Un prophète rouge de honte

Autres traductions de ce sermon: Un Prophète Qui Rougit - Shp
Date: 56-1125E | La durée est de: 53 minutes | La traduction: MS
doc pdf mp3
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1     …Maintenant, puisse le Seigneur ajouter Ses bénédictions au sujet de ce soir, Un prophète rouge de honte.

2     Ce matin, nous étions tout entiers à l’écoute de ce prophète qui porta une robe de seconde main. Et ce soir, nous savons, conformément à l’Écriture de ce matin, que nous aussi nous portons une robe de seconde main. Et je suis si heureux que c’en soit une, car cette robe que nous portons maintenant est reconnue par Dieu à justice, par Christ Jésus. Nous ne revêtons pas la robe rongée par les teignes et les grillons, et ainsi de suite, d’une quelconque théologie d’homme, qui dit que «les jours des miracles sont passés et qu’il n’y a plus une telle chose que l’omniprésence du Saint-Esprit». Mais nous portons la robe de Sa justice.

3     …pas par notre propre compétence, mais par la force de notre Seigneur Jésus.

4     Et quand j’arriverai au Jourdain, je veux avoir revêtu Sa robe, me confiant en la Sienne. Et la grande ombre de la porte qui se dresse devant nous tous, appelée «la mort», nous rapproche irrémédiablement, à chaque battement du cœur, de cette grande brèche que tout homme et femme devra traverser. Et quand j’arriverai à cette brèche, avec vous les croyants, je suis si heureux de savoir que je n’y vais pas avec cette pensée en tête et au cœur, que j’ai fait quelque chose de grand. J’y vais, confessant et reconnaissant que je suis un pécheur, et sachant ceci, que je veux m’envelopper dans les robes de Sa justice, avec ce témoignage, que je Le connais dans la puissance de Sa résurrection. Et quand Il appellera d’entre les morts, je voudrai en sortir.

5     Maintenant, notre scénario est établi pour notre texte de ce soir, et se déroule en un tout autre jour en Israël, lequel se passait il y a plusieurs centaines d’années après la venue d’Élie. Beaucoup de hauts et de bas étaient venus dans le règne d’Israël.

6     Ce matin, nous étions à la scène où il y avait un tas d’imitations charnelles, — ils avaient institué l’école des prophètes pour former des prophètes, — et ils étaient si élémentaires qu’ils ne pouvaient pas même comprendre la puissance de Dieu. Ils pensaient que la puissance avait soulevé Élie et l’avait transporté quelque part dans la montagne, et ils avaient envoyé un détachement à sa recherche, alors qu’Élisée savait fort bien que Dieu l’avait pris dans la gloire, car il n’était plus. Dieu l’avait pris; et il échappa à la mort en retournant à la Maison, vers Dieu, sur un char de feu et des chevaux de feu. Et ensuite, nous avons vu que les séminaires et les œuvres de leur propre théologie n’aboutissaient à rien. Il fallait donc l’élection et l’appel de Dieu pour faire un prophète de Dieu.

7     Et ce soir, nous trouverons Israël dans une condition rétrograde. Israël avait ses hauts et ses bas. Il est un type même de l’église d’aujourd’hui. Des fois ils étaient sur la montagne, d’autres fois dans la vallée. C’est ce qu’il faut pour nous faire apprécier les bonnes choses. C’est ce qu’on appelle la loi des contrastes.

8     L’homme noir d’Afrique ne savait pas que sa peau était noire avant qu’il n’ait vu David Livingston. C’est là qu’il réalisa que sa peau était noire, parce que Livingston était blanc. C’est un contraste.

9     Vous ne sauriez jamais apprécier le jour si vous n’aviez la nuit, ou le soleil si vous n’aviez de ciel ennuagé. Vous ne sauriez jamais apprécier la justice à moins que vous n’ayez l’injustice. Vous ne sauriez jamais apprécier une bonne santé à moins que vous n’ayez une santé fragile, une mauvaise santé.

10     Et la raison, je pense, pour laquelle nous apprécierons autant le Ciel, c’est que nous aurons d’abord vécu sur terre. La raison pour laquelle nous apprécions à ce point le Saint-Esprit, ce soir, c’est que nous avons passé tant de temps dans une église qui nous disait qu’une telle chose n’existait pas. La raison pour laquelle nous apprécions cela, ce soir, c’est que nous avons eu l’autre versant. Et c’est de cette façon que Dieu l’a voulu, puisque Son peuple a eu ses hauts et ses bas. Vous ne saurez jamais apprécier un sommet que vous n’ayez été dans la vallée; ni apprécier de la bonne eau à moins que vous n’en ayez aussi bu de la mauvaise. C’est entièrement une loi de contraste.

11     Et là, Israël était dans l’un de ses états lamentables, et qu’est-ce qu’il avait fait!

12     Aussi Israël était-il un peuple choisi, élu, sélectionné, que Dieu avait choisi dans un but spécifique, c’est que le sang d’Israël conserve le sang le plus pur, car de cette lignée devait venir le Messie Lui-même.

13     Tout au long de l’Ancien Testament, Dieu s’est fait connaître dans l’homme. Dieu s’est fait connaître en Abraham en tant que père de la foi. Dieu s’est fait connaître en David en tant que roi. Il s’est fait connaître en Joseph en tant que justice. En Moïse, en tant que prophète, sacrificateur, législateur. Il s’est montré à travers les âges dans les prophètes. Il s’est toujours manifesté, en portion, dans les hommes: dans les prophètes, les rois, les sacrificateurs, les législateurs, et ainsi de suite. Mais en Christ, Il habita en Lui, la plénitude de la divinité corporellement, sachant que cet Esprit trouverait finalement un lieu de repos. Il était un homme de la justice de Dieu sur Élie; il exprima la justice de Dieu. Un législateur en Moïse: obéissez ou sortez. En toutes ces choses Dieu se représentait. Mais, quand Il est venu à Christ, Il était parfait: la plénitude entière de la divinité reposait corporellement en Christ.

14     Déjà auparavant, Dieu s’était une fois représenté Lui-même dans la plénitude. Dans le livre de la Genèse, «selon l’ordre de Melchisédek, qui n’avait ni père ni mère, ni commencement de jours ni fin de vie.» Il était sacrificateur, le Roi de Salem, sacrificateur de Dieu, du Dieu Très-Haut, qui était sans commencement ni fin. Il n’était nul autre que la préfiguration du Seigneur Jésus-Christ. Car Il était Roi de Salem, lequel est Roi de paix, lequel est Roi de Jérusalem. Il était en préfiguration. Le patriarche Abraham Lui donna même la dîme. Il préfigurait la venue du Seigneur Jésus. Ce même Melchisédek rencontra Abraham dans les plaines avant la destruction de Sodome et Gomorrhe. Et Il le rencontra après Sodome et Gomorrhe, quand Abraham paya la dîme de tout le butin qu’il avait pris des rois.

15     Toutes ces choses sont montrées par des ombres, des types, jusqu’à Christ. Et maintenant, toutes les ombres des saints de l’Ancien Testament, leurs hauts et leurs bas, étaient une ombre et un type, et des exemples pour nous, aujourd’hui.

16     Or nous voyons qu’Israël ne devait pas s’allier; ils devaient se marier entre eux. Jamais un Israélite ne devait marier quelqu’un des nations, mais ils devaient garder leur sang pur. Et jusqu’à ce jour, je crois que le sang Juif est le plus pur sur la terre. Ils attendent encore ce Messie. Nous savons qu’Il est déjà venu et que leurs yeux étaient aveuglés, pour que nous ayons une chance de repentance par Christ.

17     Donc, durant le temps du règne d’Esdras, les enfants d’Israël avaient rétrogradés. Ils étaient allés vers les femmes des Moabites, celles des Amoréens et des Phéréziens, et celles de plusieurs autres nations. Non seulement ils les avaient mariées, mais ils étaient coupables de fornication entre eux et d’impureté, souillant de ce fait le sang, qui est la vie.

18     Et comme cela représente bien nos églises d’aujourd’hui et la façon dont elles s’éloignent de la ligne tracée à l’ancienne mode que Dieu a établi pour elles. Des préceptes par lesquels nous devions vivre, l’église est plutôt en train de commettre fornication avec le monde. Elle est allée dans le monde et elle a commencé à flirter avec le monde.

19     Aussi, ceci avait embarrassé à tel point le prophète, que lorsqu’il alla devant Dieu, il rougit. Lorsqu’il entendit premièrement ces choses et qu’il vit la déchéance morale de son peuple, cela le désola à tel point qu’il s’assit et se oignit, s’arracha les cheveux de la tête et les poils de la barbe, et fut lourdement chagriné devant le Seigneur, en prière. Ensuite quand fut offerte l’offrande du soir, il alla au temple et tomba sur ses genoux, et fut tout honteux devant Dieu, à cause des péchés du peuple.

20     Il n’a pas rougi à cause des rues achalandées du quartier qui servait à la prostitution; il n’a pas rougi à cause des ivrognes dans leur taverne, aussi mauvais que cela puisse être; mais il a rougi à cause du péché des élus.

21     Ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est de quelques autres prophètes avec assez de Dieu dans leur cœur pour rougir en Sa Présence, à cause des péchés des gens qui prétendent être le peuple de Dieu et qui font ce qu’ils font. Quelle disgrâce n’avons-nous pas apportée à ce lieu! La morale de notre peuple!

22     Ce n’est pas un sujet sur lequel on peut parler facilement. Bien d’autres sujets auraient été plus faciles à aborder. Mais, frères, si personne ne se détache pour donner l’heure en ce jour adultère et pécheur dans lequel nous vivons, qu’arrivera-t-il? Quelqu’un doit en parler. Quelqu’un doit remettre les choses à leur place devant le peuple. Esdras ne voulait peut-être pas le faire, cependant c’était en son cœur.

23     Et quand vous voyez un serviteur de Dieu devenir si sincère qu’il tombe sur sa face, ses mains étendues, implorant Dieu, et rougissant à cause de l’iniquité du peuple, alors vous verrez poindre un réveil. Un homme ne peut demeurer dans la Présence de Dieu, une assemblée ne peut rester dans la Présence de Dieu, sous la repentance, que si le Saint-Esprit ne descend et ne donne l’onction et la puissance pour y faire bouger Dieu parmi ces gens. Absolument!

24     Montrez-moi un homme… montrez-moi un autre Calvin, Knox, Finney, Sankey, ou quiconque sent le fardeau du peuple, qui restera sur sa face à implorer et à prier devant Dieu. Envoie-nous à nouveau un John Smith, de l’Église baptiste, lequel, ayant prié et pleuré toute la nuit à cause de l’iniquité du peuple, ne pouvait plus ouvrir les paupières tant elles étaient enflées, que le lendemain sa femme a dû le conduire à table et lui donner son déjeuner à la cuillère. Montrez-moi à nouveau un John Wesley, un tison tiré du feu, et je vous montrerai un réveil!

25     Aujourd’hui, ils vous tapotent l’épaule, c’est ce qu’ils font. Nous appelons ça ceci et cela, et un réveil, alors qu’il n’y a pas de réveil en cela. Oh non! Il y a une agitation d’émotions religieuses parmi les gens, mais pas de réveil.

26     Ils avaient un groupe religieux en ce jour-là. Il y avait beaucoup d’agitation en ce jour-là, mais ils avaient besoin d’un réveil.

27     Eh bien, mon cher frère, ma chère sœur, la morale de cette nation est devenue si vile qu’elle rendrait un chien malade. Elle ferait rougir une truie si elle le pouvait — l’immoralité de notre peuple! Les gens, il y a des années de cela, ce qu’ils ont fait, ce que la nation a faite, les choses que nous avons, … la négligence à la prière est la cause de tout cela!

28     L’église qui d’ordinaire ne croyait pas au cinéma n’aurait pas laissé ses enfants y aller. Ils auraient évité ces endroits-là. Mais de nos jours, ils ont leur cinéma dans leur propre foyer. Chaque maison a son téléviseur.

29     Là où d’ordinaire ils auraient cru mauvais de boire de la bière… John Barleycorn, quel vilain garnement il était… De nos jours, soixante pour cent des chrétiens de nom prennent un verre en société au moins une fois l’an. Par la suite, ils feront la fête quand ils auront leur célébration de la Noël. C’est qu’ils ont adopté l’éducation plutôt que le salut et cela ne le remplacera jamais.

30     Ce qu’il nous faut, c’est d’un réveil. On s’est appliqué des pansements et on les a enlevés; un autre pansement, on l’a enlevé, pour découvrir que la douleur persistait toujours. Ce qu’il nous faut aujourd’hui, ce n’est pas d’une régénération sociale, ni de discours intellectuels, mais d’une transfusion de Sang de la part de Dieu, à l’ancienne mode, depuis le Ciel. Les pansements ne nous feront aucun bien puisque nous sommes anémiques. Une transfusion de Sang est donc nécessaire. Il nous faut revenir à cet Évangile démodé, qui appelle à la repentance devant Dieu, et non à une profession aux yeux secs ou à une poignée de main, mais à un réveil du Saint-Esprit envoyé de Dieu, avec la possession du Sang purifiant du Seigneur Jésus-Christ dans chaque cœur humain. Il faut qu’un réveil commence dans l’Église et qu’il balaie la nation. Nous mourrons, nous périrons, c’en est fini de nous, sans ce genre de réveil.

31     J’en ai par-dessus la tête de voir ces petits réveils hollywoodiens insignifiants où les gens vont et deviennent tout excités par l’émotion pour quelques heures, ou un jour ou deux, ou une semaine ou deux; et sitôt sortis, sitôt oubliés. Frères, un réveil peut vous enthousiasmer et vous émouvoir, et vous pouvez être bien intentionné, tout ça c’est bien, mais à l’heure qu’il est, ce n’est pas ce qu’il nous faut.

32     Il nous faut un baptême du Saint-Esprit, pour changer l’émotion, l’intellect, l’opinion, les habitudes et la vie des gens, et les ramener sur le droit chemin à nouveau. En dehors d’une transfusion de Sang du Calvaire, toutes nos réformes ne nous serviront à rien du tout.

33     Ce n’est pas les Nations Unies qui nous aideront. Nous les avons, et que font-ils? Ils ne font jamais appel au Nom de Dieu. Ils ont peur de Le mentionner. Il leur fut une fois demandé par un groupe d’ecclésiastiques pour quelle raison il ne s’y faisait jamais de prières. On a répondu que «cela pourrait offenser quelqu’un, un des autres qui ne croit pas en Dieu.»

34     Oh! combien un réveil est nécessaire! Peu importe si cela offense quelqu’un, nous devons prêcher l’Évangile et le mettre en évidence. Oui. Je ne donnerais pas un sou à un programme qui ne voudrait pas de Dieu, que ce soit à l’ONU, ou aux Quatre Grands, ou à quoi que ce soit.

35     Aussi longtemps que cette nation ne réalisera pas que nous périrons sans le Sang de notre Seigneur Jésus-Christ, aussi longtemps que les individus ne s’éveilleront pas à réaliser qu’on est en train de mourir, parce qu’on a omis l’original, le chemin, le remède, la cure que Dieu nous a donnés au Calvaire…

36     Pas étonnant que cela ait fait rougir un homme! Pas étonnant! Un véritable prédicateur veillera sur sa congrégation et tentera de les conduire devant le trône de Dieu. Et en visitant leurs maisons, s’il découvre qu’ils fument, se racontent de sales blagues les uns aux autres, se divertissent dans la cour arrière par des soirées où l’on boit de la bière, et que leurs jeunes femmes (et celles d’âge moyen, et même les grands-mères) se promènent dans les rues en petit short; une maman, avec son bébé sous le bras, s’habillera suffisamment sexy pour attirer l’attention de n’importe quel contrebandier de la rue, et tout ce monde se dit «chrétien»! N’importe quel vrai homme de Dieu rougirait d’amener de telles gens dans la Présence de Dieu. Vrai?

37     Et de nous joindre à l’église pour devenir une meilleure classe de gens a atteint le point du ridicule. Ça l’a été en ce jour-là et ça le sera en celui-ci. Revenons à Dieu, non en s’injectant d’une éducation ou d’une réforme religieuse, non en s’injectant d’une sorte de théologie faite de main d’homme, mais d’un baptême du Saint-Esprit à l’ancienne mode, envoyé de Dieu depuis le Ciel, en une expérience pentecôtiste qui brûlerait toute tendance charnelle, pour ainsi replacer à l’intérieur le joyau que Dieu avait voulu qu’il soit — un fils et une fille de Dieu. Avant cela, frères et sœurs, nous continuerons d’avoir des cheveux coupés, du maquillage sur ces femmes à l’allure sexy. Et des buveurs, des fumeurs, s’appelant eux-mêmes chrétiens. Tout cela parce qu’ils ne savent pas mieux faire; dans leur cœur, cette racine charnelle y gît encore et il nous faudra nettoyer l’église du sous-sol à la chaire. Amen. Et pas moins que cela.

38     On en a besoin aujourd’hui de ces prophètes rouges de honte. Parfois les gens viennent dans la ligne de prière et c’est comme s’ils descendaient à une maison de jeu. C’est vrai. Venant demander quelque chose à Dieu et ressemblant à une Jézabel!… Ce qu’il nous faut aujourd’hui, c’est d’une maison nettoyée, et de prophètes de Dieu aux cœurs chaleureux, qui se tiendront en chaire et qui nommeront les choses par leur nom, qui sépareront ce qui est juste de ce qui est faux, qui prêcheront l’Évangile sans compromis, jusqu’à ce que les pécheurs tombent sur leur face et pleurent et que Dieu envoie le Saint-Esprit purifier leur vie. Amen. Nous savons que c’est vrai. C’est exact.

39     Je prêchais ici il n’y a pas longtemps, et je disais que chaque femme dans cette ville était coupable, d’une façon ou d’une autre, d’adultère. Elles le sont. Les femmes descendent au centre-ville, et elles peuvent difficilement s’acheter une robe dans laquelle elles n’aient pas l’air d’avoir été coulées dedans. Je ne suis pas ici pour… c’est ici ma propre église; je me permets de prêcher ce que le Saint-Esprit me dit de prêcher. C’est vrai.

40     Laissez-moi vous dire: je ne vous critique pas, ma sœur, mais l’Esprit ne vous enseigne-t-Il pas différemment? Sinon, je crains que vous n’ayez pas le Saint-Esprit. C’est vrai. Le Saint-Esprit, ce n’est pas «crier»; le Saint-Esprit, ce n’est pas «danser dans l’Esprit»; le Saint-Esprit, ce n’est pas «parler en langues»; le Saint-Esprit est justice. Ô Dieu, donne-nous un réveil du Saint-Esprit venu de la justice de Dieu!

41     Ne pouvez-vous pas vous rendre à l’évidence que lorsque vous vous habillez ainsi et que vous marchez dans la rue, et que les hommes vous regardent, comme ils ne le devraient pas, qu’au Jugement, — vous pouvez être aussi pure qu’un lis face à votre mari, — mais qu’au Jugement vous serez coupable d’avoir commis adultère avec le gars devant qui vous vous êtes ainsi présentée.

42     Pas étonnant que cela l’eût fait rougir! Pas étonnant! Qu’est-ce que cela fait à Dieu, quand au commencement, dit la Bible, «cela L’affligea d’avoir créé l’homme»? Cela affligea le cœur de Dieu, lorsqu’Il les regarda dans les jours précédants la destruction antédiluvienne, d’avoir jamais fait l’homme. Que s’était-il passé? «Les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles.» C’était cette perversion; c’était ce désordre sexuel. Ce fut la chose qui chassa les enfants de Dieu hors du jardin d’Éden, ce fut cette chose qui poussa le jugement de Dieu, pour rétablir la paix sur la terre. Ce fut cette chose qui causa leur destruction, ce fut cette même confusion, entre hommes et femmes, qui coula Sodome et Gomorrhe au fond de la mer Morte.

43     Cela avait été annoncé par les prophètes. Cela avait été annoncé par le Seigneur Jésus que, «comme il en avait été en ces jours-là, qu’il en serait de même avant la venue du Fils de Dieu.» De nos jours, si on y regarde, on voit que l’église ne prend son exemple ni de la Bible, ni de Ruth, ni de Naomi, ni de Sara, et ni des autres dans la Bible, mais elle prend son exemple (et les femmes de l’église aussi) d’Hollywood et des influences mêmes du diable.

44     Et combien nos gens, qui se prétendent chrétiens, iront chercher les manières de ces mauvais hommes — ces enregistrements d’Evil Presley (quel que soit son nom), l’un des personnages les plus victimes d’illusions et possédés du diable que je connaisse; Arthur Godfrey et d’autres comme lui — et iront écouter ces idioties à leurs radios, et refuseront d’entendre un sermon sur l’Évangile, et la Bible!… Que Dieu vous soit miséricordieux. Quelle sorte d’esprit avons-nous amené parmi nous? Eh oui!

45     Pas étonnant que le prophète de Dieu ait eu honte devant le Seigneur. Il savait bien que c’était de l’iniquité; et il s’est tenu là et a plaidé la cause. Il a dit à Dieu: «Nous sommes coupables d’injustice.

46     Et nous le sommes, mes amis, tant que nous ne parviendrons pas à ce point de transfusion du Sang. Renoncez aux pansements, renoncez aux onguents. Vous n’obtiendrez la guérison que lorsque le système sanguin sera sain.

47     C’est la raison pour laquelle les gens sont devenus diabétiques. Si l’un se coupait, il ne guérirait probablement jamais. Et pourquoi? Parce que les véritables cellules rouges sont rongées.

48     Et l’église entière est devenue diabétique. Et à chaque nouvelle coupure, au lieu de passer outre, vous vous y arrêtez. Ça ne peut pas guérir. L’égoïsme, la cupidité, l’immoralité, et tout ce qui se trouve dans le calendrier des «méfaits» contre Dieu, l’église se les approprie bien. Les hommes boivent, fument, disent des plaisanteries de mauvais goût. Les femmes se coupent les cheveux, se maquillent, font toutes sortes de choses, s’habillent de façon immorale et rencontrent les gens ainsi. Toutes ces choses sont dues à un manque du Sang du Seigneur Jésus-Christ, qui nous purifierait de toute iniquité. Amen. Cela peut sembler dur à prendre, et ça l’est, c’est certain, mais c’est la vérité.

49     Si nous ne renvoyons pas les jugements du Dieu Tout-Puissant, vous serez pris ici, un de ces jours, dans une explosion atomique qui enverra toute âme en dehors de l’éternité, pour rencontrer un Dieu qui ne reconnaîtra que le Sang de Son Fils Jésus-Christ. J’aimerais vous voir venir sous le Sang. J’aimerais vous aviser de vous mettre en ordre avec Christ. C’est le conseil que je vous donne.

50     Eh bien, pourquoi ne pouvons-nous pas avoir la foi? Pourquoi ne pouvons-nous pas obtenir autant de guérisons qu’avant? Pourquoi ne parvenons-nous pas à être solidement fondés? C’est que nous appliquons des pansements; c’est que nous appliquons du sparadrap, du ruban adhésif. Nous essayons de camoufler toute l’affaire, au lieu d’avouer que nous avons besoin d’une transfusion. Nous sommes dépourvus du Sang. Nous sommes sans Christ. Ne vous laissez pas duper.

51     Ne laissez pas le diable vous tapoter l’épaule et vous dire: «Eh bien, je vais à l’église!»

52     Le diable y va aussi. Mais oui. Certainement qu’il y va. Il s’est présenté à Dieu; il est allé à l’église dans le Ciel; il s’est présenté devant le trône de Dieu, avec les fils de Dieu; il s’est assis avec eux, a eu une discussion avec Dieu.
    Il lui a demandé: «D’où viens-tu?»

53     Il a répondu: «De parcourir la terre et de m’y promener.» C’est de là qu’il revenait.

54     Aussi le diable va à l’église. Le diable appartient à l’église. Le diable agit comme un chrétien. Il est un séducteur. Et s’il n’agissait pas comme un chrétien, et n’agissait pas comme une église, il ne serait pas un séducteur. Personne ne pourrait être séduit. Seulement, c’est aussi différent que le blanc l’est du noir. C’est contraire l’un à l’autre. La Bible a dit, parlant de cet esprit, dans les derniers temps: «…cela serait si proche que ça séduirait les élus, s’il était possible.» Mes amis, nous y sommes.

55     Il est grand temps que les prophètes de Dieu, oh frères, que les prédicateurs, pour ainsi dire, à travers la nation, tombent sur leur face.

56     Bien qu’il y ait dix-neuf millions de baptistes en Amérique, treize millions de méthodistes, onze millions de luthériens, dix millions de presbytériens (miséricorde! pensez-y!) et constamment au jeu de balle, à s’amuser. Et le mercredi soir, et parfois même le dimanche soir, ils restent à la maison à écouter la télévision et la radio, à s’inspirer des nouveautés hollywoodiennes. Votre âme suit le courant de ces choses.

57     Alors que vous devriez avoir votre Bible ouverte quelque part, sur vos genoux devant Dieu, priant pour les péchés du pays.

58     Je suis coupable avec vous. J’ai pris ma décision. Par la grâce et l’aide de Dieu, si notre Dieu me donne la force de le faire, je suis déterminé à courir vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ, jusqu’à ce que la mort me délivre. Que Dieu m’aide à y parvenir. Aide-moi, je Te prie! Considérant les œuvres, considérant aussi les choses que j’ai vues, et que vous avez vues, et traîner derrière comme cela, et devenir spirituellement anémiques…

59     Et ce tabernacle-ci, connu à travers le monde entier, ce petit bâtiment en béton du coin de la rue, Dieu l’a élevé devant la nation.

60     C’est vrai. Quand je pense à ce que David a dit: «Voici, j’habite dans une maison de cèdre, et l’arche de mon Dieu est sous une tente. Je vais aller Lui construire une maison.»

61     Nathan, le prophète, lui a dit: «Fais tout ce que tu as dans le cœur, car Dieu est avec toi.

62     La nuit suivante, Dieu est apparu à Nathan et lui a dit: «Va dire à David: Qui étais-tu David? Je t’ai pris au pâturage, derrière les brebis. Et J’ai rendu ton nom semblable au nom des grands hommes de la nation.»

63     Qui était-ce donc dans ce petit tabernacle, ici? Un petit marais se pointant à l’ange de la rue Penn et de la 8e, que même les gens de Jeffersonville et les autres qui y viennent ont eu du mal à trouver. Et, aujourd’hui, Dieu, par Sa miséricorde, vous a pris et a fait de vous un grand peuple. Bombay, en Inde, sait où est situé ce tabernacle; Durban vous connaît aussi; et toutes ces autres nations. L’Afrique sait où nous sommes situés; l’Inde, l’Allemagne, l’Angleterre, la Finlande, la Suisse, l’Europe, l’Asie, au fin fond des îles Thaïlandaises, tous sont au courant de ceci. Et Dieu a fait de nous un exemple pour les gens. Et de penser, après que Dieu eût fait ceci, qu’on Lui eût tourné le dos pour patauger dans les choses du monde, et devenir spirituellement anémiques… alors que nous devrions être le phare établi sur la colline, un feu qui ne peut être caché. Ô Dieu, je suis tout aussi coupable que vous tous!

64     Ce que je veux dire, je veux d’une repentance à l’ancienne mode, envoyée de Dieu, un appel à retourner à Dieu, qui fera que les hommes et les femmes qui entreront ici appuyés sur des béquilles s’en retourneront sans elles. Quand les aveugles seront conduits jusqu’à cette porte, ils repartiront en ayant la vue. Quand les sourds entreront ici, ils repartiront et entendront. Lorsque les pécheurs entreront, souillés et encrassés par le péché, ils sortiront lavés dans le Sang de l’Agneau. Pouvons-nous le faire? Dieu appela Israël et fit d’eux un exemple. Dieu nous a appelés à être un exemple, mais nous Lui avons fait faux bond, et nous avons eu honte en Sa Présence.

65     Pensons aux choses qu’Il a faites pour nous. Il nous a sortis du pâturage. Il nous a fait connaître de par le monde entier. Il a fait de grandes choses pour nous. Et cependant, nous tergiversons, et nous flirtons, et nous sortons; nous ne semblons pas être sincères. On ne prie plus et les choses ne semblent pas aller correctement. Et on a essayé d’infiltrer des petits programmes, des ajouts, pour apaiser la douleur. Vous ne pouvez apaiser la douleur avant d’y avoir introduit un bon Sang riche pour guérir la plaie. Pas vrai?

66     On excisera un cor de votre pied, et le diabète se mettra de la partie; et on devra ensuite vous amputer le pied. N’essayez pas d’écarter ceci, ni de contourner cela, ni de panser ceci.

67     Mais la chose à faire est de venir directement à Dieu, et dire: «Mon Dieu, je suis anémique, et j’ai besoin de Ton Sang pour me purifier de tout péché.» C’est ma prière, et j’ai foi que c’est aussi la vôtre.

68     Pensez-y bien, mes amis. Un de ces jours, — c’est plus susceptible d’arriver avant le lever du jour que dans cinquante ans d’ici, — une roquette, une de ces bombes au cobalt ou à hydrogène pourrait… La nation entière est sur le qui-vive.

69     Vous l’avez lu sur le journal, l’autre jour, quand le Pentagone a fait appel à la science pour élucider le phénomène des soucoupes volantes. Ce n’était pas un mythe. Ils ne les ont pas imaginées celles-la! C’était réel, c’était mû par une intelligence; elles volaient en formation de combat. Elles pouvaient s’arrêter, repartir, s’arrêter, parler. C’était mû par une intelligence. Ils le savent. Les gens ont ri. Ils ont dit: «Allons donc, des soucoupes volantes!», et ils en ont bien ri.

70     Mais savez-vous ce que je pense? Jésus a dit qu’avant son retour, il y aurait des signes dans le ciel. Avez-vous remarqué? Avant de commencer à détruire Sodome et Gomorrhe à cause de leur affaire de sexe, Il a envoyé des anges pour enquêter là-dessus. Des anges sont descendus sur la terre ces dernières années; ils ont été aperçus par du monde, je veux dire, par d’honnêtes personnes, lavées dans le Sang, qui sont au courant de ceci. De plus, ils se sont arrêtés pour qu’on les photographie. Eh oui! Des êtres angéliques ont visité la terre, rapportant au Père que le péché s’était à ce point amoncelé que les étoiles arrivaient à peine à briller. Le monde entier chancelle comme un homme ivre revenant dans la nuit. Exactement.

71     Le péché parmi les chrétiens, parmi les élus. Ils ont vendu leur droit d’aînesse pour de la popularité. Le prédicateur a échangé l’Évangile pour une réunion sociale. Il a troqué l’Évangile démodé du lavage par le Sang pour une prédication intellectuelle, discourant sur la société, employant ainsi improprement l’Évangile. Plusieurs sont allés prêcher dans les champs missionnaires et ont utilisé l’Évangile pour un gain personnel, pour faire de l’argent. Beaucoup d’entre eux se sont acheté des fermes et des automobiles, et des choses qu’ils n’auraient jamais eues s’il n’eut été de ces gains personnels. Mais pas tous! Je suis reconnaissant qu’il y ait encore un reste.

72     Aux jours d’Esdras, quand il se mit à pleurer, à implorer et à condamner le péché, vous savez ce qui est arrivé? Tous les élus qui se confiaient en Dieu se sont assemblés auprès de lui.

73     On a besoin d’hommes et de femmes aujourd’hui, que lorsque leurs prédicateurs prêchent dans ces églises-là et appellent le péché «péché» et qu’ils le réprimandent, les réelles gens de Dieu s’assemblent auprès de vous et restent avec vous. C’est vrai. Il est grand temps de crier à haute voix, et de distinguer les choses, de séparer le vrai du faux. Que Dieu nous accorde d’avoir le courage de le faire.

74     Pensez simplement à ce qui pourrait arriver. Comme je vous le disais, je crois plutôt que c’est ce matin que j’ai entendu dire qu’un de ces abris, j’ai oublié comment on appelle cela, pour les bombes et les avions à venir… Il n’y a pas longtemps, une émission a passé quelque part et on disait qu’ils avaient fait appel aux grandes escadrilles, avec trois cents bombardiers chargés de bombes atomiques et à hydrogène suspendues à leurs ailes.

75     Il y a quelque temps, au grand aéroport de Shreveport, un de ces gars-là fut converti, lors d’une réunion de frère Jack. Il a dit: «On a des bombes atomiques à nos avions, et nous pratiquons avec tous les jours.»

76     J’ai dit: «N’as-tu pas peur?»

77     Il a dit: «Elles n’ont pas le détonateur. Mais on est tellement sur le qui-vive que, en l’espace d’une minute (soixante secondes!), les détonateurs seraient mis en place; on se serait ravitaillé en combustible et déjà en route vers l’Angleterre, avec ces bombes.

78     Les grands hangars sont postés partout dans les océans, et ils disent aux Russes: «Osez donc en laisser tomber une! Juste une sur les Nations Unies, ou quelque part par là, et vous verrez bien ce qui s’ensuivra.»

79     Qu’en serait-il? Ce serait un assaut sur la Russie. Et s’ils le faisaient, s’ils commençaient à larguer ces bombes atomiques et à hydrogène, cela produirait une réaction à la chaîne qui incendierait la terre à l’état de cendre, d’une fournaise ardente. Cela ne serait pas du tout en désaccord avec l’Écriture, vous savez. «Car la terre sera consumée, et le ciel aussi. Les éléments de la terre se dissoudront.»

80     Nous vivons en un jour périlleux; nous vivons en un jour où les hommes du monde sont effrayés. Les grands hommes ont peur à l’idée de qui fera éclater cette première bombe. La première bombe qui sera lancée, ensuite, toute la chose s’en ira dans un ralliement.

81     Mais ce devrait être le plus heureux de tous les temps pour le chrétien. Les temps vont changer. Celui qui est âgé va devenir jeune. Oh! là là! La mort va s’enfuir. La maladie ne sera plus. Plus besoin de réunions de prière pour les malades ou pour les perdus. Mais Dieu viendra prendre Ses élus des quatre coins de la terre, et les rassemblera sous Son aile, et nous vivrons et régnerons avec Lui à jamais dans Son Ciel.

82     Oh, frère, sœur, vous mes amis, si vous n’êtes pas encore prêts ce soir, puissiez-vous le devenir à l’heure même. Je vous invite à venir à Jésus-Christ, ce soir, et à Le recevoir. À ceux qui s’y opposaient, et à ceux qui savent ne pas être là où vous devriez être avec Dieu, je vous invite à l’autel avec moi. J’invite chacun de vous à venir ici, et pas seulement pour parler, mais pour rester jusqu’à ce que Dieu ait nettoyé votre âme de tout ce qui ne Lui ressemble pas, et sortir d’ici une nouvelle personne. Pas en y appliquant un pansement, mais en recevant une transfusion de Sang qui purifiera votre sang et vous donnera une vie et une espérance nouvelles. Sortez avec le baptême du Saint-Esprit. Sortez, pas en criant, pas en dansant, ces choses sont très bien, elles appartiennent toutes à l’église, elles appartiennent toutes à la Bible, mais je parle du Saint-Esprit, de l’amour de Dieu.

83     Je discutais avec un jeune homme l’autre jour. Sa mère, une chère femme (je la connais pour l’avoir rencontrée une ou deux fois) lui avait dit: «Mon chéri (à son fils), viens ici: Je veux que tu regardes quelque chose. J’ai de l’huile dans ma main.» — J’en ai aussi d’avoir transpiré… «J’ai de l’huile dans la main… qu’est-ce que t’en penses?»

84     Et le garçon a regardé sa mère, et lui a répondu: «Maman, je veux te demander quelque chose.» (Elle voulait qu’il prie pour qu’elle ait une marche plus rapprochée avec Dieu.) Il a dit: «Quand l’huile est venue dans ta main, est-ce que cela a enlevé toute ta condamnation? Est-ce que cela t’a donnée une douce expérience avec Dieu?»
    «Non!»…
    Il lui a répondu: «Je laisserais cela de côté, alors.» C’est tout.

85     Ah, le monde, le monde religieux, le peuple pentecôtiste cherche le fantastique. Le monde, le monde (soi-disant) instruit, le monde confessionnel cherche la solution géniale qui améliorerait leur dénomination et en accroîtrait le nombre. «Un million de plus», vous savez.

86     Et les nations cherchent une sorte de force policière qui mettrait le monde à leurs pieds et où la justice régnerait.

87     Frères, cela ne vient pas par un pentecôtisme fantastique, ni par des organisations protestantes ou une hiérarchie catholique, ni par le Pentagone, ni en tournant une nouvelle page. Cela vient par une vie abandonnée à Jésus-Christ, par le baptême du Saint-Esprit. Tout ce qui ne rencontre pas cela est faux. Prions.

88     Je vais maintenant demander à la sœur de venir au piano. Pendant que nous sommes en prière, pendant que chacun a la tête inclinée et que chacun prie, je me demande, en ce moment précis, si vous ne mettriez pas votre esprit à l’épreuve quant à la Parole de Dieu. Êtes-vous en règle?

89     Après le service, comme je le disais, je devrai me rendre au chevet de ma belle-mère, qui est agonisante. D’autres amis, que je sais être d’ici, que j’ai visités, qui sont au seuil de la mort, des gens qui se sont assis dans cette église… Oh, frère, sœur, vous en arriverez là aussi. Vous devez en arriver là.

90     Vous me direz: «Mais oui, je sais cela, frère Branham. Je compte m’occuper de cette chose-là un de ces jours.» Mais ce ne sera peut-être pas «un de ces jours» pour vous. Aujourd’hui pourrait bien être le dernier jour.

91     Cet homme, il ne lui serait pas venu à l’esprit, l’autre jour, alors qu’il venait de la Californie pour entrer dans sa nouvelle maison, au Michigan, avec sa petite épouse, qui conduisait l’auto, et lui dans la camionnette — il venait juste de prendre sa retraite de la marine —, il ne lui serait pas venu à l’esprit, quand il se mit en route ce matin-là, peut-être d’un port touristique, que sa petite épouse et son bébé trouveraient la mort en quelques instants! Mais juste passé Henryville, leur véhicule est entré en collision avec un autobus. Et le chauffeur a dû presque quitter la route, mais ça tué la femme et la petite fille. J’espère que leurs âmes étaient en règle avec Dieu.

92     Il y a quelques semaines, frère Wood et moi sommes montés à l’endroit où un avion s’était écrasé, ici, derrière, et on les regardait ramasser les corps des huit hommes, là où des têtes, et des jambes, et des bras étaient éparpillés tout partout. Ils ont ramassé un corps et ses entrailles sortaient de lui. Sans doute un brave homme, un homme renommé de Chicago. Quand cet homme s’est embarqué ce matin-là, je me demande si le soir qu’il est allé à l’église il avait de bonnes intentions. Le pasteur avait-il fait un appel à l’autel? Avait-il condamné le péché? L’homme avait-il pris sa chance, ou était-il sorti comme une brute? L’homme était-il, aux yeux de Dieu, un fils de Dieu?

93     Réfléchissez à ces choses, mes amis, elles sont importantes. Elles sont non seulement importantes, mais elles sont ce qui est le plus important pour vous à cette heure. C’est l’heure de la décision, c’est l’heure où vous ferez votre choix d’avenir. Puissiez-vous faire votre choix pendant que nous prions.

94     Père Céleste, comme nous lisons dans la Bible ce que Tu as dit du péché et de ceux qui l’ont commis et ne l’ont pas confessé, nous réalisons ce que cela signifie de mourir sans connaître Dieu. Nous le savons par l’expérience des autres que nous avons vu partir, de ceux qui ont eu l’intention, de ceux qui ont remis cela trop longtemps. Ô Dieu, ceux qui ont professé sans posséder ce qu’ils disaient avoir, ceux qui ont agi comme des chrétiens et qui ne l’ont toutefois jamais été; leur vie l’a prouvé et leur mort l’a manifesté.

95     Maintenant, Père, je Te prie de parler à chaque cœur ici, ce soir, et à moi aussi, Seigneur, d’avoir été dilatoire, car plusieurs choses j’aurais pu faire et je ne les ai pas faites. Je confesse mon erreur. Je confesse les fautes de ces gens. Je confesse les fautes de cette nation. Je Te demande de faire miséricorde, Seigneur. J’ai trois petits enfants à élever, et nous vivons ici en un temps de trouble, et, mon Dieu, il ne nous servirait à rien de s’enfuir, Tu sais tout concernant cela. Ô Dieu, je veux être en règle avec Toi.

96     Un jour, si ce n’est pas un désastre nucléaire qui nous atteint, un accident nous emportera. Si ce n’est pas un accident qui nous arrive, une maladie nous emportera. Quelque chose doit nous emporter. Mais nous sommes si heureux de savoir qu’il y a une porte de sortie. «Le Nom du Seigneur est une tour, et le juste qui s’y réfugie est en sûreté.» Mon Dieu, puisse l’ami pécheur, ce soir, garçon, fille, homme ou femme, voir la porte ouverte, l’occasion, et courir vers Christ à cette heure même.

97     Maintenant, tandis que nous avons la tête inclinée, je sais qu’il y en a quelques-uns ici qui voudraient dire, en levant la main vers Dieu: «J’ai honte de ma vie, et je veux Te confesser mes fautes et implorer Ta miséricorde.» Levez votre main vers Dieu. Que Dieu vous bénisse. Il y en a plusieurs, plusieurs d’entre vous. Oui.

98     Il y en a beaucoup ici qui, depuis longtemps, professent le christianisme et savent ne pas avoir été dociles envers Dieu, et qui font des choses, en ce moment même, qu’ils ne devraient pas faire. Et vous continuez sans les confesser, dérivant comme le monde. Vous regardez ces émissions que vous ne devriez pas regarder, vous regardez ces magazines et vous lisez une littérature que vous ne devriez pas lire. Ça ne convient pas à des chrétiens. Vous écoutez ces blagues vulgaires, ces grossièretés que vous ne devriez pas entendre, chacun d’entre vous, hommes et femmes. Il y a eu des circonstances où vous auriez pu parler et vous ne l’avez pas fait. Peut-être êtes-vous coupable du péché d’omission.

99     Je me demande si vous lèveriez la main vers Christ, pour qu’Il vous fasse grâce et vous pardonne. Levez la main. Que Dieu vous bénisse, jeune dame, tandis qu’elle s’avance à l’autel, pour confesser ses péchés. Levez votre main vers Dieu. C’est ça, monsieur, c’est ça. Que Dieu vous bénisse. Levez votre main. Vous savez avoir été dans l’erreur…

100     Je me demande si vous avez le courage, ce soir, de me rencontrer ici à l’autel. Agenouillons-nous tout autour, ici, et disons: «Ô Dieu, soit miséricordieux envers nous tous. Nous avons besoin de Toi.» Que Dieu vous bénisse, madame.

101     Voir ces jeunes femmes s’approcher en pleurant, la vie devant elles… Elles sont parvenues à un carrefour; elles sont victimes des circonstances. Puis, vous rendez-vous compte, vous les hommes âgés, que nos garçons sont dix fois plus tentés que nous l’avons été quand nous étions garçons? Vous rendez-vous compte, sœur, que votre fille est dix fois plus tentée que vous l’avez été quand vous étiez fille? Et sa fille, combien en aura-t-elle? Regardez aux choses, aux tableaux que le diable leur peint.

102     Oh, combien avons-nous besoin de prier! (Nous vous reviendrons tantôt.) Frères, réalisez-vous que nous ne prions pas la moitié de ce que nos pères priaient? Pasteurs, savez-vous que nous ne passons pas autant de temps sur nos genoux que les pasteurs avant nous en passait? Femmes, réalisez-vous que vous n’instruisez pas votre fille, ne priez pas avec elle, le soir, comme votre mère l’a fait pour vous? Alors, qu’en est-il de tout cela? Qui sont les coupables? Nous sommes coupables. On n’a pas à chercher à se justifier, nous sommes coupables.

103     Je suis coupable. Je suis coupable de ne pas remplir la tâche de Dieu comme je le devrais. Je le confesse, je suis dans l’erreur. Je demande à Dieu de m’être miséricordieux. J’ai considéré les occasions que j’avais manquées à cause de petites choses insignifiantes, qui étaient sans importances. J’ai honte de moi, en tant que ministre de l’Évangile, devant vous. Je me repens devant Dieu et Lui demande de me pardonner. Et puisse l’église me pardonner d’avoir été si dilatoire concernant l’œuvre de Dieu. Par la grâce de Dieu, et par l’aide de Dieu, je n’écouterai plus à ce que… tout un chacun essayant de me donner quelque chose à faire. Ils ont un programme, ils ont quelque chose à vous faire faire. Non-sens! Je connais le programme de Dieu; il est écrit ici dans la Bible. Et j’ai honte de moi en tant que ministre de l’Évangile. Un million d’âmes gagnées! Je devrais en avoir dix millions. Je suis loin derrière.

104     Qu’en est-il de vous? Combien d’âmes avez-vous gagné depuis que vous êtes en Christ? Le christianisme se communique de l’un à l’autre. Combien d’âmes avez-vous gagné depuis que vous êtes chrétien? Si vous ne gagnez pas d’âmes, vous êtes coupable, vous êtes stérile, vous avez amené la honte sur l’Église et l’Évangile. Combien de personnes avez-vous invité à la réunion de prière du mercredi soir? Si vous ne le faites pas, vous devriez être honteux de vous devant Christ. Vous êtes coupable, et votre place est à l’autel. Je vous invite à venir avec moi vous repentir.

105     Ensuite, vous vous inclinerez la tête, et la garderez inclinée une minute, tandis que je sens ma culpabilité et aimerais me repentir. Inclinez simplement la tête. [Frère Branham quitte la chaire pour s’agenouiller à l’autel. - N.D.É.]

106     Notre Père Céleste, je m’incline à cet autel et implore le pardon de mon péché. Je demande le pardon des péchés de ceux qui sont autour de l’autel. Je demande pardon pour cette église, pour le Corps qui est le Tien, d’une nation à l’autre. Puisses-Tu nous faire grâce, car nous avons été si lents en ce qui à trait aux affaires du Royaume. Je prie que Tu nous pardonnes nos péchés et que Tu enlèves notre transgression. Et pardonne-nous d’être si stupides, la stupide ignorance du peuple. On n’a pas été à la hauteur. On a plutôt fait de l’exercice corporel. On a plutôt fait des choses qu’on n’aurait pas dû faire. Comme nous avons péché devant Toi!

107     En cette réunion du dimanche soir, Père, voyant le prophète de la Bible rougir de honte, nous rougissons aussi. J’ai honte devant Toi, à cause des péchés du peuple. Les gens, ma nation, mon peuple, j’ai honte d’eux, Seigneur. De voir que nos jeunes dames se promènent dans les rues, agissant comme ça! De voir la prostitution, les jeunes hommes qui vivent n’importe comment! De voir que, plutôt que d’aller à l’église, ils restent à la maison à lire ces magazines qu’ils ne devraient pas lire, à regarder ces émissions non censurées, à écouter des plaisanteries vulgaires, d’Hollywood, à écouter cette musique «boogiewoogie», pondue par des hommes de mauvaise vie et à la conscience vile, sous l’influence du diable, afin d’inspirer les œuvres mêmes du diable.

108     Ô Dieu, j’ai honte de moi, de ne pas réprimander de la façon que je le devrais. Ô Dieu, éloigne de moi ma culpabilité. Je Te prie de le faire, je Te prie de pardonner ces personnes-ci premièrement, nous tous ensuite. Aide-nous à nous relever de cet autel de nouveaux hommes et de nouvelles femmes. Aide-nous à nous comporter en chrétiens quand nous sortirons d’ici.

109     Aide-nous à «rejeter tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et à courir avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte», ne regardant pas à la télévision, ne regardant pas aux comédiens du monde, mais «regardant au chef et au consommateur de la foi, le Seigneur Jésus-Christ, qui a supporté l’ignominie à la croix et l’a portée pour nous, et a souffert hors de la porte, afin qu’Il puisse sanctifier le peuple par Son Sang».

110     Purifie-nous de toute iniquité et considère-nous Tes enfants, ce soir, et reçois-nous dans cette prière de repentance. Accorde-nous, Seigneur, paix et joie. Et puissions-nous, ce soir, quand nous serons tous dans nos lits, penser à cette soirée et à la condition de ce monde que la Bible vient de nous révéler. Puissions-nous en rougir, comme nous y réfléchirons, et puisses-Tu accorder paix et bonheur à nos cœurs. Nous nous repentons, Seigneur, devant Toi, sur cet autel.

111     Ô Dieu, aide-moi maintenant, alors que ma foi s’éveille. Et que ce soit en Ta volonté que plusieurs, plusieurs, plusieurs centaines d’âmes soient gagnées à Toi. C’est là ma prière. Aide-moi aussi à avoir foi et courage, comme je continuerai, ne regardant à nul autre qu’à Toi, l’auteur et le consommateur de notre foi. Accorde-le, ô Dieu.

112     Accorde Ton pardon à chaque diacre de cette église. Pardonne au pasteur. Pardonne aux laïcs, Seigneur. Pardonne à chacun tous leurs péchés. Pardonne-nous, Seigneur. Pardonne à chaque étranger qui est ici présent. Et puissions-nous sentir l’impact du Saint-Esprit dans notre vie, puisque nous nous humilions devant Toi, ce soir, nous repentant de tout notre cœur, afin que Tu nous reçoives et fasses de nous un peuple humble, tranquille, sanctifié, pour Ton service. Accorde-nous cette bénédiction, Seigneur, à l’autel où nous nous tenons. Accorde-le, et incline notre tête et notre cœur devant Toi. Nous demandons ceci au Nom de Ton Fils, le Seigneur Jésus. Amen.
Je T’appartiens, Seigneur,
J’ai entendu Ta voix
Qui me parlait de Ton amour pour moi
Je désire tant m’élever dans les bras de la foi
Et être attiré plus près de Toi.
Attire-moi plus près, plus près, Seigneur béni
De la croix où Tu mourus
Attire-moi plus près
Toujours plus près, Seigneur béni
De Ton précieux côté ensanglanté.

113     Je suis heureux de voir qu’il y a autant d’hommes que de femmes qui se sont venus à l’autel. Ce sont habituellement les femmes qui peuvent facilement être touchées. Il y a quelque chose les concernant; leur cœur peut facilement être touché, à cause de l’élément féminin. Elle sont des dames, et vous pouvez parfois les toucher. Mais je suis si heureux de voir que le Saint-Esprit peut aussi toucher des hommes et les amener à l’autel.

114     Et je me demande combien d’entre vous, qui se sont agenouillés à l’autel, sentent avoir fait une consécration à Dieu, et sortiront d’ici pour vivre une meilleure vie, par la grâce de Dieu, et pour faire plus pour le Royaume de Dieu et pour sa cause? Lèveriez-vous la main à Christ, si vous êtes autour de l’autel, et dire: «Je crois que maintenant je me suis repenti.» Puisse Dieu vous bénir. Combien d’entre vous dans la salle savent s’être repentis à leur siège, et combien ont envie de faire mieux? Que Dieu vous bénisse.
    Levons-nous à présent.

115     Ici à l’autel, regardez dans l’autre direction si vous voulez. Maintenant, vous, ici à l’autel, levez vos mains si vous désirez leur prière, pour que vous puissiez continuer à aller de l’avant. Lèveriez-vous votre main, ici à l’autel, en signe que vous désirez leur prière. Dieu nous aidera à le faire. Puisse le Seigneur Jésus nous bénir.
    N’oubliez donc pas le service du dimanche soir.

Up

S'abonner aux nouvelles