ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication La Seconde Venue / 55-0220A / Phoenix, Arizona, USA // SHP 1 heure et 32 minutes PDF

La Seconde Venue

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 [Cet enregistrement est d’une trĂšs mauvaise qualitĂ© et difficilement perceptible; par consĂ©quent, le texte qui est prĂ©sentĂ© ici l’a Ă©tĂ© au mieux de notre capacitĂ© pour le moment.–N.D.E.]
Bonsoir, mes amis. Je suis trĂšs content d’ĂȘtre ici cet aprĂšs-midi, d’ĂȘtre dans...?... de cette ville...?.... de revenir Ă  Phoenix et d’avoir le...?... cette fois-ci...?... mon fils...?... c’est Ă  peu prĂšs la cinquiĂšme ou la sixiĂšme fois que je me retrouve Ă  Phoenix, dans mon ministĂšre. Et c’est plus que je n’ai Ă©tĂ© dans une quelconque autre ville. Et Il veut que je...?... en dehors de Chicago et de Phoenix...?... dans tous les Etats-Unis. Je suis Ă  Phoenix, en Arizona...?... plus que dans ma propre ville oĂč j’ai commencĂ© mon pastorat ...?... j’apprĂ©cie l’attitude...?... juste...?...
Ils sont...?... allumer l’appareil de chauffage et, vous savez, j’avais un tout petit peu froid, et–et j’étais assis lĂ , transpirant et...?... dehors, donc cela rend ma voix un tout petit peu rauque, la chaleur...?...
Et j’ai constatĂ© qu’avec ce temps chaud du sud, votre sang devient plus lĂ©ger. Et lĂ  au nord, eh bien, il devient Ă©pais. Vous ne pouvez tout simplement pas supporter la chaleur qu’endurent les gens du sud. Et lĂ , j’étais seul, eux Ă©taient trois, c’est donc mieux d’avoir un peu plus de chaleur que de mettre le... disons, trois sur trois pour avoir le froid.
E-2 Mais ça ira bien pour moi. Le Seigneur pourvoit toujours pour moi. Nous sommes content, trĂšs content d’ĂȘtre ici aujourd’hui. FrĂšre Moore, mon associĂ©, ainsi que frĂšre Brown, et nous, avons visitĂ© les prĂ©dicateurs venus de Texas. Peut-ĂȘtre que vous aimeriez...?... qu’on vous prĂ©sente ces hommes et les autres frĂšres. Nous sommes content d’ĂȘtre ici avec frĂšre Fowler, ainsi que tout son groupe de merveilleux prĂ©dicateurs.
Et il nous faut bien le faire sur le coup, parce que d’ici, on va Ă  la cĂŽte ouest. Et nous avions prĂ©vu de nous rendre Ă  Honolulu aprĂšs cela. Aussi avons-nous dĂ©sirĂ© nous arrĂȘter ici pour saluer nos amis de Phoenix. J’ai l’intention de passer environ dix ou onze jours et...?... Peut-ĂȘtre que nous pourrons nous familiariser pendant ce temps. Je l’espĂšre. Et notre priĂšre est que le Seigneur accorde Sa bĂ©nĂ©diction pendant ces services. Et nous espĂ©rons que ceci sera notre, pas le nĂŽtre, mais le temps le plus glorieux pour le Seigneur, alors que nous sommes assemblĂ©s ici Ă  Phoenix Ă  cause de Sa PrĂ©sence qui est toujours avec nous.
E-3 J’ai appris tout Ă  l’heure que notre bien-aimĂ© frĂšre Roberts venait de passer quelques semaines ici et que vous avez eu une sĂ©rie de merveilleuses rĂ©unions. Je suis trĂšs content d’apprendre cela, que frĂšre Roberts Ă©tait ici et que le Seigneur lui a donnĂ© une sĂ©rie de glorieuses rĂ©unions. C’est un merveilleux frĂšre, un serviteur du Seigneur. Et je pense que lĂ  oĂč les gens s’assemblent et prient, Dieu honore leurs priĂšres. Ainsi donc, je sais que vous avez dĂ©jĂ  Ă©tĂ© bĂ©nis par la prĂ©sence ici de frĂšre Roberts, comme le Seigneur est avec lui. Et puissions-nous partager certaines de ces bĂ©nĂ©dictions ensemble. Vous ĂȘtes toujours une bĂ©nĂ©diction pour moi. Et j’espĂšre que je le serai pour vous.
Et maintenant, la chose la plus glorieuse que nous avons, c’est cette merveilleuse communion autour de la Parole de Dieu, grĂące aux efforts fournis pour voir notre Seigneur sauver les perdus, ramener ceux qui s’étaient Ă©garĂ©s du chemin, et puis, surtout guĂ©rir Ses enfants malades et affligĂ©s. C’est lĂ  le but de notre prĂ©sence ici: essayer de faire le peu que nous savons faire, essayer d’aider tout au long de ce pĂšlerinage dans lequel nous sommes ici sur terre, pour rendre la vie un peu plus facile Ă  vivre correctement et un peu plus difficile Ă  mal vivre. C’est ce que nous... notre but, c’est voir JĂ©sus-Christ recevoir la gloire qui Lui est due parmi Son peuple.
E-4 Notre rĂ©union, ce n’est pas seulement une rĂ©union comme celle d’un Ă©vangĂ©liste qui arrive dans une ville, ou un groupe de pasteurs qui s’assemblent. On a besoin de voir un rĂ©veil commencer dans chaque coeur, et un–un profond dĂ©sir d’aller dans la communautĂ© ou ailleurs, prier avec les nĂ©cessiteux et ramener les perdus dans le Royaume de Dieu.
Et puis, que la rĂ©union elle-mĂȘme soit assez inspirĂ©e par le Saint-Esprit pour aller Ă  un...?... et ne pas aller Ă  une Ă©glise locale... mais Ă  chaque Ă©glise de la communautĂ©, juste...?... qu’elle soit bĂ©nie par l’union de nos coeurs. Je suis sĂ»r que c’est ce que notre Bienveillant PĂšre cĂ©leste veut de cette rĂ©union. Avec l’aide de Dieu, je ferai de mon mieux, et je suis sĂ»r que vous ferez aussi de votre mieux pour faire de ceci ce que le Seigneur JĂ©sus voudra que vous fassiez ici. Nous croyons qu’Il le fera.
E-5 Et maintenant, cet aprĂšs-midi, je... C’est la premiĂšre fois pour moi de venir comme ceci, parler aux gens Ă  la rĂ©union de l’aprĂšs-midi, au dĂ©but. GĂ©nĂ©ralement, l’organisateur, ou l’un d’eux, introduit avec les–les instructions et autres sur l’église, le premier aprĂšs-midi. Mais aujourd’hui, il m’incombe de venir faire cela. Et pratiquement, vous tous, vous avez Ă©tĂ© dans des rĂ©unions auparavant, et vous connaissez la ligne de conduite pour les rĂ©unions; nous ne sommes pas ici pour faire des prosĂ©lytes dans des Ă©glises. Nous sommes ici comme des frĂšres interdĂ©nominationnels pour reprĂ©senter le Seigneur JĂ©sus-Christ. Et nous aimerions voir chaque Ă©glise tirer profit de nos rĂ©unions. Et tout le monde, peu importe son Ă©glise, ou si vous n’avez pas du tout d’église, vous ĂȘtes le bienvenu au possible.
Et nous espérons que ces pasteurs seront bénis, que les prédicateurs seront inspirés par la Présence du Seigneur Jésus dans ces réunions.
E-6 Et maintenant, et aussi, enfin, nous ne sommes pas ici pour chercher l’argent. J’aurais souhaitĂ© que nous n’ayons pas Ă  solliciter une offrande dans la rĂ©union. Mais aussitĂŽt que le...
Jamais de ma vie je n’ai prĂ©levĂ© une offrande; jamais de ma vie je n’ai prĂ©levĂ© une offrande. Et... mais dans mon Ă©glise, lĂ  oĂč j’étais pasteur, en tant que prĂ©dicateur baptiste, pendant douze ans, je n’avais jamais perçu un sou comme salaire, mais je–je travaillais pour les autres. Le Seigneur m’ayant donnĂ© une bonne santĂ©, je pouvais travailler; alors, pourquoi ne pas travailler et ĂȘtre en mĂȘme temps pasteur? Eh bien, ce n’est pas le modĂšle pour chaque pasteur. En effet...?... Un ministre de l’Evangile ne peut pas aller travailler, prier et, ensuite, venir dans son Ă©glise...?... Il doit visiter ses membres et autres. Et le peu de dĂźmes et autres provenant des membres et leurs offrandes pourront certainement suffire Ă  prendre soin de lui. Et je pense que l’ouvrier mĂ©rite son salaire. Mais dans mon cas, je travaillais au service de l’environnement...?... le travail. Je pouvais travailler dans un service public.
E-7 Et–et les offrandes, nous... gĂ©nĂ©ralement, nous devons faire le budget du coĂ»t journalier de l’auditoire, ainsi que les–les dĂ©penses...?... et voir combien il nous faut avoir pour chaque offrande. AussitĂŽt cela prĂ©levĂ©, j’ai toujours demandĂ© aux organisateurs d’arrĂȘter de prĂ©lever les offrandes, aussitĂŽt les–les dĂ©penses couvertes, que ce qui est...?...
Et puis, Ă  la fin de l’offrande, ou plutĂŽt Ă  la fin des rĂ©unions, on me remet gĂ©nĂ©ralement une offrande d’amour. Et j’aurais souhaitĂ© ne pas avoir Ă  la recevoir. Mais j’ai une famille, il me faut couvrir nos dĂ©penses, que je prĂȘche aux...?... qui s’élĂšvent Ă  environ 100 dollars par jour, Ă  mon bureau et ailleurs. Et je paie mes collaborateurs.
Et, Ă  la fin des rĂ©unions, s’il n’y a pas assez d’argent pour couvrir les dĂ©penses Ă  faire, sans mendier ni faire pression sur les gens... je refuse catĂ©goriquement de faire cela. Je ne crois pas dans le fait de...?... C’est pourquoi vous ĂȘtes...?... ĂȘtes. Eh bien, je prĂ©fĂ©rerais procĂ©der ainsi et conserver la faveur de Dieu plutĂŽt que d’agir autrement...?... le budget, si ça ne s’autofinance pas, alors j’y affecterai mon offrande d’amour. De la sorte, nous n’avons pas Ă  demander...?... En tant qu’évangĂ©liste, nous...?... 5.000 dollars, le temps de...?... rĂ©unions par jour. Et ils m’aiment, c’est pourquoi ils me font confiance pour faire ça. Et j’en suis reconnaissant. Et jusqu’à prĂ©sent, par la grĂące de Dieu, nous n’avons jamais eu Ă  le faire, car je crois de tout mon coeur qu’il est convenable aux yeux de Dieu que je sois honnĂȘte dans mon coeur vis-Ă -vis de Dieu et de Ses enfants...?... Et c’est cet esprit que nous voulons toujours devant les gens.
E-8 Et nos rĂ©unions ne sont pas grandes... si grandes qu’il nous faut avoir des milliers par soirĂ©e. Je n’ai pas d’émissions radiodiffusĂ©es, ni tĂ©lĂ©visĂ©es, rien de ce genre, ni de journaux et autres; donc, cela n’exige pas beaucoup. Je peux prĂȘcher Ă  autant de gens possible, dans de petites rĂ©unions. Et c’est ainsi que je prĂ©fĂ©rerais garder cela. Ainsi donc, je peux visiter les gens et faire de mon mieux pour assister.
Je sais que chaque jour, je deviens plus vieux. Et un jour, j’aurai Ă  me tenir dans Sa PrĂ©sence pour rendre compte de ma gestion ici sur terre. Mais de tout mon coeur, les paroles que je dĂ©sire L’entendre prononcer en ce moment-lĂ , c’est: «C’est bien.» Et ce sera alors fini. Et j’aimerais rencontrer chacun de vous Ă  qui j’ai prĂȘchĂ© en Son Nom ici sur terre, plus des millions et des millions Ă  qui les autres ont prĂȘchĂ©.
E-9 Et maintenant, nous sommes dans des rĂ©unions... Nous avons tenu un service Ă  Lubbock, au Texas, il y a quelques jours, nous avons eu une merveilleuse rĂ©union. Les gens de l’ouest sont toujours trĂšs gentils envers nous, tout comme ceux de l’est. Et Ă  Lubbock, nous avions vraiment eu une rĂ©union extraordinaire, la PrĂ©sence du Seigneur...
Ainsi donc, nous... Ces courtes rĂ©unions... GĂ©nĂ©ralement, pour ce qui est de mon ministĂšre, je ne suis pas un guĂ©risseur divin. Tout le monde le sait. Je pense que les gens qui ont le bon sens, qui ont toutes leurs facultĂ©s savent qu’aucun homme n’est guĂ©risseur divin. Cela relĂšve de Dieu seul. Et jamais je–je n’ai reçu la puissance de guĂ©rir les malades, et si les autres disent qu’ils le font, eh bien, alors, je–j’espĂšre et j’ai confiance que c’est la vĂ©ritĂ©.
Je–je prĂ©fĂ©rerais voir notre Seigneur JĂ©sus descendre et accorder aux gens la puissance de guĂ©rir les malades. Mais je ne pense pas qu’Il l’ait dĂ©jĂ  fait, et mĂȘme Lui-mĂȘme n’a pas prĂ©tendu le faire; ainsi, je doute qu’Il...?... qu’Il le fasse de toute façon. Il a Lui-mĂȘme dit qu’Il n’était pas un GuĂ©risseur. Il a dit: «Ce n’est pas Moi qui accomplis les oeuvres, c’est Mon PĂšre. C’est Lui qui dit ce que...» Il a dit: «Je ne peux rien faire de Moi-mĂȘme. Mais Je ne fais que ce que Je vois faire au PĂšre». En d’autres termes, Il agissait conformĂ©ment Ă  la scĂšne que le PĂšre Lui montrait. Et c’est pareil aujourd’hui. C’est juste...?...
E-10 Et maintenant, quand Il me montre quelque chose, j’aimerais Lui obĂ©ir et annoncer aux gens exactement ce qu’Il m’a rĂ©vĂ©lĂ©. Ainsi... Jamais en aucun moment vous n’avez vu, si jamais vous avez vu un temps oĂč ce n’était pas conforme Ă  la Parole de Dieu, ou–ou il y avait une erreur, eh bien , je suis alors en erreur. Peu importe ce que c’est, c’est faux. Ça doit ĂȘtre biblique. Je crois que dans l’Ancien Testament, on avait des prophĂštes, des gens qui avaient des songes, des voyants et autres. Mais ils avaient un moyen de prouver si ces choses Ă©taient vraies ou pas. Si quelqu’un avait un songe ou si un prophĂšte donnait une prophĂ©tie et que cela ne faisait pas... que les lumiĂšres ne brillaient pas sur l’Urim Thummim qui Ă©tait sur le pectoral d’Aaron, une rĂ©action surnaturelle montrant que c’était vrai, alors, peu importe combien sincĂšre Ă©tait la personne qui croyait, cela Ă©tait faux.
Et je pense qu’aprĂšs la disparition de l’Urim Thummim, comme il Ă©tait sur le pectoral d’Aaron, je crois que Ceci est l’Urim Thummim de Dieu aujourd’hui, c’est Sa Parole. Si quelqu’un a un songe, ou qu’un prophĂšte prophĂ©tise et que, selon la Parole, le sien soit dans la Parole, je pense alors que c’est probablement la personne qui a Ă©tĂ© embrouillĂ©e. Je crois que Ceci est la Parole de Dieu, le plan de base de Dieu pour la rĂ©demption, et tout ce qu’Il me demande de faire pour suivre Sa mort, Son ensevelissement et Sa rĂ©surrection, se trouve dans la Parole de Dieu. Et jusqu’à prĂ©sent, je n’ai encore jamais vu cela dans la rĂ©union, Ă  ce que je sache, rien qui ait Ă©tĂ© dit et qui n’ait pas encore Ă©tĂ© soutenu par des Ecritures.
E-11 Eh bien, cela peut ne pas se conformer à la théologie de différentes églises, mais considérez exactement...?... un petit instant, et vous verrez que...?... dans ces...?...
Et JĂ©sus, quand Il Ă©tait venu sur terre, Son ministĂšre ne–ne convenait certainement pas Ă  la thĂ©ologie de l’époque, Ă  telle enseigne qu’ils pensaient qu’Il Ă©tait un liseur de pensĂ©es, ou parce qu’Il connaissait leurs pensĂ©es... Et Il avait une oeuvre surnaturelle que... Eh bien, ces gens raffinĂ©s disaient qu’Il Ă©tait du diable, BĂ©elzĂ©bul. Et cela n’était pas conforme Ă  leur enseignement. Mais c’était conforme Ă  la Parole de Dieu. C’est la Bible qui le dit, si vous n’avez pas entendu cela sous cet angle.
Et les passages des Ecritures que nous enseignons nous disent...?... Et chaque–chaque passage des Ecritures peut avoir une double application. Je ne sais pas si vous avez peut-ĂȘtre lu cela ou pas. J’espĂšre que vous avez eu le temps d’en prendre connaissance. Par exemple, dans Matthieu 3, il est dit que... Eh bien, cela est Ă©crit au sujet de JĂ©sus, il est dit: «J’ai appelĂ© Mon Fils hors d’Egypte», c’est Ă©videmment ce passage des Ecritures qu’on utilisait dans l’Ancien Testament; Dieu a appelĂ© Son Fils hors d’Egypte (voyez?).
Si vous lisez dans les notes marginales, cela renvoie en fait Ă  Isaac, IsraĂ«l est sorti de l’Egypte, mais aussi, IsraĂ«l Ă©tait Son fils, et JĂ©sus Ă©tait aussi Son Fils. Donc, un mĂȘme passage des Ecritures peut avoir deux applications: «Il a appelĂ© Son Fils hors d’Egypte», beaucoup d’autres passages de la Bible...
E-12 Et nous croyons que les promesses que nous avons se rĂ©pĂštent aujourd’hui... Et je vais Ă  divers...?... les mĂ©thodistes, les catholiques, les pentecĂŽtistes, tous ensemble. Nous avons cherchĂ© Ă  Ă©riger une barriĂšre sur ces choses Ă  cause de la doctrine d’un homme, de son Ă©glise. Nous croyons ceci: Chaque personne qui est nĂ©e de l’Esprit de Dieu est fils ou fille de Dieu, peu importe l’église qu’elle frĂ©quente. Et les petites sĂ©grĂ©gations et autres qu’on a Ă  cause des barriĂšres dĂ©nominationnelles, nous essayons de les minimiser et de nous tenir bien Ă  la brĂšche. C’est ce que j’ai fait depuis le dĂ©but. J’ai quittĂ© l’Eglise baptiste pour faire cela, je suis venu et je me suis tenu Ă  la brĂšche, en disant: «Nous sommes frĂšres. Rassemblons-nous.» Nous ne pouvons pas nous mettre d’accord sur diverses doctrines et autres.
Il n’y a pas deux femmes ici qui puissent se mettre d’accord sur la façon de faire le mĂ©nage, quand bien mĂȘme elles peuvent ĂȘtre ensemble...?... nos regards fixĂ©s sur Dieu... Ainsi donc, faisons... NĂ©anmoins, elles peuvent ĂȘtre voisines; nous pouvons ĂȘtre des voisins, en fait avoir...?... regarder par-dessus la clĂŽture, se parler, se serrer la main, et apporter...?... je pense...?... Ne le pensez-vous pas?
E-13 C’est donc pour cela que nous sommes lĂ . Les rĂ©unions sont censĂ©es commencer chaque soir Ă  19 h 30, je suppose, et vont... GĂ©nĂ©ralement, les prĂ©liminaires... Et puis, aprĂšs cela, je ne sais pas encore exactement ce que nous sommes...
Les rĂ©unions consisteront essentiellement dans l’enseignement de l’Evangile, et nous aurons des rĂ©unions d’évangĂ©lisation, ou nous laisserons les autres frĂšres faire cela pour que moi, je prie pour les malades. C’est ce que nous avons...?... frĂšre...?... et diffĂ©rents collaborateurs.
Tout ce pour quoi je suis ici, c’est pour suivre des instructions de mes frùres tant que cela n’interfùre pas avec ce que Dieu a...?... pour que j’accomplisse. Ainsi donc, nous aborderons cela plus tard.
Cet aprĂšs-midi, en nous rassemblant, je me disais qu’il serait bon, cet aprĂšs-midi, pendant que nous sommes ensemble, que nous puissions... J’aimerais vous raconter mon voyage que vous avez tous parrainĂ©, en m’envoyant en Inde, si vous voulez que je le fasse. Voudriez-vous entendre parler du voyage en Inde? Merci. Et nous allons–nous allons parler de l’oeuvre missionnaire pendant les trente prochaines minutes ou quelque chose comme cela.
Et il y a ici des nouveaux venus, je n’avais jamais pensĂ© qu’ils seraient ici. L’annĂ©e passĂ©e, avant d’aller en Inde, vous m’aviez donnĂ© ici une offrande, une offrande missionnaire. Je l’ai prise de bon coeur, vous l’aviez aussi donnĂ©e de bon coeur, afin qu’elle soit affectĂ©e Ă  la gloire de Dieu. Et je pense qu’il est de mon devoir de vous raconter comment cette... ce qui a Ă©tĂ© fait avec cette offrande missionnaire que vous m’aviez donnĂ©e, ce Ă  quoi elle a Ă©tĂ© affectĂ©e.
E-14 Et avant d’aborder cela, de lire la Parole de Dieu... Dieu ne bĂ©nira pas mes paroles, mais que Dieu bĂ©nisse Ses Paroles. Ma parole faillira donc, car je ne suis qu’un homme, mais Ses Paroles ne peuvent pas faillir, parce qu’Il est Dieu. Ainsi donc, faisons, avant de lire Cela, demandons-Lui de nous rencontrer maintenant, de bĂ©nir cette salle, le lieu que nous frĂ©quentons pour nous rĂ©unir pour Sa gloire.
Nous aimerions remercier le... c’est le lieu saint, n’est-ce pas...?... ouvrant leur... le lieu saint...?... Ils ont Ă©tĂ© gentils envers moi, partout oĂč je suis allĂ©. Ils ont ouvert leurs portes, et ils m’ont accordĂ© l’occasion de parler...?... Ils ont ouvert leurs portes...?...
Je suis l’unique de ma famille, chez mon pĂšre ou du cĂŽtĂ© de ma mĂšre, ou aussi du cĂŽtĂ© de ma femme...?... chez les francs–maçons, les temples, ou...?... dans leurs organisations. Et puisse Dieu les bĂ©nir, c’est ma priĂšre, qu’eux tous... Eux tous...
Maintenant, nous savons, si je peux dire ceci, que chacun de vous est chrĂ©tien... Si l’église ne peut pas faire que tout le monde devienne chrĂ©tien, combien moins encore une organisation devrait...?... Mais nous prions que–que le Seigneur JĂ©sus-Christ, dans Sa misĂ©ricorde, sauve chacun d’eux avant que nous quittions cette ville...?... Que Dieu vous bĂ©nisse tous.
E-15 Maintenant, pendant que nous avons nos tĂȘtes inclinĂ©es pour parler Ă  ce Glorieux Roi que...?... Notre Bienveillant PĂšre cĂ©leste, nous venons Ă  Toi aujourd’hui dans ce Nom tout suffisant du Seigneur JĂ©sus, sachant que Tu as promis: «Tout ce que vous demanderez en Mon Nom, Je le ferai.» Et nous venons en Le prĂ©sentant, pas nous-mĂȘmes, car Dieu n’a jamais promis de... que Tu exaucerais en notre nom, mais Tu as promis d’exaucer en Son Nom. Ainsi, nous Le plaçons devant nous, alors que nous venons Ă  Toi. Exauce-nous, Seigneur, comme nous parlons par JĂ©sus.
Nous Te remercions pour cette occasion que nous avons de nous assembler ici dans cette grande ville, d’ĂȘtre assis ici. Et aujourd’hui, en nous rassemblant Ă  Phoenix, quelque chose tirĂ© du chaos... Et nous Te prions, PĂšre, de susciter, par Ta grande foi, de ce chaos...?... une merveilleuse Eglise pour le Dieu vivant. Remplis de l’Esprit, oins de telle maniĂšre que de grands hommes de Dieu puissent s’avancer...?... avec un message lĂ  oĂč...?... BĂ©nis chaque Ă©glise de cette ville, chaque pasteur. Et nous Te prions de bĂ©nir ces gens, de bĂ©nir cette organisation qui nous a ouvert ses portes ici pour nous permettre d’utiliser ce temple ici pour y adorer.
E-16 PĂšre, nous prions que le Saint-Esprit entre dans ce temple aujourd’hui et oigne ce lieu. Que chaque ange prenne position selon...?... Que tout celui qui vient Ă  ce...?... soit tellement rempli du Saint-Esprit que sa vie Te sera complĂštement consacrĂ©e. Nous dĂ©dions maintenant, au Nom de Ton Fils, le Seigneur JĂ©sus, ce lieu pour ce rĂ©veil; que de grandes oeuvres s’accomplissent, que des pĂ©cheurs viennent Ă  l’autel chercher la paix pour leurs Ăąmes fatiguĂ©es. Que ceux qui...?... du chemin battu, que Tu les appelles...?... Puissent-ils venir humblement Ă  la croix de Christ une fois de plus accepter le pardon pour avoir rĂ©trogradĂ©.
Seigneur, Tes enfants souffrent dans cette ville et dans le monde entier. Ô Dieu, qu’il entre dans cette salle, ce soir, une vĂ©ritable foi qui fera qu’ils soient tous guĂ©ris. Puissent-ils...?... PĂšre...?... susciter la foi, qu’une oeuvre du Saint-Esprit complĂšte la foi avec Ton...?... pour tout le monde.
BĂ©nis chaque cantique. BĂ©nis les Ă©vangĂ©listes, les pasteurs, tous. Puissent-ils...?... promesse. Mais, Seigneur, oins-les du Saint-Esprit dans la PrĂ©sence divine. Accorde-le, PĂšre, pour l’heure dans laquelle nous Te servons maintenant. Accorde-le, ĂŽ Dieu, pour ce soir, car nous en sommes arrivĂ©s lĂ  oĂč nos pensĂ©es et le...?... ce que nous...?... maintenant, par le lavage d’eau par la Parole du Seigneur. SĂ©pare-nous, PĂšre, de mauvaises pensĂ©es...?... toutes les oeuvres qui ne sont pas Tiennes, que nous soyons pardonnĂ©s pour ces choses...?... la ligne de priĂšre, nous prions. Accorde-le, PĂšre, car nous Te confions tout cela maintenant au Nom de Ton Fils, le Seigneur JĂ©sus. Amen.
E-17 M’entendez-vous bien, le long des murs? Si vous m’entendez, voudriez-vous lever la main pour montrer que vous m’entendez? Par ici? Trùs bien. Là au fin fond, ici derriùre...?... C’est–c’est bien. Entre...?...soyez en priùre, et le Saint-Esprit...?...
Maintenant, premiĂšrement, nous aimerions lire une portion de Sa Parole. Et juste pour...?... je parle des visions, je me suis dit qu’il serait indiquĂ©, dans Saint Marc, chapitre 16, Ă  partir du verset 14.
Enfin, Il apparut aux onze, pendant qu’ils Ă©taient Ă  table, et Il leur reprocha leur incrĂ©dulitĂ© et la duretĂ© de leur coeur, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient vu ressuscitĂ©.
Puis Il leur dit: Allez par tout le monde, et prĂȘchez la bonne nouvelle Ă  toute la crĂ©ation.
...Ses bĂ©nĂ©dictions Ă  la lecture de Sa Parole. Cette commission, qui a Ă©tĂ© donnĂ©e par le Seigneur, Ă©tait de prĂȘcher la Bonne Nouvelle au monde entier. Eh bien, parfois, nous nous demandons...
Et, dans mon coeur, je n’aimerais pas prĂ©mĂ©diter ce qui est Ă  dire avant que je vienne Ă  l’estrade, parce que je ne suis pas instruit. Et ma grammaire est certainement mĂ©diocre. Et si j’écrivais ce qui est Ă  dire...?... La raison pour laquelle je...?... je crois que c’est...?... donc, cela ne me servirait Ă  rien. Je dois donc dĂ©pendre totalement de Lui pour ce qui doit ĂȘtre dit. Et je m’en suis tirĂ© pendant 23 ans, et je continue Ă  y faire confiance. Ainsi donc, Il nous a gardĂ© sain et sauf jusqu’à prĂ©sent.
E-18 Maintenant, c’est ce que je crois du fond de mon coeur, on dirait, pendant les quelques derniĂšres semaines, j’ai prĂȘchĂ© sur la Seconde Venue du Seigneur JĂ©sus. Puis, j’ai essayĂ© cela Ă  Chautauqua, j’ai essayĂ© cela suivant l’enseignement qu’Il a donnĂ©...?... Je me disais que je le ferais l’autre soirĂ©e Ă  Shreveport. Je pense que je vais consacrer cette rĂ©union...?... donc, Ă  la Seconde Venue...
Et actuellement, j’écris un livre, pas juste comme mes autres livres; en effet, ils sont–ils sont Ă©crits par d’autres personnes. Et moi, je ne suis pas instruit, je suis donc... GĂ©nĂ©ralement, le problĂšme, c’est de comprendre mon parler sassafras. Donc, je vais simplement l’écrire dans mes propres termes, une sorte de commentaire sur la guĂ©rison divine, ma propre expĂ©rience avec le Saint-Esprit, et le Saint-Esprit en est le thĂšme; et ce qu’Il reprĂ©sente en matiĂšre de guĂ©rison divine. Et j’aimerais tirer cela du Livre de la GenĂšse, de celui d’Exode, de DeutĂ©ronome et autres, chacun, un extrait de chaque Livre sur la guĂ©rison divine, et relier cela au Nouveau Testament.
Et maintenant, j’enregistre cela sur bande magnĂ©tique, ainsi, peut-ĂȘtre, je pourrais aussitĂŽt le faire transcrire; alors, j’aurai ça. Donc, dans... Dieu m’a dit...?...
E-19 Je crois que nous vivons dans l’un des jours les plus merveilleux dans lesquels nous ayons jamais vĂ©cu, et dans le temps le plus glorieux que les hommes aient jamais vĂ©cu sur terre; en effet, vous direz: «Qu’en est-il de l’époque oĂč JĂ©sus Ă©tait ici?»
Eh bien...?... Il Ă©tait venu pour ces...?... sur la scĂšne et puis...?... S’Il Ă©tait...?... il arrivera un temps oĂč ils ne pleureront plus jamais. C’est lĂ  oĂč nous... Et c’était en plein milieu du pĂšlerinage de l’ĂȘtre humain ici sur terre. Et maintenant, nous devenons... Ce temps met fin Ă  toute vie mortelle, on entre maintenant dans l’immortalitĂ©. Et puis, tout... humain...
Tous les pĂ©chĂ©s de tous les Ăąges s’installent dans ces gĂ©nĂ©rations qui vivent prĂ©sentement. Toutes les faiblesses issues de nos pĂšres, par des traditions innĂ©es, ont Ă©tĂ© transmises; alors, les maladies et les afflictions jamais connues dans le monde entier se dĂ©clarent.
E-20 Et puis, autre chose, je pense que quand Satan, et il a Ă©tĂ© prophĂ©tisĂ© qu’il errerait comme un lion rugissant dans les derniers jours pour dĂ©truire la vie mortelle et la Vie spirituelle, et tout ce qu’il peut... Je crois donc que si toutes les ordures, tous les maux sont dĂ©versĂ©s sur la race humaine en ce jour-ci, je crois aussi que toutes les bĂ©nĂ©dictions seront dĂ©versĂ©es, comme autrefois...?... par le PĂšre cĂ©leste, sur l’Eglise en ces derniers jours. Et quel jour dans lequel nous vivons!
Oh! je...?... J’espĂšre voir Sa Venue. Je crois que nous y sommes maintenant, car je–j’espĂšre vivre jusqu’au jour oĂč je verrai les gens venir de l’Arizona, Ă  travers le dĂ©sert, main dans la main, pour la rencontre dans les airs. Quel jour ce sera! J’espĂšre que votre coeur Ă©prouve un ardent dĂ©sir, frĂšres, sachant que les bombes atomiques, les bombes Ă  hydrogĂšne et les bombes Ă  cobalt sont suspendues Ă  la portĂ©e de main de l’ennemi mĂ©chant. Un fanatique peut dĂ©truire complĂštement le monde entier en quelques heures, en une nuit...?... Cela se trouve entre les mains des pĂ©cheurs impies. Vous allez...?... C’est tout. Dans ce....
Et quel jour dans lequel nous vivons, oĂč Dieu apprĂȘte Son Eglise! Oh! Si seulement nous pouvons...?... Dieu nous bĂ©nira, ouvrira nos yeux pour voir ce qu’Il est en train de faire. Je savais que c’était difficile Ă  dire, car je reconnais que le fanatisme...?... qui croit simplement cela. Mais vous pouvez voir que la mĂȘme chose s’est produite juste avant l’apparition du vĂ©ritable JĂ©sus pour la premiĂšre fois. Et vous ĂȘtes tenu d’en avoir beaucoup plus, juste avant que nous voyions la chose la seconde fois. Donc, cela donnera seulement la vie Ă  vous, les croyants, afin que vous soyez prĂȘts, car cette heure est proche.
E-21 Maintenant, aujourd’hui, Ă  mon humble avis, ce passage des Ecritures que je viens de lire est l’un des messages les plus glorieux et les plus importants qui puissent ĂȘtre prĂȘchĂ©s aujourd’hui. Cependant, je n’ai pas l’intention de prĂȘcher lĂ -dessus; je m’en sers simplement comme une Ecriture de base pour un entretien, une expĂ©rience missionnaire.
Mais nous surveillons ce qui reste Ă  se produire avant la Venue de JĂ©sus. Je crois que cela est en train d’arriver aujourd’hui.
Eh bien, JĂ©sus ne nous a jamais ordonnĂ© d’aller bĂątir des Ă©glises, quoique ce soit une bonne chose. JĂ©sus ne nous a jamais ordonnĂ© d’instituer une organisation, quoique ce soit une bonne chose. Il ne nous a jamais ordonnĂ© de bĂątir des hĂŽpitaux, quoique ce soit une bonne chose. Il ne nous a jamais ordonnĂ© d’avoir des sĂ©minaires, quoique ce soit une bonne chose. Mais ce qu’Il nous a ordonnĂ© de faire, nous avons mis ces choses dont je viens de parler Ă  la place de ce qu’Il nous a ordonnĂ© de faire: «Allez par tout le monde, et prĂȘchez la Bonne Nouvelle», pas construire des Ă©glises, pas avoir des gens dans une organisation, pas faire ces choses, mais prĂȘcher la Bonne Nouvelle.
E-22 JĂ©sus a dit...?... Ils L’ont crucifiĂ©. Mais Il a promis de revenir. Il a dit: «Car cette Bonne Nouvelle sera prĂȘchĂ©e dans le monde entier pour servir de tĂ©moignage, alors Il reviendra. Et Il ne va pas revenir, et Il ne peut pas revenir, avant que cela ait eu lieu. JĂ©sus compte sur Son Eglise pour qu’elle exĂ©cute Ses instructions. On a mis Ă  la place les enseignants de la thĂ©ologie et autres, et on a laissĂ© les vraies choses qui rendent cela si rĂ©el. PrĂȘchez la Bonne Nouvelle. Eh bien, alors Dieu... Eh bien, vous direz: «Eh bien, FrĂšre Branham, avons-nous prĂȘchĂ© la Bonne Nouvelle toutes ces annĂ©es?» Avec respect, je dirai, non. Voyez?
Savez-vous que les deux tiers du monde n’ont mĂȘme jamais entendu un seul mot sur JĂ©sus-Christ? Les deux tiers de la population de ce monde n’ont jamais entendu parler du Seigneur JĂ©sus-Christ. Un tiers... Et le christianisme occupe environ la troisiĂšme ou la quatriĂšme place. En premier, il y a les musulmans, les bouddhistes et autres, ensuite le christianisme, tous les protestants et les catholiques mis ensemble. Voyez-vous combien nous sommes restĂ©s si loin derriĂšre eux?
E-23 Ensuite, dans tout... Ensuite, nous avons nos petites divergences les uns avec les autres, entre les catholiques et les protestants. Les protestants... Ceci est le plein Evangile, et «nous avons eu...?...» et autres. Chacun d’eux reçoit...?... Ici nous combattons les uns contre les autres.
Oh! la la! Voyez-vous? ArrĂȘtons-nous quelques minutes et pensons donc Ă  ces choses. Et laissez-moi dire... J’aime une joie intense. C’est pourquoi nous–c’est pourquoi nous adorons le Saint-Esprit dans les chants. Il nous faut avoir...?... Mais il doit arriver un temps oĂč nous devons Ă©plucher le maĂŻs avant de pouvoir le manger. Mais venons-en aux enseignements et aux pensĂ©es trĂšs solides de l’Evangile, et voyons lĂ  oĂč nous pouvons commencer...?... et comme ça.
L’Evangile, ça ne veut pas dire distribuer des tracts. Ils sont une bonne chose. Que Dieu nous donne davantage de sociĂ©tĂ©s qui impriment des tracts. C’est un moyen de s’y prendre. Mais je pense que la–la sociĂ©tĂ© qui fait des tracts a fait un travail plus glorieux et a plus...?... a fait plus que nous les prĂ©dicateurs de l’Evangile n’avons fait, et si eux n’ont pas...?... C’est vrai. En effet...?... encore sur terre.
E-24 L’Evangile, ce n’est pas aller leur enseigner la Bible. Ce n’est pas ça l’Evangile. Il est dit dans les Ecritures que l’Evangile ne nous est pas parvenu en parole seulement, mais avec puissance et dĂ©monstration du Saint-Esprit. L’Evangile qui est la Parole... mais la lettre tue, et l’esprit vivifie.
Maintenant, une semence dĂ©posĂ©e ici sur la...?... ici sur la chaire reste juste une semence Ă  moins de mourir et de germer–de germer et de mourir, elle ne fera jamais quelque chose. Ainsi, la semence... Cette Parole doit ĂȘtre rendue manifeste pour ĂȘtre de Dieu.
Il a dit: «Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.»
Maintenant, aux gens...?... que la parole Ă©tait...prononcer une parole, c’est exprimer une pensĂ©e. Cela a dĂ» ĂȘtre une pensĂ©e avant de pouvoir devenir une parole. Ainsi Dieu, au commencement, avait exprimĂ© la pensĂ©e de ce que ça serait, Il a prononcĂ© la Parole pour cela. Nous voyons... nous recevons la Parole, et cela produit ce qu’était la pensĂ©e de Dieu. La Parole, c’est l’Evangile sous forme de semence.
E-25 Si vous me demandez... disant: «FrĂšre Branham, dans votre Etat vous avez des chĂȘnes. Voudriez-vous me donner un chĂȘne?» Et je vais vous apporter un–un gland. Vous avez un... vous avez potentiellement un chĂȘne. Mais cela est sous forme de semence. Vous ne pouvez pas dire que vous avez concrĂštement un arbre avant que cette semence ait produit un arbre.
Eh bien, prĂȘcher la Parole est un gland, mais faire vivre cela, c’est l’Evangile, voyez. C’est vrai. S’Il a promis le Saint-Esprit, c’est la Parole. Et recevoir le Saint-Esprit, c’est faire vivre cela, manifester cela. S’Il a promis Ses bĂ©nĂ©dictions par la Parole, qu’ensuite Il envoie la Parole et manifeste ce qu’Il a dit, ça, c’est l’Evangile. «Allez par tout le monde, et prĂȘchez la Bonne Nouvelle Ă  toute la crĂ©ation»
E-26 Le...?... Beaucoup de preuves, le simple fait d’enseigner la Parole ne fera pas la chose. Il a dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en Mon Nom, ils chasseront les dĂ©mons (les mauvais esprits); ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; ou s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.» Eh bien, c’est ça l’Evangile qui a atteint... qui a Ă©tĂ©... et la thĂ©ologie et l’enseignement ont remplacĂ© cela.
Eh bien, je crois que nous vivons en un jour oĂč le Saint-Esprit est en train d’agir sur le coeur des gens, peu importe combien il y a des critiques, des fanatismes, Dieu est tenu de prendre cela...?... du milieu des Gentils, aussi parfaitement que je me tiens sur cette estrade, et Il le fera.
Et je crois que l’action est en cours maintenant, cela se manifeste. Ainsi, c’est pourquoi mon coeur brĂ»le. J’ai failli... Je sais que je ne m’adresse pas Ă  toute l’AmĂ©rique, mais je m’adresse aux AmĂ©ricains, ou plutĂŽt Ă  ceux qui se disent AmĂ©ricains; les vrais AmĂ©ricains, ce sont des Indiens. Ils occupaient leur pays, mais vous le leur avez arrachĂ©. Et nous nous disons AmĂ©ricains.
E-27 Mais je crois que le grand appel pour le rĂ©veil en AmĂ©rique a Ă©tĂ© rejetĂ© par tout le peuple amĂ©ricain. Il ne peut simplement pas concevoir, ou plutĂŽt percevoir la Parole. On a suffisamment prĂȘchĂ© l’Evangile sous forme de la Parole Ă  travers l’AmĂ©rique pour faire subsister ce pays comme un second jardin d’Eden. Mais ils ont rejetĂ© cela. Et les grands Ă©vangĂ©listes, Billy Graham, Jack Shuler, beaucoup d’autres grands hommes, Oral Roberts, ont parcouru le pays, prĂȘchant l’Evangile, Dieu a agi. Oh! Il agit sur les gens et ces derniers acceptent le–le Christ comme leur Sauveur personnel, ils retournent dans le bourbier du monde exactement tels qu’ils Ă©taient au dĂ©but.
Une chose telle que la foi intellectuelle! Il y a quelques semaines, Ă  Chicago, je suivais quelque chose qui Ă©tait rapportĂ© Ă  la radio, et cela avait vraiment rĂ©joui mon coeur. Quand il a dit que... voit ce qui a Ă©tĂ© dit: «L’homme est telles que sont les pensĂ©es dans son coeur.» Et...?... le coeur. Des hommes de science disaient que Dieu avait tout mĂ©langĂ© lĂ , qu’il n’y avait pas dans le coeur des facultĂ©s mentales pour penser avec; que l’homme ne pensait qu’avec son esprit. Son esprit Ă©tait l’unique chose avec laquelle il pensait, et non pas son coeur, avec son esprit. Mais Dieu a dit ici... considĂ©rez cela... Il a dit: «le coeur», Il voulait dire le coeur.
Il y a quelques semaines, la mĂ©decine a trouvĂ© qu’au centre du coeur humain il y a un tout petit compartiment n’ayant mĂȘme pas de cellules de sang ni rien tout autour. Et on dit que c’est lĂ  la demeure de l’ñme. Les animaux ne l’ont pas. Donc, aprĂšs tout, Dieu avait raison. L’homme pense avec son coeur.
E-28 Or, vous pouvez avoir une foi intellectuelle aprĂšs avoir Ă©coutĂ© la Parole, puis La saisir avec votre esprit, L’accepter sur cette base-lĂ , ce qui est une foi intellectuelle. Mais la foi dont JĂ©sus parlait dans Saint Jean 5.24: «Celui qui Ă©coute Ma Parole et qui croit Ă  celui qui M’a envoyĂ© a la Vie Eternelle», cela ne vient pas de la foi intellectuelle; cela vient de l’expĂ©rience de la nouvelle naissance. L’homme est tel que sont les pensĂ©es dans son Ăąme, il est nĂ© de nouveau. Et c’est de lĂ  que provient la pensĂ©e, de son Ăąme, et non pas de son esprit, mais de son Ăąme, quelque chose qui dĂ©clare que c’est vrai. Et le contraire est faux. Amen. J’espĂšre que vous saisissez cela. Vous le savez de toute façon. Oh! Non pas ce que le mĂ©decin dit, ce que le mĂ©decin dit, ce que l’évangĂ©liste dit, vous savez chaque fois dans votre Ăąme. Et lorsque ce qui est en vous est nĂ© de nouveau...?... mais c’est le... de Dieu... l’Evangile Ă  l’homme. C’est l’Evangile pour mon...
E-29 AprĂšs avoir voyagĂ© outre-mer, ĂȘtre parti en Afrique et Ă  diffĂ©rents endroits, avoir vu... Je pense vous avoir racontĂ© la derniĂšre fois que j’étais ici...?... je suis arrivĂ© Ă  la premiĂšre rĂ©union en Afrique, oĂč nous avions eu 30.000 convertis en une seule...?... Je crois dans l’Evangile.
Puis, lorsque nous sommes allĂ©s en Inde, aprĂšs ĂȘtre passĂ© par ici et vous avoir annoncĂ© que j’allais effectuer un voyage en Inde, notre premiĂšre escale, aprĂšs avoir quittĂ© New York, Ă©tait Lisbonne au Portugal. Ils avaient un grand camion qui attendait, et nous sommes montĂ©s Ă  bord; il y avait lĂ  un jeune homme allemand qui connaissait tout le...?... Eh bien...?...
Eh bien, je...?... les images des chrĂ©tiens et autres. Ils ont offert un petit dĂźner. Et c’était une occasion de tĂ©moigner du glorieux Evangile en la...leur prĂ©sence. Evidemment, ils... Le Portugal est pratiquement catholique Ă  cent pour cent. La plupart d’entre eux ne vont pas Ă  l’église, mais ils sont... C’est juste l’église Etat, ainsi–ainsi ils sont catholiques par... du fait qu’ils sont Portugais. Ils pensent que nous, nous sommes des chrĂ©tiens, parce que nous sommes des AmĂ©ricains. Cela ne veut pas dire qu’on est chrĂ©tien.
Le fait que votre pĂšre et votre mĂšre ont Ă©tĂ© chrĂ©tiens n’est pas une Ă©vidence que vous, vous ĂȘtes chrĂ©tien. Vous ĂȘtes chrĂ©tien aprĂšs ĂȘtre nĂ© de nouveau de l’Esprit de Dieu en vous. Alors, vous ĂȘtes chrĂ©tien.
E-30 Mais lĂ , nous avons trouvĂ© une petite Ă©glise pentecĂŽtiste lĂ , loin sur le flanc de la colline. Oh! Ils sont pratiquement partout. Et nous avons pu tenir une sĂ©rie de rĂ©unions pendant quelques soirĂ©es lĂ  sur la colline oĂč nous nous sommes retirĂ©s. Nous n’étions pas sensĂ© prier pour les malades lĂ -bas. Mais, tenez, quand je me suis dĂ©barrassĂ© de tous ceux qui Ă©taient avec moi, nous sommes allĂ©s prier pour les malades. Et vous parlez de la guĂ©rison, nous en avons eu une. Oh! la la! Les Ăąmes affamĂ©es qui aiment le Seigneur! AussitĂŽt aprĂšs, c’était l’appel Ă  l’autel, cent pour cent d’entre eux Ă©taient des catholiques, ils ont cru. Ils ont acceptĂ© le Seigneur JĂ©sus. Oh! une merveilleuse rĂ©union!
E-31 Et de lĂ , nous sommes allĂ©s Ă  Rome. Et comme vous le savez, je n’ai aucune raison... Mes aĂŻeux Ă©taient tous catholiques. Et, Ă©videmment, je tenais Ă  visiter Rome. Eh bien, je n’ai rien contre les catholiques, ils sont prĂ©sents ici aujourd’hui. Mes amis catholiques, je ne suis pas contre vous, pas plus que je ne le suis contre les protestants. Je ne me dis ni catholique ni protestant, ni l’un ni l’autre. Je me dis croyant de la Bible et adorateur du Seigneur JĂ©sus-Christ.
E-32 Voici pourquoi. Les catholiques disent: «Cette Parole est inspirĂ©e d’un bout Ă  l’autre. Mais l’église est au-dessus de la Parole.» C’est faux.
Les protestants disent: «Ceci est inspirĂ© tant je crois que c’est inspirĂ©. Ce que nous voyons que c’est non inspirĂ©, c’est ce que nous pensons ĂȘtre non inspirĂ©...» Prenez juste cela, cette partie-lĂ , ce que votre thĂ©ologie vous permet de dire que C’est inspirĂ©. Pour moi, chaque Parole est inspirĂ©e, et c’est l’unique fondement du chrĂ©tien. Je crois que c’est la Parole de Dieu. Je sais ce que...?... Mais c’est vrai aujourd’hui. C’est aussi vrai que je me tiens ici et...?... C’est l’infaillible et Ă©ternelle Parole de Dieu, toujours prĂ©sente. Et franchement, c’est Dieu Lui-mĂȘme vivant sous forme de la Parole.
C’est merveilleux, n’est-ce pas? Pensez-y, amis: Dieu Lui-mĂȘme sous forme de la Parole. Eh bien, amis, je prĂ©fĂ©rerais recevoir cela plutĂŽt que tous les conseils catholiques et protestants mis ensemble. Ceci est la Parole de Dieu. Dieu n’est jamais mort...?... Au commencement, Il Ă©tait la Parole, et Il est toujours la Parole.
E-33 Eh bien, lĂ , nous tenions Ă  visiter la citĂ© de Vatican...?... l’hĂŽtel et autres. C’était vrai...?... Nous sommes allĂ©s visiter la citĂ© de Vatican, lĂ , la basilique Saint-Pierre et autres. Eh bien, j’ai Ă©tĂ© probablement un peu déçu ce jour-lĂ  quand on racontait que c’est lĂ  que Pierre avait Ă©tĂ© enseveli; ça, je ne le crois pas. En effet, je pense qu’on en avait un peu discutĂ©. Et ils ne voulaient pas croire, ainsi donc... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Tous les temps...?... dans ces catacombes, si on y entre, on voit toutes les images et les oeuvres des saints de l’époque primitive qui sont enterrĂ©s, c’était juste donc un cimetiĂšre sous terre. Les petits enfants, vous voyez lĂ  oĂč on les a ensevelis...?... Ainsi donc, Dieu avait peut-ĂȘtre quelques paroles lĂ -dessus. Si vous voulez croire le...?... Je crois donc...?...
Il a dit: «C’est ici que Patrick a Ă©tĂ© enseveli.»
J’ai dit: «Cela ne lui ressemble pas tellement, les tombes telles que vous les avez lĂ ...?...»
E-34 Et nous sommes sortis de lĂ . Puis, nous sommes allĂ©s voir lĂ  oĂč Paul avait Ă©tĂ© dĂ©capitĂ©, je suis entrĂ© lĂ , dans une petite cellule froide et lugubre. Je me suis Ă©tendu sur le petit lit oĂč il se couchait... Ça m’a Ă©tonnĂ©, sous l’inspiration du Saint-Esprit...?... lĂ , l’égout.
Je me suis dit: «Ô Dieu, ma Bible reprĂ©sente beaucoup pour moi.» Je crois qu’Elle est inspirĂ©e. Il y avait...?... Ă©pĂźtres.
Puis, la chose suivante, on voulait me montrer une grande Ă©glise oĂč se tenait continuellement cette grande messe. Je m’y suis rendu, et ils avaient une grande messe, ou une espĂšce de messe. Et une dame m’y a amenĂ©, et je suis descendu sous ce bĂątiment, lĂ  il y avait un cimetiĂšre, on y enterrait tous les moines, jusqu’à ce que leur chair se dĂ©tachait des os, puis on prenait les os et on en faisait des roues, toutes les fixations des lampes sont de petits...?... des os et autres, ça devenait des fixations des lampes et autres, c’était suspendu aux os humains. Et d’autres tombes pour enfants Ă©taient...?... On prend les os, et on fait donc avec un cimetiĂšre en dessous de l’église. Et alors, pendant qu’on Ă©tait lĂ , quelque chose m’a frappĂ©. Je pensais Ă  ce...?... Ă©taient les crĂąnes de ces moines...?...
E-35 Des voyageurs de divers coins du monde passaient...?... avaient frottĂ© ces crĂąnes jusqu’à ce qu’ils avaient fait des trous dedans Ă  force de frotter. C’était devenu blanc Ă  l’endroit oĂč ils Ă©taient...?... ils frottaient cela pour recevoir une bĂ©nĂ©diction des crĂąnes des hommes morts. Je me suis demandĂ© combien les gens peuvent devenir superstitieux? Ils voulaient savoir...?...
Il y avait un petit écriteau suspendu là...?... sur cet autel. «Nous aimerions...?... Un jour, vous serez comme nous.» Cela vous donnera matiÚre à réflexion.
Le lendemain, on m’a alertĂ©. On avait un... j’allais avoir un entretien avec le pape. Ainsi, ils... alors, on a pris des arrangements pour moi, pour que je rencontre le pape de Rome, ce qu’il a promis de faire pour moi.
J’ai demandĂ© Ă  l’un de nos convertis ce que je devais faire. Je voulais ĂȘtre vu pendant...?... et tout. Je devrais...?... il me fallait donc rencontrer le pape. Et on m’a dit que je devais baiser son alliance au doigt, faire signe de croix et me prosterner.
E-36 Je ferai honneur Ă  tout homme, mĂ©decin, ou qui qu’il soit, mais quant Ă  adorer un homme, ça, c’est autre chose. Je ne le ferai pas. J’ai dit: «Je ne le verrai pas.» Voyez? Je–je ne veux accomplir aucun genre d’adoration de l’homme. L’adoration revient Ă  Dieu, et Ă  Lui seul. Je...?... C’est ainsi que les catholiques s’y prennent, c’est leur foi, c’est tout...?... Mais quant Ă  moi, c’est la pire ignorance. La Bible dit: «N’appelez personne PĂšre.» ...?... Je ne pouvais donc pas faire ça. Ma conscience ne me permettrait pas de le faire. Le Saint-Esprit m’interdit de le faire. Je suis donc allĂ© Ă  la... pentecĂŽtiste...?... me suis retirĂ© dans un coin, juste Ă  l’ombre de la citĂ© de Vatican. Nous sommes allĂ©s lĂ ...?... dans une immense tente...?... Et Dieu a fait descendre le Saint-Esprit ...?... Il y avait des gens partout dans des rues, la nuit, criant, poussant des cris et louant Dieu...?... cette nuit qui ne faisait que crier, pousser des cris et louer Dieu...?... Ainsi...
E-37 Nous avons donc continuĂ© le voyage presque vers le Caire...?... Puis, vers l’Arabie, et de l’Arabie vers Bombay. J’ai vu qu’il y a lĂ  des groupes de prĂ©dicateurs et autres, de fortes dĂ©lĂ©gations. Ils avaient tenu deux ou trois rĂ©unions pour comprendre, oĂč ils...?... ils avaient un immense...?... loin. Chacun d’eux avait pris la parole, puis Ă©tait reparti, je pense...?... je pense qu’on les appelait.
Ainsi donc, ils... Nous sommes allĂ©s au sommet. Nous habitions un hĂŽtel, et nous avions alors louĂ© une salle pour la rĂ©union. Et il y avait eu une dame qui m’avait prĂ©cĂ©dĂ©, et qui avait... Il y avait de cela environ 6 ou 8 mois, ou peut-ĂȘtre un peu plus. Et on y avait tenu une campagne de guĂ©rison. Et ils avaient causĂ© un peu de trouble. Et les frĂšres m’avaient dit qu’on ne nous permettrait pas de prĂ©lever l’offrande, sinon nous allions essayer de prendre...?... Donc, on ne nous permettrait pas de tenir des rĂ©unions lĂ  dans le–dans l’auditorium...?...
E-38 Et alors, je... De lĂ , je m’attendais Ă  venir pour avoir cet entretien avec leur... le Nehru et le prĂ©sident...?... le prĂ©sident de l’Inde, le prĂ©sident de plus de quatre cent soixante-dix millions de gens. Et quand je suis arrivĂ© lĂ , le maire de la ville, je pense, a fait venir un groupe...?... ces dignitaires...?...
Et, en Inde, juste le...?... mangerez n’importe quoi une fois arrivĂ© en...?... Je n’ai jamais trouvĂ© pareille confusion de ma vie. On m’a dit que je ne devrais pas sortir en plein air. Mais nous devrions rester parce que les missionnaires avaient causĂ© du trouble.
Et si nous avions une Ă©glise, peut-ĂȘtre qu’on aurait pu tenir cela dans une Ă©glise, car lĂ  dehors, on ne pouvait pas assurer la protection, mais on l’aurait fait si c’était dans une Ă©glise. Alors, le maire lui-mĂȘme m’a dit qu’il y avait dans la ville 500.000 personnes qui Ă©taient venues pour des rĂ©unions de guĂ©rison, pour les rĂ©unions. Et vous savez ce que ce...?... dans les rues de Bombay. Et il y avait une immense Ă©glise sur...?... une espĂšce d’église Ă©piscopale, trĂšs grande, Ă  peu prĂšs la grandeur de cet auditorium. Une immense...?... devant vous qui s’étendait sur vingt ares successifs. Et puis, Ă  chaque microphone... Et il y avait des gens sur une Ă©tendue de pĂątĂ©s de maisons, tant et si bien qu’on avait mĂȘme fait venir les voitures de liaison policiĂšre lĂ , avec des talkies-walkies, cherchant Ă  dĂ©gager le passage pour que je passe en voiture, afin d’accĂ©der au lieu oĂč nous allions prier pour les malades. Jamais de votre vie vous n’avez vu pareille chose. Les gens Ă©taient empilĂ©s comme du bois...?...
E-39 J’avais souvent pensĂ©, amis, qu’il y avait des pauvres en AmĂ©rique, mais il n’y a aucune famille pauvre en AmĂ©rique aprĂšs avoir visitĂ© l’Inde. Si vous descendez la rue cet aprĂšs-midi et que vous voyiez un homme prendre son dĂźner dans une poubelle, il n’est pas pauvre; il est soit mentalement dĂ©rangĂ©, soit dĂ©primĂ©. Nous avons ici des oeuvres de charitĂ©. Nous avons des organisations philanthropiques qui peuvent l’assister. Nous avons des homes pour des vieux saints, et des hospices. Nous avons ici des oeuvres de charitĂ© qui peuvent l’assister. Il y a pratiquement tout pour assister un homme. Soit il est mentalement dĂ©rangĂ©, soit il prĂ©fĂšre faire cela. C’est le...?... Or, si vous voyez un homme en Inde, il n’y a rien pour l’assister. Et maintenant, je ne suis pas censĂ© dire oĂč nous Ă©tions Ă ...?... et autres comme cela. Si je vous dis...?... Mais je...?... dis cela. Je peux en dire davantage, mais je ne le ferai pas.
E-40 Mais, de toute façon, j’avais ma propre conception et ma façon de voir. Mais il y avait lĂ  l’un des spectacles les plus pathĂ©tiques que les ĂȘtres humains aient jamais vus. J’ai vu en Afrique du Sud, lĂ  oĂč on garde les hommes de couleur, dans de petites huttes, genre salle de bain, ces pauvres gens qui n’ont jamais eu une douche de leur vie, qui ne savaient pas distinguer la main droite de la main gauche. Je me disais que c’était quelque chose de triste.
Mais j’ai oubliĂ© cela en voyant l’Inde, voir ces gens dans la rue, les lĂ©preux, avec de petits bouts de mains, des petits enfants avec des orteils Ă  peu prĂšs de cette taille-ci, debout lĂ ...?... de petites mĂšres...?... nourrir ces pauvres petits enfants, des petits enfants rabougris, et sans mains sur ce...?... criant, pleurant, crevant de faim. Et nous habitions...?... dans la poubelle.
FrĂšre, oh! je vais vous dire quelque chose. Ça–ça, c’est un aspect. Vous savez, la Bible dit que dans les derniers jours, les paĂŻens se lĂšveront. Ils le feront aussi. Quand j’ai vu l’AmĂ©rique...?... Des navires lĂ ...?... devant ces pauvres gens, il y aura un changement.
E-41 Un petit garçon avec un gros pied comme ça, se traĂźnant lĂ  comme ça, cherchant Ă  avoir une tasse de...?... quelques dollars de la part des AmĂ©ricains, ils se sont approchĂ©s et ont tendu la main comme ceci, puis se sont Ă©loignĂ©s de ce pauvre petit garçon. Que Dieu aie pitiĂ©...?... Et nous nous disons chrĂ©tiens parce que nous sommes AmĂ©ricains. Ecoutez. Ça, ce n’était rien. Il y avait un...?... homme le long de la route, un petit...?... sur, en lambeaux, ou quelque chose sur son visage, le vieil homme assis lĂ ... Je n’avais jamais vu une paire de souliers pendant que j’étais en Inde, je n’avais jamais vu quelqu’un habillĂ©...?... Je n’avais jamais...?... n’importe lequel de ces hommes juste comme cela, leurs petits pieds, sans souliers, descendant la rue...?... Ils Ă©taient lĂ  avant que le...?... Dieu prendra soin d’eux. Ils descendent les rues comme cela, un petit foulard bizarre suspendu derriĂšre, ils marchent. Il peut s’avancer lĂ , tomber dans la rue et rester couchĂ© lĂ ; c’est tout ce qu’il a comme maison...?... Si vous dites qu’il ne se relĂšvera pas...?... il mourra lĂ ; s’il meurt lĂ , on le ramasse la nuit, on le met sur un petit brancard comme ça, on l’amĂšne Ă  une grande glissiĂšre d’une grande salamandre, on le jette lĂ  pour l’incinĂ©rer.
Il y avait un peu plus de quarante enfants Ă  la rĂ©union, ils ont entendu ce petit...?... deux ou trois jours; en effet, il n’y avait pas d’espoir...?... c’était un illettrĂ©. Et alors, vous vous imaginez comment ça se passe. Ils ont des ressources naturelles, mais ils n’ont pas de disposition Ă  dĂ©velopper ce qu’ils ont.
E-42 De vieux hommes assis lĂ ...?... flaque boueuse lĂ . Il cherchait Ă  quitter la flaque boueuse. Et s’il veut de l’eau Ă  boire, il boit dans cette flaque boueuse. S’il veut faire cuire, il prend cette mĂȘme eau, lĂ  oĂč il...?... lavait...?... parce qu’il n’a rien d’autre...?... Il habite lĂ  oĂč son grand-pĂšre a habitĂ©, son pĂšre aussi...?... Son pĂšre est mort. Son grand-pĂšre, c’était la mĂȘme chose; son pĂšre, c’était la mĂȘme chose. Et lui se retrouve dans la mĂȘme histoire, et ils ont probablement Ă©tĂ© jetĂ©s dans la mĂȘme histoire.
Et alors, les grands hommes du monde passent par lĂ , dans des Cadillacs bleus, roses, aux vitres fumĂ©es ...?... Et pourtant, ils nous disent...?... ils lui disent que nous descendons d’un seul homme. Nous sommes tous Ă©gaux. Qu’est-il arrivĂ©? Qu’est-il arrivĂ© lĂ ...?... sur le reste du monde: Le communisme domine, et nous en sommes Ă  la base. C’est vrai. Le communisme met sur pied un mauvais systĂšme Ă©conomique et lui promet quelque chose de tronquĂ©. Oh! Ils s’occupent, mais...?... vraiment ce qu’ils sont... ce que ces gens ont fait, et tout, comme les catholiques et les autres. Ils vont parmi...?... Et le pauvre homme a une Ăąme. Mais il est...?... il vient au monde...?... Il lui est promis quelque chose...?... S’il appelle, nous allons...?... la taxe sur le whisky, la taxe sur la biĂšre, et des choses semblables. Et l’église...?... la mĂȘme chose...?... Nous allons trĂšs vite...?... je ferais mieux de m’abstenir. C’était juste parmi...?... Vous y ĂȘtes, une image...?... ces pauvres saints. J’ai dit aux AmĂ©ricains qu’ avec l’argent qui me resterait, aprĂšs l’achat du billet, je resterais carrĂ©ment afin d’enseigner ces gens. Je suis allĂ© lĂ , et je n’avais que trĂšs peu. Quand j’ai regardĂ© lĂ  et que j’ai vu cela, mon coeur a cĂ©dĂ©, au point que je ne pouvais pas supporter cela.
E-43 J’ai observĂ© lĂ  le...?... d’eux alors qu’ils s’approchaient de l’hĂŽtel; j’ai regardĂ© dehors, je les ai vus...?... les gens...?... ces gens passant le long...?... ont Ă©parpillĂ© cela partout dans des rues...?... Et je me suis mis Ă  distribuer, et on a dĂ» me retirer; en effet...?... des gens...?... habillĂ©s un peu diffĂ©remment allaient dans l’autre sens, ils ont contournĂ© [Espace vide sur la bande–N.D.E.]...?... dans la rue... ils descendaient et il y avait au moins une partie de la ligne lĂ  au milieu de la rue, vieux...?... la rue... et on a dĂ» ouvrir ces...?... Et lĂ  Ă©tait couchĂ© le...?... ramasser du mortier, ce qu’ils appellent du mortier, de grosses pierres comme cela. Et de pauvres petites femmes adossĂ©es aux murs lĂ  dehors, avec des petits enfants crevant de faim, ne pouvaient pas s’installer; d’autres Ă©taient trĂšs faibles, de petites femmes...?... leurs tĂȘtes... descendaient comme ça...?... souillĂ©s...?... 75 livres [34 kg]...?... ont placĂ© cela sur leur tĂȘte comme cela. Ils montent environ trois ou quatre niveaux de l’escalier, ils ne redescendent mĂȘme pas et ils font ça avant d’avoir...?...toute la journĂ©e...?... sans habits, juste un petit pagne...?..., de pauvres petites mĂšres...?... Et elles Ă©taient trop nombreuses...?... Elles ne parlaient pas Ă ...?... comme cela, de peur de perdre leurs emplois...?... la place, vous pouviez Ă  peine... votre nez...?... ce sont des humains...?...
E-44 Ils ne sont pas juste...?... Ils ne sont pas des marionnettes. Ce sont des enfants de Dieu. Ils ont autant que nous le droit de...?... Mais nous, en tant que nation, nous avons Ă©chouĂ©, et l’Eglise chrĂ©tienne a Ă©chouĂ© (c’est tout Ă  fait vrai), Ă  amener les gens...?...
Remarquez donc. Et lĂ , quand nous sommes arrivĂ©s vers...?... J’ai dit Ă  Billy: «Comment pouvons-nous nous y prendre?»
Il a dit: «Papa, je ne sais pas. Nous n’avons pas de...?...» Je suis allĂ© lĂ  Ă  la fenĂȘtre, j’ai regardĂ© dehors, et il y avait partout des gens en ligne, de part et d’autre des rues et tout. Ils Ă©taient retenus par des barriĂšres et tout. Alors, je me suis dit...
PremiĂšrement, on m’a apportĂ© mon dĂźner, je ne pouvais pas le prendre, Ă  l’idĂ©e que ces pauvres gens dehors... Je–je ne pouvais mĂȘme pas faire cela. Alors, j’ai pris une orange et quelques petits biscuits salĂ©s, je suis sorti lĂ  dehors. Il y avait une dame qui passait, portant un petit enfant qui pleurait comme ça, et je pouvais Ă  peine parcourir cinquante yards [46 m.] Oh! la la! pratiquement avec...?... Cette pauvre petite mĂšre Ă©tait assise lĂ , elle a levĂ© les yeux, les larmes lui coulaient des yeux...?... et les petits enfants, avec de petites mains tendues comme cela. Je–je ne pouvais pas supporter cela.
E-45 Je les ai regardĂ©s, j’ai dit: «Oh! Billy.» Il a dit: «Papa, j’ai vu ce que...?...» Je l’ai vue aussi ramasser des biscuits lĂ ...?... Elle est rentrĂ©e lĂ , j’allais encore me procurer des biscuits. Alors, quand je suis sorti, j’ai commencĂ© Ă  jeter...?... c’était le spectacle le plus pathĂ©tique jamais vu, voir des lĂ©preux pratiquement sans mains, sans pieds, pratiquement, avec des bouts...?...
Et, Ă©coutez. Je ne sais pas ce que...?... En tant que nation, cela montre que ces chrĂ©tiens, nous...?... quelque chose comme cela, au lieu d’aller quelque part et manger...?.. Votre Ăąme a une...?... C’est vrai. Je...?... Rappelez-vous, je suis nĂ©... et ceci est ma patrie, la nation la plus prospĂšre au monde. Mais, faisons...?... comprendre notre christianisme...?... parce que vous avez...?... tel que nous l’avons. Et puis, nous allons lĂ , je disais...
E-46 Ce soir-lĂ , quand nous sommes allĂ©s Ă  la rĂ©union, on m’y avait amenĂ©, c’était pratiquement impossible. Le lendemain, j’ai Ă©tĂ© reçu par dix-sept diffĂ©rentes religions de l’Inde. Pensez-y: dix-sept diffĂ©rentes religions, chacune d’elles rejetait le christianisme. Ils m’ont amenĂ© au temple des jaĂŻns. Eh bien, on avait des musulmans, des hindous, des sikhs, des jaĂŻns, des bouddhistes... Oh! la la! Certains adoraient le soleil; d’autres, des vaches. Les jaĂŻns sont...?... ils ne se coupent pas les cheveux, ils se les arrachent tout bonnement avec les doigts. Ils ne rasent pas la barbe, donc, ils se l’arrachent avec les doigts. Ils devaient avoir sur la bouche un papier qui s’accrochait aux oreilles par peur d’aspirer un moucheron qui pourrait ĂȘtre leur grand-mĂšre ou un...?... la rĂ©incarnation. Ils avaient un petit balai dont ils se servaient pour balayer devant au fur et Ă  mesure qu’ils avançaient, de peur de marcher sur leur oncle ou leur tante, ou quelqu’un d’autre...?... qui Ă©tait mort, et qui Ă©tait revenu sous forme d’une puce ou quelque chose comme cela. N’est-ce pas horrible? Ces gens-lĂ  naturellement, en tant qu’hommes et femmes, ce sont nos frĂšres et nos soeurs. Si vous Ă©tiez mourant, on pourrait vous transfuser leur sang pour vous sauver la vie, que vous soyez un–un Chinois ou un homme de couleur, ou je ne sais quoi, car d’un seul sang Dieu a crĂ©Ă© tous les hommes. Mais, vous savez, qu’on vous transfuse une goutte de sang d’un animal, cela vous tuera. Et aucun animal ne peut recevoir... recevoir la transfusion du sang d’un autre, d’une espĂšce Ă  une autre. Voyez-vous comment Dieu nous a crĂ©Ă©s? Nous ne descendons point d’un animal; nous descendons de Dieu. Dieu nous a crĂ©Ă©s Ă  Sa propre image.
E-47 Eh bien...?... lĂ , comme ils faisaient...?... Et, remarquez, quand nous avons terminĂ©...?... nous sommes allĂ©s aux rĂ©unions. Ce soir-lĂ , j’étais allĂ© aux rĂ©unions des jaĂŻns. Ils m’y ont amenĂ©; on ĂŽtait des chaussures. On y entrait ...?... on s’asseyait devant le–le grand prĂȘtre. On les avait tous fait asseoir devant moi...?... Et ces dix-sept diffĂ©rentes religions Ă©taient reprĂ©sentĂ©es lĂ , ils continuaient donc Ă  regarder juste vers...?... moi, j’étais assis lĂ . Et alors, on a amenĂ©...?... ils ont tenu leurs rĂ©unions.
Et l’un d’eux a dit: «Vous, vous dites...?... vous en AmĂ©rique, vous vous dites chrĂ©tiens, vous vous dites croyants.» Il a dit: «...?... chaque...?... chrĂ©tien...?... qui repose sur ce que...?... une espĂšce de...?... ou quelque chose comme cela...?...» [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
Il a dit: «Quelque... vous avez tuĂ©...?... une partie du monde avec une espĂšce de bombe atomique; et puis, vous vous dites croyants...?...» Cela m’avait vraiment dĂ©rangĂ©...?...
E-48 Un autre s’est levĂ© aprĂšs, c’était un musulman. Il a dit: «Vous, un chrĂ©tien?» Il a dit: «Vous dites que votre Livre s’appelle la Bible.» Il a dit: «Nous En avons par ici en stock, tout.» Il a dit: «Nous leur posons une question sur la Bible.» Il a dit: «Par exemple, votre Marc 16. Ces hommes Ă©taient les premiers...?... Et puis, nous leur avons demandĂ© si nous pouvons voir ce JĂ©sus dont vous parliez, disant qu’Il est ressuscitĂ© d’entre les morts, si nous pouvons vous voir, vous les docteurs, manifester ce que vous avez dit que vous ferez, nous croirons que JĂ©sus est ressuscitĂ© d’entre les morts.» Et il a ajoutĂ©: «Vous tous, vous dites que cette partie-lĂ  n’est pas inspirĂ©e.» Il a dit: «J’aimerais que vous sachiez une seule chose. Tout le coran est inspirĂ©.» Vous y ĂȘtes. J’avais l’habitude...?... MalgrĂ© donc cette incrĂ©dulitĂ©, voici ce que j’ai dit: «Gentleman, voudriez-vous venir assister Ă  ma rĂ©union, puisque nous avons pu honorer les sikhs et les autres, jusqu’à venir Ă  cet endroit?» Et ils ont promis de venir.
E-49 Le soir suivant, c’était ma deuxiĂšme soirĂ©e, il y avait quelqu’un qui Ă©tait assis lĂ  la soirĂ©e prĂ©cĂ©dente, qui Ă©tait...?... on ne pouvait plus en finir; en effet, c’était juste ce...?... Comme je l’ai dit, le premier...?... Ils ne faisaient que prier.
Et le soir suivant, quand Billy et moi nous sommes allĂ©s Ă  la rĂ©union, nous avions mis au moins une heure et quarante-cinq minutes Ă  chercher Ă  arriver. On avait formĂ© des lignes de quatre ou cinq personnes qui se tenaient au mĂȘme niveau que la police et la milice...?... Et ainsi le...?... ils m’ont dit...?... Ă©taient Ă©parpillĂ©s jusqu’à notre arrivĂ©e lĂ .
Et lorsque nous sommes arrivĂ©s Ă  la rĂ©union ce soir-lĂ , on avait fait asseoir toutes ces personnes lĂ  sur...?... Le Saint-Esprit est venu...?... Oh! la la! C’est ce que j’aime.
Peu aprĂšs... on ne pouvait pas distribuer les cartes de priĂšre; alors, on a juste dit...?... les laisser descendre et les prier ...?... On descendait donc et on prenait une personne...?... Billy et quelques frĂšres Ă©taient descendus, ils avaient pris cette personne et l’ont amenĂ©e...?... au moins deux miles [3 km], dans tous les sens...?... il y avait juste–il y avait juste...?...des gens.
Ainsi donc, le...?... deux ou trois Ă©taient passĂ©s, et Dieu m’avait rĂ©vĂ©lĂ© la maladie, mais cela ne pouvait pas avoir d’effets sur la rĂ©union. Je–je ne pouvais pas le dire. Evidemment, c’était le diable.
E-50 Puis, un petit enfant est passĂ©, je me suis dit: «Certainement, c’est maintenant le moment.» J’ai regardĂ© lĂ ...?... Je lui ai dit qui il Ă©tait, d’oĂč il venait, ce qu’il avait fait, tout Ă  son sujet. Evidemment, il n’avait pas l’assurance pour sa guĂ©rison, je l’ai donc laissĂ© passer.
Puis, un aveugle est venu. Ils Ă©taient...?... Et quand il est venu, il s’est tenu lĂ , l’interprĂšte lui a parlĂ©, j’ai vu son...?... Et, la premiĂšre chose que Dieu a faite, c’était de lui dire qui il Ă©tait. Puis, Il lui a dit qu’il Ă©tait un homme mariĂ©, qu’il avait deux enfants; Il lui a dit qu’il Ă©tait un adorateur du soleil. (Eh bien, c’est ce qu’ils font, ils s’assoient et contemplent le soleil. Et ils regardent droit vers le soleil depuis le lever jusqu’au coucher du soleil Ă  l’ouest. Il Ă©tait devenu totalement aveugle, depuis vingt ans, Ă  force d’adorer le soleil.
Je l’ai observĂ© pour voir ce que la vision disait. Mais aprĂšs, aussitĂŽt la vision disparue, je me retournais vers l’assistance pour prier pour cet homme et le laisser passer. LĂ , il...?... Il avait...?... Et il Ă©tait lĂ , voyant...?... Amen.
E-51 Eh bien, oh! la la! vous pourriez... Oh! quel sentiment! Je pensais que chaque dĂ©mon du coin pouvait s’approcher...?... Je me suis dit: «C’est maintenant le moment.» Alors, je me suis retournĂ© vers les gens, lĂ  dans l’assistance, j’ai dit: «Vous avez dit que si jamais vous voyiez JĂ©sus manifester rĂ©ellement cela comme autrefois, vous Le recevriez, si cela se faisait comme autrefois.» C’est la chose mĂȘme qu’Il avait faite. Il ne prĂ©tendait jamais ĂȘtre un guĂ©risseur.
Il disait: «Je ne fais que ce que le PĂšre me dit de faire, ce qu’Il Me montre.» Saint Jean 5.19. Il a dit, alors qu’Il passait prĂšs de cette piscine oĂč il y avait tous les estropiĂ©s, et Il n’a guĂ©ri que...?... un homme qui Ă©tait couchĂ© sur un grabat...?... Et lorsqu’on L’avait interrogĂ©, Il a dit: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-mĂȘme, Il ne fait que ce qu’Il voit faire au PĂšre; le Fils le fait pareillement.»
J’ai dit: «Evidemment, je ne peux guĂ©rir personne, mais si Dieu me dit de dire qu’une personne est guĂ©rie, je le ferai. ConsidĂ©rez cet homme couchĂ© sur un grabat; JĂ©sus savait qu’il Ă©tait lĂ ; Dieu Lui en avait parlĂ©, lĂ  oĂč Ă©tait cet homme.»
Mais nous avons vu que Dieu continue avec Son ministùre, si seulement nous...?... c’est ce que le...?... croient. Me suivez-vous?
E-52 Alors, j’ai dit: «J’aimerais vous poser une question. (Pendant que nous sommes maintenant sur le point de terminer.) J’aimerais juste vous poser une question.» J’ai dit: «Gentleman de religions de l’Inde (pas frĂšres, parce qu’ils ne l’étaient pas), ai-je dit, voici un homme, le Saint-Esprit l’a appelĂ© par son nom et lui a dit qui il Ă©tait, exactement ce que je voulais faire.» J’ai dit: «Voici un homme, et je ne peux mĂȘme pas parler sa langue. Il...?... Nous sommes nĂ©s Ă  douze mille miles [19.312 km] de distance et, ai-je dit, dans des nations diffĂ©rentes, avec diffĂ©rentes nationalitĂ©s, diffĂ©rentes langues (je ne me souviens pas exactement), le Saint-Esprit m’a dit qui il Ă©tait, d’oĂč il venait, et ce qu’il a fait.» J’ai dit: «C’est plus que suffisant pour vous en convaincre.» J’ai dit: «Maintenant, il est aveugle.» [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
J’ai dit: «Maintenant, vous gentleman de religions du monde, votre religion peut-elle faire quelque chose pour cet homme?» J’ai dit: «Pas plus que–pas plus que changer sa concep-... Vous direz: ‘Eh bien, c’est un adorateur du soleil; il est devenu aveugle, il Ă©tait sincĂšre dans son coeur, il adorait son dieu.’» J’ai dit: «Or, il adorait la crĂ©ature au lieu du CrĂ©ateur, plutĂŽt au lieu de la crĂ©ation... CrĂ©ateur....?...» J’ai dit: «Comprenez-vous cela?» J’ai dit: «Eh bien, et si vous vouliez faire de lui un jaĂŻn? Vous diriez qu’il Ă©tait donc en erreur, parce qu’il adorait les insectes. Et si vous vouliez faire de lui un adorateur de la vache, vous lui diriez d’aller de l’avant et d’adorer la vache; ce serait pareil avec les musulmans, les bouddhistes. Vous changeriez seulement sa conception; ce qui est de la psychologie.» J’ai dit: «Nous avons la mĂȘme chose en AmĂ©rique, seulement c’est un Dieu un peu diffĂ©rent. Mais un homme veut faire d’un baptiste un mĂ©thodiste; ou un baptiste veut faire d’un luthĂ©rien, un presbytĂ©rien; et le pentecĂŽtiste veut faire des unitaires l’AssemblĂ©e, et les unitaires veulent en faire autre chose d’un genre quelconque.» Et oĂč est Dieu...?... C’est vrai. Dieu nous sauve. Certainement. OĂč est le Dieu vivant? Dieu exige que l’homme l’adore.
E-53 J’ai dit: «Nous avons cela en AmĂ©rique...?... Nous n’avons qu’un seul Dieu, mais nous avons une multitude d’organisations diffĂ©rentes qui cherchent Ă  amener les hommes Ă  penser que c’est chez les mĂ©thodistes, nous pensons que ce sont les pentecĂŽtistes; ou nous pensons que c’est l’Eglise de Dieu. Nous pensons que c’est...?... se sĂ©parer.» Je pense que c’est de la psychologie, que l’homme soit nĂ© Ă  l’est ou ici, c’est tout. Peu importe l’église dont vous ĂȘtes membre, si seulement vous ĂȘtes nĂ©...?... faux...?...
Eh bien, j’ai dit: «C’est ça. Nous avons la mĂȘme chose en AmĂ©rique. Seulement, c’est sous une autre forme. C’est le mĂȘme dĂ©mon qui fait cela; seulement, c’est sous une autre forme.» Mais j’ai dit: «Si ce... si chacun de vous soutient que son dieu est immortel, et...?...» Ainsi donc, oh! la la! ils Ă©taient avisĂ©s de la religion juive...?... et j’ai dit: «Maintenant, si c’est diffĂ©rent, et que toute la crĂ©ation provient de votre dieu, voici une crĂ©ature de Dieu. AssurĂ©ment que vous pouvez faire quelque chose pour elle.» Oh! FrĂšre, il y a...?...
Ecoutez. Pensez-vous que je pouvais les dĂ©fier...?... comme cela lĂ  si Dieu ne l’avait dit? Mais quand Dieu le dit, c’est rĂ©glĂ©. Vous vous agenouillez devant...?...
J’ai dit: «Maintenant, si je vous ai dit la VĂ©ritĂ©, que JĂ©sus-Christ est le Fils de Dieu, que Dieu L’a ressuscitĂ© le troisiĂšme jour en guise de tĂ©moignage, qu’Il est montĂ© en Haut et qu’Il a dit: ‘Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi. Allez par tout le monde, prĂȘchez la Bonne Nouvelle; voici, Je suis tous les jours avec vous, jusqu’à la fin du monde. Voici, le monde ne Me verra donc plus, mais vous, vous Me verrez, car Je (pronom personnel) serai avec vous, mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde.» C’est vrai. J’ai dit: «S’Il est ressuscitĂ© d’entre les morts, Il manifestera exactement les mĂȘmes oeuvres qu’Il avait promis de faire dans la Bible.» J’ai dit: «Avancez maintenant. S’il y a un mĂ©decin ici, ou n’importe qui, qu’il examine premiĂšrement cet homme.»
E-54 J’ai dit: «Si JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© d’entre les morts, et qu’il est vivant pour toujours...?...» J’avais vu en vision cet homme debout lĂ , ayant recouvrĂ© la vue. J’ai dit: «Maintenant, s’il y a un mĂ©decin ou n’importe qui ici...» Pensez Ă  cinq cent mille personnes. J’ai dit: «S’il y en a parmi vous lĂ , dans l’assistance, gentleman de religions de l’Inde, si votre dieu est un dieu fort et tout puissant, qu’il s’avance et accomplisse ce miracle pour cet homme.» Tout le monde est restĂ© silencieux. C’est vrai. En effet, ils ne croyaient pas dans des visions. Ils ne croyaient pas dans le surnaturel. Ils n’avaient rien pour croire avec.
Mais un homme avait Ă©tĂ© amenĂ© lĂ . J’ai dit: «Si JĂ©sus-Christ ne fait pas recouvrer la vue Ă  cet homme pendant qu’il se tient ici cet aprĂšs-midi, je vous dirai maintenant...» Et j’ai dit: «De mĂȘme que Dieu a ressuscitĂ© JĂ©sus...?... Je ne sais que faire. Mais Christ a dit que cet homme, tel qu’il est lĂ  debout, va recouvrer la vue, il est devenu aveugle juste comme il vous l’a dit aujourd’hui...?....» Il y avait lĂ  une centaine des missionnaires qui observaient. J’ai dit: «Eh bien, si...?... leurs membres, c’était donc pareil.»
E-55 Voyez, nous manquons de remercier Dieu et de Le présenter comme Créateur. Et cela prouve que ce...?... Amen.
Alors, ils ont amenĂ© cet homme. J’ai placĂ© les mains lĂ  oĂč Il m’avait dit de les placer. J’ai dit: «Bien-aimĂ© PĂšre cĂ©leste, par amour pour Ta Parole, je me tiens ici devant dix-sept religions totalement diffĂ©rentes, qui se sont opposĂ©es Ă  moi... et ces pauvres gens deviennent aveugles. Que l’on sache aujourd’hui que Tu es toujours le Seigneur JĂ©sus ressuscitĂ© d’entre les morts. Et qu’ils sachent que nous avons dit la VĂ©ritĂ©, qu’Il est le Fils de Dieu, qu’Il est ressuscitĂ©, qu’Il est avec nous aujourd’hui, accomplissant les mĂȘmes oeuvres qu’autrefois. Et, Seigneur, c’est ce que Tu as promis dans Ta Bible. Je Te demande de l’accorder maintenant.»
Et lorsque j’ai enlevĂ© mes mains de ses yeux, cet homme a lĂąchĂ© un cri, disant que... vous n’avez pas...?... pour le tirer. Il s’est mis Ă  bĂ©nir tout le monde, mĂȘme le maire de la ville, il a embrassĂ© ses enfants. Il voyait aussi bien que tout le monde dans cette salle aujourd’hui. C’est vrai. Il a tĂ©moignĂ© devant le prĂ©sident de l’Inde...?... la police accourait...?... Eh bien, ils vous renverseraient.
E-56 Et je me suis tenu comme ça. J’ai dit: «Maintenant...» Avant d’avoir ce...?... J’ai dit: «Si JĂ©sus-Christ fait recouvrer la vue Ă  cet homme selon les Ecritures, comme je l’ai dit, combien ici renonceront Ă  toutes les autres religions, et accepteront le Dieu vivant qui manifeste Sa PrĂ©sence ici? Combien y’en a-t-il ici?» Oh! Les mains se sont levĂ©es partout. Et j’ai dit... Eh bien, j’ai dit: «Maintenant, combien acceptent JĂ©sus-Christ comme leur Sauveur personnel, vous...?...» ...des mains noires de partout, et les gens poussaient des cris, levaient les mains vers Dieu. Je ne pourrais pas vous dire...?... combien de milliers ont acceptĂ© le Seigneur JĂ©sus comme leur Sauveur personnel. Nous verrons dans la gloire...?...
C’est vous qui avez fait cela. Vous y avez contribuĂ©. C’est vrai. Quand je sortais de lĂ  ce soir-lĂ , on m’a ĂŽtĂ© les souliers des pieds, on m’a enlevĂ© les habits, les poches Ă©taient arrachĂ©es...?... ces gens...?... des voitures...?... ils...?... des gens battant...?...
E-57 Oh! la la! je longeais les rues, et ces pauvres vieilles femmes et vieux hommes couchĂ©s lĂ , mourant, et tout le reste, les hommes ne pouvaient mĂȘme pas passer. Et puis, le jour oĂč nous quittions, il n’y avait pas moyen...?... de contourner. Ils disaient: «RĂ©vĂ©rend Branham, nous allons...?... le temps prĂ©sent, mais nous allons...?... Ă  New Delhi, oĂč nous aurons l’amphithĂ©Ăątre lĂ ...?... des millions de gens. J’y retournerai si Dieu bĂ©nit cela...?... des milliers venant au Seigneur JĂ©sus. Qu’est-ce? Vous avez donnĂ© une offrande...?... aussi sĂ»rement que ça. On pouvait leur distribuer un million de tracts...?... C’est une bonne chose. On pouvait leur prĂȘcher l’Evangile Ă  partir de Ceci, ici, la Parole seulement, aussi bonne soit-Elle, c’est une bonne chose. C’est parfait. Mais ici...?... L’Evangile, c’est une dĂ©monstration de...?... Les nations et...?... comme une nation, en effet, la Parole Ă©crite, au lieu d’accepter ce que la Bible dit, plutĂŽt que ce que le...?... a dit, manifester cela aux gens par la prĂ©dication de l’Evangile Ă  chaque nation, chaque peuple, alors JĂ©sus viendra.
Je crois qu’Il appelle les gens Ă  entrer en ce dernier jour. Je crois dans la priĂšre, la prĂ©dication de Sa Parole partout...?... maintenant mĂȘme ici. Je L’aime. Je crois en Lui de tout mon coeur. Est-ce de mĂȘme pour vous?
E-58 Par l’expĂ©rience de votre coeur... Pas venir ici et...?... pas parce que vous pouvez...?... et croire...?... C’est bien. C’est la premiĂšre chose, la foi. Mais par la foi, premiĂšrement, vous...?... ce qui arrive ici. Dieu vous sauve en tant qu’un intellectuel...?... Mais cela s’est-il rĂ©ellement produit ici, amis? Il y a ce soir quelque chose qui touche...?... Dieu seul donc...?... Peu importe ce que vous avez fait...?... crier, vous voulez sauter, il se peut que vous ayez parlĂ© en langues, il se peut que vous ayez fait toutes ces choses, mais ce n’est pas ce dont je parle. Voyez? Je parle d’avoir la paix...?... cela vous donne la paix avec Dieu et avec tout le monde, la paix qui dĂ©passe tout entendement.
Quand on aurait mĂȘme la puissance pour transporter les montagnes et autres, si on n’a pas l’amour, la charitĂ©...?... Quand j’aurais la puissance, ou–ou je nourrirais les pauvres, et...?... et je parlerais les langues des hommes et des anges, et toutes ces autres choses, je ne suis rien. La paix dans le coeur, l’Evangile. Certains entendent la Parole comme...?... mais Le recevoir, Lui, comme une puissance qui est ici, voyez, c’est dans votre coeur. J’espĂšre que vous avez reçu cela, pendant que nous inclinons la tĂȘte, juste un instant pour un mot de priĂšre.
E-59 PĂšre cĂ©leste, nous venons Ă  Toi Ă  la fin de cette heure oĂč nous parlons de l’Evangile; Toi, ĂŽ Seigneur, Tu connais tout, Tu connais le coeur de l’homme; Tu vois ici ces jours dans lesquels nous vivons maintenant, combien le monde a changĂ©, combien il y a des fanatiques, combien les hommes aiment le plaisir plus que Dieu, sont dĂ©loyaux, calomniateurs, intempĂ©rants, cruels, ennemis des gens de bien, et ayant l’apparence de la piĂ©tĂ©, mais reniant ce qui en fait la force. On dirait qu’ils viennent simplement, qu’ils soient taxĂ©s de fanatiques...?... d’eux, imitant, car ceux qui ont agi, cela avait Ă©tĂ© promis, et ça s’accomplit en ces derniers jours oĂč Tu enverras des tĂ©moins, et nous voici.
Et en ces jours-ci, si les enseignants font ce qui a Ă©tĂ© dit qu’ils feraient, conscients de la mĂȘme puissance que ce monde est...?... Mais nous pouvons ĂȘtre dĂ©truits par une bombe Ă  hydrogĂšne, ou une puissante bombe Ă  cobalt, pour ĂŽter la vie Ă  quelqu’un qui ...?... Que feront les gens aujourd’hui, ça pulvĂ©rise, on pense qu’ils obtiennent qu’on prie pour cette rĂ©union, poussant des cris et...?... ça s’est dĂ©rĂ©glĂ©, il n’y a rien qui puisse arrĂȘter cela...?... autant que nous sachions, nous trois...?... libre. Mais, oh! Jacques dit, il dit, Ă  vous les riches...?... dans l’enfer...?... repoussez, vous qui goĂ»tez le Seigneur JĂ©sus, offrez simplement cela...?... Dieu soit avec vous, et aidez Ă ...?... Sauveur, ceci soit considĂ©rĂ© vrai...
Aide chaque homme et chaque femme qui est ici aujourd’hui Ă  trouver sa position dans la riviĂšre de la vie, et puissent-ils avoir un coeur pur, se rendre compte qu’ils entrent dans...?... Et puissent-ils Le recevoir et Le louer, surtout cet aprĂšs-midi, avec fermetĂ©.
E-60 Pendant que nous avons nos tĂȘtes inclinĂ©es, je me demande si dans l’assistance...?... s’il y a quelqu’un ici dans la grande salle qui n’est pas chrĂ©tien, qui dirait: «FrĂšre Branham, je crois maintenant qu’il y a quelque chose au fond de mon coeur. J’espĂšre que Dieu verra bien ma main. J’espĂšre qu’Il m’accepte maintenant pour une expĂ©rience de nouvelle naissance. Je n’ai–je n’ai–je n’ai–je n’ai jamais Ă©tĂ© chrĂ©tien. J’aimerais vraiment devenir chrĂ©tien. Et par cette main levĂ©e, non pas vers vous, FrĂšre Branham, mais vers Dieu, j’aimerais L’accepter maintenant mĂȘme; c’est pour cela que j’avance.» Voudriez-vous lever la main, mes amis, partout dans l’auditoire...?... Que Dieu vous bĂ©nisse. Quelqu’un d’autre? Levez la main et dites: «J’accepte maintenant le Seigneur JĂ©sus...?...» Quelqu’un d’autre? Que Dieu vous bĂ©nisse. Quelqu’un lĂ -haut au...?...
Pensez-y, amis, avant le coucher du soleil cet aprÚs-midi...?... vous seul. Si Dieu peut susciter...?... voudriez-vous maintenant, pendant que vous avez votre bon sens, lever simplement la main vers le Seigneur: «Je crois maintenant que...?...» Que Dieu vous bénisse, soeur. Que Dieu vous bénisse...?... Que Dieu vous bénisse, je vois votre main...?...
LĂ  au balcon, Ă  gauche, quelqu’un voudra-t-il lever la main? Que Dieu vous bĂ©nisse, jeune homme. Que Dieu vous bĂ©nisse mon petit ami. Que Dieu vous bĂ©nisse. Quelqu’un d’autre le long de la rangĂ©e, levez simplement la main non pas vers moi, mais vers Dieu, pour dire: «Seigneur Dieu...?... J’aimerais que Tu te souviennes de moi Ă  ma mort. J’aimerais que Tu te souviennes de moi, que pendant que j’assistais Ă  une rĂ©union dans cet auditorium Shriner, j’avais levĂ© la main pour accepter dans mon coeur JĂ©sus-Christ comme mon Sauveur...?...»
E-61 Dieu bien-aimĂ©, nous aimerions...?... Quelqu’un qui lĂšve la main, pour dire: «Seigneur, voici ma main levĂ©e vers Ta main. Purifie-moi, Seigneur, de tout pĂ©chĂ©, et fais...?... le coeur.»
Quelqu’un, n’importe oĂč, qui a Ă©tĂ© rĂ©trograde, qui voudrait lever la main pour dire: «Oh! J’ai essayĂ© de toutes mes forces. Je venais, je partais de temps en temps, je n’ai pas reçu...?... cet aprĂšs-midi.» Amis, vous n’avez jamais cru dans votre coeur.
JĂ©sus a dit: «Celui qui Ă©coute Ma Parole et qui croit en Celui qui M’a envoyĂ© a la Vie Eternelle, et ne vient point en jugement, mais il est dĂ©jĂ  passĂ© de la mort Ă  la Vie.» En effet, il a cru dans son coeur au Fils de Dieu, non pas dans son esprit; quelque chose est arrivĂ© alors dans son coeur. Si votre coeur croit donc, peu importe ce que votre esprit dit, c’est votre coeur qui croit.
Eh bien, s’il y a ici quelqu’un qui a vĂ©cu une vie Ă  moitiĂ©, rĂ©trograde, et qui veut venir pour devenir chrĂ©tien, qu’il lĂšve simplement la main, n’importe oĂč dans la salle, un rĂ©trograde qui veut rencontrer JĂ©sus...?... lĂ  au balcon Ă  droite ou Ă  gauche, un rĂ©trograde, auriez-vous le courage de rencontrer Christ? Que Dieu vous bĂ©nisse. Quelqu’un d’autre, levez la main pour dire: «Je crois cela dans ma condition actuelle, je cherche Ă  revenir maintenant...?... mon coeur, si cela plaĂźt tant Ă  Dieu, maintenant mĂȘme.»
E-62 Y a-t-il ici quelqu’un qui n’est pas nĂ© de nouveau et qui n’a pas reçu le Saint-Esprit, qui dira: «Ô Dieu, je voudrais recevoir maintenant le Saint-Esprit. J’ai cru, mais je n’ai pas encore reçu le Saint-Esprit, je ne suis pas encore nĂ© de l’Esprit dans mon coeur. Je sais donc que, dans mon esprit, je crois chaque Parole...?... Je crois qu’Il est ici...?... Je crois qu’Il est...?... Je crois tout, mais...?... Je n’ai pas expĂ©rimentĂ© cela dans mon coeur, la paix (oh! la la!) comme des riviĂšres, qui me fait aimer Dieu...?... Je veux...?... Dieu par amour, qui me fait aimer tout le monde...?... j’aime mon...?... Je veux cette expĂ©rience.» C’est alors que vous ĂȘtes nĂ© de nouveau.
Si vous n’avez pas cette expĂ©rience-lĂ , vous ĂȘtes cependant un croyant chrĂ©tien, mais vous n’avez pas encore acceptĂ© cela, ou autrement dit, vous n’avez pas expĂ©rimentĂ© cela, voudriez-vous lever la main pour dire: «FrĂšre, je crois que c’est vers Dieu que je lĂšve la main.» Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Quelqu’un d’autre? Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse, et vous. C’est bien, frĂšre. Que Dieu vous bĂ©nisse, vous. LĂ  au balcon, quelqu’un qui n’a jamais reçu le Saint-Esprit? Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Que Dieu vous bĂ©nisse, Que Dieu vous bĂ©nisse. LĂ  au balcon vers la droite? Que Dieu vous bĂ©nisse, jeunes gens. Et que Dieu vous bĂ©nisse, et vous, et vous. C’est merveilleux...?... Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. C’est bien.
«Je lĂšve maintenant la main, demandant Ă  Dieu, comme je suis...?...» Le monde touche Ă  sa fin. Avez-vous suivi...?... il y a une semaine, ce que les hommes de science ont dit Ă  la radio, que...?... Les hommes de science disent... Selon la recherche scientifique, la fin du monde est en vue. Elle est ici, amis. OĂč ĂȘtes-vous? Etes-vous de Christ aujourd’hui...?... «Ô Dieu, entre en moi maintenant, pendant que nous prions.» Combien ici croient en...?... «Quoi, avec mon esprit?» Avec votre coeur, demandez Ă  Dieu maintenant de vous remplir de Sa bontĂ©, pendant que nous inclinons la tĂȘte.
E-63 Bienveillant PĂšre, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie Eternelle, aujourd’hui, aujourd’hui mĂȘme dans le...?... accorde que chaque pĂ©cheur qui a levĂ© la main soit sauvĂ©. Nous savons qu’il le sera, car Tu as dit: «Je ne mettrai pas dehors celui qui vient Ă  Moi.» Et Tu as aussi dit, Seigneur JĂ©sus: «Nul ne peut venir Ă  Moi, si Mon PĂšre ne l’attire premiĂšrement.» Donc, par le Saint-Esprit, Tu es ici pour recevoir l’homme, la femme, le jeune homme, la jeune fille, les attirant, et attirant. Et de part leur nature, ils ne pouvaient pas demander. Tu les a premiĂšrement touchĂ©s, et ...?...
JĂ©sus a dit: «...?... cherchez premiĂšrement. Tu as appelĂ©, maintenant ils viennent accepter le Seigneur JĂ©sus comme Sauveur. Accorde-le, Seigneur, maintenant mĂȘme. Qu’une paix comme des riviĂšres qui coulent si abondamment s’ancre dans leurs Ăąmes...?... Puissent-ils ĂȘtre libĂ©rĂ©s du pĂ©chĂ©, inonde leur ĂȘtre maintenant mĂȘme. Regarde-les tous...?... Que chaque coeur sincĂšre soit blanc comme neige. Je Te prie, ĂŽ Dieu, de ramener chaque rĂ©trograde Ă  la bergerie et que Tu lui accordes aussi de naĂźtre de nouveau. Accorde, Seigneur, que le glorieux Saint-Esprit se meuve parmi...?... descende dans cette salle maintenant mĂȘme. Fais entrer cette Parole dans chaque coeur...?... leur Ăąme. Accorde-le, Seigneur. Puisse ceci ĂȘtre le dĂ©but de la Parole que les prĂ©dicateurs...?... Puisse ceci dĂ©clencher dans chaque Ă©glise une grande joie...?... Puisses-Tu guĂ©rir les malades et les affligĂ©s, et obtenir...?... Seigneur. Qu’il y ait un rĂ©veil...?... BĂ©nis maintenant, car nous le demandons en Son Nom. Amen.
E-64 Combien sentent cela dans leur coeur maintenant mĂȘme que JĂ©sus est entrĂ© par la porte et a bĂ©ni leur...?... Que Dieu vous bĂ©nisse. Oh! c’est merveilleux, n’est-ce pas? TrĂšs bien, regardez juste...?... Chantons maintenant, tous c’est...?... ici.
Il y a force, force, merveilleuse force,
Dans le Sang de l’Agneau,
Il y a force, force, merveilleuse force,
Dans le Sang prĂ©cieux de l’Agneau.
Oh! veux-tu ĂȘtre affranchi...

En haut