Je Me Tiens A La Porte, Et Je Frappe

Autres traductions de ce sermon: Je me tiens à la porte et je frappe - MS
Date: 57-1208 | La durée est de: 1 heure et 46 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1          ...Jésus, et Il nous sauve du péché. Et maintenant, nous allons juste lire un petit texte et vous parler quelques instants de la Parole de Dieu, parce que, après tout, c’est la partie toute suffisante, c’est la Parole. «La foi vient de ce qu’on entend, ce qu’on entend de la Parole de Dieu.» Maintenant, inclinons la tête juste un instant avant d’ouvrir Sa Parole.

            Très gracieux Seigneur, nous sommes heureux ce matin du privilège que nous avons de nous tenir dans Ta Présence, de lever nos regards vers Toi et de T’appeler notre Père, alors que nous nous souvenons que Tu as dit dans notre passage des Ecritures: «Priez: Notre Père qui es aux cieux...»

            Sachant que nous sommes complètement impurs, nous sommes nés dans le péché, conçus dans l’iniquité et venus au monde en proférant des mensonges, et misérables tels que nous sommes, et cependant, par le Sang de Ton Fils, le Seigneur Jésus, par la grâce imméritée qui nous a été donnée, nous avons le privilège de lever les yeux et de dire: «Père.» Oh! Combien nous Te remercions pour ceci!

2          Et aujourd’hui, Seigneur, nous voudrions Te demander de sonder nos coeurs alors que nous adorons. Nous venons ici dans le seul but de T’adorer. Et de voir, en ce grand jour où nous vivons actuellement, où tout semble avoir failli, que néanmoins il y a une chose certaine qui ne peut jamais faillir, c’est Jésus. Car Il nous a dit, quand Il était sur terre, que les cieux et la terre passeraient, «mais Mes Paroles ne passeront jamais.» Quelle assurance nous avons alors de reposer la destinée éternelle de nos âmes sur Sa Parole!

            Et maintenant, c’est... Cela nous a été donné sous forme d’un Livre appelé la Bible; nous savons qu’Elle a été écrite par le Saint-Esprit et qu’Elle ne peut être interprétée que par le Saint-Esprit. Puisse-t-Il venir maintenant sur cette Parole écrite, parler par des lèvres mortelles à des oreilles mortelles et donner une compréhension éternelle. Accorde-le, Père, afin qu’Elle puisse remuer nos coeurs pour L’aimer davantage et pour avoir une meilleure communion avec Lui, pour nous amener à une communion plus intime.

3          Ensuite, nous voudrions Te demander ce matin, Seigneur, car il y a beaucoup de malades et de nécessiteux ici dans l’église et partout dans le pays, que nous puissions recevoir sur nous aujourd’hui les bienfaits des meurtrissures de Son corps. En effet, il est écrit: «Il fut blessé pour nos péchés, et c’est par Ses meurtrissures que nous avons été guéris.»

            Et comme David s’est écrié autrefois: «Mon âme, bénis l’Eternel, et n’oublie aucun de Ses bienfaits; c’est Lui qui pardonne toutes tes iniquités; qui guérit toutes tes maladies.» Accorde aujourd’hui, Seigneur, dans cette adoration, que chaque personne ici qui a besoin de ces deux choses, le salut de son âme ou la guérison de son corps, puissions-nous retirer les bienfaits de ce grand Sacrifice suprême aujourd’hui.

            Nous nous soumettons à Toi maintenant, Seigneur. Et nous Te prions de parler au travers de nous, d’entendre au travers de nous et d’exaucer la prière. Car nous le demandons au Nom de Ton Fils béni, le Seigneur Jésus, notre Sauveur. Amen.

4          Il y a tellement de bonnes choses dans la Parole de Dieu qu’il est difficile pour n’importe qui de choisir un certain passage de l’Ecriture. Quand je lis la Parole, je dirai: «Ceci semble si bon, je vais juste le souligner. Et alors, quand j’irai à la prochaine réunion, je vais prêcher là-dessus.»

            Et, je m’assieds quelques minutes et j’écoute l’Esprit parler. Ensuite, il ne faut pas longtemps que je lise un peu plus loin et je trouve quelque chose qui sonne même mieux. Et je vais souligner cela et dire: «C’est de ceci que je vais parler quand j’irai à l’église prochainement.» Et avant que je m’en rende compte, ma Bible est soulignée sur certaines choses dont je vais parler quand j’irai à l’église.

            C’est à ce point que le Seigneur est bon et que Sa Parole est précieuse pour Ses saints. Et quel grand privilège nous avons aujourd’hui en cette heure, où tout espoir semble être perdu, de trouver cependant une fondation sûre et solide, qui est la Parole.

5          J’avais à coeur, il y a quelques jours, comme je l’ai dit à frère Neville, ou je lui ai transmis un mot par notre soeur Wood, que j’allais parler ce matin sur L’Ecriture sur la muraille. C’est un message que le Seigneur m’a donné à bord d’un train, quand je revenais de Californie.

            Mais dans le message, c’était tellement remuant, et un moment grandiose, au point qu’en laissant les gens, on découvre de grandes choses, même ce spoutnik moderne dont vous entendez tant parler est révélé dans la Parole de Dieu... Et de voir l’heure dans laquelle nous vivons, nous sommes à la fin, c’est sûr et certain.

            Et puis, laisser les gens dans cet état, et alors, ne pas apporter un autre message pour faire suite à cela, pour donner l’espérance qu’a l’Eglise, alors cela laisse les gens dans le suspens et cela les rend nerveux.

            Je me suis alors proposé d’attendre le dimanche prochain, à mon retour, et parler alors sur: L’Ecriture sur la muraille, dimanche matin. Et puis, dimanche soir, parler sur. L’Enlèvement de l’Eglise avant la tribulation. Et donc, si ces choses sont si proches, alors l’Enlèvement est encore plus proche que ça, si l’Eglise va dans la tri... avant la tribulation. Ainsi, je suis sûr que vous comprenez que c’est ainsi.

6          Maintenant, j’aimerais lire dans le Livre de l’Apocalypse, chapitre 3, en rapport avec l’église de ce jour. Je vais lire au verset 14 pour commencer. Apocalypse 3.14:

Ecris à l’ange de l’Eglise de Laodicée: Voici ce que dit l’Amen, le témoin fidèle et véritable, le commencement de la création de Dieu:

Je connais tes oeuvres... tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant!

Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche.

Parce que tu dis: Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu,

Je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies.

Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi. Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.

7          Maintenant, je vais tirer mon sujet du verset 20, pour voir si Dieu va nous donner un contexte: Je me tiens à la porte, et Je frappe.

            Tout ce message que nous venons de lire ce matin, ce sont les Paroles de Christ Lui-même, après Sa résurrection, qui s’adresse au dernier âge de l’Eglise. Comme nous le comprenons, il y avait sept églises en ce jour-là, les sept églises d’Asie. Chacune d’elles avait un ange. Et ces anges étaient envoyés pour guider ces églises au cours des âges. Et maintenant, nous arrivons à la fin, au dernier âge de l’Eglise, Laodicée.

8          Et c’est très inhabituel, voir combien c’est frappant ce matin, combien cela se rapporte à l’église de ce jour; voir la condition de tiédeur et d’indifférence dans l’église. Et comme ils disent: «Oh! Nous avons un grand programme. Nous construisons une église d’un million de dollars. Notre église prospère. Nous avons plus de membres que nous n’en avons jamais eus. Notre pasteur est mieux payé et nous sommes tout à fait les meilleurs.» Si ce n’est pas la tendance du jour!

            Cependant, la Bible déclare: «Tu es nu, pauvre, misérable, aveugle.» Pensez-y donc, qu’une personne soit nue, pauvre, misérable et aveugle, et qu’elle ne le sache pas. Or, s’il le savait, il essaierait de s’améliorer. Il se hâterait de quitter la rue pour trouver des vêtements. Il essaierait de s’améliorer. Mais s’il est dans cet état et ne le sait pas, quelle chose horrible!

9          Eh bien, devant tout cela... Ce n’est pas là mon sujet. Jésus a dit: «Je me tiens à la porte, et Je frappe. Et si quelqu’un ouvre la porte, J’entrerai chez lui et Je souperai avec lui, et lui avec Moi.» Quelle invitation à–à un peuple qui vit en ce jour, de voir ces spectacles horribles que nous voyons maintenant et d’avoir une telle invitation glorieuse: «Je me tiens à la porte, et Je frappe. Et si un homme entend et ouvre, J’entrerai chez lui et Je souperai avec lui, et lui avec Moi.» Quelle communion! Quel privilège! Quelle communion! Se tenir à la porte en train de frapper!

10        Quand le grand artiste (Son nom m’échappe pour l’instant) a peint Jésus en train de frapper à la porte... Tout tableau, avant de devenir un tableau célèbre, doit passer par la commission des critiques, des–des artistes célèbres qui vont critiquer le tableau. Ils vont découvrir tous les défauts qu’il y a.

            Ainsi, après que ce tableau eut pratiquement passé par la commission des critiques, on posa des questions au peintre... Un critique a dit: «Il y a juste une chose qui cloche avec votre tableau, que je peux trouver.» Il a dit: «Vous avez oublié de mettre le loquet sur la porte.»

            Et le peintre a dit: «Oh! Non. Vous comprenez mal. Si le loquet était à l’extérieur, Il appuierait dessus et entrerait. Mais le loquet est à l’intérieur; c’est à la personne à l’intérieur d’actionner le loquet.»

            C’est comme ça. Jésus, malgré toute Sa miséricorde et toute Sa compassion, cependant, c’est vous qui allez Le laisser entrer ou Le laisser dehors. Le loquet se trouve de votre côté.

11        Pourquoi un homme frapperait-il à la porte d’un autre? Quelle en serait la raison? Eh bien, c’est afin d’entrer. Il désire entrer. Il désire... Il a quelque chose dont il désire parler, ou quelque chose à vous montrer. Quand quelqu’un frappe à votre porte [Frère Branham frappe.–N.D.E.], il désire entrer, ou–ou avoir un peu de communion, ou vous parler de quelque chose. C’est la raison pour laquelle Jésus frappe à votre porte.

12        Que penseriez-vous, au cours des âges, de nombreuses visites qui ont été effectuées à la porte des gens? Remontons quelques instants dans le passage. Pensons au grand César Auguste à l’époque de l’Empire romain. Et si un fantassin habitait une petite cabane quelque part, et que César Auguste quittait son palais et descendait à cette cabane où habitait le fantassin et frappait à la porte?

            Quelle vive émotion cela susciterait chez ce fantassin! Eh bien, le grand empereur de Rome était à sa porte, cherchant à lui parler. Oh! Il aurait été heureux. Il aurait ouvert la porte et serait tombé sur sa face et aurait dit: «Grand Empereur, entre dans ma modeste demeure. Et tout ce que tu vois et que tu veux, t’appartient.» Certainement, il aurait été tout enthousiasmé d’avoir un–un tel privilège d’accueillir l’empereur de Rome, de son temps.

13        Quel privilège cela aurait été pour un paysan, du temps d’Adolf Hitler, en Allemagne, le Führer de l’Allemagne, si ce dernier était allé chez un pauvre homme et qu’il avait frappé à la porte! Et l’homme serait allé à la porte, aurait soulevé le rideau et regardé. Et le Führer de l’Allemagne, le grand Hitler, se tenait à la porte, le dirigeant, le dictateur de l’Allemagne!

            Il dirait: «Eh bien, je ne suis pas digne qu’un tel homme frappe à ma porte. Voulez-vous dire qu’Hitler veut me parler, à moi, un paysan?» Eh bien, il ouvrirait grand la porte, tomberait sur sa face et dirait: «Hitler, entrez dans ma maison. Certainement. Tout ce qu’il y a ici vous appartient, grand Führer de l’Allemagne.» Certainement, il aurait été heureux de le faire. Pas seulement cela, mais il aurait été honoré de le faire, à l’idée qu’Hitler soit venu à sa porte.

14        Et il vous faut considérer l’importance de la personne qui frappe à votre porte. Cela a de l’importance. Si c’était un mendiant, vous pourriez avoir le droit de fermer votre porte, ou de ne pas aller à la porte, si vous n’avez rien à lui donner et si vous éprouvez de la pitié pour le mendiant. Mais si c’était une personne importante...

15        Je dirais aujourd’hui, si–si le Président Dwight Eisenhower venait ici à Jeffersonville, aujourd’hui, et frappait à la porte de tout bon démocrate, vous vous sentiriez très honoré d’aller accueillir à votre porte le Président Eisenhower. Bien que vous ayez une opinion différente de la sienne en politique, vous apprécieriez certainement qu’il frappe à votre porte. En effet, pourquoi? Il est le Président des Etats-Unis. C’est un homme de grande importance.

            Et bien que vous ayez une opinion différente de la sienne en politique, ce serait un honneur pour tout démocrate, dans cette ville ou une autre ville, d’accueillir le Président Dwight Eisenhower, à cause de son importance comme Président des Etats-Unis. C’est un grand homme, un homme honorable, et il a une position honorable.

16        Tout récemment, la reine est venue d’Angleterre. Elle est allée au Canada. Elle a visité tout le Canada. Ensuite, elle est venue aux Etats-Unis. Et il n’y aurait pas une personne aux Etats-Unis qui n’aurait pas été heureuse de recevoir la visite de cette reine.

            Qu’auriez-vous pensé ce matin si la reine d’Angleterre (bien que vous ne soyez pas l’un de ses sujets, vous êtes un sujet américain), mais néanmoins, et si elle était venue frapper à votre porte, et vous auriez vu ses demoiselles d’honneur, et autres, se tenant là? Et elle dirait: «Je suis la reine d’Angleterre. Je viens vous rendre visite.» Quel honneur ce serait, compte tenu de son importance. Elle est la reine. Et la reine d’Angleterre, c’est l’une des plus grandes reines au monde. Cependant, elle n’a aucun pouvoir dans cette nation. Mais parce qu’elle est importante, vous seriez heureux de la laisser entrer. Je serais heureux de la laisser entrer, sachant que j’ai le privilège et l’honneur d’accueillir la reine d’Angleterre.

17        Mais (oh!) Jésus se tiendra à la porte et frappera, et nous Le laisserons dehors. Nous ne voudrons pas ouvrir la porte. Nous Le laisserons simplement frapper. Et qui est plus important que Jésus? Dites-moi quelle personne est plus grande que Lui? Et voici, Il dit: «Je me tiens à la porte, et Je frappe; et si quelqu’un ouvre, J’entrerai.»

            Si vous aviez tous les César, tous les Hitler, tous les grands hommes et toutes les grandes femmes du monde devant votre porte, vous n’en auriez jamais un... Tous réunis ne pourraient être comparables à Celui qui se tient à la porte à longueur de journée et frappe à votre coeur: le Seigneur Jésus. Il désire entrer. Il veut vous parler. Vous êtes l’un de Ses sujets. Vous avez été créé à Son image. Vous êtes un être humain, créé à l’image de Dieu. Et Il désire vous parler.

            Il ne va tout simplement pas vers les grands, les célèbres. Il vient aux pauvres et aux nécessiteux. «Tout homme qui entendra Ma voix et qui ouvrira la porte, J’entrerai et Je parlerai avec lui.»

18        Pensez donc à ce que cela représente ce matin pour le Roi de Gloire, pour le grand JE SUIS, pour Celui qui est... était dans le buisson ardent, ou Celui qui a fendu les eaux de la mer Rouge pour que les enfants d’Israël passent, ou Celui qui a parlé et fait s’arrêter le soleil, Celui qui a formé la lune et les étoiles, et les a mises dans leurs orbites pour briller, Celui qui a dit: «Lazare, sors!», et un homme qui était mort depuis quatre jours, dans la tombe, est revenu à la vie. Pensez-y! Celui qui est allé dans la fosse aux lions avec Daniel et qui l’a protégé des lions; Celui qui est allé dans la fournaise ardente avec les enfants hébreux, et qui a apaisé le feu pour eux; Celui qui s’est levé et a dit: «Je suis la Résurrection et la Vie. Celui qui croit en Moi vivra, quand même il serait mort. Quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais», Il se tient à la porte d’une humanité déchue, frappant et essayant d’accéder à l’âme. Et nous rejetons cette grande Personne importante.

19        Oh! Vous me direz alors: «Frère Branham, je ne suis pas d’accord avec vous ici même, car je L’ai déjà laissé entrer.» Eh bien, c’est très bien. Je suis très content que vous ayez fait cela, que vous L’ayez laissé entrer. Mais alors, vous savez quoi? Il semble qu’après L’avoir laissé franchir la porte, vous avez tout un tas de–de petits–petits appartements dans votre coeur. Et vous L’accueillez à la porte: «Reste donc ici même, mais ne va pas regarder partout dans ma maison.»

            Pourriez-vous vous imaginer qu’on dise au Führer qu’il peut entrer, mais qu’il ne peut pas visiter toute la maison? «Maintenant, Führer, vous pouvez rester ici à la porte, monsieur Hitler, mais ne regardez pas dans ce compartiment. Ne regardez pas ici. J’ai de petits secrets que je ne veux pas que vous sachiez.»

            C’est ainsi que nous traitons parfois Jésus, nous qui nous disons chrétiens: «Tu peux entrer. Oui, je crois que Tu es le Fils de Dieu, mais ne Te mêle pas de mes affaires.» Voyez? C’est la ligne où il y a le danger. Vous avez de petits endroits dans votre coeur, de petites portes qui ouvrent sur de petits réduits dans votre coeur. Les chrétiens ont cela. Et beaucoup de ceux qui laissent Jésus entrer ne veulent pas laisser Jésus aller où Il veut. Il n’est pas tout à fait le Bienvenu.

20        Si je viens chez vous et que vous me souhaitez la bienvenue, je me sentirai comme votre frère. Et je peux aller partout où je le désire, si je suis vraiment bien accueilli. Si je vais chez vous, et que je sente comme si–si vous disiez: «Soyez le bienvenu», cela veut dire que je suis le bienvenu partout dans la maison. Je pourrai juste aller partout. Si je veux me coucher un moment, j’irai dans la chambre à coucher. Et si je désire manger un peu, j’irai à la cuisine. Je me sentirais juste le bienvenu.

            Et si vous veniez chez moi, ou moi chez vous, et que vous disiez: «Eh bien, restez ici même, mais n’essayez pas d’ouvrir cette porte. N’allez pas là», je ne serais pas tellement le bienvenu.

21        Eh bien, c’est ce qui se passe aujourd’hui avec les gens qui se disent chrétiens. Vous dites: «Oh! Je suis membre de l’église.» C’est bien. Mais vous voyez, la raison pour laquelle il y a tant de problèmes dans l’église, la raison pour laquelle il y a tant de confusion dans l’église, tant de mécontentement dans l’église, ce n’est pas parce que Jésus n’est pas là. C’est parce que Jésus ne peut obtenir l’accès aux endroits où Il veut aller.

            Nous avons ces petits compartiments et nous disons: «Oh! Non, ne touchez pas cela. Maintenant, vous pouvez entrer, mais oh! pas plus loin. Je vais me joindre à l’église, mais à part cela, laissez-moi diriger ma propre entreprise.» Jésus veut être le Chef Suprême de votre être.

            Et le seul moyen par lequel Il puisse vous bénir, c’est quand Il devient votre Seigneur. Seigneur, c’est le gouvernement, la possession. Qui vous a créé? Jésus. Qui a un droit sur chaque place dans votre coeur? Le Créateur. N’ayez pas de secrets pour Lui. Ouvrez votre coeur.

22        Maintenant, parlons juste un moment de certaines de ces petites portes. L’une d’elles est une petite porte de l’égoïsme. Oh! Nous découvrons si souvent cela dans le coeur des chrétiens de profession: Egoïstes. Oh! Vous... je... «C’est pour moi et pour mon groupe. Aussi longtemps que c’est dans ma dénomination, c’est en ordre. Mais si c’est à l’extérieur, si ce n’est pas une église baptiste, ou si ce n’est pas mon église presbytérienne, ou mon église pentecôtiste, si c’est en dehors des Assemblées, ou autres, ce n’est pas bon.» Alors, vous voyez, Christ ne peut pas avoir le commandement. Il ne peut être Seigneur. S’Il est Seigneur, Il est le Chef.

            Et si vous dites: «Eh bien, je–j’aimerais qu’Il fasse une certaine chose pour moi, mais si c’est un... si je peux en obtenir autant. J’irai à l’église si les gens de ma communauté ont une meilleure opinion de moi.» Mais vous ne voulez pas ouvrir cette petite porte.

23        «Je L’accepterai, mais je ne Le laisserai pas entrer dans ce petit endroit, parce que je suis comme cela depuis mon enfance et je sens que je suis juste un peu au-dessus de ce type de personnes. Je laisserai Jésus entrer, mais je n’irai jamais à l’une de ces petites missions, à l’un de ces endroits où ils hurlent tous: «Amen!», et «Gloire à Dieu!», et «Alléluia!» Je Le laisserai entrer, mais je ne–n’irai pas là.» Il n’est pas votre Seigneur.

            «Mes brebis entendent Ma Voix.» Alors, Il est votre Seigneur. Il est le Chef.

            «Je Le laisserai entrer, s’ils m’amènent dans la meilleure église de la ville.» Peu m’importe s’ils mettaient... Si je voulais aller dans le poulailler, où qu’Il veut que j’aille, j’aimerais aller, tant qu’Il m’appelle. Je Le laisserai entrer sur base de ce qu’Il est mon Seigneur. Tout ce qu’Il veut faire, qu’Il le fasse.

24        Il y a une autre petite porte appelée orgueil. Oh! Que d’horribles petits démons noirs sont accrochés dans le coeur de l’orgueil, quand vous pensez être meilleur que quelqu’un d’autre! «Eh bien, je n’enverrais pas mes enfants là. Ils ne s’habillent pas convenablement. Les gens qui vont là ne sont pas de ma classe.» Si Christ est Seigneur dans votre coeur, nous sommes tous d’une seule classe, car nous avons tous été baptisés dans un seul Esprit pour former un seul Corps.

            L’orgueil, on sent juste qu’on a un pet–un petit complexe. Oh! Vous ne voulez pas que Jésus touche à cela, car cela dégraderait votre rang social dans la communauté. Je préférerais dégrader de mon standing social dans la communauté plutôt qu’effacer mon nom du Livre de Vie de l’Agneau. Mais ils ne Le laisseront pas entrer. Ce petit orgueil Le tient dehors.

25        «Ô Jésus, oui, je vais adhérer à l’église. Je vais T’accepter, mais, oh! ne regarde pas dans ce petit compartiment. En effet, Tu peux T’asseoir sur une chaise à la porte, mais je ne Te permettrai pas d’entrer dans ce compartiment.»

            Alors, Il ne peut pas être votre Seigneur. Il doit accéder à chaque pièce de la maison, chaque compartiment. Tous les petits secrets de votre vie, Il doit avoir accès à chacun d’eux. Alors, Il devient Seigneur.

            Pourquoi désire-t-Il venir dans votre coeur? C’est pour être votre Seigneur. Il frappe à la porte pour être votre Sauveur. Et si vous gardez de l’égoïsme, de l’orgueil, de la malice et toutes ces choses dans votre coeur, Il ne peut pas être le Seigneur, quand bien même vous Le receviez à l’intérieur, Il ne peut pas être le Seigneur.

            Quand Il est Seigneur, Il est Seigneur sur tout. Et c’est pour cela qu’Il frappe. [Frère Branham frappe sur la chaire.–N.D.E.] Ô Seigneur...?.... Laissez-Le entrer. «Je veux entrer et souper.»

            Ce qu’est souper, c’est la communion, quand vous avez communion l’un avec l’autre. Combien alors le–le Seigneur et vous, vous êtes amis intimes! Vous êtes partenaires. Et tout ce que vous avez, Il l’a aussi. Tout ce qu’Il a alors, vous l’avez aussi. Vous voyez, Il devient vous, afin que vous puissiez devenir Lui. Et tout est en commun.

26        Ensuite, il y a dans le coeur une autre petite porte dont j’aimerais parler ce matin. Et cette petite porte est la porte de la foi. Il y en a tant qui professent être chrétiens qui ne veulent pas ouvrir cette porte de la foi.

            Or, vous dites: «Seigneur, Tu peux entrer. C’est en ordre. Mais je ne crois pas que toute la Bible est vraie.» Oui, oui. «J’accepterai ce que mon église dit, mais je n’En accepterai pas le reste.»

            Comment le Seigneur va-t-Il donc vous bénir alors? Comment peut-Il être votre Seigneur et votre Guérisseur, s’Il ne peut obtenir que la porte de la foi de votre coeur s’ouvre? S’Il peut entrer et que vous L’accueillez, Il ouvrira cette porte, et Il entrera dans cette foi qui est la vôtre, et Il soupera avec vous, dans la porte de la foi. Oh! Je désire Lui souhaiter la bienvenue ce matin, dans mon coeur, dans chaque pièce. Tout ce que je suis, je veux L’accueillir à chaque porte, l’ouvrir vivement, me tenir là et embrasser la coupe des bénédictions avec Lui, à la porte, et dire: «Oui, Seigneur, tout ce que je suis, et tout ce que j’ai, et tout, c’est à Toi. Tenons-nous à cette porte, Seigneur, et ayons communion l’un avec l’autre. Ayons communion à la porte de la foi, Seigneur. Ayons communion à la porte de l’orgueil, Seigneur. Ayons communion à la porte de l’égoïsme, Seigneur. Débarrasse-moi de tout cela, Seigneur.»

27        La foi! Oh! Vous dites: «Je vais adhérer à l’église, mais je crois que les jours des miracles sont passés.» Alors, vous refusez de laisser le Seigneur entrer par la porte de la foi et de se manifester Lui-même à vous.

            «Oh! Si, dites-vous, mais, Frère Branham, je suis une chrétienne.» Je sais, petite chérie, que tu es une chrétienne et j’apprécie cela, en acceptant le Seigneur, mais tu vis en dessous de tes privilèges. Tu gardes ta porte fermée. Tu cours d’un endroit à l’autre, et ainsi de suite, parce que tu ne crois pas. Tu dois ouvrir cette porte de la foi et Le laisser entrer. Alors, Il te donnera le désir de ton coeur. «Ceux qui s’attendent au Seigneur renouvelleront leur force. Ils s’élèveront comme les aigles; ils courront et ne se fatigueront pas; ils marcheront et ne failliront pas.»

            «Si vous demeurez en Moi, et que Mes Paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé.» Oh! «En vérité, Je vous le dis, si vous dites à cette montagne: Ôte-toi...», et dans le lexique originel en grec, il est dit: «Sois élevée et jette-toi dans la mer, et si vous croyez que c’est fait...» Oh! la la! «Si vous croyez que c’est fait, vous le verrez s’accomplir.» Certainement.

28        Oh! Cela ne doit pas se faire instantanément. Cela ne doit pas être ainsi. Certainement pas. Aussi longtemps que vous le croyez. C’est là que les chrétiens faillent aujourd’hui.

            La Bible déclare: «La foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas.» Alors, qu’en diriez-vous donc?

            Maintenant, ce n’est pas un mythe. Ce n’est pas une pensée. Ce n’est pas une espérance. Ce n’est pas un souhait. «C’est une substance.» C’est en fait quelque chose que vous possédez. Par exemple, je viens vers vous et je vous dis: «J’ai faim. J’ai besoin d’avoir du pain.»

            Et vous dites: «De quoi avez-vous besoin? Combien d’argent vous faut-il?»

            «J’ai besoin de vingt-cinq cents pour acheter du pain. J’ai faim.»

            Et vous dites: «Voici les vingt-cinq cents.»

            Or, vingt-cinq cents, c’est le pouvoir d’achat du pain. Et tant que j’ai les vingt-cinq cents, je l’ai. C’est une substance. Je peux être tout aussi heureux de me tenir ici avec les vingt-cinq cents qu’avec le pain, sur le Spring Street.

            Oh! Béni soit Son Nom! Vous ne Le laissez pas entrer. Ouvrez cette porte de la foi. Quand Il dit quelque chose, c’est la Vérité. Quand Sa promesse est pour vous, c’est la substance, une fois que la foi est ancrée, sachant que Dieu ne peut mentir. C’est réglé.

            Or, j’ai les vingt-cinq cents. Ce n’est pas juste quelque chose d’imaginaire. Je possède les vingt-cinq cents. Je sors. Eh bien, je suis tout aussi heureux que je... si j’avais le pain, car j’ai le pouvoir d’achat.

29        Et si j’ai la foi, c’est fini avec les oeuvres [Frère Branham frappe sur la chaire.–N.D.E.] Il peut ouvrir cette porte, entrer et me donner la foi de Dieu dans mon coeur. C’est terminé, dès que je peux véritablement Le croire. Cela pourrait ne pas arriver sur-le-champ.

            Vous savez, la Bible dit que Moïse a persévéré, en regardant à Celui qui est invisible. Beaucoup parmi vous ont été voir le film Les Dix Commandements qui a été à l’affiche à Louisville pendant tout un temps. Un film merveilleux! Eh bien, Moïse a persévéré, en regardant à Celui qui est invisible, l’Invisible; il a persévéré. Cela veut dire qu’il a tenu bon.

            Abraham, quand il a reçu la promesse, à soixante-quinze ans, de recevoir un enfant par Sara, c’était réglé à l’heure même où Abraham a ouvert son coeur et sa porte de la foi et qu’il a dit: «Cela s’accomplira.» Et comme il vieillissait, il... la Bible déclare qu’il n’a jamais chancelé, par incrédulité, mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu, car il savait qu’Il était capable d’accomplir ce qu’Il avait dit. Voilà la foi.

            Les années ont passé; Sara, pas de changement. Mais il ne douta pas, par incrédulité, de la promesse de Dieu, mais il fut fortifié, donnant gloire à Dieu.

30        Nous, qui nous disons chrétiens, nous laissons Jésus entrer et nous disons: «Oh! Je suis chrétien!» Et on peut prier pour vous, vous oindre, ou faire ce que Dieu ordonne, ou Il peut accomplir un miracle devant vous et vous pouvez le voir; et si vous n’êtes pas guéri instantanément: «Eh bien, c’est ça. Je ne l’ai point reçu. Je reviendrai la prochaine fois.»

            Vous voyez, ce n’est pas la foi. Vous devez Le laisser entrer. Dites: «Seigneur, voici la porte. Entre et prends possession.» Alors, quand Il entre là, c’est réglé pour toujours.

            «Je me tiens à la porte, et Je frappe.» Il cherche à entrer par cette petite porte de la foi. Si simplement Il peut se frayer Son chemin là, alors l’affaire est réglée.

31        Pendant que je marche avec les vingt-cinq cents en main, c’est tout juste comme si j’avais le pain, car j’ai le pouvoir d’achat de la–de la substance que je désire. Et quand la foi s’ancre dans un coeur, rien ne peut l’ébranler. L’oeuvre est achevée. Dieu a réglé cela. C’est fait pour toujours.

            Je descends la rue. Je traverse le fleuve. Je traverse le carré des ronces. Je deviens plus affamé, tout le temps. Je n’ai pas encore le pain, mais tout le temps, je marche en me réjouissant parce que j’ai le pouvoir d’achat et l’assurance que le pain m’appartient. Oh! Béni soit Son Saint Nom! Quand je...

            Avant d’arriver là, je peux avoir des crampes, j’ai très faim. Je peux délirer, au point de me frayer un chemin au travers des buissons, en combattant comme un fou. Mais tant que je tiens les vingt-cinq cents, le pain doit venir. Vous y voilà!

            Tant que cette foi est ancrée, les médecins peuvent m’abandonner tous, tout, mais je serai là. Je serai guéri. Dieu l’a dit. Je vais Le laisser entrer dans la porte de mon coeur. Ma foi Lui a été donnée et Il m’a donné la promesse, et rien ne pourra interférer. C’est là, la foi, la porte de la foi.

            Combien de chrétiens Le gardent à l’extérieur? Combien de pentecôtistes Le gardent à l’extérieur de cette porte de la foi? Combien de baptistes? Combien de presbytériens? De méthodistes? Cette porte... Oh! Il y a beaucoup de portes.

32        Je vais encore parler d’une, et c’est la porte de vos yeux. Il a dit: «Tu es aveugle et Tu ne le sais pas.» Il parle de l’église d’aujourd’hui, spirituellement aveugle.

            Je parlais l’autre jour (Je ne peux pas dire cela en public.), mais à frère Sothmann là et à beaucoup d’autres, Léo et Gene et les autres: «Où en arrive-t-on?», disais-je. Pourquoi les gens ne peuvent-ils voir ces choses? Pourquoi ne peuvent-ils comprendre? Même cette photo devrait secouer les nations, mais pas même–pas même un journal n’a pu publier cela.

            Qu’a dit George J. Lacy, du F.B.I.? Il a dit: «Monsieur Branham, cela sera dans les bazars, un de ces jours, mais pas de votre vivant.» Cela n’a jamais fait écho. Il n’y a jamais eu de réponse jusqu’à l’autre jour. Je me suis dit: «C’est vrai.»

            Pensez au fou à Portland. Pensez aux sorciers en Inde. Pensez au petit poisson, Frère Wood, sur la rivière. Pensez aux choses qui sont infaillibles, les preuves.

            Et malgré tout, je peux à peine sortir pour tenir une grande campagne; je suis retenu. Quelque chose va devoir aller de l’avant, mais c’est retenu. Qu’est-ce? Ils n’ont point reconnu Elie avant qu’il ne soit parti. Ils n’ont jamais reconnu beaucoup d’entre eux. Ils n’ont jamais su qui était Jean avant qu’il soit décapité. Ils n’ont jamais reconnu Jésus comme étant le Sauveur du monde jusqu’à ce qu’Il fût crucifié et qu’Il ressuscitât.

33        Saint Patrick haïssait l’Eglise catholique et il protesta contre elle. Mais après sa mort, ils l’ont canonisé comme un saint. Ils n’ont jamais su qu’il était un saint avant sa mort et son départ.

            Ils n’ont jamais su que saint François d’Assise était un saint. Il a protesté contre l’Eglise catholique. C’était un prédicateur itinérant, avec sa Bible sous le bras. Il allait prêcher au fleuve, et de petits oiseaux piaulaient. Il disait: «Mes petits frères, taisez-vous; je prêche la Parole de Dieu.» Et ils se taisaient. Mais ils ne surent pas cela si ce n’est longtemps après son départ.

            Jeanne d’Arc, qui a sauvé la France, cette fille était une sainte. Elle était spirituelle. Elle avait des visions. C’était une femme spirituelle. Elle a entendu des anges lui parler. Elle a entendu la Voix de Dieu. Elle avait une vision. Qu’ont-ils dit? «C’est une sorcière.» Et l’Eglise catholique a érigé un bûcher et l’y a conduite et l’a brûlée; ces prêtres l’ont fait, pendant qu’elle implorait miséricorde.

            Deux cents ans plus tard, ils se sont rendu compte qu’elle était une sainte. Aussi, ils se sont beaucoup repentis. Ils ont déterré les corps de ces prêtres qui l’avaient brûlée et les ont jetés au fleuve. C’est beaucoup de repentance, bien sûr. Mais ils ne l’ont jamais reconnue avant qu’elle soit venue et repartie. Jésus a dit qu’ils ne pouvaient pas croire, parce qu’Esaïe a dit qu’ils avaient des yeux et ne voyaient pas; des oreilles, et n’entendaient pas.

34        Seulement hier soir, sur la page de garde de ma Bible, quand il y a quelque temps, dans une vision que le Seigneur m’avait donnée, et j’en ai parlé à l’église... Et alors, Il m’a dit: «Va en Afrique, ensuite en Inde.»

            J’ai dit: «Oui, Seigneur.»

            Et quand monsieur Baxter m’a dit au Canada, ou à Chicago, il a dit: «Allons en Inde. Laissez ces Afrikaans tranquilles, ils ne veulent pas collaborer avec nous correctement», j’ai dit: «Très bien.» J’avais oublié cela.

            De retour à la maison, l’Ange du Seigneur m’a rencontré entre deux pièces: une Colonne de Feu, une Lumière, la même que là. Et Il a dit: «Va en Afrique comme Je t’ai dit d’y aller.»

            Et une année plus tard, ils m’en parlèrent de nouveau, et j’ai oublié cela. Je ne l’ai pas noté. Et j’étais avec mon fils, là au Portugal, à Lisbonne au Portugal. Et une maladie m’a terrassé, toute la nuit. Et le lendemain matin, je me dirigeais vers la baignoire pour prendre une petite douche. Et quand j’y allais, l’Ange du Seigneur se tenait là et a dit: «Je pensais t’avoir dit d’aller d’abord en Afrique.»

            Et j’ai dit: «Seigneur Dieu, je ne suis pas digne d’être Ton serviteur.» J’ai dit: «Si Tu le veux, enlève Ton Esprit et donne-Le à un autre.»

35        Ensuite, jusqu’à il y a à peine quelques jours, quand j’ai fait les préparatifs pour l’Afrique cette année... Ils sont là en train de les faire maintenant. Et hier soir, je lisais la vision. Et Dieu savait que j’allais manquer cela. Et dans la vision... Je ne l’avais jamais vu jusque hier soir. Et j’ai appelé frère Sothmann, Léo et eux tous. La vision disait: «Tu iras en Inde premièrement, et ensuite en Afrique.» Voyez, je–je l’ai écrite moi-même. J’ai écrit la chose moi-même.

            J’ai sauté du lit où j’étais assis, tôt un matin, et je L’ai vu entrer dans la chambre. Et j’ai écrit juste exactement ce qu’Il a dit, comme Il–Il me le disait là. Et je l’ai relu de nombreuses et nombreuses fois, et je ne l’ai jamais remarqué. Et hier soir, quand j’ai appelé les gars... Le voilà juste sur la page de garde de ma Bible, où de nombreuses personnes l’ont lu. Cela disait: «Il viendra des gens à moitié vêtus, et–et je leur prêchai. Ils se réjouissaient. Puis, une Lumière brilla après et montra les Noirs et les Blancs ensemble en Afrique.» Je n’avais jamais vu cela, alors que je regardais droit cela, les yeux ouverts.

            «Ô Dieu, ouvre-moi les yeux afin que je voie. Laisse-moi regarder au-delà du rideau du temps, Seigneur. Laisse-moi juste voir, Seigneur, ce qu’il y a autour de moi. Laisse-moi voir ce qui est sur le point d’arriver.»

36        Quand je pense aux êtres humains aveuglés sur cette terre, qui voient, mais cependant ne peuvent comprendre... Ils voient Dieu entrer dans la réunion et accomplir les choses même qu’Il avait accomplies quand Il était ici sur terre, ils voient Jésus-Christ, le Fils du Dieu vivant, accomplir et agir, et faire exactement comme Il avait fait quand Il était ici sur terre, et ils ne comprennent toujours pas. Comment est-ce possible? C’est parce que leurs yeux ne sont pas ouverts.

            Ils vont s’ouvrir l’un de ces jours, mon ami, mais ce sera alors trop tard. Le temps sera passé. Et vous vous demanderez: «Voulez-vous me dire que ceci, cette telle et telle chose était ceci, et je ne l’ai pas su?» Cela leur passe par-dessus la tête. Ils ne le saisissent pas. Saisissez-vous ce que je dis? Cela passe au-dessus d’eux. C’est juste... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

            Vous vous attendez à voir quelque chose de grand arriver dans le futur, alors que cela arrive maintenant même, et vous manquez de le voir. Ô Dieu, entre dans mon coeur et ouvre les portes de mes yeux afin que je puisse voir.

37        Comme Cléopas et son ami qui marchaient sur la route un jour, venant d’Emmaüs, ou allant à Emmaüs. Et sur la route, là, Il leur parla, Il marcha avec eux. Il soupa avec eux. Et les yeux de leur entendement étaient fermés.

            Quand Il entra, et qu’ils se calmèrent tout à fait, Il fit un petit quelque chose qu’ils reconnurent, que personne d’autre que Lui ne pouvait faire. C’était après Sa résurrection. Et rapidement, dit la Bible, leurs yeux s’ouvrirent. Il leur ouvrit les yeux et ils reprirent le chemin de retour en se réjouissant et dirent: «Vraiment, le Seigneur est ressuscité, car Il était avec nous pendant la journée.» Leurs yeux s’ouvrirent. Ils avaient de l’entendement.

38        Notre Jésus peut venir en plein milieu des gens et accomplir ces mêmes actes, et que se passe-t-il? Les gens s’en iront en disant que c’est de la télépathie mentale. «Oh! C’est peut-être un spirite ou un diseur de bonne aventure, quelque chose qui est arrivé de cette manière.» Oh! Si Dieu ouvrait nos yeux et nous permettait de voir ce que sont ces choses!

            Cette porte de l’oeil est dans le coeur. Ce n’est pas ce que vous voyez avec vos yeux. Ça, ce n’est pas voir; c’est regarder. Jésus a dit à Nicodème: «Si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le Royaume de Dieu.» Vous ne Le voyez pas avec vos yeux; vous Le voyez avec votre entendement. Vous regardez avec vos yeux, et vous comprenez avec votre coeur. Ainsi, la porte de vos yeux, c’est dans votre coeur, parce que c’est une porte d’entendement.

            «Oh! Je comprends que Jésus a dit qu’Il ferait cela dans les derniers jours. Je comprends que ces choses sont le signe de Dieu.» Alors, comme c’est différent! Comme cela devient une réalité pour vous! Comme les choses changent, si nos yeux s’ouvrent. Il est avec vous tout le temps. Il vous aide. Il se tient à votre porte, tous les jours, mais vous ne Le reconnaissez pas.

39        Il n’y a pas longtemps, j’ai entendu un prédicateur raconter quelque chose qui m’a frappé. C’était là dans le sud. Il y avait un vieil homme là, un homme de couleur, qui... C’était un bon vieux gars, mais on n’arrivait pas à obtenir qu’il s’aligne avec Dieu. Il ne voulait tout simplement pas aller à l’église. Et pourtant, c’était un bon vieux gars. Et on ne pouvait pas obtenir qu’il aille à l’église.

            Ainsi, un jour, lui et le prédicateur sont allés à la chasse. Et il n’était vraiment pas un bon tireur. Il ne pouvait rien atteindre. Alors, ce jour-là, sur le chemin du retour à la maison, ils avaient tué tant de gibier qu’ils en étaient surchargés. Et le nom de ce vieil homme de couleur était–était Gabriel. Et il l’appelait Gabe, un diminutif. Ainsi, il était surchargé du gibier, ça lui pendait tout autour. Il pouvait à peine se déplacer. Il marchait derrière le prédicateur.

40        Après un moment, il lui tapota sur l’épaule et dit: «Pasteur?»

            Il a dit: «Oui, Gabe; que veux-tu?»

            Il a dit: «Dimanche matin, je serai au banc des pénitents. Je prends ma position dans l’église, pour y vivre le reste de mes jours.»

            Le pasteur a dit: «Bien, Gabe. Mais qu’est-ce qui a provoqué ce soudain changement? Eh bien, alors que nous t’avons parlé, des gens saints et pieux ont prié avec toi et t’ont persuadé, et tu détournais ton coeur.»

            Il a dit: «Patron, vous savez, je sais que je ne suis pas un bon tireur. Je ne peux rien atteindre.» Et il a dit: «Regardez le gibier que j’ai. Il doit m’aimer, sinon Il ne me l’aurait pas donné.» Vous y voilà. Qu’était-ce? Ses yeux venaient de s’ouvrir. Il a réalisé Qui lui avait donné ce gibier, d’où cela était venu.

            «Le boeuf connaît son étable. La mule connaît la mangeoire du maître, mais Mon peuple ne sait pas», dit le Seigneur. Certainement, ils ne savent pas d’où viennent ces bonnes choses. Si seulement vos yeux étaient ouverts, vous verriez...

41        Il y a un certain temps, un homme était en route vers le rivage de la mer. Il y allait se reposer. Il voulait se rafraîchir, parce qu’il aimait... pensait qu’il aimerait entendre les mouettes survoler l’eau et sauter près de grandes vagues aux franges blanches, alors qu’elles rugissent et éclatent en l’air. Et il voulait flairer l’eau salée.

            Il disait: «Ce sera un tel repos de vivre près du bord de la mer, pour un moment. Je veux juste me reposer. Je veux vivre au bord de la mer pour voir tout ce que la mer a à offrir: le ciel bleu, alors qu’il se reflète du ciel sur l’eau; comme l’écume de l’eau salée bouillonne dans les grandes vagues, frappe et roule.» Et il disait: «Si je peux me tenir là, voir cela et entendre le cri des mouettes...»

            Et sur son chemin vers le rivage, il rencontra un homme. C’était un vieux loup de la mer, un vieux marin. Il lui a demandé: «Où allez-vous?»

            Il a dit: «Je vais au bord de la mer jouir de la bonté de la mer.»

            Et le vieux marin a dit: «Je ne vois rien de spécial là. Les eaux, ce sont juste des eaux. Le ciel, c’est juste le ciel. La mouette, c’est un oiseau juste comme tout autre.» Vous voyez, il en avait tant vu que c’était devenu quelque chose de–d’ordinaire pour lui. Ce n’était plus captivant pour lui.

42        Et c’est ça votre problème. Vous avez vu la bonté, et les miracles, et les choses divines de Dieu qui agit et qui est à l’oeuvre, au point où cela devient ordinaire pour vous. Vous ne le remarquez plus.

            Dans les réunions, j’ai remarqué des gens, là où le Seigneur, sous Son discernement, va parler directement dans l’assemblée, tout comme Il le fit quand Il a marché en Galilée, et accomplir la promesse qu’Il a faite, et les gens... La première fois, ils disent: «Oh! Si jamais... Oh! Cela doit être le Seigneur.» Et la fois suivante: «Eh bien, ça devient...» Et peu après: «Eh bien, c’est juste une autre chose.»

            C’est commun. C’est passé par-dessus. Vous ne le remarquez pas. Les yeux de votre entendement, votre coeur, se ferment. L’enthousiasme, la bénédiction de connaître le Seigneur Jésus ressuscité, qui se tient au milieu de nous devrait envoyer chaque âme dans des hauteurs au-dessus de tout, dans ce monde qui peut émouvoir. Cela devrait vous faire quelque chose.

            Cela devrait secouer votre foi au point d’ouvrir toutes les portes de la foi, et tout le reste, et vous amener à dire: «Seigneur Jésus, prends une pleine possession de moi maintenant. Prends soin de moi. Voici, entre dans mon coeur. Ôte mon égoïsme; enlève mon incompréhension. Ôte mes doutes. Ouvre mes yeux, Seigneur, et laisse-moi voir, débarrasse-moi de tout et sois mon Seigneur.» Avant que l’église fasse cela, nous marchons dans l’aveuglement. Jésus frappe à la porte [Frère Branham frappe sur la chaire.–N.D.E.] et nous Le laissons dehors.

43        Prions un moment, alors que nous inclinons la tête. Alors que nos têtes sont inclinées en silence, nos visages tournés vers la poussière de la terre d’où nous avons été tirés, et un jour, cette chair mortelle devra... La fin, ce sera de retourner à la poussière. Y aurait-il ici une telle personne qui n’a jamais ouvert son coeur, de cette manière, au Seigneur Jésus, et qui aimerait lever les mains vers Lui maintenant et dire: «Jésus, sois miséricordieux envers moi»?

            Que Dieu vous bénisse, monsieur. Que Dieu vous bénisse. Quelqu’un d’autre? Que Dieu vous bénisse, jeune homme. «Je vais ouvrir mon coeur en ce moment.» Dites: «Seigneur Jésus, prends-moi entièrement, une pleine possession. Sois mon Seigneur.» Que Dieu vous bénisse, monsieur. Dites: «Sois mon Seigneur.» Que Dieu vous bénisse, madame. «Sois mon Seigneur; le Seigneur sur mon orgueil, le Seigneur de ma foi, le Seigneur de mes yeux, le Seigneur de ma vue, le Seigneur de mon ouïe, le Seigneur de mon appétit.» J’aurais pu parler de beaucoup de ces choses, mais le temps ne le permet pas.

            «Sois Seigneur de tout.»

            Que Dieu vous bénisse, madame. Juste... Que Dieu vous bénisse, frère. «Prends-moi, Seigneur.» Que Dieu vous bénisse, frère. «Prends-moi tel que je suis, Seigneur.» Que Dieu vous bénisse, soeur. Que Dieu vous bénisse, frère. Que Dieu vous bénisse, là derrière. C’est bien. «Prends-moi juste tel que je suis, et prends pleinement le contrôle, Seigneur. Ne me laisse pas Te conduire. Toi, conduis-moi.»

44        Un gars disait... Que Dieu vous bénisse, mon frère. Un gars a dit qu’il était allé dans une prairie et a attrapé un poney, ici, l’autre jour. Il a mis la corde autour du cou du poney, puis il a fait un demi-noeud autour de son museau et il ramenait le poney à l’écurie. Avant d’arriver là, c’est le poney qui le conduisait!

            Et c’est ce qui se passe. Dieu nous attrape, et nous essayons de Le conduire. Laissez-Le conduire. Il connaît le chemin. Il a déjà parcouru la route. Il a fait la route. Nous ne connaissons pas la route; ainsi, pourquoi alors essayons-nous de raisonner sur ces choses? Soumettons-nous simplement à Lui; disons: «Seigneur, Toi, conduis-moi. Je suivrai.»

45        Peut-être que vous avez été un chrétien. Peut-être que Christ est entré dans votre coeur, mais vous n’avez jamais libéré votre foi envers Lui. Dites: «Seigneur, entre. Ôte de mon coeur tous les doutes. Si Ta Parole dit cela, je le crois. Ainsi, à partir de ce jour, je Te prends comme... Je–j’aimerais que Tu me donnes ce dont le frère vient juste de parler, comme une pièce de vingt-cinq cents pour un pain. Et ce matin, dans la prière pour les malades, je vais Te recevoir. Je crois que Tu vas le faire. Et je continue à marcher, en me réjouissant. Peu importe quand cela arrive, cela arrivera.»

            Voudriez-vous Lui ouvrir votre porte de la foi, dans votre coeur, aujourd’hui? [Espace vide sur la bande.–N.D.E.]... vous feriez, alors levez les mains et dites: «Seigneur, me voici.» Que Dieu vous bénisse. Beaucoup ont les mains levées.

...Toi, Agneau du Calvaire,
Sauveur divin,
Maintenant, écoute-moi quand je prie,
Ôte tous mes péchés (mon incrédulité),
Oh! Laisse-moi dès ce jour
Etre tout à Toi!

46        Seigneur Jésus, Tu vois les mains de ces gens. Tu connais leurs coeurs. Tu te tiens là. C’est Toi qui frappes. Puissent-ils ne pas s’attendre à quelque mysticisme mythique, mais qu’ils regardent directement le visage du Fils de Dieu crucifié. Qu’ils aient ce matin une compréhension comme jamais auparavant. Accorde-le, Seigneur.

            Nous avons connu des difficultés. Satan nous a combattus de toutes les manières. Même pour la réunion de ce matin, il n’y avait même personne ici pour distribuer les cartes de prière, afin que les gens puissent s’aligner, pour ceux qui viennent de l’extérieur de la ville, afin que Tu puisses montrer infiniment l’abondance de Ta Présence, selon un don divin et la volonté de Ta propre grande puissance. Mais Tu es le Dieu qui règne sur toutes choses. Tu surmontes les difficultés et les circonstances.

            Et je Te prie, ô Dieu, de saisir le coeur de chaque personne aujourd’hui. Accède à chaque pièce et compartiment. Qu’ils ouvrent grand leur coeur maintenant même. Et tous ceux qui ont levé les mains, pour avoir été égoïstes, ou pour avoir été négligents, ou pour avoir fait des choses qui ne sont pas comme Tu voudrais que ce soit, cela montre que, dans leur vie, Tu ne vis pas dans ce compartiment. Puisse-ceci être ouvert maintenant même. Et, Seigneur Jésus, entre et établis Ta demeure chez eux.

            Et ensuite, Seigneur, nous prions aussi pour ceux qui sont malades et affligés, afin qu’en cette heure quelque chose se fasse qui soit comme un grand choc pour ces gens, qu’ils réalisent la Présence de Jésus-Christ et que leurs coeurs soient ouverts. Je prie au Nom de Jésus. Amen.

47        Il a été annoncé à la radio et de bouche à oreille au tabernacle qu’on distribuerait des cartes de prière aujourd’hui. La raison pour laquelle nous distribuons des cartes de prière au tabernacle, c’est pour avoir les gens qui viennent de l’extérieur de la ville. Voyez-vous? Les gens qui sont d’ici, de la ville, nous prions pour eux au jour le jour, ou à certains moments ici au tabernacle. Mais pour avoir les gens...

            La puissance de discernement est en Christ seul. Et tout le monde le sait. Cela est en Dieu seul. Et dans... Quand Christ était sur terre dans un corps physique, corporel, comme nous aujourd’hui, Il a marché en Galilée et en différents endroits. Là, Il ne prétendait pas avoir la puissance de guérir les malades ou d’accomplir des miracles. Il disait: «Je ne peux rien faire de Moi-même. Je ne fais rien avant que le Père Me montre ce que Je dois faire.» Tous ceux qui connaissent les Ecritures (Saint Jean 5) savent que c’est vrai. Il n’accomplissait pas de miracles avant que le Père le Lui ait montré.

            Il a dit: «En vérité, en vérité, Je vous le dis, le Fils (Lui-même, le Tabernacle dans Lequel Dieu habitait, Son corps), le Fils ne peut rien faire de Lui-même; Il ne fait que ce qu’Il voit faire au Père, le Fils aussi le fait pareillement.»

48        Et remarquez, quand Il est venu dans Sa propre patrie, dans Sa propre ville, que s’est-il passé? Il n’a pas pu le faire. Il a imposé les mains à quelques personnes malades; Il s’est retourné et a dit: «En vérité, Je vous le dis, un prophète, dans sa propre patrie, parmi les siens...» Vous savez comment cela a été dit. Cela... Mais Il a été si bienveillant envers nous, en nous permettant d’avoir quelques réunions de ce type. C’est exact.

            Qu’est-ce à faire? C’est pour faire savoir à cette ville, à ces gens, à ceux qui sont aux alentours, qui n’ont jamais été dans d’autres réunions, qu’Il est le Dieu vivant. Il a dit: «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais. Vous ferez ces mêmes oeuvres.»

            Il a dit: «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus. Mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, même en vous, jusqu’à la fin des temps.» C’est exact. «Et vous ferez aussi les oeuvres que Je fais, jusqu’à la fin des temps.»

49        Je crois que nous vivons dans les derniers jours de la dispensation des Gentils. Tout est parfaitement en ordre, maintenant même, pour le temps de la fin, il ne reste que le retour à la Maison de l’Eglise. C’est ce que Christ attend. Ce qui arriva du temps de Noé, la longanimité, ne voulant pas qu’aucun périsse. Il est ainsi aujourd’hui, pas... Maintenant, Il montre de la longanimité, ne voulant pas qu’aucun périsse. Il y a eu de grands signes et des prodiges.

            Les gens disent: «Eh bien, nous attendons qu’un grand âge arrive.» Mon ami, l’âge est pratiquement terminé. Ça en est fini des Gentils. C’est le temps de la fin. Ainsi, maintenant, c’est le temps d’être... de recevoir Christ et d’être prêt.

50        Maintenant, écoutez, mes amis, je ne sais pas. Maintenant, il n’y a pas de carte de prière dans le bâtiment. Il n’y en a pas une. Billy était ici il y a quelque temps, quelque part. Il avait une centaine de cartes à distribuer, mais les gens ne sont pas venus ici pour qu’il les leur donne. Ils ont dû commencer la réunion, ainsi, nous n’interrompons pas cela. J’ai donc dit: «Je vais seulement faire venir les gens et prier pour eux.»

            Mais je sens que la Présence de Christ est ici. Je sens que j’ai préparé ce Message même pour l’église ce matin, dans ce but. Et d’une façon ou d’une autre, l’ennemi nous a environnés d’une certaine manière, mais je crois que Christ est capable de vaincre l’ennemi si nos coeurs sont en ordre avec Lui. Et beaucoup parmi vous qui avez levé la main, bien sûr, dès que la réunion sera terminée, quand l’appel à l’autel sera fait, je désire que vous veniez ici et que vous remerciiez Dieu pour ce qu’Il a fait pour vous.

51        Quand vous recevez la foi... Qu’est-ce que la foi?

            Nous pourrions former une ligne de prière ici et faire passer les gens, une demi-douzaine ou davantage. Ce discernement est très puissant. Et si cela venait ici à l’estrade, et vous remarqueriez... J’ai quarante-huit ans; j’ai des visions depuis l’âge de deux ans, et jamais une seule n’a failli. Même les choses, quand je les disais, je ne savais pas comment cela–comment cela pouvait jamais arriver; mais cela s’accomplit exactement comme cela. Alors, c’est Dieu. Voyez? Cela doit être Dieu.

            Alors, si Dieu est présent pour accomplir Sa Parole, pour prouver qu’Il... «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.» Donc, Il prouve que c’est ainsi. Alors, Dieu, ouvre nos yeux. Si nous pouvons voir cela se produire, alors chaque promesse est vraie.

52        Quand Il était sur terre... Juste un instant. Quand Il était sur terre, qu’a-t-Il dit? Voici ce qu’Il a dit. Il a dit: «Détruisez ce corps, Je Le relèverai en trois jours.» Comment savait-Il qu’Il le ferait? En effet, David le prophète avait dit: «Je ne permettrai pas que Mon Saint voie la corruption, et Je ne permettrai pas... laisserai pas Son âme dans le séjour des morts.» Il savait qu’Il était le Messie oint. Il savait que c’était Sa position. Et comme Il savait que c’était Sa position (Maintenant, remarquez.), sachant que c’était Sa position, alors Il fut capable d’exprimer cela, parce que c’est à Lui que s’appliquait cette promesse.

            Il–Il a dit: «Et les Ecritures ne peuvent être brisées.» Si votre entendement s’ouvre... les Ecritures ne peuvent être brisées. Cette promesse se rapportait à Lui, et Il savait que cela devait s’accomplir. (Alors, écoutez, les amis.) Chaque Ecriture qui se rapporte à vous, chaque promesse qui se rapporte à vous, vous appartient tout autant que cela Lui appartenait. Certainement.

53        C’est pourquoi je prends position ce matin. Je suis... Si le Seigneur le permet, je vais Lui demander de faire quelque chose. Et ici où c’est si difficile, et ainsi de suite, dans mon propre... Non pas parce que vous ne me croyez pas, mais c’est parce que Sa Parole a dit que cela arriverait. Voyez-vous? Sa Parole a dit que cela arriverait. Je vais Lui demander de prendre sous contrôle ce problème de cartes de prière. Voyez? Je vais Lui demander s’Il veut bien le faire. Voyez? Je ne...

            Maintenant, n’oubliez pas. Que je sois enregistré, et cet enregistreur qui va... plusieurs d’entre eux dans la pièce là, je ne dis pas qu’Il le fera. Voyez? Je ne le dis pas. Je vais Lui demander de le faire. Et s’Il le veut, nous serons reconnaissants. Et si le Seigneur...?

54        Combien? Personne, là, n’a de carte de prière. Combien y a-t-il de malades là, dans l’assistance, des malades? Levez la main. Qui veulent–veulent... ont... désirent quelque chose du Seigneur? Levez la main, où que vous soyez.

            Maintenant, je peux voir vos visages; ainsi, je peux pratiquement dire qui vous êtes. Ainsi, je–je ne... je peux dire... Et si c’est quelqu’un du tabernacle, je ne veux pas avoir ceux-là. J’aimerais que le Seigneur me montre quelqu’un qui n’est pas du tabernacle, quelqu’un qui vient de l’extérieur de la ville. Car, si c’est quelqu’un du tabernacle...

            C’est pourquoi nous distribuons des cartes, pour avoir les gens qui ne sont pas du tabernacle, de telle sorte que... Les gens diraient: «Eh bien, il connaît cette personne. C’est ainsi que vient ce discernement.»

            Comment vient-Il en Italie, en Allemagne, en Suisse, en Afrique, et partout dans le monde? Comment peut-Il se tenir ici et annoncer des choses qui vont arriver d’ici trois ou quatre–quatre ou cinq ans, et atteindre la chose si parfaitement? C’est Christ.

           

55        Qui conduisait les enfants d’Israël dans le désert? Christ. Qu’était-Il alors? Je veux vous poser une question. Pensez-y une minute. Qu’était-Il? Une Colonne de Feu, une Colonne de Feu. Et quand Il est venu sur terre, Il a dit qu’Il était cette Colonne de Feu. Il...

            Ils ont dit: «Nos pères ont mangé la manne dans le désert.»

            Il a dit: «Je suis le Pain de Vie.»

            Ils ont dit: «Nos pères ont bu à un Rocher spirituel.»

            Il a dit: «Je suis le Rocher.»

            Eh bien, il est dit que Moïse L’a vu dans un buisson ardent.

            Il a dit: «Avant qu’Abraham fût, JE SUIS.» Le JE SUIS était dans le buisson. Il a dit: «Maintenant, Je suis venu de Dieu», une Colonne de Feu. Dieu est Lumière, nous le savons. Il... Dieu demeure dans l’Esprit, pas dans la chair.

56        Et dans cette Colonne de Lumière, Jésus a dit: «Je suis venu de Cela, et Je retourne à Cela.» Maintenant, cela pourrait être hors de votre théologie, mais c’est dans la Bible. Jésus l’a dit.

            Et quand Il mourut, fut enseveli et ressuscita... Et quand saint Paul était sur le chemin de Damas pour arrêter les gens, Jésus lui apparut de nouveau dans cette Colonne de Feu et le terrassa. Maintenant, il est possible que quelqu’un voie Cela et que les autres ne voient pas Cela. Ces hommes qui étaient avec Paul n’ont pas vu Cela. Ils ont dit: «Nous avons entendu un bruit, mais nous n’avons pas vu de Lumière.» Mais la Lumière était tellement brillante pour Paul qu’Elle lui creva les yeux, et il fut aveugle pendant plusieurs jours. La Colonne de Feu!

            Il est allé à–Il est allé à Pierre, en prison, sous la forme d’une Colonne de Feu. Et Il est ici aujourd’hui. Et si un esprit d’un... du diable est en vous, vous ferez les oeuvres du diable. Si vous êtes un hors-la-loi, un espr-... Si l’esprit de John Dillinger était en vous, vous porteriez des fusils et vous tueriez des gens. Si l’esprit de je ne sais qui était en vous, vous agiriez comme cette personne. Si l’Esprit de Christ est en vous, Il agira comme Christ. Il fera les oeuvres de Christ. «Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais.» Vous y êtes!

57        Et maintenant, je dis ces choses juste pour la gloire de Dieu. Et je deviens un vieil homme, et je sais que mes jours ne seront peut-être plus si longs sur terre. Je ne sais pas. Ça, je ne peux le dire. J’espère vivre jusqu’à voir la Venue du Seigneur. Je ne sais pas si ce sera ainsi. Mais je ne sais pas si je prêcherai un autre sermon. Mais je–je... Nous ne pouvons dire cela. C’est entre les mains de Dieu. Je ne sais pas.

            Mais voici une chose. Je suis... Si nous voulons Lui demander de venir parmi nous ce matin et de faire quelque chose, la preuve infaillible de cela, qu’Il est le même Christ ressuscité, et faire la même chose qu’Il a faite quand Il marchait sur les rivages de Galilée, je me demande combien diraient: «Je laisserais ma place dans la ligne de prière même s’Il ne m’appelait pas. Je laisserais ma place. Et je crois que dans mon coeur s’ancrerait une foi qui tiendrait fermement à Christ. Et je quitterais ce bâtiment ce matin...»

58        S’Il veut entrer dans ces corps humains ici ce matin et donner assez de foi à quelqu’un, là dans l’assistance, comme la femme qui avait touché Son vêtement...

            Et Il promena Son regard et dit: «Quelqu’un M’a touché.»

            Et ils dirent: «Eh bien, tout le monde Te touche.»

            Il dit: «Mais Je me suis senti faible.» Et Il promena le regard tout autour jusqu’à repérer la femme, et Il dit... lui dit ce qu’elle avait, et quel était son problème, et Il lui dit que sa foi l’avait sauvée.

            C’était Jésus. Montrez-moi quelqu’un qui ait vécu sur terre et qui ait fait cela, en dehors de Lui. Montrez-moi où cela ait jamais été accompli dans l’histoire. J’ai le livre Les Martyrs de Foxe. J’ai Les Premiers Ecrits de Josèphe. J’ai Les Âges Primitifs de Pember. J’ai Les Deux Babylones d’Hislop. Il n’y est jamais parlé de quelque chose comme cela qui soit arrivé jusqu’à ce jour (C’est vrai), parce que nous sommes au temps de la fin. Nous sommes à la jonction du temps. Et c’en est fini des Gentils, c’est terminé, d’ici peu nous serons réduits en braises et cendres.

59        Recevez-Le. S’Il veut le faire, je ne dis pas qu’Il le fera. S’Il ne le fait pas, nous formerons une ligne de prière. S’Il le fait, voudriez-vous dire... «Et je sais que cette personne m’est absolument inconnue, et c’est Dieu qui fait cela. «Je croirai que le Seigneur Jésus est présent, et Il prendra mon cas dans Ses mains. Je vais le Lui confier et je recevrai, comme les vingt-cinq cents; je sortirai d’ici en remerciant Dieu pour ma guérison.» Le ferez-vous? Levez les mains et voyons... Combien ici disent qu’ils le feront? Levez simplement la main, partout. C’est merveilleux. Oh! la la!

            Maintenant, soyez en forme. Ouvrez ce coeur. Dites: «Jésus, si jamais Tu as agi sur mon coeur, fais-le maintenant. Fais sortir toute l’incrédulité. Laisse-moi me réveiller ici, me secouer. Est-ce vrai que j’ai négligé quelque chose toutes ces années, et que je L’ai manqué? Ai-je été enfermé? Oh! Oui, je sais que Tu es avec moi. Mais T’ai-je laissé entrer partout pour Te voir?»

            Si vous pouvez Le voir ce matin, la foi va s’ancrer, et les maladies s’en iront. Vous serez bien portant. Croyez-le maintenant. Oh! la la! J’espère que vous le croirez. Ô Dieu, accorde-le, c’est ma prière. Maintenant, avant cela, prions.

60        Ô Seigneur, c’est un jour terrible dans lequel nous vivons. Je me rends compte que tout ce qui pouvait arriver, ce le sera, car Tu le permettrais, Seigneur. Il y en a beaucoup ici, une douzaine ou deux, qui ont peut-être un problème grave, quelqu’un qui ne se rétablira pas à moins que Tu n’interviennes. Et je Te prie de nous accorder cette bénédiction.

            Et Père, nous savons qu’il n’y a qu’une seule façon de recevoir la foi. La Bible déclare que la foi vient de ce qu’on entend, ce qu’on entend vient de la Parole de Dieu. La Parole de Dieu déclare que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement. La Parole de Dieu déclare que vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.» La Parole de Dieu dit: «Toutes choses sont possibles à ceux qui croient.»

            Seigneur Dieu, nous essayons de faire entrer la foi dans le coeur des gens, pour qu’ils ouvrent leur porte, afin qu’ils voient et connaissent la bonté de Dieu, pour permettre que ces choses arrivent.

61        Maintenant, aie pitié de nous, Seigneur. Alors que je m’agenouille ici, à côté de cet autel, ô Dieu miséricordieux, aie pitié de nous. Je prie pour chaque personne ici, Seigneur, pour les gens du tabernacle, pour les gens du dehors, de la ville, pour tous. Tu as dit: «La prière de la foi sauvera les malades, et Dieu les relèvera. Et s’ils ont commis un péché, cela leur sera pardonné.»

            Et nous savons que si les gens reçoivent quelque chose autrement que par la Parole, cela ne dure pas très longtemps. Nous pensons aux enfants d’Israël, comment ils se sont achoppés face au Surnaturel et sont ensuite tombés dans le désert. Vraiment, c’est ça, Seigneur, à moins que les gens aient une solide foi dans Ta Parole...

62        Maintenant, accorde ce matin que Ta grande Présence ouvre la voie à ce que nous demandons, Seigneur, afin que les gens sachent et voient la gloire de Dieu. Et que chaque personne qui est ici maintenant, que l’une ou l’autre chose, la foi descende par les canaux de l’Esprit de Dieu et oigne leurs coeurs maintenant même et que leurs yeux s’ouvrent afin que, quand ils quitteront ce bâtiment aujourd’hui, ils disent: «Notre coeur ne brûlait-il pas au-dedans de nous? Car nous avons vu Son Etre ressuscité, nous nous posions des questions, mais maintenant, nous comprenons.» Dieu, ouvre large maintenant la porte de leur foi et entre, révèle-Toi à eux et fais-leur connaître Tes Voies et Ta volonté.

            Viens-moi en aide, Seigneur. Je suis un pauvre sujet de Ton Royaume. Je suis indigne. Et je demande pardon pour mes propres péchés, mes propres doutes, mes craintes, mes transgressions, mon indifférence et pour tout ce que j’ai fait. Seigneur, pardonne-moi; et aide-moi à être l’un de Tes serviteurs brillants, resplendissants, afin que je puisse magnifier Ton Nom devant mes frères. Dans les choses que je n’ai pas la force de faire, donne-moi la force, Seigneur, non pas pour ma gloire. Certainement, Seigneur, pendant toutes ces années, Tu m’as éprouvé. Je prie que je trouve grâce dans Ton coeur ce matin, que je puisse obtenir un petit temps de communion pour souper avec Toi. Accorde-le, Seigneur.

            Je Te prie de m’aider maintenant. Donne la foi aux gens, car je me lève pour regarder afin de voir ce que Tu vas faire, au Nom de Jésus. Amen.

63        Maintenant, ne doutez pas. Croyez seulement, car tout est possible à ceux qui croient. Eh bien, le Seigneur Jésus n’est pas obligé de faire ceci pour nous. Je vais Lui demander pour au moins trois personnes que je ne connais pas, trois personnes que je ne connais pas, de me révéler ce que... J’aimerais que chacun de vous qui a un besoin de quoi que ce soit prie. Et ce qu’Il révélera, si c’est la vérité, vous saurez, si c’est la vérité ou pas. Si ce n’est pas la vérité, alors ce n’est simplement pas la vérité. Vous saurez où... vous-mêmes. Mais si c’est la Vérité, alors embrassez-La et recevez-La.

            Que ferait-Il s’Il se tenait ici ce matin? Et s’Il se tenait ici où je me tiens, dans un corps physique, comme celui dans lequel je me tiens? Si vous disiez: «Seigneur Jésus, j’ai besoin de guérison», que pensez-vous qu’Il dirait? Il dirait: «Eh bien, Je–J’ai fait cela pour toi quand Je suis mort pour toi.» Combien savent que c’est la vérité? Certainement. C’est déjà terminé.

64        Alors, qu’est-ce qui vous donnerait plus de foi? Que frère Neville et moi venions prier et vous imposer les mains, et vous oindre d’huile? La Bible dit cela, de faire cela. C’est bon. Nous croyons cela. Parfois, ils n’oignent même pas d’huile. Parfois, juste... Ils ont le discernement et trouvent de mauvais esprits et les chassent. Parfois, ça se fait comme ça. Et parfois, c’est fait simplement en...

            Quand Jésus marchait... Maintenant, ce que nous sommes... C’est ce qu’Il a donné aux Apôtres. C’est ce que les apôtres ont fait. Et souvent, ils l’ont fait tous de diverses manières.

            Maintenant, qu’est-ce qui serait plus efficace, comme nous avons eu tant de réunions ici, qu’est-ce qui serait plus efficace maintenant, juste laisser le Seigneur Jésus descendre, se manifester qu’Il est ici, dans cette sphère surnaturelle? Y a-t-il des gens, ici dans le bâtiment, dont–dont vous savez que je ne sais pas ce qui cloche chez eux ou qui ils sont? Levez la main s’il y en a, les personnes dans le bâtiment qui savent que je ne vous connais pas, levez juste la main. Oui, oui. Je pense que c’est–c’est partout. Très bien.

65        Maintenant, le Seigneur... Cela dépend de Toi, Seigneur, maintenant. C’est tout ce que je peux faire. Et, Père Divin, je Te prie d’accorder cela, que ces gens puissent, dans les dix prochaines minutes, affluer vers l’autel, les coeurs débordants, parce qu’ils voient. Ouvre leurs yeux, Seigneur. Que... Ouvre leurs yeux comme ceux qui étaient allés à Emmaüs. Ils avaient marché toute la journée avec Toi sans Te reconnaître. Mais quand Tu as fait quelque chose qu’ils savaient que personne d’autre ne pouvait faire si ce n’était Toi, ils ont reconnu que c’était Toi. C’était après que Tu étais mort, enseveli et ressuscité.

            Maintenant, Père, accorde la même chose aujourd’hui parmi ces gens. Et la Bible déclare que trois, ce serait un témoin. Ainsi, je prie, ô Dieu, qu’une confirmation soit faite ce matin, en présence des gens, sans qu’ils soient amenés jusqu’à l’estrade. Maintenant, tout est par Ta grâce. Que cela se fasse, Seigneur. Je prie pour la gloire de Jésus et au Nom de Jésus. Amen.

66        Je sais que c’est un moment éprouvant pour vous. Qu’en est-il de moi? Mais ce que je prêche, je le crois. Ce que je prêche, je le pratique; par la grâce de Dieu, je le pratique. Que Dieu soit avec moi pour m’aider, afin que vous sachiez que je ne dis pas ces choses de moi-même. Que vos yeux s’ouvrent et dites: «Eh bien, je connais frère Branham depuis longtemps. J’ai vu cela. Mais je vous assure, peu importe qui il est, il est peut-être le fils de Charles Branham, ou ainsi de suite comme cela, mais je sais une chose: «Dieu a fait quelque chose au travers de lui.» Alors, regardez à Dieu; ne regardez pas à l’homme. Dieu ne veut pas me manifester, Il veut se manifester. C’est Lui.

            Maintenant, si une vision va bien avoir lieu, ça y est, Soeur Snider. J’essaie de m’en détourner, voyez. Ô Dieu, sois miséricordieux.

67        Voici un homme, assis ici même. La vision est sur lui, il regarde droit vers moi. Je pense que je vous suis inconnu. Vous cherchez à vous débarrasser d’une habitude, n’est-ce pas? Vous débarrasser de fumer la cigarette, c’est ce que vous essayez de faire. Est-ce exact? Levez la main si c’est vrai. Non, je veux dire le jeune homme assis ici derrière. Je ne vous connais pas. Nous sommes inconnus l’un à l’autre, est-ce exact? Si c’est vrai, faites signe de la main comme ceci. Est-ce exactement ce pour quoi vous priez tout à l’heure? Très bien. Croyez-vous?

            Qu’est-ce qui fait cela? Qu’a-t-il touché? La Bible déclare qu’Il est le Souverain Sacrificateur qui peut être touché par le sentiment de nos infirmités. Il ne m’a jamais touché. Je n’ai jamais vu cet homme. Mais il a touché Christ qui est ici. Et Christ a utilisé mes lèvres et mes yeux, pour parler.

68        Vous avez les mains levées, jeune homme. Je vous vois garder les mains levées. Croyez-vous que je suis le prophète de Dieu? Acceptiez-vous ce que je vous ai dit? Si vous aviez la foi et que vous croyiez... Pensez-vous qu’elle serait vraiment sauvée? C’est pour votre petite amie que vous priez, n’est-ce pas? Oui, oui! Vous voulez qu’elle soit guérie aussi, n’est-ce pas? Si c’est exact, levez-vous. Vous, c’est exact, n’est-ce pas? Maintenant, ayez foi en Dieu et vous le recevrez.

            Je vous suis inconnu, jeune homme, je ne vous ai jamais vu. Sommes-nous inconnus? Levez les deux mains, haut, si nous sommes inconnus. Je ne vous ai jamais vu de la vie; vous ne m’avez jamais vu. Maintenant, qui... Vous pouvez vous asseoir maintenant et recevoir ce que vous avez demandé. Votre foi vous l’a accordé.

69        Croyez-vous? C’était une plaisanterie, il y a un instant, n’est-ce pas, soeur? Mais ce n’est pas une plaisanterie maintenant. Je savais que le Seigneur ferait cela, ou je pensais qu’Il le ferait. On ne joue pas avec Dieu. Il est réel. «Si tu peux croire...»

            Voici une femme assise ici derrière, de ce côté-ci. Elle prie pour quelqu’un d’autre. Cette femme souffre de nervosité. Elle est de confession catholique. C’est exact. Elle habite sur l’avenue Meigs, n’est-ce pas? Si c’est vrai, levez la main, madame. Très bien. Croyez-vous? Alors, recevez ce que vous avez demandé. «Si tu peux croire...»

70        Et vous, là tout au fond? Quelqu’un a le... Vous savez, vous n’êtes pas trop loin derrière. Christ sait exactement où vous êtes assis. Je vous défie, au Nom de Jésus, de croire maintenant. Il est ici. Son Esprit est ici. Sa puissance est ici.

            Voici un homme, assis là tout au fond, en train de me regarder maintenant. Il porte une cravate verte, un costume gris, comme cela, il est en train de prier également. Il aimerait être guéri d’un genre de trouble d’estomac, un problème gastrique dans son estomac et ses intestins. C’est exact. Vous, assis là. Permettez-moi de vous dire qui vous êtes. Vous étiez chez un médecin hier; il vous a examiné. C’est exact. Je ne vous connais pas, vous le savez. Mais Dieu vous connaît certes. Votre foi vous a sauvé, monsieur. Gloire au Dieu vivant!

71        La dame assise juste derrière lui, dans la rangée suivante, environ trois, là derrière, là, en train de prier pour votre belle-mère, qui est estropiée. Si vous croyez, c’est en ordre.

            Il y a un petit homme assis là, la main à la bouche, en train de me regarder, là tout au fond. Il a la main à la bouche. Il prie. Il y a comme un esprit triste autour de lui. Il s’essuie les yeux. Je n’arrive pas à distinguer, un homme jeune. Il prie pour quelqu’un, de sa parenté. Cet homme a été dans une institution psychiatrique. C’est un jeune homme. C’est un beau-frère, un problème nerveux, un problème mental. C’est exact, monsieur. Vous avez la foi, et Dieu le fera pour vous.

            Je défie votre foi en Christ. Le croyez-vous? Totalise-t-on trois? Oh! C’est–c’est plus que ça, n’est-ce pas? Maintenant, croyez-vous? Votre foi est-elle ancrée? Votre coeur est-il ouvert? Levez les mains, si votre coeur est ouvert. La porte est-elle ouverte? Alors, inclinons la tête.

72        Seigneur, approche-Toi maintenant, Adorable Jésus. Ô Dieu, je Te suis reconnaissant, Père, de ce que Tu as accordé ces bénédictions afin qu’ils... les gens qui sont ici présents maintenant sachent que ce n’était pas Ton serviteur. C’était le Dieu du Ciel, Qui nous a honorés ce matin en venant au milieu de nous et en permettant que de telles choses se soient produites, pour prouver à cette génération des Gentils, avant qu’elle soit effacée de la terre, que Tu es le Messie. Tu es le Seigneur Dieu du Ciel. Tu es ici.

            Ô Seigneur, s’il Te plaît, je Te demande de donner encore un grand choc à ce peuple, pour ainsi dire, ou d’ouvrir leur entendement, sinon ils retomberont dans leurs péchés s’ils manquent de Te croire et de confesser leurs doutes et leur incrédulité. Qu’une grande bénédiction descende sur les gens, maintenant même, afin qu’ils sachent que le Saint-Esprit est présent et qu’Il veut tout autant les guérir qu’Il désire guérir quiconque. C’est basé sur: «Si tu peux croire, tout est possible.» Seigneur, accorde-le. Et que Ta puissance de guérison envahisse les coeurs des gens, maintenant même, et guérisse chacun d’eux. Je Te remercie, Seigneur.

            Quand Satan viendra comme un lion rugissant, l’Esprit du Seigneur élèvera un étendard contre lui et le renversera; le grand Satan qui prétend être le grand, mais notre Seigneur Jésus est le Grand, Lui et Père Divin. Et je Te prie, Seigneur, maintenant même, par Ton Esprit, de Te mouvoir dans l’assemblée et de guérir chaque personne. Par le Nom du Seigneur Jésus, nous le demandons. Amen.

73        Croyez-vous que vous êtes guéris? Croyez-vous que par Ses meurtrissures, quelque chose s’est ancré dans votre coeur, que vous avez les vingt-cinq cents qui vous feront quitter le bâtiment? Les avez-vous? Levez la main: «Je les ai. C’est une foi ancrée. Peu importe le temps que cela prendra, combien de jours, combien d’heures, j’ai le pouvoir d’achat de ma guérison maintenant même, et je vais quitter ce bâtiment maintenant même tout comme si j’étais parfaitement bien.» Vous pouvez l’être en vous levant. Vous pouvez ne pas l’être, vous pouvez ne pas l’être pendant une semaine. Je ne sais pas. Mais vous le serez, si vous avez la foi pour le croire. Dieu, c’est la foi. Croyez-Le de tout votre coeur.

            Eh bien, enfermez-vous vous-même avec Dieu maintenant. Maintenant, commencez comme ceci: «Seigneur, je crois. Seigneur, je crois. Tous mes doutes sont ensevelis dans la Fontaine. Seigneur, je crois. Sauveur, élève ma foi en Toi jusqu’à ce que cela puisse déplacer la montagne. Ô Seigneur, pourrais-Tu Te tromper? Tu ne peux Te tromper. Tout d’abord, si frère Branham n’avait pas une seule chose à dire, Ta Parole le dit. Alors, par grâce, Tu as permis à frère Branham de regarder à tant de personnes dans ce bâtiment, pour faire la même chose que Tu as faite quand Tu marchais en Galilée. Si j’avais eu un doute dans mon coeur, Seigneur, ôte-le donc. Avant que ma journée soit terminée, avant que je sois appelé pour répondre au Jugement, ôte mon péché d’incrédulité et rends-moi tout à Toi maintenant même. Laisse-moi être à Toi.» Que Dieu vous bénisse, c’est ma prière. Ceux...

74        Maintenant, alors que vous priez, enfermez-vous avec Dieu, il y en avait qui ont levé la main, qui voulaient marcher avec Dieu, qui voulaient Lui ouvrir leurs coeurs. L’autel est ouvert maintenant, mon ami. J’inviterais chacun de vous à venir ici à l’autel, à s’agenouiller et à dire: «Seigneur Jésus, sois miséricordieux. Je veux que Tu entres dans mon coeur. Ôte tous mes doutes. Ôte toutes mes craintes. Ôte mon égoïsme. Enlève tout, et Toi, entre. Entre dans mon coeur et sois le Seigneur. Oh! Je crois que Tu es mon Sauveur, mais Tu n’as pas été mon Seigneur.»

            Que Dieu vous bénisse, frère. Le nom de cet homme est Davis. Il vient de Virginie. Il est ici pour abandonner l’habitude de fumer et une petite rancoeur qu’il gardait dans son coeur contre un bien-aimé depuis son enfance. C’est pourquoi il est à l’autel, ce matin.

            Venez, maintenant. Vous êtes invités à venir à l’autel maintenant, à vous agenouiller ici devant le Christ de Dieu. Ne prenez pas garde à l’humble petit tabernacle. Prenez garde à Celui qui est ici ce matin, notre Adorable Sauveur. Est-ce que vous venez? Vous êtes invités. Le Seigneur Jésus attend que vous veniez, pour que tout esprit, par la purification, s’en aille de votre coeur.

... Ses chers enfants;

Certains par les eaux, d’autres par les flots,
Certains par le feu, mais tous par le Sang;
Certains par un grand chagrin, mais Dieu donne un chant;
Pendant...

            Venez ce matin, agenouillez-vous dans Sa Présence.

Parfois sur la montagne où le soleil brille fort,
Dieu conduit Ses chers enfants;
Parfois dans la vallée, au coeur de la nuit,
Dieu conduit Ses chers enfants.

Certains par les eaux, d’autres par les flots,
Certains par le feu, mais tous par le Sang;
Certains par un grand chagrin, mais Dieu donne un chant,
Pendant la nuit et tout au long du jour.

Certains par les eaux, d’autres par les flots,
Certains par de dures épreuves, mais tous par le Sang;
Certains par un grand chagrin, mais Dieu donne un chant.
Pendant la nuit et tout au long du jour.

Bien que la tristesse nous touche et que Satan s’oppose,
Dieu conduit Ses chers enfants;
Par grâce nous pouvons conquérir, vaincre tous nos ennemis,
Dieu conduit Ses chers enfants.

            (Ne voulez-vous pas Le laisser vous conduire?)

Certains par les eaux, d’autres par les flots,
Certains par le feu, mais tous par le Sang;
Certains par un grand chagrin, mais Dieu donne un chant,
Pendant la nuit et tout au long du jour.

75        Maintenant, vous êtes invités, alors que nous chantons; si Dieu est en train de frapper à votre coeur, pour que vous ouvriez votre coeur, pour voir Sa Présence, savourer Ses bénédictions de ce qu’Il est votre Seigneur, votre chef. Ne voulez-vous pas juste oublier que vous êtes dans ce petit tabernacle, venir ici au Trône de Sa grâce et vous agenouiller avec ces autres personnes qui pleurent, et ouvrir votre coeur, afin qu’Il puisse ouvrir votre entendement, afin que vous soyez Son enfant et que vous Le serviez? Encore une fois, chantons le dernier couplet de ce cantique. Vous êtes invités. Venez maintenant.

Loin du bourbier, et loin de la boue,
Dieu conduit Ses chers enfants;
Là-haut dans la Gloire, ô jour de l’Eternité,
Dieu conduit Ses chers enfants.

Certains par les eaux, d’autres par les flots,
Certains par de dures épreuves, mais tous par le Sang;
Certains par un grand chagrin, mais Dieu donne un chant,
Pendant la nuit et tout au long du jour. (Doucement.)

Certains par les eaux, d’autres par les flots,
Certains par le feu, mais tous par le Sang;
Certains par un grand chagrin (Comprenez-vous?),
Pendant la nuit et tout au long du jour.

76        Inclinons la tête avec respect maintenant dans la Présence du Grand Roi de Gloire, le Grand Prince de la Paix. Combien nous sommes reconnaissants de ce que vous avez ouvert vos coeurs en les élevant vers ce grand Esprit qui est présent maintenant. «Je ne chasserai pas celui qui vient à Moi.» Quel que soit votre besoin. «Tout ce que vous demandez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous l’aurez.» C’est ce que Dieu fait pour nous.

            Maintenant, enfants, pendant que vous êtes dans le bâtiment, partout, inclinez juste la tête. Soyez vraiment respectueux, pendant que notre frère prie, et vous allez recevoir ce que vous avez demandé. Que le Seigneur vous bénisse richement maintenant, alors que la soeur continue à chanter doucement maintenant...

Up

S'abonner aux nouvelles