ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication La Parole Infaillible De Dieu / 56-0406 / Chicago, Illinois, USA // SHP 1 heure et 56 minutes PDF

La Parole Infaillible De Dieu

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 ... choses sont possibles, crois seulement.
Inclinons la tĂȘte juste un moment pour la priĂšre. La journĂ©e est terminĂ©e; le soleil s’est une fois de plus couchĂ©. PĂšre bien-aimĂ©, nous venons Ă  Toi Ă  la fin Te rendre grĂąces pour ce que Tu as fait pour nous tout au long de la journĂ©e, en nous donnant de Ton air frais Ă  respirer, de la nourriture Ă  manger et des vĂȘtements Ă  porter. PĂšre, nous Te prions maintenant, pendant que nous sommes rassemblĂ©s ce soir pour T’adorer ici dans cette Ă©glise, de nous envoyer JĂ©sus. Puissions-nous ĂȘtre consolĂ©s par Sa PrĂ©sence, et que Ses grandes oeuvres soient manifestĂ©es au milieu de nous. BĂ©nis cette Ă©glise. BĂ©nis le pasteur, chaque Ă©glise qui est reprĂ©sentĂ©e ici ainsi que chaque personne. Accorde-le, Seigneur. A la fin du service, nous inclinerons humblement la tĂȘte et Te rendrons gloire.
Nous Te demandons de sauver les pécheurs, de rappeler les rétrogrades au bercail et de guérir les malades, les nécessiteux, ceux qui sont blessés ainsi que les aveugles. Accorde-le, PÚre. Nous demandons tout ceci pour la gloire de Dieu, au Nom de Son Cher Fils, Jésus-Christ. Amen. Vous pouvez vous asseoir. Que le Seigneur vous bénisse.
E-2 C’est encore un privilĂšge pour nous d’ĂȘtre ce soir dans la maison de Dieu. Et nous sommes dans la joie pour la rĂ©union d’hier soir. On–on me rapportait aujourd’hui mĂȘme que le Seigneur a fait des choses glorieuses ici hier soir parmi nous. Et je suis trĂšs reconnaissant Ă  Dieu.
Si je comprends bien, le matin je dois prĂȘcher au petit dĂ©jeuner des Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens. Et d’habitude, nous passons lĂ  de bons moments, lĂ  oĂč ces Hommes d’Affaires se rassemblent. [FrĂšre Branham tousse–N.D.E.] Excusez-moi. Et nous parlons du Seigneur JĂ©sus et de la–de Sa gloire. Ce groupe d’hommes, les Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens du Plein Evangile, au niveau international, a certainement Ă©tĂ© une bĂ©nĂ©diction pour moi et pour l’oeuvre du Seigneur. Ils m’ont aidĂ© en me parrainant dans beaucoup de grandes villes, et Ă  d’autres endroits Ă  travers le monde. Et je suis trĂšs heureux du privilĂšge que j’ai de pouvoir leur parler, ou de parler en leur nom le matin, pour la gloire de Dieu. Et je pense que c’est... Je ne sais pas comment [c’est organisĂ©], si le public est invitĂ© ou si c’est uniquement pour les Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens et leurs Ă©pouses. Je ne sais pas. Peut-ĂȘtre qu’ils ont dĂ©jĂ  annoncĂ© cela, ce que c’est.
E-3 Et puis, demain soir, je pense que nous commencerons au Lane Tech, Lane Tech. Il y a quelque temps, j’ai reçu un appel tĂ©lĂ©phonique de ma femme et elle... Un ami prĂ©dicateur, monsieur O’Bannon est venu et depuis lors, il est aux environs du Lane Tech, je pense, essayant d’attendre le dĂ©but des rĂ©unions. Et ainsi, il... Nous n’avons pas pu le trouver Ă  l’hĂŽtel. Nous avons laissĂ© lĂ  une note, mais il Ă©tait probablement sorti, pour qu’il puisse tĂ©lĂ©phoner. Le Lane Tech...
E-4 Mais les rĂ©unions commenceront effectivement demain soir. Est-ce que c’est officiel, FrĂšre–FrĂšre Boze? Ce sera demain soir au Lane Tech puis, dimanche c’est dans l’aprĂšs-midi et dans la soirĂ©e. Et puis, de lĂ  nous irons Ă  Columbia, lĂ -bas en Caroline du Nord, pour commencer les rĂ©unions. Je pense que c’est en Caroline du Nord, Ă  Columbia; est-ce en Caroline du Nord? Caroline du Sud. Je reçois ces... De tous mes voyages, et j’ai Ă©tĂ© presque partout dans le monde, je n’ai pas encore Ă©tĂ© en Caroline du Nord ni en Caroline du Sud; je n’ai jamais foulĂ© le sol de la Caroline du Nord ni celui de la Caroline du Sud. Ce sont les seuls Etats des Etats-Unis oĂč je n’ai jamais Ă©tĂ©: la Caroline du Nord et la Caroline du Sud.
Ainsi maintenant, ce soir... Hier soir, je vous ai gardĂ©s jusqu’un peu tard. Et le Saint-Esprit Ă©tait ici, accomplissant des choses infiniment grandes. Un prĂ©dicateur baptiste trĂšs cĂ©lĂšbre, un ami Ă  moi, se trouvait dans l’auditoire hier soir, il m’a rencontrĂ© aujourd’hui et a dit: «FrĂšre Branham, c’est ce que j’appelle une vĂ©ritable rĂ©union apostolique», a-t-il dit. Et il a ajoutĂ©: «Si seulement les baptistes pouvaient voir cela, ils viendraient maintenant mĂȘme.» Ainsi ils... C’est un ami de longue date. Et c’est un homme trĂšs remarquable parmi les baptistes.
E-5 Eh bien, au Mexique, c’est l’Eglise baptiste qui a parrainĂ© nos rĂ©unions lĂ -bas, les baptistes, les presbytĂ©riens et tout le monde naturellement, toutes les autres Ă©glises Ă©vangĂ©liques rĂ©unies. Et maintenant, ici en AmĂ©rique, nous voyons que beaucoup de nos Ă©glises faisant partie de ces grandes dĂ©nominations, elles–elles ont tant d’évĂȘques que les gens n’arrivent simplement pas Ă  accepter le Saint-Esprit et Son oeuvre. Mais lorsque vous allez lĂ  au front, eh bien, (J’adresse ceci aux gens du Plein Evangile), vous ne saurez jamais s’il s’agissait d’un baptiste, d’un presbytĂ©rien ou d’un pentecĂŽtiste. Vous ne saurez nullement les distinguer, parce qu’ils sont tous les mĂȘmes. Ils sont obligĂ©s de faire un grand effort et de prier.
Mais nous ici, nous allons lĂ  et nous payons Ă  notre pasteur un bon salaire, et s’il prĂȘche au-delĂ  de vingt minutes, nous le convoquons au conseil d’administration pour en connaĂźtre la raison. C’est tout. Et s’il dit quelque chose Ă  ce sujet, il est excommuniĂ©; il est carrĂ©ment Ă©cartĂ© de l’église. Et s’il fait des histoires Ă  ce sujet, la dĂ©nomination le met immĂ©diatement Ă  la porte. VoilĂ , un traitement de chien. Mais c’est donc ce qui se passe. Ainsi nous... Voyez-vous, nous–nous sommes des je-sais-tout. Vous voyez?
Mais ces gens lĂ -bas, qu’ils soient presbytĂ©riens, mĂ©thodistes ou qui qu’ils soient, ils se sentent obligĂ©s de prier et de rester devant Dieu, et c’est ce qui fait qu’ils soient spirituels. Ainsi, ne vous en faites pas, Dieu a des enfants lĂ -bas. L’un de ces jours, il viendra une grande pression, si bien que vous serez obligĂ©s de prier. Nous ne savons pas ce que c’est que de fuir dans un abri antiaĂ©rien, ou d’aller Ă  la maison pour trouver que celle-ci n’est plus; et pour une mĂšre de courir dans la rue avec un bĂ©bĂ© sous les bras, et de voir ce dernier ĂȘtre grillĂ© par une bombe qui tombe lĂ . Et nous ne savons pas encore ce que sont ces choses. Vous voyez? Mais, ce n’est plus pour longtemps, nous saurons ce que c’est. Et vous prierez alors Ă  ce moment-lĂ . Et vous–vous chercherez rĂ©ellement Dieu; ça ne sera plus un petit sermon de vingt minutes, paisible et Ă©laborĂ© au sujet d’un dignitaire quelque part; ce sera le Seigneur JĂ©sus-Christ, la puissance de la rĂ©surrection, et vous rĂ©clamerez Ă  grands cris le surnaturel et tout le reste lorsque ce temps arrivera.
E-6 Vous savez, c’est trĂšs bien de vivre de cette religion formaliste, artisanale qu’on s’est fabriquĂ©e soi-mĂȘme, mais c’est terrible de mourir avec. J’ai dĂ©jĂ  vu cela arriver au bout tant de fois. Elle ne marchera simplement pas. Ça ne marche simplement pas. Bien des fois, j’ai vu le mĂ©decin administrer des injections hypodermiques aux bras pour essayer d’arrĂȘter une confession faite sur le lit de mort (c’est juste), une confession des gens qui sont Ă  l’article de la mort, et je me tiens lĂ , Ă  les regarder mourir alors qu’ils essaient de dire: «Je suis–je suis un pĂ©cheur. Je–je–je suis perdu et–et...»
Le pasteur dit: «Vous feriez mieux de lui donner une autre injection immĂ©diatement, parce qu’elle dĂ©lire.» Elle ne dĂ©lire pas; elle est simplement consciente qu’elle a Ă©tĂ© dans l’erreur. Et elle essaie de trouver la paix; c’est tout. On le saura Ă  la fin de la route. Et si jamais vous ĂȘtes sincĂšre dans votre vie, certainement que vous le serez lorsque la mort vous frappera; ça, c’est sĂ»r.
E-7 N’est-ce pas merveilleux donc de savoir que tout est rĂ©glĂ©? Je–j’aime vraiment cela, pas vous? Juste cette satisfaction parfaite de savoir que Son Esprit habite en vous, rendant tĂ©moignage de JĂ©sus-Christ ressuscitĂ©, menant une vie correcte, communiant avec Lui chaque jour, non pas essayant de vivre comme ceci ou comme cela, mais Lui en vous vivant simplement Sa propre Vie, allant lĂ  oĂč Il veut que vous alliez, disant ce qu’Il veut que vous disiez, faisant ce qu’Il veut que vous fassiez; c’est ainsi qu’il faut vivre, n’est-ce pas?
Et vous qui menez une telle vie, que Dieu vous bénisse, mon bien-aimé frÚre et ma bien-aimée soeur; et faites simplement votre possible et priez pour que les autres entrent en possession de cette foi merveilleuse en Jésus-Christ. Je...
E-8 Si cet homme est ici ce soir, j’espĂšre qu’il ne considĂ©rera pas ceci comme une offense. J’espĂšre qu’il recevra cela comme–comme quelque chose qui est dit par–par amour. Un homme m’a appelĂ© au tĂ©lĂ©phone et m’a dit: «FrĂšre Branham, j’aimerais Ă©tablir un contact avec vous.» J’ai dit: «Eh bien, je vous assure, frĂšre, je n’ai rien Ă  voir avec des rendez-vous, et surtout pendant que nous tenons des services de guĂ©rison. Je reste plutĂŽt seul la majeure partie de la journĂ©e pour prier, Ă©tudier, me soumettant et m’abandonnant au Saint-Esprit.»Il a dit: «Mais je–je–j’aimerais avoir un contact avec vous comme vous le faites sur l’estrade.»J’ai dit: «Quel est le problĂšme?» Il a dit: «Eh bien, j’ai un bien-aimĂ© qui est malade.» Et il a dit: «Je–je–je veux qu’il soit guĂ©ri.» Et j’ai dit: «Eh bien, maintenant, vous savez que ce n’est pas moi le GuĂ©risseur.»Et j’ai dit: «Eh bien, vous savez que je ne suis pas le GuĂ©risseur.»Et il a dit: «Eh bien, je–je–je veux avoir un contact comme le font les gens dans l’auditoire.» Il voulait avoir un contact parce qu’il avait vu beaucoup de gens de sa communautĂ© ĂȘtre guĂ©ris par ce moyen, juste en ayant un contact. J’ai dit: «FrĂšre, il ne s’agit pas d’avoir un contact avec moi, j’en suis sĂ»r. Il s’agit d’avoir un contact avec Christ.» Il a demandĂ©: «Comment puis-je le faire?» J’ai dit: «En croyant en Lui.» C’est vrai. En croyant et en reposant votre foi sur Son oeuvre achevĂ©e; c’est ça. Et tout vĂ©ritable et authentique don de Dieu pointera vers le Calvaire, Ă  l’oeuvre achevĂ©e du Seigneur JĂ©sus-Christ. Personne ne peut guĂ©rir; personne ne peut sauver; personne ne peut ajouter une chose au salut, rien. Et c’est la raison pour laquelle je vais prĂȘcher ce soir pendant quelques minutes sur ce sujet dont j’ai l’intention de–de parler ici ce soir: La Parole infaillible de Dieu.
E-9 Il y a un temps oĂč nous devons prendre le plan pour voir combien nous sommes avancĂ©s sur la route, combien l’achĂšvement de l’édifice est proche. Et moi, pour ma part, je sais, avec beaucoup d’autres et avec tous les croyants qui sont ici, qu’il nous faut reposer solennellement notre destinĂ©e Ă©ternelle sur la Parole de Dieu. C’est tout. Et toute chose en dehors d’Elle, je ne dirais pas que je ne crois pas cela. Je dirais ceci: je ne comprends pas cela. Cela doit venir par le moyen de la Parole.
E-10 A prĂ©sent, dans Matthieu, au chapitre 24, le–le verset 34 et le verset 35, je lis ceci:
Je vous le dis en vĂ©ritĂ©, cette gĂ©nĂ©ration ne passera point, que tout cela n’arrive.
Le ciel et la terre passe-... mais ma parole ne passera point.
Que le Seigneur ajoute Ses bénédictions à la lecture de Sa Parole.
E-11 Eh bien, dans l’Ancien Testament, Dieu avait Ă  peu prĂšs trois moyens par lesquels Il pouvait amener le peuple Ă  comprendre Son message ou leur apporter un message. Eh bien, tout d’abord il vous faut reconnaĂźtre premiĂšrement que vous devez avoir une foi ferme dans la Bible. Tout rĂ©cemment, je m’entretenais avec un psychologue, et il a dit: «Eh bien, Monsieur Branham, a-t-il dit, si un homme croyait que s’il s’avance lĂ  et touche un poteau ou un arbre, il serait guĂ©ri, cela arriverait.»
J’ai dit: «Qui donc pourrait avoir la foi et ĂȘtre sĂ»r qu’en touchant le poteau ou l’arbre il serait guĂ©ri?»
La foi n’est pas bĂątie sur du sable mouvant comme cela. La foi repose fermement sur le Rocher Ă©ternel de la Parole de Dieu, pas sur du sable mouvant de la thĂ©ologie de l’homme, mais sur la Parole Ă©ternelle de Dieu. La foi doit avoir quelque chose sur quoi reposer.
E-12 Est-ce bien la petite alcoolique qui a Ă©tĂ© guĂ©rie aux rĂ©unions d’Hammond que je regarde? Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. J’ai pu vous reconnaĂźtre Ă  peine mĂȘme. Votre nom m’échappe prĂ©sentement, pourtant je vous ai dĂ©jĂ  vue et je vous ai parlĂ©. Une des... venant de...
Si par hasard un alcoolique se trouve ici ce soir, et que les Alcooliques Anonymes et tous les autres ont Ă©chouĂ©, voici assise ici une belle petite demoiselle dont le cas dĂ©passait les Alcooliques Anonymes et tous les autres; mais JĂ©sus-Christ l’a appelĂ©e et l’a guĂ©rie; elle est devenue sobre et sĂ©rieuse, la voilĂ  assise, tout Ă  fait normale et en bonne santĂ©. Cela est arrivĂ© il y a deux ou trois ans, n’est-ce pas? [La soeur dit: «Quatre ans.»–N.D.E.] Ça fait quatre ans. Soeur, pourriez-vous vous lever juste pour une minute. Combien aimeraient la voir? Levez simplement la main. La voilĂ , une rĂ©ponse de la puissance de Dieu.
Lorsque Dieu a appelĂ© la petite femme dans la salle, et lui a dit ce qu’elle faisait dans la vie, qui elle Ă©tait, tout ce qui la concernait et qu’Il lui a dit ce qu’elle Ă©tait, Il l’a aussitĂŽt dĂ©livrĂ©e de la boisson. Et elle ne glorifie pas le fait qu’elle buvait, mais elle glorifie Christ qui l’en a dĂ©livrĂ©e. Et si vous pensez qu’il vous est impossible de vous dĂ©barrasser de la cigarette, du tabac, de la drogue, de l’alcool et des choses semblables, parlez Ă  cette petite femme une minute. Elle peut vous dire oĂč rĂ©side le salut. Maintenant... Oh! oui, et la piqĂ»re de l’opium ou de n’importe quoi d’autre, la marijuana, et que sais-je encore, Christ vous en dĂ©livre parfaitement.
E-13 Maintenant, le... Vous ne pouvez pas reposer votre foi, comme je le disais juste sur n’importe quoi. Vous devez avoir une rĂ©alitĂ© fondamentale. Et la raison pour laquelle je repose ma foi sur cette Parole, c’est parce que je crois qu’Elle est la Parole de Dieu. Et si ceci est la Parole de Dieu, c’est Dieu Lui-mĂȘme sous forme de la Parole. C’est exact.
Alors, si c’est Dieu Lui-mĂȘme... Et aucun homme ne vaut plus que sa parole. Si je vous Ă©cris ici ce soir une dĂ©claration de quelque chose que je ferai, eh bien, je ne vaux pas plus que cette parole. Et cette parole est une partie de moi; c’est ma parole. Et si ça, c’est la Parole Ă©crite de Dieu, Elle–Elle ne peut pas ĂȘtre moins que Dieu Lui-mĂȘme, parce qu’Il est tenu Ă  Sa Parole. Eh bien, croyez-vous cela?
E-14 Il y a quelque temps, un ministre, Stewart Hamilton, alors qu’un groupe de gens Ă©taient lĂ , beaucoup d’entre eux ont des photos prises par un studio, ils voulaient que je descende et que je sois photographiĂ©. Et c’est un jeune Ă©rudit trĂšs instruit, c’est vrai; il voulait Ă©loigner de moi le manager parce qu’il savait que je n’avais pas d’instruction, et il allait me mettre en piĂšces. Ainsi, il a finalement trouvĂ© un moyen pour le faire. Et il a parlĂ© au manager, M. Baxter, et lui a dit: «Si vous pouvez continuer et partir Ă  la rĂ©union, je voudrais m’entretenir avec M. Branham juste un moment.»
Et il a dit: «Non, je ne peux pas vous le permettre.»
Il a dit: «Monsieur Baxter, je ne lui prendrai lĂ  qu’un petit instant, si vous m’accordez simplement ce privilĂšge, parce que j’aimerais lui parler, et la rĂ©union doit avoir dĂ©jĂ  commencĂ© en ce moment.» Alors finalement, frĂšre Baxter m’a regardĂ©, et je lui ai fait oui de la tĂȘte, et il a continuĂ©.
E-15 Et il a dit: «Eh bien, Monsieur Branham, en tant qu’homme je vous admire. Mais pour ce qui est de votre thĂ©ologie, vous ĂȘtes autant dans l’erreur que le jour est diffĂ©rent de la nuit.»
Et j’ai dit: «Je vous remercie pour ce compliment.» J’ai dit: «Et je–je vous apprĂ©cie aussi.»
Et ainsi, il a dit: «Je crois que vous serez assez sincĂšre pour accepter que vous ĂȘtes dans l’erreur si on vous le prouve.»
J’ai dit: «Absolument, frĂšre. Je...»
Il a dit: «Eh bien, pour ce qui est de votre prĂ©dication, a-t-il dit, et de votre message du salut, cela n’a rien de faux. C’est–c’est correct.» Il a dit: «Mais quant Ă  votre doctrine sur la guĂ©rison divine, c’est absolument faux.» Et il a continuĂ©: «Elle est fausse d’aprĂšs les Saintes Ecritures.»
Et j’ai dit: «Eh bien, je suis–je ne le fais pas intentionnellement si elle est fausse, mon frĂšre.»
Il a dit: «Eh bien, elle est fausse. Elle est absolument fausse.»
Et j’ai dit: «Eh bien, peut-ĂȘtre que vous pouvez donc me corriger.»
Il a dit: «PrĂȘchez-vous la guĂ©rison divine au moyen de–par l’expiation?»
J’ai rĂ©pondu: «Toute bĂ©nĂ©diction qui dĂ©coule de la rĂ©demption doit venir au travers de l’expiation, parce que c’est ainsi que cela a Ă©tĂ© fait. Les attributs de la mort de JĂ©sus-Christ nous apportent la guĂ©rison divine.»
E-16 Et alors, il m’a parlĂ©, il a dit: «Eh bien, Monsieur Branham, appliquez-vous donc cela Ă  ce qu’EsaĂŻe a dit, qu’Il Ă©tait blessĂ© pour nos...»–Oui, oui. C’est vrai.
Il a dit: «Si je vous prouve que ça c’est dĂ©jĂ  passĂ©, l’accepterez-vous?»
J’ai dit: «Oui, oui, c’est juste.»
Et il a dit: «TrĂšs bien, dans Matthieu 8, la Bible dit qu’on Lui a amenĂ© des estropiĂ©s, des boiteux, des infirmes et d’autres malades. Et Il les a guĂ©ris afin que s’accomplĂźt ce qui avait Ă©tĂ© annoncĂ© par EsaĂŻe le prophĂšte (Vous voyez?): ‘Ce sont nos souffrances qu’Il a portĂ©es.’»
J’ai dit: «Appliquez-vous cela Ă  l’expiation?»
Il a dit: «Certainement. EsaĂŻe l’avait annoncĂ©.»
J’ai dit: «Ça, c’était arrivĂ© une annĂ©e et six mois avant que l’Agneau soit mis Ă  mort. Eh bien, comment cela pouvait-il ĂȘtre inclus dans l’expiation? Ça c’était arrivĂ© une annĂ©e et six mois avant que JĂ©sus ne soit crucifiĂ©. Comment appliquez-vous cela Ă  l’expiation?»
E-17 Et alors, il s’est mis Ă  dĂ©biter Ă  toute vitesse de grands mots, vous savez. Et j’ai dit: «Eh bien, un instant, je ne connais que la version du Roi Jacques. Vous voyez?»
Et ainsi, il a dit: «Eh bien...»
Eh bien, j’ai dit: «Nous n’allons pas...» J’ai dit: «Est-ce que vous...? Maintenant, je vais vous poser une seule question. Est-ce que vous affirmez que la guĂ©rison divine se trouve dans la Parole? ‘Mais tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu.’ Est-ce que cela est divinement ordonnĂ© dans la Bible?» Eh bien, vous devez dire oui parce que JĂ©sus l’a dit.
–Oui.
–Tout ce que vous demanderez au Pùre en Mon Nom, Je le ferai; tout, Je le ferai.
Et il a dit: «Oui.»Je me suis dit: «FrĂšre, lĂ , vous avez dit la chose qu’il ne fallait pas. Et vous avez placĂ© cela dans la Parole et pas dans l’expiation.» Et j’ai dit: «Alors cela doit donc ĂȘtre dans l’expiation, si cela est dans la Parole.» Et il a dit: «Non.»
E-18 J’ai dit: «Attendez, une fois il y avait un roi qui possĂ©dait un grand royaume, et il avait Ă©tabli toutes les ordonnances et toutes les lois. Il Ă©tait un homme juste, un homme honorable. Et il a fait des ordonnances et–et Ă©tabli des peines comme chĂątiment et ainsi de suite. Et un jour, un esclave commit un crime, et on l’amena devant le roi. Et le roi dit: ‘La peine prĂ©vue par ma loi pour ceci est que tu dois mourir; je dois te dĂ©capiter.’ Et le pauvre homme s’est mis Ă  trembler. Et le roi dit: ‘Que puis-je faire pour toi avant que je ne te fasse dĂ©capiter?’ Et l’homme dit: ‘Un verre d’eau.’ Ainsi, on donna de l’eau Ă  l’esclave, et il tremblait tellement qu’il n’arrivait pas Ă  tenir l’eau. Le roi dit: ‘Eh bien, avant que je ne te tue, bois cette eau, sinon–sinon je ne te tuerai pas avant que tu n’aies bu cette eau.’ Et l’esclave jeta l’eau par terre.»
J’ai dit: «Maintenant, que va faire ce roi? Sa loi dit que–que cet homme doit mourir. Mais de sa bouche il a dĂ©clarĂ© qu’il ne va pas tuer cet homme avant que ce dernier n’ait bu l’eau, or il ne peut pas boire cette eau. Alors, que va-t-il se passer?»
Il a dit: «Oh! c’était une gaffe de la part du roi.»
J’ai dit: «Et alors, vous voulez dire que Dieu a aussi commis une gaffe en mettant cela dans Sa Parole et pas dans l’expiation? Allez-vous-en avec cela. Non, non. Cela... Dieu ne commet pas de gaffe.» Chaque Parole est la vĂ©ritĂ©. La Parole de Dieu...
E-19 Et le caractĂšre d’un homme se rĂ©vĂšle par ses oeuvres. Ou plutĂŽt, un homme rĂ©vĂšle son–son caractĂšre par ses oeuvres. Nous le savons. C’est juste comme un entrepreneur, un entrepreneur montre ce qu’il est par son travail. Par exemple, si nous avions l’intention de faire construire un grand bĂątiment ici dans la ville de Chicago, la premiĂšre chose que les autoritĂ©s du conseil de la ville feraient, c’est d’essayer de choisir un entrepreneur. On ne prendra pas n’importe quel type qui se prĂ©cipitera lĂ  pour dire: «Eh bien, je peux trĂšs bien faire ce travail.» Ils vont prendre un entrepreneur qui a une renommĂ©e. Et ainsi, en effet, s’ils ne font pas cela, peut-ĂȘtre qu’un autre entrepreneur fera une offre plus allĂ©chante. Mais, il pourrait faire la construction avec de mauvais matĂ©riaux et il pourrait peut-ĂȘtre rĂ©aliser l’ouvrage en faisant Ă©pargner des milliers de dollars. Et puis, finalement nous voyons que le bĂątiment s’écroule. Et Ă  la premiĂšre tempĂȘte, le bĂątiment s’écroule. Que pensez-vous que la ville dira de cet entrepreneur? Cela gĂąchera sa rĂ©putation pour toujours. C’est juste.
Peut-ĂȘtre, qu’arriverait-il si c’était un bĂątiment scolaire, ou quelque chose oĂč beaucoup de petits enfants devraient ĂȘtre assis Ă  l’école, et que les–les mauvais matĂ©riaux utilisĂ©s dans la construction cĂ©daient et que le bĂątiment en s’écroulant tuait des centaines de petits enfants? Que penseraient les parents de cet entrepreneur qui, par amour pour l’argent, sans se soucier de sa rĂ©putation, aura fait un tel ouvrage? Oh! la la! ils penseraient que c’est une personne affreuse. C’est ce qu’il serait. Sans doute qu’il devait ĂȘtre ce que nous appelons une canaille, un homme qui jouerait un tour comme cela, en mettant de tels matĂ©riaux dans un Ă©difice d’un si grand prix en faisant croire que cela rĂ©sisterait. Et puis, avec tous ces petits enfants rĂ©unis qui devraient s’y asseoir, et mettre dans ce bĂątiment ces mauvais matĂ©riaux, aussitĂŽt, vous savez, la fondation cĂ©derait et le bĂątiment s’écroulerait. Cet homme serait une personne affreuse en faisant une chose pareille.
Que pensez-vous que les habitants de Los Angeles se sont fait comme opinion sur cet entrepreneur qui a construit le Barrage Saint Francis? Environ vingt-cinq millions de dollars Ă©taient investis lĂ -dedans, une offre un peu moins coĂ»teuse par rapport Ă  celles des autres soumissionnaires. Mais tout d’un coup, quand les eaux de l’inondation ont commencĂ© Ă  faire pression sur le barrage, l’état du sable en dessous du barrage ne convenait pas, les matĂ©riaux qui Ă©taient utilisĂ©s dans la construction n’étaient pas appropriĂ©s; et pendant que les gens dormaient tranquillement dans ces vallĂ©es, faisant confiance en ce barrage, la chose entiĂšre a cĂ©dĂ© et des centaines de vies humaines ont Ă©tĂ©s perdues lorsque les eaux ont dĂ©ferlĂ© dans cette vallĂ©e, emportant des vies humaines.
E-20 Eh bien, nous voudrions comparer la Parole de Dieu Ă  cela. Dieu est un grand Architecte. Dieu est un grand Constructeur, car Il n’utilise dans Son Ă©difice que ce qu’il y a de meilleur.
Et je voudrais comparer ceci Ă  l’histoire que j’ai lue sur le grand pont de Sydney, en Australie. Il y a bien des annĂ©es lorsque les... qu’il avait Ă©tĂ© dĂ©cidĂ© de jeter un pont lĂ  sur le grand dĂ©troit, devant relier la partie nord et la partie sud de Sydney. Beaucoup d’entrepreneurs sont allĂ©s pour faire leur offre. Mais de l’Angleterre Ă©tait venu un entrepreneur cĂ©lĂšbre qui, d’aprĂšs sa rĂ©putation, pouvait... Il voulait construire ce pont. Bien que son devis Ă©tait Ă©levĂ©, les gens de Sydney n’en ont pas fait un problĂšme; ils voulaient que le pont soit bien construit.
Et je pense que tout chrĂ©tien devrait adopter la mĂȘme attitude. C’est juste. Il nous faut savoir lĂ  oĂč nous nous tenons. Nous ne voulons pas que notre destinĂ©e Ă©ternelle soit bĂątie sur le sable mouvant d’une quelconque thĂ©ologie ecclĂ©siastique, mais sur la Parole Ă©ternelle du Dieu vivant. C’est juste. En effet, souvenez-vous, chacun de vous qui ĂȘtes assis ici ce soir, que des temps orageux vont frapper ce bĂątiment dans lequel vous vous trouvez ce soir. C’est juste. La mort va le frapper, et vous feriez mieux de savoir sur quelle sorte de sable il est bĂąti, ou plutĂŽt sur quelle sorte de fondation il repose.
E-21 Quand Dieu bĂątit sa fondation, Il n’y met rien d’autre que ce qu’il y a de meilleur, parce que Dieu se prĂ©occupe de Sa rĂ©putation. Il est le Dieu de l’éternitĂ©. Il est le Dieu des cieux et de la terre. Il ne mettra ici dans Son plan d’architecture que ce qui rĂ©sistera au test du temps pour l’éternitĂ©. Amen. Dites donc, je ferais mieux de laisser de cĂŽtĂ© ce texte, afin que... Nous nous mettrions Ă  pousser des cris, nous commencerions Ă  penser Ă  cela. Car cela est tout aussi vrai que Dieu est vrai.
Et Il y met donc ce qu’il y a de mieux, et c’est Sa Parole. Et ce soir, c’est lĂ -dessus que je fonde mes espoirs. Mes espoirs ne sont bĂątis que sur le Sang de JĂ©sus et Sa justice. Lorsque tout cĂšde autour de mon Ăąme, ce Rocher subsistera Ă©ternellement (C’est juste.), la Parole Ă©ternelle de Dieu.
E-22 Et aujourd’hui, lorsque nous voyons que dans notre grande Ă©conomie et dans notre grande civilisation dans laquelle nous vivons, beaucoup de choses sont en train d’ĂȘtre construites pour la popularitĂ©... Beaucoup de maisons sont Ă©rigĂ©es juste dans la–par rangĂ©e pour ĂȘtre dĂ©molies ensemble. Beaucoup de ponts et d’autres choses qui sont construits ne rĂ©sisteront pas au test, Ă  cause des matĂ©riaux moins chers dont ils sont faits. Et il en est ainsi de beaucoup d’églises qui sont bĂąties sur des thĂ©ories, des doctrines et des dogmes conçus par l’homme, elles ne rĂ©sisteront pas au test de la Parole de Dieu.
La Parole de Dieu dĂ©clare que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement; le mĂȘme en puissance, le mĂȘme en principes, le mĂȘme dans la guĂ©rison, Il est maintenant le mĂȘme qu’Il a Ă©tĂ© autrefois, qu’Il a toujours Ă©tĂ© et qu’Il sera toujours. Et Son attitude doit ĂȘtre la mĂȘme envers chaque cas qu’Il a traitĂ©, sinon, Il s’est trompĂ© la premiĂšre fois lorsqu’Il a traitĂ© ce cas tel qu’Il l’avait fait, absolument.
E-23 Observez Dieu lorsqu’Il crĂ©e et utilise Ses propres matĂ©riaux. Dieu connaissait exactement les arbres qui seraient coupĂ©s pour entrer dans la construction de l’arche. Lorsque par Sa Parole Il a mis la vie dans le–le–le germe qui provenait de la semence, ou plutĂŽt dans la semence qui a produit l’arbre, Il savait Ă  l’instant mĂȘme que c’était lĂ  les matĂ©riaux qu’Il utiliserait pour sauver NoĂ© et sa famille.
Dieu, avant la fondation du monde, a parcouru du regard le cours du temps et a vu tout ce qui existerait. Et par consĂ©quent, Il pouvait appeler et Ă©lire ceux qu’Il avait connus et qu’Il placerait dans Son Ă©difice. C’est juste. Et si vous avez Ă©tĂ© appelĂ© ce soir par le Saint-Esprit et qu’Il vous a accordĂ© l’occasion d’entrer dans le Royaume de Dieu, vous devriez ĂȘtre heureux. Amen.
Si vous ĂȘtes dans le Royaume de Dieu et faites partie du Corps de Christ, grĂąces soient rendues Ă  Dieu. Vivez la vie. Faites ce qui est correct. Et, souvenez-vous, il se pourrait que ceci pĂ©nĂštre un peu rudement pendant que ça descend, mais laissez un peu la digestion se faire. Si vous ĂȘtes dans le Corps de Christ, Il n’a rien d’amputĂ©. Non, Son Corps est parfait, ça n’a pas besoin d’amputation. Amen. Fiou! C’est la vĂ©ritĂ©.
Vous vous souvenez de la prĂ©dication de l’autre soir sur l’échelle. Il n’ampute pas de bras ni de jambe. Lorsque cela est placĂ© lĂ , c’est placĂ© lĂ . C’est le matĂ©riau qui convient. Soyez sĂ»r que vous ĂȘtes placĂ© convenablement.
E-24 Et puis, dans l’Ancien Testament, il y avait trois moyens par lesquels les gens pouvaient connaĂźtre si c’était Dieu qui parlait ou pas. PremiĂšrement, c’était par un songeur. PremiĂšrement, c’était la loi. Et puis, c’était au moyen d’un songeur ou d’un prophĂšte. Et ensuite, s’ils voulaient tester cela pour voir si c’était correct, c’était au moyen du pectoral d’Aaron oĂč il y avait cette LumiĂšre qui Ă©tait appelĂ©e l’Urim Thummim. Et si un songeur racontait son songe, ou si un prophĂšte prophĂ©tisait, et que cela ne faisait pas briller les lumiĂšres sur l’Urim Thummim, ce prophĂšte Ă©tait faux.
Et maintenant, sous le sacerdoce d’Aaron, cet Urim Thummim prit fin, ça n’existe plus. Mais sous ce sacerdoce-ci, Dieu, Ă  plusieurs reprises et de plusieurs maniĂšres, a parlĂ© aux prophĂštes–aux enfants par les prophĂštes, mais dans ces derniers jours, Il nous a parlĂ© par Son Fils, JĂ©sus-Christ. Et cette Bible est l’Urim Thummim de Dieu. Et si un prophĂšte prophĂ©tise, si un prĂ©dicateur prĂȘche, ou si un songeur fait un songe, ou si quelque chose est fait et que cela ne fait pas briller de lumiĂšre sur cette Bible, je–je ne soutiendrai pas cela; c’est tout.
E-25 Et aujourd’hui, alors que les hommes portent des cicatrices de clous dans les mains, et que des photos sont prises pour prouver la popularitĂ© d’une personne... Ecoutez, si JĂ©sus a quittĂ© le Ciel, la Bible dit: «Lorsqu’on dira: ‘Voici, Il est dans le dĂ©sert; voici, Il est ici, ne le croyez pas. Car, comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avĂšnement du Fils de l’homme. Et tout genou flĂ©chira, et toute langue donnera gloire.» ...?...
Avec toute cette conception selon laquelle l’huile qui coule de nos mains, et le sang qui sort des mains, c’est divin, qu’est-il arrivĂ© au Sang de JĂ©sus-Christ? Si quelque chose d’autre est divin... Je vous assure que tout vĂ©ritable don de Dieu indiquera l’oeuvre achevĂ©e de la Parole Ă©ternelle de Dieu qui se trouve dans la Bible. Amen. Ecoutez-moi; je dis: «AINSI DIT LE SEIGNEUR.» C’est juste.
RĂ©fĂ©rez-vous Ă  la Parole. Demeurez dans la Parole. Et observez, la Bible dit que dans les derniers jours, des choses se lĂšveraient et que de faux prophĂštes sĂ©duiraient, s’il Ă©tait possible, mĂȘme les Ă©lus. Gardez la chose dans la Parole. Il faut que cela provienne de la Parole de Dieu. Si cela ne vient pas de la Parole de Dieu, ne croyez pas cela. Eloignez-vous-en. Ne critiquez pas cela; Ă©loignez-vous-en simplement. C’est juste. N’y prĂȘtez pas attention.
E-26 Eh bien, lorsque ce grand architecte est venu pour construire ce pont, la premiĂšre chose qu’il a faite, il leur a dit qu’il pouvait faire cela, et qu’il Ă©tait un homme de renom. Ainsi, voici ce qu’il a fait: premiĂšrement aprĂšs qu’il eut obtenu ce contrat, il savait que si jamais il rĂ©ussissait la construction de ce pont, il jouirait de la plus grande renommĂ©e pour avoir construit ce fameux pont.
Ainsi la premiĂšre chose qu’il fit consista d’abord Ă  sĂ©lectionner parmi les architectes qualifiĂ©s les meilleurs qu’il pouvait trouver. Et pour tout ce qu’il entreprenait, il Ă©prouvait tout en le testant. MĂȘme tout l’acier qui entrait dans la construction de ce pont, tout cela devait ĂȘtre pris en considĂ©ration, pendant combien de temps cela rĂ©sisterait aux intempĂ©ries, pendant combien de temps cela rĂ©sisterait au sel, pendant combien de temps cela rĂ©sisterait aux orages, et si un incendie Ă©clatait, Ă  quel degré–à quel degrĂ© il se rĂ©pandrait par un temps chaud. Et toute chose devait ĂȘtre testĂ©e. C’est ainsi que Dieu a procĂ©dĂ© lorsqu’Il a jetĂ© ce pont du salut pour que nous fassions la traversĂ©e de la terre Ă  la gloire; Il a fait le test. Tout serviteur qui vient Ă  Lui doit ĂȘtre testĂ© et Ă©prouvĂ© au fil du temps. Tout fils qui vient Ă  Dieu doit premiĂšrement ĂȘtre Ă©prouvĂ© et testĂ© par Dieu; il doit ĂȘtre formĂ© en tant qu’enfant et ĂȘtre introduit en Christ, et il doit premiĂšrement ĂȘtre Ă©prouvĂ©. Le prophĂšte doit premiĂšrement ĂȘtre Ă©prouvĂ©. Il a dit: «Si un prophĂšte dĂ©clare quelque chose et que ce qu’il dit ne s’accomplit pas, ne l’écoutez pas.» La chose qui est testĂ©e au cours du temps...
E-27 Et si cet homme, en construisant ce pont, a ainsi fait passer tout par l’épreuve du temps, mĂȘme jusqu’aux boulons qu’il a mis dans ce pont, il a mis un aimant dessus pour voir s’ils Ă©taient faits d’acier pur ou pas. Lorsqu’il est allĂ© pour Ă©riger la grande tour... On raconte qu’au milieu de l’eau... On raconte que ça lui a pris, je ne sais combien de temps, pour (couler) cette colonne-lĂ  jusqu’au fond, et pour s’assurer que personne ne perdrait la vie pendant qu’il faisait cela, tant que cela Ă©tait humainement possible. Et il a creusĂ© jusqu’à ce qu’il a atteint une couche; il a testĂ© le rocher, et ce n’était pas la bonne sorte de rocher. Il a continuĂ© de creuser, creuser plus profondĂ©ment parce qu’il savait que cette grande voĂ»te ici au milieu du pont Ă©tait la chose qui pourrait cĂ©der; cette colonne devait donc ĂȘtre posĂ©e sur la bonne sorte de rocher.
E-28 C’est ce que Dieu a fait, lorsqu’entre l’Ancien et le Nouveau Testament Il a projetĂ© Son plan du salut, Il a Ă©levĂ© une banniĂšre sur la colline de Golgotha, et personne d’autre en dehors du Fils de Dieu ne pouvait relier l’homme avec Dieu. Cela Ă©tait Ă©prouvĂ© au fil du temps. Il a Ă©prouvĂ© cela au travers de la postĂ©ritĂ© d’Abraham, tout du long Ă  travers Isaac, Jacob, Joseph, Ă  travers David et jusqu’à la fin, jusqu’à ce que vint cette PostĂ©ritĂ© parfaite qui pouvait se tenir au milieu et tenir le pĂ©cheur d’un cĂŽtĂ© et Dieu de l’autre et jeter le pont sur la voie. Chaque Parole qu’Il a prononcĂ©e, chaque Parole qui Ă©tait placĂ©e dans la Bible a Ă©tĂ© Ă©prouvĂ©e au fil du temps par le Saint-Esprit. Par consĂ©quent, j’en crois chaque portion. Amen.
Tout commandement de Dieu est juste. Tout ce qui est Ă©crit dans cette Bible, je suis disposĂ© Ă  offrir ma vie pour cela. Je n’ai peut-ĂȘtre pas assez de foi pour amener chaque promesse Ă  se rĂ©aliser, mais je ne me mettrai jamais en travers du chemin de quelqu’un d’autre qui a rĂ©ellement la foi pour le faire. Si je ne peux pas marcher lĂ  oĂč Enoch a marchĂ© un jour et est rentrĂ© Ă  la maison sans passer par la mort, je ne me mettrai pas en travers du chemin de quelqu’un d’autre qui pourrait marcher dans cette voie avec Dieu. C’est juste. Je crois que chaque Parole de Dieu qui a Ă©tĂ© Ă©prouvĂ©e au fil du temps est pure et sans mĂ©lange, car Dieu place Son matĂ©riau de construction, parce qu’Il est sĂ»r que Sa rĂ©putation en tant que Sauveur ne sera pas gĂąchĂ©e. C’est juste. Il l’a Ă©prouvĂ© au fil du temps, sachant que c’était juste...
E-29 Bien des gens, pendant que ce pont Ă©tait en construction, bien des gens prophĂ©tisaient et disaient: «Ça s’effondrera. Ça s’effondrera.» Ces gĂ©omĂštres experts sont allĂ©s lĂ  et ont examinĂ© tout pour s’assurer que les deux parties du pont se joindraient au milieu en partant de deux rivages. Tout devait ĂȘtre parfait; ils devaient mettre au point leur rĂ©glage jusqu’à un huitiĂšme de pouce ou Ă  un pouce, de sorte que ça s’ajuste trĂšs parfaitement.
Et le jour de la jonction, lorsque les deux bouts devaient se joindre, voyez... En effet, cet homme avait fait tout son possible avec la rĂ©putation qu’il avait; il avait calculĂ© si parfaitement les mesures que les deux bouts se sont joints ensemble, en n’étant sĂ©parĂ©s que d’un pouce chacun, aussi parfaitement que ça pouvait l’ĂȘtre. Les gens ont poussĂ© des cris et ont criĂ© lorsqu’ils ont vu que le travail Ă©tait terminĂ©.
E-30 Et aujourd’hui, nous qui avons Ă©tĂ© perdus et qui Ă©tions sĂ©parĂ©s, sans Christ, combien nous pouvons nous rĂ©jouir et louer Dieu de ce que la jonction a Ă©tĂ© bien faite lorsque Dieu a envoyĂ© JĂ©sus-Christ sur la terre et que ce dernier est mort au Calvaire pour jeter un pont afin de permettre aux pĂ©cheurs, hommes et femmes, de rencontrer le RĂ©dempteur et le CrĂ©ateur. Et ce Pont n’est rien d’autre que le Dieu Tout-Puissant Lui-mĂȘme. Sa Parole, c’est Lui, Lui-mĂȘme. Et Il a Ă©talĂ© Sa propre Vie afin que nous puissions marcher sur Lui et aller dans la Gloire. Un des bouts du Pont n’était personne d’autre qu’Emmanuel: «Dieu avec nous». Et l’autre bout du Pont, c’est le Seigneur JĂ©sus-Christ ressuscitĂ© qui se tient dans la puissance et la gloire du PĂšre. Amen. La connexion est bonne: Sa Parole.
Chaque prophĂ©tie de l’Ancien Testament pointait directement le Calvaire. Chaque prophĂ©tie du Nouveau Testament pointe en arriĂšre vers l’oeuvre achevĂ©e au Calvaire. Et pourquoi chercherions-nous, ici dans ces derniers jours, Ă  pointer ailleurs, vers quelque chose d’autre? Ce ne serait pas correct. Ce serait faux.
E-31 Si un homme se levait et disait: «Oui, j’ai la puissance pour guĂ©rir.» Il est dans l’erreur. Si un homme se levait et disait: «Cette huile est divine.» C’est faux. S’il y a du sang qui sort d’une personne comme cela–cela a Ă©tĂ© dit Ă  plusieurs endroits concernant ces choses qui arrivent, c’est faux. Il n’y a rien qu’un homme ou une femme, ou n’importe qui d’autre puisse faire pour votre salut ou votre guĂ©rison, si ce n’est de vous indiquer la croix, lĂ  oĂč la puissance de Dieu a crucifiĂ© JĂ©sus-Christ. Et Il est ressuscitĂ© le troisiĂšme jour pour notre justification. Et c’est lĂ  que le grand prix, le prix suprĂȘme a Ă©tĂ© payĂ©, car «Il Ă©tait blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s, brisĂ© pour nos iniquitĂ©s; le chĂątiment qui nous donne la paix est tombĂ© sur Lui, et c’est par Ses meurtrissures que nous avons Ă©tĂ© guĂ©ris.» OĂč? A la jonction, Ă  la grande Tour au milieu de la riviĂšre, Ă  ce grand golfe qui va de cette terre jusqu’à la gloire. Christ est cette Tour.
E-32 Avez-vous remarquĂ© qu’Il ne pouvait pas mourir sur terre, et Il ne pouvait pas mourir au Ciel? Il Ă©tait donc le Pont reliant les deux. Il est mort entre les cieux et la terre. Les meilleurs matĂ©riaux mĂȘmes que Dieu pouvait placer dedans, Il a parlĂ© par le prophĂšte et a dit: «Ce sera lĂ -dedans.» Il a rĂ©servĂ© une PostĂ©ritĂ©. «Ta postĂ©ritĂ© Ă©crasera la tĂȘte du serpent.» Et Il l’a fait. Amen. Il l’a fait.
Et le mĂȘme Dieu qui a dit cela, a promis qu’Il enverrait JĂ©sus-Christ la seconde fois pour ceux qui attendent et qui aiment Sa Venue. Le mĂȘme Dieu qui a dit cela a dit qu’Il guĂ©rirait nos maladies si nous croyions en Lui, au travers de la–de l’expiation qui a Ă©tĂ© faite lĂ  au milieu de la riviĂšre. Amen. Croyez-vous cela? Certainement. C’est Lui qui a payĂ© le prix. C’est Lui qui a fait toutes ces choses pour nous.
E-33 Le jour oĂč le pont Ă©tait achevĂ©, les gens ont poussĂ© des cris, et ils se sont Ă©criĂ©s dans toute la ville, dans tout le pays, parce que le pont Ă©tait alors fixĂ©. Et si vous ne croyez pas qu’ils ont poussĂ© des cris et qu’ils se sont Ă©criĂ©s, lisez Actes 2. Lorsque le pont a Ă©tĂ© achevĂ©, cela a ramenĂ© l’homme dans la communion avec Dieu; voyez si ce n’était pas le cas. Pas seulement cela, mais les dons divins venant du Ciel d’auprĂšs de Dieu sont venus en roulant sur ce Pont et ont oint l’Eglise pour qu’Elle prĂȘche l’Evangile dans tous les coins du monde. Amen.
A Sydney, lorsque le grand et dernier jour est venu, aprĂšs que la jonction eut Ă©tĂ© faite, tout le monde sortit, et ils dĂ©corĂšrent le pont avec des drapeaux et tout, en signe d’honneur. Et ensuite, le grand moment crucial vint. Le ruban Ă©tait dĂ©ployĂ© d’un bout Ă  l’autre, le gouverneur ou plutĂŽt le maire, Ă©tait la premiĂšre personne Ă  couper le ruban alors qu’il traversait. Que va-t-il arriver au pont? Sans l’ombre d’un doute dans son esprit, il coupa le ruban, parce qu’il avait confiance dans le constructeur et dans les matĂ©riaux avec lesquels cela a Ă©tĂ© construit.
L’un de ces jours, vous devrez aussi couper le ruban, frĂšre (c’est juste), qui relie cette vie-ci Ă  l’autre Vie. Vous ĂȘtes en train de marcher sur des fils fragiles et vous ne savez pas Ă  quel moment ils vont se rompre. C’est vrai. Mais lorsque le–le ruban sera coupĂ©, j’ai confiance dans la Tour et dans le Pont qui a Ă©tĂ© jetĂ© pour qu’une... pour servir d’autoroute, afin que nous puissions voyager de la terre Ă  la Gloire.
E-34 Et le maire coupa le... Et aprĂšs qu’il eut ouvert la voie, des centaines d’autres personnes le suivirent. Trois ou quatre grands trains Ă©lectriques remplis des gens avançaient doucement de chaque cĂŽtĂ©, sans que ces derniers aient des doutes dans leur esprit. Et lĂ , tout derriĂšre venaient des dizaines de milliers de vĂ©hicules, des piĂ©tons et tout, traversant le pont.
Un jour, lorsque cette vie sera terminĂ©e, quand nous romprons ces fils fragiles, et que nous verrons le Seigneur JĂ©sus-Christ venir dans Sa puissance et dans Sa gloire... De l’autre cĂŽtĂ©, lorsque le sud et le nord de Sydney ont Ă©tĂ© reliĂ©s par un pont... Et lorsque JĂ©sus est mourut au Calvaire, cela jeta un pont reliant Dieu Ă  l’homme, afin que les hommes soient toujours des fils et des filles de Dieu, et cela est dans l’homme, parce que JĂ©sus-Christ a jetĂ© un pont pour les relier. VoilĂ  pourquoi j’ai confiance en Sa Parole, en sa façon de faire cela.
E-35 Et puis, lorsqu’il... Ce jour-lĂ , lorsqu’ils ont traversĂ© le pont, il y a eu des cris, des hurlements; et le pont est restĂ© solide. Le pont ne connaissait aucune secousse du tout. Pourquoi? Parce qu’on y avait placĂ© les matĂ©riaux qu’il fallait. On avait fait la chose qu’il fallait. On avait pris les prĂ©cautions qu’il fallait. Et la renommĂ©e de cet homme s’était rĂ©pandue Ă  travers le monde entier. Les journaux avaient publiĂ© cela partout. Et il Ă©tait le constructeur de ponts le plus cĂ©lĂšbre du monde Ă  l’époque, parce qu’il avait pris des prĂ©cautions. Il a utilisĂ© les meilleurs matĂ©riaux. Il n’était pas prĂ©occupĂ© par le prix, il Ă©tait prĂ©occupĂ© par le pont.
E-36 Si donc l’homme peut ĂȘtre prĂ©occupĂ© Ă  ce point au sujet du transport de ses semblables, pour prendre de telles prĂ©cautions, Ă  combien plus forte raison Dieu sera-t-Il prĂ©occupĂ© au sujet de Ses propres enfants pour prendre des prĂ©cautions, afin que la chose juste soit dite. Ainsi donc, frĂšre, notre foi est ancrĂ©e dans la Parole du Dieu vivant. Et lorsque JĂ©sus-Christ a dit: «Les choses que Je fais, vous les ferez aussi, et mĂȘme davantage, car Je vais au PĂšre,» je crois que cela est la Parole infaillible de Dieu. Je crois que lorsqu’Il a dit: «Encore un peu de temps et le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous jusqu’à la fin du monde», je crois que cela est la Parole infaillible de Dieu. Et je crois qu’Il a promis que lĂ  oĂč deux ou trois seraient assemblĂ©s, Il serait au milieu d’eux. C’est le matĂ©riau infaillible de Dieu sur lequel est bĂątie mon espĂ©rance ce soir, et cela nous transporte de cette terre Ă  la Gloire. Je crois que cela est la vĂ©ritĂ©.
E-37 Je crois que JĂ©sus-Christ est mort et qu’Il est ressuscitĂ©. Je crois que JĂ©sus-Christ vit ce soir. Je crois que c’est JĂ©sus-Christ qui a donnĂ© la vue Ă  cette femme aveugle hier soir. Je crois que c’est JĂ©sus-Christ qui a ressuscitĂ© ce bĂ©bĂ© mort ici au Mexique, il y a quelques jours. Je crois que c’est JĂ©sus-Christ qui est au milieu de nous ce soir, qui fait que nos coeurs se sentent lĂ©gers et joyeux, c’est Lui qui nous donne cette grande joie ainsi que cette grande paix que nous avons, de savoir que nous avons ancrĂ© nos Ăąmes dans le havre du repos, pour ne plus naviguer sur les mers en furie. La tempĂȘte peut souffler au-dessus de l’ocĂ©an houleux et en furie, mais en JĂ©sus qui est cette Tour, nous sommes ancrĂ©s pour toujours.
E-38 «Sur ce roc Je bĂątirai Mon Eglise, et les portes du sĂ©jour des morts ne prĂ©vaudront point contre Elle.» Oui, oui. La rĂ©vĂ©lation divine et spirituelle montrant que JĂ©sus-Christ est le Fils de Dieu... La Bible dit: «Nul ne peut dire que JĂ©sus est le Christ si ce n’est par le tĂ©moignage du Saint-Esprit.» Et si vous reniez l’existence du Saint-Esprit, si vous reniez l’existence du baptĂȘme du Saint-Esprit, comment pouvez-vous croire en JĂ©sus-Christ? Vous ne pouvez croire la chose que du point de vue historique.
Mais lorsque vous avez reçu Christ, le Saint-Esprit, dans votre coeur, et que vous ĂȘtes rĂ©gĂ©nĂ©rĂ© et nĂ© de nouveau, alors le Saint-Esprit Lui-mĂȘme rend tĂ©moignage. Et la raison pour laquelle aujourd’hui les gens peuvent croire Ă  la guĂ©rison divine, au surnaturel, c’est parce que le Dieu mĂȘme qui a fait que la Parole crĂ©e cela a envoyĂ© Son propre Esprit dans les coeurs pour confirmer que c’est la vĂ©ritĂ©. Et voilĂ  pourquoi aujourd’hui nous avons des signes et des prodiges et la puissance Ă  l’oeuvre parmi nous dans le monde entier.
E-39 Ce gigantesque et merveilleux pont ... Oh! la la! c’est comme le chantaient mes amis de couleur: «C’est une grande route qui mĂšne au Ciel, et nous marchons sur la grande route du Roi.» C’est vraiment fini, JĂ©sus a terminĂ©. Tout est accompli. JĂ©sus ne se serait pas assis s’Il n’avait pas achevĂ© l’oeuvre. Personne ne s’assied avant que son travail soit terminĂ©. C’est juste. Et quand JĂ©sus a pris Son Sang, et qu’Il est entrĂ© dans les cieux de cieux, et qu’Il a condamnĂ© chaque dĂ©mon, qu’Il a pris les clefs de la mort et du sĂ©jour des morts, et qu’Il s’est assis...
Quand Il est mort au Calvaire, Il a baissĂ© la tĂȘte. AprĂšs que l’expiation a Ă©tĂ© faite ainsi que tout ce dont vous avez besoin dans ce voyage de la terre jusqu’à la gloire, Il s’est Ă©criĂ©: «Tout est accompli.» On ne peut y ajouter rien d’autre, on ne peut en retrancher rien d’autre. Cela rĂšgle la question. La Bible est terminĂ©e. Le plan de Dieu est terminĂ©. L’expiation a Ă©tĂ© faite. Le diable est vaincu. Et l’unique chose que nous devons faire, c’est de regarder et de vivre. Mon frĂšre, ma soeur, que le Dieu du Ciel vous aide ce soir Ă  regarder et Ă  vivre alors que nous prions maintenant et inclinons la tĂȘte.
E-40 Notre Cher PĂšre cĂ©leste, comme nous arrivons maintenant Ă  la fin de ce petit message voilĂ©, semblable Ă  une parabole, accorde toutefois que les gens, ĂŽ Seigneur, comme... emportent cela chez eux et mĂ©ditent lĂ -dessus dans leurs coeurs. Et nous savons que nous pouvons ĂȘtre certains, si nous sommes Ă©difiĂ©s sur les matĂ©riaux de la Bible, que tout le plan de notre salut vient de l’AINSI DIT LE SEIGNEUR, et nous savons que nous sommes en ordre.
Et puis, ĂŽ PĂšre, je Te prie de confirmer ce que j’ai dit, c’est-Ă -dire qu’il n’y a nul autre, aucun autre moyen sous le ciel, aucun autre nom qui ait Ă©tĂ© donnĂ© sous le ciel, par lequel les hommes doivent ĂȘtre sauvĂ©s, sinon le Nom du Seigneur JĂ©sus qui a Ă©tĂ© le Pont jetĂ© entre les cieux et la terre, alors qu’Il Ă©tait exposĂ© lĂ -haut. Il est la Tour forte. «Le Nom de l’Eternel est une tour forte; le juste s’y rĂ©fugie, et se trouve en sĂ»retĂ©.» Nous Te remercions, PĂšre, de ce que nous avons trouvĂ© cela. Et maintenant, je Te prie d’accorder Tes bĂ©nĂ©dictions ce soir.
E-41 Et pendant que nous avons inclinĂ© la tĂȘte, je demanderais simplement s’il y a quelqu’un ici qui dirait: «FrĂšre prĂ©dicateur, je crois cela, chaque parole de cela, mais j’ai bĂąti mes idĂ©es peut-ĂȘtre ailleurs, sur mon automobile. J’ai Ă©tĂ© prĂ©occupĂ© par les frais Ă  payer pour la maison, pour l’instruction de mes enfants.» C’est lĂ©gitime, mon frĂšre. C’est une bonne chose. Cela n’a rien Ă  voir avec votre salut Ă©ternel. «Oh! j’ai adhĂ©rĂ© Ă  l’église, FrĂšre Branham.» Mais cela n’a rien Ă  voir avec votre salut. JĂ©sus n’a jamais demandĂ© Ă  quelqu’un d’adhĂ©rer Ă  une Ă©glise. Non, non. Mais vous direz: «Pour ce qui est de la nouvelle naissance...»
Eh bien, JĂ©sus a dit: «Si vous ne naissez de nouveau, vous n’entrerez point dans le Royaume.» Peu importe le nombre d’églises dont vous ĂȘtes membre, combien vous ĂȘtes bon, combien–combien vous avez contribuĂ© pour l’église, combien vous avez amenĂ© les autres Ă  l’église, ni combien vous avez travaillĂ© dur dans les cercles de l’église; cela n’aura rien Ă  voir avec la chose. Il dira: «Je ne vous ai mĂȘme jamais connu. Si un homme ne naĂźt de nouveau d’eau et d’Esprit, il n’entrera point dans le Royaume.»
Voudriez-vous lever la main vers Dieu en ce moment et dire: «Ô Dieu, je n’ai pas acceptĂ© ceci, mais je dĂ©sire vraiment cela dans mon coeur. Je veux, FrĂšre Branham, que vous priiez pour moi. Et, ĂŽ Dieu, je veux que Tu aies pitiĂ© de moi alors que je lĂšve mes mains vers Toi.»? Voudriez-vous lever la main? Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse, vous, vous. Oui, tout simplement, beaucoup, beaucoup de gens lĂšvent la main. Maintenant, souvenez-vous, vous ne faites pas cela en vain. Je vous vois, soeur. Vous ne faites pas cela en vain.
E-42 Vous ne le pouvez pas; vous ne pouvez pas faire un seul pas vers Dieu sans qu’Il vous ait dit de le faire. «Nul ne peut venir Ă  Moi si Mon PĂšre ne l’attire.» Quelque chose vous a dit de le faire. JĂ©sus a dit: «Tous ceux que le PĂšre m’a donnĂ©s (Quand? Avant la fondation du monde) viendront Ă  Moi.» Toute personne qui a Ă©tĂ© donnĂ©e... Il est possible que l’hĂŽtel en bord de route vous ait eu pendant longtemps. Il est possible que la vieille Ă©glise froide et formaliste vous ait eu pendant longtemps. Il est possible que vous ayez Ă©coutĂ© un Ă©vangile social jusqu’à ce soir... ce qui en fait la force pendant longtemps, mais ne vous en faites pas, vous allez venir Ă  Christ si vous croyez. Il est ici pour le faire. Et comme vous levez la main, et que vous L’acceptez, dites: «Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers moi; maintenant je viens en levant la main, c’est tout ce que je sais faire.» Que Dieu vous bĂ©nisse. Oh! la la! beaucoup d’autres mains se sont donc levĂ©es.
Souvenez-vous, il est possible que je ne voie mĂȘme pas votre main, mais Dieu la voit. Il connaĂźt toute chose. De quel type de matĂ©riau ĂȘtes-vous fait? Du matĂ©riau mĂ©thodiste? Du matĂ©riau baptiste? Du matĂ©riau catholique? Du matĂ©riau presbytĂ©rien? Du matĂ©riau luthĂ©rien? Du matĂ©riau pentecĂŽtiste? Du matĂ©riau nazarĂ©en? Du matĂ©riau de pĂšlerin de la saintetĂ©? Si vous n’ĂȘtes pas fait du matĂ©riau de la Bible, des planches qui ont Ă©tĂ© introduites par le Saint-Esprit, vous ferez mieux d’arracher ces planches pour ĂȘtre bien bĂąti. Si vous croyez qu’Il Ă©coute ma priĂšre, si vous croyez qu’Il a vu–qu’Il peut ouvrir les yeux des aveugles par la priĂšre, qu’Il peut sans l’ombre d’un doute connaĂźtre chaque pensĂ©e de votre coeur et qu’Il peut faire exactement les mĂȘmes choses qu’Il avait faites lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre, qu’Il se tient ici parmi nous, alors levez la main vers Lui; je vais offrir une priĂšre pour vous. TrĂšs bien. Que Dieu vous bĂ©nisse. Quelqu’un d’autre?
E-43 Notre PĂšre cĂ©leste, la prĂ©dication de la Parole... C’est parfois dur pour l’arbre d’ĂȘtre sciĂ©, taillĂ© et Ă©mondĂ©; mais il doit ĂȘtre traitĂ© ainsi pour qu’il porte des fruits. Nous Te prions donc, Cher PĂšre cĂ©leste, d’inscrire maintenant mĂȘme le nom de chaque personne d’entre ces dizaines de gens qui ont levĂ© la main pour T’accepter, dans le Livre de Vie de l’Agneau. Grave cela lĂ -bas en plein Ciel, dans cette main qui a Ă©tĂ© clouĂ©e au Calvaire. Accorde-le, Seigneur, et qu’aucun d’eux ne soit perdu. Puisse chacun d’eux arriver en sĂ»retĂ©. Puissent-ils venir en s’abandonnant entiĂšrement et de tout coeur, et recevoir le Saint-Esprit dans le coeur et ĂȘtre renouvelĂ©s par le renouvellement de l’intelligence. Accorde-le, PĂšre. Puisse le Saint-Esprit le faire. Car, nous le demandons au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-44 C’est si beau que j’aimerais chanter cela une fois avec vous, vous tous ensemble: Doucement et tendrement. Chantons cela ensemble maintenant.
Doucement et tendrement JĂ©sus appelle,
Il nous appelle toi et moi,
Regarde au portail, Il attend et Il observe,
Il nous observe, toi et moi.
Reviens à la maison, reviens à la maison (Il y a une autoroute; obéissez et montez par cette autoroute.)
... fatigué, reviens à la maison;
Instamment, tendrement, JĂ©sus nous appelle, Il t’appelle, ĂŽ pĂ©cheur; reviens Ă  la maison! (L’aimez-vous?)
Reviens à la maison, reviens à la maison (Oh! combien vous aimerez entendre cela à l’heure de votre mort!)
Ô toi, qui es fatiguĂ©, reviens Ă  la maison;
Instamment, tendrement, JĂ©sus appelle, Il t’appelle, ĂŽ pĂ©cheur; reviens Ă  la maison!
E-45 Vous savez, c’est le genre d’Esprit que j’aime, cet Esprit doux et tendre du Seigneur JĂ©sus. N’aimez-vous vraiment pas cela? C’est comme si cela rĂ©cure vraiment votre coeur lorsque ça vous pĂ©nĂštre. Doucement, tendrement, JĂ©sus appelle. J’aime ces vieux chants, ces vieux hymnes de l’église. J’aime cela plus que ce tas d’histoires que nous avons par ici Ă  vous faire danser et que sais-je encore qu’on a aujourd’hui. Je suis simplement un prĂ©dicateur Ă  l’ancienne mode, je–j’aime vraiment la vieille maniĂšre. Plus prĂšs de Toi, mon Dieu; Rocher d’ñges fendu pour moi, tous ces vieux cantiques cĂ©lĂšbres, je crois que ces Ă©crivains Ă©taient inspirĂ©s, alors qu’ils les Ă©crivaient sous l’inspiration du Saint-Esprit. Ne croyez-vous pas cela?
J’ai observĂ© ces vieux chrĂ©tiens lorsqu’ils s’en allaient, j’ai observĂ© leurs visages s’illuminer, et ils disaient: «Je Le vois, FrĂšre Branham.»
De ma main je les relevais comme ceci, disant: «Vois-tu encore, FrÚre?»
«Oui, Il est merveilleux!», et ils s’en allaient Ă  Sa rencontre. Je–j’aime cela.
Combien se souviennent de Paul Rader? Certainement que vous vous souvenez de lui. Vous vous souvenez de ce qu’il a dit lorsqu’il se mourait, n’est-ce pas? Je me souviens–je me souviens des derniĂšres paroles du D. L. Moody, d’Abraham Lincoln, et de plusieurs de ces hommes. La fin rĂ©vĂšle l’histoire.
E-46 Maintenant, mon ami chrĂ©tien, notre temps file; il se fait vraiment tard maintenant. Je–je suis conscient que je serai responsable de mon ministĂšre au jour du Jugement. Dieu m’a donnĂ© ce ministĂšre pour gagner des Ăąmes. La guĂ©rison divine, ce n’est pas seulement pour la guĂ©rison du corps; c’est pour attraper des Ăąmes. Voyez-vous? Le corps peut ĂȘtre guĂ©ri; il tombera encore malade. C’est juste. Et il doit mourir. Mais cette Ăąme, une fois qu’elle est nĂ©e et qu’elle est connectĂ©e au Royaume de Dieu, elle a la Vie Eternelle, la Vie qui dure Ă  toujours. Lorsque des milliards et des milliards s’écouleront, des Ăąges Ă©ternels, elle sera toujours la mĂȘme.
E-47 Eh bien, que se passerait-il si ceci est tout ce que nous avions? Ça suffirait, n’est-ce pas? C’est juste. Eh bien, j’aimerais que tous ceux qui ont levĂ© la main vers Christ ce soir, dĂšs que le service de guĂ©rison sera terminĂ©, j’aimerais que vous vous rassembliez autour de l’autel. Je crois que si vous mourez maintenant mĂȘme, vous irez au Ciel. Je le crois. Mais pour votre rĂ©confort... Ecoutez ce que JĂ©sus a dit: «Celui qui Ă©coute Mes Paroles, et qui croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ©, a la Vie Eternelle et ne vient point en jugement, mais il est passĂ© de la mort Ă  la Vie.» C’est ce qu’Il a dit. Ce n’est pas juste une Ă©motion ou une excitation mentale; c’est ce qui se passe lorsque vous croyez rĂ©ellement la chose.
E-48 TrĂšs loin dans les montagnes du Kentucky, pendant que je prĂȘchais, j’ai vu [un vieil homme portant] une vieille chemise, et elle Ă©tait rafistolĂ©e avec des morceaux de tissus superposĂ©s et sentait la sueur, une paire d’yeux gris acier et des cheveux pendant jusqu’au cou, l’homme avait besoin d’un rasage. Il s’est avancĂ© et ses yeux Ă©taient embuĂ©s des larmes; il a levĂ© les yeux et il a saisi ma main et a dit: «PrĂ©dicateur, je suis vraiment sincĂšre.» FrĂšre, vous pouvez compter sur cela. La chose est lĂ . Quelque chose est arrivĂ©. Ce vieil homme qui aurait pu vous tirer dessus sans la moindre hĂ©sitation, oui, oui, il aurait bien voulu offrir la derniĂšre goutte de sang qu’il a pour vous Ă  prĂ©sent. C’est juste. SincĂšrement, nous les citadins, nous devenons empesĂ©s. Ainsi nous disons tout simplement: «Eh bien, j’irai chez le docteur Dupont; mon nom est inscrit lĂ -bas sur le registre.» Cela ne vous fait aucun bien (C’est juste.), Ă  moins que votre nom soit inscrit lĂ  au Ciel. C’est juste. Vous devez accepter le matĂ©riau de Dieu, la Parole de Dieu. Si un homme ne naĂźt de nouveau, il ne viendra point, il ne verra point.
E-49 Eh bien, nous sommes si reconnaissants Ă  Dieu pour Sa Parole; c’est vrai. Maintenant, Sa Parole dit... Voici ce que Sa Parole dit; voyons ce qu’Elle dit, voyons si notre Ă©glise est bĂątie sur les matĂ©riaux qu’il faut. Il a dit que dans les derniers jours, Il rĂ©pandrait Son Esprit et que les jeunes gens auraient des visions, et les vieillards des songes. Et sur Ses serviteurs et Ses servantes, Il rĂ©pandrait de Son Esprit. Il ferait paraĂźtre des prodiges dans le ciel et... et en bas sur la terre en ce jour-lĂ .
Et dans Saint Jean 14.12, JĂ©sus a dit avant de partir: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais; il en fera mĂȘme des plus grandes.» LĂ , l’expression «plus grandes» signifie «davantage.» Vous savez... Cherchez cela dans les traductions; vous verrez que dans l’hĂ©breu original, ce mot signifie «davantage». Vous ne pouvez pas accomplir des oeuvres plus grandes. JĂ©sus a ressuscitĂ© les morts; Il a arrĂȘtĂ© la nature; Il a fait tout ce qui pouvait ĂȘtre fait. Voyez-vous? Ainsi, vous ne pouvez pas faire des plus grandes oeuvres en quantitĂ©, mais vous pouvez faire davantage d’oeuvres en qualitĂ©. Parce que le Saint-Esprit sera rĂ©pandu sur toute la terre.
E-50 Et ce soir, vous savez, les feux du rĂ©veil sont sur chaque colline dans chaque nation. C’est quelque chose d’universel. JĂ©sus vient. Il a promis de–ceci pour ces derniers jours. Il a dit une autre chose: «Encore un peu de temps (pensez-y), et le monde ne Me verra plus.» Ils sont trĂšs nombreux, 70 ou 80 pour cent. Si nous avions le monde entier rĂ©uni ce soir et que Christ devait venir ici pour accomplir cela, il y aurait au moins 80 pour cent de gens qui s’en iraient, disant: «Je ne crois pas cela.» C’est juste. «C’est de la tĂ©lĂ©pathie, ou quelque chose du genre.» Ils ne croiraient pas cela.
Il a dit: «Le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous jusqu’à la fin du monde», non pas seulement dans l’ñge des apĂŽtres, dans l’ñge de Wesley, dans l’ñge de Luther, mais dans chaque Ăąge, jusqu’à la fin du monde [Espace vide sur la bande–N.D.E.].
E-51 Alors, lorsque le monde commence Ă  tirer Ă  sa fin, le plus grand point culminant, le surnaturel... A la fin de chaque jonction, il y a toujours eu des miracles et des choses qui s’accomplissent, mais maintenant c’est le moment le plus glorieux de toute l’histoire du monde. Qu’est-ce qui va bientĂŽt arriver? Oh! c’est merveilleux. Et de penser que la vie sera bientĂŽt terminĂ©e, et que nous avons la vĂ©ritĂ© absolue de la Bible Ă  savoir que JĂ©sus-Christ est le Fils de Dieu! Il est ressuscitĂ© des morts, et Il est ici avec nous, non pas mort, mais ici, ici avec nous ce soir.
Et maintenant, pour vous les nouveaux venus, je prie que Dieu se rĂ©vĂšle Ă  vous, si c’est la premiĂšre fois que vous assistez Ă  la rĂ©union. Combien sont ici pour la premiĂšre fois, ceux qui n’ont jamais assistĂ© Ă  une de nos rĂ©unions auparavant? Beaucoup d’entre vous. Que Dieu vous bĂ©nisse, je suis heureux de vous avoir.
E-52 Maintenant, vous voyez lĂ  oĂč j’ai placĂ© l’Evangile, montrant qu’aucun homme n’a la puissance de guĂ©rir; aucun homme n’a le pouvoir de pardonner les pĂ©chĂ©s. Cela a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© accompli; c’est une oeuvre achevĂ©e. Mais si JĂ©sus se tenait ici ce soir en personne et que vous Lui demandiez de vous guĂ©rir, Il vous dirait: «Mon enfant, ne peux-tu pas croire que Je l’ai dĂ©jĂ  fait? J’ai Ă©tĂ© blessĂ© pour tes pĂ©chĂ©s. C’est par Mes meurtrissures que tu as Ă©tĂ© guĂ©ri.» Vous voyez? Vous avez Ă©tĂ© guĂ©ri. Ne pouvez-vous pas croire cela? Alors, que pourrait-Il faire d’autre?
Etant le MaĂźtre de tous les voyants, le Seigneur du Ciel, il se peut qu’Il vous dise quelque chose ou accomplisse quelque chose d’autre de surnaturel que vous reconnaĂźtriez, ce serait scripturaire, et vous sauriez que c’est Lui, comme Il l’a fait devant ceux-lĂ  Ă  EmmaĂŒs. Mais Lui-mĂȘme a dit: «Je ne fais rien si Mon PĂšre ne Me le montre premiĂšrement. Ce que Je vois faire au PĂšre, Je le fais aussi.» Il savait que les gens viendraient Ă  Lui; ils allaient Ă  Lui et Lui parlaient un petit moment, Il connaissait trĂšs exactement oĂč se situait le problĂšme. Est-ce juste? Un jour qu’Il Ă©tait assis lĂ , Il a dit Ă  une femme trĂšs exactement ce qu’était son problĂšme, et elle a dit: «Eh bien, ça c’est le signe du Messie. Nous ne–nous ne savons pas qui Tu es, mais nous savons que lorsque le Messie viendra, Il fera ces choses, mais Toi, qui es-Tu?»La femme au puits, JĂ©sus lui a dit son–oĂč se situait son problĂšme. Il a dit: «Je Le suis, Moi qui te parle.» Elle est entrĂ©e dans la ville en courant, et a dit: «Venez voir un Homme qui m’a dit ce que j’ai fait.» Vous voyez? Et lorsque NathanaĂ«l est venu auprĂšs de JĂ©sus, aprĂšs que Philipe Ă©tait allĂ© l’appeler, lui qui Ă©tait un croyant fervent, JĂ©sus n’a pas... Mais il ne pouvait pas croire en JĂ©sus. Il a dit: «Eh bien, Ă©coute, peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon?»Philipe lui a dit: «Viens, et vois.»
E-53 Votre petit pasteur ici prĂ©sent, qui a Ă©tĂ© tellement secouĂ©, le frĂšre Joseph... Aujourd’hui, nous marchions ayant les bras l’un autour de l’autre au bord de la mer, ou plutĂŽt au bord du lac; il a dit: «FrĂšre Branham, j’ai un fardeau sur le coeur, oh! mon peuple, Chicago, j’aimerais le voir ĂȘtre secouĂ©.»
Je ne le lui avais jamais dit. J’ai dit: «FrĂšre Mattsson, j’aimerais vous dire quelque chose. Vous–vous pourriez ne pas croire ceci. (Voyez-vous?) Vous pourriez ne pas le croire. Mais la chose pour laquelle vous avez priĂ© et luttĂ© sur votre oreiller la nuit, les larmes que vous avez versĂ©es, les priĂšres, les longs jeĂ»nes par lesquels vous ĂȘtes passĂ©, les mains en l’air, c’est parce que quelque chose brĂ»le dans votre coeur, disant: ‘Ô Dieu, fais quelque chose pour Chicago, fais quelque chose.’» C’est dĂ©jĂ  fait.
Il a dit: «Mais, FrĂšre Branham, je–j’aimerais voir la ville de Chicago secouĂ©e.»
J’ai dit: «Elle est secouĂ©e.» C’est vrai; Elle est secouĂ©e. J’ai dit: «La Bible dit que tous les prophĂštes qui parlaient de la Venue du Seigneur, de Jean Baptiste, ils ont dit: ‘Toute montagne sera abaissĂ©e. Toute vallĂ©e sera comblĂ©e. Tous les lieux rugueux et les lieux raboteux seront aplanis.’» Et qu’est-ce que ces gens ont pensĂ©? «Oh! les anges vont descendre, ils vont battre les tambours et il y aura des orchestres, et quel temps nous aurons lĂ !» Mais qu’était-ce? Un petit prophĂšte au visage duveteux est sorti du dĂ©sert, la barbe dressĂ©e comme l’un de ces vers duveteux. Il Ă©tait enveloppĂ© d’un–un grand morceau de peau de brebis, et il portait une ceinture de cuir, presqu’à moitiĂ© habillĂ©, prĂȘchant: ‘Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.» Il ne portait mĂȘme pas des chaussures. Il se tenait lĂ , pieds nus, et la boue gargouillait entre ses orteils, sur les rivages boueux du Jourdain. Et voilĂ  ce que la Bible a appelĂ© grand. C’est juste.
E-54 Eh bien, j’ai dit: «MĂȘme tous les–les arbres tapaient les mains, les feuilles aussi.» Et j’ai dit: «Les montagnes sautaient comme de petits agneaux.», lorsqu’ils ont reconnu que ceci Ă©tait en train de s’accomplir. Mais les... Voyez-vous, ce que l’homme appelle grand, Dieu l’appelle folie. Ce que l’homme appelle folie, Dieu l’appelle grand. Chicago a Ă©tĂ© secouĂ© Ă  maintes reprises. C’est juste. Et «tous ceux que le PĂšre m’a donnĂ©s viendront,» sinon, ce serait dĂ©sobĂ©ir Ă  Dieu. Comment un homme peut-il venir si Dieu ne l’appelle?
E-55 Comme annoncĂ© dans le journal, s’il y avait cinq personnes mortes qui ressuscitaient de la tombe ce soir, demain matin nous aurions un petit espace comme ça dans le journal consacrĂ© Ă  cela, lĂ  quelque part dans un coin sur la derniĂšre page. C’est juste, certainement. Le monde connaĂźt les siens. Que pensez-vous que JĂ©sus recevrait ce soir s’Il venait ici et qu’Il ressuscitait autant de morts? C’est ce qu’Il obtiendrait, exactement comme ce qu’Il a eu dans le... Qu’est-ce que les–qu’est-ce que les gens, les–les soi-disant chrĂ©tiens qui frĂ©quentent ces grandes Ă©glises orthodoxes et qui ne croient pas Ă  la guĂ©rison divine, mais qui sont membres d’église, que diraient-ils? «C’est une sorte de truc. C’est de la tĂ©lĂ©pathie mentale.»
E-56 Autrefois, ils ont dit la mĂȘme chose Ă  Son sujet. Ils ont dit: «Il est BĂ©elzĂ©bul. C’est un diseur de bonne aventure. N’écoutez rien Ă  ce sujet; tenez-vous Ă©loignĂ©s de lui. Si quelqu’un frĂ©quente Sa petite clique, eh bien, nous allons l’excommunier.» Mais la Bible dit que la grande foule L’écoutait avec plaisir. Le pauvre allait auprĂšs de... C’est la mĂȘme chose ce soir.
Voici ce que je dis, mon frĂšre: Chicago a Ă©tĂ© secouĂ©. Ne vous inquiĂ©tez pas, FrĂšre Mattsson. Que Dieu bĂ©nisse votre petit coeur. Bien des fois la nuit vous avez pleurĂ© et priĂ©, et je vous ai vu jeĂ»ner; vous semblez avoir des cernes sous les yeux. Ne vous inquiĂ©tez pas, votre rĂ©compense vous attend lĂ -haut, au sommet de l’échelle. C’est juste. Mais, Chicago, tu ne vois simplement pas la chose. Je ne... En regardant la chose du point de vue naturel, je ne le pourrais pas non plus, mais lorsque vous regardez de l’autre cĂŽtĂ©, dans cette dimension-lĂ , vous voyez de quoi il est question. Vous voyez? Il y a plus de choses qui ont Ă©tĂ© accomplies... Dieu...
Nul ne peut venir si le PĂšre ne l’appelle. Vous voyez? Pourquoi NathanaĂ«l –Philippe est-il allĂ© en toute hĂąte loin lĂ -bas, pour chercher NathanaĂ«l? Voyez-vous ce que je veux dire? Vous voyez? L’un de–l’un d’eux...
E-57 Maintenant, JĂ©sus est ressuscitĂ© des morts; Il est ici. Si vous avez des yeux, puissiez-vous voir. Si vous avez des oreilles pour entendre, puissiez-vous entendre. Mais si vous n’en avez pas, cela vous est impossible. Prions donc.
PĂšre cĂ©leste, je prie que dans cette salle ce soir il y ait plusieurs qui voient, entendent, et que cela pĂ©nĂštre profondĂ©ment dans leurs coeurs, et qu’ils puissent croire. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-58 TrĂšs bien. Il a distribuĂ©... Qu’as-tu... Il y a donc 100 cartes de la sĂ©rie D. On a distribuĂ© 100 cartes de priĂšre de la sĂ©rie D, D, 100 cartes de priĂšre de la sĂ©rie D. Hier soir, nous avons appelĂ© la premiĂšre tranche; continuons et appelons la derniĂšre tranche ce soir. Nous avions... Combien de personnes y avait-il dans la ligne hier soir? Quinze, n’est-ce pas? Environ quinze personnes, c’est le nombre que je peux atteindre en une soirĂ©e. Je ne veux pas que vous restiez debout lĂ  en vain. Peut-ĂȘtre que je n’atteindrai pas ce nombre-lĂ . Je ferai de mon mieux. Mais prenons... Ça pourrait ĂȘtre D-85. Serait-ce le numĂ©ro 85, 95? 85, D-85, qui a ça? Levez la main. Quiconque a la carte D-85, veuillez vous lever. 85, 86, levez la main, 86? Alignez-vous par lĂ . 87? Venez par ici, madame. 87? TrĂšs bien. 87, 88? TrĂšs bien, frĂšre, par ici Ă  droite. 89? D-89? N’ai-je pas vu votre main? D-89? TrĂšs bien. 90? Qui a la carte D-90? 91, 92, 93, 94, 95, 96, 97, 98, 99 et 100. Que ces gens s’alignent par ici.
Et maintenant, pendant qu’ils s’alignent et que les huissiers... FrĂšre Wood, veillez l’aider un petit peu lĂ -bas, vous et le frĂšre, ou quelqu’un d’autre parmi vous, pour que nous puissions nous dĂ©pĂȘcher et–et gagner du temps. Je voudrais m’adresser Ă  l’auditoire.
E-59 Maintenant, je veux que vous regardiez par ici juste une minute. Bon, j’aimerais dire ceci, particuliĂšrement aux nouveaux venus que si JĂ©sus-Christ, si mon Evangile que je prĂȘche, Sa Parole est la VĂ©ritĂ©, alors combien croient que la Bible dit dans HĂ©breux 13.8 que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement? Croyez-vous cela? TrĂšs bien. Combien savent donc ceci, que JĂ©sus-Christ... Maintenant, nous parlons de ce qu’Il Ă©tait hier, lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre, ce qu’Il est aujourd’hui et ce qu’Il sera Ă  jamais.
Quand JĂ©sus-Christ Ă©tait ici sur terre, Lui le Fils de Dieu manifestĂ©, Dieu manifestĂ© dans la chair, Ă©tant Emmanuel, quand Il Ă©tait ici sur terre, Il ne prĂ©tendait pas ĂȘtre un guĂ©risseur. Faites voir vos mains. Combien savent que la Bible dit qu’Il n’était pas un guĂ©risseur? Combien savent que la Bible dĂ©clare ceci: «Ce n’est pas Moi qui fais les oeuvres; c’est Mon PĂšre qui demeure en Moi qui fait les oeuvres.»? Combien... TrĂšs bien. Alors Il ne prĂ©tendait pas ĂȘtre un guĂ©risseur.
E-60 Combien savent encore que lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre Il a fait la dĂ©claration suivante, disant: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-mĂȘme, Il ne fait que ce qu’Il voit faire au PĂšre, et tout ce que le PĂšre fait, le Fils le fait pareillement.»? Nous allons...?... Alors quand JĂ©sus... C’est Saint Jean 5.19; 5.19.
Lorsqu’Il est passĂ© par cette piscine oĂč Ă©taient Ă©tendus tous ces estropiĂ©s, ces aveugles et ces infirmes, Il s’est dirigĂ© vers un homme. Le PĂšre Lui avait montrĂ© oĂč Ă©tait couchĂ© cet homme. Et Il s’est dirigĂ© vers cet homme. Il savait que cet homme Ă©tait malade depuis tout ce temps-lĂ , et... trente-huit ans durant. Et ainsi, Il–Il lui a dit qu’il Ă©tait guĂ©ri. Et l’homme a pris son lit et a marchĂ©. Et les Juifs l’ayant trouvĂ©, lui posĂšrent des questions Ă  ce sujet, car c’était le Sabbat, et ainsi de suite. Mais JĂ©sus n’a fait que ce que le PĂšre Lui avait montrĂ©. Croyez-vous donc qu’Il Ă©tait plein de misĂ©ricorde, plein de compassion, qu’Il avait pitiĂ© des gens? Comment pouvait-Il donc avoir pitiĂ© des gens et passer outre tous ces estropiĂ©s, ces aveugles, ces boiteux, ces estropiĂ©s et ces infirmes sans les guĂ©rir? En effet, ils ne savent pas... Vous–vous ne pourriez pas comprendre ce que signifie la misĂ©ricorde, ce que signifie la compassion.
E-61 C’est exactement comme je l’ai toujours dit concernant l’amour. Il y a deux diffĂ©rentes sortes d’amour. Croyez-vous cela? Certaines personnes confondent les deux. C’est comme le font certaines personnes concernant le fait de naĂźtre du Saint-Esprit; ils s’embrouillent concernant l’esprit nouveau dont JĂ©rĂ©mie a parlĂ©, dont Dieu a dit que dans les derniers jours: «J’écrirai Mon Esprit sur leurs coeurs... J’écrirai Ma loi dans leurs coeurs, et Je leur donnerai un esprit nouveau,» et puis Il a dit: «Je leur donnerai Mon Esprit.» Et bien des gens reçoivent l’esprit nouveau... Eh bien, vous devez avoir l’esprit nouveau... Vous ne pouvez pas vous entendre avec votre voisin, encore moins avec Dieu. Voyez-vous? Il vous faut donc avoir un esprit nouveau avant de pouvoir vous accorder avec le Saint-Esprit.
Parfois quand on a reçu l’esprit nouveau, on pense alors qu’on a reçu le Saint-Esprit, mais ce n’est pas le cas; c’est l’esprit nouveau. Le Saint-Esprit tĂ©moignera de JĂ©sus-Christ. Mais si vous ne faites qu’adhĂ©rer Ă  l’église, si vous vous en allez en Ă©tant conscient que vous devriez faire ce qui est juste, ce n’est que l’esprit nouveau. C’est un–un esprit que Dieu vous donne, mais ce n’est pas encore Son Esprit. Voyez-vous? On entre en Christ par le baptĂȘme du Saint-Esprit. 1 Corinthiens 13 dit: «Par un seul Esprit nous sommes tous baptisĂ©s, pour former un seul corps,» le baptĂȘme spirituel qui vous introduit dans le Corps de Christ. Alors vous ĂȘtes en sĂ©curitĂ© avec Christ. Il n’ampute pas des bras, des jambes, ou des yeux ou une partie de Son corps. Il est parfait.
Et vous ne pouvez ĂȘtre parfait que quand vous ĂȘtes en Christ; vous ĂȘtes rendus parfaits par la souffrance et la mort qu’Il a endurĂ©es Ă  votre place Ă  la croix. Dieu ne voit pas vos pĂ©chĂ©s. Il ne voit qu’une Personne parfaite, le corps de JĂ©sus-Christ. Il ne le peut pas. VoilĂ  pourquoi Balaam, ce prophĂšte mercenaire, a certainement pensĂ© que Dieu allait maudire IsraĂ«l; en effet, il a regardĂ© aux mauvaises choses qu’ils avaient faites. Mais il ne voyait pas le Rocher frappĂ© et le serpent d’airain qui allaient devant eux et qui faisaient l’expiation. Dieu ne pouvait voir au travers de l’expiation que Son sang qui rĂ©pondait Ă  leur place. Vous Voyez?
E-62 TrĂšs bien. Maintenant, regardez par ici et croyez. Un jour, JĂ©sus traversait la foule. Eh bien, vous direz: «FrĂšre Branham, pourquoi prenez-vous trop de temps?» Il vaut mieux que vous compreniez parfaitement une chose, plutĂŽt que recevoir au hasard beaucoup de choses que vous ne comprendrez pas. Voyez-vous? Ecoutez, JĂ©sus traversait une foule de gens. Et tout le monde L’entourait. Et une petite femme a touchĂ© Son vĂȘtement, puis elle s’est retirĂ©e et s’est cachĂ©e dans l’assistance. Et JĂ©sus s’est arrĂȘtĂ© et a demandĂ©: «Qui M’a touchĂ©?»
Or, Il n’a pas senti cela sur le bord de Son vĂȘtement. Touchez le bord de votre jupe, en bas au bord et voyez si vous sentez quelque chose, ou le bord de votre pardessus, lĂ  au bord et voyez. Que quelqu’un touche votre pardessus et voyez si vous le sentirez. Certainement pas. Mais JĂ©sus a senti cela, ce toucher surnaturel de la femme. C’était la foi de cette femme qui L’avait touchĂ©. Suivez attentivement maintenant, ne manquez pas cela. C’est sa foi qui L’a touchĂ©. JĂ©sus a demandĂ©:»Qui M’a touchĂ©?» Tout le monde a niĂ© avoir fait cela. Elle aussi. Tous ont niĂ© cela. «Qui M’a touchĂ©?» Personne ne le savait. Il a dit:»Mais quelqu’un M’a touchĂ©.» Il a dit:»Je me suis affaibli.» La vertu Ă©tait sortie de Lui. La vertu, c’est la force. «Je me suis affaibli.» Tout le monde a niĂ©.
Et Pierre Lui a dit:»Seigneur, qui T’a touchĂ©! Eh bien, c’est toute cette multitude qui Te touche.» Mais c’était un toucher diffĂ©rent.
Finalement, Ă©tant le Roi et le Seigneur des voyants, Il a parcouru l’assistance du regard jusqu’à ce qu’Il a trouvĂ© la femme. Et Il a dit:»Ta foi t’a sauvĂ©e,» la perte de sang. Alors elle a couru, elle est tombĂ©e aux pieds de JĂ©sus et a confessĂ© toutes choses, comment elle avait fait cela. JĂ©sus lui a dit:»Ma fille, prends courage, ta foi t’a sauvĂ©e.»
E-63 C’était lĂ  JĂ©sus hier. Maintenant, cela... S’Il–c’était lĂ  JĂ©sus hier, et il faut qu’Il soit le mĂȘme JĂ©sus aujourd’hui, si la Bible est la vĂ©ritĂ©, et nous savons qu’Elle est la vĂ©ritĂ©; comment pouvons-nous alors Le toucher aujourd’hui? Vous direz: «FrĂšre Branham, vous avez dit que vous ĂȘtes un fondamentaliste. Que dit l’Ecriture Ă  ce sujet?»
La Bible dit qu’Il est notre Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par les sentiments de nos infirmitĂ©s. Est-ce juste?
Alors, si votre... la foi de cette femme a pu Le toucher Ă  l’époque, qu’a-t-elle touchĂ©? Pas JĂ©sus, elle a touchĂ© Ses vĂȘtements. Mais qu’a-t-elle rĂ©ellement touchĂ©? Elle a touchĂ© Dieu. Et elle a pu... JĂ©sus ne savait pas qui c’était. Le PĂšre ne le Lui avait pas montrĂ©, mais elle a tirĂ© de Dieu ce qu’elle dĂ©sirait, et JĂ©sus Ă©tait le Porte-Parole de Dieu. Il a donc dit Ă  la femme ce qu’elle avait fait et comment elle l’avait fait; et Il lui a dit qu’elle Ă©tait guĂ©rie. Maintenant, JĂ©sus s’en est allĂ© et Il est assis dans la PrĂ©sence de Dieu avec Son propre Sang, comme Souverain Sacrificateur. Maintenant, Il doit utiliser Son Eglise ce soir comme porte-parole. Est-ce vrai? «Ne vous inquiĂ©tez pas de ce que vous direz, car ce ne sera pas vous qui parlerez, mais ce sera votre PĂšre qui habite en vous qui parlera.» Alors votre foi touche Dieu.
E-64 Et les gens naissent dans ce monde, les uns pour ĂȘtre des apĂŽtres, les autres pour ĂȘtre des prophĂštes, des docteurs, des Ă©vangĂ©listes et des pasteurs. Dieu les Ă©tablit dans l’Eglise. Est-ce juste? Il a donc des gens qui peuvent prĂȘcher l’Evangile, enseigner la Parole, ĂȘtre des missionnaires. Un... Un apĂŽtre est un missionnaire, les deux mots signifient la mĂȘme chose: «un envoyé». Vous voyez? Pourquoi a-t-on toujours dĂ©sirĂ© ĂȘtre appelĂ© missionnaire? Je ne sais pas. Un missionnaire est un apĂŽtre. Et comment ils ont Ă©tĂ© envoyĂ©s... et Dieu les a tous placĂ©s dans l’Eglise; comment touche-t-Il donc?
E-65 Comment touchez-vous? Vous direz: «Ô PĂšre cĂ©leste, dans mon fort intĂ©rieur, je suis–je suis malade, j’ai besoin de... Oh! je crois que JĂ©sus est mort pour moi et que Son Sang a Ă©tĂ© rĂ©pandu au Calvaire. Il a Ă©tĂ© blessĂ© pour mes pĂ©chĂ©s; je les ai confessĂ©s, et je crois en Toi. Et par Ses meurtrissures, je suis guĂ©ri. Et on dit que ce Sang est devant Toi, qu’Il est le Souverain Sacrificateur qui intercĂšde sur base de ma confession, et je confesse que je crois en Toi. Maintenant, ĂŽ Grand Souverain Sacrificateur, puissĂ©-je Te toucher par les sentiments de mes infirmitĂ©s. Je veux ĂȘtre guĂ©ri pour Ta gloire. Parle.»
Ensuite, Il parle au travers de Son serviteur, Il se tourne vers vous, disant: «Vous, qui aviez tel problĂšme, vous lĂ  au fond, vous lĂ -haut, qui aviez tel problĂšme, vous souffrez d’une certaine maladie, depuis un certain temps,» ou quelque chose du genre. Ou bien, «vous avez fait ceci, cela ou que sais-je encore. Votre foi vous a guĂ©ri». Qu’est-ce qui a fait cela? Votre foi n’a pas du tout touchĂ© le prĂ©dicateur; elle a touchĂ© Christ. Christ a rĂ©agi en vous rĂ©pondant par le Saint-Esprit. Le prĂ©dicateur ne savait pas ce qu’il disait, c’est le Saint-Esprit qui parlait. Croyez-vous cela? Maintenant, ça c’est pour vous; nous allons appeler les autres ici. TrĂšs bien.
E-66 VoilĂ  une dame qui vient. Maintenant, soyez... Je vais vous demander une chose, mes amis. Ils... Je vais demander aux frĂšres de me laisser juste me tenir lĂ  pour un peu de temps. Souvenez-vous, il s’agit d’un autre monde. Juste en dehors... Croyez-vous que dans cette salle il y a des Anges et que vous ne pouvez pas les voir avec vos yeux naturels? Croyez-vous que Dieu est ici? Eh bien, je... Vous pouvez prouver... L’électronique peut prouver qu’il y a la tĂ©lĂ©vision dans cette salle. Croyez-vous cela? Vous ne voyez pas cela. Il y a dans cette salle des voix de radio provenant d’un Ă©metteur. Est-ce juste? Mais nous, nous disons qu’il y a un Christ ressuscitĂ© qui est vivant. Et nous ne sommes que Son Ă©metteur. Si donc Christ est dans cette salle et qu’Il est le Dieu de la race humaine, Il a sĂ»rement un moyen par lequel Il peut contacter Ses ĂȘtres, ne le pensez-vous pas? Il en a certainement.
Eh bien, Il est ici. Maintenant, soyez rĂ©vĂ©rencieux. Soyez en priĂšre. Soyez tranquilles; ne vous dĂ©placez pas; soyez vraiment tranquilles, s’il vous plaĂźt, pendant les quelques quinze prochaines minutes. On va congĂ©dier l’auditoire probablement dans les quinze ou vingt prochaines minutes, mais ne vous dĂ©placez pas, restez plutĂŽt lĂ  et soyez... Ne pensez Ă  rien d’autre qu’à Christ. Dites simplement:»Ô Seigneur JĂ©sus, je crois.» Peut-ĂȘtre que le PĂšre sera misĂ©ricordieux envers vous. J’ai confiance qu’Il le fera. Maintenant, soyez rĂ©vĂ©rencieux et restez en priĂšre.
E-67 Maintenant, voici une femme qui se tient ici. Je–j’aimerais que vous me regardiez juste un moment, soeur. Nous ne nous connaissons pas, je suppose, et... Mais Dieu nous connaĂźt tous deux. Je ne vous connais pas, et vous ne me connaissez pas, ainsi... Mais Dieu nous connaĂźt tous deux. Est-ce juste? Et si ... vous ĂȘtes simplement une femme Ă  qui on a remis une carte–une carte de priĂšre soit hier soir, soit ce soir, et–et vous ... Lorsqu’un numĂ©ro a Ă©tĂ© appelĂ©, c’était votre numĂ©ro, et vous ĂȘtes simplement montĂ©e ici. C’est–c’est tout ce qu’il en est. Est-ce juste? Je ne vous ai jamais vue, je ne vous connais point, et vous ne me connaissez pas du tout. Nous sommes probablement nĂ©s Ă  des kilomĂštres et Ă  des annĂ©es d’intervalle, et c’est la premiĂšre fois que nous nous rencontrons. Mais, il y a ici Quelqu’Un qui vous connaĂźt. Il y a ici Quelqu’Un qui me connaĂźt. Vous ĂȘtes une femme; je suis un homme. Vous ĂȘtes une chrĂ©tienne; je suis un chrĂ©tien. Et l’Esprit qui est entre nous, c’est le Saint-Esprit. Et cet Esprit essaie ... Vous essayez de contacter cet Esprit pour quelque chose; je ne sais pas ce que c’est. Il peut s’agir d’un problĂšme d’argent; cela ... Je ne sais donc pas pourquoi vous ĂȘtes ici. Dieu le sait. Il sait ce dont vous avez besoin dans ce grand univers. Moi, je ne le sais pas. Mais si JĂ©sus est ressuscitĂ© des morts, et s’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement ...
E-68 Dans Saint Jean 4, un jour une femme qui Ă©tait allĂ©e puiser de l’eau s’est approchĂ©e de Lui. Et JĂ©sus lui a dit: «Apporte-moi Ă  boire.» Vous vous demanderez pourquoi Il a voulu s’entretenir avec elle? C’était pour contacter l’esprit de cette femme. Et Il a dit: «Apporte-moi Ă  boire.»
Elle a dit: «Il n’est pas de coutume que vous Juifs demandiez aux Samaritains une telle chose, ni que vous ayez des relations avec eux.»
Il a dit: «Mais si tu connaissais qui est Celui Ă  qui tu parles, c’est toi qui Me demanderais Ă  boire. Et Je t’apporterais–Je te donnerais une eau qui n’est pas celle que tu viens puiser ici.»
La conversation s’est poursuivie au sujet de l’endroit oĂč ils adoraient et ainsi de suite. Que faisait JĂ©sus? Il contactait l’esprit de la femme. Il Ă©tait en route pour JĂ©richo, mais Il Ă©tait passĂ© par la Samarie, lĂ -haut loin dans les collines, trĂšs loin de JĂ©richo, parce que le PĂšre lui avait dit d’y aller. Il s’est assis et Il a envoyĂ© Ses disciples parce que le PĂšre le lui avait dit. Il a dit qu’Il ne faisait rien sans que le PĂšre ne le lui ait montrĂ©.
Bon, et puis, aprĂšs avoir parlĂ© Ă  cette femme, JĂ©sus a trouvĂ© oĂč Ă©tait son problĂšme. Et Il lui a dit: «Va chercher ton mari.»
Elle a dit: «Je n’en ai point.»
JĂ©sus lui dit: «C’est juste, tu en as eu cinq.»
Eh bien, qu’a-t-elle dit? Elle a dit: «Seigneur, je vois que Tu es prophĂšte; car nous savons que lorsque le Messie viendra, Il nous annoncera ces choses, mais Toi, qui es-Tu?»
Jésus lui dit: «Je Le suis, Moi qui te parle.»
Elle entra dans la ville en courant, et dit: «Venez voir un Homme qui m’a dit ce que j’ai fait. Ne serait-ce pas le Christ mĂȘme?»
E-69 Eh bien, s’Il est... C’était lĂ  le signe du Messie. Est-ce juste? Si c’était lĂ  le signe du Messie Ă  l’époque, c’est le signe du Messie aujourd’hui. Qu’est-ce que le monde a dit Ă  ce sujet? Qu’est-ce que l’église a dit Ă  ce sujet? Les gens ont dit: «C’est un spirite. C’est un dĂ©mon, BĂ©elzĂ©bul.»
Mais qu’a dit cette femme? «Il est le Messie.»
Qu’a dit NathanaĂ«l lorsqu’Il lui a parlĂ©? Qu’a dit Pierre lorsqu’Il lui a dit mĂȘme son nom? Il a dit: «Tu es le Fils de Dieu, le Roi d’IsraĂ«l.»
Eh bien, c’est la mĂȘme chose maintenant, ma soeur. Vous ne pouvez que dire cela. Et si cela se fait, je ne dis pas que cela se fera; mais si cela se fait, ce sera un signe et pour vous et pour cette Ă©glise, que JĂ©sus-Christ est vivant ce soir et qu’Il n’est pas mort. Il est vivant. Cela ne vous guĂ©rira pas; il faudra que vous ayez foi en Lui pour que vous soyez guĂ©rie. La guĂ©rison vient uniquement par votre foi personnelle en Lui, ou votre dĂ©sir de recevoir de Lui ce dont vous avez besoin. Mais Il peut parler au travers de moi. Or moi, je ne connais rien Ă  votre sujet, il faudra le surnaturel pour faire cela. C’est juste.
E-70 Eh bien, j’espĂšre que l’auditoire comprend ceci, et puissiez-vous ĂȘtre trĂšs rĂ©vĂ©rencieux, car je sais que le Saint-Esprit vient par ma droite en ce moment. Et maintenant, au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, je sers en Son Nom et pour Sa gloire, afin que les gens sachent que JĂ©sus-Christ est toujours vivant aprĂšs dix-neuf cents ans et qu’Il sera le mĂȘme Ă©ternellement.
Si l’auditoire entend encore ma voix, je vois cette femme s’éloigner, et elle est trĂšs nerveuse, elle est extrĂȘmement bouleversĂ©e. Et sa nervositĂ© est due Ă  la peur. Elle a peur. Ces choses l’assaillent toujours. On n’arrive pas Ă  dĂ©couvrir ce qui en est la cause, mĂȘme les mĂ©decins ne savent pas ce que c’est. Et aujourd’hui mĂȘme, elle a Ă©tĂ© quelque part pour ça; et c’était un hĂŽpital. Et elle entre dans l’hĂŽpital, et elle subit une radiographie. Et on fait une radiographie de la colonne vertĂ©brale et des jambes; de fait, les mĂ©decins essayent de dĂ©couvrir ce qu’a cette femme. C’est la vĂ©ritĂ©, c’est AINSI DIT LE SEIGNEUR.
Eh bien, tout ce qui vous a Ă©tĂ© dit est la vĂ©ritĂ©, n’est-ce pas? Si c’est le cas, levez la main. JĂ©sus est donc ressuscitĂ© des morts. Voici les derniĂšres Paroles qu’Il a prononcĂ©es au moment de Son Ascension: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: s’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris.» Il y a ici Quelqu’Un qui vous connaĂźt. C’est vrai. Il y a Quelqu’Un ici. Et je peux vous dire maintenant de quoi vous souffrez. C’est un spasme de nerfs. C’est tout Ă  fait juste. C’est vrai. Vous vous sentez soulagĂ©e, n’est-ce pas? En effet, vous ĂȘtes guĂ©rie. Votre foi vous a guĂ©rie. Amen. Maintenant, continuez votre chemin.
Maintenant, vous voyez, je ne vous ai mĂȘme pas touchĂ©e. C’est votre foi qui vous a guĂ©rie. Vous ĂȘtes maintenant sĂ»re qu’Il est ressuscitĂ© des morts. Que Dieu vous bĂ©nisse. Ayez foi en Dieu. Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas.
E-71 Bonsoir. Nous ne nous sommes jamais rencontrĂ©s, je pense, madame. Nous ne nous connaissons pas. Et puis, voici un autre tableau de l’époque dont je venais de parler: une dame de couleur et un homme blanc. Et il s’agissait d’un Juif et d’une Samaritaine, JĂ©sus et une femme samaritaine. Et il y avait la sĂ©grĂ©gation raciale en ce temps-lĂ ; il y a toujours eu une sĂ©grĂ©gation raciale Ă  cause de la couleur de la peau d’une personne. Mais JĂ©sus lui a fait savoir qu’il n’y a pas de diffĂ©rence en Dieu. Nous sommes tous des enfants de Dieu. C’est juste, nous sommes tous la postĂ©ritĂ© d’Adam. C’est juste. Les rĂ©gions oĂč nous avons Ă©voluĂ©, c’est ce qui nous a donnĂ© ces diffĂ©rentes colorations; et cela n’a rien Ă  faire avec notre CrĂ©ateur. Il est le Dieu Tout-Puissant qui nous a crĂ©Ă©s. Et Il nous a crĂ©Ă©s selon Sa propre maniĂšre, selon Son propre dĂ©sir et d’aprĂšs Son propre modĂšle. Dieu est un Dieu de variĂ©tĂ©s. Croyez-vous cela, madame?
Si Dieu n’avait que des fleurs blanches, nous penserions qu’Il est–nous croirions qu’Il n’aime qu’une seule couleur. Mais Il a des fleurs blanches, des fleurs rouges, des fleurs bleues, toutes sortes de fleurs. C’est ainsi qu’Il a crĂ©Ă© Son peuple: les Blancs, les Noirs, les Bruns, les Jaunes et toutes les diffĂ©rentes races. Dieu est un Dieu de variĂ©tĂ©s. Il aime cela. Il fait de grandes montagnes et de petites montagnes. Il fait des prairies; Il fait des dĂ©serts; Il fait les lacs, des mers, de grands arbres et de petits arbres. Il est un Dieu de variĂ©tĂ©s; Il nous fait tels que nous sommes.
E-72 Vous direz: «Que faites-vous, FrĂšre Branham?» Je contacte votre esprit, parce que vous ĂȘtes dans un Ă©tat grave. C’est vrai. Vous avez eu beaucoup d’ennuis, et votre maladie se situe dans votre gorge. C’est juste. Vous l’avez contractĂ©e depuis quelque temps. Je vous vois vous dĂ©placer. Vous allez quelque part. Vous ĂȘtes endormie ou quelque chose du genre. On vous a Ă©tendue sur le dos, et on vous a couverte d’un truc blanc. Oh! C’est une opĂ©ration. Les mĂ©decins vous ont enlevĂ© les amygdales. Mais, vous n’ĂȘtes toujours pas sĂ»re si c’est cela ou pas. C’est juste. Ce n’est pas ça. Vous ĂȘtes allergique Ă  une plante. C’est vrai. Eh bien, croyez-vous maintenant?
Eh bien, croyez-vous que Celui qui vous connaßt peut vous rétablir? Laissez-moi tenir votre main juste comme point de contact.
Ô Dieu, voici une des enfants de Simon, celui qui T’a aidĂ© Ă  porter la croix en montant Ă  Golgotha. Tes serviteurs, les mĂ©decins, ont essayĂ© de faire tout leur possible pour elle, mais ils n’ont pas dĂ©couvert cet ennemi; mais Toi, Tu le connais, et il est exposĂ© juste ici maintenant. Ainsi, au Nom de JĂ©sus-Christ, toi, ennemi de la vie de cette femme, sors d’elle! Tu ne peux pas te cacher aux yeux de Dieu. Quitte-la, pour la gloire de Dieu, au Nom du Fils de Dieu. Amen.
Eh bien, ma soeur, Celui qui connaßt ce qui était, connaßtra certainement ce qui sera. Partez et soyez heureuse, et réjouissez-vous.
E-73 Bonsoir. Croyez-vous de tout votre coeur? TrĂšs bien.
Maintenant, le Saint-Esprit a quittĂ© l’autel. Vous Ă©tiez assise lĂ  en train de prier pour cette maladie des poumons, n’est-ce pas, madame? Vous L’avez touchĂ©. Vous qui souffrez des poumons, mettez-vous debout juste une minute, la dame qui est juste ici. TrĂšs bien. JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablit, ma soeur. Votre foi L’a touchĂ©. Il est le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par les sentiments de vos infirmitĂ©s. Amen.
Priez tout simplement. Mettez votre foi au dĂ©fi. Croyez cela de tout votre coeur. JĂ©sus a dit: «Si vous pouvez croire, tout est possible.» Maintenant, croyez-vous qu’Il est ressuscitĂ© des morts? Maintenant, ayez la foi. Dites simplement: «Seigneur, sois misĂ©ricordieux envers moi. Peut-ĂȘtre que ma foi a Ă©tĂ© une foi mentale; peut-ĂȘtre qu’elle a Ă©tĂ© Ă©motionnelle; mais maintenant, que je me calme. Que je croie en Toi, Seigneur. Que je croie en Toi.»
E-74 Eh bien, je ne vous connais pas, madame. Il m’est impossible de vous connaĂźtre, parce que nous sommes Ă©trangers l’un Ă  l’autre. Mais Christ nous connaĂźt tous deux. Il me connaĂźt et Il vous connaĂźt. Et un jour, nous devrons, vous et moi, nous tenir dans Sa PrĂ©sence. Malheur Ă  nous alors si nous ne sommes pas profondĂ©ment sincĂšres dans nos coeurs.
Vous avez un problĂšme de dos, n’est-ce pas, vous qui ĂȘtes assis lĂ -bas au bout de la–de la troisiĂšme rangĂ©e, lĂ  au bout. Si vous croyez... Oui, oui. Je vous ai vu essayer de vous lever, vous tenant le dos et essayant de travailler et de vous pencher. Ces choses sont vraies, monsieur. Si c’est le cas, agitez les mains afin que l’auditoire puisse voir. Vous Ă©tiez en train de prier Dieu, disant: «Ô Dieu, permets que je sois inclus dans ceci.» Si c’est juste, agitez encore les mains. Votre foi vous a guĂ©ri, mon frĂšre. Amen.
Ayez foi en Dieu, mon ami chrétien. Croyez en Lui.
E-75 Excusez-moi, madame. Je ne peux agir que quand Il agit. Vous comprenez cela, n’est-ce pas? Oui. Juste quand Il agit... Vous n’ĂȘtes pas ici pour vous-mĂȘme. Vous ĂȘtes ici pour quelqu’un d’autre, et c’est un membre de votre famille, un petit-fils. C’est juste. Il y a quelque chose qui cloche dans son sang. Je vois qu’on l’amĂšne Ă  maintes reprises Ă  l’hĂŽpital et qu’on lui fait des transfusions sanguines, et ça ne marche pas, et c’est pour cet enfant que vous vous tenez lĂ .
Vous avez quelque chose d’un catholique. Vous ĂȘtes une catholique. C’est juste. Eh bien, votre foi est grande, ma soeur. Puis-je avoir ceci?
Eternel JĂ©hovah, Toi qui as ressuscitĂ© JĂ©sus d’entre les morts, les mĂ©decins ont Ă©chouĂ©, mais Toi, Tu ne peux Ă©chouer, Seigneur. Tu es le Dieu Eternel. Je bĂ©nis ce mouchoir pour le but pour lequel je l’envoie, pour la guĂ©rison de la personne qui est malade. Et lorsqu’il sera posĂ© sur celui Ă  qui il est destinĂ©, que le dĂ©mon sorte et que la personne soit guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Maintenant, madame, lorsque vous verrez ceci s’accomplir, servez le Seigneur de tout votre coeur et vivez pour Lui. Ne doutez pas. Ce que vous avez demandĂ© vous sera accordĂ©. Que Dieu vous bĂ©nisse. Puissiez-vous... Priez et rendez grĂąces Ă  Dieu, et servez-Le toujours. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-76 Bonsoir, monsieur. Nous sommes inconnus l’un de l’autre. Je ne vous connais pas; vous ne me connaissez pas, Ă  ce que je sache. De toute façon, nous ne nous sommes jamais rencontrĂ©s. Si c’est le cas, levez la main.
Maintenant, soyez trĂšs rĂ©vĂ©rencieux. Ne vous levez pas pendant quelques instants, si possible. Voyez-vous chacun de vous, vous ĂȘtes une Ăąme. Vous avez chacun un esprit. Il y a des gens qui prient, et la chose se dĂ©place. Vous pourriez ĂȘtre surpris. Pourquoi suis-je devenu faible? Pourquoi suis-je en train de trembler? Pourquoi... sont...? Je transpire ici par cette soirĂ©e fraĂźche. Vous devriez vous tenir ici une fois. Alors vous comprendrez.
Voici un homme qui est debout ici. Demandez-lui un peu. Il se tient si prĂšs de l’Onction et l’Esprit se tient entre nous deux. Vous Ă©prouvez une sensation, monsieur; c’est une sensation trĂšs paisible, agrĂ©able et affectueuse. Si c’est juste, agitez vos mains vers les gens comme ceci. Vous voyez? Juste entre lui et moi... Combien En ont dĂ©jĂ  vu la photo, la photo de cette Colonne de Feu qu’ils ont Ă  Washington DC. Vous voyez? C’est Elle qui se tient entre lui et moi maintenant.
E-77 Cet homme m’est inconnu. Je ne le connais pas. Christ le connaĂźt. Mais, monsieur, je vous vois couvert d’une ombre. Il y a des tĂ©nĂšbres. Je vois qu’on vous amĂšne dans un–un bĂątiment de tel... C’est un hĂŽpital, et puis vous avez subi une opĂ©ration. Et puis, vous en avez subi une autre, c’était pour un cancer. Et le cancer est restĂ©. Le mĂ©decin n’a pas rĂ©ussi Ă  l’îter, mais ça ne peut pas se cacher aux yeux de JĂ©sus-Christ.
Vous n’ĂȘtes pas de cette ville. Vous venez d’une ville plus petite que celle-ci. Vous venez de... Je... C’est comme si j’ai vu le... C’est Rockford, dans l’Illinois; c’est de lĂ  que vous ĂȘtes, et votre nom c’est LĂ©onard, je pense qu’on vous appelle...?... et votre adresse, c’est 8e Rue numĂ©ro 3034.
Eh bien, je dis ceci parce que vous avez eu la foi; vous ĂȘtes recouvert de l’ombre de la mort. Croyez-vous que JĂ©sus-Christ se tient ici? Il connaissait le nom de CĂ©phas, Pierre. Croyez-vous cela? Il y a donc un certain Esprit qui m’a oint. Croyez-vous que c’est le Fils de Dieu? Approchez.
Ô JĂ©sus, Toi le Fils de Dieu, que Ton Saint-Esprit entre dans cet homme et le guĂ©risse, et que sa vie soit Ă©pargnĂ©e. Et je condamne le dĂ©mon qui est en train de lui ĂŽter la vie. Que ce dĂ©mon le quitte ce soir afin qu’il se rĂ©tablisse. Rentrez chez vous, soyez heureux, mangez et vivez. Au Nom de JĂ©sus, je prie. Amen.
La priÚre de la foi sauvera le malade, et Dieu le relÚvera. Et puis, continuez votre chemin et réjouissez-vous. Jésus-Christ, le Fils de Dieu, qui accomplit Son oeuvre glorieuse et sacrée de rédemption. Ayez la foi. Ne doutez pas. Croyez seulement.
E-78 Hum! bĂ©ni soit le Seigneur. Je ne vous connais pas, mon frĂšre. Je ne vous ai jamais vu. C’est juste. Mais un jour, Philippe est allĂ© prendre un homme qui s’appelait NathanaĂ«l et l’a amenĂ© auprĂšs du Seigneur JĂ©sus. Et dĂšs que JĂ©sus l’a vu, Il a vu sa sincĂ©ritĂ© et son honnĂȘtetĂ©, et Il a dit: «Voici un IsraĂ©lite.»
Et moi, je vous dis: «Voici un chrĂ©tien honnĂȘte et sincĂšre. Vous avez la rĂ©putation d’ĂȘtre un chrĂ©tien sincĂšre mĂȘme dans votre famille. C’est la vĂ©ritĂ©, monsieur. C’est juste. Le cancer vous a couvert de son ombre. Ce cancer se situe dans votre cou. C’est juste. Vous n’ĂȘtes pas de cette contrĂ©e. Non. Vous venez d’ailleurs, n’est-ce pas? De l’Ohio, de Cleveland. C’est juste. Vous vous appelez Innocent, n’est-ce pas? Maintenant, retournez. Que JĂ©sus-Christ, l’Amour Ă©ternel de Dieu, vous guĂ©risse et vous rĂ©tablisse, mon frĂšre. Ayez la foi. Ayez foi en Dieu.
E-79 Vous voulez ĂȘtre guĂ©rie de ce diabĂšte et vous rĂ©tablir? JĂ©sus-Christ... Croyez-vous de... Approchez.
Ô Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie Eternelle et Donateur de tout don excellent, envoie Tes bĂ©nĂ©dictions sur cette femme que je bĂ©nis en Ton Nom. Qu’elle soit guĂ©rie au Nom de JĂ©sus. Amen. Ne doutez pas. Croyez.
E-80 Tu portes un nom merveilleux. La nervositĂ© est une chose terrible, ça te garde tout le temps dans la dĂ©pression. Naturellement, tu es nĂ©e nerveuse. Tu as Ă©tĂ© nerveuse toute ta vie durant. Je te vois nerveuse, mĂȘme en tant qu’une Ă©coliĂšre. On n’y peut rien. Tout le monde dit:»Ressaisis-toi.» Mais cela ne fait aucun bien. On n’y peut rien, soeur. Il y a quelque chose qui t’effraie, mais JĂ©sus-Christ est ici pour ĂŽter cela de toi. Crois-tu cela?Ô Dieu, alors que j’impose mes mains sur cette demoiselle ici prĂ©sente qui est juste dans la fleur de l’ñge, je maudis cette affliction qui est sur son corps. Elle veut Te servir, Seigneur, et Te servir en Ă©tant libre. Et j’îte cela d’elle au Nom de JĂ©sus-Christ. Que cela s’en aille pour ne plus jamais revenir, pour la gloire de Dieu. Amen.
E-81 Maintenant, ne crains pas, mademoiselle. Ecoute. Veux-tu faire ce que je te dis maintenant? Tu te sens trĂšs bien en ce moment (tu vois?), parce que cela est parti. Quand tu es montĂ©e ici, tu Ă©tais environnĂ©e d’une ombre noire. Maintenant, c’est parti. Cela te faisait peur. Tu n’y peux rien; cela t’assaille. Mais, Ă©coute, maintenant, l’esprit impur t’a quittĂ©e. Il se promĂšne dans les lieux arides. Il essaiera de revenir, mais accepte simplement ma parole en tant que prophĂšte de Dieu; ne fronce plus jamais les sourcils. Chante toute la journĂ©e et loue Dieu, peu importe ce que tu ressens, ou ce qui arrive. Ça te quittera pour ne plus revenir. Maintenant, va faire cela. Tu crois de tout ton coeur. C’est juste. Comment aurais-je pu le savoir, si Dieu ne me l’avait pas rĂ©vĂ©lĂ©?
E-82 Me croyez-vous maintenant? C’est un tueur. Ça tue plus de gens que n’importe quoi d’autre, mais Christ est le Sauveur. Ceux qui marchent dans l’intĂ©gritĂ© devant Lui, Il a dit qu’Il ne leur refuserait aucun bien. Lui avez-vous promis de faire ceci? De marcher avec droiture devant Lui, tous les jours de votre vie, s’Il vous Ă©pargne la vie? Venez donc ici, et laissez-moi prier pour vous.
Ô Dieu, Toi qui connais cette femme, Toi qui connais l’état de cette femme de mĂȘme que Tu connaissais l’état de la femme au puits, envoie Tes bĂ©nĂ©dictions sur elle, bĂ©nis-la et Ă©pargne sa vie alors que je le demande au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-83 «La priĂšre fervente du juste a une grande efficace.», Jacques 5.15. C’est juste. Eh bien, nous ne sommes pas justes. Nul n’est juste si ce n’est le Fils de Dieu. Ainsi, nous ne nous tenons pas, je ne me tiens pas dans ma justice. Je me tiens dans Sa justice Ă  Lui. Ainsi, tant que je suis oint de Lui, c’est la priĂšre fervente du Christ le Juste, qui intercĂšde pour vous Ă  travers moi, pour vous amener Ă  croire. Croyez-vous cela? Alors, votre maladie du coeur est finie. Partez et soyez guĂ©rie pour la gloire de Dieu.
E-84 Me croyez-vous, madame? Croyez-vous que je suis le serviteur du Fils de Dieu, un point de contact du Grand Souverain Sacrificateur, des lĂšvres par lesquelles Il parle, ou des yeux au travers desquels Il voit? Si donc Il peut utiliser mes yeux pour [manifester] Sa puissance, Il peut me rĂ©vĂ©ler votre vie, n’est-ce pas? Plus je vous parle, plus des choses seront rĂ©vĂ©lĂ©es. Je deviens faible. Mais s’Il me rĂ©vĂšle le motif de votre prĂ©sence ici, allez-vous accepter cela?
Ne regardez pas cela pour voir, mais vous ĂȘtes couverte d’une ombre. Laissez-moi vous le dire. Tard dans la soirĂ©e, vous vous affaiblissez, n’est-ce pas? Vous vous asseyez, et vous transpirez la nuit; c’est la tuberculose. C’est vrai. Il n’y a que Dieu qui peut vous guĂ©rir. C’est juste. Voulez-vous croire... C’est lĂ  la premiĂšre maladie que Dieu a guĂ©rie: la tuberculose pulmonaire. Voulez-vous croire maintenant que JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© des morts et qu’Il est ici Ă  l’estrade de façon surnaturelle? Puissent vos yeux s’ouvrir comme ceux du serviteur d’Elie Ă  Dothan lorsque ce dernier se tenait lĂ .
Ô JĂ©hovah, le Dieu Ă©ternel, envoie Tes bĂ©nĂ©dictions sur cette fille, guĂ©ris-la, rĂ©tablis-la. Au Nom de JĂ©sus-Christ, nous maudissons cette maladie. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Ne doutez pas, mais croyez. Ne vous inquiĂ©tez pas...?...
E-85 Monsieur, vous avez des ennuis pulmonaires, n’est-ce pas, vous qui ĂȘtes assis juste ici au bout? La personne Ă  cĂŽtĂ© de vous a une tumeur. Oui. Vous avez des ennuis pulmonaires, l’homme de couleur qui est assis lĂ . C’est juste. Laissez-moi considĂ©rer cette ligne. Eh bien, vous tous les hommes de couleur qui ĂȘtes assis lĂ , croyez-vous cela? Croyez-vous que je suis Son prophĂšte? Quoique je sois un Blanc, croyez-vous de toute façon? TrĂšs bien. Regardez-moi et croyez, toute votre ligne. Monsieur, vous n’avez pas d’ennuis pulmonaires, vous avez une tumeur. La dame qui a les mains levĂ©es souffre des nerfs. La dame suivante a des ennuis gastriques. La dame suivante souffre de–de la nervositĂ©. Levez la main si c’est juste. La dame suivante souffre de l’arthrite. Est-ce juste? La dame assise Ă  cĂŽtĂ© de moi souffre du cancer.
Il est ici, Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Croyez-vous cela? Et Lui qui connaßt... qui est ressuscité des morts, qui connaßt toutes choses, la Vie, est ici. La mort ne peut pas résister dans la Présence de la Vie. Si vous croyez ceci de tout votre coeur... Si vous croyez...
Et vous lĂ -bas qui avez l’insomnie, et qui n’arrivez pas Ă  dormir, croyez-vous que Dieu vous rĂ©tablit? Alors vous pouvez obtenir la mĂȘme chose. Vous tous qui croyez que JĂ©sus-Christ est ici et qu’Il vous a guĂ©ris; peu importe votre problĂšme, tenez-vous debout, levez les mains et louez-Le au... de JĂ©sus.

En haut