Quelles sont les œuvres de Dieu ?

Date: 59-0404 | La durée est de: 1 hour | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1 Que le Seigneur vous bénisse. J’étais tout simplement assis là-derrière, appréciant ce message-là, exactement comme vous étiez assis ici en train de l’apprécier en écoutant notre frère parler des oeuvres du Saint-Esprit. J’aime en entendre parler. C’est ce que je crois.

2 Je l’ai entendu annoncer que le – qu’on allait distribuer des cartes de prière demain. Ce sera demain soir aux environs de… entre dix-huit heures et dix-neuf heures, pour ceux qui ont besoin de la prière, qui veulent venir obtenir une carte de prière, c’est pour que nous soyons en mesure d’aligner les gens un à un.
Cela a sur la personne un tel effet qu’en recevant une carte de prière, la personne est presque… Je pense qu’elle est à quatre-vingts pour cent guérie sur-le-champ ; dès que la personne peut tenir cette carte de prière dans sa main, juste quelque chose à toucher.
Frère Bosworth me l’a dit une fois. Il a dit… Il distribuait les cartes de prière pour moi. Et c’est un peu difficile pour un ministre de le faire, vous savez, parce qu’il a beaucoup d’amis. Et il – il a dit : «Lorsque cette… vous remettez une carte de prière à quelqu’un, a-t-il dit, la personne est à quatre-vingts pour cent guérie sur-le-champ. Dès que la personne attrape cette carte, elle est en voie.»

3 Cela me rappelle une fois, je pense que c’était en Géorgie, une petite dame là. L’auditoire était vraiment bondé, et une petite femme était assise sur un siège de devant, c’était juste une petite mère, typique du Sud, elle s’apitoyait sur une femme qui allait çà et là, tenant un petit bébé dans ses bras. Et il n’y avait pas – il y avait à peine de la place où se tenir debout. Elle s’est donc dit que c’était à cause de cela qu’elle prenait vraiment cette petite femme en pitié. Elle s’est donc dit… Le Saint-Esprit lui a donc dit : «Va prier pour cet enfant.» «Oh! s’est-elle dit, peu importe la Chose qui m’a parlé, je ne prierai pas pour cet enfant. Cette mère détient une carte de prière qu’elle vient de recevoir. Frère Branham va prier pour l’enfant ce soir, si on les appelle dans la ligne de prière.» Et elle s’est donc dit : «Je – je n’ai nullement envie d’aller prier pour cet enfant.» Et le Saint-Esprit disait : « Va prier pour cet enfant.»

4 Et cela a continué à résonner si fortement dans son coeur qu’elle n’a pas pu se débarrasser de cette conviction. Ainsi, quelque temps après, elle s’est dit : «Eh bien, je vais céder mon siège à cette femme, elle peut ainsi s’asseoir avec l’enfant, et cela me donnera peut-être une occasion d’ôter cela de mon esprit.» Et ainsi… vous savez, il est toujours mieux d’obéir à ce que le Saint-Esprit vous dit de faire. Ne regimbez pas, obéissez tout simplement. Vous pourriez ne pas comprendre le pourquoi, mais faites-le quand même. Si c’est le Saint-Esprit, Dieu a toujours raison.
Ainsi donc, lorsque cette petite femme est repassée, l’autre femme s’est levée et lui a dit : «Soeur, pardonnez-moi.» Elle a dit : «Je vois que vous portez un enfant malade.»
Elle a dit : «Oui, il est – il est très malade. Il est…» Pour le moment, j’oublie ce dont cet enfant souffrait à ce moment-là. Elle a dit : «L’enfant est très malade.» Et elle a dit : «Nous l’avons amené pour… Peut-être, peut-être que frère Branham voudra prier pour lui.»
Elle a dit : «Je vois que vous détenez une carte de prière.»
Elle a répondu : « Oui, je – j’espère qu’on appellera cette carte dans la ligne de prière ce soir.»
Et elle a dit : «Chérie, seriez-vous… ? Etant donné que vous êtes une chrétienne, voudriez-vous m’accorder l’occasion de soulager mon âme d’un fardeau que le Saint-Esprit est en train de mettre sur moi ?»
Elle a répondu : «Eh bien, allez-y. Qu’est-ce ?»
L’autre a dit : «Le Saint-Esprit veut que je prie pour cet enfant.» Elle a continué : «Cela vous dérangerait-il si je prie pour cet enfant, pour ôter cela de mon esprit ?» Elle a poursuivi : «Je vous observe depuis environ une demi-heure.»
Elle a dit : «Si vous me le permettez, je vous céderai mon siège que voici.» L’autre a dit : «Eh bien, vous – vous n’avez pas à me céder le siège, ma chère, a-t-elle dit, certainement, priez pour l’enfant.»
Et la petite femme a imposé les mains à ce petit enfant, et a prononcé juste quelques mots, une prière simple. Et elle lui a cédé son siège, et elle est montée au balcon, oh, peut-être un endroit comme celui-ci, d’environ deux ou trois balcons de haut. Et il y avait là au balcon, un gentleman qui avait vu cette dame, et il lui a dit : «Prenez ce siège.»

5 Eh bien, environ cinq ou dix minutes plus tard, je suis entré dans la salle et j’ai parlé pendant quelques instants. Et j’ai dit : «Nous allons appeler les cartes de prière maintenant.» J’ai dit : «Eh bien, hier soir, nous avons appelé à partir d’un certain numéro. Ce soir, nous appellerons à partir d’un autre numéro.» Et c’était donc à partir d’un numéro que le Seigneur avait mis dans mon esprit. Et la plupart d’entre vous sont habitués avec les réunions. Et j’ai appelé à partir de là.
Et il s’est fait que cette petite mère était très contente, parce que son enfant venait presque en deuxième ou en troisième position dans la ligne. Ainsi, quand elle est montée à l’estrade afin qu’on prie pour l’enfant, naturellement, la seule manière que j’ai pour savoir cela, c’est la bande (vous voyez ?), parce qu’il s’agit d’une vision, après qu’elle est terminée, je vous le dis, c’est ainsi que je connais la chose. Alors le – le Saint-Esprit a dit à cette petite femme…Il lui a dit qui elle était, et Il lui a dit : «Vous avez amené votre enfant pour une certaine raison.» Et elle a reconnu que c’était vrai. Et le Saint-Esprit a continué : «L’enfant est déjà guéri. La bénédiction est sur cet enfant. Il y avait une petite femme, aux cheveux de telle couleur, elle portait une petite robe à carreaux.» Il a dit : «La voilà assise là au balcon, juste là au-dessus. Le Seigneur vient de guérir cet enfant.»

6 Vous voyez comment le Saint-Esprit travaille ? Cette femme se disait comme j’étais un évangéliste, oh, j’ avais le pouvoir de guérir, et il fallait que ça soit moi. Mais, voyez, je ne pouvais pas avoir de la compassion pour cet enfant autant que cette mère. Et le Saint-Esprit ne m’avait pas choisi pour prier pour l’enfant ; Il a choisi cette petite mère pour prier pour l’enfant. Et Dieu a honoré cela et a guéri cet enfant, et il a été complètement guéri. Nous avons reçu son témoignage. Voyez, cela paie d’obéir à ce que le Saint-Esprit vous dit de faire, faites-le immédiatement.
Eh bien, ce soir, j’ai entendu frère DuPlessis dire qu’on n’a pas encore distribué des cartes de prière. Mais on… Je pourrais expliquer certaines choses là-dessus, afin que, lorsque nous commencerons le service, vous sachiez exactement quoi faire et ce qu’il en est. Avant cela, pour ma part concernant le service, je vais surveiller la montre, et je ne vous garderai pas trop longtemps. Et inclinons tout simplement la tête juste pour un moment de prière.

7 Seigneur, nous Te sommes reconnaissants pour le privilège que nous avons de venir au Nom de Ton Fils, le Seigneur Jésus. Et nous sommes certains que Tu entends nos prières, parce qu’Il a dit : «Tout ce que vous demanderez au Père en Mon Nom, Je le ferai.» Je… Nous croyons, Seigneur, que c’est la Vérité.
Et nous Te prions de faire une estrade, pour ainsi dire, ce soir, pour le grand service de guérison qui vient, afin que beaucoup de Tes enfants malades qui sont mourants de maladies cardiaques, du cancer, de la tuberculose – tuberculose, Tes enfants que les médecins ont abandonnés, et pour lesquels la médecine ne peut plus rien… Et ils vont seulement… le seul moyen pour qu’ils vivent, c’est par Ta miséricorde. Et puisse cela leur être accordé, Seigneur. Aide-nous alors que nous lisons la Parole. Que le Saint-Esprit La plante profondément dans nos coeurs, car nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

8 J’aimerais lire deux passages, je crois, dans les Saintes Ecritures. L’un se trouve dans Saint Jean au – au chapitre 10, verset 14, je pense que c’est cela. Excusez-moi, c’est le verset 37. C’est Jésus qui parle : Si je ne fais pas les oeuvres de mon Père, ne me croyez pas. Et dans Saint Jean 14, 12, Jésus parle : En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais,… J’aimerais vous poser cette question pour que cela serve de base à ce dont j’aimerais parler pendant quelques instants. «Quelles sont les oeuvres de Dieu ?»
C’était… Bien des fois, on a répondu à cette question, ou plutôt elle a été posée. Quelles sont les oeuvres de Dieu ? Je pense que c’est à Jésus que cette question a été posée (Quelles étaient les oeuvres de Dieu ?) afin qu’on sache ce qu’elles sont et qu’on les accomplisse.

9 J’aimerais savoir, ce soir, en ces heures où se clôture l’histoire de ce monde, avec la confusion dans laquelle le monde se trouve, religieusement parlant aussi, il serait bon que nous sachions à partir des Ecritures, ce que sont les oeuvres de Dieu. Dans cet auditoire visible, combien aimeraient savoir ce que sont les oeuvres de Dieu ? Nous devrions les connaître afin que nous les accomplissions.
Je crois réellement que les oeuvres de Dieu ont plusieurs facettes. Je crois que l’Eglise est une des oeuvres de Dieu. Je crois qu’une oeuvre missionnaire, c’est une des oeuvres de Dieu. L’évangélisation, c’est une des oeuvres de Dieu. Et par-dessus tout, le salut des âmes, c’est une des oeuvres de Dieu. La guérison divine, c’est une des oeuvres de Dieu. Et les dons de l’Esprit, ce sont des oeuvres de Dieu. On pourrait en parler sous plusieurs (différentes) facettes.

10 Et maintenant, nous aimerions être conscients que le prophète a dit dans les Ecritures : «Il viendra un jour qui ne sera pas considéré comme jour ou comme nuit, mais au temps du soir, la Lumière paraîtra.» Et je pense qu’il y avait une chanson qu’un poète a composée autrefois : La Lumière au temps du soir.
La civilisation a voyagé, géographiquement parlant, elle a commencé à l’Est et elle est venue jusqu’à l’Ouest ; et maintenant nous sommes à la Côte Ouest. Un soir, la semaine prochaine, le Seigneur voulant, j’aimerais prêcher sur : Quand l’Est et l’Ouest se rencontrent. Si nous allons plus loin, nous retournons une fois de plus à l’Est, car nous traversons directement le continent, faisant le tour du globe.

11 Eh bien, nous voyons donc que le – le Fils de la Lumière s’est levé à l’Est, le Fils de Dieu. Et le Fils a voyagé à travers cet âge appelé l’âge chrétien. Et maintenant, nous croyons que le Fils se couche. Si seulement vous pouviez… Et je sais que vous le faites, si vous pouviez suivre les informations, lire les journaux et ainsi de suite, vous verrez comment la civilisation nous a amenés dans cet âge atomique, et ainsi de suite, de sorte que nous voyons le soleil de la civilisation se coucher. Le Fils, la Lumière de l’Eglise se couche.
Eh bien, je crois que lorsque le soleil commence à briller à l’horizon oriental… C’est le même soleil qui se couche à l’horizon occidental. Nous avons eu deux mille ans, le jour de l’église. Et au cours de ces deux mille ans, nous avons… C’était un jour dont le prophète a dit qui n’était ni jour ni nuit. Mais c’était un jour sombre.
Nous avons eu assez de Lumière pour accomplir de grandes choses pour le Seigneur – pour croire en Lui, L’accepter comme notre Sauveur personnel, avoir de grandes églises, de grandes écoles, et pour produire de grands ministres pour le Royaume de Dieu. On a fait des très grandes oeuvres philanthropiques, et ainsi de suite. Et pourtant, nous n’avons pas vu la Lumière être telle qu’Elle était au commencement jusque très récemment, au cours de ces trente ou quarante dernières années.

12 La Lumière est apparue, et le même Saint-Esprit qui a agi de la même manière qu’Il l’a fait dans la première église à l’Est, sur le peuple oriental, est venu au temps du coucher du soleil sur le peuple occidental apportant le même Evangile, c’est-à-dire, le Plein Evangile, ainsi que la plénitude de la puissance de la résurrection de Jésus-Christ. Et nous vivons au temps du coucher du Fils.
Et la Lumière de l’Evangile, de même qu’Elle a été critiquée et qu’on s’en est moqué au commencement lorsqu’Elle a brillé pour la première fois sur le peuple oriental, Elle recevra de même ce genre de critiques au coucher du Soleil sur le peuple occidental. Mais le même Jésus qui a béni les gens à l’Est, en apparaissant en personne, est en train de bénir les gens sous la forme du Saint-Esprit chez le peuple occidental. «J’ai d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie,» a-t-Il dit, s’adressant aux Juifs.

13 Mais maintenant, dans les Ecritures nous lisons aussi qu’il est écrit que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement. C’est Hébreux 13,8, je pense, [qui dit] que Christ est le même. Alors, s’Il est le même Jésus qui était en Galilée, et qui est ici sous la forme du Saint-Esprit en Californie, Il doit être le même dans les principes, le même en puissance, le même en attitude, exactement le même Jésus ; seulement Il est ici sous une forme spirituelle, oeuvrant à travers une église ou un groupe de croyants, se manifestant de la même manière qu’Il l’a fait au travers d’un – d’un Corps, Dieu, manifesté dans la chair, dans le Fils appelé Jésus, s’Il est le même.
En ce temps-là, Dieu était dans Son Fils, Jésus, se manifestant au monde, ce qu’Il était. Et aujourd’hui, Il est dans… par Sa mort, Son ensevelissement, Sa résurrection et notre justification en croyant cela, Il se manifeste en nous dans la chair humaine, notre chair, par le Saint-Esprit, selon que nous pouvons nous abandonner à ce Saint-Esprit.

14 Eh bien, le problème est de savoir comment vous abandonner. Et certaines personnes sont établies dans l’Eglise ; certaines peuvent s’abandonner à la prédication. Certaines peuvent s’abandonner facilement à l’enseignement. Certaines peuvent s’abandonner à la prophétie. Certaines peuvent s’abandonner à d’autres dons. Ainsi, tous les dons ne seront pas identiques. Ils ne l’étaient pas en ce temps-là, Paul dit qu’ils ne l’étaient pas. Mais tout homme est appelé et placé dans l’Eglise dans un but. Et si vous découvrez ce en quoi Dieu peut mieux utiliser la personne, et que cette personne s’abandonne pour cette position, il aura du succès. [Frère Branham s’éclaircit la voix. – N.D.E.] Excusez-moi.
Mon doigt ne peut jamais prendre la place de mon oreille, peu importe combien il essaie. Ma bouche non plus ne peut prendre la place de mon oeil. Mais chaque membre sait ce qu’il doit faire, et tous les membres coopèrent, c’est ce qui fait que le corps fonctionne. Si seulement cette église peut voir cela ! Si seulement vous pouvez voir qu’il faut une coopération. Il faut la coopération de tout le corps de Christ. Vous les méthodistes, les baptistes, les catholiques, les pentecôtistes, qui que vous soyez, nous sommes divisés, par nos dénominations. Mais dans l’Esprit, dans le coeur, et dans les principes, nous ne devrions jamais être divisés. Nous devrions toujours être un.
Il se peut que l’homme soit en désaccord avec moi. Tous les autres le sont pratiquement. Mais cela ne m’arrête pas. L’amour pour le frère, il travaille de son mieux, et peut-être que Dieu veut qu’il fasse cela. Et s’Il est – si Dieu veut qu’il travaille de cette manière-là, il n’y a pas de problème. Peut-être qu’une personne prie pour les malades, en les faisant passer dans la ligne de prière, en leur imposant les mains ; l’autre leur verse de l’huile dessus, peu importe ce à quoi Dieu a appelé l’homme. C’est en ordre. C’est merveilleux.

15 Eh bien, si nous pouvons découvrir ce que Jésus était lorsqu’Il était en Galilée, alors s’Il l’est à Los Angeles ce soir, Il fera, agira et sera comme ce qu’Il était en ce temps-là, sinon ce serait un Jésus différent de ce qu’Il était à l’époque. Il doit être le même en tout point, mais oeuvrant par votre chair et ma chair comme Lui, Dieu a travaillé en Christ, ou dans la chair de Jésus en ce jour-là.
Et la Bible a promis qu’il y aurait la Lumière au temps du soir. Le frère DuPlessis avec son message d’il y a quelques instants, a dit que plus tard au cours de la semaine, il présenterait les Ecritures pour cela. Chaque action que nous faisons devrait être scripturaire. Je crois qu’il faut que cela soit l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Alors je peux accrocher mon âme à cette phase et être sûr que cela est vrai.

16 Eh bien, si nous pouvons découvrir ce qu’étaient les oeuvres de Dieu pour manifester Jésus-Christ hier, alors nous devrions voir ce qu’est Sa manifestation. Aujourd’hui, ça devait être comme c’était à l’époque. Eh bien, la première chose pour conserver et épargner mon temps, c’est que Jésus n’a jamais prétendu être un Guérisseur divin. Nous en sommes tous conscients. Jésus a dit : «Le Fils ne peut rien faire de Lui-même, Il ne fait que ce qu’Il voit faire au Père,» Saint Jean 5,19. Lorsqu’Il est passé par la piscine de Béthesda, ou près de là, il y avait là une grande multitude de gens : des infirmes, des aveugles, des boiteux, des estropiés, ceux qui avaient des membres atrophiés, [des gens] qui attendaient le mouvement de l’eau. Et voici que Jésus passe parmi ces gens, Il passe les infirmes, les boiteux, les aveugles ainsi que les gens aux membres atrophiés pour aller vers un homme étendu sur un petit grabat.
Certains d’entre vous ici savent-ils ce que c’est qu’un grabat ? Eh bien, c’est un… J’ai grandi sur un grabat. C’est tout simplement un dessus-de-lit qu’on étale près de la porte, là où il fait frais. Je suis du Sud. Et ainsi, c’est cela un… J’appellerais cela un grabat. Et on l’avait étendu là.

17 Et remarquez, Jésus a passé toute cette multitude, plein de compassion, Il est allé uniquement vers cet homme et lui a demandé : «Veux-tu être guéri ?»
Et celui-ci lui a répondu : «Je n’ai personne pour me plonger dans l’eau.» Eh bien, il n’était pas un estropié, un aveugle ou un homme aux membres atrophiés. Il avait une maladie chronique. Et il était dans cet état depuis 38 ans. Cela n’allait pas le tuer. C’est ainsi qu’il a dit : «Je n’ai personne pour me plonger dans l’eau. Mais pendant que j’y descends, quelqu’un d’autre me précède.»
Et Jésus le savait. C’est lui qu’Il cherchait. Le Père Lui avait montré où était cette personne, et comment il était. «Car en vérité, en vérité, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-même, Il ne fait que ce qu’Il voit faire au Père.» Et Jésus avait vu cet homme, et Il savait que cet homme correspondait à la description [qu’Il avait vue de lui]. Et Il a dit : «Prends ton lit et rentre dans ta maison,» et Il s’est éloigné de la multitude. Les gens ont douté de Lui.
Comme on douterait de Lui aujourd’hui s’Il faisait cela à Los Angeles ! Que se passerait-il si – s’Il faisait une telle chose aujourd’hui ? Mais ça, c’était Jésus hier. Cela devrait être Jésus aujourd’hui s’Il est le même aujourd’hui.

18 Mais voyons ce qu’Il a fait pour manifester Son signe messianique. Eh bien, la guérison des malades n’était pas exactement le signe du Messie. Tout le monde le sait. La guérison des malades, ce n’est pas le signe du Messie ; en effet, les prophètes guérissaient les malades [bien] des années avant que le Messie vienne.
Et dans ces derniers jours, la guérison des malades dans ce grand réveil de la guérison divine, ce n’est pas un des signes particuliers de la Venue de Jésus, car nous avons eu la guérison divine au cours de ces deux mille ans depuis le départ du Messie à la Pentecôte, ou plutôt à Jérusalem et jusqu’à Son retour. Mais il y avait un signe qui était le signe du Messie et la fin de l’âge.

19 Et bien, rappelez-vous, Il est venu vers les Siens, pas les Gentils. Il est venu vers les Siens ; en effet, c’étaient eux qui attendaient un Messie. Il ne viendra qu’à ceux qui L’attendent. Il ne sauvera que ceux qui veulent être sauvés. Il ne guérira que ceux qui croient qu’ils seront guéris. Il ne force jamais les choses. C’est vous-mêmes qui devez faire cela. Vous êtes sur la base du libre arbitre. Vous avez été placés là dans le jardin d’Eden pour que vous fassiez votre choix. Mais Il est venu chez les Siens.
Eh bien, d’après la façon dont nous voyons les Ecritures, tous les êtres humains descendent d’un seul arbre, Adam. Après la destruction du monde antédiluvien, le déluge est venu et a détruit tous les êtres humains, excepté les trois fils de Noé ainsi que leurs familles. C’est de là qu’est sortie chaque nation qui se trouve sur la terre aujourd’hui : Cham, Sem, et Japhet ; c’est-à-dire les Juifs, les Gentils et ceux qui sont demi-Juifs et demi-Gentils, les Samaritains en Son jour.

20 Eh bien, lorsque Jésus s’est fait connaître aux Juifs… Examinons les Ecritures et voyons ce qu’Il a fait chez les Juifs pour se faire connaître en tant que le Messie. Je lisais dans le Livre de Saint Jean. Prenons Saint Jean, chapitre 1, et comme nous le lisons, nous voyons qu’après qu’Il fut tenté dans le désert, Il est sorti, Il était oint du Saint-Esprit ; le Saint-Esprit était en Lui. «Jean a rendu témoignage qu’il a vu Dieu descendre du ciel comme une Colombe, et une voix s’est fait entendre : ‘Celui-ci est Mon Fils bien-aimé en qui J’ai pris plaisir d’habiter.’» Et Dieu a habité en Christ. Dieu, Jéhovah, le Père a habité dans Son Fils Jésus-Christ, faisant de Lui Son Tabernacle, se manifestant, et montrant au monde qui Il était. C’est la raison pour laquelle Ses disciples ne pouvaient pas Le comprendre. Ils ont dit : «Tu parles en paraboles.» Parfois, c’était Jésus qui parlait, parfois c’était le Père qui parlait.

21 Il en est de même de vous, si vous êtes rempli du Saint-Esprit. Tout homme qui est rempli du Saint-Esprit dit des choses qu’il comprend difficilement parfois, ce que signifie ce qu’il dit, s’il est vraiment transporté dans l’Esprit.
Qu’en est-il de vous qui avez les dons de langues ? C’est quoi une autre inspiration ? Si cela est en anglais, et non dans une langue inconnue, toutefois cela est une inspiration et vous le dites. Des fois, il m’est arrivé d’être tellement inspiré par l’Esprit que je disais des choses, et j’écrivais des choses dont je n’étais même pas conscient. Vous aussi, sans doute. Ce sont les oeuvres de l’Esprit.

22 Eh bien, nous remarquerons comment Jésus s’est manifesté. Dans Saint Jean, au chapitre 1, alors que nous continuons, nous voyons qu’il y avait là un homme du nom de – de Simon Pierre. C’est ainsi que nous l’avons appelé. Son prénom était Simon, puis après, Jésus lui a donné le nom de Pierre. Et il est venu au Seigneur Jésus, et il était un homme ignorant. Le Seigneur savait qu’il était ignorant. Les Ecritures disent qu’il était ignorant et illettré. Peut-être qu’il ne pouvait même pas écrire son nom. C’était un pêcheur.
Et son frère l’avait trouvé et lui avait dit : «Viens voir ce que nous avons trouvé ou plutôt Celui que nous avons trouvé.» Lorsqu’il est entré en contact avec cet Homme qui déclarait être le Messie, aussitôt que Jésus l’a vu, Il lui a dit : «Ton nom est Simon, et tu es le fils de Jonas.»

23 Que disait-il à Pierre ? Que Pierre était la tête de l’Eglise. Il lui disait qu’il connaîtrait sans l’ombre d’un doute qu’Il était le Messie.
Je me demande ce qu’il a pensé… ce pêcheur ignorant, lorsqu’il a su que Jésus ne le connaissait pas. Mais Il lui a dit quel était son nom et le nom de son père. Cela l’a étonné.
Une personne se tenait à côté, un converti du nom de Philippe. Il prend… Ceci se poursuit au chapitre 1. Il a contourné la montagne pour trouver son ami, Nathanaël, un chrétien loyal, un croyant – ou un croyant orthodoxe. Et nous… Il doit l’avoir trouvé sous un arbre en train de … ?… de prier. Et l’autre lui a dit : «Viens voir Celui que nous avons trouvé, Jésus de Nazareth, le Fils de Joseph.»
Eh bien, naturellement, lui étant un homme de bien, un homme qui n’était pas ballotté par tout vent de doctrine, il – il… Je l’admire. Il a demandé [à Philippe] : «Eh bien, peut-il sortir quelque chose de bon de Nazareth ?»
Et je pense que Philippe lui a donné la meilleure réponse que n’importe qui pouvait donner : «Viens et vois.» Ne reste pas à la maison pour critiquer cela, viens, examine la chose et vois si c’est juste. Sonde cela par les Ecritures.

24 Car il croyait qu’un Dieu-Prophète se lèverait. Croyez-vous cela ? Moïse avait dit : «L’Eternel votre Dieu suscitera un prophète comme moi.» Et il savait que, lorsque ce Messie viendrait, Il serait un Voyant, un Prophète.
Et ainsi, sans doute que Philippe a pu lui dire pendant qu’ils allaient voir Jésus : «Eh bien, tu connais ce vieux pêcheur ignorant qu’on appelle Simon ? Eh bien, dès qu’il est entré dans Sa Présence, cet Homme a su qui il était.» Et il s’est demandé : «Eh bien, comment cet Homme a-t-Il pu me connaître ? Et cela prouve qu’Il est le Dieu-Prophète. Il est Celui dont Moïse a parlé. Nous L’avons trouvé, Celui dont Moïse et la loi ont parlé. Viens voir de toi-même.» C’est bon. J’aime cela.

25 Ne restez pas à la maison pour critiquer. Venez découvrir si… C’est une question de vie ou de mort. Si cela n’est pas juste, ne croyez pas cela. Si cela est juste, alors croyez cela. Mettez-vous derrière cela.
C’est ce que j’ai toujours essayé de dire aux gens. Si Christ est Christ… Si cette bénédiction du Saint-Esprit est de Dieu, mettons-nous derrière avec tout ce que nous pouvons et suivons Sa conduite. Si ce n’est pas le cas, abandonnons cela. Cela se confirmera soi-même d’après la Parole. «Car toute plante que Dieu n’a pas plantée sera déracinée.» C’est ce que disent les Ecritures.

26 Eh bien, nous voyons cette sorte de – d’état critique dans lequel Philippe était, ou dans lequel Nathanaël était, après que son ami lui avait dit que… Eh bien, je pense qu’il a dit quelque chose comme ceci : «Eh bien, Nathanaël, je…» ou «Philippe, j’ai toujours su que toi tu es un homme bien raisonnable. Et tu viens me dire que – que le Messie sort de Nazareth ? Eh bien, le Messie ne sort pas de Nazareth, Il sort de Bethléhem. C’est donc toi qui me dis toutes ces choses.»
«Eh bien», a-t-il dit, «ne te mets pas à critiquer. Il se peut que tu ne comprennes pas tout cela. Viens tout simplement, examine cela. Cela ne me surprendrait pas si cet Homme ne connaissait pas qui tu étais lorsque tu t’es présenté.»

27 Et ils sont allés jusque là où Jésus était en train de prier. Peut-être qu’ils sont entrés dans la ligne de prière avec lui. Je ne sais pas. Mais lorsqu’il est entré dans la Présence de Jésus, en le voyant pour la première fois, Jésus a dit : «Voici un Israélite en qui il n’y a point de fraude.»
Eh bien, vous dites : «Certainement, il était habillé comme ces gens-là. Tous les gens de l’Est s’habillent de la même manière. Il pouvait être un Grec. Il pouvait être un Egyptien. Il pouvait être n’importe qui de ces gens de l’Est. Tous portaient des robes et des turbans de la même manière, ils étaient barbus.» Mais Jésus savait qu’il était un croyant, un Israélite.

28 Il pouvait être un hypocrite. Il pouvait être un croyant. Mais Jésus a dit : «Un Israélite en qui il n’y a point de fraude…»
Sans doute que le… Philippe dans les réunions où il l’avait instruit, à environ quinze miles en contournant la montagne, il l’avait instruit sur les Ecritures. Il était prêt.
Voilà pourquoi frère DuPlessis est ici pour essayer de nous instruire. Je l’ai entendu dire qu’il est dans les réunions depuis dix ans. Un homme honorable, on devrait accepter Sa Parole. Il ne donnera pas sa propre parole, ce sera la Parole de Dieu. Mais pour instruire le peuple, afin qu’il… Ecoutez ce qu’il a à dire. Frère DuPlessis et moi, nous n’avons jamais travaillé ensemble de cette façon auparavant. Mais je – je l’ai entendu dire… Je ne savais pas depuis combien de temps il a assisté aux réunions. Je ne le savais pas ; les gens viennent tout simplement et s’en vont. Mais j’ai appris à l’aimer et je sais que c’est un homme de bien, qui jouit d’une très bonne réputation à travers le monde parmi toutes les églises.

29 Et Philippe, probablement, avait tenu une réunion où il l’a instruit. Et lorsqu’il s’est tenu dans la Présence de Jésus avec Nathanaël, Il a dit : «Voilà un Israélite en qui il n’y a point de fraude.» Et cela l’a étonné.
Il a dit : «Il se peut que ce soit le Dieu-Prophète dont Moïse a parlé, parce qu’Il sera un Prophète, mais Il sera le Dieu-Prophète.» Il a donc dit : «D’où me connais-Tu, Maître ?» En d’autres termes : «Tu ne m’as jamais vu, comment sais-Tu quelque chose à mon sujet ?»
Jésus s’est retourné et Il lui a dit : «Avant que Philippe ne t’appelle, lorsque tu étais sous l’arbre, Je t’ai vu.» Cela a réglé la question. Nathanaël répondit : «Maître, Tu es le Roi d’Israël. Tu es le Fils de Dieu.»

30 C’était là Jésus hier, et le signe du Messie hier. Cela doit être le signe du Messie aujourd’hui.
Il y avait des gens qui se tenaient là, bien sûr, qui ne croyaient pas cela, des très braves hommes hautement instruits, des rabbins, des docteurs de la loi, de grands hommes, de saints hommes dans les vies desquels vous ne pourriez pas avoir quelque chose à redire. Si on trouvait quelque chose à leur reprocher, on les lapidait. Ils étaient issus d’une lignée de ministres vieille des centaines d’années. Ils connaissaient toute la loi.
Connaître la Bible, c’est une chose ; mais connaître l’Auteur de la Bible, c’en est une autre. Ce n’est pas par la connaissance de la Bible que vous avez la Vie Eternelle ; mais quand vous Le connaissez Lui, vous avez la Vie Eternelle. C’est Le connaître, Lui. Vous pourriez ne pas connaître une seule Parole de Sa Bible, mais si vous Le connaissez dans Sa puissance de la résurrection, c’est la Vie Eternelle.

31 Eh bien, nous remarquons combien c’était spécial. Aussitôt qu’il a reconnu cela, cet Hébreu loyal s’est prosterné devant Jésus et a reconnu que c’était le signe du Messie. Il en était ainsi de tout vrai Juif qui croyait. Mais il y avait par-là quelques Juifs qui pensaient qu’ils étaient des croyants, qui prétendaient être des croyants, et naturellement, ils se tenaient en retrait et ils se disaient dans leurs…
Eh bien, rappelez-vous, les Ecritures disent que c’est ce qu’ils se disaient dans leur esprit. Ils ne l’ont pas du tout dit de leur bouche. Vous n’avez pas à le dire de votre bouche. Dieu connaît ce que vous pensez. Hébreux chapitre 4 déclare que le – l’Esprit de Dieu discerne même les pensées de l’esprit, Il discerne les pensées de l’esprit. Il y avait…

32 Ils étaient dans la Présence de Dieu, et ces érudits hébreux n’ont pas reconnu cela. Et ils se sont dit dans leur coeur : «Cet Homme est un diseur de bonne aventure, ou Béelzébul, qui est un démon.» La bonne aventure est du diable… Toutes ces oeuvres des ténèbres sont du diable : les devins, ceux qui font la lecture de la pensée, les télépathes et toutes ces autres personnes sont du diable. Ils ne prêchent pas l’Evangile pour sauver les âmes. Le fruit de l’esprit démontre ce que c’est. Jésus a dit : «Vous les reconnaîtrez à leurs fruits.»
Jannès et Jambrès ne se sont-ils pas tenus à côté de Moïse ? Ils se sont directement présentés là… Et Moïse avait parfaitement suivi les ordres comme Dieu le lui avait recommandé, il a jeté par terre la – la verge et celle-ci est devenue un serpent. Mais Jannès et Jambrès se sont tenus là et ont aussi jeté leurs verges par terre, et celles-ci devinrent des serpents. La Bible ne dit-Elle pas que ces mêmes esprits reviendraient sur la scène dans les derniers jours ? Il n’est pas étonnant que nos journaux parlent de toute cette télépathie, ces dimensions et tout, c’est le diable qui se lève. Mais Dieu protègera Son Eglise. «Quand l’ennemi viendra comme un fleuve, J’élèverai un étendard contre cela.» C’est vrai. «Mes brebis connaissent Ma voix.»

33 Considérez leurs fruits. Beaucoup d’entre eux sont des infidèles, des incrédules. Que font-ils ? Ils ne prêchent pas l’Evangile, ils ne prient pas pour les malades et ainsi de suite, mais ils essaient de faire le bien. Tout cela ne traite que d’un mort ou d’autre chose, des puissances. Et les journaux répandent cela à travers le pays. Jésus-Christ vient sur la scène avec Sa puissance, mais les gens s’En moquent.
Comment pouvons-nous échapper à la colère qui vient sur la terre ? Si Dieu laisse ces Etats-Unis s’en tirer avec cette iniquité, Il sera obligé de ressusciter Sodome et Gomorrhe et leur demander pardon de les avoir brûlées. C’est vrai. Il est juste, honnête et véridique. Il doit être juste, c’est ce qu’exige Sa sainteté. Il doit juger cette nation, et c’est vers cela qu’elle se dirige. Ne l’oubliez pas.

34 Mais lorsque Moïse a exécuté les ordres de Dieu, voilà que ces imposteurs se sont tenus là et ont fait la même chose que Moïse. Moïse ne savait plus que faire à ce moment-là. C’est alors le temps pour la grâce souveraine de Dieu de prendre la relève. C’est toujours ce qui se fait à ce moment-là.
C’est ce qui s’était fait à Portland cette fois-là, et vous l’avez lu dans le livre là-bas. Ce maniaque est monté à l’estrade pour me tuer parce que je prêchais cette Parole. En Afrique, devant des sorciers, et – en Inde devant des saints hommes, comme on les appelle. Et tous ces démons qui sont faux, je n’ai jamais vu une seule fois où l’Esprit de Dieu s’est tenu là sans défier cette chose et la dénoncer.
Littéralement, des dizaines et des dizaines de milliers sont tombés à la croix pour croire cela. Assurément, Il est Jésus, le même hier, aujourd’hui et éternellement.
Quand nous arrivons au bout du rouleau, c’est alors que Dieu agit. La Bible a annoncé que ces gens s’élèveraient, mais que leurs folies seraient rendues manifestes. Ainsi, nous… comme il en fut de ces gens-là.

35 Nous voyons donc que c’est de cette manière que Dieu s’est manifesté en Jésus, en faisant de Lui le Messie. Eh bien, juste une – une citation de plus, peut-être.
Les Juifs orthodoxes ont dit : «Cet Homme est du diable. Il a l’esprit de Béelzébul sur Lui.» Béelzébul, c’était un démon, et ils pensaient que Jésus leur disait la bonne aventure ou qu’Il faisait la lecture des pensées.
Et maintenant, il y a une chose sur laquelle j’aimerais insister auprès de vous. Jésus s’est retourné, et Il a perçu leurs pensées, pas ce qu’ils disaient, mais ce qu’ils pensaient. Ainsi considérez cela, Il a perçu leurs pensées. Et Il a dit : «Si vous parlez contre le Fils de l’homme, il vous sera pardonné. Mais quiconque dira une seule parole contre le Saint-Esprit, il ne lui sera jamais pardonné.»
Que prophétisait-Il ? Il prophétisait qu’Il viendrait un jour après Sa glorification ; et le Saint-Esprit est entré dans l’Eglise en ces jours-ci, afin que le Saint-Esprit soit ici et fasse la même chose. Alors une seule parole contre Lui ne sera jamais pardonnée. Voilà le péché impardonnable.
Ma vieille mère qui est du Sud me disait que le péché impardonnable, c’était lorsqu’une femme provoquait un avortement, vous savez. Lorsqu’une femme élimine un enfant. Et puis, j’ai vu d’autres gens qui disaient que c’est lorsqu’un homme commet un suicide. Ce n’est pas cela. Ce n’est pas cela. Car la Bible dit : «Ils ont traité l’Esprit de Dieu d’un esprit impur.» Ils ont traité cet Esprit de Dieu qui était sur le Messie… Ils auraient dû savoir qu’Il était le Dieu-Prophète qui avait été promis, et eux L’ont traité de démon : c’est le péché impardonnable.

36 Il y avait encore une classe de gens à laquelle Il devait manifester cette chose. Vous pouvez parcourir les Ecritures, et vous verrez cela tout du long.
Et il y a encore une pensée sur laquelle j’aimerais attirer votre attention. Saint Jean 4: «Jésus devait passer par la Samarie.» Je me demande pourquoi ? Ce n’était pas dans Son itinéraire ; Il se rendait à Jéricho. Il devait contourner la Samarie. Ainsi, Il devait passer par-là. Pourquoi ? Les Ecritures le déclarent, c’est le Père qui Le conduisait.
Considérez la re-… la résurrection de Lazare, lorsque Lazare… ils ont appelé… pour qu’on prie pour… Ils avaient envoyé chercher Jésus pour qu’Il vienne prier pour Lazare. Et Il a continué Son chemin.
Puis après tant de jours, d’après ce que le Père lui avait montré, Il a dit : «Notre ami Lazare dort.»
Il a dit : «Il sera guéri.»
Ensuite, Il leur a parlé dans leur langage. «Il est mort. Et à cause de vous, Je suis heureux que Je n’étais pas là.» En effet, on L’avait persuadé de prier pour Lazare ou de le guérir. Mais le Père lui avait dit ce qu’Il devait faire. Il ne pouvait pas briser les Paroles de Dieu ; il devait rester ainsi. Il a dit : «Mais J’irai le réveiller.»
Regardez ce qui s’est passé à la tombe. «Père, Je crois que Tu M’as déjà exaucé. Mais je dis ceci à cause de ceux qui se tiennent tout autour.» Dieu Lui avait donné une vision selon laquelle Il devait quitter cette ville, et dans laquelle Il lui avait montré la mort de Lazare. «Car,» Il a dit : «Je ne fais rien sans que le Père ne Me le montre.» Alors Le voici revenir et Il savait que la résurrection allait certainement se produire, parce que Dieu le Lui avait montré. Et Il a parlé à Lazare et cet homme mort est revenu à la vie.

37 Maintenant, ces gens de la Samarie, qui étaient de demi-Juifs et de demi-Gentils, avaient assez de sang juif en eux et assez de religion pour attendre le Messie.
Et puis comme ils… Un jour, Jésus est allé s’asseoir sur le… juste quelque chose comme ce petit panorama ici de ce petit puits ; et – et tous les disciples étaient allés [en ville] pour chercher de la nourriture. Pendant qu’ils étaient [en ville], une belle jeune femme s’est présentée au puits pour puiser de l’eau. Et peut-être qu’elle n’avait pas remarqué Jésus. Et Jésus lui dit : «Femme, apporte-Moi à boire.»
Et la femme a regardé par-là et a vu un Homme d’âge moyen. Il n’avait que 30 ans, mais on Le prenait pour un homme de cinquante ans. Les gens ont dit : «Tu dis que tu n’as pas plus de cinquante ans, et Tu as vu Abraham ? Eh bien, nous savons que Tu as un démon.»
Jésus leur a répondu : «Avant qu’Abraham fût, Je suis.»
Mais elle a dit : «Il n’est pas de coutume que Toi un Juif Tu demandes à moi une Samaritaine, une telle chose. Nous n’avons pas de relations ; il y a ségrégation.» Elle a dit : «Nous n’avons pas de relations entre nous.»
Mais Jésus lui a dit : «Si tu connaissais Celui à qui tu parles !» Observez, Il était en train de contacter l’esprit de cette femme. «Si tu connaissais Celui à qui tu parles, tu m’aurais demandé à boire.»

38 Voyez, la conversation s’est poursuivie pendant un bon bout de temps. Que faisait-Il ? Eh bien, observez, c’était Jésus hier ; Il était en train de contacter l’esprit de cette femme, pour trouver quel était son problème. Et la conversation a continué sur l’adoration à Jérusalem ou à la montagne. Et quelques instants après, Jésus a dit… Il a découvert là où résidait son problème. Il a dit à la femme : «Va prendre ton mari et viens ici.»
La femme répondit : «Je n’ai point de mari.»
Jésus lui dit : «Tu as dit vrai, car tu as eu cinq maris et celui avec qui tu vis maintenant, n’est pas ton mari. Tu as donc dit la vérité.»
Eh bien, observez cette femme. Elle n’a pas dit : «Tu es un démon, Béelzébul.» Aussitôt, elle s’est levée. Je peux voir ses grands yeux noirs briller. Elle a ôté le voile qui recouvrait sa tête. Elle a regardé. Elle a dit : «Seigneur, je vois que Tu es un Prophète.» Oh ! la la ! Elle en savait plus de Dieu que beaucoup de ministres d’aujourd’hui. C’est vrai. Je n’aime pas dire cela, mais c’est la vérité. Elle connaissait plus sur Dieu. Elle a dit : «Seigneur, je vois que Tu es un Prophète.»

39 Combien sont d’accord avec elle ? Nous tous. Il était le Dieu-Prophète, dont Moïse avait annoncé la venue. Elle reconnaissait cela. Ecoutez les paroles de cette femme : «Je vois que Tu es un Prophète.» Pas un Béelzébul, comme le disaient les docteurs. Mais : «Tu es un Prophète. Nous savons… Nous les Samaritains, nous savons que lorsque le Messie viendra, Il nous dira ces choses.»
Voyez, c’est ce qui serait le signe du Messie. «Le Messie est censé nous dire toute chose lorsqu’Il viendra.» En d’autres termes : «Tu es certainement Son – Son prophète, car Tu as su ces choses. C’était quelque chose dans… mon problème. C’est là que réside mon problème, car je suis une – une femme de mauvaise réputation. Mais Toi, Tu ne me connais pas. Tu es un Juif, et je suis une Samaritaine. Mais on m’a enseigné cela et je crois que le Messie fera ces choses. Mais Toi, qui es-Tu ?»
Jésus a dit : «Je Le suis, Moi qui te parle.» Oh, quelle Parole ! Sur ces Paroles elle abandonna la cruche, et entra dans la ville en courant et elle dit : «Venez voir un Homme qui m’a dit les choses que j’ai faites. N’est-ce pas le Messie ?» Quelles sont les oeuvres de Dieu ?

40 Eh bien, ne l’oubliez pas. Ce signe-là n’était pas présenté aux Gentils. On ne trouve pas cela dans les Ecritures. Pourquoi ? Les Gentils n’attendaient pas cela. Mais maintenant, il y a une autre génération de gens qui est restée, une autre, j’appellerai cela une «classe» ou «une race» des gens ou peu importe comment vous appellerez cela, c’était des Gentils. Il a prophétisé ce qui arriverait dans les derniers jours. Et le… qu’Il leur pardonnerait pour leur moquerie et pour avoir dit que c’était un mauvais esprit . Mais les Gentils seraient mieux avisés.
Eh bien, nous sommes au temps de la fin de l’âge des Gentils. Lorsque Dieu est appelé sur la scène, Il doit agir toutes les fois de la manière qu’Il a agi la première fois. Si jamais un pécheur s’est repenti et qu’il a demandé à Dieu de lui pardonner et que Dieu lui a pardonné sur base de sa repentance, Dieu est obligé d’agir de la même manière la fois suivante lorsqu’un pécheur L’invoque.

41 Voyez, nous sommes limités ; Dieu est infini. Infini, on – on ne peut pas expliquer l’infini. Voici une petite idée de ce que c’est : avant que le monde soit formé, Il connaissait chaque puce qui serait sur la terre, et le nombre de fois qu’il clignerait l’oeil. Eh bien, cela ne traduirait pas même à moitié ce que c’est que l’infini. Il connaissait toute chose du début jusqu’à la fin.
Quelqu’un… J’ai fait cette observation-là, et les gens ont dit : «Alors pourquoi Dieu a-t-Il permis le péché ?» Le péché travaille pour Sa cause à Lui. En Dieu demeurait toute la grande gloire. S’il n’y avait pas de pécheur, Il ne serait pas un Sauveur. En Lui, Il avait l’attribut de Sauveur. Et le péché devait être projeté afin qu’Il soit un Sauveur. Qu’est-ce qui est plus puissant, un péché – un pécheur, ou plutôt le péché ou la grâce ? La grâce, assurément. Qu’est-ce qui est plus puissant, la maladie ou le guérisseur ? Eh bien, bien sûr, le – le guérisseur a le pouvoir sur la maladie. Et Dieu, s’Il n’y avait point de malades, Il ne serait pas un Guérisseur. Ainsi donc, il devait y avoir la maladie pour qu’Il soit ce qu’Il est, un Guérisseur. Il devait y avoir le péché pour qu’Il soit ce qu’Il est, un Sauveur. Certainement.

42 C’est maintenant le temps des Gentils. Nous avons parcouru tous ces âges.
J’ai encore une petite chose. Je sais que je vous prends beaucoup de temps. Encore une petite déclaration. Avez-vous remarqué que juste avant le temps de la fin pour Sodome et Gomorrhe, là où… Je vois que cette belle ville ainsi que toutes les autres villes sont complètement rongées par la perversion, exactement comme il en était au temps de Sodome. Voyez-vous les journaux ainsi que les autres médias, concernant ce… ce que – ce qu’ils disent ? Ils déclarent que cela augmente, chaque année ça double, la perversion, c’est un signe du temps de la fin. C’est ce qui se passait à Sodome.

43 Mais juste avant… Eh bien, il y a – il y a deux classes de gens ici, trois classes. Il y a toujours… N’oubliez pas ces trois… les mathématiques des Ecritures, comme Père, Fils, Saint-Esprit et que sais-je encore. Laissez tranquilles ces mathématiques-là. Si vous demeurez dedans, le tableau deviendra clair de soi-même. C’est comme le fait de rassembler un jeu de puzzle.
Eh bien, là à Sodome, il y avait… il y avait le pécheur invétéré qui n’avait point de confession. Lot était là ainsi que sa femme et ses enfants, ils avaient une confession. Et il y avait Abraham, l’élu. Croyez-vous qu’il y a un élu, élu par la prescience de Dieu ? Vous le croyez certainement. C’est ce que croit tout lecteur de la Bible.

44 Eh bien, remarquez. Juste avant le temps de la fin. Qu’était-ce ? Juste avant que le feu ne tombe… Ils avaient eu message après message, avertissement après avertissement, avec la prédication de Lot, et c’était lui le pasteur, Lot. La Bible dit que le péché de cette nation tourmentait son âme juste. Et il leur prêchait. Mais cela n’a fait aucun bien ; et ils ont rejeté cela comme des propos insensés, comme ils rejettent aujourd’hui leur pasteur. Ils ont dit : «Pas… C’est du non-sens.» Mais trois hommes sont descendus du Ciel. Remarquez. L’Un d’eux s’est arrêté et a parlé à Abraham. Deux d’entre eux, un Billy Graham moderne, et je ne sais qui encore sont descendus à Sodome et ont prêché pour le réveil, ils ont appelé à sortir ceux qui étaient… ceux qui pouvaient être appelés à sortir. Mais remarquez, l’Un d’eux est resté en arrière avec Abraham.

45 Eh bien, observons tout simplement ce tableau. Eh bien, ils ont continué leur chemin et Celui-ci a dit : «Cacherais-Je [quelque chose] à Abraham étant donné qu’il est l’héritier de la terre ?» Et Il a gardé Son dos tourné à la tente. Et Sara est restée dans la tente, peut-être qu’elle préparait ou qu’elle tricotait ou faisait quelque chose dans la tente.
Et cet Homme qui était dans la chair humaine, c’était Dieu, pourtant. Abraham a dit que c’était Dieu, il L’a appelé Elohim, le Grand Jéhovah. Mais Il était dans la chair humaine, Il a mangé la viande de veau, Il a bu le lait de la vache, et Il a pris du beurre et du pain de maïs. Il était un Homme, mais pourtant c’était Dieu. Mais Dieu montrait par là quelque chose aux élus, à l’Eglise de ce jour, Il leur donnait leur dernier signe, juste avant que le feu ne tombe.

46 Il avait tourné le dos. Il a dit quelque chose comme ceci : «Abraham, tu as attendu cet enfant depuis vingt-cinq ans maintenant. Tu es âgé de cent ans, Sara a quatre-vingt-dix ans. Mais Je vais te visiter le mois prochain au temps de la vie.»
Et Sara, à l’intérieur de la tente… et la Bible déclare que cet Ange avait le dos tourné à la tente. Qu’est-ce qu’un Ange ? Un messager. Il avait tourné le dos, la Bible déclare qu’Il avait le dos tourné à la tente. Et Sara était dans la tente.
Et lorsqu’Il a dit cela à Abraham, Sara est allée [Frère Branham rit doucement – N.D.E.], elle a un peu ri en elle-même. Et cet Homme a dit : «Pourquoi Sara a-t-elle ri ?» Quelle sorte de télépathie était-ce ?
Pourquoi Sara a-t-elle ri ?
Elle répondit : «Je n’ai pas ri.»
L’Homme dit : «Oh, si, tu as ri.»
Elle avait peur. Elle se demandait ce que – ce que… Ça, c’était plus qu’un homme, Celui qui a pu savoir, en ayant le dos tourné à la tente, que là-derrière le rideau, Sara avait ri. Comment l’a-t-Il su ? Ça devait être plus qu’un homme. C’était Dieu se manifestant dans la chair humaine.
Quelque temps après, ils ont offert un sacrifice et cet Homme [Frère Branham souffle dans le microphone – N.D.E.] a disparu immédiatement devant eux. C’était Dieu. Qu’était-ce ? Le dernier signe que l’Eglise élue avait reçu avant la destruction. Eh bien, gardez cela à l’esprit.

47 Les Samaritains, aussitôt que leur signe leur avait été donné, ils sortirent et l’entendirent et crurent en Lui. Des années sont passées. L’Eglise des Gentils est venue à l’existence. On a passé deux mille ans d’églises et – et des réveils et ainsi de suite. Et ç’a été merveilleux. Il y a quarante ans, madame McPherson et beaucoup de grands saints ont vécu cette période-là, au cours de laquelle le Saint-Esprit a été répandu sur l’église, et les grands dons ont commencé à être restaurés, comme le don de langues inconnues et d’interprétation, de grands services de guérison, et les Anges qui chantaient dans le temple, et ainsi de suite... C’était glorieux.
Mais nous sommes au temps de la fin maintenant. On est à environ cinquante ans plus tard. Eh bien, est-Il le même hier, aujourd’hui et éternellement ? Connaît-Il les secrets des coeurs? Va-t-Il continuer à tenir Sa Parole ? Et si Dieu s’est fait connaître au travers de Jésus comme étant le Messie par ce signe, Il serait injuste de leur avoir donné quelque chose qu’Il ne nous a pas donné; s’Il ne se manifeste pas de la même manière à cette église d’aujourd’hui. S’Il avait fait cela chez les Juifs et chez les Samaritains, Il est obligé par Sa sainteté et par Sa justice de se manifester à la fin de cet âge de la même façon. Car nous vivons à la fin des jours de cette dispensation chrétienne.

48 Prions. Seigneur, Grand Dieu des cieux et de la terre, qui a créé toutes choses par Jésus-Christ, Ton Fils, pardonne-nous, ô Seigneur, nos péchés et nos manquements. Et lorsque nous parlons du péché, Seigneur, Tu sais qu’il n’y a qu’un seul péché, et c’est le péché de l’incrédulité. «Car celui qui ne croit pas est déjà condamné.» Peu importe combien la personne est juste, ou combien il a fait des choses, ou ce que nous avons fait, cela ne change rien. Nous devons croire. Et je Te prie, ô Dieu, de faire entrer dans nos coeurs la puissance de la résurrection de Jésus. Ne nous laisse pas être ce genre de personnes qui regarderaient à un don. Ne nous laisse pas être ce genre de personnes, comme cela nous a été dit par frère DuPlessis ce soir, des personnes qui pensent que la personne qui apporte le message a quelque chose à voir avec cela, pas plus que l’obéissance à Dieu et à Sa volonté. Quelqu’un doit le faire. Personne d’entre nous n’est digne. Et nous confessons que nous ne sommes pas dignes. Mais c’est Ta grâce qui a promis cela. Et Tes Paroles sont vraies.
Et je peux m’imaginer, ô Seigneur, comme ce petit garçon, en lisant Aimee Semple McPherson… Et les critiques que nous… nous trouvons dans les journaux parfois, selon lesquelles elle prétendait guérir les gens. Combien nous voyons que cela était faux! Et nous avons lu au sujet de… et nous avons entendu parler de grands personnages de Dieu, du docteur Price, de F.F. Bosworth et de grands saints qui ont vécu avant ce jour. Tous attendaient et ont prophétisé concernant la venue de ce jour où l’Eglise recevrait la manifestation de la Présence de Son Sauveur parmi eux dans une plus grande portion que celle qu’ils avaient reçue, en leur temps.

49 Ô Seigneur, écoute-moi, et réponds à mon humble cri. Comme je Te prie, Seigneur, que ces hommes et ces femmes ici présents et partout ailleurs, ainsi que ceux qui se rassembleront, qu’ils ne pensent pas que ça c’est un simple homme, mais puissent-ils se rendre compte qu’il s’agit de la – la promesse de Dieu, comme quoi Jésus-Christ devait être manifesté dans cet âge des Gentils, comme Il l’avait fait devant les Juifs et devant les Samaritains.
Car nous avons dit qu’Il est souverain. Et lorsqu’Il agit, Il doit agir de la même manière tout le temps. Nous réalisons, ô Seigneur, que nous, étant limités, nous pouvons promettre et ensuite ne pas être en mesure d’accomplir cela. Mais Toi, ô Seigneur Dieu, Tu ne peux pas promettre et ne pas être en mesure d’accomplir Ta promesse, car Tu es Dieu ; Tu es infini et Tu connais toutes choses.

50 Et nous prions que Ton Esprit oigne tellement les gens dans cet Angelus Temple et ceux qui entreront en sorte qu’il y ait un réveil à l’ancienne mode de l’effusion du Saint-Esprit qui frappera cet endroit ; et puissent les méthodistes, les baptistes, les presbytériens ainsi que toutes les églises du Dieu vivant en recevoir les bienfaits. Qu’un réveil balaye cette Côte Ouest, un réveil qui amènera littéralement des dizaines de milliers à venir au Seigneur Jésus.

51 Seigneur, accorde-nous de recevoir cette grande portion, à l’Angelus Temple, cette semaine prochaine, et au cours des services prochains. Car nous le demandons au Nom de Jésus et à cause de Lui. Amen. Maintenant, que le Seigneur vous bénisse. Combien, avant…

Up

S'abonner aux nouvelles