ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Les Sept Ages De l'Eglise / 54-0512 / Jeffersonville, Indiana, USA // shp 1 heure et 39 minutes PDF

Les Sept Ages De l'Eglise

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 L’Adorable Seigneur JĂ©sus... Et j’ai attendu impatiemment ces soirĂ©es-ci, consacrĂ©es aux rĂ©unions, espĂ©rant que d’une façon ou d’une autre, d’une certaine maniĂšre, notre PĂšre cĂ©leste nous sera favorable en nous accordant Sa bĂ©nĂ©diction. De temps en temps, l’occasion m’est accordĂ©e de venir tenir ces rĂ©unions ici Ă  la–à l’église, avec ce groupe (vous le petit groupe de membres ici, de l’église, ainsi que les visiteurs, naturellement).
E-2 Et ceci n’a pas Ă©tĂ© annoncĂ©. C’était juste une rĂ©union ordinaire de priĂšre de mercredi soir. Et j’ai dit: «Peut-ĂȘtre que ce soir nous verrons si nous pourrons revenir.» Et je me disais que nous allions peut-ĂȘtre reprendre cela et annoncer cela pour la semaine prochaine, eh bien, ça pourrait
 Nous ne pouvons pas offrir des places assises Ă  beaucoup de gens ici.
E-3 Et ce genre de rĂ©unions, Dieu voulant, ce n’est pas dirigĂ© vers le
 C’est adressĂ© Ă  l’Eglise, pour l’intĂ©rĂȘt de l’Eglise. Nous sentons qu’on en a vraiment besoin en ce temps-ci, partout; c’est aussi pour–pour l’édification du Corps de Christ. Et maintenant, ceci, en enseignant
 J’ai tenu des rĂ©unions de guĂ©rison pendant huit ans d’affilĂ©e; et alors, l’enseignement, ça va ĂȘtre quelque chose d’un peu nouveau.
E-4 Et je me disais cet aprĂšs-midi, quand j’ai ouvert la Bible, aprĂšs avoir passĂ© une journĂ©e trĂšs chargĂ©e, je me disais: «Eh bien, j’avais dit aux gens que je vais peut-ĂȘtre apporter un enseignement sur Les Sept Âges de l’Eglise, le Seigneur voulant.» Je me suis mis Ă  lire et j’ai simplement reçu cela, j’étais trĂšs heureux, lorsque je m’étais mis Ă  lire cela. Et je me suis dit: «Eh bien, je peux prendre tout cela en une soirĂ©e, en une heure.»
E-5 Alors, je ne savais pas ce que le Saint-Esprit nous amĂšnerait Ă  faire. Nous, nous ne cherchons pas Ă  dĂ©terminer quoi que ce soit. C’est simplement: «Si c’est Ta volontĂ©, Seigneur», voyez. C’est ce qu’il y a de meilleur. Et alors, si c’est la volontĂ© du Seigneur ce soir, j’aimerais apporter un enseignement sur Les Âges de l’Eglise, et demain soir sur La Marque de la BĂȘte, et le soir suivant sur Le Sceau de Dieu, et cela

E-6 Et puis, le samedi, comme mon frĂšre, le concierge, me disait il n’y a pas longtemps aujourd’hui, il disait: «Si on tenait cela le samedi soir et le dimanche matin, gĂ©nĂ©ralement quand les Ă©trangers viennent parmi nous, eh bien, l’église est trĂšs sale et tout.»
E-7 Ils ont alors suggĂ©rĂ© qu’on prenne le mercredi, le jeudi, le vendredi, le dimanche matin et le dimanche soir. Et j’ai dit: «Eh bien, ça sera parfaitement en ordre, en ce qui me concerne.»
E-8 Ainsi donc, nous allons essayer, le Seigneur voulant, d’avoir cela le mercredi, le jeudi, le vendredi, le dimanche matin et le dimanche soir. Et peut-ĂȘtre que le dimanche soir nous pourrons avoir un service de baptĂȘme, comme les gens demandent dĂ©jĂ  d’ĂȘtre baptisĂ©s. Et, ainsi donc

E-9 Et chaque soir, nous essayerons de commencer juste à temps, à 19 heures 30. Et je monterai à l’estrade vers 20 heures, et nous devrons quitter le tabernacle à 21 heures 30, le Seigneur voulant, afin que vous
 Je sais que vous travaillez, et nous en tenons compte.
E-10 Et maintenant, ces petits messages tirĂ©s du Livre de l’Apocalypse sont adressĂ©s Ă  l’Eglise. Et je souhaiterais que chacun ait cela Ă  l’esprit, qu’ils ne sont pas dirigĂ©s contre la religion de quelqu’un, ni apportĂ©s dans aucun autre motif; ce n’est que, au mieux de ma connaissance, la lecture et l’explication de la Parole de Dieu, voyez-vous? Ce n’est pas par motif Ă©goĂŻste, ce n’est pas adressĂ© Ă  quelqu’un, Ă  un individu, Ă  l’église de qui que ce soit, Ă  la religion de qui que ce soit.
E-11 Et la raison pour laquelle j’aime enseigner cette rĂ©vĂ©lation ici au Tabernacle, ceci Ă©tant ma propre Ă©glise, eh bien, c’est que je me sens vraiment chez moi. Et–et, je
 Vous savez, on dirait que je donne Ă  mes brebis le genre de nourriture que je trouve nĂ©cessaire, vous savez. Quelque

E-12 Parfois, les gens doivent mettre un peu de sel lĂ -dedans, quand la–la–la luzerne est un peu moisie, vous savez. Peut-ĂȘtre que cela peut faire mal aux brebis si vous ne le faites pas. Ainsi, de temps en temps, quand peut-ĂȘtre la luzerne devient un peu moisie Ă  l’église, et–et que de petites divergences surgissent, je pense donc qu’un peu de sel donne de la saveur. Ne le pensez-vous pas? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Ça les prĂ©serve de la maladie.
E-13 Ainsi donc, nous prions que–que Dieu nous bĂ©nisse dans ces efforts. Et combien se posent donc des questions, des hommes et des femmes comme nous
 J’aimerais voir cela demain soir: «Qu’est-ce que la marque de la bĂȘte?» Il y a beaucoup de choses Ă  ce sujet dans la Bible: «Qui a cela? Et qui l’aura?»
E-14 Et puis, la chose suivante, il viendra un temps oĂč cela va exister. Et, je ne sais pas, il se peut que ça soit maintenant. Nous allons voir et examiner. En fait, il n’y aura que deux catĂ©gories de gens sur la terre: l’une aura la marque du diable, et l’autre, la marque de Dieu. Et je pense que, comme nous nous approchons de ce temps-lĂ , nous ferions mieux de nous mettre Ă  faire un examen pour voir ce que c’est, car cela ne va certainement pas venir comme un Ă©vĂ©nement trĂšs frappant. La Bible dit que cela s’infiltrera si facilement que ça sĂ©duirait, s’il Ă©tait possible, mĂȘme les Ă©lus. Nous essayerons donc, Dieu voulant, d’examiner cela demain soir. Maintenant, c’est vraiment au mieux de ma

E-15 Eh bien, apportez votre Bible, votre crayon et du papier, vous aimeriez aussi noter les Ecritures. Et si vous ne pensez pas que c’est tout Ă  fait exact, Ă©crivez-moi une petite note et dĂ©posez-la pour la soirĂ©e suivante.
E-16 Je me rappelle que je suis restĂ© un an et six mois sur le Livre de l’Apocalypse, ici au–au Tabernacle. VoilĂ  ce que j’aime dans–dans l’enseignement. J’aime vraiment l’enseignement. Oh! la la! Je–je–je pense que c’est merveilleux. Cela donne un fondement et stabilise l’église.
E-17 Et–et, la prĂ©dication, eh bien, il y a des gens qui sont des prĂ©dicateurs. Ils peuvent prendre la Parole par l’inspiration et La brandir lĂ  Ă  des endroits. Ça, c’est arroser les Semences que l’enseignant a enseignĂ©es. Voyez-vous? Eh bien, il vous faut premiĂšrement planter une Semence lĂ -dedans, et ensuite L’arroser. Et l’arrosage vient par la prĂ©dication de la Parole.
E-18 Il y a une grande, une large diffĂ©rence entre un enseignant et un prĂ©dicateur, voyez-vous? Ce sont deux diffĂ©rents dons de l’Esprit, tout Ă  fait, deux dons diffĂ©rents. Et je dis ceci avec humilitĂ©, mais je n’ai ni l’un ni l’autre de ces dons.
E-19 Mais le mien, comme d’habitude, c’est de prier pour les malades. C’est Ă  cela que le Seigneur m’a appelĂ©. Et puis, en ce temps-ci, mon esprit se dĂ©tend en Ă©tudiant quelque chose de diffĂ©rent, en n’ayant pas de services de guĂ©rison divine; en enseignant simplement–simplement la Parole. Et, oh, nous nous en tirons bien ici. Nous
 Je me rappelle que c’est depuis longtemps que vous me supportez ici sur ce point-lĂ , environ douze ans.
E-20 Et j’avais l’habitude de dire, mais ce n’était pas pour faire une plaisanterie, mais l’enseignement est trĂšs rude, je disais: «C’est juste comme un homme qui va Ă  table et mange un pain de maĂŻs aux haricots.» Eh bien, c’est bien pour vous, mais de temps en temps, vous en avez un peu marre. Mais peut-ĂȘtre que vous avez quelque chose Ă  cĂŽtĂ©, la glace et les gĂąteaux, de temps en temps, et cela fait que le repas est un peu Ă©quilibrĂ©. Mais la bonne nourriture Ă  l’ancienne mode va trĂšs bien s’attacher Ă  vous, et, au moins, cela vous donne un dĂ©part.
E-21 Eh bien, lĂ -dessus, c’est mon humble avis, nous vivons dans les derniers jours de l’histoire du monde. J’aimerais rendre cela trĂšs clair. Eh bien, il se peut que je sois en erreur. Je ne sais pas. Personne d’autre ne le sait. JĂ©sus a dit: «MĂȘme les anges du Ciel ne le savent pas.» JĂ©sus Lui-mĂȘme ne le savait pas. Il a dit: «C’est le PĂšre seul, c’est Lui seul qui le sait.» Mais c’est sĂ»r et certain qu’Il revient. Et je ne peux vraiment pas voir autre chose qui reste que la Venue du Seigneur.
E-22 Quand je regarde, je vois la nation ruinĂ©e. Je vois la politique ruinĂ©e. Je vois les foyers ruinĂ©s. Je vois l’église ruinĂ©e. Eh bien, il n’y a rien d’autre qui puisse rĂ©parer cela en dehors de Dieu, c’est tout. En effet, on n’a rien d’autre. La moralitĂ© de la nation est ruinĂ©e. Et les partis politiques sont ruinĂ©s. Or, nous espĂ©rions beaucoup de notre politique, elle est ruinĂ©e.
E-23 Il n’y a pas longtemps en Angleterre, un grand homme a dit: «Eh bien, la dĂ©mocratie, c’est–c’est un bateau sans ancre.» Il a dit: «Il viendra un temps oĂč on se mettra sur des caisses Ă  savon pour faire la campagne Ă©lectorale.» Eh bien, c’est vrai. Mais il ne pensait pas que ses propres prĂ©cieuses «Chambres de Lords» [le sĂ©nat anglais–N.D.T.] Ă©taient aussi un tas de bateaux sans ancre. Et cela s’est aussi envolĂ©.
E-24 Et chaque royaume de ce monde sera mis en piĂšces. JĂ©sus-Christ rĂ©gnera et dominera. C’est vrai. Ainsi, il y a

Mon espoir ne repose sur rien d’autre Que le sang de JĂ©sus et Sa justice;
Quand tout cĂšde autour de mon Ăąme,
Il est tout mon espoir et mon appui.
Sur Christ, le Roc solide, je me tiens,
Tous les autres terrains ne sont que du sable mouvant.
E-25 Et, oh! combien je souhaiterais donc que nous entreprenions une sĂ©rie de rĂ©unions d’enseignement de trois mois, de maniĂšre Ă  pouvoir plonger dans le Livre de l’Apocalypse et Le rattacher Ă  Daniel, Ă  cette grande vision.
E-26 Combien en reste-t-il ici, dans ce petit troupeau ici, qui se souviennent du moment oĂč j’avais un vieux tableau ici? Je sais que frĂšre Head Ă©tait lĂ , et nous en avions beaucoup parmi vous ici, lorsque nous utilisions ce vieux tableau.
E-27 Eh bien, le Livre de l’Apocalypse, tel qu’Il est prĂ©sentĂ©... Et Daniel se rattache Ă  Cela. EsaĂŻe se rattache Ă  Cela. Tout l’Ancien Testament se rattache Ă  Cela. C’est le Livre de la rĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ. Voyez-vous? Le Livre de la rĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ.
E-28 Et puis, il y a LĂ -dedans sept Eglises, sept FlĂ©aux, Sept Sceaux, sept Trompettes. Eh bien, une trompette reprĂ©sente une guerre; un sceau, un mystĂšre qui se dĂ©voile; et un flĂ©au, c’est ce qui suit chaque guerre.
E-29 Et avec l’aide de Dieu, et avec le livre de l’histoire, je peux vous dĂ©montrer que nous vivons au temps de la septiĂšme trompette, pour le septiĂšme flĂ©au, et pour que le SeptiĂšme Sceau soit ouvert et la SeptiĂšme Coupe dĂ©versĂ©e.
E-30 Quand la sixiĂšme a retenti
 Nous allons peut-ĂȘtre aborder cela, le scellement, le vendredi soir. Quand la PremiĂšre Guerre mondiale... Eh bien, la–cette sixiĂšme trompette a retenti comme prĂ©vu, exactement comme prĂ©vu, au moment oĂč Dieu avait dit qu’elle retentirait. Exactement, sur le plan gĂ©ographique, cela a suivi le sceau, avant cela. Et quand le mystĂšre a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ© lĂ , concernant le baptĂȘme du Saint-Esprit
 et les–les gens donc, comment l’Eglise n’a pas progressĂ©; et ces gens qui Ă©taient en marche ont refusĂ© de marcher dans la LumiĂšre, et ils ont rĂ©trogradĂ©. Et le flĂ©au a Ă©clatĂ© en ce temps-lĂ  et il a Ă©tĂ© dĂ©versĂ© sur la terre; c’était la grippe qui tuait tous les gens comme elle l’avait fait des milliers et des milliers de fois.
E-31 Et puis, on en arrive dans ce dernier Ăąge oĂč nous vivons ici
 Et on vient simplement et on entend ce que le Seigneur a Ă  dire Ă  ce sujet dans Sa Parole. Or, ce n’est pas quelque chose que moi, j’ai fabriquĂ©. Je vais simplement lire cela comme dans un journal, directement dans la Parole de Dieu. Ainsi, Ceci est Sa rĂ©vĂ©lation directe, adressĂ©e Ă  l’Eglise–à l’Eglise; la rĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ Ă  l’Eglise.
E-32 Maintenant, avant que nous Lui parlions, ou avant que nous parlions de Ses Ecritures, inclinons la tĂȘte et parlons-Lui juste un instant dans un mot de priĂšre.
E-33 Notre Bienveillant PĂšre cĂ©leste, alors que nous inclinons solennellement la tĂȘte vers la poussiĂšre de la terre d’oĂč nous avons Ă©tĂ© tirĂ©s et oĂč nous retournerons un jour si Tu tardes, nous nous inclinons humblement pour Te demander d’ĂȘtre prĂšs de nous ce soir et de nous bĂ©nir. Je peux tourner les pages de cette Bible, mais il n’y a personne qui puisse ouvrir le Livre ou En rompre les Sceaux. Et il est Ă©crit Ici dedans: «Celui qui retranche de Ceci, sa part sera retranchĂ©e du Livre de Vie; et celui qui Y ajoute, il sera frappĂ© de flĂ©aux de Dieu.»
E-34 PĂšre, nous nous rendons compte, en tant qu’hommes et femmes mortels assis ici ce soir, nous le savons, que nous irons dans l’EternitĂ©. Ô Dieu, puisse le Saint-Esprit, l’Auteur de cette Bible, venir et tourner pour nous ces pages. Et puisse Ton humble serviteur inutile prĂȘcher comme un homme mortel Ă  des hommes mortels, comme si ceci Ă©tait la derniĂšre rĂ©union que je puisse jamais tenir de ce cĂŽtĂ©-ci de l’EternitĂ©, la derniĂšre soirĂ©e oĂč nous pouvons jamais nous rassembler. Et puissent tous les laĂŻcs agir ce soir comme si ceci Ă©tait le dernier sermon qu’ils vont jamais entendre. Ô Dieu, ĂŽte toutes les folies. Rends-nous sincĂšres, sachant que nous devons un jour rĂ©pondre au Jugement de Dieu. Et notre attitude envers Lui et envers Sa Parole maintenant dĂ©terminera notre destinĂ©e Ă©ternelle.
E-35 Ainsi, PĂšre, c’est avec des coeurs tremblants que nous venons auprĂšs de Toi, et nous demandons que le Seigneur JĂ©sus, sous forme du Saint-Esprit, prenne la Parole de Dieu ce soir et L’apporte Ă  chaque coeur, selon que nous En avons besoin. Car nous le demandons en Son Nom. Amen.
E-36 Cela peut sembler un peu Ă©trange pour moi, pendant quelques instants donc, de commencer Ă  aborder un sujet pour l’enseignement. En effet, ç’a toujours Ă©tĂ© sur la guĂ©rison divine pendant ces quelques derniĂšres annĂ©es, et alors–alors, pas sur la prophĂ©tie, aucune fois, et puis–et puis, on passait directement Ă  la ligne de priĂšre.
E-37 Mais maintenant, ce soir, nous aimerions avoir un arriĂšre-plan du Livre que nous demandons Ă  Dieu d’ouvrir pour nous; c’est le Livre de la rĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ.
E-38 Ce Livre a été écrit vers 96 aprÚs Jésus-Christ, selon les écrivains, par Jean le bien-aimé.
E-39 Et il avait eu cette vision sur l’üle de Patmos, c’est une Ăźle dans une mer de l’Asie, d’environ quinze miles [24 km–N.D.T.], ou quelque chose comme cela, de circonfĂ©rence; c’est un endroit vraiment rocailleux, plein de serpents et autres. La nation romaine l’utilisait comme leur Alcatraz [une Ăźle rocailleuse dans la baie de San Francisco, Ă  l’ouest de la Californie. De 1859 Ă  1933, c’était une prison militaire; puis une prison fĂ©dĂ©rale jusqu’en 1963. C’est un site touristique aujourd’hui–N.D.T.], comme nous en avons aujourd’hui, un lieu d’exil pour les criminels que le gouvernement n’arrivait pas Ă  maĂźtriser.
E-40 Et ce Livre a Ă©tĂ© Ă©crit par le dernier des apĂŽtres de notre Seigneur JĂ©sus-Christ. On croit que c’était lui, le bien-aimĂ©, qui se penchait sur le sein de JĂ©sus aprĂšs la rĂ©surrection; et JĂ©sus a dit: «Que t’importe s’il demeure jusqu’à ce que Je vienne?» Jean est mort vieil homme. Chacun des martyrs a scellĂ© son tĂ©moignage de son propre sang.
E-41 Jean, c’est ce qu’a Ă©tĂ© sa destinĂ©e. On l’a attrapĂ©, on l’a fait bouillir dans une cuve d’huile pendant vingt-quatre heures, c’était de l’huile bouillante et rien de mal ne lui est arrivĂ©. On l’a placĂ© sur une Ăźle, l’opinion courante soutenait qu’il Ă©tait sorcier: «Il a ensorcelĂ© l’huile, de sorte qu’elle ne l’a pas brĂ»lé», disait-on. Evidemment, ça, c’était la puissance de Dieu qui... Vous ne pouvez pas faire sortir le Saint-Esprit d’un homme en faisant bouillir ce dernier. Eh bien, ils ont donc essayĂ© de faire sortir Cela de lui en le faisant bouillir, mais Dieu ne l’a pas permis. Et Il avait une oeuvre que Jean devait accomplir. Et avant que Dieu ait fini avec Son homme, il n’y a rien au monde qui peut nuire Ă  ce dernier. C’est tout.
E-42 Eh bien, Jean Ă©tant devenu vieux
 Les historiens rapportent qu’on l’amenait à–à l’église pour prĂȘcher, et qu’il Ă©tait tellement vieux que tout ce qu’il pouvait dire, c’était: «Petits enfants, aimez-vous les uns les autres.»
E-43 Je vous assure, c’est une trĂšs bonne chose Ă  prĂȘcher: «Petits enfants, aimez-vous les uns les autres.» Plus je vieillis dans le ministĂšre donc, et mon
 environ dans ma vingt-et-uniĂšme annĂ©e. Je pense tout le temps que j’avance, que ceci
 Plus je pense au Seigneur JĂ©sus, plus je commence Ă  dĂ©couvrir que c’est l’amour qui couvre tout, l’amour de Dieu qui a Ă©tĂ© rĂ©pandu dans notre coeur par le Saint-Esprit.
E-44 Maintenant, nous allons juste lire quelques versets ici pour ĂȘtre–pour commencer, et ensuite nous aborderons directement l’enseignement sur l’Eglise. Et puis, on essayera d’amener cela au point oĂč, Dieu voulant, dans les limites du temps que j’ai, amener cela au point oĂč nous pourrons prendre La Marque de la bĂȘte demain soir.
E-45 Maintenant, ceci est adressĂ© Ă  l’Eglise. Bon, je vais essayer de prendre au moins l’Eglise d’EphĂšse, la premiĂšre Eglise, et la derniĂšre Eglise oĂč nous vivons maintenant, l’Eglise des laodicĂ©ens donc.
RĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ, que Dieu lui a donnĂ©e pour montrer Ă  ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientĂŽt, et qu’il a fait connaĂźtre, par l’envoi de son ange,... a fait connaĂźtre, par l’envoi de son ange, Ă  son serviteur Jean,
E-46 Eh bien, les Ecritures nous donnent un point de dĂ©part ici. C’est: «La rĂ©vĂ©lation » Or, le mot «rĂ©vĂ©lation» signifie «quelque chose qui est rĂ©vĂ©lé». «La RĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ» qui a Ă©tĂ© donnĂ©e Ă  Jean. Et un ange a Ă©tĂ© envoyĂ© pour attester, ou pour faire connaĂźtre cela.
Celui-ci a attestĂ© la parole de Dieu et le tĂ©moignage de JĂ©sus-Christ, soit
 ce qu’il a vu.
Heureux celui qui lit

E-47 Combien aimeraient recevoir une bĂ©nĂ©diction? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Alors, lisez Cela! Voyez: «Celui qui lit.»
Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites! Car le temps est proche.
E-48 En d’autres termes, ce n’est pas que le temps ait Ă©tĂ© proche en ce moment-lĂ , mais «le temps est proche» quand on voit cette Parole s’accomplir, au temps de la complĂšte rĂ©vĂ©lation.
E-49 Lorsque Dieu a commencĂ©, comme un artiste qui dessine un tableau de quelque chose, Il a commencĂ© par placer Ses parties. On pouvait voir cela commencer Ă  prendre forme. Et lorsque vous commencez au dĂ©but du Livre de l’Apocalypse, vous voyez JĂ©sus-Christ commencer Ă  apparaĂźtre dans le tableau. Et Ă  la fin du Livre, vous Le voyez en entier, assis avec Son Eglise, glorifiĂ©; tous les jours du pĂ©chĂ©, des troubles et des tentations sont passĂ©s, et Christ est assis avec Son Eglise dans les glorieux Cieux, en haut.
E-50 TrĂšs bien, le verset 4. Suivez. «Jean aux Eglises » Bon, c’est Jean qui parle. D’abord, c’est Dieu qui prĂ©sente la rĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ. Ensuite:
Jean aux
 Eglises qui sont en Asie: que la grùce et la paix vous soient données de la part de celui qui est, qui était, et qui vient, et de la part des sept esprits qui sont devant Dieu;
E-51 Oh! si seulement nous avions un tableau noir ici, maintenant, pour dessiner un peu. Voyez, «les sept esprits qui sont devant Dieu.»
E-52 Maintenant, pour gagner un peu de temps, je pense que je
 Je sais que je ne devrais pas mal citer quoi que ce soit, pour rien au monde. Et si vous avez un peu de doute lĂ -dessus, notez cela, et ensuite posez-moi la question, et je vous donnerai le passage des Ecritures en rapport avec cela. Et maintenant, nous devons nous dĂ©pĂȘcher pour aborder ceci, pour gagner du temps.
E-53 Maintenant: «Les sept Esprits qui sont devant Dieu.» Ces sept Esprits Ă©taient prĂ©sentĂ©s comme les sept Esprits qui seraient envoyĂ©s pour les sept Ăąges de l’Eglise. «Les sept Esprits qui sont devant Dieu.» Nous pouvons prendre cela depuis l’Ancien Testament, prendre cela lĂ , si seulement nous en avions le temps.
et de la part de Jésus-Christ, le témoin fidÚle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre! A celui qui nous aime, qui nous a délivrés

E-54 Oh! la la! Regardez simplement Jean tout emballĂ© lĂ , pendant qu’il regarde. Il se met simplement Ă  parler. Il dit:
A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume des sacrificateurs pour Dieu son PÚre, à lui soient la gloire et la puissance, aux siÚcles des siÚcles! Amen!
E-55 «Il a fait de nous des sacrificateurs et des rois pour Dieu.» «Nous», c’est au pluriel. Ce n’est pas: «Il a fait de moi un sacrificateur et un roi», mais «Il a fait de nous», l’Eglise.
E-56 Maintenant, il s’adresse à ces sept Eglises, car il y a sept ñges de l’Eglise.
E-57 Eh bien, il a dit: «A Lui soient la domination et la gloire, aux siÚcles des siÚcles.»
E-58 «Il a fait de nous des sacrificateurs.» Savez-vous donc ce qu’est un sacrificateur, ce qu’est son office? Un sacrificateur doit offrir des sacrifices, faire l’intercession. Et lĂ , dans l’épĂźtre aux HĂ©breux, il est dit que nous, l’Eglise, nous sommes un sacerdoce royal, «un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple particulier.» Voyez-vous? «Une nation sainte, un peuple particulier, un sacerdoce royal. Offrant (maintenant voici la chose), offrant des sacrifices spirituels»; chaque homme et chaque femme qui viennent Ă  Dieu passent derriĂšre le voile.
E-59 Dans l’Ancien Testament, il n’y avait que
 Il y avait un voile qui sĂ©parait le lieu saint du Saint des saints. Il n’y avait qu’Aaron seul qui devait y entrer une fois l’an. Mais chaque homme qui devenait sacrificateur pouvait avoir une bouchĂ©e, ou goĂ»ter Ă  la manne originelle que MoĂŻse et Aaron avaient ramassĂ©e le premier jour oĂč la manne Ă©tait tombĂ©e du ciel. Quand ils ont traversĂ© le fleuve Jourdain

E-60 Les ennemis avaient pĂ©ri derriĂšre eux. Et le lendemain, ils sont allĂ©s lĂ , et partout sur le sol il y avait de petites gaufrettes. Dieu avait fait pleuvoir cela du Ciel. Ils ont appelĂ© cela la manne, ç’avait le goĂ»t du miel. Et les gens Ă©taient censĂ©s ramasser juste la quantitĂ© qui leur suffisait pour un seul jour. Et s’ils gardaient cela jusqu’au lendemain, cela se corrompait.
E-61 Et Dieu a dit Ă  MoĂŻse et Ă  Aaron d’aller en ramasser plusieurs omers pleins, de grands paniers, et de faire entrer cela dans le
 Ă  cĂŽtĂ© de l’Arche, le lieu saint.
E-62 Et lĂ , en fait, chaque fois, aprĂšs cette gĂ©nĂ©ration-lĂ , cela
 Chaque gĂ©nĂ©ration qui suivait celle-lĂ , tant que le sacerdoce lĂ©vitique Ă©tait en vigueur, je pense, chaque homme qui Ă©tait candidat sacrificateur, une fois ordonnĂ© sacrificateur, avait le droit lĂ©gitime de recevoir une bouchĂ©e de cette manne originelle. Pensez-y. Quel privilĂšge ces hommes pensaient avoir, quand un homme savait qu’il allait entrer dans le sacerdoce! Il allait avoir une–une bouchĂ©e de cette nourriture surnaturelle qui avait Ă©tĂ© cuite de façon surnaturelle, qui avait Ă©tĂ© pĂ©trie de façon surnaturelle, cette nourriture surnaturelle qui venait du Ciel, d’auprĂšs de Dieu, qui Ă©tait conservĂ©e de façon surnaturelle.
E-63 Tout le ministĂšre, c’est le surnaturel. Comment les gens peuvent-ils donc dire qu’ils sont chrĂ©tiens et nier le surnaturel? Je ne comprends pas moi-mĂȘme comment ils font cela. Regardez quel surnaturel! Il avait une bouchĂ©e du surnaturel, aussitĂŽt devenu sacrificateur.
E-64 Quel beau type d’aujourd’hui, oĂč chaque personne
 A cette Ă©poque-lĂ , il fallait naĂźtre dans une certaine lignĂ©e, un lĂ©vite, avant de devenir sacrificateur, mais aujourd’hui, c’est «quiconque veut, qu’il vienne». Voyez-vous? Et aussitĂŽt qu’il est venu, quand bien mĂȘme il doit
 on tient aussi compte de la naissance pour cela. «Vous devez naĂźtre de nouveau.» Et chaque homme ou chaque femme qui est nĂ© de nouveau, de l’Esprit de Dieu, a droit Ă  la (en ce jour-ci)–à la Manne. Cette Manne, c’est le Saint-Esprit.
E-65 Quand Pierre
 AprĂšs qu’ils Ă©taient sortis de la grande confusion, qu’ils n’étaient plus des lĂąches, et que le Seigneur les bĂ©nissait, le Saint-Esprit Ă©tant descendu le jour de la PentecĂŽte, ils sont allĂ©s dans des rues et se sont mis Ă  crier, agissant comme des fous, de telle maniĂšre que les gens ont tous pensĂ© qu’ils Ă©taient ivres. «Dites donc, je me demande ce que nous allons faire Ă  ce sujet.» Chaque per
 MĂȘme le monde religieux de l’époque pensait que ces gens-lĂ  Ă©taient ivres.
E-66 Et Ă©coutez, mon ami catholique, la bienheureuse vierge Marie Ă©tait avec eux. Et si elle n’a pas pu aller au Ciel sans ĂȘtre montĂ©e lĂ -haut et avoir une bouchĂ©e de ce Quelque Chose qui la faisait agir comme une femme ivre, comment allez-vous y arriver avec quelque chose de moins que Cela? Voyez-vous? Mais elle avait reçu Quelque Chose. Ils Ă©taient cent-vingt, y compris les femmes, Marie de Magdala et ces
Ils sont sortis dans la rue, agissant comme des gens ivres, titubant, au point que le vĂ©ritable

E-67 Si vous permettez l’expression, l’église sophistiquĂ©e de ce jour-lĂ  a dit: «Regardez-les! Cela montre ce qu’ils sont. Ils sont tous pleins de vin doux.»
E-68 C’est ce qui s’était passĂ©. Ecoutez donc, Pierre a dit
 Il s’est alors mis Ă  parler, disant: «Hommes de JĂ©rusalem, vous qui sĂ©journez Ă  JĂ©ru-
 en JudĂ©e, sachez ceci et prĂȘtez l’oreille Ă  mes paroles! Ces gens ne sont pas ivres.» Eh bien, je parle de l’Eglise d’EphĂšse ici, maintenant. Voyez-vous? Voyez-vous? TrĂšs bien, le premier Ăąge de l’Eglise. Il a dit: «Ces gens ne sont pas ivres, comme vous le supposez. Ceci est la troisiĂšme heure du jour, les bars ne sont mĂȘme pas ouverts. Eh bien, ceci est la troisiĂšme heure du jour.» Il a dit: «Mais c’est ici ce qui a Ă©tĂ© dit par le prophĂšte JoĂ«l. Il est Ă©crit dans votre propre Bible, dans votre propre Bible, il est Ă©crit que cette chose aura lieu. Eh bien, a-t-il dit, vous devriez le savoir, vous les enseignants.»
E-69 Eh bien, ne peut-on pas, comme–comme l’Eglise a Ă©tĂ© inaugurĂ©e avec cette dĂ©monstration-lĂ  et que cette mĂȘme dĂ©monstration est promise pour les derniers jours, ne pouvez-vous pas vous rĂ©fĂ©rer Ă  cela et dire: «C’est ici ce qui a Ă©tĂ© dit?» [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Voyez-vous? Vous y ĂȘtes. Et le monde extĂ©rieur n’en sait rien. Ça, c’est de la folie pour eux. Eh bien, ils ont dit

E-70 Il a dit: «Regardez ça.» Et ils ont donc dit, quand ils ont entendu cela
 Il leur a dit qu’ils avaient crucifiĂ© JĂ©sus. Et chaque fois

E-71 On peut vous pardonner d’avoir crucifiĂ© JĂ©sus. On peut vous pardonner d’avoir pris Son Nom en vain. «Mais celui qui dit quelque chose contre le Saint-Esprit, il ne lui sera jamais pardonnĂ© ni dans ce siĂšcle ni dans le siĂšcle Ă  venir.» Nous sommes dans les derniers jours, faites trĂšs attention. Marchez humblement. Ayez un esprit brisĂ© et contrit, un coeur humble; soyez disposĂ© Ă  laisser le Saint-Esprit vous conduire. Amen. TrĂšs bien. Oh! la la!
E-72 Les voici, ils sont tous lĂ -haut, juste des gens agissant comme
 C’était des lĂąches quelques heures avant; ils s’étaient enfermĂ©s dans la chambre haute. Mais quand le Saint-Esprit est venu sur eux et qu’Il a rempli leurs coeurs, ils sont sortis dans les rues! Je ne m’imagine pas qu’ils Ă©taient
 Ils n’étaient pas en train de faire de mauvaises choses. Ils Ă©taient lĂ  se rĂ©jouissant et louant Dieu, de–de telle maniĂšre qu’il y a eu une manifestation. Ils n’étaient simplement pas lĂ  Ă  se faire des histoires les uns aux autres, donc savoir s’ils Ă©taient des mĂ©thodistes ou des baptistes, s’ils Ă©taient–s’ils Ă©taient des pharisiens ou des sadducĂ©ens. Ils Ă©taient lĂ , se rĂ©jouissant, parce qu’ils avaient une bouchĂ©e du Ciel dans leur Ăąme. Dieu leur avait donnĂ© la Manne spirituelle.
E-73 Eh bien, quand Dieu dĂ©versait la manne lĂ , dans le naturel, cela a durĂ© tout le temps qu’ils Ă©taient en pĂšlerinage; c’est un beau type. Et le jour oĂč ils sont entrĂ©s dans la Terre promise, il n’y avait plus de manne. Et le jour de la PentecĂŽte, la mĂȘme chose

E-74 ConsidĂ©rez la PentecĂŽte pour MoĂŻse. Ils ont regardĂ© derriĂšre et ont vu l’ennemi qui avait pĂ©ri. Myriam s’est emparĂ©e d’un tambourin, elle s’est mise Ă  battre cela, Ă  crier, Ă  danser, Ă  courir sur le rivage. Les femmes l’ont suivie, faisant de mĂȘme. Alors MoĂŻse leva les mains en l’air et chanta en Esprit.
E-75 A la PentecĂŽte, les femmes sont sorties, titubant, sautillant, dansant et faisant des choses comme cela. Pierre s’est levĂ© au milieu d’eux et a dit: «Hommes Juifs, et vous qui sĂ©journez Ă  JĂ©rusalem, sachez ceci et prĂȘtez l’oreille Ă  mes paroles. Car ces gens ne sont pas ivres, comme vous le supposez, car c’est la troisiĂšme heure du jour. C’est ici ce qui a Ă©tĂ© dit par le prophĂšte JoĂ«l: Il arrivera dans les derniers jours, dit Dieu, que Je rĂ©pandrai de Mon Esprit sur toute chair, vos fils et vos filles prophĂ©tiseront; sur Mes serviteurs et Mes servantes Je rĂ©pandrai de Mon Esprit; et ils prophĂ©tiseront. Et Je ferai paraĂźtre des prodiges en haut dans le ciel, et en bas sur la terre, des Colonnes de Feu, une vapeur, la fumĂ©e. Et avant que le jour grand et redoutable de l’Eternel arrive, il arrivera que quiconque invoquera le Nom du Seigneur sera sauvĂ©.» Et il a continuĂ© sans cesse Ă  prĂȘcher.
E-76 Et quand les gens ont entendu cela, ils Ă©coutaient, ils ont dit: «Regardez cet homme-lĂ ! OĂč a-t-il reçu cette instruction?» Certains parmi eux ont dit: «Il ne sait mĂȘme pas Ă©crire son propre nom.» La Bible dit: «C’était un homme du peuple sans instruction.» «Quelle Ă©cole a-t-il frĂ©quentĂ©e?» Aucune. «Eh bien, comment ceci s’est-il donc passĂ©? Comment ceci est-il donc arrivĂ©?» Ils ont prĂȘtĂ© attention, ils ont dit: «Eh bien, dites donc, cet homme cite effectivement les Ecritures. Et jamais auparavant nous n’avions entendu Cela comme ça.» Voyez-vous?
E-77 Il a dit: «Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ pour le pardon de vos pĂ©chĂ©s, et vous recevrez le Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, pour ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.» En d’autres termes: «Cette bĂ©nĂ©diction de la Manne, qui est tombĂ©e ici comme Elle tombait dans le passĂ©, sera pour cette gĂ©nĂ©ration, pour la gĂ©nĂ©ration suivante, pour la gĂ©nĂ©ration suivante, jusqu’à Jeffersonville, dans l’Indiana, et jusqu’aux extrĂ©mitĂ©s de la terre.»
E-78 Et le mĂȘme Saint-Esprit, qui Ă©tait descendu en ce temps-lĂ , descend aujourd’hui avec les mĂȘmes rĂ©sultats, la mĂȘme chose, le mĂȘme peuple. Voyez-vous ce que je veux dire? Tout Ă  fait parfait!
E-79 Remarquez bien: «A celui qui vaincra, Je donnerai–Je donnerai le Pain de Vie.» Il a dit cela Ă  l’une des Eglises. «Et il n’aura plus soif, il n’aura plus non plus faim. Il n’aura plus jamais soif.» Si jamais un homme
 Voici la chose; resserrez bien votre jaquette. Si jamais un homme ou une femme reçoit une fois, rĂ©ellement, le Saint-Esprit, vous ne pourrez jamais l’ébranler. Il sait oĂč il se tient. Vous pouvez venir avec des ismes et tout. Il bravera du coup cela. «Il n’aura plus jamais soif.» Il sait exactement qui est son CrĂ©ateur; il ne sera jamais confus. Ne le dĂ©rangez pas; il ira du coup de l’avant.
E-80 «Je lui donnerai le Pain de Vie et il n’aura plus faim, il n’aura plus non plus soif.» Voyez-vous? «Et il mangera de l’Arbre qui est au milieu du paradis de Dieu, voyez, de l’Arbre.» En effet, cet Arbre Ă©tait JĂ©sus-Christ. Voyez-vous? Et JĂ©sus-Christ, Ă©tant mort, est revenu sous forme du Saint-Esprit. Il est donc ici, et c’est Lui la Manne dont l’Eglise se nourrit.
Remarquez bien, voici le verset 6:
Et Il a fait de nous des sacrificateurs et des rois pour Dieu

E-81 «Un sacerdoce spirituel, une nation royale, une offrande spirituelle.» Qu’est-ce donc? «Des sacrifices spirituels, c’est-Ă -dire (je cite les Ecritures), c’est-Ă -dire les fruits de nos lĂšvres, rendant gloire Ă  Son Nom.» Eh bien, quel genre est-ce? «Un sacrifice spirituel.»
E-82 Eh bien, eh bien, nous pouvons aussi bien commencer ici mĂȘme. Remarquez, un bon passage par oĂč commencer.
E-83 Quand une petite confusion surgit dans l’église, vous ne vous mettez pas vite Ă  l’écart pour bouder
 donc. Si vous le faites, vous n’ĂȘtes certainement pas un sacrificateur. Voyez, vous priez jusqu’au bout. «Des sacrifices spirituels, les fruits de nos lĂšvres, rendant gloire Ă  Son Nom.» Voyez-vous ce que je veux dire?
E-84 «Eh bien, direz-vous, je n’ai vraiment pas envie d’aller Ă  l’église.» Mais vous ĂȘtes un sacrificateur. C’est votre devoir. Vous devez ĂȘtre lĂ .
E-85 «Eh bien, je n’ai vraiment pas envie d’assister Ă  ce service.» Vous ĂȘtes un sacrificateur, «offrant un sacrifice, un sacrifice spirituel»; non pas donner Ă  quelqu’un quelque chose de seconde main, comme on l’appelle aujourd’hui; cela est tout Ă  fait bien, je n’ai rien contre cela. Non pas amener quelqu’un Ă  venir Ă  l’église; c’est tout Ă  fait bien, je n’ai rien contre cela. Mais il s’agit de vous, vous, offrant des sacrifices spirituels, «les fruits de vos lĂšvres, rendant gloire Ă  Son Nom.»
E-86 Lorsque vous voyez arriver un temps oĂč tout le monde blasphĂšme et dit des choses comme ça et fait des choses qui ne sont pas correctes, que faites-vous? Vous Ă©loignez-vous? Vous ĂȘtes censĂ© vous tenir lĂ  avec un sacrifice spirituel et dire: «‘Le Sang de JĂ©sus-Christ purifie de tout pĂ©ché’, cela fait de moi une nouvelle crĂ©ature en JĂ©sus-Christ.»
«Vous ĂȘtes fou, ami!»
E-87 «D’aprĂšs ce que vous dites, oui. Mais pour moi, c’est la puissance de Dieu pour le salut. Je crois Cela!» Voyez-vous?
E-88 «Eh bien, vous dites que vous croyez à la guérison divine?»
«Oh! non, je ne crois pas
 Nous ferions mieux de demander Ă  notre pasteur.»
E-89 Qu’en pensez-vous? Vous ĂȘtes le sacrificateur donc. [FrĂšre Branham frappe deux fois sur la chaire.–N.D.E.] C’est vous qui devez dire: «Oui, oui! Je crois Cela, car la Parole de Dieu dit que c’est comme ça!»
«Croyez-vous au baptĂȘme du Saint-Esprit?»
«Oui, oui!»
«Comment le savez-vous?»
«Je L’ai reçu.» Amen. Une bĂ©nĂ©diction spirituelle! Le Saint-Esprit qui est descendu sur les apĂŽtres, c’est le mĂȘme Saint-Esprit qui descend aujourd’hui.
E-90 Vous direz: «N’était-ce seulement que pour les apĂŽtres?» Nous allons rĂ©gler cela dans peu de temps, voir si cela l’était ou pas.
E-91 TrÚs bien: «Un sacerdoce spirituel, offrant des sacrifices spirituels.»
Bon, maintenant, le verset 8 de
 le
 7.
Voici, il vient avec les nuées;

E-92 Maintenant, laissez-moi m’arrĂȘter ici juste un instant. «Les nuĂ©es», cela ne veut pas dire qu’Il vient sur un grand cumulo-nimbus [un grand nuage–N.D.T.]
E-93 C’est comme maman (que son coeur soit bĂ©ni, elle est assise quelque part ici), quand j’étais un petit garçon, elle avait l’habitude de me faire asseoir et de me parler, disant: «Il viendra sur d’énormes nuages, et un jour, il y aura la rĂ©surrection, et Dieu va venir.»
E-94 Et alors, les nuĂ©es sur lesquelles Il viendra... Si seulement nous avions le temps de voir tout cela, d’examiner le vĂ©ritable arriĂšre-plan de toute la chose! Eh bien, la nuĂ©e sur laquelle Il viendra, ce n’est pas un nuage comme un cumulo-nimbus. Mais c’est sur une NuĂ©e de gloire qu’Il viendra. Voyez-vous? Voyez-vous?
E-95 Eh bien, quand JĂ©sus a Ă©tĂ© couvert d’une nuĂ©e par Dieu sur le mont de la Transfiguration, «et Lui et Ses vĂȘtements Ă©taient couverts d’une nuĂ©e.» Voyez-vous?
E-96 Et quand Elie est arrivĂ© lĂ , une nuĂ©e est descendue et l’a enlevĂ©. Non pas une–non pas une Colonne de Feu, non pas
 Je veux dire, non pas un cumulo-nimbus, mais une NuĂ©e de gloire.
E-97 Sa grande et glorieuse PrĂ©sence frappera la terre. «Il viendra sur des nuĂ©es.» Oh, j’aime ça! «Les nuĂ©es», il y aura vague aprĂšs vague de Sa gloire qui parcourra la terre, et les saints ressusciteront, quand cet Adorable Saint-Esprit qui a vĂ©cu dans leurs coeurs... Et ils sont morts, leurs cadavres gisent lĂ , avec des traces de larmes sur leurs joues et tout, comme cela, et ils sont placĂ©s lĂ , dans un cimetiĂšre... Et une grande vague de ce mĂȘme Esprit, et «whoossh», vague aprĂšs vague!
E-98 «Le dernier sera le premier, et le premier sera le dernier.» Comment cela pourra-t-il se faire ainsi? C’est l’ordre de la rĂ©surrection. Je ne reconnaĂźtrai personne de la gĂ©nĂ©ration qui a prĂ©cĂ©dĂ© la mienne, ni de celle qui suivra la mienne. Je reconnaĂźtrai ceux de cette gĂ©nĂ©ration-ci. Et chaque gĂ©nĂ©ration viendra, l’une aprĂšs l’autre, exactement comme elle Ă©tait allĂ©e. «Les derniers seront les premiers.» AssurĂ©ment, absolument. Voyez-vous? Je reconnaĂźtrai les miens. Le suivant, mon papa reconnaĂźtra les siens; son grand-pĂšre reconnaĂźtra les siens; ainsi de suite, comme cela.
E-99 Vague aprĂšs vague, aprĂšs vague, aprĂšs vague, et les saints ressusciteront de partout! Ne sera-ce pas merveilleux? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Amen. Cela rendra des vieux de nouveau jeunes. Oui. Maintenant, remarquez bien. TrĂšs bien.
...Viendra sur les–les nuĂ©es; et chaque oeil Le verra (peu importe combien loin dans le passĂ© est le moment oĂč ils sont morts; ils Le verront quand mĂȘme), et mĂȘme ceux qui L’ont percĂ©: toutes les tribus de la terre se lamenteront Ă  cause de Lui. Oui, amen.
E-100 Jean a dĂ» simplement crier: «Amen!» Cela veut dire: «Ainsi soit-il! Qu’il en soit ainsi!»
Je suis l’Alpha et l’OmĂ©ga,

E-101 Maintenant, Alpha, c’est «A» dans l’alphabet grec. OmĂ©ga, c’est «Z» dans l’alphabet grec. Eh bien, en d’autres termes, si on traduisait cela aujourd’hui, ça serait: «Je suis de A Ă  Z.» Qui d’autre est-ce donc? «Je suis le Premier; Je suis le Dernier. Je suis de A Ă  Z.»
E-102 Je souhaiterais avoir le temps d’aborder la DivinitĂ© de Christ maintenant mĂȘme, ce qui serait trĂšs appropriĂ© pour ce temps-ci, la DivinitĂ©.
E-103 Aujourd’hui, beaucoup de gens cherchent Ă  faire de Lui juste un enseignant, juste un philosophe, ou un simple prophĂšte. Il Ă©tait Dieu. Soit Il Ă©tait Dieu, soit Il Ă©tait le plus grand sĂ©ducteur que le monde ait jamais eu. S’Il Ă©tait un prophĂšte, Son sang Ă©tait celui d’un homme. S’Il Ă©tait un–un docteur, un instructeur, Son sang Ă©tait celui d’un homme.
E-104 Il Ă©tait Dieu, et Son sang Ă©tait divin. Le Dieu Tout-Puissant avait couvert la vierge Marie de Son ombre et Il avait crĂ©Ă© une cellule de sang dans le sein de Marie, c’est ce qui a engendrĂ© le Fils, JĂ©sus-Christ. Et Dieu s’est abaissĂ© et a habitĂ© dans ce Corps-lĂ , Dieu, Emmanuel, fait chair parmi nous; Il ĂŽte les pĂ©chĂ©s.
E-105 Quand Dieu a crĂ©Ă© Son premier homme, Il l’a crĂ©Ă© Ă  Sa propre image; il Ă©tait un homme esprit, dans GenĂšse 1.26. TrĂšs bien. Ensuite, il n’y avait pas d’homme pour cultiver la terre, aprĂšs qu’Il eut crĂ©Ă© l’homme, homme et femme. Nous allons aborder cela d’ici peu, sur ces «sept Ă©toiles». Mais juste
 Mais Il l’a crĂ©Ă© Ă  la fois homme et femme lĂ , au commencement, c’est vrai, «à Sa propre image.» Et Dieu est Esprit.
E-106 Et puis, dans GenĂšse 2, il n’y avait pas d’homme pour cultiver la terre, alors Dieu l’a mis dans la chair; Il l’a fait homme, non pas Ă  Son image, mais Ă  partir de la poussiĂšre de la terre, c’est vrai, Il lui a donnĂ© une main comme celle du singe, un pied comme celui de l’ours, ou je ne sais quoi d’autre; mais Il lui a donnĂ© cinq sens pour entrer en contact avec sa demeure terrestre. Et aprĂšs, cet homme-lĂ  a pĂ©chĂ©.
E-107 Et Dieu est descendu et Il a été fait Homme pour Îter le péché de cet homme-là (Amen), le rachat!
Je suis l’Alpha et l’OmĂ©ga,

E-108 Je L’ai regardĂ© ici, dans Apocalypse, chapitre 4. Quand Jean s’est retournĂ© pour voir cette Voix une fois de plus, ce que Cela lui disait: «Il Ă©tait assis sur un trĂŽne, avec un arc-en-ciel au-dessus de Sa tĂȘte.» Et l’arc-en-ciel a sept couleurs parfaites, et ces sept parfaites couvertures... couleurs reprĂ©sentaient les sept Ăąges de l’Eglise. C’est vrai, une fois de plus. Et qu’était-ce? Voici la chose. FrĂšre, c’est frais. Regardez, sept couleurs parfaites, sept! Et un arc-en-ciel reprĂ©sente une alliance.
E-109 Dieu a d’abord donnĂ© Ă  NoĂ© l’arc-en-ciel comme une alliance. Et ces Ă©lĂ©ments sont toujours sur la terre, comme une promesse de la part de Dieu devant lui; quand il pleut, et qu’il voit l’arc-en-ciel
 Dieu a dit: «Je ne dĂ©truirai plus jamais cela par l’eau.»
E-110 Et puis, Jean a vu JĂ©sus, avec sept couleurs de l’arc-en-ciel au-dessus de JĂ©sus. Il Ă©tait lĂ -dedans, c’était l’alliance de Dieu. Et Il se tenait au milieu des sept chandeliers d’or. «Et Il avait l’aspect d’une pierre de jaspe et de sardoine.» La pierre de jaspe, c’était Ruben, et la pierre de sardoine, c’était Benjamin; c’étaient le premier et le dernier des patriarches. C’était «l’Alpha et l’OmĂ©ga; le Commencement et la Fin», les sept couleurs de l’arc-en-ciel, les sept Ăąges de l’Eglise, l’alliance avec Lui dans les sept chandeliers d’or, avec les sept Ă©toiles. Oh! quel tableau! Nous aborderons cela d’ici peu, peut-ĂȘtre, le Seigneur voulant. TrĂšs bien.

 Alpha et Oméga, le Commencement et la Fin, dit le Seigneur, qui est
 qui était, et qui doit venir, le Tout-Puissant.
E-111 Oh! Qui est-Il? De qui est cette rĂ©vĂ©lation? De JĂ©sus-Christ. Et, ici, Il n’est pas un prophĂšte. Ici, Il est le Tout-Puissant, Dieu manifestĂ©; l’Alpha, l’OmĂ©ga. «Je suis de A Ă  Z. Celui qui Ă©tait, qui est, qui viendra. Je suis le Tout-Puissant.» C’est trĂšs clair, n’est-ce pas? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Il n’y a pas lieu aux discussions lĂ . «Le Seigneur qui Ă©tait, qui est, et qui viendra, le Tout-Puissant.»
E-112 Eh bien, c’est Jean qui parle. Ecoutez:
Moi Jean, votre frĂšre
 Ă  la compassion, Ă  la tribulation, au royaume et Ă  la persĂ©vĂ©rance en JĂ©sus-Christ, j’étais dans l’üle appelĂ©e Patmos, Ă  cause de la Parole de Dieu,

E-113 Dites donc, pouvez-vous vous imaginer un homme placé en un lieu comme celui-là à cause de la Parole de Dieu? Oui.

à cause de la Parole de Dieu, et
 du tĂ©moignage de JĂ©sus-Christ.
E-114 Il Ă©tait exilĂ© lĂ  pour avoir prĂȘchĂ© la Parole de Dieu Ă  un peuple religieux. C’est ce que la Parole dit. N’est-ce pas? Il Ă©tait lĂ  Ă  cause de la prĂ©dication; il Ă©tait exilĂ©, excommuniĂ© de l’église, de la sociĂ©tĂ©, du monde entier. Amen. Mais il n’était pas excommuniĂ© par Celui qui l’aimait et qui l’avait lavĂ© dans Son propre Sang. Sa PrĂ©sence Ă©tait avec lui, sur cette Ăźle appelĂ©e Patmos, Ă  cause de la Parole de Dieu.
E-115 Je me demande combien de prĂ©dicateurs aujourd’hui iraient. Il s’agenouille jusqu’à ce qu’il aille
 qu’il fasse un petit quelque chose. Un petit quelque chose dĂ©range, nous sommes tellement dĂ©rangĂ©s Ă  ce sujet. Et ici cet homme, on l’avait fait bouillir dans l’huile pendant vingt-quatre heures, et on l’a jetĂ© sur l’üle de Patmos, et le Seigneur Ă©tait toujours avec lui.
E-116 J’aime vraiment ce vieux cantique qu’on chantait: Si JĂ©sus va avec moi, j’irai n’importe oĂč. Nous chantons cela, mais je me demande si c’est vraiment cela que nous voulons dire. Franchement parlant, d’ici peu, on vous demandera de prouver cela, alors vous feriez mieux d’ĂȘtre vraiment sĂ»rs. VĂ©rifiez, faites l’inventaire, voyez si tout est bien en ordre.
E-117 Eh bien, juste comment–on va juste–on va juste commencer par ici. Jean prend la parole, et il a dit qu’il Ă©tait sur l’üle de Patmos Ă  cause de la Parole de Dieu et du tĂ©moignage.
Je fus ravi en Esprit
 (J’aime ça.)
Je fus ravi en Esprit au jour du Seigneur

E-118 On parle d’un autre jour, lĂ ; Ă  mes amis adventistes, nous sommes en effet sĂ»rs d’aborder cela d’ici peu. TrĂšs bien.

en Esprit au jour du Seigneur
 (je suis entrĂ© dans l’Esprit), et j’ai entendu derriĂšre moi une voix forte
 celle d’une trompette.
E-119 Ne laissons donc pas ces symboles. Nous jetons maintenant des bases, afin que nous sachions de quoi nous parlons, quand je serai arrivĂ© lĂ . Voyons ce dont nous parlons: «Qui est-ce? Qui est cet Homme? Qu’est-ce que la RĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ? Qui est-Il, aprĂšs tout? Comment cela est-il venu? Qu’est-ce que Cela reprĂ©sente pour moi?» Voyez si Cela reprĂ©sente quelque chose pour vous, voyez. «Voir si cela a lieu lĂ , pour moi.» Remarquez.
Je fus ravi en Esprit

E-120 Peu importe Ă  quel point vous ĂȘtes saint, vous ĂȘtes pieux, Ă  quel point vous ĂȘtes prĂ©dicateur ou membre laĂŻc, ou quoi que vous soyez, vous ne pourrez jamais aboutir Ă  quelque chose avec Dieu tant que vous n’entrez pas dans l’Esprit. C’est vrai. Je ne parle pas du fait d’avoir des Ă©motions. Je parle d’entrer dans l’Esprit. Voyez-vous? Voyez-vous? Voyez, vous avez des Ă©motions, vous faites n’importe quoi. Mais lorsque vous entrez dans l’Esprit, vous voyez des choses. C’est vrai.
E-121 Je peux me reprĂ©senter le vieux Elie, le vieux prophĂšte, lĂ , ce jour-lĂ  quand–quand–quand le fils d’Achab, Ă  l’époque, avait conclu une alliance avec des incroyants, et–et Josaphat s’était joint Ă  eux. Et ils avaient fait sept jours dans le dĂ©sert, ils n’avaient plus d’eau. Ils en avaient juste pour sept jours, assez pour s’en servir pendant sept jours; ils n’avaient pas consultĂ© l’Eternel; ils Ă©taient simplement allĂ©s, de toute façon.
E-122 N’est-ce pas exactement comme ça que font les gens? «Oh! Je vous assure, c’est le meilleur travail. Je vais simplement arrĂȘter de frĂ©quenter cette Ă©glise pour aller Ă  cette autre-lĂ .» Eh bien, vous feriez mieux de consulter le Seigneur Ă  ce sujet, voir ce qu’il en est.
E-123 Ils sont allĂ©s lĂ , et ils se sont retrouvĂ©s en difficultĂ©. Il n’y avait plus de provision d’eau. C’est ça le problĂšme qu’ont les Ă©glises aujourd’hui, on va çà et lĂ , faisant beaucoup de choses, vous ne consultez pas le Seigneur lĂ -dessus, et votre provision est coupĂ©e. Vous vous demandez pourquoi vous n’avez pas les bĂ©nĂ©dictions que vous aviez autrefois, et pourquoi la puissance de Dieu n’opĂšre pas parmi vous. Peut-ĂȘtre que votre provision a Ă©tĂ© coupĂ©e. Vous savez, quand vous vous retrouvez dans l’eau

E-124 Parfois, je vais au dĂ©sert, lĂ  en Arizona. Et je constate que tous les petits buissons, dans le dĂ©sert, sont nuisibles; cela va vous piquer. Et chaque fois que vous touchez cela, ça vous pique. En effet, cela n’a pas assez d’eau qui en prend soin, ça fait pousser des Ă©pines comme une dĂ©fense.
E-125 Vous venez ici, ou vous allez lĂ  en Oregon ou quelque part oĂč il pleut tout le temps, et le mĂȘme genre de buissons n’a pas d’épines. Voyez, l’eau les garde tendres.
E-126 Et c’est ça le problĂšme avec l’église. Lorsqu’on devient tout sec, enchaĂźnĂ© et tout, qu’on devient trĂšs froid, formaliste et indiffĂ©rent, qu’on ne reçoit aucune bĂ©nĂ©diction spirituelle, alors votre coeur est complĂštement rempli, et il est rempli d’indignation, de colĂšre, contre tout le monde: «Oh! je vais me fĂącher contre lui. Je vais me fĂącher contre elle. Je vais cesser de frĂ©quenter cette Ă©glise.» C’est juste un tas d’épines qui se trouvent lĂ  dans un dĂ©sert. [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Esprit
 C’est vrai. Ce dont vous avez besoin, c’est de la bonne Eau du Saint-Esprit Ă  l’ancienne mode, qui tombe Ă  flot sur vous et adoucit ce vieux coeur dur. Amen.
E-127 Je ne–je ne cherche pas Ă  faire le plaisantin. J’essaie de vous faire comprendre ceci. FrĂšre, vous verrez, si vous recevez la marque de la bĂȘte, lĂ  oĂč vous allez vous retrouver. Vous serez totalement sans secours, sans espoir, aprĂšs avoir reçu cela. Il n’y a pas de pardon pour cela. Vous ne pouvez jamais vous en tirer. C’est vrai. Vous pouvez pratiquement la recevoir en un clin d’oeil, voyez, faites trĂšs attention. La chose est ici maintenant. On lui donnera
 Remarquez, le dĂ©sert

E-128 Je disais, les–les eaux, que les eaux gardaient cela tendre. C’est ce que nous faisons aujourd’hui, nous entrons dans l’Esprit. Jean a dit: «Je fus ravi en Esprit».
E-129 Comme Elie [ElisĂ©e–N.D.T.] Ă©tait lĂ , dans le dĂ©sert, ils sont allĂ©s lĂ . Josaphat a dit: «Allons consulter le prophĂšte.» Ils sont allĂ©s Ă  la rencontre du prophĂšte.
E-130 Eh bien, lĂ , sa colĂšre indignĂ©e a Ă©tĂ© suscitĂ©e. Il a regardĂ© cet homme-lĂ  et a dit: «Pourquoi ne vas-tu pas auprĂšs du dieu de ta mĂšre? Pourquoi ne retournes-tu pas Ă  ta propre vieille Ă©glise froide et formaliste? Pourquoi es-tu venu vers moi quand tu es en difficultĂ©?» Ce n’était pas une trĂšs bonne chose Ă  dire, mais c’était assez comme paroles pour exprimer la chose. «Pourquoi es-tu venu vers moi? Pourquoi ne vas-tu pas auprĂšs du dieu de ta mĂšre? Vous avez toutes ces trĂšs belles Ă©glises, et tous ces prĂ©dicateurs bien nourris, et tout le reste, lĂ -bas. Rentre leur poser la question lĂ -dessus; pourquoi viens-tu ici vers moi?» Houf! Oh! la la! Il Ă©tait tout bombĂ©, assurĂ©ment assez, n’est-ce pas? Il a dit: «N’eut Ă©tĂ© le respect que j’ai pour cet homme pieux, Josaphat, je ne t’aurais mĂȘme pas regardĂ©.» Oh! la la! Dans quel Ă©tat ce prophĂšte s’était retrouvĂ©! Eh bien, il Ă©tait dans ce genre d’état-lĂ .
E-131 Il a dit: «Eh bien, amenez-moi un joueur de harpe.» Il y a des gens qui ne croient pas au fait d’avoir de la musique dans l’église. Mais lui a dit: «Amenez-moi un joueur de harpe.» Et quand le joueur de harpe s’est mis Ă  jouer un bon ancien cantique, Mon Dieu plus prĂšs de Toi, ou n’importe quel titre vous voulez, je ne sais pas; quand ce joueur de harpe s’est mis Ă  prier, l’Esprit de Dieu est venu sur le prophĂšte. Et quand l’Esprit est venu sur lui, il a eu une vision; il a commencĂ© Ă  voir des choses.
E-132 Il vous faut avoir l’Esprit de Dieu, sinon vous direz: «Je n’arrive pas Ă  comprendre comment les gens peuvent dire amen.» Entrez une fois dans l’Esprit. C’est vrai.
E-133 Je n’arrive pas Ă  comprendre comment les gens se tiennent au jeu de baseball, se donnent des coups dans le dos, crient, se mettent en cercle, ils enfoncent le chapeau et font des histoires. Pour moi, c’est comme de la folie. «Eh bien, direz-vous, vous n’ĂȘtes pas un fana de baseball.» Je suis pratiquement tout aussi

E-134 Et qu’en est-il de vous en tant que chrĂ©tien? TrĂšs bien. C’est bien. Il vous faut entrer dans l’esprit de la chose.
E-135 C’était comme ça quand vous alliez aux soirĂ©es dansantes. Je ne pense pas que vous pouvez y aller aujourd’hui. AssurĂ©ment pas. Mais si vous–vous aviez l’habitude d’y aller, on devait jouer de la musique [hoop up]
, et les orchestres jouaient, et on battait les tambours, on faisait toutes sortes de choses lĂ  Ă  ce sujet; et les femmes accouraient lĂ , Ă  moitiĂ© nues et tout le reste, et elles dansaient lĂ , sur les pistes et tout; elles vous entraĂźnent dans l’esprit de la danse. Eh bien, c’est vrai, vous entrez dans l’esprit de la chose. Ça, c’est l’esprit du diable [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.]. Je suis content que vous ayez dit «amen», parce que c’est la vĂ©ritĂ©. Je vais prouver cela par la Bible. C’est vrai. TrĂšs bien.
E-136 Vous direz: «Eh bien, je ne crois pas cela, frĂšre.» Eh bien, vous, ce n’est pas ce que vous dites qui compte ni ce que moi, je pense.
E-137 C’est ce que la Parole de Dieu dit qui compte. C’est ce qui rĂšgle la question. C’est ça l’Absolu. Oui, oui. Il a dit: «Si vous aimez le monde, ou les choses du monde, l’amour de Dieu n’est mĂȘme pas en vous.» C’est vrai. Et vous souvenez-vous de cette petite vieille femme qui apprenait Ă  sa fille Ă  danser les claquettes, des choses comme cela? Cette derniĂšre est allĂ©e lĂ , elle a dansĂ© devant le roi, et elle a exigĂ© la tĂȘte de Jean-Baptiste; soixante-dix de ses enfants sont morts comme des prostituĂ©es et sur la potence. Vous pouvez voir ce que cela fait comme ça.
E-138 La mÚre de Moïse restait à la maison et gardait Moïse, elle lui enseignait la Parole du Seigneur. Vous voyez ce qui est arrivé à Moïse et aux siens. Et par lui sont issus
 Abraham et les autres, ainsi de suite.
E-139 TrĂšs bien, cela dĂ©pend de ce que vous voulez faire. Vous avez un libre arbitre. Vous agissez selon ce que vous voulez faire. C’est vrai. Dieu a placĂ© devant l’homme, comme dans le jardin d’Eden, l’Arbre de la Vie ou l’arbre de la mort. Faites votre choix. Voyez-vous? Tout ce qui rĂ©jouit votre Ăąme, c’est ce que vous mangez. Remarquez maintenant. Et ils Ă©taient

E-140 J’aimerais donc relire ceci. Il fut ravi en Esprit. L’Esprit est venu sur lui. Il a commencĂ© Ă  voir des choses. Maintenant observez.
Je fus ravi en Esprit au jour du Seigneur, et j’entendis

Je fus ravi en Esprit au jour du Seigneur, et j’entendis derriùre moi une voix forte
 d’une trompette,
E-141 «Trompette.» La trompette, c’est une annonce. Gabriel, Ă  la Venue du Seigneur, sonnera la trompette de Dieu. C’était le retentissement de la trompette de Dieu. En d’autres termes, Il est sur le point d’annoncer la destinĂ©e Ă©ternelle du monde. Une trompette! Qu’est-ce? «PrĂ©parez-vous. Je vais vous donner la rĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ, l’apporter Ă  l’Eglise. Je vais vous parler, vous dire ce que sera la destinĂ©e du monde, de ceux qui recevront et de ceux qui rejetteront.
E-142 La trompette de Dieu. «Attention!» Chaque homme, quand la trompette retentit, saisit son épée et prend position. Attention! La trompette!
E-143 Paul dit: «Si une trompette rend un son confus, qui se préparera au combat?»
E-144 C’est ce qu’il en est aujourd’hui. Ô frĂšre! quand je regarde çà et lĂ  et que je vois toutes ces Ă©glises froides, formalistes, indiffĂ©rentes, et des choses comme cela, «ayant l’apparence de la piĂ©tĂ© et reniant ce qui en fait la force», comment un homme peut-il se prĂ©parer? Cela rend un son confus!
E-145 Vous direz: «Eh bien, alors je vais adhĂ©rer aux Ă©glises. J’irai lĂ  essayer chez les mĂ©thodistes, ou les baptistes, ou les luthĂ©riens, ou les pentecĂŽtistes. Je vais faire quelque chose. Je vais faire un genre de mouvement.» Oh! ce n’est pas ça.
E-146 «Si un homme ne naĂźt de nouveau (peu m’importe qu’il soit mĂ©thodiste, baptiste, pentecĂŽtiste, ou n’importe quoi, vous devez naĂźtre de nouveau), il n’entrera pas dans le Royaume.» Amen.
E-147 Ecoutez: «La voix d’une trompette me disant: ‘Je suis l’Alpha et l’OmĂ©ga.’»
E-148 La premiĂšre chose donc, Il se prĂ©sente ici: «Le Je Suis, le Premier et le Dernier.» La premiĂšre chose, quand la trompette de Dieu a retenti, Jean s’est retournĂ©. Et JĂ©sus a dit: «Je suis l’Alpha et l’OmĂ©ga. Je suis de A Ă  Z. Je suis tout cela donc. Supportez et Ă©coutez-Moi un peu.» TrĂšs bien.

le premier et le dernier
 ce que tu vois, Ă©cris-le dans un livre,
 (C’est ce Livre-ci que nous lisons)
 et envoie aux

E-149 OĂč? C’est spĂ©cialement adressĂ© Ă  qui? A l’ñge passĂ©? Non. «A l’Eglise.» A l’Eglise! Remarquez bien.
Ce que tu vois, Ă©cris-le et envoie-le aux sept Eglises qui sont en Asie;

E-150 En effet, c’était un type de l’Eglise. Eh bien, nous aborderons cela dans quelques instants, pour montrer le type de sept Ăąges dans l’Ancien Testament. Ces sept Ăąges sont situĂ©s, ou plutĂŽt les sept Eglises Ă©taient situĂ©es lĂ , en Asie; c’est ce que la Bible enseigne clairement. C’était une ombre, ou plutĂŽt un type de sept Ăąges de l’Eglise qui allaient venir. Et avec l’aide de Dieu, et avec la Bible, je peux prouver que chaque Ăąge de l’Eglise a correspondu exactement Ă  ce qui avait Ă©tĂ© dit qu’il serait, Ă  la place exacte oĂč la Bible avait dit qu’il serait. Et nous sommes Ă  la fin du dernier Ăąge de l’Eglise.
E-151 Et je peux retourner dans l’Ancien Testament prendre le songe de Daniel et vous montrer la vision sur le royaume des Gentils; il avait vu une statue debout lĂ , avec une tĂȘte d’or, une poitrine d’argent, les cuisses d’airain, les pieds et les jambes de fer et d’argile. Et il lui a Ă©tĂ© montrĂ© comment chacun de ces royaumes succĂ©derait Ă  l’autre, exactement comme la Bible le dit. Et, regardez, la tĂȘte d’or, c’est Babylone; les MĂšdes et les Perses, les Grecs; et l’Empire romain; et l’Empire romain s’est divisĂ© en dix royaumes, Rome de l’orient et Rome de l’occident, ainsi de suite. Et lĂ , il y avait le fer et l’argile, qui ne peuvent pas se mĂ©langer; les protestants et le catholicisme sous la mĂȘme domination des Gentils. Et il a dit qu’ils essayeront mĂȘme de briser l’un la puissance de l’autre, en se mariant entre eux, exactement ce qu’ils font aujourd’hui, exactement.
E-152 Et ce royaume-lĂ , au jour de ces rois
 Le Dieu du Ciel a dĂ©tachĂ© une Pierre de la montagne sans le secours d’aucune main; Elle a frappĂ© cette statue aux pieds et a brisĂ© tous les royaumes des nations. Et le Royaume de Christ a rĂ©gnĂ© et a dominĂ©, et Il a grandi, Il a rempli la terre, la mer et les cieux. Les royaumes des nations ont disparu comme du chaume, comme la balle dans l’aire en Ă©tĂ©. Quel tableau nous sommes en train de vivre! C’est vrai.
E-153 Et aujourd’hui, vous voyez les catholiques et les protestants se marier entre eux, cherchant Ă  briser la puissance. Pour Ă©lever vos enfants, il vous faut faire la promesse de les Ă©lever de telle ou telle façon. Nous aborderons cela d’ici peu, dans quelques soirĂ©es. Remarquez ce qui se passe, comment (l’autre) le fort, le fer, a dominĂ© l’autre, l’a mis en piĂšces et l’a dispersĂ©.
E-154 Mais l’Agneau est venu et s’est tenu là! Et le peuple saint en ce jour-là

E-155 Et comment cette puissance romaine est allĂ©e dans chaque nation. Il n’y a pas d’autre puissance sur la terre, et l’unique moyen par lequel cela peut se rĂ©pandre dans le monde entier, c’est par le catholicisme, l’Eglise catholique, brisant lĂ . C’est un merveilleux et grand tableau ici.
E-156 Eh bien, pour vous les protestants, gardez encore vos chaussures aux pieds, frĂšre, vous ĂȘtes en plein dedans. Et je peux le prouver par la Parole de Dieu, vous ĂȘtes en plein dedans tout comme–tout comme les autres.
E-157 Eh bien, observez donc: «Le Premier et le Dernier. Ce que tu vois, écris-le dans un Livre.» Eh bien, Il lui a dit:
 écris-le dans un livre, et envoie-le aux
 Ă©glises qui sont en–en Asie; Ă  EphĂšse, Ă  Sardes et
 Pergame
 ainsi de suite, et Ă  Philadelphie, et
 laodicĂ©enne.
E-158 Maintenant, nous allons nous arrĂȘter ici, juste une minute ou deux, pour juste voir le temps qui nous reste, parce que j’aimerais prendre cette derniĂšre partie importante, ici, sur EphĂšse, et la rattacher Ă  LaodicĂ©e, et voir si nous ne ressemblons pas Ă  la mĂȘme Eglise, voir–voir si nous ne vivons pas dans le jour en question.
E-159 Ô Eglise du Dieu vivant! LĂšve-toi et brille. Regardez. Vous ne vous rendez pas compte. Je souhaiterais pouvoir vous donner un petit choc, d’une façon ou d’une autre. Je souhaiterais que le Saint-Esprit entre dans Sa glorieuse puissance et vous amĂšne au point oĂč vous pourrez saisir cette Bible et dire: «Laissez-moi regarder cela!» Quand vous verrez que: Les nations se disloquent, IsraĂ«l se rĂ©veille, Les signes que la Bible a prĂ©dits, Les jours des Gentils sont comptĂ©s, encombrĂ©s d’horreur;Revenez, ĂŽ vous les dispersĂ©s, vers les vĂŽtres. (C’est vrai.)Le jour de la rĂ©demption est proche, Les coeurs des hommes dĂ©faillent de peur; Soyez remplis de l’Esprit de Dieu, votre lampe claire et nette, Levez les yeux, votre rĂ©demption est proche!
E-160 C’est vrai. Oh, quel jour! «Ecris-le, et envoie-le aux Eglises.»
E-161 Eh bien, c’est juste comme IsraĂ«l qui commence dans sa beautĂ©, lĂ  au commencement avec Abraham, et passe par des patriarches. Et Ă  l’époque d’Achab, il a connu les Ăąges sombres, l’ñge le plus sombre que l’Eglise ait connu. Ils sortent de là
 Et, en ce temps-lĂ , Achab Ă©pousa JĂ©zabel, et celle-ci avait introduit l’idolĂątrie dans l’Eglise orthodoxe.
E-162 La mĂȘme chose, en fait. Le protestantisme avait Ă©pousĂ© le romanisme pendant mille cinq cents ans d’ñges de tĂ©nĂšbres, c’était l’Eglise de Pergame, et elle s’est retrouvĂ©e avec l’idolĂątrie sous la forme du christianisme; et cela est entrĂ© dans l’ñge tiĂšde qui est au-devant de nous. Et nous sommes en plein dedans maintenant. Nous sommes dans l’ñge tiĂšde.
E-163 Ne croyez-vous pas cela? Eh bien, je vais m’attarder sur le
 Vous qui ĂȘtes lĂ , dans d’autres Ă©glises, vous ĂȘtes dans un Ăąge tiĂšde. Et vos Ă©vangĂ©listes parcourent le monde, le monde entier, prĂȘchant des choses semblables; vous n’aboutirez nulle part. Vous criez
 Vous les baptistes, vous avez criĂ©: «Un million de plus en 1944.» Qu’avez-vous obtenu aprĂšs les avoir eus? Vous n’avez eu qu’un tas de pĂ©cheurs qui sont venus, qui ont inscrit leurs noms dans un registre, c’est bien; ils ont dĂ©clarĂ© ĂȘtre membres de l’Eglise baptiste. Non seulement eux, mais vous avez aussi les mĂ©thodistes, les campbellites, et tout le groupe, tout aussi formalistes et indiffĂ©rents. Billy Graham a obtenu cela: «Trente mille convertis», a-t-il dit. Et six semaines–et six semaines plus tard, il ne pouvait en trouver trente. Pourquoi? Pourquoi? Ces gens-lĂ  n’avaient jamais rien eu, pour commencer. Ce n’était qu’un tas de pĂ©cheurs, alors qu’ils inscrivaient leurs noms dans un registre, sous l’effet d’un rĂ©veil.
E-164 Il est dit: «Le Royaume des Cieux est semblable Ă  un homme qui a lancĂ© un filet dans la mer. Quand on l’a retirĂ©, il contenait tout.» Il contenait des tortues. Il contenait des Ă©crevisses. Il contenait des tortues d’eau douce. Il contenait des araignĂ©es. Il contenait des bestioles aquatiques
 Il contenait des serpents. C’est vrai. Mais il y avait aussi lĂ -dedans des poissons.
E-165 Et quand un homme prĂȘche un rĂ©veil sous la puissance et la dĂ©monstration du Saint-Esprit, c’est le filet qui est jetĂ© sur les gens. C’est vrai. Et, mais, si quelqu’un est une bestiole au dĂ©part, il demeurera une bestiole Ă  la fin du rĂ©veil.
E-166 S’il est une araignĂ©e aquatique, bien vite, vous savez, il regardera çà et lĂ  et dira: «Je ne crois pas, de toute façon, Ă  cette vieille foutaise.»Et il retournera dans l’eau.
E-167 S’il est un serpent, il dira: «Je vous en avais parlé», et il s’en ira. Il Ă©tait un serpent, pour commencer. C’était ça sa nature. Il ne sera jamais autre chose jusqu’à ce que cette nature soit changĂ©e.
E-168 Un homme ne peut adhĂ©rer Ă  une Ă©glise ou Ă©prouver toutes les Ă©motions, ou n’importe quoi d’autre pour devenir un chrĂ©tien. Il faut qu’il y ait une vĂ©ritable naissance de l’Esprit; mourir sincĂšrement, crier, rester Ă©tendu lĂ  jusqu’à ce qu’on soit deux fois mort. Souvenez-vous, la vie ne peut venir que de la mort.
E-169 Un grain de maĂŻs, s’il reste–s’il reste seul, il ne vaudra jamais plus qu’un grain de maĂŻs: «Si un grain de blĂ© ne tombe en terre, il reste seul.» Mais s’il tombe lĂ , et qu’il pourrit et est corrompu, alors du sein de cette corruption sort le germe de vie qui lui donne la vie et produit davantage.
E-170 Si l’église ne naĂźt de nouveau, ne meurt Ă  ses credos, Ă  ses thĂ©ologies et autres, pour naĂźtre de nouveau de l’Esprit de Dieu, elle restera vieille, froide, formaliste, impie et indiffĂ©rente. Amen. C’est vrai. Ça, c’est une prĂ©dication Ă  l’ancienne mode, du style sassafras, mais elle vous sauvera, frĂšre. C’est vrai. Elle vous gardera au moment oĂč les orages souffleront fort. Vous serez enracinĂ© et ancrĂ©. Elle ĂŽtera toutes les saletĂ©s avant que vous couliez votre bĂ©ton. Remarquez bien, c’est vrai, et l’ancre tient bien ferme. Ô frĂšre! en quel jour nous vivons! Un Ăąge d’église formaliste et indiffĂ©rent! Oui, oui.
«Envoie ce message, dit-Il, aux sept Eglises.»
E-171 Eh bien, dans cet Ăąge-lĂ  de l’Eglise, les gens ont commencĂ© Ă  pratiquer cela; ils ont Ă©pousĂ© l’idolĂątrie. C’est ce qu’ils font aujourd’hui; ils pratiquent cela, ils font la mĂȘme chose. Et de lĂ , ils sont tombĂ©s dans un christianisme formaliste, qui s’affaiblissait petit Ă  petit jusqu’à ce qu’on en arrive au dernier Ăąge de l’Eglise.
E-172 Aujourd’hui, l’église moderne, qu’on appelle la «dĂ©nomination » Nous les gens de la saintetĂ©, vous savez, nous les appelons «les modernes», et ils vont lĂ  et commencent leur rĂ©veil aussi. Vous dites: «Ils n’aboutissent nulle part.»
E-173 Mais attendez donc juste une minute. Qu’avons-nous obtenu? On n’a rien obtenu de plus qu’eux. C’est tout Ă  fait vrai. Tant que nous nous disputons, nous nous querellons et que nous nous faisons des histoires les uns aux autres, nous marchons encore comme des hommes. Tant que l’homme ne pourra pas s’agenouiller Ă  l’autel et se mettre en ordre avec Dieu, au point de passer outre les petites choses et aller de l’avant comme un chrĂ©tien devrait le faire
 La poĂȘle ne peut pas se moquer du chaudron noir. C’est vrai. Et ne vous en prenez pas Ă  eux. Nettoyons d’abord chez nous
E-174 Excusez-nous, vous les Ă©trangers, je donne Ă  cette Ă©glise une petite fessĂ©e de l’Evangile maintenant. Remarquez, c’est vrai. C’est exactement ce dont vous avez besoin.
E-175 «Oh! direz-vous, nous avons la chose.» Et vous allez lĂ  et vous jouez au piano aussi vite que possible, avec un tas de tambours, vous courez çà et lĂ  dans la salle, puis vous sortez et vous vous disputez avec votre voisin. Avez-vous eu quelque chose? Oh! non. Certainement pas. Tout ce que nous avons, c’est la tiĂ©deur. Tant que la musique joue, nous courons. DĂšs que la musique cesse, nous nous arrĂȘtons. FrĂšre, ne taxez pas quelqu’un de n’importe quel nom; occupons-nous d’abord de chez nous. Amen.
E-176 Je vous assure, nous avons besoin d’un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode, du genre que nous avions Ă  la campagne, quand les gens se couchaient sur leur face toute la nuit, pas pour faire des histoires, mais avec un vĂ©ritable regret pieux; pas pour revenir Ă  l’autel y rester, mais pour sortir et arranger la chose avec les voisins avec lesquels on a eu quelque diffĂ©rend et se mettre en ordre. Vous savez que c’est vrai. Ça Ă©corche, mais, frĂšre, ça vous aidera. C’est vrai. Il vous faut savoir cela, mon ami. Oui, oui.
E-177 TiĂšde, c’est horrible comme condition pour une Ă©glise! Si vous ne faites pas attention, le Branham Tabernacle tombera sous la mĂȘme emprise. Ecoutez, vous savez ces choses. Cela a Ă©tĂ© enseignĂ© annĂ©e aprĂšs annĂ©e, annĂ©e aprĂšs annĂ©e, sur cette estrade; on vous a avertis que toutes ces choses viendraient. Comme la Bible le dit, il viendra un temps oĂč les gens iront de l’est Ă  l’ouest, du nord au sud, cherchant Ă  trouver la pure Parole de Dieu, et ils ne La trouveront pas. Vous feriez mieux d’ĂȘtre ancrĂ©s, au point de reconnaĂźtre votre position.
E-178 Et une fois qu’un homme est nĂ© de nouveau, pas travaillĂ© par des Ă©motions ni par l’enthousiasme, pas en inscrivant son nom dans un registre de l’église, pas en adhĂ©rant Ă  la plus grande Ă©glise de la ville, mais une fois qu’il a en fait fini de crier, d’implorer avec des larmes aux yeux, et que Dieu a pardonnĂ© ses pĂ©chĂ©s, purifiĂ© son Ăąme d’une vie de pĂ©chĂ©, et qu’Il l’a rempli du Saint-Esprit, avec un grand amour et un amour pieux, au point qu’il ramĂšne tous les vieux outils pour les pneus qu’il avait volĂ©s chez les voisins, et qu’il va arranger ces choses, et qu’il mĂšne une vie pieuse devant les hommes
 Nous n’aurons jamais de rĂ©veil dans cette rĂ©gion tant que nous n’avons pas cela. [FrĂšre Branham frappe quatre fois sur la chaire–N.D.E.]
E-179 Le jugement commence par la maison de Dieu avec la Parole de Dieu. Amen. Pas avec un manuel, mais par la Bible. Pas par ce qu’une Ă©glise enseigne selon sa thĂ©ologie, mais par ce que Dieu dit. Alors, on aura un rĂ©veil oĂč les grandes puissances, les prodiges, les signes, les miracles et tout le reste se produiront.
E-180 Nous sommes tiĂšdes. Puisque nous sommes tiĂšdes dans cet Ăąge-ci, Dieu a dit: «Je vous vomirai de Ma bouche.» Cet Ăąge de l’Eglise sera rejetĂ©. Il y aura un reste de cela qui sera sauvĂ©. Vous feriez donc mieux de vous examiner trĂšs bien pour voir si vous ĂȘtes donc parmi ce reste. Nous aborderons cela dans un instant, Dieu voulant. Remarquez donc bien.
Je me retournai pour connaĂźtre la voix qui me parlait. Et aprĂšs m’ĂȘtre retournĂ©, (regardez) je vis sept chandeliers d’or (ou le pied de lampes, dit le grec).
E-181 Eh bien, c’est la premiùre traduction. En effet, on ne mettait pas de bougies dans le
 On avait de petits pieds de lampes. Aujourd’hui, nous les appelons les sept chandeliers d’or.
E-182 Eh bien, dans le lieu saint, lĂ  oĂč le pain de proposition
 Et beaucoup parmi vous les ministres comprennent cela. Et vous qui ĂȘtes ici au Tabernacle, comme vous avez Ă©tĂ© enseignĂ©s par un bon enseignant ici, vous–vous connaissez ces choses.
E-183 Les sept chandeliers d’or, ils Ă©taient
 On avait de petites lampes au sommet de cela, qui brĂ»laient avec de l’huile. LĂ , dans Zacharie, il a eu une vision, je pense que c’était ça, il a vu l’olivier sauvage et l’olivier franc, les Juifs et les Gentils, bien avant la dispensation des Gentils. Ils avaient des encensoirs en or, et tous les deux encensoirs en or menaient Ă  ce seul chandelier, ici, qui alimentaient toutes les lampes en huile. Et Zacharie n’arrivait pas Ă  comprendre comment ces choses se passaient; l’olivier sauvage et l’olivier franc. Et l’olivier franc, Ă©videmment, avait Ă©tĂ© coupĂ©, et l’olivier sauvage avait Ă©tĂ© greffĂ© lĂ .
E-184 Et l’huile de cette lampe... L’huile reprĂ©sente le Saint-Esprit, toujours. Nous aborderons cela en parlant du marquage des gens, le vendredi soir. Remarquez, mais cette huile reprĂ©sente le Saint-Esprit. C’est pourquoi nous oignons les malades avec l’huile, parce que cela reprĂ©sente le Saint-Esprit.
E-185 La Bible dit, dans Apocalypse, chapitre 6, que quand le flĂ©au sĂ©vissait, il est dit: «Une mesure de blĂ© pour un denier, et deux mesures d’orge pour un denier; mais ne faites pas de mal Ă  Mon vin et Ă  Mon huile.» Je souhaiterais que nous puissions examiner l’Apocalypse pendant quelques semaines et aborder cela: qui sont ce vin et cette huile. Voir ce qu’est «ne faites pas de mal Ă  Mon vin et Ă  Mon huile! Ne vous en approchez pas.» Amen.
E-186 Maintenant, observez bien ces chandeliers d’or. Cette huile Ă©tait dĂ©versĂ©e dans ces chandeliers. Eh bien, c’est cette huile qu’on mettait dans la lampe pour ĂȘtre brĂ»lĂ©e. Eh bien, Aaron Ă©tait
 C’était son devoir d’allumer ces lampes. Et ces lampes devaient ĂȘtre allumĂ©es. Retenez donc cela. Regardez. Restez respectueux, et Ă©coutez. Ces lampes devaient ĂȘtre allumĂ©es par le feu que Dieu avait allumĂ©. Les fils d’Aaron Ă©taient entrĂ©s avec un feu Ă©tranger, et Dieu les a frappĂ©s Ă  la porte; c’est vrai, un feu Ă©tranger. Le feu allumĂ© par Dieu

E-187 Et observez donc, les chandeliers Ă©taient en face de l’Arche. Ici, il y avait un chandelier, deux, trois, quatre (lĂ  haut), cinq, six, sept, comme ceci. Eh bien, ces chandeliers d’or ici
 Comme il le dit, dans quelques minutes...
E-188 Lisons un peu plus loin, peut-ĂȘtre que nous aurons cela. Et Ă©coutez ce qui est donc dit. TrĂšs bien. «Et Sa tĂȘte » Je crois que j’ai dĂ©passĂ© le verset 12 lĂ : «Les sept chandeliers d’or.» Verset 13:
Et, au milieu des sept chandeliers d’or, quelqu’un qui ressemblait à
 un fils d’homme, vĂȘtu d’une longue robe, et ayant une ceinture d’or sur la poitrine.
Sa tĂȘte Ă©tait comme–comme
 et ses cheveux Ă©taient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige; ses yeux Ă©taient
 des flammes de feu;
E-189 Maintenant, arrĂȘtons-nous lĂ  juste une minute, car nous ne pouvons pas laisser ce tableau-lĂ  juste comme cela, voyez-vous. Regardez ces chandeliers qui sont lĂ  donc. Eh bien, ces chandeliers, comme nous le verrons un peu plus tard, reprĂ©sentent les sept Ăąges de l’Eglise. Ils reprĂ©sentent EphĂšse, Pergame, ainsi de suite jusqu’à Philadelphie, et tout jusqu’à LaodicĂ©e; sept Ăąges de l’Eglise.
E-190 Et chacun de ces petits chandeliers avait un petit vase d’huile placĂ© lĂ , et cette huile Ă©tait brĂ»lĂ©e sur ce chandelier. Bon, aprĂšs qu’une lampe Ă©tait allumĂ©e par le feu de Dieu, on prenait cette lampe-lĂ  pour en allumer une autre, puis on la remettait en place; on allumait une autre; l’une Ă©tait allumĂ©e Ă  partir de l’autre, l’une Ă  partir de l’autre; l’une Ă  partir de l’autre, jusqu’à la derniĂšre lampe. Remarquez, la mĂȘme huile!
E-191 Bon, ces sept Ăąges de l’Eglise commencent avec EphĂšse, et Thyatire, Pergame, et ainsi de suite. Et le Saint-Esprit qui est l’huile de Dieu, est tombĂ© sur l’Eglise au commencement, Ă  EphĂšse, l’Eglise d’EphĂšse, qui Ă©tait l’Eglise de la grĂące. Vous les baptistes, vous devriez crier amen Ă  cela. Et alors, sur l’Eglise de la grĂące, qui est Ă  EphĂšse, l’épĂźtre aux EphĂ©siens nous montre qui nous Ă©tions avant la fondation du monde. Cela est tombĂ© lĂ , ils ont reçu le Saint-Esprit.
E-192 Mais attendez un instant, mon frĂšre baptiste. Comment L’ont-ils reçu? Comment L’ont-ils reçu? [FrĂšre Branham frappe une fois sur la chaire.–N.D.E.] En adhĂ©rant Ă  l’église? Jamais. Ils ont reçu cela par le baptĂȘme du Saint-Esprit. Vous direz: «Oui, FrĂšre Branham, c’est vrai.» Qu’est-ce qui vous est arrivĂ© lorsque Cela est descendu sur vous?
E-193 Remarquez, le mĂȘme Feu qui avait brĂ»lĂ© cette huile lĂ  Ă  EphĂšse, L’a brĂ»lĂ©e Ă  Thyatire; c’est le mĂȘme Feu qui a brĂ»lĂ© cela lĂ , qui a brĂ»lĂ© cela Ă  Pergame; qui a continuĂ© Ă  brĂ»ler jusque dans l’ñge de l’Eglise de LaodicĂ©e. Le mĂȘme Saint-Esprit allumĂ© par le mĂȘme Dieu, par le mĂȘme Feu. Et le Feu qui est tombĂ© Ă  la PentecĂŽte a allumĂ© la Lampe, l’Eglise, dans chaque Ăąge, jusqu’à la fin, aujourd’hui.
E-194 Mais le problĂšme, c’est que, nous les baptistes, nous les mĂ©thodistes, nous sommes lĂ  loin en arriĂšre, cherchant Ă  prendre quelque chose d’historique, et ici l’église rĂ©trograde, ici. C’est vrai. C’est lĂ  que nous sommes restĂ©s. Chaque Eglise, lorsqu’elle a commencĂ©, il n’y avait pas

E-195 ConsidĂ©rez Luther, lors de la premiĂšre rĂ©forme. Quel rĂ©veil, Luther! Regardez, j’ai son manuel Ă  la maison. Oh! quelle secousse cet homme a faite par la puissance de Dieu! Combien il croyait Ă  la guĂ©rison divine, il acceptait cela lui-mĂȘme; il croyait Ă  la puissance de Dieu au point qu’il parlait en langues, Martin Luther. C’est tout Ă  fait vrai. Martin Luther a parlĂ© en langues.
E-196 Et puis, l’ñge suivant est venu: John Wesley. John Wesley a fait la mĂȘme chose. Quand il prĂȘchait, il disait: «Que sont ces paroles que je marmonne? Cela m’est inconnu.» C’est vrai, le parler en langues. Il croyait Ă  la guĂ©rison divine. Et lorsqu’il est arrivĂ© en AmĂ©rique, les Ă©glises d’ici l’ont traitĂ© comme elles traitent ceux qu’elles appellent les saints exaltĂ©s aujourd’hui, on l’a excommuniĂ© des Ă©glises. Et il prĂȘchait l’Evangile lĂ , et la puissance de Dieu s’emparait de lui au point que, des fois, les gens restaient Ă©tendus par terre toute la nuit.
E-197 Et le manuel mĂȘme de John Wesley, que j’ai Ă  la maison prĂ©sentement, raconte qu’un jour il allait Ă  cheval pour prier pour une femme malade, et le cheval est tombĂ© et s’est cassĂ© la patte. Alors il est descendu du cheval, il a pris un vase d’huile et a oint le cheval avec l’huile, il est montĂ© dessus et s’en est allĂ©, chevauchant. Le mĂȘme feu brĂ»lait lĂ !
E-198 Mais vous avez rĂ©duit cela aux formalitĂ©s, aux rites de quelque chose, et le Saint-Esprit continue Ă  avancer. C’est exact. C’est vrai.
E-199 Et dans l’Eglise mĂ©thodiste: «Ils ont quelque chose qui cloche», le par
 Leur manuel dit: «Ils tremblent.» Et ils pouvaient se mettre Ă  marcher, Ă  trembler, sautiller et agir comme cela, dans leurs rĂ©unions sous tente et tout, les mĂ©thodistes. Eh bien, frĂšre, si John Wesley pouvait ressusciter et revenir sur la scĂšne, il aurait beaucoup honte de vous, il vous renierait, Ă  moins qu’il ne vous donne un bon fouet de l’Evangile avec l’Evangile qu’il avait prĂȘchĂ©.
E-200 Il n’y a pas longtemps, je me suis tenu Ă  cĂŽtĂ© de son temple, lĂ  oĂč une meute de chiens avait Ă©tĂ© lĂąchĂ©e contre lui ce jour-lĂ , alors qu’il prĂȘchait la–la nouvelle naissance et tout. Et la Haute Eglise d’Angleterre avait fait lĂącher des chiens contre lui. Et Wesley a dit: «Le soleil ne se couchera pas trois fois sur ta tĂȘte que tu ne m’aies rĂ©clamĂ© pour prier pour toi.» Et cet homme-lĂ  a rĂ©clamĂ© Wesley, mais il est mort. C’est vrai. AssurĂ©ment.
E-201 C’est ce dont nous avons besoin aujourd’hui. Nous avons besoin de ce genre de mĂ©thodistes. Nous avons besoin d’un autre baptiste comme John Smith, qui restait dans la chambre et agonisait avec Dieu, qui priait toute la nuit, au point que le matin ses yeux Ă©taient trĂšs enflĂ©s, sa femme le conduisait Ă  table pour manger.
E-202 Oh! Que faisons-nous aujourd’hui? Nous nous tenons au coin, cigarette Ă  la bouche, et c’est un diacre de l’église qui va lĂ  et agit comme cela; on voit le film au cinĂ©ma, on regarde la tĂ©lĂ©vision toute la nuit; on reste loin de l’église; on fume, on boit, on joue Ă  l’argent, on participe Ă  la course des chevaux, et on se dit baptiste. Toutes ces bĂȘtises!
E-203 Ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est d’un autre rĂ©veil Ă  l’ancienne mode, envoyĂ© de Dieu, un rĂ©veil du Saint-Esprit. Amen. Je ne veux pas dire
 Je ne cherche pas Ă  ce que vous soyez excitĂ©s. Je sais que vous n’ĂȘtes pas excitĂ©s, mais, frĂšre, c’est la vĂ©ritĂ©. Je cherche Ă  vous faire comprendre quelque chose. C’est la vĂ©ritĂ©. C’est ce dont nous avons besoin. TrĂšs bien.
E-204 Eh bien, c’est ça la Bible. C’est ce que l’Esprit a dit, voyez. «Les chandeliers.» TrĂšs bien. Maintenant, le verset 13.
Et, au milieu des sept chandeliers d’or, quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme,

E-205 Quoi? Quelqu’un qui Lui ressemblait. Qui Ă©tait-ce? Son Epouse. Quelqu’un qui Lui ressemblait. Observez ce que c’était.

VĂȘtu d’une longue robe,

E-206 C’est la saintetĂ© de JĂ©sus-Christ qui La couvre. «Qui nous a dĂ©livrĂ©s de nos pĂ©chĂ©s par Son propre sang.» TrĂšs bien.
Et ayant une ceinture d’or sur la poitrine [sur les mamelles–N.D.T.] (Ce n’est pas un homme, c’est une femme) ayant une ceinture d’or (c’est l’Evangile qui avait la puissance et la gloire de Dieu qui couvrait le Corps de Christ!)
E-207 Oh, quel beau tableau nous avons ici sous examen!
Regardez ça:

 longue, et ayant une ceinture d’or sur la poitrine. Sa tĂȘte et ses cheveux Ă©taient blancs comme de la laine
 blanc comme la neige (la justice, la saintetĂ©, c’est ce que reprĂ©sente le blanc) et ses yeux
 comme des flammes de feu (c’est avec ça qu’Il regarde!)
E-208 Ne cherchez pas Ă  vous dĂ©rober Ă  Son regard. Il sait qui vous ĂȘtes, oĂč vous ĂȘtes et ce que vous avez fait. Certainement! Il voit tout. Ô Dieu!
E-209 Il nous reste encore quelques minutes, pour prendre cet autre ñge de l’Eglise, si possible. Remarquez.
Ses pieds Ă©taient semblables Ă  de l’airain ardent,

E-210 L’airain, ça reprĂ©sente toujours le jugement, vous le savez; l’autel d’airain, le serpent d’airain, ainsi de suite. L’airain reprĂ©sente le jugement. Ses pieds donc... L’Eglise de JĂ©sus-Christ est fondĂ©e sur le jugement divin. Christ est mort Ă  notre place, le Juste a payĂ© le prix de notre jugement, lĂ , au
 devant Dieu, Il est mort lĂ , Ă  la croix comme un pĂ©cheur, et Son Ăąme est allĂ©e dans le sĂ©jour des morts. Et Dieu, ne permettant pas que Son Bien-aimĂ© voie la corruption, L’a ressuscitĂ© le troisiĂšme jour pour notre justification; Il est assis Ă  Sa droite maintenant, comme Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par les sentiments de nos infirmitĂ©s; qui reviendra de la mĂȘme maniĂšre qu’Il est allĂ© au Ciel, pour recevoir une glorieuse Eglise qui s’est Elle-mĂȘme prĂ©parĂ©e; Elle est lavĂ©e par le sang et est nĂ©e de nouveau. Quelle–quelle vision! Amen. TrĂšs bien. «Comme de l’airain ardent», ou observez maintenant, «et son
 Et »
Ses pieds Ă©taient semblables Ă  de l’airain ardent, comme s’il avait Ă©tĂ© embrasĂ© dans une fournaise (c’est-Ă -dire que toutes les scories ont Ă©tĂ© enlevĂ©es); et sa voix
 le bruit de grandes eaux.
E-211 Observez, c’est l’Eglise qui Lui parle, lĂ , «les eaux». Apocalypse 17. 15 dit: «Des eaux reprĂ©sentent des foules, des peuples.» Eh bien: «Sa voix», ou cet Etre qui se tenait lĂ  avait cet aspect-ci, Christ dans Son Eglise, comme l’Epouse et Christ sont un, comme le mari et la femme sont un; l’Eglise et Christ moulus en une seule Personne, le mĂȘme Saint-Esprit.
E-212 Et les oeuvres que Christ a faites, l’Eglise les fait aussi. Voyez-vous cela? Cette belle Eglise lĂ , sainte, puissante, majestueuse, ayant des visions, des signes et des prodiges, tout exactement comme ce que Lui avait fait: c’est ici sur terre; rendant toute la gloire Ă  Dieu, disant: «Je ne fais rien, Ă  moins que le PĂšre ne Me le montre; mais Il Me l’a montrĂ©, et le voici.» Et ils sont venus voir ces oeuvres ĂȘtre accomplies.
E-213 Eh bien, avec Christ, moulu en un seul: «Et la voix de grandes eaux, de beaucoup de gens.» Ce n’est pas juste un seul; c’était toute l’Eglise, les sept Eglises moulues ensemble dans un seul grand Corps rachetĂ© du Seigneur. Les mĂ©thodistes, les baptistes, les presbytĂ©riens, tous ceux qui sont nĂ©s de nouveau du Saint-Esprit, qui parlent par la puissance de Dieu, c’est ça le Corps. C’est ça le Corps.
Il avait dans sa droite

E-214 «Droite.» Tout dans la Bible a une signification, voyez.

dans sa main droite sept Ă©toiles. (Eh bien, Il–Il est Roi.) De sa bouche sortait une Ă©pĂ©e aiguĂ«, Ă  deux tranchants; et son visage Ă©tait comme le soleil lorsqu’il brille dans sa force.
E-215 Eh bien, «de Sa bouche sortait une Ă©pĂ©e aiguĂ« Ă  deux tranchants», de la bouche de Celui qui se tenait lĂ , Christ et l’Eglise Ă©tant un.
E-216 «Il avait dans Sa main sept Ă©toiles». Et vous verrez dans quelques minutes; j’aimerais aborder cela, que la Bible Elle-mĂȘme dise ce que c’était. C’était sept ministres, un ministre pour chacun de ces sept Ăąges de l’Eglise, Il se prĂ©sente, les tenant dans Sa main droite. Amen. Le voici. Il y avait sept anges, sept messagers, un pour chaque Eglise. Saisissez-vous cela?
E-217 LĂ , Il se tenait lĂ : «De Sa bouche sortait une Ă©pĂ©e aiguĂ« Ă  deux tranchants.» Quelle est cette EpĂ©e Ă  deux tranchants? HĂ©breux, chapitre 4, dit: «La Parole de Dieu est tranchante, plus efficace qu’une Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants, elle atteint mĂȘme la moelle de l’os, mĂȘme les pensĂ©es du coeur.» TrĂšs bien.
Quand je le vis, je tombai sur mes
 je tombai Ă  ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite, en disant: «Ne crains point! Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J’étais mort; et voici, je suis vivant aux siĂšcles des siĂšcles (Amen). Je tiens les clĂ©s de la mort et du sĂ©jour des morts.
(C’est JĂ©sus. Maintenant, observez.)
Ecris donc ce que tu as vu, ce qui est, et ce qui doit arriver ensuite, (TrĂšs bien) le mystĂšre des sept Ă©toiles que tu as vues dans ma main droite, sont
 main
 et les sept chandeliers d’or. Les sept Ă©toiles sont les anges des sept Eglises

E-218 Oh! Retenez cela. «Sept anges sont les sept ministres de sept Eglises.» Il y avait une Eglise avec un conducteur pour EphĂšse. Eh bien, si Dieu le permet, nous continuerons avec ceci, et ne pas prendre La Marque de la bĂȘte. Je peux vous montrer chacune d’elles, jusqu’à ce dernier Ăąge-ci, qui–qui ils Ă©taient, vous montrer l’Eglise de Philadelphie, qui Ă©tait celle des mĂ©thodistes avec John Wesley; vous montrer la–l’Eglise de Thyatire, juste aprĂšs Pergame; c’était Martin Luther, et parcourir tous les Ăąges, et vous montrer chacun des messagers qui sont venus apporter le message, qui ont Ă©tabli le message sur la terre.
E-219 Et jusqu’au dernier Message, aujourd’hui, (c’est vrai) oĂč Dieu a envoyĂ© un ange du Ciel, Il a confirmĂ© Son serviteur; Il a envoyĂ© un Message Ă  chacun. Ça ne sera pas une Ă©glise. Ça ne sera pas une organisation dans les derniers jours. En effet, Dieu a renvoyĂ© l’organisation au rancard, et vous tous, vous en ĂȘtes conscients. Et attendez qu’on examine demain soir la marque de la bĂȘte, et vous verrez oĂč en est l’Eglise, voyez, ainsi que votre organisation.
Maintenant, observez

 les Eglises.
Et les sept chandeliers d’or sont les sept Eglises (Ce sont des Eglises).
E-220 Et «les Ă©toiles». En fait, Il tient chaque Ă©toile. Maintenant, regardez. Pourrions-nous juste nous arrĂȘter une minute? Je sais que j’ai environ douze minutes pour aborder ceci et j’aimerais en arriver Ă  ce chapitre, ici mĂȘme, lire tout cela, mĂȘme si je n’arrive pas Ă  lire autre chose. J’aimerais que vous saisissiez ceci. Une Ă©toile reprĂ©sentait un ministre, un ministre oint de l’Esprit d’En haut.
E-221 Savez-vous que vous reprĂ©sentez une Ă©toile dans le Ciel et que chaque Ă©toile du Ciel vous reprĂ©sente? Savez-vous que Dieu avait dit Ă  Abraham que sa postĂ©ritĂ© serait comme les Ă©toiles du ciel? D’abord, ils Ă©taient comme du sable sur la terre, et ensuite, dans la rĂ©surrection, ils Ă©taient des Ă©toiles du ciel, innombrables. Savez-vous cela?
E-222 Savez-vous que JĂ©sus Ă©tait l’Etoile brillante du matin, la plus grande de toutes les Ă©toiles du Ciel? Oh! AllĂ©luia! Quand j’y pense, mon Ăąme tressaillit de joie. Le voici! LĂ , Ă  Sa ressemblance, en Sa PrĂ©sence, un jour, nous serons assis (AllĂ©luia!) aprĂšs que les choses de cette terre auront passĂ©.
E-223 Mais, Ă©coutez, un autre passage des Ecritures me vient Ă  l’esprit. Daniel a dit: «Quand il a dit: Scelle »
E-224 «Lorsqu’il a vu cet Ange descendre, avec un arc-en-ciel au-dessus de Sa tĂȘte, poser un pied sur la terre et un pied sur la mer, lever la main et jurer par celui qui vit aux siĂšcles des siĂšcles
 Quand ces sept voix eurent fait entendre leurs
 Les sept tonnerres eurent fait entendre leurs voix.» Il a dit: «Scelle cela»; on ne sait pas cela jusqu’au dernier jour. Il a dit: «Mais lorsque ce mystĂšre de Dieu sera accompli, alors ceci sera rĂ©vĂ©lĂ© Ă  l’Eglise; et Il jura par Celui qui vit aux siĂšcles des siĂšcles, qu’il n’y aurait plus de temps.»
E-225 Ecoutez donc ce qu’il dit lĂ . Il dit: «Vas, Daniel, scelle le livre.» Voyez-vous? «Car toi, tu te reposeras, et tu seras debout pour ton hĂ©ritage Ă  la fin des jours. Mais plusieurs de ceux qui auront enseignĂ© la justice Ă  la multitude brilleront plus que les Ă©toiles, Ă  toujours et Ă  perpĂ©tuitĂ©.»
E-226 Vous y ĂȘtes: «Des Ă©toiles», ces sept ministres. Sept ministres, au cours de sept Ăąges de l’Eglise, qui couvrent deux mille ans.
E-227 AprĂšs les premiers deux mille ans, il y a eu la destruction antĂ©diluvienne; les deuxiĂšmes deux mille ans, c’était la PremiĂšre Venue de Christ; les troisiĂšmes deux mille ans, ça fait le sixiĂšme, c’est la Seconde Venue de Christ; et le MillĂ©nium, et la fin, le repos du septiĂšme jour.
E-228 «A l’église » Oh! Pouvez-vous me supporter encore pendant quelques minutes? [L’assemblĂ©e dit: «Oui.»–N.D.E.] Et je n’aimerais pas vous Ă©puiser, mais je vais lire assez rapidement maintenant.
A l’ange

Maintenant, suivez, Il adresse directement ceci maintenant
 Et nous passerons Ă  Pergame et nous en prendrons ensuite le dernier
 Je veux dire celui de LaodicĂ©e, et alors, nous terminerons. Demain soir, nous reprendrons Ă  partir d’ici, nous prendrons La Marque de la bĂȘte.

 Ă  l’ange de l’église d’EphĂšse
 (la premiĂšre)
E-229 Suivez, lĂ , c’est quand JĂ©sus se tenait avec Ses mains Ă©tendues. Voici une petite chose que je n’aimerais pas manquer de vous donner. Ecoutez cela, suivez cela. Il se tient au milieu, c’est-Ă -dire au milieu des sept chandeliers d’or.
E-230 Eh bien, si je me tenais ici et que les chandeliers Ă©taient ici sous forme d’arc, ici dans l’une de mes mains, je l’aurai lĂ , et ici une autre, sous forme de la croix, car l’Eglise est passĂ©e par la croix.
E-231 Il se tient ici, avec l’arc-en-ciel au-dessus de Sa tĂȘte, comme une alliance. «J’ai conclu Mon alliance avec l’Eglise, par Abraham, par sa PostĂ©ritĂ©, tous ceux qui ont Ă©tĂ© appelĂ©s.»
E-232 Mon frĂšre, l’autre soir, pendant qu’il recevait Christ, il a dit: «Ne me pousse donc pas, Bill.» Il a dit: «Quand Dieu me parle »
J’ai dit: «Vous ne pouvez pas venir jusqu’à ce qu’Il vous appelle.»
E-233 «Nul ne peut venir si Mon PĂšre ne l’appelle.» Si quelqu’un fait autre chose et qu’il vous tire, ça, c’est quelqu’un d’autre. Mais lorsque Dieu parle, vous viendrez, voyez. C’est vrai. Se tenant là
 «Nul ne peut venir, si mon PĂšre ne l’attire.»
E-234 Il se tient lĂ : «Ayant l’aspect de la pierre de jaspe et de sardoine, le Premier et le Dernier», Benjamin et Ruben, tous les douze patriarches. Et, oh! dans la Bible, tout s’emboĂźte parfaitement ensemble comme cela, tout est parfait! Remarquez comme Il se tient lĂ , ayant donc cet aspect-lĂ , observez ce qui se passe. Il a dit qu’Il Ă©tait l’Alpha et l’OmĂ©ga, Il Ă©tait le Commencement et la Fin. Celui qui Ă©tait, qui est, et qui viendra. Et Il avait dans Sa main droite, lĂ , les sept Ă©toiles.
E-235 Eh bien, Il a commencĂ© ici Ă  EphĂšse, et Il commence Ă  allumer le chandelier. Il l’a allumĂ© lĂ . Ensuite, dans l’ñge suivant, nous voyons qu’au prochain Ăąge de l’Eglise, cela commence Ă  diminuer; au prochain Ăąge de l’Eglise, ça diminue un peu plus, jusqu’au quatriĂšme Ăąge de l’église, 1500 ans d’ñges sombres. Et vers 500, 1500, quelque part lĂ , cela devint tellement sombre (on Ă©tait lĂ  haut) que ça s’est pratiquement Ă©teint.
E-236 Et remarquez, Ă  chacun de ces Ăąges de l’Eglise, Il a dit: «Tu n’as pas reniĂ© Mon Nom. Tu n’as pas reniĂ© Mon Nom. Tu n’as pas reniĂ© Mon Nom.» Lorsqu’il arrive de l’autre cĂŽtĂ©, aprĂšs les Ăąges sombres, Il dit: «Tu as un nom, dit-Il, tu passes pour ĂȘtre vivant, et tu es mort.» Elle s’était organisĂ©e. Elle avait pris un autre nom, un faux.
E-237 Observez, demain soir, ce qu’est l’anti-christ. Il a un faux baptĂȘme, il vous fait croire que c’est le baptĂȘme du Saint-Esprit. Il a un faux baptĂȘme d’eau (certainement), qui n’est mĂȘme pas scripturaire. Il a toutes ces choses, juste assez pour imiter, faire le malin et le rusĂ©.
E-238 Observez d’oĂč cela est venu. C’est juste lĂ  oĂč cela a commencĂ©, lĂ  mĂȘme; c’est passĂ© ici de l’autre cĂŽtĂ©.
Ensuite, Il a dit: «Tu n’as qu’un peu de lumiĂšre»; Luther.
E-239 Puis vint Wesley, et comment c’était dans son Ăąge. Ç’a commencĂ© Ă  briller.
E-240 Ensuite, entre cet Ăąge-lĂ  et le dernier Ăąge, Il a placĂ© une porte ouverte. Il a placĂ© une porte ouverte pour ceux qui voudraient entrer. Ensuite, Il a dit: «Elle est tombĂ©e dans une condition tiĂšde.» Et Il l’a vomie de Sa bouche. Il a pris le reste, alors il y a eu la rĂ©surrection, et Il s’en est allĂ© avec cela. C’est vrai.
E-241 Le voilà, Il se tient au milieu des sept chandeliers d’or. Maintenant:
Ecris Ă  l’ange de l’église d’EphĂšse: Ă©cris
 ce que... Voici ce que dit celui qui tient les sept Ă©toiles dans sa main droite, celui qui marche au milieu des sept chandeliers d’or: Je connais tes oeuvres...
E-242 Rappelez-vous, elles ne sont pas oubliées.
Je connais tes oeuvres, ton travail, et ta persévérance. Je sais que tu ne peux supporter les méchants.
E-243 Et nous, nous supportons bien n’importe quel mal, et nous appelons cela religion. «Oh! Eh bien, ils vont
 Nous frĂ©quentons l’église. Nous sommes tout aussi bons que les autres.» Vous retournez directement Ă  la maison, vous restez Ă  la maison le mercredi soir Ă  regarder la tĂ©lĂ©vision, ces puits mĂȘme de l’enfer. C’est vrai. Et vous sortez, directement vous suivez un film dans un drive-in [cinĂ©ma oĂč on suit le film Ă  partir de sa voiture–N.D.T.]. Il fait trop chaud pour aller au cinĂ©ma, mĂȘme
 Ă  l’église; et mĂȘme le prĂ©dicateur ferme en plein Ă©tĂ©. Vous direz: «Il fait trop chaud pour aller Ă  l’église.» Ce n’est peut-ĂȘtre que trop mauvais d’aller en enfer, frĂšre. L’un de ces jours, vous irez lĂ  oĂč il fait plus chaud que ça. Vous feriez mieux d’écouter.
E-244 Comment le pouvez-vous? FrĂšre, vous ne pouvez pas faire manger Ă  une colombe le cadavre d’un cheval, s’il vous le fallait. Elle ne le pourra pas. Sa nature est diffĂ©rente. Une colombe n’a pas de bile. Elle ne peut pas digĂ©rer cela.
E-245 Et un homme qui est nĂ© de nouveau de l’Esprit de Dieu ne peut pas manger ces choses-lĂ . Il ne peut pas tolĂ©rer cela. Il n’y pense pas. Il ne peut pas faire cela. Il ne le peut pas.
E-246 Vous le savez, ceux qui se ressemblent s’assemblent. Et, aujourd’hui, le monde et l’église sont tellement identiques que vous
 Ils parlent de la mĂȘme façon, ils boivent tous, ils fument tous, ils maudissent de la mĂȘme façon, ils s’habillent de la mĂȘme façon, ils agissent de la mĂȘme façon. Et ils
 Vous ne pouvez pas distinguer l’un de l’autre, et pourtant, vous ĂȘtes censĂ©s ĂȘtre scellĂ©s par le Saint-Esprit.
E-247 C’est trùs fort, frùre, mais je vous assure, cela vous donnera la Vie.
E-248 Il y eut une fois un homme qui frĂ©quentait un tas de prĂ©dicateurs, lĂ  oĂč se trouvait un sĂ©minaire appelĂ© l’école des prophĂštes. Et l’un d’eux a dit: «Mets donc le grand pot. Nous allons prendre un dĂźner.» Il a dit... ElisĂ©e est venu, un homme qui avait effectivement une double portion.
E-249 Alors, l’un des gars est allĂ© cueillir des–des pois, et il a eu des coloquintes vertes plein son vĂȘtement, et il les a mises dans le pot, on a commencĂ© Ă  les faire bouillir. Eh bien, ils se sont mis Ă  manger. Ils ont dit: «La mort est dans le pot.» C’était juste comme certains de ces sĂ©minaires; ils prĂ©parent aussi, c’est vrai. Il a dit: «La mort est dans le pot.»
E-250 ElisĂ©e a dit: «Un instant, nous pouvons nous en occuper.» Il est allĂ© prendre une poignĂ©e de farine, il a jetĂ© cela lĂ -dedans, cela a donc changĂ© les choses. La farine, l’offrande de farine: «JĂ©sus-Christ le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, le grain moulu de façon identique pour l’offrande de farine, et cela a fait la diffĂ©rence.
Tu ne peux supporter les méchants; que tu as éprouvé ceux qui se disent (prédicateurs, ou) apÎtres et qui ne le sont pas, et que tu les as trouvés menteurs;
E-251 C’est ce qu’Il a dit; ce n’est pas moi qui l’ai dit, jamais. Je ne fais que Le citer. Mais savez-vous ce que Dieu exige? Dieu exige le baptĂȘme du Saint-Esprit, sinon vous ĂȘtes perdu.
E-252 Et un homme d’ici, avec quelques diplĂŽmes de doctorat en thĂ©ologie, en droit, et en philosophie, et un diplĂŽme de licencié  et tout le reste, et parfois, il ne sait rien du tout au sujet de Dieu. C’est vrai. FrĂšre, cela ne veut rien dire. Mais le monde entier dit: «Mais, notre prĂ©dicateur est docteur en thĂ©ologie.» Oh! misĂ©ricorde! Cela n’a pas plus Ă  faire avec Dieu que–que de prendre un verre d’eau; pas autant. C’est vrai. Dieu ne tient pas compte du nombre de diplĂŽmes en philosophie ou de diplĂŽmes en thĂ©ologie. Et–et, vous savez ce que la Bible appelle
 Eh bien, ceci n’est pas une plaisanterie; en effet, je ne crois pas au fait de dire des plaisanteries. Mais ce que la Bible appelle le D.D, c’est le chien mort [D.D. en anglais «Dead Dog», ce qui signifie en français «chien mort»–N.D.T.] C’est exactement ce que la Bible dit: «Le chien mort.» C’est vrai, il est dit: «Ils ne peuvent pas aboyer.» Ainsi, c’est donc en ordre. Tu as de la persĂ©vĂ©rance, que tu as souffert Ă  cause de mon

E-253 Oh! j’aimerais affĂ»ter cela; alors vous allez le recevoir dans quelques soirĂ©es, Dieu voulant.

 tu as souffert, tu ne t’es point lassĂ©.
E-254 Tu t’es accrochĂ© Ă  Cela. TrĂšs bien. Remarquez.
Mais ce que j’ai contre toi,

E-255 Maintenant, voici lĂ  oĂč je dois m’arrĂȘter donc, pour un peu de temps, jusqu’à ce que je reprenne ceci, nous pouvons donc reprendre cela demain soir.
Ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonnĂ© ton premier amour.
E-256 Quel est le problĂšme au Tabernacle? Un homme devrait ĂȘtre en mesure de dire, quand vous rencontrez un homme: «Est-ce que vos expĂ©riences chrĂ©tiennes
 A quel moment ont-elles Ă©tĂ© plus prĂ©cieuses pour vous?» Vous devriez ĂȘtre en mesure de dire: «Maintenant mĂȘme!»
E-257 «Eh bien, ma meilleure expĂ©rience, ce n’était pas lorsque j’avais d’abord reçu le baptĂȘme du Saint-Esprit, quand j’étais venu.»
E-258 Dire simplement: «O frĂšre! tu es dĂ©chu de la grĂące.» C’est bien. Regardez: «Tu as abandonnĂ© ton premier amour», cela montre qu’ils avaient quelque chose au dĂ©but, et qu’ils avaient abandonnĂ© cela.
E-259 Il ne s’agit pas de celui qui commence, mais de «celui qui persĂ©vĂšre jusqu’à la fin, c’est celui-lĂ  qui sera sauvĂ©.» «Ce ne sont pas tous ceux qui disent: Seigneur, Seigneur, mais celui qui fait la volontĂ© de Mon PĂšre.» Oh! laissez-moi simplement enfoncer cela juste quelques minutes. Je parle vite ce soir; de toute façon, enfonçons donc cela juste quelques minutes, voyez. Il s’agit de «celui qui fait la volontĂ© de Mon PĂšre». Celui qui persĂ©vĂšre jusqu’à la fin. Celui qui persĂ©vĂšre!
E-260 Si quelqu’un dit: «Je crois que ce gars-lĂ  est un vieil hypocrite.»
E-261 «Eh bien, si vous pensez cela de moi, je quitterai l’église. Je n’aurai plus rien Ă  faire avec cela.» TrĂšs bien, vous y ĂȘtes, voyez-vous? Cela montre de quoi vous ĂȘtes fait. Mais si c’était du blĂ© au commencement, ça sera du blĂ© Ă  la fin. Et vous n’ĂȘtes jamais restĂ© assez longtemps lĂ  en dessous. Vous ne produisez point la chose juste. C’est vrai.
Souviens-toi donc d’oĂč tu es tombĂ©,

E-262 Retournez et rappelez-vous lorsque vous aviez une expĂ©rience telle que vous ne vouliez parler de personne. Quand n’importe quoi n’allait pas Ă  l’église, vous ne vous asseyiez pas sur les marches de l’escalier de votre voisin lĂ  pour parler de l’église, parler de quelqu’un d’autre, vous enflammer, puis aller adhĂ©rer Ă  une autre Ă©glise. Non, vous restiez lĂ  mĂȘme, vous priiez avec persĂ©vĂ©rance pour cela, et Dieu rĂ©glait la chose, voyez.
Souviens-toi d’oĂč tu es tombĂ©, repens-toi,

E-263 Vous savez ce que «se repentir» signifie, n’est-ce pas?
Et pratique tes premiùres oeuvres;

E-264 Rentrez et reprenez votre premiĂšre expĂ©rience. Pratiquez les oeuvres que vous faisiez au commencement. «En d’autres termes, allez Ă  l’autel et arrangez cela avec Dieu». C’est exact.
Pratique tes premiùres oeuvres; sinon, je viendrai à toi, et j’îterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes.
E-265 Oui, oui: «Si tu ne le fais pas, tu auras une Eglise détruite et en piÚces, à moins que tu te repentes.»
E-266 «Mais tu
 ceci » Oh! nous voici venir maintenant. Tenez ferme. Ecoutez attentivement. RevĂȘtez-vous de votre veste ecclĂ©siastique maintenant et faites descendre votre parapluie. Ecoutez. Car

Mais tu as pourtant ceci, c’est que tu hais les oeuvres des Nicolaïtes, oeuvres que je hais aussi.
E-267 «Tu hais les oeuvres des NicolaĂŻtes.» Maintenant, suivez. Ce qui Ă©tait des oeuvres Ă  EphĂšse, dans le prochain Ăąge de l’Eglise, c’était devenu une doctrine. Nous allons prendre cela demain soir: «Les NicolaĂŻtes.»
Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises: A celui qui vaincra je donnerai à manger de l’arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu.
E-268 Maintenant, le verset suivant–suivant commence avec l’Eglise de Smyrne.
E-269 Eh bien, «NicolaĂŻte», c’est par lĂ  que nous allons commencer demain soir, tirĂ© de l’Apocalypse 13. Le sacerdoce de NicolaĂŻte, comment ç’a commencĂ© juste lĂ , Ă  EphĂšse. Et c’est lĂ  que cet Ăąge de l’Eglise a failli aprĂšs trois cents ans d’existence. Avant que cela disparaisse, les NicolaĂŻtes ont commencĂ© Ă  Ă©laborer une doctrine, un sacerdoce des frĂšres.
E-270 Et ensuite, d’abord, cela est parti de Nicolas, qui Ă©tait un des–des apĂŽ-... un des
 et il
 Dans Actes, chapitre 6, je pense, verset 5, c’est lĂ  qu’on fait le choix des diacres. Et on a choisi celui-lĂ , Nicolas, lĂ , et ç’a commencĂ© Ă  partir de lĂ , et cela a Ă©tĂ© appelĂ© le nicolaĂŻsme, et on a commencĂ© Ă  former un sacerdoce. Et de lĂ , c’est devenu des oeuvres, ce qu’ils faisaient, disant ces choses par confession et autre. Et ensuite, c’est devenu une doctrine ici, et c’est allĂ© Ă  Babylone. Et ça s’est terminĂ© par lĂ , au temps de la fin, avec tout le christianisme enroulĂ© autour de cela, juste un petit reste sera sauvĂ© de lĂ . Suivez et voyez ce que c’est, demain soir, Dieu voulant.
E-271 Oh! mon bien-aimĂ© frĂšre, ma bien-aimĂ©e soeur! A Celui qui peut vous prĂ©server de la chute, Ă  Celui qui est capable de maintenir votre coeur dans la grĂące
 Puisse-t-Il rĂ©pandre Ses bĂ©nĂ©dictions sur vous. Puissiez-vous ne jamais oublier que nous vivons dans les derniers jours, ceux du dernier Ăąge de l’Eglise, qui a Ă©tĂ© annoncĂ© comme un Ăąge de l’Eglise qui sera tiĂšde, juste des gens indĂ©cis Ă  ce sujet. Et cessez d’ĂȘtre indĂ©cis! Venez rĂ©ellement Ă  Christ, de tout votre coeur. 272 Je ne vous dis pas Ă  quelle Ă©glise adhĂ©rer. Cela n’a pas
 Dieu ne vous demandera jamais cela au Jugement. Non, non. Il ne tient pas compte de l’église dont vous ĂȘtes membre.
E-273 C’est vous qu’Il veut; il s’agit d’un individu. Et vous devez naĂźtre de nouveau et recevoir le baptĂȘme du Saint-Esprit, sinon ç’en est fait de vous. Voyez-vous? Vous ne faites que la religion, vous ne faites qu’imiter tant que vous n’avez pas une vĂ©ritable expĂ©rience de nouvelle naissance.
E-274 Et maintenant, Celui qui se tenait lĂ , les sept chandeliers d’or, durant les sept Ăąges de l’Eglise... le mĂȘme Saint-Esprit qui a allumĂ© cette Eglise, lĂ , allume Cela ici.
E-275 Maintenant, il y a eu des imitateurs dans cette Ă©glise-lĂ , et ceci, les NicolaĂŻtes, lĂ , et dans chaque Ăąge de l’Eglise, des imitateurs, jusqu’à ce qu’on en arrive ici, jusqu’à ce que ça devienne une grande conglomĂ©ration de l’organisation. Et Dieu va bouter tout cela dehors, Il amĂšnera le reste des gens dans la Gloire.
E-276 Que le Seigneur vous bĂ©nisse. Ceci est un peu rude, mes amis, mais c’est bon. Cela vous aidera et vous prĂ©servera de la chute. Maintenant, n’allez pas dire: «FrĂšre Branham a dit cela contre mon Ă©glise.» Ce n’était pas dirigĂ© contre une quelconque Ă©glise. C’était seulement pour vous en tant qu’individu. Je ne

E-277 Si vous ĂȘtes membre de l’Eglise baptiste, alors soyez un bon baptiste rempli du Saint-Esprit. Si vous ĂȘtes membre de l’Eglise mĂ©thodiste, soyez un bon mĂ©thodiste rempli du Saint-Esprit, quoi que vous soyez. Et vous ne serez pas indĂ©sirable; vous serez utile Ă  toute l’église, ou dans tout le quartier, pour la gloire de Dieu.
Que le Seigneur vous bĂ©nisse maintenant, alors que nous nous levons, s’il vous plaĂźt.
E-278 Cher MaĂźtre de la Vie, aprĂšs la lecture de Ta Parole, nous nous tenons avec respect, sachant qu’un jour la lecture de ce soir sera
 Nous entendrons Cela sur des bandes magnĂ©tiques, pour ainsi dire, au jour du Jugement. Qu’allons-nous faire Ă  ce sujet? Voyant que nous vivons dans ce dernier Ăąge, avec des tĂ©nĂšbres partout, quel temps! Nous voyons la Venue du Seigneur, des signes apparaĂźtre: De grands raz-de-marĂ©e mugissent, les coeurs des hommes dĂ©faillent de peur, c’est un temps de perplexitĂ©, de dĂ©tresse parmi les nations.
E-279 Beaucoup disent: «Oh! j’ai entendu parler de cela depuis des annĂ©es.» Mais les Ecritures ne disent-Elles pas qu’on dira cela: «Les temps n’ont pas changĂ© depuis que nos PĂšres se sont endormis.»? Ils ne savent pas que nous sommes au seuil, Il peut venir avant le matin.
E-280 Et, PĂšre, nous ne connaissons ni le jour ni l’heure oĂč ce petit fil de la vie sur lequel nous marchons se brisera en-dessous de nous. Nos pauvres Ăąmes seront suspendues lĂ , sur une balance, Ă  la Parole de Dieu, ainsi que nos attitudes vis-Ă -vis de ce que nous avons entendu et lu.
E-281 Il nous convient, Seigneur, de nous arrĂȘter maintenant et de nous examiner. Et pendant que les hommes et les femmes, les jeunes garçons ou les jeunes filles se tiennent ici dans cette petite audience, ce soir, sains et saufs, puissent-ils rĂ©flĂ©chir profondĂ©ment maintenant mĂȘme. Et s’ils ne sont pas encore nĂ©s de nouveau, puissent-ils prendre la dĂ©cision dans leurs coeurs maintenant mĂȘme: «Je ne mangerai point, ni ne boirai jusqu’à ce que Tu me remplisses de cette mĂȘme Manne dont Tu les as rassasiĂ©s le jour de la PentecĂŽte, au point que le monde devient mort, et tout vient en second lieu sauf Toi, mon Seigneur, et que l’amour pour tout le reste disparaisse. Mais dĂ©barrasse-moi complĂštement de l’amour du monde, et qu’à partir de maintenant je sois entiĂšrement Tien.» Accorde-le, Seigneur.
E-282 Sois avec des gens, alors qu’ils retournent Ă  leurs foyers respectifs. Souviens-Toi des nĂ©cessiteux, ĂŽ Dieu, des pauvres de notre pays, des pauvres en esprit, de ceux qui ont faim.
E-283 Ô Dieu, suscite des prĂ©dicateurs partout. Remplis-les du Saint-Esprit, et envoie-les prĂȘcher, Seigneur, comme des tisons
 Nous ne savons pas Ă  quelle heure
 Nous ne passons sur cette voie qu’une seule fois. Nous sommes une seule fois mortels, et grĂąces soient rendues Ă  Dieu pour cela. Mais, dans la Vie Ă  venir, nous ne prĂȘcherons plus l’Evangile, dans la Vie Ă  venir, mais nous nous rĂ©jouirons de l’Evangile, avec ceux des autres Ăąges qui avaient acceptĂ© Cela; avec le Capitaine en chef, notre Seigneur JĂ©sus qui est tout digne; que toute la gloire lui revienne aux siĂšcles des siĂšcles. Amen.
E-284 Que Dieu vous bénisse. Retournez-vous et serrez-vous la main les uns aux autres, pendant que nous chantons Béni soit le lien. Si vous

BĂ©ni soit le lien qui unit
Nos coeurs dans l’amour chrĂ©tien;
La communion des ñmes soeurs Est comme celle d’En-Haut.
Devant le trĂŽne de notre PĂšre,
E-285 Maintenant, serrez-vous la main les uns aux autres. Il ne reste que dix minutes, le temps pour qu’on interchange les lumiĂšres
 Serrez-vous la main vous tous, rentrez chez vous en vous rĂ©jouissant, et revenez demain soir. A 19 h 30 pile, nous commencerons le service, Dieu voulant. Oh! que c’est merveilleux!

En haut