ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Ayez Foi En Dieu / 54-0900 / New York, New York, USA // SHP 1 heure et 5 minutes PDF

Ayez Foi En Dieu

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Inclinons la tĂȘte juste un instant. Notre Bienveillant PĂšre cĂ©leste, nous Te remercions pour cette foi qu’ont les gens. MĂȘme aprĂšs que plusieurs et plusieurs annĂ©es se sont Ă©coulĂ©es, Tu as toujours des gens qui croient. Nous sommes si reconnaissants ce soir pour l’opportunitĂ© d’ĂȘtre associĂ©s Ă  eux, des concitoyens du Royaume de Dieu, des pĂšlerins dans ce monde, des Ă©trangers confessant que notre hĂ©ritage est d’En Haut et non de ce monde. Et ce soir, nous prions que Ta glorieuse puissance soit manifestĂ©e parmi nous, Ă  telle enseigne que les boiteux marcheront, les aveugles verront, ceux qui souffrent du coeur seront rĂ©tablis, le cancer sera guĂ©ri, les dĂ©mons seront chassĂ©s, les pĂ©cheurs seront sauvĂ©s, les rĂ©trogrades seront rĂ©clamĂ©s; et la gloire reviendra au PĂšre des Esprits, et au Seigneur JĂ©sus-Christ, car nous le demandons en Son Nom et pour Sa gloire. Amen.
Vous pouvez vous asseoir.
E-2 Que le Seigneur Dieu vous bĂ©nisse tous, alors que nous sommes encore rassemblĂ©s ce soir pour un autre service en Son Nom, Lui qui nous a rachetĂ©s, le Seigneur JĂ©sus-Christ. Et je crois que par Sa grĂące, Dieu nous accordera aujourd’hui infiniment au-delĂ  de tout ce que nous pouvons faire ou penser; puisse Dieu nous l’accorder ce soir.
Il fait un peu plus frais, et nous en sommes trĂšs heureux, qu’il fasse plus frais. Et maintenant, comme vous le savez, c’est notre bien-aimĂ© frĂšre Baxter qui prĂȘche le soir. Et d’habitude, j’ai un petit quelque chose et ensuite je commence directement le service. C’est toujours un privilĂšge d’avoir frĂšre Baxter pour prĂȘcher, parce que chaque fois que j’ai essayĂ© de parler moi-mĂȘme, de prĂȘcher pour ensuite passer directement au service, ça fait certainement une secousse de... C’est le mĂȘme Esprit, mais il s’agit de deux diffĂ©rentes sortes de ministĂšre. L’une d’elles, c’est la prĂ©dication. Eh bien, cela ne me fatigue pas. Je... Si vous n’avez fait que prĂȘcher sans arrĂȘt, mais–mais quand il est question d’une vision, oh! la la! alors vous voyez la diffĂ©rence. Et maintenant, quand on prie pour les malades, je peux faire passer les gens et je prie pour eux.
E-3 L’aprĂšs-midi du dimanche passĂ©, il y a de cela une semaine, j’ai priĂ© cas aprĂšs cas pour quatre mille personnes, l’une aprĂšs l’autre. On les comptait pendant qu’elles passaient. Quatre mille personnes, cela m’a pris plusieurs heures pour les terminer, cela ne m’a pas du tout dĂ©rangĂ©, je n’étais pas plus fatiguĂ© que je ne le suis Ă  l’instant (Voyez-vous?), cela ne m’a pas dĂ©rangĂ© du tout. Mais qu’une vision se produise, vraiment je ne–vraiment je ne sais pas. On devient tellement faible. Beaucoup de gens ne peuvent pas comprendre cela; je ne peux pas le comprendre. Seul Dieu sait ce qu’il en est. Mais il y a quelque chose dans le fait d’avoir une vision, c’est une autre dimension qui affaiblit l’ĂȘtre humain. Il en a Ă©tĂ© ainsi au travers des Ăąges. Quand les prophĂštes d’autrefois avaient des visions, ils en avaient l’esprit troublĂ©. Vous souvenez-vous que Daniel a dit qu’il Ă©tait... Il a eu une vision, il en a eu l’esprit troublĂ© pendant plusieurs jours. Une femme a touchĂ© le bord du vĂȘtement de JĂ©sus, et JĂ©sus a dit: «Une vertu (ou une force) est sortie de moi.»
Et je peux Le voir couchĂ© un soir dans la barque et les... mĂȘme les vagues ne L’ont pas rĂ©veillĂ©; Il Ă©tait tellement faible et fatiguĂ©. Il Ă©tait Ă  la fois Homme et Dieu, et c’est le cĂŽtĂ© humain qui s’affaiblit.
E-4 Bon, nous croyons que vous aurez tout simplement la foi et que vous croirez. Maintenant, ce soir je souhaite lire un petit passage des Ecritures, afin de... je ne sais comment, en allant droit Ă  l’estrade... Oui, il y a quelque chose dans l’esprit humain qui fait que vous devez en avoir le coeur net. Eh bien, vous direz: «C’est de la psychologie, FrĂšre Branham.» Eh bien, si c’est de la psychologie, c’est que le Seigneur JĂ©sus-Christ en a fait usage. Il a fait sortir tout le monde de la maison ce jour-lĂ  chez JaĂŻrus, quand Il est ressuscitĂ©... Il a ressuscitĂ© sa fille d’entre les morts. Vous en souvenez-vous?
Il a conduit un homme hors de la ville, et Il a mis de la boue sur ses yeux et Il l’a guĂ©ri, et Il a fait entendre un autre qui Ă©tait sourd. Quand Pierre est entrĂ© dans la maison oĂč se trouvait Dorcas qui Ă©tait morte, les femmes Ă©taient toutes en train de pleurer et de faire des histoires; Il les a toutes fait sortir de la maison comme cela, et Il est restĂ© seul. D’habitude JĂ©sus prenait deux ou trois tĂ©moins avec Lui, comme Pierre, Jacques, Jean; mais parfois il vous faut ĂȘtre seul.
E-5 J’ai remarquĂ© que les moments oĂč il y a plus de puissance pour moi, quand je suis sous l’onction du Saint-Esprit (et ma femme qui est prĂ©sente ce soir le sait), c’est lorsque je suis seul avec le patient dans la piĂšce, quand il n’y a personne Ă  part le patient et moi-mĂȘme. Posez la question Ă  quelqu’un qui a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© lĂ , il le reconnaĂźtra. C’est vraiment Ă  ce moment-lĂ  que le Seigneur oeuvre puissamment. Mais maintenant, de cette façon-ci, ce n’est qu’un signe pour vous, montrant que JĂ©sus-Christ confirme que ce qui vous a Ă©tĂ© prĂȘchĂ© est la vĂ©ritĂ©. Voyez-vous? Dieu... HĂ©breux 11.2 dit: «Dieu rend tĂ©moignage de Ses dons.» Dieu se manifeste.
Maintenant, pour ce que frĂšre Baxter vous a dit ce soir et les autres soirĂ©es, pendant les services des aprĂšs-midi, les instructions et tout, alors le Saint-Esprit entre dans la rĂ©union avec une autre dĂ©monstration, ou–ou plutĂŽt une autre confirmation que ce qui vous a Ă©tĂ© prĂȘchĂ© est la vĂ©ritĂ©. On n’a pas la moindre chance du tout d’échapper au Jugement, parce que Dieu a tout ratissĂ© de toutes les maniĂšres possibles pour nous amener Ă  croire. La chose qui vient en premier, c’est la Parole. A ce qu’il me semble, moi, si quelqu’un ne veut pas croire ma parole, eh bien, moi je–je n’aurais pas beaucoup confiance dans cette personne-lĂ , mais Dieu, Lui, Il est diffĂ©rent. Bien que vous ne croyiez pas Sa Parole, Il est quand mĂȘme disposĂ© Ă  venir vers vous par un autre canal pour vous manifester Son amour. N’est-ce pas merveilleux? Combien nous sommes des crĂ©atures indignes d’un tel amour!
FrĂšre, soeur, ce dont le monde a besoin aujourd’hui, c’est davantage de l’amour de Dieu. Ce dont le monde a faim aujourd’hui, c’est davantage de l’amour de Dieu. Si nous manifestions un peu plus d’amour les uns pour les autres, un peu plus d’amour envers Dieu, combien nos Ă©glises seraient meilleures, combien les individus seraient meilleurs, et combien nous serions meilleurs, si nous nous aimions vraiment les uns les autres. Quand nous nous aimons les uns les autres, alors nous pouvons aimer Dieu, car Dieu est amour.
E-6 Bon, je souhaite lire dans les Ecritures juste un petit passage et parler pendant environ cinq minutes avant que nous n’entrions dans le service de guĂ©rison. Et il se trouve dans Marc. Beaucoup d’entre vous qui aimez noter cela, Marc, chapitre 11, Ă  partir du verset 20, je vais juste lire un passage ici.
Le matin, en passant, les disciples virent le figuier sĂ©chĂ© jusqu’aux racines.
Pierre, se rappelant ce qui s’était passĂ©, dit Ă  JĂ©sus: Rabbi, regarde, le figuier que tu as maudit a sĂ©chĂ©.
JĂ©sus prit la parole, et leur dit: Ayez foi en Dieu.
Cette histoire est trĂšs frappante, et tous les lecteurs de la Bible qui ont beaucoup lu les Ecritures connaissent cet Ă©vĂ©nement. JĂ©sus descendait la colline en tant qu’un Homme, un Homme qui avait jeĂ»nĂ© pendant toute la nuit. Il est descendu pour chercher quelque chose Ă  manger, et Il a regardĂ© sur cet arbre.
E-7 Eh bien, nous pourrions aborder cela ce soir d’une dizaine de points de vue diffĂ©rents: celui selon lequel c’est la nation juive qui Ă©tait maudite et plusieurs... Chaque Parole de Dieu Ă©crite est inspirĂ©e, et Elle rattache la Bible entiĂšre, faisant un lien avec chaque Parole de la Bible. C’est le Livre le plus merveilleux qui ait jamais Ă©tĂ© Ă©crit. Il n’existe point une oeuvre littĂ©raire qui ait Ă©tĂ© Ă©crite comme la Bible. De tous les livres qui existent, c’est le seul Livre qui vous dit d’oĂč vous venez, qui vous ĂȘtes, et oĂč vous allez. On a des bibliothĂšques pleines de livres, des rues pleines de livres, des salles de lecture pleines de livres, mais jamais un de ces livres, pas un seul, aucun de ces grands philosophes qui se sont–qui se sont levĂ©s et qui sont tombĂ©s n’a jamais Ă©tĂ© capable de nous dire ce que cette Bible nous a dit. Et toute vĂ©ritable science se rĂ©fĂšre carrĂ©ment Ă  la Bible pour avoir des preuves.
E-8 JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, Ă©tait la Parole de Dieu ici sur la terre. Nous savons qu’Il Ă©tait la Parole de Dieu. «Au commencement Ă©tait la Parole, la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair et a habitĂ© parmi nous.» Aujourd’hui, les gens cherchent Ă  comparer JĂ©sus Ă  un prophĂšte. Il Ă©tait plus qu’un prophĂšte. Il Ă©tait Emmanuel. Dieu Ă©tait en Christ, rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme. Il Ă©tait... Soit Il Ă©tait le... Soit Il Ă©tait Dieu Lui-mĂȘme manifestĂ© dans la chair, soit Il Ă©tait le plus grand sĂ©ducteur que le monde ait jamais connu. Il Ă©tait Dieu. Il Ă©tait Ă  la fois Homme et Dieu.
Quand Il descendait la montagne, Il avait faim comme un homme, quand Il a vu l’arbre, Il a regardĂ© pour trouver des figues, et il n’y avait pas de figues, et Il a dit: «Que personne ne mange de ton fruit.» Il s’est retournĂ© et s’en est allĂ©.
Je me demande pourquoi Il n’a pas attendu pour voir si cet arbre allait sĂ©cher ou pas. Qu’est-ce que JĂ©sus a fait Ă  cet arbre? Il en a tout simplement retirĂ© la vie. Il n’a pas attendu pour voir s’il allait sĂ©cher ou pas. Il savait qu’il allait sĂ©cher; Il l’avait prononcĂ©. Et la Parole de Dieu Ă©tait en Lui. Et tout ce qu’Il disait, devait arriver parce que c’était Dieu qui parlait dans un Homme. Et tout ce que Dieu Ă©tait, Dieu s’est vidĂ© et a dĂ©versĂ© tout Son Etre dans JĂ©sus-Christ. Et tout ce que JĂ©sus-Christ Ă©tait, Il s’est vidĂ© et l’a dĂ©versĂ© dans l’Eglise.
Et c’est lĂ  le problĂšme qu’a l’Eglise pentecĂŽtiste ce soir, les gens du Plein Evangile, ils ne comprennent pas qui ils sont. Vous ne rĂ©alisez pas la puissance qu’il y a ici mĂȘme dans cette salle ce soir, mais elle est retenue par l’incrĂ©dulitĂ©. C’est la seule chose. Si Dieu pouvait avoir un canal pour oeuvrer Ă  travers vous, ce serait merveilleux ce qu’il pourrait faire, mais cela est retenu. Vous ne libĂ©rez pas la chose; vous retenez cela par votre in-... par l’incrĂ©dulitĂ©.
E-9 Et j’ai des regrets pour le peuple amĂ©ricain. On leur a enseignĂ© tant de thĂ©ologie. L’un dira: «Oh! eh bien, c’est ceci; et l’autre: c’est cela.» Et on vous a tellement inculquĂ© des choses que vous–vous–vous savez Ă  peine ce qu’il faut croire. FrĂšre, Ă©coutez, ainsi que ma soeur, Ă©coutez ce soir. JĂ©sus-Christ est toujours la VĂ©ritĂ©. Sa manifestation, Sa rĂ©surrection et Sa puissance ont toujours Ă©tĂ© les mĂȘmes. Et c’est cela la vĂ©ritĂ© ce soir, c’est que JĂ©sus a dit: «Je suis la VĂ©ritĂ©, le Chemin, la VĂ©ritĂ©, la Vie.» C’est-Ă -dire que JĂ©sus-Christ ressuscitĂ© se manifeste par la puissance de Sa Parole, confirmant qu’Il est ce qu’Il a dit qu’Il Ă©tait, ainsi cela dissipe tout–tout doute. Le sceptique n’a aucun moyen d’échapper. Il doit soit croire, soit tourner simplement le dos Ă  Dieu et dire: «Dieu n’existe pas.» La seule chose qu’il puisse faire, c’est devenir un infidĂšle.
E-10 Maintenant, à ce propos Jésus a dit: «Tu ne porteras aucun fruit.»
Et le jour suivant, quand ils sont passĂ©s par le–prĂšs de l’arbre... Bien entendu, l’apĂŽtre Pierre Ă©tait attentif Ă  chaque petite chose, quand il pouvait s’en souvenir pour la considĂ©rer, eh bien, il a regardĂ© l’arbre et a dit: «Oh! MaĂźtre, voici l’arbre. Oh! il sĂšche dĂ©jĂ .» Eh bien, JĂ©sus s’est tournĂ© vers lui et a dit: «Ayez foi en Dieu. Car si vous dites Ă  cette montagne: ‘Ôte-toi de lĂ  et jette-toi’, et si vous ne doutez pas, mais croyez que cela va s’accomplir, vous verrez s’accomplir ce que vous demandez.» N’est-ce pas aussi simple que ça!
Vous–vous... Aujourd’hui, les gens cherchent Ă  avoir la foi par le canal de quelqu’un qui a une sorte de... quelque chose comme le fait de toucher un mĂąt totĂ©mique, ou de faire quelque chose d’autre, ou de prononcer une formule magique sur quelqu’un. Ça, ce sont des superstitions religieuses. Il n’y a pas de vĂ©ritĂ© lĂ -dedans. C’est la Parole de Dieu qui est la VĂ©ritĂ©. Ceci, c’est la VĂ©ritĂ©. Et JĂ©sus-Christ est la Parole rendue manifeste.
E-11 Aujourd’hui, les gens ne regardent pas Ă ... Comme nous allons en Inde prĂ©sentement... Les gens... Les autoritĂ©s nous ont dit, certaines grandes autoritĂ©s de l’Inde: «Ne venez pas chez nous en vous disant des missionnaires. Nous avons tous vos traitĂ©s et nous en savons plus que vous lĂ -dessus. Voyez-vous? Ils avaient une religion avant mĂȘme que l’AmĂ©rique ne soit fondĂ©e. Ils avaient JĂ©sus-Christ. Ils ont dit: «Ce qu’il nous faut, c’est quelqu’un qui peut rendre la Parole manifeste. C’est ce que nous voulons voir, quelqu’un qui peut rendre la Parole vivante. La lettre tue, mais l’Esprit vivifie.» Voyez-vous? Ainsi ce dont nous avons besoin, c’est la Parole rendue manifeste.
E-12 Maintenant, Ă  quel point jugez-vous la Parole de Dieu? JĂ©sus, Lui Il La jugeait. Tout ce que le PĂšre Lui disait, Il le faisait. Il croyait cela, mais nous aujourd’hui, le PĂšre peut nous montrer quelque chose, et nous nous achoppons Ă  cela. Je me demande alors si nous pourrions ĂȘtre valablement les enfants d’Abraham, lui qui fut–qui fut fortifiĂ© et qui a attendu pendant vingt-cinq ans l’accomplissement de la promesse, au lieu de faiblir, il se fortifiait sans cesse. Nous, en l’espace d’une nuit, nous faiblissons. Lui, il se fortifiait davantage pendant vingt-cinq ans, et cela a fait que ce que Dieu avait promis s’accomplisse. Comprenez-vous ce que je veux dire?
Maintenant Ă©coutez, le monde est en train de trembler. Aujourd’hui pendant que j’étais dans un taxi avec un homme... Il expliquait qu’il y a des panneaux sur les autoroutes par ici. Cette autoroute-ci sera bloquĂ©e, elle sera utilisĂ©e Ă  des fins militaires en cas d’une attaque. New York tremble. Je viens de quitter Los Angeles, elle tremble. Pourquoi? Quelque chose est sur le point d’arriver. Nous avons rejetĂ© avec mĂ©pris la misĂ©ricorde. Il ne reste que le jugement. La seule chose qui puisse venir, c’est le jugement. Je m’attends Ă  quelque chose d’horrible. Je ne prophĂ©tise pas. J’ai simplement le coeur ouvert Ă  la Parole de Dieu, et j’observe les choses alors qu’elles s’accumulent, quelque chose doit arriver trĂšs bientĂŽt. Que ferait un conglomĂ©rat d’une humanitĂ© qui patauge dans le gĂąchis, si les sirĂšnes retentissaient et que cette–cette ville subisse une attaque? Ils ne sont plus obligĂ©s de quitter la Russie ou les autres pays pour le faire; ils peuvent tout simplement lancer des missiles droit vers ici pour le faire. Ils ne sont pas obligĂ©s de faire retentir des sirĂšnes; ce sera fait en une minute. Ils ont dĂ©jĂ  la chose, les essais l’ont prouvĂ©.
E-13 Qu’est-ce qui nous arrive, chrĂ©tiens? Nous avons abandonnĂ© notre responsabilitĂ©. C’est exact. La science a amenĂ© l’homme avec ses cinq sens plus loin que les prĂ©dicateurs ne l’ont fait avec son Ăąme, son esprit, qui est de loin supĂ©rieur Ă  sa science.
J’aimerais tout simplement vous poser une question. Beaucoup d’entre vous ici, frĂšres, vous pourriez retourner dans le passĂ© avec moi jusqu’à l’époque du vieux modĂšle T. La science pourrait uniquement... Maintenant, Ă©coutez juste avant que je ne termine: voici une observation dont je veux que vous vous souveniez. L’efficacitĂ© de la science rĂ©side dans sa capacitĂ© de maĂźtriser les mesures. Plus la science peut faire des calculs prĂ©cis, plus puissants deviennent les hommes de science. Et plus l’Eglise peut mesurer avec prĂ©cision, plus puissante deviendra l’Eglise.
E-14 La science, il y a environ trente-cinq ans, ne pouvait faire que des mesures de l’ordre d’un dix milliĂšme de pouce; avec cela, ils ont pu fabriquer la Ford modĂšle T, avec un segment de piston d’un dix milliĂšme de pouce qui pouvait la propulser Ă  la vitesse vertigineuse d’environ vingt-cinq miles Ă  l’heure [40 km/h]. Au-dessus de cela, on a placĂ© une bougie, une valve pour pomper le gaz vers le haut, le gaz qui Ă©tait allumĂ© par la bougie; mais ce gaz perdait une bonne partie de sa compression en s’échappant par une ouverture d’un dix milliĂšme de pouce, c’est seulement avec cela qu’on pouvait conduire le vĂ©hicule. Quand vous atteigniez trente-cinq–trente-cinq miles Ă  l’heure [56 km/h], c’était une excellente Ford modĂšle T trĂšs rapide. Eh bien, se sont-ils arrĂȘtĂ©s lĂ ? Pas du tout. A prĂ©sent ils peuvent descendre jusqu’à un cent milliĂšme de pouce. Ils rĂ©duisent leurs mesures, ils font des calculs plus prĂ©cis. Eh bien, ils peuvent mettre cette mĂȘme Ford, ou ce mĂȘme piston dans un avion Ă  rĂ©action et le propulser pratiquement Ă  six cents miles Ă  l’heure [965 km/h], avec la mĂȘme bougie produisant une Ă©tincelle au-dessus de ce piston. Comment expliquer cela? Ils peuvent faire des calculs plus prĂ©cis, de sorte qu’il n’y ait aucune fuite. La pression s’exerce lĂ , mais vos mesures n’étaient pas assez prĂ©cises. Ils peuvent mĂȘme prendre ce cent milliĂšme de pouce et scinder un atome avec cela. Est-ce qu’ils s’arrĂȘtent? Non, ils continuent Ă  aller de l’avant. Mais nous, oh! eh bien, nous nous contentons de ce qu’a dit Moody, de ce qu’a dit Finney. C’étaient des hommes bien. C’étaient des chrĂ©tiens, des frĂšres qui sont dans la gloire.
E-15 La premiĂšre fois que l’étalon de mesure fut fait sur le... placĂ© sur la Parole de Dieu... Comment mesurez-vous cela ce soir? Quelle valeur la Parole de Dieu a-t-Elle pour vous? Maintenant, Ă©coutez, chrĂ©tien, Martin Luther est venu et il l’a placĂ© sur le catholicisme, et il a dĂ©couvert que le juste vivra par la foi. Il a laissĂ© une grande brĂšche lĂ ; beaucoup de choses sont passĂ©es. Mais lui croyait que le juste devait vivre par la foi, et il est sorti sur base de cela, parce que c’est ce que dit la Parole de Dieu. Il a donnĂ© la mesure de la Parole de Dieu au peuple: «Le juste vivra par la foi.» Ensuite vint un petit homme de l’Angleterre rĂ©pondant au nom de John Wesley; il a donnĂ© une mesure plus prĂ©cise. Il a pris une mesure plus serrĂ©e, il a pu prendre une mesure plus prĂ©cise: la sanctification, comme on l’appelait Ă  cette Ă©poque-lĂ , la seconde oeuvre de la grĂące. ConsidĂ©rez ce qu’il a fait; il a prĂ©sentĂ© la saintetĂ© Ă  l’Eglise.
E-16 Puis vint la PentecĂŽte qui donna la mesure du don du Saint-Esprit, le parler en langues et les miracles. Mais on laisse une grande brĂšche. Ce soir donnons l’étalon de mesure de Dieu et mesurons toute la Parole de Dieu. Le mĂȘme Saint-Esprit qui mit le feu au piston autrefois et qui les fit sortir par la foi, la justification, le mĂȘme Saint-Esprit a donnĂ© la sanctification, le mĂȘme Saint-Esprit a donnĂ© le baptĂȘme du Saint-Esprit, cette mĂȘme puissance, le mĂȘme Saint-Esprit peut amener l’Eglise Ă  la perfection, et c’est ce qui se fera: pour tout ce que Dieu a promis dans Sa Parole. Dieu va le faire. Le problĂšme est que... Faisons–faisons sortir le monde. Mesurons la Parole de Dieu, et c’est la vĂ©ritĂ©. «Ayez foi en Dieu, a dit JĂ©sus. Car si vous dites Ă  cette montagne: ‘Ôte-toi’, et si vous ne doutez pas de cela, elle fera exactement ce que vous lui avez ordonnĂ©.» N’est-ce pas merveilleux?
Mesurons la chose. Peu m’importe. Les luthĂ©riens sont des gens merveilleux. Les baptistes sont des gens merveilleux. Les mĂ©thodistes sont des gens merveilleux. Les pentecĂŽtistes sont des gens merveilleux. Toutes ces diffĂ©rentes choses, c’est en ordre. Mais mettons carrĂ©ment cela de cĂŽtĂ© et disons que chaque Parole de Dieu est vraie. Tout ce que Dieu a dit est parfait, et s’Il l’a dit: «Tout ce que vous dĂ©sirez, quand vous priez, croyez que vous l’avez reçu...» Je crois que c’est la vĂ©ritĂ©. Ô Dieu, laisse-moi placer ma canne Ă  mesurer sur mon Ăąme et la mettre sur la Parole de Dieu, en disant: «Ô Dieu, c’est la vĂ©ritĂ©; envoie l’onction du Saint-Esprit et met le feu au cylindre qui est au-dessus de moi. J’En crois chaque Parole.» Et vous verrez des choses arriver. Croyez-vous cela?
E-17 JĂ©sus est ressuscitĂ© des morts. Il accomplit toutes sortes de choses pour amener les gens Ă  croire cela, mais nous, nous sommes tout simplement si relĂąchĂ©s. Nous laissons cela nous Ă©chapper. Il pourrait venir ici ce soir, s’avancer sur l’estrade, visible dans un corps portant des cicatrices de clous dans les mains et retourner. Il est ici sous la forme de l’Esprit, mais pas sous la forme de la chair. Quand Il ramĂšnera Son corps avec Lui, eh bien, ce sera la Seconde Venue. Alors tout sera terminĂ©.
Mais Il pourrait venir ici dans la ville de–de... cette grande ville de New York ce soir, et des dizaines de milliers, oui, des millions se riraient de Lui et se moqueraient de Lui. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. C’est parce que les gens sont si relĂąchĂ©s qu’ils disent tout simplement: «Oh! je ne sais pas ce que je crois.» Voyez-vous? Ils ne veulent pas accepter cela; ils ne veulent pas croire; ils ne veulent pas s’accommoder Ă  ce que dit la Parole de Dieu.
JĂ©sus a dit, quand Il Ă©tait ici sur terre: «Vous ferez aussi les choses que Je fais, vous en ferez mĂȘme davantage, car Je m’en vais au PĂšre.» Les mĂȘmes oeuvres qu’Il a accomplies ici sur terre sont... Il a dit que nous pourrions faire la mĂȘme chose par Sa puissance de rĂ©surrection. Et, bien que Dieu manifeste cela parmi les gens, ils ne veulent pas y croire malgrĂ© tout. Je pourrais vous en dire la raison Ă  l’instant mĂȘme, mais je ne le ferai pas. Parce que je crois que ce n’est pas le moment opportun de vous dire le pourquoi. Mais vous qui croyez rĂ©ellement vous devriez ĂȘtre un peuple trĂšs heureux, de ce que Dieu vous a appelĂ©s Ă  la foi en Lui.
E-18 Prions. PĂšre, la foi vient de ce qu’on entend, de ce qu’on entend la Parole de Dieu. Et nous Te remercions ce soir pour la foi que nous avons dans Ta Parole, dans Ton Fils, le Seigneur JĂ©sus. Et nous prions ce soir que ce petit groupe, cette poignĂ©e de gens ici dans cette ville gigantesque, alors que des gens sont dehors ce soir en train de boire, de jouer Ă  l’argent, de faire la noce, cherchant Ă  satisfaire leurs Ăąmes avec la convoitise, les passions, sans savoir que la main mĂȘme de Dieu, la colĂšre de Dieu est juste Ă  la porte...
Ô Dieu, je prie qu’il y ait un rĂ©veil. Est-il possible, ĂŽ PĂšre, que nous puissions l’avoir avant que je voie cette nation ĂȘtre rĂ©duite en miettes?
Nous Te remercions pour ceux qui ont Ă©tĂ© appelĂ©s Ă  sortir. Tu as dit que ceux qui Ă©chapperaient en ce jour-lĂ , le germe de l’Eternel, le peuple de Dieu serait magnifique. Et nous Te remercions pour la magnificence d’un peuple saint, pur et rempli du Saint-Esprit, qui vit pour Toi; ils le sont par Ta grĂące. Et nous Te remercions.
E-19 Et Tu as dit qu’il y aurait des gens, le monde, qui ne Te verraient plus jamais, mais qu’il y en aurait qui Te verraient dans chaque Ăąge jusqu’à la fin du monde. «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde.» Nous Te remercions ce soir pour le «vous», et nous prions pour qu’un peu plus grand nombre dans le monde fasse partie de ce «vous».
E-20 Accorde-le, Seigneur. Maintenant, selon la façon trĂšs humble que j’ai de–d’apporter l’Evangile au peuple, je Te prie de faire en sorte que les Anges de Dieu se tiennent maintenant dans cette salle. Et que chaque chrĂ©tien place Ă  l’instant mĂȘme la Parole de Dieu sur son coeur, et dise: «Seigneur, je vais mesurer chaque iota de la Parole. Je ne vais rien laisser Ă©chapper, mais je vais croire en Toi, PĂšre.» Et puis, que le Saint-Esprit vienne comme un vent impĂ©tueux, qu’Il fasse entrer chaque pĂ©cheur dans le Royaume de Dieu, et ramĂšne chaque rĂ©trograde Ă  la Maison de Dieu, et restaure la bonne santĂ© et la force de chaque personne malade. Accorde-le, PĂšre, car nous le demandons au Nom de Ton Enfant bien-aimĂ©, le Seigneur JĂ©sus-Christ. Amen.
E-21 Je vous remercie pour votre gentillesse. Je n’avais pas l’intention de parler si longtemps, mais comme vous le savez, pour tout orateur, il commence par une chose, aprĂšs il passe Ă  une autre, et vous commencez Ă  vous Ă©tendre. Humiliez votre coeur. Il ne fait pas chaud ici ce soir, alors devant Dieu calmez-vous, et soyez prĂȘt pour que lorsque le Saint-Esprit va agir pour vous... N’attendez pas de venir sur l’estrade pour que l’on prie pour vous. Quand vous ressentez quelque chose ici au-dedans de votre corps, dans votre coeur, commencez Ă  dire: «Oui, je crois», c’est le moment d’accepter la chose Ă  l’instant mĂȘme. Maintenant, cela ne me dĂ©rangera pas; cela m’aidera. Quand je vois une rĂ©ponse de la foi partout, cela Ă©difie toujours, toujours.
Ainsi, que le Seigneur vous bĂ©nisse, mes amis chrĂ©tiens. Nous ne venons jamais ici dans un autre but. Dieu, qui connaĂźt mon coeur sait que maintenant nous nous dirigeons vers l’autre cĂŽtĂ© de l’ocĂ©an. Et n’eĂ»t Ă©tĂ© une vision du Seigneur, je ne partirais certainement pas. C’est exact. La derniĂšre fois que nous nous y Ă©tions rendus, nous avons failli mourir (Vous savez de quoi il s’agit) dans l’avion. Et alors je–je... N’eĂ»t Ă©tĂ© la vision du Seigneur, je ne quitterais certainement pas mon Ă©pouse, ma famille, mon foyer et mes amis.
E-22 Quelqu’un m’a demandĂ©: «Comptez-vous y retourner?»
J’ai dit: «Oh! oui, parce que le Seigneur m’a dit d’y retourner.» J’ai la vision ici par Ă©crit et je vais vous la raconter afin que vous puissiez la noter et que vous voyiez si elle ne s’accomplira pas exactement tel qu’Il l’a annoncĂ©e.
C’est pour cela que nous sommes ici. Nous aimons toujours venir chez vous les fidĂšles de New York, nous pouvons ainsi avoir un petit tremplin pour aller outre-mer, c’est presque le seul moment que nous avons pour vous visiter. Et ma priĂšre est que vous soyez humbles de coeur. Vous pourriez ne pas ĂȘtre d’accord avec moi sur ma thĂ©ologie; ma façon d’enseigner la Parole peut sembler un peu diffĂ©rente de celle de vos pasteurs et d’autres enseignants, mais ne... ne vous mettez pas en colĂšre contre moi, aimez-moi de toute façon, car moi je vous aime de toute façon. Donc ça ne dĂ©range pas. TrĂšs bien.
E-23 Maintenant, nous allons appeler la ligne de priĂšre. Si frĂšre Baxter... Il Ă©tait ici il y a quelques... ou Bill... (Comment? Il a distribuĂ© cent cartes?) Appelons Ă  partir de... Retournons en arriĂšre et appelons Ă  partir du numĂ©ro 1 ce soir, appelons encore Ă  partir du numĂ©ro 1. Qui a la carte numĂ©ro 1? C’est quelle lettre? W, trĂšs bien. W numĂ©ro 1, qui a... Voudriez-vous lever la main quelque part, vous qui avez la carte de priĂšre W numĂ©ro 1? Regardez... Maintenant, jetez un coup d’oeil sur vos cartes de priĂšre. Et vous, retournez-la et regardez au verso. Au recto ici il y a ma photo, et il y a un petit endroit pour votre adresse et votre nom; au dos, il y a une lettre et un numĂ©ro, et c’est la lettre W, et on commence avec le numĂ©ro 1.
Quelqu’un a-t-il la carte de priĂšre W numĂ©ro 1? Levez la main. Est-ce vous qui l’avez, madame? Est-ce vous qui avez reçu W numĂ©ro 1? TrĂšs bien. NumĂ©ro 2, qui a le numĂ©ro 2? NumĂ©ro 2, trĂšs bien, monsieur. NumĂ©ro 3, numĂ©ro 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10. Que ceux-lĂ  d’abord se tiennent debout. W-1 jusqu’à W-10, alignez-vous par ici Ă  droite avec les huissiers, s’il vous plaĂźt, et ensuite nous allons voir comment on avance. W-1 Ă  W-10, s’il vous plaĂźt, juste par ici. A prĂ©sent, si l’organiste veut bien nous donner maintenant une petite note de Demeure avec moi, Crois seulement, ou quelque chose de ce genre.
E-24 Combien croient que Dieu aime la musique? Merci. Il y a quelque temps, quelqu’un m’a dit: «FrĂšre Branham, il y a une chose que j’ai contre... le fait que vous avez de la musique dans vos rĂ©unions.»
J’ai dit: «Le Seigneur aime ça.»
Il a dit: «Oh! Pas la musique, non, non.»
J’ai dit: «Une fois il y avait un prophĂšte qui Ă©tait tout... Il Ă©tait en quelque sorte fĂąchĂ© parce que certaines personnes Ă©taient venues auprĂšs de lui et–et l’ont en quelque sorte Ă©nervĂ©; il s’appelait Elie.» Nous n’aimons pas penser Ă  cela, mais c’est la vĂ©ritĂ©. «Et il a dit: ‘Si ce n’était pas par Ă©gard Ă  Josaphat, je ne te regarderais mĂȘme pas.’» Oh! la la! Quelle dĂ©claration pour un prophĂšte! Mais il a dit: «NĂ©anmoins, qu’on amĂšne un joueur de harpe.» Est-ce exact? Et quand le joueur de harpe s’est mis Ă  jouer, l’Esprit du Seigneur est venu sur le prophĂšte. Des visions ont commencĂ© Ă  apparaĂźtre. Il a commencĂ© Ă  voir des choses quand il est entrĂ© dans l’Esprit. Et la musique a aidĂ© Ă  amener cela sur le prophĂšte. Si l’Esprit... Si la musique a aidĂ© en ce jour-lĂ , elle aidera encore aujourd’hui. Ne le croyez-vous pas? C’est pourquoi j’aime la musique, et je sais que le Seigneur aussi aime la musique. TrĂšs bien.
E-25 Maintenant, je crois... Tous les dix sont-ils montĂ©s, frĂšres? TrĂšs bien. C’était... OĂč en Ă©tais-je, de cinquante Ă  combien? Vous dites? Combien vous en manquent-ils? Un seul... Le numĂ©ro 4 manque, la carte de priĂšre W-4. Que quelques-uns d’entre vous jettent un coup d’oeil chez le voi-... Tous ceux qui ont des cartes, regardez sur vos cartes, et regardez sur les cartes des autres. La carte de priĂšre W-4 manque, et ça doit ĂȘtre un... Il s’agit peut-ĂȘtre de quelqu’un qui n’entend pas, peut-ĂȘtre d’un sourd ou quelque chose comme ça. Si vous voulez bien y jeter un coup d’oeil, cela nous aidera beaucoup, si vous le faites. Et parfois ce sont des personnes qui ne parlent pas anglais. Et je–je ne voudrais pas laisser qui que ce soit aprĂšs que sa carte de priĂšre a Ă©tĂ© appelĂ©e. W-4, trĂšs bien. Et maintenant, appelons... On Ă©tait Ă  quel niveau, jusqu’à 10? Maintenant, appelons jusqu’à 25: W-1 Ă  W-25. Voyons comment... Qu’ils s’alignent par ici: W-1 Ă  W-25. Et ensuite nous verrons comment ils s’alignent et...
Il arrive que je ne les prenne pas tous, je fais tout simplement de mon mieux, et–et je suis... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
E-26 Je peux simplement m’imaginer maintenant, alors que nous calmons cette crainte juste avant de... Nous croyons que le Saint-Esprit va venir parmi nous. Je peux voir lĂ  autrefois... Tournons nos regards lĂ  vers JĂ©rusalem; je vois un Homme qui descend la montagne en compagnie de trois hommes qui Le suivent, un Homme d’ñge moyen... J’ai lu un passage qui dit que les gens estimaient qu’Il Ă©tait dans la cinquantaine, mais Il n’était que dans la trentaine. Peut-ĂȘtre que Son travail Ă©tait trĂšs pĂ©nible; Sa barbe devenait probablement blanche et... Ils Lui ont dit qu’Il Ă©tait un Homme d’environ cinquante ans, alors qu’Il en avait trente. Sa vie Ă©tait courte, mais elle Ă©tait trĂšs chargĂ©e.
Et je vois un–un pĂšre venir avec un enfant; le pauvre petit avait l’épilepsie. Bien entendu, Ă  l’époque ils appelaient cela un dĂ©mon, mais aujourd’hui on a donnĂ© Ă  cela un autre nom. C’est toujours un dĂ©mon. Et il a dit: «Je l’ai amenĂ© Ă  Tes disciples, et ils n’ont pu rien faire pour lui.»
E-27 Et JĂ©sus a dit: «Si tu peux croire. Eh bien, tout est possible Ă  ceux qui croient.» Est-ce exact? Croire seulement, car tout est possible Ă  ceux qui croient. C’est tout aussi rĂ©el aujourd’hui que ça l’était Ă  l’instant mĂȘme oĂč Il l’avait dit. Tout est possible Ă  ceux qui croient.
Trùs bien, frùres, sont-ils tous–tous dans la ligne? Trùs bien. Trùs bien, monsieur. Voulez-vous bien amener la dame?
Maintenant, au fond de la salle oĂč les–les gens sont... Je veux que vous ayez la foi; je veux que vous qui ĂȘtes dans l’assistance, vous ayez la foi. Maintenant, soyez vraiment respectueux. Si le Saint-Esprit parle et si vous faites tout ce que le Saint-Esprit vous dit de faire... Peu importe ce que c’est, combien cela semble impossible, faites-le de toute façon, car si vous ne le faites pas, cela montre quoi? Vous ĂȘtes incrĂ©dule. Est-ce juste? Allez et ne faites plus quoi? Ne pĂ©chez plus, sinon il vous arrivera quelque chose de pire. Est-ce juste?
E-28 Qu’est-ce que le pĂ©chĂ©? Le pĂ©chĂ© c’est l’incrĂ©dule. Boire, fumer, jouer Ă  l’argent, commettre adultĂšre, ce n’est pas ça le pĂ©chĂ©; ce sont des attributs du pĂ©chĂ©. Vous pratiquez ces choses parce que vous n’ĂȘtes pas un croyant. Et la paix, la joie, l’amour et la bontĂ©, ce n’est pas–ce n’est pas cela le salut; vous faites ces choses parce que vous ĂȘtes un croyant. Voyez? Vous voyez, c’est... Vous... Tout dĂ©pend du fait que vous ĂȘtes un croyant ou un incroyant. Si vous n’ĂȘtes pas un croyant, vous ĂȘtes quelqu’un qui doute. Vous dites que ce n’est pas vrai et vous faites des choses que vous ne devriez pas faire, c’est parce que vous ĂȘtes un incroyant. Et c’est pourquoi la Bible dit: «Va, et ne doute plus, sinon il t’arrivera quelque chose de pire.»
E-29 Maintenant, je veux que vous veniez par ici, madame. Maintenant, Ă  l’attention de l’assistance... Y a-t-il quelqu’un qui est ici pour la premiĂšre fois? Faites voir la main, si vous ĂȘtes lĂ . Eh bien, chaque soir... Merci. C’est Ă  peu prĂšs ce nombre chaque soir.
Maintenant, vous qui ĂȘtes venu pour la premiĂšre fois, je ne suis pas un guĂ©risseur divin. Je suis votre frĂšre dans le Seigneur JĂ©sus. Je ne prĂ©tends pas avoir la puissance pour guĂ©rir. Et je dĂ©clare de maniĂšre catĂ©gorique que personne sur terre aujourd’hui n’a le pouvoir de guĂ©rir, cette guĂ©rison a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© acquise, de mĂȘme que votre salut, au Calvaire. Quand JĂ©sus est mort, c’est Ă  ce moment-lĂ  qu’Il vous a sauvĂ©, et lorsque vous ĂȘtes... Il vous a guĂ©ri, mais vous ne pouvez en bĂ©nĂ©ficier que quand vous croyez et acceptez la chose. Voyez-vous?
Bon, mais quand JĂ©sus Ă©tait ici, Il a dit: «Vous ferez aussi les choses que Je fais.» Il a dit: «Je ne peux rien faire de Moi-mĂȘme.» A-t-Il dit cela? Jean 5.19, Il a dit: «Je ne fais que ce que le PĂšre Me montre de faire.» Est-ce juste? Jean 5 dit: «Le Fils ne peut rien faire de Lui-mĂȘme, Il ne fait que ce qu’Il voit faire au PĂšre et cela, le Fils le fait pareillement. Car le PĂšre agit jusqu’à prĂ©sent, et le Fils aussi.» En d’autres termes, JĂ©sus a dit: «Je ne fais rien, Ă  moins que le PĂšre Me le montre.» C’est pour cette raison qu’Il a parlĂ© Ă  la femme au puits pour dĂ©couvrir oĂč se situait son problĂšme. Il a vu NathanaĂ«l venir et Il lui a dit oĂč il Ă©tait avant mĂȘme qu’il ne vienne Ă  la rĂ©union. Et le...
De quoi L’a traitĂ© le monde religieux? De dĂ©mon, de diseur de bonne aventure, de BĂ©elzĂ©bul. Mais comment L’ont appelĂ© les croyants? Le Fils de Dieu. C’est ce qu’Il Ă©tait, le Fils de Dieu.
E-30 Or, Il a dit: «Vous ferez aussi les choses que Je fais, toujours, mĂȘme jusqu’à la fin du monde. Je serai mĂȘme en vous, manifestant les mĂȘmes choses jusqu’à la fin du monde.» Est-ce l’Ecriture? «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me verrez, car Je (pronom personnel) serai avec vous (Il a dit qu’il s’agissait uniquement des disciples. Oh! Non), mĂȘme en vous, jusqu’à la fin du monde», ce qui fait que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
J’ignore si cette femme qui se tient ici est malade. Je ne l’ai jamais vue de ma vie. Si elle est malade, il n’y a absolument rien que je puisse faire pour la guĂ©rir; il n’y a rien que quelqu’un d’autre puisse faire pour la guĂ©rir. Si JĂ©sus se tenait ici ce soir tel que je me tiens, dans–dans la chair, Il ne pourrait pas la guĂ©rir. Il lui dirait: «Je l’ai fait il y a mille neuf cents ans quand Je suis mort pour toi. Ne crois-tu pas cela?» Eh bien, si elle disait: «Si...» Eh bien, Il la connaĂźtrait, Il saurait probablement qui elle est et tout Ă  son sujet, si le PĂšre le Lui rĂ©vĂ©lait. Mais Il ne le saurait pas jusqu’à ce que le PĂšre le Lui rĂ©vĂšle, parce qu’Il a dit qu’Il ne le savait pas.
Il se tiendrait donc ici. Et vous qui ĂȘtes lĂ  dans l’assistance, vous auriez la foi, comme la femme qui a touchĂ© le bord de Son vĂȘtement. Elle Ă©tait convaincue. Elle a dit: «Je L’ai touchĂ© maintenant. Je retourne Ă  ma place, et je crois que je vais me rĂ©tablir.» Elle croyait dans son coeur que la perte de sang avait cessĂ©. JĂ©sus s’est retournĂ©; la foi de la femme L’avait touchĂ©. Il a dit: «Ta foi t’a sauvĂ©e.» Voyez-vous? Beaucoup d’autres exemples...
E-31 Vous direz: «Vous essayez de gagner du temps pour quelque chose, FrĂšre Branham.» C’est tout Ă  fait exact. Certainement, je L’attends, et s’Il ne vient pas, je ne pourrais pas vous servir. Je ne peux rien faire, rien du tout. Mais quand Il est ici, Il peut faire toutes choses, et Il peut le faire Ă  travers moi, si je peux me soumettre suffisamment Ă  Lui. Il est seulement question de s’abandonner au Saint-Esprit, juste s’abandonner en sachant comment Lui abandonner votre vie. Maintenant, je sais qu’Il va l’accorder, car Il a promis qu’Il le ferait, et quand Il promet quelque chose, Sa Parole s’accomplit. C’est pour cette raison que je n’ai jamais Ă©prouvĂ© de crainte, parce qu’Il a toujours pris soin de moi et Il le fera maintenant. C’est exact. Il est ici.
Au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, je prends chaque personne, chaque esprit sous mon contrĂŽle pour Sa gloire.
E-32 Et maintenant, madame, j’aimerais vous parler juste un instant, Ă©tant donnĂ© que vous ĂȘtes la premiĂšre patiente. Je rĂ©alise que ces microphones fonctionnent et qu’on... C’est... Ils font cela Ă  dessein, c’est pour que l’assistance puisse entendre. Maintenant, si nous sommes des inconnus l’un pour l’autre, que nous ne nous connaissons pas, que nous ne nous sommes jamais vus, est-ce que... C’est vrai, n’est-ce pas? Si c’est vrai, voudriez-vous lever la main? Nous ne nous connaissons pas, nous ne nous sommes jamais vus; c’est la premiĂšre fois de nous rencontrer. Mais Dieu nous connaĂźt tous les deux, Il sait tout ce qui nous concerne. Et un jour nous allons nous tenir dans Sa PrĂ©sence pour rendre compte de tout ce que nous avons fait. Vous croyez cela, n’est-ce pas?
Croyez-vous que si le Seigneur JĂ©sus se tenait ici en ce moment, Il serait en mesure de vous connaĂźtre, mĂȘme avant votre naissance? Eh bien, si donc Il est ici et qu’Il a promis qu’Il rĂ©vĂ©lerait Ă  Ses serviteurs la mĂȘme chose, alors croyez qu’Il peut le faire. Et s’Il le fait, L’accepterez-vous, croirez-vous en Lui de tout votre coeur? De tout votre coeur. Vous vous rendez compte qu’il se passe quelque chose, madame. Ce n’est pas la prĂ©sence de votre frĂšre qui fait cela; c’est le Saint-Esprit. Maintenant, juste... J’aimerais juste que vous...
E-33 Vous ĂȘtes un petit peu secouĂ©e, car j’essaie de vous calmer. En effet, ce qui est sur vous maintenant, ce n’est pas pour vous faire du mal; c’est pour vous aider. C’est Sa PrĂ©sence. Et... Maintenant, vous ĂȘtes devenue... Vous devenez floue pour moi. Maintenant, c’est Sa PrĂ©sence. Vous–vous travaillez dans une sorte de service des urgences; vous ĂȘtes une infirmiĂšre. Et vous souffrez d’un trouble de l’estomac; vous n’arrivez plus Ă  manger. C’est une maladie de l’estomac qui vous cause ces ennuis. Et il y a un–un–un endroit dans votre dos qui vous dĂ©range, et cela a commencĂ© un jour en soulevant un malade; et cela a exercĂ© une pression sur votre dos. Ces choses sont vraies. Maintenant, si Dieu est prĂ©sent pour dire ce qui est vrai... Vous savez si c’est vrai ou pas, tout ce qu’Il vous a dit concernant votre vie passĂ©e. Allez-vous me croire ce soir en tant que Son prophĂšte? Vous ĂȘtes guĂ©rie; vous pouvez partir. Que Dieu vous bĂ©nisse, car je vous vois en forme dans le futur. Que Dieu soit avec vous et vous assiste.
Maintenant, ayez la foi; ne doutez pas. Maintenant, Ă  vous qui ĂȘtes dans l’assistance, commencez Ă  croire maintenant. Dites simplement: «Seigneur, je–je crois que cet homme m’a dit la vĂ©ritĂ©, car il a rendu tĂ©moignage de JĂ©sus-Christ.» Faites-le et voyez ce qui va arriver.
E-34 Bonsoir, monsieur. Je suppose que vous et moi nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. Mais le Seigneur JĂ©sus nous connaĂźt tous les deux, n’est-ce pas? Il nous connaĂźt.
Il y a un mauvais esprit sombre qui se dĂ©place dans la salle. Il est suspendu au-dessus d’un petit garçon de couleur assis ici dans l’assistance. Je vois que le petit pique en quelque sorte un certain genre de crises. C’est l’épilepsie. Il s’agit de cet enfant qui est assis lĂ , maman; c’est lui. Posez la main sur lui, soeur. Oui, posez votre main sur sa petite tĂȘte, s’il vous plaĂźt.
Dieu Tout-Puissant, aie pitiĂ© de cet enfant. Maintenant, Satan, tu es exposĂ©. Et par le Nom du Dieu vivant, le Seigneur JĂ©sus-Christ, je t’adjure de quitter cet enfant; tu ne peux plus le retenir. Le Seigneur Dieu te rĂ©primande, sors de lui au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Ayez la foi maintenant, soeur. Croyez-vous que le petit garçon va se rĂ©tablir? Cela l’a quittĂ© Ă  l’instant; maintenant, cela restera loin si vous continuez Ă  croire.
VoilĂ  revenir ce mĂȘme mauvais esprit qui se dĂ©place encore; il a quittĂ© l’enfant, mais... Non, ce n’est pas celui-lĂ ; il est loin de l’enfant, mais voici une autre personne assise juste lĂ . Vous souffrez aussi de l’épilepsie, madame. La dame assise juste ici, vous n’avez peut-ĂȘtre pas une carte de priĂšre, mais vous n’avez pas besoin d’une carte de priĂšre, il vous faut simplement la foi. Et vous en avez une. Posez la main sur elle, soeur, vous qui ĂȘtes assise Ă  cĂŽtĂ© d’elle. Croyez-vous maintenant mĂȘme, madame, que ce dĂ©mon va vous quitter? Que l’assistance soit respectueuse, ces choses passent d’une personne Ă  l’autre.
Dieu Tout-Puissant, qui a ressuscitĂ© Son Fils, le Seigneur JĂ©sus-Christ, des morts, et Il est vivant ce soir ici, Celui qui a dit au pĂšre qui avait amenĂ© l’enfant Ă©pileptique...
Oh! Satan, tu savais que c’était alors le Seigneur JĂ©sus; Tu as dĂ» obĂ©ir Ă  Sa voix, et tu dois obĂ©ir de mĂȘme maintenant. Car Il nous a dit que tout ce que nous demanderions, que nous croyions que nous l’avons reçu. Et je demande que cet esprit mauvais sorte de la femme, et qu’elle puisse se rĂ©tablir. Je le demande au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Ayez la foi, soeur; ayez la foi. Vous verrez s’accomplir ce que vous avez demandĂ©, si seulement vous croyez maintenant.
E-35 Excusez-moi, c’est toujours vous le patient. Je... Cela–cela m’a quittĂ© et est allĂ© dans l’assistance. Voyez-vous? Je voudrais simplement vous parler. Je... Sommes-nous... Nous sommes des inconnus l’un pour l’autre, je crois. Je–je ne suis pas hors de moi, et pourtant c’est quelque chose de diffĂ©rent. Je ne peux pas l’expliquer. Mais Dieu sait tout ce qu’il en est, frĂšre. Evidemment, en vous voyant debout lĂ , portant des lunettes, bien sĂ»r, je pourrais dire qu’il s’agit de vos yeux. Mais je ne vous ferai pas passer comme cela, parce que le public sait que vous portez des lunettes. Si je disais que quelque chose cloche dans vos yeux, certainement, ils savent qu’il s’agit de cela. Mais il pourrait y avoir autre chose, et peut-ĂȘtre qu’il y a quelque chose plus loin dans votre vie, ou peut-ĂȘtre quelque chose qui doit arriver. Je ne sais pas, et Il se peut qu’Il ne me montre rien du tout Ă  votre sujet, mais s’Il me le montre, et que ça soit quelque chose que–que vous savez que j’ignore... Et si nous ne nous connaissons pas, pour commencer je ne sais rien Ă  votre sujet. Mais si le Seigneur JĂ©sus peut me rĂ©vĂ©ler quelque chose Ă  votre sujet, vous croirez de tout votre coeur, n’est-ce pas, monsieur? L’assistance fera-t-elle de mĂȘme?
Maintenant, regardez simplement ici et croyez, et s’Il parle, laissez-Le terminer, alors vous pourrez savoir si c’est vrai ou pas. Parfois, quand vous parlez pendant que la vision se dĂ©roule, cela interrompt la vision. Mais je–je crois vraiment qu’Il vous aidera d’une façon ou d’une autre. Un de ces jours, nous devrons comparaĂźtre dans Sa PrĂ©sence Ă  la barre du Jugement.
E-36 Voulez-vous guĂ©rir de ce diabĂšte, vous qui ĂȘtes assis lĂ ? Croyez-vous que Dieu va vous rĂ©tablir? Oui, croyez-vous cela? L’homme assis lĂ  en petite veste blanche, vous Ă©tiez assis lĂ  en train de prier, n’est-ce pas? TrĂšs bien. Tenez-vous debout. JĂ©sus-Christ vous a... Posez votre main sur la dame qui est lĂ  Ă  cĂŽtĂ© de vous. Maintenant, posez votre main sur celle qui est Ă  cĂŽtĂ© de vous, la dame de l’autre cĂŽtĂ©, la dame, lĂ . Elle a... Non, celle qui est juste de l’autre cĂŽtĂ©, lĂ , de l’autre cĂŽtĂ©, monsieur, cette dame-lĂ . Posez votre main sur elle. Elle aussi souffre d’un trouble gynĂ©cologique.
PĂšre cĂ©leste, au Nom de Ton Fils, le Seigneur JĂ©sus-Christ, je rĂ©primande le diable. La foi des gens s’élĂšve maintenant Ă  telle enseigne que Satan sait que son heure a sonnĂ©. Il recevra bientĂŽt son jugement, et ce soir il va devoir quitter ces gens. Sors d’eux, au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, en tant que l’Eglise du Dieu vivant, en tant que les bĂ©bĂ©s nouveaux nĂ©s en Christ qui ont le Nom du JĂ©sus-Christ pour exĂ©cuter le jugement sur les puissances malĂ©fiques, je dĂ©clare, par l’autoritĂ© de la Parole de Dieu, sors des gens au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Votre foi vous sauve, allez en vous rĂ©jouissant, c’est terminĂ©, c’est fini. L’écoulement que vous aviez s’est arrĂȘtĂ©, soeur, ainsi, ça ne vous dĂ©rangera plus.
E-37 Oh! VoilĂ  comment croire! C’est ça! Ayez foi en Dieu. Croyez simplement de tout votre coeur, de toute votre Ăąme et de toute votre pensĂ©e.
Je ne peux faire que ce qu’Il me dit. Les gens sont en train de prier, monsieur. Le voilà qui revient.
N’aviez-vous pas la tĂȘte inclinĂ©e dans la priĂšre, la dame en robe rose, assise juste lĂ  derriĂšre, vous, oui? Croyez-vous que je suis Son prophĂšte? Une affection du rectum vous dĂ©range. N’est-ce pas exact? La dame juste lĂ , en robe rose, n’étiez-vous pas en train de prier lorsque j’ai tournĂ© la tĂȘte? Vous aviez inclinĂ© la tĂȘte pour prier, juste lĂ . Cela vous a quittĂ©e maintenant. Votre foi vous a sauvĂ©e, soeur. Que Dieu vous bĂ©nisse. Ce n’est pas du tout moi qui vous ai guĂ©rie. Vous ĂȘtes convaincue que quelque chose vous est arrivĂ©, vous aviez... Si c’est exact, agitez la main, la dame, lĂ , regardez... Oui, agitez la main comme cela. Un problĂšme rectal, une inflammation constante qui faisait mal, cela a cessĂ© maintenant. Agitez la main, si c’est vrai. Voyez-vous? Vous ĂȘtes guĂ©rie. Votre foi vous a sauvĂ©e, c’est le mĂȘme genre de foi qu’avait la femme qui avait la perte de sang quand elle s’est retournĂ©e. JĂ©sus a dit: «Ta foi t’a guĂ©rie.» Votre foi L’a touchĂ© ce soir, au travers de Son Eglise, et au travers de Son Etre qui est ici. Maintenant, rentrez chez vous et portez-vous bien; ne doutez pas; ayez la foi.
E-38 Voulez-vous juste vous tenir Ă  cĂŽtĂ© par ici un petit peu, monsieur, afin que je puisse...? Cela... Juste ici. Je peux... Non, vous, regardez-moi tout simplement, mais je voulais tourner le dos Ă  l’assistance juste une minute. Vous me croyez, n’est-ce pas, monsieur? Je le crois vraiment, car entre vous et moi il semble y avoir une atmosphĂšre de bienvenue. Plus je vous parle, peut-ĂȘtre plus le Seigneur JĂ©sus nous montrera des choses, nous parlera, nous rĂ©vĂ©lera des choses. Bien sĂ»r, il y a encore beaucoup de gens qui se tiennent lĂ  dans la ligne. Plus je parle, plus je m’affaiblis. Vous vous rendez compte de cela. Mais croyez-moi.
Vous ĂȘtes un chrĂ©tien. Et je vois que l’on vous emmĂšne quelque part, et vous ĂȘtes recouvert d’un drap; c’était lors d’une–une opĂ©ration. Cela se rĂ©pĂšte une deuxiĂšme fois; vous avez subi deux opĂ©rations. Et on a ĂŽtĂ© de vous une tumeur, et cette tumeur est revenue; vous l’avez de nouveau. A ce sujet, on a pris un... On a retirĂ© des cĂŽtes de votre corps, et ces cĂŽtes viennent de... Voyons; vous avez la face tournĂ©e vers votre fenĂȘtre, c’était dans le... Elles ont Ă©tĂ© retirĂ©es du cĂŽtĂ© droit. Vos cĂŽtes ont Ă©tĂ© retirĂ©es du cĂŽtĂ© droit. Et je vous vois essayant de faire quelque chose...
E-39 Vous ĂȘtes sourd de l’oreille gauche. Maintenant, je vois des palmiers balancĂ©s, agitĂ©s par le vent. C’est... Vous n’ĂȘtes pas de cette contrĂ©e, mais vous ne venez pas d’une contrĂ©e oĂč il y a des palmiers, oh! vous venez d’une contrĂ©e montagneuse, d’une contrĂ©e oĂč il y a des mines de charbon, oĂč il y a beaucoup de cĂšdres ou de pins. Vous venez de la Virginie occidentale, mais vous ĂȘtes... Il y a un homme, quelqu’un qui est venu vous prendre de la Floride; il est venu de la Floride, oĂč il y a des palmiers. C’est un homme de grande taille, mince, plutĂŽt chauve qui est venu vous prendre et qui vous a amenĂ© ici Ă  la rĂ©union. Ces choses sont vraies, monsieur. Alors vous savez que vous ĂȘtes dans la PrĂ©sence de Quelque Chose, n’est-ce pas? Si j’ai bon souvenir, vous ĂȘtes sourd des deux oreilles ou de l’une d’elles. Approchez juste une minute. Voyons le Royaume de Dieu ĂȘtre manifestĂ©. Que l’assistance veuille bien incliner la tĂȘte.
E-40 Seigneur Dieu, Créateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie, Donateur de tout don excellent, afin que cette assistance sache que Tu es Christ, le Fils de Dieu, nous implorons maintenant miséricorde. Que la puissance qui a ressuscité le Seigneur Jésus des morts entre maintenant dans ce frÚre et lui donne une nouvelle ouïe.
Toi démon, toi le malin, sors de lui! Toi esprit de surdité, au Nom de Jésus-Christ, sors de lui!
S’agissait-il de cette oreille-ci? M’entendez-vous maintenant? M’entendez-vous bien? Depuis combien de temps avez-vous Ă©tĂ© sourd de cette oreille?...?... TrĂšs bien, vous pouvez relever la tĂȘte. Cet homme Ă©tait sourd de cette oreille-ci toute sa vie. Maintenant, vous voyez mon doigt. M’entendez-vous bien? Dites: «Amen.» J’aime le Seigneur. Dites: «Gloire au Seigneur!» Maintenant, observez. Je ne fais que murmurer. Observez, je vais mettre mon doigt ici. Voyez-vous? J’aime le Seigneur. Gloire au Seigneur. Vous ĂȘtes guĂ©ri. Vous pouvez rentrer chez vous en vous rĂ©jouissant, mon frĂšre. Le Seigneur JĂ©sus vous a guĂ©ri.
E-41 Ayez foi en Dieu. JĂ©sus a dit: «Si vous dites Ă  cette montagne: ‘Ôte-toi de lĂ , dĂ©racine-toi, jette-toi dans la mer, et si vous ne doutez pas, mais croyez que ce que vous dites s’accomplira, vous le verrez s’accomplir.» Je crois que j’obtiens ce que je demande, parce que je le demande pour la gloire de Dieu.
Ayez foi en Dieu. Voulez-vous approcher? Bonsoir, madame. Sommes-nous des inconnus l’un pour l’autre? [Une dame parle Ă  FrĂšre Branham.–N.D.E.] Oui. Vous m’avez simplement vu Ă  partir de l’assistance, il y a quelques annĂ©es depuis l’assistance. TrĂšs bien, oui, madame. Bien, cela fait donc que nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. Il n’y a que JĂ©sus-Christ qui nous connaĂźt tous les deux. N’est-ce pas juste?
Maintenant, pendant que l’onction de Sa PrĂ©sence est ici, comme lorsqu’Il parlait un jour Ă  une femme au puits, juste pour contacter son esprit... Nul doute que le PĂšre Lui avait dit de prendre le chemin de la Samarie. Et quand Il s’est tenu lĂ  au puits et qu’Il a vu la femme venir, peut-ĂȘtre habillĂ©e tel que le PĂšre Lui avait dit qu’elle serait habillĂ©e... Et que diriez-vous si le PĂšre m’avait dit pendant que j’étais encore dans la salle, assis en bas, qu’une femme viendrait vers moi ce soir, vĂȘtue d’une robe bleue, ayant les cheveux gris? Croirez-vous cela? Et si–s’Il m’avait dit que cette femme avait des difficultĂ©s pour dormir, qu’elle n’arrive vraiment pas Ă  dormir, ce serait la vĂ©ritĂ©, ce serait vous, n’est-ce pas cela? Et si c’était aussi la vĂ©ritĂ© que vous avez connu un accident et que vous aviez eu un pied fracturĂ©, et que la radiographie avait montrĂ© qu’un, deux, trois endroits Ă©taient fracturĂ©s, et que votre pied s’est raidi? Est-ce exact? Alors Il me dit que vous ĂȘtes guĂ©rie; croyez-vous cela? Amen. Alors continuez votre chemin en vous rĂ©jouissant. Tortillez votre pied. Tortillez votre pied un petit peu. VoilĂ ; voilĂ  son pied qui se dĂ©contracte et qui redevient normal. C’était fracturĂ© et tordu depuis un bon bout de temps.
BĂ©ni soit le Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ qui nous donne Sa victoire, Sa puissance! Croyez simplement; c’est tout ce que je vous demande de faire, avoir foi en Dieu.
E-42 Bonsoir, monsieur. Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que les choses que vous voyez se faire viennent du Seigneur JĂ©sus? Vous croyez. Vous avez un endroit qui a cĂ©dĂ©, n’est-ce pas? Vous avez une hernie dans votre flanc droit. C’est exact. C’est une hernie dans votre flanc droit. Afin que vous sachiez que je sais par la puissance de Dieu... Vous ĂȘtes un homme mariĂ©, vous avez une femme, et elle a une grosseur au cou. Et vous ĂȘtes venu ici du New Jersey. Retournez chez vous et portez-vous bien, frĂšre, et imposez les mains Ă  votre femme. Au Nom de JĂ©sus-Christ, qu’Il vous guĂ©risse et vous rĂ©tablisse. TrĂšs bien, voudriez-vous...
Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que le Seigneur JĂ©sus-Christ est ici pour vous rĂ©vĂ©ler votre vie, tout Ă  votre sujet? Si le Seigneur JĂ©sus me rĂ©vĂšle oĂč se situe votre problĂšme, allez-vous L’accepter comme Celui qui pourvoit pour vous Ă  toutes choses? Qu’il s’agisse de difficultĂ©s, de problĂšmes financiers, que ça soit la maladie ou quoi que ce soit, s’Il me rĂ©vĂšle ce qui est votre–ce que vous avez, allez-vous croire en Lui de tout votre coeur? Vous avez plusieurs problĂšmes; mais le problĂšme majeur, c’est que vous ĂȘtes inquiet au sujet de votre coeur; vous souffrez du coeur. J’ai dit: «Vous souffriez du coeur.» La maladie vous a quittĂ© maintenant. Que Dieu vous bĂ©nisse. Allez au Nom du Seigneur JĂ©sus; soyez rĂ©tabli. Il avait la mĂȘme chose.
E-43 Vous ĂȘtes dĂ©rangĂ©e; vous ne savez pas de quoi il s’agit. Vous savez que l’aprĂšs-midi vous devenez faible, vous Ă©prouvez en quelque sorte des faiblesses. Parfois vous n’arrivez pas Ă  terminer votre travail; vous vous asseyez. La nuit vous ne vous reposez pas bien. C’est une chose hideuse. Cela attaque les femmes; c’est la tuberculose. Mais JĂ©sus-Christ est ici pour vous rĂ©tablir. Je ne vous connais pas. Je ne vous ai jamais vue, mais je vous ai vue assise dans une sorte de fauteuil rembourrĂ© qui est Ă  la fenĂȘtre, du cĂŽtĂ© gauche, ou vous Ă©tiez assise, en quelque sorte en train de mĂ©diter. Quand vous avez appris que je venais ici, vous vous ĂȘtes dit que si vous entriez dans cette ligne de priĂšre et que l’on priait pour vous, vous seriez guĂ©rie. N’est-ce pas vrai? Seul Dieu va... C’est ce que vous avez dit dans la priĂšre. Je ne lis pas votre pensĂ©e. Je vous dis simplement ce que vous avez fait. Et le Seigneur JĂ©sus-Christ est ici, et Il vous a guĂ©rie. Maintenant, continuez votre chemin en vous rĂ©jouissant.
Tenez, autre chose, j’ai remarquĂ© dans votre vie que vous n’étiez pas satisfaite de la vie que vous meniez. N’est-ce pas exact? Vous avez essayĂ©; vous avez... Maintenant, personne ne le sait, Ă  part vous et Dieu; mais c’est la vĂ©ritĂ©, n’est-ce pas? Maintenant, vous avez la victoire. Allez, vivez pour Lui de tout votre coeur. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-44 Croyez-vous de tout votre coeur? Si je demandais Ă  Dieu de vous guĂ©rir... Croyez-vous que Sa PrĂ©sence est ici maintenant, et qu’Il va vous guĂ©rir? Approchez juste un instant.
Seigneur, que la puissance de l’ennemi quitte notre soeur, et qu’elle parte d’ici ce soir Ă©tant complĂštement rĂ©tablie. Je demande cela pour Ta gloire, Seigneur. Je l’ai demandĂ© au Nom de JĂ©sus. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur; croyez.
Juste un instant, quelque chose est arrivĂ© juste Ă  ce moment-lĂ . Quelqu’un a Ă©tĂ© guĂ©ri. Je ne peux pas... Oh! je... C’était vous. Vous souffriez de l’estomac. Cela vous a quittĂ©. Que Dieu vous bĂ©nisse. Votre foi vous a guĂ©ri avant que vous ne puissiez arriver ici. Disons: «Gloire Ă  Dieu!» [L’assemblĂ©e dit: «Gloire Ă  Dieu!»–N.D.E.]
Croyez-vous...?... Croyez-vous que JĂ©sus-Christ va vous rĂ©tablir, qu’Il va guĂ©rir vos–vos yeux? Croyez-vous qu’Il va vous rĂ©tablir? Si Dieu sait quel est votre problĂšme, Dieu sait comment vous guĂ©rir, n’est-ce pas? Approchez une minute, mon frĂšre.
E-45 PĂšre cĂ©leste, Je Te prie de bĂ©nir notre cher frĂšre dans Ta bontĂ©. Ôte de lui cette mauvaise chose, et puisse-t-il sortir de cette salle ce soir en bonne santĂ©, heureux et en se rĂ©jouissant. Je le demande au Nom de JĂ©sus le Fils de Dieu. Amen. TrĂšs bien. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Continuez votre chemin heureux et en vous rĂ©jouissant maintenant, et soyez rĂ©tabli.
Si je vous disais que pendant que vous vous teniez dans la ligne, lĂ  derriĂšre les rideaux, que je vous ai vu dans une vision souffrant de ces troubles cardiaques et autres, et que vous Ă©tiez guĂ©ri, le croiriez-vous? Vous ĂȘtes guĂ©ri, ainsi vous pouvez simplement aller...?... Approchez...
E-46 Tout le monde croit-il de tout son coeur? [L’assemblĂ©e dit: «Amen!»–N.D.E.] Croyez-vous que le Seigneur JĂ©sus va vous rĂ©tablir, soeur? Croyez-vous qu’Il se tient dans–que vous vous tenez maintenant dans Sa PrĂ©sence? Vous souffriez aussi du coeur?... c’est une maladie de femmes, une maladie gynĂ©cologique, mais le Seigneur JĂ©sus est ici pour vous rĂ©tablir. Croyez-vous cela de tout votre coeur? Donnez-moi votre main. J’aimerais vous montrer quelque chose, afin que vous soyez sĂ»re et certaine; j’aimerais que vous regardiez ma main, ici. Voyez-vous comment elle...? Maintenant, observez, je vais placer votre main sur la mienne. Eh bien, regardez maintenant. Voyez-vous ces petites choses blanches qui apparaissent sur ma main? Maintenant, je la retire; cela a disparu. Je place ma main dessus, cela a disparu. Maintenant, prenez l’autre main; cela a disparu. Maintenant, placez l’autre main... Placez vous-mĂȘme votre main sur...?... Ça y est! Voyez-vous cela? Maintenant, il se passe quelque chose lĂ . Voyez-vous cela? Vous ĂȘtes...
Maintenant, relevez votre main; retirez simplement votre main. Maintenant, voyez-vous comment–comment elle est diffĂ©rente? Maintenant, mettez l’autre main dessus. Mettez vous-mĂȘme votre main dessus. Retournez-la de cĂŽtĂ© de sorte qu’elle soit Ă©tendue Ă  plat sur ma main. Cela a disparu maintenant, n’est-ce pas? Maintenant, observez la diffĂ©rence dans cette main-ci et cette main-lĂ ? VoilĂ  que ça apparaĂźt. Maintenant, croyez-vous que si je Lui demande, cela va s’en aller? TrĂšs bien. Je veux que vous gardiez la main juste... et que vous observiez la mienne.
E-47 Maintenant, Bienveillant PĂšre cĂ©leste, afin que cette femme sache que Tu es Christ, le Fils de Dieu, et que je me tiens ici en tant que Ton serviteur, j’implore misĂ©ricorde pour elle, et Ă  ce dĂ©mon qui veut la tromper, et lui ĂŽter la vie, je dis: Sors d’elle au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, quitte la femme!
Je voudrais que vous regardiez votre main. Quelque chose s’est passĂ©, n’est-ce pas? Maintenant, placez cette main ici dessus. Cela ne bouge plus, n’est-ce pas? Maintenant, mettez de nouveau cette main qui Ă©tait devenue rouge...?... Quelque chose s’est passĂ©, n’est-ce pas? Cela vous a quittĂ©e; vous ĂȘtes guĂ©rie. Vous ĂȘtes bien portante maintenant; vous pouvez vous en aller. Que Dieu vous bĂ©nisse.
Bonsoir, soeur. Croyez-vous de tout votre coeur que vous vous tenez dans Sa PrĂ©sence, la PrĂ©sence du Seigneur JĂ©sus? Vous souffrez du coeur...?... maladie gynĂ©cologique qui affecte les femmes de votre Ăąge. Vous ĂȘtes terriblement nerveuse, c’est simplement dĂ» Ă  la pĂ©riode de la vie que vous traversez... Dieu seul sait ces choses, mais Il me rĂ©vĂšle exactement ce qu’est votre problĂšme. N’est-ce pas exact? Maintenant, croyez-vous qu’Il va vous rĂ©tablir?
Alors, Bienveillant PĂšre cĂ©leste, j’implore misĂ©ricorde pour notre soeur, qu’elle s’en aille d’ici ce soir bien portante, car je condamne ce dĂ©mon afin qu’il la quitte, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Que Dieu vous bénisse, soeur. Partez maintenant étant heureuse et en vous réjouissant, et soyez rétablie.
E-48 Voulez-vous approcher, madame? Maintenant, ne vous dĂ©placez pas si possible, mes amis. Vous voyez, l’Ange du Seigneur, quand Il agit dans l’assistance, Il agit... Mais les dĂ©placements des gens me perturbent. Etes-vous fatiguĂ©s ou Ă©puisĂ©s? L’assistance devient floue, et quand les gens se dĂ©placent, cela me perturbe, et vous ne savez pas la pression que cela exerce sur moi en me tenant ici. Et je–je prie pour ne pas faire quelque chose de faux en faisant que vous–ou plutĂŽt en vous gardant trop longtemps. J’essaie simplement d’aider les gens qui sont ici. S’il Ă©tait question des membres de votre famille, vous auriez voulu rester tranquillement assis, si vous Ă©tiez concernĂ©.
J’aimerais donc prendre votre main une minute, madame. Tout le monde dans cette salle ne veut-il pas ĂȘtre guĂ©ri Ă  l’instant mĂȘme? Madame, vous ĂȘtes guĂ©rie de ces troubles cardiaques dont vous souffriez, et des diffĂ©rentes choses qui n’allaient pas. Dieu vous a guĂ©rie maintenant. Continuez votre chemin en vous rĂ©jouissant.
E-49 Et je voudrais que vous autres, vous vous teniez debout une minute, s’il vous plaĂźt. Je voudrais que vous me regardiez un instant. Maintenant, soyez respectueux juste un moment. J’étais sincĂšre avec vous autant que je le pouvais. Je vous ai annoncĂ© la Parole du Seigneur. Le Seigneur JĂ©sus est venu directement et a confirmĂ© que c’est la vĂ©ritĂ©. Est-ce juste? Me croyez-vous maintenant? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Si je vous dis quelque chose, le croirez-vous maintenant? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»] Vous le croirez. Je vous assure que c’est la vĂ©ritĂ©: chaque personne dans cette salle peut ĂȘtre guĂ©rie Ă  l’instant mĂȘme, si seulement vous acceptez le Seigneur JĂ©sus-Christ comme votre GuĂ©risseur. Si ces autres choses Ă©taient la vĂ©ritĂ©, ceci est la vĂ©ritĂ©. Et je vous assure, Il veut rĂ©tablir maintenant chaque personne ici, si vous ĂȘtes prĂȘt Ă  l’accepter. L’ĂȘtes-vous? Si vous l’ĂȘtes, levez la main, dites: «Je l’accepte.»
Maintenant, Seigneur JĂ©sus, Toi qui connais toutes choses, je prie pour que Tu sois bĂ©ni parmi Ton peuple ce soir. Et ces gens qui se tiennent ici les mains levĂ©es en l’air, envoie du Ciel la puissance du Saint-Esprit, comme au jour de la PentecĂŽte, et au Nom de JĂ©sus-Christ condamne chaque maladie des gens.
Satan, sors d’ici; tu es un...?... s’en est fait de toi. Ton canular a Ă©tĂ© dĂ©jouĂ©; et je dĂ©clare maintenant pour chaque personne ici prĂ©sente sous la puissance du Saint-Esprit que JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablit.

En haut