L’Aveugle Bartimée

Date: 55-1115 | La durée est de: 1 heure et 39 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le texte français seulement Voir le texte anglais seulement

1          Amen. Disons: «Gloire au Seigneur!» de cette manière pour ce merveilleux cantique. N’est-ce pas la vérité? Lorsque Jésus viendra, tout sera changé à ce moment-là, n’est-ce pas? L’obscurité, les ténèbres disparaîtront complètement.

            Et nous sommes très heureux de ce que Jésus a promis qu’Il viendrait là où deux ou trois seraient assemblés en Son Nom. Ainsi nous savons qu’Il sera ici ce soir, Il est déjà ici, parce que nous sommes rassemblés en Son Nom.

            Chaque soir, après minuit, lorsque je reviens bien à moi, quelqu’un me dit, mon fils ou ma femme dit: «Tu as gardé les gens trop longtemps ce soir, Billy. Ces gens vont au travail. Tu vois combien viennent. Et il fait très froid dans cette tente.» Alors je vais essayer de vous libérer un peu plus tôt, si je le peux donc. Ainsi priez avec moi, et priez pour moi, et je ferai de mon mieux pour me dépêcher ce soir.

2          Bien, je suis très reconnaissant. Nous avons une civière et un fauteuil roulant de moins ce soir. Gloire à Dieu! C’est bon, par rapport à hier soir. Je crois que ce sera votre soirée ce soir, soeur, et vous aussi soeur, ce soir, et que vous n’aurez plus à rester dans ce fauteuil roulant ou dans cette civière demain soir. Et je crois que les gens, n’importe lequel d’entre vous tous... Vous serez assis là dans cette assistance, là au fond, demain soir, ou dans votre propre église, ou partout où vous allez.

3          Maintenant, aux nouveaux convertis qui viennent d’être convertis dans cette série de réunions ; ne restez tout simplement pas oisifs. Trouvez-vous une bonne église à fréquenter. Regardez par ici. Si vous êtes de cette vallée, et des environs par ici quelque part, regardez ces pasteurs qui viennent ici sur l’estrade, et qui nous assistent dans cette série de réunions. Ils croient dans ce genre de ministère. Allez donc dans leurs églises et dites-leur que vous voulez devenir membre là.

            Et si je vivais quelque part dans ce voisinage, ou près de chez eux, je serais un membre de leur église, parce que je les apprécie. Et ils se sont tenus juste ici sur l’estrade, ce soir, afin que chacun sache ce qu’ils croient. Et si vous n’êtes pas de cette ville, si vous venez d’une autre ville, trouvez-vous une bonne église quelque part, une bonne église qui prêche l’Evangile et qui croit dans la guérison divine. Maintenant, si vous êtes...

4          Je ne connais pas beaucoup d’églises en montant dans ce sens. J’en connais quelques-unes en descendant dans l’autre sens. Je connais l’Angelus Temple, une très bonne église. Elle se trouve juste à Los Angeles. Et je connais le docteur Teeford et–et Roth McPherson, et le docteur Cummings et tous–tous ces très bons frères, une très bonne église. Les gens du Foursquare sont de bonnes gens. Si vous habitez près du temple, eh bien, souvenez-vous-en.

            J’ai tenu des réunions pour eux dans tout le pays, frère Beard qui vient de l’ouest est un très bon ami à moi. Et j’ai assisté à leurs conventions et ainsi de suite, ce sont de très braves gens. Et Roth McPherson, je pense que c’est l’un des meilleurs hommes que j’aie jamais rencontrés, un homme très bien.

5          Ensuite il y a frère O. L. Jaggers qui vient de l’église mondiale là-bas, un autre homme très bien. J’ai tenu des réunions pour lui, nous avons eu une glorieuse communion là-bas.

            Maintenant, il y a une petite discorde parmi ces églises, mais que cela ne vous dérange pas. Ce sont de bonnes églises. C’est un... C’est très bien, ce sont des frères. Ils sont très bien, tous sont des hommes bien, eux tous. C’est juste. Ils sont certes un peu en désaccord de temps en... Eh bien, ils pensent plutôt qu’ils sont concurrents ; cela les garde un peu spirituels. Si vous ne laissez pas cela aller plus loin que ça, ce sera en ordre.

            Mais j’aime vraiment frère Jaggers, et j’aime frère Teeford, ainsi que frère McPherson et tous les autres. Ils ont tous été de très précieux frères pour moi. Et je les aime tous. Alors leurs petits différents, eh bien, cela–cela est normal. Cela arrive même dans des familles, vous savez. Et ainsi, à ce qu’il paraît, la famille de Dieu ne marche pas plus parfaitement que nos familles. Ainsi tous les deux types de familles sont en ordre l’une et l’autre. Ce sont de bons frères, tous. Ce sont de braves gens.

6          Et je crois qu’il y a un frère A. A. Allen qui tient un réveil là quelque part, à Los Angeles, là-bas. Je ne le connais pas très bien. J’ai entendu parler de lui, mais je ne le connais pas. Toutefois, c’est un frère qui tient des réunions de guérison. Et–et s’il y a quelqu’un qui habite de ce côté-là, eh bien... Bien sûr, frère Allen est un évangéliste comme moi. Il n’a pas d’église fixe.

            Et puis, il y a un frère Leroy Kopp par là qui a une église. Et je le connais très bien, c’est un très bon frère chrétien. Et, oh! il y a plein de bonnes églises par ici, que vous pouvez fréquenter.

            Ne l’oubliez pas, parmi toutes ces bonnes églises, vous devriez en trouver une quelque part. Et trouvez-vous une église, qu’elle devienne votre église et allez-y, et dites-leur que vous voulez devenir membre de leur corps des croyants.

7          Et ensuite, souvenez-vous, ensuite allez dans les autres églises et communiez avec les gens de là aussi. En tant que chrétien, ne rejetez jamais quelqu’un, peu importe s’il est un pentecôtiste, ou s’il est un baptiste, ou un méthodiste. Souvenez-vous, c’est votre frère de toute façon. Voyez? C’est juste. Tenez-vous-en à cela.

            Si vous ne ressentez pas cela, alors vous devez revenir en arrière. Voyez? C’est juste. Vous devrez revenir en arrière parce que vous n’êtes pas allé assez loin, vous savez. Vous...

8          Je parlais l’autre jour à un frère méthodiste, un de mes amis. Et il (nous avons beaucoup communié ensemble)–il était pasteur de l’église méthodiste de New Albany. Et nous sommes tous deux nés là au Kentucky. Je suis né dans une vallée et lui dans l’autre vallée. C’est ainsi que nous avons pris chacun sa direction là-bas. Et ainsi...

            Et lorsque... je l’appelais frère Lum. Son nom était Edwards. Et ainsi, si je faisais un converti, et que celui-ci dise: «Eh bien, frère Billy, disait-il, je... Mon père et ma mère étaient méthodistes et moi, je... Par conséquent je–je ne peux pas être baptisé par immersion. Je–je–j’aimerais que vous m’aspergiez.»

            Eh bien, il–il ne ferait jamais un bon membre d’église pour moi là. Alors je lui disais: «Je vais vous dire quoi. J’ai un des meilleurs frères là à New Albany (Voyez?), juste en bas non loin de mon église, à trois miles [4,8 km], et il a un... Il est pasteur d’une église méthodiste très spirituelle.» Je disais: «C’est un homme merveilleux.» Je disais: «Il fait un peu sec, il n’y a pas beaucoup d’eau par là.» Mais je disais: «Je–je vous assure, vous devriez aller là-bas vers lui. Alors, je vais vous amener chez lui.»

            C’était là mon converti qui voulait devenir un méthodiste. Si lui en avait un qui désirait être un baptiste et qui voulait réellement être immergé, il disait: «Eh bien, vous ne serez jamais un bon membre d’église pour moi, mais j’ai un grand ami là à Jeffersonville, au tabernacle ; il s’appelle Billy. Je vous assure, Billy va vous noyer. Il vous tiendra là jusqu’à ce que chaque bulle...?... monte et... C’est un bon gars.»

            Ainsi c’est le genre de communion que nous avions. Je le taquinais et je disais: «Il fait très sec chez lui, parce qu’il n’a pas beaucoup d’eau là à New Albany, vous savez.» Et alors, il disait qu’il y avait tellement d’humidité là que j’allais le noyer. Mais nous avions notre communion entre méthodiste et baptiste. Et j’allais prêcher pour lui, et lui aussi venait prêcher pour moi.

            Maintenant, si les méthodistes et les baptistes font cela, certainement que ces autres églises peuvent le faire. C’est–c’est juste. Nous sommes donc tous frères en Jésus-Christ. Le croyez-vous? [L’assemblée dit: «Amen.»–N.D.E.] Amen. C’est merveilleux.

9          Maintenant, nous allons ouvrir Sa Parole. Et je vais déposer ma montre ici afin d’être sûr que je ne ferai pas trop longtemps. Voyez? Maintenant, chérie, tu ne vas pas m’engueuler après cette réunion. Vous voyez? Je–je vais chronométrer mon temps moi-même ce soir, si possible.

            Eh bien... Oh! elle ne m’engueule pas, elle est un ange. Je l’ai tout simplement dit comme cela. Elle me dit tout simplement: «Maintenant, Billy, tu sais que ce sont des gens qui travaillent et qu’ils doivent se dépêcher.» Et je sais de quoi il s’agit. C’est juste.

            Ainsi prions. Que chacun soit vraiment en prière. Et, souvenez-vous, il nous reste juste quelques soirées, et nous allons devoir quitter la Californie, votre belle ville ici, ou votre bel Etat, pour retourner en Louisiane. Je vais partir d’ici pour une série de réunions en Louisiane, et peut-être que je vais de nouveau retourner outre-mer pour un long voyage outre-mer. Ainsi parlons tout simplement à l’Auteur maintenant avant que nous lisions Sa Parole.

10        Maintenant, Père céleste, nous venons humblement à Toi au Nom de Ton Bien-Aimé Fils, le Seigneur Jésus, pour Te rendre grâces et Te louer pour tout ce que Tu as fait pour nous.

            Ce petit voyage de quelques années de communion avec Toi, combien nos coeurs sont heureux parce que nous T’avons vu sauver des pécheurs et les remplir de Ton Saint-Esprit ; Tu as fait d’eux des ministres de l’Evangile, Tu as pris des prostituées de la rue et Tu en as fait de véritables et authentiques dames. Oh! combien nous T’en remercions!

            Nous T’avons vu prendre ce cas des gens qui étaient cloués au lit, alors que Tes bien-aimés médecins les avaient tout simplement abandonnés et avaient dit: «On ne peut plus rien faire, ils vont mourir.», et de Te voir les relever en parfaite santé, des gens bien portants, nous sommes reconnaissants, Père, et nous n’avons pas suffisamment de mots pour exprimer cela avec des termes humains. Mais reçois simplement l’adoration de nos coeurs alors que nous répandons nos âmes à Toi en actions de grâces.

            Et maintenant, Père, ne veux-Tu pas nous ouvrir Ta Parole ce soir et venir rester avec nous pendant un moment. Sauve ceux qui ne sont pas sauvés, et remplis du Saint-Esprit ceux qui ne L’ont pas ce soir. Et nous Te prions aussi, Père, de guérir chaque malade qui est au milieu de nous.

11        Nous sommes si heureux d’entendre les témoignages d’hier soir sur ce que Tu as fait. Et je prie que, si cela est possible, Tu nous accordes une double portion ce soir et que Tu guérisses tout le monde qui est dans Ta divine Présence. Car nous le demandons au Nom de Jésus, Ton Fils. Amen.

            Maintenant, souvenez-vous, la base de la réunion... Cela marche difficilement. Et un jour, comme vous le savez tous à partir d’une vision, vous qui venez de Los Angeles, un jour ce ministère va... Je vais arrêter cela en Amérique. Voyez-vous? Et ensuite.... Je ne peux pas l’arrêter maintenant parce que, lorsque les gens viennent, cela continue d’opérer.

            Mais un jour cela va s’arrêter, lorsqu’une petite dame montera sur l’estrade portant une robe brune avec un bébé dans ses bras. Et elle aura des cheveux noirs, et le bébé sera enveloppé dans une couverture blanche. Et ce sera la fin de ce type de ministère pour moi en Amérique, jusqu’à ce que le Seigneur Jésus en ait besoin.

            Mais cela continuera outre-mer. Vous voyez? Ici j’appellerai simplement les gens, je les ferai passer dans des lignes de prière et je prierai pour eux. Les Américains, c’est si difficile pour eux de voir. Ils ont tant de choses sous le nom du surnaturel, ils se tiennent plutôt en retrait, et ils en doutent. Ils n’y peuvent rien.

12        Les Américains sont très endoctrinés. Vous voyez, l’un d’eux dira: «Eh bien, docteur Dupont dit que c’est de l’hypnotisme.»

            Un autre dira: «Eh bien, mon pasteur a dit que c’est un fanatique.»

            Celui-ci dira: «Eh bien, je vous assure. Je... Mon pasteur a dit que c’est du diable.»

            Celui-là dira: «Eh bien, mon pasteur ne sait qu’en penser.»

            Vous voyez? Et ce sont des bergers. Et c’est très bien. Ils sont... Voyez? Mais ce que vous faites, vous fondez vos conclusions sur leurs décisions. Vous devez prendre votre propre décision. Voyez? Alors ce que c’est...

            Autre chose... Si une chose comme cela dans le domaine du surnaturel peut arriver en Inde, et tout le monde se lèvera et tous seront guéris.

            J’ai vu un seul homme s’avancer à l’estrade en Afrique. Eh bien, on l’avait conduit à l’aide d’une chaîne attachée à son cou, on l’avait fait monter sur l’estrade comme cela. Et le Saint-Esprit avait révélé à cet homme de quelle tribu il venait.

            Et une mahométane venait de passer dans la ligne de prière, Il avait fait la même chose: Il lui avait révélé quel médecin elle était allée consulter, et tout à ce sujet. Et ces gens se sont mis à pleurer tout simplement, presque tous ces mahométans qui étaient là sont venus à Christ à l’instant même. Mais cette dame a été guérie et a été rétablie, et ces choses lui ont été révélées.

            Trente mille convertis sont venus à Christ et vingt-cinq mille cas de guérisons manifestes se sont produits en une seule minute. On a même pris de grands camions qui ont été remplis de ces béquilles, de ces vieux lits de camp, et de fauteuils roulants, et de bâtons, et de canes avec lesquelles ils avaient marché, pour les emporter loin de ce champ de course.

13        Et plus d’une année après, les journaux de Durban ont publié un article au sujet de la réunion, et ont dit qu’une seule tribu, les Swazis par là, ils avaient emmené, j’oublie combien de camions chargés d’armes à feu, et de montres, et d’objets qu’ils avaient volés. Ils ont absolument tout rendu. Ils ne voulaient plus rien à avoir avec le péché.

            Et on n’avait pas besoin de dire aux gens qui étaient assis là, nus au possible, des hommes, des femmes et tout... On n’avait pas besoin de leur dire de porter des vêtements. Laissez-les simplement trouver Christ, cela leur fera porter...

            C’est comme si les gens sont plutôt en train de perdre la vue en Amérique, n’est-ce pas? C’est juste. Mais eux, c’étaient vraiment des païens.

14        Ceci semble très cru: Je... Une dame qui était assise pas plus loin que cette dame qui est assise dans un fauteuil roulant, a donné naissance à son bébé, pendant qu’elle était assise juste là, et elle l’a simplement ramassé. Et c’était tout. Voyez? Et on n’y prête pas attention. Et... Là dans les tribus...

            Mais ces gens simples, ils ne doutent jamais. Ils ne doutent pas. Dès qu’ils voient quelque chose s’accomplir, pour eux c’est réglé, pour eux tous. Parlez-leur tout simplement, et ils vont se lever et abandonner cela. Peut-être qu’il y en a un qui n’arrive pas à marcher, il essaie de faire un pas. Et bien vite, vous savez, le voilà qui se met à courir. En voici un autre venir de ce côté. Et dès qu’il voit celui-ci marcher, et lui aussi se met à marcher. Et puis, bien vite, vous savez, ça fait une juste très grande foule compacte. Voilà tout. C’est tout ce que vous avez à dire. C’est fini à ce moment-là.

            Et ensuite, j’ai fait mon appel à l’autel et trente mille purs païens qui n’avaient jamais connu quoi que ce soit sur Jésus-Christ, L’ont accepté à la fois et ils ont brisé leurs idoles en les jetant par terre, au point que c’était comme une tempête de poussière qui s’était levée à l’endroit où ils se trouvaient.

            Mais les Américains, nous en Amérique, oh! nous nous posons des questions, disant: «Eh bien, ce n’est pas exactement... Il n’est pas membre de mon église. Et je–je n’en sais rien. Eh bien, je vous assure. Je–je suis très intelligent. Je suis instruit.» Vous seriez bien mieux si vous ne l’étiez pas, si c’est de cette manière que vous y allez. C’est juste.

            Eh bien, nous devons simplement supporter ces choses. Nous sommes une grande civilisation. Mais je crains que nous soyons arrivés à la fin.

15        Très bien. Dans le Livre de Saint Luc, au chapitre 18, et le verset 35, juste pour un passage à lire, juste pour un petit moment d’entretien. Je vais surveiller ma montre ici, et aussitôt que cela indiquera vingt et une heures, nous allons arrêter et commencer la ligne de prière, afin que nous puissions partir à vingt et une heures trente, si possible: le verset 35 maintenant du chapitre 18 de Saint Luc.

Comme Jésus approchait de Jéricho, un aveugle était assis au bord du chemin, et mendiait.

            Que le Seigneur ajoute Ses bénédictions à Sa Parole.

16        Nous connaissons tous ce passage des Ecritures. Et dans une soirée comme celle-ci, vous n’allez pas essayer de prêcher, parce que cela... l’onction... J’ai passé tout l’après-midi à prier rien que pour l’onction afin de voir les visions approcher. Et ensuite–ensuite lorsque je viens ici et que je me mets vraiment à prêcher, alors aussitôt, vous savez, ça disparaît. Et à ce moment-là je suis... Vous passez un moment terrible.

            Alors je dois juste parler un peu, pour sonder l’atmosphère de la foule et les amener tous à se calmer, ainsi que chaque esprit. Ce qui compte ce n’est pas tellement que les gens qui sont ici se calment, mais l’esprit. A ce moment-là, vous pouvez commencer la ligne de prière. Voyez?

17        Et maintenant, tournons nos pensées vers cette scène ce soir. Faisons un retour en arrière, ceci s’est passé juste à la fin du ministère de Jésus.

            Hier soir nous avions parlé du début de Son ministère, comment Dieu Lui avait donné une vision pour se déplacer et s’en aller. Ensuite, parce que Son ami allait mourir, Dieu allait manifester Sa puissance à travers Son Fils, Christ, pour ressusciter cet homme...

            Maintenant, ce soir nous allons aborder cela sous un autre angle, à la fin de Son ministère. Et il avait accompli beaucoup de miracles dans le pays ; toutefois il en était en ce temps-là comme il en est aujourd’hui. Peu importe le nombre de miracles qui pouvaient être accomplis, il y aura toujours des gens qui ne croiront pas.

            Et ainsi, notre scène de ce soir s’ouvre sur une affaire vraiment triste. C’est un aveugle. Et il était assis, déprimé.

18        Imaginons tout simplement, alors que nous... Abordons cela sous forme de drame. Et imaginons que le soleil est en train de se coucher. On est après quinze heures, peut-être, et les très hautes murailles de Jéricho...

            Eh bien, cet aveugle s’est recroquevillé sur le côté de ces murailles. Et il est–comme nous avons appris, il était un mendiant. Et il s’appelait l’aveugle... Il s’appelait Bartimée. Beaucoup parmi vous prononcent cela Bartimée. L’une ou l’autre appellation, c’est en ordre. Et il était... Ses chances... Peut-être qu’il gagnait difficilement sa vie. Les historiens nous ont appris qu’il était un homme marié, il avait un foyer. Mais il gagnait difficilement sa vie parce qu’il mendiait, et il y avait beaucoup de mendiants en ces jours-là.

            Il y avait... Les lépreux étaient des mendiants. Oh! cet horrible fléau de lèpre, personne ne pouvait passer près d’un lépreux sans éprouver un drôle de sentiment.

            Je les ai vus. Autrefois, je pensais que la lèpre était contagieuse, que vous pouvez attraper cela par contagion. Mais vous ne pouvez pas attraper la lèpre par contagion. Je les ai étreints et je les ai embrassés, et tout. Vous ne pouvez pas attraper la lèpre par contagion. C’est un... Cela est dû à une mauvaise alimentation.

            Et j’ai eu des lépreux qui n’avaient que des moignons en guise de bras, et ils agitaient leurs petits moignons de part et d’autre, essayant de m’embrasser dans les lignes de prière et tout. De pauvres vieilles femmes sur les rues et... Parfois la lèpre ronge les orteils à tel point que ça se dresse là juste comme une grosse verrue, d’à peu près cette taille, tout blanc. Mais simplement... Oh! la lèpre est une chose horrible à voir! Quelle chose horrible que d’avoir la lèpre! La science médicale n’a encore aucun remède pour cela. Et c’est une maladie vraiment horrible. Ce n’est pas une chose pénible, mais c’est... C’est tellement pathétique de voir quelqu’un qui perd les mains et ainsi de suite ; et peut-être une partie de leur visage et leurs oreilles sont rongées par la lèpre. Et c’est blanc, c’est très horrible à voir.

            Et il y avait beaucoup de lépreux en ces jours-là, et les gens... Les gens sortaient le matin. Peut-être qu’un homme ne pouvait donner une pièce de monnaie qu’à un seul mendiant ; peut-être qu’il... Le premier homme qu’il rencontrait, c’est à lui qu’il donnait cette pièce de monnaie. C’était fini pour toute la journée. Il ne pouvait pas en donner à tous, parce qu’il y avait des mendiants à chaque coin: des mendiants aveugles, des mendiants boiteux, des mendiants, et il y avait des lépreux, et toutes sortes de malades qui étaient simplement couchés là, en train de mendier. C’était la scène que notre Seigneur avait vue pendant qu’Il était ici sur terre.

19        Dans l’oriental–en Orient plutôt, les choses n’ont pas beaucoup changé. J’ai été en Orient, et j’ai vu des astrologues, des mages, assis dans la rue, en train de scruter le ciel, pratiquement comme cela se faisait au temps où Jésus était venu. Ils portent toujours leurs pagnes et des turbans sur la tête et ainsi de suite, toujours curieux, et ils veulent poser des questions, et parler des choses surnaturelles, et ainsi de suite.

            Et ainsi, ce pauvre vieil aveugle était assis là, peut-être que c’était pendant l’automne et peut-être qu’il se demandait comment il allait gagner de l’argent pendant l’hiver. Et il fait très frais là-bas.

            Et il était assis au bord de la route, en train de mendier. Peut-être qu’il mangerait aujourd’hui, et demain il ne pourrait pas manger. Peut-être que le jour suivant il ne pourrait pas manger, et qu’ensuite il pourrait en avoir encore assez.

            Je me souviens de Bombay... Je n’oublierai jamais lorsque nous sommes arrivés là-bas. C’était à Bombay, en Inde: c’est vraiment un endroit où il y a beaucoup de nécessiteux. Vous savez qu’ils venaient de recouvrer leur liberté à la suite de la faillite il y a quelques... ça fait environ cinq ou six ans.

20        Et il y a quatre cent soixante-dix millions d’habitants en Inde ; mais plusieurs millions d’entre eux sont des mendiants. Ils s’étendent là sur la rue comme un tas de bois, juste là à Bombay.

            Et je me souviens qu’après la première soirée... Et les gens savaient où nous logions, à l’hôtel Taj Mahal. Le lendemain matin...

            J’avais un peu d’argent, c’était en monnaie américaine. J’avais reçu des offrandes pour les missions outre-mer, et j’avais mis cela là jusqu’à ce que nous ayons suffisamment d’argent pour partir là-bas ; alors nous allions prêcher l’Evangile, et puis nous revenions et tenions d’autres réunions en Amérique, ensuite nous rassemblions suffisamment d’argent et nous allions là-bas prêcher et ensuite nous revenions.

            Et ainsi, j’avais un peu d’argent que les gens m’avaient donné pour remettre à ces gens-là. Et alors je suis sorti. Je me suis dit: «Eh bien, je vais simplement changer cela en–en monnaie indienne, le roupie. Et alors je suis sorti là sur la rue. Et je vous assure, on devait presque avoir chaque... l’armée pour me tirer de la rue. Les gens vous marcheront dessus et tout, ils vous écraseront, des mendiants, lorsqu’ils ont su que j’étais là. C’était pitoyable.

21        Le lendemain matin, lorsque monsieur Baxter et les autres sont venus me chercher pour aller déjeuner, et je suis allé là-bas... Et je... Arrivé là, j’ai regardé à l’extérieur, et il y avait des mendiants qui s’étaient alignés partout.

            Et je me suis tenu là, et j’avais tout un tas de ces pièces de monnaie, ces roupies. Elles valent environ vingt-quatre cents la pièce, ce qu’un homme qui va travailler, une femme ou un homme, l’un ou l’autre, ira au travail vers quatre heures du matin et il va travailler jusqu’à vingt-deux heures portant un panier sur sa tête, il va transporter du béton en montant de grands escaliers et il va déverser cela quelque part ; tout leur corps sera recouvert de la poussière du béton et tout, pour gagner une roupie par jour, et ils sont heureux de gagner cela.

            Et ils peuvent acheter un peu de curry, et c’est presque ça. Les gens qui marchent dans les rues, et de petits singes affamés les suivent, cherchant partout pour voir s’ils peuvent trouver quelque chose à manger. Ils sont vraiment nécessiteux.

            Et ainsi j’avais tout un tas de ces roupies, je me suis tenu là à la fenêtre et je me suis mis à les jeter dehors comme ça. Et je vous assure, c’est un miracle qu’ils ne se soient pas fait tuer, juste à cause de ces roupies. Et les gens criaient et tombaient les uns sur les autres, car les Américains m’avaient donné cela pour que je les leur donne, pour m’assurer que cela n’irait jamais dans une société et, ou que quelqu’un dépense cela et ainsi de suite. Mais cela est allé directement aux individus. C’est de cette manière que j’aime donner cela, juste à la personne à qui cela est destiné.

22        Eh bien, ensuite lorsque je suis allé prendre mon petit déjeuner... Je vous assure, il y avait un cri durant toutes les heures de la nuit. Cela vous briserait le coeur. Je m’avançais à la fenêtre, et il y avait là des mères tenant leurs bébés et leurs tout petits bras, et leurs joues étaient complètement décharnées, et leurs ventres ballonnés à cause de la faim ; les pauvres mères avaient de la peine à se tenir debout. Elle mendiait pour son bébé. Peu lui importait si elle mourait, pourvu qu’elle ne laisse pas son bébé mourir de faim.

            Eh bien, comment allez-vous donc donner cela à la mère, pendant que tout le monde se tient là à côté, avec–avec des lépreux et tout? Alors quand je suis entré là pour essayer de prendre mon déjeuner... Je les entendais toute la journée et toute la nuit, là dehors en train de crier: «Padre, padre!»

            Padre c’est un... C’est un... Je pense que c’est un mot espagnol qui veut dire père ou pasteur. Et je... Ils criaient tout simplement toute la journée et toute la nuit. Je leur ai donné tout l’argent que j’avais, que Dieu bénisse leurs petits coeurs. Je–j’avais pitié d’eux.

23        Et de voir tous ces mendiants, je me tenais là à la fenêtre et j’ai reculé. On m’apportais mon petit déjeuner là: une orange et deux gâteaux. Aussitôt que ces gens...

            Ce thé amer... Je prenais tellement de thé que c’était du thé–du thé... Je pense que vous devriez y mettre le...?... des feuilles de thé. Cela... Tout le temps c’était du thé, du thé, du thé, à chaque heure. Et ils apportaient cela. Et je ne disais rien parce que c’était compris dans la note d’hôtel. Vous voyez? Alors je prenais ces oranges et ces gâteaux, et j’allais là à la fenêtre, et je les jetais à ces mères et à ces enfants. Oh! la la! Et j’ai vu un...

            Et j’ai dit à Billy, mon fils, j’ai dit: «Je me demande comment cet homme qui n’a pas de bras va donc prendre cela.» Il ne se tenait que sur les moignons à la place de ses orteils comme cela, sur ses pieds qui n’étaient que des moignons. La lèpre lui avait rongé les pieds. Et, finalement, nous l’avons fait passer d’un côté, où nous avons pu lui jeter une roupie.

            Savez-vous comment il a pris cela? Et ces rues par où passe le bétail, et, oh! la la! c’est difficile d’y passer sans retenir votre souffle... Il a pris cela à l’aide de sa langue, et il a descendu la rue avec ces prothèses de toutes ses forces...?... Peut-être qu’il était allé se procurer un peu de curry aux pattes de mouton et le reste pour manger.

            Frère, je vous assure, je suis un humain. Cela–cela a failli me tuer de voir ces petits bébés. Et je me suis dit: «Miséricorde! Ô Dieu, combien de temps cela va-t-il durer?»

24        Et nous sommes ici–nous sommes ici, nous jetons dans la rue beaucoup de nourriture, de quoi nourrir presque tous ces gens. Mais écoutez.

            Je sais que ceci sort du sentier battu, de mon sujet. J’aimerais vous dire quelque chose, vous le dire juste en passant.

            La semaine passée je devais prêcher. Mais j’aimerais dire ceci. Ecoutez, allons là-bas et disons à cet homme-là qu’il est notre frère. Très bien. C’est ce que nous faisons. Nous envoyons des gens là-bas, et il voit l’Américain sortir de la voiture, du bateau, conduire une très grosse et belle voiture et passer.

            Et cet homme-là s’installe sur une vieille flaque de boue, quelques tiges d’une certaine plante qu’il cultive là. Son–ses petits-enfants... Son arrière grand-père avait grandi dans l’ignorance. Son père est là, ses enfants grandissent de la même manière. Sa femme se lave dans cette mare, et lui ira là à pas chancelants pour boire l’eau de cette même mare.

            Et si nous sommes frères, sur un pied d’égalité, comment se fait-il que telle personne vient très bien habillée, et si... J’ai honte de le dire, mais bien des fois, il est prétentieux, et approchez cet homme, et ensuite, essayez de lui parler du christianisme, il se posera des questions.

25        Maintenant, ce qui est arrivé, le communisme est allé et lui a dit que c’est complètement faux, et il leur a donné une fausse économie là. Mais donnez-lui de l’espérance en disant: «Oui, c’est ainsi qu’il faut s’y prendre.» Il s’agit là des capitalistes et ainsi de suite. Et bien vite, vous savez...

            La cause en est que nous avons investi notre argent dans les cannettes de bière et les capuchons et des choses semblables, et les missionnaires devaient vivre des centimes qu’on donne à l’autel presque une fois le mois. Et, frère, nous avons semé, et nous allons récolter ce que nous avons semé. Souvenez-vous-en. Assurément.

            Oh! la la! les mendiants! Je peux voir le vieil aveugle Bartimée assis là, près de la porte. Considérons-le pendant quelques instants... Juste comme ce... en tant qu’individu. Imaginons tout simplement que nous le voyons assis là et que nous pouvons capter ses pensées.

            J’imagine qu’il était assis là en train de grelotter sous les vents, les manches usées de ses vêtements pendaient. Il ne voit pas. Si on pouvait l’opérer pour la cécité, eh bien, il n’avait pas d’argent pour cela. Peut-être que les médecins ne pouvaient rien faire pour lui, parce que je pense que cela était loin au-delà de leur compétence, et surtout à l’époque. Alors il tremblait de froid.

26        Et j’imagine qu’il est un croyant. Il pensait aux jours d’autrefois: «Vous savez quoi? Je suis assis juste près de ce mur.»

            Et juste là, à environ cent yards [91,4 m] de l’endroit où il se trouve, c’était le même chemin par lequel, bien des années auparavant, le grand guerrier Josué avait marché, faisant le tour de ces murailles lorsque les murailles étaient tombées. Mais à moins de cent yards de l’endroit où Josué s’était avancé vers les portes un jour, le Capitaine de l’armée de l’Eternel s’était tenu là avec Son épée nue. Mais hélas, ces jours sont passés.

            Le même Jéricho où cet aveugle était assis, je peux imaginer Bartimée dire: «Oh! si seulement j’avais vécu en ce temps-là, lorsque Jéhovah était réel pour Son peuple, lorsque Jéhovah accomplissait réellement des miracles pour nous! Mais ‘ces jours-là sont passés,’ a dit le sacrificateur. Cela s’était passé il y a des centaines d’années. Jéhovah ne fait plus ces choses aujourd’hui.»

            Et puis, juste sur cette même route là aussi, Elie et Elisée étaient descendus bras dessus bras dessous, en route vers le Jourdain, là où ils ont frappé l’eau, et cela–et l’eau s’est séparée de part et d’autre, et ils ont traversé à sec.

27        Je peux imaginer l’aveugle Bartimée dire: «Oh! si seulement j’avais vécu en ce jour-là, lorsque ces puissants prophètes étaient passés par ce chemin-là, je me serais avancé vers eux et j’aurais dit: ‘Prophète de Dieu, aie pitié de moi et redonne-moi la vue.’ Mais hélas, le sacrificateur dit que les jours des miracles sont passés. Nous n’en avons donc plus. De toute façon, d’après leur dire, il paraît que Jéhovah a perdu toute Sa force.»

            Ils essaient effectivement de dire la même chose aujourd’hui. Mais Il est toujours Jéhovah Dieu, et Sa même puissance, la même compassion qu’Il avait, Il l’aura toujours. Ils avaient à l’époque ce genre de personnes qui reniaient Sa puissance, qui reniaient Ses miracles, qui reniaient Ses signes. Et nous en avons encore aujourd’hui et nous en aurons jusqu’à la fin du monde.

28        On avait à l’époque ces gens-là qui croyaient effectivement et qui ont reçu la chose. Nous les avons aujourd’hui, ceux qui croient et reçoivent. Et s’il y a un lendemain, ils vont toujours croire et recevoir.

            Jésus a dit: «Je marcherai à vos côtés, jusqu’à la fin du monde.» Amen. «Je serai avec vous, un Compagnon, votre Concitoyen. Je marcherai avec vous. Je vous conduirai dans le sentier que vous devrez suivre, si seulement vous Me laissez vous conduire.» J’aime cela. «Je serai avec vous jusqu’à la fin du monde. Jusqu’à ce que tout sera fini, Je serai avec vous.»

            Remarquez. Ensuite il s’est dit: «Oh! si seulement j’avais vécu au temps où les miracles étaient réels! Me voici dans un état où les médecins ne peuvent rien faire pour moi. Je suis un pauvre mendiant. J’ai une famille chez moi. Peut-être qu’aujourd’hui je ne recevrai aucune pièce de monnaie. Mes enfants et ma femme ont faim, je sais qu’elle a faim. Et je n’ai aucun autre moyen pour gagner ma vie. Oh! si seulement je voyais, je me trouverais un travail quelque part dans un champ de blé. Mais je ne vois pas.»

29        Maintenant, j’imagine que pendant qu’il est assis là, Dieu commence à traiter avec son coeur et prépare quelque chose. Mais il ne savait guère que juste là au coin de la rue se trouvait la Fontaine de Vie. Alléluia!

            Juste en tournant le coin, lorsque vous commencez à penser à la guérison divine, que vous vous mettez à penser à Christ... Gardez constamment votre pensée sur Lui. «Que ce qui est digne de louange, que ce qui est vertueux,» dit la Bible, «soit l’objet de vos pensées.»

            Si une pensée vous vient à l’esprit: «Eh bien, peut-être que cela est impossible. Peut-être...» Ôtez cela immédiatement de votre esprit. Pensez aux choses qui sont positives. Ne laissez jamais une pensée négative traverser votre esprit. Le... Ne laissez pas cela s’arrêter, de toute façon, si cela commence. Gardez vos pensées positives sur Jésus.

30        Ne vous mettez pas à penser, vous qui êtes assis là dans un fauteuil roulant, vous, que votre situation est désespérée et que vous êtes sans secours. Vous ne l’êtes pas. Ne laissez jamais cette pensée négative vous passer à l’esprit. Ne laissez jamais cela s’ancrer. Vous ne pouvez rien au fait que cela vous passe à l’esprit (C’est juste.), mais ne laissez jamais cela s’arrêter dans votre esprit.

            C’est comme le disait le vieux fermier: «Je ne peux pas empêcher les oiseaux de survoler ma ferme.» Mais il avait un fusil à double canons, il a dit: «Je peux certainement les empêcher de se percher.» Faites donc de même, vous aussi. Vous voyez? Ne les laissez pas se percher. Laissez-les passer tout simplement.

            Maintenant, voici l’arme qu’il faut utiliser. C’est un fusil à double canons, à la fois l’Ancien et le Nouveau Testament, c’est aussi un très bon fusil. Je vous assure, cela les tiendra tous à distance.

            Très bien. L’aveugle Bartimée était assis là, et tout cela lui traversait l’esprit: «Si seulement j’avais vécu ici lorsque ces prophètes descendaient cette route se dirigeant vers le Jourdain, je les aurais arrêtés pendant quelques instants juste pour leur parler un peu, et leur demander de prier pour moi. Et je crois que Jéhovah m’aurait redonné la vue.»

31        Eh bien, tout d’un coup, il a entendu un bruit. Vous savez, c’est étrange, généralement lorsque Jésus est dans les environs, il y a un petit bruit tout autour. Vous savez, je–j’aime plutôt cela ; c’est un peu bruyant, vous savez. Et vous savez, le seul moyen par lequel les gens pouvaient savoir qu’Aaron était en vie lorsqu’il entrait dans le Saint des saints... Il portait sur les bords de son vêtement, il portait une grenade et une clochette. Et c’était le seul moyen par lequel les gens pouvaient savoir s’il était en vie ou pas, cela produisait un petit bruit pendant qu’il était là à l’intérieur.

            Je crains qu’il faille que nous ayons de nouveau une grenade et une clochette pour produire un peu plus de–un peu plus de bruit.

            Et alors, bien souvent là où se trouvait Jésus, s’il n’y avait pas quelqu’un qui criait, il y avait quelqu’un qui Lui cherchait chicane, qui faisait un certain genre de bruit.

            Eh bien, de là au tournant un bruit venait. Et bien vite, vous savez, tout le lieu était–grouillait de monde. Et le vieux mendiant était assis là dehors tout seul... Et il semblait qu’un peu plus loin, probablement à une distance qui ferait deux fois cette tente, c’est là que la route passe par Jéricho.

32        Et là le long de cette route, c’est peut-être là qu’il y avait ce bruit. Et il y avait des gens qui passaient par là et chaque... Certains criaient: «Ôtez-Le! Ôtez-Le!» Et le sacrificateur criait: «Espèce d’hypocrite! Tu ne vaux rien!» Et certains criaient: «Hosanna! Hosanna!» Oh! c’était une multitude de gens de toute espèce.

            Mais là venait le Capitaine de l’Armée de l’Eternel, en personne, Celui qui était venu à la rencontre de Josué. Amen. N’est-Il pas le Capitaine de l’Armée? Il était l’Ange de l’Alliance, la Colonne de Feu qui conduisit les enfants d’Israël. Il était là, et voici qu’Il était encore venu pendant que les gens étaient en train de dire: «Les jours des miracles sont passés. Il n’y a plus d’espérance.» Le Capitaine de l’armée de l’Eternel venait, Il passait par là, juste à l’heure. Il arrive toujours au moment qu’il faut.

33        Le voici qui arrive. Naturellement, cet aveugle ne le savait pas. Je peux l’imaginer en train d’écouter, il retourne la tête, pour s’assurer s’il peut entendre mieux de l’autre oreille. Soudain, quelqu’un lui marche sur les pieds et ainsi de suite, et le repousse. Je peux l’entendre dire: «Pourquoi tout ce bruit?» Personne ne prêtait attention à lui, tout le monde continuait tout simplement.

            Il entendait certains qui disaient: «Ôtez-Le! Retourne à Nazareth d’où Tu viens! Nous n’avons pas besoin de Ta... ici dans cette contrée. Va-T’en!» Toutes sortes de bruits...?... criaient: «C’est l’Eternel des Armées. Hosanna! Hosanna dans les lieux très hauts.»

            La foule... Les uns chahutaient, ils Lui jetaient probablement des fruits pourris, et tout le reste.

            Mais Jésus marchait devant la foule, oh! la la! Son visage levé vers le ciel. Qu’est-ce qui L’attendait? Il allait directement à Jérusalem mourir pour les péchés du monde. Etant donné qu’Il était le Fils de Dieu, le Roi de tous les prophètes, et le–et sachant ce qui L’attendait, Sa pensée, bien sûr, était fixée sur cela.

            Il ne prêtait pas attention à la foule qui hurlait, disant: «Ôtez ceci, et ôtez cela!», ni à ceux qui criaient: «Hosanna!» Il ne pouvait pas écouter cela, Ses disciples avaient du mal à empêcher qu’il y ait une émeute à cause de Lui. Certains essayaient de Le toucher pour être guéris ; d’autres voulaient Le gifler ou Le frapper avec un objet pour L’assommer, et les disciples continuaient leur travail, et les repousser...

            Jésus, pendant cette marche sereine, calme et régulière, alors qu’Il descendait la route, sur Sa route, le visage tourné vers Son Père céleste, marchant comme un Fils obéissant, correctement... Et alors qu’Il avançait, tout le monde criait...

34        Je crois qu’il y avait une gentille dame, peut-être, pendant que l’aveugle Bartimée disait: «Quel–pourquoi tout ce bruit? Je me demande tout simplement pourquoi tout ce bruit.»

            Et peut-être qu’une gentille dame s’est penchée vers lui et a dit: «Eh bien, mendiant aveugle, c’est Jésus de Nazareth qui passe.»

            Oh! cela a suscité de nouvelles espérances. Comment cela? Quelque chose... Il ne voyait pas, mais avec tout le sens de l’ouïe qu’il avait...

            La vue n’est pas toujours... Voir n’est pas toujours synonyme de croire. Parfois entendre, c’est croire. La foi vient de ce qu’on entend, pas de ce qu’on voit, c’est de ce qu’on entend.

            Quelqu’un lui a dit que Jésus de Nazareth... «Oh! est-ce ce prophète-là qui guérit les malades?»

            «Oui, ça doit être Lui», a dit la dame.

            Certains criaient à Son sujet et disaient: «C’est Lui qui a guéri mon bébé.» Un autre homme qui marchait là a dit: «J’étais infirme.» Il portait des béquilles à l’aide desquelles il marchait. Mais le sacrificateur pensait...

            «Oh! a-t-il dit, arrêtez-Le pour moi.»

            «L’arrêter? Eh bien, on ne saura pas L’arrêter. Regarde-Le!» Il avançait là sur Son chemin.

            Et alors, le vieux mendiant aveugle s’est tenu debout et a crié: «Ô Jésus, Fils de David, aie pitié de moi! Ô Jésus, Fils de David, aie pitié de moi!»

            Eh bien, vous savez, au milieu de toute cette foule grouillante, qui s’était amassée, une foule qui se disputait, Jésus qui avait le visage tourné vers les cieux, marchant droit en direction du Calvaire pour y être crucifié, portant les fardeaux du monde entier sur Ses épaules, n’aurait jamais entendu ce pauvre vieil aveugle maigre qui était loin là-bas près de cette clôture, ou près de cette muraille en train de crier: «Aie pitié de moi!», pendant que les gens criaient, disant toutes sortes de choses. Et alors que Lui montait la route...

            L’aveugle Bartimée essayait de dire: «Oh...» Certains lui disaient: «Tais-toi! Il est là-bas loin sur la route.» Il...

            Cela ne l’a pas arrêté. Il a levé sa tête, il a crié: «Ô Jésus, Fils de David, aie pitié de moi!»

            Que s’est-il passé? Qu’est-il arrivé? La même chose qui s’était produite lorsque cette femme-là toucha Son vêtement. Il a compris que c’était l’occasion où il était le plus proche de Lui. Il comprit que probablement c’était l’unique occasion où il aura été le plus proche de Lui dans ce voyage de la vie ici. Alors l’unique moyen pour pouvoir L’atteindre, c’était d’élever toute la foi qu’il avait pour croire que Jésus n’allait pas le passer outre.

35        Sa foi arrêta Jésus de Nazareth sur Sa route vers Jérusalem. Tout d’un coup, pendant qu’Il marchait, Il s’est arrêté, Il a regardé autour de Lui. Qu’était-ce? Sa pensée occupée par le Calvaire, les péchés du monde sur Ses épaules, avec une populace qui hurlait de chaque côté, un pauvre mendiant illettré... La foi de cet homme L’a arrêté net sur Son chemin. Et Il s’est retourné, Il l’a regardé, et a dit: «Que veux-tu?»

            Alors il a dit: «Seigneur, que je...»

            «Que veux-tu que Je fasse pour toi?»

            Il a dit: «Que je recouvre la vue.»

            Il a dit: «Ta foi t’a guéri.»

            Je peux le voir alors qu’Il se retourne, le vieil aveugle Bartimée se tenait là sur la route disant: «Il m’a dit que j’étais guéri?» Je le vois qui essaie de regarder sa main. Il a dit...

            Oh! j’entends quelqu’un qui essaie de dire: «Tu n’as connu aucun changement. Tu–tu–tu n’as connu aucun changement.»

36        «Mais, mais, mais c’est ce qu’Il m’a dit. Il m’a dit que... Et quelque temps après il... La lumière du jour a commencé à briller autour de lui. Bien vite, vous savez, il a vu ses mains. Le voici qui remonte la route, en criant, en poussant des cris, et en louant le Seigneur. Sa foi l’avait guéri. Sa foi était tellement grande que cela a arrêté Jésus de Nazareth, et il a tenu une conversation avec Lui. Si un mendiant aveugle, qui n’avait pas suffisamment de vêtements pour se couvrir la peau a pu arrêter...

            Peut-être que c’était un homme qui pouvait à peine écrire son propre nom ; si sa foi a pu arrêter Jésus de Nazareth au milieu d’une foule de gens qui réclamait Son Sang, alors qu’Il avait un fardeau sur le coeur, et qui savait que la mort L’attendait là au Calvaire, à combien plus forte raison votre foi devrait-elle L’arrêter ce soir et L’amener vers vos besoins personnels! Alléluia!

37        Oh! la la! je lisais un petit récit sur cet homme tout récemment. Peut-être que je ne l’avais lu que pendant quelques instants. On disait qu’il avait une petite fille. Il ne l’avait jamais vue. Et il avait toujours prié pour voir cette petite fille.

            Et on m’a raconté que l’aveugle Bartimée avait un–deux petites colombes qui émerveillaient les gens. Il vous fallait faire quelque chose pour attirer l’attention des gens, des passants. Sinon avec tant de mendiants, on ne pouvait pas–rien obtenir du tout. Mais s’ils pouvaient avoir ces petites colombes pour faire de petites culbutes l’une sur l’autre de sorte que... (Eh bien, il se peut que cette histoire soit une fiction.) Elles faisaient de petites culbutes l’une sur l’autre, eh bien, et cela arrêtait les gens et ils observaient ces petites colombes ; ensuite ils se disaient: «Oh! eh bien, je vais lui donner une pièce de monnaie.» Voyez? C’est de cette manière qu’il parvenait à gagner sa subsistance.

38        Et ainsi il est rapporté qu’un soir sa femme était tombée malade. Il est allé prier, et il a dit: «Ô Dieu, je ne possède rien. Je suis un pauvre mendiant. Mais si Tu guéris ma femme, demain je–je T’offrirai ces deux tourterelles en sacrifice.» Ainsi sa femme s’est rétablie, et il a tenu sa parole.

39        Il est dit que peu après cela sa petite fille tomba malade, tellement malade qu’elle allait mourir. Et il est dit que le vieux mendiant aveugle pleura presque toute la nuit. Et il est dit qu’il est sorti pour aller prier, et il a dit: «Seigneur, je n’ai rien d’autre à te donner.»

            Mais de nos jours, nous avons des chiens, vous savez, pour conduire les aveugles. On dit qu’en ce temps-là ils se servaient d’un agneau ; cet agneau était harnaché et dressé pour conduire les aveugles.

            Il a dit: «Eternel, il ne me reste qu’une seule chose, et c’est mon agneau. Mais si seulement Tu... Si Tu guéris ma fillette et ne la laisses pas mourir... Je ne l’ai jamais vue. Si Tu laisses simplement ma fillette vivre, je–je Te promets que demain je Te donnerai mon agneau en sacrifice.» Eh bien, l’historien a dit que le Seigneur a guéri sa petite fille.

40        Le lendemain il était en route pour amener l’agneau pour le sacrifice–au temple pour le sacrifier, il est dit que Caïphe, le souverain sacrificateur, se tenait près du mur du temple, et il a dit: «Aveugle Bartimée, où vas-tu?»

            Il a dit: «Oh! souverain sacrificateur, est-ce là ta voix?» Il a dit: «Je vais au temple sacrifier cet agneau. Dieu a guéri ma fillette, je Lui ai promis de Lui donner cet agneau.»

            Et il est dit que le souverain sacrificateur a dit: «Oh! aveugle Bartimée, tu ne peux pas sacrifier cet agneau. Tiens, je vais te donner un peu d’argent et tu iras acheter un agneau au marché là-bas et tu donneras en sacrifice cet agneau- là.»

            Il a dit: «Oh! souverain sacrificateur, je n’ai jamais promis à Dieu un agneau ; je Lui ai promis cet agneau-ci.»

            Ce dernier a dit: «Mais, aveugle Bartimée, tu ne peux pas donner cet agneau. Cet agneau, ce sont tes yeux. C’est tout ce que tu as comme yeux, aveugle Bartimée. Tu ne peux pas offrir cet agneau. Ce sont tes yeux.»

            Il a dit: «Oh! souverain sacrificateur, je tiens ma promesse envers Dieu, et Dieu pourvoira à un Agneau pour l’aveugle Bartimée.»

            C’était par un jour froid. Mais lorsque ce bruit est venu du côté du bâtiment, Dieu a pourvu à un Agneau pour les yeux de l’aveugle Bartimée.

            Mon cher ami, il a été pourvu au même Agneau pour vous ce soir. Si vous êtes un pécheur et que vos yeux ne se soient jamais ouverts pour voir la Lumière de Dieu en tant qu’un homme ou une femme sauvée, un garçon ou une fille sauvée, cet Agneau a été offert en sacrifice pour vous ce soir. Et si vous êtes malade, à l’article de la mort, et que votre médecin a fait tout ce qu’il pouvait... Cet homme a fait ce qu’il pouvait. Mais il y a un Agneau pour votre maladie ce soir.

41        Et inclinons la tête alors que nous parlons à cet Agneau. Ô Dieu, la Bible nous enseigne que sur le Trône, là dans le pays de gloire un Homme était assis, tenant un Livre scellé des sept sceaux au dos. Et le prophète a pleuré parce qu’aucun homme n’était digne de prendre le Livre pour en briser les sceaux. Et un Agneau s’est avancé, Celui qui avait été immolé dès la fondation du monde. Et cet Agneau était digne de prendre le Livre et d’en briser les sceaux: l’Agneau de Dieu.

            Je peux simplement imaginer lorsque l’aveugle Bartimée a su que Jean s’était arrêté de toute façon, ou qu’il était entré dans la Présence de cet Agneau auquel il était pourvu pour lui... Nous le voyons donc, pas en train d’essayer de plier son manteau et de le poser soigneusement afin qu’il, eh bien, au cas où il ne recevait pas la vue, eh bien, qu’il soit en mesure de le retrouver. Nous avons appris qu’il avait jeté son vêtement. Il savait qu’il allait le retrouver. Alors il s’est simplement approché de l’Agneau...

42        Oh! viens, ô Toi Agneau de Dieu. Ce soir, chasse la cécité des yeux de ces gens qui comptent sur le fait qu’ils ont adhéré à l’église ou sur quelque chose de physique qui est arrivé. Ô Dieu, que l’amour de Dieu se déverse dans leur coeur. Accorde-le, Seigneur. Ôte toute la nature de pierre et que l’amour divin se déverse dans leur coeur par cet Agneau ce soir, et guéris les malades. Car nous le demandons en Son Nom.

            Et pendant que nous avons nos têtes inclinées, je me demande s’il y a ici ce soir quelqu’un qui, peut-être, marchait à tâtons dans les ténèbres de l’église, ne sachant tout simplement pas quel chemin prendre, ne sachant pas s’il faut devenir un méthodiste, ou rester un presbytérien, ou un pentecôtiste, ou s’il y a parmi vous quelqu’un qui ne sait tout simplement pas quoi faire. Ne voulez-vous pas qu’Il vous redonne votre vue spirituelle ce soir en vous bénissant et en chassant de vous tous les doutes?

            Si vous êtes un pécheur ici et désirez qu’on se souvienne de vous dans la prière, levez simplement votre main vers Dieu pendant que tout le monde est en train de prier maintenant. Et je prierai pour vous, et toute l’assemblée priera également. Voulez-vous lever la main, vous qui avez besoin de Christ ce soir et qui savez que vous avez besoin de Christ? Voulez-vous lever la main? Je ne connais pas votre coeur, c’est Dieu qui le connaît. Mais l’Agneau qui est passé par Jéricho ce jour-là....

43        Que Dieu vous bénisse, là derrière, mon bien-aimé frère. Que Dieu vous bénisse, oui, et vous, ma soeur. Y a-t-il quelqu’un d’autre qui aimerait lever sa main? Que Dieu vous bénisse, ma soeur. Je vous vois là derrière. Et que Dieu vous bénisse, mon frère qui est assis là près de ce poteau. Que Dieu vous bénisse, vous ici à ma gauche, oui, vous qui êtes assis aussi près de ce poteau-là, un autre homme.

            «Jésus, Fils de David, aie pitié de moi! Ô Dieu, je sais que je–je peux... Ceci pourrait être ma dernière soirée sur terre. Je dois Te rencontrer. J’ai négligé cela. Je ne suis vraiment pas certain du salut de mon âme. J’aimerais que Tu te souviennes de moi, ô Dieu, maintenant même, que dans cette réunion... Je–je veux que Tu me sauves ce soir et que Tu redresses réellement mon coeur afin que lorsque la mort me frappera, que je sentirais mon pouls s’en aller, que je serai en train de me presser contre un oreiller en mourant, que le médecin sortira de la pièce et dira: «On ne peut plus rien faire. Il est mort, ou elle est morte. Mes bien-aimés vont quitter la chambre en pleurant, les vapeurs froides de la mort seront en train de flotter dans la pièce, ô Dieu, j’aimerais Te voir illuminer la vallée de l’ombre de la mort. J’aimerais que Tu arranges cela maintenant.»

44        Voulez-vous lever la main, y a-t-il quelqu’un qui n’a pas levé la main? Que Dieu vous bénisse, mon frère. Oui, monsieur...?... par cela.

            Vous savez, ça fait trente-trois ans, depuis que j’ai réglé cela. Depuis lors, je suis heureux. J’ai dit au Seigneur que je–je n’aimerais pas avoir des ennuis à la rivière. Chaque jour je fais l’inventaire de ma vie. Je n’aimerais pas avoir des ennuis.

45        Ce sera horrible ce matin-là, tous ces hurlements et ces pleurs que vous n’avez jamais entendus, les hommes riches jetant leur argent sur les rues, les arcs-en-ciel vacilleront dans les cieux, des éclairs jailliront, des tonnerres gronderont, la lune se changera en sang et dégouttera comme des gouttes–des gouttes de sang noir qui tomberont, le soleil refusera de briller, les rochers gronderont, les atomes exploseront partout, le feu tombera... Oui, oui. Je n’aimerais pas avoir des ennuis à ce moment-là. J’aimerais m’en assurer. J’aimerais en être sûr maintenant même, parce que, vous savez, ça pourrait être la dernière heure pour moi d’être ici, pour vous, ou pour n’importe qui. Ce sera complètement fini à ce moment-là. L’arbre tombe du côté où il penche.

            Y aurait-il une autre personne, juste avant que nous terminions maintenant et que nous offrions la prière? Vous savez, Dieu connaît votre coeur. Ne vous confiez pas dans la théologie. Ne vous confiez pas dans la connaissance de votre tête. Si vous n’avez pas eu une véritable expérience avec Dieu, et que vous ne soyez pas sûr d’être passé de la mort à la Vie, que l’amour divin de Dieu règne dans votre coeur, ne courez pas de risque, mon ami. Souvenez-vous, je vous le dis au Nom du Seigneur, rien d’autre ne marchera.

46        Oh! vous direz: «Je prêche l’Evangile.» Ça importe peu. «J’ai chassé des démons. J’ai tenu des réunions de guérison.» Cela importe peu.

            Jésus a dit: «Plusieurs viendront à Moi en ce jour-là, disant: «Seigneur, n’ai-je pas prêché en Ton Nom? N’ai-je pas prophétisé en Ton Nom? N’ai-je pas chassé des démons et accompli beaucoup de miracles en Ton Nom? Il dira: «Eloignez-vous de Moi, ouvriers d’iniquités. Je ne vous ai jamais connus.»

            Vous ferez mieux d’être certain. Avant que nous priions, encore une fois. S’il y a des mains qui ne se sont pas encore levées, voulez-vous lever votre main pour la prière?

            Très bien. Nous pouvons... Que Dieu vous bénisse, maman, et que Dieu vous bénisse. Je vois votre main. Ça va.

47        Prions maintenant. Bienveillant Père céleste, il y a un jeune et un vieux qui tous les deux ont levé leur main. Passe près d’eux, maintenant, je Te prie, Jésus. Prononce simplement des Paroles de paix là au plus profond de leur coeur. Ils n’auraient pas levé leur main si Tu ne le leur as pas dit. Mais ils l’ont fait. Et Tu as dit dans Ta Parole: «Celui qui écoute Ma Parole, et qui croit en Celui qui M’a envoyé, a la Vie Eternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la Vie.»

            Nous savons que maintenant même les ombres sombres de la mort qui étaient suspendues au-dessus de ces gens, se changent et se retirent maintenant, et que l’espoir vient. Nous ne voyons pas cela avec un oeil physique, mais avec un oeil spirituel, qu’ils ont fait ce qui est juste et ils ont donc accepté Christ comme leur Sauveur. Ô Dieu, je prie que toutes leurs ténèbres s’envolent, et que les puissances du tentateur et de doute soient brisées, et qu’ils mènent une vie chrétienne et vivent dans la Lumière pour le reste de leurs jours, et qu’ils rentrent à la maison auprès de Toi en paix à la fin des temps.

            Ô Dieu, accorde que dans l’autre monde un soir, ou plutôt un jour, car il n’y aura pas de nuit, que je les rencontre là, si ce n’est pas ici sur terre, qu’on soit assis là-bas dans le Royaume, là où Moody, Sankey, Finney, Knox, Calvin, Paul, Pierre, Jacques, Jean, là où beaucoup de nos amis ici: Paul Rader, le bien-aimé frère Upshaw et tant d’autres, oh! ces vaillants soldats qui sont passés au-delà du voile. Ils sont simplement passés au-delà du voile, ils comprennent. Puis-je les rencontrer tous, avec ceux qui sont ici ce soir et qui T’ont accepté.

            En attendant, ô Père, garde-les doux et heureux dans leur expérience avec Toi. Car nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

48        Mes amis, je ne suis plus un petit garçon. J’ai passé bien des tests, mais je n’ai jamais rien vu qui puisse surpasser l’amour. Cela ôte tout simplement tout du chemin. L’amour conquiert les animaux sauvages. L’amour conquiert. C’est la force la plus conquérante qui soit, parce que c’est Dieu.

            Savez-vous pourquoi je peux vous aider? Parce que vous m’aimez et que vous me croyez. Si vous ne me croyiez pas, peu importe quelle sorte d’oeuvres Dieu pourrait accomplir par moi, vous n’en tireriez aucun profit. Le savez-vous? C’est ça mon succès avec le Seigneur: les gens m’aiment et je les aime. Et c’est de là que vient le succès. Autrement, n’eût été...

            Considérez Jésus. Il a dit: «Si je ne fais pas les oeuvres de Mon Père, ne Me croyez pas. Mais si Je fais les oeuvres de Mon Père, alors croyez à cause des oeuvres.» Voyez-vous?

            Or, une femme a touché Son vêtement, et elle a été guérie. Un aveugle a crié à Lui et a été guéri. Mais...

49        [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... lui ne croyait pas qu’Il était un Prophète, et il y avait un groupe de Juifs qui ne croyaient pas cela. Et ils Lui ont mis un bandeau sur le visage, ils L’ont frappé au sommet de la tête, et ils ont dit: «Maintenant, Toi le prophétiseur, dis-nous qui T’a frappé. Si Tu connais toutes choses, dis-nous qui T’a frappé et nous Te croirons, si Tu nous le dis maintenant.» Il n’a point ouvert la bouche.

            Non, les oeuvres de Dieu ne consistent pas à faire le clown. Jésus n’était pas venu pour faire le clown en ce temps-là ; Il ne vient pas pour faire le clown aujourd’hui. Satan a essayé de Le tenter, il a dit: «Fais un miracle. Fais-le, que je le voie.»

            N’avez-vous jamais entendu les gens dire cela? «Fais quelque chose et que je le voie. J’aimerais t’y voir.»

            Tout récemment, un homme, ne sachant pas... Un frère, pendant que j’étais en train de prêcher dans l’Arkansas, a dit: «Je vais... pour une seule preuve physique d’une personne qui a déjà été guérie, par guérison divine, nous allons payer mille dollars, notre église.» Je suis allé là et j’ai pris deux médecins et environ quatre cas de personnes qui avaient été guéris du cancer (d’après les déclarations des médecins.) et je les ai amenés chez lui à la maison. J’ai dit: «Nous allons envoyer cet argent-là dans le champ missionnaire à l’étranger.»

            Lorsque je me suis présenté à la porte: «Oh! a-t-il dit, êtes-vous le révérend Branham?»

            J’ai dit: «Oui.»

            Il a dit: «Eh bien, il faut que vous alliez ici quelque part au Texas, et nous amènerons une petite fille là, et j’aimerais que vous soyez là parmi mes frères, a-t-il dit, moi je n’ai pas cet argent.»

            J’ai dit: «Non, je viens prendre cela. Voici des gens que les médecins avaient abandonnés et qui souffraient du cancer d’après leurs déclarations, et nous avons prié pour eux, et Jésus les a guéris. Or, vous avez dit à la radio que c’est ce que vous donneriez. Maintenant, donnez-nous cela.»

50        J’ai dit: «En voici une, une infirmière de Mayo, un membre du staff de la clinique du docteur Mayo, une de leurs infirmières. Nous voulons toucher ces mille dollars.»

            Il a dit: «Eh bien, maintenant nous irons là, nous allons prendre une personne, une petite fille, je vais lui couper la main avec un couteau, et ensuite vous allez tenir cette main devant mes frères, et guérir cela, et alors nous croirons cela.»

            J’ai dit: «Frère, c’est vous qui avez besoin de la guérison pour une déficience mentale.» J’ai dit: «C’est–c’est vraiment...» J’ai dit: «Toute personne qui aurait une telle pensée, il y a quelque chose qui cloche ici dans sa tête.» Voyez-vous? C’est... J’ai dit: «C’est ce même vieil esprit qui avait dit: ‘Descends de la croix et nous Te croirons.’»

            Ce même vieil esprit a dit: «Fais un miracle ici devant moi, et nous Te croirons.»

            J’ai dit: «Frère, vous êtes... Je prie que Dieu... Je vous aime, et ce n’est pas par hypocrisie.» J’ai dit: «Mais je vous aime, et je prie qu’un jour Dieu ait pitié de votre âme pécheresse.»

            Il a dit: «Je ne commets pas de péché, moi.»

51        Et j’ai dit: «Qu’est-ce que le péché? Le péché, c’est l’incrédulité.» C’est l’unique péché qui soit, c’est l’incrédulité. J’ai dit: «Certainement que c’est ça le péché.»

            Maintenant, ne soyons pas des pécheurs, des incrédules, ce soir, mais unissons notre foi et croyons de tout notre coeur. Voulez-vous le faire pendant que nous prions pour les quinze ou vingt prochaines minutes? Très bien.

            [Frère Branham demande quelque chose à quelqu’un.–N.D.E.] «Vous distribuez encore la série A? Oh! la série F, vous avez distribué la série F. Je pensais, ça fait deux jours, il y en avait deux cents. Très bien. Nous allons changer ce soir, nous allons donc prendre les cartes de prière de la série F. Combien de cartes de prière avez-vous distribuées, cent?» Cent cartes de prière de la série F. Commençons à partir de... Commençons à partir du numéro 20 ce soir. Qui a F-20. Voyez si je suis... F-20? 21, qui a F-21, levez la main. Voyez si nous sommes en ordre maintenant.

52        Jetez un coup d’oeil sur la carte de prière de votre voisin. Il peut être sourd, peut-être muet. Observez ces cartes sur les lits de camp, et ainsi de suite. Et...

            Avez-vous une carte de prière, madame? Oui. Très bien. Avez-vous une carte de prière là-bas? Très bien.

            F-21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30. Maintenant, laissons-les s’aligner d’abord, juste ici. Très bien.

            Très bien. Pendant qu’ils viennent... Maintenant, regardez autour de vous. S’il y a quelqu’un qui ne peut pas se lever, eh bien, vous–levez simplement la main et nous demanderons aux huissiers de les transporter ici. Voyez?

            Très bien. Maintenant, c’est, je pense, de 20 à 30. Bon, 31, 32, 33, 34, 35, qu’ils s’ajoutent maintenant. Très bien. Ça devrait être de 20 à 35. Maintenant qu’ils se tiennent d’abord là: F-20 jusqu’à F-35. Maintenant, nous voyons comment ils s’alignent. Peut-être que nous pourrons en prendre davantage et nous verrons donc comment faire.

53        Maintenant, j’ai besoin de toute votre attention à présent pour les quelques prochaines minutes. Maintenant, écoutez, mon cher ami: celle-ci est votre réunion. Maintenant, je... Ce soir, en parlant de ceci, après...?... expliquer les réunions de guérison...

            Eh bien, souvenez-vous, je ne crois pas qu’il y a un homme qui possède une vertu pour guérir quelqu’un. Je ne crois pas qu’il y ait quelqu’un qui possède une certaine puissance pour guérir quelqu’un. Je crois qu’il y a deux choses qui ne peuvent pas se faire: d’abord aucun homme ne peut pardonner les péchés ni guérir la maladie. Retenez cela. Personne ne peut le faire, parce que Jésus l’a déjà fait au Calvaire, et vous acceptez cela comme votre foi personnelle dans Ses oeuvres achevées. Le croyez-vous? Dites: «Amen.» [L’assemblée dit: «Amen.»–N.D.E.] Voyez? Vous...

54        Or, Dieu a établi quelques signes dans l’Eglise. Premièrement, le prédicateur. C’est le meilleur signe, la prédication de la Parole. Eh bien, si c’était moi, si vous ne pouvez pas me croire sur parole, cela réglerait la chose. Mais pas notre Père ; ensuite Il place d’autres signes dans l’Eglise. Après les prédicateurs, Il place les docteurs, Il place les prophètes, Il place les dons de guérison. Cela ne veut pas dire que ces gens-là guérissent donc ; cela veut dire la foi dans la guérison. Voyez-vous?

            C’est juste comme la prédication, c’est la même chose, cela n’a aucune puissance pour guérir. Lorsque vous prétendez que vous avez la puissance de guérir, alors vous ôtez cela du Calvaire.

            Je crois que si vous prétendez cela, frère, à mon... Si je me trompe, pardonnez-moi. Mais tel que je vois les Ecritures, c’est une oeuvre qui a déjà été achevée. Comment pourrait-on...

55        Un–un frère qui fait partie des Hommes d’Affaires Chrétiens m’avait acheté ce costume et me l’a offert. Cela a été acheté. Ça fait environ une année qu’il me l’a donné ; c’était avant que j’aille outre-mer. Il a dit: «Billy, il te faut un costume.» Le mien était usé au col. Et il est allé acheter ce costume et me l’a offert.

            Maintenant, point n’est besoin que quelqu’un essaie de payer pour cela. On a déjà payé pour cela. Cela m’appartient par un don, est-ce vrai? C’est ainsi qu’il en est du salut, c’est ainsi qu’il en est de la guérison. «Il a été blessé pour nos péchés, par Ses meurtrissures, nous avons été guéris.» Est-ce vrai?

            Maintenant, combien... Est-ce qu’on les a tous fait monter? Oui? Est-ce que tout le monde est là? Vous voulez encore quelques-uns, ou est-ce que... Eh bien, ça importe peu, le nombre de gens qui se tiennent là. Nous... Ce n’est pas ça l’idée de la chose. Ce qui est essentiel, mes amis, c’est d’amener le Saint-Esprit à opérer parmi les gens.

            Maintenant, écoutez. Voici une dame qui se tient ici. Ceci est un don divin. Et voici une dame qui se tient ici devant moi. Elle m’est parfaitement inconnue. Je ne l’ai jamais vue de ma vie. Sommes-nous des inconnus, soeur, l’un pour l’autre? Certainement.

56        Maintenant, mettez-vous ici. Bon, premièrement je peux vous dire, à propos de la Bible, qu’Elle est la Parole éternelle de Dieu, et c’est la Vérité. Et tout ce qui est contraire à Cela n’est pas de Dieu, à mon avis. Il faut que ça soit Ceci, c’est la fondation. C’est la Parole de Dieu, en premier lieu. Très bien.

            Ensuite, en deuxième position, Il a des prédicateurs qui viennent prêcher cette Parole, qui La comprennent et apportent cela aux gens. Et puis, la chose suivante, Il établit des prophètes dans l’Eglise. Les prophètes sont des voyants qui voient les choses à l’avance, et disent des choses qui vont arriver. Et tout cela par l’Esprit de Dieu.

            Et lorsque Jésus était ici sur terre, à l’intention des nouveaux venus, Il ne prétendait jamais être un guérisseur. Combien savent cela? Levez la main. Il a dit: «Ce n’est pas Moi qui guéris.» Il a dit: «Je–Je... Ce n’est pas Moi qui fais les oeuvres. C’est Mon Père qui habite en Moi. C’est Lui qui fait les oeuvres.» Est-ce juste?

57        Et Jésus a dit: «En vérité, en vérité...» Saint Jean 5.19: «En vérité, en vérité, Je vous le dis, le Fils (Le corps), Je ne peux rien faire... (Le Fils, Son Esprit), Je ne peux rien faire de Moi-même, sinon ce que le Père qui est en Moi me montre. (Voyez?) Et ce que le Père Me montre en vision, c’est ce que Je vais faire.» Est-ce ce qu’Il a dit?

            «En vérité, en vérité, Je vous le dis, le Fils ne fait rien de Lui-même, mais ce que le Fils voit faire au Père, Il le fait pareillement.» Lorsqu’on L’a interrogé pour ne pas avoir guéri tous ces gens qui étaient là à la piscine de Béthesda, Il n’avait guéri qu’un seul homme qui était couché sur un grabat.

            Observez attentivement. Et Jésus savait que cet homme était là, et qu’il était là depuis longtemps, dans cet état. Est-ce juste? Combien savent que l’Ecriture dit cela? Jésus savait qu’il se trouvait là, qu’il était... Bien sûr, comment a-t-Il su cela? le Père le Lui avait montré.

            Il y avait là des infirmes, des aveugles, des gens aux membres tordus, des estropiés, et des boiteux, et Jésus est passé carrément au milieu d’eux jusqu’à ce qu’Il a trouvé cet homme que Dieu Lui avait montré. Il était là. Il a dit: «Monsieur, veux-tu être guéri, monsieur?»

            Celui-ci a dit: «Je n’ai personne pour me plonger dans l’eau.» Il a dit: «Quelqu’un me devance.»

            Il lui a dit: «Prends ton lit et rentre chez toi.»

            Cet homme n’a jamais douté de cela. Il a simplement pris son lit, il l’a posé sur ses épaules, et il s’est mis... La force a commencé à revenir, et il s’en est allé. Jésus s’est éloigné et a laissé tous les autres, parce que le Père ne Lui avait montré personne d’autre. Voyez-vous?

            La femme au puits... Voici encore la même scène, on a une femme ce soir pour commencer. Maintenant écoutez. Elle est une femme, et moi je suis un homme. Eh bien, nous ne nous sommes jamais rencontrés dans la vie. Maintenant, voyons si ceci est scripturaire.

58        Or, Jésus s’est avancé et Il s’est assis près d’un puits. C’est le Père qui L’avait envoyé à ce puits. Il ne savait pas... C’est tout ce qu’Il savait. Il s’est rendu au puits, Il est monté là, en passant par la Samarie.

            Or, Dieu le Père... Ne croyez-vous pas qu’Il agit en nous? N’a-t-Il pas dit qu’Il le ferait? «Les choses mêmes que Je fais, vous les ferez aussi.»

            Il monte là et s’assoit près du puits. Eh bien, c’est ce que le Père Lui avait dit de faire.

59        Le Père M’a envoyé dans la vallée San Fernando, en Californie, dans cette réunion sous tente. Je suis tout simplement venu. C’est tout ce que je sais. Me voici. Et cette femme se tient là.

            Eh bien, une femme est sortie de la ville pour puiser de l’eau, alors Jésus s’est mis à lui parler. Il a dit: «Apporte-moi à boire.»

            Elle a dit: «Il n’est pas de coutume que vous les Juifs demandiez pareille chose à nous les Samaritains, nous n’avons pas de relations.»

            Eh bien, Ils ont commencé la conversation, Ils ont continué à parler, jusqu’à ce que Jésus a découvert très exactement où se trouvait son problème. Il a dit: «Va chercher ton mari.»

            Elle a dit: «Je n’ai point de mari.»

            Il a dit: «C’est juste. Tu en as eu cinq.»

            Elle a dit: «Je vois que Tu es Prophète.» Elle a dit: «Eh bien, nous savons, nous les Samaritains, nous savons que lorsque le Messie viendra, Il nous annoncera toutes choses.» Mais elle ne comprenait pas qui Il était. Elle a dit: «Tu dois être Prophète.»

60        Jésus lui a dit qu’Il était le Messie. Est-ce juste? Et lorsqu’Il lui a dit cela, elle est entrée dans la ville en courant et a dit aux hommes, elle a dit: «Venez voir un Homme. Je me tenais là dehors, j’étais sortie pour puiser de l’eau, et cet Homme m’a dit les mauvaises choses que je fais.» Ou peu importe la manière dont elle avait exprimé cela. Elle a dit: «Ne serait-ce pas le Messie même? N’est-ce pas là le signe montrant ce que serait le Christ?»

            Maintenant, qu’est-ce que la grande église pensait de Lui en ce jour-là? Que disaient-ils qu’Il était? «Béelzébul, le diable, le chef de tous les diseurs de bonne aventure et tout ce qu’il y a de mal.»

            Mais qu’a-t-elle dit qu’Il était? Le Messie. Elle savait que c’était le signe du Messie.

            Et si Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement, cela est toujours le signe du Messie. C’est juste.

            Donc, il ne s’agit pas de moi, je ne suis qu’un homme, qui... Vous n’êtes qu’un homme ; des femmes. Elle n’est qu’une femme, je suis un homme. Mais le Messie, le Jésus ressuscité qui a dit: «Ces choses...» «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus (les incrédules) ; mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous jusqu’à la fin du monde. Et les choses mêmes que Je fais, vous les ferez aussi.» Quoi? Comme le Père le Lui montrait. Allons-y sous forme d’un drame.

61        Maintenant, comme je l’ai expliqué hier soir, comment des visions comme celles-ci, c’est simplement secondaire. La vision principale, c’est lorsque Lui-même se manifeste. Mais celle-ci est secondaire.

            Maintenant, je vais vous demander à vous tous, s’il vous plaît, d’être très respectueux. Je vais vous faire une proposition. Je vais regarder dans cette ligne, tout d’abord. Je ne crois pas... Vous tous, personne parmi vous ne me connaît, n’est-ce pas? Il n’y a que... qui me connaît. Levez la main si nous ne nous connaissons pas, vous tous qui êtes dans cette ligne de prière là, levez la main si nous ne nous connaissons pas tous. Très bien.

            Combien parmi vous là dans l’assistance n’ont pas de carte de prière, et cependant veulent être guéris, et nous sommes des inconnus l’un pour l’autre? Faites voir vos mains en les levant, partout.

            Très bien. Ayez simplement la foi. Maintenant souvenez-vous, l’aveugle Bartimée qui a pu tirer la foi du Seigneur Jésus... Cette femme-là a touché Son vêtement.

62        Maintenant, si Jésus vient et accomplit juste ici, Lui qui est juste ici, visiblement devant vous, et je déclare...

            Et si quelqu’un voudrait bien prendre ma place et monter ici, vous êtes le bienvenu à ce micro. Très bien, venons-en à la ligne de prière. Si vous ne croyez pas que c’est vrai et que c’est de Dieu, eh bien, venez prendre le micro. Vous êtes le bienvenu.

            Maintenant, mais tenez. Si c’est le cas, et si je dis la Vérité, je dis la vérité concernant Christ, alors si je parle de Lui et dis la vérité, Il est obligé de répondre et de confirmer que j’ai dit la vérité. Alors vous avez le droit de douter de moi maintenant. Mais s’Il fait ce que je dis qu’Il fera, qu’Il est ressuscité des morts et qu’Il fait les mêmes oeuvres, alors si donc vous doutez, à ce moment-là que Dieu ait pitié de votre âme pécheresse. C’est tout ce que je–je connais.

            Maintenant, si Jésus fait la même chose par le canal de cette femme ici, alors qu’elle sait que nous ne nous sommes jamais rencontrés dans la vie... S’Il le fait, et s’Il sait pourquoi elle est ici, comme Il savait ce pourquoi cette femme était là, est-ce que chacun de vous d’un commun accord et d’un seul coeur, croira au Seigneur Jésus-Christ, et croira qu’Il va vous donner ce soir, ce que vous êtes venu chercher? Allez-vous le faire? Voulez-vous lever la main? Je souhaiterais que chacun de vous qui le croit réellement lève sa main. Il vous regarde. Amen. Que Dieu vous bénisse.

63        Maintenant, Père céleste, je–je ne sais plus quoi faire avec toute la connaissance que j’ai... Je n’en ai aucune, sinon celle qui vient de Toi. Et je prie, Père, que maintenant Tu te meuves au-dessus de ce petit auditoire, et que les Anges de Dieu viennent se mouvoir tout près ce soir.

            C’est une soirée froide. Ils ont longtemps souffert, en restant assis ici dans ce froid. Récompense-les, Seigneur, en les guérissant tous. Accorde-le, Seigneur. Que ceci soit une soirée où chacun sera guéri.

            Et maintenant, Père, envoie l’Ange de l’Eternel et tiens-Toi ici près de Ton humble serviteur et oins-moi. Je... Tu sais, Seigneur, que je ne connais pas ces gens. Ils me sont inconnus. Mais Toi, Tu les connais. Et je Te prie de m’aider, Seigneur, et de me donner les choses mêmes que ces gens sont venus chercher ici, afin qu’ils sachent que Tu es ressuscité des morts, et que Tu es vivant ici ce soir, et que Tu es disposé à les aider. Et Ton attitude envers eux aujourd’hui, si Tu es ressuscité des morts et que Tu t’es confirmé dans la puissance, alors Ton attitude est la même qu’elle a été en ce jour-là. Accorde-le, Père, et bénis-nous et pardonne-nous nos péchés. Nous prions au Nom de Jésus. Amen.

64        Maintenant, que tout le monde soit respectueux. Je crois que ce mouchoir qui est ici, c’est peut-être pour qu’on prie dessus. Cela ira chez une dame. Et en voici un autre. C’est peut-être pour la même raison. Et je prie sur ces mouchoirs, c’est juste une lettre personnelle qui m’est adressée.

            Notre Père céleste, bénis ces mouchoirs pour le but pour lequel ils ont été envoyés. Je le demande au Nom de Jésus. Amen.

            Bon, maintenant, soeur, vous restez juste... C’est très bien, vous pouvez lui dire de rester juste là. La distance n’a rien à faire avec la chose. L’unique raison pour laquelle je fais ceci, c’est parce que je suis... J’essaie de vous isoler de toute cette masse de gens pour vous contacter.

            Même Jésus avait envoyé Ses disciples au loin alors qu’Il devait entrer en contact avec cette femme-là. Voyez? Avez-vous déjà lu ce récit? Je me demande si vous y avez déjà pensé, de pouvoir vous tenir là où cette femme s’était tenue. Ne serait-ce pas merveilleux? Vous avez toujours pensé que vous–ce–ce serait merveilleux.

            Si seulement vous saviez, ma bien-aimée soeur, que vous vous tenez dans la même position. C’est vrai. Vous êtes consciente maintenant, en tant que croyante, que quelque chose est en train de se passer. Depuis que je me suis retourné dans cette direction et que je me suis mis à parler, une sensation très douce et très humble vous a envahie. Est-ce vrai? Si c’est vrai, levez la main afin que les gens voient. C’est vrai. Parce qu’entre vous et moi... Vous n’avez probablement jamais vu la photo de cette Lumière qui est en train de tournoyer entre vous et moi.

65        Très bientôt, Dieu voulant, ce sera... Peut-être que vous êtes simplement dans les trois dimensions. Ça c’est une autre dimension. Cela descend sur moi. Mais c’est un Esprit. Voyez-vous? C’est dans un autre monde.

            Les gens qui sont morts ne sont pas partis. Ils sont–ils sont près de nous, les Anges et tout le reste. «Les Anges de Dieu campent autour de ceux qui Le craignent.»

            Souvenez-vous d’Elie ce matin-là à Dothan, lorsque ce jeune homme a dit: «Oh! les armées des Syriens sont sur nous.»

            Elie a dit: «Ceux qui sont avec nous sont plus nombreux que ceux qui sont avec eux.» Ce jeune homme ne voyait personne. Le prophète a dit: «Ô Dieu, ouvre les yeux de ce jeune homme.»

            Et lorsqu’Il lui a ouvert les yeux, autour de ce vieux prophète il y avait–il y avait des Anges de feu et des chars de feu. Ils étaient juste... Donc ceux qui sont avec nous sont plus nombreux que ceux qui sont avec eux.

            Et il s’agit donc de cette dimension, c’est inné. Peut-être que vous ne verrez jamais cela, vous ne verrez jamais de telles choses. Mais croyez cela de toute façon. Combien grande est la récompense de ceux qui n’ont jamais vu et qui cependant croient. Mais certains d’entre nous sont nés pour cela. C’est Dieu qui établit cela dans l’Eglise, dès la naissance. Les prophètes ne sont pas établis par les hommes, c’est un don inné. Tout au long des Ecritures, c’est quelque chose avec lequel la personne est née, depuis l’enfance...

66        Et maintenant, une dame se tient devant moi... Et je... Si l’assistance m’entend encore, l’Ange de l’Eternel est en train de s’installer. Et je sais qu’on m’entend quelque part. Mais elle souffre de ce qu’elle pense être une côte brisée. C’est dans son côté. Elle a une grosseur sur son côté ou une sorte de nodule. Et cela est dû à un ventilateur qui l’avait heurtée... quelque chose qui l’avait heurtée. Et c’est ce qui a provoqué ceci. Est-ce vrai?

            Maintenant, je ne sais pas ce que j’ai dit, mais ce n’était pas moi qui le disais. C’était quelque chose d’autre qui disait cela. Mais était-ce vrai, ce qui a été dit? Si c’était vrai, levez la main.

            Eh bien, vous savez, il y a ici quelque chose qui dépasse l’homme. Est-ce vrai? Eh bien, vous savez si c’est vrai ou pas. Vous en êtes témoin. Et si c’est vrai que... Elle a levé sa main vers l’assistance pour montrer que c’est juste. Et cette femme se tient ici avec cette Bible posée devant nous, vous savez qu’elle ne dirait pas quelque chose de faux, et elle est aussi une chrétienne, à part cela. C’est vrai.

            Dans ce cas, qui est ici? Jésus de Nazareth, qui est ressuscité des morts. C’est Son Esprit qui est en train d’opérer.

            Maintenant, approchez, soeur. Peu importe ce que c’était, si... Jésus a dit ces mots. Lorsque... Les dernières Paroles qu’Il a prononcées lorsqu’Il a quitté la terre: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru (Marc 16): s’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guéris.»

67        Maintenant, je dois être un croyant pour que quelque chose se produise juste comme cela avait eu lieu, parce que c’est Dieu qui vous prouve que je suis un croyant. Est-ce juste? Et vous êtes une croyante, sinon je ne serais jamais en mesure de le faire. C’était votre foi qui a fait cela.

            Maintenant, nous sommes tellement proches de Dieu, qu’arrivera-t-il donc si j’impose les mains aux malades, qu’arrivera-t-il? Ils seront guéris.

            Maintenant, notre Père céleste, en obéissance aux commandements de notre Précieux Seigneur Jésus, j’impose les mains à ma soeur et je demande que Ses Paroles s’accomplissent. Et quel que soit ce qui ne va pas chez cette femme, puisse-t-elle être guérie, au Nom de Jésus-Christ. Amen.

            Que Dieu vous bénisse, soeur. Partez, soyez heureuse et réjouissez-vous. Eh bien, écoutez, oubliez cela. Si c’était la maladie, quelque chose qui cloche en vous, ou si c’est quelque chose que quelqu’un d’autre désire, quoi que ce soit, oubliez cela, tout à ce sujet. C’est entièrement fini. Partez, louant Dieu pour cela. Voyez? Ça ira très bien. Amen.

            Oh! Il est merveilleux. Je sais que vous pensez que j’ai perdu la tête, mais ce n’est pas le cas. Non, non, je suis très conscient.

68        Très bien. Ayez simplement la foi. Très bien. Est-ce... Laissez cette dame venir ici. Venez directement, soeur.

            Maintenant, je pense que vous et moi, nous ne nous connaissons pas, n’est-ce pas? Et vous et moi. Nous sommes nés à des années d’intervalle, et nous sommes... Mais nous–nous avons le même Seigneur Jésus, n’est-ce pas, soeur? Eh bien, je ne vous connais pas, je ne vous ai jamais vue. Mais Jésus connaît tout ce qui vous concerne.

            Et vous avez lu dans la Bible là où, dans l’Ancien Testament, les prophètes avaient fait cela. Et Dieu a promis la même chose. Et le plus grand de tous les prophètes, et de tous les rois, et des seigneurs, et le Maître de tous, c’était Jésus. Lorsqu’Il était ici sur terre, Il a fait Sa... pratiquement la même chose, seulement de plus glorieux. Ensuite Il est parti et Il a dit: «Vous ferez aussi les choses mêmes que Je fais, jusqu’à la fin du monde.» Ainsi, c’est simplement Jésus dans Son Eglise, n’est-ce pas? Si ce n’est pas le cas...

            Maintenant, je ne sais pas... Je ne pourrais pas vous guérir, si vous êtes malade. Je ne sais pas. Mais si vous êtes malade, je ne saurais vous guérir. C’est Jésus qui devrait vous guérir, n’est-ce pas? Et... Mais Il le fera si vous le croyez. Maintenant, simplement Il... en sachant...

            Maintenant, que se passerait-il s’Il se tenait ici, portant ce complet qu’Il a dit à frère Gardener de me donner? Eh bien, qu’arrivera-t-il si... S’Il se tenait ici, portant ce complet, maintenant Il ne pourrait pas dire: «Maintenant, approche, Je vais te guérir.» Non, Il ne le ferait pas. S’Il le faisait, Il devrait revenir sur Sa Parole. Il dirait: «Mon enfant, ne crois-tu pas que Je l’ai fait lorsque Je suis mort au Calvaire, que c’est là que J’ai acquis ta guérison?»

            Vous diriez: «Oui, Seigneur.»

            Alors Il dirait: «Qu’il te soit alors fait selon ta foi.» Est-ce vrai?

69        Or, que se passerait-il si le Père Lui montrait et Lui disait... Il pourrait vous dire ce qui cloche en vous ou quelque chose comme cela, n’est-ce pas? Il pourrait être en mesure de le faire. C’est tout ce qu’Il pourrait faire. Maintenant, Il... C’est la même chose qu’Il est en train de faire ici ce soir, seulement Il travaille au travers des êtres humains.

            Maintenant, croyez de tout votre coeur et Il vous guérira certainement. Je crois qu’Il le fera. N’est-ce pas, mère? Ne croyez-vous pas qu’Il vous guérira? Il vous guérira certainement.

            Que Dieu m’aide à faire quelque chose pour élever votre foi. Je vois une chose, cette femme... Si l’assistance entend encore ma voix, il y a une ombre qui environne cette femme. Elle est très très malade. Elle a un problème dans ses reins. C’est juste. C’est un cancer dans le rein. Elle a aussi l’arthrite, parce que je la vois, elle a de la peine à se déplacer par moment.

            La vision semble disparaître. Ces choses sont vraies, de toute façon, n’est-ce pas? Elles sont vraies.

70        Est-ce que vous croyez maintenant? Cette femme est juge. La vision semble en quelque sorte disparaître. Un instant. Laissez-moi lui parler encore juste pour contacter votre âme, soeur.

            Maintenant, regardez-moi pendant un moment. Il semble qu’il y a quelque chose qu’Il aimerait... Je vous vois d’une certaine manière, vous essayez de vous déplacer ou de regarder, ou... Non, c’est à propos de votre bras. Sur un... sur un de vos bras... Vous avez quelque chose sous votre bras. C’est le bras gauche. Jésus peut guérir cela aussi. Le croyez-vous? C’est une grosseur, ce qui est une tumeur, et c’est juste sous votre bras gauche. Mais Jésus-Christ peut vous guérir. Le croyez-vous? Alors approchez. Ayez la foi maintenant.

            Prions. Notre Père céleste, j’impose les mains sur cette femme, et je prie que comme l’aveugle Bartimée s’était tenu là et avait reçu la vue, elle aussi, Seigneur, reçoive sa guérison et que ces ombres de la mort la quittent. Qu’elle parte et soit guérie. Je demande cette bénédiction en priant pour ma soeur au Nom de Jésus-Christ. Amen.

            Que Dieu vous bénisse, soeur. Partez, en vous réjouissant et étant heureuse, tout en rendant grâces à Dieu, et portez-vous bien.

71        Très bien. Nous sommes des inconnus l’un pour l’autre, je pense, n’est-ce pas, soeur? Et... Mais Dieu nous connaît tous les deux, n’est-ce pas? Il nous connaît tous les deux.

            Maintenant, s’il y avait quelque chose... Si j’avais une sorte de guérison ou quelque chose... Tout d’abord, si je disais cela, je serais en erreur. Je serais en dehors des Ecritures. Mais si j’avais cela, et disons que j’aie cela, et si j’étais un médecin et savais ce qui cloche en vous, et qu’ensuite je ne le fasse pas, je serais un hypocrite (Oui, oui.), si je pouvais vous aider et que je refuse de le faire. Mais la seule chose que je peux faire, c’est juste dépendre de ce qu’Il me dit. Et ça c’est pour la foi, c’est votre foi en Christ.

            Quelque chose vient d’arriver. Maintenant, que tout le monde soit très respectueux. Quelqu’un était en train de prier. Oh! le voici. Gloire à Dieu! Merci, soeur, pour la prière. J’ai entendu votre prière. Jésus aussi. Votre zona va vous quitter maintenant, vous qui êtes assise là, la main levée comme ceci, cette mère-là, vous qui êtes assise là avec votre main levée. Maintenant, vous... oui, vous pouvez poursuivre votre chemin maintenant en vous réjouissant. Il a exaucé votre prière. Merci, soeur, pour votre foi en Dieu. Amen. N’est-Il pas merveilleux, soeur? C’est votre foi qui fait cela.

72        Maintenant, priez. Soyez en prière, soeur. Vous tous soyez en prière.

            Maintenant, cette dame est une inconnue pour moi... Maintenant, je–je vous parle juste en tant que Son serviteur... Cela continue à agir dans l’auditoire. La foi est en train de monter là-bas. Vous voyez? Parfois je ne sais pas de quoi il s’agit, je dois faire juste ce qu’Il me dit de faire. Pendant que l’Esprit du Seigneur commence à opérer, je dois simplement agir à mesure que Cela évolue avec moi. Vous voyez? C’est entièrement une chose...

            Le voilà au-dessus d’une femme qui est très nerveuse, assise juste là. Et son mari s’est appuyé sur elle. Il souffre d’une hernie. Et les deux sont en train de prier pour être guéris. Est-ce juste? Vous êtes mari et femme. Je vous vois tous les deux dans une même chambre. Vous... Très bien. Imposez-vous les mains.

            Père céleste, au Nom de Jésus, qu’ils soient guéris. Leur foi, Seigneur, T’a touché et a produit ceci. Au Nom de Jésus, qu’ils soient guéris. Amen.

            Que Dieu vous bénisse, mon cher frère et ma chère soeur. C’est votre foi qui a fait ça. Votre foi seule. Si vous pouvez croire. Oh! la la! N’est-Il pas merveilleux?

73        Il y a un autre homme et sa femme assis juste là derrière, et la femme souffre d’une hernie, elle est assise juste en ligne droite avec eux. Et cet homme a des problèmes d’audition, il a aussi des hémorroïdes. Et ils sont assis juste au-dessus là, l’homme et la femme. Vous êtes guéris, tous les deux. Jésus-Christ vous...

            Vous m’entendez maintenant, n’est-ce pas, frère? Vos oreilles s’ouvrent. Gloire à Dieu! Voilà, notre Seigneur Jésus-Christ dans Sa miséricorde infinie... assis là-bas ayant la foi. Qu’est-ce qui fait cela? La même foi qui était dans l’aveugle Bartimée. Vous devriez tous croire.

            C’est suspendu au-dessus de cette dame sur la civière. Je me pose des questions concernant sa foi. Elle est très malade: elle souffre de l’asthme. Elle a la tuberculose, l’arthrite. C’est juste, n’est-ce pas, jeune fille, vous dans la...?... C’est vrai. Mère, si seulement vous pouvez croire, et si vous croyez que je suis le prophète de Dieu, aussitôt que cette réunion sera finie, emportez ce lit de camp, posez-le quelque part et rentrez chez vous. Voyez? Ayez la foi. Croyez.

74        Maintenant, madame, un moment. Je regrette. Je dois suivre cela lorsqu’Elle se déplace.

            Ne vous déplacez pas, que personne ne se déplace. Voyez? Cela... L’Ange du Seigneur est une Lumière. C’est une Colonne de Feu (Voyez?), c’est une Lumière, c’est comme une Lumière émeraude qui brûle, et Cela se déplace. Et–et vous vous déplacez, parfois... C’est une âme humaine. Vous êtes tous comme, sous contrôle. Si vous vous déplacez... Et je connais l’endroit exact où le sceptique est assis, je sais là où les croyants sont assis. Je dois observer cela exactement. Lorsque Cela se déplace, c’est un conflit, c’est dans le spirituel.

75        Maintenant, La voici. Il semble que vous pouvez voir Cela. Je vois le sang couler. Cela vient de cette personne qui est assise juste là, à environ trois rangées au fond ; la personne est assise là ; elle a un écoulement de sang qui provient des poumons. Elle souffre, un écoulement de sang. Oui, oui.

            Maintenant, ayez la foi. Ne doutez pas, mais croyez, et Jésus-Christ vous rétablira. «Si tu crois, tout est possible.» Maintenant, est-ce que vous croyez, soeur?

76        Cet homme assis juste de ce côté-là souffre de la prostatite, celui qui est assis juste là derrière, qui est on dirait en train de me regarder, c’est un homme plutôt âgé. Si vous croyez, mon bien-aimé frère, cela vous quittera et cela ne reviendra plus jamais. J’ai confiance en Dieu que vous avez la foi et que vous croyez de tout votre coeur. Vous recevrez ce que vous avez demandé. C’est merveilleux.

            Maintenant, cette dame... Je regrette, soeur. Je dois... Je vois de très hautes montagnes qui apparaissent devant moi, de très grandes montagnes. Elles sont entièrement couvertes de neige.

            Oh! vous êtes ici pour quelqu’un d’autre. Et cette personne habite sur une montagne. C’est Denver, dans le Colorado. Et c’est un homme. Et c’est un de vos parents. Et c’est un–il n’est pas encore sauvé. Il n’est pas un chrétien ; il y a une obscurité qui entoure cet homme. Et il a été dans un certain hôpital, et il a subi une opération du cerveau. Et ils ont endommagé les nerfs, et il... C’était un nerf qui donne l’équilibre ; cet homme n’arrive plus à marcher. Vous essayez de... Il ne peut pas s’asseoir ou marcher comme cela. Et c’est votre beau-frère. C’est l’exacte vérité.

77        Maintenant ce mouchoir avec lequel vous avez essuyé les larmes de vos yeux, envoyez-lui cela au Nom du Seigneur Jésus et qu’il soit guéri.

            Ayez simplement la foi. Ne doutez pas. Croyez, et vous recevrez. «Si tu crois, tu recevras.» La Bible dit que vous allez recevoir.

            Je vois constamment une femme espagnole assise à mi-hauteur juste ici quelque part. Je ne sais pas dire exactement où, alors soyez simplement en prière là où vous êtes. Vous pouvez même être derrière moi. Je ne sais pas. Mais, s’il vous plaît, soyez respectueux ; et soyez tranquille juste pendant quelques moments.

            Oh! quel Merveilleux Seigneur Jésus nous avons! Combien Il est bon! Combien Il est précieux! Il fait toutes choses bien.

            Maintenant, si je peux attirer l’attention de cette petite dame ici, qui se tient devant moi. Soeur, ne pleurez pas. Voyez? Bartimée peut-être avait pleuré. Mais si vous avez besoin de quelque chose, Jésus est ici pour pourvoir à tout ce dont vous avez besoin.

            Eh bien, je suis votre frère, et je ne peux que vous dire la vérité, soeur. Et vous savez que je ne vous connais pas, ou que je ne sais rien de ce qui vous concerne. Vous le savez bien. N’est-ce pas, soeur? Mais, ne pouvez-vous pas croire que je vous dis la vérité au sujet de la Bible, que Jésus est le même hier, aujourd’hui et éternellement?

78        Que se passerait-il si vous vous teniez dans Sa Présence? Il saura tout ce qui vous concerne que le Père Lui révélera. Est-ce juste? La femme a touché Son vêtement, seulement Il n’a pas pu le dire jusqu’à ce que le Père le Lui a montré. Il a dit: «Ce que le Père Me montre, c’est ce que Je fais.»

            Oh! la la! Quelle merveilleuse foi est en action dans cette assistance, oh! si vous... Après que je serai parti d’ici, des semaines après, vous allez vous rendre compte que vous êtes guéris. Vous allez guérir. Je ne savais pas l’exprimer. C’est vraiment partout, à ce qu’il semble.

            C’est comme s’il... Je regarde autour de moi, et tout devient clair, dans cette direction. Et ensuite, quelle foi! Vous êtes en train de recevoir votre guérison. Vous–vous allez le remarquer. Peut-être... Observez simplement et voyez, les pasteurs, si vos fidèles ne viennent pas vous dire qu’ils étaient–qu’ils ont été guéris ici et qu’ils n’étaient même pas tout près... Personne ne leur a parlé, rien. Ils sont en train de recevoir leur guérison de toute façon. Vous ne savez tout simplement pas mentionner cela comme il y en a tellement maintenant.

            Alors peut-être qu’avec notre soeur ici... Vous avez un... Je vois une affection dans votre gorge. Vous avez une affection de la gorge. C’est juste. Et vous êtes très nerveuse, inquiète. Et quelque chose venait de vous arriver, c’est comme une crise cardiaque. Vous avez eu une crise cardiaque tout récemment, et cela vous a laissée très faible et nerveuse. Approchez.

            Bien-Aimé Père céleste, Toi l’Auteur de la Vie et le Donateur de tout don excellent, envoie Tes bénédictions sur cette femme, Ton humble servante, Seigneur. Et guéris-la, et guéris-la entièrement. Je le demande au Nom de Jésus, le Fils de Dieu. Amen.

            Maintenant, partez. Ne doutez de rien, soeur. Vous êtes bénie de Dieu maintenant. Et j’ai demandé, et je crois que je reçois ce que je demande. Ne le croyez-vous pas? Alors partez, déclarez cela, et vous aurez ce que vous avez demandé. Amen.

79        Ayez foi en Dieu. Est-ce que vous croyez? Maintenant, s’il vous plaît... Je–je pense peut-être que je suis... Suis-je... Oui, je suis un peu en retard, peut-être. Eh bien, un instant. Que tout le monde soit vraiment... J’essaie de travailler pour vous, pour Dieu, pour votre intérêt. Et si vous restez simplement tranquille, et que vous ne vous déplaciez pas pendant une minute...

            Laissez-moi parler à cette femme. Est-ce la patiente, monsieur? Que le Seigneur vous bénisse, madame. Est-ce que vous parlez l’anglais? C’est très bien.

            Maintenant, vous voyez, ici, il faut être très respectueux. Vous direz: «Frère Branham, qu’est-ce que cela a à faire avec la chose?» Enormément. Une fois, Jésus allait guérir une personne, Il l’a amenée loin de la foule et Il l’a amenée en dehors de la ville, et a prié pour cette personne. Est-ce juste?

80        Une fois lorsque la fille de Jaïrus était morte, tout le monde pleurait et faisait des histoires, Il les a tous fait sortir hors de la maison. Est-ce juste? Voyez? Oui. Votre–votre–votre... La manière dont vous vous déplacez, vos actions... Voyez, vous êtes dans un autre monde.

            Oh! je vous aime de tout mon coeur. J’aimerais que vous puissiez simplement recevoir mon Seigneur Jésus maintenant même. Vous verrez arriver une des plus glorieuses choses que vous ayez jamais vues dans votre vie. Mais croyez simplement.

            Maintenant, voici une femme ; c’est peut-être une Espagnole. Je–je ne sais pas. Mais Dieu la connaît. Pas moi. Si Dieu, notre Père céleste, parle à cette femme au travers du Saint-Esprit, et qu’Il utilise mes lèvres, pendant que je m’abandonne à Lui, et s’Il me révèle la raison pour laquelle cette femme espagnole est ici, vous tous, à la fois, allez-vous dire: «Cela réglera la chose pour moi pour de bon? Je vais donc croire maintenant même au Seigneur Jésus-Christ et L’accepter.»? Allez-vous le faire? Très bien. Dans ce cas nous pouvons prier, et tout le monde sera guéri.

            Vous êtes déjà guéri. Je veux dire, acceptez cela. Voyez-vous? Quand vous acceptez cela, c’est à ce moment-là que nous le savons.

81        Très bien, soeur. Que le Seigneur Jésus l’accorde. Vous êtes une Espagnole et moi un Irlandais, et nous sommes nés à des années d’intervalle, et–et tout ; nous ne nous connaissons pas. Mais Jésus nous connaît tous les deux. Il sait tout ce qui nous concerne.

            Vous avez une maladie des nerfs, et une maladie de l’estomac (C’est juste.), vous avez également une affection de l’oeil. C’est juste. Vous n’êtes pas d’ici. Vous n’êtes pas de cette localité. Non, vous venez d’une autre ville appelée El Monte, en Californie, quelque chose comme ça. C’est juste. Et vous vous appelez Naomi. C’est vrai. Votre nom de famille est Moore. Et le numéro de votre maison c’est 502, c’est quelque chose comme la rue Mullhill. C’est juste. Est-ce juste? Maintenant, retournez guérie. Jésus-Christ vous guérit.

            Ô Dieu, aie pitié, je Te prie, au Nom de Jésus. Est-ce que vous croyez?

            Monsieur, voulez-vous aller prendre votre souper? Eh bien, allez vous procurer un bon et gros hamburger et mangez cela. Votre maladie de l’estomac vous a quitté. Amen. Partez et soyez...

            Approchez. Sans aucune opération, la tumeur a disparu. Continuez simplement votre route, en vous réjouissant.

82        Disons: «Gloire au Seigneur!» Le Saint-Esprit est ici si vous pouvez seulement croire. Voici la chose. C’est ce qu’il faut pour y arriver.

            Si vous croyez, le coeur ne vous dérangera plus. Continuez simplement de marcher, à vous réjouir et à remercier Dieu de tout votre coeur et de toute votre âme. Disons: «Gloire au Seigneur!»

            Si vous pouvez avoir la foi... Vous avez éprouvé une drôle de sensation, lorsque j’ai parlé de la maladie d’estomac qu’a cet homme, n’est-ce pas? Maintenant, allez et faites de même. Prenez votre souper au Nom de Jésus.

83        Est-ce que vous croyez là-bas? Voulez-vous tous être guéris maintenant même? Très bien, alors faites ceci. Inclinez la tête juste un moment. Maintenant répétez cette prière. Répétez cette prière que je dis.

            [L’assemblée répète la prière suivante de Frère Branham.–N.D.E.] Bien-Aimé Père céleste, je crois maintenant que Jésus Ton Fils est ressuscité des morts, et qu’Il a pardonné mes péchés, et a guéri ma maladie. J’accepte Cela maintenant même. Je crois que Tu es ici sous la forme de l’Esprit, faisant les mêmes choses que Tu avais faites lorsque Tu étais ici dans la chair. Et je T’accepte comme mon Guérisseur. Aide-moi, Seigneur, à ne plus jamais douter.

84        Maintenant, gardez silence, restez enfermés avec Dieu. Gardez vos têtes inclinées. C’est votre prière.

            Maintenant, regardez à Lui par la foi. Par les yeux de la foi maintenant, avec vos yeux physiques fermés, tournez le regard vers Lui, imaginez simplement, Il se tient là, juste là à vos côtés, Ses bras sont étendus. Maintenant, il n’y a qu’une seule chose qui vous empêche de recevoir cela. Juste au-dessus de vous est suspendue une ombre noire. C’est Satan, un douteur qui essaie de dire: «Eh bien, je... quelque chose d’autre.»

            Maintenant, je vais réprimander ce doute, cette chose qui fait–qui peut vous amener à douter. C’est ma prière. Maintenant, restez simplement enfermé avec Dieu pendant que je prie pour vous, croyez que la puissance guérissante de Dieu va entrer en vous par votre propre foi maintenant même. La puissance guérissante de Dieu est en train de s’installer juste en vous par votre foi parce que vous recevez cela.

            Tous les cancers sont en train de sortir. Les maladies d’estomac sont en train de quitter. Les maladies gynécologiques sont en train de quitter. Toutes les maladies sont en train de quitter.

            Maintenant, Père céleste, ils ont confessé. Ils T’ont amené leurs problèmes. Et maintenant je les amène à Toi. Et maintenant, ce démon de doute qui pourrait planer sur ces gens, qui pourrait les amener à douter...

85        Satan, tu as perdu la bataille. Pendant des années tu as gardé l’humanité enfermée dans le doute, mais Dieu dans Sa miséricorde nous a envoyé la Lumière. Et tu es le séducteur. Et tu es exposé, tu n’as plus aucun droit légal. Jésus-Christ le Fils de Dieu t’a dépouillé au Calvaire de tout ce que tu avais. Et tu n’es qu’un bluffeur. Et nous te défions, par le Sang de Jésus. Tu ne peux plus nous faire douter, alors sors de ces gens, quitte-les, sors de ce tabernacle ce soir! Je t’adjure, au Nom de Jésus-Christ, le Fils du Dieu vivant, que chaque doute sorte de chaque personne, et que Jésus-Christ les guérisse complètement. Pour la gloire de Dieu, je demande ceci au Nom de Jésus. Et, Satan, tu es réprimandé! Sors d’eux!

E-1 Amen. Let's say "Praise the Lord," in this way for that wonderful song. Isn't that the truth? When Jesus comes, all things are changed then, aren't they? Gloom's all gone, darkness.
And we're just so happy that Jesus has promised, that wherever two or three were gathered together in His Name, that He would come. So we know that He will be here tonight, is already here, because we have gathered in His Name.
Every night, after about twelve o'clock, when I kinda get around to myself good... Someone tells me, my boy or my wife, one, "You held too long tonight, Billy. Them people are working people. You see how many is coming. It's awful cold in that tent." So I'm going to try to get out a little early if I can then. So you pray with me, and pray for me, and I'll do the very best I can to hurry up tonight.

E-2 Well, I'm so thankful. We're missing one cot and one wheelchair tonight. Praise be to God. That's good; from last night. I trust it be your night tonight, sister, and your night too, sister, tonight, that you won't have to be in the wheelchair or cot tomorrow night. And I trust that they, neither one of you all... You'll be setting back in the audience back there tomorrow night, or in your own church or wherever you go.

E-3 Now, to these new converts that's just being converted in the meeting, don't just lay dormant. You get some good church to go to. Look around here. If you're from this valley, and the vicinities around here somewhere, look at these pastors, that comes here on the platform, and helping us in the meeting. They believe in this kind of ministry. So you go to their church and tell them that you want to become a member there.
And if I was in this neighborhood somewhere, or around close to them, I'd be a member of their church, 'cause I appreciate them. And they're set theirself right up here on the platform, of night, let everybody know that what they believe in. And if you're out of town, from some other place, find you a good church somewhere, a good church that preaches the Gospel and believes in Divine healing. Now, if you're...

E-4 I don't know too many churches up this way. I know some down the other way. I know of the Angelus Temple, very fine church. That's right in Los Angeles. And I know Dr. Teeford and--and Roth McPherson, and Doctor Cummings, and all--all those very fine brothers; very fine church. The Foursquare people are very fine. If you live around the temple, why, just remember that.
I had meetings for them all over the country; Brother Beard from over the West is a very good friend of mine. And I had their conventions and so forth, very fine people. And Roth McPherson, I think is just one of the finest men that I've ever met; very fine man.

E-5 Then there's Brother O. L. Jaggers from the World church down there, another fine man. I've had meetings for him, and we've had great fellowship there.
Now, there's a little contention between them churches, but don't let that bother you. They're all right. That's a... That's all right; they're brothers. They're all right, all fine fine man, every one of them. That's right. They have to have a little contention one time to... Well, they kind of think their competitors, to kind of keep them spiritual. If you just don't let it go no farther than that, it'll be all right.
But I just love Brother Jaggers, and I love Brother Teeford, and Brother McPherson, and all them. They've all been very dear brothers to me. And I love them all. So their little contentions, why, that--that's all right. That just happens in families even, you know. And so, God's family don't run any smoother, looks like, than the rest of us. So they're all right, both of them. They're fine, all of them. They're fine fellows.

E-6 And I believe there's a Brother A. A. Allen holding a revival way down somewhere in Los Angeles down there. I hardly know of the man. I've heard of him, but I don't know him. But He's a brother that's holding healing services. And--and if there's any down around on that part, why... Course, Brother Allen is an evangelist like myself. He doesn't have any certain church.
And then there's a Brother Leroy Kopp down there that has a church. And I know him real well, a very fine Christian brother. And, oh, there's just plenty good churches around through here you can go to.
So be sure, of all them fine churches, you ought to find one somewhere. And find you a church home, and go in and tell them that you want to become a member of their body of believers.

E-7 And then remember, then go to the other churches and have fellowship with them, too. Don't never turn anybody down as a Christian, no matter if he's not a Pentecostal, or if he's a Baptist, or Methodist. Remember, he's your brother anyhow. See? That's right. Stay right with it.
If you don't feel that way, then you ought to come back. See? That's right. You ought to come back because you just didn't go quite far enough, you know. You just...

E-8 I was telling the other day of a Methodist brother, friend of mine. And he, we had a lot of fellowship together. And he used to pastor the Methodist church in New Albany. And we were both born down in Kentucky. I was born over in one holler and he was over in the other. That's about the way we have our directions down there. And so...
And when... I called Him Brother Lum. His name was Edwards. And so, if I got a convert... He said, "Now, Brother Billy," he said, "I... My father and mother were Methodist and I... therefore I--I just can't go for immersing. I--I--I want you to sprinkle me."
Now, he--he'd never make me a good member up there. So I said, "I'll tell you what. I've got one of the finest brothers down in New Albany (See?), just below me, three miles, and he's got a... He's a pastor of a real spiritual Methodist church." I said, "He's a fine man." I said, "It's kind of dry, not much water around there." But I said, "I--I tell you, you ought to go down to him. Now I'll take you down to him."
That was my convert that wanted to become a Methodist. If he had one that wanted to be a Baptist and wanted to really get immersed, he'd say, "Well now, you'll never make me a good member, but I got a good friend up in Jeffersonville, at the tabernacle, named Billy. I'll tell you, Billy will drown you. He will just hold you till every bubble...?... up and... He's a fine boy."
So that's the kind of fellowship we had. I'd throw it off on him and say, "It's awful dry down at his place 'cause he hasn't got much water down in New Albany, you know." And so he'd say it was so wet up there that I'd drown him. But we had fellowship, Methodist and Baptist. And I'd go down and preach for him; he'd come up and preach for me.
Now, if Methodist and Baptist do that, surely these others can do it. That's--that's right. So we all brothers in Christ Jesus. You believe that? [Congregation says, "Amen."--Ed.] Amen. That's wonderful.

E-9 Now, we're going to open His Word. And I'm going to lay this watch of mine out here so I know I won't go too long. See? Now Honey, don't you bawl me out after this service. You see? I--I'm going to time myself tonight, if I possibly can.
Now... Oh, she don't bawl me out, bless her heart. I'm just go saying that. She just tells me, "Now, Billy, you know them's working people and they have to hurry." And I know what it is. That's right.
So let's be in prayer, everyone very prayerfully. And remember, just a few more nights now, we'll have to leave California, you lovely city here, or lovely state, and go back to Louisiana. I go from here to a meeting up in Louisiana and maybe pretty soon back overseas again in a great long journey overseas. So shall we just speak to the Author now before we read His Word.

E-10 Now, heavenly Father, we come to thee humbly in the Name of Thy beloved Child, the Lord Jesus, to give Thee thanks and praise for all that Thou has done for us.
This little journey of a few years of fellowshipping with Thee, how our hearts are made happy because that we have seen You save sinners and fill them with Thy Holy Spirit, make ministers of the Gospel out of them, take prostitutes from the streets, make real genuine ladies. Oh, how we thank Thee for that.
See You take those bedridden cases, when Your beloved doctors have just give them up and said, "There's nothing more can be done; they are going to die," and see You raise them right up to perfect, healthy people, we're so thankful for this, Father, and we can hardly express it with human words. But just receive the adoration of our hearts as we pour out our souls to you in thanksgiving.
And now, Father, won't You open Your Word to us tonight and come and abide with us awhile. And save all that's not saved, and fill those with the Holy Spirit who is in lack of it tonight. And we pray also, Father, that You will heal every sick person that's in our midst.

E-11 So happy to hear the testimonies of last night of what You did. And I pray that if it possible, You'd give us a double portion tonight and just heal everybody that's in Divine Presence. For we ask it in Jesus' Name, Thy Son. Amen.
Now remember, the basis of the meeting... It hardly works. And one day, as you all know from a vision, you from down around Los Angeles, that one day this ministry will... I will stop it in America. See? And then... I can't now because when people come, it just keeps working.
But one day it's going to stop, when a little lady will be at the platform wearing a brown dress with a baby on her arm. And she'll have dark hair, and the baby be dressed in a white blanket. And that'll be the end of this type of ministry for me in America until the Lord Jesus calls for it.
But it'll be overseas. You see? In here I'll just call the people and run prayer lines and pray for them. The American people, it's so hard for them to see. They've had so much in the name of supernatural, they kind of stand back, doubt it. They can't help it.

E-12 The American people is so indocumated. You see, one says, "Well, Doctor Jones says that's hypnotism."
"Well, my pastor said he was a fanatic."
"Well, I tell you. I... My pastor said it was the devil."
"Well, my pastor don't know what to think about it." See? And they're shepherds. And it's all right. They're... See? But what you're doing, you're basing your conclusion on their decision. You got your own decision to make. See? So what it is...
One thing... One thing in the realm of supernatural like that can happen in India, and every thing's there will get up and be healed.
I seen one man walk to the platform in Africa. Well, they led him with a chain around his neck, brought him up to the platform like that. And that man was told what tribe he come from, by the Holy Spirit.
And a Mohammedan had just passed through, had done the same thing: told her what doctor she went to, and all about it. And them people just weeping, every Mohammedan there nearly come to Christ right at that time. But this lady was healed and made well and was told of those things.
Thirty thousand converts come to Christ and twenty-five thousand definite healings taken place in one minute's time. They even taken trucks and backed up to get those crutches, and old cots, and wheelchairs, and sticks, and clubs that they'd walked with, to pack them away from the ground.

E-13 And over a year from then, the Durban paper packed an article about the meeting, and said that one tribe, the Swazis up there, that they taken, I forget how many truck loads of firearms, and watches, and things that they had stole. They absolutely sold out. They wanted no more to do with sin.
And you didn't have to tell the people who's setting there as naked as they could be, men, women, and all... You didn't have to tell them to put on clothes; just let them find Christ. It'll put on...
Looks like their kind of losing sight of them in America, doesn't it? That's right. But it was so heathen.

E-14 This sounds awful flat. I s... A lady setting not as far hardly as this lady in a wheelchair setting, gave birth to her baby, just setting right there, and just picked him up. And that was all of it. See? And they don't notice that. And... Up in the tribes...
But those simple people, they never question. They don't question. They see something done; that settles them, every one of them. Just tell them, and they'll ever one get up and leave it. Some might maybe can't walk, and he's trying to make his step. And first thing you know, there he goes running. And here come another one this a way. And he sees that one going, and away he goes. And then, first thing you know, it's just a--just one great big conglomeration. That's all of it. That's all you have to say. It's all over then.
And then I made my altar call and thirty thousand raw heathens that had never knowed anything about Jesus Christ, accepted Him at one time and broke their idols on the ground till it looked like a dust storm around where they had been.
But the Americans, we in America, oh, we wonder, "Now, it isn't just exactly... He don't belong to my church. And I--I don't know about that. Now, I tell you. I--I'm pretty smart person. I've got an education." You'd be better off if you didn't have it, if that's the way you're doing it. That's right.
Well, we just have to put up with those things. We're a great civilization, but I'm afraid we're at the end.

E-15 All right. In the Book in the 18th chapter of Saint Luke, and the 35th verse, just for a reading, and just a few moments talk. And I'm going to watch my clock here, and as soon as it says nine o'clock we're just going to quit and start the prayer line so we can be away by nine-thirty, if possible: 35th verse now of the 18th chapter of Saint Luke.
And it came to pass, as he was come nigh unto Jericho, a certain blind man sat by the wayside begging:
May the Lord add His blessings to His Word.

E-16 We're all acquainted with this Scripture. And at nighttime like this, you don't try to preach, because it... the anointing... I been all in the afternoon praying just for anointing to see the visions are near. And then--then when I come in here and I get all to preaching, then the first thing you know, that leaves away. And then I'm... you have an awful time.
So I just have to talk a little while, to kind of get the feel of the crowd and get them all settled down, and every spirit. Not the people so much as it is the spirit, quieten down. Then you can start the prayer line. See?

E-17 And now, let's be thinking on this scene tonight. Back, this was just at the ending of Jesus' ministry.
Last night we were talking of the beginning, how that God had give him a vision to leave and go away. Then because his friend was going to die, and God was going to show His power through His Son, Christ, to raise this man up...
Now, tonight we're going to approach from another angle, at the end of His ministry. And He had done many miracles around over the country, though it was then like it is today. No matter how many miracles would be done, there's still people who would not believe.
And so, our scene opens tonight on a very sad affair. It's a blind man. And he's setting, crunched over.

E-18 Let's imagine as we... Let's take it at a drama affair. And let's imagine that the sun is going down. It's after three o'clock in the afternoon, perhaps. And the great high walls of Jericho...
Why, this blind man is crunched down along the side of these walls. And he's--he was a beggar, we're told. And his name was blind... His name was Bartimaeus. Many of you pronounce it Bartimaeus. Either way would be all right. And he was... His odds... Perhaps he had a lot of difficult making a living. And we're taught by historians that he was a married man, had a family. But he had a hard time making a living because he begged, and there was lots of beggars in them days.
There was... Lepers was beggars. Oh, that horrible plague of leprosy, no one hardly can pass by it without having a funny feeling.
I've seen them. I used to think that leprosy was contagious, that you could catch it. But you can't catch leprosy one from another. I've hugged them and kissed them, and everything else. So you can't catch leprosy from one another. It's a... It's caused by a diet.
And I've had lepers with nothing but just pegs for arms like that, wadding their little pegs around, trying to hug me in the prayer line and things. Poor old women on the streets and... Sometime leprosy eat toes till they just stand up like a big wart, about that big, real white. But just... Oh, horrible-looking sights of leprosy. What a horrible thing it is to have. Medical science has no remedy for it yet. And it's a very horrible thing. Not a painful thing, but it's a... It's so pathetic to see someone that's got their hands dropped off and so forth, and maybe part of their face and their ears eat off with leprosy. And it's white-looking, very horrible sight.
And there was many lepers in those days, and they... The people would have to come out of a morning. Maybe a man who could afford to give a man a coin, maybe he... The first man he met, he give him a coin. That settled it for the day. He couldn't give every one, because beggars were on every hand: blind beggars, and lame bleggar--beggars, and there were lepers, and all kinds of afflictions that just laid around begging. That was the scenes that our Lord saw while He was here on earth.

E-19 In the oriental, in the orients, rather, it hasn't changed very much. I've been in the orient, and see the astrologers, the wise men, set on the street, gazing up. And just about like it was when Jesus came; still wearing their loin cloth and turbans on their heads and so forth, always inquisitive, and wanting to ask questions, and talk about supernatural things, and so forth.
And so, this poor old blind man, setting there, perhaps in the fall of the year and maybe he was wondering how he was ever going to get his winter's money. And it gets pretty cool down there.
And he was setting by the side of the road begging. Maybe he'd eat today, and tomorrow he couldn't eat. Maybe the next day he couldn't eat, and then get enough together again.
I remember in Bombay... I will never forget when we got in there. There was Bombay, India; a really a needy place. You know that they just got their freedom back by bankruptcy a few... about five or six years ago.

E-20 And it's a four hundred and seventy million people in India, but there's many many millions of them that are beggars. They lay on the street like cord wood, right in Bombay.
And I remember after the first night... And the people knowed where we were staying there, that Taj Majah Hotel. The next morning...
I had some money that was American money. And I take up offerings for overseas, and put it in till we got enough to go over, then go preach the Gospel, and then come back and have some more American meetings, then get enough money and go over and go preach and then come back.
And so I had some money that people had give me to give to the people. And so I went out. I thought, "Well, I'll just get it changed into--into Indian rupees. And so I went out into the street. And I'll tell you, they almost had to have every... the army to get me out of the street. They tramp on you and everything, run over you, beggars, when they knew I was up there. It was such a pitiful thing.

E-21 The next morning when Mr. Baxter and them come to get me to go to breakfast, and I went down there... And I... After I'd been in there, I looked on the outside, and just lined with beggars everywhere.
And I got up there and had a bunch of this, these rupees. They about twenty-four cents a piece, which a fellow that'll go to work, a woman or a man, either one, will go to work at about four o'clock in the morning and work till ten at night with a basket on his head, packing concrete up big steps and dumping it in, concrete all over their body and everything, for a rupee a day; and happy to get it.
And they can buy some curry, and that's about it. People walking down the streets, little old starved monkeys following them, seining down to get a hold of anything they can to eat. They're really needy.
And so I got a bunch of these rupees, and I got up there to the window throwing them out like that. And I'm telling you, it's a wonder they didn't get killed, just them rupees. And people was screaming and falling over each other, for the American people had give it to me to give to them, be sure it never went into some society and, or somebody to spend and so forth. But it went right straight to the individual. That's the way I like to give it, right to the person I know it gets to.

E-22 Well, then when I went to eat breakfast... I'm telling you, it was just one cry all hours of the night. It would just break a heart. I'd go up to the window, and there mother's with their little babies and their little bitty tiny hands, and their little cheeks all sunk in, their little bellies swelled out from hunger, poor little mother could just barely stand up. She was begging for her baby. It didn't make any difference if she died just don't let the baby die from hunger.
Well, how you going to give it to the mother then, everybody standing around, and--and lepers and everything? So when I go in there and try to eat breakfast... I could hear them all day and night, out there hollering "Padre, Padre."
Padre is a... It's a... I think it's a Spanish word which means father or minister. And I... they just cry that day and night. I give them all the money I had, bless their little old hearts. I--I felt sorry for them.

E-23 And to see all the beggars. I'd stand there at the window and walk back. They'd bring my breakfast in: an orange and a couple of cookies. Just as soon as they...
That old bitter tea... I drank so much tea till it was tea--tea... I believe you'd stick with the...?... leaf tea It just... all the time it was just tea, tea, tea, every few hours. And they'd bring it. And I wouldn't say nothing because it was right on the hotel bill. You see? And then I'd take these oranges and cookies and go over there and throw them out to them mothers and babies. Oh, my. And I seen a...
And I said to Billy Paul, my boy, I said, "Wonder if that fellow with no arms, how in the world is he going to get it?" Even his pegging on his toes like that, on his stubs of his feet. Leprosy eat his feet off. And finally we got him to one side to where we could drop a rupee to him.
You know how he got it? And them streets where cattle passing, and oh, my, just can hardly hold your nose to get through... He licked it with his tongue, and down the street he went on them pegs just as hard as he could to...?... would maybe get him some curry made out of sheep feet and so forth to eat.
Brother, I tell you, I'm a human being. That--that just nearly killed me to see them little babies. And I thought, "Mercy. Oh, God, how much longer will it be?"

E-24 And here we are--here we are, dash out enough out here in a alley to feed the people on nearly. But looky here.
I know this is off of the beaten path, my subject. I want to tell you something, just drop this to you.
Last week I was to preach. But I want to say this word. Look, we go over there and tell that man that he is our brother. All right. What do we do. We send over there, and he sees the American man get off the car, off of the boat, drive a great big fine car by.
He sets in a little old mud puddle, a few stalks of something he's raising there. His--his grandchildren... His great-grandfather was raised in ignorance. His father, there he is, his children come the same way. His wife will wash in that puddle and he will tote a little bit up to drink out of the same puddle.
And if we're brothers, equally, why is it that one comes dressed fine? And if... I'm ashamed to say it, but a lot of times snoopy, and rub by him. And then try to talk Christianity to him, he wonders.

E-25 Now, what's happened, communism has come down and told him it's all false, and give the false economy there. But give him hope saying, "Yea. That's the way to do it." That's the capitalists and so forth. And the first thing you know...
The reason it's done that is because that we put our money on beer cans and caps and things like that, and the missionary had to live off of a penny march that come up to the altar about once a month. And brother, we've sowed, and we're going to reap what we sowed. You just remember that. Sure.
Oh, my. Beggars. I can see old blind Bartimaeus setting there by the side of the gate. Let's just take him for a few moments to... just as that... as an individual. Let's just imagine we see him setting there and could catch what he was thinking about.
I imagine he was setting there shivering, the winds, his ragged sleeves hanging down. He can't see. If he could be operated on for his blindness, why, he didn't have the money to do it. Perhaps they couldn't do nothing for him, the doctors, because I guess it was too far for them, and especially in them days. So he was shivering.

E-26 And I'd imagine him being a believer. He would think back, "You know what? I'm setting right by this wall."
And right out, about a hundred yards from him there, was the very same highway that many years before there that, the great warrior Joshua marched around the walls when the walls fell. Just not but a few hundred yards from there to where Joshua, moving up towards the gate one day, the Captain of the host of the Lord stood with His sword up. But alas, the days is gone.
The same Jericho where this blind man set, I can imagine Bartimaeus saying, "Oh, if I could've only been living then, when Jehovah was real to the people, when Jehovah really done miracles for us. 'But the days are gone,' the priest says. 'That was hundreds of years ago. Jehovah doesn't do these things today.'"
And then also right on that same road, Elijah and Elisha come down with their arms around one another on the road to the Jordan where they struck the water, and it--the water parted hither and thither, and they walked across on dry land.

E-27 I can imagine blind Bartimaeus saying, "Oh, if I could've have only lived in that day when that great mighty prophets walked down that highway there. I would've walked up to them and said, 'Prophet of God, have mercy on me and give me back my sight.' But alas, the priest says the days of miracles is past. So we don't have it no more. Somehow they seem to say that Jehovah's lost all of His strength."
They really try to say the same thing today. But He's still Jehovah God, and His same power, the same compassion that He was, He always will be. They had them at that days who denied His power, and denied His miracles, denied His signs. And we got them yet today and will have them to the end of the world.

E-28 We got those in them days who did believe and receive. And we got them today that believes and receives. And if there's a tomorrow, they'll still be believing and receiving.
Jesus said, "I'll walk along your side, till the end of the world." Amen. "I'll be with you, a companion, a fellow citizen with you. I'll walk with you. I'll guide you in the paths you should go, if you'll just let Me." I love that. "I'll be with you to the end of the world. Till it's all over, I'll be with you."
Notice. Then he thought, "Oh, if I could've only lived in the days when miracles were real. Here I am beyond the doctor's reach. I'm a poor beggar. I have a family at home. Maybe today I never got a coin. My children's hungry; and my wife, I know she's hungry. And I have no other way to make a living. Oh, if I could only see, I'd get me a job over in a wheat field somewhere. But I can't see."

E-29 Now, I imagine as he set there, God begins to deal with his heart and prepare for something. Little did he know, just around the corner was the Fountain of Life. Hallelujah.
Just around the corner, when you get to thinking about Divine healing, get to thinking about Christ... Keep Him on your mind. "If there be any praise, if there be any virtue," the Bible says, "think on these things."
If any thought comes by, "Well, maybe it couldn't be so. Maybe..." Get it off your mind right quick. Think on things that's positive. Never let a negative thought pass through. The... Don't let it stop, anyhow, if it starts to. Keep your thoughts positive: Jesus.

E-30 Don't think, setting there in a wheelchair, you, that you're hopeless, helpless. You're not. Don't let that negative thought ever pass through. Don't let it anchor. You can't help it from going through your mind (That's right.), but don't let it stop.
Like the old farmer said, "I can't keep the birds from flying over my place." But he had a double-barreled shotgun, said, "I can sure keep them from roosting." So you do the same thing, and you too. See? Don't let them roost. Let them pass right on through.
Now, here's the shotgun to use. Both New and Old Testament's a double barrel, very good too. I'll tell you, It keeps them all away.
All right. Blind Bartimaeus setting there with all this passing through his mind, "If I could've only been here when the great prophets come down the road and walked down towards Jordan. I'd have stopped them for a few moments for just a little talk, and ask them to pray for me. And I believe Jehovah would've give me my sight."

E-31 Now, all of a sudden, he heard a noise. You know, it's strange, usually when Jesus is around, there's a little noise around. You know, I--I kinda like that; kindly little noisy you know. And you know, the only way they could tell Aaron was alive when he went in behind the holiest of holies... He had on the hems of his garments, he had a pomegranate and a bell. And that's the only way they could tell whether he was alive or not, he was making a little noise in there.
I'm afraid we need a pomegranate and a bell again to add just a little--a little noise.
And so, usually where Jesus was, if it wasn't somebody shouting there was somebody fussing at Him made some kind of a noise going on.
So around the corner come a noise. And the first thing you know the whole place was--begin to get alive with people. And the old beggar setting outside alone... And it seemed like, way out, probably twice the distance of this tent here, was where the road runs down by Jericho.

E-32 And there along on the road was perhaps where the noise was. And there's people passing by and every... Some of them were screaming, "Away with Him, away with Him." And the priest hollering, "You hypocrite. There's nothing to You." And some of them hollering, "Hosanna, Hosanna." Oh, a mixed multitude...
But along there came the very Captain of the host of the Lord, that had met Joshua. Amen. Isn't He the Captain of the host? He was the Angel of the covenant, the Pillar of Fire that led the children of Israel. And here He was and here again come when the people were saying, "The days of miracles is past. All hope's gone," here come the Captain of the host of the Lord, coming by, just on the time. He always arrives just right.

E-33 Here He is, coming by. 'Course the blind man, he didn't know. I can imagine him listening, his head around, see if he could hear better out of the other ear. The first thing you know, somebody stepped on him and so forth, and pushing him back. I can hear him say, "What's all the noise about?" Nobody paid any attention to him; going on.
He was listening to some of them, "Away with Him. Go on back to Nazareth where you belong. We don't need Your... down here in this country. Get on back." All kinds of noise...?... hollering, "He's the Lord of hosts. Hosanna, Hosanna in the highest."
The multitudes... One screaming, probably throwing over-ripe fruit at Him, and everything else...
But Jesus, walking out in front of the crowd, oh, my, His face up towards the heaven. What was ahead of Him? Going straight to Jerusalem to die for the sins of the world. Being who He was, the son of God, the King of all prophets, and the--and knowing that that laid ahead of Him, His mind, of course, was on that.
He wasn't listening to the howling crowd, "Away with this, and away with that," and "Hosanna." He couldn't listen to it; His disciples having a hard time to keep a riot from getting on to Him. Some tried to touch Him to get healed; others liked to slap Him or hit Him with something to knock Him down, and the disciples going on, pushed them away...
Jesus, in that cool, quiet, steady walk, right down the road, on His road with His face up towards His heavenly Father, walking as an obedient Son, correctly... And as He walks along, everybody screaming...

E-34 I believe there was a kind lady, maybe, when blind Bartimaeus, "What--what's all the noise about. I was just thinking, what's all the noise about."
And maybe a kind lady reached down and said, "Why, blind beggar, Jesus of Nazareth passes by."
Oh, new hopes rose up. How was it? Something... He couldn't see it, but in every sense he had of hearing...
Sight's not always... Seeing is not always believing. Sometimes hearing is believing. Faith cometh by hearing, not by seeing, by hearing.
Somebody told him that Jesus of Nazareth... "Oh, that's the prophet up there Who's doing the sick?"
"Well, it must be," said the lady.
Some of them's hollering to Him and saying, "My baby was healed by Him," and another man walking said, "He was crippled." He was packing some sticks that he used to walk on. But the priest thought...
"Oh," he said, stop Him for me.
"Stop Him? Why, you couldn't stop Him. Look at Him." He was going up the road there."
And then, the old blind beggar raised to his feet and cried, "Oh, Jesus, Thou Son of David, have mercy on me. Oh, Jesus, Thou Son of David, have mercy on me."
Now, you know in all that milling, rallying, fussing crowd, and Jesus with His face turned towards the heavens, walking straight to Calvary to be crucified with the burdens of all the world laying on His shoulder, He'd never heard that poor, little, old spindly man way back down there side of that fence, or the side of that wall a hollering, "Have mercy on me," when they was screaming everything. And as He, going on up the road...
Blind Bartimaeus trying to say, "Oh." Some of them said, "Shut up. He's way up the road there." He...
That didn't stop him. He raised his head, "Oh, Jesus, Thou Son of David, have mercy on me."
What happened? What took place? The same thing took place that the woman that touched His garment. He knew that was the closest he ever was to Him. He knew probably was the closest he'd ever be in life's journey here to Him. So the only way he could do was rise all the faith he could to believe that Jesus would not pass him by.

E-35 His faith stopped Jesus of Nazareth on his road to Jerusalem. All at once, as He walked, He stopped, looked around. What was it? With the Calvary in his mind, with the sins of the world on His shoulders, with howling mobs on both side, a poor illiterate beggar... The faith that that man had stopped Him in His tracks. And He turns around, looked at Him, said, "What would you do?"
Then He said, "Lord, that I..."
"What would you that I do for you?"
He said, "That I might receive my sight."
He said, "Thy faith has healed thee."
I can see him as He turns around; on up the road old blind Bartimaeus standing there saying, "He told me that I was healed?" See him trying to look for his hand. Said...
Oh, hear someone trying to say, "There ain't no difference in you. You--you--you're no different."

E-36 "But, but, but He told me. He told me I..." After while he... Daylight begin to break around him. First thing you know, he could see his hands. Here he comes up the road, screaming, and shouting, and praising the Lord. His faith had healed him. His faith was so great till it stopped Jesus of Nazareth and got a conversation with Him. If a blind beggar, without even enough clothes hardly to hide his skin could stop...
Maybe a man that couldn't even sign his own name, if his faith could stop Jesus of Nazareth in a multitude of people crying for His Blood, with a burden on His heart, and know that death laid before Him at Calvary, how much more ought your faith to stop Him tonight and bring Him to your individual needs. Hallelujah.

E-37 Oh, my. I was reading a little story on him not long ago. Maybe I had just a moment or two for it. They said that he had a little girl. He'd never seen her. And he'd always prayed that he'd see that little girl.
And they tell me that blind Bartimaeus had a--a couple little doves that done little enchantments. You'd have to do something to attract the attention of the people, passer-bys. Or so many beggars, they couldn't get any--anything at all. But if they could have these little doves to do little tumbles over each other that... (Now, the story may have been fiction.) Do little tumbles over each other, why, it would stop the people and they'd watch the little doves, then they'd think, "Oh, well, give him a coin." You see? And that's the way he made it, his living.

E-38 And so they said his wife got sick one night. and he went out and prayed, and he said, "God, I haven't got nothing. I'm a poor beggar. But if You'll just let my wife get well, I--I'll give You these two turtledoves tomorrow for a sacrifice." So his wife got well, and he kept his word.

E-39 Said not long after that that his little girl got sick, very sick, sick to die. And said the old blind beggar wept most of the night. And said he went out and prayed, and he said, "Lord, I haven't got nothing else to give You."
But these days, we have dogs, you know, that lead the blind people? They say they had a lamb then, that they'd harness up a lamb and train it to lead the blind people.
He said, "Lord, I only got one thing left, and that's my lamb. but if You'll just... If you'll just heal my little girl, and not let her die... I've never seen her. If you'll just let my little girl live, I--I promise You I'll give You my lamb tomorrow as a sacrifice." Why, he said, the Lord healed his little girl.

E-40 The next day on his road to take the lamb to the sacrifice--up to the temple to have it sacrificed, said Caiaphas, the high priest was standing on the wall, and he said, "Blind Bartimaeus, where goest thou?"
He said, "Oh, high priest, is that your voice?" He said, "I'm going to the temple to sacrifice this lamb. God healed my little girl, and I promised Him I'd give Him this lamb."
And said the high priest, said, "Oh, blind Bartimaeus, thou cannot sacrifice that lamb. Here, I'll give you some money and you go buy a lamb from the market up there and sacrifice that lamb."
He said, "Oh, high priest, I never promised God a lamb; I promised Him this lamb."
He said, "But, blind Bartimaeus, thou's cannot give that lamb. That lamb is your eyes. That's all the eyes you got, blind Bartimaeus. You can't give that lamb. It's your eyes."
He said, "Oh, high priest, I keep my promise to God, and God will provide a lamb for blind Bartimaeus."
It was a cold day. But when that noise came out of the side of the building, God had provided a Lamb for blind Bartimaeus' eyes.
My dear friend, that same Lamb is provided for you tonight. If you're sinful, and your eyes has never been opened to see the Light of God as a saved man or woman, boy, or girl, that Lamb has been sacrificed for you tonight. If you're sick, and ready to die, and your doctor has done all he can do... The man has done what he can. But there's a Lamb for your sickness tonight.

E-41 And let us bow our heads while we speak to this Lamb. Oh, God, we're taught in the Bible that upon the throne in the gloryland there was One setting Who had a Book sealed on the back side with Seven Seals. And the prophet wept because there was no man worthy to take the Book to loose the Seals. And there was a Lamb came up, One that had been slain from the foundation of the world. And It was worthy to take the Book and to loose the Seals; that Lamb of God.
I can just imagine when blind Bartimaeus knew that He had stopped somehow or got into the Presence of his provided Lamb... We see him now, not trying to fold his coat and lay it down neatly so he, well, if he don't get his sight, well he will be able to find it. We're taught that he cast away his garment. He knew he'd find it. Just so he got to the Lamb...

E-42 Oh, come, Lamb of God. Cast blindness from people's eyes tonight, that's trusting because they have joined church or some physical something that's happened. God, let the love of God pour into their heart. Grant it, Lord. Take away all stony conditions and let love Divine poor into their heart by that Lamb tonight. And heal the sick. For we ask it in His Name.
And while we have our heads bowed, I wonder if there's one here tonight that may be groping along in church darkness, not knowing just which way to turn, whether to become a Methodist, or remain a Presbyterian, or Pentecostal, or you just don't know what to do. Don't you want Him to give you your spiritual sight tonight by blessing you and kissing all the doubts away?
If you're a sinner here and want to be remembered in prayer, just raise up your hand to God while everybody is praying now. And I'll pray for you, and the rest of the congregation will to. Will you raise your hand, somebody that needs Christ tonight and know that you need Christ? Will you raise up your hand? I don't know your heart; God does. But the Lamb that came by Jericho that day...

E-43 God bless you, back there, my dear brother. God bless you, yes, and you, my sister. Someone else who'll your raise you hand? God bless you, my sister. I see you back there. And God bless you, my brother, setting near the post there. God bless you over to my left here, yes, setting near the post over there again, another man.
"Jesus, Thou Son of David, have mercy on me. God, I know I--I may... This may be my last night on earth. I've got to meet You. I've neglected it. I really am not sure about my soul salvation. I want you to remember me, God, right now, that in this meeting... I--I want You to save me tonight and really fix my heart right so that when death does strike me, and I feel my pulse coming up my sleeve, and I press a dying pillow, the doctor walks away from the door and said, 'There's no more can be done. He's gone, or she's gone.' My loved ones leave the room weeping; death's cold vapors are floating through the room, God, I want to see You light up the valley of the shadow of death. I want You to fix it now."

E-44 Will you raise your hand, someone that hasn't raised their hand? God bless you, my brother. Yes, sir...?... by that.
You know, twenty-three years ago, I settled that. I've been happy ever since. I told the Lord I--I didn't want any trouble at the river. Each day I take inventory of myself. I don't want any trouble.

E-45 It's going to be awful on that morning, all the screams and cries that you ever hear, rich man throwing their money on the streets, rainbows flickering in the skies, lighting a flashing, thunders a roaring, the moon turning into blood and dripping out like drops--dark blood falling, the sun refusing to shine, the rocks a roaring, atoms exploding everywhere, fire falling...Huh-uh. I don't want no trouble then. I want to be sure of it. I want to make sure right now, 'cause you know, this might be the last hour that I be here, you, either one. It's all over then. The way the tree leans, that's the way it falls.
Would there be another, just before we close now and have prayer? You know, God knows your heart. Don't trust in theology. Don't trust in head knowledge. If you haven't had a real experience with God, and know that you've passed from death to Life, that Divine love of God reigns in your heart, don't take any chance on it, friend. Remember, I tell you in the Name of the Lord, nothing else will work.

E-46 Oh, you say, "I preach the Gospel." That doesn't matter. "I've cast out devils. I've had healing services." That doesn't matter.
Jesus said, "Many will come to Me in that day, 'Lord, have not I preached in Your Name: prophesied? Have not in Thy Name cast out devils and done many mighty works?' He will say, 'Depart from Me, ye workers of iniquity. I didn't even know you.'"
Better be sure. Just before we pray, one more time. Any hands that hasn't went up yet, would you put your hand up for prayer?
All right. Shall we... God bless you, mother, and God bless you. I see your hand. That's right.

E-47 Let's have prayer now. Kind heavenly Father, there was some young and old both with their hands up. Come by now, won't You, Jesus? Just speak peace way down deep in their heart. They couldn't have raised their hand 'less You would have told them to. But they did it. And Thou has said in Thy Word, "He that heareth My Word, and believeth on Him that sent Me, hath Everlasting Life and shall not come into condemnation, but's passed from death to Life.
We know that right now the transformation of dark shadows of death that hung in the face of these people, is now moving back, and hopes is coming, not with the physical eye, but in the spiritual eye, that they have did that which is right and has accepted Christ now as their Saviour. God, I pray that all their darkness will flee away, and the tempter's, doubter's powers will be broken, and they'll live in Christian life and light the rest of their days, and come home to You in peace at the end time.
God, grant that over in the other world some night, someday, rather, for there'll be no night, that I'll meet with them if not here on earth, set down there in the Kingdom where Moody, Sankey, Finney, Knox, Calvin, Paul, Peter, James, John, where many of our friends here: Paul Rader, dear Brother Upshaw, many of those other, oh, gallant soldiers that's passed beyond the veil. Just step beyond the veil, they understand. May I meet with all of them, and with these tonight who has accepted You.
Until then, Father, keep them sweet and happy in their experience with Thee. For we ask it in Jesus' Name. Amen.

E-48 Friend, I'm not no little boy no more. I've seen a many test, but I've never seen nothing yet could override love. It just takes everything out of the way. Love conquers wild animals. Love conquers. It's just the most conquering force there is, because it's God.
You know why I can help you? Because you love me and you believe me. If you didn't believe me, no matter what kind of works God would do by me, you still wouldn't get any benefit. Do you know that? That's my success with the Lord: the people love me and I love them. And that's where the success comes from. Otherwise, if it wasn't...
Look at Jesus. He said, "If I do not the works of My Father, believe Me not. But if I do the works of My Father, then believe for the work's sake." See?
Now, there's a woman touched His garment, got healed. A blind man screamed to Him and got healed. But...

E-49 [Blank.spot.on.tape--Ed.]... he didn't believe that He was prophet, and a bunch of Jews who didn't believe it. And they put a rag around His face, and they hit Him on top the head, and said, "Now, you prophesier, tell us who hit You. If You know all these things, tell us who hit You and we'll believe You if You'll tell us now." He never opened His mouth.
No, the works of God is not to be made a clown. Jesus never come to clown then; He doesn't come to clown now. Satan tried to tempt Him, said, "Do a miracle. Let me see you do it."
Haven't you heard people say that? "Let me see you do something. Let me see you."
A man not long ago, not knowing... A brother, when I was preaching over in Arkansas, said, "I'll... For one physical evidence that one person was ever healed, Divine healing, we'll pay one thousand dollars: our church." I just went and got about couple doctors and about four cancer cases had been healed (the doctor said so) and took them over to his house. I said, "We'll just send that over to foreign missions."
When I got to the door, "Oh," he said, "are you Reverend Branham?"
I said, "I am."
He said, "Well now, you have to go over here in Texas somewhere, and we'll take a little girl, and I want you go in among my brethren, said, "I haven't got the money."
I said, "No, I come to collect it. Here's the people that the doctors give up and said they had cancer, and we prayed for them, and Jesus healed them. Now, you said on the radio that that's what you'd give. Now, let's have it."

E-50 I said, "Here's one of them, Mayo's nurse, one of Doctor Mayo's, from Mayo's clinic, one of their nurses. We want to collect the thousand dollars."
He said, "Well now, we'll go over here, and we'll take a person, a little girl, and I'll cut her hand with a knife, and then you hold it out before my brethren, and heal it, and then we will believe it."
I said, "Brother, you're the one who needs healing from a mental deficiency." I said, "That--that is really..." I said, "Anybody would even think that, there's something wrong up here." See? That's... I said, "It's the same old spirit that said, 'Come down off the cross and we'll believe You.'"
The same old spirit said, "Do a miracle here before me, and we'll believe you."
I said, "Brother, you're... I pray that God... I love you, and that's not of hypocritically." I said, "But I love you, and I pray that someday God will have mercy on your sinful soul."
He said, "I don't sin."

E-51 And I said, "What is sin? Sin is unbelief." That's the only sin there is, is unbelief. I said, "Certainly it's sin."
Now, let's us not be sinners, unbelievers, tonight, but let's throw our faith together and believe with all of our heart. Will you do it while we pray for the next fifteen or twenty minutes? All right.
[Brother Branham asks someone--Ed.] "You still giving A's? Oh, F's, give out prayer card F's. I thought a couple days, there was a couple hundred of them. All right. We're changing tonight to prayer card F then. How many did you give, a hundred? A hundred F's. Let's start from... Let's start from 20 tonight. Who has F-20. See if I'm... F-20? 21 Who has F-21, raise your hand. See if we're all right now.

E-52 Look at your neighbor's card. They may be deaf, dumb maybe. Watch these cards on the cops, and so forth. And...
You got a prayer card, lady? Yeah. All right. You got a prayer card there? All right.
F-21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30. Now, let them line up first, right here. All right.
All right. While they're coming... Now, look around. If there's anybody that can't get up, well, you--you just raise your hand and we'll have the ushers to pack them up here. See?
All right. Now, that's, I think, 20 to 30. Now, 31, 32, 33, 34, 35, let them come next now. All right. That would be 20 to 35. Now let them stand first now: F-20 to F-35. Now, we see how they line up. Maybe we can get some more and find out now.

E-53 Now, want your undivided attention now for the next few moments. Now listen, dear friend, this is your meeting. Now, I... tonight, speaking on this, after...?... explain the healing services...
Now remember, I do not believe that there's any virtue in any man to heal somebody. I don't believe that there's any power that any individual has to heal somebody with. I believe that two things that cannot be done: that no one can forgive sins or heal sickness. Remember that. No one can do it, because Jesus has already did it at Calvary, and you accept it as your personal faith in His finished works. Do you believe that? Say, "Amen." [Congregation says, "Amen."--Ed.] See? You...

E-54 Now God has set some signs in the Church. First, a preacher. that's the best sign, preaching the Word. Now, if it would be me. If you couldn't take my word for it, that would settle it. But not our Father; then He puts others in the Church. After preachers, He puts teachers; He puts prophets; He puts gifts of healing. That don't mean that they heal now; that means faith in healing. You see?
Just like preaching, the same way, it's not no power to heal with. When you claim you got power to heal with, then you take it off of Calvary.
I believe if you claim that, brother, to my... If I'm wrong, you forgive me. But the way I see the Scripture, that it's already finished. How could...

E-55 A--a brother in the Christian Business Men bought and give me this suit. It was paid for. He gave it to me about a year ago, 'fore I went overseas. Said, "Billy, you need a suit." Mine was all worn out on the collar. And he bought and give me this suit.
Now, there's no need of anybody trying to pay for it. It's already paid for. It's mine by a gift, is that right? And that's the way salvation is, and that's the way healing is. "He was wounded for our transgressions. With His stripes we were healed." Is that right?
Now, how many... Is all of them up? Yeah? Everybody there? You want some more, or is that... Well, it doesn't matter how many stands. We... That isn't the idea of it. The thing of it is, friends, is to get the Holy Spirit moving among the people.
Now, look, here's a lady standing here. This is a Divine gift. And here's a lady standing here in front of me. She's a total perfect stranger to me. I never seen her in my life. Are we strangers, sister, to each other? We certainly are.

E-56 Now, place yourself here. Now, first I can tell you by the Bible, that that is God's Eternal Word, and that is Truth. And anything that's contrary to That is not of God, to my opinion. It has to be This; This is the foundation. That's God's Word, first. All right.
Then, secondarily, He has preachers who comes down and preaches this Word, who understands It, and tells the people. Then, next, He puts prophets in the Church. Prophets are seers that foresee things, and tell things that comes to pass. And it's all by God's Spirit.
And when Jesus was here on earth, to the newcomers, He never claimed to be a healer. How many knows that, raise your hand. He said, "I am not the Healer." He said, "I-I... It's not Me that doeth the works. It's My Father that dwelleth in Me. He doeth the works." Is that right?.

E-57 And Jesus said, "Verily, verily..." Saint John 5:19, "Verily, verily, I say unto you, the Son (the body), I can do nothing... (The Son, His Spirit), I can do nothing in Myself, but what the Father inside of Me shows Me. (See?) And what the Father shows Me by vision, that I go do." Is that what He said?
"Verily, verily, I say unto you, The Son can do nothing in Himself, but what He sees the Father doing, that doeth the Son likewise." when He was questioned about not healing all them down at Bethesda, just healed one man laying on a pallet.
Watch there. And Jesus knew this man was there, and had been there, and a long time in this condition. Is that right? How many knows the Scripture says that? Jesus knew he'd been there, been... Sure, how did He know it? The Father showed Him.
There set cripples, and blind, and twisted, and halt, and lame, Jesus walking right around them until He found that man that God had showed Him. There he was. Said, "Will you be made whole, sir?"
He said, "I have no one to put me in the water." Said, "Somebody beats me down to it."
Said, "Take your bed and go into your house."
He never questioned a bit. Just picked up his bed, put it on his shoulders, started... Strength begin to come, and away he went. Jesus walked away and left the rest of them, 'cause the Father hadn't showed Him no more. See?
The woman at the well... Here it is again, a woman tonight to begin with. Now look, she's a woman, I, a man. Now, we've never met each other in our life. Now let's see if this is Scripture.

E-58 Now, Jesus went up and set down on a well. The Father had sent Him to the well. He didn't know... That's all He knowed. Go up to the well, up, way around Samaria.
Now, the Father God... Don't you believe that He's working in us? Didn't He say he would do it? "The very same things I do, you shall do also."
He goes up there and sets down at the well. Well, that's what the Father told Him to do.

E-59 The Father sent me to San Fernando Valley, in California, in this tent meeting. I just come here. That's all I know. I'm just here. There stands the woman.
Well, there come a woman out to get water, so Jesus went to talking to her. He said, "Bring Me a drink."
She said, "It's not customary for you Jews to ask Samaritans such, we have no dealing."
Why, they went in and the conversation, went on talking, until Jesus found just exactly where her trouble was. He said, "Go, get your husband."
She said, "Don't have any."
Said, "That's right. You got five."
She said, "I perceive that You're a prophet." She said, "Now, we know, we Samaritans, we know that when the Messiah cometh, He will tell us all things." But she couldn't understand Who He was. Said, "You must be a prophet."

E-60 Jesus told her that He was the Messiah. Is that right? And when He did that, she run into the city and told the men, said, "Come here and see a Man. I was standing out there, just went out to get some water, and the Man told me the evil thing that I'm doing," or whatever way she expressed it." Said, "Isn't that the very Christ? Isn't that the sign that the Christ was to be?
Now, what did the big church in that day think about Him? What'd they say He was? "Beelzebub, the devil, the chief of all the fortunetellers and everything else as evil.
But what did she say He was? The Messiah. She knew that was the sign of the Messiah.
And if Jesus Christ is the same yesterday, today, and forever, it's still the sign of the Messiah. That's right.
So, not me, I'm just a man, who... You're just a man; women. She's just a woman; I a man. But the Messiah, the resurrected Jesus Who said, "These things... "A little while and the world won't see Me no more (the unbelievers), but you'll see Me, for I'll be with you to the end of the world. And the very things that I do, you'll do also." What? As the Father shows. Just act out in drama.

E-61 Now, as I explained it last night how visions like this, just secondarily... The main vision's when He shows Himself. But this is secondarily.
Now, I'm going to ask you all, if you will, to be real reverent. I'm going to make a proposition with you. I'll look the line, first. I don't believe... All you people, none of you know me, do you? Just, acquainted with me... Raise up your hand if we're strangers, all of you down the prayer line there, raise up your hands if we're all strangers. All right.
How many out there does not have prayer cards, and yet you want to be healed, and we're strangers to one another? Let's see your hands go up, anywhere.
All right. Just have faith. Now remember, the blind Bartimaeus that could pull faith through the Lord Jesus... The woman touched His garment.

E-62 Now if Jesus will come and perform right here, which right here, visibly before you, and I declare...
And if somebody would want to take my place and come up here, you're welcome to the microphone. All right, come down the prayer line. If you don't think it's right and of God, well, come take the microphone. You're welcome.
Now, but, here. If it is, and I'm telling the Truth, and I'm telling the truth about Christ, then if I speak of Him and tell the truth, He's obligated to speak back and say that I've told the truth. Then you got a right to doubt me now. But if He does what I said He will, that He's raised from the dead and doing the same, then if you do disbelieve then, then God be merciful to your sinful soul. That's all I--I would know.
Now, if Jesus will do the same thing by this woman here, her knowing that we never met before in life... If He will do, and know what she's here for, like He knowed what the woman was up there about, will every one of you with one accord and one heart, believe the Lord Jesus Christ, and believe that He's going to give you tonight, just what you come for? Will you do it? raise your hand? I wish every one of you that really believe it would raise you hand. He's looking at you. Amen. God bless you.

E-63 Now, heavenly Father, I--I don't know no more to do with all the knowledge that I have... I have none but which cometh from Thee. And I pray, Father, that Thou will now just move over this little audience, and may the Angels of God just move in close tonight.
It's a cold night. They've suffered long, setting here in the cold. Reward them, Lord, by healing every one. Grant it, Lord. May this be a night that every person will be healed.
And now, Father, send the Angel of the Lord and stand here by Your humble servant and anoint me. I... Thou knowest Lord, I don't know these people. They're strangers to me. But Thou does know them. And I pray that You'll help me, Lord, and will give unto me the very things that the people are here for, that they might know that You've raised from the dead, and are living here tonight, and willing to help them. And Your attitude towards them today, if You've raised from the dead and proved Yourself in power, then Your attitude is the same as it was in that day. Grant it, Father, and bless us and forgive us of our sins. In Jesus' Name we pray. Amen.

E-64 Now, everyone be just as reverent. I believe here's a handkerchief maybe to be prayed over. It goes to a lady. And here's another one. Maybe the same thing. And I pray over these, and that's just an individual letter to me.
Our heavenly Father, bless these handkerchief for their intended purpose. In Jesus' Name, I ask it. Amen.
Now, now sister, you just stay right... That's all right, you can tell her to stay right there. Distance has nothing to do with it. The only reason I get here, is because that I am... I am trying to single you out from all the massive people in order to contact you.
Jesus even sent His disciples away when He had to contact that woman. See? You ever read the story? Wonder if you ever thought that if you could stand where that woman stood. Wouldn't that be wonderful? You always thought you--it--it would be wonderful.
If you only knew, my dear sister, you're standing at the same place. That's right. You're aware, as a believer now, that something's going on. Just since I turned around this way and started talking, a real, sweet, humble feeling has come over you. Is that right? If it is, raise your hand up to the people. That's right. 'Cause between you and I, you probably never seen the picture of it, that Light is just a milling between you and I.

E-65 Now soon, if God will, it'll be... Maybe you're in just the three dimensions. This is another dimension. It's moving in on me. But it's a spirit. You see? It's in another world.
People, they're not gone, they're-they're near us; Angels and everything else. "The Angels of God are encamped about those who fear Him."
You remember Elijah down at Dothan that morning, when the boy said, "Oh, the armies of the Syrians are upon us."
He said, "There's more with us than there is with them." He couldn't see nobody. He said, "God, open this young man's eyes."
And when He opened his eyes, around that old prophet was--was Angels of fire and chariots of fire. The there was just... Then there's more with us than there is with them.
And that's the dimension now, by being born. Maybe you never will see, see such. But you believe it anyhow. How much greater is their reward who has never seen and yet believe. But some of us were born for that. God places that in the Church, from baby birth. Prophets are not just put in by man; it's a gift born. All through the Scripture, born from childhood...

E-66 And now, a lady who stands before me... And I... If the audience can still hear me, the Angel of the Lord is settling. And I know that I'm being heard somewhere. But she's suffering with what she thinks is a broken rib. It's in her side. She's got a lump in her side or a knot of some sort. And it was caused by a fan hitting... something that hit her. And it's caused this to happen. Is that right?
Now, I don't know what I said. But it wasn't me saying it. That was something else saying it. But was it true, ever what it was? If it was, raise up your hand.
Now, you know that something's here beyond man. Is that right? Well, you know whether that was true or not. You're a witness of that. And if it's true that... She's raised her hand to the audience that it's true. And the woman standing here with the Bible laying before us, you know she wouldn't say something wrong, and a Christian woman, too, besides that. That's true.
Then what's here? Jesus of Nazareth, risen from the dead. It's His Spirit moving.
Now, come here, sister. Whatever it was, if... Jesus said these words. When... The last thing He said when He left earth, "These signs shall follow them that believe (Mark 16): If they lay their hands on the sick, they shall recover."

E-67 Now, I have to be a believer for something to take place just like taken place, 'cause it's God proving to you that I am a believer. Is that right? And you are a believer, or I'd never been able to do it. It was your faith that did it.
Now, us so close to God, what happens then if I lay hands on the sick, what happens? It shall recover.
Now, our heavenly Father, in obedience to the commandments of our dear Lord Jesus, I lay hands upon my sister and ask that His Words be fulfilled. And whatever is wrong with this woman, may she be well, in Jesus Christ's Name. Amen.
God bless you, sister. Go, happy and rejoicing. Now look, just forget about it. If it was sickness, something wrong with you, or it's something somebody else wants, whatever it was, just forget it, all about it. It's all over. Just go, praising God for it. See? It'll be all right. Amen.
Oh, He's wonderful. I know you think I'm beside myself, but I'm not. No, no, I'm very conscious.

E-68 All right. Just have faith. All right. Is... Let the lady come on out here. Come right ahead, sister.
Now, I suppose you and I are strangers too to each other, are we? You and I together. We're years apart in age, and we are... But we--we got the same Lord Jesus, haven't we, sister? Now, I don't know you, never seen you. But Jesus knows all about you.
And you've read in the Bible, where back in the Old Testament, the prophets did that. And God promised the same thing. And the greatest of all the prophets, and all the king, and lord, and master of them, was Jesus. When He was here on earth, He just did His, like the same thing; only greater. Then He went away and said, "The very same things that I do shall you, to the end of the world." So it's just Jesus in His Church, isn't it? If it isn't...
Now I don't know... And I couldn't heal you, if you're sick. I don't know. But if you are sick, I couldn't heal you. Jesus would have to heal you, wouldn't He? And... But He will if you'll believe it. Now, He just... Through knowing...
Now, what if He was standing here with this suit on that He had Brother Gardener to give me? Now, what if... If He was standing here wearing this suit, now He couldn't say, "Now, come here, I'll heal you." No, He wouldn't do that. If He would, He'd have to go back on His Word. He'd say, "Child of Mine, don't you believe I did that when I died at Calvary I purchased your healing?"
You'd say, "Yes, Lord."
Then he'd say, "According to your faith then, be it unto you." Is that right?

E-69 Or, what if the Father would happen to show Him, and tell him... He might tell you what was wrong with you or something or another like that, couldn't He? He might be able to do that. But that's all He could do. Now, He... That's the same thing He is tonight, just working through a human beings.
Now, you believe with all your heart and surely He will heal you. I believe He will. Don't you, mother? Don't you believe He will heal you? Certainly He will.
May God help me to do something to raise your faith up. I see one thing, the woman... If the audience is still listening at me. There's a shadow around the woman. She's very very sick. She's got trouble in her kidney. That is right. And that's a cancer in the kidney. And she also has arthritis, because I see her, she can hardly move at times.
The vision seems to be dimming. Those things are true though, aren't they? They're true.

E-70 Do you believe now? The woman is the judge. The vision seemed to be kindly dim. Just a moment. Let me speak to her again just for the contact of your soul, sister.
Now, you look at me just a moment. Seemed like there's something He wants... I see you some way; you're trying to move or looking, or... No, it's about your arm. On a... On one of your arms... Under your arm you have a place. It's the left arm. Jesus can heal that too. You believe that? It's a growth, which is a tumor, and it's right under your left arm. But Jesus Christ can make you well. You believe that? Then come here. Have faith now.
Shall we pray. Our heavenly Father, I lay hands upon this woman, and I pray that as blind Bartimaeus stood there and got his sight, may she also, Lord, receive her healing and these shadows of death be taken from her. May she go and be well. I pray this blessing for my sister in Jesus Christ's Name. Amen.
God bless you, sister. Go, rejoicing and happy, and thanking God, and be well.

E-71 All right. We are strangers to each other I suppose, sister? And... But God knows us both, doesn't He? He knows us both.
Now, if there was anything... If I had some kind of a healing or something... First thing, if I said that, I'd be wrong. I'd be unscriptural. But if I did have, say if I did have, and if I was a doctor, and knowed what was wrong with you, and then wouldn't do it, I'd be a hypocrite (Yes, sir.) if I could help you and wouldn't do it. But the only thing I can do is just as He would tell me. And that's for faith, your faith in Christ.
Something happened then. Now, everybody real reverent. Somebody was praying. Oh, here it is. Praise be to God. Thank you, sister, for praying. I heard your prayer. Jesus did too. Your shingles is going to leave you now, setting right there with your hand up like this, the mother there, setting with your hand up. Now you... Yes, you can go on your road now rejoicing. He's heard your prayer. Thank you, sister, for your faith in God. Amen. Isn't He wonderful, sister? Your faith does that.

E-72 Now, be praying. You be praying, sister. All of you just be in prayer.
Now, the lady being a stranger to me... Now, I--just to talk to you as His servant... It keeps moving in the audience. There's faith arising out there. You see? Sometimes I don't know what it is; I just have to do as He says. As the Spirit of the Lord begins to move, I just have to move as It moves with me. You see? It's all a thing...
There He is over a woman that's real nervous, setting right there. And her husband's leaning over to her. He's suffering with a rupture. And they're both praying to be healed. Is that right? You're husband and wife. I see you both in the same room. You... All right. Put your hands over on each other.
Heavenly Father, in the Name of Jesus, may they be healed. Their faith, Lord, has touched You and caused this to happen. In Jesus' Name may they be healed. Amen.
God bless you, my dear brother and sister. Your faith has did this. Your faith alone.
If thou can only believe. Oh, my, isn't He wonderful?

E-73 There's another man and wife setting right back there, and the woman is suffering with a rupture, setting right straight in line with them. And the man has got a hearing trouble and also got hemorrhoids. And they're sitting right over the top there, the woman and man. You are healed, both of you. Jesus Christ makes you...
You hear me now, don't you brother? Your ears come open. Praise be to God. There it is, our Lord Jesus in His bountiful mercy... Setting there having faith... What does that? The same faith that was in blind Bartimaeus. You all ought to believe.
It's hanging over the lady in the stretcher. I'm wondering about her faith. She's very sick: asthmatic condition. She has TB, arthritis. That's right, isn't it, young lady, you in the...? That's right. Mother, if you could only believe, and believe me to be God's prophet, as soon as this service is over, take that little cot and set it up and go on home. See? Have faith. Believe.

E-74 Now, lady, just a moment to you. I'm sorry. I just have to move the way It moves me.
Don't move around, no one. See? It... The Angel of the Lord is a Light. It's a Pillar of Fire (See?), just a Light, an emerald-like Light burning, and It moves. And--and you moving, sometimes... It's a human soul. You're just all like, under control. If you move... And I know just where the skeptic is sitting; I know where the believers is setting. I have to watch just exactly. When that moves, that's a conflict, it's in spirit life.

E-75 Now, here It is. It looks like that you could see That. I see blood dripping. It's from that person setting right there, about three rows back, setting there, that's got dripping blood from the lungs. It's having trouble, a blood drip. Yes, sir.
Now, have faith. Don't doubt, but believe, and Jesus Christ will make you well. "If thou canst believe, all things are possible." Now, do you believe, sister?

E-76 The man setting right on this side over there is suffering with prostate trouble, setting right back there, kind of looking to me, kind of a aged man. If you can believe, my dear brother, it'll leave you and never come back again. I trust to God that you have your faith and believe with all your heart. You shall receive what you've asked for. Wonderful.
Now, the lady... I'm sorry, sister. I just have to... I see some great high mountains coming up before me, great big mountains. They got snow all over them.
Oh, you're here for somebody else. And that person lives just at a mountain. It's Denver, Colorado. And that is a man, and it's some relation to you. And it's a--a unsaved man. He isn't a Christian; it's dark around the man. And he's had been in some kind of a hospital and had a brain operation. And they've injured the nerves, and he... It was a balance nerve; he can't walk. You're trying to... He can't set or go on like that. And it's your brother-in-law. That's exactly.

E-77 Now that handkerchief that you wiped the tears from your eyes with, send it to him in the Name of the Lord Jesus, and may he be made well.
Just have faith. Don't doubt. Believe, and thou shall receive. "If you can believe, you will receive." The Bible said that you would.
I keep seeing a Spanish woman standing in mid air right through here somewhere. I can't tell where it is, so just be praying ever where you are. You may even be behind me. I don't know. But please be reverent and set quiet just for a few moments.
Oh, what a wonderful Lord Jesus we have. How good, how precious He is. He does all things well.
Now, if I can get the attention of the little lady here that's standing before me. Sister, don't weep. See? Bartimaeus perhaps weeped. But if you have need of anything, Jesus is here to supply everything that you have need of.
Now, I'm your brother, and I'd only tell you truth, sister. And you know that I don't know you, or know nothing about you. You're aware of that. Are you, sister? But, can't you believe that I'm telling the truth about the Bible, that Jesus is the same yesterday, today, and forever?

E-78 What if you was standing in His Presence? He would know about you what the Father would reveal to Him. Is that right? The woman touched His garment, only He couldn't tell it until the Father had showed Him. He said, "Just as the Father shows Me, that I do."
My, what a wonderful faith moving in this audience, Oh, if you... When I'm gone from here, weeks, you people will find out you're well. You're getting healed. I just can't call it. It's just everywhere, looks like.
Just looks like it just... I look around, and it all just turns light, out in that way. And then, such a faith. You're being healed. You--you'll realize it. Maybe... You just watch and see, pastors, if your people don't come, tell you that they was--was healed here and wasn't even around... Nobody spoke to them or nothing. They're being healed anyhow. You just can't call it when it's just so much now.
So maybe with our sister here... You have a.. I see some trouble with your throat. You got a throat trouble. That is right. And you're very nervous, upset. And you've just had a something happen to you, like a heart attack. You had a heart attack just recently, and it's left you real weak and nervous. Come here.
Dear heavenly Father, the Author of Life and the Giver of every good gift, send Thy blessings upon this, Thy humble handsmaid, Lord. And heal her, and make her completely whole. I ask in Jesus' Name, the Son of God. Amen.
Now go. Don't doubt a thing, sister. You're blessed of God now. And I've asked, and I believe that I get what I ask for. Don't you believe that? Then go, claim it, and you shall have what you've asked for. Amen.

E-79 Have faith in God. Do you believing? Now please... I--I suppose maybe I'm... Am I... Yes, I'm getting late, maybe. Now just a moment. Everyone real... I'm trying to work for you, for God, to you. If you'll just be still and don't move for a minute...
Let me talk to this woman here. Is this the patient, sir? The Lord bless you, lady. You speak English? That's very good.
Now, you see, this must be very reverent. You say, "Brother Branham, what does that have to do with it?" A whole lot. Jesus one time, healing a person, took him out of the crowd and took him outside the city, prayed for him. Is that right?

E-80 And one time when Jairus' daughter was dead, all the people were weeping and carrying on, and He put them, every one, out of the house. Is that right? See? Yes. Your--your--your... The way you move, your actions... See, you're in another world.
Oh, I love you with all my heart. I wish you could just receive my Lord Jesus just now. You'd see one of the greatest things happen you ever seen in your life. But just believe.
Now, here's a woman, perhaps Spanish. I--I don't know. But God knows her. I don't. If God, our heavenly Father, will speak to this woman through the Holy Spirit, and just use my lips, as I submit myself to Him, and let me know what this Spanish woman is here for, will all of you, with one time, say, "That'll settle it for me for good? I'll right now then believe the Lord Jesus Christ and accept Him." Will you do it? All right. Then we can have prayer, and everybody would be healed
You're already healed. I mean, accept it. See? Just as you accept it, that's when we know it.

E-81 All right, sister. May the Lord Jesus grant it. You Spanish, and me Irish, and years apart and--and everything, we don't know one another. But Jesus knows us both. He knows all about us.
You have a nervous condition, a stomach trouble (That's right.), trouble with you eye also. That's true. You're not from right here. You're not from this locality. No, you're from another place called El Monte, California, something on that order. That's right. And your name is Naomi. That's right. Moore is your last name. And your house number is 502, something like Mullhill street. That's right. Is that right? Now, you return well. Jesus makes you well.
Oh, God, have mercy, I pray, through Jesus' Name. Are you believing?
Sir, do you want to go eat your supper? Well, go get you a nice big hamburger and eat it. Your stomach trouble left you. Amen. Go and be made...
Come. Never an operation; tumor's done gone. Just go on your road, rejoicing.

E-82 Let's say, "Praise the Lord." The Holy Spirit's here if you could only believe it. This is it. This is what it takes to do it.
If you would believe, heart will never bother you no more. Just keep walking and rejoicing, and thanking God with all your heart and soul. Let's say, "Praise the Lord."
If you can have faith... Funny feeling, when I said about that stomach trouble with that man, wasn't it? Now, you go do likewise. Eat your supper, in Jesus' Name.

E-83 Do you believe out there? Do you want to be healed every one of you right now? All right then you do this. Bow your head just a moment. Now, you repeat this prayer. You pray the prayer the prayer that I say.
[Congregations repeats the following prayer after Brother Branham--Ed.] Dear heavenly Father, I now believe that Jesus Your Son has risen from the dead, and has forgiven my sins, and healed my sickness. I accept it right now. I believe that You're here in Spirit form, doing the same things You did when You were here in flesh. And I accept You as my Healer. Help me, Lord, to never doubt no more.

E-84 Now, you just be real quiet, keep shut in with God. Keep your head bowed. That's your prayer.
Now, just by faith look to Him. By eyes of faith now, with your physical eyes closed, look to Him; just imagine, there He stands, right there by your side; His arms are outstretched. Now, there's only one thing to keep you from receiving it. Right over you hangs a dark shadow. That's Satan, a doubter, trying to say, "Well, I... something else."
Now, I'm going to rebuke that doubt; that thing that's make--would make you doubt. That's my prayer. Now, you just keep shut in with God while I'm praying for you, believing that God's healing power is coming right into you by your own faith right now. God's healing power is moving right into you by faith that you're receiving it.
All the cancers are moving out. The stomach trouble is leaving. The female trouble is leaving. All diseases are leaving.
Now, heavenly Father, they have confessed. They have brought their problem to You. And I'm now bringing them unto Thee. And now, this demon of doubt that would hang over the people, that would cause them to doubt...

E-85 Satan, you have lost the battle. For years you've kept humanity shut up in doubt, but God in His mercy hath sent us the Light. And you are the deceiver. And you're exposed, and you have no legal rights. Jesus Christ the Son of God stripped you at Calvary of everything that you ever had. And you're only a bluff. And we're calling your hand, through the Blood of Jesus. And you can't make us doubt no more, so come out of these people, and get away from them, and clean out of this tabernacle tonight. I adjure thee, in the Name of the Jesus Christ, the Son of the living God, that every doubt moves away from every person, and Jesus Christ makes them completely whole. For the glory of God, I ask this in Jesus' Name. And, Satan, you're rebuked. Come out of them.

Up

S'abonner aux nouvelles