ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication A La Recherche De Jésus / 53-0531 / Connersville, Indiana, USA // SHP 1 heure et 15 minutes PDF

A La Recherche De JĂ©sus

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 ... et espĂ©rons que Dieu enverra des milliers de pĂ©cheurs, qu’ils parviennent Ă  la connaissance du salut de notre Seigneur JĂ©sus-Christ par Ses grandes souffrances Ă  notre place, au Calvaire, que leurs coeurs soient courtisĂ©s pour Celui qui est mort Ă  notre place, Lui l’Innocent pour les coupables. Et aussi, que des centaines de gens malades et affligĂ©s, en dĂ©tresse, et perplexes... Et que ces mauvaises choses qui sont venues sur eux, que Satan a faites, que Dieu, cette semaine, dĂ©barrasse les gens de toutes ces mauvaises choses et qu’ils rentrent chez eux en bonne santĂ© pour servir le Seigneur.
E-2 J’espĂšre que vous tous, vous serez vraiment en priĂšre cette semaine. Celle-ci est notre premiĂšre soirĂ©e et une autre–une autre, Ă  propos de cette rĂ©union ce soir, lĂ  (Je pense que c’est le mĂȘme sentiment qu’éprouve frĂšre Baxter... et aussi mon fils Billy Paul), cela me rappelle beaucoup lorsque j’étais en Afrique. Nous avions... Souvent, il nous fallait aller aux champs de course et autres, et nous installer Ă  des endroits. Seulement la foule... En Afrique, ils viennent par dizaines de milliers et des milliers et des milliers et... on les entasse les uns au-dessus des autres et tout le reste pour parvenir Ă  atteindre les lieux de rĂ©union. Vraiment, ils–ils n’écoutent pas l’Evangile, et surtout l’Evangile de dĂ©livrance. Les missionnaires sont allĂ©s lĂ  et leur ont annoncĂ© le cĂŽtĂ© psychique de l’Evangile, juste croire mentalement la Parole, et tout. Mais quand ce Message est venu, Dieu est entrĂ© en scĂšne pour la dĂ©livrance, je vous assure. Nous les AmĂ©ricains, nous avons disposĂ© nos grandes cuves en bĂ©ton pour Ă©loigner des gens toutes les bĂ©nĂ©dictions, mais pas en Afrique. Ils ont leurs mains levĂ©es, s’attendant Ă  Dieu. Et c’est lĂ  que les bĂ©nĂ©dictions tombent. La pluie tombe si les gens sont prĂȘts Ă  la recevoir. Le Saint-Esprit est venu il y a deux mille ans, et Il est toujours lĂ  ce soir. Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-3 Eh bien, chaque soir, nous essayons de ne pas vous garder trop longtemps, afin que vous puissiez revenir la soirĂ©e suivante. Nous avons prolongĂ© cela, le Seigneur voulant, jusqu’au dix de ce mois. Invitez vos pasteurs, peu importe le–l’aspect de l’Evangile qu’ils prĂȘchent. S’ils ne croient pas dans–dans le surnaturel de Dieu, eh bien, Ă©videmment, faites-les venir quand mĂȘme. Nous serons heureux d’avoir n’importe qui. Peu importe qui il est, venez. Amenez spĂ©cialement les malades, les nĂ©cessiteux et les pĂ©cheurs. Ce sont ceux-lĂ  que nous cherchons. Nous cherchons Ă  amener quelqu’un plus prĂšs de Dieu. C’est notre motif en Ă©tant ici; il n’y a pas d’autre motif, pas du tout. Si ce n’était pas pour cela, je serais chez moi ce soir. Si je ne pensais pas qu’il y aurait des pĂ©cheurs sauvĂ©s ou de pauvres malades souffrant qui seraient aidĂ©s au cours de ces rĂ©unions, je resterais chez moi. Mais je pressens que Dieu nous aidera. Et cela se fera si–si vous priez.
Eh bien, que vos maisons Ă  tous deviennent une piĂšce de priĂšre. Mettez-vous Ă  prier partout. Je comprends qu’il y a un groupe d’églises qui Ă©taient censĂ©es collaborer dans cette rĂ©union, une trentaine d’églises. Elles doivent avoir renoncĂ© quelque part, mais... Ă  voir la taille de la foule ce soir. Mais si elles l’ont fait, Dieu ne nous abandonnera pas si seulement nous continuons Ă  croire. Et prenons courage. Soyons forts dans la foi. Il nous faut avoir des Ă©preuves, des tests et des moments pour Ă©prouver notre foi. Chaque fils qui vient Ă  Dieu doit d’abord ĂȘtre Ă©prouvĂ©, chĂątiĂ© par Dieu. Venez donc et priez.
E-4 Je–j’aimerais lire un passage des Ecritures. Monsieur Baxter est un orateur, mais si je ne lis pas la Parole de Dieu le soir, j’ai l’impression d’avoir–d’avoir failli quelque part. J’ai l’impression d’avoir failli d’une certaine façon. Car, aprùs tout, tout ce que je dis, ça peut faillir, car je suis un homme. Mais ce que Dieu dit ne faillira jamais. C’est Sa Parole. Elle ne peut pas faillir.
Et par consĂ©quent, j’aime lire un passage des Ecritures chaque soir. Et ce soir, j’aimerais lire une portion de l’Ecriture qui se trouve dans Saint Jean, chapitre 1. Pour vous, qui... Beaucoup parmi... Souvent dans des rĂ©veils, on aime noter les passages des Ecritures. Nous commençons au verset 44 et nous lisons une portion de l’Ecriture. Si je disais que je ne vais pas prĂȘcher, je vais donc vous parler quelques instants, je l’intitulerais comme suit: A la Recherche de JĂ©sus. Au verset 44, voici ce que nous lisons, c’est le tout dĂ©but du ministĂšre de Christ ici sur terre.
Philippe Ă©tait de BethsaĂŻda, de la ville d’AndrĂ© et de Pierre.
Philippe rencontra Nathanaël, et lui dit: Nous avons trouvé celui de qui Moïse a écrit dans la loi et dont les prophÚtes ont parlé, Jésus de Nazareth, fils de Joseph.
Nathanaël lui dit: Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon? Philippe lui répondit: Viens, et vois.
JĂ©sus, voyant venir Ă  lui NathanaĂ«l, dit de lui: Voici vraiment un IsraĂ©lite, dans lequel il n’y a point de fraude.
D’oĂč me connais-tu? lui dit NathanaĂ«l. JĂ©sus lui rĂ©pondit: Avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous le figuier, je t’ai vu.
NathanaĂ«l rĂ©pondit et lui dit: Rabbi, Tu es le Fils de Dieu, Tu es le roi d’IsraĂ«l.
Or, si je cite cela, un texte, un passage vraiment familier dans les Ecritures, HĂ©breux 13.8, presque tous les gens du plein Evangile savent ce que cela dit, HĂ©breux chapitre 13, verset 8, se lit comme suit:
JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-5 Pouvons-nous incliner la tĂȘte juste un moment pour la priĂšre. Notre PĂšre cĂ©leste, nous venons Ă  Toi ce soir, dans le beau Nom de Ton Fils unique JĂ©sus-Christ. Nous Te remercions une fois de plus, PĂšre, de ce que Tu as trouvĂ© convenable, un jour, de nous sauver de la vie du pĂ©chĂ© et de nous appeler. Car nous savons que nous Ă©tions nĂ©s dans le pĂ©chĂ©, conçus dans l’iniquitĂ©, venus au monde en profĂ©rant des mensonges. Et Dieu, par Son Ă©lection et Sa misĂ©ricorde, nous a appelĂ©s Ă  Lui. En effet, Il est Ă©crit: «Par...» Jé–JĂ©sus a dit: «Nul ne peut venir Ă  Moi si Mon PĂšre ne l’attire.» C’était donc Toi, Seigneur, qui as commencĂ© Ă  tirer. Et nous sommes venus. Et Il a dit: «Je ne mettrai jamais dehors celui qui vient Ă  Moi.» Et nous Te remercions de ce que Tu nous as reçus comme Tes enfants.
Et, ce soir, nous sommes indignes de ce Nom et de ce titre; mais nous savons que Tu nous l’as donnĂ© par grĂące et nous en sommes trĂšs reconnaissants.
Et maintenant, PĂšre, nous Te prions ce soir de nous aider Ă  jouir de nos privilĂšges cĂ©lestes que le Saint-Esprit nous a apportĂ©s. Et puisse cette Ecriture qui est Ă©crite ici: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement», puisse-t-Elle ĂȘtre confirmĂ©e ce soir sous nos yeux mĂȘmes, par le fait que des pĂ©cheurs seront sauvĂ©s, des malades seront guĂ©ris; et le mĂȘme JĂ©sus qui avait marchĂ© sur les eaux et qui avait calmĂ© les eaux, le mĂȘme qui avait ressuscitĂ© Lazare, puisse-t-Il marcher devant nous ce soir, ici. Puisse le grand Ange de Dieu qui avait conduit les enfants d’IsraĂ«l dans le dĂ©sert, puisse-t-Il s’approcher et bĂ©nir les gens. Car, PĂšre, nous nous attendons au Berger du troupeau ce soir, priant qu’Il accorde ceci, sachant qu’une fois nous Ă©tions des Ă©trangers Ă  Dieu, mais maintenant Il nous a rapprochĂ©s de Lui par l’offrande de Son Sang. Accorde ces bĂ©nĂ©dictions. Que tout le monde reçoive la foi, la guĂ©rison et les bĂ©nĂ©dictions ce soir, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus, Ton Fils, Amen.
E-6 J’aimerais couper mon... Ă©courter mon exposĂ©. Mais j’aimerais vous demander quelque chose. Pensons, tout au dĂ©but de cette rĂ©union, Ă  ce qu’est la guĂ©rison divine. J’aimerais que vous m’accordiez toute votre attention. Et ceci n’est pas juste quelque chose que... quelque chose de mythique, que quelqu’un a imaginĂ©. C’est la Parole de Dieu. Maintenant, tout homme ne peut pas recevoir cela. La Bible dĂ©clare qu’ils seraient aveugles et ils–ils doivent l’ĂȘtre. La Bible dĂ©clare qu’ils Ă©taient prĂ©destinĂ©s Ă  cette condamnation, ils ne peuvent simplement pas croire cela. Ils n’ont rien Ă  l’intĂ©rieur pour croire, ainsi ils... C’est juste comme un grain de blĂ©, s’il n’a pas de germe, il ne poussera jamais peu importe combien de fertilisants on y met. Cela n’a pas de vie pour que ça pousse. Mais si cela a la vie, vous pouvez planter cela dans n’importe quel genre de terrain, cela poussera.
E-7 Maintenant, un homme qui est nĂ© de l’Esprit de Dieu est... peut... un homme devient alors Ă  l’image de Dieu intĂ©rieurement. Dieu, quand Il a crĂ©Ă© ce monde, Il a simplement prononcĂ© la Parole. Il n’avait rien d’autre Ă  faire, rien d’autre Ă  partir duquel former cela, Il a simplement amenĂ© cela Ă  l’existence par la Parole. Le monde a Ă©tĂ© crĂ©Ă© par la Parole de Dieu. Dieu a prononcĂ© la Parole, disant: «Qu’il y ait...», et cela a commencĂ© Ă  se matĂ©rialiser. Et la terre mĂȘme sur laquelle vous vous tenez ce soir est la Parole de Dieu matĂ©rialisĂ©e. Saviez-vous cela? Dieu a simplement dit: «Qu’il y ait, et il y eut.» Il crut Sa propre Parole. Il est donc le Dieu Tout-Puissant. Et s’Il est le Dieu Tout-Puissant, Il peut tout faire. Et s’Il ne peut pas tout faire, Il n’est pas le Dieu Tout-Puissant. Et si les Ecritures nous disent qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement...
E-8 Eh bien, monsieur Baxter, pendant–pendant les services de l’aprĂšs-midi et aussi ceux du soir, explique, enseigne la Parole, la guĂ©rison divine dans la Parole, il prouve cela, il met cela en ordre et le dĂ©montre. Cela a Ă©tĂ© Ă©prouvĂ© dans le monde, que Dieu a toujours pourvu Ă  une voie pour l’humanitĂ©.
Ainsi donc, ce soir, j’aimerais vous demander quelque chose. Si JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, et si nous parlions de quelque chose d’autre au... dans le domaine d’électricitĂ©, ou des lumiĂšres, que cela est le mĂȘme aujourd’hui que cela l’était, disons, dans le monde antĂ©diluvien, et que nous ayons une description de ce Ă  quoi les lumiĂšres ressemblaient lĂ , ce qu’était l’électricitĂ©, nous devrions chercher cette mĂȘme description aujourd’hui. Si vous alliez chercher un membre de votre famille dans une foule, il vous faudrait avoir une description, quelque chose Ă  son sujet, qui vous ferait savoir qui il est.
E-9 Eh bien, voici ce que j’aimerais dire en faveur de beaucoup... probablement [Espace vide sur la bande–N.D.E.] de gens ce soir. Nous ne pourrions pas comprendre la guĂ©rison divine, ou–ou les critiques contre cela. Nous ne prĂ©tendons pas ĂȘtre des guĂ©risseurs divins, lĂ . Il y a–il y a beaucoup de fanatisme accrochĂ© Ă  la guĂ©rison divine. Il y a beaucoup de fanatisme accrochĂ© Ă  chaque aspect de tout ce que vous voulez examiner. Dans vos Ă©glises, il y a des gens qui sont de vĂ©ritables fanatiques, des fanatiques religieux, mais cela ne veut pas dire que Dieu n’est pas rĂ©el. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas un vĂ©ritable chrĂ©tien authentique, cela indique seulement qu’il en existe un vĂ©ritable. Si vous aviez un faux dollar, c’est un fait bien Ă©tabli qu’il a dĂ» y avoir un vrai dollar Ă  partir duquel ce dollar a Ă©tĂ© contrefait. Est-ce vrai? Si ce n’est pas le cas, le faux dollar serait le vrai dollar: la contrefaçon. Mais comme il est une contrefaçon, cela montre simplement qu’il y a un vĂ©ritable. Et quand vous voyez quelqu’un agir comme, ou prĂ©tendre ĂȘtre un chrĂ©tien, cela montre seulement qu’il y a un vĂ©ritable et authentique chrĂ©tien quelque part.
Quand vous voyez quelqu’un pratiquer la guĂ©rison divine d’une façon fanatique, cela montre seulement qu’il y a quelque part un article authentique d’oĂč cela a Ă©tĂ© tirĂ©. C’est vrai. Il y a le pour et le contre, le nĂ©gatif et le positif, le vrai et le faux, dans toutes choses.
E-10 J’aimerais vous demander quelque chose. Si nous recherchions JĂ©sus de Nazareth ce soir, j’aimerais demander ceci Ă  cet auditoire: «Croyez-vous que la Bible enseigne que JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© des morts?» Croyez-vous cela? Eh bien alors, s’Il est ressuscitĂ© des morts, Il est parmi les hommes ce soir, comme Il a promis qu’Il serait. Il a dit: «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez...» De qui parle-t-Il? Eh bien, qui est vous? Vous, c’est un croyant, l’Eglise. Comment? Juste ce groupe de gens-lĂ ? Non? «Vous Me verrez, car Je serai avec vous, et mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde.» Est-ce vrai? Toutes les Ecritures s’accordent. C’est JĂ©sus-Christ le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-11 Observons le type de personne qu’Il Ă©tait. Observons Son caractĂšre; observons Son ministĂšre. Et Il oeuvre aujourd’hui comme Il avait oeuvrĂ© jadis. Il est prĂ©sentement ce qu’Il Ă©tait jadis, et Il le sera Ă©ternellement. Et ce qu’Il avait fait en ces jours-lĂ , Il le fait aujourd’hui, Il sera exactement le mĂȘme Ă©ternellement. Il est le mĂȘme JĂ©sus hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, le mĂȘme type de Personnage. Un homme qui professe ĂȘtre chrĂ©tien doit avoir la nature de Christ. Sinon, il y a lĂ  une autre nature qui n’est pas celle de Christ.
Si vous avez la nature d’un–un tueur... Si je vous disais que j’ai l’esprit de John Dillinger, un cĂ©lĂšbre hors-la-loi, vous vous attendriez Ă  ce que j’aie des fusils, et ce serait dangereux pour vous d’ĂȘtre lĂ  oĂč je suis, car je serais un meurtrier.
Si je vous disais que j’ai le–l’esprit d’un cĂ©lĂšbre mĂ©canicien, vous vous attendriez Ă  ce que je sache ce qui cloche dans votre voiture si je l’examinais. Si je vous disais que l’Esprit de Christ est en moi, je dois agir comme Christ. Vous devez agir comme Christ. Votre caractĂšre et votre conduite doivent ĂȘtre façonnĂ©s comme tel. Et le Saint-Esprit façonne cette conduite quand Il entre en vous, quand vous ĂȘtes rĂ©ellement nĂ© de nouveau de l’Esprit de Dieu.
Et ce dont nous avons besoin ce soir, c’est de ce genre d’église, une Ă©glise, quand JĂ©sus... Tout ce que le PĂšre Lui montrait, Il le croyait; absolument. Ce qu’était la Parole du PĂšre, Il se servait de la Parole du PĂšre pour vaincre Satan, sans mĂȘme se servir de Sa puissance.
E-12 J’aimerais que vous remarquiez combien cela est simple. Quand JĂ©sus Ă©tait ici sur terre, Il Ă©tait Emmanuel. Dieu Ă©tait en Christ rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme. Dieu Ă©tait manifestĂ© dans la chair de JĂ©sus-Christ, et Il Ă©tait Emmanuel. Et quand Il marchait ici sur terre, Il avait les puissances. Ce qu’était le PĂšre, Il le manifestait dans le Fils. Mais quand Il a rencontrĂ© Satan, Il n’a point utilisĂ© quoi que ce soit de Sa puissance. Il a utilisĂ© la Parole du PĂšre. Satan a dit: «Si Tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres... J’aimerais Te voir accomplir un miracle. Ordonne que ces pierres deviennent des pains.» JĂ©sus n’a jamais utilisĂ© Sa puissance pour vaincre Satan. Il a dit: «Il est Ă©crit.» La Parole du PĂšre.
Les Psaumes... Aussi dans DeutĂ©ronome: «L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.» Voyez-vous combien Il Ă©tait rĂ©vĂ©rencieux envers la Parole? «Il est Ă©crit...»
E-13 Satan Le transporta au sommet du temple et il badigeonna en blanc les Ecritures pour lui. Il a dit: «Et il est Ă©crit.» De plus, il Le transporta sur la montagne, Lui montra tous les royaumes, et JĂ©sus dit: «Il est Ă©crit», et Il a vaincu le diable par la Parole de Dieu. Il n’a jamais utilisĂ© de puissance, pas du tout, mettant chaque bĂ©nĂ©diction divine à–à la portĂ©e du chrĂ©tien le plus humble et le plus faible, tant qu’il croit que c’est la Parole de Dieu et qu’il dit: «Il est Ă©crit.» Cela vaincra Satan n’importe oĂč, n’importe quand, ou dans n’importe quelle condition: la Parole de Dieu. Cela se fera certainement. Osez conformer cela Ă  la prom-... conformer Ă  Sa promesse.
E-14 Et maintenant, Ă©coutez ceci attentivement. Chaque promesse divine de Dieu, la bonne attitude mentale envers n’importe quelle promesse divine de Dieu la fera s’accomplir. Si vous pouvez la considĂ©rer correctement et la croire telle qu’elle est Ă©crite, dire: «Ô Dieu, c’est Ta Parole», et afficher une bonne attitude mentale face Ă  cette promesse divine, cela s’accomplira. En effet, il n’y a pas de dĂ©faite: la foi ne peut ĂȘtre vaincue. Il n’y a pas de dĂ©faite dans la foi.
Observez le ministĂšre de notre Seigneur. Il ne prĂ©tendait pas ĂȘtre une personne imposante: Il naquit dans une... Il est entrĂ© par la porte d’une Ă©table; et Il est sorti par la peine capitale; Il a pratiquement eu un seul vĂȘtement durant Sa vie; Il n’avait jamais eu de place oĂč reposer Sa tĂȘte; Il n’est jamais allĂ© trop loin; Il voyageait d’une maniĂšre humble; Il vivait parmi les paysans; Il parlait un langage trĂšs ordinaire. Il n’était pas un grand personnage, ni ne prĂ©tendait l’ĂȘtre. La Bible dit qu’Il n’a pas recherchĂ© une rĂ©putation. Il s’est dĂ©pouillĂ© Lui-mĂȘme.
E-15 L’inventeur de la jambe artificielle s’est fait une rĂ©putation pour l’avoir inventĂ©e, mais le CrĂ©ateur de la jambe naturelle, quand Il Ă©tait ici, Il ne s’est pas fait une rĂ©putation. L’Homme qui a crĂ©Ă© les dents naturelles, Il n’a pas pris... Il n’a pas eu de rĂ©putation Lui-mĂȘme, mais l’homme qui a fabriquĂ© les dents artificielles s’est fait une rĂ©putation. L’homme qui a fabriquĂ© l’oeil artificiel s’est fait un nom en faisant cela, mais l’Homme qui a fait l’oeil naturel n’a pas eu de rĂ©putation. Mais Il Ă©tait Emmanuel.
Il marchait humblement. Il vivait parmi les pauvres. La Bible dĂ©clare: «Les gens ordinaires L’écoutaient avec joie.» Il Ă©tait rejetĂ© par les fondamentalistes de cette Ă©poque-lĂ . Mais permettez-moi de rĂ©pĂ©ter cela. Il Ă©tait rejetĂ© par les fondamentalistes de cette Ă©poque-lĂ . Exact. Les docteurs les plus saints et les plus religieux ont manquĂ© de Le voir parce que leurs yeux Ă©taient aveuglĂ©s. Ces esprits ne meurent jamais. Ils continuent Ă  vivre.
E-16 Les paysans, alors qu’ils Ă©taient au temple, discutant sur comment... le genre de boutons qu’ils devaient fixer sur leurs manteaux, il y avait des mages qui traversaient le pays, observant une Ă©toile. Il y avait des observatoires Ă  l’époque comme nous en avons aujourd’hui. Ils dĂ©terminaient mĂȘme le temps. A chaque muraille de la ville, il y avait une tour, ils dĂ©terminaient le temps Ă  partir des Ă©toiles, mais aucun autre homme, personne d’autre n’avait vu cela. Vous savez pourquoi? Ils n’attendaient pas cela. Et c’est la raison pour laquelle ils disent: «Je n’ai rien vu se passer.» Ils ne sont pas venus pour attendre cela. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui les gens disent: «Je ne vois rien dans la guĂ©rison divine. Il n’y a rien lĂ .» Vous n’attendez pas cela; vous ne croyez pas cela.
Un homme a dit il n’y a pas longtemps, il a dit: «FrĂšre Branham, je ne croirais pas cela peu importe...»
J’ai dit: «Ce n’était pas destinĂ© aux incroyants; c’était destinĂ© aux croyants.» Voyez? Ce n’est que pour ceux qui croient. C’est pour eux que cela est envoyĂ©.
E-17 Mais quand Il Ă©tait ici sur terre, Il n’avait pas une grande instruction, mais Il Ă©tait... Il avait la puissance de Dieu au point que quand Il n’avait que douze ans, Il a confondu la–la sagesse de sacrificateurs. Dieu Ă©tait avec Lui. C’est ce qui fait la diffĂ©rence: Dieu est avec vous.
Et je Le vois au commencement de Son ministĂšre, Satan L’a tentĂ©. Mais aprĂšs Sa tentation de quarante jours, Il est sorti. Maintenant, observons donc Son caractĂšre. C’est Lui que nous recherchons. Avez-vous une idĂ©e de ce qu’Il est maintenant? ConsidĂ©rez-Le, ce qu’Il est maintenant. Juste dans votre esprit, dessinez un tableau mental de ce qu’Il est. Et ce qu’Il Ă©tait jadis, Il l’est ce soir et Il le sera Ă©ternellement.
E-18 Et maintenant, j’aimerais vous faire remarquer une autre chose. Il commence simplement Ă  devenir cĂ©lĂšbre. Il guĂ©rissait quelques malades, et autres. Sa renommĂ©e commençait Ă  se rĂ©pandre. Et il y avait un homme du nom de Philippe qui s’est converti. Et aussitĂŽt qu’il fut converti, ce qui Ă©tait une preuve qu’il Ă©tait rĂ©ellement converti, il a trouvĂ© une bonne nouvelle et il voulait l’annoncer Ă  son ami. Tout celui qui trouve une bonne nouvelle aimerait l’annoncer Ă  son ami. AussitĂŽt donc qu’il fut converti, il partit chercher NathanaĂ«l, son ami. Il a dit: «Viens trou... voir Qui j’ai trouvĂ©: JĂ©sus de Nazareth, le Fils de Joseph.»
Et cet homme était un homme juste du fond de son coeur. Il était un homme sincÚre. Il a dit: «Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon?» Une petite ville trÚs méchante.
Il a dit: «Viens simplement et vois.»
E-19 Maintenant, reprĂ©sentons une saynĂšte ici pour en avoir une image. Eh bien, nous voici en arriver Ă  notre texte de ce soir. Voici un Fils d’un modeste charpentier traĂźner une mauvaise rĂ©putation, celle d’un Enfant illĂ©gitime; Il Ă©tait lĂ , accomplissant les oeuvres de Dieu. Et voici venir auprĂšs de Lui un homme; NathanaĂ«l est venu. Et quand JĂ©sus a regardĂ© et qu’Il a vu son–son converti, Philippe, amener NathanaĂ«l dans... NathanaĂ«l, Il a dit: «Voici un IsraĂ©lite dans lequel il n’y a point de fraude.» Si je rĂ©pĂ©tais cela ce soir, je dirais: «Un chrĂ©tien, un croyant, un homme honnĂȘte.»
Eh bien, cela a Ă©tonnĂ© l’IsraĂ©lite. Il a dit: «Quand m’as-Tu connu, Rabbi», ou RĂ©vĂ©rend, MaĂźtre, tout ce qu’il... Docteur.
Il a dit: «Avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous l’arbre, Je t’ai vu.»
Eh bien, les médecins, les hommes de la loi, les croyants de ce jour-là, ont dit: «Il est Béelzébul. Il est le meilleur diseur de bonne aventure du monde.»
Mais le diable a dit: «C’est le Fils de Dieu. Nous savons qui Tu es: le Saint d’IsraĂ«l.» Le diable connaissait plus qu’eux Ă  ce sujet dans ce cas-lĂ . Il a dit: «Nous savons qui Tu es.» Mais chaque fois qu’ils disaient: «C’est une–c’est une Personne horrible...», le diable confessait toujours cependant qu’Il est le Fils de Dieu. «Nous savons qui Tu es: le Saint de Dieu. Pourquoi viens-Tu nous tourmenter avant le temps?» Et les prĂ©dicateurs ont dit qu’Il est BĂ©elzĂ©bul, qu’Il Ă©tait le prince de tous les sorciers et des dĂ©mons.
E-20 Maintenant, observez. Une fois, Il a vu une femme venir. Il avait renvoyĂ© Ses disciples. Et Il a vu une femme venir du puits, ou plutĂŽt venir au puits pour puiser de l’eau: Saint Jean, chapitre 4. Et Il a vu cette femme venir, et c’était une Samaritaine. Il y avait un puits lĂ , prĂšs de la Samarie–Samarie. Donc, Il... Ils venaient tous lĂ  pour puiser de l’eau. Et peut-ĂȘtre que c’était vers midi. Ils Ă©taient allĂ©s chercher Ă  manger. Peut-ĂȘtre que la femme... Elle Ă©tait une prostituĂ©e, peut-ĂȘtre juste parce qu’elle avait Ă©tĂ© dehors toute la nuit et qu’elle s’était rĂ©veillĂ©e Ă  ce moment-lĂ , ou je ne sais ce qu’il y avait. Elle est venue Ă  ce moment-lĂ  du jour. Mais JĂ©sus savait qu’elle venait. Et Il a dit: «Apporte-moi Ă  boire.»
Et elle a dit: «Il n’est pas de coutume que vous les Juifs, vous demandiez pareille chose Ă  nous les Samaritains, car nous n’avons pas de relations.»
Il a dit: «Mais si tu connaissais Celui Ă  qui tu parles, c’est toi qui M’aurais demandĂ© Ă  boire.» Je me demande ce qu’Il faisait. Eh bien, suivons. Il parle face-Ă -face avec une femme. Il contacte son esprit. Voyez?
Il a dit: «Eh bien, si tu connaissais Celui Ă  qui tu parles, c’est toi qui M’aurais demandĂ©.»
Elle a dit: «Le puits est profond, et Tu n’a rien pour puiser.»
Il a dit: «Mais les eaux que Je donne, ce sont les eaux de la vie, qui proviennent de l’intĂ©rieur.»
Elle a dit: «Eh bien, nos pĂšres ont adorĂ© sur cette montagne. Et vous, vous dites que c’est Ă  JĂ©rusalem...»
La conversation s’est poursuivie jusqu’à ce que JĂ©sus ait dĂ©couvert exactement ce qu’elle Ă©tait... ce qu’était son problĂšme. Il est allĂ© droit Ă  son problĂšme. Il a dit: «Va chercher ton mari.»
Elle a dit: «Je n’en ai point.»
Il a dit: «Tu as dit vrai. Tu en as eu cinq.»
Et elle a dit: «Seigneur, je vois que Tu es ProphĂšte.» Et elle est entrĂ©e dans la ville en disant: «Venez voir un Homme qui m’a dit tout ce que j’aie jamais fait.» Il ne lui avait jamais dit tout ce qu’elle eĂ»t jamais fait; Il lui avait juste dit une seule chose qu’elle avait faite. Mais si Dieu a pu Lui rĂ©vĂ©ler cela, Il pouvait tout lui rĂ©vĂ©ler. Est-ce vrai? Il a dit: «Venez voir un Homme qui m’a dit tout ce que j’aie jamais–j’aie jamais fait. Ne serait-ce point le Christ mĂȘme?»
E-21 ConsidĂ©rez-Le encore une fois, parlant des miracles. Croyez-vous qu’Il Ă©tait plein de compassion, plein d’amour?
J’aimerais vous donner un petit tableau sombre, et j’aimerais que vous me supportiez juste un moment avant que nous commencions Ă  prier pour les pra-... les malades. Prenons Saint Jean 5 maintenant. Nous Ă©tions dans 1.4. Maintenant, prenons 5. Il y a la porte des brebis; une piscine appelĂ©e BĂ©thesda, dans la langue hĂ©braĂŻque. Un grand nombre d’impotents Ă©taient couchĂ©s lĂ . Des boiteux... (Maintenant, observez pourquoi ils Ă©taient.) Des boiteux, des estropiĂ©s, des aveugles, des paralytiques. Est-ce vrai? N’importe quel lecteur de la Bible sait que c’est la vĂ©ritĂ©. Maintenant, observez cette condition: Des boiteux, des estropiĂ©s, des aveugles, des paralytiques, attendant le mouvement de l’eau, car un ange descendait de temps en temps, et il agitait l’eau. Maintenant, observez. JĂ©sus est directement passĂ© Ă  travers... par cette piscine. ReprĂ©sentons une saynĂšte.
E-22 Voici un vieil homme debout lĂ , aveugle, il disait: «Que quelqu’un m’aide, s’il vous plaĂźt, Ă  entrer dans la piscine.» Tout historien sait qu’ils se poignardaient mĂȘme en cherchant Ă  se devancer dans la piscine, dĂšs que l’ange agitait l’eau. Car quiconque y entrait et qui avait la foi Ă©tait guĂ©ri. Et puis, l’ange s’en allait, juste une–une personne Ă  la fois; peut-ĂȘtre chaque mois ou tous les deux mois. Mais ils devaient attendre des annĂ©es. Nous, nous ne pouvons pas attendre une heure alors que des centaines sont guĂ©ries. Oh! Comme les temps ont changĂ©! Comme la foi des gens a changĂ©! Comme leurs dĂ©sirs ont changĂ©: ils doivent aller rapidement. [FrĂšre Branham claque les doigts.–N.D.E.] Et il n’y a–il n’y a rien Ă  cela. Vous voyez? Oh! Quel monde pitoyable!
Mais observez JĂ©sus traverser une foule de boiteux qui constituerait cette petite audience de ce soir, dĂ©passerait probablement de trente ou quarante fois, ou plus, ce que nous avons ici. Si je comprends bien, il faut deux mille pour constituer un grand nombre. Et ils Ă©taient en grand nombre, au pluriel. Et JĂ©sus a dĂ©passĂ© ces petits enfants aveugles, des estropiĂ©s, des boiteux, des gens aux membres tordus. Emmanuel en personne, le Dieu mĂȘme du Ciel voilĂ© dans une chair humaine, marchant parmi ces gens, sans toucher l’un d’eux, ni guĂ©rir un seul. Alors, Il Ă©tait plein de compassion, hein? Les Ecritures dĂ©clarent qu’Il Ă©tait plein de compassion. Il Ă©tait plein d’amour. Est-ce vrai? Alors, pourquoi n’a-t-Il pas Ă©prouvĂ© de la compassion pour cette foule de boiteux, des gens aux membres tordus, des aveugles et des paralytiques? C’est lĂ  que votre infidĂšle vous coince.
Mais voici ce qu’il ne comprend pas. Voyez? Il est passĂ© par lĂ . Et Il est allĂ© vers un homme qui Ă©tait couchĂ© sur un grabat. Peut-ĂȘtre, disons qu’il souffrait (Oh!) d’une espĂšce de maladie; peut-ĂȘtre le diabĂšte sucrĂ© ou la prostatite, quelque chose comme cela. Cela–cela avait durĂ©; il en souffrait depuis trente-huit ans. Mais JĂ©sus savait qu’il Ă©tait couchĂ© lĂ . Et Il est allĂ© lĂ  et a dit: «Veux-tu ĂȘtre guĂ©ri?» Et Il avait laissĂ© ces pauvres estropiĂ©s, aveugles, oh! des gens aux membres tordus, des paralytiques, des mamans avec des bĂ©bĂ©s hydrocĂ©phales, et des petits enfants aveugles, et tout; Il les a directement dĂ©passĂ©s tous et s’est avancĂ© vers la piscine. Il est passĂ© prĂšs de la piscine, plutĂŽt, et s’est dirigĂ© vers cet homme qui Ă©tait couchĂ© sur un grabat. Pouvez-vous vous imaginer JĂ©sus faire cela? La Bible dit qu’Il l’a fait.
Alors, JĂ©sus-Christ est-Il le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement? Vous ne considĂ©rez qu’un aspect. Mais Il les a dĂ©passĂ©s et Il est allĂ© vers cet homme qui Ă©tait couchĂ© sur un grabat, car la Bible dĂ©clare: «Il savait que cet homme Ă©tait dans cette condition depuis trente-huit ans.» Il a guĂ©ri ce seul homme et s’en est allĂ©, laissant ce tout grand nombre de gens couchĂ©s lĂ . C’est ça les Ecritures. Lisez ça: Saint Jean. 5.
E-23 Maintenant, les Juifs L’ont interrogĂ©. J’aimerais que vous lisiez tout le chapitre demain: Saint Jean 5. Quand les Juifs L’ont interrogĂ© concernant l’homme qui transportait son lit le jour de sabbat... Observez. Maintenant, Saint Jean, prenons donc le verset 19, le mĂȘme chapitre, Saint Jean 5.19. Les Juifs L’ont interrogĂ©. Eh bien, observez ce que JĂ©sus a dit. C’est... JĂ©sus a dit: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-mĂȘme, mais Il ne fait que ce qu’Il voit faire au PĂšre. Car tout ce que le PĂšre fait, le Fils aussi le fait pareillement. Et Il vous montrera des oeuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l’étonnement. Le PĂšre agit, J’agis pareillement.»
Suivez, assistance. JĂ©sus est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. JĂ©sus ne prĂ©tendait pas ĂȘtre un guĂ©risseur divin. Il dĂ©clarait qu’Il Ă©tait le Fils de Dieu, et c’est Ce qu’Il Ă©tait, et Il a dit qu’Il ne faisait rien avant que le PĂšre Lui montre quoi faire. «Et encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, et mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde.» Maintenant, suivez. «Les oeuvres que Je fais», a dit JĂ©sus... Saint Jean 12... Saint Jean 14.12: «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais, parce que Je m’en vais au PĂšre.» Est-ce vrai? «Si vous demeurez en Moi et que Ma Parole demeure en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordĂ©.» C’est soit vrai, soit faux. C’est exact.
E-24 Maintenant, voyez-vous pourquoi Il n’a pas guĂ©ri tout le monde? Il ne faisait rien, a-t-Il dit en Ses propres termes, avant que Dieu Lui ait montrĂ© en vision ce qui allait arriver. Puis, Il allait le faire. Aucune chair ne peut se glorifier devant Dieu. Dieu est tout et en tout. Il est au-dessus de tout. Et JĂ©sus a dit qu’Il reviendrait et serait avec nous. Et Il est ressuscitĂ© des morts, Il vit parmi les hommes ce soir, oeuvrant dans Son Eglise, et la vraie et authentique Eglise qui croit que JĂ©sus est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
Eh bien, si JĂ©sus-Christ Ă©tait ici ce soir dans un corps physique comme moi... Il est sous la forme du Saint-Esprit. Dieu a pris Son corps et l’a fait asseoir Ă  la droite... Ă  Sa droite Ă ... dans la Gloire sur le TrĂŽne, et Il a renvoyĂ© Son Esprit en guise d’alliance pour les gens. Et nous sommes scellĂ©s par ce baptĂȘme du Saint-Esprit qui nous donne une touche de la Vie de Dieu en nous. Zoe, la Vie de Dieu en nous. Maintenant, nous sommes devenus des fils de Dieu. C’est ce qui vous fait croire, peu importe ce que... C’est la Parole de Dieu, je La crois. Nous croyons cela.
E-25 Or, si JĂ©sus se tenait ici, portant mon costume ce soir, mes chaussures, Il ne pourrait guĂ©rir personne ici, avant que Dieu Lui ait montrĂ© de le faire. Il a dit: «Le Fils ne fait rien de Lui-mĂȘme, Il ne fait que ce qu’Il voit faire au PĂšre.» Croyez-vous qu’Il a dit la vĂ©ritĂ©? Il l’a dit.
Maintenant, observez–observez l’estra-... Tenez, une fois, deux aveugles passaient dans la rue. Il est allĂ© simplement de l’avant. Il n’avait aucune vision sur eux. Il est entrĂ© dans une maison, et on Lui a amenĂ© l’aveugle. Il s’est retournĂ©, Il a touchĂ© ses yeux et a dit: «Qu’il te soit fait selon ta foi.» Votre foi.
Une femme toucha le bord de Son vĂȘtement, Il se retourna et dit: «Ta foi t’a sauvĂ©e.» Pas Sa foi Ă  Lui, sa foi Ă  elle.
E-26 Maintenant, ramenons cela Ă  ceci. Si donc JĂ©sus apparaĂźt au milieu de nous ici pour manifester ces mĂȘmes puissances... Eh bien, Il percevait et connaissait les pensĂ©es des gens qui Ă©taient autour de Lui. Est-ce vrai? ConnaĂźtre les pensĂ©es. Une fois, Il a su oĂč Ă©taient attachĂ©s des mulets. Il connaissait oĂč Ă©tait le poisson qui avait une piĂšce de monnaie dans sa gueule. Voyez? Mais seulement ce que le PĂšre Lui disait, c’est ce qu’Il faisait; et Il ne faisait rien d’autre.
On Lui a mis un lambeau autour de Son visage. Ils savaient qu’Il Ă©tait ProphĂšte. On Lui a une fois mis un lambeau autour de Son visage et On L’a frappĂ© Ă  la tĂȘte avec des roseaux et ils ont dit: «Eh bien, si Tu es ProphĂšte, dis-nous qui T’a frappĂ©.» Il ne faisait pas le clown pour les gens, Il les a simplement laissĂ©s tranquilles. «Ce sont des conducteurs aveugles conduisant des aveugles; ne tomberont-ils pas tous dans une fosse?»
Il ne fait pas non plus le clown ce soir. Il ne fait pas du spectacle. JĂ©sus n’était pas un divertisseur. Il est un Sauveur et un GuĂ©risseur. Et Il est avec Son peuple. Il est ici dans l’église ce soir. Monsieur Baxter vous a parlĂ© du don divin qui a Ă©tĂ© envoyĂ© du Ciel. Et je dis humblement ceci, que depuis mon enfance, Dieu m’a envoyĂ© prier pour les malades. C’est ce qu’Il a dit. Monsieur Baxter vous a sans doute racontĂ© l’histoire. C’est ce qu’il fait d’habitude le premier soir.
E-27 Maintenant, si JĂ©sus est ici ce soir avec nous, et si vous Lui tĂ©moignez du respect ainsi qu’à Dieu le PĂšre, et que vous demandiez Ă  Dieu, Dieu peut se rĂ©vĂ©ler ici Ă  vous ce soir, tout comme Il le peut au travers de Il... Son Eglise, ici, tout comme Il l’a fait dans les Ăąges passĂ©s. Il a envoyĂ© Ses dons dans l’église. Il a placĂ© plusieurs diffĂ©rents dons dans Son Eglise. L’un d’eux est qu’il peut parler en langue inconnue et faire que quelqu’un d’autre interprĂšte cela, et cela serait directement adressĂ© Ă  quelqu’un, et ce serait la vĂ©ritĂ©. Et la Bible dĂ©clare: «Mais si vous tous, vous parlez en langues, et qu’il n’y a pas d’interprĂšte, vous passerez pour un groupe de barbares, ou quelque chose comme cela.» Mais Il a dit que s’il y en a un qui prophĂ©tise et rĂ©vĂšle les secrets du coeur, alors ne tomberont-ils pas tous par terre pour dire: ‘Dieu est avec nous’»? Eh bien, alors, ce mĂȘme Esprit qui Ă©tait dans l’église corinthienne est ici mĂȘme dans cette Ă©glise ce soir: JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. C’est donc ce genre de personne qu’Il serait.
E-28 Maintenant, j’aimerais vous poser une question. Je ne sais pas ce qu’Il fera. J’ai de loin dĂ©passĂ© mon temps. Je ne sais pas ce qu’Il fera. Et plus tard, au cours des rĂ©unions, on dira davantage. Il vous faut assister Ă  chaque soirĂ©e. Mais ce soir, j’aimerais demander Ă  cette petite audience ceci: Y a-t-il quelqu’un parmi vous qui a dĂ©jĂ  assistĂ© aux rĂ©unions auparavant, Ă  certaines de mes rĂ©unions? Faites voir la main. Eh bien, c’est bien. Vous comprenez de quoi je parle.
A vous qui n’y avez pas assistĂ©, si JĂ©sus apparaĂźt ici sur la scĂšne sous une forme surnaturelle et qu’Il parle, et qu’Il accomplisse les mĂȘmes oeuvres qu’Il avait accomplies quand Il Ă©tait ici sur terre, vous n’aurez aucun moyen du tout de douter. Vous devrez croire de tout votre coeur et accepter Sa Parole Ă©crite, car Il est mort pour vous, pour vos pĂ©chĂ©s au Calvaire. Et si vous ĂȘtes un pĂ©cheur, donnez-Lui votre vie. Et c’est par Ses meurtrissures que vous avez Ă©tĂ© guĂ©ris il y a mille neuf cents ans. Acceptez simplement votre guĂ©rison et poursuivez votre chemin en vous rĂ©jouissant.
E-29 La plupart parmi nous ici ont dĂ©passĂ© l’ñge de vingt-cinq ou trente ans, le meilleur de la vie. Nous devons rĂ©pondre lĂ  au Jugement. Faisons quelque chose pour Dieu pendant qu’il est jour. Soyons Ă  l’oeuvre, ne soyez pas des personnes sans colonne vertĂ©brale. Si Dieu est vrai, scellons notre tĂ©moignage, mĂȘme s’il faut notre sang pour sceller cela. Si Dieu est Dieu, servons-Le. S’Il ne L’est pas, laissez-Le tranquille. Si Sa Parole n’est pas vraie, comme quoi Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, alors la Bible est en erreur. Si JĂ©sus a dit: «Je serai avec vous, mĂȘme jusqu’à la fin du monde», s’Il n’est pas ici pour se manifester comme Il l’avait fait jadis, c’est une erreur. Mais ce n’est pas une erreur; c’est la vĂ©ritĂ©. Dieu est ici pour satisfaire Ă  chaque demande de votre foi. Puisse le Seigneur vous bĂ©nir pendant que nous inclinons la tĂȘte.
E-30 Notre PĂšre cĂ©leste, nous voici ce soir ici loin en Indiana. Tout autour du monde, Ă  travers les pays, dans les mers profondes, dans les jungles, dans les dĂ©serts, le long des haies et des chemins, dans des palais des rois jusqu’aux plus modestes demeures, Tu les as visitĂ©s avec une grande puissance. Et maintenant, je T’invoque, ĂŽ Dieu, au dĂ©but de ce service en ce lieu-ci; nous sommes trĂšs reconnaissants d’avoir un toit au-dessus de nos tĂȘtes ce soir. Et nous Te prions de bĂ©nir ceux qui ont rendu cela possible.
Et maintenant, Seigneur, si on s’en est servi pour autre chose, puissent ces lieux, ce terrain, ce stade ici, ĂȘtre sanctifiĂ©s. Que les anges de Dieu prennent position Ă  chaque endroit. Que chaque puissance dĂ©moniaque soit repoussĂ©e. Que le Saint-Esprit ait le droit de passage. Ô Eternel Dieu, envoie des lĂ©gions. Ôte toute peur, tout doute, et puisse ceci s’avĂ©rer une rĂ©union d’une grande puissance; que le Saint-Esprit parle aux coeurs, que des milliers soient sauvĂ©s et beaucoup, guĂ©ris; des miracles, des signes et des prodiges. Que demain les gens soient dans des rues, tĂ©moignant de la gloire de Dieu. Qu’un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode Ă©clate et balaie toute la contrĂ©e ici. AmĂšne des milliers Ă  Christ avant Sa Venue. Accorde-le, Seigneur. Exauce-nous maintenant, et Ton humble serviteur indigne... Nous ne nous considĂ©rons pas digne de nous tenir ici devant ces prĂ©cieuses personnes rachetĂ©es par Ton Sang, ces aimables personnes. Mais Toi, Tu nous as ordonnĂ©s de faire ceci. Ainsi, PĂšre, nous sommes ici en Ton Nom.
Et je Te prie ce soir d’envoyer l’Ange de Dieu, le Saint-Esprit, et que de grands signes et de grands prodiges soient accomplis, qui secoueront la contrĂ©e. Ces ministres et ces chrĂ©tiens qui se sont levĂ©s ont prĂȘchĂ© et en ont parlĂ© des annĂ©es et des annĂ©es, pavant le chemin, puissent leurs Ă©glises grandir maintenant. Puisse cela Ă©clater. Que beaucoup soient sauvĂ©s, PĂšre. Et maintenant, confirme la Parole qu’ils ont prĂȘchĂ©e par l’Esprit, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-31 Maintenant, amis chrĂ©tiens, j’aimerais dire ceci avant. Souvent, beaucoup de choses phĂ©nomĂ©nales s’accomplissent. Comme frĂšre Baxter vous l’a expliquĂ©, je suis juste votre frĂšre et je suis juste un homme. Mais lorsque des choses s’accomplissent, que chacun soit tranquille. Je ne sais pas ce qui va se passer. J’aimerais que tout le monde soit tout aussi respectueux que possible. Si vous ĂȘtes un critiqueur, Ă  votre place, je ne resterais pas tout prĂšs, car, rappelez-vous, ami, si ceci est (Si vous voulez considĂ©rer cela comme ça) l’Esprit de Dieu, les mauvais esprits sortent des gens, et si vous ĂȘtes critiqueur, vous serez exposĂ© Ă  cela. Et soyez-en rassurĂ©, je ne suis pas responsable de critiques, de n’importe quelle incrĂ©dulitĂ©; car un dĂ©mon est tout aussi impuissant qu’il peut l’ĂȘtre. Cette semaine, nous allons prĂȘcher sur la dĂ©monologie et autres, vous faire savoir que ce sont toutes des puissances dĂ©moniaques. Mais maintenant, quand il sort de quelqu’un, il cherche Ă  trouver un autre endroit oĂč aller. Tout celui qui connaĂźt la Bible sait que c’est la vĂ©ritĂ©. Lisez Actes 19 et voyez. Et vous verrez que JĂ©sus a dit que quand un esprit impur est une fois aussi sorti des gens, il va dans des lieux arides, puis il revient. J’aimerais que vous ayez la foi. J’aimerais que vous vous teniez tranquille. J’aimerais que vous croyiez. J’aimerais que vous priiez pour moi. Et que le Seigneur vous bĂ©nisse.
E-32 Maintenant, frĂšre Baxter, vous leur avez dit comment nous distribuons nos cartes de priĂšre et les systĂšmes que nous avons pour permettre Ă  tout le monde d’avoir une chance chaque jour. Les cartes de priĂšre ne veulent rien dire. Tout celui qui est lĂ  dans l’assistance ce soir sans carte de priĂšre, qui regardera de ce cĂŽtĂ©-ci, croira et aura foi en Dieu, je vous l’assure, Dieu rĂ©pondra Ă  votre foi. C’est vrai. Si seulement vous pouvez demander et mettre de cĂŽtĂ© toutes vos superstitions et regarder lĂ  et dire: «PĂšre, je crois cela de tout mon coeur», alors, Dieu l’accordera.
Maintenant, ce n’est pas pour ĂȘtre, je... Il m’a dit: «Si tu amĂšnes les gens Ă  te croire, et que tu es sincĂšre quand tu pries.» C’est ce que j’aimerais que vous fassiez. Maintenant, quant Ă  savoir s’Il va en faire un, cela dĂ©pend du PĂšre cĂ©leste. Je ne sais pas, mais oĂč allons-nous placer les frĂšres malades? LĂ  en bas de ce cĂŽtĂ©-ci? Eh bien, nous ne pouvons pas en prendre beaucoup Ă  la fois. Quel... a-t-il commencĂ© Ă  distribuer le... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
E-33 L’aveugle, Il l’a pris par la main lĂ , parmi la multitude, l’a conduit en dehors de la ville et l’a guĂ©ri. Est-ce vrai? Regardez Pierre quand Dorcas Ă©tait morte. Les veuves pleuraient et faisaient des histoires. Il les a toutes fait sortir de la maison. Est-ce vrai? Puis, il est allĂ© s’agenouiller et a priĂ©.
Observez Elie, quand il est allĂ© ressusciter l’enfant mort. Voyez? Il y a quelque chose dans le fait de s’enfermer avec Dieu. Eh bien, naturellement, lĂ -bas, il y a des esprits de toutes sortes Ă  combattre, mais quand rien... cela... Quand c’est tout autour de vous et partout, alors c’est–c’est trĂšs diffĂ©rent.
Maintenant, si JĂ©sus-Christ apparaĂźt ici sur la scĂšne ce soir, et qu’Il prouve qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, combien parmi vous accepteront cela, que c’est la vĂ©ritĂ©, et iront en parler aux autres et prieront et...? Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est cent pour cent, partout dans la salle. Merci. Que Dieu vous bĂ©nisse. Et puisse le Seigneur JĂ©sus qui est prĂ©sent ici dans la salle maintenant, Lui qui peut prendre nos vies ou les garder dans Ses mains, puisse-t-Il venir vous accorder cela ce soir, ce privilĂšge; c’est ma sincĂšre priĂšre.
E-34 Trùs bien. Y a-t-il un pianiste quelque part ou un... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Maintenant, j’aimerais que vous croyiez ce soir, mes amis, tous d’un commun accord. Et s’il vous plaüt, ma soeur, chantez, jouez doucement Crois seulement, s’il vous plaüt, ou Reste avec moi, quelque chose comme cela.
Combien croient que l’Esprit de Dieu vient par la musique? Rappelez-vous quand ElisĂ©e Ă©tait une fois dans tous ses Ă©tats, et il... Il a dit: «Si je n’avais Ă©gard Ă  Josaphat, je ne te regarderais mĂȘme pas.» Est-ce vrai? Mais il a dit: «NĂ©anmoins, amenez-moi un joueur de harpe.» Et la musique a commencĂ© Ă  jouer. Eh bien, vous qui ne croyez pas dans la musique, dans l’église, qu’en est-il de cela? Alors, l’Esprit du Seigneur vint sur le prophĂšte quand on jouait de la musique.
E-35 Maintenant, soyez respectueux. Ayez foi. Je vais disposer mon micro ici afin que... Maintenant, la raison pour laquelle je dispose ceci dans cette position, vous ne comprendrez probablement pas, mais quelques fois, ça devient pour moi du subconscient, Ă  peine je peux dire oĂč je me trouve. Combien comprennent ce que la vision vous fait? Eh bien, Daniel a eu une vision et cela l’a troublĂ© pendant plusieurs jours. Et ceci est un don divin. GuĂ©rir une personne, je ne pourrais pas le faire. Cela ne relĂšve pas de moi. JĂ©sus l’a dĂ©jĂ  fait. Vous sauver, je ne pourrais pas le faire, personne d’autre ne le peut. Christ l’a dĂ©jĂ  fait; acceptez simplement cela.
Mais maintenant, en tant que Son prophĂšte, c’est diffĂ©rent. C’est diffĂ©rent; c’est un don. Voyez?
E-36 TrĂšs bien. Est-ce lĂ  votre premier? Maintenant, dans l’auditoire, les gens, Ă  ce que je sache, chacun de vous m’est inconnu, sauf monsieur et madame Roberson de mon Ă©glise que je vois. Et Ă  cĂŽtĂ© d’eux, il y a–il y a aussi monsieur et madame Wood. Ma femme est quelque part dans la salle. J’ai vu frĂšre Ryan de Dowagiac, de Michigan, aussi par ici. Et en dehors d’eux, je ne connais personne. J’ai vu ce petit homme ici, en manteau noir, je... quelque part. Je ne me rappelle pas son nom. Ce sont les seuls que je connaisse. Les seuls que je connaisse. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
Maintenant, soyez respectueux. Et maintenant, gardez votre esprit sur Christ. Continuez Ă  croire. Et vous lĂ  dans l’auditoire, maintenant, soyez respectueux. Maintenant, rappelez-vous, demain, donnez un tĂ©moignage. Je pense avoir tout en ordre maintenant, au point que ce qui se passe, vous le saurez demain. Soyez respectueux; rendez gloire Ă  Dieu. Je vois un jeune homme assis ici derriĂšre, de–de mon Ă©glise, lĂ -bas aussi: ce jeune homme assis ici mĂȘme. Probablement s’il montait Ă  l’estrade dans quelques minutes, je ne le reconnaĂźtrais pas.
E-37 TrĂšs bien. Maintenant, j’aimerais parler Ă  la dame. Maintenant, si quelque chose... s’il arrive quelque chose pendant que je parle, ne–n’interrompez pas alors. Si vous voulez remercier Dieu, faites-le donc aprĂšs, si quelqu’un est guĂ©ri.
Maintenant, une dame se tient ici devant moi, elle m’est inconnue. Mais Dieu connaĂźt la dame; pas moi, mais Dieu la connaĂźt. Il connaĂźt tout Ă  son sujet. Maintenant, si cette femme... Si JĂ©sus est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, alors Il saura exactement ce qui cloche chez cette femme. Et Il connaĂźtra tout comme Il a connu ce qui clochait chez la femme au puits. Est-ce vrai? Il connaĂźtra bien exactement ce dont Philippe parlait quand il... ou ce que NathanaĂ«l... lĂ  oĂč Nath-... Philippe a trouvĂ© NathanaĂ«l. Alors, si le Saint-Esprit est ici ce soir, et qu’Il rĂ©vĂ©lait Ă  cette dame de la mĂȘme ma–de la mĂȘme maniĂšre qu’Il l’avait fait pour ces gens-lĂ  dans le passĂ©, cela ferait-il... Vous saurez qu’il y a une puissance surnaturelle. Cela ne ferait-il donc pas de JĂ©sus le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement? AssurĂ©ment.
E-38 TrĂšs bien, madame. J’aimerais vous parler juste une minute. Comme c’est la premiĂšre patiente, c’est toujours un peu difficile, et je prends ce microphone parce que, parfois je ne sais Ă  quel volume porte ma voix pendant que je parle. Mais j’aimerais juste vous parler et que vous rĂ©pondiez Ă  mes questions. Et vous savez ce que c’est... ce que j’essaie de faire... Vous ĂȘtes–vous ĂȘtes une femme; je suis un homme. Nous sommes... et je crois que vous ĂȘtes une chrĂ©tienne parce que vous avez un esprit trĂšs accueillant. Eh bien, vous–vous savez qu’il n’y a rien que je puisse faire pour vous aider. Je suis–je suis juste un homme, juste votre frĂšre. Mais maintenant, si j’ai dit la vĂ©ritĂ©, et Dieu sait si je l’ai fait ou pas, et je donne louange et gloire Ă  Celui Ă  qui cela revient, JĂ©sus-Christ. Aussi, je soutiens que la Bible est la VĂ©ritĂ©, qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Alors, s’Il avait parlĂ© Ă  cette femme au puits de la Samarie, eh bien, Il est le mĂȘme JĂ©sus ce soir. Et Il se sert de notre corps pour diverses choses. Croyez-vous cela? Vous le croyez. TrĂšs bien.
E-39 Maintenant, cela ne vous fera pas de mal. Vous voyez? C’est... Vous ĂȘtes dans la PrĂ©sence de Quelque Chose, vous–vous vous en rendez donc compte. Voyez? C’est juste Sa PrĂ©sence. Maintenant, Il est ici. Croyez-vous que je suis Son serviteur? Vous croyez. De tout votre coeur? Vous ĂȘtes... Je vous demande pardon. Oui. Vous n’ĂȘtes–vous n’ĂȘtes pas de cet Etat. Vous ĂȘtes venue ici. Vous avez–vous avez... ce que vous redoutez, c’est le cancer. Est-ce vrai? Oui, oui. Voyez? Oui, oui. On a–on a priĂ© pour vous quelque part, auparavant. N’est-ce pas vrai? Et cela–cela... N’est-ce pas que le cancer est localisĂ© Ă  la gorge? Est-ce vrai? Et vous avez Ă©tĂ©... je...Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Oui, oui, oui. Vous crachez de petites choses et vous les mettez dans une espĂšce de quelque chose pour les contenir, n’est-ce pas? N’est-ce pas vrai, l’alcool pour... cela les conservera en guise de tĂ©moignage. Est-ce vrai? Eh bien, que Dieu vous bĂ©nisse, c’est tout ce que vous avez Ă  faire. Continuez Ă  faire cela; vous allez vous rĂ©tablir.
Notre PĂšre cĂ©leste, je Te prie de bĂ©nir abondamment la femme. Puisse-t-elle rentrer chez elle maintenant et ĂȘtre complĂštement rĂ©tablie; au Nom de JĂ©sus-Christ, je le demande. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Partez, ne craignez rien du tout de ce que Dieu... Vous avez cela dans votre bouteille. Eh bien, grĂąces soient rendues Ă  Dieu.
E-40 Maintenant, de la rĂ©vĂ©rence. Et que tout le monde croie maintenant de tout son coeur. TrĂšs bien. Bonsoir, soeur. Croyez-vous? Nous sommes inconnus, n’est-ce pas? Voyez? Nous sommes de parfaits inconnus. Je ne vous connais pas. Mais s’il y a quelque chose dans votre vie, alors que nous sommes inconnus, cela devrait venir d’une source surnaturelle. N’est-ce pas vrai? Vous ĂȘtes consciente de vous tenir prĂšs de Quelque Chose, pas... plus que votre frĂšre ici. C’est vrai. Mais C’est Sa PrĂ©sence. Voyez? Avez-vous dĂ©jĂ  vu cette photo qu’on a prise de Lui et qu’on a mise dans le... Oui, vous avez vu cela. Eh bien, c’est... je suis... Eh bien, c’est ce que... Vous ĂȘtes consciente que c’est proche maintenant. Croyez-vous que je suis Son prophĂšte? Vous croyez. Vous ĂȘtes trĂšs bouleversĂ©e, n’est-ce pas? Oui. Vous avez rĂ©cemment consultĂ© un mĂ©decin avec un clichĂ© des rayons X. C’est vrai, n’est-ce pas? Vous redoutez que ça soit le cancer, n’est-ce pas? Voyez? Non, mais c’est en bas, dans les intestins. Est-ce vrai? C’est une tumeur, ils ont dit: «Tumeur.» Vous redoutez que ça soit cancĂ©reux. Mais c’est dans les intestins, n’est-ce pas vrai? Est-ce la vĂ©ritĂ©? Est-ce la vĂ©ritĂ©? Levez la main si c’est la vĂ©ritĂ©. Vous savez, madame, je ne vous ai jamais vue de ma vie. Est-ce que... Ce n’était pas moi qui parlais. Vous avez peut-ĂȘtre entendu ma voix. C’était Lui qui parlait. Eh bien, alors, s’Il est si proche de vous maintenant, ne voulez-vous pas L’accepter comme votre GuĂ©risseur?
Seigneur JĂ©sus, je Te prie de guĂ©rir cette femme. Puisse-t-elle partir d’ici, rĂ©tablie. Que sa grande foi la guĂ©risse, Seigneur. Au Nom de JĂ©sus, je le demande. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Partez. Maintenant, puisse-t-Il vous bĂ©nir abondamment, vous rendre...
E-41 Croyez-vous maintenant? [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Vous verrez de plus grandes choses que celles-ci, vous verrez la gloire de Dieu si seulement vous avez la foi et que vous croyiez. Dieu connaĂźt toutes choses. Eh bien, Ă  vous qui ĂȘtes derriĂšre dans l’auditoire, regardez juste de ce cĂŽtĂ©-ci, et croyez Dieu de tout votre coeur. Voyez si Dieu ne vous rĂ©tablira pas.
Croyez-vous aussi en Lui, soeur? Maintenant, continuez simplement à croire. Il s’approche de vous. Ayez foi.
Bonsoir, monsieur. Que le Seigneur vous bĂ©nisse, monsieur. On dirait que je vous ai vu quelque part. Je vous ai rencontrĂ©. Oh! J’ai... je crois vous avoir serrĂ© la main quelque part, oh! en sortant de ce bĂątiment aujourd’hui, n’est-ce pas? Ou, vous teniez-vous debout lĂ ? Etait-ce vrai? Je pensais avoir vu votre visage, ou quelque chose comme cela quelque part. Vous avez Ă©tĂ© Ă  mon tabernacle...?... fois? Eh bien, mais je ne sais pas ce qui cloche chez vous. Dieu seul sait cela, Ă  ce que je sache. Maintenant, croyez-vous que ce qui–qui se passe vient de Dieu? J’aimerais que vous me regardiez, frĂšre. Vous voyez? Croyez-vous que cela vient de Dieu? C’est vrai, certainement. Ça doit venir de Dieu, n’est-ce pas? Vous savez que je ne pourrais pas faire cela. Aucun autre homme ne le peut. Merci, frĂšre. Alors, voyez, ce n’est pas...
La raison pour laquelle je dis cela, mon frĂšre, ce n’est pas pour que les gens se lĂšvent. Quand Pierre et Jean passaient par la porte appelĂ©e La Belle, ils ont dit: «Regarde-nous.» Voyez? En d’autres termes: «LĂšve les yeux. PrĂȘte attention. Ecoute ce que je dis.» Voyez? Et il... comme je mentionnais ce passage des Ecritures il y a quelques instants, au sujet d’Elie, il a dit... Vous vous rappelez l’histoire dans la Bible, lĂ  oĂč Josaphat et le roi de... Ils ont fait alliance, avec des incroyants, et ils sont partis et ils ont eu des problĂšmes. Et Elie a dit: «Si je n’avais Ă©gard Ă  Josaphat, je ne te regarderais mĂȘme pas.» Voyez? Mais comme il avait Ă©gard Ă  cela, alors il a regardĂ© pour voir ce que Dieu lui dirait. Il est entrĂ© et a eu une vision. Il est ressorti et leur en a parlĂ©. Il a dit: «Allez faire des fosses», et ainsi de suite. Vous connaissez l’histoire si vous lisez les Ecritures. Or, le mĂȘme Dieu qui Ă©tait avec Elie est ici ce soir. Croyez-vous cela? Vous croyez cela.
E-42 Eh bien, vous ĂȘtes... Maintenant, je vous parle juste comme le... Il a parlĂ© Ă  la femme au puits. Je cherche Ă  contacter votre esprit. Voyez? Vous ne pensez pas que je lis votre pensĂ©e? Non, non. Ce n’est pas ce que je fais. Non, non. Ce n’est pas ce que je fais. Je–j’essaie simplement de vous aider. Oui. Vous avez une dĂ©pression totale. Tout va mal pour vous. N’est-ce pas vrai? N’est-ce pas que vous avez Ă©tĂ© opĂ©rĂ© plusieurs fois? Est-ce vrai? Cinq ou six fois, au moins, je dirais. Et n’est-ce pas que vous souffrez–vous souffrez d’une espĂšce de prostatite, cela... N’est-ce pas vrai? Vous avez Ă©tĂ© dans la ligne de priĂšre auparavant? En dehors de la mienne, aussi. C’était un gars avec un vrai... des cheveux roux pĂąles, ou quelque chose comme cela, au visage, on dirait, court. Je dirais que c’était monsieur Allen. Est-ce vrai? Ces choses Ă©taient-elles vraies? Elles sont vraies, Ă  cent pour cent vraies. TrĂšs bien. Maintenant, monsieur, il y a donc ici Quelque Chose qui connaĂźt cela, n’est-ce pas? Il y a Quelque Chose qui me rĂ©vĂšle cela. Eh bien, si vous acceptez Cela comme JĂ©sus-Christ le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, et que vous L’acceptez comme votre GuĂ©risseur, vous pouvez ĂȘtre rĂ©tablie. Croyez-vous cela? TrĂšs bien, alors, inclinez la tĂȘte.
Dieu Tout-Puissant, Toi qui as envoyĂ© Ton Fils, notre Seigneur, sur cette terre, les derniĂšres Paroles qu’Il a prononcĂ©es alors qu’Il quittait la terre Ă©taient: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.» Seigneur, viens au secours de notre incrĂ©dulitĂ©. Et guĂ©ris cet homme ce soir. Puisse-t-il partir d’ici les nerfs dĂ©tendus, la tension de son sang baissĂ©e. Puisse-t-il rentrer chez lui rĂ©tabli, au Nom de JĂ©sus, je prie. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Maintenant, allez en vous rĂ©jouissant. OK, c’est une offrande, donnez cela en offrande lĂ -bas, donnez cela Ă  monsieur Baxter. ...?... vous bĂ©nisse. Merci quand mĂȘme.
E-43 Qu’en pensez-vous? Croyez-vous?...?... Croyez-vous que Dieu est ici pour faire cela? Vous–vous ĂȘtes aussi malade, n’est-ce pas? Vous ĂȘtes aussi dans le besoin, n’est-ce pas? Vous souffrez de l’hypertension. N’est-ce pas vrai? Si c’est vrai, levez la main. Ne voulez-vous pas alors accepter votre guĂ©rison? Comment ai-je su ce qui cloche chez vous, alors que vous ĂȘtes assis lĂ ? Cet homme souffrait aussi d’hypertension. Quand cela l’a quittĂ©, ça vous a aussi quittĂ©; ainsi, vous ĂȘtes maintenant guĂ©ri. Et que Dieu vous bĂ©nisse, vous pouvez partir... Venez...?...
Ayez foi en Dieu. Si vous croyez ceci, vous verrez de grandes choses. Ayez seulement foi en Dieu. Bonsoir, madame. Croyez-vous? Vous ĂȘtes une chrĂ©tienne. Voyez? Si le Saint-Esprit, si JĂ©sus-Christ montre Ă  Son serviteur indigne exactement ce qui cloche chez vous, et qu’Il allait tout droit et vous disait ce qui cloche chez vous comme Il l’a fait avec la femme au puits, allez-vous L’accepter comme votre GuĂ©risseur? Sommes-nous inconnus, vous et moi? Vous m’avez vu auparavant. Est-ce vrai? Mais je ne sais rien de votre vie, rien Ă  ce sujet, n’est-ce pas? Je ne sais rien Ă  votre sujet dans ce sens-lĂ , rien Ă  ce sujet. Vous m’avez simplement vu; c’était tout, soeur. Eh bien, s’Il me dit ce qui cloche chez vous, allez-vous accepter votre guĂ©rison? Puisse-t-Il l’accorder. C’est vrai. Que Dieu vous bĂ©nisse. Etant donnĂ© que vous avez re–reçu cela comme cela, Dieu a rĂ©vĂ©lĂ© cela. Vous souffrez du coeur. Est-ce vrai? Eh bien, qu’est-ce que vous avez dit dont vous souffriez? Acceptez votre guĂ©rison. Alors, partez et soyez rĂ©tablie. Si vous... Ecoutez, si Dieu connaĂźt ce qui se passait dans votre vie, peut-Il connaĂźtre ce qui se passera dans votre vie? Si vous partez d’ici en croyant cela avec joie et que vous tĂ©moignez la mĂȘme chose, votre maladie du coeur vous quittera. S’Il connaĂźt ce qui Ă©tait, et vous savez que c’est vrai, certainement qu’Il connaĂźt ce qui sera. Eh bien, allez faire exactement ce que je vous dis, et vous serez rĂ©tablie. Que le Seigneur Dieu vous bĂ©nisse, ma soeur, et vous rĂ©tablisse complĂštement. Amen. TrĂšs bien.
E-44 Bonsoir, monsieur. Croyez-vous de tout votre coeur? Vous croyez. Nous sommes inconnus, n’est-ce pas, monsieur? Vous m’avez simplement vu ici. Voyez? Dans un petit auditoire oĂč les gens sont souvent... mes amis sont venus, je le demande d’habitude. Vous voyez? Comme l’onction n’est pas lĂ  ce soir comme il le faut, juste dans une certaine mesure (Vous voyez?)... Naturellement, c’est la premiĂšre fois et nous sommes ici en un lieu inconnu. Vous comprenez cela. Juste vous parler un petit moment. Mais je suis, pour ce qui est de vous connaĂźtre dans votre vie, je–j’en suis loin.
Bien sĂ»r, vous portez des lunettes. Je n’en parlerai pas si... Ă  moins que ça soit votre problĂšme. Non, non. Je vois une table entre vous et moi, et vous vous en Ă©loignez. Vous souffrez de la gastrite. Est-ce vrai? Si c’est vrai, levez la main. Eh bien, afin que vous sachiez que c’est vrai, tenez-vous tranquille juste un moment. J’entends un autre esprit crier lĂ  quelque part dans l’auditoire. Il y a une dame assise juste lĂ  mĂȘme, elle souffre de l’estomac. Juste lĂ  dans cette rangĂ©e de derriĂšre, juste droit ici devant moi, tout au fond. Levez-vous, madame. Je l’ai vue. Cette LumiĂšre est suspendue au-dessus de vous. Oui, oui. Vous avez un... le vĂŽtre, c’est une espĂšce de... C’est un cas vraiment Ă©trange. Je vous vois, vous devez ajouter de l’acide; vous–vous avez une carence en acide (N’est-ce pas vrai?) dans votre estomac. Est-ce vrai? Si c’est vrai, agitez la main de part et d’autre comme ceci. TrĂšs bien, tous deux, vous ĂȘtes guĂ©ris. Rentrez chez vous et mangez ce que vous voulez. Que Dieu vous bĂ©nisse, mes amis.
Ayez foi en Dieu. JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Eh bien, Son Esprit est en train de descendre et de vous oindre maintenant. Votre foi augmente. Cela me donne plus de libertĂ©.
E-45 Croyez-vous, madame? Nous sommes inconnus, vous et moi, je suppose. Est-ce vrai? Vous avez beaucoup d’ennuis. Vous souffrez sĂ©rieusement maintenant. Le cancer. Est-ce vrai? Si c’est vrai, levez la main. Eh bien, si c’est le Dieu qui connaissait oĂč Ă©tait le poisson qui avait une piĂšce de monnaie dans la bouche, ne connaĂźt-Il pas ce qui cloche chez vous? Celui qui connaissait le cas de la femme qui avait plusieurs maris, ne connaĂźtrait-Il pas ce qui clochait chez vous? Sa PrĂ©sence est aussi proche. Croyez-vous cela? Ça, c’est seulement pour confirmer une seule chose, que je vous dis la vĂ©ritĂ© au sujet de la Bible. Eh bien, Il a dit dans la Bible: «Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.» Est-ce vrai? Venez ici.
Dieu Tout-Puissant, en confirmation de Ta Parole et de la Parole de Ton Fils JĂ©sus-Christ, j’impose les mains Ă  cette femme et je dis Ă  ce mauvais esprit de la quitter au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse. Partez en croyant maintenant, et tenez-moi au courant de vos nouvelles. Ayez foi.
E-46 Bonsoir, soeur. Croyez-vous? Croyez-vous que je suis Son serviteur? Regardez-moi, de ce cĂŽtĂ©-ci. Croyez-vous que je suis Son prophĂšte? Vous croyez. Vous souffrez du diabĂšte. Est-ce vrai? Bien sĂ»r d’autres choses dont souffre une femme de votre Ăąge. Vous savez de quoi je parle. La chose mauvaise, vous savez, c’est que cette... gynĂ©cologique...?... Voyez, je ne peux pas dire cela devant cet auditoire. Vous voyez? C’est vrai, n’est-ce pas? Personne au monde ne connaĂźt cela en dehors de Dieu seul. Est-ce vrai? TrĂšs bien, venez ici. Seigneur Dieu, pourquoi... Je prie que Ton Esprit oigne cette femme, Seigneur, de Tes bĂ©nĂ©dictions maintenant. Et puisse-t-elle rentrer chez elle rĂ©tablie au Nom de JĂ©sus-Christ, je demande cette bĂ©nĂ©diction. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Allez, et croyez de tout votre coeur maintenant.
Croyez-vous, soeur? De tout votre coeur? Croyez-vous que je suis le prophĂšte de Dieu? Sommes-nous inconnus? Nous le sommes; je ne sais rien Ă  votre sujet. Vous ĂȘtes une personne trĂšs nerveuse, n’est-ce pas? Vous avez une espĂšce de–de sentiment qui vous envahit et vous fait parfois vous sentir comme si vous Ă©tiez bouleversĂ©e. Vous savez, c’est la mĂ©nopause. Mais, autre chose, vous ĂȘtes anĂ©mique; vous manquez de sang. Est-ce vrai? Le Calvaire a une transfusion pour vous. Croyez-vous cela? Venez ici. Au Nom de JĂ©sus-Christ, puisse-t-elle ĂȘtre guĂ©rie et rentrer chez elle, rĂ©tablie. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Partez en croyant.
E-47 Avez-vous cru? Maintenant, le Dieu Tout-Puissant est ici et Sa PrĂ©sence est ici. Croyez-vous cela? Et chaque dĂ©mon est soumis Ă  l’Esprit de Dieu maintenant. Chaque puissance de Satan est soumise Ă  l’Esprit de Dieu. Et il n’y a rien qui puisse ĂȘtre cachĂ© devant Lui. Amen. Vous pouvez en dire ce que vous voulez, mais Dieu le sait. Ayez foi.
[Espace vide sur la bande–N.D.E.]... quelque part ici, au Nom du Seigneur JĂ©sus. Je dĂ©fie votre foi. Croyez que je vous ai dit la vĂ©ritĂ©, que Dieu a envoyĂ© Son Ange. Et je tĂ©moigne seulement de ce qu’est la vĂ©ritĂ©, et Dieu a confirmĂ© cela. Vous n’avez plus le droit de douter. Dieu a... ou tout homme peut tĂ©moigner d’une chose; c’est un homme qui le dĂ©clare, mais dĂšs que Dieu descend et prouve que c’est la vĂ©ritĂ©, alors vous devez croire Dieu. Sinon, il vous arrivera des choses pires que celles-ci. La Bible dit: «Partez et...» Ne faites plus quoi? Le pĂ©chĂ©, c’est quoi? L’incrĂ©dulitĂ©. Partez et ne doutez plus, sinon des choses pires...
E-48 Est-ce... C’est ce petit garçon, n’est-ce pas? Bonsoir, chĂ©ri. Voici une crĂ©ature douce, un petit garçon. Viens ici, chĂ©ri. LĂšve les yeux ici vers moi. Eh bien, tu es un trĂšs beau petit garçon. J’aimerais te parler juste un moment, tenir ta petite main. J’aimerais que tu lĂšves les yeux ici vers frĂšre Branham. Aimerais-tu aller Ă  l’école du dimanche? Oui. Aimes-tu JĂ©sus? Oui. Maintenant, si JĂ©sus Ă©tait ici, dans–dans Son corps, ce soir, et qu’Il se tenait ici Ă  l’estrade dans un–un costume vert... S’Il vivait en ce jour-ci, Il s’habillerait juste comme les autres personnes... Il ne s’habillait pas diffĂ©remment des autres. Mais, est-ce que... s’Il Ă©tait ici, Il connaĂźtrait ce qui cloche chez toi, n’est-ce pas? Est-ce vrai? Et Il te dirait ce qui cloche chez toi, et puis Il t’imposerait les mains et tu te rĂ©tablirais. Est-ce vrai? Maintenant, lĂšve les yeux ici vers frĂšre Branham. Je ne te connais pas, n’est-ce pas, chĂ©ri? Je ne te connais pas. Est-ce votre fils? Je pensais qu’il y avait un lien entre vous et ce petit garçon. C’est votre enfant, votre fils. Oui, oui.
MĂšre, considĂ©rez-moi alors comme Son prophĂšte. Me croyez-vous? Vous croyez. TrĂšs bien. Le garçon souffre du coeur. C’est un rhumatisme articulaire aigu dans le coeur, ce qui est absolument un cas dĂ©sespĂ©rĂ© sans Dieu. Est-ce vrai? Les valves de son coeur... Est-ce vrai? Le mĂ©decin, un homme Ă©lancĂ©, vous en a parlĂ©. Est-ce vrai? Si c’est vrai, levez la main. Comment ai-je vu le mĂ©decin pour le savoir? Il se tient maintenant lĂ  Ă  cĂŽtĂ© de vous dans la vision. Oui, oui. Croyez-vous qu’il va se rĂ©tablir?
E-49 Dites donc, maman, vous souffrez aussi, n’est-ce pas? Vous avez une espĂšce de crises d’étouffements Ă  la poitrine. Est-ce vrai? Est-ce vrai? Le bĂ©bĂ© a quelque chose qui cloche, une petite fille. C’est au niveau de son cou, une espĂšce de petite glande de son cou. Est-ce vrai? Est-ce vrai?
Dieu Tout-Puissant, Toi qui as envoyĂ© Ton Fils JĂ©sus-Christ, bĂ©nis ces gens, cette petite famille ce soir. Et puissent-ils rentrer chez eux; puisse le petit garçon se rĂ©tablir et vivre pendant beaucoup d’heureuses annĂ©es. Que la mĂšre se rĂ©tablisse. Que la petite fille se rĂ©tablisse, et que Ton Esprit vienne, Seigneur, et confirme Ton service ce soir en guĂ©rissant ces gens, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Que Dieu te bĂ©nisse, mon petit garçon. Retourne maintenant et que le Seigneur te bĂ©nisse. Venez ici, j’aimerais imposer les mains Ă  l’enfant. Au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ...?... Au Nom de JĂ©sus-Christ, puisses-tu ĂȘtre... Partez maintenant, mĂšre, et rĂ©jouissez-vous.
Maintenant, ici... Ce qui vous Ă©touffe, c’est la nervositĂ©. Vous ĂȘtes trĂšs nerveuse. Vous ĂȘtes bouleversĂ©e au sujet de ces enfants. Ayez vos apaisements. C’est entre les mains de Dieu maintenant. Ils vont se rĂ©tablir. Allez de l’avant et mettez... Ne doutez de rien; croyez simplement de tout votre coeur. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-50 JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Il est le mĂȘme Seigneur JĂ©sus. Rien ne peut Lui faire obstacle. Il est Emmanuel; Il est ressuscitĂ© de morts. Il est vivant parmi les hommes. Ayez foi en Dieu. AssurĂ©ment, Il est toujours impopulaire. Il le sera toujours, jusqu’à Sa Venue, et alors, ce qui condamna le monde sauva NoĂ©. Et le Saint-Esprit qui est lĂ  ce soir, qu’ils condamnent, c’est Lui qui sauvera l’Eglise. Amen. Ayez foi en Dieu.
TrĂšs bien, monsieur, venez. Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas. J’ai vu l’Esprit de Dieu se tenir au-dessus de ma soeur, ici, de ma propre Ă©glise, madame Roberson, tout Ă  l’heure. Je sais certes ce qui cloche chez elle. Mais, soeur Roberson, que Dieu vous bĂ©nisse.
Combien ici ont dĂ©jĂ  vu Sa photo, sur les photos, lĂ  oĂč le... Eh bien, c’était tout–tout du... Nous en avons ici. Nous en aurons d’ici quelques soirĂ©es. C’est le seul Etre surnaturel jamais photographiĂ© dans le monde entier, et c’est scientifiquement prouvĂ©. Combien ont vu la photo? Faites voir les mains. AssurĂ©ment vous l’avez vue. Elle est Ă  Washington, D.C., ce soir.
E-51 C’est vous le patient, monsieur, n’est-ce pas? Sommes-nous inconnus? Je ne vous connais pas? Oh! Vous m’avez simplement vu, alors, vous avez assistĂ© Ă  une rĂ©union, et vous m’avez vu? TrĂšs bien. A ce que je sache, nous sommes inconnus...?... Je vous suis parfaitement inconnu et vous aussi vis-Ă -vis de moi, mais... Vous ĂȘtes un chrĂ©tien. Oui, monsieur, vous ĂȘtes un chrĂ©tien. Je crois cela de tout mon coeur. Non seulement cela, mais vous ĂȘtes un prĂ©dicateur. N’est-ce pas vrai? Vous ĂȘtes un prĂ©dicateur de l’Evangile. Et vous souffrez de quelque chose ici Ă  votre tĂȘte. C’est la sinusite. Est-ce vrai? Si c’est vrai, levez la main. Eh bien, frĂšre, croyez-vous qu’Il se tient prĂšs de vous maintenant pour vous bĂ©nir? Ô Dieu, je Te prie de bĂ©nir cet homme. GuĂ©ris-le. Au Nom de JĂ©sus-Christ, je rĂ©clame sa guĂ©rison. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Poursuivez votre chemin en vous rĂ©jouissant. Ayez foi. Combien avons-nous appelĂ©s? Dix ou douze? Dix. Essayons encore avec cinq autres. Ce qui Ă©tait... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
E-52 C’est peut-ĂȘtre la soirĂ©e oĂč il pourrait... Eh bien, comment pouvez-vous douter? La seule chose, vous devriez fermer les yeux et vous en aller en disant: «Ô Dieu, je crois que Tu es un menteur.» La seule chose qui empĂȘcherait de croire, ce serait d’ĂȘtre un parfait incroyant. Oh! Il y en a qui sont trĂšs religieux. Je veux dire qu’il leur faut croire la puissance de Dieu. Ayez foi. Dieu fera s’accomplir cela.
TrĂšs bien. Venez, madame. Voulez-vous guĂ©rir de ce cancer-lĂ ? Le voulez-vous? Acceptez alors votre guĂ©rison de la part de Christ. Rentrez chez vous, et dites: «Seigneur, je Te crois maintenant mĂȘme.» Vous m’enverrez de vos nouvelles d’ici quelques jours, n’est-ce pas? Vous allez donc tomber malade, dans environ soixante-douze heures. Ne faites pas attention Ă  cela. Revenez aprĂšs cela et dites-moi comment vous vous portez.
E-53 Venez, madame. Croyez-vous? Voulez-vous vous dĂ©barrasser de cette anĂ©mie? Dites: «Je veux le Sang du Calvaire», et soyez guĂ©rie au Nom du Seigneur JĂ©sus. Croyez de tout votre coeur maintenant que vous serez...?... Rentrez simplement chez vous et soyez-en rĂ©tablie. Voulez-vous le faire? Rentrez chez vous en disant: «Seigneur, j’accepte cela maintenant, de tout mon coeur», et rentrez et soyez rĂ©tablie, au Nom du Seigneur JĂ©sus.
Ayez foi en Dieu. Croyez-vous? Eh bien, plus on parle aux gens, naturellement, plus il–il sera dit. Mais je m’affaiblis. Tout devient comme un tourbillon, ça tourbillonne.
Je sais que la petite dame souffrait de la polio, n’est-ce pas, soeur? Je ne peux pas vous guĂ©rir, mais vous souffrez de la polio. Vous vous teniez lĂ  en train de prier, n’est-ce pas? Que Dieu vous l’accorde, soeur.
Vous souffrez d’une dĂ©pression nerveuse. N’est-ce pas vrai, madame, couchĂ©e lĂ  sur la civiĂšre? C’est vrai, n’est-ce pas? Une dĂ©pression nerveuse... Ne laissez pas le diable vous vaincre. Si vous avez foi ce soir, vous pouvez renter chez vous bien portante. Je ne peux pas vous guĂ©rir, mais vous ne pouvez pas vous cacher. Cela ne peut pas ĂȘtre cachĂ©, rien donc. Dieu est ici pour rĂ©vĂ©ler cela. JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Mettez votre foi en action lĂ  dans l’assistance, croyez.
E-54 Bonsoir, monsieur. Nous sommes inconnus, n’est-ce pas? Je ne vous connais pas. Vous avez eu une vie vraiment bizarre, n’est-ce pas? Je vois une traĂźnĂ©e sombre vous suivre. Oui, oui. Je pensais d’abord que vous Ă©tiez un prĂ©dicateur, mais vous–vous vouliez devenir prĂ©dicateur. Vous avez essayĂ© de l’ĂȘtre. N’est-ce pas vrai? Mais vous avez un peu trop reportĂ© cela. Dites donc, vous avez connu un accident, n’est-ce pas? Un accident d’automobile. N’est-ce pas vrai? Et cela a dĂ©rangĂ© votre langage. Vous avez un dĂ©faut d’élocution. C’est vrai, n’est-ce pas? Et vous avez quelque chose qui cloche. Je vous vois essayer de mettre quelque chose... Non, c’est la mĂ©moire. Vous ne vous souvenez pas bien des choses. C’est vrai, n’est-ce pas? Vous Ă©tiez censĂ© ĂȘtre... vous vouliez devenir prĂ©dicateur, n’est-ce pas? Eh bien, Dieu vous le pardonne. Partez maintenant et soyez rĂ©tabli au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ. Et poursuivez votre chemin, prĂȘchant l’Evangile. Que Dieu vous bĂ©nisse maintenant. Que Dieu vous bĂ©nisse. Ayez foi.
E-55 Une petite dame, assise lĂ  avec ses mains levĂ©es comme ceci, est en train de prier. Vous ĂȘtes nerveuse, n’est-ce pas, soeur? Depuis longtemps. Quand cette femme a Ă©tĂ© guĂ©rie il y a quelques instants, vous avez Ă©tĂ© guĂ©rie au mĂȘme moment. C’est une nervositĂ©, et ça vous bouleverse sans cesse. Est-ce vrai?
La dame assise lĂ  Ă  cĂŽtĂ© souffrait des cataractes; c’est depuis longtemps qu’elle voulait en guĂ©rir. N’est-ce pas, soeur? C’est vrai, n’est-ce pas? N’avez-vous–vous pas une espĂšce d’affection intestinale? C’est une tumeur. Est-ce vrai? N’est-ce pas vrai? En effet, vous souffriez de reins et de bouleversement. Est-ce vrai? Si c’est vrai, levez-vous et acceptez votre guĂ©rison.
Eh bien, pourquoi ne croyez-vous pas tous en Dieu en ce moment-ci? Vous pouvez... Levez-vous et acceptez-Le alors comme votre Guérisseur, si vous croyez en Lui.
Dieu Tout-Puissant, Auteur de la Vie, envoie Ton Esprit et guĂ©ris chaque personne ici prĂ©sente, au Nom de JĂ©sus-Christ. Que le Saint-Esprit chasse maintenant mĂȘme tout esprit mauvais et impur, et qu’Il guĂ©risse tout le monde, par le Nom de JĂ©sus.
La dame s’est levĂ©e de la civiĂšre. Elle s’est levĂ©e, elle a pris position, elle a quittĂ© la civiĂšre et elle s’en va, bien portante. Gloire Ă  Dieu. Rendons gloire Ă  Dieu; vous tous.

En haut