ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication La Communion de William Branham a été prêchée 57-0418 La durée est de: 56 minutes .pdf La traduction MS
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

La Communion

1    ...le Seigneur. Et nous sommes certainement d√©sol√©s de ne pas avoir assez de si√®ges pour bien accueillir les gens, et pour ceux qui sont--sont renvoy√©s, √† l'ext√©rieur. J'ai simplement entendu dire il y a quelques instants que nous aurions pu avoir un th√©√Ętre √† New Albany qui aurait peut-√™tre pu accueillir environ trois mille personnes. Mais nous n'√©tions simplement que... le r√©veil √©tait simplement pour ce petit groupe ici √† l'√©glise. Et--et c'est pour nous un temps de retrouvailles. Et nous sommes tr√®s heureux de vous voir tous ici √† l'int√©rieur.

2    Si je ne me trompe pas, je vois ici mon Fr√®re de Georgie. Fr√®re, je ne me souviens plus de votre nom maintenant; Palmer, venu de Macon, en Georgie. Nous sommes contents de vous recevoir ici, Fr√®re Palmer. Fr√®re Crase, ici devant, nous sommes contents de vous voir.

3    Et je sais que docteur Lee Vayle se trouve quelque part dans la salle, l'un des organisateurs de la--de la r√©union tenue √† Lima, dans l'Ohio, l√† o√Ļ... Il est le pasteur de la Premi√®re √Čglise Baptiste, et il est pour moi un--un de mes amis personnels. Il √©tait √† la maison aujourd'hui, et il est venu nous rendre visite et participer √† la r√©union. Probablement, l'un de ces soirs, nous lui demanderons de venir dire quelque chose. J'ai essay√© de le persuader de prendre ma place ce soir, afin de parler, mais il a refus√©. Ainsi, nous esp√©rons, que peut-√™tre demain soir, ou une autre fois, Fr√®re Vayle ou l'un des--pourra dire un ou deux mots, √† propos peut-√™tre de la r√©union ou de quelque chose qui s'est pass√©, tout ce que le Seigneur mettra sur son coeur.

4    Il y en a d'autres ici que je souhaiterais prendre le temps de citer, mais nous sommes heureux que vous soyez ici. Je vois un cher compagnon l√† au fond, qui fait partie du groupe des pr√©dicateurs qui sont venus, ceux qui sont venus me rendre visite cet apr√®s-midi, en provenance de l'Arkansas et aussi du Missouri.

5    Et maintenant, ce soir, nous voulons racheter le temps, car chaque soir nous essayerons de cl√īturer vers vingt et une heures, si possible. Ce soir, c'est la soir√©e de la communion, ainsi nous terminerons un peu plus tard ce soir que d'habitude.

6    Demain soir, si le Seigneur le veut, je veux pr√™cher sur: ¬ęSoyez donc parfaits.¬Ľ et ¬ęLe Sacrifice parfait.¬Ľ Demain soir, c'est donc le Vendredi Saint.

7    Et alors samedi soir: L'ensevelissement, si le Seigneur le veut.

8    Dimanche matin, service du lever du soleil √† six heures. Et √† dix heures trente, la le√ßon de l'√©cole du Dimanche, sur la r√©surrection...

9    Et Dimanche soir, un service habituel de gu√©rison comme nous le faisons dans les--dans les campagnes d'√©vang√©lisation...

10    Ainsi, nous croyons que vous allez inviter vos amis p√©cheurs, et les autres, √† venir s'assembler avec nous, et nous aider dans cette r√©union ce prochain... dans la suite de cette r√©union, plut√īt.

11    J'ai re√ßu une nouvelle Bible ce soir, qui m'a √©t√© donn√©e par quelque--un Fr√®re Dunkard. Et c'est quelque chose d'assez √©pais. C'est la premi√®re fois que je pr√™che avec cette Bible. Elle est un peu bizarre pour moi.

12    Maintenant, je sais que nous sommes assembl√©s dans un seul but, celui de--de l'avancement de la cause de Christ, et pour trouver la paix pour nos √Ęmes, et de devenir des hommes et des femmes meilleurs, des meilleurs serviteurs du Seigneur. Et si nous sommes venus avec une autre id√©e, eh bien! alors nous ne serons pas b√©nis du Seigneur. Nous sommes venus afin de trouver de l'aide. Nous sommes venus, les regards fix√©s sur Dieu. Et c'est ici la maison de correction, o√Ļ Dieu nous donne Ses b√©n√©dictions, et o√Ļ Il nous corrige du mal.

13    Maintenant, avant d'ouvrir la Parole, ou--ou plut√īt de demander au Saint-Esprit de nous assister, inclinons nos t√™tes.

14    P√®re C√©leste b√©ni, nous nous pr√©sentons en Ta Divine Pr√©sence comme auditeurs de l'√Čvangile et comme proclamateurs de la Parole; circoncis les l√®vres qui parlent, les oreilles qui entendent, et les coeurs qui re√ßoivent. Et puisse le Saint-Esprit ce soir nous distribuer et nous inculquer les v√©rit√©s de la Gr√Ęce √Čternelle de Dieu, √† chacun d'entre nous, afin que, lorsque nous quitterons ce b√Ętiment ce soir, nous disions comme ceux-l√† qui venaient d'Emma√ľs: ¬ęNos coeurs ne br√Ľlaient-ils pas au-dedans de nous pendant qu'Il nous parlait en cours de route?¬Ľ car nous le demandons dans le Nom de J√©sus. Amen.

15    Je souhaiterais lire un texte dans le livre de l'√Čvangile de Saint Matthieu, au chapitre 26, versets 27 et 28:
    Il prit ensuite une coupe; et, apr√®s avoir rendu gr√Ęces, il la leur donna, en disant: Buvez-en tous;
    car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui est r√©pandu pour plusieurs, pour la r√©mission des p√©ch√©s.
    Je vous le dis, je ne boirai plus d√©sormais de ce fruit de la vigne, jusqu'au jour o√Ļ j'en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon P√®re.

16    Et maintenant, nous allons parler sur: La Communion. Et c'√©tait la soir√©e de la communion originelle.

17    Et pour la premi√®re fois, la communion fut prise en √Čgypte, la premi√®re communion, qui √©tait le--l'agneau pascal qui √©tait immol√©, lequel √©tait le type de Christ. Et beaucoup d'entre nous connaissent tr√®s bien ce vieux r√©cit b√©ni, selon lequel ceux qui avaient pris la communion ont march√© √† travers le d√©sert pendant quarante ans. Et lorsqu'ils sont sortis, il n'y a pas eu un seul faible parmi eux. Et leurs--m√™me leurs habits n'√©taient pas r√Ęp√©s car Dieu les avait gard√©s pendant quarante ans.

18    Quelle assurance b√©nie pour nous ce soir! Si cela est le type, alors Christ en est l'antitype. Et comment Dieu a d√©livr√© les enfants...

19    Et, dans le fait de prendre la communion se trouvait la diff√©rence entre la vie et la mort. Ceux qui se trouvaient √† l'int√©rieur, sous le sang vers√©, ont pris la communion. Personne ne pouvait prendre la communion au dehors et en m√™me temps √™tre sous le sang vers√©. Le sang de l'agneau √©tait premi√®rement vers√©, et ensuite √©tait appliqu√© sur le linteau et sur le poteau de la porte. Le linteau, c'est la poutre de la Croix, et sur le montant de la porte... Et ensuite, l'agneau √©tait r√īti et il √©tait--et--et il √©tait mang√© avec des herbes am√®res. Et ils ont serr√© leur ceinture. Apr√®s que le sang soit vers√© et qu'ils ont pass√© sous le sang vers√©, ils ont serr√© leur ceinture et √©taient pr√™ts pour la marche.

20    Et maintenant, cela est un tr√®s beau type ce soir, un type des gens qui prennent la communion, et cela n'est plus √† associer ni √† affilier avec les choses du monde. Ils doivent d'abord passer sous le Sang afin d'√™tre lav√©s de tout p√©ch√© (qui est l'incr√©dulit√©), et ensuite, √™tre chauss√©s du z√®le que donne l'√Čvangile de paix, ayant rev√™tu l'armure compl√®te de Dieu, pr√™ts √† chaque instant pour faire face aux sommations.

21    Et c'√©tait le--c'√©tait le signe que l'ange de la mort ne pouvait pas aller sous ce sang-l√†. L'ange de la mort devait monter et passer par-dessus du sang. Et c'est l√† que le proph√®te a re√ßu son inspiration lorsqu'il dit: ¬ęQuand Je verrai le sang, Je passerai par-dessus vous.¬Ľ

22    L'heure de la d√©livrance √©tait proche lorsqu'ils ont accept√© la communion, le--l'agneau r√īti et les--les herbes am√®res qu'ils ont mang√©s avant de partir.

23    Maintenant, dans l'antitype dont nous devons parler, cela fait beaucoup d'ann√©es, jusqu'√† ce soir, que J√©sus a pris ce que nous connaissons comme le Souper du Seigneur, la Communion. Et il y a quelque chose √† ce sujet, qu'Il allait dire √† Ses disciples. Et juste avant Son d√©part, Il voulait leur en parler. Et c'est un... ils avaient pr√©par√© une chambre. C'√©tait un temps de communion fraternelle. Et la communion signifie bien une communion fraternelle.

24    Beaucoup d'√©glises ont une communion ¬ęferm√©e¬Ľ, c'est-√†-dire que lorsqu'ils prennent la communion, c'est juste pour leur propre √©glise. Mais ici, nous ne sommes pas une d√©nomination. Nous avons une communion ouverte √† tous, car nous croyons que chaque croyant a droit √† la Table du Seigneur, afin de s'assembler dans la communion fraternelle autour des bonnes choses de Dieu, avec chaque croyant; peu importent les credo, la couleur de peau, ou quoi qu'il puisse √™tre, tous ceux qui ont √©t√© abreuv√©s de la m√™me b√©n√©diction, qui est Christ!

25    Alors que cette heure s'√©tait approch√©e pour notre Seigneur, l'un des moments les plus √©prouvants de Son voyage terrestre √©tait tout √† fait proche. Le temps de l'√©preuve! J√©sus devait passer par des √©preuves, tout comme nous passons par des √©preuves. Et la Bible dit:
    Tout fils qui vient √† Dieu doit √™tre d'abord √©prouv√©, form√©, et corrig√©.

26    Maintenant, pour beaucoup de gens, c'est le moment o√Ļ l'on montre ses couleurs, lorsque le temps de l'√©preuve arrive. C'est un temps d'√™tre mis √† l'√©preuve. Et la Bible dit: ¬ęSi nous ne pouvons pas supporter les tests, alors nous devenons des enfants ill√©gitimes¬Ľ, nous professons que Dieu est notre P√®re alors qu'Il n'est pas notre P√®re. Car si nous avons correctement et de tout coeur re√ßu le Seigneur J√©sus comme notre Sauveur personnel, il n'existe rien sur cette terre ni dans le sombre n√©ant qui puisse--qui puisse jamais nous s√©parer de l'Amour de Dieu qui est en Christ J√©sus.

27    Je suis stup√©fait en ce jour, et je l'ai toujours √©t√© lorsque des gens professent √™tre des Chr√©tiens et, d√®s qu'arrive la toute premi√®re √©preuve, une petite √©preuve, ils tombent hors du chemin. Cela prouve que ce n'√©tait qu'une conception intellectuelle de Christ. C'est la raison pour laquelle beaucoup ne tiennent plus debout aujourd'hui, parce que c'est une conception intellectuelle. C'est vrai que vous pouvez croire cela intellectuellement, mais cela va plus loin. Accepter Christ, c'est accepter la Personne m√™me de Christ.

28    Beaucoup d'entre nous acceptent la religion de la Chr√©tient√© sur la base de l'√©tude des credo. D'autres acceptent la Chr√©tient√© sur la base des doctrines de bapt√™me. D'autres croient qu'ils sont Chr√©tiens √† cause d'une certaine √©motion qu'ils ont ressentie, comme pousser des cris, ou danser dans l'Esprit, ou parler en langues, ou avoir un certain don merveilleux √† pr√©senter. Toutes ces choses-l√† sont bonnes si elles sont √† leur place. Mais accepter Christ, c'est accepter la Personne m√™me de Christ, et ensuite toutes ces autres choses viennent automatiquement en ligne.

29    Maintenant, si Dieu n'a pas √©pargn√© Son Propre Fils de l'√©preuve cruelle, alors, Il n'√©pargnera ni vous ni moi des tests cruels.

30    Et J√©sus √©tait ici, confront√© √† la plus grande √©preuve qu'Il ait jamais connue, avec Geths√©man√© juste devant Lui, l√† o√Ļ doit venir cette √©preuve unique et finale, suffisante √† tous √©gards, alors que les fardeaux du monde entier reposaient sur Son √©paule B√©nie. Il n'existait personne, ni dans les Cieux, ni sur Terre, qui puisse jamais supporter cela, sinon Lui. Et savoir que tous les p√©ch√©s, anciens p√©ch√©s, p√©ch√©s pr√©sents, et p√©ch√©s futurs reposaient sur cette d√©cision! Et c'√©tait l'une des plus grandes victoires que Christ ait jamais remport√©es, o√Ļ Il a prouv√© alors Son grand r√īle de Messie, comme lorsqu'Il dit √† Dieu: ¬ęNon pas Ma volont√©, mais que Ta volont√© soit faite.¬Ľ
    C'√©tait l√† la plus grande victoire qu'Il ait jamais remport√©e. Tous les d√©mons des tourments l'entouraient pour Le tenter et L'√©prouver.

31    Et lorsque nous nous mettons en r√®gle avec Dieu, lorsque notre coeur devient pur et que le Saint-Esprit a pris place dans notre coeur, passer par l'√©preuve c'est la chose la plus glorieuse. La Bible nous dit ceci: ¬ęNos tests et √©preuves sont plus pr√©cieux que l'or et l'argent de ce monde.¬Ľ Ainsi nous sommes--nous devrions en √™tre reconnaissants.

32    Je ne souhaite pas me conditionner dans ma propre exp√©rience. Mais alors que cela me vient √† l'esprit, je me rappelle de la plus grande et plus d√©cisive √©preuve que j'ai eue dans mon exp√©rience Chr√©tienne. L√†-bas dans l'h√īpital de Spring Hill, lorsque ma femme gisait dans la morgue, un cadavre, lorsqu'elle venait de quitter cette vie pour √™tre avec le Seigneur. Les tests et les √©preuves √©taient l√†! Pas simplement quelqu'un me disant: ¬ęBilly, vous √™tes un saint com√©dien.¬Ľ
    Non. D'ailleurs, cela n'√©tait m√™me pas une grande √©preuve. Et ces autres petites √©preuves, et tout le reste, des critiques de la part des hommes avec qui je travaille, cela n'√©tait m√™me pas une √©preuve √† proprement parler.
    Mais ma grande heure d'√©preuve est venue lorsque le m√©decin, le docteur (je le lui ai r√©p√©t√© hier lorsque nous √©tions assis ensemble √† l'h√īpital), et lorsqu'il est descendu dans la salle pour me rencontrer, et qu'il m'a pris par la main, et m'a dit: ¬ęBilly, votre b√©b√© est mourant, et il n'a aucune chance de survivre. Il a la m√©ningite tuberculeuse.¬Ľ
    Je dis: ¬ęCertainement pas, docteur!¬Ľ Et sa m√®re gisait l√†, un cadavre.

33    Et je voulais entrer. Et il dit: ¬ęVenez simplement avec moi.¬Ľ Et nous sommes all√©s au laboratoire, et l√†, il a pris un petit tube de verre et l'a agit√©. Et il semblait y avoir une raie dans le tube. Il dit: ¬ęC'est dans le b√©b√©, et c'est le germe de la m√©ningite. Nous avons tir√© cela de l'√©pine dorsale, afin d'arr√™ter les spasmes.¬Ľ Et il dit: ¬ę√Ä l'int√©rieur, nous avons d√©couvert que c'est la m√©ningite tuberculeuse.¬Ľ Il dit: ¬ęLe b√©b√© l'a eue de sa propre m√®re.¬Ľ Et il dit: ¬ęSi le b√©b√© survit, il deviendra infirme, handicap√©. Mais, dit-il, par la mis√©ricorde de Dieu, le b√©b√© rejoindra sa m√®re.¬Ľ
    Je dis: ¬ęDocteur, ce que je veux, moi, c'est voir le b√©b√©.¬Ľ

34    Il dit: ¬ęVous ne le pouvez pas, Billy, √† cause de Billy Paul, votre fils.¬Ľ
    Il dit: ¬ęVous lui transmettriez le germe.¬Ľ

35    Et, apr√®s un effort pour m'encourager du mieux qu'il pouvait, lorsqu'il est sorti du b√Ętiment, j'ai fil√© et je suis descendu dans le soubassement. Et lorsque j'y suis arriv√©, l'h√īpital en ce temps-l√† n'√©tait pas arrang√© comme il l'est aujourd'hui, et la fen√™tre √©tait relev√©e et le rideau n'√©tait plus, et des mouches √©taient entr√©es dans les yeux de l'enfant. J'ai chass√© les mouches et j'ai regard√© le petit corps, tout tendu, et les petites jambes qui bougeaient, dans un sens puis dans l'autre. Et je lui ai dit: ¬ęCh√©rie, reconnais-tu papa?¬Ľ

36    Et il semblait qu'elle essayait de me faire signe avec sa petite main, elle avait environ huit ou neuf mois. Et je la regardais. Et elle souffrait tellement, un petit b√©b√© innocent, au point o√Ļ ses petits yeux bleus louchaient. Tellement douloureux! Oh! j'aurais voulu souffrir √† sa place, √† n'importe quel prix.

37    Et je me suis mis √† genoux, les portes ferm√©es, et j'ai dit: ¬ę√Ē Dieu, P√®re, voil√† ma femme √©tendue l√†-bas, la m√®re du b√©b√©, couch√©e dans la morgue de l'entrepreneur des pompes fun√®bres. Et voil√† Billy Paul sur le lit, malade. Et voil√† mon b√©b√© mourant. S√Ľrement, Seigneur, Tu ne la prendras pas. Je l'aime. Et elle ressemble √† sa m√®re. Je veux l'√©lever. √Ē Dieu, ne voudrais-Tu pas √©pargner la vie de mon b√©b√©?¬Ľ

38    Et comme je relevais les yeux... et comme vous le savez tous, j'ai toujours √©t√© sujet aux visions. C'√©tait comme un drap noir qui se d√©roulait, en descendant, comme si Dieu avait pris ma pri√®re et qu'Il me l'avait renvoy√©e en plein visage. Et j'ai dit: ¬ęQu'ai-je fait, Dieu? Ai-je transgress√© Tes lois pour que je m√©rite une telle punition? Si oui, r√©v√®le-le, et je me repentirai, je ferai n'importe quoi, mais ne prends pas mon b√©b√©.¬Ľ Et je l'ai vue qui s'en allait, malgr√© cela. Je me suis relev√©.

39    Et alors le tentateur est venu vers moi. C'est l√†, dans toute ma vie, l'unique moment que je puisse me rappeler, qui fut pour moi le moment crucial, mon Geths√©man√©. Alors que je m'appuyais √† peine sur le lit, le diable m'a dit: ¬ęVoil√†. C'est l√† la r√©compense que tu as eue apr√®s avoir essay√© de Le servir. Tu veux dire qu'Il prendra cette jeune m√®re √Ęg√©e de vingt-deux ans, et la d√©posera l√†-bas dans la morgue comme un cadavre? Et prendre le pr√©cieux b√©b√©, qui est ta propre chair et ton propre sang? Et te claquer ta pri√®re en plein visage? Et tu veux dire apr√®s tout que tu veux Le servir?¬Ľ

40    Je me trouvais entre deux opinions. Cela devait √™tre d√©cid√©. Alors, j'ai pos√© ma main sur sa petite t√™te, et j'ai dit: ¬ęLe Seigneur a donn√©, le Seigneur reprend, que le Nom du Seigneur soit b√©ni!¬Ľ Et j'ai senti un soulagement.

41    Et j'ai dit: ¬ęCh√©rie, papa ne peut pas venir maintenant o√Ļ tu es, mais papa pourra venir un jour. Je vais te poser dans les bras de maman, et je vous ensevelirai; mais papa vous reverra un jour.¬Ľ

42    Monsieur Isler, qui est probablement assis ici maintenant (je ne le vois pas dans la foule), l'ex-s√©nateur de l'√Čtat ici en Indiana. J'√©tais en train de monter la grand-route. Monsieur Isler, je crois que vous pouvez bien vous en rappeler.

43    J'avais les mains derri√®re le dos, en montant vers le cimeti√®re, tout juste apr√®s les inondations. Je pleurais. J'avais coutume d'y monter le soir. Une tourterelle se posait dans l'arbre et chantait pour moi. Et √† travers ces pins et ces arbres-l√†, c'√©tait comme si le chant murmurait:
Il y a un Pays au-delà de la rivière, que nous appelons doux pour toujours.
Nous n'atteignons cette rive-là que par les degrés de la foi.
Un à un, nous gagnons le portail, afin de vivre là avec les immortels.
Un jour, ils sonneront ces clochettes-là en or pour toi et pour moi.

44    Monsieur Isler sauta en bas de son vieux camion et mit son bras autour de moi. Et il dit: ¬ęJe t'ai entendu pr√™cher au coin de la rue, Billy; je t'ai vu te tenir dans le Tabernacle; je t'ai entendu chanter des hymnes, comment tu exaltais Christ, ce que tu disais qu'Il √©tait!¬Ľ Il dit: ¬ęEt maintenant qu'Il a pris ton p√®re, ton fr√®re, ta femme et ton b√©b√©...¬Ľ Il dit: ¬ęMaintenant, que signifie-t-Il pour toi?¬Ľ

45    J'ai r√©pondu: ¬ęMonsieur Isler, quand bien m√™me Il m'enverrait dans les r√©gions des perdus, je continuerais toujours √† L'aimer! Car un jour, l√†-bas dans une vieille cabane √† charbon, quelque chose s'est pass√© ici au fond dans mon coeur, de sorte qu'il n'y a rien qui puisse l'effacer. Ce n'est pas que j'aie fait quelque chose. C'est la Gr√Ęce √©ternelle de Dieu qui m'a soutenu dans cette heure de grande d√©cision!¬Ľ

46    Et lorsque Notre Seigneur B√©ni, √† Geths√©man√©, alors qu'Il allait l√†-bas, lorsqu'Il fut re--lorsqu'Il devait √™tre rejet√© √† J√©rusalem et que le Conseil allait Lui enlever la vie... lorsque la destination √©ternelle de toute √Ęme qui ait jamais exist√© ou qui pourrait √™tre sur Terre, reposait sur Sa d√©cision!

47    Oh! que la mienne √©tait petite, en comparaison de celle-l√†! Que la v√ītre √©tait petite, en comparaison de celle-l√†! C'est tellement dommage que nous ne soyons pas m√™me capables de supporter ces petites choses!

48    Mais dans cette heure cruciale, jusqu'√† ce qu'Il souffre, connaissant toutes choses, jusqu'√† ce que l'eau et le sang se s√©par√®rent dans Son corps, et que de grosses gouttes de sang semblables √† la sueur tomb√®rent de Son front. Il mourut davantage √† Geths√©man√© qu'√† la Croix.

49    Nous √©tions juste √† cet √©v√©nement, juste avant que la grande bataille commence, et Il a pris la communion. Il a rassembl√© Ses disciples, afin de leur parler de ces choses.

50    Et c'est de cette mani√®re qu'Il fait avec vous et moi, juste avant que la grande bataille de la vie ne commence. Avant que la grande bataille du bien et du mal ne commence √† s'engager au-dedans de nous, Dieu nous am√®ne √† Geths√©man√©. Il nous am√®ne √† la communion et Il en parle avec nous.

51    L√†-bas √† Phoenix, en Arizona, il y avait un petit trio qui chantait pour moi: ¬ęJ'aimerais en parler avec J√©sus.¬Ľ J'aimerais dire: ¬ęJ√©sus Tu m'as aim√© alors que mon sentier √©tait devenu si √©troit. Lorsqu'il faisait tellement sombre que je ne pouvais plus voir au loin, Tu m'as aim√© lorsqu'il est devenu sombre.¬Ľ Et le petit chant continue et dit: ¬ęJ'aimerais en parler.¬Ľ

52    Et c'est une bonne chose lorsque des hommes et des femmes de cette terre s'arr√™tent au cours du long voyage de la vie, afin d'en parler avec J√©sus, avoir communion avec Lui, dans un √©change. Et alors la bataille commence, celle des tests et des √©preuves. ¬ęTout fils qui vient √† Dieu doit √™tre √©prouv√©.¬Ľ

53    Maintenant, la communion n'est pas une erreur. Elle n'est pas donn√©e dans le but que beaucoup de gens pensent. Certaines √©glises d√©nominationnelles appellent--appellent la communion: ¬ęLes derniers rites qui font partie du Salut.¬Ľ La communion ne fait pas partie du Salut. La communion ne vous donne pas le Salut. Que vous la preniez lors de votre mort, ou--ou quoi que ce soit, cela n'a rien √† faire avec votre Salut.

54    C'est une comm√©moration. Dans l'√Čvangile, J√©sus a dit: ¬ęFaites ceci en m√©moire de Moi.¬Ľ Elle n'enseigne pas ou n'indique pas le Salut, mais elle est faite en comm√©moration d'une oeuvre accomplie, oeuvre qui est faite en vous par le Saint-Esprit. C'est une comm√©moration.

55    Maintenant, il y en a beaucoup qui prennent la communion et qui ne sont pas sauv√©s. Beaucoup avaient mang√© l'agneau pascal, et ils ont p√©ri dans le d√©sert. Et aujourd'hui, il y en a beaucoup qui prennent la communion et qui ne verront jamais Dieu.

56    Mais vous ne pouvez pas √™tre participant de Son Salut et ne pas Le voir, parce que le Salut est un don de Dieu. Et la communion est la comm√©moration du grand Sacrifice qui se suffit en tout, Lequel avait √©t√© pr√©par√© pour ce Salut. C'est afin de faire voir aux gens que nous croyons en la mort, l'ensevelissement et la r√©surrection du Seigneur J√©sus-Christ. Cela repr√©sente une oeuvre accomplie.

57    Autrefois, le Salut n'√©tait pas accompli par les sacrifices des boucs, des brebis et des g√©nisses, dans l'Ancien Testament, parce que le sang de l'Ancien Testament ne pouvait pas expier le p√©ch√©. Ce sang ne pouvait que couvrir le p√©ch√©. Il d√©signait un temps o√Ļ il pourrait √™tre complet. Demain soir, nous irons directement l√†-dedans. Mais cela n'√©tait qu'un type.

58    Mais lorsque J√©sus est venu, et que Son Sang a √©t√© vers√© au Calvaire, c'√©tait un divorce complet avec le p√©ch√©. Ce sang a √īt√© le p√©ch√©. C'est cela l'unique moyen de Salut. Il n'y a pas de choses comme se joindre √† une √©glise, de lettres de communion fraternelle, pas de bapt√™me rituel, ni de communion, ni rien dans les rituels, ni un objet que Dieu aurait laiss√© comme des objets se rapportant au Salut. Tout est fait en comm√©moration d'une oeuvre accomplie!

59    Le bapt√™me d'eau ne vous sauve pas, comme les gens le pensent parfois. L'eau de bapt√™me est une comm√©moration de la mort, l'ensevelissement, et la r√©surrection du Seigneur. Il ne vous sauve pas.

60    La communion est en comm√©moration de Sa grande agonie et de Son d√©part et Son corps bris√©, et Son Sang qui a √©t√© r√©pandu. Ce n'est pas le Sang litt√©ral, ce n'est pas le Corps litt√©ral, mais c'est en comm√©moration de Son Corps litt√©ral et de Son pr√©cieux Sang. Et nous prenons cela comme une ordonnance, et J√©sus nous a command√© de le faire. Aussi longtemps qu'Il est parti, nous devons le faire.

61    Nous avons une grande et belle image dans le Livre, l'√Čp√ģtre aux H√©breux, au chapitre 7. J'aimerais lire un petit passage seulement dans H√©breux afin d'avoir un contexte pour accompagner ceci:
    En effet, ce Melchis√©dek, roi de Salem, sacrificateur du Dieu Tr√®s-Haut, qui alla au-devant d'Abraham lorsqu'il revenait de la d√©faite des rois, qui le b√©nit,
    et √† qui Abraham donna la d√ģme de tout,qui est d'abord roi de justice, d'apr√®s la signification de son nom, ensuite roi de Salem, c'est-√†-dire roi de paix...

62    Remarquez, nous voulons venir en arri√®re et r√©fl√©chir. Paul se r√©f√®re ici √† un personnage de l'Ancien Testament. Dans le Livre de la Gen√®se, prenons la vie d'Abraham, √† partir du chapitre 12 de la Gen√®se. Dieu donne la promesse √† Abraham, selon laquelle la semence juste viendrait par Abraham. Et Abraham, alors que beaucoup de gens croient qu'il √©tait Juif, il ne l'√©tait pas. Abraham √©tait un Gentil, un Chald√©en, de la ville d'Ur. Et il est devenu un serviteur de Dieu, non pas parce qu'il √©tait diff√©rent des autres, mais √† cause de l'√©lection de Dieu.

63    Vous n'√™tes pas sauv√© parce que vous √™tes une bonne personne. Vous √™tes sauv√© parce que Christ vous a choisi. Aucun homme ne cherche Dieu, c'est Dieu qui cherche l'homme. J√©sus a dit: ¬ęAucun homme ne peut venir √† Moi, si Mon P√®re ne l'attire premi√®rement.¬Ľ Et si nous pouvions nous arr√™ter un moment seulement, pour nous rendre compte de la grande importance de cette chose unique, que c'est Dieu qui vous a choisi; ne voulant pas que vous p√©rissiez, mais voulant vous donner l'occasion, Il vous a appel√© et choisi pour que vous soyez Son serviteur. Eh bien! Quoi de plus pr√©cieux que cela? Sans que vous fassiez un choix! Ce serait totalement impossible pour un homme de chercher Dieu, car par sa nature, il est un p√©cheur, et il n'a rien au-dedans de lui pour lui donner le d√©sir de servir Dieu.

64    Pouvez-vous aller dire au cochon qu'il est coupable? Il est un cochon par nature. Pouvez-vous lui dire que son r√©gime est mauvais? Certainement pas. Par nature, il est un cochon. Vous devriez lui dire qu'il pourrait √™tre un agneau, mais lui, il est satisfait d'√™tre un cochon.

65    Et un p√©cheur est satisfait d'√™tre p√©cheur, parce que sa nature est une nature p√©cheresse.

66    Et voici la chose: Nous sommes tous n√©s dans le p√©ch√©, con√ßus dans l'iniquit√©, venus au monde prof√©rant le mensonge; par nature, un enfant de la d√©sob√©issance, sans esp√©rance, avec la col√®re de Dieu demeurant sur nous. Et par l'Amour et la gr√Ęce de Christ, Dieu, dans Sa gr√Ęce souveraine et Son omnipotence, a frapp√© √† la porte de votre coeur et vous a donn√© l'occasion b√©nie, vous a fait pivoter et vous a fait remonter la route. Comment pourriez-vous n√©gliger cela? Il change tous vos d√©sirs, vous fait pivoter, et fait que vous commenciez √† marcher dans une autre direction! Oh! vous serez sot aux yeux du monde, mais b√©ni aux yeux de Dieu. ¬ęB√©nis sont ceux-l√† qui ont vraiment faim et soif de la justice, car ils seront remplis.¬Ľ a dit notre Seigneur J√©sus-Christ. Dieu, par Sa gr√Ęce √©tonnante!

67    Remarquez, c'est ce que Dieu a fait, ce que Dieu a appel√©. Vous, vous n'aviez aucun d√©sir d'appeler. Vous ne pouviez avoir aucun d√©sir d'appeler, parce que votre nature √©tait compl√®tement oppos√©e √† cela. Mais Dieu, par √©lection, vous a appel√© et vous fait pivoter, et Il a fait que vos affections soient tourn√©es vers Christ et les choses d'En-Haut. Comment pourrions-nous n√©gliger cela?

68    Alors Dieu a montr√©, en Abraham, ce qu'Il ferait pour tous. Cette promesse b√©nie de la r√©surrection et la Vie √©ternelle ont √©t√© donn√©es non seulement √† Abraham, mais √©galement √† sa semence apr√®s lui, les appel√©s, les √©lus de Dieu.

69    Et nous remarquons cela, quand Abraham s√©journait l√†-bas dans les champs. Lot, qu'il appelait son fr√®re, c'√©tait en r√©alit√© son neveu, le fils de son fr√®re. Et le temps est venu pour le test. Et Lot est devenu faible dans le test. Il est une parfaite image du croyant charnel aujourd'hui. Lorsque sont venues les √©preuves pour rester sur Terre st√©rile, Abraham a laiss√© le choix √† Lot. Et Lot, levant les yeux, a vu les champs, la vall√©e, et elle √©tait pleine d'herbes. Elle √©tait aussi pleine de belles maisons. Elle √©tait pleine de gaiet√©. Elle √©tait aussi pleine de p√©ch√©. Mais Lot, √©tant de nature charnelle, aimant le monde pr√©sent plus que les choses √† venir, a choisi de vivre dans la luxure de cette vie plut√īt que d'avoir la vie future.

70    Abraham, lui, √©tant un type parfait du v√©ritable croyant qui a √©t√© lav√© dans le Sang de l'Agneau et dont les affections sont tourn√©es vers les choses d'En-Haut, dit: ¬ęMoi, je prendrai le parti de la minorit√© m√©pris√©e, la minorit√© du Seigneur. Peu importe si cela me co√Ľte ma popularit√©, quoi que cela puisse co√Ľter, je prendrai le parti de la minorit√© du Seigneur.¬Ľ Et il a choisi de rester sur Terre o√Ļ Dieu l'avait plac√©, sous le temps de l'√©preuve.

71    Je me demande ce soir si je suis en train de parler aux gens qui, ayant une fois commenc√© avec Dieu et, quand le temps de l'√©preuve arrive, choisissent plut√īt de retourner dans le monde pour faire les choses du monde, ou avez-vous pris le vieux chemin rugueux du Salut?

72    Avez-vous fait comme Mo√Įse lorsqu'il se trouvait dans l'√©preuve? Alors qu'il avait le pied sur le tr√īne de l'√Čgypte, mais... il a estim√© les richesses de Christ de plus grands tr√©sors que toutes les richesses de l'√Čgypte. Il a abandonn√© l'√Čgypte, ne tenant compte ni de sa quantit√© d'or, ni de sa popularit√©. Il a pris Dieu √† Sa Parole! Et il a abandonn√© les choses de l'√Čgypte, estimant l'opprobre de Christ une richesse plus grande que tous les tr√©sors de l'√Čgypte.

73    Que laissons-nous lors du test, lorsque les dures √©preuves arrivent? Lorsqu'on dit: ¬ęParce que vous √™tes s√©par√© des choses du monde, vous √™tes devenu un fanatique religieux.¬Ľ
    C'est cela qui am√®ne la tension. Cela doit arriver. Et vous n'avez qu'√† faire le choix.

74    Mais moi, je pr√©f√®re demeurer sous l'ombre du Tout-Puissant. Je pr√©f√®re aller mon chemin, et, comme Jacob, avoir un oreiller de pierre. Je pr√©f√®re √™tre consid√©r√© par le monde comme un toqu√©, plut√īt que de poss√©der toutes les richesses et b√©n√©dictions que ce monde pourrait offrir. Car les b√©n√©dictions de Dieu sont plus grandes que les richesses et l'or et l'argent de ce monde! Remarquez maintenant.

75    Lorsque les grandes √©preuves sont arriv√©es, Lot s'est engag√© dans le p√©ch√©. Rappelez-vous qu'il quittait la montagne pour descendre dans la plaine. Il a r√©trograd√© comme le... un parfait repr√©sentant de la Chr√©tient√© charnelle aujourd'hui, la soi-disant Chr√©tient√©, qui pr√©f√®re prendre le chemin de la facilit√©, le lit de p√©tales de roses, plut√īt que de rester fid√®le dans le temps de l'√©preuve. Et il s'est trouv√© finalement en difficult√©.

76    Et vous aussi, vous vous trouverez en difficult√©. Lorsque vous choisissez ce lit confortable fait de plumes; souvenez-vous que vous allez avoir des probl√®mes ou quelque chose. ¬ęVos p√©ch√©s vous rencontreront!¬Ľ Et Dieu vous rattrapera un jour!

77    Et un jour, le roi, les rois pa√Įens des grandes r√©gions √©loign√©es sont venus prendre Lot et ses enfants, sa femme et tout ce qu'il poss√©dait, et ils les ont emport√©s.

78    Et un jour, mon ami fragile, si vous ne restez pas sous le Sang, les royaumes de Satan vous surprendront et vous emporteront, si vous ne restez pas sous le Sang.

79    Et Abraham, un type du juste, s'est tellement pr√©occup√© de son neveu, un repr√©sentant du v√©ritable Chr√©tien qui est test√©, √©prouv√©, et qui fait ses preuves.

80    Maintenant, cela avait beaucoup de rapport avec les femmes. La femme de Lot √©tait charnelle, et tr√®s charnelle m√™me. Elle se tient l√†-bas aujourd'hui dans les champs, comme une colonne de sel, comme une disgr√Ęce pour ceux qui passent par l√†.

81    Sara, une belle femme, voulait faire ce que Dieu voulait qu'elle fasse. Elle respectait son mari, comme nous en avons ainsi parl√© clairement hier soir. Et elle est rest√©e avec Abraham, peu importe ce qui arrivait. Elle est rest√©e avec lui parce qu'il restait avec la promesse. Voil√† la chose.

82    Alors lorsque Lot a √©t√© emmen√©, le coeur d'Abraham est all√© √† sa recherche. Et il a rassembl√© une arm√©e constitu√©e de ses propres serviteurs, et il est all√© apr√®s son fr√®re. Quel beau type! Ils ont pris leurs √©p√©es et ont d√©capit√© ces rois, jusqu'√† ce qu'il n'en reste plus un seul.

83    Et c'est l√† le type du pr√©dicateur de l'√Čvangile, lorsqu'il voit que le p√©ch√© a saisi son √©glise et saisi le peuple. Il prend le vieil √Čvangile b√©ni, l'√Čp√©e de l'Esprit. Et il coupe, coupe et coupe le p√©ch√© en morceaux, jusqu'√† ce qu'il coupe et √©limine le p√©ch√© de l'√©glise, s'il est un v√©ritable serviteur de Dieu. Il enl√®ve tous les non-sens, tous les comm√©rages et toutes les m√©disances. Il √īte toutes les choses et les natures charnelles du monde qui se sont gliss√©es dans l'√©glise, s'il est un v√©ritable serviteur de Dieu. Il prend la Parole et il coupe cela d'un bout √† l'autre, jusqu'√† ce qu'il ait coup√© toutes choses.

84    Et lorsqu'il a rattrap√© Lot, son fr√®re r√©trograde, et ses enfants, et alors qu'il les ramenait √† la r√©conciliation, remarquez ce grand Roi est descendu de J√©rusalem et est venu √† sa rencontre. Melchis√©dek! Quel type d'homme √©tait-ce? Il √©tait appel√© ¬ęRoi de Salem¬Ľ, et n'importe quel √©rudit sait que ¬ęSalem¬Ľ √©tait J√©rusalem. On l'appelait ¬ęSalem¬Ľ avant que ce soit ¬ęJ√©rusalem¬Ľ. Qui √©tait cet Homme venant √† sa rencontre, qui pensait qu'il avait fait la d√©marche correcte? Qui √©tait cette Personne qui s'est tenue pr√®s de lui? Observez Qui est-IL: ¬ęIl est le Roi de J√©rusalem et Il est aussi le Roi de paix.¬Ľ Verset 3: ¬ęQui est sans p√®re, sans m√®re, sans g√©n√©alogie, qui n'a ni commencement de jours ni fin de vie...¬Ľ

85    Qui √©tait ce Grand Prince qui est all√© √† sa rencontre lorsque la bataille √©tait termin√©e? Ouvrons en Gen√®se, au verset 14--au chapitre 14, verset 18:
    Et ce Melchis√©dek, roi de Salem, apporta du pain et du vin... b√©nit cela et dit: B√©ni soit... Abram par le Dieu Tr√®s-Haut, ma√ģtre du ciel et de la terre!

86    √Ä la fin de la bataille, apr√®s que la victoire soit remport√©e, apr√®s que le nettoyage soit fait, Melchis√©dek a rencontr√© Abraham dans les plaines, apportant du pain et du vin, et Il les lui a servis.

87    Et qui? Celui-l√† n'√©tait personne d'autre que Celui qui rencontra Abraham environ une ann√©e plus tard, s'assit sous un arbre et lui parla.

88    Et ce m√™me Melchis√©dek dit: ¬ęJe ne prendrai plus de ce fruit de la vigne jusqu'√† ce que J'en boive du nouveau avec vous dans le Royaume de Mon P√®re, lorsque la bataille sera termin√©e, lorsque la victoire sera remport√©e.¬Ľ Alors, nous en boirons du nouveau dans Son Royaume, lorsque la derni√®re bataille aura √©t√© livr√©e. Lorsque la derni√®re √©p√©e aura tu√© le dernier p√©ch√© du monde, et que la grande √Čglise du Dieu Vivant aura triomph√©, Christ les rencontrera dans les airs, avec du pain et du vin, de nouveau, et nous prendrons la communion, pour l'√Čternit√©, en pr√©sence du P√®re.

89    Oh! p√®lerin fatigu√©, ce soir, reviens √† la maison du P√®re! Sortez de Sodome! Vous avez √©t√© r√©concili√©s par le Sang. Et ce glorieux m√©morial ce soir, lorsque notre grand Melchis√©dek, Lequel n'avait ni commencement de jours, ni fin de vie, mais Il est un Roi et un Prince pour toujours et √† toujours...

90    Le Saint-Esprit ce soir est en train de courtiser ceux qui ne sont pas encore sauv√©s, si vous √™tes sans Christ ce soir. Et lorsque la bataille sera termin√©e, si vous voulez Le rencontrer en paix et prendre la communion avec Lui, et si vous avez promis de L'aimer et que vous voulez vous s√©parer des choses du monde, prenez le vieil √Čvangile et le chemin rugueux √† l'ancienne mode, et buvez la coupe de l'amertume de la pers√©cution du monde. Et en buvant les rem√®des am√®res de la pers√©cution du monde, il nous est promis par la Bible que nous boirons un jour les vins succulents du Ciel, lorsque nous Le rencontrerons en paix l√†-bas entre les Cieux et la terre, lorsqu'Il viendra servir la communion.

91    Puissent nos coeurs m√©diter ceci: ¬ęJ'en boirai √† nouveau avec vous dans le Royaume de Mon P√®re.¬Ľ S'Il devait venir avant la prochaine P√Ęques, si vous deviez mourir avant la prochaine P√Ęques, cela n'emp√™chera pas ce grand √©v√®nement-l√†. ¬ęCar je dis par la Parole du Seigneur, que ceux qui sont endormis en Christ ressusciteront premi√®rement. Et nous qui sommes vivants, nous serons ensemble enlev√©s avec eux dans les airs, √† la rencontre du Seigneur.¬Ľ Et le grand Melchis√©dek des Cieux, le Roi, non pas de la J√©rusalem naturelle, mais le Roi de la J√©rusalem C√©leste, de la nouvelle J√©rusalem, viendra √† notre rencontre, et Il nous servira de nouveau le pain et le vin.

92    Ce soir nous prendrons les symboles de cela. Nous devons faire cela jusqu'√† ce que nous Le voyions revenir. Puissions-nous √™tre trouv√©s fid√®les, tandis que nous courbons nos t√™tes pour un moment, pour un mot de pri√®re.

93    Tous ici, demeurez aussi tranquilles que possible en ce moment solennel et saint. Que c'est facile de laisser ces choses nous √©chapper! La Bible dit: ¬ę√Ä moins que nous laissions ces choses nous √©chapper en n√©gligeant un si grand Salut...¬Ľ C'est si facile d'oublier cela. Nous ne venons pas √† l'√©glise pour √™tre vus. Nous ne venons pas pour entendre de bonnes chansons ou de bons sermons. Nous venons √† l'√©glise pour adorer, adorer Dieu.
    Et chacun d'entre nous, notre √™tre mortel poss√®de une √Ęme qui devra Le rencontrer un jour. Et le soir de ce grand jour de crucifixion, en comm√©moration de Son d√©part... Ce soir, si vous n'√™tes pas Chr√©tien, et que vous n'avez jamais accept√© Christ comme Sauveur dans votre vie, √™tes-vous convaincu de fa√ßon satisfaisante par la pr√©dication de la Parole, alors que le Saint-Esprit Se tient √† c√īt√© de vous, pour vous dire: ¬ęTu es coupable?¬Ľ Maintenant, faites demi-tour et prenez l'autre chemin. Voulez-vous d√©clarer la m√™me chose en levant la main pour dire: ¬ęFr√®re Branham, priez pour moi. Je sollicite maintenant vos pri√®res, afin que Dieu Se montre mis√©ricordieux envers moi?¬Ľ
    Voulez-vous lever la main alors que nous attendons? Dieu vous b√©nisse, monsieur. Quelqu'un d'autre? Que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse, monsieur. Que Dieu te b√©nisse, petit. Que Dieu te b√©nisse. Quelqu'un d'autre... que Dieu vous b√©nisse, madame.
    Vous dites: ¬ęFr√®re Branham, cela veut-il dire quelque chose, le fait de lever la main?¬Ľ
    C'est la diff√©rence entre la vie et la mort. Qu'y a-t-il de plus grand que la vie? Vous aimez--vous regardez la nature; vous l'aimez, vous d√©testez vous en √©loigner.

94    Juste de l'autre c√īt√© de la rue, ici, lorsque la femme de mon fr√®re √©tait mourante, un matin, il y a de nombreuses ann√©es, quand la pauvre petite Ruth a lev√© la t√™te, il y avait un rouge-gorge dans un cerisier, et elle voulait le voir encore une fois... Combien elle aimait la nature. Mais un jour, quand J√©sus viendra, elle entendra les oiseaux de l'√©ternit√© chanter. Les fleurs immortelles pousseront. Il n'y aura plus de maladie, de tristesse ou de mort parce qu'elle a fait la paix avec Dieu et a accept√© le grand Christ qui est mort pour elle. Avec cette assurance b√©nie qui ne peut faillir, la Parole b√©nie de Dieu qui ne peut mentir, a promis la Vie √©ternelle √† ceux qui croient. Quand vous levez la main, cela montre qu'un esprit √† l'int√©rieur de vous a pris une d√©cision.
    Que Dieu vous b√©nisse, madame. Quelque chose en vous, un esprit... par nature, vos bras ont √©t√© faits pour pendre et quand vous levez les mains, vous d√©fiez les lois m√™mes de la gravitation. Cela doit √™tre surnaturel. C'est--c'est contraire √† la science, c'est contraire √† toutes les choses scientifiques, que vous brisiez les lois de la gravitation. Cela ne peut se faire √† moins qu'il y ait quelque chose de surnaturel. Vos bras pendraient continuellement. Mais si dans votre coeur vous croyez l'√Čvangile et si vous avez pris votre d√©cision ce soir, si vous en avez fini avec le p√©ch√©... en cette belle approche du Calvaire, lorsque demain √† trois heures, nous comm√©morerons le jour o√Ļ J√©sus est mort pour votre Salut... Et vous y avez assez pens√© pour que le Saint-Esprit vienne frapper √† votre coeur et maintenant vous l'avez accept√©..
    Vous avez seulement... quelque chose dans votre coeur a dit: ¬ęL√®ve la main.¬Ľ Cela montre aux gens et √† Dieu que vous le croyez et que vous l'acceptez. Que Dieu vous b√©nisse, vous tous les petits enfants. Trois ou quatre sont √† l'autel, des petits gar√ßons et des filles d'environ huit, dix ans. Ils ont tous lev√© la main ensemble. J√©sus a dit: ¬ęLaissez venir √† moi les petits enfants, et ne les en emp√™chez pas; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent.¬Ľ
    Y en a-t-il un autre, avant que nous priions? Que Dieu vous b√©nisse, madame. C'est vraiment... vous pouvez avoir fait beaucoup de choses dans la vie, madame. C'√©tait authentique; je crois que vous √™tes une femme honn√™te. Et souvenez-vous que vous n'auriez pas pu lever la main, ch√®re Soeur, √† moins que quelque chose √† l'int√©rieur de vous, quelque chose de profond en vous, ne vous ait dit de le faire.
    Cela peut sembler un peu fou √† l'esprit charnel, mais Fr√®re, ce jour-l√†, quand le docteur s'en ira en disant: ¬ęC'est fini.¬Ľ
    Quand il s'√©loignera de cette sant√© ruin√©e, que l'on retirera votre corps et le sang qui coule, et votre coeur souffrant... ¬ęCe n'est plus n√©cessaire de s'occuper d'eux; ils sont finis.¬Ľ
    Oh! la la! Et alors fr√©n√©tiquement, pendant une heure, vous essaierez de vous repentir; et Dieu a dit: ¬ęDans tes calamit√©s, Je ne peux que rire.¬Ľ
    Mais alors que vous √™tes dans votre bon sens, alors que vous... [Passage blanc sur la bande. - N.D.T.]

95    P√®re, tandis que nous terminons ce Message et que la moisson d'environ quinze personnes qui ont lev√© leur main, eux qui ont √©t√© p√©cheurs tout au long de leur vie... et maintenant, par gr√Ęce, Tu leur as parl√©, Tu les as fait pivoter sur eux-m√™mes pour faire face au Calvaire, en entendant ces Paroles sorties de la bouche du Fils de Dieu: ¬ęP√®re, pardonne-leur, ils ne savaient pas ce qu'ils faisaient.¬Ľ Mais ce soir, ils ont re√ßu l'√Čvangile. Nous L'entendons dire, quelques jours avant ceci: ¬ęQuiconque entend Mes Paroles et croit en Celui qui M'a envoy√©, a la Vie qui dure √† toujours, et il ne viendra pas en jugement, mais il est pass√© de la mort √† la Vie.¬Ľ

96    Nous Te les pr√©sentons ce soir, Seigneur, comme Tes enfants. Puissent Tes √Čternelles b√©n√©dictions reposer sur eux, dans le Nom de Christ nous Te prions. Puissent-ils venir Dimanche matin, avec leurs habits emball√©s, disant: ¬ęJe d√©sire faire une confession publique devant ce monde, que je suis un croyant. J'ai maintenant le d√©sir de me faire baptiser dans le Nom du Seigneur J√©sus-Christ, afin de L'appeler √† me remplir du Saint-Esprit et de prendre soin de moi durant ma vie.¬Ľ

97    B√©nis ces jeunes femmes, les hommes √Ęg√©s, les petits enfants, et tous. Prends soin d'eux, P√®re, ils sont √† Toi. Et alors comme fruits de ce message ce soir, je Te les pr√©sente comme les attributs. Et ils sont dans Ta main, comme des dons d'Amour de Dieu le P√®re. Je Te prie de prendre soin d'eux durant leur vie. Je prie dans le Nom de J√©sus. Amen!

98    Nous sommes tr√®s heureux de vous avoir ici ce soir, et nous sommes contents que vous soyez venus. Et demain soir, notre message de demain soir sera sur: ¬ęLa Perfection du croyant.¬Ľ Et maintenant, venez, emmenez quelqu'un avec vous, s'il n'y a pas de r√©union √† votre √©glise.

99    Et maintenant, nous allons prendre la communion. Peut-√™tre que certains d'entre vous... je suis un tout petit peu en retard de quelques minutes seulement, et nous allons laisser aller ceux qui doivent partir.

100    Et ceux qui souhaitent rester pour prendre la communion et le lavage des pieds avec nous, nous croyons de fa√ßon absolue que nous devons faire chaque chose que J√©sus nous a demand√©e de faire. Et s'Il doit venir dans ma g√©n√©ration, et qu'Il me laisse demeurer dans mon bon sens et garder Son amour dans mon coeur, j'essayerai de faire de mon mieux pour tout accomplir et √™tre trouv√© fid√®le √† mon poste.
    Que Dieu vous b√©nisse maintenant!
EN HAUT