Puis Jésus Vint

Date: 57-0407E | La durée est de: 1 heure et 12 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1          Et au Nom glorieux de Ton Fils oint, le Seigneur Jésus-Christ, nous Te remercions pour Sa Vie et pour Sa grâce qui ont été répandues dans nos coeurs par le Saint-Esprit. Et si seulement nous nous arrêtions pour compter les nombreuses bénédictions qui nous ont été accordées, elles seraient innombrables. Nous sommes reconnaissants pour notre santé et pour toutes les grandes bénédictions que l’argent ne pourrait acheter; Tu nous les as richement accordées par Ta grâce. Et nous sommes un peuple privilégié de Te connaître.

2          Et c’est le désir de notre coeur que ceux qui ne Te connaissent pas, et qui ne sont pas en bons termes avec Toi, puissent Te connaître, et que leurs péchés soient pardonnés, et qu’ils soient en bons termes avec Toi, Père. Car Tu as dit: «Je suis doux et humble», que la croix est douce, et les fardeaux légers. Et nous Te prions simplement de manifester cela à chacun ce soir.

            Si par hasard il y a ici quelqu’un qui ne Te connaît pas, puisse-t-il venir ce soir et Te recevoir. Aide les chrétiens alors qu’ils continuent leur voyage. Bénis ces cantiques que les–les gens ont chantés ce soir. Et aide-nous dans ce réveil qui vient, pendant ces cinq soirées, Seigneur; nous sentons que c’est Ta volonté que nous consacrions ces soirées au service juste avant que nous célébrions la glorieuse résurrection, la crucifixion et la résurrection de notre Seigneur. Sois avec nous. Viens dans Ta Parole, Seigneur, et assiste-nous, et puissions-nous communier autour de la Parole par l’Esprit de Dieu. Nous prions au Nom de Christ. Amen.

3          C’est un grand privilège d’essayer de se tenir devant une personne et de parler du Seigneur Jésus. Et j’ai remarqué dans mon ministère qu’il importe peu à Dieu qu’il y ait douze personnes ici ou qu’il y en ait des milliers. Il a toujours le même message pour les gens, c’est-à-dire Sa grâce.

            Notre sujet ce soir commence avec l’un des plus beaux contextes des Ecritures. Je pense que toutes les Ecritures sont parfaites. On ne peut pas trouver à redire à la Parole de Dieu. Elle est tout simplement parfaite. Mais le texte que nous allons étudier est l’un des textes les plus remarquables des Ecritures. C’est un des sceaux de Sa qualité de Messie.

            Vous savez, un homme peut venir sur terre et faire toutes sortes de déclarations et toutes sortes de promesses, mais s’il n’est pas en mesure d’accomplir ces promesses, alors ses promesses ne servent à rien. Mais lorsqu’un homme vient, et qu’il peut faire une promesse, et qu’ensuite il est en mesure d’accomplir cette promesse-là, cela confirme sa parole. Et Il était le seul Homme qui ait jamais vécu sur terre qui pouvait faire cette déclaration: «J’ai le pouvoir de donner Ma Vie, et J’ai le pouvoir de La reprendre.»

4          J’ai eu dans mon ministère le privilège de me tenir près des tombes de beaucoup de fondateurs de grandes religions, de grands fondateurs tels que Mahomet et beaucoup d’autres, des religions dominantes du monde. Mais chacune d’elles a un endroit portant une inscription où son fondateur mort a été enterré, et où il repose jusqu’à ce jour. Et cependant, dans le naturel je n’ai jamais eu le privilège de me tenir près de cette tombe ouverte, où Christ avait été déposé, et qui ne pouvait pas Le retenir. Car c’est Lui qui avait dit: «Je donne Ma Vie; personne ne peut Me L’ôter. Je La donne et Je La reprends.»

            Et c’est la seule religion au monde dont il peut être prouvé qu’elle est vraie, la religion chrétienne. Notre Seigneur, non seulement Il est mort pour Son peuple, mais Il est ressuscité pour leur justification. Et Il est monté en haut, et ce soir Il est assis sur le Trône de Dieu, et Son Esprit vit dans Son Eglise avec Son peuple, accomplissant les mêmes oeuvres qu’Il avait accomplies lorsqu’Il était ici sur terre, poursuivant Son ministère.

5          Et après ce matin, le Saint-Esprit est descendu d’une manière tellement merveilleuse et nous a tellement baignés de Sa glorieuse beauté que j’étais tout simplement inspiré de prononcer ces paroles et de dire: «Un glorieux jour, lorsque tous les dons qui sont dans l’Eglise seront simplement mis de côté sur le manteau, pour ainsi dire, et le Saint-Esprit Lui-même prendra simplement l’Eglise sous un tel contrôle de l’amour divin que les malades seront guéris, les aveugles verront, les boiteux marcheront, sans qu’on leur impose les mains. Ce sera simplement une glorieuse unité.»

            Et alors que nous nous tenions ici ce matin dans cet âge et dans l’heure où nous sommes, nous avons vu cet homme marcher, ou plutôt nous avons vu être emmené ici cet homme qui était courbé au point que sa tête était entre ses genoux, et qui souffrait d’une maladie de la colonne vertébrale qui l’avait courbé comme cela, qui l’avait incliné, et pendant qu’il était assis là, il a commencé à plier le dos d’avant en arrière. Et puis, de voir cet homme retourner s’asseoir après être passé par la ligne de prière, et de savoir qu’il avait déclaré que ça faisait plusieurs années qu’il était très dur des deux oreilles, et de voir le Seigneur Jésus déboucher ces oreilles de manière si parfaite que l’homme peut entendre les murmures les plus légers, retourner s’asseoir et mettre ses mains sur ses oreilles et crier, un homme d’affaires, un homme qui a parcouru des centaines de kilomètres en voiture pour arriver ici.

6          Ensuite, après cela sur l’estrade, les témoignages de ces enfants qui viennent ici, des gens qui étaient gravement atteints de toutes sortes de maladies, des gens venus des quatre coins du pays, qui donnent des témoignages de leurs maladies et qui racontent qu’ils se mouraient du cancer et de différentes choses, et les voici parfaitement guéris. C’est simplement une des confirmations de la continuité de Sa qualité de Messie. C’est une confirmation que le christianisme est la vérité. Il n’existe aucune autre religion qui soit la vérité en dehors du christianisme. Et c’est en Christ que se trouve la Vérité. Et Il est... La religion de Christ n’était pas morte avec Christ; elle était peut-être morte avec Lui, mais elle est ressuscitée aussi avec Lui. Et ce soir Il continue de prouver Sa glorieuse qualité de Messie.

7          Nous apprenons dans un certain petit livre intitulé Le Prince de la maison de David que je lisais il y a quelque temps ... Je pense qu’il a été écrit par un homme qui s’appelait Ingraham. Et il semble qu’il est en partie vrai et que cela est tiré des anciens manuscrits en peau d’animaux, qui datent de bien, de bien des années; en fait, il y avait une jeune Juive en Palestine, à la même époque où Jésus était sur terre. Et elle écrivait à son père qui se trouvait à Alexandrie, elle correspondait régulièrement avec son père à propos de Jean-Baptiste et de Jésus qui se disait être le Messie. Et dans ces lettres elle donne un beau tableau de notre contexte de ce soir. Elle dit que Marthe, Marie et Lazare étaient des amis intimes de Jésus, qu’après la mort de Joseph, ils étaient partis... Il était allé habiter avec eux pour être avec eux. Lazare suivait une formation pour devenir scribe au temple. Et Marthe et Marie étaient... Et aussi ils n’avaient pas de père et de mère; alors ils fabriquaient de petites tapisseries pour le temple, de petits vêtements et tout, des travaux d’aiguille. Et cela constituait leur occupation. Et Jésus est allé habiter avec eux avant même qu’Il se fasse connaître comme le Messie.

            Et Lazare s’était rendu au fleuve pour entendre la prédication de Jean. Alors il est revenu et leur a rapporté qu’un grand prophète était sorti de la Galilée, du désert, et que ce prophète proclamait que la Venue du Messie était proche. Et Lazare ne se doutait pas que Celui-là même à qui il parlait était le Messie Lui-même. Et un jour, il a persuadé Jésus, pour ainsi dire, d’aller avec lui entendre ce prophète prêcher.

8          Et Jean se trouvait là, il n’utilisait pas des termes pompeux, c’était juste un homme ordinaire, il n’était pas habillé comme les souverains sacrificateurs... En effet, Dieu n’est pas dans la manière de s’habiller. Dieu ne se préoccupe pas tellement de cela, aussi longtemps que nous sommes habillés d’une manière décente et que nous avons une bonne apparence. Vous n’êtes pas obligé de porter un col retourné ou de porter un turban sur la tête. Dieu désire que vous ayez un coeur humble et soumis. C’est ce que Dieu cherche.

            Et lorsqu’il a vu Jésus venir au baptême de Jean, Jean s’est retourné, il a regardé et a dit: «Voici l’Agneau de Dieu qui ôte les péchés du monde.»

            Et après que Jésus a été baptisé par Jean, il est dit que plus tard Il était retourné chez Lazare et Marthe. Et pendant qu’Il vivait là, Il mangeait à leur table, Il dormait dans leur lit là à Béthanie... Et un jour, Dieu parla à Jésus et Lui dit: «Je veux que Tu quittes cet endroit et que Tu ailles là où Je Te montrerai.»

9          Or, nous savons que la Bible dit dans Jean 5.19, Jésus a dit: «Je ne fais rien à moins que le Père Me le montre premièrement.» Et maintenant, Dieu Lui avait donc montré ce qu’Il devait faire, sinon Il n’aurait jamais quitté Béthanie. Alors Il est parti, Il a effectué un voyage d’environ un jour ou deux, et peu de temps après Lazare est tombé malade. Et ensuite, on a envoyé chercher Jésus pour qu’Il vienne. Mais au lieu de venir, Jésus a simplement ignoré l’appel.

            Eh bien, n’éprouveriez-vous pas un sentiment étrange si le pasteur faisait cela? Avec cela vous aurez comme impression: «Eh bien, il ne se soucie pas de nous.» Mais oh! si vous pouvez simplement vous arrêter une minute pour vous souvenir de ceci: «Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu.» Rien au monde ne peut aller mal aussi longtemps que vous êtes en Dieu. «L’Eternel affermit les pas du juste.»

            Et ensuite, ils ont de nouveau envoyé chercher Jésus. Et Il a semblé ignorer leur appel, Il a simplement continué. Après quatre jours, Il a dit: «Notre ami Lazare dort. Et, à cause de vous, Je me réjouis de ce que Je n’étais pas là.» En effet, s’Il avait été là, ils auraient essayé de L’amener à faire quelque chose qui n’était pas la volonté de Dieu.

10        Oh! combien je pourrais m’arrêter ici un instant. Combien de fois avec de bonnes intentions les gens essaient d’appeler les hommes en dehors de la volonté de Dieu. Un homme devrait connaître absolument son appel. Vous devriez savoir ce que vous faites. Et non pas juste y aller au gré des circonstances, ou laisser l’argent vous tirer d’un endroit à un autre, ou la popularité. Peu importe combien vous êtes populaire ou combien vous êtes riche, vous devriez toujours chercher d’abord la face de Dieu pour connaître Son plan et Sa volonté.

            Eh bien, quand Lazare était malade, cela semblait étrange que Jésus n’ait pas voulu revenir. Par contre Il a dit: «Je suis heureux de ce que Je n’étais pas là.» Parce qu’ils L’auraient persuadé, en disant: «Maintenant, pourquoi ne viens-Tu pas ici? Pourquoi ne veux-Tu pas faire ceci?» Et «pourquoi ne le ressuscites-Tu pas? Tu en as ressuscité d’autres.»

11        Mais Jésus était avisé. Jésus connaissait ce qu’était la volonté du Père. Et, oh! quel privilège béni que nous puissions connaître la volonté du Père! Si nous cherchons la face de Dieu, Dieu nous fera connaître Sa volonté. Je préférerais savoir que je suis dans la volonté de Dieu même si je ne parlais à personne d’autre, plutôt que de prêcher à dix mille personnes chaque soir tout en étant en dehors de la volonté de Dieu; je préférerais connaître la volonté de Dieu.

            Je crois que c’est David qui a dit: «Je préférerais être un paillasson dans la (ou quelque chose de ce genre)–dans la maison de mon Seigneur, plutôt que de demeurer sous les tentes de la méchanceté.» Quel privilège de trouver notre place et d’y demeurer! Peu importe comment le diable secoue, ce qu’il dit, comment il se moque, restez simplement dans la volonté de Dieu.

12        Remarquez, ensuite Jésus a dit: «Eh bien, il est–il est mort.» Les gens ont pensé qu’il dormait. Il a dit: «Il est mort, et à cause de vous Je me réjouis de ce que Je n’étais pas là. Mais Je vais le réveiller.»

            Oh! la la! néanmoins ce n’était pas: «Je vais voir si Je peux; Je vais aller essayer», mais: «Je vais aller le réveiller.» Car Il savait. Dieu Lui avait montré par une vision que Lazare allait sortir de cette tombe. Et ce n’était pas une supposition.

            Oh! si Dieu... Chaque fois que Dieu montre une vision de ce qui va arriver, il en sera exactement ainsi, si la vision vient de Dieu: forcément. Combien je pourrais m’arrêter ici dans mon texte, et citer pendant des heures des cas que je connais. J’ai connu des cas où je pouvais dire: «Ô Dieu, certainement que Tu le feras.» Je suis simplement allé et j’ai essayé de tester ma foi face à cela. Mais souvent cela ne marche pas. Mais lorsque Dieu montre une vision, oh! la la! cela doit simplement arriver; cela ne peut pas faillir. Et parce qu’Il le fait maintenant, c’est la preuve infaillible qu’Il est toujours le Messie, que Sa qualité de Messie est scellée par des miracles et prodiges de la confirmation de Sa sainte Parole.

13        Et puis, de penser que Lazare, lorsqu’il est tombé malade... Personne ne sait ce qu’est la maladie jusqu’à ce qu’il ait cela dans sa propre famille. Et je suis sûr que chacun de nous ce soir peut compatir avec Marthe et Marie, du fait que la seule personne qui leur procurait du pain, leur frère était alité, et peut-être que les médecins l’avaient abandonné. Nous avons appris qu’il était mort suite à une hémorragie pulmonaire, c’était probablement la tuberculose. Et il est mort de cette maladie-là, et pendant qu’il était très malade, le médecin l’a abandonné, et puis Jésus n’était pas revenu auprès de Son ami.

            Eh bien, c’était vraiment un moment sombre. Pouvez-vous imaginer ces deux belles jeunes femmes envoyer chercher Jésus pour qu’Il vienne, et Lui refuse de venir? Après qu’ils eurent quitté leur église, et qu’ils eurent renié la vieille religion orthodoxe, et qu’ils se furent séparés de leurs associés du monde, et qu’ils eurent placé toute leur confiance dans cet Homme, Christ, Celui qu’ils croyaient être le Messie, Christ, et ensuite Il les déçut?

14        Oh! nous avons tous fait ce genre d’expérience. Je me souviens que lorsque je venais de me convertir, ma famille pensait que j’avais perdu la tête. «Bien, disaient-ils, si tu gardes ce genre de religion, tu seras dans un asile d’aliénés d’ici quelques jours.» Vous avez subi le même traitement de la part des gens qui se sont moqués de vous, et de vos associés qui ont dit que vous êtes tombés dans l’extrémisme. Mais aussi longtemps que votre foi se trouve en Christ, tout ira bien. Ne vous en inquiétez jamais.

            Et je peux me souvenir que les gens... J’ai rencontré mon ami et les jeunes filles avec lesquels je sortais, je les ai rencontrés dans la rue et ils ont dit: «Billy, tu es devenu un saint exalté.» Cela ne me disait rien, car je savais que quelque chose s’était produit. Quelque chose était arrivé. Et dans mon coeur, je croyais que c’était le véritable et authentique Saint-Esprit. Vingt-quatre ans sont passés, et cela est encore ancré là ce soir. J’ai la même détermination de Le servir que le premier soir où je Lui avais fait la promesse là dans cette petite remise en bois. Certainement. Quelque chose s’était ancré.

            Des heures sombres sont venues; des moments tragiques sont venus; des déceptions sont venues; la mort est venue; mais malgré tout cela je me repose sur cette merveilleuse espérance, car Il a dit: «Je suis la Résurrection et la Vie. Celui qui croit en Moi vivra, quand même il serait mort.»

Ma foi ne repose sur rien d’autre
Que le sang de Jésus et Sa Justice;
Quand tout cède autour de mon âme,
Alors Il est toute mon espérance et tout mon appui.

Sur Christ, le Roc solide, nous nous tenons;
Tous les autres terrains, c’est du sable mouvant. (Certainement.)

15        Oh! cela a dû être un moment sombre lorsque leur médecin les a délaissés, lorsque leur Ami les a délaissés. Et Lazare était alors mourant. Et le quatrième jour, il a fait des hémorragies pour la dernière fois et il est parti pour être avec Dieu. On l’a emporté, on a retiré le sang de son corps, on a mis des aromates et du nard dans ses veines, on l’a enveloppé de linges, et on l’a déposé dans la tombe. Et il est resté là pendant quatre jours, mort. Son corps sentait.

            Eh bien, tout le monde sait que le corps humain commence à se désagréger après environ soixante-douze heures. C’est la raison pour laquelle Jésus devait ressusciter avant que les trois jours ne soient accomplis. La corruption s’installe en soixante-douze heures.

            Et David a dit dans la Bible, huit cents ans avant que Christ naisse, sous l’inspiration du Saint-Esprit, il a dit: «Je ne permettrai pas que Mon Saint voie la corruption, Je ne livrerai pas Son âme au séjour des morts.» C’est la raison pour laquelle il a dit: «Détruisez ce corps, et Je le ressusciterai en trois jours.» Il savait qu’aucune corruption n’allait s’y installer. Alors Il est mort le vendredi après-midi, et Il est ressuscité le dimanche matin, parce qu’Il savait qu’aucune cellule de ce corps saint ne pouvait être touchée par la corruption. Car la Parole de Dieu est si infaillible. Oh! la la! Il tient Sa Parole à la lettre. «Je ne permettrai pas que Mon Saint voie la corruption, Je ne livrerai pas Son âme au séjour des morts.» La Parole infaillible de Dieu ne pouvait faillir.

16        Son corps reposait là, bien sûr, les gens se posaient des questions. Ils disaient: «Trois jours et trois nuits.» Mais Il avait dit que c’était dans l’intervalle de trois jours et trois nuits. Il savait que cela ne pouvait pas être trois jours et trois nuits pleins parce que la corruption allait s’installer.

            Alors voici Lazare; quatre jours ont passé. Le nez s’était déjà affaissé sur son visage. Les doigts étaient déjà recroquevillés. Les vers avaient commencé à grouiller dans son corps et à ronger sa chair. Oh! cela a dû être l’heure la plus sombre que cette petite famille eût jamais vécue; leur Ami était parti, leur église les avait excommuniés. Leur frère était mort. Et les gens se moquaient d’eux et les raillaient, alors que ces deux jeunes filles étaient assises ensemble chez elles, avec leur voile noir sur le visage, selon la coutume des gens de l’Orient, assises là, pleurant et portant le deuil de leur frère décédé.

17        Les voilà. Seuls ceux qui ont été dans ce genre de maisons, seuls ceux qui sont restés aux côtés de leur bien-aimé... Nous savons, beaucoup parmi vous savent comment nous nous tenons aux côtés de nos bien-aimés. Roy, je peux vous voir assis à côté de ce jeune homme. Frère Roberson, je peux vous voir, vous et soeur Roberson, vous tenir aux côtés de sa mère. Oh! combien beaucoup parmi vous... Je me vois me tenir aux côtés de mon petit bébé qui était mort et qui avait environ huit mois. Nous savons ce que signifient ces choses. Oh! quels moments sombres!

            Mais c’était l’heure la plus sombre que cette petite famille eût jamais connue, et à ce moment-là Jésus vint sur la scène. C’est souvent de cette manière qu’Il le fait. C’est à l’heure la plus sombre, que Jésus vient alors sur la scène.

18        Un matin, loin là à Babylone, il y a de nombreuses années, lorsque trois enfants hébreux qui avaient été amenés captifs loin de leur patrie... Ils étaient tristes parce qu’ils étaient captifs. Ils étaient tristes parce qu’ils n’avaient aucun endroit pour adorer. Cependant ils restaient toujours fidèles à Dieu.

            Et un groupe de séducteurs vint, ils proclamèrent alors que quiconque ne s’inclinerait pas devant la statue (ce qui était contraire à leur religion) serait jeté dans la fournaise ardente. Et le roi avec grand bruit vint et dit: «Quiconque ne s’inclinera pas devant cette statue devra entrer dans cette fournaise ardente et être consumé.»

19        Eh bien, c’était là un moment de test. Et il y a toujours un moment de test. Tout fils qui vient à Dieu doit premièrement être testé, éprouvé. Oh! j’aime cela. Oh! je ne réclame pas cela, mais quand cela passe, ça produit de beaux fruits de la douceur. Le temps de test, lorsque le feu est très chaud, chaque chrétien au travers des âges est passé par ce temps de test.

            Et la Bible dit que si nous n’arrivons pas à supporter ce test, nous devenons des enfants illégitimes et nous ne sommes pas des enfants de Dieu. Alors un véritable enfant, au moment du test, avec ce... Ils ne marchent pas par la vue, leurs yeux naturels sont fermés aux choses qui les entourent. Ils marchent seulement par la foi du Seigneur Jésus-Christ, ils regardent à Sa Parole et croient qu’Il tiendra chaque Parole exactement tel qu’Il l’a promis. Le temps de test, les épreuves...

20        Et nous voyons que lorsque ce moment de test vint pour ces trois enfants hébreux, ils ont prouvé qu’ils étaient fidèles. Ils ont dit: «Nous ne nous inclinerons pas devant cette statue.»

            Oh! la la! alors la grande proclamation qui avait été signée, on est allé et on les a mis ensemble et on leur a lié les mains derrière le dos, on les a fait monter sur une grande planche ou une passerelle afin de les jeter dans la fournaise qui avait rendu les cieux littéralement rouges: on l’avait chauffée sept fois plus que d’habitude. Et pendant qu’ils avançaient sur cette planche, sachant dans leur coeur qu’ils ne voyaient pas comment Dieu allait le faire, mais ils savaient que Dieu pouvait le faire. C’était leur privilège de marcher vers leur mort, pour ainsi dire, afin de garder la Parole de Dieu.

21        Et alors qu’ils s’avançaient là, peut-être que c’était l’heure la plus sombre qu’ils eussent jamais vécue. Ils n’avaient aucun–aucun chez eux où aller sur cette terre; ils étaient des captifs. Ils étaient simplement comme des esclaves. Ils avaient été déportés de leur patrie; il ne leur était pas autorisé d’adorer en public. Les gens adoraient des idoles en ce pays-là, alors ils ne pouvaient pas se mêler à l’idolâtrie. Ils ne pouvaient pas non plus jouir des privilèges dont ils jouissaient dans leur patrie. Ils étaient des captifs. Mais il est une chose, c’est que vous ne pouvez pas séparer un croyant de son Dieu; non, c’est impossible.

            Et ce matin-là, alors qu’ils s’avançaient là, sachant qu’ils se tenaient seuls avec Dieu... Et pendant qu’ils faisaient des pas en montant, peut-être, l’heure la plus sombre qu’ils eussent jamais atteinte... Et la chaleur de la fournaise commençait à briller sur leur visage. Et comme ils faisaient leur dernier pas d’adieu à ce monde pour entrer dans cette fournaise ardente, alors Jésus vint juste à ce moment-là. Et Il descendit dans cette fournaise ardente, ayant arraché une palme des arbres à feuilles persistantes du Ciel, et Il a éloigné d’eux le feu en éventant, et après que la fournaise a brûlé peut-être pendant une heure ou plus, le roi en eut assez et il dit: «Ouvrez et voyons ce qui est arrivé.»

22        Et lorsqu’ils ont retiré le grand couvercle de la fournaise, et que ce grand couvercle en acier ou en airain est tombé, le roi a regardé à l’intérieur, et il a dit: «Combien de personnes avons-nous jetées là-dedans?»

            On a dit: «Nous en avons jeté trois.»

            Il a dit: «Il y en a quatre là-dedans, et l’Un d’eux semblable au Fils de Dieu.» Des moments sombres et terribles pourraient venir; des moments de test pourraient venir; mais Jésus est toujours sur la scène, si seulement nous sommes fidèles et sincères.

            Il y eut autrefois une petite femme qui avait dépensé tout son argent pour payer des médecins. Elle avait vendu la ferme et l’attelage. Peut-être que tout ce qu’elle possédait, elle l’avait vendu et avait donné cet argent aux médecins dans l’espoir d’être guérie. Aucun d’eux n’avait pu lui faire du bien. Et alors qu’elle était seule, son petit corps était frêle parce qu’elle perdait du sang depuis plusieurs années. Et rien ne semblait pouvoir l’aider. Et là... Elle avait entendu dire... Vous savez, «la foi vient de ce qu’on entend, de ce qu’on entend la Parole de Dieu». Elle avait entendu dire que de l’autre côté de la Galilée, il y avait là un Prophète qui guérissait les malades. Mais elle n’avait pas d’argent pour traverser le lac. Elle ne pouvait pas ramer dans une barque elle-même; elle était tellement frêle. Elle n’avait pas d’argent pour payer quelqu’un d’autre, parce qu’elle avait dépensé tout ce qu’elle avait pour payer les médecins et son état restait tout aussi critique.

23        Un matin pendant qu’elle était assise dehors, comme nous pouvons nous le représenter, sur la véranda, de ses petits doigts tremblant elle essayait de faire quelques petits crochets ou tricots. Alors qu’elle regardait, il y eut un petit bruit provenant du bord de la mer. Et une petite barque fut poussée dans les saules, et elle a regardé. Et c’était juste après le moment où, assise là, elle se disait: «Maintenant, j’ai perdu tout mon argent, que vais-je faire? Probablement que la semaine suivante je serai chassée de la maison. Le créancier immobilier l’a déjà prise. Nous n’avons même pas de quoi manger ni rien du tout. Et je n’arrive à obtenir aucun secours.»

            C’était probablement l’heure la plus sombre qu’elle eût jamais connue. Et à ce moment-là la petite barque a accosté, et Jésus vint. Elle est descendue jusqu’à la rivière, son petit corps tremblant. Et, souvenez-vous, parce que Jésus est venu, chaque démon en enfer essayera de vous tenir loin de Lui. C’est juste. Vous pourriez entendre le message, mais le diable se mettra juste sur votre épaule et dira: «N’écoute pas; n’écoute pas; n’écoute pas.» Mais ne le croyez pas.

            Il a dit: «Que celui qui veut vienne boire aux Eaux de la Vie, gratuitement.» Ne l’écoutez pas, car il est un démon.

24        Et la petite dame est descendue jusque là où Jésus venait, et les gens se rassemblaient autour de Lui, les pauvres, et les autres. Et là se tenaient les sacrificateurs et tous les–les grands conducteurs de sa religion. Ils se moquaient de Lui et disaient: «Eh! c’est Toi qui guéris les malades, n’est-ce pas? Eh bien, nous avons beaucoup de malades; laisse-nous Te voir les guérir. Eh bien, c’est Toi qui ressuscites les morts, n’est-ce pas? Nous en avons un cimetière plein par ici; laisse-nous Te voir les ressusciter.»

            Il ne leur a point prêté la moindre attention. Il a simplement continué. Il avait une seule chose à faire. C’était la chose que Dieu Lui avait montré de faire; pas plus pas moins.

25        Lorsque le chrétien arrive à ce point-là où vous mettez tout de côté et que vous n’écoutez pas tous les scandales et tout qu’on raconte, et tout ce qui se passe, et que vous n’avez qu’un seul motif, c’est-à-dire celui de faire la volonté de Dieu pour l’accomplissement de laquelle Il vous a envoyé, il y aura un jour différent, et une église différente.   La voici qui descend vers cette foule. Et Jésus marchait de Son pas lent et ferme. Et les gens accouraient vers Lui et disaient: «Es-Tu le prophète? Es-Tu ceci? Es-Tu cela? Dis donc, et si Tu venais ici pour faire telle chose pour moi? Laisse-moi Te voir accomplir un miracle. Nous aimerions Te voir changer de l’eau en vin. Voici une cruche pleine d’eau; j’aimerais avoir un peu de ce vin-là. On a dit que c’était un bon vin. Fabrique ce vin; laisse-moi en tester le goût.»

26        Il n’a même pas levé Sa tête; Il a simplement continué à marcher. Cela me pousse à L’aimer. Vous savez, il faut être une toute petite personne mesquine pour faire des histoires et se disputer. Un grand homme ne prêtera jamais attention à quelque chose de ce genre. Les chrétiens ne prêtent pas attention à ce que dit le monde. S’ils veulent dire tout ce qu’ils désirent, ils ont... Ils sont trop grands pour prêter attention à ces toutes petites histoires. Ils continuent tout simplement d’avancer, ils vont simplement de l’avant.

            La petite femme se disait: «Eh bien, c’est le seul moment où je Le verrai, c’est ma dernière chance. C’est la seule chance que j’aie jamais eue, et je crois réellement que si seulement j’arrive à toucher le vêtement de cet Homme, je serai guérie.» Quelle foi! Quel moment!

27        Et là, alors que la foule essaie de l’empêcher d’approcher, elle s’agenouille d’une certaine manière, elle se faufile à travers cette foule jusqu’à ce qu’elle touche Son vêtement. Et elle est retournée et s’est tenue dans la foule. Jésus s’est retourné et a dit: «Qui M’a touché?»

            Eh bien, la foule a dit: «Personne ne T’a touché.» Tout le monde a nié l’avoir fait.

            Et Pierre L’a repris; il a dit: «Seigneur, c’est tout le monde qui Te presse.»

            Il a dit: «Mais Je sens qu’une force est sortie de Moi.» Il a cherché des yeux partout jusqu’à ce qu’Il l’a trouvée, et Il a dit: «Ta foi t’a sauvée.»

            Son heure la plus sombre... Et la Bible dit qu’elle a senti en elle que la rougeur–la perte de sang s’était arrêtée.

28        N’était-ce pas le même Seigneur Jésus ici ce matin pour cet homme assis là, qui avait un cancer à un stade avancé, au point qu’il–le médecin disait qu’il ne lui restait que peu de temps à vivre. Et quand il est passé à l’autel en cette heure la plus sombre qu’il n’ait jamais connue, quinze minutes après il est retourné là, et il a dû passer ici pour dire: «Toute cette sensation de lourdeur m’a quitté.» A l’heure la plus sombre, puis Jésus vint.

            Frère Burns qui est assis là-bas, lorsque son aimable petite compagne qui est dans la gloire ce soir, quel moment c’était, il était étendu là à l’hôpital de Louisville, atteint du cancer de la rate. Et les médecins l’abandonnaient déjà.

29        Et frère Wood et moi étions dans la–la forêt pour chasser l’écureuil. Et nous sommes rentrés, et quelque chose m’a contraint d’aller à Louisville. Eh bien, je ne sais pas. Et j’ai dit: «Frère Wood, roulez droit jusqu’au virage; je vais à Sucliffs.» Et lorsque vous reviendrez, vous pourrez me prendre. J’ai attendu et attendu; je n’arrivais pas à le trouver nulle part. Et après un moment je l’ai vu prendre l’autre virage et dépassait la rue, pensant que Sucliffs c’était une autre rue plus loin. Si cet homme avait seulement regardé, il aurait vu que Sucliffs ce n’était pas là. Et il est en contact avec Sucliffs. Il sait où se trouve cette ville.

30        Mais la petite soeur Burns, qui se repose auprès de Dieu ce soir, était chez elle; elle a pris la petite photo où l’Ange du Seigneur est au-dessus, et elle s’est agenouillée devant Cela et a dit: «Ô Dieu, aide-moi à trouver frère Branham pour mon cher mari.»

            Et elle s’est rendue au centre-ville pour payer une facture d’électricité, sans savoir où je me trouvais dans ce vaste monde. Et elle est venue, j’ai attendu plus d’une demi-heure, et je voyais sans cesse la camionnette passer l’autre virage. J’ai dit: «Il s’est égaré; je dois aller là-bas.»

            Et juste au moment où j’arrivais au virage, il y est arrivé pour que je monte dans la camionnette, et juste à ce moment-là, soeur Burns est arrivée au virage. Et là par une prière de la foi, Dieu a guéri son mari. Et le voilà assis ce soir. C’était l’heure la plus sombre, puis Jésus vint. Nous pensons tout simplement que nous sommes perdus, et que nous sommes abandonnés, et lorsque vous commencez à sentir... Continuez simplement de tenir bon; Il sera là. Ne vous inquiétez pas.

31        C’était l’heure la plus sombre que la petite Georgie Carter eût jamais connue, là à Milltown. Elle était membre d’une église qui ne croyait pas dans la guérison divine. Ils tournaient la guérison divine en dérision et s’en moquaient. Et cette jeune fille était couchée là dans cet état, et le Seigneur m’a parlé ici sur le lit, Il a dit: «Va à Milltown.» Je n’avais jamais entendu parler de cette ville. Je suis venu sur cette estrade même et j’ai dit: «Le Seigneur m’envoie à un endroit appelé Milltown. Il s’y trouve un petit agneau qui est retenu dans les buissons. Et il crie pour un secours.»

            Personne ne savait où cela se trouvait. Et frère George Wright, qui est ici ce matin, a dit: «Je sais où cela se trouve. C’est juste en contrebas de chez moi.»

32        Je suis allé là-bas le samedi suivant. J’ai cherché partout et j’ai commencé une série de réunions dans la vieille église baptiste. Et ensuite, monsieur Hall m’a conduit là-bas pour prier pour cette petite fille. Et j’ai prié pour elle. Sa famille est sortie de la maison; ils ne voulaient rien à voir avec cela, parce que leur église leur avait dit que toute personne qui irait à mes réunions serait excommuniée.

            Elle était couchée là depuis neuf ans et huit mois, à plat sur le dos, elle n’était même pas capable de faire un mouvement. Elle avait pleuré, elle avait prié à tel point que vous pouvez aller aujourd’hui et voir son petit lit à piliers, elle avait ôté en frottant toute la–toute la peinture de l’arrière de ce lit en implorant Dieu de faire quelque chose. Et cependant son église formaliste, qui était froide et indifférente, ne croyait pas dans la guérison divine et refusait que quiconque vienne prier pour elle alors qu’elle était dans cet état-là.

33        Son papa était un diacre ou quelque chose là dans l’église, et sa maman et tous les autres étaient de grands piliers de l’église. Et là, ils avaient été renvoyés, tout espoir avait disparu. Les médecins l’avaient abandonnée depuis cinq ans. Elle ne pesait qu’environ trente-sept livres [environ 17 kg], il ne lui restait que les os. Ses petites jambes ressemblaient à des manches à balai. Et elle était étendue là, ayant juste la peau sur les os.

            Un jour que j’allais là-bas, sa maman a fui; son papa avait quitté la maison; ils n’avaient rien à faire avec ce fanatique. Et un jour, je suis entré pour prier pour elle; j’ai dit: «Jeune fille, veux-tu te lever et être baptisée au Nom du Seigneur Jésus pour être lavée de tes péchés, et vas-tu Le servir?»

            J’ai dû approcher pour entendre ce qu’elle disait. Elle a dit: «Je ferai n’importe quoi.»

34        J’ai vu posé sur mon–son lit... là était posé mon petit livre intitulé: Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement. J’ai prié pour elle; apparemment cela n’a fait aucun bien. J’ai tenu des réunions pendant deux semaines. Je suis allé baptiser là, à Totten’s Ford. Et les réunions se terminaient ce jour-là, ce soir-là. Et pendant que je baptisais, il y avait là-bas un autre ministre qui se moquait et tournait en dérision la pensée même du baptême d’eau en utilisant le Nom du Seigneur Jésus-Christ. Il avait dit: «Si l’un de mes fidèles qui est sous cette tente s’approchait de cet homme, qu’il sorte d’ici maintenant. Je ne veux rien à voir avec eux.»

35        Et il se fit que monsieur Wright était assis là, il s’est carrément levé et est sorti. Et le dimanche même qui a suivi, je n’ai pas ouvert la bouche pour dire un mot à propos de cet homme. Je suis simplement monté là à cet endroit pour être–pour baptiser là, à Totten’s Ford. Et lorsque je suis entré dans l’eau, il y avait là des gens venant de son réveil qui se tenaient sur le rivage pour se moquer de moi pendant que je baptiserais au Nom du Seigneur Jésus. Et lorsque je suis entré dans l’eau, à ce moment-là Jésus vint. Voici venir toute son assemblée portant de beaux vêtements, avançant en pataugeant dans cette eau boueuse, criant: «Ô Dieu, aie pitié de moi.» Et je les ai tous baptisés au Nom de Jésus-Christ juste là, dans ce point d’eau. Je suis allé chez frère George, et frère George a dit: «Frère Branham, venez souper dans quelques minutes.»

            Et j’ai dit: «Je dois prier.»

36        Je suis allé dans les bois, et je n’arrivais pas à prier ici et là. Et tout d’un coup, pendant qu’il faisait presque sombre, j’ai regardé, il y avait une Lumière qui brillait dans un petit cornouiller. Et Elle a dit: «Lève-toi de ton... Tiens-toi debout et prends la direction de chez les Carter.»

            La petite Georgie était étendue là, pleurant et disant: «Oh! maman, je vais être oubliée. Il va partir aujourd’hui, et je ne pourrai plus le voir.»

            Et ce soir-là, c’était le service de clôture de ce grand réveil. Et elle était là, tout espoir perdu, à ce qu’il semblait. Et à ce moment-là Jésus vint. Et cette jeune fille était étendue là, ne pesant que trente livres et quelques [13,6 kg], quand je suis entré là et lui ai imposé la main. J’ai dit: «Soeur, le Seigneur Jésus m’est apparu il y a quelques instants là sur le flanc de la colline et m’a dit de venir ici pour t’imposer les mains, afin que tu sois guérie.»

            Ce petit corps là osseux, qui n’avait pas quitté le lit depuis neuf ans et huit mois, s’est tenu debout, et a couru au piano, et s’est mis à jouer:

Jésus, garde-moi près de la croix,
Là où il y a une fontaine précieuse,
Gratuite pour tous, un flot guérissant,
Qui coule de la montagne du Calvaire.

            C’était l’heure la plus sombre que Georgie eût jamais connue, puis Jésus vint.

37        Le membre du Congrès, Willie B. Upshaw, qui avait passé soixante-six ans dans un fauteuil roulant, qu’on poussait de la salle du Congrès de lieu en lieu, on avait prié pour lui des centaines de fois. Il était le vice-président de l’Association Baptiste du Sud, les baptistes du Sud, c’était un grand homme, un homme formidable, un homme qui aurait été président des Etats-Unis en 1926, s’il avait vendu son droit d’aînesse; mais il détestait le whisky. Et il a basé sa candidature sur la prohibition lorsque le parti démocrate allait l’élire. Les gens disaient qu’ils allaient le faire, et ils l’auraient fait. En effet, cela aurait pu se faire facilement; il était bien aimé, mais il a dit: «Je n’échangerai pas mon droit d’aînesse même pour être président du monde.» Alléluia! Ô Dieu, donne-nous de tels hommes ici dans notre Maison Blanche. Absolument.

38        Il était alors couché là infirme, son dos était brisé depuis l’âge de dix-sept ans, et il en avait alors quatre-vingt-six. Un soir là-bas, devant dix mille personnes, lorsque Roy Davis l’a envoyé là... Et il est entré là, dans un fauteuil roulant, après que Roy Davis a prié pour lui et des centaines d’autres personnes. Je n’avais jamais de ma vie entendu parler de cet homme. Il était assis là au fonds dans une autre réunion. Je me suis avancé sur l’estrade, et à ce moment-là j’ai regardé et j’ai vu une meule de foin, et un petit garçon en train de jouer. Comme le Saint-Esprit commençait à révéler la chose, Il l’a désigné et a dit qu’il était un membre du Congrès et que Jésus-Christ l’avait guéri.

            Le voilà, un invalide qui était resté soixante-six ans dans un fauteuil roulant, à quatre-vingt-six ans, à l’heure la plus sombre qu’il eût jamais connue, tout espoir pour sa guérison avait disparu, puis Jésus vint; et un homme qui avait été dans un fauteuil roulant pendant soixante-six ans s’est tenu debout et a couru à l’estrade, à quatre-vingt-six ans; et il a touché ses pieds, il a sautillé, il s’est tenu dans une réunion de Billy Graham, et il a chanté: Je me repose sur les bras éternels, sur le perron de la Maison Blanche. A l’heure la plus sombre, puis Jésus vint.

            C’était l’heure la plus sombre qu’Abraham eût connue; lorsqu’il avait cent ans, puis Jésus vint.

39        Un soir, après avoir prêché longuement, Il a congédié Ses disciples, ils sont montés dans une barque et ils sont partis sans Lui. Et il semble que... Lorsqu’Il les a congédiés, alors la petite barque était sur la mer, et une petite tempête s’est levée; et le diable a dit: «Je les ai eus loin de Lui maintenant. J’ai eu ces saints exaltés loin de leur Maître. Je vais donc voir à quel point ils vont apporter le Message dans le monde entier. Je vais les noyer tous ici.»

            Alors une grande tempête s’est levée. Le diable s’est mis à souffler en grognant, et la tempête est survenue, et la petite barque a commencé à être ballotée dans tous les sens comme ceci. Les voiles se sont brisées; les rames ont cédé; la barque était remplie d’eau; et c’était le moment le plus sombre. Il ne fait aucun doute qu’ils s’étaient accrochés l’un à l’autre et criaient. Ils se disaient: «Oh! où est-Il parti? Que Lui est-il arrivé? Pourquoi n’avons-nous pas attendu et ne L’avons-nous pas pris avec nous? Pourquoi ne L’avons-nous pas amené avec nous dans la barque?»

40        Et bien des fois vous pouvez penser la même chose. Mon ami, il se pourrait que vous soyez parti sans Lui, mais, souvenez-vous, Il vous observe toujours. Il sait exactement où vous êtes. Peut-être qu’il y a des problèmes dans votre foyer; peut-être qu’il y a des problèmes dans votre âme; peut-être qu’il y a des problèmes dans votre corps; quoi que ce soit, ne vous inquiétez pas, Ses yeux sont sur vous; Il vous observe.

            Il avait gravi une montagne jusqu’au sommet; Il observait là et voyait chaque tour que le diable jouait. Alléluia! Il n’est pas seulement monté, mais Il a gravi les remparts du Calvaire, pas seulement du Calvaire, mais les remparts de la Gloire. Et Il est assis ce soir à la droite de la Majesté. Il regarde la terre en bas. Il ne peut même pas se former une–une ondulation sur l’eau sans qu’Il–c’est avec Sa permission. La mer ne peut pas bouger, une feuille ne peut pas bouger; un oiseau ne peut pas voler.

41        Oh! béni soit le Nom du Seigneur. Il est au-dessus de toute domination et de toute autorité. La terre Lui a donné le nom le plus vile qui puisse être donné. Dieu Lui a donné le Nom le plus élevé qui puisse être donné. La terre L’a placé dans le lieu le plus bas où on pouvait le mettre, dans une tombe des pécheurs. Mais Dieu L’a élevé dans les lieux les plus élevés; eh bien, Il est si élevé qu’Il doit baisser le regard pour voir les cieux. Son oeil veille sur le moineau, et je sais qu’Il veille sur moi. Il veille sur vous. Il connaît chaque pensée qu’il y a dans votre esprit. Il connaît chaque acte que vous posez. Il sait tout ce qui vous concerne. C’est juste.

42        Vous direz: «Mais j’ai rétrogradé, Frère Branham.» Cela ne change rien du tout. Il sait exactement en quoi vous avez rétrogradé. Il sait exactement où vous vous trouvez. Vous direz: «Eh bien, Frère Branham, moi aussi je suis parti sans Lui. J’avais eu autrefois une occasion de parler. J’avais eu autrefois l’occasion de–de devenir un chrétien. J’avais eu l’occasion. Le prédicateur avait fait l’appel [à l’autel]; j’aurais dû y aller. J’ai essayé une fois; j’ai échoué. J’ai fait ceci, j’ai fait cela.»

            Peu importe ce que vous avez fait, Il a toujours Son oeil sur vous. Ces disciples étaient partis sans Lui, et l’heure la plus sombre vint lorsque le diable les a surpris loin de là, loin de Sa Présence. Il s’est mis à envoyer des tempêtes sur eux. Peut-être que c’est ce qu’il est en train de vous faire ce soir. Il pourrait vous donner le cancer; il pourrait vous donner ceci; il pourrait vous donner cela. Il pourrait vous donner un foyer brisé; il pourrait vous donner un coeur brisé. Il pourrait vous donner des soucis; il pourrait vous donner des maux de tête. Je ne sais pas ce qu’il fera, mais je suis certain d’une chose: Dieu a toujours Son oeil sur vous.

43        Ceci peut être l’heure la plus sombre pour vous. Je ne sais pas; mais Dieu le sait. Et juste à cette heure la plus sombre, lorsqu’ils étaient sur le point de couler, alors Jésus vint, marchant sur les eaux, tout tranquillement. Les grandes vagues s’aplatissaient tout simplement devant Lui alors qu’Il avançait. Pierre a dit: «Seigneur, si c’est Toi, ordonne que j’aille vers Toi.»Il a dit: «Viens, marche jusqu’ici. Demandez, et vous recevrez; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira. Car on ouvre à celui qui frappe; et celui qui cherche trouve.» Certainement. Il veille toujours.

            Et ce qui est étrange là-dedans, pendant que ces disciples étaient impuissants et sans espoir, et lorsque Jésus vint vers eux, c’était la seule chose qui pouvait les aider. Mais eux ils avaient peur de Lui. Ils avaient peur de Lui.

44        Et je déclare aujourd’hui, mon ami, alors que les nations ont échoué, alors que les peuples ont échoué, alors que les communautés ont échoué, alors que l’église a échoué, alors que tout le reste a échoué, on dirait que c’en est complètement fini de nous. Et à tout moment, à n’importe quelle heure, vous pourriez entendre un hurlement, vous n’aurez pas fini de hurler que le monde entier sera détruit. Une explosion des bombes fera cela; c’est tout ce qu’on a à faire, juste une seule explosion. Ils n’ont pas besoin de quitter Moscou; ils peuvent simplement rester là et larguer une bombe sur la 4e Rue, à Louisville. Et nous pouvons nous tenir juste ici et en larguer aussi une sur Moscou.

            Et que va-t-il arriver avec ces grands navires qui sont là sous la mer comme ceci, avec ces missiles pointés droit sur ces villes? Il y en a un de ce côté, pointé dans cette direction et un de ce côté, pointé dans cette direction-là. Lorsque le premier missile explosera, ceux-là exploseront comme cela. Que va-t-il arriver? A quoi vous servira alors votre maison? A quoi vous servira alors votre argent? Quel bien votre copain vous fera-t-il ou votre copine vous fera-t-elle? Quel bien n’importe quoi vous fera-t-il? Si vous n’êtes pas en ordre avec Dieu, c’en sera fini de vous pour toujours.

45        Voici l’heure la plus sombre que le monde ait jamais connue depuis le commencement du temps. Il n’y a jamais eu, dans l’histoire du monde, un temps aussi sombre que maintenant même. Le cancer fait rage. Imaginez que j’ai entendu l’autre jour cette déclaration: «Cette année il y aura en Amérique plus de morts causés par le cancer dû à la cigarette (des gens qui mourront cette année en Amérique) plus que tous ceux qui étaient morts durant les quatre années de la guerre de Corée.» Le cancer fait rage. Des maladies surgissent, et toutes sortes de choses se produisent. Eh bien, nous ne savons pas à quoi nous attendre. Les médecins ne savent pas ce qu’il faut appeler maladie, alors ils disent tout simplement que ce sont des virus.

46        Qu’est-ce qu’un virus? Interrogez un médecin. C’est une chose dont il ne sait rien. Il dit simplement que c’est un virus. C’est tout. Il y a de petits microbes et des démons qui circulent, dont l’homme n’a jamais entendu parler auparavant. Tout est en mouvement. Tout, nous essayons de juguler cela à l’aide de substances naturelles. Mais lorsque nous essayons de le faire, cela déclenche quelque chose d’autre. C’est juste.

            Lorsque vous administrez de la pénicilline à un homme pour telle chose, cela déclenche autre chose. Lorsque vous administrez ceci... C’est... Vous êtes complètement hors du chemin. Dieu a une voie, et nous ferons tout aussi bien d’y entrer. Les églises ont échoué; les presbytériens ont échoué; les méthodistes ont échoué; les baptistes ont échoué; les pentecôtistes ont échoué; les pèlerins de la sainteté ont échoué; l’église de Dieu a échoué; nous avons tous échoué. C’est juste.

47        Vous ne pouvez pas dire: «Je suis un méthodiste et je suis en sécurité.» Vous ne pouvez pas dire que vous êtes un baptiste et que vous êtes en sécurité. Que vous soyez méthodiste ou presbytérien, quoi que vous soyez, ou pentecôtiste, vous ne pouvez pas dire que vous êtes en sécurité. Ce n’est pas le fait d’être un membre d’église, parce que l’église a lamentablement échoué... Les maladies font tellement rage que, je crois, cinq personnes sur huit ou quelque chose comme cela mourront du cancer cette année. Pensez-y. Et des maladies de toutes sortes, de nouvelles maladies et tout apparaissent, c’est terrible d’y penser. Et les automobiles tuent des gens chaque jour. Et des gens conduisent sur la route dans un état de grande nervosité, et ils hurlent.

            Eh bien, hier je marchais sur la rue à Louisville, et une femme a voulu me gifler pour m’écarter de la rue. Je marchais de côté comme ceci, et ma femme était avec moi. Et j’ai entendu quelqu’un derrière moi et–la foule était simplement... Et une femme d’apparence idiote, fumant une cigarette, a dit: «Eh bien, si vous ne savez pas de quel côté de la rue vous devez marcher, quittez la rue!»

            J’ai dit: «Eh bien, madame...»

            Elle a dit: «Taisez-vous!»

48        Vous y êtes. Vous y êtes. Qu’est-ce? Les gens sont névrosés; c’est un problème mental.

            Et les médecins déclarent que neuf Américains sur dix souffrent de déficience mentale. Même les psychiatres qui sont censés déceler les problèmes mentaux perdent la tête et deviennent fous. On les attache avec des menottes dans les asiles d’aliénés. La folie gagne du terrain. Le viol gagne du terrain. Le whisky gagne du terrain. Le péché gagne du terrain. La débauche gagne du terrain. Il n’y a aucun moyen d’arrêter cela. Le communisme se répand comme un flot. Il n’y a aucun moyen d’arrêter cela, parce que ces gens sont dans le gouvernement et partout ailleurs.

49        Oh! mais Dieu soit loué, juste en cette heure la plus sombre, voici alors Jésus venir, s’avançant avec Ses bras étendus et accomplissant des miracles et des prodiges, et accordant le salut et la miséricorde aux gens. L’heure la plus sombre que ce monde ait jamais connue, alors que le rocher de Gibraltar volera en morceaux un jour, mais le Rocher des âges restera éternellement comme un mémorial de la résurrection passée.

            Que Dieu vous bénisse, les amis. Que Dieu vous bénisse, les enfants. Vous pouvez être pauvre; vous pouvez ne pas savoir d’où vous viendra le prochain repas; mais une chose est certaine: vous êtes tout aussi le bienvenu à la Fontaine de la Vie ce soir que l’homme le plus riche du monde. Venez sans argent, sans rien payer; c’est ouvert à quiconque veut.

            C’est l’heure la plus sombre que la famille eût jamais connue. Considérez les familles qui sont brisées. L’Amérique seule connaît plus de cas de divorce que tout le reste du monde mis ensemble. Le divorce fait rage. Où sont parties l’honnêteté, et la–la sincérité, et la féminité de nos femmes américaines?

50        Considérez les hommes, tout ce qu’ils font c’est rouler à tombeau ouvert sur les routes, en essayant d’écarter de la route tout ce qu’ils peuvent, ils vont là et–pour prendre de la bière avant de rentrer chez eux. Considérez nos jeunes adolescentes qui descendent la rue, des cigarettes à la main et ainsi... Peu importe combien la médecine donne des avertissements: «C’est le cancer; c’est le cancer.» Ils s’en foutent. Ils s’en foutent. Ils vont carrément tirer des bouffées de toute façon. Un prédicateur peut se tenir là et prêcher de tout son coeur et leur dire que c’est mal; ils diront: «Oh! espèce de vieux fanatique.» Le monde est prêt pour le jugement, et nous allons le recevoir. Retenez ma parole. Ça ne prendra pas longtemps que quelque chose arrive.

51        Lorsque j’ai vu ce réveil, il s’est répandu en quelque temps. Il a connu du succès. Je me tenais là ce matin-là, lorsque l’Etoile du matin était suspendue là à la rivière, il y a vingt et quelques années, lorsqu’Il a dit: «Le Message balayera le monde.» ... Et il y a eu une effusion du Saint-Esprit de la Pentecôte à l’ancienne mode, et les feux du réveil et des services de guérison ont couvert la terre.

            Ils ont commis beaucoup d’erreurs. Tout récemment les journaux ont écrit dans le McCraw ou MacCall’s lorsque cet homme était assis dans ma réunion là, à Minneapolis... Certains parmi eux, monsieur Peterson et les autres sont venus me dire qu’il était dans la réunion. J’ai dit: «Cela ne fait aucun doute. Mais vous n’avez jamais correctement examiné vos articles. Vous disiez: ‘C’est A. A. Allen qui a écrit ce livre’, et A. A. Allen n’avait rien à faire avec cela. Dans ce cas, si c’était une grosse erreur, je crois qu’il y a beaucoup d’erreurs dans le reste.» J’ai dit: «Sincèrement, ces frères méritent peut-être beaucoup de critiques; ils ont commis beaucoup d’erreurs. C’est juste. Mais frère, je préférerais être trouvé sur le champ de bataille en train de commettre des erreurs plutôt que d’être un critiqueur de l’homme qui essaie de sauver des âmes pour Dieu. Qu’est-ce que vous vous faites à ce sujet?»

52        Béni soit le Nom du Seigneur Dieu. La puissance du Seigneur Jésus-Christ est tout aussi suffisante ce soir; c’est le seul Rocher; c’est l’unique espoir; c’est l’unique foi, et Christ vous l’a présentée. ...vivre ou rejeter et mourir. C’est l’heure la plus sombre que le monde ait jamais connue. Mais Jésus est venu. Et Il est ici maintenant. Ses bénédictions sont ouvertes. Son côté est percé. Ses mains sont tendues. Et que celui qui veut vienne boire gratuitement aux fontaines de la Vie. Faites votre choix. Votre destinée éternelle dépendra de votre attitude envers Jésus-Christ. Ceci pourrait être votre dernière chance. Et pendant que nous inclinons nos têtes maintenant pour un mot de prière, je demanderai à la soeur de s’approcher du piano. Pendant que chaque personne est en prière, j’aimerais que vous réfléchissiez bien là-dessus.

            Où pourriez-vous aller ce soir? Qu’arriverait-il ce soir si une crise cardiaque vous foudroyait? Ceci pourrait être la dernière occasion que vous avez. Réfléchissez bien maintenant. Si c’est le cas, ne voulez-vous pas saisir cette occasion? Vous direz: «Eh bien, je suis jeune.» Oh! frère, soeur, Dieu ne tient aucunement compte de l’âge. Vous pourriez traverser cette ligne pendant que vous êtes jeune ou pendant que vous êtes vieux; cela importe peu. Voyez?

53        Notre Père céleste, nous Te confions maintenant ce Message au Nom de Christ. C’est l’heure la plus sombre que le monde eût jamais connue. C’est le moment le plus sombre qui ait jamais été écrit dans l’histoire de l’humanité. Il y a des missiles dans l’air; des soucoupes volantes, comme on les appelle. Tu as dit qu’il y aurait des signes dans le ciel. Et sur la terre, il y a de grands tremblements de terre à divers endroits, des éruptions volcaniques, de grandes vagues dans la mer (Tu as dit: «Au bruit de la mer.»), les hommes rendant l’âme. Vraiment, le monde ne sait que faire. C’est ce que démontre la première bombe atomique. La perplexité des temps, l’angoisse parmi les nations... Tu as dit: «Lorsque ces signes arriveront, alors levez vos têtes, votre délivrance approche.»

54        Et je pense à ces Juifs là-bas; je vois cette étoile à six branches de David, le plus ancien drapeau du monde, flotter là-bas. Pourquoi la nation ne voit-elle pas cela? Et de penser que notre propre nation va s’allier aux Arabes, à ce qu’il semble. Ils seront maudits, à coup sûr. Ils ont rejeté la–la miséricorde de Dieu. Maintenant ils doivent passer en jugement. Voyez-vous ce vieux drapeau flotter là-bas? Voyez-vous le désert fleurir comme une rose? Voyez les Juifs revenir de très loin là en Iran, où ils sont restés pendant deux mille cinq cents ans. La Bible a dit qu’ils seraient ramenés à Jérusalem sur les ailes d’un aigle. Voyez-vous ces grands avions d’United Airlines les ramener sur les ailes d’un aigle, pour ainsi dire? Ils débarquent des navires et ils regardent et demandent: «Où est le Messie?»

55        Tu as dit: «Lorsque le figuier commencera à pousser ses bourgeons, sachez que l’été est proche.»

            Nous le voyons bourgeonner. Et nous voyons tous les autres arbres bourgeonner; nous savons que c’est proche. Nous voyons Ismaël et Isaac là-bas à la porte, ils se disputent comme Tu l’as dit, chaque prophétie est en train de s’accomplir maintenant même. Ô Dieu, aie pitié et sauve les perdus. S’il y en a un ici ce soir, Seigneur, qui a besoin de Toi, parle à son coeur à lui ou à elle maintenant même. Car il se pourrait que... C’est l’heure la plus sombre. Bien que nous pourrions ne pas nous en rendre compte; il y a peut-être certains ici qui ne se rendent pas compte que ceci est l’heure la plus sombre, mais c’est bien le cas. Satan peut leur avoir tellement donné le sentiment de suffisance à cause des biens de ce monde qu’ils ne s’en rendent pas compte. Tu as dit dans la Bible: «Tu es nu, malheureux, misérable, aveugle; et tu ne le sais pas.»

56        Ô Dieu, accorde ce soir que les hommes et les femmes, les garçons et les filles reviennent à eux-mêmes et réalisent que ceci est l’heure la plus sombre que le monde ait jamais connue. Maintenant, accorde, Seigneur, que s’il y en a ici qui ne Te connaissent pas, qu’ils viennent doucement et humblement à la croix, ce soir, et qu’ils acceptent Christ comme leur Sauveur personnel.

            Quelqu’un a-t-il une telle attitude (pendant que nous avons la tête inclinée), que vous aimeriez que l’on se souvienne de vous dans la prière, alors que nous terminons ce service, voulez-vous lever la main vers Dieu et dire: «Souvenez-vous de moi»? Que Dieu vous bénisse. Et que Dieu vous bénisse. Que Dieu vous bénisse, et vous, vous, et vous. Que Dieu vous bénisse, là derrière, et vous, madame, oui. Y aurait-il quelqu’un d’autre juste avant que nous terminions? Que Dieu te bénisse, jeune fille.  57  Vous direz: «Frère Branham, cela signifie-t-il quelque chose lorsque je lève ma main?» Cela dépend simplement de ce que vous voulez dire par là. Savez-vous que lorsque vous levez la main, vous défiez chaque loi de la science? Savez-vous que votre main est censée pendre; la gravitation la maintient vers le sol? Savez-vous que lorsque vous levez votre main, cela montre qu’il y a quelque chose de surnaturel en vous qui a pris une décision? Quelque chose qui n’est pas naturel, quelque chose qui n’est pas scientifique; un esprit en vous vous a amené à briser la gravitation par un Etre surnaturel en vous qui vous fait lever la main vers le Dieu du Ciel et dire: «J’accepte maintenant Jésus comme mon Sauveur.» Savez-vous que c’est un Esprit en vous qui fait cela? Vous ne pouvez pas le faire vous-même. Voilà ce que cela signifie: la différence entre la vie et la mort. Si vous avez tort, levez la main vers Lui. Il voit le moineau; Il vous voit, certainement. Maintenant, pendant que vous êtes juste là à votre place, si vous désirez venir à l’autel et prier, cela dépend de vous. Si vous désirez rester à votre place, nous allons prier pour vous. Vous pouvez choisir la manière dont vous voulez prier. Dieu exaucera. Il y a une dizaine de mains levées.

58        Maintenant, si vous le désirez et voulez que Dieu le fasse pour vous, juste là où Il vous a donné la conviction, juste au même endroit, Il ôtera de vous cette conviction. Il prendra sur Lui votre jugement. Et Il a déjà payé pour cela. Et Il dira: «Père, mets tout ceci sur Mon compte. C’est réglé.»

            Alors Dieu vous donnera le Saint-Esprit juste là où vous êtes. Etiez-vous vraiment sérieux lorsque vous avez levé la main? Si c’est le cas, maintenant prions. Sauveur béni, je ne sais pas exactement quel soir je vais apporter mon dernier sermon. Je veux prêcher chaque sermon comme si c’était mon dernier sermon, car je ne sais pas quand est-ce que Tu vas dire: «Tout est fini maintenant, rentre à la Maison.» Je Te prie de me garder. J’aimerais rester prêcher la Parole. Je vois le besoin de l’Evangile et les effets que ce dernier a sur l’humanité. Mais ici dans notre propre beau pays d’Amérique, nous avons vu tant de facilité, de richesse, d’argent, et tout. Oh! nous ne pouvons tout simplement pas continuer comme ceci alors que la majeure partie du monde crève de faim. Nous sommes bien nourris et bien habillés, et nous possédons nos propres maisons, nos voitures; nous n’avons besoin de rien. Mais nous ne savons pas que nous sommes misérables, malheureux, aveugles, spirituellement parlant, nus et sans le Sang du Seigneur Jésus. Même si nous pouvons avoir un grand nombre de membres à l’église, que nous puissions avoir un rang social élevé dans notre voisinage; nous pouvons bien nous habiller, bien manger, mais, ô Dieu, pour ce qui est de cette âme...

59        Maintenant, en cette heure sombre, Tu es toujours ici parce que Tu mets une conviction dans les coeurs. Il y a eu plusieurs mains qui se sont levées. Je pense une dizaine; je pourrais me tromper. Il pourrait y en avoir plus ou moins, je ne sais pas, Seigneur, mais Toi, Tu connais chacune de ces personnes. Et maintenant, solennellement dans cette prière de clôture, je les apporte doucement et humblement à Tes pieds; comme des attributs de mon sermon ce soir, comme les fruits du message, je Te les apporte, Seigneur, alors qu’ils ont levé leurs mains pour que je me souvienne d’eux dans la prière. Et ils s’agenouillent maintenant dans leurs coeurs à la croix; reçois-les, Père; prends-les comme Tes enfants bien-aimés.

60        Et quelle que soit l’église qu’ils fréquentent, où qu’elle soit, puissent-ils devenir des guerriers de la prière. Qu’ils deviennent des gagneurs d’âmes, qu’ils travaillent, car la nuit approche. Accorde-le, Père. Prends soin d’eux, et bénis-les, et accorde-leur le plus grand désir de leur coeur. Et que le Saint-Esprit béni remplisse leur vie. Car nous le demandons au Nom de Christ. Amen.

            Combien aiment le Seigneur Jésus de tout leur coeur? Oh! n’est-Il pas merveilleux?

            Combien se sentent complètement récurés, c’est comme si le Seigneur est descendu et qu’Il a pris Sa grande brosse à récurer et qu’Il vous a complètement frottés avec? Oh! la la! Donnez-nous un accord de ce vieux cantique, je crois, de l’Armée du Salut.

Qu’est-ce qui peut ôter tout mon péché?
Rien que le... [L’assemblée dit: «Sang de Jésus.»–N.D.E.]
Qu’est-ce qui peut me parfaire encore?
Rien que le... [«Sang de Jésus.»]

            C’est juste. Chantons cela, tous ensemble maintenant.

Qu’est-ce qui peut ôter tout mon péché?
Rien que le Sang de Jésus;
Qu’est-ce qui peut me parfaire encore?
Rien que le Sang de Jésus.

Oh! précieux est le flot
Qui me rend blanc comme neige;
Je ne connais aucune autre source,
Rien que le Sang de Jésus.

61        N’est-ce pas merveilleux? Aimez-vous ces vieux cantiques? Oh! la la! Je voulais voir quelque chose maintenant. Lequel d’entre vous... Tous les méthodistes, levez la main. C’est bon. Tous les baptistes, levez la main. Y a-t-il un pèlerin de la sainteté? Levez la main. Un nazaréen, levez la main. Un membre de l’église de Dieu, levez la main. Un presbytérien, levez la main. Y a-t-il un catholique? Levez la main. Considérez simplement toutes les différentes églises qui sont ici. Maintenant, pendant que nous chantons de nouveau cela, qu’est-ce qui rend parfait un presbytérien? Rien que le Sang de Jésus. Qu’est-ce qui rend parfait un méthodiste? Rien que le Sang de Jésus. Qu’est-ce qui rend parfait un nazaréen? Rien que le Sang de Jésus. Qu’est-ce qui...

62        Combien sont des pentecôtistes? J’ai oublié de demander cela. Combien de pentecôtistes sont ici? Levez la main. Maintenant, les gens voient. Ils disent que nous sommes une église pentecôtiste. Il y a cinq mains des pentecôtistes qui se sont levées. Vous y êtes. Nous ne sommes pas pentecôtistes par la dénomination. Nous sommes l’Eglise du Dieu vivant. Nous sommes simplement des enfants de Dieu. Nous sommes des presbytériens; nous sommes des méthodistes; nous sommes des baptistes; nous sommes des luthériens; nous sommes des nazaréens; nous sommes des pentecôtistes; nous sommes des pèlerins de la sainteté; nous sommes tout cela. Car nous sommes tous un en Jésus-Christ. Qu’est-ce qui a fait cela? Ceci.

Qu’est-ce qui peut ôter mon péché?
Rien que le Sang de Jésus;
Qu’est-ce qui peut me parfaire encore?
Rien que le Sang de Jésus.

Oh! précieux est le flot
Qui me rend blanc comme neige;
Je ne connais aucune autre source,
Rien que le Sang de Jésus.

63        N’est-Il pas merveilleux? Absolument. Maintenant, pendant que nous chantons A la croix, j’aimerais que les méthodistes, les baptistes, les presbytériens, les pentecôtistes, et les nazaréens, que tous se serrent la main. Très bien, pendant que nous chantons cela.

A la croix où... (Tournez-vous carrément maintenant, serrez la main à quelqu’un.)
Où j’ai crié pour être purifié du péché;
Là le Sang fut appliqué à mon coeur;
Gloire à Son Nom!

Gloire à Son Nom!
Gloire à Son précieux Nom!
Là le Sang fut appliqué à mon coeur;
Gloire à Son Nom!

64        Maintenant, ceci c’est un soir où nous allons prendre la communion, comme tout le monde le sait; nous prenons la communion ce soir. Et je l’avais oublié jusqu’à ce que frère Neville me l’a rappelé. Maintenant, combien se sentent très bien d’être nazaréens, pèlerins de la sainteté, pentecôtistes, baptistes? Faites voir vos mains. J’ai vu ici un baptiste et un méthodiste qui se tenaient sur l’estrade, ils se sont serré la main. Très bien, nous voulons... N’est-ce pas merveilleux d’être un serviteur du Seigneur!

            Eh bien, nous sommes simplement des enfants, et les enfants ont des manières très drôles, vous savez. Ils se disputent un moment et ils se mettent à jouer juste après cela. C’est ainsi que nous devons être. Débarrassez-vous tout simplement de toutes les disputes, et continuez, et amusez-vous, jouez avec vos poupées et faites tout ce qui doit se faire.

65        Maintenant, nous avons un réveil qui vient. Et nous allons chanter l’Evangile, prêcher l’Evangile, et passer tout simplement des moments merveilleux. Combien vont prier pour cela? Oh! c’est bon. Maintenant, venez nous aider; prenez le téléphone; utilisez chaque petit moyen possible; invitez tous les enfants, dites-leur de venir maintenant et aidez-nous donc; nous allons avoir une communion dans la Parole.

            Maintenant, c’est l’heure de la communion. Tout le monde est invité à prendre la communion avec nous. Dans quelques minutes. On l’amène ici à l’autel, et en dix ou quinze minutes ça sera terminé, ensuite nous observerons le lavage des pieds. Frère Neville va maintenant lire le passage des Ecritures concernant la communion, pendant que nous sommes très respectueux maintenant comme nous prenons le souper du Seigneur.

Up

S'abonner aux nouvelles