ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Ecriture Sur La Muraille / 56-0902 / Jeffersonville, Indiana, USA // SHP 1 heure et 35 minutes PDF MP3 low MP3 HQ

Ecriture Sur La Muraille

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 J’aimerais juste demander Ă  frĂšre Neville si lui et sa soeur aimeraient chanter un cantique spĂ©cial pour nous juste avant. Voudriez-vous le faire? Nous apprĂ©cions tous les entendre Ă  la radio. TrĂšs bien. [Un frĂšre dit: «Est-elle ici ce soir ou pas?» Quelqu’un d’autre dit: «Elle n’est pas ici ce soir, je ne pense pas.»–N.D.E.]
Il a dit: «Elle n’a pas... Elle n’est pas encore ici.» [Un frĂšre dit: «Elle ne s’est pas encore prĂ©sentĂ©e. Elle Ă©tait censĂ©e ĂȘtre ici.»] Eh bien, si elle se prĂ©sente avant que nous commencions, nous lui demanderons de toute façon de chanter. Alors, nous–nous apprĂ©cierons cela.
Eh bien, nous sommes content d’ĂȘtre dans la Maison du Seigneur ce soir pour Le servir et d’un... de tout notre coeur. Nous aimerions bien que tout le monde se sente vraiment libre maintenant, et nous allons adorer le Seigneur. C’est pour cela que nous sommes assemblĂ©s ce soir; c’est dans ce seul but: adorer le Seigneur JĂ©sus.
E-2 Eh bien, nous avons passĂ© des moments merveilleux dans le Seigneur, et le Seigneur nous a bĂ©nis par–par la priĂšre pour les malades et les affligĂ©s. LĂ  Ă  Saskatchewan, au Canada, d’oĂč nous venons de rentrer, notre Bienveillant PĂšre cĂ©leste a exaucĂ© la priĂšre d’une façon merveilleuse lĂ -bas. Et nous avons eu une merveilleuse, merveilleuse rĂ©union parmi les gens. Et beaucoup de gens ont Ă©tĂ© sauvĂ©s et il y en a qui avaient Ă©tĂ© Ă©garĂ©s qui sont revenus au Seigneur. Et beaucoup de grands signes, que le Seigneur a accomplis parmi nous. Ainsi donc, nous sommes contents pour tout cela.
Eh bien, je venais de quitter un cas pathĂ©tique. Notre frĂšre Burns qui venait ici au tabernacle, on a dĂ©couvert l’autre jour un cancer dans son corps, et alors nous... On ne pensait pas qu’il allait s’en sortir, juste quelques jours de plus. Il sera lĂ  pour adorer avec nous, peut-ĂȘtre mercredi soir. Puis, il reviendra de nouveau au–au service du Seigneur.
E-3 Et nous avions fait un saut pour prier pour un petit garçon ici Ă  l’hĂŽpital. Je pense que le... frĂšre Curtis Hooper, je ne sais pas s’il est ici ce soir ou pas. Mais il Ă©tait... Et frĂšre Cox m’a appelĂ©, et un–un petit. garçon qui est restĂ© inconscient dix semaines, qui Ă©tait... il Ă©tait arrivĂ© Ă  un endroit ici sur la colline Bull Creek. Ses freins ont lĂąchĂ© Ă  la descente de la colline. Et j’ai parlĂ© Ă  sa mĂšre, et ils ont Ă©tĂ©... ils frĂ©quentent l’église, mais ils... aucun d’eux n’a rĂ©ellement, je ne pense pas, n’est dĂ©jĂ  nĂ© de nouveau. Et ils ont promis Ă  Dieu que s’Il permettait que le petit garçon se rĂ©veille, ils–ils serviraient le Seigneur de tout leur coeur.
E-4 C’est donc une bonne chose. Et je–je pense que le Seigneur permettra que le petit garçon se rĂ©veille maintenant. Et c’est juste un petit garçon, il a regardĂ© pendant qu’il Ă©tait couchĂ© lĂ , complĂštement affaissĂ©. Il n’arrive pas Ă  manger en effet. Il est inconscient ça fait dix semaines. Et ses jambes sont fracturĂ©es. On n’arrive mĂȘme pas Ă  fixer ses jambes ni rien, comme il n’est pas conscient pour s’asseoir.
Et c’est un cas pathĂ©tique. Et pensez-y, si c’était votre enfant. C’est quelque chose auquel nous devrions vraiment penser. Et nous prions. Et j’aimerais que vous vous associiez Ă  moi maintenant. La mĂšre a fait une promesse Ă  Dieu, qu’elle Le chercherait de tout son coeur et va... Le petit garçon, aussitĂŽt qu’il se lĂšve, je lui ai dit de m’appeler. Et au cas oĂč je ne serais pas ici, de me le faire savoir aussitĂŽt Ă  notre retour. J’aimerais aller auprĂšs du petit garçon pour–pour lui parler.
E-5 Et je n’arrive donc pas Ă  me rappeler son nom maintenant mĂȘme. J’avais cela dans ma poche, mais j’oublie. Ils habitent quelque part lĂ  à–à North Charlestown, quelque part sur cette voie-lĂ . Et c’est un cas trĂšs pathĂ©tique. Priez donc pour ce petit garçon que je... ou juste aprĂšs que nous aurons priĂ©, mettons-nous simplement Ă  remercier Dieu, car Il va exaucer la priĂšre.
Vous savez, Abraham fut fortifiĂ©, rendant gloire Ă  Dieu pour ce qui semblait impossible. Et il fut fortifiĂ© tout le temps plutĂŽt que de faiblir. Il a attendu dix ans, toujours le mĂȘme; vingt ans, toujours le mĂȘme. Et aprĂšs avoir atteint quatre-vingt-dix ou cent ans, il rendait toujours gloire Ă  Dieu, parce qu’il savait que cela arriverait. Dieu l’avait dit. Et c’était rĂ©glĂ©. C’est assez quand c’est Dieu qui l’a dit. C’est–c’est assez pour rĂ©gler la question.
E-6 Maintenant, dans l’adoration de cet aprĂšs-midi, nous... Je... Dimanche passĂ©, j’étais ici, mais j’étais si fatiguĂ© que je ne pouvais guĂšre descendre... Alors, je me suis dit que je viendrais ce soir. La semaine prochaine, nous irons donc en Californie, au rassemblement sur la vieille rue Azusa.
Et il y a deux ans, en Californie, quand nous Ă©tions Ă  Cow Palace, lĂ  au... en Californie, Ă  une rĂ©union, eh bien, il m’est arrivĂ© de penser que la pentecĂŽte totalise cinquante ans cette annĂ©e en AmĂ©rique. Ça sera cinquante ans de la pentecĂŽte. Il y a cinquante ans, le Saint-Esprit Ă©tait descendu premiĂšrement sur la rue Azusa, dans la vieille mission de la rue Azusa, en Californie.
Et alors, le Seigneur voulant, je pense, peut-ĂȘtre, si le Seigneur veut bien m’accorder d’inaugurer ce service le–le seize prochain, ainsi donc, j’aurai les deux premiĂšres soirĂ©es. Et ensuite, Oral Roberts prendra les suivantes, et puis, je pense Jack Coe sera le suivant, et ainsi de suite. Ce sera donc ainsi, pendant plusieurs soirĂ©es.
Et je vais aller juste un peu tĂŽt, parce que frĂšre Espinosa qui est mon... qui Ă©tait mon interprĂšte lĂ  Ă  Mexico il y a quelques semaines, lĂ  oĂč vingt mille personnes Ă©taient venues au Seigneur JĂ©sus en une soirĂ©e il y a quelques semaines, suite Ă  la rĂ©surrection d’un petit enfant mort, mort cet aprĂšs-midi-lĂ  dans les bras de sa mĂšre...
E-7 Et combien ont reçu Voice Of Healing [La Voix de la GuĂ©rison] de ce mois-ci? Je pense que vous y avez vu sa photo. Et il... C’est un... Il va... Il avait rassemblĂ© tous les Mexicains dans la vallĂ©e San Fernando, lĂ , sous une tente, ou quelque chose comme cela, pour une rĂ©union de trois semaines avant le–avant le rassemblement sur la rue Azusa. Soyez donc beaucoup en priĂšre pour moi cette semaine.
Puis, le Seigneur voulant, le weekend prochain, je serai de retour ici au tabernacle pour un autre service, ici. Et ensuite, de lĂ , nous irons Ă  Idaho, et puis nous retournerons en Californie, sous tente, Ă  Phoenix. Et ils envisagent maintenant de passer l’étĂ© outre-mer. Nous nous rĂ©jouissons bien, avec vous tous, des bĂ©nĂ©dictions du Seigneur.
E-8 Maintenant, ce soir, je vois que c’est une soirĂ©e consacrĂ©e Ă  la communion, et nous aimons cela. Nous n’allons pas parler trop longtemps, mais juste parler un moment, et ensuite, s’il y a ici des malades qui... Je pense avoir vu une civiĂšre qu’on faisait sortir pour faire entrer quelqu’un. Ainsi donc, nous prierons pour les nĂ©cessiteux.
Un homme de couleur m’a demandĂ© hier soir ici s’il serait en ordre qu’il vienne pour qu’on prie pour lui. J’ai dit: «Certainement, mon frĂšre, vous, tout le monde... Il a dit: ‘Que celui qui veut vienne.’ Puisse tout celui. Votre couleur ne change rien Ă  cela. Votre Ăąme peut ĂȘtre tout autant claire aux yeux de Dieu que celle d’un homme d’une autre couleur.» Voyez?
A partir d’un seul sang Dieu a fait toutes les nations, Ă  partir d’un seul sang. Savez-vous que si vous vous mourez, cet homme de couleur peut vous donner son sang pour la transfusion? Savez-vous que le jaune peut donner au brun, le brun peut donner au noir, le noir peut donner au blanc? Mais on ne vous transfuse jamais le sang d’un animal, vous allez mourir. Cela montre donc que cela...?... Nous ne descendons donc point des animaux. Nous avons un sang humain (C’est vrai.), crĂ©Ă© par Dieu.
E-9 Et maintenant, juste pour une petite leçon ce soir, j’ai trouvĂ© opportun, je voulais aborder ce soir mon sujet intitulĂ©: L’Ecriture sur la Muraille. Et sachant que le temps dans lequel nous vivons, juste avant la Venue du Seigneur JĂ©sus...
Et voyant la vieille rue Azusa, j’y suis maintenant arrivĂ©, cinquante ans depuis que le Saint-Esprit est en AmĂ©rique, et voir qu’on Le rejette complĂštement. Je pense qu’il serait vraiment opportun ce soir pour nous de lire dans Daniel et de dĂ©couvrir donc certaines choses qui nous ont servi de prĂ©figuration en ce jour-ci. Mais avant d’ouvrir Son Livre, inclinons simplement la tĂȘte pour Lui parler juste un instant.
E-10 Notre PĂšre cĂ©leste, nous Te rendons gloire ce soir pour toute la bontĂ© et la misĂ©ricorde que nous, pauvres crĂ©atures indignes, avons reçues de Toi par Ta grĂące Ă©tonnante. Ô Dieu, quand nous aurons fait lĂ  dix mille ans, comme l’a dit un poĂšte, nous n’aurons pas moins de jours qu’au dĂ©part pour chanter Tes louanges. Quel temps ça sera! Sachant que cela est dans un futur proche, que nous avons cette grande espĂ©rance et que nous attendons impatiemment de contempler Son visage, Lui qui est invisible parmi nous et qui nous a bĂ©nis de façon si miraculeuse.
Veux-Tu bien venir ce soir, PĂšre? Alors que nous ouvrons la Parole, que le Saint-Esprit entre directement dans la Parole et L’apporte dans l’assistance, Ă  chaque coeur qui est prĂ©parĂ©. Le terrain est tout prĂ©parĂ©. Que la Semence tombe dans la bonne terre et qu’elle produise au centuple. Accorde-le, PĂšre, alors que nous le demandons au Nom de Ton Fils bien-aimĂ©, le Seigneur JĂ©sus. Amen.
E-11 En lisant la Parole, j’ai toujours pensĂ© que mes propres paroles ne valent pas grand-chose. Mais elles failliront, car elles ne sont que les paroles d’un homme. Mais la Parole de Dieu ne faillit jamais. Juste comme...
Je rĂ©pĂ©tais Ă  un homme aujourd’hui qui pensait plutĂŽt qu’il avait... Il s’était confiĂ© au Seigneur pour sa guĂ©rison, mais il a manquĂ© de la recevoir. Et puis, il Ă©tait dĂ©couragĂ© et il a dit: «Si je n’ai pas assez de foi pour ĂȘtre guĂ©ri, peut-ĂȘtre que je n’ai pas assez de foi pour ĂȘtre sauvĂ©.» Je lui ai parlĂ©, j’ai dit: «La base de la guĂ©rison divine n’est pas au mĂȘme niveau que celle du salut.»
La guĂ©rison divine, c’est quelque chose placĂ© dans le croyant, mais le salut, quand vous ĂȘtes... quand vous recevez Christ et que vous naissez de nouveau, vous avez une vie immortelle qui ne peut pĂ©rir ni vieillir; cela ne peut jamais mourir. Cela ne peut jamais... C’est juste... c’est terminĂ© pour toujours, une fois que vous naissez de l’Esprit de Dieu.
Mais ce corps, il tombe malade, il devient faible, et Dieu nous vient en aide, Il nous guĂ©rit, et nous retombons malades. C’est simplement temporaire jusqu’à ce que le pĂšlerinage soit terminĂ©. Mais le salut est permanent, pour toujours. Amen. Cela ne faillit pas.
E-12 Et maintenant, dans la Parole: «La foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend de la Parole.» Et lĂ  dans Daniel, chapitre 5, c’est ce que nous lisons comme texte, au verset 22:
Et toi, Belschatsar son fils, tu n’as pas humiliĂ© ton coeur, quoique tu susses toutes ces choses.
Et que le Seigneur ajoute Ses bénédictions à la lecture de Sa Parole.
Toutes les choses anciennes de l’Ancien Testament n’étaient qu’une ombre de choses nouvelles Ă  venir. Ces choses sont arrivĂ©es dans le passĂ© pour nous faire savoir d’avance Ă  quoi nous pouvons nous attendre en ce jour-ci si nous servons le Seigneur, et Ă  quoi nous pouvons nous attendre si nous ne servons pas le Seigneur, et si nous Le servons sans enthousiasme ou de tout coeur.
E-13 Dans HĂ©breux, il est Ă©crit: «Puisque nous sommes environnĂ©s d’une si grande nuĂ©e de tĂ©moins, rejetons tout fardeau, et le pĂ©chĂ© qui nous enveloppe si facilement, afin que nous puissions courir avec persĂ©vĂ©rance dans la carriĂšre qui nous est ouverte.»
Or, toutes ces choses anciennes... Daniel, j’ai choisi le Livre de Daniel, je l’aime beaucoup, je n’ai pas enseignĂ© cela depuis un petit moment, mais comme c’était une prĂ©figuration du grand jour dans lequel nous vivons... Et l’ñge des Gentils avait commencĂ© du temps de Daniel.
Dieu avait traitĂ© avec les Juifs jusqu’à ce temps-ci, et maintenant, Il se tourne vers les Gentils. Et dans cette grande prophĂ©tie, des visions et des songes, de Daniel, de Nebucadnetsar, de Belschatsar, beaucoup de personnages qui sont dans le Livre de Daniel Ă©taient tous placĂ©s en ordre afin que nous puissions comprendre aujourd’hui.
E-14 Et comment, dans la vision de Daniel, on voit l’interprĂ©tation de la statue, de la bĂȘte et tout en rapport avec l’ñge des Gentils, juste comment un royaume a succĂ©dĂ© Ă  un autre jusqu’à ce qu’on soit arrivĂ© aux jours mĂȘmes de la fin oĂč nous vivons maintenant.
Et de voir au Moyen-Orient toutes ces choses qui surgissent, ces troubles. De petites nations lĂ , auxquelles on ne pensait mĂȘme pas ou dont on ne parlait mĂȘme pas il y a plusieurs–plusieurs centaines, oui, milliers d’annĂ©es... peut-ĂȘtre deux mille ans ou deux mille cinq cents ans, rien d’important n’était dit au sujet de ces petits pays, jusqu’à ces derniers jours.
Et des choses prĂ©cieuses que nous pensions vraiment ĂȘtre insignifiantes, des endroits comme la mer Morte, et nous dĂ©couvrons que la mer Morte a beaucoup plus de richesses que tout le reste du monde mis ensemble. Et toutes les mines de l’Iran et tout le reste. Juste un petit territoire qu’il a plu Ă  l’Angleterre de confier aux Arabes, disant: «Il n’y a rien Ă  cela. Qu’avaient-ils besoin de ces vieux territoires rocailleux? Mais ils ont manquĂ© de reconnaĂźtre que la Bible avait dit qu’elle fleurirait comme une rose et produirait en abondance.
E-15 Combien... guĂšre... Comment les hommes dans le passĂ© et dans... mĂȘme en ce jour-ci, combien ils ont mal jugĂ© les choses en ne les considĂ©rant pas du point de vue de la Parole de Dieu! Quelle erreur fatale l’Angleterre avait alors commise? Quelle erreur fatale ont-ils commise en restituant Ă  l’Inde ses droits?
Mais ils ne se rendent pas compte de ces choses, parce qu’ils ne lisent pas la Bible. Mais si c’est vrai parmi les nations, combien plus cela l’est-il ce soir pour l’humanitĂ©, qui n’accorde pas de valeur Ă  leur vie au jour le jour pour lire la Bible et voir ce que Dieu a placĂ© dans Sa Parole pour chaque homme? Et votre attitude envers Dieu et envers Sa Parole...
E-16 Durant ce temps de la dĂ©portation Ă  Babylone, c’était un temps vraiment marquant. PremiĂšrement, ils ont Ă©tĂ© dĂ©portĂ©s lĂ  en Egypte. DeuxiĂšmement, ils ont Ă©tĂ© dĂ©portĂ©s Ă  Babylone, et le temps des Gentils a commencĂ©. Et ensuite, ils ont Ă©tĂ© dĂ©portĂ©s ou dispersĂ©s par l’empire Romain, et le 7 mai 1947, ils ont une fois de plus Ă©tĂ© reconnus par les nations du monde pour la premiĂšre fois depuis deux mille cinq cents ans, les Juifs.
Le commencement de la fin, le figuier bourgeonne. La vieille Ă©toile de David Ă  six pointes, le drapeau le plus ancien qui ait jamais flottĂ© sur la terre, a Ă©tĂ© de nouveau hissĂ© sur le mĂąt pour la premiĂšre fois depuis deux mille cinq cents ans, marquant une promesse prĂ©cise que Dieu avait donnĂ©e par les prophĂštes hĂ©breux, qu’elle s’accomplirait: Il dresserait une banniĂšre.
Et quand nous voyons cela flotter sur Jérusalem ce soir, voyant Dieu endurcir les coeurs des hommes comme Staline, Hitler, Mussolini, et tous ceux qui persécutent les Juifs et les renvoient précipitamment vers la patrie, nous savons que le temps est proche.
E-17 Oh! Quel jour et quelle opportunitĂ© que mĂȘme les chrĂ©tiens les plus faibles ont aujourd’hui Ă  tĂ©moigner de la gloire du Seigneur JĂ©sus! Quelle opportunitĂ© de faire quelque chose que les prophĂštes avaient dĂ©sirĂ© faire, et cela est entre les mains du chrĂ©tien le plus faible, de la petite mĂ©nagĂšre. C’est entre ses mains aujourd’hui, de tĂ©moigner pour le Seigneur JĂ©sus et Sa rĂ©surrection.
Et les Juifs s’étaient Ă©loignĂ©s de Dieu, ils s’étaient refroidis, ils avaient rĂ©trogradĂ©. Et Dieu a permis qu’une nation Ă©trangĂšre arrive lĂ  (Ce qui avait Ă©tĂ© prophĂ©tisĂ© par le prophĂšte), les disperse et les emporte, parce qu’ils s’étaient Ă©loignĂ©s de Dieu. Et maintenant, si Dieu avait tant aimĂ© les Juifs, et qu’ils Ă©taient Ses premiers Ă©lus comme peuple... Il avait appelĂ© les Juifs Ă  sortir, et pourtant, quand ils ont semĂ©, ils ont eu Ă  rĂ©colter ce qu’ils avaient semĂ©.
Et nous ne sommes pas refoulĂ©s, ou nous ne sommes pas immunisĂ©s contre les jugements de Dieu, quand nous dĂ©sobĂ©issons Ă  Ses commandements. C’est vrai. Cela vaut pour les nations, ou les individus, ou les Ă©glises, ou pour quoi que ce soit. Quand nous dĂ©sobĂ©issons Ă  Dieu, nous subirons le jugement Ă  cause de cela. Dieu est juste et Il ne peut rien faire d’autre, mais chaque personne recevra une juste rĂ©compense pour les oeuvres qu’il a accomplies.
E-18 Et maintenant, dans ce grand temps de dĂ©clin et de l’apostasie des Juifs... Dieu a permis l’invasion d’une nation paĂŻenne pour emmener Ses Ă©lus dans la captivitĂ©, parce qu’ils n’avaient pas servi le Seigneur de tout leur coeur: C’est un trĂšs beau tableau du jour dans lequel nous vivons. Pourtant, nous avons Ă©tĂ© un peuple choisi et sĂ©lectionnĂ©, un peuple bĂ©ni par-dessus tous les autres dans le monde, mais une fois que nous oublions les commandements de Dieu, et que nous commençons une grande beuverie, des Ă©meutes, des divorces, l’adultĂšre, et des choses que nous supportons, en les rendant absolument lĂ©gales dans ce pays-ci, Dieu a des nations qui peuvent venir prendre cela quand Il le veut.
Vous avez suivi l’autre jour ce commentateur qui venait de quitter la Russie; il a dit: «Ils avaient–ils avaient au moins dix mille bombardiers, qui ne peuvent mĂȘme jamais s’arrĂȘter pour l’approvisionnement en carburant et qui sont chargĂ©s, dans des silos, des bombes atomiques, qui peuvent survoler l’AmĂ©rique et rentrer sans mĂȘme s’approvisionner en carburant.» Pensez-y, chaque–chaque avion portant au moins huit ou dix bombes atomiques et des bombes Ă  hydrogĂšne qui peuvent anĂ©antir complĂštement cent cinquante millions de gens dans cette nation en une heure. Et nous pataugeons dans le pĂ©chĂ©, la corruption, abandonnant le Seigneur, faisant des choses contraires Ă  Sa Parole, riant, nous moquant de ceux qui cherchent Ă  faire le bien. Quoi d’autre pouvons-nous attendre sinon une rĂ©pĂ©tition de la dĂ©portation Ă  Babylone? Tout Ă  fait.
E-19 Remarquez là, Dieu avait là un serviteur du nom de Daniel, un jeune prophùte d’environ quarante ans, qui servait le Seigneur de tout son coeur. Et Dieu avait un travail à lui faire faire.
Et lors de la dĂ©portation Ă  Babylone, rappelez-vous, si Dieu a un travail Ă  vous faire faire, tous les dĂ©mons de tourment ne peuvent pas vous retirer. Ils ne peuvent en aucun cas vous toucher. Dieu a un dessein pour l’Eglise du Saint-Esprit. Et tous les dĂ©mons de l’enfer ne seront jamais Ă  mesure de retirer cela. Dieu a un dessein pour ça. Et il ne sera jamais dĂ©truit avant que Dieu accomplisse le dessein qu’Il a ordonnĂ© de faire, et cela se fera.
Et, rappelez-vous, quand Daniel est allĂ© avec les enfants hĂ©breux lĂ -bas, j’aimerais que vous le remarquiez, beaucoup parmi eux avaient dĂ©jĂ  un esprit mondain, beaucoup parmi eux ne se souciaient pas, pendant qu’ils suivaient le courant de la moindre rĂ©sistance. N’est-ce pas Ă  peu prĂšs le tableau de notre pays aujourd’hui?
Et ceci peut paraĂźtre choquant, mais c’est pratiquement le tableau de l’église aujourd’hui; pour la nation, n’en parlons mĂȘme pas; elle suit le courant de la moindre rĂ©sistance. Vous semez Ă  tout vent, allant simplement de l’avant.
E-20 Ô Dieu, donne-nous des hommes comme Daniel! Donne-nous des chrĂ©tiens comme Schadrac, MĂ©schac et Abed-Nego, qui sont disposĂ©s Ă  consentir des sacrifices et Ă  oublier chaque droit qu’ils ont pour devenir un serviteur du Seigneur.
Remarquez. Daniel, quand il est allĂ© Ă  Babylone, il savait qu’il allait parmi les incroyants, des incirconcis. Quand il est allĂ© lĂ , il savait qu’il se mĂȘlerait Ă  eux. Non pas qu’il voulait s’y retrouver, mais parce que la nation Ă©tait tombĂ©e, et il a dĂ» aller en captivitĂ© avec eux. Mais Dieu Ă©tait avec lui comme un Ă©tranger. J’aime ça. Non, mĂȘme si nous sommes Ă©trangers, Dieu est toujours avec vous.
La petite histoire, je ne sais pas, je l’ai racontĂ©e si souvent. Je peux l’avoir racontĂ©e au tabernacle, mais cela me vient juste Ă  l’esprit en ce moment-ci. Il y a quelque temps, lĂ  dans les territoires du sud, on vendait des esclaves. On les achetait, des nĂ©gociants passaient les acheter juste comme on fait dans un parking de voitures d’occasion aujourd’hui. On vendait des gens, la race de couleur, comme esclaves.
Et pendant qu’ils faisaient cela, les gens passaient dans les anciennes plantations et ils voyaient un groupe d’esclaves; s’ils avaient l’air de bons travailleurs, il pouvait offrir un certain prix, acheter ces esclaves, les emmener et les revendre comme de bons travailleurs quelque part ailleurs et se faire des bĂ©nĂ©fices en Ă©change.
E-21 Alors, un jour, un nĂ©gociant est passĂ©, il a vu un groupe d’esclaves qui travaillaient dans une certaine plantation, une centaine, ou plus, d’esclaves. Et ils Ă©taient tristes, parce qu’ils Ă©taient loin de chez eux. Souvent, on les fouettait parce qu’ils ne voulaient pas travailler. Ils se disaient qu’ils ne reverraient plus jamais leurs maisons, ils ne reverraient plus jamais leurs enfants, ils ne reverraient plus jamais leurs papas et mamans, ils ne reverraient plus jamais les membres de leurs familles. Et ils Ă©taient trĂšs abattus comme ça arrive trĂšs facilement, surtout quand on est opprimĂ©.
C’est ce que le diable aime faire sur vous et il vous opprime. Vous savez, c’est un truc de l’ennemi, vous opprimer. Mais quand un chrĂ©tien connaĂźt ses droits lĂ©gaux (Amen!), quand vous pouvez citer la Parole de Dieu: «Je ne te quitterai point, Je ne te dĂ©laisserai point», cela ĂŽte l’oppression. Et les nuages commencent Ă  se dissiper. Mais si seulement vous savez que Dieu a fait la promesse et que Dieu est fidĂšle, Il peut tenir Sa Parole, sinon Il ne l’aurait jamais promise.
E-22 Et alors, ce nĂ©gociant est passĂ©, et il a vu un de ces esclaves. Oh! la la! Il n’était pas comme les autres. On n’avait pas Ă  le fouetter. Il Ă©tait bien Ă  la tĂąche, poitrine bombĂ©e, menton relevĂ©. Il Ă©tait bien disposĂ© Ă  travailler et Ă  tout faire, il Ă©tait vraiment plein d’entrain, un homme brillant.
Et le nĂ©gociant a dit: «J’aimerais acheter celui-lĂ .»
On lui a dit: «Il est...» Le propriĂ©taire a dit: «Il n’est pas Ă  vendre.»
Il a dit: «Eh bien, qu’est-il?» Il a dit: «Est-ce lui le chef des autres?»
Il a dit: «Non, il est juste un esclave.»
«Eh bien, a-t-il dit, peut-ĂȘtre que vous le nourrissez un peu mieux que les autres.»
Il a dit: «Non, il mange là à la cuisine avec tous les autres.»
«Eh bien, a-t-il dit, mais qu’est-ce qui fait qu’il est tant Ă  l’oeuvre?»
Il a dit: «Je m’étais toujours posĂ© cette question jusqu’au moment oĂč j’ai dĂ©couvert quelque chose.» Il a dit: «Savez-vous ce que j’ai dĂ©couvert? C’est que son pĂšre est un roi d’une tribu. Et mĂȘme s’il est un Ă©tranger, il sait nĂ©anmoins qu’il est le fils d’un roi.» Amen.
E-23 FrĂšre, mĂȘme si nous sommes Ă©trangers dans ce monde oĂč il y a des pĂ©chĂ©s et le chaos, vous bombez nĂ©anmoins le torse et vous levez les yeux. Oui, vous ĂȘtes fils et filles du Roi. Quel genre de personne devrait... Il faisait cela pour garder haut le moral des autres.
Et c’est ce qu’il nous faut faire, nous qui sommes nĂ©s de nouveau du Saint-Esprit: garder bon courage. Quel genre de personnes devrions-nous–devrions-nous ĂȘtre, sachant que notre PĂšre cĂ©leste est le Roi? L’unique chose que l’esclave ne savait jamais, c’est qu’il ne retournerait plus jamais chez lui. Mais il y a une chose bĂ©nie, c’est que nous, nous savons que nous retournerons Ă  la Maison un jour. Amen.
JĂ©sus a dit: «Je reviendrai, et Je vous prendrai avec moi, afin que lĂ  oĂč Je suis, vous y soyez aussi; que votre coeur ne se trouble pas. Ne pensez Ă  rien d’autre, mais gardez votre esprit sur ces choses.» Cela ferait chanter un oiseau moqueur au milieu de la nuit aussitĂŽt qu’il pourra le savoir.
E-24 Je me suis souvent demandĂ©... Je vois frĂšre Wright assis ici. J’avais l’habitude de prĂȘcher dans l’église baptiste. Je voyais cet oiseau moqueur perchĂ© lĂ  la nuit et chanter dans ce buisson des cĂšdres. Alors, je me demandais ce qui le faisait chanter. Je me suis mis Ă  lire sur des oiseaux, et j’ai dĂ©couvert ce qu’il fait.
J’ai constatĂ© que, par une nuit nuageuse, il se met donc Ă  chanter de temps Ă  autre. Il observe les Ă©toiles. Et chaque fois qu’il voit une Ă©toile briller, il sait que le soleil brille quelque part. Alors, il se met Ă  chanter.
Et je pense que c’est pareil avec des chrĂ©tiens. Tant que nous pouvons sentir et savoir que la PrĂ©sence de Dieu est avec nous, une petite gloire descendant de temps en temps, un bon rĂ©veil Ă  l’ancienne mode ou un vieux cantique allĂ©luia qui nous fait chanter de tout notre coeur, car nous savons que le Saint-Esprit descend encore quelque part. Dieu reçoit encore la gloire. Quelle chose merveilleuse!
E-25 Daniel, un Ă©tranger loin de la maison, lĂ  loin. Mais observez ce qu’il a fait. Il a rĂ©solu de ne pas se souiller avec ce que faisait le roi lĂ , toute la nourriture compliquĂ©e du roi et tous ses mets dĂ©licats qu’il avait Ă  manger, et ses vins, et ses liqueurs. Mais il a rĂ©solu, alors qu’il Ă©tait un Ă©tranger, de se garder pour Dieu. Amen.
Vous y ĂȘtes. MĂȘme si le monde vous oublie, mĂȘme si tout le monde se moque de vous et vous taxe de tout nom fanatique dont on peut ĂȘtre taxĂ©, soyez rĂ©solu Ă  faire ce qui est correct. Soyez rĂ©solu Ă  ne rien avoir Ă  faire avec le monde. Nous vivons Ă  l’ombre de la Venue du Seigneur.
Que pouvez-vous vous promettre, n’importe qui? Qu’est-ce que n’importe quelle nation peut promettre? Il ne reste aucune promesse. Il n’y a rien qui reste. C’est le chaos et tout. Il n’y a rien de ce cĂŽtĂ©-ci que vous pouvez voir, mais levez les yeux de ce cĂŽtĂ©-lĂ . Chaque promesse dans la Parole est vraie. Un glorieux jour, JĂ©sus viendra et toutes ces choses seront ĂŽtĂ©es et Christ rĂ©gnera.
E-26 N’est-ce pas une espĂ©rance merveilleuse de savoir que ce vieux corps frĂȘle et fragile dans lequel nous habitons, et ces petits fils fragiles de la vie sur lesquels nous marchons, un jour, cela cĂšdera, et chaque roue mortelle qui tourne s’arrĂȘtera, et nous effectuerons un voyage vers Mont Sion pour vivre pour toujours dans la PrĂ©sence de Dieu, et que nous redeviendrons un homme nouveau et une femme nouvelle, jeunes et dans la splendeur de la jeunesse pour rester ainsi Ă©ternellement?
MĂȘme si nous deviendrons jeunes lĂ  pour toujours, transformĂ©s en un instant, immortels, elle brillera Ă  Sa ressemblance, dĂ©passant par son Ă©clat les Ă©toiles et la lune. Quelle glorieuse assurance nous en avons parce que la Parole Ă©ternelle de Dieu qui est vraie dans tous les Ăąges a promis cela aux croyants! De quoi devons-nous nous inquiĂ©ter? De rien, soyez simplement heureux Ă  ce sujet.
E-27 Eh bien, Daniel a dit: «Je serai rĂ©solu. Peu importe la pression qu’ils pourront exercer sur moi, combien ils riront et diront que je suis un saint exaltĂ©, cela ne me dĂ©rangera pas du tout. Cela ne me fera pas du tout obstacle. Je vais rester fidĂšle Ă  Dieu, peu importe combien ça tourne mal.» C’est ça. Alors, vous allez aboutir quelque part lorsque vous commencez avec une telle attitude.
Rappelez-vous, c’est le motif que vous avez pour n’importe quoi qui dĂ©termine ce que vous allez tirer de cela. Ce sont vos motifs. Si vos motifs sont corrects, tout ira bien pour vous. Mais ayez toujours des motifs corrects. Servez le Seigneur dans un but. En effet, vous L’aimez, non pas parce que vous avez peur de l’enfer, non pas parce que vous avez peur de mourir, mais parce que vous L’aimez, Lui qui vous a aimĂ© alors que vous n’étiez pas aimable. C’est ça.
«Cher Agneau mourant, Ton prĂ©cieux Sang ne perdra jamais de Sa puissance jusqu’à ce que toute l’Eglise rachetĂ©e de Dieu soit sauvĂ©e pour ne plus pĂ©cher.» C’est exact. «Depuis que par la foi j’ai vu ce ruisseau, que Tes plaies saignantes alimentent, l’amour rĂ©dempteur a Ă©tĂ© mon thĂšme et il le sera jusqu’à ma mort.» Quel merveilleux vers du poĂšte! Et c’est vrai. Prenez tout le reste, mais donnez-moi l’amour.
E-28 Si j’avais chaque don de la Bible et que je pouvais Ă©changer cela contre l’amour, je ne clignerais jamais un oeil. Je prendrais cela maintenant mĂȘme. Laissez-moi sentir les bĂ©nĂ©dictions du Seigneur JĂ©sus et Son amour divin dans mon coeur, dĂ©versĂ© par le Saint-Esprit, et j’échangerais n’importe quel don de la Bible contre cela. Oui, oui. J’échangerais un–un domaine, si j’étais un roi et que j’étais assis sur un trĂŽne, et que le monde Ă©tait mon domaine, je donnerais chaque sou de cela et je perdrais un million d’annĂ©es de cette vie dans ce monde ici pour avoir l’amour de JĂ©sus-Christ, qui est dĂ©versĂ© dans nos coeurs par le Saint-Esprit. Il n’y a rien de comparable Ă  cela.
Soyez donc résolu maintenant à servir le Seigneur, peu importe ce que le monde dit. Oh! Combien le diable est malin, combien il est rusé, amis. Surveillez-le.
E-29 Dans le petit ministĂšre que le Seigneur m’a donnĂ©, Ă  travers le monde, dans divers pays, j’ai vu cette main sournoise du trĂšs rusĂ© diable. Combien il peut facilement vous bouleverser et faire paraĂźtre cela comme la vĂ©ritĂ©. Oui, oui. Le plus gros mensonge qui ait jamais Ă©tĂ© profĂ©rĂ© contenait la vĂ©ritĂ©. Le premier mensonge que le diable a dit Ă  Ève avait beaucoup de vĂ©ritĂ©.
Il a dit que cela lui ouvrirait les yeux, qu’elle aurait... qu’elle deviendrait sage, qu’elle aurait plus de connaissance. Tout cela Ă©tait vrai. Et puis, il a dit: «Vous ne mourrez certainement pas.» Mais Dieu avait dit: «Vous mourrez.» Cela Ă©tait donc rĂ©glĂ©. Restez fidĂšle Ă  la Parole.
E-30 Alors, Daniel avait rĂ©solu de rester fidĂšle Ă  Dieu et Ă  la Parole de Dieu. Et pendant qu’il Ă©tait lĂ , le Seigneur a pu l’utiliser. Pourquoi avait-Il pu utiliser Daniel? Parce qu’il Ă©tait rĂ©solu. Et si vous voulez ĂȘtre utilisĂ© par Dieu, soyez rĂ©solu Ă  L’aimer et Ă  Le servir, et tout ira bien.
Le roi avait fait un songe. Et, oh! combien j’aurais voulu avoir le temps de l’aborder. J’ai prĂȘchĂ© sur cela une fois ici au tabernacle semaines aprĂšs semaines aprĂšs semaines, il y a de cela plusieurs annĂ©es, quelques quinze, peut-ĂȘtre, vingt ans.
Comment en ce dĂ©but du jour des Gentils, quand Dieu s’est tournĂ© vers les Gentils, lĂ , Il a fait une faveur au roi Nebucadnetsar, Il lui a donnĂ© un grand trĂŽne. La chose suivante qui est arrivĂ©e, c’est que le roi s’est exaltĂ© dans son coeur. C’est la nature des Gentils de faire cela, de s’enfler: «Nous sommes une grande personne.»
E-31 C’est ce qui est arrivĂ© aux Ă©glises. Nous nous sommes enflĂ©s: Nous sommes de grandes dĂ©nominations. C’est ce qui est arrivĂ© aux presbytĂ©riens, aux mĂ©thodistes, aux baptistes, aux pentecĂŽtistes, et Ă  tous les autres. Vous vous ĂȘtes enflĂ©s, vous ĂȘtes quelque chose de grand, c’est juste en ce temps-lĂ  que Dieu vous quitte, quand vous faites cela.
Vous devenez une grande organisation. Mais je prĂ©fĂ©rerais ĂȘtre–je prĂ©fĂ©rerais ĂȘtre un humble serviteur du Seigneur plutĂŽt que d’avoir toutes les grandes organisations au monde (Oui.), ou frĂ©quenter la plus grande Ă©glise, ou ĂȘtre du cĂŽtĂ© de la–de la majoritĂ©. Je prĂ©fĂ©rerais ĂȘtre avec la minoritĂ©, de toute façon, et ĂȘtre en ordre avec Dieu (oui), Ă  n’importe quel moment.
E-32 Et alors, quand nous voyons ce roi par la suite, le roi Nebucadnetsar, comment il s’est exaltĂ© dans son coeur, et Dieu a eu Ă  lui faire manger de l’herbe comme un veau pendant plusieurs annĂ©es, ses cheveux ont poussĂ© comme les plumes de l’aigle et ses–ses ongles comme des griffes d’un oiseau. Et comment il a dĂ»... jusqu’à ce que le roi a reconnu dans son coeur qu’il n’était rien, et que c’était le Dieu du Ciel qui plaçait qui Il voulait et qui enlevait qui Il voulait.
Et souvent, il peut arriver que nos cheveux ne poussent pas comme des plumes de l’aigle, que nos–nos ongles ne poussent pas comme les griffes de l’aigle, que nous ne mangions pas de l’herbe comme un veau non plus, mais parfois Dieu a eu Ă  placer une affliction sur nous pour nous faire savoir que c’est toujours Lui qui rĂšgne dans notre vie. Et nous sommes simplement ici parce qu’Il nous permet d’ĂȘtre ici, et que c’est par Sa grĂące que nous sommes ici. Et nous devons Le servir.
E-33 Et il y a quelque temps, je parlais Ă  un homme Ă  Idaho, lĂ -haut, et il a dit: «Eh bien, monsieur Branham, a-t-il dit, j’ai Ă©levĂ© des cochons.» Il a dit: «Mon grand-pĂšre avait ce troupeau. Il nous a fait Ă©tudier, nous les enfants. Et avec le mĂȘme troupeau, j’ai fait Ă©tudier mes enfants. Et mes enfants grandiront et feront Ă©tudier les leurs avec le mĂȘme troupeau.»
J’ai dit: «C’est trĂšs bien, monsieur. C’est un travail lĂ©gitime, de–d’élever un troupeau. Mais, ai-je dit, savez-vous que Dieu vous a placĂ© ici dans un but autre que celui d’élever les cochons pour instruire vos enfants? Dieu vous a placĂ© ici pour ĂȘtre des fils et des filles de Dieu, et si vous manquez d’atteindre cela, vous manquez de recevoir le but mĂȘme pour lequel Dieu vous a placĂ© sur la terre.» C’est vrai.
Peu importe combien vous ĂȘtes honnĂȘte, dĂ©cent, moral, combien vous pouvez ĂȘtre bon, et quel homme trĂšs social vous pouvez ĂȘtre, vous manquez toujours l’appel si vous ne servez pas le Seigneur JĂ©sus et que vous ne devenez pas un fils ou une fille de Dieu. Peu importe combien vous pouvez ĂȘtre un bon voisin, combien vous pouvez ĂȘtre un bon n’importe quoi, tout cela est bien et nous apprĂ©cions cela. Mais mon frĂšre, Ă  moins que vous deveniez un fils de Dieu, vous manquez d’atteindre le but pour lequel Dieu vous a placĂ© sur la terre. C’est vrai.
E-34 Or, le roi Nebucadnetsar Ă©tait un homme hautain. Il a dit: «Regardez ce que j’ai fait.» Alors, le Seigneur lui a donnĂ© un songe et cela l’a troublĂ©. Et alors, il a vu une grande statue. Nous connaissons bien cette statue. Et remarquez la prĂ©cision de la Parole Ă©ternelle de Dieu.
Le roi Nebucadnetsar a vu une statue ayant une tĂȘte d’or: la poitrine Ă  ce niveau Ă©tait d’argent. Et ses cuisses Ă©taient d’airain, et ses pieds Ă©taient de fer et d’argile. Maintenant, observez ces royaumes. Le mĂ©tal le plus doux, c’est l’or. Le suivant, plus dur que ça, c’est l’argent. Le suivant, c’est l’airain; et le plus dur d’eux tous, c’est le fer. Le fer est le plus dur.
Et remarquez comment le monde des Gentils a commencĂ©. Cela a commencĂ© par ĂȘtre doux. Ensuite, ça a continuĂ© Ă  se durcir de plus en plus, jusqu’à ce que finalement c’est devenu... de l’argile et du fer, mĂ©langĂ©s ensemble. Et chacun de ces royaumes...
Maintenant, pensez-y, il y a deux mille cinq cents ans, un seul homme avait rĂ©solu de servir le Seigneur et de ne pas se souiller; c’est une prĂ©diction Ă  point nommĂ© de ce jour-ci, et tout autre Ăąge a succĂ©dĂ© parfaitement, comment le royaume babylonien serait emportĂ©. Les MĂ©do-Perses allaient rĂ©gner, puis la GrĂšce a Ă©tĂ© conquise. Rome a rĂ©gnĂ© dessus et Rome s’est divisĂ©e en deux pieds, c’étaient la Rome Orientale et la Rome Occidentale.
E-35 Et chez les Romains, il y aurait deux diffĂ©rentes Ă©glises parmi les Gentils. L’une serait catholique et l’autre, protestante. Le fer, de l’église catholique romaine, et l’argile, de l’église protestante. Comment elles ne se mĂ©langeraient pas, mais elles mĂȘleraient leurs semences, se mariant entre eux et cherchant Ă  briser l’un la puissance de l’autre. C’est tout Ă  fait parfait, exactement comme Dieu avait dit qu’il arriverait.
Et cela s’est passĂ© aussi parfaitement que ça peut se passer. Et toutes les autres promesses de Dieu s’accompliront aussi parfaitement que cela s’était accompli. Un jour, nous retournerons Ă  la Maison, dans la Gloire. Un jour, JĂ©sus viendra.
Je crois, pour revenir maintenant au texte, que nous vivons au jour mĂȘme oĂč Dieu a promis qu’Il dĂ©verserait Son Esprit sur l’Eglise des Gentils. Il avait dĂ©versĂ© Son Esprit sur l’Eglise hĂ©braĂŻque en ce jour-lĂ , au commencement, le jour de la PentecĂŽte. Il a dit: «Il y aura la pluie de la premiĂšre et de l’arriĂšre-saison.» Les deux peuples diffĂ©rents, les Juifs et les Gentils. Et dans ces derniers jours, Il dĂ©versera Son Esprit sur l’Eglise des Gentils.
E-36 Maintenant, j’aimerais vous faire remarquer: AussitĂŽt que le roi avait eu cette vision et qu’il a compris cela, il a obligĂ© chaque personne dans son royaume, dans son domaine, Ă  adorer cette image. Il a fait une image. Et les Ă©rudits croient, et je pense effectivement qu’une personne remplie de l’Esprit verrait que cela... Il adorait Daniel, c’est ce qu’il a fait. Il a fait une statue Ă  l’image de Daniel. Et il a appelĂ© cela Beltschatsar. Il a appelĂ© Daniel, Beltschatsar, du nom de son dieu. Et il a fait une image et il a obligĂ© chaque personne Ă  adorer cette image-lĂ .
J’aimerais vous faire remarquer que le commencement des Gentils, quand Dieu a traitĂ© avec eux, ils s’étaient enflĂ©s dans leurs coeurs et ils ont obligĂ© chaque homme Ă  adorer l’image d’un saint homme. Et l’ñge des Gentils a commencĂ© avec cela, il se terminera de mĂȘme. De mĂȘme, un–un boycott de la marque de la bĂȘte obligera les gens Ă  adorer des images et Ă  faire des choses contrairement Ă  l’enseignement que nous avons reçu de la Parole de Dieu.
Et, frĂšre, ça sera si sournois, si malin que cela sĂ©duira si c’était possible mĂȘme les Ă©lus. Vous feriez donc mieux d’ĂȘtre rĂ©solu ce soir et d’ĂȘtre rempli du Saint-Esprit de Dieu, afin que vous puissiez discerner le vrai du faux lorsque cela aura Ă©tĂ© dĂ©crĂ©tĂ©. AllĂ©luia!
E-37 Quand nous voyons toutes ces puissances de l’Orient, du Moyen-Orient, quand nous voyons le monde oriental et le monde occidental s’unir, nous voyons ces deux pieds de la vision de Daniel. Voyez? Cela se rĂ©pĂšte simplement de nouveau, et il y a un rĂ©veil de l’ancien Empire romain qui s’opĂšre aussi certainement que je me tiens ici. C’est vrai. Il est temps que des Daniel se lĂšvent. Il est temps que les gens soient rĂ©solus Ă  vivre fidĂšles Ă  Dieu, et au Saint-Esprit, et aux principes de la Bible, sans tenir compte de ce que le reste du monde dit.
Regardez quel immense remue-ménage ils avaient eu. Pour commencer, ils empiraient de plus en plus, tout le temps.
Or, nous voyons cela atteindre le sommet. Et ça continue jusqu’à la tĂȘte de la chose, et cela atteint le point oĂč ils commencent Ă  devenir immoraux, ils ont Ă©pousĂ© des femmes, ils ont des alliances mixtes par des mariages et tout. Et finalement, le roi en Ă©tait arrivĂ© Ă  inviter toutes ses femmes (marier et s’entremarier.) Il a invitĂ© tous ses seigneurs, ses concubines, tous ensemble pour avoir une grande fĂȘte une nuit; il les a tous fait venir pour avoir un grand bal folklorique comme nous appellerions cela aujourd’hui, rien d’autre dans le monde. Exact.
E-38 Un trĂšs grand jubilĂ© quand tous les gens et peut-ĂȘtre beaucoup de Juifs Ă©taient lĂ  mĂȘme avec eux. Il les a tous invitĂ©s. Et aprĂšs qu’ils eurent vraiment bien bu, ils ont eu envie d’aller prendre des objets consacrĂ©s, pour s’amuser un peu.
Et quand un homme est intoxiquĂ© par le whisky et une liqueur forte, il ne jouit plus de ses facultĂ©s mentales. Si donc il jouit assez de ses facultĂ©s mentales, suffisamment pour savoir qu’il ne devrait pas faire cela, et qu’ensuite il va le faire malgrĂ© tout, Dieu l’en tiendra responsable, peu importe qu’il soit ivre, car, Il l’a prouvĂ© cette nuit-lĂ , Il a fait. C’est vrai.
Vous ĂȘtes mieux avisĂ©, pour commencer, pour faire cela. Vous ĂȘtes mieux avisĂ© que ça pour commettre adultĂšre. Si on vous attrape en flagrant dĂ©lit, vous ĂȘtes bien coupable. Et Dieu vous rattrapera. Ne vous en faites pas. C’est vrai.
Et si vous mentez ou volez, ou n’importe quoi d’autre, Dieu vous rattrapera. Rappelez-vous, vos pĂ©chĂ©s vous rattraperont. AssurĂ©ment. Soyez donc rĂ©solu ce soir Ă  aller servir le Seigneur.
E-39 Et ils avaient tous les exemples sur ce que Dieu allait faire. Ça leur avait Ă©tĂ© dit d’avance par le roi. A vrai dire, Beltschatsar est considĂ©rĂ© comme son fils, mais c’était son petit-fils. C’étaient ses filles, son... Nebucadnetsar avait une fille, et celle-ci avait Ă©pousĂ© un gĂ©nĂ©ral, et le fils de ce gĂ©nĂ©ral Ă©tait Beltschatsar. Ainsi donc, c’était son petit-fils. Et il savait ce que Dieu avait fait Ă  son grand-pĂšre pour s’ĂȘtre retrouvĂ© dans cette situation-lĂ . Et il avait toutes ces choses, ce qu’il avait fait, et pourtant, il a ignorĂ© tout ce que Dieu avait dit. Il a ignorĂ© cela et il est allĂ© de l’avant dans sa propre voie.
Et, frĂšre, soeur, si ce n’est pas lĂ  le tableau du pays aujourd’hui, c’est que je ne sais pas ce que c’est. Quand la Bible dit que c’est mauvais de faire ces choses, et que l’église va continuellement de l’avant et le fait...
Nous légalisons le fait de boire le whisky. Nous légalisons le fait de boire la biÚre. On laisse les femmes...
E-40 Tenez, l’autre jour, mon copain lĂ  derriĂšre et moi allions chasser l’écureuil, et nous sommes sortis... Et j’ai utilisĂ© des fusils toute ma vie. Et nous avons Ă©rigĂ© une grande barricade en acier et tout le reste et on a tirĂ© quelques coups de balle lĂ  pour vĂ©rifier si nos viseurs Ă©taient au point, lĂ  dans une cour. Et on a appelĂ© la police. Ils sont arrivĂ©s lĂ  et ils ont dit que c’était dangereux d’habiter dans le voisinage.
J’ai dit: «Je devrais aussi appeler la police pour lui dire: ‘Il est dangereux d’avoir ces femmes nues Ă©talĂ©es lĂ  dehors dans la cour pendant que les gens conduisent sur la rue.’» Ils sont mieux avisĂ©s que cela. La nature elle-mĂȘme vous dira mieux que ça.
Mais on en est arrivĂ© Ă  un jour oĂč on ignore chaque loi de Dieu. Ils Ă©rigent leurs propres clĂŽtures faites par des mains d’homme et ils servent ainsi. FrĂšre, nous n’avons au monde rien qu’une autre Babylone. Tout Ă  fait. Nous avons une Babylone moderne et une grande fĂȘte d’ivrognes Ă©tendus lĂ . Et l’église, non seulement juste des pĂ©cheurs, mais des membres d’église font cela dimanche aprĂšs-midi, ils roulent, boivent. De petites filles dans la rue avec un manteau comme ceci, gelant pratiquement Ă  mort, sans habits en-dessous...
E-41 Il n’y a qu’une seule chose et un seul passage dans la Bible oĂč on ait jamais agi comme cela, ce qui a amenĂ© quelqu’un Ă  se dĂ©shabiller, c’est quand on Ă©tait possĂ©dĂ© de dĂ©mon. C’est vrai. C’est la vĂ©ritĂ©. Et il n’y a pas de compliment pour cela... de compromis. C’est la vĂ©ritĂ©. C’est le diable qui entre dans ces gens qui les amĂšne Ă  se dĂ©shabiller. C’est le diable. Vous ne voulez pas ĂȘtre en erreur, mais femmes, c’est le diable qui fait ça.
Autrefois, c’était mauvais pour des femmes de la saintetĂ© de se maquiller le visage. Et aujourd’hui, elles appliquent cela de toute façon, et chantent, crient et louent le Seigneur comme si de rien n’était.
Oh! FrĂšre, vous rendez-vous compte que c’est le diable qui fait faire cela? Soyez rĂ©solu Ă  vivre. Que ce soit dĂ©modĂ©, vivez de façon dĂ©modĂ©e et servez le Seigneur Dieu des cieux et de la terre. Soyez rĂ©solu.
E-42 Remarquez comme ils se sont Ă©loignĂ©s! Autrefois, c’était mauvais pour les hommes de boire. Eh bien, aujourd’hui, c’est populaire. Partout oĂč vous allez. Dans des salles... J’étais dans une convention de l’école du dimanche il n’y a pas longtemps. Dans une salle, une salle de l’hĂŽtel oĂč nous restions, il y a eu la bande d’ivrognes la plus horrible que j’aie jamais rencontrĂ©e de ma vie. Ils parcouraient les ascenseurs, dans une convention de l’école du dimanche. Et de petits garçons et de petites filles allaient dans la mĂȘme salle ensemble passer toute la nuit. Et leur archevĂȘque Ă©tait assis lĂ , permettant cela.
FrĂšre, vous ĂȘtes volontairement ignorant. La Parole de Dieu a dit de vous sĂ©parer de tel chaos et de tel... Dans notre nation, l’AmĂ©rique, le taux de divorce est plus Ă©levĂ© que celui de tout le reste du monde mis ensemble. Quel est le problĂšme? Nous sommes mĂ»rs pour le jugement.
Vous pouvez prĂȘcher la Bible, la puissance du Saint-Esprit, et la rĂ©surrection de Christ, les signes et les prodiges suivront les croyants. Vous parlez des dons qui reviennent dans l’église, de la restauration de toutes choses; et les prĂ©dicateurs se moqueront mĂȘme de vous et diront que vous avez perdu la tĂȘte.
FrĂšre, je suis rĂ©solu, peu importe oĂč on doit se tenir sur la terre, si je dois ĂȘtre excommuniĂ©, je prĂȘcherai toute la Bible, sinon rien de cela du tout...?... Certainement. RĂ©solu Ă  faire ce qui est correct, et Ă  penser ce qui est saint.
E-43 J’avais une petite croix suspendue Ă  l’avant de ma voiture, l’autre jour, pendant que nous parcourions Sellersburg. Un homme est entrĂ© dans la voiture, il a dit: «Billy, j’aimerais vous poser une question.» Il a dit: «Saviez-vous que c’est catholique?»
J’ai dit: «Quoi?»
Il a dit: «La croix.»
J’ai dit: «Oh! Non. Depuis quand les catholiques ont-ils optĂ© pour la croix?» Amen. J’ai dit: «Ça, c’est l’emblĂšme de la foi chrĂ©tienne.» J’ai dit: «Le catholicisme adore les morts, tels que Marie, et–et sainte CĂ©cile, et toutes ces autres petites choses, dix mille petits saints qu’ils ont. C’est ça le catholicisme. Mais le protestantisme, c’est la croix et Christ qui est ressuscitĂ© d’entre les morts et qui est vivant ce soir aux siĂšcles des siĂšcles, l’unique MĂ©diateur entre Dieu et l’homme.» Amen. J’ai dit: «Je vais vous dire pourquoi j’ai suspendu cela lĂ .» J’ai dit: «C’est parce que je peux quitter l’un de ces jours. On me dit que le maire de Miami a Ă©tabli une loi selon laquelle chaque femme qui passe dans la rue doit se couvrir du cou jusqu’aux genoux.» J’ai dit: «Je vais dĂ©mĂ©nager vers Miami, peu importe combien j’ai cela en horreur.» Oui.
J’ai dit: «La raison, c’est que partout oĂč l’on regarde, Ă  l’est ou Ă  l’ouest, Ă  gauche ou Ă  droite, il y a toujours une espĂšce de vulgaritĂ©. Cela est toujours devant vous. Et quand je regarde cette croix-lĂ , je peux voir quelque chose de mieux, et je pense Ă  la rançon grĂące Ă  laquelle le Dieu Tout-Puissant du Ciel a sauvĂ© mon Ăąme. Et je pense que sur cette croix-lĂ , l’emblĂšme de souffrance et de honte, c’était sur cette vieille croix que JĂ©sus saigna et mourut pour me sauver et me sanctifier des choses du monde. Et il est toujours devant ma face.» C’est vrai.
E-44 Maintenant, en ce jour oĂč nous vivons et des choses que... Remarquez, malgrĂ© tous ce chaos, ils sont allĂ©s prendre des vases sacrĂ©s du Seigneur, ils sont ressortis et s’en sont servis pour boire du vin et faire des moqueries, se moquer des choses sacrĂ©es de Dieu. C’est juste ce qu’ils font aujourd’hui. C’est juste ce qu’ils ont fait pendant cinquante ans. C’est juste ce qu’ils ont fait depuis la rue Azusa. C’est exactement ce qu’ils sont en train de faire ici.
Ils se moquent de cela, et ils disent: «Il n’y a rien Ă  ça.» Ils disent: «Le don divin de la guĂ©rison, le don divin du parler en langues, le don divin d’interprĂ©ter, le don divin de connaĂźtre les choses d’avance, la prophĂ©tie, tout cela, c’est dire la bonne aventure. Il n’y a rien Ă  cela. Tout cela est du diable.» Et ils ne se rendent pas compte qu’en prononçant cette parole-lĂ , ils se scellent loin de Dieu pour toujours.
JĂ©sus a dit: «Quiconque prononcera un mot contre Moi sera pardonnĂ©. Mais quand le Saint-Esprit sera venu et qu’Il fera la mĂȘme chose, dire un seul mot contre cela ne sera jamais pardonnĂ© ni dans ce siĂšcle ni dans le siĂšcle Ă  venir.» Et elle a Ă©tĂ© pesĂ©e dans la balance et trouvĂ©e lĂ©gĂšre. Et l’écriture est sur la muraille ce soir. Exact.
E-45 FrĂšre, nous sommes sĂ»rs de sombrer. Je ne veux pas dire l’église, je veux dire la nation. Elle est aussi sĂ»re de sombrer qu’elle est une nation. Elle doit sombrer, parce que toute la chose est devenue une puanteur aux yeux de Dieu. Et les soi-disant religieux sont devenus pires que les communistes; en effet, ils savent certes faire ce qu’il y a de mieux et ils ne veulent pas le faire.
Pensez donc au jour, pensez donc. La colonne vertĂ©brale de cette nation, ce sont ces bonnes vieilles mĂšres et ces bons vieux pĂšres lĂ , qui sont dans leurs rĂ©unions de priĂšre, Ă  genoux, en train de prier. Ce sont des gens qui servent Dieu qui sont la colonne vertĂ©brale de chaque nation. Et pourtant, on se moque d’eux, on les raille, on les taxe de tout ce qu’il y a–ce qu’il y a sous le soleil, les taxer de cela. Et on se moque d’eux. Rappelez-vous, peu aprĂšs, l’écriture apparut sur la muraille: MENE, MENE, TEKEL, UPHARSIN. Ce qui veut dire: «Tu as Ă©tĂ© pesĂ© dans la balance et tu as Ă©tĂ© trouvĂ© lĂ©ger.»
E-46 FrĂšre, quand je vois l’emblĂšme hissĂ© lĂ  Ă  JĂ©rusalem, quand je vois les Juifs retourner, quand je vois le conflit au Moyen-Orient, la vieille Inde est lĂ  toutes ces annĂ©es, et maintenant, elle est devenue la clĂ© de voĂ»te, des gens illettrĂ©s, mais la clĂ© de voĂ»te. Nous avons manquĂ© de leur prĂȘcher l’Evangile. Nous avons fait tout le reste. Nous avons construit de trĂšs grandes Ă©glises et nous avons dĂ©pensĂ© des milliards de dollars, les investissant dans l’église. Et les missionnaires ne peuvent pas partir parce qu’ils n’ont pas d’argent pour continuer.
Et nous sommes allĂ©s lĂ . Et ce pour quoi les missionnaires sont allĂ©s lĂ  et ont essayĂ© de leur parler du Seigneur, les autres surgissent en de trĂšs grandes belles tenues d’apparat, s’en moquent mĂȘme et les Ă©vitent. Je me suis tenu lĂ  et j’ai vu cela de mes propres yeux.
FrĂšre, nous avons Ă©tĂ© pesĂ©s dans la balance et nous avons Ă©tĂ© trouvĂ©s lĂ©gers. Les missionnaires avaient une marche de sous sur l’autel, la compagnie de la biĂšre avait ses... l’argent de la dĂźme qui devrait revenir Ă  Dieu. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. C’est tout Ă  fait la vĂ©ritĂ©.
E-47 Nous avons absolument donnĂ© Ă  la mauvaise chose. Nous avons tout mis dans ces soi-disant organisations, et ces petites oeuvres philanthropiques, et autres comme cela. Alors que des hommes roulaient dans de trĂšs grosses Cadillac vertes avec des ronds de mĂ©gots, un cigare de cinquante cents Ă  la bouche, on touche cinq cents dollars par semaine, Ă  distribuer Ă  ses amis. C’est vrai. C’est la colonne vertĂ©brale de tout cela.
Et... ou le diable est venu depuis Paris, oĂč il y a les gens les plus vils, les plus souillĂ©s et les plus nausĂ©abonds au monde, et ils sont arrivĂ©s ici et nous avons laissĂ© nos membres les prendre pour modĂšle. Toutes les femmes ont leur conception moderne.
Vous rappelez-vous que je lisais l’autre jour le rapport de Hollywood? Savez-vous quelle Ă©tait la premiĂšre chanson qui a jamais Ă©tĂ© diffusĂ©e Ă  la radio, qui a commencĂ© Ă  faire rouler la balle, qui n’a pas Ă©tĂ© censurĂ©e? La premiĂšre chose qui avait commencĂ©, c’était la petite chanson: Roulez vos... faites descendre vos bas et montrez vos genoux, jeunes filles. Regardez-les aujourd’hui. Elles n’ont plus de bas Ă  faire descendre.
E-48 Regardez cela. Regardez la saletĂ©. Regardez la souillure. Regardez ce que cela a fait. Regardez les stripteaseuses, regardez tout le reste Ă  la radio, non pas la radio, mais Ă  la tĂ©lĂ©vision. Vous y avez insĂ©rĂ© les films, vous essayez de garder vos enfants loin de films. Vous les gens de la saintetĂ©, vous les braves gens, vous qui avez essayĂ© de prĂȘcher la vĂ©ritĂ©, vous qui avez essayĂ© de vous en tenir Ă  cela. Le diable cherche Ă  faire un bond en avant.
Savez-vous ce qu’il a fait? Il a placĂ© cela en plein dans votre maison sous le nom de la tĂ©lĂ©vision. Oui, oui. Et maintenant, nous sommes tombĂ©s si bas et nous sommes devenus si corrompus, et nous avons rĂ©ussi et nous avons dĂ©passĂ© Paris au point que, maintenant, c’est eux qui copient leur mode chez nous. Oh! la la!
Si je pense, quand je parcours les rues de Paris lĂ , et ces vieux urinoirs, comme ça pue dans la rue! Je pense que toute la nation amĂ©ricaine est devenue un urinoir moderne aux yeux du Dieu Tout-Puissant. Quand les divorces, les viols et les crimes... Et arrĂȘtez cela si vous le pouvez; vous ne le pouvez pas. Dieu a dit qu’il en serait ainsi, et elle est mĂ»re pour le jugement. Soyez rĂ©solus Ă  ne pas vous souiller avec les choses du monde.
E-49 Mesdames, laissez pousser vos cheveux; Îtez le maquillage de votre visage, et Îtez ces habits sales. Hommes, débarrassez-vous de ces cigares, de la cigarette, des bars, des piscines, venez au Dieu vivant et soyez résolus devant le Dieu vivant à mettre de cÎté tout fardeau qui vous enveloppe si facilement et courez avec persévérance dans la carriÚre qui vous est ouverte.
Quel jour! Quel temps dans lequel nous vivons, une Babylone moderne! Leur Dieu qui est juste pour dĂ©verser Son jugement lĂ  doit ĂȘtre le mĂȘme Dieu juste aujourd’hui pour dĂ©verser le Sien ici. De mĂȘme que l’ñge des Gentils avait commencĂ© par des Ă©meutes, de la boisson, des femmes, des beuveries, la dispensation des Gentils se termine de mĂȘme. Nous nous dirigeons vers le chaos Ă  force de boire avec des ivrognes. Nos petits adolescents ici Ă  l’école, on les initie Ă  fumer la cigarette, et de lĂ , ils passent Ă  la marijuana.
Et beaucoup d’écoles permettent aux enfants de fumer en classe juste avant de passer un examen. Et il y a quelques annĂ©es, quand le Faites-les descendre et montrez vos genoux d’une jeune fille Ă©tait trĂšs modeste, une chose choquante. Et aujourd’hui, des femmes, des soi-disant femmes chrĂ©tiennes, sortent dans des rues; une disgrĂące. Je vous assure, cela ferait rougir un archange. C’est vrai. Dans quel chaos sommes-nous? Dans quelle condition se retrouve le monde?
E-50 Maintenant, mes amis, ne laissez pas ces paroles passer pour stupides. Elles sont la vĂ©ritĂ©, elles sont raisonnables, elles sont la Bible. Elles viennent de mon coeur. Si je sais cela, j’essaie de garder un voeu devant Dieu. Et, frĂšre, soeur, recevez cela au Nom du Seigneur JĂ©sus, tel que cela est censĂ© ĂȘtre donnĂ©.
Et j’aimerais que vous remarquiez ceci maintenant. J’aimerais que vous Ă©coutiez attentivement. Avez-vous remarquĂ©? Juste avant l’apogĂ©e mĂȘme de tout cela, quand il y a eu l’écriture sur la muraille, ils ont dit: «C’est quoi tout ça?» Ils sont allĂ©s chercher leurs hommes sages. Ils ont pris leurs ChaldĂ©ens; ils ont pris les diseurs de bonne aventure. Et aucun d’eux n’a pu interprĂ©ter ce langage-lĂ . Aucun ne pouvait savoir ce que c’était.
Il ne restait dans leur royaume qu’un seul homme qui pouvait interprĂ©ter les langues inconnues. Dieu avait parlĂ© dans des langues inconnues et Il avait Ă©crit de Son propre doigt en langues inconnues. Et il y avait lĂ  un homme qui avait le don d’interprĂ©tation, et c’était cet homme rĂ©solu Ă  ne pas se souiller avec les mets du roi. Amen. Et il a eu l’interprĂ©tation correcte. Il y a un faux groupe; c’est vrai; mais il y avait un seul homme qui avait la chose. Et il a pu lire cela. Il a interprĂ©tĂ© ce que c’était.
E-51 Remarquez, l’ñge des Gentils s’est terminĂ© avec les dons surnaturels de Dieu en action. Il a commencĂ© avec les dons surnaturels. Il se termine avec les dons surnaturels. Et les dons surnaturels sont revenus Ă  l’Eglise remplie du Saint-Esprit, et cela est en action aujourd’hui. Et ils lisent l’écriture sur la muraille. Nous sommes dans le chaos. Amen.
Soyez rĂ©solus Ă  ne servir rien d’autre que le Seigneur JĂ©sus. Soyez rĂ©solus ce soir Ă  vivre pour Lui. Nous sommes au temps de la fin, amis. Nous sommes juste au jour de la fin. Regardez ce qui est arrivĂ©.
Je me rappelle la toute premiĂšre petite chanson vulgaire. Et maintenant, tout ce que vous pouvez allumer la radio... Si vous ne tombez pas sur une bonne Ă©mission religieuse, c’est sur l’un de ces vieux boogie-woogies ou les rock-and-rolls. C’est vrai. Pensez donc Ă  ce qui se passe.
E-52 ConsidĂ©rez le foyer moderne en AmĂ©rique. Savez-vous oĂč...? Papa, oĂč est-il? Il est dans un bar en train de prendre un verre amical avec le voisin. OĂč est maman? Eh bien, elle est Ă  la fĂȘte de couture et tricotage, jouant aux jeux de cartes. Junior, oĂč est-il? Il est dans son bolide, lĂ , en train de courir dans les rues, se traĂźnant chacun avec une jeune fille entrelacĂ©e dans un bras et une cigarette dans l’autre. OĂč est la soeur? Elle est Ă  la cantine, dansant le rock-and-roll toute la nuit avec un groupe de soldats et tout avec lesquels elle a couru.
C’est ça le foyer moderne en AmĂ©rique. FrĂšre, l’écriture est sur la muraille. C’est vrai. «Tu as Ă©tĂ© pesĂ© dans la balance et tu as Ă©tĂ© trouvĂ© lĂ©ger.»
Et de grands hommes ont parcouru cette nation. Billy Graham, Jack Shuler, Oral Roberts, et ils ont prĂȘchĂ© l’Evangile pur du Seigneur JĂ©sus. Et les gens se sont moquĂ©s d’eux et ils les ont raillĂ©s et ils ont carrĂ©ment rejetĂ© cela. Il ne reste qu’une seule chose; c’est le jugement divin, et cela arrive. Et la Russie est lĂ , vous attendant.
E-53 FrĂšre, rendez-vous compte que cent cinquante millions de gens peuvent mourir en une heure, et cela peut arriver avant l’aube, au matin. Toute cette nation peut ĂȘtre anĂ©antie. Et que pensez-vous qui va arriver? Quand ceux-ci manquent...?...
Si dix mille avions larguaient des bombes atomiques, si chacun d’eux larguait une bombe atomique ou une bombe à hydrogùne sur cette nation, le monde entier basculerait de son orbite. Qu’est-ce que cela ferait? Accomplir chaque Parole que Dieu a dit devoir se passer. Qu’est-ce que cela ferait?
A l’époque du monde antĂ©diluvien, quand on a construit les sphinx et autres, ces grandes pyramides, ce que nous ne pourrons pas reproduire aujourd’hui s’il nous le fallait, jadis dans ce mĂȘme pays oĂč commencent maintenant les histoires, en Egypte, une prophĂ©tie trĂšs frappante de la Bible, si j’avais le temps d’aborder cela. Mais nous n’en avons pas.
Mais remarquez, Dieu a prophĂ©tisĂ© lĂ , dans EzĂ©chiel, vers le chapitre 9 ou 19, j’oublie en ce moment ce que c’était lĂ , que dans le jour juste avant la Venue du Seigneur il y aurait une route qui partirait de l’Egypte vers la Syrie. Et ils ont terminĂ© cette route aprĂšs deux mille cinq cents ans de prophĂ©tie.
E-54 Et en ce jour-lĂ , Ă  JĂ©rusalem, une banniĂšre sera hissĂ©e, l’étoile de David Ă  six pointes flottera. Et comment le... Cela bourgeonnera comme une rose, les Juifs reviendront de partout, retournant Ă  la patrie.
Tenez, l’autre jour, frĂšre Arganbright m’a montrĂ© ce film: Minuit moins trois. Ce n’étaient pas des chrĂ©tiens, c’étaient des hommes de science qui le disaient. La vieille horloge a sonnĂ© et la pendule a fait des tours, au travers des troubles et des chaos, et des sermons de l’Evangile, des messages jusqu’à ce que finalement on est Ă  minuit moins trois.
E-55 Et j’ai vu ce film-là. Je les ai vus ramener ces Juifs; Ils revenaient de l’Iran, ils revenaient de l’Egypte, ils revenaient de partout à travers le monde. On les transportait, les jeunes gens transportaient leurs vieilles mamans sur le dos. Et on leur a fait passer une interview...
Quand nous avions atterri juste en bas, et j’avais atterri au Caire, en Egypte, j’ai vu ces gros avions qui revenaient, chargĂ©s de ces gens. On s’est avancĂ© et on a demandĂ©: «Pourquoi retournez-vous dans votre patrie? Y retournez-vous pour mourir afin d’ĂȘtre ensevelis dans la patrie?»
Ces vieux Juifs, les larmes leur coulant sur les joues, ont dit: «Non, nous allons rencontrer le Messie.» AllĂ©luia! «Nous allons voir le Messie. Il sera lĂ  bientĂŽt.» Et quand le figuier bourgeonne, le temps est proche, mĂȘme Ă  la porte: «En vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, cette gĂ©nĂ©ration ne passera point, que tout cela n’arrive.»
E-56 Quand nous voyons l’AmĂ©rique, la derniĂšre grande civilisation, frĂšre, en tant que grand pays comme tel, nous en sommes arrivĂ©s Ă  tout cĂ©der. Ce qui est mortel doit cĂ©der Ă  l’immoralitĂ©.
Je me tenais ici il y a quelque temps dans le bois et j’ai pleurĂ© comme un enfant. J’étais allĂ© lĂ  Ă  la tombe de mon papa. J’avais l’habitude de le voir se dĂ©barbouiller, ses petits bras courts et boudinĂ©s. C’était un petit bucheron aussi fort qu’il pouvait l’ĂȘtre. Et j’ai vu comment monsieur Coots me parlait, disant: «Billy, j’ai vu ton pĂšre tout seul, a-t-il dit; tu dois ĂȘtre un homme fort.»
J’ai dit: «Mais je ne le suis pas.»
Il a dit: «J’ai vu ton papa charger tout seul un rondin de frĂȘne de neuf cent cinquante livres [431 kg].» Et je me disais, mon vieux, que... mon papa vivrait jusqu’à cent cinquante ans. Il est mort Ă  cinquante deux.
Qu’était-ce? Nous n’avons point ici-bas de citĂ© permanente. Tout ce qui est mortel cĂšde. Peu m’importe combien vous ĂȘtes fort, combien vous ĂȘtes en bonne santĂ©; votre souffle repose entre les mains du Dieu Tout-Puissant. Il peut le retirer dans la seconde qui suit. C’est vrai.
E-57 Je me tenais Ă  cĂŽtĂ© d’un vieil arbre lĂ , quand je fus sauvĂ©, au dĂ©but. Je ne savais comment parler au Seigneur, mais je voulais me mettre en ordre. Je ne Lui avais jamais parlĂ©. Savez-vous donc comment j’ai offert ma premiĂšre priĂšre? J’allais Ă©crire cela sur un bout de papier. Comme j’étais un homme de bois, j’habitais toujours dans le bois, pratiquement. Et j’ai–j’ai constatĂ© que lĂ , je Le voyais dans le bois. Je pouvais L’entendre. Je pouvais entendre les empreintes de Ses pas, on dirait, alors qu’Il passait la nuit dans le tourbillon. Oh! Il chevauche le tourbillon. AllĂ©luia! Son onde, c’est dans un tourbillon.
Je pouvais Le voir alors qu’Il tapait les mains avec des feuilles comme cela. Tout par une Voix, disant: «Adam, oĂč es-tu?» Oh! CouchĂ© lĂ  sous une couverture, la tĂȘte ressortie, regardant les Ă©toiles. Je savais qu’Il restait dans le bois.
E-58 Alors, j’ai rĂ©digĂ© ma priĂšre. J’ai dit: «Ô Dieu, j’ai Ă©tĂ© un homme horrible. Veuille donc me pardonner.» J’ai pris cela et je l’ai attachĂ© Ă  un arbre. Je ne savais comment le Lui demander. Je me disais que s’Il passait par lĂ , Il pourrait lire cela et savoir que je regrettais ce que j’avais fait. Je ne savais comment prier. Mais le Dieu du Ciel a compris cela, Il a sauvĂ© mon Ăąme perdue. Oui, oui, monsieur.
Je me tenais Ă  cĂŽtĂ© de vieux arbres lĂ  dans le bois l’autre jour, et je me suis mis Ă  pleurer. FrĂšre Wood et moi Ă©tions dans le bois. Et j’ai constatĂ© cela. Ce trĂšs grand arbre avait ses grandes et fortes branches Ă©tendues comme cela. Je me suis dit: «Quel merveilleux arbre!» J’avais l’habitude d’en dĂ©tacher les morceaux, je ne pouvais pas acheter une tente; je me faisais un petit abri de repos et me retirais lĂ  en dessous de cela, la nuit, quand il pleuvait, alors que nous Ă©tions lĂ  Ă  la pĂȘche, qu’on y restait toute la nuit.
Et quand je... juste un enfant, et je pensais que cet arbre-lĂ  subsisterait ici des centaines et des centaines d’annĂ©es. Aujourd’hui, ce n’est qu’une souche. Qu’est-ce? Non, peu importe combien cela Ă©tait fort et puissant, tout ce qui est mortel cĂšde Ă  l’immortalitĂ©.
E-59 Et, frĂšre, nous avons une grande nation. Nous sommes un grand peuple. Nous sommes une grande Ă©glise. Nous sommes grands en tout. Mais je vais vous dire quoi, tout ce qui est mortel doit cĂ©der. Et ce–ce temps est proche. Je vous assure, tout rĂ©side lĂ . Et le monde en est arrivĂ© Ă  un trĂšs grand chaos de rien d’autre que de la corruption et de la puanteur devant Dieu. Cette nation consomme le whisky, elle consomme la biĂšre, et nos taxes ont financĂ© ces whiskys et des trucs, qui soutiennent notre nation, et c’est de l’argent du sang.
Si vous pensez que c’est mauvais de boire du whisky et que vous dites: «Laissez ça tranquille, prĂ©dicateurs, vous ne devriez rien dire au sujet de boire. C’est notre droit en tant qu’AmĂ©ricains.» Je sais que ce sont vos droits en tant qu’AmĂ©ricains, mais ce ne sont pas vos droits cĂ©lestes.
Et, frĂšre, si vous ĂȘtes disposĂ© devant Dieu, vous serez–vous serez Ă  mesure, vous allez dans votre coeur perdre chaque droit souillĂ© que vous avez pour servir le Seigneur, et vous serez rĂ©solu Ă  ne pas vous souiller avec les choses du monde.
E-60 Vous dites: «FrĂšre Branham, les autres chrĂ©tiens fument. Pourquoi ne puis-je pas fumer?» Vous pouvez avoir le droit de fumer en tant que citoyen amĂ©ricain, mais en tant que chrĂ©tien, vous n’avez pas le droit de le faire. En effet, c’est une pierre d’achoppement sur le terrain de quelqu’un d’autre. C’est tout Ă  fait vrai. Et vous ne devriez pas faire cela; vous placez une pierre d’achoppement.
Toutes ces autres choses. Et votre habillement, vous dites: «Eh bien, les autres femmes, elles s’habillent comme ceci ainsi que les autres jeunes filles. Elles s’habillent comme ceci, et elles font ça. Pourquoi ne puis-je pas le faire?» Je sais que c’est votre droit en tant qu’AmĂ©ricaine. «La loi ne dit pas que je ne peux pas le faire.» Je le sais. Elle ne dit pratiquement rien, vous pouvez faire tout ce que vous voulez. C’est vrai. Pratiquement n’importe quoi.
Mais, frĂšre, ce n’est pas dans le coeur d’un chrĂ©tien de faire cela. Si vous ĂȘtes rĂ©solu Ă  mener une vie pure et propre devant Dieu, la nature elle-mĂȘme vous enseignera que ces choses-lĂ  sont mauvaises.
E-61 Mais nous y sommes. Nous en sommes arrivĂ©s Ă  ce point-lĂ . Qu’est-ce? C’est parce que nous sommes au bout du chemin. Soyez rĂ©solu ce soir Ă  ne plus jamais, plus jamais, tant que le monde subsistera ou tant que vous vivrez, Ă  ne plus jamais vous souiller vous-mĂȘme, plus jamais, avec une portion du mode de vie amĂ©ricain (oui, oui), le mode de vie amĂ©ricain, le soi-disant. Eh bien, l’ancien mode de vie amĂ©ricain Ă©tait bien. Etre un bon voisin et ĂȘtre honnĂȘte et tout, c’est bien. Mais ce mode moderne, de votre nuditĂ©, boire, faire des beuveries, la sĂ©paration, se marier et s’entremarier, et–et tout ce non-sens. Soyez rĂ©solu Ă  vous abstenir de tout cela tant que vous vivrez. Prions.
Pendant que nous avons nos tĂȘtes inclinĂ©es, chaque coeur devant Dieu, avec sincĂ©ritĂ©, je pense que nous sommes au bout du chemin. Ces signes apparaissent toujours Ă  la jonction du temps. Rappelez-vous, juste avant la destruction antĂ©diluvienne, Dieu a suscitĂ© un prophĂšte. Dieu a envoyĂ© des anges sur la terre. De grands signes et de grands prodiges ont eu lieu, et la pluie est tombĂ©e, et le monde a Ă©tĂ© dĂ©truit.
E-62 Juste avant la sortie d’Egypte, Dieu a envoyĂ© un prophĂšte. Il a envoyĂ© un Ange dans un buisson ardent. Des signes et des prodiges ont Ă©tĂ© accomplis. Oh! Quelle horrible chose! Et l’Egypte a Ă©tĂ© noyĂ©e dans la mer derriĂšre et l’église a continuĂ© vers la victoire.
Juste avant la Venue du Seigneur Jésus, un prophÚte a été suscité, Jean-Baptiste. Le message a été proclamé, des anges sont apparus, des signes et des prodiges ont été accomplis, et Jésus est venu. Et le Sauveur du monde a été crucifié.
Nous sommes au bout du chemin. Nous avons connu l’ñge du catholicisme, mille cinq cents ans des Ăąges de tĂ©nĂšbres. Nous avons connu des centaines d’annĂ©es de Martin, de lutherisme. Nous sommes passĂ©s de lĂ  au mĂ©thodisme, avec John Wesley. Nous sommes passĂ©s de lĂ  Ă  Calvin, Knox, Finley... Finney, tous les autres, jusqu’au pentecĂŽtisme. Et nous sommes Ă  la fin de cinquante ans de la pentecĂŽte, et elle est tout aussi rĂ©trograde que le reste de cela.
C’en est fini d’elle maintenant. Les femmes en sont arrivĂ©es Ă  agir comme le monde. Des hommes en sont arrivĂ©s Ă  des choses du monde. Le prĂ©dicateur Ă  la chaire a honte ou il a peur d’en parler, parce qu’il redoute d’ĂȘtre boutĂ© hors de l’organisation. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
Que Dieu nous aide Ă  avoir des hommes libres de toute servitude, libres de tout, de sorte qu’ils peuvent prĂȘcher la Parole sans compromis et appeler le chat par son nom.
E-63 Mon ami, ĂȘtes-vous chrĂ©tien ce soir? Etes-vous sauvĂ©? Savez-vous que vous ĂȘtes sauvĂ©? Nous sommes au bout du chemin. Et l’une de ces soirĂ©es, il va ĂȘtre trop tard. Il viendra, et l’EnlĂšvement pourra avoir lieu Ă  tout moment.
Pendant que nous avons nos tĂȘtes inclinĂ©es, y a-t-il quelqu’un qui aimerait lever la main pour dire: «FrĂšre Branham, souvenez-vous de moi dans la priĂšre ce soir. J’aimerais ĂȘtre rĂ©solu, dĂšs ce soir, Ă  ne plus jamais servir le monde.» Voudriez-vous lever la main? «J’arrĂȘterai de fumer. J’arrĂȘterai mes danses. J’arrĂȘterai mes... la bassesse du monde.»
Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Quelqu’un d’autre? Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Que Dieu vous bĂ©nisse, ami. Qu’Il vous bĂ©nisse ici au bout, frĂšre. Qu’Il vous bĂ©nisse lĂ  derriĂšre, petite dame.
E-64 Quelqu’un d’autre, qu’il lĂšve la main pour dire: «Par la grĂące de Dieu, ce soir, je sais que je suis Ă  Babylone. Je sais la condition dans laquelle nous sommes. J’entends cela ĂȘtre martelĂ© partout, FrĂšre Branham, et je sais que nous sommes au bout du chemin. Je lĂšve maintenant la main vers JĂ©sus-Christ et je Lui demande d’ĂȘtre misĂ©ricordieux envers moi. Je vais ĂȘtre rĂ©solu, dĂšs ce soir, Ă  arrĂȘter toutes ces choses souillĂ©es que j’ai faites et Ă  servir le Seigneur.»
Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Que Dieu vous bĂ©nisse. Quelqu’un d’autre? Levez la main, dites: «Je m’abstiens maintenant de toutes les choses du monde, et je sers maintenant le Seigneur Ă  partir de ce soir.» Maintenant, pendant que nous chantons doucement, avec vos tĂȘtes inclinĂ©es, si quelqu’un est convaincu Ă  ce sujet, j’aimerais, si vous le voulez, que vous vous avanciez vous agenouiller ici Ă  l’autel, afin que nous priions pour vous. En faisant cela, qu’est-ce que JĂ©sus a dit? «Celui qui Ă©coute Mes Paroles, et qui croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ©, a la Vie Eternelle, et il ne vient point en jugement, mais il est passĂ© de la mort Ă  la Vie.»
E-65 Combien c’est simple! Hommes, femmes, pouvez-vous vous permettre de rater le Ciel? Que reprĂ©sente–que reprĂ©sente tout, alors que les Ăąges s’écoulent? Des milliers et des centaines de milliers d’annĂ©es Ă  partir de ce soir, quand ce vieux monde aura explosĂ©, c’est ce que dit la Bible. La Russie se dit cela maintenant. Elle a une bombe suspendue lĂ  mĂȘme, avec votre nom inscrit dessus.
Ne craignez pas celui qui peut dĂ©truire le corps, mais craignez Celui qui peut dĂ©truire les deux, le corps, et jeter l’ñme en enfer. Voyez? Craignez Dieu; aimez-Le. Soyez rĂ©solu ce soir Ă  Le servir.
Et ce, Ă  un moment, quand ce monde aura explosĂ© sous l’effet de ces bombes, il s’envolera lĂ  dans le soleil. Et une chaleur ardente brĂ»lera la terre. Et le monde sera dĂ©truit par le feu, qui brĂ»lera les atomes. Des millions, des milliards de fois de degrĂ©s Fahrenheit. Voulez-vous faire une chose simple pendant que Dieu parle Ă  votre coeur? Levez la main vers Lui pour dire: «Je servirai Dieu Ă  partir de ce soir. Je servirai Dieu.»
Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est... Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est bien. Maintenant, inclinons donc la tĂȘte.
E-66 Bienveillant PĂšre cĂ©leste, une prĂ©dication brute et dure de la Parole. Mais, ĂŽ PĂšre divin, j’en ai marre d’écouter ces petits sermons Ă  la Hollywood, enfantins, apportĂ©s avec des gants, qui ne pĂ©nĂštrent pas au fond des coeurs de gens, mais qui plutĂŽt enduisent cela: «Venez adhĂ©rer Ă  l’église.»
Ô Dieu, nous avons besoin de la repentance Ă  l’ancienne mode. Nous avons besoin des hommes et des femmes qui se lĂšvent et viennent au Seigneur JĂ©sus. Ô Dieu, nous voulons voir cette chose ĂȘtre rĂ©glĂ©e, car ça sera la derniĂšre fois pour nous d’ĂȘtre mortels. Ça sera la derniĂšre fois et peut-ĂȘtre la derniĂšre chance pour des hommes et des femmes ici ce soir de jamais venir Ă  Toi.
Ceci peut ĂȘtre le temps de scellement. Il peut ne pas y avoir un lendemain pour beaucoup. Alors, en ce jour-lĂ , j’aurai Ă  prendre position quand cette grande soirĂ©e ici, ce sera sur l’enregistreur du Ciel. Et j’aurai Ă  rendre compte de ce que j’ai dit. Et les gens auront Ă  rendre compte de la façon dont ils auront rĂ©agi.
E-67 Et, Seigneur, ce soir, une douzaine de mains ou plus ont Ă©tĂ© levĂ©es, cherchant le salut. Ô Dieu, Tu es Christ. Et nous Te prions de les recevoir ce soir, de les bĂ©nir, de les sauver du pĂ©chĂ© maintenant mĂȘme. Et dans leur coeur, qu’ils soient rĂ©solus alors qu’ils sortent de cette salle, et qu’ils entrent dans la Babylone moderne, qui doit ĂȘtre secouĂ©e un jour...
Les MĂ©do-Perses attendaient Ă  la porte. Il a dit: «Tu as Ă©tĂ© pesĂ© dans la balance et tu as Ă©tĂ© trouvĂ© lĂ©ger.» Et quand nous apprenons ce soir qu’une nation puissante qui a plus de bombes, plus d’avions et des milliers de fois plus d’hommes, prĂȘte... Une nation impie qui ne connaĂźt pas Dieu, qui est prĂȘte Ă  venir de l’est vers l’ouest, et qui est Ă  mesure et capable de faire cela... Et nous restons tranquilles, pataugeant dans le pĂ©chĂ©, dans une fĂȘte d’ivrognes avec le whisky, des dĂ©bits de boisson ouverts, buvant, faisant des beuveries.
E-68 Et l’église qui a lavĂ© ses vĂȘtements dans le Sang de l’Agneau, on s’en moque. On la raille. Mais les dons de Dieu sont revenus, les grands signes et les grands prodiges qui, as-Tu dit, accompagneront le croyant: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru, as-Tu dit; en Mon Nom, ils chasseront les dĂ©mons; ils parleront de nouvelles langues, ils saisiront des serpents, ou s’ils boivent quelque breuvage mortel, cela ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.»
Et ces signes sont revenus pour montrer aux gens que l’écriture est sur la muraille. Le temps de la fin est ici. Ô Dieu, laisse... rĂ©veille chaque incroyant ce soir, qu’il se rende compte du salut de son Ăąme, nous le demandons au Nom de Christ.
E-69 Et avec nos tĂȘtes inclinĂ©es, si quelqu’un parmi vous dĂ©sire, celui qui a acceptĂ© Christ comme son Sauveur personnel ce soir, si vous le voulez, j’aimerais que vous veniez vous agenouiller ici Ă  l’autel et que vous vous agenouilliez ici mĂȘme et que vous priiez un peu.
Amis, saviez-vous ce qui arrive? Que Dieu vous bĂ©nisse, jeune homme. Y aurait-il quelqu’un d’autre qui le suit? Un homme couchĂ© sur la civiĂšre lĂšve la main. Un homme peut-ĂȘtre estropiĂ© ou quelque chose comme cela, ou malade, trĂšs malade, couchĂ© sur une civiĂšre, lĂšve la main. Peut-ĂȘtre qu’il ne peut pas se lever pour venir Ă  l’autel. Dieu peut... Il prend soin de lui lĂ  mĂȘme oĂč il est, non seulement cela, mais Il le guĂ©rit aussi et le rĂ©tablit. Nous allons tenir un service de guĂ©rison.
Voudriez-vous vous lever de votre siĂšge et venir ici juste une minute? Vous qui aimeriez servir le Seigneur et qui aimeriez vous consacrer? Que Dieu vous bĂ©nisse, mon frĂšre de couleur, alors qu’il s’avance vers l’autel maintenant pour se consacrer. Un autre homme part de lĂ  au fond, il s’avance directement. C’est bien.
Il y a une Fontaine remplie du Sang,
TirĂ© des veines d’Emmanuel,
Une fois les pécheurs plongés dans ce flot,
Perdent toutes les taches de leur culpabilité.
Pendant que nous chantons doucement maintenant, voulez-vous venir?
Il y a une (C’est ouvert)... de Sang,
TirĂ© des veines d’Emmanuel,
Et les pécheurs, et les pécheurs...
Ne voudriez-vous pas venir vous agenouiller ici juste un instant pour en parler? Venez maintenant. Agenouillez-vous ici.
E-70 Chaque chrĂ©tien qui connaĂźt la valeur de la priĂšre, priez. Tout celui qui sait comment prier, soyez en priĂšre maintenant. Rappelez-vous, un homme est assis Ă  cĂŽtĂ© de vous, c’est peut-ĂȘtre sa derniĂšre chance. C’est peut-ĂȘtre la derniĂšre chance de la jeune fille. C’est peut-ĂȘtre la derniĂšre chance du jeune homme. Ce soir, Dieu peut ĂȘtre en train de frapper pour la derniĂšre fois: «Mon Esprit ne contestera pas Ă  toujours avec les hommes.»
Peut-ĂȘtre que vous n’aurez jamais l’opportunitĂ© de venir encore. Il y a trois hommes agenouillĂ©s Ă  l’autel, eux tous des adultes. Eux tous se rendent compte de ce qu’ils font, sachant qu’ils sont dans la prĂ©sence de JĂ©hovah Dieu maintenant mĂȘme.
JĂ©sus a dit: «Je ne rejetterai pas celui qui vient Ă  Moi.» Ils savent qu’ils ont mal fait, ils savent qu’ils ont transgressĂ© les lois de Dieu. Et ils viennent s’agenouiller ici pour dire: «Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers moi, un pĂ©cheur.»
E-71 Qu’a dit JĂ©sus? «Le publicain ne pouvait pas plus que se frapper la poitrine pour dire: ‘Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers moi, un pĂ©cheur.» Il est retournĂ© Ă  sa maison, justifiĂ©. Voudriez-vous venir vous agenouiller? Retournez chez vous ce soir, justifiĂ©. Dites: «Que les bombes atomiques explosent, que la mort frappe, tout ce que cela veut faire, rien ne va plus me faire obstacle.»
Je regarde encore un homme au visage, il est assis lĂ  derriĂšre maintenant. Que Dieu bĂ©nisse son coeur. Il–il est venu ici il n’y a pas longtemps, un homme mourant, souffrant d’un cancer Ă  la gorge. Je me rappelle... Il ne le sait pas, mais j’avais demandĂ© au mĂ©decin qui connaissait le cas. Il a dit: «Il n’a que quelques jours.»
Et il est venu ici, j’ai priĂ© pour lui ici Ă  l’autel. Le PrĂ©cieux Seigneur JĂ©sus l’a guĂ©ri. Je le connais trĂšs bien. Je frĂ©quentais sa fille. Et ils sont assis ici mĂȘme, lui–lui et sa femme, ce soir. Je l’ai rencontrĂ© l’autre jour au...?... Ă©tait en train de tondre sa cour. Et je l’ai vu lĂ  dehors, j’ai simplement eu Ă  pleurer, versant un peu de larmes quand je l’ai vu. Je me suis dit: N’eussent Ă©tĂ© les misĂ©ricordes de Dieu, il giserait lĂ  dans un cimetiĂšre ce soir. Et comme Dieu l’a Ă©pargnĂ©!
E-72 J’ai regardĂ© le pauvre frĂšre Burns il y a quelques instants. AprĂšs que le Saint-Esprit Ă©tait entrĂ© dans la salle oĂč il Ă©tait, il s’est levĂ© et a souri, en disant: «Je vais retourner Ă  l’église, FrĂšre Branham.» Attendez-le, il sera ici. Ne vous en faites pas. Il n’y a aucun doute dans mon esprit, pas du tout. Il sera ici.
Venez, frayez-vous maintenant le chemin Ă  l’autel, la priĂšre Ă  l’autel, Ă  l’ancienne mode. Que Dieu vous bĂ©nisse, jeune fille, alors que vous venez vous agenouiller ici mĂȘme, s’il vous plaĂźt. Qui d’autre viendra en ce moment-ci? Pendant que nous chantons une fois de plus: Le voleur mourant s’est rĂ©joui de voir Cette Fontaine en son jour;LĂ , puissĂ©-je, aussi vil que lui, Laver tous mes pĂ©chĂ©s.
E-73 Voulez-vous chanter cela avec moi maintenant? Prions, chrĂ©tiens. Venez maintenant. Levez-vous et venez ici. J’aimerais descendre prier avec vous. Le voleur mourant s’est rĂ©joui de voir cette...
Ne voudriez-vous pas venir? La Parole de Dieu dit: «Que celui qui veut vienne.» Redressez cette vie perdue et ruinée.
...puissé-je, aussi vil que lui,
Perdre toutes les taches de leur culpabilité.
Perdre toutes...
(Ne voudriez-vous pas venir? Ceci est votre opportunité. Je vous en supplie maintenant.)
Et les pécheurs plongés dans le flot,
Perdent...
Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Quelqu’un d’autre qui voudrait aussi venir? C’est maintenant l’heure et le temps. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Venez directement ici Ă  cĂŽtĂ© de ces dames, s’il vous plaĂźt, Ă©galement. Observez...?... Venez maintenant. C’est ainsi que j’aime les voir venir, en pleurant, regrettant, venir, rĂ©solus. Qu’est-ce qui fait ça? Le Saint-Esprit.
E-74 Je me sens vraiment contraint. Et vous me connaissez assez bien pour savoir que je... Si je suis un fanatique, je ne le sais pas. Et sachant que des dizaines de milliers de gens s’accrochent Ă  chaque parole qu’on dit, on ferait mieux de veiller Ă  ce qu’on dit. Dieu vous fera rĂ©pondre pour cela.
Je me sens contraint dans mon coeur. Il y a ici ce soir beaucoup de gens qui doivent en fait venir ici mĂȘme. Mais l’oppression du diable essaie de vous retenir. Ne voudriez-vous pas vous dĂ©gager comme ceci, madame? Tout ce qu’elle a fait, c’est simplement abandonner sa petite volontĂ©. C’était sa volontĂ© Ă  elle, et Dieu a pris Sa volontĂ© Ă  Lui et l’a fait venir ici. Maintenant mĂȘme, elle a la Vie Eternelle. C’est parce qu’elle est venue Le confesser. Ne voudriez-vous pas venir? Oh! Je sens donc... Prions encore une fois, le voulez-vous?
E-75 PĂšre cĂ©leste, je sens la trĂšs forte pression sur mon Ăąme ce soir, je sais qu’il y en a beaucoup ici qui devraient venir. Beaucoup ont mĂȘme confessĂ© cela en levant la main. Je me retiens juste un peu plus longtemps, Seigneur, sachant que ceci est peut-ĂȘtre un autre moment.
Cela a représenté quelque chose pour cette dame ici. Cela a représenté la mort, la différence entre la mort et la vie. Elle est venue. Et Tu as dit: «Je ne rejetterai pas celui qui vient à Moi.» Mais Tu le recevras.
Maintenant, quant à savoir que nous sommes à la fin... Et, Î Dieu, je Te remercie pour la petite dame qui vient maintenant. Et je prie que les autres suivent. Accorde-le, Seigneur. Ne voudriez-vous pas venir, pécheur? Venez maintenant, pendant que nous attendons simplement dans la priÚre. La priÚre change les choses.
Une autre jeune fille, juste Ă  la jonction des chemins de la vie, lĂ  oĂč Satan peut s’emparer d’elle, lĂ . Certains parmi vous qui ĂȘtes avancĂ©s en Ăąge et mĂȘme des gens grisonnants, vous avez besoin d’ĂȘtre ici. Oh! FrĂšre, soeur, vos jours de jeunesse sont passĂ©s. Tout est terminĂ©. Si ces enfants peuvent venir, pourquoi pas vous? Ne voudriez-vous pas venir? Je vous en supplie au Nom de Christ.
E-76 Seigneur JĂ©sus, je prie encore une fois, je prie qu’il n’y ait pas de pierre, Seigneur, qui ne soit retournĂ©e; que tout le monde ici puisse voir. Et puissent-ils venir ce soir se mettre en forme et se revĂȘtir de la Vie du Seigneur JĂ©sus, et puissent-ils devenir de vaillants soldats de la croix, rĂ©solus Ă  abandonner les choses du monde et Ă  venir Ă  Christ ce soir.
Accorde-le, Seigneur, pendant que nous attendons patiemment que le Saint-Esprit arrose cette Parole et leur fasse savoir ce dont nous parlons, que le Fils de Dieu vient bientĂŽt. Ils voient les journaux et tout le reste, la radio diffuse cela, et sachant que les grands conseils et les grandes confĂ©rences sont toutes en train de faillir, la Russie continue Ă  marcher directement comme le roi Nebucadnetsar d’autrefois.
Ô Dieu, le temps des Gentils est terminĂ©. L’écriture est sur la muraille. Les dons spirituels sont dans l’église pour opĂ©rer comme Il l’a rĂ©solu: MENE, MENE, TEKEL, UPHARSIN. Nous avons Ă©tĂ© pesĂ©s dans la balance et nous avons Ă©tĂ© trouvĂ©s lĂ©gers.
E-77 Et, Dieu, alors que l’Evangile a Ă©tĂ© prĂȘchĂ© ici mĂȘme dans ce tabernacle, des centaines des gens qui sont assis ici, il y en a plusieurs assis ce soir, Ă  qui l’Evangile avait Ă©tĂ© prĂȘchĂ©. L’appel Ă  l’autel Ă©crit donc sur eux est: MENE, MENE, TEKEL, UPHARSIN. Ô Dieu, l’appel Ă  l’autel a Ă©tĂ© fait. L’homme est sans excuse.
Tu as dit d’avance; Tu as prophĂ©tisĂ©; Tu as accompli des signes et des prodiges. Tu as guĂ©ri des cancers. Tu as ouvert les yeux aux aveugles. Tu as fait marcher les estropiĂ©s; Tu as fait entendre les sourds, Tu as fait parler les muets. Tu as accompli toutes sortes de signes ici mĂȘme dans ce tabernacle. Et des gens sont assis ici comme des tĂ©moins maintenant mĂȘme.
Ô Dieu, qu’en sera-t-il quand le soleil se couchera? Ô Dieu, qu’en sera-t-il quand il sera demandĂ© aux hommes de rĂ©pondre? Qu’en sera-t-il? Accorde ce soir, PĂšre, au Nom de Christ, que plusieurs viennent.
E-78 Voudriez-vous venir maintenant, pendant qu’on fait encore l’appel? Voudriez-vous vous frayer la voie vers l’autel? Non, peu importe depuis combien de temps vous avez adhĂ©rĂ© Ă  l’église. Etes-vous nĂ© de nouveau? Connaissez-vous Christ comme votre Sauveur? Venez vous agenouiller.
J’aimerais bien attendre un moment. Prions maintenant. Entendez-vous ce cantique qu’on joue?
Quand il vous sera demandĂ© de rĂ©pondre, et si JĂ©sus devait venir avant l’aube alors? Et si sur la route vers chez vous, ce soir, un conducteur ivre vous Ă©crasait, et que des glaces vous transperçaient les artĂšres du corps, et que vous Ă©tiez lĂ  en train de saigner Ă  mort, et qu’il vous faut vous tenir au Jugement? Il vous sera demandĂ© de donner une raison.
Alors, quoi?
Et puis aprĂšs?
Et puis aprĂšs?
Quand le grand Livre sera ouvert, et puis aprĂšs?
Quand celui qui rejette ce message ce soirIl lui sera demandé de donner la raison, et puis aprÚs?
Et puis aprĂšs, et puis aprĂšs,
Quand le grand Livre sera ouvert, et puis aprĂšs?
Quand celui qui rejette ce message ce soir,
Il lui sera demandé de donner une raison, et puis aprÚs?
Ne voudriez-vous pas venir? Ne Le rejetez pas. Il parle Ă  votre coeur. C’est le Sauveur. Prenez la dĂ©cision pendant que nous prions pour ceux qui sont Ă  l’autel. Et que tout le monde ait la tĂȘte inclinĂ©e et que les gens soient en priĂšre.
E-79 Il y a six ou sept Ăąmes Ă  l’autel ce soir. Bien-aimĂ© frĂšre, vous lĂ  sur la civiĂšre, Dieu a aussi vu votre main. Qu’avez-vous fait? JĂ©sus a dit: «Nul ne peut venir Ă  Moi si le PĂšre ne l’attire.» Dieu a parlĂ© Ă  votre coeur. C’était la grĂące de Dieu pour vous. Ensuite, vous ĂȘtes venu et JĂ©sus a dit: «Je ne rejetterai pas celui qui vient Ă  Moi.»
Que faites-vous alors? Demandez-Lui simplement de vous pardonner. C’est tout ce qu’Il vous a demandĂ© de faire. Regrettez ce que vous avez fait. Il vous recevra. Dites: «Ô Dieu, je suis rĂ©solu maintenant mĂȘme.» Jeune fille, vous de mĂȘme, vous deux, vous trois Ă  l’autel; trois hommes et trois femmes. Priez seulement.
E-80 Bien-aimĂ© PĂšre cĂ©leste, alors que je regarde ici en bas, je vois des hommes et des femmes s’incliner Ă  l’autel sous l’influence de l’Evangile. Oh! Je suis si heureux, Seigneur, de ce que nous avons quelque chose qui nous place sous une influence. Ce n’est pas une liqueur forte. C’est le vin de la PentecĂŽte. Cela nous influence Ă  faire ce qui est correct. Cela ĂŽte tout le mal et redresse cela. Nous en sommes si content, Seigneur.
Ces hommes ont goĂ»tĂ© Dieu. Ces femmes ont goĂ»tĂ© Dieu. Ce soir, peut-ĂȘtre la premiĂšre fois de leur vie, quelque chose a parlĂ© Ă  leur coeur, disant: «Mon enfant, c’est Moi qui t’ai prĂ©servĂ© de cet accident-lĂ . C’était Moi qui t’avais Ă©pargnĂ© ici quand tu Ă©tais mourant. Maintenant, ne veux-tu pas venir, retourner, Me donner ta vie et Me laisser te guider et te ramener Ă  la maison? Et Je–Je t’aime. Et J’aimerais te tĂ©moigner de la bienveillance.»
E-81 Et ils sont venus s’agenouiller Ă  l’autel, acceptant cette promesse, ĂŽ Dieu, que Tu as faite, que Tu ne les rejetterais pas. Maintenant, je Te prie, PĂšre cĂ©leste, ce soir, de bĂ©nir chacun d’eux. Qu’ils se lĂšvent d’ici, avec cette assurance que le Dieu qui a fait la promesse tient la promesse. Qu’ils aient la paix dans leur Ăąme Ă  partir de ce soir.
Non seulement ceux-ci, mais ceux qui sont lĂ  derriĂšre qui avaient levĂ© la main. Ô Dieu, je Te prie d’ĂȘtre avec eux. Je prie que maintenant mĂȘme, dans leur siĂšge, qu’ils se rendent compte qu’ils ont commis une erreur en ne se levant pas. Qu’ils disent donc ce oui Ă©ternel Ă  Dieu.
«Seigneur, je vais ĂȘtre rĂ©solu maintenant mĂȘme, et je Te servirai Ă  partir de ce soir. Je Te le promets, Seigneur, alors que je lĂšve la main. Je le ferai par Ta grĂące, ĂŽ Dieu. Je crois maintenant en JĂ©sus-Christ. Je L’accepte maintenant comme mon Sauveur, mon Guide. Je ne suivrai pas la conduite de mes propres sentiments. Je suivrai la conduite de Son Esprit Ă  partir de ce soir jusqu’à ce que je Le rencontre dans...?... personnellement au bout du chemin.» Accorde-le, PĂšre.
E-82 Maintenant, je me demande, pendant que nous avons nos tĂȘtes inclinĂ©es, si quelqu’un dans l’assistance a fait cette consĂ©cration Ă  Dieu, quelqu’un qui n’est pas venu Ă  l’autel, qui aimerait lever la main pour dire: «Je me suis consacrĂ© ainsi dans mon coeur. Ô Dieu, Ă  partir de ce soir, je vais Te servir quel qu’en soit le prix. Je ne vais pas suivre mes–mes propres pensĂ©es. Je vais suivre la conviction du Saint-Esprit.»
Voudriez-vous lever la main pour dire: «Je l’ai fait, FrĂšre Branham, dans mon coeur ce soir»? Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Que Dieu vous bĂ©nisse lĂ  derriĂšre, madame. Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. C’est bien. C’est bien. Que Dieu vous bĂ©nisse par ici, mon frĂšre. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre, lĂ  derriĂšre. Je vous vois. C’est bien. Beaucoup d’entre eux.
E-83 Vous dites: «FrĂšre Branham, doit-on venir Ă  l’autel?» Non, non. Non, non. C’est dans votre coeur. Votre coeur est l’autel de Dieu. Mais c’est bien de venir s’agenouiller et prier comme ceux-ci. Oui. Ils sont venus confesser cela publiquement. J’aime les voir faire cela.
Mais ceci est un procĂ©dĂ© Ă  l’ancienne mode que nous avons, de nous y prendre ainsi, venir Ă  l’autel et faire notre confession. Mais tous ceux qui croyaient au Seigneur JĂ©sus-Christ Ă©taient sauvĂ©s. C’est ce que dit la Bible. Et acceptez-Le comme Sauveur personnel.
E-84 Maintenant, Ă  vous qui ĂȘtes autour de l’autel, vous les hommes et les femmes ici prĂ©sents Ă  l’autel, qui croyez que Dieu vous a envoyĂ©s Ă  l’autel, Il vous a appelĂ©s ce soir et vous sentez que Dieu vous a pardonnĂ©s votre vie passĂ©e, et Ă  partir de ce soir, vous ĂȘtes rĂ©solus Ă  servir le Seigneur JĂ©sus et Ă  vous dĂ©tourner de vos voies de pĂ©chĂ©, et vous allez Le servir Ă  partir de ce soir tant qu’il y aura la vie dans votre corps, par Sa grĂące; voudriez-vous lever la main? N’importe qui parmi vous Ă  l’autel?
Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Qu’en est-il, mesdames? Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Qu’en est-il... Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Qu’en est-il lĂ  Ă  l’autre bout, les deux autres dames lĂ ? Demandez Ă  Dieu de vous pardonner, soeur. Tous sauf deux, maintenant, sont sauvĂ©s Ă  l’autel. Maintenant, que–que devez-vous faire? Rien. Croyez, acceptez. C’est dĂ©jĂ  fait. JĂ©sus l’a dĂ©jĂ  fait en mourant Ă  la croix.
Maintenant, trĂšs respectueusement, chantons doucement.
Il y a du repos pour les fatigués,
Il y a du repos pour les fatigués,
Il y a du repos pour les fatiguĂ©S Depuis qu’Il vous a libĂ©rĂ©s.
Sur l’autre rive du Jourdain,
Dans le beau champ d’Eden... l’Arbre de la Vie fleurit.
Il y a du repos pour vous.
Maintenant, JĂ©sus brise (C’est ce qu’Il fait) chaque chaĂźne,
JĂ©sus brise chaque... (Tout; fumer, boire, mentir, tricher.)
JĂ©sus brise chaque chaĂźne,
Quand Il vous libĂšre.
Je Le louerai Ă  jamais, Ă  jamais,
Je Le louerai Ă  jamais, Ă  jamais,
Je Le louerai Ă  jamais, Ă  jamais,
Depuis qu’Il m’a libĂ©rĂ©.
E-85 Quelqu’un d’autre maintenant, avec vos tĂȘtes inclinĂ©es? Qu’en est-il de vous sur la civiĂšre, frĂšre. Acceptez-vous le Seigneur comme votre Sauveur personnel? Que Dieu vous bĂ©nisse, mon frĂšre. Vos pĂ©chĂ©s sont tous sous le Sang maintenant. Je vous vois couchĂ© sur une civiĂšre, peut-ĂȘtre, estropiĂ©. Ne vous en faites pas. Christ vous guĂ©rira et votre vie sera Ă©pargnĂ©e.
Vous lĂ  derriĂšre, vous avez levĂ© la main maintenant, pour dire: «J’ai acceptĂ© Christ ce soir.» Et ces deux dames Ă  l’autel, vous rendez-vous compte maintenant, madame, que JĂ©sus-Christ vous sauve du pĂ©chĂ©? Qu’avez-vous Ă  faire? Rien. Il a dĂ©jĂ  fait cela pour vous. Tout ce qu’il vous faut faire, c’est accepter ce qu’Il a fait pour vous. Acceptez cela, et alors vous ĂȘtes candidate Ă  recevoir le baptĂȘme du Saint-Esprit. Dieu a promis de remplir du Saint-Esprit ceux qui viennent.
E-86 Pierre a dit: «Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au Nom de Jésus-Christ pour le pardon des péchés. Et vous recevrez le don du Saint-Esprit.»
Nous sommes dans les jours de l’effusion de l’Esprit, de grands signes et de grands prodiges dans l’église. Tout le monde en priĂšre maintenant. J’aimerais aller parler Ă  ces dames juste un instant. [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Qu’est-ce?
Oh! Précieux est le flot
Qui me rend blanc comme neige;
Je ne connais aucune autre fontaine,
Rien que le Sang de JĂ©sus.
Qu’est-ce qui peut ĂŽter mes pĂ©chĂ©s?
Rien que le Sang de JĂ©sus;
Qu’est-ce qui peut me rĂ©tablir encore?
Rien que le Sang de JĂ©sus. (Tous ensemble.)
Oh! Précieux est le flot
Qui me rend blanc comme neige;
Je ne connais aucune autre fontaine,
Rien que le Sang de JĂ©sus.
E-87 Maintenant, votre attention, juste un instant. J’aimerais vous poser une question. Cet homme... La raison pour laquelle j’ai fait ce que j’ai fait Ă  cet homme estropiĂ©, il Ă©tait sans secours. Je sais par l’Esprit que celle-ci est sa soirĂ©e, pour accepter le Seigneur JĂ©sus, sachant qu’il n’avait pas d’espoir, et de savoir qu’il... toute sa vie, il l’a vĂ©cue sans Christ. Mais si cet homme est prĂ©sent pour Ă©couter ma voix... Je ne le reconnaĂźtrais pas si je le voyais maintenant.
Mais sachant que ce sont les quelques derniĂšres semaines, cet homme est en train de chercher Dieu. Et sa fille est venue et elle a Ă©tĂ© sauvĂ©e. Et l’homme... C’est la raison pour laquelle j’ai fait ce que j’ai fait.
E-88 La femme aveugle... La raison pour laquelle j’ai fait cela, c’est qu’il Ă©tait question de chasser un mauvais esprit. Maintenant, chasser un mauvais esprit... Mon Ă©glise sait cela. Je m’y prends avec beaucoup de prudence sur ces choses, quand je ne suis pas sous l’onction pour une vision. Voyez? En effet, premiĂšrement, si quelqu’un a Ă©tĂ© dans mes rĂ©unions, vous verrez qu’avant que je dĂ©nonce un dĂ©mon comme cela, je dois savoir de quoi je parle. Combien ont remarquĂ© cela?
Cela passe au peigne fin. Mais j’ai demandĂ© au Seigneur, pour la gloire de Dieu, de bien vouloir faire ceci comme... L’autre soir, la petite dame lĂ  qui Ă©tait sourde-muette, avec des nerfs sectionnĂ©s, qui pouvait jamais entendre ni parler encore, et je Lui ai demandĂ©... J’ai vu l’Afrique apparaĂźtre devant moi.
J’ai dit: «Seigneur, si c’est Toi qui me rappelle en Afrique, guĂ©ris cette muette qui a Ă©tĂ© dans cet accident-lĂ .» Et elle peut parler et entendre comme n’importe qui d’autre.
E-89 Maintenant, ce soir, quand cette femme aveugle se tenait ici, juste en entrant dans l’Esprit, j’ai remarquĂ© une–une ombre de tĂ©nĂšbres. Maintenant, si la femme est encore prĂ©sente, si elle est lĂ  ou quelqu’un qui la connaĂźt... Maintenant, maintenant mĂȘme, elle peut voir mieux qu’il y a quelques minutes. Le matin, elle verra encore mieux. Est-ce–est-ce que la dame est lĂ  derriĂšre? Est-ce... TrĂšs bien, vous voyez mieux, n’est-ce pas, madame? C’est vrai.
Maintenant, le matin, vous verrez encore mieux. Le lendemain, vous verrez encore mieux. Mais le jour qui va suivre, cela va reprendre Ă  s’affaiblir. Vous allez commencer Ă  agir comme... Rappelez-vous, ne faillissez pas. Ce sont ces grosseurs qui s’enflent, s’enflent. Elles sont mortes. Ce que c’est, c’est une–une–une grosseur sur votre oeil comme cela, c’est le... c’est un dĂ©mon. Et cela fait enfler un corps. Et quand la vie de cet esprit sort de n’importe quel genre de chair, cela se rĂ©trĂ©cit.
E-90 Tuez un animal, dĂ©posez-le sur la balance, pesez-le ce soir et ne dĂ©rangez pas cela, laissez cela jusqu’au matin, il pĂšsera moins. Eh bien, laissez cela lĂ  un petit moment, par exemple un chiot dans la rue. Laissez-le Ă©tendu lĂ  un petit moment avant qu’il se dĂ©tĂ©riore ou pourrisse, il va enfler et devenir gros.
Eh bien, dĂšs qu’il commencera Ă  enfler, votre vue devient encore mauvaise, aprĂšs environ soixante-douze heures; louez simplement Dieu de tout votre coeur. C’est tout. Cela est dĂ©jĂ  terminĂ©. Voyez. Croyez simplement.
E-91 Maintenant, bĂ©ni soit le Nom du Seigneur. Etes-vous heureux pour le Seigneur JĂ©sus? Ce que c’est, je L’ai vu accomplir des signes et des prodiges. Et, amis, nous n’avons plus Ă  deviner. JĂ©sus-Christ est ici. Il guĂ©rit les malades. Il fait marcher les boiteux. Il... Je L’ai vu ressusciter les morts de leurs civiĂšres. Je sais qu’Il est le Seigneur JĂ©sus et je crois qu’Il vient bientĂŽt.
Je suis trĂšs content ce soir de ce que vous L’avez acceptĂ© comme votre Sauveur personnel. Et combien de chrĂ©tiens y a-t-il ici maintenant? Qu’ils lĂšvent la main, ceux qui attendent la Venue du Seigneur. BĂ©ni soit le Seigneur.
Notre PĂšre cĂ©leste, nous Te remercions ce soir pour toutes ces choses. Nous Te remercions pour la rĂ©union, pour la Parole de Dieu, brute, qui sĂ©pare rĂ©ellement. Le jugement commence dans la maison de Dieu. Nous Te remercions pour toutes ces choses. Nous Te remercions d’avoir sauvĂ© les perdus et d’avoir Ă©pargnĂ© diffĂ©rentes nations de gens.
E-92 Nous T’avons vu amener ce soir un jeune garçon Ă©thiopien Ă  l’autel, un frĂšre de couleur, et Tu l’as sauvĂ© ici du pĂ©chĂ©, et je lui ai imposĂ© les mains afin que l’asthme ne le dĂ©range plus. L’une de ses soeurs est venue ici, aveugle, titubant dans l’obscuritĂ©. Tout d’un coup, la lumiĂšre a brillĂ© dans ses yeux; le dĂ©mon a quittĂ©. Oh! Qu’il ne retourne jamais!
Ô Dieu, donne-lui la foi et qu’elle reste guĂ©rie. Nous Te remercions pour chaque Ăąme qui a Ă©tĂ© Ă  l’autel. Nous Te remercions pour cet homme qui Ă©tait couchĂ© sur la civiĂšre avec des bĂ©quilles prĂšs de lui, et puis, il s’est levĂ©, il a marchĂ© sans ces supports, un homme sauvĂ©, un homme guĂ©ri. Et son enfant, prĂšs de lui, se rĂ©jouissait de la gloire de Dieu. Quel foyer changĂ© ça sera!
Oh! Nous Te remercions, Seigneur, pour tout un chacun. Nous Te remercions pour le mari de Betty et pour ceux qui sont venus. Maintenant, ĂŽ Dieu, tire gloire de tout cela. Tout est Ă  Toi. Et accorde, Seigneur, qu’un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode Ă©clate ici Ă  ce tabernacle, Seigneur, qui enverra des gens Ă  travers le monde, et une grande campagne sera tenue ici Ă  Jeffersonville, pour la gloire de Dieu. Accorde-le, PĂšre.
Maintenant, nous sommes bien prĂȘts Ă  rompre le pain et Ă  prendre la communion. Et nous Te prions, Seigneur Dieu, d’ĂȘtre avec nous, de nous bĂ©nir et de nous manifester Ton amour, alors que nous faisons ceci pendant que nous le demandons au Nom de Christ.
E-93 Maintenant, Ă  vous qui devez partir, nous allons vous congĂ©dier. FrĂšre Neville, je vous ai demandĂ© d’apprĂȘter les Ecritures, le passage de la Parole en rapport avec la communion.
Et vous qui pouvez rester, restez avec nous pour la communion. Vous qui ne le pouvez pas, vous ĂȘtes congĂ©diĂ©s avec les bĂ©nĂ©dictions de Dieu sur vous, et revenez et soyez encore avec nous une autre fois. Il est maintenant vingt heures dix.
Et, maintenant, s’il vous faut partir, que Dieu vous bĂ©nisse d’ĂȘtre venus, et nous espĂ©rons vous revoir de ce cĂŽtĂ©-ci de la Gloire, sinon de l’autre cĂŽtĂ©. Et vous qui pouvez rester, vous ĂȘtes les bienvenus Ă  rester pendant les trente prochaines minutes oĂč nous prendrons la communion, et nous aurons–et nous aurons le lavage des pieds.
E-94 Maintenant, aux étrangers dans nos murs, serrez, tout le monde, serrez-vous la main les uns aux autres et bénissez le Seigneur pendant que nous chantons: Prends le Nom de Jésus avec toi. TrÚs bien. Prends le Nom de Jésus avec...
[La conversation se poursuit au fond, imperceptible.–N.D.E.]

En haut