire, ce sont ces choses que j’enseigne ici, emmagasiner cette nourriture et l’apprĂȘter. Je dĂ©sire partir maintenant. Je ne sens pas une conduite prĂ©cise pour me rendre Ă  un endroit donnĂ©, mais je vais semer des semences quelque part. J’ai commencé 

49 Ma femme (elle est quelque part ici), l’autre jour, elle a reçu une lettre d’une dame qui est lĂ  dans l’Illinois. Cela a vraiment consumĂ© mon
 le fin fond de mon coeur. Cette dame disait : «Soeur Branham, disait-elle, sans doute que bien des fois, pendant tout ce temps, depuis que vous ĂȘtes mariĂ©e vous devez beaucoup souffrir, quand frĂšre Branham est parti, vous devez vous occuper des enfants.» Et elle disait : «Les enfants pleurent Ă©videmment aprĂšs leur pĂšre et ainsi de suite,» et elle disait : «Je sais ce que cela reprĂ©sente pour vous, car j’ai moi-mĂȘme un bon mari.» Elle a dit : «Mais je vais vous dĂ©crire ma situation.» Elle a dit : «Je – j’ai subi quatre grandes opĂ©rations au cours de quatre derniĂšres annĂ©es.» Elle a dit : «Je prends environ quinze Ă  seize tranquillisants par jour.» Et elle disait : «Je prends trois diffĂ©rentes injections de Lextron et tout par semaine.» Et elle disait : «Je prends tout un tas de somnifĂšres en comprimĂ©s, et ce qu’il y a de plus rĂ©cent pour calmer les nerfs, et ces injections, et la nuit, je prends deux doubles comprimĂ©s de somnifĂšres et je n’arrive pas Ă  dormir.» Et elle disait : «Mon mĂ©decin m’a conseillĂ©e d’aller Ă  l’asile des fous, avant [cela], je ne peux pas rentrer; et il pourrait y avoir espoir qu’on sauve mon Ă©tat psychique.» Et elle disait : «Il n’y a rien dans le domaine mĂ©dical, nulle part, qui soit efficace pour moi.» Et elle disait : «J’envisageais un suicide, je le projetais pour quitter mon aimable mari et ma fillette.» Elle disait : «Nous habitons dans le Kansas. J’aime le kansas, car nous voyons le grain mĂ»rir et nous pensons Ă  la moisson.»

50 Je pense qu’elle Ă©tait mĂ©thodiste. Et elle disait que lĂ  oĂč
 Et alors, Ă  l’universitĂ© mĂ©thodiste de Bloomington, dans l’Illinois, ils sont tombĂ©s sur un journal qui annonçait que je devrais ĂȘtre lĂ -bas, il y a de cela onze mois. Beaucoup d’entre vous se souviennent de la rĂ©union de Bloomington; vous Ă©tiez lĂ .

51 Et elle disait : «Mon mari m’a prise ainsi que quelques amis et nous nous sommes mis en route.» Et elle disait : «Le Seigneur savait que je ne pouvais plus supporter cela un jour de plus.» (Son Ă©tat avait beaucoup empirĂ©). Et elle disait : «J’étais la premiĂšre personne; votre fils, Billy Paul, m’a donnĂ© une carte. Et ce soir-lĂ , lorsque votre – lorsque votre mari appelait les numĂ©ros, j’étais la premiĂšre personne pour laquelle on allait prier dans la ligne.» Et elle disait : «AussitĂŽt que je suis arrivĂ©e Ă  l’estrade, a-t-elle dit, il m’a dĂ©voilĂ© ma vie et m’a dit ce que j’avais fait , et chaque
 tout ce qu’il en Ă©tait, et il a dit : «AINSI DIT LE SEIGNEUR, c’est terminĂ©.» Elle a dit : «A la mĂȘme fraction de minute, je n’ai plus jamais senti une autre douleur.» Elle disait : «Je pesais soixante-dix livres[environ 31,75kg – Trad.] et quelques, maintenant je pĂšse cent soixante livres [72,57 kg – Trad.] et quelques. Et elle disait : «Soeur Branham, lorsque vous restez seule, disait-elle, je sais ce que vous ressentez, en partageant votre mari avec le monde et ainsi de suite»; «mais, disait-elle, souvenez-vous, une petite mĂ©nagĂšre du Kansas est aujourd’hui dĂ©livrĂ©e parce que lui a voulu obĂ©ir au Seigneur.»
J’ai montrĂ© Ă  Billy; j’ai dit : «Billy, je veux que tu envoies ceci lĂ  Ă  cette universitĂ© MĂ©thodiste.»
Il a tendu la main, a pris une pile et a dit : «Lis-en quelques-unes.
J’ai dit : «Je sais, je sais – je sais qu’elles sont merveilleuses mais celle-ci suffit. Elle est vraiment
 apprĂȘte l’adresse.»

52 Avez-vous entendu cela? «Impur! Impur!» Les mauvais esprits le menĂšrent dehors. (Vous voyez? Il a carrĂ©ment perdu l’esprit et est allĂ© droit dans les sĂ©pulcres). Quand JĂ©sus vint, Il libĂ©ra les captifs, et JĂ©sus est la Parole. Ainsi, acceptez la Parole, et Elle libĂ©rera les captifs. Me voici en train de parler, prenant mon temps, prenant votre temps, et [il y a] tant Ă  dire. Inclinons la tĂȘte.

53 Seigneur, en tant que des mortels, nous savons que nous n’avons pas davantage de temps pour parler. Quand je regarde ce petit groupe des pĂšlerins aux coeurs affamĂ©s, qui sont revenus des champs, des fermes, certains d’entre eux reviennent des services publics, du travail, et d’autres ont conduit Ă  travers les montagnes, les dĂ©serts, les champs et les marĂ©cages, et ils s’assemblent ici, et ensuite ils doivent se tenir debout; mais ils sont des pĂšlerins. Ils ne sont pas de ce monde-ci; ils sont ici seulement comme des tĂ©moignages, comme des lumiĂšres qui sont placĂ©es sur une colline, qui donnent la lumiĂšre Ă  la communautĂ© oĂč ils vivent. Et alors, lorsqu’ils se rassemblent, pour ĂȘtre consacrĂ©s Ă  nouveau et chargĂ©s avec la Parole, ils sont debout, ils ont des crampes dans leurs membres, et les – les vieux comme les jeunes.

54 Ils T’aiment, Seigneur; c’est pourquoi ils sont ici. Tout le monde sait que personne ne viendrait, et ne ferait des kilomĂštres en voiture, et ne se tiendrait penchĂ© le long des murs, avec des crampes aux jambes, juste pour ĂȘtre vu.

55 Et avec ce groupe, Seigneur, nous sommes – nous sommes des gens pauvres. Nous ne venons pas en vĂȘtements somptueux; nous venons ici pour T’adorer. Un seul but dans notre coeur, un seul objectif, et un seul motif – c’est Toi, Seigneur. Je Te prie, ĂŽ Dieu, de les rĂ©compenser richement. Qu’il n’y en ait aucun qui franchisse ces portes aujourd’hui sans recevoir la Vie Eternelle. «Alors les peines du chemin ne seront rien, lorsque nous arriverons Ă  la fin de la route.»

56 S’ils sont malades, guĂ©ris-les, Seigneur. Et maintenant, nous venons juste de parler d’autres rĂ©unions, Seigneur, sans savoir nettement que je vais aller, si c’est Ta volontĂ©, juste pour rĂ©pandre les semences. Elles pousseront si elles tombent sur la bonne terre, et je prie, Seigneur, que Tu les diriges vers cette bonne terre.

57 Il y a sur l’estrade, je voulais dire plutĂŽt sur la chaire, il y a ici ce matin des mouchoirs, de petits colis : cela signifie qu’il y a des gens qui sont malades et dans le besoin. Ô Dieu du Ciel, Qui ressuscita Christ des morts, et nous L’a prĂ©sentĂ© en ce dernier jour sous la forme du Saint-Esprit, puisse-t-Il, [Lui] Qui est omniprĂ©sent baisser Son regard; Lui l’omniscient – qui connaĂźt toutes choses; l’Omnipotent – le Tout-Puissant, qu’Il regarde ces petits colis; et que ceux-ci puissent
 quand ils toucheront les malades et les affligĂ©s, puisse le Saint-Esprit vivifier cette priĂšre aux oreilles de Dieu, et puissent-ils ĂȘtre immĂ©diatement guĂ©ris.

58 Seigneur, pense Ă  cette pauvre petite femme; je viens juste de parler de son tĂ©moignage; aujourd’hui, lĂ  au Kansas, elle est heureuse, sans douleur; aucun mĂ©decin ne peut trouver un quelconque problĂšme chez elle, plus de douleurs, plus de tranquillisants, plus de pilules somnifĂšres, elle dort paisiblement; tout va trĂšs bien. Ô Seigneur, certainement quand Toi, Tu viens, tout va alors trĂšs bien. Nous Te remercions pour cela.

59 Maintenant, PĂšre, comme nous abordons la Parole, bĂ©nis Ta Parole; puisse-t-Elle ne pas retourner Ă  vide Ă  Toi, mais qu’Elle accomplisse ce pourquoi Elle a Ă©tĂ© destinĂ©e et consacrĂ©e. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

60 Maintenant, entendez-vous trĂšs bien, tout le monde? LĂ  au fond derriĂšre, c’est trĂšs bien? Qu’est-ce qui serait mieux? Que je parle comme ceci ou que je parle comme ceci? Ici? De ce cĂŽtĂ©-ci, ici, est-ce mieux? Est-ce mieux pour vous tous lĂ  derriĂšre? TrĂšs bien, je vais retourner ceci ici juste un peu plus prĂšs alors.

61 Le dimanche dernier
 Il y a une semaine, je – j’étais un peu en retard. J’ai eu un – un service plutĂŽt long. Je n’aime pas traĂźner comme cela. Et maintenant, de temps en temps (cela ne m’ennuiera pas du tout) si quelqu’un qui est assis, voyant celui qui est debout, veut Ă©changer de place pour un moment avec lui et le laisser se reposer, ce serait un trĂšs bon geste chrĂ©tien. Et maintenant, maintenant, peut-ĂȘtre que d’ici – d’ici la PĂąques nous pouvons avoir un autre endroit pour tenir le – le – le culte principal.

62 Maintenant, nous dĂ©sirons prendre ce matin... Vous tous soldats, prenez votre – votre EpĂ©e maintenant, et nous allons dĂ©clarer la guerre Ă  l’ennemi. Nous avions l’habitude de chanter un petit chant, vous savez : C’est la bataille, ĂŽ soldat chrĂ©tien;
Face à face en rangs serrés (Vous avez entendu le chant) ,
Les armes Ă©tincelantes, les banniĂšres flottantes,
Le juste et le faux sont aujourd’hui engagĂ©s! (Vous voyez? C’est juste)
C’est la bataille, mais ne vous lassez pas,
Fortifiez-vous, et tenez bon par Sa puissance
Si Dieu est pour nous, Sa banniĂšre sur nous,
Nous chanterons le chant du vainqueur à la fin! (C’est vrai.)

63 Nous dĂ©sirons maintenant prendre – faire d’abord la lecture de l’Ecriture qui se trouve dans Saint Jean 10, les cinq premiers versets : En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, je vous le dis, celui qui n’entre pas par la porte dans la bergerie, mais qui monte par un autre cĂŽtĂ©, celui-lĂ  est un brigand et un voleur. Mais celui qui entre
 par la porte est le berger des brebis. Le portier lui ouvre; et les brebis entendent sa voix; et il appelle ses propres brebis par leur nom, et les conduit dehors. Et quand il fait sortir ses propres brebis, il va devant elles, et les brebis le suivent, car elles connaissent sa voix. ...elles ne suivront pas un Ă©tranger, mais elles fuiront loin de lui, car – car elles ne connaissent pas la voix des Ă©trangers.

64 Maintenant, le sujet sur lequel j’ai choisi d’enseigner ce matin pour un petit moment, c’est «La Sagesse contre la foi,» la sagesse contre la Foi. Maintenant, il n’y a que deux sources
 ou c’est de deux sources que nous devons vivre. Savez-vous cela?

65 Maintenant, nous
 J’ai beaucoup d’Ecritures inscrites ici, et je veux que vous
 Nous nous y rĂ©fĂ©rerons probablement au fur et Ă  mesure que nous avancerons. Et – et j’essayerai de sortir aussi vite que possible et je n’essayerai pas de
 Juste faire ressortir cela pour que vous puissiez prendre cela Ă  partir de lĂ . Vous voyez?

66 Mais il n’y a que deux sources d’oĂč nous pouvons tirer notre vie. Et l’une est la sagesse et l’autre la foi. Et si nous pensons Ă  ce que produit la sagesse et ensuite Ă  ce que produit la foi
 Mais, ces deux sources, et nous allons retourner en arriĂšre ce matin, et nous les relĂšverons pour la leçon de l’école du dimanche, et nous les ferons ressortir de la Bible, et nous montrerons ce qu’elles sont et ce qu’elles vont faire et ce qu’elles ont fait, avec l’aide du Seigneur.

67 Bon, la foi et la sagesse. Maintenant, pour commencer, nous remarquons que dans GenĂšse, au chapitre 1, nous voyons que la foi a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©e, et la sagesse a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©e. Et aujourd’hui, ces deux sources sont encore prĂ©sentĂ©es Ă  la race humaine. Nous voyons que Dieu Ă©tait l’Auteur de la foi, pour croire
 pour que les gens croient et se confient en Sa Parole; et Satan est l’auteur de la sagesse, essayant d’amener les gens Ă  accepter sa sagesse pour les Ă©loigner de la foi qui est dans la Parole de Dieu – ces deux sources.

68 Ça nous paraĂźt trĂšs curieux, que la GenĂšse, ce chapitre semence, commence de cette maniĂšre-lĂ . Et nous voyons que toutes choses que nous avons aujourd’hui tirent leur origine de la GenĂšse; en effet, le mot GenĂšse signifie «le commencement.» Et si nous voyons ces choses que nous sommes
 aujourd’hui, comment elles sont, elles ont dĂ» avoir un commencement quelque part. Vous devez examiner toute chose en remontant jusqu’au commencement.

69 Et voici une petite pensĂ©e Ă  votre intention : tout ce qui a eu un commencement a une fin; mais ce sont les choses qui n’ont pas eu de commencement qui n’ont pas de fin, ce sont les seules qui soient Ă©ternelles. C’est pourquoi, j’aimerais poser cette question. Comment cette expression «Filiation Ă©ternelle» de Dieu peut-elle jamais avoir un sens pour nous? S’Il Ă©tait un fils, Il a eu un commencement. S’Il Ă©tait «Fils Ă©ternel,» comment pouvait-Il ĂȘtre un fils et ĂȘtre Ă©ternel, car fils est – est un produit de quelque chose? Mais s’Il Ă©tait un
 Il Ă©tait
 ne pouvait pas ĂȘtre un «Fils Ă©ternel». Ça n’existe pas : «Fils Ă©ternel» de Dieu. En effet, s’Il – s’Il n’a jamais eu de commencement, alors il ne peut qu’ĂȘtre Ă©ternel. Mais s’Il Ă©tait un Fils, Il a eu un commencement; Il ne peut donc pas ĂȘtre Fils Ă©ternel. C’était le Dieu Ă©ternel manifestĂ© dans un Fils (Oui oui! Vous voyez?) – Le Dieu Ă©ternel, parce que Dieu est le seul Être qui soit Ă©ternel.

70 Et la seule raison pour nous de vivre, c’est parce que nous avons la Vie Eternelle. Ce corps meurt, chacune de nos parties meurt, mais la partie qui est Ă©ternelle, c’est Dieu, et cela ne peut pas mourir. Maintenant, maintenant, la Parole, la Bible, est Ă©ternelle, parce qu’Elle est Dieu sous forme de la Parole. Et ce qui Ă©tait en Dieu, dans Ses pensĂ©es avant qu’il y eĂ»t une quelconque Parole ParlĂ©e, c’était Dieu. Voyez-vous cela? C’était Dieu; c’est pourquoi Ă©tant prĂ©destinĂ©s, nous qui sommes – (je dis : «Nous», j’espĂšre que je le suis avec vous) qui Ă©tions prĂ©destinĂ©s, nous Ă©tions les – les choses qui Ă©taient avec Dieu dans l’éternitĂ©. Et alors, si vous ĂȘtes un enfant de Dieu nĂ© de nouveau, vous ĂȘtes (et si vous avez reçu le Saint-Esprit en vous) – vous ĂȘtes la manifestation de la Parole parlĂ©e de Dieu, avant que ça soit une parole. Cela doit ĂȘtre une pensĂ©e avant que cela ne puisse ĂȘtre une parole. Une «parole» est «une pensĂ©e exprimĂ©e». Et les pensĂ©es Ă©taient en Dieu, et alors, nous Ă©tions en Dieu dans l’éternitĂ©. Et nous avons Ă©tĂ© amenĂ©s Ă  l’existence par la Parole. Oh, quel
 Par quelle Parole? Cette Parole-ci, la Parole de Dieu.

71 Maintenant, Dieu est l’Auteur de la foi; Satan est l’auteur de la sagesse. Car Dieu donna Ă  Ses premiers enfants Sa Parole, et leur dit qu’ils devaient croire Celle-ci, et Il mit une sĂ©paration par la mort, le chĂątiment, s’ils ne La croyaient pas. Et Satan vient lĂ  et essaie d’offrir Ă  Eve la sagesse : «Vous serez sages, distinguant le bien du mal, comme Dieu.»

72 Maintenant, vous voyez, pour commencer, vous voyez tout de suite que la sagesse vient du diable. C’est Ă©trange, n’est-ce pas? Mais c’est la vĂ©ritĂ©. La sagesse vient du diable; c’est lui l’auteur de la sagesse.

73 Maintenant, bien sĂ»r, tout ce que le diable a, est une perversion de la chose originale. Le pĂ©chĂ© est une perversion – une perversion de la justice. L’adultĂšre est un acte lĂ©gal perverti. Un mensonge est une vĂ©ritĂ© pervertie.

74 Et ainsi, la – la sagesse sur laquelle je veux que vous soyez fixĂ©s avant que nous commencions 
 Il y a une sagesse de Dieu. La sagesse de Dieu consiste Ă  s’en tenir Ă  Sa Parole, mais Satan par sa sagesse a essayĂ© de tordre la Parole; c’est donc de cette sagesse que je parle.

75 Il y a une certaine mesure de foi qui se rapporte Ă  Satan. Pour – pour accepter Satan, il vous faut croire en Satan. Ainsi, il y a une foi pervertie dans une chose pervertie. Et tout ce qui essaierait de tordre la Parole de Dieu, de Lui faire dire quelque chose qu’Elle ne dit pas, c’est le faux esprit, vous voyez, offrant la sagesse contre la sagesse de Dieu. Ainsi, nous allons nous y rĂ©fĂ©rer comme Ă©tant de la sagesse et non comme la foi de Satan.

76 Beaucoup de ces gens qui croient cela sont sincĂšres et croient simplement, avec toute la foi qu’ils ont, qu’ils sont dans le vrai. Vous voyez? Vous devez observer; maintenant la couverture s’étend de deux cĂŽtĂ©s. Mais lui – ils sont
 Le seul moyen d’ĂȘtre sĂ»r, c’est de revenir Ă  la Parole originelle. C’est sur cela que tout se repose, sur la Parole.

77 Eh bien, nous voyons que ces deux factions – ou sources sont : l’une, la sagesse, et l’autre la foi. Et elles sont opposĂ©es l’une Ă  l’autre depuis la crĂ©ation, dans le jardin d’Eden.

78 Or, il y a des enfants de deux cĂŽtĂ©s. Eh bien, c’est quoi, la – la sagesse dont nous sommes en train de parler? Quelque chose qui ne reconnaĂźt pas que toute cette Parole est la VĂ©ritĂ©. C’est quelque chose qui retranche Ă  la VĂ©ritĂ©, se manifestant comme une plus haute connaissance, une plus grande sagesse. Et si la sagesse de cette sorte vient de Satan, ses enfants vivent par cette sagesse. Et si la foi de Dieu vient par Dieu (Et Dieu est la Parole), les enfants de Dieu vivent par la foi. La Bible dit-Elle que le juste vit par la sagesse? La foi! «Le juste vivra par la foi», pas par ce qu’il peut apprendre, mais par ce qu’il peut croire. TrĂšs bien.

79 Maintenant, maintenant, nous dĂ©couvrons
 Prenons d’abord la sagesse. La sagesse a le raisonnement. La foi n’a aucun raisonnement, mais la sagesse a des raisonnements. Commençons juste par ouvrir la Bible, et ouvrons Ă  prĂ©sent dans GenĂšse, le chapitre 3 de la GenĂšse, et enseignons simplement ceci. Maintenant, que faisons-nous – qu’essayons-nous de faire ce matin? Suivre ce que le Seigneur a dit : «Emmagasine la nourriture.» Vous en aurez besoin un de ces jours. «Emmagasine la nourriture!» Maintenant, GenĂšse 3.1. A prĂ©sent, lisons. Voyez comment la sagesse a des raisonnements. Et le serpent Ă©tait plus rusĂ© que toutes les bĂȘtes des champs que l’Eternel Dieu avait crĂ©Ă©es. Et il dit Ă  la femme, oui, Dieu a-t-Il dit, 
 [croyant, citant la Parole] Vous ne mangerez pas de tout arbre du jardin? Et la femme dit au serpent : Nous pouvons manger du fruit des arbres du jardin. Mais ... quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : «Vous n’en mangerez point, 
 [citant la Parole]
 vous ne le toucherez pas non plus de peur que vous ne mouriez. Eh bien, la foi s’y accroche. Vous voyez? Maintenant, suivez attentivement! 
le serpent dit Ă  la femme, vous ne mourrez point certainement :

80 Une raison
 le raisonnement – «Dieu est vraiment bon, Dieu est trop misĂ©ricordieux, Il vous aime trop.» Vous entendez aujourd’hui ce mĂȘme vieux dĂ©mon : «Dieu est trop bon pour faire ça. Dieu ne fera pas ça. Dieu ne punira pas.» Il fera bien exactement ce que Sa Parole dit qu’Il ferait. Vous voyez?

81 «Vous ne mourrez certainement point.» Vous voyez? Qu’essaie-t-il de faire? L’amener Ă  raisonner avec lui. A la minute oĂč vous raisonnez sur la Parole de Dieu, vous perdez alors la foi. Vous voyez? N’ayez pas des «oui», des «non», «peut-ĂȘtre que c’est ça», restez-Y fidĂšle. Vous voyez? Eve avait l’approche correcte, mais elle a Ă©coutĂ© le raisonnement de l’autre.

82 Il y a effectivement bien des gens aujourd’hui qui ont la bonne connaissance, qui savent que cette Parole doit ĂȘtre la Parole de Dieu, et Elle est la Parole de Dieu; mais ils se tiennent lĂ  et laissent un certain Ă©tudiant de sĂ©minaire les En Ă©loigner par le raisonnement, les Ă©loignant du Saint-Esprit, les Ă©loignant des choses de Dieu. Les raisonnements, nous devons les rejeter. Maintenant, le verset 4. Car
 Je vais vous dire pourquoi Satan a dit
 Je lirai d’abord le quatriĂšme verset, puis le cinquiĂšme. Et le serpent dit Ă  la femme : vous ne mourrez certainement point. Car Dieu sait qu’aux jours oĂč vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront alors, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.

83 Vous voyez? Il lui donne un raisonnement. «N’aimerais-tu pas ĂȘtre Ă©gale Ă  Dieu?». Prenez
 En d’autres termes : «Si vous voulez rĂ©ellement ĂȘtre en ordre avec Dieu, acceptez mon conseil. Ecoutez-moi; ce n’est pas ce que Dieu veut dire. Il n’a pas »

84 Quand vous entendez cela, Ă©loignez-vous-en. C’est juste. C’est le sifflement du serpent; ça a l’air raisonnable, mais ne raisonnez pas du tout; croyez simplement cela, ce que Dieu a dit. Maintenant : Quand la
 Et quand la femme vit que l’arbre Ă©tait bon Ă  manger,
 (Voyez-vous ce que c’était? Son raisonnement l’amena Ă  comprendre que c’était juste. C’était vrai)
 et que c’était agrĂ©able Ă  la vue, et un arbre dĂ©sirable pour rendre quelqu’un ... (avoir la foi? Donner la connaissance)... rendre intelligent. (Voyez-vous ce que c’était? Satan prĂ©sentant la connaissance, la connaissance qui Ă©tait contraire Ă  la Parole, une connaissance pour rendre intelligent) 
 elle prit du fruit
 et en mangea, et en donna aussi Ă  son mari qui Ă©tait avec elle , et il en mangea. Et leurs yeux Ă  tous deux s’ouvrirent, et ils surent qu’ils Ă©taient nus, et ils cousirent ensemble des feuilles de figuier, et s’en firent des tabliers.

85 Maintenant, qu’est-ce qui Ă©tait Ă  la base de cela? Le raisonnement. Vous voyez? La foi n’a aucun raisonnement – vous ne raisonnez pas du tout; vous croyez. AprĂšs qu’on a priĂ© pour vous et que vous acceptez la Parole de Dieu pour votre guĂ©rison, ne raisonnez pas avec vos sentiments. Ne raisonnez avec rien d’autre. Il n’y a pas de raisonnement Ă  faire lĂ -dessus, Dieu l’a dit et cela rĂšgle la question.

86 Oh, combien j’aimerais m’arrĂȘter ici pour quelques minutes, et rester sur cela, et en tirer un sujet. Je ne peux le faire et prĂȘcher ces quarante ou cinquante passages que j’ai notĂ©s ici.

87 Mais le raisonnement
 Lorsque le Seigneur donne une vision
 Je vais juste vous dĂ©crire Ă  ma propre petite maniĂšre d’enfant. Le Seigneur donne une vision de quelque chose qui va arriver. Eh bien, je ne m’occupe pas de ce qui est contraire Ă  cela. Et rappelez-vous, tout ce qui peut ĂȘtre prĂ©sentĂ© de contraire, Satan le fera. Il cherchera Ă  raisonner : «Tu ne peux pas le faire.»

88 Par exemple, ce que je venais de mentionner il y a quelques instants sur le fait d’aller
 Maintenant, c’était en quelque sorte hors du sentier battu, juste avant que ma mĂšre ne s’en aille. Et le Seigneur savait que je ne serais pas en mesure de respecter ces rendez-vous avec ces frĂšres, pour aller chasser, et Il donna une vision, et m’envoya loin lĂ -bas, en Colombie-Britannique. Et lorsque nous sommes arrivĂ©s lĂ , le guide a dit : «je n’ai jamais vu de grizzly argentĂ©, et j’ai passĂ© toute ma vie ici.»
Et en plus, nous entrons Ă  cheval en plein dans une rĂ©gion oĂč il y a des moutons. Il n’y a pas de grizzly argentĂ©; il n’y a pas de
 Vous n’en aurez pas lĂ -bas, vous voyez? Essayant, vous voyez, essayant d’éloigner
 le raisonnement.
Satan m’a dit : «Il y aura
 Tu as simplement – tu as simplement mal compris la vision.»
«Mais je ne l’ai pas mal comprise! Cela va ĂȘtre AINSI DIT LE SEIGNEUR!»

89 Et quand le caribou s’est prĂ©sentĂ© et que nous l’avons abattu (c’était dans la vision, comme vous le savez tous), il a alors dit – le guide m’a dit (un trĂšs bon frĂšre – je dois donc ĂȘtre avec lui dans quelques semaines – un jeune chrĂ©tien), il a dit : «FrĂšre Branham, mon frĂšre avait l’épilepsie, et vous Ă©tiez montĂ© ce jour-lĂ  sur ce cheval-lĂ , et vous m’avez dit une certaine chose Ă  faire et que l’épilepsie de mon frĂšre cesserait.» Il a dit : «Quand j’ai fait exactement ce que le Saint-Esprit vous a dit de me dire,» il a dit : «Depuis ce jour-lĂ , il n’a plus jamais piquĂ© une seule crise.» Il a dit : «Maintenant, nous voici au sommet de cette montagne et sur trois miles[Environ 5km – N.D.T] Juste en bas, il n’y a mĂȘme pas un buisson haut de quatre pouces[Environ 10cm – N.D. T] il n’y a rien que des mousses de caribou, quelques myrtilles, et ils n’atteignent que deux ou trois pouces de haut.»[Environ 6 Ă 7cm – N.D.T] Il a dit : «Des mousses de caribou et quelques myrtilles, et juste aprĂšs, c’est la lisiĂšre des arbres, et nos chevaux sont attachĂ©s Ă  la lisiĂšre d’arbres. Et maintenant, conformĂ©ment Ă  ce que vous m’avez dit avant que nous venions ici, quelque part entre ici et lĂ -bas oĂč se tient ce garçon en chemise Ă  carreaux, vous alliez abattre un bon ours grizzly argentĂ© de neuf pieds[2,91 mĂštres – N.D.T].
J’ai dit : «C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR!»
Vous voyez? Qu’était-ce? Satan essayant de m’amener Ă  ne pas croire cela.
Nous avons commencĂ© Ă  descendre la montagne; au fur et Ă  mesure que nous nous approchions, il ne cessait de dire : «FrĂšre Branham, Ă  prĂ©sent, nous ne sommes qu’à un mile [1,6 km – N.D.T.] de lĂ .»
J’ai dit : «Est-ce que tu doutes, Bud?»
– Pas du tout.
Nous sommes arrivĂ©s Ă  environ un demi-mile [800 mĂštres – N.D.T.]. Il a dit : «Nous sommes maintenant Ă  un demi-mile seulement.»
J’ai dit : «C’est juste.»
Il a dit : «Pensez-y seulement, Ă  un demi-mile » Renversant les raisonnements.
Il a dit : «Regardez, nous voyons tout devant nous, il n’y a rien lĂ -bas.»

90 Mais j’ai dit : «Le Dieu qui m’en a donnĂ© la Parole peut en crĂ©er un lĂ . Ne raisonne pas, crois seulement cela! Ne prĂȘte pas attention aux raisonnements, cela n’a rien avoir avec la chose. Crois simplement ce qu’Il a dit, c’est tout.»

91 Et je me tenais lĂ  et je regardais lĂ -haut partout sur les collines, il n’y avait que des mousses jaunes de caribous, le soleil se couchait, les collines Ă©taient splendides; vous pouviez voir n’importe quel petit coin partout sur la montagne, sur un rayon de trois miles [5,4 km – N.D.T.] vers le haut, au-dessus de moi. Et lorsque je me suis retournĂ© pour regarder, Ă  environ deux miles [3,2 km – N.D.T.] devant moi – ou Ă  un mile et demi [2,4 km – N.D.T.]ou Ă  deux miles, se tenait un grizzly argentĂ© de neuf pieds! Comment est-il arrivĂ© lĂ ? Je ne sais pas. Mais il Ă©tait lĂ . Vous voyez? Ne raisonnez pas, croyez. Peu importe les circonstances, ne faites pas attention aux circonstances, croyez!

92 Eh bien, Dieu a dit : «Le – le jour oĂč vous en mangerez, ce jour-lĂ  vous mourrez.»

93 Satan dit : «Laisse-moi te dire quelque chose, vous voyez. Maintenant, cela – c’est
 Oh oui! Nous disons que Dieu est rĂ©el, certainement; c’est vrai. Nous croyons cette Parole. Oh, a dit Satan, je crois que c’est la vĂ©ritĂ©, assurĂ©ment. Mais Ă©coute, laisse-moi te dire ceci : il ne voulait pas exactement dire cela.»

94 C’est rĂ©ellement ce qu’Il voulait dire! Il voulait dire juste ce qu’Il a dit.

95 Satan a dit : «Maintenant, Ă©coute, je te dis pourquoi Il a fait cela. En vĂ©ritĂ© Il
 tu vois, tu – tu n’es pas encore rĂ©ellement sage; tu n’as aucune sagesse, vous voyez. Tu es juste comme une brebis qui doit ĂȘtre conduite. Tu n’es pas indĂ©pendante.» C’est ainsi que Dieu veut que vous soyez! «Tu n’es jamais – tu n’as pas encore de diplĂŽme de doctorat. Tu – tu – tu n’as simplement pas assez d’instruction. (Vous voyez?) Mais, moi j’ai la sagesse, et je vais te le prouver. Eh bien, Ă©coute. Tu ne sais pas distinguer le bien du mal. Tu sais que ceci existe, mais tu ne sais pas ce que c’est. Laisse-moi te montrer comment ça se fait.» C’est tout ce qu’il voulait dire Ă  cette femme. C’est tout ce qu’il voulait faire. «Laisse-moi te montrer comment ça se fait.»
Elle dit : «Mais nous allons mourir!»

96 Il dit : «Dieu ne fera certainement pas cela. Mais Il sait que vous serez aussi sage.» Vous voyez? Opposant sa sagesse Ă  la Parole de Dieu. VoilĂ  la sagesse dont je parle. Vous voyez? La sagesse contre la foi
 contre la foi. VoilĂ  la premiĂšre bataille, et la Parole de Dieu est restĂ©e constante et vĂ©ritable. Quand ils prirent part Ă  ce qui Ă©tait interdit, ils moururent, et depuis lors ils meurent. Vous voyez? VoilĂ  oĂč
 C’était prouvĂ© lĂ  mĂȘme sans aucune ombre de doute. Maintenant nous allons parcourir cela pendant un petit moment.

97 Maintenant, j’avais GenĂšse 3.1-17 – et maintenant – ou plutĂŽt 1-7, et maintenant, maintenant, lĂ  oĂč la sagesse a les raisonnements. Combien croient cela maintenant? Dites amen. [L’assemblĂ©e rĂ©pond : «Amen!» – Ed.] Vous voyez?
Vous dites maintenant

Les mĂ©decins disent : «Eh bien, je vous dis »

98 Maintenant, Ă©coutez, prenons cette petite femme dont je viens de donner le tĂ©moignage. Le mĂ©decin dit qu’il ne peut rien faire. «C’est fini pour vous; votre cas est dĂ©sespĂ©rĂ©. Allez Ă  l’asile de fous; amenez-la lĂ -bas.»
Elle a dit : «Avant que je n’entre dans l’une de ces cellules-lĂ , je me tuerai.»

99 Et qu’est-il arrivĂ© aprĂšs? Dieu est entrĂ© en scĂšne. Et par son
 l’annonce quelque part dans le journal, loin dans le Kansas, elle en a entendu parler, depuis Bloomington, dans l’Illinois. «La foi vient de ce que l’on entend.» Vous voyez? Bien, son mari la prit avec lui. (Ils Ă©taient de vrais chĂ©ris, ils s’aimaient l’un l’autre.) Pensez-y! Quatre ans et quatre opĂ©rations majeures, quinze, seize tranquillisants, c’est de quoi tuer un mortel. Vous voyez? Et toutes ces injections, deux ou trois fois par semaine avec
 Je sais que l’une d’elles, c’était du Lextron et j’oublie ce qu’était l’autre. C’était quelque chose pour les troubles mentaux. Elle prenait ces injections et en plus de cela, deux comprimĂ©s somnifĂšres et elle ne pouvait mĂȘme pas dormir malgrĂ© cela. Pitoyable, malade toute la journĂ©e, toute la nuit, annĂ©e aprĂšs annĂ©e, on n’y pouvait rien. Mais la foi vient de ce que l’on entend. Vous voyez?

100 Maintenant, quand elle est arrivĂ©e lĂ , Dieu l’a placĂ©e sur l’estrade, la premiĂšre. Vous voyez? Et dans quoi
 eh bien, quoi? Quand je me suis avancĂ© vers elle, je lui ai dit : «Bonjour, soeur.»
«Bonjour.»
Elle n’avait jamais entendu parler de ceci; elle n’en savait rien. Mais j’ai dit : «Vous ĂȘtes Madame Unetelle. Vous venez du Kansas.»

101 Eh bien, rapidement, cela l’amĂšne Ă  – Ă  se dire : «Attends une minute. Je viens de l’entendre dire que Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Et nous avons prouvĂ© ici, ce soir, dans la Bible que Christ a promis d’apparaĂźtre dans les derniers jours dans Son Eglise; et (les choses qui ont Ă©tĂ© faites lĂ  Ă  Sodome, et ainsi de suite, comme Il a prĂȘchĂ© lĂ -dessus, ce qui est mon sermon d’ouverture pour le
) Eh bien, ici je vois cela se produire ici mĂȘme.» Vous voyez?
Eh bien, oui! «Maintenant, vous avez été chez plusieurs médecins, vous avez subi quatre opérations.»
«D’oĂč tient-il ces informations? D’oĂč cela vient-il? Ce petit homme chauve ne sait pas cela. D’oĂč cela vient-il?»
«Et quand vous Ă©tiez en route vers ici, telle et telle chose »
Dites donc! (Vous voyez?) Maintenant, c’est exactement ce qu’il vient de prĂȘcher. C’est la Parole.»

102 Mais vous savez, Satan a dit : «Tu sais, tu acceptes ça, ton pasteur » Ça n’a rien Ă  voir avec la chose. Vous voyez? Rejetez les raisonnements. Vous voyez? «Mais ton mĂ©decin a dit que tu dois aller Ă  l’asile de fous.» Rejetez les raisonnements.
«J’attends pour voir ce que Dieu va dire Ă  ce sujet.» Vous voyez?

103 Alors Dieu
 Je ne savais que dire. Alors l’Esprit a pris la chose et l’a dĂ©voilĂ©e. Elle a cru cela. Elle n’a point raisonnĂ©. «AnnĂ©e aprĂšs annĂ©e, des dĂ©pressions nerveuses, des Ă©vanouissements, des opĂ©rations et tout, toutes ces choses, eh bien, ce n’est pas raisonnable de penser que je pourrais ĂȘtre guĂ©ri ici en une seconde.» Mais elle n’a pas pensĂ© aux raisonnements, elle a tout simplement cru. La foi a fait cela, et elle a Ă©tĂ© guĂ©rie Ă  l’instant mĂȘme! Si vous dĂ©sirez lui Ă©crire, eh bien, Billy peut vous donner son adresse. TrĂšs bien.

104 Eh bien, eh bien, la foi
 la sagesse raisonne. Maintenant, mais la foi n’a pas de raisonnements; elle ne fait que s’accrocher à la Parole. Elle s’accroche à une promesse.

105 Eh bien, lisons un petit peu. Allons dans Romains, au chapitre 4, et lisons un peu et c’est – jusqu’à ce qu’on n’aura vraiment plus de temps. Nous lirons simplement ces Ecritures, le chapitre 4 de Romains, car j’aime vraiment lire la Parole. Ça vous fait du bien de La lire. Romains chapitre 4 et commençons au verset 17.

106 Ecoutez, c’est Paul qui Ă©crit les commentaires sur la vie d’Abraham. Vous savez, rien n’a Ă©tĂ© dit sur Abraham descendant Ă  GuĂ©rar, et il n’y a rien dans le commentaire, vous savez; et ce n’est que : «Abraham crut Dieu.» Paul, ce grand apĂŽtre, Ă©crivant un commentaire sur Abraham, au verset 17. selon qu’il est Ă©crit
 (J’aime cela, Paul s’en tenant Ă  la Parole) 
 selon qu’il est Ă©crit, je t’ai Ă©tabli pĂšre d’un grand nombre de nations.

107 «J’ai!» Abraham avait 75 ans; il avait vĂ©cu avec sa femme depuis qu’elle Ă©tait une – tous deux Ă©taient jeunes; c’était sa demi-soeur. Sans enfants, il Ă©tait stĂ©rile et elle Ă©tait stĂ©rile. Mais Dieu le rencontra et dit : «J’ai (au passĂ©, avant la fondation du monde, bien sĂ»r) – je t’ai Ă©tabli pĂšre d’un grand nombre de nations», pas d’un grand nombre d’enfants, mais d’un grand nombre de nations, pensez-y simplement! 
 devant celui auquel il a cru
 (Dieu) 
 Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles Ă©taient. Ne raisonnez pas du tout. Ecoutez : « appelle ces choses qui n’étaient point comme si elles Ă©taient.» 
contre toute espĂ©rance
 (Oh! la la! Sans espĂ©rance mĂȘme! Que serait-il arrivĂ© s’il avait raisonnĂ©! Sans espĂ©rance mĂȘme)
 EspĂ©rant contre toute espĂ©rance, il crut et devint ainsi le pĂšre d’un grand nombre de nations selon ce qui lui avait Ă©tĂ© dit : «Telle sera ta postĂ©ritĂ©.»

108 Peu importe quelle autre chose est dite, Dieu l’a dit; et cela rĂšgle la chose. Oh! Si seulement Eve s’en Ă©tait tenue Ă  cela! Vous voyez? Mais elle s’arrĂȘta pour raisonner, pour avoir de la sagesse. Abraham n’avait pas besoin de la sagesse, il dĂ©sirait seulement la Parole : «Dieu l’a dit et c’est fini.» Vous savez, j’ai prĂȘchĂ© sur cela bien des fois : Il est allĂ© acheter toutes les couches, les Ă©pingles et tout; il s’est apprĂȘtĂ© pour le bĂ©bĂ©, et Sarah fit des chaussons, et des annĂ©es et des annĂ©es passĂšrent. «Que Dieu soit bĂ©ni, nous L’aurons de toute façon.» C’est vrai.
«Eh bien, a-t-elle
?» Le mĂ©decin a dit : «Eh bien, elle ne peut pas l’avoir; vous ne pouvez pas l’avoir!»
«Hum! Ne me dites pas cela, nous l’aurons de toute façon!» C’est ça.

109 Contre toute espĂ©rance, il crut nĂ©anmoins avec l’espĂ©rance. Il n’y avait plus aucune espĂ©rance, toutefois il crut cela. Quand il n’y avait plus d’espoir en ce qui le concernait lui, il n’y avait plus d’espoir quant Ă  toute la recherche scientifique, toute ressource de sagesse, l’espĂ©rance s’était envolĂ©e, mais il y croyait toujours. Qu’était-ce? La foi en cela, la foi dans l’espĂ©rance alors qu’il n’y avait plus d’espĂ©rance. Hmmm, j’aimerais m’attarder un moment lĂ -dessus! La foi dans l’espĂ©rance alors qu’il n’y avait lĂ  aucune espĂ©rance. Toutefois, il croyait toujours avec espĂ©rance, vous voyez, car il disait : «Il m’a dit : ‘Telle sera ta postĂ©ritĂ©.’»
Maintenant, le verset 19 : Et sans faiblir dans 
 (la sagesse? la connaissance? le fait qu’il avait son diplĂŽme? Non, non, non! ) Sans faiblir dans la foi,
 (Ah, vous y ĂȘtes!)
 il ne considĂ©ra point que son corps Ă©tait dĂ©jĂ  usĂ©,
 (L’espĂ©rance s’était envolĂ©e, son corps Ă©tait usĂ©, Ă©coutez ce qui suit :)
 puisqu’il avait prĂšs de cent ans, et que Sarah n’était plus en Ă©tat d’avoir des enfants [ni le fait que le sein de Sarah Ă©tait mort – N.D.T.] : (L’espĂ©rance Ă©tait morte; son corps Ă©tait mort; le sein de Sarah Ă©tait mort. Que fit-il?) Le verset suivant : «Il ne douta point
 (Oh! la la!) 
 il ne douta point, par incrĂ©dulitĂ©, Ă  la promesse de Dieu;
 (la sagesse) 
 mais il fut fortifiĂ© par la foi, donnant gloire Ă  Dieu; (Oh! la la! Quoi?) et ayant la pleine conviction que, ce qu’il promet, il peut aussi l’accomplir.

110 Hmmm! Peu importe comment
 Il n’y a pas du tout de raisonnement lĂ -dessus; cela prend simplement la – la Parole et s’Y accroche. Eh bien, si ceci est la Parole de Dieu (le croyez-vous?), alors pourquoi En douter une Parole, une promesse? Comment pouvez-vous dire que ceci n’est qu’une partie, et que ceci n’est pas bon, et ceci est cela, en choisissant ce que vous voulez? Vous ne pouvez pas faire cela. Soit c’est entiĂšrement bon, soit ce n’est pas bon du tout. C’est juste! AussitĂŽt que vous voyez donc que c’est la vĂ©ritĂ©, accrochez-vous-Y. Ne lĂąchez pas Cela, peu importe les circonstances, combien les gens essaient de raisonner : «Eh bien, vous ne pouvez pas » Ne faites pas, ne faites pas du tout cela. Tenez-vous-en Ă  cela; Dieu l’a promis.

111 Si je m’en vais maintenant prendre position pour Christ, et qu’Il me donne le Saint-Esprit et que Son Esprit rende tĂ©moignage de Sa Vie en moi, alors quand j’en arriverai Ă  la mort, Satan essayera de dire : «Eh bien, tu vois, tu n’as pas Ă©tĂ© membre d’une organisation.» Tenez-vous-en simplement Ă  la Parole! «Tu n’as pas fait ceci, tu n’as pas fait cela.» Peu importe ce que cela
 Satan n’a pas Ă  raisonner lĂ -dessus; c’est la Parole de Dieu. Tenez-vous-en Ă  la Parole. Vous voyez? Elle rejette tous les raisonnements. Vous voyez? Ne raisonnez pas, tenez-vous-en simplement Ă  la Parole. Vous voyez?

112 Maintenant, la foi se confie simplement dans Sa Parole. Vous voyez? C’est ce qu’Il voulait qu’ils fassent. Cela – cela
 Maintenant, vous avez maintenant la toile de fond. C’est exactement ce que Dieu voulait que la race humaine fasse : se confier en chaque Parole qu’Il a dite. Et Eve se confia en une bonne partie de Cela, sauf en une petite chose. Elle accepta : «Eh bien, si je suis remplie de sagesse, peut-ĂȘtre – peut-ĂȘtre que c’était comme cela. Peut-ĂȘtre que c’est comme ceci que cela est censĂ© ĂȘtre.» Vous voyez? Alors c’est lĂ  mĂȘme qu’elle a lĂąchĂ© prise. C’est lĂ  qu’elle a commencĂ© Ă  s’enfoncer, lĂ  mĂȘme. C’est lĂ  que la race humaine entiĂšre descendit droit dans la tombe, Ă  partir de lĂ  mĂȘme, parce qu’elle douta d’une seule Parole.

113 Certaines personnes disent : «Eh bien, je crois que ceci est vrai. Je crois que cela est vrai. Je crois que Dieu peut sauver, mais je ne crois pas qu’Il peut guĂ©rir. Je crois assurĂ©ment que le Saint-Esprit est tombĂ© le jour de la PentecĂŽte, mais il n’y a aucun passage qui dit que le Saint-Esprit est tombĂ© aprĂšs la PentecĂŽte.»

114 Oh, frĂšre! C’est ce que les gens disent. Ils se disent Ă©glises de Christ. Vous voyez; voyez? Ayant une forme de piĂ©tĂ©, mais ils En renient la Parole. Oui oui! C’est ça. Vous voyez? Vous devez croire; ne raisonnez pas, croyez! N’essayez pas d’avoir la sagesse, croyez simplement la Parole.

115 La sagesse essaie de raisonner et de prĂ©senter une meilleure voie. Eh bien, c’est exactement ce que Satan a dit Ă  Eve. «Eh bien, vous n’allez pas mourir. Vous ne mourrez pas certainement pas, parce que Dieu est un Dieu bon.»

116 Il est un Dieu bon, et le seul moyen pour moi de Lui faire confiance comme Ă©tant un bon Dieu, c’est lorsqu’Il S’en tient Ă  Sa Parole. Comment pouvez-vous vous attendre Ă  ce que je sois vĂ©ridique alors que je ne suis pas vĂ©ridique? Si je vous dis une chose et que je fasse quelque chose d’autre, ma parole n’est vraiment pas digne de confiance. Vous voyez? Seulement, ce qui fait de lui un Dieu bon, c’est le fait qu’Il a prononcĂ© la Parole; et nous, nous devons vivre de cette Parole. «L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole de Dieu, qui sort de la bouche de Dieu.» Alors Dieu doit S’en tenir Ă  cette Parole, c’est ce qui fait de Lui un Dieu bon.

117 Maintenant, s’Il disait : «Eh bien, je les laisserai s’en tirer avec ceci. Je – je les laisserai faire ceci. Eh bien, c’est en ordre. Oh! je – je – j’irai lĂ .» Eh bien, il est instable. Vous voyez? Il n’est pas Dieu. Il – Il n’est qu’un homme ordinaire. Vous voyez? Mais pour ĂȘtre un Dieu bon, Il doit S’en tenir Ă  Sa Parole. Cela met chaque enfant
 S’Il laisse celui-ci commettre adultĂšre, et cet autre-ci boire un peu, et – et cet autre-ci peut faire – mentir un peu, et cet autre-ci peut voler un peu, et cet autre-ci peut faire – faire ceci, m’exigera-t-il d’observer les instructions pour entrer? Il a un seul chemin, et tous ceux qui entrent, entrent par cette porte. «Etroite est la porte et resserrĂ© le chemin. Aucune souillure n’y entrera.»

118 LĂ  dans l’Apocalypse, Il a dit : «Dehors, tous les magiciens, les fornicateurs, et les chiens, et consort. Heureux ĂȘtes-vous, vous qui pratiquez tous Ses commandements, afin d’avoir droit Ă  l’Arbre de Vie.» C’est juste. Il y a un seul chemin, c’est Dieu. Ne raisonnez pas sur cela d’aucune maniĂšre.
Eh bien, l’église romaine dit : «Nous sommes l’église. Cette – cette Bible ne vaut mĂȘme pas
 eh bien – eh bien, vous ne pourriez pas »
L’évĂȘque Sheen a dit : «Essayer de vivre par Elle, c’est comme marcher dans des eaux boueuses.»

119 Vous voyez , vous voyez? Comment allez-vous le faire? Vous voyez? Si donc il a raison, c’est qu’alors la Bible a tort. La Bible a raison, lui a tort. Maintenant qu’allez-vous dire? Si la Parole de Dieu a raison, c’est soit l’évĂȘque Sheen ou – ou la Bible; pas seulement l’évĂȘque Sheen, mais [aussi] le rĂ©vĂ©rend Untel, le docteur Untel, et Untel. Je n’aurais pas citĂ© le nom de cet homme, s’il n’avait pas dit cela Ă  la radio. Il l’a dit Ă  la radio, je pense donc que je peux citer son nom. Docteur Untel, et Untel a dit : «Telle et telle chose.» Maintenant qui allez-vous croire, Dieu ou ces gens?
«Eh bien, dit-il, ce n’est pas ce que ça veut rĂ©ellement dire.» Cela veut dire juste ce qui est Ă©crit, en effet c’est le PREMIER mensonge du diable.
Il a dit Ă  Eve : «Ce n’est pas ce que ça veut rĂ©ellement dire. AssurĂ©ment, Dieu est trop bon pour faire cela. Vous ne mourrez pas.» Mais ils moururent! Et ils mourront tout le temps. Cela doit correspondre Ă  la Parole.

120 La sagesse essaie de suivre un – un chemin meilleur : le chemin du modernisme, le chemin de la popularitĂ©, le – un chemin plus facile; se retrouver juste autour


121 Maintenant, prenez un homme par ici, avec qui peut-ĂȘtre Dieu commence Ă  traiter. Eh bien, il se dit qu’il doit Ă©voluer, il doit amener sa femme Ă  se mettre bien en ordre, il doit abandonner ses parties de cartes; il doit arrĂȘter d’aller aux danses; sa femme doit laisser pousser ses cheveux; elle doit arrĂȘter de se maquiller; il doit arrĂȘter de fumer, de boire, il doit sortir de cette haute sociĂ©tĂ© oĂč il se trouve; il doit s’humilier Ă  l’autel. Il doit supporter d’ĂȘtre traitĂ© de fanatique, de saint exaltĂ©, de BĂ©elzebul, de tous les noms possibles. «Oh, je serai croyant, mais je vais – je vais – je vais venir ici, me joindre Ă  la – Ă  cette Ă©glise-ci; vous ĂȘtes trop bornĂ©s.» Vous y ĂȘtes, vous voyez, il y a le raisonnement, le raisonnement. Maintenant, nous allons en arriver Ă  un point important sur cela dans quelques minutes, vous voyez? Comment allez-vous donc savoir lequel est juste et lequel est faux? Vous voyez?

122 Eh bien, elle essaie de faire dire à la Parole quelque chose; c’est ce que fait la connaissance. La connaissance – la connaissance – la sagesse essaie de raisonner; la sagesse trouve un chemin meilleur. Il n’y a pas d’autre chemin si ce n’est le chemin de Dieu!

123 La sagesse essaie d’attirer l’attention en disant : «Oh! eh bien, maintenant, vous savez, nous ne pouvons pas faire cela en ce temps-ci.» Nous devons le faire de toute façon. Vous voyez, elle essaie de trouver un chemin plus facile. Elle essaie de faire dire Ă  la Bible des choses que Celle-ci ne dit pas.

124 Eh bien, vous direz : «Oh, FrĂšre Branham, maintenant, vous » Attendez un instant! Nous retournerons Ă  nouveau Ă  la semence. Qu’est-ce que le diable a essayĂ© de faire avec la sagesse? Faire dire Ă  la Parole de Dieu quelque chose qu’Elle n’a pas dit. C’est juste. Il essaya de faire dire Ă  la Parole de Dieu quelque chose qu’Elle n’a pas dit. Ainsi, c’est de cette maniĂšre que cela arrive aujourd’hui.

125 Quand ils essayent de faire dire Ă  la Parole de Dieu quelque chose qu’Elle ne dit pas, eh bien, ils disent : «Eh bien, je vous assure, FrĂšre Branham, vous n’avez pas la bonne interprĂ©tation.» La Bible dit que – que la prophĂ©tie ne peut faire l’objet d’aucune interprĂ©tation particuliĂšre. Pourquoi? Pourquoi ne doit-elle pas faire l’objet d’une interprĂ©tation particuliĂšre? Pourquoi? La Parole du Seigneur venait aux prophĂštes; elle est interprĂ©tĂ©e par le prophĂšte. Elle ne peut pas ĂȘtre l’objet d’une interprĂ©tation particuliĂšre. Les prophĂštes vous l’ont dĂ©jĂ  interprĂ©tĂ©e. Elle est lĂ , Elle est Ă©crite lĂ  mĂȘme. C’est ainsi qu’Elle est supposĂ©e ĂȘtre.

126 Dieu doit avoir quelque chose de fondamental par lequel tous les hommes doivent ĂȘtre jugĂ©s. Si c’est par une Ă©glise, laquelle a raison (il y en a environ neuf cents, neuf cents diffĂ©rentes organisations)? [FrĂšre Branham tousse. – Ed.] Excusez-moi. Laquelle d’entre elles a raison? Comment savez-vous que vous allez entrer? Qu’en serait-il si vous ĂȘtes un mĂ©thodiste et que les baptistes aient raison? Qu’en serait-il si vous Ă©tiez un pentecĂŽtiste et que les presbytĂ©riens aient raison? Qu’en serait-il si vous Ă©tiez un catholique et que les luthĂ©riens aient raison? Qu’en serait-il si vous Ă©tiez un luthĂ©rien et que les catholiques aient raison? Vous voyez? Il doit y avoir un fondement quelque part. Ainsi, si la Parole


127 Au commencement Ă©tait la Parole et la Parole Ă©tait avec Dieu et la Parole Ă©tait Dieu. Vous voyez? La Parole Ă©tait en Dieu; Elle Ă©tait Dieu. Elle Ă©tait Ses pensĂ©es qui Ă©taient toujours avec Lui. Là
 Les pensĂ©es de Dieu sont aussi Ă©ternelles que Dieu l’est. Amen! Ce n’est pas du lait Ă©crĂ©mĂ©, frĂšre . Vous voyez?

128 Voici venir la chose! Les pensĂ©es de Dieu, c’était Sa Parole. Au commencement
 (Maintenant, c’est dans l’éternitĂ©, quand le commencement commença, au dĂ©but, le temps)
 Au commencement Ă©tait la Parole (les pensĂ©es de Dieu) et la Parole Ă©tait avec Dieu et la Parole Ă©tait Dieu. Vous voyez? Ses pensĂ©es, c’est ce qu’Il Ă©tait. C’est aussi le cas pour vous. Ce que sont vos pensĂ©es, c’est ce que vous ĂȘtes. Peu importe que vous essayiez de vivre selon quelque chose d’autre, vos pensĂ©es, c’est ce que vous ĂȘtes. Vous pourriez aller et agir comme quelqu’un de bien, mais dans votre coeur vous ĂȘtes une femme adultĂšre, ou n’importe quoi, c’est ce que vous ĂȘtes – vos pensĂ©es. Et les pensĂ©es de Dieu Ă©taient Sa Parole, Laquelle Ă©tait avec Lui et en Lui, et Elle Ă©tait Dieu.

129 Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu. Et cette Parole a Ă©tĂ© faite chair. Les pensĂ©es de Dieu ont Ă©tĂ© manifestĂ©es dans un corps humain, elles ont Ă©tĂ© faites chair et ont habitĂ© parmi nous. Vous y ĂȘtes.

130 Maintenant, si vous avez la Vie Eternelle aujourd’hui, vous ĂȘtes en Dieu. Par Dieu qui est en vous, vous ĂȘtes la pensĂ©e de Dieu exprimĂ©e. Fiou! Alors n’écoutez aucun raisonnement, de peur que votre couronne ne soit ĂŽtĂ©e et donnĂ©e Ă  quelqu’un d’autre. N’acceptez aucun raisonnement du tout. Croyez simplement que ce que Dieu a dit est la VĂ©ritĂ© et tenez-vous-en Ă  Cela.

131 Les raisonnements, par la sagesse, essaient de faire dire à la Parole quelque chose qu’Elle ne dit pas.
Eh bien, vous direz : «Est-ce vrai, FrÚre Branham?»

132 Eh bien, retournons simplement à la Genùse et voyons. Allons dans la Genùse, au chapitre 3 de la Genùse, et nous allons lire le – le – le verset 4. Voyez si – si la sagesse essaie de faire dire à la Parole quelque chose que Celle-ci n’est pas. Genùse chapitre 3, verset 4 :
Et le serpent dit Ă  la femme, vous ne mourrez point certainement[Darby] :

133 Voyez-vous ce qu’elle prĂ©sente? Qu’est-ce? Essayer de faire dire Ă  la Parole quelque chose qu’Elle ne dit pas, vous voyez? Dieu a dit : «Vous mourrez.»

134 La sagesse, telle que Satan la lui prĂ©sentait, disait : «Vous ne mourrez point certainement!» Vous voyez? Elle essaie de faire dire Ă  la Parole quelque chose que Celle-ci n’est pas. VoilĂ  ce qu’est la sagesse aujourd’hui. Oh, frĂšre, combien nous nous attarderions lĂ -dessus. Les sĂ©minaires, les Ă©coles de thĂ©ologie, c’est leur nid mĂȘme; c’est leur base, il essaie de faire dire Ă  la Parole de Dieu quelque chose qu’Elle ne dit pas.

135 Je dĂ©fie quiconque de me montrer le «Credo des apĂŽtres» dans la Bible. Je dĂ©fie quiconque de me montrer «la communion des saints» dans la Bible. Les protestants et les catholiques croient tous cela. Je vous dĂ©fie de me montrer n’importe laquelle de ces choses dans la Bible.

136 Vous voyez? C’est la base de la sagesse essayant de raisonner. Notre guerre n’est pas charnelle, mais puissante, chasser tous les raisonnements (vous voyez?), dĂ©molir les forteresses de Satan, cette trĂšs belle crĂ©ature grandiloquente. Pas un loubard futĂ©, oh! non, ça, c’est Ă  l’intĂ©rieur; mais en apparence, le pĂ©chĂ© est deux fois plus beau.

137 Savez-vous que le pĂ©chĂ© est beau? Combien d’hommes et de femmes ici prĂ©sents sont au-delĂ  de 50 ans? Levez la main. (Je n’ai pas
 je ne devrais pas le demander aux femmes, mais je
 Nous admettons tous la vĂ©ritĂ©.) Je voudrais vous poser une question. Pouvez-vous voir qu’aujourd’hui les femmes sont presque deux fois plus belles qu’elles ne l’étaient autrefois, en gĂ©nĂ©ral, en moyenne, Ă  travers le monde? Si c’est vrai, levez la main. Certainement. Elles sont deux fois plus belles qu’elles ne l’étaient autrefois. Cherchez les vieilles photos.

138 Regardez grand-mĂšre avec ses longues jupes, ses tresses de cheveux lui tombant dans le dos. Elle n’était pas trĂšs attirante, Ă  la regarder.

139 Regardez la femme moderne aujourd’hui : une petite robe dĂ©colletĂ©e, au point que chaque forme
 (elle ne peut pas bouger sans pĂ©cher), marchant, marchant sur la pointe des pieds dans la rue, pratiquement avec tous les maquillages et les produits cosmĂ©tiques de Max Factor qu’elle peut mettre sur elle; ayant arrangĂ© sa chevelure comme une petite fille; portant une jupette qui s’arrĂȘte presque en haut comme cela, au-dessus des genoux, si du moins elle en a portĂ© une. Mais regardez-la, elle est belle. Satan sait comment s’y prendre! Il est l’auteur de la beautĂ©, ce genre de beautĂ©, laquelle dĂ©gĂ©nĂšre en pĂ©chĂ©.

140 La terre, elle-mĂȘme est un sein. OĂč est-ce que Dieu a placĂ© Ses semences? OĂč sont mises les semences? Dans un sein. Dieu met les semences
 Et que fait l’homme? C’est comme les dĂ©mons dans un sein. Il dĂ©formera un enfant s’il le peut; c’est ce que les dĂ©mons ont fait sur la terre – hybridant, faisant des crĂ©atures qui ne sont pas conformes. Je ferais mieux de laisser cela. Je n’arriverai jamais au reste de ce que j’ai Ă©crit ici. Vous savez ce que je veux dire. C’est la raison pour laquelle c’est une crĂ©ation dĂ©formĂ©e, prĂšs d’ĂȘtre jetĂ©e; Dieu en a fini avec elle. Le monde est entiĂšrement dĂ©rĂ©glĂ©; tout va mal. Les cours d’eau sont polluĂ©s, l’air est polluĂ© – la crasse, ça pue.

141 RĂ©cemment, un vieil Indien disait : «Homme blanc, je ne dĂ©sire pas vivre plus longtemps. J’ai fini de combattre.» Il disait : «OĂč sont mes enfants? Sont-ils morts de faim? OĂč est ma femme?» Il disait : «Avant que vous ne veniez ici avec vos femmes, le whisky, ainsi que le pĂ©chĂ©, nous vivions en paix. Ce sont nos terres, Dieu nous les a donnĂ©es, mais vous nous les prenez. Vous payerez pour cela un jour.»

142 Regardez cela aujourd’hui; ces grands et beaux dĂ©serts ainsi que ces montagnes parsemĂ©s de puanteur, du pĂ©chĂ©, de bouteilles de whisky, des boĂźtes de biĂšre! Chaque endroit est plein de cabarets et de bĂȘtises. Reno, dans le Nevada, dans ce grand dĂ©sert lĂ -bas, n’est rien d’autre que la prostitution. Les grandes villes sont
 Elles
 MĂȘme l’air et l’atmosphĂšre sont polluĂ©s. LĂ  oĂč les belles montagnes profilaient jadis, Ă  prĂ©sent elles sont taillĂ©es avec toutes sortes de choses. LĂ  oĂč les arbres croissaient, ils ont Ă©tĂ© coupĂ©s. LĂ  oĂč les dĂ©serts – les eaux coulaient librement, c’est polluĂ©. Le monde entier va enfanter. La terre va enfanter son enfant qui provient de la semence. Elle a Ă©tĂ© pervertie par les dĂ©mons qui la dĂ©chirent et la bouleversent. AssurĂ©ment, c’est le cas. C’est une crĂ©ation pervertie. Dieu la jettera et recommencera. C’est juste.

143 D’oĂč cela vient-il? Une personne a cru une petite – a doutĂ© d’un petit point de la Parole de Dieu. La terre entiĂšre soupire. La Bible dit que mĂȘme la nature elle-mĂȘme soupire pour ce jour de dĂ©livrance, attendant les manifestations des fils de Dieu. Les arbres luttent en vain. Les fleurs essayent d’égayer le chemin pour nous, mais elles soupirent et crient, et savent qu’il y a quelque chose qui ne marche pas – de perverti. Ce sein ne peut enfanter ce parfait, parce qu’il est perverti. La terre pue; elle est baignĂ©e de sang innocent. Elle a
 Elle est comme un
 (Je pourrais dire quelque chose, cela pourrait ĂȘtre trop dĂ©plaisant). Elle – elle – elle pue. Dieu dit qu’elle pue devant Lui – elle est tellement souillĂ©e.

144 Entrez dans les toilettes; les urines, et ça pue vraiment, c’est infectĂ©. C’est exactement de cette maniĂšre-lĂ  que le monde sent devant – comme – Dieu, sentant cela – la souillure! La chose entiĂšre est souillĂ©e. Dieu la fera Ă©clater en piĂšces. «Et je crĂ©erai de nouveaux cieux et une nouvelle terre.», a-t-Il dit. Oui, monsieur.

145 Qu’est-ce? Son sein n’a pas enfantĂ© un millenium. Il a enfantĂ© une chose pervertie. Pourquoi? On a essayĂ© d’y aller par la sagesse.

146 Je n’ai rien contre la Floride. Je ne dis pas ceci Ă  propos de vous les gens de la Floride. Mais lorsque j’ai fait la traversĂ©e et que je suis allĂ© pour la premiĂšre fois en Floride et que je suis revenu lĂ  Ă  la frontiĂšre de la GĂ©orgie, je me suis tenu juste lĂ  et j’ai dit : «En tant que citoyen amĂ©ricain, j’en rends ma part aux SĂ©minoles Ă  qui elle appartient.» Eh bien, ils prennent mieux soin de leurs jardins que je ne le fais de mes cheveux. Tout est taillĂ© en biseau, les palmiers sont recouverts des lampes; de grands bateaux de plaisance hyperchics et tout, on essaie d’amener un millenium sans repentance. Pour moi, c’est un tas de nullitĂ©s. Je prĂ©fĂ©rerais mille fois plus, monter en Colombie-Britannique au sommet d’une colline et regarder de l’autre cĂŽtĂ© les montagnes que Dieu a crĂ©Ă©es et que la main de l’homme n’a jamais touchĂ©es. Certainement.

147 Quand je vais dans ces villes; ces grandes maisons, ça – ça ne m’attire pas. Je dĂ©teste ce genre de trucs. Vous voyez? Mais je sais qu’un jour, un jour cela sera changĂ©; elle enfantera son fils affligĂ©. La terre, elle sera changĂ©e un jour. OK.
La foi croit que cela est Ă©crit, et elle dit : «La Parole n’a aucune faille.»

148 Avez-vous dĂ©jĂ  entendu des ministres dire : «Eh bien, je vous assure, la – la Version du Roi Jacques, ou la – cette Version RĂ©visĂ©e, ou celle-ci a
 C’est juste un, c’est juste un peu diffĂ©rent. Cela, en rĂ©alitĂ©, cela ne voulait pas rĂ©ellement dire cela.»? Avez-vous entendu cela? Oh la la! Le monde est polluĂ© avec cela. Voyez-vous? Mais la foi ne croit pas cela. La foi croit en un Dieu qui peut me crĂ©er, qui peut garder ce Livre dans un ordre par lequel je dois vivre. Si le Dieu Qui m’a crĂ©Ă© va me juger et s’Il ne peut pas garder Son Livre en ordre, alors Il est un Dieu trĂšs mĂ©diocre. Je crois que chaque Parole de Cela est la VĂ©ritĂ©. Oui, monsieur!

149 Qu’est-ce que cela fait quand on y croit? Cela donne Ă  la foi un parfait endroit de repos dans Cela. Vous voyez? Vous ne pouvez pas ne pas croire que cette Parole a Ă©tĂ© altĂ©rĂ©e d’une maniĂšre ou d’une autre. Vous devez La croire juste telle qu’Elle est. Si vous essayez d’utiliser la sagesse
 Ils disent : «Eh bien, Ă©coutez. Ce n’est pas raisonnable que Dieu ait dit que cela ferait une chose comme ceci.» Mais Dieu l’a bel et bien dit, vous voyez. C’est juste.

150 Maintenant, si vous dites : «Eh bien alors, si Dieu a fait cela, s’Il a ĂŽtĂ© la vie Ă  un homme, car n’étant pas un LĂ©vite, il a posĂ© sa main sur l’Arche, lorsqu’elle faillit tomber » Peu importe ce que cet homme valait, Il lui a ĂŽtĂ© la vie Ă  cause de cela; Dieu avait dit que seuls les lĂ©vites pouvaient la toucher. Il la lui a ĂŽtĂ©e. C’est ce qui a bouleversĂ© David, vous savez. Vous voyez?

151 Un lĂ©vite Ă©tait
 Personne, Ă  l’exception du LĂ©vite, n’était censĂ© toucher cette Arche, et ici l’Arche revenait pour un rĂ©veil, et une personne non indiquĂ©e essaya de manipuler la Parole. Cela montre que seul celui qui est oint de Dieu est censĂ© toucher cette Parole. Ces credo et dĂ©nominations n’ont pas Ă  tripoter dessus. Seul le Saint-Esprit a droit Ă  cette Parole, c’est donc la mort que d’Y toucher pour quiconque d’autre. Car celui qui En doute ou n’En enseigne qu’une portion, sa part sera retranchĂ©e du Livre de Vie, vous voyez. N’Y mettez pas vos mains; restez-En Ă©loignĂ©. Ecoutez; croyez simplement ce qu’Elle dit. Ne prenez pas la parole de quelqu’un d’autre; prenez ce qu’Elle dit. Tenez-vous-en Ă  la Parole. En faire quoi que ce soit d’autre, c’est la mort.

152 Maintenant, Ă©tant donnĂ© que ce... Que fait la foi? Elle La croit juste telle qu’Elle est. C’est ainsi que Dieu L’a prĂ©servĂ©e au cours de l’ñge, et La voici. C’est la Parole de Dieu pour moi, Dieu L’honore. Elle donne une foi parfaite dans Sa vĂ©racitĂ©.

153 Comment pourriez-vous Ă©pouser une femme si cette jeune fille avait – avait – avait couru et fait n’importe quoi et vĂ©cu dans la prostitution et tout le reste; et – et quoique vous l’ayez trouvĂ©e dans la maison de prostitution, elle sort et elle Ă©tait... elle dit : «Eh bien, je vais – j’essayerai d’ĂȘtre une – une meilleure fille»? Vous ne pouvez pas avoir foi en cette femme. Vous voyez? Vous ne le pouvez pas.

154 Comment une femme peut-elle avoir foi en un homme qui a fait la mĂȘme chose? Vous ne pouvez simplement pas bĂątir votre foi lĂ ; il n’y a rien sur quoi bĂątir. Vous voyez? Vous ne le pouvez pas.

155 Comment pourriez-vous sortir lĂ  et dire : «Voici un bateau; il est plein de trous et j’y mettrai des sacs d’herbe. Peut-ĂȘtre que cela – cela rĂ©sistera contre la marĂ©e pour faire la traversĂ©e Ă  bord?» Je n’aimerais pas prendre de risque lĂ -dedans, alors qu’il y en a un bien construit qui se tient lĂ . Certainement. Pourquoi prendrions-nous une thĂ©ologie humaine qui a des trous partout; qui est prouvĂ©e ĂȘtre fausse, vous voyez, alors qu’il y en a une ici qui est rĂ©ellement la Parole de Dieu, qui a rĂ©sistĂ© contre la marĂ©e Ă  travers chaque rude tempĂȘte et grand coup de vent. Elle a tenu bon juste aussi vrai que possible; et elle tiendra toujours. TrĂšs bien.

156 «Les cieux et la terre passeront, a dit JĂ©sus, mais Ma Parole ne passera pas.» Pourquoi? Elles sont Ă©ternelles; Elles Ă©taient au commencement. Il vint ici juste pour exprimer la Parole de Dieu. Il Ă©tait Dieu exprimĂ©. Dieu Ă©tait en train de S’exprimer au travers de Son Fils.

157 Tout cela a commencĂ© dans la GenĂšse, le chapitre semence, et dĂšs lors c’est
 DĂšs lors, c’est sur la scĂšne, c’est la mĂȘme chose : un combat entre la sagesse et la foi – elles se combattent toujours. Ainsi, la sagesse est du diable et pour ses enfants.

158 L’aviez-vous dĂ©jĂ  remarquĂ©? Vous avez tous vu des brebis; vous avez tous vu des chĂšvres. Mais, vous savez, les bĂȘlements de ces deux sont si semblables qu’il faut un vĂ©ritable berger pour faire la diffĂ©rence. Mettez lĂ  une vieille chĂšvre et laissez-la bĂȘler – bĂȘler, et puis allez lĂ -bas et mettez-y une brebis et laissez-la bĂȘler. PrĂȘtez oreille; leurs cris sont vraiment semblables. Mais un vĂ©ritable berger peut reconnaĂźtre cette voix-lĂ .

159 JĂ©sus a dit : «Mes brebis connaissent Ma Voix.» Vous voyez? Elles peuvent reconnaĂźtre si c’est un bouc. Eh bien, Il est Lui-mĂȘme une brebis. Il
 «Mes brebis connaissent Ma voix; elles ne suivront pas un Ă©tranger.» Qu’est-ce que Sa voix? La voici : la Parole. «Mes brebis connaissent Ma Voix.» Vous voyez? Elles ne laisseront pas n’importe qui dire : «Eh bien, maintenant ici, je produis aussi la Voix de Dieu. Ceci signifie cela ici. Mais vous voyez, c’est Satan. Nous en arriverons Ă  cela dans peu de temps, on va y aller en douceur pour vous.

160 Eh bien, eh bien, vous voyez bien que la semence Parole ne peut donc pas grandir dans l’atmosphĂšre de la sagesse. Est-ce juste? Vous voyez? AussitĂŽt que la connaissance se mĂ©lange avec la foi, elle meurt lĂ  mĂȘme.
Eve vint et dit : «L’Eternel Dieu a dit que le jour oĂč nous en mangerons nous mourrons.» Ensuite elle s’arrĂȘta pour voir ce qu’il dirait.

161 Il dit : «Mais Ă©coute, ma chĂšre, toi, charmante petite crĂ©ature (vous voyez), sĂ»rement que Dieu t’a crĂ©Ă©e dans un but. Tu sais, c’est juste. Tu vois? Tu es une femme; tu as Ă©tĂ© crĂ©Ă©e dans ce but-ci. C’est ce qu’il en est. Maintenant tu ne le sais pas, mais tu as Ă©tĂ© crĂ©Ă©e dans ce but-ci. Oh! que tu es une charmante petite crĂ©ature, ma chĂšre. Regarde ces jolies petites mains. (Vous voyez?) Eh bien, certainement il voulait
 Certainement »
«Mais Il a dit que si nous – si nous le faisions, nous mourrions.»

162 Il a dit : «Mais, oh! penses-tu qu’un bon et aimable PĂšre qui est Dieu ferait une chose comme celle-lĂ ?» Que fit-elle? Elle Ă©couta le raisonnement, accepta sa sagesse Ă  lui et dit : «C’est un arbre agrĂ©able; un arbre dĂ©sirable»; et elle s’y laissa prendre. C’est exact. Et aussitĂŽt qu’elle le fit, qu’arriva-t-il? Ce qui arriverait Ă  n’importe quelle femme. DĂšs qu’on s’y laisse prendre, tout est fini lĂ  mĂȘme. C’est vrai.

163 Maintenant, vous voyez, la semence qu’elle portait, et elle allait finalement devenir mĂšre
 Selon la volontĂ© de Dieu, par une Parole parlĂ©e, elle serait finalement devenue une mĂšre, mais elle n’a pas su attendre, elle s’est plongĂ©e lĂ -dedans.

164 Eh bien, vous voyez, alors aussitĂŽt qu’elle fit cela, qu’elle accepta la sagesse avec la Parole
 Et la sagesse Ă©tait contraire Ă  la Parole. (Si vous comprenez dites : «Amen.») [L’assemblĂ©e rĂ©pond : «Amen.» – Ed.] (Vous voyez?) Si la sagesse est en accord avec la Parole, et atteste ĂȘtre en accord avec la Parole, et que la Parole Se reproduit par la mĂȘme chose, alors c’est la Parole. Mais si la sagesse est contraire Ă  la Parole, et pas en accord avec la Parole, mais qu’elle essaye de trouver quelque chose Ă  Y ajouter ou Ă  En retrancher, elle est du diable. Et les semences bibliques du Saint-Esprit ne peuvent pas croĂźtre dans l’atmosphĂšre de la sagesse. Ceci tue chaque sĂ©minaire dans le pays. Ceci les troue justement et les perfore avec le
 jusqu’à ce que le jugement s’y dĂ©verse. C’est juste. C’est ce qui arrive certainement, vous voyez, parce que la Parole ne peut pas croĂźtre avec la sagesse – la sagesse mondaine. Elle ne le peut pas.

165 Eve devait croire la Parole telle qu’Elle lui Ă©tait donnĂ©e. Est-ce juste? Elle ne devait pas Ă©couter qui que ce soit d’autre dire quoi que ce soit Ă  ce sujet
 juste telle qu’Elle lui Ă©tait donnĂ©e. C’est ainsi qu’elle Ă©tait supposĂ©e La croire. Il n’y aurait jamais eu de mort si elle avait cru cela. C’est juste. Et un homme ou une femme qui prendra la Parole de Dieu juste telle qu’Elle nous est donnĂ©e, qui L’observe telle que Dieu L’a dite, c’est la Vie. Mais La mĂ©langer Ă  la sagesse d’une certaine organisation, vous mourrez lĂ  mĂȘme. Juste comme cela s’est fait au premier
 C’est la semence. C’est ainsi, c’est ainsi qu’Elle a agi la premiĂšre fois, c’est ainsi qu’Elle agira toujours; c’est ce qu’Elle a toujours fait. Si Dieu le permet, nous le prouverons Ă  travers la Bible ce matin. C’est de cette seule maniĂšre que cela peut croĂźtre; en se sĂ©parant de tous les raisonnements, ou de quoi que ce soit d’autre et en croyant simplement la Parole.

166 Eve Ă©tait censĂ©e L’accepter telle que Dieu nous L’a donnĂ©e. Et je vous ai dĂ©clarĂ© et dit que je crois que Dieu a prĂ©servĂ© et gardĂ© cette Bible, et c’est ainsi que Dieu me La donne ici. Maintenant, je ne dĂ©sire aucune autre sagesse, je ne veux que la maniĂšre dont Dieu a dit cela ici. J’espĂšre donc que je ne vous blesse pas. Mais si la Bible a dit que je dois me repentir; ça signifie se repentir, pas faire pĂ©nitence, mais se repentir.

167 La Bible me recommande de me faire baptiser au Nom de JĂ©sus-Christ; cela ne voulait pas dire quelque chose d’autre. Cela ne voulait pas dire PĂšre, Fils et Saint-Esprit. C’est ce qu’Elle a dit.
«Eh bien, dites-vous, Matthieu 28.19 dit de baptiser les gens au Nom du PÚre, du Fils, du Saint-Esprit.»

168 C’est exactement ce que c’était. Maintenant, si ce n’est pas juste, si les gens n’ont pas la chose juste, alors la foi que Pierre avait pour baptiser au Nom de JĂ©sus-Christ, et tout le reste de la Bible, alors ils avaient une – une fausse rĂ©vĂ©lation que Dieu bĂ©nissait. Cela Le ramĂšne droit en arriĂšre
 Il aurait dĂ» alors bĂ©nir Eve au commencement.

169 Le Nom du PĂšre, Fils et Saint-Esprit, ce sont trois titres. Il n’y a qu’un seul Nom. Vous ne pouvez pas ĂȘtre baptisĂ© au Nom du PĂšre, Fils et Saint-Esprit Ă  moins que vous soyez baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ, parce que c’est cela le Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit. Et c’est Ă©crit comme cela dans toute la Bible. Toute personne dans la Bible qui ait jamais Ă©tĂ© baptisĂ©e, a Ă©tĂ© baptisĂ©e au Nom de JĂ©sus-Christ. Personne dans les Ecritures n’a baptisĂ© dans ces titres de PĂšre, Fils et Saint-Esprit. Et tout le monde qui Ă©tait baptisĂ© au Nom du – du Seigneur JĂ©sus-Christ a Ă©tĂ© baptisĂ© au Nom du PĂšre, Fils, Saint-Esprit. Tout celui qui a Ă©tĂ© baptisĂ© dans les titres du PĂšre, Fils, Saint-Esprit n’est baptisĂ© dans aucun nom du tout. Ce sont des titres, comme ministre, rĂ©vĂ©rend, docteur, et que sais-je encore, pĂšre, fils et humain, femme – des titres.
Vous direz : «Cela ne change rien.» Alors mettez votre titre sur votre chĂšque et pas votre nom, et voyez oĂč ça va aboutir. Vous dites : «Je signe ce chĂšque au nom de la femme de mĂ©nage.»

170 Eh bien, cela équivaudrait simplement à ne pas croire la Parole de Dieu alors que la révélation est juste là devant vous. Assurément. Vous voyez? Assurément. TrÚs bien.

171 On est supposĂ© La croire telle que Dieu L’a dite. [L’assemblĂ©e dit Amen. – N.D.T.] Et Elle ne se contredit pas. Si Elle se contredit, venez me le montrer. Elle ne se contredit pas; pas du tout. Satan pourrait La contredire pour vous, mais il ne le peut pas vis-Ă -vis de la Parole, la Parole ne supportera pas cela. Non, monsieur. C’est une trĂšs vieille chose que l’on s’imagine, mais elle n’a jamais Ă©tĂ© prouvĂ©e jusque lĂ  .

172 Suivons ces deux sources, ou ce que vous pourriez appeler les atmosphĂšres, et voyons ce qu’elles crĂ©ent. Suivons-les pour quelques minutes.

173 L’atmosphĂšre. Ces deux sources crĂ©eront une atmosphĂšre. J’aimerais vous poser une question. Etes-vous dĂ©jĂ  allĂ© Ă  une Ă©glise
 Eh bien je – je dis ceci avec rĂ©vĂ©rence et avec – juste pour faire ressortir un argument. A Dieu ne plaise! Etes-vous dĂ©jĂ  allĂ© dans une Ă©glise oĂč le pasteur est vraiment empesĂ©? Vous voyez? L’assemblĂ©e est pareille. C’est vrai, vous voyez? Qu’est-ce? C’est cette atmosphĂšre qui a amenĂ© cela.

174 Allez Ă  un endroit oĂč le pasteur dit : «Eh bien, attendez une minute. Ça n’existe pas, cette absurditĂ©-lĂ . Je ne crois pas Ă  une chose comme la guĂ©rison divine, au baptĂȘme du Saint-Esprit qu’on a lĂ -bas.» Vous verrez chacun d’eux, l’assemblĂ©e
 S’il n’y a pas
 S’il y a un aigle quelque part lĂ -dedans, il sortira du milieu de cette bande de poulets. Il le fera certainement. C’est exactement la vĂ©ritĂ©. Il quittera cela. Il le fera certainement. Il ne peut pas supporter cela; il est un aigle. Il est un oiseau conçu pour le ciel, il n’est pas un oiseau de la basse-cour. Oui monsieur! Maintenant, il est ici.

175 Et maintenant, nous voyons que ces atmosphĂšres
 Et vous entrez partout oĂč le – ces choses
 LĂ  oĂč la foi est enseignĂ©e dans une Ă©glise, vous trouverez une Ă©glise dans cette atmosphĂšre-lĂ . Oh! Dieu, laissez – laissez-moi vous montrer ceci afin que vous – si vous pouvez le voir. Vous voyez? Allez... C’est la raison pour laquelle les gens viennent parmi les saints, lĂ  oĂč ces derniers prient – les croyants. Paul dit qu’il n’en trouva aucun dans la ville, seulement TimothĂ©e, qui Ă©tait de la mĂȘme prĂ©cieuse foi qu’il avait, vous savez. Les autres Ă©taient tous des dĂ©nominationnels. Vous voyez?

176 Mais quand il entra dans cette atmosphĂšre (vous voyez?), il – vous verrez des choses se produire, que l’atmosphĂšre a crĂ©Ă©es. On voit des gens vivant par la foi, lorsqu’on entre Ă  un endroit oĂč on dit : «Oh! la la! eh bien, la Bible est vraie. Dieu guĂ©rit.»
En parcourant cette congrĂ©gation, vous en trouverez qui disent : «Eh bien – eh bien, je mourais du cancer; j’ai Ă©tĂ© guĂ©ri.»
«Jadis, j’étais aveugle; je ...» Vous voyez?
Et les Ă©trangers disant : «Beurk! Ça par exemple! Quoi? Vous voulez dire
 Tu avais quoi?»

177 «Je vous le montrerai dans mon attestation. Venez avec moi Ă  la maison; venez dĂźner avec moi et je vous montrerai quelque chose. J’ai une attestation lĂ -bas. Mes voisins savent que j’étais dans cet Ă©tat. J’ai Ă©tĂ© paralysĂ© pendant des annĂ©es; on a priĂ© pour moi.»
Vous voyez? Qu’est-ce? Cette – cette Parole dans cette Ă©glise, ce groupe de croyants a crĂ©Ă© cette atmosphĂšre.

178 Maintenant, comment la Parole dans Sa simplicitĂ©, mais toutefois dans Sa plĂ©nitude va-t-Elle jamais grandir dans un endroit oĂč la connaissance La recouvre d’ombre et dit : «Ça ne peut pas ĂȘtre vrai?» Vous voyez? Cela ne peut pas se faire. Ainsi lĂ  oĂč la connaissance venant du sĂ©minaire est prĂȘchĂ©e, les enfants meurent. LĂ  oĂč la foi venant de la Parole est prĂȘchĂ©e, les enfants vivent. Amen! VoilĂ  la diffĂ©rence, juste la Vie et la mort. La mĂȘme chose Ă©tait arrivĂ©e dans le jardin d’Eden. C’est exactement ce qui est arrivĂ© lĂ  dans ces deux atmosphĂšres, lĂ . Quand Eve s’éloigna de la bonne pour la mauvaise, elle mourut. Vous voyez? C’est ce que ça fera chaque fois. Ainsi on ne peut pas subsister. Si votre Ă©glise a ce genre d’atmosphĂšre, oh! mon enfant, si vous voulez vivre, croyez la Parole.

179 Eh bien, ici, il y aura maintenant un petit coup cinglant, et je n’ai pas l’intention d’y aller durement. Seulement je
 Ça, c’ est l’enseignement. Vous devez
 Quand vous touchez ces points, vous devez piquer et brĂ»ler un peu. Vous voyez? Maintenant, attendez. C’est juste comme marquer un veau. J’avais horreur de faire cela – de marquer un veau. Pauvre petite crĂ©ature, nous sortions lĂ  en courant et
 Je ne sais pas si vous avez dĂ©jĂ  pris les veaux au lasso et – et – et – et les avez attachĂ©s. Vous leur liez les quatre pattes, vous voyez, en les faisant passer le
 Et le pauvre petit, vous courez lĂ -bas, et prenez ce fer Ă  marquer brĂ»lant, et le lui appliquez dessus. Oh, frĂšre, c’était affreux! Quand il se relevait, il vous courait pendant un bon moment. Il courait vraiment, poussait des cris et faisait une ruade, et hurlait, et cela sans arrĂȘt. Mais je vous dis, on savait dĂšs ce moment-lĂ  Ă  qui il appartenait. C’est juste. On savait Ă  quel – Ă  quel pĂąturage il appartenait. Il n’y a alors pas de blague Ă  ce sujet. Ainsi faisons le marquage. Vous voyez? Faisons le marquage. Oui monsieur. Quand les gens disaient


180 Vous connaissez la
 Beaucoup d’entre vous avez lu ou chantĂ© la «MĂ©ditation du Cow-boy». Vous voyez? Et la petite bĂȘte d’un an Ă©garĂ©e, quand vous la faites entrer lĂ  Ă  la fin, lors du rassemblement, la petite bĂȘte d’un an, on en fait simplement de la soupe, parce qu’elle – elle ne porte aucune marque du tout. Ainsi, les autres vont Ă  leurs propres pĂąturages, mais le patron du rassemblement connaĂźt son bĂ©tail. Ainsi, si vous
 Le marquage fait mal.

181 Maintenant, Ă©coutez! Satan pouvait prouver scientifiquement par sa sagesse (ici, maintenant, je vais faire le mĂ©decin pendant quelques minutes), Satan pouvait prouver scientifiquement par sa sagesse que le sol qu’il allait donner pour que la race humaine puisse y croĂźtre renfermait des vitamines. AssurĂ©ment qu’il le fit. Il pouvait le prouver scientifiquement. Ils peuvent prouver scientifiquement presque tout ce qu’ils veulent. Vous voyez? AssurĂ©ment.

182 Cela contenait la vitamine P, «le plaisir, la popularité». Ça y est; c’est dans son sol de sagesse (certainement, certainement!), tout le plaisir mondain, tous les cinĂ©s, toutes les danses, tous
 Ils disent : «Allez de l’avant, c’est en ordre, cela ne fera aucun mal.» AssurĂ©ment. Vous voyez? La popularitĂ©. «Eh bien, la plus grande Ă©glise de cette ville.» TrĂšs bien.

183 Cela contenait la vitamine C, ce qu’il appelle «le bon sens», [en anglais «common sense» – N.D.T.] ce qui est raisonnable. Vous voyez?

184 Cela contenait la vitamine R, ce qui signifie «les raisonnements». Oui, il pouvait raisonner. Mais, vous voyez, ça ne marchera pas.

185 Cela contenait la vitamine Beau-
 B, ce qui signifie «la Beauté». Satan est beau. Le pĂ©chĂ© est beau; et au fur et Ă  mesure que le pĂ©chĂ© s’accroĂźt, il devient plus beau. Combien la maison que nous avons aujourd’hui est meilleure que la maison en bois? Combien est-elle plus belle! Combien les femmes aujourd’hui sont plus belles qu’elles ne l’étaient autrefois! Vous voyez? Combien la Floride est plus belle qu’elle ne l’était – plus belle maintenant que quand Dieu l’a crĂ©Ă©e! Vous voyez? Elle est belle. Combien savent que Satan est beau, et qu’il dĂ©sirait la beautĂ© et essaya de crĂ©er un beau – un royaume plus beau et tout? AssurĂ©ment, nous savons cela. Satan est dans la beautĂ©.

186 Maintenant, remarquez! Il avait la vitamine R, c’est «le raisonnement»; la vitamine B, c’est «la beauté»; la vitamine M, c’est le «modernisme»; «Oh, vous voulez ĂȘtre moderne».

187 Prenez simplement sa connaissance et voyez si vous ne croyez pas dans cette histoire. Cela va carrĂ©ment grandir en vous. Cette vitamine viendra juste lĂ  oĂč vous ĂȘtes assis. Un gars se lĂšve et vous donne de sa connaissance : «Maintenant, Ă©coutez, les amis. Qu’en serait-il si nous utilisions cette grande et belle cathĂ©drale-ci pour que nous y poussions beaucoup de cris, que nous y pleurions, et y parlions en langues, y courrions ça et lĂ  sur le plancher avec de l’écume aux lĂšvres comme des chiens enragĂ©s? Et – et que pensez-vous que le maire de la ville dirait, le conseil des diacres, si nous permettions qu’une pareille histoire entre ici?» Oh, assurĂ©ment, c’est moderne. «Vous pensez que notre peuple se tiendrait lĂ -bas dans la rue, tambourin Ă  la main et
 Qu’en serait-il si nos soeurs venaient avec une trĂšs longue chevelure pendante et que les autres femmes parcourent la ville, disant : «Regardez lĂ . Regardez lĂ , eh bien, le prĂ©sident de cette Ă©glise (quel qu’il soit, vous savez)
 Eh bien, regardez, regardez lĂ , elle a l’air vieux jeu, n’est-ce pas? Son pneu de rĂ©serve se dĂ©gonfle Ă  l’arriĂšre»! Vous savez, quelque chose comme cela.

188 «Vous cherchez Ă  ĂȘtre moderne.» Vous voyez? C’est la sagesse du diable. C’est ce que ça fait pousser. C’est la vitamine qui est dans le sol qui se manifeste dans le produit qu’il donne. Continuez, vous JĂ©zabels modernes. TrĂšs bien.

189 Modernes, comme les femmes d’aujourd’hui. AssurĂ©ment. Oh, modernes! «Eh bien, les gens les plus modernes de la ville viennent Ă  l’église.» Certainement. Cela a
 Pourquoi? Ils grandissent dans cette vitamine moderne, la vitamine du raisonnement. TrĂšs bien, ils grandissent dans cela. Vous voyez? C’est ce que c’est; le raisonnement. Mais aussitĂŽt que vous commencez Ă  grandir lĂ -dedans, vous ĂȘtes mort vis-Ă -vis de la Parole. Vous devez renier la Parole avant que vous ne puissiez ĂȘtre cela. Vous voyez? La seule maniĂšre pour que vous soyez un pĂ©cheur, c’est de renier la Parole de Dieu. Qu’est-ce que le pĂ©chĂ©? L’incrĂ©dulitĂ©. L’incrĂ©dulitĂ© vis-Ă -vis de quoi? De la Parole de Dieu. Vous voyez? Vous devez premiĂšrement renier la Parole.

190 Maintenant, oh! la la! j’ai encore environ dix vitamines mentionnĂ©es ici, mais voici une vitamine qu’il a manquĂ©e de leur montrer. Il avait lĂ -dedans la vitamine D. C’est la plus grande vitamine contenue lĂ -dedans : les rĂ©sultats – la mort[en anglais, «Death» – N.D.T.]. Vous voyez? C’est le plus beau groupe de gens et les mieux vĂȘtus, les gens les plus modernes qu’il y ait, la plus belle Ă©glise, la plus grande organisation, vous voyez, la plus moderne qu’il y avait, la plus belle qu’il y avait, les choses les plus raisonnables qui puissent ĂȘtre dites : «Pourquoi ne
 Si Dieu a fait de nous Sa crĂ©ature, pourquoi condamnerait-Il ces femmes d’ĂȘtre belles en ayant des cheveux courts? Pourquoi condamnerait-Il un peu de maquillage»?

191 Eh bien, Il en a eu une dans la Bible qui fit cela; et Il l’a donnĂ©e en pĂąture aux chiens. Ainsi, pensez-y. Vous voyez? C’est exact.
«Pourquoi devrait
 pourquoi Dieu devrait-Il
 Eh bien, oh! la la! Il ne s’attend pas Ă  ce que nous vivions selon cette Bible.»

192 AssurĂ©ment, Il l’a fait; Il dit Ă  Eve qu’elle devait vivre ainsi. Et Il a dit
 JĂ©sus a dit que l’homme vit de la – de chaque Parole, de chaque Parole qui sort de la bouche de Dieu. Qui a dit cela? JĂ©sus. Est-ce juste? Il a dit : «Si n’importe quel autre homme disait quoi que ce soit de diffĂ©rent, qu’il soit un menteur, que Sa Parole Ă  Lui soit vraie. Les cieux et la terre passeront, mais Ma Parole ne passera pas.» Vous y ĂȘtes.

193 Ainsi la vitamine D se trouve dans sa formule à lui. Moderne. C’est juste.

194 Bon, mais la semence Parole de la Bible ne peut pas grandir dans un sol pareil. Comment une personne pourrait-elle donc entrer dans une de ces Ă©glises modernes? L’Esprit de Dieu pourrait venir sur lui et il – il voudra crier : «Gloire Ă  Dieu! AllĂ©luia!» Vous savez quoi? Eh bien, vous ferez avaler au prĂ©dicateur son sermon! Eh bien, je vous le dis. Je – je peux juste le voir dire : «Hummm!»

195 Et lĂ , toutes ces cigognes tendront le cou par-lĂ , vous savez, elles tourneront la tĂȘte pour voir : «Eh bien, qui a fait ça?»

196 Et alors quelques minutes aprĂšs, le prĂ©dicateur pourrait dire : «JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu » «Gloire Ă  Dieu! C’est juste.»

197 «Hummm!» Diacre
 Vous ĂȘtes – vous ĂȘtes Ă  la porte dans les minutes qui suivent; ils vous jetteront carrĂ©ment dehors. Vous voyez? La Parole ne peut pas grandir lĂ -bas; Elle ne le peut simplement pas; non, Elle ne le peut simplement pas. Vous voyez? Elle ne le peut simplement pas. Vous voyez?

198 Et alors il vient rĂ©pandre son poison dessus pour essayer de tuer le germe de vie en vous. «Eh bien, nous
 Un groupe de gens aujourd’hui dans le pays croit que Dieu guĂ©rit. Et bien, bien sĂ»r, nous le savons, le bon sens montre que Dieu nous a donnĂ© des mĂ©decins pour guĂ©rir!»

199 Eh bien, demandez Ă  un bon mĂ©decin raisonnable s’il est un guĂ©risseur. Il vous dira : «Non, monsieur. Je peux enlever une dent, mais je ne peux pas guĂ©rir la gencive d’oĂč elle sort.» C’est juste.
«Je peux remettre en place un bras, mais je ne peux pas le guérir».

200 C’est tout Ă  fait vrai. C’est Dieu qui est le GuĂ©risseur. Vous voyez? Maintenant, comment quelque chose va-t-il donc grandir dans une telle histoire? Comment la Semence Parole va-t-elle grandir dans une chose pareille? Elle ne le pourra simplement pas. Elle ne peut pas grandir dans ce genre d’atmosphĂšre. Absolument pas.

201 Mais la foi ne grandit que dans une seule vitamine. Elle n’a qu’une seule vitamine. Il ne doit pas y avoir de mĂ©lange du tout. La foi grandit dans une seule vitamine; c’est la Parole! C’est la seule chose dans laquelle la foi grandit, c’est la Parole. Et la seule maniĂšre dont elle peut grandir, c’est quand elle croit la Parole, et elle doit accepter toute la Parole et croire qu’Elle est la vĂ©ritĂ©. Et la vitamine de la foi s’épelle comme un petit mot Ă  quatre lettres : «V-I-E – Vie»! [En anglais «L-I-F-E», Vie – N.D.T]. Elle, la foi a la vitamine V [en anglais «Vitamin» L, de «Life» – N.D.T.]. La foi contient la vitamine V.

202 La sagesse contient la vitamine P, la vitamine R («Le plaisir» et la vitamine «Raison»), la vitamine... Toutes ces autres vitamines;
?
 la connaissance a tout cela. Vous voyez? La sagesse contient tout cela; raisonner lĂ -dessus. Mais la foi n’a qu’une seule chose – la Vie! C’est tout ce qui demeurera. Ta Parole est la Vie. Ta Parole est la VĂ©ritĂ©. Il est la Parole, le Chemin, la VĂ©ritĂ©, la Vie. La foi s’accroche seulement lĂ , c’est tout. Elle n’acceptera pas cela.

203 La Vie du Saint-Esprit, la Vie Eternelle, c’est lĂ  oĂč grandit la foi. Le mot ZoĂ©, la Vie mĂȘme de Dieu. C’est le seul endroit oĂč la foi peut agir, quand la foi entend la Parole et croit que c’est la Parole de Dieu. Alors dans cette [vie] ZoĂ©, cela grandit et produit ce que dit la Parole.

204 Dieu
 Comment a-t-Il fait le monde? Croyez-vous que le monde Ă©tait dans la pensĂ©e de Dieu? AssurĂ©ment qu’il l’était, il devait l’ĂȘtre. «Comment l’a-t-Il fait?.» Il a juste dit... «OĂč aura-t-Il les matĂ©riaux?» Comment pourriez-vous donc raisonner avec Dieu, dire : «Dieu, oĂč auras-Tu les matĂ©riaux dont Tu as fait des rochers? OĂč est-ce que Tu...?»
«Ils viennent des gaz.»
«OĂč obtiendras-Tu le gaz, Seigneur?» Vous voyez?
«Comment as-Tu donc fait l’eau? Quelle en est la formule?»
«H2O.»
«OĂč obtiendras-Tu l’hydrogĂšne et l’oxygĂšne?»

205 Vous voyez? C’est cela. Vous voyez? Cela n’a simplement pas de sens. Qu’a dit Dieu? Cela Ă©tait dans Ses pensĂ©es. Et Ses pensĂ©es, c’est Sa Parole, avant qu’Elle ne soit exprimĂ©e. Alors quand Ses pensĂ©es dirent : «Que ceci soit,» et cela fut. C’est cela. C’est lĂ  que repose la foi.

206 Par
 HĂ©breux 11 dit : «C’est par la foi que le monde fut crĂ©Ă©.» Le monde a Ă©tĂ© crĂ©Ă© par la foi. Dieu a fait le monde Ă  partir des choses invisibles. C’est par la foi que Dieu a appelĂ© le monde Ă  l’existence, parce que c’était une – c’était une Parole prĂ©mĂ©ditĂ©e. Mais aussitĂŽt qu’Il l’a prononcĂ©e, elle est devenue vie.

207 Maintenant, vous pouvez dire : «Je crois cela, FrĂšre Branham.» Dans votre coeur vous pouvez croire cela, ensuite l’exprimer : «Je crois cela» et ne plus jamais changer cela du tout. Tenez-vous-en fermement Ă  cela. Observez ce qui en sortira. Cela produira la Parole, parce que c’est la foi . Vous voyez? La sagesse vous Ă©loigne; la foi vous amĂšne Ă  Cela.

208 Voyez-vous cela? Cela Ă©limine tout credo humain, ça Ă©limine toute Ă©cole d’étude de thĂ©ologie humaine; ça les assomme tout simplement. Les voilĂ , professeur, docteur en thĂ©ologie, docteur en philosophie, docteur en droit, «Q.U.D.»; et tous ces gaillards doivent aller Ă  l’école pour apprendre la psychologie et toutes ces autres choses (Il n’y a qu’une seule chose qu’il laisse.), comment se prĂ©senter avec de la psychologie, quel genre d’habits porter, et comment il doit dire «Amen», juste comme cela, et, oh, quelle absurditĂ©! Soyez conduits par le Saint-Esprit. Les Fils de Dieu sont conduits par le Saint-Esprit de Dieu, pas par la sagesse du sĂ©minaire, mais c’est le Saint-Esprit de Dieu qui conduit les fils et les filles de Dieu. C’est tout Ă  fait vrai. Amen!

209 Maintenant, faisons sortir tout credo, chaque Ă©cole d’étude, chaque thĂ©ologie humaine. Il n’est pas Ă©tonnant qu’ils ne puissent pas croire. Il n’y a rien lĂ -dedans pour que cela grandisse. Vous voyez? Ils ont la vitamine R, «le raisonnement,» que nous sommes supposĂ©s rejeter. La vitamine «popularité», la vitamine «plaisir» – il faut un petit divertissement.
«Quel genre de divertissement?»

210 «Oh, sortir et s’enivrer un peu une fois de temps en temps vous savez, se divertir un peu. Cela ne change rien.» Vous savez, de petites choses de ce genre, c’est juste toute cette – toute cette vitamine. Vous voyez? Et comment ce genre de vitamine va-t-elle faire grandir une Parole qui renie cette vitamine? Comment allez-vous le faire? Vous voyez? La Parole renie cela. «Si vous aimez le monde ou les choses du monde, l’amour de Dieu n’est mĂȘme point en vous,» dit la Bible. Vous voyez? Ainsi, comment est-ce que la – comment
 de Dieu – comment la Parole de Dieu va-t-Elle grandir sous des vitamines de ce genre?

211 Il faut une certaine vitamine dans le sol pour produire le grain. Celui-ci doit ĂȘtre dans la bonne sorte de sol. Nous y arrivons juste dans un petit instant. Vous voyez? Il faut avoir la bonne sorte de sol, sinon cela ne fera pas croĂźtre le grain. Prenez certains sols; tel sol ne fera pas croĂźtre telle chose; mais il fera croĂźtre quelque chose d’autre. Le sol sablonneux et diffĂ©rentes vitamines et ainsi de suite font croĂźtre certaines choses. Autrement, eh bien, il n’en a pas, et il ne fera simplement pas croĂźtre cela; c’est tout.

212 Eh bien, les mauvaises herbes pousseront presque partout sur n’importe quel genre de sol. N’est-ce pas vrai? Les vieilles et mauvaises herbes dĂ©nominationnelles pousseront simplement n’importe oĂč. Mais je vous dis, frĂšre, si vous voulez produire les fruits de la Vie, Celle-ci doit venir de la Parole. C’est juste, juste. AssurĂ©ment! TrĂšs bien.
J’espùre que ce matin, je ne vous prends pas trop de temps. Vous voyez? Maintenant, ne ... Vous voyez? Trùs bien.

213 Il n’est pas Ă©tonnant qu’ils ne puissent pas croire, ils n’ont rien oĂč vivre. JĂ©sus a parlĂ© d’eux dans Matthieu chapitre 13, verset 1. Ouvrons simplement lĂ  et voyons ce que JĂ©sus a dit Ă  ce sujet, ces choses dont nous sommes en train de parler. Matthieu chapitre 13, verset 1 : En ce jour-lĂ , JĂ©sus, Ă©tant sorti de la maison, s’assit prĂšs de la mer. Et de grandes foules Ă©taient rassemblĂ©es... auprĂšs de Lui, de sorte que, montant dans une nacelle, il s’assit, et toute la foule se tenait sur le rivage. Et il dit... leur dit des choses en ... leur dit beaucoup de choses par des paraboles, disant : Voici, un semeur sortit pour semer. Et comme il semait, quelques grains tombĂšrent le long du chemin, et les oiseaux vinrent et les dĂ©vorĂšrent. Et d’autres tombĂšrent sur un terrain rocailleux, oĂč ils n’avaient pas beaucoup de terre, et aussitĂŽt ils lĂšvent, parce qu’ils n’avaient pas une terre profonde; Et, le soleil s’étant levĂ©, ils furent brĂ»lĂ©s, et vint – et parce qu’ils n’avaient pas de racines, ils sĂ©chĂšrent. ... d’autres tombĂšrent entre des Ă©pines, et les Ă©pines montĂšrent et les Ă©touffĂšrent : ... d’autres tombĂšrent sur une bonne terre et produisirent – produisirent du fruit, l’un cent, ... soixante, l’autre trente. Qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende. [Darby] (Pas la sagesse, les oreilles. Vous voyez? TrĂšs bien, entendre.)

214 TrĂšs bien. Remarquez, Il a dit que quelques-uns poussĂšrent. Quand la semence sortit, que la Parole fut prĂȘchĂ©e, d’autres tombĂšrent le long du chemin, juste comme de l’eau sur le dos d’un canard – ça tombe immĂ©diatement par terre. D’autres tombĂšrent sur un sol rocailleux, pierreux. Il n’y avait qu’un peu de poussiĂšre qui se souleva lĂ . Et cela leva, mais, ça n’avait pas de racine, pas de place oĂč enfoncer ses racines. (Maintenant, je vais faire ici des illustrations, et j’espĂšre que je ne blesse pas les sentiments. Vous voyez?)

215 C’était l’Eglise catholique. Ils ont dit qu’ils Ă©taient bĂątis sur un roc. Je suis d’accord avec eux; je suis certainement d’accord avec eux. C’est juste. C’est juste. Pas de terre du tout en-dessous de cela, pas de terre sur laquelle pousser. Pourquoi? Ils ne pouvaient pas produire une
 ils ne pouvaient produire une vitamine de la Bible, parce qu’ils n’Y croient mĂȘme pas. Ils... Leur doctrine, ce sont des dogmes (c’est juste), le dogme romain, pas de Parole du tout lĂ -dedans. Vous voyez?

216 Elles tombĂšrent sur des rocs. C’était une super sagesse. Oh, frĂšre, je vous le dis. Ils eurent cela de la super maniĂšre. Ils ont prĂ©sentĂ© cela d’aprĂšs la psychologie, de trĂšs grands bĂątiments, et des prĂȘtres bien vĂȘtus ayant l’air des saints dieux, et tout le reste. Combien ont entendu le tĂ©moignage de cette petite nonne qui vient de dĂ©froquer? L’avez-vous ici? Je dĂ©sire qu’on joue cela ici Ă  l’église un mercredi soir, et que chaque personne qui est ici puisse avoir ce tĂ©moignage.

217 Il y a un de ces tĂ©moignages qui ne me quitte pas depuis longtemps. Comment ils ... Je me suis rendu moi-mĂȘme lĂ -bas Ă  Mexico et j’ai vu ces carriĂšres de pierre Ă  chaux, oĂč les bĂ©bĂ©s de ces nonnes (quand les prĂȘtres les avaient par
) – ces bĂ©bĂ©s, lĂ  oĂč ils Ă©taient brĂ»lĂ©s, dans ces carriĂšres de pierre Ă  chaux, et des choses comme cela. C’est ce qui a suscitĂ© le communisme au Mexique. Ils ont mis en piĂšces ces bĂȘtises. C’est ce qui a suscitĂ© le communisme lĂ -bas.

218 N’ayez jamais peur du communisme. Dieu est en train d’utiliser le communisme. Je n’y crois pas, c’est du diable; mais Dieu prend le diable et revient droit lĂ  comme Il le fit avec le roi Nebuchadnestsar et vint et prit IsraĂ«l. Vous voyez? Observez et voyez si la Bible ne le prouve pas. Un de ces jours, nous entrerons dans cela. Dieu a suscitĂ© cela pour venger les enfants de Dieu contre cette vieille prostituĂ©e. C’est exactement ce que dit la Bible, et Elle – dit qu’elle serait consumĂ©e par le feu, et qu’elle recevrait son dernier jugement. C’est exactement ce qui va lui arriver aussi. Elle est lĂ ; c’est celle qui tomba sur les rocs, il y avait si peu de terre que la chose ne pouvait pas croĂźtre; elle mourut. C’était donc la super sagesse.

219 Ensuite, d’autres tombĂšrent sur le sol des protestants. Mais quelque temps aprĂšs, la grande sagesse de grandes dĂ©nominations Ă©touffa cela, Ă©touffa l’Esprit. «Les jours des miracles sont passĂ©s.» «Docteur Untel a dit : ‘Ceci cela’.» Vous voyez? «Cela n’existe pas.» C’est tout Ă  fait vrai. Etouffa tout – Ă©touffa tout le quoi? Etouffa l’Esprit au profit de la sagesse. Vous voyez?

220 Le Saint-Esprit tomba aux jours de Martin Luther. Le Saint-Esprit tomba aux jours de John Wesley. Le Saint-Esprit tomba aux jours de la premiĂšre Ă©glise de la PentecĂŽte, mais qu’ont fait les dĂ©nominations? Elles ont Ă©touffĂ© Cela avec leur sagesse. EtouffĂ© quoi? La Semence. Qu’est-ce que la Semence? La Parole. «Cela ne signifie pas cela; cela signifie ceci, lĂ .» Vous voyez? Ou ils reçoivent cela ou ils ne le reçoivent pas.

221 Parmi ces ministres, j’ai rencontrĂ© beaucoup d’hommes sincĂšres, nous nous sommes assis et je leur ai parlĂ©, mĂȘme sur le sujet du baptĂȘme et beaucoup de choses. J’ai demandĂ© Ă  n’importe qui de venir pour discuter de cela. Ils ont dit : «FrĂšre Branham, si nous faisons cela, notre Ă©glise nous boutera dehors.»

222 J’ai dit : «Qu’est-ce qui vaut plus pour vous, la Parole de Dieu ou votre Ă©glise?» Vous n’irez jamais plus loin dans cette poussiĂšre de la dĂ©nomination. Vous voyez? Vous voyez? TrĂšs bien. Si elle renie la Parole, elle est fausse. Vous voyez? Ça prouve que c’est de la sagesse humaine.

223 Maintenant, les protestants furent Ă©touffĂ©s. Cela Ă©touffa carrĂ©ment l’Esprit et Celui-ci sortit d’eux, quand ils commencĂšrent Ă  adopter la sagesse au lieu de la foi dans la Parole – la sagesse dans l’organisation, la sagesse de l’organisation, au lieu de la foi dans la Parole. (Que tous ceux qui comprennent cela disent : «Amen.» [L’assemblĂ©e rĂ©pond : «Amen!» – N.D.E.] Vous voyez? La foi dans ce que le – ce que le groupe d’hommes des mĂ©thodistes, baptistes, presbytĂ©riens, pentecĂŽtistes, Ă©vangĂ©liques, et tous se sont rassemblĂ©s... Et bientĂŽt ils devront former une confĂ©dĂ©ration d’églises, ce qui sera l’image faite Ă  la bĂȘte. Et elle aura dans cette nation-ci la mĂȘme puissance (Apocalypse 13 :11) qu’ils avaient lĂ -bas, et cela amĂšnera une persĂ©cution sur les saints, juste comme ils le firent au commencement de la – de l’Eglise romaine. Vous voyez? C’est Ă  cela que cela va carrĂ©ment aboutir maintenant. Et voilĂ  pourquoi la Parole est en train d’ĂȘtre semĂ©e partout juste en ce moment. Tenez-vous-en Ă©loignĂ©s! Sortez de lĂ ! Vous voyez?

224 Maintenant, la sagesse a Ă©touffĂ© cela. Leur propre sagesse a Ă©touffĂ© le Saint-Esprit et L’a chassĂ© loin d’eux. Je vais vous prouver cela dans la Bible, dans Apocalypse, au chapitre 3, oĂč nous avons bien parcouru les Ages de l’Eglise. JĂ©sus a Ă©tĂ© chassĂ© de Son Ă©glise suite Ă  l’étouffement et Ă©tait Ă  l’extĂ©rieur, essayant de frapper Ă  la porte pour y rentrer. [FrĂšre Branham frappe sur le pupitre. – N.D.E.] C’est exactement ce qu’Elle dit. «Je me tiens Ă  la porte et Je frappe. Si un homme a soif, s’il me laisse simplement entrer, Je viendrai.» Mais personne n’ouvrit la porte. Vous voyez? Ils L’ont mis dehors. Qu’était-ce? Ils avaient...

225 La – la semence tomba sur eux. Vous voyez, vous voyez? Mais d’autres tombĂšrent dans la vallĂ©e de la persĂ©cution; certaines semences sont allĂ©es dans la vallĂ©e de la persĂ©cution. Or, c’est dans la vallĂ©e que l’on trouve l’eau, la meilleure terre. Quand vous prenez quelqu’un qui a Ă©tĂ© battu au point qu’on a sorti de lui toute la thĂ©ologie, qu’on s’est moquĂ© de lui, qu’il a Ă©tĂ© ridiculisĂ©, au point qu’il est passĂ© par les meules et qu’on a broyĂ© et tout fait sortir de lui, jusqu’à ce que le mĂ©tal soit prĂȘt pour le travail; vous dĂ©couvrirez que l’humiditĂ© est lĂ . C’est vrai.

226 Dans la vallĂ©e, ce gars a Ă©tĂ© jetĂ© dans la vallĂ©e, chassĂ© de son organisation, il est «en bas dans les dĂ©potoirs (comme on les appelle).» Vous voyez? Non pas les «dĂ©potoirs», mais nous appelons cela la vallĂ©e – lĂ  dans la vallĂ©e. Vous savez, c’est lĂ  aussi que le lis pousse, vous voyez, c’est vrai; dans la vallĂ©e. TrĂšs bien.

227 Certaines tombĂšrent dans la vallĂ©e de la persĂ©cution – de dures Ă©preuves. Certaines de ces semences tombĂšrent lĂ -dedans, la vallĂ©e de la persĂ©cution, de dures Ă©preuves; ĂȘtre traitĂ© de n’importe quel nom comme le Lis qui Ă©tait traitĂ© de BĂ©elzĂ©bul, et dont on s’est moquĂ©. Mais dans cette vallĂ©e-ci, il y a des courants d’eau.

228 Le Psaume 1 dit : «Heureux l’homme » Laissez-moi lire simplement cela. Laissez-moi montrer ce qu’il y a dans cette vallĂ©e. Ce que le Psaume
 Je pensais que je n’aurais pas de temps, mais nous prendrons juste le temps (vous voyez) pour lire cela, vous voyez, pour avoir ceci ici. Nous allons lire cela pour voir ce que cet homme qui est ici en bas qui est – juste lĂ  oĂč il est plantĂ©. S’il est plantĂ© sur le – sur une pierre poussiĂ©reuse du dĂ©sert, lĂ  oĂč il n’y a pas de terre du tout, ou s’il est plantĂ© dans la vallĂ©e... TrĂšs bien. Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil... (la sagesse... Amen, amen, amen, amen!) ... ne marche pas selon le conseil de l’impie... qui ne s’arrĂȘte pas sur la voie des pĂ©cheurs, ... qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs. Mais qui trouve son plaisir dans la Loi de l’Eternel, ... (la Parole) ... et dans la loi... (la Parole) ... qui la mĂ©dite jour et nuit. Et il sera comme un arbre plantĂ© prĂšs des courants d’eau... (Les courants. Qu’est-ce? Les neufs dons spirituels, des courants d’une seule eau, un Seul Esprit – une seule eau, mais venant de neufs diffĂ©rentes ressources. (Des courants d’eau, vous voyez, des courants d’eau.) ... qui donne son fruit... (les fruits de l’Esprit) en sa saison; et dont le feuillage ne flĂ©trit point; et tout ce qu’il fait lui rĂ©ussit.

229 Vous voyez? D’autres tombĂšrent lĂ  dans cette vallĂ©e-lĂ , oĂč se trouvent ces courants et elles ont produit ... Et avez-vous remarquĂ©? ... Je dĂ©sire prendre quelque chose d’autre. Que lui est-il arrivĂ©? Cela tomba dans la riviĂšre. Cela n’était pas placĂ© lĂ . «Il sera comme un arbre qui est placĂ© (transposĂ© d’ici vers lĂ )?» Il a Ă©tĂ© plantĂ©. Quoi? PrĂ©destinĂ©! Cette pensĂ©e de Dieu l’a placĂ© lĂ  avant la fondation du monde. Vous voyez? Pas piquĂ©, pas par hasard, mais ça Ă©tĂ© plantĂ©, prĂ©destinĂ©! Quoi? Aux courants d’eau. Oh, «sa racine ne sĂšche pas.» Oh, allĂ©luia! «Quand bien mĂȘme il mourait, je le ressusciterai au dernier jour.» C’est juste. Il est prĂ©destinĂ© Ă  ĂȘtre lĂ , ce n’est pas un hasard. Il a Ă©tĂ© prĂ©destinĂ© Ă  saisir cette Parole quand Celle-ci serait semĂ©e. Il est... Il sera juste lĂ  et quand cela pousse, elle est lĂ . Il est plantĂ©, il n’est pas juste piquĂ©; il est effectivement plantĂ©. C’est juste. Il y a une grande diffĂ©rence entre piquer un bĂąton en terre et planter quelque chose. C’est diffĂ©rent.

230 La semence fut plantĂ©e. Elle s’est des trous pour les racines. Quand l’eau a commencĂ© Ă  entrer et Ă  rĂ©pandre sa Vie, l’Esprit, Elle s’est mise Ă  dire (Vous dites
) : «Il y a neufs dons spirituels.»
Elle a dit : «Amen!»
«JĂ©sus, le mĂȘme hier, aujourd’hui et pour toujours.»
«Amen!»
«Il continue Ă  guĂ©rir juste comme Il l’a toujours fait.»
«Amen, amen, amen!» Vous voyez?

231 Il est plantĂ© prĂšs des courants – des courants venant de tout cĂŽtĂ© – des courants d’eau. Il n’est pas Ă©tonnant qu’il ne puisse pas sĂ©cher; ce n’est pas Ă©tonnant, il est plantĂ©. D’autres semences tombĂšrent lĂ -bas. Il ne peut pas mourir, c’est juste dans le courant de la Vie qui continue Ă  Se reproduire. C’est juste. Elle tire la Vie du courant. Des courants – le Nouveau Testament? L’Ancien Testament. Amen! Etant juste nourri continuellement. Oh, frĂšre. Allez-vous L’aimer? Amen!
Allez-vous le louer? Amen!
Allez-vous L’adorer?
Amen, amen, amen!

232 Absolument! Absolument! Oh! j’aime cela, pas vous? Oui! Il donne ses – donne de ses fruits en sa saison (GenĂšse 1 :11), donne ses fruits. Quels fruits? Les fruits de quoi? Ses fruits. Quels fruits? Ses propres fruits. Quel fruit est-ce? La Bible, vous voyez? Tout cela se trouve ici, le fruit : l’amour, c’est ici dans la Bible; la joie, ici dans la Bible; la puissance; le Saint-Esprit; toutes ces choses-ci; la guĂ©rison divine; les promesses de Dieu. VoilĂ  les fruits. Le voici, et s’il est plantĂ© dans ceci, c’est plantĂ© dans la – la bonne sorte de terre, dans la foi, que fait la foi? La foi commence Ă  faire grandir cela. Amen! Elle commence Ă  faire croĂźtre cela. Vous voyez? C’est ça; ça le fait croĂźtre. Certainement. Il sera comme un arbre qui est plantĂ© prĂšs des eaux, il donne Son fruit en sa saison.

233 Maintenant, quel genre de fruit cela produira-t-il? Jean 14.11, Jean 14.11, Il a dit, JĂ©sus a dit : «Il...» (Je pense que c’est 14.12). Il – JĂ©sus a dit : «... Celui qui croit en moi, les oeuvres que je fais, il les fera aussi,...» Pourquoi? La mĂȘme Parole est en lui. Il Ă©tait la Parole. Est-ce juste? «Et si vous demeurez en Moi et que Mes Paroles [demeurent] en vous, demandez ce que vous voulez.»

234 Je parlais Ă  frĂšre Evans qui est lĂ  derriĂšre. Il n’y a pas longtemps, il est venu ici (il vient de trĂšs loin en voiture); il avait perdu sa voiture. Il se tenait lĂ  chez Miller, et il a oubliĂ© le contact lĂ  Ă  l’intĂ©rieur. Quelqu’un est passĂ© par-lĂ  et l’a volĂ©e. Tout ce qu’il avait Ă©tait lĂ -dedans. Il est venu et il (lui, frĂšre Fred, frĂšre Tom, et d’autres personnes sont venus Ă  la maison) – et il a dit
 Bien, il avait l’air d’un petit enfant Ă  qui on avait arrachĂ© son bonbon; il Ă©tait tout abattu, vous savez. Il a dit : «Je ne sais tout simplement pas ce que je vais faire.»
J’ai dit : «Eh bien »

235 Maintenant, qu’est-ce? Maintenant, ils viennent. Quelle est la premiĂšre chose? ConformĂ©ment Ă  la Parole, demandez au PĂšre. «Si vous demeurez en Moi, et que Ma Parole [demeure] en vous, demandez ce que vous voulez.» Quoi? Tenez-vous-en Ă  la Parole; tenez-vous-en strictement Ă  la Parole.
J’ai dit : «Prions.» Nous nous sommes agenouillĂ©s sur le plancher, nous avons commencĂ© Ă  prier et pendant qu’il y – nous Ă©tions en train de prier, j’ai dit : «PĂšre, je viens Ă  Toi au Nom du Seigneur JĂ©sus. Voici un frĂšre qui dĂ©pense – qui ne travaille que quelques jours par semaine (ses mains toutes calleuses Ă  force de rĂ©parer des voitures endommagĂ©es et des choses comme cela) pour avoir assez d’argent afin de rouler sur 1.400 ou 1.500 miles [environ 2.253 ou 2.413 km – NDT.] chaque dimanche et venir aux rĂ©unions. Il a une ribambelle d’enfants Ă  nourrir. Cela lui coĂ»te environ, presque cinquante ou soixante-quinze dollars par semaine pour faire ce voyage, juste pour venir Ă  l’église. (Vous voyez? C’est juste!). Il vient ici pour essayer d’écouter la Parole, comme nous nous efforçons de combattre pour Cela.» Et j’ai dit : «Maintenant, une mĂ©chante personne a volĂ© sa voiture.» Qu’était-ce? J’ai dit : «Maintenant, Seigneur, je Te prie, rends-lui sa voiture, au Nom de JĂ©sus-Christ.»

236 Qu’ai-je fait? J’ai placĂ© cette Parole, cette Promesse devant Dieu, je L’ai scellĂ©e avec le Nom de JĂ©sus, et j’ai envoyĂ© la Parole. Elle est allĂ©e droit lĂ  sur la route, loin lĂ -bas, Elle a trouvĂ© l’endroit d’oĂč la chose est partie, comme un chien de chasse sur la piste d’un lapin. Vous voyez? Le voilĂ  qui descend la route, en train de hurler. Il est arrivĂ© juste lĂ  presque Ă  mi-chemin vers Bowling Green, dans le Kentucky. Qu’est-ce qui est survenu? La Parole l’a trouvĂ©.

237 Juste Ă  ce moment-lĂ , une vision est apparue lĂ  en rĂ©ponse; j’ai vu un homme portant une chemise jaunĂątre, en train de conduire, un jeune homme qui autrefois Ă©tait un chrĂ©tien. La Parole l’a frappĂ© : «Tu agis mal!» La Parole la saisi. Il a envoyĂ© Sa Parole (Vous voyez, vous voyez), et l’a saisi. «Un jour ou l’autre, tu te feras attraper dans ceci, et la loi va s’occuper de toi pour avoir fait ceci. Retourne et remets cela».

238 La Parole l’a saisi. Il avait autrefois Ă©tĂ© un chrĂ©tien. Je l’ai vu l’amener ici et la garer au bord de la rue. J’ai dit : «Maintenant, frĂšres, empruntez juste tel chemin par ici et vous trouverez votre voiture. Toutefois, attendez ici un moment, jusqu’à ce qu’il la ramĂšne. Eh bien, vous aviez un rĂ©servoir plein d’essence?»
«Oui,» dit-il.

239 J’ai dit : «Il n’y aura rien d’endommagĂ©, mais il y aura la moitiĂ© de cette essence; parce qu’il lui faudra la moitiĂ© de cette essence pour qu’il parvienne jusqu’à mi-chemin vers Bowling Green, il en a presque consommĂ© pour une distance de cent miles[environ 161 km – NDT.]». Quand il l’a retrouvĂ©e, c’est dans cet Ă©tat qu’elle Ă©tait garĂ©e, exactement ainsi. Qu’était-ce? La Parole est allĂ©e et l’a saisi. Il est revenu et a dit...

240 Peu de temps aprĂšs cela, un homme a achetĂ© de lui une voiture, il s’est esquivĂ© et n’a pas payĂ©. Vous voyez? Il a dit : «FrĂšre Branham, je ...

241 Je pensai : «Pauvre homme.» (Il lui devait 400$) J’ai dit : «Je vais prier». J’ai envoyĂ© la Parole. La Parole est allĂ©e, Elle s’est mise Ă  ses trousses et l’a trouvĂ©. Quand nous sommes allĂ©s lĂ  pour voir cet homme, il n’était point un chrĂ©tien. Vous voyez? Il a fait – il a fait
 Il s’est moquĂ© de
 On lui avait demandĂ© une fois d’aller Ă  l’église; il a dit : «Eh bien, pendant que le prĂ©dicateur sera en train de prĂȘcher, je chercherai de belles blondes.» Ainsi, vous voyez, vous ne pouvez pas trouver
 Oui, c’est – c’est – ce dĂ©mon, c’est
 Vous voyez?

242 Ainsi, la Parole ne pouvait pas le saisir. Mais qu’a fait la Parole? Elle l’a tenu Ă  l’oeil. Vous voyez? Seulement ne
 FrĂšre Welch a simplement continuĂ© Ă  tenir, disant : «Ça ira bien; ça ira bien.» La Parole est allĂ©e Ă  sa poursuite. Vous voyez? «Si vous demeurez en Moi et que Ma Parole demeure en vous, demandez ce que vous voulez.» Vous voyez? La Parole l’a poursuivi. La premiĂšre chose, vous savez, l’un de ses fils conduisait ici sur la route, et la chose Ă©tait lĂ . Il a vu un homme dans cette voiture, il a pris son immatriculation, il est allĂ© rapport-
rapporter cela Ă  frĂšre Wood. Ils ont tĂ©lĂ©phonĂ© pour dĂ©couvrir oĂč c’était. Il Ă©tait Ă  Bowling Green.

243 Dieu au Ciel le sait, je n’avais pas du tout entendu un mot à ce sujet, je n’en savais rien.

244 Le dimanche passĂ© (cela faisait une semaine), l’aprĂšs-midi quand nous avons terminĂ© de prĂȘcher ici, nous nous sommes rendus lĂ , et je me suis changĂ©, et je me suis prĂ©parĂ© pour aller en Floride pour le – ou lĂ -bas chez le frĂšre Welch pour la rĂ©union du soir suivant. Quand je suis montĂ© dans la voiture, j’ai vu cet homme. Et j’ai dit : «FrĂšre Welch...» (Je ne pouvais pas le lui dire alors. Il devait agir lui-mĂȘme, vous voyez, juste comme Meda devait prendre sa dĂ©cision lĂ . Vous voyez?) J’ai dit : «Nous allons Ă  Bowling Green.»
Il a dit : «C’est un voyage d’environ trente miles [48 km – N.D.T.] .»
Nous nous sommes mis en route, j’ai pensĂ© : «Oh, il va – il l’aura, vous voyez, il l’aura. Il faut vraiment qu’il l’ait.»

245 Nous avons continuĂ© notre chemin, soeur Evans et moi, et un moment aprĂšs, il a dit : «Vous savez, FrĂšre Branham, dit-il, j’ai Ă©tĂ© si stupide?» Il a dit : «Il y a un instant vous disiez Bowling Green.»
«Oui.»
Il a dit : «Vous savez que cet homme qui a mon argent, il a fui avec?»
«Oui.»
Il a dit : «Il est Ă  Bowling Green, et j’y pensais juste
 J’ai ici quelque part oĂč je vais confier ce cas pour qu’on dĂ©couvre oĂč il est, et je vais confier ce cas »
J’ai dit, j’ai dit : «Qu’est-ce que vous allez faire? Vous allez vous rendre lĂ -bas pour obtenir votre argent?»

246 Eh bien, vous voyez, si je le lui disais Ă  ce moment-lĂ , il
 Vous voyez? Il a quelque chose qu’il doit faire lui-mĂȘme. Vous voyez? Il a quelque chose Ă  faire. Je ne pouvais pas le lui dire. Si je le faisais, cela arrĂȘterait la vision lĂ  mĂȘme. Vous voyez? Aussi, devais-je laisser...

247 Vous voyez? Juste comme
 Pourquoi JĂ©sus s’est-Il tenu lĂ  et a dit Ă  Marie et Ă  Marthe : «Ôtez la pierre»? Eh bien, Il Ă©tait Dieu; Il aurait pu dire : «Pierre, ne sois plus», et elle se serait dĂ©placĂ©e. Mais elle avait quelque chose qu’elle devait faire.

248 Pourquoi s’est-Il tenu lĂ  et a-t-Il regardĂ© la moisson? (Croyez-vous qu’Il Ă©tait le MaĂźtre de la moisson?) Il a dit Ă  Ses disciples : «Vous, priez le MaĂźtre de la moisson afin qu’Il envoie des ouvriers dans Sa moisson.» En d’autres termes : «Demandez-Moi de faire ce que Je vais faire.»

249 Vous voyez? Nous sommes des amis, nous sommes – nous sommes
 C’est une Ă©glise. Nous avons quelque chose que nous devons faire nous-mĂȘmes. Vous avez quelque chose Ă  faire. Voici l’Evangile; je sais cela, mais si vous vous asseyez simplement, ici, et ne Le prĂȘchez pas, quel bien Cela fera-t-il? Vous avez quelque chose Ă  faire; vous devez faire un effort. Vous devez
 Vous dites : «Eh bien, je crois que Dieu peut guĂ©rir, mais je ne sais simplement pas.» Levez-vous et laissez cette Parole devenir votre parole. Croyez-La; ne raisonnez pas lĂ -dessus, croyez-La simplement.

250 J’ai dit : «Eh bien » (Je savais que s’il n’y allait pas, il allait perdre cela). J’ai dit : «Si c’était moi, si c’était moi, j’irais prendre mon argent immĂ©diatement.» Et il l’a fait. Quand il a tirĂ© l’homme de son lit, celui-ci avait une partie d’argent. Il a appelĂ© le voisin, et a complĂ©tĂ© le montant, et il a liquidĂ© cela. Qu’est-ce? C’est la Parole. Vous voyez, si Elle peut trouver de la place, Elle peut agir.

251 Or, c’est la mĂȘme chose pour la guĂ©rison divine. Eh bien, qu’en serait-il si frĂšre Welch avait dit : «Eh bien, je ne pense pas que je vais m’y rendre, je compte simplement aller dans l’autre sens.» Qu’en serait-il si cet homme avait dit : «Eh bien, je ne vais pas me rendre lĂ . Eh bien, cette voiture n’est pas » Vous voyez? Cela n’arrivera pas. Mais vous devez croire. Vous devez croire cela. Et c’est – alors ça entre dans une atmosphĂšre de foi et ça doit produire cela. Obligatoirement. Oh, cela


252 Avez-vous dĂ©jĂ  pensĂ© Ă  ce qui se passe quand quelqu’un est ressuscitĂ© des morts? Avez-vous dĂ©jĂ  pensĂ© Ă  ce petit garçon qui Ă©tait ressuscitĂ© des morts, lĂ  en Finlande cette fois-lĂ ? Son esprit Ă©tait sorti de lui. Eh bien, la Parole doit aller jusque dans les rĂ©gions de l’au-delĂ , et prendre cette petite Ăąme, et la ramener directement. Voyez-vous? Comment peut-Elle le faire? C’est la Parole : Elle guĂ©rit les malades, Elle ressuscite les morts. Vous voyez? Comment va-t-Il le faire? Cela doit venir par une Parole arrosĂ©e. Il avait montrĂ© la vision, et cela doit arriver. Le garçon Ă©tait Ă©tendu lĂ ; tout Ă©tait disposĂ© lĂ  juste comme Il l’avait dit deux ans auparavant, et il Ă©tait Ă©tendu lĂ . C’est la raison pour laquelle j’ai parlĂ© de l’ours qui descendait la colline, peu importe ce que c’était. Cela doit arriver, il doit en ĂȘtre ainsi. Vous voyez?

253 Qu’est-ce que cela a fait? Une parole. J’ai dit : «PĂšre CĂ©leste, dans mon pays Tu m’as dit, il y a environ deux ans, que ce petit garçon ressusciterait des morts; c’est pourquoi, sur base de Ta Parole, Ta Promesse
 En premier lieu, la Parole a dit : ‘Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.’ Tu as envoyĂ© Tes disciples, Tu – et leur as dit de guĂ©rir les malades, de ressusciter les morts, et de chasser les dĂ©mons. Et puis, par une vision Tu m’as montrĂ© dans mon pays que ce petit garçon va – reviendrait Ă  la vie. C’est pourquoi : Mort, tu ne peux plus le retenir. J’ai la Parole du Seigneur.» Pas moi, je ne suis pas la Parole, Il est la Parole. Vous voyez? Si j’étais la Parole


254 Il n’y a qu’une seule Personne qui pouvait ĂȘtre la Parole, c’était JĂ©sus. Il Ă©tait la Parole parlĂ©e de Dieu par une naissance virginale. Je suis une perversion. Vous voyez? Je suis – je suis le fruit d’une union entre mon pĂšre et ma mĂšre. Ceci doit mourir, c’est moi; vous voyez, ce corps qui doit mourir. Il n’en Ă©tait pas ainsi de JĂ©sus; Il Ă©tait la Parole. Il est nĂ© d’une naissance virginale. FrĂšre, aucune femme, aucun homme, ni rien d’autre n’avait quelque chose Ă  faire avec Lui. La femme Ă©tait la couveuse (c’est vrai), et Il a tĂ©tĂ© ses seins, et ainsi de suite. A ce propos, cela pourrait bien avoir Ă©tĂ© vrai, mais laissez-moi vous dire ceci : Il Ă©tait Dieu, c’est ce qu’Il Ă©tait! Le sexe n’y Ă©tait pas du tout impliquĂ©. Il fallait qu’il vienne sans l’intervention du sexe pour apporter la Vie par ce Sang, comme nous allons le voir dans quelques minutes.

255 Et puis, Ă©coutez. Il Ă©tait la Parole, mais la Parole du Seigneur
 Les prophĂštes n’étaient pas la Parole, mais la Parole du Seigneur venait aux prophĂštes. Pas
 Ils n’étaient pas la Parole, la Parole venait Ă  eux. Il en est de mĂȘme pour nous aujourd’hui. Quand la Parole est venue au sujet de ce petit garçon, qu’était-ce? Une vision. Qu’est-ce qu’il y avait au sujet de l’ours? Qu’est-ce qu’il y avait au sujet de ces autres choses? Toujours une vision. C’est la Parole du Seigneur qui est venue pour cela. Alors, que fait-Elle? Elle tient lĂ .

256 Eh bien, il faut qu’Elle soit prononcĂ©e premiĂšrement. «Mort, rends-le! Au Nom de JĂ©sus-Christ, j’envoie cette Parole.» Elle saisit comme Elle a saisi ce garçon qui se rendait lĂ  Ă  Bowling Green dans cette voiture volĂ©e. Et La voilĂ  partir lĂ  et saisir encore. Que fait-Elle? Elle saisit ce – ce petit esprit, le ramĂšne directement ici, et le prĂ©sente au corps, exactement comme la Parole l’a dit. VoilĂ  la chose. Que fait-Elle? La foi, pas la connaissance.

257 Vous direz : «Bon, voyons voir. Cet air est composĂ© de ceci et cela. Il y a autant d’acides, il y a autant de gaz, il y a autant de lumiĂšre cosmique. Je peux me le reprĂ©senter, et peut-ĂȘtre si je peux » Oh! vous – vous ĂȘtes – vous ĂȘtes en train de perdre du temps. Pas la sagesse, la foi! Pas
 La sagesse vous dira que cela ne peut pas se faire. La foi prouve que cela est faisable. Vous voyez? C’est vrai. Cela montre qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et pour toujours. TrĂšs bien. (DĂ©pĂȘchons-nous, maintenant. Nous devons nous dĂ©pĂȘcher.)

258 Elle produit des fruits selon son espĂšce, Jean 14 dĂ©clare : «Celui qui fait Mon
 celui qui croit en Moi, les oeuvres (les miracles que Je fais) »

259 Eh bien, vous dites : «Est-ce lĂ  les miracles qu’Il fait?» Il est entrĂ© dans une maison oĂč une petite fille, l’unique fille d’un ministre, Ă©tait Ă©tendue morte, froide, pĂąle, Ă©tendue lĂ . Elle Ă©tait probablement morte quelques heures avant qu’Il n’arrive lĂ . On l’avait Ă©tendue sur un petit lit, on s’apprĂȘtait Ă  la prendre pour l’embaumer. JĂ©sus entre directement dans la piĂšce oĂč elle Ă©tait, comme cela. Les gens se lamentaient et pleuraient comme cela. Il les a tous fait sortir, en disant : «Sortez d’ici; sortez.» Il a dit : «Venez ici, Pierre, Jacques et Jean; Je sais que vous, vous croyez.» Il a dit Ă  son pĂšre : «Tu crois, sinon tu ne serais pas venu Me chercher.»
Et la mÚre a dit : «Seigneur, je crois.» Vous voyez?
Il dit : «Tiens-toi ici.»

260 Il a regardĂ© lĂ  et Il s’est penchĂ© sur la petite fille. Il a dit : «Tabitha,» c’est-Ă -dire, «jeune fille.» AllĂ©luia! Il n’avait pas besoin de prier, Il Ă©tait la Parole. Je n’ai pas besoin de prier, si je vois une vision, parce que la Parole est dĂ©jĂ  prĂȘte. Il me faut prier pour recevoir la Parole, recevoir ce que Dieu dit, ensuite je peux La prononcer aprĂšs avoir reçu ce qu’Il dit. Mais Lui, Il Ă©tait la Parole. Amen!
«Jeune fille, Je te dis, lĂšve-toi.» Il l’a tenue par la main et l’a relevĂ©e. C’est cela. Vous voyez? Oh! la la! voilĂ  la manifestation, cela se reproduit selon son espĂšce.
Jésus a dit : «Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais.»

261 Ainsi ces (vous voyez?) – toutes ces choses de ces dĂ©nominations et tout ont introduit de telles choses dans une telle conglomĂ©ration de saletĂ© et de pĂ©chĂ©, juste comme le sein de la terre l’a fait pour la crĂ©ation. C’est vrai. Oh! la la!

262 Comment cela peut-il arriver? Comment la vraie Parole de Dieu peut-Elle croĂźtre parmi ces membres d’église aux cheveux coupĂ©s, portant ces shorts, fumant la cigarette, flĂąnant lĂ  Ă  jouer au jeu de boules? Comment peut-Elle le faire, alors que de telles masses de gens qui aiment et cherchent le plaisir sont lĂ , et aiment de telles choses, ils aiment le monde, comment l’amour de Dieu peut-il entrer? Comment la semence de Dieu peut-elle croĂźtre sur un tel terrain? Elle ne prendra jamais racine; elle ne lui apportera jamais la vie. Elle restera lĂ  sur ces vieux rocs poussiĂ©reux et dĂ©nominationnels et pourrira, mais elle ne produira jamais la Vie. Absolument pas. Absolument, pas.

263 Des gens qui recherchent le plaisir, aimant le plaisir plus que Dieu – c’est terrible, pourtant ils sont intelligents. Ils sont deux fois plus intelligents que la – l’autre classe. Vous voyez? Certainement. Intelligents, instruits, cherchant la sagesse comme Eve, et ils en ont reçu la mĂȘme dose qu’elle, trĂšs exactement. C’est la vĂ©ritĂ©.

264 Comment un lis pourrait-il vivre, la semence du lis vivre et croĂźtre (alors qu’il se dĂ©veloppe bien dans les eaux) – croĂźtre dans l’une de ces dĂ©nominations poussiĂ©reuses? Comment peut-il le faire alors qu’il se dĂ©veloppe bien dans l’eau. L’eau, c’est l’Esprit. Ils ont une apparence de la piĂ©tĂ©, mais ils renient la puissance de l’Esprit. Vous voyez? Quoique la Parole tombe sur eux, Elle ne peut pas croĂźtre. Elle ne peut pas croĂźtre, juste comme la Parole dans Eve, Elle ne pouvait pas cependant croĂźtre. Pourquoi? Elle a acceptĂ© la sagesse, la sagesse de Satan.

265 La Parole vient Ă  eux, la Parole tombe sur eux. Certainement. Oui, oui. Elle croĂźt
 Elle – Elle tombera sur eux. Ils peuvent entendre la Parole ĂȘtre prĂȘchĂ©e. Avez-vous dĂ©jĂ  vu les gens s’asseoir dans l’église? Ils ne feront jamais un mouvement. Je prĂȘche aux femmes au sujet des cheveux coupĂ©s, annĂ©e aprĂšs annĂ©e, elles ont toujours les cheveux coupĂ©s. Je parle aux hommes de la cigarette, aux femmes de la boisson; elles continuent Ă  boire malgrĂ© tout. C’est juste comme dĂ©verser de l’eau sur le dos d’un canard, elles n’ont pas de place oĂč croĂźtre. Vous voyez? Cette vieille popularitĂ©; cherchant le plaisir : «Eh bien, que les autres femmes le fassent d’abord, alors je le ferai.» Peu m’importe ce qu’elles font. C’est votre devoir de vous conformer Ă  la Parole de Dieu. C’est vrai. Vous voyez?

266 Bien que la Parole tombe sur eux, Elle ne peut pas croĂźtre. C’est la sagesse de Satan, vous voyez, cela devient donc de la poussiĂšre dĂ©nominationnelle. Ils ne peuvent pas croire HĂ©breux 13.8, ils sont tout enflĂ©s d’orgueil avec la sagesse, il n’y a rien lĂ -dedans pour qu’Elle croisse; vous voyez, Comment peuvent-ils croire HĂ©breux 13.8 : «JĂ©sus-Christ le mĂȘme hier, aujourd’hui et pour toujours»? Ils ne le peuvent pas. Vous voyez? Oh! ils disent qu’ils croient cela. Oh! cite-le-leur, ils diront : «Certainement que nous croyons cela.» Alors, montre-moi les fruits de cela. Faites-moi voir cela. Faites-moi voir cela ĂȘtre fait. Faites-moi voir l’église Ă  laquelle vous prĂȘchez, faire ce que les gens faisaient autrefois dans la premiĂšre Ă©glise apostolique qui croyait la Parole. Vous tordez vos baptĂȘmes; vous tordez vos Ă©vidences; vous accommodez cela Ă  une espĂšce de credo, au lieu de prendre la Parole de Dieu, et de laisser la Parole porter Ses propres fruits. Vous fabriquez une espĂšce de chose qu’il vous faut faire pour produire une Ă©vidence de Cela. Et Satan peut interprĂ©ter chaque Ă©vidence que vous voulez prĂ©senter. Certainement, il le peut; il le peut certainement, mais il ne peut pas produire la Parole. Ça, c’est la seule chose qui le grille; il ne peut tout simplement pas le faire. Non, monsieur. Non non!

267 Eh bien, observez CaĂŻn et Abel. Tous les deux Ă©taient sincĂšres. CaĂŻn a apportĂ©, par sa sagesse, d’aprĂšs son Ă©glise mĂšre, Eve
 (C’était elle sa mĂšre. Combien savent qu’Eve Ă©tait la mĂšre de CaĂŻn? Certainement! TrĂšs bien.) Comme sa mĂšre, il a pris le raisonnement, vous voyez, la sagesse, sa propre sagesse. Un beau sacrifice, il avait les fleurs; il avait les fruits de champ. Il a dit : «Eh bien, maintenant certainement » Vous voyez? Il a dit : «Dieu » (C’est juste comme Satan a dit Ă  – Ă  Eve : «Certainement, certainement.») «Dieu acceptera certainement mon sacrifice. J’ai bĂąti un bel autel. Je l’ai trĂšs bien arrangĂ©; il est trĂšs bien dĂ©corĂ©.» Juste comme il en sera lors de cette PĂąques. Ils dĂ©penseront des millions de dollars partout dans la nation pour mettre des fleurs de pĂąques sur des autels. L’autel n’a pas Ă©tĂ© fait pour les fleurs, c’est pour le sacrifice; vous voyez? Vous montrez simplement ce mĂȘme vieil esprit de CaĂŻn, vous voyez, le mĂȘme vieux dĂ©mon depuis l’Eden. Vous voyez?

268 Eh bien, qu’est-ce qui est arrivĂ©? CaĂŻn s’est dit : «Certainement » Vous savez, cet homme Ă©tait sincĂšre, car c’était pour lui une question de vie ou de mort. Et ces gens, ne pensez pas qu’ils sont hypocrites; ils sont sincĂšres.

269 Vous direz : «Alors, peuvent-ils ĂȘtre sincĂšres et ĂȘtre dans l’erreur?» Certainement! Un homme peut prendre de l’arsenic sincĂšrement, pensant qu’il prend de l’huile de ricin ou quelque chose de ce genre, ou quelque chose d’autre. Vous voyez? SincĂšre. Cela ne rĂšgle pas la chose. C’est la VĂ©ritĂ© qui compte, ce n’est pas la sincĂ©ritĂ©, c’est la VĂ©ritĂ© qui compte.

270 Ces femmes, lĂ  en Afrique, sacrifient leurs petits enfants aux dieux, les alligators. Etes-vous sincĂšres Ă  ce point? Non. Combien parmi elles
 Comprenez que les Chinois se cassent les os en l’honneur des dieux de la cuisine. Et qu’en est-il des mahomĂ©tans, et de ceux qui sont lĂ  Ă  l’intĂ©rieur, et de ceux qui marchent dans le feu et qui portent des choses, tout
 des hameçons de
 la chair de leur bouche, et se cousent complĂštement la bouche. Et certains mettent un bĂąton
 (J’ai eu une statue lĂ -bas, une petite figurine); sa maniĂšre d’offrir un sacrifice Ă  son dieu, se disant qu’il ira au ciel. Un prĂȘtre lui met un bĂąton dans la bouche, il lui met une chaĂźne pendante autour de la tĂȘte, il ramĂšne ses mains derriĂšre, et il lui enchaĂźne les pieds. L’homme ne peut ni boire, ni parler, ni manger, ni rien faire d’autre jusqu’à ce qu’il meure. Est-ce que vous voyez des chrĂ©tiens faire un sacrifice de ce genre? Et vous ne voulez mĂȘme pas croire la VĂ©ritĂ©, la Parole. Vous voyez?

271 Eh bien, la beautĂ©. Il a dit : «Certainement, Dieu agrĂ©era. Regardez combien mon autel est beau.» Voyez, ce mĂȘme esprit de sagesse aujourd’hui.

272 «Eh bien, si nous construisons cette grande dĂ©nomination, certainement que Dieu nous acceptera.» Il n’acceptera rien d’autre que Sa Parole. Non. Vous voyez?

273 «Eh bien, disent-ils, maintenant Ă©coutez, FrĂšre Branham, si nous – si nous sortons beaucoup de ministres chaque annĂ©e
 Le coĂ»t de notre programme missionnaire de l’annĂ©e passĂ©e s’est Ă©levĂ© Ă  plus de cent mille dollars.» Cela pourrait ĂȘtre trĂšs bien, frĂšre, mais vous ĂȘtes mort tant que vous ne reconnaĂźtrez pas cette Parole et que vous ne viendrez pas Ă  Elle. C’est exact.

274 «Eh bien, FrĂšre Branham, notre Ă©glise
 Que pensez-vous que vous ĂȘtes, juste un petit zĂ©ro lĂ -bas?» C’est vrai. C’est tout Ă  fait vrai. C’est vrai. Mais quoi que je sois, laissez-moi m’en tenir Ă  cette Parole; cela grandira jusqu’à devenir quelque chose un jour. Vous voyez? Tenez-vous-en simplement Ă  cette Parole, peu importe ce que c’est. Nous n’avons qu’un petit tabernacle ici; c’est juste ce qu’il nous faut juste en ce temps-ci. C’est un lieu oĂč nous abriter, parce que nous attendons la Venue de JĂ©sus. Nous ne voulons pas de trĂšs grandes dĂ©nominations qui doivent dĂ©penser des millions chaque annĂ©e pour des immeubles et des choses comme cela, et les gens qui essaient de prĂȘcher la Parole, souffrent lĂ -bas n’ayant rien Ă  manger, et des choses semblables. Qu’est-ce qui cloche dans ces gens de toutes
? Ohhh! il semble que les gens pourraient se rĂ©veiller.

275 Mais quiconque accepte le catholicisme est assez aveugle pour accepter n’importe quoi. Je vous dis la vĂ©ritĂ©. Quiconque avale cela pourrait – pourrait
 un homme sage. Il n’est pas Ă©tonnant que la Bible ait dit : «MĂȘme les rois de la terre ont commis la fornication avec elle.» Et l’homme sage – la connaissance. Vous voyez? Et ils font de cela
 ces prĂȘtres, des hommes intelligents? Ô homme! Vous parlez d’ĂȘtre instruit! Mon garçon, ils doivent faire des annĂ©es et des annĂ©es et des annĂ©es et des annĂ©es.

276 Ils disent qu’ils ne vivent pas avec ces religieuses. Alors j’aimerais vous poser une question : pourquoi alors ne deviennent-ils pas stĂ©riles? Elles sont leurs femmes et cela – elles sont les
 ces religieuses sont leurs femmes et eux sont leurs maris, bien sĂ»r. C’est vrai. La MĂšre supĂ©rieure Ă©touffe les bĂ©bĂ©s et les jette lĂ  dans la fosse Ă  chaux. Vous ne croyez pas cela; Ă©coutez une vĂ©ritable [religieuse] qui a Ă©tĂ© lĂ -bas tĂ©moigner de cela, disant : «Maintenant allez-y, que la loi m’arrĂȘte.» Et elles disent : «Nous ferons la mĂȘme chose qu’ils ont faite en Russie, la mĂȘme chose qu’ils ont faite au Mexique. Nous allons dĂ©baller cette chose, lorsque cela parviendra au gouvernement.» Mais comment allez-vous le faire maintenant alors que nous avons celui qui en est la tĂȘte lĂ  mĂȘme au gouvernement? Voyez. Voyez?

277 C’est – cette Parole doit s’accomplir. Ils ont organisĂ© une image ici Ă  cette bĂȘte qui est assise lĂ  et eux tous communient ensemble et donnent le pouvoir Ă  cette bĂȘte pour parler. Oh, frĂšre, cette Parole va se tenir juste lĂ . Ce n’est pas le communisme qui va rĂ©gner, mais le romanisme.

278 Maintenant Ă©coutez ceci. CaĂŻn a dit : «Certainement qu’Il acceptera mon sacrifice.» Mais quel genre
 Il a dit : «J’ai offert un sacrifice.» Mais quel genre de sacrifice Ă©tait-ce? La vie vĂ©gĂ©tale, les plantes, les fleurs, les lĂ©gumes – la vie vĂ©gĂ©tale. Quoi? Il n’y a pas de souffrance [Ă  faire subir] Ă  cela, aucune pĂ©nalitĂ©.

279 Les gens n’aiment pas souffrir. C’est ça le problĂšme aujourd’hui. Ils viennent – ils viennent promptement et croient cette Parole s’ils ne doivent pas sortir de leurs Ă©glises, s’ils ne doivent subir des railleries, ĂȘtre ridiculisĂ©s, non, ils aiment la vie vĂ©gĂ©tale, une espĂšce de sagesse. «Eh bien, cette vie est tout aussi bonne que celle-lĂ .» Ce n’est pas le cas! Je vais vous montrer d’oĂč cela vient, juste dans un instant, si le Seigneur le veut.

280 Mais Abel, par la foi (gloire!)
 CaĂŻn par la sagesse a dit : «Certainement que Dieu acceptera ceci. Voici un autel, j’ai une Ă©glise.» (C’est ce qu’une Ă©glise est, un autel, un lieu d’adoration. TrĂšs bien.) J’ai un autel. Je voudrais adorer tout aussi sincĂšrement que mon frĂšre, et j’ai quelque chose de beau ici pour ce faire. Certainement que Dieu agrĂ©era cela.» C’est la mĂȘme chose que le diable avait dit Ă  sa mĂšre – le mĂȘme mensonge, la sagesse.

281 Eh bien, Abel
 HĂ©breux 11 dit : «C’est par la foi qu’Abel offrit Ă  Dieu un sacrifice plus excellent que celui de CaĂŻn. 
 lequel sacrifice parlait encore, quoique qu’il fĂ»t mort.» Voyez?

282 Abel, par quoi? La sagesse? Par la thĂ©ologie? C’est par la foi qu’il offrit Ă  Dieu un sacrifice plus excellent. Par la foi en quoi? Par la foi en quoi? Par
 Qu’en serait-il s’il avait sa foi Ă  lui? Il n’y avait que son pĂšre, sa mĂšre, lui et son demi-frĂšre. Comment cela pouvait-il donc se faire? OĂč pouvait – oĂč pouvait-il recevoir cela? En quoi avait-il foi? La foi dans les plantes? La foi en ceci, non, non! Il avait foi dans la Parole, parce qu’il voulait savoir pourquoi il Ă©tait en dehors de ce jardin. «Pourquoi avons-nous Ă©tĂ© chassĂ©s?»
La mĂšre aurait pu dire : «C’est parce que j’ai Ă©coutĂ© un mensonge du diable, en effet ce garçon-ci est nĂ© de telle façon. VoilĂ  pourquoi Dieu nous a chassĂ©s.
«Eh bien, a-t-il dit, je ne peux mĂȘme pas m’approcher de la porte. Il y a un chĂ©rubin lĂ  avec une Ă©pĂ©e, en train de garder cet Arbre de Vie.» Ainsi, par la foi


283 Voyez, par la sagesse, CaĂŻn offrit
 Vous savez, il ne connaissait pas la Parole, mais il a juste fait une rĂ©flexion, par la sagesse, il a arrangĂ© un bel endroit, il l’a embelli et l’a rendu beau. Mais Abel (personne ne lui avait rien dit Ă  ce moment-lĂ , il n’était qu’un jeune homme), par la foi il a compris qu’il ne s’agissait pas de la vie vĂ©gĂ©tale, il s’agissait d’une affaire sexuelle par le sang! VoilĂ , frĂšre. Passez par-dessus cela une fois! C’est par la foi que Ses enfants voient encore cela!

284 Il n’avait alors jamais enseignĂ© cela selon une certaine sagesse. Cela ne vient pas par la sagesse, cela vient par la foi. La Bible dit : «C’est par la foi qu’Abel » Qu’a-t-il offert! Le sang, venant d’une vie vivante, une vie animale. Nous sommes nous-mĂȘmes des animaux; nous sommes des animaux au sang chaud. C’est tout Ă  fait vrai, l’espĂšce la plus Ă©levĂ©e des animaux les plus Ă©voluĂ©s; mais l’ñme qui est lĂ  Ă  l’intĂ©rieur, c’est cela la vie.

285 Eh bien, remarquez, par la foi Abel vit la rĂ©vĂ©lation, la vision, et apporta un sang qui vivait et qui coulait; parce que la vie Ă©tait dans le sang. La vie se trouve dans la tige de la – de la fleur, et c’est la vie vĂ©gĂ©tale qui n’a pas de sensation. J’espĂ©rais que cela pĂ©nĂ©trerait profondĂ©ment!

286 Par la foi Abel s’en est tenu Ă  la Parole, par la foi, pas par la sagesse; par la foi il a compris que c’était le sexe, le sang. La cellule de sang vient du mĂąle, c’est le mĂąle qui a la cellule de sang dans le sperme. L’hĂ©moglobine est
 le sang, passe au travers du mĂąle. Et Adam savait que ce n’était pas des pommes, des pĂšches, des patates, ou je ne sais quoi, qui les avait fait sortir du jardin d’Eden, et qui Ă©tait la cause du pĂ©chĂ©; c’était le sang venant par le sexe, aussi a-t-il offert du sang en consĂ©quence. C’est par la foi qu’il a fait cela, pas par la sagesse. Comment un homme peut-il comprendre cela par la sagesse, alors que la Bible entiĂšre et l’Eglise entiĂšre de Dieu sont bĂąties sur la rĂ©vĂ©lation divine par la foi? «Sur cette pierre, Je bĂątirai Mon Eglise.» Voyez?
«Oh, disent-ils, certainement, nous croyons cela.» OĂč est alors la Vie de Christ dans ces pratiques? OĂč est la Vie de Christ?
DeuxiĂšmement. Voulez-vous Ă©crire certains de ces passages des Ecritures? Voyez? OĂč est la Vie? S’ils disent : «Eh bien, nous croyons; nous croyons; nous croyons.»

287 Si vous croyez, alors JĂ©sus a dit : «Voici les miracles (non pas qui peuvent se produire, ils se produiront effectivement ) qui accompagneront ceux qui auront cru.» JĂ©sus a dit : «Si un homme croit en Moi, il fera aussi les oeuvres que Je fais. Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais.» Il ne va pas juste s’amuser, il les fera. Comment cela peut-il arriver? Parce que la Vie mĂȘme qui est en Christ est en vous. Elle ne produira pas une quelconque sagesse; elle ne croĂźtra pas dans cela. Elle doit renier la sagesse pour accepter la – la foi. La foi dans la Parole, pas la sagesse dans la Parole, la foi dans la Parole.

288 Satan a plus de sagesse dans cette Parole que dans n’importe
 que tous les prĂ©dicateurs mis ensemble, les prĂȘtres et tout. Il a plus de sagesse, mais il ne peut pas avoir la foi. La foi fera vivre Cela. La foi l’amĂšnerait Ă  se repentir, ça l’amĂšnerait Ă  s’éloigner de son organisation. Lui, il a la sagesse, ainsi il s’en tient simplement Ă  elle. C’est vrai.

289 Mais Abel, par la foi, comprit qu’il s’agissait d’un acte sexuel, et il a offert du sang, la vie du sang; et Dieu a agrĂ©Ă© cela.

290 Eh bien, dans II TimothĂ©e 2.3, il est dit : (la – la Parole vient donc Ă  eux, Elle tombera sur un mauvais terrain, malgrĂ© cela, vous voyez), «Ils ont l’apparence de la piĂ©tĂ©, mais renient ce qui en fait la force – la puissance de l’Esprit (2 TimothĂ©e 3, si vous notez cela, trĂšs bien), ayant l’apparence de la piĂ©tĂ©. Les signes du Saint-Esprit de la Vie Eternelle, ils renient cela.

291 «Les gens ne doivent pas parler en langues. Non! La guĂ©rison divine, le baptĂȘme du Saint-Esprit, cela n’existe pas. Cette chose-lĂ , c’était pour les apĂŽtres.» Ayant une forme


292 Paul a dit, prophĂ©tisant Ă  ce sujet, que dans les derniers jours, dans les derniers temps, ces choses arriveraient, pas Ă  cette Ă©poque-lĂ . «Et l’Esprit dit expressĂ©ment : ‘Dans les derniers jours, les derniers jours, certains abandonneront la foi’» et toutes ces choses. Voyez, le voilĂ  : ayant cette forme de piĂ©tĂ©.

293 Maintenant, comment les signes du Saint-Esprit de la Vie Eternelle peuvent-ils croĂźtre dans cette poussiĂšre ecclĂ©siastique, oĂč il n’y a pas du tout l’Esprit, l’eau? Voyez-vous? Cela ne peut pas croĂźtre dans le champ de l’amusement dĂ©nominationnel, de la sagesse et du divertissement. Comment les signes et les prodiges du Dieu vivant peuvent-ils croĂźtre dans une – une femme qui n’a pas la biensĂ©ance Ă©lĂ©mentaire pour se comporter en dame? J’aimerais vous le demander. Comment cela peut-il croĂźtre dans un homme qui se tiendrait en chaire et qui, Ă  cause d’un misĂ©rable gagne-pain, ou d’une certaine faveur dĂ©nominationnelle, contournerait la VĂ©ritĂ© de Dieu? Comment les signes spirituels peuvent-ils accompagner cela? Ce n’est pas possible.

294 Comment peut – comment cela peut-il croĂźtre dans un prĂ©dicateur qui amĂšnerait sa dĂ©nomination lĂ  et laisserait les gens se dĂ©vĂȘtir lĂ  Ă  la plage? Et ici, l’autre soir, Ă  un certain endroit oĂč je suis juste passĂ© l’autre soir, dans une certaine paroisse, ils avaient une soirĂ©e dansante, une grande fĂȘte; et ils se mĂ©conduisaient. Comment les fruits de l’Esprit peuvent-ils croĂźtre dans un tel milieu? Cela est sur un rocher ecclĂ©siastique (c’est vrai), et non pas dans la vallĂ©e des persĂ©cutions oĂč l’on est ridiculisĂ© et tournĂ© en dĂ©rision.

295 Le lys travaille dur. Vous souvenez-vous de mon sermon d’il n’y a pas longtemps, il y a quelques annĂ©es, sur monsieur Lys? Il travaille lĂ  oĂč
 JĂ©sus a dit comment il travaillait : «Et il ne file pas non plus, et pourtant je vous dis que Salomon dans toute sa gloire n’était pas vĂȘtu comme l’un d’eux.» Comme ce lys s’étire pour devenir beau! Pourquoi? Juste pour ĂȘtre offert; quand les gens passent, [FrĂšre Branham renifle. – N.D.E.] ils en sentent le parfum. L’abeille vole et entre droit au coeur de cela et en tire simplement le vĂ©ritable miel; il donne cela librement. Il travaille durement pour y arriver! AllĂ©luia! VoilĂ  un vĂ©ritable homme de Dieu : Le pasteur Lys, le RĂ©vĂ©rend monsieur Lys (oui, oui!), qui travaille durement pour la Parole, il se prosterne sur sa face, et crie vers Dieu : «Ô Dieu, je ne vois pas oĂč ceci correspondra Ă  ceci, ici.» Il faut que cela vienne par la Parole. Lorsque vous voyez cela et que Dieu vous le donne, alors allez-y sans exiger d’ĂȘtre payĂ©; pas pour tenir une grande campagne : «Si vous me garantissez beaucoup de milliers de dollars, je viendrai,» mais gratuitement. (Que ce soit dans un coin reculĂ© ou quel que soit le lieu, ĂŽ Dieu, oĂč Tu veux que je sĂšme la semence, j’irai volontiers.» AllĂ©luia!

296 JĂ©sus a dit : «Salomon dans toute sa gloire, n’a pas Ă©tĂ© vĂȘtu comme lui.» Il a dit : «ConsidĂ©rez le lys.» Le pauvre petit gars doit souffrir comme tout pour obtenir ce qu’il obtient, et on se moque de lui, et on le ridiculise; et tous ces grands ecclĂ©siastiques l’ont mis Ă  la porte et la traite de toutes sortes de sales noms, mais il s’en tient tout simplement Ă  cette Parole, travaillant dur nuit et jour, il reste dans la vallĂ©e. Eh bien, il est – il est dans un lieu oĂč il peut s’approvisionner Ă  partir des courants d’eau. Il travaille dur, pourquoi? Pour donner. «Vous recevez gratuitement, donnez gratuitement.» Oui, oui. Oh! la la! Comment cela peut-il croĂźtre dans ce champ de poussiĂšre qui se trouve sur ce rocher ecclĂ©siastique?

297 Les enfants de CaĂŻn Ă©taient des gens intelligents, des scientifiques. ConsidĂ©rons donc les enfants de CaĂŻn comme ils montent; considĂ©rons-les une minute. Les enfants de CaĂŻn, qui Ă©taient-ils? Des bĂątisseurs, des inventeurs, de grands hommes de science. Ils avaient la sagesse. Voyez? Ils – ils – ils ont mĂȘme bĂąti des immeubles, ils ont travaillĂ© le fer, et fait des alliages. Ils Ă©taient des scientifiques, intelligents, instruits et religieux. Mais qu’est-ce que cette moisson de sagesse a produit? La mort pour toute la race lorsque les jugements de Dieu sont tombĂ©s. Est-ce vrai? Qu’est-ce que ce – qu’est-ce que ce groupe a fait? Il a produit la mort. MalgrĂ© toute leur sagesse et toute leur intelligence, qu’est-ce qui est arrivĂ©? Ils sont morts, ils ont tous pĂ©ri dans le jugement de Dieu. Est-ce vrai? Dieu l’a dit. Ils Ă©taient intelligents, hautement instruits, raffinĂ©s, religieux, trĂšs cultivĂ©s, intelligents, instruits, comptant sur leur sagesse – et ils ont tuĂ© toute la race humaine.

298 C’est la mĂȘme chose qu’ils font juste maintenant. Leurs bombes atomiques et ces choses que ces scientistes intelligents
 et tout vont – vont dĂ©truire toute la race. Ils ont dĂ©jĂ  en ce moment des retombĂ©es radioactives, qui juste – ça vous abĂźme les yeux, cela vous donne le cancer et tout. Ils en ont lĂąchĂ© assez dans l’ocĂ©an; ils ne peuvent mĂȘme plus retrouver cela. Lorsque cela va cĂ©der, cela dĂ©truira le monde entier, disent-ils. Les gens vont ĂȘtre consumĂ©s dans leur chair. Il n’est pas Ă©tonnant que la Bible ait dit : «Et les oiseaux du ciel dĂ©voreront la chair des chefs militaires,» et ainsi de suite – ils pourriront par suite des retombĂ©es radioactives et tout le reste.

299 Ce sont eux-mĂȘmes qui font cela, leur sagesse trĂšs poussĂ©e. C’est ce qui a causĂ© la mort : l’intelligence, la sagesse. Soyez simples, croyez la Parole de Dieu et vivez. Si vous acceptez votre sagesse, vous mourrez. TrĂšs bien. C’est la moisson, le temps de la fin, les gens pĂ©rissent.

300 Eh bien, les enfants d’Abel Ă©taient modestes, des agriculteurs, des bergers (des pasteurs, vous savez), des bergers, des agriculteurs, des gens modestes; ils ne prĂ©tendaient pas ĂȘtre intelligents, mais ils s’en tenaient tout simplement Ă  la Parole. Qu’est-ce qu’ils ont produit au temps de la fin? Un prophĂšte, c’est ce que cela a produit. Un prophĂšte, pourquoi? Les signes du temps de la fin.

301 Lorsque NoĂ© se tenait Ă  cette porte, lors de la construction de l’arche, il disait : «Il va pleuvoir.» On le traitait de fanatique, mais il Ă©tait un prophĂšte. Amen! Qu’a-t-il fait? Il a apportĂ© le salut Ă  ceux qui croyaient et qui voulaient Ă©chapper. C’est ce qu’a produit cette race de gens modestes et non instruits, qui croyaient par la foi. Les autres croyaient par la connaissance, ils ont produit la mort pour toute la race. Qu’est-ce que – qu’est-ce que les humbles ont fait avec la foi? Ils ont produit le salut, un prophĂšte du Seigneur, qui leur a donnĂ© un signe comme quoi le temps de la fin Ă©tait lĂ .

302 Vous pensez que les hommes instruits croiraient cela? Ils grogneront et s’éloigneront, en disant : «D’oĂč viendra cette pluie? Prouvez-moi scientifiquement qu’il y a de l’eau lĂ  en haut.» Ces scientifiques, cette bande de je-sais-tout, ils essaient de prouver scientifiquement que Dieu n’existe pas, ils essaient


303 Lorsque cette photo a Ă©tĂ© prise, cela les a vraiment ĂŽtĂ©s de leurs tabourets oĂč ils Ă©taient assis. Ils ne pouvaient pas comprendre; ils ont dit : «Il y a une sorte de lumiĂšre qui a frappĂ© l’objectif.» VoilĂ  que leur propre instrument scientifique en a pris la photo, un appareil photographique. C’est comme l’a dit George Lacy, il a dit : «Monsieur, a-t-il dit, cet appareil photographique ne prendra pas de la psychologie. La LumiĂšre a frappĂ© l’objectif; Elle Ă©tait lĂ .» Il a dit : «Eh bien, ce que cela est, je ne saurais vous le dire, mais la chose est bien lĂ .» Il a dit : «Je vais y apposer ma signature.» Il l’a fait, et vous avez cela vous-mĂȘmes. Oui, oui. Et ça, c’était le FBI. Voyez?

304 Notre Dieu, dans les derniers jours, ne laisse aucune pierre qui ne soit remuĂ©e, mais Il montre que ce monde ne peut plus subsister. La sagesse et la connaissance continuent Ă  croĂźtre, les gens s’élancent en l’air Ă  grande vitesse comme des mouches, et – et avec des avions Ă  rĂ©action, et ils se battent sous l’eau, et toutes sortes de corruption et ils vivent dans le pĂ©chĂ©, essayant de bĂątir quelque chose qui va les protĂ©ger. Il n’y a qu’une chose; la justice de Dieu se tient Ă  la porte de l’arche.

305 Qui est la Porte? Christ a dit : «Je suis la porte de la bergerie,» comme je l’ai lu dans mon texte. «Mes brebis entendent ma voix. Elles ne suivront point un Ă©tranger.» Vous n’en dĂ©tournerez point une seule pour l’amener vers ces organisations lĂ -bas. Elle en sortira aussi sĂ»r que deux et deux font quatre. Je les conduirai hors de la bergerie, et Je les conduirai. Je marcherai devant elles.» Amen! «Elles sauront que c’est Moi. Nul ne peut marcher comme Moi. Nul ne peut faire les choses que Je fais,» dirait-Il. Amen!

306 «Rabbi, maintenant nous savons que Tu viens de Dieu, car personne ne peut faire les miracles que Tu fais, si Dieu n’est pas avec lui.» C’est vrai. La profession de NicodĂšme. C’est cela.

307 Cette modeste petite race a produit un prophĂšte, et dans les derniers jours, ce prophĂšte, les enfants d’Abel ont produit un prophĂšte qui a manifestĂ© le signe du dernier jour et qui a donnĂ© l’avertissement. C’est pratiquement pareil aujourd’hui, je pense. «Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende ce que l’Esprit dit aux Ă©glises.»

308 Ainsi vous voyez, la semence Parole de vie ne peut pas croütre dans ce genre d’atmosphùre de sagesse. Elle ne le peut tout simplement pas.

309 MoĂŻse et JosuĂ© avaient foi dans la Parole. Les autres voulaient danser et dĂ©shabiller les femmes – KorĂ©. Pourquoi? Par sa sagesse Ă©gyptienne. MoĂŻse ne voulait pas de cela. Regardez ces KorĂ©s d’aujourd’hui, se frayant une voie facile, dansant, avec des fĂȘtes qui durent toute la nuit, des femmes aux cheveux coupĂ©s, aux robes courtes, et tout. «Ça ne change rien, c’est en ordre.» C’est faux! La Parole dit que cela n’est pas correct, c’est vrai. La mĂȘme chose. Voyez?

310 Quoiqu’eux tous fussent baptisĂ©s – tous, KorĂ© et tous les autres Ă©taient baptisĂ©s
 Cela montre que ce type ecclĂ©siastique existe encore. Vous direz : «Etaient-ils baptisĂ©s?» I Corinthiens 10.1 et 2, lisons tout simplement cela. Nous
 Je sais qu’il se fait tard, mais le dĂźner ne va pas se calciner. Ce DĂźner-ci peut durer un peu plus longtemps, si le Seigneur continue simplement Ă  nous nourrir, voyez-vous? I Corinthiens 10, maintenant Ă©coutez. C’est I Corinthiens 10.1 et 2 que j’ai. « (Non, j’ai II Corinthiens.) I Corinthiens 10.1et 2 :
Car je ne veux pas – je ne veux pas que vous ignoriez, frĂšres, que
 nos – nos pĂšres ont tous Ă©tĂ© sous la nuĂ©e, que tous ils ont passĂ© Ă  travers la mer, et tous ils ont Ă©tĂ© baptisĂ©s en MoĂŻse dans la nuĂ©e et dans la mer. [Version Darby – N.D.T.]

311 KorĂ© voulait
 avait eu le mĂȘme baptĂȘme que tous les autres, mais que voulait-il faire? Laisser les femmes danser tout simplement, et qu’on prenne un peu de vin, qu’on passe un bon petit moment, qu’on les dĂ©shabille et qu’on commette adultĂšre, et qu’on ait
 Vous savez, la Bible dit que ce c’est qu’ils ont fait. Ils ont pris ces femmes et les ont dĂ©shabillĂ©es, et les ont fait danser, et des choses semblables; et MoĂŻse s’est fĂąchĂ© contre eux. Vous rappelez-vous ce moment ? Pourquoi? Ils avaient docteur KorĂ© parmi eux, qui avait la sagesse. Il a dit : «Je vais vous ramener en Egypte.» Et c’est lĂ  qu’ils auraient aussi voulu retourner. Mais, frĂšre, MoĂŻse, lorsqu’il est venu lĂ , c’était diffĂ©rent! Lui et JosuĂ© s’en Ă©taient tenus Ă  cette Parole. Dieu avait donnĂ© une promesse; ils s’en Ă©taient tenus Ă  cela. TrĂšs bien.

312 Les autres voulaient danser, et se dĂ©shabiller, et Ă  partir de – suivant la sagesse de KorĂ©; ils avaient tous reçu un seul baptĂȘme.

313 IsraĂ«l et Moab
 oh, juste je – je – vous – j’ai parcouru cela une fois. Nous n’allons pas aborder cela, il faut que je me dĂ©pĂȘche. TrĂšs bien. IsraĂ«l et Moab. Vous savez comment ça s’était passĂ© lĂ . Les uns Ă©taient bien raffinĂ©s, un groupe ayant la sagesse, de trĂšs grandes dĂ©nominations; les autres Ă©taient un petit groupe interdĂ©nominationnel.

314 Puis, un jour (c’est lĂ  que je voudrais en arriver maintenant avant de clĂŽturer.) Un jour, ces deux grandes sources – ou puissances se sont rencontrĂ©es pour une confrontation sur la Parole de Dieu. Eh bien, nous allons maintenant atteindre le point culminant. Nous pouvons retourner en arriĂšre; je peux prendre une douzaine
 Je peux me tenir ici pendant une semaine et ne jamais en toucher mĂȘme la surface, je peux le prouver juste lĂ , ce dont je parle, mais j’espĂšre que vous saisissez cela. Voyez-vous?

315 Un jour, on en est arrivĂ© Ă  une confrontation; la sagesse et la foi en sont arrivĂ©s Ă  une confrontation : JĂ©sus et Satan se sont rencontrĂ©s. C’est vrai. JĂ©sus et Satan se sont rencontrĂ©s; ces deux grandes forces, la sagesse et la connaissance en sont arrivĂ©es Ă  une confrontation. Voyez-vous?

316 Eh bien, tous les deux ont utilisĂ© la Parole. Est-ce vrai? (Oh, frĂšre, cela devient bon pour moi! Eh bien ne manquez pas cela. Oh, je dis : «Ô Dieu ouvre mon coeur.») Tous deux ont utilisĂ© la Parole de Dieu, la mĂȘme Bible. Mais cela ne marchera pas dans un canal non converti. AssurĂ©ment pas. Certainement pas. Tous deux ont utilisĂ© la Parole de Dieu. Mais Satan L’a utilisĂ©e sur base d’une connaissance venant de la tĂȘte (voyez-vous?), une connaissance de la tĂȘte, et cela n’a pas marchĂ©.

317 J’ai une Ecriture ici; cela vous dĂ©rangerait-il que je La lise? Prenons rapidement HĂ©breux chapitre 4, juste un instant. J’aimerais lire ceci; ça me semble tout simplement trĂšs bon juste ici. HĂ©breux 4, et prenons HĂ©breux 4 et commençons du verset 1 jusqu’au verset 2 :
Craignons donc, tandis que la promesse d’entrer dans son repos subsiste encore, qu’aucun de vous ne paraisse ĂȘtre venu trop tard. Car cette bonne nouvelle nous a Ă©tĂ© annoncĂ©e aussi bien qu’à eux; mais la parole qui leur fut annoncĂ©e ne leur servit de rien, parce qu’elle ne trouva pas
 [la sagesse? La connaissance?] 
 la foi chez ceux qui
 (la foi chez ceux qui ont fait quoi?) Ceux qui l’entendirent;

318 Vous pouvez avoir toute la Parole; vous pouvez connaĂźtre cette Parole de A Ă  Z, et Elle ne marchera jamais pour vous. Avez-vous dĂ©jĂ  vu un homme prendre cette Parole et essayer de La faire marcher? Vous dites : «FrĂšre, gloire Ă  Dieu » Cela ne marchera tout simplement pas. Vous ne pouvez pas jouer avec la Parole. Non non! Non non! Peu importe ce que vous professez, la Parole rend tĂ©moignage d’Elle-mĂȘme. Peu importe ce que vous prĂ©tendez, la Parole rend tĂ©moignage. C’est vrai.

319 Eh bien, Satan connaissait la Parole, il La connaissait de A Ă  Z. Eh bien, vous savez quoi? J’imagine que s’il avait un diplĂŽme, il aurait assez de titres pour remplir quatre ou cinq pages de papier. Docteur, rĂ©vĂ©rend, ancien, doctorat en philosophie, doctorat en droit, Q.D., tout l’alphabet, et toutes sortes de titres. Son diplĂŽme serait sur cette Bible-lĂ . Il En connaĂźt chaque Parole. Certainement. Voyez-vous?

320 Ainsi Satan a dit : «Eh bien, je connais la Parole.» Je sais qu’il connaissait la Parole lorsqu’il est venu vers Eve. Ainsi, il L’avait par une connaissance intellectuelle, mais cela ne pouvait pas marcher. JĂ©sus La connaissait par la foi dans la rĂ©vĂ©lation de la Parole de Dieu dans Sa propre Vie prĂ©destinĂ©e. Gloire! J’espĂšre que cela pĂ©nĂštre profondĂ©ment jusqu’au – dans votre coeur. JĂ©sus savait qui Il Ă©tait! Satan se posait des questions. Il savait bien qu’Il Ă©tait une crĂ©ature prĂ©destinĂ©e de Dieu, que Dieu Lui-mĂȘme Ă©tait manifestĂ© en Lui. Ce n’était pas Lui qui faisait les oeuvres, c’était le PĂšre qui demeurait en Lui. Amen! Laissez le diable s’en aller avec toute sa thĂ©ologie .

321 JĂ©sus
 Satan connaissait cela; il connaissait la Parole. Eh bien, il pouvait citer cette Ecriture, mon cher, juste comme une Bible ambulante, il pouvait juste La citer comme cela. Voyez-vous? [FrĂšre Branham fait claquer ses doigts continuellement. – Ed.] Mais JĂ©sus S’est tenu simplement tranquille, car Il savait oĂč Il se tenait. Il savait qu’Il Ă©tait prĂ©destinĂ©, Il Ă©tait l’Agneau immolĂ© avant la fondation du monde; Il savait qu’Il Ă©tait cette Personne-lĂ . Oh, frĂšre! «Que celui qui a des oreilles entende.» Il savait qu’Il Ă©tait prĂ©destinĂ© Ă  cela, et c’est ainsi qu’il connaissait la Parole. Voyez-vous? Et cela marchait. Certainement! Satan La connaissait par la sagesse; cela a failli. Il a citĂ© la mĂȘme Parole que JĂ©sus a citĂ©e, la mĂȘme Bible. Il a citĂ© les Psaumes. «Il ordonnera
 il est Ă©crit», Satan a dit : «Il donnera des ordres Ă  Ses anges Ă  Ton sujet de Te porter de peur que Ton pied ne heurte contre une pierre.» Il a rĂ©pondu : «Mais il est aussi Ă©crit.» Voyez-vous?

322 Satan connaissait Cela par la connaissance. JĂ©sus connaissait Cela par expĂ©rience; Il connaissait cela par rĂ©vĂ©lation. Il savait qu’Il Ă©tait le Fils de Dieu qui devait venir dans le monde. Il connaissait Sa position; Il connaissait qu’Il Ă©tait nĂ© dans ce monde dans ce but-lĂ ; et c’est la raison pour laquelle la Parole de Dieu pouvait agir au travers de Lui, parce qu’Il savait ce qu’Il Ă©tait. Gloire! (Avez-vous saisi cela jusqu’ici?) Il savait ce qu’Il Ă©tait! D’autre part, Satan, il savait ce qu’il Ă©tait; il savait qu’il n’avait rien Ă  voir avec sa sagesse concernant la Parole, parce que la Parole Ă©tait Dieu. Comprenez-vous cela?

323 Or, si JĂ©sus savait qui Il Ă©tait
 Il Ă©tait une crĂ©ature prĂ©destinĂ©e du temps. Croyez-vous cela? JĂ©sus, le corps, Il savait qu’Il Ă©tait la Parole prĂ©destinĂ©e, la Personne de Dieu qui devait venir en ce jour-lĂ  pour ĂȘtre le sacrifice pour le pĂ©chĂ©. Et Il savait que Son adversaire (comme j’ai prĂȘchĂ© lĂ -dessus il y a quelques dimanches), Il connaissait Son adversaire, et Il savait qui Il Ă©tait; par consĂ©quent, ces deux grandes forces se sont rencontrĂ©es, la connaissance et la foi. JĂ©sus savait qui Il Ă©tait. Satan connaissait la Bible autant que JĂ©sus, mais Cela ne pouvait pas marcher pour Satan. Voyez-vous? Peu importe le degrĂ© de connaissance que vous avez, cela ne marchera pas.

324 Eh bien, ramenez cela Ă  certaines de ces grandes organisations. Pensez-y une minute. Ils disent : «Eh bien, nous avons la Parole.» Laissez-moi voir cela agir. Vous les catholiques, vous dites que vous ĂȘtes l’original. Laissez-nous voir cela. Montrez-moi vos oeuvres sans votre – ou montrez-moi vos oeuvres par – ou sans votre foi, et je vous montrerai les miennes par ma foi. Voyez-vous? Voyez ce que la Parole a dit?

325 Pouvez-vous planter une semence sans qu’elle puisse manifester ce qu’elle est, si elle croĂźt? Pouvez-vous planter un grain de maĂŻs sans qu’il puisse produire du maĂŻs s’il croĂźt? Pouvez-vous planter une pomme de terre sans qu’elle puisse donner une pomme de terre? Pouvez-vous planter une fleur sans qu’elle puisse donner la mĂȘme sorte de fleur? Alors si vous ĂȘtes semĂ©, et que la semence de Dieu se trouve dans votre coeur, elle doit produire cela. JĂ©sus a dit : «Il fera mes oeuvres s’il croit en Moi.» S’il dit qu’il croit cela, et que ceci ne l’accompagne pas, c’est un menteur, «Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais, mĂȘme davantage, car Je m’en vais auprĂšs de Mon PĂšre.» Eh bien, c’est fort, mais vous vous ĂȘtes certainement engagĂ© sur un terrain glissant et vous avez dĂ©rapĂ© de l’autre cĂŽtĂ© sur une certaine pierre quelque part. Si ça tombe tout simplement lĂ  au fond de la vallĂ©e, de telle sorte que les vents ne pourront pas l’emporter et que les oiseaux ne pourront pas dĂ©vorer cela, cela croĂźtra. Cachez cela dans votre coeur.

326 David a dit : «Je serre Ta loi dans mon coeur (ainsi aucune dĂ©nomination ne peut l’îter, les oiseaux ne peuvent pas la dĂ©vorer); je la serre lĂ . Je la mĂ©dite nuit et jour. Elle est Ă©crite sur les colonnes de mon lit et je l’ai partout. J’ai attachĂ© cela Ă  mes doigts, elle se trouve dans le »

327 Et JĂ©sus a dit : «Votre nom est inscrit sur la pomme de ma main.» Ainsi comment – comment cela va-t-il ĂȘtre oubliĂ©? C’est impossible. Eh bien, trĂšs bien.

328 Alors, si JĂ©sus a vaincu Satan sur base de la foi, sachant qui Il Ă©tait – Il Ă©tait une CrĂ©ature prĂ©destinĂ©e (ĂȘtes-vous prĂȘts? ) – qu’en est-il donc de l’Epouse prĂ©destinĂ©e de JĂ©sus-Christ? Croyez-vous que l’Epouse est prĂ©destinĂ©e? L’Epouse prĂ©destinĂ©e de Christ maintenant, l’Eglise, la semence Parole, avec tout ce que Dieu a promis de mettre dans l’Eglise, en Elle maintenant; ça se trouve en Elle maintenant. Tout est en place; le Saint-Esprit a Ă©tĂ© donnĂ©; la Semence a Ă©tĂ© semĂ©e; les LumiĂšres du soir brillent; le signe de Sodome que JĂ©sus a promis est lĂ ; et Malachie 4, une Eglise prĂ©destinĂ©e. Oh! le diable


329 Eglise du Dieu vivant, ici et aussi lĂ  oĂč on suit les bandes, sais-tu oĂč tu te tiens? Sais-tu que tu es appelĂ©e de Dieu, que le Saint-Esprit rĂšgne dans ton coeur, et que pour toi chaque Parole de Dieu est vraie? Oh! frĂšre, comment Satan va-t-il s’opposer Ă  cela? Comment va-t-il empĂȘcher cela de croĂźtre? Comment va-t-il empĂȘcher que ces signes suivent? Eh bien, vous pourrez les jeter en prison, ils... Si vous pouvez
 Peu m’importe ce que vous faites, ils ont dĂ©jĂ  fait cette expĂ©rience. Ils ont pourri dans les prisons; on les a jetĂ©s en pĂąture aux lions; ils ont Ă©tĂ© sciĂ©s; ils ont Ă©tĂ© brĂ»lĂ©s et rĂ©duits en morceaux. Vous ne pouvez pas tuer cela (c’est vrai!), une Eglise qui est prĂ©destinĂ©e. «Ceux qu’Il a connus d’avance (comme Il l’a fait pour JĂ©sus), Il les a appelĂ©s; ceux qu’Il a appelĂ©s, Il les a justifiĂ©s, et ceux qu’Il a justifiĂ©s, Il les a dĂ©jĂ  glorifiĂ©s, prĂ©destinĂ©s.» Et maintenant, dans les derniers jours avec chaque semence qui a Ă©tĂ© semĂ©e; tout est en place (le monde est dans sa position, le temps est propice, l’église est dans sa position, la semence, les LumiĂšres du soir); les signes de
 comme il l’a dit : «Ce qui arriva du temps de Sodome » (Un Ange de Dieu, le Saint-Esprit est descendu, agissant, accomplissant les signes qu’Il avait manifestĂ©s Ă  cette Ă©poque-lĂ ); Malachie 4 a promis qu’Il enverrait dans les derniers jours ce qu’Il a promis; et nous voyons tout cela, oĂč? OĂč? Amen, amen, amen, amen, amen!
L’aimez-vous? Amen! (Certainement!)
Ici mĂȘme dans les derniers jours, l’Eglise prĂ©destinĂ©e sait oĂč Elle se tient, Elle est fĂ©condĂ©e avec la Semence, le Saint-Esprit dans l’Eglise. Satan, fais attention!
Qu’est-ce qui est arrivĂ©? (Juste un instant maintenant.) Qu’est-ce qui est arrivĂ©? Avec tout ce qui lui a Ă©tĂ© promis, mĂȘme les promesses de Malachie 4


330 Qu’est-ce que – qu’est-ce que Satan a fait lorsqu’il a rencontrĂ© JĂ©sus? Il a foncĂ© sur Lui de toute sa force ecclĂ©siastique : «Moi aussi je connais la Parole,» il a foncĂ© sur Lui. Cette poussiĂšre dĂ©nominationnelle qu’il avait, nous la lui avons carrĂ©ment flanquĂ©e, mais elle n’avait aucune vie. Vous parlez de fuir? Il a dĂ©talĂ© plus vite qu’il n’était venu. Pourquoi? LĂ , il a touchĂ© ce cĂąble de cent milliards de volts; il s’est brĂ»lĂ© les plumes. Il s’est Ă©loignĂ© de Lui! Il s’est Ă©cartĂ© de Lui parce qu’il y avait du courant dans ce cĂąble.

331 Souvenez-vous, Satan aussi avait un cĂąble. Mais peu importe combien ce cĂąble Ă©tait fait du bon cuivre, s’il n’a pas de vie en lui, il est inutilisable; il ne va pas fonctionner. Avec le mĂȘme cĂąble, l’un a reçu l’énergie de la Dynamo, et l’autre n’avait pas du tout de connexion. C’est vrai. VoilĂ  la raison pour laquelle cela fonctionnera dans un vase prĂ©destinĂ©; voilĂ  la raison pour laquelle la Parole marchera, lĂ  oĂč Elle est connectĂ©e. ConnectĂ©e Ă  quoi? A la dĂ©nomination? Non, monsieur! C’est une prise femelle fichue. Ayant une forme de piĂ©tĂ©, reniant la puissance, mais connectĂ©e Ă  la Parole, Laquelle ne passera jamais et peut produire la mĂȘme puissance Ă  chaque coup! C’est lĂ  que ça se trouve. Gloire! Amen, amen!
L’aimez-vous;
Le servirez-vous? Amen!
Certainement. Pas connectĂ© Ă  une certaine organisation, mais connectĂ© Ă  la – Ă  la – Ă  la Dynamo ici. FrĂšre, je vous assure, ça fonctionne lĂ , parce que c’est connectĂ©, la mĂȘme Parole.

332 Moab Ă©tait aussi connectĂ©, IsraĂ«l aussi. Moab n’avait qu’un tas de crĂ©dos morts et un faux prophĂšte. Mais IsraĂ«l avait un rocher frappĂ©, un serpent d’airain, une Colonne de Feu (AllĂ©luia.), les signes du Dieu vivant. C’est exact, cela a marchĂ©! Pourquoi? Cela Ă©tait basĂ© sur la foi (oui, monsieur!), pas sur la connaissance, un credo humain, mais sur la foi dans la Parole, la Parole Elle-mĂȘme. La Vie vient de la Parole. (Ma Parole est Vie.) Le courant passe par la Parole. Satan a dĂ©guerpi lĂ  immĂ©diatement. Sa poussiĂšre thĂ©ologique n’a pas trĂšs bien agi lĂ , le cĂąble de Satan n’avait pas de courant; c’était des crĂ©dos morts. Cela ne va pas – cela ne va pas produire du courant
 Maintenant, voyez, c’est le mĂȘme cĂąble : JĂ©sus a utilisĂ© la Parole du PĂšre. Satan a utilisĂ© la Parole du PĂšre. Satan Ă©tait Satan; JĂ©sus Ă©tait Dieu. VoilĂ  la diffĂ©rence. VoilĂ  la vĂ©ritĂ©. L’un est un credo et l’Autre, c’est la Parole. L’Un est vrai, et l’autre est faux. L’Un va produire la chose, l’autre ne peut pas produire la chose. Comprenez-vous cela? Le mĂȘme genre de cĂąbles, c’est tout Ă  fait vrai, les mĂȘmes cĂąbles : HĂ©breux 2, nous venons de – ou plutĂŽt HĂ©breux 4.2, nous venons de voir cela. Vous voyez.

333 C’est comme les dĂ©nominationnels
 comme les dĂ©nominations qui disent, par la sagesse (voyez-vous?), les dĂ©nominations par la sagesse disent ceci : «Les jours du courant sont passĂ©s.» L’aimez-vous? Amen!
Le servirez-vous? Amen!
Croyez-vous en Lui? Amen, amen, amen!

334 Je crois en Lui. Oui, monsieur. Amen signifie «ainsi soit-il». Seigneur, ma priĂšre ce matin est que Tu prennes chaque croyant qui est ici et que Tu le branches au courant. Oh, place la Vie en lui. Qu’il vrombisse et qu’il fasse briller la gloire de Dieu. Oui, monsieur. Lance le Courant.

335 Savez-vous ce que je crois? La semence a Ă©tĂ© semĂ©e (Pouvez-vous croire cela?) pour cette grande Ă©glise, juste comme les cĂąbles ont Ă©tĂ© installĂ©s dans le bĂątiment; chaque prise femelle a Ă©tĂ© testĂ©e par la Parole (Oh! la la!), chaque prise femelle a Ă©tĂ© testĂ©e par la Parole. «Ne considĂ©rez pas ces Ă©preuves enflammĂ©es qui vous surviennent comme quelque chose d’étrange; c’est pour vous tester.» S’il y a lĂ  un petit court-circuit, cela provoque la masse, et fait sauter tous les commutateurs. Dieu ne veut pas de telles choses dans Son Eglise. Il n’y aura pas de commutateurs qui vont sauter dans ce – pas de fusible qui saute dans ces derniers jours. Non monsieur! Il revient et la soude parfaitement lĂ  Ă  l’intĂ©rieur. Oui, monsieur. TrĂšs bien. Toutes les lampes sont suspendues Ă  leur place. La seule chose qu’on attend, c’est le retour du MaĂźtre lĂ  pour fermer l’interrupteur (oui, monsieur!) dans la Parole. Certainement! Cela pourrait se produire maintenant mĂȘme, frĂšre. Si vous avez besoin de la guĂ©rison, appuyez tout simplement sur l’interrupteur. C’est tout ce que vous devez faire. Si vous avez un vĂ©ritable cĂąble, si vous ĂȘtes mis Ă  la masse – si votre ligne est mise Ă  la masse et que les raccordements aussi ont Ă©tĂ© perdus en JĂ©sus, Il vous dira ce qu’il faut faire. Amen. C’est vrai.

336 Maintenant la sagesse dénominationnelle dit que les jours des miracles sont passés, le courant ne passe pas dans ces cùbles. Mais la foi en sait mieux; ils sentent la chose; ils voient cela fonctionner. Ils savent que ça donne la lumiÚre; ils savent ce que ça fait.

337 La foi, c’est le courant, le courant, l’Esprit. Et la sagesse, ce sont les pratiques dĂ©nominationnelles. Satan a essayĂ© de tenter JĂ©sus pour le dĂ©tourner de la foi dans la Parole du PĂšre. Voici ce qu’il a fait. Il a essayĂ© de Lui montrer ses immenses organisations ecclĂ©siastiques de la terre, mais il ne pouvait pas Le tenter. «Viens te joindre Ă  la mienne, je te ferai l’évĂȘque d’eux tous.»

338 «Il est écrit,» a dit Jésus. Oui, monsieur! Satan ne pouvait pas Le tenter. Non, monsieur! Il est au-dessus de cela.

339 Mais JĂ©sus Ă©tait la Parole. Sa foi dans la connaissance qu’Il avait de Lui-mĂȘme, Ă  savoir qu’Il Ă©tait la Parole, juste comme MoĂŻse
 Eh bien, MoĂŻse savait qui il Ă©tait. MoĂŻse savait qu’il Ă©tait serviteur de Dieu, il savait qu’il Ă©tait appelĂ© de Dieu. Il savait ce qu’il allait faire. C’est la raison pour laquelle il n’était pas effrayĂ© par les dires de Satan. Satan a essayĂ© de le tenter, de l’effrayer pour L’en Ă©loigner, mais MoĂŻse savait oĂč il se tenait. C’est juste.
Maintenant je dois me dĂ©pĂȘcher. Je saute page aprĂšs page ici.

340 Paul (une chose que je dĂ©sire aborder avant de terminer), Paul a clarifiĂ© cela Ă  sa partie de l’Epouse, qu’il prĂ©sentera (Paul prĂ©sentera une partie de l’Epouse; croyez-vous cela?), Paul a expliquĂ© Ă  la partie de l’Epouse qu’il avait, celle qu’il prĂ©sentera Ă  JĂ©sus-Christ dans les derniers jours, ce qui concerne la sagesse et la foi. Lisons juste un petit peu. J’aimerais que vous preniez I Corinthiens, chapitre 4 – I Corinthiens, chapitre 4. Nous lirons simplement, et nous allons terminer juste dans – quelques instants, le Seigneur voulant. I Corinthiens, chapitre 4 et je dĂ©sire lire du verset 18 au verset 20. TrĂšs bien, nous y sommes : Or quelques-uns se sont enflĂ©s d’orgueil, comme si – comme si je ne devais pas aller chez vous. Mais j’irai bientĂŽt vers vous, si le Seigneur le veut, et je connaĂźtrai, non les paroles de ceux qui se sont enflĂ©s, mais la puissance.[Version Darby]

341 Vous savez qu’il faut
 Eh bien, c’était l’église romaine qui commençait Ă  apparaĂźtre lĂ , qui commençait Ă  s’établir. Vous voyez? Il sait
 Vous savez, la Bible dit : «Ils sont sortis du milieu de nous, parce qu’ils n’étaient pas des nĂŽtres.» Vous voyez? C’est vrai.
Car le Royaume de Dieu ne consiste pas en paroles, mais en puissance. [Version Louis Segond]

342 Vous voyez? Pas en parole. Juste dire : «Eh bien, je – je suis instruit. FrĂšre, j’ai plus d’instruction que vous. Je suis – je suis un prĂȘtre. Je suis...» Cela n’a aucun rapport avec la chose; cela ne signifie pas pour vous plus que d’ĂȘtre un porc ou quelque chose comme cela. Vous voyez, vous voyez? Cela n’a aucun rapport avec la chose. Vous voyez? Le diable avait aussi une grande connaissance. Vous voyez? TrĂšs bien. Vous voyez? Car le Royaume de Dieu ne consiste pas... paroles, mais ... puissance (Vous voyez?) Que voulez-vous alors? Que j’aille chez vous avec une verge, ou avec amour, ou dans
 esprit de douceur?

343 Maintenant, le chapitre 2 (Je dĂ©sire terminer ceci, juste une minute donc, avant que nous terminions), le chapitre 2 (tournez la page), commençons ici mĂȘme au premier verset. Maintenant, vous voyez ce que Paul, ce qu’il dit maintenant Ă  l’Epouse. Il va prĂ©senter cette partie-ci de l’Epouse Ă  Christ, et il dĂ©sire qu’ils sachent
 Maintenant, rappelez-vous, Paul aurait eu un certain genre de... intelligent. Il Ă©tait intelligent, il avait – mais il devait oublier cela, a-t-il dit. Il avait toutes sortes de diplĂŽmes et d’instruction, mais il devait oublier cela (maintenant Ă©coutez!) pour apprendre Christ. Et pour moi, frĂšres, lorsque je suis allĂ© chez vous, je suis allĂ© – ce n’est pas avec une supĂ©rioritĂ© de langage ou
 de sagesse
 (Vous voyez? je ne suis pas allĂ© avec sagesse) 
 vous annoncer le tĂ©moignage de Dieu.

344 «Eh bien, je suis Dr Untel, et j’ai tout
 je suis
 Nous avons appris telle et telle chose au sĂ©minaire.» Non, non! Paul a dit : «Je ne suis pas allĂ© chez vous comme cela; avec la sagesse.» Maintenant, et quel – quel est mon thĂšme? La sagesse contre la foi. Vous voyez? «Je ne suis pas allĂ© chez vous avec sagesse, a dit Paul, pour vous donner un tĂ©moignage de Dieu, par la sagesse et dire : ‘Eh bien, Ă©coutez! Je vous assure, nous avons appris au sĂ©minaire que les jours des miracles sont passĂ©s. Nous avons appris au sĂ©minaire que ces choses sont – que ces choses n’étaient pas rĂ©ellement ainsi.’» Il a dit : «Je ne suis pas venu comme cela, frĂšres.» Maintenant, qu’a-t-il dit? Car je n’ai pas eu la pensĂ©e de savoir parmi vous autre chose que JĂ©sus... et JĂ©sus-Christ crucifiĂ©. Et si j’étais auprĂšs de vous dans un Ă©tat de faiblesse, de crainte, et de grande «tribulation» (J’étais auprĂšs de vous ) ; Et ma parole et ma prĂ©dication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse humaine... (Euh? comme le dit Booth Clibborn «Salut, qui a alors frappĂ©?» Je ne suis pas venu vers vous avec une certaine sagesse du sĂ©minaire) 
 mais sur une dĂ©monstration d’Esprit et de puissance; afin que votre
 (f-o-i) 
 foi soit fondĂ©e, non sur la sagesse de l’homme, mais sur la puissance de Dieu. [FrĂšre Branham siffle. – N.D.E.]

345 Amen! Vous croyez cela? «Afin que votre foi soit fondĂ©e, non sur la sagesse d’une certaine organisation, mais sur la puissance de Dieu, la foi dans la puissance de Dieu. Vos espoirs ne sont pas »

346 Ces deux sources se sont combattues depuis l’Eden : la foi de Dieu contre la sagesse de Satan. Dieu a prouvĂ© dans tous les Ăąges que cela ne se mĂ©langera pas; cela doit ĂȘtre sĂ©parĂ© pour croĂźtre.

347 Maintenant, rapidement, laissez-moi passer en revue juste – juste une parole ou deux sur chacune d’elles, juste prendre certaines choses que j’ai Ă©crites ici.

348 EsaĂŒ et Jacob Ă©taient un type parfait : tous deux Ă©taient croyants, les deux Ă©taient des jumeaux. EsaĂŒ Ă©tait un type ecclĂ©siastique. C’était un homme intelligent. Il avait un – avait un bon sens moral et des choses du mĂȘme genre; mais il n’avait que faire avec le droit d’aĂźnesse. Jacob ne se souciait pas de ce qu’il devait faire afin qu’il ait le droit d’aĂźnesse. Et aussi longtemps qu’ils Ă©taient ensemble, ils ne pouvaient pas produire. Est-ce vrai? L’un Ă©tait contre l’autre. Avez-vous saisi cela? Amen! «Sortez du milieu de cela; sĂ©parez-vous, dit Dieu, et ne touchez pas Ă  leurs choses impures; Je vous accueillerai.» Vous voyez?

349 Jacob devait se sĂ©parer de son frĂšre dĂ©nominationnel avant que Dieu ne puisse donc le bĂ©nir. Dieu avait dit la mĂȘme chose Ă  Abraham. IsraĂ«l et Moab. Les quatre cents prophĂštes d’IsraĂ«l se tenaient devant MichĂ©e, et MichĂ©e s’était sĂ©parĂ© d’eux puis il a reçu la Parole du Seigneur et est revenu avec. MoĂŻse et KorĂ©, la mĂȘme chose, ils ne pouvaient pas s’associer; ils devaient se sĂ©parer. Est-ce vrai?

350 Abraham et Lot. Lot Ă©tait un croyant, un type de l’église formaliste. Mais aussi longtemps que Lot Ă©tait avec Abraham, il avait voyagĂ© avec lui pendant des annĂ©es, mais Il pouvait – Dieu ne pouvait pas le bĂ©nir jusqu’à ce qu’il Lui ait obĂ©i pleinement et qu’il se soit sĂ©parĂ© de Lot, l’église dĂ©nominationnelle. Alors, aussitĂŽt qu’Abraham se sĂ©para et sortit pour marcher seul, Dieu lui dit : «Maintenant, Abraham, lĂšve-toi. Regarde Ă  l’est, Ă  l’ouest, au nord, au sud, a-t-il dit, tout ceci est Ă  toi .» Mais Il ne le fit pas jusqu’à ce qu’il se soit sĂ©parĂ© complĂštement. C’est tout Ă  fait juste.

351 Dieu ne pouvait pas bĂ©nir Seth avant qu’Il l’eĂ»t sĂ©parĂ© de CaĂŻn. Il marqua CaĂŻn et l’envoya au pays de Nod; et CaĂŻn avec sa brillante sagesse devint un homme de science et tout le reste, produisit ce genre de rĂ©colte. Et Seth, avec sa justice, son amour et sa foi dans la Parole de Dieu, fit pousser une rĂ©colte qui produisit un prophĂšte, lequel a donnĂ© les avertissements aux derniers jours (c’est exact), a sauvĂ© chaque croyant; mais la sagesse les dĂ©truisit tous. Ils moururent tous. Tous, peu importe combien de diplĂŽmes en psychologie ils avaient et tout le reste, ils pĂ©rirent par les jugements de Dieu.

352 Et tout, Ă  part le vrai Esprit de Dieu nĂ© de nouveau, lequel En croit chaque Parole et s’en tient parfaitement Ă  cela, pĂ©rira par les jugements de Dieu. Quand vous voyez ces petites friponnes descendre la rue, et toute cette continuelle mĂ©conduite comme cela, rappelez-vous, ce n’est rien au monde que de la chair Ă  canon pour le jugement. Cela pourrira; cela va – doit pourrir; c’est simplement vouĂ© Ă  cela. Femmes, rĂ©veillez-vous!

353 J’ai un petit tĂ©moignage (mais je n’ai pas le temps de le donner) d’une petite dame, il n’y a pas longtemps, en Californie. Je remontais la route en voiture en attendant d’ĂȘtre appelĂ© Ă  la tente. Je suis passĂ© Ă  cĂŽtĂ© d’une toute petite (c’est – c’est dĂ©shonorant), sans doute, une jolie petite fille, et elle longeait la route, se tortillant, portant ce petit chapeau de cow-boy, des bottes et des pompons qui pendaient, elle se tortillait lĂ  sur la route, chaque homme lĂ  sifflait et lui faisait simplement signe de la main, et tout le monde comme cela. Je me suis dit : «Je devrais vraiment m’arrĂȘter (si je n’étais pas un prĂ©dicateur
 Meda Ă©tait lĂ , je m’arrĂȘterais pour lui dire : «Regarde, soeur, je dĂ©sire te dire quelque chose. Tu peux ĂȘtre jolie, tu peux le prouver. Vous voyez? Tu pourrais ĂȘtre capable de faire patiner et freiner les voitures, et te tortiller par ici et faire siffler les garçons comme des loups et tout; mais l’un de ces jours, ce petit corps, les insectes et les vers y grouilleront et le rongeront. Et peut-ĂȘtre que d’ici six semaines, il sera dans cet Ă©tat lĂ , pourri, gisant lĂ  dans la tombe; mais cette Ăąme qui est en toi, qui se nourrit de cette convoitise vivra dans un enfer du diable pour touj-
 pour les Ăąges Ă  venir.

354 MoĂŻse et KorĂ©; Lot, Abraham; Jean-Baptiste et les publicains; JĂ©sus et les Ă©glises dĂ©nominationnelles de Son temps (vous voyez?) – la foi, la sagesse. Eh bien, ces sacrificateurs pouvaient se lever et dire : «Eh bien, nous ...»
Il a dit : «Oui.»
«Nous avons tel pour pÚre. Nous avons fait ceci, cela.»

355 Il dit : «Oui! Vous, avec vos traditions, vous avez rendu les commandements de Dieu sans effet, enseignant comme doctrine des prĂ©ceptes d’homme.»
Ils dirent : «Eh bien, qui es-tu pour nous enseigner? De quelle école viens-tu?»

356 Il dit : «Les oeuvres que Je fais témoignent de Moi. Si Je ne fais pas les oeuvres du Messie, alors ne Me croyez pas. Mais si Je fais les oeuvres du Messie, alors reconnaissez, croyez les oeuvres.» Il dit : «Ce sont elles qui témoignent de Moi. Si Je ne fais pas les oeuvres, alors ne croyez pas cela.»

357 Il avait ces dĂ©nominationnels aussi, lĂ  derriĂšre avec leur sagesse. JĂ©sus avait la foi. La foi dans quoi? Dans ce qu’Il Ă©tait, le Fils de Dieu. Vous voyez? TrĂšs bien.

358 Saint Martin avec l’Eglise romaine, Ă  l’époque de la RĂ©forme – je veux dire quand ils – quand, avant qu’ils ne soient entrĂ©s dans le paganisme; Rome, quand elle a commencĂ© Ă  devenir l’Eglise romaine, Martin se tint lĂ  et protesta contre ce dogme de cette Eglise catholique; il accomplissait des signes, des prodiges et des miracles; et ses Ă©glises et eux tous parlaient en langues et prophĂ©tisaient, avec de grandes choses, et la puissance de Dieu Ă©tait avec lui. Il ressuscitait les morts et guĂ©rissait les malades, et tout le reste. Et cette Eglise catholique Ă©tait lĂ  Ă  protester contre lui comme cela, et cherchait Ă  le brĂ»ler, et tout. Qu’était-ce? La sagesse, la foi.

359 C’est la mĂȘme chose aujourd’hui. Ecoutons la conclusion de tout cela. Zacharie 4.6, c’est par-lĂ  que je vais terminer, juste ici. La Bible dit : «Ce n’est ni par la force ni par la puissance, mais par Mon Esprit, dit le Seigneur. Ce n’est ni par la sagesse, ni par la connaissance, ni par les dĂ©nominations, mais c’est avec Mon Esprit que je ferai quoi? Je vivifierai Ma Parole.»

360 Cela avait Ă©tĂ© semĂ© dans les disciples, ensuite l’Esprit est venu pour vivifier la Parole. Vous voyez? «Ce n’est ni par la force, ni par la puissance, ni par la sagesse, ni par l’intelligence, ni par ceci, ni par cela, mais par Mon Esprit, Je vivifierai Ma Parole. Par Mon Esprit, dit le Seigneur.» C’est l’eau de la Parole de la foi qui donne la Vie Ă  la Parole de Dieu et La met en action.

361 Qui vaincra? Il semble qu’en ce moment mĂȘme, bien sĂ»r, cette sagesse va marcher, mais elle ne marchera pas, elle ne marchera pas. Il semble qu’en ce moment mĂȘme la petite Ă©glise qui croit toute la Parole de Dieu est – est certainement minoritaire. Mais ne vous en faites pas, la Bible dit : «Ne crains point, petit troupeau; votre PĂšre a trouvĂ© bon de vous donner le Royaume.» C’est vrai. Vous voyez? Ne craignez pas, demeurez juste dans la foi, tenez-vous-en juste Ă  la Parole. Ne quittez pas la Parole, tenez-vous-en Ă  la Parole. L’aimez-vous? Amen!
Le servirez-vous? Amen!
Croyez-vous en Lui? Amen, amen, amen!
Chantons cela. L’aimez-vous? Amen!
Le servirez-vous? Amen!
Croyez-vous en Lui?
Amen, amen, amen!
L’aimez-vous? Amen!
Le servirez-vous? Amen!
Croirez-vous en Lui?
Amen, amen, amen!

362 Oh! je L’aime. Pas vous? Qu’est-ce? Par la foi, pas par la sagesse, c’est par la foi que nous sommes sauvĂ©s. Est-ce juste? «Ce n’est ni par la sagesse, ni par la connaissance, c’est par Mon Esprit, dit le Seigneur.»

363 Maintenant, laissez cela pĂ©nĂ©trer dans cette Eglise, ce cĂąble en cuivre qui est le conducteur. Or, un cĂąble en aluminium n’est pas un conducteur (Vous voyez?); ça n’en est pas un. Non! Un tuyau en caoutchouc n’est pas un conducteur. C’est un isolant. Le bois est un isolant. Nous ne voulons pas d’isolants; nous en avons trop aujourd’hui; et cela constitue des isolants. Ainsi nous – nous voulons – nous voulons des conducteurs, des hommes et des femmes nĂ©s de nouveau, qui croient la Parole de Dieu.

364 Maintenant, qu’a dit la Dynamo? «Demandez quoi que ce soit au PĂšre en Mon Nom, Je le ferai.» Maintenant, que faites-vous? Branchez-vous. Amen! Est-ce juste? Branchez-vous tout simplement. C’est tout ce que vous devez faire, et le courant passera dans la ligne. Qu’est-il arrivĂ©? La Parole commence Ă  croĂźtre.

365 «Et il est comme un arbre plantĂ© prĂšs des courants d’eau. Son feuillage ne flĂ©trira point; tout ce qu’il fait lui rĂ©ussit. Il n’en est pas ainsi des mĂ©chants, il n’en est pas ainsi des mĂ©chants.» [Version Louis Second]
Eh bien, il n’est donc pas parlĂ© du pĂȘcheur, mais des mĂ©chants. Vous voyez? C’est celui qui prĂ©tend l’ĂȘtre et qui est impie vis-Ă -vis de cela. Vous voyez? C’est vrai.

366 Il n’en est pas ainsi des mĂ©chants; ils ne peuvent pas rĂ©sister au jugement avec les justes. Non monsieur, ils ne le peuvent certainement pas. Ainsi, le moment est venu. La semence a Ă©tĂ© semĂ©e. Ceux qui sont prĂ©destinĂ©s
 prĂ©destinĂ©s; ce n’est que de cette maniĂšre-lĂ  qu’il y aura
 Je pourrais prendre Apocalypse 12 maintenant mĂȘme et 13, et vous prouver que seuls ceux... La Bible dit que cet AntĂ©christ qui venait sur la terre sĂ©duirait tous – T-O-U-S, tous ceux qui Ă©taient sur la face de la terre, avec ces dĂ©nominations et crĂ©dos. Il sĂ©duirait tout le monde sur la face de la terre, chacun d’eux, exceptĂ© ceux qui Ă©taient prĂ©destinĂ©s avant la fondation du monde. Ainsi, frĂšre, vous ne pouvez rien faire Ă  ce sujet, sinon crier «Amen!». Oh, la la! J’aime cela. Oui, monsieur! L’aimez-vous? Amen!
Le servirez-vous? Amen!
Croyez-vous en Lui?
Amen, amen, amen!

367 Pourquoi ne le chanteriez-vous pas un petit peu par ici, vous tous? J’aime ce chant, pas vous? C’était notre chant de la convention de Phoenix. Oh, j’aime cela; j’aime cela. Chantons-le encore. L’aimez-vous? Amen!
Le servirez-vous? Amen!
Croirez-vous en Lui?
Amen, amen, amen!

368 Eh bien, vous pouvez simplement continuer Ă  chanter. Vous savez? «Voulez-vous L’adorer?» et tout le monde continuait simplement Ă  chanter et chanter. Oh, la la! nous avons commencĂ© cela lĂ  Ă  Phoenix, et c’est comme si nous allions presque faire voler le bĂątiment en Ă©clats. Oui, monsieur! Amen, amen, amen!
Etes-vous branchés ce matin? Amen!
Fermez l’interrupteur! Amen!
Avez-vous du courant?
Amen, amen, amen!
Maintenant, cela croĂźtra. Amen!
Portez du fruit. Amen!
Vous le manifesterez.
Amen, amen, amen!

369 Oh, n’est-ce pas merveilleux! Je suis dĂ©solĂ© de vous avoir gardĂ©s tous ici tout ce temps, mais j’ai vraiment moi-mĂȘme un jubilĂ©, un temps merveilleux. TrĂšs bien.

370 Maintenant, dimanche prochain, tout le monde qui est aux alentours, eh bien, eh bien, j’irai chez frĂšre Littlefield pour rĂ©pandre un peu la Parole, je prendrai probablement une portion de cette Parole-ci et La propagerai lĂ -bas parmi ces Eglises de Dieu comme cela. Et je parlerai probablement juste sur quelque chose sur lequel j’ai prĂȘchĂ© ici. Bien sĂ»r, vous ĂȘtes les bienvenus si vous venez, mais ils ont une petite Ă©glise lĂ  qui peut asseoir mille cinq cents personnes. Je l’ai rĂ©cemment consacrĂ©e, et – il y a environ quelques annĂ©es. Elle sera pleine Ă  craquer, mais j’ai promis cela Ă  frĂšre Littlefield. C’est un prĂ©cieux frĂšre. Et un homme tient sa promesse, s’il le peut. Le Seigneur voulant, j’irai lĂ -bas. Il y aura service ici au tabernacle. Vous les gens, venez juste ici au tabernacle, vous qui ĂȘtes dans les parages et tous les autres qui le peuvent, venez donc. Et ensuite, le dimanche suivant, souvenez-vous, frĂšre Arganbright sera donc ici avec frĂšre Roll. Vous apprĂ©cierez sĂ»rement frĂšre Roll. TrĂšs bien. Remettons maintenant le service Ă  frĂšre Neville et voyons ce qu’il a Ă  nous dire maintenant. Que le Seigneur vous bĂ©nisse.

EN HAUT