ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Que Fais-Tu Ici? / 59-0301E / Jeffersonville, Indiana, USA // SHP 1 heure et 16 minutes PDF MP3 low MP3 HQ

Que Fais-Tu Ici?

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Merci, FrĂšre Neville. Comme je l’ai dit ce matin, il est toujours agrĂ©able de venir dans la Maison du Seigneur. Ce soir, j’avais l’intention d’inviter une petite demoiselle Ă  venir ici chanter un cantique que je l’ai entendue chanter chez moi l’autre jour. Je crois que nous en avons encore le temps pour cela, si elle est disposĂ©e. Mademoiselle Jeffries, qu’en penses-tu? Ce petit cantique que tu chantais lĂ -bas, quand je suis arrivĂ© Ă  la maison, et que j’ai entendu ĂȘtre chantĂ©, je l’ai vraiment apprĂ©ciĂ©. Et j’espĂšre que je ne t’embarrasse pas en te demandant de le chanter Ă  nouveau. C’est: Dis-moi Son Nom ou quelque chose du genre. Est-ce cela? J’aimerais entendre cela de nouveau. Je sais que vous allez tous apprĂ©cier cela.
[Soeur Jeffries chante Dis-moi de nouveau Son Nom.–N.D.E.]
E-2 Oh! j’aime vraiment cela. J’aime Son Nom. Vous savez, si j’ai pensĂ© inviter cette petite demoiselle Ă  venir chanter ce cantique, c’est parce qu’elle est une petite copine d’école Ă  ma fillette Rebecca. Je suis rentrĂ© l’autre matin et je faisais quelque chose dans la chambre; j’ai entendu ce cantique et je me suis dit: «Eh bien, je lui demanderai de chanter cela un jour Ă  l’église.»
E-3 En route, pendant que j’accompagnais les enfants Ă  l’école, je lui ai parlĂ© de ce cantique. Et elle a dit: «Je me suis rĂ©veillĂ©e un certain...» Peut-ĂȘtre que je ne saurais pas le dire dans les mĂȘmes termes. Mais elle a dit: «Je me suis rĂ©veillĂ©e l’autre nuit, ou plutĂŽt j’étais au lit et je mĂ©ditais sur ce cantique. J’ai reçu une grande bĂ©nĂ©diction.»
E-4 Eh bien, je me suis dit que c’est vraiment exceptionnel qu’une adolescente dise que le Saint-Esprit l’a bĂ©nie, surtout dans la communautĂ© de cette ville. Nous avons besoin de beaucoup d’adolescentes de ce genre. Absolument. Cette autre petite fille qui a aussi chantĂ© ici il y a quelques minutes, je ne connais pas son nom, mais j’apprĂ©cie ces petits enfants, ces petites adolescentes qui chantent.
Vous savez, notre marche sert d’exemple Ă  d’autres. C’est la vĂ©ritĂ©.
E-5 Une vieille histoire d’il y a quelques annĂ©es en Angleterre... Un homme s’était proposĂ© de sortir prendre un verre Ă  la NoĂ«l, juste pour communier avec les amis. Et il est allĂ© chez ses voisins, et ils ont Ă©changĂ© des cadeaux. Et tout le monde lui disait: «Eh bien, John, prends un verre de ceci.» Et une petite gorgĂ©e ici, une petite gorgĂ©e lĂ -bas, il est devenu vraiment ivre. Et sur son chemin de retour Ă  la maison, il y avait de la neige d’environ six pouces [15,24 cm–N.D.T.]. Et –et son petit garçon le suivait. Il ne pouvait pas le transporter, il Ă©tait trop ivre. Et pendant qu’il rentrait chez lui, il lui est arrivĂ© de se retourner et il a remarquĂ© que son petit garçon Ă©tait pratiquement en train de se vautrer dans la neige. Et il lui a demandĂ©: «Mon fils, pourquoi te vautres-tu dans la neige?»
Il a rĂ©pondu: «Papa, j’essaie de suivre les traces de tes pas.»
Et il a pris ce petit garçon dans ses bras et il a dit: «Ô Dieu, dorĂ©navant, je ne boirai plus jamais.»
E-6 Il y aura quelqu’un qui suivra les traces de tes pas. Suivons cette ligne droite de la crùche au Calvaire. Voilà les traces des pas qu’il nous faut suivre.
E-7 Eh bien, je sais que cette soirĂ©e est une soirĂ©e consacrĂ©e Ă  la communion, et je vais prendre un petit temps pour vous prĂȘcher la Parole. Je–j’aime parler de Lui parce qu’Il est vraiment rĂ©el pour moi.
E-8 Je lisais un petit article il y a quelque temps, j’ai pensĂ© Ă  ces jeunes filles; cela s’est passĂ© dans l’Ouest. Il y avait un... Une nuit, la tempĂȘte mugissait, les vents Ă©taient violents et il y avait un... Des gens Ă©taient dans une rĂ©union de priĂšre. Et la personne qui conduisait la rĂ©union de priĂšre Ă©tait une petite dame trĂšs attrayante. Elle ne se reprĂ©sentait pas les dangers qu’elle allait rencontrer; et elle vivait en diagonale de la petite ville.
E-9 Et comme d’habitude, il y avait beaucoup de gens lĂ  dans les rues Ă  cette heure-lĂ  de la nuit, quand la rĂ©union de priĂšre s’est terminĂ©e; ils avaient chantĂ© pour le Seigneur et leurs coeurs Ă©taient dans la joie. Et je pense que tous, ils se sont sentis comme le frĂšre Beeler il n’y a pas longtemps, quand il a tĂ©moignĂ©; ils Ă©taient tellement contents qu’ils n’arrivaient pas Ă  contenir leur joie; et ils devaient l’extĂ©rioriser, d’une façon ou d’une autre.
E-10 AprĂšs que le dernier «amen» a Ă©tĂ© dit, eux tous sont rentrĂ©s chez eux. Et la petite jeune dame a pris son manteau, elle a relevĂ© le col, elle a fermĂ© son manteau sur le devant et elle s’est mise en route. Et elle s’est aperçue que le froid de la nuit avait renvoyĂ© tout le monde Ă  sa cheminĂ©e. Et elle s’est retrouvĂ©e seule dans les rues.
E-11 Elle a eu l’impression qu’un danger la hantait. Vous savez, je suis heureux que le Saint-Esprit puisse nous avertir sur ce qui vient, afin que nous Ă©chappions Ă  ces dangers.
E-12 L’idĂ©e d’avoir peur ne lui Ă©tait jamais arrivĂ©e, et elle s’est simplement mise Ă  chanter ce vieux cantique Non, jamais tout seul. Alors qu’elle traversait la ville, il semblait que personne ne la dĂ©rangerait, mais tout d’un coup, cette grande peur est revenue. Il lui est arrivĂ© de regarder, et un homme d’apparence trĂšs hideuse se tenait lĂ , prĂšs–qui se tenait lĂ  et qui la regardait en face, les bras tendus comme ceci, se dirigeant vers elle.
E-13 Il n’y avait pas moyen de s’échapper. Et c’est une histoire vraie. Elle ne pouvait donc pas fuir, il l’attraperait. Il n’y avait qu’une seule chose Ă  faire. Elle ne pouvait pas crier, les vents soufflaient trop fort, la soulevant presque de la rue. Elle ne pouvait jamais se faire entendre de quelqu’un et la neige Ă©tait vraiment aveuglante. Il n’y avait qu’une seule chose Ă  faire, c’était prier. Elle s’est donc mise Ă  murmurer une priĂšre Ă  Dieu, Ă  voix basse.
E-14 Et elle a dit qu’elle n’a jamais su d’oĂč cela est venu; mais tout Ă  coup, Ă  cĂŽtĂ© d’un portail se tenait un trĂšs gros chien qui avait hĂ©rissĂ© ses poils. Et le chien s’est avancĂ© Ă  cĂŽtĂ© de la dame, puis il est allĂ© du cĂŽtĂ© oĂč se trouvait cet homme et s’est mis Ă  aboyer mĂ©chamment pendant qu’il passait Ă  cĂŽtĂ© de l’homme. DĂšs que l’homme a descendu la rue, le chien a fait demi-tour, il est retournĂ© et s’est couchĂ© Ă  la porte.
E-15 Dieu prendra soin des Siens. Parfois, Dieu agit mĂȘme au travers d’un chien ou d’un autre animal, ou par un autre moyen, pour manifester Sa gloire et Sa protection. Je suis heureux de savoir qu’Il pardonne mes pĂ©chĂ©s et j’ai l’assurance que mes pĂ©chĂ©s sont sous le Sang quand je les Lui confesse chaque jour.
E-16 Dans le message de ce matin, j’ai donnĂ© peut-ĂȘtre l’impression d’ĂȘtre un peu irrĂ©gulier, ou plutĂŽt un peu rude. Mais ce n’est pas vraiment un sujet pour un–un service de guĂ©rison, mais j’ai vĂ©cu assez longtemps pour comprendre ceci, FrĂšre Tony, que si un homme agit seulement comme il se sent conduit d’agir, Dieu prendra soin du reste en tant que MaĂźtre. Au dĂ©but, cela se passait ainsi ici. D’habitude, nous distribuons des cartes de priĂšre et nous demandons aux gens de se mettre debout, mais le Saint-Esprit m’a conduit Ă  demander combien d’étrangers il y avait dans le bĂątiment, ce qui couvrait l’ensemble de cas. Et ensuite, Il leur a fait connaĂźtre leurs dĂ©sirs et le–et Il a prononcĂ© leur guĂ©rison et tout. Cela montre que l’obĂ©issance vaut mieux que le sacrifice et l’observation de sa... sur la... les graisses des bĂ©liers.
Ainsi, ce soir, j’ai choisi ici un petit passage des Ecritures sur lequel je vais prĂȘcher pendant peu de temps. Mais avant de faire cela, inclinons la tĂȘte juste un moment pour la priĂšre.
E-17 Seigneur, Tu es Dieu Ă  jamais. Nous Te remercions et nous Te louons pour le privilĂšge que nous avons de venir devant Toi par la priĂšre, sachant d’abord ceci qu’il nous est promis ceci: «Si vous demandez quelque chose en Mon Nom, Je le ferai.» Et nous avons l’assurance que Tu rĂ©pondras Ă  notre requĂȘte.
E-18 Et ce soir, il y a tant de choses qui ont Ă©tĂ© dĂ©jĂ  faites de sorte que nous sentons que, si nous clĂŽturons le service et retournons Ă  la maison, nous pouvons dire qu’il a Ă©tĂ© agrĂ©able d’avoir Ă©tĂ© ici. Nous entendons ces cantiques de Sion qui sont chantĂ©s dans l’auditoire et nous entendons les gens faire entendre leurs voix dans la priĂšre, dans les mĂ©ditations et dans les cantiques, comme le dit l’Ecriture: «Vous rĂ©jouissant dans vos coeurs, en chantant des cantiques spirituels.» D’entendre ces petites adolescentes en cette heure sombre dans laquelle nous vivons, comme notre frĂšre Beeler l’a exprimĂ© ce soir, et de les entendre chanter les cantiques de Sion... D’entendre ce que frĂšre Beeler a exprimĂ© envers Toi, combien il T’a apprĂ©ciĂ©, et ce que Tu as fait, et comme Tu as permis qu’il soit paralysĂ© pour qu’il comprenne. Que ferait-il donc sans ce bras-lĂ ? Cela montre que nous sommes protĂ©gĂ©s par Ta grĂące et Ta puissance.
E-19 Que nous fassions tous attention, ce soir, Seigneur, car je crois qu’il est temps que nous fassions un inventaire. C’est un temps oĂč nous devons nous examiner, car nous ne savons pas exactement quand nous allons mourir. Il peut ĂȘtre plus tard que nous ne le pensons. Ainsi, ce soir, puissions-nous considĂ©rer nos voies et nos pensĂ©es.
E-20 Et nous Te prions de nous parler dans la Parole pendant quelques moments, bénis-nous donc par la suite pendant le service de communion, quand nous prendrons les morceaux brisés de ce pain kascher et ce vin qui représentent Ton Corps brisé et Ton Sang répandu pour le pardon de nos péchés.
E-21 Ce soir, notre bien-aimĂ© pasteur ne se sentait pas trop bien. Mais dans notre conversation tĂ©lĂ©phonique, il a placĂ© le cas sur l’autel. Je suis sĂ»r que Tu recevras cela, Seigneur. Et j’offre en plus une priĂšre pour lui, car nous l’aimons, et nous avons besoin de lui. Nous prions pour lui et pour sa famille, ainsi que toute famille qui est ici, et pour toutes les requĂȘtes exprimĂ©es et non exprimĂ©es aussi ce soir. BĂ©nis-nous davantage dans les rĂ©unions, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus, Ton Fils. Amen.
E-22 J’aimerais lire juste un petit passage des Ecritures qu’on trouve ici dans 1 Rois 19, en commençant au verset 9.
Et lĂ , il entra dans la caverne, et il y passa la nuit. Et voici, la Parole de l’Eternel lui fut adressĂ©e, en ces mots: Que fais-tu ici, Elie?
Il rĂ©pondit: J’ai dĂ©ployĂ© mon zĂšle, ou plutĂŽt mon zĂšle pour l’Eternel, le Dieu des armĂ©es; car les enfants d’IsraĂ«l ont abandonnĂ© ton alliance, ils ont renversĂ© tes autels, et ils ont tuĂ© par l’épĂ©e tes prophĂštes; je suis restĂ©, moi seul, et ils cherchent Ă  m’îter la vie.
L’Eternel dit: Sors, et tiens-toi sur la montagne devant l’Eternel! Et voici, l’Eternel passa. Et devant l’Eternel, il y eut une grande tempĂȘte... un vent qui alla dĂ©chirer la montagne, et briser les rochers: l’Eternel n’était pas dans le vent. Et aprĂšs le vent, ce fut un tremblement de terre: l’Eternel n’était pas dans le tremblement de terre.
Et aprĂšs le tremblement de terre... feu: l’Eternel n’était pas dans le feu. Et aprĂšs le feu, un murmure doux et lĂ©ger.
Et quand Elie l’entendit, il s’enveloppa le visage de son manteau, il sortit et se tint Ă  l’entrĂ©e de la caverne.
Et voici, une voix lui fit entendre ces paroles: Que fais-tu ici, Elie?
J’aimerais prendre pour quelques instants comme sujet: Que fais-tu ici?
E-23 Elie avait connu un jour difficile. Il avait Ă©tĂ© sur le mont Carmel. Il avait vu la Gloire du Seigneur descendre. Il avait priĂ© pour que le feu descende des cieux, et–et ensuite, il avait priĂ© pour que la pluie tombe sur la terre. Et sous toute cette tension, ses nerfs avaient presque craquĂ©. Oh! comme ça me fait de la peine pour lui!
E-24 Et ici, nous voyons premiĂšrement qu’il prĂȘche Ă  une nation de gens rĂ©trogrades et Ă  une JĂ©zabel qui voulait imposer sa volontĂ©. Et les gens en Ă©taient arrivĂ©s Ă  abandonner Dieu, ils avaient abandonnĂ© toutes Ses promesses et tous Ses commandements, et ils n’observaient plus Ses ordonnances, et ils ne s’occupaient plus de Lui.
E-25 Et Elie, au milieu de tout ceci, il ne pouvait pas faire des compromissions. Il devait rester fidĂšle Ă  ses convictions. Oh, comme cela reflĂšte ce jour!
E-26 Et ils avaient lĂ  une reine du nom de JĂ©zabel, et elle avait Ă©garĂ© tous les enfants d’IsraĂ«l par sa façon moderne et fantastique de vivre. Elle les avait amenĂ©s Ă  commettre des fornications et Ă  faire de mauvaises choses. Si ce n’est pas lĂ  un bon parallĂ©lisme avec ce qui se passe aujourd’hui...
E-27 Mais Elie, au milieu de tout cela... Cependant, beaucoup d’enfants d’IsraĂ«l, des milliers, avaient fait des compromissions et ils voulaient vivre selon la tendance moderne. Cependant, Elie n’avait pas fait de compromissions. Il avait remis JĂ©zabel Ă  sa place et lui avait appris Ă  vivre. Oh! elle dĂ©testait ce prophĂšte. Et aussi elle ne voulait pas le reconnaĂźtre; mais Elie Ă©tait son pasteur.
E-28 Oh! Bien des fois, les gens ne veulent pas le reconnaĂźtre, mais un homme envoyĂ© de Dieu Ă  une communautĂ© est le pasteur de toute cette communautĂ©-lĂ . Qu’il soit baptiste, presbytĂ©rien ou qui qu’il soit, Dieu oint Son homme et celui-ci ne fera pas de compromissions. Et parfois, les gens le dĂ©testent parce qu’il soutient la VĂ©ritĂ©. Mais cependant, il est le pasteur de Dieu pour l’heure.
E-29 Oh! elle le dĂ©testait. Elle ferait n’importe quoi qui serait en son pouvoir pour le tuer. Mais cependant, il restait fidĂšle aux principes et aux normes de Dieu. Les fĂȘtes modernes et sociales de JĂ©zabel, sa façon de se maquiller et de s’habiller avaient polluĂ© cette nation.
E-30 Le vieux Elie n’était pas un homme facile. Il l’a carrĂ©ment remise Ă  sa place. Ô Dieu! envoie-nous encore des Elies aujourd’hui, qui ne feront pas de compromis avec le pĂ©chĂ©, quelqu’un qui prĂȘchera la vĂ©ritĂ© peu importe combien elle blesse. Dieu a encore dans chaque communautĂ© des serviteurs qui ne feront pas de compromis avec les choses du monde. Elie dĂ©testait la tendance moderne des choses, ainsi il est restĂ© fidĂšle Ă  Dieu.
E-31 Et puis, l’épreuve de force arriva. Et on est une fois de plus au temps de la confrontation. Et Elie sur le mont Carmel, alors que les gens pensaient que tous les jours de miracles sont passĂ©s et qu’il n’y a plus de miracles, il y avait un homme qui y croyait. Et il a dit: «Faites monter tous vos prophĂštes. Faites-les monter ici sur la montagne, faisons une dĂ©monstration et voyons qui est Dieu.» J’aime cette Ecriture.
E-32 Oh! si jamais il y avait un temps et un lieu oĂč la vraie puissance de Dieu devrait ĂȘtre rendue manifeste, c’est bien aujourd’hui. DĂ©montrons ce qu’est Dieu. Si l’instruction est la voie qui mĂšne Ă  la libertĂ©, pourquoi n’agissent-ils pas? Si la position sociale et consorts, c’est l’issue, pourquoi n’agit-elle pas?
E-33 Si, en soutenant financiĂšrement d’autres nations pour qu’elles soient nos amies, nous dĂ©couvrons qu’elles se sont retournĂ©es contre nous aussitĂŽt qu’elles le peuvent... Et vous ne pouvez pas acheter l’amitiĂ© avec de l’argent. L’amitiĂ©, c’est un don de Dieu.
E-34 Si les grandes Ă©glises, les grands enseignants sont un moyen de salut, pourquoi n’avons-nous donc pas plus de Dieu dans nos communautĂ©s? Pourquoi reculons-nous constamment? Si le programme pĂ©dagogique des gens bien formĂ©s Ă  la chaire et des chorales bien entraĂźnĂ©es... Et constamment, nous nous Ă©loignons davantage de Dieu, tout le temps. Alors, cela ne marchera pas.
E-35 Qu’a fait la science? La science...Vous dites que le temps viendra oĂč la science pourra faire ceci et cela. Qu’ont-ils fait? Ils nous ont amenĂ©s au point oĂč ils dĂ©truisent le monde entier. Que font-ils? Ils dĂ©truisent le monde au lieu de l’amĂ©liorer.
E-36 Il n’y a pas longtemps que le capitaine Al Farrar du FBI, celui qui s’occupe de la dĂ©linquance juvĂ©nile des États-Unis, m’avait reçu dans son bureau, aprĂšs que je l’ai conduit Ă  Christ dans le stand de tir. Il a dit: «FrĂšre Branham, je suis un baptiste. J’ai appris que vous Ă©tiez un baptiste.»
J’ai dit: «Oui, monsieur.»
Il a dit: «Mais je n’ai pas ce Saint-Esprit dont vous parlez.» Il a demandĂ©: «Pensez-vous qu’Il serait pour moi?»
J’ai rĂ©pondu: «Oui, monsieur.»
E-37 Il a dit: «Bien, j’arrangerai les meubles quelque part dans une belle chambre d’hĂŽtel. Et vous et moi, nous irons lĂ -bas, et peut-ĂȘtre qu’Il viendra dans la chambre d’hĂŽtel me remplir de Son Esprit.»
J’ai dit: «Vous n’avez pas un ho– n’avez pas besoin d’un appartement Ă  l’hĂŽtel.»
Il a dit: «Eh bien, oĂč pourrait-Il me rencontrer?»
J’ai dit: «Ici mĂȘme.»
Il a dit: «Il ne voudra pas venir dans ce stand, n’est-ce pas, ici dans un stand de tir?»
E-38 J’ai dit: «Il est entrĂ© dans le ventre d’un gros poisson pour une personne, dans une fournaise ardente pour une autre personne. Il vous rencontrera sur n’importe quel terrain oĂč vous voudrez Le rencontrer.»
E-39 AssurĂ©ment. Dieu veut vous rencontrer; Il veut en parler avec vous. Il viendra lĂ  oĂč vous ĂȘtes.
E-40 Eh bien, JĂ©zabel avait polluĂ© le pays, et Elie avait les nerfs tendus. Elie avait accompli de grands prodiges et il avait fait des miracles sur la colline pour prouver que Dieu Ă©tait toujours Dieu et qu’Il pouvait rĂ©pondre de façon miraculeuse. Et qu’est-ce que cela a produit comme rĂ©sultats? Sa propre vie Ă©tait menacĂ©e. Qu’est-ce que cela a produit? Au lieu d’un rĂ©veil universel, cela a produit une menace contre sa vie. JĂ©zabel, quand Achab lui a dit ces choses, elle a dit: «Puissent les dieux me traiter dans toute leur rigueur, si je ne lui coupe pas la tĂȘte Ă  la mĂȘme heure demain soir.»
E-41 Et Elie qui essayait avec un coeur plein de Dieu...lui qui essayait de montrer aux gens que Dieu Ă©tait toujours Dieu... Et cela s’est retournĂ© contre lui. Il a fui au dĂ©sert quand il a appris cela. Et il Ă©tait couchĂ© lĂ  sous le genĂȘt, essayant de trouver une consolation. Il–il avait renvoyĂ© son serviteur et l’avait abandonnĂ©.
E-42 Notre histoire se passe Ă  trois endroits diffĂ©rents: d’abord sur le mont Carmel; ensuite, sous le genĂȘt; et le troisiĂšme endroit, Dieu le rencontre dans une caverne.
E-43 Et c’est trĂšs Ă©trange. Ce pasteur-ci le sait ainsi que les autres ministres. Observez, aprĂšs votre mont Carmel, vous allez avoir un genĂȘt. Toutes les fois qu’un homme reçoit une bĂ©nĂ©diction et que la puissance de Dieu se dĂ©verse abondamment et fait quelque chose pour vous, faites attention, Satan vous poursuit. Souvenez-vous-en bien: le jour suivant, le lundi, aprĂšs une journĂ©e agrĂ©able, dimanche, ce sera difficile parce qu’il va faire tout ce qu’il peut pour ĂŽter de vous cette confiance que le Saint-Esprit avait mise en vous le jour prĂ©cĂ©dent.
E-44 Elie avait donc passĂ© une journĂ©e magnifique. Et il Ă©tait nerveux de toute façon. Tous les prophĂštes sont–étaient... on a pu les traiter d’insensĂ©s, on a traitĂ© JĂ©sus-Christ d’insensĂ©. Tous les apĂŽtres furent traitĂ©s d’insensĂ©s par le public, parce que leur ministĂšre Ă©tait tellement surnaturel que les gens pensaient qu’ils Ă©taient fous. Tous ceux qui vivent pieusement en JĂ©sus-Christ seront persĂ©cutĂ©s. Vous devenez une personne diffĂ©rente.
E-45 Comme frĂšre Beeler l’a dit au sujet de son signe (lĂ  au fond), vous naissez de nouveau, vous devenez une nouvelle crĂ©ature en Christ. Les choses anciennes sont passĂ©es. Les choses charnelles du monde n’ont plus d’emprise sur vous, et vous n’avez plus d’emprise sur elles si vous ĂȘtes passĂ© de la mort Ă  la Vie. Quand Dieu se saisit d’un homme, la premiĂšre chose qu’Il fait dans l’église, c’est le faire passer de la mondanitĂ© Ă  la saintetĂ©. Et Il le fait passer de la mort Ă  la Vie. Il est nĂ© de nouveau. Il est nouveau. Ses idĂ©es sont nouvelles. Ce dont nous avons besoin, c’est d’un rĂ©veil comme celui-lĂ  aujourd’hui. C’est bien vrai.
E-46 Oh! nous avons eu un bain de l’Esprit. Nous avons eu des bĂ©nĂ©dictions spirituelles et des mouvements spirituels. Mais nous n’en avons plus besoin; nous avons besoin d’un rĂ©veil de l’Esprit du Dieu vivant dans les coeurs des gens. Nous n’avons pas besoin de tant de bains de l’Esprit ou un Ă©veil spirituel; nous avons besoin d’un rĂ©veil. Ranimons ce que nous avons, pas un Ă©veil spirituel. Quelquefois, cela amĂšne des foules mĂ©langĂ©es. Mais nous avons besoin d’un rĂ©veil qui tamisera, qui secouera et qui Ă©liminera toutes les choses, comme se tenir Ă  la plage.
E-47 Je parlais Ă  quelques frĂšres au Porto Rico, il y a quelques semaines. Je disais que, quand j’ai vu la grande mer sous une grande tempĂȘte, les vagues Ă©taient plus hautes que ce tabernacle. Et j’ai dit: «Savez-vous quoi? Elle n’a pas une goutte d’eau de plus [maintenant] qu’au moment oĂč elle est parfaitement calme.» Eh bien, que font ce bouillonnement et ces soulĂšvements d’eaux, et qu’est-ce que ça signifie? Cela jette toutes les ordures de la mer sur la rive.
E-48 C’est ce dont l’église a besoin: d’un rĂ©veil qui la secoue afin d’îter d’elle toute mondanitĂ© et les choses du monde, et ramener la puretĂ© et la saintetĂ© de Dieu dans les coeurs de ses croyants: l’humilitĂ©. Eh bien, l’homme, dĂšs qu’un... De temps en temps, les gens ne reçoivent pas de rĂ©veil dans leur esprit, ils deviennent si charnels et si indiffĂ©rents, au point de devenir des soi-disant, des guindĂ©s, des suffisants.
E-49 Ils lisent et Ă©tudient, c’est bon; mais ce n’est pas ce dont nous parlons. Vous en connaissez plus sur la Parole. C’est bon de connaĂźtre la Parole, mais c’est mieux de connaĂźtre l’Auteur de la Parole. Voyez, cette petite chose que vous ne prenez pas en considĂ©ration, cette petite chose dans le coeur qui fait de vous ce que vous ĂȘtes, c’est cela la chose.
E-50 Et je vous assure, Elie Ă©tait de toute façon trĂšs Ă©nervĂ©... J’ai toujours eu pitiĂ© de lui. Ses nerfs Ă©taient presque prĂȘts Ă  craquer de toute façon, et ce grand coup de JĂ©zabel a mis fin Ă  l’attaque. Alors il s’est enfui, il est allĂ© au dĂ©sert et il s’est couchĂ© sous le genĂȘt.
E-51 Oh, cette expĂ©rience du genĂȘt! Beaucoup d’entre nous, nous nous retrouvons sous le genĂȘt. Je m’y suis moi-mĂȘme retrouvĂ© plusieurs fois au point oĂč vous ne savez que faire. Vous ĂȘtes troublĂ©. Franchement, je me trouve sous le genĂȘt lĂ  maintenant et je me demande: «O Dieu, que veux-Tu que je fasse?»
E-52 Vous savez, les gens sous le genĂȘt sont comme Elie; ils aiment dormir. Je–je prĂȘche aux gens plus fatiguĂ©s que n’importe qui au monde. Les gens sont trĂšs fatiguĂ©s. Ils–ils–ils–ils sont si mentalement tendus qu’ils remplissent partout les asiles des aliĂ©nĂ©s et les hĂŽpitaux. Ils sont dans un tel Ă©tat de nervositĂ© qu’ils ne savent pas ce qu’ils croient rĂ©ellement et ce qu’ils veulent. Ils sont juste couchĂ©s lĂ -bas; ils ne savent que faire. Oh, c’est une scĂšne trĂšs triste!
E-53 Ecoutez ici, mon frĂšre. Vous ne pouvez pas mettre fin Ă  cela en buvant. Et vous ne pouvez ĂŽter cela en criant. Vous ne pouvez pas non plus calmer cela en jouant aux cartes. Et vous pouvez faire mille siestes pour essayer d’îter cela en dormant, vous ne saurez pas le faire. Tous nos petits remĂšdes, tout ce qu’ils font, c’est aider les symptĂŽmes. Nous devons prendre un remĂšde contre la maladie. Nous devons prendre un... Tous les psychiatres du monde ne peuvent pas guĂ©rir cela. Cela ne fait qu’aider les symptĂŽmes. Le remĂšde se trouve dans le Sang de JĂ©sus-Christ, non dans le fait de se reposer Ă  la plage, ni d’aller chercher un chant ou plutĂŽt des chorales pour chanter des chants. C’est ce que nous essayons de faire aujourd’hui: ĂŽter cela en chantant.
E-54 «Oh! nous allons faire comme les Jones.» Et nous sommes–nous essayons de faire quelque chose de diffĂ©rent, nous essayons d’accomplir cela par l’instruction. Il n’y a qu’une seule façon de le faire: c’est affronter les faits. C’est vrai. Oh! si vous ĂȘtes vexĂ© et troublĂ©, n’adhĂ©rez pas Ă  une Ă©glise, venez Ă  Christ. C’est cela le seul remĂšde. N’appliquez pas la chose en tournant une nouvelle page; recevez simplement une nouvelle vie. Christ est la RĂ©ponse.
E-55 Il Ă©tait couchĂ© lĂ  sous le genĂȘt. Il ne savait que faire. Ses nerfs avaient craquĂ©; il s’agitait. Il pleurait sans aucun doute. Et il Ă©tait dans un Ă©tat terrible. Beaucoup d’entre nous sont passĂ©s par-lĂ , surtout aprĂšs une expĂ©rience du mont Carmel.
E-56 L’autre jour, quelqu’un m’a posĂ© une question Ă  ce sujet. Et comment est-ce que...? Qu’allons-nous...? Que pouvons-nous faire...? Qu’est-ce qui peut ĂȘtre fait pour nous Ă  ce moment-lĂ ? Il n’y a qu’une seule chose Ă  faire: c’est s’abandonner Ă  Dieu.
E-57 Et je sais qu’un homme peut se surcharger de travail, et qu’un homme peut se dĂ©charger du travail. Un homme... Dieu savait que cet homme avait besoin d’ĂȘtre nourri. Il avait besoin de manger quelque chose. Et Ă  cet endroit oĂč il Ă©tait couchĂ©, Dieu Ă©tait obligĂ© de faire quelque chose pour lui. Dieu est obligĂ© de faire quelque chose pour tout homme qui se met sous le genĂȘt, sinon celui-ci va s’effondrer. Dieu est obligĂ© de le faire. Si Son serviteur est couchĂ© lĂ  sous un arbre, ne sachant que faire aprĂšs avoir accompli sa commission...Elie a dit: «O Seigneur, laisse-moi mourir!»
E-58 J’ai eu ce genre de sentiments aprĂšs ĂȘtre sorti d’une rĂ©union, et c’était comme si j’essayais de prĂȘcher, de supplier, de persuader, et je voyais l’Ange de Dieu se mouvoir dans la rĂ©union et accomplir des miracles et des prodiges, et je m’installais dans une voiture Ă  l’extĂ©rieur et j’entendais les gens crier disant: «Ce n’était rien que de la psychologie; ce n’est absolument pas vrai. Ce n’est absolument pas vrai. Tout cela, c’est un non-sens.»
E-59 Oh! Alors j’ai rampĂ© sous le genĂȘt; je me suis dit: «Seigneur, qu’as-Tu... Pourquoi m’as-Tu laissĂ© faire cela?» Que pouvons-nous faire? Nous sommes tous passĂ©s par ces expĂ©riences, mais la grĂące de JĂ©hovah Ă  Son serviteur! Dieu connaĂźt vos Ă©preuves. Sachez tout simplement ceci: Il connaĂźt tout Ă  ce sujet.
E-60 Ainsi, Dieu descend. Il sait que Son serviteur a besoin du repos. Il l’endort pendant quelque temps, pendant qu’il est couchĂ© lĂ  et qu’il attend de rĂ©cupĂ©rer, ou plutĂŽt pendant qu’il priait, rĂ©clamant la mort. «Seigneur, mes pĂšres sont morts avant moi, et maintenant prends ma vie. J’ai travaillĂ© suffisamment. J’ai combattu le bon combat. J’ai achevĂ© la course.» Mais pourtant il y avait encore un travail Ă  faire. Dieu n’avait pas encore fini avec Son prophĂšte. Il avait encore du travail.
E-61 Et peu importe combien nous crions et nous pensons ceci, cela, rien ne peut nous prendre avant que Dieu en ait fini avec nous. Je suis si heureux de savoir cela.
E-62 Parfois, vous sentez comme si... Cela m’est arrivĂ© une fois, j’ai braquĂ© un pistolet contre ma tĂȘte pour me suicider, mais je n’ai pas pu le faire. J’ai enlevĂ© mon gant pour le dĂ©poser sur une ligne de haute tension lĂ  oĂč je travaillais, mais je n’ai pas pu le faire. Quelque chose a continuĂ© Ă  tenir bon. Le mĂȘme Dieu qui Ă©tait avec Elie, ce mĂȘme Dieu aujourd’hui m’a vu sous le genĂȘt: ma femme et mon bĂ©bĂ© gisaient lĂ  dans la tombe, ainsi que mon papa et mon beau-frĂšre, alors que c’en Ă©tait presque fini de moi. J’étais couchĂ© sous le genĂȘt. C’est dur. Et j’étais arrivĂ© au point oĂč j’étais hors de moi-mĂȘme, j’ai tentĂ© de me faire sauter la cervelle Ă  l’aide d’un pistolet et cela n’a pas marchĂ©. Voyez, il y a encore un travail Ă  faire. Quelque chose doit ĂȘtre fait; Dieu n’avait pas encore fini. Il prendra toujours soin de vous.
E-63 Un pauvre serviteur, fatiguĂ© et Ă©puisĂ©, Dieu l’a vu. Dieu savait oĂč Elie Ă©tait. Il sait oĂč vous ĂȘtes ce soir. Vous pouvez ĂȘtre sous un genĂȘt, ayant tout perdu. Mais souvenez-vous, Il sait oĂč vous ĂȘtes. Nous n’avons pas besoin d’un tas de choses Ă  rĂ©parer.
E-64 C’est comme l’a dit la vieille femme de couleur, dans le Sud. Elle avait connu un accident; une voiture l’avait cognĂ©e. Et c’était...elle Ă©tait griĂšvement blessĂ©e. Et le–et l’avocat lui a demandĂ©: «Voulez-vous une poursuite en dommages-intĂ©rĂȘts?»
Elle a rĂ©pondu: «MisĂ©ricorde! pas de procĂšs, chĂ©ri.» Elle a poursuivi: «J’ai reçu assez de dommages, je veux qu’on les rĂ©pare.»
E-65 Et je pense qu’elle a bien parlĂ© pour cette communautĂ©, pour cette Ă©glise ce soir, et pour cette AmĂ©rique vouĂ©e Ă  l’enfer. Elle n’a pas rĂ©trogradĂ©, c’en est dĂ©jĂ  fini d’elle. Elle n’est pas–elle n’est pas en route pour l’enfer; elle est dĂ©jĂ  arrivĂ©e en enfer. Elle ne sera pas perdue, elle ne va pas ĂȘtre perdue; elle est dĂ©jĂ  perdue. Elle n’a pas besoin de faire une poursuite en dommages-intĂ©rĂȘts; elle a besoin d’une rĂ©paration. C’est la vĂ©ritĂ©. Dieu sait oĂč vous ĂȘtes. Il sait oĂč vous ĂȘtes couchĂ©.
E-66 Et Dieu a envoyĂ© un ange. Et l’ange a touchĂ© Elie et celui-ci est allĂ© dormir. Et quand il s’est rĂ©veillĂ©, il y avait quelques gĂąteaux de maĂŻs ou une sorte de gĂąteaux cuits, placĂ©s Ă  cĂŽtĂ© de lui. Et Dieu lui a dit: «Elie, lĂšve-toi et mange.» VoilĂ  la grĂące de Dieu Ă  Son serviteur. Voyez, Il le fait reposer.
E-67 Vous savez, JĂ©sus a dit: «Venez Ă  l’écart au dĂ©sert, et reposons-nous un peu.» Quelques-uns de ces types qui pensent que vous ne devez pas vous reposer, nous dĂ©couvrons qu’ils s’épuisent trĂšs vite aussi. S’ils ne pensent pas au repos, ils se retrouvent quelque part complĂštement surmenĂ©s. Je pense que c’est lĂ  que notre frĂšre Billy Graham se retrouve ce soir, en essayant de dĂ©passer le but.
E-68 Ces corps humains sont forts, mais ils ont besoin du repos. Vous pouvez donc prendre un petit repos et aller quelque part, et les gens vont vous critiquer, disant: «Je pensais que c’est un prĂ©dicateur, regardez-le lĂ  sur la rive en train de pĂȘcher ou quelque chose comme cela.» Mais cela importe peu. JĂ©hovah prendra soin des Siens.
E-69 Et pendant qu’il Ă©tait couchĂ© lĂ  sous l’arbre, Ă©puisĂ© et bouleversĂ©, Dieu avait calmĂ© ses nerfs. Il l’a nourri, l’a encore rĂ©veillĂ©, et l’a encore nourri, et l’a rendormi. Vous savez, je me suis souvent demandĂ© ce qu’il y avait dans ces gĂąteaux, quel genre de vitamines il a reçu de ces gĂąteaux. Cependant... Peu importe ce qu’il y avait Ă  l’intĂ©rieur, cela l’a soutenu pendant quarante jours et quarante nuits. Il y est allĂ© avec la force qu’il avait tirĂ©e de ces gĂąteaux.
E-70 Ce soir, Dieu sait que j’en ai aussi besoin. Et je suis sĂ»r que cette Ă©glise en a besoin. Venez Ă  l’écart, loin du monde, et reposons-nous un peu. Parlons pendant quelque temps.
E-71 «Vous n’avez pas le temps de vous reposer», dites-vous. John Wesley l’a dit une fois. Il a dit: «Je crains de me reposer; je n’ai pas le temps de me reposer.» Et vous vous retrouverez cassĂ© si vous ne prenez pas de repos.
E-72 Et nous voyons donc qu’il a continuĂ© le voyage quarante jours et quarante nuits, et Dieu l’a trouvĂ© debout–ou cachĂ© dans une caverne. Et Dieu a voulu attirer son attention, il y avait donc une grande tempĂȘte qui est passĂ©e Ă  cĂŽtĂ©, et cela a fendu les montagnes. Elle Ă©tait si puissante qu’elle a secouĂ© les rocs. Mais Dieu n’était pas dans la tempĂȘte. Elle est passĂ©e avant que Dieu ne se montre. Et puis un grand tremblement de terre est venu et a secouĂ© la terre. Mais Dieu n’était toujours pas dans le tremblement de terre. Ensuite, un feu est venu, mais Dieu n’était pas dans le feu. Et enfin un murmure doux et lĂ©ger est venu, et Dieu Ă©tait dans la voix.
E-73 Et mon frĂšre, ma soeur, il y a trĂšs longtemps que je suis restĂ© lĂ  dans la caverne, et vous aussi, sachant qu’il y a eu beaucoup de tremblements de terre faisant des secousses tout autour, beaucoup de bruits, d’agitations, d’inquiĂ©tudes et de choses semblables et de grandes rĂ©unions, mais oĂč est Dieu dans tout cela?
E-74 C’est la raison pour laquelle j’ai dit ce que j’ai fait ce matin. Il doit venir quelque chose de plus profond qu’un service de guĂ©rison. Il doit venir quelque chose de plus profond qu’un don de parler en langues. Il doit venir quelque chose de plus profond qu’un vent puissant et impĂ©tueux. Le vent est passĂ©, mais Dieu n’y Ă©tait pas. Nous avons eu des vents impĂ©tueux partout dans le pays, des sensations, du sang au visage et dans les mains, toutes sortes de signes, mais oĂč est Dieu?
E-75 Elie a attendu. Cependant, il Ă©tait un prophĂšte. Mais il a entendu cela. Il n’est jamais sorti pour comparer les rĂ©veils avec ces choses. Il n’est jamais sorti pour avoir la plus grande tente du pays. Il n’est jamais sorti pour se montrer Ă  la tĂ©lĂ©vision ou ainsi de suite comme nous le dirions.
E-76 Tout ce tapage... Et l’AmĂ©rique est coupable d’écouter ces bruits. Oh, nous aimons le bruit! Mais Dieu n’est pas dans le bruit. Bien que les choses soient tout aussi honorables qu’elles le sont, cependant Dieu n’est pas dans le bruit.
E-77 Si c’était le cas, quand les Africains battent les tam-tams, vous n’avez jamais entendu un tel bruit, un tel rythme. Dieu n’y Ă©tait pas. Et nous avons eu des vents impĂ©tueux, nous avons eu toutes sortes de feux, des tremblements de terre, des secousses, de grands rĂ©veils et des choses semblables, Dieu n’y Ă©tait pas. Si Dieu Ă©tait dedans, cela se manifesterait. Mais, aprĂšs cela est venue une douce petite voix, alors Dieu Ă©tait dans la voix.
E-78 C’est ce que je pense aujourd’hui, mes amis. Nous les gens, nous sommes tellement–sommes tellement emportĂ©s par tout le bruit, tellement... L’AmĂ©rique aime le bruit. Regardez ce qu’ils font aujourd’hui. Ils allument ces vieilles radios, aussi fort qu’ils peuvent avec le rock-and-roll, le boogie-woogie, et tous ces genres de choses. Ils sont obligĂ©s d’augmenter le volume et cela vous fera presque sauter le tympan, tout ce bruit, pendant toute la journĂ©e.
E-79 Et dans l’église, nous avons battu les tambourins; nous avons couru çà et lĂ , criĂ©, braillĂ©, sifflĂ©, et nous avions passĂ© de bons moments comme cela. Je n’ai rien contre cela, mais oĂč Ă©tait Dieu dans cela? Qu’est-ce que cela a produit? Cela nous a brisĂ© en petits morceaux appelĂ©s les AssemblĂ©es de Dieu, l’Église de Dieu, Pentecostal United Oneness [les PentecĂŽtistes Unitaires Unis–N.D.T.] et toutes ces autres petites diffĂ©rentes dĂ©nominations. Dieu n’était pas lĂ -dedans. Ce sont des signes qui ont prĂ©cĂ©dĂ© Dieu. C’est une charpente.
E-80 Quand vous voyez ce soi-disant christianisme d’aujourd’hui, les gens qui vont dans des Ă©glises et– et qui mĂšnent des vies dignes, qui sortent et renient la guĂ©rison, la puissance de Dieu, une vie de consĂ©cration, qui vous appellent des fanatiques, souvenez-vous, c’est une charpente. C’est... FrĂšre Wood, je crois que vous appelez cela Ă©chafaud. C’est un faux. C’est une charpente qui est Ă  l’extĂ©rieur. Dieu se tient seulement dessus pour construire le bĂątiment. Gloire Ă  Dieu. C’est seulement une fausse charpente qui sera dĂ©molie.
E-81 Nous avons battu les mains et nous avons dit: «Gloire Ă  Dieu! Quand vous criez, vous L’avez.» Les mĂ©thodistes ont dit cela, les nazarĂ©ens aussi. Ils ont dĂ©couvert qu’ils ne L’avaient pas.
E-82 Les pentecĂŽtistes ont dit: «Quand vous battez les mains et que vous criez jusqu’à ce que vous parliez en langues, vous L’avez reçu.» Mais nous avons dĂ©couvert que nous ne l’avions pas. Il y a une autre chose qui manque, c’est que Dieu m’amĂšne Ă  une caverne oĂč je peux la trouver.
E-83 Recevons cette douce petite voix, cette chose qui met de la crĂšme dans la vie, cette chose qui fait que quand vous parlerez les langues des hommes et des anges et si vous ne l’avez pas, vous n’ĂȘtes rien. Quand vous pourriez prophĂ©tiser, parler en langues, faire des miracles et des merveilles, opĂ©rer des prodiges et accomplir de grands signes, mais si cette douce petite voix n’est pas lĂ  Ă  l’intĂ©rieur, vous n’ĂȘtes rien, disent les Ecritures. C’est ce que nous Ă©coutons pour le moment. Nous avons eu des tonnerres. Nous avons eu le feu. Nous avons eu des vents impĂ©tueux et des tremblements de terre, mais que Dieu nous envoie cette douce petite voix. C’est ce dont nous avons besoin.
E-84 Ecoutez, frĂšre; nous avons besoin de cette douce petite voix–une douce petite voix qui a parlĂ©. JĂ©sus a dit que vous ne pourriez pas entendre Sa voix dans la rue. Vous ne L’avez pas entendu crier. Il Ă©tait notre modĂšle. Regardez-Le. Il a comparĂ© Son Esprit Ă  une colombe: doux.
E-85 Ce sont de grandes choses ou des choses tranquilles. Le saviez-vous, mes amis? Écoutez. Le soleil qui donne la vie Ă  tout ce qui vit sur la terre: la vie botanique, la vie des plantes, la vie des arbres et que sais-je encore, il apporte la vie, c’est le soleil qui le fait. Et il peut tirer un million de litres d’eau de la terre et faire moins de bruit que nous quand nous retirons un seau plein Ă  l’aide d’une pompe. Voyez? Ce sont de grandes choses, ce sont des choses tranquilles qui sont de grandes choses. Avez-vous dĂ©jĂ  entendu le bruit de la terre quand elle tourne? Avez-vous dĂ©jĂ  entendu le bruit des planĂštes quand elles traversent l’orbite? Avez-vous dĂ©jĂ  entendu le bruit d’une seule? VoilĂ  les grandes choses. Avez-vous dĂ©jĂ  entendu le bruit du soleil quand il se lĂšve?
E-86 Oh! nous pensons qu’il nous faut avoir beaucoup de bruit, il nous faut jouer une fanfare, beaucoup de sauts, sinon nous n’aurons pas une bonne rĂ©union. Nous pensons que tout le monde doit ĂȘtre au sommet de–battre des mains et tout. Nous pensons que la musique doit suivre un rythme, et tout le monde court en faisant des va et vient dans l’allĂ©e. Nous avons eu cela. A quoi cela a-t-il servi? OĂč est-ce qu’on en est? OĂč cela nous a-t-il amenĂ© aujourd’hui? Dans un tas de confusion, un tas de dĂ©nominations; [cela nous a] divisĂ©s, la fraternitĂ© a Ă©tĂ© dĂ©truite. Certainement.
E-87 C’étaient les vieux jĂ©lek et gazam, et–et toutes sortes d’insectes d’autrefois, au commencement, que Job a vus, ou plutĂŽt que JoĂ«l a vus. Ce que le gazam a laissĂ©, le jĂ©lek l’a dĂ©vorĂ©, et ce que le jĂ©lek a laissĂ©, la sauterelle l’a dĂ©vorĂ©, et ainsi de suite, jusqu’à ce que nous avons dĂ©vorĂ© cela jusqu’à la souche. Mais l’Ecriture dit: «Je remplacerai, dit le Seigneur.»
E-88 Nous attendons quelque chose. De toute la clameur, nous avons eu assez de vacarme et de bruit pour–pour convertir le monde entier. Nous avons eu assez de hourras, de cris et d’histoires jusqu’à ce que... Qu’est-ce que cela a fait? Cela n’a pas bĂąti l’Eglise; cela a bĂąti des dĂ©nominations. Cela a fait que des hommes sortent avec des idĂ©es prĂ©tentieuses et qui sont prĂ©tentieux.
E-89 Je n’aime pas cette affaire. Quitter la plate-forme, en disant: «Oh! regardez-le, c’est un prince. Regardez comment il est habillĂ©, il est chic et tout. Il sait saluer [les gens] et ainsi de suite.» Ce n’est pas ce que Dieu choisit.
E-90 C’est ce qu’un prophĂšte s’est dit un jour. Il allait oindre un serviteur. Il a dit: «Il est le plus grand de la famille; il conviendra.» Mais Dieu l’a rejetĂ©.
E-91 Vous n’avez pas besoin d’avoir des princes, et– et ainsi de suite pour vous tenir debout lĂ -bas comme je ne sais quoi. Il ne s’agit pas de vĂȘtements que vous portez ni de l’éloquence avec laquelle vous parlez. Il s’agit de quelque chose qui est Ă  l’intĂ©rieur de vous, cette voix de Dieu. C’est de cela qu’il s’agit.
E-92 Le prophĂšte est passĂ© Ă  un autre et on lui a dit: «Ce n’est pas lui. Dieu l’a rejetĂ©.» Il est passĂ© Ă  un autre, il a demandĂ©: «N’en avez-vous pas un autre?»
E-93 On lui a rĂ©pondu: «Nous avons un petit roux lĂ  derriĂšre sur le flanc de la colline, il est en train de garder les moutons.» C’était David.
E-94 Quand on a amenĂ© lĂ  ce petit gars aux cheveux roux, au visage couvert de taches de rousseur et ayant de petites Ă©paules voĂ»tĂ©es, et il Ă©tait enveloppĂ© d’une peau de mouton; Dieu a dit: «C’est lui.»
E-95 Et toutes vos grandes statures, et vos personnes prĂ©tentieuses, cela ne marche pas aux yeux de Dieu. Vous pouvez ĂȘtre docteur en thĂ©ologie, en philosophie ou avoir deux doctorats en lettres. Vous pouvez ĂȘtre Ă©vĂȘque, pape ou quoi que vous puissiez ĂȘtre. Mais il faut Dieu pour crĂ©er quelque chose du nĂ©ant. Et aussi longtemps que vous pouvez ĂȘtre rien, Dieu est Quelque chose. Aussi longtemps que vous pouvez vous retirer du chemin, alors Dieu peut entrer en scĂšne. Mais quand vous ĂȘtes si enflĂ© et si raide que vous avez ce qu’il y a de plus grand et de meilleur... Il n’y a rien qu’il vous faille avoir si ce n’est un coeur humble devant Dieu. Et nous le savons, frĂšres. Certainement.
E-96 C’est sĂ»r que vous n’avez jamais vu, ou plutĂŽt entendu le soleil faire du bruit lorsqu’il se lĂšve. Vous n’avez jamais entendu cela. Etes-vous dĂ©jĂ  sortis la nuit et avez-vous dĂ©jĂ  entendu la rosĂ©e faire du bruit quand elle tombe? Que ferions-nous sans elle? Voyez, ce n’est pas ce qu’il nous faut. Je vous dis maintenant une chose; c’est la... tranquille. Ce ne sont pas des eaux agitĂ©es, des eaux qui font un trĂšs grand bruit, des eaux qui font des sauts, qui reflĂštent la beautĂ© qui se trouve Ă  l’intĂ©rieur des Ă©toiles. C’est cette petite piscine qui est profonde et calme qui reflĂšte la beautĂ© des Ă©toiles.
E-97 Ce dont nous avons besoin ce soir, c’est de cette expĂ©rience riche et profonde, cette chose Ă  l’intĂ©rieur de nous qui... Elle n’a pas besoin de crier, cependant elle peut le faire. Mais nous mettons tout l’accent sur nos cris. Il se peut qu’elle n’ait jamais parlĂ© en langues, cependant elle le peut. Mais nous mettons tout l’accent sur cela. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
E-98 Il se peut qu’elle n’ait pas assistĂ© Ă  la rĂ©union de Billy Graham, Ă  la rĂ©union d’Oral Roberts ou Ă  ma rĂ©union. Elle n’a pas besoin de ça. Ce dont elle a besoin, c’est de cette profondeur de l’amour Ă©ternel de Dieu, cet Esprit qui se trouve Ă  l’intĂ©rieur des gens, qui fait de vous ce que vous ĂȘtes.
E-99 C’est de cela que j’ai parlĂ© ce matin. C’est pour cela que j’ai constamment tirĂ© l’église vers le Calvaire. Ne pensez pas que, parce que vous avez parlĂ© en langues, que vous connaissez beaucoup d’Ecritures ou encore que vous avez lu les livres de quelqu’un, que vous avez plus de connaissance que l’autre ami... Il a dit: «Mets une marque sur ceux qui soupirent et gĂ©missent Ă  cause des abominations qui sont commises dans la ville.» Sur qui allait-il mettre la marque dans nos villes, ce soir?
E-100 Voyez, il s’agit des profondeurs de l’Esprit et non du superficiel. Ce n’est pas la coquille sur le–sur le fruit du hickory qui est bonne, c’est le fruit du hickory sous la coquille. Vous avez une grande coquille vide; vous n’avez rien sous la coquille. Ce dont nous avons besoin ce soir, c’est de la profondeur de l’amour de Dieu.
E-101 Et quand Elie a entendu cette douce petite voix, rien ne l’a dĂ©rangĂ©. Qu’avez-vous entendu dans tout cela? Vous vous en irez dans quelques jours. Vous avez entendu Billy Graham; vous entendrez Oral Roberts; vous entendrez d’autres grands hommes. Je n’ai rien contre ces hommes, ce sont des serviteurs de Dieu.
E-102 Mais n’écoutez pas le bruit. Ecoutez cette douce petite voix, les profondeurs de quelque chose qui entre dans le coeur humain et qui enlĂšve de vous toute la folie. Cela enlĂšve de vous tout ce qui est du monde. Cela vous fait haĂŻr les choses du monde et vous fait aimer les choses de Dieu. Ce sont lĂ  les profondeurs. C’est ça la piscine qui reflĂšte les Ă©toiles de la gloire Ă©ternelle de Dieu. C’est la chose qui produit des larmes aux yeux, qui apporte la joie ineffable et pleine de gloire. Cela fera que vous restiez debout quand toutes les autres choses vous dĂ©cevront. Cela fait... Quand la maladie vient ou la mort elle-mĂȘme, elle a toujours en elle le reflet des bĂ©nĂ©dictions de Dieu. Cette petite piscine qui est profonde reflĂšte les cieux, pas le bruit des eaux agitĂ©es. Les eaux agitĂ©es ne sont pas trĂšs profondes. Ce sont les eaux calmes qui sont profondes.
E-103 Que Dieu nous aide ce soir, mes amis, Ă  nous souvenir de cela pendant que nous nous approchons de la table de la Communion. Peu importe ce que nous faisons au dehors, combien de bonnes choses nous faisons... Vous direz: «Bien, FrĂšre Branham, je vais Ă  l’église. J’essaie de vivre de mon mieux.» Bien. Il n’y a rien contre cela, frĂšre. «J’ai parlĂ© en langues, FrĂšre Branham. J’ai criĂ© en Esprit.» C’est bon. Mais ce n’est pas de cela que je parle, frĂšre. Ce n’est toujours pas ça. Ce n’est pas de cela que je parle.
E-104 Je parle de cette douce petite voix, de cette chose riche et royale que je voyais autrefois dans les vieilles mamans quand elles descendaient ici dans l’allĂ©e, il y a des annĂ©es; les larmes ruisselaient sur leurs joues quand un garçon pĂ©cheur se levait pour venir Ă  l’autel.
E-105 Aujourd’hui, je fais un appel, et je vois un garçon venir; elles sont assises et mĂąchent bruyamment leur chewing-gum. Quel est le problĂšme? Il... Nous n’entendons plus cela. Qu’avez-vous entendu? «Qu’entends-tu?»
E-106 Nous sommes au temps de la fin. Vous entendez Ă  la tĂ©lĂ©vision, Ă  la radio, vous lisez dans vos magazines, dans vos journaux, qu’un jour il y aura un tourbillon qui traversera ce pays. Pourquoi est-ce que vous Ă©coutez... pour entendre cette... Toute cette alerte, vous ouvrez la radio toute la journĂ©e, avec ces absurditĂ©s et ces tapages, pour apprendre que les balles, ou plutĂŽt les bombes vont tomber Ă  tel moment.
E-107 Je n’écoute pas ces choses. J’écoute pour entendre une voix me dire: «Monte plus haut. Le travail a Ă©tĂ© bien fait, Mon bon et fidĂšle serviteur.» Qu’entendez-vous?
E-108 Vous savez, je pense que nous nous sommes tellement intéressés à écouter trÚs attentivement toutes les choses du monde et des choses comme cela que nous ne pouvons pas entendre cette douce petite voix.
E-109 Nous entendons notre pasteur dire: «AdhĂ©rez simplement Ă  l’église, ce sera en ordre.» Nous entendons quelques-uns d’entre eux dire: «Parlez simplement en langues, c’est tout.» Quelques-uns disent: «Criez tout simplement, c’est tout.» Vous ne pouvez pas entendre cette douce petite voix qui place quelque chose de riche et de profond dans la vie, qui fait de vous ce que vous devriez ĂȘtre.
E-110 Un blĂ© ne porte pas du blĂ© parce qu’il est sur une plante ou sur une tige. Une mauvaise herbe se trouve aussi sur une tige. Mais il faut une vie dans cette plante pour produire du blĂ©. Les eaux qui tombent dessus arroseront tous les deux; et tous les deux s’en rĂ©jouiront; tous les deux croĂźtront grĂące Ă  cela.
E-111 Les hommes et les femmes peuvent grandir en criant, en louant Dieu, en parlant en langues et en Ă©tant membres d’église, en dansant en Esprit, en payant leurs dĂźmes, sans qu’il y ait cependant dans leur coeur cette douce petite voix de l’amour de Dieu qui est riche et profond. «Quand je livrerais mon corps pour ĂȘtre brĂ»lĂ© comme un sacrifice et si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien. Quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, je ne suis toujours rien. [Quand] j’aurais la foi pour transporter les montagnes, je ne suis toujours rien. [Quand] je–je–je parlerais les langues des hommes et des anges, je ne suis toujours rien.»
E-112 Voyez, c’est cette douce petite voix parlant dans votre coeur qui change chaque attitude, change la nature et fait que vous deveniez une nouvelle crĂ©ature en Christ. Qu’entends-tu? Cela dĂ©pend de ce que tu veux Ă©couter, mon ami.
E-113 Si vous Ă©coutez pour entendre... Pas de remarques, pas de rĂ©flexions, mais si vous Ă©coutez pour entendre un–un–un grand rĂ©veil quelque part oĂč dix mille personnes se sont rassemblĂ©es, allez de l’avant, vous Ă©coutez la mauvaise chose. «J’irai lĂ  pour voir. Les gens disent qu’ils ont de grandes foules.» Cela ne change absolument rien. Les champs de course ont cela. Tout autre chose a cela. Les danseurs du rock-and-roll ont cela. «J’y vais pour... J’y vais pour autre chose.» Si vous y allez pour quelque chose d’autre...
E-114 Mais si vous Ă©coutez pour entendre autre chose que cette douce petite voix, retournez dans la caverne. Retournez sous le genĂȘt jusqu’à ce que nous puissions prĂ©parer... Tenez-vous tranquille et attendez. Laissez les tonnerres passer; laissez les tremblements de terre produire des secousses. Laissez les vents impĂ©tueux passer et le feu balayer, quoi que ce soit. Je pense Ă  ce cantique:
Apprends-moi, Seigneur, Ă  attendre
Quand les coeurs sont enflammés,
Que je m’humilie et invoque Ton Nom,
Garde ma foi renouvelée, mes yeux fixés sur Toi,
Que je sois sur cette terre ce que Tu veux que je sois. (C’est ce que je veux faire.)
Ceux qui s’attendent au Seigneur,
Renouvelleront leur force, Ils prendront le vol comme l’aigle (Croyez-vous cela?)
Ils courront et ne se lasseront point,
Ils marcheront et ne se fatigueront point;
Apprends-moi, Seigneur, apprends-moi, Seigneur, Ă  attendre.
E-115 Laissez les tonnerres passer; laissez les feux passer; mais laissez-moi entendre cette douce petite voix me dire: «Venez Ă  Moi, vous tous qui ĂȘtes fatiguĂ©s et chargĂ©s; sortez de dessous le genĂȘt, et sortez de votre caverne.»
E-116 Je veux voiler mon visage–visage avec Son Sang, m’avancer et dire: «Oui, Seigneur. Maintenant, je crois.»
E-117 Prions. Ô Seigneur, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie Eternelle et Donateur de tout don excellent, sois misĂ©ricordieux envers nous, Seigneur; nous nous tenons debout maintenant, ayant besoin d’entendre. Nous avons Ă©levĂ© nos voix, Seigneur. Et nous avons entendu tant de voix. Il y en a tant qui disent: «Venez ici, dans cette Ă©glise. Si vous adhĂ©rez Ă  notre Ă©glise, nous avons le meilleur groupe de la ville. Les gens les mieux habillĂ©s, le maire de la ville, viennent chez nous.» Et beaucoup de gens dans leurs rĂ©unions, Seigneur, invitent des gouverneurs et ainsi de suite pour aller faire des discours. Ô Dieu, garde-moi de cela, Seigneur. Cache-moi dans une caverne et laisse-moi attendre, Seigneur. Je m’en fiche de ce que dit le gouverneur. Je veux entendre cette douce petite voix de mon Sauveur. Oh! aide-moi Ă  attendre, Seigneur, et Ă  renouveler ma force pendant que je m’attends Ă  Toi.
E-118 Et aide cette Ă©glise, Seigneur, en sorte que les gens s’attendent Ă  Toi. Et renouvelle leur foi, et renouvelle leur force, afin qu’ils prennent l’envol comme des aigles. Qu’ils Ă©coutent, Seigneur, pas pour entendre le bruit, pas pour entendre le cri, mais qu’ils Ă©coutent pour entendre la douce petite voix.
E-119 Seigneur, dans quelques jours, je monterai lĂ  dans une caverne pour attendre. Ô Dieu, aide-moi, Seigneur. Aveugle-moi, et rends-moi sourd aux choses du monde, Ă  la popularitĂ© ou Ă  la cĂ©lĂ©britĂ©, ou Ă  toute chose vaine que ce monde pourrait offrir. Que je reste lĂ , Seigneur, jusqu’à ce que j’entende cette douce petite voix; alors permets que Ton serviteur s’avance, Seigneur, et monte sur les ailes d’un aigle. Et accorde-le, Seigneur.
E-120 BĂ©nis cette petite Ă©glise. BĂ©nis notre frĂšre Neville. EnlĂšve cette maladie de son estomac, Seigneur, et chasse cela de lui. Mets-le dans le harnais, Seigneur, et qu’il revienne ici renouvelĂ©. «Ils renouvelleront leur force.» Accorde-le, Seigneur.
E-121 Pardonne-nous nos pĂ©chĂ©s, nous nous approchons de la table de la Communion maintenant, Seigneur. Tu as dit: «Celui qui mange et boit indignement, sans discerner le Corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-mĂȘme.» Aide-nous, Seigneur, Ă  sonder nos Ăąmes, nos coeurs. Et Ă©prouve-nous et vois s’il y a une chose impure en nous. S’il y en a, pardonne-nous, ĂŽ Dieu, pendant que nous nous attendons humblement Ă  Toi. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus, Ton Fils. Amen. Apprends-moi, Seigneur, Ă  attendre Ă  genoux, Et selon Ton temps appropriĂ©, rĂ©ponds Ă  mes supplications. (C’est vrai.) Apprends-moi Ă  ne pas compter sur ce que les autres font, Mais Ă  attendre dans la priĂšre, une rĂ©ponse [venant] de Toi.
E-122 C’est ce que je veux, une rĂ©ponse venant du Ciel. Je veux entendre Sa voix, pas la voix du directeur, pas la voix du maire, pas la voix du gouverneur, pas la voix de l’évĂȘque. Je veux entendre Ta voix, Seigneur, cette douceur et cette bontĂ© du Saint-Esprit parler dans mon coeur disant: «Venez Ă  Moi, vous tous qui ĂȘtes fatiguĂ©s et chargĂ©s.» Oui, Seigneur, nous sommes couchĂ©s sous un genĂȘt maintenant. Nous attendons pour voir ce qu’Il dira. Que le Seigneur bĂ©nisse chacun maintenant.
E-123 Combien veulent qu’on se souvienne d’eux dans la priĂšre? Voyons, levez la main et dites: «Seigneur, apprends-moi Ă  attendre. Apprends-moi. Que–que–que j’oublie tout mon orgueil. Pendant que les autres avancent en traitant avec de grandes choses comme celles-ci, que je m’humilie, en invoquant simplement Ton Nom. Apprends-moi Ă  ne pas compter sur ce que font les autres, mais Ă  attendre dans la priĂšre une rĂ©ponse venant de Ta part.»
E-124 C’est comme l’a fait Elie, il a attendu lĂ -bas. Il a entendu le tonnerre. Il a entendu l’éclair. Il a entendu l’écroulement des rocs. Il a entendu le feu. Il a entendu le vent. Mais ce n’était pas cela qu’il cherchait. Cela n’a mĂȘme pas fait bouger le prophĂšte. Il a laissĂ© cela passer. Mais quand cette douce petite voix...Il a pris son manteau, il en a couvert son visage et il est allĂ© au fond de la caverne. Et le Seigneur lui a dit: «Va te tenir sur le rocher...?...» C’est ce que je veux entendre: «Tiens-toi sur le Rocher.»
E-125 TrĂšs bien. Maintenant, c’est le temps de la Communion. Que le Seigneur vous bĂ©nisse! Je pense qu’avant de faire ceci, nous voulons d’abord offrir la priĂšre pour tous ceux qui sont ici, qui ont levĂ© la main et qui ont vraiment voulu que Dieu leur parle. Y a-t-il parmi vous ici quelqu’un qui se trouve sous le genĂȘt, ce soir? Levez la main. AssurĂ©ment. AssurĂ©ment nous y sommes.
E-126 Beaucoup d’entre vous ici sont dans la caverne en train d’attendre. Vous avez vu toutes ces choses passer. Vous avez entendu parler de grandes rĂ©unions de rĂ©veil de Billy Graham, d’Oral Roberts et de mes propres rĂ©unions de rĂ©veil, partout ailleurs, Tommy Osborn, Tommy Hicks, tous ceux-ci sont passĂ©s, mais oĂč en sommes-nous arrivĂ©s? OĂč est cette voix? Vous dites: «J’ai poussĂ© des cris avec les Jessups. J’ai–j’ai dansĂ© en Esprit avec les Musical Harpes. J’ai toutes ces autres choses. J’ai fait tout cela. Mais oĂč est cette chose, FrĂšre Branham, qui me presse et m’amĂšne Ă  genoux et qui met un fardeau sur moi pour les Ăąmes perdues de sorte que je ne peux simplement pas me reposer Ă  cause de cela?»
E-127 Maintenant, c’est l’unique genre qui entrera. C’est ce que la Bible a dit: «Mettez un sceau seulement sur ceux qui soupirent et gĂ©missent Ă  cause des abominations qui se commettent dans la ville.» Oh! c’est lĂ  que nous en avons besoin, mes amis. Prions encore.
E-128 Seigneur, je T’en prie, Seigneur. Oh! je–je peux trop chanter; je peux trop prĂȘcher; je peux trop pousser des cris; mais je ne prierai jamais trop. Ô Dieu, sonde-moi et Ă©prouve-moi.
E-129 Comme j’ai parlĂ©, il y a quelque temps, des piscines profondes, disant qu’elles reflĂštent les Ă©toiles, mets en nous une profondeur de Ton Esprit, Seigneur. C’est comme David, le prophĂšte, l’a dit: «Dirige-moi prĂšs des eaux paisibles», pas des eaux agitĂ©es, des eaux paisibles.
E-130 Dirige-moi lĂ , Seigneur. Rends-moi tranquille. Je suis nerveux. Je suis complĂštement troublĂ©. J’ai fait tout ce que Tu m’as dit de faire Ă  ma connaissance. J’ai traversĂ© la nation et j’ai Ă©tĂ© partout dans le monde, prĂȘchant, criant et persuadant. Et Tu as Ă©tĂ© fidĂšle pour prĂ©senter ce signe du Messie afin de montrer que c’est Toi, Seigneur, qui accomplis cela et non un homme. Je suis reconnaissant pour cela. Mais, Seigneur, je suis sous le genĂȘt, ce soir. Je me demande pourquoi les gens ne se repentent pas. Pourquoi cette AmĂ©rique ne peut-elle pas voir cela, Seigneur? Ses sens se sont-ils vraiment engourdis? L’église est-elle si organisĂ©e, si serrĂ©e...? Et les gens ne veulent pas coopĂ©rer. Ils ne feront rien si ce n’est critiquer.
E-131 Mais ce soir, je suis tout aussi sĂ»r qu’Elie l’était sous l’arbre: Tu en as encore sept mille qui n’ont pas flĂ©chi leurs genoux devant Baal. Il y a sur la terre aujourd’hui beaucoup de saints qui attendent la Venue du Seigneur.
E-132 Ô Seigneur, aie pitiĂ© de nous. Eprouve-nous et mets-nous sur Ta balance. Et si nous voyons que nous avons Ă©tĂ© trouvĂ©s lĂ©gers, ĂŽ Seigneur, purifie-nous alors de nos pĂ©chĂ©s, et fais de nous ce que Tu voudrais que nous soyons. Accorde cela Ă  chaque individu dans cette Ă©glise, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-133 Maintenant, il va ĂȘtre temps pour la Communion. Et nous prions que Dieu vous bĂ©nisse maintenant. Tous ceux qui doivent partir et qui ne veulent pas prendre la Communion, nous allons nous rencontrer ici le mercredi soir, il y aura encore une rĂ©union.
E-134 N’oubliez pas de prier pour moi. Je vais donc en avoir besoin. Dans les prochains jours, je vais avoir besoin de la priĂšre. Maintenant, ne prenez pas cela Ă  la lĂ©gĂšre. Mais mettez-moi dans votre coeur et priez pour moi. J’ai besoin de vos priĂšres. J’ai des dĂ©cisions Ă  prendre qui pourront ĂȘtre dĂ©terminantes pour des millions d’ñmes. Quelque chose doit ĂȘtre fait. Je–je suis allĂ© aussi loin que je le pouvais avec ma propre force. Je–je dois avoir une vision de Dieu pour moi-mĂȘme. Il me la donnera pour les autres, mais je–je dois avoir quelque chose pour moi-mĂȘme. J’en ai besoin. Priez pour moi. Il enverra cela si seulement vous priez.
E-135 Aujourd’hui, pendant que j’étais au volant, je regardais partout. Et je suis venu chez toi, FrĂšre Roy, et je ne voulais pas entrer. Il y a des voitures qui sont parquĂ©es lĂ -bas. Je dois vous visiter ainsi que la soeur Slaughter. Et je... Meda et moi, nous passions en voiture. J’ai dit: «Eh bien, nous allons revenir un peu plus tard.» Mais j’étais occupĂ© et je ne suis pas revenu.
E-136 Et pendant qu’on passait, pendant que je conduisais sur les routes, je me suis dit: «O Dieu, quelque chose doit ĂȘtre fait. Je dois m’emparer de Toi quelque part.» L’heure presse. Le–l’obscuritĂ© s’installe. Le temps de la fin est lĂ . Il est minuit moins une minute. Voyez la prĂ©sence de l’ennemi, l’agitation, l’excitation, la nervositĂ©, le monde qui est sous tension, et vous ne savez pas que c’est votre jugement. Voyez? Oh! la la! Maintenant, prenons le vol comme un aigle, volez dans les bras de Celui qui est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-137 Maintenant, tous ceux qui veulent rester pour la Communion, nous serons heureux de vous avoir pendant ce temps de communion. Maintenant, vous avez là 1 Corinthiens chapitre 11, je crois. J’aimerais que vous le lisiez tout de suite, Frùre Neville, s’il vous plaüt. [Frùre Neville lit 1 Corinthiens 11.23-32–N.D.E.]
E-138 Cela n’a pas besoin d’une explication. C’est juste ceci. Si nous mangeons et buvons indignement, sans discerner le Corps du Seigneur, nous mangeons et buvons un jugement contre nous-mĂȘmes. C’est pour cela qu’il y a parmi vous beaucoup d’infirmes et de malades, et qu’un grand nombre sont morts. Voyez? Quand nous venons prendre la Communion... Chaque chrĂ©tien devrait prendre la Communion. C’est votre devoir. C’est une Ă©preuve de force. Voyez? JĂ©sus a dit: «Si vous ne prenez pas cela, vous n’avez pas de part avec Moi.» Voyez? «Mais celui qui mange et boit indignement, mange et boit un jugement contre lui-mĂȘme.» C’est-Ă -dire, si vous sortez encore avec le monde, vous faites les choses du monde, et que les gens vous voient prendre la Communion, vous agissez mal. Vous apportez seulement une disgrĂące sur vous-mĂȘme et cela ne vous fera que du mal. Ce n’est pas que–que cela fera du mal Ă  Dieu; c’est Ă  vous que cela fera du mal. Et une personne devrait donc s’examiner.
E-139 Et avant que nous approchions ce moment sacrĂ©, demandez Ă  Dieu de sonder ma vie. Et si j’ai fait quelque chose qui n’est pas juste, pardonnez-moi pour cela. Je–je n’ai pas l’intention de le faire. Je mettrai cela en ordre s’Il me le rĂ©vĂšle. Et je demanderai la mĂȘme chose pour vous.
E-140 Il est dit: «Quand vous vous rĂ©unissez, attendez-vous les uns les autres.» Attendons-nous les uns les autres et prions les uns pour les autres. Nous voulons prendre cette Communion. Et si nous ne le faisons pas, nous n’avons pas de part avec Lui. C’est ce qu’Il a dit. D’abord... Ou, Saint Jean chapitre 6.
Maintenant, prions. Vous priez silencieusement pour moi pendant que je prie pour vous. [Frùre Branham chuchote pendant qu’il prie–N.D.E.]...?... Je prie...?... que Ton Esprit, O Dieu...?... Je Te prie de nous pardonner toutes nos offenses...?...
E-141 Ô Seigneur, entends notre priĂšre. Celle-ci, c’est notre priĂšre pour le pardon, Seigneur. Nous prions pour [obtenir] le pardon. Nous prions pour [obtenir] la misĂ©ricorde. Pardonne-nous. Seigneur, comme il est Ă©crit dans Ta Parole: «Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons Ă  ceux qui nous ont offensĂ©s; et ne nous induis pas dans la tentation, mais dĂ©livre-nous du mal. Car c’est Ă  Toi qu’appartiennent le rĂšgne, la puissance et la gloire aux siĂšcles des siĂšcles. Amen!»
Je crois qu’il a tant...

En haut