ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Jéhovah-Jiré #3 de William Branham a été prêchée 62-0707 La durée est de: 1 hour and 46 minutes .pdf La traduction Shp
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Jéhovah-Jiré #3

1 Merci, Fr√®re Borders. Vous pouvez vous asseoir. Je viens de communier un peu avec Fr√®re Harrell, le pr√©sident des r√©unions, et j'ai d√©couvert qu'il est missionnaire, et nous avons en quelque sorte des choses en commun. Il va maintenant retourner en C√īte-de-l'Or [Ancien nom du Ghana - N.D.T], en Afrique. Et je me propose d'y aller cette ann√©e. Ensemble, nous essayions de prendre des dispositions pour une visite en C√īte-de-l'Or, en revenant de l'Afrique du Sud.

2 C'est l√†, en Afrique du Sud, que nous avons tenu ce que je crois √™tre l'une des plus grandes r√©unions de ma vie, et o√Ļ nous avons vu trente mille purs indig√®nes recevoir Christ en m√™me temps. Amen! On leur a demand√© de briser leurs idoles au sol pour montrer qu'ils ne plaisantaient pas. Et ils les ont bris√©es. C'√©tait comme un tourbillon de poussi√®re qui s'√©levait, et ils ont accept√© Christ comme leur Sauveur en une seule r√©union. Ils avaient un bon suivi l√†-bas, alors on - on les a gagn√©s.

3 Mais le plus grand appel √† l'autel que le Seigneur nous ait donn√© et dont je peux me souvenir, c'√©tait en - c'√©tait l√† en Inde, o√Ļ nous avions eu pr√®s de cinq cent mille personnes au cours d'une seule r√©union. Et l√†, nous - nous ne pouvions simplement pas faire l'estimation; c'√©tait simplement partout, jusqu'√† perte de vue. Et tous avaient accept√© Christ comme leur Sauveur, mais il n'y a eu personne pour en assurer le suivi. Il allait donc de soi que les - les sikhs aient r√©cup√©r√© les leurs, que les ja√Įns aient r√©cup√©r√© les leurs, et ainsi de suite. Je pense que la plupart d'entre eux sont retourn√©s en d√©pit de ce que le Seigneur avait fait et produit l√†-bas.

4 Le minist√®re que le Seigneur m'a donn√© n'a pas tellement d'effet en Am√©rique, si ce n'est qu'aupr√®s des pentec√ītistes. La plupart des √©glises am√©ricaines sont des √©glises tr√®s intellectuelles. Et elles croient un credo, et elles ne s'arr√™tent que l√†; vous ne pouvez les bouger de l√†.

5 Mais quand on prend un indigène et qu'on essaie de lui dire quelque chose sur un credo, lui qui ne sait même pas distinguer sa main droite de sa main gauche, à quoi bon lui donner un pamphlet? Il faut qu'il voie quelque chose. Et quand il voit cela, il est alors convaincu. Et s'il voit son sorcier guérisseur se lever pour défier cela, et qu'il voie le Saint-Esprit le terrasser sur-le-champ, alors cela - cela démontre Qui est Dieu, et alors cela règle la question.
Et je suis donc très heureux d'avoir fait la connaissance de Frère Harrell. Je parlais juste des indigènes d'Afrique. Il parlait de parrainer une des réunions de Frère T.L. Osborn.

6 Beaucoup d'entre vous connaissent Frère Osborn, j'espère. Oh! C’est un précieux serviteur de Christ, le Frère Osborn. Il est l'un de mes amis intimes. Assurément! J'ai dans mon cour une profonde révérence envers Frère Osborn; quel grand missionnaire à. Je crois que celui qui a fait le plus dans les champs missionnaires que n'importe qui sur terre, à ma connaissance, c'est - c'est Frère Osborn. Un gars très doux et très bien, et j'aime vraiment Frère et Soeur Osborn.

7 On m'a appris que Maman Arganbright est ici √† la r√©union, ce soir. Etes-vous en train de vous d√©rober √† mes regards, Maman Arganbright? J'appr√©cie vraiment votre bon fruit. Et ce n'est pas √©tonnant qu'elle soit une si gentille petite dame; elle vient de cette r√©gion-ci du pays. Elle parle souvent de Grass Valley. Combien connaissent Monsieur et Mme Arganbright de Grass Valley? Eh bien, c'est tr√®s bien. O√Ļ √™tes-vous, Maman Arganbright? Il y a longtemps que je ne vous ai pas vue; vous √™tes entr√©e furtivement. La voil√†. Oui. Qu'elle soit b√©nie! Sa maison est un deuxi√®me chez moi; c'est une femme merveilleuse, originaire d'ici, de Grass Valley. Et elle a toujours eu un fardeau pour ces gens. Et maman Arganbright, si c'est votre premi√®re soir√©e ici... Aujourd'hui, j'√©tais l√† dans les bois en train de prier quand vous avez rendu visite √† mon √©pouse et aux autres. Et je regrette de n'avoir pas √©t√© l√† pour vous voir et rencontrer votre amie.

8 Mais, je vais vous dire quelque chose que j'ai vu se produire chez vous ici et que je n'ai vu nulle part ailleurs, dans une autre ville am√©ricaine. J'ai vu des Chr√©tiens reconna√ģtre qu'ils avaient tort vis-√†-vis de la Parole de Dieu, se lever et implorer mis√©ricorde. Oui. Il me semble qu'un r√©veil pourrait commencer ici. Ce serait merveilleux. J'ai tant pr√™ch√© de par le monde, et en particulier en Am√©rique; je n'ai jamais vu des groupes de Chr√©tiens se lever, pour dire qu'ils reconnaissaient avoir tort, quand la Parole √©tait apport√©e en vue de d√©montrer la Parole. Non seulement eux, mais les ministres aussi... Eh bien, c'est cela la sinc√©rit√©. J'aime cela.
Soeur Arganbright, vous êtes priée de vous lever.

9 Je vais embarrasser ma femme. C'est la personne la plus timide au monde. Mais elle est assise ici ce soir. Chérie, je sais que tu me revaudras cela; mais je vais demander à mon épouse de se lever. Elle est pour moi la plus douce femme du monde. [L'assemblée applaudit. - Ed.]

10 Ma petite, ma fille, ma fille a√ģn√©e, R√©becca, maintenant, mon tr√©sor, je sais que tu es br√Ľl√©e par le soleil, mais je veux que tu te l√®ves quand m√™me. Tr√®s bien, R√©becca. Voici ma fille, R√©becca. [L'assembl√©e applaudit. - Ed.]. Merci. Merci.

11 Fr√®re Jewel Rose, combien le connaissent? Un soir, il a demand√© √† ma femme de venir √† l'estrade o√Ļ j'√©tais, alors que nous avions d√©j√† commenc√©. Et, elle a failli s'√©vanouir. Elle l'esquive simplement, o√Ļ qu'elle le rencontre. Elle l'√©vite, de peur qu'il l'appelle encore √† l'estrade.

12 Je lui ai dit : ¬ęUn soir, je te demanderai de te lever et de nous parler un tout petit peu.¬Ľ

13 Elle a r√©pondu : ¬ęPr√©pare alors un seau d'eau, car je vais m'√©vanouir.¬Ľ

14 Ma femme est une très précieuse personne. S'il y a un honneur à rendre à la famille Branham, que cela lui revienne. C'est elle qui se tient entre le public et moi. Et tout ce qui a été bien fait, c'est bien elle qui l'a fait.

15 J'espère que chaque jeune homme ici présent, quand il va se marier, trouvera une femme et qu'ils vivront aussi heureux que ma femme et moi pendant ces vingt-deux ans de mariage que nous avons vécus.

16 ¬ęCelui qui a trouv√© une femme a trouv√© le bonheur.¬Ľ Comme l'a dit Salomon, ¬ęune bonne femme est un joyau de la couronne d'un homme. Celle qui est impie est semblable √† l'eau dans son sang √† lui¬Ľ. Et le sang de l'homme, c'est sa vie. Une impie est donc la pire des choses qu'il puisse avoir. Et celle qui est pieuse est la meilleure chose qu'il puisse avoir en dehors du salut. Si Dieu pouvait donner √† un homme une chose meilleure qu'une femme, Il la lui aurait donn√©e, puisque Dieu ne donne que de bonnes choses √† Ses enfants. Et Il lui a donn√© une femme, et j'en suis reconnaissant.

17 Et de voir les femmes l'autre soir, quand je parlais quelque peu durement... Il y a une Ecriture sur l'habillement, la chevelure et le comportement des femmes pentec√ītistes. Vous dites : ¬ęCela ne change rien.¬Ľ Bien s√Ľr que si.

18 J'aimerais vous demander quelque chose. Frère Harrel que voici est un missionnaire.

19 A Durban, en Afrique du Sud, des femmes se tenaient là nues comme elles l'étaient en venant au monde. Elles n'avaient jamais porté un morceau d'étoffe, sauf un petit bout d'étoffe d'environ quatre à six pouces [dix à quinze centimètres - Ed.]. Et elles se tenaient là toutes nues. Et elles se tenaient sur le terrain après que ce miracle extraordinaire se fut produit sur l'estrade. Et il y avait dans ce groupe près de dix mille musulmans qui, à la fois, acceptèrent Christ au cours de cette même réunion. Et puis, là-dedans quand... Ces femmes, ainsi que ces hommes, qui se tenaient là, acceptèrent Christ.

20 Et Fr√®re Bosworth a dit : ¬ęFr√®re Branham, je crois que tu devras faire encore cet appel. Je crois qu'ils pensent qu'il s'agit de la gu√©rison du corps.¬Ľ

21 Et j'ai dit : ¬ęEn effet, avec quinze diff√©rents interpr√®tes, vous savez qu'il faut... Vous devez noter ce que vous avez dit. Pendant qu'ils... quand vous dites : ¬ęJ√©sus-Christ, le Fils de Dieu, est venu pour sauver les p√©cheurs¬Ľ, l'un fera alors : ¬ębou, bou, bou, bou¬Ľ, et l'autre : ¬ęni, ni, ni, ni¬Ľ, c'est-√†-dire ¬ęJ√©sus-Christ, le Fils de Dieu¬Ľ.

22 Vous savez, je - j'entendais les gens parler en langues, et je me disais : ¬ęOh! la la! √áa ne peut √™tre vrai¬Ľ. Mais la Bible dit qu'il n'y a pas de son d√©pourvu de sens, de signification. Quand j'entendais cela, les uns gloussaient comme des oiseaux, les autres poussaient des cris aigus comme des bestioles, et tout le reste. Mais, √ßa signifie quelque chose pour eux, si... Chaque son √©tait significatif.

23 Et quand on a repris, j'ai dit : ¬ęEh bien, que ceux qui savent r√©ellement qu'il ne s'agit pas de la gu√©rison du corps, mais qu'il s'agit d'accepter Christ comme Sauveur, qu'il s'agit d'aller au ciel, et qui croient au Fils de Dieu, qui L'acceptent comme leur Sauveur personnel, qu'ils brisent leurs idoles au sol.¬Ľ Et ils les ont jet√©es par terre. Et j'ai dit : ¬ęJuste l√† o√Ļ vous √™tes maintenant, levez les mains vers ce Dieu-l√†, et louez-Le. Il vous donnera le Saint-Esprit.¬Ľ

24 Et pendant qu'ils √©taient l√†, sur ce terrain, j'ai vu ces femmes qui √©taient compl√®tement nues - et aussit√īt que Christ les a touch√©es - elles quittaient ce terrain, avec leurs mains crois√©es. Et quand on les rencontrait de nouveau, elles √©taient habill√©es.

25 Bon, si Christ fait qu'une pa√Įenne nue se rende compte qu'elle a tort d'√™tre nue, alors que des femmes qui professent √™tre Chr√©tiennes se d√©shabillent de plus en plus, au fil des ann√©es, je n'y comprends rien! Il y a quelque chose de faux quelque part.

26 Une pa√Įenne brute, se tenant juste l√†, n√©e dans ce monde et n'ayant jamais su qu'elle √©tait nue. Elle ne sait pas qu'elle est nue. Mais que Christ s'approche d'elle, elle se rendra compte qu'elle est nue, √† tel point qu'elle essaiera de se couvrir autant que possible en croisant ses bras et s'√©loignera. Deux ou trois jours plus tard, si vous la rencontrez de nouveau, elle sera habill√©e.

27 Eh bien, il y a quelque chose de faux quelque part, et je suis certain que Christ n'y est pas. Oh! Je crois que la Parole est parfaite.

28 J'aime vraiment le voyage d'Abraham. Pas vous? Je suis resté là-dessus pendant longtemps, j'espère aborder Jéhovah-Jiré ce soir. J'ai commencé mon sujet il y a trois ou quatre soirées passées, et je n'y arrive jamais.

29 Mais, une ann√©e durant, chez moi, j'ai pris comme sujet de pr√©dication : Job. Eh bien, pendant pr√®s d'une ann√©e, je suis rest√© dans le Livre de Job; chaque dimanche et chaque mercredi, j'√©tais sur Job. Et finalement, je l'ai amen√© √† s'asseoir sur le tas de cendre. Je l'ai gard√© l√† pendant environ trois ou quatre semaines. Et, une - une pr√©cieuse soeur eut assez de courage pour m'√©crire, disant : ¬ęFr√®re Branham, quand allez-vous retirer Job du tas de cendre?¬Ľ

30 Bon, je m'imagine que vous êtes en train de vous demander quand je vais amener Abraham à voir Jéhovah-Jiré.

31 Mais, je voulais en venir √† quelque chose. Abraham en dehors de. Ou plut√īt quand Job √©tait assis l√† sur ce tas de cendre, et que Elihu parlait, Dieu √©prouvait Son saint. Et j'ai tout reconstitu√© jusqu'√† ce que je sois parvenu au point o√Ļ je pouvais atteindre l'objectif, ayant d√©j√† tout appr√™t√©. Puis le Seigneur est descendu dans ce tourbillon, des √©clairs ont commenc√© √† briller, et des tonnerres √† gronder. Et l'Esprit de Dieu est venu sur le proph√®te; il s'est tenu debout et a dit : ¬ęJe sais que mon R√©dempteur est vivant.¬Ľ Observez : ¬ęR√©dempteur. Et qu'aux derniers jours, Il se l√®vera sur la terre. Apr√®s que ma peau aura √©t√© d√©truite, moi-m√™me je contemplerai Dieu, je Le verrai, et Il me sera favorable; et mes yeux Le verront, et non ceux d'un autre.¬Ľ Oh! Quelle le√ßon nous avons l√†! Pour faire p√©n√©trer cela, il a fallu du temps pour bien pr√©parer les gens et rendre bien l'Esprit bien dispos√©, et alors, j'ai fait p√©n√©trer cela. Et puis, les gens firent une file √† l'autel et le remplirent, en se repentant.

32 Si vous √™tes vraiment conduit par l'Esprit, prenez simplement votre temps jusqu'√† ce que vous ayez fait une bonne mise au point. Autrement, vous allez tirer soit trop haut, soit trop loin, ou quelque chose comme √ßa. Faisons-en la mise au point, la Bible. Je crois que c'est √† cela que Dieu veut que nous nous ajustions. Le Saint-Esprit s'√©tait ajust√© aux ap√ītres, ou plut√īt ce sont eux qui s'√©taient ajust√©s au Saint-Esprit. Et je crois que nous pouvons faire la m√™me chose par la m√™me Parole. Il s'agit d'atteindre la cible. Et si cela l'a atteint pile une fois, √ßa peut l'atteindre une nouvelle fois. Mais vous devez faire la mise au point. Assurez-vous que votre souffle, votre force et tout le reste vont tr√®s bien. Je tire sur des cibles; je sais ce que c'est que faire une mise au point et un fusil qui s'ajuste.

33 Une fois, j'avais retourn√© un jour un petit mod√®le 75 √† la Soci√©t√© Winchester. Et, avec ce fusil, je ne parvenais pas √† atteindre, √† 50 yards [environ 46m - N.D.T.], une cible d'environ un tiers ou un quart de pouce [environ 1,95 cm ou 0,65 cm - N.D.T.]. Et la Soci√©t√© Winchester me l'a renvoy√© disant : ¬ęR√©v√©rend Branham, ce fusil a uniquement √©t√© con√ßu pour - pour que cinq coups atteignent successivement une cible d'un pouce, situ√©e √† une distance de vingt-cinq yards.¬Ľ Eh bien, c'est ce que la soci√©t√© de fabrication avait dit. J'en sais autre chose. Je venais d'atteindre d'affil√©e et avec pr√©cision, sur une ligne, neuf clous d'une moquette situ√©e √† environ cinquante m√®tres. Je savais donc que c'√©tait bien ajust√©. J'ai donc simplement continu√© √† m'amuser, et √† m'amuser avec cela, jusqu'√† ce que je suis parvenu √† nouveau.

34 Eh bien, il en est de m√™me de la Parole de Dieu. Ces choses-l√† que les ap√ītres ont faites, ces choses-l√† que Christ a promises, nous devons nous ajuster √† la Parole, √† l'Esprit. Si cela a r√©ussi une fois, cela r√©ussira de nouveau, car c'est Dieu. Et Dieu est la Parole, et Il ne peut faillir.

35 Il faut une certaine stabilité. Si un fusil est un peu trop détaché comme ceci au niveau de l'avant-bras, un peu détaché ou trop serré, et si rien ne gène, appuyez votre doigt sur le fusil; et s'il tire parfaitement, la pression de votre doigt va vous faire manquer la cible. Tout doit être parfaitement en ordre.

36 C'est ainsi que vous devez agir dans le Christianisme pour rendre la Parole - La rendre manifeste. Vous devez bien vous comporter vis-à-vis de la Parole et avec Dieu. Il faut que ça soit parfait, et alors ça va se diriger droit vers la cible. Ça doit être ainsi. Par conséquent, vous devez sentir que l'Esprit est bel et bien en ordre quand vous prêchez. Ensuite, visez; le coup partira et ça va atteindre la cible.

37 Alors, les gens qui sont dans les alentours disent souvent : ¬ęFr√®re Branham, je n'entends pas parler de vos r√©unions.¬Ľ

38 Je n'ai pas de m√©dia comme les autres fr√®res. Ils ont des revues, ils ont - ils ont la radio et la t√©l√©vision. J'accomplis simplement ma t√Ęche et j'essaie de repr√©senter le Seigneur J√©sus. Les gens voient cela, ils croient cela et ils sont gu√©ris. Dieu le sait, c'est tout ce qui importe. Voyez? Nous ne. Nous ne sommes pas. Il n'y aura pas d'histoire √† √©crire. Ne vous en faites pas. On n'aura pas le temps d'√©crire l'histoire. Je crois que J√©sus vient. √áa, je le crois. Et je veux vivre aujourd'hui comme s'Il venait aujourd'hui, ou demain. Pas de tr√®s grandes √©coles et ainsi de suite. Pourquoi faire ces choses, et ensuite pr√™cher que J√©sus vient? Eh bien, nos propres oeuvres t√©moignent contre nous. C'est vrai. J√©sus vient, soyons - pr√©parons l'√©glise pour √ßa. Soyons pr√™ts. Oh! Combien je L'aime!

39 Inclinons maintenant la tête pour un mot de prière. Oh! Comme j'aime voir les gens incliner la tête avec révérence! Maintenant, restons simplement silencieux pour un petit moment et réfléchissons. Maintenant, nous voulons prendre notre temps. Demain c'est dimanche, le sabbat, le jour du sabbat chrétien. Et je ne veux pas que vous soyez en retard à l'école du dimanche, bien que nous ne voulions pas nous empresser dans ces choses.

40 Demandez-vous maintenant : ¬ęSeigneur, ce soir, le d√©sir de mon cour est-il conforme √† Ta volont√©?¬Ľ S'il en est ainsi, alors pensez-y. Ensuite, pendant que vous pensez √† votre d√©sir et que vous le v√©rifiez √† la lumi√®re du programme de Dieu, s'il para√ģt tout √† fait conforme au programme de Dieu, alors je veux que vous puissiez lever la main vers Dieu, et dire : ¬ę√Ē Dieu, souviens-Toi de moi; voici mon besoin.¬Ľ Pensez-y tr√®s profond√©ment. Que Dieu vous b√©nisse! Bien. Que le Seigneur vous b√©nisse! C'est bien. Gardez simplement la main lev√©e. Il voit tout; Il sait tout ce qui doit √™tre fait. C'est bien. Que Dieu vous b√©nisse! Amen. Que le Seigneur vous b√©nisse! C'est bien. Continuez simplement √† penser, la main lev√©e. Maintenant, je suis en train d'observer chaque main qui se l√®ve. Tr√®s bien. C'est bien.

41 P√®re c√©leste, nous venons maintenant, nous approchant encore du tr√īne de mis√©ricorde dans ce tout-suffisant Nom du Seigneur J√©sus. Comme l'a dit le po√®te : ¬ęQue je trouve une douce d√©livrance au tr√īne de mis√©ricorde.¬Ľ √Ē Dieu, ils portent sur le coeur le fardeau de quelque chose; et, qu'ils trouvent maintenant, au tr√īne de mis√©ricorde, la consolation que Dieu leur procure, Lui, le grand M√©decin, ainsi que la foi pour leurs besoins.

42 J'ai mes deux mains levées. J'ai un besoin. Souviens-Toi de moi, Seigneur.

43 Souviens-Toi de tous ces gens-ci que ces mouchoirs repr√©sentent. Oh! Comme les t√©moignages sont venus √† la suite de ces choses! R√©v√©rencieux. Loin, dans ces collines sablonneuses, ici, quelque part, des m√®res, des p√®res, des petits b√©b√©s, des malades et d'autres personnes malades qui sont dans des h√īpitaux, un vieux papa aveugle assis dans une petite chambre avec une canne blanche √† la main, attendent le retour de ces mouchoirs... √Ē Dieu, sois mis√©ricordieux. Accorde, Seigneur, que l'ennemi perde sa puissance et sa force sur toute personne sur qui ils seront pos√©s, que les gens s'en aillent gu√©ris. En voici un sur lequel il est √©crit : ¬ęcancer¬Ľ. Que ce d√©mon les l√Ęche, Seigneur. Que le Saint-Esprit - pendant que Dieu regarde √† travers le Sang de Son Propre Fils qui mourut pour ce but - que la grande expiation soit suffisante ce soir. Et, que la foi coule tr√®s abondamment sur eux et puissent-ils - qu'ils re√ßoivent abondamment leur gu√©rison. Accorde-le, Seigneur.

44 Bénis maintenant Ta Parole. Viens en aide à Ton serviteur, oins-nous pour le service. Oins chaque coeur ici présent. Et maintenant, nous allons parler, Père. Dis-nous ce que nous devons dire, et dis-nous ce que nous devons faire. Nous nous attendons à ce que Tu sois avec nous au cours de la réunion.

45 Merci pour les beaux cantiques de ce soir, ces beaux hymnes. Ce jeune homme ici derri√®re, Fr√®re Heimer, vient de chanter ce merveilleux cantique : ¬ęLe Galil√©en¬Ľ. Que cet Etranger Galil√©en vienne maintenant, ce soir. Puissions-nous entendre Sa voix dire √† ceux qui sont agit√©s comme Il le dit √† l'eau agit√©e : ¬ęSilence! Tais-toi!¬Ľ Et que chaque coeur agit√© croie. Nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen. Et Il donna √† ce lieu le nom de J√©hovah-Jir√©. C'est pourquoi il est √©crit : A la montagne de l'Eternel il sera pourvu.

46 Bien, nous voulons commencer par ce grand personnage. Et alors demain, le Seigneur voulant..., ce soir nous allons essayer de terminer avec Abraham. Et demain, il y aura peut-être un sujet sur la guérison divine.

47 Ici, le Seigneur a √©t√© bon envers nous. Nous avons entendu des t√©moignages sur ce qui s'est pass√©. Et nous sommes tr√®s heureux. Et un soir, nous avons eu une ligne de pri√®re compl√®te, ou plut√īt nous avons appel√© les gens. Et nous n'avons vu dans le b√Ętiment aucune personne faible, aucune personne dans un fauteuil roulant, o√Ļ que ce soit, qui ne se soit lev√©e pour marcher et s'en aller.

48 Eh bien, chaque soir, le Saint-Esprit venait dans Sa magnifique et auguste Pr√©sence. Et, Il se mouvait dans l'auditoire, manifestant Sa Pr√©sence. Nous devons alors croire en Lui. Voyez, Il veut que vous croyiez en Lui. Le plus grand honneur que vous pouvez donner √† Dieu, c'est de croire en Lui. Vous devez croire. ¬ęIl faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe.¬Ľ Et maintenant, croyez-Le.

49 Et si j'ai pris Abraham, son voyage, c'est simplement parce que j'essaye de b√Ętir la foi pour atteindre ce glorieux point culminant, afin que les gens sachent qui ils sont.

50 C'est √ßa le probl√®me. J'ai d√©couvert deux cat√©gories de gens au cours de notre voyage. L'une c'est le pentec√ītiste, l'autre c'est le fondamentaliste. Bien! Quant √† la position, les fondamentalistes savent o√Ļ ils se tiennent, qui ils sont, mais ils n'ont pas la foi. Le pentec√ītiste a la foi, mais ne sait pas qui il est. Bon, c'est comme un homme qui a de l'argent en banque, mais qui ne sait pas remplir le ch√®que. Et un autre sait remplir le ch√®que, mais il n'a pas d'argent en banque. Si jamais vous prenez l'un et l'autre, quelque chose se passera. Si jamais vous prenez la foi pentec√ītiste avec la doctrine fondamentaliste, si jamais vous pouvez... ou de m√™me, si vous prenez la doctrine fondamentaliste avec la foi pentec√ītiste, il se passera quelque chose. C'est vrai.

51 Maintenant, combien j'aimerais donner un t√©moignage ici, au sujet d'une √©cole luth√©rienne o√Ļ j'ai vu quatre cents personnes recevoir le bapt√™me du Saint-Esprit pendant que je leur en parlais. Oh! la la! C‚Äô√©tait glorieux de leur faire conna√ģtre cela. Ce qu'ils ont n'est pas. Ils ne sont pas exclus parce qu'ils sont luth√©riens.

52 On n'a rien contre les luth√©riens, les baptistes, les m√©thodistes, les catholiques, qui que ce soit. Je ne suis pas contre ces choses. Je ne suis pas contre ces gens. Je m'attaque au syst√®me qui les lie. Je n'ai rien contre les individus, ils sont tous des √™tres humains pour lesquels Christ est mort : catholique, Juif, qui que ce soit. Il s'agit du syst√®me. C'est comme les musulmans, les sikhs, les ja√Įns, ou qui que ce soit; il s'agit du syst√®me. Le bouddhisme est un syst√®me. Voyez? Il ne s'agit pas des gens qui - qui adorent Bouddha; il s'agit du syst√®me qui les √©loigne.

53 Jésus, de même, n'était pas contre les gens. Il est mort pour eux. Mais il s'agissait des systèmes qui L'écartaient, qui empêchaient les gens de s'approcher de Lui. Il en est de même aujourd'hui.

54 Eh bien, je me suis dit qu'en prenant Abraham, sachant que la promesse était donnée à Abraham et à sa postérité. Maintenant, faisons un petit voyage rétrospectif pour en avoir le contexte et revenons droit au texte ce soir pour un petit moment.

55 Et les cartes de prière seront données à quiconque désire qu'on prie pour lui. Et nous. Si tous vous ne les obtenez pas ce soir, nous en aurons demain. Et celui qui veut que l'on prie pour lui doit avoir une carte de prière. Et soyez ici demain à 13h30' pour obtenir votre carte de prière, car nous voulons commencer la réunion à cette heure-là. Et demain, nous prierons pour tous ceux qui auront des cartes de prière. Nous essayons pendant les soirées de recevoir ceux qui n'ont pas de cartes de prière, de sorte que ceux qui en ont aient le privilège d'être dans la ligne de prière. Et les autres seront appelés là-bas, sans cartes de prière. Cela concerne les deux - les deux groupes. La carte de prière ne signifie rien. Mais, lorsque vous donnez une carte de prière à quelqu'un, il est immédiatement guéri à environ quarante pour cent par le simple fait de penser qu'il vient dans la ligne; il faut quelque chose que l'on peut tenir, quelque chose auquel on peut regarder, ou quelque chose comme cela. Et mon - mon fils va distribuer les cartes de prière demain à 13h30', de sorte que vers 14h00' les gens s'en aillent pour se reposer des activités de la journée.

56 Et vous qui d√©sirez les photos, le livre, ou les bandes, il vous faut vous en procurer ce soir. Il n'y a pas de vente le dimanche; nous ne permettons jamais que √ßa soit vendu le. Nous respectons le dimanche, nous ne vendons pas du tout le dimanche. Et ces livres et autres ne repr√©sentent rien pour moi; ce sont des livres que les gens ont √©crits sur mon minist√®re; des photos que l'Association Am√©ricaine des Photographes avaient tir√©es, et elles appartiennent au Studio Douglas, tous droits de reproduction r√©serv√©s. Le livre appartient √† Fr√®re Gordon Lindsay et √† l'aum√īnier Julius Stadsklev. Nous les achetons et les amenons √† la r√©union, et nous les vendons au prix co√Ľtant, presqu'√† perte. Et nous avons toujours dit ceci, si quelqu'un.
J'ai dit aux gens qui les vendent : ¬ęSi un homme ou une femme se pr√©sente l√†, une personne pauvre qui n'a pas d'argent pour acheter ce livre, donnez-le-lui de toute fa√ßon. Et nous allons. Je veillerai √† ce que l'on s'en occupe.¬Ľ Et si vous avez obtenu le livre et que √ßa ne vaut pas le prix, retournez-le. Rien de retourn√© ne manquera d'√™tre rembours√©. Voyez? C'est juste quelque chose pour aider votre foi. C'est pour cette seule raison que nous essayons de le faire. Sinon nous ne permettrions pas que cela soit ici. C'est tout √† fait vrai. Eh bien, ce soir donc, rappelez-vous, ils seront au kiosque √† livres. Monsieur Wood est un ami intime √† moi, ainsi que Mme Wood. J'aurais aim√© vous parler de leur t√©moignage, comment leur fils fut gu√©ri de la polio, et beaucoup d'autres choses qui se sont pass√©es, concernant les gens pr√©sents ici, dans la r√©union.

57 Maintenant, donnons un aper√ßu historique d'Abraham. D'abord, Dieu rencontra Abraham et fit une alliance inconditionnelle avec lui. Rien du tout; Abraham n'avait rien √† faire sinon croire en Dieu. L'alliance √©tait purement bas√©e sur la gr√Ęce et elle √©tait inconditionnelle. Pas ¬ęSi vous faites.¬Ľ; Dieu a dit : ¬ęJ'ai.¬Ľ Et maintenant, chaque homme.

58 Rappelez-vous que toute semence d'Abraham qui vient √† Dieu viendra de la m√™me mani√®re. Il n'y a rien que vous puisiez faire. Vous ne pouvez pas vous sauver vous-m√™me, pas plus que vous ne pourriez sans aide sauter jusqu'√† la lune. Vous ne pouvez pas vous sauver vous-m√™me. Nul n'a cherch√© Dieu; c'est Dieu qui cherche l'homme : ¬ęVous ne m'aviez jamais choisi, a dit J√©sus, c'est moi qui vous ai choisis.¬Ľ Le premier.?.

59 Pouvez-vous aller là et dire à un porc que c'est mauvais pour lui de manger la bourbe? Il vous dira de vous occuper de vos propres affaires. Mais il faudrait quelque chose qui puisse changer sa nature pour l'amener à comprendre que c'est mauvais. Il faut qu'au préalable quelque chose arrive au cochon.

60 La raison pour laquelle les soi-disant croyants se vautrent maintes fois dans la boue, retournent au péché, c'est puisque. On peut laver un porc, et lui peindre les ongles, et lui faire les soins de ses babines. Ce - c'est mauvais, je ne sais comment on appelle ça. Le rouge à lèvres (n'est-ce pas?), ou quelque chose comme cela. Je confonds toutes ces choses. De toute façon, vous savez de quoi il s'agit. Vous mettez du rouge à lèvres sur une vieille truie et - et, vous savez, faites-lui toutes les autres toilettes, et elle ira droit dans le bourbier, et s'y vautrera à nouveau. Pourquoi? C'est une truie pour commencer. La seule façon de la rendre différente, c'est de changer sa nature.

61 La seule façon pour un homme ou une femme de se mettre en ordre avec Dieu, c'est de changer sa nature, de se purifier, de mourir au péché du vieil homme, et d'être né de nouveau de l'Esprit de Dieu. Et c'est Christ qui est l'Esprit de Dieu; et Christ est la Parole. Ensuite, cela rend témoignage à la Parole. Voilà la seule façon de le faire.

62 Eh bien, Abraham cherchait une cité dont Dieu était le Constructeur et l'Architecte. Et aujourd'hui, nous sommes des pèlerins, des étrangers cherchant une cité dont Dieu est le Constructeur et l'Architecte. Tenez, Abraham, avant qu'il n'ait su quoi que ce soit, avait en lui quelque chose comme un instinct, qui faisait qu'il regarde vers la cité.

63 Aujourd'hui, pendant que je descendais la rue avec mon √©pouse, je disais : ¬ęVoici un tr√®s joli petit endroit sur la colline; peut-√™tre que 300 ans avant, il y avait un beau bois avec de tr√®s grands arbres. L'homme est venu et les a coup√©s, et il a pollu√© les ruisseaux. √áa aurait √©t√© un bel endroit o√Ļ vivre, ici.¬Ľ Oui, mais voyez, il a construit des maisons. Ensuite, les gens ont commenc√© √† se multiplier. Le p√©ch√© et la violence ont commenc√© √† s'y infiltrer. Hollywood s'est approch√©e d'eux et s'y est introduite par le cin√©ma, par la t√©l√©vision. Par. Et maintenant, chaque ville est souill√©e et remplie de p√©ch√©s.

64 Et bien s√Ľr, en tant que des personnes, il y a quelque chose en eux qui fait qu'ils aiment vivre ensemble, √™tre bons voisins et honn√™tes. Il y a s√Ľrement une Cit√© quelque part. La profondeur appelle encore la profondeur.

65 Et Abraham avait vu les cit√©s de son √©poque, Ur en Chald√©e. Et il savait, √† cause de l'appel qu'il y avait en lui, qu'il y avait une Cit√© qui √©tait diff√©rente, dont le Constructeur et l'Architecte √©tait Dieu. Et Dieu vit cela en Abraham et lui dit : ¬ęS√©pare-toi maintenant, pars de l√†.¬Ľ

66 Eh bien, à propos d'Abraham, il y a une chose que je désire vous faire remarquer : il a obéi à la Parole de Dieu à la lettre.

67 Souvenez-vous-en toujours. C'est ça mon message. Vous devez obéir à la Parole. Et si vous connaissez quelque chose de contraire à Ça, tenez-vous-en éloigné. Ça peut sembler bon, mais ne raisonnez pas sur la Parole de Dieu.

68 La première chose que Satan fit, c'était de faire raisonner Eve sur la Parole de Dieu. Et elle n'En douta point, elle raisonna simplement. Satan raisonna Là-dessus.

69 Et c'est ainsi qu'ils agissent aujourd'hui. ¬ęNe serait-il pas raisonnable que nous fassions ceci? Ne serait-il pas raisonnable?¬Ľ Si c'est contraire √† la Parole de Dieu, tenez-vous-en √©loign√©. C'est la voix de Satan.

70 Que la Parole... Si la Parole est en vous. ¬ęSi vous demeurez en Moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez alors ce que vous voulez, le Saint-Esprit... Si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous (c'est cela la Parole faite chair), demandez ce que vous voulez, et cela vous sera accord√©.¬Ľ Voil√† la voie. D√©barrassez-vous de tout credo et de toute chose, et accrochez-vous √† la Parole parce que c'est Christ. Remarquez que c'est alors que √ßa va se manifester.

71 Quelqu'un a dit : ¬ęFr√®re Branham, comment connaissez-vous ces choses? Comment?¬Ľ

72 Ces choses que vous voyez ici dans cette s√©rie de r√©unions sont de petites choses. Tout celui qui a l'habitude de venir √† ce genre de r√©union le sait. Le Saint-Esprit r√©v√®le des choses qui se produisent des semaines et des mois plus tard. Et demandez √† n'importe qui si cela a d√©j√† failli une seule fois. Cela ne peut pas faillir. Voyez? ¬ęComment le savez-vous?¬Ľ C'est une promesse de la Parole, et l'heure est venue. √áa doit arriver. Bien, je ne sais pas, il y aura un tr√®s petit nombre, une minorit√© qui le croira, mais √ßa doit simplement continuer de la m√™me fa√ßon. Et avez-vous d√©j√† remarqu√© que √ßa passe juste par-dessus les gens, et que cela arrive et se termine avant qu'ils reconnaissent cela? C'est toujours ainsi.

73 Vous, les catholiques, savez-vous ce que votre √©glise a fait? Jeanne d'Arc, pour avoir √©t√© une - une vraie sainte de Dieu, op√©r√© des miracles de la part de Dieu, proph√©tis√© de la part de Dieu. Et vous l'avez trait√©e de sorci√®re et vous l'avez br√Ľl√©e sur le b√Ľcher. Elle a cri√© pour obtenir mis√©ricorde, mais vous l'avez br√Ľl√©e sur le b√Ľcher. Des centaines d'ann√©es plus tard, vous vous √™tes rendu compte que vous aviez tort, alors vous en avez fait une sainte. Vous avez manqu√© de la comprendre vous ne l'avez pas reconnue.

74 Elie vint, ils ne le reconnurent pas. ¬ęC'est un vieux charlatan!¬Ľ Christ vint, ils ne Le reconnurent pas, jusqu'apr√®s Sa mort, Son ensevelissement et Sa r√©surrection. C'est le principe de Dieu. Et √ßa aveugle l'incr√©dule. Et Il montra. Il dit : ¬ęJe l'ai cach√© aux sages et aux intelligents, et Je le r√©v√®le aux enfants qui veulent apprendre.¬Ľ Christ remercia Dieu pour avoir fait cela. Voyez? Humiliez-vous. Croyez cela. Eprouvez la Parole.

75 J√©sus a dit : ¬ęVous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en Elles la vie √©ternelle; ce sont Elles qui rendent t√©moignage de Moi. Vous auriez d√Ľ reconna√ģtre l'heure.¬Ľ Il dit, en parlant aux pharisiens : ¬ęVous, hypocrites! Vous savez discerner l'aspect du ciel, et vous ne pouvez discerner les signes des temps. Car, si vous M'aviez connu, vous auriez connu Mon jour.¬Ľ Ils ont manqu√© la chose, ils n'ont pas reconnu cela jusqu'√† ce que cela fut compl√®tement pass√©. Remarquez maintenant que la Parole est tr√®s importante.

76 Et remarquez un autre cas pendant que nous y sommes : Lot. J√©sus Lui-m√™me a dit : ¬ęSouvenez-vous de la femme de Lot.¬Ľ Si la Parole n'est pas si importante, si le raisonnement est tr√®s bien, quand cet Ange a dit √† Lot et √† Sa famille : ¬ęVa √† Tsoar, mais ne regarde pas derri√®re toi¬Ľ. Et la femme de Lot, √† cause d'une petite chose insignifiante comme tourner et regarder en arri√®re, ce qui √©tait pourtant contraire √† la Parole, devint une colonne de sel.

77 Puis vous dites : ¬ęVous parlez aux femmes au sujet de leurs cheveux qu'elles coupent, de leur habillement.¬Ľ Dieu a dit de ne pas le faire. Suivez la Parole. Et Lot avait sans doute une charmante √©pouse, mais elle n'avait pas suivi le commandement de la Parole. Lot. Eve √©tait une bonne femme, mais elle n'avait pas suivi le commandement de la Parole; elle a juste raisonn√© un peu l√†-dessus.

78 ¬ęNe serait-ce pas raisonnable, Fr√®re Branham, que nous fassions ceci? Je suis citoyen am√©ricain. Je - j'ai le droit de faire tout ce que je veux. C'est mon privil√®ge en tant qu'Am√©ricain.¬Ľ C'est votre privil√®ge en tant qu'Am√©ricain, mais pas votre privil√®ge en tant que Chr√©tien, car en tant que Chr√©tien, vous √™tes une brebis; et une brebis perd ses droits. Elle reste tranquille et vous laisse lui retirer tous ses droits. Mais un bouc fera des histoires √† ce propos. C'est vrai. Mais une brebis perd ses droits. Et un Chr√©tien perd toujours ses droits nationaux, s'ils sont contraires aux droits chr√©tiens.

79 La femme de Lot a simplement regardé en arrière [Frère Branham fait claquer les doigts. - Ed.]; ce fut tout. Eh bien, qu'est-ce que cela a fait? Il nous est montré ici, à travers Abraham et Lot, que ce qu'ils avaient fait là est un exemple. Et le fait est là, on ne peut rien y changer.

80 H√©breux, chapitre 11, dit : ¬ęCes choses sont arriv√©es pour nous servir d'exemples. Puisque nous sommes environn√©s d'une si grande nu√©e de t√©moins, nous devons rejeter tout p√©ch√©.¬Ľ Qu'est-ce que le p√©ch√©? C'est l'incr√©dulit√©. Tout p√©ch√©, toute incr√©dulit√© √† la Parole de Dieu, qui nous enveloppe si facilement.

81 Nous nous opposons √† quelque chose, disant : ¬ęEh bien, on pr√™che que - que c'√©tait.¬Ľ Ne faites pas cela. Faites seulement ce que Dieu vous a dit de faire. Tenez-vous-y √† la lettre.

82 Vous dites : ¬ęCela ne change rien.¬Ľ Tr√®s bien, la seule chose que je peux dire, c'est ce que la Parole dit. Et d'une mani√®re absolue J√©sus a dit : ¬ęSouvenez-vous de la femme de Lot.¬Ľ Elle regarda seulement par-dessus son √©paule. Eve s'arr√™ta simplement pour un instant. C'est tout ce qu'elle avait fait. La femme de Lot avait juste regard√© en arri√®re. Et Dieu avait chang√© cet homme juste, Lot, sa femme en une colonne de sel, juste pour une toute petite chose; elle avait simplement d√©sob√©i √† Ses commandements en regardant juste derri√®re elle pour voir ce que tout ce feu repr√©sentait, et elle est devenue une colonne de sel; et elle est l√† jusqu'√† ce jour comme un exemple montrant que Dieu ne plaisante pas.

83 Oh! Si la vraie foi pouvait s'ancrer dans les gens! ¬ęLa foi vient de ce que l'on entend, ce que l'on entend vient de la Parole de Dieu.¬Ľ

84 Eve s'√©tait arr√™t√©e un instant. C'est tout ce qui lui suffisait de faire. Satan s'√©tait saisi d'elle et l'avait fait raisonner l√†-dessus. ¬ęNe serait-ce pas raisonnable? Si soeur Une telle peut le faire, pourquoi pas vous? Elle est la femme du pasteur.¬Ľ Cela m'importe peu, qui elle est, ou qui il est. Si c'est contraire √† la Parole, n'√©coutez pas cela. Allez de l'avant. Des exemples.

85 C'est ainsi qu'Abraham avait agi. A quel point pensez vous que la - la médecine de l'époque pouvait lui avoir fait raisonner, lui disant qu'il n'aurait pas ce bébé. Et qu'en fut-il lorsqu'il eut soixante-quinze ans? Ensuite nous voyons qu'à 100 ans, il y croyait toujours et plus fermement qu'au début. Il a eu vingt-cinq ans pour continuer à ajouter plus de foi à la chose. J'aime ça. Oui, monsieur.

86 Ensuite, je voudrais attirer votre attention sur quelque chose d'autre avant de continuer. Avez-vous remarqu√©? Je - j'esp√®re que vous aviez compris que cette alliance √©tait confirm√©e quand elle √©tait r√©dig√©e et d√©chir√©e. Aviez-vous compris √ßa? Levez les mains si vous aviez saisi cela, si vous aviez compris ce que √ßa signifiait. Une alliance √©crite, d√©chir√©e; Dieu prit la manifestation de la trinit√©, la rendit une; Il la d√©chira, Il √©leva le Corps dans la gloire, et renvoya le Saint-Esprit pour vivre dans l'Eglise qui est la femme, l'Epouse, afin de produire la m√™me chose que ce Corps-l√† avait produit : le m√™me Esprit, le m√™me travail, la m√™me doctrine, toute chose √©tant parfaitement comme Il l'avait fait, le m√™me signe : ¬ęJ√©sus-Christ le m√™me hier, aujourd'hui, et pour toujours¬Ľ.

87 Remarquez. Il se peut qu'un Juif soit assis ici par hasard.

88 Vous voyez? Dieu fait ces choses, et cela va parmi les gens et pourtant, ils ne comprennent pas cela. Comme quand j'expliquais la raison pour laquelle les femmes se voilent le visage lors du mariage. Pourquoi? Il se peut qu'elles ne le comprennent pas. Mais, ce qu'elles font, c'est reconna√ģtre qu'elles sont un corps, qu'elles n'ont pas de t√™te; l'homme est sa t√™te. C'est la raison pour laquelle R√©becca se voila. Et c'est pourquoi l'Eglise doit se voiler et s'abandonner √† Christ, car Il est la T√™te, et Il est la Parole.

89 Eh bien, les Juifs, lors du Yom Kippour, lorsqu'ils prennent la communion, ou plut√īt la P√Ęque, tout Juif le sait, et il sait que sous le couvercle se trouve le morceau du pain kascher rompu. Et je ne connais aucun Juif avec lequel je me sois d√©j√† entretenu, qui soit capable de m'expliquer la raison d'√™tre de ce pain kascher rompu. Eh bien, elle est ici dans la confirmation de l'alliance, c'est le corps bris√© de Christ, quand Il s√©para Dieu de l'homme; Il √©tait √† la fois Dieu et homme. Et quand Il fit monter l'Esprit. Et J√©sus dit, √©coutez : ¬ęEn ce jour-l√†, vous conna√ģtrez que Je suis dans le P√®re, que le P√®re est en Moi; que Moi Je suis en vous et vous en Moi.¬Ľ C'est Dieu dans Son peuple, le m√™me Dieu.

90 Il S'était représenté là, nous en avions parlé hier soir. Dieu était descendu, S-e-i-g-n-e-u-r (avec majuscule), Jéhovah-Jiré, Jéhovah-Rapha, Jéhovah-Manassé, Elohim, le Tout-suffisant, le Puissant, Celui qui porte des seins, tous Ses titres et tout, était manifesté dans un corps humain qui avait mangé de la nourriture des hommes, et avait disparu à leur vue : Dieu.

91 Et J√©sus, quand Il est venu, Il a dit : ¬ęCe qui arriva en ce jour-l√† arrivera de m√™me.¬Ľ Dieu.

92 Voilà le pain kascher rompu, placé sous le couvercle, le morceau rompu; pas ce qu'ils prennent, mais ce qui est rompu. Pourquoi ne comprennent-ils pas cela?

93 C'est comme lorsque Jésus prit les - les parchemins et commença à lire. Il lit une partie du verset, et laissa le reste, puisque cela Le concernait en ce jour-là. Le reste du verset se rapporte à Sa seconde venue.

94 La raison pour laquelle les Juifs ne comprennent pas cela, c'est puisqu'ils devaient √™tre aveugl√©s. Ils n'ont pas reconnu leur Messie, et pourtant Il √©tait l√†. Et chaque fois qu'ils prennent leur - leur P√Ęque, il y a toujours le pain kascher rompu, et ils ne comprennent pas cela.
J'ai pos√© la question √† un Rabbin. Il a r√©pondu : ¬ęOn nous a appris √† le faire.¬Ľ
J'ai dit : ¬ęPourquoi le faites-vous?¬Ľ
Il a r√©pondu : ¬ęJe ne sais pas. Nul ne le sait.¬Ľ

95 Voyez, la femme se voile le visage, pourtant elle ne comprend pas cela. Au lieu de se soumettre et laisser son mari être sa tête, elle est la tête du mari. C'est de la perversion. Eh bien, voilà l'attitude américaine.

96 Cependant, c'est ça, le pain kascher rompu. Ensuite, nous remarquons aussi... je veux aussi que vous remarquiez, vous... maintenant que nous posons le fondement avant d'aborder la partie proprement dite dont nous voulons parler ce soir.

97 Hier soir, vous vous rappelez que quand Abraham... l'alliance a été faite avec Abraham et sa Postérité. Or, la semence naturelle d'Abraham fut engendrée par un acte de foi; mais la vraie Semence d'Abraham était Christ, la Bible; Il était la Semence royale d'Abraham.

98 Maintenant, remarquez. Avant la destruction par le feu au jour d'Abraham, un signe fut donn√© √† Abraham, √† son groupe √©lu. C'√©tait que Dieu √©tait descendu sous la forme d'un homme. Il avait le dos tourn√© vers la tente o√Ļ se trouvait Sara, et avait r√©v√©l√© ce que Sara disait dans la tente. Et J√©sus est venu et a dit que la m√™me chose arriverait √† la fin de l'√Ęge. Bon, c‚Äô√©tait Abraham.

99 Puis sa semence naturelle, quand le Messie vint. Et Simon vint aupr√®s de J√©sus, et Celui-ci lui dit que son nom √©tait Simon, et qu'il √©tait le fils de Jonas. Il sut le secret de son coeur. Il dit √† Philippe - ou plut√īt √† Nathana√ęl que Philippe avait amen√© : ¬ęJe t'avais vu quand tu √©tais sous l'arbre.¬Ľ Il dit √† la femme au puits : ¬ęTu as cinq maris.¬Ľ Et elle dit : ¬ęSeigneur, je vois que Tu es proph√®te.¬Ľ Voyez, c'est √† la fin que la post√©rit√© naturelle d'Abraham re√ßut ce signe-l√†.

100 Et il a été prédit par la Semence royale Elle-même, Christ, que la Semence royale recevrait la même chose à la fin de ses jours. Maintenant, j'espère que nous saisissons cela.

101 Il le changea. Remarquez, Dieu changea le nom d'Abraham. Je ferais mieux de laisser tomber cela. Quand je reviendrai pour une longue s√©rie de r√©unions de r√©veil, nous allons entrer dans cela. Il a d√Ľ changer son nom, son nom terrestre, en un nom donn√© par Dieu.

102 Vous dites : ¬ęQue repr√©sente le nom d'un homme pour nous? Est-ce quelque chose?¬Ľ Oh! Fr√®re, si seulement vous connaissiez ce que signifient certains de ces noms modernes que nous portons! Je ne veux pas les citer, puisque √ßa va vous blesser. Mais √ßa... Dieu a des noms qui signifient quelque chose; √ßa change tout le cours des choses. Oh! Vous dites : ¬ęC'est absurde.¬Ľ

103 Qu'en est-il - qu'en est-il de Jacob? Avant qu'il ne devienne un prince devant Dieu, son nom devait √™tre chang√© de Jacob en Isra√ęl. Est-ce vrai? Bien s√Ľr. Paul! Le nom de Saul avait d√Ľ √™tre chang√© en Paul. Oh! Combien pourrions-nous en citer dont Dieu a chang√© les noms : Abram en Abraham, Sara√Į en Sara. Il changea leurs noms. Oh! la la! Quelle b√©n√©diction que d'entrer dans une petite √©glise compos√©e d'un groupe √©lu, et de se mettre √† enseigner cela, de voir les all√©luias dans les coeurs, quand on voit ce que Dieu fait!

104 Bon, hier soir j'ai expliqué cela entre les lignes et j'ai confirmé cela. J'aimerais juste reprendre cela avant d'aborder notre sujet. A savoir que Dieu changea Abraham, d'un vieil homme tout ridé, lui et Sara, en un jeune couple. Il changea leurs corps avant qu'ils ne reçoivent le fils promis. Le dernier signe qu'ils reçurent était la manifestation de Dieu dans la chair; Il pouvait lire dans le coeur d'une femme qui se trouvait dans la tente derrière Lui. Et ensuite leurs corps furent changés.
Bien, hier soir j'ai pris beaucoup de temps, et je sentais que certains en étaient embarrassés. Je veux encore rendre cela un peu plus clair.

105 Eh bien, la preuve en √©tait la suivante : quand tous les deux firent ce long voyage-l√†, ils avaient √©t√© compl√®tement chang√©s. Et la Bible dit que tous les deux √©taient avanc√©s en √Ęge. Et le corps d'Abraham √©tait pratiquement us√©, et le sein de Sara √©tait dess√©ch√©. Etait-ce vrai? Nous savons qu'ils √©taient us√©s, mais Dieu les changea. Maintenant, pour vous prouver qu'Il le fit... d'abord, pourquoi ce Philistin (ou plut√īt pas un. Oui, je crois que c'√©tait un roi philistin) √©tait-il tomb√© amoureux d'une vieille femme comme Sara? Elle √©tait donc belle d'apparence!

106 Puis, quand Isaac naquit, Sara et Abraham √©taient avanc√©s en √Ęge et sur le point de mourir. Ensuite ils surv√©curent, et Isaac se maria √† l'√Ęge de quarante ans. Sara mourut. Et apr√®s cela, Abraham prit une femme nomm√©e Ketura, et il eut d'elle cinq - six fils, je crois, sans compter les filles; et ici, soixante ans plus t√īt, il √©tait pratiquement us√©. K-e-t-u-r-a, Ketura; il √©pousa Ketura, cinquante ou soixante ans plus tard, et il eut d'elle six fils sans compter les filles; et soixante ans plus t√īt, il √©tait pratiquement us√©. All√©luia! Vous y √™tes. La promesse de Dieu est certaine. Amen! Oh! J‚Äôaime cela!

107 Il faut se mettre simplement à l'écart pour lire. Aujourd'hui, pendant que je lisais, là dans les bois, j'ai compris un petit quelque chose que je veux vous expliquer.

108 Isra√ęl, le peuple de Dieu, √©tait une fois en Egypte. Ils avaient √©t√© vendus comme esclaves et ils n'y pouvaient rien. C'est selon le glorieux plan pr√©destin√© de Dieu qu'ils furent envoy√©s l√†-bas. Il avait dit √† Abraham qu'ils s√©journeraient dans un pays √©tranger pendant quatre cents ans. Et l√†-bas, ils devinrent semblables aux autres peuples, et ils devinrent des esclaves. Si les - si les Egyptiens voulaient violer les jeunes filles des H√©breux, on n'y pouvait rien. S'ils voulaient tuer des jeunes hommes, ils les tuaient; on n'y pouvait rien. Ils √©taient des esclaves. On leur jetait du pain moisi qu'ils devaient manger ou se d√©brouiller sans. S'ils se plaignaient, on les tuait. Quel lieu pour le peuple de Dieu!

109 Mais un jour (All√©luia!), Dieu se souvint de Sa promesse √† Abraham. Gloire! Maintenant, je commence √† me sentir de nouveau religieux. Remarquez, Dieu se souvint de Sa promesse √† Abraham. Et Il oignit un proph√®te par une Colonne de Feu qui √©tait au-dessus de lui, et ce dernier descendit dans le pays et commen√ßa √† leur rappeler la promesse infaillible de Dieu. Et Dieu √©tait pr√©sent pour confirmer Sa Parole. C'est vrai. Il leur avait parl√© d'un pays o√Ļ coulaient le lait et le miel; un pays que Dieu leur avait donn√©. Ils sortirent de l'Egypte par la puissance du t√©moignage de ce proph√®te qui avait la Colonne de Feu au-dessus de lui, car il avait √©t√© envoy√©. Et Dieu avait confirm√© qu'Il √©tait avec lui.

110 Alors, arriv√©s au lieu appel√© Kad√®s-Barn√©a, qui fut autrefois le si√®ge mondial du jugement, Kad√®s-Barn√©a, ils avaient l√† parmi eux un guerrier du nom de Josu√©; et le mot ¬ęJosu√©¬Ľ signifie en h√©breux ¬ęJ√©hovah-Sauveur¬Ľ. Et Josu√©, le grand guerrier. Rappelez-vous maintenant, ils n'avaient jamais vu ce pays; ils en avaient seulement entendu parler. Voyez-vous le type maintenant? Ils avaient seulement entendu parler du pays. Ils avaient tout abandonn√© pour aller dans ce pays, parce que la Parole de l'Eternel leur avait √©t√© apport√©e, et avait confirm√© qu'ils √©taient en route pour ce pays. Quel type de l'Eglise en route, sans en savoir quelque chose, aucun d'eux n'y avait jamais √©t√©! Mais Josu√©... Quand ils se sont approch√©s de la fronti√®re, √† Kad√®s, le si√®ge du jugement, l√† le jugement frappa Isra√ęl, √† cause de celui qui avait √©t√© l√†-bas et qui en √©tait revenu. Et, Josu√© traversa le Jourdain et entra dans la terre promise, et ramena l'√©vidence que c'√©tait tout √† fait tel que Dieu l'avait dit. Et ils purent go√Ľter les raisins qui √©taient cultiv√©s dans ce pays b√©ni.

111 Bon, il leur √©tait promis un pays √† eux, o√Ļ ils seraient libres, o√Ļ ils √©l√®veraient leurs enfants dans la d√©cence et - et dans une crainte pieuse, o√Ļ ils auraient une √©glise, et ainsi de suite. Combien ils √©taient heureux de quitter l'esclavage, d'aller vers cette terre et d'avoir ce pays! Remarquez. Mais quand ils travers√®rent et qu'ils jouirent de leurs vies, ce fut quelque chose de magnifique. Mais finalement, les flancs des collines furent couverts de pierres tombales. Le peuple de Dieu vieillissait et mourait, il vieillissait et mourait.

112 Puis un jour, un autre grand Guerrier vint, le plus grand de tous, J√©hovah-Sauveur, J√©sus. Il vint et dit qu'il y a la Vie apr√®s la mort. ¬ęCar il y a plusieurs demeures dans la maison de Mon P√®re : si cela n'√©tait pas, Je vous l'aurais dit. Je vais vous pr√©parer une place. Je reviendrai et Je vous prendrai avec Moi.¬Ľ Et ce grand Guerrier parvint √† Son Kad√®s-Barn√©a, le si√®ge du jugement pour chacun de nous : le Calvaire. L√†, Il porta sur Lui l'iniquit√© de nous tous. Et Il traversa le fleuve Jourdain que nous appelons la mort. Et le troisi√®me jour, Il ressuscita, comme Josu√© qui revint de l'autre c√īt√© du fleuve, apportant l'√©vidence qu'un homme qui meurt peut revivre.

113 Et Il dit : ¬ęPour vous l'assurer, Je vous demande de monter l√†, √† la ville de J√©rusalem et d'y attendre. Je vais vous en donner le gage. Je vais vous donner l'√©vidence, l'acompte.¬Ľ Et ils mont√®rent √† la ville de J√©rusalem et attendirent jusqu'√† ce que la Vie Eternelle v√ģnt comme un vent imp√©tueux.

114 Et aujourd'hui, deux mille ans apr√®s, nous avons toujours cette √©vidence que nous sommes pass√©s de la mort √† la Vie. Notre Josu√© a ramen√© l'√©vidence, et nous sommes en route vers cette terre promise, go√Ľtant les dons c√©lestes que Dieu nous a ramen√©s. Voyez-le, combien c'est merveilleux! Consid√©rez ce que vous √©tiez auparavant : un so√Ľlard.

115 Aujourd'hui, j'ai rencontr√© un fr√®re; j'ai eu l'√©trange sensation pour prendre une certaine rue et aller dans une direction. J'ai oubli√© le nom de cet homme. Il se peut qu'il soit ici √† la r√©union. M√™me s'il n'y est pas, eh bien, Dieu a √©t√© bon pour lui. C'est un Indien, il est mi-Indien. Il est de la Virginie. Le Saint-Esprit m'a dit de ne pas en parler. J'ai demand√© √† ma femme de sortir. Il a dit : ¬ęVa dans cette direction et prends le coin.¬Ľ J'y suis all√©. Oh! √áa arrive tout le temps. ¬ęAttends juste ici.¬Ľ Puis j'ai attendu l√† pendant quelques minutes. Il a dit : ¬ęTourne et reprends cette direction.¬Ľ Et quand je l'ai fait, je l'ai rencontr√©.

116 Il a dit : ¬ęFr√®re Branham, je vous connais.¬Ľ Il a dit : ¬ęUne fois, je suis venu vous voir √† Jeffersonville.¬Ľ Et il a dit que je. ¬ęVous √©tiez √† l'√©tranger.¬Ľ Mais il √©tait un so√Ľlard dans sa vie. J'ai pris sa main, sans qu'il sache ce que je faisais. Et il avait la cirrhose de foie. Pendant que j'√©tais l√† debout tenant sa main, je ne sentais plus des vibrations. Qu'√©tait-ce? Il a √©t√© gu√©ri sur-le-champ, au coin de cette rue, aujourd'hui, dans votre ville.

117 Je ne sais pas qui est cet homme... Est-il ici? Je ne sais pas. S'il est ici, il. Je - je ne sais pas. Il a dit qu'il avait - qu'il voulait rentrer chez lui. Je crois qu'il a d√Ľ repartir. C'√©tait un - un Indien. Je pense qu'il est mari√© √† - √† une blanche et il est de la Virginie. Mais j'ai oubli√© son nom. Il vivait ici pr√®s de Lodi, ou quelque chose de ce genre. Et il √©tait all√© tr√®s loin, jusqu'√† Jeffersonville. Mais il sentait qu'il devait marcher jusqu'au coin; le Saint-Esprit avait dit : ¬ęVa dans cette direction.¬Ľ √Ē Dieu, sois mis√©ricordieux! Vous y √™tes!

118 Je peux prendre des heures et des heures pour vous raconter ce que j'ai vu arriver et √™tre accompli comme cela. Pourquoi? J√©sus, notre grand Guerrier, est all√© l√† et Il a conquis le pays, Il a conquis la mort, Il a conquis le s√©jour des morts. Il a conquis la tombe, Il est ressuscit√© le troisi√®me jour et Il a dit : ¬ęJ'√©tais mort; et voici, Je suis vivant aux si√®cles des si√®cles. Je tiens les clefs de la mort et du s√©jour des morts.¬Ľ Voil√† le Conqu√©rant, depuis qu'Il a d√©chir√© le voile en deux; Il se tient l√†.

119 C'est comme le cas d'une vieille soeur de couleur. Excusez-moi, vous, mes amis de couleur qui √™tes ici. Elle donnait un t√©moignage dans la r√©union, elle avait un accent du Sud tr√®s marqu√©. Elle disait : ¬ęEh bien, je veux vous dire √† vous tous quelque chose ce soir.¬Ľ Elle a dit : ¬ęJe ne suis certainement pas ce que je devrais √™tre.¬Ľ Et elle a dit : ¬ęJe ne suis certainement pas ce que je voudrais √™tre, mais je suis s√Ľre d'une chose : je ne suis plus ce que j'√©tais.¬Ľ Elle √©tait donc arriv√©e quelque part.

120 Et je dirais que c'est le cas ce soir. Une fois, nous étions perdus dans le péché. Et aujourd'hui, en acceptant l'évidence, la promesse restaurée, l'acompte de notre salut éternel, nous sommes ressuscités de la mort à la Vie, et nous vivons au-dessus de cela. Qu'en sera-t-il quand nous en recevrons le règlement complet et que nous traverserons la rivière pour entrer dans ce pays glorieux?

121 Un grand test... Bon, après toutes ces choses merveilleuses, Abraham fut mis à l'épreuve. Après qu'Abraham eut reçu la bénédiction, il fut mis à l'épreuve.

122 Eh bien, c'est l√† que les gens √©chouent. Maintenant, suivez donc tr√®s attentivement; ne manquez pas ceci. La Bible dit que chaque fils qui vient √† Dieu doit √™tre corrig√©, ch√Ęti√© et fouett√©. Et si nous ne pouvons pas supporter le ch√Ętiment, nous devenons des enfants ill√©gitimes, et non des enfants de Dieu. Cela montre que notre foi n'√©tait pas ce que nous confessions; nous n'avons pas ce que nous d√©clarions avoir. Eh bien, nous entrons alors dans un tr√®s bon calvinisme. Nous devons donc veiller √† cela.

123 Maintenant, remarquez, chaque fils qui vient √† Dieu doit √™tre corrig√© et ch√Ęti√©. La Parole le fouette et Elle le taille en pi√®ces, le d√©barrasse de tout credo (voyez?); il est √©prouv√©, pour voir s'il est fils de Dieu.
Après qu'Abraham eut reçu la bénédiction, il fut alors testé.

124 O√Ļ est pass√© le temps? Je n'ai m√™me pas encore termin√© mon sujet, et il est temps de cl√īturer. Voudriez-vous me supporter pendant quinze minutes de plus? [L'assembl√©e dit : ¬ęAmen.¬Ľ- Ed.]. Merci. Soyez r√©v√©rencieux. Abraham. Regardez No√©. Parlons-en juste un instant. Nous ne pouvons pas nous presser; ce n'est pas la peine. Oh! la la! Pourquoi sommes-nous press√©s? Je suis vraiment lent. Je - je ne suis pas comme certains de ces gars qui peuvent se tenir debout, juste... qui peuvent dire la chose si rapidement comme √ßa. Moi, je - je - je suis lent; je dois attendre jusqu'√† ce qu'Il me l'accorde.

125 Regardez No√© apr√®s que Dieu l'eut laiss√© pr√™cher pendant cent vingt ans au milieu d'un monde plus scientifique que celui que nous avons aujourd'hui. Eh bien, c'est s√Ľrement eux qui ont construit des pyramides. Nous ne pourrions pas les construire. Ils ont construit un sphinx. Nous ne pourrions pas le construire. Ils ont embaum√© des corps pour les faire para√ģtre encore naturels jusqu'aujourd'hui; nous n'en sommes pas capables. Ils avaient des colorants qu'ils pouvaient appliquer sur certaines choses, et qui font que pendant quatre mille ans, la coloration n'a jamais chang√©. Nous n'avons pas cela. Et √ßa montre qu'ils avaient une civilisation semblable √† celle dont J√©sus avait dit : ¬ęCe qui arriva du temps de No√©.¬Ľ Et No√©, au milieu de ce monde scientifique, pr√™chait que la pluie tomberait du ciel, puisque la Parole de Dieu l'avait dit. No√© √©tait un proph√®te.

126 Et quand vous voyez des prophètes se lever, vous feriez mieux de veiller; le jugement approche.

127 Ainsi, No√© pr√™chait, et les gens rejetaient cela et lui riaient au nez. Je peux m'imaginer certains d'entre eux dire : ¬ęNotre science ne confirme pas cela.¬Ľ Huh!

128 Je m'imagine que c'est la m√™me chose aujourd'hui. Ils disent : ¬ęLe fait de crier et de louer Dieu, de pleurer, et cette soi-disant vie d'exalt√© et tout, tout cela n'est qu'agitation due √† l'√©motion.¬Ľ Leur science ne confirme pas cela, mais la Bible de Dieu confirme cela. C'est ce qui importe. Remarquez.

129 Je m'imagine que la science est venue et a dit : ¬ęEcoutez, les amis. Ecoutez, vous avez - vous avez un peu perdu la t√™te. Regardez ici. Je. Nous avons des radars. Nous pouvons atteindre la lune ou envoyer un Spoutnik l√†-haut. Il n'y a aucune goutte d'eau d'ici jusque l√†. Alors, d'o√Ļ cela viendrait-il?¬Ľ

130 Je peux entendre No√© dire : ¬ęDieu l'a dit. Et si Dieu a dit qu'il en serait ainsi, Il est J√©hovah-Jir√©; Il peut pourvoir √† l'eau l√†-haut. Dieu l'a dit. Cela arrivera, de toute fa√ßon.¬Ľ Quelqu'un dit.

131 Consid√©rez un homme qui se meurt du cancer; il n'est que l'ombre d'un homme; il est l√†; l'ann√©e prochaine, il sera en bonne sant√©. Comment cela est-il arriv√©? Il s'est remis. J'ai des centaines de t√©moignages de ce genre. Un homme d√©j√† mort, et le m√©decin a sign√© une d√©claration disant : ¬ęIl est mort, il est mort depuis plusieurs heures.¬Ľ Et Dieu donne une vision; maintenant, il est en vie. Comment? Ne me posez pas la question. Je ne sais pas. Mais Dieu a dit : ¬ęGu√©rissez les malades, ressuscitez les morts et chassez les d√©mons.¬Ľ C'est vrai.

132 Si jamais vous √™tes malade et que Dieu vous d√©clare gu√©ri, allez simplement chez votre m√©decin, et qu'il vous dise quand vous avez √©t√© gu√©ri. Il vous donnera. Cela lui servira de t√©moignage quand il dira : ¬ęEh bien, c'est compl√®tement parti.¬Ľ Dites : ¬ęQue Dieu soit lou√©. Docteur, merci pour vos services¬Ľ, et allez simplement de l'avant. Voyez? C'est vrai. Remarquez.

133 Eh bien, No√© dit : ¬ęLa pluie vient, elle va d√©truire le monde entier, ainsi que vous les m√©chants.¬Ľ

134 ¬ęOh! c'est absurde! Nous avons des √©glises. Notre pasteur ne dit rien de tel. Ce vieil homme a perdu la t√™te, il est en train de construire une arche l√†-haut. Pensez-vous que quelqu'un va le croire?¬Ľ

135 Un jour, Dieu dit : ¬ęJ'en ai marre de leurs railleries. Je suis pr√™t maintenant. Entre.¬Ľ Et voici venir les animaux, deux √† deux : le perroquet et la perruche, le passereau m√Ęle et femelle, le bouc et la ch√®vre, le b√©lier et la brebis, le lion, le tigre; tout ce qui respire sur la terre entra dans l'arche.

136 No√© dit : ¬ęC'est votre dernier signe.¬Ľ
Mais ils ne voulurent pas croire cela. ¬ęVa vivre l√†-haut avec tes animaux qui puent.¬Ľ

137 Le voilà, Noé obéit à Dieu. Peu importe ce que le monde disait, il écouta Dieu; il était un prophète. Il entra dans l'arche, et Dieu ferma la porte sur lui.

138 Maintenant, je m'imagine certains croyants limitrophes qui s'√©taient mis tout autour pour √©couter le message de No√©, et ils ont l√Ęch√© quelque chose, vous savez, ils ont dit : ¬ęVous savez, il se pourrait que ce vieil homme ait raison. Allons l√†-haut et tenons-nous dans les environs. Il a dit qu'il va commencer √† pleuvoir apr√®s que cette porte-l√† sera ferm√©e. Dieu lui a dit qu'Il fermerait Lui-m√™me la porte, qu'il pleuvrait. Montons l√† et tenons-nous dans les environs. Et s'il se met effectivement √† pleuvoir, nous frapperons √† la porte. Comme c'est un vieil homme gentil, il ouvrira la porte.¬Ľ

139 Vous voyez, quelquefois vous regardez au messager au lieu du message. Dieu ferma la porte. Peu importe combien Noé était bon, c'était Dieu qui S'était occupé de fermer et d'ouvrir; tout dépend de Sa volonté.

140 ¬ęFr√®re Branham, il y a un homme assis ici au coin, allez le gu√©rir; nous croirons √† la gu√©rison Divine.¬Ľ √áa c'est le diable.

141 C'est le m√™me d√©mon qui disait, quand on Lui couvrit le visage avec un chiffon et qu'on Le frappa sur la t√™te dans le pr√©toire, qui disait : ¬ęSi Tu es proph√®te, dis-nous maintenant qui T'a frapp√©. Nous croirons cela.¬Ľ Il ne fait le bouffon pour personne . ¬ęSi Tu es Fils de Dieu, change ces pierres en pains. Si Tu es.¬Ľ Il pouvait bien le faire, mais Il ne fait le bouffon pour personne. ¬ęSi Tu es Fils de Dieu, descends de la croix¬Ľ, c'est le clerg√© qui disait cela. Voyez? Il ne fait le bouffon pour personne.

142 Il faisait juste ce que le P√®re Lui montrait, et rien d'autre. C'est ce qu'Il a dit dans St. Jean 5.19 : ¬ęLe Fils ne peut rien faire de Lui-m√™me, mais seulement ce qu'Il voit faire au P√®re.¬Ľ Voil√†!
Remarquez. ¬ęNous irons l√†-haut nous tenir pr√®s de l'arche, et s'il commence √† pleuvoir.¬Ľ

143 Je m'imagine que No√© dit - il monta au premier niveau, il monta au niveau suivant, celui des oiseaux, des reptiles jusqu'au niveau suivant, de la justification √† la sanctification, les oiseaux. Puis de l√†, il monta jusqu'au bapt√™me du Saint-Esprit, l√† o√Ļ se trouvait la fen√™tre, l√† o√Ļ la lumi√®re pouvait entrer. ¬ęJe suis mont√© dans les lieux c√©lestes et je me suis assis.¬Ľ Il dit : ¬ęTr√®s bien, ma famille, vous qui √™tes venu ici avec moi, le matin. Maintenant, il commence √† se faire tard cet apr√®s-midi. Eh bien, l√† en-bas, Dieu a ferm√© la porte. Le matin il y aura des t√©n√®bres sur toute la terre. Le matin, la pluie va tomber et l'arche va √™tre emport√©e. Et Dieu va - va faire dispara√ģtre tous ces p√©cheurs cruels qui n'ont pas cru au message.¬Ľ Tous attendaient.

144 Le lendemain matin, il se leva et regarda dehors; c'√©tait beau et radieux. Il entra dans l'arche. Combien connaissent le jour o√Ļ il y est entr√©? Le 17√®me jour du mois de mai, quand No√© √©tait √Ęg√© de six cents ans. Le 17√®me jour du mois de mai, c'est ce que dit la Bible. Et quand il y entra, le 17√®me jour s'√©coula; le soleil se leva tout aussi accablant qu'il l'avait toujours √©t√©.

145 Je peux m'imaginer ces croyants limitrophes dire : ¬ęAh! je vous avais dit qu'il n'y avait rien de s√©rieux l√†-dedans. Pourquoi √™tes-vous tous en train de r√īder l√†-bas? Eloignez-vous de ce charlatan.¬Ľ
Eh bien, je pense que c'était vrai.

146 Mais, vous voyez, il y a une ligne de d√©marcation qui s√©pare la foi de l'incr√©dulit√©. Ou vous √™tes d'un c√īt√©, ou vous √™tes de l'autre. Et il y a un moment o√Ļ vous entendez votre dernier appel.

147 Au second jour donc, quelle déception c'était pour Noé et son église, alors qu'il leur avait dit que Dieu allait détruire le monde! Mais savez-vous combien de temps cela prit? Il soutint cela pendant sept jours; rien n'arriva. Eprouvant.

148 Alors au huitième jour, il y eut des ténèbres sur toute la terre; de très grosses gouttes commencèrent à tomber du ciel. L'eau commença à se déverser; les fontaines s'ouvrirent. Les rues étaient pleines d'eau. Les gens frappèrent à la porte, mais Noé ne pouvait même pas les entendre. Et l'arche flotta au-dessus de la colline la plus élevée, et tout ce qui était en dehors de l'arche périt.

149 Dieu éprouvait Noé pour voir s'il essaierait de grimper pour sortir par la fenêtre, ou quelque chose comme ça, après qu'Il avait déjà fait la promesse. Noé soutint la chose.

150 C'est √ßa. Quand vous avez re√ßu la promesse, et que vous √™tes s√Ľr que c'est une promesse, accrochez-vous-y. Abraham devait √™tre √©prouv√©. Accrochez-vous √† la promesse.

151 Bon, ils re√ßurent leur dernier signe. Ensuite, leurs corps furent chang√©s. Et le petit Isaac vint aussit√īt sur la sc√®ne, un charmant petit Juif. Je m'imagine qu'il fut circoncis apr√®s ses huit jours, comment cette jeune m√®re, √Ęg√©e de cent ans. Je m'imagine comment Abraham, √Ęg√© de cent ans - ou plut√īt, elle avait quatre-vingt-dix ans et lui cent, combien ils avaient d√Ľ se r√©jouir de se retrouver dans la vingtaine. Comme il √©tait doux, ce petit jeune homme!

152 Et vous savez, Dieu a dit : ¬ęMaintenant, pour apprendre aux g√©n√©rations futures (la Semence d'Abraham), √† ta semence, que Je garde Ma promesse envers celui qui garde Ma Parole, Je vais le mettre √† l'√©preuve.¬Ľ

153 Quand le petit gar√ßon eut environ quatorze ans, je m'imagine qu'il avait des cheveux courts et hirsutes et de beaux petits yeux. Oh! comme cet heureux p√®re et cette heureuse m√®re. Vous les parents, vous savez ce que vous ressentez au sujet de votre enfant, d'un enfant unique! Ensuite, Dieu dit √† Abraham. Bon, Il ne pouvait pas le dire √† Sara, puisque Sara √©tait le vase le plus faible. Et Il dit donc : ¬ęAbraham, Je te demande de prendre ce petit gar√ßon que je t'ai donn√©, celui par lequel Je vais faire de toi le p√®re de plusieurs nations. Et, je veux que tu l'am√®nes sur la montagne que Je vais t'indiquer ce soir dans une vision, et que l√†, tu le tues.¬Ľ D√©truire le seul espoir qu'il avait pour devenir un p√®re des nations, pour que Dieu tienne Sa Parole! Dieu a dit : ¬ęJe t'ai fait p√®re des nations.¬Ľ Il avait donc attendu pendant toutes ces ann√©es, jusqu'√† avoir cent ans, cent quatorze ans. ¬ęEt voici maintenant le petit gar√ßon, et la seule √©vidence que tu as par laquelle Je vais garder Ma Parole, monte l√†-bas, d√©truis cela. Je vais n√©anmoins faire de toi un p√®re des nations par cet enfant.¬Ľ

154 ¬ęEt Abraham, est-il dit, ne douta point au sujet de la promesse de Dieu. Il savait qu'il l'avait re√ßu comme venu d'entre les morts. Il savait que si Dieu l'avait promis, Il pouvait le ressusciter des morts.¬Ľ

155 Et dire que nous sommes la Semence d'Abraham! Et devant une petite erreur de th√©ologie susceptible de vous rendre populaire aupr√®s des autres hommes et femmes, vous acceptez cela au lieu de demeurer avec la Parole. Honte √† vous! Une grande organisation, qu'est-ce que √ßa signifie pour Dieu? Il va la balayer comme cela. [Fr√®re Branham fait claquer ses doigts. - Ed.] Il est loin de cela, Il l'a toujours √©t√© d√®s qu'elles s'organisaient, chacune d'elles, et Il le sera toujours. Il ne s'agit pas des individus qui s'y trouvent, mais du syst√®me des organisations qui s'oppose √† Dieu. Chaque √©glise organis√©e est la m√®re ou plut√īt la fille de l'organisation catholique. La Bible le dit dans Apocalypse 17. ¬ęLa vieille prostitu√©e et ses filles prostitu√©es.¬Ľ C'est tout √† fait vrai.

156 Maintenant nous lui avons permis de dominer ici m√™me sur notre nation. Honte √† vous, √©minents d√©mocrates, qui avez vendu vos droits d'a√ģnesse. Tr√®s bien, nous allons simplement laisser passer ceci, jusqu'√† ce que je revienne. Remarquez. Je suis en retard. Votre Christ ne vaut-Il pas plus que votre politique? Vous devriez faire ce qu'Abraham Lincoln a dit. Tr√®s bien. Remarquez, continuons.

157 Eh bien, Dieu dit : ¬ęPrends le petit enfant, am√®ne-le l√†-bas au sommet de la montagne.¬Ľ

158 Bon, voulez-vous savoir si Abraham √©tait un jeune homme ou pas? Il voyagea pendant trois jours avec l'enfant, le bois, les serviteurs et l'√Ęne. Bien, tout homme, tout homme ordinaire. J'avais l'habitude de faire la ronde de surveillance des lignes haute tension. Je marchais d'habitude quand j'√©tais gardien charg√© de la protection des animaux; et je peux facilement marcher sur une distance de trente miles [environ 48 kilom√®tres - N.D.T] en un jour. Et, nous disons que nous sommes motoris√©s. Mais, ces gens-l√†, ne se d√©pla√ßaient qu'√† pieds ou sur le dos d'un √Ęne. Et les voil√† avec un petit √Ęne lent; et nous pouvons aller plus vite que lui. Et le voil√†, apr√®s un voyage de trois jours, qui l√®ve la t√™te et voit la montagne encore au loin. Il devait se trouver √† environ une centaine de miles [environ 160 kilom√®tres - N.D.T] de la civilisation, tr√®s loin dans le d√©sert. Maintenant, √©coutez et faites attention.

159 Ensuite, il prit le bois et le mit sur le dos d'Isaac; c'était la croix, celle du Fils de Dieu, des années plus tard. Et Isaac transporta le bois sur la colline, le bois sur lequel il serait placé comme sacrifice; c'était une préfiguration.

160 Si Dieu avait préfiguré ça en détails... Femme de Lot, ne vous retournez pas pour regarder en arrière, aux choses du monde. Toutes ces ombres et tous ces types sont parfaits, voyez? Souvenez-vous d'Eve. Souvenez-vous de la femme de Lot. Souvenez-vous de Lot lui-même, mes amis. Rappelez-vous, Adam céda à sa femme, Lot aussi. Faites attention. Je vous parle juste comme votre frère. Il est plus tard que vous ne le pensez.

161 Observez le petit Isaac qui gravit la colline; il devient m√©fiant. Et ayant regard√© autour de lui, il dit : ¬ęMon p√®re!¬Ľ
Et il r√©pondit : ¬ęMe voici, mon fils!¬Ľ

162 Il dit : ¬ęVoici le bois. Et tout est l√†, tout et le feu. Mais o√Ļ est l'agneau pour l'holocauste?¬Ľ

163 Ecoutez ce vieux papa; sans le moindre tremblement de voix, il dit : ¬ęMon fils, Dieu se pourvoira Lui-m√™me du sacrifice.¬Ľ Son fils unique allait √™tre tu√©, ce fid√®le vieil homme √©tait malgr√© tout s√Ľr que Dieu ne pouvait pas mentir.

164 C'est √ßa la Semence d'Abraham aujourd'hui. ¬ęComment est-ce possible, Fr√®re Branham?¬Ľ Dieu se pourvoira Lui-m√™me. ¬ęComment va-t-Il le faire?¬Ľ Je ne sais pas. Mais Il est J√©hovah-Jir√©.

165 Ils arriv√®rent au sommet de la colline, ils roul√®rent des pierres, il mit le bois sur les pierres, et y mit du feu. Il dit : ¬ęIsaac, mon fils, retourne-toi.¬Ľ Il enleva le cordon de sa hanche, et il lui lia les mains et les pieds. Isaac, comme Christ, √©tait ob√©issant jusqu'√† la mort. Il le mit sur le bloc. Il descendit sa main vers sa gaine, et il en tira le grand couteau, il l'aiguisa √† quelques reprises, le regard tourn√© vers le ciel.

166 Il ne douta point par incrédulité au sujet de la promesse de Dieu; mais il fut fortifié, sachant qu'il l'avait reçu comme venant des morts; et ayant la pleine conviction que si Dieu l'a dit, pour qu'il le fasse, Il pouvait le ressusciter d'entre les morts. C'est cela Abraham, et c'est cela sa postérité après lui. Si telle était la semence naturelle, que devrait être la Semence royale? Il ne douta point. Ce que Dieu a dit, Il l'accomplira. Sachant cela, il était pleinement convaincu que ce que Dieu avait promis, Il était aussi capable de l'accomplir.

167 Il aiguisa le couteau; les petits yeux noirs du petit Isaac regardaient cette grande lame tranchante passer sur la pierre. Il leva la main vers l'arrière, rejeta vers l'arrière les boucles de cheveux de son visage, il releva son petit menton, se redressant, et les larmes lui coulaient sur le visage, comme cela. Sachant qu'il ne doutait pas au sujet de la promesse de Dieu, il leva la main pour enfoncer le couteau dans la gorge de son propre fils.

168 Et √† ce moment-l√†, la voix de Dieu l'appela et retint sa main, disant : ¬ęAbraham! Abraham! n'avance pas ta main. Je sais maintenant que tu M'aimes.¬Ľ Que faisait-Il? Il donnait un t√©moignage √† la Post√©rit√© d'Abraham qui viendrait apr√®s lui. ¬ęN'avance pas ta main; ne fais pas de mal √† cet enfant. Je sais que tu M'aimes.¬Ľ

169 Et presque au m√™me moment, Abraham entendit quelque chose derri√®re lui. Et il regarda, et il y avait l√† un b√©lier (c'est le m√Ęle de la brebis) retenu dans l'herbe et le buisson par les cornes. Et Abraham alla prendre le b√©lier et le tua √† la place de son fils.

170 D'o√Ļ venait ce b√©lier? Il √©tait √† cent miles [environ 160 kilom√®tres -N.D.T] de la civilisation. Eh bien, les animaux sauvages l'auraient tu√© s'il y vivait. Bien s√Ľr, c'est un - c'est un animal domestique. D'o√Ļ venait-il? Et par-dessus tout, c'√©tait tr√®s loin au sommet de la montagne, l√† o√Ļ il n'y a ni p√Ęturage ni eau. Et Abraham ramassa des pierres √† cet endroit o√Ļ il fallait b√Ętir l'autel. D'o√Ļ venait-il? Ce n'√©tait pas une vision; √ßa saignait. Une vision ne saigne pas. All√©luia! J√©hovah-Jir√© S'√©tait pourvu Lui-m√™me d'un sacrifice.

171 Quand on prend Dieu au mot, Il est capable de pourvoir à tout ce dont Il a besoin. Dieu, Jéhovah-Jiré, est encore Jéhovah-Jiré ce soir. Il a déjà pourvu à un Sacrifice. Il a pourvu à une église. Il a pourvu à un Messager, le Saint-Esprit, Il est ici maintenant. Jéhovah-Jiré. Le Seigneur S'est pourvu Lui-même d'une Bible, d'un Esprit, d'une Eglise, d'un Message et d'un Messager. Et l'heure est maintenant venue pour que l'Eglise soit enlevée et ramenée à la maison. Jéhovah-Jiré pourvoira aux moyens pour enlever l'Eglise de ce monde en transformant nos faibles corps, pour les enlever et les faire entrer dans la gloire. Jéhovah-Jiré. Comment ces choses pourront-elle arriver dans un temps moderne comme celui dans lequel nous vivons?

172 Mon fils Billy (o√Ļ qu'il se trouve) et moi, nous √©tions tout r√©cemment en Inde. Et j'ai pris un journal. Quand je suis descendu du navire, des milliers de gens se tenaient l√† avec des guirlandes faites de... Quand nous sommes arriv√©s au Motel Taj, il y avait l√† un journal en anglais. Et j'y ai vu un important article qui disait : ¬ę√áa doit √™tre le signe que le tremblement de terre est termin√©.¬Ľ Que s'√©tait-il pass√©? Eh bien, trois ou quatre jours avant le grand tremblement de terre au sujet duquel vous avez lu quelque chose, tous les petits oiseaux qui vivaient dans les rochers.

173 En Inde, ils n'ont pas de cl√ītures comme celles que nous avons en Californie, aux Etats-Unis. Ils font leurs cl√ītures √† l'aide des pierres qu'ils ramassent. Et les petits oiseaux y construisent des nids. On construit de grandes tours, et les oiseaux y construisent des nids. Et tous les petits oiseaux avaient fui les murs, quelques jours avant le tremblement de terre. Et le soir, ou plut√īt au milieu de la journ√©e quand il faisait chaud, les brebis et le b√©tail se tenaient √† l'ombre des murs et des tours pour se prot√©ger du soleil accablant.

174 Mais pendant deux jours, le bétail et les brebis ne sont point venus près des murs. Ils se sont tenus là au milieu des champs et ils se sont appuyés les uns contre les autres pour se réconforter. Puis le tremblement de terre s'est produit et il a renversé ces murs. Et après, les petits oiseaux et le bétail ont commencé à revenir du champ. Qu'était-ce? Le même Dieu qui pouvait appeler les brebis, le bétail et les oiseaux à entrer dans l'arche, a montré qu'Il est aujourd'hui le même Dieu Qui peut appeler Ses animaux à se mettre à l'écart.

175 Et s'Il peut guider un animal par l'instinct, combien plus l'Eglise de Dieu devra-t-elle s'éloigner de ces grands murs et de ces doctrines humaines des églises. Babylone va tomber un de ces jours. Jéhovah-Jiré a pourvu Lui-même à un Lieu de Repos pour vous. Fuyez loin de ces tours du monde.

176 Fuyez loin de l'éclat d'Hollywood. Les églises essaient de les imiter et de briller. L'Evangile ne brille pas. C'est Hollywood qui brille; l'Evangile luit. Hollywood brille avec éclat. La grande église brille par l'instruction. Et l'Eglise du Dieu vivant luit dans l'humilité, et dans la douceur, et par le Saint-Esprit. Il y a une grande différence entre luire et briller.

177 Il est ici maintenant. J√©hovah-Jir√© S'est pourvu Lui-m√™me. ¬ęDe ces pierres Dieu peut susciter des enfants √† Abraham.¬Ľ Si les d√©nominations ne veulent pas recevoir cela, Dieu peut faire venir Ses enfants des rues, les prostitu√©es des cabarets. Il peut susciter tout ce qu'Il veut. Mais si Dieu a pourvu √† un Message, il y a quelque part quelqu'un pour Le recevoir. J√©hovah-Jir√©. Le Seigneur va Se pourvoir Lui-m√™me d'un Message. Le Seigneur va Se pourvoir Lui-m√™me d'un Messager. Le Seigneur va Se pourvoir Lui-m√™me, √† Sa propre mani√®re, des signes pour l'Eglise; il ne s'agit pas d'adh√©rer, d'inscrire vos noms dans les registres.

178 Aujourd'hui, nous entendons beaucoup parler des d√©cisions, de beaucoup de d√©cisions. √Ä quoi bon entasser des pierres si on n'a pas de tailleur de pierres pour les casser et pour les tailler en fils et filles de Dieu? √Ä quoi bon avoir des milliers de grandes d√©nominations, s'il y a - s'il n'y a l√† personne avec l'Ep√©e √† deux tranchants de Dieu pour les tailler en v√©ritables enfants de Dieu? Il vaudrait mieux les laisser l√† o√Ļ ils sont. Amen! Dieu (pas les m√©thodistes, pas les baptistes, les catholiques), Dieu a pourvu √† un Couteau pour tailler les enfants de Dieu, les fils de Dieu. Amen. J√©hovah-Jir√©; ¬ęLe Seigneur pourvoira Lui-m√™me.¬Ľ Et Il l'a fait. Croyez en Lui et vivez. Inclinons la t√™te juste un moment.

179 Dieu mis√©ricordieux, Dieu qui vit √† jamais, sois maintenant mis√©ricordieux envers nous et accorde-nous Ta gr√Ęce. P√®re, nous sommes indignes de tout ce que Tu ferais pour nous. Et nous ne confessons pas que nous sommes dignes, mais nous faisons seulement attention √† un appel venant de Dieu. P√®re, ce soir, nous prions que Tu nous tailles et que Tu fasses de nous des pierres qui conviendront dans le temple de Dieu pour la glorieuse venue du Seigneur J√©sus dans Son temple. Accorde-le, P√®re.
Pardonne-nous nos manquements √† nous, p√©cheurs. R√©v√®le-nous Ta Parole. Montre-nous comment marcher. Enseigne-nous, √ī P√®re Divin. Puissions-nous recevoir cela. Et si c'est contraire √† la Parole, que nous sachions que c'est un faux enseignant. C'est le Saint-Esprit qui est notre Enseignant. C'est Lui qui a √©crit la Parole, et Il n'enseignera que la Parole. Et, nous prions qu'Il rende cela manifeste pour nous ce soir, dans nos cours. Accorde-le, √ī Dieu.

180 Maintenant, pendant que nos t√™tes sont inclin√©es et nos yeux ferm√©s, mon humble et sinc√®re pri√®re est que la gr√Ęce de Dieu repose sur nous. Maintenant, croyez seulement. Ne doutez point.

181 Y a-t-il dans ce b√Ętiment (je sais qu'il y en a) des hommes et des femmes qui ne Le connaissent pas, qui n'ont jamais accept√© le Sacrifice auquel Il a pourvu, le Seigneur J√©sus, comme leur Sauveur, et qui ne Le connaissent pas? Vous pouvez penser intellectuellement que vous Le connaissez, mais un homme ne peut voir Dieu √† moins d'√™tre n√© de nouveau. ¬ęVoir¬Ľ ne signifie pas. Vous ne voyez pas √† l'aide de vos yeux; vous regardez √† l'aide de vos yeux. ¬ęVoir¬Ľ signifie ¬ęcomprendre¬Ľ. Vous avez bien regard√© √† Cela et vous avez dit : ¬ęJe ne vois pas cela.¬Ľ Vous voulez dire que vous ne comprenez pas cela. Vous ne comprendrez jamais ce dont nous parlons √† moins de na√ģtre de nouveau. N'avez-vous jamais eu cette exp√©rience-l√†? Maintenant, avec la t√™te inclin√©e et les yeux ferm√©s, voudriez-vous lever la main et dire : ¬ęFr√®re Branham, souvenez-vous de moi dans la pri√®re ce soir. Je crois que nous sommes en train de recevoir notre dernier Message. Le jour passe rapidement. Et je vois que ces choses que vous avez dites et qui sont dans la Bible sont vraies, car j'ai lu la Bible. Je crois que maintenant, c'est l'heure √† laquelle nous devons venir. Et quant √† moi, je prends maintenant position pour Christ.¬Ľ

182 Que Dieu vous b√©nisse! Que Dieu vous b√©nisse! Que Dieu vous b√©nisse! Que Dieu vous b√©nisse! Que Dieu vous b√©nisse! Que Dieu vous b√©nisse, vous. Bien. L√†-haut au balcon, les mains. Levez juste la main et dites : ¬ęQuant √† moi, comme l'a dit Josu√© : Moi et ma maison, nous servirons l'Eternel.¬Ľ Tr√®s bien, quelqu'un d'autre? J'attends simplement. Que Dieu vous b√©nisse l√† derri√®re. Je vois votre main. Que Dieu vous b√©nisse l√†-bas! Que Dieu vous b√©nisse! Il vous voit. L√†-haut au balcon, que Dieu vous b√©nisse l√†-haut, monsieur; c'est la plus glorieuse chose que vous ayez jamais faite dans votre vie. Juste ici dans l'all√©e centrale, l√† quelqu'un a lev√© la main. Je n'ai peut-√™tre pas vu de main l√†, il se peut. Y-a-t-il quelqu'un dans cette all√©e centrale, quelqu'un l√† au-dessus? Levez la main, et dites : ¬ęFr√®re Branham, quant √† moi, je suis. Je d√©sire Le servir. Je - je suis sinc√®re.¬Ľ Que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu b√©nisse ce jeune homme! Au balcon, √† droite, que quelqu'un l√®ve la main et dise :¬ęFr√®re Branham, moi, quant √† moi, je sais que c'est vrai. Je suis. Je ne connais pas Dieu, mais je d√©sire Le conna√ģtre. Je veux √™tre s√Ľr. Je vois que je ne peux pas oser prendre le risque. Il se peut que je ne puisse plus revenir.¬Ľ

183 ¬ęL'arbre tombe du c√īt√© o√Ļ il penche¬Ľ, dit l'Ecriture. Ne tombez pas du mauvais c√īt√©. Vous pouvez arranger cela ce soir. Rappelez-vous, tant qu'il y aura une √©ternit√©, et celle-ci n'a jamais eu de commencement et n'aura jamais de fin (seulement vous en √™tes devenus une partie), vous allez soit souffrir, soit vivre dans la joie. Comment savez-vous que vous serez en vie jusqu'au moment o√Ļ vous arriverez chez vous?
Vous dites : ¬ęJe suis trop jeune.¬Ľ

184 Je venais de recevoir un message il n'y a pas longtemps. Une jeune dame, là dans mon Etat, venait de prendre une mauvaise voie, elle s'est mise à fumer la cigarette. On lui a parlé de Dieu, mais elle n'a pas voulu écouter. Elle a seize ans, elle venait de son. Non, elle a dix-huit ans, elle vient de terminer ses études secondaires. Et on lui a conseillé d'essayer de se comporter correctement. Mais, elle s'est mise à sortir avec un mauvais groupe, comme le font ces enfants.

185 Tout r√©cemment, un homme de couleur √† Shreveport s'est lev√© et a dit : ¬ęDieu n'existe pas.¬Ľ Il avait simplement blasph√©m√©, en disant : ¬ęIls ne sont rien d'autre qu'un groupe d'exalt√©s.¬Ľ La foudre l'a tu√©. On l'a amen√© au cimeti√®re. Et pendant qu'on enterrait cet homme, un petit nuage s'est form√©, et la foudre a frapp√© le cercueil, et l'a projet√© hors du cercueil.

186 Jéhovah Dieu se met en colère. Je sais qu'Il est un Dieu bon, mais Il est aussi un Dieu de jugement. Il voit encore; Il sait.

187 Si vous √™tes sans Dieu, levez la main et dites : ¬ęSouvenez-vous de moi, Fr√®re Branham, pendant que vous priez.¬Ľ Que Dieu vous b√©nisse, madame. Que Dieu vous b√©nisse, fiston. C'est vrai, avancez-vous carr√©ment. Que Dieu vous b√©nisse. C'est bien, jeune homme. Que Dieu vous b√©nisse l√†-derri√®re. Oui. Oh! Dieu merci!

188 Notre P√®re c√©leste, maintenant Tu les a vus. Tu sais qu'il y a vingt ou trente mains qui se sont lev√©es, montrant qu'ils veulent que Tu sois leur Sauveur; Dieu, accorde-le √† l'instant m√™me. Je leur donne cette Parole. Toi-m√™me Tu as dit : ¬ęCelui qui √©coute Ma Parole.¬Ľ J'ai fait le mieux que je peux avec Elle, Seigneur. ¬ęCelui qui √©coute Ma Parole, et qui croit √† Celui qui m'a envoy√©, a la vie √©ternelle et ne vient point en jugement, mais il est pass√© de la mort √† la vie.¬Ľ Combien c'est merveilleux d'y penser! Si derri√®re ces mains, des cours sinc√®res ont voulu dire cela, c'est que quelque chose s'est pass√©. Eh bien, Tu as dit : ¬ęQuiconque Me confessera devant les hommes, Je le confesserai devant Mon P√®re et devant les saints Anges.¬Ľ Fais-leur savoir, Seigneur que Tu es ici. Je Te prie de l'accorder. Ecoute-nous, nous sommes Tes serviteurs, Seigneur. Au Nom de J√©sus.

189 Tr√®s bien, relevez la t√™te. Croyez-vous qu'Il est J√©hovah-Jir√©? [L'assembl√©e dit : ¬ęAmen.¬Ľ - Ed.]. Croyez-vous que nous sommes aux jours semblables √† ceux de Lot? [¬ęAmen.¬Ľ] Aux jours de No√©? [¬ęAmen.¬Ľ] Vous souvenez-vous du dernier message?

190 Y a-t-il ici quelqu'un qui est venu pour la première fois? Levez la main. Plusieurs. Je m'imagine que Frère Borders vous l'a expliqué. Avez-vous déjà entendu parler de moi, de ce qui se passe? Levez la main, si vous avez déjà entendu parler de moi. Si vous n'avez jamais vu cela, mais que vous en avez simplement entendu parler. Très bien. Bon. Je suis étranger à ces gens-ci.

191 Que ceux d'entre vous qui ont des probl√®mes prient Dieu et disent : ¬ęDieu, aie piti√© de moi; je suis malade. Fr√®re Branham ne me conna√ģt pas. Mais j'ai appris que Tu es un Souverain Sacrificateur qui peut compatir √† nos faiblesses.¬Ľ Combien le savent? Et Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Le savez-vous? Eh bien, maintenant, s'Il est le m√™me Souverain Sacrificateur, comment agira-t-Il si vous Le touchez? De la m√™me mani√®re qu'Il le fit quand la femme √† la perte de sang Le toucha. Il se retourna, et Il lui dit qu'elle avait une perte de sang, et Il lui dit que sa foi l'avait sauv√©e. Est-ce vrai? Il est Le m√™me ce soir, si vous pouvez Le croire comme en ce temps-l√†. Le croyez-vous de la m√™me mani√®re?

192 Maintenant, regardez de ce c√īt√©, tournez vos regards vers moi. Comme Pierre et Jean l'avaient dit √† la porte appel√©e La Belle : ¬ęRegarde-nous.¬Ľ Il ne s'agissait pas de les regarder pour une quelconque chose, mais de pr√™ter attention √† ce qu'ils disaient.

193 Commen√ßons quelque part par ici. Regardez de ce c√īt√©-ci, et croyez de tout votre cour, et dites : ¬ęSeigneur J√©sus, je crois en Toi, et je veux toucher Ton v√™tement. Parle √† Fr√®re Branham, et r√©v√®le-lui mon probl√®me. Je Te croirai si Tu le fais.¬Ľ Voudriez-vous le faire?

194 Maintenant, voici une chose audacieuse. Comment oserais-je faire une chose pareille? Il faudrait qu'il y ait en moi quelque chose qui cloche pour lancer un tel défi. Une fois, j'ai lancé ce défi devant un demi-million de gens dont je ne parlais même pas la langue. Et Il ne m'a jamais déçu. Pourquoi? Il l'a promis. Voici les derniers jours, et Il l'a promis, et le voici.

195 Je sais, mes amis, qu'il y a eu bien des choses qui pouvaient vous blesser. Vous avez eu beaucoup d'imitations charnelles. Mais, permettez-moi de vous dire une chose, pas dans mon intérêt, mais dans votre propre intérêt; il y en a toujours eu. Mais Dieu n'en a jamais eu deux sur la terre au même moment, jamais. Mais rappelez-vous simplement, il y a beaucoup d'imitations, mais il y a un vrai Dieu. Il y a un vrai Saint-Esprit. Il y a un vrai message de Dieu, et ce message est que Jésus-Christ est mort pour les pécheurs, est ressuscité des morts, et Il est revenu dans la Personne du Saint-Esprit pour faire dans l'Eglise la même ouvre qu'Il fit quand Il était ici.

196 Bien, la Parole de Dieu ne le dit-Elle pas? Il est dit dans H√©breux au chapitre 4, la Bible dit : ¬ęLa Parole de Dieu est plus tranchante, plus efficace qu'une √©p√©e √† deux tranchants, p√©n√©trante jusqu'√† partager (c'est-√†-dire coupant dans les deux sens), m√™me jusqu'√† la moelle des os, et Elle discerne les sentiments et les pens√©es du coeur.¬Ľ Est-ce vrai?

197 C'est pourquoi J√©sus pouvait se tenir devant l'auditoire et le leur r√©v√©ler. Les Pharisiens disaient : ¬ęIl est B√©elz√©bul.¬Ľ J√©sus se retourna. Ils ne le disaient pas dit tout haut, mais Il leur parla, comme Il le fit √† la femme qui avait une perte de sang, √† la femme qui avait des maris; et quand elle fit ce. Puis Il dit : ¬ęEh bien, √ßa, c'est le signe du Messie.¬Ľ

198 Vous voyez maintenant le retour, l'apparition du Messie au milieu des gens. C'est le Saint-Esprit apprêtant l'Eglise.

199 Je veux que vous tourniez la t√™te. Voyez-vous cette femme qui √©tend l√† son bras et redresse le dos, celle qui est assise juste ici? Voyez-vous cette Lumi√®re au-dessus d'elle? Elle souffre de l'hypertension. C'est vrai. Elle porte une robe bleue, c'est comme si elle portait des lunettes. Pendant la derni√®re seconde ou plut√īt les deux derni√®res secondes, elle a senti une agr√©able sensation tr√®s √©trange l'envahir. C'est vrai. Maintenant, votre hypertension qui vous a beaucoup tourment√©e vous a quitt√©e. Acceptez-vous cela? Levez la main si vous acceptez cela.

200 Qu'a-t-elle touché? Le Souverain Sacrificateur. Maintenant, allez demander à la dame. Je ne l'avais jamais vue de ma vie. Je ne sais absolument rien à son sujet; mais c'est vrai. J'observais cette Lumière alors qu'Elle se déplaçait à travers l'auditoire. Elle est allée juste là et y est restée suspendue, une Lumière luisante.

201 Croyez-vous? L'arthrite, des problèmes de vessie, les complications, la nervosité, la faiblesse. C'est vrai. Vous n'êtes pas d'ici. Vous êtes d'un petit endroit appelé West Point. C'est vrai. Croyez-vous que Dieu peut me dire qui vous êtes? Mme Hardwick. C'est vrai. Si c'est vrai, levez-vous. Cela vous a quittée. Jésus-Christ vous a guérie.

202 Croyez-vous? Les gens se retournent pour la regarder. La dame est assise ici, juste ici. Regardez, cette Lumière est encore suspendue au-dessus d'elle. Ne voyez-vous pas Cela? La voici. Regardez.

203 La voilà auprès de cet homme qui est assis juste là, en train de me regarder. L'arthrite. Croyez de tout votre cour, Dieu va vous guérir, monsieur. Nous sommes étrangers l'un à l'autre, mais pas à Dieu.

204 Cette dame, qui est juste ici derri√®re, souffre des maux de t√™te. √Ē Dieu, ne la laisse pas manquer cela. √Ē Dieu, je T'en supplie. Mme Morton, croyez au Seigneur J√©sus-Christ. Il vous a gu√©rie de ces maux de t√™te. Voyez, Il n'a pas voulu qu'elle manque cela. Je veux vous demander quelque chose. Hier soir, quand j'ai parl√© √† quelqu'un dans le b√Ętiment au sujet d'un mal de t√™te, vous aviez un sentiment tr√®s bizarre, et vous vous demandiez si c'√©tait vous ou pas. N'est-ce pas vrai? Levez la main. Je ne suis pas en train de lire votre pens√©e, mais je vous dis ce que vous pensiez. Acceptez cela. Aujourd'hui, Il voulait S'assurer que c'√©tait vous. √áa va vous quitter maintenant; votre foi vous a sauv√©e. All√©luia!

205 Regardez cette dame qui est assise ici, portant une robe à carreaux. Avez-vous une carte de prière, madame? Elle dit non. Croyez-vous que l'hernie va vous quitter et que vous serez guérie? Croyez-vous? Levez la main si c'est cela votre problème. Très bien. Croyez de tout votre cour et soyez guérie. Voyez ce que...?...

206 La dame qui est juste derrière elle a levé la main; elle porte une petite. Non, la deuxième là derrière, celle qui a une robe de couleur verte; elle a des troubles cardiaques. Oui. Croyez-vous que Dieu vous a guérie? C'est très bien. Il va le faire, si vous pouvez seulement le croire.

207 Une dame, la deuxi√®me √† partir de vous, Mme Dillman qui est l√†. Si vous croyez que Dieu va vous gu√©rir de ce mal d'estomac, Mme Dillman, croyez et vous serez gu√©rie de votre estomac. C'est un mal d'estomac d√Ľ √† la nervosit√©, vous avez cela depuis longtemps; c'est surtout depuis la m√©nopause que vous avez cela. Beaucoup de probl√®mes vous ont caus√© tant d'ennuis, mais tout est termin√© maintenant. Si ces choses sont vraies, faites juste signe de la main √† ces gens, afin qu'ils voient. Si je vous suis √©tranger, continuez √† agiter la main. J√©sus-Christ vous a gu√©rie.

208 Croyez-vous? Qu'est-ce? Jéhovah-Jiré, le Seigneur Se pourvoit Lui-même d'un Sacrifice. Maintenant, tout l'auditoire devient comme flou à mes yeux. Jéhovah-Jiré a pourvu d'un Sacrifice pour chacun de vous. Croyez-vous cela?

209 Maintenant, vous ici qui avez levé la main, montez ici et tenez-vous ici juste une minute. Voudriez-vous le faire? Jéhovah-Jiré a pourvu à un Sacrifice. Vous avez levé la main pour montrer que vous avez cru cela. Vous avez vu cela ici et vous en êtes certain. Impossible. C'est quelque chose. Regardez ces gens, combien ont été appelés? Je ne sais pas maintenant. Peut-être sept, huit ou dix ont été appelés, peu importe ce que c'était. Cela pouvait simplement continuer. Mais pendant que j'ai assez de force, je vous demande de venir et d'accepter Christ comme votre Sauveur. Voudriez-vous vous lever maintenant et venir, pendant que nous chantons : "Je viens, Seigneur, je viens à Toi maintenant"? Voudriez-vous vous lever maintenant et venir ici, vous qui aviez levé la main il y a quelques instants, et vous tenir ici autour de cet autel, pour montrer que vous n'avez pas honte de Christ? Vous êtes dans Sa présence. Venez maintenant, et prouvez aux gens que vous êtes vraiment sincère, que vous voulez que Dieu Se souvinne de vous, et que vous L'avez accepté comme votre Sauveur. Approchez-vous maintenant, pendant que nous nous levons tous et que nous chantons. Je viens, Seigneur!
Je viens maintenant à Toi!
Lave-moi et purifie-moi dans le Sang
Qui coula du Calvaire!

210 Avancez-vous maintenant, juste par ici. Nous allons prier. Vous ne serez jamais plus près de Lui quand vous... Je viens maintenant à Toi!
Lave-moi, purifie-moi!

211 Descendez sans tarder du balcon. C'est bien, descendez, tenez-vous juste ici. Il va. Bien, Il a dit : ¬ęSi vous Me confessez devant les hommes, Je vous confesserai devant Mon P√®re. Mais si vous avez honte de Moi, J'aurai honte de vous.¬Ľ Souvenez-vous de la Bible, de la Gen√®se √† l'Apocalypse. Venez maintenant, jeunes et vieux. Voudriez-vous venir? Que vous soyez un membre d'√©glise ou pas, venez maintenant. Le voudriez-vous? Acceptez Christ pendant que vous √™tes dans Sa Pr√©sence. Je viens, Seigneur!
Je viens maintenant à Toi!
Lave-moi et purifie-moi dans le Sang
Qui coula du Calvaire!

212 Continuez simplement à jouer. [Frère Branham commence à fredonner. - Ed.].

213 Ecoutez. Croyez-vous que je suis Son proph√®te? Je n'avais pas d√©clar√© ceci auparavant. Mais je crois qu'en le disant, les gens comprendront et sauront ce que j'essaie de vous transmettre. Il y a des gens ici qui d√©clarent ouvertement que c'est ici qu'il y a le Christianisme. Venez, ne le voulez-vous pas? Permettez-moi de vous poser une question: Comment allez-vous donc y arriver? Vous ne recevrez plus jamais un autre signe. Le voici : AINSI DIT LE SEIGNEUR. Un proph√®te de Dieu ferait-il une telle d√©claration si cela n'√©tait pas vrai? Vous √™tes en train de recevoir votre plus grand et dernier signe avant l'apparition de Christ. Venez. La raison pour laquelle je dis ces choses (je n'ai jamais dit ceci dans aucune autre r√©union), je sens simplement que ceci-que ceci est l'occasion pour que quelque chose arrive. C'est pourquoi je parle ainsi. Je crois que vous comprenez. Vous n'irez pas ici et l√†, faire une sorte de culte et dire : ¬ęFr√®re Branham est un dieu¬Ľ, ou quelque chose de ce genre. Vous comprendrez ce don je parle. Venez maintenant. Venez. Laissez-moi vous persuader au Nom de J√©sus. Venez.

214 Vous qui ne connaissez pas votre position, vous qui n'en √™tes pas certain, qui n'avez qu'une [conception] intellectuelle, ou un certain genre d'√©motion; vous qui avez cri√©, vous qui avez pleur√©, ou vous - vous qui avez eu une sorte de sensation. N'essayez pas de venir sur base de cela. Rappelez-vous, je vous dis au Nom du Seigneur que vous √™tes perdu, mis√©rablement perdu, et vous ne le savez pas. Ne vous hasardez pas, cher ami. Je ne fais que semer la semence et retirer le filet. C'est Dieu qui fait cro√ģtre. Je ne sais pas.

215 Inclinons la tête et voyons celui qui me dira. [Un parler en langues et une interprétation sont donnés.- Ed.]. Avez-vous entendu cela? Je viens maintenant à Toi! (Examinez votre cour.)
Lave-moi et purifie-moi dans le .

216 Vous, membre d'église. Si je me tenais là, n'ayant pour toute expérience que le fait de me joindre à une église quelque part, je me frayerai aussi vite que possible une voie pour venir ici.

217 Rappelez-vous que l'Esprit rend t√©moignage que nous sommes √† la fin. La science dit qu'il est minuit moins trois. Le Message et la Bible disent : ¬ęVoici la derni√®re chose.¬Ľ Le r√©veil se termine; la porte se ferme. Vous serez dehors, frappant √† la porte, et vous ne pourrez entrer. Venez.
Que Dieu vous bénisse, jeune dame. Maintenant..?. fais ça.?.. Je viens, Seigneur!
Je viens maintenant .

218 Que Dieu vous bénisse. C'est bien, monsieur. C'est comme ça, descendez sans tarder du balcon, venez en rangs.

219 Voici la Parole; voici l'évidence. Voici l'Esprit; voici le témoignage. Et voici les gens venir, montrant que nous sommes ici au temps de la fin. Je viens, Seigneur!
Je viens maintenant à Toi!
Lave-moi et purifie-moi dans le Sang
Qui coule du Calvaire!
Je viens...

220 Il attend, Il appelle... Vous tous qui avez levé la main pour la prière... Venez à... Venez

221 Si vous avez un doute dans votre pens√©e... Vous devez √™tre s√Ľrs, mes amis, car la foi est parfaite. ... du Calvaire!
... Seigneur!
Je viens maintenant à..

222 Environ soixante √† soixante-quinze personnes se sont rassembl√©es tout autour. Maintenant, venez. Laissez passer les autres qui doivent venir. Nous attendons un peu plus longtemps, puisque demain sera consacr√© √† la gu√©rison Divine. Il n'y a pas longtemps, le Saint-Esprit m'a dit : ¬ęNe fais pas cette ligne. Fais l'appel √† l'autel.¬Ľ Je vais Lui ob√©ir et faire ce qu'Il m'a dit. Je me garderai bien de ne pas le faire. Je viens maintenant √† Toi!
Lave-moi et purifie-moi dans le Sang
Qui coula du Calvaire!

223 Avec la t√™te inclin√©e maintenant, pendant que nous attendons. √Ē Dieu, puisse le Saint-Esprit Se mouvoir sur ceux-ci. Ceux qui veulent venir devant, √† l'autel, pendant que je conduis maintenant les gens √† la b√©n√©diction... Et puisse le Seigneur Dieu l'accorder. L'Esprit de Dieu est en train de se mouvoir.

224 Avancez, avancez, que chacun s'approche, maintenant. ¬ęPour chaque √Ęme opprim√©e par le p√©ch√©, il y a mis√©ricorde aupr√®s du Seigneur.¬Ľ Venez maintenant, venez. ¬ęPlongez dans le Sang qui purifie, et perdez toutes vos taches de culpabilit√©. Il y a une Fontaine remplie de Sang tir√© des veines d'Emmanuel.¬Ľ Avec respect.

225 Sentez-vous maintenant cette paix dans la r√©union? Qu'est-ce? C'est la mort, la mort pour les p√©cheurs. Maintenant, que les serviteurs ind√©pendants viennent avec eux, maintenant. C'est la mort, ces gens sont en train de mourir. Les Bibles sont mises de c√īt√©; ils expliquent des choses. La mort continue √† se produire autour de l'autel, et une nouvelle vie va venir apr√®s la mort. Il y a une fontaine remplie de Sang
Tiré de.
(Oh! combien vous aimerez entendre cela un jour lorsque votre pouls s'arrêtera!)
Et les pécheurs plongés dans ce flot
Perdent toutes les taches de leur culpabilité,
Perdent toutes les taches de leur culpabilité,
(C'est ça, jeune homme. Sois béni! C'est vrai. C'est ce que nous attendions.) Et les pécheurs plongés dans ce flot
Perdent toutes les taches de leur culpabilité,

226 Maintenant, que les Chrétiens qui sont enseignés s'avancent pendant que nous chantons le couplet suivant.
¬ęLe voleur mourant s'est r√©joui de voir cette Fontaine en son jour; puiss√©-je l√†, bien que je sois aussi vil que lui, √™tre lav√© de tous mes p√©ch√©s.¬Ľ Que ceux qui enseignent s'approchent maintenant. Vous qui n'avez pas re√ßu le bapt√™me du Saint-Esprit, approchez-vous maintenant. Vous ne savez pas ce que Dieu peut faire dans une minute. Approchez-vous maintenant, pendant que nous chantons le couplet suivant.
Le voleur mourant s'est réjoui. (La Parole rendue manifeste) La Fontaine en son jour; (Oh! C'est bien, approchez-vous maintenant. Venez pendant que l'eau est agitée). ....et vil que lui,
Laver tous mes péchés
Laver tous mes péchés
Laver tous mes péchés

227 Maintenant, c'est ça, ouvriers. Venez directement, tous...?... maintenant, à cause de l'agitation de l'eau. Montez directement ici. ... vil que lui,
Laver tous mes péchés.

228 Eh bien, vous qui voulez prier, approchez-vous maintenant et tenez-vous pr√™ts. Nous allons croire que Dieu va reconna√ģtre ceci. Il doit le faire. Le Dieu m√™me qui peut discerner la pens√©e du coeur. Rappelez-vous que J√©sus ne l'a fait qu'une seule fois dans une ville. Mais Il a dit : ¬ęVous en ferez davantage.¬Ľ Voyez, Il a prouv√© que Ses Ecritures sont vraies. Avancez-vous maintenant. Maintenant prions tous pour ces gens qui sont ici, tout celui qui sait prier. Combien de Chr√©tiens n√©s de nouveau y a-t-il dans le b√Ętiment? Levez la main. Maintenant, levons tous les mains et rendons gr√Ęces pour ces gens.

229 Notre P√®re c√©leste, nous T'offrons des actions de gr√Ęce pour ces gens. Ils sont Tiens. Ils sont venus pour confesser. Ils sont venus pour mourir √† eux-m√™mes et au p√©ch√©. Ils vont retourner √©tant de nouvelles cr√©atures en Christ.

230 Satan, tu as perdu la bataille. Dieu est J√©hovah-Jir√©. Le Seigneur a pourvu √† un Sacrifice. Il a pourvu √† un peuple. Il a pourvu √† un appel √† l'autel. Il a pourvu au Message. Il a pourvu √† la gr√Ęce. Et Satan a perdu la bataille; au Nom de J√©sus-Christ, il a perdu la bataille.

EN HAUT