La Reine De Séba

Date: 57-0517 | La durée est de: 1 heure et 8 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1          Père céleste, nous Te remercions ce soir pour le privilège que nous avons de venir dans Ta Présence. Nous Te remercions pour le Seigneur Jésus, qui nous a réunis et qui nous a rassemblés ici une fois de plus avant la glorieuse Venue de Sa Présence. Et nous Te demandons de nous bénir ce soir, de bénir les faibles efforts que nous fournissons en accomplissant Ta commission que Tu nous as donnée, d’aller par tout le monde, de faire de toutes les nations des disciples ; et Tu as dit que des miracles accompagneraient les croyants. Nous Te prions de manifester Ta résurrection et Ta–et Ta glorieuse Parole parmi nous ce soir. Pardonne-nous nos péchés alors que nous nous tenons ici ce soir, Seigneur, comme des gens qui réalisent qu’ils ne sont même pas dignes de T’invoquer, mais par grâce Tu nous as rachetés, et nous T’aimons pour cela.

            Et autrefois nous étions considérés comme des étrangers, éloignés de Dieu, sans espérance, sans–sans la Vie. Mais Christ est mort, Lui le Juste pour les injustes. Et par la réconciliation accomplie par Sa mort, nous avons été amenés près de Dieu, de sorte que nous sommes appelés des fils et des filles de Dieu. Ce que nous serons à la fin n’a pas encore été manifesté, mais nous savons que nous aurons un corps semblable à Son corps de gloire, car nous Le verrons tel qu’Il est. Et malgré tout ceci, Seigneur, alors que nous comptons sur Toi ce soir, bénis nos efforts et aide-nous à manifester Son amour aux autres. Car nous le demandons au Nom de Christ. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

2          C’est un grand privilège d’être de nouveau ici ce soir dans la présence de cette assemblée, et dans la Présence du Dieu vivant. Et c’est un... c’est toujours une chose glorieuse pour nos coeurs, tandis que nous parlons de Sa Présence bénie, et que nous parlons de Ses oeuvres et de ce qu’Il a fait pour nous. Et nous Lui sommes très reconnaissants.

            Et maintenant, cette seconde soirée où nous sommes rassemblés, c’est... Le climat ne nous a pas été tellement favorable. Et nous, comme nous ne jouissons d’aucun parrainage spécifique, nous sommes venus en indépendants. Nous sommes venus pour communier les uns avec les autres, alors que le Sang du Seigneur Jésus, le Fils de Dieu, nous purifie de toute iniquité. Nous avons ouvert la porte à tout le monde, à quiconque veut venir.

            Bientôt, je pense que je traverserai les mers pour une autre mission mondiale, à travers le monde, pour la cinquième fois.

3          Et c’est très étrange que dans notre patrie ici les gens... Cela m’a fortement inquiété de voir (et je ne parle pas d’un certain groupe et de tout, mais du public en général), la froideur et l’indifférence qui gagnent l’église, en... sur le continent nord américain, dans notre pays et au Canada aussi.

            Il y a quelques années, je suis venu au Canada, ici, et j’avais tenu des réunions ; les réunions étaient tout clinquantes, et il y avait un tel rassemblement de gens sur les lieux que les journaux ont dû rapporter que des gens ont fait jusqu’à trois mille miles [4.828 km] en taxi, rien que pour être présents à l’effusion de l’Esprit.

            Et ce soir, après tant de publicité et après avoir essayé de coopérer avec tout le monde, et après avoir manifesté le même esprit que la première fois, malgré tout, il est difficile d’amener un petit groupe de gens à remplir un petit amphithéâtre comme celui-ci. Vous pourriez donc vous demander pourquoi les coeurs des ministres sont inquiets.

4          En Afrique, notre première réunion comptait plus de cent mille personnes. Et au cours d’une seule réunion, trente mille purs païens ont accepté Christ comme leur Sauveur.

            A Bombay, en Inde, on a estimé qu’il y avait cinq cent mille personnes aux réunions. Il n’était pas possible de les rassembler à un certain endroit. Ils ne nous ont pas permis de les tenir en dehors de la ville, à cause d’une dame qui venait de me précéder, une prédicatrice, qui avait un... Ce n’est pas pour critiquer la dame en question, souvenez-vous-en ; en effet, c’est la première fois pour moi, en connaissance de cause dans mon coeur, que je puisse critiquer un serviteur de Dieu. Bien des fois je pourrais ne pas approuver leur comportement, ou je pourrais chercher à leur parler, ou peut-être je pourrais ne pas approuver une certaine doctrine comme cela qu’ils prêchent, dont je pourrais parler avec eux et que je ne comprends pas. Leur doctrine pourrait être correcte.

            Les luthériens, les presbytériens, et ainsi de suite... Je ne comprends pas pourquoi ils n’acceptent pas le Plein Evangile. Je ne parle pas de mes frères. Et puis, dans les rangs du Plein Evangile, il y a beaucoup de doctrines que je pourrais ne pas approuver, et je... mais je ne cherche jamais à rompre la communion fraternelle avec un frère de quelque groupe que ce soit.

            Mais cette dame avait causé des troubles, elle avait causé la mort de deux hommes, ils furent tués poignardés dans une émeute. Et ils m’ont obligé de tenir les réunions dans la ville, et je n’ai eu environ que deux soirées. Et la foule était tellement immense que les gens s’étouffaient les uns les autres, ils étaient étendus sur des lits de camp, ils s’entassaient dans les rues, et ainsi de suite, jusqu’à ce que j’ai dû partir.

5          Bon, frère Tommy Osborn me disait que mon ministère, si j’allais à Tokyo l’été prochain, qu’il s’attendait à ce qu’il y ait au moins deux ou trois millions de convertis. Le ministère que le Seigneur m’a donné semble être passé par-dessus nos têtes à nous qui sommes instruits, mais dans les pays où les gens ont toujours... ne sont pas enseignés et croient que Dieu est réel... Nous, nous L’avons accepté dans le... comme le... oh! une–une conception mentale. Eux, il leur faut quelque chose de réel. Et lorsqu’ils voient cela, ça règle la question ; des dizaines de milliers de personnes viennent en masse à Christ en un seul appel à l’autel.

            Et le même message, les mêmes efforts que nous pourrions fournir, peut-être que sur... ici, peut-être sur deux cents personnes, ou trois cents personnes, peu importe le nombre de gens qu’il y aurait ici ce soir, alors que peut-être cinq ou six personnes pourraient venir à Christ... Pourtant les mêmes efforts de l’autre côté de la mer amèneraient cent mille personnes à Christ. Voyez-vous? Voilà la différence. Voyez-vous? Le–le réveil a quitté notre pays. Nous ferions mieux de regarder cela en face.

6          Au cours d’un petit déjeuner, il y a quelques mois avec Billy Graham, l’un des éminents évangélistes du monde, un merveilleux personnage, un grand homme de Dieu, j’ai eu le privilège de lui serrer la main. Nos sentiers se sont croisés à bien des endroits. A Zurich, en Suisse, il y était arrivé le samedi soir ; moi, je suis arrivé au même endroit le dimanche matin pour commencer. Je n’étais pas là ; mon avion n’a pas atterri assez à temps pour que je puisse prendre un taxi et arriver sur le lieu, mais j’ai allumé la radio et j’ai pu le suivre.

            Et nos sentiers se sont croisés plusieurs fois, mais je n’avais jamais pu lui serrer la main jusqu’au jour où il était à Louisville, au Kentucky, juste en face de la ville où je réside. C’est là que je lui ai serré la main. C’est toujours un privilège pour moi de rencontrer des hommes de Dieu.

            Et je l’ai entendu ce matin-là alors qu’il blâmait ces ministres et leur passait un savon, et comment il les réprimandait dans le Nom du Seigneur avec la Bible. Et il a dit: «Lorsque je vais dans une ville, je travaille durement et j’essaie de mon mieux d’amener les gens à Christ. Et on leur donne une carte de décision, a-t-il dit, vous les ministres, vous leur écrivez une lettre au lieu d’aller leur donner une bonne et chaleureuse poignée de main.» Il a dit: «Et lorsque je retourne une année après, là où j’avais dix mille convertis, je n’en retrouve pas dix. Quel est le problème?» Il a dit: «C’est à cause de vous les ministres.»

            J’étais assis là, mon coeur était attristé et abattu. J’avais pitié de cet homme, il n’a pas encore dépassé la quarantaine, ses cheveux grisonnent. Et je sais que c’est dur de s’éloigner de sa famille. Je compatis avec lui, un serviteur de Christ.

            Mais je me suis dit: «Frère Graham, si seulement tu savais ce que tu–tu fais... Mais tu t’épuises, toutefois tu ratisses des eaux qui ont déjà été ratissées à travers le pays, d’un endroit à un autre, tu vas... tu tiens un glorieux réveil, des milliers s’avancent et acceptent Christ. Une année plus tard, il ne reste presque personne, à peine un petit nombre...

7          Souvenez-vous, ceux que Dieu a appelés à sortir, ce sont des élus. Il a dit: «Le Royaume de Dieu est semblable à un homme qui est allé jeter son filet dans la mer.» Et lorsqu’il l’a ramené, dedans il avait attrapé des poissons de toute espèce. Il avait attrapé des langoustes d’eau, des tortues d’eau douce, des lutjanidés [Espèce de poisson vorace des eaux tropicales.–N.D.T.]. Il avait attrapé des serpents. Il avait attrapé des lézards, des grenouilles. Il avait attrapé des poissons charognards, et il avait attrapé de vrais poissons. La seule chose que le ministre fait, c’est de pêcher avec le filet de l’Evangile. Quoi que ce soit, ils ont tous été attrapés par le filet de l’Evangile. Mais pour ce qui est de sa nature, laissez-le rester un petit peu là ; si c’est une grenouille, elle sautera carrément et s’en ira. Si c’est une tortue, juste quelques minutes après elle dira: «Eh bien, ça ne vaut rien tout ça de toute façon.» Il va retourner directement dans la vase. La langouste dira: «Eh bien, je vous assure, cela avait l’air très bien ; mais je vous assure, je ne...» Voyez-vous, c’était une langouste au départ. Vous ne pouvez rien en faire d’autre.

            Christ n’est pas mort juste pour laisser les gens éprouver de la sympathie. Christ... Dieu ne conduit pas Ses affaires de façon aussi relâchée. Vous ne conduiriez pas vos affaires de façon aussi relâchée. Christ n’est jamais venu des cieux, disant: «Eh bien, Je vais mourir et peut-être que quelques personnes auront pitié de Moi et viendront.» Pas du tout. Christ est mort pour–pour appeler les élus, ceux que Dieu avait élus avant la fondation du monde, et eux seuls. Jésus a dit: «Nul ne peut venir à Moi, si Mon Père ne l’attire. Et tous ceux qui viendront à Moi, Je leur donnerai la Vie Eternelle et Je les ressusciterai au dernier jour.» Voilà. Voyez-vous? Christ est mort afin de sauver ceux que Dieu, par Sa prescience, savait qu’ils seraient sauvés. Et ainsi lorsque...

8          C’est un spectacle pitoyable. Mais pourquoi ceci arrive-t-il, mes amis? C’est parce qu’on doit en arriver à cette condition-là. Il y a une bombe atomique qui est entreposée là-bas pour régler les différends. Et c’est vrai. Dieu ne peut pas déverser Ses–Ses jugements sur un peuple juste. Et Sa miséricorde a cherché et tiré, et il y a eu toutes sortes d’évangélistes: le genre d’évangélistes qui ont le Christ ressuscité, qui ont des miracles, et puis les intellectuels. Il a appelé dans chaque coin, de sorte qu’Il peut être appelé Juste, parce qu’Il aura accordé à chaque homme une chance. Par la radio, les télévisions et tout, les nouvelles dans les journaux, les évangélistes au coin des rues, et cela a parcouru le pays. Et sans cesse, nous devenons de plus en plus méchants heure après heure. «Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à la Venue du Fils de l’homme.»

            C’est bien l’heure ; rien ne peut arrêter cela. Toutes les prédications que je pourrais apporter, et tout ce que la résurrection de Christ pourrait manifester, et tout, rien n’arrêtera jamais cela, c’est ce que dit la Bible. Mais voici la responsabilité qui nous incombe: crier contre le mal. C’est juste.

            Je ne pourrais jamais empêcher les femmes de porter ces sales petits vêtements vulgaires. C’est leur nature. Elles ont déjà vu cela ; le diable le leur a présenté ; elles y sont sujettes. Je ne pourrais jamais empêcher les hommes de boire. Certainement pas. Je ne pourrais jamais rendre l’église spirituelle. Toutes les prédications que je pourrais apporter ne la rendraient jamais spirituelle. Mais il y en aura un de temps à autre qui est un poisson. C’est celui-là que Dieu désire avoir dans Son Royaume. Je vais parler. J’ignore de qui il s’agit, mais je vais prêcher cela. Et pendant que je prêche cela, il entendra, car: «Tous ceux que le Père M’a donnés viendront.» C’est juste. Et c’est pourquoi je suis ici. Je suis en train de ratisser de nouveau.

            J’espère ratisser de nouveau entièrement le Canada aussitôt que je rentrerai d’outre-mer. J’aimerais me tenir là dans la génération avec laquelle je ressusciterai et dire: «Je vous ai annoncé tout le conseil de Dieu sans en rien cacher, au mieux de ma connaissance.» Alors le sang des gens ne sera pas sur mes mains. Et alors si Dieu a envoyé Son message et qu’Il a ratissé les villes et a accompli les prodiges et les signes et tout le reste, et qu’ensuite les gens continuent, persistent dans le péché, il n’y a plus d’espoir pour eux.

9          Je ne dis pas ceci au sujet du Canada. Bien des fois j’ai dit: Si j’étais un jeune homme, et qu’on me le permettait, j’établirais ma demeure au Canada. J’aime le Canada. Mais je crois que notre petite nation par ici au sud, même la maternité est tombée si bas qu’elle n’est plus en état d’être rachetée. Je ne dis pas que toutes les mères qui sont là ne sont pas des mères. Ce n’est pas ce que je veux dire. Je ne veux pas dire qu’il n’y a aucun... qu’il n’y a pas de bonnes gens. Mais la méchanceté a pris le dessus à tel point que si le... si Christ ne vient pas bientôt, aucune chair ne sera sauvée pour l’Enlèvement. L’heure est proche. Vous avez échappé à beaucoup de ces choses. Mais la télévision et la radio ont fait retentir cela jusque dans votre nation par ici, et je vois que vos magasins et tout deviennent pollués, et les gens deviennent pareils. Oh! Vous qui êtes spirituels, levez-vous, réveillez-vous, l’heure est proche!

10        Je ne suis pas venu pour prêcher sur la prophétie. Prions.

            Père béni, ce soir, alors que nous ouvrons la Parole, parle-nous. Que l’on sache, Seigneur, que Tu es Christ, le Fils de Dieu. Et peu importe combien les gens sont méchants, c’est simplement pour accomplir Ta Parole bénie. Et puissent les justes voir que le Nom du Seigneur est une tour forte, où ils se réfugient et se trouvent en sûreté. Oh! Rédempteur béni, aide-nous ce soir à comprendre alors que nous abordons la Parole. Que le Saint-Esprit prenne les oeuvres de Dieu et les apporte à chaque coeur selon notre besoin. Car nous le demandons au Nom de Christ. Amen.

11        J’aimerais lire ce soir juste un passage des Ecritures. Et demain soir, le Seigneur voulant, j’ai un message qui m’est venu sur le coeur ces quelques derniers jours, pendant que j’étais en route pour ici, et je crois que demain dans ma chambre, le Seigneur me permettra d’en parler demain soir. Je crois qu’Il le fera.

            Ce soir, il semble que l’Esprit a trouvé bon que je dise quelques mots sur Matthieu, chapitre 12, verset 42, juste comme introduction.

            Et ce soir, je vais faire quelque chose dans mes réunions ce soir, le Seigneur voulant, selon une révélation qui m’est venue dans le Maine, la semaine passée. Et c’est la première fois que je dois essayer de faire ces choses d’après les instructions que j’ai reçues, c’est ce que je vois en toute honnêteté et en toute sincérité, par le Saint-Esprit qui était dans ma chambre il y a environ trois semaines ou presque.

12        Maintenant, le passage de l’Ecriture, Matthieu 12.42:

Et la reine du Midi se lèvera, au jour du jugement, avec cette génération et la condamnera, parce qu’elle vint des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et voici, il y a ici plus que Salomon.

13        Et maintenant, j’aimerais parler de ce glorieux exemple. Le contexte de l’Ecriture de ce soir: le Seigneur Jésus réprimandait les pharisiens parce qu’ils ne voulaient pas se repentir. Ils sont venus vers Lui et ont dit: «Maître, nous aimerions Te voir faire un miracle.»

            Et j’espère que mon assemblée ce soir peut comprendre clairement qu’ils avaient déjà reçu de nombreux signes, mais ils ne les ont pas crus. Et s’ils avaient... Jésus avait dit: «Si vous M’aviez connu, vous auriez reconnu Mon jour.» Car l’Ecriture avait clairement parlé du genre de signes qui accompagneraient le Messie.

            Hier soir, nous avons parlé de quelques-uns: comment Philippe avait reconnu le signe du Messie et est allé chez Nathanaël. Et Nathanaël qui était un membre de l’église en ce jour-là, aussitôt que ce glorieux et remarquable signe a été accompli devant lui (si quelqu’un peut s’en souvenir, c’était parce que Jésus avait dit: «Avant que Philippe t’appelât, Je t’ai vu.»), immédiatement Nathanaël a dit, il a reconnu que c’était le signe du Messie. Et il a dit: «Tu es le Fils de Dieu ; Tu es le Roi d’Israël.»

            Et Jésus a dit: «Parce que Je t’ai dit cela, tu M’as cru? Tu verras de plus grandes choses que celles-ci.»

14        Ensuite nous L’avons amené au chapitre 4, et nous avons vu là qu’une femme d’une autre nation était venue. Et, oh! si seulement nous avions le temps d’aborder cela, pour voir que la première personne à avoir reconnu ce signe-là était un Juif. L’Evangile est d’abord allé chez les Juifs. Et les Juifs représentaient tous les 144.000 restants, qui doivent être appelés dans les derniers jours, lesquels retournent à Jérusalem maintenant par milliers pour recevoir le Messie lorsqu’Il viendra chercher Son Epouse.

            Et la deuxième fois que ce miracle a été accompli, c’était sur une Samaritaine, une femme, une paria, un type de l’église des nations: une paria. Et elle a dit, après un petit entretien avec Lui... Il lui a demandé à boire, et ainsi de suite ; ensuite Il a dit: «Va, appelle ton mari.»

            Elle a dit: «Je n’en ai point.» Ça, c’est vrai pour l’Eglise des nations, les appelés à sortir, la race mélangée.

            Et Il a dit: «Tu as dit vrai, parce que tu as eu cinq maris.»

            Et dès qu’Il lui a dit qu’elle avait eu cinq maris, immédiatement elle... ses grands yeux brillants se sont illuminés, et elle L’a regardé et a dit: «Seigneur, je vois que Tu es Prophète, car nous savons...» Voilà. «Nous, les Samaritains, nous savons que lorsque le Messie viendra, Il fera ces choses.» Mais elle ne pouvait pas comprendre qui Il était.

            Il a dit: «Je Le suis, Moi qui te parle.»

            Or, si ce signe-là a été accompli devant les Juifs et devant les Samaritains, il ne reste qu’une seule catégorie de gens: ce sont les Gentils. Et le Christ ressuscité est obligé d’accomplir le même signe devant les Gentils. Ne voulez-vous pas croire en Lui?

15        Maintenant, dans notre texte de ce soir, ces pharisiens ont dit: «Nous demandons un miracle.» Et j’aimerais que vous fassiez attention au miracle.

            Il a dit: «C’est une... méchante et adultère.» Avez-vous remarqué la femme samaritaine? «Une génération méchante et adultère demande un miracle. Et il ne leur sera donné aucun miracle, mais de même que Jonas...»

            Est-ce que je parle trop fort pour vous? Voulez-vous diminuer cela? Je crois que je... le volume est peut-être un tout petit peu trop haut. Est-ce mieux? Si c’est le cas, levez la main pour montrer que c’est mieux. Etait-ce mieux de l’autre manière? Levez la main. Très bien. Augmentez-le un tout petit peu. Ce n’est pas assez fort? Très bien, maintenant augmentez-le un peu. Et comme cela? [Quelqu’un dit: «C’est bon.»–N.D.E.] Oh! C’est bien, c’est bon.

            Jésus a dit qu’une génération méchante et adultère cherchait des miracles, et le miracle qui leur serait donné serait celui du prophète Jonas qui avait passé trois jours et trois nuits dans le ventre de la baleine, et il en était sorti, c’était le signe qui allait leur être donné: le signe de la résurrection allait être le signe en question.

16        Et si aujourd’hui, dans ce jour dans lequel nous vivons, bien des choses ont été dites au sujet des miracles et qu’il y a tant des jalousies mesquines au sujet des miracles... Et si vous remarquez, on ne trouve pas cela seulement dans l’église, mais aussi dans le–le monde scientifique, et dans le monde professionnel. Par exemple, le médecin... le médecin dira: «Vous n’avez pas besoin d’une opération. N’allez pas là-bas, car il n’est qu’un boucher.»

            Et le chirurgien se retournera et dira: «Ne prenez pas ces pilules dorées ; il vous faut une opération.»

            L’ostéopathe dira du chiropraticien: «Il va vous briser le cou.»

            Et le chiropraticien dira de l’ostéopathe: «Quel bien cela vous fera-t-il qu’on vous frictionne l’extérieur ; il vous faut être soigné de l’intérieur.»

            Le prédicateur dira: «Les méthodistes n’ont rien à faire là-dedans. C’est nous les baptistes qui avons la chose.»

            Les pentecôtistes ont dit: «Les apostoliques ne connaissent même pas la Bible», et vice versa. «Ce sont nos–nos évangélistes qui ont la Parole ; ce sont eux les hommes qui ont des dons.»

            Et les médecins diront: «Les prédicateurs ne devraient pas pratiquer la guérison divine.»

            Et le prédicateur dira: «Le médecin n’entre même pas en ligne de compte.»

            Tout cela montre une seule chose: un motif qui est faux. Nous savons que chacune de ces professions fait du bien, car nous apprenons qu’il y a des gens qui sont aidés. Et si les coeurs des gens étaient droits, nous serrerions nos coudes et unirions nos coeurs, et nous conjuguerions nos efforts pour essayer d’aider notre semblable, pour rendre le voyage de la vie un peu plus agréable pour lui.

17        Mais c’est un problème d’argent. Si l’opération est faite, le médecin peut-être n’aura pas à administrer ses pilules. Si le... vice versa, et pour chacun... Et chaque dénomination pense que si elle déclare quelque chose de bon au sujet des–des évangélistes d’une autre dénomination, cela lui causera du tort. Oh! il s’agit des motifs: nous devrions avoir le genre correct de motif pour essayer d’être... d’aider notre prochain. Jésus a dit: «Si vous n’aimez pas votre frère que vous voyez, comment pourrez-vous aimer Dieu que vous ne voyez pas?» Et je crois que si nous conjuguions nos efforts et que nous priions, et que nous apportions notre aide, et que nous essayions de faire tout notre possible, cela rendrait la vie plus agréable pour nous tous, et Dieu nous bénirait davantage. Bon, mais nous voyons que ces choses existent.

18        Et Jésus réprimandait ces gens et cherchait à les condamner, et en fait, Il les a condamnés. Et à beaucoup d’endroits où Il a accompli des miracles remarquables, Il a dit: «Oh! Malheur à toi, Capernaüm, tu t’es élevé jusqu’aux cieux, tu sera abaissé jusqu’au séjour des morts», et aujourd’hui il n’en reste même pas un seul vestige. Et chaque ville sur laquelle Il avait prédit la malédiction, chacune d’elle est en ruine aujourd’hui. Et celles qu’Il a bénies existent encore aujourd’hui. Ses Paroles sont infaillibles ; ce sont les Paroles de Dieu. Puis Il s’est tourné et a dit: «Pourquoi n’ont-ils pas cru le signe qui leur a été donné?»

            Or, dans tous les âges, Dieu a toujours donné des miracles et des dons aux hommes. Au temps de Moïse, au temps de Noé, dans chaque génération Il a envoyé des hommes qui avaient des dons qui ont accompli des miracles et des prodiges parmi les gens.

            Eh bien, si vous remarquez, au temps de Moïse, les gens ont refusé d’écouter Moïse ; en effet, ils ont dit: «Eh bien, qui t’a établi juge sur nous?» Et la peine qu’ils ont encourue pour leur incrédulité, ils ont eu quarante ans de plus de châtiment, parce qu’ils ne voulaient pas écouter Moïse. Et après qu’ils eurent vu des miracles et des prodiges qui avaient été accomplis parmi eux, à part Josué et Caleb, il leur a été refusé à eux tous de voir la Terre promise, et ils sont tous morts dans le désert.

           

            Quand on y pense, l’incrédulité est une chose horrible. Votre destination éternelle dépend de votre foi. Et vos actes parlent si fort que vos paroles ne peuvent être entendues: il s’agit de votre attitude à l’égard des choses de Dieu.

19        Remarquez, il avait fait une déclaration très remarquable ici. Il a dit que la reine du Midi, qui était la reine de Séba, se lèvera dans la génération... au Jugement avec cette génération et la condamnera, parce qu’elle vint des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon.

            Or, en ce jour-là Dieu avait choisi un homme par l’élection: Salomon. Et il était le roi et avait ce don, les gens ont accepté cela, parce qu’ils étaient pratiquement obligés d’accepter cela ; il était le roi.

            Au temps de Moïse, les gens n’ont pas voulu accepter cela. Au temps de Noé, au temps d’Elie, les gens n’ont pas voulu accepter cela. Et lorsque Dieu envoie un don... Maintenant, j’aimerais que vous saisissiez cela. Lorsque Dieu envoie un don, Il confirme ce don. Et si les gens reçoivent cela... Ils ont le droit de tester cela premièrement, d’examiner cela, comme Nathanaël l’a fait, et la femme au puits et dans différents passages. Mais lorsqu’il vous est prouvé que cela vient de Dieu, à ce moment-là si les gens rejettent cela, tout ce qui reste pour eux, c’est le chaos. Et si les gens reçoivent cela, c’est un jubilé d’or pour ces gens-là, s’ils reçoivent cela. Mais cela dépend totalement de l’attitude des gens ; Dieu fait Sa part.

20        Ensuite s’Il envoie la chose, il appartient aux gens de la recevoir ou de la rejeter. Et chaque personne, en tant qu’individu, pas à cause de la position que vous avez dans votre église, mais en tant qu’individu... Cela ne dépend pas de si votre église accepte cela ; c’est si vous acceptez cela. Le salut est une oeuvre individuelle. C’est une foi individuelle, ce n’est pas la foi de l’église universelle, mais la foi individuelle dans le Seigneur Jésus. Peu importe si votre père ne croit pas, et si votre mère n’y croit pas, il est question de ce que vous croyez, vous.

            Remarquez, lorsqu’ils ont reçu cela, alors de glorieux miracles et prodiges et le jubilé ont eu lieu. Mais lorsqu’ils ont rejeté cela, alors des ténèbres et d’épaisses ténèbres sont venues sur les gens. Et, oh! vous les gens de ces derniers jours, ne pouvez-vous pas voir pourquoi d’épaisses ténèbres tombent sur ce pays? L’Evangile de Christ a été rejeté. Vous ne voulez pas y croire, mais c’est un fait notoire. C’est la vérité ; c’est bien dommage, mais c’est la vérité, et je crois que si c’est bien le cas, chacun de nous devrait faire l’inventaire de sa propre expérience et de sa propre position vis-à-vis de Dieu, et comprendre notre position à Ses yeux.

21        Ce n’est pas par une quelconque tradition, ni une quelconque excitation mentale, mais c’est par cette communion intime, cachée... Ce n’est pas à cause de notre conception intellectuelle de Son credo, ou plutôt du credo de l’église, ou même de la connaissance que nous avons acquise de la Parole, car certaines personnes connaissent très bien la Parole mais ne connaissent pas l’Auteur.

            Moïse connaissait très bien la Parole, mais cet abri sacré... N’était-ce pas ridicule de voir Moïse se tenir dans la cour d’un roi, avec toute la célébrité et avec le langage le plus raffiné, un homme instruit dans toute la sagesse des Egyptiens et intelligent? Mais Dieu a dû l’amener là derrière les montagnes pendant quarante ans. L’instruction de Dieu est toujours bonne. Dieu instruit Son homme. Et, souvenez-vous, selon la formation qu’il avait reçue en tant qu’Egyptien, un berger était une abomination. Et n’est-ce pas étrange de voir combien cela paraît insensé dans les coeurs des hommes sages, pour un homme d’une grande intelligence, qui avait sous ses ordres toute la grande armée de l’Egypte, de sorte qu’il pouvait faire tout ce qu’il voulait, pourtant il s’est éloigné de son instruction, il s’est éloigné de sa sagesse mondaine, il s’est éloigné de ses grands associés, et est allé là derrière le désert pour devenir une abomination aux yeux des gens auxquels il s’était associé autrefois?

22        Puis-je dire ceci avec respect. Ce soir, lorsque Dieu appelle un homme, bien des fois, celui-ci doit sortir des rangs de la politique, sortir des rangs sociaux, et aller à un endroit, si cela est nécessaire, même si ses associés devaient dire: «Il est devenu fou, il est devenu un saint exalté.» Mais il s’agit de cet endroit secret ; il s’agit de cet endroit-là. Oh! ne manquez pas cela, mes amis fidèles. Chacun de vous qui a reçu Christ, tous vos enseignements, vos bons pasteurs et vos merveilleuses affiliations dans vos églises (ce qui est en ordre, mais comprenez-moi bien), mais vous essayez de placer cela avant ceci. Mais ce petit moment où Dieu vous prend et vous éloigne de tous vos associés, vous amène tout au fond au coin, Il vous amène à un endroit, à un endroit secret, où la sagesse du monde devient tellement insignifiante, où toute l’instruction que vous avez déjà reçue ne signifie plus rien, là dans cette présence divine, au point que vos yeux qui convoitent ne peuvent même plus voir cela, au point que l’amour de l’argent disparaît complètement de vous ; et lorsque vous vous tenez là seul avec Jéhovah Dieu, voilà les choses qui comptent. Voilà les choses qui vous font oublier tout ce que vous aviez jamais connu.

23        C’est là que Moïse a dû aller. Et quelle merveilleuse illustration: Dieu se révélant là dans un buisson ardent. Et Moïse en a su plus sur Dieu en cinq minutes dans la présence de ce buisson ardent, que ce qu’il avait appris durant quarante années en Egypte. Voilà l’endroit en question: être seul avec Dieu.

            Le jour suivant, il était en route pour délivrer l’Egypte, ou plutôt faire sortir Israël hors d’Egypte, avec sa femme assise sur une mule et un petit enfant sous chaque bras, et sa longue barbe flottant au vent, il tenait un bâton en main, il descendait la route criant de toutes ses forces... Quelqu’un a dit: «Moïse, où vas-tu?»

            «Je descends en Egypte prendre le contrôle.» Une invasion par un seul homme, il partait affronter l’armée la plus importante en effectif, qu’il y avait au monde: les chars, les cavaliers, les soldats armés de lances, et les archers de l’Egypte... Et un seul petit vieillard tout ridé, de quatre-vingts ans, un bâton en main, la barbe blanche flottant au vent, descendait en Egypte pour prendre le contrôle! Mais la vérité est qu’Il l’a fait, parce qu’il avait été seul avec Dieu.

            Voilà la chose dont l’Eglise a besoin ce soir, pas une certaine chose fantastique, ni une nouvelle dénomination, mais rester seul avec Dieu. Oh! Tout l’égoïsme, toute la malice, toute la crainte, toute l’incrédulité disparaît tout simplement, et Dieu prend la prééminence. Voilà. Voilà ce qui rend une personne différente. Voilà ce qui a rendu Moïse différent. Voilà ce qui vous rend différent.

            Lorsqu’il est descendu cette fois-là avec une vision, pas avec son instruction... Il aurait pu rassembler plus de gens avec son instruction qu’il n’aurait pu le faire avec son don, mais Israël était prêt à ce moment-là à recevoir le don, et ils l’ont reçu.

            Maintenant, et qu’ont-ils fait? Ils ont été conduits dans le désert et de l’autre côté du Jourdain, à la Terre promise. Quelle chose merveilleuse!

24        Or, Jésus les exhortait, en disant que la reine de Séba, la reine du Midi, était venue des extrémités du monde connu pour écouter la sagesse de Salomon. Dieu avait donné un don et ce don était manifesté. Et chaque fois que Dieu donne un don, Il manifeste cela. Cela était probablement connu partout dans le monde en ce temps-là: le don de Salomon. Les nations commençaient à en entendre parler. Des choses glorieuses commençaient à se produire, et tout le peuple était d’un commun... d’un seul coeur et d’un commun accord, et il commençait à dire: «Oui, Eternel, nous Te remercions, parce que nous voyons ce don rendu manifeste. Et dans ce cas Jéhovah est certainement toujours avec nous, s’Il nous envoie un pareil don.»

            Donc, après que Israël a été convaincu, ils ne se sont pas du tout divisés en de petits cultes, mais d’un commun accord ils ont rendu témoignage au don. Et ensuite, le monde extérieur commençait à en entendre parler. Et tout le monde qui passait par là, quelqu’un témoignait et disait: «Oh! Jéhovah est avec nous, car Il nous a donné un grand don en notre jour. Et nous nous rassemblons tous autour de cela, et nous sommes plus prospères que jamais auparavant.» Et c’était l’âge d’or des Juifs.

            Oh! Combien Il nous a bénis physiquement, spirituellement, financièrement. Il le fera toujours, si vous vous rassemblez autour de Lui. Il est Dieu.

25        Remarquez. Et après quelque temps, très loin à Séba, le pays le plus éloigné du monde connu, une petite reine a entendu ce message. Peut-être que chaque personne qui traversait son pays, qui en avait entendu parler, passait par là et disait: «Vous savez quoi? Il y a un grand don qui opère là en Israël. Oh! C’est un don puissant. Vous devriez voir cela.» Et comme elle continuait à entendre témoignage après témoignage sans qu’il y ait une seule faille là-dedans... «La foi vient de ce qu’on entend, de ce qu’on entend la Parole de Dieu. La foi vient de ce qu’on entend.»

            Maintenant, si quelqu’un disait: «Oh! C’est une bonne chose», et qu’un autre dise: «Il n’y a rien de vrai là-dedans», alors les gens seraient complètement dans la confusion. Mais lorsque d’un commun accord, ils témoignaient tous ...

            Tout le monde qui passait par là lui disait: «Oh! Il y a un grand don là-bas. Vous devriez voir cela. C’est merveilleux. Cela peut discerner. Oh! Leur Dieu doit être le seul Grand Dieu.»

            N’est-ce pas bien dommage que nous les Américains, nous n’arrivions pas à rendre témoignage à ce seul Vrai Dieu? Mais au lieu de cela nous voulons faire de Lui un Dieu méthodiste, sinon Il n’est pas Dieu. Nous voulons faire de Lui un Dieu pentecôtiste, sinon Il n’est pas Dieu. Nous voulons faire de Lui un Dieu apostolique, sinon Il n’est pas Dieu. Il est Dieu peu importe nos credos. Voyez-vous? Il est Dieu parce qu’Il est le Dieu éternel.

            Mais nous disons: «Nous n’irons pas dans cet auditorium-là. Eh bien, nous ne croyons pas dans de telles affaires.» Je crois que c’est aussi bon que ce que Philippe avait dit à Nathanaël, lorsque Nathanaël avait dit: «Comment quelque chose de bon peut-il sortir de–peut-il sortir d’un endroit comme celui-là?»

            Il a dit: «Viens, et vois.» Voilà la meilleure manière d’être convaincu. Lisez les Ecritures ; voyez. Venez, voyez par vous-même. La Bible dit: «Eprouvez toute chose et retenez ce qui est bon.» Eprouvez cela par la Bible.

26        Or, cette petite femme, huit cents ans avant que Nathanaël ait fait cette déclaration, a dit: «J’irai voir moi-même.» Voilà la manière de faire ; voilà l’idée. «Je ne cesse d’en entendre parler. Je ne cesse d’entendre les gens qui traversent mon royaume parler de ces choses. Je dois aller voir moi-même.»

            Heureux êtes-vous. «Vous êtes le sel de la terre», a dit Jésus. Que fait le sel? Le sel donne la soif. Et lorsque vous êtes salé pour Christ, Dieu crée une soif chez le monde extérieur. Mais si le sel a perdu sa saveur, il ne sert plus qu’à être foulé aux pieds par les hommes. «Eh bien, il n’y a rien, je n’ai donc jamais entendu des discussions et des disputes comme il y en a parmi eux ; il n’y a certainement rien de vrai là-dedans.» Il ne sert plus qu’à être foulé aux pieds par les hommes... Mais comme un seul corps nous rendrons le même témoignage à la résurrection et à Christ. «Si Je suis élevé, J’attirerai tous les hommes à Moi.»

27        Maintenant, remarquez, alors que nous considérons cette reine, l’enthousiasme commence à grandir. Qu’était-ce? Dieu traitait avec elle. Or, elle était une païenne de Séba. Elle était une païenne, une idolâtre, mais elle avait entendu parler d’un Dieu vivant qui pouvait produire quelque chose alors: Ce n’était pas une déclaration de credos, mais un Dieu vivant qui avait donné un don pour prouver qu’Il était un Dieu vivant. Alors, cela créa une soif.

            Et j’aimerais que vous remarquiez ce que cette petite femme a dû faire pour arriver jusqu’à lui. Eh bien, si vous prenez votre carte, et mesurez là... Eh bien, elle n’a pas traversé le désert à bord d’une Cadillac climatisée. Elle a dû venir à dos de chameaux. Vous savez, ce n’est pas sur un lit fleuri d’aisance qu’on parvient à Christ. Ce n’est pas simplement le fait d’aller, et d’inscrire votre nom dans un registre, et dire: «Bien, désormais je suis membre de cette église.» On ne vient pas de cette manière-là. Cela coûte quelque chose ; c’est un coeur qui s’abandonne à la volonté de Dieu. Parfois cela vous coûte vos amis. Ce sera le cas si ce sont des amis mondains. «Mais celui qui ne renonce pas aux siens pour Me suivre n’est pas digne d’être appelé Mien.» Cela coûte quelque chose.

28        Alors, elle s’est préparée. Et un voyage à dos de chameaux, cela lui a pris au moins trois mois pour aller de Séba et traverser ce désert brûlant pour voir si ce don-là était vrai ou pas. Il n’est pas étonnant que Jésus ait dit: «Elle se lèvera au jour du Jugement et condamnera cette génération.»

            Qu’est-ce que cela fera à Saskatoon au jour du Jugement? Il a dit qu’elle est venue des extrémités de la terre, trois mois à dos de chameaux, pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici plus que Salomon, mais les gens Le condamnaient.

            Suivez. Maintenant remarquez, non seulement cela, mais elle a dû se préparer pour d’autres choses. Souvenez-vous, les fils d’Ismaël, les Arabes, étaient dans le désert, et c’étaient des brigands. Non seulement elle s’est préparée à aller voir d’elle-même, mais elle s’est aussi préparée à soutenir cela si la chose était vraie. Avec quelle attitude êtes-vous venu? Elle a apporté des chameaux chargés d’or et d’argent, et d’encens et de myrrhe, d’épices royales qui n’avaient rien de comparable sur la terre, ce qu’elle détenait. Elle allait d’abord pour être convaincue. Et si elle était convaincue, alors elle allait soutenir cela avec tout ce qu’elle avait. C’est à peine si nous sommes disposés à revenir le soir suivant. Et, oh! eh bien, quant à soutenir quelque chose, oh! la la! c’est exclu: «Oh! Je ne peux pas le faire.» Alors qu’en sera-t-il dans notre génération?

29        Maintenant, remarquez, Dieu était obligé d’envoyer Son signe. C’est ce dont les gens parlent. Dieu est obligé d’envoyer Son signe, et–et de le confirmer. Et puis vous, vous êtes obligé de croire cela. Béni soit le Seigneur Dieu! Vous êtes solennellement obligé de croire cela. Cela révèle votre nature, que la chose soit confirmée ou pas.

            Je n’ai pas l’intention d’être dur, mais frères, le temps est venu, où nous ne pouvons plus dorloter les gens ; nous devons prêcher. Et la Parole est plus tranchante qu’une épée à deux tranchants, qui sépare la moelle de l’os, et qui discerne les pensées du coeur: la Parole.

30        Elle est venue s’étant préparée. Et maintenant regardez quelle dure épreuve c’était! Le diable avait placé toutes sortes d’épouvantails devant elle. «Les fils d’Ismaël, les Arabes vont te dévaliser.» C’étaient des brigands. Et le diable vous dira: «Tu vas tomber dans un certain fanatisme. Ne le fais pas. Tu seras dans l’erreur. Cela va te faire perdre ton expérience si tu essaies de faire cela.» Voilà les paroles mêmes du diable aujourd’hui. Mais cette femme-là était déterminée. Elle savait que si c’était vraiment le signe de Dieu, et le don de Dieu, Dieu était obligé de le lui montrer, car elle avait soif de voir cela. Elle y est allée de toute façon, peu importe ce que quelqu’un d’autre disait, ce que l’eunuque disait, ou ce que son conseiller disait, elle avait une conviction personnelle qu’elle devait voir cela.

            Je me demande ce que diraient vos conseillers. Je me demande ce que les gens diraient dans votre église, s’ils savaient que vous étiez assis ici ce soir. Ça pourrait être l’objet de critiques. Votre nom pourrait bien être effacé du registre. Mais si vous êtes déterminé à voir si c’est la vérité ou pas, que Dieu vous bénisse. Dieu est obligé de vous montrer que Christ est ressuscité d’entre les morts, qu’Il est vivant ce soir. Et on ne peut pas L’accepter par une conception mentale ; on L’accepte par la nouvelle naissance ; quand vous naissez de nouveau, vous devenez une partie de Dieu. «Je leur donne la Vie Eternelle.» Et cette expression Vie Eternelle vient du mot Zoe qui signifie la Vie même de Dieu. Et vous ne pouvez pas périr, pas plus que Dieu ne peut périr, parce qu’Il vous a accepté et vous a adopté dans Sa famille, et vous êtes une partie de Lui. Oh! Vous y êtes ; c’est ce qui fait la différence.

            Comment savez-vous que vous êtes un fils de Dieu? «Voici donc les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Alors vous pouvez croire au surnaturel. Alors vous pourriez ouvrir les yeux de votre entendement. Vous pouvez alors voir l’Evangile se dévoiler autour de vous. Vous devez premièrement accepter cela, puis vous naissez de nouveau. Alors vous devenez une nouvelle créature.

31        Elle a donc traversé le désert. A mesure qu’elle approchait, son impatience se mit à grandir. Le diable a dit: «Bon, et si ce n’était pas vrai?»

            «Eh bien, s’est-elle dit, j’aurai au moins fourni un effort. Si je ne vois rien, alors ce sera pour mon Dieu que j’aurai fourni cet effort.» Mais si elle était venue et que le don était vrai, et que cela venait réellement de Dieu, Dieu était obligé de confirmer cela. Ainsi elle est entrée dans la cour de Salomon ; et lorsqu’elle est entrée, elle s’est avancée et...

            Maintenant écoutez, elle n’est pas venue juste pour une seule soirée ; elle est venue pour rester durant toute la série de réunions. Elle allait y assister jusqu’à la fin. Elle allait rester jusqu’à ce qu’elle soit convaincue. Elle avait carrément emmené ses servantes et des eunuques et tout avec elle dans son petit groupe. Et elle a fait décharger ses chameaux juste là dans la–la cour du palais ; elle a fait décharger les chameaux et tout. Et elle a dit: «Maintenant, je vais aller m’asseoir dans la réunion, et j’observerai, et je verrai moi-même si cela vient de Dieu. Si donc c’est le cas, je vais accepter cela.»

32        Et elle a observé Salomon alors qu’il... que les gens étaient amenés devant lui, et son grand esprit de discernement était chaque fois confirmé à cent pour cent. Alléluia! Je sais que vous vous dites que je suis hors de moi. Je le suis peut-être. Mais si c’est le cas, j’ai perdu tout ce que je possède sur cette terre, et mes trésors terrestres, et je les ai amassés là au Ciel en Christ. Et elle a dit: «Je vais observer cela.»

            Et lorsqu’elle a vu cela venir devant ce grand et puissant don (ce n’était pas l’homme, il n’était qu’un simple homme)... Mais elle observait ce don de Dieu, et elle a vu à chaque fois que cela opérait d’une manière parfaite. Et lorsqu’elle était prête à aller, elle s’est approchée de Salomon, et elle a dit: «Tout ce que j’avais entendu était vrai, et c’est plus que tout ce que j’ai entendu.» Vous y êtes. «C’est entièrement la vérité. Maintenant, je vais soutenir cela.» Et elle a déversé de la cinnamome, des épices et de riches trésors, tout comme vous l’auriez fait lorsque vous dites: «Si c’est la vérité, je désire avoir cela.» Alors déversez tout le trésor que vous possédez: tout votre coeur, toute votre âme, tout votre amour, toute votre dévotion, toutes vos pensées, tous vos cantiques. Tout ce que vous avez, donnez-le à Christ, s’Il est vraiment le Fils de Dieu et qu’Il est ressuscité d’entre les morts. Soutenez cela avec tout ce que vous êtes. Soutenez cela sans... afin que vous deveniez tellement salé que les gens de votre communauté diront: «Si jamais quelqu’un a été changé, c’est cette personne-là.» Vous y êtes.

            «Je... Si jamais je suis un chrétien, j’aimerais être comme cet homme-là ou cette femme-là, car ils ont l’amour, la joie, la paix, la longanimité, la bénignité, la bonté, la patience, la douceur et ainsi de suite. Les neuf fruits de l’Esprit demeurent en eux. Ce n’est pas facile de les provoquer. Vous n’arriverez pas à les mettre en colère contre vous ; ils ne se fâchent pas. Ils sont tellement aimables que dans leur présence vous sentez Christ.» Vous y êtes. Vous y êtes. Voilà ce qu’il faut à l’Eglise. Ce n’est pas parce que vous pouvez discuter sur vos points de vue religieux, cela ne signifie rien. C’est votre vie qui prouve ce que vous êtes. C’est ce qui a prouvé ce que Dieu était lorsqu’Il est descendu ; c’est Sa grâce qui a prouvé qu’Il est un Dieu de grâce, en visitant les enfants d’Israël.

33        Mais c’était Sa sainteté divine qui exigea à Moïse de se déchausser, parce que l’occupant de la maison d’où il venait avait prouvé que c’était un endroit saint. Et Dieu est saint. Et cela a montré que Son amour divin et Sa grâce L’ont amené à aller vers Son peuple. Et cela a montré Sa sainteté, le fait que Moïse a dû se couvrir le visage et se déchausser pour se tenir dans Sa Présence. Certainement. Votre vie prouve ce que vous êtes, par les fruits que vous portez. Jésus a dit: «C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.» Ce n’est pas parce qu’ils peuvent discuter sur des points de vue religieux, ce n’est parce qu’ils sont membres de la meilleure église, qu’ils occupent la meilleure position dans l’église, qu’ils sont les meilleurs au sein de la communauté, mais c’est par leur vie et leur vie seule.

            Et puis, un tel caractère, lorsque cette femme a reçu cela, elle a dit: «Je crois tout ce que j’ai vu. C’est vrai, et Dieu est réel.» Et elle a accepté cela. Alors Jésus a dit à son sujet, des centaines d’années plus tard, Il a dit: «Elle se lèvera au jour du Jugement et condamnera cette génération», car elle est venue et elle était restée, et elle a écouté avec un coeur sincère, et elle a cru. Et lorsqu’elle était convaincue, elle a accepté cela, elle qui était une païenne.

34        Et ici, vous, espèce de prétentieux et d’hypocrites qui fréquentez l’église, il a dit: «Vous vous tenez ici, vous Me regardez et vous Me traitez de Béelzébul, puis vous dites: ‘Maître, nous voulons voir un signe de Ta part.’»

            Il a dit: «Le signe vous sera donné: de même que Jonas est sorti du ventre de la baleine, de même le Fils de l’homme reposera dans le sein de la terre.»

            Et puis je dis ceci, mes amis: Lorsqu’Il était ici sur terre, Il était le plus grand signe qui ait jamais été apporté sur la terre. Je termine par ceci. Suivez. Et les gens se sont moqués de Lui lorsqu’Il discernait leurs pensées et ainsi de suite, et ils disaient qu’Il était un spirite, un diseur de bonne aventure, Béelzébul, le chef des démons.

            Et Jésus a dit: «Si vous dites cela contre le Fils de l’homme, cela vous sera pardonné ; mais lorsqu’un plus grand viendra, lorsque le Saint-Esprit viendra, si vous dites un seul mot contre Cela, cela ne vous sera jamais pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir.» Alors, je me demande ce que cette génération répondra au jour du Jugement, lorsque la reine de Séba se tiendra là, et lorsque les apôtres se tiendront là, et lorsque tous les rachetés se tiendront là, et que cette génération adultère, qui aime le péché, qui fréquente l’église, qui recherche les plaisirs, se tiendra dans la Présence de Dieu. Et Il témoigne de Sa résurrection ici avant le Jugement où vous devrez vous tenir, que direz-vous ce jour-là? C’est ce que je me demande. Et pendant que vous réfléchissez, prions.

35        Maintenant, Père céleste, ceci c’est Ta Parole éternelle. Je me rends compte que je ne suis plus un jeune homme, mais cela doit... les quelques années ou les quelques jours, ou tout ce que Tu as arrêté dans Ta pensée pour moi, j’aimerais tout T’abandonner. Et ce soir, Dieu très saint, alors que je me tiens dans Ta Présence et que j’implore pour moi-même et pour ces gens, veux-Tu bien nous couvrir de Ton sang, et ôter notre iniquité et notre incrédulité et nous accorder ce soir la faveur et la révélation pour croire de tout notre coeur? Et permets-nous, nous qui avons confessé depuis longtemps et qui avons été membres de l’église, et qui essayons de dire: «Eh bien, nous sommes membres de telle église», ou «nous avons crié», ou «nous avons été baptisés d’une certaine façon», ou «nous avons été aspergés», «nous sommes membres de la plus grande église», «nous avons parlé en langues», ou «nous avons dansé dans l’Esprit», et qui avons encore ces genres d’esprits qui ne portent pas les fruits et l’amour de Christ, ô Dieu, pardonne-nous notre iniquité.

            Et sois notre Juge ce soir, Seigneur, et juge-nous alors que notre foi parvient jusqu’à Toi et implore miséricorde, confessant nos péchés, sachant que nous ne pouvons pas nous tenir dans Ta Présence, si ce n’est par la grâce de Dieu à travers Jésus-Christ.

            Et accorde donc, Père, ce soir, que Ta Présence soit parmi nous, et Ta grâce, et le pardon de nos péchés dans Ta Présence. Aide-nous et accorde-nous la compréhension, et agis, Seigneur, par cette humble petite manière dont Ton serviteur a agi, selon Ta grâce que Tu as accordée au peuple.

            Et comme la révélation m’a frappé il y a quelques semaines, comment prier pour les gens pendant que nous sommes sur le continent d’Amérique du nord, ces gens qui ne peuvent pas étendre le bras par la foi comme les autres dans d’autres pays, je Te prie de m’aider ce soir à comprendre, et ces gens à comprendre, et tires-en gloire. Guéris les malades et sauve les perdus. Car nous le demandons au Nom de Christ et pour Sa gloire. Amen.

36        Que le Seigneur vous bénisse, mes chers amis. Maintenant je vais vous demander une chose solennelle. Je compte faire quelque chose ici sur cette estrade ce soir, que je n’ai jamais fait auparavant. C’est une révélation qui m’est venue tout récemment. Et maintenant, alors que cela se dévoile, j’ai essayé cela un peu hier soir, afin de voir si je pouvais rompre avec le discernement pendant que j’amène les gens sur l’estrade un à un. Combien de ceux qui étaient ici hier soir ont vu cela et croient? Dans toute la nation, si je mourais cette nuit, mon témoignage de Christ est vrai.

            Premièrement... Le monde chrétien sait cela ; la Bible enseigne cela ; la Bible promet cela ; donc le monde chrétien sait cela. Et juste ici, je dis humblement cela, cette photo a étonné le monde scientifique tout entier ; ils savent cela. Voici la photo du même Ange de Dieu qui conduisait les enfants d’Israël: la Colonne de Feu. Et Sa Présence est ici, pas moi, mais Lui. Ce n’était pas Moïse, mais c’était Christ. Maintenant cela dépend de vous. J’ai entièrement présenté cela sur base des Ecritures. Maintenant je demande à Dieu, ce soir...

37        Cela a toujours été une chose étrange. Les managers m’ont même abandonné l’un après l’autre, en disant: «Frère Branham, les gens s’en vont, on n’a pas prié pour eux.»

            Je disais: «Eh bien, frère, dans les réunions d’outre-mer...»

            «Mais, oh! Frère Branham, vous n’êtes pas outre-mer.»

            Je disais: «Faites-les passer à travers la ligne et je vais prier pour eux.»

            Si vous faites cela, les gens disent: «On ne m’a rien dit.» Voyez-vous? «Il n’y a aucune onction. On n’a pas prié pour moi.»

            Et, oh! mon bureau est bondé... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... et vous avez envie d’aller outre-mer et de rester là jusqu’à ce que Jésus vienne. Mais cependant l’autre jour, le Seigneur, par Sa grâce, m’a donné la révélation de quelque chose. J’ai essayé simplement de prendre deux ou trois personnes ici sur l’estrade, de prier pour elles. J’ai dit: «Très bien, maintenant les autres, je vais simplement prier pour eux. Faites-les passer et je vais prier pour eux.» C’est ce qu’Il m’a dit de faire, mais je n’ai jamais été en mesure de le faire. Lorsque je fais le discernement, et que je prends une personne, deux, alors cela vient sur moi ; je ferais mieux de m’en tenir à cela. Mais Il m’a fait une promesse. Combien savent que c’est la vérité? Les gens m’ont vu essayer cela heure après heure et échouer, parce que lorsque l’onction vient, cela se produit. Mais l’autre jour dans le Maine, avec Léo et Gene, Il m’a promis que je pourrais faire cela. Et c’est pourquoi ce soir, je me tiens solennellement sur ce qu’Il a promis.

            Hier soir, avez-vous remarqué qu’après le discernement, quelque chose m’a dit: «Eh bien, tu es épuisé. Tu dois partir.» Et Billy est venu pour me faire sortir. Alors quelque chose dans mon coeur a dit: «Reste là. Congédie cette église.» Quelques instants après, c’était fini, et je congédiais l’église, et je suis parti me sentant bien plutôt que faible. Donc le Seigneur m’a fait la promesse, et je sais qu’Il le fera.

38        Maintenant, j’aimerais savoir combien de gens dans cette salle ce soir n’ont pas de carte de prière et aimeraient qu’on prie pour eux, levez la main. J’aimerais voir ceux qui n’ont pas de carte de prière. Très bien.

            Maintenant, j’aimerais vous demander une chose. Jésus-Christ, dit la Bible, est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Est-ce vrai? Saint Jean... C’était–c’était Hébreux 13.8. Dans Jean 14.7, Il a dit: «Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais.»

            Alors une femme s’est faufilée une fois à travers la foule et a touché Son vêtement, puis elle s’est retirée et s’est assise. La multitude se pressait autour de Lui ; Il a dit: «Qui M’a touché?»

            Et même Pierre L’a repris, il a dit: «Eh bien, Seigneur, toute cette multitude Te touche.» Il a dit: Mais Je me suis affaibli ; une vertu M’a quitté.» La force était sortie du Fils de Dieu à la suite d’un seul toucher d’une femme. Et puis les gens se demandent pourquoi vous ne pouvez vous tenir là heure après heure. Bien, vous ne le pouvez pas, certainement pas.

39        ... Maintenant, ne soyez pas réduit au silence, mais considérez les Ecritures. Considérez l’Ange qui était à la piscine. La première personne qui y entrait avec foi, toute la vertu de l’Ange s’en allait peut-être pour deux ou trois mois avant qu’elle puisse revenir, une autre saison, et cela revenait. Et puis, nous nous demandons de quoi il s’agit. C’est la grâce de Dieu que je me sois tenu debout dix minutes ou cinq minutes, en tant que pécheur sauvé par grâce. Mais c’est la bonté de Dieu avant que la destruction frappe cette nation. C’est la bonté de Dieu envers le peuple.

            Maintenant, je Lui ai demandé ce soir, avant que nous puissions faire monter quelqu’un sur l’estrade, d’envoyer Son Glorieux Saint Ange, qui est la Personne qui apporte le discernement, n’importe où là dans cette assistance, et pour appeler quelqu’un qui touche Son vêtement. Et s’Il a été ici sur terre, et que les gens ont touché Son vêtement, et qu’Il a su de qui il s’agissait, s’est retourné et a dit: «Quelqu’un M’a touché...» Eh bien, Il ne savait pas de qui il s’agissait... ou qui avait fait cela. Il a dit: «Quelqu’un M’a touché.»

            Pierre a dit: «C’est eux tous qui Te touchent, Seigneur.»

            Il a dit: «Mais J’ai connu que Je me suis affaibli.» Et Il a regardé autour de Lui ; Il avait le discernement. Combien parmi vous croient cela? Certainement. Il avait le discernement, et Il a regardé autour de Lui jusqu’à ce qu’Il a trouvé par un certain moyen, un secret qui Lui était propre, le Père Lui a montré qui était cette femme. Lorsque Ses yeux se sont posés sur cette petite femme, elle ne pouvait plus se cacher. Il a su qui elle était, ce qu’elle avait fait, ce qu’elle... ce qui était arrivé. Il a dit: «Ta foi t’a sauvée.»

            Et après... Elle a même nié cela. Elle avait peur. Ensuite elle est venue, elle est tombée à Ses pieds, et a dit: «Oui, Seigneur.»

            Il a dit: «Ma fille, aie bon courage. Ta foi t’a sauvée.» «T’a sauvée.» Le même mot Sozo, chaque fois, sauvé physiquement ou spirituellement: la même expiation, le même homme, le même jour: «C’est par Ses meurtrissures que nous sommes guéris.» «Il était blessé pour nos péchés, c’est par Ses meurtrissures que nous sommes guéris.» La même chose.

40        Eh bien, la Bible dit qu’Il est un Souverain Sacrificateur qui peut être touché par le sentiment de nos infirmités à l’instant même. Combien croient que c’est la vérité? A l’instant même, Il est le Souverain Sacrificateur ; Il est assis à la droite de la Majesté sur le Trône de Dieu, intercédant sur base de notre confession: pas sur base de notre excitation mentale, mais de notre véritable confession.

            Maintenant, s’Il manifeste Sa Présence dans cette assistance ce soir, et il n’y a pas une seule personne dans cette assistance que je connaisse à part frère Sothmann ici, soeur Sothmann, et la famille ; frère Norman et soeur Norman ; et ce petit groupe de gens assis sur la troisième rangée derrière. Ma belle-fille, mon fils... Je ne connais que ceux-là. Et, vous savez... Combien ici savent que je ne vous connais pas ou ne sais rien à votre sujet? Levez la main. Peu m’importe qui vous êtes, levez la main, vous qui savez que je ne sais rien à votre sujet. Certainement pas. Eh bien, si Christ est ressuscité d’entre les morts, Il est plus que capable, et si par Sa Présence bénie...

Up

S'abonner aux nouvelles