Ecoutez-le

Autres traductions de ce sermon: Ecoutez-Le - Shp
Date: 60-0313 | La durée est de: 1 heure 40 minutes | La traduction: MS
doc pdf mp3
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1    ...la prière de la foi sauvera le malade et le Seigneur le relèvera. Pourriez-vous vous avancer, frères, afin que nous posions nos mains sur ces tissus de prière. Je sais que nous avons toujours entendu les gens demander: «Avez-vous oint ces tissus?»
    Beaucoup de personnes les oignent et c'est en ordre; Dieu bénit cela. Mais, si vous regardez dans les Écritures, vous verrez que Paul ne les a pas oints, mais, qu'il les retira de son corps. Voyez? Ainsi, nous allons maintenant prier sur eux et que chacun de vous prie avec nous. Maintenant, inclinons nos têtes pour la prière.
    Précieux Seigneur, nous nous tenons ici ce soir à l'ombre de Ta miséricorde, Te demandant en tant qu'Église du Dieu vivant, de bénir ces précieux morceaux de tissu qui sont ici, ces mouchoirs et ces petits paquets. Et Père, que le Saint-Esprit, lorsqu'ils seront appliqués sur quelqu'un, vienne sur eux et les guérisse de toute infirmité. Nous posons nos mains par la foi... en tant que Frères et Soeurs croyants, nous faisons ceci par la foi et Te le demandons au Nom de Jésus. Amen!

2     Merci, Frères. Vous pouvez vous asseoir... J'aimerais dire ceci: J'ai eu de nombreuses réunions à Phoenix, qui ont rassemblé de plus grandes foules qu'aujourd'hui, mais je n'ai jamais eu de séjour aussi agréable que celui-ci de la communion fraternelle a été l'une des plus bénies que j'aie jamais eues. Nous avons visité différentes églises. Nous sommes venus ici avec les Assemblées de Dieu et c'est la première fois, d'après mon souvenir, qu'il m'a été possible de rencontrer frère Shores, personnellement. Je ne le dis pas parce qu'il est ici, mais quand vous pouvez entendre d'autres prédicateurs de foi différente qui... de même foi, mais d'une dénomination différente, dire du bien de ce frère... ce sont des hommes bons. C'est vrai. D'autres hommes, qui n'étaient probablement pas d'accord avec lui au sujet des doctrines de la Bible, sur une question mineure, me dirent pourtant: «Frère Branham, c'est un homme pieux.»
    Ainsi, nous sommes reconnaissants pour la coopération des Assemblées de Dieu, de toutes les assemblées à travers la ville. Que le Seigneur les bénisse richement.

3    Pendant notre séjour, nous avons dû quitter les Assemblées de Dieu pour venir ici, étant donné que c'est une réunion inter-dénominationnelle, j'ai découvert qu'il y avait différents groupes, et je suis content qu'il y ait différents groupes. Je suis content que Dieu nous fasse différents les uns des autres. Dieu est un Dieu de variété: Il a de grandes montagnes et de petites montagnes. Et Il a... Il a des déserts et des marécages. Il a des fleurs blanches, des fleurs bleues et--et des fleurs rouges, et Il a des tout petits hommes, des hommes grands et forts, et des femmes petites, des femmes fortes, des femmes maigres. Et oh! il y en a de toutes sortes. Il est un Dieu de variété. Certains sont rouquins, d'autres sont bruns. Certains hommes ont les cheveux ondulés... et d'autres n'en ont point du tout et... Oh! Il est simplement un Dieu de variété. Voyez? Il fait les choses comme Il les désire.

4     C'est ainsi que je pense. Il fait des hommes blancs, des bruns, des noirs, des jaunes... Un Dieu de variété. Voyez? De même, il y a des différences dans les églises. Nous en avons une d'une sorte et l'autre d'une autre, mais nous pouvons être tous ensemble des êtres humains.
    Un Noir peut donner de son sang à un Blanc, et vice versa. L'indien peut en donner au blanc et le blanc à l'indien, car, Dieu a fait toutes les nations d'un même sang. Ainsi, Il nous a créés pour être un peuple. Mais, de même que le temple de Salomon fut taillé dans différentes parties du pays, il y avait là différentes sortes de pierres... Mais, quand ce fut le moment de les réunir, elles s'ajustèrent toutes parfaitement. Pas de coup de marteau, pas de bruit de scie pendant les quarante ans de sa construction. Je crois que, lorsque Dieu se préparera à enlever l'Église, nous ne discuterons plus pour savoir si nous sommes Méthodistes, Baptistes ou autres; nous partirons simplement tous ensemble.

5    Dimanche, il y a une semaine, j'ai eu une belle communion fraternelle chez frère Fuller, au Temple de la Foi. Frère Fuller est un homme merveilleux. Il représente les églises inter-dénominationnelles, ce qu'on avait coutume d'appeler: Les églises indépendantes. Et... lui et frère Grunter sont des frères indépendants. C'est un groupe de merveilleux chrétiens et nous avons eu un accueil chaleureux. Aujourd'hui, j'étais chez frère Outlaw, c'est l'homme qui, le premier, subventionna mes réunions, lorsque je suis venu à Phoenix; lui, et frère Garcia pour les Mexicains. Frère Outlaw a le Tabernacle du Nom de Jésus.
    Nous avons vraiment passé un moment merveilleux là-bas, ce matin. Le Saint-Esprit était présent et le choeur chanta. J'ai emporté toute une série de leurs disques et je suis impatient d'arriver chez moi pour les écouter. Ils chantèrent le «En haut, en haut, en haut, en haut!» J'aime cela. J'ai un peu l'esprit méridional en moi. J'aime taper des mains, vous savez... pour sentir en quelque sorte ma religion. Ainsi, nous avons eu un merveilleux moment de communion là-bas, ce matin, avec notre frère Outlaw. Le Seigneur a répondu d'une façon merveilleuse. Ainsi...

6    Il représente l'Église Pentecôtiste Unitaire et les autres représentent les Indépendants. Les frères, ici, représentent les Assemblées de Dieu et nous sommes tous un en Jésus-Christ! Tous ont le Saint-Esprit. La prochaine fois que je reviendrai, j'essaierai d'aller dans les autres églises, celles où je ne suis pas allé; cela pour que vous sachiez que nous VOUS aimons, peu importe ce que vous croyez, c'est Celui en qui vous croyez. C'est cela: Celui en qui vous croyez. Nous croyons tous au Seigneur Jésus-Christ, pour notre Salut. Nous ne nous confions pas dans nos propres oeuvres ou dans notre affiliation aux églises, mais, nous nous confions en ce qu'Il a fait pour nous, lorsqu'Il mourut au Calvaire.

7    Ce sont des gens vraiment gentils qui viennent aux réunions. Ces hommes, beaucoup d'entre eux, ont fermé leurs églises pendant ces réunions. Nous vous en remercions. Les hommes d'affaires chrétiens, un congrès, a été organisé pendant ce séjour-ci. J'aime ça. Je suis content que cela soit arrivé pendant que j'étais ici. Je suis pour les hommes d'affaires chrétiens, aussi longtemps qu'ils continuent à avancer de cette manière pour aider l'église, pas pour prendre la place de l'église, mais, pour aider l'église. Ainsi, fraternisez avec les hommes d'affaires. Un homme d'affaires peut témoigner à d'autres hommes d'affaires. C'est du bois, si c'est exécuté ainsi; comme dans le passé, cela édifiera l'Église, la fera grandir. Nous sommes reconnaissants pour tout ce qui édifie le Royaume de Dieu.

8    Je désire remercier chacun d'entre vous de votre bienveillante coopération en venant soir après soir. Cela a fait environ quinze jours de réunions et lorsque mon jeune fils, Joseph, apprit qu'en Indiana il était tombé quarante-cinq centimètres de neige fraîche et que l'état d'urgence avait été décrété, que toutes les écoles avaient été fermées, il dit: «Papa, pourquoi ne pouvons-nous pas rester deux ou trois jours pour aller à South Mountain chasser le monstre de Gila.» (Ce qui est une sorte de gros lézard.) C'est un garçon assez intelligent pour quatre ans.
    Je lui dis: «Mon petit chou, j'aimerais bien, mais tes soeurs doivent retourner à l'école et nous devons aller directement à Tulsa avec frère Roberts et frère Osborn, ainsi qu'avec tous les frères du pays pour une entière coopération.»
    C'est merveilleux de voir les gens se rassembler de cette manière. C'est ce que j'ai désiré voir... C'est que des frères puissent se tendre la main par-dessus la barrière. C'est cela. C'est cela. Soyez des frères.
Nous ne sommes pas divisés,
Mais formons tous un seul Corps.
Un dans l'espérance et la doctrine,
Uns dans la charité.
    En vrais soldats chrétiens qui marchent de l'avant. Ce que nous attendons, c'est la venue du Seigneur Jésus.

9    Maintenant, je désire tous vous remercier de... on vient de me dire à l'instant... Frère David et mon secrétaire, frère Mercier, viennent de me dire que vous avez fait deux offrandes d'amour à mon intention dans cette réunion. Merci, mes chers amis! Cette offrande d'amour sera versée à la fondation du Branham Tabernacle et sera utilisée pour financer les réunions. Je reçois un salaire de cent dollars par semaine. Ainsi, cela ira pour le Royaume de Dieu. Dans chacune de ces églises: Dans l'église de frère Outlaw, ce matin, et dans l'église de frère Fuller, Dimanche passé, j'ai essayé de les empêcher de le faire, mais, au moment où je passai la porte, frère Fuller mit un chèque dans ma main. J'ai oublié de combien il était exactement, environ cent dollars, je crois, comme offrande missionnaire.
    Et, ce matin, l'église de frère Outlaw a donné cent un dollar cinquante comme offrande missionnaire aussi. Elle est entre les mains du secrétaire qui la fera parvenir à la fondation qui nous envoie outre-mer prêcher l'Évangile. Je prie qu'un jour, aux cieux, cela devienne du mortier pour votre demeure éternelle de l'autre côté.

10    Nous vous remercions tous de votre bienveillante coopération et d'avoir acheté les bandes et les livres. Ils se financent presque à eux-mêmes.
    Quelquefois, nous devons laisser la campagne acquérir les livres, il peut l'avoir de toute façon gratuitement, c'est vrai. Ce n'est pas l'idée de... Simplement, afin que je puisse avoir de quoi les réimprimer. Et les frères qui les vendent ont un très petit salaire. Ils travaillent à plein temps pour la fondation de l'église et pour l'église elle-même. Si vous désirez un reçu pour vos dons, nous avons maintenant un numéro à Washington D.C. où vous pouvez obtenir officiellement une déduction de vos impôts.

11    Merci de nouveau pour tout ce que vous avez fait. Et merci aux aimables... personnes qui ont placé les gens et ont aidé dans les lignes de prière. Et, par-dessus tout, nous remercions Dieu du fond de notre coeur, chacun d'entre nous, de Sa présence dans chacune des églises et, ici, dans cet auditorium. Soir après soir, nous avons vu Sa main puissance se tendre avec miséricorde pour guérir les malades et pour prouver que Son apparition, Sa deuxième venue, est proche. J'aimerais demander ce soir, alors que l'auditorium est presque comble... je veux dire cette arène, j'aimerais vous demander à tous de prier pour moi.
    Peut-être que dans les prochains jours, ou dans une, deux, trois, quatre, cinq semaines, frère Duplessis et moi-même irons tenir des réunions dans toute l'Europe. Peut-être qu'un peu plus tard, en été, nous irons en Australie et en Nouvelle Zélande; ensuite, les hommes d'affaires chrétiens désirent m'avoir trente jours... à Cuba où le Gouvernement nous invite. Et aussi à Haïti, dans ces différents endroits et, ensuite, où nous étions, là-bas, dans les Caraïbes et à Porto-Rico, où le même groupe qui subventionna Billy Graham eut une réunion avec moi pour l'île entière! Formant ainsi un cercle de feu tout autour: Un soir, à tel endroit et, un autre soir, à tel autre; finalement, nous sommes revenus au Stade pour une grande réunion! Ils m'ont fait de nombreuses éloges au sujet des réunions. Oh! "la moisson est vraiment mûre, mais les ouvriers sont peu nombreux.» Prions le Seigneur qu'Il...

12    Je désire remercier les familles qui m'ont reçu, d'avoir été si gentilles. Spécialement frère et soeur Sharritt et frère et soeur Williams et toutes les aimables communautés où qu'elles soient. Nous vous remercions vraiment de tout notre coeur. Je dis cela la part de ma femme, de ma famille, de mon fils, de Frère David Duplessis, de frère Roy Borders, de mes collaborateurs, Frère Gene Goad et Frère Leo Mercier, soit toute l'équipe; frère Sothmann, Fred Sothmann, du Canada, qui est aussi un des collaborateurs de l'église, en tant que l'un des administrateurs de la fondation. Nous vous remercions tous du fond du coeur. Que Dieu soit avec vous. Et, nous espérons être de nouveau au milieu de vous, avant que Jésus vienne, si c'est possible. Que Dieu vous bénisse et qu'il fasse prospérer vos églises et que beaucoup d'âmes soient sauvées.

13    Maintenant, inclinons nos têtes un moment pour la prière.
    Père céleste, nous voulons vraiment Te remercier, car c'est Ta grâce qui a fait tout ceci pour nous. Nous avons fait cela, Seigneur, et nous sommes venus ici pour être en communion avec les églises, avec les frères, et afin de rencontrer de nouveau ces précieuses âmes. Nous nous sentons comme Paul, le jour où ils le suivirent jusqu'au rivage et qu'ils se mirent à genoux et prièrent.
    Seigneur, ce même Esprit vit dans des hommes et des femmes, ici même, à Phoenix, et, quand nous les voyons et pouvons fraterniser de nouveau, parler de Toi, de Ta venue, prêchant la Parole, voir que Tes enfants malades reçoivent de l'aide, que les fidèles d'églises nouvellement construites augmentent en nombre, nous Te sommes si reconnaissants, Seigneur. Cela est arrivé à cause de Ta grâce surprenante. Nous Te prions de bénir cette ville et tous ses prédicateurs et puissent ces églises croître et prospérer en Jésus-Christ.

14    Nous arrivons maintenant à la Parole et aux derniers mots de ce réveil. Père céleste, nous désirons que Tu aies le dernier mot. Nous voulons voir Tes bénédictions et entendre Ta voix nous parler de nouveau ce soir. Et, alors que nous essayons de lire Ta Parole inspirée, sainte et sacrée, nous Te prions, afin que le Saint-Esprit prenne les paroles et qu'Il les distribue et les fixe dans chacun des coeurs, comme Il le désire, là où elles sont nécessaires. Puisse la semence tomber dans un terrain fertile et croître pour devenir de grands arbres de Salut. Accorde-le, Seigneur! Bénis-nous et aide-nous au fur et à mesure que nous allons plus avant dans le service. Nous Te le demandons au Nom de Ton cher et précieux Enfant, le Seigneur Jésus. Amen!

15    Ce soir, j'aimerais lire dans Matthieu, au chapitre 17, quelques versets. Pendant que vous cherchez ce passage, j'aimerais aussi dire à cet auditoire, combien j'apprécie les encouragements que vous avez prodigués à mon associé, frère David Duplessis, pour le bien qu'on m'a dit de son enseignement. Je vous remercie tous de vos compliments, je suis sûr que vous en retirerez du bien.
    Maintenant, au chapitre dix-sept de l'Évangile de Saint-Matthieu, nous commencerons avec le verset premier.
    Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques, et Jean, son frère, et il les conduisit à l'écart sur une haute montagne.
    Il fut transfiguré devant eux; son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière.
    Et voici, Moïse et Élie leur apparurent, s'entretenant avec lui.
    Pierre, prenant la parole, dit à Jésus: Seigneur, il est bon que nous soyons ici; si tu le veux, je dresserai ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie.
    Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection: écoutez-le!

16    Je désire prendre ces deux derniers mots comme texte: «Écoutez-Le, Lui.» Ce soir, j'ai de nouveau un très petit texte pour un tel auditoire: Trois mots. Mais, si nous pouvons obéir à ces trois mots, ce soir, nous verrons la Pentecôte se répéter dans ce bâtiment. C'est petit, mais, oh! il y a assez de puissance là-dedans pour que le reste de la Bible s'enchaîne avec cela. «Écoutez-Le, Lui.» Parfois, ce n'est pas beaucoup de mots... Nous avons découvert des Frères dans la foi et j'en ai moi-même entendu dire: «Oh! Frère Branham, je ne crois pas qu'il y ait une nécessité quelconque pour moi de continuer à avancer.»
    Je suis allé écouter Billy Graham et oh! il y avait des milliers de personnes et je suis aussi allé écouter notre très noble frère Oral Roberts et il y avait là des milliers de personnes qui se pressaient sous la tente. Ainsi, on dirait que peut-être mon petit auditoire ne veut pas beaucoup dire pour vous, mais vous avez tort. Appréciez-vous votre doigt? Vous ne voudriez pas que votre doigt dise: «Parce que je ne suis pas un oeil ou une oreille, je n'agirai plus.»
    C'est si différent.

17    Cela me rappelle une petite histoire qui arriva quand feu le roi George vint visiter le Canada, avec sa chère épouse. Le roi souffrait à ce moment-là de sclérose en plaque, pour laquelle j'ai eu plus tard le privilège de prier; je reçus une lettre de sa part. Et, le jour où il dû traverser Vancouver, en Colombie britannique, il descendit la rue dans son carrosse. Les gens fermèrent les écoles, les professeurs... Et tous se préparèrent pour fêter joyeusement la visite du roi.
    Je me souviens que mon associé, Frère Ern Baxter, me dit: «Frère Branham, lorsque j'étais là-bas et que je vis le roi passer, avec sa charmante épouse dans sa jolie robe bleue, j'ai souri et pleuré en même temps!»
    Voyez-vous, cela voulait dire quelque chose pour lui: C'était le roi et la reine qui passaient. Et je pensai: Si les Canadiens qui font partie de ses sujets, étaient aussi émus de voir passer le roi d'Angleterre, que sera-ce quand le Roi de gloire passera?

18    Tous les petits enfants avaient reçu un petit drapeau britannique et, au passage du roi, ils devaient agiter ce petit drapeau et chanter: «Dieu sauve le roi!»
    Et, après le passage du roi, près d'un petit hôtel où le Frère était descendu, les enfants devaient retourner à l'école. Dans une certaine école, tous rentrèrent, excepté une petite fille. La maîtresse était très inquiète à son sujet; elle partit dans les rues à sa recherche et la trouva debout, appuyée à un poteau de téléphone. Elle était appuyée contre ce poteau et elle pleurait à chaudes larmes. L'apercevant, elle courut vers la fillette qui était de petite taille et la prit dans ses bras. Elle sanglotait comme si son petit coeur allait se rompre. Elle dit: «Pourquoi cries-tu, mon petit chou? N'as-tu pas vu le roi?»
    Elle répondit: «Oui, je l'ai vu.»
    «Eh bien! dit-elle, as-tu agité ton drapeau de fidélité quand il a passé?»
    Elle répondit: «Oui.»
    - Et, tu l'as vu?
    - Oui, je l'ai vu.
    Puis, elle dit: «Pourquoi pleures-tu?»
    Elle répondit: «Mademoiselle, j'ai vu le roi, mais, je suis si petite que le roi ne m'a pas vue!»

19    Ce n'est pas ainsi avec Jésus! Peu importe que vous fassiez peu de chose, Il sait tout ce que vous faites. C'est enregistré dans le ciel sur votre compte, autant que pour Billy Graham, Oral Roberts ou n'importe lequel de ceux qui ont de grandes réunions. Parfois, ce ne sont pas les grandes choses que nous faisons, mais, les petites choses que nous négligeons de faire. Jésus ne fait pas acception de groupes. Jésus allait dans toutes sortes de groupes, de toute grandeur et de toute condition sociale. Une fois, il nous est rapporté qu'Il était avec cinq cents personnes et, parfois, avec des milliers de gens. Une fois, nous le voyons avec douze personnes, une autre fois, avec trois ou même une seule personne. Peu importe l'importance du groupe, le principal, c'est que Jésus soit là quand ce groupe se réunit. Peu importe que votre église soit petite ou qu'elle soit grande et à combien de personnes vous prêchez. La question est: Vous êtes-vous livrés à Dieu à tel point que Jésus se manifeste au milieu de vous?

20    Cela a dû être un événement spécial, un grand événement. Pierre l'appela plus tard la «montagne sainte». Je ne crois pas que Pierre voulut dire que la montagne était sainte. Je crois que Pierre voulut dire que le Dieu Saint les rencontra sur la montagne! Ce n'est pas la sainte Église! Ce n'est pas le peuple saint! C'est le Saint-Esprit, dans les gens, qui en fait quelque chose! Pas l'église, ni les gens, mais le Saint-Esprit. Quand Dieu s'apprête à faire quelque chose d'important, Il le déclare généralement dans les cieux, d'abord. Et ceci dû être un événement spécial. Ils allèrent à ce que nous appelons: La montagne de la transfiguration. Et Il avait dit quelques jours auparavant: «Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne verront point la mort, qu'ils aient vu le Fils... Le Royaume de Dieu venir avec puissance.»

21    Je crois qu'à peu près tous les prédicateurs ou beaucoup d'entre eux, savent que cette disposition représente l'ordre de la venue de Christ. Premièrement, ils ont vu quel était l'ordre: Ils ont vu Jésus qui devait apparaître et, ensuite, ils ont vu la venue de la glorification et Moïse et Élie, l'ordre exact de Sa seconde venue. Puis, lorsqu'ils regardèrent de nouveau, ils ne virent que Jésus seul, quand ils se retournèrent.
    Maintenant, nous voyons qu'Il les a pris là-haut dans un but précis et qu'il en a pris trois. Dans l'Ancien Testament et aussi dans le Nouveau Testament, trois est une confirmation: «... que par la bouche de deux ou trois témoins, toute parole soit établie.» C'est dans l'Ancien et le Nouveau Testament à la fois; et, nous remarquons que Jésus avait avec Lui: Pierre, Jacques et Jean, trois témoins terrestres pour rendre témoignage. Et Dieu avait sur la montagne: Moïse, Élie et Jésus, pour un témoignage céleste. Dieu est sur le point de faire quelque chose de grand.

22    La chose, je pense, que Dieu faisait ici... Une chose sur laquelle j'aimerais attirer votre attention également, c'est que Dieu, je crois, essayait de placer... ou de se conformer à Ses propres lois. Il doit vivre dans le cadre de Ses propres lois.
    C'est la raison pour laquelle je crois que Jésus était plus qu'un prophète! Jésus était Dieu fait chair! Dieu n'aurait pas pu envoyer quelqu'un d'autre, né d'un homme et d'une femme, pour prendre la place et pour engloutir la mort, parce que Dieu devait subir sa propre punition. Dieu ne pouvait pas mourir en Esprit, c'est pourquoi Il devint chair et habita parmi nous, afin de prendre sur Lui la mort, et notre condamnation fut placée sur Son précieux corps. Il mourut pour nous tous, là, dans ce précieux corps qui est assis à la droite de Sa Majesté, ce soir. Dieu ne peut plus regarder la maladie, elle est condamnée. Il ne peut plus regarder le péché, il est condamné! Il y a là le rachat, le corps frappé et brisé du Seigneur Jésus, qui est assis à Sa droite dans les cieux. C'est ce qui nous fait avoir la foi, parce qu'il est assis là-bas pour intercéder sur la base de notre confession.

23    Dieu faisait ici, ce que nous appelons dans la Bible, le placement d'un fils! Dans l'Ancien Testament, lorsqu'un enfant, un fils, naissait dans une famille, ce fils était un fils dès sa naissance, bien sûr. Il était le fils de son père. Mais, cependant, avant d'hériter du royaume de son Père de sa possession, ce fils devait d'abord être élevé et éprouvé. Le père devait déceler si ce fils était un véritable fils ou si ce n'était simplement qu'un vagabond. Et ce fils ne serait jamais devenu un héritier, s'il n'était pas qualifié pour prendre la place de son père. Mais, s'il était qualifié et qu'il prenne la place de son père, alors tout ce que le père avait revenait à son fils! C'est là où je pense que beaucoup d'entre nous, Pentecôtistes, avons commis une faute. Nous pensons qu'aussitôt que nous devenons des fils et des filles de Dieu, tout est réglé. Mais, nous ne sommes arrivés qu'au point où nous pouvons être éprouvés! Les Méthodistes disent qu'aussitôt qu'ils crient, c'est en ordre. Les Luthériens croient à la justification par la foi et pensent que c'est ainsi réglé. Peu importe la position dans laquelle Dieu vous met, vous grandissez toujours! vous continuerez vers la perfection et vous ne l'atteindrez pas avant que Jésus vienne.

24    Dans l'Ancien Testament, Dieu avait établi Son royaume dans le même ordre que le sien sous les anciennes lois. Le père possédait un domaine et il embauchait des ouvriers qui travaillent sur toute l'étendue du terrain. Nous remarquons dans la version du roi Jacques que, dans Jean 14, il est dit: «Dans la maison de mon Père, il y a plusieurs demeures.» Cela paraît étrange, n'est-ce pas? Des demeures dans une maison. Je ne sais pas si c'est Moffatt ou un autre, mais j'ai lu que le traducteur tourna cela encore plus en dérision. Il dit: «Dans le bâtiment locatif de mon Père, il y beaucoup d'appartements», comme si nous allions là-bas pour louer des appartements! Non, c'est tout faux.
    On m'a dit que lorsqu'il fit la traduction dite 'du roi Jacques', on la fit dans le langage de l'époque. En Angleterre, effectivement, le roi était le père et tout son domaine était sa maison. C'est parfaitement conforme à l'Ancien Testament. Là, le père avait son domaine et il dominait sur ce domaine. Dès qu'un enfant naissait, le père, tellement occupé par d'autres charges, cherchait un tuteur ou quelqu'un pour élever son enfant. Et ainsi, sachant que cet enfant était dans la ligne d'héritage de tout ce qu'il avait!... propriété, renom, et que tout ce qu'il avait irait à ce fils, il cherchait le meilleur précepteur possible pour s'occuper de cet enfant!

25    Et Dieu fait la même chose avec Ses enfants! Quand un homme naît dans le Corps du Seigneur Jésus et devient fils de Dieu, Dieu a cherché dans les cieux le meilleur tuteur qu'il connaisse pour éduquer Ses enfants! Ce n'est pas un évêque, mais c'est le Saint-Esprit que Dieu a mis au-dessus de Son Église, pour enseigner Son Église, à croire des choses spirituelles et les oeuvres surnaturelles de Dieu! Il ne mettrait pas au-dessus de Son Église un évêque qui ne croit pas... qui pense que le temps des miracles est passé et que tout le surnaturel est fini. Dieu ne ferait pas cela. Et le Saint-Esprit fut envoyé pour gouverner et guider l'Église. Dieu donna cette tâche au Saint-Esprit pour faire cela.

26    Le père n'aurait pas choisi un homme qui aurait essayé d'obtenir une cocarde, comme on dit, alors que le fils aurait été un renégat comme... Le père penserait: Il sait que je suis le père, alors il viendra pour être complimenté, disant: «Oh! votre fils va très bien.»
    Non, il ne ferait pas cela. Il choisirait un homme qui allait lui dire la vérité, car il voulait connaître exactement le développement de ce garçon en tout temps. C'est ce que Dieu fit. Il ne fit jamais confiance à un pape, à un évêque ou autre. C'est pourquoi Il envoya le Saint-Esprit sur l'Église pour qu'Il soit l'Enseignant et Celui qui élève l'Église. C'est pourquoi le Saint-Esprit sera honnête avec Dieu.

27    Ainsi, cet éducateur, ce tuteur, était censé venir faire rapport au père sur les progrès de l'enfant. Et, combien ce tuteur devait rougir, si l'enfant se conduisait mal, lorsqu'il devait dire que le petit garçon ne s'intéressait pas aux choses ayant trait à la ferme ou au royaume de son père. Comment le Saint-Esprit doit-Il se sentir, aujourd'hui, lorsqu'Il va devant Dieu! baissant la tête de honte en faisant rapport sur notre indifférence dans l'église aujourd'hui. Et de Lui dire que nous avons mis de côté le baptême de l'Esprit; que les églises ont l'apparence de la piété, mais qu'elles renient ce qui en fait la force. Comme Il doit rougir, en disant: «Tes filles sont habillées d'une façon immorale!» Comme Il doit rougir, en disant: «Tes enfants ne peuvent même pas s'accorder les uns avec les autres, assez longtemps pour avoir une réunion.» Lui dire qu'ils se moquent de Ton peuple qui a été appelé et qui est rempli de l'Esprit! Comment le Saint-Esprit doit-Il se sentir lorsqu'Il se présente devant Dieu avec de tels messages?
    Lorsqu'Il revient et qu'Il doit dire qu'ils ont l'apparence de la piété; qu'ils ne croient pas plus au surnaturel: qu'ils ne vont même pas à l'église le mercredi soir! qu'ils restent à la maison pour regarder leur programme favori à la télévision... Quelle situation cela doit être?

28    Et quant à Ton don que Tu as envoyé dans Ton Église, pour confirmer Ta Parole promise, les gens s'en vont et L'appellent les oeuvres du diable!
    Et souvenez-vous que le Saint-Esprit doit rapporter à Dieu tout ce que dit chaque Chrétien professant! parce qu'Il est envoyé.
    Peut-être que le Père dit: «As-tu essayé? As-tu frappé à la porte de leur coeur?»
    - Oui, j'ai frappé soir après soir, mais ils ne veulent pas écouter!
    Que doit-Il éprouver? comment peut-Il avoir confiance en nous, comme Il le fit pour Adam et Ève? Il les mit dans le jardin d'Éden, croyant qu'ils se conduiraient bien... qu'ils obéiraient à Sa Parole et pourtant ils tombèrent. Et dès qu'un homme tient quelque chose dans ses mains, il tombe chaque fois. Il ne peut pas le tenir lui-même! Il faut que ce soit Dieu qui nous tienne.

29    Ensuite, nous remarquons de nouveau que lorsque... Qu'arrivait-il si ce fils était un bon garçon? Oh! le maître, bombant le torse, s'avançait vers le père et lui disait: «Je suis si content, Monsieur, de vous faire rapport sur les progrès de votre fils. Il est intelligent comme tout. Il est tout à fait... tout à fait comme vous. C'est bien le fils de son père, il est exactement comme vous! Il aime les mêmes choses que vous! Il fait le travail exactement comme vous le faisiez, lorsque vous étiez là-bas!»
    C'est au sujet de cette sorte d'église que le Saint-Esprit aime témoigner devant Dieu! Jésus a dit: «Le genre d'oeuvres que je fais, vous les ferez aussi.» C'est au sujet de ce genre d'église que le Saint-Esprit aime témoigner devant Dieu.

30    Et alors, si cet enfant, ce fils, n'obéissait pas et qu'il était un enfant désobéissant, il n'était jamais plus qu'un fils; il restait un fils, mais cependant, il n'avait pas d'héritage. Maintenant, nous ne voulons pas en rester là. L'église devrait être mille kilomètres plus loin sur la route qu'elle ne l'est ce soir! Les bénédictions de la Pentecôte sont répandues sur les gens depuis cinquante ans, et nous régressons au lieu de progresser.
    - Pourquoi prêchez-vous comme ceci, Frère Branham?
    Je veux voir l'Église de Dieu dans une profonde sincérité, je veux voir les réunions de prière à l'ancienne mode. Je veux voir ces époques où ils ne pouvaient pas quitter l'église, ils y restaient toute la nuit! ils priaient, jeûnaient et criaient jusqu'à ce que Dieu réponde. Au lieu de cela, il semble que l'Amour se soit éloigné de nous. L'Amour de Dieu, cet Amour... Comme chrétiens, nous pouvions difficilement attendre le moment où la cloche sonnait; nous prenions les premières places et nous étions prêts avec un recueil de chants dans les mains. Mais, maintenant, nous disons: «Oh! je ne sais pas...»
Oh! béni soit le lien
Qui joint nos coeurs par un amour chrétien.
La communion de mêmes pensées
Est pareille à celle d'En-Haut!
Lorsque nous nous séparons,
Cela nous donne une souffrance intérieure.
Mais nous serons toujours unis par le coeur!
Et nous espérons nous rencontrer de nouveau.
    C'est ainsi qu'est le véritable christianisme, c'est une expérience vivante. La Pentecôte n'est pas une dénomination. La Pentecôte est une expérience, que quiconque peut avoir s'il le désire. C'est quelque chose que vous expérimentez, le Saint-Esprit.

31    Si ce garçon grandissait ainsi, et qu'il ne devenait pas obéissant, qu'il n'agissait pas comme son père, s'il n'essayait pas de diriger l'affaire de son père, de la même manière que lui, alors cet enfant perdait tout son héritage. Un autre frère devait prendre sa place.
    Bien, aujourd'hui, si nous essayons d'apporter l'église devant Dieu, sous l'influence d'un credo ordinaire ou de la théologie! Ce n'est pas ainsi que Jésus apporta l'Église devant le Père. Dieu veut que l'Église soit remplie du Saint-Esprit et qu'elle fasse les mêmes oeuvres que Lui faisait, lorsqu'Il était ici sur Terre! C'est le genre d'Église, que le maître, le Saint-Esprit, désire présenter à Dieu.

32    Je vous ai dit une fois, ici, au sujet d'un contrat dans l'Ancien Testament, qu'après l'avoir rédigé, ils le déchiraient. Mais, quand ils réunissaient les différentes parties, elles devaient correspondre parfaitement; chaque morceau de papier devait s'ajuster exactement et tout le programme s'aligner parfaitement. Dieu confirme Son alliance avec Son peuple au travers d'Isaac, de Christ. Et au Calvaire, Il déchira le Messie, Il prit le corps et le plaça à Sa droite et envoya l'Esprit, ici, sur l'Église! Et, l'Église devrait avoir le même Esprit et faire les mêmes choses que Jésus, sinon, Elle ne participera jamais à l'Enlèvement! Correspondre. Prenez ce morceau de papier-ci et déchirez-le. Maintenant, vous ne pourriez l'imiter, si vous étiez appelés à le faire. Il faut utiliser de nouveau le même morceau de papier, si l'on veut que ses lettres correspondent comme avant. C'est exactement ainsi que l'Église doit être! Jésus s'occupait toujours des affaires de Son Père et Il faisait ce qui était juste à Ses yeux! Pas simplement faire et cela, ce que l'église commence à faire, mais c'est s'occuper des affaires du Père et Jésus avait ce témoignage: «Je fais toujours ce qui est agréable au Père.»
    Prenons comme type: Énoch, avant son enlèvement. Énoch marcha avec Dieu cinq cents ans et il reçut le témoignage qu'il était agréable à Dieu! Il était un type de l'Église enlevée. Oh! nous sommes trop courts.

33    Ensuite, cet enfant... Dieu dû élever un autre enfant, et, si la Pentecôte abandonne Dieu, Dieu peut de ces pierres-ci susciter des enfants à Abraham! Dieu a appelé des Luthériens, des Baptistes, des Presbytériens! Dieu peut de ces pierres-ci susciter des enfants à Abraham!! Quelqu'un en aura la vision et continuera! Je n'ai pas l'intention de vous casser les oreilles ou d'effrayer les bébés. J'ai simplement beaucoup de vapeur et je dois la faire sortir quelque part, car elle s'accumule. Je me sens bien; je me sens religieux, parce que je sais, que le Saint-Esprit, Lui-même, qui écrivit la Parole, est ici qui la confirme, mot après mot, lettre après lettre, règle sur règle, un peu ici, un peu là. «Retenez ce qui est bon, car c'est par des hommes aux lèvres balbutiantes et au langage barbare que Je parlerai à ce peuple et voici le repos, le Sabbat.»
    Ils n'ont point voulu écouter tout ceci; car la Parole vient lettre par lettre, règle sur règle.

34    Alors, si cet enfant n'obéissait pas et ne s'occupait pas des affaires de son père, Dieu suscitait un autre fils et c'est ce qu'il a fait au travers des âges, suscitant un Luther, suscitant un Méthodiste, suscitant un Nazaréen, suscitant un Pèlerin de la Sainteté, suscitant une Pentecôte. Il continuera à en susciter et à en susciter et à en susciter, jusqu'à ce qu'il en ait un! alléluia! Ô Dieu, j'espère vivre pour voir cette Église, lorsque Elle se lèvera dans la puissance et dans la beauté de la résurrection, avec la puissance de Dieu agissant au travers d'Elle, avec des signes et des miracles accompagnant les croyants, comme ce fut le cas dans le Nouveau Testament! Dieu, dans Sa puissance et dans Sa force! Oh! combien c'est merveilleux!

35    Alors, si cette église a bien obéi, combien le Tuteur aimerait aller vers le Père et dire: «Oh! il est merveilleux! Le travail est fait exactement comme Tu le faisais.» Voyez-vous ce que je veux dire? «Ton fils, là-bas, père, exécute ton travail, tes instructions à la lettre, comme tu le faisais.»
    C'est le genre d'église, c'en est une.

36    Alors le Père peut dire: «Je suis vraiment fier de ce fils.» Savez-vous ce qui arrive? Lorsqu'il reçoit son éducation, sa formation, pourtant, il ne peut pas exercer toute l'autorité... Il ne l'a pas encore fait, il est toujours un fils, mais, il n'a pas été placé.
    Maintenant, vous, prédicateurs, savez où j'en viens: au placement d'un fils. Maintenant, si ce fils s'est avéré être le genre de fils souhaité: Qu'il aime les affaires de son père, et garde exactement ses instructions, alors le père, un certain jour... conduit ce fils devant le public, le fait asseoir sur une place élevée, le pare d'un habit somptueux. Il y avait ce qu'on appelle l'adoption d'un fils ou le placement d'un fils, montrant la position qu'il avait. Il avait une cérémonie et ensuite, le père disait: «Celui-ci est mon fils, je l'adopte», ou bien, «Je le place dans sa position.» Et, s'ils avaient eu des chèques en ce temps-là, le nom de ce fils, sur les chèques, aurait été aussi valable que celui du père... parce qu'il était placé. Et le fils pouvait renvoyer qui il voulait et il pouvait engager qu'il voulait. Il possédait tout ce que le père avait.

37    Maintenant, voyez-vous, Jésus avait prouvé à Dieu qu'il avait été le bon genre de Fils. Et Dieu L'emmena au sommet de la montagne. Il amena là aussi des témoins, des témoins célestes et les témoins terrestres et Il le revêtit d'immortalité! Lorsqu'ils levèrent les yeux, ils dirent que Son vêtement brillait comme le soleil! Quelque chose de surnaturel s'était passé. Ses vêtements resplendissaient comme le soleil au milieu du jour et ils étaient d'une grande blancheur. Dieu plaça sur lui la robe de l'immortalité, montrant qu'il l'avait reçu. C'est la chose que Dieu fera un jour à Ses fils ici, sur Terre! Il vous appellera à l'écart, seulement si vous Lui abaissiez, que vous vous appuyez sur Sa Parole et la croyez! Il placera dans l'Église, avant la venue de Jésus-Christ, toute la puissance que Christ avait en Lui! Tout ce que Dieu était, Il le déversa dans Jésus! Tout ce que Jésus était, Il le déversa dans l'Église! Dieu, voulant que Son travail se fasse, L'envoya dans Son fils, le Fils, voulant que le travail se fasse, l'envoya dans l'Église! En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que le Père est en Moi, que je suis en vous et que vous êtes en Moi!» En ce jour-là, parce que la même puissance de Dieu! qui était en Jéhovah, Dieu, reposa en Jésus-Christ, la même puissance qui reposa en Jésus-Christ repose dans les fils placés dans le Corps de Christ!

38    Le placement d'un fils... Il l'emmène dans un certain endroit, fait une cérémonie devant les anges et le place dans la position qu'il a dans le Corps de Christ. Alors, cette personne a l'autorité!
    Laissez-moi dire ceci, même si vous me considérez comme un fanatique depuis ce soir. La chose même dont je parle, arrivera! Une puissance viendra dans l'Église, elle y entre maintenant, et le Saint-Esprit oindra les gens à tel point qu'ils prononceront la Parole et la chose sera créée! Nous n'avons pas vu la puissance... cela vient maintenant dans l'Église. [Frère Branham frappe sur la chaire. - N.D.É.]
    Je le sais en tant que fait. «Dites à cette montagne: - Ôte-toi de là. Ne doutez pas dans votre coeur, mais croyez que ce que vous dites arrive, vous pouvez obtenir ce que vous avez prononcé.»
    Le placement de l'Église dans Sa position, où la plénitude de la puissance du Saint-Esprit vient dans l'Église. Alors, la bouche des critiques sera fermée. Ce temps sera court. Jésus descendit de la montagne et alla directement au Calvaire. Notez ceci: c'est ne durera pas longtemps, mais cela arrivera.

39    Maintenant, quand le surnaturel se produit lors de leur dédicace, quand le surnaturel se produit, cela excite les gens, cela les rend tout excités et cela leur tourne la tête. Quand Moïse accomplit le surnaturel en Égypte, une foule mélangée alla avec lui et cela provoqua des difficultés dans le camp. Vous savez cela. Tous les lecteurs de la Bible sont au courant de cela, cela attira une foule mélangée. Les croyants mélangés avec les incroyants. Cela causa plus tard le trouble dans le camp. Lorsque le surnaturel se produit, cela rend les gens excités et ils partent dans l'erreur. C'est la même chose qui est arrivée chez les Pentecôtistes. Le surnaturel se produisit: Dieu déversa premièrement les dons du Saint-Esprit pour permettre aux gens de parler en langues!
    Et ensuite, ils eurent beaucoup d'imitations, de comparaisons charnelles. Ils se mettent à répéter un mot de nombreuses et de nombreuses et de nombreuses et de nombreuses fois, jusqu'à ce qu'ils reçoivent une espèce de langue dans laquelle parler. Ou, lorsque le surnaturel, d'une façon ou d'une autre, commence à se produire, alors quelqu'un essaie de l'imiter.

40     Vous savez que Dieu n'a jamais fait deux hommes pareils! Il n'y a pas deux personnes dans le monde entier à avoir la même empreinte digitale. Dieu fait les hommes différents! et Il envoie dans Son Église une diversité de dons. Mais nous nous cramponnons à l'un d'eux et vous partez avec cela; vous ne prenez pas la sagesse de l'Esprit. C'est la raison pour laquelle Dieu ne peut pas nous placer dans la position que nous devrions avoir dans Son Corps, là où à celui-ci est donné tel don, à un autre, tel autre, à un troisième, un don différent encore, mais tous formant le même Corps. Mais, nous voulons être exactement comme cette autre personne. Vous ne pouvez pas agir ainsi, vous devez utiliser la sagesse de la Parole! La Bible est notre plan!

41    Ainsi, quand ce fils était placé... Dieu plaça Son Fils d'après la même loi qu'il avait ordonnée par Son Peuple. Maintenant, s'il avait prescrit que la désobéissance produirait la mort, alors, Dieu descendit, devint chair, prit la désobéissance sur Lui-même et mourut pour la race humaine sur laquelle Il avait placé la mort. Car ils avaient amené la mort sur eux et Il prit la mort à leur place, afin de pouvoir les racheter.
    Dans l'Ancien Testament, Dieu avait donné des ordres concernant le placement d'un fils. Quand Il descendit, Il plaça Son propre Fils! selon les mêmes lois. Pendant qu'ils montaient sur la montagne, tout à coup, l'ange du Seigneur vint dans la puissance du Seigneur, les couvrit de Son ombre; Ses vêtements commencèrent à resplendir comme le soleil et... ils ont vu Moïse et Élie apparaître et Lui parler. Une voix se fit entendre du Ciel disant: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-Le!» Toute la puissance dans les cieux et sur Terre Lui fut donnée! Il avait été obéissant. Il était alors de Fils de Dieu, Dieu plaçant Son propre Fils. Écoutez!... «Écoutez-Le.»

42    Maintenant, qu'arriva-t-il, alors? Aussitôt que le surnaturel se produisit, Pierre devint tout excité. Il dit: «Laissez-moi vous dire ce que nous allons faire. Construisons ici trois tabernacles. Faisons trois dénominations différentes, trois tabernacles différents. Nous en donnerons un pour ceux qui veulent garder la loi de Moïse; nous les laisserons adorer dans ce tabernacle. Un autre veut garder les paroles du prophète; nous les laisserons adorer dans ce tabernacle. Et ceux qui désirent croire dans les Paroles que Jésus a prononcées, nous les garderons dans ce tabernacle.»
    Je suis si content que Dieu ait arrêté cela. Que se passerait-il si nous gardions la Loi? La Loi a la justice sans miséricorde! Vous ne pouvez pas être sauvés par la Loi. La loi ne renferme pas de Salut; la Loi vous condamne seulement! Elle vous dit que vous êtes un pécheur et que vous êtes coupable! Mais elle n'a pas de miséricorde. C'est un agent de police. Elle vous jette en prison, sans qu'il y ait moyen d'en sortir. Je suis content que nous n'ayons pas à écouter Moïse, car il apporta la Loi.

43    Et les prophètes étaient la Justice. Je ne veux pas la justice de Dieu, non, je veux Sa miséricorde. Pas la justice. Si j'avais la justice, je serais condamné. Je veux la miséricorde! Je n'invoque pas Sa justice, j'invoque Sa miséricorde. Moïse... ou Élie, celui qui fut envoyé pour les prophètes... Il monta sur la montagne et s'assit là-bas. Personne ne pouvait l'approcher. Et quand un roi insensé en envoya cinquante, il dit: «Si je suis un homme de Dieu, que le feu tombe et les consume.»
    La justice--je ne veux pas cela.
    Mais avant que Pierre eût terminé de parler de ces trois différents tabernacles, une voix se fit entendre de la gloire et dit: «Celui-ci est Mon Fils bien-aimé, écoutez-Le!» Moïse n'est plus, la loi n'est plus, les prophètes ne sont plus, mais voici mon Fils bien-aimé, «Écoutez-Le!» Peu importe qui vous êtes, «Écoutez-Le!» Peu importe ce que quiconque dit. Peu importe ce que maman dit, ce que papa dit, ce que la Loi dit, ce que quiconque dit. «Écoutez-Le!» Il est le Dieu éternel. Dieu le plaça comme votre Médiateur, votre Père, votre Dieu! «Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-Le!»

44    Mes amis, les gens de ce pays et de ce monde, alors qu'en voyageant j'en fais le tour, je découvre qu'ils ont si faim d'un réel et authentique christianisme. Nous avons eu tellement de maquillage, tellement de simulations, tellement d'imitations que le monde a vraiment faim de voir quelque chose de réel. Quel coup, l'autre jour, quand Monsieur Graham laissa venir cette bande de païens et qu'ils le défièrent quant à l'Évangile qu'il prêchait. Je ne sais pas ce que j'aurais fait, mais je crois que j'aurais été comme les enfants hébreux: «Notre Dieu peut nous délivrer de cette chose!» Je ne laisserai jamais l'Évangile être foulé aux pieds.
    Regardez, mais c'en arrive au point, mes amis, où le monde est si épouvantable qu'il vous demandera la preuve de chaque centimètre de terrain sur lequel vous vous tenez: Satan va faire cela. Le temps viendra où les imitations et les pensées charnelles seront circoncises du réel et véritable Corps de Christ! Il aura un Corps pur, saint et rempli de Son Esprit, qui marchera dans l'Esprit et qui fera les oeuvres qu'il a faites! Soyez fidèles à cela.

45    Ils veulent quelque chose de réel... Ils ont faim et soif de trouver la chose véritable. Ils ne veulent pas de la psychologie, ils ne veulent pas un discours intellectuel. Ils veulent quelque chose qui leur donne de l'assurance, quelque chose qui fasse revivre cette Bible.
    Quand je suis descendu de l'avion, à Bombay, en Inde, où nous avons eu le plus grand rassemblement, estimé à cinq cent mille personnes, la première personne que je rencontrai au Jay hôtel, où peut-être quatre cents missionnaires ou plus s'étaient réunis, ce fut un évêque, de l'église méthodiste de là-bas. Il me dit: «Frère Branham, je ne suis peut-être pas d'accord avec vous sur votre... doctrine de la guérison divine, mais vous êtes célèbre et je désire que vous gardiez cela intact, car c'est quelque chose de valable pour ces gens. Mais ne vous appelez jamais un missionnaire ici, car nous avions la Bible deux mille ans avant que vous soyez une nation!»
    Et c'est vrai. Saint Thomas alla là-bas et apporta l'Évangile en Inde. Mais que firent-ils? Ils le changèrent en une théologie intellectuelle et il est demeuré ainsi. Il dit: «Nous avons entendu ici, en Inde, que Dieu vous a donné un don pour faire revivre cette Bible! C'est cela qui nous intéresse, faites que la Bible vive de nouveau!»
    C'est ce que veulent les âmes au coeur affamé, c'est de voir la Bible redevenir réelle, voir Dieu venir sur la scène et agir comme Il le faisait. La Parole vivante devient une chose vivante pour nous qui avons soir de choses réelles. Il y a trop d'imitations...

46    Je ne sais pas si je vous ai déjà raconté cette petite histoire... vous pouvez quand même l'écouter à nouveau: Chacun sait que je chasse. J'aime chasser. C'est en moi, je n'y peux rien. Un jour que je chassais dans les bois du Nord avec un homme, qui était un bon chasseur, très habile à suivre une piste, et un tireur hors ligne... C'était un homme que vous n'aviez pas besoin de chercher tout le temps. Il savait où il se trouvait dans les bois et j'avais du plaisir à chasser avec lui. Nous nous séparions et je lui disais: «Je vous rencontrerai à trente kilomètres de là, à tel endroit.» Il y était exactement et ainsi, vous n'aviez jamais à vous inquiéter qu'il soit désorienté ou perdu. Il est en partie indien lui-même et il connaissait les bois. Donc il...

47    Un jour, je suis allé chasser avec lui, mais c'était l'homme le plus mesquin que j'aie jamais rencontré de ma vie; il était cruel. Il aimait tirer de petits faons, des bébés cerfs, pour m'émouvoir, parce que j'étais un prédicateur. Et il se moquait de moi et me disait: «Oh! vous êtes une poule mouillée. C'est là qu'est le problème avec vous, prédicateurs, vous êtes tous des poules mouillées!»
    Je lui dis: «Burt, ce n'est pas cela.»
    Il dit: «Je pensais que vous étiez un chasseur.»
    Je lui répondis: «Je suis un chasseur, mais pas un assassin. Je ne crois pas... Je crois que c'est un meurtre de faire cela par mesquinerie.»

48    Je ne crois pas qu'il soit juste de tuer des animaux comme cela, en les prenant simplement comme cible. Si quelqu'un est un meurtrier, c'est bien l'homme blanc. Emmenez-le une fois en Afrique et observez-le. Il tuera aussi longtemps qu'il peut tirer et abattre quelque chose. C'est vrai. Il est simplement... C'est sa nature d'agir ainsi. Vous, pauvres indiens qui êtes ici, regardez comme il tua les buffles et les cerfs et ramassa des os et d'autres choses, les utilisant comme cible. Ce n'est pas étonnant qu'ils aient une mauvaise opinion de nous. Dieu leur donna cet héritage. Nous les avons utilisés comme cible. C'est une honte, une disgrâce, une tache sur le drapeau... ou quoi que ce soit. Mais, simplement pour être un assassin...
    Et c'est ce que Burt était, il était un assassin; il tuait pour s'amuser. Il en tuait quatre ou cinq d'un jour simplement pour s'amuser.
    Une année que j'étais allé là-bas, il s'était fait un petit sifflet qui sonnait comme un petit bébé faon qui appelle sa maman. Et il me le montra et je dis: «Burt, vous n'allez pas l'utiliser?»
    «Oh! dit-il, revenez à vous-même, prédicateur, vous êtes trop poule mouillée!»
    Je lui dis: «Burt, le feriez-vous?»
    «Oh! dit-il, suivez-moi et vous verrez.»

49    Nous sommes allés chasser là-bas, dans environ quinze centimètres de neige, c'était un temps idéal pour suivre à la trace. Mais, les cerfs, après qu'on leur ait tiré dessus quelques fois, deviennent très sauvages dans cette région; ceux à la queue blanche se cachent, si bien que vous ne pouvez pas les voir et ils ne sortent pas pendant le jour. Non. S'ils sortent, c'est à l'aube ou au crépuscule... que vous les trouverez.
    Et nous avions chassé jusque vers les onze heures sans même voir une trace. C'était tard, lorsque nous y sommes montés. La saison était ouverte depuis deux semaines sur le côté nord de la route et elle s'ouvrait après Noël sur le côté sud de la Chaîne Présidentielle. Ainsi, nous étions juste derrière le Mont Washington; nous chassions ce jour-là et c'était vers les onze heures. Nous prenons généralement avec nous du--du chocolat chaud, il produit beaucoup d'énergie. Nous portions cela sur le dos avec un petit casse-croûte pour que, si nous nous perdions ou que nous étions pris quelque part, nous puissions retrouver notre chemin et avoir quelque chose à manger pour nous réchauffer, si nous avions trop froid. Il faisait très froid.

50    Et Burt s'assit là, dans une petite clairière; je le suivais parce que l'après-midi, nous nous séparions généralement et chassions dans des directions différentes.
    Et lorsqu'il s'assit, il alla vers sa chemise comme ceci, et je pensai qu'il y allait pour prendre son chocolat chaud, mais il en sortit son sifflet. Il siffla et tout à coup, une grande daine se leva, parfaitement en vue. Maintenant, c'est assez étrange qu'il arrive cela à onze heures, pendant le jour. Il me regarda de nouveau, puis il siffla de nouveau, et la daine sortit entièrement à ciel ouvert. C'est très inhabituel. Vous pouviez voir ses grands yeux bruns qui regardaient tout autour et ses grandes oreilles...

51    Burt... nous ne gardions jamais de cartouche dans le magasin, ainsi, il le tira en arrière, mit une cartouche et le fusil fit un déclic. L'animal l'entendit et il regarda tout autour de lui. Il se leva avec le fusil. Oh! la réticule de cette lunette traversait exactement son coeur. Je savais que dans quelques secondes, il lui ferait sauter le coeur et je pensai: «Comment peut-il être si cruel?» J'aurais souhaité... Je lui dis: «Burt, vous n'allez pas faire cela?» Cet animal ne simulait rien. C'était une mère. Elle était née une mère. Il y avait quelque chose en elle qui la faisait aimer ce bébé.
    Avez-vous remarqué qu'une petite fille, lorsqu'elle commence à marcher, elle désire une poupée? Qu'est-ce? C'est une mère dès le commencement. C'est la nature et la nature de cette daine était de rechercher ce bébé; elle se tourna et regarda en direction du chasseur! Elle dressa ses grandes oreilles pendant un instant, mais elle savait que ce bébé était en difficulté et elle commença à le chercher. Lorsque je le vis pointer son fusil, je pensai: «Oh! comment pouvez-vous faire cela, brute; tuer cette pauvre mère qui se tient là, après l'avoir trompée, comme si c'était son bébé qui l'appelait. Peut-être qu'elle avait un faon quelque part et elle pensait qu'il était en difficulté; elle le cherchait parce qu'il criait. Elle ne simulait rien. C'était authentique! C'était un véritable amour maternel!

52    Et quand il fut sur le point de tirer, je tournai la tête. Je dis: «Père céleste, sois miséricordieux envers lui. Je l'aime. Comment peut-il être si cruel? Cette mère authentique et loyale... et le voilà qui va lui faire sauter le coeur, après l'avoir trompée et fait sortir à découvert. Cette mère a un faon, ici quelque part, et il agit comme s'il était ce faon qui appelle sa mère.» Et j'attendis pour entendre l'arme faire feu. J'attendis environ une minute... le coup ne partit jamais. Je me demandai: «Qu'est-ce qui se passe?» Je me tournai pour regarder et le canon du fusil allait comme ceci. Il ne pouvait pas le tenir plus longtemps. Il me regarda et les larmes se mirent à couler sur ses joues! Il jeta le fusil par terre et me saisit par la jambe.
    Il dit: «Billy, j'en ai assez! Conduis-moi à ce Jésus dont tu parles, qui est si doux et plein d'amour.»

53    Qu'était-ce? Il vit quelque chose de réel. Il vit quelque chose d'authentique. Il vit qu'elle ne cherchait pas à simuler. Elle n'agissait pas ainsi, elle avait vraiment en elle ce qu'elle montrait.
    C'est ce que le monde attend de l'Église, aujourd'hui, quelque chose de réel. Oh! avec nous... N'aimeriez-vous pas être un réel et loyal chrétien dans votre coeur, comme cette daine était une mère? N'aimeriez-vous pas avoir cela? Le voudriez-vous? Levez la main et dites: «J'aimerais être ainsi.»
    Dieu a dit: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-Le. Les oeuvres qu'il a faites, vous les ferez aussi. Vous en ferez de plus grandes (ou plus), a dit Jésus, parce que Je m'en vais au Père.» Puisse Dieu vous l'accorder, gens de Phoenix, c'est ma prière. Que la fidélité, de Christ soit dans votre coeur, y étant née par la nature du Saint-Esprit, et que cela vous donne faim de Dieu! et vous fasse rester aussi loyal pour Dieu et Sa Parole, que l'était l'amour maternel de cette vieille daine pour son faon, ce jour-là. Prions.

54    Y aurait-il, par hasard, pendant que vous avez vos têtes inclinées... Combien y a-t-il de pécheurs ici, qui aimeraient qu'on se souvienne d'eux dans la prière, alors que nous terminons ce soir? Voulez-vous lever la main, premièrement au balcon, à ma droite. Que Dieu vous bénisse, vous tous qui êtes là-haut. Que Dieu vous bénisse. Vous voulez être un véritable chrétien, ce dont je ne vous blâme pas. Vous avez vu beaucoup de personnes qui simulaient et agissaient comme cela et cela vous rend malade; mais vous voulez être véritable. Mon frère, mon pauvre ami perdu, il y a un Jésus-Christ réel. Il y a un Père céleste réel, un Saint-Esprit réel, des anges réels et il y a de réels chrétiens. Je prie que Dieu fasse de chacun de vous, au balcon, à ma droite, vous qui avez levé la main, un chrétien comme cela.

55    Les balcons qui sont devant moi: voulez-vous levez la main et dire: «Priez pour moi, Frère Branham. Je veux être un chrétien; autant un chrétien que cette daine était une mère, et manifester pour mon Sauveur un amour véritable.»
    Que Dieu vous bénisse. Que Dieu vous bénisse, fils, que Dieu vous bénisse, c'est très bien. Les balcons à ma gauche: Voulez-vous lever la main et dire:
    «Priez pour moi, Frère Branham, que je sois le genre de chrétien... Un chrétien tel que je serai fidèle à Christ, autant que cette mère l'était à l'appel de son bébé.» Voulez-vous lever la main? Y en a-t-il encore aux balcons à gauche?

56    En dessous des balcons, ici au parterre, à gauche, voulez-vous lever la main? Que Dieu vous bénisse, Monsieur. Que Dieu vous bénisse, vous tous qui êtes ici en bas. C'est très bien. Là au fond? Que Dieu vous bénisse, c'est bien. La partie centrale, ici. Combien voudraient lever la main et dire:
    «Souvenez-vous de moi.» Que Dieu vous bénisse. Là au fond, même jusqu'aux gens de Couleur, je vous vois. Que Dieu vous bénisse. Il fera de vous cela...
    Maintenant, en dessous du balcon, à droite. Combien voudraient lever la main et dire: «Souvenez-vous de moi, Frère Branham.» Que Dieu vous bénisse, c'est bien, c'est bon. Que Dieu soit miséricordieux envers moi.

57    Maintenant, derrière moi. Que Dieu vous bénisse, c'est bien. Ah, je vous ai oublié ces deux soirs, là derrière. Puisse Dieu répandre Sa miséricorde sur vous. Puisse-t-Il vous accorder le désir de votre coeur.
    Maintenant, je veux que chacun de vous qui avez levé la main vous priiez avec moi et je veux que vous croyiez Dieu de tout votre coeur. Il y a quelque chose qui vous a fait lever la main. C'était quelque chose de réel que vous vouliez voir. Je veux que vous vous engagiez envers Dieu, ce soir, si vous Le voyez venir dans cette ligne de prière et faire exactement les mêmes oeuvres que lorsqu'Il était ici sur Terre, à savoir: Connaître les secrets des coeurs, guérir les malades et les affligés, faire marcher les boiteux, redonner la vue aux aveugles, ouvrir les oreilles des sourds, faire parler les muets. Nous ne savons pas ce qui va arriver ici. S'Il fait cela, alors vous verrez une manifestation du Saint-Esprit, du véritable Saint-Esprit et ensuite, je désire que vous veniez, aussitôt que le service de guérison sera terminé, vous placer autour de l'autel, ici, où l'on peut prier pour vous et ensuite, un prédicateur peut vous prendre dans son troupeau et là veiller sur vous et vous nourrir jusqu'à ce que vous soyez placés dans le Corps.

58    Notre Père céleste, il y avait peut-être trente à cinquante mains qui se sont levées, ce soir, tout autour, aux balcons, sous les balcons et au centre du parterre. Beaucoup de personnes ont levé la main, des jeunes, des vieux et des personnes d'âge mûr qui voulaient tous être véritables. Ils veulent être de véritables chrétiens. Ils veulent avoir non pas un substitut, quelque chose qui les fasse imiter quelqu'un, mais une véritable expérience donnée par Dieu seul pour faire d'eux de véritable et loyaux chrétiens. Je prie, Père céleste, que Tu accordes cette bénédiction à chacun. Bénis ceux qui sont rétrogrades, ce soir, qui ne marchent plus dans la foi, qui se sont détournés pour marcher dans ce monde présent, l'aimant plus que Christ. Je Te prie de les détourner ce soir; puissent-ils voir quelque chose se passer à tel point réel, ce soir, qu'ils... que cela attirera leur attention, comme le fit le buisson ardent pour Moïse, et puissent-ils revenir dans une douce communion avec Toi et avec l'Église. Accorde-le, Père...

59    Et bénis toute l'Église et puissent-ils être proches les uns des autres, dans l'Amour et la communion, toutes les églises et le corps des croyants, jusqu'à ce que nous voyions le parfait fils de Dieu formé au milieu de nous pour ramener le Corps littéral de Christ. Alors, les corps de ceux qui dorment en Lui seront changés et deviendront comme Son propre Corps glorieux par lequel il peut soumettre toutes choses: Accorde-le, Père, je Te demande maintenant de venir sur la scène, comme nous l'avons prêché ce matin. Le Dieu de l'histoire apparaît sur la scène, le même Dieu, pour faire savoir aux gens ceci: «Ne craignez pas, car Je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde.» Puisse la voix de Dieu résonner dans leurs coeurs, ce soir: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé! Écoutez-Le.» Au Nom de Jésus-Christ, nous le demandons. Amen.

60    Nous sommes dans une grande attente, ce soir, attendant que la ligne de prière... Je crois que Billy m'a dit qu'ils ont distribué soixante cartes de prière, est-ce bien cela? C'est la troisième fois que nous distribuons des cartes de prière. Chaque soir je vous ai demandé comment vous vouliez que la réunion se déroule; et vous avez demandé des cartes de prière, ce soir, afin que l'on puisse imposer les mains à tout le groupe. C'est merveilleux! L'Écriture dit cela. Afin qu'ils ne soient pas mélangés, c'est la raison pour laquelle nous ne pouvons pas faire passer tout le monde qui est dans une arène. C'est une arène, mais maintenant, c'est une église. Les frères se battront entre eux demain soir, mais ce soir, nous nous battons contre le diable. Oui, Monsieur. Mais nous voulons faire de ce lieu l'église de Dieu.

61    Qui a la carte de prière «C», «C» comme pour Christ? C numéro 1. Voulez-vous lever la main? Quelqu'un avec la carte C numéro 1. Carte de prière... [Passage blanc sur la bande. - N.D.É.]

62    ...elle toucha le bord du vêtement de Jésus et Il sentit son infirmité; lorsqu'elle Le toucha, Il sentit sa foi, et regardant vers la foule, Il la repéra et lui dit que sa perte de sang s'était arrêtée. Combien savent que c'est l'Écriture? Combien savent que Jésus ne prétendait pas être un guérisseur, et qu'Il a dit: «Le Fils ne peut rien faire de Lui-même, Il ne fait que ce qu'il voit faire au Père, et le fait pareillement.» Saint Jean 5:19. Vous savez tous cela, bon. Combien ici croient que Jésus-Christ n'est pas mort, mais qu'Il est vivant? Combien croient que la Bible dit, dans Hébreux 13:8, que Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et éternellement? Alors, s'Il est le même, Il est le même dans Ses principes, Il est le même dans Sa puissance... Combien savent qu'Il a dit: «Encore un peu de temps et le monde ne me verra plus...» bien sûr, car Il allait monter aux cieux...

63    Mais, voici ce qui allait arriver: Il serait le cep et l'Église serait les sarments. Combien savent cela? Combien savent que ce n'est pas le cep qui porte les fruits, mais que ce sont les sarments? Les fruits sortent du sarment. Alors, si vous êtes les sarments, c'est l'Église, les membres de l'Église, le Corps. Bon, alors si le sarment est dans le cep, le sarment portera le fruit du cep. Est-ce vrai? Alors, c'est la vie de Christ, dans l'Église, portant les mêmes fruits que Lui.
    Comment a-t-Il fait connaître aux gens qu'Il était le Messie? Les Nations attendaient-ils un Messie en ce temps-là? Non, Monsieur! Ils étaient païens. Bon.
    Les Juifs attendaient-ils un Messie? Oui!
    Les Samaritains attendaient-ils un Messie? Oui! Comment s'est-Il fait connaître à eux? De toute manière, il y a seulement trois races de gens: Champ, Sem et Japhet, selon la Bible, les fils de Noé. Ce qui forme les Juifs, Les Nations et les Samaritains. Croyez-vous cela?

64    Combien savent que Pierre reçut les clés du Royaume? Quand l'a-t-il ouvert aux Juifs? À la Pentecôte. Est-ce vrai? Quand l'a-t-il ouvert aux Samaritains? Quand Philippe cela leur prêcher et les baptisa, ils eurent un grand réveil et le Saint-Esprit tomba sur eux. Pierre avait les clés, il alla là-bas, leur imposa les mains et ils reçurent le Saint-Esprit. Est-ce vrai? Quand les Nations le reçurent-ils? Dans la maison de Corneille le Romain: «Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la Parole.» Est-ce vrai?
    Mais, lorsque Jésus était ici, Il se manifesta seulement aux Juifs et aux Samaritains, aux deux qui L'attendaient. Quand Il fit cela, comment leur fit-Il savoir qu'il était la Messie? Moïse a dit: «Quand le Messie viendra... L'Éternel, ton Dieu, te suscitera un prophète comme moi. Quiconque n'écoutera pas ce prophète, sera exterminé du milieu du peuple.»

65    Ainsi, ce Messie doit être un homme. Est-ce vrai? Né d'une vierge et Il montrerait le signe d'un prophète, d'un maître prophète. Est-ce vrai?
    Lorsqu'Il dit à Pierre qui Il était, Il dit: «Ton nom est Simon et tu es le fils de Jonas.» Il L'adora et sut que c'était le Messie. Quand Philippe alla et trouva Nathanaël sous l'arbre et qu'il le ramena devant Jésus, Jésus le regarda et lui dit: «Voici un Israélite dans lequel il n'y a pas de fraude. (Dites-moi quand vous êtes prêts...) Voici un Israélite dans lequel il n'y a pas de fraude.»
    Et il dit: «Rabbi, d'où me connais-Tu?»
    Il répondit: «Avant que Philippe t'appelât, quand tu étais sous l'arbre, Je t'ai vu!» Quels yeux!
    Et qu'a-t-il dit? «Rabbi, Tu es le Fils de Dieu.» Comment L'a-t-il reconnu? Au signe! «Tu es le roi d'Israël.» Il l'est!

66    Ensuite, lorsqu'Il alla vers les Samaritains, Il devait passer par là, les disciples allèrent acheter de la nourriture. Il s'assit sur le petit mur qui bordait le puits public, qui était là. Une femme, nous savons que c'était une prostituée, sortit. Elle commença à puiser de l'eau et Jésus la regardant, lui dit: «Femme, donne-Moi à boire.»
    Elle dit: «Ce n'est pas la coutume, à cause de la ségrégation; vous, les Juifs, et nous, n'avons pas de relation les uns avec les autres. Ce n'est pas juste que toi, un Juif, tu me demandes ceci, à moi, une Samaritaine.»
    Il dit: «Mais si tu connaissais Celui à qui tu parles, c'est toi qui M'aurais demandé à boire.»
    Et la conversation continua jusqu'à ce que Jésus découvre où était son mal. Quelqu'un sait où était son mal? Elle vivait dans l'adultère. Et Jésus lui dit: «Va, appelle ton mari et viens ici.»
    Elle dit: «Je n'ai point de mari.»
    Il dit: «C'est vrai, car tu en as eu cinq et celui que tu as maintenant n'est pas ton mari. Tu as dit la vérité.»
    Qu'a-t-elle dit? «Seigneur, je vois que Tu es un prophète.» Maintenant, écoutez, ce n'est pas tout! «Nous savons que lorsque le Messie viendra, ce sera Son signe.» Combien savent que l'Écriture dit cela? «Nous savons que lorsque le Messie viendra, Il nous annoncera toutes choses. Mais qui es-Tu?»
    Il répondit: «Je le suis, Moi qui te parle.»
    Maintenant, quel était son message? Elle courut dans la ville et dit: «Venez voir un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait! Ne serait-ce point le Messie?»

67    Maintenant, Dieu est infini. Croyez-vous cela? Il ne peut pas changer. Il ne laissa pas la génération de ces deux races de gens prendre fin, sans avoir vu ce Signe! Il a prophétisé que les Nations le recevraient comme au temps de Sodome, avant que Sodome brûle. Ainsi, s'Il leur donna ce signe et qu'Il nous laisse continuer dans notre intellectualisme, alors Il nous a prouvé quelque chose. Il ne fera pas cela. Il est le même. Si c'était Son idée, si c'était Son... Quand Dieu fut appelé sur la scène, la façon dont Il agit la première fois fait qu'Il doit agir pour toujours ainsi. S'Il ne le fait pas, c'est qu'Il a mal agi la première fois, Il a fait quelque chose de faux.
    Mais, observez: Lorsque Dieu agit, Il agit chaque fois de la même manière. Si un pécheur L'invoque et qu'Il sauve ce pécheur, lorsque le prochain pécheur L'invoque, Il doit le sauver, de même que le prochain, le prochain, le prochain, le prochain, tous ceux qui L'invoquent. Si un homme L'invoque pour la guérison de son corps et que Dieu le guérisse, alors le suivant, le suivant, le suivant, le suivant, qui L'invoque doit être guéri sur la base de leur foi, comme le premier.

68    Il montra aux Juifs le signe du Messie, avant la fin de leur dispensation. De même, Il montra aux Samaritains le signe du Messie, avant la fin de leur dispensation. Mais pas une seule fois, Il ne l'a montré aux Nations. Ils n'attendaient pas de Messie. Mais maintenant, oui. Voici ce même Messie qui a prophétisé qu'il le ferait, qu'il reviendrait parmi les gens. Pas moi! mais au travers de nous, l'Église, dans le monde entier. Il revient et montre la même chose qu'il fit alors. Ici-même. Nous devons croire cela!
    Maintenant, vous qui désirez voir quelque chose de réel, quelque chose d'authentique, puisse le Saint-Esprit vous le montrer, ce soir. Combien ont dit qu'ils n'avaient pas de carte de prière? Levez la main. Bien sûr que vous n'en avez pas, car les malades qui ont les cartes de prière sont dans la ligne. Maintenant, priez une minute, pendant que nous terminons avec la ligne.

69    Que dites-vous? [Quelqu'un parle à Frère Branham. - N.D.É.] Bon, bon, c'est en ordre. Juste une minute, j'essaie de m'occuper des gens qui sont là-bas, sans carte...
    Je continue à penser à cette montre. Je ne sais pas quand nous allons nous rencontrer de nouveau. Restons tranquilles une minute. Restez tranquilles; si vous êtes pressés, le diable commence alors à agir et essayera d'en faire quelque chose de différent.
    Bien, ayons la foi et croyons. Ayons simplement la foi et croyons tous de tout notre coeur que Jésus-Christ, le fils de Dieu, est ici, prêt à nous donner ce que nous désirons. (Paul, tout est prêt?) Je veux que partout dans le bâtiment, partout où vous êtes, je veux que vous priez.

70    Et je veux vous poser une question avant que nous ayons la ligne. Regardez ici. Afin que vous sachiez avec quelle sincérité... Cette Bible, que j'aime et que je crois être la Parole de Dieu, cet Ange que vous voyez sur la photo... Bien, je n'ai pas à vous dire--Le voilà sur la photo. Il y a Monsieur. George J. Lacy, du F.B.I., département des empreintes digitales et des documents, qui prouve que cette Lumière était là et qu'Elle a frappé les lentilles; ce n'était pas de la psychologie. Il a dit: «L'oeil mécanique de cette appareil photo ne prendra pas de la psychologie.» Oh! certainement non.
    Donc Dieu étant mon juge! je vois cette Lumière. Par révélation, par vision... Si je ne vous revois plus jusqu'à ce que je vous rencontre dans le pays de gloire, et quand je me tiendrai à ce tribunal de Christ devant qui nous devons tous paraître, je vous ai dit la vérité. Je sais que vous pensez que je n'ai pas d'éducation, et je n'ai pas beaucoup d'un prédicateur, parce que je n'ai pas d'éducation, mais Dieu me donne simplement un don: simplement de laisser William Branham hors du chemin, afin qu'Il prenne l'enveloppe de ce corps, et qu'Il parle Lui-même au travers.

71    Bien, vous priez, et je veux que vous soyez honnête. Et si Dieu se met à faire et à agir juste ici ce soir, exactement comme Il l'a fait lorsqu'Il était dans la chair ici sur Terre, agissant au travers de notre chair, accomplissant les mêmes signes, les mêmes prodiges, alors je veux que vous fassiez ceci: restez un héraut de la Croix jusqu'à ce que Dieu vous place positionnellement là où Il vous veut dans le Corps de Christ. Dieu, accorde-le...
    C'est derrière moi. La dame qui est assise au bout de cette rangée là. Vous voulez Dieu, n'est-ce pas? Si Dieu m'explique quel est votre mal, croirez-vous que je suis Son serviteur? Vous le ferez? Vous avez une maladie de coeur. C'est vrai. Si c'est vrai, agitez la main. Maintenant, Madame, avez-vous une carte de prière? Non, bien sûr que non. Bon. Croyez-vous que c'est vrai, croyez-vous que c'est le même Esprit qui a dit à la femme qu'elle avait cinq maris? Si vous croyez de tout votre coeur, vous devez être guérie! Voyez-vous? Je ne vous connais pas, je ne vous ai jamais vue. Mais, vous avez touché quelque chose, et nous avons un Souverain Sacrificateur qui peut être touché en ressentant nos infirmités. Si le Souverain Sacrificateur peut ressentir nos infirmités, n'agirait-Il pas comme Il l'a fait autrefois, s'Il est le même Souverain Sacrificateur?

72    Cela a ému la dame qui est assise à côté de vous. C'est vous qui avez attiré l'Esprit du Seigneur. Croyez-vous, Madame, que Dieu sait ce qui ne va pas chez vous? Si je vous dis d'ici ce qui ne va pas chez vous, accepterez-vous votre guérison, cela vous aiderait-il? C'est pour une grosseur sur votre oreille que vous priez. C'est juste, n'est-ce pas? Vous avez la foi? Croyez, maintenant.
    Et par exemple, ici dans l'auditoire... cet homme qui est assis là, la tête dans les mains, qui est en train de prier... Il a une maladie des glandes et de la nervosité. Si vous croyez, Monsieur, cela vous quittera, vous pouvez retourner à la maison guéri. Acceptez-vous votre guérison? Croyez-vous de tout votre coeur? Bon. Vous priiez; alors, c'est vrai. Jésus vous a guéri.

73    Cette dame qui est là-bas, juste derrière lui... Croyez-vous que Dieu peut me dire quel est votre mal? Vos pieds peuvent-ils être guéris? vous le croyez? Ils vous ont ennuyée pendant un certain temps. Croyez-vous que Dieu sait qui vous êtes? Vos pieds peuvent-ils être guéris? Vous le croyez? Ils vous ont ennuyée pendant un certain temps. Croyez-vous que Dieu sait qui vous êtes? Madame Herchy. C'est vrai. C'est vrai. Vous pouvez retourner à la maison et être guérie, si vous le croyez. Levez les mains et dites: «Je Te loue de cela.» Bon. Ayez foi en Dieu. Croyez. Et par exemple, quelqu'un dans cette direction, certains parmi vous qui êtes ici... Il y a un homme qui est assis là, qui prie, je ne le connais pas; je ne l'ai jamais vu: Vous avez de l'arthrite. C'est sa femme qui est assise près de lui. Elle a aussi de l'arthrite. Je crois que vous manquez cela. Monsieur Rinehart. Croyez de tout votre coeur, levez-vous et soyez guéris, vous et Madame Rinehart, Jésus-Christ vous guérit! Amen. Croyez-vous maintenant? Amen.
    Gloire! Ô Dieu, pourquoi les gens ne peuvent-ils pas voir cela? Ne croyez pas que je suis fou, je ne le suis pas. Cette Lumière!! Ne pouvez-vous pas voir qu'il y a une Colonne de Feu quelque part? Ne pouvez-vous pas voir que c'est le Dieu vivant qui Se révèle?!

74    Cette petite femme indienne qui est assise là, au fond: Hypertension. Croyez, Soeur. Soyez guérie. Croyez-vous? Vous, à la robe rose, qui me regardez. Bon. Croyez-vous que l'hypertension vous a quittée? Bon. Agitez la main, si vous croyez qu'elle est partie. Bon. Que Dieu vous bénisse. Dieu vous aime. Cela émeut une autre jeune fille indienne qui est assise là au fond, de voir cela de ses yeux. Croyez-vous que Dieu va enlever le mal de dos que vous avez, soeur qui êtes là-bas, avec la petite chose blanche... Croyez-vous qu'Il va guérir votre dos? L'indienne qui est assise près d'elle a une maladie des poumons, une autre à côté d'elle a aussi un mal de dos. Vous ne pouvez pas... Voyez-vous, Dieu sait tout à votre sujet. Croyez-vous que Dieu va guérir chacun d'entre vous qui êtes assis là-bas sur la rangée du fond? Comprenez-vous l'anglais? Bon. Alors, croyez de tout votre coeur, soyez guéris.

75    Où est cette femme... quelqu'un fait signe par ici. Cette dame qui est là? Regardez ici, Madame, croyez-vous que je suis... est-elle dans la ligne? Que se passe-t-il? Elle ne peut pas se lever, bon. Regardez ici. Si Dieu révèle ce qui ne va pas chez cette femme qui est ici, vous autres, croirez-vous, afin que nous puissions prier pour toutes les personnes? Croirez-vous, afin que nous puissions prier pour toutes les personnes? Croyez-vous de tout votre coeur maintenant? Combien croient que c'est réel? Combien croient que c'est tout ce qu'il y a de plus réel? Soyez bénis. C'est bien. Maintenant, gardez cet esprit sur vous, comme cela, gardez cette onction. Vous aussi, Monsieur.

76    Eh bien! vous ne priez pas tellement pour vous-même. C'est un cas pour lequel vous priez, qui est plus conséquent que le vôtre. C'est vrai. N'est-ce pas? C'est vrai. Je ne vous connais pas, mais autant que je sache, je ne vous ai jamais vue de ma vie; mais Dieu, Lui vous connaît. Si Dieu me révèle ce que c'est... Il semble que votre esprit recule. Si Dieu peut me révéler ce que c'est, accepterez-vous?... Si vous recevez ce que vous avez demandé, le reste des gens se joindront-ils à elle?
    C'est pour quelqu'un d'autre qu'elle est ici, c'est pour une femme, beaucoup plus jeune qu'elle. Oh! c'est sa fille. La fille est couverte par l'ombre de la mort. Elle a le cancer. Elle a été opérée pour ce cancer et le cancer... ça été sans succès. On n'a pas pu stopper son mal. Le cancer est dans les vaisseaux sanguins. Il y en a deux. Et vous êtes un peu estropiée. La raison pour laquelle vous ne pouviez pas monter les marches, c'est qu'un jour vous avez marché sur une épine... ou quelque chose comme cela. Et je vous vois essayer de sortir de la rue. C'est vrai. Vous avez été dans mes réunions auparavant, on a une fois prié pour vous dans une de mes réunions et il y avait quelque chose qui n'allait pas chez vous, vous aviez de la peine à respirer, de l'asthme et le Seigneur vous en a guérie. C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR! [L'Assemblée se réjouit. - N.D.É.] Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous vraiment?
    Maintenant, vous savez que je ne vous connais pas, je ne sais pas ce que j'ai dit, c'est sur cette bande, là en bas... Dieu le sait et avec mes mains posées sur ma Bible, pour autant que je sache, je n'ai jamais vu cette femme, de ma vie. Croyez-vous que Dieu puisse me dire qui vous êtes? Mademoiselle Schaeffer, vous pouvez retourner à la maison maintenant, Jésus-Christ vous accordera votre requête. Dites: «Loué soit le Seigneur!» Ne le croyez-vous pas?

77    Bien, vous réalisez madame, j'aimerais savoir ce qui n'allait pas chez pas. Mais quoi que je dirais, ou quoi que, cela ne ferait aucun--pas plus de bien que vous--juste qu'on prie pour vous et cela le ferait, n'est-ce pas? Mais pensez-vous que vous allez être infirme? Vous pensez que Dieu va vous rétablir, et que cette arthrite et ces choses vont vous quitter, et que vous allez aller bien? Vous le pensez? C'est tout ce que vous devez savoir. Croyez simplement de tout votre coeur.
    Voulez-vous venir? Bien, vous savez que je sais ce qui ne va pas chez vous. Je ne le sais pas, mais Dieu oui; mais je pourrais vous le dire. Croyez-vous que Dieu pourrait me le révéler? Cela vous aiderait-il? Êtes-vous Espagnole? Vous êtes Espagnole. Cela aiderait-il les Espagnols, pensez-vous, si je leur dis quel était votre problème? Vous le pensez?
    Les croyants Espagnols, cela vous ferait-il croire? C'est votre Soeur, ma Soeur également. Cela vous ferait-il croire? Bien alors le diabète vous quittera; vous pouvez rentrer chez vous rétablie. Vous croyez cela? Très bien, alors allez votre chemin et réjouissez-vous.

78    Comment allez-vous? Très bien, croyez-vous que tous les Blancs ici croiraient si Dieu voulait me dire quel est votre problème? Alors votre nervosité vous quittera; presque tous ici souffrent de la même chose de toute façon. Voyez? Et cela vous quittera vous pouvez aller à la maison, rétablie. Dieu vous bénisse maintenant. Ayez foi; croyez. Croyez-vous de tout votre coeur?
    Oh! la la! ce mauvais état asthmatique, vous croyez que Dieu va vous rétablir? [La Soeur dit: «Amen.» - N.D.É.] Très bien, dans le Nom du Seigneur Jésus, allez et soyez rétablie.
    Bien, pour les Indiens, voilà votre soeur. Le peuple Indien... combien d'Indiens ici peuvent comprendre l'anglais? Levez votre main les Indiens. Très bien, voilà votre soeur, ma Soeur également. Je ne l'ai jamais rencontrée de ma vie, je ne sais rien d'elle. Si Dieu me dit ce qui ne va pas avec elle, vous croirez que c'est le même Esprit qui a dit à la femme quel était son problème? Le croirez-vous, les Indiens? Vous comprenez bien l'anglais? Votre coeur ira bien; allez. Amen. Croyez.

79    Votre problème se trouve dans votre dos. Allez, croyez et soyez guéri. Ayez foi; ne doutez pas!
    Vous avez de l'arthrite d'une part, un problème de glandes et de l'arthrite. Croyez de tout votre coeur; allez, soyez guéri.
    Un état nerveux, allez; soyez guéri, ayez foi! Croyez-vous de tout votre coeur? Très bien, disons «Loué soit le Seigneur!» [L'Assemblée dit: «Gloire à Dieu.» N.D.É.]
    ... Vous êtes terriblement ennuyée par quelque chose. Vous avez peur de quelque chose qui vous est arrivé, n'est-ce pas? Vous croyez que le Seigneur Jésus peut vous guérir de ce problème rectal?... Vous priez pour quelqu'un d'autre. Je le vois s'élever juste devant moi. C'est votre frère! Votre frère n'est pas ici; [La Soeur dit: «Non.»] il est en Californie. Vous croyez que Dieu peut me dire quel est votre problème? L'asthme. Allez de l'avant et croyez maintenant. Oui, monsieur. Allez en croyant. Oui, ne--ne...?...
    Dieu peut-Il vous guérir de ce problème cardiaque? le vôtre? Très bien, alors allez de l'avant, croyez. Disons «Loué soit le Seigneur!»

80    Bien, combien de vous se joindront à moi de tout votre coeur maintenant, et prierons pendant que nous prions pour ces gens? Cela me rend si faible; vous m'apparaissez comme, vous êtes juste une ombre qui danse devant moi. Prions un peu, vous priez avec moi maintenant. Venez, Soeur.
    Notre Père Céleste, dans le Nom de Jésus, je prie pour notre Soeur, que Tu la guérisses. «Ces signes suivront ceux qui croient.»
    Dans le Nom de Jésus-Christ, puisse notre Frère être guéri, Seigneur, au Nom de Jésus.
    Père Dieu, je prie que Tu guérisses notre Soeur. Au Nom de Jésus qu'elle soit guérie.
    Père Dieu, je prie que Tu guérisses la Soeur. Dieu, elle a été guérie bien des fois; je prie que Tu l'accordes encore, au Nom de Jésus (O.K. Soeur).
    Père Céleste, je prie pour notre Soeur, que Tu la guérisses, dans le Nom de Jésus-Christ.
    Dieu, je prie pour le petit garçon, que Tu le guérisses, au Nom de Jésus-Christ. Amen.
    Dieu, je prie pour notre Soeur avec cette merveilleuse église ce soir, posant les mains sur elle en tant que croyants, au Nom de Jésus. Je pose les mains sur elle, et je demande que le démon s'en aille au Nom de Jésus. Vous comprenez ce que je veux dire?
    Au Nom de Jésus, que notre Soeur soit guérie.
    Venez Soeur, vous Le croyez maintenant? Au Nom de Jésus-Christ, que ma Soeur soit guérie. Amen.
    Au Nom de Jésus-Christ, que mon Frère soit guéri. Amen.
    Au Nom de Jésus-Christ, que ma Soeur soit guérie. Amen. Très bien.

81    Vous êtes anxieux? Vous avez peur de cette opération, pour cette tumeur, mais cela vous quittera si vous croyez. Vous le croyez? Alors allez en vous réjouissant, disant: «Merci, Seigneur Jésus!»
    Vous croyez, chacun de vous? Je fais seulement cela pour une petite pause. Vous êtes... Dieu connaît chaque coeur, mais Jésus, quand une femme l'a touché, Il a dit qu'une vertu est sortie de Lui. Est-ce juste? Combien savent que c'est de la force? Bien sûr que c'en est.
    Cela vous aiderait-il si je vous disais quel est votre problème? Cela vous aiderait-il? Très bien. Vous êtes ici pour quelqu'un d'autre, votre mère. Elle est presque morte. Elle a le cancer et des problèmes cardiaques, si faible qu'elle doit avoir des piqûres. C'est vrai, n'est-ce pas? Vous l'aimez, Dieu l'aime. Puissiez-vous la retrouver dans l'état où--où vous voulez qu'elle soit, c'est ma prière. Le Dieu du Ciel est ici au Nom de Jésus...?...touche ce mouchoir, soit pour elle. Allez, croyez maintenant.

82    Venez, ma Soeur. Dans le Nom de Jésus-Christ, qu'elle soit guérie. Accorde-le, Seigneur.
    Venez, Soeur, ici. Au Nom de Jésus qu'elle soit guérie. Amen.
    Ô Dieu éternel, je bénis cette femme et cet enfant. Puisse la puissance de Dieu venir sur eux et les aide, au Nom de Jésus je prie. Amen. Que Dieu vous bénisse, Soeur; croyez maintenant.
    Au Nom de Jésus-Christ, puisses-Tu bénir mon frère, Père, alors que cette merveilleuse église prie pour lui.
    Venez, Soeur. Au Nom de Jésus-Christ, Dieu, puisses-Tu bénir ma Soeur et la guérir. Amen.
    Venez, Soeur. Vous croyez? Au Nom de Jésus-Christ, je touche la main de cette femme, demandant qu'elle soit guérie.
    Venez, Soeur. Au Nom de Jésus-Christ, je prie, Dieu, que Tu la toucheras et que Tu la guérisses, dans... Maintenant, ne vous inquiétez pas au sujet de ces mains, Soeur. Ne--ne--ne soyez pas inquiète, allez simplement en croyant; tout ira bien.

83    Vous croyez que Dieu, vous guérira? [La Soeur parle à Frère Branham. N.D.É.]
    Les glandes vont mal, et il y a le cancer. Croirez-vous que Dieu les guérira et les rétablira pour vous? Alors, Père céleste, je prie que Tu la guérisses et que Tu la rétablisses, afin qu'elle puisse... qu'elle puisse être rétablie. Je réprimande ce démon au Nom du Seigneur Jésus-Christ. Amen. Très bien.
    Vous croyez que Dieu vous rétablira, que votre estomac ira bien, que Dieu fera que vous puissiez marcher et aller bien de nouveau? Dieu, je prie que Tu l'accordes au Nom de Jésus. Amen.
    Venez, Frère. Dieu, notre Père, je prie au Nom de Jésus, que Tu le guérisses.
    Venez, la petite dame. Vous croyez que le Seigneur Jésus vous rétablira? Bien. Seigneur Jésus, je prie que Tu guérisses cette chère, cette petite fille Indienne et que Tu la rétablisses, au Nom de Jésus. Amen.
    Vous croyez de tout votre coeur? Père céleste, je prie pour notre Soeur, et je prie que Tu la rétablisses, au Nom de Jésus. Amen.
    Dieu bénisse le petit garçon. Je prie, Père Dieu, que Tu le guérisses et le rétablisses, afin qu'il puisse aller et jouer et être avec les autres garçons, au Nom de Jésus. Tu sais que Jésus peut te rétablir?...?... C'est bien.

84    Père céleste, je prie pour mon Frère et je demande que Tu le guérisses, au Nom de Jésus. Amen.
    Venez, cher Frère. Père Dieu, je prie que Tu enlèves les infirmités et que mon Frère ne soit plus boiteux, et que Tu le rétablisses, au Nom de Jésus. Amen.
    Vous croyez, petite dame? Au Nom de Jésus-Christ, puisse le Saint-Esprit la guérir et la rétablir. Amen.
    Vous croyez maintenant Soeur? au Nom de Jésus-Christ, soyez guérie et rétablie. Amen.
    Vous croyez chère Soeur? au Nom de Jésus-Christ, que ma Soeur soit guérie. Amen.
    Au Nom de Jésus-Christ, que ma Soeur soit guérie. Amen.
    Seigneur Dieu...
    [Passage blanc sur la bande. - N.D.É.]

85    ...êtes?
    Vous croyez qu'Il peut vous rétablir? Vous avez une oreille qui va mal, vous ne pouvez bien entendre avec elle. Vous avez eu un accident il y a bien longtemps, votre tête fut heurtée, votre poitrine. C'est juste. Vous croyez que Dieu peut vous rétablir, faire que vous puissiez entendre par vos oreilles à nouveau, correctement? Très bien, vous le croyez. Prions; inclinez vos têtes juste une minute.
    Au Nom de Jésus-Christ, je réprimande ce démon. Sort de cet homme.
    Combien de temps avez-vous été comme cela? Combien de temps? 1944? Vous voyez que vous entendez par vos deux oreilles? Vous m'entendez? Vous m'entendez? Maintenant vous pouvez relever votre tête. Regardez ici. Vous m'entendez? Vous m'entendez? Vous êtes guéri. Je vois que vous avez quelque chose dont vous avez essayé de vous débarrasser pendant longtemps, une habitude. Allez, abandonnez-les ce soir. Croyez en cela. Les cigarettes ne vous ennuieront plus jamais. [L'Assemblée se réjouit, puis passage blanc sur la bande.]
Oh! je L'aime, oui je L'aime,
Car Il m'a aimé le premier,
Et Il a acquis mon Salut
Sur le bois du Calvaire.

86    Avec vos têtes inclinées juste un instant, si vous voulez, je me demande maintenant: y en a-t-il ici qui voudraient venir autour de l'autel et dire: «Je crois ô Dieu, que j'ai vu le réel Saint-Esprit Se déplaçant parmi Son peuple.» Aimeriez-vous le faire? Alors que nos inclinons notre tête et prions et chantons. (Frère Borders, conduis ceci pour moi. Je suis un peu enroué.) Venez autour de l'autel ici et tenez-vous là pour prier. Le ferez-vous? Vous qui avez levé votre main, il veut trouver ce Dieu qui connaît le secret de votre coeur. C'est le chemin, mesdames, c'est le chemin. Courbons nos têtes maintenant, alors que nous chantons.
Oh! je L'aime, oui je...

Up

S'abonner aux nouvelles