L’Expectative

Date: 54-0220 | La durée est de: 1 heure et 32 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le texte français seulement Voir le texte anglais seulement

1          ... en faisant ainsi, cela nous détend tous un peu. Et certains, face au ministère de ce genre, se mettent à penser peut-être qu’on devrait être une espèce de super personne ou quelque chose comme cela. J’aimerais vous faire savoir: je suis juste votre frère (Voyez?), juste un homme (Voyez?), juste votre frère. Juste... Rien qu’un humain comme nous tous. Et Dieu me donne juste un petit ministère pour aider quelqu’un, je me mets juste à faire de tout mon mieux avec cela, et c’est au mieux de ma connaissance.

            Ainsi donc, hier soir, je me disais, en parlant de...?... avec des chevaux et autres, chevauchant ; eh bien, vous vous rendez compte que nous sommes juste–juste des êtres mortels ensemble, essayant de notre mieux de faire ce que nous pouvons pour le Royaume de Dieu et pour la gloire de Son Bien-Aimé Fils, Jésus-Christ.

2          Et une telle réaction, cependant, oh! la la! c’était merveilleux. Je pensais que je... En réalité, les réunions ont été organisées pour... c’était pour la prédication de l’Evangile uniquement. Je suis... Et puis, quand on se retrouve là où le... et qu’on mentionne la venue... Le Seigneur a béni si grandement la prière pour les malades que les gens ont simplement... En fait, quand ils arrivent, ils s’attendent à une réunion de prière pour les malades.

            Vous pouvez... Parfois, je descends d’un avion quelque part, ou je vais quelque part en voyage, et il y a probablement quelqu’un là-bas qui fait signe, qui a une ambulance parquée là avec un malade pour qui prier, à l’aéroport. Ils savent que l’avion va atterrir ou quelque chose comme cela. C’est donc très gentil, je... C’est... J’apprécie cela. Si les gens ont une si grande foi en Dieu pour croire cela, c’est très, très bien. Ainsi donc, je–je suis reconnaissant pour cela, et je prie que Dieu bénisse.

3          J’ai serré tout à l’heure la main à un jeune homme, à mon arrivée, un jeune garçon (S’il est ici, je n’ai pas l’intention de le mettre en vedette.), un très bon jeune homme ; il a dit: «Frère Branham, j’ai grandi dans un foyer chrétien.» Il a dit: «J’ai contracté l’habitude de fumer, et–et j’utilise des mots grossiers.» Il a dit: «Frère Branham, j’aimerais me mettre en ordre avec Dieu. Voudriez-vous prier que...»

            Voyez, élever un enfant selon la voie qu’il doit suivre. Ils fréquentent ces enfants qui n’ont pas ce genre d’enseignement, ils s’égarent, mais ne vous en faites pas, Dieu les ramènera. Je le crois.

4          Il y a un frère assis ici qui a dit: «Frère Branham, ne vous souvenez-vous plus là à Phoenix, dans le sous-sol de l’auditorium, une fois, vous avez prié pour ma femme qui était devenue folle?» (Je m’en suis bien souvenu.) Il a dit: «Elle est ici avec nous ce soir.»

            Il a dit: «Elle jouit de toutes ses facultés.»

            Oh! Je me demande si cette femme est près ; qu’elle veuille bien se lever. Est-ce le ministre, je pense, ou quelque part ici? C’est un... Oui, sa–sa femme, celle qui a été guérie à Phoenix.

            Cela me rappelle une fois à–à Little Rock, dans l’Arkansas. Je pense que c’était l’un des pires cas de la folie que j’aie jamais vu de ma vie. Et quelqu’un en a rendu témoignage dans la réunion.

5          J’étais juste... (Si vous en voulez la confirmation, vous pourrez écrire au président du comité, c’était Révérend G.H. Brown, de Little Rock, dans l’Arkansas, 505, rue Victor ; Révérend G.H. Brown.) Et nous étions en train de prier. C’était vers... C’était tard et j’étais très fatigué ; c’était juste avant que je prenne mon temps, on me laissait le prendre, on me laissait juste faire une pause jusqu’à ce que... failli me tuer.

            J’étais donc très étonné cette nuit-là. Il y avait là dehors un vieil homme, là à la réunion. Il était... il avait des béquilles à peu près comme le frère ici qui est...?... ses pieds placés dessus. Ça faisait longtemps qu’il était estropié. Et pendant le service, le Seigneur Jésus l’avait guéri. Et le jour suivant, il parcourait la rue, tenant ses béquilles devant lui, il disait: «Le Seigneur m’en a débarrassé hier soir.» Alors...?...

            Oh! la la! Les journaux m’ont vraiment fait une description, disant: «Un prédicateur baptiste prétentieux a fait bloquer les rues avec des ambulances et des véhicules: quel fanatisme!»

6          Ce vieux frère... J’étais là en train de parler comme ceci, alors il s’est levé et a dit: «Dites donc, Frère Branham ; j’aimerais vous poser une question.» Tout en désordre...

            Néanmoins, j’ai dit: «D’accord, frère ; c’est quoi?»

            Il a dit: «Je suis vraiment très heureux, je ne sais que faire.»

            J’ai dit: «Eh bien, c’est bien.»

            Il a dit: «Vous savez, la chose étrange cependant, a-t-il dit, quand je vous ai entendu prêcher, j’étais sûr que vous étiez nazaréen.» En effet, lui-même était nazaréen, vous savez. Il a dit: «Je–j’étais sûr que vous étiez nazaréen. Et puis, a-t-il dit, j’ai vu tous ces pentecôtistes par ici, et quelqu’un m’a dit que vous étiez pentecôtiste.» Et il a ajouté: «Maintenant, je vous ai entendu dire il y a quelques instants que vous étiez baptiste.» Il a dit: «Je–je n’arrive pas à comprendre cela.»

           

            J’ai dit: «C’est très facile.» J’ai dit: «Je suis un baptiste pentecôtiste nazaréen.» Et j’ai dit... [Frère Branham et l’assemblée rient.–N.D.E.] Nous sommes tous un en Jésus-Christ. Amen...?...

7          Ce soir-là, Mr Brown m’a parlé, disant: «Frère Branham, aussitôt que... attendez une petite pause pour vous reposer encore.» On me laissait me reposer quelques minutes. Je devenais vraiment engourdi, partout, alors on me mettait à l’écart et on me laissait me reposer quelques minutes, juste pendant qu’on chantait des cantiques, et peut-être un prédicateur prêchait un petit sermon. Je me reposais un peu et je revenais. Alors, cela... Je n’étais pas alors sorti prier pour les malades, mais juste, oh! deux ou trois mois.

            On m’a donc amené à l’écart et il a dit: «J’aimerais vous montrer une scène comme vous n’en avez jamais vue.»

            J’ai dit: «C’est quoi?»

            Il a dit: «Une folle.»

8          Je suis descendu, et je me suis tenu sur les marches en descendant, au fond de l’auditorium. On ne pouvait pas entendre là en bas, sinon par la sonorisation ; c’était très bondé. Mais il n’y avait personne en ce lieu-là, dans cette salle, parce qu’on ne pouvait pas y entrer à cause de cette femme. Elle était étendue par terre, ses jambes dressées droit en haut comme ceci, les bras et les jambes à la fois, et elle saignait partout. Son mari se tenait sur les marches, un très bon frère, un très brave, du genre Arkansas, il se tenait là en salopette tout délavée. Il a dit...

            Je vais vous dire quoi, ami, vous parlez des salopettes et des chemises bleues, certains de meilleurs vieux coeurs du monde battent derrière cela. C’est vrai. C’est vrai. Et il–il m’a serré la main. Il a dit: «Oh!»

            J’ai dit: «Quel est votre problème?»

            Il a dit: «Frère Branham, c’est ma femme.»

            Et j’ai regardé là, elle était couchée comme cela. J’ai dit: «Oh! la la!» J’ai dit: «Pourquoi saigne-t-elle?»

9          Il a dit: «Eh bien, Frère Branham, a-t-il dit, nous avons suivi ce témoignage-là, depuis là à Pinewood, de la guérison de cette femme qui avait été amenée de l’hôpital psychiatrique.» Il a dit: «Nous avons pensé que peut-être si nous pouvons amener ma femme...» Il a dit: «Nous avons obtenu qu’on la libère ce soir et, a-t-il dit, ils...» Une distance d’une centaine de kilomètres. Il a dit: «L’ambulance ne voulait pas toucher cela.» Il a dit: «J’ai pris deux ou trois frères pour m’accompagner. Nous l’avons embarquée à bord d’une Chevrolet et, a-t-il dit, elle a pris le dessus sur ces hommes, elle a donné des coups de pied à la vitre et a cassé toutes les vitres, et c’est cela qui l’a blessée (Voyez?), à partir de la vitre.»

            J’ai dit: «Oh! la la! C’est vraiment dommage.» Et j’ai dit: «Comment cela est-il arrivé, frère?»

            Il a dit: «Eh bien, Frère Branham, a-t-il dit, c’est juste la période de ménopause. Le médecin lui a donné des piqûres qui l’ont mise dans cet état-là.»

            J’ai dit: «Eh bien, c’est certainement dommage.» Et j’ai dit: «Eh bien, évidemment qu’il n’avait pas l’intention de faire cela ; il a fait au mieux de sa connaissance.»

10        Et il a dit: «Eh bien, ça fait deux ans qu’elle est là à l’hôpital psychiatrique.» Il a dit: «Frère Branham, c’est une bonne femme.» Il a dit: «J’ai cinq petits enfants.» Il a dit: «Juste après ceci, a-t-il dit, c’était... son bébé est né pendant le temps de la ménopause.» Il a dit: «Elle s’est retrouvée dans une situation très difficile.» Il a dit: «Nous... J’ai vendu ma ferme et tout le reste.» Il a dit: «Et vraiment, a-t-il dit, il me restait un attelage de boeufs... Je travaillais.» Il a dit: «J’ai vendu ces mulets afin d’avoir de l’argent pour aider à l’amener ici ce soir. Ses deux mulets, ce qu’il avait...»

            J’ai dit: «Ô frère, c’est certainement dommage.» J’ai dit: «Je vais m’avancer pour lui parler.»

            Il a dit: «Oh! Ne le faites pas, Frère Branham, a-t-il dit ; elle vous tuera.»

            J’ai dit–j’ai dit: «Eh bien, je vais lui parler.»

            Il a dit: «Eh bien, elle ne connait même pas son propre nom ; ça fait deux ans qu’elle n’a pas prononcé un mot.»

11        «Oh! ai-je dit, je pense que je peux lui parler.» (J’étais juste un enfant dans le ministère. Je–je ne savais pas alors ce que... Je me rends compte maintenant que le mieux est d’attendre et laisser Dieu le dire.) Je me suis donc avancé dans la pièce. Elle était juste...?... couchée sur le dos. Il a dit qu’elle ne s’était pas relevée du dos ça faisait deux ans, elle était juste couchée comme cela. Elle avait les mains en l’air comme cela, et je me suis directement avancé là, j’ai dit: «Bonsoir, soeur.» Elle est simplement restée couchée là, les yeux enfoncés et... J’ai tendu la main, j’ai dit: «Bonsoir.» Et j’ai saisi sa main. Oh! la la! Heureusement, Dieu était avec moi.

            Aurait... Tout celui qui est possédé de démon, sa force augmente beaucoup, vous savez. Elle m’a saisi par la main, comme ça, très vite. Et j’ai été un boxeur. J’ai détenu le titre de champion poids coq non vaincu, pour trois Etats, alors... Je savais ce que c’est une prise.

            Mais elle m’a saisi comme ça, elle a saisi comme ça, et alors, n’eût été le fait que j’ai très vite lancé mon pied et que je l’ai tapée aux seins avec mon pied pour me ressaisir, elle aurait... Eh bien, elle m’aurait probablement brisé les os là même par terre, là où elle me tirait brusquement comme cela. Cela a fait dégager sa main, comme cela, et elle a soufflé très fort comme un–comme un–un crocodile, ou quelque chose comme cela, produisant un très grand soufflement, un bruit étrange [Frère Branham souffle dans le micro.–N.D.E.], comme ça.

            Eh bien, oh! la la! Et alors, elle s’est mise à tournoyer. Eh bien, je–je me suis éloigné d’elle. Et alors, elle a commencé à me pourchasser, on dirait comme un serpent rampant par terre. On pouvait entendre cela, juste–juste comme–comme quelque chose qui rampe, là où elle... Elle m’a pourchassé sur le dos, sur les marches comme cela. Et là, elle rampait sur le pavement. Et j’ai dit: «Oh! la la!»

12        Eh bien, c’est seulement la grâce de Dieu, sinon–sinon être comme cela...?... vous les femmes, ou les hommes aussi (Voyez?), rien que la grâce de Dieu.

            Et quand elle a mis ses membres très forts contre le–le paroi du mur, comme cela, et qu’elle s’est appuyée au mur comme cela, elle a donné un coup de pied très fort, et alors, elle s’est avancée sur le pavement et a cogné un banc placé là et un côté de sa tête... C’était une belle dame, charmante, d’environ quarante-cinq ans, elle s’est cognée la tête comme ceci, et les cheveux... Et le sang a giclé quand elle a cogné, elle a détaché un morceau du banc. Eh bien, ses jambes étaient très fortes pour lancer des coups de pied comme cela. Et un morceau de banc s’est envolé, elle a tenu cela entre ses mains, comme cela, et elle l’a lancé. Cela a raté son mari de justesse, et ça a détaché le plâtre du mur.

            J’ai dit: «Oh! la la! Elle est dans un état horrible.»

            Il a dit: «Oui.» Il a dit: «Maintenant, Frère Branham, vous faudra-t-il lui imposer les mains?»

            J’ai dit: «Je–j’aurais voulu pouvoir le faire.»

            Et il s’est mis à pleurer. Il a dit: «Maintenant, je ne sais pas ce que...»

13        J’ai dit: «Regardez, frère. Oui, oui, ce n’est pas moi ; c’est Jésus-Christ qui opère la guérison.» J’ai dit: «Si vous croyez de tout votre coeur que Dieu guérira cette femme-là... Et l’histoire que je vous ai racontée, il y a environ deux semaines, de cet Ange qui m’a rencontré là-bas, Il m’avait dit d’aller et d’être sincère en priant, et d’amener les gens à me croire. Et j’avais dit: ‘Ils ne me croiront pas.’ Il avait dit: ‘ Il te sera donné des signes comme il en avait été donné au prophète Moïse, deux signes.’ Vous vous rappelez l’histoire. Et Il a dit: ‘Si tu amènes les gens à te croire, rien ne résistera à la prière.’» J’ai dit: «Monsieur, croyez-vous cela?»

            Il m’a entouré de son vieux bras osseux et a dit: «Frère Branham, je le crois de tout mon coeur.»

14        Je me suis retourné comme ceci, et alors, cette femme a bougé de la même façon. Elle a dit: «William Branham, tu n’as rien à faire avec moi.» Et cet homme a dit: «Eh bien, ce sont les premiers mots qu’elle prononce en deux ans.»

            J’ai dit: «Ce n’est pas elle.»

            Elle a dit... Il a dit: «Comment t’a-t-elle reconnu?»

            J’ai dit: «Ce n’est pas elle ; c’est le démon qui crie.» Voyez? ...?... J’ai dit: «C’est Satan. Elle ne savait pas que j’étais William Branham. Il a dit qu’il reconnaissait que j’avais dit la vérité. Et si seulement vous croyez, vous verrez la gloire de Dieu.»...?... Et il a dit: «Tu n’as rien à faire avec moi. C’est moi qui l’ai amenée ici.»

            J’ai dit: «Tu l’as peut-être amenée ici, mais Jésus-Christ la guérira.»

15        Et elle s’est mise à avancer vers moi en rampant. Et j’ai dit: «Inclinons la tête.» Et quand nous avons incliné la tête, et que j’ai dit: «Père céleste, ce pauvre frère et ce... a amené sa femme ici dans cet état. «Tu es le même Dieu qui... ces démons et les légions que Tu chasses.» J’ai dit: «Tu es le même Dieu, je demande donc au Nom de Jésus-Christ que les mauvais esprits sortent de la femme.» Alors, je me suis simplement retourné vers l’homme et j’ai dit: «Croyez-vous?»

            Il a dit: «Frère Branham, de tout mon coeur.»

            J’ai dit: «Maintenant, voyez, Il m’a dit que si j’amène les gens à croire, que je suis sincère, et frère, ai-je dit, j’ai été tout aussi sincère que je savais comment l’être.»

            Il a dit: «Merci, Frère Branham.» Il a dit: «Que dois-je faire d’elle?»

            J’ai dit: «Ramenez-la à l’hôpital psychiatrique.»

            Il a dit: «D’accord.»

            J’ai alors dit: «Laissez qu’eux la renvoient.»

            Il est donc retourné, et après le service, il l’a ramenée. Et ce qui est arrivé, c’est qu’elle n’a plus dérangé personne, en retournant. Elle était assise calmement.

            Ils sont rentrés, ils l’ont remise à l’hôpital psychiatrique le lendemain matin. Et le matin suivant, quand ils sont entrés dans la cellule, là où elle était, pour la nourrir, elle était assise. Et le troisième jour, on l’a renvoyée du sanatorium, elle est rentrée chez elle à la maison jouissant de toutes ses facultés.

16        Environ deux mois après cela, j’étais à Little Rock, ou pas à Little Rock, mais à Jonesboro. Et là était assis... Je voyais quelqu’un qui me faisait continuellement signe de la main, comme ça, à la réunion. Je me suis dit: «Eh bien, je ne me souviens pas de ces gens», et j’étais en train de prêcher. J’ai encore regardé, et je me suis dit: «Eh bien...» Et alors, la dame s’est levée, ou plutôt l’homme, et il a dit... Il avait des petits enfants là, il a dit: «Frère Branham, est-ce que vous nous reconnaissez?»

            J’ai dit: «Je ne pense pas.»

            Il a dit... La dame a dit... Elle s’est aussi levée ; elle a dit: «Excusez-moi, Frère Branham, mais, a-t-elle dit, on me dit que j’étais couchée sur mon dos la dernière fois que vous m’avez vue.»

            Et j’ai dit: «Avez-vous été guérie quelque part?»

            Elle a dit: «Oui. C’est moi la dame qui était dans le sous-sol dans ce...»

            J’ai dit: «Oh! la la!»

            Elle était là avec ses cinq petits enfants, qui l’étreignaient, normale, bien portante et dans son bon sens.

17        Qu’est-ce? Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement ; Il a fait marcher les boiteux, Il a fait voir les aveugles, Il a fait entendre les sourds, les démons ont été chassés, et la commission se poursuivait. Amen. Et cela se passe peut-être à travers le monde ce soir, parmi les membres fidèles et croyants du Corps de Jésus-Christ ; et la guérison divine, ça ne relève pas de moi. Chacun de ces frères assis ici, votre pasteur, vous n’avez pas à attendre d’avoir un programme de guérison divine pour être guéri. Chacun de ces hommes a la même autorité que moi, ou n’importe qui, pour prier pour les malades. C’est tout ce que nous pouvons faire, c’est prier pour les malades.

            Et non seulement eux, mais s’ils sont ailleurs quelque part et qu’ils ne peuvent pas vous atteindre, une bonne soeur remplie du Saint-Esprit, ou un bon frère, qui habite près de chez vous a la même autorité (C’est exact.), la même chose. Si vous ne pouvez pas atteindre votre pasteur... La Bible déclare: «Quelqu’un parmi vous est-il malade, qu’il appelle les anciens de l’église, et que les anciens l’oignent d’huile et prient pour lui. La prière de la foi sauvera le malade.» Il est dit: «Dieu le relèvera.» Pas le prédicateur, Dieu le relèvera. «Et s’il a commis des péchés, cela lui sera pardonné. Confessez vos péchés les uns aux autres et priez les uns pour les autres.» Est-ce vrai? Priez les uns pour les autres. Voyez? «Afin que vous soyez guéri. Car la prière fervente du juste a une grande efficace.» C’est tout ce dont vous avez besoin. Etre rempli de l’Esprit de Dieu. Et vous seriez surpris si seulement vous reconnaissiez les dons qui sont placés juste dans cette salle ce soir. Oui, oui.

18        Or, si je connaissais la maladie, assurément je connaîtrais les dons. Est-ce vrai? C’est vrai. Alors, je–je sais que dans des réunions, quand je rencontre des chrétiens, ils sont là. La seule chose, c’est que vous devez vous surveiller en parlant aux gens, car ils s’accrochent bien à votre parole ; ils diront quelque chose, et il vous faut être sûr que cela vient directement de Dieu, ce qu’on dit à quelqu’un. C’est pourquoi ne dites pas ces choses-là. Voyez-vous? Mais menez simplement une vie humble devant Dieu, soyez juste ... Ne cherchez pas à vous faire passer pour quelque chose. Soyez simplement humble. Dieu s’occupera du reste. Voyez? Il manifestera cela.

19        Eh bien, demain, à notre regret, j’aurais voulu, du fond de mon coeur, avoir une série de réunions un peu plus longue, si nous pouvions avoir cela, pour au moins une autre semaine. J’ai envie, si je pouvais, de prendre la semaine prochaine, juste à peu près quatre jours pour juste prêcher l’Evangile ordinaire, et faire les appels à l’autel. Il serait difficile de dire ce qui arriverait. Après que les gens se sont déjà fait une idée sur la puissance de Dieu qui délivre, que chacun de vous amène alors son ami pécheur, la semaine prochaine, ce serait peut-être en ce moment-là même que nous–nous pourrons gagner des âmes à Christ. Généralement, dans ce genre de réunions, il n’y a que des chrétiens qui viennent. Des pécheurs viennent de temps à autre, mais généralement, ce ne sont que des chrétiens. Et puis, le–le croyant croit déjà. Voyez?

            J’espère donc que ça sera la volonté de Dieu pour moi de revenir une fois de plus vers vous très bientôt. Vous avez certainement un groupe de braves frères et de braves... Jamais à aucun moment, nulle part, je n’ai trouvé davantage de collaboration de l’Esprit de Dieu plus que ce que j’ai trouvé ici même en ce lieu. C’est vrai. C’est vrai. C’est la vérité.

            Je n’ai jamais vu un lieu, que j’ai déjà fréquenté, où des ministres sont assis derrière moi à l’estrade. Et c’est... La première soirée, cela m’a dérangé un peu, car j’étais conscient de leur présence là, mais c’était juste ce mur de foi là. J’ai dit qu’on les laisse simplement tranquille. Ce–c’est bien ; ce sont mes frères. C’est–c’est merveilleux, et j’en suis ravi. Quand vous trouvez une telle foi là pour croire, tout peut alors arriver.

20        Maintenant, nous vous remercions pour tout, et demain après-midi, si vous le pouvez, je pense que les services commenceront à quatorze heures. Est-ce vrai? Quatorze heures. Cela me permettra d’être ici à quatorze heures trente, peut-être. Et je parlerai un peu, et puis, je prierai pour les malades. Et alors...

            Vous avez été une assistance très gentille, et qu’il pleuve ou qu’il y ait de mauvaises soirées, vous êtes venus de toute façon. Vous nous avez aidés avec de l’argent pour payer des dettes. Je pense qu’on va tout rassembler. Monsieur Brewer va donner cela à mon fils ce soir, et les dépenses à couvrir, s’il n’y en a pas assez pour couvrir toutes les dépenses, cela sera couvert le matin. Sinon, eh bien, après que mon offrande d’amour aura été prélevée demain, cela sera fait, ça les couvrira. Sinon, en effet... Je pense, c’est déjà plus que payé. Et s’il en reste quelque chose, n’importe quoi, je ne le prendrai pas pour moi-même ; je l’affecterai droit aux oeuvres missionnaires à l’étranger, envoyer outre-mer pour faire tout mon possible. S’il en manque un peu, alors je vais prélever sur mon offrande d’amour, je couvrirai avec cela. Voyez?

21        Maintenant, nous aimerions quitter sans aucune dette, laisser tout le monde bien et merveilleux, et glorifiant Dieu. C’est là un principe que nous essayons d’observer partout. Et tous les prédicateurs, et les gens ici...

            Si vous êtes ici et que vous n’êtes pas membre d’une église, pourquoi ne pas adhérer aux églises de ces frères, si vous habitez près d’eux? Vous croyez dans ce genre de ministère, eh bien, adhérez aux églises qui croient en cela. Allez adhérer aux églises qui soutiennent cela, qui croient en cela. Voyez? Et vous êtes venus ici et vous avez été guéris, et rentrer au milieu des gens où il y a cette atmosphère-là, ceux qui ne croient pas dans la guérison divine et tout. Eh bien, votre état sera tout aussi pire qu’avant. Voyez? C’est vrai. Vous vous mettez sous le même joug avec les incroyants. C’est ce que la Bible déclare. Est-ce vrai? Mais frères... Ainsi donc, je souhaite que vous fassiez cela. Et je prie que vous le fassiez.

22        Bon. Eh bien, si votre église croit dans la guérison divine, croit aux bénédictions de Dieu... Voyez, ce n’est pas votre église qui vous sauve. C’est Jésus qui est votre Sauveur. Mais si... Vous feriez mieux de fréquenter les gens... Et si vous croyez dans la guérison divine et que vous restez avec ceux qui ne croient pas dans la guérison divine, vous serez une charge pour eux. C’est vrai. J’ai toujours dit... Vous savez, les gens disent: «Dois-je arrêter ceci, Frère Branham, si je vais me joindre aux églises du Plein Evangile? Dois-je abandonner les spectacles, les soirées dansantes et autres?» Non. Il ne vous faut rien abandonner. Rien.

            Nous sommes pratiquement tous des gens du nord ici. Nous avons de petits chênes rabougris par ici ; ils conservent leurs feuilles durant tout l’hiver. Dès que le printemps arrive, vous n’avez pas tous à sortir arracher les anciennes feuilles pour permettre aux nouvelles de pousser. Laissez simplement la nouvelle vie monter, et les anciennes feuilles tombent de toute façon. Donc, vous ne... Il ne vous faut donc pas avoir une unité de mesure ; laissez simplement la nouvelle vie entrer ; elle prendra soin d’elle-même. C’est vrai. Les anciennes choses vont simplement dépérir et la nouvelle vie apparaîtra.

23        Dans l’Evangile de Luc, chapitre 2, verset 25, j’aimerais lire juste une portion des Ecritures. Vous êtes si aimables que ça me dérange vraiment de passer une soirée sans vous parler pendant quelques instants. Quand je reviendrai, nous allons essayer d’en ajouter, nous pourrions ainsi tenir des services l’après-midi et juste prêcher l’Evangile et passer un merveilleux moment.

Et voici, il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon. Cet homme était juste et pieux, il attendait la consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui.

Il avait été divinement averti par le Saint-Esprit qu’il ne mourrait point avant d’avoir vu le Christ du Seigneur. Il vint au temple, poussé par l’Esprit. Et, comme les parents apportaient le petit enfant Jésus pour accomplir à son égard ce qu’ordonnait la loi,

Il le reçut dans ses bras, bénit Dieu et dit:  Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole.

Car mes yeux ont vu ton salut.

24        Maintenant, pouvons-nous incliner la tête juste un instant. Bienveillant Père céleste, nous Te sommes reconnaissants ce soir de ce que nous avons cette approche vers Toi au Nom de Ton Fils bien-aimé, Jésus-Christ, Celui qui nous a rachetés du péché.

            Oh! Nous pensons à... Autrefois, nous étions étrangers à Dieu, des Gentils retranchés de Dieu, de la communauté d’Israël, errant dans l’adoration des idoles. Et au temps convenable, Christ est venu, et Il est mort, Lui l’Innocent pour les coupables. Et par l’effusion de Son saint Sang et le droit à l’Arbre de la Vie, nous les Gentils, nous avons été rapprochés au point que nous sommes appelés fils et filles de Dieu. «Et ce que nous serons tout à la fin n’apparaît pas encore, mais nous savons que nous aurons un corps semblable à Son propre corps glorieux, car nous Le verrons tel qu’Il est.» Sans péché, sans maladie, sans inquiétude, sans ennuis, sans vieillesse, tout sera alors terminé.

            Oh! Viens, Seigneur Jésus, aide-moi ce soir à presser... à répandre l’Evangile à travers le monde pour Te permettre de venir. Tu ne peux pas venir, d’après Ta Parole, avant que le monde entier ait entendu l’Evangile. Je Te prie de hâter le jour, Seigneur, où le monde entier entendra l’Evangile ; le péché et le chagrin, la douleur et la mort de ce monde de ténèbres cesseront. D’ici là, accorde-nous la grâce. Donne-nous la vision. Donne-nous la puissance d’apporter l’Evangile aux gens.

25        Il y a devant moi ce soir, Seigneur, une boîte contenant des mouchoirs. Et alors que je pose mes mains dessus, il n’y a rien en Ton serviteur pour faire cela, sinon comme un mémorial, ou un signe pour la Parole de Jésus-Christ, qui a dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris.»

            Et le grand saint Paul, on retirait des mouchoirs et des linges qui avaient touché son corps, et la maladie quittait les gens, les démons les quittaient. Et je Te prie de guérir tout le monde. Veille sur eux, Seigneur. Que l’Ange de Dieu veille sur ces mouchoirs jusqu’à leur arrivée au bon endroit. Et quand ils seront placés sur les malades, que tout le monde, sans exception aucune, que tout le monde soit parfaitement normal. Accorde-le, Père, car nous envoyons cela au Nom de Jésus-Christ. Amen.

26        J’ai demandé que Dieu vous bénisse tous. Et j’aimerais parler juste un moment, et puis, nous allons–nous allons commencer la prière pour les malades.

            Eh bien, nous aimerions d’abord ce soir méditer sur ce texte, si nous pouvons l’appeler un texte, juste pendant quelques instants. Et j’aimerais me servir du mot: Expectative. Comme je l’ai mentionné ici l’autre soir, on reçoit généralement ce à quoi on s’attend, n’est-ce pas? Si vous êtes venu ce soir à la réunion, vous attendant juste à voir quelque chose que vous pouvez critiquer au sujet de la réunion, le diable vous en montrera beaucoup. Vous retournerez avec beaucoup de critiques juste comme vous vous y attendez.

            Mais si vous êtes venu ce soir dans l’expectative, disant simplement: «Seigneur, je suis venu Te voir. Je suis venu dans l’intérêt de... pour être guéri. Je suis venu pour le bénéfice de mon âme. Eh bien, je m’attends à ce que Tu me donnes cela, car je suis ici à cet endroit qui a été consacré à Ta–à Ta gloire», alors vous recevrez exactement ce à quoi vous vous attendez. C’est vrai. Chaque fois, vous... Et vous ne pouvez jamais aller au-delà de vos attentes. Vous aurez toujours à faire cela.

27        Maintenant, l’expectative... Nous voyons ici que quand Jésus naquit à Bethléhem de Judée, il n’y avait pas de presse comme nous avons la radio, la télévision et autres, comme nous en avons aujourd’hui. Les nouvelles se répandaient donc de bouche à oreille. Et puis... (M’entendez-vous là au fond, au balcon, en haut? Ça va très bien? Entendez-vous par ici? ) L’expectative...

            Et alors, quand Jésus naquit... Généralement, à la naissance d’un roi, on chante. Il n’y avait donc pas de salutation ici sur terre, des gens pour Le saluer, aussi les anges étaient-ils descendus et avaient-ils chanté, se réjouissant: Aujourd’hui, dans la ville de David, est né Christ le Sauveur. Le choeur angélique de Dieu, qui ne pouvait pas comprendre le mystère de cette naissance par la vierge, mais cependant, ils ont chanté: «Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, paix sur la terre aux hommes de bonne volonté», alors qu’ils chantaient à Sa naissance. Oh! Que c’est merveilleux!

28        Ensuite, nous remarquons encore que, là loin en Orient, des mages ou des astrologues... Je pense qu’ils observaient la prophétie de Balaam, qu’une étoile se lèverait de Jacob. Et ils pouvaient... ils attendaient que cette étoile se lève. Les historiens nous racontent que les trois mages... Ils étaient venus de trois régions différentes, ils n’avaient pas suivi une seule étoile, comme la tradition chrétienne le rapporte, mais qu’ils avaient suivi trois étoiles différentes.

            Et quand ils se sont rencontrés à Bethléhem de Judée, tous les trois venant de l’Orient, se déplaçant à partir de trois endroits différents, ils ne s’étaient jamais connus l’un l’autre avant leur rencontre. Et ils ont consoli-... ils se sont plutôt concertés. Et l’un d’eux était un descendant de Cham ; l’autre, de Sem ; et de Japhet: les trois fils de Noé. Et ces trois étoiles qu’ils avaient suivies se sont unies et ont formé une grande étoile qui s’est suspendue au-dessus de Christ. Jésus a dit que quand cet Evangile sera prêché aux descendants de Cham, de Sem et de Japhet, alors viendra la fin.

29        Très bien. Quand elles se sont regroupées et se sont rassemblées... Eh bien, tous les observatoires de l’époque, aucun d’eux n’a vu l’étoile. Et pourtant, dans chaque ville, il y avait une tour, un observatoire, qui observait les étoiles. On déterminait le temps à partir des étoiles. Les montres et autres n’existaient pas à l’époque. L’unique chose qu’ils avaient donc, c’était un cadran solaire pendant la journée, et des étoiles, la nuit. Ils déterminaient donc le temps, la première heure, ou la troisième heure, et ainsi de suite, à partir des étoiles.

            Remarquez, cette étoile est apparue, passant juste au-dessus de chaque observatoire, sans qu’aucun d’eux ne l’ait vu. (Eh bien, les gens vont aux réunions et disent: «Je–je ne vois rien.» Vous ne vous attendiez à rien, en voilà la raison. Voyez?) Ces gens dans l’observatoire, peut-être, là-haut sur la tour de l’observatoire, ils ne s’attendaient pas à voir quelque chose. Mais il y avait quelqu’un qui attendait cette étoile-là de Jacob qui devait se lever. C’est vrai.

30        Il sera ici l’un de ces quatre matins, et il n’y aura que ceux qui attendent qui recevront cela. C’est vrai, uniquement ceux qui veillent. Autrefois, nous chantions un ancien cantique: «Veille et attends de voir ce spectacle-là, Il revient.» C’est vrai. Soyez donc dans l’attente, veillant. Vous ne savez pas le moment exact où Il pourra apparaître.

            Alors, ce soir, veillez et attendez-vous à vous lever des civières, des brancards, des fauteuils roulants, de n’importe quel support où vous êtes. Attendez-vous à sentir l’onction du Fils de Dieu quand Il entrera en vous pour vous donner une nouvelle foi et une nouvelle Vie, à bondir sur vos pieds. «C’est moi. J’attends, Seigneur. Dès que Tu touches mon coeur, je sors de ce fauteuil. Dès que Tu touches mon corps, je sors d’ici.» Voyez? Veillez, attendez-vous à ce que quelque chose se produise.

31        Eh bien, les anges étaient venus, ils avaient chanté aux bergers. Les bergers sont descendus en ville pour voir ce qui était arrivé.

            Huit jours plus tard, selon la coutume de la tradition juive, on amenait un enfant au temple, tous les enfants mâles. Et ils devaient être circoncis, on devait offrir soit deux tourterelles (C’était l’offrande des paysans), soit un agneau (C’était l’offrande pour l’enfant d’un riche) pour la purification de la maman et pour l’enfant.

            Ainsi donc, si... Quand vous étudiez l’Ancien Testament et que vous voyez ces lois de rachat, la loi de la rédemption, oh! c’est une belle chose. J’aime vraiment l’Ancien Testament, car Il est juste l’ombre du Nouveau. Si vous vous mettez en ligne avec l’Ancien Testament, vous aurez une bonne conception de ce que le Nouveau représente. Eh bien... En effet, c’est l’ombre de cela.

            Et juste comme Apocalypse 12, là, la femme apparaît avec la lune sous ses pieds, la loi, et le soleil sur sa tête, l’Evangile. Voyez? Douze étoiles, les douze apôtres et tout...

32        Remarquez donc attentivement. Ils–ils attendaient, ces gens-là, de voir Dieu. Ils étaient dans l’expectative, dans leur coeur, de voir ces choses arriver, et Dieu le leur a accordé. Eh bien, il vous faut désirer cela. David a dit dans les Ecritures: «Quand la profondeur appelle la profondeur... Au bruit de tes ondées.» Or, avant qu’il y ait une–une profondeur ici à l’intérieur pour appeler, il doit y avoir premièrement une profondeur là dehors pour répondre à l’appel de cette profondeur qu’il y a ici à l’intérieur pour cela. Voyez? La profondeur appelant la profondeur...

33        J’aime le paysage. Oh! la la! Il y a quelque temps, j’étais à la chasse là-haut dans les montagnes, pas tellement pour le gibier, j’étais là-haut pour me retrouver à l’écart. J’aime vraiment les montagnes. Ma mère est mi-Indienne, il y a donc assez de cela ; j’aime la nature et je ne peux pas m’en dégager. Ainsi donc, je peux contempler le coucher du soleil et pleurer comme un enfant.

            Je me rappelle, là-haut, un jour, je me tenais sur la montagne, les troupeaux d’élans étaient en haut cette année-là, il n’y avait pas eu de neige, et je me promenais là-haut, à la lisière. Et en automne, en octobre, des tempêtes éclatent là. Il peut neiger un peu, puis il pleut un peu, ensuite le soleil apparaît.

34        Je me rappelle en automne, il n’y a pas longtemps, là-haut, j’errais là-bas, et une tempête a éclaté là. Je me suis mis derrière un arbre et je me suis tenu comme ceci, un instant, j’ai déposé mon fusil par terre. La tempête est passée... Il y avait là de vieux arbres qui avaient été abattus par le vent, là, d’une façon ou d’une autre. Et peu après, après la tempête, j’ai écouté. Je me tenais là, je me suis dit: «Eh bien, par où commencer ici maintenant?»

            J’ai commencé... Je me suis adossé. J’étais à environ soixante ou soixante-dix miles [96,56 km ou 112,65 km], à ce que je sache, d’un être humain vivant, avec deux ou trois chevaux de bât, et campant là. J’étais donc assis là, ou plutôt debout là, regardant tout autour et me demandant quelle direction suivre à partir de là. Je ne voyais pas de pistes d’animaux ni rien. Je me suis donc dit: «Que vais-je faire?»

            Et vers ce moment-là, sur l’autre crête, la tempête avait dispersé les élans. Et j’ai entendu de gros mâles bramer (Oh! la la!), j’ai entendu cela faire écho de l’autre côté de la vallée. La profondeur a donc commencé à appeler la profondeur. Là loin derrière, un vieux loup gris s’est mis à hurler, et sa compagne a répondu vers le bas. Humm. Oh! la la! La profondeur appelant la profondeur! Je me suis dit: «Ô Dieu, certainement que Tu es aussi le Dieu des montagnes, ici en haut.» Si vous avez Dieu ici à l’intérieur, vous pouvez voir Dieu partout où vous regardez. C’est vrai. Cela–cela se manifestera dehors.

35        Je me suis donc tenu là un petit instant, et là où le soleil atteint son apogée, à travers les fissures des rochers, alors qu’il se couchait à l’ouest, brillant comme l’oeil de Dieu, regardant, parcourant la terre d’un bout à l’autre, j’ai vu cela briller sur ces arbres-là. Et là-haut, il faisait froid, il y avait du gel sur les arbres toujours verts, formant un petit glaçon. Et alors, un arc-en-ciel s’est formé là dans la vallée. Eh bien, ce loup hurlait ici, et sa compagne répondait en bas. Oh! la la! Et les troupeaux d’élans, et l’arc-en-ciel...

            J’ai déposé mon fusil contre l’arbre. J’ai couru là, j’ai levé les mains et j’ai dit: «Ô Grand Jéhovah Dieu, qui regarde en bas depuis les cieux, le Dieu... vous a donné cette pluie et nous a donné ce signe de l’arc-en-ciel.» J’ai dit: «Je peux voir un autre signe de l’arc-en-ciel dans Apocalypse 2, là où Jésus a l’aspect de la pierre de Jaspe et de Sardoine: Ruben et Benjamin, le Premier et le Dernier, avec l’arc-en-ciel parcourant les sept âges de l’Eglise ; les couleurs ; oh! le même hier, aujourd’hui et éternellement, l’Alpha, l’Oméga ; le Commencement et la Fin ; Celui qui était, qui est et qui vient, la Racine et le Rejeton de David ; l’Etoile du matin.» Cela se trouvait derrière moi, les sept couleurs, l’alliance de Dieu avec l’Eglise, qu’Il a écrite avec Jésus-Christ, Son Fils, une rédemption parfaite...

36        Je me suis mis à crier. Eh bien, si on avait fait venir quelqu’un là pour regarder, il aurait pensé qu’il y avait un fou là. J’ai contourné l’arbre sans cesse à toute vitesse, je sautais en l’air et je poussais des cris. Je–je ne–je ne me souciais pas de qui me voyait. J’adorais Dieu. Je... Ça ne changeait rien pour moi, ce que quelqu’un pensait.

            Et alors, je contournais sans cesse, et je me disais: «Oh! la la! Seigneur, pourquoi dois-je donc quitter ici? C’est beau ici, n’est-ce pas?» C’est comme: «Construisons trois tentes», mais aux pieds de la colline il y avait quelqu’un qui attendait qu’on prie pour lui, évidemment. Je me suis donc dit que je ferais tout aussi mieux de me réjouir un peu plus. Et j’ai encore contourné l’arbre, secouant mes bras et criant à tue-tête: «Alléluia! Alléluia à Dieu! Alléluia à Dieu!» Je me suis dit: «C’est merveilleux, n’est-ce pas?» Oh! la la! Je me tenais là. La profondeur répondant à la profondeur, l’appel, les bruits de Tes ondées.» Je–je me suis dit: «Oh! la la! C’est beau, n’est-ce pas?»

37        Il m’est arrivé d’entendre quelque chose sauter ; cela s’est mis à jacasser, jacasser, jacasser, jacasser, jacasser, un drôle de petit écureuil de pin. Un petit animal, à peu près de cette taille, c’était l’animal le plus bruyant que vous ayez jamais entendu. Il a sauté sur un rondin là et, eh bien, je... A voir comment il agissait, je me suis dit qu’il allait me tailler en pièces ; juste à peu près de cette taille. Voyez? Je l’ai regardé. Je me suis dit: «Maintenant, Seigneur, Tu n’as jamais placé quelque chose devant un homme à moins qu’il y ait... que ce soit quelque chose pour Ta gloire.» Et j’ai dit: «Maintenant, pourquoi as-Tu laissé ce petit écureuil de pin jacasser comme cela?»

            Il m’est arrivé de voir que le petit écureuil regardait vers le bas, comme cela ; il ne me regardait pas. Mais la tempête avait forcé un gros aigle à descendre là. Cet aigle sortait de ce sous-bois, de ce buisson. Et j’ai regardé, j’ai dit: «Oh! L’aigle, c’est ce qui t’a excité.» Et ce petit animal était simplement en train d’agir comme s’il allait tailler cet aigle en pièces. Alors, ce gros aigle, il a sauté sur une branche comme cela.

38        Et je me suis dit: «Maintenant, pourquoi Dieu a-t-Il détourné mon attention de cet arc-en-ciel, de ce loup qui appelle, et autres, vers quelque chose comme ceci?» Je me suis dit: «Eh bien, Seigneur, Tu es dans Ta nature. Et je me tapais donc un moment merveilleux ; pourquoi as-Tu fait cela?» Je me suis dit: «J’observerais cela juste une minute.» Je me suis dit: «Eh bien, maintenant, cet aigle-là, c’est un charognard, il n’y a rien de bon en lui.» Je me suis dit: «Eh bien, que fait-il?» J’ai vu ce gros oiseau me regarder.» Je me suis dit: «Oh! Je comprends. Il est si brave ; il n’a pas peur de moi. Je me suis dit: «Je vais éprouver sa bravoure.»

            J’ai dit: «Hein! Oiseau, sais-tu que je peux te tirer dessus?» Ces gros yeux gris, ils les roulaient de façon dramatique, me regardant ; il a regardé ce petit écureuil. Il n’avait pas peur. Je me suis dit: «Oh! Seigneur, je vois. Tu veux quelqu’un qui n’a pas peur.»

            C’est ça le problème de l’Eglise aujourd’hui. Vous avez peur. Vous avez peur quand vous demandez, que vous n’allez pas recevoir. C’est la raison pour laquelle vous ne recevez pas. N’ayez pas peur. Demandez, et puis croyez que vous allez recevoir cela ; vous le recevrez. Dieu vous l’accordera.

39        Je me suis donc dit: «Oh! Je vois, la bravoure.» Je me suis dit: «Qu’est-ce qui le rend donc brave? Il doit y avoir une raison qui fait qu’il soit brave.» Et j’ai dit... J’ai saisi mon fusil comme ceci ; j’ai dit: «Je vais l’effrayer.» Alors, j’ai saisi mon fusil comme si j’allais le lever comme ceci, et il a battu ces grandes ailes, il m’a encore regardé, il a regardé de nouveau. Je me suis dit: «Eh bien, pourquoi est-il si brave?» Je l’ai observé, il continuait à bouger ses ailes, à battre ses plumes. Je me suis dit: «Oh! Je vois. Dieu t’a donné deux ailes ; c’est la puissance que Dieu t’a donnée. Et tu te fies à cela.»

            Et je me suis dit: «Si–si Dieu a donné à l’aigle deux ailes pour qu’il se tire du danger, et qu’il a une si grande confiance en ses ailes, que devrait faire une église baptisée du Saint-Esprit?» Voyez? Il était là, bougeant ses plumes. Je me suis dit: «Oui, tant qu’il peut sentir ces ailes, c’est en ordre, il n’a peur de rien.» Et j’ai dit: «Gloire à Dieu!» Tant que je peux sentir le Saint-Esprit se mouvoir, les démons ne peuvent m’effrayer en rien (C’est vrai.), quand le Saint-Esprit est là.

            Que c’est merveilleux! Il n’est pas étonnant que vous puissiez vous tenir là, pas comme le rocher de Gibraltar, mais comme le Rocher des âges. Nous subsisterons, après que le rocher de Gibraltar aura disparu.

40        Je me suis donc dit: «C’est merveilleux, n’est-ce pas?» Eh bien, j’ai alors dit... Je me demande pourquoi il... Eh bien, j’ai dit: «Maintenant, ce bois n’est pas très élevé et il sait que c’est son échappatoire. Avant que je puisse épauler ce fusil-là, et surtout regarder au travers de ce petit viseur en V, il se retrouverait dans ce bois-là, et je ne pourrais pas lui tirer dessus, et il sait ça. Eh bien, me suis-je dit, c’est merveilleux, n’est-ce pas?» Et je me suis remis à crier. Je ne sais pas si je l’ai effrayé en ce moment-là ou pas.

            Mais de toute façon, il a regardé tout autour un petit instant. Je me suis dit: «Je t’admire, oiseau. Je ne te tirerais pas dessus. Puisque tu es si brave, je–j’aime la bravoure, et je ne te tirerais certainement pas dessus.» Il est resté perché là un petit moment. Peu après, il s’est tout simplement balancé un peu, comme cela, sur ses pattes. Il en avait marre d’entendre ce drôle de petit écureuil de pin jacasser, jacasser, jacasser, jacasser, jacasser, jacasser. Et je me suis dit: «C’est vrai. Cela rappelle bien certaines de ces personnes par ici: ‘Les jours des miracles sont passés. La guérison divine n’existe pas. Le Saint-Esprit n’est pas pour aujourd’hui.’» Eloignez-vous-en donc d’un bond. C’est vrai. Eloignez-vous-en donc, tenez-vous simplement loin.

            Je l’ai observé. Eh bien, il n’a pas battu, battu, battu, battu, battu ses ailes. Il a simplement effectué un grand bond, il a battu à peu près deux fois, puis il a disposé ses ailes. Et quand ce coup de vent...?... Il n’a point bougé une plume. Il savait donc comment naviguer en l’air, il a simplement continué à aller, sans cesse, jusqu’à disparaître de la vue.

41        Je me suis tenu là. J’ai pleuré comme un enfant. J’ai dit: «C’est ça, Seigneur. Il n’est pas question de courir ici et courir là, battre ici et battre là. Il est juste question de disposer vos ailes de la foi face à la puissance de Dieu, et quand cela vient, vous vous élevez. Vous vous éloignez de... qui disent: ‘Les jours des miracles sont passés ; telle chose n’existe pas.’» Surmontez. Ne cherchez pas à pousser et à bousculer, disposez simplement votre foi face à la puissance de Dieu. Et à chaque coup de vent, surmontez cela comme cela en naviguant. C’est ça. Amen.

            C’est alors que la profondeur appelait réellement la profondeur donc. Merveilleux! La profondeur appelant la profondeur. A moins qu’il y ait une profondeur... Avant qu’il y ait une nageoire sur le dos d’un poisson, il a dû y avoir premièrement de l’eau pour que le poisson y nage, avant qu’il ait donc de nageoire, sinon il n’aurait pas eu de nageoire. Est-ce vrai? Avant qu’il y ait un arbre qui pousse sous terre, il a dû y avoir premièrement une terre où il devait pousser, sinon il n’y aurait pas eu d’arbre. Est-ce vrai? En d’autres termes...

42        Tenez, il y a quelque temps, je lisais au sujet d’un petit garçon qui mangeait la gomme d’un crayon. Il avait mangé la... et mangeait la pédale d’une bicyclette, le caoutchouc de la pédale. Et on n’arrivait pas à comprendre pourquoi le petit garçon mangeait le caoutchouc tout le temps. On l’a donc amené à une clinique et on l’a consulté, et le médecin a dit: «Eh bien, son petit corps a besoin de soufre.» Vous y êtes. Voyez? Or, le petit garçon a été tiré de la terre où se trouve le soufre, et tant qu’il y avait un besoin de soufre ici à l’intérieur, il devait y avoir du soufre pour répondre à ce besoin. Voyez?

            Maintenant, combien ici présents croient à la guérison divine? Faites voir les mains. La puissance de Dieu? Merci. Regardez. Avant qu’il puisse y avoir une création, il a dû y avoir un Créateur pour créer cette création-là. Est-ce vrai? Eh bien, tant que vous éprouvez une faim pour la guérison divine et la puissance de Dieu, il doit y avoir une Fontaine ouverte quelque part. Est-ce vrai? S’il n’y avait pas de guérison divine, il n’y aurait pas cela dans votre coeur. Le Dieu Créateur a dû créer cela dans votre coeur avant que vous puissiez même penser à pareille chose. Alléluia! Vous désirez donc davantage de Dieu ; vous avez faim de davantage de Dieu. Et parce que vous avez effectivement faim, c’est l’évidence même, et une bonne, qu’il y a plus de Dieu à recevoir. Et si vous avez un vif désir de la guérison divine, cela montre qu’il y a une Fontaine de la guérison divine quelque part, sinon cette création ne serait pas dans votre coeur. Comprenez-vous ce que je veux dire?

43        Rapidement maintenant, juste encore quelques minutes. Oh! la la! Je L’aime vraiment. C’est tout. Je ne peux pas m’en empêcher. Voyez, j’ai... Pensez-y. Toute voie que vous suivez, tout point de départ que vous voulez adopter, vous verrez Jésus-Christ dans Sa puissance. C’est vrai. Toute voie que vous voulez suivre: Deux natures, deux atmosphères, deux signes, deux tout ce que vous voulez ; il y a Jésus-Christ en plein milieu de cela. Amen! Oui.

44        Maintenant, regardez ceci. Je vois Siméon, un vieil homme, un vieux sage (Comme on les appelait), avec une longue chevelure blanche, une quatre-vingtaine d’années, d’après ce qu’on nous apprend, avec une longue barbe. Il jouissait d’une réputation. Il était docteur d’Israël. Et il travaillait au temple, là, et tout, il jouissait d’une bonne considération. Mais un jour, le vieil homme, peut-être, était là quelque part en train de prier, et le Saint-Esprit est venu vers lui et a dit: «Siméon, tu ne mourras pas. Tu es un vieil homme, mais tu ne mourras pas avant d’avoir vu le Christ de Dieu.» Il s’en est allé çà et là témoignant, le disant aux gens. Eh bien, il n’avait pas peur de porter atteinte à sa réputation.

            Je peux m’imaginer un homme disant: «Regardez ce vieux gars. Eh bien, il est–il est un peu détraqué.» Voyez? «En effet, regardez, il est–il est pratiquement mort maintenant même. Et pourtant, David a attendu Christ, et tous les prophètes dans le passé ont attendu Christ, et c’est plus loin que jamais. Nous voici dans tout ce conglomérat et dans ce que nous sommes maintenant, et pourtant, ce vieil homme dit qu’il ne mourra pas sans voir Christ. Quelque chose cloche chez ce vieil homme. Il a trop étudié.»

            Non, mais c’est le Saint-Esprit qui le lui avait révélé. C’est une bonne raison de témoigner de Cela ; est-ce vrai? Le Saint-Esprit l’avait dit.

45        Eh bien, tout d’un coup donc, vous savez, quand Jésus naquit... Siméon ne savait rien à ce sujet. Eh bien, présentons juste cela sous forme d’une saynète ici vers la fin, si vous le voulez bien.

            Je m’imagine qu’on est lundi matin au temple. Et, oh! la la! les gens affluent, il y avait environ deux millions de Juifs à l’époque ou plus. Je suppose, peut-être, cinquante ou cent enfants naissaient (Il pouvait y en avoir plus que ça.) chaque nuit. Eh bien, alors, chaque matin, il y avait une très longue ligne de mamans, là debout avec leurs enfants, les unes, pauvres, avec des tourterelles, et les autres, avec de petites brebis, pour la purification et la circoncision de l’enfant, et que sais-je encore ; et elles remontaient la rue vers le sacrificateur afin d’exécuter la–l’instruction.

            Alors, disons qu’on est lundi matin, là. Et, oh! il y a un grand conglomérat dans la ville et tout, et tout le monde est occupé et son... tous les temples sont pleins. Et Siméon a passé un petit temps là dans la salle de prière, à prier un moment. Il est allé là...

            Je m’imagine donc qu’il lisait Esaïe, vers le chapitre 40, où il est écrit: «Nous tous comme des brebis, nous étions égarés (ou quelque chose comme cela). L’Eternel a fait retomber sur Lui l’iniquité de nous tous. Oh! Il a été blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur Lui, c’est par Ses meurtrissures que nous avons été guéris.» Je peux entendre Siméon dire: «Maintenant, je me demande qui d’autre que le Messie ça pourrait être.» Et au même moment, le Messie était au temple dans les bras de Sa mère.

46        Voyons avancer la ligne maintenant. Je vois ces braves dames là avec de petites couvertures tricotées, de petites couvertures roses et bleues couvrant leurs petits enfants, et elles leur roucoulaient sur le menton et tout. Et, oh! comme elles avançaient. Et il y avait là une petite fille qui subissait une mauvaise réputation: elle avait eu un Enfant sans avoir été mariée (Hum), elle appartenait à... là quelque part à Nazareth. Oh! la la! Elle est là au temple. Cet Enfant né hors des liens sacrés du mariage était là. Marie savait à Qui appartenait l’Enfant. Elle s’est avancée droit avec cet Enfant. «Gardez votre distance vis-à-vis d’elle. Ne vous tenez pas à côté d’une telle personne.»

            Cela me rappelle certaines de ces églises demi-soeurs aujourd’hui. Nous savons où nous nous tenons. Je sais ce que ce Saint-Esprit représente pour moi ; c’est la Vie. Peu m’importe ce que les autres en pensent. C’est la Vie. Cela peut me faire agir de façon particulière, c’est aux yeux du monde.

47        Mais remarquez, elles gardaient leur distance: «Tenez-vous loin d’elle.» Elles l’évitent. Et chaque fois... Elle tenait son petit Bébé dans ses mains. Les autres étaient couverts de belles petites couvertures, mais Lui était emmailloté.

            Or, j’ai appris que les langes, c’est ce qu’on mettait au dos du joug d’un boeuf pendant qu’on labourait avec. L’Enfant était né dans une mangeoire, on a donc dû enlever le... Il n’y avait pas de vieux habits pour revêtir le petit Enfant. Vous parlez d’être pauvre! Et pas... Et pourtant, le Roi de Gloire... Et on a enlevé cet habit-là et on a emmailloté le petit Enfant.

            Et Il était là, le petit Enfant, porté dans les bras de Sa mère, une jeune fille d’environ dix-huit ans, vingt, qui s’avance, tenant ce petit Enfant, Lui roucoulant et regardant Son visage. Elle ne se faisait pas de soucis. Cela ne la faisait pas rougir quand on la taxait de fanatique et tout, ou de ceci, de cela, qu’elle était sous la disgrâce. Elle ne faisait pas attention à elle ; elle s’avançait simplement. Elle savait où elle en était. Elle savait ce qu’il en était de tout cela. Cela ne changeait rien, ce que le monde extérieur disait. Vous vous rappelez la même chose pour votre témoignage, si vous êtes né de nouveau. Qu’on vous taxe de fanatique, c’est en ordre. Vous savez où vous êtes. Le monde connaît les siens. Dieu aussi connaît les Siens.

48        Elle avance donc là avec son Bébé, progressant. Je peux voir des gens passer et dire: «Je me demande pourquoi elles se tiennent loin de cette drôle de jeune fille. Oh! la la! Regardez-la avec ces langes. Oh! la la! Ça doit être un Enfant pauvre. Eh bien, nous sommes raffinés. Nous fréquentons donc la meilleure église ; et nous n’avons pas à perdre le temps avec quelque chose comme cela.»

            Un vieil homme était assis là derrière. Oh! Il avait un peu de paix en lui, ici derrière. Je peux l’entendre, assis là, lisant les Ecritures. Tout d’un coup, le Saint-Esprit... Maintenant, regardez. Si Dieu a donné à Siméon... le Saint-Esprit a donné à Siméon cette promesse qu’il ne mourrait pas sans avoir vu le Christ de Dieu, le Saint-Esprit est tenu de veiller à ce qu’il voie Christ en ce moment-là. C’est vrai. Il lui a fait la promesse ; Il est tenu. (J’espère que vous lisez entre les lignes ici...?...)

            Le Saint-Esprit est tenu à la Parole. Dieu est tenu à Sa Parole. Il l’est certainement. Je suis tenu à ma parole, vous êtes tenu à votre parole. Et si votre parole n’est pas valable, alors vous ne valez rien. Si la Parole de Dieu n’est pas valable, alors, je–je ne peux pas–je ne peux pas adorer Dieu ; en effet, il... je ne croirais pas qu’Il existe s’Il ne pouvait pas soutenir Sa Parole. C’est vrai.

49        Ainsi donc, je la vois avancer. Voici Siméon ; il est assis là en train de lire. Et tout d’un coup, le Christ au temple. Le Saint-Esprit lui avait fait la promesse. Le Saint-Esprit savait tout à ce sujet. Vous voyez donc Siméon, assis là en train de lire. Alors, Il lui a dit: «Siméon, lève-toi.»

            Siméon a dit: «Oui, Seigneur.» Il a déposé cela. «C’était la Voix du Saint-Esprit» Je peux entendre Siméon dire...

            «Lève-toi. Mets-toi en marche.»

            «Où, Seigneur?»

            «Marche simplement. Je m’occuperai du reste.»

50        «Comment vais-je marcher après être sorti de ce brancard?» Je ne sais pas. Il s’occupera du reste. Voyez? Mettez-vous simplement à marcher (Voyez?) quand Il vous le dit.

            «Comment vais-je sortir de ce fauteuil roulant?» Je ne sais pas, mais continuez simplement à marcher. Il–Il s’occupera du reste.

            «Comment vais-je guérir du cancer, de la maladie du coeur?» Je–je ne sais pas. Recevez simplement Sa Parole et continuez à marcher. Il s’occupera du reste. Voyez ici. Il est tenu à Sa Parole. C’est vrai.

            «Comment vais-je parler à ma mère si je reçois le Saint-Esprit, et à mon papa? Ils sont membres d’une autre église.» Recevez simplement Cela. Il s’occupera du reste. Voyez? Vous n’avez pas à vous en inquiéter. Il s’en occupera.

            «Comment vais-je faire face à mon école, à mes camarades de jeux?» Ne vous en faites pas, continuez simplement d’aller. Il s’occupera de cela. Voyez?

51        Siméon se lève. Le voici partir, sans savoir où il va, marchant simplement. Mais le Saint-Esprit dirige ses pas. Ne croyez-vous pas que les hommes sont conduits par l’Esprit de Dieu? Ceux qui sont fils de Dieu le sont. Est-ce vrai? Le voici venir, sans savoir où il va. Mais il est sous la conduite de l’Esprit de Dieu. Il s’avance vers cette ligne des enfants à circoncire, qui est en train de descendre, Sa mère. Il se met à marcher vers là, sans savoir où il va. Le Saint-Esprit est en train de le conduire. Et le Saint-Esprit l’a amené tout droit devant cette petite mère méprisée, elle était là debout avec cet Enfant emmailloté.

            Je peux entendre le Saint-Esprit dire: «C’est Celui-ci.»

            Il a étendu les mains et a pris l’Enfant dans ses bras, L’a pris des bras de Marie ; les larmes lui coulaient sur sa barbe blanche, il a dit: «Seigneur, laisse Ton serviteur s’en aller en paix, selon Ta Parole, car mes yeux ont vu Ton salut.»

            C’est vrai. Le monde L’avait rejeté, et cet homme L’aimait. C’est pareil aujourd’hui, le monde rejette le baptême de l’Esprit, et les oeuvres du Saint-Esprit, mais il y a des coeurs affamés qui viennent vers Cela, qui s’avancent vers Cela.

52        Maintenant, regardez. Le même Saint-Esprit... Il n’y a pas deux Saint-Esprit, il n’y en a qu’Un seul. Et le même Saint-Esprit qui avait donné à Siméon cette promesse-là, c’est le même Saint-Esprit qui vous a attiré ici ce soir. Est-ce vrai? Il vous a fait venir, soeur, et vous, soeur, et vous, vous, vous, vous, chacun de vous. Il vous a amenés ici. Le diable ne vous amènerait jamais à un tel endroit. Je vais vous le garantir. C’est le Saint-Esprit qui vous a amenés ici. Si vous croyez dans la guérison divine, le Saint-Esprit vous a donc amené là où la Fontaine est ouverte, juste comme Il l’avait fait pour Siméon. Vous avez embrassé la promesse de Dieu comme Siméon l’avait fait.

            Et au même moment, au temple, il y avait une vieille femme du nom d’Anne. Elle était aveugle, d’après ce que nous avons appris. Et elle attendait la consolation d’Israël. Au même moment, le Saint-Esprit l’a frappée. Voici venir une vieille prophétesse aveugle, marchant au milieu des gens, sans savoir où elle allait. Peut-être aveugle ici, mais elle était conduite par le Saint-Esprit. Elle s’est approchée à côté de l’Enfant, elle a levé les mains et a béni Dieu. Et tous ceux qui attendaient la consolation d’Israël...

53        Si le Saint-Esprit a pu conduire cette femme aveugle vers la promesse de Dieu, à combien plus forte raison peut-Il nous conduire, vous et moi, vers Sa promesse?

            Elle était dans l’expectative et elle attendait la consolation d’Israël ; c’était le Christ. Elle s’attendait à Le voir. Siméon s’attendait à Le voir. Et je m’attends à Le voir ce soir. Je m’attends à observer Sa puissance. Je m’attends à voir quelque chose être accompli, car Il m’a promis de le faire. C’est vrai. Tout ce à quoi vous vous attendez, c’est ce que vous recevrez. Pouvons-nous prier.

54        Père céleste, au Nom de Jésus, Ton Fils bien-aimé, de même que Siméon d’autrefois L’avait embrassé dans ses bras, puissions-nous le faire avec des bras forts de la foi ce soir, les tendre et L’embrasser, Le rapprocher de nous qui sommes des nécessiteux. Puisse-t-Il venir vers Ton peuple ce soir. Sauve les perdus, ramène les brebis errantes qui se sont égarées, qui se sont éparpillées à travers le pays, sans église où se sentir chez soi, sans endroit où aller, comme des étoiles filantes, conscientes qu’elles devraient être à la maison de leur Père en train de festoyer et de se nourrir de bonnes choses de Dieu. Ramène-les ce soir, Seigneur.

            Ce pauvre pécheur qui n’a jamais mangé à la table de Dieu les bonnes choses de l’Esprit, puisse-t-il s’en rendre compte ce soir, quitter cette poubelle d’où il mangeait et revenir s’asseoir à la table avec de saintes mains bénies. Accorde-le, Seigneur.

            Que les pauvres malades, les estropiés et les affligés, par les bras de la foi, étendent ceux-ci ce soir et embrassent Jésus-Christ comme leur Guérisseur.

            Et maintenant, Père, quand Il était ici sur terre, Tu L’as envoyé. Tu Lui avais dit qu’Il devait accomplir Ta volonté: «Dans le rouleau du Livre, il est question de Moi, Je viens pour faire Ta volonté, ô Dieu.» Et maintenant, Il est retourné à Toi après avoir accompli le sacrifice que... de Son propre être, afin qu’Il puisse avoir plusieurs fils pour Dieu.

            Et maintenant, ce soir, Seigneur, moi en tant que Ton serviteur, avec ces autres serviteurs, nous sommes ici pour accomplir Ta volonté, ô Dieu, selon qu’il est écrit, par Lui qui a dit: «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.» Accorde-le ce soir. Et que cette même puissance qui avait conduit Siméon et Anne, Jean-Baptiste, beaucoup d’autres, tous les autres justes, qu’Il vienne et qu’Il nous conduise dans des pensées plus profondes et dans des hauteurs élevées avec Ton amour et Ta puissance, car nous le demandons en Son Nom. Amen.

55        Je suis désolé d’avoir pris beaucoup de votre temps, mais je sens vraiment... Oh! Quelle gentille assistance avec la foi!

            Maintenant, si vous étiez... veniez ce soir et que vous vouliez voir Jésus... Si vous vouliez voir Jésus, à quel genre d’Homme vous attendriez-vous? Un très bon érudit? Non. Demandez à quelqu’un qui sait ce que les Ecrits originaux de la Bible étaient dans... juste clairement, sans même une bonne grammaire, juste comme ce qu’on utilise dans des rues, les gens ordinaires. Voyez? C’est le genre de Personne que vous retrouveriez.

            Où Le trouveriez-vous? Dans de hautes classes? Oh! Non! A la rivière parmi les pauvres, les rejetés, tous ceux qui voulaient Le recevoir. Ces esprits de haute classe, des religieux au possible, de très belles synagogues... Rappelez-vous, érudits... Eh bien, qui pouvait dépasser ces sacrificateurs en sainteté? S’ils faisaient une seule mauvaise chose, ils étaient lapidés. Ils devaient être saints, sans reproche. Est-ce vrai? Les érudits de la Parole, mais cependant, ils avaient manqué de voir Dieu. C’est ce qui se passe aujourd’hui.

56        Eh bien, quand Dieu a pris... Il retire Son homme, mais jamais Son Esprit. Le même Esprit qui était sur Elie est venu sur Elisée, ensuite sur Jean-Baptiste, et il est encore prédit pour le dernier jour. Est-ce vrai? Dieu a retiré Son homme, mais... Il a retiré Son Fils, mais l’Esprit est revenu. Voyez? Le diable retire son homme, mais jamais l’esprit. Il revient directement, très religieux. Paul n’a-t-il donc pas dit que dans les derniers jours les hommes seraient emportés, enflés d’orgueil, aimant les plaisirs plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force ; éloigne-toi de tels hommes?

            Maintenant, nous sommes tous ici. C’est vrai. Le peuple de Dieu est ici, Satan est ici. L’antéchrist, ce n’est pas le communiste. Le communiste, ce n’est pas l’esprit antéchrist. La Bible dit dans Matthieu, chapitre 24, que l’antéchrist sera si proche de la chose réelle qu’il séduirait même les élus si c’était possible. C’est vrai. Il est religieux. Tout cela se trouve dans Apocalypse 17: Assis sur une bête écarlate, elle avait des filles, issues d’elle. Et vous n’êtes pas aveugle. Voyez? D’accord.

            Un jour, j’espère simplement parcourir le pays, en enseignant l’Evangile au mieux de ma connaissance. Mais maintenant, c’est la prière pour les malades.

57        Quand nous voyons Jésus debout là, quel genre d’Homme était-Il alors? Il était un Homme de chagrin, habitué à la souffrance. Mais Il avait une personnalité. Il pouvait leur parler quand il le fallait. Un jour, Il a pris des bâtons, ou plutôt des cordes, et Il a fait sortir du temple, à coups de fouet, tout un groupe d’entre eux. Si cela s’avère donc nécessaire, Il pourrait le faire. S’Il vous regarde donc, votre coeur se fondrait. Voyez?

            Et maintenant, comment les gens ont-ils reçu cela? Ceux qui L’abordaient (Maintenant, suivez), ceux qui L’abordaient comme un tendre Sauveur aimable, ils percevaient la vertu. Il leur était révélé ce qui clochait chez eux, ce qu’ils devaient faire.

58        Mais ceux qui Lui ont mis un lambeau autour du visage un jour, qui L’ont frappé à la tête avec un bâton et qui ont dit: «Maintenant, Tu es un Voyant, Tu–Tu es un prophétiseur. Tu sais ce que les gens font et tout. Dis à ceux qui sont là dans l’assistance ce qu’ils pensent à ce sujet et ce qu’ils font.» Eh bien, ils L’ont frappé à la tête et ils ont dit: «Maintenant, dis-nous qui T’a frappé?» Il n’a point ouvert la bouche, Il n’a point dit un mot. Voyez?

            Vous avez entendu les gens dire: «Laissez-moi voir ce guérisseur divin aller guérir telle personne, nous croirons cela.» Rappelez-vous donc, cet homme-là est possédé d’un démon. Voyez?

            La toute première chose que–que Satan a faite quand il a rencontré Ève, c’était cette chose-là. La première chose qu’il a faite quand il a rencontré Jésus, il a dit: «Si Tu es le Fils de Dieu... Maintenant, Tu as la puissance. Si Tu es le Fils de Dieu, accomplis-moi un miracle ici, que je Te voie faire cela. Change–change ce pain en–en... ces pierres en pains. Fais-moi voir cela maintenant, et je croirai en Toi.» Voyez?

59        Il L’a amené au sommet du temple, il a dit: «Maintenant, lance Ton pied vers le bas, juste... ou saute d’ici, là même. Il est écrit dans les Ecritures. Je vais Te donner le passage des Ecritures en rapport avec cela.»

            Jésus a dit: «Tu ne tenteras pas l’Eternel ton Dieu. Eloigne-toi de moi, Satan.» Est-ce vrai? Il n’a jamais fait le clown pour Satan. Il ne faisait que la volonté du Père.

            Maintenant, regardez. Il ne prétendait pas être un guérisseur, n’est-ce pas? Il disait: «Je ne peux rien faire de Moi-même.» Quand Il a dépassé tous les estropiés et autres, sans jamais guérir un seul parmi eux, Il a guéri un homme qui souffrait d’une maladie, quelque chose du genre, la prostatite ou quelque chose comme cela ; il en avait souffert depuis longtemps. Il a dit: «Veux-tu être guéri?» Il n’a point guéri un des estropiés. Et les Juifs L’ont interrogé. Il a dit: «En vérité, en vérité, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-même, mais Il ne fait que ce qu’Il voit faire au Père.» Est-ce vrai? «Le Père Me montre quoi faire et Je dois le faire.»

            Or, s’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement, qu’Il est mort, qu’Il est ressuscité d’entre les morts, Il a dit: «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.» Est-ce vrai? C’est une promesse.

60        Evidemment, vous savez, je fais quelque chose. Certainement. Je me dégage de l’onction de la prédication pour rentrer dans celle-ci (Voyez?), pour la guérison (Voyez?), rentrer à... détendre l’assistance. Soyez respectueux.

            Eh bien, Il ne soutenait pas être un Guérisseur, mais Il avait des visions de ce que le... Jésus a dit: «Je ne fais rien.» Cela veut dire qu’Il ne faisait aucune chose sans que Dieu le Lui ait premièrement montré. Eh bien, si vous voulez lire cela, prenez Jean 5.19 et voyez si c’est vrai. Voyez? «En vérité, en vérité, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-même, mais ce qu’Il voit faire au Père, Il le fait. (Voyez?) Le Fils le fait aussi pareillement.» Il ne s’est jamais attribué des mérites ; Il les attribuait à Dieu. Voyez? Aucune chair humaine ne peut se glorifier aux yeux de Dieu. Il a donc dit qu’Il faisait ce que le Père Lui montrait. Il savait où était le poisson qui avait une pièce d’argent dans sa bouche.

            Paul était là une fois prêchant, et il a vu un homme qui était estropié, ou qui avait quelque chose qui clochait, couché sur un brancard ou une civière, l’une ou l’autre chose. Il a dit: «Je vois que tu as la foi d’être guéri. Lève-toi. Jésus-Christ te guérit.» Et il s’est levé d’un bond. C’est l’Evangile.

61        Maintenant, si Jésus revient ici ce soir et qu’Il accomplit les oeuvres qu’Il accomplissait quand Il était ici sur terre, qu’Il fait les mêmes manifestations... Il avait appelé une femme au puits et lui avait dit: «Apporte-Moi à boire.»

            Elle avait dit: «La pompe... Le puits est profond ici.»

            Il lui a parlé un peu et Il a dit... Il est allé tout droit à son problème, Il a dit: «Va chercher ton mari.»

            Elle a dit: «Je n’ai point de mari.»

            Il a dit: «C’est vrai. Tu en as eu cinq.»

            Eh bien, elle est entrée dans la ville en courant et a dit: «Venez voir un Homme qui m’a dit tout ce que j’ai donc fait.» Eh bien, ce n’est pas ce qu’Il avait fait. Il lui avait seulement dit une seule chose. Mais si Dieu peut Lui montrer une seule chose, Il peut Lui montrer toutes choses. Elle a donc dit: «Ne serait-ce point le Christ?»

62        Philippe est allé auprès de Lui, il a été sauvé, il est allé trouver Nathanaël. Il a dit à Nathanaël: «Viens voir Qui j’ai trouvé, Jésus de Nazareth, le Fils de Joseph.»

            Il a dit: «Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon?»

            Il a dit: «Viens, et vois.»

            Quand donc Il se tenait dans la ligne de prière, priant peut-être pour les malades ... Ce qui prenait soixante pour cent de Son temps, ou plus, c’était la prière pour les malades, oui, environ quatre-vingts pour cent, la prière pour les malades.

            Et peut-être que Philippe s’est avancé vers Lui, dans la ligne, ou plutôt Nathanaël. Jésus l’a regardé et a dit: «Voici un Israélite dans lequel il n’y a point de fraude.»

            «Eh bien, a-t-il dit, quand as-Tu... Comment le sais-Tu?»

            En d’autres termes: «Voilà un chrétien honnête.» Il a dit: «Comment as-Tu su que j’étais un chrétien et que j’étais honnête?»

            Il a dit: «Avant que Philippe t’appelât, quand tu étais sous l’arbre, c’est alors que Je t’ai vu.»

            Philippe a dit... ou plutôt Nathanaël a dit: «Tu es le Christ, le Fils de Dieu, le Roi d’Israël.»

            Savez-vous ce que pourrait en être la version 1944? C’est de la télépathie mentale, c’est le diable, c’est un diseur de bonne aventure, quelque chose comme cela. Voyez? «Un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous dans une fosse.» C’est exact. Ne leur ressemblons pas ce soir. Ayons des coeurs ouverts et recevons notre tendre Seigneur Jésus dans nos coeurs.

63        [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... évidemment, je ne saurais pas si vous étiez juste passé, ce que nous avions l’habitude de faire, l’ancienne ligne rapide, vous savez, où les gens passaient simplement, très vite, ils passaient aussi vite que possible. Je suis content que vous ayez mentionné cela, quelque chose, afin que j’aie un point de départ pour vous parler.

            Maintenant, quant à la vie, nous sommes tous deux inconnus l’un à l’autre, je ne vous ai jamais connu, l’un l’autre. Et... Mais Dieu nous connaît tous deux, n’est-ce pas?

            Maintenant, et si notre Seigneur Jésus-Christ, notre Sauveur, était ici ce soir, portant ce costume qu’Il m’a donné, et qu’Il se tenait ici, vous regardant...

            Eh bien, Il saurait ce que–ce qu’est votre problème. Est-ce vrai? Mais maintenant, quant à la guérison, que pensez-vous qu’Il pourrait dire? Eh bien, Il dirait: «Enfant, ne crois-tu pas que Je t’ai guéri quand Je suis mort pour toi il y a mille neuf cents ans? Peux-tu accepter cela?» Vous diriez: «Oui, je le peux, Seigneur.» Eh bien, si vous pouvez accepter cela, il vous sera alors fait selon votre foi. Est-ce exact?

64        Mais maintenant, comme le Roi des prophètes, Dieu, Emmanuel, Il saurait ce qui–ce qui clochait en vous, ce qu’était votre problème et tout. Est-ce vrai? Mais autrement, Il-Il ne pourrait rien faire pour vous. Est-ce vrai? Eh bien alors, s’Il est ressuscité d’entre les morts et qu’Il peut... S’Il peut entrer dans mon corps et se servir de ma voix, peut-Il dire la même chose qu’Il dirait s’Il était ici dans la chair...?... A-t-Il promis de le faire? Il l’a promis. C’est bien. Cela fait de Lui le même hier, aujourd’hui et éternellement. Et alors, nous, les croyants, nous pouvons Le voir. Il sera avec nous, en nous, jusqu’à la fin du monde. C’est dans chaque âge, jusqu’à la fin du monde. Est-ce vrai? Cela fait de Lui le même hier, aujourd’hui et éternellement. Est-ce vrai?

            Maintenant, vous êtes conscient qu’il se passe quelque chose. N’est-ce pas? C’est–c’est... Voyez, maintenant, juste entre vous et moi se tient cette Lumière-là.

65        Maintenant, quant à vous guérir, je ne le peux pas. Quant à cacher votre vie, vous ne le pouvez pas. Voyez? En effet, tout cela est entre les mains de Dieu maintenant. Voyez? C’est exact. Ô Enfant! Beaucoup de tristesse, et dans beaucoup de dangers... Une chose, vous êtes extrêmement nerveuse. Vous en avez assez pour être nerveuse. Cela devient sombre tout autour de là où vous êtes. Oh! C’est... Vous–vous avez... C’est une maladie du coeur. Et c’est... Eh bien, vous avez été abandonnée à la mort par le médecin, il y a de cela environ un mois ou plus. Et il a dit qu’il y avait... vous aviez deux trous, ou des fuites, ou quelque chose comme cela. Un drôle de terme qu’il a donné à cela. Je l’ai entendu tout à l’heure quand il a dit cela. Et cela avait un drôle de nom, c’est au sujet de... Mais ce qu’il y a, cela aboutit à... ce sont deux trous dans votre coeur ; je vois comme du sang qui coule par là. Ces choses sont-elles la vérité?

            Est-ce le même Jésus qui avait su que Philippe était sous l’arbre, qui a pu vous voir dans la... dans la condition où cela... Est-ce vrai? Est-Il ici debout? Est-Il votre Sauveur? Est-Il votre Guérisseur? Venez ici.

66        Maintenant, je sais que je ne suis qu’un homme, soeur. Mais maintenant, pendant que Cela est ici... Je suis votre frère et un serviteur de Dieu. Voyez? Maintenant, la puissance de la guérison (C’est exact) est ici. Voyez? Mais je ne peux qu’agir avec cela, s’Il me le permet. Je vais proclamer la bénédiction, que vous vivrez et que vous ne mourrez pas. Et je suis... Allez-vous louer Dieu?

            Notre Seigneur Jésus, j’impose la main à cette femme et je réclame que sa vie soit épargnée. Et pour ce que les médecins n’ont pas pu faire, que la puissance du Dieu Tout-Puissant le fasse, au Nom de Jésus-Christ. Amen. Je vous bénis, ma soeur, pour votre guérison au Nom de Jésus, le Fils de Dieu. Amen.

            Maintenant, écrivez-moi votre témoignage. Que Dieu vous bénisse.

67        Que le Seigneur soit béni. Maintenant, avant que l’onction m’amène là où je ne saurai pas où je suis, combien croient que Jésus-Christ est ici maintenant? C’est–c’est le même Jésus. Maintenant, c’est Sa puissance. C’est Son prodige qu’Il a dit qu’Il accomplirait.

            Maintenant, soyez respectueux, partout. Attendez-vous à voir Dieu faire pour vous ce qu’Il a fait pour elle. Croyez simplement ; c’est tout ce qu’il vous faut faire.

            Maintenant, continuez à prier là dans l’assistance. Croyez simplement cela et voyez si le Saint-Esprit ne peut pas parcourir l’assistance, vous guérir là où vous êtes, là dans les bancs, ou n’importe où que vous êtes. Croyez simplement, c’est tout ce que je vous demande de faire.

68        Venez, madame. Bonsoir. Evidemment, vous êtes consciente que Quelque Chose est proche. Mais nous sommes inconnus l’un à l’autre. Je ne vous connais pas, je ne vous ai jamais vue de ma vie, à ce que je sache. Je suppose que vous ne m’avez jamais vu auparavant. Non. Nous sommes de parfaits...

            Nous ne nous sommes jamais donc rencontrés l’un l’autre auparavant, c’est la première fois dans la vie de nous rencontrer face-à-face l’un l’autre. Mais le Seigneur vous connaît, et Il me connaît.

            Vous êtes une croyante chrétienne ; en effet, votre esprit est vraiment le bienvenu. Et je sais que ceci ici, c’est le Saint-Esprit. Et je sais qu’Il vous accueille.

            Maintenant, si Jésus est notre Sauveur, comme Il est notre Sauveur à tous deux, et Dieu, le Père de nous tous deux, nous sommes donc devenus les enfants de Dieu. Nous sommes donc ici pour nous entraider. Et si Dieu m’a envoyé vous aider, je dois donc faire ce que Dieu m’ordonne. Je vous demande donc de croire en Lui et de croire qu’Il m’a envoyé pour–pour... avec un don divin, juste pour susciter la foi en vous.

69        Eh bien, puisque nous ne nous sommes jamais vus l’un l’autre auparavant, eh bien, il doit y avoir un moyen par lequel... S’Il me disait quelque chose à votre sujet... Si moi, probablement quand Cela frappe, je continuais à vous parler, cela continuerait simplement à parler. Mais c’est juste quelque chose... Par exemple, si vous êtes malade, ou s’il y a quelque chose qui cloche chez vous, autrement dit, si vous avez fait quelque chose de mal, s’Il le dénonçait ou vous en parlait, vous serez disposé à accepter cela ; n’est-ce pas?

            Je–je peux vous l’assurer, avant que quoi que ce soit arrive, que vous êtes vraiment une croyante. Votre problème, c’est que vous êtes très nerveuse. Et cela est dû au temps de la vie que vous traversez ; vous en arrivez à la ménopause. C’est l’âge d’une dame. Mais... Excusez-moi. Quelque chose est arrivé. Vous–vous–vous avez connu un accident. J’ai vu un bâton, ou quelque chose comme cela vous frapper à la tête, n’est-ce pas? Est-ce vrai? Et cela vous a provoqué une l’hémorragie in–interne dans la tête. Est-ce vrai? Venez ici.

            Ô Jésus, Fils de Dieu, je bénis ma soeur que voici pour sa guérison. Et maintenant, ennemi, quitte-la. Je réprimande cette tumeur. Au Nom de Jésus-Christ, qu’il sorte d’elle et qu’elle soit guérie pour Ta gloire. Je vous bénis, ma soeur, pour la guérison de votre corps. Que Dieu vous bénisse maintenant. Allez en vous réjouissant.

70        Ayez foi. Ne doutez pas. Gardez simplement la foi ; continuez à croire. Soyons respectueux et croyons donc de tout notre coeur maintenant. Maintenant, soyons donc tout aussi respectueux, là. Bonsoir, madame. Je dis: Bonsoir. Nous sommes inconnus, je suppose, l’un à l’autre. [La dame parle à frère Branham.–N.D.E.] Oui, madame. Vous avez été dans ma réunion où? [La dame dit: «A Evansville.»–N.D.E.] Excusez-moi. Je n’entends pas ; difficilement, mais c’est juste... vous pouvez comprendre. Il y a de cela environ cinq ou six ans. Oh! Oui. Vous venez de, je pense, de Saint Louis, là, une soirée. Oui. [La dame dit: «Frère Von Huesen.»–N.D.E.] Oui, Von–Von Huesen, c’est ça. C’était frère Von Huesen. Ils avaient le même endroit, je pense, j’y étais l’autre jour, là-bas, il y a quelques semaines ou... [La dame parle encore.–N.D.E] Je vois.

71        Eh bien alors, vous et moi, nous sommes inconnus l’un à l’autre, nous ne nous connaissons pas. Mais croyez-vous que Jésus-Christ est ressuscité d’entre les morts? Et croyez-vous qu’Il peut, par la grâce souveraine et l’élection souveraine, envoyer des gens ici sur terre, les établir pour prêcher l’Evangile et accomplir diverses oeuvres pour Lui? Vous croyez cela, n’est-ce pas? Si donc nous ne nous sommes jamais rencontrés dans la vie, et si Dieu dit quelque chose qui clochait chez vous, et que vous reconnaissez que je n’ai aucun moyen de savoir cela, eh bien, cela devra venir d’une source surnaturelle. Est-ce vrai? Eh bien alors, accepterez-vous cela comme Dieu? Voyez? Il vous le faut. Merci.

            Voyez, c’est juste... Je cherche à trouver l’approche. Vous voyez ce que je veux dire. En effet, ce–c’est par la façon dont vous considérez Cela. Ce n’est pas moi, mais vous devez respecter ce que je dis à ce sujet, sinon cela n’arrivera simplement–simplement pas. Voyez? C’est votre approche vers Dieu qui compte. Les gens qui... Une femme toucha Son vêtement une fois et elle fut guérie. Mais un autre L’a frappé à la tête et tout le reste, il n’a pu ressentir aucune vertu. Ça dépendait de l’approche qu’ils avaient vis-à-vis de Lui.

72        Oui. Maintenant, la femme est simplement en train d’apparaître... devant moi. Mais elle est... quelque chose... Je vois qu’elle a un... C’est une affection de vésicule biliaire. Cela est dans son... C’est dans son flanc droit. Et elle a... Il y a quelque chose qui cloche à la gorge. Est-ce vrai? Et puis aussi, je vois quand vous êtes debout avec des habits... Vous avez une grosseur, et cette grosseur est sur l’épaule droite. Est-ce vrai? Est-ce... Etait-ce vrai?

            Maintenant, ce qui vous a parlé, ce n’était pas moi. C’était ma–ma voix, mais ce n’est pas moi qui la faisais fonctionner. En effet, je ne savais quoi dire. Non. Mais c’était une autre voix... C’est ma voix, mais Quelque Chose parle en se servant de ma voix. Est-ce vrai? Croyez-vous que c’était Dieu? Venez donc ici.

            Bienveillant Père céleste, au Nom de Jésus, Ton Fils bien-aimé, je réclame la guérison de ma soeur. Et je la bénis maintenant, et je condamne l’ennemi, et guéris-la, au Nom de Jésus, le Fils de Dieu. Amen.

            Je te bénis, ma soeur, au Nom de Jésus pour ta guérison. Amen. Que Dieu te bénisse, ma soeur. Va, heureuse, te réjouissant. Ne doute pas. La Bible déclare: «Va et ne pèche plus (C’est l’incrédulité), de peur qu’une chose pire ne t’arrive.»

73        Maintenant, soyez très respectueux. Continuez simplement à prier, madame. Mais Cela s’est tenu au-dessus de vous deux fois, ce soir. Voyez? Maintenant, ayez foi. Je connais votre problème, mais je ne peux pas dire exactement quoi. Cela était aussi au-dessus de cette autre dame, mais je–j’aimerais vous voir être guérie. Voyez? Je peux alors vous dire que c’est AINSI DIT LE SEIGNEUR.

            Maintenant, soyez respectueux partout, s’il vous plaît. Voyez, chaque personne est un esprit. Quand vous bougez, cela... Je... Croyez-moi donc. Restez simplement tranquilles, vous savez, soyez tout aussi respectueux que possible.

            Très bien. Que le patient vienne.

74        La foi est en train d’agir partout. Maintenant, soyez très respectueux. Très bien. Bonsoir, monsieur. Vous êtes un croyant. Vous êtes déjà oint. Mais nous sommes inconnus l’un à l’autre, personnellement, comme des inconnus, oui, monsieur. Je ne sais rien à votre sujet. A ce que je sache, je ne vous ai jamais vu de ma vie. Mais Dieu seul vous connaît. Pas moi. Y a-t-il quelqu’un ici qui connaît cet homme? Quelqu’un dans la salle qui connaît l’homme, qui le connaît?

            Très bien. Si donc nous sommes inconnus l’un à l’autre, mon frère, et que nous ne nous connaissons pas l’un l’autre, et que Dieu nous connaît tous deux, puisse-t-Il nous aider. Puisse-t-Il m’aider en tant que Son serviteur à vous venir en aide, vous, Son serviteur. En effet, nous aimerions tous deux vivre ; nous aimerions servir Dieu. Nous aimerions faire tout notre possible pour le Royaume de Dieu. Oui, monsieur.

            Maintenant, cet homme me quitte. Vous avez été guéri, et c’était... Mais vous n’étiez pas à l’estrade. Vous étiez assis dans une assistance. Et votre femme a été guérie à l’estrade. Et c’était quelque part... C’était frère Bosworth qui se tenait à ma droite, en train de sourire. C’est... Il y a frère Vibbert. Ce–c’était à Evansville, dans l’Indiana. Etait-ce vrai?

            Cela apparaît encore. Juste un instant maintenant. Vous, oh! vous... C’étaient des ulcères dont vous souffriez. Maintenant, vous représentez un homme avancé en âge ; c’est votre père, et il n’est pas ici, il souffre des reins. Rentrez à la maison, imposez-lui les mains, et...?... au Nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu.

75        Bonsoir. Maintenant, que tout le monde soit respectueux. Je ne suis pas hors de moi. Je dois simplement me repérer. Voyez-vous? Les visions, c’est quelque chose... On est dans un autre monde. Et maintenant, c’est à peine si j’arrive à voir là dans l’assistance, et j’ai une bonne vue. Mais on dirait donc... Je sais que je peux entendre les gens. Je peux entendre les gens. Et cela paraît juste comme si c’est un nuage jaune suspendu ici. Vous ne saurez jamais avant que nous nous rencontrions au Jugement.

76        C’est le patient, n’est-ce pas? Est-ce le patient? Venez ici. Je suppose que nous sommes inconnus, madame ; nous ne nous connaissons pas l’un l’autre, nous sommes de parfaits inconnus. Mais Dieu seul connaît. Et je–je sais que Dieu peut révéler et Il peut me faire connaître ce que votre problème... Je ne peux pas vous guérir, je ne fais que Lui obéir, imposer les mains... Jésus a dit: «En Mon Nom, ils chasseront... ils imposeront les mains aux malades...» Est-ce vrai?

            Je vois une longue table blanche. Il y a quelqu’un... Il y a des médecins ; il y a quelque chose au sujet du dos, c’est un... c’est votre... Oh! Ce sont des calculs rénaux, au dos, et ils veulent opérer cela immédiatement. Est-ce vrai? Eh bien, Christ peut opérer maintenant même. Si vous croyez, Il vous en débarrassera maintenant. Venez ici juste un instant.

            Bienveillant Père céleste...?... Fils de Dieu [L’assemblée prie à haute voix.–N.D.E.]... la femme soit guérie. Que ces calculs la quittent et qu’elle puisse rentrer à la maison, guérie. Je la bénis, et que...?... au Nom de Jésus. Amen.

            Gloire au Dieu vivant.! Ayez foi. Ne doutez pas.

77        Venez, madame. Aimeriez-vous guérir de cette sinusite, madame, vous assise là derrière? Croyez-vous que Christ peut vous guérir? De tout votre coeur? Si vous voulez accepter votre guérison, tenez-vous debout. Dites: «J’accepte cela.» Que Dieu vous bénisse. Allez et soyez guérie.

            Il est là. Gloire au Dieu vivant! Aimeriez-vous guérir de cette prostatite, vous assis là au bout de la rangée, monsieur? Croyez-vous que Jésus-Christ vous guérira? Pouvez-vous m’entendre? Vous étiez là debout en train de prier, n’est-ce pas? Tenez-vous debout. Jésus-Christ vous guérit de cette prostatite. Rentrez chez vous, guéri.

            Il y avait deux hommes là debout, l’un en costume gris, l’autre en brun. Un homme assis ici, quelque part, comme cela, avec la même chose. Vous êtes guéri. Rentrez chez vous. Christ vous guérit.

78        Croyez-vous, soeur? De tout votre coeur? Croyez-vous que je suis Son serviteur? Je suis... Ce n’est pas à moi de faire quoi que ce soit, soeur. Il m’a dit: «Si tu amènes les gens à te croire.»

            J’ai dit: «Ils ne me croiront pas.»

            Il a dit: «Tiens-leur la main et dis-leur ce qui cloche.» Il a dit... J’ai dit: «Eh bien, alors, ils...»

            Il a dit: «Il te sera donné deux signes, de même qu’il en a été donné à Moïse, pour accomplir un miracle, deux miracles.» Et Il a dit: «Par cela, ils croiront.» Et j’ai dit... Il a dit: «Tu connaîtras ce qui cloche chez eux. Tu connaîtras le secret même de leur coeur.»

            J’ai dit: «Comment cela arrivera-t-il?»

            Il a dit: «Ne connais-tu pas l’Ecriture? Jésus de Nazareth n’a-t-Il pas promis cela?»

            Croyez-vous cela? C’est pourquoi j’ai demandé si vous me croyez. Non pas me croire comme Lui, mais croire qu’Il m’a envoyé vous aider. Croyez-vous? Allez donc prendre votre souper. Votre trouble d’estomac vous a quitté.

79        Croyez-vous de tout votre coeur? Ayez foi en Dieu. Aimeriez-vous guérir du diabète et être rétabli? L’aimeriez-vous? Acceptez-vous votre guérison? Rentrez à la maison, au Nom de Jésus-Christ, et soyez guéri.

            Bonsoir, soeur. Croyez-vous que Dieu vous a guérie de cette maladie gynécologique? Croyez-vous? D’accord. Que Dieu vous bénisse. Allez et croyez.

80        Très bien. Venez, madame. Soyez respectueux. Notre Seigneur est ici. Maintenant, deux démons se crient l’un à l’autre (Soyez respectueux.), cela vient de cette direction-ci. Quelque chose qui cloche à votre dos, n’est-ce pas? Est-ce vrai? Vous aussi, n’est-ce pas? Levez-vous, mesdames. Vous êtes toutes les deux guéries maintenant ; vous pouvez rentrer chez vous et être bien portantes. Jésus-Christ vous guérit toutes les deux. Dites: «Grâces soient rendues à Dieu!» Très bien. Aimeriez-vous guérir de cette maladie du coeur? Acceptez-vous votre guérison de la part de Jésus-Christ? Que Dieu vous bénisse, ma soeur, et puissiez-vous être guérie au Nom de Jésus-Christ. Amen. Que Dieu vous bénisse.

81        Venez, madame. Croyez-vous de tout votre coeur? Etes-vous une croyante? Croyez-vous que je suis Son prophète, Son serviteur? Vous avez la chose la plus vilaine à combattre. Environ quatre-vingt pour cent de cette assistance souffrent de la même chose. Cela vient de partout dans l’assistance. Laissez-moi vous montrer. Tournez votre visage de ce côté-ci. Combien là dans l’assistance souffrent de la nervosité? Levez la main. Voyez? Vous éprouvez des sentiments très bizarres: la peur, l’inquiétude, le bouleversement ; vous pensez que vous allez perdre la tête. Satan vous a dit que vous perdrez la tête, mais il a menti. Vous êtes guérie maintenant. Rentrez chez vous et soyez guérie au Nom de Jésus.

            ...?... vous a bénie, rentrez chez vous maintenant, et faites tout ce que vous voulez. Que Dieu vous bénisse. Guérie, rentrez chez vous en criant des louanges à Dieu.

82        Venez, madame. Croyez-vous? J’aimerais vous parler juste une minute. [Frère Branham parle à la dame.–N.D.E.] Est-ce la vérité? Donc, je... Maintenant, l’assistance... Il n’y a rien qui cloche chez cette dame, du genre immoralité et tout, c’est une brave dame. Mais c’est quelque chose que je ne peux pas dire devant une assistance. Et Dieu seul connaît la dame. Est-ce vrai, madame? Est-ce la vérité? Dieu seul était là avec vous (Est-ce vrai?), quand cela est arrivé. Est-ce vrai? Maintenant, vous allez vous rétablir. Que Dieu vous bénisse. Laissez-moi vous imposer juste les mains, juste une minute. Au Nom de Jésus-Christ, je réprimande le démon ; quitte-la. Amen. Que Dieu vous bénisse.

            Vous avez éprouvé une sensation bizarre il y a quelques instants quand je parlais de cette dame ici qui souffrait du dos, n’est-ce pas, monsieur? Oui, oui. Vous assis là avec une chemise ouverte là, assis là. Est-ce vrai? Vous assis là, assis... Oui. Vous avez été aussi guéri de la même chose. Vous souffriez du dos. Vous avez été guéri. Je ne pouvais pas vous le dire, parce que je ne pouvais pas vous atteindre tout à l’heure.

            Que pensez-vous, vous assise là-bas, madame, en train de prier? Aimeriez-vous vous débarrasser de cette arthrite? Vous assise juste là en bas, ici, aimeriez-vous vous débarrasser de cette arthrite? L’aimeriez-vous? Oui. Oui, oui... Si ce n’est pas...?...

E-1 ... in doing so it makes us all kinda relax. And some people in the ministry of this type, they begin to think, maybe, you'd be some kind of a super person or something. I want you to know: I'm just your brother (See?), just a man (See?), just your brother. Just... Nothing but just a human, like we all are. And God just give me a little ministry to help somebody, so I just go do the best I can with it, and that's the best that I know.
So then, I thought last night, talking about...?... with horses and so forth, and riding, why, you'd realize that we're just--just mortal beings together, trying our best to do what we can for the Kingdom of God and for the glory of His dear Son, Jesus Christ.

E-2 And such a respond, though, my, that was marvelous. I thought I'd... Really the meetings was set up for, was for just Gospel preaching. I'm... And then when you get around where the... and mention the coming... the Lord has blessed so greatly in the praying for the sick, until people have just... Really, when they come, they expect the prayer meeting for the sick.
You can... Sometime I get off an airplane somewhere, or going somewhere traveling, here would be somebody over there motioning, got that ambulance setting out there with somebody sick to be prayed for, out at the airport. They know the plane's going to come down or something. So that's real nice, I... That's... I appreciate that. If people's got that much faith in God, to believe it. That's very, very nice. And so, I--I'm thankful for it, and I pray that God will bless.

E-3 I just shook hands with a young fellow coming in there, a young boy, if he's here, I don't mean to make him conspicuous. A very fine young fellow said, "Brother Branham, I was raised up in a Christian home." He said, "I'd taken the habit of smoking, and--and I use bad words." He said, "Brother Branham, I want to be right with God. Would you pray that..."
See, bring up a child in the way it should go. They get off amongst these children doesn't have that kind of teaching, they wander away, but don't worry, God will bring them back. I believe it.

E-4 A brother setting here, said, "Brother Branham, don't you remember down in Phoenix, at a basement in the auditorium one time, you prayed for my wife who was insane?" (I just remembered) Said, "She's here with us tonight." Said, "She's in her right mind."
Oh, I wonder if the woman's close, if she'd stand up. Is this the minister, I believe, or somewhere here? It's a... Yes, his--his wife, that was healed in Phoenix.
Reminds me of the time at--in Little Rock, Arkansas. I believe it was one of the worst cases of insanity that I ever seen in my life. And someone testified of it in the meeting.

E-5 I'd just been... (If you want confirmation of this, you might write the chairman of the committee, which was Rev. G. H. Brown, of Little Rock, Arkansas, 505 Victor Street; Rev. G. H. Brown.) And we were praying, and it was about... got late and I was so tired; that was just before I had my time where they just let me have, they just let me stay until... liked to kill me.
So I was amazed that night. There was an old fellow out in the meeting there, he was--had crutches about like the brother here that's...?... his feet sitting on. He'd had been crippled for a long time. And during time of the service, the Lord Jesus made him whole. And the next day he was walking around on the street, holding his crutches in front of him, saying, "The Lord took me off of this last night." So...?...
Oh, my. The papers give me really write up, said, "A self-styled Baptist preacher, jamming the streets with ambulances and cars: such fanaticism."

E-6 This old brother... I was standing, speaking, like this, and he raised up and said, "Say, Brother Branham, I want to ask you a question." All out of order...
But I said, "All right, brother, what is it?"
He said, "I'm just so happy, I don't know what to do."
I said, "Well, that's fine."
He said, "You know, the strange thing though," said, "when I heard you preaching, I was sure you was a Nazarene." 'Cause he was a Nazarene himself, you know. He said, "I--I'd sure you was a Nazarene." And then, said, "I seen all these Pentecostal people around here, and somebody told me you were Pentecostal." And said, "Now, I heard you say just awhile ago, you was a Baptist." Said, "I--I can't understand it."
I said, "That's very easy." I said, "I'm a Pentecostal, Nazarene, Baptist." And I said... [Brother Branham and congregation laugh--Ed.] We're all one in Christ Jesus. Amen...?...

E-7 That night, Mr. Brown told me, said, "Brother Branham, as soon as you... wait for a little break, to rest up again." They'd let me rest up a few minutes. I'd get real numb all over, then they'd take me off and let me rest a few minutes, just sing songs, and a preacher, maybe, would preach a little sermonette. I'd rest up a little and come back. So it... I hadn't been out praying for the sick then, but just, oh, two or three months.
So they taken me off, and said, "I want to show you a sight like you've never seen."
I said, "What is it?"
Said, "An insane woman."

E-8 And I went down, and standing on the steps as I went down, at the bottom of the auditorium. They couldn't hear down there, only through a PA system, it was so packed in. But nobody was in that spot, in the floor, 'cause they couldn't get in there on account of this woman. And she was laying on the floor, and her limbs were sticking right up like this, arms and legs both, and she was bleeding all over. And her husband was standing on the steps, a very fine, just a typical good old Arkansas brother, standing there with a pair of overalls on, them washed out. He said...
I tell you, friend, talk about overalls and blue shirts, some of the best old hearts in the world beat beneath them. That's right. That's right. And he--he shook my hand. He said... Oh, I said, "What's your trouble?"
Said, "It's my wife, Brother Branham."
And I looked out there, and she was laying like that. I said, "Oh, my." I said, "What's she bleeding so for?"

E-9 Said, "Well, Brother Branham," said, "we heard that testimony from over at Pinewood over there, that that woman was brought from the insane institution was healed." Said, "We thought maybe if we could bring my wife." He said, "We got her dismissed for tonight," and said, "they..." about a hundred and something miles. He said, "The ambulance wouldn't touch it." And said, "I got two or three brothers to come with me, and we got her in the Chevrolet car," and said, "she overcome all those men and kicked through the glass and broke all the windows out, and that's what cut her (See?) from the glass."
I said, "Oh, my, that's too bad." And I said, "How did it come about, brother?"
He said, "Well, Brother Branham," said, "it's just the time of menopause. The doctor give her shots that run her into that."
I said, "Well, that's sure too bad." And I said, "Well, 'course he didn't aim to do it; he done the best that he knowed how."

E-10 And he said, "Well, she's been up here in the insane institution for two years." Said, "Brother Branham, she's a good woman." Said, "I got five little children." Said, "Right after this," said, "it was--her baby was born during the time of the menopause." Said, "She was such an awful fix." He said, "We... I sold my farm and everything else." He said, "And really," said, "I had a team left... I was working around." Said, "I sold them mules so I could get some money to help bring her down here tonight. His two mules, what he had..."
I said, "Oh, brother, that sure is too bad." I said, "I'll walk out and talk to her."
He said, "Oh, don't you do that, Brother Branham," said, "she'll kill you."
I said--I said, "Well, I'll talk to her."
Said, "Why, she don't even know her own name; she hasn't spoke a word in two years."

E-11 "Oh," I said, "I believe I can talk to her." (Just a kid like in the ministry. I--I didn't know then what... realize now you better wait and let God say so.) So I just walked out in the room. She was just...?... laying on her back. Said she hadn't been off her back in two years, just laid like that. And she had her hands up like that, and I walked right out there, said, "Good evening, sister." She just laid there with her eyes back and... I reached around, I said, "How do you do?" and took a hold of her hand. Oh, my. It was a good thing that God was with me.
Would... Anybody that's demon possessed is many times their strength, you know. She just grabbed my hand like that, real quick. And I used to be a boxer. I had the undefeated title of bantam weight championship of the three states, so--and know what grip is.
But she grabbed me like that, and she grabbed like that, and when she did, if I hadn't have threw my foot out real quick and caught her across the bosom with my foot to hold myself, she'd have... Why, she'd have probably broke my bones right there on the floor, where she jerked me like that. And it pulled her hand loose like that, and she let out a great big blow like a--like a--a crocodile or something, making a big blow, a funny noise [Brother Branham blows into the microphone--Ed.] like that.
Now, my, and then she started turning around. Why, I--I started away from her. And when she did, she started chasing me, like a snake crawling on the floor; you could hear it just--just like--like crawling, where she... And she chased me back up on the steps like that. And there she was crawling around down on the floor. And I said, "My."

E-12 Now, it's only the grace of God, or--or to be that way...?... you women, or man too (See?), just God's grace.
And when she put her big strong limbs up against the--the side of the wall like that, and she backed up to the wall like that, and give a great big kick, and when she did, she went out on the floor and hit a bench, was sitting out there, and the side of her head... A nice, attractive looking lady, about forty-five years old, and hit her head like this, and the hair. And blood flew when it hit, and broke a piece of the bench off. Now, she had so much power in those legs to kick herself out like that. And a piece of the bench flew off, and she picked it in her hands like that, and threw it. Just missed her husband, and just tore the plastering off the wall.
I said, "Oh, my. She's in an awful shape."
He said, "Yes." He said, "Now, Brother Branham, would you have to lay hands on her?"
I said, "I--I wish I could."
And he started crying. He said, "Now, I don't know what..."

E-13 I said, "Look, brother. Uh-uh, it's not me; Jesus Christ does the healing." I said, "If you will believe with all of your heart that God will heal that woman... And the story that I told about a few weeks ago, that Angel meet me up there, and telling me to go and be sincere when I prayed, get the people to believe me." And I said, "They won't believe me." He said, "There'll be given you signs, like was given the prophet Moses, two signs." You remember the story. And said, "If you get the people to believe you, nothing shall stand before the prayer." I said, "Sir, do you believe that?"
And he put his old bony arm around me, said, "Brother Branham, with all my heart I believe it."

E-14 I turned around like this, and when I did, that woman squared off the same way. She said, "William Branham, you have nothing to do with me."
And the man said, "Well, that's the first words she spoke in two years."
I said, "That's not her."
She said... He said, "How did she know you?"
I said, "That's not her; that's that devil screaming out. See?...?..." I said, "That's Satan. She wouldn't know I was William Branham. He said he recognizes that I've told the truth. And if you'll only believe, you'll see the glory of God."...?...
And he said, "You have nothing to do with me. I brought her here."
I said, "You might've brought her here, but Jesus Christ will heal her."

E-15 And she started crawling up towards me. And I said, "Let's bow our heads." And as we bowed our heads, and I said, "Heavenly Father, this poor brother and this... brought his wife here in this condition. You're the same God that... those devils and legions You cast out." I said, "You're the same God, so I ask in Jesus Christ Name that the evil spirits come out of the woman." And I just turned around to the man and said, "Do you believe?"
He said, "With all of my heart, Brother Branham."
I said, "Now, see, He told me if you get the people to believe, be sincere, and brother," I said, "I'm just as sincere as I knowed how to be."
He said, "Thank you, Brother Branham." He said, "What must I do with her?"
I said, "Take her right back to the institution."
He said, "All right."
So I said, "You let them dismiss her."
So he turned around, and after the service, he taken her back. And the thing of it was, she never bothered no one going back, sat up nicely.
Went back, they put her in the institution next morning. And the following morning when they went into the cell, where she was at, to feed her, she was setting up. And on the third day she was dismissed from the sanitarium, sent home in her normal mind.

E-16 About two months after that, I was at Little Rock, or not Little Rock, but Jonesboro. And setting... I kept seeing someone waving at me, like that, in the meeting. I thought, "Well, I don't remember them people," and I was preaching. And I looked again, and I thought, "Well..." And so the lady raised up, or the man did, rather, and said... had some little children there, said, "Do you know us, Brother Branham?"
I said, "I don't believe I do."
Said... The lady said... She raised up too; she said, "Excuse me, Brother Branham," but said, "they tell me that I was laying on my back the last time you seen me."
And I said, "Were you healed somewhere?"
And she said, "Yes. I was the lady that was down in the basement in that..."
I said, "Oh, my."
And there she was with her five little children hugging at her, normal and well in her right mind.

E-17 What is it? Jesus Christ the same yesterday, today, and forever; made the lame to walk, the blind to see, the deaf to hear, devils would be cast out, and the commission follows on. Amen. And that thing is perhaps being done around the world tonight among faithful, believing members of the Body of Jesus Christ; and Divine healing doesn't lay within me. And each of these brethren setting here, your pastor, you don't have to wait till they have a Divine healing program to be healed. Every one of these men has got just the same authority that I or anyone else has got to pray for the sick. And that's all we can do, is pray for the sick.
And not only them, but if they're off somewhere and can't get to you, that good Holy Ghost filled sister or brother that lives next door to you has the same authority (That's right.), same thing. If you can't get to your pastor... The Bible said, "If any among you sick, call the elders of the church, let them anoint the oil, and pray over the sick. The prayer of faith shall save the sick." Said, "God shall raise them up." Not the minister--God shall raise them up. "And if they did any sin, it shall be forgiven them. Confess your faults one to another, and pray one for the other." Is that right? One another be prayed for. See? "That you may be healed. For the effectual fervent prayer of a righteous man availeth much." That's all you need. Be filled with God's Spirit. And you'd be surprised if you only knowed the gifts that setting right in this building tonight. Yes, sir.

E-18 Now, if I would know sickness, surely I would know gifts. Is that right? That's right. So I--I know that in meetings when I meet with Christian people, they are there. The only thing, you have to watch when you tell people, 'cause they hold right onto your word; they'll say something, and you have to know it's directly coming from God what to tell the person. That's the reason, don't say those things. You see? But you just live humble before God, just be... Don't try to make yourself anything. Just be humble. God will take care of the rest of it. See? He will make it known.

E-19 Now tomorrow, to our sorrow, I wish that really from the depth of my heart that I would set the meeting a little longer, if we could've got it, for at least another week. I feel like if I could take next week, just about four days of just common Gospel preaching and altar calls, it'd would be hard telling what would take place. After the people is already minded of the power of the deliverance of God, then everyone of you bring your sinner friend out next week, that would be real then; we--we could win souls for Christ. Usually, in these meetings it's just the Christians come. Now and then sinners come in, but usually, just the Christians. And then the--the believer already believes. See?
So I just trust that it'll be God's will for me to come back again to you real soon. Sure got a fine bunch of brethren, and fine... I've never, any time at any place, ever felt any more cooperation in the Spirit of God, than I have right here at this place. That's right. That's right. That's true.
I've never seen a place I've ever been before that ministers set behind me on the platform. And that's... The first night it kinda bothered me a little 'cause I was conscience of them being there, but just that wall of faith there, I said just leave them alone. That--that's fine; they're my brothers. That's--that's wonderful, and I'm so happy for that. When you get that faith there to believe, so just anything can happen.

E-20 Now, we thank you for everything, and tomorrow afternoon, if you can, I think the services begin at two o'clock. Is that right? Two o'clock. That'll let me be here by two-thirty, perhaps. And I'll speak a little while and then pray for the sick. And then...
You've been very nice in your attendance, and rain, bad nights you've come anyhow. And you've helped us with the finance to pay the debts. I think they'll have it all together. Mr. Brewer's going to give it to my son tonight, and the expenses to be paid, and if there's enough not to pay all the expenses, it'll be paid in the morning. If not, why, after my love offering's taken up tomorrow, it'll be made in, and it'll be paid. If it's not, which... I believe, it's already more than paid. And if there's any left over, whatever it is, I will not take it myself; I'll stick it right over in foreign missions, to send across the sea, and do everything that I can. If it lacks a little, then I'll, from my love offering, I'll make it up. See?

E-21 Now, we want to leave without debts owing, everybody feeling wonderful and fine, and glorifying God. We try to keep that standard everywhere. And all the ministers, and the people here...
If you're here and you don't belong to a church, why don't you join with these brother's church, if you live near them. You believe in this type of ministry, well, join the churches that believe in that. Go and join the churches that backs that up, that believe in that. See? And you come over and get healed, and go back into a bunch of people where that atmosphere is, that doesn't believe in Divine healing and things, why, you'll be just as bad off as you ever was. See? That's right. Yoke yourself right up among unbelievers. That's what the Bible said. Is that right? But believers... And so, I wish you could do that. And I pray that you will.

E-22 Now. Now, if your church is a believer in Divine healing, and believing the blessings of God... See, your church doesn't save you. Jesus is your Saviour. But if... You'll do a lot better if you get among people... And if you do believe in Divine healing and living among those who doesn't believe in Divine healing, you're indebtedment to them. That's right. Always said... You know, people say, "Do I have to quit this, Brother Branham, if I'm going to join the Full Gospel churches? Will I have to give up shows, dances, and so forth?" No. Don't have to give up anything. Not a thing.
We're nearly all northern people here. We have little scrub oaks out here; they hold their leaves all winter long. When springtime comes, you all don't have to go out and take off the old leaves so the new ones can come on. Just let the new life come up, and the old leaves goes off anyhow. So you don't... You don't have to have a measuring stick; just get new life in there; it'll take care of itself. That's right. The old things just fade away and the new life comes on.

E-23 Over in the Gospel of Luke, the 2nd chapter the 25th verse, I want to read just a little portion of Scripture. You're so lovely, I just hate to pass a night without speaking to you for a few moments. When I come back, we're going to try to add some of them along, so we can have some afternoon services and just preach the Gospel and have a wonderful time.
Behold, there was a man in Jerusalem, whose name was Simeon;... the same man was just and devout, waiting... the consolation of Israel: and the Holy Ghost was upon him.
It was revealed unto him by the Holy Ghost, that he should not see death, before he had seen the Lord's Christ.
And he came by the Spirit into the temple: and when the parent brought... the child Jesus, to do for him after the custom of the law,
Then took he him up in his arms, and blessed God, and said,
Lord, now let... thy servant depart in peace, according to thy word:
For my eyes have seen thy salvation,

E-24 Now, can we bow our heads just a moment. Kind heavenly Father, we're grateful to Thee tonight that we have this approach to Thee through the Name of Thy beloved Child, Jesus Christ, Who has redeemed us from sin.
Oh, we think of... We were one time alienated from God, Gentiles cut off from God, the commonwealth of Israel, led about worshipping idols. And in due season Christ came and died, the innocent for the guilty. And through the shedding of His holy Blood and the right to the Tree of Life, we, Gentiles, are now brought nigh, insomuch that we're called sons and daughters of God. "And it does not yet appear just what we'll be in the final end, but we know we'll have a body like His Own glorious body, for we shall see Him as He is." Free from sin, free from sickness, worry, troubles, old age, it'll all be finished then.
O come, Lord Jesus, and help me tonight to press--spread this Gospel around the world so You can come. You cannot come, according to Your Word, until all the world has heard the Gospel. I pray that You'll hasten the day, Lord, that when all the world shall hear the Gospel; sin and sorrow, pain and death of this dark world shall cease. Till then, give us grace. Give us vision; give us power to bring the Gospel to the people.

E-25 Before me tonight, Lord, is a box of handkerchiefs. And as I lay my hands upon them, nothing within Thy servant to do this, but as a memorial, or a token to the Word of Jesus Christ, which said, that these signs should follow the believer: if they laid hands on the sick, they should recover.
And the great Saint Paul took from his body, handkerchiefs and aprons, and sickness left the people, and devils went out of them. And I pray that You'll heal every one. Watch over them, Lord. May the Angel of God watch these handkerchiefs, till they're gone to the right place. And may when they're placed upon the sick, may every one, without leaving one out, may every one be perfectly normal. Grant it, Father, for we send it in Jesus' Christ Name. Amen.

E-26 I've asked that God will bless you all. And I want to speak just a moment, and then we'll--we'll start praying for the sick.
Now, first, we want to think tonight on this text, if I would call it a text, just for a few moments. And I would like to use these words in it: "Expectations." As I mentioned here the other night, you usually get what you expect, don't you? If you come tonight to the meeting, just expecting to see something that you could criticize the meeting about, the devil will show you plenty of it. You'll go back with a lot of criticism just like you expected.
But if you come tonight expecting, just say, "Lord, I come to see You. I come for the benefit of... to be healed. I come for the benefit of my soul. Well, I expect You to give it to me, 'cause I'm here in this place that's dedicated to Your--to Your glory." And you'll get just what you expect. That's right. You always... And you can never go above your expectations. You'll always have to do that.

E-27 Now, expectancy... We see here that when Jesus was born in Bethlehem of Judaea, there wasn't the press, like we have radio and television, and so forth, as we have now. So the news had to be taken from lip to ear. And then... (Can you hear me in the back in the balcony up there? Is it all right? Can you hear around this?) The expectations...
And then, when Jesus was born... There's usually singing when a king is born. So there was no greetings here on the earth, people to greet Him, so the angels came down and sang; rejoicing, as today in the City of David, is born Christ the Saviour. God's angelic host, who couldn't understand the mystery of this virgin birth, but yet, sang, Praises to God in the highest, peace on earth, good will to men, when they sang at His birth. How marvelous.

E-28 Then we notice again, a way back in the East some magis, or star gazers... I believe they'd noticed the prophecy of Balaam, that a star of Jacob would rise. And they would... they was watching for that star to arise. And we're told by historians that the three magi... They come from different parts, not followed one star, as the Christian tradition has it, but they followed three different stars.
And when they met at the Bethlehem of Judaea, all three coming from the East, traveling from three different places, they never knew each other until they met. And they consolid--counseled, rather, with one another. And one of them was from the lineage of Ham, the other one from Shem, and Japheth: three sons of Noah. And these three stars that they'd had followed, went together and made the one big star that hung over Christ. Jesus said when this Gospel is preached to Ham, Shem, and Japheth's people, then the end shall come.

E-29 All right. When they consolidated and come together... Now, all the observatories they had in that day, not one of them saw the star. And yet, on every city there was a tower, an observatory, that watched the stars. They kept time by the stars. Watches and things wasn't in--in time then. So only thing they had was a sundial in the day and stars at night. So they timed what time it was, the first hour, or third hour, or so forth, by the stars.
Notice, and here come this star passing right over every observatory, and not one of them noticed it. (Why, people go to the meetings and say, "I--I don't see nothing." You wasn't expecting anything, that's why. See?) Those people in the observatory, perhaps, up there on the tower of observation, they didn't expect to see anything. But there was somebody, was watching for that star of Jacob to rise. That's right.

E-30 He will be here one of these mornings, and just those who are waiting will be the one that will get it. That's right, just those who are watching. We used to sing an old song: "Be watching and waiting that sight to behold, He's coming again." That's right. So be waiting, watching. You don't know just what time He may appear.
So, tonight be watching and expecting to rise off the cots, and stretchers, wheelchairs, wherever you are; be expecting to feel the unction of the Son of God when He moves into you to give you new faith and life to spring to your feet. "It's me. I'm waiting, Lord. The first time You touch my heart, out of this chair I'm coming. The first time You touch my body, out of here I'm coming." See? Be watching, expecting something to happen.

E-31 Now, the Angels came and sang to the shepherds. The shepherds went down into the city to find out this thing that had gone on.
After eight days, it was a custom of the Jewish traditions to bring the child to the temple, all the male children. And they had to be circumcised, and had to offer either two turtle doves (that was a peasant's offering.) or a lamb (was a rich child's offering) for the purification of the mother and for the child.
And so if--when you study the Old Testament, and see those laws of redeemed, the law of redemption, oh, it's a beautiful thing. I just love the Old Testament, because it's just a shadow of the New. If you get lined up with the Old Testament, you'll have a good conception of what the New means. Now... 'Cause it's a shadow of it.
And just like Revelations 12 there, where the woman was seen with the moon under her feet, the law, and the sun on her head, the Gospel. See? Twelve stars, the twelve apostles and so forth...

E-32 Now notice, closely. They--they were expecting, these people were, to see God. They had an expectation in their heart to see those things happen, and God granted it to them. Now, you've got to desire it. David said in the Scripture, "When the deep calls to the deep... The noise of thy water spout." Now, before there can be any--any deep to call in here, there has to be a deep out there first to make this deep in here call for it. See? The deep calling to the deep...

E-33 I love scenery. My, here some time ago I was hunting up in the mountains, not so much for the game, I was just up to get away. I just love the mountains. My mother's a half Indian, and it's just enough about it I love the wilds and I can't get out of it. And so, I can see a sunset and cry like a baby.
I remember up there one day standing on the mountain, the elk herds was high that year, hadn't had no snow, and I was moving around up high near the timber line. And in the fall of the year, in October, there come storms. It'll maybe snow awhile, then it'll rain awhile, then the sun will come out.

E-34 I remember up there one fall, not long ago, I was tramping around, and there come up a storm. And I got in behind a tree and stood like this awhile, set my rifle down. The storm went over... There was an old blowdown there, anyhow. And after while, after the storm ceased, I listened. Standing there, I thought, "Well, which way shall I start from here now."
Started... I backed down. I was about sixty or seventy miles, as far as I know, from a living human being, back with two or three pack horses and camped out. So I was setting there, standing there, rather, looking around and wondering which way to go from there, seeing no tracks or nothing. So I thought, "What will I do?"
And about that time, way back over on another ridge the storm had got the elks scattered. And I heard the big males a bugling (Oh, my.), hear it echoing across the valley. Then the deep begin to call to the deep. Way back up here an old gray wolf got to howling, and his mate answering in the bottom. Mmmm. My, the deep was calling to the deep. I thought, "O God, surely You're the God of mountains too, way up here." If you got God in here, you can see God anywhere you look. That's right. It'll--it'll move out.

E-35 Then I stood there a little while, and where the sun peaked out through the crevices of the rocks, as it was setting in the west, shining like the eye of God, looking, running to and fro through the earth, I noticed it shined against those trees. And where it took cold up that high, the ice had froze on the evergreens, making an icicle. And when it did, there come a rainbow across the valley. Now, this wolf hollering up here, and its mate in the bottom answering. My, and the elk herd, and the rainbow...
I had my gun down against the tree. I run out there, and I raised up my hands, and I said, "O great Jehovah God, Who looks down from the heaven, the God... gave you this rain, and gave us this rainbow sign." I said, "I can see another rainbow sign in Revelations 2, where Jesus setting to look upon like jasper and sardine stone: Reuben and Benjamin, the first, the last, with a rainbow crossing the seven church ages, the colors; oh, the same yesterday, today and forever; Alpha, Omega; the beginning and the ending; He that was, which is and shall come; the Root and Offspring of David; the Morning Star." Setting behind me, seven colors, God's covenant with the Church, that He wrote with Jesus Christ, His Son, of a perfect redemption...

E-36 I begin to scream. Why, if they'd of got somebody to come up and look, they'd thought they had an insane person there. Around and around the tree I went as hard as I could go, jumping up in the air and screaming. I--I didn't--I didn't care who seen me. I was worshipping God. I... It don't make any difference to me what anybody thought.
And now around and around again, and I thought, "Oh, my, Lord, why do I ever have to leave here? Isn't this beautiful up here?" But like, "Let's build three tabernacles," but there was somebody down at the bottom of the hill waiting to be prayed for, of course. So I thought I might as well just rejoice a little more. And around the tree I went again, shaking my arms and a screaming to the top of my voice, "Hallelujah. Hallelujah to God. Hallelujah to God." I thought, "Isn't this wonderful?" My, I was standing there, deep responding to the deep, call, water spout, thy noise." I--I think, "Oh, my, isn't this beautiful?"

E-37 I happened to hear something jump out, went chirp, chirp, chirp, chirp, chirp, a little old pine squirrel. A little old fellow, just about that high, and he was the noisiest thing you ever heard. And he jumped up on a log out there, and well, I... The way he acted, I thought he was going to tear me to pieces, just about that big. You see? I looked at him; I thought, "Now, Lord, You never put nothing before a fellow lest there's--it's something for Your glory." And I said, "Now, why'd You let that little pine squirrel chirp like that."
And I happened to notice the little fellow was looking down like that, and he wasn't looking at me. But the storm had forced a big eagle down in there. This eagle was coming up out of this undergrowth--this brush. And I looked; I said, "Oh, the eagle's what's excited you." And that little fellow was just acting like he was going to tear that eagle to pieces. So the big old eagle, he jumped up on a limb like that.

E-38 And I thought, "Now, why did God turn my attention from that rainbow, and that wolf calling, and so forth, to something like this?" I thought, "Well, Lord, You're in Your nature. So I was having such a wonderful time, why'd You do that?" I thought, "I'd study it just a minute." I thought, "Well now that eagle, he's a scavenger and nothing good about him." I thought, "Well, what's he doing?" I'd seen the big fellow looking at me. I thought, "Oh, I understand. He's so brave; he's not scared of me." I thought, "I'll try out his bravery."
I said, "Hey, fellow, you know I could shoot you?" Them big gray eyes, walled, looked at me, looked over at this little squirrel. He wasn't scared. I thought, "Oh, Lord, I see. You want somebody's not scared."
That's the trouble with the Church today; you're afraid. You're afraid when you ask, you won't receive. That's the reason you don't receive. Don't be scared. Ask, and then believe you're going to get it; you'll get it. God will give it to you.

E-39 So I thought, "Oh, I see, the bravery." I thought, "What makes him brave now? There's got to be some reason to make him brave. And I said... I grabbed my rifle like this; I said, "I'll scare him." And I grabbed my rife like I was going to pull it up like this, and he flipped them big wings and looked back at me again, looked back. I thought, "Well, why is he so brave?" I noticed him; he kept feeling his wings, shuffling his feathers out. I thought, "Oh, I see. God gave you two wings; that's God's given power, and you trust it."
And I thought, "If--if God gave the eagle two wings to take hisself out of danger, and he has that much trust in his wings, what ought a church that's baptized with the Holy Ghost do?" See? There he was, moving his feathers. I thought, "Yeah, as long as he can feel them wings, they're all right, he ain't scared of nothing." And I said, "Praise God." As long as I can feel the Holy Spirit moving, devils can't scare nothing (That's right.), when the Holy Spirit's around.
How marvelous, no wonder you can stand, not like the Rock of Gibraltar but the Rock of Ages. We'll stand after the Rock of Gibraltar's gone.

E-40 So I thought, "Isn't that marvelous?" Well, then I said... wonder why he... Now, I said, "Now, that timber's not very high and he knows that it's his get a way." Before I could get that rifle to my shoulder, and especially through the little old V sights, he'd be in that timber, and I couldn't shoot him, and he knows that. "Well," I thought, "isn't this wonderful?" And I started shouting again. I don't know if I scared him then or not.
But anyhow, he looked around a little while. I thought, "I admire you, fellow. I wouldn't shoot you. If you're that brave, I--I love bravery, and I sure wouldn't shoot you." And he set there a little while. After while, he just give hisself a little pitch like that, with his feet. And he got tired of hearing that there little old pine squirrel, "Chatter, chatter, chatter, chatter, chatter, chatter." And I thought, "That's right. Just puts you in mind of some of these people around here, 'Days of miracles is past. There's no such thing as Divine healing. Holy Ghost ain't for this day.'" Just jump all away from it. That's right. Just get on away from it; go on away.
And I noticed him. Now, he just didn't flop, flop, flop, flop, flop with his wings. He just made a big jump, and made about two flops, then he set his wings. And as that air...?... he never moved a feather. He just knowed how to ride that air, he just went on, on, on, out of sight.

E-41 I stood there. I cried like a baby. I said, "That's it, Lord. It ain't run here and run there, and flop here and flop there. It's just set your wings of faith in the power of God, and when it rolls in, ride up. Ride away from the... saying, 'The days of miracles is past, there is no such a thing.'" Ride out. Don't keep trying to pushing and shoving, just set your faith in Gods power. When the waves come in, ride up on it like that." That's it. Amen.
Then the deep really called to the deep then. Marvelous. Deep calling to the deep. Unless there is a deep... Before there is a fin on a fish's back, there had to be a water first for him to swim in, before he ever had the fin, or you wouldn't have no fin. Is that right? Before there could be a tree to grow in the earth, there had to be an earth first for it to grow in, or there'd be no tree. Is that right? In other words...

E-42 Here, I read sometime ago where a little boy eat the eraser off of a pencil, and he'd eat the--and eat the pedal off of a bicycle, a rubber pedal. And they couldn't understand why the little fellow was eating rubber all the time. So they took him down to the clinic and examined him, and the doctor said, "Why, his little body's craving sulfur." There you are. See? Now, the little boy was taken out of the earth, where sulfur is, and as long as there was a crave for sulfur in here, there had to be a sulfur to respond to that crave. See?
Now, how many in here believes in Divine healing? Let's see your hand. The power of God? Thank you. Look. Before there can be a creation, there has to be a Creator to create that creation. Is that right? Well, as long as you're hungering for Divine healing and the power of God, there's got to be a Fountain open somewhere. Is that right? If there isn't Divine healing, you wouldn't have that in your heart. The Creator God has to create that in your heart before you can even think of such a thing. Hallelujah. Then you want more of God; you hunger for more of God. And because that you do hunger is a very fine evidence that there is more of God to receive. And if you crave Divine healing, that shows that there is a Fountain of Divine healing somewhere or that creation wouldn't be in your heart. You get what I mean?

E-43 Quickly now, just a couple more minutes. Oh, my, I just love Him; that's all. I just can't help it. See, I've got... Think of it. Any route you take, anywhere you want to start from, you'll see Jesus Christ in His power. That's right. Any road you want to make: two natures, two atmospheres, two signs, two anything you want to, there's Jesus Christ right in the middle of it. Amen. Yes.

E-44 Now, look at this. I see Simeon, an old man, an old sage (as they called them), long white hair, about eighty years old, we're taught, and long beard. He had a reputation. He was a master in Israel. And he worked around the temple there, and so forth, well thought of. But one day the old fellow, perhaps, was out praying somewhere, and the Holy Spirit come to him and said, "Simeon, you're not going to die. You're an old man, but you're not going to die until you see the Christ of God." And he went around testifying, telling the people. Now, he wasn't afraid it hurt his reputation.
I can imagine a fellow saying, "Look at that old guy. Why, he's--he's a little bit off at his head." See? "Because look he's--he's nearly dead right now. And yet, David looked for Christ, and all back the prophets looked for Christ, and it's farther away than it ever was. Here we are in all this conglomeration and what we are now, and yet, that old fellow says he ain't going to die till he sees Christ. There's something wrong with the old fellow. He studied too hard."
No, but the Holy Spirit revealed it to him. That's a good reason to testify of It, is that right? The Holy Spirit said so.

E-45 Now, then the first thing you know, when Jesus was born... Simeon knowed nothing about it. Well, let's do just a little drama here to the end, if you will.
I imagine it's Monday morning in the temple. And oh, my, the people are coming, there's about two million Jews then or more. I suppose, maybe, fifty or a hundred babies was born, there may be more than that, every night. Well then, every morning there'd be a great long line of mothers standing there with their babies, and some of them poor with old turtle doves, and some with little sheeps, for the purification and the circumcision of the child, and whatmore, and coming up the road to the priest to minister the--the order.
Then, let's say it's Monday morning now. And oh, there's been a great conglomeration around the city and everything, and everybody's busy and their... all temples are full. And Simeon had a little time over in the prayer room to pray awhile. Went over there...
I just to imagine he was reading Isaiah about the 40th chapter, saying, "All we like sheep have gone astray (or something). The Lord has laid upon Him the iniquity of us all. Oh, He was wounded for our transgressions, bruised for our iniquities; the chastisement of our peace upon Him, with His stripes we were healed." I can hear Simeon say, "Now, I wonder who that could be other wise than Messiah." And the same time the Messiah was in the temple in the arms of his mother.

E-46 Let's look coming up along the line now. I see these fine ladies there with nice little needle work blankets, little pink and blue over their little babies, and they're cooing them on the chin, and so forth. And oh, how they was walking along. And there was a girl there that had a bad name: she had a baby without being married (Hmmmm.), belonged to--down there in Nazareth somewhere. My, there she is the temple. There's that baby that was borned out of holy wedlock. Mary knew Who that baby belonged to. She walked right along with this baby. "Keep your distance from her. Don't stand around such a person."
It reminds me of some of these half-sister churches today. We know where we're standing. I know what this Holy Ghost means to me; it's Life. I don't care what the others think about it. It's Life. Might make me act peculiar, that's to the world.

E-47 But notice, they kept their distance. "Keep away from her." They shunning around. And every time... She held the little baby in her hands. The rest of them with fine little blankets on, but He was wrapped in swaddling's clothes.
Now, I'm taught that swaddling clothes is what goes on the back of a yolk of an ox, when they plow with it. The baby was born in a manger, so they just unwrapped the... had no old clothes to put on the little Fellow. You talk about poor. And no... And yet, the King of glory... And they unwrapped the swaddling's cloth and wrapped it around the little Fellow.
And here He was, the little Fellow, laying in His mothers arms, a little girl about eighteen years old, twenty, coming up, holding this little Baby, cooing and looking down in His face. She didn't care. It didn't blush her when they called her a fanatic, or so forth, or this, that, if she was in disgrace. Didn't pay any attention to her; she just moved on. She knowed where she was at. She knowed what it was all about. Make any difference what the outside world says. You remember the same thing by your testimony, if you're borned again. Let them call you a fanatic. That's all right. You know where you're at. The world knows their own. God knows His too.

E-48 So here she comes along with this baby, walking along. I can see people come by, saying, "Wonder why they're staying away from that little old girl. Oh, my. Look at her with that swaddling's cloth. My, that must be a poor kid. Well, we're refined. So We go to better church; and we don't have to fool with nothing like that."
Here sat an old man back there. Oh, he had a little spot of peace in him, back here. I can hear him sitting there reading the Scriptures. All at once the Holy Ghost... Now, look. If God gave Simeon--the Holy Ghost give Simeon this promise that he wasn't going to die till he seen the Christ of God, the Holy Ghost is under obligation to see that he sees the Christ then. That's right. He made him the promise; He's obligated. (I hope you're getting between the lines here...?...)
The Holy Spirit's obligated to the Word. God's obligated to His Word. He certainly is. I'm obligated to my word, and you're obligated to your word. And if your word's no good, then you're no good. If God's Word's no good, then I--I can't--I can't worship God. Because there... I wouldn't believe there was any, if He wouldn't back up His Word. That's true.

E-49 So then, I see her moving along. Here's Simeon; he's setting there reading. And all at once, the Christ in the temple. The Holy Ghost had give him the promise. The Holy Ghost knowed all about that. So you see, Simeon sitting there reading. So He said, "Simeon, stand up on your feet."
Simeon said, "Yes, Lord." He laid it down. "That was the Voice of the Holy Ghost," I can hear Simeon say.
"Stand up. Start walking."
"Where, Lord?"
"Just walk. I'll take care of the rest of it."

E-50 "How am I going to walk after I get out of this stretcher?" I don't know. He will take care of the rest of it. See? Just start walking (See?), when He tells you.
"How am I going to get up out of the wheelchair?" I don't know, but you just keep walking. He--He will take care of the rest of it.
"How am I going to get over the cancer, heart trouble." I--I don't know. Just take His Word and keep walking. He will take care of the rest of it. See here. He's obligated to His Word. That's right.
"How am I going to tell my mother, if I get the Holy Ghost, and my daddy? They belong to a different church." Just get it. He will take care of the rest of it. You see? You don't have to worry about that. He will take care it.
"How will I face my school, my playmates?" Don't worry. Just keep going. He will take care of that. See?

E-51 Simeon raises up. Here he starts, not knowing where he's going, just walking. But the Holy Ghost is directing his steps. Don't you believe men are led by the Spirit of God? They that are sons of God are. Is that right? Here he comes, not knowing where he's going. But he's led by the Spirit of God. He moves over to this line of circumcision coming down, his mother. Here he starts walking down, not knowing where he's going. The Holy Ghost is leading him. And the Holy Ghost brought him right straight before this little despised mother, standing there with this baby with swaddling cloth.
I can hear the Holy Ghost say, "This is it."
He reached over and got the Baby in his arms, took it out of Mary's arms, tears rolling down his white beard, said, "Lord, let Thy servant depart in peace, according to Thy Word, for my eyes have seen Thy Salvation."
That's right. The world spurned It, and that man loved It. The same thing today, the world spurns the baptism of the Spirit and the works of the Holy Ghost, but there's hungry hearts that's coming to It, moving to It.

E-52 Now, look. The same Holy Spirit... There's no two Holy Spirits, there's only one. And the same Holy Spirit that give Simeon that promise, is the same Holy Spirit that drawed you out here tonight. Is that right? He made you come, sister, and to you, sister, and you, you, you, you, every one of you. He brought you here. The devil would never bring you around a place like this. I'll guarantee you that. The Holy Ghost brought you here. If you believe in Divine Healing, then the Holy Spirit brought you where the Fountain's open, just like He did Simeon. You embraced God's promise like Simeon did.
And at the same time, in the temple, was an old woman by the name of Ann. And she was blind, we're taught. And she was waiting for the consolation of Israel. At the same time, the Holy Spirit struck her. Here come an old blind prophetess, walking among the people, not knowing where she was going. Maybe blind here, but she was led by the Holy Spirit. Moved up to the side of Child and lifted up her hands and blessed God. And all those that waited the consolation of Israel...

E-53 If the Holy Spirit could lead that blind woman to the promise of God, how much more would He lead you and I to His promise.
She was expecting and waiting for the consolation of Israel; that was the Christ. She was expecting to see Him. Simeon was expecting to see Him. And I'm expecting to see Him tonight. I'm expecting to see Him. I'm expecting to watch His power. I'm expecting to see something done, because He promised me that He would do it. That's right. Whatever you expect, that's what you will receive. Shall we pray?

E-54 Heavenly Father, in the Name of Jesus Thy beloved Child, as Simeon of old embraced Him in his arms, may we with the strong arms of faith tonight reach out and embrace Him, bring Him nigh unto us who are needy. May He come to Your people tonight. Save the lost, bring back the wondering sheep that's gone astray, straying around over the country, no church home, no place to go, like wondering stars know that they ought to be at their Father's house feasting and dining on the good things of God. Bring them back tonight, Lord.
That poor sinner who's never eat at the table of God, the good things of the Spirit, may he realize tonight, and leave that garbage can from whence he has eaten and turn to the table set with blessed holy hands. Grant it, Lord.
May the poor sick, and crippled, and afflicted people, by arms of faith reach out tonight, and embrace Jesus Christ as their Healer.
And now, Father, when He was here on earth, You sent Him. You told Him that He was do Your will; "I come in the volume of the Book to do Thy will, O God." And now He returned back to You after making the sacrifice that--of His Ownself, that He could bring many sons unto God.
And now, tonight, Lord, I, as Your servant, along with these other servants, are here to do Thy will, O God; as it is written, by Him which said, "The things that I do shall you also." Grant it tonight. And may that same power that led Simeon, and Ann, John the Baptist, many of the others, and all the other righteous, may He come and lead us into deeper depths and high heights with Thy love and power, for we ask it in His Name. Amen.

E-55 Sorry to take so much of your time, but I just feel... Oh, what a fine audience of faith.
Now, if you were--come tonight and you wanted to see Jesus... If you wanted to see Jesus, what type of Person would you look for? A real fine scholar? No. Ask somebody who knows what the original writing of the Bible was in--just plain, not even good grammar, just like you use out on the streets, common people. See? That's the type of Person you'd find.
Where would you find Him at? The great high classes? Oh, no. Down on the river, among the poor, the outcast, whoever would receive Him. Those classic spirits, religious as they can be, great fine synagogues... Remember, scholars... Well, who could beat them priests for holiness? If they did one thing wrong, they was stoned. They had to be holy, without blemish. That right? Scholars of the Word, but yet, failed to see God. That's the way it is today.

E-56 Now, as God took--takes His man but never His Spirit. The same Spirit was upon Elijah come on Elisha, then on John the Baptist, and predicted again in the last day. Is that right? God taken His man, but... He took His Son but the Spirit come back. See? The devil takes his man but never the spirit. It comes right back, very religious. Didn't Paul say in the last days they'd be heady, high-minded, lovers of pleasure more than lovers of God, having a form of godliness and denying the power thereof; from such turn away?
Now, we're all here. That's right. God's people is here, Satan's here. The antichrist is not a communist. Communist is not the antichrist spirit. The Bible said in Saint Matthew the 24th chapter, that the antichrist would be so close to the real thing, that it would deceive the very elect, if possible. That's right. It's religious. It's all in Revelations 17: sitting upon a scarlet covered beast, and how that she had daughters that went out from her. And you're not blind. See? All right.
Someday I hope just to cross the country teaching the Gospel, just as the best that I know how. But now it's prayer for the sick.

E-57 When we see Jesus standing there, what kind of Man was He then? He was a Man of sorrow, acquainted with grief. Yet, He had a personality... He could tell them when it was necessary to be told. He got some sticks one day, or some ropes and beat the whole bunch of them out of the temple. So if it come necessary, He could do it. Then if He look at you and your heart would melt. See?
And now, how did people receive it? Those who approached Him (now watch), those who approached Him as a loving, kind Saviour, they felt virtue. They were told of what was wrong with them, and what for them to do.

E-58 But they wrapped a rag around His face one day, and hit Him on the head with a stick and said, "Now, You're a seer, you--you're a prophesier. You know what the people's doing and everything. You tell them out there what they're thinking about and what they're doing." Now, they hit Him on the head, and said, "Now, tell us who hit You?" He never opened His mouth, said a word. See?
You've heard these people say, "Let me see this Divine healer go heal this person, we'll believe it." Just remember, that fellow's possessed of the devil. See?
The very first thing that--that Satan did when he met Eve, was that thing. The first thing he did when he met Jesus, he said, "If you're the Son of God... Now, you have power. If you're the Son of God, perform me a miracle here that I can see you do it. Make--make this bread in--in... this stones into bread. Let me see you do it now, and I'll believe you." See?

E-59 Took Him up on the pinnacle of the temple, said, "Now, dash your foot down, just... or jump off of here, right there. It's written in the Scriptures. I'll give you Scripture for it."
Jesus said, "Thou shalt not tempt the Lord thy God. Get away from me, Satan." Is that right? He never clowned for Satan. He only did the Father's will.
Now, look. He didn't claim to be a healer, did He? He said, "I can do nothing in Myself." When He passed all them crippled people and so forth, never healed a one of them, He healed a man had a disease, something like prostate or something like that; he'd had it for a long time. He said, "Will thou be made whole?" Never healed any of the crippled. And the Jews questioned Him. He said, "Verily, verily, I say unto you. The Son can do nothing in Himself, but what He sees the Father doing." Is that right? "The Father shows Me what to do and I go do it."
Now, if He's the same yesterday, today, and forever, died, rose from the dead, He said, "The things that I do, shall you do also." Is that right? That's a promise.

E-60 Of course, you know I'm doing something. Certainly. I'm bringing myself down from the anointing of preaching down into this (See?), for the healing (See?), getting back to... settle the audience. Be reverent.
Now, He didn't claim to be a healer, but He saw visions of what the... Jesus said, "I do nothing." That means He didn't do one thing without God first showing Him. Now, if you want to read that, you turn to Saint John 5:19 and see if that's right. See? "Verily, verily, I say unto you, the Son can do nothing in Himself, but what He sees the Father doing. (See?) That doeth the Son likewise." He never taken credit; He give it to God. See? No human flesh can glory in the sight of God. So He said that He done what the Father showed Him. He knowed where a fish was, had a coin in his mouth.
Paul standing, preaching one time, and seen a man that was crippled, or something wrong with him, laying in a stretcher, or cot, or something or other, said, "I perceive that you have faith to be healed. Stand up on your feet. Jesus Christ makes you whole." And he jumped up. That's the Gospel.

E-61 Now, if Jesus will return here tonight and do the things that He did when He was here on earth, do the same manifestations... He called the woman at the well and said, "Bring Me a drink."
She said, "The pump... The well's deep here."
He talked to her a little bit and He said--went right straight to her trouble, said, "Go, get your husband."
She said, "I don't have any husband."
Said, "That's right. You've got five."
Why, she run into the city and said, "Come, see a Man Who told me everything I ever done." Why, He didn't do that. He only told her one thing. But if God can show Him one thing, He could show Him all things.
So she said, "Isn't this the Christ?"

E-62 Philip come to Him, got saved, went out and found Nathanael. Said to Nathanael, "Come, see Who I found, Jesus of Nazareth, the Son of Joseph."
He said, "Could anything good come out of Nazareth?"
Said, "You come, see."
So when He standing in the prayer line praying for the sick perhaps... What He done sixty percent of His time, or better, was praying for the sick, yeah, about eighty percent, praying for the sick.
And perhaps Philip come up to Him in the line, or Nathanael. Jesus looked and him and said, "Behold an Israelite in whom there is no guile."
"Why," he said, "when did You... How do You know?" In otherwise, "there's a Christian man that's honest." Said, "How did You know I was a Christian man and honest?"
He said, "Before Philip called you, when you was under the tree, that's when I saw you."
Philip said... or Nathanael said, "Thou art the Christ, the Son of God, the King of Israel."
You know what the 1944 version of that would mean? Mental telepathy, a devil, fortuneteller, something like that. See? "Blind lead the blind and they all fall in the ditch." That's right. Let us not be like them tonight. Let us be open hearted and receive our lovely Lord Jesus into our hearts.

E-63 [Blank.spot.on.tape--Ed.]... 'course I wouldn't know if you just went through what we used to have, the old fast line, you know, where people would just go through so fast, and just running as hard as they could. And I'm glad that you mentioned that, something, so I can get a starting place to get to talk to you.
Now, as far as in life, we're both strangers to each other, never knew you, one another. And... But God knows both of us, doesn't He?
Now, what if our Lord Jesus Christ, our Saviour, was standing here tonight, wearing this suit that He gave me, and He was standing here, looking to you... Now, He'd know what your--what your trouble was. Is that right? But now about healing, what do you think He could say? Why, He'd say, "Child, don't you believe that I healed you when I died for you nineteen hundred years ago? Could you accept that?" You'd say, "Yes, I can, Lord." Well, if you could accept it, then just as you believe, so would it be. Is that right?

E-64 But now, being the King of prophets, God, Emmanuel, He would know what--what was wrong with you, and what was your trouble, and so forth. Is that right? But otherwise, He--He could do nothing for you. Is that right? Well then, if He's risen from the dead and could... If He could come into my body and take my voice, could He say the same thing that He would say if He was standing here in flesh...?... Did He promise to do it? He did. That's right. Makes Him the same yesterday, today, and forever. And then we, the believers, could see Him. He'd be with us, in us, to the end of the world. That's through every age, on down to the end of the world. Is that right? That makes Him the same yesterday, today, and forever. Is that true?
Now, you're conscious that something's going on, aren't you? It's--it's... See, now right between you and I now stands that Light.

E-65 Now, to heal you, I couldn't. To hide your life, you couldn't. See? Because it's all in the hands of God now. See? That's right. Oh, God. Much sorrow, and in much danger... One thing you're extremely nervous. You got enough to be nervous about. It's just turning black all around where you're at. Oh, it's... You--you got... It's heart trouble. And that's... Why, you've been give up by the doctor to die. That's been about a month ago or more. And he said that there was--you had two holes, or leaks, or something like that. Some funny name he called it. I heard him just then when he said it. But it was some funny name, it about... But what it is, it amounts up to, is two holes in your heart; I see as the blood's dripping through. Are those things the truth?
Is the same Jesus Who knew Philip was under the tree, could see you in the... under the condition of what it... Is that right? Is He standing here? Is He your Saviour? Is He your Healer? Come here.

E-66 Now, I realize I'm just a man, sister. But now, while That is on here... I'm you're brother and God's servant. See? Now, the power of healing, true, is here. See? But I can only do with it, if He will let me. I'm going to pronounce the blessing that you live and not die. And I'm... Will you give God praise?
Our Lord Jesus, I lay my hand upon this woman, and I ask for her life to be spared. And for this which the doctors could not do, may the power of Almighty God do in Jesus' Christ Name. Amen. I bless thee, my sister, for your healing in the Name of Jesus, the Son of God. Amen.
Now, you write me your testimony. God bless you.

E-67 The Lord be blessed. Now, before the anointing gets me till where I don't know where I'm at, how many believes that Jesus Christ is here now? That's--that's the same Jesus. Now, that's His power. That's His wonder that He said He would do.
Now, be reverent, everywhere. Be expecting God to do for you what He did for her. Just believe it is all you have to do.
Now, keep praying out there. Just believe it and see if the Holy Spirit can't come out through the audience there and heal you where you're at, up in the bleachers, or wherever you are. Just believe is all I ask you to do.

E-68 Come, lady. How do you do? 'Course you're conscious that Something's near. But we are strangers to one another. I don't know you, never seen you in my life, as I know of. I suppose you never knew me before. No. We're perfect... Then we've never seen each other before, the first time in life to ever come face to face with one another. But Lord knows you, and He knows me.
You are a Christian believer, 'cause your spirit just feels so welcome. And I know that this is the Holy Spirit here. And I know It welcomes you.
Now, if Jesus our Saviour, being the Saviour of both of us, and God the Father of both of us, then we become God's children. Then we're here to help one another. And if God has sent me to help you, then I must do what God tells me to do. Then I'm asking you to believe on Him, and to believe that He sent me to--to--with a Divine gift, just to make faith for you.

E-69 Now, if we've never seen each other before, why, there'd have to be some way that... If He would tell me anything about you. If I, probably when It strikes, would keep talking to you, It would just keep on talking. But it's just something... For instance, if you're sick, or if there's something wrong with you otherwise, if you've done something wrong, if He'd just speak that out and tell you about it, you'd be willing to accept it, wouldn't you?
I--I can tell you, before anything happens that you really are a believer. Your trouble, you're real nervous. And that's due to the time of life that you're living in, coming to the menopause. That's a lady's age. But... Excuse me. Something happened. You--you--you've had an accident. I seen a stick or something hit you in the head, wasn't it? Is that right? And it's caused you to have hemorrhages in--inside the head. Is that true? Come here.
Oh, Jesus, Son of God, I bless this, my sister, for her healing. And now, enemy, leave her. I rebuke this tumor. In the Name of Jesus Christ may it go out from her and she be made well for Thy glory. I bless thee, my sister, for the healing of your body. God bless you now. Go, rejoicing.

E-70 Have faith. Don't doubt. Just keep faith; keep believing. Let's be reverent and just believe with all of our heart now. Now, be just as reverent now.
How do you do, lady? I say, how do you do? We are strangers, I suppose, to each other. [The lady speaks to Brother Branham--Ed.] Yes, ma'am. You was in my service where? [The lady says, "At Evansville."--Ed.] Excuse me. I'm not hard of hearing, but it's just... You can understand. About five or six years ago. Oh, yes. You come from, I believe, from St. Louis, over there one night. Yes. [The lady says, "Brother Van Huesen."--Ed.] Yes, Von--Von Huesen, that's it. That was Brother Von Huesen. They had the same place, I believe, I was in the other day, over there, here a few weeks ago or... [The lady speaks again--Ed.] I see.

E-71 Well, then you and I are strangers to each other, not knowing one another. But do you believe that Jesus Christ has risen from the dead? And do you believe that He can, by sovereign grace and election, that He sends people here on earth, and sets them aside to preach the Gospel, and to do different works for Him? You believe that, don't you? Then if we've never met in life, and if God would say something that was wrong with you, and you know I have no way of knowing it, well, it'd have to come from some supernatural resource. Is that right? Well then, would you accept that as God? See? You'd have to. Thank you.
See, it's just... I'm trying to feel the approach. You see what I mean. 'Cause it--it's the way you regard It. Not me, but you have to respect what I'm talking about or it just--just won't be. See? It's your approach to God. That people that... Woman touched His garment one time and she got healed. But another one hit Him on the head and everything else; they couldn't feel no virtue. It's the way they approached Him.

E-72 Yes. Now, the lady is just breaking up in front of me. But she's... something... I see she has a... It's gall bladder trouble. It's in her--it's in her right side. And she has... There's something wrong with the throat. Is that right? And then, also, I see when you're standing with clothes... You got a growth, and that growth is on the right shoulder. Is that right? Is that... Was that true?
Now, what spoke to you wasn't me. It was my--my voice, but I wasn't operating it. 'Cause I wouldn't know what to say. No. But it was some other voice... it's my voice but Something speaking my voice. Is that right? Do you believe it was God? Then come here.
Kind heavenly Father, in the Name of Jesus Thy beloved Child, I ask for the healing of my sister. And I bless her now, and condemn the enemy, and make her well in the Name of Jesus the Son of God. Amen.
I bless thee, my sister, in Jesus Name for your healing. Amen. God bless you, my sister. Go, being happy, rejoicing. Don't doubt. The Bible said, "Go ye and sin no more (that's unbelief), or worse will come upon you."

E-73 Now, be real reverent. Just keep praying, lady. Yet It stood over you twice tonight. See? Now, have faith. I know your trouble, but I can't say just what. It was over the other lady too, but I--I want to see you healed. See? Then I can tell you it's THUS SAITH THE LORD.
Now, be reverent everywhere, please. See, each person's a spirit. As you move, it... I... Just believe me. Just be quiet, you know, just be just as reverent as you can be.
All right. Let the patient come.

E-74 Faith is moving everywhere. Now, be real reverent. All right. How do you do, sir? You are a believer. You're already anointed. But we're strangers to each other, perfectly strangers, yes, sir. I don't know nothing about you. As far as I know, I've never seen you in my life. But only God knows you. I don't. Does anybody here know the man? Anybody in the building know the man, know him?
All right. Then if we be strangers to each other, my brother, and we know not each other, and God knows us both, may He help us. May He help me as His servant to help you, his servant. 'Cause we're both want to live; we want to serve God. We want to do all we can for the Kingdom of God. Yes, sir.
Now, the man leaves me. You've been healed, and that was... But you wasn't at a platform. You were sitting in an audience. And your wife was being healed at the platform. And it was somewhere... It was Brother Bosworth standing to my right hand side, smiling. It's... There's Brother Vibbert. It--it was at Evansville, Indiana. That is true? Was that true? That's true.
It's moving again. Just a moment now. You, oh, you... It was ulcers you had. And you're standing now for an elderly man; that's your father, and he isn't here, and he's got kidney trouble. Go home, lay your hands on him and...?... in the Name of Jesus Christ the Son of God.

E-75 How do you do? Now, everybody just reverent. I'm not beside myself. I just have to get my bearings. You see? Visions are something... You're in another world. And now, I can't hardly see out over the audience, and I've got good sight. But just look like... I know I can hear people. I can hear people. And it just seems like it's like a yellow haze hanging here. You'll never know till we meet at the judgment.

E-76 This is the patient, isn't it? This is the patient? Come here. I suppose we're strangers, lady; we don't know each other, perfect strangers. But God alone knows. And I--I know that God can reveal and can make me know what your trouble... I can't heal you, only just by obeying him, laying hands... Jesus said, "In my Name they shall cast out; if they lay their hands on the sick..." Is that right?
I see a long, white table. There's somebody... There's doctors; there's something about the back, it's a--it's a your... oh, it's kidney stones in the back, and they're want to operate immediately. Is that right? Well, Christ can operate right now. If you will believe, and He will take it from you now. Come here just a moment.
Kind heavenly Father...?... Son of God [Congregation prays aloud--Ed.]... the woman be healed. May these stones leave her and she can go home and be well, whom I bless her, and may...?... in Jesus' Name. Amen.
Praise be to the Living God. Have faith. Don't doubt.

E-77 Come, lady. You want to get over that sinus, lady, setting back there? You believe that Christ can made you well? With all your heart? If you want to accept your healing, stand up on your feet. Say, "I accept it." God bless you. Go and be made well.
There He is. Praise be to the living God. You want to get over that prostate trouble, setting down on the end of the row, sir? You believe that Jesus Christ will make you well? Can you hear me? You was standing there praying, wasn't you? Stand up on your feet. Jesus Christ heals you of the prostate trouble. Go home and be well.
There was two men standing there, one with a gray suit on, one brown. A man setting in here, somewhere like that with same thing, you're healed. Go home. Christ makes you well.

E-78 You believe, sister? With all your heart? You believe me to be His servant? I'm... It's not for me to do anything, sister. He told me if you get the people to believe you.
I said "They won't believe me."
He said, "Take hold of their hand and tell them what is wrong.
Said... I said, "Well then, they..."
He said, "There'll be two signs given you, like was given to Moses to perform a miracle, two miracles." And He said, "By this they'll believe."
And I said... He said, "You'll know what's wrong with them. You'll know the very secrets of their heart."
I said, "How will this come?"
Said, "Knoweth thou not the Scripture? Didn't Jesus of Nazareth promise this?"
You believe that? That's the reason I asked if you believe me. Not believe me as Him, but believe that He sent me to help you. You do? Then go eat your supper. Your stomach trouble left you.

E-79 You believe with all your heart? Have faith in God. You want to get over diabetes and be made well? You do? You accept your healing? Go home in Jesus Christ's Name and be made well.
How do you do, sister? You believe God healed you of that female trouble? You do? All right. God bless you. Go and believe.

E-80 All right. Come, lady. Be reverent. Our Lord is here. Now, two demons are screaming to one another (Be reverent.), coming from this direction. Something wrong with your back, isn't there? Is that right? You have too, didn't you? Stand up on your feet, ladies. You're both healed now; you can go home and be well. Jesus Christ makes you both well. Say, "Thanks be to God."
All right. You want to get over the heart trouble? You accept your healing from Jesus Christ? God bless you, my sister, and may you be healed in Jesus Christ's Name. Amen. God bless you.

E-81 Come on, lady. Do you believe with all your heart? Are you a believer? You believe me His Prophet, His servant? Got the wickedest thing there is to fight. About eighty percent of this audience is suffering with the same thing. It's just coming from all out there. Let me show you. Turn your face this a way. How many out there is suffering with nervousness? Raise your hand. See? You have real funny feelings, fearing, weary, upset, think you're going to lose your mind. Satan told you you was, but he lied. You're healed now. Go home and be made well in the Name of Jesus.
...?... her blessed you, you go home now, and do whatever you want to. God bless you. Healed, go home shouting praising God.

E-82 Come, lady. Do you believe? I want to talk to you just a minute. [Brother Branham talks to the lady--Ed.] Is that the truth? I just... Now, the audience... Nothing wrong with the lady, in the way of immorals and things, she's a nice lady. But it's just something I couldn't say before an audience. And only God alone knows the woman. Is that right, lady? Is that the truth? Just God alone was in there with you (Is that right?), when it happened. Is that right? Now, you're going to get well. God bless you. Let me just lay hands on you, just a minute. In Jesus Christ's Name I rebuke the evil one; leave her. Amen. God bless you.
Had a funny feeling awhile ago when I talked about that lady here with that back trouble, didn't you, sir? Uh-huh. Set with your shirt open there, setting there. Is that right? Setting out here, set... Yeah. You were healed too of the same thing. You had back trouble. You were healed. I couldn't tell you 'cause I couldn't get to you just then.
What do you think, setting there, lady, praying? Want to get rid of that arthritis? Setting right down below in here, you want to get rid of that arthritis? You do? Yes. Uh-huh... If it isn't...?...

Up

S'abonner aux nouvelles