ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Evidence De La Résurrection / 58-0406E / Jeffersonville, Indiana, USA // SHP 1 heure et 31 minutes PDF

Evidence De La RĂ©surrection

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 [FrĂšre Neville lit dans Luc 24 de 1 Ă  32:
Le premier jour de la semaine, elles se rendirent au sĂ©pulcre de grand matin, portant les aromates qu’elles avaient prĂ©parĂ©s.
Elles trouvÚrent que la pierre avait été roulée de devant le sépulcre;
et, étant entrées, elles ne trouvÚrent pas le corps du Seigneur Jésus.
Comme elles ne savaient que penser de cela, voici, deux hommes leur apparurent, en habits resplendissants.
Saisies de frayeur, elles baissĂšrent le visage contre terre; mais ils leur dirent: Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant?
Il n’est point ici, mais il est ressuscitĂ©. Souvenez-vous de quelle maniĂšre il vous a parlĂ©, lorsqu’il Ă©tait encore en GalilĂ©e,
et qu’il disait: Il faut que le Fils de l’homme soit livrĂ© entre les mains des pĂ©cheurs, qu’il soit crucifiĂ©, et qu’il ressuscite le troisiĂšme jour.
Et elles se ressouvinrent des paroles de JĂ©sus.
A leur retour du sépulcre, elles annoncÚrent toutes ces choses aux onze, et à tous les autres.
Celles qui dirent ces choses aux apĂŽtres Ă©taient Marie de Magdala, Jeanne, Marie, mĂšre de Jacques, et les autres qui Ă©taient avec elles.
Ils tinrent ces discours pour des rĂȘveries, et ils ne crurent pas ces femmes.
Mais Pierre se leva, et courut au sĂ©pulcre. S’étant baissĂ©, il ne vit que les linges qui Ă©taient Ă  terre; puis il s’en alla chez lui, dans l’étonnement de ce qui Ă©tait arrivĂ©.
Et voici, ce mĂȘme jour, deux disciples allaient Ă  un village nommĂ© EmmaĂŒs, Ă©loignĂ© de JĂ©rusalem de soixante stades;
et ils s’entretenaient de tout ce qui s’était passĂ©.
Pendant qu’ils parlaient et discutaient, JĂ©sus s’approcha, et fit route avec eux.
Mais leurs yeux Ă©taient empĂȘchĂ©s de le reconnaĂźtre.
Il leur dit: De quoi vous entretenez-vous en marchant, pour que vous soyez tout tristes?
L’un d’eux, nommĂ© ClĂ©opas, lui rĂ©pondit: Es-tu le seul qui, sĂ©journant Ă  JĂ©rusalem ne sache pas ce qui y est arrivĂ© ces jours-ci? - Quoi? Leur dit-il. Et ils lui rĂ©pondirent: Ce qui est arrivĂ© au sujet de JĂ©sus de Nazareth, qui Ă©tait un prophĂšte puissant en oeuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple,
et comment les principaux sacrificateurs et nos magistrats l’ont livrĂ© pour le faire condamner Ă  mort et l’ont crucifiĂ©.
Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël; mais avec tout cela, voici le troisiÚme jour que ces choses se sont passées.
Il est vrai que quelques femmes d’entre nous nous ont fort Ă©tonnĂ©s; s’étant rendues de grand matin au sĂ©pulcre et n’ayant pas trouvĂ© son corps, elles sont venues dire que des anges leur sont apparus et ont annoncĂ© qu’il est vivant.
Quelques-uns de ceux qui Ă©taient avec nous sont allĂ©s au sĂ©pulcre, et ils ont trouvĂ© les choses comme les femmes l’avaient dit; mais lui, ils ne l’ont point vu.
Alors JĂ©sus leur dit: O hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent Ă  croire tout ce qu’ont dit les prophĂštes!
Ne fallait-il pas que le Christ souffrüt ces choses, et qu’il entrñt dans sa gloire?
Et, commençant par Moïse et par tous les prophÚtes, il leur expliqua dans toutes les Ecritures ce qui le concernait.
Lorsqu’ils furent prĂšs du village oĂč ils allaient, il parut vouloir aller plus loin.
Mais ils le pressÚrent, en disant: Reste avec nous, car le soir approche, le jour est sur son déclin. Et il entra, pour rester avec eux.
Pendant qu’il Ă©tait Ă  table avec eux, il prit le pain; et, aprĂšs avoir rendu grĂąces, il le rompit, et le leur donna.
Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent; mais il disparut de devant eux.
Et ils se dirent l’un Ă  l’autre: Notre coeur ne brĂ»lait-il pas au dedans de nous, lorsqu’il nous parlait en chemin et nous expliquait les Ecritures?–N.D.E.]
Merci, FrĂšre Neville. Et bonsoir Ă  vous tous. C’est un glorieux jour pour moi, ce jour-ci. Il est glorieux Ă  beaucoup d’égards. Evidemment, je deviens un peu plus ĂągĂ© aujourd’hui, cela le rend donc un peu plus glorieux et je... j’ai un peu plus d’ñge. Mais je... C’est un glorieux jour parce que c’est PĂąques, et puis un glorieux jour parce que quelque chose doit... m’est arrivĂ© aujourd’hui que j’ai... je n’oublierai jamais. C’était un dĂ©sir qui venait sur mon coeur, que je... toute ma vie, je me posais des questions sur des choses, et: «Pourquoi suis-je nĂ© dans ce monde?»
E-2 Puis, ce matin, je pensais bien en parlant de MoĂŻse, et il... ce qui devait lui avoir traversĂ© l’esprit quand il avait appris qu’il Ă©tait un HĂ©breu. Pourquoi Dieu lui avait-il permis d’ĂȘtre Ă©levĂ© au palais de Pharaon, et ensuite prendre une position derriĂšre le dĂ©sert pour trouver ce qu’il devait faire dans la vie?
E-3 Et je me demandais souvent, alors que j’étais un jeune garçon, comment ce Dieu tout au dĂ©but m’avait parlĂ©. Je me demande aussi pourquoi Il a permis que cette photo-lĂ  soit prise. Je me demande pourquoi Il a fait cela en Allemagne et en Finlande. Je me demande pourquoi toutes ces choses sont arrivĂ©es. Je n’arrive simplement pas Ă  croire que c’était parce que... En effet, je ne suis pas un prĂ©dicateur. Je n’ai pas d’instruction. Je ne suis pas qualifiĂ© pour ĂȘtre prĂ©dicateur.
Cela doit ĂȘtre autre chose... Je pense que le peuple de Dieu est dans la servitude. Je pense qu’ils sont dans la servitude Ă  cause de la tradition des hommes. Et aujourd’hui, nous avons des dizaines de milliers qui meurent chaque jour de maladies contre lesquelles la mĂ©decine ne peut rien toucher. Et ce sont des enfants de Dieu. Et je crois... Je–je peux ne pas vivre pour voir cela, mais je crois que l’heure arrive, et elle est peut-ĂȘtre proche, oĂč Dieu va accomplir quelque chose de ce genre pour prouver qu’Il est toujours le Dieu Tout-Puissant. Je–je le crois. J’ai vu cela dans une mesure, mais je crois que c’est une moindre mesure par rapport Ă  ce que nous verrons.
E-4 Eh bien, je dois quitter le matin pour un petit moment de repos, ce que je... Aujourd’hui, je... dans cette eau oĂč je baptisais souvent, mais j’ai eu plus froid aujourd’hui que jamais de ma vie. J’avais tellement froid que je pouvais Ă  peine parler. C’était juste Ă  cause d’un Ă©puisement. C’est depuis NoĂ«l que je suis en dĂ©placement, ou juste aprĂšs NoĂ«l, avec Ă  peine une soirĂ©e de libre. Et je n’ai pas attrapĂ© de rhume, mais je suis vraiment faible et Ă©puisĂ©.
E-5 Demain, je descendrai au lac, le Seigneur voulant, passer quelques jours de repos. Je reviendrai, le Seigneur voulant, dans quelques jours et nous nous rassemblerons encore avant que je reprenne les rĂ©unions; Dieu voulant, ce sera dans environ dix, environ vingt jours. Puis, je retournerai pour tout un mois dans les Etats de la Nouvelle-Angleterre, je reviendrai. LĂ , c’est tout le mois de mai avec deux jours, deux ou trois jours de repos. Ensuite, Ă  partir de lĂ , c’est Ă  peine si j’aurai plus de cinq jours environ avant d’aller en Afrique. C’est jusqu’au mois de juin. Et ça va ĂȘtre difficile. Je vais compter sur cette petite Ă©glise, sur ces gens, qu’ils prient pour moi, car j’en ai besoin, j’en ai vraiment besoin.
Et vous savez, personne n’arrivera jamais Ă  savoir, de ce cĂŽtĂ©-ci de la Gloire, ce que tout cela reprĂ©sente et les combats que j’ai eu Ă  mener. Je n’en parle pas aux gens. Ça ne sert Ă  rien de le raconter aux gens. Ils n’arriveront pas Ă  comprendre cela, moi non plus je ne le comprends pas. C’est juste quelque chose par lequel vous passez, c’est tout. Allez simplement de l’avant.
E-6 Eh bien, afin que ceux qui sont debout n’aient pas Ă  rester davantage debout, j’ai choisi comme texte ce soir... ce texte que frĂšre Neville vient de lire, Luc 24, sur la rĂ©surrection; mon sujet ce soir, c’est: L’Evidence de la RĂ©surrection.
Ainsi donc, pendant qu’il lisait, il y avait plusieurs choses dont il avait parlĂ© ici, auxquelles j’aimerais me rĂ©fĂ©rer, et c’est la premiĂšre... ceux qui Ă©taient partis les premiers Ă  la tombe le matin...
E-7 Eh bien, peu importe qu’Il soit mort, et combien Sa mort a Ă©tĂ© pathĂ©tique, s’il n’y avait pas eu de rĂ©surrection, c’était juste un homme qui Ă©tait mort. Voyez? Il y a eu beaucoup de grands hommes dans notre–dans notre monde qui ont fait de fortes dĂ©clarations, par exemple Confucius, le grand philosophe chinois, mort depuis environ deux mille trois cents ans. Bouddha, le grand prophĂšte, dieu du Japon, qui est mort aussi il y a deux mille trois cents ans, il a fait de fortes dĂ©clarations, mais il est mort et il reste dans la tombe. Il y a eu Mahomet. J’ai eu le privilĂšge d’ĂȘtre Ă  sa tombe oĂč, depuis deux mille ans, il y a un cheval blanc, Ă  sa tombe, on change de garde toutes les quatre heures, on s’attend Ă  ce qu’il ressuscite un jour et qu’il parcoure le monde Ă  cheval pour le conquĂ©rir. Les musulmans, c’est la religion qui a le plus de membres au monde, ils dĂ©passent tous les chrĂ©tiens, catholiques y compris. Mais cependant, Mahomet est dans la tombe.
E-8 Et toutes ces religions, quand nous disons que JĂ©sus est ressuscitĂ© d’entre les morts, ils disent: «Prouvez-le.» Et nous disons: «Eh bien, Il est dans notre coeur.» Ils disent que leur fondateur est dans leur coeur.» Mais je suis si content que JĂ©sus nous ait laissĂ© un rocher solide, le fondement de Sa rĂ©surrection. Nous n’avons pas Ă  nous poser des questions. C’est la vĂ©ritĂ©. Ce qui Ă©tonne, c’est que beaucoup de gens ne voient pas cela. Je me suis posĂ© des questions lĂ -dessus et, ce soir, je vais essayer d’aborder cela par les Ecritures.
E-9 Eh bien, si vous remarquez bien, ces gens-ci ont Ă©tĂ© Ă  la tombe tĂŽt le matin. Ils ont rencontrĂ© deux hommes, c’étaient des anges en habits resplendissants, ils leur ont dit qu’Il Ă©tait... «Pourquoi cherchez-vous parmi les morts Celui qui est vivant–Celui qui est vivant?» Elles Ă©taient allĂ©es Ă  la tombe et elles ont trouvĂ© qu’Il n’y Ă©tait pas. Alors, ils ont posĂ© cette question remarquable: «Pourquoi cherchez-vous parmi les morts Celui qui est vivant?» Et il a dit: «Quand... Il vous avait dit ces choses quand Il Ă©tait encore en GalilĂ©e.»
Eh bien, peut-ĂȘtre que vous pouvez avoir lu cela juste superficiellement, mais Ă©tudions un instant. Il a dit: «Il vous avait annoncĂ© ces choses pendant qu’Il Ă©tait encore en GalilĂ©e.» Pourquoi n’avaient-ils pas compris cela? Pourquoi n’avaient-ils pas saisi cela? Et voici une autre grande signification pour cela: ceux qui lui ont dit cela, ou qui ont dit cela Ă  ces disciples qui Ă©taient Ă  la tombe, devaient avoir Ă©tĂ© avec Lui aussi en GalilĂ©e. Car ils savaient ce que JĂ©sus leur avait dit avant Sa crucifixion. Oh! quelle chose bĂ©nie! Vous voyez, ces disciples ne savaient pas que ces anges avaient Ă©tĂ© lĂ . Mais ils avaient effectivement Ă©tĂ© lĂ , parce qu’ils ont dit: «Ne vous a-t-Il pas annoncĂ© cela pendant qu’Il Ă©tait encore en GalilĂ©e?» Et cela accomplit ce que dĂ©clarent les Ecritures, que les anges de Dieu campent autour de ceux qui les craignent.
E-10 Et quelle glorieuse chose de savoir ce soir qu’en plein dans cette salle, il y a des anges de Dieu qui se tiennent au garde Ă  vous! Ils connaissent chaque parole que nous disons et tout ce que nous faisons. Et voici l’Ecriture pour le prouver, il est dit: «Ne vous a-t-Il pas annoncĂ© ces choses pendant qu’Il Ă©tait encore en GalilĂ©e?» Ils ont dit: «Rappelez-vous qu’Il vous avait dit ces choses.» Ce mot rappelez-vous, c’est un mot merveilleux. Et, oh! quelle chose triste ce sera pour les perdus, aprĂšs qu’ils auront scellĂ© leur condamnation, aprĂšs qu’ils auront entendu leur dernier sermon, de se retrouver dans l’enfer du diable, perdus et sans possibilitĂ© du tout de se repentir, de se souvenir des opportunitĂ©s qu’ils avaient rejetĂ©es...
E-11 Vous me direz alors: «PrĂ©dicateur, va-t-on se souvenir en enfer?» JĂ©sus a dit que oui. Il a dit que l’homme riche avait levĂ© les yeux depuis l’enfer et il a vu Abraham avec Lazare dans son sein. Il a dit: «Souviens-toi que de ton vivant...» On se souvient, comment les perdus... Quelle chose horrible ce serait de savoir qu’on a assistĂ© aux grandes rĂ©unions et on a entendu de puissants sermons de prĂ©dicateurs de Dieu oints, et non seulement cela, mais de voir des signes et des prodiges que Dieu a accomplis parmi les gens, et puis se souvenir de tous ces avertissements et ĂȘtre nĂ©anmoins perdus! Eh bien, cela les hantera pour toujours.
E-12 AprĂšs la mort de JĂ©sus, la Bible nous dĂ©clare qu’Il est allĂ© prĂȘcher aux Ăąmes en prison, qui ne s’étaient pas repenties lors de la patience du temps de NoĂ©, et leur rappeler que NoĂ© et Enoch, les grands prophĂštes de l’époque, avaient tĂ©moignĂ© que le Messie viendrait. Et ils avaient rejetĂ© le Message.
Oh! Ce sera une chose terrible, mon ami perdu, pour vous en ce jour-lĂ , Ă  vous rappeler! Lorsque vous mourez ici, vos oeuvres vous suivent. Et elles vont soit vous hanter durant l’éternitĂ©, soit vous bĂ©nir durant l’éternitĂ©.
E-13 Mais, rappelez-vous, quelle glorieuse chose ça doit ĂȘtre et une joie pour ceux qui sont sauvĂ©s et qui peuvent regarder en face la rĂ©alitĂ© (ces anges qui sont dans le bĂątiment ce soir) se rappeler les glorieuses rĂ©unions, les grands moments et les grandes joies que nous avons eus ensemble! Quel temps ce sera pour tous les deux groupes, ceux qui sont sauvĂ©s et ceux qui ne le sont pas! Dieu est un Dieu bon. Il est si longanime. Il est si plein de gentillesse, de douceur et de patience. Il ne veut pas qu’aucun pĂ©risse. Il a fait tout ce qui pouvait ĂȘtre fait pour empĂȘcher l’homme de pĂ©rir, mais il pĂ©rira de toute façon, parce qu’il ne croit pas.
E-14 Maintenant, nous commençons notre Ă©tude de ce soir, voir deux hommes aprĂšs la rĂ©surrection. Et beaucoup Ă©taient venus et avaient parlĂ© d’une tombe vide, ils ont dit que Son corps n’y Ă©tait pas. Et certaines femmes avaient dit qu’elles avaient vu en vision des anges, qui leur avaient dit qu’Il Ă©tait ressuscitĂ© d’entre les morts. Et cependant, malgrĂ© tout ce message, ces gens-lĂ  ne croyaient toujours pas, et ils Ă©taient dĂ©couragĂ©s en rentrant Ă  la maison.
Et Ă  l’idĂ©e que lors de la premiĂšre PĂąques, le premier beau matin de PĂąques au printemps, JĂ©sus Ă©tait vivant parmi les gens, et ceux-ci s’en allaient dĂ©couragĂ©s, longeant la route, le coeur triste, bouleversĂ©s au sujet de la crucifixion. Et alors qu’ils marchaient, nous voyons que Quelqu’Un s’est avancĂ© du cĂŽtĂ© de la route et s’est mis Ă  marcher avec eux. Ils n’ont pas reconnu Qui C’était, car les Ecritures dĂ©clarent que leurs yeux Ă©taient empĂȘchĂ©s.
E-15 Oh! C’est ce que je voudrais vous montrer. Non seulement ceci Ă©tait quelque chose qui Ă©tait arrivĂ©, mais c’était une prophĂ©tie et une ombre de quelque chose qui arriverait. Vous savez, notre Adorable Seigneur n’a jamais fait quelque chose juste pour le plaisir de le faire... Tout ce qu’Il faisait avait un sens. Tout ce qu’Il faisait Ă©tait Ă©ternel; cela ne meurt jamais, chaque geste, chaque mouvement, chaque Parole. Oh! J’en suis si content. Vous pouvez vous reposer lĂ -dessus de tout votre ĂȘtre et ça sera manifeste.
E-16 Et alors qu’ils longeaient la route, un Etranger est apparu. Et eux... Il–Il leur a demandĂ©: «Pourquoi ĂȘtes-vous si tristes?» Ils auraient dĂ» ĂȘtre heureux. Il a dit: «Pourquoi ĂȘtes-vous si tristes, et de quoi vous entretenez-vous?» Et Il a dit...
Ils lui ont rĂ©pliquĂ©: «Etes-vous Ă©tranger Ă  JĂ©rusalem? Ne savez-vous pas ce qui se passe? Nous avons eu un ProphĂšte du Nom de JĂ©sus de Nazareth. Et nous espĂ©rions qu’Il serait le LibĂ©rateur. Mais voici le troisiĂšme jour et notre peuple L’a crucifiĂ©.» Et ils se sont mis Ă  raconter l’histoire de ce qui Ă©tait arrivĂ©, comment Il Ă©tait mort, comment ils s’attendaient Ă  ce qu’Il devienne un grand LibĂ©rateur, mais... Comment ce ProphĂšte du Dieu TrĂšs Haut a pu se tenir lĂ , pris en pitiĂ©, avec des crachats au visage, laissant un soldat nouer un lambeau autour de Sa tĂȘte, lui aveugler les yeux, Le frapper Ă  la tĂȘte avec un bĂąton et dire: «Maintenant, prophĂ©tise, Toi prophĂ©tiseur, dis-nous qui T’a frappĂ©, nous croirons en Toi.» C’était plus que les gens ne pouvaient comprendre. Ils pensaient que le Messie serait autre chose que Cela.
E-17 Et si ce n’est pas lĂ  le vĂ©ritable tableau d’aujourd’hui, des gens qui s’attendent Ă  ce que le Royaume de Dieu soit diffĂ©rent de ce qu’Il est en rĂ©alitĂ©. Ils s’attendent Ă  ce qu’Il vienne avec splendeur. Ils s’attendent Ă  ce qu’Il soit... qu’Il arrive dans la citĂ© de Vatican ou une grande cathĂ©drale. Mais du fait qu’Il L’amĂšne parmi un groupe de gens pauvres, illettrĂ©s et humbles, cela aveugle les yeux des sages et des intelligents.
Oh! Quelle moquerie Ă  endurer pour cette femme, moquerie, laver Ses pieds avec ses cheveux comme le vĂ©ritable croyant l’avait fait! Quelle moquerie de Le voir suspendu lĂ  sur la croix avec Ses mains clouĂ©es Ă  la croix, et entendre le souverain sacrificateur dire alors: «Si Tu es le Fils de Dieu, accomplis un miracle ici. DĂ©tache simplement Tes mains et descends de la croix, et nous croirons en Toi»?
E-18 Eh bien, selon la pensĂ©e de l’homme naturel, l’homme charnel, les membres d’église, le soi-disant croyant... En effet, chaque assemblĂ©e compte trois catĂ©gories de membres: ce sont les vrais croyants, les soi-disant croyants et les incroyants. Chaque assemblĂ©e en compte. Et de penser que cet Homme qui avait ouvert les yeux des aveugles, qui avait dĂ©bouchĂ© les oreilles des sourds, qui avait ressuscitĂ© d’entre les morts un homme mort depuis quatre jours, et qui pouvait faire des dĂ©clarations comme celles qu’il avait faites, se retrouver enfin suspendu lĂ  avec des crachats au visage et laisser un souverain sacrificateur Le railler, Lui tenir de tels propos, Il n’a point ouvert la bouche et Il n’a pas rĂ©pliquĂ©. En effet, Il avait dit: «Je fais ce qui est agrĂ©able Ă  Dieu.» Et il plaisait Ă  Dieu que cela arrive.
E-19 Eh bien, observons-Le quelques minutes. Eh bien, ces disciples, ils n’arrivaient pas Ă  comprendre pourquoi cela devait arriver. Alors, comme ils s’en allaient, ils se sont mis Ă  raconter l’histoire, alors JĂ©sus les a interrompus. Vous voyez, Il leur est apparu quand ils parlaient de Lui. Et c’est pourquoi Il n’apparaĂźt pas Ă  beaucoup de membres d’églises aujourd’hui; ils ne parlent pas assez de Lui. L’église parle toujours de grandes activitĂ©s qu’ils ont en cours, d’une grande fĂȘte sociale, d’un pique-nique auquel ils participent, ou de quelque chose de neuf qu’ils vont rĂ©aliser, certaines des associations. L’église est tellement occupĂ©e par des associations qu’il n’y a pas de place pour Christ. La vraie Eglise se dĂ©barrasse toujours de toutes ces associations et ramĂšne tout Ă  la rĂ©union de priĂšre, ceux qui Le connaissent et qui L’aiment.
E-20 Et Il Ă©tait lĂ . Ils parlaient de Lui quand Il est apparu. Si nous pouvons arrĂȘter de parler de nos voisins, arrĂȘter de parler des hypocrites dans l’église, et parler davantage de JĂ©sus, nous aurons davantage d’apparition de JĂ©sus; arrĂȘter de parler des fautes du prĂ©dicateur, parler des fautes de quelqu’un d’autre, mais parler de JĂ©sus, il se produira plus de choses.
E-21 Eh bien, et pendant qu’ils parlaient, Il est apparu. Et remarquez donc, quand Il apparaĂźt, Il ne commence pas par se ranger de votre cĂŽtĂ©: «Oh! C’est vrai, celui-lĂ  devrait ĂȘtre chassĂ©, celui-lĂ  devrait avoir un nouveau pasteur. Ou ce voisin vous a causĂ© du tort.» Voyez, aussitĂŽt qu’Il est apparu, Il s’est mis Ă  prĂȘcher la Parole. Un vrai serviteur de Dieu va toujours Ă  la Parole.
Il a dit: «Ô hommes sans intelligence et dont le coeur est lent Ă  croire tout ce qu’ont dit les prophĂštes au sujet de Christ...» Voyez comment Il a abordĂ© cela: «Etes-vous si dĂ©pourvus d’intelligence et lents Ă  croire ce qu’a dit le prophĂšte?»
E-22 Et s’Il apparaissait aujourd’hui? J’aimerais juste demander ceci! Que ferait-Il au Branham tabernacle ce soir? Avez-vous le coeur si lent? Que ferait-Il Ă  Jeffersonville ce soir, lĂ  oĂč l’Evangile a Ă©tĂ© prĂȘchĂ© pendant vingt-cinq ans, avec des signes et des prodiges, des miracles et des choses indubitables, des choses qui n’ont jamais Ă©tĂ© accomplies depuis que JĂ©sus a quittĂ© la terre, ça a Ă©tĂ© accompli chaque jour. Les malades sont guĂ©ris. Les signes et les prodiges sont accomplis, de grandes prophĂ©ties ont Ă©tĂ© faites, qui ne faillissent jamais, l’Evangile a Ă©tĂ© prĂȘchĂ© sans compromis. Mais il y a toujours des bars et des boĂźtes de nuit pleins ce soir Ă  Jeffersonville. Oh! comment pouvons-nous Ă©chapper Ă  la colĂšre de Dieu? J’ai dit ceci bien des fois et je le rĂ©pĂšte ce soir: Si Dieu nous laissait nous en tirer sans chĂątiment, Il serait un Dieu injuste. Il aurait Ă  ressusciter Sodome et Gomorrhe et leur prĂ©senter des excuses pour les avoir noyĂ©es, Ă  cause de la mĂȘme chose que nous faisons chaque jour et devenant pires... Alors qu’eux Ă©taient une bande de paĂŻens, mais nous, nous sommes censĂ©s ĂȘtre une nation chrĂ©tienne.
E-23 Et pendant qu’Il leur parlait et se mettait Ă  leur expliquer les Ecritures, Il ne les tapotait pas pour autant sur le dos, leur donnant une petite doctrine d’enfant, mais Il les rĂ©primandait, disant: «Vous, hommes sans intelligence et dont le coeur est lent. Pourquoi doutiez-vous de ce qu’a dit le prophĂšte?» Voyez-vous oĂč Il est allĂ©? Droit aux Ecritures.
Et ils ont commencĂ© Ă  observer et suivre. Il a dit: «Le Christ ne devrait-Il pas ressusciter le troisiĂšme jour et rentrer dans la Gloire?» Et Il a continuĂ© toute la journĂ©e Ă  parler, mais ils ne Le reconnaissaient pas, parce que leurs yeux Ă©taient empĂȘchĂ©s. Ils Ă©taient fermĂ©s et ils ne pouvaient pas Le voir ni Le comprendre.
E-24 Eh bien, voici oĂč je veux en venir, ce que j’aimerais vous montrer. C’était le premier Message aprĂšs la rĂ©surrection. Et alors qu’Il avait marchĂ© en leur compagnie toute la journĂ©e, ils ne L’avaient pas reconnu; cependant, Il Ă©tait avec eux. Mais Lui-mĂȘme avait empĂȘchĂ© leurs yeux. Mais quand on est arrivĂ© au coucher du soleil, JĂ©sus parut vouloir les dĂ©passer. Si ce n’est pas exactement ce qu’Il a fait encore dans ces derniers jours au coucher du soleil... Avez-vous remarquĂ© ce qu’Il avait alors donnĂ© Ă  l’église pendant la journĂ©e? Juste la prĂ©dication de la Parole. Il n’avait point accompli un seul signe ni un seul prodige. Il n’avait rien dit si ce n’est prĂȘcher la Parole sur la rĂ©surrection, ce que le prophĂšte avait dit. Ce qu’Il a fait depuis le jour de Son dĂ©part jusqu’à ce dernier jour.
Mais maintenant (Oh! BĂ©ni soit Son Nom!), le soleil se couche. Il parut ne pas vouloir s’arrĂȘter. Oh! Je peux me souvenir de Fanny Crosby alors qu’elle criait: «Ne me passe pas, ĂŽ Doux Sauveur.»
E-25 Et ces disciples ont dit: «Viens et reste. Reste avec nous la nuit, car il se fait tard.» Et Il parut vouloir continuer, mais ils Le contraignirent. En d’autres termes, ils L’implorĂšrent.
Oh! Si nous avions beaucoup de gens de ce genre qui implorent... Soeur, frÚre, savez-vous que la Bible dit que le Saint-Esprit doit marquer seulement ceux qui soupirent et gémissent à cause des abominations qui se commettent dans la ville?
E-26 Eh bien, j’aimerais vous poser une question. Nous produisons trop d’émotions sur nos pensĂ©es religieuses, mais qui, dans la ville ce soir, Ă  Jeffersonville, est si prĂ©occupĂ© par le monde perdu en ce dernier jour, qui dĂ©pense mĂȘme trente minutes la nuit Ă  prier Ă  cause des pĂ©chĂ©s de la ville? Mais d’aprĂšs les Ecritures, l’Ange de Dieu ne devait sceller que ceux qui soupiraient et qui gĂ©missaient Ă  cause des abominations.
Nous ne sommes plus intĂ©ressĂ©s. Nous voulons juste savoir si nous pouvons passer un bon moment. Nous voulons savoir si nous pouvons former une petite association dans notre Ă©glise. Nous voulons savoir si nous avons un–un vote Ă  venir, quand il sera temps d’élire un nouveau pasteur. Nous voulons que notre Ă©glise paraisse un peu meilleure que celle du voisin. VoilĂ  la pensĂ©e de ce monde aujourd’hui.
E-27 Personne n’implore: «Ô Seigneur Dieu, viens vite vers moi, sinon je vais pĂ©rir. Oh! Ne me passe pas, ĂŽ Sauveur. Tu as Ă©tĂ© omnipotent, Toi qui es omniprĂ©sent, viens demeurer dans mon coeur, ĂŽ Seigneur.»
Il est mĂȘme difficile d’amener un homme ou une femme Ă  lever les mains pour accepter le Seigneur JĂ©sus comme Sauveur. Les bancs des pĂ©nitents Ă  l’ancienne mode ont Ă©tĂ© retirĂ©s. Il n’y a plus de pleurs. Il n’y a plus de gĂ©missements Ă  l’autel.
E-28 Pensez donc quand Charles G. Finney, juste un prĂ©dicateur de l’Evangile, un jeune avocat converti, un tout petit, un homme sec, qui essayait l’acoustique dans une salle. Et il a dit: «Repentez-vous, sinon vous pĂ©rirez.» Un homme assis sur le dĂŽme s’est Ă©vanoui et est tombĂ©. Il s’est tenu au balcon d’un bĂątiment en Nouvelle-Angleterre et a prĂȘchĂ© l’enfer aux perdus. Et quand il s’est Ă©criĂ©: «Vous pĂ©rirez si vous ne vous repentez pas», des hommes se sont Ă©vanouis et des femmes sont tombĂ©es dans les rues.
Mais aujourd’hui, vous pouvez prĂȘcher la repentance, le feu de l’enfer et le soufre, les gens s’en moqueront. Quel est le problĂšme? Notre coeur est devenu froid. Nous sommes devenus indiffĂ©rents. Nous avons trop de choses. Nous avons moins besoin du monde et plus besoin de Dieu. Nos coeurs sont trop froids.
Nous nous intĂ©ressons Ă  une Ă©motion. Nous nous intĂ©ressons si–si nous pouvons danser, si nous pouvons crier (Je crois en cela), si nous pouvons parler en langues. Je crois en cela. Je crois dans tout cela. Mais si nous avons cela et que nous n’avons pas cet esprit agonisant, qui pleure, qui est brisĂ©, Dieu ne peut pas utiliser cela. Ces choses sont bonnes, mais il nous faut avoir l’autre qui va avec. Nous avons abandonnĂ© l’essentiel et nous poursuivons l’accessoire. Vous ne pouvez jamais vous spĂ©cialiser en l’accessoire. Nous le savons.
E-29 MĂȘme dans nos propres rĂ©unions, nos propres rĂ©unions en sont arrivĂ©es Ă  mettre trop l’accent sur la guĂ©rison divine plutĂŽt que sur la guĂ©rison de l’ñme. FrĂšre, ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est d’un rĂ©veil, d’un brisement, des Ăąmes enflammĂ©es pour Dieu, ce que je veux dire, enflammĂ©es et Ă  genoux Ă  l’autel avec des larmes coulant sur les joues, non pas pendant cinq minutes pour se relever et oublier cela, mais chercher Ă  ramener des Ăąmes perdues Ă  Christ, avoir un fardeau sur le coeur.
«Ô Dieu, ĂŽte tous les plaisirs du monde et toutes ces frĂ©nĂ©sies, toutes ces folĂątreries, et place sur mon coeur le fardeau pour les perdus», c’est ma priĂšre.
E-30 Ils L’ont contraint: «Ô Seigneur, nous ne savons qui Tu es, Seigneur, mais nous apprĂ©cions Ta prĂ©dication. Entre et reste avec nous la nuit.» JĂ©sus entra. Il avait marchĂ© avec eux et ils ne L’avaient pas reconnu. Et une fois qu’Il Ă©tait Ă  l’intĂ©rieur peut-ĂȘtre dans une petite hutte... Mais il n’y a rien de trop modeste pour Lui. Vous direz: «Eh bien, FrĂšre Branham, je suis un vieil homme.» Peu m’importe combien vous ĂȘtes vieux. «Je suis juste un enfant.» Cela importe peu, combien vous ĂȘtes jeune. «Je suis trop pauvre. Je porte des salopettes.» Oh! Si vous Ă©tiez enveloppĂ© d’un sac d’herbes... cela ne changerait rien pour Dieu. Demandez-Lui simplement. Vous ĂȘtes important aux yeux de Dieu. Vous pouvez ne pas l’ĂȘtre devant un homme, mais vous l’ĂȘtes aux yeux de Dieu. Vous ĂȘtes un de Ses sujets.
E-31 «Entre et reste avec nous.»
«Oh! Je ne peux pas Lui demander d’entrer en moi. Je suis un soĂ»lard; je joue aux yeux d’argent.» Peu m’importe ce que vous ĂȘtes. Demandez-Lui et voyez s’Il viendra sur votre invitation. Il n’a jamais repoussĂ© quelqu’un, Il ne repoussera jamais quelqu’un. Son vif dĂ©sir, c’est de chercher Ă  entrer dans le coeur. Vous direz: «Je suis une prostituĂ©e de rue.» Peu m’importe ce que vous ĂȘtes. Dieu cherche Ă  se frayer une voie dans votre coeur. Dites simplement: «Entre, Seigneur, et reste avec moi.»
E-32 Et remarquez, toute la journĂ©e durant, Il apportait la Parole sans signes. Quand Il les a fait entrer Ă  l’intĂ©rieur et qu’Il avait fermĂ© la porte, Il s’est assis. Ô frĂšre, c’est alors qu’Il a rĂ©vĂ©lĂ© Sa rĂ©surrection. A aucun moment, depuis le matin, quand Il les avait rencontrĂ©s, jusqu’au coucher du soleil, Il n’avait fait cela. Il n’avait rien fait qu’Il faisait dans la Vie, si ce n’était que la Parole. Mais remarquez, au temps du soir, au temps du soir, c’est alors qu’Il a manifestĂ© Sa rĂ©surrection.
Permettez-moi de dire ceci avec humilitĂ©. Permettez-moi de dire ceci d’une voix brisĂ©e, mais aussi d’un coeur brisĂ©: «On est au temps du soir.» La Bible dĂ©clare: «Vers le soir la lumiĂšre paraĂźtra. Ça sera un jour qui ne sera ni jour ni nuit, dit le prophĂšte. Ce sera juste Ă©couter la Parole sans manifestation, un jour brumeux et nuageux. Mais vers le soir, la LumiĂšre brillera encore. La lumiĂšre paraĂźtra.»
E-33 Et en ce temps du soir oĂč nous vivons maintenant, oĂč Christ par Ses ministres a prĂȘchĂ© l’Evangile pendant deux mille ans... mais celles-ci sont les LumiĂšres du soir. Les LumiĂšres du soir sont la manifestation de la rĂ©surrection. Alors qu’ils ne savaient pas qu’Il Ă©tait ressuscitĂ© d’entre les morts, quoiqu’ils L’aimassent, qu’ils crussent en Lui, mais ils ne savaient pas qu’Il Ă©tait ressuscitĂ© d’entre les morts. Ils discutaient lĂ -dessus. Et alors, on est au temps du soir. Il va se manifester, qu’Il est ressuscitĂ© d’entre les morts. Comment s’y Ă©tait-Il pris? Pas par la prĂ©dication de la Parole, Il avait dĂ©jĂ  fait cela, et nĂ©anmoins eux n’avaient pas cru.
Et deux mille ans de prĂ©dication de la Parole, l’église ne croit toujours pas. Mais la LumiĂšre du soir est venue, la manifestation de la rĂ©surrection. Il les a fait entrer Ă  l’intĂ©rieur, et Il a accompli un miracle, ou Il a fait une chose comme Il l’avait faite avant Sa crucifixion; ils reconnurent que c’était Lui. Leurs yeux s’ouvrirent et Lui disparut rapidement.
E-34 Remarquez, c’était un Message court. Ce n’était pas trĂšs long. Il n’est pas restĂ© longtemps avec eux. Il s’est juste manifestĂ© et Il a disparu de devant eux. Et leurs yeux s’ouvrirent, et ils reconnurent que c’était Lui. Et ils ont dit: «Notre coeur ne brĂ»lait-il pas au-dedans de nous lorsqu’Il nous parlait en chemin?»
Et, oh! FrĂšre, soeur, combien notre coeur a brĂ»lĂ© pendant des annĂ©es? Je suis chrĂ©tien ça fait maintenant vingt-sept ans, non, environ vingt-neuf ans. Je suis prĂ©dicateur depuis vingt-sept ans. Et tout au long, chaque fois que je lis Sa Parole, qu’Il me parle, c’est merveilleux. Mon coeur brĂ»le d’entendre la Parole.
E-35 Mais maintenant, les LumiĂšres du soir ont brillĂ©. Le soleil se couche. La civilisation est passĂ©e. Le monde est Ă  la fin. Maintenant, Il est apparu, Il fait quelque chose parmi nous pour se rĂ©vĂ©ler comme le Christ ressuscitĂ©. Nos yeux sont... peuvent s’ouvrir. Nous pouvons voir qu’Il est vivant aux siĂšcles des siĂšcles. C’est Ă  l’oeuvre qu’on connaĂźt l’artisan. Et c’est ça la preuve de la rĂ©surrection.
Si JĂ©sus a promis dans la Bible qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, et qu’Il ne prouve pas cela, alors l’Ecriture est fausse. Au cours des annĂ©es, nous avons eu tous ces enseignements scripturaires, mais c’est aujourd’hui le jour de la manifestation, des manifestations de la rĂ©surrection.
E-36 Eh bien, qu’ont-ils fait aprĂšs que leurs yeux s’étaient ouverts? Ils ont dit: «Notre coeur ne brĂ»lait-il pas au-dedans de nous?» Ils se sont hĂątĂ©s de retourner rencontrer les autres.
Ils ne sont donc pas rentrĂ©s, juste retourner sur le chemin, en disant: «Eh bien, peut-ĂȘtre que c’était autre chose.» Mais ils Ă©taient sĂ»rs. Ils ont prĂ©cipitamment rejoint les autres et ont dit: «Certainement, le Seigneur est effectivement ressuscitĂ©. Nous savons qu’Il est ressuscitĂ©...» Ils ne sont pas allĂ©s discuter sur leur religion. Ils sont simplement allĂ©s parce que leurs yeux s’étaient ouverts. Ils L’avaient vu dans Sa rĂ©surrection.
E-37 Qu’est-ce qui serait plus beau ce soir, mon ami? Qu’est-ce qui serait plus glorieux ce soir, en ce jour de PĂąques? C’est de voir le mĂȘme JĂ©sus qui est ressuscitĂ© d’entre les morts venir au milieu de ce petit et modeste vieux tabernacle ici, qui nous a coĂ»tĂ© moins de trois mille dollars il y a vingt ans. Que se passerait-il dans ce petit et modeste endroit de Le voir venir ici ce soir et faire ce qu’Il avait fait avant Sa crucifixion pour prouver Sa rĂ©surrection? Il n’avait jamais fait cela avant ces derniers jours. Il le fait maintenant, parce qu’Il a promis de le faire. C’est le temps du soir. Les LumiĂšres brillent. Dieu ouvre les yeux de Ses enfants. Et d’un coeur lĂ©ger, ils sont rentrĂ©s prĂ©cipitamment: «Oh! Il est effectivement ressuscitĂ©.»
E-38 Eh bien, il y a dans cette salle ce soir des gens qui probablement viennent de la Virginie et d’à travers le pays. Et–et, peu importe d’oĂč vous venez, vous pouvez rentrer d’un coeur lĂ©ger en ce jour de PĂąques, si JĂ©sus vous apparaĂźt tel qu’Il leur Ă©tait apparu. Peut-ĂȘtre que vous avez longtemps marchĂ© avec Lui; peut-ĂȘtre que vous ĂȘtes chrĂ©tien depuis des annĂ©es, mais vous n’avez jamais vu la manifestation de la puissance de Sa rĂ©surrection.
Oh! S’Il le fait ce soir, Le recevrez-vous comme le Seigneur ressuscitĂ©? Pensez-y maintenant pendant que nous inclinons la tĂȘte juste un instant pour la priĂšre. Combien aimeraient qu’on se souvienne d’eux dans cette priĂšre? Levez la main vers Dieu. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-39 Maintenant, Seigneur Dieu, ces gens sont debout, avec des crampes aux jambes. Mais, oh! ils T’aiment. Ils sont venus, Seigneur, en ce jour de rĂ©surrection. Ils sont peut-ĂȘtre venus d’une autre tombe vieille et vide quelque part, lĂ  oĂč on prĂȘchait un Evangile vide, disant: «Eh bien, les jours des miracles sont passĂ©s.» C’est comme ça qu’on avait trouvĂ© la tombe, parce qu’Il n’était pas lĂ . Il Ă©tait ressuscitĂ© d’entre les morts. Mais ClĂ©opas et son ami, comme beaucoup ce soir ont effectuĂ© un dĂ©placement, dĂ©goĂ»tĂ©s le long du chemin.
Mais, ĂŽ Seigneur JĂ©sus, en ces temps du soir, je Te prie de manifester Ta rĂ©surrection Ă  cette petite Ă©glise ce soir, de prouver Ă  ces gens ici debout que Tu es humble. Que c’est si... peu importe combien modeste est-ce, Tu viendras partout oĂč Tu es le Bienvenu, oĂč Tu es dĂ©sirĂ©. Et il y en a beaucoup ici, Seigneur, qui sont dans le besoin. Beaucoup sont malades et beaucoup sont affligĂ©s. Beaucoup sont sans Toi, sans Christ, sans Dieu, et ils ont besoin d’assistance. Je Te prie, PĂšre, de Te manifester ce soir Ă  ce petit tabernacle une fois de plus.
E-40 Ô Seigneur Dieu, Tu as Ă©tĂ© bon envers Ton serviteur. Il y a plusieurs annĂ©es, dans une petite et vieille cabane en rondins, alors que ma jeune mĂšre lĂ  derriĂšre, ĂągĂ©e Ă  l’époque d’environ quinze ans, a ouvert la fenĂȘtre tĂŽt le matin et que j’ai lĂąchĂ© mon premier petit cri... Ô Seigneur Dieu, je Te remercie pour chaque annĂ©e. J’ai honte de beaucoup de mauvaises choses que j’ai faites. Je Te prie de me pardonner, et l’unique regret que j’ai, Seigneur, c’est de ne T’avoir pas servi quand j’étais un petit garçon. Aide-moi, Seigneur.
Ô Seigneur, si j’ai trouvĂ© grĂące Ă  Tes yeux, fortifie ce faible corps, renouvelle ma force, renouvelle ma jeunesse comme Tu le fais pour les aigles. Redresse plus haut ma tĂȘte, Seigneur, et abaisse mon coeur afin que je puisse marcher encore, Seigneur, et manifester Ton amour aux gens. Donne-moi un amour plus profond, plus de consĂ©cration, une vie plus profonde, pleine de vie–une vie plus comblĂ©e, afin que je Te serve. Seigneur, manifeste ce soir Ta puissance parmi les gens en guĂ©rissant les malades et les affligĂ©s, en rendant tĂ©moignage Ă  Ta rĂ©surrection. Nous Te louerons, au Nom du Seigneur JĂ©sus, nous le demandons. Amen.
E-41 J’aime cela, soeur Gertie. Combien connaissent cela: Saint, Saint, Saint, le Seigneur Dieu Tout-Puissant? Fredonnons plutĂŽt cela ensemble maintenant une fois. J’aime... Combien aiment ces cantiques Ă  l’ancienne mode? Oh! Vous pouvez ĂŽter tous vos drĂŽles de petits trucs hachĂ©s d’Elvis Presley, de boogie-woogie. Au Nom du christianisme, vous pouvez le faire. Donnez-moi ces cantiques de l’Evangile Ă  l’ancienne mode qui suscite l’amour dans le coeur.
Saint, Saint, Saint, Seigneur Dieu de temps anciens,
Tu remplis le ciel et la terre,
Le ciel et la terre Te louent,
Ô Seigneur, Trùs Haut.
Cela vous fait quelque chose, n’est-ce pas? Rien que d’adorer maintenant, ensemble pendant que nous chantons cela une fois de plus. Adorez simplement Dieu maintenant. Fermez simplement les yeux et adorez maintenant alors que nous chantons.
Saint, Saint, Saint, Seigneur Dieu de temps anciens,
Tu remplis le ciel et la terre,
Le ciel et la terre Te louent,
Ô Seigneur, Trùs Haut.
E-42 Seigneur Dieu, TrĂšs Haut, c’est Toi qui as placĂ© le soleil dans son orbite. Tu as placĂ© la lune, les Ă©toiles... Tu as mesurĂ© la terre dans la paume de Ta main et Tu as soufflĂ© les Ă©toiles. Tu es Dieu. Tu as ressuscitĂ© JĂ©sus d’entre les morts il y a mille neuf cents ans et Tu l’as manifestĂ© vivant pour nous donner cette assurance bĂ©nie que nous attendons maintenant, Sa Venue, Lui qui s’assoira sur le trĂŽne de David et rĂ©gnera sur la terre avec paix et justice. Nous n’apprendrons plus Ă  faire la guerre. Il n’y aura plus de faim ni de chagrin. Il n’y aura plus de tristesse ni de mort. Les choses anciennes seront passĂ©es et, ĂŽ Dieu, cela est si proche.
Fortifie les coeurs de Tes enfants. Donne-nous ce soir ce que nous dĂ©sirons, non pas pour nous-mĂȘmes, Seigneur, mais afin que nous ayons dans notre coeur un nouveau tĂ©moignage de Ta rĂ©surrection. J’humilie mon coeur et je Te demande de m’aider. Et l’assistance humilie leur coeur et Te demande de les aider, afin qu’ensemble nous voyions le Seigneur ressuscitĂ©. Viens parmi nous, Seigneur. Sanctifie cette Ă©glise. J’implore les misĂ©ricordes de Dieu. Seigneur, ne nous juge pas. Nous ne rĂ©clamons pas le jugement; nous implorons la misĂ©ricorde. Donne-nous la misĂ©ricorde, ĂŽ Eternel Dieu, et manifeste Ton amour et Ta PrĂ©sence parmi nous, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-43 Oh! J’ai davantage envie d’adorer, mon coeur dĂ©borde simplement. Quelle assurance! JĂ©sus est ressuscitĂ© d’entre les morts. Ce n’est pas une histoire comme celle de pĂšre NoĂ«l. Si je dis quelque chose de faux devant Tes enfants, pardonne-moi. Ce n’est pas intentionnellement que... mais je crois au fait de dire la vĂ©ritĂ© aux enfants. Je veux connaĂźtre la vĂ©ritĂ©. Quand on m’a parlĂ© de JĂ©sus, s’Il n’est pas ressuscitĂ© d’entre les morts, alors ce n’est qu’une histoire mystique. S’Il n’est pas le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, c’est donc une histoire mystique.
Alors, Il est peut-ĂȘtre mort s’Il ne se manifeste pas comme le Dieu ressuscitĂ©. Mais je suis si content de savoir qu’Il est ressuscitĂ© d’entre les morts et qu’Il est vivant maintenant. Il est ici. Ces terrains sacrĂ©s, tel que je l’ai dit ce matin, personne ne pourra jamais les enlever de votre coeur. Que Dieu vous ouvre les yeux ce soir, pĂšlerin, et qu’Il vous fasse savoir que Son Fils est ressuscitĂ© d’entre les morts et qu’Il est ici pour se manifester.
E-44 Maintenant, j’ai demandĂ© Ă  Billy combien il y en avait pour qui prier. Il ne savait pas. Combien ici ont besoin de la priĂšre, les malades dans le corps? Levez la main partout dans la salle, partout dans la salle, ceux qui veulent cela. Ce serait trop. Voyez, c’est par... Ça fait les deux tiers de l’assistance. Cela serait trop pour faire passer la ligne de priĂšre. Nous ne pourrons pas faire cela. Je lui avais dit de distribuer les cartes, nous essayerons d’aligner les gens et de faire passer autant que possible, et je pense... Avez-vous distribuĂ© une centaine? Une centaine? D’accord, oui, il a distribuĂ© une centaine de cartes, et la salle n’offre pas de places assises Ă  plus d’environ deux cents cinquante, je pense, ou quelque chose comme cela. Probablement que beaucoup ici donc... Combien n’ont pas de carte de priĂšre et aimeraient que Dieu les guĂ©risse? Levez la main, partout dans la salle maintenant, ceux qui n’ont pas de carte de priĂšre. Pratiquement la moitiĂ©. D’accord.
Maintenant, il n’y a qu’un seul moyen lĂ©gitime par lequel nous puissions faire cela. J’ai quelque chose Ă  l’esprit; il y a quelque chose dans mon coeur. Je ne peux pas dire cela avant de savoir de quoi je parle. Je prie. J’invoque Dieu. Je retourne derriĂšre le dĂ©sert. Je–je–je dois encore rencontrer Dieu. Il y a bien quelque chose, je dois encore me tenir sur ces lieux oĂč j’étais il y a quelques annĂ©es. Je veux Lui parler. Je–je L’ai vu en vision deux fois. J’espĂšre Le revoir avant de partir.
E-46 Il y a quelque chose que j’ai trouvĂ© dans les Ecritures. Je–je–je ne sais pas. Cela est sur mon coeur, et chaque fois que j’en parle, quelque chose arrive. Et je suis juste... je suis sur... je–j’en suis au point oĂč je ne sais que faire. Je crois que ce ministĂšre que j’ai maintenant est en train de disparaĂźtre, que quelque chose de plus grand est en train de prendre place.
La semaine prochaine ou dans deux semaines, je vais sur les sables sacrĂ©s, si je le peux, derriĂšre le dĂ©sert, pour voir si je peux entrer en contact avec mon Seigneur. Je ne peux pas me reposer. Je ne peux pas avoir de paix jusqu’à ce que je Le trouve, jusqu’à ce que je dĂ©couvre ce qu’il en est de tout ça. Je ne peux pas comprendre cela. Il ne m’a jamais rejetĂ©, jusqu’à prĂ©sent. Je ne crois pas qu’Il le fera cette fois-ci. J’implore. Je prie qu’Il m’aide.
Non pas que je–je–je–je ne veux pas cela. Oh! la la! Je peux revenir ici et prĂȘcher, aller de l’avant donc. Je pense que j’ai assez d’amis qui seront assez gentils pour m’aider Ă  prendre soin de moi. Ce n’est pas ça. Ce n’est pas cela la pensĂ©e. Ce ministĂšre que j’ai, je peux continuer avec tant que Dieu sera avec moi. Je peux continuer avec, mais mon coeur n’est pas satisfait. Il y a un appel profond vers une profondeur. Il y a quelque chose en action, on dirait que je peux tendre mes mains lĂ -dessus. Mais oĂč est-ce, Seigneur?
E-47 Ce n’est pas pour moi. C’est pour Son peuple. C’est pour les enfants de Dieu. Moi, je deviens simplement un sacrifice. Je suis un vieil homme. Mes jours sont finis. Les jours de ma jeunesse sont passĂ©s. Un homme de quarante-neuf ans n’est plus un enfant. Et nous le savons. Encore un an, j’ai cinquante. Je ne suis plus un jeune homme. J’ai des enfants Ă  Ă©lever. C’est vrai. Mais, frĂšre, j’ai le travail de Dieu Ă  accomplir par-dessus tout. Je dois savoir pourquoi ce dĂ©sir ardent. Je dois aller jusqu’à trouver cela. Je dois Le trouver quelque part. Je dois le savoir.
E-48 Et je pense qu’il y en a qui sont assis ici depuis environ dix ou douze ans, dans ce tabernacle, et j’avais fait cette mĂȘme dĂ©claration ici autrefois. Combien ici s’en souviennent? Regardez simplement les mains des anciens qui sont restĂ©s. Quelque chose en vous, j’ai dit qu’il y a quelque chose que je peux pratiquement toucher. C’est Ă  portĂ©e de la main. Peu savais-je quand l’Ange avait parlĂ© lĂ  Ă  la riviĂšre devant vous tous, disant: «Comme Jean a Ă©tĂ© envoyĂ© comme prĂ©curseur de la premiĂšre venue, tu enverras un Message Ă  travers le monde.» Cela est arrivĂ©.
Chaque nation a des rĂ©unions de guĂ©rison en cours maintenant Ă  travers le monde, mĂȘme en Russie. Oui, oui, partout, des services de guĂ©rison en cours, cela se serait Ă©teint... Or, il y a quelque chose de plus grand en mouvement. Il y a un... j’attends d’entendre le bruit dans les feuilles de mĂ»riers. Je continue. Priez pour moi.
E-49 Maintenant, alors que je suis dans ce ministĂšre ci, la manifestation de la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ... S’Il est vivant, Il tient chaque promesse. Qui L’a gardĂ© vivant pendant ces deux mille ans? Qui a gardĂ© cette LumiĂšre Ă©ternelle en train de brĂ»ler? Maintenant, on est au temps du soir. Sa manifestation, quelque chose qu’Il a fait comme Il le faisait avant la crucifixion, Il s’est manifestĂ© aux disciples; ils ont vite reconnu cela. C’était Lui. Eh bien, Il fera de mĂȘme.
Combien ici ont Ă©tĂ© dans mes autres rĂ©unions? Faites voir la main, partout dans la salle. Je pense que c’est cent pour cent; alors, je n’aurai pas Ă  faire cela. Vous savez Ă  quoi vous attendre. Combien ont le vif dĂ©sir et attendent de Le voir une fois de plus ce soir entrer en scĂšne? Es-Tu le JĂ©sus ressuscitĂ©? Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-50 Maintenant, juste pour montrer qu’Il est vivant... C’était quoi? X? D’accord. Commençons... Nous ne pouvons pas appeler trop de gens Ă  la fois. Nous pouvons mettre debout peut-ĂȘtre quatre ou cinq Ă  la fois ou quelque chose comme cela. D’accord, commençons avec les cartes de priĂšre maintenant, commençons Ă  les mettre debout. Prenons le numĂ©ro 1. Qui l’a? Regardez votre carte. NumĂ©ro 1? Oh! Je suis dĂ©solĂ©. D’accord, madame. 1... NumĂ©ro 2? NumĂ©ro 3? Pouvez-vous vous lever, celui qui a le numĂ©ro 3? NumĂ©ro 4, numĂ©ro 5, numĂ©ro 6. Je ne vois pas le numĂ©ro 6. 1, 2, 3, 4, 5, numĂ©ro 6. D’accord. NumĂ©ro 7. NumĂ©ro 7, s’il vous plaĂźt. Ici, c’est le... 8, numĂ©ro 8, numĂ©ro 9. D’accord, Monsieur. NumĂ©ro 10. Voyons combien nous... D’accord.
Commençons lĂ  mĂȘme, et puis nous pourrons... Voyez, peut-ĂȘtre que nous pourrons en prendre encore davantage. Combien dans la salle ne me connaissent pas, je ne les connais pas, et veulent que Dieu les guĂ©risse? Levez la main, tous ceux qui savent que je ne les connais pas. D’accord. Soyez vraiment respectueux.
E-51 Eh bien, notre Seigneur JĂ©sus, quand Il marchait sur la terre (pendant qu’on aligne les gens)... notre Seigneur JĂ©sus, quand Il marchait sur la terre, Il ne prĂ©tendait jamais ĂȘtre un guĂ©risseur. Combien savent cela? Il disait: «C’est Mon PĂšre qui demeure en Moi.» Combien savent qu’Il a dit: «Je ne peux rien faire de Moi-mĂȘme, mais ce que Je vois faire au PĂšre, le Fils le fait pareillement.»? Je... Et quand Il a trouvĂ© un homme, dans un–un petit homme, et Il s’est manifestĂ© devant la race juive, Il a accompli un miracle, en disant Ă  cet homme oĂč il avait Ă©tĂ©, ce qu’il faisait; et ce dernier a cru en Lui. Et quand Il s’est manifestĂ© Ă  la race samaritaine, Il a rĂ©vĂ©lĂ© Ă  une femme ce qu’était son secret, et elle a cru en Lui et ainsi que toute la race. Est-ce vrai? Mais, rappelez-vous, Il n’avait jamais fait cela devant un homme des nations, jamais devant un homme des nations, parce que... Combien savent que celle-ci est la dispensation des nations? Mais les lumiĂšres du soir ont paru maintenant. Quel genre de lumiĂšre brille? Quel genre de lumiĂšre brille quand le soleil se couche? Le mĂȘme soleil qui a brillĂ© Ă  l’est quand il s’est levĂ©. Croyez-vous cela? Est-ce le mĂȘme soleil qui a parcouru la terre? Le mĂȘme soleil qui se pointe et qui est la lumiĂšre ici, et il a fait sombre la journĂ©e, c’était juste un jour brumeux. Et puis, juste avant le coucher du soleil, cela a brillĂ© une fois de plus, et ça doit ĂȘtre la mĂȘme LumiĂšre qui avait brillĂ© jadis. Elle avait brillĂ© sur les Samaritains et sur les Juifs autrefois, et pas sur les Gentils. Il doit donc faire briller la mĂȘme LumiĂšre sur les Gentils afin d’ĂȘtre le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Est-ce vrai? Maintenant, croyez.
E-53 Maintenant, soeur Gertie, trĂšs doucement, juste pour un moment.
Maintenant, dans cette ligne de priĂšre, il y en a beaucoup parmi vous, je pense, que je ne connais pas. Combien parmi vous lĂ , je ne sais pas, ont quelque chose qui cloche ou dont je ne sais rien, et qui le savent? Levez la main, vous qui ĂȘtes dans la ligne de priĂšre qui savez que je ne sais rien Ă  votre sujet. Combien dans l’assistance savent que je ne sais rien Ă  leur sujet? Peu m’importe que vous soyez ici ou pas. Je ne sais rien Ă  votre sujet. D’accord, d’accord, croyez simplement.
E-54 Eh bien, notre Seigneur allait une fois ressusciter une petite fille morte et une–une femme toucha Son vĂȘtement. Et Il se retourna et dit: «Qui M’a touchĂ©?» Et tout le monde est restĂ© calme. Ils ont niĂ© L’avoir touchĂ©. Mais Il a promenĂ© le regard tout autour.
Et l’un d’eux L’a repris, Pierre, il a dit: «Seigneur, comment peux-Tu dire: ‘Qui M’a touchĂ©?’ alors que toute la foule Te touche?»Il a dit: «Mais Je–Je... La vertu est sortie de Moi.» C’est la force.
Et Il a promenĂ© son regard jusqu’à repĂ©rer qui la fem-... Comment avait-Il su qui Ă©tait la femme? C’était sa propre foi Ă  elle, parce que c’est ce qu’Il a dit: «Ta foi t’a sauvĂ©e. Ta perte de sang est finie. Ta foi t’a rĂ©tablie.» C’est JĂ©sus-Christ aujourd’hui tel qu’Il Ă©tait hier. S’Il peut faire la mĂȘme chose aujourd’hui, c’est qu’Il se manifeste donc le mĂȘme.
E-55 On dirait que je dois connaĂźtre cette femme-ci. Est-ce vous la premiĂšre personne? Est-ce vous la... Peut-ĂȘtre que je vous connais. Je ne sais pas. Votre visage me semble familier. Je ne sais pas. Mais quoi qu’il en soit, levez-vous et venez ici une minute. J’aimerais dire, si je vous connais, peut-ĂȘtre que pas. Je ne connais pas votre nom, mais on dirait que je vous ai vue. Peut-ĂȘtre que oui, mais je ne sais pas ce pour quoi vous ĂȘtes ici. Je n’ai aucune idĂ©e de ce pour quoi vous ĂȘtes ici. Et je ne sais pas si je vous connais, mais je... Vous me semblez familiĂšre, votre visage. Est-ce que je vous connais? Vous–vous, je ne vous connais pas. D’accord, vous ĂȘtes donc une inconnue. Son visage me semble familier. Je ne savais simplement pas. Je voulais ĂȘtre sĂ»r.
E-56 Eh bien, tout le monde sait, si du moins vous ĂȘtes quelque peu spirituel, que quelque chose est en train de se passer maintenant mĂȘme. Oh! Ne pouvez-vous pas–ne pouvez-vous pas juste... Vous n’ĂȘtes pas censĂ© sentir cela, mais vous le sentez en fait. Je sais que cet Ange de Dieu est ici mĂȘme Ă  cette chaire. Voyez-vous cette photo-lĂ , de cette LumiĂšre lĂ ? Cette LumiĂšre est ici mĂȘme maintenant. Vous direz: «Je ne vois pas Cela.» Les autres non plus n’avaient pas vu, ces anges qui leur disaient: «Il vous avait dit ceci en GalilĂ©e.» Ils Ă©taient lĂ . Et Il est ici. Il est Christ, le RessuscitĂ©. Combien savent que Christ est ressuscitĂ© sous la forme d’une LumiĂšre aujourd’hui? AssurĂ©ment. La Bible dit qu’Il l’est.
E-57 Maintenant, soyez vraiment respectueux maintenant; ne vous dĂ©placez pas. OĂč que vous soyez, priez simplement. Maintenant, si nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre et que le Seigneur Dieu, s’Il... si vous ĂȘtes malades... Et si je pouvais vous guĂ©rir, je–je le ferais, mais je–je ne le peux pas. Je ne peux pas le faire, parce que c’est dĂ©jĂ  fait. JĂ©sus l’a fait en mourant au Calvaire, Il est ressuscitĂ© et Il l’a manifestĂ©.
Et maintenant, qu’Il veuille bien me rĂ©vĂ©ler ce pour quoi vous ĂȘtes ici. Eh bien, s’Il se tenait ici dans ce costume, Il peut savoir qui vous ĂȘtes. Il le saurait si Dieu me le rĂ©vĂ©lait. Il a dit: «Je ne fais que ce que le PĂšre Me montre.» Et s’Il Ă©tait ici et qu’Il vous rĂ©vĂ©lait peut-ĂȘtre qui vous ĂȘtes, d’oĂč vous venez, votre nom, ce que vous avez fait avant de venir Ă  la rĂ©union, ou ce que vous avez Ă  coeur de faire, ou quelque chose comme cela...
Mais quant Ă  la guĂ©rison, c’est une oeuvre achevĂ©e. C’est dĂ©jĂ  fini. Maintenant, s’Il fait la mĂȘme chose, croirez-vous que vous recevrez ce que vous demandez? Est-ce que l’assistance lĂšve la main vers Dieu pour dire qu’elle croira aussi cela s’Il rĂ©vĂšle Ă  cette femme? Qu’elle en soit juge.
E-58 Maintenant, si quelqu’un veut venir prendre cette place, il est le bienvenu. Maintenant, c’est ici que je vais ĂȘtre trouvĂ© menteur et infidĂšle Ă  la Parole de Dieu, ou si je dis la vĂ©ritĂ© et que Sa Parole est rĂ©elle. C’est vrai. Vous y ĂȘtes. Il ne peut y avoir personne–ne peut y avoir personne qui s’en approche. Ça se manifeste. Ça se fait.
Maintenant, si cette femme est malade et que je lui impose les mains, en disant: «Tu vas te rĂ©tablir, soeur», elle n’aura que ma parole pour ça. Mais si le Saint-Esprit rĂ©vĂšle quelque chose qui est dans sa vie passĂ©e, elle saura si c’est la vĂ©ritĂ© ou non. Quelque chose de passĂ©, s’Il sait ce qui est passĂ©, certainement qu’il saura ce qui arrivera. Ne croyez-vous pas cela? Qu’Il vous l’accorde, ma soeur.
E-59 Toute l’assistance a donc dit qu’elle croirait. Vous et moi, nous sommes inconnus, ensemble, c’est cette fois-ci que nous nous rencontrons ici; vous vous tenez lĂ  avec une chose qui ne marche pas, je ne sais pas ce que c’est. Je ne sais pas. En effet, je ne vous connais pas; et comment saurais-je ce que... ce pour quoi vous ĂȘtes... ce qui ne va pas chez vous? Mais Dieu sait certainement ce qui cloche chez vous. Maintenant, soyez vraiment trĂšs respectueux. Eh bien, cette dame n’est pas ici pour elle-mĂȘme, pour commencer. Vous ĂȘtes ici pour quelqu’un d’autre. C’est un petit. Et il–il a un problĂšme au... il est trĂšs nerveux. C’est votre petit-fils, je pense. Il y a quelque chose d’étrange. Je vois cet enfant dans une ville qui n’est pas cette ville-ci. On dirait New Albany. C’est vrai. Et il souffre des nerfs. Il a quelque chose qui ne va pas au foie, d’aprĂšs ce qu’on dit. Il vomit beaucoup. C’est vrai. Vous ĂȘtes dĂ©rangĂ©e Ă  ce sujet, et vous le reprĂ©sentez. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Soyez-en juge. Ces choses sont-elles vraies? Je ne sais pas ce que je vous ai dit. Les bandes savent. Elles rapportent, elles me le rapportent.
Maintenant, c’était pour quelqu’un d’autre, d’une façon ou d’une autre. Placez ce mouchoir sur ce quelqu’un d’autre, celui que vous tenez en main, pendant que cette onction est sur vous, et ne doutez pas, vous aurez ce que vous demandez. S’Il sait ce qui a Ă©tĂ©, Il sait ce qui arrivera. Ne doutez pas. Allez en croyant en Lui.
E-60 Bonsoir, monsieur. Je suppose que nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Nous le sommes. Il a dit qu’il ne m’a jamais vu de sa vie avant ce matin. Maintenant, que tout le monde soit donc trĂšs respectueux. L’onction est dĂ©jĂ  lĂ  maintenant. Voyez-vous? Je souhaiterais expliquer cela. Mais Dieu vous connaĂźt certainement, monsieur. Et si le Seigneur Dieu me rĂ©vĂšle votre maladie, L’accepterez-vous comme votre GuĂ©risseur, ou votre Sauveur, ou je ne sais Qui, suivant le besoin que vous avez de Lui...?... Maintenant, quand la vision est lĂ , suivez simplement cela.
Vous cherchez Ă  traverser une piĂšce et il y a quelque chose au niveau de vos genoux. C’est l’arthrite, au niveau de vos genoux. Vous avez aussi un problĂšme d’yeux. Ils s’affaiblissent. Et vous avez un problĂšme avec vos oreilles et vous souffrez de l’estomac. C’est vrai. Vous n’ĂȘtes pas de cette ville-ci. Vous venez de Somerset, dans le Kentucky. Votre nom, c’est monsieur Hudson. Maintenant, rentrez; croyez de tout votre coeur et vous serez guĂ©ri. Croyez-le de tout votre coeur.
E-61 Croyez-vous de tout votre coeur, tout le monde? Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas, mais croyez simplement. Le Seigneur Dieu vous connaĂźt certainement, soeur. Croyez-vous qu’Il peut me dire ce pour quoi vous ĂȘtes ici? S’Il le fait, accepterez-vous cela? Cet homme costaud assis ici, oui, je pense que nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre, monsieur. Mais il y a quelques instants, alors que je parlais Ă  cet homme-lĂ , quelque chose vous est arrivĂ©. Vous avez dit dans votre coeur: «Je crois ça.» C’est vrai, n’est-ce pas? Si le Seigneur Dieu me rĂ©vĂšle de quoi vous voulez ĂȘtre guĂ©ri, accepterez-vous cela? Vous avez une espĂšce de toux qui vous dĂ©range. Si c’est vrai, levez la main. D’accord, si vous croyez cela, vous n’aurez plus jamais ça. Cela vous quittera. Amen.
E-62 Qu’a-t-il touchĂ©? Qu’a-t-il fait? Il a touchĂ© le Souverain Sacrificateur, pas moi. C’est un... Je n’ai jamais vu cet homme. Je ne sais rien Ă  son sujet. Croyez-vous que le JĂ©sus ressuscitĂ©... Est-ce tout Ă  fait la mĂȘme chose qu’Il avait faite aprĂšs Sa rĂ©surrection pour prouver qu’Il Ă©tait le mĂȘme? Quelqu’un se demande: «Quel genre d’esprit est-ce? Un esprit se rendra toujours tĂ©moignage. Le...» Nous sommes les sarments, Il est le Cep. Le potiron portera des potirons. La vigne portera des raisins. Le pommier portera des pommes. La Vie chrĂ©tienne manifeste Christ. Ce n’est pas une chose Ă©trange.
E-63 Vos yeux s’abĂźment et vous voulez qu’on prie pour vos yeux. C’est vrai, n’est-ce pas? Si c’est vrai, levez la main. Voyez, je ne vous connais pas, mais Dieu vous connaĂźt. Mais votre vie, vous ne pouvez pas la cacher. Je vois ici autre chose: un hĂŽpital. Maintenant, juste un instant. Ce n’est pas l’examen des yeux; ce n’est pas ça, c’est une intervention chirurgicale. Ce n’est pas vous. C’est votre ami qui a subi une intervention chirurgicale. Et ce quelque chose, c’est une intervention chirurgicale de la hernie, et vous en avez peur, car vous savez que c’était quelque chose de diffĂ©rent de la hernie. C’est vrai. C’était Ă  Corydon, dans l’Indiana. C’est vrai. Croyez-vous maintenant de tout votre coeur? Allez et recevez ce que vous avez demandĂ© au Nom du Seigneur JĂ©sus.
E-64 Je vous connais de visage. Je... si je ne me trom-... Evidemment, ceci est l’onction. Voyez-vous? Mais au mieux de mes souvenirs, n’ĂȘtes-vous pas un prĂ©dicateur? Voyez? Je voulais juste savoir afin que la–l’assemblĂ©e voie qu’il n’y a rien... il y a bien quelque chose quand je connais quelqu’un, je ne... Mais je ne sais pas pourquoi vous ĂȘtes ici, je n’en ai aucune idĂ©e. Si c’est vrai, levez la main. Je ne sais pas pourquoi vous ĂȘtes ici. Mais je sais que vous ĂȘtes un prĂ©dicateur, que vous venez de Blackson’s Mill ou de quelque part lĂ . En effet, vous ĂȘtes venu une fois chez moi, je pense, pour qu’on prie pour un enfant ou quelque chose qui Ă©tait... Oui, je sais qu’il y avait quelque chose au sujet d’un enfant. Oui.
Mais vous souffrez d’une espĂšce de maladie dans les intestins. Laissez-moi vous le dire, afin que vous sachiez si je suis un serviteur de Dieu ou pas. Vous avez Ă  coeur quelqu’un pour qui vous priez, c’est une jeune fille estropiĂ©e. Elle n’est pas ici, elle est de l’autre cĂŽtĂ© de la riviĂšre. Elle est dans le Kentucky. Maintenant, croyez de tout votre coeur. Vous pouvez avoir ce que vous demandez. Amen.
E-65 Croyez-vous? Si vous pouvez croire, vous pouvez recevoir. Ne doutez pas. Qu’en est-il là au fond, dans l’assistance, croyez-vous?
LĂ  tout au fond, une dame de couleur assise juste Ă  gauche, souffrant d’une maladie gynĂ©cologique, assise ici Ă  gauche, si vous croyez de tout votre coeur, madame, vous pouvez avoir votre guĂ©rison. Croyez-vous cela? C’est vrai, la dame de couleur assise Ă  cĂŽtĂ© du poteau, Ă  cĂŽtĂ© d’un homme. Elle a la main levĂ©e maintenant. Elle connaĂźt des troubles gynĂ©cologiques. D’accord, le Seigneur Dieu vous a guĂ©rie, soeur. Votre foi vous a guĂ©rie. Ne pouvez-vous pas voir cette LumiĂšre suspendue lĂ  au-dessus de cette femme-lĂ ? Regardez cela.
E-66 Oh! Que c’est merveilleux! Le Seigneur Dieu ne faillit jamais. Soyez respectueux. Oh! Je suis si content qu’Il soit vivant, qu’Il vive dans nos coeurs. «Si tu peux croire, tout est possible.»
Je suppose que nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Je ne vous connais pas. Je ne vous ai jamais vu. Mais Dieu vous connaĂźt certainement. Si je vous ai dĂ©jĂ  vu, je ne le savais pas. Mais si le Seigneur me rĂ©vĂšle ce pour quoi vous vous tenez ici, croirez-vous que je suis Son serviteur? Croirez-vous qu’Il est ressuscitĂ© d’entre les morts? Si nous sommes inconnus, il doit y avoir un genre de puissance qui me rĂ©vĂ©lera ce pour quoi vous ĂȘtes ici. Vous ĂȘtes ici Ă  cause de varices, vous priez pour ça. C’est vrai. Maintenant, priez pour quelqu’un d’autre et voyez si je suis serviteur de Dieu. Priez simplement pour quelqu’un d’autre pour voir s’Il peut rĂ©vĂ©ler cela. Croyez-vous cela? Eh bien, elle est nerveuse, elle souffre de rein, et elle habite Ă  Corydon. C’est vrai, n’est-ce pas? Maintenant, croyez-vous? Maintenant, allez de l’avant et recevez ce que vous avez demandĂ©.
E-67 Je vous demande... je dĂ©fie votre foi de croire cela. Partout dans la salle, peu importe oĂč vous ĂȘtes, croyez simplement cela. Jusque lĂ  au fond, jeune homme debout lĂ  derriĂšre en train de prier pour son ami qui est Ă  Fort Wayne, qui est aveugle, croyez-vous que Dieu le guĂ©rira? D’accord, vous pouvez donc avoir cela. Que certains parmi vous lĂ  derriĂšre croient. LĂ  derriĂšre, lĂ  derriĂšre, croyez. Je vous dĂ©fie, dĂ©fie... Que Dieu soit misĂ©ricordieux.
Cette dame de couleur assise juste lĂ  en bas, vous lĂ  souffrant d’une tumeur. Croyez-vous que le Seigneur vous guĂ©rira, madame, juste le siĂšge arriĂšre, lĂ  le siĂšge arriĂšre, lĂ  derriĂšre, avec un petit chapeau rond, vous qui levez la main. Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira de cette tumeur? Si vous croyez, levez la main et faites signe de la main vers Lui. D’accord. Rentrez donc chez vous et soyez bien portante.
E-68 Oh! Il est merveilleux. Voici une dame assise ici devant, assise Ă  l’intĂ©rieur, juste un peu en retrait. Elle prie pour quelqu’un d’autre. L’Ange du Seigneur se tient Ă  cĂŽtĂ© d’elle, et c’est son ami qui prie... pour qui elle prie, elle n’habite pas ici. C’est dans une petite ville oĂč il y a beaucoup de pins. C’est Ă  Henryville, dans l’Indiana. Elle prie pour sa belle-soeur qui souffre du coeur. Pouvez-vous croire cela? Si vous pouvez croire cela, vous assise lĂ  derriĂšre, ayez foi en Dieu et recevez cela. TrĂšs bien. TrĂšs bien, madame. Vous m’ĂȘtes inconnue; je ne vous connais pas. Mais Dieu vous connaĂźt certes. Si vous croyez cela, levez la main, madame, la dame en lunettes lĂ . D’accord. C’est ça. Que pensez-vous? Le Seigneur notre Dieu, Il est Dieu. Il n’est pas mort. Il n’est pas mort, mais Il est vivant, non seulement Il est–Il est vivant, mais Il est prĂ©sent.
E-69 Est-ce que le... Sommes-nous inconnus l’un Ă  l’autre? Je suppose. C’est notre premiĂšre rencontre, je suppose. Mais Dieu nous connaĂźt tous deux. De quoi avez-vous peur? ArrĂȘtez ces pensĂ©es au sujet des odeurs, des parfums et autres, dĂ©barrassez-vous-en. Croyez simplement en Dieu. Vous avez simplement cela Ă  l’esprit. Rentrez chez vous et soyez bien portant si vous croyez cela. Vous Ă©tiez malade. Je vous vois entrer et sortir d’un hĂŽpital, une, deux, trois fois. Trois interventions chirurgicales, et c’était sur le colon. C’était on dirait une tumeur de colon. Et vous n’ĂȘtes pas de cette ville. Vous ĂȘtes une Kentuckienne. Vous venez d’une ville oĂč j’ai Ă©tĂ©, Campbellsville. Madame Vaughn, rentrez chez vous et croyez donc. Vous pouvez avoir ce que vous demandez.
Croyez-vous de tout votre coeur?
E-70 Voulez-vous aller prendre votre souper et guĂ©rir de cette maladie d’estomac? D’accord, allez de l’avant. Ayez simplement foi en Dieu.
Vous aimeriez guĂ©rir de cette arthrite et ĂȘtre bien portant? Poursuivez votre chemin et croyez cela.
Croyez-vous que Dieu guĂ©rira cette maladie de coeur? Poursuivez votre chemin; soyez guĂ©ri. Cet homme assis juste ici derriĂšre, au bout, en chemise blanche... Non, c’est frĂšre Funk, c’est juste derriĂšre lui. Vous avez besoin du baptĂȘme du Saint-Esprit, n’est-ce pas? D’accord, si vous croyez cela, vous pouvez le recevoir. Amen.
E-71 Pourquoi rĂ©flĂ©chissez-vous, petite dame assise ici souffrant d’arthrite, en train de me regarder en face? Vous venez de Middletown, dans l’Ohio; voulez-vous croire cela? C’est une bonne foi pour une personne qui n’est mĂȘme pas une chrĂ©tienne. Vous ne confessez pas ĂȘtre une chrĂ©tienne. C’est vrai. L’Acceptez-vous maintenant comme votre Sauveur? Croyez-vous en Lui et L’acceptez-vous comme votre Sauveur, le Seigneur ressuscitĂ©? Je ne vous connais pas. Je ne vous ai jamais vue. C’est vrai. Mais si vous L’acceptez comme votre Seigneur ressuscitĂ© maintenant mĂȘme dans votre coeur, vos pĂ©chĂ©s sont pardonnĂ©s et Dieu vous guĂ©rira. Levez la main vers Lui et croyez. TrĂšs bien. Poursuivez votre chemin et rĂ©jouissez-vous. Je dĂ©fie votre foi. Je vous demande de croire cela.
E-72 Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre, mais Dieu vous connaĂźt. Vous me connaissez, mais moi, je ne vous connais pas, n’est-ce pas? Croyez-vous que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler ce pour quoi vous ĂȘtes ici? D’accord. Combien croiront cela? Oh! Comment pouvez-vous ne pas croire? Dieu ne peut-Il pas... Dieu vous a-t-il donc ouvert les yeux? Beaucoup de gens ici me connaissent. J’ai grandi ici avec vous. Comment pourrais-je... Remontez dans ma vie et voyez si jamais quelque chose a Ă©tĂ© dit qui ne se soit pas parfaitement manifestĂ© comme Ă©tant la vĂ©ritĂ©? Sondez cela et voyez si c’est vrai. Eh bien, qu’est-ce que je dis? JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© d’entre les morts? Il est vivant; Il est ici. C’est PĂąques, et c’est PĂąques depuis deux mille ans. Les lumiĂšres du soir brillent maintenant. Cela a brillĂ© jadis Ă  l’est. Cela brille maintenant Ă  l’ouest.
E-73 Monsieur, ceci peut continuer pendant des heures. Si cet homme dit que je ne le connais pas, il m’a probablement vu dans des rĂ©unions quelque part ou ailleurs. Je ne sais pas. Dieu le sait. Pas moi. Je ne sais oĂč je l’ai dĂ©jĂ  vu. Je ne sais pas si je l’ai dĂ©jĂ  vu, mais il a dit qu’il m’a vu. Si Dieu rĂ©vĂšle Ă  cet homme quelque chose qu’il sait, juste comme Philippe alla prendre NathanaĂ«l et l’amena, combien diront que cela rĂ©glera la question pour toujours pour moi? Voudriez-vous lever la main pour montrer que je ne vous connais pas, levez simplement la main si je ne vous connais pas, je ne sais rien Ă  votre sujet? Je ne sais rien Ă  votre sujet, je ne vous ai jamais vu de ma vie, Ă  ce que je sache. Maintenant, si Dieu accorde cela, combien diront: «Je vais L’accepter maintenant mĂȘme comme le Seigneur ressuscitĂ©, comme mon GuĂ©risseur?»
E-74 Quant Ă  vous guĂ©rir, je ne le peux pas, monsieur. Je n’ai pas la puissance de le faire. Tout ce que j’ai, c’est un don par lequel Dieu me permet de faire cela. Et maintenant, Ă©tant fatiguĂ© et faible... Ces visions me tuent pratiquement. C’est pire... C’est plus dur que prĂȘcher ou se tenir dans le baptistĂšre. C’est dur. Mais Dieu est bon.
Mais vous souffrez de quelque chose dans la colonne vertĂ©brale, c’est une grosseur, vous dit-on, dans votre colonne vertĂ©brale. C’est tout Ă  fait vrai. Maintenant, croyez-vous? Maintenant, regardez, plus je parle Ă  cet homme, plus il lui en sera dit. J’aimerais vous poser une question maintenant. Soyez vraiment respectueux. Soyez respectueux.
Priez pour quelqu’un et voyez si le Seigneur rĂ©vĂ©lera cela. Je demanderai Ă  n’importe qui parmi vous de faire de mĂȘme. Ayez simplement Ă  l’esprit... Eh bien, voyez, il n’y a rien en moi. Je ne peux pas vous aider. Je suis un homme, et... Mais JĂ©sus est Dieu et Il est prĂ©sent. Ne pouvez-vous pas... Vos yeux sont-ils ouverts pour–pour voir le... Ne regardez-vous pas au-delĂ  du rideau pour voir lĂ  oĂč Il est depuis deux mille ans? Il vous a parlĂ© par la Parole. Il vous a parlĂ© par vos sermons, tout au long, et Il est ici maintenant, se manifestant.
E-75 J’essaie de vous serrer sur mon coeur. Oui, je vois que vous avez Ă©tĂ© examinĂ©. C’est votre colonne vertĂ©brale. Il y a une grosseur, et vous priez pour votre femme. Si Dieu me montre ce qui ne va pas avec votre femme, croirez-vous que je suis Son prophĂšte? Ce sont ses oreilles. Non seulement cela, mais je vois un jeune homme apparaĂźtre. C’est votre fils. Si Dieu me rĂ©vĂšle ce qui ne va pas avec votre fils, croirez-vous que je suis Son prophĂšte? Est-ce que l’assistance croira cela? Le jeune homme ici... C’est une maladie des nerfs et une maladie de peau. C’est tout Ă  fait vrai. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Croyez-vous que vous recevez ce que vous demandez? Poursuivez donc votre chemin et rĂ©jouissez-vous. Combien croient de tout leur coeur?
E-76 Maintenant, j’aimerais que vous fassiez quelque chose pour moi. Imposez-vous les mains les uns aux autres juste une minute. OĂč que vous soyez, imposez-vous les mains les uns aux autres. Quel moment! N’arrivez-vous pas Ă  voir, ami? Ne pouvez-vous pas comprendre que ceci ne peut pas ĂȘtre moi? Oui, la petite dame lĂ  en lunettes souffre d’une maladie gynĂ©cologique, un Ă©coulement, ne vous en faites plus, vous assise lĂ -bas, c’est terminĂ©. Cela change de vie... Cela vous a quittĂ©e.
E-77 Quelque chose est ici prĂ©sent, quelque chose de surnaturel, quelque chose de rĂ©el. Il connaĂźt vos pĂ©chĂ©s. Il sait tout Ă  votre sujet. N’est-Il pas le Seigneur JĂ©sus? Alors, je vous assure, si je vous ai dit ce qu’est la VĂ©ritĂ© et qu’Il a prouvĂ© que cela est la VĂ©ritĂ©, je vous dis la VĂ©ritĂ© maintenant. Chacun de vous peut ĂȘtre guĂ©ri maintenant mĂȘme si seulement vous L’acceptez, non Ă  partir de votre tĂȘte, mais du fond de votre coeur. Si vous rĂ©glez cela maintenant, que vous ĂȘtes dans la PrĂ©sence du Dieu omnipotent, qu’Il est prĂ©sent maintenant, point n’est besoin que quelqu’un sorte faible de cette salle. Chacun de nous peut sortir d’ici parfaitement guĂ©ri si seulement vous croyez cela. S’Il Ă©coute ma priĂšre ici, Il Ă©coutera ma priĂšre lĂ  dans l’assistance. Il n’exauce pas seulement ma priĂšre; Il exaucera la vĂŽtre.
E-78 Or, la Bible dĂ©clare qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Il l’a prouvĂ©. La Bible dĂ©clare qu’Il est ressuscitĂ© d’entre les morts. Il l’a prouvĂ©. Est-ce vrai? Maintenant, j’aimerais vous poser une question. Voici ce que JĂ©sus a dit, Ses derniĂšres Paroles avant de quitter la terre: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Combien y a-t-il des croyants ici? Dites amen. Vous ĂȘtes donc des croyants. «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. Ils imposeront les mains aux malades et les malades seront guĂ©ris.» Cette promesse est-elle vraie? Eh bien, vous ĂȘtes des croyants; vous avez des mains imposĂ©es les uns sur les autres. La Bible est donc vraie.
Eh bien, que chacun de vous prie l’un pour l’autre juste comme vous priez dans votre propre Ă©glise. Imposez-vous les mains les uns aux autres. Que chacun prie pour l’autre alors que vous avez les mains imposĂ©es les uns aux autres maintenant. Priez simplement l’un pour l’autre pendant que je prie.
E-79 Ô Seigneur, si Tu viens ce soir recevoir Ton Eglise, nous serons sans excuse. Tu es ici. Et comme cette photo suspendue au mur, celle de la Colonne de Feu qui avait conduit les enfants d’IsraĂ«l... Tu es toujours le mĂȘme Dieu ce soir, avec la mĂȘme puissance, les mĂȘmes manifestations. Tu es ressuscitĂ© d’entre les morts et ceci est la preuve que Tu es ressuscitĂ© d’entre les morts. Maintenant, Seigneur Dieu, accomplis une grande oeuvre dans les coeurs de gens. Pardonne chaque pĂ©chĂ© et guĂ©ris chaque maladie. Exauce leurs priĂšres, Seigneur. Et maintenant, exauce la priĂšre de Ton serviteur. Je condamne maintenant chaque maladie, chaque dĂ©mon, chaque puissance dĂ©moniaque, et je dis au diable: Sors de ces gens. Sors d’eux au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu. Quitte ces gens. Ils ont les mains imposĂ©es les uns aux autres. Ce sont des serviteurs de Dieu. Sors, Satan, je t’adjure au Nom de JĂ©sus. Sors et sois jetĂ© dans les tĂ©nĂšbres pour ne plus les dĂ©ranger, au Nom de JĂ©sus-Christ.
E-80 Combien parmi vous croient que Dieu les a guĂ©ris maintenant mĂȘme? Levez-vous. Si vous ĂȘtes estropiĂ©, levez-vous de toute façon. C’est ça. Ne vous ai-je pas dit que vous verrez la gloire de Dieu? S’il y a des estropiĂ©s ici qui ne peuvent pas marcher, marchez d’un bout Ă  l’autre de l’allĂ©e. S’il y a quelqu’un ici qui est sourd d’une oreille, placez votre doigt dans la bonne oreille et Ă©coutez avec la mauvaise. S’il y a quelqu’un ici qui est affligĂ©, qui ne peut pas lever la main, levez-la. Christ... Regardez–regardez les mains qui se lĂšvent, de ceux qui Ă©taient affligĂ©s au niveau des mains. Amen. J’ai dit qu’Il est ici. TrĂšs bien. Soeur Gertie.
Il vit, Il vit, JĂ©sus-Christ vit aujourd’hui.
Il marche avec moi et me parle Sur l’étroit chemin de la vie;
Il vit, Il vit, pour donner le salut.
Vous me demanderez comment je sais qu’Il vit,
Il vit dans mon coeur.
Encore, tout le monde.
Il vit, Il vit, JĂ©sus-Christ vit aujourd’hui.
Il marche avec moi et me parle
Tout au long de l’étroit chemin de la vie;
Il vit, Il vit, pour donner le salut.
Vous me demanderez comment je sais qu’Il vit,
Il vit dans mon coeur.
Que cette grande assistance dise: «Alléluia! Le Seigneur vit. Gloire à Son Nom! Alléluia!»
Il vit, Il vit (Faisons signe de la main vers Lui),
JĂ©sus vit aujourd’hui,
Il marche avec moi, Il me parle Tout au long de l’étroit chemin de la vie;
Il vit, Il vit, pour donner le salut.
Vous me demanderez comment je sais qu’Il vit,
Il vit dans mon coeur.
E-81 Combien aiment cet ancien cantique? Dites: «Amen.» Serrez la main à la personne à cÎté de vous. Dites: «Gloire au Seigneur! Gloire au Seigneur!» Gloire au Seigneur! Gloire au Seigneur! TrÚs bien:
Ma foi regarde Ă  Toi.
Oh! Comme c’est merveilleux!
Ma foi regarde Ă  Toi, Toi Agneau du Calvaire;
Sauveur divin;
Maintenant, Ă©coute-moi quand que je prie,
Ôte toute ma culpabilitĂ©,
Oh! Laisse-moi dĂšs ce jour
Etre tout Ă  Toi.
E-82 Inclinons maintenant la tĂȘte avec respect dans la PrĂ©sence du Dieu Tout-Puissant et omnipotent. Que le Seigneur Dieu accorde Ses bĂ©nĂ©dictions Ă  chacun. Que le Seigneur vous bĂ©nisse tous richement, qu’Il vous accorde le meilleur qui soit. Que Sa grĂące repose sur vous, que tout le monde se lĂšve pour sa guĂ©rison. Ne niez jamais cela. Beaucoup sont sauvĂ©s, beaucoup ont acceptĂ© Christ, Christ rĂ©vĂšle les secrets des coeurs. Nous vous invitons Ă  revenir, les Ă©trangers, Ă  notre tabernacle, Ă  notre adoration.
Je chante un peu afin que cette onction me quitte pendant une minute, afin que je puisse parler. Je suis content que vous ayez Ă©tĂ© ici. C’est un glorieux jour d’ĂȘtre avec vous. Que Dieu vous bĂ©nisse. Le... Au tabernacle, le soir du dimanche prochain, il y aura la communion et le lavage des pieds. S’il y en a parmi vous ici dans les parages, qu’ils s’arrĂȘtent pour nous voir. Priez pour nous jusqu’à ce que nous nous rencontrions. Inclinons maintenant la tĂȘte. Nous allons demander au pasteur de venir et de nous congĂ©dier ou de dire ce qu’il veut.

En haut