C’est Par La Foi Que Moïse

Date: 58-0720M | La durée est de: 1 heure et 12 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1          Merci, Frère Neville. Bonjour, mes amis. Je suis content d’être ici aujourd’hui au tabernacle. Et je pensais, peut-être, que si j’obtenais que frère Neville prêche ce matin, j’essayerais ce soir. Et puis, je m’attendais alors à une leçon d’école du dimanche pour ce matin. Et ce qu’un... Le Seigneur voulant, nous essayerons de–d’avoir cette leçon d’école du dimanche.

2          Eh bien, ça fait maintenant deux semaines, environ, depuis que je suis rentré. Et j’étais très nerveux, comme vous l’avez compris, que dans le champ de missions j’étais très, très épuisé et je pouvais à peine aller plus loin. Et alors, j’ai dû revenir pour juste un petit repos. Et j’ai passé environ trois jours là au barrage sur la rivière Wolf, dans le Kentucky, là où je suis né. Je me suis dit: «Oh! Je suis en pleine forme maintenant. Je me sens bien.» Et je suis retourné à la maison, et la première petite chose à laquelle j’ai fait face, c’était une espèce d’affaire du gouvernement à propos des taxes sur les revenus. Je suis retombé tout bas. Je me rends donc compte qu’il va falloir prendre plus d’une ou deux semaines pour un repos complet.

3          Et mon ministère est sur le point de connaître un changement, maintenant... Et je n’ai pas des réunions programmées, et c’est la raison pour laquelle je me suis mis un peu à l’écart et je me suis dit... Et maintenant, pendant les quelques prochaines semaines, j’aimerais bien prendre un repos, un repos complet, et m’attendre au Seigneur.

            Et beaucoup parmi vous ici présents, c’est-à-dire les anciens qui sont restés si longtemps avec nous, se souviennent de ce que le Seigneur nous avait dit. Il a toujours accompli cela, ce qu’Il a dit qu’Il ferait. Vous vous souvenez quand, tout au début de l’église, ici, le matin où nous avions posé la pierre du tabernacle, comment Il... C’était écrit et placé dans la pierre... Sur la feuille de garde de ma Bible ce matin-là, cette grande vision, il a été dit: «Ceci n’est pas ton tabernacle.»

            J’ai dit: «Où est-il, Seigneur?» Et Il m’a placé sous le ciel. Alors, une Voix s’est fait entendre. Et j’ai regardé et j’ai vu ces trois croix, comme des arbres portant leurs fruits, et autres. Vous connaissez la vision. Elle est écrite depuis des années.

4          L’autre jour, j’ai pris un vieux livre là, je lisais certaines choses que le Seigneur avait annoncées, avait prédites, et qui sont déjà accomplies: au sujet de ce comportement des jeunes, et comment la guerre éclaterait. Et toutes ces choses se sont accomplies, il ne reste que deux événements. Et l’une de ces grandes prophéties, celle qui concerne les voitures qui rouleront sur la route avec un système de télécommande et qui auront la forme d’un oeuf; on ne la conduit absolument pas; elle se contrôle elle-même. Et ensuite, une femme puissante s’élèvera, car l’Amérique est une nation de la femme. Et cela sera... Une femme importante s’élèvera et sera présidente, ou quelque chose comme cela, de la nation, et enfin surviendra une destruction totale, la nation entière sera anéantie. Et cela, je prédis... Eh bien, ce n’est pas le Seigneur qui le dit. L’autre au sujet de la femme et ceci, c’est le Seigneur. Mais j’avais prédit en 1933 qu’il y aurait un anéantissement total du monde avant 1977.

            Je ne savais donc pas qu’on avait quelque chose qui pouvait anéantir cela, comme on en a aujourd’hui, mais j’ai vu la nation totalement détruite; il ne restait que des souches d’arbres et des choses semblables. C’est donc en route.

5          Et si toutes ces autres choses se sont accomplies, juste comme Il l’a dit, cela s’accomplira aussi au même titre que ce qu’Il a dit ici dans les Ecritures, ce qu’Il dit... Si Christ est venu la première fois, Il reviendra la deuxième fois. Et tout ce qu’Il a dit s’accomplira. Et voyant correctement cela et sachant que nous sommes... que notre numéro est sur le point d’être appelé, en tant que nation, sachant que l’Eglise est sur le point d’être enlevée, cela remue le coeur d’un prédicateur ou de tout laïc, sachant que nous vivons en ce jour et en ce temps où nous vivons. C’est le temps le plus glorieux que n’importe quelle personne ait jamais vécu sur terre, c’est maintenant même... c’est pour l’église. Je désire donc certainement vos prières.

6          Et puis, j’ai vu au tabernacle, et je vois qu’on a eu... qu’on allait avoir des réélections et tout dans l’église pour un comité et autres...

            Et certaines... L’église avait besoin d’une petite réunion, une petite secousse, vous avez toujours été gentils envers moi, et vous m’avez béni, et mon... Quand je suis ici, semble-t-il, c’est une bénédiction pour vous, et je suis sûr que ça le sera pour vous; pour moi, ça a été une bénédiction. Et vous avez toujours accepté ce que je disais comme étant la vérité, tel que je le voyais par Dieu. Et je–j’apprécie cela.

            Ainsi donc, j’ai commencé. Et alors, je devais veiller à mettre notre église au pas concernant ses comités, et puis pour les élections et autres, et alors le... Alors, j’ai pensé après cela... je suis allé prendre un petit repos avant de retourner encore sur le champ de missions.

7          Gardez ceci pour vous-mêmes, maintenant; ce n’est pas pour les gens du dehors. C’est pour les membres de ce tabernacle. Nous voulons tenir une réunion avec les membres de ce tabernacle, afin que tout, chaque erreur, tout ce qui se passe, et–et peut-être, de petits ressentiments des uns envers les autres, ces... Je vais prendre chacun d’eux et les mettre face à face. Si vous ne voulez donc pas affronter cela, vous feriez mieux de quitter le pays, car vous allez affronter tout cela, comme nous le faisions ici au tabernacle. Et on fera tout disparaître, car nous sommes frères et soeurs, nous avons rompu le pain de la communion, le Corps de Christ, à la table des bénédictions.

            Et il n’y a que le diable qui peut faire tout ce qui est mauvais et qui peut causer des ressentiments, ou des déchirements, ou n’importe quoi de semblable. Et je prends notre frère Neville, et nous allons d’un lieu à un autre, réconcilier les gens jusqu’à ce que le vieux tabernacle soit restauré, remis sur pied, pour progresser pour le Royaume de Dieu.

8          Maintenant, ceci... C’est la raison pour laquelle j’ai dit ceci, c’est que c’est pour notre petit groupe ici ce matin. Et maintenant, je vais prendre du repos et revenir aussi vite que possible. Ensuite, je m’attends à repartir sur le champ de missions. Et cette fois-ci, le Seigneur voulant, j’aimerais prendre le peu de fonds que nous avons rassemblé, et autres, moi-même, là dans le... ce programme pour les missions à l’étranger, et me procurer une nouvelle tente, de nouveaux équipements, et commencer sur le champ de missions, pas aller d’une église à une autre, mais organiser nos propres réunions.

            Eh bien, sans manquer d’égards envers les frères qui m’ont invité, ce qui est merveilleux, mais la plupart de tout cela, vous verrez, ces conventions, on annonce que vous serez là. Et alors, tous vos amis viennent, et ensuite, on fait beaucoup de tapage pour quémander l’argent... on ruine simplement ces gens. Je commence simplement à découvrir cela. Vous voyez? Ainsi, ce–ce n’est pas correct. Nous aimerions avoir un lieu où nous pouvons les amener; vous n’avez pas à apporter votre argent; amenez-vous simplement et–et servez le Seigneur. Voyez? Et un...

9          Ainsi maintenant, mon ministère connaît maintenant même un changement. Vous vous souvenez, lorsque je tenais quelqu’un par la main et que je restais juste là, et le Seigneur pouvait me révéler leur maladie. Il a dit: «Il arrivera alors que tu connaîtras le secret du coeur des gens.» Chacun de vous sait que cela s’est parfaitement passé, comme annoncé.

            Eh bien, ceci est l’étape suivante qui avait été prophétisée et prédite, qui dépassera de loin tout cela. Vous voyez? Et cela est maintenant même en plein changement, et c’est la raison pour laquelle Satan est en train de me combattre avec l’impôt sur les revenus, essayant de me dire (le gouvernement) que je dois payer l’impôt sur les revenus pour chaque centime que j’ai pris en tant que prédicateur, depuis environ vingt-sept ans que j’ai commencé le ministère. Ce n’est pas ça, parce que ça passait par l’église, ici.

            Je suis l’administrateur de cette église. C’est tout à fait vrai. C’est enregistré. Ainsi donc, si je suis l’administrateur trésorier de cette église, il n’y a donc rien au monde... le gouvernement n’a rien à faire avec. Ils n’interrogent pas l’église; ils m’interrogent, moi, en tant que trésorier de l’église. Et les administrateurs ont signé un document, il est là à la banque, qui établit que tous mes fonds...

10        Au lieu que j’aie ma propre fondation, je faisais passer cela par mon église ici, car c’est automatiquement une fondation, de toute façon. Et le fait de faire cela m’aide à ne pas m’éloigner de l’église, la laisser, m’en aller, et n’être rien ici, après que j’avais promis aux gens que je retournerais à l’église, de temps en temps, pour les aider. C’est la raison pour laquelle j’ai gardé cela comme cela, car je vous avais fait une promesse. C’est pourquoi je m’y accroche ainsi au lieu d’avoir une structure individuelle. Si on fait cela, ça devient une organisation, et je suis fermement opposé à l’organisation. Ainsi, je–je vais garder cela juste comme tel entre les mains de Dieu, afin que nous puissions aller de l’avant pour le Royaume de Dieu.

11        Eh bien, ce matin, nous aimerions méditer cette vieille Parole bénie, et croire... Maintenant, j’aimerais dire aussi... Je vois frère Eagan et beaucoup de... des administrateurs assis ici, après que nous avons tenu notre réunion des administrateurs l’autre soir. C’est vrai, je... C’est publiquement devant l’église, que vous tous, vous n’êtes plus des administrateurs désignés; vous êtes des administrateurs élus, et votre nom est dans le registre. Très bien.

            Et maintenant, il va y avoir d’autres élections pour–pour–pour les diacres et autres, et frère Neville est... va les appeler immédiatement après ce service. Très bien. C’est pour le trésorier et autres, comme nous établissons l’église et prenons tout cela... les bases prêtes, ensuite nous pourrons avoir un réveil au fur et à mesure qu’il se produit.

12        Maintenant, juste avant de prendre les pages ici, pour une leçon d’école du dimanche, cette glorieuse Parole du Dieu vivant, inclinons simplement la tête, quelques instants, alors que nous parlons à l’Auteur de ce Livre. Et maintenant, mettez de côté chaque pensée, tout ce qui est contraire, qui peut vous empêcher d’obtenir une bénédiction. Prions.

            Dieu Très saint et juste, nous entrons maintenant dans Ton auguste Présence bénie, pour T’offrir nos vies, nos–nos âmes, nos corps, nos services, nos talents et tout ce que nous avons, nous Te les présentons. Et alors que Tu nous regardes, Seigneur, s’il y a un péché, nu et non confessé, nous aimerions Te demander, ô Seigneur Dieu, d’appliquer le Sang de Ton Fils Jésus à un tel endroit. En effet, nous nous rendons compte que nous sommes insuffisants par nous-mêmes, et qu’il nous est impossible de jamais nous soutenir nous-mêmes. Mais nous comptons totalement sur Son précieux Sang et Sa grâce pour appliquer cela à notre profit, afin que nous, des pécheurs indignes, nous puissions hardiment entrer un jour dans Ta Présence, portant devant nous ce Sang du Seigneur Jésus, que Tu avais reconnu dans les temps anciens comme le Sang de Ton Fils unique, et Tu as fait la promesse que par Lui, si nous confessons nos péchés, nous serons justifiés par Sa grâce.

13        Et maintenant, nous aimerions Te demander, Seigneur, de nous pardonner toute erreur, tout péché d’offense ou d’omission, de transgression, toute mauvaise pensée qui a traversé notre âme, par le trait enflammé du diable, de chasser Ton ennemi et l’ennemi de Ton peuple. Et nous aimerions Te demander d’envoyer le Saint-Esprit s’emparer de la Parole en ce moment-ci, alors que nous nous abandonnons nous-mêmes comme des instruments, afin que Tu parles par nous et que Tu entendes par nous, Ta Parole. Et puissions-nous, en retour, recevoir cela comme venant de Toi, et quitter cet endroit aujourd’hui, voyant que nous avons été réajustés à la cause de Christ, que nous convenions mieux pour le service de ce soir et de demain, grâce à la visitation du Saint-Esprit.

            Bénis nos frères partout, les églises à travers le monde, qui apportent la Parole de Vie en ce jour mauvais. Nous avons le pressentiment qu’il ne reste plus beaucoup de temps pour le travail, car la nuit arrive rapidement. Les signes annonciateurs des conflits planent de nouveau dans l’air. Le mal est proche. Et nous Te prions de nous accorder de travailler comme jamais auparavant. Accorde du repos à nos corps fatigués, Seigneur, et renvoie-nous dans la bataille, car nous le demandons au Nom du Seigneur Jésus et à cause de Lui, nous prions. Amen.

14        Alors que nous ouvrons ce matin la Bible au–au chapitre 11 de l’Epître aux Hébreux... Mercredi soir, nous parlions du chapitre 7 de l’Epître aux Hébreux, de Melchisédek, sans père, ni mère, sans commencement des jours ni fin de vie.

            Et je me suis dit que, peut-être ce matin, il serait convenable d’ouvrir encore cette merveilleuse Epitre, étant donné que nous avons des bases pour ce que nous souhaitons dire dans le passage précédent. Et nous sautons le chapitre 10 et le chapitre 9, qui portent sur les lois du sacrifice, nous aimerions aborder le point relatif à la foi. Et ici dans l’Epître aux Hébreux, au chapitre 11, à partir du verset 23, nous lisons ceci:

C’est par la foi que Moïse, à sa naissance, fut caché pendant trois mois par ses parents, parce qu’ils virent que l’enfant était beau, et qu’ils ne craignirent pas l’ordre du roi.

C’est par la foi que Moïse, devenu grand, refusa d’être appelé fils de la fille de Pharaon,

Aimant mieux être maltraité avec le peuple de Dieu que d’avoir pour un temps la jouissance du péché,

Regardant l’opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l’Egypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération.

C’est par la foi qu’il quitta l’Egypte, sans être effrayé de la colère du roi; car il se montra ferme, comme voyant celui qui est invisible.

            Ce matin, j’aimerais prendre comme sujet: Choisir par la foi. Et j’aimerais prendre comme texte, les trois premiers mots du chapitre 23: C’est par la foi que Moïse. [En anglais, trois mots: By Faith Moses.]

15        Et choisir par la foi, tout ce que nous faisons, pratiquement, il nous faut choisir par la foi. Et tout ce que nous voyons que Moïse a fait, ça vaut la peine de le répéter, c’était par la foi, non par la vue, mais par la foi. Et la raison pour laquelle j’ai choisi ceci ce matin pour l’église dans cet Etat, c’est que dans notre... même nos écoles et notre entourage, nous avons eu beaucoup d’enseignements scientifiques. A cause de cela, nous avons éloigné les gens de la foi.

            Or, la foi ne se prouve pas par la science. La foi, c’est ce que la science ne voit pas. Et nous, si jamais nous perdons cette grande foi, alors nous sommes totalement dans les ténèbres. Peu importe combien nous sommes bien instruits, combien nous pouvons expliquer la Parole de Dieu pour L’adapter à notre propre manière de croire, il n’y a aucun moyen d’être agréable à Dieu, si ce n’est par la foi. Les Ecritures le déclarent clairement ainsi.

            Et c’est par la foi. Et sans la foi, déclarent les Ecritures, il est impossible d’être agréable à Dieu. Ainsi, si la foi est en désaccord avec la science, et que la science est en désaccord avec la foi, cela les oppose l’une à l’autre; alors, nous devons faire le choix comme Moïse. C’est par la foi que nous croyons.

16        Eh bien, si nous perdons la foi, alors Dieu n’exaucera jamais notre prière. «Car, il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’Il est le Rémunérateur de ceux qui Le cherchent diligemment.» Si nous perdons donc la foi, nos prières sont annulées; nous n’arrivons nulle part. Si donc tout ce à quoi nous pouvons penser ce matin, c’est nous accrocher à la foi.

            Alors, si nous perdons la foi, tous nos espoirs s’envolent. Et si nous perdons la foi, il n’y a pas du tout de réalité spirituelle pour nous, car vous ne pouvez pas avoir foi dans des choses que vous voyez, car les choses que vous voyez sont toutes périssables. Si nous regardons à une grande personne, ou à un grand prédicateur, ou à une grande congrégation, tout périra un jour. Et si nous regardons à une grande nation, à nos armes performantes, elles périront toutes un jour. Ainsi donc, nous devons vivre par la foi dans des choses que la science ne peut pas déclarer. C’est par la foi que nous croyons.

17        Eh bien, nous perdons notre gloire si nous perdons la foi. Or, si nous nous défaisons de la foi, nous introduisons alors l’église dans une sphère intellectuelle. Et souvent, les gens ont pensé que, parce qu’une assemblée était grande, qu’ils avaient de grandes églises, de grandes clochettes, et un grand nombre de gens bien habillés et bien soignés, avec beaucoup d’argent, qu’ils disposaient des moyens d’acquérir de tels biens, souvent nous avons pensé que c’était inspirant... que telle autre église doit être inspirée. Ou nous nous sommes souvent référés à divers prédicateurs qui vont dans le champ de travail et qui ont de grands rassemblements de foules, nous pensons parfois que ce sont des signes d’inspiration. Mais ce n’est pas tout à fait la vérité. C’est l’inspiration humaine.

            Mais la véritable inspiration vient par l’accomplissement de la volonté de Dieu (Voyez?), que ce soit une personne ou juste une poignée. Que ce soit une grande église ou une petite église, cela importe peu. Peu importe qu’il soit un grand orateur éloquent ou juste un homme qui connaît à peine son ABC. Cela dépend du message qu’il apporte, s’il est inspiré par la Parole de Dieu, ou si c’est inspiré par les conceptions intellectuelles de l’inspiration humaine.

            Certaines personnes peuvent être inspirées par un orateur éloquent. Cela n’en est pas une confirmation. Parfois, ils sont inspirés, car l’homme est si instruit qu’il peut transmettre une idée. Cela ne veut pas dire que c’est Dieu. Voyez? C’est uniquement par la Parole bénie, perpétuelle et éternelle de Dieu que nous pouvons recevoir l’inspiration, et cela est donné par le Saint-Esprit. C’est par la foi que nous recevons cela.

18        Maintenant, nous aimerions penser à Moïse et à ce glorieux moment de sa vie. Et nous avons lu là sur sa naissance, comment Dieu a pris soin de lui. Mais il arriva un temps, dans la vie de Moïse, qui devait être un temps de choix. Si nous lisons bien, nous voyons qu’il était le fils de la fille de Pharaon, qu’il était l’héritier du trône, et qu’il devait être le prochain Pharaon d’Egypte. Il pouvait donc voir en regardant tout autour, après qu’il eut atteint l’âge de la responsabilité, qu’il y avait là ces esclaves qui travaillaient dans des puits de bitume. Et Moïse, alors qu’il regardait par les fenêtres du palais les mêmes esclaves que Pharaon regardait, mais d’un regard combien différent.

            J’aimerais faire asseoir cette pensée, ce matin, pendant quelques minutes, et que le Dieu du Ciel l’enfonce dans chaque coeur ici: Ce qui fait la différence, c’est la façon dont vous regardez n’importe quoi.

19        Le grand évangéliste John Sproule, c’était un converti du ministère de frère Bosworth (Beaucoup parmi vous se souviennent de lui), il y a de cela des années, de la vieille étable de la gloire. Il disait qu’un jour il effectuait un voyage, avant le décès de sa bien-aimée compagne et épouse. Ils étaient à Alsace Lorraine, en France. Et j’ai eu le privilège de visiter le même endroit. Et le guide leur faisait faire le tour du jardin, leur montrant différentes choses, et ils sont arrivés à une certaine statue du Seigneur Jésus, la crucifixion. Et monsieur Sproule se tenait à l’écart, regardant cela, lui et sa femme, et dans leurs coeurs, ils critiquaient ce que l’artiste doit avoir eu à l’esprit, ou le sculpteur plutôt, en faisant une horrible sculpture dans une pierre taillée, pour être... pour représenter la souffrance, l’amour, et la pitié du Seigneur Jésus, et c’était une sculpture toute rudimentaire et tailladée.

20        Alors, le guide s’est avancé vers monsieur Sproule et il a dit: «Monsieur, je pense que vous êtes en train de critiquer cette statue du Seigneur Jésus.»

            Et il a dit: «Oui.»

            Et il a dit: «Je n’en suis pas du tout surpris, parce que la plupart des gens qui regardent cela, ils critiquent cela pour commencer.»

            Et monsieur Sproule a dit: «Eh bien, je ne vois pas du tout de pitié ni une quelconque inspiration en regardant pareille chose. Je me demande donc pourquoi le sculpteur a taillé cela de cette manière-là.»

            Et le sculpteur a dit: «Monsieur Sproule, la statue n’est pas mal. Et le sculpteur avait à l’esprit la véritable chose. Mais le problème, c’est avec vous; il s’agit de la façon dont vous regardez cela.» Alors, il les a pris par la main, lui et sa femme, et les a conduits là en bas à–à un autel, au pied de cette croix. Et il a dit: «Maintenant, monsieur Sproule, levez donc les yeux.» Et lorsqu’il a levé les yeux, il a dit que son coeur a failli lui manquer.

21        Combien c’était différent entre se tenir à l’écart, là, et regarder cela comme cela, et s’agenouiller et regarder cela de la manière dont cela était fait pour regarder. Et c’est pareil avec Dieu. C’est pareil avec la foi. C’est la manière dont vous regardez cela. Si vous considérez cela comme une espèce de Bible historique, de quelque chose qui s’était produit dans les jours passés, vous ne pourrez jamais saisir la vraie valeur de la Bible. Vous êtes censé vous agenouiller et obéir aux commandements de cette Bible, puis regarder cela avec les yeux du Saint-Esprit.

            J’aimerais poser une question à cette assistance ce matin: A quoi nous servira un Dieu historique aujourd’hui s’Il n’est pas le même Dieu? A quoi nous sert un Dieu qui a pris Moïse et a accompli avec lui les miracles, qu’Il a accomplis? A quoi nous servira de lire au sujet d’un tel Dieu s’Il n’est pas le même aujourd’hui?

22        A quoi servira un Dieu qui pouvait délivrer de la fournaise ardente les enfants hébreux s’Il n’est pas le même Dieu aujourd’hui? A quoi nous sert un Dieu qui pouvait juger ce qui est bon de ce qui est mauvais dans les jours passés, qui pouvait punir le mal et bénir le bien, s’Il n’est pas le même Dieu aujourd’hui? A quoi nous sert-il d’aller à l’église? Pourquoi nous abstenir des choses du monde s’Il n’est pas le même Dieu exerçant le même jugement et ayant la même opinion qu’Il a toujours eue?

            A quoi servira un Dieu qui pouvait toucher la main d’une femme qui avait une très forte fièvre et la fièvre s’arrêta, s’il n’est pas le même Dieu aujourd’hui? A quoi servira un Dieu qui pouvait faire sortir Son ami de la tombe, mort depuis quatre jours, s’Il n’est pas le même Dieu aujourd’hui? C’est par la foi que nous croyons qu’un glorieux jour, Il nous appellera de la terre, quand bien même nous serons redevenus une cuillérée de cendre.

            Quelle preuve en avons-nous? Nous ne prouvons pas cela; nous croyons cela. Il ne nous est pas demandé de prouver quoi que ce soit; il nous est demandé de croire cela. C’est par la foi que Moïse a fait telle et telle chose.

23        Et tandis que Moïse, comme jeune homme, regardait les esclaves par la fenêtre du palais, il voyait la même bande d’esclaves crasseux, sales, couverts de boue, que Pharaon voyait. Et quand Pharaon les regardait, ainsi que les Egyptiens, ce n’était qu’une bande d’esclaves. C’est tout ce à quoi ils servaient, juste être des tripoteurs d’argile, fabriquer des briques d’argile pour les villes que Pharaon construisait.

            C’est comme ça que les Egyptiens et Pharaon regardaient les esclaves. Mais Moïse, quand il les regardait, c’était un regard différent que Moïse avait. Quand il les voyait passer par la fenêtre, le visage creusé de profondes rides, les larmes coulant sur leurs joues, et leur corps voûté, il les considérait comme le peuple de Dieu. Il ne les considérait pas comme des esclaves; il les considérait comme le peuple choisi de Dieu.

24        Oh! Alors que je vais d’un pays à un autre, et d’une nation à une autre, prêchant depuis que j’ai quitté les portes de ce petit tabernacle (C’est une institution interdénominationnelle, sans autre loi si ce n’est l’amour, sans autre livre si ce n’est la Bible, et sans autre credo si ce n’est Christ), j’ai essayé de considérer les enfants de Dieu et les rejetés comme le peuple élu et choisi de Dieu. Je ne leur demande pas s’ils sont membres du Branham Tabernacle. Je ne leur demande pas s’ils sont méthodistes, presbytériens, pentecôtistes, nazaréens ou pèlerins de la sainteté. Mon seul désir, c’est de les considérer comme le peuple de Dieu voyant leurs agissements et leurs actions, qu’ils sont des serviteurs du Seigneur Dieu. Et mon coeur désire communier avec eux. Peu importe la marque qu’ils portent, j’éprouve simplement le vif désir de communier avec eux. Je les aime, parce que je sais qu’ils sont le peuple de Dieu.

25        Quand je vois une femme passer dans la rue en longue jupe, et ses cheveux bien arrangés par derrière, en habillement décent, et que je vois une autre jeune dame, peut-être du même âge, en petits shorts, et peut-être qu’elle paraît deux fois aussi jolie que celle à la longue chevelure, aux yeux du monde, mais je prendrais position pour la jeune fille habillée comme une chrétienne. Même si on se moquait d’elle et qu’on la taxait de fanatique, néanmoins, je prendrais position. Elle peut ne pas être aussi jolie que l’autre fille de par ses traits, mais elle voit quelque chose. Par la foi, elle voit Celui qui est invisible, Qui guide sa vie.

            Quand je vois un homme au travail être appelé diacre, prédicateur ou fanatique, parce qu’il refuse de fumer, de prendre de la bière, d’aller aux soirées dansantes comme tous les autres, et il est taxé de fanatique, mon coeur sympathise avec lui; c’est mon frère...?... sur ce terrain d’Egypte, cela pousse notre coeur à désirer ardemment l’embrasser et lui dire: «Frère, nous sommes pèlerins et étrangers sur cette terre, et je désire ardemment communier avec vous.»

26        Moïse devait faire un choix: choisir par la foi. Combien de jeunes gens auraient sauté sur l’opportunité de devenir le fils de la fille de Pharaon? Combien de jeunes gens auraient sauté sur l’opportunité que Moïse avait de jouir de tous les plaisirs et du prestige du monde pour devenir le roi d’Egypte, avoir le monde entier à ses pieds?

            Quelle chose insensée devaient avoir pensé les jeunes gens de son époque, que Moïse ait choisi de prendre position pour le peuple de Dieu qui était affligé et qui souffrait? Pourquoi a-t-il fait cela? Par la foi. Quand il levait les yeux, il regardait au-delà du prestige de ce monde. Il regardait au-delà des plaisirs du péché. Et la Bible dit qu’il se montra ferme comme voyant Celui qui est invisible, par la foi, et il choisit de servir ce Dieu-là, malgré ce qui se passait.

27        Cela n’a pas changé. Beaucoup parmi nous peuvent fréquenter ce que nous appellerions un meilleur bâtiment. Nous pouvons en jouir, peut-être la communion et les plaisirs de s’asseoir sur un meilleur banc. Nous pouvions devenir plus populaires pour boire, fumer, nous habiller et agir comme le monde; mais que se passe-t-il? Vous avez levé les yeux et, par la foi, vous avez vu Celui qui est invisible, et vous avez pris position avec les rejetés et les soi-disant saints exaltés du jour. Car c’est par la foi que nous voyons Celui qui est invisible, et nous avons choisi d’endurer des persécutions et des afflictions.

            Je ne dirais pas aux gens de choisir d’être affligés. Ce n’est pas que je dis que vous devriez choisir la souffrance. Ce ne serait pas humain de le faire. Mais si la souffrance est sur votre chemin du devoir; alors, affrontons-la telle qu’elle se présente.

28        Je n’aimerais pas que vous fassiez quelque chose pour que quelqu’un se moque de vous. Je n’aimerais pas que vous disiez différentes choses telles que: «Je suis un... Je suis membre d’une église qui ne croit pas ceci ou cela au monde, et des choses semblables», juste pour amener les gens à se moquer de vous. C’est vous-même qui êtes à la base.

            Je ne vous demanderais pas de sortir ici, de faire des histoires, et de faire quelque chose de radical. Je n’aimerais pas que vous fassiez cela, afin que quelqu’un vous taxe de fanatique. C’est vous-même qui êtes à la base. Mais si cela est sur votre chemin de devoir vers Dieu, que le monde dise ce qu’il veut. Vous continuez à vivre. Vous faites un choix. Et chaque homme, ainsi que chaque femme, doit faire ça.

            Et si Pharaon pouvait voir ce que Moïse avait vu? Il voyait les souffrances des gens. Il connaissait le prix à payer. Mais par la foi, il a choisi cela plutôt que d’avoir les plaisirs du péché.

29        Est... Peut-être qu’à une jeune fille assise ici, une jeune femme chic élégante, le monde aimerait vous dire: «Faites ceci et cela. Vous êtes jolie. Vous avez une très belle constitution; vous devriez montrer cela.» Mais, ma soeur, levez les yeux et voyez au-delà de cela Celui qui a dit que c’est une abomination pour une femme de porter un vêtement d’homme.

            Si les hommes... des gens de votre communauté, si les femmes, vos associées, disent: «Coupez cette longue chevelure; ce serait plus cool, ce serait ceci ou cela», ou: «Cela vous rendrait meilleure», n’écoutez pas cela; levez les yeux et, par la foi, voyez Celui qui a dit que la chevelure d’une femme, c’est sa gloire, et elle ne devrait pas la couper.

30        Si on dit que ce serait populaire, que vous auriez une meilleure position au travail, ou vis-à-vis de votre patron, si vous preniez un petit verre avec les copains, si vous fumiez une cigarette comme les autres femmes, vous seriez plus sociable dans votre quartier, par la foi, levez les yeux et regardez à Celui Qui a dit: «Si vous souillez ce corps, Je le détruirai.» Par la foi, nous croyons ces choses. Ce n’est pas quelque chose que vous voyez. C’est quelque chose que vous croyez. Par la foi, Moïse fit cela.

            Et dans cette marche par la foi, il arrive un temps où il faut faire un choix. Lot a commis cette erreur triste que nous commettons. Souvent, nous choisissons pour notre propre bien. Nous choisissons des choses qui seraient un meilleur... Parfois, s’il surgit une petite prise de bec dans l’église, et que quelqu’un dit: «Eh bien, le diacre, ou le pasteur, est de ce côté...», ne considérez pas cela; considérez ce qui est juste. Ôtez cette chose et réunissez-les tous deux si c’est pieux.

31        Il y a un choix, et nous faisons notre choix. Nous choisissons ce qui est pour notre propre bien. Mais Moïse a choisi les afflictions et la disgrâce, afin de pouvoir marcher avec le peuple de Dieu. Pensez-y donc. Ecoutez ceci: Il a choisi d’être dans les afflictions avec le peuple de Dieu et il a considéré cela comme un trésor plus grand, car il tint ferme, voyant Celui qui est invisible.

            Eh bien, une fois, Lot a eu à faire un choix. Et il se peut que, ce matin, il y ait des hommes et des femmes assis ici qui feront un choix final. Vous êtes aujourd’hui ce que vous êtes parce qu’il y a plusieurs années, vous avez choisi d’être ce que vous êtes maintenant. Et ce que vous choisissez maintenant déterminera ce que vous serez dans cinq ans. Dans cinq ans, vous pouvez devenir un missionnaire. Dans cinq ans, vous pouvez devenir un chrétien de renom. Ou dans cinq ans, vous pouvez être en enfer pour avoir pris une mauvaise décision.

            Dans cinq ans, vous pourrez être en train de nettoyer des crachoirs dans un bar. Dans cinq ans, vous pouvez devenir une prostituée dans la rue. Ou vous pouvez devenir un homme ou une femme qui–qui fait honneur à toute la société, à cause de votre choix en faveur de Christ. Dans cinq ans, vous pouvez être dans la Gloire, parti dans l’Enlèvement, pour avoir fait votre choix aujourd’hui. Mais il vous faut faire un choix. Et ne considérez pas ce que vous voyez; faites votre choix d’après ce que vous voyez par la foi. C’est l’unique chose qui va compter, le choix que vous faites par la foi.

32        Lot, alors qu’il devait faire un choix, Abraham avait donné à Lot de faire son choix. Et Dieu vous donne selon votre choix. «Choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir.»

            Dans le jardin d’Eden, il y avait un arbre de–de la connaissance et un Arbre de la Vie. Il avait été accordé à l’homme le privilège de choisir ce qu’il désirait. Et c’est pareil aujourd’hui; il vous est accordé ce privilège, grâce à votre libre arbitre, de choisir ce que vous voulez choisir. Mon conseil, c’est que vous ne considériez pas les choses modernes tout autour de vous, la popularité, le prestige que vous pouvez avoir, mais choisissez plutôt par la foi celui qui a promis de revenir un jour redresser tous les torts, de vous donner la Vie Eternelle et de vous ressusciter. Peu importe si vous prenez la voie avec les quelques méprisés qui suivent le Seigneur, faites ce choix-là.

33        Qu’il y ait des problèmes sous la main... Qu’il y ait des problèmes dans le pays, qu’il y ait des problèmes dans l’église, qu’il y ait des problèmes à la maison, où que ce soit, faites votre choix: «Par la foi, je servirai Dieu. J’humilierai mon coeur dans Sa Présence. Je prendrai la voie avec les enfants de Dieu. Je les vois méprisés, rejetés, chassés, ridiculisés, mais j’occuperai toujours mon poste du devoir. Je resterai bien avec eux, et lorsqu’ils crieront, je crierai avec eux. Et lorsqu’ils seront dans la tristesse, je serai dans la tristesse avec eux. Je vivrai comme eux.»

            Comme Naomi avait dit... ou plutôt Ruth avait dit à Naomi: «Tes voies seront mes voies; mes voies seront tes voies; où tu demeureras, je demeurerai; où tu iras, j’irai. Le Dieu que tu sers sera mon Dieu.» Faites ce choix-là, quand bien même cela vous arrache la peau même de votre conscience, de penser que vous êtes quelqu’un. Ecorchez-vous et prenez votre voie avec les quelques rejetés qui suivent le Seigneur, et restez loyal sur le champ de service et à votre poste du devoir.

34        Lot a regardé autour de lui; il s’est dit: «J’ai un choix à faire.» Et il a regardé vers Sodome. Il a vu que les bons champs verdoyants étaient meilleurs que ce qu’Abraham avait vu et là où Abraham était. Il a vu les opportunités de faire paître son troupeau, d’avoir le troupeau le plus gras et le meilleur.

            J’espère que je ne blesse personne, mais ça a été la position de beaucoup de prédicateurs: Faire des compromis avec l’Evangile, pensant qu’ils en récoltent beaucoup d’argent, un gagne-pain. Je préférerais vivre sur une terre aride, manger... boire l’eau du robinet et manger des gâteaux secs plutôt que faire des compromis sur la conviction de ma foi dans la Parole du Dieu vivant. Je suivrai ma voie.

            Il y en avait qui disaient: «Billy, le problème avec vos réunions, c’est qu’on y trouve beaucoup de pentecôtistes.» C’est un grand prédicateur dénominationnel qui l’a dit.

            J’ai dit: «Est-ce que votre dénomination voudra sponsoriser ma réunion?»

35        Il n’y a pas longtemps, je pense, un article avait paru dans le magazine Look. Et son auteur disait qu’il y a... parlait des pentecôtistes. Il a dit: «L’Eglise pentecôtiste est celle qui connaît la plus grande croissance aujourd’hui dans le monde.» Pourquoi? C’est parce que les hommes et les femmes ont levé les yeux pour regarder plus loin. Et l’auteur a aussi complimenté les pentecôtistes. «Oh! Certainement, disait-il, certains parmi eux sont devenus radicaux et tout, mais les méthodistes adorent un credo. Ils adorent Dieu par un credo. Les baptistes, de même; les presbytériens aussi, mais les pentecôtistes adorent par la Bible.» C’est par la foi que nous voyons la promesse. Je prendrai position avec eux; peu importe combien ils sont méprisés, je suis toujours l’un d’entre eux. Même si on les ridiculise, qu’ils aient leurs hauts et leurs bas, comme Israël, je n’aimerais jamais me tenir avec le faux prophète sur le flanc de la colline, un Balaam, et chercher à maudire ce que Dieu a béni, parce que dans ce camp-là, il y a un Rocher frappé, un Sacrifice sanglant, et une Colonne de Feu. Peu importe ce qu’ils ont là-dedans, cela les conduit à la victoire. Et ils doivent y parvenir, parce qu’ils sont le peuple de la promesse, qui marche par la foi.

            Bien qu’ils ne fussent pas une dénomination, ils étaient errants, et c’est pareil pour le peuple de Dieu. Mais j’aimerais marcher avec eux, me joindre à eux dans leur rang, pas dans leur dénomination, mais dans leur communion autour des oracles de l’Esprit éternel de Dieu. C’est en fait par la foi que j’ai reçu le baptême du Saint-Esprit. Que Dieu m’aide à avoir toujours cette attitude.

36        Remarquez, alors qu’ils avançaient, nous voyons que Lot a vu les opportunités pour un troupeau gras. Beaucoup voient les opportunités d’avoir un sac à main bien garni. Beaucoup voient les opportunités d’avoir un meilleur standing. Il a vu les possibilités d’avoir quelques dollars de plus. Il a vu les possibilités de devenir le maire de la ville. Comme il était un étranger, un homme très intelligent: «Peut-être que je deviendrai le responsable de la ville.» Il a vu les possibilités, car elles s’offraient à lui. Mais il n’a pas vu le feu qui devait détruire le pays. Il ne s’était pas résigné au fait que le pays était rempli de péché et que Dieu devait détruire cela.

            Et aujourd’hui, les gens essaient de se résigner en disant: «Êtes-vous...» J’ai dit: «Êtes-vous un chrétien?»

            Ils disent: «Je suis Américain.» Cela n’a plus rien à faire avec, pas plus qu’oser dire à un corbeau qu’il était une grenouille. Cela n’a rien à faire avec. Elle va être détruite, car Dieu est juste. Et si l’Amérique s’en tire avec ses péchés, le Dieu juste, saint et souverain sera obligé de–de ressusciter Sodome et Gomorrhe et leur demander pardon pour les avoir brûlées à cause de leurs péchés, s’Il nous laisse nous en tirer avec ça.

37        S’Il vous accorde d’entrer au Ciel sur base des oeuvres injustes, Il aura à ressusciter Ananias et Saphira et à leur accorder une autre opportunité. Il le ferait certainement, mais Il est juste. Ananias a considéré son argent; Pierre a considéré Christ. Oh! la la! Lot n’a pas vu la destruction de ses enfants en cet endroit-là.

            Et beaucoup d’entre vous aujourd’hui qui vous accrochez à ces vieux credo formalistes et autres, vous ne voyez pas la délinquance juvénile et la destruction de vos enfants. Vous ne voyez pas votre fille dans une maison de prostitution. Vous ne voyez pas votre fils ivrogne ou quelque part sur une table en train de jouer aux cartes, parce qu’elle est bien abreuvée dans le péché et elle n’est pas touchée.

            Il n’a pas vu sa femme, la responsable de toutes les associations, devenir une statue de sel alors qu’il regardait. Il ne s’est pas vu échapper à peine vers une petite ville quelque part pour épargner sa vie. Il n’a pas vu cela, car il ne voyait qu’au bout de son nez.

38        Mais Abraham, il n’avait pas vu la terre bien arrosée, car ayant levé les yeux, il a vu le lendemain; en effet, il hériterait tout.

            Le véritable chrétien aujourd’hui lève les yeux et voit la promesse de Christ: «Heureux les débonnaires, car ils hériteront tout; ils hériteront la terre.» Le véritable chrétien, par la foi, lève les yeux et voit cela. Taxez-le de tous les noms que vous voulez, il a levé les yeux, et alors, Dieu a dit: «Abraham, parcours le pays; il t’appartient entièrement.» C’est par la foi qu’Abraham fit cela, la même foi qu’avait Moïse.

            L’un des commentateurs avait écrit, disant ceci (Et je me suis dit que c’étaient les plus belles paroles d’Abraham), que Moïse prit ce qu’il y avait de meilleur au monde et le mit sur un plateau, et la pire religion pesa plus que ce qu’il y avait de meilleur au monde.

            C’est pareil aujourd’hui, que nous soyons taxés de tout ce qu’on voudra, de fanatiques, ou de guérisseurs divins, ou de saint exalté, ou de tout ce qu’on veut taxer, le pire que nous sommes pèsera plus que le meilleur que le monde puisse offrir. Vous voulez être taxé de démodé, de la vieille baderne, de fanatique, cela pèsera plus que la meilleure chose que le diable a à vous offrir. Cela va certainement peser plus.

39        Moïse a regardé l’opprobre de Christ... Il a vu Christ d’avance. Plus tard, il a dit des paroles inspirées à Son sujet. Voyez? «L’Eternel ton Dieu te suscitera un prophète comme moi.» Il savait, il L’avait vu d’avance, et... Il a regardé Son opprobre comme des richesses plus grandes, plus que tout le prestige du monde.

            Ami chrétien, aujourd’hui, ne pouvez-vous pas faire cela? Mais tout le prestige et la popularité du monde... C’est par la foi que nous voyons Celui Qui a promis. Et la pire des églises aujourd’hui, dans toute cette condition, pèsera néanmoins plus que tout ce que le diable peut vous offrir. Que nous soyons divisés, que nous soyons émiettés, que nous soyons dans la confusion et divisés en dénominations, et le fanatisme, cela pèsera plus que tout ce que le diable peut vous offrir. Certainement.

            Il a regardé l’opprobre de Christ comme des richesses plus grandes que tous les trésors d’Egypte. Il a alors dû faire quelque chose. Il a quitté l’Egypte. Oh! J’aime cette parole: Il a quitté l’Egypte. Voyez, il regardait par la même fenêtre, mais d’un regard différent de celui de Pharaon.

40        Et si Pharaon avait pu voir sa fin? Et si Pharaon avait pu voir sa nation noyée? Moïse a vu cela. Comment? Par la science? C’est par la foi que Moïse a vu cela. Tout ce qu’il faisait, c’était par la foi, parce que Dieu avait promis à Abraham, son père, qu’Il–Il visiterait cette nation, après quatre cents ans, et qu’Il les ferait sortir de là. Et c’est par la foi que Moïse cru la Parole que Dieu avait prononcée, se reconnaissant le conducteur choisi, comme par la foi, pour les faire sortir. Il savait où il se tenait. Il a pris sa position dans le puits de bitume parmi les tripoteurs de la boue et il a regardé l’opprobre de Christ comme des richesses plus grandes que de s’asseoir sur le trône de l’Egypte. Il a pris...

            Il n’a jamais dit: «Je sympathise avec eux...» Il s’est mis à leur place et il est allé avec eux. Gloire à... Il s’est mis à leur place. Nous sommes allés avec eux. Il n’est pas étonnant que l’écrivain inspiré ait dit: «Je prendrai le chemin avec les quelques méprisés qui suivent le Seigneur. J’ai commencé en Jésus, maintenant, j’irai jusqu’au bout.» Je suis en route vers le pays de Canaan. Certainement.

41        Moïse... Quelqu’un a dit que Moïse avait préféré, alors qu’il pouvait devenir le fils de Pharaon et jouir du prestige du monde, il avait préféré être fils d’Abraham plutôt que d’être considéré comme fils de Pharaon; un fils d’Abraham, le méprisé, plutôt que d’être considéré comme fils de Pharaon, le roi.

            Je préférerais être le fils du Seigneur Jésus, Son collaborateur, et prendre position avec les rejetés par ce monde, plutôt que devenir le président de ces grands Etats-Unis d’Amérique, ou être un Elvis Presley, ou un Pat Boone, ou qui que vous voulez en faire. Je prendrai mon chemin.

42        Les jeunes filles devraient suivre leur chemin, plutôt que d’être une Mary Pickford, ou une grande vedette de cinéma, ou une fille prestigieuse; suivez le chemin de quelques méprisés qui suivent le Seigneur. Je préférerais être un prédicateur à la chaire, prêchant les richesses insondables de Christ, plutôt que d’être une vedette de cinéma d’Hollywood, ou le plus grand personnage sur terre. Même s’il me faut manger péniblement, mendier, ou quoi que ce soit qu’il me faille faire, je prendrai mon chemin avec le peuple du Seigneur; c’est par la foi que je le fais. Des opportunités m’ont été offertes, mais c’est par la grâce de Dieu, je reçois toujours par la foi. C’est par la foi que je peux voir cela au loin. Et notre Père attend sur le chemin, pour nous préparer une demeure là.

43        Un percepteur d’impôts avait dit l’autre jour: «Pourquoi avez-vous cédé votre maison à cette église? Qu’est-ce qui vous a poussé à donner une maison de vingt-cinq mille dollars à ce vieux tabernacle en décombres?»

            J’ai dit: «Ce n’était pas à l’église que j’ai donné cela. C’est aux gens qui sont là.» Je n’ai rien de ce monde. Chaque sou que j’ai reçu, je l’ai donné à cette église. Pourquoi? Ma foi est en Dieu et non dans les choses de ce monde. Je m’affectionne des choses d’En Haut, et je crois que c’est pareil pour vous tous, si vous êtes en ordre avec Dieu. Il est vrai que vous l’êtes. C’est par la foi que nous recevons. C’est par la foi que nous croyons en Dieu.

44        Moïse avait eu à faire un choix. Et alors, il avait eu à le faire, après avoir fait le choix, il avait alors eu à combattre par la foi, car il n’avait pas peur de la colère du roi.

            Maintenant, humainement parlant, il avait raison de craindre la colère. Il avait raison de craindre la colère du Roi, mais il n’en avait pas eu. Il n’avait pas peur, parce qu’il avait un travail à faire. Et il était dans la ligne du devoir. Et il ne se souciait pas de ce qu’en disait le roi; il a suivi son chemin malgré tout.

            Or, Pharaon, ayant vu certainement qu’il était vaincu, il a voulu donner à Moïse et aux enfants... Il a dit: «Très bien, je vais vous dire ce que je ferai: Vous tous, restez simplement dans le pays et allez offrir un sacrifice à votre Dieu.» C’est comme ça que le diable s’y prend. «Oh! Vous pouvez être religieux. Pourquoi ne pas aller adhérer à une église? Tu n’a pas à faire toutes ces choses.»

45        Un homme a dit à sa femme: «Un hu...» La femme dit: «Mon mari, je suis sauvée: Plus de manucure, ni de rouge à lèvres, ni d’histoires, plus de ça, plus de fêtes, plus de ces histoires d’association; je suis hors de cela. Je consacrerai mon temps à lire la Parole, à prendre soin de la maison.»

            «Maintenant, écoute ma chère, tu–tu peux bien être religieuse... Maintenant, écoute, tu–tu vas ici; tu as choisi une mauvaise église. Eh bien, nous nous rassurons qu’on est dans le bon.» Si vous avez un prédicateur qui vous prêchera cela, vous feriez mieux de vous accrocher à Lui. Sondez les Ecritures et voyez si c’est juste.

            «Oh! a-t-il dit, va ici. On n’a pas–on n’a pas à faire ça par ici. On ne fait pas ceci ici.» C’est comme ça. «Va jusqu’à tel niveau.» Mais il ne veut pas que vous sortiez du pays. C’est ce que fait le diable. Il ne veut pas que vous sortiez des choses du monde; il fait carrément entrer le monde dans l’église.

46        L’autre jour, en descendant la route, j’ai allumé ma radio. Et il y avait une–une chanson, et j’ai continué à écouter. J’ai dû l’écouter jusqu’au bout, avant de dire si c’était absolument une chanson religieuse, ou si c’est le diable qui cherche à rabaisser les choses de Dieu au niveau du monde. Vous ne pouvez pas faire cela. Que Dieu soit miséricordieux.

            Peu m’importe combien d’albums Elvis Presley compose, toutes ces bonnes chansons religieuses, il est toujours possédé d’un démon. Il a envoyé plus d’enfants en enfer que tous les mouvements que je connais dans le monde entier aujourd’hui. Pat Boone et les autres, qui sont même membres de l’Eglise de Christ, ainsi qu’Elvis Presley, un pentecôtiste, c’est Judas Iscariot sous forme de ces hommes.

            Le diable cherche à ramener les choses élevées de Dieu afin qu’ils puissent les mélanger ici. Les gens ne regarderont pas au-dessus de ceci; leur regard se limite ici, ils disent: «Eh bien, c’est tout pareil.» Ce n’est pas pareil. Sortez du pays.

47        Il a dit: «Vous pouvez simplement aller pour quelques jours. Et allez, restez dans le pays...» Certainement, il savait qu’ils reviendraient.

            Puis, il a vu que cela ne marcherait pas, il a donc pensé à autre chose. Il a dit: «Je vais vous dire ce que vous ferez: allez où vous voulez, mais laissez toutes vos femmes, tous vos enfants, et tout votre bétail ici. Laissez-les ici et sortez...» parce qu’il savait qu’ils avaient là des biens qui les attireraient à revenir. Et c’est ce que le diable vous dit. Tant que vous laissez certaines choses du monde sur vous, vous voulez toujours fumer, vous voulez boire, vous voulez vous habiller comme le monde, c’est tout ce que le diable veut.

            J’entends beaucoup parler de rétrograder. Je ne crois pas qu’il y ait autant de gens qui rétrogradent qu’on le pense. Ils laissent simplement en Egypte beaucoup de biens qui les attirent vers l’arrière. C’est tout. Rétrograder, ce n’est pas ce qui a été...?... dit être. Vous avez laissé dans le monde là derrière tellement de choses qui vous attirent.

48        Frère, je vais vous le dire, quand Israël fut prêt à minuit, ils avaient emballé tout ce qu’ils avaient dans ce monde et ils étaient prêts à partir. Que Dieu nous envoie un tel réveil! Nous emballons tout et nous sommes prêts à partir. Le cri de minuit est en train de retentir: «Allez à Sa rencontre.» Vous feriez mieux d’avoir tout emballé. Vous feriez mieux de ne rien avoir de ce monde qui vous attire vers l’arrière, des cordes qui vous retiennent. Emballez; soyons prêts; nous partons.

            Et vous savez quoi? Je vous assure, ils étaient si fidèles à Dieu que Pharaon s’est tellement fâché à minuit, qu’il a dit: «Sortez! Sortez et partez. Prenez tout ce qui est à vous et partez.»

            Je suis très content de ce qu’un homme peut vivre si près de Dieu que le diable ne sait quoi faire avec lui. C’est vrai. «Sors! Va-t’en!» Il a obéi à Dieu. C’est par la foi qu’Il a vu la promesse. Tripoteur de la boue ou pas, il a pris son chemin avec les quelques méprisés qui suivent le Seigneur.

            Pharaon a dit: «Prenez vos biens et partez d’ici. Je ne sais quoi faire avec vous.» Il était très fidèle à Dieu par la foi. La foi accomplira les miracles, si vous restez fidèle à Dieu. C’est par la foi que nous Le voyons.

49        Notre temps est terminé... il est passé. Mais, par la foi, ce matin, levez les yeux. Ne voyez pas ce qui vous entoure, ce monde moderne, mais regardez et voyez Celui qui donne la promesse. La Bible dit que nous ne voyons pas toutes choses parfaitement maintenant, mais nous voyons Jésus. Regardez à Lui ce matin et vos voies seront changées.

            Pendant que nous inclinons la tête juste un instant pour un mot de prière, que le Seigneur ajoute Ses bénédictions au message. Pensez-y dans votre coeur maintenant: Regardez-vous les choses du monde? Par la foi, voyez-vous Jésus? Regardez-vous à votre popularité, à votre église, à votre standing social dans le monde? Ou vous voyez Jésus Qui, dans la miséricorde, s’est assis à la droite de la Majesté Divine, Qui a souffert en martyr, Lui le Juste pour les injustes. Ne pouvez-vous pas lever les yeux pour voir cet Arbre de Vie là-bas? Quittez donc cet arbre de science et de la connaissance et servez-Le.

50        Aimeriez-vous qu’on se souvienne de vous dans la prière avant que je prie? Levez la main pour n’importe quelle requête dont vous avez peut-être besoin. Que Dieu vous bénisse. Il voit toutes vos mains. Si vous êtes un pécheur, levez les yeux et regardez maintenant. Si vous avez été indifférent, si vous avez eu de petites querelles, de petites choses, qu’est-ce que ça change? Vous allez mourir un de ces jours. Quel jour? Peut-être aujourd’hui. Vous ne savez pas; d’ici une heure, vous pourrez vous retrouver en enfer ou au Ciel. Mais il vous faut faire le choix maintenant. S’il y a dans votre vie quelque chose qui n’est pas en ordre, faites le choix maintenant. C’est par la foi...

            Vous dites: «Eh bien, si seulement je peux lui rendre la pareille, à elle; si seulement je peux lui rendre la pareille, à lui...» Peu importe ce qu’ils ont fait, choisissez la vie.

            Choisissez la vie, car Jésus a dit: «Si, du fond de votre coeur, vous ne pardonnez pas à tout le monde ses péchés, votre Père céleste ne vous pardonnera pas non plus.» Saisissez donc bien cela. S’il y a dans votre coeur quelque chose contre une personne, un pécheur ou un saint, vous courez le danger de subir le feu de l’enfer.

51        Maintenant, levez les yeux. Que voyez-vous, votre ennemi ou voyez-vous votre Sauveur? Que regardez-vous ce matin? Si vous êtes malade et que votre médecin dit que vous ne pouvez pas vous rétablir, levez les yeux vers la croix, où Il a été blessé pour nos péchés; c’est par Ses meurtrissures que nous avons été guéris. Ne regardez pas à ce que le médecin dit; il travaille dans le domaine de la science. La foi opère dans le domaine de l’Esprit et de Dieu. Pensons à ces choses maintenant, pendant que vous avez les mains levées. Dieu les a vues. Prions.

52        Ô Eternel Dieu, dans la douceur de cette adoration maintenant, après que le message a été proclamé, ne laisse pas ces Semences de Ta Parole, Seigneur, tomber sur un terrain rocailleux. Ne laisse pas le message, Seigneur, tomber sur les ronces, les épines, afin que les soucis de cette vie, comme pour Lot, puissent étouffer cela, jusqu’à la fin, que cela devienne un naufragé. Mais, ô Dieu béni, que cela tombe sur des terrains fertiles, sur des coeurs repentants, et dans le mien aussi, Seigneur, que tous nous regardions à travers les lunettes de Dieu pour voir l’Eglise du Seigneur Jésus, qui est rejetée, le peuple rejeté, la voie rejetée. Et puissions-nous marcher sur ce glorieux chemin comme Moïse. Il ne savait pas où il allait. Les gens ne savaient pas où ils allaient. Ils ne savaient quel chemin prendre. Ils se sont simplement mis en route.

            Et, ô Seigneur Dieu, alors qu’on joue ce bel hymne, par la foi nous pouvons voir ce pays au loin. Que cela arrive maintenant même, de sorte que les hommes et les femmes qui sont ici ne pensent pas à ce que le monde dira, ou comment ils avancent. Puissent-ils simplement s’élever dans leur esprit et partir. Moïse a suivi la Lumière. Et Elle l’a conduit à la Terre promise, ne sachant pas où il allait, mais il a simplement marché dans la Lumière vers ce pays qui était plus beau que le jour.

53        Accorde, Seigneur, aujourd’hui que beaucoup ici marchent dans la lumière des Ecritures, et dans la communion avec le Saint-Esprit, et avec l’église–l’église, les premiers-nés, les bébés nouveau-nés qui ont reçu Christ et qui ont été remplis du Saint-Esprit, qui sont conduits par l’Esprit. Puissions-nous marcher ensemble dans cette communion, autour des oracles de Dieu, Le servant dans le baptême, dans l’obéissance à Sa mort, à Son ensevelissement et à Sa résurrection. Puissions-nous Le servir d’après Son ordre: «Restez à Jérusalem, jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’En Haut.» Puissions-nous Le servir par la guérison divine, en priant pour les malades. Puissions-nous Le servir par la communion, dans la fraction du pain avec simplicité de coeur, la communion autour de la Parole de Dieu. Puissions-nous Le servir dans tous Ses oracles divins, jusqu’à ce que le pays apparaisse. Accorde-le, Seigneur. Ecoute notre prière alors que nous T’abandonnons tout cela maintenant au Nom du Seigneur Jésus.

54        Maintenant, avec nos têtes inclinées, doucement, lentement, chantons donc ce cantique. Maintenant, ceci est l’adoration. Le message est terminé. Que personne ne quitte. Soyez simplement tranquilles. Adorons. Le message est la correction. Réfléchissez maintenant à ce que vous avez fait, à ce que vous devriez faire, et à ce qui a fait de vous ce que vous êtes aujourd’hui. Ce qui vous condamne aujourd’hui, c’est que vous avez fait quelque chose hier. Qu’en sera-t-il demain? Arrangez cela aujourd’hui, et vous serez libre demain. Voyez? Vous devez faire un choix. Comment pouvez-vous vous y prendre? C’est par la foi que j’abandonne tout. Je me dégage maintenant et un jour, j’irai là-bas.

Bientôt dans la douceur,
Nous nous rencontrerons sur ce... (Adorez simplement le Seigneur en Esprit maintenant.)
Bientôt dans la douceur,
Nous nous rencontrerons...

            (Cette église méprisée, évoluant difficilement, mais nous nous rencontrerons un jour.)

A notre généreux Père céleste,
Nous offrirons hommage et louange,
Pour le glorieux don de Son amour,
Et les bienfaits consacrant nos...

            (Avec les quelques méprisés qui suivent le Seigneur, par la foi, je choisis.)

Bientôt (bientôt) dans la douceur (dans la douceur)
Nous nous rencontrerons sur ce beau rivage (par...)
Bientôt dans la douceur (dans la douceur)
Nous nous rencontrerons sur ce beau rivage.

Il y a un pays qui est... (Adorez-Le simplement. Ça, c’est l’adoration.)
... la foi, je peux voir (C’est par la foi que je fais mon choix.)... là, attend

            (Je vois tout... le Seigneur là-bas. Frère George, frère Seward, tous les saints.)

Nous, un beau palais là (Oui, Seigneur.)... douceur

            (Il y a papa, Howard, Edward, et tous les anciens saints amis qui sont rentrés là il y a longtemps.)

Bientôt (bientôt) dans la... (Oui, Seigneur)
Nous nous rencontrerons sur ce beau rivage.
Nous chanterons sur ce beau... (Ô! Dieu...)
Les chants mélodieux du bienheureux (Gloire à Dieu.)
... il n’y aura plus de chagrin.
Plus de soupirs pour les bénédictions du repos (Un lieu de repos)
Bientôt (bien...) dans la douceur (douceur)
Nous nous rencontrerons... ce beau rivage,
Bientôt dans la douceur,
Nous nous rencontrerons sur ce beau rivage.

Up

S'abonner aux nouvelles