ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



PrĂ©dication Pareil A L’aigle Qui Eveille / 60-0403 / Tulsa, Oklahoma, USA // SHP 1 heure et 47 minutes PDF MP3 low MP3 HQ

Pareil A L’aigle Qui Eveille

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Restons debout juste un instant pour la priĂšre.
E-2 Les derniĂšres rĂ©unions m’affectent toujours. D’une façon ou d’une autre, quand nous nous retrouvons, que nous nous familiarisons, eh bien, et qu’on commence juste Ă  communier, c’est Ă  ce moment donc qu’il faut aller ailleurs. Cela m’attriste toujours un peu. Mais en pensant Ă  l’avenir, j’attends le jour oĂč nous serons tous assemblĂ©s et oĂč nous serons en un endroit, peut-ĂȘtre, si JĂ©sus vient avant de nous rencontrer sur la terre, oĂč nous n’allons jamais–jamais plus nous sĂ©parer.
E-3 Je me demande combien aimeraient qu’on les rappelle Ă  Dieu cet aprĂšs-midi alors que nous levons les mains dans la priĂšre. Que le Seigneur vous bĂ©nisse. Et inclinons la tĂȘte un petit moment.
E-4 (2) Dieu Tout-Puissant, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie Eternelle, Donateur de tout don excellent, nous venons Ă  l’ombre de Ta misĂ©ricorde, par la priĂšre au Nom de JĂ©sus Ton Fils, pour T’offrir nos actions de grĂąces pour cette rĂ©union de Tulsa, pour ce qu’elle a reprĂ©sentĂ© pour nous, un endroit dans nos coeurs, que nous n’oublierons jamais, Ă  cause de ces braves gens, quand bien mĂȘme je... Ton Saint-Esprit en eux. Quelle communion ça a Ă©tĂ©! Une petite touche du Ciel dans nos vies, une expĂ©rience que nous n’oublierons jamais.
(3) Nous prions, PĂšre, que Ton Esprit demeure toujours parmi ces gens. Puisse, Ă  partir de la nature de ce petit rassemblement, un rĂ©veil Ă©clater dans chaque Ă©glise Ă  travers la contrĂ©e. Que de grands signes et de grands prodiges soient accomplis. Nous Te prions, Seigneur, d’accorder ces choses.
E-5 (4) Il y a ici sur cette chaire cet aprĂšs-midi des mouchoirs et de petits tissus qui vont ĂȘtre envoyĂ©s aux malades et aux affligĂ©s. Dieu Tout-Puissant, je Te prie, au Nom de JĂ©sus, que n’importe quel malade sur qui ceci sera appliquĂ© soit guĂ©ri; ce n’est pas seulement ma propre priĂšre, PĂšre, mais aussi celle de ce grand auditorium plein de chrĂ©tiens cet aprĂšs-midi. Nous l’offrons d’un commun accord pour ceux qui sont dans le besoin.
E-6 (5) Seigneur, nous Te prions de nous bĂ©nir dans les prochains services de cette journĂ©e. Nous prions pour les Ă©glises ce soir. Qu’il y ait simplement la gloire et la joie ineffable dans chaque Ă©glise. Accorde-nous une grande effusion de Ta PrĂ©sence cet aprĂšs-midi. Que le Saint-Esprit entre dans la Parole, et que la Parole devienne chair en nous et qu’Elle demeure ici avec nous cet aprĂšs-midi. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.
E-7 (6) A chaque ministre, Ă  tous ceux qui travaillent, au concierge, aux huissiers, Ă  tous, de ma part et de la part de mon Ă©quipe: FrĂšre David, frĂšre Roy, Billy Paul, Loyce, frĂšre Fred Sothmann, frĂšre Jim Maguire, frĂšre Gene, et LĂ©o, nous aimerions tous vous remercier, vous tous, pour votre gentillesse et pour ce que vous avez Ă©tĂ© pour nous durant cette sĂ©rie de rĂ©unions. Vous avez certainement Ă©tĂ© trĂšs gentils. Quel respect et quel amour nous avons amassĂ©s dans nos coeurs pour vous! Cela ne s’effacera jamais. C’est indĂ©lĂ©bile. Et nous espĂ©rons que Dieu vous accordera abondamment et infiniment au-delĂ  de tout ce que vous pouvez mĂȘme penser ou demander. Que Dieu vous l’accorde selon les richesses de la grĂące de Son Fils, JĂ©sus-Christ.
E-8 (7) FrĂšre Tommy Osborn (Il est ici dans la rĂ©union), que le Seigneur Dieu soit avec frĂšre Tommy; frĂšre Oral a commencĂ© cet aprĂšs-midi, et je pense qu’un ligament ou quelque chose comme cela s’est dĂ©chirĂ© dans sa jambe. AussitĂŽt le service terminĂ©, je serai en route afin de prier pour lui. Et maintenant, Ă  toute l’équipe de frĂšre Roberts et Ă  celle de frĂšre Tommy, aux Ă©glises et Ă  tous, que Dieu soit avec vous, voilĂ  ma priĂšre. Vous–vous serez toujours dans mon coeur dĂšs maintenant; et que Tulsa vive Ă  jamais. Et que l’oeuvre de Dieu y subsiste, voilĂ  notre priĂšre.
(8) Nous espérons revenir à un moment donné parmi vous.
E-9 Et si jamais nous pouvons vous accorder une faveur de quelque maniĂšre... J’avais l’habitude de faire cette dĂ©claration: La nuit ne sera jamais trop sombre ni la pluie ne tombera jamais trop abondamment pour nous empĂȘcher de faire quelque chose qui relĂšve de notre pouvoir afin de vous rendre la vie un peu plus confortable et bĂ©nie. Si nous pouvons vous accorder une quelconque aide, faites-le-nous savoir simplement. Appelez-nous simplement Ă  Jeffersonville, Indiana, BUtler 2-1519, ou appelez-moi simplement Ă  Jeffersonville. Nous pouvons vous envoyer un tissu sur lequel on a priĂ©, prier pour vous, juste tout ce que nous pouvons faire. Nous sommes vos serviteurs dans le Seigneur.
E-10 (9) C’est donc un peu triste d’arriver à la fin du service comme ceci, alors qu’on passe un si merveilleux moment, mais parfois, il nous faut partir de toute façon,
E-11 Sachant ceci que, juste de l’autre cĂŽtĂ© de la riviĂšre, un jour, quand la vie sera complĂštement terminĂ©e et que je serai assis Ă  cette longue table qui s’étendra d’un bout Ă  l’autre du ciel, le Souper des Noces, et que nous nous regarderons par-dessus la table, nous nous souviendrons de ces moments Ă  Oakland.
(10) Sans doute qu’un peu de larmes de joie nous couleront sur les joues, et le Roi, dans toute Sa beautĂ©, sortira dans Sa belle robe blanche, essuiera toutes les larmes de nos yeux et dira: «Ne pleurez plus. Tout est terminĂ© maintenant. Entrez dans les joies du Seigneur qui ont Ă©tĂ© prĂ©parĂ©es pour vous depuis la fondation du monde.» C’est pour cette heure-lĂ  que je vis.
E-12 (11) Je regarde mes collaborateurs ministres ici, et je vois que beaucoup parmi eux sont plus ĂągĂ©s que moi, probablement qu’ils se tenaient ici dans la rue avec une guitare et un tambourin, asphaltant la voie, plaçant des pierres de pavĂ© et aplanissant les lieux raboteux afin que ce ministĂšre que le Seigneur m’a confiĂ© puisse rouler facilement sur la route.
E-13 (12) Mes prĂ©cieux frĂšres, je me sens petit de me tenir ici en haut et vous lĂ  en bas. C’est vrai. S’il y a un quelconque honneur Ă  ĂȘtre attribuĂ©, c’est Ă  vous qu’il revient. Que Dieu vous bĂ©nisse toujours richement. En ce jour-lĂ , lorsqu’on remettra la rĂ©compense, j’espĂšre y ĂȘtre prĂ©sent, et vous voir ĂȘtre couronnĂ©s de Sa gloire.
E-14 (13) Il y a quelques instants, je parlais Ă  un prĂ©dicateur lĂ  derriĂšre. Son nom, c’est frĂšre Nathan, a-t-il dit. Il travaille parmi les Juifs. Il a dit: «FrĂšre Branham, Ă  votre premiĂšre soirĂ©e ici...» Sa femme et lui, elle Ă©tait malade; elle a dit: «Vous l’avez dĂ©signĂ©e dans l’assistance, vous m’avez dit qui j’étais et vous avez parlĂ© de ma femme et de sa maladie.» Il a dit: «Elle se porte bien depuis lors, elle va vraiment bien.» Et aussi, beaucoup de bonnes lettres et de bons tĂ©moignages...
E-15 (14) Eh bien, peut-ĂȘtre que vous n’avez pas votre mouchoir ici. Si nous pouvons vous aider de quelque maniĂšre que ce soit, vous envoyer un petit tissu... Eh bien, il y aura un petit formulaire; nous avons une liste de priĂšre qui parcourt le monde. Des gens se lĂšvent Ă  toutes les heures de la nuit et gardent cette liste de priĂšre. Chaque... Selon l’heure d’hiver de New York, nous prions Ă  neuf heures, Ă  douze heures et Ă  quinze heures. C’est Ă  ces heures qu’on offrait le sacrifice, selon l’Ancien Testament, chez les Juifs. Et nous prions ainsi, et les gens, Ă  travers le monde, se lĂšvent Ă  diffĂ©rentes heures dans une longue chaĂźne de priĂšre; nous prions tous ensemble, les uns pour les autres. Ainsi, je suis sĂ»r que Dieu exaucera la priĂšre. Il se fait de merveilleuses choses de Sa part. Et nous aimerions vous mentionner sur notre liste de priĂšre afin de prier avec nous Ă  ces heures-lĂ .
E-16 (15) Et maintenant, sans doute d’ici peu, je serai outre-mer une fois de plus, le Seigneur voulant.
E-17 Nous accumulons un peu d’argent ici. Et Ă  propos, le Seigneur m’a permis de dire cela afin que je puisse m’en souvenir. On a prĂ©levĂ© deux offrandes d’amour, je pense, pour moi. Vous savez combien j’apprĂ©cie cela. Eh bien, pas un seul sou ne me reviendra personnellement. Cela va ĂȘtre affectĂ© Ă  la fondation de l’église pour des missions outre-mer. Voyez? Et nous ferons de tout notre mieux afin de veiller Ă  ce que cet argent soit utilisĂ© au profit des gens qui ne peuvent pas entendre l’Evangile, qui ne sont pas en mesure de venir. Nous ferons de tout notre mieux. Que Dieu vous bĂ©nisse donc richement, c’est ma sincĂšre priĂšre.
E-18 (16) Et maintenant, si vous voulez un de ces tissus sur lesquels on a priĂ©, Ă©crivez-moi simplement. Et c’est juste boĂźte postale 325, ou juste Jeffersonville, Indiana; ça me parviendra. Et si vous voulez garder cela dans votre Bible, placez cela dans Actes 19.
(17) Et beaucoup de gens m’ont dit...
E-19 Une dame a dit... Je pense que son fils avait Ă©tĂ© Ă©crasĂ© par un vĂ©hicule, il saignait Ă  mort Ă  la suite d’une lĂ©sion par un verre, et alors, elle a couru trĂšs vite, il a pris ce ruban (elle Ă©tait dans... elle habitait Ă  la campagne) et elle a placĂ© le petit ruban sur le jeune homme, et le sang s’est arrĂȘtĂ© immĂ©diatement. Et beaucoup de choses semblables.
E-20 (18) Une femme en Allemagne Ă©tait paralysĂ©e. (Cela vous instruit sur quoi faire: vous rĂ©unir avec les voisins chrĂ©tiens quand ces tissus sont placĂ©s sur vous, ou sur votre coeur.) Et elle a dit, aprĂšs que tout avait Ă©tĂ© suivi Ă  la lettre, elle Ă©tait paralysĂ©e pendant plusieurs annĂ©es, et elle a dit, quand elle a accompli cela, elle a dit: «Satan, maintenant, tu n’as plus de place pour quoi que ce soit d’autre. Retire-toi de moi.» Elle est sortie du fauteuil et s’en est allĂ©e en marchant.
E-21 C’est tout aussi simple que ça. Voyez?
Donc, si vous en voulez un, c’est sans frais, gratuit. Envoyez simplement et nous vous en enverrons directement un par courrier.
(19) Eh bien, nous vous enverrons une–une copie du papier avec les instructions sur la façon de procĂ©der, mais rappelez-vous, j’ai personnellement priĂ© sur–sur les tissus que nous vous envoyons.
(20) Si mon enfant tombait malade, ma femme, ou mon pĂšre, ma mĂšre, et que j’avais confiance dans la priĂšre de quelqu’un, je ne voudrais pas la priĂšre du secrĂ©taire; je voudrais que lui prie dessus. (Faites aux autres ce que vous voulez qu’ils fassent pour vous): c’est la rĂšgle d’or.
Ainsi, nous–nous serons certainement contents de vous aider autant que possible. Que Dieu vous bĂ©nisse donc maintenant.
E-22 Et tout ce qui a Ă©tĂ© fait, l’a Ă©tĂ© avec beaucoup de douceur et d’amour, et nous apprĂ©cions beaucoup cela.
E-23 (21) Or, quand je suis outre-mer, c’est toujours difficile, car des sorciers, des magiciens, et... ils n’ont pas peur de vous attaquer. Tout rĂ©cemment, en un certain endroit, il y a eu environ quinze sorciers de part et d’autre, jetant le sort, et ils ont dit qu’ils feraient Ă©clater l’orage et que cela allait m’expulser. Croyez-le ou pas, l’orage a Ă©clatĂ©. Environ trente mille personnes, et l’endroit a Ă©tĂ© secouĂ© au possible.
E-24 FrĂšre Arganbright, des Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens (vous les frĂšres, vous le connaissez), Ă©tait assis derriĂšre moi. Il a dit: «FrĂšre Branham...»
E-25 J’ai dit: «Reste simplement tranquille. C’est le Saint-Esprit qui m’a envoyĂ© ici.» C’est pourquoi je n’aime pas aller quelque part si Lui ne m’envoie pas premiĂšrement, alors je suis sĂ»r que je peux venir au Nom du Seigneur. Voyez? J’ai dit: «C’est Lui qui m’a envoyĂ© ici.»
E-26 Et on avait un immense Ă©difice Ă©rigĂ© juste, lĂ  oĂč ils... juste comme des planches de deux par quatre, et de toiles rattachĂ©es au-dessus; et cet Ă©difice se soulevait simplement de haut en bas. En plein dans le... vers quatorze heures, il faisait aussi clair que possible; et cet orage a Ă©clatĂ© dans les trente minutes.
(22) Alors, je me suis simplement arrĂȘtĂ© et j’ai dit: «Vous n’avez pas Ă  interprĂ©ter ceci.» J’ai senti cette puissance dĂ©moniaque venir de tout cĂŽtĂ©, ils Ă©taient assis lĂ , tournant leurs mains avec une taille plumes, avec des ciseaux, vous savez comment ils s’y prennent.
E-27 Et j’ai dit: «Seigneur Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, c’est Toi qui m’as envoyĂ© ici; Tu es responsable du ministĂšre que j’accomplis pour Toi. Je rĂ©primande cette tempĂȘte au Nom du Seigneur JĂ©sus.»
E-28 (23) Et cela s’est directement retirĂ©, les tonnerres se sont Ă©loignĂ©s en grondant, le soleil a brillĂ© en moins de deux minutes, lĂ . Et des milliers ont affluĂ© Ă  l’autel, les penseurs communistes et tout. Et combien...
E-29 Je ne peux pas me tenir ici pour vous raconter des tĂ©moignages, car c’est dans ma propre rĂ©union. Ça aurait Ă©tĂ© mieux que ce soit les autres qui le fassent. Mais des bibliothĂšques... Je dirais qu’il y aurait une encyclopĂ©die. Il pourrait y avoir beaucoup de livres Ă©crits sur ce que j’ai vu le Seigneur JĂ©sus faire dans mon propre petit ministĂšre. Que pensez-vous qu’il en serait pour le ministĂšre des hommes tels que frĂšre Tommy Osborn, frĂšre Oral Roberts? C’est glorieux; notre Seigneur est glorieux; certainement.
E-30 (24) Maintenant, j’aimerais lire un passage des Ecritures cet aprĂšs-midi. Et j’ai quelques passages notĂ©s ici, si je peux aborder cela. Ainsi donc, nous sommes... Je pense, mon fils m’a dit avoir distribuĂ© des cartes de priĂšre, et nous allons prier pour les malades.
E-31 (25) Si jamais je ne revois l’un de vous, si jamais je ne vous revois dans cette vie ici, quand je vous rencontrerai au portail avant que nous entrions pour nous tenir devant Christ, les visions de la part de Dieu sont vraies et rĂ©elles. L’Ange du Seigneur dans cette Colonne de Feu et la LumiĂšre, je dis la vĂ©ritĂ©, le Dieu Tout-Puissant, mon Juge, Cela est lĂ . C’est vrai. C’est afin que vous sachiez que c’est–c’est vrai. Dieu est VĂ©ridique. Il ne peut pas ĂȘtre faux et ĂȘtre Dieu. Il est faux... Il ne peut pas ĂȘtre faux, car Il doit ĂȘtre rĂ©el. S’il y a quelque chose de faux, c’est Satan.
Mais cette LumiĂšre-lĂ , je L’ai vue, je L’ai regardĂ©e, et pour moi... S’il vous plaĂźt, pardonnez-moi, si j’agis de façon sacrilĂšge, mais pour moi, c’est la mĂȘme Colonne de Feu que suivait les enfants d’IsraĂ«l,
E-32 Car Elle avait demeurĂ© dans un Homme appelĂ© JĂ©sus, qui Ă©tait le Fils de Dieu, et la Vie qu’Il avait vĂ©cue s’est reproduite aujourd’hui par la mĂȘme chose.
(26) Il a dit: «Je viens de Dieu, et Je vais Ă  Dieu.» Nous le savons tous. «Je suis sorti de Dieu, et Je vais Ă  Dieu.» Il a dit: «JE SUIS CELUI QUI SUIS.» C’était la Colonne de Feu; c’était l’Ange qui Ă©tait dans le buisson. Elle a Ă©tĂ© faite chair et a habitĂ© parmi nous, Elle est retournĂ©e, Elle est sous la mĂȘme forme aujourd’hui. Saviez-vous cela?
E-33 (27) Vous direz: «Jésus était...» Eh bien, je ne suis pas... Je parle de Dieu qui était en Jésus.
E-34 Quand Paul Ă©tait en route vers Damas, une LumiĂšre l’a terrassĂ©e, la Colonne de Feu. Aucun parmi les autres n’avaient vu Cela. Mais Paul avait vu Cela. C’était tel que Cela l’avait aveuglĂ©. Et il a dit: «Qui es-Tu, Seigneur?»
E-35 (28) Il a dit: «Je suis JĂ©sus.» Il Ă©tait retournĂ© Ă  Dieu, d’oĂč Il Ă©tait sorti.
E-36 Pour moi, c’est encore Lui aujourd’hui, achevant Son oeuvre en nous, l’Eglise, dans les derniers jours.
E-37 (29) Prenons DeutĂ©ronome 32.11 pour un petit texte de fond. Et nous tĂącherons d’avoir une ligne de priĂšre dans une heure, si possible. [Une femme donne une prophĂ©tie dans l’assistance.–N.D.E.]
E-38 (30) Ô PĂšre divin, j’accepte cela humblement dans mon coeur. Guide mes pas; tiens-moi la main, Seigneur. PuissĂ©-je ne jamais devenir une pierre d’achoppement pour quelqu’un, mais puissĂ©-je ĂȘtre un tremplin pour chaque passant. Accorde-le, Seigneur. PuissĂ©-je ne jamais rien faire dans ma vie qui jette de l’ombre sur Ton Nom ou sur Ta cause. Et je ferai tout mon possible pour Te servir. Je Te remercie pour cela au Nom de Ton Fils, JĂ©sus-Christ, mon Seigneur. Amen.
E-39 (31) Combien cela humilie mon coeur. Deutéronome 32.11:
Pareil...
[Deux prophĂ©ties sont donnĂ©es.–N.D.E.] Amen. BĂ©ni soit le Nom du Seigneur. [Une autre prophĂ©tie est donnĂ©e.–N.D.E.] Combien nous sommes reconnaissants au Seigneur d’avoir Son Esprit Ă  l’oeuvre parmi nous, au milieu de nous.
Pareil Ă  l’aigle qui Ă©veille sa couvĂ©e, voltige sur ses petits, dĂ©ploie ses ailes, les prend, les porte sur ses plumes.
E-40 (32) Ce n’est pas un long passage des Ecritures, mais c’est la Parole du Seigneur. Il y en a assez lĂ  peut-ĂȘtre pour que Dieu nous donne pour les quelques vingt ou trente prochaines minutes, un contexte qui amĂšnera les gens Ă  se rĂ©veiller et Ă  penser au Seigneur JĂ©sus.
E-41 (33) Vous savez, parfois... J’ai lu une histoire, il y a quelques annĂ©es, dans la vie d’Abraham Lincoln. Il y avait un homme en prison, il Ă©tait condamnĂ© par la Cour fĂ©dĂ©rale. Il allait ĂȘtre fusillĂ©, et un bon ami Ă  lui est allĂ© voir le prĂ©sident Abraham Lincoln, un merveilleux chrĂ©tien. Il a dit: «Monsieur Lincoln, je sais que vous ĂȘtes un homme de bien, que vous ĂȘtes un chrĂ©tien; et cet homme est condamnĂ© par la Cour fĂ©dĂ©rale pour avoir violĂ© une loi qui rĂ©git l’armĂ©e. C’est mon ami. Il n’en avait pas l’intention. Il est coupable d’avoir fait cela. Il n’en avait pas l’intention. Ne voudriez-vous pas, je vous en prie... vous ĂȘtes l’unique homme qui peut lui Ă©pargner la vie. Ne voudriez-vous pas lui Ă©pargner la vie?» Et Ă  titre gracieux, monsieur Lincoln a pris sa plume et a Ă©crit sur un bout de papier (comme il n’était pas dans son bureau Ă  ce moment-lĂ  pour y apposer le sceau officiel); et alors, il a Ă©crit dessus: «Cet homme est graciĂ© par moi», et il a signĂ© de son nom: Abraham Lincoln.
E-42 (34) Le prĂ©cieux ami de cet homme a couru Ă  toute vitesse en prison et a dit: «Ô mon ami, tu es libre! Tu es libre! Voici le nom du prĂ©sident sur ce bout de papier. Tu es graciĂ©.»
E-43 (35) Et cet homme a dit: «Ne te moque pas de moi, car je suis maintenant sur le point de mourir; en effet, j’ai Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  mort; et tu viens ici te moquer de moi avec un bout de papier. Si ce bout de papier Ă©tait la grĂące d’Abraham Lincoln, il serait dĂ©corĂ© de sceaux et autres.»
E-44 (36) Il a dit: «Monsieur, voici le nom du président. Tu es gracié.» Et cet homme a tourné le dos à cela et il ne voulait pas écouter ça.
E-45 Le lendemain matin, Ă  l’aube, il a Ă©tĂ© fusillĂ© devant le peloton d’exĂ©cution.
(37) Or, il y avait lĂ  une grĂące du prĂ©sident qui disait: «Ne tuez pas cet homme», c’était signĂ© un jour; l’autre jour, l’homme avait Ă©tĂ© fusillĂ©.
E-46 Alors, l’affaire a Ă©tĂ© portĂ©e devant la Cour fĂ©dĂ©rale; et quand la cour, la Cour fĂ©dĂ©rale des Etats-Unis d’AmĂ©rique a eu un procĂšs sur cette affaire, voici la dĂ©cision de la Cour: «Une grĂące n’est grĂące que si elle est acceptĂ©e comme grĂące.»
E-47 (38) Et c’est pareil pour la Parole de Dieu. C’est la guĂ©rison pour vous si vous L’acceptez comme guĂ©rison. C’est le pardon pour vous si vous L’acceptez comme pardon. Chaque bĂ©nĂ©diction Ici dedans est vĂŽtre si vous l’acceptez telle que Dieu l’a Ă©crite. «Pareil Ă  l’aigle qui Ă©veille sa couvĂ©e, voltige sur ses petits, les prend sur ses ailes et Les porte...»
E-48 (39) Que des fois j’ai pensĂ© au fait que Dieu identifiait Son hĂ©ritage aux aigles! Et je trouve dans la Bible que Dieu Lui-mĂȘme s’appelle un Aigle. Il est JĂ©hovah Aigle. Et comment s’y prend-Il?
E-49 (40) Je suis donc un naturaliste, aussi je... Ma premiĂšre Bible a Ă©tĂ© la nature. Si seulement vous observez comment ça marche dans la nature, vous pouvez trouver Dieu. Partout oĂč vous regardez, vous verrez Dieu, si vous avez Dieu dans votre coeur et que vous voyez cela.
(41) Eh bien, quand on parle de la rĂ©incarnation et des trucs, c’est de la folie; ça ne peut pas se faire.
E-50 Nous voyons qu’une plante meurt, va sous terre; la racine pourrit; cela revit: c’est la rĂ©surrection. Et tout le christianisme repose sur la rĂ©surrection. Et nous pouvons voir que c’est vrai: la mort, l’ensevelissement et la rĂ©surrection. Les Ă©tĂ©s, les hivers, toute la nature s’emboĂźte bien.
E-51 (42) Ma premiĂšre Bible consistait Ă  observer comment ces arbres mouraient, comment les pousses remontaient, comment le vent soufflait dessus, et comment cela revenait; comment la petite fleur qui Ă©tait morte revivait. Et toutes ces diverses choses, cela m’a fait savoir qu’il y a quelque part la puissance de la rĂ©surrection.
E-52 (43) Eh bien, l’arbre a une vie perpĂ©tuelle; nous avons la Vie Immortelle. L’arbre connaĂźtra une derniĂšre fin; nous, jamais. Nous avons la Vie Immortelle.
E-53 (44) Eh bien, je me suis mis Ă  Ă©tudier l’aigle aprĂšs avoir lu lĂ -dessus. Qu’en est-il de l’aigle? J’ai vu que l’aigle est un oiseau trĂšs Ă©trange. Il peut voler plus haut que tout autre oiseau qui existe. C’est un oiseau d’une constitution spĂ©ciale. Il bĂątit son nid–nid dans les rochers, lĂ  trĂšs haut. C’est un oiseau trĂšs Ă©trange. Et autre chose, ses plumes sont si fermement attachĂ©es que vous pourrez Ă  peine... vous ne pourrez pas les arracher avec des tenailles. C’est un oiseau trĂšs grand, l’un des plus grands qui existent, et il est un–un oiseau trĂšs Ă©trange. Mais il a une constitution spĂ©ciale parce qu’il a un travail spĂ©cial Ă  faire.
E-54 Le mot aigle veut dire qui arrache avec son bec. Et il se nourrit avec son bec, une trĂšs belle chose de la Parole de Dieu: se nourrir de bouche Ă  bouche, Dieu nourrissant Ses enfants.
E-55 (45) Et puis, il construit son nid haut, il fait cela Ă  dessein, et tout. Eh bien, si l’aigle a une aile trĂšs forte, c’est pour la dĂ©livrance.
E-56 Et une autre chose Ă©trange que l’aigle fait, c’est qu’il renouvelle sa jeunesse. L’aigle, aprĂšs un trĂšs long moment, connaĂźt un revirement et redevient directement un jeune aigle, il rajeunit. Il renouvelle sa jeunesse.
E-57 C’est un autre type de l’église, du peuple de Dieu. Il nous arrive d’ĂȘtre tout abattus et on dirait Ă©reintĂ©s, puis tout d’un coup, le Saint-Esprit vient et nous renouvelle. Dieu renouvelle l’expĂ©rience et la jeunesse de Son Eglise, lui donne une nouvelle expĂ©rience. C’est le type de l’aigle.
E-58 (46) Il y a quelques annĂ©es, je chevauchais beaucoup, dans une ferme, et nous Ă©tions lĂ  Ă  la riviĂšre Troublesome dans le Colorado. L’association Hereford faisait paĂźtre lĂ  dans le pĂąturage Arapaho, et tout, lĂ -haut sur les montagnes, et nous, nous amenions le bĂ©tail lĂ -haut, et puis en automne, nous les recherchions; nous les placions dans la forĂȘt nationale; et alors, on cultivait du foin pour eux dans des vallĂ©es pour les nourrir en hiver.
E-59 (47) Et j’y allais chaque annĂ©e chasser; je le fais encore. Un ami Ă  moi, nous retournions aprĂšs que tous les autres venus de la ville Ă©taient allĂ©s lĂ  et avaient tirĂ© sur des biches, des faons, des veaux, de vieux taureaux en dĂ©bandade, des Ă©lans qui Ă©taient lĂ  au fond. Eh bien, nous retournons toujours lĂ -haut, lĂ  oĂč c’est inaccessible, nous campons lĂ  derriĂšre. Si lui prend la direction est–est ou ouest, l’une, moi, je prendrai l’autre. Nous passions plusieurs jours avant de nous retrouver.
E-60 (48) Et je n’oublierai jamais une annĂ©e, il n’avait pas neigĂ©. On Ă©tait en octobre, au dĂ©but de la saison.
E-61 Et s’il neige dans la montagne, eh bien, peut-ĂȘtre en octobre, il y aura un–un trĂšs bon aprĂšs-midi, peut-ĂȘtre Ă  une autre heure il va neiger. Puis, il va pleuvoir, et ensuite le soleil apparaĂźtra: un changement continu de temps. Mais alors, quand la neige tombe, elle fait fuir les Ă©lans et les biches, ces gros animaux qui restent lĂ -haut, loin du bruit de la civilisation; cela les fait fuir dans la vallĂ©e. C’est lĂ  gĂ©nĂ©ralement qu’on attrape des trophĂ©es.
E-62 (49) Cette annĂ©e-lĂ , la neige n’était pas encore tombĂ©e, et j’étais lĂ  loin haut, j’avais laissĂ© mon cheval Ă  plusieurs kilomĂštres derriĂšre, je l’avais attachĂ© de maniĂšre Ă  ce qu’il ait beaucoup d’espace et du foin afin de manger, et je suis allĂ© jusqu’à la lisiĂšre, lĂ -haut; je contemplais.
E-63 (50) Cet aprĂšs-midi-lĂ , une tempĂȘte avait Ă©clatĂ©, parcourant les montagnes, accompagnĂ©e des–des grondements du tonnerre et du jaillissement des Ă©clairs. Alors, je me suis cachĂ© derriĂšre un arbre, je me suis retirĂ© derriĂšre cet arbre jusqu’à ce que la tempĂȘte fĂ»t passĂ©e. Cela Ă©tait tombĂ© dans le bois. Il y avait un arbre abattu par le vent lĂ . Alors, je me tenais derriĂšre cet arbre, attendant que la tempĂȘte passe, je me tenais lĂ , rĂ©flĂ©chissant. J’avais posĂ© mon fusil contre le–l’arbre. Et puis, quand la–la tempĂȘte Ă©tait terminĂ©e, je pensais Ă  Dieu, combien Il Ă©tait merveilleux.
E-64 Et pendant que la tempĂȘte passait, les vents froids avaient soufflĂ©, et cela avait beaucoup gelĂ© l’eau sur des arbres Ă  feuilles persistantes, on dirait des glaçons suspendus. Alors, quand le soleil est apparu, lĂ  loin Ă  l’ouest, je pouvais voir le soleil jeter un coup d’oeil au travers de la fissure de la montagne, tel l’oeil de Dieu.
E-65 (51) Vous savez, Dieu est partout. Vous pouvez bien Le voir partout, si seulement vous Le cherchez. Il est lĂ ; il vous faut Le voir. Il sera ici. Il est ici maintenant mĂȘme. Si seulement vous regardez tout autour, vous Le verrez.
E-66 Et alors, pendant que je me tenais lĂ , contemplant ce–ce coucher du soleil, j’ai levĂ© les mains et j’ai dit: «Ô Grand JĂ©hovah Dieu, Tes yeux parcourent la terre.»
E-67 A ce moment-lĂ  mĂȘme, j’ai entendu le beuglement d’un–un Ă©lan mĂąle. Il avait Ă©tĂ© sĂ©parĂ© du troupeau sous la tempĂȘte, et il lĂąchait ce cri trĂšs perçant comme cela. Et j’ai entendu le troupeau lui rĂ©pondre ici, Ă  un autre endroit.
(52) Et lĂ  sur le flanc de la montagne, un vieux loup gris s’est mis Ă  hurler, et sa compagne a rĂ©pondu dans la vallĂ©e. J’ai regardĂ© dans la vallĂ©e, entre une montagne et la limite continentale, il y avait un arc-en-ciel. Eh bien, pratiquement partout oĂč je regardais, Dieu Ă©tait lĂ .
E-68 (53) Ma mĂšre est mi-Indienne. Elle vient de la rĂ©serve et... des Indiens Cherokee; et sa mĂšre a touchĂ© une pension. Ma conversion ne m’a jamais dĂ©pouillĂ© de cela. Il y a quelque chose que j’aime dans les bois et dans le plein air.
E-69 Lorsque j’ai entendu ce vieux loup hurler et sa compagne rĂ©pondre Ă  cela, les larmes ont commencĂ© Ă  me couler sur les joues. J’ai entendu ce vieil Ă©lan mĂąle crier lĂ , rĂ©clamant son troupeau. Cela a rĂ©pondu.
(54) J’ai regardĂ© l’arc-en-ciel et j’ai dit: «Oui, Dieu est Ă©galement lĂ .» Il est l’Alpha et l’OmĂ©ga. Il est les couleurs, l’alliance dans l’arc-en-ciel. Dieu est partout, si seulement vous Le cherchez.
E-70 (55) J’étais trĂšs heureux, j’ai simplement levĂ© les mains et les larmes me coulaient sur les joues; j’ai sans cesse contournĂ© cet arbre-lĂ  Ă  toute vitesse. Je me tapais bien un bon moment (Et il n’y avait personne autour de moi sur un rayon de trente miles [48 km]), je sautillais et criais Ă  tue-tĂȘte.
Franchement, si quelqu’un m’avait observĂ©, il aurait pensĂ© que je m’étais Ă©chappĂ© d’un hĂŽpital psychiatrique, lĂ . Mais cela m’importait peu; je passais un bon moment. J’adorais le Seigneur, mon Dieu. Cela ne changeait rien pour moi, ce que quelqu’un d’autre pensait.
(56) Et je me tapais simplement un bon moment en contournant sans cesse cet arbre-lĂ . Puis, je me suis arrĂȘtĂ© pour Ă©couter ce loup, l’écouter, ensuite crier de nouveau, puis je me suis remis Ă  contourner sans cesse l’arbre.
E-71 (57) Et je–j’ai excitĂ© quelque chose. Il y avait un petit Ă©cureuil de pin. J’ignore si vous savez ou pas ce qu’ils sont ici Ă  Oklahoma, c’est une petite crĂ©ature bruyante, d’à peu prĂšs cette taille. Il est le policier en manteau bleu des bois. Il est juste... Il fait trop de bruit, et il n’a rien. Il sauta sur une souche et se mit Ă  jacasser, jacasser, jacasser de toutes ses forces. Et je me suis dit: «Ça ne sert Ă  rien de t’exciter. J’adore le Seigneur. Si tu n’aimes pas cela, observe ceci.» Et je me suis remis Ă  contourner sans cesse, de toutes mes forces. Et je disais: «C’est merveilleux, n’est-ce pas? Ton CrĂ©ateur, mon Dieu... Nous voici encore.» Et je contournais sans cesse comme cela.
E-72 Et j’ai vu la petite crĂ©ature pencher sa petite tĂȘte de cĂŽtĂ© et regarder un arbre abattu par le vent.
(58) On dirait que ce n’était pas moi qui l’avais excitĂ©; c’était une autre chose qui l’avait excitĂ©. Eh bien, je me suis dit: «Ne pense pas que j’agis drĂŽlement, car pour moi, je n’agis pas drĂŽlement. Et je sais qu’Il me bĂ©nit. Donc, tu peux tout aussi bien te joindre Ă  moi.»
E-73 Et, alors, il m’est arrivĂ© de regarder: la tempĂȘte avait forcĂ© un gros aigle Ă  descendre. Il avait Ă©tĂ© forcĂ© Ă  descendre dans... Il Ă©tait descendu bas, probablement pour manger. Il ne pouvait pas avoir son... gagner son... au-dessus pour aller au-dessus de la tempĂȘte, aussi avait-il Ă©tĂ© forcĂ© Ă  aller dans les buissons. Il Ă©tait en bas sous ces–sous ces buissons;
E-74 C’était cela qui excitait le petit Ă©cureuil.
(59) Et il le regardait trĂšs attentivement comme cela continuait Ă  jacasser, jacasser, jacasser, jacasser comme s’il allait tailler l’aigle en piĂšces. Eh bien, il n’était pas assez grand pour tailler quoi que ce soit en piĂšces. Il se tenait donc lĂ  sur cette souche-lĂ , sa petite queue enroulĂ©e comme cela, et jacassant, jacassant, jacassant; jacassant, jacassant, jacassant.
(60) Je me suis dit: «Eh bien, ne t’excite pas; il ne va pas te faire du mal.»
E-75 Et ce gros aigle, d’un bond, est allĂ© sur une branche comme cela, et je me suis dit: «Ô Dieu, Tu es lĂ  dans ce cri du loup. Tu es lĂ  dans l’appel de la nature sauvage. Tu es lĂ  dans le coucher du soleil. Tu es lĂ  dans l’arc-en-ciel. Pourquoi as-Tu placĂ© cet aigle devant moi? Qu’est-ce–qu’est-ce que cet aigle fait lĂ ? Je n’arrive pas Ă  Te voir dans cet aigle-lĂ .»
E-76 (61) J’observais cet aigle-lĂ . J’ai dit... Je l’ai regardĂ©, ses trĂšs gros yeux gris. Il ne faisait pas tellement cas de cet Ă©cureuil de pin; il me regardait. Je pouvais voir ces trĂšs gros yeux me regarder; et je me suis dit: «Eh bien, oui, je peux voir Dieu dans cet aigle-lĂ , car Il n’a pas peur; il a en lui quelque chose qui fait qu’il n’a pas peur.»
E-77 (62) J’ai dit: «Je vais essayer pour voir s’il a peur.» J’ai dit: «Dites donc, toi, sais-tu que je peux te tirer dessus?» J’ai dit: «Voici mon fusil. Je peux te tirer dessus.»
E-78 (63) Il m’a simplement regardĂ© comme cela. Je le voyais se rassurer sans cesse de ses ailes. J’ai dit: «Je vois maintenant. C’est cela la raison. Tu n’as pas peur parce que Dieu t’a donnĂ© deux ailes et tu sais bel et bien que tu peux te retrouver dans le bois lĂ  avant que je puisse mĂȘme tenir ce fusil dans ma main.»
(64) Je me suis dit: «Si toi, tu peux te confier dans tes ailes que Dieu t’a donnĂ©es pour te tirer du danger, Ă  combien plus forte raison l’Eglise le devrait-elle avec l’Esprit du Saint-Esprit qui a Ă©tĂ© donnĂ© par Dieu, qui est parmi nous, pour s’éloigner de choses, s’en sortir», comme cela. Et je l’ai observĂ©, comment il se rassurait de ses ailes. Tant que...
E-79 (65) Quelqu’un m’a dit il y a quelque temps: «FrĂšre Branham, n’avez-vous pas peur de commettre une erreur?» Absolument pas, tant que je peux ressentir Quelque Chose autour de moi. C’est vrai. C’est en ordre. Tant qu’Il est lĂ , c’est Lui qui fait Cela.
E-80 (66) Alors, j’ai observĂ© cet aigle pendant longtemps. Il a vu que je l’aimais beaucoup; je n’allais pas lui faire du mal. Et alors, il n’avait pas peur de moi, mais il en avait marre seulement de cette jacasserie, jacasserie, jacasserie; jacasserie, jacasserie, jacasserie; il en a eu marre, alors il a fait un seul trĂšs grand bond, il a battu deux fois ses ailes, et puis j’ai compris pourquoi il m’avait interrompu quand je criais.
(67) Ce gros aigle n’a plus jamais battu davantage ses ailes. Il semblait bien savoir comment disposer ses ailes, et Ă  chaque coup de vent, il montait plus haut. Un coup de vent arrivait, il montait plus haut. Et je me suis tenu lĂ , je l’ai regardĂ© jusqu’à ce qu’il n’était devenu qu’un tout petit point.
(68) Et j’ai dit: «Ô Dieu, c’est ça.» Il en a eu marre de cette jacasserie, jacasserie, jacasserie.
E-81 Il n’est pas question de courir d’une Ă©glise Ă  l’autre, d’adhĂ©rer Ă  celle-ci et d’adhĂ©rer Ă  celle-lĂ ; il est juste question de savoir comment disposer ses ailes face Ă  la puissance de Son Saint-Esprit. Et quand Il vient en chevauchant, chevauchez simplement dessus, chevauchez dessus sans cesse, sans cesse, sans cesse, sans cesse. Eloignez-vous de cette jacasserie, jacasserie: «Les jours des miracles sont passĂ©s.» «Le Saint-Esprit n’existe pas.» «Vous ĂȘtes tous en erreur lĂ -dessus.» «La guĂ©rison divine n’existe pas.» Chevauchez simplement au-dessus de cela. Laissez simplement le Saint-Esprit entrer et chevauchez dessus au loin. Laissez-vous emporter loin au-dessus de cela jusqu’à ne plus entendre cela.
E-82 (69) Oh! la la! C’est Dieu qui a crĂ©Ă© l’aigle. Eh bien, s’il n’avait pas... Si le faucon osait suivre l’aigle, il se dĂ©sintĂ©grerait dans les airs. Qu’un corbeau ose le suivre, il perdrait ses plumes. C’est un oiseau d’une constitution spĂ©ciale.
E-83 (70) Dieu a identifiĂ© Ses aigles Ă  ses prophĂštes. Un prophĂšte monte dans les sphĂšres Ă©levĂ©es d’oĂč il peut voir trĂšs loin.
E-84 Eh bien, si l’aigle a de trĂšs fortes ailes qui peuvent l’amener lĂ -haut, et que ses yeux n’aient rien de commun avec ses ailes, il deviendrait aveugle une fois montĂ© lĂ -haut. C’est pourquoi un faucon, qui oserait se comporter comme un aigle, une fois arrivĂ© trĂšs haut, en tout cas il n’arrive plus Ă  voir; cela ne lui aurait servi donc Ă  rien de monter. Voyez, c’est un oiseau d’une constitution spĂ©ciale.
E-85 Et un chrĂ©tien est une personne d’une constitution spĂ©ciale. C’est tout Ă  fait vrai.
(71) Ça ne sert Ă  rien de frĂ©quenter l’église si vous n’avez pas quelque chose qui vous dit que tout est lĂ . Voyez? C’est quelque chose de spĂ©cial que Dieu fait pour vous.
E-86 Cet aigle peut monter si haut que vous n’arrivez plus à le voir, et il peut voir tout ce qui bouge sur terre, le moindre petit objet, son regard est trùs perçant.
E-87 (72) Il y a quelque temps, trois ou quatre ans, ma fillette et moi visitions un zoo Ă  Cincinnati. Je les avais amenĂ©es lĂ  un samedi aprĂšs-midi pour leur montrer diffĂ©rentes choses; la petite Sara et moi nous marchions. Elle Ă©tait alors une toute petite fille d’environ trois ans. Et nous marchions lĂ , et il y avait un gros aigle dans une cage.
E-88 (73) J’ai toujours dĂ©testĂ© voir des animaux dans une cage. Je ne sais pas; je dĂ©teste vraiment voir un oiseau, un canari. Eh bien, je ne m’en prends pas Ă  vos perruches et autres, mais je n’aime pas voir quelque chose dans une cage. Je sais ce que ça reprĂ©sente d’ĂȘtre dans la cage d’une religion, lĂ  oĂč vous ne jouissez pas de libertĂ©. Et je–je–j’aimerais... Je–j’aime ĂȘtre libre.
E-89 (74) C’est juste comme donner à votre oiseau toutes les vitamines que vous pouvez pour lui donner de bonnes plumes et de bonnes ailes et ensuite l’enfermer dans une cage. A quoi cela lui servira-t-il?
E-90 A quoi sert-il d’envoyer des prĂ©dicateurs aux sĂ©minaires et ailleurs, se faire instruire et tout comme cela, et ensuite les enfermer dans des cages en disant: «Les jours des miracles sont passĂ©s; cela n’existe pas,»? A quoi ça sert-il de les faire instruire...?
E-91 (75) Frùre, j’aime quelque chose de libre, là vous pouvez vous envoler, vous exercer, une religion qui vous libùre.
E-92 (76) J’ai observĂ© ce gros aigle. On l’avait rĂ©cemment attrapĂ©, on l’avait mis dans une cage. Et je me suis dit que c’était la scĂšne la plus triste que j’aie jamais vue. Cet immense oiseau, il Ă©tait couchĂ© lĂ  par terre quand je suis arrivĂ©, ses immenses ailes dĂ©ployĂ©es, les plumes de sa tĂȘte, du cou et au bout de ses ailes tout arrachĂ©es.
E-93 (77) Je l’ai regardĂ©. Il rampait dans la cage. Il a jetĂ© un coup d’oeil en arriĂšre vers la cage, comme cela. Le voici venir. De sa tĂȘte et de ses ailes, il a cognĂ© cette cage-lĂ , il battait. Les plumes s’envolaient; il retombait. Il se relevait, il retombait de ce cĂŽtĂ© et regardait en haut. Il s’envolait Ă  toute vitesse, cognait ses ailes et sa tĂȘte contre cela, et retombait. Il restait couchĂ© lĂ , ses gros yeux tournoyant, le regard vers le haut.
E-94 (78) Oh! Je me suis dit: «C’est un des spectacles les plus tristes qu’un homme puisse voir.» C’est un oiseau cĂ©leste; il est nĂ© pour planer dans les cieux; et le voici, par la tricherie et la subtilitĂ© de l’homme, enfermĂ© dans une cage. Il ne peut pas... C’est un oiseau cĂ©leste, il ne sait pratiquement rien de la terre. Il doit vivre dans les cieux.
(79) Il Ă©tait Ă©tendu lĂ  par terre, les yeux vers le haut, sa vĂ©ritable place, oĂč son coeur dĂ©sirait ardemment se trouver; mais les barres le sĂ©paraient de cela.
E-95 (80) Je pensais que c’était un spectacle triste jusqu’à ce qu’un jour j’ai vu l’humanitĂ©, que Dieu a crĂ©Ă©e Ă  Son image, enfermĂ©e dans des cages de dĂ©nominations et autres qui ne croyaient pas dans la guĂ©rison divine; enfermĂ©e dans des endroits oĂč ils ne pouvaient pas ĂȘtre libres. Ce sont des ĂȘtres nĂ©s pour le ciel, des esprits envoyĂ©s en eux par Dieu comme cela, mais ils s’enferment dans des cages au point qu’ils ne peuvent pas en sortir.
(81) Voir des hommes et des femmes qui marchent dans des rues, habillĂ©s de façon immorale, dans des bars, enfermĂ©s dans des cages alors qu’ils devraient ĂȘtre des fils et des filles de Dieu libres, et ils se font pratiquement sauter la cervelle en cognant contre quelque chose pour essayer de se libĂ©rer.
E-96 (82) Ô Dieu, si j’en avais le pouvoir, j’aurais... ou l’autoritĂ©, j’aurais dĂ» racheter ce vieil aigle et l’aurai laissĂ© aller–aller librement lĂ  oĂč il veut.
E-97 (83) C’est une chose horrible que de l’enfermer dans une cage. Mais combien c’est horrible de prendre les fils de Dieu et de les enfermer dans une cage quelque part oĂč ils sont... En rĂ©alitĂ©, leur esprit veut sortir de lĂ  et faire quelque chose. Alors, quelqu’un dit: «La guĂ©rison divine n’existe pas.» «La puissance du Saint-Esprit n’existe pas.» «Cela n’existe pas.» On les enferme dans une cage. FrĂšre, permettez-moi de vous le dire, il y a la libertĂ©.
E-98 (84) Un homme avait une fois attrapĂ© un vieux corbeau et l’avait liĂ©, car celui-ci Ă©tait dans le champ de maĂŻs et il... Les oiseaux se mettaient Ă  le survoler et disaient: «Viens, Johnny Crow, allons au sud; allons au sud; l’hiver arrive.»
E-99 (85) Il Ă©tait devenu si pauvre qu’il ne pouvait guĂšre marcher. Un homme de bien est passĂ© par lĂ  un jour et a dit: «Ce pauvre vieux corbeau!» Il l’a simplement dĂ©tachĂ©.
E-100 Et alors, les autres corbeaux sont venus et ont dit: «Allons, Johnny Crow, allons au sud.»
E-101 Mais il–il avait Ă©tĂ© si longtemps liĂ© qu’il ne faisait que marcher tout autour et disait: «Je ne peux pas le faire; je ne peux pas le faire.» Il ne savait pas qu’il Ă©tait libre.
E-102 (86) C’est pareil avec l’homme aujourd’hui. Vous ne savez pas que JĂ©sus-Christ vous a libĂ©rĂ©, frĂšre. DĂ©gageons-nous-en. Allons quelque part. Dieu nous a crĂ©Ă©s libres. Ne mourons pas de faim. Dieu a les bĂ©nĂ©dictions de la PentecĂŽte partout dans les cieux, et–et des ressources inexploitĂ©es de Sa bontĂ©. Allons, accĂ©dons-y. «Que celui qui veut vienne. Qu’il vienne boire librement les Eaux de la Vie.»
E-103 (87) L’aigle, il construit son nid haut dans les rochers. Il est semblable Ă  un... il est semblable Ă  l’Eglise. L’Eglise de JĂ©sus-Christ est l’Eglise qui est placĂ©e sur une colline, qui rĂ©pand la LumiĂšre. Elle est en haut; elle a de hautes ambitions. Elle devrait avoir de hautes inspectassions... expectatives plutĂŽt. Elle devrait avoir de hautes attentes, car nous nous attendons Ă  ce que Dieu fasse quelque chose.
E-104 (88) Si vous ĂȘtes venu ici cet aprĂšs-midi en disant: «Eh bien, je vais y aller. Si j’entre dans la ligne de priĂšre, ça va. Eh bien, s’Il me dit que je suis en bonne santĂ©, si le Seigneur me fait savoir que je...» Oh! N’ayez pas de telles attentes. «Mais s’Il ne le fait pas, alors je n’aurai rien.»
(89) Vous n’attendez pas grand-chose.
E-105 Venez Ă  l’église cet aprĂšs-midi, si vous ĂȘtes malade et dites: «Je m’attends Ă  retourner chez moi bien portant. Je ne vais pas partir avant que cela arrive.» Si vous n’avez pas le Saint-Esprit, dites: «Je vais rester ici et pourrir Ă  cet endroit, ou je vais recevoir le Saint-Esprit. Je suis venu ici parmi les gens qui ont le Saint-Esprit; je suis venu ici oĂč se trouve l’Esprit; je resterai ici mĂȘme jusqu’à Le recevoir.»
E-106 (90) Faites comme le vieux Buddy Robinson, en allant dans le champ de maĂŻs, il a dit: «Seigneur, si Tu ne me donnes pas le Saint-Esprit, Ă  Ton retour sur terre, Tu trouveras un tas d’os de Buddy Robinson empilĂ©s ici mĂȘme.» C’est ainsi qu’il faut s’y prendre. C’est exact. Nous y allons trop Ă  l’aveuglette.
E-107 (91) Une fois, un homme cherchait Ă  trouver Dieu, et chaque fois qu’il disait: «Je suis sauvé», le diable disait: «Non, tu ne l’es pas.» Et un jour, il a enfoncĂ© un pieu. Il a dit: «Satan, dĂ©sormais, je te pointerai ce pieu; c’est ici que j’ai accompli les exigences de Dieu, ici mĂȘme.»
E-108 (92) Enfoncez votre pieu juste Ă  cĂŽtĂ© de votre siĂšge cet aprĂšs-midi et dites: «Satan, c’est ici mĂȘme que chaque doute va rester, et je vais m’envoler avec Lui cet aprĂšs-midi. Je vais accepter exactement ce qu’Il m’a dit de faire», si vous croyez cela.
E-109 (93) Cette vieille aigle, quand elle est sur le point de construire son nid, elle monte là trÚs haut dans des rochers, elle construit son nid haut. En effet, elle a... elle tient à protéger ses petits.
E-110 (94) C’est ainsi que Dieu s’y prend. Il Ă©lĂšve Son Eglise Ă  un niveau, si seulement vous Le laissez faire, et Il vous placera Ă  un niveau oĂč vous serez loin des vautours de la terre. Certainement qu’Il le fera.
E-111 (95) Combien c’est diffĂ©rent du poulet. Le poulet est aussi un oiseau, mais il construit son nid quelque part dans la basse-cour, par terre, lĂ  oĂč les belettes, les serpents et tout le reste peuvent attraper ses petits. Il ne connaĂźt rien sur les cieux, mais il est un oiseau; peut-ĂȘtre un frĂšre dĂ©nominationnel, mais soyez... mais il est–il est par terre. Il ne connaĂźt rien sur les lieux cĂ©lestes, sur un vol dans les hauteurs, quelque part lĂ  trĂšs haut oĂč c’est bleu et beau.
E-112 (96) La vieille mĂšre aigle, lorsqu’elle construit son nid... Que des fois je les ai observĂ©es aller lĂ  et prendre de gros morceaux de bois, les introduire dans ces rochers, les amener lĂ  avec leur gros bec, les rattacher, prendre les ronces, et les rattacher Ă  cela. Et l’intĂ©rieur du nid est pratiquement en ronces, pour rattacher ensemble ce genre de gros bĂątons, qu’elle apporte lĂ , mais elle ancre ce nid-lĂ  de telle maniĂšre qu’aucune tempĂȘte ne peut l’emporter.
E-113 (97) Je suis content. «Sur ce Roc, Je bùtirai Mon Eglise, et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre Elle.» Quel genre de roc? Une révélation spirituelle.
(98) «Qui dit-on que Je suis, Moi, le Fils de l’homme?»
«Certains disent Elie; d’autres, MoĂŻse.»
«Mais vous, qu’en dites-vous?»
Pierre a dit: «Tu es le Christ, le Fils de Dieu.»
E-114 (99) Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont rĂ©vĂ©lĂ© cela, mais c’est Mon PĂšre qui habite dans les Cieux qui t’a rĂ©vĂ©lĂ© cela. Sur ce Roc, Je bĂątirai Mon Ă©glise, et les portes du sĂ©jour des morts ne prĂ©vaudront point contre elle. Les tempĂȘtes de la vie ne l’ébranleront jamais.»
(100) C’est pourquoi Il a dit qu’Il Ă©tait un Aigle. Il a construit le nid.
E-115 Alors, la vieille mĂšre aigle se prĂ©pare Ă  mettre bas ses petits, elle sort, elle prend tout ce qu’elle peut, des feuilles douces, en se servant de son gros bec, elle les enfonce dans des coins et arrange toutes les Ă©pines autour, de sorte qu’elles ne piquent pas les petits. Elle sort et attrape un agneau ou un lapin, ou quelque chose comme cela, elle en mange la viande et puis, elle prend les–les poils, sa fourrure et couvre le nid avec. Oh! Elle le rend trĂšs joli pour ses petits qui vont naĂźtre.
E-116 (101) C’est ainsi que JĂ©hovah Aigle s’y prend aussi. Il met tout au point. Oh! la la! Quand le nouveau bĂ©bĂ© naĂźt, eh bien, dans le Royaume de Dieu, il... Il pense qu’il peut marcher, mais il tombe toujours et se relĂšve, court çà et lĂ , mais il passe un bon moment. Il est dans le nid oĂč tout est empennĂ©, vous savez. Les–les chutes ne font pas mal. Et alors, c’est ainsi que Maman JĂ©hovah Aigle s’y prend. Elle rend son nid trĂšs pelucheux et agrĂ©able pour ses petits qui vont venir.
E-117 (102) Peu aprùs, elle pond des oeufs. Et quand le petit aigle arrive, elle descend, elle ainsi que papa aigle, ils nourrissent tous leurs petits jusqu’à ce qu’ils aient une bonne taille.
E-118 (103) Alors, une fois qu’ils atteignent une certaine taille... Eh bien, maman aigle va se rassurer que ces aigles ne vont pas devenir quelque chose comme des poulets. C’est vrai. Elle ne veut pas qu’ils soient terrestres. Ce sont des aigles, et elle sait que ce sont des aigles.
E-119 (104) C’est ainsi que JĂ©hovah Aigle s’y prend. Il ne veut pas que nous soyons des poulets, des poulets de basse-cour. Il veut que nous soyons des aigles, dans les airs, selon notre nature, d’ĂȘtre lĂ -haut oĂč nous sommes libres. «Celui que le Fils affranchit est vraiment libre.» LĂ , Il le veut lĂ -haut.
E-120 (105) Donc, quelques jours... Que des fois je les ai observĂ©s! Quelques jours avant l’éveil de la couvĂ©e, la vieille mĂšre aigle monte sur le cĂŽtĂ© de ce nid-lĂ . Et je me suis tenu plus d’un jour sous un soleil ardent Ă  les observer et je pleurais simplement comme un enfant. Voir cette grosse mĂšre aigle, elles sont grandes. La mĂšre aigle est plus grosse que le pĂšre aigle. Certaines de ses ailes ont une envergure de 14 pieds [4 m] d’un bout Ă  l’autre.
E-121 (106) Elle monte lĂ -haut; elle se pavane tout autour de ce nid comme cela, elle monte lĂ  oĂč se trouvent ses petits; elle dĂ©ploie ses immenses ailes et trompette. Et alors, parfois les petits tombent sur leurs dos. Elle veut ça d’eux. C’est ce qu’elle veut les voir faire. Puis, ils se relĂšvent. Et elle trompette. Pourquoi? Elle les exerce Ă  sa voix.
E-122 (107) «Et Mes brebis connaissent Ma Voix.» Elle veut qu’ils reconnaissent ce que c’est, une fois venu le temps de trompeter. Alors, elle crie. Oh! la la! «Je veux que vous saisissiez chaque note de ma voix, dit-elle, car il y a beaucoup de charognards. Je veux que vous sachiez que vous ĂȘtes des aigles. Et je veux que vous reconnaissiez la voix de l’aigle.» Amen. AllĂ©luia! «Je veux que vous reconnaissiez le son de l’aigle.»
E-123 Et alors, elle étend sa longue aile, elle dit: «Regardez ça, je suis sur le point de vous faire faire votre premier vol solitaire. Mais premiÚrement, je veux que vous voyiez combien je suis grande.»
E-124 (108) Oh! Que c’est doux! Peut-ĂȘtre, la maladie nous terrasse, peut-ĂȘtre quelque chose d’autre, alors nous pourrons regarder en haut et nous servir de ces deux grandes ailes de JĂ©hovah, l’Ancien et le Nouveau Testaments, et dire: «Que Tu es grand! Que Tu es grand, Seigneur!»
E-125 (109) Oh! Elle aime les voir. «Regardez combien je suis fort!» Elle trompette: «C’est ma voix.»
E-126 Et comment un prĂ©dicateur peut-il alors dire que l’aigle ne trompette pas de la mĂȘme maniĂšre chaque jour, chaque fois qu’il crie? AssurĂ©ment, Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-127 (110) L’Ancien Testament dĂ©clare: «Je suis JĂ©hovah. C’est Moi qui ai ouvert la mer Rouge. J’ai fait sortir les enfants hĂ©breux de la fournaise ardente. C’est Moi qui ai ressuscitĂ© le Fils de Dieu.» AllĂ©luia! «C’est Moi qui ai envoyĂ© le Saint-Esprit le jour de la PentecĂŽte.»
(111) Regardez ses grandes ailes, n’aimez-vous pas voir cela? Cela ne ravit-il pas votre coeur?
E-128 Ces aiglons disent: «Oh! Maman, nous te faisons assurément confiance. Tu es puissante et forte.»
E-129 (112) Sortez une nuit et regardez le systĂšme solaire lĂ -haut. Il y a quelque temps, on m’a amenĂ© au mont Palomar, et lĂ , grĂące au tĂ©lescope, on peut voir Ă  cent vingt millions d’annĂ©es-lumiĂšre. ReprĂ©sentez-vous cela, combien de kilomĂštres il y a, combien, Ă  quelle vitesse la lumiĂšre se dĂ©place. Et cent vingt millions d’annĂ©es-lumiĂšre, et au-delĂ  de cela il y a toujours des lunes, des Ă©toiles et des planĂštes. «Oh! Que Tu es grand! Que Tu es grand!»
(113) Ces aiglons se mettent à regarder tout autour et disent: «Que Tu es grand!»
E-130 Voici une fleur. Une fois morte, elle était allée sous terre. Mais la voici revenir. «Que Tu es grand!»
E-131 (114) Voici un pauvre vieil homme rongé par le cancer, juste une ombre, et une priÚre a été offerte pour lui. La chose suivante, vous le voyez un homme trÚs costaud, rougeaud. «Que Tu es grand! Que Tu es grand!»
E-132 (115) Voir une petite vieille femme dans la rue, lĂ  dehors, qui ne mĂ©rite mĂȘme pas d’ĂȘtre regardĂ©e par les chiens; que la puissance de Dieu attire son attention une fois, elle s’écriera: «Que Tu es grand!» Elle mettra de cĂŽtĂ© tout fardeau et chaque pĂ©chĂ© qui l’enveloppaient si facilement. La chose suivante, vous savez, elle aura l’air d’une sainte. Elle sera lĂ  avec les tracts de Dieu sous le bras, faisant quelque chose.
E-133 (116) Que ce contrebandier lĂ  au coin, cet homme corrompu, qu’il lĂšve une fois les yeux et voie: «Que Tu es grand!» Voyez-le arrĂȘter de vendre son whisky, arrĂȘter de boire, de fumer sa cigarette et son cigare, arrĂȘter de dĂ©biter ses mensonges et autres; et il est lĂ  dans la rue avec une Bible en main, tĂ©moignant pour la gloire de Dieu. «Que Tu es grand!»
E-134 (117) Que Dieu dĂ©ploie ce Nouveau et cet Ancien Testaments sur vous une fois! Consultez Ses pages et voyez ce que c’est. Vous entendrez une voix crier de lĂ , disant: «Le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Ce que J’ai fait pour eux, Je le ferai pour vous. Je suis–Je suis le mĂȘme. Je suis JĂ©hovah; Je ne change pas.» Je me sens trĂšs religieux maintenant mĂȘme. Oh! la la! Combien je sais que c’est vrai!
E-135 (118) Eh bien, la mĂšre est dĂ©terminĂ©e Ă  ce que ces aiglons ne deviennent pas des poulets. Elle est cependant dĂ©terminĂ©e Ă  ce qu’ils ne le deviennent pas. Savez-vous ce qu’elle fait alors? AprĂšs qu’elle s’est pavanĂ©e çà et lĂ  sur le nid, qu’elle s’est dĂ©ployĂ©e, elle dira: «Regarde ça, chĂ©rie, que je suis grand. Regarde ici, tu dois me faire confiance. Je vais t’amener quelque part oĂč tu auras Ă  me faire confiance.»
E-136 (119) Comment saurais-je si Dieu n’a pas envoyĂ© ces malades ici cet aprĂšs-midi pour la mĂȘme chose? Vous amener Ă  un point oĂč le mĂ©decin... Vous direz: «Je suis chrĂ©tien, FrĂšre Branham.» Je le sais. «Et j’ai le Saint-Esprit, et me voici ici souffrant.»
E-137 (120) Comment savez-vous si JĂ©hovah ne cherche pas simplement Ă  vous amener Ă  regarder les Ailes et voir combien Il est grand? «Que Je suis grand. Je vais faire quelque chose pour toi afin que tu aies confiance en Moi.» Vous y ĂȘtes. «Mais Je veux que vous sachiez en quoi vous placez votre confiance premiĂšrement. Voyez-vous Mes grandes Ailes?»
E-138 (121) Puis aprĂšs quelques jours, savez-vous ce que fait cette mĂšre-lĂ ? Tant que ce nid est doux, ces aiglons ne voudront pas le quitter. C’est vrai. Savez-vous ce qu’elle fait? Alors, elle y entre directement et, Ă  l’aide de son bec, elle dĂ©chire chaque morceau de fourrure de lĂ  et le jette hors du nid. Elle est dĂ©terminĂ©e Ă  ce qu’ils ne se familiarisent pas au monde. C’est vrai.
E-139 (122) C’est ce que Dieu fait des fois. Oh! Vous pensez Ă  tout ce qui est grand, tout ce qui est prĂ©tentieux et tout... Ne cherchez pas ça. Eh bien, vous ĂȘtes Ă  un million de kilomĂštres de la PentecĂŽte. Les gens Ă  la PentecĂŽte n’avaient pas cherchĂ© des choses faciles. Ils avaient vendu ce qu’ils avaient et avaient donnĂ© aux pauvres, et ils sont allĂ©s avec Christ seul. Et aujourd’hui, il nous faut possĂ©der un parc de Cadillac avant que nous soyons spirituels. Qu’est-il arrivĂ©? Quelque chose va de travers quelque part.
E-140 (123) Moi... laissez-moi suivre la voie avec les quelques mĂ©prisĂ©s qui suivent le Seigneur. J’ai commencĂ© avec JĂ©sus, Seigneur, fais-moi passer par toutes les circonstances.
E-141 Les gens ont peur de la nouvelle naissance. C’est cela le problùme. Ils ont peur de naütre de nouveau.
E-142 (124) Tout le monde sait que toute naissance (peu m’importe oĂč elle a lieu), c’est un gĂąchis. Que ça soit dans une porcherie, ou que ce soit sur un tas de paille, ou que ça soit dans une chambre d’hĂŽpital dĂ©corĂ©e en rose, une naissance est un gĂąchis. Et les gens n’aiment pas ĂȘtre dans le gĂąchis.
E-143 Mais je vous assure, je ne voudrais pas rencontrer Dieu sur mon diapason; j’aimerais rencontrer la nouvelle naissance sur le diapason de Dieu. Peu m’importe s’il me faut crier, brailler, parler en langues, tout ce que j’ai à faire. Peu m’importe combien de voisins parlent de moi; laissez-moi naütre de nouveau. Peu m’importe le genre de condition que je...
E-144 (125) S’il me faut gĂącher toute la rĂ©putation... Je n’en ai pas aprĂšs tout. C’est lĂ  une chose que je n’ai pas Ă  abandonner; je n’ai pas de prestige ni de rĂ©putation. J’étais juste un montagnard pour commencer. Je n’avais donc rien... Mais peu me–m’importe ce que c’est, je suis prĂȘt Ă  tout perdre pour devenir fou pour le Royaume de Dieu. Vous allez me taxer de saint exaltĂ©, ou d’un spirite, ou d’un dĂ©mon, ou d’un liseur de pensĂ©es; peu m’importe ce qu’on dit, je veux JĂ©sus.
E-145 C’est mon objectif principal. Et quel que soit le niveau oĂč cela se trouve, cela m’importe peu. Je suis... Je veux Le rencontrer Ă  Son diapason, et non pas sur ce que je pense ĂȘtre juste ou ce que quelqu’un dĂ©clare ĂȘtre juste; je le veux sur base de ce que Dieu dĂ©clare ĂȘtre juste. C’est vrai. S’Il dit qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, je veux Le voir sur ce diapason-lĂ .
(126) S’il me faut prĂȘcher Ă  un tas de poteaux, manger des biscuits secs et boire de l’eau du robinet, je veux toujours l’Evangile. Je veux Christ au niveau oĂč Christ viendra.
E-146 (127) Elle entre là et enlùve tout le confort. Chaque fois que les aiglons se mettent à s’asseoir, ils sont sur une ronce, un peu piquant. Elle...
E-147 C’est ce que le... Laissez le diable... Tant qu’ils sont...
(128) «Oh! Avez-vous Ă©tĂ© sauvĂ© hier soir?» «Oui, oui, oui. Si, je l’ai Ă©tĂ©.» C’est...
E-148 (129) «Oh! J’en suis ravi.» Mais vous commencez Ă  mener la vie; on va directement vous dire: «Saint exaltĂ© Untel. Oh! Je vois de quel groupe vous ĂȘtes.»
(130) Voyez, Il vous laisse simplement ĂȘtre piquĂ© de temps Ă  autre. Il ne veut pas que vous vous accommodiez Ă  ce monde. Voyez-vous?
E-149 Il veut que vous ayez... Cette mùre ne veut pas que ces poussins... ou ces aigles deviennent donc des poussins. Elle veut qu’ils sortent de ce nid-là.
E-150 Peu importe qu’ils soient dans le roc ou lĂ  oĂč ils sont, elle a quelque chose de meilleur pour eux.
E-151 Dieu a quelque chose de meilleur pour l’Eglise. Ne restez pas simplement Ă©tabli: «Je suis pentecĂŽtiste.»
E-152 (131) Quelqu’un a dit une fois, il a dit: «FrĂšre Branham...» Un vieil homme lĂ  dans l’Arkansas; il avait Ă©tĂ© guĂ©ri. Il se promenait le lendemain avec ses bĂ©quilles. Il vendait des crayons dans la rue depuis des annĂ©es et des annĂ©es; il se promenait avec un grand Ă©criteau: «Je n’en ai plus besoin depuis que JĂ©sus est venu vers moi.» Il allait çà et lĂ ... Et cette nuit-lĂ , il se tenait dans l’assistance, Ă  peu prĂšs comme celle-ci, au Robinson Memorial Auditorium, Ă  Little Rock, et il a dit: «Juste une minute, FrĂšre Branham», alors que je prĂȘchais. Il a dit: «Juste une minute. Vous savez quand vous prĂȘchez...» (Il Ă©tait un NazarĂ©en). Il a dit: «Vous savez, vous prĂȘchez juste comme un nazarĂ©en. Et puis, j’ai constatĂ© que la plupart des gens ici sont pentecĂŽtistes, et maintenant, quelqu’un me dit que vous ĂȘtes un baptiste. Je ne comprends pas cela.»
E-153 (132) «Oh! ai-je dit, c’est facile. Je suis baptiste nazarĂ©en pentecĂŽtiste.» C’est exactement cela. Oui, oui.
E-154 (133) Oh! FrĂšre, ses marques, autrefois, je me tenais lĂ  quand nous conduisions le bĂ©tail dans des montagnes, avec mon genou sur les pommeaux de selle lĂ , observant ce garde forestier qui surveillait ce bĂ©tail Ă  leur passage. Les nĂŽtres Ă©taient les Tripod. Les grimes Ă©taient lĂ -haut avec un Diamond T-Bar. Beaucoup de diffĂ©rentes barres et diffĂ©rentes marques passaient. Le garde forestier ne faisait pas tellement attention Ă  la marque. Il surveillait l’étiquette de sang. Amen.
E-155 (134) C’est ce que Dieu va surveiller. Il surveille l’étiquette de Sang; peu Lui importe la marque que vous portez. Pourquoi? Rien ne pouvait entrer dans ce pĂąturage si ce n’est un Hereford pur sang.
(135) Et rien ne pourra franchir les portes du ciel si ce n’est un nĂ© de nouveau par le Sang de JĂ©sus-Christ. Peu m’importe ce que vous faites, Ă  quel point vous ĂȘtes intellectuel, ou quel bon prĂ©dicateur vous ĂȘtes, ou combien vous ĂȘtes un bon membre d’église; si vous n’ĂȘtes pas nĂ© par le Sang de JĂ©sus-Christ, avec une Ă©tiquette de Sang sur vous, vous n’y entrerez jamais. C’est tout ce qu’il y a lĂ . «Quand Je verrai le Sang, Je passerai par-dessus vous.» C’est tout. Il vous laissera entrer lorsque l’étiquette de Sang est correcte. Dieu verra le Sang de Son propre Fils sur l’Eglise.
E-156 (136) Cette vieille mĂšre aigle, elle surveille ces aiglons. Oh! Chaque fois... Ils n’arrivent plus Ă  s’asseoir. C’est pratiquement partout; il n’y a que des Ă©pines, des Ă©pines, des Ă©pines.
E-157 (137) Eh bien, il y a autre chose qui doit ĂȘtre faite avec cette Ă©glise de la pentecĂŽte dans ce nid-lĂ , afin qu’ils ne restent pas attachĂ©s au nid. C’est en ordre. Eh bien, je ne suis pas en train de m’en prendre aux organisations maintenant; ne vous mettez pas cela Ă  l’esprit. Mais je cherche Ă  dire: «Ne laissez pas cela devenir un point d’arrĂȘt.» Vous ĂȘtes bien; j’aime les organisations. J’appartiens Ă  chacune d’elles. Voyez? AssurĂ©ment. Oui, oui. Je suis nĂ© lĂ -dedans. Chacune qui est dans l’église, j’y suis nĂ©. Mais ça ne s’arrĂȘte pas lĂ ; ne vous arrĂȘtez pas Ă  cette organisation-lĂ . Continuez directement avec Dieu jusqu’à ce que vous–jusqu’à ce que vous en arriviez lĂ  au vol solitaire.
E-158 (138) Eh bien, la chose suivante, vous savez, comme la vieille mĂšre est dĂ©cidĂ©e, elle va amener ses enfants Ă  une petite expĂ©rience... Eh bien, ils vont adhĂ©rer Ă  l’église et tout va bien, mais cela commence Ă  vous piquer; il y a quelque chose qui cloche.
(139) Puis, la vieille mĂšre monte devant le nid un jour. Elle examine ces aiglons et ils portent beaucoup de plumes molles. Elle sait que si elle amĂšne ces aiglons dans les airs, avec ces plumes molles, ils se casseront le cou.
E-159 (140) Et je vous assure, si l’église pentecĂŽtiste ne reçoit pas un bon nettoyage, ils vont se casser aussi le cou. Souvenez-vous-en donc. Il y a trop de plumes molles. C’est ça le problĂšme.
E-160 (141) Savez-vous ce qu’elle fait? Elle monte sur le nid, elle se sert de ses grandes ailes, et se met Ă  les Ă©venter comme cela. Oh! Vous ne vous ĂȘtes jamais tenu derriĂšre cet avion auparavant jusqu’à ce que vous dĂ©couvriez... Les plumes molles s’envolent de tout cĂŽtĂ© lorsque le vent impĂ©tueux commence Ă  balayer les plumes de ces aiglons.
E-161 Je vous assure, l’église a besoin de voir le nid ĂȘtre secouĂ© aujourd’hui par un vent impĂ©tueux qui dĂ©barrassera l’Eglise pentecĂŽtiste de toute la mondanitĂ©; alors, nous pourrons prendre l’envol solitaire.
(142) Nous avons encore besoin de l’Ancien Evangile, du Saint-Esprit, d’un rĂ©veil envoyĂ© de Dieu. C’est tout Ă  fait vrai. Nous n’avons pas besoin d’un nouveau prĂ©sident. Nous en avons un, un Ă©patant. Nous ne... nouveau... nous n’avons pas besoin de nouveaux maires de ville. Tout ce que... Ce n’est pas... Eh bien, c’est leur affaire. Mais ce dont nous avons besoin en tant que prĂ©dicateurs, c’est de prĂȘcher l’Evangile et de ramener l’église une fois de plus Ă  la PentecĂŽte, la ramener à–à l’expĂ©rience de l’aigle une fois de plus. C’est ce dont l’église a besoin. C’est le... Oh! Juste... Vous n’avez pas besoin d’ĂȘtre des poulets. Vous ĂȘtes des aigles. Il vous faut prendre la nourriture de l’aigle.
E-162 (143) Alors, elle se tenait lĂ , enlevant toutes ces petites plumes. En effet, si elle ne le fait pas, ils... S’ils ne sont pas... s’il ne leur restait pas assez de plumes pour prendre l’envol, elle ne les amĂšnerait pas jusqu’à ce que toutes les petites plumes de l’enfance soient enlevĂ©es Ă  coups de vent. Alors, elle s’avance lĂ  et trompette.
E-163 Elle est alors prĂȘte Ă  les faire passer par une expĂ©rience. Elle dĂ©ploie ses trĂšs longues ailes de 14 pieds [4 m] comme cela. Ces petits aiglons se lancent et montent. Elle leur parle alors, car ils ont entendu sa voix. Ils savent lui faire confiance. Comment...?... elle.
(144) Elle dit: «Eh bien, enfants, je vais vous amener dans un vol solitaire.» Chacun monte et enfonce ses petites pattes, les accroche Ă  l’aile, coince son petit bec dans l’une de ses plumes. Eh bien, il ne peut pas l’arracher. Elle porte cinquante aigles grĂące Ă  la puissance de cette plume de son aile. Et ils s’accrochent Ă  la plume comme cela, et la vieille mĂšre aigle lĂšve ses ailes comme cela, elle s’envole du rocher.
E-164 Et la voilĂ  monter haut, haut, haut, haut jusqu’à atteindre le ciel lĂ  trĂšs haut. Ces aiglons n’y ont jamais Ă©tĂ© auparavant. Oh! Ils passent simplement un moment merveilleux.
E-165 (145) Tout d’un coup, vous savez, savez-vous ce qu’elle fait? Elle se retourne et, d’une secousse, se dĂ©gage de chacun d’eux. Ce sont des aigles. Ils devraient savoir comment voler. C’est tout Ă  fait vrai. D’une secousse, elle se dĂ©gage d’eux. Eh bien, certains de ces aiglons... Elle trompette: «Ça va, enfants, vous ĂȘtes des aigles. Volez.»
E-166 (146) Tant que vous dites: «Eh bien, je suis membre de telle Ă©glise; je vous assure, je ne sais rien Ă  ce sujet», vous ne vous envolerez jamais. Oui, oui. Oui, oui. Oh! la la! Exact. Il vous faut ĂȘtre lĂąchĂ© un moment lĂ -haut dans les airs.
E-167 Ces aiglons commencent Ă  voler. Elle leur trompette: «Battez les ailes, enfants. Continuez simplement Ă  battre votre petite foi de haut en bas. Vous ĂȘtes assez haut maintenant pour atteindre la terre.»
(147) Vous savez quoi? Alors, ce qu’elle fait, elle fonce Ă  l’écart pour les surveiller. Elle plane tout autour. Et ils sont juste–juste exactement comme Ă  un rĂ©veil de la PentecĂŽte, tout sens dessus dessous, et l’un sur l’autre, tombant sur tout ce qu’ils peuvent... Ils ne s’en font pas. Ils ont une confiance suprĂȘme dans leur maman qui est lĂ  Ă  les surveiller.
E-168 Oh! Comme l’église devrait, devrait le faire.
(148) Si l’un de ces aiglons perd l’équilibre, elle descend directement sous lui avec ses grandes ailes, le relĂšve et le ramĂšne dans la grĂące. (Eh bien, ce n’est pas un enseignement baptiste; c’est la Bible.) Alors, elle le ramĂšne lĂ -haut; d’une secousse, elle se dĂ©gage encore de lui, le laisse reprendre. Amen.
E-169 (149) Ces aiglons ont confiance en leur maman, une confiance suprĂȘme que cette mĂšre les aidera et les portera encore. Elle les porte sur les ailes d’un aigle, les ramĂšne lĂ -haut et, d’une secousse, se dĂ©gage d’eux une fois de plus et les laisse reprendre:
E-170 «Si... que je tombe ou que je faillisse, laisse-moi me relever et essayer encore, Î Seigneur.»
(150) Allez-y encore. Dieu vous relĂšvera directement, Il vous ramĂšnera lĂ -haut et, d’une secousse, se dĂ©gagera encore de vous. Cherchez Ă  trouver l’équilibre. Continuez simplement Ă  aller. Continuez Ă  battre jusqu’à ce que vous appreniez Ă  voler. Oh! la la! Pauvre vieux poulet, il n’en sait rien. Il ne sait rien Ă  ce sujet, car il n’a jamais Ă©tĂ© lĂ -haut, aucun de ses ancĂȘtres, lĂ -haut. Tout ce qu’il sait, c’est adhĂ©rer Ă  une Ă©glise et s’asseoir dans une basse-cour. Il ne sait pas grand-chose Ă  ce sujet.
E-171 (151) Une fois, un homme faisait couver une poule, il n’arrivait pas Ă  trouver assez d’oeufs; alors, il a trouvĂ© un nid d’aigle, il est montĂ© et a pris un oeuf de l’aigle, il l’a fait couver par la poule. Et quand cette couvĂ©e des poussins a Ă©clos, cet aigle Ă©tait un drĂŽle de petit oiseau vis-Ă -vis de ces autres poulets.
E-172 (152) C’est pratiquement ainsi que ça se passe; un par chaque couvĂ©e, c’est juste ainsi que ça se passe pratiquement. C’est vrai.
E-173 (153) Et il Ă©tait lĂ , un drĂŽle de petit oiseau, il n’arrivait pas Ă  comprendre les gloussements du poulet. La vieille poule lĂ  dans un tas de fumiers et dans les cours: «Nous allons avoir un souper social ce soir. Nous allons faire tout ceci», comme cela. «Cluck, cluck, cluck. Les jours des miracles sont passĂ©s. La guĂ©rison divine n’existe pas. Cluck, cluck, cluck, cluck», se nourrissant de cette nourriture sale avec toutes ces parties d’arnaque et des jeux d’argent, se dĂ©shabillant, et tout comme ça, des tĂ©lĂ©visions et toute cette espĂšce de non-sens.
E-174 Ce petit oiseau Ă©tait un aigle. Cela ne lui allait pas. Cela le faisait vomir rien qu’à flairer ça. Et elle disait: «Oh! la la! Je n’y arriverai jamais. Elle allait çà et lĂ . Oh! la la! C’était un drĂŽle de petit gars.
E-175 (154) Elle a dit: «Oh! Voyons, chĂ©ri, nous allons organiser une trĂšs grande fĂȘte ce soir, nous allons servir...»
E-176 (155) Il ne voulait rien de cette histoire. Il allait çà et là et se disait: «Quoi? Eh bien, je suis un drÎle de canard ici.»
E-177 (156) Et je vous dis une chose, frĂšre, quand un homme est nĂ©, qu’il est un enfant de Dieu, les vieux credos et les vieilles dĂ©nominations ne le satisferont jamais. Absolument pas. Les choses du monde, les jeux de basketball, les fĂȘtes, les jeux d’arnaque, toutes ces espĂšces de loisirs que les Ă©glises modernes pratiquent aujourd’hui, Ă  notre Ă©poque, il n’est pas Ă©tonnant qu’ils soient affligĂ©s...: «OĂč est Dieu?» Ils L’ont attristĂ© et sont sĂ©parĂ©s de Lui. C’est tout Ă  fait vrai. Oui, oui.
(157) Les poulets aiment cette espùce de nourriture, mais pas les aigles. Ce n’est pas la nourriture d’aigle.
E-178 (158) Il s’est avancĂ© lĂ  et, oh! la la! tout le... tous les autres regardaient çà et lĂ ; ils couraient tous Ă  cet endroit-lĂ  et juste... Elle grattait lĂ  pour avoir l’une de ces histoires les plus sales, ils couraient lĂ  et mangeaient cela. Hein! «Oh! Allons, allons. Joins-toi Ă  nous.»
E-179 Mais lui Ă©tait une personne Ă  l’écart. Oui, oui. Il ne voulait rien de cette affaire-lĂ . Cela ne lui semblait pas en ordre; ça ne sentait pas bon; il n’y avait pas lĂ  le bon genre d’atmosphĂšre. Il n’aimait pas du tout cela. Il a dit: «Non, non.»
E-180 (159) Alors, un jour, la vieille mĂšre aigle alla Ă  sa recherche. Je suis trĂšs content qu’Il soit venu pour moi. Elle survola la basse-cour, jeta un coup d’oeil en bas, vit son petit, alors, elle trompeta, disant: «ChĂ©ri, tu n’es pas un poulet; tu es Ă  moi.» Quand il a entendu cette voix-lĂ , il a levĂ© les yeux. Cela sonnait bon. Il avait la nature de l’aigle. Sa nature...
(160) «JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.»
«Amen», s’est-il Ă©criĂ©, en retour.
E-181 (161) «N’aimez pas le monde ni les choses du monde. Si vous les aimez, l’amour de Dieu n’est pas en vous.»
«Amen, a-t-il dit; cela sonne bon.»
E-182 (162) «A mon retour, chĂ©ri, tu pourras sauter. Tout ce que tu as Ă  faire, c’est battre tes petites ailes de la foi. Cela te portera.»
«Comment vais-je sortir d’ici, maman?»
E-183 (163) «Bats simplement tes ailes; c’est tout. Tu sortiras directement. Sers-toi simplement de ta foi, et sors directement Ă  l’aide de cela; mets-toi Ă  battre tes ailes, car tu es un aigle pour commencer. AssurĂ©ment. Tu es un aigle pour commencer. Bats tes ailes.»
(164) Elle planait au-dessus. «Tu as l’air d’ĂȘtre l’un des miens lĂ  en bas oĂč tu es.»
E-184 Et le petit oiseau a sautĂ© sur ses pattes, bondissant Ă  quatre ou cinq reprises, vous savez, comme battant ses petites mains, ou ses ailes ensemble comme cela. Et tout d’un coup, vous savez, il a dĂ©tachĂ© ses pattes de la terre.
E-185 (165) Mais savez-vous ce qu’il a fait, cet aiglon? Il s’est posĂ© directement au sommet d’un poteau dans la basse-cour, en plein milieu de la grande dĂ©nomination pentecĂŽtiste. Vous savez quoi? La mĂšre aigle a une fois de plus survolĂ©. Elle l’a regardĂ©, elle Ă©tait en pantalon, les cheveux coupĂ©s, le visage fardĂ©. Elle a dit: «ChĂ©ri, tu ressembles plus Ă  une buse pentecĂŽtiste qu’à un aigle de la PentecĂŽte. Il te faudra te laver un peu plus que ça, sinon je ne pourrai mĂȘme pas te recevoir. C’est vrai.»
E-186 (166) Mon intention n’est pas de vous blesser, mais j’aimerais vous dĂ©barrasser de quelque chose. Permettez-moi de vous dire, frĂšre: ce dont l’Eglise pentecĂŽtiste a besoin, c’est d’un nettoyage de la chaire aux bancs. C’est tout Ă  fait vrai. Se dĂ©barrasser du fardeau... Il n’est pas Ă©tonnant que nous ne puissions pas avoir de rĂ©veil, on mange la nourriture de vautour, on reste Ă  la maison le soir pour suivre une Ă©mission favorite Ă  la tĂ©lĂ©vision plutĂŽt que d’aller Ă  la rĂ©union de priĂšre, on porte ces vieux... des femmes portant de tels habits et des hommes prenant un petit verre amical et dĂ©bitant de sales plaisanteries et des choses entre eux... Que voulez-vous dire, homme? Dieu ne peut jamais descendre dans un gĂąchis d’histoires comme cela.
E-187 (167) Peut-ĂȘtre que vous avez les Ă©glises les plus grandes qui existent dans la contrĂ©e; peut-ĂȘtre que vous avez plus d’argent qu’on n’en a jamais eu. Cela n’a rien Ă  faire avec la chose. Vous pourrez vous associer avec ce que vous appelez le meilleur groupe d’intellectuels; vous pourrez porter les meilleurs costumes, mais, frĂšre, Dieu veut un coeur pur et des mains pures. Il veut une Ă©glise nettoyĂ©e; alors Il peut se manifester.
E-188 Quand Dieu dĂ©ploie Ses grandes ailes et manifeste Sa puissance, qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, l’aigle dit: «Oui, Seigneur. C’est ce que je veux. C’est pour cela que je combats. Je m’en approche.» AssurĂ©ment. Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-189 (168) Oh! la la! OĂč est parti notre temps? J’ai vraiment envie de prĂȘcher maintenant. Donc, je... Mais je... Mais nous... OĂč...
E-190 (169) Oh! Ce dont l’Eglise pentecĂŽtiste a besoin, c’est d’un nettoyage. Elle a besoin d’un lavage. Elle a besoin d’ĂȘtre rĂ©curĂ©e, de la sanctification. Amis, vous n’ĂȘtes pas du monde. Ne vous conformez pas aux autres. Ne cherchez pas Ă  imiter une star de cinĂ©ma. Vous ĂȘtes une fille de Dieu. Vous ĂȘtes un fils de Dieu. Ne cherchez pas Ă  ĂȘtre un Matt Dillon ou quelqu’un comme cela. Ne cherchez pas Ă  ĂȘtre un Peabody Ernie ou je ne sais quel nom il porte, ou l’un de ces hommes. Vous n’ĂȘtes pas... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
(170) N’aimez pas les choses du monde. Si vous aimez le monde ou les choses du monde, l’amour de Dieu n’est mĂȘme pas en vous. Je sais, frĂšre, cela rend malade. Cela vous rend malade.
E-191 (171) Ma pauvre petite mĂšre originaire du sud avait l’habitude de me dire... Nous tous les enfants, nous venions le samedi soir et elle avait une grande baignoire en bois de cĂšdre, elle y dĂ©versait de l’eau et–et faisait prendre aux petits un bain. Et j’étais le dernier des dix, et je me baignais le dernier dans la mĂȘme eau de la baignoire; elle rĂ©chauffait un peu cela. Et alors, maman prenait... Nous...Nous Ă©tions tellement pauvres que nous...
E-192 Elle prenait de vieilles peaux de viande, les faisait fondre et en extrayait de la graisse. Nous ne pouvions pas nous procurer du saindoux, ainsi donc, on en extrayait de la graisse Ă  mettre sur du pain de maĂŻs; et nous prenions des pois des navets verts et du pain de maĂŻs.
E-193 (172) Et–et nous avions... ou nous avions des allergies et tout; alors maman, chaque samedi soir, nous donnait une dose d’huile de ricin. Je–je n’arrive mĂȘme pas Ă  supporter cette histoire, rien que de sentir cela. Quand c’était mon tour, je me pinçais le nez, je disais: «Maman, ne–ne... Non, je ne peux vraiment pas supporter cela.»
E-194 (173) Elle me donnait un bon conseil, disant: «Fils, si cela ne te rend pas malade, cela ne te fera aucun bien.»
E-195 (174) C’est pareil avec la prĂ©dication de cette Parole. Si cela ne vous rend pas bien malade, de façon Ă  mettre en action votre gastronomie spirituelle, ça ne vous fera aucun bien. C’est vrai. La Parole vous libĂšre et vous libĂšre rĂ©ellement, Elle brise les chaĂźnes.
E-196 (175) Croyez-vous cela? L’église a besoin d’un rĂ©veil du Saint-Esprit. Elle a besoin d’un nettoyage de la maison. Ceux-ci sont des aigles; ne les nourrissez pas de la nourriture des poulets. Ce sont des aigles. Amenez-les lĂ  oĂč ils doivent s’envoler sinon pĂ©rir. C’est tout. Et Dieu veillera sur Son hĂ©ritage. Il n’est jamais trop loin. Il est toujours prĂšs pour vous relever. Croyez-vous cela?
E-197 (176) Inclinons alors la tĂȘte pour un mot de priĂšre. Combien aimeraient qu’on se souvienne d’eux maintenant? Qu’ils disent: «Seigneur, sois misĂ©ricordieux envers moi. Donne-moi les pensĂ©es de l’aigle. Donne-moi les dĂ©sirs de l’aigle. Donne-moi la vie de l’aigle. Que je m’envole lĂ  dans les cieux, Seigneur, lĂ  oĂč tout est possible Ă  ceux qui croient. CrĂ©e en moi la foi. Accorde que mes ailes poussent. Accorde que les muscles de mes ailes grossissent au point que je voie rĂ©ellement JĂ©sus.» Oh! Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-198 (177) PĂšre cĂ©leste, oh! le–le message a eu peut-ĂȘtre l’air critique, Seigneur. Mais ce n’était pas intentionnel. C’était juste dans un petit... L’unique moyen pour moi de faire savoir aux gens, Seigneur, ce que je crois que Tu cherches Ă  leur communiquer pour secouer l’église, Ton grand hĂ©ritage, cette grande Eglise pentecĂŽtiste. Grande Ă©glise telle qu’elle est, Tu as agitĂ© toutes sortes de dons autour d’eux, toutes sortes de signes et de prodiges, et ils restent assis en retrait comme des poulets, des fois. Ô Dieu, qu’ils voient qu’ils sont des aigles; qu’ils peuvent s’envoler. Juste se servir de leur foi et s’envoler loin de cela. S’envoler loin de ce vieux dicton: «Ça ne peut pas se faire. Il n’y a rien lĂ .»
(178) Ô Dieu, je Te prie de bĂ©nir tout le monde ici prĂ©sent cet aprĂšs-midi, et fais que chacun d’eux plane tout prĂšs, en dessous des ailes de JĂ©hovah. Accorde-le, PĂšre. Je Te les prĂ©sente au Nom de JĂ©sus, Ton Fils. Amen.
E-199 (179) Tout dĂ©pend du Seigneur Dieu, ce qu’Il fait. Maintenant, nous allons former la ligne de priĂšre afin de pouvoir sortir d’ici... J’aimerais que vous alliez Ă  l’église ce soir. Que Dieu vous bĂ©nisse. Aimez-vous le Seigneur? Amen.
E-200 (180) Chantons encore une fois, afin que je puisse entendre cela Ă  Tulsa, cet immense groupe...
Je L’aime, je L’aime,
Parce qu’Il m’aima le premier.... acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.
TrĂšs bien.
E-201 Je... (Faisons retentir cela vers Lui maintenant. Le message est terminé. Adorons-Le simplement.)
... je L’aime,
Parce qu’Il m’aima le premier.
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.
E-202 (181) Maintenant, inclinons simplement la tĂȘte et levons les mains pendant que la foule se calme maintenant.
Je L’aime, je L’aime (Approche, î Seigneur.),
Parce qu’Il m’aima le premier.
Et acquit mon salut Sur le bois du Calvaire.
E-203 (182) [FrĂšre Branham se met Ă  fredonner.–N.D.E.] C’était quoi? 100 ou 50? 50? Qui a la carte de priĂšre numĂ©ro 1? Levez la main. Levez-vous si vous le pouvez, la carte de priĂšre numĂ©ro 1. H-H numĂ©ro 1, levez la main. La carte de priĂšre numĂ©ro 1, levez... Est-ce–est-ce vous, madame? H numĂ©ro 1, passez directement ici mĂȘme. H numĂ©ro 2...
E-204 (183) [Espace vide sur la bande–N.D.E.] ... brebis perdues d’IsraĂ«l. Est-ce vrai?
E-205 Eh bien, combien de tribus y a-t-il sur terre? Trois tribus: les descendants de Cham, de Sem et de Japhet. Eh bien, c’étaient les Juifs, les Gentils et les Samaritains, qui sont mi-Juifs, mi-Gentils. Avez-vous remarquĂ©?
E-206 Combien savent que JĂ©sus avait remis Ă  Pierre les clĂ©s Ă  la PentecĂŽte? Avant... C’est vrai... Il a fait tourner les clĂ©s du Royaume Ă  JĂ©rusalem pour les Juifs. Est-ce vrai?
E-207 (184) Philippe est descendu et a baptisĂ© les gens Ă  Samarie. Seulement, le Saint-Esprit n’était pas encore venu sur eux, car Pierre dĂ©tenait les clĂ©s. Il descendit leur imposer les mains et ils reçurent le Saint-Esprit: les Samaritains. Est-ce vrai?
E-208 Là, chez Corneille, qui avait été appelé là? Pierre.
E-209 Depuis lors, il n’y a rien de dit Ă  ce sujet. Voyez, toutes les gĂ©nĂ©rations ont dĂ»... L’Evangile Ă©tait accessible Ă  toutes les tribus: les descendants de Cham, de Sem et de Japhet.
E-210 (185) Bon, si vous remarquez bien... j’aimerais que vous suiviez. Eh bien, il y a deux catĂ©gories de gens, deux de ces tribus attendaient le Messie. Qui Ă©taient-ce? Cela... Qui Ă©taient-ce? C’étaient les Juifs et les Samaritains. Mais les Gentils, nous–nous Ă©tions des Anglo-Saxons. Nous portions un morceau de bois sur le dos, adorant une idole; nous n’attendions pas le Messie.
E-211 (186) Eh bien, je ne fais que retenir votre attention si je le peux jusqu’à ce que la ligne de priĂšre soit prĂȘte, afin qu’ils puissent tous ĂȘtre prĂȘts Ă  entrer dans la ligne.
E-212 (187) Or, nous n’attendions pas le Messie, aussi ne L’avions-nous pas reçu. Ainsi donc... Mais alors, Il est apparu à ceux qui L’attendaient. Eh bien, combien croient cela?
E-213 (188) Eh bien, maintenant... Maintenant, aprĂšs qu’ils eurent rejetĂ© leur Messie, alors... Rappelez-vous, Il est allĂ© auprĂšs des Juifs. Quel genre de signe avait-Il manifestĂ©? Il a connu le secret de leur coeur. Eh bien, qu’a dit l’Eglise orthodoxe Ă  Son sujet? «Il est BĂ©elzĂ©bul, un diseur de bonne aventure.»
E-214 (189) JĂ©sus a dit: «Je vous pardonne pour cela; mais un jour, le Saint-Esprit viendra faire la mĂȘme chose, et parler en mal contre Cela ne sera jamais pardonnĂ© ni dans ce siĂšcle ni dans le siĂšcle Ă  venir.» Est-ce vrai?
E-215 (190) Suivez donc. Il a accompli ce signe devant les Juifs; Il l’a accompli devant les Samaritains, mais jamais devant les Gentils. Vous ne pouvez en trouver aucun cas. Absolument pas. Mais avant qu’Il parte... Maintenant, Il a dit Ă  la femme... Eh bien, observez cette femme, cette prostituĂ©e, comme nous l’appelons.
E-216 Elle connaissait Dieu plus que la moitiĂ© des prĂ©dicateurs aux Etats-Unis. C’est vrai. Ils sont trĂšs intellectuels, ils–ils n’ont pas de place pour l’Esprit surnaturel. Beaucoup d’entre eux sont de bons chrĂ©tiens, des frĂšres surnaturels; mais certains d’entre eux sont encore des poulets.
E-217 (191) Alors, elle est arrivĂ©e. Et cette petite femme... Il est descendu, Il a renvoyĂ© Ses disciples, Il s’est assis ici, car les Samaritains attendaient... Combien savent que les Samaritains attendaient le–le Messie? Croyez-vous cela? Eh bien, permettez-moi de vous citer Saint Jean 4. Eh bien, une femme est allĂ©e au puits, une femme de Samarie. Il a dit Ă ...
E-218 (192) Eh bien, pendant que j’y suis, de 40 Ă  50, la sĂ©rie H, 40 Ă  50, occupez votre place. D’accord, H-40 Ă  50. Ce sont toutes les cartes de priĂšre, occupez votre place.
E-219 (193) Maintenant, remarquez, quand Il est allĂ© au puits ce jour-lĂ , et Il s’est assis; les disciples Ă©taient allĂ©s en ville acheter des vivres. En leur absence, une belle femme est venue avec une cruche sur la tĂȘte. Elle a fait descendre le treuil pour puiser de l’eau, elle a entendu quelqu’un dire: «Apporte-Moi Ă  boire.» Alors, elle a regardĂ© lĂ  et elle a vu un Juif.
E-220 Il n’avait pas plus de trente ans, mais les Ecritures dĂ©clarent qu’Il paraissait en avoir cinquante. Combien savent cela?
(194) «Toi un Homme de pas plus de cinquante ans, et Tu dis avoir vu Abraham.»
Il a dit: «Avant qu’Abraham fĂ»t, JE SUIS.» C’est vrai.
Alors, ils ont dit: «Toi, un Homme de pas plus de cinquante ans.»
E-221 (195) Et elle s’est tenue lĂ  au puits. JĂ©sus Ă©tait assis lĂ  dans un panorama comme celui-ci et Il a dit: «Apporte-Moi Ă  boire.» (Ils connaissaient alors une sĂ©grĂ©gation comme on en a connu dans le Sud, les gens de couleur et les blancs.)
E-222 (196) Elle a dit: «Il n’est pas de coutume que Toi un Juif, Tu me demandes, Ă  moi une femme de la Samarie.»
E-223 (197) Il a dit: «Femme...» (Suivez maintenant ce que je vous dis. Vous allez rater cela.) «Femme, si tu connaissais Celui Ă  Qui tu parles, si tu connaissais, c’est toi qui M’aurais demandĂ© Ă  boire. Et Je t’aurais donnĂ© des eaux que tu ne viendrais pas puiser ici.»
(198) Elle a dit: «Le puits est profond, et Tu n’as rien pour puiser.»
E-224 Et la conversation s’est donc poursuivie. Que faisait-Il? Contacter son esprit. C’est la mĂȘme chose que je fais maintenant mĂȘme avec vous, chercher Ă  retenir votre attention.
E-225 (199) Il a dit: «Apporte-Moi Ă  boire.» La conversation s’est poursuivie jusqu’à ce qu’Il a trouvĂ© son problĂšme. Combien savent ce que c’était? Elle vivait dans l’adultĂšre. Alors, Il a dit: «Femme, va chercher ton mari, et viens ici.»
Elle a dit: «Je n’ai point de mari.»
E-226 Il a dit: «C’est vrai. Tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis maintenant n’est pas ton mari.»
E-227 (200) Eh bien, qu’a fait cette femme dans sa condition (que nous pensons ĂȘtre d’une prostituĂ©e, une femme de mauvaise rĂ©putation)? Ecoutez ce qu’elle savait des Ecritures. Elle ne l’a point taxĂ©, comme les prĂ©dicateurs l’avaient fait, de BĂ©elzĂ©bul, de diseur de bonne aventure, de dĂ©mon.
E-228 Et tout le monde sait que dire la bonne aventure, c’est du diable. C’est quoi donc un diseur de bonne aventure? C’est quelque chose de perverti.
E-229 (201) Le diable ne peut rien crĂ©er. Il est... S’il est un crĂ©ateur, il peut se crĂ©er un monde. Mais il peut pervertir ce que Dieu a crĂ©Ă©. Saisissez-vous cela? Tenez–tenez, cela a l’air grossier dans une assistance mixte. Un homme peut Ă©pouser une... une femme et vivre avec elle comme une femme, et le lit n’est pas souillĂ©. Le mĂȘme acte avec une autre femme, ça en est fini de lui. Voyez, c’est la perversion de la chose correcte. Comprenez-vous ce que je veux dire? Satan pervertit.
E-230 Un diseur de bonne aventure, c’est un voyant de Dieu perverti: perverti dans le domaine du diable.
E-231 (202) Et alors, remarquez. Elle ne L’a pas taxĂ© de cela. Elle a dit: «Seigneur, je vois que Tu es ProphĂšte.» Combien savent qu’elle a dit cela? C’est tout Ă  fait diffĂ©rent de ce que ces prĂ©dicateurs avaient dit. Elle a dit: «Je vois–vois que Tu es ProphĂšte.»
E-232 Eh bien, suivez, écoutez. «Nous savons, nous les Samaritains, nous avons appris, nous savons que quand le Messie sera venu, Il fera ces choses.» Etait-ce là le signe du Messie? Etait-ce cela? «Nous savons que quand le Messie sera venu, Il fera ces choses, mais Toi, qui es-Tu?»
Jésus a dit: «Je Le suis, Moi qui te parle.»
E-233 (203) Elle entra dans la ville en courant et dit aux hommes: «Venez voir un Homme qui m’a dit ce que j’ai fait. Ne serait-ce point le Messie mĂȘme?»
E-234 (204) Mais Il n’a jamais fait cela devant les Gentils. Mais l’avait-Il promis aux Gentils? Pourquoi? Nous avons eu deux mille ans de formation juste comme les Juifs et les Samaritains en avaient eus, de formation, d’attente du Messie.
E-235 (205) Or, JĂ©sus a dit: «Ce qui arriva du temps de Lot et de Sodome arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.»
E-236 Maintenant, suivez. Du temps de Sodome, ils avaient connu un rĂ©veil avec des intellectuels, comme Lot. Un Billy Graham moderne Ă©tait descendu lĂ  et avait prĂȘchĂ© l’Evangile, il les avait aveuglĂ©s. Mais suivez ce que...
E-237 Abraham, c’était l’Eglise Ă©lue, les pentecĂŽtistes, les appelĂ©s Ă  sortir, sĂ©parĂ©s des choses du monde.
E-238 (206) Maintenant, il y a des pentecĂŽtistes dans l’Eglise mĂ©thodiste. Il y a des pentecĂŽtistes dans l’Eglise baptiste. Etre pentecĂŽtiste, ce n’est pas une dĂ©nomination; c’est une expĂ©rience que tout celui qui en veut peut avoir. Les pentecĂŽtistes dĂ©nominationnels n’ont pas–pas... Non, aucune bĂ©nĂ©diction de la PentecĂŽte... Il y a des catholiques qui peuvent avoir cela. Vous ĂȘtes pentecĂŽtiste parce que vous avez reçu une bĂ©nĂ©diction de la PentecĂŽte dans votre coeur.
E-239 (207) Abraham a Ă©tĂ© appelĂ© donc Ă  sortir. Et cet Ange qui Ă©tait assis lĂ  avec Abraham, aprĂšs que l’Ange eut quittĂ©, il L’a appelĂ© Seigneur, Elohim.
(208) Combien savent qu’Elohim Ă©tait le Grand JĂ©hovah Dieu? AssurĂ©ment. L’Eternel Dieu... Et Il a dit, avec Son dos tournĂ© Ă  la tente (Observez ce qu’Il a dit Ă  Abraham. Eh bien, Il est un Ă©tranger, Il n’avait jamais Ă©tĂ© lĂ  auparavant.) Il a dit: «Abraham, oĂč est ta femme Sara?»
E-240 Comment a-t-Il su qu’il avait une femme? Et comment a-t-Il su que son nom Ă©tait Sara?
(209) Eh bien, la Bible dĂ©clare qu’Abraham Lui a dit qu’elle Ă©tait dans la tente derriĂšre Lui, dans la tente derriĂšre Lui.
E-241 Il a dit: «Abraham, Je te visiterai Ă  cette mĂȘme Ă©poque; cet enfant que Je t’avais promis, Je vais te le donner.» Et Sara, pas Ă  haute voix, mais elle a ri en elle-mĂȘme.
E-242 Et l’Ange, avec Son dos tournĂ© Ă  la tente, a dit: «Pourquoi Sara a-t-elle ri? Voyez-vous cela? JĂ©sus a dit que cela arriverait parmi les Gentils juste avant le temps de la fin: le Messie descendra sous la forme du Saint-Esprit.
E-243 (210) Quelle Ă©tait la premiĂšre chose que le Messie avait commencĂ© Ă  faire lorsqu’Il avait Ă©tĂ© baptisĂ© du Saint-Esprit au Jourdain? Qu’a-t-Il fait? Il a commencĂ© Ă  guĂ©rir les malades.
E-244 Quel Ă©tait Son dernier signe, et son signe avant de les quitter? Ce signe mĂȘme lĂ .
E-245 Qu’a suscitĂ© le rĂ©veil de la PentecĂŽte? La guĂ©rison des malades, les miracles et les signes.
E-246 Quelle est la derniùre chose? Ça y est.
(211) Combien là dans l’assistance sont malades et n’ont pas de cartes de priùre? Levez la main. Ayez foi et croyez.
(212) Quelqu’un dit: «Qu’en est-il, FrĂšre Branham?» Cet Esprit de Dieu, Celui-lĂ  qui a fait la promesse, ne peut pas faillir sur la promesse.
(213) Vous qui n’avez pas de cartes de priĂšre... Je vous tourne le dos. Priez. Et si Dieu est Dieu, si Sa rĂ©ponse est vraie, et que je vous ai dit la vĂ©ritĂ©, tout au long de ces semaines, que ceci est le signe de Sa proche apparition...
E-247 (214) Tout homme normal et civilisĂ© sait que nous sommes Ă  la fin de quelque chose. La civilisation ne peut plus subsister; elle branle et se secoue. Qu’attend-on? On a–on a dĂ©passĂ© le temps oĂč cela devait se faire, comme du temps de NoĂ©... La longanimitĂ©. C’est un temps de chevauchement pour les Ă©lus, on a dĂ©passĂ© le temps; mais Dieu attend de mettre Son Eglise en ordre. Il nous attend, vous et moi. Puisse-t-Il accorder les bĂ©nĂ©dictions. Priez.
E-248 (215) Quand une femme toucha le bord de Son vĂȘtement... Certains parmi vous les femmes lĂ  dans l’assistance maintenant. Que ceci soit comme l’histoire de la Bible. Certaines parmi vous, les femmes, qui croyez maintenant, qui croyez avoir assez de foi pour croire en Dieu, croyez que tout ce que Dieu a dit est vrai. Il y eut une petite femme qui toucha le bord de Son vĂȘtement, et alors, Il se retourna et demanda: «Qui M’a touchĂ©? Qui M’a touchĂ©?»
E-249 (216) Et eux tous niÚrent cela, disant: «Eh bien, tout le monde Te touche.» Pierre Le reprit, disant: «Tout le monde Te touche. Pourquoi as-Tu dit...?... comme cela?»
E-250 (217) Il a dit: «Mais J’ai connu que J’étais devenu faible.» (C’est ça la bonne traduction.) La vertu est sortie de Moi.» Et la vertu, c’est la force. Combien savent cela? «La vertu est sortie de Moi.»
E-251 (218) Il promena le regard sur la foule jusqu’à repĂ©rer la petite femme, et Il lui dit que sa perte de sang s’était arrĂȘtĂ©e, car sa foi l’avait guĂ©rie. Est-ce vrai?
E-252 La Bible dit qu’Il est maintenant mĂȘme le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s. Vous les nouveaux–nouveaux venus, croyez-vous cela?
E-253 (219) Maintenant, rappelez-vous, la guĂ©rison... S’Il se tenait ici dans ce costume qu’Il m’a donnĂ©, Il ne pourrait pas vous guĂ©rir. Si vous veniez ici Ă  l’estrade: «Seigneur, veux-Tu me guĂ©rir?», savez-vous ce qu’Il vous dirait? «Je l’ai dĂ©jĂ  fait. J’ai Ă©tĂ© blessĂ© pour vos pĂ©chĂ©s. C’est par Mes meurtrissures que vous avez Ă©tĂ© guĂ©ris.» Le salut et la guĂ©rison, c’est une oeuvre achevĂ©e. Il s’agit de votre foi pour accepter cela.
E-254 (220) Maintenant, Il ferait quelque chose pour prouver qu’Il est le Messie. Eh bien, ces choses ne prouvent pas que moi, je suis un Messie; je suis un pĂ©cheur sauvĂ© par grĂące. Et peu importe Ă  quel point Dieu peut m’oindre, Il doit aussi vous oindre. Cela ne marchera pas juste avec moi; vous devez ĂȘtre lĂ  pour mettre cela en marche. Peu importe Ă  quel point le Saint-Esprit peut venir sur moi, Il doit aussi ĂȘtre sur vous. Mais s’Il est le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s, et que la Bible dĂ©clare qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, alors Il agira de mĂȘme. Il est ici en nous. Croyez-vous cela?
(221) Maintenant, que tout le monde garde son siĂšge. Soyez respectueux, priez.
E-255 Et que le Seigneur Dieu accorde que... Juste, Seigneur, je T’en prie. Ces aimables gens. Je suis... Seigneur, Tu connais le but de ma prĂ©sence ici, et je Te prie de leur montrer, ils peuvent encore voir, leur faire savoir que la Venue du Seigneur est proche. Qu’ils sachent que ces messages apparemment durs, qui les rĂ©veillent, ce n’est pas pour faire le malin, ce n’est pas par moi-mĂȘme, mais c’est parce que Tu as oint cela et que Tu l’as dĂ©clarĂ©.
(222) Confirme-le, Seigneur. J’ai parlĂ© pour Toi. Parle pour moi, Seigneur; que mes paroles soient vraies parce qu’elles viennent de Toi. Je le demande au Nom de JĂ©sus. Amen.
(223) Recevez votre appel. Ne manquez pas votre jour.
E-256 Combien dans cette ligne de priĂšre me sont inconnus? Levez la main, vous tous qui ĂȘtes inconnus. Vous tous dans l’assistance qui ĂȘtes inconnus, levez la main.
E-257 Je ne connais personne Ă  part Gene Goad assis ici, Pat Tyler ici mĂȘme. Ce sont les seuls que je vois; mon fils, debout lĂ  derriĂšre; ce sont les seuls que je connais...
E-258 (224) Cette femme assise lĂ , se frottant les yeux, en chapeau rouge, assise lĂ  mĂȘme, croyez-vous que JĂ©sus vous a entendue quand vous Lui avez demandĂ© de guĂ©rir ces maux de tĂȘte dus Ă  la sinusite? Croyez-vous qu’Il vous a entendue? C’est pour cela que vous priez, n’est-ce pas? Si c’est vrai, levez-vous. Si c’est la vĂ©ritĂ©, levez la main. Si je ne vous connais pas, et que vous ne me connaissez pas, levez l’autre main, les deux mains. Madame? Avez-vous Ă©tĂ© dans mes rĂ©veils auparavant? Mais je veux dire que je ne vous connais pas. Non, ça va.
(225) D’accord. Maintenant, cela a cessĂ©. Vous pouvez rentrer chez vous bien portante.
E-259 J’aimerais vous demander quelque chose. Qu’a touchĂ© cette femme-lĂ ? Voici ma main. Je ne me rappelle point... Elle a assistĂ© aux rĂ©unions. Eh bien, vous direz: «Qu’en est-il de quelqu’un lĂ -haut au balcon ou ici en bas, peut-ĂȘtre, dans des rĂ©unions Ă  un moment donnĂ© auparavant?» Je ne saurais jamais qui vous ĂȘtes. Tout ce que je sais, c’est que vous avez... Vous avez assistĂ© Ă  la rĂ©union.
(226) Et elle est lĂ . Elle a touchĂ© quelque chose. Et qu’est-ce que...
E-260 Je–j’ai dit il y a quelques instants, cette Colonne de Feu... Ne voyez-vous pas que c’est... Combien ont Sa photo maintenant? On l’a ici Ă  la rĂ©union. Eh bien, Cela ressemble Ă  la Colonne de Feu, n’est-ce pas? Et maintenant, la vie de Cela, qu’est-ce que Cela produit? Le mĂȘme... Non pas moi donc, Cela, qu’est-ce que Ça produit? Les mĂȘmes oeuvres que Cela avait produites quand Cela Ă©tait dans le Fils de Dieu. Maintenant, Cela est dans les fils et les filles de Dieu adoptĂ©s, par la grĂące du vĂ©ritable Fils de Dieu.
E-261 (227) LĂ  mĂȘme, monsieur, voulez-vous guĂ©rir de cette maladie du coeur? Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira pendant que vous ĂȘtes assis lĂ  mĂȘme? Vous regardiez, vous posant des questions et, tout d’un coup, une sensation Ă©trange vous a envahi. C’est vrai. Je ne vous connais pas, n’est-ce pas? Vous ne me connaissez pas, et je ne vous connais pas. Si c’est vrai, levez la main. Croyez-vous que votre maladie du coeur est finie? Faites signe de la main. TrĂšs bien. Alors, c’est fini. Voyez?
E-262 (228) Croyez-vous? Voici une dame assise ici. Ne pouvez-vous pas voir cette LumiĂšre au-dessus de cette femme? Elle souffre de vĂ©sicule biliaire. Elle va rater cela. Ô Dieu, viens au secours. Mademoiselle Small, croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira de cette affection de vĂ©sicule biliaire? Levez-vous donc. Vous aviez plus de foi que vous ne pensiez en avoir. Je ne connais pas cette femme, c’était la grĂące de Dieu. Si nous sommes inconnus, faites signe de la main comme ceci, madame. C’est... Je ne vous connais pas. Mais ce qu’Il vous a dit, est-ce la vĂ©ritĂ©? Levez la main. (Ce qu’Il a dit...) D’accord. Ayez donc foi et rentrez chez vous bien portante. Si vous pouvez croire...
E-263 (229) Cette femme assise ici mĂȘme souffrant des troubles abdominaux, dans les abdominaux. Oui, Effie, c’est d’elle que je parle. Levez-vous, Effie. Etait-ce cela votre maladie? Je ne vous connais pas. Si c’est vrai, levez la main. Je ne vous ai jamais vue de ma vie. Dieu au Ciel sait cela. Rentrez chez vous. C’est fini. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-264 (230) Si vous mourez dans vos pĂ©chĂ©s, ça ne sera pas la faute de Dieu. Vous pourrez ĂȘtre trĂšs loyal Ă  une Ă©glise, mais un pĂ©cheur est un incroyant. Ayez foi en Dieu.
E-265 (231) D’accord. Maintenant, ces gens ici, ceci est une ligne de priùre pour imposer les mains aux malades. Allez-vous croire cela sans tenir compte des circonstances? Maintenant, ce sont les gens sans cartes de priùre, là est la ligne de discernement, là dans l’assistance, sans cartes de priùre. Maintenant, vous autres, mettez-vous à croire.
E-266 Ne vous dĂ©placez pas. Voyez, chacun de nous est un esprit. Voyez? Chacun de vous est un esprit. Le saviez-vous? Sinon, vous seriez mort. C’est donc de votre esprit que je parle, mais pas de vous. C’est votre esprit.
E-267 (232) Venez ici, madame. Croyez-vous que je suis le serviteur de Dieu? Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Nous ne nous connaissons pas. Si c’est vrai, afin que l’assistance, lĂ -haut au balcon, comprenne, levez simplement la main si nous sommes inconnus et que nous ne nous sommes jamais rencontrĂ©s. Voici un panorama. Comme la premiĂšre personne dans la ligne est une femme, voici Saint Jean 4: un Homme et une femme se rencontrent pour la premiĂšre fois dans la vie.
(233) Si Ceci est l’Esprit de Christ ici entre nous, alors Il accomplira les oeuvres de Christ.
E-268 (234) S’il vous plaĂźt, ne vous dĂ©placez pas. Eh bien, vous avez simplement ruinĂ© la–la... Vous–vous faites du mal aux autres. Voyez? J’ai le contrĂŽle de chacun de vous. J’essaie de vous aider. Soyez vraiment tranquilles et respectueux. D’accord.
E-269 (235) Si le Seigneur Dieu me dit quelque chose Ă  votre sujet... Si je venais ici... peut-ĂȘtre que vous ĂȘtes malade; peut-ĂȘtre que vous ne l’ĂȘtes pas, mais si–si vous l’ĂȘtes et que je venais ici vous imposer les mains et que je disais: «Vous allez vous rĂ©tablir, madame», vous pourriez croire cela. En effet, c’est–c’est vrai. Mais si le Saint-Esprit Ă©tait ici et...
E-270 Et si–si... et si–si c’était le Seigneur JĂ©sus portant ce costume qui se tenait ici, et que vous disiez: «GuĂ©ris-moi, guĂ©ris-moi, Seigneur», Il dirait: «Je l’ai dĂ©jĂ  fait.» Mais Il ferait quelque chose comme Il l’avait fait lorsqu’Il Ă©tait ici auparavant, comme Il avait fait pour la femme au puits, pour vous faire savoir que c’est Celui...
Comment avait-Il fait savoir cela à la femme? En lui disant quelque chose qui était arrivé dans sa vie. Est-ce vrai, assistance? Vous tous les nouveaux venus? Il a dit quelque chose qui était arrivé dans sa vie.
E-271 (236) Eh bien, s’Il dit quelque chose qui se passe dans votre vie, comme Il l’avait fait pour Simon Pierre ou comme Il l’avait fait pour quelqu’un dans la Bible, telle qu’Il l’avait fait, alors cela vous donnerait beaucoup de foi.
E-272 Cela donnerait-il Ă  chacun de vous la foi pour croire?
E-273 (237) Maintenant, cela est ici, ce n’est pas cachĂ© derriĂšre un rideau noir, ce n’est pas une hantise du diable, mais ici mĂȘme Ă  l’estrade avec vous. Sur base des paroles de la Bible. Ça peut bouleverser un peu la thĂ©ologie, mais ce sont les Ecritures malgrĂ© tout. Voyez?
E-274 (238) Si je pouvais vous aider et que je ne le faisais pas, je serais un imposteur. Je ne serais pas digne de me tenir ici Ă  cĂŽtĂ© de cette Bible, si je pouvais vous aider et que je ne le faisais pas. Je ne peux pas vous aider. Tout ce que je peux faire, c’est vous amener Ă  vous rendre compte de quelque chose, que Christ est ici pour vous guĂ©rir, vous rĂ©tablir si vous ĂȘtes malade.
E-275 Vous ĂȘtes malade. Vous ĂȘtes dĂ©rangĂ©e par une maladie gynĂ©cologique, c’est une maladie de femme. C’est exact. Si c’est vrai, levez la main.
E-276 (239) Afin que vous n’alliez pas... que vous sachiez que je ne devine pas. Juste une minute. Ayez quelque chose Ă  coeur. Et priez simplement en vous-mĂȘme dans votre coeur pour tout ce que vous voulez que Dieu fasse. Oui, vous avez quelque chose Ă  coeur maintenant mĂȘme. C’est votre mari. C’est votre mari. Croyez-vous que Dieu peut me dire ce qui cloche chez lui? Il y a quelque chose qui ne marche pas au cerveau. Cela a Ă©tĂ© causĂ© par un durcissement de l’artĂšre au niveau du cerveau. C’est vrai. C’est exact. Si Dieu me dit qui vous ĂȘtes, cela vous donnera-t-il beaucoup de foi? Croyez-vous cela de tout votre coeur? Nancy Gillespie, rentrez chez vous, JĂ©sus-Christ vous a guĂ©rie ainsi que votre mari, et Il vous rĂ©tablit. Amenez-lui ce mouchoir. C’est vrai, n’est-ce pas? D’accord. Poursuivez votre chemin.
E-277 (240) Maintenant, croyez-vous en Dieu? Ayez simplement foi; ne doutez pas.
E-278 Maintenant, je vais demander Ă  cette grande Ă©glise ici de bien vouloir prier avec moi pour ces gens; c’est la maman de quelqu’un d’autre, c’est le papa de quelqu’un d’autre, c’est la chĂ©rie de quelqu’un d’autre, c’est le mari de quelqu’un d’autre; priez,
E-279 Ne vous dĂ©placez pas, s’il vous plaĂźt. Vous–vous ruinez simplement la rĂ©union. Restez vraiment tranquilles et priez. Nous allons congĂ©dier dans dix minutes si seulement vous restez–restez respectueux.
E-280 (241) Venez, madame. Si je ne vous dis aucun mot et que je prie simplement pour vous, croirez-vous cela? Seigneur Jésus, je Te prie de la guérir, au Nom de Jésus.
E-281 (242) Venez, mon frĂšre. Croyez de tout votre coeur.
Notre PÚre céleste, au Nom de Jésus-Christ, rétablis-le. Amen.
E-282 Que Dieu vous bĂ©nisse, mon frĂšre. [Le frĂšre parle Ă  frĂšre Branham.–N.D.E.] Oh! C’est juste... Cela ne change rien pour nous. Maintenant, c’est en ordre.
(243) Je sais ce qui cloche chez vous, mais ça ne sert Ă  rien que je vous le dise. Si cela... Cela vous aiderait-il si je vous le disais? Cela ne vous aiderait pas. D’accord. Mais de toute façon, votre maladie du coeur vous a quittĂ© lorsque vous avez quittĂ© lĂ . Poursuivez donc simplement votre chemin en vous rĂ©jouissant, disant: «Merci, Seigneur.»
E-283 (244) Venez, monsieur. Au Nom du Seigneur Jésus, PÚre, je Te prie de le guérir. Amen. Croyez maintenant.
E-284 (245) Ayez maintenant foi, soeur; venez comme... Tout ceci... Regardez, il y a environ trois mille personnes ici qui prient pour vous maintenant. Au Nom de JĂ©sus, qu’elle soit guĂ©rie. Accorde-le, PĂšre.
E-285 (246) Approchez. Monsieur, cette arthrite vous aura un jour si vous n’avez pas la foi maintenant. Croyez-vous cela maintenant? Partez donc et soyez guĂ©ri au Nom de JĂ©sus-Christ.
E-286 (247) Venez, soeur. PÚre divin, au Nom du Seigneur Jésus, guéris notre soeur.
(248) Venez en croyant maintenant. Que tout le monde croie et prie.
E-287 (249) PÚre céleste, je Te prie de la guérir au Nom de Jésus. Amen.
E-288 (250) Venez. Maintenant, frĂšre, si nous avions eu des visions pour tout le monde, cela pourrait juste... vous... je... on aurait eu Ă  me faire partir de l’estrade. Voyez? Je serais abattu. Mais afin que vous sachiez, allez de l’avant, prenez votre souper ce soir. Cela aura vraiment bon goĂ»t. Ce trouble d’estomac vous a quittĂ©. Voyez-vous? Allez et soyez guĂ©ri. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-289 (251) Venez, soeur. Je fais cela Ă  dessein, je me mets Ă  l’écart, amis, Ă  cause des visions... Combien savent que JĂ©sus a dit: «La vertu est sortie de Moi»? Je suis maintenant mĂȘme, je me sens trĂšs trĂšs faible.
E-290 Ô PĂšre, je Te prie de guĂ©rir notre soeur, au Nom de JĂ©sus. Accorde-le.
E-291 (252) Venez, soeur bien-aimée. Ne doutez pas maintenant. Venez en croyant de tout votre coeur.
E-292 Ô Seigneur, au Nom de Christ, guĂ©ris notre soeur. Donne-lui la victoire, Seigneur.
E-293 (253) Venez, ma soeur. La Bible dĂ©clare: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Au Nom de JĂ©sus, qu’elle soit guĂ©rie.
E-294 (254) Venez, soeur. Votre mal de dos vous a quittée, afin que vous puissiez poursuivre votre chemin en vous réjouissant maintenant...?...
E-295 (255) Croyez-vous? Eh bien, pourquoi? Ecoutez. J’aimerais vous poser une question. Ecoutez, amis. Quand ces gens passaient ici, la Bible dit: «Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris», c’est tout autant que de leur parler. Ne croyez-vous pas cela? Certainement que vous croyez.
E-296 (256) Regardez ici, monsieur. Croyez-vous que je suis Son serviteur? Maintenant, lĂ , c’était une femme que j’ai arrĂȘtĂ©e il y a quelques instants; vous, vous ĂȘtes un homme. Croyez-vous que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler votre maladie et vous rĂ©tablir? Vous avez eu... Oui, monsieur. Seigneur, vous... votre trouble d’estomac, c’est une chose qui vous dĂ©range un peu. C’est vrai. Oui, monsieur; oui, monsieur. Vos glandes de prostate. Oui, oui. En effet, votre prostate vous rend nerveux, et c’est cela qui vous dĂ©range. C’est exactement vrai. Pensez-vous que votre femme aussi pourra se rĂ©tablir si vous croyez? D’accord. Si vous croyez de tout votre coeur, alors votre femme peut ĂȘtre guĂ©rie. [Le frĂšre dit: «Elle est malade.»–N.D.E.] Oui, la nervositĂ©, des ennuis, la faiblesse et autres. Croyez-vous de tout votre coeur maintenant qu’elle sera guĂ©rie? Poursuivez votre chemin et dites: «Merci, bien-aimĂ© Seigneur JĂ©sus», et elle se rĂ©tablira aussi.
E-297 (257) Seigneur JĂ©sus, je Te prie d’aider celui-ci, ĂŽ Seigneur, de rendre cela tel que son... la gloire de Dieu viendra sur lui et il sera guĂ©ri. Au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-298 Maintenant, allez en croyant, monsieur Dobbs, et croyez de tout votre coeur, et soyez guéri.
E-299 (258) D’accord, monsieur. Venez, monsieur. PĂšre cĂ©leste, je Te prie de guĂ©rir notre frĂšre et de le rĂ©tablir, au Nom de JĂ©sus.
(259) Venez, soeur bien-aimée; croyez en Lui de tout votre coeur maintenant.
E-300 Ô Dieu, notre PĂšre, je Te prie de la rĂ©tablir, au Nom de JĂ©sus.
E-301 (260) Venez, frĂšre. Amenez l’enfant. Ne doutez pas maintenant. Amenez-le donc directement comme si vous passiez juste en dessous de la croix. Seigneur, je les bĂ©nis au Nom de JĂ©sus. Amen.
(261) Venez, soeur. Venez en croyant maintenant de tout votre coeur. Et, PÚre, au Nom de Jésus, je Te prie de la guérir. Amen.
E-302 (262) Croyez maintenant et soyez trĂšs respectueux. Croyez de tout votre coeur.
E-303 Au Nom du Seigneur JĂ©sus, qu’elle soit guĂ©rie, Seigneur. Amen.
E-304 (263) Venez, soeur, croyant de tout votre coeur. Croyez qu’elle sera rĂ©tablie maintenant et qu’elle recouvrera sa vue et tout.
E-305 Ô Seigneur, je Te prie de la guĂ©rir au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-306 (264) L’autre soir, pendant que je priais pour un petit garçon d’environ quinze, seize ans, il est passĂ©, le petit garçon, avec une grande foi. Je l’ai regardĂ©; j’ai dit: «Evidemment, tu sais, fiston.» Et–et alors, il est allĂ©, il est directement descendu, un petit garçon aveugle de naissance a recouvrĂ© la vue et il a lĂąchĂ© un cri: «Oh! FrĂšre Branham, je vois.»
E-307 (265) Il y a ici une corde qui vient d’un enfant, un enfant hydrocĂ©phale, la tĂȘte s’est beaucoup rĂ©trĂ©cie, en une seule nuit, rien qu’en passant, des choses arrivent. Vous devez cependant croire. Voyez? Vous n’ĂȘtes pas des poulets; vous ĂȘtes des aigles.
E-308 (266) Venez. Au Nom de JĂ©sus, Seigneur, qu’elle soit guĂ©rie pour la gloire de Dieu. Amen.
E-309 (267) Venez en croyant, ayez foi. Vous savez, d’une façon ou d’une autre... Savez-vous ce que je pense, amis? Je–je ne suis pas–je ne suis pas en train de rĂ©primander les gens, mais j’aimerais que vous sachiez une chose: nous avons trop de tĂ©lĂ©visions dans nos vies. Nous voulons des loisirs. Nous voulons... Dieu ne vous montre pas des choses pour vous amuser. Il veut que vous reconnaissiez Sa PrĂ©sence. Ces choses peuvent arriver Ă  tout le monde, mais cela me tuerait pratiquement. Oh! Je ne terminerais pas la ligne.
E-310 (268) Tenez, venez ici, madame. Vous et moi, nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Pensez-vous que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler votre maladie? Cela vous aiderait-il?
E-311 Cela vous aiderait-il vous tous si–si–si Dieu disait quelque chose maintenant à cette femme?
E-312 C’est pour votre oreille. Croyez-vous que Dieu rĂ©tablira cela? Vous redoutiez que ça soit un cancer. C’est Ă  votre oreille gauche. Est... Est-ce vrai? Eh bien, cela Ă©tait lĂ , mais ce n’est plus lĂ  maintenant.
(269) Maintenant, regardez. Croyez-vous en Dieu? Si Dieu me dit qui vous ĂȘtes, cela vous aidera-t-il? D’accord, Ruby Constance, rentrez chez vous et soyez bien portant au Nom de JĂ©sus-Christ. Voyez? Ayez foi.
E-313 (270) Venez donc. Ne doutez pas. Dieu peut me rĂ©vĂ©ler votre maladie, cela pourrait-il... Pensez-vous que cela vous aiderait? Alors le diabĂšte, la maladie du coeur, poursuivez votre chemin, soyez guĂ©ri et croyez en Dieu. Oui, c’est juste la vieillesse qui vous frappe. Maintenant, mettez-vous simplement Ă  croire cela.
E-314 (271) Ô Seigneur, je Te prie de guĂ©rir notre frĂšre et de le rĂ©tablir. Amen. Ô Dieu, accorde-le.
(272) Venez, soeur bien-aimĂ©e. Au Nom du Seigneur JĂ©sus, qu’elle soit guĂ©rie. Amen. Alors qu’on demande la bĂ©nĂ©diction de Dieu, comment cela peut-il faillir?
(273) Au Nom de JĂ©sus-Christ, qu’il en soit ainsi, Seigneur. Amen.
E-315 (274) Venez, mon frÚre. Au Nom de Jésus-Christ, que notre frÚre soit guéri. Amen.
E-316 Venez, frÚre bien-aimé. Que Dieu vous bénisse.
(275) Faites venir la maman. Venez, soeur. Au Nom de Jésus-Christ, soyez guérie.
(276) Venez. Au Nom de Jésus-Christ, que notre soeur soit guérie, PÚre.
E-317 Oui, croyez maintenant. La mĂȘme chose arrivera lĂ  en bas, si vous ne doutez pas.
E-318 (277) Ô Dieu, bĂ©nis ce pauvre bien-aimĂ© frĂšre. Je Te prie, PĂšre cĂ©leste, de le guĂ©rir et de le rĂ©tablir. Qu’il lui arrive de recouvrer sa vue et d’ĂȘtre rĂ©tabli, au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-319 (278) Ayez foi maintenant. Ne doutez pas. Je ne peux pas guĂ©rir. Il est bien ici. Il est le GuĂ©risseur. Ne doutez pas. Faites comme l’aveugle BartimĂ©e: continuez Ă  chercher de votre main.
E-320 Au Nom de Jésus-Christ...?... Que cette soeur soit guérie.
(279) D’accord. Venez, soeur bien-aimĂ©e. Croyez-vous, tout le monde, vraiment...?
E-321 (280) Quelque chose est arrivĂ©. Juste une minute. Cet homme assis lĂ , vous souffriez d’asthme, monsieur. C’est vrai. Vous Ă©tiez en train de prier. Vous vous ĂȘtes retournĂ© pour dire: «C’est merveilleux, n’est-ce pas?» Je vais vous dire autre chose, on a amputĂ© environ deux tiers de votre estomac Ă  cause du trouble d’estomac. C’est vrai, n’est-ce pas? Si c’est vrai, faites signe de la main. Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. JĂ©sus-Christ vous a guĂ©ri. Votre foi vous a rĂ©tabli. Poursuivez votre chemin en vous rĂ©jouissant. Oh! Ne doutez pas, croyez.
E-322 (281) D’accord, madame. Vous... Attendez une minute. Maintenant, vous n’ĂȘtes pas ici pour vous-mĂȘme. Vous ĂȘtes ici pour quelqu’un d’autre. C’est vrai. Et votre frĂšre n’est pas ici. Votre frĂšre n’est mĂȘme pas dans cet Etat. Il est Ă  Saint Louis. Il est dans un hĂŽpital. Il souffre du coeur, il est... il a Ă©tĂ© un prĂ©dicateur. Et vous pensiez que si je passais vous imposer les mains, vous pourriez... je ne savais pas ce que je disais, mais je le savais. Poursuivez donc votre chemin. Il va se rĂ©tablir maintenant et ĂȘtre...?... D’accord, ayez foi. Allez simplement de l’avant.
E-323 (282) Il y a une autre femme ici qui pense la mĂȘme chose maintenant mĂȘme, au sujet de sa fille qui a Ă©tĂ© tuĂ©e. Madame Weatherman... Waterman, c’est ça. Madame Waterman, croyez de tout votre coeur maintenant. Votre fille a Ă©tĂ© reprise dans un but. Ne doutez pas. Croyez en Dieu.
E-324 (283) Ô Dieu, au Nom de JĂ©sus-Christ, qu’il soit guĂ©ri. Amen. Venez en croyant maintenant de tout votre coeur.
E-325 (284) Ô Seigneur Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, accorde la guĂ©rison de cette femme, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-326 (285) Croyez maintenant. Maintenant, regardez. Il n’y a pas de cure de mĂ©dicament; mais il y a une cure cĂ©leste. C’est vrai. Croyez-vous cela, que vous deviendrez normale et bien portante?
E-327 Maudis... Je maudis ce dĂ©mon qui a fait cette vilaine chose Ă  cet enfant. Et j’îte cette malĂ©diction de lui, au Nom de JĂ©sus-Christ. Qu’il soit un enfant normal. Amen. Cela doit se faire. D’accord.
(286) Allez en vous rĂ©jouissant, soyez rĂ©tabli et prenez votre souper et... D’accord.
(287) Venez, monsieur, en croyant de tout votre coeur. Au Nom du Seigneur JĂ©sus, qu’il soit guĂ©ri. Amen.
E-328 (288) Cela a frappĂ© Ă  beaucoup d’endroits dans l’assistance, juste une minute. Cela... Combien ici souffrent de trouble d’estomac aprĂšs tout? Levez la main. Il y en a tellement que je ne peux pas... Voyez lĂ ? Chacun de vous qui souffre de trouble d’estomac, levez-vous. C’est ici que vous vous en dĂ©barrassez. Levez-vous juste une minute.
(289) Tenez-vous tranquille, monsieur. Allez en croyant, mon frĂšre. Au Nom de JĂ©sus-Christ, puissiez-vous ĂȘtre guĂ©ri.
E-329 (290) Venez maintenant. Croyez de tout votre coeur. Croyez-vous, soeur? Au Nom de JĂ©sus-Christ, puissiez-vous ĂȘtre guĂ©ri.
E-330 (291) Nerveux, vous l’avez Ă©tĂ© toute votre vie. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-331 Tout celui qui est dérangé par la maladie des nerfs et de rein, levez-vous. Levez-vous, tout le monde qui a cela.
E-332 Allez, en croyant maintenant et ayez foi en JĂ©sus-Christ. Tenez-vous lĂ  mĂȘme.
E-333 (292) Ô Seigneur Dieu, je Te prie d’avoir pitiĂ© de notre frĂšre et de le rĂ©tablir au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
(293) Ayez foi. Croyez-vous maintenant, soeur bien-aimée?
E-334 Au Nom du Seigneur JĂ©sus, qu’elle soit guĂ©rie, PĂšre, pour la gloire de Dieu.
E-335 (294) Quelque chose se passe. Est-ce tout ce qu’il y a, Billy?
E-336 Oui, venez ici, monsieur. Sommes-nous inconnus l’un à l’autre? Dieu nous connaüt tous deux, n’est-ce pas? Oh! Cela arrive simplement partout.
E-337 (295) Rappelez-vous, prĂ©dicateurs, mes frĂšres, mes prĂ©cieux frĂšres aigles, aprĂšs mon dĂ©part d’ici, pendant quelques semaines, vous verrez votre assemblĂ©e tĂ©moigner de leur guĂ©rison. Ils sont guĂ©ris, mais ils ne le savent pas. Voyez? Voyez? Cela arrive simplement partout. Pourquoi ne pouvons-nous pas avoir ce genre de foi dĂšs le dĂ©part, amis? C’est ça.
E-338 (296) Croyez-vous que Dieu peut vous aider? Croyez-vous que Dieu peut me dire quelle est votre maladie? Vous avez des maux de tĂȘte intenses. Vous avez des vertiges. Cela est causĂ© par une grosseur au cou. C’est vrai. Croyez-vous que Dieu connaĂźt qui vous ĂȘtes? Vous ĂȘtes un prĂ©dicateur. Votre nom est rĂ©vĂ©rend Jack Cole. C’est tout Ă  fait vrai. Allez, croyez, monsieur.
E-339 (297) Vous tous qui souffrez des vertiges ou des maux de tĂȘte, levez-vous. Tout celui qui est malade, levez-vous.
E-340 Ô Dieu, que pourrait-il arriver si seulement cela pouvait... Qu’est-ce qui pourrait arriver? Croyez-vous cela? Combien de croyants ici sont convaincus que ceci est le Saint-Esprit? Levez la main. Je ne peux pas faire ces choses.
E-341 (298) Etes-vous croyants? Imposez-vous les mains les uns aux autres, et ordonnez au diable de quitter la personne Ă  qui vous avez imposĂ© les mains. Votre priĂšre vaut autant que la mienne. Imposez-vous les mains les uns aux autres. C’est vrai, madame, lĂ -haut; la tuberculose vous a quittĂ©e tout Ă  l’heure.
E-342 La prostatite vous a quitté, frÚre. Vous pouvez abaisser vos mains et crier des louanges
E-343 ...?... avec cette petite femme qui se tient lĂ  mĂȘme. C’est parti pour de bon. JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablit.
(299) C’est ceci la chose, amis. Rendons gloire à Dieu. Ô Seigneur, Tu es ici.
E-344 Je condamne le diable dans toutes ses oeuvres. Je condamne chaque mauvais esprit. Satan, tu es exposĂ©. Tu es rĂ©primandĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ. Je t’ordonne, par le Dieu vivant: sors de cette assistance. Tu ne peux plus les faire douter davantage. Le Saint-Esprit s’est rendu rĂ©el devant eux. Tu ne peux plus les faire douter. Ils se sont imposĂ© les mains les uns aux autres. JĂ©sus a dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.» Satan, tu as perdu.
E-345 Jésus est prÚs, Tu es le Dieu du Ciel. Que la puissance de la maladie et la puissance démoniaque soient brisées sur ces gens. Au Nom de Jésus-Christ.

En haut